Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Deuxième partie. Nationalisme et orientalisme chez Safvet-beg Bašagić (1890-1906)

Chapitre III. Générer une élite intellectuelle

Texte intégral

1Sarajevo : enfin. Fort de ses expériences, Bašagić a le temps désormais de se consacrer pleinement à ses idées – non plus à les mettre en mots, mais à les concrétiser. Il lui faut susciter une prise de conscience identitaire chez ses coreligionnaires, en s’entourant de « disciples » qui pourront diffuser une nouvelle façon de penser. Le tout est de cibler ceux qui pourront prendre le relais auprès d’une population pauvre et largement analphabète, craintive pour sa foi devant la menace que semble incarner un pouvoir ressenti comme chrétien.

  • 1 Michel, La mémoire de Prague, p. 73-78.
  • 2 Džaja, Bosna i Hercegovina (1878-1918), p. 11.
  • 3 Voir par exemple IAS BS – 115, Defterdarović à Bašagić, de Mostar le 7. VI. 1902.
  • 4 Pour une expression de cette ambiguïté religieuse, lire Michel, La mémoire de Prague, p. 78.

2Pour l’ensemble des pays européens, on a coutume de décrire, depuis le milieu du xixe siècle, la montée en puissance d’une nouvelle catégorie d’hommes, désignés par le nom collectif « intelligentsia ». Ce sont eux qui ont assuré leur avenir aux idées soutenant les différents projets nationaux : démocratie, alphabétisation, vision historique, etc. Ils ont pour vocation de penser pour l’ensemble de la nation et d’y diffuser la vérité de la science qui se développe alors1. Si l’on admet que la nature de ce phénomène ressort plus de l’action politique que d’un processus social2, alors la figure de Bašagić entre assez bien dans ce cadre définitoire ; de même pour les personnes dont il s’entoure. Il n’en reste pas moins que le terme « élite » semble ici plus approprié : tout d’abord parce qu’entre 1899 et 1906 grosso modo, ces hommes ne sont pas souvent désignés comme une intelligentsia et ne se désignent pour ainsi dire pas de cette façon, mais plutôt comme « hautement éduqués », « éduqués à l’européenne », « formés à l’université3 » ; ensuite, parce que le terme, dans l’emploi qu’on connaît actuellement, a des connotations dérivées de la chrétienté : l’intellectuel prend la place du prêtre et sert d’intermédiaire entre la vérité et le peuple ; c’est lui qui la fait « descendre » dans la masse4. On conçoit qu’en dépit des expressions occidentalisantes de Bašagić, la notion s’applique mal à un homme qui tente de donner une expression typiquement musulmane à son nationalisme.

  • 5 Rudolf Maixner, « La fortune des Slaves de Turquie de Cyprien Robert : éloges et critiques », Annal (...)

3Une autre précision : le but que s’assigne Bašagić est similaire à celui que poursuivent les intellectuels des peuples de la monarchie habsbourgeoise à partir de la première moitié du xixe siècle. Ceux-ci prétendent revenir à un passé autrefois florissant et étouffé par la domination autrichienne : c’est une renaissance – on parle parfois aussi de régénération, tel Rudolf Maixner (1901-1972) à propos du mouvement illyrien en Croatie5. À première vue, le discours de Bašagić correspond tout à fait à cette notion, puisqu’il essaye de revivifier une tradition intellectuelle qui aurait existé parmi les musulmans bosno-ottomans durant les premiers siècles de la domination ottomane, et de critiquer la décadence dans laquelle est tombée cette communauté humaine et religieuse à partir du xviiie siècle. Cependant, la ré-génération suppose un processus intériorisé, qui se développe à partir d’un centre vital ; or, tout le problème des « régénérateurs » en général, et de Bašagić en particulier, est de trouver un socle historique solide sur lequel bâtir ; notre personnage tâtonne, plaque parfois sans bonheur sur l’identité bosno-musulmane des notions étrangères, occidentales. Nous avons donc préféré le terme « générer » pour donner un titre à ce chapitre.

4Générer une élite, donc, est désormais le but avoué de Bašagić. Dans cette optique, il se décide pour quatre moyens d’action, tous fondés sur l’étude littéraire et la diffusion du savoir : écrire une histoire de la communauté bosno-musulmane, susciter des vocations littéraires, enraciner l’instruction dans les masses, et donner une conscience critique à la pratique religieuse de ses coreligionnaires.

A. La voie historique

5Dans un premier temps, Bašagić s’intéresse à la définition historique de sa communauté et ceci dans un tout nouveau contexte, puisque la contestation anti-occidentaliste des musulmans bosno-herzégoviniens va enfin trouver son expression durant l’été 1899. Face à cet événement d’importance, notre bey doit adopter une position aussi claire que possible, ce à quoi il s’essaye tout en désirant concilier les parties adverses.

1. Le mouvement pour l’administration autonome des écoles et des vakfs

  • 6 Vrankić, Religion und Politik, p. 675.
  • 7 Gelez, Petit guide, p. 183-221 ; Milivićević, « Oživljavanje starih uspomena », p. 101.
  • 8 Outre les documents d’archives inédits, voir Hauptmann, Borba muslimana ; Šehić, Autonomni pokret ; (...)

6Le mouvement pour l’administration autonome des écoles et des vakfs sert de toile de fond aux événements auxquels participa Bašagić à partir du printemps 1899, et jusqu’en 1914. Il constitue leur mobile commun (mais non unique, ni même principal). Le 3 mai de cette année-là, une jeune musulmane de la région de Mostar, Fata Omanović, s’enfuit de chez elle avec l’aide de ses voisins catholiques, parce qu’elle ne voulait pas épouser l’homme auquel ses parents la destinaient6. Les notables musulmans de la ville interprétèrent immédiatement ce départ comme une tentative de conversion forcée, une nouvelle preuve du « prosélytisme » catholique. Contrairement aux cas de conversions (bien effectifs) précédents, cet événement, du fait de la conjoncture, cristallisa le mécontentement des musulmans de la capitale herzégovinienne, puis de l’ensemble de la province occupée. Au cœur de la réaction, on retrouve le grand leitmotiv des conservateurs : les Austro-Hongrois favorisent les catholiques et ne songent qu’à catholiciser les musulmans. Cependant, l’opinion grossit exagérément le nombre des conversions de musulmans au catholicisme, et il s’agit moins ici, pour l’historien, de réfléchir en termes de statistiques que de sentiment identitaire7. Ces revendications protectrices de la foi sont soutenues par des intérêts économiques et politiques importants, dont on a vu que l’écume a déjà atteint Ibrahim Bey. D’ailleurs, des détails de ce mouvement contestataire, bien étudié par d’excellents historiens, nous ne retiendrons que ce qui concerne les Bašagić8.

  • 9 Okey, « A Trio of Hungarian Balkanists », p. 247-248.

7Rappelons seulement que Kállay réagit de façon brusque mais non apeurée. Il interpréta ce mouvement comme la manifestation de l’incapacité qu’avait l’islam à se réformer pour s’adapter au monde moderne – erreur de tactique du point de vue de l’opinion internationale, car cela discréditait son régime en tant que force de modernisation, telle qu’il se flattait de le présenter. Mais la contestation elle-même n’était pas aussi forte que la critique des cercles cléricaux viennois, dans Das Vaterland (La Patrie), qui lui en voulaient de ne pas mener de politique plus conforme aux désirs prosélytes du catholicisme autrichien9.

  • 10 ABiH GMF Präs, 1898/1481 du 21. IX. 1898 (propositions et justifications de décorations) ; 1898/149 (...)

8Le scandale n’éclate pas totalement dès mai, mais va s’amplifiant durant l’été. La position des Bašagić est délicate : les contestataires réclament, entre autres, une plus large participation dans l’organisation des vakfs, voire une autonomie totale. Ils ne veulent plus des musulmans que les Austro-Hongrois ont placés à la tête de leurs biens religieux. Ibrahim Bey voit donc rapidement sa position remise en cause, car c’est un homme fidèle au pouvoir de Vienne. À l’occasion du jubilé de François-Joseph de décembre 1898, il avait fait partie du train de décorations et s’était vu remettre le nişan (équivalent de la croix pour les musulmans) de commandeur de l’ordre de François-Joseph. On notera que le gouvernement territorial avait proposé ces noms entre autres parce qu’ils l’avaient aidé à lutter contre les courants contestataires10.

  • 11 ABiH PR, 1899/50, Kutschera à Kállay, de Sarajevo le 16. II. 1899.

9La balance politique bosno-herzégovinienne donnait, à l’été 1899, une importance prépondérante aux orthodoxes dans la contestation de l’administration austro-hongroise. Ils avaient entamé, depuis 1896, des négociations pour l’autonomie dans leurs propres affaires ecclésiales et culturelles, à l’encontre de la mise en forme administrative instaurée par les Austro-Hongrois dès leur arrivée. Les musulmans réclamèrent une autonomie similaire ; pour la plupart ignorant de la politique à l’européenne, ils pouvaient considérer les orthodoxes – mieux formés sur ce point – comme un appui important, et le ministère commun des Finances avait tout intérêt à se concilier parmi eux des hommes que les orthodoxes appréciaient, afin d’éviter un affrontement trop brutal avec ces derniers. Qu’en était-il d’Ibrahim Bey ? En février 1899, il jouissait de davantage de confiance auprès de certains orthodoxes que d’autres musulmans, tel Esad Kulović. En effet, alors que la nomination du nouveau maire de Sarajevo avait beaucoup préoccupé les esprits durant l’hiver, il avait été un moment question que fût proposé Ibrahim Bey, car les orthodoxes (en l’occurrence, Petraki Petrović) ne pouvaient supporter l’idée de voir Kulović à la tête de la mairie. Cette éventualité fut toutefois rapidement écartée, pour des raisons qu’on ignore11.

  • 12 ABiH GFM Präs, 1900/1318, du 12. X. 1900 ; ABiH LR Präs 1901/4277, du 19. XI. 1900 [sic] ; ABiH LR (...)
  • 13 ABiH GFM Präs, 1900/1675, Appel à Kallay, de Sarajevo à Vienne le 22. XII. 1900.

10A priori donc, si son nom ne fleurit pas sur toutes les bouches à Sarajevo et dans le pays, comme certaine lettre l’a montré, Ibrahim Bey n’a pas forcément à s’inquiéter jusqu’en été 1899. Il semble pourtant qu’il devint de plus en plus impopulaire à partir de ce moment, sans que rien ne permette de le préciser pendant un an et demi. Le 12 octobre 1900, un rapport confidentiel indiquait que sur la place publique (čaršija) de Sarajevo, le bruit courait qu’Ibrahim Bey et son coéquipier Hulusi allaient être mis à la retraite ; on s’en réjouissait : enfin les affaires des vakfs et de la religion seraient menées par des personnages plus consciencieux et plus diligents. En novembre, même rumeur : on n’a aucune confiance en lui ; en janvier suivant, la nouvelle de leur mise à la retraite courait toujours et la joie n’avait pas diminué12. Rien, dans les archives du gouvernement territorial, ne vient confirmer ce bruit. Au contraire, Ibrahim Bey est choyé par Kállay. Le 4 décembre de la même année, il sollicita auprès du gouvernement territorial un emprunt assez important, d’un montant de quinze mille couronnes, ceci sans intérêt et remboursable en dix ans. En garantie du recouvrement, il offrait les rentes que son épouse recevait des finances de l’Armée en compensation d’un terrain à Dolac prêté pour servir de champ d’exercice. Ces rentes s’élevaient à 1 488 couronnes et 30 hellers ; le gouvernement territorial calculait donc un emprunt dix fois supérieur exactement (14 883 couronnes), payable par moitié le premier jour de janvier et de juillet de chaque année. Il spécifiait que la somme n’était pas à disposition dans la caisse générale et qu’il faudrait puiser dans la caisse de retraite des fonctionnaires pour répondre à cette demande. Kállay y donna rapidement satisfaction13.

  • 14 ABiH LR Präs, 1900/4296, du 23. XI. 1900 ; ABiH GFM Präs, 1900/1533, Appel à Kallay, de Sarajevo à (...)
  • 15 ABiH LR Präs, 1901/4277, 19. XI. 1900 [sic]. Le contenu du rapport confidentiel ne laisse aucun dou (...)
  • 16 ABiH GFM Präs, 1901/417, Appel à Kállay, de Sarajevo à Vienne le 8. III. 1901 ; ABiH GFM Präs, 1902 (...)
  • 17 Šehić, Autonomni pokret, p. 110.

11Pourquoi une telle somme ? Pourquoi ce besoin de liquidités ? On l’ignore tout à fait. Il est clair en tous cas que les autorités désiraient le conserver dans leurs rangs, et qu’au contraire de Hulusi, il ne fît preuve d’aucune compromission avec les contestataires. Ceux-ci, extrêmement méfiants, voyaient le mal partout et supposaient des manigances de la part de Kállay dans chaque événement de la vie publique. C’est ainsi que Bašagić père fut accusé d’être le jouet de la politique viennoise. Un acte rendu officiel le 15 novembre 1900 dans Sabah (Le Matin) et İkdam (La Persévérance) d’Istanbul gratifiait « Ibrahim Edhem Bey » de l’Osmaniyé de rang IV par décision d’Abdülhamid14. Les documents d’archives ne laissent guère de doutes : loin d’avoir manigancé ces décorations pour rehausser le prestige de leurs fidèles aux yeux du public, comme on le pensa immédiatement dans les rangs de l’opposition musulmane15, les autorités austro-hongroises semblèrent plutôt embarrassées ; Bašagić ne fut pas autorisé à porter sa décoration avant février 1902, soit un an plus tard16. Les orthodoxes firent d’ailleurs preuve de mauvaise foi, car ils rédigèrent à la fin du mois un courrier de remerciement au sultan pour la décoration analogue reçue par Hulusi (et certains d’entre eux également !), qui s’était mis de leur côté17.

  • 18 ABiH LR Präs 1901/2434, du 2. VIII. 1901. Sa demande n’a pas été conservée dans les archives nation (...)
  • 19 ABiH PR 1901/236, pièce jointe : télégramme de Kutschera à Kállay, le 13. XII. 1901.
  • 20 ABiH PR 1901/241, pièce jointe : réponse de Kutschera à Kállay à sa lettre du 19. XII. 1901, non da (...)

12Le directeur des vakfs déposa sa démission vraisemblablement au début de l’été 1901, peut-être à la demande du gouvernement territorial : sa personnalité trop contestée devait représenter un obstacle pour que les négociations entre celui-ci et les opposants musulmans se déroulassent dans de bonnes conditions. Il y demandait que lui fût compté son service en tant que fonctionnaire ottoman en sus de sa carrière austro-hongroise18. Contrairement à son collaborateur Hulusi, qui voulut se faire une place à la tête de la contestation, Ibrahim Bey conserva une attitude toujours loyale vis-à-vis de ses chefs ; Kutschera reconnaissait en privé les grands services qu’il avait rendus et était enclin à bien le traiter, à l’inverse de Hulusi. D’ailleurs, toujours d’après Kutschera, il était malade et déclinerait la reconduction de son poste dans le nouveau régime des vakfs qu’on projetait de proclamer au début de 190219. Le Civiladlatus l’avait pris en quelque sorte sous sa protection : afin de lui éviter tout désagrément et tout contact avec ceux qui le remplaceraient, il proposa à Kállay de le mettre à la retraite trois ou quatre semaines avant la mise en place de ce nouveau régime, ce qui permettrait aussi de ne pas laisser son poste vide trop longtemps et de justifier l’intérim qu’assurerait Muhibić, le secrétaire des vakfs20.

  • 21 IAS BS – 157, Milićević à Bašagić, non datée non localisée. Voir aussi Binićki, « Osman-beg Štafić  (...)
  • 22 S. Š., « Književno pismo. (« Almasija », pripovijest iz bosanskoga života napisao Rizvan-beg Kulino (...)

13La carrière d’Ibrahim Bey se terminait donc sur une désinvestiture publique, et sur une opposition totale avec le courant fidéiste de l’élite musulmane. Celui-ci ne pouvait pas non plus supporter son fils, car en affichant ses sympathies croates, il se mettait du côté de ceux qui avaient « ravi » Fata Omanović et menaçaient, selon eux, la sécurité de l’islam en permanence : les catholiques, c’est-à-dire les Croates. C’est à ce seul titre que Safvet-beg apparut aux débuts de la contestation : tout d’abord, l’opinion musulmane le somma de se retirer de Zora croatisante de Mostar. En effet, l’un de ses poèmes très explicitement pro-croate servait de frontispice au journal ; or, non seulement les catholiques bosno-herzégoviniens étaient tous des ennemis en puissance, mais on venait en plus de découvrir que derrière un certain Osman-beg Štafić, poète d’Osvit, se cachait en réalité un catholique (Krsto Pavletić). Un catholique avait usurpé un patronyme musulman ! Bašagić s’exécuta : sa strophe fut retirée pour le numéro 7 du 24 janvier 1900. Milićević regretta qu’on en fût venu à de telles extrémités et écrivit au bey une lettre pleine de sympathie21. Ironie du sort : Bašagić, huit ans auparavant, dans un de ses articles de polémique anti-chrétienne de Bošnjak, avait déjà écharpé Štafić/Pavletić22.

  • 23 L’opinion des historiens de la Bosnie-Herzégovine épouse les débats de l’époque et se partage toujo (...)
  • 24 ABiH LR Präs, 1903/1939, Sarajevo le 8. V. 1903 (rapport confidentiel de D. Omerović).

14Au sein de sa communauté religieuse, Safvet-beg appartient plus généralement à un groupe de jeunes hommes convaincus que les problèmes (économiques et culturels, en premier lieu) rencontrés par les musulmans ne proviennent pas d’une hostilité austro-hongroise, mais de leur incapacité à s’adapter. En d’autres termes, le repli manifesté par les événements qui suivirent la fuite de Fata Omanović n’est pas dû, selon eux, à des causes externes, mais à une stagnation interne de l’opinion communautaire23. Aussi s’agit-il pour eux de traiter le problème des conversions de façon apaisée, c’est-à-dire de reconnaître que le gouvernement territorial ne pouvait pas faire mieux. Dans un quotidien égyptien, alors que le mouvement de contestation gagne toujours plus en publicité, Mulabdić et Bašagić publieront ainsi les textes de lois qui régulent les passages d’une religion à l’autre ou d’une Église à l’autre en Bosnie-Herzégovine, afin de déjouer l’hostilité et démystifier la peur qu’entretiennent les contestataires dans l’opinion musulmane internationale24.

15En février 1900, Artur Benko Grado, fonctionnaire bosno-herzégovinien que Bašagić connaît de Vienne où ils ont passé un an ensemble, décrit ainsi le groupe :

Une minorité insignifiante [de musulmans], qui se compose de jeunes intellectuels et de musulmans sans propriétés, s’est ralliée aux Croates. Ce sont tous, sans exception, des jeunes hommes qui ont fréquenté les universités de Vienne ou Zagreb et exercent maintenant des professions libérales. Ce sont des musulmans au large horizon sur lesquels les idées occidentales ont fait profonde impression et qui s’efforcent de secouer leurs coreligionnaires de leur léthargie, avec la reservatio mentalis de leur croatisation. D’une certaine manière, ce sont les Jeunes-Turcs de la Bosnie, avec aussi peu de perspectives de réussite. (…) Ils ne sont rien moins que populaires et n’ont pour ainsi dire aucun partisan.

  • 25 DAH Fond Artur Benko Grado, boîte 106, tapuscrit de 291 pages intitulé Die politische Lage in Bosni (...)

16Benko pensait que cette impopularité, auprès des propriétaires, provenait de leur occidentalisme et que le peuple se méfiait d’eux aussi parce qu’ils n’avaient pour toute propriété que leur intellect. En général, on les considérait comme des renégats de l’islam prosélytes de la nouvelle culture25.

17Les deux visions en présence révèlent encore le fossé qu’on a coutume de cerner comme le combat de la modernité contre le conservatisme, des termes que Bašagić a lui-même utilisés à maintes reprises.

  • 26 ABiH GFM Präs, 1901/1411, Appel à Kállay du 7. X. 1901 (déjà utilisé par Madžar, Pokret Srba, p. 37 (...)

18Ses autres engagements sur la scène politique bosno-herzégovinienne entretiennent des rapports étroits avec ses diverses activités, aussi seront-ils envisagés un peu plus bas ; tout du moins pouvons-nous constater dès maintenant qu’il est littéralement détesté par les orthodoxes. En octobre 1901, ils l’accusent d’avoir publié, avec Hadžić (ce qui serait étonnant, comme on le verra un peu plus loin), le traité secret qu’ils ont conclu avec les chefs de la contestation musulmane, discréditant ainsi l’alliance aux yeux de l’opinion islamique qui lui est majoritairement opposée26. On ignore de quoi il retourne véritablement.

  • 27 ABiH LR Präs 1901/2434, du 2. VIII. 1901 ; Juzbašić, « Pokušaji stvaranja političkog saveza », p. 2 (...)

19Dans l’état actuel des recherches sur le mouvement autonomiste musulman, il s’avère nécessaire de mieux éclairer pourquoi un tel danger de mésentente entre musulmans et orthodoxes existait. Étudiant la collaboration entre contestataires musulmans et orthodoxes, l’historien Dževad Juzbašić (1929-) en éclaire les motivations économiques et politiques sans que le facteur psychologique retienne son attention. Celui-ci pèse pourtant d’un poids très important : c’est l’antagonisme ancien qui existe entre orthodoxes et musulmans en Bosnie-Herzégovine. Le groupe autour de Safvet-beg Bašagić s’en était déjà servi pour justifier son orientation pro-croate aux émissaires jeunes-tchèques qui étaient venus dans la province durant l’été 1898. Ce fut aussi l’une des raisons pour lesquelles l’accord entre contestataires musulmans et orthodoxes n’aboutit qu’au bout de trois ans de pourparlers, pour se solder d’ailleurs par un échec immédiat. Les négociateurs avaient conscience de ces différends : en août 1901, à Kiseljak, l’un des chefs orthodoxes nommé Pero Drljača (1853-1938) déclara qu’en dépit des bonnes volontés, l’obstacle principal à la collaboration était que « notre peuple [i.e. orthodoxe] a lutté contre les Turcs [i.e. les musulmans] durant cinq cents ans » ; la population musulmane ne suivrait donc pas ses chefs si ces derniers s’accordaient avec « les Valaques » [i.e. les orthodoxes], leurs ennemis de toujours. On gardait espoir, car les revendications coïncidaient, mais il faudrait du temps. Dans la suite de ses déclarations, Drljača témoignait d’ailleurs de sentiments anti-musulmans qui expliquaient fort bien cette haine mutuelle : « Les Turcs ont exténué ce peuple [i.e. orthodoxe], ils l’ont converti à l’islam27 ».

2. L’histoire bosniaque selon Bašagić : entre autonomie et nationalisme

  • 28 Alija Nametak confirme que la Brève introduction a été une mise au propre de ces trois conférences  (...)
  • 29 IAS BS – 111, Kosta Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 20. XI. 1898.
  • 30 ABiH LR Präs, 1900/13 du 3. I. 1900 ; Safvet beg Bašagić, « Književna objava », Bošnjak 9 (1899), 5 (...)
  • 31 Bašagić indique dans l’introduction à sa thèse (Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti [191 (...)

20Dans ce contexte de radicalisation politique et identitaire, quels sont les projets de Bašagić fils ? À côté d’activités littéraires assez réduites, il rédigea la Brève introduction au passé de la Bosnie et de l’Herzégovine (1463-1850), un ouvrage qui représentait la mise au propre des conférences de 189828. Kutschera avait promis de les faire publier ; cela ne s’était pas fait, apparemment pour des raisons financières29 – mais les archives restent muettes à ce sujet. Le bey publia à compte d’auteur. Comme le prouvent les appels à souscription (la grande majorité des livres paraissaient alors sous ce mode de financement), il acheva son travail de rédaction au début de décembre 1899 ; les réponses arrivèrent très vite, puisque le 3 janvier suivant, il déposait son manuscrit au bureau de censure du Gouvernement territorial, dont il obtint l’imprimatur le mois suivant30. Son intention de départ avait été d’envoyer leur exemplaire aux souscripteurs à la mi-ramadan, c’est-à-dire à la fin de janvier, et c’est probablement ce qui advint31.

21La rédaction dut se faire rapidement : des lacunes techniques du livre le prouvent. Par exemple, le bey n’avait pas fait de table des matières ni composé d’index, deux éléments pourtant très généralement présents dans les ouvrages d’histoire à cette époque. Ou encore, sur 174 pages, on ne trouve nul découpage en chapitres, ce qui rend parfois la lecture un peu indigeste ou longue.

22Dans les appels à souscription, l’ouvrage était présenté sous le titre Histoire de la Bosnie-Herzégovine (Povijest Bosne i Hercegovine) ; celui qu’il retint fut d’apparence plus modeste : Brève introduction au passé de la Bosnie et de l’Herzégovine (de 1463 à 1850) [Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine (Od g.1463.-1850.)]. Mais ces modifications ne sont pas tout à fait innocentes. L’aveu de la non-exhaustivité, amené par l’emploi de l’adjectif « brève », présente le livre comme s’il était en construction et en appelait d’autres – Bašagić laissait entendre qu’il avait conscience du caractère inéluctablement fragmentaire des connaissances historiques. Dans son introduction, cette touche de modestie est reprise : l’auteur laisse à un « historien de profession » le soin de composer une histoire complète de la Bosnie-Herzégovine. Aussi le titre annonce-t-il une « introduction » (uputa), un terme qui, dans la langue originale, ne désigne pas les prolégomènes d’un exposé à valeur scientifique, mais connote plutôt un avant-propos de type pédagogique ou propédeutique. Dégager une signification, simplifier pour mieux maîtriser le savoir, voilà ce que proposait, en magister, le bey revenu à Sarajevo. Il s’agissait de donner une leçon.

23À la lecture du titre, il apparaît que la signification s’exerce dans un cadre chronologique fort particulier : si 1463 ne pose pas de problème – c’est l’année traditionnellement retenue pour dater l’arrivée des Ottomans en Bosnie – la borne inférieure peut susciter la surprise. 1850, c’est l’année où Ömer Paşa Latas est venu mettre au pas le beylicat bosniaque et herzégovinien. Mais quelles motivations poussent Bašagić à limiter là son exposé ? Le lecteur ne le sait pas a priori. D’autre part, ces indications chronologiques indiquent que Bašagić s’intéresse uniquement à la période ottomane de sa région et ne reviendra pas sur les travaux qu’a effectués Vjekoslav Klaić pour la période médiévale. D’emblée se trouvent étroitement liés islam et Bosnie-Herzégovine.

  • 32 Safvet beg Bašagić, « Književna objava », Bošnjak 9 (1899), 50 (14/12), p. 3.

24C’est ce que montraient ses sources. Bašagić s’était principalement appuyé, de son propre aveu, sur le manuscrit de Muvekkit (l’Astronome), terminé dans les années 1880. C’était le fruit de recherches minutieuses sur les manuscrits ottomans que lui-même n’aurait probablement pas pu mener à terme en l’espace de quatre ans à Vienne32. Il reprenait souvent le découpage paragraphe par paragraphe qu’avait ménagé l’Astronome dans sa chronique, chaque ensemble s’intéressant au vizirat d’un personnage donné. Un autre auteur dont Bašagić s’inspirait énormément, c’était Hammer, dont on sait que sa monumentale Histoire de l’Empire ottoman (1827-1835) fut rédigée sur l’unique base des chroniques ottomanes. C’était donc le point de vue musulman qui était exposé dans la Brève introduction.

  • 33 Sur les bogomiles chez Muvekkit, voir Hadžihuseinović, Povijest Bosne, p. 11-13 et 13-16.

25Cependant, Bašagić se distingue radicalement de ces deux auteurs en ce que tous deux œuvrent dans la continuité des chroniqueurs ottomans, tandis que Bašagić a fait sienne la vision occidentale de l’histoire comme discours explicatif. Malgré certains passages qui semblent tout droit repris de Muvekkit aussi bien dans leur contenu que dans leur présentation sous forme de liste monotone d’événements, le bey avait une orientation idéologique inexistante chez l’ami de son père : par exemple, Muvekkit ne dit rien de l’islamisation de la Bosnie-Herzégovine, ni même du rôle politique des bogomiles (sur lesquels il glisse en quelques paragraphes seulement), alors que Bašagić cherche les causes de la première dans le second33.

  • 34 Apollon Aleksandrovitch Maïkov, Istoriia srbskogo naroda. Prilog srbskih novina za 1858 godinu, Beo (...)
  • 35 Gross, Povijest pravaške ideologije, p. 199-200. Voir Apollon Aleksandrovich Majkov, Bosna je srpsk (...)
  • 36 Mihajlo Konstantinović d’Ostrovica est un célèbre converti bosno-serbe de la fin du xve siècle qui (...)

26Des autres sources on ne dira pas grand-chose : il utilisait des auteurs inaccessibles à Muvekkit par la langue (Zinkeisen, Hammer, tous deux germanophones) ; s’il reprenait quelques-uns des auteurs ottomans sur lesquels son compatriote s’était appuyé, il s’était également procuré des ouvrages récents, publiés à Istanbul au milieu des années 1870. Tout comme lui, il s’était inspiré d’auteurs sud-slaves : mais dans la courte bibliographie qu’il faisait, nul nom serbe ou russe n’apparaissait, alors que son prédécesseur en avait lu. Par exemple, ce dernier avait consulté l’Histoire du peuple serbe écrite par l’historien (et non le poète) russe Apollon A. Maïkov (1826-1902) et publiée en traduction serbe à Belgrade en 1858 puis 1876. Muvekkit remarquait que Maïkov notait la venue de Bayazid en Bosnie en 1394-1395, alors que les sources ottomanes n’en disaient rien ; Bašagić reprit tout bonnement cette remarque dans une note de bas de page – mais recopier ne relevait plus ici de la simple remarque d’érudition : c’était souligner, dans l’ensemble des sources de Muvekkit, le détail qui desservirait la cause russo-serbe34. Ce faisant, Bašagić se solidarisait en effet avec l’opinion starčevićienne, qui avait soulevé un nuage de protestation anti-serbe et anti-russe en 1876, lorsque la traduction de Maïkov avait reparu35. Pourtant, le bey a certainement eu quelques lectures d’outre-Drina, comme le fait penser une note – elle aussi défavorable – à propos de Konstantinović d’Ostrovica36.

  • 37 Muhamed Hadžijahić met en parallèle la rédaction de la Brève introduction avec la publication dans (...)

27De ce court examen des sources, on conclut que Bašagić menait son exposé dans une perspective patriotique et pro-musulmane, voire apologétique, ce qui représente la norme de l’époque dans ces régions. La Brève introduction s’inscrivait dans l’exacte lignée de ses compositions littéraires, notamment ses poèmes historiques – ce qu’il indiquait sur la couverture en ajoutant à son nom patronymique son pseudonyme poétique. Littérature et histoire chez lui se pensaient dans un continuum grâce à certains éléments récurrents : une préoccupation didactique constante (c’est-à-dire faire connaître leur pays et leur foi à ses coreligionnaires), un élan lyrique qui perce à travers l’entreprise historiographique et laisse entendre la voix d’un auteur proche du poète, et enfin la portée polémique de toute une frange de sa production littéraire, qui rejoint sa prise de position idéologique au sein des débats historiographes de son époque à propos de la Bosnie37. La quête identitaire romantique emprunte ainsi chez lui une voie double : la perception du moi psychologique et poétique, et la définition du corps national des musulmans de Bosnie-Herzégovine.

28L’histoire bašagićienne n’a donc pas pour but d’atteindre la vérité de façon scientifique. Le lecteur actuel ne se scandalisera pas de l’épigraphe qu’il donnait à son livre. Elle était tirée de Cicéron et promettait qu’ici serait exposée la vérité, et rien qu’elle : primam esse historiæ legem, ne quid falsi dicere audeat ; deinde ne quid veri non audeat. Cette captatio benevolentiæ établissait un pacte de lecture dont, au vu des productions historiennes de l’époque, rien ne semble remettre en cause la sincérité. En prenant en compte l’ambiance idéologique de l’époque, on aura du mal à condamner Bašagić. Pour nous, cent ans plus tard, les interstices ménagés entre les événements ne sont pas les mêmes que pour lui ; ces espaces résiduels créés par l’ignorance peuvent parfois relever des catégories du vrai et du faux aujourd’hui alors qu’en 1900, ils tombaient sous la loi du possible et de l’invraisemblable.

  • 38 Le lecteur curieux de lire quelques passages de la Brève introduction en français se reportera à la (...)

29Et maintenant, les grandes lignes du livre38. Bašagić ne trouvait pas le point de départ de son étude dans l’histoire bosniaque mais dans celle des Ottomans. Son histoire était donc celle des Ottomans en Bosnie-Herzégovine : la vision musulmane y occupait une place prépondérante. Ce trait rejaillit sur l’ensemble de l’exposé, puisqu’on y trouve exclusivement les faits et gestes des habitants bosno-herzégoviniens confessant l’islam, et pour ainsi dire aucun des membres des autres religions. Une petite comparaison avec le projet de Muvekkit est à ce titre instructive : celui-ci rédigea son histoire en turco-ottoman et la présentait à des lecteurs sachant lire cette langue – autrement dit, pour ses compatriotes en particulier, mais également à l’horizon de tout l’Empire. Il avait donc le souci de retracer le destin individuel de la Bosnie-Herzégovine dans l’ensemble de l’Empire, sans avoir à souligner le caractère islamique de celui-ci ; c’est pourquoi il ne commençait pas par les débuts de la dynastie ottomane, mais par le premier peuplement slave du territoire bosno-herzégovinien. Au contraire, Bašagić, en utilisant comme langue de rédaction le bosniaque, adressait son ouvrage à des lecteurs locaux et non impériaux. Il voulait célébrer l’islam bosniaque. Avec lui, le lecteur n’avait pas l’histoire pré-ottomane, mais uniquement celle de la Bosnie-Herzégovine à mesure que les Ottomans y parvinrent. Les seuls éléments du Moyen Âge bosniaque exposés l’étaient brièvement, dans le cadre de sa démonstration historique liminaire.

30La grande idée de Bašagić était que la Bosnie-Herzégovine présentait une continuité historique ininterrompue depuis le Moyen Âge ; durant la période médiévale, l’identité du pays s’était affirmée grâce au bogomilisme et contre la catholicité ; puis, au moment de la conquête, les bogomiles s’étaient tous islamisés d’un coup ; parmi eux, les seigneurs féodaux avaient ainsi continué à garder les rênes du pouvoir, si bien que la Bosnie-Herzégovine était demeurée autonome et avait formé une sorte d’État dans l’État au cours des quatre siècles de la domination ottomane et ce jusqu’en 1850, lorsque Ömer Paşa Latas décima le beylicat bosno-herzégovinien pour donner le pouvoir au fonctionnariat stambouliote. La preuve de cette continuité était le patriotisme des dignitaires bosno-ottomans : ils avaient célébré leur pays par leurs œuvres et leurs paroles tout au long de leur existence.

  • 39 Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 39-108.

31Soutenant l’idée de la continuité du pouvoir, celle du prolongement de la noblesse médiévale dans le beylicat musulman était exprimée dans les mêmes termes que dans l’article « De la noblesse bosniaque ». C’était une noblesse de sang héréditaire, au contraire de ce qui avait cours dans les autres régions ottomanes, si bien que la notabilité bosno-musulmane se perpétuait de la même façon que la noblesse européenne, et avait joué un rôle politique semblable à celle-ci dans l’histoire du pays. Bašagić développait son idée dans les termes du droit nobiliaire européen, considérant par exemple que les terres des beys constituaient un « patrimonium ». Très contestée par la suite, cette affirmation ne faisait pas l’objet d’un consensus même à cette époque : s’il semblait à peu près acquis chez les Slaves du Sud, en 1900, que le beylicat représentait une noblesse, les Autrichiens et les Hongrois en doutaient, comme le montrent un certain nombre de rapports officiels datant du début du xxe siècle39.

  • 40 Explication qu’on retrouve déjà chez Rački (Bogumili i Patareni [18821], 1931, p. 481), ce qui lais (...)

32Autant dire que l’islamisation représentait le point névralgique de l’exposé. Elle se motivait par la psychologie et la coutume clanique : les nobles bogomiles avaient embrassé l’islam par esprit de revanche contre les catholiques40 – le pape et les rois hongrois – qui, de l’extérieur, s’étaient immiscés dans les affaires du royaume bosniaque par l’intermédiaire du roi Stjepan Tomašević. La conséquence en était que l’unité de la Bosnie n’avait pas été garantie par la royauté mais par « l’aristocratie », dont le ciment était le bogomilisme, et que l’islamisation massive de cette dernière avait permis à cette unité de se continuer au-delà de la conquête telle qu’elle avait existé « depuis des siècles » [sic : le royaume bosniaque, stricto sensu, eut une existence qui ne dépassa pas un siècle]. Notre historien avait ainsi des propos qui se nourrissaient au terreau d’une critique du catholicisme, considéré comme fanatique (vjerska gorljivost) – ce qui rejoint les accents voltairiens dont Bašagić avait auparavant fait résonner certains de ses poèmes. Par exemple, des notes de la Brève introduction épinglent les « manigances de la prêtraille » (popovština) et le cléricalisme catholique. Derrière cette critique de la pratique catholique se cache une critique de son dogme, à partir de laquelle Bašagić s’élève pour rendre plus plausible le passage des bogomiles à l’islam : comme ceux-ci rejetaient les sacrements, le signe de la croix, le mariage, etc., ils étaient naturellement plus attirés par l’islam que par le catholicisme.

  • 41 Petranović, Bogomili ; Rački, Bogumili i Patareni, 1931 ; Vlad. J. Radojević, « Kratka uputa u proš (...)

33Les « bogomiles » ont-ils jamais existé en Bosnie-Herzégovine ? Ou encore, n’est-il pas grossier de confondre les chrétiens dissidents de Bosnie avec des patarins, suivant en cela aveuglément les sources franciscaines et vaticanes ? Ces éléments – et bien d’autres – nous gênent, à notre époque ; mais encore une fois, en 1900, ils ne dérangeaient pas grand-monde, car l’investigation des sources en était encore à ses débuts et les mouvements hérétiques du Moyen Âge chrétien restaient mal connus. Des ouvrages véritablement sérieux avaient analysé le courant contestataire chrétien de la Bosnie médiévale et l’avaient identifié à l’hérésie bogomile. La seule voix discordante se faisait entendre du côté serbe où, pour des raisons nettement idéologiques, certains refusaient de voir dans l’Église bosniaque (incontestablement singulière) autre chose qu’une Église autocéphale orthodoxe. Mais ce point ne faisait pas l’unanimité chez les Serbes eux-mêmes et, disons-le tout de suite, un historien tel que Stanoje Stanojević (1874-1937), en rédigeant une longue critique de la Brève introduction, ne relevait pas que la « thèse bogomile » fût absurde41.

  • 42 J’ai parlé de ce document dans mon Petit guide ; on peut y ajouter une remise en contexte historiqu (...)

34Elle l’était d’autant moins que, à l’intérieur de cette logique interprétative, un document ottoman venait l’appuyer (voir en annexe). Nous avons vu dans la partie précédente que Bašagić avait trouvé ce document grâce à l’un de ses amis croates de Vienne. Ignorant qu’il s’agissait d’un ouvrage de type historique, il l’intitulait « code de lois des janissaires » ; il y était stipulé qu’en Bosnie, parce que la population s’était convertie à l’Islam immédiatement après la défaite de 1463, et qu’elle s’en était rendue sympathique à Mehmed II, les adjemi oğlan (le fameux tribut du sang) seraient pris dans la population musulmane pour être éduqués dans les palais impériaux. Les grands dignitaires de l’Empire d’origine bosno-herzégovinienne n’étaient donc pas enfants de chrétiens mais descendaient des musulmans locaux, dont Bašagić venait de montrer qu’ils étaient bogomiles à l’origine et, pour la plupart, membres de la noblesse42.

  • 43 Starćević, Iztočno pitanje.

35Bašagić ne réutilisa pas le « mythe des 36 000 », comme nous serions tentés de le nommer : alors que dans « De la noblesse bosniaque » et ses conférences, il avait précisé le nombre de bogomiles convertis en un seul jour (30 000 ou 36 000), dans la Brève introduction cela ne réapparaissait nulle part ; sans doute l’Histoire de l’odjak des janissaires lui semblait suffisante comme preuve de ce qu’il avançait. De même, la Brève introduction n’emprunte guère son vocabulaire et ses idées à La Question d’Orient, une publication posthume de Starčević qui parut en 1899 dans Le Droit croate et où il ne tarissait pas d’éloges sur le beylicat bosno-musulman43.

36L’islamisation en tant qu’événement prend ainsi une dimension patriotique selon Bašagić : les musulmans ottomans originaires de Bosnie-Herzégovine se distinguaient de leurs coreligionnaires issus d’autres régions. Cette dimension est même de toute première importance : parce que l’islamisation s’est déroulée dans le corps historique de la noblesse, parce qu’elle a permis de sauvegarder une unité politique, parce qu’elle a prolongé des pratiques « crypto-bogomiles » parmi les musulmans (le mot n’était pas employé, mais l’idée était là – voir en annexe), l’islamisation avait perpétué une nation cohérente, historique et politique. Toutes les caractéristiques de la nation se retrouvent ainsi sous la plume de notre auteur, hormis le nom national, ce qui ne laisse pas d’être ambigu. À aucun moment, Bašagić n’affirme en effet que les habitants de la Bosnie et de l’Herzégovine appartenaient à une nation bosniaque ; le lecteur parfois hésite à mesurer l’ampleur notionnelle du « Bosniaque » (Bošnjak) qui revient à diverses reprises pour désigner semble-t-il indifféremment des hommes de Bosnie, d’Herzégovine (entendue au sens large), voire de Croatie ; mais en réalité, la fréquente utilisation du vocable « Herzégovinien » (Hercegovac) aux côtés du « Bosniaque » laisse subsister un doute, qui se dissipe tout à fait lorsque nous est contée l’insurrection du kapudan Husejn, en 1828-31, où les premiers sont clairement distingués des seconds. In fine, l’idée de Bašagić est peut-être celle que résume si bien l’adage latin idem nec unum : le semblable n’est pas un – les ressemblances n’impliquent pas forcément l’unité. Les deux appellatifs « Bosniaque » et « Herzégovinien » auraient donc des résonances uniquement régionales, ce qui sous-entend que l’appartenance politique se faisait en direction d’Istanbul ou de Zagreb.

37Or, il n’est pas question pour Bašagić de montrer que les musulmans bosno-herzégoviniens aient quelque attache sur le Bosphore. Au contraire, il souligne de long en large le sentiment de fierté qui les habite et les pousse à lutter contre le pouvoir central et ses représentants les vizirs. Derrière cette insistance se cache probablement la volonté de lutter contre l’ethnonyme abusif qu’on leur appliquait : pour les chrétiens, c’étaient des « Turcs », jadis comme naguère et aujourd’hui. De plus, en 1900, le contexte invite Bašagić à insister sur leur caractère indigène : leur émigration dans l’Empire ottoman après 1878 – émigration massive pour certaines parties de Bosnie et pour ainsi dire ininterrompue, malgré un rythme variable dans le temps – provoque l’inquiétude des autorités austro-hongroises comme celle des locaux désireux de rester dans leur région.

38Cependant, à aucun moment non plus Bašagić ne considère explicitement que les musulmans appartenaient à l’ethnie croate, quoique quelques petits éléments montrent qu’il est favorable à cette idée. Finalement, de ces imprécisions d’étiquette ressort le sentiment que ce que chantait le bey, c’était bien l’autonomie politique de la Bosnie-Herzégovine. De là, une souplesse en faveur de la Croatie se lisait : par exemple, dans la liste des vizirs bosniaques et herzégoviniens qu’il donnait en annexe, il annotait d’un astérisque les noms de ceux qui étaient d’origine locale – Bosnie, Herzégovine, Croatie. La présence de ces Slaves locaux aux rênes de l’eyalet montrait l’autonomie conservée et la cohésion nationale où se fondaient les habitants des trois pays susmentionnés.

39Revenons un instant sur ce problème de la nation en l’envisageant selon un autre angle d’attaque. Dans la Brève introduction, Bašagić retraçait l’évolution institutionnelle et la succession des guerres sur le territoire de la Bosnie et de l’Herzégovine durant la période ottomane. Le fondement de son propos serait donc une vision de la nation bosniaque selon le sol. Mais il s’attachait également au destin dans l’Empire d’un certain nombre d’hommes originaires de Bosnie et les intégrait dans son histoire, qui ainsi devenait plutôt une histoire des Bosniaques que de la Bosnie, et donnait une vision de la nation selon le sang. Le propos de Bašagić est équivoque ; cependant, il semble qu’à terme ce soit cette dernière interprétation de la nation, selon le sang, qui ait remporté ses suffrages, car il met en appendice de son ouvrage une étude sur les littérateurs ottomans d’origine bosniaque ou herzégovinienne qui ont composé en langues orientales ; or, beaucoup de ces écrivains n’ont pas vécu dans leur région natale. C’est donc le sang qui prédomine sur le territoire.

40Cette « race » s’illustre dans son élite : Bašagić néglige de parler du petit peuple musulman. L’oubli est fréquent dans les histoires de l’empire ottoman du xixe siècle, encore largement tributaires des sources diplomatiques et militaires ; mais il tranche à l’époque des romantismes nationaux, quand une bonne part de l’historiographie croate ou serbe s’appuie justement sur la conscience vivante du peuple paysan. C’est plus qu’une perspective scientifique ou aristocratique qui est développée : c’est, dans la rédaction de l’ouvrage lui-même, un avis en contrepoint de la vie populaire, ce qui justifie que certains aient parlé de Bašagić comme d’un membre de l’intelligentsia, avec toute l’ambiguïté que comporte un tel mot. Cette vision de la nation se fonde sur la prééminence politique qu’avaient eue les musulmans durant la période ottomane ; notamment, sa substance se distingue des thèses nationales serbes, qui s’appuyaient sur le nombre et la culture terrienne des orthodoxes vivant en Bosnie-Herzégovine pour faire de ces régions des territoires nationalement serbes.

41Que dire de plus ? Des analyses de détail pourraient s’ajouter à tout ce que l’on vient de lire à propos de la Brève introduction. Pour notre propos, il suffira de garder en mémoire ces différents points : vision musulmane, affirmation du bogomilisme, islamisation massive et soudaine, nationalisme certes ambigu mais fondateur de la réflexion nationale des musulmans bosno-herzégoviniens. La conclusion du livre reprend ces éléments sur un ton laconique :

  • 44 Safvet-beg Bašagić, Kratka uputa u prošlost Bosne I Hercegovine, p. 174.

Voilà le court passé de la population musulmane de Bosnie-Herzégovine. Il s’approche maintenant de sa fin, alors que la raïa chrétienne et le militaire turc entrent en scène. La raïa, encouragée par la débâcle de ses maîtres, s’insurge, tandis que les Ottomans avec leur armée tentent de les étouffer et de défendre la Bosnie des attaques extérieures.
Le traité de Berlin a mis un terme à tout cela le 13 juillet 1878 en confiant à la monarchie austro-hongroise l’occupation de la Bosnie et de l’Herzégovine44.

  • 45 Mirza Safvet, « Derviš paša Mostarac », Nada 1 (1895), 10, p. 184-188 ; « Pjesnik Nerćesija », Nada(...)
  • 46 À ce propos, voir les remarques de Jasna Šamić dans « La mystique musulmane », p. 691.
  • 47 Šabanović, Književnost muslimana p. 18-19.

42Cet exposé historique était prolongé d’une trentaine de pages intitulées « L’Herceg-Bosnie et la civilisation orientale ». C’était un compendium des articles qu’il avait publiés les années précédentes sur divers auteurs ottomans d’origine bosno-herzégovinienne45, auxquels venaient s’agglomérer quelques traductions supplémentaires et de nouveaux noms. Le portrait national trouvait sa touche finale : les musulmans avaient eux aussi une culture singulière, marquée par l’attirance pour la littérature persane et par l’influence de la littérature orale slave46. Mais peu soucieux de logique, Bašagić n’efface pas tous les paradoxes de sa pensée : tenant d’une langue classique par sa clarté, il condamne parfois les images « croates », qui produisent une désagréable disharmonie ; il loue le poète Nergisi parce qu’il s’exprime dans un turco-ottoman épuré. Alors, quelle spécificité revêt la production bosno-ottomane musulmane dans le sein de la littérature ottomane en général ? Le lecteur n’en avait pas le cœur net lorsqu’il refermait le livre. En revanche, ce dont on était sûr, c’était que l’essai, aux accents de nouveauté pour les lecteurs bosniacophones de Bašagić, héritait des modernistes ottomans, tout à la fois hérauts des âges classiques de l’empire et promulgateurs d’une littérature accessible aux simples lettrés. Comme pour les documents historiques qu’il exposait dans la Brève introduction, l’effort de traduction produit par Bašagić relevait d’une même vulgarisation d’auteurs autrement jamais consultés, voire inconnus de tous en Bosnie-Herzégovine47.

  • 48 Safvet-beg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret bosansko-hercegovačkih muslimana », Novi beh (...)
  • 49 Jovan Hranilović, « Kratka uputa », p. 159-160 ; Ferdo Šišić, « Herceg-Bosna i osmanlijska carevina (...)
  • 50 IAS BS – 75, Miroslav Alačević à Bašagić, de Split le 19. II. 1900.
  • 51 S. S. Kranjčević, « Safvet-beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet) : Kratka uputa u prošlost Bosne i (...)
  • 52 [Anonyme], « Safvet beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet) : Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercego (...)
  • 53 Vlad. J. Radojević, « Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine », Bosanska vila 16 (1901), 9-10, (...)
  • 54 Il en avait cependant gardé une certaine amertume trente ans plus tard – voir Nametak, « Safvet beg (...)

43Le bey écoula rapidement près de mille cinq cents exemplaires de son livre48, qui fut salué par la presse de tous bords comme sans précédent dans l’historiographie bosniaque. Du côté croate, des historiens tel Ferdo Šišić (1869-1940) relevaient l’érudition de l’auteur et l’originalité de son travail49. Il reçut une lettre enthousiaste d’un professeur d’histoire de Split, Miroslav Alačević (1843-1927), qui à vrai dire n’avait pas pu encore se procurer le livre mais se félicitait que le sujet fût traité « du point de vue oriental et avec les sources orientales50 ». Kranjčević s’exprima plutôt brièvement sur le sujet dans Nada51, et de très courts commentaires dirent également, comme dans Život52, la gratitude de la critique pour qui l’histoire bosno-ottomane semblait condamnée à l’oubli, faute de connaître les langues orientales. Du côté serbe, Bosanska vila fit paraître en 1901 une longue revue au ton ironique où le célèbre historien Stanoje Stanojević relevait de nombreuses erreurs (parfois grossières) commises par Bašagić. Malgré l’esprit chicanier qui l’inspirait (Stanojević faisait notamment une grande liste de tous les termes croatisants de l’ouvrage), cette critique se montra la plus constructive d’un point de vue scientifique. Après avoir relevé l’absence de tout paratexte auxiliaire (table, index, bibliographie commentée), Stanojević adressait son principal reproche à la projection patriotique de Bašagić dans le passé bosno-musulman : pour le Serbe, les Bosniaques islamisés avaient glorifié le seul Empire ottoman et non leur patrie d’origine. Par contrecoup, il tombait lui-même dans l’apologie du peuple « serbe » (c’est-à-dire les habitants de la Serbie et les orthodoxes de Bosnie-Herzégovine), opprimé par les musulmans durant des siècles, une oppression que taisait Bašagić ; « [les musulmans bosno-herzégoviniens] sont des renégats de leur foi et de leur peuple, des fanatiques de l’islam, d’illustres esclaves de l’étranger, et aucunement des patriotes et leurs propres maîtres ». Bref, Stanojević dénonçait un esprit tout à fait anti-serbe dans l’ouvrage53. La polémique ne rebondit point, sûrement parce que Bašagić était débordé par les soucis que lui apportaient une revue littéraire, comme nous allons le voir54.

  • 55 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402.
  • 56 IAS BS – 111, Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 25. II. [1900] (où il est indiqué que ce travail do (...)
  • 57 IAS BS – 111, Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 11. XI. 1903 ; IAS BS – 171, de Potier à Bašagić, d (...)

44Le bey, qui se déclarait croate, inspira la confiance des milieux intellectuels catholiques de Bosnie, et notamment celle de l’historien franciscain Mijo Vjenceslav Batinić (1846-1921). Celui-ci suggéra au gouvernement, alors que la Brève introduction était encore sous presse (en janvier 1900), de l’envoyer mettre en ordre les archives du monastère de Fojnica55. La réponse n’est pas connue ; Bašagić dut décliner l’offre, plongé qu’il était dans ses préparatifs journalistiques. La démarche de Batinić fait songer à celle de Luka Jelić au printemps 1899 pour les archives de Zadar : et il n’est pas impossible que ces deux hommes eussent été en contact. En tous cas, ce livre consacra sa renommée d’historien en Bosnie-Herzégovine et au-delà. Kosta Hörmann n’hésite pas à le solliciter à nouveau pour corriger un article à paraître dans Nada – cette fois-ci composé par son ami Vjekoslav Jelavić, qui à Paris avait trouvé des documents intéressants sur un grand vizir ottoman56. Hörmann sert également d’intermédiaire entre lui et le baron Potier, rédacteur d’un catalogue des armes de l’archiduc Eugène (1863-1954), qui le sollicite pour traduire les inscriptions en caractères arabes se trouvant sur certaines d’entre elles ; Bašagić accepta57.

  • 58 IAS BS – 107, Gurmić à Bašagić, de Zagreb le 6. I. 1901. On ignore si Bašagić répondit ; dans les œ (...)
  • 59 IAS BS – 129, Tomo Matić à Bašagić, de Split le 18. II. 1902 ; de Split le 5. V. 1902.
  • 60 Sur ce personnage, voir Igor Žic, « Barun Milan Turković-Kutjevski », Sušačka revija 3 (1995), 9, p (...)
  • 61 IAS BS – 91, Turković à Bašagić, de Kutjevo le 26. VI. 1905.
  • 62 IAS BS – 122, Franc Komatar à Bašagić, de Kranj le 30. VII. 1910.

45Début 1901, c’est encore à la renommée atteinte grâce à la Brève introduction qu’il doit d’être contacté par un collaborateur du géographe croate Hinko Hranilović (1860-1922), pour communiquer à celui-ci tout ce qu’il sait de ce que les Orientaux auraient noté à propos des territoires croates58. Dans les années suivantes, Bašagić sera également sollicité par le célèbre historien et lexicographe croate Tomo Matić (1874-1968) pour la traduction d’un ouvrage composé par le Bosno-ottoman Hasan Kafi de Prusac (1544-1616)59 ; de même, l’aristocrate slavon Milan Turković (1857-1947)60 entra en contact épistolaire avec lui pour qu’il lui donne des renseignements sur l’histoire de la Slavonie et de la ville de Požega d’après les documents ottomans61. Enfin, en 1910, l’historien slovène Franc Komatar (1875-1922), lui écrira pour qu’il lui en envoie un exemplaire, car il est introuvable en librairie et épuisé chez l’éditeur62.

  • 63 ABiH PR 1900/83, Kállay à Bašagić, de Vienne le 11. V. 1900.
  • 64 Hadžiosmanović, Biblioteke u Bosni, p. 115, où la Brève introduction est notée sous le titre Histoi (...)
  • 65 Ce détail sur la traduction du livre est donné par Kreševljaković, « Život Dr. Safvetbega Bašagić-R (...)

46La réalité de ses rapports avec le gouvernement est complexe. Le 4 mai, il envoya son ouvrage à Kállay lui-même, lequel répondit en remerciant qu’on ait pensé à lui et promettant de lire le livre avec intérêt63. Le gouvernement territorial acheta trois cents exemplaires pour les besoins des écoles d’État et recommanda qu’il fît partie des ouvrages remis aux élèves pour les prix de fin d’année. Par exemple, on apprend que le livre était présent sur les étagères de la bibliothèque de la Haute École de la charia64. On commandita même la traduction de l’ouvrage en allemand à Hermann Tausk, collaborateur de Nada et journaliste à la Bosnische Post, et il avait déjà achevé la moitié de son travail quand Kutschera interrompit son élan65.

47En effet, l’historien Thálloczy avait décelé dans le livre la présence de quelques légendes propres à exciter la fierté patriotique des lecteurs musulmans. Quelles pouvaient bien être ces légendes ? Certes pas la thèse de la continuité des bogomiles aux musulmans, mais plutôt celle de l’autonomie toujours conservée sous des puissances de tutelle. Cela signifiait en effet qu’au sein de la Monarchie, la Bosnie-Herzégovine pouvait revendiquer une place en corpus separatum, ce que Kállay voulait éviter à tout prix dans le contexte du mouvement pour l’autonomie culturelle et religieuse, car cela aurait pour conséquence inévitable d’intéresser de plus près encore la Serbie au destin de la région. Voilà ce qu’on peut supposer. Avoir une version allemande du livre, c’était prêter le flanc à la critique étrangère (française en particulier) sur laquelle s’appuyait la Serbie.

  • 66 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 262-263.

48Cependant, sa diffusion en version originale ne fut pas enrayée par le Gouvernement territorial afin de confirmer l’image d’impartialité que Kállay s’efforçait de bâtir vis-à-vis de l’opinion sud-slave et internationale66.

3. Conclusion

49Bašagić a une position ambiguë dans la mesure où il ne correspond jamais tout à fait aux visions des uns et des autres ; c’est en cela d’ailleurs qu’il est tout à fait original : il semble se conformer aux désirs des autres autant qu’il le veut bien. Le cœur de sa foi nationaliste est une indépendance vis-à-vis de tous, aussi bien Serbes que Hongrois et, jusqu’à preuve du contraire, Croates. Dans son dessein de générer une élite, la Brève introduction représente le socle préalable à tout travail libre, loin des compromissions nationalistes.

  • 67 Prelog, Povijest Bosne. Voir aussi Prelog, « Safvet-beg Bašagić-Redžepašić : Kratka uputa u prošlos (...)

50On connaît mal l’histoire de la diffusion du livre : hormis la rapidité avec laquelle s’écoulèrent les 1 500 exemplaires, on ne peut en dire qu’une autre chose – les thèses qui y sont développées ont connu une large publicité chez les musulmans bosno-herzégoviniens. Du point de vue historien, et sans parler des thèses controversables qui s’y trouvent, la Brève introduction a d’autre part été l’un des ouvrages majeurs dont s’est inspiré le Croate Milan Prelog (1879-1931) lorsqu’il rédigea, quelques années plus tard, la première histoire générale de Bosnie-Herzégovine digne de ce nom67. Dans cette perspective, les faits rapportés par Bašagić ont été diffusés parmi les lettrés ; mais il serait abusif de dire qu’une véritable élite musulmane en ait aussitôt germé.

B. La voie littéraire

51À partir de cette leçon historique, la seconde voie dans laquelle s’engage le bey-professeur est plus clairement recentrée sur l’éducation des esprits au livre, en remplacement de celle des corps aux armes – dichotomie récurrente sous sa plume pour signifier la nouvelle époque qui s’ouvre devant les musulmans bosniaques : époque moderne du savoir, de l’intériorisation, de la vie civile.

1. Dans le sillage de la moderna (I)

  • 68 NSK, Fonds des manuscrits, R. 7134 b, Bašagić à la rédaction de Mladost, de Vienne le 16/03/1899.

52À son retour d’Autriche, la fibre littéraire vibre plus fort que la fibre politique tout d’abord, et notre bey viennois ne semble guère songer que l’affaire Omanović changera le cours de sa propre vie. Il veut faire imprimer un recueil de ses poèmes parus durant les quatre années passées, sans doute pour conclure cette nouvelle période de création, tout comme cela avait été l’intention des Prémices. En même temps que les poèmes, il désirait publier tous ses textes en prose, qu’ils eussent parus ou non en revue68. Le projet ne se réalisa pas, pour des raisons inconnues.

  • 69 Mirza Safvet, « Dojmovi », Nada 5 (1899), 20 (15/10), p. 312-313.

53Symboliquement, il ne parvient donc pas tout à fait à clore la période viennoise. Pendant que la contestation monte, il songe plutôt à réaffirmer et expliciter ses « impressions » littéraires : Firdavsi, Hafiz, Byron, Heine et Namık Kemal. L’Orient classique, l’Occident romantique – autant dire que Bašagić se replaçait à l’endroit exact où s’étaient situés les modernistes stambouliotes à la génération desquels appartenait son père69. Cette ambivalence reconduit sa position intermédiaire parmi les littérateurs croates : classique dans l’âme, mais militant pour un certain progressisme social. C’est d’ailleurs du côté moderne qu’une lettre le tirera bientôt. En effet, Dežman lui écrit avant décembre 1899 :

  • 70 Fatma Aliye hanım (1864-1936), fille d’Ahmed Djevdet Paşa, était l’une des femmes turques les mieux (...)
  • 71 IAS BS – 98, Milivoj Dežman à Bašagić, non datée [fin 1899].

Cher Bašaga,
Comme tu l’as appris par les journaux – si tu ne le savais pas auparavant – nous allons publier La Vie (Život). Nous comptons sur toi. J’espère que les liens ne sont pas rompus entre nous (…).
Sais-tu ce que je te demanderais bien ? Que tu sois avant tout notre critique de référence pour les littératures orientales. Surtout la turque, et ensuite la persane et l’arabe. Et cela, spécialement dans les grandes lignes du mouvement turc moderne, à commencer par Ahmed Midhat, Namık Kemal et Fatma Aliye hanım70. Si tu manques de temps, qu’on engage Mulabdić ou n’importe qui d’autre qui s’entende à ces matières. Je pense pour ma part qu’il n’y a pas mieux que toi – mais seulement si tu le désires. J’espère que tu regarderas sérieusement à nous éclairer sur la culture islamique et ainsi à nous rapprocher. Mon rêve est une grande revue balkanique, qui nous comprendrait tous71.

  • 72 Mirza Safvet, « Tevfik-i Fikret, moderni turski pjesnik », Život (1900-1901), II/1 (07/1900), p. 26 (...)

54Ce qui frappe, c’est que Dežman pût penser que les liens étaient coupés avec le bey. Que s’était-il passé ? Les péripéties agrémentant la vie des étudiants viennois ne laissent à ce sujet aucune précision. Le bey avait-il marqué quelque distance, pris une indépendance de classique ? On voit seulement que les deux jeunes hommes n’avaient plus aucun contact depuis que Život avait été projeté, c’est-à-dire le début 1899. Bašagić fut fidèle à son amitié et rédigea pour la revue un très long article, d’excellente facture, sur l’écrivain Tevfik Fikret (1867-1915), un membre de la génération « symboliste » turque72.

  • 73 Le divan d’Ahmet Nedim (1683-1730) comprend une trentaine de kasida, une centaine de gazels en turc (...)
  • 74 Kā’ānī, de son vrai nom Habīb Allāh (1808-1854), homme d’une très grande érudition et le premier de (...)

Fikret n’est ni cosmopolite, ni bouddhiste, ni symboliste, ni réaliste, ni idéaliste, ni rien de particulier, mais tout cela en même temps sous l’étiquette de poète et d’artiste. Dans ses poésies, Orient et Occident se rencontrent : Hafiz et Hugo, Nedim73 et Heine, Coppée et Kemal, Maeterlinck et Kaani74 – en d’autres termes, le moderne et le classique, bien évidemment sous le sceau transparent d’un fort caractère, qui du premier coup d’œil éblouit le lecteur.

55C’est peut-être dans cet article-ci que Bašagić montra le plus d’esprit et de connaissances générales de toute son œuvre, dressant constamment un parallèle entre Orient turc et Occident. Pied de nez au mouvement de contestation musulman ? C’est probable, car les chefs de celui-ci se distinguent par un conservatisme religieux à tout crin. Si cette biographie ne parut qu’en juillet 1900, elle n’en marque pas moins la dimension intrinsèquement politique que revêtit pour Bašagić chacun de ses gestes littéraires en Croatie à partir de la mi-1899, alors qu’auparavant cette dimension relevait davantage de l’accident.

2. Behar : préparatifs et intentions

  • 75 On gardera l’idée que l’intiative de Behar vint de Mulabdić et non de Hadžić, contrairement à ce qu (...)
  • 76 Rizvić, Behar, p. 13-19. Voir aussi (mais on n’y trouve rien de nouveau) Sarić, Mulabdić, p. 293-29 (...)

56Parallèlement à ces productions et à leur image s’échafaudait un projet de périodique littéraire musulman édité à Sarajevo. Dès 1898, Edhem Mulabdić avait eu l’idée d’une publication qui donnerait un aperçu de la création littéraire proprement bosno-musulmane, et créerait un lectorat musulman dans la province. Il était bien placé pour y songer, puisque cette année-là, il faisait partie des auteurs publiés par la Société littéraire croate. Empêché par les circonstances, il avait relancé l’idée en janvier 1899 en s’en ouvrant tout d’abord à Osman Nuri Hadžić, qui étudiait cette année-là le droit à Zagreb. Pourquoi Hadžić ? Parce que l’été précédent, en compagnie d’Ivan Milićević, celui-ci avait lancé Osvit à Mostar75. Hadžić avait donc l’expérience requise pour s’occuper d’un périodique. Dans sa réponse, il avait eu cette formule frappante : le projet de Mulabdić devait s’intéresser à « l’instruction et à l’avancement culturel de notre élément, en lien avec l’éducation morale de l’islam et inséparablement d’elle, en un mot – la foi et l’instruction. » Mulabdić et lui eurent très tôt l’intention d’en confier la rédaction à Bašagić, ce qu’ils lui confessèrent au milieu de 1899, à son retour de Vienne. Safvet-beg représentait en effet dans leur groupe la personnalité la plus en vue et la mieux connue du public, aussi bien par le patriotisme qui se dégageait de ses poésies, par les idées d’union entre Orient et Occident qui régissaient celles-ci, que par ses travaux historiques, qui avaient suscité l’admiration de tous. Le bey s’enthousiasma, mais il hésita longtemps avant d’accepter la responsabilité de la rédaction. D’après les quelques éléments dégagés plus haut, on comprend également qu’il n’eut pas une attitude des plus chaleureuses envers Hadžić, à la grande surprise de Mulabdić qui ignorait tout des intrigues croato-viennoises. Comme il ne connaissait pas la lettre de Defterdarović à Bašagić de janvier 1897, le critique littéraire Muhsin Rizvić en a été réduit à supposer – avec justesse – que cette réserve provenait des différences d’opinion ou de caractère des deux hommes : Hadžić, Croate jusqu’à la moelle, révolutionnaire dans sa critique de l’islam bosniaque, Bašagić quant à lui plus nuancé, bon patriote herzégovinien malgré sa croaticité, réformateur et progressif dans ses méthodes76.

57Une revue musulmane. L’idée fait son chemin durant l’été, en même temps que le mouvement contestataire prend de l’ampleur. Il est probable que pendant cette période estivale eut lieu une rencontre publique de quelque importance autour des jeunes gens, alors que sont organisés, simultanément, des meetings politiques pour remettre à plat la présence des Austro-Hongrois dans les institutions spécifiquement musulmanes du pays. Ces manifestations sont parallèles ; cependant, en septembre, un rapport de l’administration austro-hongroise établit un lien entre elles. Le baron Benko, autorité principale du cercle (Kreisbehörde) de Bihać, a intercepté une lettre où est exposé le projet d’une revue qui émane de musulmans réunis à Sarajevo. D’après la lettre, le groupe des initiateurs est entre autres composé de beys de Travnik, par ailleurs connus pour avoir été les figures les plus marquantes de la contestation. Y seraient également partie prenante Derviš Bey Biščević-Prisilica et Hašim-beg Badnjević-Pašalić. Biščević est, selon Benko, un grand propriétaire de Bihać fauché et prêt aux aventures les plus incertaines ; quant à Badnjević, fonctionnaire en 1899, nous l’avons déjà rencontré : c’était ce musulman qui, tout en se montrant sympathique à l’idée croate, s’était rétracté de la déclaration publique de 1894. Pour Benko, qui se prévaut d’autres indicateurs sans les citer, ce projet de journal trouve sa source dans « la jeune intelligentsia musulmane », menée par Safvet-beg Bašagić ; pour propager l’idée, celui-ci est secondé tout particulièrement par Ibrahim-beg Defterdarović, alors fonctionnaire à Derventa, ainsi que Hamdi-beg Džinić, lui aussi fonctionnaire (alors à Banja Luka).

  • 77 ABiH LR Präs, 1899/2935, rapport de Benko daté du 27. IX. 1899. Ces documents permettent de souleve (...)

58Dans cette lettre, datée du 16 septembre, il est indiqué que le journal devait être islamique, dirait la « gloire de nos ancêtres et de la fière Bosnie » et chasserait la croaticité comme la serbicité de Bosnie-Herzégovine. Le financement se ferait par actions, acquises à raison de 5 forints mensuels ou 60 forints d’un coup pour l’année. Benko pensait qu’il était inutile de s’inquiéter de ce projet, malgré son apparente parenté avec le mouvement contestataire : les musulmans un peu nantis se montraient peu enclins à financer ce genre de choses ; on n’avait affaire ici qu’à une pure fantasmagorie de jeunes gens sans expérience, qui s’effondrerait d’elle-même77.

  • 78 Il a été effectivement question de lancer un journal musulman à la réunion de septembre à Sarajevo, (...)
  • 79 « Prvi bosanski muhamedanac moderni književnik », Osvit 2 (1899), 61 (29/07), p. 6 (revue d’un arti (...)
  • 80 Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 279.
  • 81 Il terminera le 20 décembre 1899 – voir « Osman Hadžić », Osvit 2 (1899), 104 (30/12), p. 4.

59Il semble à première lecture étonnant que le nom de Bašagić soit attaché à ce journal : il n’apparaît nulle part ailleurs qu’il ait eu une quelconque sympathie, en 1899, pour le mouvement contestataire qui se formait. En revanche, le dessein culturel et national formulé par Badnjević dans la lettre emprunte des expressions similaires aux grands leitmotiv de la pensée bašagićienne. Face à ce paradoxe, l’explication la plus probable est la suivante : le groupe des contestataires, réuni à Sarajevo du 11 au 16 septembre, avait certainement dû entendre parler du projet de Bašagić et de ses amis ; ils auraient lancé un contre-projet, afin de faire concurrence à des hommes dont les opinions divergeaient nettement des leurs, notamment sur la question nationale78. En effet, l’entourage de Bašagić est quasi exclusivement composé de croatophiles (comme le montre leur adhésion à la Société littéraire croate) ; ils se montrent en public, se retrouvant au café Pratschke (plus tard appelé Central) : notre bey mène la discussion avec Mulabdić – célébrité en Croatie voire au-delà, puisqu’il connaît un petit retentissement dans une feuille croato-slovène publiée à Vienne en langue allemande79 – Hajdar Fazlagić, Ibrahim Topić (alors fonctionnaire au vakf), Salih Alićehić (proviseur de rüşdiye à Sarajevo), parfois aussi Adem-aga Mešić, ou encore Hilmi Muhibić – qui se joignait à eux bien qu’il appartînt à la génération littéraire qui les avait précédés80. Osman Nuri Hadžić fait parfois le voyage depuis Zagreb, où il terminera ses études de droit fin décembre81, et se joint alors à eux.

  • 82 « Napredna muslomanska stranka u Bosni i Hercegovini », Osvit 2 (1899), 92 (15/11), p. 4-5.

60Qu’en septembre, l’opinion sût déjà quelque chose de ce projet de journal est ainsi bien plausible, parce que le groupe se distingue nettement dans la vie publique sarajévienne ; Osvit de Mostar se fait l’écho de cette notoriété quelque deux mois plus tard82. Il est donc probable que la lettre de Badnjević fasse allusion à un contre-projet destiné à unifier l’opinion musulmane derrière les contestataires.

61Autour de Bašagić, Mulabdić et Hadžić, si l’on conçoit que le journal doive être patriotique, on met surtout en avant les problèmes d’actualité : léthargie dans laquelle est plongée la population musulmane, sursaut nécessaire chez les jeunes, nouveautés apportées par le monde moderne qui nuisent à la famille musulmane. Il faut développer les moyens de persuasion idoines auprès de la population pour que les parents envoient leurs enfants à l’école « européenne » et que les jeunes apprennent les métiers de la vie moderne, qu’ils aient des lectures de qualité, car force est de constater l’indifférence des vieilles générations envers l’instruction et la scolarisation. Cette indolence est habilement déguisée sous des prétextes qu’on juge fallacieux, tels la sauvegarde de la religion islamique, que l’école allemande ferait apostasier aux jeunes Bosniaques.

  • 83 Mulabdić, « Moje uspomene », p. 292.

62À Dolac, la villégiature des Bašagić, le Bey et Moustache (Brko) – comme on surnommait Mulabdić – mûrirent ces réflexions dans le courant de l’hiver. Ils s’accordèrent d’abord sur un point jugé essentiel : que le chef de famille puisse donner à lire sans crainte le journal à ses enfants et que ceux-ci y trouvent articles instructifs et détente constructive83. Au Pratschke, ces idées se développèrent : on convint de créer un journal qui réunît autour de lui tout le gratin laïc et religieux. Des spécialistes traduiraient versets et traditions coraniques qui montreraient la nécessité de l’instruction, de la scolarisation et de l’adaptation aux nouvelles conditions de vie ; on désirait également offrir de la lecture aux femmes, qui les servît au lieu de les corrompre. Et surtout, il fallait qu’on offrît à la jeunesse la possibilité de travailler dans le domaine littéraire.

  • 84 Sur tout ce qui précède, voir Rizvić, Behar, p. 18-21, ainsi qu’un article que Rizvić ignore : X. Y (...)

63En février eut lieu une rencontre publique dans les locaux de l’administration centrale des vakfs, à Bendbaša. Le lieu est symbolique, car la plupart des invités y travaillaient, ce qui indique bien que le journal se séparait nettement du mouvement de contestation, lequel remettait en cause non seulement la Commission, mais les personnes qui s’y trouvaient employées. La réunion avait pour but d’obtenir l’approbation définitive de tous, alors que les préparatifs touchaient à leur fin. L’ambiance est à l’exaltation, et chacun y va de son petit commentaire, de sa remarque, de sa proposition ; Adem-aga Mešić promet qu’il couvrira tous les frais de la revue pour sa première année, n’y eût-il aucun souscripteur ; Bašagić annonce qu’il accepte définitivement le poste de rédacteur ; on adopte le nom de la revue, Behar – c’est-à-dire « fleur de printemps », un turcisme dont le symbolisme fait signe vers le renouveau de l’identité bosno-musulmane ; elle sortira deux fois par mois ; Hadžić promet de rédiger un article pour chacun des vingt-quatre premiers numéros, etc. ; et l’on se sépare à une heure tardive de la nuit84.

  • 85 Cette demande est retranscrite par Rizvić (Behar, p. 22) avec quelques fautes d’orthographe : dans (...)

64Le lendemain 14 février, Mešić et Bašagić, le premier en tant que propriétaire, le second comme rédacteur, rédigent une demande de concession au gouvernement territorial85. Comme toutes ces péripéties sont bien connues des lecteurs de Muhsin Rizvić, on ne retiendra ici que les éléments qui intéressent de plus près Bašagić et ceux qui peuvent faire l’objet de nouveaux éclairages.

  • 86 Mulabdić, « Moje uspomene », p. 292.

65La première chose à relever – ce que ne fait point Rizvić – c’est que dans la demande, Mešić et Bašagić annoncent comme collaborateurs Mulabdić et le couple Osman-Aziz, c’est-à-dire, précisent-ils, Osman Nuri Hadžić et Ivan Milićević. On n’avait pas encore tout à fait décidé, le 14 février, que les non-musulmans seraient exclus de la revue ; on en arrivera à cette extrémité dans les deux mois qui suivront puisque, finalement, le programme public de la revue indiquera que les collaborateurs se recruteraient exclusivement dans les rangs de la communauté musulmane. Cette décision aura été prise, au grand regret des initiateurs, sous la pression des circonstances, alors que la contestation se radicalise durant l’hiver 1900 et que la vindicte musulmane contre les catholiques éclate chaque jour davantage86.

66La demande réceptionnée, Appel la fit suivre le jour même à Vienne en l’accompagnant de courts commentaires sur les deux hommes. Selon lui, Mešić était un homme intelligent, aux vues libérales et progressistes ; quant à Bašagić,

  • 87 ABiH LR Präs, 1900/480, du 19. II. 1900 ; ABiH GMF Präs, 1900/210, Appel à Kállay le 26. II. 1900 ( (...)

son activité littéraire et la façon qu’il a eue de se comporter jusqu’à maintenant offrent suffisamment de garanties pour assurer que la ligne de Behar se fera selon ce qui est programmé, et que cette entreprise sera une réussite du point de vue journalistique.
Fils du président de la Commission des vakfs, Bašagić possède une formation universitaire et fait incontestablement partie des écrivains les plus lus et les plus importants de la jeune génération des musulmans locaux87.

  • 88 La Bosnie-Herzégovine à l’Exposition internationale universelle, p. 52.

67L’avis était favorable. D’ailleurs, le groupe jouissait des faveurs et du soutien des autorités, à tel point que Bašagić, Hadžić, Mulabdić et Riza-beg Kapetanović – entre autres – seraient présentés avec chaleur dans le petit catalogue du pavillon bosniaque que Kállay avait fait dresser à l’Exposition universelle de 1900 ; on y rendait particulièrement hommage à notre bey88.

  • 89 Article paru dans Asr (Salonique), repris par l’İkdam (Istanbul) du 18/11/1899, traduit en allemand (...)
  • 90 ABiH LR Präs, 1900/630, du 26. II. 1900.

68Dans les circonstances d’alors, ce qui plaisait particulièrement à Appel, c’était que le projet exclût toute politique. De la part des promoteurs de Behar, ce n’est guère étonnant puisqu’une certaine part d’entre eux (Mulabdić notamment) appartenait au fonctionnariat et, comme telle, avait un devoir de réserve vis-à-vis de la politique gouvernementale. À partir de là, un point déjà commenté par Muhsin Rizvić est à réinterpréter. Le gouverneur crut d’abord que Behar sortirait en langue turco-ottomane, et le projet fut accepté comme tel par Kállay qui renvoya son autorisation le 26 février – puis l’accepta définitivement le 4 mars. Il faut donc croire que les Austro-Hongrois n’y voyaient aucun inconvénient. D’ailleurs, le turco-ottoman ne connaissait guère de développement après vingt ans d’occupation austro-hongroise : le repli identitaire ne se fit guère en direction d’Istanbul. Au contraire, les observateurs ottomans extérieurs à la communauté indiquaient que celle-ci inclinait davantage à l’adoption de l’allemand comme langue véhiculaire89. Les autorités austro-hongroises pouvaient donc dormir sur leurs deux oreilles : que le journal fût rédigé dans la langue de Namık Kemal ou non, cela n’aurait pas, pour l’instant, de graves conséquences. De fait, Appel s’aperçut rapidement de son erreur : Bašagić et Mešić avaient bien l’intention de publier en bosniaque. Mais aucune nouvelle procédure en direction du ministère ne fut entamée ; de plus, on autorisa les deux hommes à insérer une chronique politique et locale dans les colonnes de leur revue, avec bien sûr cette réserve – qui s’appliquait alors à toute la presse – que chaque numéro serait envoyé à la censure un jour avant sa sortie90.

  • 91 IAS BS – 79, Bahtiarević à Bašagić, de Cazin le 2. IV. 1900. Bahtiarević était un ami intime d’Ibra (...)

69Bašagić démarcha les autorités morales de la communauté musulmane pour s’assurer de leur collaboration, ce que promirent Azabagić et Šarac. Le bey est aux anges ; dès qu’il rencontre un de ses amis, celui-ci l’assure qu’il a commencé à écrire un article pour la revue, qu’il est en train de réunir ses notes, etc. : l’entreprise s’annonce comme un franc succès, et semble prouver qu’il existe une intelligentsia musulmane, au grand dam des autres communautés religieuses. Fin mars, il écrit une lettre circulaire à tous ceux qui, dans la province, sont susceptibles de pouvoir écrire quelque chose, par exemple des traductions tirées du turco-ottoman ; pour présenter le projet, il en souligne notamment la vocation « à la frontière de l’Orient et de l’Occident91 ».

  • 92 X. Y. [Ivan Milićević ?], « “Behar”. Pismo iz Sarajeva », Hrvatsko pravo 5 (1900), 1470 (mardi 2 se (...)
  • 93 Milićević, « Oživljavanje », p. 101.

70Il est comme inévitable qu’au jour où il fallut donner à l’imprimeur le manuscrit du premier numéro, en dehors des trois principaux rédacteurs, on comptât sur les doigts de la main ceux qui avaient écrit quelque chose : Azabagić, Kulović, Sadik Ugljen et Hajdar Fazlagić – c’est-à-dire aucun de ceux qui avaient participé à la conférence de février, lesquels s’excusèrent en prétendant, l’un, des rhumatismes à la main, l’autre rester indécis quant à ce qu’il pouvait donner à lire, un troisième avouant n’avoir rien fait92. Cette défection est certainement à imputer, en bonne partie, au durcissement du mouvement de contestation, qui s’est trouvé définitivement un chef en la personne d’Ali Džabić (1853-1918), moufti de Mostar. En effet, les esprits se radicalisent et l’on vomit les tièdes (mehkiš)93.

71L’éditorial du premier numéro était un article d’intention à trois mains (Mulabdić, Hadžić, Bašagić) où était dressé un programme idéologique auquel se conformera la rédaction de la revue durant l’année que le bey passera à la tête de celle-ci.

72Le premier Behar sortit le 1er mai, qui coïncidait cette année-là avec le premier muharem, le Jour de l’An musulman. Date printanière qui répondait au nom même de la revue, début d’année et début de vie, début de siècle et entrée de la population musulmane dans la modernité, tout concourait à donner au numéro initial une signification profondément symbolique. C’est ainsi d’ailleurs qu’il faut lire l’éditorial : tout à la fois programmatique et idéologique. L’article débutait par la citation d’un hadith où Mahomet adjurait les musulmans de s’instruire. Les auteurs présentaient ainsi la science comme une pierre de touche de la foi. Attendu que le savoir était avant tout religieux mais également profane, il était essentiel de tenir « spirituellement et matériellement » son rang parmi les peuples grâce à une plus grande instruction séculière. L’école et la famille étaient les deux foyers universels de l’éducation humaine sur tous les plans ; mais les nouveaux temps demandaient plus d’instruction, et on se devait de développer actuellement une instruction publique, par la littérature et la presse, pour le bien de la société.

  • 94 El-Bokhârî, L’authentique Tradition musulmane, p. 16.

73Behar affichait ainsi des intentions conformes au désir immédiat de la population, majoritairement engagée dans la contestation : il fallait une instruction plus solide afin de renforcer l’islam bosniaque. Cependant, les moyens préconisés étaient diamétralement opposés d’un côté et de l’autre : ici on poussait à la sécularisation, alors que le mouvement pour l’autonomie de l’instruction et des vakfs tendait au contraire, en 1900, à une « oulémisation » du pouvoir communautaire. Pour les éditorialistes de Behar, le but cultivé était la foi et l’instruction ; on pourrait dire que celui des contestataires était l’instruction religieuse. Ce distinguo était masqué par une rhétorique tout à fait au point, par laquelle le trio se défendait de rien sacrifier à l’esprit d’innovation – on sait que les milieux conservateurs leur en faisaient le reproche, et dans le monde islamique ce chef d’accusation a toujours été de première importance dans la condamnation de certaines déviances religieuses94. Pour pommader les lecteurs, c’était tout d’abord le programme religieux qui était développé, touchant à la culture et au droit islamiques. Les conceptions littéraires de la rédaction étaient ensuite exposées :

  • 95 Uredništvo i uprava « Behara », « Našim čitateljima i suradnicima », Behar 1 (1900-1901), 1 (01/05) (...)

En règle générale, la lecture des articles récréatifs est très agréable, et on peut aussi y exposer des pensées instructives. Un beau poème élève, il enthousiasme, ennoblit. Mais alors que la poésie est contrainte par sa forme et par les règles sévères de la poétique, la prose laisse les mains libres. Le bon narrateur nous raconte des événements soit véritables, soit imaginés – mais il est possible [alors] que tout se soit passé ainsi qu’il est conté jusque dans les moindres détails. Tout cela nous transporte, s’empare de nous ; de plus, chaque événement, cela se comprend, porte en soi une expérience qui a instruit celui qui l’a vécue, qui en a peut-être souffert, etc. Et nous, nous faisons pour ainsi dire nôtre cette expérience, tout simplement et sans frais. Une belle histoire, un roman ont en outre pour devoir de montrer aux mauvais leurs vices tels qu’ils sont, et de louer les vertueux. Par ces deux simples traits, les lecteurs reviennent dans le droit chemin. D’un autre côté, chaque peuple aime son passé, ses souvenirs de guerre, etc., et on est tout à fait en droit d’attendre de nous que Behar donne sa place à de telles contributions. Ces événements, qui recèlent eux aussi un certain enseignement, peuvent être présentés sous forme théâtrale95.

  • 96 Ibid., p. 1-3.

74Dans cette lignée, on se proposait de recueillir l’héritage des ancêtres sous la forme des créations populaires : poésies, contes, dictons, devinettes. La définition de l’identité nationale s’appuyait sur une relation intime au passé historique, notamment les faits guerriers : deux éléments que Bašagić avait développés dans sa Brève introduction et que le lectorat de Behar allait lire dans le texte dramatique d’Abdullah Paşa. La revue voulait également assumer un rôle fédérateur : Behar se proposait d’être le lieu de réunion de tous ceux qui voudraient bien faire profiter leurs coreligionnaires de leur esprit. La rédaction finissait en encourageant ses lecteurs à écrire et envoyer leurs compositions pour publication96.

75Ce programme « séculier » n’avait rien d’extraordinairement novateur à l’aune des bouleversements idéologiques qui avaient cours en Autriche-Hongrie et dans les autres pays européens ; Bašagić n’en avait pour ainsi dire rien retenu, sinon l’idée que les « laïcs » (le mot n’était pas employé dans l’éditorial mais l’avait été auparavant) avaient le droit de participer à l’édification religieuse de la communauté en la moralisant. Encore faut-il probablement chercher l’origine de cette idée davantage du côté d’Istanbul et de son père que de son séjour viennois.

3. Behar : une année à la rédaction

76Le rôle que Bašagić eut à la rédaction durant la première année de Behar a déjà été dûment analysé par Muhsin Rizvić, et il serait à peu près inutile de rajouter quoi que ce soit. Nous reprendrons cependant les grandes lignes de son exposé pour en réinterpréter quelques idées. Rizvić pense que Bašagić imprima sa marque personnelle à la première année de la revue. Ce constat relève d’un a priori qu’explique la profonde sympathie intellectuelle que cultivait Rizvić à l’endroit du bey. Il interprète donc les quatre années suivantes – durant lesquelles ce fut Mulabdić qui prit les rênes de la rédaction – comme une continuité de l’année Bašagić. L’idée est contestable, et il est plus cohérent de penser que la revue reçut dès l’abord son orientation du couple Bašagić-Mulabdić (on verra un peu plus bas que Hadžić les suivait de loin et d’un œil critique). Tout d’abord, il est artificiel de différencier fondamentalement la première année de celles qui la suivent : le ton est à peu près partout le même, les rubriques restent inchangées, la qualité des contributions ne se détériore pas – même si en 1901-1902, par exemple, celles de Bašagić font totalement défaut. De plus, une ligne rédactionnelle particulière implique qu’une sélection soit opérée dans les travaux reçus. Or, l’on sait bien que ces premières années (et notamment la première), il n’y eut que très peu de collaborateurs à la revue : l’immense majorité des textes furent écrits par le trio initiateur. Le journal est donc une œuvre commune de ce petit groupe : il n’est pas certain que Bašagić ait eu un pouvoir décisionnel sur les contributions de ses plus proches collaborateurs, et il serait plus absurde encore que ceux-ci aient été justiciables par le rédacteur.

77On rajoutera aux analyses de Rizvić un autre point. Behar reprenait un des débats qui agitait les nationalismes sud-slaves en gestation : la question du peuple et de ses élites (en l’occurrence intellectuelles). La construction nationale, assurée par l’intelligentsia, embrassait l’ensemble du corps populaire ; l’orientation moderniste des intellectuels ne devait pas le corrompre. On donnera tout de suite un exemple de ces préoccupations telles que le bey se les formulait, en citant une lettre bien connue qu’il envoya en 1900 à Ajni Bušatlić (1872-1946), un jeune juriste promis à un bel avenir :

  • 97 Bušatlić, « Jedno Safvetbegovo pismo », p. 311. Bušatlić indique bien que la langue de Bašagić sonn (...)

Essaye d’écrire toi aussi quelque chose de beau, mais veille bien à ce que cela soit le plus populaire possible, parce que toutes les expressions étrangères, qui sont entrées dans notre langue par les écoles allemandes, choquent tout de suite ceux qui aiment la pureté de la langue, et particulièrement nos gens. Si tu écris quelque chose, veille bien à écrire populaire, fruste, simple, comme le peuple parle et comprend, et alors tu auras écrit de la meilleure façon97.

  • 98 Radić, « Izvješće urednika akademijskoga » Zbornika « », [pagination perdue].
  • 99 Sur cette question en général, voir Michel, Nations et nationalismes, p. 95-97.

78La contamination de la langue populaire par des germanismes a été relevée à cette même époque par d’autres musulmans98 ; on en trouve même dans la Brève introduction (ex. : « u oktoberu » au lieu de « u oktobru », p. 130), même si ces fautes incombent probablement davantage à l’ouvrier typographe qu’à Bašagić. La réalité menaçante de la germanisation cachait celle, plus dangereuse encore pour la cohésion nationale, du cloisonnement entre peuple et élites intellectuelles. Dans cette optique, au-delà des efforts linguistiques, le projet de Behar repose pour une bonne part sur une entreprise de vulgarisation du savoir, et notamment des connaissances critiques concernant l’islam (histoire, droit, sociologie, littérature). Les fondateurs de la revue rejoignaient les soucis auxquels était confronté un bon nombre de publicistes musulmans vivant en terre d’islam (qu’on songe notamment à l’Empire ottoman et aux États nouvellement créés à partir de ses anciennes régions), aussi bien que les efforts fournis par les groupes nationalistes centre-européens99.

  • 100 Mulabdić, « Među “Beharima” », p. 295.
  • 101 Mulabdić, « “Behar” », p. 107. Mustafa Imamović (Pravni položaj, 1976, p. 177) indique que le tirag (...)
  • 102 Rizvić, Behar, p. 41.
  • 103 Mulabdić, « Moje uspomene », p. 292.
  • 104 Spaho, « Uspomene iz prve godine “Behara” », p. 282.
  • 105 Čaušević, « Merhum dr. Safvetbeg Bašagić », p. 270.
  • 106 IAS BS – 120, de Karađuzović à Bašagić, de Bar le 9. IX. 1900.
  • 107 IAS BS – 177, lettre en turco-ottoman de Salih Rahman, sans lieu ni date, adressée à la « Rédaction (...)
  • 108 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362.

79Réussirent-ils cette entreprise de vulgarisation ? Ils en prirent les moyens particuliers auprès des jeunes, baissant la souscription de dix à six couronnes pour les étudiants – ceux de Vienne furent d’ailleurs de fidèles lecteurs de la revue100. Après la sortie du premier numéro, le nombre des souscriptions augmenta aussitôt avec les demandes d’une plus fréquente périodicité ; durant cette année-là, le tirage atteint 1 000 exemplaires et tous les frais de rédaction et d’impression furent couverts101. Certes, les esprits forts trouvèrent encore à redire : les anciens déplorèrent l’absence d’une poésie dédicatoire au sultan dans ce numéro d’ouverture, et les oulémas chicaniers reprochèrent à l’illustration du frontispice, où était calligraphié le nom de la revue en turco-ottoman, d’être par trop petite102. Mais même si les lecteurs ne s’improvisèrent guère poètes ou critiques, la collaboration fut estimée satisfaisante proportionnellement aux possibilités culturelles de la communauté103. Succès lourd de signification pour l’avenir politique et religieux du pays, Bašagić fut à l’origine de la vocation de publiciste de Fehim Spaho (1877-1942)104, futur reis (chef suprême des musulmans de Bosnie-Herzégovine) dans l’entre-deux guerres ; un peu plus tard, son charisme parvint également à gagner l’enthousiasme d’un autre futur reis et réformateur d’importance, Mehmed Džemaluddin Čaušević (1870-1938) : rentré à l’hiver 1901 du Moyen-Orient à Sarajevo, Čaušević entra en contact avec le petit groupe et se mit à lire de la littérature en bosniaque, et non plus seulement en ottoman ou en arabe105. Bašagić n’hésitait pas à contacter des plumes en-dehors de la province : ainsi ce Murtez Karađuzović, habitant Bar (Monténégro), qui propose de traduire une courte nouvelle (laquelle ne paraîtra pas, pour des raisons inconnues)106. Et pour diversifier la production, et se gagner un lectorat qui se replie sur son identité musulmane, voire ottomane, le rédacteur prend contact avec des journalistes et imprimeurs-éditeurs de l’Empire ottoman afin qu’on lui envoie des livres touchant l’histoire et la politique internationale contemporaine107. D’autre part, les réactions du lectorat furent souvent enthousiastes, comme celle de la mère de Bašagić elle-même : son fils cadet Tevfik-beg devait, dès que sortait un numéro, lui lire le feuilleton des Dialogues (une traduction tirée de l’écrivain ottoman Fatma Aliye hanım) ; elle attendait l’épisode suivant avec la plus grande impatience. Souvent, elle pointait du doigt la page et criait, hors d’elle-même : « Mudkim, voilà Fadila ! », comme si elle regardait ces personnages en portrait ; et il fallait lui relire à plusieurs reprises le même passage108.

  • 109 Spaho, « Uspomene iz prve godine “Behara” », p. 282.

80Cependant, qu’on se garde de croire qu’un quelconque mouvement fut suscité. Une anecdote illustrera mieux que de simples formules les aléas de la rédaction et ce qu’ils reflètent de l’activité publiciste provoquée par la revue. Pour le dernier numéro de l’année, en avril 1901, il arriva en effet qu’il n’y eut rien à publier, car non seulement personne n’avait rien envoyé, ni la rédaction rien écrit (particulièrement Hadžić, malgré ses engagements), mais qui plus est les réserves de manuscrits s’étaient épuisées. Fait étrange, personne ne parvint à se libérer pour venir en aide à Bašagić, qui s’attela courageusement à la tâche afin de remplir le numéro comme à l’accoutumée. Pour que le fait passât inaperçu parmi le public le plus large, il signa de différents pseudonymes chacun de ses articles. Seuls deux textes n’étaient pas de sa plume ; même les morceaux tirés de l’imagination populaire étaient pour une bonne part extraits de ses archives personnelles. Il rappelait souvent comme la rédaction de ce numéro l’avait énormément fatigué : pensant que tout était enfin prêt, on lui fit savoir de l’imprimerie qu’il manquait encore trois pages à remplir. Il y alla mesurer le métrage de la revue : « Si je ne m’en étais pas assuré de mes propres yeux, je n’aurais jamais cru qu’un seul numéro de Behar pût engloutir autant de manuscrits109 ! »

  • 110 Safvet-beg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret », p. 212.
  • 111 Alija Nametak, « Dr. Safvet-beg Bašagić. 6. V. 1870 - 6. V. 1930 », p. 323.
  • 112 Bušatlić, « Jedno Safvetbegovo pismo », p. 311.

81En réalité, tout reposait sur les épaules du trio initiateur, tout particulièrement Bašagić et Mulabdić. Dans les petits bureaux de ce qui deviendrait plus tard le 20, allée du voïvode Stepo, le long de la Miljacka, on se réunissait deux à trois fois par semaine110. Les réunions se faisaient la majeure partie du temps en comité restreint : un groupuscule constitué par les trois hommes auquel se joignait Spaho ; Bašagić devait réviser tout seul presque chaque article choisi pour la parution111. On le voit, dans sa lettre à Bušatlić, s’excuser de n’avoir pas pu répondre plus rapidement, en raison des travaux innombrables qui l’accaparaient112.

4. Une pièce de théâtre

  • 113 Sur le contexte général de l’art dramatique en Bosnie-Herzégovine durant la période austro-hongrois (...)

82Bašagić fit paraître un nombre considérable de textes dans Behar ; beaucoup d’entre eux avaient déjà paru auparavant dans des revues croates et, ce qui montre assez la continuité de ses intentions, il n’a pas jugé bon de les retoucher un tant soit peu. Les autres se situaient dans l’exact prolongement de la période précédente. Ils répondent globalement à l’impératif d’une esthétique située à la croisée de l’Orient et de l’Occident, et donc à la définition d’une psyché nationale propre. Nous allons d’abord en examiner un qui prouve la continuité moderniste et nationaliste de sa production : une pièce de théâtre, grande innovation pour le public bosno-musulman113.

  • 114 Hadžiosmanović, « Prisustvo folklornog teatra Karagöz », p. 553. Certains auteurs affirment que Kar (...)
  • 115 Namık Kemal, « Sirota [sic] dijete. Preveo s osmanlijskog H. B. », Bošnjak 1 (1891), n° 8-13. Le dr (...)
  • 116 C’est ce que l’on comprend finalement à la lecture de Josip Lešić, malgré ses contradictions (Pozor (...)

83Certaine formes de spectacle théâtral ont existé dans l’empire ottoman : la plus connue d’entre elles est le théâtre d’ombre appelé Karagöz, du nom de son héros principal (tout comme le Guignol). Le théâtre de Karagöz n’a pour ainsi dire pas vécu sur le territoire bosno-herzégovinien : en 1870, lorsqu’il est pour la première fois mentionné à Sarajevo, il est conspué par les modernistes comme par les traditionalistes114. Et en dépit des nombreuses troupes ambulantes étrangères qui parcoururent la province dès avant 1878, l’apparition de pièces dramatiques sur la scène littéraire bosno-musulmane se fit avec Hilmi Muhibić en 1891 seulement, lorsqu’il publia dans Bošnjak la traduction d’un drame turc écrit par Namık Kemal, aux accents romantiques prononcés115. Ce fut la première pièce d’un auteur musulman (et ottoman) à être représentée en Bosnie-Herzégovine, au début de l’année 1900 (avant le lancement de Behar)116. Bašagić lui-même avait fait paraître en juin 1894 dans Vienac de Zagreb un embryon de pièce sous le titre d’Ali Paşa, cependant plus proche du dialogue lyrique que d’un texte destiné à la scène.

  • 117 Bayza, « Jedan strani glas », p. 2-3.
  • 118 IAS BS – 111, de Hörmann à Bašagić, Sarajevo le 20. XI. 1898.

84Ce fut notre homme qui décocherait le privilège d’être le premier dramaturge bosno-musulman. Durant son séjour à Vienne, Bašagić se rend à divers spectacles et variétés qui s’y donnent ; un de ses amis affirme qu’il fréquente aussi les théâtres – pour tout aussitôt ajouter que ses deux grandes pièces, Abdullah Paşa et La Bataille d’Özü (Očakov), ne doivent rien à l’art dramatique de la capitale autrichienne117. Si l’esthétique des deux pièces ne s’en inspire guère, en effet, il faut pourtant croire que ce sont ces fréquentations qui en stimulèrent l’écriture : c’est à Vienne qu’Abdullah Paşa fut conçu et que le bey commença à l’écrire. La première trace s’en trouve dans une lettre que Kosta Hörmann lui envoya là-bas en novembre 1898, en réponse à un envoi du 15 du même mois. Hörmann s’y réjouissait d’apprendre que le bey pensait bientôt achever sa tragédie et lui promettait, si elle était réussie, de la porter sur les planches du théâtre de Sarajevo ou sur celles de Zagreb118. Elle fut achevée avant mai 1899, puisque à cette date Safvet-beg adressait à la rédaction de Nada cette courte appréciation sur sa pièce, un peu après l’y avoir envoyée :

  • 119 Zaplata, « Silvije S. Kranjčević o Safvetbegu Bašagiću », p. 312 ; Alija Nametak, « Safvetbeg Bašag (...)

(...) je vous prie très respectueusement d’accepter dans Nada le drame que je vous ai dernièrement envoyé. Si l’on prend en compte que c’est là mon premier essai en matière de théâtre, on passera sur toutes ses insuffisances et on ne m’en tiendra pas rigueur. Les grands poètes eux-mêmes en leurs débuts ne créèrent pas des pièces irréprochables du point de vue des règles théâtrales119.

85Kranjčević ne publia pas l’envoi du bey avant mai 1900, lorsqu’il parut dans les pages de Behar ; on doute qu’il eût paru dans Nada, après une année ou presque d’attente. Le poète croate le lui rendit lorsque le nouveau rédacteur en chef de Behar chercha à rentrer en sa possession, alors qu’on manquait de contributions pour le numéro de lancement.

  • 120 Les faits historiques sont rapportés par Kreševljaković dans « Abdulah paša », p. 6.

86Abdullah Paşa parut donc en feuilleton dans Behar, et la pièce reste attachée à cette période créatrice de Bašagić. Elle mettait en scène un personnage historique, le vizir bosniaque Abdullah Paşa (1722-1785)120, en proie aux manigances d’Istanbul : à l’insu du sultan, un grand vizir félon avait vendu, à des fins personnelles, les sandjaks de Krka et Klis (territoires auparavant dalmates) à la République de Venise. L’intrigue s’inscrivait dans le refus du vizir bosniaque, qui préférait s’empoisonner plutôt que céder ces territoires, et dans la soif de justice qui animaient les Bosniaques, allant porter eux-mêmes leurs doléances auprès du sultan.

  • 121 L’une des reformulations intelligentes des présupposés nationalistes de la pièce se trouve chez Wol (...)

87Au-delà de son esthétique romantique et d’un goût prononcé pour le pathétique facile, il faut surtout retenir de la pièce qu’elle opérait une relecture symbolique de l’histoire bosniaque autour de la phrase d’Abdullah Paşa : « Je donne ma tête, mais je ne donnerai pas une pierre » (Baş verurum, bir taş vermem). La patrie plutôt que la vie. Anti-bosniaque que la volonté du grand vizir, en contraste avec l’attitude affectueuse et compréhensive du sultan. Ce qui nuisait à la province, c’était la corruption et la déchéance du ministre, nullement celles de la tête. Les Bosniaques avaient eu raison de ne pas se soumettre aux commandements impériaux, puisqu’ils n’émanaient pas immédiatement du sultan, mais de ses subordonnés, enclins à la tromperie et au meurtre. Bašagić exprimait tout à la fois une profonde déception face à la politique d’Istanbul et une grande confiance en la personne du sultan. Du malheur du peuple sont responsables les Grands, et non la tête de l’État ; la réforme passera uniquement par la modification du mode de gouvernement. Bašagić préservait donc le système des symboles auxquels étaient habitués les musulmans ses compatriotes. Cette conviction personnelle de l’auteur venait ainsi s’inscrire avec bonheur dans le cadre du mouvement pour l’autonomie des vakfs et de l’instruction : pour plaire à son public, Bašagić devait faire allégeance au sultan comme les contestataires le faisaient eux-mêmes par opposition au gouvernement austro-hongrois. Plus encore, Bašagić se rapprochait d’eux par une mise en scène allégorique du traité de Berlin à travers l’intrigue : Abdullah Paşa refusait de céder des territoires bosniaques au pouvoir vénitien. On n’y entendait pas d’appel direct à la révolte, mais la fierté des musulmans bosno-herzégoviniens s’y exprimait en des accents épico-lyriques121.

88Si la Brève introduction avait représenté une avancée dans la mise en forme historique de la nation bosniaque, Abdullah Paşa en consacrait l’expression lyrique. Dans l’ouvrage d’histoire, les derniers mots du vizir bosniaque étaient rapportés sur la foi de la tradition orale, mais sans aucun commentaire ; qui plus est, le personnage du grand vizir n’y apparaissait point, ce qui faisait de cet empoisonnement consenti une simple anecdote dans la série d’événements que Bašagić avait couchés sur papier dans sa chronique. La forme théâtrale, elle, répondait à sa vocation littéraire : elle symbolisait l’événement pour lui donner valeur d’exemple par rapport à l’idée de l’autonomie provinciale au fil du temps. Elle commentait pour donner une signification.

89Beaucoup d’éléments s’ajoutent au sujet même de la pièce pour traduire les préoccupations du bey à l’époque, qui sont celles développées durant la période viennoise. Deux éléments semblent importants, et un troisième, plus secondaire – il y a en effet une petite touche herzégovinienne qu’il faut noter en passant : la mort d’Abdullah Paşa est l’occasion pour l’auteur de prêter à un de ses personnages quelques mots lyriques sur l’Herzégovine et le courage de ses habitants.

90Le premier de ces deux thèmes par son importance dramatique, c’est le rôle qui incombe aux femmes. Elles prêtent à la pièce une touche de réalisme saisissant, au milieu des mécanismes dramatiques éculés qu’utilise Bašagić ; elles lui donnent un éclairage sentimental qui la rafraîchit, même si ces jeunes femmes sont habitées d’une exaltation idéale un peu ridicule par son manque de maturité. Mais Bašagić travaillait justement sur ce point-là, il faisait saillir leur courage viril en le faisant contraster avec des attitudes parfois mièvres, par exemple à l’occasion de leur déploration funèbre sur le corps encore chaud du vizir bosniaque. Ce sont elles qui prennent le parti de tirer vengeance du meurtre de leur père ; ce sont elles qui mènent la seconde partie de l’action, ou du moins qui en sont les personnages principaux, elles dont le bey se complaît à peindre le caractère ; ce sont elles qui accèdent au sultan et s’en font reconnaître comme les dignes filles de leur père, fonctionnaire bien-aimé. En bref, si Bašagić n’a pas mis en conclusion de son drame une petite phrase saluant le « beau sexe », c’est qu’il jugeait le caractère des personnages féminins suffisamment éloquent tel quel.

91Le second élément est le ton religieux prêté à nombre de personnages. Dans la longue tirade qu’il débite avant de s’éteindre, Abdullah Paşa emprunte un ton solennel par lequel il s’adresse d’abord au sultan, puis plus rapidement à son pays et à son lieutenant, enfin à son Créateur :

Dieu ! qui fait réchapper Ibrahim du bûcher,
Qui d’un moucheron éteint la vie de Nemrod,
Dieu ! qui arrache Ismaël de sous le couteau
Et lui substitue l’offrande d’un bélier noir, –
Je suis pécheur – mais le péché de l’esclave aimant,
Tel l’atome, se perd dans ton bien infini.

92Les forces supérieures en présence ne donnaient pas à la pièce une dimension tragique, malgré ce qu’annonçait le sous-titre ; l’action était purement politique et psychologique, ce qui en faisait plutôt ce qu’en France nous appelons un drame romantique. Nul dilemme religieux à proprement parler, donc, mais une simili-mystique qui poursuit la veine de la période viennoise et que Bašagić avait mis en exergue en soulignant les passages spirituels : ceux où des personnages adressaient une prière afin de louer leur Créateur ou d’en attirer sur eux les bontés étaient rédigés dans un mètre différent, plus court. Néanmoins, à la différence de « Sur l’océan de la lumière », les hymnes de la pièce mêlaient à l’élan religieux des motifs profanes, en particulier la libération du joug ottoman et l’affirmation de la nation bosniaque en tant qu’élément autonome au sein de l’empire ottoman, manière de république fédérale rattachée à Istanbul. Par là, plus qu’avec « Sur l’océan », Bašagić renouait avec la pensée unitariste des Prémices, où les thèmes de l’amour, de la femme, de la patrie et de l’unité divine correspondaient les uns avec les autres en un jeu d’échos analogiques.

  • 122 Safvet beg Bašagić, « Abdullah paša. Dramatski spjev u 4 čina iz 18. vijeka », Behar 1 (1900-01), 1 (...)
  • 123 B. [Josip Bach], « Safvet beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet) Abdullah paša », Život (1900-01), I (...)

93En Bosnie-Herzégovine, le théâtre avait acquis, après vingt-deux ans d’occupation, à peu près la même signification sociale que dans l’ensemble de la Monarchie et des pays occidentaux. Le succès de la pièce auprès des lecteurs fut tel que Bašagić l’imprima à part en juillet 1900, à compte d’auteur122. Esthètes et techniciens se montrèrent plus réservés. Conformément à ce qu’en pensait Bašagić, la pièce est déplorable du point de vue technique. Le rythme de la représentation est très inégal et la tension dramatique est par trop élastique entre chacun des quatre actes ; les personnages apparaissent et disparaissent de la scène sans véritables motivations ; enfin, le héros éponyme disparaît dès le milieu de l’acte II (au vers 354, alors qu’on en compte 987 au total), si bien que le titre ne se justifie plus – et pourtant, il ne saurait être que difficilement remplacé. Ceci résulte d’une intrigue non linéaire et double : l’unité d’action reste diffuse, malmenée par le ménagement maladroit de l’intrigue qui repose sur une double tension : d’abord la perpétration d’un meurtre, puis l’exécution d’une vengeance ; qui, de plus, a lieu en deux endroits différents (la Bosnie et Istanbul), ce que le dramaturge exploite assez mal. Enfin, la psychologie des personnages relève d’un manichéisme outrancier : le méchant Halil Paşa est tout de ténèbres, le vieil Abdullah Paşa est habité d’une sagesse toute mystique. En bref, on dira qu’Abdullah Paşa n’est pas une composition dramatique, mais une suite de tableaux lyriques sous forme de dialogues et qu’elle était pratiquement inmontable devant un public un peu lettré. Voilà à peu près les défauts que pointa l’un des acteurs croates les plus prometteurs de l’époque, Josip Bach (1874-1935), qui fit paraître sa critique dans Život de Dežman123. Bach n’était cependant pas des plus impartiaux : en articulant toute son analyse sur la métrique, il blâmait moins Bašagić qu’il n’alimentait la polémique qu’Anciens et Modernes entretenaient au sujet du drame rimé, traditionnel en Croatie – mais artificiel pour la jeune génération, dont Život se voulait le porte-parole.

  • 124 D’après Ćorić, Nada, p. 460.
  • 125 D’après Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 533.
  • 126 Rizvić, ibid.
  • 127 Alija Nametak, « Dr Safvet beg Bašagić. 6. V. 1870.-6. V. 1930. », p. 323.
  • 128 ABiH LR Präs, 1900/3699, du 11. X. 1900.

94Sans rugir si férocement, d’autres critiques n’en furent pas moins assez acides, tel Kranjčević, qui reprochait à Bašagić de n’avoir pas écrit de tragédie véritable124. Des éléments se distinguent positivement, cependant : le sujet est bien amené et il demeure le même jusqu’au dénouement, bien que le spectateur ait changé de centre d’intérêt plusieurs fois durant la pièce ; et la composition versifiée a ses moments heureux, comme le remarquait avec bonne grâce un critique anonyme dans la revue serbe Brankovo kolo (La Ronde de Branko)125. Le thème de la pièce lui-même et la personnalité de l’auteur ne pouvaient également que captiver l’attention du public. Contrairement à ce qu’on a dit jusqu’ici126, Abdullah Paşa parvint ainsi à être monté sur une véritable scène, celle de la Maison des sociétés (Društveni dom) de Sarajevo, les 14 et 17 octobre 1900. Peut-être les autorités austro-hongroises jugèrent-elles opportun, dans un contexte contestataire, d’autoriser ce geste de la part d’un musulman réputé fidèle à la Monarchie, afin de concilier désaccord et loyalisme. Lors de sa parution dans Behar, elles n’en avaient pas moins censuré certains noms qui faisaient trop clairement allusion au gouvernement en place, afin de prévenir toute assimilation127. Les documents d’archives nous font voir qu’en octobre, cette première censure n’en demandait pas de seconde, et que la pièce fut autorisée le 11 octobre pour une représentation prévue le 12128. On se rappellera que l’atmosphère était alors très électrique : les opposants de l’élite musulmane venaient de se réunir à Sarajevo, à la mi-septembre, pour proposer un nouveau statut de régulation des vakfs et de la curie suprême des oulémas. De plus, le sentiment ottoman des musulmans avait été galvanisé par les réjouissances jubilaires accompagnant le vingt-cinquième anniversaire de règne d’Abdül-Hamid.

  • 129 Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 191-192. Lešić n’indique pas sa source.
  • 130 [Anonyme], « Als ein literarisches Ereignis... », Die freie Post 1900, 839, p. 4 (article en partie (...)

95Dragutin Freudenreich (1862-1937), régisseur et acteur de la Société théâtrale croate de Varaždin, vint dans la capitale bosniaque du 6 au 24 octobre et représenta une seule pièce d’un auteur bosno-herzégovinien : celle de Bašagić. Il endossa le rôle principal d’Abdullah Paşa et s’efforça de rendre au mieux l’enthousiasme patriotique de son personnage129. La presse de l’époque rapporte le gros succès de la pièce : le dimanche 14 octobre, la Maison des sociétés était comble – avec deux fois plus de spectateurs que d’habitude, dont un bon nombre de musulmans. La représentation fut réussie « au-delà de toute attente » ; le public appela l’auteur à se produire devant lui et le félicita. Il était la preuve vivante que les musulmans, s’ils le voulaient, étaient capables de progrès dans le sens de l’Europe. La presse germanophone rehaussa son prestige en le présentant comme le descendant d’un chef de clan turkmène, ce qui en faisait « l’un des Bosniaques les plus nobles ». On promit une reprise pour le mercredi 17, avec l’assurance que le théâtre serait plus fréquenté encore parce que la pièce faisait énormément parler d’elle – ce qui semble avoir été le cas130.

  • 131 [Anonyme], « Abdullah-paša, dramatski spjev u 4 čina iz XVIII. vijeka, iz bosanske prošlosti, napis (...)
  • 132 [Anonyme], « Safvet beg Bašagić Redžepašić : Abdulah paša », Nada 6 (1900), 21 (01/11), p. 271. C’e (...)

96Une partie de la critique locale suivit le goût du public et encensa la pièce. Plutôt même que parler de critique, on songe plutôt à des commentaires. Ainsi, du côté de Behar131, un article louangeur non seulement pour la pièce, mais plus généralement pour toute l’œuvre de Bašagić et pour la personnalité de l’auteur, fut publié immédiatement après la sortie en librairie. L’insuffisance technique était délibérément écartée de l’examen pour ne retenir l’attention que sur l’art du poète qui, grâce à sa langue sans artifices, avait su s’envoler jusqu’aux nues tout en restant près de son spectateur. Le point de vue n’était naturellement pas des plus critiques, puisque c’était Bašagić lui-même qui avait corrigé l’article et en autorisa la publication. Du côté de Nada, Kranjčević continua ces éloges sans partage, adoptant un ton exalté pour évoquer l’héroïsme et la personnalité d’Abdullah Paşa. En soulignant la fibre lyrique de l’auteur, il oubliait de dire que l’action était confuse132.

5. Adversités

  • 133 Spaho, « Uspomene iz prve godine “Behara” », p. 282.
  • 134 Osman Nuri Hadžić, « Zadaća “Behara”. Pismo uredništvu », Behar 1 (1900-01), 13 (01/11), p. 206-209 (...)
  • 135 IAS BS – 98, Milivoj Dežman à Safvet-beg Bašagić, non datée.

97Soulevant l’enthousiasme d’un nombreux public alors que le mouvement de contestation s’élance, Bašagić adoptait une position vis-à-vis de la présence austro-hongroise un peu trop ambiguë pour certains. Les relations avec Hadžić se détériorèrent assez rapidement. Quand les jours chauds furent venus, en juillet 1900, tout le monde se retira en vacances, et Bašagić aussi, à Dolac, laissant ses compagnons en ville pour continuer le travail, ce qui eut pour conséquence d’agacer Hadžić. Lorsque Bašagić surgit inopinément, le juriste lui remontra son peu de sérieux, à quoi le bey coupa court en brandissant une liasse de manuscrits, rédigés de sa main133. D’ailleurs, Hadžić s’absenta bientôt à son tour : il fut nommé le 13 juillet 1900 au tribunal de Mostar, d’où il envoya régulièrement ses travaux, comme promis. Mais cet éloignement géographique coïncida avec de véritables divergences d’idées sur la revue avec Bašagić. Vers octobre 1900, au moment des représentations d’Abdullah Paşa, Hadžić écrivit un article intitulé « Les devoirs de Behar. Lettre à la rédaction », où il suggérait qu’on redressât la barre : qu’on suivît le projet d’un journal instructif et d’actualités, comme il avait été entendu avec Mulabdić à l’origine, et qu’on ne s’enfonçât pas dans la direction trop littéraire donnée par Bašagić ; de plus, que l’accent fût mis en littérature sur les textes moraux et didactiques, et qu’on cessât la publication de poésies ou de contes oraux retranscrits du peuple. Ces critiques ne furent pas accueillies de la meilleure manière par le rédacteur en chef, qui eut néanmoins l’honnêteté de faire paraître l’article dans Behar134. Sa production en subit un contrecoup, perçu par les moins proches (dans l’espace) de ses amis eux-mêmes, puisque Milivoj Dežman lui fit remarquer : « Ces derniers temps, tu t’es complètement retiré de la littérature : est-il possible que tes premières contrariétés de rédaction t’aient à ce point exaspéré135 ? ».

  • 136 IAS BS – 115, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, de Trebinje en juin 1902 ; Mulabdić, « “Behar” » (...)

98La nature du différend entre les deux hommes s’éclaire pleinement à la lumière de la réaction que provoqua chez Bašagić une déclaration de Hadžić dans un article de Behar. Le juriste avait transgressé la réserve politique sur laquelle le trio s’était entendu : il avait accusé le mouvement de contestation d’être une vaine agitation politique. De plus, Hadžić avait été nommé à la fin 1900 par le gouvernement territorial pour participer à la commission qu’il avait formée en vue de négocier de nouveaux statuts avec les contestataires. Durant l’année 1901-1902, Bašagić refusa donc de paraître dans une revue aussi compromise, tout en restant discret sur la nature de son refus136.

  • 137 Tous ces articles sont présentés selon l’exposé qu’en donne Rizvić, Behar, p. 40-41 et 61-65.

99Les crises internes redoublaient les critiques que le monde politico-littéraire sud-slave asséna à Behar en raison de ses positions nationalistes. Aussi bien du côté croate que serbe, on reprocha à la revue de mettre en relief la particularité culturelle et religieuse des musulmans pour mieux éviter toute orientation nationale dans un sens ou dans l’autre. Les uns, tel Vienac, craignaient que le très neutre « notre langue » (naš jezik) qui apparaissait dans l’éditorial n’écartât le nom croate de la revue ; les autres – du côté serbe, Bosanska vila, Brankovo kolo – demandaient que le texte soit imprimé en caractères cyrilliques et non latins. Seul Kranjčević dans Nada se montra impartial et encouragea les initiateurs de Behar à plonger plus profond dans leur seule sphère culturelle afin d’en révéler l’originalité et la pureté137.

100À la rédaction de Bošnjak, l’autre journal musulman de la région, on réagit également de façon mitigée. On salua d’abord avec joie l’apparition de Behar : c’était un « frère de combat ». Le frère de combat, lui, ne daigna jamais ne serait-ce que mentionner l’existence de Bošnjak, alors même que Bašagić y avait collaboré avec ardeur et que Mulabdić en était l’ancien rédacteur en chef. Ils savaient bien la crise de confiance dans laquelle se trouvaient leurs congénères parmi l’opinion publique musulmane. On le leur rendra bientôt : de nouveaux événements remirent sur le tapis des divergences nationalistes entre eux, ce qui prouve que les musulmans favorables à la présence austro-hongroise en Bosnie-Herzégovine ne formaient pas un groupe monolithique.

  • 138 ABiH, Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića. Kraljaćić, Kalajev režim, p. 307, dit que milieu 190 (...)
  • 139 ABiH GFM Präs. 1900/146, Černy le 15. VI. 1900 (dans Besarović (éd.), Kultura i umjetnost, p. 630-3 (...)
  • 140 Bošnjak 10 (1900), 23 (07/06), p. 2.

101Quoiqu’il se prononçât ouvertement pour une neutralité nationale, en effet, le trio de Behar n’en oublia pas pour autant sa dimension croate, marquée par des engagements personnels de ce côté. Bašagić lui-même, sur la feuille de service qu’on lui fit remplir à son entrée dans le corps professoral du Grand gymnase, en été 1900, indiqua sans hésiter qu’il était de nationalité croate138. Lorsque « Trebević », une association chorale croatisante de Sarajevo, salua avec tous les honneurs le drapeau croate lors de sa fête annuelle, le 2 juin 1900, Hadžić, Mulabdić et Bašagić n’y manquèrent pas. Ce moment fut important, parce qu’il consommait l’avènement politique d’un nationalisme croate laïc en Bosnie-Herzégovine : le lever des couleurs se fit sans cérémonie religieuse, contrairement à l’avis du très croate et très influent archevêque de Sarajevo, Monseigneur Stadler (1843-1918). La présence de musulmans à la cérémonie était emblématique d’un tournant de la croaticité dans la province. Pour accueillir à la gare la délégation zagréboise qui amenait le drapeau, ils étaient une cinquantaine ; à la cérémonie elle-même, les autorités en dénombrèrent deux cents environ, dont une grosse quarantaine de notables. Au banquet qui suivit, dix-sept d’entre eux participèrent : les frères Hrasnica, Ibrahim-beg Čengić (cousin de Bašagić, qu’on retrouvera par la suite), Salih Svrzo (proche de Behar), notre trio ainsi qu’Adem-aga Mešić, et d’autres encore – dont des hodjas. Ils s’étaient ostensiblement affichés, paraissant au balcon de la Maison sociale (Društveni dom), ce qui avait déplu aux autorités austro-hongroises : elles avaient interdit aux musulmans de participer à la manifestation139. Pour Bošnjak, aucun musulman n’avait participé à cette grande kermesse, hormis « ces quelques fourvoyés, qu’on peut très facilement compter sur les doigts d’une main140 ».

  • 141 Nazim, « “Život i običaji muslimana u Bosni i Hercegovini”. Napisao Antun Hangi », Behar 1 (1900-01 (...)
  • 142 « Književnost i umjetnost. “Behar” o Hangijevu djelu o muslimanima », Osvit 4 (1901), 15 (20/02), p (...)

102On ne peut nier que Behar lui-même avait un certain ton croatisant, implicite, du fait des engagements personnels de son staff. La majeure partie du temps, Behar accordait plus d’attention aux publications croates qu’à celles de Serbie. On prendra un seul exemple : Osvit de Mostar, le journal de Milićević, rapportait très régulièrement le contenu de Behar, reprenait même certains de ses articles. Les bons comptes font les bons amis : Bašagić fit la revue, en février 1901, d’un livre d’ethnologie qui avait d’abord paru en feuilleton dans Osvit. L’auteur, le Croate Antun Hangi (1866-1909), y décrivait les musulmans de Bosnie et plus particulièrement le train de vie des beys – sans y mêler une quelconque querelle d’étiquette nationale. Bašagić le conseillait sans réserve, le saluant comme l’un des rares livres où ses coreligionnaires et compatriotes n’étaient pas malmenés par les préjugés religieux occidentaux141. Sans même s’arrêter sur la qualité du livre, on releva seulement la bonne grâce avec laquelle Bašagić avait cautionné l’ouvrage d’un Croate : Osvit fit son beurre de cette notice en la reprenant telle quelle de Behar ; et les Serbes, en l’occurrence le bosno-orthodoxe Luka Grđić-Bjelokosić (1857-1918), lui-même excellent folkloriste, en voulut à la revue d’avoir donné publicité à un ouvrage du camp adverse142. Certes, la controverse avec Grđić eut lieu en 1903 : mais les eaux dans lesquelles évoluait Bašagić étaient très agitées depuis 1899 au moins. On accusait Behar d’être pro-croate.

  • 143 Rizvić, Behar, p. 54-55.

103Ces idées portées par le trio créaient ainsi une atmosphère de lutte perpétuelle, surchauffée par les dissensions entre Hadžić et Bašagić. On comprend que ces pesanteurs fussent difficiles à supporter, et l’on doit y trouver en partie l’explication du départ de Bašagić de la rédaction, annoncé dès la fin 1900. Il invoqua d’autres raisons, en particulier la reprise de son travail universitaire en vue de la thèse et des examens afférents (le Rigorosum)143.

6. Professeur

  • 144 Safvet-beg Bašagić était propriétaire d’un domaine à Kulaši (village situé à une quinzaine de kilom (...)
  • 145 ABiH, Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića (pièce parallèle dans IAS BS – 18) ; Petnaesti izvješ (...)

104D’autres choses encore le poussaient à franchir ce pas : le bey ne vivait pas des recettes de Behar et, comme ses travaux de rédaction l’empêchaient de s’éloigner de Sarajevo, il n’était plus question de partir en mission dans diverses archives pour y inventorier les manuscrits ottomans. Ses propriétés foncières ne le faisaient pas non plus vivre144. Rue Kečina, le fils aîné mangeait encore le pain paternel. Quels que fussent les facteurs qui l’y poussèrent – volonté de voler de ses propres ailes, nécessité pressante, etc. –, Bašagić allait se lancer dans une profession fort exigeante en temps et en énergie : le professorat, à qui il consacrerait autant de temps qu’il en serait retiré à la rédaction de Behar. Ce fut un événement tragique qui lui ouvrit cette perspective : Ibrahim Bey Repovac, qui avait été son propre enseignant durant sa première scolarité à la rüşdiye puis au Grand gymnase, mourut le 24 mai 1900. Le poste de professeur (učitelj) qu’il occupait au gymnase devint vacant ; ce fut le suppléant (namjesni učitelj), Hifzi Muftić (1865-1903), qui lui succéda, et Bašagić fut nommé sur son poste d’enseignement en arabe classique le 23 juillet pour la rentrée du 1er septembre145.

  • 146 H. K. [Hamdija Kreševljaković], « Ibrahim beg Repovac », p. 144.
  • 147 ABiH ZVS 1901 56-71, pièce 139.778 signée le 5. IX. 1900 par Bašagić, adressée au gouvernement terr (...)

105Quelques jours après son incorporation au personnel éducatif, le 5 septembre, le bey intervint auprès du gouvernement territorial en réclamant des manuels scolaires pour ses cours. À dire vrai, Repovac avait composé un manuel pratique comme support pédagogique à ses cours146 ; mais Bašagić ne le mentionnait même pas et recommandait l’acquisition de grammaires en langue allemande – au premier chef la Grammaire de conversation arabe d’Ernst Harder (1854-1927) – et d’anthologies compilées par des orientalistes germanophones – tels le Delectus veterum carminum arabicorum de Theodor Nöldeke (1836-1930) et la Chrestomathia arabica d’Andreas Oberleitner, laquelle avait l’avantage d’offrir un glossaire, pratique pour les élèves ainsi que le professeur car il évitait de passer plus de temps à la dictée et l’éclaircissement du vocabulaire qu’à l’explication du texte lui-même147. En d’autres termes, le nouveau professeur prenait à cœur sa tâche et s’investissait tout à fait dans sa nouvelle profession.

  • 148 ABiH ZVS 1901 56-71, ensemble du dossier.

106Grand lanceur d’idées, Bašagić proposa même de compiler, en collaboration avec Muftić, une anthologie nouvelle « sur le modèle de celles qui avaient cours en Europe ». Il en avait le projet dès la fin novembre 1900 et pensait finir une année plus tard. En attendant ce moment, il approuvait l’idée de se procurer une anthologie en six volumes intitulée Medjanil-edeb (L’Instruction gratuite [?]). Était-ce lui aussi qui avait lancé cette idée ? C’est probable, car il indiquait l’éditeur où l’on pouvait se la procurer. Le détail nous intéresse dans la mesure où il montre que le réformateur Bašagić, soucieux d’avancer des propositions en ce début de carrière, n’était pas forcément de bon conseil. En effet, ladite anthologie – comme le révèle un compte rendu annexe adressé au gouvernement territorial en septembre 1901 – avait été compilée et éditée par les jésuites de Beyrouth et les textes qu’elle comportait mentionnaient à peine, et avec parti pris, l’histoire et les personnages de l’islam. En outre, le cachet de l’imprimerie avait pour devise la phrase « Laudeatur Jesus Christus ». Dans le cadre du mouvement pour l’autonomie, l’auteur anonyme du compte rendu faisait remarquer que l’achat d’un tel manuel n’était pas des plus judicieux, quoiqu’on eût déjà fait de longs calculs pour estimer les coûts que cela occasionnerait148.

  • 149 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka, boîte 21.

107Bašagić tint promesse et acheva en août 1902 une anthologie de textes arabes tenant sur 391 pages, qu’il nomma, modestement, Safvet-ul edeb (La pureté de l’instruction / Le Safvet de l’instruction). Il faut ici remarquer que lorsqu’il écrivait dans sa langue maternelle, Bašagić avait une calligraphie extrêmement soignée et claire, la main assurée et douce, ce qui conférait à son écriture une rondeur énergique et agréable à lire, malgré quelques écrasements intermittents. Sa calligraphie des langues orientales est quant à elle remarquable : souple et très déliée, avec une vocalisation parfaitement notée. Dans son avant-propos, Bašagić rapportait qu’il avait réuni durant ses deux années d’enseignement, à partir d’une vingtaine de livres et chrestomathies, ces 197 textes et qu’il les destinait aux classes de cinquième et de sixième. Tirés des classiques arabes ou bien des textes prescrits par les programmes en vigueur (Les Mille et Une nuits et Ibn Batuta), les morceaux choisis incluaient aussi deux poèmes intitulés « La Patrie » et « L’amour envers sa patrie » (dont il n’indiquait pas les auteurs). Il avait agencé la progression de son manuel à l’instar des manuels européens : contes et historiettes, anecdotes faciles, traits d’esprit, etc. La difficulté de la langue et la longueur des textes s’accroissaient au fur et à mesure des pages ; la vocalisation était complète au début pour avoir tout à fait disparu dans le dernier quart du livre. Bašagić s’était également efforcé de choisir des extraits riches afin que l’élève s’informât sur les peuples et leur pays, leurs vertus, leurs coutumes et leurs hommes célèbres. À maintes reprises, l’enseignant aurait l’occasion d’éclaircir un passage tout en éclairant un moment de l’histoire arabe149.

  • 150 IAS BS – 186. Ce gros cahier ne porte aucune indication qui permette de le dater. Néanmoins, son so (...)

108Un autre projet date probablement de ces années-là, mais ne fut jamais mené à son terme : un recueil de dictons et aphorismes puisés dans la culture ottomane (Bosnie-Herzégovine y compris, en langue locale), la plupart repris de l’arabe. Il en avait organisé la liste par thèmes, probablement sur le modèle du Trésor populaire de Kapetanović. L’ouvrage resta inachevé, pour des raisons inconnues150.

  • 151 Il délivrait ses enseignements à onze élèves de troisième (sur 5 heures), treize de quatrième (sur  (...)

109Nul doute que Bašagić faisait davantage figure d’homme de lettres que de pédagogue durant ses fonctions au gymnase. En tant que professeur, il n’excellait pas, mais se distinguait par une méthode nouvelle, tout à fait à l’opposé de ce qu’on connaît de l’enseignement de l’arabe des écoles coraniques et tel qu’il se pratiquait alors en Bosnie-Herzégovine un peu partout – méthodes traditionnelles marquées par la répétition et l’ânonnement151.

  • 152 Hadžikadić, « Merhum Safvet-beg Bašagić kao profesor », p. 219-220.

110En effet, l’élargissement progressif des connaissances et de l’intérêt prévu par la succession pédagogique des années n’empêcha pas notre professeur de déverser tout son savoir dès la troisième. Atif Hadžikadić, l’un de ses élèves, témoigne que Bašagić avait su faire de l’arabe une matière attractive parce qu’il y mettait en œuvre ce que l’actuel jargon didactique appelle des méthodes transdisciplinaires. Son cours incluait des perspectives vers toutes les autres matières au programme des élèves (de l’algèbre au grec en passant par les sciences naturelles, l’histoire et autres), à la grande jubilation de ces derniers selon Hadžikadić. Plus intéressant encore, l’arabe était éclairé à la lumière de la culture européenne, des fondements de laquelle Bašagić soulignait, semble-t-il, l’origine dans la culture arabe. Ce trait est-il à imputer au mémorialiste Hadžikadić ou fut-il de Bašagić lui-même ? On n’en sait rien, mais qu’une pointe d’apologétique hyperbolique s’immisçât dans le cours n’étonne guère. Ce qu’en retira Hadžikadić fut que l’arabe devenait ainsi un moyen de connaître les peuples non arabes – en d’autres termes, les connaissances européennes étaient réinvesties d’un point de vue islamo-centré152.

  • 153 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 401 (note du 8. VII. 1901).

111Le regard de la hiérarchie diverge sensiblement de celui que jette rétrospectivement cet ancien élève. Dans la note administrative que rédigea en juillet 1901 Martin Bedjanić, le nouveau proviseur du Grand gymnase, on lit que le bey était d’humeur versatile et faisait preuve en toute circonstance d’une attitude d’étudiant universitaire. Il ne se préoccupait aucunement de questions pédagogiques et, en dépit d’un caractère scrupuleux, montrait beaucoup d’hésitation face aux élèves, tombant d’une extrémité à l’autre ou se décourageant lorsque les choses n’allaient pas immédiatement dans son sens. Bejdanić reconnaissait cependant la notoriété littéraire de l’enseignant et accordait un certain crédit à celle-ci ; il remarquait que le suppléant surpassait Muftić tant du point de vue des connaissances générales que de l’arabe lui-même et que le titulaire l’admettait sans peine aucune153.

  • 154 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 41-42.

112Ces deux sons de cloche s’accordent dans le commentaire laconique mais éclairant d’Edhem Mulabdić, l’ami de Bašagić, lui-même l’un des meilleurs pédagogues que la Bosnie-Herzégovine ait connus entre 1900 et 1930. Selon Mulabdić, le bey préparait ses cours de façon très sérieuse, ce qui en faisait de véritables petits séminaires universitaires154. On devine, derrière cet éloge, le reproche de Bejdanić : l’absence de souci pédagogique.

7. Dans le sillage de la moderna (II)

113La fin d’année 1900 marqua ainsi un renversement d’intérêt qui explique le retrait progressif de Behar et le projet de reprendre la thèse. La plongée dans l’abstraction professorale coïncide également avec les attaques de plus en plus nombreuses dont son père fut alors l’objet. L’accumulation des difficultés, qu’elles le touchassent directement ou indirectement, ne pouvait que le faire aspirer à la thébaïde du doctorant où la cohésion utopique de sa communauté deviendrait réalisable, malgré l’actualité et les faits humains.

  • 155 [Seradžuddin], « Mudri savjeti Lokmanovi », Behar 1 (1900-01), 9 (01/09/1900), p. 141-142 ; 10 (15/ (...)

114Année de travail intense, malgré tout, que cette année 1900, semblable aux plus remplies des années de gymnase. Même si on ne l’évoquera ici qu’en passant, la production littéraire de Bašagić prit des proportions impressionnantes. Surtout en prose, elle prolonge ses domaines de prédilection des années viennoises (traductions des langues orientales notamment), avec une teinte moralisante appropriée aux objectifs de Behar, que Bašagić envisageait également comme un prolongement de son professorat : en effet, un article biographique en deux volets s’intéressa à Lukmān, un personnage mythique arabe étudié au gymnase, et donna la traduction d’un nombre important de ses aphorismes155.

  • 156 Il présenta ainsi le premier volume de la « Bibliothèque de la nouvelle littérature » dans Život (H (...)

115Cette année-là connaît aussi le développement de la veine critique de Bašagić, qui s’intéresse en particulier à la littérature turque contemporaine et au groupe d’écrivains de la revue stambouliote Servet-i fünun (Les trésors de la science), avec Tevfik Fikret en son centre. Un tel intérêt manifeste la discrète filiation de Behar (secondaire au regard des priorités morales de la revue) au courant de la moderna croate. En effet, cette école littéraire turque cultivait des conceptions esthétiques héritées du Parnasse et du symbolisme français, proches donc de celles de la moderna, et publia vers la fin de son activité (qui s’échelonne de 1895 à 1901) une collection de ses auteurs les plus représentatifs, intitulée « Bibliothèque de la nouvelle littérature ». Bašagić lisait avec soin ces petits livres de poésie à mesure qu’ils sortaient et donna toujours sa pleine approbation à leur contenu dans ses critiques, dont celles qui parurent dans Behar poursuivaient la tâche lancée par l’article sur Tevfik Fikret que Dežman avait publié dans Život156. Le parallèle entre Fikret et la moderna que nous esquissons ici fut établi par Bašagić lui-même.

  • 157 M. S., « Čuvstva i poleti », Behar 1 (1900-01), 4 (15/06/1900), p. 67.

116Bašagić s’affichait hautement moderniste en Bosnie-Herzégovine. Il n’hésita pas à traiter publiquement de réactionnaires et anti-modernes les idées de son ancien ami Tresić-Pavičić157. Et pourtant : ses positions sont plus ambiguës qu’il ne l’affiche ; une biographie d’Arif Hikmet Rizvanbegović qu’il composa quelque deux ans plus tard donne une idée du profond classicisme de notre critique :

  • 158 Mirza Safvet, « Arifi Hikmet beg Rizvanbegović Stočević », Nada 9 (1903), 17 (15/08), p. 227.

Je pense qu’il n’est pas scandaleux que j’exprime ici en passant une particularité profondément inscrite dans ma nature : je prise dix fois plus les œuvres, et particulièrement les poèmes, d’un homme qui m’en impose par sa vie honorable, honnête et héroïque, que les mêmes œuvres, mais d’un homme bas et lâche. (...) Lorsque je lis une quelconque création, j’ai toujours à l’esprit la représentation de la vie de son auteur, mais sa vie réelle et non l’image de son âme imaginée, comme le poète lui-même la peint en vers avec bruit et couleur158.

117Déclarations d’intention et présupposés réels ne se rejoignent guère ; si le classicisme de Bašagić est moderne, c’est par rapport à une société qui est elle-même proto-classique. La modernisation bosno-musulmane est un humanisme – un peu brinquebalant parce qu’emprunté à l’extérieur ; on reprend des catégories de pensée à l’Occident, mais non l’ensemble, si bien que les distinctions qui sont opératoires dans l’une ne satisfont pas pour le système où elles se trouvent implantées. Par exemple, Bašagić a conscience de la bizarrerie de l’âme bosno-musulmane pour l’observateur étranger, mais cette bizarrerie n’est que la marque de sa pureté intacte :

Toi qui ne connais pas l’Arabe sérieux,
Toi qui ne connais pas l’Iranien débauché,
Toi qui ne connais pas le Turc buveur, –
Ma poésie étrange ne te plaira pas.

Toi qui n’entends pas les élancements purs
Des chants populaires de nos régions
Que Mujo chante sous la fenêtre à Fata,
Ma poésie jamais ne t’enthousiasmera.

  • 159 Mirza Safvet, « Jednome kritičaru », Nada 9 (1903), 3 (01/02), p. 34.

[...] Laisse-la en paix ! Si elle ne te plaît pas,
Il y en a pour la lire, car nos gens n’ont pas
Corrompu leur goût par « la poésie nouvelle »,
En eux couve encor l’ardeur de la poésie159.

118C’est finalement l’Orient, l’islam qui est classique ; l’Occident paraît sous un jour plus mélangé, ici corrompu, là d’un romantisme enthousiaste, plus loin dépeint sous les couleurs d’un libéralisme bénéfique. Les valeurs ne s’inversent pas tout à fait, comme dans l’apologétique musulmane la plus simpliste ; de ce fait, elles ne parviennent pas à faire de la pensée bašagićienne un véritable tout cohérent.

  • 160 Bombaci, Histoire de la littérature turque, p. 206.

119En dépit du lancement de sa revue, Bašagić n’avait pas cessé de publier de la poésie dans les revues auxquelles il participait déjà avant mai 1900 : dans Nada régulièrement jusqu’à la fin de cette année puis à nouveau à partir de mai 1901, dans Prosvjeta (La Culture) juste au moment de ses premiers problèmes de rédaction. Absorbé par Behar, certes, il ne s’en efforça pas moins de demeurer sur le haut du pavé à l’extérieur, apparaissant toujours sous son pseudonyme « Mirza Safvet », fameux désormais. C’est dans ces deux revues qu’il publia une suite de pièces poétiques intitulées « À Leïla », se réappropriant le mythe oriental de l’amour-passion exprimé dans l’histoire de Leïla et Madjnoun. Ce faisant, il s’inscrivait dans la lignée des auteurs romantiques ottomans du xixe siècle160.

  • 161 Outre les éléments énumérés dans la suite du paragraphe, on en retiendra un autre. Le titre du recu (...)
  • 162 Milaković et Ostojić (éds), Naša pjesma, 487 p. D’autre part, Milaković publia dans un magazine lit (...)
  • 163 Agićić, Dragi Franta !, p. 62.
  • 164 Nazim iz « Behara », « Sud evropskog učenjaka o islamskoj prosvjeti », Hrvatsko pravo 5 (1900), 149 (...)
  • 165 Ante Jukić (éd.), Hrvoje, hrvatski pučki kalendar za prostu godinu, 14 (1902) : entre les pages 72  (...)

120Les historiens de la littérature croate ont tendance à négliger Bašagić, peut-être faute de parfaitement posséder toutes ses références littéraires. En Croatie, pourtant, Bašagić connaissait un certain renom en son temps, particulièrement dans les premières années du xxe siècle161. On retient son nom dans des anthologies de poésie et des articles d’histoire littéraire, tels ceux qu’ont fait paraître des écrivains de « La ronde des écrivains sarajéviens », un groupe auquel il a appartenu fin 1900 et début 1901162 ; en 1902 on recommande au jeune-tchèque croatophile František Hlaváček (1876-1974) de traduire, entre autres, Bašagić en tchèque163 ; enfin, Ivan Milićević assure toujours la publicité de son ami dans les publications auxquelles il a lui-même un accès privilégié, tel Hrvatsko pravo où est imprimé l’article de Behar dans lequel Bašagić reprenait les idées d’un orientaliste allemand pour magnifier l’islam164 ; tel aussi le calendrier Hrvoje [nom d’un souverain de l’Herzégovine médiévale], publié à Mostar, où un anonyme (très probablement Milićević) affirme en 1902 que Bašagić est « l’un des meilleurs et l’un des plus féconds des jeunes poètes croates », soulignant son esthétique orientalo-occidentale et espérant qu’il sera prochainement édité par la Société littéraire croate165.

  • 166 Mirza Safvet, « Mehmed paši Sokoloviću, Velikomu », Nada 5 (1899), 9 (01/05), p. 131-132.
  • 167 Abdurezzak-Hifzi Bjelevac-Mostarac, « Mehmed-paši Sokoloviću Visokom », Pobratim 13 (1902-1903), 1, (...)

121Quelques émules se déclarent déjà parmi les musulmans. En 1902, un jeune poète plagie un de ses poèmes paru en 1899 dans L’Espoir : « À Mehmed-paša Sokolović le Grand166 ». La nouvelle version s’intitule « À Mehmed-paša Sokolović le Haut » et est signée par Abdurezzak-Hifzi Bjelevac (1886-1972), un nom qui connaîtra la célébrité plus tard ; elle parut dans Pobratim (Frère de sang) de Zagreb. Bašagić réagit aussitôt et la rédaction de Pobratim régla ses comptes directement et publiquement avec Bjelevac dans le courrier des lecteurs167.

  • 168 Cette date est donnée d’après les absences de Bašagić au lycée : il se fera remplacer à son poste d (...)
  • 169 Safvet beg Bašagić, « Čitateljima i prijateljima “Behara” », Behar 2 (1901-02), 1 (01/05), p. 16 ; (...)
  • 170 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 401.

122Toutes ces activités littéraires de Bašagić furent minées par la syphilis, qui se déclara fin 1900 le plus probablement. Entre le contage et le développement de la syphilis dite « secondaire », c’est-à-dire la phase véritablement agressive de la maladie, l’intervalle peut varier de deux mois à quatre ans. La nouvelle dut arriver avec brusquerie et le décider à quitter la rédaction de Behar pour reprendre ses études168. C’est l’excuse de sa mauvaise santé qu’il avancera officiellement pour prendre congé de ses lecteurs en mai 1901, excuse qu’il répétera plus tard. La décision fut un coup terrible pour Mulabdić, et même pour Hadžić169. Au gymnase, ses ennuis de santé l’empêchèrent d’être régulièrement présent durant les six années qu’il occupa son poste170.

  • 171 Kreševljaković et Korkut, Travnik, p. 82.

123Comment la syphilis se soignait-elle à cette époque ? Il était bien évident que Bašagić n’irait pas consulter les médecins traditionnels (à Travnik, certains soignaient cette maladie (frenjak, « mal français » comme l’on disait anciennement) par administration orale de pilules, par inhalation ou par voie cutanée)171. Jusqu’en 1909-1910, les traitements n’avaient guère changé depuis le xvie siècle : on injectait au patient des doses de mercure qui interrompaient, dans une certaine mesure, le développement du mal ; au xixe siècle, l’iodide de potassium était à la mode, mais n’avait aucun effet. La maladie se développait en deux phases : la première, qui ne dure que quelques mois, n’est guère repérable pour celui qui ne partage pas l’intimité du patient. La seconde se manifeste entre autres par des souffrances aux pieds qui affectent la marche. Là encore, ces symptômes disparaissent spontanément ; mais Bašagić eut des rechutes régulières (d’autant qu’il n’était pas très fidèle à son traitement), comme la moitié des syphilitiques. Les soins au mercure demandaient un suivi régulier et étaient douloureux.

  • 172 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402.
  • 173 Aucune source ne mentionne la publication de ce recueil, dont le manuscrit est pourtant fort beau. (...)
  • 174 ABiH LR Präs, 1902/1963, de Večerina au Gouvernement territorial, le 17. V. 1902.
  • 175 Mulabdić spécifie que cette période d’atonie littéraire fut en partie due à sa maladie et à son tra (...)

124Une année de tristesse s’ensuivit : pour ainsi dire aucune nouvelle création littéraire entre juin 1901 et juin 1902, et ce exclusivement dans Nada de Sarajevo ; des inconséquences dans son professorat, avec notamment le final renoncement à passer son examen de titularisation ainsi que de nombreuses absences dues à sa maladie172 ; son manuel d’arabe fut refusé, on ignore pour quelles raisons173. L’homme se replie sur sa souffrance. C’est dans un désenchantement total qu’il projette la publication d’un nouveau recueil de poèmes, terminé vers le début de mai 1902 et intitulé Mélodies mornes. Mais la censure lui refuse la publication, décision à laquelle il est bien obligé d’obtempérer le 28 mai. Que lui reproche-t-on ? Pas tant de choses en tant que poète, individuellement parlant, mais ses poèmes n’ont pas la moralité requise d’un professeur de gymnase, d’un éducateur de la jeunesse. Inadmissibles, ses « vues sur l’existence » (Lebensanschauung) chantant le vin et les femmes – « Bacchus et Vénus », d’après les mots du censeur. Inadmissible encore, le flou qu’opère le poète en assimilant jouissance et renoncement au monde, ascétisme et ivrognerie, accordant à l’un et à l’autre autant d’honorabilité174. La simili-mystique de Bašagić n’avait pas trouvé son meilleur lecteur. Le bey ne produisit quasiment rien par la suite, parvenant cependant à faire publier quelques-uns de ces poèmes dans Nada175.

  • 176 Safvet-beg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret bosansko-hercegovačkih muslimana », p. 212.

125Maigre consolation : les excédents budgétaires de la seconde année de Behar, qui s’élevaient à trois cents forints (sept cent cinquante francs-or), furent distribués « fraternellement » entre Hadžić, Mulabdić et lui176, ce qui indique qu’il ne s’était pas totalement retiré des affaires de la revue.

8. Conclusion

126À ce stade de notre réflexion, nous pouvons déjà formuler avec précision une caractéristique majeure de notre héros : il n’est pas moderne, mais a été touché par la modernité, touché jusque dans son corps. La syphilis, un des nombreux symboles de la littérature fin-de-siècle, tuait lentement un bey, symbole d’un monde en disparition.

127Ce thème de la modernité est encore au cœur du projet de Behar, de l’épanouissement critique du bey, d’un nationalisme défini comme un entre-deux – à la croisée des civilisations. Il est donc bien naturel que la formation de l’élite intellectuelle bosno-musulmane passe, selon lui, par une scolarité à l’européenne.

C. La voie scolaire

128La troisième voie dans laquelle s’engage Bašagić est celle de la formation scolaire : l’avenir de la communauté bosno-musulmane passe par l’éducation de sa jeunesse et la mise en œuvre de moyens à la périphérie de la formation intellectuelle : impression, édition et diffusion de livres, ceci autour de 1903, une année capitale de l’histoire bosno-herzégovinienne et de la vie de Bašagić.

1. Fondation de l’association « Le Zèle » (« Gajret »)

129L’été 1902 marque le retour de Bašagić à l’activité publique sur un terrain auquel tout l’avait préparé : la scolarité des jeunes musulmans. Ancien étudiant fortuné mais non sans cœur, professeur en contact quotidien avec des élèves qui espéraient peut-être partir à l’université mais ne pouvaient se le permettre, sensible dès le début de son activité à l’importance de la jeunesse dans la constitution nationale, enfin depuis toujours rabâchant la nécessité d’une instruction solide, il se penche sur le problème auquel se confrontent les familles trop modestes pour assurer la fin de leurs études à leurs fils. Avec Mulabdić, il pense que la forme associative en est la meilleure réponse, car elle canalisera les potentialités financières en ce domaine.

  • 177 Kemura, Uloga « Gajreta », p. 16.

130En Bosnie-Herzégovine, la première forme de vie associative fut, comme souvent en Europe centrale, les chorales d’hommes177, auxquelles tout nom national était interdit. Il n’empêche qu’elles se formaient sur une composante religieuse (elles représentaient souvent des chorales liturgiques, chez les orthodoxes notamment), c’est-à-dire, potentiellement, nationale, dans une région où les deux aspects étaient indissociables. Elles représentaient le terreau des nationalismes ; on a vu par exemple que ce fut dans le cadre de la kermesse annuelle organisée par « Trebević » que l’identité croate moderne se manifesta pleinement chez les catholiques de Bosnie-Herzégovine. Les intérêts se réunissaient de façon communautaire. Le deuxième terrain de prédilection où ceux-ci se fédérèrent fut celui de l’instruction : aux enfants des familles les plus pauvres, des bourses étaient offertes afin d’achever leur formation, selon un système de cotisations et de dons collectés par des associations dont le soutien scolaire représentait au départ l’unique but, mais qui par la suite devinrent, plus encore que les chorales, les véritables matrices nationales.

  • 178 Ibid., p. 28.
  • 179 Ibid., p. 30.
  • 180 Besarović, Iz kulturne i političke istorije, p. 23.
  • 181 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvet-begom », p. 292.

131Ce type d’association existait depuis 1892 chez les Juifs de Sarajevo178. Les autres communautés religieuses prirent exemple sur eux au fur et à mesure qu’apparurent les mésententes politiques entre elles et Kállay. En effet, conscient des dangers potentiels dont le soutien scolaire organisé au sein d’une communauté, à l’exclusion des autres, menaçait l’unité de la province, celui-ci avait institué un système de bourses gouvernementales et fondé un internat à Vienne pour accueillir les boursiers. Son intention, dont on ne peut exclure des buts humanitaires, était de les isoler des groupes d’étudiants croates ou serbes et de les attacher au service du gouvernement territorial, comme nous l’a montré l’exemple de Bašagić avec Jagić179. Or, un peu avant 1900, la participation de certains étudiants (bosno-orthodoxes) à des mouvements de nature politique eut pour résultat leur expulsion de l’internat et la suppression de leur bourse180. Il apparaît également que le gouvernement ne distribuait plus d’argent à ceux qui, ayant terminé leur cursus universitaire, se préparaient à la soutenance de leur thèse181. Légitimes dans la perspective de Kállay, ces motifs de frustration firent qu’on pensa sérieusement à s’organiser indépendamment du pouvoir pour le financement des études secondaires et supérieures.

  • 182 Mulabdić, « Dr. Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 38 ; Madžar, Prosvjeta. L’organisation d’u (...)
  • 183 ABiH LR Präs, 1903/2451, rapport confidentiel de Sarajevo, le 9. VI. 1902.

132La prise de conscience s’opéra d’abord chez les orthodoxes, que ce système lésait du point de vue national. Leurs efforts de structuration aboutirent en août 1902 à la création de « La Culture » (« Prosvjeta »), ce qui redoubla l’envie des catholiques et de certains musulmans : c’était là l’expression la plus manifeste de la marche vers le progrès et vers la maturité nationale182. Bašagić participa à la fête qu’organisèrent les orthodoxes le 8 juin 1902, imité par quelques rares musulmans que motivaient l’idée (entre autres son cousin Ibrahim-beg Čengić ; mais ni Mulabdić, ni Hadžić, ni ses compagnons les plus proches ne s’y montrèrent)183. Le bey ne voulait pas s’empêcher de prendre exemple sur des gens dont il n’appréciait guère la pensée par ailleurs.

  • 184 Au printemps 1899, Salih Behmen, secrétaire de mairie à Stolac, déclara qu’il attribuerait une bour (...)
  • 185 Kemura, Uloga « Gajreta », p. 30.
  • 186 Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 280.
  • 187 La traduction de gajret, mot assez fortement polysémique, est donnée d’après Imzâ Mahfoûz, « L’Isla (...)
  • 188 On ne trouve rien d’intéressant pour notre sujet dans les fonds d’archives IAS et ABiH « Gajret ».

133Chez les musulmans, nonobstant des initiatives individuelles en 1899 (dans la région de Stolac, en Herzégovine184), une première tentative était apparue en 1900, donnée sous l’impulsion des frères Defterdarević, qui avait échoué185. La majorité de la communauté était récalcitrante, d’autant que le mouvement d’opposition voyait le jour et qu’on avait espoir dans le retour de la présence ottomane dans la province186. Ce fut autour du groupe de Behar et, plus précisément, de Bašagić, que l’idée prit forme. Tout comme pour la revue, la genèse et le développement de l’association qui vit alors le jour, nommée « Le Zèle » (« Gajret »)187, ont été étudiés en détail par Ibrahim Kemura dans une excellente monographie188. Nous n’en verrons ici que les aspects qui intéressent Bašagić.

  • 189 ABiH PR 1902/9, Kutschera à Kállay, de Sarajevo le 1er janvier 1902.
  • 190 Pour ce dernier détail, voir Spaho, « Pedeset godina vakufske uprave », p. 83.

134La première trace d’une réunion remonte au 31 décembre 1901, quand un groupe formé de trente-six jeunes hommes se retrouve pour le nouvel an chrétien chez Ibrahim-beg Čengić, un cousin de Bašagić à qui tenait à cœur la scolarisation à l’occidentale. On ignore si rien fut décidé alors189. Quelque temps après, un groupe de travail préparatoire fut mis sur pied à la tête duquel se trouva notre homme, secondé par Hadžić, Mulabdić, Mešić et un autre collaborateur de Behar, Hasan Hodžić (m. 1936). En qualité de meneur, il décida de réunir à l’été 1902 différentes personnalités afin d’évaluer les forces qu’on avait à jeter dans la bataille. Ce fut surtout la province qui répondit à son appel ; l’opposition envoya elle aussi des délégués, qui tentèrent de freiner les enthousiasmes. Ceux-ci prirent la parole dès l’ouverture des débats en déclarant ne pas pouvoir participer à l’association qu’on projetait de créer en raison de la lutte qui les opposait au gouvernement, ni non plus s’engager dans une quelconque action sans la conduite de leur chef, qui n’était pas en Bosnie-Herzégovine en ce moment – Džabić, en effet, était parti pour Constantinople afin de plaider la cause des musulmans bosniaques devant le sultan. Il fallait donc repousser toute décision tant que les grandes questions de l’autonomie religieuse et éducative ne seraient pas résolues. Plus, les délégués prétendirent que Džabić et son entourage avaient prévu, dans leurs nouveaux statuts, une association de soutien scolaire semblable à celle-ci190. Sur quoi ils quittèrent les lieux.

  • 191 Safvet beg Bašagić, « Gajret », Behar 3 (1902-1903), 20 (15/02/1903), p. 318-319. Original de la ci (...)

135Si elle eut pour conséquence de renforcer la méfiance des couches populaires envers le groupe, l’intervention eut peu d’effets immédiats sur ce dernier, et l’ambiance se détendit rapidement. La fracture idéologique était déjà consommée depuis un certain temps avec une contestation jugée trop rétrograde, aux mains d’oulémas controversés par une frange de l’élite. On chargea le groupe de travail de rédiger les statuts et d’obtenir du gouvernement les autorisations idoines. Achevés, approuvés, imprimés et mis en vente dès la fin janvier 1903, ces statuts furent envoyés le 2 février par Bašagić à un certain nombre de « patriotes » (rodoljubi) accompagnés d’une lettre circulaire qu’il fit également paraître dans Behar. Il y invitait ceux qui le désiraient à participer à la première assemblée générale, et fixait le cadre dans lequel évoluerait et agirait l’association, déjà nommée provisoirement « Le Zèle » (« Gajret »). À son principe se retrouvaient des conceptions identiques à celles qui avaient présidé à la création de Behar, appuyées sur des hadiths semblables : l’instruction est un devoir sacré ; les enfants doivent être éduqués selon la science du temps. On se plaçait au-dessus de toutes les querelles de partis et de toutes les faiblesses humaines, ayant pour but de collaborer avec les associations identiques qui existaient déjà dans la province afin de rendre à la jeunesse islamique la place qui lui revenait de par sa position sociale et de par la « tradition populaire » [sic]. Bašagić terminait son mot en incitant à propager les idées de Gajret et à recueillir autour de soi le plus possible d’adhésions191.

  • 192 Pour toute cette partie, consulter le numéro 21 de Behar de l’année 3/1902-1903, entièrement consac (...)

136L’assemblée de fondation fit état des nombreuses divergences que suscitait l’organisation de l’association192. Elle eut lieu le vendredi 20 février après-midi, dans les locaux de la kiraethana. Beaucoup de gens importants de la scène politique et religieuse musulmane s’y retrouvèrent ; en tout, une centaine de présents, pour la plupart fonctionnaires, enseignants, ainsi qu’un bon groupe de jeunes gagnés aux idées de Bašagić.

137D’abord l’atmosphère est au beau fixe. Bašagić introduit la séance par un discours qui fait vive impression, où il reprend en les développant les idées de sa lettre, précédées d’un court historique de la création de Gajret. Après moult citations en arabe et turco-ottoman, il reprend Gambetta poussant au labeur ; selon le bey, le travail, fût-il simple et d’apparence insignifiante, apporte le bonheur et remplit cet espace vide dans nos vies que nous appelons le désœuvrement (suvišni odmor). Puis il invite l’assemblée à faire acte de fondation ; après que le premier article des statuts, qui spécifie le nom de l’association, a été approuvé par tous, des voix s’élèvent à la lecture du troisième, qui spécifie les bénéficiaires de l’action. On ne veut pas que l’aide soit réservée aux seuls fils de beys ; on tombe finalement d’accord pour que seules l’honnêteté, l’indigence et de prometteuses dispositions intellectuelles rentrent en ligne de compte lors de l’examen des candidatures. L’aide s’adresse aux élèves des écoles secondaires.

  • 193 Il se trouve une interprétation intéressante des positions de Hadžić et Kulović dans une lettre à B (...)

138Cependant, il s’en trouva parmi les participants pour contester, non le bien-fondé de l’association, mais le moment de sa fondation, avançant que le jour n’était pas encore venu de lancer un tel mouvement chez les musulmans, que l’opinion n’était pas prête. Parlent en ce sens Esad Kulović et Osman Nuri Hadžić ; autant le premier avait manifesté son opposition dès avant ce jour, autant le désaccord du second étonna – mais les inimitiés personnelles avaient pu jouer à l’insu du public. Il reprocha aux participants d’entrer dans les vues politiques de Kállay, qui s’efforçait d’isoler chacune des communautés en sapant tout travail commun193.

  • 194 Hodžić, « Sličice iz historijata Gajreta », p. 139.

139Or, il semble que ces oppositions allaient plutôt dans le sens de Kállay. Kulović argumentait vraisemblablement comme le ministre le lui avait indiqué. On n’a pas conservé de trace écrite des intentions qui guidaient alors Kállay ; c’était peut-être la volonté de s’assurer de bonnes conditions pour les accords qui étaient en train de se signer à Istanbul. Džabić et les autonomistes auraient pu, en effet, l’accuser de vouloir diviser la communauté musulmane, ce qui aurait fait pencher le sultan de leur côté. L’assemblée hésitait. Grâce au poids qu’il avait auprès des fonctionnaires, nombreux dans l’assemblée, Kulović et onze autres avec lui quittent la salle. Finalement, l’autorité du reis Azabagić rallia tous les suffrages, par son approbation inopinée. Bien qu’il n’eût pas été favorable à l’initiative, Azabagić était un adversaire acharné du mouvement de Džabić, et il préférait se retrouver aux côtés de Bašagić plutôt que d’avoir à être compté dans les rangs des protestataires. Hermann Tausk, proche collaborateur du gouvernement territorial, se rua sur le téléphone pour prévenir Kállay que leur dernière carte avait échoué194.

  • 195 ABiH LR Präs 1903/767, Alfred Kozsler le 25. II. 1903 (publié par Besarović [éd.], Kultura i umjetn (...)

140Kulović avait très bonne presse dans l’assemblée et aurait pu devenir président de l’association ; lui parti, ce fut Bašagić qui fut élu, mais uniquement parce que le haut-juge de la charia Nuri Hafizović déclina sa propre élection (Hafizović obtint 29 suffrages, Bašagić 26)195. Halid-beg Hrasnica fut vice-président, Hasan Hodžić secrétaire, Hajdar Fazlagić trésorier et le conseil d’administration constitué de Rizabeg Kapetanović, Edhem Mulabdić, Salih Alićehić et Hilmi Muhibić. C’était la même équipe qui avait créé Behar et qui tenait les rênes de « Gajret », ce qui rassura les autorités sur la direction que prendrait l’association, car tous étaient loyaux. Parmi les musulmans qui avaient des idées proches de celles de Bašagić, c’est également le soulagement, comme le lui exprime Bahtijarević, un de ses amis :

  • 196 IAS BS – 79, Bahtiarević à Bašagić, de Cazin le 18. III. 1903.

Si le bureau [de « Gajret »] avait été constitué de personnages qui parlent beaucoup et agissent peu, j’aurais pu trouver dans la région [de Cazin] 20 ou 30 membres pour l’association.
Mais lorsque j’ai vu qu’ont été élus au bureau des gens qui parlent peu et agissent beaucoup et lorsque j’ai lu dans ta lettre ce que la censure avait tu, j’ai convoqué au medrese de bon cœur et avec grand enthousiasme, pour le quatrième jour du petit Baïram, cinq cents personnes de toute notre pauvre région. Je leur ai alors tenu un discours après lequel ils se sont tous inscrits comme membres, bien que notre région soit déjà assez mise à contribution par les 13 600 florins annuels que nous donnons bénévolement pour l’entretien de nos douze mekteb réformés196.

  • 197 IAS BS – 79, Bahtiarević à Bašagić, de Cazin le 29. III. 1903 ; S. M. [Safvet-beg Bašagić], « Hadži (...)
  • 198 Bošnjak 13 (1903), 7 (12/02) et 9 (26/02).
  • 199 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 293.
  • 200 Safvet-beg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret », p. 213.
  • 201 Mulabdić, « Moje uspomene », p. 292.

141Quelques semaines plus tard, Bahtijarević (secondé par Selman-beg Ćorović) totaliserait 536 adhérents de son seul fait. On se congratulait de ce succès197. Outre ces initiatives individuelles, « Gajret » fut popularisé par voie de presse. Quoiqu’il fût plutôt du côté de Kulović, Bošnjak avait annoncé l’assemblée de fondation et en donna un long compte rendu198 ; surtout, Behar suivit pas à pas l’évolution de l’association et contribua à en rendre ses lecteurs familiers199. Le seul fait que les locaux de l’association et de la revue se trouvaient dans les mêmes bâtiments en dit assez long sur leur intrication200. De plus, Hadžić démissionna après le 20 février car Mulabdić et Spaho avaient déclaré qu’ils soutiendraient « Gajret » par des articles réguliers : il n’y avait donc plus aucun obstacle pour qu’on travaillât main dans la main et que Bašagić revînt dans les colonnes de la revue pour rendre compte de la vie associative201.

2. 1903, Année décisive

  • 202 Voir l’épilogue, en fin de ce travail.

142Plus que Behar, « Gajret » a marqué un tournant majeur de la vie communautaire musulmane. L’association a permis d’emmener un très grand nombre de jeunes gens et de jeunes filles vers des formations spécialisées, adaptées au développement de l’économie moderne. On peut considérer 1903 comme une année décisive, plus que tout autre peut-être pour l’actuelle communauté musulmane – laquelle en a d’ailleurs bien conscience, comme l’ont montré des manifestations pour le centième anniversaire de la fondation de « Gajret202 ».

143Ce tournant coïncide avec un chamboulement de la politique sud-slave. En Serbie, le 11 juin 1903 se termine la dynastie des Obrenović, qui avait adopté des positions assez mesurées sur la question bosno-herzégovinienne ; le 27 juin, le ban Khuen-Hedérváry part de Croatie – le nationalisme croate allait pouvoir prendre son envol tout à fait ; et le 13 juillet, Kállay meurt à Vienne – ce qui marque aussi la fin de son « régime » : Appel et Kutschera, respectivement gouverneur militaire et Civiladlatus, sur lesquels il s’était appuyé depuis 1882, partent bientôt eux aussi.

  • 203 Et non le 2, date avancée dans Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti, éd. Ćehajić, p. 222, (...)

144Symboliquement, c’était toute une politique, toute une façon d’envisager la question sud-slave qui disparaissait avec ces trois événements. Nada allait bientôt cesser de sortir, elle aussi ; elle avait concrétisé le désir qu’avait toujours eu Kállay de faire de Sarajevo le centre de la politique balkanique. Du point de vue des musulmans bosno-herzégoviniens, deux disparitions vont contribuer à renforcer ce symbolisme : celle de Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški, le 28 juillet 1902, et celle d’Ibrahim Bey Bašagić le 8 novembre suivant203. L’ancienne génération, les acteurs de 1878 s’éteignaient tous en même temps, laissant le champ de bataille au mouvement de contestation, Džabić à sa tête.

  • 204 ABiH PR 1901/236, pièce jointe : télégramme de Kutschera à Kállay, le 13. XII. 1901 ; [Anonyme], «  (...)
  • 205 Le poème en question n’a pas été repéré dans les bibliographies consultées.
  • 206 Le recueil de sentences intitulé Les Colliers d’or (Awāk al-Dhabab) connut de nombreuses éditions e (...)

145Malade depuis un an204, Ibrahim Bey expira en poète plus qu’en politique, désireux de traduire le poème soufi « Ô enfant ! » d’al-Gazalî (xie siècle)205 et Les Colliers d’or d’al-Zamachsharî (1075-1144)206, dont il avait déjà réuni quelques commentaires et variantes. La mort d’un poète bosno-musulman devait être chantée par le plus grand d’entre eux en 1902, son propre fils, qui composa à cette occasion son premier gazel en persan – dont voici la traduction française :

  • 207 Malić, Bulbulistan, p. 62 ; Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 222. Les tra (...)

Il était l’orgueil (bonne réputation) incarné aux yeux des amis et des ennemis, une lanterne luisante dans le cercle des derviches pieux. Soutien des patriotes et propagateur de l’instruction, le principe de sa vie était de laisser une bonne renommée207.

  • 208 IAS BS – 96, Muhamed Bey Defterdarović à Safvet-beg Bašagić, de Trebinje le 14. XI. 1902 ; IAS BS – (...)

146Ces quelques vers résument l’essentiel de sa personnalité : piété, patriotisme herzégovinien (ce que relèvent tous les articles nécrologiques), foi dans le progrès – nom honoré aussi, ainsi qu’il apparaît à la lecture de deux lettres que son fils conserva précieusement, l’une d’un ami d’enfance, le père d’Ibrahim-beg Defterdarević, l’autre de Ján Krcsmárik, ancien du Gouvernement territorial208.

  • 209 Mirza Safvet, « Arif-Hikmet beg », Behar 4 (1903-04), 3 (01/06/1903), p. 45-46 ; Mirza Safvet, « Ar (...)

147La mort de Kapetanović, la mort d’Ibrahim Bey, c’était la mort de l’époque ottomane – définitivement enterrée par la disparition, le 19 mai 1903 à Istanbul, d’Arif Bey Rizvanbegović, alias Hikmet, le dernier représentant de la poésie bosno-ottomane209. Safvet-beg incarnait le visage d’une Bosnie musulmane et désormais européenne. Pour rendre hommage à son père, il utilisa le persan (langue poétique de l’aire ottomane par excellence) pour la première fois – et, autant qu’on sache, pour la dernière ou presque. Quoique la Bosnie-Herzégovine ne fût pas encore tout à fait soustraite à la coupe d’Istanbul, chacun savait pertinemment que cela arriverait tôt ou tard : la période ottomane était terminée. Elle constituait aux yeux de Bašagić fils un objet d’étude global. Par exemple, même s’il resta pudique quant à la figure paternelle, puisqu’il ne publierait rien à son propos, il consacra en revanche un très long article nécrologique à Hikmet où il célébrait son art de façon hyperbolique, le comparant à Hafiz, etc. Pour notre homme, 1903 ne marquait pas une rupture, mais l’entrée définitive dans le souvenir du passé bosno-ottoman.

148C’est à travers ses activités à « Gajret » que Bašagić œuvra le plus concrètement à la modernisation de sa communauté religieuse ; la nouvelle donne politique dans la province allait le lui permettre : à partir de juin 1903 et jusqu’en 1912, le ministre commun des Finances fut Stefan Burián (1851-1922), qui libéralisa la politique de Kállay vis-à-vis des mouvements identitaires en Bosnie-Herzégovine. Il fut aidé en cela par le chef militaire de la province, Eugen von Albori (1838-1915), brillant officier austro-hongrois, qui prit son commandement le 3 décembre 1903 ; ainsi que par Isidor Benko (1848-1925), le nouveau Civiladlatus, administratif fort compétent.

3. Formation nationale musulmane dans l’après-1903

  • 210 [Anonyme], « Naši saradnici. Dr. Safvetbeg Bašagić (Mirza Safvet) », p. 9 ; Hasan Hodžić, « Sličice (...)
  • 211 IAS BS – 90, Husein-beg Biščević à Bašagić, de Vienne le 8. VII. 1905 ; IAS BS – 102, Osman Dusinov (...)

149Les musulmans se dotèrent assez rapidement des médias et structures associatives qui leur faisaient encore défaut, et ce à travers le groupe de Bašagić. Ces hommes auraient d’autant plus les mains libres que le mouvement de contestation s’essoufflait alors et fut en perte de vitesse jusqu’en 1906. À peu de choses près, la composition du bureau de « Gajret » fut reconduite chaque année jusqu’en 1907, et Bašagić fut président sans interruption. Durant ces quatre ans, l’association se heurta bien sûr à beaucoup d’hostilité en même temps que sa renommée grandissait et que le nombre des adhérents augmentait rapidement. Une partie de l’opinion publique considérait les membres du bureau comme des francs-maçons ; un intellectuel catholique, on ignore lequel, s’éloigna de leur cercle d’influence sous prétexte que l’action était menée avec trop de prosélytisme musulman ; ces deux éléments montrent à quel point les ragots pouvaient être incohérents. Hodžić fut licencié de son travail, et le fonctionnariat originaire de régions autres que la province bosno-herzégovinienne voyait d’un mauvais œil l’association gagner la faveur des couches populaires ; enfin, certaines personnalités influentes tentèrent de faire main basse sur sa direction et d’imposer leurs propres vues. Cependant, Bašagić, Mulabdić et leurs amis, qui ressortirent toujours intacts de ces épreuves, furent rapidement considérés comme les pionniers de l’instruction de masse au sein de la population musulmane210. Le bey reçut des mots de remerciements de jeunes boursiers, ce qui ne put que le conforter dans cette idée211.

  • 212 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 41. Mešić met en exergue les deux manifestatio (...)
  • 213 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 293. L’hymne fut mis en musique p (...)
  • 214 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363. Le poème fut publié l’année suivante (Sa (...)

150Dès 1904, le bureau de l’association décida l’organisation d’une fête anniversaire, à l’instar des grandes manifestations associatives organisées par les autres communautés et nationalités dans les pays voisins212. On connaît l’importance de ces rassemblements pour l’affirmation des identités culturelles et nationales en Europe centrale et orientale à cette époque. Bašagić mit sur pied une chorale d’une quarantaine de voix, écrivit dans l’urgence une pièce de théâtre (La Bataille d’Özü) pour l’occasion et composa l’hymne de l’association la veille du grand jour213. Moment symbolique de la constitution nationale : quelqu’un proposa que fût déclamé pendant la fête « Bâtissons des écoles ! » (« Dižimo škole ! »), célèbre poème du nationaliste serbe Zmaj Jovanović ; Bašagić s’éleva contre l’idée d’emprunter à un Serbe et promit de composer quelque chose de semblable en mieux, ce qui donna un poème devenu célèbre parmi les musulmans de Bosnie-Herzégovine214. L’ambiance était à la concurrence.

  • 215 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 41 ; Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa (...)

151Le grand jour arrive, le grand jour est là : lundi 17 avril 1905. Beaucoup de provinciaux, de petites gens qui ignorent l’existence de l’association la découvrent alors. On se réunit à la Maison des sociétés, le centre de la vie culturelle de Sarajevo ; on écoute Bašagić déclamer son poème incitant à la scolarisation, on admire les tableaux vivants illustrant d’autres poèmes du bey dits par des élèves boursiers. Après le succès tout sarajévien d’Abdullah Paşa, celui de La Bataille d’Özü est provincial grâce à ce public venu de toutes parts. Ce « poème dramatique », composé en décasyllabes, mettant en valeur un personnage féminin, suscite le même genre d’émotion que la pièce précédente : un enthousiasme épique plutôt que théâtral. La fête est grande et tout le monde en repart enthousiaste : on est donc capable, autant que les autres qui nous narguent et nous traitent d’obscurantistes, de vivre dans le monde moderne215.

  • 216 Alija Nametak, « Dr Safvet beg Bašagić. 6. V. 1870.-6. V. 1930. », p. 323. Özü est le nom ottoman d (...)
  • 217 ABiH LR Präs, 1905/523, de la mairie de Bos. Petrovac au centre de Kreis de Bihać, le 22. II. 1905. (...)
  • 218 ABiH LR Präs, 1906/3846, de la mairie de Bugojno au gouvernement territorial de Sarajevo, le 8. XII (...)

152La fête est également inspirée par des motifs politiques. Elle s’insère dans une logique visant à discréditer le mouvement contestataire, qui avait établi son siège à Budapest et s’appuyait sur l’opposition hongroise : La Bataille d’Özü reprend en réalité le poème inachevé « La conquête de Kanisza », paru dans Bošnjak en 1891, où Bašagić avait fait montre d’un esprit magyarophobe assez prononcé ; et malgré quelques transformations, l’ennemi restait bien hongrois. Plus : à l’origine, la pièce s’appelait La Bataille des Croates contre les Hongrois (Boj Hrvata protiv Mađara)216. Bašagić essayait donc de gagner de vitesse les autonomistes qui, de leur côté, s’essoufflaient. Une autre de ses offensives consista à reprendre le terrain qu’ils occupaient jusque-là : le loyalisme ottoman. Ainsi, une antenne locale de « Gajret » avait deux mois auparavant organisé une fête où fut entonné un « Hymne à l’empereur », c’est-à-dire au sultan, composé par Bašagić217. Contrairement aux directives austro-hongroises, celui-ci se montrait d’autre part favorable aux démonstrations de loyalisme ottoman lors du jour anniversaire d’Abdülhamid, et tolérait que le drapeau ottoman fût hissé devant les bâtiments de « Gajret »218.

  • 219 Bašagić était désireux de réunir des livres ottomans pour cette bibliothèque (alors qu’il est proba (...)

153En concurrence donc à l’extérieur comme à l’intérieur de sa communauté, Bašagić essaya de se gagner la jeunesse pour renforcer son pouvoir et enraciner la construction identitaire moderne dans les jeunes consciences. Il lança le Club de la jeunesse musulmane (Klub muslimanske omladine) en mai 1906 et prêta des salles de l’immeuble de « Gajret » à cette nouvelle association : un cabinet de lecture avec bibliothèque219 et une salle de répétition pour un ensemble de tambura (sorte de mandoline) ; des cycles de conférences y furent organisés. Dans son discours d’inauguration, le bey élu président donna le diapason :

La société et la communauté invitent à travailler. L’état culturel d’un peuple ne dépend pas de son pays mais de son travail et de son esprit d’initiative. Si l’ancienne Espagne a fleuri, c’est grâce aux Arabes ; si ses anciens parcs se sont transformés en désert, la faute en incombe à ses actuels habitants, les Espagnols. Si notre communauté religieuse est faible, la faute n’en incombe pas à l’islam et à ses institutions, mais à nous, parce que nous rejetons tout progrès, et nous accueillons tout ce qui en empêche le développement. Chez nous, la règle d’or selon laquelle il faut subordonner le profit personnel à l’intérêt général n’a pas de sens, chez nous l’intelligence de la vie est égoïste. C’est pourquoi nous nous associons aujourd’hui (...). Le peuple est le cœur du pays, et la jeunesse est le cœur du peuple. « Evladuna ekbaduna » a dit l’Envoyé de Dieu (nos jeunes gens sont nos poumons). Ces poumons, le peuple doit les développer selon l’époque dans laquelle il vit. Le vénéré Alī dit : « L’association est le meilleur moyen pour que les jeunes gens se mettent au travail ».

  • 220 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 40-41 ; Hodžić, « Sličice iz historijata Gajre (...)
  • 221 Mulabdić, « Naši biciklisti », Gajret (calendrier) 1 (1906-1907), p. 152.

154Remise en cause critique de soi ; morale du travail ; mode d’association mettant le primat sur la culture – Bašagić ajoute à cette éthique libérale une apologétique musulmane classique, reprise de l’orientalisme européen lui-même (à propos de l’Andalousie)220. Apôtre de l’hygiénisme promu par l’Occident, il encourage cette même jeunesse à se mettre au sport – à un sport moderne : la bicyclette. Il fonde une association cycliste, « La lune » (El-Kamer) en 1904, la première structure sportive spécifiquement musulmane ; l’esprit qui préside à cette initiative se formule dans une syntaxe et par un vocabulaire qu’on dirait tout droit repris de ses premiers poèmes : « Les temps chevaleresques, les temps des champs de bataille héroïques, des lances et des décorations, sont passés. Mais de nouveaux sont survenus, qui ont apporté à la jeunesse de nouvelles façons d’exercer son agilité, (...) en vue de la santé du peuple et de l’hygiène221. » Le nom de cette association vient tout droit de l’arabe ; ce n’est pas un arabisme de langue bosniaque. Il montre, plus encore que ceux de Behar ou « Gajret », la volonté d’inscrire la modernité bosno-musulmane dans une ambiance orientalisante.

  • 222 Alija Nametak, « Islamska dionička štamparija », p. 238-240 ; Čaušević, « Merhum Dr. Safvetbeg Baša (...)
  • 223 ABiH GFM Präs 1905/1398, Albori au ministère commun des Finances, de Sarajevo le 12. XI. 1905. Le j (...)

155Une autre condition de la survie nationale dans un monde de compétition est sa capacité à s’étendre, en un mécanisme quasi capitaliste. L’imprimé représente le moyen essentiel de cette diffusion au début du xxe siècle, et il est nécessaire d’en contrôler la production ; en d’autres termes, que la communauté se dote d’une imprimerie s’avère nécessaire. On aurait par exemple préféré imprimer Behar sous les presses d’un imprimeur musulman. L’idée avait vu le jour dès la sortie de la revue, mais était restée lettre morte durant presque quatre ans. Les personnalités autour de la revue s’en inquiètent cependant : Adem-aga Mešić, le propriétaire, et Edhem Mulabdić, le rédacteur en chef, concrétisèrent le projet, soutenus par Čaušević et Bašagić : le 10 juillet 1905, on ouvrit en grande pompe l’Imprimerie musulmane par actions (Islamska dionička štamparija) ; les membres du comité directeur étaient Ibrahim-aga Šahinagić, Hamdija Kreševljaković et Muhamed-aga Jusufagić222. Rapidement, on voulut même y imprimer un journal politique qui défendrait les intérêts de la communauté bosno-musulmane (comprendre : les intérêts du groupe), mais pour des raisons inconnues, le projet ne se concrétisa pas223.

  • 224 En 1900, une tentative faite par le Sarajévien Alija Kreševljaković avait échoué – voir Besarović ( (...)
  • 225 ABiH GFM Gen. 1906/37073, d’après Besarović (éd.), Kultura i umjetnost, p. 238.
  • 226 [Publicité], Gajret (calendrier) 1 (1906-07), p. XII ; Hadžiosmanović, Biblioteke u Bosni, p. 43-44 (...)

156Contrôler la diffusion, également : les musulmans ne possédaient pas de librairie communautaire224. En mai 1904, Bašagić réalisait un vieux rêve en rachetant avec ses trois frères Tevfik-beg, Osman-beg et Muhamed-beg leur librairie aux frères Rajković, qui se trouvait non loin des bâtiments du Grand gymnase. Continuant la fourniture de matériel de bureau et la vente de cartes postales de l’ancienne librairie, les frères Bašagić projetaient une politique littéraire de plain-pied avec la modernité orientale et occidentale : « Nous nous efforcerons de garnir nos rayons des meilleures œuvres de la littérature mondiale et accorderons une particulière attention à ce qu’on puisse se procurer toutes les nouvelles publications des littératures arabe, turque, croate, serbe, allemande et française, dès leur parution. » L’activité, ayant cessé pendant presque deux ans après le rachat des locaux, probablement en attente de la concession gouvernementale, reprit au printemps 1906225. De concert avec l’imprimerie musulmane, les frères lancèrent également une collection dans laquelle parurent quatre titres : un d’Edhem Mulabdić, un de Hamid Šahinović et deux de Safvet-beg lui-même. De ses ouvrages, il suffira de noter ici que le second réunissait toutes les anecdotes qu’il avait fait paraître durant une quinzaine d’années226.

4. Conclusion

157La fondation de « Gajret » a révolutionné l’identité bosno-musulmane parce qu’elle a réuni les forces vives de la communauté autour de son avenir, incarné dans sa jeunesse. Elle a provoqué l’apparition de structures spécifiques qui lui permettront de tenir dans la course nationaliste qui s’accélère à partir de 1903. Elle représente également une tentative de rapprochement entre les élites musulmanes et la masse, car elle instaure (théoriquement du moins) un système ascensionnel basé sur la sélection des intelligences.

D. La voie religieuse

158La quatrième voie empruntée par Bašagić pour susciter une élite parmi ses coreligionnaires est la conséquence des précédentes. L’élite du savoir, solidement enracinée dans l’histoire, maîtresse d’elle-même grâce à la maîtrise de la langue, a besoin d’un nouvel espace d’expression dans la société qui se met en forme : espace nécessairement civil, à gagner sur les positions des oulémas trop puissants dans la domination des esprits et des mentalités. Notre homme s’attelle donc à la tâche de faire découvrir la possibilité de cet espace aux musulmans bosno-herzégoviniens et de critiquer des oulémas trop envahissants.

1. Un libéralisme bosno-musulman

159Quelques textes de Behar peuvent faire comprendre ce qui, d’un point de vue musulman (au sens moyen que prend ce terme selon la notion d’idéal-type chez Weber), gênait les oulémas bosniaques chez Safvet-beg Bašagić et ses amis.

  • 227 Seradžuddin, « Mevlud. Sarajevo 11. reb. ev. 1318. », Behar 1 (1900-01), 6 (15/07/1900), p. 97-98 ; (...)
  • 228 Terdžuman, « Islamski običaji i ćudorednost », Behar 1 (1900-1901), 23 (01/04/1901), p. 358-360 ; 2 (...)

160Personne ne pouvait nier que ces intellectuels révéraient l’islam ; Bašagić, par exemple, consacra nombre de poèmes et textes dans Behar à magnifier sa religion, qui ne posaient pas de problèmes d’un point de vue religieux227. Il traduisit aussi un extrait de la très orthodoxe Apologie du monde islamique (Âlem-i İslâmiyeti müdafaa), composée par l’Ottoman Âbidin Paşa (1843-1908) en 1897228, où cet auteur décrivait longuement les différentes coutumes observées chez les musulmans, trouvant leur source dans l’histoire du peuple arabe et dans le Coran.

  • 229 Nazim, « Vehabije i babije. Po I. T. Eckardtu », Behar 1 (1900-1901), 6 (15/07/1900), p. 91-94 ; 7  (...)
  • 230 Abduselam Balagija témoigne en 1940 que ces deux sectes sont pour ainsi dire inconnues en Bosnie-He (...)
  • 231 Nazim, « Sud evropskog učenjaka o islamskoj prosvjeti », Behar 1 (1900-1901), 12 (15/10/1900), p. 1 (...)
  • 232 N., « Islam je uvijek pravedan », Behar 1 (1900-1901), 24 (15/041901), p. 378-380. Bašagić ne menti (...)

161Mais voilà : les autres articles d’apologétique, historiques ou théologiques, n’avaient pas le parfum pur de l’islam parce qu’ils étaient inspirés d’auteurs qui n’étaient pas musulmans. Deux textes sont ainsi plus caractéristiques d’une certaine méthode de Bašagić, consistant à trouver systématiquement en Occident la glorification de l’Orient islamique. Ce procédé a entre autres pour résultat de nuancer les contrastes de valeur entre islam et chrétienté, Orient et Occident, et de permettre ou bien une évolution de la pensée musulmane vers les canons de la science jugée d’origine chrétienne, ou bien la création d’une morale inclusive à laquelle serait subordonnée la révélation de Mahomet. Surtout, c’était accepter un jugement de l’extérieur – le plus dur, peut-être, à accepter. Le bey orientaliste avait ainsi fait paraître, durant l’été 1900, la traduction d’un article d’un orientaliste germanophone, I.T. Eckardt, où étaient présentés et analysés deux courants islamiques contemporains (le wahhabisme et le babisme) ; pour relever l’autorité de l’auteur qu’il traduisait, Bašagić le présentait comme un grand professeur – alors que dans les principaux bottins de l’époque, on ne trouve nulle part d’Eckardt, qui devait plutôt appartenir à la race des publicistes, malgré la bonne qualité de son étude229. On sait par ailleurs que cet article ne marqua guère le souvenir des lecteurs230. Une deuxième traduction entrait plus précisément encore dans la rhétorique occidentaliste de Bašagić : en faisant le compte-rendu d’un ouvrage de l’orientaliste Alfred von Kremer (1828-1889), il débordait vers une apologétique s’inspirant des arguments de l’Autrichien231. Enfin, pour donner davantage de poids à sa démarche et la justifier, il reprenait les réflexions parallèles de musulmans arabophones – une référence d’autorité pour les musulmans de Bosnie-Herzégovine. Un article emprunté à un journal égyptien, qui lui-même l’avait réimprimé d’une feuille arabe, disait assez par son titre (« L’Islam est toujours juste ») le but qu’il se proposait. Pour cela, l’auteur égyptien avait rapporté les propos de différents orientalistes français et anglais, louangeurs à l’endroit de la religion de Mahomet et sérieusement étayés sur des faits concrets et de claires perspectives historiques. La démarche même de ce journaliste demandait une certaine libération de la foi pour un approfondissement plus personnel232.

162On voit assez que le rédacteur de Behar connaissait parfaitement les courants réformateurs du monde islamique, aussi bien ceux prônant un retour à la pureté originelle de l’islam (wahhabisme) que ceux militant pour une adaptation aux circonstances historiques et au contact avec l’Occident moderne (al-Nahda égyptienne). Ce fut à l’occasion d’une autre traduction, tirée celle-ci de L’Interprète (Tercuman), un journal de Crimée, qu’il exposerait lui-même ses propres idées de réforme. L’article concernait les populations musulmanes de cette région méridionale de la Russie (d’origine tatare), dont les habitudes somptuaires dépassaient toute limite. Bašagić reprenait d’abord la description des excès et des dépenses démesurées qu’occasionnaient mariages, circoncisions et enterrements, qui selon lui contredisaient toutes les prescriptions de l’islam. Il en concluait qu’une morale ascétique devait réprimer ces débordements : on devait proscrire le luxe car il était inutile et servait à l’orgueil. « Du travail, toujours du travail, et encore du travail », affirmait-il en citant Gambetta, raisonnant son lecteur sur la nécessité de l’effort à fournir pour atteindre à un degré supérieur de civilisation et rappelant le contre-exemple de nombreux pays d’Afrique du Nord. Il synthétisait ces valeurs typiques de l’Occident moderne sur une profession de foi progressiste :

Dans la science est le progrès ; dans le progrès, l’instruction ; dans l’instruction, la lutte opiniâtre pour l’existence, et c’est dans cette lutte que sont le bien-être et le salut du peuple. Ce slogan, le vingtième siècle l’adresse à tous les peuples, avec la signature : « Pain ». En ce simple mot se mêlent toute la diplomatie, toute la philosophie et toute la force morale et matérielle de l’individu et du peuple. Celui qui sait s’assurer le pain à soi-même et à sa descendance a le droit à l’existence, ou alors il doit succomber à « l’esprit du temps ». Les petits peuples, par peur devant les grandes nations, doivent réunir toutes leurs forces pour survivre.

  • 233 Seradž, « Svadbe, suneti i pokopi », Behar 1 (1900-01), 20 (15/02/1901), p. 323-324.

163L’action à laquelle Bašagić invitait ses coreligionnaires reposait sur le credo darwino-social le plus banal à son époque, un struggle for life des nations qu’il formulait à plusieurs reprises dans le texte. Après ces objurgations, il donnait en exemple les Tatars de Kazan, et les immenses efforts qu’ils avaient déployés pour se doter de structures scolaires et culturelles modernes : écoles et université, imprimerie et librairies, journaux et calendriers. Ce tout petit peuple écoutait ses élites intellectuelles, qui exerçaient leur influence dans tous les milieux233.

  • 234 ABiH GFM Präs 1904/1282, mémorandum de Thalloczy non daté (complété en 1906), cité d’après Okey, «  (...)

164La proposition reposait sur une ouverture mentale à la comparaison et à la concurrence ; cette démarche, pour Bašagić, c’était se désenclaver ; pour un musulman traditionaliste, c’était se perdre en oubliant les devoirs islamiques. Il est difficile de savoir dans quelle mesure le programme esquissé par l’exemple tatar, et que Bašagić n’avait cessé de répéter depuis cinq ans déjà, entrait dans un cadre de pensée véritablement islamique. Les termes employés par notre homme sont en effet tout droit repris des idéologues libéraux occidentaux, qui réagissaient par rapport au christianisme, c’est-à-dire une manière de penser les rapports entre la personne humaine et le système politique différente de ce que l’islam a lui-même mis en place. Un seul exemple : en reprenant les écrits de Bašagić, depuis l’article « Hubb-ul vatan » paru dans Bošnjak jusqu’à ses commentaires sur Kazan, il serait très simple de montrer que la nation s’y présente comme ersatz du divin. La substitution a été reprise des modernistes ottomans, que son père a fréquentés, lesquels l’ont empruntée grosso modo à la pensée progressiste française. Cela impliquait un certain partage de compétences entre l’au-delà et l’existence terrestre : quels attributs du divin la nation devait-elle récupérer ? L’État-providence, le sacrifice de soi jusqu’à la mort pour la sauvegarde du corps national sont des notions tout droit reprises de la religion chrétienne ; ce n’est guère central dans l’islam, voire cela lui est tout à fait étranger. Bašagić était-il donc habité d’un véritable souci d’adaptation à la pratique islamique ? Avait-il suffisamment pensé la nature de l’islam pour comprendre les enjeux de discours progressistes qu’il s’empressait de récupérer parce que l’époque était à la course entre les peuples ? En fait, cet effort d’adaptation restait encore à venir. Ses grandes idées de contact entre Orient et Occident, dont il rappela encore au milieu de 1901 aux lecteurs de Behar qu’il était le but principal de la revue, n’avaient guère persuadé la majorité des musulmans, qui n’avaient pas la latitude psychologique pour voler dans ces abstractions, tandis que lui n’avait pas la latitude d’esprit pour les concrétiser. Ainsi Thálloczy affirma-t-il qu’un grand nombre de jeunes Bosniaques apprirent la culture occidentale sans s’imprégner de son esprit234 : Bašagić apprit la lettre, mais cernait mal la portée spirituelle des mots qu’il employait.

  • 235 Hodžić, « Sličice iz historijata Gajreta », p. 139.
  • 236 Mužić, Masonstvo u Hrvata, p. 139 et 178 ; Paul Dumont, « La Turquie dans les archives du Grand Ori (...)

165Pour l’instant, la prose dont il abreuvait ses coreligionnaires avait peu d’effets ; on la lisait sans bienveillance, parce que ses idées semblaient tout à fait étrangères – dans leurs valeurs et leurs préoccupations – aux oulémas. Discourir de la sorte suscitait la désapprobation des religieux conservateurs envers le groupe de Behar et « Gajret ». On a lu précédemment qu’on les prenait pour des francs-maçons235 ; et s’il n’y avait pas de loge en Bosnie-Herzégovine à cette époque, les milieux que fréquentait Bašagić n’étaient pas éloignés des idées développées par la franc-maçonnerie à cette époque ; par exemple, il était de notoriété publique qu’Ante Tresić-Pavičić était franc-maçon. D’autre part, on connaît les racines franc-maçonnes du renouveau ottomaniste, dont la pensée de Namık Kemal – même s’il n’appartint probablement jamais à aucune loge – était proche236.

  • 237 Tous les développements sur le Club des écrivains sarajéviens sont dus à : Pilar, « Kako su nastala (...)

166On peut préciser un peu plus encore les milieux que Bašagić fréquentait et où il pouvait entendre parler avec approbation d’un Gambetta, par exemple. C’est du côté croate qu’il s’imprègne de ces idées, par la lecture de Hrvatsko pravo, qui entretient des affinités avec les radicaux français, mais surtout en fréquentant les sympathisants du Parti pur du droit (dont le journal mentionné est l’organe) en Bosnie-Herzégovine – une petite élite intellectuelle qui décida, justement à la fin de 1900, de se regrouper en un cercle d’études et de réflexion237. Plus précisément : le 16 décembre 1900, les starčevićiens Ivo Pilar et Dušan Plavšić, deux personnages fort actifs dans la moderna croate et que Bašagić connaissait bien, firent passer à un petit groupe d’hommes de lettres sarajéviens une lettre circulaire où ils les invitaient à se réunir régulièrement à la Maison des sociétés pour débattre de sujets divers et variés entre eux. Outre des catholiques, quatre musulmans se déclarant croates y étaient conviés : le trio initiateur de Behar et le beau-frère de Safvet-beg, Riza-beg Kapetanović. Milićević, Alaupović, Milaković, Truhelka, Hörmann entre autres font partie du groupe. En bref, tout ce beau monde se connaissait parfaitement. Le principal fruit du groupe, qui resta toujours informel, fut de mener à terme la mise par écrit des mémoires du franciscain Grga Martić (1822-1905), le principal poète bosno-catholique de la fin du xixe siècle qui assista de façon privilégiée à maints moments décisifs de la Bosnie et de l’Herzégovine. Ces mémoires restent encore aujourd’hui une source précieuse pour connaître les dernières années de la domination ottomane dans la région, et les écrivains de Sarajevo avaient très clairement conscience de l’importance que revêtait la mission qu’ils s’étaient fixée.

167Les musulmans ne furent guère assidus aux rendez-vous, car les travaux autour de Behar accaparaient le temps libre que leur laissaient leurs activités professionnelles. Bašagić se montra cependant plus souvent présent que ses coreligionnaires à ces réunions, dont le lecteur saisira l’esprit de fond quand il en apprendra la fin – six mois plus tard, le 24 mai 1901. Ce jour-là, l’un des participants, Ljudevit Dvorniković (1861-1933), donna une conférence sur Les Énigmes de l’Univers (Die Welträthsel) d’Ernst Haeckel (1834-1919). Paru quelque deux ans auparavant à Bonn, le livre était une profession de foi moniste et transformiste : l’âme était matérielle et le vivant formait une unité qui se récapitulait en chacune de ses parties. Rejetant la dualité chrétienne du corps et de l’âme, posant l’identité de Dieu et de l’univers, Haeckel prenait figure de prophète panthéiste inspiré d’un tel enthousiasme qu’il fonderait en 1906 une secte proprement écologiste (c’est lui qui avait forgé le mot) visant, selon des méthodes eugénistes, à l’amélioration de la race humaine. Le 24 mai sont donc exposées à Sarajevo des idées que le plus timide des chrétiens eût d’emblée rejetées, ce qui est étonnant dans la mesure où un Hörmann, par exemple, était un clérical bien connu de la ville. Haeckel plaidait en faveur de la séparation de l’Église et de l’État ; les cercles cléricaux autour de l’évêque Stadler s’inquiétèrent qu’une telle idéologie pénétrât jusque dans la paisible province bosniaque et agirent pour interdire les réunions du groupe, ce à quoi elles parvinrent.

  • 238 IAS BS – 83, Begović à Bašagić, de Vrlika le 6. VIII. 1900.

168Certes, les écrivains sarajéviens ne se comptaient pas parmi les initiés haeckeliens, ni n’assimilaient les doctrines de l’Allemand à celles de Gambetta (quoiqu’elles eussent une référence commune, celle du darwinisme). Les idées de l’un et de l’autre se rejoignaient surtout dans une attitude nettement anti-cléricale. À Sarajevo, où l’identité religieuse prime avant tout, ce sont ces positions qui intéressent les beaux esprits – Bašagić avec eux, tout comme il a pu s’intéresser, de façon périphérique, aux théories raciales. Mais les différences biologiques entre les hommes pèseront moins dans la balance de son nationalisme que l’idée fondatrice de séparation des pouvoirs temporel et spirituel. Ainsi, ses amis croates militent pour l’avènement d’une société civile sur laquelle l’Église n’aurait plus d’emprise, à l’image de Milan Begović (1876-1948), anti-clérical notoire, qui lui écrit : « le clergé est notre esclavage ! » [ « popstvo je naše robstvo238 ! »].

  • 239 Žeželj, Pijanac života, p. 36.
  • 240 Mirza Safvet, « Poslanica Xeresu de la Maraja », Svjetlo (calendrier) 15 (1900), p. 32 ; Žeželj, Pi (...)
  • 241 IAS BS – 83, Begović à Bašagić, de Vrlika le 6. VIII. 1900. En échange de la critique que Bašagić é (...)
  • 242 Anonyme, « Knjiga Boccadoro. Xeres de la Maraja », Behar 1 (1900-1901), 9 (01/09), p. 145.

169Revenons un instant sur l’amitié qui liait Bašagić à ce dernier. Il avait peut-être connu Begović à Vienne en automne 1897, date à laquelle cet épicurien croate se trouvait dans la capitale impériale239. En 1899, Begović publia son manifeste sous la forme d’un recueil de poèmes intitulé Le Livre Boccadoro, au ton libre et sensuel, qui souleva tempête en Croatie dans les milieux cléricaux. L’opinion publique se divisa en deux camps et les prises de position furent extrêmement fortes. Bašagić se rangea du côté « pour » : Begović et lui avaient une fibre commune pour chanter les femmes et le vin ; il publia un poème louangeur à son compagnon dans un calendrier moderniste240. Begović fut enchanté ; en août 1900, il pria le rédacteur de Behar de faire la revue du Livre Boccadoro241. Celui-ci s’y donna à cœur joie, comparant en mots enflammés Begović à Fikret, et soulignant que « la critique croate ne reconnaît pas à Xeres un dixième de ce que la turque trouve chez Fikret. Résoudre cette grande énigme n’est pas difficile pour celui qui connaît la conjoncture et les goûts de l’un et de l’autre peuple. En Turquie, la glace qui entourait le courant moderne a été brisée, quand les forces neuves en Croatie commencent à peine à l’attaquer242 ».

  • 243 Lewis, Islam et laïcité, p. 25-26.
  • 244 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363.

170Se déclarer moderne, de la part de Bašagić, relevait moins du manifeste esthétique que d’une profession de foi tout à fait originale dans le monde bosno-musulman. C’était non seulement refuser tout pouvoir séculier aux oulémas, tel que ceux-ci s’en sont trouvés investis dans la pratique ottomane243, mais c’était également promouvoir un relâchement de la morale traditionnelle. Si un Begović faisait scandale dans une société catholique, on peut penser ce que ce genre de positions suscitait dans le milieu bosno-musulman où, par exemple, il fut impossible de laisser venir les femmes à la grande fête de « Gajret », même en prévoyant des loges séparées et protégées par des moucharabiehs244.

  • 245 Safvet-beg Bašagić, Misli i čuvstva, p. 83.

171On terminera sur une brève note « théologique » ou poétique si l’on préfère. L’ouverture de Bašagić à la laïcité – à cet espace notionnel qui échappe à l’emprise de Dieu – s’est répercutée dans la fascination qu’exerçait sur lui, autour de 1900, la phrase « Tu ne me verras pas » que Dieu aurait répondu à Moïse le suppliant, sur le mont Sinaï, de se montrer245. On n’est pas loin du Dieu caché des chrétiens, fondement de l’effort spirituel en même temps que condition d’une laïcité permise par Dieu. Mais chez Bašagić, cette phrase, si jamais elle avait cette portée, ne connut pas de véritables prolongements théoriques.

2. Cent un hadiths sacrés

  • 246 Anonimus [Osman Nuri Hadžić], Muslimansko pitanje, p. 27 et passim.
  • 247 ABiH ZVS, 1903/56-156 (Hifzi Muftić mourut de phtisie en avril 1903, et Čaušević vint le remplacer (...)
  • 248 Mirza Safvet, « Krk hanbar », Gajret 8 (1924), 1-2, p. 11. Bašagić connaissait Mango dès 1897, ains (...)

172Le libéralisme de Bašagić est bien réel, mais le bey est pour ainsi dire isolé dans la communauté bosno-musulmane. Hormis lui, seul Hadžić a assez de caractère pour déblatérer contre les oulémas et proposer un modèle social qui s’affranchirait de la tutelle spirituelle. Surtout, Hadžić taille sa plume contre l’ignorance dans laquelle les musulmans se trouvent quand on les interroge un peu précisément sur leur foi, et appuie déjà son argumentation sur des hadiths (traditions islamiques)246. En 1903, Bašagić prend sa relève, peut-être stimulé par l’arrivée à ses côtés, au gymnase, de Mehmed Džemaluddin Čaušević en tant qu’enseignant d’arabe. Čaušević fut en son temps le plus grand alim moderniste de Bosnie-Herzégovine, et encouragea à une lecture dynamique de la tradition musulmane247. D’autres hodjas avaient également marqué l’esprit de notre musulman par leur libéralisme religieux, tel Husejin Mango, pauvre enseignant de Goražde qui lui avait donné une interprétation digne d’un « libre-penseur » du hadith « Dieu ne regarde pas votre apparence extérieure mais votre cœur248 ».

  • 249 Mirza Safvet, « Sto i jedan hadisi šerif », Behar 4 (1903-04), 1 (01/05/03), p. 1-3 ; 2 (15/05/03), (...)

173C’est à la vaste entreprise de faire comprendre à ses coreligionnaires leur foi et son pouvoir d’adaptation à la vie moderne que s’attela Bašagić. Entre 1903 et 1904, durant dix mois, Behar égrena le feuilleton de ses réflexions, intitulé « Cent un hadiths sacrés » [ « Sto i jedan hadisi šerif249 »]. Le chiffre symbolisait, en général, un moment solennel de la vie publique ottomane en Bosnie-Herzégovine (et dans l’ensemble de l’empire ottoman) ; plus particulièrement, on tirait cent un coups de canons pour annoncer la venue d’un nouveau sultan. Par son exégèse, quoiqu’il n’en dît rien, Bašagić voulait annoncer une sorte de nouveau règne, celui d’une foi raisonnée et rationalisée.

174Il procéda assez systématiquement, consacrant un long développement (parfois plusieurs feuilletons) à un même hadith. Comme courte introduction à son travail, il donna une définition du mot et un bref rappel historique, puis indiqua qu’il citerait ses hadiths uniquement d’après les six recueils reconnus par l’orthodoxie musulmane.

175Titre et introduction : une captatio benevolentiæ pour ménager les susceptibilités, pour faire vibrer les sentiments ottomano-musulmans, pour montrer qu’on appartenait bien au même monde malgré toutes les suspicions de modernisme, de « nouveauté ». Relativement bref, le premier commentaire donna pourtant immédiatement le ton autour du hadith « Mes disciples sont un peuple heureux (chanceux) ; on ne sait, de leur commencement ou de leur fin, quel est le meilleur ». C’était un de ces textes apologétiques auxquels Bašagić avait habitué ses lecteurs les années précédentes, où il reprenait l’avis des adversaires, les chrétiens. La traduction d’un discours prononcé par Isaac Taylor, un chanoine anglican de New York, en faisait le fond et était censée illustrer le hadith.

176L’argument du chanoine reposait sur la comparaison des progrès culturels et humanitaires apportés par l’islam et la chrétienté, au détriment de cette dernière. Diverses considérations sur les mœurs mieux policés des musulmans relativement à ceux des Anglais et des Américains l’amenaient à conclure : « L’Islam est la foi de l’avenir, car c’est la seule foi qui soit fondée sur des préceptes démocratiques et qui prêche un socialisme réaliste. Ces seuls faits doivent provoquer le respect des Noirs et des Européens. » Bašagić ne pouvait s’empêcher de triompher et jouait la fausse modestie en feignant d’épargner à ses voisins chrétiens les phrases les plus louangeuses du chanoine à l’égard de l’islam.

  • 250 Chanoine I[saac] Taylor, [Conférence au Church Congress de Wolverhampton du 7 octobre 1887], The Ti (...)

177Ce commentaire révèle plusieurs choses. Avant tout, il se place dans une logique comparative, concurrentielle, propre au genre de l’apologie, ce qui pousse son auteur à discréditer ses adversaires en montrant que leur propre logique les amène à rendre les armes. Cependant, pour Bašagić, la réflexion sur l’islam ne se cantonne ni aux seuls musulmans ni, à plus forte raison, aux oulémas, mais tout grand penseur – athée, chrétien, etc. – peut donner un avis profitable. Ensuite, Bašagić n’utilise rien de première main. Il est censé rapporter le discours du chanoine directement d’après l’anglais et donne en note la référence d’un ouvrage anglais sur l’islam ; or, il ne connaissait pas cette langue, et n’a pas lu l’article original comme le trahit l’orthographe fautive du nom de Taylor en Tayler. Enfin, Bašagić ne replace pas en contexte le discours, faute de pouvoir le faire : ainsi, Taylor veut avant tout montrer que l’islam est à l’origine une entité culturelle davantage que religieuse et se situe à mi-chemin entre judaïsme et christianisme ; il n’hésite donc pas à en faire l’apologie morale, mais il n’est pas question pour lui d’apologie religieuse. D’où la dimension proprement culturelle du propos de Bašagić, qui tient lieu de dimension théologique pour lui, mais non pour le lecteur chrétien ou occidental250.

  • 251 Dans ses commentaires, Bašagić a pu également s’inspirer de Mehmed Arif Bey, Bin bir hadis (Mille e (...)

178Apologie islamique et ouverture sur le monde chrétien, utilisation de textes en seconde main, absence de remise en contexte – on conclura ces quelques remarques par une dernière : recopiant très probablement un article d’un journal musulman moderniste251, Bašagić s’adresse à tout musulman, quel qu’il soit. Cette perspective généraliste n’empêchera pas, le moment voulu, une réflexion sur la vie concrète des musulmans bosno-herzégoviniens : mais elle sera toujours considérée dans un contexte global.

179La suite des commentaires se soutiendrait de l’un ou l’autre de ces points. On peut en départager le contenu, grosso modo, en blocs thématiques : morale personnelle, morale sociale et réflexion théologique. Cette partition a été établie pour des raisons pratiques : Bašagić, lui, semble obéir au seul plan que lui dicte sa fantaisie et son inspiration – ce qui d’ailleurs ne signifie pas que l’ensemble n’ait pas de cohérence, comme nous allons nous en assurer par l’exposé qui suit.

180Un premier groupe de hadiths (3, 4, 5, 9, 10, 12) délivre au lecteur des instructions de morale personnelle. Si l’on synthétise la réflexion de Bašagić, le fondement de toute morale est dualiste : le bien est désirable, le mal est à proscrire sous quelque forme qu’il se présente. Le mal n’est pas une conséquence des circonstances, mais un donné avec lequel il est nécessaire de composer afin de savoir rendre le bien pour le bien, afin de ne pas pousser au mal et de ne pas y être poussé. La valeur de l’homme est dans le bien qu’il accomplit. Deux moteurs guident le musulman dans cette voie : le discernement, conféré par l’expérience du mal, permet à l’homme d’ouvrir et développer sa conscience individuelle ; l’amitié, instinct naturel qui fait goûter le bonheur de vivre, doit être choisie et s’établit dans des rapports d’égalité et de ressemblance.

L’homme est une créature si étrange qu’il peut en apparence ressembler à un ange, tandis qu’en lui – en son âme, en même temps – un instinct bestial bouillonne comme s’il était une hyène. C’est pourquoi, quand tu choisis tes amis, fais-toi orfèvre malhabile, et façonne cent fois ce métal doré sur ton atelier afin de reconnaître si c’est bien de l’or ou non. Ne crois pas les boniments et les serments de celui qui te le vend, et fais particulièrement bien attention à celui qui t’a déjà trompé une fois, car en tant que musulman tu n’as pas le droit de te laisser mordre deux fois par le même serpent.

181L’agir musulman est pour une part actif et positif : en posant des actes libres, chacun cherche à construire une vie sociale meilleure. Les valeurs étayant cette recherche sont la modestie, la politesse, l’abnégation, le pardon ; Bašagić va les trouver parmi les sages arabes et les stoïciens, qu’il met en parallèle. Cependant, il met aussi fortement l’accent sur le devoir religieux : alors, la recherche du bien n’est pas un acte libre, elle est imposée ; alors, Bašagić moraliste devient moralisateur, alors le discernement vire à la méfiance et l’amitié à la bonne fréquentation.

182Expression d’une morale de l’individu, ces conseils et avis ont une portée universelle : aussi les commentaires des hadiths ne sont guère exemplifiés par la vie concrète de la communauté bosno-musulmane. En revanche, en tâchant de définir une morale sociale (2, 6, 8, 11, 13, 15), Bašagić va largement s’exprimer à propos de ses compatriotes et coreligionnaires. Conformément à sa morale individuelle, cette morale sociale s’appuie sur les deux piliers de la connaissance et de l’association.

183Le principe d’association se concrétise dans deux domaines : la vie conjugale et la vie associative. Trouvant dans l’histoire que la femme tient un rôle civilisateur prééminent par rapport à l’homme, le bey affirme que la condition féminine est étroitement liée à la protection du bien commun et son progrès. Si l’islam la discrédite, ce n’est pas à cause du Coran mais parce que des coutumes pré-islamiques ont concurrencé ses préceptes. La femme est bien la créature complémentaire de l’homme, sans laquelle il ne peut pleinement s’épanouir. La vie publique répond à des impératifs semblables. Selon Bašagić, l’islam fonde la vie communautaire sur la mise en commun des intérêts pour le bien de chacun, dans le but d’élever l’homme au-dessus des contingences et des défauts de sa nature. À tous ces égards, les musulmans bosno-herzégoviniens montraient un fort mauvais exemple : irrespectueux de leur tendre moitié, ne mettant pas en pratique le principe d’association, leur vie conjugale et sociale sombrait dans la cacophonie, dominée par l’adultère, la violence conjugale, l’égoïsme, l’égocentrisme, la lésine, la mesquinerie ou encore la médisance. En un mot, envie et cupidité. L’ironie se faisait parfois mordante pour peindre ces défauts ; l’amertume, aussi, était sensible.

184Le second principe de la morale sociale est la connaissance : l’extension du savoir conditionne le progrès social dans ses divers aspects, jusqu’à la mise en forme de la société à travers le patriotisme. La condition préalable à l’acquisition du savoir doit tout d’abord être remplie : c’est la richesse financière. À l’encontre d’un certain discours rigoriste qui condamne la possession de biens temporels, il faut voir que les pauvres sont « paresseux et stupides ». La société doit s’efforcer de les faire travailler et à les éclairer pour son propre bien, afin de se constituer en tant qu’entité définie et cohérente, en tant que nation : l’apprentissage de la littérature et de l’histoire, notamment, permet d’atteindre ce but, que ce soit dans le cadre familial ou scolaire. Le modèle auquel tend la société islamique est celui du poète, figure humaniste, homme de cœur et de vérité. Chacun naît poète potentiel, mais les circonstances anéantissent cette potentialité chez les barbares ; la société musulmane se doit de la cultiver, au contraire, en chacun de ses membres : l’islam, religion égalitaire, est « de nature socialiste ».

185Ce dernier point est crucial : si la connaissance est facteur de progrès social, c’est parce qu’elle s’adresse à l’ensemble de la société. L’élite dont doit se doter la nation est un corps inclusif, elle permet une ascension transparente au savoir et, in fine, à Dieu. Bašagić s’efforce donc de remettre en cause le pouvoir exclusif des oulémas sur le peuple musulman (7, 11, 12, 14, 15, [16]).

186Les reproches adressés par le commentateur aux oulémas ne se laissent guère dénombrer : stupides, adultères, violents, « prédicateurs de la pauvreté », prêcheurs incapables, esprits byzantins, obscurantistes de la tradition, traître à l’islam, etc. En bref, un personnel irrationnel, ne connaissant que les sciences auxiliaires de l’islam – et ceci en arabe – et non les connaissances critiques comme l’histoire et la philosophie. Pourtant, la foi marche la main dans la main avec la raison, qui seule permet de fonder solidement la nécessaire philosophie. L’islam en est capable : si l’acte de foi musulman reste en dehors de toute démonstration, le contenu de la foi et la morale, eux, sont strictement rationnels.

187À défaut d’autres possibilités, l’éducation de la raison islamique se fera par l’intermédiaire de l’Occident : « Viendra un temps où cette foi sera soutenue par des gens qui n’auront pas beaucoup d’élus », dit le hadith. Orientalistes et autres occidentaux intéressés par l’islam en sont la preuve et l’éduquent de l’extérieur. À l’intérieur, puisque les oulémas ne peuvent ni se réformer, ni assumer leur rôle de médiateur [sic], les « laïcs » sont appelés à prendre leur relais. La rhétorique de Bašagić balance ainsi entre une argumentation d’autorité, reprenant le texte coranique, les paroles attribuées au Prophète et les déclarations des grands personnages de l’islam (notamment ceux de l’époque faste de la communauté) sans les soumettre véritablement à un examen critique, et une argumentation exemplificatoire sous forme de catalogue, citant les Occidentaux qui chantent les louanges de l’islam – sans davantage scruter les opinions. L’exemplification occidentaliste a également pour rôle d’appuyer la réforme nécessaire lorsqu’elle fait ressortir de la comparaison entre islam et Occident moderne la supériorité de ce dernier.

188Nul danger de dérive laïciste dans la laïcité de Bašagić. Certes, il cite Schopenhauer (1788-1860) écrivant que la vraie morale ne dépend pas d’une quelconque religion, quoique chacune se l’approprie. La suite prouve bien que le bey n’a pas tout à fait perçu la portée d’une telle affirmation : il la commente en montrant que la vraie morale ne se rencontre qu’en islam, et seulement par trace ailleurs. Il faisait également des recommandations pieuses pour le ramadan, ce qui montre un profond attachement à une morale transcendante, loin de tout athéisme.

  • 252 Mirza Safvet, « Dopuna članku 101. hadis », Behar 4 (1903-1904), 3 (01/06/03), p. 48 ; Mirza Safvet (...)
  • 253 Mirza Safvet, « Sto i jedan hadisi šerif », Behar 4 (1903-1904), 21 (01/03/04), p. 322.
  • 254 [Safvet-beg Bašagić], « Tuhaf ! », Ogledalo 1 (1907), 4 (21/06), p. 7.
  • 255 Mulabdić, « Dvostruka cenzura », p. 310 ; Mulabdić, « Behar », p. 108. Je n’ai réussi à identifier (...)

189Mais voilà : on lui en voulut de se dépêcher sur un terrain habituellement réservé aux seuls oulémas, et de montrer par là que la conduite et l’instruction des ouailles n’étaient pas des plus satisfaisantes. Les reproches commencèrent dès les premiers hadiths, en insinuant qu’ils n’avaient pas été choisis dans le corpus canonique252. Au début de 1904, la situation se tendit, des jugements négatifs furent proférés contre lui253. Nous ignorons qui marqua ainsi sa désapprobation le premier ; il est probable que ce fût le reis lui-même, car Bašagić eut des mots très amers à son endroit quelques années plus tard dans un contexte semblable254. La critique jaillit probablement aussi du Conseil des oulémas (ulema-meclis), composé de quatre membres autour du reis ; ils obtinrent du gouvernement territorial de doubler la censure habituelle d’une spéciale, qu’ils appliqueraient eux-mêmes255.

  • 256 Mulabdić, « Dvostruka cenzura », p. 310.

190L’effet se fit sentir en mars 1904 : le commentaire d’un hadith concernant la fonction des oulémas parmi les hommes fut interdit de publication, sans modification possible puisque 136 lignes sur 174 avaient été censurées256. Dans ce dernier article, Bašagić commençait prudemment en rappelant que tout un chacun était tenu de respecter et d’honorer ceux qui occupaient de hautes fonctions dans l’islam. Le rôle des oulémas était de conduire les gens au bien, de les détourner du mal, d’éveiller leur conscience, de les amener à la connaissance de Dieu, enfin de leur indiquer la route qui menait au bonheur dans les deux mondes. Ces fonctions exigeaient une grande perfection morale et intellectuelle, un dépassement de soi effectué grâce à un effort incessant.

191Le problème était de trouver de tels hommes dans le monde islamique actuel. En Bosnie, on se trompait grandement lorsqu’on pensait que tout ce qui portait du blanc sur la tête [signe distinctif du clergé musulman] avait autorité en matière morale ou religieuse. On pouvait distinguer quatre sortes d’oulémas : ceux qui avaient reçu une éducation profane et religieuse (« le bon grain »), ceux qui n’avaient reçu d’éducation que religieuse (« le seigle »), ceux qui avaient été éduqués de façon semi-religieuse (« la mauvaise herbe »), et le prolétariat (« l’ivraie »). La plupart d’entre eux ne comprenaient pas la grandeur de leur état et ne remplissaient pas leur mission civilisatrice.

  • 257 Mirza Safvet, « Očitovanje. Fahrija », Behar, 5 (1904-1905), 1 (01/05), p. 2-3 ; Alija Nametak, « S (...)
  • 258 Sarić, « Život i rad », p. 50.
  • 259 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363.

192Là-dessus, les oulémas conservateurs déchargèrent leur bile sur le commentateur, notamment à Sarajevo. On prêcha à la mosquée Merhemić contre « un homme brun et trapu, qui travaille et écrit contre l’islam » ; on ne se priva pas à la mosquée du Bey pour anathématiser « Gajret », dont l’argent placé en banque n’aurait pas été géré conformément aux prescriptions coraniques. Mais surtout, Šakir Pandža, membre du Conseil des oulémas et prêcheur attitré de cette dernière mosquée, dont le peuple tenait les paroles pour prophétiques, lança ses malédictions sur lui en diabolisant sans ambages l’article. Excédé par ces absurdes oppositions, Bašagić arrêta net son travail. Il y répondit avec des accents méprisants dans un poème qui parut quelques semaines plus tard257. Or, fin 1905, son estomac devait lui causer d’importants soucis ; même si la connaissance de la syphilis avait connu de grandes avancées cette année-là parce qu’on avait réussi à en isoler les causes biologiques, le traitement n’avait toujours pas changé : le mercure restait toujours aussi peu efficace, et Bašagić perdit en peu de temps plus de quatorze kilogrammes258. La populace en conclut que les malédictions de Pandža avaient porté leur fruit vénéneux259.

  • 260 Gellner, Nations et nationalismes, p. 66.
  • 261 Balić, Der bosnisch-herzegowinische Islam, p. 137. Balić affirme que Čaušević et Osman Nuri Hadžić (...)

193Il était cependant absurde de diaboliser la pensée de Bašagić telle qu’il l’expose dans « Cent un hadiths sacrés » : au contraire de ses positions un ou deux ans plus tôt, assez troubles dans leurs principes, les grandes lignes de l’article telles que nous les avons dégagées sont d’une réflexion toute orthodoxe ; elles n’ont pour ainsi dire d’autre portée que politique. C’est d’ailleurs assez étonnant de constater un pareil contraste en l’espace de vingt-quatre mois. Le réformisme du bey n’est ni théorique ni mystique, c’est celui d’un bon catéchète – il ne fait aucunement de lui un promulgateur du « protestantisme islamique » qu’Ernest Gellner (1925-1995) croit déceler dans les courants de régénération musulmane de cette époque260. Ce n’est pas non plus une interprétation spiritualiste des sources religieuses, ce qui marquerait un renouveau « théologique », mais un simple effort d’adaptation aux nouvelles conditions historiques ; ses efforts ne convergent donc pas exactement avec ceux d’un Čaušević, par exemple261.

3. La popularité de Bašagić en baisse

  • 262 Safvet-beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet), Pod Ozijom ili krvava nagrada. Dramatski spjev iz XVI (...)

194Le destin des nouvelles publications de Bašagić dans l’après-1904 témoigne de la baisse de popularité qu’il connut à la suite de cette affaire. Après la kermesse de « Gajret », il fit paraître La Bataille d’Özü un peu avant mai 1905 ; mais la pièce ne suscita pas plus de critique après sa sortie en librairie que lors de sa représentation ; et le public ne se l’arracha guère262.

  • 263 IAS BS – 89, Alibeg Biščević à Bašagić, de Bosanski Novi le 22. X. 1905 ; Safvetbeg Bašagić, « Pozi (...)
  • 264 IAS BS – 117, Kajtaz à Bašagić, de Mostar le 7. V. 1910.

195Puis, vers le mois de novembre 1905 sortit en librairie son second recueil de poésies, qui portait en titre Pensées et sentiments (Misli i čuvstva). C’était le premier livre à sortir des presses de l’Imprimerie musulmane et, pour faire bonne impression, l’on s’était particulièrement appliqué à parfaire sa finition. Mais il n’y avait guère de souscripteurs, ce qui causait du souci à notre auteur263. Effectivement, ce fut un fiasco : aucune critique sur le recueil et très peu de ventes. En 1910, une lettre de son ami de Mostar Ibrahim Kajtaz, libraire à ses heures perdues, entérine cet insuccès : « Je n’ai pas vendu six exemplaires de ton livre Pensées et sentiments264 ». Depuis quand les proposait-il à ses clients ? On l’ignore ; mais si c’était depuis cinq ans, comme il est probable, on juge de la catastrophe.

  • 265 Ante Tresić-Pavićić, Valovi misli i čuvstava. Pjesme, Zagreb, Matica Hrvatska, 1903.
  • 266 Mirza Safvet, « Arifi Hikmet beg Rizvanbegović Stočević », Nada 9 (1903), 17 (01/09), p. 228.

196Pensées et sentiments reprend très probablement le recueil Mélodies mornes sans beaucoup de modifications ni d’ajouts, dans un contexte où la censure gouvernementale s’était libéralisée grâce au nouveau ministre commun. Le titre répondait peut-être à celui d’un recueil de son ancien ami Ante Tresić-Pavičić paru deux ans auparavant, Les vagues des pensées et des sentiments, pour donner sa propre définition d’une subjectivité affective. Tresić-Pavičić se montrait quant à lui très antiquisant dans de longues pièces, avec de nombreux titres en latin265. Pour Bašagić, on pouvait comprendre ce titre dans un tout autre cadre, d’après une petite phrase écrite à propos du poète Hikmet : « Lorsqu’il inonde de vin son âme, c’est pour que ses pensées et ses sentiments fleurissent comme, dans un jardin cultivé – recouvertes de la rosée du matin –, les fleurs aux premiers rayons du soleil266. » Les pensées et les sentiments sont donc le lieu de la communion de l’homme avec l’Amour divin (symbolisé par le vin), qui a pour effet l’éclosion de la vie. Ces thèmes sont majeurs pour le recueil ; on n’en analysera pourtant pas le détail, parce qu’il ne connut pratiquement pas de diffusion dans le public. Les poèmes qui le composent ont déjà été étudiés individuellement plus haut.

  • 267 Kemura, Uloga « Gajreta », p. 130-131.
  • 268 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 294.
  • 269 IAS BS – 177, Hüsein… -zade Ahmed à Safvet Bey, président de l’association « Gajret », de Rüşçük le (...)
  • 270 En voici la liste, inconnue jusqu’ici : [anonyme], « Skender paša Gazimihalović », p. 65-70 ; M. S. (...)
  • 271 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 294 ; Čaušević, « Merhum Dr. Safv (...)

197Une troisième publication à laquelle Bašagić collabora connut, à sa deuxième année de parution, un sort identique : c’est l’annuaire de « Gajret ». En octobre 1905, le bureau décida de publier son bulletin associatif une fois par an, sous cette forme, plutôt qu’en plusieurs articles de compte rendu à paraître dans Behar267. En ce sens, la publication est importante dans la mesure où elle touche un éventail social plus large que Behar : les familles modestes, inscrites à « Gajret », y ont accès, et la province aussi car la revue se diffusait principalement dans la capitale268. Bašagić et Mulabdić, avec l’active participation de Čaušević, se penchèrent sur le projet et pour l’année 1324/1906-1907, on eut un petit calendrier rédigé moitié en turc, moitié en bosniaque – bilinguisme qui était une manœuvre pour amadouer la partie conservatrice et adverse ; Bašagić y avait surtout donné à lire de petites biographies de politiques bosno-ottomans. Plus de 2 500 exemplaires sur 3 000 imprimés furent vendus (2 558 très exactement) ; la publicité en avait été faite dans le journal ottoman Tuna (Le Danube) et on avait même écrit de Rüşçük/Ruse pour en recevoir un exemplaire269. Bref, le succès fut tel qu’on en renouvela la publication pour l’année 1325/1907-1908. Là encore, Bašagić, rédigea un bon nombre de petites biographies270. Mais cette seconde parution eut une bien moindre diffusion que la première (à peine 900 exemplaires vendus sur 2 500 imprimés), ce qui força à interrompre la publication271.

4. Conclusion

198La dernière voie de génération d’une élite se solde sur un semi-échec, voire un échec total. Bašagić a perdu une bonne part de ses soutiens parce qu’il s’est trop engagé ; il n’est plus à la mode et les forces conservatrices ont regagné tout à fait leur empire sur la population. Si une élite émergeait avant la fin de la période austro-hongroise, ce ne serait guère celle que Bašagić avait désirée, éduquée par l’orientalisme européen à l’usage de la raison. Cet insuccès est cependant, avant tout, commandé par des circonstances politiques : notamment, les thèmes qu’il met en avant dans ses études historiques, telle la continuité de la Bosnie, vont au contraire féconder la psyché bosno-musulmane.

Notes

1 Michel, La mémoire de Prague, p. 73-78.

2 Džaja, Bosna i Hercegovina (1878-1918), p. 11.

3 Voir par exemple IAS BS – 115, Defterdarović à Bašagić, de Mostar le 7. VI. 1902.

4 Pour une expression de cette ambiguïté religieuse, lire Michel, La mémoire de Prague, p. 78.

5 Rudolf Maixner, « La fortune des Slaves de Turquie de Cyprien Robert : éloges et critiques », Annales de l’institut français de Zagreb 6-7 (1957-1958), p. 33-41. p. 33

6 Vrankić, Religion und Politik, p. 675.

7 Gelez, Petit guide, p. 183-221 ; Milivićević, « Oživljavanje starih uspomena », p. 101.

8 Outre les documents d’archives inédits, voir Hauptmann, Borba muslimana ; Šehić, Autonomni pokret ; Juzbašić, « Pokušaji stvaranja političkog saveza između vođstva srpskog i muslimanskog autonomnog pokreta u Bosni i Hercegovini », in id., Politika i privreda, p. 177-245.

9 Okey, « A Trio of Hungarian Balkanists », p. 247-248.

10 ABiH GMF Präs, 1898/1481 du 21. IX. 1898 (propositions et justifications de décorations) ; 1898/1496 du 30. XI. 1898 (confirmation de nomination pour les décorations) ; 1898/1600 du 27. XII. 1898 (idem) ; 1899/992 du 26. VII. 1899 (remise des décorations) ; 1899/1106 du 31. VIII. 1899. Les causes de cette décoration n’ont pas varié par rapport aux précédentes.

11 ABiH PR, 1899/50, Kutschera à Kállay, de Sarajevo le 16. II. 1899.

12 ABiH GFM Präs, 1900/1318, du 12. X. 1900 ; ABiH LR Präs 1901/4277, du 19. XI. 1900 [sic] ; ABiH LR Präs, 1902/185, rapport confidentiel de Filan, Sarajevo le 16. I. 1901 [sic].

13 ABiH GFM Präs, 1900/1675, Appel à Kallay, de Sarajevo à Vienne le 22. XII. 1900.

14 ABiH LR Präs, 1900/4296, du 23. XI. 1900 ; ABiH GFM Präs, 1900/1533, Appel à Kallay, de Sarajevo à Vienne le 26. XI. 1900.

15 ABiH LR Präs, 1901/4277, 19. XI. 1900 [sic]. Le contenu du rapport confidentiel ne laisse aucun doute : il date bien de novembre 1900.

16 ABiH GFM Präs, 1901/417, Appel à Kállay, de Sarajevo à Vienne le 8. III. 1901 ; ABiH GFM Präs, 1902/164, Appel au ministère commun, de Sarajevo à Vienne le 8. II. 1902.

17 Šehić, Autonomni pokret, p. 110.

18 ABiH LR Präs 1901/2434, du 2. VIII. 1901. Sa demande n’a pas été conservée dans les archives nationales ; mais quand les descendants de Bašagić firent inventorier les papiers familiaux dans l’intention de les vendre, Bajraktarević nota que cette demande existait (Cat. Esih, liste I, n° 30 : « Biographie d’Ibrahim Bey Bašagić, père de Safvet-beg. Demande de mise à la retraite adressée au Gouvernement ; est décrite sa carrière de fonctionnaire durant 40 ans. Écrit de la main de Safvetbeg. 4 pages) ; mais on ne la retrouve ni à l’IAS, ni à l’AHM.

19 ABiH PR 1901/236, pièce jointe : télégramme de Kutschera à Kállay, le 13. XII. 1901.

20 ABiH PR 1901/241, pièce jointe : réponse de Kutschera à Kállay à sa lettre du 19. XII. 1901, non datée.

21 IAS BS – 157, Milićević à Bašagić, non datée non localisée. Voir aussi Binićki, « Osman-beg Štafić », p. 428-430.

22 S. Š., « Književno pismo. (« Almasija », pripovijest iz bosanskoga života napisao Rizvan-beg Kulinović, Biograd 1892) », Bošnjak 2 (1892), 7 (18/02), p. 1 ; 8 (25/02), p. 1-2 ; 9 (04/03), p. 1-2.

23 L’opinion des historiens de la Bosnie-Herzégovine épouse les débats de l’époque et se partage toujours selon la même ligne : l’Autriche-Hongrie était pour ou contre les « Bochniaques ». Šaćir Filandra (1961-), l’historien contemporain qui s’est peut-être le plus exprimé à propos de Bašagić, appartient au groupe de ceux qui jugent de façon négative la présence des Austro-hongrois dans son pays (Bošnjačka politika, p. 12-13).

24 ABiH LR Präs, 1903/1939, Sarajevo le 8. V. 1903 (rapport confidentiel de D. Omerović).

25 DAH Fond Artur Benko Grado, boîte 106, tapuscrit de 291 pages intitulé Die politische Lage in Bosnien u. der Hercegovina, daté du 3. II. 1900, p. 22-25 : « Andere wieder – eine unbedeutende Minorität – die aus intelligenten jungen u besitzlosen Moh. besteht, haben sich den Kroaten angeschlossen. Es sind durchwegs junge Leute die in Wien oder Agram Hochschulen besucht haben u. jetzt den liberalen Professionen angehören. Es sind Moh. mit einem weiteren Gesichtskreis auf die die westländischen Ideen eine tiefen Eindruck gemacht haben u. die bestrebt sind ihre Glaubensgenosse aus der Lethargie aufzurütteln, mit der reservatio mentalis der Kroatisirung. Sie sind gewissermasse die Jungtürken Bosniens, mit eben so wenig Ansicht auf Erfolg. (…) Sie sind aber nichts weniger als populär u. haben sie so zu sagen gar keinen Anhang. »

26 ABiH GFM Präs, 1901/1411, Appel à Kállay du 7. X. 1901 (déjà utilisé par Madžar, Pokret Srba, p. 379 ; et Juzbašić, « Pokušaji stvaranja političkog saveza », p. 231) ; Hadžić était cependant davantage engagé dans la lutte contre le mouvement, cf. ABIH LR Präs 1903/1939, rapport confidentiel de D. Omerović, le 8. V. 1903.

27 ABiH LR Präs 1901/2434, du 2. VIII. 1901 ; Juzbašić, « Pokušaji stvaranja političkog saveza », p. 223-225.

28 Alija Nametak confirme que la Brève introduction a été une mise au propre de ces trois conférences : Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija, p. 304.

29 IAS BS – 111, Kosta Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 20. XI. 1898.

30 ABiH LR Präs, 1900/13 du 3. I. 1900 ; Safvet beg Bašagić, « Književna objava », Bošnjak 9 (1899), 50 (14/12), p. 3 ; « Poziv na pretplatu », Nada 5 (1899), 24 (15/12), p. 384. Pour la procédure de l’imprimatur, voir ABiH LR Präs 1900/249, du 26. I. 1900 ; et ABiH 1900/430, du 11. II. 1900.

31 Bašagić indique dans l’introduction à sa thèse (Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti [1910], éd. Ćehajić, p. 10) que la Brève introduction parut en mai 1900, mais il confond très certainement avec le lancement de Behar. On verra par la suite qu’on lui écrivit des lettres dès février 1900 pour le féliciter de la sortie de son livre. On peut avec assurance situer la date de sortie entre janvier et mars 1900 grâce à deux annonces qui parurent dans la revue zagréboise Život, la première annonçant une Povijest Bosne, la seconde l’ouvrage sous son titre définitif (Život [1900-01], I/1 [01/1900], p. 40 ; ibid., I/4 [04/1900], [non paginé]).

32 Safvet beg Bašagić, « Književna objava », Bošnjak 9 (1899), 50 (14/12), p. 3.

33 Sur les bogomiles chez Muvekkit, voir Hadžihuseinović, Povijest Bosne, p. 11-13 et 13-16.

34 Apollon Aleksandrovitch Maïkov, Istoriia srbskogo naroda. Prilog srbskih novina za 1858 godinu, Beograd, Državna štamparija, 1858, 517 p. ; Hadžihuseinović, Povijest Bosne, p. 31 ; Bašagić, Kratka uputa, p. 7 ; voir en annexe.

35 Gross, Povijest pravaške ideologije, p. 199-200. Voir Apollon Aleksandrovich Majkov, Bosna je srpska ili odgovor na “Razgovore” Don-Mih. Pavlinovića ; i dva pisma profesora A.A. Maikova o Bosni, Novi Sad, Srpska narodna zadružna štamp., 1878, 58 p. ; « Dva pisma profesora A.A. Majkova o Bosni », Zastava 1877 (non consulté).

36 Mihajlo Konstantinović d’Ostrovica est un célèbre converti bosno-serbe de la fin du xve siècle qui revint dans le giron de la chrétienté et rédigea des mémoires où l’on trouve de précieux renseignements sur la conquête de la Bosnie par les Ottomans, à laquelle il a lui-même participé à leurs côtés. Ces mémoires avaient été traduits et publiés en 1865 dans le Bulletin de la Société savante serbe. À la fin du xixe siècle, on doutait que Konstantinović ait jamais vécu et Bašagić s’empresse d’aller dans ce sens – semble-t-il par pur esprit de polémique anti-orthodoxe. Voir Janko Šafarik, « Mijaila Konstantinovića, Srbina iz Ostrovice, Istorija ili ljetopisi turski, spisani oko godine 1490 », Glasnik Srpskog Učenog Društva, 18 (1865), p. 25-188 ; Bašagić, Kratka uputa, p. 16 (voir en annexe).

37 Muhamed Hadžijahić met en parallèle la rédaction de la Brève introduction avec la publication dans Bosanska vila en 1898-1899 d’articles biographiques sur les grands personnages ottomans d’origine bosniaque ou herzégovinienne écrits par l’historien bosno-orthodoxe Milenko M. Vukićević, (M. Hadžijahić, A. Purivatra, M. Imamović, Stav muslimana Bosne i Hercegovine u pogledu nacionalnog opredjeljenja. Studijski izvještaj, Sarajevo, Institut za društvena istraživanja, 1970, p. 301 [ouvrage ronéotypé entreposé aux archives nationales de Bosnie-Herzégovine]). Aussi incroyable que cela puisse paraître, d’après mes recherches, Bašagić ne s’inspira pas de Vukićević et semble même ne pas l’avoir lu (alors que Vukićević le connaît, lui). En 1898 et 1899, Vukićević ne publia dans Bosanska vila qu’une biographie, qu’il reprendra en la modifiant un peu dans son Znameniti Srbi muslomani, Beograd, Davidović, 1906 (cf. « Hasan-aga Krajišnik », Bosanska vila 13 [1898], 19-20 [15-30/10], p. 300-302 ; 21 [15/11], p. 320-321 ; 22 [30/11], p. 337-338 ; 23-24 [15-30/12], p. 349-356).

38 Le lecteur curieux de lire quelques passages de la Brève introduction en français se reportera à la traduction en annexe.

39 Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 39-108.

40 Explication qu’on retrouve déjà chez Rački (Bogumili i Patareni [18821], 1931, p. 481), ce qui laisse entendre que Bašagić avait bien lu cet auteur.

41 Petranović, Bogomili ; Rački, Bogumili i Patareni, 1931 ; Vlad. J. Radojević, « Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine », Bosanska vila 16 (1901), 9-10, p. 188.

42 J’ai parlé de ce document dans mon Petit guide ; on peut y ajouter une remise en contexte historique avec le rapport de Contarini (chez Ranke, Serbien und die Türkei im XIX. Jahrhundert, Leipzig 1879, p. 529), datant de la même époque, et le contredisant sur certains points (notamment que le ramassage des enfants musulmans fût systématique).

43 Starćević, Iztočno pitanje.

44 Safvet-beg Bašagić, Kratka uputa u prošlost Bosne I Hercegovine, p. 174.

45 Mirza Safvet, « Derviš paša Mostarac », Nada 1 (1895), 10, p. 184-188 ; « Pjesnik Nerćesija », Nada 2 (1896), 5, p. 88-90 ; « Sabit Užičanin », Smotra dalmatinska 10 (1897), 39, p. 1-2 ; « Naši pjesnici na istočnjačkom parnasu », Nada 4 (1898), 5, p. 75-76 ; « Naše zvijezde na istočnom parnasu », Nada 4 (1898), 11 (??), p. 170-171. Contrairement à ce que dit Fehim Nametak, aucun indice ne permet d’affirmer que Bašagić se soit servi des manuscrits familiaux pour rédiger ces articles (« Dosadašnje izučavanje », p. 73).

46 À ce propos, voir les remarques de Jasna Šamić dans « La mystique musulmane », p. 691.

47 Šabanović, Književnost muslimana p. 18-19.

48 Safvet-beg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret bosansko-hercegovačkih muslimana », Novi behar 4 (1930-31), 14-15 (15/01), p. 212.

49 Jovan Hranilović, « Kratka uputa », p. 159-160 ; Ferdo Šišić, « Herceg-Bosna i osmanlijska carevina », Narodne novine 66 (1900), p. 66.

50 IAS BS – 75, Miroslav Alačević à Bašagić, de Split le 19. II. 1900.

51 S. S. Kranjčević, « Safvet-beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet) : Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine (od 1463.-1850.). Sarajevo, vlastita naklada. Tiskarna Bosanske pošte 1900 », Nada 6 (1900), 8 (??), p. 127. On peut consulter cet article chez Zaplata, « Kranjčević o Bašagiću », p. 358.

52 [Anonyme], « Safvet beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet) : Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine. (Od g. 1463-1850) », Život 1 (1900), 4, p. 146.

53 Vlad. J. Radojević, « Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine », Bosanska vila 16 (1901), 9-10, p. 186-189 ; 11-12, p. 215-219 ; 13-14, p. 253-254 ; 15-16, p. 281-284. Citation tirée de la page 216. Voir aussi, pour l’avis d’un autre historien serbe célèbre de cette époque, Tomić, « Kratka uputa », Napredak (Zagreb) 61 (1900), 37, p. 594-595.
Vlad. J. Radojević est un historien inconnu de Sima ćirković et Rade Mihaljćić (Enciklopedija srpske istoriografije) alors même que son article prouve qu’il connaissait à fond son sujet – apanage de quelques rares personnages à cette époque, et donc a priori aisément repérable dans une encyclopédie. Je me fie à l’avis d’Alija Nametak, pour qui ce Radojević n’est autre que Stanoje Stanojević (« Safvet beg Bašagić. Uz šezdesetu obljetnicu rodjenja », p. 2). On trouvait en Serbie un autre bon connaisseur de ces matières à l’époque : Čedomil Mijatović (voir notamment Bajraktarević, « Poreklo Ušćupline Povijesti », p. 589-595).

54 Il en avait cependant gardé une certaine amertume trente ans plus tard – voir Nametak, « Safvet beg Bašagić. Uz šezdesetu obljetnicu rodjenja », p. 2.

55 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402.

56 IAS BS – 111, Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 25. II. [1900] (où il est indiqué que ce travail doit se faire « le plus rapidement possible »). L’article parut deux mois plus tard : Vjekoslav Jelavić, « Veliki vezir Ahmed Ćuprilić », Glasnik Zemaljskog muzeja 12 (1900), 3-4, 195 sqq. Bašagić travaillait également en collaboration avec le jeune Ferdo Šišić, qui s’illustra à ses débuts par des publications sur le passé bosno-ottoman dans Nada.

57 IAS BS – 111, Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 11. XI. 1903 ; IAS BS – 171, de Potier à Bašagić, de Vienne le 23. X. 1903. D’après mes recherches bibliographiques, ce catalogue ne vit pas le jour. De plus, j’ignore l’identité de ce « baron Potier » : était-ce Othmar Baron Potier, qui fit paraître en 1903 un Inventaire de la salle d’armes de la ville d’Emden (Inventar der Rüstkammer der Stadt Emden), Emden, Gerhard, 1903 ; ou bien Rudolph Baron Potier des Échelles, qui s’était intéressé à la question bosno-hezégovinienne et était donc susceptible de connaître Hörmann et de penser à lui pour des inscriptions orientales (alors qu’il aurait pu faire appel à n’importe quel orientaliste autrichien) (cf. Die Productions-Verhältnisse in Bosnien und der Hercegowina. Vorträge, Wien, Seidel, 1879) ?

58 IAS BS – 107, Gurmić à Bašagić, de Zagreb le 6. I. 1901. On ignore si Bašagić répondit ; dans les œuvres de Hranilović consultées, rien n’en apparaît.

59 IAS BS – 129, Tomo Matić à Bašagić, de Split le 18. II. 1902 ; de Split le 5. V. 1902.

60 Sur ce personnage, voir Igor Žic, « Barun Milan Turković-Kutjevski », Sušačka revija 3 (1995), 9, p. 39-43. Turković annonce dans sa lettre la parution de son livre Vlastelinstvo Kutjevo ; mais je n’en ai repéré que la version allemande, Die Domaene Kutjevo von 1232 bis zur Jetztzeit, parue à Sušak en 1938.

61 IAS BS – 91, Turković à Bašagić, de Kutjevo le 26. VI. 1905.

62 IAS BS – 122, Franc Komatar à Bašagić, de Kranj le 30. VII. 1910.

63 ABiH PR 1900/83, Kállay à Bašagić, de Vienne le 11. V. 1900.

64 Hadžiosmanović, Biblioteke u Bosni, p. 115, où la Brève introduction est notée sous le titre Histoire de la Bosnie (Povijest Bosne).

65 Ce détail sur la traduction du livre est donné par Kreševljaković, « Život Dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 273. Il précise que le même destin était survenu à la traduction de L’Histoire de la Bosnie de Muvvekit (en effet, cf. ABIH ZVS1 1888 41-14 – début de traduction) et ZVS 1901 55-71, Kállay de Vienne le 21. XI. 1901). Quant à Hermann Tausk, je n’ai rien pu apprendre de lui, hormis ce qu’en dit Kruševac (Bosansko-hercegovački listovi, p. 172, 174 et 262). Appartient-il à la même famille qu’Eduard Tausk, émigré de la Monarchie en Bosnie-Herzégovine pour y devenir professeur de religion juive au Grand gymnase en 1889/90 ? (« Crtice iz istorije ovog zavoda », Trinaesti izvještaj Velike Gimnazije 1897./1898., p. 26).

66 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 262-263.

67 Prelog, Povijest Bosne. Voir aussi Prelog, « Safvet-beg Bašagić-Redžepašić : Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine », Behar 9 (1908-09), 1, p. 13-15.

68 NSK, Fonds des manuscrits, R. 7134 b, Bašagić à la rédaction de Mladost, de Vienne le 16/03/1899.

69 Mirza Safvet, « Dojmovi », Nada 5 (1899), 20 (15/10), p. 312-313.

70 Fatma Aliye hanım (1864-1936), fille d’Ahmed Djevdet Paşa, était l’une des femmes turques les mieux éduquées de son temps. Doivent être mentionnées la biographie de son père qu’elle a écrite, ainsi que ses nouvelles et ses traductions. En dehors de la littérature, Fatma Aliye hanım est l’initiatrice de l’organisation sociale des femmes turques (voir Özkaya, From captivity, p. 232). Elle a ainsi écrit deux livres intitulés Muhâdarât (La femme pieuse et vertueuse) et Udî (Le joueur de luth) qui ont connu un grand retentissement chez les Turques de tous milieux. Éprouvant une sympathie particulière pour les musulmans des Balkans, elle a été la première présidente d’une société d’entraide à leur bénéfice (Dairs, The Ottoman Lady, p. 235).

71 IAS BS – 98, Milivoj Dežman à Bašagić, non datée [fin 1899].

72 Mirza Safvet, « Tevfik-i Fikret, moderni turski pjesnik », Život (1900-1901), II/1 (07/1900), p. 26-29.

73 Le divan d’Ahmet Nedim (1683-1730) comprend une trentaine de kasida, une centaine de gazels en turc et seize en persan, dont le style est très influencé par la poésie persane, en même temps qu’il respire la joie de vivre et l’insouciance. Il donne ainsi un caractère concret aux formes exquises de l’art classique. Voir Bombaci, Histoire de la littérature turque, p. 322-324.

74 Kā’ānī, de son vrai nom Habīb Allāh (1808-1854), homme d’une très grande érudition et le premier des écrivains persans à posséder à fond la langue française, fut le plus grand littérateur de son époque. Son divan compte 23 000 vers, laudatifs pour la plupart ; une autre de ses œuvres, composée sur le modèle du Gulistān de Sa‘dī, fait état de regards critiques à l’égard de la société. Son style virtuose ne compense malheureusement pas un sens poétique assez inconsistant. Voir M. Shaki, « Kā’ānī », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 4.

75 On gardera l’idée que l’intiative de Behar vint de Mulabdić et non de Hadžić, contrairement à ce qu’affirme Ivan Milićević dans « U Mostaru pred ljudski vijek », p. 52 (où la chronologie reste floue).

76 Rizvić, Behar, p. 13-19. Voir aussi (mais on n’y trouve rien de nouveau) Sarić, Mulabdić, p. 293-294.

77 ABiH LR Präs, 1899/2935, rapport de Benko daté du 27. IX. 1899. Ces documents permettent de soulever l’hypothèque qui recouvrait jusque-là la date de la première réunion publique qu’ont organisée Bašagić et ses amis : elle a bien eu lieu durant l’été 1899, et non au début du printemps 1900 (voir Rizvić, Behar, n. 38 p. 44). Mulabdić cite bien Džinić et Defterdarović dans un article jubilaire sur Behar (Rizvić, ibid., p. 20).

78 Il a été effectivement question de lancer un journal musulman à la réunion de septembre à Sarajevo, édité à Budapest – mais un an plus tard, en septembre 1900. Dževad Juzbašić suppose que ce projet n’a pas été réalisé parce que les contestataires ne reçurent pas le concours des musulmans éduqués à l’européenne (Juzbašić, « Pokušaji stvaranja političkog saveza », p. 207-208).

79 « Prvi bosanski muhamedanac moderni književnik », Osvit 2 (1899), 61 (29/07), p. 6 (revue d’un article de presse publié dans Der Süden de Vienne).

80 Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 279.

81 Il terminera le 20 décembre 1899 – voir « Osman Hadžić », Osvit 2 (1899), 104 (30/12), p. 4.

82 « Napredna muslomanska stranka u Bosni i Hercegovini », Osvit 2 (1899), 92 (15/11), p. 4-5.

83 Mulabdić, « Moje uspomene », p. 292.

84 Sur tout ce qui précède, voir Rizvić, Behar, p. 18-21, ainsi qu’un article que Rizvić ignore : X. Y. [Ivan Milićević ?], « “Behar”. Pismo iz Sarajeva », Hrvatsko pravo 5 (1900), 1470 (02/09), p. 1.

85 Cette demande est retranscrite par Rizvić (Behar, p. 22) avec quelques fautes d’orthographe : dans l’original, on trouve « podpisani » au lieu de « potpisani », « izključena » au lieu de « isključena », « dogadjaje » au lieu de « događaje » – erreurs d’inattention car Rizvić conserve bien l’orthographe étymologique pour « kronoložki », par exemple. Voir ABIH LR Präs, 1900/630, du 26. II. 1900.

86 Mulabdić, « Moje uspomene », p. 292.

87 ABiH LR Präs, 1900/480, du 19. II. 1900 ; ABiH GMF Präs, 1900/210, Appel à Kállay le 26. II. 1900 (version corrigée de la pièce précédente). Pièces publiées dans Besarović (éd.), Kultura i umjetnost, p. 151-152.

88 La Bosnie-Herzégovine à l’Exposition internationale universelle, p. 52.

89 Article paru dans Asr (Salonique), repris par l’İkdam (Istanbul) du 18/11/1899, traduit en allemand dans une revue de presse du gouvernement territorial (ABiH GFM Präs, 1899/1386 du 23. XI. 1899).

90 ABiH LR Präs, 1900/630, du 26. II. 1900.

91 IAS BS – 79, Bahtiarević à Bašagić, de Cazin le 2. IV. 1900. Bahtiarević était un ami intime d’Ibrahim Bey puis de Safvet-beg.

92 X. Y. [Ivan Milićević ?], « “Behar”. Pismo iz Sarajeva », Hrvatsko pravo 5 (1900), 1470 (mardi 2 septembre), p. 1.

93 Milićević, « Oživljavanje », p. 101.

94 El-Bokhârî, L’authentique Tradition musulmane, p. 16.

95 Uredništvo i uprava « Behara », « Našim čitateljima i suradnicima », Behar 1 (1900-1901), 1 (01/05), p. 2.

96 Ibid., p. 1-3.

97 Bušatlić, « Jedno Safvetbegovo pismo », p. 311. Bušatlić indique bien que la langue de Bašagić sonnait à ses oreilles selon les conseils qu’il lui donnait : simple et populaire.

98 Radić, « Izvješće urednika akademijskoga » Zbornika « », [pagination perdue].

99 Sur cette question en général, voir Michel, Nations et nationalismes, p. 95-97.

100 Mulabdić, « Među “Beharima” », p. 295.

101 Mulabdić, « “Behar” », p. 107. Mustafa Imamović (Pravni položaj, 1976, p. 177) indique que le tirage de Behar s’élevait à 800 exemplaires en 1906, et 1 000 en 1907 (information tirée des Rapports officiels – Bericht über die Verwaltung von Bosnien und der Hercegovina, où l’on trouve également le nombre exact d’abonnés : 658 en 1906). Ces chiffres font de Behar un périodique à tirage assez faible comparé à certains autres (en particulier serbes, qui pouvaient monter jusqu’à 3 000 exemplaires). Munir Šahinović-Ekremov affirme que le tirage moyen de Behar durant ses dix ans de parution fut de 1 200 exemplaires, mais cette allégation semble fantaisiste au vu des autres chiffres et n’est étayée d’aucune référence (« Počeci i razvoj », p. 4).
Comme la plupart des journaux et revues provinciaux jusque dans les années 1910, Behar fut financièrement soutenu par le Gouvernement territorial, d’abord sur la demande ponctuelle de Hadžić en 1901, puis régulièrement à partir de 1902 (Kraljaćić, Kalajev režim, p. 307-308).

102 Rizvić, Behar, p. 41.

103 Mulabdić, « Moje uspomene », p. 292.

104 Spaho, « Uspomene iz prve godine “Behara” », p. 282.

105 Čaušević, « Merhum dr. Safvetbeg Bašagić », p. 270.

106 IAS BS – 120, de Karađuzović à Bašagić, de Bar le 9. IX. 1900.

107 IAS BS – 177, lettre en turco-ottoman de Salih Rahman, sans lieu ni date, adressée à la « Rédaction de Béhar, Sarajevo » [en français dans l’original] ; IAS BS – 177, lettre en turco-ottoman de Mehmed Kamil, directeur du journal Tripoli (Trablus) à Safvet-beg Bašagić, le 18 shaban 1319/ 30 janvier 1901.

108 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362.

109 Spaho, « Uspomene iz prve godine “Behara” », p. 282.

110 Safvet-beg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret », p. 212.

111 Alija Nametak, « Dr. Safvet-beg Bašagić. 6. V. 1870 - 6. V. 1930 », p. 323.

112 Bušatlić, « Jedno Safvetbegovo pismo », p. 311.

113 Sur le contexte général de l’art dramatique en Bosnie-Herzégovine durant la période austro-hongroise, voir Lešić, Pozorišni život Sarajeva ; sur les pièces de Bašagić, voir Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 528-533.

114 Hadžiosmanović, « Prisustvo folklornog teatra Karagöz », p. 553. Certains auteurs affirment que Karagöz a une longue tradition en Bosnie-Herzégovine, mais les références ne renvoient jamais à des sources primaires (Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 28-37 – qui se contredit à la p. 234 ; Muzaferija, Antologija bošnjačke drame, p. 7). Pour de petits détails sur une éventuelle fréquentation du théâtre par les musulmans de Sarajevo avant 1878, voir Memija, Bosanski vjesnici, p. 57 n. 2.

115 Namık Kemal, « Sirota [sic] dijete. Preveo s osmanlijskog H. B. », Bošnjak 1 (1891), n° 8-13. Le drame original est intitulé La pauvre fillette (Zavallı çocuk, 1873).

116 C’est ce que l’on comprend finalement à la lecture de Josip Lešić, malgré ses contradictions (Pozorišni život Sarajeva, p. 186-189).

117 Bayza, « Jedan strani glas », p. 2-3.

118 IAS BS – 111, de Hörmann à Bašagić, Sarajevo le 20. XI. 1898.

119 Zaplata, « Silvije S. Kranjčević o Safvetbegu Bašagiću », p. 312 ; Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363. Muhsin Rizvić n’a probablement pas eu cette lettre entre les mains, puisqu’il pense que le premier écho de la pièce date d’une lettre de Bašagić à Nada du 12 mai 1899 (Bosansko-muslimanska književnost, p. 528). Celle-ci n’existe d’ailleurs plus à l’IAS, mais Rizvić s’est servi de la courte citation qu’en donne Rudolf Zaplata (« Silvije S. Kranjčević o Safvetbegu Bašagiću », p. 311-312) : « Po naputku Vašemu evo me s namirom za predujam i s molbom, da mi što prije opremite, jer ozugjurtio [osiromašio] ko krajiški sužanj, kako no se veli. »

120 Les faits historiques sont rapportés par Kreševljaković dans « Abdulah paša », p. 6.

121 L’une des reformulations intelligentes des présupposés nationalistes de la pièce se trouve chez Wollman, Srbochorvatské drama, p. 281.

122 Safvet beg Bašagić, « Abdullah paša. Dramatski spjev u 4 čina iz 18. vijeka », Behar 1 (1900-01), 1 (01/05), p. 9-11 ; 3 (01/06), p. 44-47 ; 4 (15/06), p. 57-61 ; 5 (01/07), p. 71-73 ; 6 (15/07), p. 87-89 ; Safvetbeg Bašagić-Redžepašić, Abdullah-paša. Dramatski spjev u 4 čina iz XVIII. vijeka, iz bosanske prošlosti, Sarajevo, naklada pišćeva, 1900 ; Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363 ; Zaplata, « Silvije S. Kranjčević o Safvetbegu Bašagiću », p. 312.

123 B. [Josip Bach], « Safvet beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet) Abdullah paša », Život (1900-01), II/3 (09/1900), p. 100-101.

124 D’après Ćorić, Nada, p. 460.

125 D’après Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 533.

126 Rizvić, ibid.

127 Alija Nametak, « Dr Safvet beg Bašagić. 6. V. 1870.-6. V. 1930. », p. 323.

128 ABiH LR Präs, 1900/3699, du 11. X. 1900.

129 Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 191-192. Lešić n’indique pas sa source.

130 [Anonyme], « Als ein literarisches Ereignis... », Die freie Post 1900, 839, p. 4 (article en partie repris de Bosnische Post, que je n’ai pas pu consulter) ; [Anonyme], « Premièra Bašagićeva “Abdullah paše” », Hrvatsko pravo 5 (1900), 1482 (16/10), p. 3. L’article annonce un compte rendu de la reprise, qui ne paraîtra pas. Mais un autre article nous laisse entendre que la seconde représentation ne fut pas moins réussie que la première (Ante Jukić (éd.), Hrvoje, hrvatski pučki kalendar za prostu godinu 14 (1902), p. 135). Voir aussi Silvije S. Kranjčević, « Hrvatsko dramatsko društvo iz Varaždina u Društvenom domu », Nada 6 (1900), 21 (01/11), p. 336.
Abdullah Paşa en Bosnie-Herzégovine semble avoir eu un franc succès, si l’on s’en tient aux afirmations d’Alija Nametak (malheureusement invérifiables en l’état actuel des recherches). Les troupes de théâtre ambulant l’interprétaient souvent (Alija Nametak, « Dr Safvet beg Bašagić. 6. V. 1870.-6. V. 1930. », p. 323), et elle fut longuement applaudie au théâtre de Sarajevo un an encore après la mort de son créateur (Filipović, « “Abdullah-paša” », p. 7 — Filipović pour sa part ne repérait que quelques vers pour donner un véritable intérêt à la pièce, dont la tension dramatique était d’autant plus nulle que Jeremić avait changé la fin de la pièce).

131 [Anonyme], « Abdullah-paša, dramatski spjev u 4 čina iz XVIII. vijeka, iz bosanske prošlosti, napisao Safvetbeg Bašagić », Behar 1 (1900-01), 8 (15/08), p. 129-130.

132 [Anonyme], « Safvet beg Bašagić Redžepašić : Abdulah paša », Nada 6 (1900), 21 (01/11), p. 271. C’est Zaplata qui indique que Kranjčević est l’auteur de l’article (« Silvije S. Kranjčević o Safvetbegu Bašagiću », p. 312).

133 Spaho, « Uspomene iz prve godine “Behara” », p. 282.

134 Osman Nuri Hadžić, « Zadaća “Behara”. Pismo uredništvu », Behar 1 (1900-01), 13 (01/11), p. 206-209 ; Rizvić, op. cit., p. 190.

135 IAS BS – 98, Milivoj Dežman à Safvet-beg Bašagić, non datée.

136 IAS BS – 115, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, de Trebinje en juin 1902 ; Mulabdić, « “Behar” », p. 107.

137 Tous ces articles sont présentés selon l’exposé qu’en donne Rizvić, Behar, p. 40-41 et 61-65.

138 ABiH, Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića. Kraljaćić, Kalajev režim, p. 307, dit que milieu 1900, la plupart des professeurs du Grand gymnase se sentaient croates.

139 ABiH GFM Präs. 1900/146, Černy le 15. VI. 1900 (dans Besarović (éd.), Kultura i umjetnost, p. 630-3) ; M. Hadžijahić etc., Stav muslimana, 1970 [ouvrage ronéotypé], p. 70 et 83 ; voir aussi, plus sommairement, Imamović, Pravni položaj, 1976, p. 102-103.

140 Bošnjak 10 (1900), 23 (07/06), p. 2.

141 Nazim, « “Život i običaji muslimana u Bosni i Hercegovini”. Napisao Antun Hangi », Behar 1 (1900-01), 20 (15/02), p. 322-323.

142 « Književnost i umjetnost. “Behar” o Hangijevu djelu o muslimanima », Osvit 4 (1901), 15 (20/02), p. 7 ; Nazim, « Za razjašnjenje », Behar 4 (1903-04), 3 (01/06/1903), p. 46-47.

143 Rizvić, Behar, p. 54-55.

144 Safvet-beg Bašagić était propriétaire d’un domaine à Kulaši (village situé à une quinzaine de kilomètres au Sud-Est de Prnjavor, en Bosnie septentrionale), autrefois aux mains des Filipović puis des Sulejmanpašić. Il en avait hérité par sa mère, et s’y rendait dès 1887 (« Naše agrarne prilike III », Ogledalo 1 [1907], 7 [12/07], p. 2). D’après Enisa Bašagić Knežić, la sœur de Bašagić avait à Prnjavor une forêt ; dans les limites de celle-ci se trouvaient des sources thermales – que Bašagić était bien le seul à consommer lorsqu’il venait – qui seraient encore aujourd’hui nommées « Bašagićev smrdelj » (le bourbier de Bašagić).
Ajoutons tout de suite, car cela ne peut être daté, que Bašagić vendit ce domaine à Tahir-beg Smailbegović, très probablement entre 1910 et 1918. On sait que la famille possédait une partie de la montagne et de la région des Krnjine, entre Tešanj, Prnjavor et Doboj. Si Bašagić avait la même maison que Smailbegović, alors celle-ci existe encore : c’est celle où se trouve l’antenne de la mairie (Mjesna zajednica) à Tešanj, ainsi que la maison de Kemal Brkić, juste à côté de la mosquée Ferhad-Bey (Galijašević, Ekonomske prilike, p. 56).

145 ABiH, Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića (pièce parallèle dans IAS BS – 18) ; Petnaesti izvještaj Velike Gimnazije 1900./1901., p. 29 ; Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 401 ; Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 69.

146 H. K. [Hamdija Kreševljaković], « Ibrahim beg Repovac », p. 144.

147 ABiH ZVS 1901 56-71, pièce 139.778 signée le 5. IX. 1900 par Bašagić, adressée au gouvernement territorial. Le titre original de l’ouvrage de Harder est Die arabische Konversations-Grammatik mit besonderer Berücksichtigung der Schriftsprache, (Heidelberg, J. Groos, 1898) et il est composé selon la méthode Gaspey-Otto-Sauer ; il n’est pas présent dans les divers catalogues de la bibliothèque personnelle de Bašagić, alors qu’il affirme dans sa demande en posséder un exemplaire chez lui. En revanche, le Delectus carminum est noté dans le catalogue de l’IAS BS – 66. Quant à la Chrestomatia arabica, Bašagić indique dans sa demande au gouvernement territorial qu’elle a paru chez Reuther à Berlin, mais un tel livre est inexistant chez cet éditeur à cette époque. Il faut donc penser que Bašagić s’est trompé et pensait à l’une des trois anthologies suivantes (qu’il possédait dans sa bibliothèque) et plus particulièrement à la première (munie d’un glossaire) : Andreas Oberleitner, Chrestomathia arabica, una cum glossario Arabico-latino huic chrestomathiæ adcommodato, Vienne, Schmid, 1823-1824 (2 vols) ; Johann G. L. Kosegarten, Chrestomathia arabica ex codicibus parisiensibus, gothanis et berolinensibus collecta, Lipsiæ, Vogel, 1828 ; Friedrich A. Arnold, Chrestomathia arabica, Halis, C. E. M. Pfeffer, 1853.

148 ABiH ZVS 1901 56-71, ensemble du dossier.

149 ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka, boîte 21.

150 IAS BS – 186. Ce gros cahier ne porte aucune indication qui permette de le dater. Néanmoins, son souci didactique est probablement inspiré par les années de professorat. Les thèmes (il en manque la première moitié, d’après l’ordre alphabétique adopté) sont les suivants :
Obećanje – Odlučnost – Omalovažanje – Opreznost – Oprost, praštanje – Osjećaj, čuvstvo – Piće, pijanice – Pjesma i pjesnici – Plemstvo – Podlost – Pomaganje (megjusobno) – Ponos – Poštenje – Pravednost, pravda – Pravo – Prenašanje riječi – Pretjeranost – Prijateljstvo – Prilika – Psovka – Rad – Rat – Raskoš, neumjerenost – Razum – Robovi, sluge – Roditelji, djeca – Ruganje – Samoprijegor – Savjest – Savjet, savjetovanje – Siromaštvo – Skromnost – Slava – Sloga, nesloga – Smrt – Socijalizam – Spionaža – Srdžba – Sreća, nesreća – Starost – Stid – Strast – Strpljivost – Sudbina, providnost – Sumnjičenje – Susjed (dobar, zao) – Susretljivost mudara – Svijet – Svjedočanstvo – Šala – Škrtost – Škola – Štedljivost – Šutnja – Tjesnogrudnost – Trgovina – Tvrda vjera – Uljudnost – Umjetnost – Urednost – Ustrajnost – Utjeha – Velikodušnost – Veselje, tuga – Vjernost – Zabava – Zahvalnost, nezahvalnost – Zavidnost – Žena.

151 Il délivrait ses enseignements à onze élèves de troisième (sur 5 heures), treize de quatrième (sur 4 heures) et cinq de cinquième (sur 5 heures). En troisième, la première année où les élèves pouvaient commencer l’arabe, le plus clair du programme se résumait à l’apprentissage de la grammaire et du vocabulaire ; en quatrième, ces enseignements étaient prolongés, mais au second semestre on passait à la lecture d’une œuvre (les Contes de Lūkman) ; en cinquième, la grammaire n’était plus l’objet d’un apprentissage systématique : elle était approfondie lors de phrases de thème et de la lecture des aventures de Sindbad. Petnaesti izvještaj Velike Gimnazije 1900./1901., p. 32 et 63-67. Les noms des élèves sont les suivants (avec leur district d’origine entre parenthèses) : en troisième, Muhamed Bukvica (Rogatica), Fadil beg Fadilpašić (Sarajevo), Ragib Hadžiabdić (G. Vakuf), Atif Hadžikadić (Derventa), Mustafa Otočanin (Prijedor), Mustafa Bahtiarević (Doboj), Mahmud Bojić (Gračanica), Hasan Dizdarević (Gračanica), Alija Hotić (Županjac), Abdurahman Reizović (Brčka), Ibrahim Smailagić (Stari Majdan) ; en quatrième, Ahmed Hadžialagić (Modriča), Mehmed Kozarčanin (Bos. Gradiška), Šaćir Mulahuseinović (Gračanica), Agabeg Salihbegović (Bijeljina), Avdija Sumbul (Sarajevo), Salih Šahdomerović (Bos. Gradiška), Mehmed Zečević (Visoko), Hasan beg Cerić (Novi), Adem Dedić (Novi), Sulejman Gorić (Bos. Petrovac), Husein beg et Sulejman beg Hadžiselimbegović (Prijedor), Mehmed beg Kulenović (Bos. Petrovac) ; en Cinquième, Osman Dusinović (Tešanj), Uzeir Gradaščević (Derventa), Husnija Gjumrukčić (Bijeljina), Murat Jusufbegović (Derventa), Adem Softić (Kozarac près de Prijedor).

152 Hadžikadić, « Merhum Safvet-beg Bašagić kao profesor », p. 219-220.

153 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 401 (note du 8. VII. 1901).

154 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 41-42.

155 [Seradžuddin], « Mudri savjeti Lokmanovi », Behar 1 (1900-01), 9 (01/09/1900), p. 141-142 ; 10 (15/09/1900), p. 155-156 (le pseudonyme se trouve dans le corps de texte). Lukmān est un héros et un sage légendaire de l’Arabie antéislamique. Dans le Coran, il est présenté comme un monothéiste et un père avisé qui donne de pieux conseils à son fils ; dans la tradition islamique postérieure, il devient le fabuliste par excellence et constitue un frappant pendant d’Ésope. Voir B. Heller et N. A. Stillman, « Lukmān », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 5.

156 Il présenta ainsi le premier volume de la « Bibliothèque de la nouvelle littérature » dans Život (Hayati muhayel [la vie idéale], de Hüseyin Cahit Yalçin), le second dans Behar et Život (La lyre brisée (Rebab Şikeste) de Tevfik Fikret, cf. Mirza Safvet, « Tevfik-i Fikret, moderni turski pjesnik », Život (1900-01), II/1 (07/1900), 1, p. 26-29 ; M. S., « Rebab-šikeste. Razbijene gusle (Zbirka pjesama) od Teofik Fikret bega », Behar 1 (1900-1901), 1 (01/05/1900), p. 17 ; [Anonyme], « Teofiki Fikret. Razbijene gusle (Rebab-šikeste) drugo izdanje », Behar 1 (1900-1901), 6 (15/07/1900), p. 99 ; voir également la traduction d’un extrait du recueil : Nazim, « Ramazanska sadaka », Behar 1 (1900-01), 16 (15/12), p. 248-249), le troisième dans Behar (Chronique d’un été (Bir jazin tarihi) de Halid Ziya Uşaklıgıl, cf. Anonyme : « Bir jazin tarihi. (Povjest jednoga ljeta) », Behar, 1/1900-01, 14 (15/11), p. 225-226) et le cinquième dans Behar (Dans l’imagination (Hayal içünde) de Hüseyin Cahit Yalçin, cf. [Anonyme], « “Hajal ičunde” (U mašti). Husein-i-Džahid », Behar 1 (1900-01), 24 (15/04), p. 386-387).

157 M. S., « Čuvstva i poleti », Behar 1 (1900-01), 4 (15/06/1900), p. 67.

158 Mirza Safvet, « Arifi Hikmet beg Rizvanbegović Stočević », Nada 9 (1903), 17 (15/08), p. 227.

159 Mirza Safvet, « Jednome kritičaru », Nada 9 (1903), 3 (01/02), p. 34.

160 Bombaci, Histoire de la littérature turque, p. 206.

161 Outre les éléments énumérés dans la suite du paragraphe, on en retiendra un autre. Le titre du recueil anniversaire que dédia la Société littéraire croate à Strossmayer en 1900 pour ses cinquante ans d’épiscopat, était apparemment inspiré de celui des Prémices : Spomen-cvieće, 1900 (réimprimé en 2005).

162 Milaković et Ostojić (éds), Naša pjesma, 487 p. D’autre part, Milaković publia dans un magazine littéraire jeune-tchèque une revue des écrivains croates qui s’étaient distingués en 1899 et y cite ceux dont il se sent le plus proche, dont Bašagić (présenté comme « Mirza Safvet ») – voir Kvapil, « “Slovanský Přehled” », p. 324.

163 Agićić, Dragi Franta !, p. 62.

164 Nazim iz « Behara », « Sud evropskog učenjaka o islamskoj prosvjeti », Hrvatsko pravo 5 (1900), 1492 (27/10), p. 1-2.

165 Ante Jukić (éd.), Hrvoje, hrvatski pučki kalendar za prostu godinu, 14 (1902) : entre les pages 72 et 73, très belle illustration « Safvet beg Bašagić » (identique à celle qui avait déjà paru dans Dom i sviet et dans le calendrier Mearif ; « Uz naše slike », p. 134-5. Sur Hrvoje, voir Tomić-Kovač, Poezija austrougarskog perioda, p. 434-436.

166 Mirza Safvet, « Mehmed paši Sokoloviću, Velikomu », Nada 5 (1899), 9 (01/05), p. 131-132.

167 Abdurezzak-Hifzi Bjelevac-Mostarac, « Mehmed-paši Sokoloviću Visokom », Pobratim 13 (1902-1903), 1, p. 16 ; « Dopisnica uredništva. 5. Abdurrezak... », Pobratim 13 (1902-1903), 6, p. 144.

168 Cette date est donnée d’après les absences de Bašagić au lycée : il se fera remplacer à son poste d’enseignant en arabe par Fehim Spaho du 1er au 20 mars 1901 « pour congé maladie ». Il n’est toutefois pas exclu que cette première longue absence ait été précédée d’autres plus courtes, puisque Bašagić fut absent trente-six jours en tout sur l’année (Petnaesti izvještaj Velike Gimnazije 1900./1901., p. 53).

169 Safvet beg Bašagić, « Čitateljima i prijateljima “Behara” », Behar 2 (1901-02), 1 (01/05), p. 16 ; Safvet-beg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret bosansko-hercegovačkih muslimana », p. 212 ; Mulabdić, « Moje uspomene o merhum Fehim ef. Spahi », p. 50 ; Rizvić, Behar, p. 54-55. C’est aussi l’excuse de sa mauvaise santé qu’il donne aux autorités pour notifier le changement de rédacteur de Behar le 23 avril 1901 (voir ABiH LR Präs, 1901/1357, du 25. IV. 1901, démission autographe de Bašagić du poste de rédacteur).

170 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 401.

171 Kreševljaković et Korkut, Travnik, p. 82.

172 Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402.

173 Aucune source ne mentionne la publication de ce recueil, dont le manuscrit est pourtant fort beau. Le Gouvernement territorial fera un peu plus tard appel au service du très fameux orientaliste Ignatz Goldziher pour rédiger un manuel d’arabe à destination des élèves du Grand gymnase de Sarajevo (Kratka povijest arapske književnosti, Sarajevo, Zemaljska štamparija, 1909, 157 + XXII p.).

174 ABiH LR Präs, 1902/1963, de Večerina au Gouvernement territorial, le 17. V. 1902.

175 Mulabdić spécifie que cette période d’atonie littéraire fut en partie due à sa maladie et à son travail de professeur. Il semble tout ignorer du recueil Mélodies mornes (« Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvet-begom », p. 294).

176 Safvet-beg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret bosansko-hercegovačkih muslimana », p. 212.

177 Kemura, Uloga « Gajreta », p. 16.

178 Ibid., p. 28.

179 Ibid., p. 30.

180 Besarović, Iz kulturne i političke istorije, p. 23.

181 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvet-begom », p. 292.

182 Mulabdić, « Dr. Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 38 ; Madžar, Prosvjeta. L’organisation d’une telle activité chez les Croates se fit selon un processus différent. La « Société croate d’entraide pour les élèves d’école secondaire de Mostar », fondée le 14/09/1902, et la « Société sarajévienne de placement des enfants chez les artisans et commerçants », fondée le 12/11/1903, fusionnèrent en 1907 pour donner « Le progrès » (« Napredak ») (voir Kemura, Uloga « Gajreta », p. 29). Ainsi, lorsque Mulabdić et Mešić (pour ne prendre qu’eux) avancent, afin d’expliquer les efforts accrus de la communauté musulmane pour développer une telle entraide, la création de Prosvjeta et de Napredak, il ne faut voir dans cette affirmation qu’une confusion chronologique due au temps écoulé entre ces événements et la narration de leurs souvenirs. Rappelons aussi qu’à Sarajevo fut créée en 1888 la « Société monétaire » (« Krajcarsko društvo ») qui avait pour but le soutien financier des élèves matériellement défavorisés et dont l’existence fut de courte durée. On ignore à quel groupe national cette association était destinée, ce n’est pas mentionné par Kreševljaković dans Sarajevo za vrijeme austrougarske uprave, p. 51.

183 ABiH LR Präs, 1903/2451, rapport confidentiel de Sarajevo, le 9. VI. 1902.

184 Au printemps 1899, Salih Behmen, secrétaire de mairie à Stolac, déclara qu’il attribuerait une bourse annuelle de 150 florins pendant huit ans avec comme conditions : 1) la bourse portera son nom ; 2) elle doit être donnée à un élève musulman qui a terminé son école primaire en Bosnie-Herzégovine et qui veut aller au lycée à Mostar ou Sarajevo. La bourse était en priorité destinée aux Behmen les plus pauvres de Stolac ; puis, le cas échéant, aux Rizvanbegović les plus pauvres de Stolac ; puis aux familles musulmanes les plus pauvres de Stolac ; puis aux familles musulmanes les plus pauvres des communes rurales du district (kotar) de Stolac. La bourse était ouverte pour l’année scolaire 1899/1900. Voir « Narodni dobrotvor », Osvit 2 (1899), 47 (10/06), p. 4-5. On ne sait pas si elle fut jamais attribuée. C’est probablement à cette initiative personnelle que fait référence Bašagić dans son discours intrônisateur de « Gajret » (« Pozdravni govor predsjednika Bašagića », Behar 3 [1902-03], 21 [01/03/1903], p. 326-327).

185 Kemura, Uloga « Gajreta », p. 30.

186 Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 280.

187 La traduction de gajret, mot assez fortement polysémique, est donnée d’après Imzâ Mahfoûz, « L’Islam en Bosnie et Herzégovine », Revue du Monde musulman 2 (1907), 7 (mai), p. 307.

188 On ne trouve rien d’intéressant pour notre sujet dans les fonds d’archives IAS et ABiH « Gajret ».

189 ABiH PR 1902/9, Kutschera à Kállay, de Sarajevo le 1er janvier 1902.

190 Pour ce dernier détail, voir Spaho, « Pedeset godina vakufske uprave », p. 83.

191 Safvet beg Bašagić, « Gajret », Behar 3 (1902-1903), 20 (15/02/1903), p. 318-319. Original de la circulaire à l’IAS BS – 33.

192 Pour toute cette partie, consulter le numéro 21 de Behar de l’année 3/1902-1903, entièrement consacré à cet événement (rédigé par Bašagić lui-même d’après Mulabdić dans « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 293), et Kemura, Uloga Gajreta, p. 34-41. Voir aussi IAS BS 67, original de l’article de Mešić, p. 8, et [Anonyme], « Gajret », Bosnische Post 20 (1903), [numérotation non repérée], p. 2.

193 Il se trouve une interprétation intéressante des positions de Hadžić et Kulović dans une lettre à Bašagić dont la signature n’a pu être déchiffrée. Pour l’interlocuteur du bey, cette opposition est due à la nature « étrange » des musulmans, dont s’exprimeraient ici les « vieilles jalousies » (IAS BS – 157, de Bileća le 2. III. 1903).

194 Hodžić, « Sličice iz historijata Gajreta », p. 139.

195 ABiH LR Präs 1903/767, Alfred Kozsler le 25. II. 1903 (publié par Besarović [éd.], Kultura i umjetnost, p. 363-364) ; Kemura, Uloga « Gajreta », p. 36.

196 IAS BS – 79, Bahtiarević à Bašagić, de Cazin le 18. III. 1903.

197 IAS BS – 79, Bahtiarević à Bašagić, de Cazin le 29. III. 1903 ; S. M. [Safvet-beg Bašagić], « Hadži Selman beg Ćorović », Gajret (calendrier) 2 (1907-1908), p. 121.

198 Bošnjak 13 (1903), 7 (12/02) et 9 (26/02).

199 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 293.

200 Safvet-beg Bašagić, « Edhem Mulabdić i kulturni pokret », p. 213.

201 Mulabdić, « Moje uspomene », p. 292.

202 Voir l’épilogue, en fin de ce travail.

203 Et non le 2, date avancée dans Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti, éd. Ćehajić, p. 222, et qui doit être une coquille de la réédition.

204 ABiH PR 1901/236, pièce jointe : télégramme de Kutschera à Kállay, le 13. XII. 1901 ; [Anonyme], « Ibrahim Beg Redžepašić-Bašagić », Bosnische Post 19 (1902), 258 (08/11), [pagination non repérée]

205 Le poème en question n’a pas été repéré dans les bibliographies consultées.

206 Le recueil de sentences intitulé Les Colliers d’or (Awāk al-Dhabab) connut de nombreuses éditions en Europe et dans le monde islamique au cours du xixe siècle. Voir C. Brockelmann, « al-Zamakhšarī », Encyclopédie de l’Islam, 1re éd., t. 4.

207 Malić, Bulbulistan, p. 62 ; Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, éd. Ćehajić, p. 222. Les traductions bosniaque et française divergent sur quelques détails ; comme Malić connaît le persan, je m’efface cependant devant lui.

208 IAS BS – 96, Muhamed Bey Defterdarović à Safvet-beg Bašagić, de Trebinje le 14. XI. 1902 ; IAS BS – 165, Krcsmárik à Safvet-beg Bašagić, de Budapest le 14. XI. 1902. Ibrahim Bey avait été décoré et ses décorations furent récupérées par les autorités austro-hongroises deux ans plus tard : ABiH GFM Präs 1905/160, le 28. I. 1905 ABiH GFM Präs, 1905/297, le 25. II. 1905. Sur Ibrahim Bey, je n’ai pas pu consulter [Anonyme], « Ibrahim beg Bašagić », Sarajevski list 25 (1902), 135, p. 3 ; et [Anonyme], « Teesufi Azim ! », Bošnjak 12 (1902), 46, p. 2.
À noter également que son épouse Almasa bénéficia d’une « pension de miséricorde » de 2 000 couronnes annuelles pour l’année 1903, accordée personnellement par Kállay sur les fonds de la Landesregierung. Les versements étaient mensuels. Quand, en novembre 1903, Almasa demanda la renouvellement de cette bourse pour 1904, cela lui fut accordé. On ne sait rien pour la suite. Ces sommes étaient adjugées à titre extraordinaire car, selon la Landesregierung, c’était sur les fonds de l’administration des vakfs que devaient être gratifiées les veuves des fonctionnaires de cette institution. Voir ABH ZVS 1903 182 62/4.

209 Mirza Safvet, « Arif-Hikmet beg », Behar 4 (1903-04), 3 (01/06/1903), p. 45-46 ; Mirza Safvet, « Arifi Hikmet beg Rizvanbegović Stočević », Nada 9 (1903), 16 (15/08), p. 211-213 ; 17 (01/09), p. 227-229 ; anonyme, « Arifi Hikmet beg Rizvanbegović Stočević », Gajret (calendrier) 1 (1324/1906-07), p. 96. Ajoutons que Bašagić tenait en partie son admiration pour Hikmet de celle que vouait son père à celui-ci (Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti, p. 208).

210 [Anonyme], « Naši saradnici. Dr. Safvetbeg Bašagić (Mirza Safvet) », p. 9 ; Hasan Hodžić, « Sličice iz historijata Gajreta », p. 139.

211 IAS BS – 90, Husein-beg Biščević à Bašagić, de Vienne le 8. VII. 1905 ; IAS BS – 102, Osman Dusinović à Bašagić, de Tešanj le 3. X. 1905.

212 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 41. Mešić met en exergue les deux manifestations de ce type qui avaient eu lieu à Tešanj en 1895 et 1896, mais elle avaient un caractère local et non provincial (sur l’ensemble de la communauté musulmane) – « Sjećanje na Safvetbega », p. 280. Même remarque pour la première fête organisée par « Gajret », qui se tint à Tešanj le 20 février 1904, d’où germa l’idée d’une manifestation à l’échelle de la communauté – Kemura, Uloga « Gajreta », p. 135.

213 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 293. L’hymne fut mis en musique pour la fête par Haki Buljušmić, alors professeur au Conservatoire de Zagreb, et Kačerovski (Hodžić, « Sličice iz historijata Gajreta », p. 139 ; Safvet-beg Bašagić, Izabrane pjesme, p. 179).

214 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363. Le poème fut publié l’année suivante (Safvetbeg Bašagić, « Savjet očevima », Behar 6 [1905-1906], 24 [15/04/1906], p. 372).

215 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 41 ; Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 294 ; Kemura, Uloga « Gajreta », p. 136-137.

216 Alija Nametak, « Dr Safvet beg Bašagić. 6. V. 1870.-6. V. 1930. », p. 323. Özü est le nom ottoman de la ville d’Očakov, située en Ukraine méridionale.

217 ABiH LR Präs, 1905/523, de la mairie de Bos. Petrovac au centre de Kreis de Bihać, le 22. II. 1905. Le poème avait été mis en musique par Buljušmić.

218 ABiH LR Präs, 1906/3846, de la mairie de Bugojno au gouvernement territorial de Sarajevo, le 8. XII. 1906.

219 Bašagić était désireux de réunir des livres ottomans pour cette bibliothèque (alors qu’il est probable que la pratique de l’ottoman se perdait déjà dans la nouvelle génération de lettrés). Dans ce but, il écrivit entre autres au journal stambouliote İkdam pour qu’on lui en envoie. La rédaction répondit généreusement et accompagna son envoi d’un mot où elle félicitait Bašagić d’une telle initiative, selon eux la première dans un monde musulman où l’on commençait seulement alors à se réveiller et à prendre la mesure de la « vitesse » avec laquelle progressaient les pays européens. Les Stambouliotes demandaient par ailleurs qu’une correspondance régulière (hebdomadaire ou bi-mensuelle) s’établît entre la Bosnie et leur journal ; j’ignore si cela se fit. Voir IAS BS – 177, la direction du journal İkdam à Safvet-beg Bašagić, d’Istanbul le 18 mayis 1321/31 mai 1905. Par ailleurs, on sait que la bibliothèque de l’association avait été étoffée grâce à Bašagić, Ibrahim-beg Čengić et Ajni Bušatlić ([Safvet-beg Bašagić], « Skupština Udruženja islamske omladine », Ogledalo 1 [1907], 1 [31/05], p. 6).

220 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », p. 40-41 ; Hodžić, « Sličice iz historijata Gajreta », p. 139. Divers noms sont donnés à cette association : Društvo muslimanske omladine (Société de la jeunesse musulmane), Udruženje muslimanske omladine (Union de la jeunesse musulmane), Muslimanski klub (Club musulman). À l’époque, c’est le second qui est d’usage. Pour de plus amples détails, consulter [Safvet-beg Bašagić], « Skupština Udruženja islamske omladine », Ogledalo 1 (1907), 1 (31/05), p. 6. Cette « Union » était une émanation de « Gajret » ; Bašagić en était président, Mulabdić secrétaire, Hodžić trésorier.

221 Mulabdić, « Naši biciklisti », Gajret (calendrier) 1 (1906-1907), p. 152.

222 Alija Nametak, « Islamska dionička štamparija », p. 238-240 ; Čaušević, « Merhum Dr. Safvetbeg Bašagić », p. 270. Nametak ne mentionne pas Bašagić dans son article.

223 ABiH GFM Präs 1905/1398, Albori au ministère commun des Finances, de Sarajevo le 12. XI. 1905. Le journal devait s’appeler Zeman. Comme rédacteur, on prévoyait Mehmed Kadrispahić, un musulman pro-croate de Vienne.

224 En 1900, une tentative faite par le Sarajévien Alija Kreševljaković avait échoué – voir Besarović (éd.), Kultura i umjetnost, p. 225-227. On trouve des détails intéressants sur la manière dont les musulmans pouvaient se procurer des livres dans les années 1870 chez Memija, Bosanski vjesnici, p. 58-59.

225 ABiH GFM Gen. 1906/37073, d’après Besarović (éd.), Kultura i umjetnost, p. 238.

226 [Publicité], Gajret (calendrier) 1 (1906-07), p. XII ; Hadžiosmanović, Biblioteke u Bosni, p. 43-44. La librairie se trouvait au 66, rue François-Joseph (actuelle Maršala Tita). Cette librairie des frères Rajković était la plus ancienne librairie de Sarajevo, ayant été créée en 1850 par Špiro Rajković. Celle qu’ouvrit Muhamed Bekir Kalajdžić en 1912 a occulté celle des frères Bašagić, qui a cependant perduré jusque dans les années 1920 au moins.

227 Seradžuddin, « Mevlud. Sarajevo 11. reb. ev. 1318. », Behar 1 (1900-01), 6 (15/07/1900), p. 97-98 ; Mirza Safvet, « Na Kurban-bajram. (Sabahski ezan) », Behar 1 (1900-01), 23 (01/04/1901), p. 357-358 ; Mirza Safvet, « Na Turi-Sina », Behar 1 (1900-1901), 24 (15/04/1901), p. 377-378 (ce poème est repris de Prosvjeta de 1896 ; il avait alors paru sous le titre « Na Sinaju »).

228 Terdžuman, « Islamski običaji i ćudorednost », Behar 1 (1900-1901), 23 (01/04/1901), p. 358-360 ; 24 (15/04/1901), p. 373-376.

229 Nazim, « Vehabije i babije. Po I. T. Eckardtu », Behar 1 (1900-1901), 6 (15/07/1900), p. 91-94 ; 7 (01/08/1900), p. 107-109 ; 8 (15/08/1900), p. 122-124 ; 9 (01/09/1900), p. 136-138. J. T. von Eckardt est peut-être l’auteur de Von Carthago nach Kairuan. Bilder aus dem orientalischen Abendlande, Berlin, W. Besser, 1894.

230 Abduselam Balagija témoigne en 1940 que ces deux sectes sont pour ainsi dire inconnues en Bosnie-Herzégovine (Les musulmans yougoslaves, p. 114).

231 Nazim, « Sud evropskog učenjaka o islamskoj prosvjeti », Behar 1 (1900-1901), 12 (15/10/1900), p. 188-189.

232 N., « Islam je uvijek pravedan », Behar 1 (1900-1901), 24 (15/041901), p. 378-380. Bašagić ne mentionne malheureusement pas le nom du journaliste.

233 Seradž, « Svadbe, suneti i pokopi », Behar 1 (1900-01), 20 (15/02/1901), p. 323-324.

234 ABiH GFM Präs 1904/1282, mémorandum de Thalloczy non daté (complété en 1906), cité d’après Okey, « Education and Modernisation », p. 333.

235 Hodžić, « Sličice iz historijata Gajreta », p. 139.

236 Mužić, Masonstvo u Hrvata, p. 139 et 178 ; Paul Dumont, « La Turquie dans les archives du Grand Orient de France : les loges maçonniques d’obédience française à Istanbul du milieu du xixe siècle à la veille de la Première Guerre mondiale », in Bacqué-Grammont et Dumont (éds), Économie et société, p. 201.

237 Tous les développements sur le Club des écrivains sarajéviens sont dus à : Pilar, « Kako su nastala Zapamćenja fra Grge Martića », p. 137 sqq. ; Gavranić, « Osvrt na tvrdnje », p. 10-21 ; Kapetanić, « Književni rad », p. 373-495 ; Jelćić, Kranjčević, p. 168.

238 IAS BS – 83, Begović à Bašagić, de Vrlika le 6. VIII. 1900.

239 Žeželj, Pijanac života, p. 36.

240 Mirza Safvet, « Poslanica Xeresu de la Maraja », Svjetlo (calendrier) 15 (1900), p. 32 ; Žeželj, Pijanac života, p. 45 ; Jelćić, Povijest hrvatske književnosti, p. 186.

241 IAS BS – 83, Begović à Bašagić, de Vrlika le 6. VIII. 1900. En échange de la critique que Bašagić écrirait sur son livre, Begović proposait de publier une critique d’Abdullah Paşa dans « le magazine auquel [il] collabore ». À notre connaissance, il faut comprendre que ce « magazine » était Život, et la critique de Bach qui y parut, fort assassine, ne put que déplaire à Bašagić, qui fut ainsi mal payé en retour de sa critique louangeuse du Livre Boccadoro.

242 Anonyme, « Knjiga Boccadoro. Xeres de la Maraja », Behar 1 (1900-1901), 9 (01/09), p. 145.

243 Lewis, Islam et laïcité, p. 25-26.

244 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363.

245 Safvet-beg Bašagić, Misli i čuvstva, p. 83.

246 Anonimus [Osman Nuri Hadžić], Muslimansko pitanje, p. 27 et passim.

247 ABiH ZVS, 1903/56-156 (Hifzi Muftić mourut de phtisie en avril 1903, et Čaušević vint le remplacer le 22. IX. 1903). Dressant le tableau des études coraniques et celles portant sur le hadith en Bosnie-Herzégovine au moment où Čaušević entre sur la scène religieuse, Enes Karić ne mentionne pas l’étude de Bašagić, ce qui me semble tout à fait injuste (« Uloga Džemaludina Čauševića u razvoju Kur’anskih studija u Bosni i Hercegovini u prvoj polovini XX. stoljeća », in Karić et Demirović, Reis Džemaludin Čaušević, p. 54-102).

248 Mirza Safvet, « Krk hanbar », Gajret 8 (1924), 1-2, p. 11. Bašagić connaissait Mango dès 1897, ainsi qu’en témoigne Safvet beg R.-Bašagić, « Naše zvijezde na istočnom parnasu », Nada 4 (1898), 11 (01/06), p. 170.

249 Mirza Safvet, « Sto i jedan hadisi šerif », Behar 4 (1903-04), 1 (01/05/03), p. 1-3 ; 2 (15/05/03), p. 17-19 ; 3 (01/06/03), p. 33-36 ; 4 (15/06/03), p. 49-51 ; 6 (15/07/03), p. 81-83 ; 7 (01/08/03), p. 97-100 ; 8 (15/08/03), p. 113-116 ; 9 (01/09/03), p. 129-132 ; 10 (15/09/03), p. 145-147 ; 11 (01/10/03), p. 161-163 ; 12 (15/10/03), p. 177-179 ; 13 (01/11/03), p. 193-194 ; 14 (15/11/03), p. 209-211 ; 15 (01/12/03), p. 225-227 ; 16 (15/12/03), p. 241-243 ; 17 (01/01/04), p. 257-259 ; 18 (15/01/04), p. 273-276 ; 19 (01/02/04), p. 289-291 ; 20 (15/02/04), p. 305-307 ; 21 (01/03/04), p. 321-323.

250 Chanoine I[saac] Taylor, [Conférence au Church Congress de Wolverhampton du 7 octobre 1887], The Times du 8 octobre 1897. Bašagić recopie très probablement un article où est repris ce discours ; cet article s’est inspiré non de la parution dans The Times, mais de Sir Thomas Arnold (le célèbre réformateur de l’enseignement en Angleterre), The Preaching of Islam, a History of the Propagation of the Muslim Faith, Westminster, A. Constable, 1896, p. 71-72. Pour prolonger cette réflexion, consulter Gardet, L’Islam, p. 151-154 et 199-212.

251 Dans ses commentaires, Bašagić a pu également s’inspirer de Mehmed Arif Bey, Bin bir hadis (Mille et un hadiths), Le Caire, 1319/1901-1902. Voir Mulabdić, « Dvostruka cenzura », p. 310. D’autre part, ces textes ne furent pas forcément d’abord destinés à la publication écrite : des détails nous montrent que certains d’entre eux étaient des discours prononcés devant des jeunes gens, peut-être de « Gajret » (Mirza Safvet, « Sto i jedan hadisi šerif », Behar 4 [1903-04], 7 [01/08/03], p. 100). Quelques autres sont en réalité des reprises d’articles précédents, par exemple le commentaire de « L’amour de la patrie est une partie de la foi » qui reprend en patchwork non seulement l’article « Hubb ul-vatani », mais un grand nombre de productions de la première période de Bašagić afférentes à ce thème ; de même, la réflexion sur la condition de la femme musulmane redispose, sur un canevas original, un certain nombre de textes publiés précédemment, etc.

252 Mirza Safvet, « Dopuna članku 101. hadis », Behar 4 (1903-1904), 3 (01/06/03), p. 48 ; Mirza Safvet, « Sto i jedan hadisi šerif », Behar 4 (1903-1904), 18 (15/01/04), p. 274.

253 Mirza Safvet, « Sto i jedan hadisi šerif », Behar 4 (1903-1904), 21 (01/03/04), p. 322.

254 [Safvet-beg Bašagić], « Tuhaf ! », Ogledalo 1 (1907), 4 (21/06), p. 7.

255 Mulabdić, « Dvostruka cenzura », p. 310 ; Mulabdić, « Behar », p. 108. Je n’ai réussi à identifier que deux membres sur quatre de l’ulema-meclis entre 1903 et 1904 : Ahmet Dizdar (m. fin 1904) et Munib Korkut, qui très probablement ni l’un ni l’autre ne poussèrent à censurer Bašagić. Le Conseil se renouvela à la fin janvier 1905 ; y furent nommés Šakir Pandža, Čaušević et [Sulejman Šarac ?] (Šehić, Autonomni pokret, p. 189). Sur Pandža, voir plus bas.

256 Mulabdić, « Dvostruka cenzura », p. 310.

257 Mirza Safvet, « Očitovanje. Fahrija », Behar, 5 (1904-1905), 1 (01/05), p. 2-3 ; Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363 ; Hodžić, « Sličice iz historijata Gajreta », p. 139 ; Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 84. Rien sur Pandža dans Kreševljaković, « Hatibi i imami Husrevbegove džamije », in Spomenica Gazi Husrevbegove četiristo-godišnjice, p. 145-146.

258 Sarić, « Život i rad », p. 50.

259 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363.

260 Gellner, Nations et nationalismes, p. 66.

261 Balić, Der bosnisch-herzegowinische Islam, p. 137. Balić affirme que Čaušević et Osman Nuri Hadžić ont initié ce courant spiritualiste. S’il y a peu de textes de Hadžić qui soient véritablement spiritualistes, moins encore ont eu une véritable influence sur les oulémas bosno-herzégoviniens – au contraire de Čaušević, dont l’influence fut considérable. De plus, si Balić mentionne Hadžić, on ne voit pas pourquoi il ne mentionne pas Bašagić.

262 Safvet-beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet), Pod Ozijom ili krvava nagrada. Dramatski spjev iz XVI. vieka u 3 čina (5 slika), prestavljan na prvoj islmaskoj zabavi u Sarajevu 17. aprila 1905, Sarajevo, vlastita naklada, 1905 ; Safvetbeg Bašagić, « Poziv na pretplatu », Behar 6 (1905-1906), 1 (01/05), p. 15 ; 10 (15/09/05), p. 158. La seule critique connue faite sur la pièce émane d’un inconnu. Il reprochait à Safvet-beg d’avoir repris une scène du Gorski vijenac de Njegoš ; la remarque l’offensa, et il dut reconnaître qu’il n’avait jamais lu cette œuvre (est-ce vrai ?) – Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363.

263 IAS BS – 89, Alibeg Biščević à Bašagić, de Bosanski Novi le 22. X. 1905 ; Safvetbeg Bašagić, « Poziv na pretplatu », Behar 6 (1905-06), 10 (15/09/05), p. 158 ; Safvet beg Bašagić-Redžepašić (Mirza Safvet), Misli i čuvstva. (Nove pjesme), Sarajevo, vlastita naklada, 1905.

264 IAS BS – 117, Kajtaz à Bašagić, de Mostar le 7. V. 1910.

265 Ante Tresić-Pavićić, Valovi misli i čuvstava. Pjesme, Zagreb, Matica Hrvatska, 1903.

266 Mirza Safvet, « Arifi Hikmet beg Rizvanbegović Stočević », Nada 9 (1903), 17 (01/09), p. 228.

267 Kemura, Uloga « Gajreta », p. 130-131.

268 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 294.

269 IAS BS – 177, Hüsein… -zade Ahmed à Safvet Bey, président de l’association « Gajret », de Rüşçük le 10 mars 1322/23 mars 1906.

270 En voici la liste, inconnue jusqu’ici : [anonyme], « Skender paša Gazimihalović », p. 65-70 ; M. S., « Hadži Hamidaga Husedžinović », p. 120-121 ; S. M., « Hadži Selman beg Ćorović », p. 121-122 ; Mirza, « Zauzeće Carigrada (prevoz lagja preko brda) », p. 122-123 ; Mirza, « Gazi Osman paša », p. 123-124 [reprise partielle de l’article de Behar] ; M. S., « Selamluk », p. 125-126 ; Mirza, « Sultan Mehmed II. El-Fatih », p. 126-127 [reprise partielle de Kratka uputa] ; Mirza, « Mehmed paša Sokolović », p. 129-131 [reprise partielle de Kratka uputa].

271 Mulabdić, « Moje uspomene iz saradnje sa merhum Safvetbegom », p. 294 ; Čaušević, « Merhum Dr. Safvetbeg Bašagić », p. 270 ; Kemura, Uloga « Gajreta », p. 131-132.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search