Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Deuxième partie. Nationalisme et orientalisme chez Safvet-beg Bašagić (1890-1906)

Chapitre II. Vienne, point d’éclatement

Texte intégral

1La « maturité » en poche, le bey réalisera un vœu très cher : partir à Vienne pour des études orientalistes, dans lesquelles il s’engageait a priori pour un cursus de quatre ans. Encore jeune, ayant renié son idéalisme de jeunesse pour embrasser avec trop d’enthousiasme peut-être les idées du parti du Droit, il sera confronté dans cette ville à cette expérience si fondamentale pour tout patriote : la découverte d’un monde étranger. Sa personne en sera profondément bouleversée, et modifiée la carte de ses appartenances identitaires. Vienne, point d’éclatement de toute certitude et de toute attache.

2Nouvelle étape donc dans la maturation des idées bašagićiennes, le séjour dans la capitale impériale confortera que le bey tente de penser sa province comme un point d’équilibre entre Orient et Occident. Ajoutons immédiatement que l’équilibre ne sera pas atteint, malgré une claire définition des pôles contraires ; en d’autres termes, il restera l’héritier des idées du parti du Droit, bien qu’il ait clairement exprimé la volonté de s’en rendre indépendant.

3Le détachement des influences croates, secondé par l’apparition de la revue sarajévienne Nada (L’Espoir), se fait en direction de la vie viennoise. Elle attire et repousse tout à la fois ce jeune musulman encore peu au fait des réalités modernes. Éclatée par diverses sollicitations, l’image de lui-même que lui renvoie sa nouvelle existence suscite un trouble que son âge ne lui permet pas de surmonter encore.

A. Les débuts : indépendance et appartenances

4Les deux premières années de l’existence viennoise voient le progressif relâchement – mais non leur disparition – des normes qui encadraient l’existence de Bašagić jusque-là. La première conséquence en fut une indépendance intellectuelle toute neuve et la dissolution des liens exclusifs qui l’attachaient à la Croatie en tant que pôle national. On ne peut pas dire pour autant que les vides laissés furent comblés par de nouveaux apports extérieurs : en réalité, ce premier séjour à Vienne lance une période de latence qui durera quatre ans, jusqu’à la définitive réintégration dans le giron patriotique. Aussi certaines idées pourtant contradictoires cohabiteront-elles en lui sans grand bonheur, nuisant à la cohérence de sa pensée ou à la qualité de ses travaux.

1. Installation — isolement

  • 1 IAS BS – 150, lettre d’Ante Tresić-Pavičić à Safvet-beg Bašagić, de Zagreb ; Ante Tresić-Pavičić, « (...)

5L’été 1895 se passa tranquillement. Notre héros reçut la visite de son ami Ante Tresić-Pavičić, qui avait déjà eu l’intention d’un grand voyage en Bosnie-Herzégovine durant l’hiver 1894-1895. Tresić n’avait pas obtenu de passeport avant l’été ; une fois à Sarajevo, il chercha à voir Bašagić, mais celui-ci était à Dolac (à Čengić-vila, un quartier résidentiel de Sarajevo). Le bey menait là-bas une paisible villégiature, parmi les vergers et les jardins sur lesquels régnait en maître un jardinier hors pair, un certain Risto, grand cuiseur d’eau-de-vie pour la joie de tous. Et puis voilà le bey, entend dire Tresić, au cabinet de lecture musulman (kiraethana). Il y court : en vain ; il le cherche à l’hôtel-restaurant Europe : bredouille. Finalement, ce n’est pas dans ces lieux habituellement hantés par son ami qu’il le trouve, mais à l’ancienne librairie de Milan Šarić. Les effusions se prolongent, d’autant que les deux amis ne se sont pas vus depuis longtemps. Tresić est tout heureux car Bašagić, avec Hadžić, est son seul véritable ami musulman (il connaissait un frère Hrasnica, mais de loin), et il compte sur lui pour l’introduire dans les maisons musulmanes de Sarajevo. Mais Bašagić, qui n’a pas ses clés, ne peut pas le mener dans sa maison en ville pour lui donner à voir des appartements typiques. Et Tresić devait repartir le lendemain, aux aurores. Qu’importe : le bey et quelques-uns de ses amis lui représentèrent par les mots la vie des musulmans bosno-herzégoviniens1, sphinx éternel de la psyché croate et serbe.

  • 2 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66 ; Kreševljaković, « Život dr. Safvetbeg Bašagić- (...)
  • 3 Ante Tresić-Pavičić, « Bosna i Hercegovina. Putopisne crtice », Dom i svijet 9 (1896), 9 (01/06), p (...)
  • 4 Mirza Safvet, « Istočni Parnas », Nada 1 (1895), 17 (01/09), p. 332-333.

6Bašagić préparait son départ pour Vienne. En effet, malgré ses vingt-cinq ans (il commençait à l’âge où l’on terminait, généralement, ses études universitaires), il avait décidé de s’y inscrire en Faculté de Philosophie – c’est-à-dire les sciences humaines, naturelles et exactes – avec l’histoire, la philologie ainsi que les langues orientales et leur littérature pour spécialités, bien que son père eût émis le désir qu’il fît son droit2. Comme pour se préparer, il poursuivit durant l’été son long cycle de traductions tirées de Hafiz et du sultan Yavuz Selim Ier : poèmes persans qu’il essayait, comme à son habitude, de rendre dans une forme elle-même versifiée, c’est-à-dire de conserver dans toutes leurs dimensions poétiques, sens, rythme et sonorités. Tresić soulignait que ces traductions des classiques orientaux l’avaient rendu célèbre dans la province3 ; les accompagnaient des traductions de Namık Kemal et de Ziya Paşa, qui glorifiaient l’homme comme héros ou comme sommet de la création. Ce ton humaniste convenait au projet de Nada, dans lequel les textes parurent4. D’autres textes encore parurent, originaux ou traductions, dont on retiendra le début d’un très long cycle poétique intitulé « Sur l’océan de la lumière ». Nous aurons l’occasion d’y revenir plus en détail, quand nous en verrons l’ensemble.

  • 5 Malheureusement, ce sujet reste totalement inexploité dans la littérature qui est à ma disposition.
  • 6 IAS BS – 177, lettre d’un anonyme à Safvet-beg Bašagić, de Vienne le 9 septembre 1895.

7Au terme de l’été, le séjour de Sarajevo allait cependant prendre fin. La fécondité paisible, la provinciale tranquillité allaient se heurter à la réalité métropolitaine de Vienne – la « mégapole », comme Bašagić la nommerait. En effet, à la fin août ou au début de septembre, Safvet-beg arpente les rues de la capitale. Centre d’un vaste empire, elle draine des individus de partout et de nulle part. Un certain nombre sont même de confession musulmane et viennent de pays orientaux5. Pour lui, fier de porter le fez, il tente d’entrer en contact avec l’un de ses coreligionnaires, par ailleurs inconnu : Seraceddin Bey, qui était en lien avec l’Académie orientale. Un de leurs amis communs lui répond, en ottoman, que Seraceddin Bey n’y est pas, ni non plus un autre personnage que Bašagić désirait contacter : un certain Halil Bey6.

  • 7 Marijanović, Fin de siècle, p. 168.
  • 8 IAS BS – 174, photographie de Gyula Schroeder et de son épouse Louise, dédicacée du 1er juin 1899 ( (...)

8La ville est encore à peu près déserte, du point de vue du jeune homme. Dès son arrivée, il était très probablement installé dans le VIIIe arrondissement, au 7, Laudongasse, dans un quartier situé non loin du Ring ; ce serait en tous cas son adresse à la fin janvier 18967. Par la suite, il allait habiter dans une chambre d’étudiant à une adresse inconnue, puis au 3, Feldgasse, toujours dans le VIIIe arrondissement, chez un gynécologue, Gyula Schroeder, où il demeura jusqu’en juin 1899 et avec qui il entretint, apparemment, de bonnes relations8.

  • 9 Besarović, Iz kulturne, p. 23 ; Kreševljaković, « Život dr. Safvetbeg Bašagić-Redžepašića », p. 272 (...)
  • 10 Džaja, Bosna i Hercegovina u austrougarskom razdoblju, p. 165-167.

9Kállay avait instauré un système de bourses pour le supérieur, succédant à celles dont avaient déjà pu bénéficier les étudiants lors de leur scolarité au Grand gymnase et qui étaient attribuées, non à la demande de l’élève ou de sa famille, mais au mérite et en fonction des intérêts du gouvernement territorial. Celui-ci attribua à Bašagić cinquante florins de subside sans l’en aviser et chargea le professeur Vatroslav Jagić (1838-1923), Stipendienreferent de l’université de Vienne, de le prévenir. On le priait, avant que cette bourse ne lui fût versée, de signer une déclaration par laquelle il certifierait qu’à la suite de ses études, il servirait le gouvernement territorial de Bosnie durant dix ans, et qu’il ne deviendrait membre d’aucune association à caractère politique ou national. Bašagić répondit qu’il ne vendrait pour rien au monde sa liberté, et qu’il remerciait le gouvernement de ses prévenances. Le financement de ses études fut donc soutenu par l’effort familial : durant quatre ans, le Viennois d’adoption devait recevoir de Sarajevo son argent par mandat postal9. Par conséquent, il n’intégra pas l’internat que Kállay fit construire pour les boursiers d’État bosno-herzégoviniens en 1897 pour empêcher la prolifération des idées nationales10.

  • 11 IAS BS – 177, lettre d’Ibrahim Bey à Safvet-beg, de [Sarajevo] le 28 novembre 1895. Voir la traduct (...)

10Au début de son séjour, Bašagić écrivait à son père régulièrement ; à la fin novembre, celui-ci l’encouragea à le faire tous les dix jours. De cette époque on a conservé une lettre qui est un précieux témoignage des relations entre père et fils (voir la traduction en annexe). Sous les mots ampoulés, en un ottoman engoncé dans les persianismes et les arabismes, toute l’affection du père rejaillit, délicate, inquiète, avide de savoir comment se porte « la lumière de [son] œil » ; toute sa piété de musulman aussi, effrayé qu’il est de voir sa précieuse progéniture s’enfoncer en terre étrangère, où il lui recommande de respecter les bonnes manières islamiques et de s’éloigner des choses défendues par la religion. L’islam est la cause de salut la plus puissante dans les deux vies – il prie que son fils jouisse de la grâce de Dieu11.

  • 12 Mirza Safvet, « Iz velegrada », Vienac 27 (1895), 47 (19/11), p. 746. Voir également la version ori (...)
  • 13 Le Rider, Modernité viennoise, p. 20-1 ; Bettelheim, Vienne 1880-1938, passim. Si Bašagić ressentai (...)
  • 14 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić. V (...)

11Or, la grâce divine faisait faux bond : l’expérience viennoise à ses débuts fut vécue par Bašagić fils comme une véritable déréliction. À la fin octobre, envahi par le mal-être et la mélancolie devant cette existence urbaine incontrôlable, il s’en ouvrit dans une poésie dédicacée à « un ami ». À l’étranger, la nourriture lui semblait insipide, nulle jeune femme ne l’entourait – elles qui étaient la source de son inspiration, comme il l’avait évoqué dans une composition précédente – et le bruit l’empêchait dans ses élans poétiques. La mégapole est « pleine de pompe et bouffie d’orgueil, / Pleine de boue et de relents gazeux, / Pleine de douleurs, de malheurs et de chagrins ». L’assaillent des sensations étonnées et aussitôt dégoûtées devant la « manière moderne » ; les jeunes filles de la ville provoquent son ennui. Le « bon ton » (en français dans le poème) régissait tous les us sociaux – on remarque que Bašagić n’évoquait que les relations avec les femmes – et faisait régner l’ignominie sur la ville : éclat et luxe, adultère et fornication. Cet Eldorado moderne, ce paradis de l’apparence et de l’argent, le poète n’en voulait pas et rêvait du moment où il reviendrait dans la patrie abandonnée, « ce nirvâna féérique12 ». Contrairement à ce que dit Jacques Le Rider (1959-), la ville, aux yeux d’un contemporain tel que Bašagić, est bien synonyme de la modernité complexe qu’elle incarne pour nous actuellement et ne représente pas un centre conservateur, qui freinerait l’évolution de la Monarchie vers le modèle des pays occidentaux ; elle est plus proche de l’« Apocalypse joyeuse », selon la formule de l’écrivain Hermann Broch (1886-1951), avec l’adjectif en camaïeu de gris moderne13. À ses yeux, elle est surtout synonyme d’une perte de la naïveté originelle. Le nom de Vienne résonne aux antipodes des syllabes colorées de la native Herzégovine, que Bašagić avait pris tant de plaisir à redécouvrir et chanter deux ans auparavant. La distance se creusait d’autant que le jeune homme ne se sentait pas du tout intégrable en tant que musulman dans cette société, ainsi qu’en témoigne le titre original du poème : « A la franca », expression courante dans la bouche des Ottomans de l’époque pour qualifier les mœurs européennes14.

2. Activités littéraires autour de Zvonimir, association étudiante croate

  • 15 « Brzojavi. Beč, 19. studenoga », Hrvatsko pravo 1 (1895), 15 (19/11), p. 2.

12La bousculade affective qui grossissait le cœur de Bašagić, tandis qu’il s’installait, alimenta ainsi une aspiration au calme et au repliement familial. Pour autant, les événements historiques n’apaiseraient pas leur cours et le toucheraient de près ou de loin. La première secousse l’affecterait à travers le cercle de ses amis zagrébois. En effet, à partir de septembre, Zagreb s’était préparée à la venue de l’empereur. Le ban Khuen avait prévu d’inaugurer le théâtre national et de prouver par là que la province à lui confiée était tout à fait apaisée et heureuse. Se déroulant à la mi-octobre, la visite tourna à l’émeute : une centaine d’étudiants manifestèrent sur la place principale de la ville et enflammèrent le drapeau hongrois, symbole de la « mainmise » hongroise sur la province. Sept d’entre eux furent inculpés et emprisonnés – dont Stjepan Radić (1871-1928), le meneur des manifestants, et son ami proche Osman Nuri Hadžić. L’événement eut cette importante conséquence qu’un certain nombre d’étudiants, radiés de l’université de Zagreb, se virent obligés de s’inscrire à Vienne ou Prague. À la mi-novembre donc, une partie de l’aile ultra-politisée du microcosme estudiantin zagrébois arriva à Vienne15.

  • 16 « Hrvatsko akad. društvo “Zvonimir” », Hrvatsko pravo 1 (1895), 7 (09/11), p. 4.

13Les effectifs croates de Vienne ainsi grossis ne pouvaient que rassurer Bašagić, qui déjà y avait retrouvé d’autres jeunes écrivains bosno-catholiques et croates. Leur vie s’organisait autour de l’association estudiantine Zvonimir (du nom d’un des plus fameux rois croates), dont on a vu le prosélytisme nationaliste en 1894, quand des étudiants musulmans confessèrent publiquement leur croaticité. Les nouveaux venus, cependant, donnèrent un coup de fouet à son activité, déclinante depuis quelques années. Début novembre avaient eu lieu les élections au bureau de l’association. Si Bašagić n’y apparaissait pas, certains des élus étaient de ses connaissances : le vice-président – Stjepan Radulović, le bibliothécaire – Dušan Plavšić (1875-1965), et l’un des membres du jury d’honneur – Milivoj Dežman (1873-1940)16. Les deux premiers étaient impliqués dans la vie littéraire sarajévienne : on a vu que Radulović avait été proche de Milićević au Grand gymnase ; et Plavšić était un parent de Kranjčević. Quant à Dežman, il était déjà assez connu du monde littéraire zagrébois : il publiait dans Vienac (La Couronne).

  • 17 Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 202-203. Les frères Defterdarović étaient fortement impl (...)

14C’est dans le giron de cette association à laquelle il n’adhère pas, mais dont il fréquente les membres, que Bašagić se console de sa Bosnie. D’autre part, si l’on excepte Hadžić puisqu’il sortit de prison le 19 mars 1896, Bašagić pouvait cette année-là fréquenter ses amis les frères Defterdarović, Mehmed-beg Kulenović et les frères Hrasnica, avec qui il avait suivi une partie de sa scolarité au Grand gymnase. Il n’était pas spécialement en bons termes avec Ćamil Karamehmedović, un intellectuel de format exceptionnel qui fréquenterait la faculté de médecine viennoise en même temps que lui. Karamehmedović était d’ailleurs isolé dans le groupe : c’était le seul à se déclarer Serbe, tandis que les autres, quasiment tous signataires de la déclaration de 1894, s’affichaient du côté croate et gravitaient autour de Zvonimir17.

15On pense généralement que les événements d’octobre à Zagreb eurent une autre conséquence : celle d’empêcher la sortie d’un projet journalistique mené par Dežman. Pour bien comprendre de quoi il retourne, un court retour en arrière est nécessaire.

  • 18 IAS BS – 98, Ivan Dežman à Safvet-beg Bašagić, de Vienne le 21/05/1895. Contrairement à ce que dit (...)
  • 19 Sur le romantisme anti- « turc » en Croatie, voir Jelćić, Povijest hrvatske književnosti, p. 89-116 (...)
  • 20 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, c (...)

16À la fin du mois de mai 1895, alors qu’il préparait sa maturité, Bašagić avait reçu une lettre de Dežman, qu’il ne connaissait pas encore. De concert avec une figure montante du Parnasse croate, Šandor Gjalski (1854-1935), Dežman avait l’intention de publier durant l’été un almanach du genre de ceux paraissant en Europe occidentale – résolument moderne. Y collaboreraient ceux qui s’étaient fait connaître ou avaient gagné en notoriété ces derniers temps en Croatie : c’est-à-dire, au 21 mai, date à laquelle il écrivait sa lettre, une quinzaine de noms, dans la liste desquels le bey figurait aux côtés de Janko Leskovar (1861-1949), Iso Velikanović (1869-1940) et Milan Begović (1876-1948). Dežman espérait obtenir l’accord de Tugomir Alaupović et Vladimir Treščec Borotha (1870-1932). Chacun était invité à donner deux ou trois petites compositions de sa plume, représentatives des nouvelles tendances littéraires. La politique était exclue ; l’étudiant en médecine espérait une sortie pour le mois de juillet18. On sait par ailleurs que ledit almanach devait s’intituler Ars libera et isolait, pour la première fois de façon explicite, un corpus d’auteurs dont l’esthétique se détachait du romantisme et du réalisme croate. Dežman concevait le volume comme une sorte de manifeste, projet auquel pouvait correspondre Bašagić dans la mesure où sa veine orientaliste, qu’on aurait perçue comme romantique en France et en Angleterre, mais aussi en Allemagne et dans la Monarchie, s’opposait en Croatie aux productions du renouveau national romantique, appuyé sur un solide sentiment anti- « turc », et manifestait une ouverture sur le monde extérieur. L’exotisme oriental croate répondait ainsi à une esthétique fin de siècle, et non véritablement au renouvellement des formes et de la sensibilité dont il était synonyme en Europe occidentale19. Bašagić répondit à la mi-juillet d’un petit mot, justifiant son retard par le passage de sa maturité, et envoyant les poèmes qu’il avait sous la main (on ignore lesquels)20.

  • 21 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, l (...)
  • 22 Je rejoins donc la thèse de Vida Flaker, pour qui le mouvement moderne commença véritablement au mo (...)
  • 23 À ce sujet, consulter Matl, « Wien », p. 376-391. L’article est malheureusement trop général lorsqu (...)

17À l’automne 1895, Ars libera se vit définitivement empêché, quoiqu’il eût été achevé du point de vue rédactionnel, parce qu’il regroupait des écrivains politiquement engagés dans l’opposition. Mais la chose ne s’était pas brutalement déroulée : une lettre de Bašagić à Milivoj Dežman montre que le 22 février 1896, le bey envoie encore deux poèmes « caractéristiques » de sa poétique pour l’almanach. Contrairement à ce que dit l’historien de la littérature Davor Kapetanić (1928-), il faudrait conclure de cette lettre que les incidents d’octobre n’ont pas interrompu le lancement du mouvement moderne en Croatie : il l’a retardé, c’est tout, et Fran Hrčić prendra la relève de Dežman à la fin 1896 pour un second projet d’almanach, cette fois-ci sous le patronage plus ou moins direct de Zvonimir21. Les raisons qui firent finalement avorter le projet doivent être trouvées dans le manque de coordination des jeunes écrivains et plus tard ce sera Zvonimir qui leur offrira un cadre d’action cohérent. Dans cette perspective, l’idée fondamentale de Kapetanić – la moderna croate a des racines plus anciennes que 1895 – doit également être nuancée : certes, la production littéraire des écrivains de la moderna a commencé dès 1890 et a acquis certains de ses traits définitifs avant 1895 ; mais le mouvement se constitue en tant que tel à la fin de 1895 seulement, dans le cadre de Zvonimir22. À ce moment, l’association décida en effet de créer un « conseil littéraire », qui se mit en place au début de l’année suivante. C’est principalement Vienne qui décide du renouvellement des formes artistiques en Croatie23.

  • 24 Dans une lettre à Dežman, Bašagić lui demande de transmettre ses amitiés à Iso [Velikanović]. Voir (...)
  • 25 IAS BS – 142, Stjepan Radulović et Dušan Nikolajev Plavšić à Safvet-beg Bašagić, de Vienne [janvier (...)
  • 26 Milićević, « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 286.

18Bašagić, quoique n’adhérant pas à Zvonimir (probablement parce qu’il se montre jaloux de son indépendance), fut entrepris par Radulović et Plavšić en raison de « l’excellence de sa production littéraire jusqu’à l’heure actuelle », afin de prendre place à ce conseil littéraire. Le 29 janvier 1896, à sa création, il fait partie des membres fondateurs. Avec lui, on retrouve un certain nombre des noms qui travaillaient à Ars libera : Dežman, Velikanović (dont il sera un proche dans ces débuts viennois24), Plavšić, et quelques autres avec lesquels il entretiendra les liens d’une intime amitié : un certain Vranjušić (Vranjican ?) et Vjekoslav Jelavić (1876- ?)25. Les réunions se déroulaient dans une atmosphère de sympathie où fusaient des considérations sur la politique26.

3. Orientalisme et racisme à l’université

  • 27 On peut penser qu’il y avait environ 1 000 étudiants en « philosophie » vers 1895 (748 en 1890 – 12 (...)
  • 28 IAS BS – 167, Hans v. Mžik à Bašagić, de Vienne le 17. III [pas d’année]. Dans cette lettre, Mžik a (...)

19Évoluant quasi exclusivement en eau croate, Bašagić ne semble pas avoir véritablement noué amitié en dehors de ce cercle. Sur les bancs des salles de conférence, il ne se lia guère avec ses collègues orientalistes27 – la seule trace qu’on en ait conservé est la bonne entente « professionnelle » qui régnait avec son collègue Hans von Mžik (1851-1961), de vingt ans son aîné. En lui écrivant de façon fort polie, avec un vouvoiement de bonne camaraderie, celui-ci lui demanda de chercher à sa place des renseignements sur certains fonctionnaires et émirs arabes au temps du vizirat – à charge de revanche28.

  • 29 Richard Meister, « Die philosophische Fakultät », in Akademischer Senat, Die Univerzität Wien, p. 5 (...)

20De manière générale, on sait très peu de choses des études de Bašagić. Au terme de ses quatre ans, il devrait passer des examens dits « d’État » pour lesquels il lui faudrait, outre posséder à fond la matière de ses enseignements de spécialité, avoir appris parfaitement le latin et deux langues vivantes autres que l’allemand (parmi lesquelles il faut probablement compter, dans le cas de Bašagić, le français), ainsi qu’avoir suivi des enseignements en histoire et en philosophie29.

  • 30 Gottschalk, « Die Arabistik », p. 3-7.
  • 31 IAS BS – 14 et 15, « Colloquien-Zeugnis (Philosophische Fakultät) » ; ABiH, Lični dosje 285 od Safv (...)
  • 32 Mirza Safvet-beg R. Bašagić, « Zuheirova “Muallaka” », Nada 1 (1895), 23 (01/12), p. 450 ; Mirza Sa (...)

21En « orientalistique » (langues et littératures des civilisations orientales, en l’occurrence du monde musulman), il eut pour professeurs des savants renommés, dont Josef von Karabaček (1845-1918), qui enseigna à l’université de 1885 à 191530. Les détails un peu précis que nous connaissons se rapportent au premier semestre de l’année 1895/6. Il s’était inscrit le 14 octobre auprès du chargé de cours (Privat-Docent) Adolf Wahrmund (1827-1912), orientaliste autrichien, auteur de dictionnaires bilingues pour les langues orientales (allemand/arabe-ottoman-persan). Le jeune Bosniaque assistait à deux de ses séminaires : deux heures hebdomadaires sur le Husnu Dil de Fattahi (m. 1448), et autant sur la presse ottomane et persane31. Rien ne nous est parvenu directement de ce qu’apprit Bašagić chez Wahrmund, ni s’il continua à fréquenter ses cours les années suivantes. Durant le semestre d’hiver, ses traductions tirées d’auteurs orientaux se poursuivirent régulièrement, certainement galvanisées par ces études, car à l’été suivant, après la fin de l’année universitaire, il n’en paraîtrait aucune32.

  • 33 Schaendlinger, « Die Turkologie », p. 10 ; Paret, Arabistik, p. 41.

22On laissera de côté l’évaluation des compétences scientifiques de Wahrmund, remises en question par Rudi Paret (1901-1983), mais non par Anton C. Schaendlinger ; des éditions posthumes du professeur de Bašagić semblent donner raison au second ; surtout, Wahrmund, comme sa carrière le laisse deviner, était reconnu par le milieu des orientalistes à l’époque33. Ce qui nous intéresse ici, c’est que le professeur de Bašagić fut peut-être son mentor dans certaines de ses idées sur le nationalisme bosno-musulman et l’une de ses composantes : le problème de la race. Avant de continuer, remarquons qu’à la fin du xixe siècle, ces idées raciales sont assez banales. Trouver dans le seul Wahrmund la source d’un certain racisme chez Bašagić, c’est probablement lui accorder une place trop importante dans une genèse qui se perd plutôt dans une ambiance générale et ne doit pas tout à un homme en particulier.

  • 34 Poliakov, Le mythe aryen, p. 296-298 ; id., Histoire de l’antisémitisme IV, p. 27-37 ; Hamann, La V (...)

23Quoi qu’il en soit, l’autorité des professeurs était grande à l’époque et certains cours magistraux ont pu marquer Bašagić. Faute d’autres sources, la bibliographie des œuvres de Wahrmund nous apprend que cet helléniste de formation s’était progressivement initié aux langues orientales ; à partir de 1881/2, il allait cependant verser dans des considérations plus générales sur les racines culturelles et religieuses de l’Occident chrétien, ce qui aboutirait en 1887 à la publication de son livre le plus réputé : La loi du nomadisme et la domination actuelle des Juifs. Wahrmund y faisait une critique de la modernité (et de la grande ville moderne), estampillant de l’étiquette juive cet univers destructeur et dissolu ; il aspirait au retour à un monde stable, aryen, paysan. Peuple du désert, les Juifs spoliaient la Nature, tandis que pour les peuples des forêts, elle était sacrée. Le livre ne semble pas avoir connu de succès auprès du grand public, mais ses intuitions furent reprises par Ratzel (1844-1904) et, à travers ce dernier, par Sombart (1863-1941). S’il ne fait pas partie des aryanistes virulents auxquels la place publique germanophone s’intéresserait un peu plus tard ou qui se cachaient d’elle, Wahrmund formait avec Wilhelm Marr (1819-1904) et Dühring (1833-1921) un trio universitaire qui cautionnait une théorie agressive de la race aryenne34. Homme de lettres à ses heures, il publia, l’année où Bašagić l’eut pour professeur, un recueil de nouvelles où il conspuait à nouveau les Juifs.

  • 35 Mirza Safvet, « Tri bilješke. Domoljublje », Pobratim 7 (1896-1897), 15 (01/04/1897), p. 226.
  • 36 Mirza Safvet beg R. Bašagić, « Pjesnik Nerćesija », Nada 2 (1896), 5 (01/03), p. 90.
  • 37 Safvet R. S. beg Bašagić, « Uzgredne bilješke. U naučne svrhe », Nada 2 (1896), 22 (15/11), p. 427- (...)

24Quelles en furent les retombées sur Bašagić ? On ne trouve guère, dans les écrits du bey, de xénophobie s’appuyant sur un racisme exclusif. Les déclarations racistes du bey, éparses, sont toutes dirigées contre les Turcs d’Anatolie ; quant aux Juifs, il paraît qu’ils lui sont plutôt sympathiques35. Il se soucie peu d’antisémitisme, donc, et c’est l’aryanisme qui tout d’abord attire son attention. En anticipant sur les années, on peut décrire chez lui une légère montée de cette théorie de 1896 à 1912. En mars 1896, dans un article sur le poète Nergisi, il écrivait que les ancêtres des musulmans bosno-herzégoviniens appréciaient la langue persane : en effet, elle et le bosniaque appartenaient tous deux au groupe des langues indo-européennes (et non sémites)36. En novembre de la même année, rapportant une anecdote qui s’était probablement déroulée au début de l’automne, il mettait en scène un couple de deux jeunes femmes germanophones s’interrogeant, à la vue de Bašagić, sur sa race : turque ou slave ? Bašagić ne tranchait pas pour faire l’éloge de l’une ou l’autre, mais terminait sur une note ironique à propos de la science37.

  • 38 Safvet beg Bašagić-Redžepašić, Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine (od g. 1463. – 1850.), S (...)
  • 39 Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti, éd. Ćehajić, p. 55.

25La chose s’éclaircit un peu début 1900, lorsqu’il publie, en appendice à sa Brève introduction au passé de la Bosnie-Herzégovine, un essai intitulé « L’Herceg-Bosnie et la culture orientale ». Il y reprend sa remarque sur la facilité que les Bosno-ottomans avaient à apprendre le persan, et commente : « Certains écrivains turcs actuels, ignorant que le peuple perse appartient par la langue à la race aryenne, à laquelle appartiennent également tous les peuples slaves, font ironiquement remarquer sur Sudi : “Mais d’où un Bosniaque pourrait-il parler aussi parfaitement le persan38 ?” » Le passage n’est pas précis au sujet de ce qui affilie les Bosniaques à la race aryenne : langue ou sang ? Notre homme restait ici encore indécis sur le problème du sang, qui prédomine dans la notion de race. Ce ne sera finalement que dans sa thèse de doctorat, en 1910, que Bašagić souscrira tout à fait à la théorie aryenne, pour rejeter le jugement d’un critique turco-ottoman : « je pense que le Bosniaque Sudi, appartenant à la race aryenne, a pour juger la langue persane plus de justesse et de sens que le Turc Nacı, celui-ci fût-il de la race mongole la plus pure39. »

  • 40 Mirza Safvet, « Derviš-paša Mostarac », Nada 1 (1895), 10 (15/05), p. 184-188 ; Mirza Safvet beg R. (...)

26Ce rapide ex-cursus chronologique sur l’éventuel aryanisme de Bašagić montre qu’explicitement cette idée existe bien chez lui, mais qu’elle se borne à quelques phrases dans une mer de réflexions sur la nation bosno-musulmane. Ceci ne signifie pas que sa pensée soit totalement exempte de racisme. Celui-ci prend son élan à partir de trois fondements : le premier, c’est la continuité historique du beylicat bosno-herzégovinien, qui autorise à dire que coule un sang slave dans les veines des musulmans de la région ; le second, corollaire du précédent, dit que ces musulmans se distinguent des Turco-ottomans en ce qu’ils parlent la langue slave locale, et non le turc ; enfin, le troisième sous-tend ces deux-ci : race et territoire sont deux réalités qui se supportent l’une l’autre. Ainsi, en mars 1896, sa pensée s’envole : bien que les grands noms des auteurs bosno-ottomans ne se soient jamais exprimés en bosniaque, ils sont la fierté de la Bosnie et de l’Herzégovine car ils sont nés dans ces régions. Comme cette idée n’est pas exprimée dans son analyse de Derviş Paşa de Mostar (parue un an auparavant), on peut avancer – avec prudence néanmoins – qu’elle est d’origine viennoise40.

4. Compilation d’un recueil poétique et affirmation identitaire

  • 41 La date est approximative ; je la déduis de celle à laquelle parut en revue le dernier poème que Ba (...)
  • 42 Il manque la place ici pour l’étude détaillée des différentes variantes de ces poèmes ; le nombre d (...)
  • 43 Hrvatsko pravo 1 (1896), 100 (02/03), p. 3. Les deux seuls noms musulmans qui apparaissent dans ces (...)
  • 44 « Dobro došli ! », Hrvatsko pravo 1 (1896), 116 (20/03), p. 1-2.
  • 45 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 133-134, à quoi il faut ajouter les variantes de « Pod (...)

27Pour Bašagić, Vienne n’est cependant pas d’abord le lieu d’un nouvel essor de la pensée et de la création, mais celui d’une conclusion, peut-être en réaction face à la réalité urbaine de la capitale. À partir de janvier 189641, il prépare la publication d’un recueil où apparaîtrait un choix des poésies qui ont paru les quatre années précédentes. Il remanie des pièces, certaines de façon conséquente, d’autres plus superficiellement (dans l’orthographe et la ponctuation, ou quelques mots simplement)42. Au cours de ce travail intervint la mort de Starčević, le 28 février 1896. Le Vieux, comme on le surnommait, souffrait depuis longtemps déjà de maladie ; Ivan Milićević se rendait à son chevet tous les jours afin d’en informer les lecteurs du Hrvatsko pravo (Droit croate), le successeur de Hrvatska. Nulle surprise donc, à sa mort, mais le deuil national n’en fut pas moins retentissant. Le nom de Bašagić n’apparaît pas dans les listes des donateurs de couronne funèbre que publia Hrvatsko pravo, et il ne fait pas partie de la délégation que Zvonimir envoya à Zagreb à cette occasion ; mais à Vienne, l’association célébra dignement le triste événement43. Dans ce contexte, le zèle croatisant de Bašagić n’en fut qu’aiguillonné. Outre la mort galvanisante de Starčević, la relaxe de Hadžić à la mi-mars put encore contribuer à son enthousiasme croate : son ami et trois autres compagnons de prison furent en effet accueillis par une foule en délire à la gare de Zagreb44. En revoyant ses poèmes, il en effaça donc toute allusion à une identité bosniaque indépendante de la Croatie, et les variantes du poème « Le meurtre de Smaïl Ağa Čengić » font sentir son antipathie pour les Serbes, selon la logique nationaliste binaire de l’époque. L’examen de ces révisions a déjà été fait, aussi est-il inutile d’en reprendre ici le détail45.

  • 46 Notamment dans « Bošnjaci na Kosovu ».

28Néanmoins, on relèvera que dans les retouches, la suppression du nom bosniaque ne se faisait pratiquement jamais au bénéfice du nom croate, mais pour des termes plus généraux : « nom saint », « nom héroïque », « nom glorieux de l’Herzégovine », etc. D’autre part, la croaticité n’était pas un grand leitmotiv du recueil et représentait le thème central d’un seul poème, sur la langue croate. Dans d’autres morceaux, il avait même pour ses compatriotes un ton plus élogieux que dans les versions précédemment parues en Croatie46. Bref, la croaticité n’oblitérait en rien l’amour pour la Bosnie-Herzégovine, ni même ne le relativisait : elle le remettait en perspective.

  • 47 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, l (...)
  • 48 Žakula, « Predratna đačka omladina », 8103 (26/11), p. 1.

29Ce petit paradoxe s’explique en partie par le fait que Bašagić, tandis qu’agonisait le Vieux à Zagreb, exultait à Sarajevo. Il était rentré à la maison après la fin du premier semestre ; partout on le fêtait, il ne savait plus où donner de la tête, d’autant plus qu’on était en plein ramadan et que la vie publique des musulmans s’en trouvait intensifiée le soir47. Les étudiants jouissaient d’une grande aura dans l’élite sarajévienne ; les familles s’en glorifiaient, et les jeunes filles soupiraient après eux48.

  • 49 Bosna i Hercegovina na milenijskoj izložbi, p. 180. Si le point de vue d’Obzor reste très tendancie (...)
  • 50 « Deputacija iz Bosne i Hercegovine », Sarajevski list 19 (1896), 52 (01/05), p. 2.
  • 51 « Demonstracija hrvatskih djakah », Hrvatsko pravo 1 (1896), 197 (30/06), p. 3.
  • 52 ABiH, ZMF Präs 1896/551, extrait d’un rapport confidentiel du 04/06/1896.

30Tous ces événements faisaient pencher son cœur vers la patrie et oublier Zagreb. Mais la motivation profonde de cette réserve envers la Croatie ne laisse pas d’être mystérieuse ; faut-il y voir seulement une volonté d’indépendance vis-à-vis de toute conduite trop monolithique, ou bien, aussi, un réflexe d’opportuniste qui, par un estompage de toute crudité nationaliste, se réservait les bonnes grâces du gouvernement territorial en Bosnie-Herzégovine ? À cette période, on pourrait en effet interpréter les faits et actes des Bašagić comme des manœuvres pour s’attirer les faveurs de l’administration en place. Par exemple, Ibrahim Bey, pour la célébration du millénaire du Royaume hongrois, avait prêté des objets d’exposition, ce à quoi rien ne l’obligeait49 ; et il entra dans la composition de la délégation bosno-herzégovinienne qui partit de Sarajevo pour Budapest le 29 avril50. On filait doux, on cherchait à se faire bien voir. Sans doute Bašagić fils participa-t-il à la manifestation musclée qu’en juin suivant, les étudiants de Vienne sympathisants du Parti du Droit ou de celui de Strossmayer organisèrent contre le professeur Vatroslav Jagić : celui-ci venait de déclarer que la langue parlée en Bosnie-Herzégovine était le bosniaque, et non le croate ou le serbe51. Mais s’il y participa, son nom n’apparut nulle part dans la presse ou les documents administratifs : il sut se faire discret. Au contraire, Osman Nuri Hadžić se faisait à cette époque pister par les autorités gouvernementales52.

  • 53 IAS BS – 98, lettre de Milivoj Dežman à Bašagić, non datée.

31La discrétion dans laquelle il tenait ses idées croates se révélait efficace. Aucun document, à l’heure actuelle, ne permet d’éclairer les véritables convictions de Safvet-beg Bašagić en 1896 sur la question nationale. Mais un flottement, après les emportements de 1894-1895, serait logique au vu de ses déclarations ultérieures – plus critiques vis-à-vis de la Croatie. C’est à partir de cette hypothèse que l’on peut jeter une (pâle) lumière sur une lettre que, de Zagreb où il s’était rendu, Milivoj Dežman lui adressa au printemps 1896 pour exposer les problèmes que suscitait la sortie de son recueil. Dežman informait Bašagić qu’Albrecht, le principal imprimeur de Zagreb, avait sorti une partie des épreuves, et terminerait son travail à la seule condition qu’on lui donnât cinquante florins d’avance ; peu lui importait que ce fût Bašagić ou un libraire-éditeur qui payât. D’autre part, Albrecht voulait qu’au cas où l’on arrêterait la commande, les frais engagés pour l’instant fussent remboursés et qu’à cette seule condition il renverrait le manuscrit à l’auteur. Ensuite, Dežman expliquait que Šarić (très probablement Milan Šarić, ami de Bašagić) ne pouvait pas payer ces frais ; que le bey devait conserver l’argent que Šarić lui avait déjà remis dans l’éventualité où le tribunal le convoquerait ; et que, plus tard, il devrait rendre cet argent à Šarić, mais pas avant que celui-ci ne le réclamât53.

  • 54 Besarović, Iz kulturne prošlosti, p. 22-23.

32On comprend mal ce qui se tramait. Sachant 1) que Šarić, ayant fui Sarajevo à la fin novembre 1895, était fortement impliqué dans la Société littéraire croate, 2) qu’Albrecht était l’imprimeur de la société, et 3) qu’en juillet 1894, cette même société avait favorablement accueilli le projet d’éditer Bašagić dans les années suivantes, on peut penser que le bey avait réussi à faire financer son recueil par elle, mais qu’en cours de route un obstacle (juridique ? censure ?) s’était dressé, empêchant la Matica de terminer le travail commencé. L’hypothèse du financement par la Société littéraire croate, inopinément avorté, s’accorde avec les allégations de Risto Besarović (1921-1998), pour qui la plupart des écrivains de Bosnie-Herzégovine, durant la période austro-hongroise, firent publier leurs œuvres en dehors de leur patrie pour des raisons idéologiques54.

  • 55 Que le mot soit purement bosniaque, une erreur typographique du pigiste de l’Obzor (journal de Croa (...)
  • 56 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 48-50.

33Malheureusement, aucun autre document ne vient confirmer ou infirmer l’interprétation de cette lettre un peu obscure. Nous nous en tiendrons à constater que Bašagić publia son livre à Zagreb et à compte d’auteur chez Albrecht. Il sortit début août. Le recueil fut intitulé Prémices de la forêt herzégovinienne (Trofanda iz hercegovačke dubrave). Il était de coutume, dans le monde poétique d’expression croate ou serbe, de désigner les premières productions d’un artiste par le mot prémices ; mais Bašagić usait volontairement d’un turcisme rare (trofanda, du turc turfanda) là où le mot slave, bien plus courant, existait (prvijenac)55. Ainsi donnait-il dès le premier abord une coloration orientale à ses poèmes, en opposition à l’Occident ; d’autre part, il leur conférait une saveur locale grâce à l’appellation régionale (forêt herzégovinienne) et se dérobait à toute revendication nationaliste pro-bosniaque. Il ne renouvelait donc pas l’intention politico-littéraire de Kapetanović de Ljubuški lorsque celui-ci avait fait paraître Le trésor populaire (Narodno blago) en 188756, se bornant au contraire à un esprit régionaliste et familial, ainsi que l’annonce la dédicace du livre : « en souvenir de mes grands-pères bien-aimés Lufti Bey Redžepašić-Başağa, muselim de Nevesinje, et Dede Paşa Čengić, miri-miran impérial (prince des princes, appellation honorifique) – l’auteur, leur petit-fils reconnaissant. »

  • 57 Tomić-Kovač, Poezija austrougarskog perioda, p. 488.

34Cette discrétion d’intention explique que, dans l’ensemble, Bašagić ne retenait que peu des poèmes parus dans Bošnjak ; sa vivacité de ton s’en émoussait peut-être légèrement. Son recueil répondait aux critères esthétiques de l’époque : poésie descriptive, amoureuse, patriotique, quelques poèmes de circonstance, didactisme, et compositions religieuses, ingrédients que l’on retrouvait chez les auteurs les plus lus en Bosnie-Herzégovine57.

35L’originalité des Prémices n’en est pas moins réelle ; elle réside tout d’abord dans un effet de structure. L’épigraphe dédicatoire du recueil était le hadith « L’amour de la patrie fait partie de la foi », et la progression du recueil s’organisait autour du thème patriotique : la première des sept sections s’intitule « De retour dans ma patrie », la dernière est « Dans le Harabat », poésie dont on a vu que la sous-tend une sorte de mystique patriotique. Ces deux parties ne marquent pas le début et la fin d’une boucle, mais s’enroulent comme une spirale : s’il revient in fine au même thème, Bašagić l’a d’abord traité de façon particularisante (le retour à la terre natale) puis en tant qu’ouverture sur la fraternité de l’homo bosnensis. Au repliement narcissique du poète – à son retour aux sources de son être historique – succède l’utopie d’un lieu qui, quoique clos, s’ouvre à la contemplation d’une vérité totalisante. Le mouvement du recueil est donc celui d’un élargissement : l’amour particularisant que le poète porte à sa patrie rejaillit en épanchement panthéiste.

36L’harmonie opérée entre le monde et l’homme se fonde sur la maturité affective de l’enfant devenu adulte, capable d’amour et ayant renoncé à l’ambition, ainsi que Bašagić l’exprime dans le « Prologue » des « Poèmes d’amour » :

Durant l’enfance – époque insouciante,
Mes désirs m’élevaient jusqu’à l’empire ;
Je me fabriquais moi-même des ailes
Pour me promener parmi les grands hommes.

Mais ce temps disparut en un instant ;
Arriva la jeunesse ardente et vive,
Qui jeta dans l’oubli tous ces désirs
Pour mieux rêver de l’empire d’Amour.

Elle rêve... et un instant n’a pas passé
Qu’elle m’élève sur un trône éclatant,
Où tout est grandiose et magnifique,
Où tout enchante comme en paradis ;

  • 58 « Prolog », p. 17.

Là, le cœur ne sait pas ce qu’est la haine ;
Non, il mène sa vie paisiblement.
Là, le poète involontairement
Se voit plus grand que le simple mortel58.

37Optimisme naïf frelaté par les poncifs d’une mystique de rhétorique ? Peut-être, mais fraîcheur aussi du poète qui s’inspirait très largement de la lyrique populaire. En effet, au-delà de la fameuse dichotomie Orient-Occident à laquelle il faisait encore la part belle, l’influence qu’on perçoit est celle des formes et de l’esprit propres aux créations poétiques populaires. Cette orientation se fait explicite dans la section « Fleurs printanières », où Bašagić rejette la rose de l’Orient pour la violette bosniaque :

Veux-tu prendre cette violette
Que te tend là l’humble poète –
 À la place d’une fleur de lotus
Et des roses, fleurs de Chiraz ?

C’est notre terre qui nous donne
Ce qui fleurit de son taillis,
Et moi, je t’apporte sa fleur,
Car je pense qu’elle est pour toi.

  • 59 « Beharije », n° XIV, p. 51.

Hafiz n’a qu’à chercher des roses
À sa Salma dans le Gülistan ;
La violette est notre fleurette,
C’est pourquoi nous la préférons59.

  • 60 C’est ici que je reprocherai à Rizvić de vouloir dégager dans l’ensemble de la production bašagićie (...)

38Naïveté également revendiquée dans l’art poétique qu’on glane au fur et à mesure du recueil – aucun texte théorique n’existe ici ni ailleurs60 – car le poète prend pour référent fondamental et transcendant la nature. Dans la pièce VI de la même section, deux choses sont affirmées : d’une part, la beauté de la plus belle statue de Vénus ne saurait égaler l’harmonie réalisée en la femme ; d’autre part, Dieu a mis en ses créatures une beauté plus grande qu’elles n’auraient pu l’imaginer pour elles-mêmes. Quoique Bašagić ne l’ait jamais cité, on peut voir dans ces affirmations une prolongation des théories néo-classiques de Winckelmann (1717-1768), qui connaissaient une large diffusion dans la Monarchie.

  • 61 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 284. L’influence se serait faite directement ou indire (...)
  • 62 Pour l’ensemble du paragraphe, voir Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 283-284.

39Les influences implicites repérées par la critique dans le recueil ne permettent pas de mieux préciser cet art poétique. Il apparaît à Muhsin Rizvić qu’elles se placent sous les auspices d’auteurs aussi bien croates que serbes : Vojislav Ilić (1860-1894) l’aurait inspiré dans ses compositions narratives ou tirées de l’histoire romaine, et ses ballades et romances auraient été composées sur le modèle hérité du poète lyrique allemand Uhland (1787-1862), qui a profondément influencé le romantisme des deux voisins de la Bosnie61. Le ton enthousiaste et débordant de vitalité dont le recueil était en général empreint prolongerait celui de Branko Radičević (1824-1853), dont Safvet-beg aurait copié un vers dans le poème « Dieu bon ! », tandis que la facture des différentes pièces rappellerait la diversité formelle cultivée par Preradović62. Toutes ces explications n’emportent pas l’adhésion, parce qu’elles s’appuient sur des détails assez insignifiants ; d’autre part, les formules stéréotypées de l’époque ne peuvent pas être interprétées comme des emprunts directs : s’il y a intertextualité, elle reste floue, en dehors des citations explicites dans les épigraphes.

  • 63 « Trofanda iz hercegovačke dubrave », Hrvatsko pravo 1 (1896), 239 (19/08), p. 3.
  • 64 IAS BS – 137, Osman-Aziz à Bašagić, de Mostar le 19/08/1896.

40Après la sortie du recueil, Hrvatsko pravo (Le Droit croate), toujours en avance, en fit une courte publicité le 18 août, promettant une présentation détaillée pour plus tard – ce qui ne se fit point63. Ce petit encart était probablement de la plume du duo Osman-Aziz (Hadžić-Milićević), alors à Mostar, qui écrivit le même jour à Bašagić un petit mot plein de chaleur en promettant une revue critique et prédisant un accueil enthousiaste par le public croate64.

  • 65 En effet, Riza-beg Kapetanović sortit un recueil en juin 1893, simplement intitulé Poésies ; il n’e (...)
  • 66 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 136.

41En septembre, à la rentrée, de nombreux articles critiques parurent dans les journaux. Pour tous, les Prémices s’affirmaient comme la première œuvre littéraire bosno-musulmane – alors qu’ils ne l’étaient pas65. Du côté zagrébois, le prestigieux Vienac et Prosvjeta abordèrent l’ouvrage d’une manière amicale, contrairement à la prose acide de la revue bosno-serbe Zora (L’Aurore) qui, accordant quelques qualités au livre, le déconseillait finalement à ses lecteurs. Bizarrement, Bošnjak ne fit en revanche paraître aucun commentaire sur Prémices. Selon Muhsin Rizvić, la raison en était la muette désapprobation de cet organe du pouvoir à l’encontre des idées croates parmi les musulmans, en dépit de la sympathie soulevée par une telle initiative artistique, qui émanait de plus d’un ancien collaborateur66. À travers cet exemple apparaissent l’intolérance grandissante des musulmans contre la croaticité et la radicalisation des engagements que la situation exigeait des individus.

  • 67 [Anonyme], « Trofanda iz hercegovačke dubrave. Pjesme Safvet bega Redžepašić-Bašagića (Mirza Safvet (...)
  • 68 [Anonyme], « Safvet beg Redžepašić-Bašagić (Mirza Safvet). Trofanda iz hercegovačke dubrave (1890-1 (...)

42Tous les Croates s’entendaient pour reconnaître que les Prémices alliaient un esprit d’inspiration locale, bosno-herzégovinien, à un bouillonnement proprement oriental. À Zagreb, le critique anonyme de Prosvjeta décelait un va-et-vient continuel et puissant entre l’Iran lointain et l’Herzégovine, dont l’amour sourdait au plus intime du cœur du poète. C’est pourquoi l’article était séparé en deux parties, l’une consacrée à la thématique herzégovinienne, l’autre à l’étude des différentes formes que prenait l’inspiration orientale (spécifiquement persane) dans le recueil : vivacité de la jeunesse, délicatesse de l’amour, et surtout ton insouciant et rieur, parfois exagérément67. Le critique anonyme de Vienac soulignait, pour sa part, la parenté de Prémices à cet esprit persan et à la chanson épique populaire bosniaque (elle-même saturée d’éléments orientaux)68.

  • 69 Le fakhr est, chez les Arabes, un poème où le poète célèbre ses propres vertus ou celles de sa trib (...)
  • 70 Silvije S. Kranjčević, « Trofanda iz hercegovačke dubrave. Spjevao Safvet beg Redžepašić-Bašagić (M (...)

43À Sarajevo, Silvije Kranjčević (1865-1908) écrivit une brève analyse à la mi-septembre, avec plus de rigueur littéraire. Peut-être parce qu’il le connaissait personnellement, au contraire des autres critiques, c’est lui qui mettait le mieux en lumière la pénétration des civilisations dans la pensée du jeune bey, représentant spirituel de son pays, appartenant à une population qui avait vécu dans l’isolement durant de longs siècles et que sa particularité historique, incarnée par le destin de son aristocratie, avait amenée à une éducation fondée sur de tout autres principes : « (...) le vers, plein de la fierté du “fakhr” arabe69, perce de sa lueur dans notre monde poétique, tel une goutte vivante de sève sur l’arbre de la poésie, rayonnante du soleil clair de l’Orient, attiédie par la perspicacité et la profondeur rationnelle de l’Occident ». Kranjčević, reconnaissant l’élan et la vigueur de sentiments des quatre premières parties du recueil, trouvait l’essence de la poésie de Bašagić dans les trois dernières, à savoir, pour la plupart, des compositions historiques ou religieuses. C’est là qu’il avait su conserver toute son individualité, c’est là qu’il se distinguait comme l’un des meilleurs poètes bosniaques. Malgré tout, Kranjčević ne faisait de critique détaillée que sur les poèmes d’inspiration patriotique, reconnaissant ainsi implicitement la prééminence de ce thème à travers tout le recueil70.

  • 71 Ce pseudonyme n’a pas été identifié par les rédacteurs de la bibliographie de la revue — Zora (Poča (...)
  • 72 Jonatan, « Safvet-beg Redžepašić-Bašagić (Mirza Safvet) : Trofanda iz hercegovačke dubrave », p. 27 (...)

44Du côté opposé, le critique serbe (signant sous le pseudonyme « Jonatan71 ») niait au recueil tout véritable élan, n’y décelant ni jeunesse, ni merveilleux, ni sincérité, et dénonçait sa mauvaise langue et les croatismes abondants — interpolés, puisque Bašagić était originaire de Nevesinje, là où se parlait la langue serbe la plus pure. Mais il ne pouvait pas masquer ses préjugés anti-croates, dénonçant chez Safvet-beg le déserteur scandaleux de Bosanska vila et rappelant sa collaboration active aux revues zagréboises. Il relevait l’esprit largement oriental qui avait inspiré le bey et avançait des noms d’auteurs (surtout croates, et serbes en moins grand nombre) qui l’avaient influencé, décelant dans les « Poèmes d’amour », à la suite du critique anonyme de Prosvjeta, une forte ressemblance avec la lyrique orientale de Heine72.

  • 73 Rappelons qu’en 1910, les statistiques font apparaître que 94,65 % de la population bosno-musulmane (...)
  • 74 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija 7 (1934), 6 (juin), p. 303 ; et Muhsin R(...)

45Nonobstant ces commentaires divers, l’accueil du public musulman fut chaleureux, surtout auprès de ces dames. En 1914, c’est le livre que les rares d’entre elles qui savent lire feuillettent le plus volontiers73. On a également vu l’accueil plus qu’enthousiaste réservé à un certain nombre des pièces qui parurent dans Bošnjak. Selon Alija Nametak, le recueil est encore, en 1934, le livre le plus connu de la population bosno-musulmane ; sans doute faut-il tempérer cette affirmation, mais non la remettre tout à fait en cause : bien des poèmes des Prémices ont été mis en musique et intégrés à la lyrique populaire, tels quels ou légèrement modifiés74.

5. Évolution morale et religieuse

  • 75 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, l (...)
  • 76 Mirza Safvet (Safvet beg Redžepašić-Bašagić), « [A la] Hafiz », Prosvjeta 4 (1896), 8 (15/04), p. 2 (...)

46Les Prémices marquaient donc la fin d’une époque ; une nouvelle s’ouvrait, progressivement. Sa première manifestation fut d’ordre moral. Après en avoir conspué l’ambiance délétère, l’humeur de Bašagić s’accommoda bien de la vie viennoise et ses mœurs s’assouplirent. Dès février 1896, il écrit à Dežman que les jeunes femmes attrayantes sont aussi nombreuses à Zagreb qu’à Vienne ; une émulation de jeunes mâles semble s’être instaurée entre eux, du moins dans les discours, et Bašagić n’est pas à la traîne75. Le ton de certains poèmes s’affranchit de la tutelle religieuse musulmane et adresse des reproches « à la Hafiz » aux oulémas bosniaques, taxés d’hypocrisie76. Ces critiques se font selon la rhétorique du poète persan, dont on sait qu’il emploie de façon métaphorique le lexique du vin et de l’amour charnel pour prôner la libération du conformisme religieux. Bašagić s’amusait à renverser ironiquement cette symbolique afin de montrer que les oulémas bosniaques usaient de boissons capiteuses à des fins plus prosaïques que l’union avec la divinité.

  • 77 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897.
  • 78 Johnston, L’esprit viennois, p. 78.

47À voir certaines attitudes de Bašagić, on ne saurait s’empêcher de penser parfois que ces mots pourraient dresser de lui un portrait en creux. Il s’en donnait à cœur joie, et fréquentait des établissements que la morale musulmane réprouve. Une lettre que lui adressa en janvier 1897 l’un de ses amis les plus intimes, Ibrahim-beg Defterdarović, nous montre à quel point les deux jeunes hommes avaient pu libérer leur conduite. À Vienne, ils se rendaient au théâtre de variétés Ronacher pour s’y délecter les yeux de nudités exhibées ; la complaisance semblait grande, et Defterdarović contemplait avec une lucidité effarée la déchéance morale dans laquelle ils étaient tombés77. Ces ribotes étaient-elles pratiquées par l’ensemble des Zvonimiriens, ou restaient-elles le péché honteux des deux amis ? On a pu souligner le rôle cathartique des associations d’étudiants (Burschenschaften), qui organisaient de telles sorties, pour des jeunes hommes soumis à l’autorité arbitraire de leurs professeurs78 ; mais il semble que dans le cas de Bašagić, ces expéditions appartinssent davantage à l’initiative personnelle qu’à une cérémonie sacrificielle dûment ritualisée.

  • 79 IAS BS – 116 (lettre de Vjekoslav Jelavić à Bašagić, Paris le 26/10/1897) et BS – 157 (lettre d’Art (...)
  • 80 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897.
  • 81 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897. Le nom de la ville est b (...)

48Nous avons un autre témoin de la vie que mena Bašagić à Vienne durant ces quatre ans : un sien roman, dont la portée autobiographique est malhabilement déguisée. On en voit le héros, Nadir, hanter l’établissement Stalehner, un café-concert célèbre situé dans le XVIIe arrondissement, et rencontrer ses amis croates aux Arcades de Vienne, un café en face de l’église Votive, dans le centre historique de la ville (voir la traduction en annexe). Le bey formait « une colonie bien soudée » avec, notamment, Milivoj Dežman, Đuro Divković, Artur Benko Grado (1875-1946), Vjekoslav Jelavić et Ivo Pilar. Aux yeux de Hadžić et Milićević, montés à Vienne à la fin de l’automne 1896, l’entente du groupe est idéale, et des lettres de Jelavić et Benko le confirment. Chacun vaquait à ses occupations pendant la journée, et l’on se retrouvait le soir pour discuter, mis d’entrain par le travail abattu ; dans son début de roman, Bašagić parle lui aussi de ces rendez-vous gastronomiques du soir, où l’on débattait de tout et de rien79. Que les Arcades fussent un lieu de rendez-vous habituel pour la petite troupe, une lettre de Defterdarović en témoigne, où il demande à Bašagić de saluer « Hermann des Arcades80 ». Et plutôt que de rentrer à Sarajevo pour la Saint-Sylvestre, le bey part en excursion avec ses amis chrétiens à Tökös, d’où ils écrivent une petite carte à Ibrahim-beg Defterdarović81.

49Du point de vue d’Ibrahim Bey, si pieux, il y avait lieu de craindre les effets néfastes que pouvait avoir ce train de vie sur la vie spirituelle du jeune homme. Le tableau des étudiants musulmans que dressa Osman Nuri Hadžić faisait très probablement allusion à Bašagić aussi :

  • 82 Osman Nuri Hadžić, Muslimansko pitanje u Bosni i Hercegovini, p. 17. Cet ouvrage est un recueil d’a (...)

Nous reconnaissons que les jeunes gens qui ont terminé l’école ou qui continuent encore ne sont pas les moralistes et les croyants les plus impeccables. Nous savons bien qu’eux aussi pèchent parfois contre les institutions de l’islam ; par exemple, ils fréquentent les cafés, boivent sans retenue, ne se montrent pas si souvent que cela à la mosquée, et peut-être même ne prient pas à la maison (...). En un sens, ils pèchent – cependant, pas tous ; et d’un autre côté, ils s’affairent, ils travaillent et s’inquiètent de la santé de l’islam et du peuple82.

  • 83 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », ibid. D’après Mulabdić, le poème « Hodži P. » aurait été éc (...)

50Hadžić répondait à la critique générale que les cercles conservateurs de la communauté bosno-musulmane émettaient contre les étudiants viennois. Safvetbeg fut par exemple attaqué pour avoir chanté un amour « immoral » (c’est-à-dire justifiant l’attitude d’une jeune fille qui désobéissait à son père pour suivre l’homme qu’elle aimait et mourir avec lui). On lui en fit grief dans la bonne société et on fulmina contre lui du haut de la chaire83.

  • 84 Milićević, « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 286.

51Les étudiants s’étaient donc fondus dans la masse citadine de Vienne pour qui, en cette fin de siècle, la fréquentation des cafés était une sorte de culte. Grâce à ses talents de poète, Bašagić, dans cette ambiance intellectuelle, jouissait de la considération de tous ses camarades, qu’ils fussent de Croatie ou de Bosnie84. Étant l’un des rares musulmans, on l’appelait amicalement le « Turc » au sein du groupe auquel il confiait ses états d’âme ou ses tourments amoureux.

  • 85 IAS BS – 88 (la lettre) et BS – 176 (la photographie).

52C’est très probablement en hiver 1896 qu’il faut situer la grande histoire sentimentale qu’a retranscrite Bašagić dans un début de roman intitulé Une héroïne moderne (voir la traduction en annexe). Que cette fiction ne soit pas tout à fait fictive, des documents d’archives nous inclinent à le penser. Bašagić avait conservé dans ses papiers la photographie d’une jeune Praguoise, nommée Ana Bezdekova, qui la lui avait fait parvenir en juin 1897 en même temps qu’une courte lettre à l’écriture ronde et maniérée85. Probablement tchèque d’origine, Ana Bezdekova s’exprimait dans un bosniaque aux tournures approximatives pour se plaindre de n’avoir pas reçu la visite tant espérée de Bašagić (qu’elle appelait « estimé monsieur, cher ami ! ») à Prague. Il s’était visiblement présenté en poète et la jeune fille déplorait de ne pas pouvoir lui donner la réplique dans ce domaine : « j’espère que nous nous reverrons bientôt. Je lis tous les jours Votre poésie, qui m’est si chère ; je comprends tout ce que je lis, mais je regrette de ne savoir ni parler, ni écrire. » Elle concluait en évoquant le moment de leur séparation à la gare : « Avez-vous entendu ce que nous Vous avons crié, le dernier “Au revoir – adieu” ? Je ne sais pas si Vous me comprenez bien ? Je Vous salue de tout mon cœur ainsi que Monsieur votre frère. [Dans un coin : ] À bientôt ! »

  • 86 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 17.
  • 87 Mirza Safvet, « Slatko spominjanje », « Moj liek », « Za sad », Prosvjeta 5 (1897), 2 (15/01), p. 3 (...)
  • 88 Mirza Safvet, « Prvoj ljubavi », Prosvjeta 6 (1898), 21 (01/11), p. 675 ; Mirza Safvet, « Na rastan (...)
  • 89 Mirza Safvet, « Jedna spomen-slika (Vjenčić rubâija) », Gajret 10 (1926), 11 (16/07), p. 167-168. C (...)

53Interpréter ces lignes selon un schéma parallèle à celui d’Une héroïne moderne ne relève pas d’un tour de passe-passe. La rencontre d’une personne étrangère à la société viennoise, la séparation à la gare et la vision du train qui s’éloigne, l’échange épistolaire, l’amour sous-entendu : autant d’éléments qui se retrouvent dans la réalité et la fiction. Ce sont autant d’éléments banals, objectera-t-on. Certes ; ce qui autorise cette hypothèse, cependant, c’est l’affirmation de Hamdija Kreševljaković précisant dans sa biographie du poète que celui-ci vécut à Vienne de la vie qu’il décrivait dans ses poèmes86. Ce qui la corrobore, c’est que Bašagić jugea le souvenir d’Ana Bezdekova suffisamment important pour conserver sa photographie. Dans la production ultérieure de notre auteur, on trouve des traces de cette expérience : dans un recueil de poésies paru en 1905, il dédicaçait la section « Fleurs d’Orient » à la « nymphe de l’Hernals » ; or, l’Hernals est l’endroit de la rencontre magique avec Olga, l’« héroïne moderne », et simultanément un des quartiers de Vienne où logeaient de très nombreux Tchèques. On est également en droit de supposer que cet amour se termina tragiquement, ainsi que Bašagić le suggérait lui-même dans le roman. Or, tous les poèmes amoureux des quatre ans viennois ont un certain ton passionné en même temps que désabusé par la perte de l’être aimé87. Deux d’entre eux suggéraient que le drame de la séparation, peut-être causée par la mort, avait eu lieu en 189888. Cette déception avait imprimé sa marque dans l’âme de notre homme, qui s’en plaignit en 1926, quand il composa un poème en mémoire d’un amour viennois perdu, mêlant la mélancolie des jours révolus au regret de n’avoir pas pu mener à son terme cette relation ; cependant, cet unique souvenir ne désigne pas à coup sûr Ana Bezdekova89.

54Notre Herzégovinien s’ouvrait à des amours étrangères dans la capitale autrichienne ; il rêvait à des chrétiennes – en islam, on tolère plus facilement que l’homme se marie avec une non-musulmane que l’inverse, mais la panacée reste une union à l’intérieur de la communauté. Pour un défenseur des valeurs islamiques dans sa province et à l’extérieur, le pas restait tout de même difficile à franchir, et notre Viennois de quatre ans ne le franchit pas.

55En résumé, la vie affective de Bašagić à Vienne ne fut pas de tout repos, et surtout détonne avec les enthousiasmes un peu verts de Sarajevo – à ce titre, le choix du mot prémices (trofanda) pour qualifier sa production antérieure était heureusement choisi, car le terme désigne des fruits encore surs. Entre fin 1895 et mi-1897, le jeune homme aura considérablement mûri, ou, si l’on préfère, se sera dévergondé. Faut-il imputer à l’habitude de fréquenter de mauvais établissements le drame qui se joua un soir de ces années-là ? ou bien au seul hasard ? Il allait contracter la syphilis à Sarajevo dans une maison de passe, par un amer revers de fortune, et sa vie tout entière en allait être affectée.

  • 90 Ce Zahrádka fut plus tard juriste (d’abord en Bosnie-Herzégovine) et travailla dans diverses admini (...)

56L’anecdote est connue. Kutschera avait l’habitude d’organiser des dîners et des bals pendant l’hiver, auxquels il invitait Ibrahim Bey, puis Safvet-beg du moment qu’il commença à étudier. Un ramadan de ces années-là, le fils voulut à tout prix se rendre à l’un de ces bals, malgré les objurgations prémonitoires de son père qui, en musulman sévère, refusait de se rendre chez un chrétien durant les soirées de ramadan. Avant de partir, il lui emprunta des gants de couleur grise en cuir de cerf, car, quoique son frac fût noir, ils lui plaisaient énormément. Au bal, le jeune homme s’aperçoit au bout d’un certain temps qu’on chuchote autour de lui et il perçoit « Handschuhe, Handschuhe ». Il s’aperçoit finalement de sa faute de goût et, tout honteux, va se réfugier au buffet où il se met à boire du vin malgré le ramadan. Bientôt gris, il se rend dans une maison de passe, rue du tekke, et y retrouve un ami du gymnase, Alfred Zahrádka90. Là-dessus arrive le proxénète qui leur vante deux jeunes filles tout juste arrivées de Vienne. Elles se présentent ; l’une plaît particulièrement à Bašagić, mais Zahrádka le supplie de la lui laisser, et le bey cède. Il s’en va avec l’autre.

  • 91 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 21-22 et 85. On a beaucoup reproché à Nametak d’avoir cont (...)

57Quelques jours plus tard, des céphalées inexplicables l’assaillirent. C’était la syphilis qui se déclarait91.

58Gardons pour l’instant que le jeune homme ignora probablement les causes de ces migraines durant quelque deux ans, malgré les symptômes tout à fait clairs de l’inoculation bactérienne (chancre très nettement visible sur les parties génitales, persistant de six à huit semaines). Le récit de ce malheur nous est rapporté par Alija Nametak qui, en pieux musulman, souligne le caractère prophétique des paroles paternelles et les transgressions légales (boire du vin – qui plus est durant le ramadan) dont est coupable Bašagić, comme pour indiquer la fatalité de l’événement. Peut-être Bašagić le vivait-il ainsi lorsqu’il le lui conta, à la fin de sa vie.

  • 92 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 29. Nametak semble ignorer que Đalski fut gratifié d’une c (...)

59Que la fréquentation des maisons de passe ne lui fût pas tout à fait inhabituelle, une autre anecdote le confirme, toujours rapportée par Alija Nametak (qui avait décidément le goût de la transgression morale en dépit de son moralisme). Mais il la situe en 1909, alors qu’elle s’est le plus probablement déroulée en mars 1899, lors du jubilé que les étudiants croates de Vienne organisèrent à Đalski pour ses quinze ans de création littéraire. Désireux de gratifier ce poète de la moderna d’un cadeau plus personnel, Bašagić lui offrit une nuit avec une prostituée de la capitale92. Le bey avait ainsi pris goût au vice.

6. La croaticité musulmane à Vienne : diversité et unité

  • 93 L’insulte balija s’adresse à des personnes mal éduquées, grossières ; sous la plume de Defterdarovi (...)
  • 94 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897.
  • 95 Ils ne sont par exemple pas mentionnés dans la volumineuse histoire de la littérature croate et ser (...)

60La vie d’homme avait modifié l’attitude morale du jeune homme. Ses sympathies se modifieront elles aussi, ce qui aura pour conséquence de donner un cours nouveau à ses prises de position politiques. À Vienne, le « Turc » fréquentait d’autres « Turcs » : Abduselam-beg Hrasnica (m. 1939) et un bey Kulenović. Et puis, à l’automne et en hiver 1896-1897, il y avait eu la « Compagniegeschäft Osman & Aziz » ; mais une méfiance s’était instaurée dans l’entourage de Bašagić à leur égard à partir de l’été 1896. En janvier 1897, Defterdarović demandait à celui-ci avec suspicion ce qu’ils faisaient à Vienne. Autant Milićević avait encore son estime, autant Hadžić ne lui revenait plus. Il l’avait profondément déçu lorsqu’il l’avait rencontré à Mostar l’été précédent : Hadžić devenait barbare, un vrai balija93, et lui rappelait les Serbes. Le libéré de mars s’imaginait chef du peuple et sa condescendance l’avait irrité. Defterdarović, après quelques autres phrases d’inimitié, rajoutait que « les beys, chez nous, ne sont pas ce qu’il pense94 ». Ces phrases révèlent les divergences idéologiques qui pouvaient exister dans le groupe des musulmans starčevićisants : un parti composé de beys, enclin à une hiérarchisation traditionnelle de la nouvelle société bosniaque, et un parti bien plus radical, populiste et révolutionnaire (d’où la mention des « Serbes »), dont Hadžić était le centre. La distinction ne reprenait pas celle des nationalismes voisins, dont les grandes divergences se fondaient plutôt sur l’approbation ou le rejet de l’idée yougoslave. Ici, tous sont starčevićisants, et nul ne pense à l’union avec les Serbes ; d’ailleurs Hadžić et Bašagić, pourtant très présents dans la littérature de l’époque, sont superbement ignorés par l’opinion croato-yougoslave95.

  • 96 IAS BS – 147, Schmard à Bašagić, Sarajevo le 26/10/1896 (publié par Risto Besarović [éd.], Kultura (...)
  • 97 Je n’ai pas pu consulter ce journal, difficile d’accès ; ce que j’en dis est tiré de Kruševac, Bosa (...)

61En réalité, ces deux tendances fusionnaient encore tant bien que mal : et tout d’abord, elles se retrouvaient sur le point de l’engagement croate. Bašagić poursuivait ses manifestations littéraires qui, aussi littéraires fussent-elles, restaient une déclaration politique. Il fit paraître des poèmes et des traductions tout au long de 1896 et 1897 dans Prosvjeta, Vienac et même Hrvatska domovina (La Patrie croate), le second organe des partisans du Droit. Fin octobre 1896, il avait été démarché par Johann Schmard (?-1912), un Autrichien nouvellement installé à Sarajevo, pour collaborer à un nouveau journal qui serait la version bosniaque de Bosnische Post96. D’orientation clairement croate, ce projet réunirait, parmi les musulmans, Edhem Mulabdić, Osman Nuri Hadžić et Riza-beg Kapetanović, c’est-à-dire trois grands noms littéraires de la communauté, tous croatisants. Les Bašagić participeraient eux aussi : Ibrahim Bey dans le premier numéro du 15 novembre, à propos de traditions orales sur le pont de l’empereur à Sarajevo, ainsi que Safvet-beg97.

  • 98 Milićević, « Starčevićanstvo », p. 39-41. D’après l’annuaire de la Société littéraire croate, les n (...)
  • 99 [Anonyme], Osman Nuri Hadžić (1869-1937), Zagreb, Narodna uzdanica, 1995, p. 7.
  • 100 IAS BS – 67, article original d’Adem-aga Mešić sur ses souvenirs à propos de Safvet-beg Bašagić.

62Un nouveau personnage, extrêmement important dans la suite des événements, renforcerait de son apparition l’union du groupe des musulmans starčevićiens : Adem-aga Mešić (1861-1945), un commerçant et spéculateur de Tešanj. Il appartenait à cette catégorie socioprofessionnelle assez perméable aux idées de Starčević : comme nous l’apprend, sous toutes réserves, l’annuaire des abonnés à la Société littéraire croate, les négociants bosno-musulmans favorables aux idées croatisantes se comptaient en assez grand nombre (116 exactement) ; leur groupe est bien représenté dès 1879 dans l’ensemble des musulmans cotisants. D’après Milićević, Starčević entretenait des liens tout particuliers avec ceux de Bosnie septentrionale (y compris Tešanj) : il les invitait pour entendre de leur bouche la situation de leur province et en remettait le destin entre leurs mains plutôt qu’aux chrétiens98. Quant à Mešić, les idées du Vieux avaient dû le toucher vers 1895 (en tous cas, pas beaucoup avant), ce qui l’avait amené à faire la connaissance de Milićević au chevet du mourant, qu’il avait visité à plusieurs reprises. Il avait déjà fait la connaissance de Bašagić en 1890, rapidement ; il le rencontra pour une seconde fois à Vienne tandis que Hadžić s’y trouvait aussi, c’est-à-dire durant les mois de l’hiver 1896-1897. Mešić était très désireux de voir Hadžić et avait fait le voyage à la capitale de l’Empire à la fin expresse de le connaître99. Il admirait le pamphlétaire et partageait ses idées pro-croates. De ce moment, le commerçant entretint de bonnes relations avec Hadžić et Bašagić ; lorsque l’occasion se présentait pour lui d’aller à Sarajevo, il descendait rue Kečina et restait parfois même pour le repas100.

63Aussi bien pour Bašagić que pour Hadžić, cette unité se fonde encore sur le sentiment intime et confus que les musulmans n’appartiennent pas véritablement à la nation croate. Paradoxe. Mais c’est un fait ; voilà comme le rapporte Stjepan Radić dans un discours à la Diète croate le 12 mai 1910 :

  • 101 Cf. Hrvatska seljačka politika prvi put u Hrvatskom državnom saboru/Govor predsjednika seljačke str (...)

[Je me suis assuré que les musulmans de Bosnie-Herzégovine ne sont ni Croates ni Serbes]. Un jour, il y a treize ans, alors que je discutais de ce sujet avec le poète Bašagić quelque part au Prater de Vienne, je lui ai dit : « Mon Dieu, tu as édité des poèmes, je les ai lus et j’en ai conclu que tu es Turc [i.e. musulman] et Herzégovinien, mais tu n’es pas Croate. Tu peux être d’accord ou non, mais pour moi c’est évident ; ce qui m’intéresserait, c’est que tu me dises la vérité, si tu le peux. » Là-dessus, notre bey est resté silencieux quelques instants, puis m’a déclaré tranquillement : « Ni moi, ni aucun autre musulman de Bosnie n’est Croate ou Serbe101 ».

  • 102 Une lettre de Vjekoslav Jelavić témoigne que Bašagić et Radić se connaissaient et que ce dernier ap (...)

64Cette discussion eut lieu en 1897102 ; à une autre occasion (probablement en 1919), Radić narra sa rencontre avec Bašagić un peu différemment :

  • 103 IAS BS – 70, coupure de journal sans aucune référence ; le titre de l’article est peut-être « Bosna (...)

Je vais à Vienne. Je traverse la ville et je vois au loin, à un café, parmi nos gens [croates], un jeune homme, enthousiaste, délicat, beau, tenant un livre [intitulé] Prémices. C’était le jeune Safvet-beg Bašagić et il me donna le livre, que je dévorai plutôt que ne le lus. Une langue superbe, des sentiments profonds. Le lendemain je le retrouve et lui dis : « Écoute, le Bey, je ne suis pas journaliste et je ne dirai rien à la presse, dis-moi : es-tu Croate ou Serbe, car je vois à travers tes poèmes que tu es musulman et Herzégovinien ». Le bey Bašagić me dit : « Je ne serais pas juste en disant que je ne le suis pas, mais je l’affirme, tant que les Croates et les Serbes ne se seront pas entendus, nous, les musulmans, nous ne ferons ni de bons Croates, ni de bons Serbes. »
Je lui demande : « Comment parles-tu avec les tiens à la maison, sûrement croate ?
 – Aucun d’entre nous ne parle turc.
 – Pourquoi dites-vous que vous êtes Turcs ?
 – C’est la coutume, plus forte que la loi et que tout103. »

65Dès l’hiver 1895-1896, alors qu’ils étaient compagnons de geôle, Radić s’était assuré que chez Hadžić également, le sentiment musulman prédominait sur la croaticité. Si les motivations de ce dernier relèvent probablement de la nervosité du personnage au moment de sa déclaration (avec un fond d’indépendance cependant), celles de Bašagić s’éclairent en partie à la lumière des orientations politiques de son père.

  • 104 « Odlikovanja », Sarajevski list 20 (1897), 43 (14/04), p. 2 ; Fevzija, « Allah rahmetejle ! », Srp (...)

66En effet, le lecteur se souvient qu’Ibrahim Bey participait de près à la rédaction de Vatan, le journal d’expression turco-ottomane de Sarajevo ; mais de quelle patrie se faisait-il l’organe ? Dans ses colonnes, on trouvait nombre d’avis sur la politique intérieure de l’Empire ottoman, et de critiques sur le régime du sultan Abdülhamid. Ibrahim Bey se montrait encore extrêmement préoccupé par le destin de l’État auquel, selon le droit international, sa patrie appartenait toujours. Bien que sympathique à la Croatie, comme on l’a vu, Bašagić père conservait pour cadre de réflexion la chose ottomane, et ce en dépit des difficultés. En effet, à partir du début des années 1890, Abdülhamid avait dû faire front à une levée de boucliers de la part des Ottomans exilés en Europe ; il ne pouvait tolérer que s’ajoutât à ce vacarme une voix aux frontières de l’Empire. En 1896, il s’inquiéta donc de juguler définitivement l’opposition et prit la peine de faire taire Vatan en en interdisant la diffusion sur son territoire. Les émigrés bosniaques d’Istanbul ne pouvaient plus lire la feuille. La ruse habituelle était de changer de nom : Hulusi, toujours rédacteur en chef officiel, peut-être poussé par le gouvernement territorial, décida donc de rebaptiser Vatan. Le dernier numéro sortit le 16 avril, et le 24 avril, Rehber (Le guide) voyait la lumière du jour. Au contraire de son prédécesseur, Rehber s’illustrerait par ses positions pro-hamidiennes et tournerait en dérision le mouvement Jeune-turc. Faut-il croire, avec l’orientaliste Ismail Eren, que Hulusi avait été acheté ? Quelques éléments l’indiqueraient : début avril 1897, Hulusi avait été décoré de l’ordre ottoman du Šir-i Huršid pour son œuvre dans les langues orientales ; le bruit courait qu’il fut fait pacha à cause de ses accointances politiques à Yıldız104.

67Ce ne fut certainement pas le cas d’Ibrahim Bey, qui continua à sympathiser avec le mouvement Jeune-turc. Il lisait notamment le journal que les Jeunes-Turcs publiaient à Genève, L’Osmanli/Osmanlı, qui commença de paraître en 1897. Afin de mieux comprendre quel sentiment nationaliste imprégnait le foyer, une courte prolepse s’avèrera utile en permettant d’approfondir les idées d’Ibrahim Bey, et surtout la façon dont son fils les percevait. En effet, Safvet-beg consacra à son père un poème en juillet 1898. Dans une évocation lyrique, il le comparait d’abord à un oiseau majestueux :

Comme le vieux faucon qui du haut de la roche
S’élance au soir pour contempler de la hauteur
Les campagnes cultivées, les sommets des monts,
Où l’ardent soleil s’assied avant son repos, –
 Sur son palais, est assis le vieux combattant
Pour la liberté, le droit, la constitution.
Rien ne le traverse ni même ne le touche,
Dirait-on, mais quelque chose pourtant l’ennuie.

68Puis, en venant à Abdülhamid :

[Ibrahim Bey] ne comprend pas : comment un prince peut-il
À des milliers de personnes ôter la vie,
Des milliers de personnes accabler sans fin,
Pour assouvir les passions d’une brute arabe.
Il ne comprend pas comment peuvent exister,
Comme Tahsin le maudit ou Ragib le fier
Ou comme Fehim l’effroyable, de tels monstres
En Islam, où les malfaiteurs n’ont pas de place.
Lorsqu’il entend « Izzet », il frissonne d’horreur,
Lorsqu’il entend « Yıldız », il éclate de rage.
Il donnerait sa vie seulement pour savoir
Comment pouvoir aider l’État des Ottomans.

69Ibrahim Bey rêvait aux jours où la contestation était possible :

Il se rappelle bien les grands idéaux turcs
De Midhat, de Vefik, comme s’il les voyait ;
Il se rappelle bien, de Hikmet et de Kemal
La poésie enflammée, les discours ornés.
« Les Turcs sont calmes tant qu’on ne les échauffe ;
Mais quand les fourmis leur viennent au bout des doigts,
Alors ils se battent contre leurs oppresseurs,
Jusqu’à ce qu’ils les abattent, ou qu’ils ne tombent
À la bataille. Voilà tout ce que je crois, –
 Les jours du combat eux-mêmes ne sont pas loin.
Chez les jeunes, la pensée est comme étouffée,
De la race sourd le lait du sein maternel. »

70L’admiration pour les Turcs n’enlève rien à l’honneur de l’Herzégovinien :

« Ni la gloire ou les décorations, ni l’or pur
Ne peuvent enlever l’honneur chevaleresque
Que transmet à son digne fils le digne père
Pour qu’il le garde comme le legs de ses pères ;
Le vrai Herzégovinien doit garder ceci
Pour ses enfants comme la prunelle des yeux. »

71Enfin :

  • 105 « Iz “Milih uspomena” », Behar 9 (1908-1909), 9 (01/09), p. 133-135. La traduction a été, dans la m (...)

« Je me tiens le visage serein devant tous –
 Je préfère cela, mon fils, à tout le reste
En ce monde. » Et il se tut, calmement, rempli
De contentement, de consolation, d’espoir ; –
 Et il fixa son regard sur son toit chéri,
Où il a bonheur, et abondance de tout105.

  • 106 Schorske, Vienne fin de siècle, p. 17.
  • 107 Milićević, « O Mirzi Safvetu kao pjesniku », p. 301.

72Aux yeux de Safvet-beg, le cœur de son père, c’était son identité d’Herzégovinien. Les valeurs attachées au pays natal, à la famille et à sa tradition, aux ancêtres, enfin à la fierté personnelle, constituaient un sentiment d’appartenance d’abord confiné à l’Herzégovine, et dont le référentiel n’était pas l’ensemble institutionnel de la Bosnie-Herzégovine ni, a fortiori, l’Empire austro-hongrois, mais l’Empire ottoman. L’admiration qu’Ibrahim Bey provoquait chez son poète de fils dérivait de ces mêmes valeurs. Autrement dit, la continuité de celles-ci d’une génération à l’autre se faisait sentir dans la description du père par le fils. Le « faucon », le « combattant » : figure de père dont « l’ardent soleil » est le visible symbole, alors que l’astre à son coucher fait écho à son âge avancé (Ibrahim Bey est deux fois caractérisé par l’adjectif « vieux »). Statue marmoréenne, aussi immuable et formidable que l’éternel « sommet des monts », guerrier civilisateur (il contemple « les campagnes cultivées »), Ibrahim Bey trône à la fin de sa vie comme l’ultime aboutissement d’une chaîne d’êtres. La lumière du face-à-face solaire symbolise également la sérénité de sa bonne conscience : il est plein « de contentement », il a « le visage serein devant tous ». Lavée de toute faute, la figure d’Ibrahim Bey, aux yeux du fils, subit ici une sorte d’apothéose, ce que nous dit encore sa position élevée « au-dessus de son palais », « fixa son regard sur son toit chéri ». Autant dire que Bašagić fils, malgré son séjour viennois, malgré ses sympathies pour le courant moderniste croate, lui-même inspiré des valeurs de la Sécession, ne songeait guère à tuer le père106. Il déclara lui-même de ce poème qu’il avait voulu y montrer « comme [s]on père était prophétique et comme il ne perdait pas espoir. Ce sentiment [était] pour [lui] important et [il avait] voulu par ces vers lui exprimer [s]a gratitude, lui qui [l’avait] éduqué dès [s]a plus tendre enfance.107 »

73La présence paternelle, et l’ottomanisme auquel elle se raccroche, est vécue comme une continuité interne par Bašagić. Symboliquement, la croaticité marque une rupture – certes moins culturelle et historique qu’intime, psychologique, existentielle enfin. Tiraillé entre Zagreb et Istanbul, entre le cosmopolitisme de Vienne et le particularisme de Nevesinje, il ne lui reste plus qu’à se centrer sur Sarajevo. C’est ainsi que l’on pourrait s’expliquer la déclaration fracassante et paradoxale de Bašagić à Radić un beau jour de 1897 dans une guinguette du Prater, à Vienne.

  • 108 Mirza Safvet : « Na pučini svjetla », Nada 1 (1895), 19, p. 359 ; 20, p. 387 ; 2 (1896), 18, p. 350 (...)

74Ces années viennoises marquent donc, fondamentalement, une hésitation identitaire, et c’est dans ce sens qu’on interprétera « Sur l’océan de la lumière », le long poème mystique dont Bašagić avait entrepris la composition probablement dès 1894, et qu’il termina en 1899. L’inspiration s’en situait entre pessimisme, lyrisme pur et mysticisme. « Sur l’océan de la lumière » prolonge et affirme ainsi les idées fondatrices de « Dans le Harabat » ; il n’existe pas de véritable rupture entre ces deux ensembles poétiques, hormis dans leur composante enthousiaste : du premier au second, le poète fait l’expérience d’un désenchantement et dans la seconde création, plutôt que de décrire un lieu, il s’attache à tracer une route108.

75La différence la plus fondamentale entre les deux recueils reste l’impossible lecture de « Sur l’océan de la lumière » dans le sens patriotique. Il n’y a pas d’affirmation nationaliste possible à Vienne.

7. Limites de la formation universitaire reçue

76Cet équilibrage intime de ses humeurs nationalistes rejaillit sur sa production d’historien. En effet, en septembre 1897, il allait présenter une réflexion sur l’origine du beylicat bosniaque, entre Croatie et Anatolie. L’origine de ce travail est à rechercher du côté de son grand ami Ibrahim-beg Defterdarović : au printemps de la même année, celui-ci avait fait paraître un article parallèle où il étudiait les ascendants des Resulbegović, famille dont il était lui-même un rejeton.

  • 109 « Hercegovac-paša », Hrvatsko pravo 1 (1896), 143 (23 avril), p. 3.
  • 110 Hadži Ibro, « Pismo iz Hercegovine. Jesu li Bosanski i Hercegovački age i begovi porijeklom Srbi il (...)
  • 111 « Listak. “Glasnik Zemaljskog muzeja” », Novi Viek 1 (1897), 2 (sans date), p. 122-123.

77L’origine des Resulbegović, clan herzégovinien très célèbre, faisait l’objet de diverses spéculations à l’époque : mais jusque-là on s’accordait pour dire qu’elle descendait de la noblesse médiévale. Une tradition existait selon laquelle ils descendaient du duc Étienne lui-même ; on la faisait valoir du côté croate109 ; du côté serbe, certains musulmans prétendaient que non seulement ces nobles s’étaient islamisés au moment de la bataille de Kosovo, mais qu’ils détenaient encore des documents pré-islamiques chez eux110. Ibrahim-beg Defterdarović étudia ces fameux papiers, qui ne remontaient pas au-delà du xviie siècle, montrant que sa famille provenait de Herceg Novi (dans les Bouches de Cattaro), et s’était islamisée à la fin de ce siècle. En Croatie, on salua l’article en soulignant que les beys ne provenaient donc pas, quoi qu’ils en disent, d’Asie mineure : et l’on souhaitait que cette étude pût avoir d’heureux effets, et rallier au peuple croate les musulmans !111

  • 112 Kosta Hörmann, « Bezi Čengići », in Narodne pjesme Muslimana u Bosni i Hercegovini, [2e éd.], p. 61 (...)

78Cependant, impulsé par ce mouvement d’oscillation entre Empire ottoman et croaticité qui faisait balancer les Bašagić, Safvet-beg allait remettre les pendules à l’heure : les musulmans n’étaient pas tous de souche slave (ou croate). Il avait lui aussi retrouvé des documents de famille chez les Čengić, un firman du xvie siècle, qui attestait que ces beys fameux entre tous étaient venus d’Anatolie. Les Čengić l’affirmaient d’eux-mêmes, et la tradition familiale, recueillie par Kosta Hörmann dans un appendice des Poèmes épiques des musulmans de Bosnie-Herzégovine, était déjà connue du grand public112 ; mais la méfiance systématique que cultivaient Croates et Serbes envers les traditions anatoliennes exigeait des preuves concrètes. Bašagić allait les leur fournir.

  • 113 Safvet beg Redžepašić-Bašagić, « Najstariji ferman begova Čengića », Glasnik Zemaljskog muzeja 9 (1 (...)
  • 114 C’est probablement par la voie de l’ethnologie que Bašagić se fit bien voir du Musée territorial, g (...)

79En qualité de directeur du Musée territorial, Hörmann, déjà au fait des délicatesses du sujet, l’avait prié de traduire pour le Glasnik du musée ce firman quand il eut appris que le jeune homme le détenait, en 1896113. Hörmann ne pouvait ignorer l’origine des Čengić, ni que l’article de Bašagić contribuerait dans une certaine mesure à détruire la thèse bogomile soutenue par le gouvernement Kállay. À moins de leur supposer une intelligence machiavélique et une concertation extraordinaire, les officiels permirent donc la publication de l’article par pur intérêt scientifique et parce qu’ils avaient estimé que Bašagić était un historien capable114.

  • 115 Minorsky, « A Soyūrghāl », p. 927-928.

80L’étude est importante non seulement par son contenu, qu’il faut rattacher à l’ensemble des polémiques nationalistes de l’époque, mais aussi par sa forme : c’est le premier document ottoman à avoir été traité de façon scientifique en Bosnie-Herzégovine. Après avoir procédé à une description physique du document, comme dans tous les catalogues de manuscrits orientaux en Occident, Bašagić en entourait la traduction de recherches sur le contexte historique antérieur à sa promulgation et sur le devenir de la famille postérieurement. En bref, l’étude est jugée bonne par un iranologue tel que Vladimir Minorsky (1877-1966), en elle-même et d’autant plus si l’on tient compte du contexte provincial dans lequel Bašagić évoluait. Minorsky salue les connaissances linguistiques de son confrère sud-slave, mais épingle quelques erreurs et sa tendance à la paraphrase dans les passages difficiles ; il regrette que celui-ci n’ait pas cherché à donner une transcription de l’original, et n’en ait fourni qu’un fac-similé115.

  • 116 Il en utilise deux ouvrages : le Kunh al-akhbār et le Fusul al-hall wa-’akd. Voir K. Süssheim et R. (...)
  • 117 Les exercices étymologiques des Čengić quant à leur nom ne sont guère probants. Ils prétendent que (...)
  • 118 Voir par exemple Kreševljaković, « Čengići », in Izabrana djela t. 1, p. 402, où il reprend la trad (...)

81En y regardant de plus près, on se gardera pourtant de célébrer la scientificité de l’étude. Pour rédiger sa remise en contexte historique, Bašagić s’appuyait exclusivement sur l’historien ottoman ‘Alī (1541-1600) – citant ses ouvrages mais, étrangement, pas son nom116 – un auteur de première importance dans le développement ultérieur de sa pensée. Il ne croisait aucunement les sources et la littérature. Il accordait également une grande attention à la tradition familiale : elle seule pouvait combler le vide historique séparant l’existence attestée des Čengić en Anatolie, et leur arrivée en Herzégovine au xvie siècle. La tradition remplissait ce vide grâce à des spéculations étymologiques de haute voltige117, ainsi que par l’évocation de personnages plus ou moins légendaires. Bašagić commettait une erreur en s’y référant à l’aveuglette (prétextant de façon peu justifiée que son hypothèse personnelle « rejoignait » la tradition). Plus précisément, on ne lui reproche pas d’aller dans le même sens que la tradition, mais de ne pas la soumettre à examen critique, et de singer l’analyste sérieux. Ainsi, le manque de distance avec ses sources l’amenait à faire de brefs commentaires extrapolés et hyperboliques, telle cette unique expression pour commenter le firman : au xvie siècle, les ancêtres des Čengić étaient « le facteur politique le plus important de l’État. » Ce manque de liberté intellectuelle, qu’on imputera dans ce cas précis à ses liens familiaux avec les Čengić, à son humeur enthousiaste et au contexte historique dans lequel la question du beylicat bosniaque prenait des proportions extrêmement importantes, ce manque de liberté intellectuelle, donc, est dommageable jusqu’à un certain point : il l’empêche de briser les mythes historiques ayant cours à son époque dans la tradition populaire et l’en rend même dépendant. D’aucuns de ses disciples s’attacheront, avec respect, à redresser quelques-unes de ses opinions118.

82En fouillant plus encore l’analyse, on s’aperçoit que Bašagić ne reprit de l’historiographie à l’occidentale que la forme et qu’il restait sous l’autorité de la tradition. Ainsi, lorsqu’il continuait l’histoire de la famille après les événements décrits par le firman : l’ensemble était basé sur l’épique populaire, et sa chronique rejoignait nettement le texte de Hörmann dans son recueil de chants, n’y apportant pour ainsi dire pas de détail nouveau, sinon à propos de Dedaga, son propre grand-père. Il avait conscience de ces défauts, puisqu’en conclusion de l’étude, il promettait d’en composer une mieux renseignée à l’avenir. Celle-ci ne viendrait pas ; et les grandes catégories de pensée du bey s’appuieraient toujours sur la tradition orale, utilisant les sources historiques à son service.

83C’est toujours sous l’impulsion de cette tradition orale (et familiale) que Bašagić avait introduit son article. Dans l’introduction, en effet, il remarquait que la noblesse bosniaque se séparait en deux parties : la première, majoritaire, était de souche locale et remontait à la période antérieure à la chute du royaume bosniaque (1463) ; la seconde (Čengić, Miralem, Sulejmanpašić, etc.), provenant d’une immigration qui avait suivi cet événement, s’était « tout à fait assimilée avec le temps aux habitants [de la Bosnie-Herzégovine] et s’était intégrée à l’ancien beylicat ». La première avait assez considérablement diminué au cours du xvie siècle, parce que beaucoup avaient occupé des postes de hauts fonctionnaires dans l’Empire et n’étaient pas revenus des provinces où on les avait mutés (ainsi des « glorieux Sokolović », des Malkoč, des Ohmučević, etc.). Les immigrés, eux, s’étaient intégrés parce qu’étant venus comme vizirs ou gouverneurs, ils avaient reçu le titre de bey ainsi que des terres (zeamet) dans le pays, sur lesquelles ils s’étaient retirés une fois à la retraite. Du fait de leurs fonctions, ils jouissaient d’un grand renom parmi les beys bosno-herzégoviniens et leurs descendants, qui héritaient de leurs terres, avaient pénétré le cercle du beylicat.

  • 119 « Listak. “Glasnik Zemaljskog muzeja u B. i H.” », Novi Viek 1 (1897), 7 (10/10), p. 444. Et quelqu (...)
  • 120 Safvet-beg Bašagić-Redžepašić, « Der älteste Ferman der Čengić-Beg », Wissenschaftliche Mittheilung (...)

84Ces allégations reprenaient, sans chiffres, celles que le lecteur d’Obzor (L’Horizon) avait pu lire dans l’article « De la noblesse bosniaque » en 1894. Mais on ne s’y trompa pas : en réalité, l’intention de Bašagić était ici de souligner l’indépendance de la noblesse bosno-herzégovinienne par rapport aux corps historiques des pays voisins. Le dépit transperçait dans la rubrique de revue littéraire du Novi viek (Nouvel âge), une parution croate que rédigeait son ami Antun Tresić-Pavičić119. En Bosnie-Herzégovine, l’article fut jugé si bon par le comité de lecture du Glasnik qu’on décida de le faire traduire en intégralité pour le digest en langue allemande que le Musée faisait publier à intervalles réguliers120.

8. Conclusion

85La première partie de la vie viennoise de Bašagić marque une évolution importante de sa personnalité, une maturation profonde de son individualité affective. Ses idées nationales stagnent désormais dans l’espèce d’entre-deux que lui désignait l’idéologie de la fusion Orient-Occident : il se sent à la fois Croate et Bosniaque (au sens national du terme), ou bien ni tout à fait l’un ni l’autre, hésitation qu’il faut très certainement imputer à l’héritage herzégovinien de son père et, au-delà, aux idées ottomanistes. Parallèlement, sa maturité intellectuelle n’est pas encore advenue : elle va se préciser dans la seconde partie de son existence dans la capitale.

B. Affirmation d’un entre-deux

86Les deux années suivantes marquent un paradoxe : le bey a gagné en assurance et cohérence dans ses travaux – ce qui ne signifie pas qu’ils soient plus vrais – et simultanément baigne dans un marasme psychologique où l’image des musulmans bosno-herzégoviniens n’apparaît pas très claire. En tous les cas, sous tous les aspects, la troisième voie dont il fraye le chemin précise son tracé : ni Ancien ni Moderne dans les débats littéraires, féministe convaincu mais ambigu, historien et idéologue tout à la fois, enfin croatisant agonisant.

1. Bašagić voltairien : un iconoclaste classique

  • 121 Mirza Safvet, « Na pučini svjetla », Nada 3 (1897), 7 (01/04), p. 126 ; 19 (01/10), p. 366-367 ; 20 (...)
  • 122 Mirza Safvet, « Slatko spominjanje », Prosvjeta 5 (1897), 2 (15/01), p. 34. Je n’ai pas pu identifi (...)
  • 123 Mirza Safvet, « Sitnice », Prosvjeta 5 (1897), 20 (15/10), p. 620.

87En 1897, la production littéraire de Safvet-beg, quoique moins abondante, se fit selon les thématiques et les genres déjà cultivés les années précédentes ; elle se complexifia sensiblement. Il poursuivit son très long cycle poétique « Sur l’océan de la lumière », dont la portée mystique relevait moins du gadget littéraire que « Dans l’Harabat », et par sa touffeur exprimait la maturation de l’homme intérieur en lui121. Complexité formelle et générique également de « Doux souvenir », nazira (reprise parallèle d’une composition d’un autre auteur) d’un chant populaire roumain122. À côté de poèmes d’amour et petites anecdotes traduites de recueils orientaux, on trouvait bien plus amusants des épigrammes où il tournait en dérision des poètes dont il n’appréciait pas la manière. Par exemple, il dénonçait l’art pour l’art, le « gracile genus dicendi » sans pensée d’un « pauvre » poète. Mais attention ! Bašagić reprochait aussi ce qu’on pouvait lui reprocher : ainsi à ce A.Š. [Španić ?], en qui il raillait la pauvreté de style et l’usage répétitif des adjectifs « merveilleux » (bajni) et « radieux » (sjajni) ; n’était-il pas lui-même, parfois, bien proche de cet univers à l’eau de rose123 ?

  • 124 Jakša Čedomil, « Mladji naraštaj u književnosti. III. U Hrvatskoj », Novi Viek 2 (1898), 4 (16/02/1 (...)

88Prise dans sa globalité, l’année 1897 marqua un tournant réflexif et critique chez Bašagić, ce qui fut causé par le cercle de ses amitiés littéraires du côté de la moderna croate. Dežman et ses compagnons rêvaient, à cette époque, de relancer un Ars libera, cette fois-ci sous la forme d’une revue bimensuelle. Ils avaient été déçus par Hrvatska misao (La Pensée croate), la revue des étudiants croates de Prague, dont le principal rédacteur était Milan Šarić : espérant une revue purement littéraire, ils y avaient trouvé une majorité d’articles de société ou de politique. Non qu’on ne s’embarrassât point de problèmes sociaux à Vienne, comme le pensent souvent les historiens : mais le projet était de montrer l’essence esthétique de la présente réalité. Pour sa part, Bašagić ne pouvait pas être déçu par Hrvatska misao : il paraît qu’il regardait de très loin les agissements de Prague, au contraire de Milićević et Hadžić, et qu’on lui rendait la pareille dans la capitale tchèque. Ainsi, dans les critiques littéraires qu’y firent paraître des étudiants praguois, son nom était totalement ignoré, alors que le duo Osman-Aziz se taillait la part du lion124.

  • 125 Milićević, « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 286.

89La principale déception fut pourtant moins Hrvatska misao que Novi viek de Tresić : trop politique, lui aussi, à leur goût, et en tous cas en-deçà de ses promesses125.

  • 126 Cette lettre n’existe plus à l’IAS, mais Milićević en donne la substance et quelques citations dans (...)

90À Vienne, le conseil littéraire de Zvonimir fomentait donc la discorde et n’en voulait faire qu’à sa tête. Il fallait créer une revue qui cultiverait les nouveaux courants littéraires, donnerait à lire des textes d’auteurs du monde entier en traduction et présenterait des critiques d’art éclectiques, mâtinées de philosophie. Son nom serait Mladost (La Jeunesse), « revue de littérature et d’art contemporain ». La politique en serait exclue. Voilà ce qu’exposait Dušan Plavšić à Bašagić dans une lettre circulaire qu’il fit également parvenir aux autres grands noms de la littérature croate – modernisante ou non (on y trouve notamment le nom d’Antun Radić, 1868-1919) ; il la concluait en l’invitant à collaborer126. Peut-être cette lettre fut-elle envoyée à Bašagić, qui se trouvait alors à Sarajevo, plus tard qu’aux autres, comme le laisse entendre la date à laquelle il répondit : le 5 février 1898, soit quelques jours après la sortie du numéro de lancement (le 1er février). Elle lui parvint en même temps que ce premier cahier, dont « la liberté de pensée avec laquelle vous marchez au champ de bataille pour une littérature croate libre et indépendante » lui plut fortement. Il envoyait à Plavšić un poème, « À Voltaire », qu’il présentait ainsi :

  • 127 NSK, Fonds des manuscrits, R. 7134 b, Bašagić à la rédaction de Mladost, de Sarajevo le 05/02/1898.

Mon ouvrage – permettez que je m’exprime ainsi – est une audace de poète basée sur des faits historiques irréfutables. Il ne pourrait trouver de place dans aucune revue croate, hormis la libre Mladost. Comme vous le savez, l’Église catholique a excommunié Voltaire, c’est pourquoi tous les Inhof, Fleischer et autres pensent que son nom ne doit pas être écrit sans qu’on maudisse son souvenir. C’est la vieille devise des journaux croates, qui malheureusement se perpétue encore aujourd’hui (…). Mais comme à mes yeux Mladost se tient à un niveau supérieur pour mieux convaincre, je vous envoie tout d’abord cette poésie, attendant avec anxiété de voir si vous l’insérerez ou non127.

  • 128 NSK, Fonds des manuscrits, R. 5414, manuscrit autographe intitulé « Voltaire-u », signé « Mirza Saf (...)
  • 129 Šicel, Povijest hrvatske književnosti 5, p. 12 et 57.

91« À Voltaire » célébrait le philosophe avec des mots on ne peut plus louangeurs : prêtre de la libre-pensée et « martyr de son témoignage » [sic], etc., il avait montré la vérité aux peuples, ôté le sceau de la malédiction qui pesait sur la race innocente d’Adam, et sauvé tant d’âmes du feu éternel. Certes, à sa suite avait régné l’anarchie de la Révolution française, mais ses idées avaient fait beaucoup de bien au monde. Du sang avait coulé, et en avait émergé, « comme Vénus de l’écume », une nouvelle idée – Bašagić ne précisait pas laquelle, mais la teneur du poème nous renseignait : anti-absolutisme, liberté de pensée contre jésuitisme, tolérance (Galilée, Copernic et la Saint-Barthélemy n’étaient pas encore totalement désuets à la fin du xixe siècle), enfin justice128. En bref, la composition de Bašagić avait une valeur idéologique extrêmement forte, dans un contexte où Voltaire était effectivement un nom banni, comme il l’indiquait lui-même dans sa lettre, non seulement en Autriche mais aussi dans la très catholique Croatie. Fleischer, ancien rédacteur en chef de Prosvjeta, était devenu clérical. On peut en revanche s’étonner des reproches que Bašagić adresse à Bartol Inhof (1863-1945), rédacteur en chef de Vienac en 1898, car celui-ci était connu pour son libéralisme129. Il y avait un véritable pari, de la part de Mladost, à publier une telle pièce. On exciterait la censure.

  • 130 NSK, Fonds des manuscrits, R. 7134 b, Bašagić à la rédaction de Mladost, de Vienne le 07/04/1898. I (...)
  • 131 NSK, Fonds des manuscrits, R. 5493, manuscrit autographe intitulé « Kolika razlika », daté du 05/04 (...)

92Plavšić recula devant le défi et ne l’inséra pas. Bašagić avait promis que si elle l’était, il enverrait les autres travaux qu’il avait préparés pour Mladost. Il le fit malgré tout130. Parmi les poèmes s’en trouvait un intitulé « Quelle différence ! » Il y chantait l’abîme séparant la première femme aimée des suivantes : la première avait découvert au poète que l’amour, dans son idéal, tendait à la beauté, et c’était pour cette raison qu’elle conservait un avantage sur les autres. Cette évocation proprement platonicienne de l’amour, reprise des gloses sans fin du mysticisme oriental et de l’ambiance philosophique fin de siècle (qui cultivait un platonisme tout oriental), se terminait sur une pointe mystérieuse : « Le diable en frac – la tulipe habillée de noir – ce sont les dogmes des nouveaux idéaux ». Mystérieuse, car elle ne semble pas se rapporter au reste du poème ; elle semble fonctionner comme un trait d’ironie, mais ce n’est qu’une impression. Bašagić la supprimera d’ailleurs dans sa version définitive. Une interprétation possible serait que Bašagić, par ces deux vers, dénonçait les apparentes beautés des idéaux décadents, à rebours de ses propres conceptions platoniciennes (ne percevant pas que les deux théories reposaient en réalité sur un même socle)131.

  • 132 Marijanović, Fin de siècle, p. 217.

93Ce soupçon quant aux valeurs modernes lui a-t-il interdit de paraître dans Mladost ? Quoique annoncé dans une publicité du début avril, le « Beg Bašagić » ne verrait aucun de ses poèmes sortir dans la revue132. Cette explication n’est pourtant pas satisfaisante, car Bašagić, en public, eut le soin de ne rien dire à cette époque sur ses opinions concernant l’art moderne. Il les avait exprimées ailleurs que dans ces deux vers, dans des compositions bien plus longues.

  • 133 « Dojmovi iz Secesije », in Misli i čuvstva, p. 19-21.
  • 134 IAS BS – 186.

94Probablement dès le printemps 1898, il s’était rendu à l’exposition de la Sécession pour en avoir le cœur net, de ces nouveaux dogmes de l’époque. Son impression avait été très nettement défavorable. Il y avait consacré un long poème, écrit à la sortie de l’exposition : « Impressions rapportées de la Sécession133 ». L’artifice (nenaravnost), signe de la ruine de la poésie, l’absence d’idéal que les Sécessionnistes cultivaient sans pudeur, rejetant l’ancien pour rechercher inconsidérément le neuf, mettant à nu des corps livides et efflanqués, laids et ridicules, lui répugnaient. En écrivant son poème, il avait probablement à l’esprit le tableau « Nuda Veritas » de Klimt (1862-1918) – plutôt que « La fresque de Beethoven », achevée en 1903, où correspondent cependant les cheveux « jaunes ». Cet art représente pour lui la version picturale des libertinages étranges contés par Casanova dans ses Mémoires, livre qu’il a lu en allemand. Un second poème contre le décadentisme fait état de la même réprobation134 : le champ lexical de la corruption envahit sa critique de la modernité, avec les idées de contamination, de peste et de maladie modernes, de peinture é-nervée et a-sentimentale, d’hétéroclite ; froideur, glace et ombre faisaient obstacle à l’inspiration divine ; il condamnait la recherche du nouveau au mépris de l’ancien et de la tradition.

  • 135 Voir, entre autres, Marijanović, Fin de siècle, p. 57.

95Peu désireux de rentrer en conflit avec ses amis, Bašagić ne publia ses « Impressions » qu’en 1905, alors qu’il avait perdu contact avec à peu près toutes ses connaissances de cette époque et oublierait dans ses papiers le second poème, que personne ne lirait. Peut-être ne se sent-il point si éloigné d’un Franjo Kuhač (1834-1911), le champion des idées conservatrices dans la littérature d’expression croate. On notera toutefois que sa critique se rattache à une réflexion morale et non politique, et qu’il n’a pas de point de vue sur la question de la forme. Dans le débat qui s’enflamme tout d’un coup à Zagreb, il a un pied du côté des Anciens, et un autre du côté des Modernes. C’est le grand écart d’un romantique fidèle à ses amitiés135.

  • 136 IAS BS – 98, Dežman à Bašagić, sans date ni lieu.
  • 137 Mirza Safvet, « Moja si, dušo ! », Hrvatski salon 1898, 4 (mars), p. 40 ; Šicel, Povijest hrvatske (...)

96Bientôt, Mladost s’éteindrait. Mais Dežman était trop infatigable pour s’arrêter là. Il organisa une exposition de peinture et de sculpture au Pavillon des Arts de Zagreb de décembre 1898 à mars 1899. Parut en amont de cette manifestation une sorte de catalogue intitulé Hrvatski salon (Le Salon croate), du nom qu’on donnerait à l’exposition. Édité dans une très belle mise en page de décoration sécessionniste (à l’image de Ver sacrum, la revue de la Sécession viennoise), le catalogue sortit en quatre numéros en 1898. Dežman écrivit au bey pour lui demander sa collaboration : il fallait une composition d’inspiration orientale ; il proposait ou bien de reprendre l’une de celles que le Sarajévien avait fournies à Plavšić, ou bien d’en attendre une nouvelle136. Le poème qui parut fut l’un de ceux précédemment envoyés à Mladost, peu original à tout prendre ; et Bašagić paraissait ainsi à peu de frais dans un groupe de collaborateurs exclusivement recrutés parmi les Modernes137.

  • 138 A. G. Matoš, « Impromptu (Gospodjici Dragici de Sades) », Novi viek 4 (1899), 11-12 (juillet-août), (...)

97Il faut croire qu’il exerce une sorte de fascination, ou que son nom est très prisé par la jeune génération. On n’aura qu’à lire à ce sujet le pastiche de lui quasi incompréhensible, bourré de turcismes rares, qu’Antun Gustav Matoš (1873-1914), grand représentant de la moderna, composa en 1899. Bašagić y était censé critiquer la nouvelle littérature croate, « où tout est arrangé n’importe comment », c’était une pauvre décadence138. Matoš finalement admirait le bey, qui se posait en incontournable du nouveau paysage littéraire croate, auprès des Modernes comme des Anciens. Cependant, l’examen de ses textes nous montre qu’il penche plutôt du côté de ces derniers. Les Anciens reprochaient aux Modernes de ne pas être « nationaux », mais « internationaux ». Au contraire du psychologisme et de l’individualisme au cœur de leur esthétique, il fallait continuer dans la lignée traditionnelle, reprise par le romantisme : la peinture de la vie nationale. C’est dans cette direction qu’œuvrait Bašagić. Ce qui l’intéresse, c’est de définir – certes psychologiquement – la nature nationale des musulmans.

2. Féminisme et psyché beylicale

  • 139 Remzi Hanım, est un écrivain inconnue ; c’est peut-être le pseudonyme de Emine Semiye (1868-1944), (...)
  • 140 Sur ces deux poétesses, voir entre autres Idrizović, « Prve muslimanske književnice », in Juzbašić, (...)
  • 141 S. beg Bašagić, « Žena-književnica u Carigradu », Nada 3 (1897), 4 (15/02), p. 78-79.

98Le moment marquant de l’année 1898 fut une traduction de Remzi Hanım dans Nada de Sarajevo139. C’était un article tiré de İkdam (La Persévérance) où la jeune écrivain d’Istanbul faisait l’apologie de la femme musulmane moderne. Pour introduire sa traduction, Bašagić faisait mémoire des noms des poétesses les plus célèbres du monde arabe, de la sphère persane et de l’empire ottoman ; il rappelait également l’existence de deux poétesses herzégoviniennes, petites-filles d’Ali Paşa Rizvanbegović, qui avaient composé en turco-ottoman140. Plus spécialement, les Turques contemporaines se distinguaient par leur grande éducation et leurs talents incontestables, par leur connaissance des langues étrangères qui étendait leur renommée au monde entier ; ce que ces femmes disaient d’elles-mêmes par la bouche de Remzi Hanım le prouvait assez – et Bašagić de traduire l’article de cette dernière, relativement long, où était peinte la condition de la femme turque et musulmane sous des couleurs, sinon agréables, pour le moins prometteuses de jours meilleurs. Il concluait brièvement : « Voilà ce que dit cette Turque méritante et sa façon d’écrire ; puisse Dieu faire que notre beau sexe prenne modèle sur elle141 ! »

  • 142 Bašagić précise à plusieurs reprises que le Meshahir’un-nisa’ fut écrit par Zihnî. D’après les ency (...)

99L’article prouvait d’abord deux choses : Bašagić lisait la presse ottomane régulièrement, et consultait volontiers un ouvrage intitulé Les femmes de renom (Meshahir’un-nisa’), d’auteur incertain, duquel il puisait des biographies et des anecdotes relatives aux femmes célèbres de l’islam142. Mais à le lire, on comprenait surtout que son discours se teintait de préoccupations sociales, et que derrière la logorrhée nationaliste pointaient de tout autres défis. Il eût pu célébrer la grandeur des musulmans bosno-herzégoviniens sans faire une seule allusion à la condition féminine dans l’islam ; mais il éprouvait le désir de répondre aux tartes à la crème sur le statut de la femme que l’Occident ne cessait d’aplatir à la face de l’Orient islamique.

  • 143 Mirza Safvet, « Veed », Pobratim 8 (1897-98), 19 (01/06), p. 304.

100Son féminisme n’était pas exclusivement défensif : il avait sa part de propagande, argumentant par identification analogique. Il voulut montrer à ses lecteurs la barbarie des temps anciens pour valoriser les progrès de la modernité. Il rapporta ainsi l’« étonnante coutume » régnant en Arabie pré-islamique, qui consistait à enterrer vivantes les fillettes de sept ou dix ans, ou même les nouveau-nés de sexe féminin. Il comparait ces mœurs barbares à la civilisation policée qu’instaurèrent les prescriptions du Coran. D’après des sources sûres, cependant, ces pratiques se limitaient au cercle restreint de quelques familles ; et de conclure : « Voilà comme les peuples barbares méprisaient autrefois le beau sexe, devant lequel le monde moderne aujourd’hui se découvre et qu’il salue jusqu’à terre143. »

  • 144 Pederin, « Islamischer Progressismus », p. 185-204.
  • 145 Sarajevski list 20 (1897), du 69 (13/06) au 82 (14/07) ; Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 173-17 (...)
  • 146 « Svečanosti na Ilidži », Sarajevski list 20 (1897), 78 (4/07), p. 2-3 ; Mirza Safvet, « Pabirci iz (...)
  • 147 On n’apprendra malheureusement presque rien chez Veljaćić, « Istočni utjecaji », p. 591-599 (surtou (...)
  • 148 Voir Premier amour, traduction en annexe.

101Sur le sujet, le couple Hadžić-Milićević, alias Osman-Aziz en littérature, l’avait devancé, mais la galanterie teintée d’érotisme de Bašagić lui donnait des prolongations plus riches que le réalisme du duo144. Car c’est en cultivant l’amitié des femmes que notre homme de lettres s’en fit le défenseur. En 1897, il découvrit les talents d’une actrice zagréboise. La troupe du Théâtre provincial croate de Zagreb vint à Sarajevo pour y séjourner un mois, de la mi-juin à la mi-juillet145, et Bašagić fut là pour assister aux représentations. Il y entendit la Sarah Bernhardt de Croatie, Maja Ružička de Strozzi (1850-1937). L’audition de son jeu et surtout l’envol lyrique de ses déclamations le conquirent tout à fait ; comme à Sarajevo, les Zagrébois furent dignement fêtés et conviés à une réception tenue à Ilidža à laquelle participa également Ibrahim Bey. On peut penser que Safvet-beg approcha l’actrice à cette occasion. Dans une déclaration poétique enflammée – un procédé qui lui semble cher pour conquérir les cœurs –, il lui révélait ce qu’elle représentait à ses yeux : elle était l’incarnation humaine de la langue croate, celle qu’il avait chantée dans « Fille envoûtante », celle qui « a pouvoir de lier l’art à la raison », celle qui murmurait comme un torrent de montagne. Ce poème, accompagné d’un mot flatteur, fut illico envoyé à Strozzi qui, après lecture, écrivit une gracieuse lettre de remerciements au bey, avec une photographie en pied146. Peut-être Bašagić fut-il particulièrement conquis par la représentation de Sakuntala, une pièce du classique indien Kalidasa (ive-ve siècles) traduite par le linguiste Pero Budmani (1835-1914), la dernière dans les dates de la tournée (le 11 juillet)147. En effet, on en retrouve un écho dans un texte de l’année suivante148.

  • 149 Le parti pris de l’analyse qui suit est de considérer ces textes comme un diptyque révélant non une (...)

102Il semble ainsi important d’examiner la conception de la femme qui se dégage des textes de cette époque. On s’intéressera pour ce faire à deux textes en prose : la poésie du bey, en effet, répond le plus généralement à une esthétique prédéterminée, celle de la lyrique populaire véhiculant des types féminins non individualisés, alors que sa prose relève de l’auto-fiction la moins contrainte. Ces deux textes ont vu le jour en 1898 : très certainement pour l’un, avec assurance pour l’autre. Ce qui taraudait alors notre poète viennois, c’était le problème du premier amour, auquel se greffait celui de son identité sociale. Il était en pleine crise sentimentale – à cause d’Ana Bezdekova ou d’une autre jeune fille, c’est à peu près indécidable. Encore sous l’émotion, il rédigea coup sur coup la nouvelle Premier amour (tirée de la « high-life sarajévienne ») et un début de roman (Une héroïne moderne), qu’on pourra lire tous deux en annexe149.

103La jeune Olga est la figure centrale d’Une héroïne moderne ; elle est présentée en grands chromos tout romantiques : jeune fille aux élans contemplatifs et purs devant la nature, elle montre un grand sens pratique et une maturité de décision surprenante dès qu’elle fait la connaissance de Nadir, trait de caractère acquis à la suite des épreuves peu communes par lesquelles elle a passé. D’abord choyée, puis rejetée par ceux-là mêmes qui l’entouraient de leur affection, on la découvre au début du roman comme la « vraie personnification de la misère des grandes villes » ; mais la bonne influence de Nadir la remet d’aplomb, et elle montre une grandeur d’âme insoupçonnée, véritablement classique – et non moderne, comme essaye de nous tromper le titre –, ne s’abandonnant pas au désespoir malgré sa situation désastreuse. C’est un caractère entier qui, une fois donné à l’amour, s’y livre sans réserve.

104L’angélique Olga est totalement transparente ; nous savons tout de son histoire. L’héroïne de Premier amour est toute à l’opposé. La comtesse ne livre aucun détail de sa vie privée et son caractère échappe, à cause de ses brusques changements. La comtesse existe d’abord par l’attirance sexuelle qu’elle exerce sur son entourage ; cette femme n’est pas innocente, au contraire du chaste héros, pour qui c’est le premier amour. C’est une héroïne classique, prétend Šahin : mais elle lit des romans français et s’exprime dans le style de Murger. Rien de classique dans ces références ; son credo est ainsi résumé par Šahin : « éternel changement », credo essentiellement moderne et lucrécien. Là encore, ce qui est annoncé est aux antipodes de la réalité.

105Les deux femmes appartiennent ainsi à un même système de valeurs et s’en échangent les polarités. Elles personnifient deux aspects d’une même féminité, mais une confusion s’opère : on ne sait plus laquelle est quoi. Elles envahissent le champ de la connaissance sans y trouver de définition idoine. Cette troublante féminité, Bašagić se la représente grâce à la mythologie gréco-latine : la comtesse est une Aphrodite Anadyomène (gr. « née de l’écume marine »), tandis que Nadir s’interrogeant sur l’âme féminine fait référence à une Zuleyha « née de l’écume marine » ; toutes deux sont caractérisées comme des bacchantes ; la comtesse apparaît comme une amazone, et l’être d’Olga s’apparente à la secrète féminité de la virile amazone. L’éros confine ainsi à la folie (bacchantes) et à la menace de mort (amazones) ; c’est un danger. Quoique la comparaison se fasse avec des divinités, inutile de faire de Šahin/Bašagić un grand mystique : l’auteur nous parle bien d’amour profane ici. On pense plutôt au poème « Vénus Anadyomène » de Rimbaud, qui exprimait toute l’ambiguïté morbide de la représentation de la beauté ; Bašagić est dans ce même schéma, mais inconsciemment.

  • 150 Là-dessus, voir la remarque de Duraković, Riječ i svijet, p. 41.

106Cette féminité participe de la sorcellerie. Elle envoûte celui qui tombe sous son charme : Nadir dépérit de jour en jour, comme si la vie se retirait de lui, sucée par Olga dont le corps devient, au fur et à mesure de l’histoire, de plus en plus évanescent, se réduisant à une lettre, puis à un entrefilet dans le journal pour annoncer sa mort. La comtesse, elle, s’impose par son corps, qui trouble Šahin à son contact et le dépossède de son moi, pour disparaître ensuite (rappelons-nous que Bašagić est musulman ; ce qu’un chrétien aurait vécu comme une tentation de la chair ne prend pas forcément de valeur morale chez lui150). Du coup, l’amour est mêlé de peur, comme Šahin l’exprime : « la jouissance aux lèvres, (…) une peur secrète à l’âme ». Le lent travail du désir épouvante Bašagić lui-même, d’où l’enchâssement narratif : c’est l’unique moyen de créer une instance de témoignage dans le drame solitaire et angoissant qui se joue, dans le « mystère » qui s’épaissit autour de la femme, pour reprendre les mots de Nadir.

107Le lecteur s’étonnera peut-être de la direction que prend cette analyse de la conception de la femme chez Bašagić. C’est que notre auteur se donne pour mission de peindre l’âme humaine. Il fait du roman psychologique, subjectif qui plus est : on n’a pratiquement qu’un seul point de vue qui s’exprime dans nos deux textes. Or, à chaque fois, la femme n’est pas narratrice, mais objet de la narration ; elle est vue par les yeux d’un homme. Sa valeur principale réside donc dans l’interaction masculinité-féminité.

108On peut aller plus loin : la subjectivité affichée du récit peut faire douter de la réalité objective de ces femmes. En effet, les deux récits se déroulent selon une structure narrative similaire d’enchâssement, ce qui provoque un trouble d’identité autour de la personne du narrateur et rejaillit sur l’ensemble des personnages. Nous allons donc voir le problème identitaire que suscite la femme chez Bašagić.

109En effet, dans ces deux histoires, un « je » s’exprime ; mais nous parle-t-on vraiment, à nous lecteurs ? Les héros racontent leurs aventures à des jeunes hommes qui se présentent comme les narrateurs premiers. Dans Premier amour, celui-ci est clairement identifiable à Bašagić, puisqu’il s’appelle Mirza ; dans Une héroïne moderne, on se doute que c’est Bašagić qui prend en note la narration de Nadir. Or, il n’est pas non plus tout à fait déplacé d’identifier Nadir à Bašagić et de voir dans le narrateur premier la seconde main – et la seconde voix – de l’auteur. Bašagić est en train de se raconter une histoire. On a exactement le même procédé d’emboîtement biographique et, en quelque sorte, « autonarratif », dans Premier amour. Le dédoublement difracte la voix pour en multiplier les échos et peupler l’univers narratif. D’autre part, la mise en scène de sa propre vie à laquelle procède Bašagić va plus loin : les femmes objet de désir adoptent beaucoup des traits de l’auteur-narrateur-personnage. La jeune Olga, censée être âgée de seize ans, s’exprime comme une femme de vingt-cinq ans, maîtrise une culture qui est celle du héros (et que partage Bašagić), enfin a un comportement aussi masculin que celui de Nadir peut parfois être féminin dans son héroïsme exalté et donquichottesque. De même pour la comtesse de Premier amour, créature édénique et sensuelle qui s’abrite derrière une ironie mordante et toute masculine.

  • 151 Qu’on songe par exemple à « Fille envoûtante… » ou à « Sur l’océan de la lumière », dans la dernièr (...)

110L’écrivain se met en scène de façon protéiforme ; chacun de ses personnages n’est qu’à peine grimé et renvoie quasi directement à lui. L’omniprésence du moi semble faire écho au surnom dont ses amis avaient affublé Bašagić : Bašaga, « le grand ağa », ce qui annonce un grand ego, un moi imposant. Comme tout écrivain, Bašagić s’est pour une part éclaté dans sa fiction pour donner vie à ses personnages, mais ceux-ci ne parviennent pas à s’individualiser tout à fait ; ils conservent des liens forts avec leur créateur. Que les polarités s’individualisent et se confondent tout à la fois nous rappelle que pour l’auteur, Orient et Occident ont pour vocation de se réunir dans la psyché bosno-musulmane, i.e. de Nadir/Šahin. Les contraires s’unissent dans la culture des héros. Or les deux civilisations sont ici psychologisées, très explicitement dans Une héroïne moderne, de façon très traditionnelle d’ailleurs : l’Orient, c’est le cœur ; l’Occident, c’est la raison. Ce point est récurrent dans nombre de ses compositions151. Même s’il ne l’explicite pas, Bašagić va probablement aussi loin que le discours accoutumé de son époque : en Orient, principe de féminité ; en Occident, masculinité. Il semble donc tout naturel que certaines confusions entre Olga et Nadir aient lieu, puisque Nadir, musulman bosniaque en qui se fondent Orient et Occident, abrite une dualité identitaire. Šahin par exemple se projette dans la comtesse dans ces termes : lui qui est un Oriental, il peut être faible face aux femmes – il peut être semblable à une femme.

111La circulation des signes sexuels s’exprime à un niveau narratif supérieur : Bašagić, qui écrit Une héroïne moderne et Premier amour quasi simultanément, a inversé les rôles homme-femme d’un récit à l’autre. Šahin tient le rôle d’Olga et Nadir celui de la comtesse. Dans ces récits, nous n’avons pas la relation de deux histoires, mais d’un événement global qui a été partagé en deux narrations distinctes.

112La perméabilité des identités se fait jour aussi à travers d’autres personnages, notamment dans Une héroïne moderne avec von Höller, le personnage dangereux dans les filets duquel s’est empêtrée Olga. Nadir exerce une fascination sur la jeune femme, mais sur son ravisseur également : il s’en attire la sympathie immédiate. Une fois que von Höller a compris que c’était Olga qui intéressait le musulman, alors que lui-même n’est guère intéressé par la jeune fille, il étale tout son mépris – sa nonchalance, dit le texte, au nouveau sigisbée. Celui-ci part sans lui dire au revoir : c’est le temps de la maturité affective, le temps de prendre en charge définitivement la jeune fille perdue, le temps de renoncer à attirer les hommes. À ce sujet, une invraisemblance narrative attire l’attention : von Höller est un détective qui pourchasse Olga ; on parlerait aujourd’hui de perversion, de harcèlement sexuel. Mais il abandonne sans aucune motivation sa proie, tout d’abord à l’établissement Stalehner pour un groupe d’amis, puis dans la rue pour disparaître dans l’anonymat urbain. En réalité, von Höller est un personnage vide de tout désir qui cherche, à travers une multiplicité de contacts, à être désiré. Si donc il se montre si sympathique au moment de la rencontre, c’est que Nadir éprouve une forte sympathie pour lui. Seule la parole féminine d’Olga parviendra à détacher le musulman de l’Autrichien.

  • 152 Anzieu, Le moi-peau, passim.

113La femme en devient une figure de guide pour la conquête du moi. Mais son ambiguïté est morbide : elle se dérobe, alors qu’elle représente l’unique solution de salut pour les héros. Ainsi la relation que ceux-ci entretiennent avec elle participe de l’œdipe sadique : Šahin croit d’abord que la comtesse prend un malin plaisir à faire rougir ce jeune dandy bosniaque, et imagine qu’elle joue avec lui comme une gouvernante avec un enfant bien élevé ; son moi est entre les mains de sa déesse. Nadir, quant à lui, a pris sous son aile paternelle la jeune Olga, dont le moi jouit en la présence de son sauveur. C’est dans cette perspective qu’on peut réinterpréter une expression bosniaque qu’utilise Bašagić à un moment crucial de sa narration : après sa méprise aux sources de la Bosna, Šahin désire « disparaître sous terre » devant la comtesse « comme un condamné ». L’expression originale est « je serais sorti de ma peau ». Que le thème de la punition soit ici lié à celui de la peau n’est guère anodin lorsqu’on a à l’esprit les analyses du psychanalyste Didier Anzieu (1923-1999) sur le moi-peau : dans les troubles de nature sado-masochiste, le moi dépourvu d’enveloppe contenante ne sent plus ses limites et éprouve le besoin de les retrouver dans la douleur, ce qui sera simultanément source de réconfort car la personne aura enfin trouvé sa définition, sa forme152. D’où l’impression mitigée de la relation, sur les lèvres de Šahin, entre « plaisir ou déplaisir », entre souffrance et jouissance.

  • 153 Il me semble tout autant aberrant d’analyser un poème de Bašagić en y montrant l’ironie. C’est pour (...)

114Finalement, en dépit de structures narratives enchâssées prêtant à l’ironie, rien n’est plus absent de la prose bašagićienne que la possibilité d’une double lecture153. L’intérêt est ici celui d’une remise en question du sujet aimant : outre des histoires d’amour, outre des histoires d’étudiants viennois, Bašagić conte dans ces deux morceaux de prose sa propre histoire et les hésitations qui l’habitent. Le moi surabonde, éclabousse l’univers et le fait vaciller.

  • 154 Sur le prestige et le rôle politique de la noblesse à l’époque, voir Vocelka, « Adel und Politik », (...)

115Le trouble intime recoupe le trouble social. La conquête de l’être aimé s’apparente à la quête d’un idéal social qui se dérobe sous les coups des héros. Stagnant dans un marasme affectif et une absence de définition intime, Nadir et Šahin rêvent à la stabilité de la noblesse viennoise, corps historique qui donne forme à la nation, et objet de fantasmes qui les repousse sans cesse à leur propre image154. Ainsi de Nadir, qui est tout heureux de lire, dans une lettre, le jugement de la tante d’Olga : « Ce jeune homme me fait davantage penser à un chevalier médiéval qu’à un galant moderne. » On se souvient à ces mots de ce que Hans Sachs a dit de la vie viennoise de cette époque :

  • 155 Sachs, Freud, p. 28.

« Nobel » était un vocable de haute louange pour tout ce qui était chic, élégant, séduisant, désirable. On s’ingéniait à s’habiller et à agir de façon à être pris pour un membre de l’aristocratie, ou du moins pour pouvoir croire en la possibilité d’être pris pour l’un d’eux. Le seul moyen de faire illusion était de donner de gros pourboires, de dépenser son argent « comme un cavalier », même si l’on habitait dans un intérieur plus que modeste. (…). Cette passion pour le pourboire était révélatrice des conceptions médiévales de l’époque. Avoir une obligation envers un inférieur était considéré comme normal pour les roturiers, mécaniciens ou commerçants. Pour quiconque appartenait à la noblesse, cela aurait été humiliant. (…) Cette fiction « chevaleresque » anachronique saturait la vie de Vienne (… )155.

  • 156 « L’amour, c’est la vie ! / C’est tout ce qu’on regrette et tout ce qu’on envie, / Quand on voit sa (...)

116Les deux amants d’Une héroïne moderne utilisent le français pour s’exprimer leur amour ; dans ce détail, c’est moins la référence romantique à Hugo qui compte que la réalité aristocratique viennoise : dans les salons, on prisait beaucoup le français, langue de l’amour et des mœurs élégantes. Langue du désir envers la femme et la noblesse pour Bašagić156. Notre auteur, alias Nadir, vivait dans le désir de paraître « nobel », et si dans les veines de la jeune fille qu’il aime ne coule pas de sang bleu, elle en a reçu toute l’éducation – noblesse spirituelle que la bourgeoisie, faute de mieux, proposait comme modèle de noblesse. De même, que Šahin s’essaye à séduire une comtesse n’est pas anodin : il s’agit de conquérir, par la noblesse de ses pensées, un corps noble. Où se placent-ils eux-mêmes ? Les deux jeunes hommes sont des beys, des « nobles » musulmans, qui rêvent de s’égaler, en un rêve bourgeois, à la noblesse reconnue par la hiérarchie du pouvoir – l’aristocratie autrichienne.

117L’image des deux jeunes femmes en Vénus Anadyomène fait songer au poème « À Voltaire », où Bašagić avait utilisé cette même métaphore pour signifier la « nouvelle idée » qui avait émergé du sang versé par la Révolution française. La noblesse telle que se l’imagine notre bey se pare des atours de l’aristocratie libérale des Lumières.

118À proprement parler, Olga et la comtesse incarnent un rêve. Ainsi le tableau d’Olga rêvant devant un paysage idéal de fin de journée relève d’une peinture symboliste, aux postures figées. Tout un passage du roman inachevé est d’ailleurs consacré à une évocation du monde des rêves. De même, Šahin tombe en pleine rêverie devant le spectacle de la nature aux sources de la Bosna ; et l’apparition de la comtesse sur les eaux se situe aux confins de la réalité et de l’imaginaire, sans que rien dans le texte ne nous permette de les départager. L’envahissement du monde intérieur dans la réalité signifie le débordement du désir social dont les femmes font l’objet.

119En conclusion, disons que la femme représente pour Bašagić un objet de conquête qui l’ennoblira. Sa croisade féministe a donc une portée civilisatrice importante, dans son agressivité même. Le tableau est malheureusement incomplet : que serait-il advenu d’Olga ou de la comtesse une fois possédées ? Nous n’en savons rien ; et si Bašagić se bat pour une réhabilitation sociale de la femme musulmane, il ne propose aucune autre solution concrète pour l’avenir, que la politesse.

3. Historien renommé

  • 157 S. R.-Bašagić, « Naši pjesnici na istočnom parnasu », Nada 4 (1898), 5 (01/03), p. 75-76 [Hillmi Os (...)

120De même que le moi bašagićien dévore tout sur son passage, de même le moi bosno-musulman, sous sa houlette, se dissémine partout. La veine patriotique s’épanche de plus en plus alors ; il fait suivre ses traductions d’auteurs bosno-ottomans de notules suggestives. Par exemple, l’un des auteurs représentés était selon lui inspiré par « un tendre amour et un désir profond envers sa terre natale157 ». Son esprit en devient obsédé, ce qu’exprime son grand travail philologico-historique de 1898.

  • 158 Safvet beg R.-Bašagić, « Naše zvijezde na istočnom parnasu », Nada 4 (1898), 11 (01/06), p. 170-171
  • 159 Cette volonté est explicitement exprimée dans l’introduction à sa thèse (Safvet-beg Bašagić, Bošnja (...)

121Toujours enthousiaste et lanceur d’idées, l’étudiant proposa, dans un article publié par la rédaction de Nada, d’organiser le travail de traduction à l’échelle de la province en en appelant à tous les « patriotes qui respectaient le souvenir de leurs ancêtres » : ils n’avaient qu’à lui prêter tout ce qu’ils possédaient d’écrit par des auteurs bosno-ottomans de confession musulmane, et il s’efforcerait de les traduire et d’écrire leur biographie158. Le projet a une caractéristique : il se bâtit sur une étude des sources écrites159. Dans son étude sur le firman des Čengić, Bašagić savait mal encore les concilier avec la tradition ; nous allons tout de suite voir qu’il les exploite également de façon maladroite – voire erronée.

  • 160 « Iz kiraethane », Sarajevski list 10 (1897), 105 (5/09), p. 2 ; Selim, « Naredba sarajevske kiraet (...)

122Quoiqu’on n’en ait pas conservé de trace précise, c’est en effet ce qui ressort des trois conférences qu’il donna en mars 1898 au Cabinet de lecture musulman (kiraethana) de Sarajevo. La kiraethana venait de se refaire une peau neuve : fin 1897, les bâtiments avaient été rafraîchis, l’ancien bureau avait été remplacé (Ibrahim Bey, notamment, n’en faisait plus partie), on avait aéré l’ambiance de café du commerce par un accès régulé, et repris des cycles de conférences publiques le jeudi soir160.

  • 161 « Muhamedanac – prvi doktor », Sarajevski list 21 (1898), 19 (16/02), p. 2 ; « Čestitka k promociji (...)
  • 162 Dans l’introduction à sa thèse, Bašagić place cet événement dans sa seconde année d’études, mais ce (...)
  • 163 « Predavanje u kiraethani », Bošnjak 8 (1898), 6 (10/02), p. 2 ; « Predavanja u kiraethani », Saraj (...)

123Dans la capitale bosniaque, les étudiants musulmans de Vienne étaient à l’honneur : début février, l’un des frères Defterdarović venait d’être promu au rang de docteur en droit, et outre celles du poète Bašagić, avait eu le droit à des félicitations publiques161 ; Safvet-beg avait été jugé digne de prendre place parmi les orateurs de la kiraethana, où avaient été organisées des conférences ayant pour thème l’histoire de la Bosnie-Herzégovine162. Du 3 au 17 février, le premier des conférenciers avait été, pour la préhistoire, la période antique et le Moyen âge, Kosta Hörmann ; Ibrahim Bey avait assisté à l’événement. La presse relevait surtout que Hörmann avait parlé d’islamisation : juste avant la venue de Mehmed II dans leur pays, tous les Bosniaques, et surtout l’aristocratie, avaient adhéré au bogomilisme et s’étaient presque tous convertis à l’islam par la suite163.

  • 164 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 17.

124Le 3 mars, c’était au tour de Bašagić fils de prendre la parole. Ce séjour à Sarajevo avait été possible parce qu’on était alors en période de vacances scolaires164. Il était libre de son temps et son public aussi. En effet, on était en plein ramadan et si les conférences, qui avaient lieu le soir, attiraient du beau monde parmi les fonctionnaires de la Monarchie, des musulmans y participèrent dans un esprit moins mondain, plus religieux peut-être. Ils vinrent pour entendre le passé glorieux de leurs coreligionnaires et compatriotes. Aux trois conférences était entre autres présent, pour les Austro-hongrois, Kutschera, Civiladlatus de la province, et l’homme qui concentrait entre ses mains le pouvoir effectif du gouvernement territorial.

  • 165 [Anonyme], « Predavanje u kiraethani », Bošnjak 8 (1898), 10 (10/03), p. 2-3 ; [Anonyme], « Die Vor (...)

125D’une élocution fluide, le jeune bey fit d’abord un exposé des premiers temps de l’islam et son développement jusqu’à Mehmed II ; il expliqua ensuite les raisons pour lesquelles ce sultan avait si facilement conquis la Bosnie, réfutant ceux qui y voyaient une conséquence de la poltronnerie de ses habitants. C’était plutôt la discorde permanente des grands, dont la foi bogomile suscitait les persécutions des rois eux-mêmes, ainsi que le pouvoir royal affaibli qui avaient livré les clefs du pays aux Ottomans. Ainsi, 36 000 familles « patarènes » passèrent en un seul jour à l’islam à Jajce. La situation en Herzégovine était toute différente : les bogomiles n’y avaient pas été inquiétés par le duc Étienne, et la résistance à l’envahisseur y avait été bien plus tenace. Après avoir dénoué ce nœud gordien de l’histoire bosno-herzégovinienne, Bašagić peignit la gloire des Bosniaques islamisés : ils s’illustrèrent dans la conquête de la Hongrie, de la Croatie, de la Carniole, de la Styrie, et poussèrent jusqu’à Venise. Il termina cette première partie sur la prise de Sziget (en Hongrie), après avoir mentionné les noms des grands vizirs originaires de Bosnie-Herzégovine165.

126Avant de continuer la présentation des conférences suivantes, il est nécessaire d’expliquer le chiffre 36 000 : dans « De la noblesse bosniaque », Bašagić avait parlé de trente mille familles islamisées en un seul jour. Comment le nouveau nombre a-t-il bien pu apparaître ? Ou bien c’est une erreur du typographe, ou bien c’est une erreur de lecture commise par Bašagić lui-même. Le second cas semble le plus plausible, pour deux raisons : tout d’abord, le « 6 » est plus proche du « 0 » lorsqu’il est manuscrit ; ensuite, dans ses articles ultérieurs, Bašagić écrira indifféremment 30 000 ou 36 000.

  • 166 [Anonyme], « Die Vorträge in der Kiraëthana », Bosnische Post 15 (1898), 57 (18/03), [pagination no (...)
  • 167 [Anonyme], « Die Vorträge in der Kiraëthana », Bosnische Post 15 (1898), 63 (25/03), [pagination no (...)
  • 168 [Anonyme], « Sarajevo, 24. marta. (Predavanje u kiraethani) », Bošnjak 8 (1898), 12 (24/03), p. 2.
  • 169 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 17.
  • 170 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », Spomenica..., p. 38.
  • 171 « Bezi i age nekada i sada », Bošnjak 8 (1898), 12 (24/03), p. 1 (édito) et numéros suivants.

127Le 17 mars, la seconde conférence déroula les événements de façon plus factuelle jusqu’en 1650 ; mais une pointe de fierté patriotique se faisait encore jour, par petites touches exacerbées : ainsi, au xvie siècle, les Bosniaques avaient conquis la Crète et y avaient tenu garnison durant vingt ans166. Le jeudi suivant, l’exposé de Bašagić embrassait la période de 1650 à la « soumission de la noblesse bosniaque par Ömer Paşa Latas167 ». Mais parmi les musulmans de Sarajevo, on était d’opinion que ce tableau historique dans son ensemble revêtait une signification extrêmement importante, parce qu’il révélait l’unique historien de la période bosno-ottomane qui fût en vie : certes, on avait l’histoire de l’Astronome (Muvekkit), mais elle n’était pas bien achevée ni publiée. Et puis, elle avait été rédigée en turco-ottoman. Or, Kutschera, après avoir assisté aux trois conférences, avait déclaré avoir été très intéressé et qu’il fallait les imprimer en même temps que celles de Hörmann168. D’après Bašagić lui-même, Kutschera lui promit également de le nommer conservateur adjoint du Musée territorial après la fin de ses études169 : grâce à sa connaissance des langues orientales et à sa méthode historique, il saurait donner dans cet établissement sa pleine dimension à l’étude du passé de la Bosnie-Herzégovine170. Par ailleurs, ces trois conférences eurent pour effet immédiat de susciter des discours pseudo-historiques dans Bošnjak, où l’on exposa la situation des beys et des agas, leur rôle dans le passé bosno-herzégovinien, leur puissance économique mise en danger, la nécessité, pour les musulmans, de se scolariser et d’embrasser la modernité171. Bref, Bašagić suscita l’enthousiasme. Les Bosniaques musulmans avaient un passé glorieux, ce qui prouvait que l’avenir pouvait être radieux.

  • 172 IAS BS – 154, deux lettres de Vranjušić (l’une de Makarska, le 03/12/1897 ; l’autre sans lieu ni da (...)

128Grâce au recoupement de dates, on peut être sûr que l’un des succès de Bašagić à ces conférences fut l’exploitation d’une source ottomane totalement inconnue à ce jour, L’histoire de l’odjak des janissaires, qu’il interprétait pour corroborer la thèse de l’islamisation massive des Bosniaques lors de l’arrivée de Mehmed II en Bosnie-Herzégovine. C’était l’un de ses camarades de l’université à Vienne, Vranjušić (par ailleurs inconnu ; peut-être l’hypocoristique du patronyme Vranyczany/Vranjican), qui la lui avait envoyée début décembre 1897. Bašagić lui avait répondu en soulignant que ce document revêtait une « importance capitale » pour l’histoire de son pays. Vranjušić l’informait que son père voulait absolument le récupérer, mais montait tout un petit mensonge pour que le bey puisse le conserver ; l’unique volonté de Vranjušić, qui était Dalmate (de Makarska), c’était que Bašagić indiquât, lorsqu’il publierait la traduction du document, que celui-ci avait autrefois appartenu à Stjepan Ivičević (1801-1871), homme politique dalmate bien connu, proche de Strossmayer et de ses idées172.

  • 173 Anonyme, « Sarajevo, 24. marta. (Predavanje u kiraethani) », Bošnjak 8 (1898), 12 (24/03), p. 2.
  • 174 Mulabdić, « “Behar” », p. 103.

129L’histoire de l’odjak des janissaires ne prouve en rien l’islamisation massive des Bosniaques, ni encore moins que la foi qu’ils abjurèrent était le bogomilisme. Mais dans la rhétorique du jour, c’était l’interprétation qu’on lui donnait. Et Bašagić de resservir son histoire, lue on ne sait où, des 30 000 familles converties en un seul jour173. Puisque ces déclarations publiques favorisaient les vues que le gouvernement territorial tentait d’enraciner chez ses administrés, il fut entouré d’honneurs ; c’est à partir de cette époque qu’on le connut véritablement comme historien dans la province174.

  • 175 IAS BS – 171 (carte postale de Resa Kowarzik du 06/04/1899) et BS – 157 (lettre de Franja [Faučarna (...)
  • 176 Sur les liens entre Hörmann et Thallóczy, voir Kolar-Dimitrijević, « Savjetnik Kosta Hörmann », p.  (...)
  • 177 IAS BS – 111, lettre de Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 20. XI. 1898. Cette lettre a été en parti (...)

130Ces conférences ont été le fruit du travail que Bašagić fournit à Vienne, qui se poursuit jusqu’en 1899 : au-delà de ses errances urbaines, de ses amours et amourettes – qui se poursuivent, comme en témoignent deux lettres du printemps 1899175 –, il travaille régulièrement à la bibliothèque Palatine et note tout ce qui concerne les poètes et hommes d’État bosno-ottomans. Apparemment, Bašagić n’est en contact avec aucun des bibliothécaires, ni là-bas, ni à la bibliothèque de l’Académie orientale (il ne devait donc plus suivre les cours de Wahrmund, ou ne pas être en liens particuliers avec lui). Comme on n’obtenait absolument rien à l’époque sans recommandation, Hörmann lui indique en novembre 1898 qu’il peut se présenter de sa part chez le conseiller d’État et historien Ludwig von Thallóczy (1856-1916), qui l’introduira auprès de responsables de ces institutions176. Cela lui permettrait d’emprunter tous les livres qui lui seraient nécessaires. Hörmann ajoutait que Thallóczy pourrait l’aider dans la mesure où il savait beaucoup de choses sur l’histoire de la Bosnie-Herzégovine à partir de 1463. À cette même date, Bašagić songe, tout en préparant les examens marquant la fin de son cursus universitaire, à préparer son Rigoroz, examen préliminaire à la présentation d’une thèse – que Bašagić veut présenter dans le groupe des « langues islamiques »177. Aurait-il donc eu l’intention de présenter sa thèse en 1900, ou l’année suivante ? Les renseignements manquent à ce sujet.

  • 178 IAS BS – 157, lettre de Jelić à Bašagić, de Zadar le 18/03/1899 ; voir également Milićević, « O Mir (...)

131Hörmann ou Kutschera ne sont pas les seules voix qui poussent Bašagić à poursuivre dans les études historiques. Ayant probablement entendu parler de lui par les journaux, Luka Jelić (1863-1923), un historien dalmate, avait cherché à entrer en contact avec lui à la fin 1898, par l’intermédiaire d’un de ses amis sarajéviens (Vejsil Ćurčić). Bašagić avait finalement écrit, et Jelić, en mars de l’année suivante, lui répondit alors en détaillant tout le travail de rangement et de catalogage que nécessitait la collection orientale des archives de Zadar. Plusieurs centaines de documents demandaient à être traduits, car on ignorait ce qu’ils contenaient ; Alfonzo Pavić de Pfauenthal, vice-président de la lieutenance, avait à cœur qu’on les déchiffrât. Jelić allait plus loin : il s’agissait d’embaucher Bašagić aux archives pour mener à bien l’affaire. Il prévoyait que cela s’arrangerait pour l’après-Pâques (le 2 avril). En même temps, il proposait au bey, d’un ton enthousiaste, de composer ensemble « l’histoire de la souveraineté turque dans nos régions » une fois que le bey serait venu le voir178.

  • 179 IAS BS – 111, lettre de Kosta Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 20. XI. 1898 ; Zaplata, « Silvije S (...)
  • 180 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića.

132Il était temps en effet de rentrer pour gagner sa vie : de novembre 1898 au mois de mai suivant, il est sans le sou et demande des avances au comité rédacteur de Nada179. Cette situation se prolongera très probablement jusqu’au mois de juillet, durant lequel il passa, et obtint, ses examens d’État180.

4. Discrétion des idées pro-croates

133La conversation avec Radić, en 1897, avait suffisamment exprimé la défiance de Bašagić face à une idéologie croate trop prononcée. Ses deux dernières années d’études à Vienne accentuèrent ce penchant : sans se faire l’ennemi d’une Croatie indépendante, désormais il concentre toujours plus toutes ses forces à la construction de l’identité bosno-musulmane.

  • 181 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897 ; Martinović, « Ivan A. M (...)

134Son investissement explicite du côté croate fondit progressivement. Ainsi Bašagić accepta-t-il que quelques vers de son poème sur la langue croate apparussent sur le frontispice du journal starčeviste qu’à l’été 1898, Hadžić et Milićević lancèrent à Mostar sous le nom d’Osvit (L’Aube). Le projet en remontait à l’été 1897, et Hadžić s’était montré très actif dans la recherche de soutiens politiques et religieux, allant jusqu’à solliciter une entrevue avec l’évêque catholique de Mostar, Paškal Buconjić (1834-1910), qui lui fut accordée et au cours de laquelle le prélat se montra très favorable au projet. Se cantonnant à son rôle de prête-nom, Bašagić ne fit pas partie des enthousiastes à la sortie du journal, et Ivan Milićević, rédacteur en chef avec Hadžić, ne mentionne dans ses souvenirs que le nom d’Adem Ağa Mešić parmi leurs supporters musulmans. C’est que Hadžić gagnait toujours plus en assurance et devait se montrer passablement arrogant, en tous cas insupportable pour l’aile beylicale du parti croate musulman, comme le faisait alors remarquer Defterdarović181.

  • 182 Dyck était accompagné de Maks Hájek (1835- ?) et František König (1853- ?), deux autres députés jeu (...)
  • 183 On ne trouve rien à ce propos chez Agićić, « Susreti Hrvata », p. 307-308 ; Agićić, Hrvatsko-češki (...)
  • 184 « U Mostaru, 12. travnja », Osvit 2 (1899), 30 (12/04), p. 4 ; article repris tel quel par Kraljaći (...)

135Réserve, donc. De ce point de vue, on opposera les conférences données à la kiraethana et la dernière grande manifestation de croaticité que donna Bašagić lors de son séjour viennois. Au printemps 1899 sortit en Bohême une brochure intitulée Vingt ans d’action culturelle (Dvacet let kulturní práce) qu’avait rédigée un groupe de députés jeunes-tchèques du parlement autrichien sous la férule d’Emanuel Dyck (1852-1907)182. Ils avaient voyagé en Bosnie-Herzégovine, et suivant leurs affirmations, on peut penser qu’ils furent en contact avec Hadžić, Bašagić ou des personnes de leur entourage183. En effet, après avoir affirmé que la Bosnie et l’Herzégovine étaient des terres croates, ils insistaient sur le fait que les musulmans, du fait des guerres contre le Monténégro et les orthodoxes en général, se sentaient plus proches des catholiques, qui dans ces circonstances avaient conservé une position neutre ou même leur étaient venus en aide. Les familles se souvenaient de cette sympathie, et l’on pouvait penser qu’au réveil de sa léthargie politique, qui ne tarderait pas, la masse musulmane s’orienterait du côté croate184.

  • 185 « Mladočeski zastupnici o Bosni i Hercegovini », Osvit 2 (1899), 31 (15/04), p. 1-2 ; « Za istinu i (...)

136Les affirmations de Dyck provoquèrent un tollé au sein du club jeune-tchèque de Vienne et de Prague, qui en publia une critique très négative dans son organe, Narodní Listy (Journal national). La plupart des Tchèques suivaient en effet la ligne pro-serbe de Tomáš Masaryk (1850-1937). Zvonimir prit Dyck sous sa protection ; des réunions eurent lieu et, le 19 mai, on rédigea des protestations contre ses adversaires qu’on envoya à Narodní Listy, aux clubs jeune-tchèque et croate du Parlement, ainsi qu’à chaque député en particulier. Elles étaient paraphées de trois signatures, dont Abduselam-beg Hrasnica (en tant que président de Zvonimir) et Bašagić, qui étaient à l’origine de la réaction185.

137Ce dernier signe vers la Croatie marque la solution de continuité des manifestations continues de sympathie pro-croate. Au contraire, les conférences à la kiraethana furent appelées à un florissant avenir. Ces années 1898-1899 marquent ainsi une transition durable : pour Bašagić, il est possible de penser la Bosnie-Herzégovine comme un tout cohérent au sein même de la Croatie. En d’autres termes, et quoiqu’il ne l’ait pas encore formulé, se met en place à la fin des années 1890 l’idée que sa province s’est historiquement constituée en corpus separatum de la Croatie, et qu’elle existe sui generis grâce à l’identité musulmane – voire, au-delà, de l’identité « bogomile ».

  • 186 ABiH LR Präs., 1898/3674, du 28. XI. 1898. Rapport sur la plainte qu’a déposée Ibrahim Bey parce qu (...)
  • 187 Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 279.
  • 188 Mirza Safvet, « Hercegovče. Sestri u spomenar », Pobratim 9 (1898-99), 14 (14/03/99), p. 313.
  • 189 IAS BS – 149, seconde lettre, de Tevfik à Safvet, Bijeljina le 15/02/1933 ; Mešić, « Sjećanje na Sa (...)
  • 190 Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 279.

138Avec l’exil, la vie familiale s’était resserrée. On pouvait y goûter l’âme du pays. Adem-aga Mešić, qui maintenant fréquente régulièrement les Bašagić, rapporte qu’il était étonnant de voir la bonne manière dont usait Ibrahim Bey avec ses enfants : il conversait avec eux comme avec des amis, et on voyait au premier coup d’œil qu’il les aimait, qu’il était très satisfait d’eux. Une pièce d’archives montre qu’il veillait à ce que la famille fût respectée par tous, y compris les autorités austro-hongroises186. Point d’oppression paternelle, comme souvent à cette époque et dans cette région. Toujours selon Mešić, le chef de famille avait un préféré : son aîné, à qui « il accordait une attention particulière, savourant la façon qu’il avait de raconter les choses187 ». Et l’aîné le lui rend bien, on l’a vu par un poème qu’il écrivit en juillet de cette année-là sur ses idées politiques (dont on a pu lire de larges extraits plus haut) ; il renouvellera l’expression de son affection filiale en 1899188. Les frères aussi s’entendaient très bien : la lettre d’Ana Bezdekova indique que l’un d’entre eux était venu visiter Safvet-beg à Vienne ; plus tard, celui-ci monterait bien des projets avec son cadet Teufik, et une lettre de ce dernier, écrite en 1933, témoigne qu’une affection particulière liait Safvet-beg au benjamin de la fratrie, Muhamed-beg189. La bonne entente de la famille attirait rue Kečina de nombreux et assidus amis, ainsi que Riza-beg Kapetanović, gendre d’Ibrahim Bey, hâbleur invétéré, qu’Adem-aga Mešić rencontre souvent là-bas190.

5. Conclusion

139Que conclure de ces années viennoises ? Bašagić y a mûri sa vocation d’historien et d’homme de lettres. Dans la capitale impériale, il a côtoyé une vie culturelle intense, s’est initié à des méthodes de travail jusque-là insoupçonnées et a pu fréquenter de riches bibliothèques. Bien que ces nouvelles connaissances soient encore maladroitement maîtrisées, il revient à Sarajevo avec un bagage scientifique qu’aucun de ses coreligionnaires ne possède.

140Vienne a également vu le relâchement de ses mœurs. Une des conséquences indirectes en a été son infection syphilitique ; une autre, l’errance affective qui perce à travers deux textes parallèles fortement marqués par l’ambiance viennoise et le monde autrichien. Il est probable que ce nouveau train de vie l’a amené à approfondir son laïcisme : il s’est éloigné d’un pouvoir religieux très présent dans sa province natale et l’a critiqué, notamment pour son hypocrisie morale, il a côtoyé des amis catholiques. La nation bosno-musulmane, étrangement allégorisée sous les traits d’une femme protéiforme, se centre désormais sur sa « noblesse » ; le beylicat est son moteur historique ; et la religion cède le pas à la classe sociale dans la définition du corps national.

141Pour autant, Bašagić n’a pas fixé de théorie et est en passe d’évoluer dans sa nouvelle situation, en Bosnie-Herzégovine. De plus, l’éloignement du giron natal l’a empêché de concrétiser ses intuitions culturelles. Vienne est une phase préparatoire, et la mise en place du nationalisme bosno-musulman débutera seulement à son retour à Sarajevo, en été 1899.

Notes

1 IAS BS – 150, lettre d’Ante Tresić-Pavičić à Safvet-beg Bašagić, de Zagreb ; Ante Tresić-Pavičić, « Bosna i Hercegovina. Putopisne crtice », Dom i svijet 9 (1896), 10 (15/06), p. 184-189. Les détails sur Dolac ont été donnés par Enisa Bašagić Knežić en été 2004. Voir en prolongation im. [pseudonyme d’Osman Nuri Hadžić], « Novo djelo dra. Tresića », Hrvatsko pravo 1 (1895), 45 (24/12), p. 3. Ce récit de voyage n’apparaît malheureusement pas dans Ante Tresić-Pavičić, Pjesme, 1963.

2 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66 ; Kreševljaković, « Život dr. Safvetbeg Bašagić-Redžepašića », p. 272 ; Sarić, « Život i rad », p. 49.

3 Ante Tresić-Pavičić, « Bosna i Hercegovina. Putopisne crtice », Dom i svijet 9 (1896), 9 (01/06), p. 168.

4 Mirza Safvet, « Istočni Parnas », Nada 1 (1895), 17 (01/09), p. 332-333.

5 Malheureusement, ce sujet reste totalement inexploité dans la littérature qui est à ma disposition.

6 IAS BS – 177, lettre d’un anonyme à Safvet-beg Bašagić, de Vienne le 9 septembre 1895.

7 Marijanović, Fin de siècle, p. 168.

8 IAS BS – 174, photographie de Gyula Schroeder et de son épouse Louise, dédicacée du 1er juin 1899 (« Schwabo und Schwabitza, Ihrem lieben Bašaga. Als Erinnerung an viele heitere Stunden ») ; NSK, Fonds des manuscrits, R. 7134 b, Bašagić à la rédaction de Mladost, de Vienne le 16/03/1899 ; Une héroïne moderne (voir en annexe). C’est Enisa Bašagić qui m’a dit que son père avait habité chez ce gynécologue durant quelques années (mais pas les quatre ans que dura le séjour viennois). Je ne suis pas parvenu à l’identifier : mais c’est peut-être le personnage que décrit B. Bugyi dans « Gyula Schröder (1866-1918) », Orv Hetil 107 (1966), 41 (oct.), p. 1956 (en hongrois).

9 Besarović, Iz kulturne, p. 23 ; Kreševljaković, « Život dr. Safvetbeg Bašagić-Redžepašića », p. 272 ; Une héroïne moderne (voir en annexe).

10 Džaja, Bosna i Hercegovina u austrougarskom razdoblju, p. 165-167.

11 IAS BS – 177, lettre d’Ibrahim Bey à Safvet-beg, de [Sarajevo] le 28 novembre 1895. Voir la traduction en annexe.

12 Mirza Safvet, « Iz velegrada », Vienac 27 (1895), 47 (19/11), p. 746. Voir également la version originale du poème (HAZU, Département de littérature, fonds de correspondance de Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić). Ce poème ne peut être dédicacé à Milivoj Dežman, comme pourrait le faire penser sa présence dans le fonds de correspondance de celui-ci, car Dežman était alors à Vienne.

13 Le Rider, Modernité viennoise, p. 20-1 ; Bettelheim, Vienne 1880-1938, passim. Si Bašagić ressentait un tarissement de son inspiration, ce n’était par pour les mêmes raisons qu’un Franz Grillparzer, pour qui Vienne était « la Capoue de l’esprit, où la vie, devenue une sorte de poème, affaiblit l’impulsion créatrice du poète. »

14 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić. Voir aussi la dernière strophe du poème en allemand que Bašagić composa durant la période viennoise : « Pauvre Mirza, pauvre Mirza ! / Je dois chanter en une langue étrangère / Et toujours renoncer à tous les droits de l’amour / Parce que je suis musulman » (Misli i čuvstva, p. 134).

15 « Brzojavi. Beč, 19. studenoga », Hrvatsko pravo 1 (1895), 15 (19/11), p. 2.

16 « Hrvatsko akad. društvo “Zvonimir” », Hrvatsko pravo 1 (1895), 7 (09/11), p. 4.

17 Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 202-203. Les frères Defterdarović étaient fortement impliqués dans le parti du Droit, ainsi qu’en témoigne un insert tout à fait exceptionnel dans Hrvatsko pravo en 1896 (« Osobne viesti », Hrvatsko pravo 1 [1896], 126 [02/04], p. 2).

18 IAS BS – 98, Ivan Dežman à Safvet-beg Bašagić, de Vienne le 21/05/1895. Contrairement à ce que dit Davor Kapetanić, Dežman ne semble pas avoir eu l’intention de ratisser large en faisant appel à la génération romantique (« Književni rad », p. 389).

19 Sur le romantisme anti- « turc » en Croatie, voir Jelćić, Povijest hrvatske književnosti, p. 89-116. Pour une remise en contexte sur l’orientalisme dans la Monarchie, voir Haja et Wimmer, « Les Orientalistes », p. 178-187. Pour une étude qui malheureusement ne se prête à aucune généralisation, voir Berman, Orientalismus.

20 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, carte de visite du 19/06/1895. Bašagić a très probablement mal daté sa correspondance : il indique qu’il a préparé et obtenu sa maturité ; or, tous les documents officiels montrent que les résultats tombèrent le 28 juin. Il faut donc que : 1) il se soit trompé de mois, ou 2) il ait daté selon le calendrier julien, encore en cours chez les orthodoxes de Bosnie-Herzégovine à l’époque. La première éventualité semble la plus probable. Voir aussi Marijanović, Fin de siècle, n. 31 p. 150.

21 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, lettre de Bašagić à Dežman, le 22 février 1896 ; Kapetanić, « Književni rad », p. 392, n. 48 ; Marijanović, Fin de siècle, p. 63 et n. 49 p. 77. Le projet de ce nouvel almanach, auquel on ne sait pas si Bašagić participa, échouera lui aussi, à cause du lancement de Novi viek.

22 Je rejoins donc la thèse de Vida Flaker, pour qui le mouvement moderne commença véritablement au moment des événements d’octobre, la moderna lui succédant nécessairement dans le temps (en janvier 1896 donc). Voir Flaker, Časopisi, p. 8-16.

23 À ce sujet, consulter Matl, « Wien », p. 376-391. L’article est malheureusement trop général lorsqu’il s’agit de traiter de Bašagić.

24 Dans une lettre à Dežman, Bašagić lui demande de transmettre ses amitiés à Iso [Velikanović]. Voir HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, lettre de Bašagić à Dežman, le 22 février 1896.

25 IAS BS – 142, Stjepan Radulović et Dušan Nikolajev Plavšić à Safvet-beg Bašagić, de Vienne [janvier 1896]. Cette lettre indique que la réunion était prévue pour le 1er février à 16 heures, mais les annexes de Stanislav Marijanović sont formelles sur la date à laquelle fut constitué ce conseil littéraire (Marijanović, Fin de siècle, p. 168). À propos de ses liens avec Jelavić, un article de ce dernier n’apprend malheureusement rien (Vjekoslav Jelavić, « O nacionalnom radu », 172 [14/07], p. 2).

26 Milićević, « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 286.

27 On peut penser qu’il y avait environ 1 000 étudiants en « philosophie » vers 1895 (748 en 1890 – 1273 en 1900) ; la majorité était composée de juristes. Voir Gary B. Cohen, « Die Studenten der Wiener Universität von 1860 bis 1900. Ein soziales und geographisches Profil », in Plaschka et Mack (éds), Wegenetz II, p. 292.

28 IAS BS – 167, Hans v. Mžik à Bašagić, de Vienne le 17. III [pas d’année]. Dans cette lettre, Mžik annonce qu’il a décidé de soutenir un doctorat sur le vizirat avec pour directeur Karabaček, mais que ses recherches sur ce sujet doivent pour l’instant céder le pas à d’autres. Il défendit sa thèse sur l’institution du vizirat chez les Arabes en 1903 (Alker, Verzeichnis, n° 2882).

29 Richard Meister, « Die philosophische Fakultät », in Akademischer Senat, Die Univerzität Wien, p. 53-72.

30 Gottschalk, « Die Arabistik », p. 3-7.

31 IAS BS – 14 et 15, « Colloquien-Zeugnis (Philosophische Fakultät) » ; ABiH, Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića. Outre les registres biographiques, on trouve quelques éléments à propos de Wahrmund chez Heinrich Pfusterschmid-Hardtenstein, « Von der Orientalischen Akademie zur k.u.k. Konsularakademie. Eine Mariatheresianische Institution und ihre Bedeutung für den Auswärtigen Dienst der österreichisch-ungarischen Monarchie », in Urbanitsch (éd.), Die Habsburgermonarchie VI-1, p. 159 et 168. On n’apprendra rien de très précis chez Günther A. Höfler, « La naissance de la “nervosité” issue de l’esprit de la modernité technologique. Dégénérescence et nomadisation chez Max Nordau et Adolf Wahrmund », in Bechtel etc., Max Nordau, p. 149-160 ; ni non plus chez Schaendlinger, « Die Turkologie », p. 10. Wahrmund est le père de Ludwig Wahrmund, professeur à la faculté de théologie d’Innsbruck qui fit scandale par ses positions progressistes et critiques vis-à-vis du dogme catholique (Schober, « Belmonte », p. 295-336).

32 Mirza Safvet-beg R. Bašagić, « Zuheirova “Muallaka” », Nada 1 (1895), 23 (01/12), p. 450 ; Mirza Safvet beg Bašagić, « Istočni Parnas », Nada 2 (1896), 4 (15/02), p. 70 ; Mirza Safvet beg R. Bašagić, « Pjesnik Nerćesija », Nada 2 (1896), 5 (01/03), p. 88-90 ; Mirza Safvet, « Istočni Parnas », Nada 2 (1896), 7 (01/04), p. 128-130.

33 Schaendlinger, « Die Turkologie », p. 10 ; Paret, Arabistik, p. 41.

34 Poliakov, Le mythe aryen, p. 296-298 ; id., Histoire de l’antisémitisme IV, p. 27-37 ; Hamann, La Vienne d’Hitler, p. 256-296.

35 Mirza Safvet, « Tri bilješke. Domoljublje », Pobratim 7 (1896-1897), 15 (01/04/1897), p. 226.

36 Mirza Safvet beg R. Bašagić, « Pjesnik Nerćesija », Nada 2 (1896), 5 (01/03), p. 90.

37 Safvet R. S. beg Bašagić, « Uzgredne bilješke. U naučne svrhe », Nada 2 (1896), 22 (15/11), p. 427-428.

38 Safvet beg Bašagić-Redžepašić, Kratka uputa u prošlost Bosne i Hercegovine (od g. 1463. – 1850.), Sarajevo, Vlastita naklada, 1900, p. 193.

39 Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti, éd. Ćehajić, p. 55.

40 Mirza Safvet, « Derviš-paša Mostarac », Nada 1 (1895), 10 (15/05), p. 184-188 ; Mirza Safvet beg R. Bašagić, « Pjesnik Nerćesija », Nada 2 (1896), 5 (01/03), p. 90.

41 La date est approximative ; je la déduis de celle à laquelle parut en revue le dernier poème que Bašagić inséra dans son recueil (Mirza Safvet, « Moj slavuj », Nada 2 (1896), 2 (15/01), p. 26-27).

42 Il manque la place ici pour l’étude détaillée des différentes variantes de ces poèmes ; le nombre des poèmes minimement retouchés (« Bosna šumi... », « Čarobna kćeri ! », « Dilber-Zlato ! », « Divane Husrev paša », « Hercegovini », « Ispred tora », « Iz zapisaka Zmaja od Bosne », « Janje moje », « Pod demir-pendžerom », « Poslanica », « Prva pjesma », « Quousque tandem, aurea... », etc.) est moins important que celui des pièces qui ont subi des transformations importantes (« Ardišir », « Bošnjaci na Kosovu », « Ferhad », « Na krilašca... », « Pogibija Čengić-age », « Prokletstvo Dželal-paše », « Slavna pogibija », etc.).

43 Hrvatsko pravo 1 (1896), 100 (02/03), p. 3. Les deux seuls noms musulmans qui apparaissent dans ces listes sont ceux des habitants de Čapljina (Herzégovine) Ćamil Šeferović et Muhamed Fazlagić, qui envoyèrent leurs condoléances par télégramme. Voir aussi « Zadušnice za dra. Antu Starčevića u Beču », Hrvatsko pravo 1 (1896), 121 (27/03), p. 2.

44 « Dobro došli ! », Hrvatsko pravo 1 (1896), 116 (20/03), p. 1-2.

45 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 133-134, à quoi il faut ajouter les variantes de « Pod demir-pendžerom » et « Prokletstvo Dželal-paše ».

46 Notamment dans « Bošnjaci na Kosovu ».

47 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, lettre de Bašagić à Dežman, le 22 février 1896.

48 Žakula, « Predratna đačka omladina », 8103 (26/11), p. 1.

49 Bosna i Hercegovina na milenijskoj izložbi, p. 180. Si le point de vue d’Obzor reste très tendancieux, en raison de son aversion profonde pour les Hongrois, il est probable que régna à partir de 1894 un sentiment de méfiance par rapport aux Hongrois en Bosnie-Herzégovine. Mais il fallait faire bonne mine, Kállay oblige. Voir « Naši dopisi. U Sarajevu, 12. januara 1894. », Obzor 35 (1894), 11 (15/01), p. 2.

50 « Deputacija iz Bosne i Hercegovine », Sarajevski list 19 (1896), 52 (01/05), p. 2.

51 « Demonstracija hrvatskih djakah », Hrvatsko pravo 1 (1896), 197 (30/06), p. 3.

52 ABiH, ZMF Präs 1896/551, extrait d’un rapport confidentiel du 04/06/1896.

53 IAS BS – 98, lettre de Milivoj Dežman à Bašagić, non datée.

54 Besarović, Iz kulturne prošlosti, p. 22-23.

55 Que le mot soit purement bosniaque, une erreur typographique du pigiste de l’Obzor (journal de Croatie) dans un article d’Alija Nametak le prouve : il note prifanda (sans signification) pour trofanda (« Safvet beg Bašagić. Uz šezdesetu obljetnicu rodjenja »). La synonymie de trofanda et prvijenac se rapporte au sens étendu de trofanda, qui est le plus communément accepté (seule définition apportée par Škaljić dans son dictionnaire d’orientalismes). Cependant, dans son sens étroit, le mot désigne les premiers grains mûrs d’une grappe de raisin encore verte (voir anonyme [Silvije S. Kranjčević], « Trofanda iz hercegovačke dubrave. Spjevao Safvet beg Redžepašić-Bašagić [Mirza Safvet] », p. 360). Milićević (« O Mirzi Safvetu kao pjesniku », p. 298) considère lui aussi prvijenac et trofanda comme des synonymes, puisque trofanda ne s’appliquerait pas seulement à la vigne, mais aussi aux figuiers, cerisiers, etc., et, partant, aux premiers fruits d’une quelconque plante.

56 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 48-50.

57 Tomić-Kovač, Poezija austrougarskog perioda, p. 488.

58 « Prolog », p. 17.

59 « Beharije », n° XIV, p. 51.

60 C’est ici que je reprocherai à Rizvić de vouloir dégager dans l’ensemble de la production bašagićienne, toutes époques confondues, une esthétique cohérente. Il y a certes cohérence, mais dans une évolution, et on ne peut pas, au risque de simplification voire de trahison de la pensée de l’auteur, comprendre dans un seul système des compositions parfois fort différentes par leur contexte et leurs intentions. Voir Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 282-332.

61 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 284. L’influence se serait faite directement ou indirectement. Les romances et ballades sont « Nedužna smrt » et « Ljubav ga spasila ». On ne comprend pas Ahmed Muradbegović lorsqu’il affirme avec aplomb que le poème « Prokletstvo Dželal-paše » est « tout bonnement » une traduction de « Des Sängers Fluch » de Uhland : les deux poèmes n’ont strictement rien en commun (Ahmed Muradbegović, « Mirza Safvet. Kratak pregled njegova rada », p. 135).

62 Pour l’ensemble du paragraphe, voir Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 283-284.

63 « Trofanda iz hercegovačke dubrave », Hrvatsko pravo 1 (1896), 239 (19/08), p. 3.

64 IAS BS – 137, Osman-Aziz à Bašagić, de Mostar le 19/08/1896.

65 En effet, Riza-beg Kapetanović sortit un recueil en juin 1893, simplement intitulé Poésies ; il n’eut guère de succès, pour des raisons non élucidées (outre Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 281, voir [anonyme], « Književnost », Sarajevski list 16 [1893], 78 [05/07], p. 3).

66 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 136.

67 [Anonyme], « Trofanda iz hercegovačke dubrave. Pjesme Safvet bega Redžepašić-Bašagića (Mirza Safvet) », Provsvjeta 4 (1896), 17 (01/09), p. 544 ; 18 (15/09), p. 576. Il est possible que l’auteur de cet article fût Silvije S. Kranjčević, car la critique qui parut dans Nada est écrite dans le même style et comporte des passages parallèles.

68 [Anonyme], « Safvet beg Redžepašić-Bašagić (Mirza Safvet). Trofanda iz hercegovačke dubrave (1890-1894) », Vienac 28 (1896), 35 (30/08), p. 559-560.

69 Le fakhr est, chez les Arabes, un poème où le poète célèbre ses propres vertus ou celles de sa tribu, principalement sa valeur guerrière (E. Wagner, « Mufākhara », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 7). Safvet-beg en donnait lui-même la définition dans Trofanda, dans une note explicitant le sous-titre du poème « Hercegovački ponos », en insistant sur la valeur laudative du poème, ou bien à l’égard du poète lui-même, ou bien à l’égard de « son peuple qui lui est cher par-dessus tout » (p. 97).

70 Silvije S. Kranjčević, « Trofanda iz hercegovačke dubrave. Spjevao Safvet beg Redžepašić-Bašagić (Mirza Safvet) », Nada 2 (1896), 18 (15/09), p. 360. Pour un petit prolongement critique, voir Ćorić, Nada, p. 380.

71 Ce pseudonyme n’a pas été identifié par les rédacteurs de la bibliographie de la revue — Zora (Počasni broj 1968-9), Mostar, Odbor za proslavu stogodišnjice rođenja Alekse Šantića, 1968-9, p. 359.

72 Jonatan, « Safvet-beg Redžepašić-Bašagić (Mirza Safvet) : Trofanda iz hercegovačke dubrave », p. 271-272. N’ayant pas pu consulter cette revue, nous présentons l’article selon le compte rendu qu’en fait Muhsin Rizvić (Bosansko-muslimanska književnost, p. 135-136 et 289) ; Fehim Bajraktarević assurera (dans « Postanak Bašagićeve Ašiklije », p. 406) que « Na krilašca... » est un emprunt de Bašagić à Heine (poésie n° 9 du « Lyrisches Intermezzo » dans Tragödie (1823) – repris dans Buch der Lieder (1827) qui commence par ces mots : « Auf Flügeln des Gesanges... »), ce qui paraît bien fondé.

73 Rappelons qu’en 1910, les statistiques font apparaître que 94,65 % de la population bosno-musulmane, sans distinction de sexe, était analphabète.

74 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija 7 (1934), 6 (juin), p. 303 ; et Muhsin Rizvić, qui synthétise le restant de la littérature critique (Bosansko-muslimanska književnost, p. 134). Ayant eu accès aux archives personnelles du publiciste et intellectuel Mustafa A. Mulalić, le musicologue serbe Đorđe D. Perić a fourni à Enisa Bašagić Knežić des photocopies de partitions où sont retranscrits des poèmes de Bašagić passés dans le répertoire populaire. Sur les sept poèmes identifiés par Mulalić comme provenant de la plume de notre homme, je n’en ai formellement identifié que trois dans les recueils (« Pod demi-pendžerom », in Trofanda, p. 62-63, str. 1-2-3-5 ; « Pod ružicom », ibid., p. 72-74, str. 1 ; « Djevojka i golubica », in Misli i čuvstva, p. 31, str. 1). Cependant, les quatre autres, par leur vocabulaire et les évocations naturelles, semblent effectivement bien appartenir au corpus bašagićien.

75 HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, lettre de Bašagić à Dežman, le 22 février 1896.

76 Mirza Safvet (Safvet beg Redžepašić-Bašagić), « [A la] Hafiz », Prosvjeta 4 (1896), 8 (15/04), p. 234. Le titre, d’abord donné comme « Ala Hafiz » (ce qu’on pourrait traduire par le bon hafiz), a été rétabli d’après le manuscrit original (HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić).

77 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897.

78 Johnston, L’esprit viennois, p. 78.

79 IAS BS – 116 (lettre de Vjekoslav Jelavić à Bašagić, Paris le 26/10/1897) et BS – 157 (lettre d’Arthur Benko à Bašagić, sans lieu le 06/11/1910) ; Milićević, « O Mirzi Safvetu, njegov početni rad i razvoj », p. 8 ; Milićević, « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 289. Đuro Divković, mentionné par Milićević, n’est malheureusement présent dans aucun répertoire consulté.

80 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897.

81 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897. Le nom de la ville est bien Tökös : mais je n’ai pu la localiser nulle part. Elle se trouve vraisemblablement dans une région magyarophone (Hongrie, Roumanie, Slovaquie).

82 Osman Nuri Hadžić, Muslimansko pitanje u Bosni i Hercegovini, p. 17. Cet ouvrage est un recueil d’articles qui parurent dans Hrvatska puis Hrvatsko pravo entre 1895 et 1901.

83 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », ibid. D’après Mulabdić, le poème « Hodži P. » aurait été écrit à cette époque en réponse à ces attaques ; cependant, ce poème est identique à celui qui parut en 1904 sous le titre « Očitovanje » dans Behar, à la suite des critiques faites à l’encontre de l’article « Sto i jedan hadisi šerif ».

84 Milićević, « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 286.

85 IAS BS – 88 (la lettre) et BS – 176 (la photographie).

86 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 17.

87 Mirza Safvet, « Slatko spominjanje », « Moj liek », « Za sad », Prosvjeta 5 (1897), 2 (15/01), p. 34.

88 Mirza Safvet, « Prvoj ljubavi », Prosvjeta 6 (1898), 21 (01/11), p. 675 ; Mirza Safvet, « Na rastanku 1898-oj », Prosvjeta 6 (1898), 24 (15/12), p. 763.

89 Mirza Safvet, « Jedna spomen-slika (Vjenčić rubâija) », Gajret 10 (1926), 11 (16/07), p. 167-168. C’est encore d’un amour viennois langoureux que Bašagić se souvient avec nostalgie en 1907 (M. S., « Prvi sastanak », Ogledalo 1 [1907], 8 [19/07], p. 3), mais rien de précis ne permet de le rattacher à Ana Bezdekova ; dans le récit de ce souvenir, il précise que les « Ljubavne orgije » du recueil Pensées et sentiments ont été inspirées par cet amour.

90 Ce Zahrádka fut plus tard juriste (d’abord en Bosnie-Herzégovine) et travailla dans diverses administrations austro-hongroises, puis tchèques. Voyez IAS BS – 156 et les Bosnische Bote.

91 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 21-22 et 85. On a beaucoup reproché à Nametak d’avoir conté cette histoire ; mais on remarquera que, dès 1934, il avait révélé que Bašagić était mort du tabes – complication tardive de la syphilis (Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija, p. 307 – mais rien dans le Novi Behar, contrairement à ce qu’il affirme dans son livre de mémoires), ce qui met à plat le projet « positiviste » de Muhidin Džanko dans son article tapageur et caractéristique du psittacisme d’une certaine production historienne en Bosnie-Herzégovine (« Biografija Safvet-bega Bašagića-Redžepašića »). De plus, il ne destinait pas à la publication ses notes nécrologiques et souvenirs (Sarajevski nekrologij, p. 12). Enfin, les responsables de la publication (chapeautés par la volonté d’Adil Zulfikarpašić) ont eu la délicatesse de ne pas indiquer, dans l’index, qu’on pouvait se reporter à ces pages pour s’y renseigner sur la syphilis de Bašagić.
En Bosnie-Herzégovine, l’état de santé des prostituées des maisons closes était régulé par l’ordonnance du 1er août 1894 ; les souteneurs furent obligés, à partir de 1907, à leur payer les coûts d’une hospitalisation jusqu’à quatorze jours (Glasnik zakona 1907-1908, p. 229).
Enfin, Nametak ne précise pas le prénom de ce Zahrádka, ce qui pose un problème dans la mesure où il existe deux Zahrádka, Egon et Alfred, qui fréquentèrent le Gymnase en même temps que Bašagić (Spomenica Prve gimnazije, p. 32-33). On peut cependant supposer avec grande probabilité que c’est bien d’Alfred qu’il s’agit, pour les deux raisons suivantes. D’une part, comme on le verra à la fin de ce travail, Bašagić reçut en 1932 une lettre d’Alfred qui lui donnait des nouvelles ; les deux hommes avaient l’air de s’être très bien connu dans leur jeunesse, et surtout il ne serait pas étonnant que Bašagić ait conté cette anecdote à Nametak à l’occasion de la réception de cette lettre. D’autre part, cet Alfred passa sa maturité en 1894 ; il avait donc suivi sa scolarité en compagnie de Bašagić.

92 Alija Nametak, Sarajevski nekrologij, p. 29. Nametak semble ignorer que Đalski fut gratifié d’une cérémonie jubilaire pour ses quinze ans de création, ce qui reste, il est vrai, exceptionnel. D’autre part, il aurait été singulièrement cruel de la part de Bašagić d’offrir une nuit de charme à un ami alors que la prostituée en question avait peut-être la syphilis, ce dont il savait souffrir lui-même depuis longtemps en 1909.

93 L’insulte balija s’adresse à des personnes mal éduquées, grossières ; sous la plume de Defterdarović, le mot est très méprisant. Cependant, on soulignera que les deux épistoliers appartiennent au beylicat ; or, c’était une coutume entre les beys d’appeler balija tous ceux qui n’appartenaient pas à ce groupe (Hadžijahić, « Bračne ustanove », p. 158).

94 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897.

95 Ils ne sont par exemple pas mentionnés dans la volumineuse histoire de la littérature croate et serbe publiée par Đuro Šurmin en 1898 (Povjest književnosti hrvatske i srpske, Zagreb, Lav Hartman, 1898).

96 IAS BS – 147, Schmard à Bašagić, Sarajevo le 26/10/1896 (publié par Risto Besarović [éd.], Kultura i umjetnost u Bosni i Hercegovini pod austrougarskom upravom, Sarajevo, ABiH, 1968, p. 471) ; sur les circonstances du lancement de Bosanska Pošta et sur le personnage de Schmard, voir Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 177-180 et 262-265.

97 Je n’ai pas pu consulter ce journal, difficile d’accès ; ce que j’en dis est tiré de Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 265.

98 Milićević, « Starčevićanstvo », p. 39-41. D’après l’annuaire de la Société littéraire croate, les négociants les plus fidèles à la Matica sont Ali-aga Kučukalić de Brčko et Fehim-aga Kučukalić de Bosanski Šamac, Ahmed Šehović de Trebinje, Tahir Trklja de Stolac, Mujaga Ahmed Mulalić et Hadži Mehmed Mujagić de Doboj, Ibrahim Galijašević de Tešanj, enfin Hadži Suljaga Grabčanović de Bjelina ; dans les années 1894-1896, on trouve un assez grand nombre de négociants venus des villes du Nord de la Bosnie, ce qui confirmerait les assertions de Milićević

99 [Anonyme], Osman Nuri Hadžić (1869-1937), Zagreb, Narodna uzdanica, 1995, p. 7.

100 IAS BS – 67, article original d’Adem-aga Mešić sur ses souvenirs à propos de Safvet-beg Bašagić.

101 Cf. Hrvatska seljačka politika prvi put u Hrvatskom državnom saboru/Govor predsjednika seljačke stranke Stjepana Radića, izrečen u Hrvatskom državnom saboru dne 12. svibnja 1910, tačno po brzopisnom zapisniku, ponješto skraćen, p. 66-67, cité d’après Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 148.

102 Une lettre de Vjekoslav Jelavić témoigne que Bašagić et Radić se connaissaient et que ce dernier appréciait le bey (IAS BS – 116). Mais les liens entre les deux personnages restèrent, apparemment, médiatisés par Jelavić (sur l’amitié de celui-ci avec Radić à Paris, voir Krizman, Korespondencija Stjepana Radića 1, lettres 174, 198 ; id., 2, lettres 28 et 32).

103 IAS BS – 70, coupure de journal sans aucune référence ; le titre de l’article est peut-être « Bosna je hrptenjača ove države », et il est probable qu’il ait été écrit en 1919 car Radić dit qu’il s’est rendu il y a peu de temps à Genève.

104 « Odlikovanja », Sarajevski list 20 (1897), 43 (14/04), p. 2 ; Fevzija, « Allah rahmetejle ! », Srpska Riječ 3 (1907), 64 (20/03), p. 2 ; Pejanović, Bibliografija štampe, p. 23-24 ; Eren, « Turska štampa », p. 384 ; François Georgeon, « Le dernier sursaut (1878-1908) », in Mantran (éd.), Histoire de l’Empire ottoman, p. 570-571. Un élément empêche d’accorder toute confiance à l’interprétation d’Eren : il pense que Hulusi fut décoré de l’Osmanié, de 4e rang, parce qu’il était devenu fidèle à Abdülhamid ; mais cet événement eut lieu en de tout autres circonstances (voir plus bas).

105 « Iz “Milih uspomena” », Behar 9 (1908-1909), 9 (01/09), p. 133-135. La traduction a été, dans la mesure du possible, rendue en décasyllabes ou en alexandrins. Au cours des siècles, le sultan confia toujours entièrement la pratique du pouvoir à son grand vizir. Abdülhamid s’efforça de ne plus partager le gouvernement, mais de ne s’en référer désormais qu’à soi-même et à ceux qui lui étaient dévoués ; il crée ainsi le Mabeyn (cour), avec Tahsin Paşa comme Premier secrétaire et Izzet Abed comme Second secrétaire ; ce dernier, Syrien d’origine (la « brute arabe »), était détesté de la population. Le Mabeyn se tenait à Yıldız, palais abritant plusieurs milliers de personnes, « ville à moitié secrète qui hanta et épouvanta longtemps, souvent sans raison, les imaginations. » J. Deny, « ’Abd al-Hamid II », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 1. Voir surtout Georgeon, Abdülhamid II.

106 Schorske, Vienne fin de siècle, p. 17.

107 Milićević, « O Mirzi Safvetu kao pjesniku », p. 301.

108 Mirza Safvet : « Na pučini svjetla », Nada 1 (1895), 19, p. 359 ; 20, p. 387 ; 2 (1896), 18, p. 350-351 ; 19, p. 373 ; 3 (1897), 7, p. 126 ; 19, p. 366-367 ; 20, p. 389-390 ; 4 (1898), 1, p. 7 ; 8, p. 115 ; 5 (1899), 3, p. 36-37. Le titre, légèrement problématique, pourrait aussi être interprété comme « Au large, des lumières », mais la strophe 3 de la pièce 11 rend improbable cette traduction et vient au contraire conforter notre choix. Une expression vieillie, peu intelligible de nos jours sauf dans le monde maritime, pourrait rendre le titre mot à mot : « Sur le plain de la lumière », comme on dit le plain de la mer, la haute mer, ce qui est la signification exacte du pučina croate. Bašagić réutilisera cette expression dans son Miradž (Commémoration du ravissement aux cieux de Mahomet), publié à la suite de la seconde édition du Mevlud (1924), ce qui invite à interpréter ce titre d’une façon exclusivement mystique (p. 24, v. 3).
Pour observer un poème très proche, par sa thématique et le ton emprunté, de « Sur l’océan de la lumière », voir Mirza Safvet : « Polako...! », Vienac 26 (1894), 42, p. 675. Le moment écoulé entre la réception d’un article à la rédaction de Nada et sa sortie pouvait être fort long (plus de dix mois), comme le montre l’exemple d’Abdullah-paša (Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363).

109 « Hercegovac-paša », Hrvatsko pravo 1 (1896), 143 (23 avril), p. 3.

110 Hadži Ibro, « Pismo iz Hercegovine. Jesu li Bosanski i Hercegovački age i begovi porijeklom Srbi ili Hrvati ? », Dubrovnik 1 (1892-1893), 40 (05/04), p. 3.

111 « Listak. “Glasnik Zemaljskog muzeja” », Novi Viek 1 (1897), 2 (sans date), p. 122-123.

112 Kosta Hörmann, « Bezi Čengići », in Narodne pjesme Muslimana u Bosni i Hercegovini, [2e éd.], p. 618-621. Ce travail rudimentaire sur la famille Čengić s’appuyait essentiellement sur des traditions orales, et s’attardait très longuement sur Ali Bey et Smail Ağa, puisqu’ils étaient tous les deux des héros très présents dans l’épique populaire.

113 Safvet beg Redžepašić-Bašagić, « Najstariji ferman begova Čengića », Glasnik Zemaljskog muzeja 9 (1897), 7-9 (09/10), p. 437.

114 C’est probablement par la voie de l’ethnologie que Bašagić se fit bien voir du Musée territorial, grâce d’abord à sa collaboration aux recherches de Lilek ; en avril 1897, le Musée lui adressa un questionnaire sur l’histoire de Nevesinje et ses alentours (Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402). Il n’existe malheureusement plus dans les archives du musée actuel.

115 Minorsky, « A Soyūrghāl », p. 927-928.

116 Il en utilise deux ouvrages : le Kunh al-akhbār et le Fusul al-hall wa-’akd. Voir K. Süssheim et R. Mantran, « ’Alī », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 1.

117 Les exercices étymologiques des Čengić quant à leur nom ne sont guère probants. Ils prétendent que « Čengić » viendrait de celui de Çankırı, une ville d’Anatolie septentrionale, dont l’ancien nom est Çangra, d’où « Çangrli-zade » puis « Čengić ». Il serait peut-être plus raisonnable de chercher du côté de çeng, « guerre, bataille ».

118 Voir par exemple Kreševljaković, « Čengići », in Izabrana djela t. 1, p. 402, où il reprend la tradition des Čengić à propos de leur ancêtre baptisé et russifié en la nuançant.

119 « Listak. “Glasnik Zemaljskog muzeja u B. i H.” », Novi Viek 1 (1897), 7 (10/10), p. 444. Et quelque part, les Croates n’avaient que la monnaie de leur pièce : ils restaient méfiants à l’encontre des musulmans et extérieurs à eux, en dépit de l’idée yougoslave. C’est ce dont se plaignait un certain Mehmed Alija [pseudonyme non résolu] dans « Nekim hrvatskim novinam do znanja » (Hrvatsko pravo 2 [1897], 497 [02/07], p. 3). Il y brocardait les journaux croates les plus lus de l’époque (Obzor, Hrvatska domovina et Narodni list), parce qu’ils écrivaient sur les musulmans de Bosnie-Herzégovine comme sur les Noirs d’Afrique. Les Slovènes se montraient très récalcitrants sur l’intégration des musulmans dans un ensemble politique yougoslave à l’époque, voir notamment la polémique dans Hrvatsko pravo et le journal catholique de Ljulbljana Slovenec (Le Slovène) : « Bosanski Hrvati i ljubljanski “Slovenec” », Obzor 35 (1894), 16 (20/01), p. 1 ; Bosanski Hrvat, « Bosanski Hrvati i “Slovenec” », Obzor 35 (1894), 17 (22/01), p. 1.

120 Safvet-beg Bašagić-Redžepašić, « Der älteste Ferman der Čengić-Beg », Wissenschaftliche Mittheilungen aus Bosnien und der Hercegovina 6 (1898), 6 (01/06), p. 478-486.

121 Mirza Safvet, « Na pučini svjetla », Nada 3 (1897), 7 (01/04), p. 126 ; 19 (01/10), p. 366-367 ; 20 (15/10), p. 389-390.

122 Mirza Safvet, « Slatko spominjanje », Prosvjeta 5 (1897), 2 (15/01), p. 34. Je n’ai pas pu identifier ce chant, que Bašagić intitule en allemand « Verlorenes Glück ».

123 Mirza Safvet, « Sitnice », Prosvjeta 5 (1897), 20 (15/10), p. 620.

124 Jakša Čedomil, « Mladji naraštaj u književnosti. III. U Hrvatskoj », Novi Viek 2 (1898), 4 (16/02/1898), p. 234-242 – Jakša Čedomil, « Osman-Aziz. Literarni prikaz », Novi Viek 2 (1898), 7 (01/04/1898), p. 432-436 ; 8 (16/04/1898), p. 486-490 – Braća Mato i Nikola Ostojić, « Književnost. Odgovori na upite Novoga Vieka », Novi Viek 3 (1898), 2 (15/07/1898), p. 121-123.

125 Milićević, « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 286.

126 Cette lettre n’existe plus à l’IAS, mais Milićević en donne la substance et quelques citations dans « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 286-287.

127 NSK, Fonds des manuscrits, R. 7134 b, Bašagić à la rédaction de Mladost, de Sarajevo le 05/02/1898.

128 NSK, Fonds des manuscrits, R. 5414, manuscrit autographe intitulé « Voltaire-u », signé « Mirza Safvet beg R.-Bašagić » et adressé à la rédaction de Mladost. Ce poème a paru dans Misli i čuvstva sous le même titre, avec modifications et ajouts. Bašagić, dans son recueil, a indiqué qu’il avait composé cette célébration de Voltaire à l’occasion du 200e anniversaire de sa naissance, le 30 mai 1894. Mais vu le style et l’ampleur du poème, je pense qu’il n’a été que commencé en 1894, et achevé en 1897-1898.

129 Šicel, Povijest hrvatske književnosti 5, p. 12 et 57.

130 NSK, Fonds des manuscrits, R. 7134 b, Bašagić à la rédaction de Mladost, de Vienne le 07/04/1898. Il y annonce l’envoi de plusieurs poèmes, mais il semble qu’il n’en ait en réalité envoyé qu’un, celui qui est commenté ci-après (voir, dans le même fonds, la lettre de Vienne datée du 16/03/1899).

131 NSK, Fonds des manuscrits, R. 5493, manuscrit autographe intitulé « Kolika razlika », daté du 05/04/[1898] à Vienne, adressé à la rédaction de Mladost. Ce poème a paru dans Misli i čuvstva sous le titre « Prva ljubav », sans la dernière strophe et avec quelques légères modifications. Non repéré par Marijanović, Fin de siècle, p. 104.

132 Marijanović, Fin de siècle, p. 217.

133 « Dojmovi iz Secesije », in Misli i čuvstva, p. 19-21.

134 IAS BS – 186.

135 Voir, entre autres, Marijanović, Fin de siècle, p. 57.

136 IAS BS – 98, Dežman à Bašagić, sans date ni lieu.

137 Mirza Safvet, « Moja si, dušo ! », Hrvatski salon 1898, 4 (mars), p. 40 ; Šicel, Povijest hrvatske književnosti 5, p. 63-64.

138 A. G. Matoš, « Impromptu (Gospodjici Dragici de Sades) », Novi viek 4 (1899), 11-12 (juillet-août), p. 568.

139 Remzi Hanım, est un écrivain inconnue ; c’est peut-être le pseudonyme de Emine Semiye (1868-1944), la sœur de Fatma Aliye, qui a étudié à Paris (Davis, The Ottoman Lady, p. 236). L’article était écrit en partie en réaction au livre nouvellement paru d’Émile Julliard [Émile Joliare dans le texte], Femmes d’Orient et femmes européennes (1896), et en reconnaissance de celui de Théophile Loebel [Théophile Loubell], La femme turque chez les Turcs (1896).

140 Sur ces deux poétesses, voir entre autres Idrizović, « Prve muslimanske književnice », in Juzbašić, Prilozi historiji Sarajeva, p. 275-278.

141 S. beg Bašagić, « Žena-književnica u Carigradu », Nada 3 (1897), 4 (15/02), p. 78-79.

142 Bašagić précise à plusieurs reprises que le Meshahir’un-nisa’ fut écrit par Zihnî. D’après les encyclopédies spécialisées, plusieurs Zihnî existent, pour la plupart écrivains, et quatre ont vécu au xixe siècle ; le plus fameux est l’un de ces derniers, Zihnî Bayburtlu (1795-1859). Malheureusement, dans la bibliographie de cet auteur, aucun Meşahir’un-nisa’ n’est recensé (Sakaoğlu, Bayburtlu Zihnî bibliyografyası), ni chez les autres (voir Türk dili ve edebiyatı Ansiklopedisi, t. 8) ; de plus, d’après une autre référence donnée par Bašagić dans « Sto i jedan hadisi šerif » (Behar 4 [1903-04], 12, p. 178), Zihnî serait un patronyme auquel correspondrait, en l’occurrence, un prénom commençant par l’initiale ‘M’. Dans la bibliographie des œuvres dont s’est servi Bašagić pour la rédaction de sa thèse Die Bosniaken und Hercegovcen auf dem Gebiete der orientalischen Literatur, Džemal Ćehajić donne pour date d’impression de cet ouvrage 1294 (1876), à Istanbul.

143 Mirza Safvet, « Veed », Pobratim 8 (1897-98), 19 (01/06), p. 304.

144 Pederin, « Islamischer Progressismus », p. 185-204.

145 Sarajevski list 20 (1897), du 69 (13/06) au 82 (14/07) ; Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 173-178.

146 « Svečanosti na Ilidži », Sarajevski list 20 (1897), 78 (4/07), p. 2-3 ; Mirza Safvet, « Pabirci iz stare bilježnice. Hrvatskoj pjevačici Maji de Strozzi », Novi Behar 4 (1930-1931), 22-23 (15/05), p. 326 (le poème est ici daté de 1912 à Zagreb, ce qui paraît incohérent vis-à-vis du contenu) ; IAS BS – 148 (lettre de Strozzi à Bašagić, de Zagreb le 01/12/1897, déjà publiée par Jovanović, « Pismo glumice pjesniku », Politika, samedi 10 mai 1986) et BS – 175 (photographie dédicacée du 20/07/1897 de Strozzi à Bašagić, « en souvenir amical »).

147 On n’apprendra malheureusement presque rien chez Veljaćić, « Istočni utjecaji », p. 591-599 (surtout p. 597).

148 Voir Premier amour, traduction en annexe.

149 Le parti pris de l’analyse qui suit est de considérer ces textes comme un diptyque révélant non une évolution (amour de jeunesse, puis amour de la maturité), mais l’état d’esprit global dans lequel se trouvait Bašagić en 1898. Je m’en sens autorisé notamment par leurs similitudes formelles (enchâssement de la narration, similitude des caractères).

150 Là-dessus, voir la remarque de Duraković, Riječ i svijet, p. 41.

151 Qu’on songe par exemple à « Fille envoûtante… » ou à « Sur l’océan de la lumière », dans la dernière strophe de la pièce 29, p. 174 de Misli i čuvstva.

152 Anzieu, Le moi-peau, passim.

153 Il me semble tout autant aberrant d’analyser un poème de Bašagić en y montrant l’ironie. C’est pourtant ce que propose Zdenko Lešić aux élèves de collège (Čitanka 2, p. 219).

154 Sur le prestige et le rôle politique de la noblesse à l’époque, voir Vocelka, « Adel und Politik », p. 541-549.

155 Sachs, Freud, p. 28.

156 « L’amour, c’est la vie ! / C’est tout ce qu’on regrette et tout ce qu’on envie, / Quand on voit sa jeunesse au couchant décliner. / Sans lui rien n’est complet, sans lui rien ne rayonne. / La beauté c’est le front, l’amour est la couronne : / Laisse-toi couronner ! », in Les Chants du crépuscule (1835), poème XXI : « Hier, la nuit d’été... », p. 874 dans les Œuvres poétiques, t. 1, éd. P. Albouy, Bibliothèque de la Pléiade. Bašagić se débrouillait en français : il a dû travailler en autodidacte, peut-être sous l’impulsion des admirateurs de la France qu’étaient aussi bien son père que les adhérents aux idées du parti du Droit ; en tous cas, il ne l’avait pas appris au Grand gymnase de Sarajevo (où pourtant ce fut un enseignement optionnel à partir de 1890, voir « Crtice iz istorije ovog zavoda », Trinaesti izvještaj Velike Gimnazije 1897./1898., p. 8). En 1900, il déclare sur sa feuille de service qu’il peut se débrouiller à l’oral dans cette langue (ABiH, Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića). Il semble d’autre part avoir eu des relations avec le consul de France à Sarajevo dans les années 1930 et communiquait peut-être avec lui dans la langue de Molière (Pelletier, Chez les Yougoslaves, p. 77).

157 S. R.-Bašagić, « Naši pjesnici na istočnom parnasu », Nada 4 (1898), 5 (01/03), p. 75-76 [Hillmi Osman-beg Ljubović].

158 Safvet beg R.-Bašagić, « Naše zvijezde na istočnom parnasu », Nada 4 (1898), 11 (01/06), p. 170-171.

159 Cette volonté est explicitement exprimée dans l’introduction à sa thèse (Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti, éd. Ćehajić, p. 9).

160 « Iz kiraethane », Sarajevski list 10 (1897), 105 (5/09), p. 2 ; Selim, « Naredba sarajevske kiraethane ! », Hrvatsko pravo 2 (1897), 619 (25/11), p. 2 ; « Iz kiraethane », Bošnjak 7 (1897), 49 (09/12), p. 3.

161 « Muhamedanac – prvi doktor », Sarajevski list 21 (1898), 19 (16/02), p. 2 ; « Čestitka k promociji », Misli i čuvstva, p. 49.

162 Dans l’introduction à sa thèse, Bašagić place cet événement dans sa seconde année d’études, mais cette chronologie est fautive (Safvet-beg Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti, éd. Ćehajić, p. 10).

163 « Predavanje u kiraethani », Bošnjak 8 (1898), 6 (10/02), p. 2 ; « Predavanja u kiraethani », Sarajevski list 21 (1898), 19 (16/02), p. 2 ; « Predavanje u kiraethani », Bošnjak 8 (1898), 7 (17/02), p. 2 ; « Predavanje u kiraethani », Bošnjak 8 (1898), 8 (24/02), p. 3.

164 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 17.

165 [Anonyme], « Predavanje u kiraethani », Bošnjak 8 (1898), 10 (10/03), p. 2-3 ; [Anonyme], « Die Vortragsabende in der Kiraëthana », Bosnische Post 15 (1898), 51 (04/03], [pagination non repérée].

166 [Anonyme], « Die Vorträge in der Kiraëthana », Bosnische Post 15 (1898), 57 (18/03), [pagination non repérée]. Bošnjak ne fit rien paraître sur cette seconde conférence, ni Sarajevski list.

167 [Anonyme], « Die Vorträge in der Kiraëthana », Bosnische Post 15 (1898), 63 (25/03), [pagination non repérée]. Sarajevski list ne fit rien paraître sur cette troisième conférence.

168 [Anonyme], « Sarajevo, 24. marta. (Predavanje u kiraethani) », Bošnjak 8 (1898), 12 (24/03), p. 2.

169 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 17.

170 Mulabdić, « Safvetbeg Bašagić izvan literature », Spomenica..., p. 38.

171 « Bezi i age nekada i sada », Bošnjak 8 (1898), 12 (24/03), p. 1 (édito) et numéros suivants.

172 IAS BS – 154, deux lettres de Vranjušić (l’une de Makarska, le 03/12/1897 ; l’autre sans lieu ni date). Pour une discussion de cette source, voir mon Petit guide, p. 161-165. Bašagić indiqua dans sa Brève introduction (p. 19) que cette source avait été trouvée dans la bibliothèque de Vladimir Vranjican à Makarska ; peut-on en déduire que le véritable nom de Vranjušić est Vranjican (une famille bien connue de la noblesse dalmate) ? En tous cas, nous n’apprenons rien dans les divers catalogues des manuscrits de Bašagić (Bašagić, « Popis », n° 66 ; Blašković [éd.], Arabische, türkische und persische Handschriften, p. 318 ; Ljubović, Nad Bašagićevom zaostavštinom, p. 86-87).

173 Anonyme, « Sarajevo, 24. marta. (Predavanje u kiraethani) », Bošnjak 8 (1898), 12 (24/03), p. 2.

174 Mulabdić, « “Behar” », p. 103.

175 IAS BS – 171 (carte postale de Resa Kowarzik du 06/04/1899) et BS – 157 (lettre de Franja [Faučarna ?], non datée ; d’après le contenu, rédigé dans un bosniaque approximatif, elle date de cette époque).

176 Sur les liens entre Hörmann et Thallóczy, voir Kolar-Dimitrijević, « Savjetnik Kosta Hörmann », p. 51-75.

177 IAS BS – 111, lettre de Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 20. XI. 1898. Cette lettre a été en partie publiée dans Milićević, « O Mirzi Safvetu, njegov početni rad i razvoj », p. 8.

178 IAS BS – 157, lettre de Jelić à Bašagić, de Zadar le 18/03/1899 ; voir également Milićević, « O Mirzi Safvetu, njegov početni rad i razvoj », p. 8. Je n’ai pas pu consulter le livre de Pavić pour vérifier si Bašagić y participa (l’étude parut sous le titre « Prinosi povijesti Poljica » dans Glasnik Zemaljskog muzeja en 1903, et en tiré à part ; elle a été réimprimée en 2003 à Priko par le « Društvo Poljičana sv. Jure »). Remarquons cependant que si Bašagić est le traducteur des documents ottomans dont se servit Pavić dans sa monographie, Hazim Šabanović jugea ce travail très médiocre. Il ignorait lui-même qui avait effectué la traduction (je n’aurais donc probablement pas pu l’apprendre moi-même en consultant l’article de Pavić). Voir Šabanović, « Turski diplomatički izvori », p. 146.

179 IAS BS – 111, lettre de Kosta Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 20. XI. 1898 ; Zaplata, « Silvije S. Kranjčević o Safvetbegu Bašagiću », p. 311-312. La lettre que Zaplata publie n’est plus à l’IAS (lettre de Bašagić à Kranjčević, de Vienne le 12 mai 1899) ; en voici l’extrait que donne Zaplata : « Po naputku Vašemu evo me s namirom za predujam i s molbom, da mi što prije opremite, jer ozugjurtio [osiromašio] ko krajiški sužanj, kako no se veli. »

180 ABiH Lični dosje 285 od Safvet-bega Bašagića.

181 IAS BS – 114, Ibrahim-beg Defterdarović à Bašagić, Trebinje le 13/01/1897 ; Martinović, « Ivan A. Milićević », p. 67 ; Milićević, « U Mostaru », p. 52. On remarquera que le nom de Hadžić n’apparaît pas dans l’éditorial du premier numéro d’Osvit, où sont présentés les initiateurs du projet (numéro du 27 juillet 1898, p. 1).

182 Dyck était accompagné de Maks Hájek (1835- ?) et František König (1853- ?), deux autres députés jeunes-tchèques. Je n’ai pu apprendre sur ces trois personnages que les quelques éléments donnés dans Sturm (éd.), Biographisches, et Die Habsburgermonarchie VII-1.

183 On ne trouve rien à ce propos chez Agićić, « Susreti Hrvata », p. 307-308 ; Agićić, Hrvatsko-češki odnosi ; Hladký, « T. G. Masaryk », p. 117-141 ; Hladký, « Odnos Čeha », p. 165-178.

184 « U Mostaru, 12. travnja », Osvit 2 (1899), 30 (12/04), p. 4 ; article repris tel quel par Kraljaćić, Kalajev režim, p. 277.

185 « Mladočeski zastupnici o Bosni i Hercegovini », Osvit 2 (1899), 31 (15/04), p. 1-2 ; « Za istinu i pravo », Osvit 2 (1899), 44 (31/05), p. 1-3 (où l’on trouvera le texte des protestations). Ce dernier article est en réalité une synthèse des différents articles qui parurent à cette occasion dans Hrvatsko pravo et Hrvatska domovina. C’est de lui dont s’inspire Milićević dans ses souvenirs (« U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 286 et 289).

186 ABiH LR Präs., 1898/3674, du 28. XI. 1898. Rapport sur la plainte qu’a déposée Ibrahim Bey parce que la poste impériale a ouvert sans autorisation une lettre adressée à son fils Teufik-beg. La plainte est contestée par la poste.

187 Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 279.

188 Mirza Safvet, « Hercegovče. Sestri u spomenar », Pobratim 9 (1898-99), 14 (14/03/99), p. 313.

189 IAS BS – 149, seconde lettre, de Tevfik à Safvet, Bijeljina le 15/02/1933 ; Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 279.

190 Mešić, « Sjećanje na Safvetbega », p. 279.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search