Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Deuxième partie. Nationalisme et orientalisme chez Safvet-beg Bašagić (1890-1906)

Chapitre I. Gestation de l’idée nationale

Texte intégral

1La Bosnie et l’Herzégovine ont éveillé l’appétit de leurs voisins croates, monténégrins et serbes de façon fort sensible depuis la seconde moitié du xixe siècle, lorsque ces pays ont commencé à se pourvoir d’un mouvement national et d’une certaine autonomie. Politiquement, ces efforts ne furent pas continus en raison des problèmes de leur construction étatique et économique ; mais dans les mentalités, les deux provinces se sont affirmées comme point de référence incontournable, voire central, des identités en construction.

2Ces deux régions ont cependant la particularité de se dérober largement à la connaissance de leurs voisins. Terræ incognitæ jusqu’en 1878, quand l’Autriche-Hongrie arrive, elles le restent encore quelque temps après cette date parce que l’occupation suscite déséquilibres et dysfonctionnements violents (résistance à l’entrée des troupes, insurrection de 1882, émigration importante de la population musulmane), poussant Kállay à fermer pour ainsi dire les frontières. Croatie austro-hongroise et Royaume serbe se montrent frustrés, irrités dans leur désir de fraternisation et de ralliement politique. À partir du début des années 1890, les mécontentements se cristallisent autour de l’appartenance de la Bosnie-Herzégovine : à qui doit-elle revenir ? La question occupe la presse de façon lancinante ; à Dubrovnik, à Zagreb, à Novi Sad ou à Belgrade, elle occupe les premières pages d’un grand nombre de journaux, tous aussi peu conciliants les uns que les autres. Chacun prétend à la souveraineté en se prévalant de droits historiques ou ethnicolinguistiques.

3Chacun essayait de montrer que les habitants de Bosnie et d’Herzégovine s’appelaient Croates ou Serbes. Le procédé est captieux : il n’existait guère de conscience nationale parmi la population locale. Certes, les chances de « nationalisation » étaient théoriquement différentes selon les groupes confessionnels : catholiques et musulmans professaient des religions à vocation universelle, tandis que les orthodoxes se définissaient naturellement selon un pouvoir temporel, situé de l’autre côté de la Drina. Cependant, cette définition nationale conjointe à la religion était une possibilité seulement : hormis le jeu de solidarités locales ou socio-économiques, les masses bosno-herzégoviniennes ne cultivent pas d’autre sentiment d’appartenance que religieux jusque fort tard – ce sont les guerres balkaniques qui ont provoqué le véritable essor des nationalismes. Même parmi les élites sociales (dans la mesure où l’on peut parler d’élite), ce nationalisme n’est pas apparu avant les années 1850-1860.

4Comme la conscience nationale n’existait pas, chacun y mit du sien pour la susciter ; et puisque les réseaux de relations y étaient établis d’après les appartenances confessionnelles, les entrepreneurs serbes, presque exclusivement orthodoxes, travaillèrent auprès du clergé et des commerçants orthodoxes ; ceux qui venaient de Croatie, de Slavonie ou de Dalmatie, davantage catholiques, auprès des franciscains. Depuis longtemps déjà les frères chrétiens se détestaient entre eux : et l’antagonisme croato-serbe n’en devint que plus insurmontable en Bosnie-Herzégovine. De la théorie livresque, on passa à la réalité concrète du pays, sur le terrain ; le débat bascula rapidement du point de vue historique à la loi des nombres. Le plus fort, le plus important numériquement emporterait le morceau. Dans la confrontation entre Croates et Serbes, les seconds avaient une claire priorité sur les premiers, mais aucun n’obtenait la majorité absolue : indifférents nationalement, les musulmans restaient à l’écart. Les rallier assurait la victoire de la majorité absolue à l’un comme l’autre camp.

  • 1 Sur cette question, le meilleur article dans une langue autre que le serbo-croate me semble celui d (...)

5À ce point de la dispute entre en jeu l’Autriche-Hongrie, soit, en d’autres termes, Kállay. Celui-ci défend les intérêts de la Monarchie, qui désire conserver la Bosnie-Herzégovine : a priori, Kállay sera donc méfiant vis-à-vis du Royaume serbe, et moins suspicieux envers les régions croates de l’Empire (Banovine, Slavonie et Dalmatie), qui se partagent entre Cisleithanie et Transleithanie. Mais autoriser que ces dernières régions forment un ensemble politique avec la Bosnie-Herzégovine reviendrait à créer une grande région slave dans le Sud de la Monarchie, et déséquilibrerait le rapport de force entre Allemands et Hongrois : il est donc hors de question, du moins dans la première décennie de ce qu’on appelle « l’ère Kállay », de céder le moindre pouce de terrain au nationalisme croate en Bosnie-Herzégovine (tout comme dans les trois régions croates). Au contraire, à partir de 1890, le ministre commun des Finances va s’efforcer d’y favoriser le sentiment régionaliste, qui est très fort, et d’en créer un nationalisme bosniaque autour du noyau musulman de la population1. Se serait-il attelé à cette tâche quelques années plus tôt, il serait peut-être parvenu à ses fins ; mais la concurrence avec les nationalismes croate et serbe fut trop rude, et les musulmans eux-mêmes démissionnèrent rapidement, pour s’orienter vers l’un ou l’autre côté.

A. Premiers esclandres

6Les tensions crûrent dans la seconde moitié des années 1880. Les premières années de Safvet-beg Bašagić au lycée se déroulèrent d’abord tranquillement, sur fond de communautarisation progressive cependant ; les polémiques éclatèrent avec une certaine violence verbale dès 1890. Les affaires dans lesquelles l’adolescent fut aspiré précipitèrent sa prise de position, qui prit tout d’abord la forme du romantisme, formulé par lui puisque la figure paternelle s’estompe assez nettement à partir de 1887.

1. Trois années de tranquillité

  • 2 Šesto izvješće Velike Gimnazije 1887/1888, p. 21 et 28.
  • 3 C’est lui seul que Bašagić rappellera à Kreševljaković dans « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepaš (...)
  • 4 Je n’ai pas réussi à en savoir plus sur ce personnage. On a sa photographie en 1900 ; il enseigna d (...)
  • 5 Voir les bulletins scolaires de Bašagić en annexe.

7Durant les trois années scolaires 1887/8, 1888/9 et 1889/90, Safvet-beg Bašagić suivit avec régularité les cours du Grand gymnase, hormis durant les six premiers mois de 1889, où il fut absent une quinzaine de jours au total, peut-être en raison du mariage de sa sœur. Ces trois ans étaient encore dédiés à l’acquisition de connaissances fondamentales dans tous les domaines, et on n’exigeait pas des enfants qu’ils sussent composer, ni traduire des textes d’auteur2. Élève au bon esprit, relativement appliqué, Bašagić obtenait régulièrement d’assez bons résultats en bosniaque, allemand et catéchèse islamique, ainsi qu’en gymnastique (ce qu’il faut probablement imputer à ses années de retard). Pour le reste, il fut moins régulier, notamment en histoire-géographie, bien que, dès la rentrée 1887, ce fût Emilijan Lilek (1851-1940) qui lui enseignât ces deux matières, un professeur dont il devait garder un excellent souvenir3 et qui le lancerait dans de passionnantes recherches. On observe un fléchissement assez net en 1889/90, en particulier en mathématiques : il avait changé de professeur et une incompatibilité d’humeur s’était déclarée avec le nouveau, Jakov Žnidaršić (1847- ?)4. Si le jeune bey ne fréquenta pas le gymnase en 1890/1, 1891/2 et 1893/4, ce fut en partie pour cette raison5.

  • 6 Šesto izvješće Velike Gimnazije 1887/1888, p. 48-49.
  • 7 IAS BS – 112, lettres de 1911 et 1927 ; Miloš Petrović, Enciklopedija Jugoslavije, nouv. éd., t. 4.
  • 8 Žakula, « Predratna đačka omladina u Bosni », 8099 (22/11), p. 1.

8En 1887/8, en classe de troisième, Bašagić a pour camarades de classe les frères Hrasnica, Halid (1874-1942) et Mahmud (1872- ?), ainsi que Hašim Pašalić (1873- ?), les premiers originaires de Sarajevo, le troisième de Krupa-de-Bosnie ; en tout, au gymnase, on compte seize musulmans sur cent cinquante élèves6. Néanmoins, c’est le lieu du brassage communautaire par excellence ; les camarades ne se recrutent pas de façon exclusive parmi les coreligionnaires, mais selon les affinités personnelles, qui dépassent dans une certaine mesure les marquages religieux et nationaux. Bašagić eut ainsi des camarades serbes : le Voïvodinien Adolf Hempt (1874-1943), futur médecin qui fonderait le premier institut Pasteur de Serbie, en 19217, et le Serbe de Vinkovac (Croatie) Stevan Žakula (1875- ?), qui le rejoignit en classe de cinquième, en 1890, et se ferait connaître en tant que journaliste8. Il eut également des amitiés plus profondes avec certains enfants catholiques, Croates de Bosnie.

  • 9 On croit généralement que l’enseignement de l’arabe ne fut introduit qu’en 1889 au Grand gymnase, m (...)

9Malgré les apparences, la dynamique du lycée n’est cependant pas à l’assimilation, mais au contraire au marquage communautaire progressif. Un certain particularisme musulman existait déjà au lycée. En dehors des cours de catéchèse islamique, les jeunes musulmans suivaient des cours de langues orientales (turco-ottoman, arabe et persan) ; mais le répétiteur, mort en janvier 1885, ne fut pas remplacé. Ce manque ne pouvait que déplaire aux musulmans ; aussi le gouvernement territorial décida en août 1889 qu’à la rentrée d’automne, les petits musulmans verraient leur cours de grec transformé en cours d’arabe classique, et qu’on leur conserverait le latin9. On choisit pour nouveau professeur Ibrahim Repovac. Cet homme encore jeune fut ainsi présent aux côtés de Bašagić fils aux moments cruciaux de sa formation, de la rüşdiye au gymnase.

2. L’Affaire de Bosanska vila

  • 10 Johnston, L’esprit viennois, p. 74-75.
  • 11 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života. », p. 66.
  • 12 Žakula, « Iz mladih dana », p. 138.

10À la rentrée 1890/1, Safvet-beg est âgé de vingt ans. Il entre en classe de sixième (le gymnase en comptait huit, numérotées en ordre croissant). Mais passées les enceintes des bâtiments où règne une discipline austère comme dans tous les gymnases de l’Empire10, lui et ses camarades de classe mènent grand train, d’autant plus qu’ils sont souvent issus de familles aisées. Les cafés représentent le principal lieu d’attraction des jeunes gens11 ; sortant du gymnase, les livres encore à la main, on se regroupe principalement au Perse (Perzijanac) et à l’Orient (Orijent) pour y boire café ou bière, jouer au billard ou à des jeux d’argent, tout cela en cachette et parfois la nuit, dans l’anxieuse excitation de l’adolescence12.

  • 13 Il est probable que Safvet-beg Bašagić n’est pas l’auteur d’un texte qui parut dans l’almanach prov (...)
  • 14 Le nom est donné dans « Podvala kao povijesni dokumenat », Novi Behar 5 (1930-1931), 4, p. 64, un a (...)
  • 15 Riza-beg Kapetanović, « U Osami », Bosanska Vila 5 (1890), 10 (31/05), p. 149.

11La vie vibre en lui ; à cet instant, sa famille compte parmi les plus renommées du pays. Son père écrit des articles historiques et littéraires, et lui aussi se met à composer13. Il a déjà quelques flèches dans son carquois : un essai poétique au moins et des chants épiques oraux qu’il a retranscrits. La poésie se présente à lui comme un champ familier, qu’il entreprend de féconder avec enthousiasme. Vers septembre, il compose un ensemble de quatre petits poèmes d’inspiration patriotique et familiale, le montre au Grand gymnase, fait parler de lui. Un de ses camarades, Ljubomir Mirković, le persuade de les lui donner pour les faire paraître dans Bosanska vila (La Fée bosniaque)14. Pourquoi pas ? Bosanska vila est le seul magazine littéraire de Sarajevo, d’excellente facture d’ailleurs ; son père a bien toléré que la traduction d’un de ses articles y paraisse, et Mustafa Hilmi Muhibić, un proche de son père, y a lui aussi publié une traduction des Mille et une Nuits et des petits textes – aucun n’a eu à se plaindre de Nikola Kašiković, le respectable et respectueux rédacteur de la revue, connu pour son activisme pro-serbe mais qui a su, jusque-là, rester dans son devoir de réserve et ne pas apostiller aux productions musulmanes l’étiquette serbe. Et lorsqu’il l’a fait, il a maldroitement choisi ses personnalités : ainsi Riza-beg Kapetanović, le beau-frère de Bašagić, qui a été présenté comme « le fils de l’écrivain serbe bien connu Mehmed Bey Kapetanović15 ». Kapetanović, Serbe ! Personne n’avait daigné réagir, devant l’énormité de l’affirmation. On peut même penser que c’est avec l’aval de son père que le jeune poète accepte une publication.

  • 16 Ćuković, « Književno-kulturni rad učenika », in Spomenica Prve gimnazije, p. 50.
  • 17 À propos du personnage, voir Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 226-227.

12Mirković connaît pour l’instant une certaine gloire parmi les gymnasiastes. Originaire de Bijeljina, il publie dans Golub (Le Pigeon), une revue « pour la jeunesse serbe » sortant à Sombor, en Voïvodine ; il a même ses entrées à Bosanska vila, où il a donné quelques poèmes. Malgré sa camaraderie, c’est un esprit chauvin16. Il a une idée derrière la tête ou bien quelqu’un le manipule : peut-être appartient-il au cercle d’influence d’Antonije Stražičić (1864-1921), jeune Ragusain catholique qui mène bataille pour la diffusion de l’idée nationale serbe à Sarajevo17.

  • 18 Bosanski Hrvat, « Narodno pitanje u Bosni-Hercegovini », Crvena Hrvatska 2 (1892), 15 (14/05), p. 2 (...)
  • 19 Stražičić collaborait notamment dans Prosvjeta de Sarajevo. Voir Mali Nenad [Osman Nuri Hadžić ?], (...)

13Pour les Serbes, Stražičić sert de marotte : quoique catholique, il se déclare dans leur camp et prêche une idée moderne de la nation, qui distingue religion et nationalité. C’est d’ailleurs à ce seul prix « laïc » que les nationalistes croates et serbes, qui tous lorgnent sur la Bosnie-Herzégovine en prétendant qu’historiquement ces territoires leur appartiennent, pourront se rallier les musulmans, créer une majorité numérique et revendiquer les deux provinces. Selon un auteur de l’époque, c’est autour de Stražičić que la question bosniaque prit un tour virulent dans la presse18. Le Ragusain était monté à Sarajevo pour y rédiger la revue bosno-serbe Napredak (Le Progrès), dont le premier numéro sortit le 1er septembre 1890 ; il collaborait à d’autres journaux serbes19, et était proche de Bosanska vila.

  • 20 [CYR] Beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Rodoljupke », Bosanska Vila 5 (1890), 19-20 (nov.), p. 289-2 (...)

14Que ce fût Kašiković ou Stražičić, voire les deux, Mirković, alors gymnasiaste de cinquième, probablement âgé d’une quinzaine d’années, se trouvait donc sous l’influence de personnages forts en gueule. Il envoie à sa bonne Fée les quatre petits poèmes de Bašagić et les accompagne d’un mot assassin ; le 20 novembre 1890 ils sortent sous le titre vainqueur « Poèmes patriotiques » (Rodoljubke), présentés par ces quelques lignes : « J’ai entendu dire que vous acceptiez volontiers les poèmes de Serbes musulmans. C’est pourquoi me voilà en tant que tel, afin que les premiers sons de ma lyre retentissent dans notre “Bosanska vila”. À partir de maintenant, si Dieu me prête vie, je collaborerai plus régulièrement à votre chère revue, non seulement par des poèmes mais par tout ce qui me sortira des mains. » Signé : Le Bey Bašagić de la plaine de Nevesinje. Soulignant les passages les plus compromettants, Kašiković accompagnait ce petit texte d’exclamations au lyrisme triomphateur : Bašagić se déclarait de son côté20.

15Du reste, les thèmes étaient tous patriotiques. Bašagić célébrait l’Herzégovine, pour laquelle il aurait donné sa vie au combat :

Mon cœur malheureux se console
Il garde espoir en cette idée :
Que pour ton nom très honorable
Je te sacrifie ma jeunesse.

16Cet amour prenait sa source dans la tradition familiale grâce à une arme conservée avec dévotion au fil du temps :

Je me ceignis alors d’un sabre –
 Glorieux souvenir de mes pères ;
Je lus sur sa lame tranchante
Ces mots qu’on y avait gravés :

« Lorsque tu ceins ce sabre,
Sois donc la fierté de ton peuple !
Aime ta terre Herzégovine
Et garde-la sous ta défense !

Ainsi, fils, tu seras heureux,
Comme le furent tes ancêtres
Tu laisseras ton souvenir
Sur le dos de ton ennemi. »

  • 21 Mali Nenad, « Naši dopisi. Sarajevo 20 juna », Crvena Hrvatska 1 (1891), 21 (27/06), p. 2. À propos (...)
  • 22 Mali Nenad [Osman Nuri Hadžić ?], « Naši dopisi. Sarajevo 11. aprila », Crvena Hrvatska 1 (1891), 2 (...)

17Les vers n’étaient guère compromettants ; mais le mot d’accompagnement l’était, lui. Bientôt tout Sarajevo retentit du scandale ; c’était le premier de la sorte qui éclatât dans la presse. Du côté serbe, on exultait. Stražičić publia dans Napredak un article où il félicitait Bašagić de cette « conversion21 ». Les choses allaient avec moins de coulant rue Kečina : Ibrahim Bey n’aurait pas décoléré de vingt-quatre heures – la réponse promettait d’être cinglante22. Probablement tout autant sous l’effet des remontrances paternelles que par dépit personnel de s’être ainsi laissé tromper, Safvet écrivit le jour même de cette parution le poème « Au désespoir » (U očajanju), où il exprimait toute son amertume. Avec des accents aussi naïfs que dans les Poèmes patriotiques, en en appelant à ses ancêtres et au passé médiéval de la Bosnie, le poète s’y met en scène en une fantaisie où l’absorption d’une substance psychotrope lui permet de communiquer avec les fantômes de ses mère et grand-père. D’abord plongé dans une sorte de spleen, des prosopopées l’apostrophent avec des accents bourrus, lui demandant de renier ce nom serbe qu’on vient d’attacher à son nom ; ainsi Ded-aga Čengić (qui s’illustra dans l’histoire par la persévérante lutte qu’il mena contre les orthodoxes d’Herzégovine) :

  • 23 Safvet-beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Prodjite me se, božiji ljudi ! », Glas Hercegovca 8 (1891), (...)

« Safvet, malheureux enfant, dis-le-moi franchement,
Es-tu Serbe ainsi qu’on le proclame aujourd’hui ?
Si tu l’es – tu n’es plus mon fils, je te renie
À la face de tes pères et des gens de bien23 ! »

18Le poète est au supplice, il se défend tant bien que mal, cherchant secours auprès de sa muse ; mais, après avoir « [jeté] un regard par la fenêtre dans la profondeur bleue du ciel », une nouvelle hallucination le prend, empruntant cette fois-ci les traits et la voix de sa mère, personnifiant sa patrie, la Bosnie :

« Lève-toi, mon chéri, prends ta lyre guerrière,
Et entonne un hymne à la gloire de ta mère. »

19Suit alors la célébration triomphante des noms glorieux de la patrie : le ban Kulin, Tvrtko, le grand vizir Mehmed Bey Sokolović et Gradaščević (« le Dragon de Bosnie »), dithyrambe qui s’achève sur la disculpation du poète accusé d’accointances coupables avec le peuple serbe :

Je sentis un baiser sur mon front héroïque,
Et je me réveillai de ce songe agréable.
Tout se tenait en ordre – seule sur la table
Une bougie fumait – le soleil se levait.

  • 24 Crvena Hrvatska 1 (1891), 2 (14/02), p. 3.

20Après cet acte de contrition intérieure et l’absolution accordée en puissance, il fallait encore confesser publiquement son erreur. Le nom des Bašagić était sinon souillé, en tous cas compromis aux yeux du gouvernement territorial et de Kállay qui, de la part des musulmans, ne tolérait aucune déclaration de ce genre. Bašagić père dut réagir très vite : on ne trouve pas trace de ce scandale dans les archives, alors que d’autres affaires similaires alimenteront une abondante correspondance entre Sarajevo et Vienne. Ce fut peut-être aussi en partie pour cette raison qu’il retira son fils du Grand gymnase, craignant de donner à ses adversaires musulmans de nouveaux arguments contre la scolarisation des enfants et la vie moderne : ils auraient tôt fait d’interpréter cette trahison communautaire comme le fruit d’un esprit pourri par l’école des « Allemands » (Švabi, litt. « Souabes »). D’autre part, en janvier, Vatan, journal à la rédaction duquel Ibrahim Bey participait activement, publia de nombreux articles critiques de la tendance serbe qui s’était fait jour à Sarajevo24.

  • 25 Beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Rodoljubke », Pobratim 1 (1891), 2 (15/01), p. 17.

21La première démarche qu’effectua le jeune homme, ce fut de publier à nouveau les « Patriotiques » du côté croate. Elles parurent le 15 janvier 1891, sans être accompagnées d’aucun commentaire, dans la revue zagréboise Pobratim (Le Frère de sang)25. On ignore par qui cette publication fut rendue possible.

22La revue, toute récente, n’avait aucune diffusion en Bosnie-Herzégovine. Il fallait donc trouver un relais dans la province. À Mostar, le journal catholique Glas Hercegovca (La Voix de l’Herzégovinien), dont les délices étaient de polémiquer avec la presse serbe sur la question de l’appartenance nationale de la Bosnie-Herzégovine, sortit le 31 janvier 1891 un article d’un musulman anonyme qui poussait le jeune Bašagić dans ses retranchements. Dans un mauvais style, la phrase lâche et familière, l’auteur rabâchait les poncifs de l’argumentation nationaliste : sur quelles preuves Safvet-beg s’appuyait-il pour se proclamer Serbe ? Depuis des temps immémoriaux, les musulmans s’appelaient « Bosniaques » et « Herzégoviniens » ; le bey s’excluait donc lui-même du groupe, et s’en ferait définitivement rejeter s’il persévérait. Son père savait bien, lui qui était un Herzégovinien exemplaire, que son fils n’était ni Serbe ni Croate, mais Herzégovinien comme lui. L’auteur essayait de jouer la culpabilisation affective : ces déclarations étaient dommageables, car le jeune homme avait un véritable talent de poète patriote. Pour s’expliquer tout à fait la situation, on préférait supposer qu’il n’avait écrit cette lettre que pour faciliter sa publication dans Bosanska vila, et ne pensait pas qu’elle serait imprimée. Quoi qu’il en fût, il fallait s’expliquer.

  • 26 C’est ce qu’on devine à la lecture de Rodoljub, « Razjasnimo ! », Glas Hercegovca, 8 (1891), 12 (sa (...)
  • 27 Martinović, « Ivan A. Milićević », p. 67.
  • 28 Milićević, « Safvet beg Bašagić i “Glas Hercegovca” god. 1891. », p. 8-12. Cet article, hormis les (...)
  • 29 Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 208.

23Glas Hercegovca appartenait au franciscain Frano Milićević (1835-1903), qui en était simultanément le rédacteur. Le neveu de celui-ci, Ivan Milićević (1868-1950), était un bon ami de Safvet-beg : se connaissant probablement depuis Mostar, d’où était originaire Milićević26, ils avaient ensemble fréquenté le Grand gymnase durant trois ans (Milićević y fut à partir de 1884/5 et le quitta à la fin de 1888/927). Ce fut peut-être même lui qui le poussa, contre l’avis de son père, à entrer au Grand gymnase. Passionné par le monde des lettres, le jeune Milićević taquinait la muse et aidait son oncle dans les travaux de la rédaction ; il avait dû introduire Safvet-beg dans les arcanes du journalisme. Comme en témoigna Milićević bien plus tard, le jeune bey au désespoir, sommé de s’expliquer par Glas Hercegovca, pensa de lui-même à battre sa coulpe dans ce journal28. Il n’en fit probablement pas part à son père : Glas Hercegovca était mal vu du Gouvernement territorial en raison de ses idées pro-croates, et il ne s’agissait pas de se compromettre de ce côté-ci sous prétexte de se désengager de l’autre. Cependant, s’il fut mis au courant, Ibrahim Bey ne craignait peut-être pas tant les foudres gouvernementales : son fils avait été précédé par Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški, qui y avait publié en 1888 un poème en l’honneur de la dynastie habsbourgeoise, et même par l’un de ses camarades de classe et de ses meilleurs amis, Ahmed-beg Defterdarević, dont une courte nouvelle fut imprimée dans les colonnes de Glas Hercegovca en 188729.

  • 30 Safvet-beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Prodjite me se, božiji ljudi ! », p. 1-3.

24Safvet-beg réagit rapidement à l’article du 31 janvier ; le 2 février, il avait rédigé sa réponse. Elle parut le 7 dans le journal. Le titre, agressif, laissait éclater la vindicte dès l’abord : « Passez votre chemin, gens de malheur30 ! » Bašagić y introduisait son poème « Au désespoir » par quelques lignes, en réponse à la lettre de Mirković :

  • 31 Safvet-beg Bašagić, « Prodjite me se, božiji ljudi ! », p. 1.

Étonnant ! Quelque journal qui me tombe sous la main, on y cancane du Serbe Bašagić Bey de la plaine de Nevesinje. Certaines feuilles apposent à mon honorable nom ce mot qui m’est détestable, d’autres le mettent entre parenthèses, d’autres encore me souhaitent une bonne année, les derniers me provoquent en duel ; et tout cela me ronge tant que je ne puis plus le supporter ; c’est pourquoi me voilà, afin d’effacer publiquement ce mot intolérable du nom de la vieille et respectable maison des beys Bašagić.
Dans son numéro 19 de l’an passé, Bosanska vila a fait paraître quatre petits poèmes de ma plume sous le nom de « Poèmes patriotiques » ; ils battent d’un amour pur et innocent pour la race et la patrie. Mais cela encore a concouru à ma ruine ; comme je ne sais pas écrire en cyrillique et que je n’ai jamais été abonné à Bosanska vila, je me suis adressé à un prétendu ami pour qu’il me les transcrive dans cet alphabet et les envoie à la rédaction.
Deux ou trois mois passent, et pas de nouvelle des poèmes. Quel bonheur aurait-ce été que le destin, « em[e]ndaturis ignibus » [par ses feux qui châtient], les ait fait disparaître, et que ne vienne frapper mon jeune cœur cette note effrayante, que je n’ai jamais pu imaginer, et encore moins exposer au rédacteur de Bosanska vila.
En admettant même que je l’aie fait : [c’est impossible, ] après que Napredak, dans son 11e numéro de l’an passé, m’a bien enseigné que serbicité et orthodoxie sont deux vers qui ne peuvent ni ne veulent être séparés. Ainsi, moi aussi, Safvet-beg Bašagić de la plaine de Nevesinje, comme tous les véritables musulmans, j’en suis aussitôt arrivé à la conclusion que la serbicité et l’islam sont deux contrastes qui ne peuvent ni ne veulent être appariés. Maintenant donc, en invoquant la sentence « Eššebabetu šubetun min-eldžunun » [la jeunesse est une branche de l’égarement], je déclare clairement et à haute voix, droitement, sainement, proprement, intelligiblement, positivement et consciemment que je ne suis pas Serbe, mais que je suis et resterai Bosniaque (Bošnjak) ibni [fils de] Bosniaque jusqu’à la dernière goutte de sang, ce que mes ancêtres ont toujours été31 !

25Le pendant à la nationalité serbe était la nationalité bosniaque : la déclaration n’avait aucun caractère patriotique, auquel cas elle eût porté sur l’Herzégovine, le pays d’origine déjà chanté et chanté plus tard. Elle assimilait, en filigrane, la nation à la religion, ce que révélait la formule « Bosniaque ibni Bosniaque » ; l’assimilation se trouvait renforcée par le parallèle avec orthodoxie et serbicité. Inutile donc, pour les orthodoxes, de feindre l’esprit laïc : personne n’était dupe. La nationalité des musulmans était bosniaque. Il est impossible que cette déclaration ait été directement inspirée de Kállay, qui ne se trouvait pas dans le pays à ce moment et qu’aucune correspondance privée n’a prévenu ; l’exclamation spontanée du jeune Bašagić, probablement catapultée là avec le plein accord de son père, trahit un véritable sentiment d’appartenance nationale, sui generis en quelque sorte, qui transcende le patriotisme, même dythirambique, de son père.

  • 32 Riza-beg Kapetanović, « ?... », Bosanska vila 6 (1891), 2 (31/01), p. 26 ; Salih Kazazović : « U ra (...)
  • 33 [Alija Nametak], « Podvala kao povijesni dokumenat. », ibid.
  • 34 Anonyme, « Naši dopisi », Crvena Hrvatska 2 (1892), 2 (13/02), p. 3.

26Échaudé, Kašiković ne réitéra pas l’expérience ; avant même ces déclarations, en janvier, il publia un poème de Riza-beg Kapetanović sans le faire suivre d’aucun commentaire, de même qu’un autre de Salih Kazazović fin mars32. Plus tard, il regretta son erreur, et de n’avoir pu se rallier Bašagić33 ; il se brouilla également, au début de 1892, avec Stražičić, qui se fit exclure de la société sarajévienne34.

  • 35 Rodoljub, « Razjasnimo ! », Glas Hercegovca, 8 (1891), 12 (samedi 21/02), p. 1-2.

27Par la suite, Glas Hercegovca publia encore quelques articles qui alimentaient la polémique anti-serbe du journal en reprenant l’exemple de Bašagić. Le premier, probablement de la plume d’Ivan Milićević, présentait Safvet-beg comme un « jeune homme franc, simple, ardent patriote et bon compagnon », qui avait toujours eu en horreur la propagande serbe, ce que les orthodoxes (« les soi-disant Serbes ») de Sarajevo n’ignoraient pas, car il avait déjà fait des déclarations orales dans ce sens en public. Ce « morveux ragusain » de Stražičić énervait le jeune bey par ses articles de Napredak, et c’était cette irritation, justement, qu’il exprimait dans les « Poèmes patriotiques ». Milićević interprétait ensuite les poèmes à cette lumière : le poète se montrait triste à cause de la propagande serbe, qui visait à imposer un nom insupportable à la Bosnie, etc.35 Une telle interprétation était cohérente, mais était-elle en soi vraiment fondée ? Bašagić avait-il à l’esprit les nationalistes serbes lorsqu’il écrivit ses poèmes ? On peut en douter, dans la mesure où il les fit publier de lui-même dans une revue dont on n’ignorait pas qu’elle regroupait des esprits virulents de ce point de vue. De plus, les poèmes furent rédigés en septembre, au moment même où Napredak était lancé.

  • 36 « Dopisi. Gacko », Glas Hercegovca, 8 (1891), 12 (samedi 21/02), p. 2-3 ; Nikolaus, « Dopisi. Travn (...)

28Jamais les lecteurs de Glas Hercegovca ne purent lire, en revanche, que Bašagić était Croate ; et Frano Milićević n’eut aucun courrier qui le prétendît. Fin février, un des correspondants souligna simplement qu’on avait imposé un « faux nom » à la famille, et quelques jours plus tard, un certain Nikolaus de Travnik, catholique s’affichant Croate, peut-être prêtre séculier puisque ce haut lieu de la pensée croatisante en Bosnie abritait un séminaire de Jésuites et que le style de la lettre révélait une solide éducation, avouait avoir pleuré de joie en découvrant la confession publique de Bašagić36.

3. Bošnjak : contexte de lancement

29À Sarajevo, l’ambiance générale est à l’inquiétude nationale. La montée du nationalisme croate à Zagreb, les conflits croato-serbes en Dalmatie et la politique d’Alexandre Obrenović (1876-1903), qui arrive en 1889 sur le trône de Serbie, viennent alourdir l’atmosphère de la capitale provinciale. Suivant l’historien Tomislav Kraljačić (1937-1993), la stabilisation économique de la bourgeoisie bosno-serbe, à la fin des années 1880, lui donne la force de revendiquer une plus grande participation dans la vie politique provinciale ; elle exprime son mécontentement dans la presse de Serbie. Kállay ne veut pas extérioriser le problème serbe : il autorise le lancement de Napredak à Sarajevo, avec Stražičić à la rédaction. Parallèlement, il lâche la bride à Milićević pour renforcer son ton croatisant. Les musulmans se voient de plus en plus sollicités par catholiques et orthodoxes, tiraillés du côté croate ou serbe ; entre ces deux armadas, véritablement démunis de moyen de propagande, ils essayent de ne pas verser d’un côté ou de l’autre. Diverses réalisations, auxquelles les Bašagić ont participé au premier chef, ont déjà permis de regrouper la communauté autour de projets culturels et politiques, notamment le lancement de Vatan (La Patrie) en 1884, l’ouverture du Cabinet de lecture musulman en 1888 ou encore l’édition des chants épiques musulmans en 1888-1889. Du reste, une certaine identité était déjà là, forte, indéniable, tout d’abord fondée sur la religion.

  • 37 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 218-224.

30Selon Kraljačić, Kállay a l’intention de dégoûter les musulmans des diverses idéologies nationales affranchies du pouvoir spirituel et de susciter chez eux le désir d’un journal qui à son tour argumenterait une nationalité intégrale, transcendant les différences religieuses, mais cette fois-ci construite autour d’eux, les seuls habitants à ne pas créer d’appel d’air pour l’extérieur – les seuls aptes à faire de la Bosnie-Herzégovine une province à part entière, sur laquelle il pourra régner sans partage, tout en servant la Double Monarchie. Tout cela, Kraljačić le suppose habilement à partir des quelques éléments qu’il a en main, mais il n’a rien pu trouver d’explicite à ce sujet37.

  • 38 Un exemple : son livre s’appuie quasi exclusivement sur des documents d’archives, où il trouve des (...)

31Le principal reproche que l’on fera à cet historien, c’est qu’il pense que tout, en Bosnie-Herzégovine, à partir de la mi-1882, procède d’une politique volontariste émanant de Kállay ; tout, hormis le nationalisme serbe. C’est exagéré. La réalité est plus nuancée ; Kállay crée peu et se sert beaucoup de dispositions préexistantes, qu’il influence de façon indirecte. Ainsi à propos de sa « bosnicité » intégrale (bošnjaštvo/bosanstvo) : il existe un fort sentiment régionaliste avant son arrivée à la tête de la province, chez les musulmans comme chez les catholiques ou les orthodoxes, qui se décline généralement en identité herzégovinienne, bosniaque ou encore confinaire (de la Krajina, région au Nord-Ouest et au Nord de la Bosnie) ; et, au contraire, s’il a bel et bien élevé ce régionalisme au rang de nationalisme, on pourra arguer qu’aucun nationalisme en Bosnie-Herzégovine ne s’est développé de façon spontanée. D’autre part, le propos de Kraljačić est d’écrire l’histoire des intentions qui guidèrent Kállay dans ses réalisations sociales et politiques ; il exagère la dichotomie pensée-acte, et juge des réalisations selon leur planification38. En bref, Kállay ne serait pas un rationaliste des Lumières, mais un monstre de raison, un compulsif de la maîtrise. Si donc l’on peut s’appuyer avec confiance sur l’impressionnant travail de dépouillement que Kraljačić a effectué en archives, on ne saurait en dire autant de sa logique interprétative et de ses présupposés.

32Pour nous, mieux vaut s’intéresser au seul cas Bašagić. L’attitude des Milićević avait été bien plus correcte envers lui que celles de Kašiković ou Stražičić. Il n’a pas pour autant sacrifié sur les autels de la croaticité, et s’affiche rondement comme Bosniaque. On peut pour l’instant affirmer que ce sentiment est nationaliste, que Bašagić père le partage dans une certaine mesure, quoique dans son cas la voix publique préfère lui apposer l’étiquette patriotique d’Herzégovinien. Il n’y a aucune raison de croire que Kállay ou Kutschera, le bras droit de Kállay sur place, soient intervenus directement dans cette affaire en dictant leurs volontés aux Bašagić.

  • 39 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 230.

33N’ayant aucune idée préconçue de ce qu’il faisait, comme finit par l’avouer Kraljačić lui-même39, Kállay désirait lancer un journal qui concurrençât les propagandes en présence dans la province et menaçaient son intégrité politique. Ce désir rencontra le sentiment de frustration qui habitait la tête de la communauté musulmane face aux provocations serbes et croates. Aux racines de cette frustration, la peur : quoiqu’on entendît dire aux divers apologètes, la nation, dans la mentalité populaire, s’identifiait le plus souvent au groupe religieux ; pesait sur les musulmans la menace, à plus ou moins courte échéance, de devoir se convertir au christianisme ou plus exactement de s’y re-convertir, car les arguties historiques faisaient valoir que la Bosnie et l’Herzégovine confessaient autrefois le nom du Christ, et que l’islam n’était ici composé que de renégats, qu’on appelait avec mépris les « Turcisés » (poturčenjaci). À propos de cette idée, nous remarquerons que l’on oblitérait purement et simplement le développement historique de l’islam durant trois ou quatre cents ans dans les deux provinces.

  • 40 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 72.

34Kapetanović, le grand homme de lettres musulman du moment, s’engagea fort avant dans le projet d’un journal musulman ; avec ses pairs de Sarajevo, dont très probablement Ibrahim Bey, il voyait que Vatan ne recevait pas l’écho escompté en bonne partie parce qu’elle était rédigée en ottoman, langue que ne comprenait pas l’immense majorité des musulmans. On déposa auprès du gouvernement territorial une demande de concession le 6 avril 1891, dans laquelle il était également souligné que l’opinion communautaire avait été désabusée par les dernières polémiques en date de Napredak et de Glas Hercegovca. Ce désir rencontrait celui du gouvernement territorial, qui pressentit que, selon ses propres mots, ce projet « patriotique » permettrait de damer le pion aux propagandes adverses40. L’ensemble devait être rédigé en bosniaque et en caractères latins. Le choix de l’alphabet se justifiait (en partie seulement) par le fait que les principales publications antérieures de Kapetanović l’avaient utilisé ; mais c’était aussi, délibérément, s’engager du côté occidental et croate, ce que nous expliquerons un peu plus loin.

4. Bošnjak : articles fracassants du jeune homme

  • 41 Rizvić (ibid., p. 82) attribue à Bašagić un article de critique littéraire sur les auteurs bosno-ot (...)
  • 42 Zmaj-Jovan Jovanović, Đulići i Đulići uveoci, Novi Sad, 1864-1882, dont est tiré le vers cité (poèm (...)

35Ainsi vit le jour Bošnjak (Le Bosniaque), dont le premier numéro sortit le 2 juillet 1891. Kapetanović en était propriétaire et, officiellement, rédacteur. Dès le second numéro41, Safvet-beg Bašagić, ayant sans doute profité des liens de parenté qui l’unissaient au rédacteur, se distinguait par une célébration poétique du journal intitulée « Au Bosniaque », où il jouait sur la double signification de Bosniaque : nom du journal et nom national. Comparé à un faucon, image traditionnelle du redoutable, du fier et du chevaleresque dans la poésie épique sud-slave, dont Bašagić avait ici emprunté le mètre décasyllabique, le journal était invité à apporter la lumière dans le pays et à en relever l’honneur. Ce faucon annonçait triomphalement : « Le “Bosniaque” vit encore ». Bašagić détournait ici une formule bien connue du grand poète serbe Jovan Jovanović Zmaj (1833-1904), qui avait dit de la Bosnie : « ici aussi le Serbe vit42 ». Le double sens agissait grâce à l’adverbe « encore » : on ne pouvait pas dire que le journal vivait encore, puisqu’on en était à la seconde semaine de parution ; c’était donc l’homme du pays qui était signifié, lecture confirmée par la suite dans des vers devenus célèbres :

Tu sais, « Bosniaque », il n’y a pas longtemps,
Je te le jure ! il n’y a pas quinze ans,
Dans notre fière patrie la Bosnie
Et notre brave terre Herzégovine,
De Trebinje à la marche de Brod,
Il n’y avait ni Serbes ni Croates.

36Infinie serait la discussion qui se proposerait d’évaluer la vérité de cette affirmation. On acceptera aisément que le nom croate était extrêmement peu répandu vers 1875 (« il n’y a pas quinze ans »), hormis dans le sandjak de Bihać (dont l’appellation historique est « Croatie turque » – Turska Hrvatska), et que l’insurrection de 1875-1878 a grandement contribué à propager le nom serbe dans la population, qui s’y diffusait cependant auparavant, mais non depuis fort longtemps. Le mensonge permanent de ces débats, c’est qu’ils prétendent rendre une image fidèle de l’opinion du peuple, alors qu’ils font entendre la voix des seuls lettrés. Analphabète, trimant dur pour son pain quotidien, la masse bosno-herzégovinienne était totalement indifférente à ces débats.

37Selon Bašagić, la mention des Croates et des Serbes en tant que groupes nationaux était apparue en même temps qu’on avait voulu s’accaparer, de chaque côté, les habitants de Bosnie :

  • 43 S. B......, « Bošnjaku. », Bošnjak 1 (1891), 2 (09/07), p. 2.

Car nos invités nous ont assaillis,
Pour nous ravir le trésor le plus saint
Notre nom de bravoure très chéri43.

38Bataille pour un nom, nom de bataille. « Bosniaque » était un appellatif donné par les Ottomans aux habitants de la Bosnie que l’on retrouvait en abondance dans les chants épiques musulmans recueillis par Hörmann. Ainsi, la fierté épique jouait son rôle dès la présentation du drame national par Bašagić, enthousiaste d’héroïsme. Sur la scène, il regroupait les trois confessions de la Bosnie-Herzégovine sous une même bannière ; mais était-ce véritablement une idéologie intégrative qui inspirait ces vers ? Un certain flou artistique imprégnait la notion en raison de la connotation guerrière que Bašagić y adjoignait, dont on ne savait pas si elle englobait aussi les chrétiens de la province. Du reste, ce flou resterait une constante de Bošnjak et contaminerait une œuvre historique de Bašagić, la Brève introduction au passé de la Bosnie et de l’Herzégovine, qu’il publia en 1900.

  • 44 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 272-274 ; Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 75-76.

39Ces vers provocants ne laissèrent point indifférent ; ils assurèrent la pire des réputations au nouveau journal du côté serbe. On y voulait qu’ils fussent représentatifs de l’esprit qui présidait à la rédaction. Du côté croate, le journal Crvena Hrvatska (La Croatie rouge), à Dubrovnik, se montrait bien plus tolérant, car si l’on rejetait définitivement l’idée exprimée dans « Au Bosniaque », on gardait l’espoir que ce premier (faux) pas des musulmans dans la vie politique s’orienterait ultérieurement vers la Croatie44. Nous verrons que cet espoir était fondé sur de bonnes raisons.

  • 45 Pejanović, Bibliografija štampe 1850-1941, 19612, p. 10-12.
  • 46 Zihnija, « Nedajmo se ! U Mostaru, 5. novembra 1891 », Bošnjak 1 (1891), 20 (12/11), p. 1-2 (déjà r (...)

40Parmi les musulmans, Bošnjak fut bien accueilli, mais aucune estimation chiffrée ne peut être donnée45. De plus, dans une société largement analphabète, le tirage ne signifie pas grand-chose, dans la mesure où les journaux sont déclamés à la ronde par ceux qui savent lire, et que les nouvelles sont ensuite colportées de bouche à oreille. Qui plus est, le poème était en vers, ce qui facilitait sa mémorisation et sa propagation dans une société largement dominée par une littérature épique orale. Des lecteurs approuvèrent le poème de Bašagić aussi bien dans son intention que dans la réalité qu’il décrivait, et Kapetanović publia leur courrier46. Ces vers sont restés emblématiques du nationalisme bosniaque intégral, c’est-à-dire attribuant aux trois groupes confessionnels une même étiquette qui faisait alors son apparition.

  • 47 Voir ses bulletins scolaires en annexe.
  • 48 S. B., « Prva pjesma », Bošnjak 1 (1891), 4 (23/07), p. 4 ; Anonyme, « Utjeha », Bošnjak 1 (1891), (...)
  • 49 S. B., « Mustafa Paša Rešid. Ribarova kći ; Moj slavuj », Bošnjak 1 (1891), 5 (30/07), p. 2-3.
  • 50 S. B., « Junački ponos. Sultan Selim jauz », Bošnjak, 1 (1891), 7 (13/08), p. 1 ; id., « Očinski sa (...)

41Pour l’instant, Bašagić n’est plus scolarisé47. Il a du temps libre. Peut-être effrayé de se trouver au centre de l’attention générale, en même temps qu’il jette en pâture aux lecteurs de Bošnjak deux de ses « Poèmes patriotiques » durant l’été48, il opère un mouvement de retrait et décide de se consacrer plutôt à la traduction des langues orientales. À côté de textes développant des thèmes proprement littéraires, tirés de l’auteur ottoman Mustafa Paşa Reşid (1800-1858) ou du poète persan Firdawsī (v. 940-1020)49, on trouve des préceptes moraux ou le monologue d’un sultan ottoman50.

  • 51 E. J. Zürcher ne fait aucunement mention de ces poésies (« Reshid Pasha, Mustafa », Encyclopédie de (...)
  • 52 A. N. Tarlan, « Bulbul », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 1.

42Il s’en faudrait pourtant que ces traductions fussent innocentes. Chaque mot, chaque nom d’auteur initiait les happy few aux mystères de la nation bosniaque telle que la concevait Bašagić. De plus, les auteurs choisis trahissaient une influence sinon directe d’Ibrahim Bey dans le travail de son fils, en tous cas son avis esthétique et politique. Traduire Mustafa Reşid Paşa n’allait pas de soi ; l’œuvre poétique de cet homme d’État, promoteur des Tanzimat, resta modeste et ne faisait pas l’unanimité parmi ses contemporains51. Publier ce texte revenait à placer l’expression culturelle de la communauté bosno-musulmane sous les auspices de la modernité ottomane. L’autre texte de Mustafa Reşid Paşa que traduisit Safvet-beg évoquait un rossignol en cage. Symbole de l’âme selon la thématique soufi, le volatile encagé est un thème classique de la littérature orientale que perpétue, au xixe siècle tout particulièrement, le poète ottoman d’origine herzégovinienne Hersekli Ârif Hikmet (Rizvanbegović), bon ami d’Ibrahim Bey. Chez Hikmet, le rossignol est traité entièrement du point de vue soufi52, tracé que suit Mustafa Reşid Paşa dans ce texte. À sa lecture, les connaisseurs pouvaient songer que le rossignol emprisonné symbolisait la nation bosniaque malmenée, bâillonnée dans son expression.

  • 53 S. B., « Očinski savjet », Bošnjak 1 (1891), 7 (13/08), p. 1 : « Dobro pazi, ni za što na svijetu, (...)

43Cette veine ottomanisante irrigue un autre texte, où s’élève le monologue du sultan Yavuz Selīmshāh Ier (1470-1520). Le sultan célèbre le monde de l’islam et la gloire passée des Ottomans ; dans la Bosnie-Herzégovine de 1891, ces deux idées ont infailliblement pour conséquence de renforcer les liens de la communauté islamique en la flattant dans sa nostalgie et son identité religieuse. C’est le même effet que vise « Le conseil d’un père », repris du Quatrième Calife Ali (v. 600-661) : le « père » de la foi excite la fierté de ses « enfants » de Bosnie en leur recommandant de « ne jamais baisser honteusement la tête », de « refuser le cadeau d’un homme insignifiant53 », allusions assez limpides au contexte idéologique : les musulmans doivent refuser tout engagement du côté croate ou serbe, et se regrouper à part.

  • 54 S. B., « Ardišir », Bošnjak 1 (1891), 7 (13/08), p. 3-4.
  • 55 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », p. 358.
  • 56 S. B., « Divane-Husrev paša », Bošnjak 1 (1891), 8 (20/08), p. 4. La source probable de l’histoire (...)
  • 57 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », p. 358.

44Bašagić alimentait donc la flamme nationale en sous-main. Par la suite, deux poèmes sortirent au milieu d’août ; ils représentaient autant une traduction qu’un arrangement poétique. Le premier était un extrait du Livre des Rois de Firdawsī (v. 940-1020), où l’appel de la terre d’Iran incite le jeune Ardachir, futur prince de l’immense empire iranien, à quitter femme et enfant pour répondre à sa vocation grandiose. La mystique nationaliste trouvait ici toute sa nourriture : personnification de la terre, annihilation du moi, mépris ultime des liens charnels au profit de la nation, etc.54 Le poème rencontra un vif succès parmi les lecteurs de Bošnjak55. Le second, lui, mettait en scène un vizir ottoman d’origine herzégovinienne, Divane Hüsrev Paşa (litt. « Hüsrev Paşa le Fou »), colosse rebelle dont Bašagić s’enthousiasmait à souligner la fierté et le courage56. Cette attitude rebelle éveilla l’attention des lecteurs parce qu’elle caractérisait le mieux la fierté bosniaque57 ; mais sachant que très peu de Bosniaques savaient l’ottoman, combien surent lire correctement « Divane » en « fou », et non selon la similitude sonore avec l’adjectif bosniaque « divan », qui signifie « merveilleux » ?

  • 58 Lewis, Islam et laïcité, p. 140 ; d’après cet auteur, ce hadith est attribué de manière douteuse au (...)
  • 59 Notamment chez Shemseddin Sami Frashëri, voir George W. Gawrych, « Tolerant Dimensions of Cultural (...)

45Le bey conclut son été par une vaste réflexion, reprenant une idée lancée par Namık Kemal (qu’il ne citait pas) : l’islam n’interdisait pas l’amour de la patrie, qui plus est il lui était lié. Les Jeunes-Ottomans avaient lancé cette idée en 1868 et en avaient fait leur cheval de bataille pour promouvoir un patriotisme ottoman58. De manière générale, il s’exprime dans des termes qu’il emprunte à la réflexion ottomane sur la question nationale59. Comment avait-il pu s’inspirer de Kemal, en particulier, si ce n’est en suivant les avis paternels ? Intitulé « Hubb-ul-vatani » (ar. L’amour de la patrie), l’article, quoique long, captivait facilement le lecteur : le raisonnement clair et logique n’y refusait rien au lyrisme poétique. Bâtie sur des preuves historiques, l’argumentation en appelait autant aux ressources affectives qu’à l’évidence intellectuelle.

46Afin de se rendre crédible auprès de son lectorat, Bašagić invoque la religion et la tradition coranique au moyen du titre, qui est un hadith. Il introduit son sujet dans un court paragraphe en annonçant les différents aspects de l’idée de patrie (otadžbina) qu’il entreprend de développer dans l’article. Elle est tout d’abord la terre à laquelle nous ramène immanquablement notre souvenir, et où la vie sociale nous a intégrés dans notre parcours existentiel : enfance, jeunesse, mariage, etc ; par une vertu naturelle, son évocation dans ce cadre soulève l’émotion. Plus précisément, c’est l’endroit où la mère a bercé son enfant, où elle lui a donné toute sa tendresse – Bašagić joue sur l’étymologie des mots otadžbina (dont la racine est otac, père) et majka, mère, pour montrer le rapport profondément affectif que chacun entretient avec sa terre d’origine. Quelle que soit cette terre, même la plus stérile, « tu es un homme, tu dois l’aimer, ton cœur ne te permet pas de l’oublier un seul instant. » En vertu de ce rapport mystérieux, la patrie exige un dévouement héroïque :

[elle] est une pensée grandiose – une chose sacrée, pour laquelle il est agréable de mourir, et encore plus agréable de supporter les blessures. Lorsque l’homme combat pour elle, il oublie tout. La vie et la mort, son père et sa mère, sa femme et ses enfants n’ont plus aucune importance, seule la patrie compte à ses yeux.

47La patrie ne se confine pas à la terre d’origine, ni à l’État dont on est citoyen, ni même à une entité supérieure encore, mais se définit par la communauté d’efforts qui a présidé à sa naissance et à son développement, par le partage d’une même langue et de coutumes identiques, par un idéal commun. Ce n’est donc pas une réalité physique et il faut avoir connu d’autres réalisations de ces conditions à l’étranger pour mesurer tout le sens qu’elles prennent dans notre pays natal et l’impact qu’elles ont sur notre cœur.

48L’amour de la patrie n’est pas du ressort de l’individu, c’est un instinct naturel, qu’on rencontre tout autant chez les sauvages du continent africain que chez les animaux, et dont le règne a commencé en même temps que le monde. Il ne connaît pas de limites et il est en droit de tout exiger : « Qui ne se présente pas à [la patrie] en sacrifice n’a rien donné, qui ne fait pas tout pour elle a tout refusé. » Comme on le voit assez en l’épisode de Coriolan et de sa mère, et en bien d’autres endroits encore de son histoire, la Rome antique éleva à l’admirable cette vertu et fut en mesure, grâce au patriotisme enflammé de ses enfants, d’étendre ses conquêtes sur trois continents, exploit jamais réédité par la suite. Les Arabes eurent eux aussi pour leur patrie un grand amour, alimenté qui plus est par leurs convictions religieuses, ainsi que l’illustre le comportement de Saliha-binti-Ayyub lors de la conquête de l’Andalousie. En effet, alors qu’on demanda à la jeune héroïne où allait sa plus grande affection, elle répondit :

Après l’amour divin, qui est engendré par la crainte, et l’amour de l’Islam, qui tend au progrès de l’humanité – j’aime ma patrie ; car je vis sous ses ailes, sous son regard j’ai avancé, j’avance et en elle je me coucherai pour finir.
J’aime ensuite mon peuple ; il me nourrit et me défend de toute injustice et de toute attaque. Savez-vous ce que veut dire aimer son peuple ? Semer la concorde parmi ses enfants, l’amener à de meilleures conditions de vie, l’élever de sentiments et dans ses coutumes, se battre pour son progrès, lui assurer l’avenir, conseiller les gens mûrs, conduire la jeunesse au bien et instruire les enfants dans la science et l’art.

49Donnant la jeune guerrière en exemple à son peuple dans une longue apostrophe lyrique, Bašagić veut réveiller la fierté de son lecteur et en excite le souvenir par l’évocation de la gloire que connut la Bosnie lorsque Mehmed Paşa Sokolović accéda aux plus hautes fonctions de l’État ottoman et institua le bosniaque comme « langue officielle » [sic] de l’Empire. Mais le bilan est aujourd’hui sévère : le peuple (narod) a perdu son patriotisme, depuis un demi-siècle il méprise son passé et ne marche manifestement plus dans la voie du progrès. Citant un nouveau hadith, Safvet-beg rappelle que l’instruction est une volonté divine et qu’on honorait ce précepte par le passé dans le pays.

  • 60 S. B., « Hubb-ul-vatani min-el iman. Ljubav otadžbine s vjerom je skopčana », Bošnjak 1 (1891) 9 (2 (...)

50L’article se termine par une interpellation directe à la jeunesse où lui est confié un rôle moteur pour mener à bien les changements nécessaires. Le devenir de la « fière » Bosnie et de l’« héroïque » Herzégovine dépend de la docilité des forces vives de la population à se laisser conduire dans les chemins de la civilisation par une instruction solide : « Si [vous] ne faites rien, nous resterons derniers parmi les peuples de l’Europe, à la grande honte de notre patrie et des anciens Bosniaques60 ».

  • 61 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », p. 358.
  • 62 Bombaci, Histoire de la littérature turque, p. 363-368.

51De ces lignes enflammées ressortait une conception de la nation ni tout à fait à la française, ni tout à fait à l’allemande. Les deux notions prédominantes sont celles de la nature et de l’histoire : l’amour de la patrie est naturel, ce que confirme l’histoire. Ces déclarations soulevèrent l’enthousiasme des lecteurs61. Elles reposaient pourtant sur certains artifices rhétoriques : par exemple, Saliha-binti-Ayyub était un personnage de fiction, protagoniste de la pièce de théâtre La Voie (Tarik) composée en 1879 par le dramaturge ottoman Abdulhak Hamid (1851-1937). Elle n’a aucune réalité historique ; le personnage est un prétexte à chanter les gloires et vertus de l’islam62. L’un des éléments de l’argumentation, qui se voulait historique, était donc un faux.

  • 63 Soko Šestokrilović, « Bosanskijem trutovima. Kršna Hercegovina, 10. novembra », Bošnjak 1 (1891), 2 (...)
  • 64 Il ne faut pas cependant tout à fait exclure l’éventualité suivante : Bašagić a pu consulter l’Abol (...)
  • 65 N’ayant pas pu repérer la citation que fait Bašagić, je suppose qu’il s’agit ici de George Canning, (...)

52Il faut tout de suite analyser ici un dernier article, composé dans la suite de « Hubb ul-vatani », qui parut quelque deux mois et demi plus tard, en novembre 1891 : « Aux parasites bosniaques63 ». Tout comme « Hubb ul-vatani », cet article semblait intégrer certains éléments d’autres auteurs pour les réarranger dans une argumentation virulente, dirigée contre Croates et Serbes. En particulier, des citations d’auteurs dont il ignorait la langue sinon complètement, en tous cas suffisamment pour être incapable de lire leurs œuvres de façon cursive, montraient qu’il s’appuyait sur une littérature antérieure64 : il invoquait des Anglais réformistes – Sheridan (1751-1816), Fox (1749-1806) ou Canning (1770-1827)65 –, ainsi que le « grand génie du xviiie siècle », Voltaire (1694-1778) – avec un extrait des Questions sur l’Encyclopédie, dont il ne mentionnait pas le titre et devait ignorer jusqu’à l’existence.

53L’article avait été occasionné par le rejet général que suscitait la nationalité « bosniaque ». Il s’agissait maintenant de s’affirmer à la face du monde, et de refuser tout autre nom que bosniaque. Il soulignait :

Penser la nationalité bosniaque ne revient pas à se mouvoir sans discernement, comme en rêve ; on est fondé à le faire par la puissance, la force irrésistible de l’émotion et du sentiment communs d’un peuple, que réunissent des armoiries et un étendard, qui a tout souffert et n’a jamais renié son nom. Le Bosniaque a un éclatant passé, d’où se présage un avenir plus éclatant encore. Le présent ne joue aucun rôle, car il passe dans un souffle, ou bien embellit l’avenir de son éclat.

  • 66 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 210-214. Les débats sur ces symboles seront sans fin et continuent enc (...)

54Le jeune bey affirmait que les musulmans de Bosnie-Herzégovine possédaient des symboles nationaux communs tels le drapeau et les armoiries ; personne ne viendra plus, de nos jours, affirmer qu’il y a eu des signes de ralliement semblables de façon constante et unitaire dans le passé ottoman (bien qu’il y en ait eu dans le passé médiéval) ; mais l’affirmation fut très probablement suscitée par les efforts de l’administration Kállay, qui avait tranché sur les diverses coutumes locales et religieuses pour imposer, début 1889, des emblêmes nationaux unifiés66. On voit là l’influence indirecte de la politique de Kállay. Il était bien sûr aberrant de les présenter comme une tradition répandue dans le peuple.

  • 67 Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie, 1771, article « Opinion ».

55Selon Bašagić, en effet, le sentiment national était une opinion populaire – il citait Voltaire dans le texte de façon caractéristique : « Il faut des siècles pour d[é] truire un[e] opinion populaire. On la nomme la reine d[u] monde : elle l’est si bien que, quand la raison vient la combattre, la raison est condamnée à la [m]ort. Il faut qu’elle renaisse vingt fois de ses cendres pour chasser enfin tout doucement l’usurpatrice. » Caractéristique, cette citation l’est tout d’abord parce que Bašagić faisait un énorme contresens : il ne voulait certes pas présenter l’opinion populaire comme une usurpatrice (dans la traduction qu’il proposait, « usurpatrice » perdait tout son sens péjoratif et était rendu par « adversaire silencieuse »), puisqu’elle fondait l’identité bosno-musulmane. Caractéristique aussi, parce que le malhabile adolescent y présentait le nationalisme comme un sentiment, excluant toute rationalité – les idées de son père et sa propre action ultérieure iraient au contraire en faveur de la rationalisation de la vie publique musulmane. Caractéristique enfin, parce que cette phrase est tirée des Questions sur l’Encyclopédie, ouvrage où Voltaire se faisait l’ardent défenseur de l’islam. Il est presque impossible que Bašagić, ignorant à peu près tout du français à cette époque, l’ait lu ; il le citait de seconde main – peut-être d’après les lectures qu’il trouvait à la maison67.

56Selon lui, les musulmans, véritables autochtones, constituaient l’élément politico-économique majeur dans le pays. Aucun d’entre eux ne pouvait s’éloigner du troupeau et il fallait rappeler les « renégats » à l’ordre en leur rappelant la gloire des ancêtres, qui s’étaient illustrés depuis l’époque du ban Kulin jusqu’en 1875. Ces trublions étaient une minorité et personne ne les suivrait dans leur trahison ; on se devait de les annihiler comme de vulgaires parasites.

57Un tel canevas d’outrances, de contradictions et de fausses lectures indique que ces idées relevaient du bricolage – à partir de lectures hétéroclites et mal comprises, et d’un réflexe de protection identitaire. De tels articles donnaient à Bošnjak, à cette époque de sa parution, un ton assez agressif et le rendaient comparable à ses semblables de Croatie ou de Serbie.

  • 68 Cité d’après « Domaće vijesti », Crvena Hrvatska 1 (1891), 52 (30/01/1892), p. 3.
  • 69 Je n’ai malheureusement pu trouver aucun ouvrage véritablement conséquent sur la réception de Volta (...)
  • 70 Voir les quelques lignes éclairantes que consacre à ce propos Okey dans « Education and Modernisati (...)

58Nouvelles vagues dans la presse. À Zadar, la très cléricale Katolička Dalmacija (La Dalmatie catholique) était maintenant assurée que se cachait derrière ces articles un membre de la bureaucratie, ce corps rongé par l’athéisme, car une telle apologie de Voltaire ne pouvait être le fait que d’un athée. De plus, l’on savait que les musulmans se distinguaient par leur piété : tous les discours de Bošnjak ne représentaient donc qu’une vaste machination68. Certes, on touchait juste dans la mesure où un Croate se tenait aux commandes de la rédaction ; mais l’article qu’on critiquait provenait d’un musulman, justement. La rédaction du journal dalmate oubliait que certains fonctionnaires confessaient l’islam, notamment à la Commission des vakfs, et que, pour eux, la pensée d’un Voltaire n’était pas incompatible avec la piété islamique69. D’autre part, si le fonctionnariat bosno-herzégovinien se mouvait, sous les ordres de Kállay, selon un système absolutiste hérité du joséphisme70, il s’en fallait de beaucoup qu’il répondît à des critères spirituels aussi manichéens, entre laïcisme et cléricalisme.

59Faut-il faire de Bašagić un héritier des Lumières ? Celles-ci avaient diffusé jusqu’à lui à travers les filtres ottomans et austro-hongrois. Il semble cependant que la question ne doive pas être posée à ce stade de sa vie, mais plus tard : pour l’instant, on constate en effet que le jeune homme recopie plus qu’il ne s’approprie la pensée des Philosophes et de leurs disciples. Il se fait porte-parole mais parle peu de lui-même ; dans cette mesure, on peut en revanche parler de lui, d’un point de vue psycho-esthétique, comme d’un romantique.

5. Portrait d’un jeune romantique

  • 71 C’est également ce à quoi fut contraint Milan Begović, futur ami du jeune homme (Žeželj, Pijanac ži (...)

60Toutes ces productions étaient signées « S. B. », hiéroglyphe mystérieux pour la campagne bosniaque, mais que les autorités austro-hongroises eurent tôt fait de décrypter. Les gymnasiastes avaient à cette époque l’interdiction de publier des poèmes qui fussent contraires aux intentions gouvernementales71 ; pour ne pas encourir d’éventuels blâmes, Bašagić préféra donc continuer masqué à la rentrée, alors qu’il réintégrait le gymnase en classe de sixième. Il opta pour des initiales ou des pseudonymes bien plus ordinaires, du type « … ..ić », « Žarivoj », etc., tous quasi indéchiffrables. Mais ses camarades de classe ne s’y trompèrent point, et peut-être lui-même les aiguillait-il sur la bonne voie. Voici comme le présente l’un d’eux, Stevan Žakula, très probablement durant cette année de sixième :

  • 72 Žakula, « Iz mladih dana », p. 138. Lorsqu’il écrit ces lignes, l’âme serbe de Žakula ne préfère pa (...)

Tu étais, Safvet, la personnalité marquante de notre classe. De taille moyenne, ramassé et large d’épaules, le visage d’une pâleur caractéristique, les narines larges et frémissantes, les yeux grands au regard clair et perçant, tu t’imposais au milieu de nous. Je ne me souviens plus exactement si tu avais apporté en même temps que tes larges épaules quelque année de retard, mais je sais que tu avais un horizon intellectuel positivement plus large que nous tous. Tu étais un jeune bey merveilleux avec un léger duvet noir sur la lèvre, bellement et richement vêtu, dominateur et généreux. Tu ne te rompais pas au travail demandé par nos professeurs, mais tu avais des conceptions plus larges et une compréhension des choses plus profondes que les nôtres. Tu n’étais pas un enfant. Alors que nous, les petits, nous nous courbions et nous efforcions, et suions pour apprendre, pendant les répétitions de Jakovčić, un maximum de mots latins et grecs, tu traversais avec le sourire ces petites misères d’écolier et nous tenais de grands discours sur les beautés de l’Iliade, comme si l’arabe n’était pas alors ta langue obligatoire. Tandis que nous ânonnions nos règles de poétique, tu avais déjà écrit dans Bosanska vila des poèmes ; alors que nous nous imaginions en pensée le Smail Ağa [Čengić] de Mažuranić, tu te dressais parmi nous comme la vivante image du vieux Dedaga [Čengić] au sang bouillant. Tu connaissais le charme de la poésie et ressentais la passion qui s’en exhale, et tu nous enthousiasmais déjà de tes histoires et citations arabes. Nous nous cachions pour lire tes notes et tes traductions, qui faisaient naître en nous le désir d’avoir nous aussi quelque chose de semblable dans nos petites poches. Nous écrivaillions aussi un brin, mais tu souriais de ces avortons littéraires, toi dont les travaux étaient déjà imprimés et lus à cette époque72.

61Ce portrait écrit correspond à la gravure qui parut dans certaines revues un ou deux ans plus tard (voir en annexe). Ces deux témoins du passé présentent un personnage haut en couleur, impérieux, qui incarnait le passé provincial par sa personne et son nom. Tout concourt à faire du jeune homme une figure imposante, typique du sujet romantique : il a l’épaisseur psychologique de tout ce qui l’a précédé ; sa vie tient du prodige ; c’est quasiment le demi-dieu Hercule parmi les hommes.

  • 73 ...... ić, « Mahmud paša », Bošnjak 1 (1891), 14 (01/10), p. 1-2 ; 15 (08/10), 1-2 ; 16 (15/10), p. (...)
  • 74 On trouve dans le catalogue de la bibliothèque de Bratislava une biographie de Mahmud Paşa, mais le (...)

62Il possède une autre caractéristique du héros/auteur romantique : il est bavard et persuadé de son droit à la parole. Puisqu’il avait versé à nouveau, à la fin de l’été, dans des sujets de fâcherie, il eût été définitivement temps pour lui, en cette rentrée, d’apaiser la verve polémique qui jaillissait comme spontanément de sa plume. Mais il est comme atteint de logorrhée frénétique. Au mois d’octobre, il publie un long article d’histoire, où est présenté Mahmud Paşa (m. 1474), lieutenant de Mehmed II lors de la conquête de la Bosnie, en 146373. Après avoir retracé sa préhistoire, la chute du royaume bosniaque était éclairée de façon fort nouvelle, à la lumière des anciens chroniqueurs ottomans (Neşri, Aşikpaşazade, Hace-zade) et sans faire appel ni à Muvekkit, ni à Hammer, ni même à son père74. Prudent, le jeune homme se bornait dans son premier véritable travail d’historien à compiler les chroniques, qu’il comparait parfois pour choisir la version la plus plausible. Il n’avait pas besoin de faire l’apologie de son personnage : les historiens ottomans s’en étaient chargés avant lui, dans leur ton habituel. Du point de vue national, il restait prudent : Mahmud Paşa était, d’après les sources, Croate d’origine ; mais il le qualifiait également de « Yougoslave » (Jugoslaven) ; et Mehmed Paşa Sokolović (Sokollu), à la gloire duquel il insérait un petit poème en fin d’exposé, était « fils de la terre héroïque de l’Herceg ». On était à mi-chemin de l’exposé analytique et de l’histoire patriotique. Un tel article faisait de Bašagić fils un représentant, toutes proportions gardées, de l’histoire lyrique à la Michelet.

  • 75 Šestokrilović, « U oči nove godine. Napisao J. Paul », Bošnjak 2 (1892), 3 (21/01), p. 1-2.
  • 76 ......ić, « Vrelo Buna. Hercegovačka idila », Bošnjak 1 (1891), 20 (12/11), p. 1-2.
  • 77 « Nova knjiga o Bosni i Hercegovini », Sarajevski list 9 (1886), 135 (17/11), p. 3. Kállay avait se (...)
  • 78 Le contrat d’édition pour la traduction anglaise fut signé par Kállay en personne (Kraljaćić, Kalaj (...)
  • 79 im., « Novo djelo dra. Tresića », Hrvatsko pravo 1 (1895), 45 (24/12), p. 3.
  • 80 Asbóth, Bosnien und die Herzegowina, p. 144.

63Pléthorique malgré son inexpérience littéraire, Safvet-beg illustra son romantisme également à travers des traductions : l’une tirée de Jean-Paul Richter (1763-1825), le grand romantique allemand, où était traité le thème de la fuite du temps75, et surtout un chapitre d’un livre austro-hongrois sur la Bosnie-Herzégovine76. Ce second travail représentait un morceau de bravoure qu’il n’était pas innocent de traduire lorsqu’on s’appelait Bašagić. C’était un extrait du livre Bosnien und die Herzegowina. Reisebilder und Studien, composé par Johann von Asbóth (1845-1911) et publié à Vienne en 1888 (d’abord en version hongroise l’année précédente) ; mais personne n’ignorait que l’écriture s’était faite à quatre mains, avec Kállay lui-même comme second auteur77. Le fond du livre se résumait à un compte rendu louangeur de l’administration Kállay ; le titre de sa traduction anglaise le présente directement d’ailleurs comme un « voyage officiel à travers la Bosnie-Herzégovine78 ». Il marqua si fort les musulmans bosno-herzégoviniens que même un esprit critique tel qu’Osman Nuri Hadžić, dans sa phase la plus starčeviste et anti-habsbourgeoise (autour de 1896), le considérait comme le meilleur qui eût paru sur la province79. On ne saurait cependant affirmer que les idées du livre reflètent, de près ou de loin, celles des Bašagić : s’il est probable qu’Asbóth rencontra personnellement Ibrahim Bey au cours de son séjour à Sarajevo, il l’est beaucoup moins que les deux hommes entretinssent des rapports personnels, puisqu’en mentionnant le père de Safvet-beg dans son livre, le Hongrois écorche son nom en « Baschaljić80 ».

  • 81 Thèse présente en bien des passages, mais plus expresse aux pages 90 et 125-126.
  • 82 À ce propos, voir mon Petit guide, p. 201-215.

64Certes les idées importent ici ; c’est dans leur cadre esthétique qu’elles ont imprimé de leur sceau le jeune Safvet-beg – ainsi, les figures d’un cachet sont entourées d’inscriptions et de filets qui leur confèrent leur véritable signification. Les thèses historiques soutenues par Asbóth prennent forme dans un cadre historiciste et romantique somptueux. La rêverie de l’écrivain l’amène à errer sur les ruines de l’histoire médiévale : la Bosnie et l’Herzégovine ont apparemment sombré en 1463, avec l’arrivée des Ottomans ; mais l’esprit de la nation, porté jusque-là par la noblesse bogomile, s’est transmis, comme un feu sacré et souterrain, aux générations postérieures grâce à l’islamisation de cette noblesse et sa mutation en caste foncière ottomane, les sîpâhî81. On se souvient que cette idée de la conservation de la noblesse médiévale dans le corps des sîpâhî ottomans par une islamisation massive au moment de la conquête avait cours dans le pays bien avant 1888 ; de même, le fait qu’elle ait été bogomile, et que le bogomilisme ait été le signe distinctif de la Bosnie, le porteur de son identité médiévale, n’est pas une invention d’Asbóth82. Planant sur ces vestiges historiques, l’historien, dans un mouvement romantique, donnait existence à l’informe, suscitait une âme, et en caressait les origines mythiques, loin du temps. Ces méditations s’ancraient alors sur chaque paysage traversé, transfiguraient la nature pour révéler le drame de l’histoire ; ainsi des sources de la Buna, une petite rivière souterraine qui jaillit au Sud du poljé de Mostar, surplombée d’une haute falaise où sont juchées les ruines du château du duc Étienne. L’endroit prêtait un cadre, donnait une forme à la rêverie romantique : c’était une « idylle » (gr. « petit tableau »), ainsi que l’annonçait le titre du chapitre.

65Le jeune Bašagić n’était pas le premier à avoir été frappé de la mélancolie rêveuse du texte ; mais son précurseur avait publié en janvier 1887 dans le Journal de Sarajevo un travail à partir de l’édition hongroise, tandis que lui suivait fidèlement le texte allemand ; s’il avait jamais lu cette traduction, il ne s’en servait visiblement pas. Ces influences n’étaient guère nouvelles pour le fils d’un homme de lettres qui avait fréquenté les grands noms de la littérature ottomane, laquelle était influencée par le romantisme européen. L’originalité résidait dans le fait que les grands thèmes de sa production ultérieure prenaient forme ici dans des mots étrangers, que le traducteur s’appropriait tout à la fois ; elle montre la complexe genèse des idées bašagićiennes.

66On conclura sur un détail révélateur de la rhétorique argumentative du jeune traducteur. Le texte avait pour thème un paysage herzégovinien qu’Asbóth comparait aux plus grandes beautés alpestres de l’Europe occidentale, ce qui, aux yeux du lectorat bosno-herzégovinien, intégrait incidemment la province dans le concert des nations européennes et la mettait sur un pied d’égalité avec elles. Dans les textes les plus frappants de Bašagić, on retrouve constamment cette référence à l’Europe, le plus souvent envisagée dans la dénégation de sa supériorité par rapport à la Bosnie-Herzégovine ou, plus largement, à l’islam. La comparaison a une valeur argumentative sous-jacente, un procédé que Bašagić a pu apprendre des Jeunes-Ottomans via son père.

  • 83 Žarivoj, « U Dolini », Bošnjak 1 (1891), 20 (12/11), p. 3-4. En attribuant ce poème à Bašagić, je t (...)

67Une autre facette du romantisme de Bašagić s’exprima à travers un poème de cet hiver 1891-1892. « Dans la vallée83 » développe une conception de l’inspiration propre au jeune homme, qu’on aurait tort de vouloir absolument rapprocher des théories esthétiques allemandes ou françaises du xixe siècle. Ce n’est pas que Bašagić ne s’y référât implicitement ; mais ces références demeurent indécelables, dans la mesure où le bey n’a pas sans fin chantourné sa composition (on y décèle une répétition assez lourde) et que son allégorie de la poésie ne proposait aucun art poétique véritable. On en retiendra, d’une part, que le poète désire s’envoler d’un vol léger jusqu’à l’Olympe et au Parnasse – l’horizon poétique de Bašagić s’illuminait d’un soleil classique ; d’autre part, que la mission du poète est de servir la sainte patrie contre vents et marées – la poésie avait une dimension identitaire. Enfin, le cadre du poème était une vallée de fleurs et la nymphe elle-même avait le sourcil fleuri – on songe à l’art végétal et sensuel que développera quelques années plus tard Mucha (1860-1939) ; elle ne s’adressait pas directement au poète, mais celui-ci lui répondait à la première personne, et directement. Ces différents traits permettent de deviner une ébauche d’esthétique, jamais composée par Bašagić, qui n’avait guère l’esprit théorique.

  • 84 [Anonyme], « Osvojenje Kaniže », Bošnjak 1 (1891), 21 (19/11), p. 1 ; 22 (26/11), p. 1-2 ; 23 (03/1 (...)
  • 85 Fevziye Abdullah Tansel, « Kemāl, Mehmed Namik », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 4, p. 910. Vo (...)
  • 86 On retrouve cette construction formulaire avec les mêmes expressions dans un chant populaire que Ba (...)
  • 87 Dans les notes non imprimées de Hörmann. Voir « 11. Bitka kod Kaniže » chez Buturović, Narodne pjes (...)
  • 88 Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften, no 450 p. 326-327.

68Enfin, en romantique total, Bašagić réinvestit également la poésie épique pour glorifier le nom national. À partir de la mi-novembre et jusqu’à la mi-décembre, le jeune homme en verve fit publier dans Bošnjak un fort long poème épique intitulé « La prise de Kanizsa » (ville à l’Ouest/Sud-Ouest de la Hongrie actuelle)84. Le sujet qu’il proposait à ses lecteurs pouvait être connu de ceux qui avaient suivi l’actualité littéraire stambouliote : Namık Kemal avait lui aussi composé un Kanisza en 1874, si goûté du public qu’il avait connu une réédition en 1885 (et serait à nouveau réédité en 1894, 1916 et 1941). Le Jeune-Ottoman y célébrait les victoires méritoires des soldats ottomans lors de la conquête de cette ville hongroise, et mettait l’accent sur les actes d’héroïsme de Tiryaki Hasan Paşa (xvie siècle), lieutenant du grand vizir Damad Ibrahim Paşa (v. 1550-1601)85. La transposition de Bašagić s’acculturait dans les circonstances historiques de 1891 : sa veine pro-bosniaque affleurait à de très nombreux endroits ; il mettait par exemple en exergue la provenance bosniaque de Tiryaki. Un autre élément d’importance, c’était l’insertion, par Bašagić, de nombreux vers formulaires de l’épique populaire sud-slave, du type « Tonne-t-il, ou la terre tremble-t-elle, / Ou le feu des canons retentit-il, / Ou est-ce la canonnade du ciel, / Ou les lions enragés s’égorgent-ils ? // Ce n’est pas qu’il tonne, que la terre tremble, / Ou que le feu des canons retentisse, / Ni non plus la canonnade du ciel, / Ou les lions enragés qui s’entr’égorgent, / Mais…86 » La présence de ces éléments populaires incite à trouver comme seconde source de ce long poème un chant populaire épique qui existait à l’époque en Bosnie-Herzégovine87. D’autres éléments sont encore plus typiques de Bašagić lui-même : les épithètes homériques « la fière Bosnie » (ponosna Bosna) et « l’héroïque terre de l’Herzeg » (junačka zemlja Hercegova) abondent dans « La Prise de Kanizsa ». Comme dans tous ses poèmes précédents, le jeune homme y déclinait classiquement les clichés du combattant héroïque et magnifique, de la noblesse de cœur égale à celle du rang, de la sagesse des vieux et de l’impétuosité des jeunes, etc. Enfin, une troisième source de ce poème pourrait tout aussi bien être un manuscrit oriental que la famille devait posséder dès cette époque, et qui porte pour titre Les bravoures de Tiryaki Hasan Paşa88.

  • 89 Kreševljaković, « Abdulah paša », p. 6. C’est moi qui donne l’interprétation de cette suspension.

69L’action du poème était assez confuse ; l’un des points les plus clairs était que les Hongrois y tenaient un fort mauvais rôle. Le Gouvernement territorial, assez chatouilleux sur la question puisque le ministre dont il dépendait était Hongrois et que le Civiladlatus l’était également, interrompit sa parution89.

  • 90 S. Šestokrilović, « U Zidinama Jajca grada », Bošnjak 1 (1891), 27 (31/12), p. 1.
  • 91 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », p. 358.

70Ces défauts ne se retrouvaient pas dans un deuxième poème historique d’importance, « Sur les murailles de la ville de Jajce », qui parut à la Saint-Sylvestre 189190. En une recomposition romantique de l’épique orale, si fréquente dans la poésie sud-slave du xixe siècle, Bašagić offrait une prosopopée de Gradaščević qui l’incitait à défendre l’honneur sali de la Bosnie, à relever le nom des fiers Bosniaques ; du reste, rien de très particulier, mais ces compositions soulevaient l’enthousiasme des lecteurs91.

71Ainsi, de l’histoire à la poésie lyrique, le jeune homme se tournait sans cesse vers la réflexion identitaire, en un dérapage métaphorique constant : sans que la figure nationale s’estompât tout à fait, sa représentation réflexive essaimait dans toutes les compositions, devenant un leitmotiv thématique et structurel.

6. Conclusion

72C’est poussé dans le dos par l’opinion nationaliste serbo-orthodoxe que Safvet-beg Bašagić est apparu sur la scène publique. Dès ce moment, et avant le lancement de Bošnjak, il s’est fait le chantre d’un nationalisme bosniaque ambigu, voulu intégratif tout en affirmant la singularité musulmane. Cette ambiguïté aura des répercussions importantes puisqu’elle permettra un revirement ultérieur vers la Croatie.

73Dans ses articles, il s’inspire pour beaucoup de Namık Kemal, ce qui place sa réflexion dans la filiation de celle des Jeunes-Ottomans et de son père. L’élément nouveau par rapport aux idées de ce dernier, c’est la définition d’une catégorie transcendant, a priori, les appartenances régionales, mutation qui a été permise par la nouvelle situation internationale de la Bosnie-Herzégovine et, en conséquence, par la formation de l’adolescent à l’autrichienne. La possibilité d’un nationalisme musulman était née.

B. Une idée complexe de la nation

  • 92 Šestokrilović, « Šta je Bošnjak ? », Bošnjak 2 (1892), 1 (07/01), p. 4 : « Qu’est-ce qu’un Bosniaqu (...)

74Établissons tout d’abord que Bašagić avait, dès le début de son essor intellectuel, des connivences plus fortes du côté croate que serbe. On a vu que l’une des pierres d’angle de sa vocation littéraire était un roman d’Ivan Despot, auteur croate. La veine de Despot était nationaliste et il avait par exemple dédié son recueil Quelques graines « à la Croatie unifiée ». Il semble que Bašagić adolescent ait eu des lectures instructives de ce côté ; le seul auteur sud-slave qu’il citait dans son « Hubb ul-vatani » était Petar Preradović (1818-1872), poète du renouveau croate, patriote s’il en fut dans cette région. Un poème ultérieur de Bašagić, qui parut en janvier 1892 dans Bošnjak, montrait sans doute possible qu’il avait également lu Ivan Franjo Jukić : en comparant les Bosniaques à un rameau jailli du grand tronc slave, il faisait sienne une image qu’avait utilisée Jukić en 1851, presque avec les mêmes termes, pour définir une bosnicité intégrale92.

  • 93 Josip Eugen Tomić, Zmaj od Bosne. Pripoviest iz novije bosanske prošlosti, Zagreb, Matica Hrvatska, (...)

75En songeant à définir un archétype national, Bašagić s’inspirait donc de la pensée nationale croate, jusque dans ses prolongements yougoslavisants, c’est-à-dire illyriens. Était-ce de son père qu’il reprenait ces influences ? Malgré l’attitude d’Ibrahim Bey lors du scandale de Bosanska vila, rien n’est moins établi. Rien n’est moins clair, durant ces années qui entourent 1878, que la conscience nationale des beys bosno-herzégoviniens : aucune tradition populaire parmi les musulmans ne les lie de façon explicite à la nation croate. Ivan Zovko (1864-1900), un ethnologue bosno-catholique pourtant fervent croatisant, n’a jamais pu trouver une seule tradition historique qui ferait des musulmans des Croates. Aucun nom national n’avait cours parmi eux, hormis chez quelques individus des franges occidentales de la Bosnie et de l’Herzégovine. Apparemment, l’unique affirmation de ce type se trouve chez un romancier croate de la seconde moitié du xixe siècle, Josip Eugen Tomić (1843-1906), qui prétend que le nom croate se serait gardé en souvenir de l’époque médiévale chez les beys bosno-herzégoviniens. On n’accordera pas à cette affirmation le crédit qu’elle souhaiterait recevoir car Tomić, par ailleurs, ne s’est jamais distingué par des travaux ethnologiques ou historiques qui confirmeraient ce détail de façon scientifique93.

76Chez Safvet-beg Bašagić, l’influence croate ne vient donc pas du père, ni de la famille, ni encore d’un sentiment partagé par une classe sociale, ni même d’une ambiance générale. Il faut en retracer la genèse à travers le destin particulier de quelques individualités.

1. La filière Strossmayer à Sarajevo

  • 94 Kreševljaković, Sarajevo za vrijeme austrougarske uprave, in Izabrana djela t. 4, p. 175-176.
  • 95 Musa, Franjo Milićević, p. 61.

77Certains beys sympathisèrent avec des Croates juste avant l’insurrection de 1875-1878 ; parmi eux, le plus fameux était Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški. Lorsqu’en 1878-1879, les éditions de la Société littéraire croate pénétrèrent sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine, Kapetanović, sûr de son goût, souscrivit immédiatement en tant que membre bienfaiteur, ce qui l’engageait à recevoir durant trois ans au moins les publications de la société littéraire. Quelques autres musulmans adhérèrent également dès le début, mais en qualité de simples souscripteurs. Hormis deux personnages de Brčko, ils se recrutent surtout à Sarajevo : Ragib Bey Ćurčić (1824-1888), le dernier maire ottoman de Sarajevo, Vejsil Svrzo (1844-1891) – tous deux membres du conseil municipal de la ville à partir d’octobre 1878, comme Kapetanović94 –, Huršid Terczinski (m. 1904), un Polonais islamisé jouissant d’une grande notoriété dans la capitale, enfin Jusuf Bey Filipović (1842-1906), un avocat qui s’était lié d’amitié avec son homonyme le général Filipović. Il semble que le conseil municipal de Sarajevo suscitât, cette première année, de ces vocations croates comme spontanément : par exemple, on compte avec ces cotisants musulmans un Yaver Efendi, qui est probablement Yaver Baruh (1842-1902), le député juif au parlement Ottoman, lui aussi conseiller municipal. Pour certains d’entre eux, l’adhésion représentait probablement un geste d’opportunisme politique, car le général Filipović s’affichait Croate sans faux-semblant. Au départ de Filipović, ces personnages cessèrent de cotiser. Mais d’autres conseillers avaient des intentions moins volages, à l’instar de Mustafa Bey Fadilpašić, maire de la ville, qui adhéra en tant que membre bienfaiteur à partir de 1880 et jusqu’à sa mort (1892). Chez d’autres, tels Kapetanović, Jusuf Bey Filipović et Terczinski, la sympathie était profonde et se poursuivrait durant de longues années. Kapetanović soutint d’autres actions culturelles des catholiques bosno-herzégoviniens, notamment l’activité journalistique de Franjo Milićević à Mostar95.

  • 96 Despot, Malo Zrnja in Odabrana djela, p. 320-321.

78Ivan Despot, l’auteur dont s’inspira Safvet-beg Bašagić, était connu des Kapetanović ; un membre de la famille avait accompagné le franciscain un bout de chemin tandis qu’il arpentait l’Herzégovine occidentale, fin mai 1885. Il avait été cordialement reçu par la branche familiale qui habitait encore à Ljubuški. Ayant mentionné avec gratitude cet accueil dans ses Quelques graines96, publiées la même année, il serait tout naturel que Despot en ait envoyé un exemplaire à ses hôtes ; et il y a fort à parier que son livre parvint entre les mains de Bašagić par l’intermédiaire de Mehmed Bey Kapetanović, ou de son fils Riza-beg.

79Si l’influence des Kapetanović sur Bašagić n’est que probable, elle est relayée par une certaine tendance propre à Sarajevo, où la propagande croate touche quelques musulmans dès le début de l’occupation.

80Le fossé religieux et idéologique qui séparait alors les musulmans des chrétiens interdit d’ignorer la portée symbolique de l’adhésion à une société qui, plus que le simple nom croate, favorisait les grands thèmes du nationalisme en cours dans les provinces à l’Ouest et au Nord de la Bosnie-Herzégovine. Cependant, à Sarajevo même, la Société littéraire croate ne récolte d’abord que de très rares adeptes musulmans. Il manque chez eux un fervent véritable, un missionnaire zélé que n’animerait pas l’opportunisme (ou la prudence), mais la passion, et qui serait à même de travailler de l’intérieur, en présentant cette idée nationale dans sa saveur et sa véritable portée. Tout simplement, cette « croaticité » littéraire, diffuse, n’a pas la clarté d’une politique programmée et annoncée. L’évêque Strossmayer (1815-1905), chef politique du parti national croate (de tendance yougoslavisante) le sait et veut remédier au problème. Il prend contact avec un conseiller municipal catholique de Sarajevo, Bogdan Bertić, qui se met alors en position d’observer les différentes personnalités musulmanes du conseil. S’étant fait repousser par Fadilpašić et Kapetanović avec colère, eux qui pourtant adhéraient à la Société littéraire croate, il fait connaissance avec Esad Kulović, qui siège au conseil à partir de 1884 et y mène un groupe de contestataires. Bertić s’en fait un ami ; il lui expose les idées croates, et Kulović s’en enthousiasme. Dès 1885, le musulman adhère à la Matica.

  • 97 Ciliga, « Josip Juraj Strossmayer », p. 47-61.
  • 98 La citation est d’Édouard Marbeau, un Français qui a séjourné chez l’évêque en été 1879 ; il repren (...)

81La conversion politique apparemment très rapide du musulman aux idées de Strossmayer s’explique en partie par la position que celui-ci accordait à la Bosnie-Herzégovine dans son rêve national ; et bien que l’évêque soit personnellement enclin à n’importe quelle solution yougoslave, qui n’excluerait pas même le rattachement de la nouvelle province habsbourgeoise au Royaume de Serbie, les gens de son entourage, l’opinion publique croate et Bertić lui-même sont favorables à leur rattachement exclusif à la Croatie97. Dès 1879-1880, on peut aussi préciser les idées de Strossmayer sur la notabilité bosno-musulmane : selon lui, elle « prend son origine au commencement du septième siècle, quand les chefs des tribus croates, répondant à l’appel de l’empereur Héraclius, vinrent occuper les bords de la Save pour protéger l’empire contre les Avares98. » Les beys appartiennent ainsi à la noblesse croate, et il est tentant pour Kulović, même s’il est fils d’un militaire ottoman et d’une catholique locale, de s’agglutiner au corps des beys (dont il ne porte pas le titre), de s’assurer une place au conseil municipal où la majorité des musulmans sont beys, et de se rêver un avenir radieux dans un État national croate.

  • 99 Malgré ses accents victorieux, Bertić ne s’est décidé à rapporter ces faits à Strossmayer que bien (...)

82Une amitié se noue entre Kulović et Bertić ; le musulman ouvre au chrétien les portes d’Ali Paşa Čengić, où il a très probablement l’occasion de côtoyer le beau-frère de ce dernier, Ibrahim Bey Bašagić ; il le fait pénétrer dans des cercles qu’aucun chrétien avant lui, se vante-t-il, n’a pu fréquenter, et où il a pu répandre la bonne nouvelle croate. Bertić loue Kulović et le présente comme un incontournable de la politique bosno-musulmane ; l’éclat de son succès reste cependant sujet à caution99.

2. La filière Starčević de Mostar à Sarajevo

  • 100 Milićević, « Starčevićanstvo », p. 40 ; Knezović, Život i rad fra Didaka Buntića, p. 57 ; Musa, Fra (...)
  • 101 Gross, Povijest pravačke ideologije, passim (sur les influences françaises p. 9-14) ; Gross, « Les (...)

83La croaticité musulmane prend bien son essor à partir de Sarajevo ; elle est relayée par des courants venus de Mostar, sous l’égide des Milićević100. Ceux-ci n’adhèrent pas à la politique yougoslaviste de Strossmayer, mais aux idées d’Ante Starčević (1823-1896). Pour fonder la légitimité des revendications à la souveraineté du peuple croate sur son pays, Starčević fonde sa réflexion sur l’hypothèse d’une âme spécifiquement croate qui serait sa capacité à s’organiser en État, capacité qui s’illustre dans l’organisation étatique médiévale de la Croatie. Au contraire des yougoslavistes, il ne voit pas dans la langue un caractère essentiel de la spécificité croate ; il s’oppose encore à leurs prétentions en tendant non pas à une fédération des peuples sud-slaves, mais à un État national croate regroupant, hormis la Bulgarie, tous les Slaves des Balkans. Cependant, les deux mouvements s’accordaient en plusieurs endroits, notamment pour reconnaître leur dette commune à l’égard de la Révolution française, dont ils adoptèrent l’idée d’une nation fondée sur la volonté politique. Tout ceci, en partie, par réaction à la souveraineté jugée usurpée des Hongrois sur leur pays. C’est pourquoi, lors de la venue au pouvoir en Croatie du ban Khuen-Héderváry (1849-1918) en 1883, ils firent front pour tenir tête à sa politique pro-hongroise101.

  • 102 Horvat, Ante Starčević, p. 87 (cité chez Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 195 n. 5).
  • 103 Ante StarĆević, Iztočno pitanje, Zagreb, Hrvatsko Pravo, 1899 (le livre fut composé à partir de let (...)

84Anticlérical avéré, Starčević méprisait la religion et n’aurait eu guère de révérence que pour l’islam102. Dans « La Turquie » et La question d’Orient (Iztočno pitanje), où il analyse les relations conflictuelles qui existent entre les différents groupes religieux de Bosnie-Herzégovine, il s’exprima en termes respectueux, voire élogieux, au sujet des musulmans de cette province. Il dénonçait, à la source des tensions interconfessionnelles, le mauvais caractère des chrétiens qui ne savaient que se plaindre et haïr leurs maîtres, les musulmans locaux. Il soulignait la fraternité de race entre les différentes communautés religieuses et refusait, comme le voulait alors la coutume, de donner aux musulmans le nom de « Turcs ». Pour lui, ils étaient « des Croates de la plus vieille et de la plus pure noblesse d’épée de toute l’Europe103 ». La première partie de notre travail a montré que personne n’en savait rien ; en tout état de cause, le beylicat suscitait l’admiration de Starčević par la rectitude de ses mœurs et sa piété (ce qui convenait à son mysticisme nationaliste). S’il ne perdait pas de vue que sa domination représentait un lourd fardeau pour les communautés catholiques et orthodoxes, il affirmait cependant avec force que cet état pesait bien moins que le fardeau supporté par les serfs du reste de l’Europe.

85Si elles avaient pu pénétrer en Bosnie-Herzégovine en toute liberté, ces idées auraient assuré à Starčević un écho important dans la population musulmane, d’autant plus qu’on ne trouvait à l’époque aucun discours équivalent, dans sa clarté et son programme, du côté serbe. Mais Starčević agitait un étendard anti-dynastique particulièrement virulent et détestait sincèrement les Hongrois ; autant de raisons pour se faire de Kállay un ennemi aussi officiel que personnel. La protection du territoire bosno-herzégovinien par la censure et le contrôle des frontières fut d’abord telle que peu de choses transpirèrent jusqu’aux musulmans ; il faut ajouter à cela l’apathie, l’indifférence et l’incompréhension vis-à-vis du politique et du national dans lesquels évoluaient les couches populaires de Bosnie-Herzégovine. Quant aux moyens d’action des Croates eux-mêmes pour propager leurs idées en Bosnie-Herzégovine, il faut bien voir que cette nouvelle province appartenait davantage au monde du rêve, du fantasme, qu’à une réalité vraiment palpable, car on comptait sur les doigts de la main les Croates qui connaissaient réellement la région et, surtout, le régime ottoman ; de ce point de vue, les Serbes étaient mieux placés et la Bosnie-Herzégovine possédait pour eux moins de mystères, moins de charmes supposés. L’ignorance des conditions dans lesquelles on y vivait rendait les Croates moins efficaces sur le terrain.

  • 104 Les témoignages sont nombreux sur la relative bonne entente entre les différentes communautés relig (...)
  • 105 Milićević, « O Mostaru », p. 4 ; Martinović, « Ivan A. Milićević », p. 66-68. Pour une courte biogr (...)
  • 106 Rien n’atteste cette filiation dans les documents écrits que j’ai pu consulter. Elle ne semble donc (...)

86Ce fut donc à travers les catholiques d’Herzégovine, chez qui elles trouvèrent un premier terreau favorable, que les idées de Starčević gagnèrent les musulmans. Leur foyer était situé à Mostar, autour des activités politico-culturelles de Franjo Milićević, le franciscain journaliste aux services duquel Safvet-beg Bašagić eut recours en 1891. L’ambiance de cette ville favorisait les contacts entre les communautés religieuses. L’Herzégovine n’était pas la Bosnie, Mostar n’était pas Sarajevo : autant dans la seconde ville, les communautés vivaient par quartiers (mahale), autant, dans la première, elles se mélangeaient en tout lieu et s’entendaient davantage104. Ainsi le neveu de Milićević, Ivan, lui aussi fervent admirateur de Starčević, avait eu pour compagnons d’enfance et de jeu ses petits voisins musulmans : les Kotlo, et surtout Osman Nuri Hadžić105. Il est de toute probabilité que chez Hadžić, la pensée starčevićienne prit racine par l’intermédiaire de Milićević106.

87C’est probablement encore Ivan Milićević qui exposa à Safvet-beg Bašagić les idées de Starčević. On a vu que les deux jeunes gens se retrouvèrent ensemble dans l’enceinte du Grand gymnase de Sarajevo durant trois années. De deux ans l’aîné de Bašagić, en avance de quelques classes sur le jeune musulman, Milićević se rapprocha d’abord de lui très vraisemblablement en raison de leur origine herzégovinienne commune. Peut-être même se connaissaient-ils de Mostar.

  • 107 Ćuković, « Književno-kulturni rad učenika », in Spomenica Prve gimnazije, p. 49-50.

88En tout cas, Milićević dut lui parler de Starčević. Au gymnase, avec quelques camarades – les catholiques Srećko Maričić, Ivan Klarić, Mato Soče et Stjepan Radulović, ainsi que les musulmans Ćamil Karamehmedović, Osman Midžić et Šemsudin Salihbegović – il a formé un petit groupe d’élèves qui se procure de la lecture interdite : on lit Hrvatska vila (La Fée croate) et Sloboda (La Liberté), deux journaux des adeptes des idées de Starčević sortant à Sušak en Croatie. On lit aussi beaucoup les publications de la Société littéraire croate, passées sous le manteau par Maričić107.

  • 108 Ćorović, « Das Erwachen », p. 7 ; Žakula, « Predratna đačka omladina u Bosni », 8102 (25/11), p. 1.
  • 109 Žakula, « Iz mladih dana », p. 138. Chez Papić, Školstvo (1878-1918), p. 107, on trouve que dans le (...)

89À noter également qu’il régnait au gymnase une ambiance feutrée de croaticité – non pas déclarée ou triomphante, comme le prétendirent absurdement certains élèves serbes par la suite, mais un arrière-plan idéologique inévitable108. On avait par exemple fait venir des professeurs de Croatie et refoulé la plupart des enseignants serbes (qu’ils fussent de Voïvodine ou de Serbie, ou encore bosno-orthodoxes), car les Serbes, plus encore que les Croates, représentaient un facteur grave de troubles anti-gouvernementaux109. Les élèves travaillaient sur des manuels venus de Croatie ; par exemple, ce serait en 1893 seulement que l’établissement, via une commission désignée par le gouvernement territorial, se doterait d’un manuel d’histoire-géographie bosniaque. Bref, on ne pouvait nier qu’il y eût un esprit croatisant au Grand gymnase, atténué cependant par les efforts de Kállay vers la neutralité nationale, voire la nationalité bosniaque.

  • 110 Pour ces dates, voir [Anonyme], Osman Nuri Hadžić, p. 6 ; Spomenica šeriatske sudačke škole, p. 79. (...)
  • 111 ABH, GFM Pr. 1895/751 du 16. VI. 1895. Ce document était probablement connu de Malbaša, Hrvatski i (...)
  • 112 Milićević, « Nekolike uspomene », p. 83.
  • 113 En-dehors même du fait que Bašagić et Hadžić se fréquentaient assidûment à cette époque, il est plu (...)

90Le quatuor Kapetanović, Kulović, Safvet-beg Bašagić et Hadžić se trouverait ainsi aux racines de l’idée croate chez les musulmans. Entre 1888 et 1893, pendant qu’il suivait à Sarajevo ses études à l’École de droit chariatique110, Hadžić fréquentait Kulović et Bašagić avec assiduité, et se procurait auprès d’eux des lectures croatisantes111. Durant les vacances d’été de 1890, Hadžić et Milićević firent à Dubrovnik la connaissance de Frano Supilo (1870-1917), rédacteur en chef de la très cocardière Crvena Hrvatska (La Croatie rouge), qui les invita à collaborer. Hadžić, secondé par Milićević, écrivit immédiatement un article pour le journal112 et alimenta en 1891 la rubrique contre le journal Bošnjak, sans ignorer, probablement, que son compère Safvet-beg Bašagić lui-même composait les articles qu’il vilipendait113.

  • 114 Alija Nametak, « Nekoliko inicijala », p. 42.

91La position nationale sur laquelle campe ce dernier semble ainsi confuse dès les origines, confusion favorisée par les propres ambiguïtés de son entourage. Le beau-père de sa sœur, Kapetanović, tout en montrant de la sympathie pour les Croates, insuffle un esprit très « bosniaquisant » dans son journal et polémique avec ces mêmes Croates ; visiblement enclin à la sympathie envers Starčević, il se montre également magyarophile dans ses deux brochures les plus importantes à l’époque. On ne sait plus quelles déclarations sont de façade, quelles autres sont de conviction. La confusion s’aggrave si l’on sait que le véritable rédacteur de Bošnjak n’était autre que Jozo M. Čebular, un Croate dont on ne sait par ailleurs pas grand-chose, sinon qu’il fut, en 1897 et 1898, le rédacteur de Bosanska Pošta (La Poste bosniaque), traduction croatisante d’un journal allemand de Sarajevo, Die Bosnische Post. Ignoré de tous pendant longtemps, ce fait fut révélé par Safvet-beg Bašagić lui-même à la fin de sa vie, et rendu public en 1963114. Qu’est-ce à dire ? Aux rênes de Bošnjak et de la politique pro-bosniaque dont il se fait le promoteur se trouve donc un Croate. Ce paradoxe peut bien sûr s’éclairer par l’ingérence du gouvernement territorial dans la rédaction du journal, quoiqu’on ne sache guère la mesurer avec exactitude ; il peut aussi s’expliquer à la lumière des positions anti-cléricales – on dirait aujourd’hui laïques – de Starčević, les seules quasiment à avoir été affirmées avec autant de système dans l’espace sud-slave à cette époque.

92En bref, aussi bien la bosnicité en général que les idées de Safvet-beg Bašagić en particulier cohabitent avec la croaticité à leurs débuts et l’imitent, voire s’en imprègnent. Dans le poème « Qu’est-ce qu’un Bosniaque ? », paru en janvier 1892, on a vu que Bašagić définissait son peuple en reprenant les termes des Illyriens croates.

3. Bašagić et Hadžić : influences réciproques

  • 115 Kruševac se contredit en l’espace de quelques lignes à ce sujet dans Bosansko-hercegovački listovi, (...)
  • 116 [Édito], « Novo zastupstvo sarajevsko », Dubrovnik 1 (1892-1893), 39 (29/03/93), p. 1. Sur la démag (...)

93Bašagić est bien plus trouble que Hadžić. L’enthousiasme du second ne saurait être comparé à la mesure du premier. Bašagić ne se mouilla jamais dans Crvena Hrvatska, tandis que le premier ne se compromit jamais dans les colonnes de Bošnjak115. Véritable stekliš (« partisan de la doctrine starčevićienne »), Hadžić met à ses débuts autant de ferveur à s’affirmer Croate qu’il en mettra pour le renier à partir de 1917, tandis que Bašagić conservera toujours une certaine amitié pour la Croatie, plus mesurée aussi. Le nationalisme de Hadžić surpasse également celui de Kulović : plus fin politique, le conseiller municipal sut, jusque vers 1897, se présenter comme un frondeur anti-austro-hongrois qui ralliait, par des moyens assez démagogiques, les suffrages passionnés des Serbes aussi bien que des Croates116. Il sut cacher au gouvernement territorial son adhésion aux idées de Bertić.

  • 117 Si les Hadžić, selon l’auteur anonyme de la brochure Osman Nuri Hadžić (1869-1937) (Zagreb, 1995, p (...)
  • 118 ABiH GFM Präs. 1894/796 du 11. VII. 1894. En juillet 1893, Frano Supilo, qui avait invité Milićević (...)
  • 119 ABiH GFM Präs. 1894/873 du 2. VIII. 1894.

94En raison de l’influence que Hadžić aura sur les engagements ultérieurs de Bašagić, il est utile d’insérer une brève prolepse afin de mieux cerner le tempérament fougueux de cet ami zélé. Signalé pour la première fois au ministère commun par le Gouvernement territorial à la fin septembre 1893, Hadžić entre véritablement sur la scène politique de la Monarchie en juillet 1894 parce que ses productions littéraires, influencées par les idées de Starčević, inquiètent Kutschera, le gouverneur civil de la province. Comme il vit à Zagreb sans aucune ressource familiale117 ni bourse d’État, ses moyens de subsistance ne laissent pas d’être mystérieux : Kutschera estime que ses activités littéraires ne lui permettent pas de survivre et suppose qu’un membre du parti de Starčević l’entretient118. Son enthousiasme déferlant pousse Hadžić à répandre ses idées à Sarajevo même, où elles trouvent un terrain propice, ainsi que l’écrit Kutschera un mois plus tard119.

  • 120 Pour sa biographie, voir Alexandre Popovic, « Kadić, Alija », in Marc Gaborieau et al., Dictionnair (...)
  • 121 Malbaša, Hrvatski i srpski nacionalni problem, p. 68.

95Comme ces activités l’inquiétaient, le gouvernement territorial décida en 1895 de mener quelques investigations sur la genèse des engagements de Hadžić. Kutschera interrogea Ali Kadić (1868-1928), alors archiviste au gouvernement territorial120, qui avait à Sarajevo suivi les cours de l’École des juges de la charia en même temps que Hadžić. Kadić affirmait que Hadžić n’avait entretenu aucun lien d’intimité avec ses camarades durant ses études dans la capitale bosniaque. Probablement dans le souci de blanchir le gouvernement territorial, Kutschera assurait qu’il n’avait donc pu être gagné à ces idées pendant cette période de sa scolarité, bien qu’il eût été surpris par Kadić à lire assidûment des brochures croates. De son côté, le reis-ul-ulema Azabagić, qui à cette époque occupait le poste de directeur de l’École, déclarait que Hadžić était alors bien connu par ses déclarations nationales croates, sans pour autant recevoir d’écho parmi ses camarades. Azabagić n’ignorait pas que Hadžić avait alors des lectures dans ce sens et avait menacé de le sanctionner – mais l’étudiant n’en avait pas tenu compte. Kutschera mentionnait également Kulović et Bašagić. Il ajoutait encore que l’actuel directeur de l’École, Sulejman Šarac, n’avait entendu dire ni qu’il y eût de tendance croatisante parmi les étudiants de l’établissement, ni que l’influence des professeurs y décrût. Il savait seulement que Hadžić, avant de commencer à lire ces brochures, avait la réputation d’être très intelligent et appliqué ; ayant en vain déposé une demande de bourse pour l’université de Zagreb auprès du gouvernement territorial, il s’était débrouillé seul et poursuivait ses études avec l’appui des dirigeants du parti du Droit. Il n’avait pas essayé de chercher un soutien matériel auprès de ses compatriotes musulmans et ne pouvait d’ailleurs pas en espérer121.

  • 122 Là-dessus, voir im., « Laži proti šeriatskoj školi », Hrvatska 10 (1895), 152 (05/07), p. 2.

96Deux détails méritent commentaire dans ce document. D’abord, Šarac ment très visiblement à Kutschera en prétendant qu’en 1895, il n’y a pas de tendance croatisante parmi ses étudiants. On en compte en effet pas moins de sept cette année-là qui souscrivent à la Société littéraire croate, un chiffre trop important pour passer inaperçu. Les déclarations nationalistes pro-croates de la part des musulmans sont encore mal vues par le gouvernement territorial ; Šarac ne l’ignore pas, lui-même ayant adhéré à la Société littéraire croate pour l’année 1891 et n’ayant pas poursuivi l’expérience122. Second point à commenter : au vu des expédients qui permettent à Hadžić de subsister à Zagreb, le gouvernement territorial n’a pas composé, jusqu’en 1893 au moins, avec l’université zagréboise pour envoyer les juristes musulmans terminer leurs études en son sein, et n’a donc nullement favorisé la croaticité chez les cadis bosno-herzégoviniens jusqu’à cette date ; or, cette catégorie professionnelle fournit un nombre non négligeable des adhérents musulmans à la Société littéraire croate.

97Il faut en conclure que la croaticité musulmane n’est pas une création de Kállay ou du gouvernement territorial, ni même qu’elle en fut autorisée ; à ses débuts au moins, elle était plutôt souterraine. Les historiens Tomislav Kraljačić et Todor Kruševac n’apportent aucun élément qui convainque les autorités austro-hongroises d’avoir favorisé la confusion entre bosnicité et croaticité ; il faut qu’elle se soit opérée d’elle-même.

  • 123 S. Š., « Književno pismo. (« Almasija », pripovijest iz bosanskoga života napisao Rizvan-beg Kulino (...)

98Hadžić aida certainement Bašagić à franchir le pas décisif vers la croaticité tout au long de 1892. Au début de l’année, en février, Bošnjak publia de notre bey un article de critique littéraire où il présentait les romans qui touchaient de près ou de loin à la Bosnie-Herzégovine123. On y découvre ses sympathies intellectuelles. Il avait établi un corpus d’étude de sept ouvrages écrits sous l’influence du roman pseudo-historique que cultivait le romantisme européen dans la ferveur de l’exotique et de la couleur locale. Il critiquait tout d’abord des auteurs croates : ils écrivaient sans connaître leur sujet de l’intérieur. Un seul (Josip Eugen Tomić) avait droit à ses louanges, en raison du réalisme avec lequel il dépeignait la fierté des Bosniaques. Il attaquait ensuite un auteur serbe, dont le principal tort avait été d’écrire sous le pseudonyme « Rizvan-beg Kulinović », usurpant ainsi le titre de bey. Bašagić tombait à bras raccourcis sur le mauvais plaisantin, que ne venait dédouaner aucune connaissance particulière du milieu bosno-musulman, et en profitait pour écharper un auteur croate qui avait, lui aussi, usurpé le titre de bey dans son pseudonyme : Osman-beg Štafić.

  • 124 Il semble tout à fait exagéré de voir ici les présupposés d’une esthétique réaliste, comme le fait (...)

99Pleine d’enthousiasme ou, le cas échéant, de rage contre ses adversaires, la critique de Bašagić s’inscrivait nettement dans un cadre romantique, dont le but était la célébration nationale124. C’est ce dont témoigne sa préférence pour Tomić : la lecture de cet auteur nous persuade d’une vision hautement pittoresque et coloriste du monde bosno-musulman, avec de grands aplats de sentiments exacerbés. D’un point de vue idéologique, l’article de critique littéraire dérivait sur la fin en diatribe déplacée, défendant non plus seulement la communauté musulmane, mais le beylicat, dont certains auteurs avaient offensé la fierté.

100La veine purement pro-bosniaque de Bašagić s’arrête pratiquement là, comme le manifeste sa collaboration au journal, toujours diminuant : il publia en avril un poème célébrant les sentiments patriotiques d’une jeune Herzégovinienne, ce qui laisse percevoir la montée d’une veine régionalisante. Le poète se dégageait en douceur d’un registre purement abstrait et idéaliste. Il faudrait peut-être y voir le témoin de l’ambiance toute patriotique qui régnait rue Kečina, chez les Bašagić.

  • 125 Alija Nametak, « Edhem Mulabdić », p. 214. On ne saura être trop prudent avec ces allégations de Na (...)

101La production régulière de Bašagić à Bošnjak s’acheva le 18 mai avec un poème orientalisant. Pourquoi se retira-t-il du journal ? Au fond, on l’ignore. La raison en était, a-t-on avancé, semblable à celle qui fit quitter à son ami Mulabdić la rédaction de l’hebdomadaire un an et demi plus tard : il avait compris les intentions de Kállay lorsqu’il favorisait cette publication125. Mais quelles étaient ces intentions ? Elles répondraient à la devise « diviser pour mieux régner » : diviser les frères sud-slaves (en l’occurrence musulmans de Bosnie-Herzégovine et Croates), empêcher leur rassemblement pour mieux asseoir le pouvoir austro-hongrois et sa mainmise personnelle sur la province. De toutes ses déclarations rousseauistes, où il présentait le nationalisme bosniaque comme un sentiment spontané et historiquement prouvé, Bašagić serait revenu et n’aurait retenu que l’idéologie fallacieuse qui les avait inspirées.

  • 126 Petar Slijepčević, « Stara i nova kultura. Jedan Omladinski program », Prosvjeta (calendrier), 1911 (...)

102Une telle explication ne prend pas la mesure de l’avenir : l’idée bosniaque perdura parmi les écrivains de Bošnjak ; Bašagić, par exemple, le manifestera à maintes reprises. Au sein des détracteurs de Kállay, les avis étaient partagés : si les uns honnissaient la bosnicité intégrale, d’autres n’y étaient pas défavorables126. Il serait plus satisfaisant d’interpréter ce départ dans le cadre de la désaffection générale dont pâtit Bošnjak à cette époque. Elle est mal expliquée : peut-être cet échec est-il en partie dû au fait que le journal n’était que l’encensoir personnel de Mehmed Bey Kapetanović, dont le nom couvrait littéralement les colonnes. De plus, le contenu du journal prit à partir de ce moment un tour de plus en plus journalistique, moins littéraire. Seul son fils Riza-beg (1868-1931) qui, avec Bašagić, avait compté parmi les plus fidèles collaborateurs de la rubrique littéraire « Nos nouveaux poètes », apparut encore régulièrement dans le journal, et pour cause.

  • 127 « Domaće vijesti », Crvena Hrvatska 1 (1891), 52 (30/01/92), p. 3.
  • 128 « Mali teferič », Bošnjak 2 (1892), 27 (2/07), p. 3 ; « Mali teferić [sic] », id., 28 (9/07), p. 3.

103Il semble ainsi que la politique éditoriale de Kapetanović ne fît plus l’unanimité des cercles musulmans libéraux de Sarajevo à partir du début 1892. Dans Crvena Hrvatska, le journal de Supilo où collaboraient Milićević et Hadžić, on pouvait lire le 30 janvier 1892 que Bošnjak suscitait des rejets chez les musulmans eux-mêmes ; un de leurs meneurs, un certain « monsieur K. » (très certainement Kulović), Sarajévien éduqué à l’européenne, était le premier à désapprouver les procédés du journal ; certains proches de Kapetanović auraient eu la même opinion127. Faut-il y compter Bašagić père ? La lecture des journaux nous permet de relever qu’Ibrahim Bey ne se rendit pas chez Kapetanović pour le Grand baïram, quoiqu’il eût été invité128. Cette absence, dont on ignore les causes, est peut-être à imputer à des divergences croissantes entre les deux hommes et, partant, entre les idées de Bošnjak et Safvet-beg Bašagić.

  • 129 Šicel, Povijest hrvatske književnosti 5, p. 166, qui cite des propos d’Antun Gustav Matoš.
  • 130 S. R. Bašagić, « Bratska ljubav (Bosanska priča) », Bršljan 7 (1892), 2 (01/02), p. 44-45.
  • 131 Mirza Safvet, « Iskrice », Pobratim 3 (1892-1893), 3 (01/10), p. 40 ; 8 (14/12), p. 120.

104On pourrait aussi penser que ce fut sa progressive entrée dans la sphère d’influence croate qui éloigna celui-ci du journal. Pourtant, le jeune homme ne publie encore quasiment rien en Croatie ; ce qu’il publie, ce ne sont pratiquement que des traductions orientalisantes ou exotiques ; et les revues où il apparaît ne sont guère prestigieuses : la première est Bršljan (Le Lierre), une publication destinée aux grands enfants et adolescents, dans laquelle sont publiés des écrivains à leurs débuts ; de même pour la seconde, Pobratim (Le Frère de sang)129. Les deux appartenaient plus ou moins étroitement à la sphère starčevićienne de Zagreb. Dans Bršljan, Bašagić donna à lire un conte populaire mis en rime, « L’amour fraternel », qu’on ne saurait interpréter dans un sens politique malgré son titre : les deux jeunes frères qui dorment dans un berceau ne sont pas les allégories de la Bosnie et de la Croatie, comme on aurait éventuellement pu s’y attendre130. En 1892, il ne publiera encore dans Pobratim que des traductions d’aphorismes islamiques, eux aussi opaques à toute interprétation politique131.

  • 132 Emilijan Lilek, « Božji sudovi (ordalia) i porotnici (conjuratores) u Bosni i Hercegovini », Glasni (...)

105Si Bašagić se détourne donc de l’idéologie bosniaque dès la moitié de l’année, il ne l’a pas encore troquée avec la croaticité correspondante. L’année 1892 fut sous le signe de l’expectative. C’est ce qu’illustre le destin d’une enquête ethnologique qu’il fit sous la houlette de son professeur d’histoire et géographie au Grand gymnase, Emilijan Lilek. Celui-ci initia ses élèves à l’ethnologie, les lançant dans des recherches sur les ordalies et conjurations en Bosnie-Herzégovine. Une fois mis en forme, le projet parut en article dans Glasnik Zemaljskog muzeja (Bulletin du musée territorial) à partir du printemps 1892. L’enseignant avait l’honnêteté intellectuelle de citer ses chercheurs en herbe et Bašagić apparaissait comme ayant retranscrit une tradition orale de la bouche de Husaga Čengić132. Cette anecdote – et exclusivement elle – fut reprise un an et demi plus tard par des journaux croates. Ainsi, avant que le bey ne s’affichât en Croatie, il fallait que sa motivation nationale mûrit encore durant 1892. Trois éléments allaient fortement y contribuer.

4. L’affaire Spahić

  • 133 « Braći Muhamedancima », Dubrovnik 1 (1892-1893), 5 (31/07), p. 1 [= éditorial].
  • 134 Mehmed eff. Spahić, « Naši dopisi. U Mostaru, mjeseca Julija 1892 », Dubrovnik 1 (1892-1893), 8 (21 (...)

106Le premier de ces éléments, ce fut l’affaire Spahić, qui allait faire se précipiter, dans la solution composite et trouble que représentait l’ambiance intellectuelle de la communauté bosno-musulmane, les suspensions ioniques individuelles du côté serbe ou croate. Ce qui électrisa la solution, ce fut une décharge pourtant assez banale dans la presse d’alors : dans un éditorial paru fin juillet 1892, Stevo V. Vrčević, rédacteur en chef du journal pro-serbe Dubrovnik, appela les musulmans de Bosnie-Herzégovine à se déclarer ou Croates ou Serbes. Il prenait pour preuve de la serbicité des musulmans un livre de Kállay lui-même, où celui-ci affirmait que les beys descendaient de l’ancienne noblesse serbe133. Un certain Mehmed Spahić (1855-1958) de Mostar y fit bientôt écho en affirmant sa nationalité serbe, remerciant Vrčević pour sa saine politique. Il était rejoint une semaine plus tard par un correspondant anonyme, un bey de Banja Luka134.

  • 135 Mehmed ef. Spahić, « Naši dopisi. U Mostaru mjeseca septembra 1892 », Dubrovnik 1 (1892-1893), 14 ( (...)
  • 136 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 281-282.
  • 137 On va jusqu’à prétendre que les Spahić remontent jusqu’à la bataille de Kosovo, ce qui paraît assez (...)
  • 138 [Édito], « Muhamedanci su progovorili », Dubrovnik 1 (1892-1893), 17 (23/10), p. 1.
  • 139 Mehmed ef. Spahić, « Naši dopisi. Mostar 19. Oktobra », Dubrovnik 1 (1892-1893), 17 (23/10), p. 3.

107À Bošnjak, on s’inquiète, on lance la controverse. Le nouveau rédacteur en chef, Edhem Mulabdić, a été accusé par Spahić de traîtrise à la patrie. En septembre, les accusations de celui-ci prennent un tour historico-politique : il assimile les proches de Bošnjak à ceux contre lesquels Gradaščević s’était battu135. Kállay s’inquiète de l’écho que reçoit ce trublion de Spahić, malgré les assurances apaisantes du gouvernement territorial136. Ce fut probablement à son instigation que Bošnjak recueillit les signatures de trente-sept notables musulmans de Mostar au bas d’une déclaration où Spahić était diffamé tant dans sa lignée que dans ses mœurs. C’était là où le bât blessait, selon le Dubrovnik : d’une part, Spahić était issu d’une famille excellente de Mostar, et parmi les plus célèbres137 ; d’autre part, il avait tout à fait conscience de ce qu’il disait quand il s’était déclaré Serbe, et il avait parlé en homme indépendant (nezavisan) ; enfin, la déclaration exhibée par Bošnjak avait connu trois rédactions avant d’être signée par tout le monde à Mostar : le premier jet avait été refusé par le moufti Ali Fehmi Džabić (1853-1918), et le second par celui-ci et Mehmed Đikić138. Dans la foulée, Spahić attaquait Bošnjak pour avoir parlé de religion alors qu’il n’en avait pas fait mention dans sa déclaration – ce qui est tout à fait exact139. Dubrovnik publiera par la suite quelques lettres d’encouragement, dont il faut retenir celle d’un anonyme signant « Nebojša », où Spahić est célébré pour l’ancienneté, pour la dignité de sa noblesse et pour sa richesse.

  • 140 Nebojša, « Naši dopisi. Mostar 10 Novembra (Poslanica plemiću Memmedu efendiji Spahiću) », Dubrovni (...)

108C’est alors que Safvet-beg Bašagić entre en jeu. À Sarajevo, les cercles dans lesquels il gravitait s’étaient échauffés, tout d’abord parce que le journal était attaqué, mais aussi parce que Kapetanović et consorts ne supportaient pas qu’on leur accole le nom serbe : ils gardaient le souvenir des insurrections passées (surtout 1875-1878) et cultivaient une certaine croaticité. Kapetanović avait même fait des déclarations explicites quant à l’origine croate des beys bosno-herzégoviniens dans Obzor (L’Horizon) de Zagreb en novembre 1892. Bašagić se ragglutina à l’activité de la troupe pour l’occasion : le 1er décembre, il écrivit dans Bošnjak un blâme poétique à Spahić en détournant le titre des lettres de Nebojša. Elles avaient été envoyées « au noble Spahić à Mostar » ; Bašagić tournait en dérision cette adresse par une apostrophe « au nobliau Spahić à Mostar ». Le poème était composé dans le style des poèmes de jactance (fahriye) de la littérature arabe et agressait vigoureusement Spahić. L’auteur se présentait comme le héros de son peuple et – lieu commun de la pensée bašagićienne – s’enorgueillissait de son nom bosniaque en se remémorant la gloire guerrière des ancêtres, dont le symbole était le sabre que sa famille conservait140.

  • 141 Srđa Zlopogleđa, « Naši dopisi. Nevesinje 15. Novembra », Dubrovnik 1 (1892-1893), 22 (27/11), p. 3 (...)
  • 142 La figure de Mehmed Spahić reste assez controversée. Muhamed Hadžijahić lui reprocha les multiples (...)

109La dispute alla s’envenimant. On en vint aux arguties historiques : selon Bošnjak et Kapetanović, le beylicat bosniaque tirait son origine de la seigneurie bogomile médiévale, islamisée en masse au moment de la conquête – c’est-à-dire en 1463. Cette idée, qui n’était pas neuve, gagnait en publicité par la voie journalistique. Du côté serbe, on attaque bientôt Kapetanović en lui rappelant qu’il descend d’une famille croate de Vrgorac islamisée au xviiie siècle, les Puzdrić, qui n’avait rien de noble à cette époque141. Kapetanović n’a rien à rétorquer à cette affirmation, on ne peut plus véritable et vérifiable. De plus, d’après les lignes apaisées d’un anonyme musulman de Crvena Hrvatska, probablement Osman Nuri Hadžić, Spahić était vraiment issu d’une famille distinguée de Mostar142.

  • 143 Dubrovnik 1 (1892-1893), 38 (22/03/93), p. 3.
  • 144 C’est ainsi que Kapetanović publia en 1893 une brochure qui étale au grand jour une influence propr (...)

110Malgré les affirmations qu’on lisait dans les colonnes de Bošnjak, il se dessinait progressivement que Kapetanović était un croatophile avéré ; il y eut un mouvement de regroupement autour de lui et, du coup, cette coloration rejaillit sur ses proches. Ce qui commençait à se délimiter nettement, c’était un parti de fonctionnaires musulmans, pour la plupart employés au vakf (on appellera ce parti, mi-politique, mi-culturel, les vakufljani) ; en mars 1893, lorsqu’auraient lieu les élections à la mairie de Sarajevo, ses adversaires reprocheront à Kapetanović d’avoir bénéficié quasi exclusivement des suffrages de ces fonctionnaires143. Ce parti de musulmans modernistes s’inspirait des idées qui avaient cours en Europe, notamment de la laïcité promue par les libéraux occidentaux144.

111Quoiqu’on n’ait aucun instrument pour en mesurer avec précision l’évolution dans le temps, l’orientation de Safvet-beg Bašagić prit un tournant décisif au cours de cette affaire. Nous en avons une idée grâce à une lettre qu’il reçut fin décembre 1892 de Tugomir Marko Alaupović (1870-1958), un camarade croate qu’il avait côtoyé au Grand gymnase ; Alaupović, préparant un doctorat à Vienne, lui écrivait :

Crois bien que tu m’as toujours été cher, que je pense souvent à toi ; mais nos routes se sont séparées [depuis le début de l’année] : nous avons pris des directions tout juste opposées. Pourtant il me semble maintenant que nous nous rapprochons d’un autel commun, auquel nous tendrons l’un à l’autre notre droite fraternelle pour sceller une amitié éternelle, afin que se perpétue l’ancienne fraternité croate.

  • 145 IAS BS – 77, lettre de [Tugomir] Marko Alaupović à Safvet-beg Bašagić, Vienne le 23/12/1892.
    Publié (...)

112Alaupović l’inondait de la plus caricaturale des rhétoriques : il houspillait les desseins égoïstes de la Serbie sur la Bosnie-Herzégovine, ainsi que le règne despotique de Kállay, répondant à la devise Divide et impera. Pastichant le style paulinien – probablement sans le savoir –, Alaupović proposait une mystique de salut intramondaine ; il fallait que les jeunesses catholique et musulmane de Bosnie-Herzégovine conclussent entre elles une alliance éternelle, en dépit des provocations que subissaient les musulmans de la part de certains catholiques. Malgré l’enthousiasme, le ton d’Alaupović restait impersonnel : ce n’était pas un familier de Bašagić. Il avait gardé contact avec lui par l’intermédiaire d’Osman Nuri Hadžić, dont la présence fut là encore décisive dans l’engagement croate de Bašagić. Alaupović devait répondre à un mot que le bey lui avait fait parvenir, ou bien même commentait l’actualité brûlante en donnant signe de vie à celui qui se faisait remarquer en public145.

113Cette lettre marque un véritable tournant dans l’évolution idéologique de Bašagić. Désormais, il s’investira toujours plus du côté des nationalistes croates en Croatie.

5. Prosvjeta de Zagreb

  • 146 Milićević, « Dopisivanje », p. 296. Voir aussi Milićević, « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p (...)
  • 147 Marijanović, Fin de siècle, p. 28.

114Le deuxième élément qui décida de l’orientation de Bašagić du côté croate, après l’affaire Spahić et la reconnaissance qui s’ensuivit par Alaupović, ce fut le lancement, à Zagreb, d’une revue littéraire d’inspiration starčevićienne. Le premier numéro de Prosvjeta (La Culture) sortit le 1er janvier 1893 ; la rédaction s’y proposait d’élever moralement et intellectuellement le peuple croate. Étant passé, à la fin de 1891, de l’université de Vienne à celle de Zagreb, où Hadžić était allé le rejoindre, Ivan Milićević avait gonflé leurs rangs dès le début et publia en compagnie de son ami leurs créations communes ainsi que, à partir de la fin janvier, celles du bey resté en Bosnie146. Bašagić entrait ainsi, indirectement, dans un groupe de nationalistes croates prépondérants à cette époque : Fran Folnegović (1848-1903), August Harambašić (1861-1911) et surtout Ante Tresić-Pavičić (1867-1949), avec qui il se lierait d’une amitié plus forte. Tous adhéraient alors avec enthousiasme aux idées de Starčević : et rapidement, la diffusion de Prosvjeta fut interdite dans les gymnases et à l’université zagréboise147.

  • 148 Mirza Safvet, « Ašiklija », Prosvjeta 1 (1893), 5 (29/01), p. 106 – Mirza Safvet, « Dragoj », Prosv (...)
  • 149 Bašagić ne se rendit pas à Zagreb à ce moment-là de sa vie, comme le fait penser la lecture de Mili (...)
  • 150 IAS BS – 76, Alaupović à Bašagić, de Vienne le 20/02/1893. Lettre publiée par Ćorić, Nada, p. 832-8 (...)
  • 151 Mirza Safvet, « U Harabatu. Fantazija », Prosvjeta 1 (1893), 14 (02/04), p. 281-283 ; 15 (09/04), p (...)

115Pour la Croatie, Bašagić adopta un tout autre ton qu’en Bosnie-Herzégovine. Il commença discrètement par de petits poèmes amoureux, sans prétention ; et par la traduction d’une longue biographie de Firdavsī tirée d’auteurs orientaux, qu’il remettait en perspective grâce aux travaux de l’Allemand Adolf von Schack (1815-1894) – « peut-être le meilleur orientaliste148 ». Néanmoins, apparaître régulièrement dans les colonnes de Provjeta l’engageait fort avant. Ceci ne pouvait que susciter l’enthousiasme d’Alaupović, qui revint sur Sarajevo probablement en janvier149. Une seconde lettre de lui au bey, datée du 20 février 1893 de Vienne, a un style bien plus enjoué et familier que la précédente (pourtant écrite deux mois auparavant à peine). Donnant des nouvelles de sa thèse et s’enquérant de la santé de son correspondant, Alaupović, toujours aussi ardent patriote, demandait qu’il lui envoyât avant le 1er mars deux petits poèmes « non pas amoureux, mais à sujet historique ou patriotique150 ». Bašagić semble avoir répondu par un long poème de thème patriotique, où se mêlaient mysticisme et vision allégorisée de sa province : « Dans le Harabat151 ».

  • 152 « Harâbât », Türk dili ve edebiyatı ansiklopedisi, t. 4, p. 101-102.
  • 153 Parmi ces trois noms, seul celui de İsmet Mehmed Efendi est obscur. Cet auteur est connu sous le no (...)

116Qu’est-ce que le Harabat ? Le mot désigne, en persan, une taverne, une ruine. Au sens figuré, le soufisme (tasavvuf) l’emploie pour désigner un bâtiment où le novice est éduqué afin de parvenir à la contemplation de la gloire divine152. La maison d’initiation peut même devenir, dans un second sens figuré, état de transe lors de la fusion avec le divin dans l’expérience immédiate de sa gloire. Bašagić s’inspirait de Nizâmî (v. 1141-v. 1200), Hâtif Isfâhanî (m. 1783) et Hadji İsmet (m. 1747), trois poètes qui avaient célébré dans leurs vers la connaissance de Dieu à laquelle ouvrait le Harabat153.

  • 154 Pièce XVI des « Beharije » (parues deux ans plus tard, en 1895, voir, dans la même partie, chapitre (...)
  • 155 Voir la citation de Ziya Paşa dans « Sabit Užičanin », Smotra dalmatinska 10 (1897), 39 (?), p. 2.
  • 156 Je ne rejoins pas Ivan Lovrenović quand il affirme que la volonté synthétiste des Bosniaques s’enra (...)

117Précisons tout de suite que si le propos de Bašagić était bien d’offrir une synthèse poétique en bosniaque de ces poètes ottomans, son originalité était qu’il faisait du Harabat une vaste métaphore de la Bosnie-Herzégovine, comme il l’indiquerait plus tard, et comme le sous-entendait l’épigraphe de sa composition154. Il se démarquait également du poète ottoman Ziya Paşa qui, en 1874, avait remis le mot à la mode en publiant sous ce titre une anthologie poétique des classiques ottomans : pour Ziya Paşa, le Harabat était une métaphore de l’ensemble des poètes, la patrie idéale du monde des belles-lettres – ce qui n’est pas le cas chez Bašagić, lequel, en réutilisant le mot, exerçait son pouvoir créateur en toute conscience car il avait lu cette anthologie155. Pour lui, le Harabat représentait le lieu utopique de la communion entre religions : chrétiens, juifs et musulmans se mêlaient dans son pays pour former une communauté unie, placée sous le signe de la divinité et de la vérité. Le discours mystique, d’un usage rhétorique156, lui permettait d’éviter tout nom national : on pouvait le lire comme la promotion d’une bosnicité intégrale comme d’une croaticité intégrale.

118Il récolta bientôt les fruits de son travail : le public lettré salua la beauté de cette allégorie. Voici ce que lui écrivit l’ancien rédacteur en chef de Prosvjeta, Ante Tresić-Pavičić, le 1er mai 1893 :

  • 157 IAS BS – 150, Ante Tresić-Pavičić à Safvet-beg Bašagić, de Zagreb le 01.V.1893.

À Safvetbeg Bašagić, gymnasiaste à Sarajevo
Cher ami,
N’allez pas croire que si je ne vous ai pas répondu jusqu’à aujourd’hui, une grande joie ne m’ait pénétré lorsque j’ai pu introduire dans la littérature croate un nouveau rossignol musulman, en faisant imprimer votre premier poème dans Prosvjeta. Je savais que vous composiez auparavant, mais vous étiez inconnu de notre public : c’est pourquoi je me suis réjoui de la joie des lecteurs, quand ils eurent goûté à la fraîcheur de votre enthousiaste poème.
Je ne suis plus à la rédaction de Prosvjeta, car de nombreux autres travaux ne me le permettent pas ; vous voudrez bien, dorénavant, envoyer vos poésies non à mon nom mais à celui de la rédaction.
Continuez à cultiver avec soin votre imaginaire et vos sentiments. Que ceux-ci soient dévoués avec amour au peuple dont le sang coule dans vos veines ; et colorez votre imaginaire des couleurs de l’Orient, arrosez-le avec l’eau délicieuse des poèmes de Firdavsī, enivrez-le du parfum capiteux des roses et des jacinthes persanes : ainsi vous créerez quelque chose d’original et de beau, que seuls nous pouvons avoir, nous les Croates, en qui se joignent l’Orient et l’Occident. Qu’Allah vous donne longue vie pour l’honneur et l’orgueil de cette part du peuple croate qui le révère157.

  • 158 Rizvić, « Poezija Safvetbega Bašagića » (repris dans Panorama).
  • 159 Cette opposition est parfaitement formulée dans un article de 1889 : « La Bosnie est en elle-même u (...)
  • 160 Voir mon Petit guide, p. 213-215 ; d’après mes lectures, on retrouve beaucoup moins le cliché de la (...)
  • 161 Comparer les deux versions de « Prokletstvo Dželal-paše » dans Mearif 1 (1312-1313), p. 71 ; et Tro (...)

119La lettre de Tresić est programmatique : elle invite le jeune bey à se tenir entre Orient et Occident, ce que ses critiques ont plus tard reconnu comme le principe de son esthétique158. Rappelons que le slavisme lui-même se définissait de cette sorte, dans ses formulations russes. Largement inspiré par celles-ci, Starčević et son parti politique se représentaient de façon lancinante la Bosnie-Herzégovine comme le lieu de rencontre entre Orient et Occident – même s’ils n’en avaient pas le monopole. Orient ottoman de naguère, Occident d’un jadis médiéval159. Ce cadre formel constituait des prolégomènes obligatoires à toute pensée nationale qui se voulait intégrative de la nouvelle province austro-hongroise et respectueuse de l’identité musulmane160. L’idée avait également cours dans l’empire ottoman chez les Jeunes-Ottomans, partisans d’une pénétration de l’Occident dans leur Orient. Pour comprendre le basculement de l’influence ottomane à l’influence starčevićienne chez Bašagić, il suffit d’examiner une modification qu’il porta dans ces années-là à un poème paru en 1894 : désormais, pour Bašagić, le creuset des civilisations n’était plus Istanbul mais Sarajevo161.

120Pour donner une analyse complète de la lettre, on rajoutera que Tresić tournait les efforts de Bašagić vers le peuple. Ceci lui donnait une mission de vulgarisation, avec l’appareillage littéraire que cela supposait : langue simple, vision claire du monde, etc. Bašagić devait travailler (et travaillerait) dans l’explicite, et non dans l’implicite, à rebours des courants poétiques qui se faisaient jour en Europe à son époque, pour lesquels l’épaississement de l’expression essayait de traduire celui du mystère existentiel.

  • 162 Mirza Safvet (Safvet beg Redžepašić-Bašagić), « Odgovor na poslanicu Dr. A. Tresić-Pavičića », Pros (...)
  • 163 C’était sous la forme d’un poème, dans le recueil Nove pjesme, Zagreb, 1894.

121Nous étudierons tout de suite un autre échange de Tresić et Bašagić, cette fois-ci poétique plutôt qu’épistolaire, qui prend la forme d’un poème-manifeste162. Ce poème n’a pas joué directement dans la « conversion » croate du bey, car il a été écrit en été 1894, soit longtemps après le tournant 1892-1893, quand tout se noue ; mais il nous permettra de développer la façon dont les deux hommes envisageaient la dualité Orient-Occident. « Réponse à la lettre du Dr A. Tresić-Pavičić » annonçait par son titre que Bašagić s’alignait sur ce que lui avait écrit Tresić un an auparavant163 : opérer la jonction entre Orient et Occident, considérés a priori comme deux mondes antithétiques et irréconciliables. Ce poème, très explicite malgré un langage imagé, fixe les bornes et les perspectives de cette mission. Le cadre général est celui d’un duel épique où se mesurent Bašagić et Tresić. Le vers décasyllabique (c’est-à-dire épique), renforce l’impression de combat. Le chevalier-poète invoque d’abord à ses côtés la fée « des monts héroïques » (sa junačkih gora) et s’apprête pour le combat :

Sus mes gusle, oh ! sus ma protectrice !
Mon frère aimé m’appelle au champ de guerre
Où l’Orient avec l’Occident se fond,
Afin que nous affrontions nos savoirs.

  • 164 Du nom d’une chaîne de montagnes située au Sud-Est de Split, le Mosor.

122Il fait ensuite l’inventaire des fées protectrices de son adversaire, en dénombre trois : la mossorienne164, la romaine et la grecque. Il a donc en face de lui tout l’héritage antique de l’Occident, ce qui fait dire à sa fée :

Combattre contre elles n’est pas aisé ;
Pourtant il vaut mieux repartir blessé
Que fuir le combat où l’on est convié.

123La morale héroïque du poète de Bosnie l’incite donc à enfourcher son pur-sang arabe (at arapski), après l’avoir paré d’une « armure persane » (raht perzijski), et à se tenir ensuite « fraternellement sur le champ de bataille croate ». Le duel peut alors s’engager, puisque chaque poète a ainsi assumé l’héritage de ses pères. Les combattants rendent coup pour coup :

Chante, toi, le capitaine Mujo –
 Je chanterai, moi, Komnen le brigand ;
Chante, toi, la sanglante Krajina –
 Je chanterai Lika et Corbavie ;
Chante, toi, l’Orient en occidental –
 Je chanterai, oriental, l’Occident ;
Que nous loue le petit Radojica !

Viens devant moi, je serai devant toi –
 Tous les deux devant les glorieux Croates ;
Chante, toi, la magnifique Arcadie,
Je chanterai l’Arabie belliqueuse ;
Chante, toi, les Latines et les Grecques,
Je chanterai Turques et Géorgiennes ;
Il faut chanter, puisque nous le savons.

124Bašagić choisit d’abord parmi les éléments les plus évidents des cultures croate et bosniaque et les oppose dans l’implacable dualité de l’Orient et de l’Occident. Il élargit par la suite son point de vue en rattachant la Croatie à l’ensemble de la civilisation européenne, tandis que la Bosnie appartient aux pays d’héritage ottoman. Cet affrontement avait historiquement eu de tristes répercussions sur les peuples des deux régions voisines :

Nous pleurerons le destin de nos pères
À travers cinq siècles sanglants et tristes ;
Nous chanterons les victoires, les guerres,
Nous célébrerons les beys et les bans ;
Nous porterons haut – au-dessus des nues
Nos ancêtres ainsi que nos héros
Comme des frères, deux rudes Croates.

125Le poème se continue sur les effusions de ces deux frères qui se retrouvent après une longue séparation. De tous les obstacles historiques qui existent entre les deux pays, l’amitié entre les deux poètes crée une nouvelle occasion de réunion et d’enthousiasme commun, jusque dans leurs patries poétiques :

Pour nous s’ouvriront largement les portes
Donnant sur le Parnasse et le Harabat,
Et là nous chanterons, mon ami,
Comme il tonne et comme les roses s’ouvrent ;
Tout se peut, lorsque les frères s’entendent.

  • 165 Musso, Saint-Simon, [pagination perdue].

126L’avant-dernier vers signifie de quels contrastes sera composée la poésie engendrée par cette mutuelle entente entre les deux civilisations : le tonnerre symbolise la poésie épique de langue croate et les roses l’inspiration orientale. La seule condition nécessaire et suffisante de cette production réside dans l’accord des deux parties en présence, que leur histoire a jusqu’ici continuellement opposées. On sera sensible que l’union Orient-Occident représente à l’époque un objectif idéologiquement marqué du côté du libéralisme. En effet, on peut en faire remonter l’idée à Saint-Simon (1760-1825), qui avait célébré dans les années 1830 l’éveil de l’Orient (il songeait notamment à l’Empire ottoman) et la grande communion qui se préparait entre Orient et Occident. Pour le Français, cette structure binaire qui polarisait les représentations morales de chacune des parties devait s’anihilier pour faire rejaillir la vérité totale, unitive165.

  • 166 IAS BS – 150, lettre d’Ante Tresić-Pavičić à Safvet-beg Bašagić, de Zagreb le jour de la rencontre (...)

127Tresić trouva le poème de si bon goût qu’il se décida à envoyer une lettre à Bašagić. Tout en le remerciant, il fustigeait la critique louangeuse, mais stupide, et le public germanisant : personne ne savait apprécier à leur juste valeur les poèmes que lui, Tresić, avait publiés. Il invitait son ami à remonter sur Zagreb et l’incitait, comme la plupart de ses correspondants, à fournir un travail acharné afin de terminer ses études, ceci malgré son aisance financière166.

  • 167 IAS BS – 121, Rikard Katalinić-Jeretov à Safvet-beg Bašagić, de Zadar le 12/07/1893 ; Ivan A. Milić (...)

128Revenons-en à la chronologie. Prosvjeta marque donc une étape très importante de l’engagement croate de Bašagić, car c’est ce journal qui l’a fait accéder à la célébrité en Croatie. Dès la mi-1893, Bašagić avait également attiré la curiosité admirative d’un autre auteur croate, plus obscur quant à lui : Rikard Katalinić-Jeretov (1869-1954). Si l’on savait à Sarajevo qui se cachait sous le pseudonyme de Mirza Safvet, la Croatie l’ignorait encore et personne, dans l’entourage de Katalinić, n’avait su satisfaire sa curiosité. Ce fut lors de l’inauguration du monument en souvenir de Gundulić à Dubrovnik (au printemps 1893) que Katalinić rencontra Milićević ; alors qu’il louait les talents du bey, celui-ci lui indiqua la véritable identité de ce « Mirza Safvet » qui provoquait son admiration167.

6. La redécouverte de l’Herzégovine

  • 168 Ses bulletins scolaires ne notent une absence que de 53 heures, toutes justifiées, pour le premier (...)

129Le dernier élément qui décida de la conversion définitive de Bašagić aux idées de Starčević, ce fut son voyage en Herzégovine. Il ne l’avait pas revue depuis 1882, depuis Konjic – il avait alors 12 ans. Il s’y rendit probablement en été 1893168. Comme il le chanta plus tard, ce retour fut le synonyme d’une redécouverte de ce qu’on appelle, en français, le terroir : générosité de la terre qui nous accueillit aux premiers jours de notre existence ; sa beauté incomparable, édénique. Bašagić renia ses professions de foi universalistes. Ce retour à la terre n’en fit pas pour autant un réaliste ; on pourrait dire qu’il ne s’associa pas à l’esthétique du couple Osman-Aziz, mais poursuivit sa veine romantique en s’emparant d’une nouvelle thématique.

130Il semble à première lecture grossier d’opposer universalisme et idées de Starčević : le Vieux, comme on l’appelait, en fidèle héritier de la Révolution française et disciple de Rousseau, avait au contraire une sympathie non dissimulée pour une vision globalisante du genre humain. On comprendra mieux néanmoins en faisant contraster sa position avec celle de Strossmayer. Celle-ci campait sur l’idéalisme unitaire des Illyriens. Starčević, lui, prônait l’unité des Croates et mettait en relief la pluralité des territoires croates. Il proposait une unité sud-slave moins harmonique qu’enracinée dans la diversité régionaliste.

  • 169 « Iskrice o domovini », Bog i Hrvati (calendrier), 1894, [sans pagination]. L’auteur de la citation (...)

131Les deux versions de l’article « Hubb ul-vatani » témoignent, dans une certaine mesure, de cette évolution chez Bašagić : dans la reprise de 1903, il citera l’écrivain souabe Johann Martin Miller (1750-1814), ce qu’il ne faisait pas en 1891. Miller l’avait frappé par sa thématique populaire et son patriotisme de bon sens, attaché à la terre. Bašagić l’avait découvert au cours de cette année 1893, comme en témoigne un article paru dans un calendrier pour l’année 1894, d’où est tirée la citation de 1903169. Il fallait donc que l’amour de la patrie, nourri par la foi, fût attaché à la terre, circonscrit par un petit lopin d’où l’on accèderait à l’amour universel des choses et des êtres ; et non l’inverse. Le sentiment herzégovinien de son père, dont il héritait en filigrane jusque dans ses pièces les plus bosnicisantes, se réaffirmait désormais dans toute son ampleur. Le chant de la famille, de la contrée d’origine s’élevait à plein gosier, triomphal, célébrant, parfois modulé d’interrogations, mais jamais hésitant.

  • 170 Selon Enisa Bašagić Knežić, communication orale durant l’été 2004.
  • 171 Alija Nametak, « Marginalije », p. 102. Nametak indique que cette découverte se fit alors que Bašag (...)
  • 172 Emilijan Lilek, « Vjerske starine iz Bosne i Hercegovine », Glasnik Zemaljskog muzeja 6 (1894), 1 ( (...)

132Safvet-beg s’installa à Nevesinje et y découvrit sa parentèle, avec laquelle Ibrahim Bey n’entretenait guère de liens170 : ses splendeurs, ses misères. Misères d’une famille qui ignorait totalement la valeur de la chose écrite et dans sa demeure se servait des anciens firmans ottomans pour colmater les trous des fenêtres171. Splendeurs aussi : celles d’un passé resusscité par le spectacle vivant des monuments de Nevesinje et des chants épiques qui se rattachaient à la famille ; lieu d’un mode de vie traditionnel, populaire – qu’il approcha de près, puisqu’il y enquêta pour son professeur Lilek172.

  • 173 À ce sujet, lire Buturović, « Epska narodna tradicija », p. 77-131
  • 174 Avant le retour en Herzégovine, les poèmes de Bašagić ne mentionnent que le sabre familial ; après, (...)
  • 175 Ainsi Hadži Daut Bey, l’oncle de Safvet-beg, cultivait l’amitié du gouverneur Izidor Benko (1846-19 (...)

133En Herzégovine orientale, la poésie épique populaire est très présente et la tradition orale également173. Ce fut très probablement ici qu’il entendit parler de Vukoman pour la première fois174. Le lecteur se demandera peut-être pourquoi son père n’avait point évoqué devant lui ce personnage auparavant. On peut se risquer aux spéculations suivantes : il est tout à fait possible que la tradition familiale ait retenu le prénom de l’ancêtre qui s’islamisa, sans que celui-ci ait appartenu à une quelconque notabilité. Inutile donc de le mettre en valeur avec insistance. Puis on a vu les circonstances historiques qui favorisèrent l’émergence des traditions sur la noblesse médiévale ; en esprit rationnel, Ibrahim Bey serait resté à l’écart de ce courant, au contraire de sa parentèle. Ce serait celle-ci qui aurait fait découvrir à plein le mythe des origines à Safvet-beg lors de son retour à Nevesinje. On n’a pas oublié que ce retour se déroulait alors que se poursuivait l’affaire Spahić, dont l’un des ressorts était l’islamisation du pays. La position sociale des Bašagić à Nevesinje – ils étaient à la tête de la mairie et menaient la danse dans le semblant de vie culturelle locale – les exposait à diffuser ces histoires dans leur entourage, d’autant plus qu’ils étaient en liens étroits avec les autorités austro-hongroises, lesquelles favorisaient le mythe de la continuité historique du beylicat bosno-herzégovinien175.

  • 176 Srđa Zlopogleđa, « Naši dopisi. Nevesinje 12. (24) Avgusta », Dubrovnik 11 (11/09), p. 2 ; Kaimija, (...)

134La découverte de la tradition familiale enracinait la réflexion identitaire de Bašagić fils ; comme elle s’était créée à partir de la compétition avec les Ljubović, il est tout à fait envisageable qu’elle ait contribué à un certain anti-serbisme chez lui. En effet, dans l’affaire Spahić, Derviş Bey Ljubović, émigré à Belgrade, s’affichait ouvertement Serbe, et un certain nombre de musulmans de Nevesinje le suivaient dans ses déclarations – parmi lesquels il ne fallait pas compter les Bašagić, dont un membre se moqua de cette étiquette qu’on voulait lui apostiller176.

7. Position implicite d’Ibrahim Bey

135Affaire Spahić, amitiés littéraires croatisantes, retour à la terre : trois éléments prépondérants qui décidèrent du destin des Bašagić et les inclinèrent progressivement à la doctrine de Starčević. Un premier résultat de ces évolutions fut que père et fils n’hésitèrent pas à laisser paraître leurs noms de façon avantageuse dans les journaux de Croatie-Dalmatie-Slavonie. On sera notamment surpris de l’attitude d’Ibrahim Bey.

  • 177 ABiH, GFM Pr. 1893/985, Appel à Kállay, de Sarajevo le 10/10/1893. Je n’ai trouvé nulle part trace (...)
  • 178 ABiH, Pr.-Reg., 1893/24, Kállay à Kutschera, de Vienne le 31/01/1893.

136En 1893, celui-ci allait en effet mettre un terme à son ascension sociale en gravissant l’ultime échelon qui le séparait des sommets, et attirer ainsi les regards sur sa personne. Le maire de Sarajevo et président de la commission des vakfs Mustafa Bey Fadilpašić s’éteignit le 6 décembre 1892 ; ce fut probablement Ibrahim Bey qui assura l’intérim à la présidence, comme peut le faire soupçonner l’augmentation qu’il obtint à partir du 1er janvier 1893 (de 2000 à 2500 ou 2600 fl. par an, tout en conservant nominalement le même poste de mufettiş)177. À la mi-janvier, Kutschera proposait à Kállay de nommer Azabagić à la place de Fadilpašić aux vakfs, et d’adoucir l’inévitable mécontentement de Bašagić par une nouvelle prime. Kállay obtempéra et fixa le montant de l’augmentation à 600 fl., ce qui faisait à Bašagić un salaire virtuel de 3 200 fl., une somme très élevée pour l’époque178.

  • 179 « Iz zemaljske vakufske komisjie », Bošnjak 3 (1893), 16 (20/04), p. 2-3.
  • 180 « Iftar kod barona Kučere », Bošnjak 3 (1893), 14 (16/04), p. 2.
  • 181 ABiH, Pr.-Reg., 1893/85, Kállay à Kutschera, de Vienne le 24/04/1893. Voir également Kraljaćić, Kal (...)

137À la mi-avril 1893, Azabagić, qui était déjà à la direction de l’École de droit chariatique, fut nommé à la place vacante179. Ibrahim Bey, qui briguait effectivement la place, ne décoléra pas ; il y avait quelques jours encore, il était à l’iftar chez Kutschera180 : maintenant, il déposait sa démission et Kállay reprocha à Kutschera, Civiladlatus et son bras droit, de l’avoir refusée, car aucun avancement ne pouvait plus contenter le mufettiş. Comme Kapetanović avait été élu maire de Sarajevo en mars dernier et qu’il avait dû quitter la rédaction de Bošnjak par devoir de réserve, Kállay préconisa à Kutschera de ne pas placer Ibrahim Bey à la tête du journal, comme il le lui avait proposé, mais d’attendre encore quelque temps, qu’il montrât de meilleures dispositions envers le gouvernement territorial181. Ce fut finalement Jusuf Bey Filipović qui fut choisi pour diriger le journal, en dépit de son inaptitude à mener des activités littéraires.

  • 182 Son nom n’apparaît pas du tout dans la chronique mondaine de Bošnjak, notamment lors de la visite d (...)
  • 183 « Sastanak muhamedanskih odličnika u Sarajevu », Bošnjak 3 (1893), 41 (12/10), p. 2 ; « Naši dopisi (...)
  • 184 [Édito], « O bošnjaštvu », Dubrovnik 2 (1893), 17 (18/10), p. 1.

138Ibrahim Bey s’abstint de toute apparition en public durant l’été182. Nouveau départ, cependant : le reis Omerović, âgé de 78 ans, déposa une demande de démission durant l’été de cette année-là pour partir à la retraite. De Vienne, Kállay se rendit sur place afin de régler ces questions (et bien d’autres) au plus près. Avec le gouvernement territorial, il se mit à la recherche d’un remplaçant et le choix tomba sur Azabagić. Puis il organisa une conférence musulmane durant laquelle serait débattue l’amélioration de la scolarité traditionnelle, financée par les revenus des vakfs, et où serait donc également lancée la question d’une nouvelle structure pour la meilleure gestion possible des vakfs. C’était l’occasion de prendre la température de l’islam dans le pays. Venus de toute la Bosnie-Herzégovine, des notables musulmans se réunirent à Sarajevo au début d’octobre ; Ibrahim Bey se trouvait parmi eux et l’on chuchotait qu’il obtiendrait finalement le poste à la présidence des vakfs, laissé vacant par Azabagić ; la presse croate soulignait qu’il l’avait bien mérité183. À quel groupement appartenait-il ? Selon ses adversaires serbes, non pas au parti des « Turcs », qui rêvaient de s’installer dans des provinces encore ottomanes, non pas au parti « des libres-penseurs », qui se déclaraient serbes, probablement pas non plus au parti « artificiel » des collaborateurs de Bošnjak, mais plutôt au parti des « opportunistes », sous influence croate – quoique ces deux derniers partis se confondissent en bien des circonstances, comme nous l’avons vu184. Au sortir de ces journées, Kállay avait arrêté son choix. Voici comment les autorités territoriales présentèrent leur requête officielle pour pourvoir le poste de directeur de la Commission des vakfs territoriaux, adressée à Kállay – alors que celui-ci était encore à Sarajevo lors de sa rédaction :

  • 185 ABiH, ZMF Präs 1893/985, Appel à Kállay, de Sarajevo le 10/10/1893 (proposition de rédaction) ; ABi (...)

(...) L’evkaf müfettiş Ibrahim Bey Bašagić [est] la personnalité la plus appropriée [pour ce poste]. Descendant d’une famille de notables de Nevesinje, Ibrahim Bey Bašagić a été kaymakam durant l’administration ottomane et a participé au Parlement impérial à Constantinople. Après l’occupation, plus précisément en 1883, lors de la mise en place de la commission des vakfs territoriaux, il a été nommé membre de ce corps pour y être premier fonctionnaire, c’est-à-dire inspecteur des vakfs (evkaf müfettiş). En cette qualité, il a rendu de nombreux services et en a été récompensé en 1879 par la Croix de chevalier de l’Ordre de François-Joseph, et, en 1890, par l’Ordre de la Couronne de fer de Troisième classe. Les qualités remarquables d’Ibrahim Bey sont une loyauté sincère et profonde, un jugement droit et pénétrant, et une rectitude exemplaire. À la bonne réputation générale dont il jouit partout en Bosnie-Herzégovine, il joint une connaissance approfondie des besoins de l’administration territoriale en général, et plus particulièrement de l’administration des vakfs. Ces qualités et connaissances ont pour conséquence de désigner Bašagić plus que tout autre pour conduire l’administration des vakfs ; le gouvernement territorial s’autorise à demander sa nomination comme président de la commission des vakfs territoriaux (...)185.

  • 186 Ibid.

139Au poste de président s’attachait une rémunération annuelle de 1 200 fl. Cependant, prévoyait-on au cas où sa nomination était acceptée, Ibrahim Bey serait rémunéré 3 000 fl. par an, tout comme Fadilpašić l’avait été, et aussi parce qu’il avait obtenu une augmentation à 2 500 fl. à compter du début 1893. La somme était à ponctionner sur le budget de la commission des vakfs186.

  • 187 « Novi presjednik vakufske komisije i novi direktor šerijatske škole », Bošnjak 3 (1893), 47 (23/11 (...)
  • 188 « Domaće vijesti. Ibrahim beg Bašagić », Crvena Hrvatska 3 (1893), 48 (02/12), p. 3.
  • 189 J. M. Č., « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2.

140Le 22 novembre, il fut nommé et installé dans ses nouvelles fonctions en même temps qu’Azabagić à la place de reis. Consacrant peu d’espace à Bašagić en regard d’Azabagić, ce qui se comprenait, Bošnjak n’en salua pas moins la nouvelle avec joie, prédisant l’amélioration constante des affaires des vakfs avec un tel président187. Ce fut surtout dans la presse croate qu’Ibrahim Bey connut son heure de gloire : là, on faisait peu de cas d’Azabagić, ou même de Šarac (nommé à la direction de l’École de droit chariatique), voire on les ignorait, et on s’intéressait à lui seul : ainsi dans Crvena Hrvatska188, et surtout dans Obzor, où Čebular, rédacteur officieux de Bošnjak, publia sous couvert d’anonymat un énorme article sur lui, qui par sa taille même était tout à fait exceptionnel dans ce quotidien. Pour introduire son personnage, Čebular soulignait qu’Ibrahim Bey était le père et beau-père de « deux jeunes poètes bien connus du public croate », Safvet-beg Bašagić et Riza-beg Kapetanović. Présentant brièvement le parcours professionnel d’Ibrahim Bey, il rapportait de lui, avec force détails, le récit des journées de juillet-août 1878 telles que l’Herzégovinien les avait vécues189. Ainsi, alors qu’il était explicite chez son fils, le tournant pro-croate qu’Ibrahim Bey engagea à la fin 1893 se confina dans une sympathie implicite.

  • 190 « Lične vijesti », Bošnjak 3 (1893), 48 (30/11), p. 3.
  • 191 IAS BS – 172, télégrammes envoyés à Ibrahim-beg Bašagić à l’occasion de sa nomination à la présiden (...)

141Azabagić, Bašagić et Šarac quittèrent bientôt Sarajevo pour Vienne, afin de remercier personnellement l’empereur pour leurs nominations respectives190. Ibrahim Bey n’était plus en colère. Les télégrammes de félicitations plurent rue Kečina191.

8. Conclusion

142Subtilement intriquées l’une dans l’autre, bosnicité et croaticité ont coexisté chez les premiers nationalistes musulmans – ce qui ne signifie pas, d’ailleurs, que ces liens existaient selon une quelconque nécessité. Le parcours de Safvet-beg Bašagić en est l’illustration, puisqu’il passera de l’un à l’autre assez rapidement, sous l’influence probable d’Osman Nuri Hadžić. En 1893, les écrits du bey montrent qu’il s’est ouvert, encore timidement, à l’idéologie du parti du Droit, d’émanation starčevićienne, et qu’il a dans une certaine mesure entraîné avec lui son père.

143On ne saurait encore affirmer que ces sentiments cohabitent harmonieusement entre, d’un côté, une « dimension croate », qui serait l’adhésion de Bašagić à l’idée d’une nation politique croate, et une « dimension régionale », incarnée par l’Herzégovine et l’amour qu’elle inspire. Le jeune homme est bien trop vague encore, trop enthousiaste dans ses élans pour rationaliser à ce point sa position.

C. Des déboires fructueux

144Venant à la suite de ces influences diffuses, les premières implications concrètes de Bašagić fils du côté croate vont se solder par un certain nombre de déboires. Ils l’amèneront cependant à réfléchir à la façon de concilier Orient et Occident – c’est-à-dire Zagreb et Sarajevo, Croatie et Bosnie-Herzégovine – en une forme unique, qui prend alors ses tout premiers développements. Ces engagements auront cette autre conséquence d’opérer une rupture entre les Bašagić et la majorité de la communauté musulmane, ainsi que de susciter une certaine méfiance à leur égard chez les autorités austro-hongroises.

1. Situation contrastée entre père et fils

145Les difficultés que rencontreront père et fils à partir de la fin 1893 vont dans des sens opposés. Autant le père est bien considéré par les officiels, mais en est réduit à la portion congrue auprès de la population, autant le fils ne suscite encore guère d’émotions parmi celle-ci, mais se voit attirer les foudres des autorités austro-hongroises.

  • 192 AHM OZ 1317, Muhamed Hazim Korkut, le 3 ramazan 1311/10 mars 1894 ; Mujezinović, II, p. 370-371.

146D’Ibrahim Bey, deux activités nous sont bien connues durant l’hiver 1893-1894. Soucieux de se l’attacher, le gouvernement territorial avait désiré mettre à contribution ses talents de calligraphe pour un nouveau projet, cette fois-ci à Travnik. On avait confié à Ćiril Iveković (1864-1933), un architecte croate, la rénovation du medrese où Ibrahim avait suivi sa scolarité. Le fils de Korkut, avec qui il entretenait d’excellents rapports et qui avait repris la direction de l’école après la mort de son père, demanda à ce que les inscriptions dédicatoires des nouveaux bâtiments fussent de la main d’Ibrahim Bey. Celui-ci n’eut probablement ni l’occasion ni le temps de se consacrer à un tel travail ; mais sans rien dessiner, il envoya à Korkut, pour le début du ramadan, un chronogramme de vingt-deux vers, dans un ottoman très orné, parsemé de mots persans. Celui-ci prit la peine de le remercier par écrit aussitôt après réception – le 10 mars 1894192.

  • 193 « Proračun zemalj. vakufske komisije », Bošnjak 4 (1894), 3 (18/01), p. 1 (= édito) ; K. und k. Gem (...)
  • 194 Bericht über die Verwaltung 1906, p. 126 ; Šehić, Autonomni pokret, p. 28. Malheureusement, les arc (...)

147Surtout, Ibrahim Bey s’immergea dans les travaux des vakfs ; après la conférence de septembre 1893, le Gouvernement territorial travaillait à rédiger de nouveaux statuts pour une Commission définitive. Nul doute que le nouveau président n’y mît la main ; le 10 juillet 1894, ils furent entérinés par décret impérial ; l’arbre hiérarchique et le partage des pouvoirs restait sensiblement identique à celui qui avait été empiriquement décidé quand on avait installé la Commission temporaire. Le président était curateur (ravnatelj) de la Commission et chef de la direction, son organe exécutif193. L’inventaire des vakfs se poursuivait ; de 622 en 1889, on en dénombrait 860 en 1894. Jusque-là, le budget était largement excédentaire, mais à partir de 1894, c’est-à-dire du moment où Ibrahim Bey monta au siège de la présidence et que la Commission acquit une structure définitive incluant un exécutif, le tableau des recettes et des dépenses s’équilibre à peu près. Ces progrès notoires, le gouvernement territorial les imputait lui-même en bonne partie à Bašagić, mais Kutschera n’oublierait pas de souligner, quelques années plus tard, que les locaux n’auraient rien accompli de sérieux sans l’aide de fonctionnaires formés à l’européenne194.

  • 195 Détail donné par Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402.
  • 196 « Megjunarodna knjižara », Bošnjak 3 (1893), 37 (14/09), p. 3 ; « Turske knjige », id., 47 (23/11), (...)

148Un parcours très officiel, donc, pour Ibrahim Bey. Son fils faisait figure d’aventurier, à son côté, en marge des faveurs gouvernementales. Comme la plupart des jeunes hommes fortunés, il avait payé un remplaçant en 1893 pour ne pas partir au service militaire195. Mais le temps libre qui s’ouvrait devant lui ne semble pas avoir été employé des plus constructivement. Il ne suivit pas les cours du Grand gymnase durant l’année scolaire 1893/4, apparemment parce qu’il y avait une totale incompatibilité d’humeur entre lui et son professeur de mathématiques, Jakov Žnidaršić. Cet otium forcé le poussa dans les bras de sa muse et ses compagnes. Ainsi, à partir de début septembre, une nouvelle plate-forme de rencontre entre monde musulman et monde croate s’ouvrit à Sarajevo : Milan Šarić (1875-1913), jeune libraire et ardent starčeviste, délégué de la Société littéraire croate pour la capitale bosniaque, ouvrit une librairie où il offrait aux musulmans de leur commander des livres directement d’Istanbul, au même prix196. Bašagić sympathiserait bientôt avec lui, et s’investirait plus avant dans les activités de la Société littéraire croate. Tout d’abord, dans l’annuaire de la société pour 1894, il allait se présenter – d’une tournure légèrement fanfaronne, exceptionnelle dans cet annuaire – comme « Bašagić Mirza Safvet, poète et écrivain croate ».

  • 197 Trois chants recueillis par Bašagić le furent avant janvier 1894, et très probablement durant cet a (...)
  • 198 Marjanović (éd.), Hrvatske narodne pjesme I/III, p. XIV. Je n’ai pas pu consulter les originaux de (...)

149L’une de ses premières occupations fut de participer à la vaste collecte de chants oraux populaires qu’avait entreprise la Société littéraire croate à partir de 1876. Le projet avait eu un faible écho en Bosnie-Herzégovine jusqu’en 1886, et Bašagić fut le seul musulman à répondre à l’appel pour collecter. Ayant déjà participé au projet de Hörmann avant 1888, il poursuivit ce travail exigeant de minutie durant cet automne 1893197, lequel aboutit à l’envoi de soixante-sept chants épiques et lyriques sous la forme d’un recueil intitulé Fleurs du peuple (Narodno cvijeće), rédigé en quatre cahiers198.

  • 199 Vingt-huit titres provenaient des notes de Bašagić, pour certains partiellement, pour d’autres en i (...)

150Ses efforts firent long feu : les poèmes épiques ne furent pas retenus dans les recueils qui parurent, parce qu’ils étaient bien trop courts (sauf un, de 283 vv.) ; en revanche, les chants de femmes le furent, mais de quinze à trente-cinq ans plus tard (1909, 1914 et 1929)199.

2. Passage à Zagreb et engagements

  • 200 Milićević, « Dopisivanje », p. 297.
  • 201 Bučar, « Gostiona Katice Gregorić », p. 123-127, cité d’après la thèse inédite d’Ines Sabotić, p. 3 (...)
  • 202 Safvet-beg Bašagić, « Božji sud (ordalia) u Hercegovini », Obzor 34 (1893), 256 (8/11), p. 3. Je n’ (...)

151Le passage à Zagreb ne se fit pas brusquement mais prendrait quelque temps. Dans les derniers mois de l’année, le jeune bey se rendit dans la capitale de la Banovine afin d’y visiter Hadžić et Milićević200, et dut par la même occasion faire la rencontre de leurs amis : hommes de lettres et politiques starčevićiens fréquentant l’auberge de Katica Gregorić, dans le quartier de la vieille ville (Pod zidom)201. Comme Milićević était rédacteur en chef de Hrvatska (La Croatie), Bašagić pénétrait au centre de ce cercle politico-littéraire et pouvait y rayonner tout à son aise. C’est à cette visite qu’il faut probablement rattacher la publication, dans Hrvatska puis, à partir de ce journal, dans Obzor, d’une anecdote qui avait paru dans le Glasnik Zemaljskog muzeja (Bulletin du musée territorial) quelque un an et demi auparavant environ. Son nom était mentionné dans l’entrefilet, ce qui était assez inaccoutumé202.

  • 203 Hafiz beg – ić, « Bošnjaci na Kosovu », Bog i Hrvati 1894, [sans pagination] ; M. beg S., « Iskrice (...)
  • 204 Beg M. S., « Amorove žrtve », ibid. ; Beg M. S., « Govor ponosne Arabke », ibid.

152Ce fut vraisemblablement par l’entremise du couple Hadžić-Milićević que s’ouvrirent pour lui les pages de Bog i Hrvati (Dieu et les Croates), calendrier dont le titre était la devise du parti starčevićien – et n’incluait que peu de contributions proprement littéraires. À la rédaction, des jeunes catholiques et musulmans de Bosnie-Herzégovine (les frères Defterdarević, Hadžić, Bašagić). Bašagić y fit paraître quatre poèmes ou textes de sa plume, travaillés au début de l’automne puisque le calendrier était prêt pour le début novembre. Un long poème copié du modèle épique célébrait la bataille qui eut lieu en 1832 à Kosovo entre Gradaščević et les forces loyales à la Porte ; on y retrouvait encore des intonations proches des compositions historiques de Bošnjak, et la vertu héroïque du Dragon de Bosnie y était célébrée avec éclat. Sur la même lancée d’inspiration patriotique, il présentait vingt-cinq sentences de grands penseurs s’exprimant sur le sentiment qui les lie à leur terre d’origine ; on y retrouvait des noms du monde antique (Homère, Sophocle, Euripide, Horace), deux représentants de la sphère orientale (Selim Ier et Namık Kemal) et de nombreuses citations d’auteurs allemands, en majeure partie romantiques (Bodenstedt, Goethe, Grabbe, Klinger, Körner, Miller, Prutz et Schiller), ainsi que de Byron ; de façon plus inattendue, il reprenait également Cassiodore et la première renaissance italienne avec Pétrarque203. Tous ces noms ne doivent pas faire croire que Bašagić avait des lectures aussi étendues : mais il avait pu glaner ces phrases çà et là dans la presse ou dans certains livres sur la question nationale. Dans un second volet de sa contribution, il traduisait deux textes de l’arabe, l’un d’al-Djahiz (m. 868), auteur arabe classique, où était dépeinte la passion amoureuse dans des tons exotiques pour le lecteur croate ; l’autre tiré des Femmes de renom (Meshahir’un-nisâ’) de Zihnî (?), une de ses lectures favorites à l’époque, où l’on entend les tirades patriotiques d’une mère de sultan204. Il assortissait cette traduction d’un commentaire dirigé, en sous-main, contre le régime autoritaire et anticroate du ban Khuen-Héderváry en Croatie : « Dans l’espoir que le beau sexe de notre pays prenne exemple sur cette femme héroïque, j’ai transplanté cette petite fleur du brillant passé de l’Arabie dans le futur – si Dieu le permet plus brillant – du peuple croate. » Une pointe de féminisme, constante tout au long de sa production, se faisait jour, alliant les thèmes du nationalisme à ceux de l’émancipation de la femme.

  • 205 ABiH GFM Präs., 1894/1234, Appel à Kállay, de Sarajevo le 03/11/1894.

153Selon les renseignements du gouvernement territorial, le projet avait été financé par le parti du Droit ; la publication, en conséquence, avait été confisquée, puisque l’activité éditoriale de ce parti était proscrite. La censure avait tout particulièrement repéré les cinq compositions littéraires en prose et en vers du calendrier, signées par des « Croates musulmans » ; d’après les pseudonymes, ceux-ci n’étaient autres qu’Osman Nuri Hadžić et « Ahmetbeg » [sic] Bašagić, qui évoluaient dans les belles-lettres croates depuis peu mais semblaient jouir déjà d’une reconnaissance particulière. Finalement, la tendance de ces compositions était inoffensive et aucun passage ne devait être censuré, quoiqu’on y reconnût une manière de propagande destinée aux étudiants. Appel concluait que l’introduction du calendrier dans les régions d’occupation n’était donc pas interdite205.

  • 206 Milićević, « Dopisivanje », qui cite à la p. 296 deux lettres ne se trouvant plus à l’Istorijski ar (...)

154Bašagić semblait suffisamment inconnu encore pour que les censeurs du calendrier ignorassent son véritable prénom. Rien n’était vraiment sérieux, au fond, dans cette affaire. Corroborant cette idée, il semble que ce calendrier fut un échec, à en juger par l’ardeur que mirent Hadžić et Milićević à lancer un nouveau projet qui soit plus attrayant, dans son titre même, pour les musulmans. On se proposait maintenant un calendrier, intitulé Mearif (La Culture – turcisme équivalent à Prosvjeta), tout autant inspiré des idées de Starčević, à paraître pour le premier muharram 1312 (jour de l’an musulman, qui en 1894 tombait le 5 juillet). Ils adressèrent à leur ami une lettre dans ce sens le 3 janvier 1894, l’invitant à envoyer des petites notes, des anecdotes historiques etc., ainsi qu’un portrait de son père et de lui-même206. Bašagić répondit généreusement et rapidement, envoyant une profusion de textes (dont une partie déjà parus dans diverses revues) : de la prose traduite, des anecdotes, un conte herzégovinien, des aphorismes, des créations poétiques, des chants épiques populaires recueillis par ses soins et une longue notice bibliographique sur Ali Paşa Rizvanbegović. Il évoluait dans le registre thématique de ses travaux précédents – soit qu’il s’inspirât de l’Orient par des traductions, soit qu’il livrât au lecteur le produit d’élaborations poétiques aux saveurs orientales, soit encore qu’il présentât plus particulièrement la Bosnie et l’Herzégovine dans leurs histoires et leurs traditions respectives. De sa production antérieure, il occultait simplement le registre patriotique ; mais rétrospectivement, on retiendra qu’il avait gardé une petite phrase de l’auteur herzégovino-ottoman Derviş Paşa Bajezidagić (1566-1603) : à la suite de son père, il commençait ainsi à s’intéresser de plus près aux écrivains ottomans originaires de Bosnie et d’Herzégovine, un sujet qui l’occuperait toute sa vie.

  • 207 « Nova salnama za godinu 1312 ! Mearif », Crvena Hrvatska 4 (1894), 20 (19/05), p. 4 ; « Mearif. Mu (...)

155Imprimée en mai 1894, mise en vente chez Šarić pour le public de Sarajevo, Mearif fut annoncée par des encarts publicitaires dans la presse. Vatan en inséra un elle aussi ; et comme on le lui en avait fait le reproche, Bošnjak lui-même donna finalement son jugement, plutôt favorable, quoique Mulabdić, son rédacteur en chef, eût préparé une sorte de calendrier concurrent, destiné à garder l’attention du lectorat musulman à l’intérieur des frontières bosno-herzégoviniennes207.

  • 208 Kreševljaković, « Život Dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272.

156Avant cette publication, pour des motifs qu’on ne connaît pas avec exactitude, Bašagić se décida à passer en Croatie durant l’hiver afin de s’inscrire au second semestre de huitième et dernière année en auditeur libre au Grand gymnase de Zagreb et y satisfaire à l’examen final, appelé maturité (équivalent autrichien de notre baccalauréat)208.

  • 209 Milićević, « Nekolike uspomene », p. 83-85. Milićević mentionne également Stjepan Radić, mais d’aut (...)

157On ignore à peu près tout de ses activités extra-littéraires jusqu’en juin. Il devait très certainement être agglutiné au couple Hadžić-Milićević et fréquenter ceux qu’ils fréquentaient : hommes de lettres et politiques comme Martin Lovrenčić (1856-1945), Nikola Kokotović (1859-1917), August Harambašić (1861-1911), Mile Starčević (1862-1917), Eugen Kumičić (1850-1904), ou Fran Folnegović (1848-1903) ; ou étudiants comme Lacko Vidrić et Ivan Lorković (1876-1926)209. On ignore quels contacts il eut avec un certain nombre d’entre eux ; pour d’autres, la suite des événements confirmerait qu’il en entretint d’excellents.

  • 210 (Od ugledna bega bosanskoga), « O bosanskome plemstvu », Obzor 35 (1894), 44 (23/02), p. 1 [= édito (...)
  • 211 « Izjava sveukupne akademijske mladeži muhamedovske i katoličke vjere iz Bosne i Hercegovine », Obo (...)
  • 212 « Izjava Hrvatske mladeži iz Bosne », Obzor 35 (1894), 34 (12/02), p. 3 ; « Izjava hrvacke katoličk (...)
  • 213 Il faut supposer qu’elle prit rapidement son essor ; mais on n’en aura un écho dans les médias qu’à (...)

158L’article le plus marquant de cet hiver zagrébois fut sans conteste « De la noblesse bosniaque », dans Obzor210. Il s’insérait dans la seconde polémique publique d’importance à propos de la notabilité musulmane et de ses origines historiques, qui s’était ouverte en janvier. À vrai dire, cette polémique ne faisait que rebondir, reprenant son élan sur l’humiliation qu’avait subie en novembre 1892 Kapetanović de se voir rappeler son ascendance roturière et son islamisation récente. En janvier 1894, les étudiants bosno-herzégoviniens qui fréquentaient les universités de Zagreb, Vienne, Graz et Innsbruck, déclarèrent à grand fracas qu’ils appartenaient à la nation croate, qu’ils fussent catholiques ou musulmans. La déclaration n’était pas signée et l’on attendait qu’Obzor, qui le premier l’avait publiée, révélât les noms des signataires, surtout ceux des cinq musulmans211. Le raffut se poursuivit quand l’un de ces cinq, Hašim-beg Badnjević-Pašalić, se rétracta publiquement ; comme les Serbes exultaient212, toute une algarade s’ensuivit où était remis en question le titre beylical de Pašalić213.

  • 214 Janislav, « Naši dopisi. Beč, 30. januara », Crvena Hrvatska 4 (1894), 6 (10/02), p. 2. Sur Zvonimi (...)
  • 215 R. Katalinić Jeretov, « Muhamedanskim Hrvatom ! », Hrvatska 9 (1894), 35 (16/02), p. 2.

159Bašagić n’était pas parmi les étudiants signataires de la déclaration ; il est probable que l’opération se fit à son insu puisque l’un d’entre eux, musulman, son ami, n’était pas étudiant : Osman Nuri Hadžić. Cette déclaration semble avoir été lancée à l’instigation de Zvonimir, la plus influente des associations estudiantines croates de la Monarchie, qui propageait les idées du parti du Droit à Vienne et en assurait l’articulation dans les diverses universités habsbourgeoises (avec Hrvatska [La Croatie] de Graz et Velebit d’Innsbruck)214. Encore gymnasiaste, à cheval entre la Bosnie, l’Herzégovine et la Croatie durant les mois de décembre et janvier, Bašagić n’était pas alors au cœur des événements politiques de la Banovine. Mais à partir de février, il est sûrement à Zagreb et s’immisce dans la polémique. On peut même penser qu’un poème de son admirateur Rikard Katalinić-Jeretov de la mi-février s’adressait à lui sous le titre « Le Croate musulman215 ! ».

160La déclaration avait paru dans Obzor ; bien que Bašagić ne fût pas en contact suivi avec les groupes politiques qui présidaient au journal, il était normal qu’il alimentât la polémique à la tribune de ce journal et non dans Hrvatska, où il avait des ouvertures bien plus faciles. Du reste, en ce début de 1894, les deux partis politiques dont ces deux journaux étaient les organes se rapprochaient considérablement et leurs positions sur la question bosno-herzégovinienne étaient tout à fait semblables. Celles que Bašagić allait exposer répondaient donc à une idéologie que beaucoup d’intellectuels eussent aimé voir partagée par tous en Croatie.

  • 216 Bašagić donnait pour la bataille de Mohács la date de 1525. On est en droit de supposer qu’il trahi (...)

161Selon Bašagić, la Bosnie du xve siècle était une « république aristocratique », aux mains des grands seigneurs féodaux – situation politique (plus que système) qui était tout à la fois cause et conséquence du délabrement que connut la monarchie unifiée de Tvrtko Ier (1377-1391). « La fleur » de cette aristocratie était bogomile et avait conclu une alliance secrète avec les Ottomans quelques décennies avant 1463 ; grâce à Mahmud Paşa le Croate, ils les avaient attirés dans le pays pour détruire définitivement le pouvoir du roi, qui avait promis au pape et au roi hongrois d’extirper le bogomilisme. Après avoir tué le dernier roi bosniaque, Mehmed II avait misé tous ses efforts sur l’islamisation des autochtones. « L’histoire nous dit qu’en un court espace de temps, 30 000 familles bogomiles passèrent à l’islam. Les Turcs parlèrent ainsi : celui qui accepte l’islam restera maître de ses biens ; celui qui refuse, qu’il parte au loin ou devienne reaya. » À la bataille de Mohács (1526216), les beys de Bosnie-Herzégovine acquirent une réputation de chevaliers dans tout l’Empire ; Soliman le Magnifique leur confia le gouvernement de leur province et les plus hautes dignités impériales.

162Après ces préliminaires historiques, Bašagić rappelait que l’islam ne connaissait pas la noblesse de sang ; mais, désireux de ne pas vexer les nobles bosniaques pour des raisons stratégiques, les Ottomans les autorisèrent à conserver et à perpétuer de façon héréditaire leur ancien pouvoir ; ils n’introduisirent qu’une seule modification : « ils leur enlevèrent leurs anciens titres et leur donnèrent le titre honorifique de “bey”. » Bašagić faisait alors la liste de ceux qui s’illustrèrent dans l’histoire (où il incluait les Ljubović) ; puis il détaillait l’organisation hiérarchique de la noblesse militaire. Par la suite, lorsque la Bosnie-Herzégovine fut divisée en quarante-huit nahiye (appelées kapudanlık si leur siège était une forteresse et muselimat dans le cas contraire), le pouvoir sur chacune d’elles échoua de façon héréditaire, sinon de jure, en tout cas de facto, aux familles de zaim. Durant la seconde moitié du xviiie siècle et la première moitié du siècle suivant, certaines d’entre elles devinrent fort puissantes, et parfois immensément riches, comme le montrent les luttes internes qu’elles menèrent et l’absence de peur que suscitait chez elle le vizir bosniaque. Toutes les familles de beys qui n’avaient pas de pouvoir entre leurs mains tombèrent alors au second rang de la noblesse, car les kapudan et les muselim ne contractaient d’alliance matrimoniale qu’entre eux. Enfin, peu de familles beylicales venaient de l’extérieur : les Čengić et les Sulejmanpašić, par exemple.

163Venait ensuite une seconde partie, où Bašagić instaurait des critères définitoires de la noblesse pour la population musulmane de son époque. Avaient le droit de porter le titre de bey les familles qui possédaient un firman pour un zeamet, ou celles dont les anciens du peuple savaient qu’ils étaient beys et fils de beys ; n’en avaient pas le droit celles qui ne possédaient pas un tel document ou dont l’entourage ne pourrait pas faire remonter leur ancienneté au-delà de cent ans. Dans la crise actuelle, alors que bon nombre se vendaient comme beys, il fallait que le gouvernement territorial protégeât les beys véritables, tout comme les nobles austro-hongrois l’étaient par leur État. Pour établir cet état de droit, il suffisait que la rédaction du Glasnik Zemaljskog muzeja demandât à ce que chaque famille beylicale lui remît temporairement les documents qu’elle possédait. Bašagić terminait ces considérations par une satire des soi-disant beys : une mère donne à son enfant le diminutif affectueux de « Širbeg » ou « Alajbeg », ce qui lui reste et passe à sa descendance. Ceci avait tendance à se produire dans les régions qui jouxtaient les Confins militaires croates (Posavina et Krajina). Une autre manière de s’inventer un titre de bey était d’avoir un peu fréquenté l’école et d’être ensuite engagé comme fonctionnaire ; pour en imposer aux « Tudesques », on se présentait comme « bey ». Une autre façon encore était d’avoir lu quelques chants épiques et le livre de Lopašić intitulé Bihać et sa région, d’où on tirait le nom d’une famille beylicale éteinte, on se l’appropriait et on allait se présenter au loin comme un bey.

164Conclusion à la Starčević : « si tous ces points s’éclaircissent, nous pouvons espérer en toute confiance que la noblesse bosno-herzégovinienne représentera la plus belle fleur de l’aristocratie croate. »

  • 217 J’avais d’abord pensé que Bašagić reprenait cette erreur de l’historien croate et starčevićisant Vj (...)

165Ainsi, « De la noblesse bosniaque » perpétuait, plus qu’il ne les créait, des mythes dont la genèse a été décrite précédemment, genèse à laquelle la propre famille de Bašagić avait été partie prenante. L’étudiant alimentait ces traditions de lectures diverses, et notamment celles des historiens Antun Knežević et Vjekoslav Klaić, d’où il tirait un chiffre symbolique : trente mille. Trente mille jeunes gens dans la force de la jeunesse enrôlés dans les janissaires (et donc partis guerroyer sans espoir de retour en Bosnie), dit Longin (1415-1480), la source de Knežević et Klaić ; ces derniers reprennent ce chiffre sans le critiquer, d’une part, et sans modifier les caractéristiques du groupe humain auquel il s’applique ; trente mille, qui chez Bašagić s’appliquent à des familles, de religion bogomile. Ces distorsions interprétatives pourraient s’éclaircir de la façon suivante : d’une part, les « familles » remplacent les jeunes janissaires, permettant ainsi d’expliquer non seulement l’islamisation d’hommes et de femmes, mais aussi d’un territoire où elles habitent, la famille étant généralement considérée comme un facteur de stabilité géographique et sociale. Les janissaires, appelés à s’expatrier, représentaient simplement l’islamisation des Bosniaques, alors que celle des familles représentaient celle de la Bosnie. Quant aux bogomiles, on se souviendra au préalable que l’opinion courante à l’époque de Bašagić était que les sectateurs de l’Église bosniaque souscrivaient à cette hérésie bulgare ; il était donc tout naturel que le bey la reprît217.

  • 218 Rački, Bogumili i Patareni, consulté dans Rački, Borba Južnih Slovena, p. 482.
  • 219 Starćević, Iztočno pitanje, chap. 7 L’ouvrage de Marmont auquel il est fait référence est Mémoires (...)

166Le mythe de la continuité historique dans lequel s’était projeté le beylicat bosno-herzégovinien était premièrement apparu à la fin du xviie et surtout au xixe siècle dans le contexte de la crise agraire. Il avait connu un nouveau prolongement en 1870 avec l’étude de Franjo Rački, le plus proche collaborateur de Strossmayer, qui pour lui n’avait guère d’autre motivation qu’historique pour le soutenir218. Bašagić reprenait ce mythe dans un autre repère de projection : celui des idées starčevićiennes. Comme la conclusion le marquait, pour Bašagić le beylicat bosno-herzégovinien devenait le porte-flambeau de la nation croate, reprenant en cela une des idées maîtresses de Starčević ; celui-ci, en effet, face à une noblesse croate qu’il jugeait dénaturée, traître à la patrie parce qu’elle désirait se fondre dans les corps autrichiens ou hongrois correspondants, voyait dans la Bosnie la gardienne intacte de la tradition ancestrale, l’unique vaisseau contenant le sang croate pur. C’est ce qu’il avait expliqué dans La Question d’Orient (Iztočno pitanje) en 1875 (mais publiée en 1899 seulement), arguant que le maréchal Marmont (1774-1852), dans ses Mémoires, avait noté que les plus anciens nobles de Dubrovnik (et de Croatie, voire d’Europe) prétendaient descendre d’un seigneur bosniaque venu à Raguse au viiie siècle. La noblesse bosniaque, en adhérant au bogomilisme, n’avait pas été soumise aux cultures abâtardissantes du catholicisme ou de l’orthodoxie, contrairement aux Croates ou aux Serbes219. Influencé par les idées pan-croates de Starčević, Bašagić agrémentait le mythe de la continuité par celui du bogomilisme, qui faisait du beylicat bosno-herzégovinien « la fleur du peuple croate », selon une expression de Josip Eugen Tomić.

  • 220 Ou du moins, à celles qu’on lui attribue. En fait, Starčević a le plus souvent répété que le sang c (...)

167En d’autres termes, si Bašagić tient à faire du beylicat local une noblesse « européenne », c’est parce qu’il adhère aux idées de Starčević220. Celui-ci pensait que les beys bosniaques appartenaient à la noblesse croate, laquelle est bien européenne dans ses règles. Le jeune homme va donc insister sur le fait qu’en dépit de la tradition islamique, selon laquelle il n’existe aucune différence de sang parmi les musulmans, la seigneurie bosniaque islamisée conserva le privilège du jus sanguinis.

  • 221 Anonyme, « O bosanskome plemstvu », Bošnjak 4 (1894), 9 (01/03), p. 1-2. Voir aussi Glas Hercegovca(...)

168L’article fut répercuté par la presse de Bosnie-Herzégovine : repris tel quel par Glas Hercegovca (La Voix de l’Herzégovinien), Bošnjak lui fit subir quelques modifications graphiques et orthographiques mineures, ainsi que l’ablation de la dernière phrase, trop croatisante221. Une petite note anti-hongroise qu’on y lisait put faire sursauter les autorités territoriales et, après avoir déplu à Khuen-Héderváry, froisser aussi Kutschera et Kállay. En effet, selon Bašagić, un grand nombre de beys bosniaques avaient émigré en Hongrie à la suite de la bataille de Mohács ; ils y avaient reçu en apanage des domaines immenses. Pour Bašagić, lorsque l’Autriche avait repris ces territoires, beaucoup des beys bosniaques étaient demeurés sur leurs terres et certains seulement étaient rentrés dans leur province d’origine. Si l’on poussait la logique de Bašagić jusqu’au bout, la noblesse hongroise n’avait pas sur ses terres le privilège exclusif qu’elle voulait bien s’octroyer à l’époque. Cette pointe devait sa paternité à l’esprit largement anti-magyar qui régnait dans les cercles starčevićiens de Zagreb.

  • 222 Mirza Safvet, « Jednoj gospojici u Zagrebu », Prosvjeta 2 (1894), 24 (15/12), p. 754 (Bašagić indiq (...)
  • 223 Osman Nuri Hadžić, Islam i kultura, passim. On peut consulter à ce sujet Gross, Izvorno pravaštvo, (...)
  • 224 « “Vatan” i “Bošnjak”. U Sarajevu, 15 jula », Crvena Hrvatska 4 (1894), 30 (28/07), p. 2-3 ; Osman (...)

169Ayant ainsi pris position dans le débat, Bašagić se leva de sa chaire d’historien et n’y revint pas. À propos de cet article, rien, à notre connaissance, ne transparut dans les médias, ce qui est étonnant et ne s’explique guère. Très probablement agrémenté de quelque amourette, comme le font deviner deux poèmes qui parurent à la fin de l’année222, ce printemps-là dut être consacré à la rédaction de ses derniers articles pour le calendrier Mearif, ce qui explique son absence des autres revues littéraires. Il put aussi participer d’assez près à la rédaction d’une brochure que Hadžić composa durant ces mois-là, sous le titre L’Islam et la culture (Islam i kultura). Ouvrage de polémique contre un historien serbe obscur qui avait osé donner une image négative de l’islam dans une revue de Belgrade, le livre était traversé de part en part des idées de Starčević et expliquait que leur force d’attractivité pour les musulmans en était la définition, politique et non ethnique ou religieuse, de la nation croate. La laïcité donnait aux musulmans un espace théorique qui leur permettait d’intégrer la vie politique de la Banovine223. Il était évident qu’un tel exposé, si empreint d’idées politiques, ne put recevoir la publicité escomptée dans les journaux de Bosnie-Herzégovine : aussi ne faut-il pas prêter à Crvena Hrvatska la bonne foi qu’elle contrefait en s’étonnant que Bošnjak et Vatan ne donnent pas de compte rendu du livre, alors même que Bošnjak avait relayé l’appel à souscription lancé par Hadžić début juin224.

3. La veine orientaliste

  • 225 Mirza Safvet, « Derviš-paša Mostarac », Nada 1 (1895), 10 (15/05), p. 184-188.

170Certes les débuts orientalistes de Bašagić n’ont pas été conditionnés par son séjour en Croatie ; il fréquente les auteurs ottomans sur manuscrits, probablement avec son père, depuis 1887 au moins225. Mais c’est dans ce pays, plus qu’en Bosnie-Herzégovine, que cette veine prend tout son développement. On peut y voir l’effet d’un éloignement géographique et psychologique, encore timide, avec la matrice orientale que représente pour lui sa région natale.

  • 226 Mirza Safvet, « Svemogućemu. (Munadžat) », Pobratim 5 (1894-1895), 4 (14/10), p. 49.

171Avant de rien dire sur cette mise à distance, il faut souligner l’originalité de l’orientalisme bašagićien dans la constellation romantique européenne : il reste le fait d’un musulman, conservant ainsi de façon sous-jacente sa valeur religieuse. C’est ce que révèle un poème publié un peu plus tard (en octobre 1894), qui n’est autre qu’un chant intime (münacat) au Tout-Puissant226. La forme est celle de l’incantation :

Les mers et fleuves innombrables,
Qui coulent par la terre noire,
Tout regarde vers le ciel d’or
Et d’une seule voix s’écrie :
Gloire à toi, ô Dieu éternel !
Qui par ta volonté agit,
Qui par ta puissance peut
Séparer comme réunir.

Les plantes et bois innombrables,
Qui germent de la terre noire,
Tout regarde vers le ciel d’or
Et d’une seule voix s’écrie :
Gloire à toi, ô Dieu éternel !
Qui par ta connaissance sait,
Qui par ta puissance peut
Tout prendre comme tout donner.

172Le monde créé inclut également le poète, qui s’attribue les derniers vers :

L’innombrable des créatures,
Qui chantent ta gloire éternelle,
Abrite Mirza extasié
Qui entonne pour Toi son chant :
Gloire à toi, ô Dieu éternel !
Qui par ta parole t’exprime,
Qui par ta puissance peut
De rien créer tout l’univers.

  • 227 Ivan Milićević, « Safvet beg Redžepašić Bašagić », Dom i svijet 7 (1894), 10 (15/05), p. 183. Le po (...)
  • 228 Bašagić avait d’abord envoyé un certain nombre de poèmes à Milićević, que celui-ci intitule « Herce (...)
  • 229 Mirza Safvet, « Glasi iz tamnice », Vienac 26 (1894), 23 (09/06), p. 366-367. Cet auteur n’est pas (...)

173L’orientalisme de Bašagić révèle toute la portée ambiguë du renouveau islamique au xixe siècle : face aux exigences de la modernité occidentale, la religion est vécue pour elle-même mais aussi à cause des autres. Religion identitaire et, simultanément, religion de façade. Ce qui nous retient ici, c’est la façade. Notre homme se présente comme un musulman ; il connaît de ce point de vue une publicité toujours plus importante en Croatie-Dalmatie-Slavonie. Son grand promoteur était Milićević, qui, en mai 1895, dans la revue splitoise Dom i svijet (La Maison et le monde), présenta sa biographie, en complément de son portrait. Milićević attirait l’attention sur les traductions de la littérature orientale et le coloris particulier qui se faisait ressentir de ces influences dans les compositions originales de Bašagić. Selon lui, il en résulterait une poésie tout à fait différente de celle que connaissait l’Occident227. Un peu plus tard (début juin), Milićević l’introduisit dans la revue littéraire la plus importante de Zagreb, Vienac (La Couronne), derrière laquelle se tenait la Société littéraire croate. Ce fut toujours grâce à Milićević et Hadžić, lesquels avaient envoyé ses poèmes à cette revue dès le début de l’année, qu’il avait bénéficié de la bonne grâce de son rédacteur en chef, Josip Pasarić (1860-1937)228. L’une des préoccupations de Pasarić était d’ouvrir le monde des lettres croates à l’esprit national ainsi qu’aux influences étrangères. La première publication de Bašagić répondait à cette dernière exigence : c’était la traduction d’un long poème persan de Mirza Sadik (m. 1770), « Voix de prison229 ».

174Il se consacra également à une importante biographie critique de Hafiz (v. 1320-v. 1389), le célèbre poète persan. Elle était dans l’exacte lignée de celles qu’il avait composées sur Firdavsī et Djâmi (en décembre 1893) ; comme dans ces deux biographies, il y montrait sa connaissance des orientalistes européens, mais s’aventurait parfois un peu trop loin et glissait dans la polémique de mauvais aloi, se valorisant peut-être à raison mais dévalorisant à tort ses adversaires, comme on va le voir. En effet, en abordant Hafiz, il proclamait haut et fort le génie incomparable du poète – traduit dans toutes les langues européennes, connu dans le monde entier, etc. Il en avait traduit six courts poèmes avant de faire paraître sa biographie, et les reprenait pour agrémenter son texte et mieux y saisir l’esprit de l’écrivain, dont il affirmait sans ambages la portée mystique. Bref, il soulignait avec force ses compétences sur le sujet. Il mentionnait ensuite Friedrich von Bodenstedt (1819-1892), qui fit passer une œuvre originale, Lieder des Mirza Schaffy (1851), pour une traduction de Hafiz. Bašagić ignorait la supercherie, car il n’avait pas lu Bodenstedt et n’avait pu comparer son texte avec l’original. Pourtant, il se croyait autorisé à clouer au pilori la traduction des Lieder de Bodenstedt par le poète serbe Zmaj Jovanović : même « avec une torche », s’exclamait-il, on ne saurait retrouver l’original de Hafiz chez Zmaj ! Et pour cause.

  • 230 Mirza Safvet beg Bašagić, « Hafiz. Životopis », Prosvjeta 2 (1894), 11 (01/06), p. 343-344 ; 12 (08 (...)

175Polémique de mauvais aloi, donc. Le jeune bey se proposait de donner au rossignol de Shiraz une voix digne de son nom dans la littérature croate. En présentant Bodenstedt comme un grand érudit et un bon traducteur, Bašagić manifestait qu’il était simplement tout entier préoccupé de dévaloriser le travail d’un Serbe qui ne prétendait pas savoir le persan et dont la traduction tirée de Bodenstedt n’était pas mauvaise230.

  • 231 Bajraktarević, « Postanak », p. 401, repris par Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 286.
  • 232 Les lecteurs de Bošnjak ne l’ignoraient pas : voir « Mirza Šafi », Bošnjak 2 (1892), 17 (28/04), p. (...)
  • 233 Redhouse, Turkish and English Lexicon, 2001, p. 2053 ; Smailović, Muslimanska imena, p. 356. En s’e (...)

176L’idée couramment reçue veut que Bašagić se soit inspiré du titre de Bodenstedt pour confectionner son pseudonyme « Mirza Safvet231 ». Il est en effet assuré, on vient de le voir, que Bašagić avait entendu parler des Lieder des Mirza Schaffy, qui connurent jusqu’en 1892 pas moins de cent trente-six éditions232. Mais « Safvet » signifie « pureté », « sincérité », alors que « Šafi » désigne un « intercesseur », titre souvent donné à Mahomet. De l’un à l’autre, le rapport est ténu. Il vaut mieux penser que Bašagić adjoignit tout simplement à son prénom le titre « Mirza », qui en Iran, lorsqu’il est postposé, est porté par les princes du sang et les notabilités, et lorsqu’il est antéposé (comme c’est le cas ici), désigne un écrivain public, un clerc, un fonctionnaire civil ; il est possible qu’on connût ce mot dans ce sens à l’époque : « Mirza Safvet » ou celui qui prend la plume pour son peuple233.

  • 234 IAS BS – 157, Fleischer à Bašagić, [juin/juillet 1894]. Publiée très partiellement par Milićević, « (...)

177Lorsque l’article parut dans Prosvjeta, une erreur de typographe fit que son pseudonyme était suivi de son patronyme réel : Mirza Safvet-beg Bašagić. C’était la première fois qu’il sortait à nu dans des revues d’opposition. Il réagit aussitôt, et Vjekoslav Fleischer, le rédacteur en chef, s’en excusa brièvement, l’invitant cependant à poursuivre sa collaboration, notamment avec des études sur l’histoire de la Bosnie234.

4. L’inauguration de la « Maison de Starčević »

178L’opposition starčevićienne était en effet étroitement surveillée. Starčević s’était toujours refusé à l’action politique, mais poussé par son entourage et les événements, il avait consenti à la formation du parti du Droit, émanant de ses intuitions, lequel offrait une cible identifiée au régime du ban Khuen. Lui-même restait à l’écart de toute agitation, illustrant parfaitement l’attitude du philosophe antique, du Diogène critique tel qu’il se voulait. Comme il était en mauvaise santé, qu’il vivait chichement et habitait un logis peu reluisant, ses partisans décidèrent d’ouvrir une grande souscription pour lui bâtir une maison digne de ce nom et, simultanément, signer avec le parti de Strossmayer de façon éclatante un programme d’action commune, dont le texte avait été arrêté en mars. On fixa, pour poser solennellement la première pierre, la date symbolique du 26 juin 1894, trente-troisième anniversaire du jour où Starčević, par un discours frondeur au Parlement croate, avait posé les premières fondations du parti. La journée avait pour but essentiel de manifester l’unité des Croates, qu’ils soient de Dalmatie, d’Istrie, de Slovénie ou de Bosnie-Herzégovine, ainsi que de décider d’un véritable programme politique.

  • 235 Milićević, « Starčevićanstvo u Bosni i Hercegovini », p. 40-41.

179Le jour dit, tout le monde se regroupe près de la gare ferroviaire où doit s’élever le bâtiment. Grand concours de petites gens, paysans, petits bourgeois, mais aussi intellectuels zagrébois, splitois, fiumains. Un programme commun est arrêté, que Bašagić signe avec Milićević et Hadžić235. Les plus remarqués sont les représentants des provinces « croates » non encore rattachées à la Banovine : l’adjoint au maire de Ljubljana Ivan Tavčar (1851-1923) pour la Slovénie, Juraj Biankini (1847-1928) pour la Dalmatie, Vjekoslav Spinčić (1848-1933) pour l’Istrie et Marko Šešelj pour les catholiques d’Herzégovine. Les musulmans n’ont pas la part belle : on mentionne à peine Hadžić et le nom de Bašagić n’apparaît pour ainsi dire pas dans la presse. On parle à peine de la Bosnie-Herzégovine, et c’est la Slovénie qui surtout revient sur toutes les lèvres. Le nationalisme croate, en dépit des grandes déclarations de Starčević, se construisait essentiellement sur l’appartenance religieuse et, en second lieu, linguistique et géographique.

  • 236 « Domaće viesti. Zagreb, 27. lipnja. Banket u slavu dra A. Starčevića », Obzor 35 (1894), 146 (27/0 (...)
  • 237 ABiH GMF, 1894/741, du 01/07/1894.
  • 238 Milićević, « Dopisivanje », p. 296

180Rejoignant une partie de ces personnalités, Bašagić fut choisi pour aller annoncer l’événement à Starčević en tant que représentant des Croates musulmans236. Une grande kermesse s’ensuit ; on porte des toasts : c’est Hadžić qui le fait au nom des musulmans de Bosnie-Herzégovine ; Bašagić ne dira rien et, par conséquent, ne se fera pas remarquer du gouvernement territorial bosno-herzégovinien, au contraire de Hadžić237. Néanmoins, ce fut pour lui l’occasion de faire la connaissance de toutes les personnalités politiques les plus importantes du Parti238.

  • 239 HDA, Fonds Matica Hrvatska, no 40 : comptes rendus des séances des Assemblées générales, comités co (...)

181Le lendemain 27 juin de cette furtive apothéose, Bašagić fut cité à la séance régulière de la Société littéraire croate. La question bosniaque préoccupait la société plus particulièrement depuis la mi-avril : on avait proposé à Josip Eugen Tomić de rééditer son livre Le Dragon de Bosnie, mais celui-ci avait décliné l’offre en orientant la politique éditoriale sur des auteurs bosno-herzégoviniens vivant en Croatie. Le comité central était d’accord pour une publication la même année ; mais qui ? Début juin, Osman Nuri Hadžić et Ivan Milićević avaient conquis l’approbation du comité avec leurs nouvelles tirées du quotidien bosniaque. Mais, dix jours plus tard, se fait élire à un siège vacant le jeune August Harambašić, ami de Bašagić. Le 27 juin, prenant pour la première fois la parole dans un débat littéraire, enthousiasmé par la fête de la veille, il fait remarquer que la société, depuis des années, essaye de donner à « nos » musulmans des lectures qui leur plaisent ; il propose donc qu’on édite les poésies du jeune poète Safvet-beg Bašagić à la place des siennes, comme il avait été décidé lors de la séance précédente. La proposition fut acceptée à l’unanimité, mais le comité pensait qu’il fallait encore un peu attendre avant d’éditer les poèmes originaux de « Mirza Safvet » et qu’on le poussât plutôt – comme il le proposait lui-même – à composer une anthologie orientale ; ce qui fut à nouveau adopté à l’unanimité239.

  • 240 Bajraktarević, « Postanak », p. 401.

182Cité dans le cénacle d’une société d’élite, dans la revue de laquelle il publierait plus que tout autre en 1894240, Bašagić ne pouvait qu’exulter. L’apothéose cette fois-ci tourna court : deux jours plus tard, le 29 juin, les participants à la manifestation du 26 étaient inquiétés par le régime de Khuen-Hedérváry et on signifiait au jeune Bosniaque qu’il ne pourrait passer sa « maturité » dans aucun lycée de Zagreb, ni même de Croatie ou de Slavonie. L’avenir se brisait soudain devant ses yeux : pas de « maturité », pas d’université, ainsi qu’il l’espérait. Sa première réaction fut l’abattement, comme le laisse penser son absence des revues littéraires durant tout le mois de juillet.

5. Repli croatisant sur Sarajevo

  • 241 « Čitaonica na Bentbaši », Sarajevski list 17 (1894), 73 (24/06), p. 2.
  • 242 « Preustrojstvo vakufske uprave », Bošnjak 4 (1894), 33 (16/08), p. 1 (= éditorial) ; id., 34 (23/0 (...)
  • 243 « Trka kod Ilidže », Bošnjak 4 (1894), 28 (12/07), p. 2 ; « Trka na Ilidži. Prvi dan u Nedjelju 15. (...)

183Il dut se retirer à Sarajevo. Là, la vie lui souriait davantage, l’existence était plus douce, plus fastueuse. Ibrahim Bey jouissait de la considération générale dans les cercles où il gravitait, venant par exemple d’être réélu, à la fin juin, comme membre d’honneur au bureau du Cabinet de lecture musulman241. En août, la modification des statuts de la Commission rendue publique, le foyer était définitivement assuré d’une vitesse de croisière confortable242. Rue Kečina, l’existence se déroulait donc paisiblement. Sarajevo lui-même offrait avec générosité son calme estival. De plus, Kállay s’avisa d’organiser de grandes réjouissances, afin de prouver à l’Europe entière de manière ostentatoire que son gouvernement était bénéfique et facteur de progrès pour les régions d’occupation. Comme il en avait l’habitude depuis quelques années, il organisa en juillet un grand concours hippique, cette fois-ci international. La capitale fut en fête. Les riches beys de Bosnie-Herzégovine avaient le goût des courses : Ibrahim Bey fit courir un cheval et remporta le troisième prix de sa catégorie243.

184Le farniente avait de l’agrément ; mais que faire désormais ? Safvet-beg ne songeait pas non plus à se réinscrire au Grand gymnase, où il pouvait encore se présenter à l’examen de maturité : la mésentente entre lui et son professeur de mathématiques était rédhibitoire. Celui-ci ne lui aurait point laissé obtenir un quelconque succès.

185En réalité, le monde accoutumé de Sarajevo ne put tout à fait détourner Safvetbeg de ses rêves zagrébois. L’engagement croate resta tout aussi fort, voire plus ardent encore. Avant la mi-août, il compose un poème qui est resté parmi ses plus célèbres : « Fille des dieux… », où il faisait l’éloge de la langue croate. La langue est un élément essentiel du sentiment national selon les idées de Herder alors si bien répandues chez les Slaves du Sud ; c’était la première fois qu’il acquérait cette importance sous la plume de Bašagić. En voici une traduction possible, malheureusement non rimée :

Fille des dieux et du mois de mai printanier,
Ouvre-moi en grand tes portes de paradis,
Ô, que j’entre en un palais délicieux !
Où chante doucement
Ses gracieux poèmes
Le chœur joyeux des nymphes orientales.

Ainsi verserai-je dans notre poésie
Leurs airs, qu’ils y coulent comme eaux de paradis :
Car de la langue croate le murmure
A pouvoir de nourrir,
A pouvoir de lier
L’Orient à l’Occident, l’art à la raison.

Tantôt mugissant comme une mer déchaînée,
Tantôt calme comme par des palais de fées –
 Tel est des esprits cachés le chant charmant ;
Tantôt aussi bruissant,
Comme si bourdonnait
L’essaim d’abeilles qu’on pourchasse au jardin.

  • 244 Mirza Safvet, « Božanska kćeri... », Vienac 26 (1894), 33 (18/08), p. 522.

Tantôt délicat encore : ainsi se lamente
Le frêle rossignol sur la rose écarlate,
Qui amèrement déplore sa fortune. –
 Ainsi toutes les délices
Et toutes les faveurs
En toi se fondent et déversent, ô ma langue244 !

186Le style suave des vers, le mètre libre et simultanément rimé confèrent à la diction une fluidité d’autant plus remarquable qu’elle est mimétique du sens des mots ; la discrétion des images, empruntées au monde ottoman comme à la poésie parnassienne, évitent tout discours tapageur sur la théorie des rencontres de civilisation et atteignent à une unité esthéstique que rarement Bašagić retrouvera. La pièce est l’un des chefs-d’œuvre du bey. Cette même douceur d’évocation donne un goût de son identité croate : Bašagić n’est pas un engagé au sens fort du terme ; il a une certaine dimension croate qui s’est diversement extériorisée, tout comme la douceur d’un adolescent disparaît du comportement tout en laissant son empreinte dans l’homme mûr.

  • 245 [Édito], « Bosansko pitanje », Crvena Hrvatska 4 (1894), 42 (20/10), p. 1.

187L’adhésion de Bašagić aux idées de Starčević, que caractérisait un anti-monarchisme virulent, ne doit pas faire de lui, dans l’esprit du lecteur, un anti-dynastique, ni un esprit d’ardent contestataire. Dans les rangs des starčevićiens, d’ailleurs, on balance entre la haine contre l’empire habsbourgeois, et celle contre la Serbie. On tombe de Charybde en Scylla : les opposants « à tout prix » de l’Autriche-Hongrie voudraient que celle-ci parte, mais ce serait alors faire tomber la Bosnie-Herzégovine sous la domination de la Serbie ; et si la Monarchie ne se retire pas en deçà de la Save et de l’Una, comment croire qu’elle permettra la réunion des territoires occupés à la Croatie, alors qu’augmente à Vienne la méfiance contre la force numérique des Slaves dans la Monarchie245 ?

  • 246 « Naši dopisi. Sarajevo, 3. ožujka », Hrvatska 9 (1894), 52 (08/03), p. 2. Ćorić indique que la pre (...)
  • 247 Ćorić, Nada, p. 142-144 ; pour une présentation très détaillée du compte rendu de Hörmann, voir Kap (...)
  • 248 IAS BS – 111, lettre de Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 20/11/1898 ; cette lettre prouve que Bori (...)

188C’est dans ce cadre que Hrvatska interpréta une initiative de Sarajevo dans le domaine littéraire : entre méfiance et prudence. Il était venu à Kállay l’idée de lancer une revue littéraire dans sa capitale provinciale qui, par une facture de qualité, s’attirerait la sympathie des écrivains les plus renommés du Sud slave, et susciterait en eux l’envie de collaborer dans ses colonnes. Il est vraisemblable que ce projet s’inscrivait dans une politique plus large, selon laquelle l’Autriche-Hongrie plantait définitivement sa tente au centre des Balkans, et contrait le panslavisme russe. Dès le 8 mars 1894, Hrvatska avait ébruité – la première – que le Gouvernement territorial voulait détourner les jeunes Bosniaques d’aller écrire à l’étranger246. Kosta Hörmann, qui était chargé de mener à bien le projet, n’avait prévu ni Bašagić, ni le couple Hadžić-Milićević dans les collaborateurs potentiels ; des musulmans, il avait retenu les noms des incontournables Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški, Ibrahim Repovac et Riza-beg Kapetanović, des prometteurs Edhem Mulabdić et Sadik Ugljen, et de l’encore obscur Jusuf Bajković ; à Zagreb, il s’était assuré le concours, entre autres, de Fleischer, Harambašić et Tomić, qui purent en avertir Milićević, toujours rédacteur en chef de Hrvatska247. On ignore pourquoi il ne voulait pas s’assurer la collaboration des trois premiers : tel Harambašić était plus jeune qu’eux, pas plus lancé dans la littérature et tout aussi dangereux par ses positions politiques. Tout se passait comme si Bašagić n’avait pas les grâces des officiels austro-hongrois, ou comme s’il était encore quasiment ignoré du monde des lettres bosno-herzégoviniennes. La première solution semble pour l’instant exclue, car Bašagić entretint jusqu’en 1899 de bonnes relations avec Hörmann248 ; et la seconde n’est guère possible, comme on l’a vu.

  • 249 Ćorić, Nada, p. 148, 153-4, 208, 720 ; Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 346-7 ; Milićevi (...)

189Cependant, Hörmann avait fait le voyage de Zagreb en mai et en était rentré quasiment bredouille. Passé l’été, il invita les écrivains de Sarajevo à une réunion préparatoire le 22 septembre, où n’apparurent que des orthodoxes ou des catholiques. Pressenti pour être rédacteur en chef de la revue, Silvije Kranjčević (1865-1908), l’écrivain le plus fameux de la place en même temps que l’un des plus célèbres en Croatie, se vit confier la tâche de faire meilleure récolte à Zagreb, où il se rendit début octobre. Là, il obtient l’accord de principe, entre autres, de Hadžić et Milićević, qui écrivaient en duo. Un peu plus tard, début novembre, Hörmann réorganisa une réunion à Sarajevo, à laquelle, cette fois-ci, Bašagić participa249.

190Le conseiller gouvernemental rallia ainsi à son projet parmi les plus grands nationalistes croates ; du côté serbe, la pêche ne fut pas moins fructueuse, puisqu’il gagna de tout aussi grands nationalistes. En effet, il promit à tous que l’usage du nom national serait libre dans les colonnes de la revue. Pour eux, nulle trahison donc à collaborer à Sarajevo, d’autant que la Bosnie reste leur belle Hélène. Pour Bašagić non plus, rien de plus naturel que de rester pro-croate en même temps que de participer à un projet gouvernemental ; les idées de Starčević permettent le développement d’un fort sentiment régionaliste.

  • 250 Mirza Safvet, « Ali-paša. (Fragment) », Vienac 26 (1894), 40 (06/10), p. 631-634
  • 251 Voir les quelques lignes qu’y consacre Rizvić (Bosansko-muslimanska književnost, p. 528).
  • 252 « Alipaša Rizvanbegović-Stočević, vizir hercegovački », Mearif 1 (1312/1894-1895), p. 105-113 ; Mir (...)

191Or, depuis son retour à Sarajevo, la dynamique dans laquelle se place Bašagić est bien celle-ci : retour à une thématique herzégovinienne, chant du terroir et de ses grands hommes, formes poétiques traditionnelles de la Bosnie-Herzégovine, comme la sevdalinka (chanson de soupirant[e]). De ces textes on retiendra surtout le fragment dramatique Ali Paşa, qui mettait en scène Rizvanbegović250. Le morceau n’offre pas grand intérêt du point de vue théâtral : il est mal composé, les jeux de scène n’existent pour ainsi dire pas et la forme dialogique n’est qu’un effet de style pour un texte à déclamer comme de la poésie251. En revanche, son sujet retient d’autant plus l’attention que Bašagić avait déjà célébré Rizvanbegović durant les six mois qui avaient précédé, le jugeant comme « un personnage extraordinaire comme le monde en voit peu252 ». Ali Paşa y est présenté comme le fils vengeur (osvetni sin) de l’Herzégovine ; le fragment s’attache à décrire la naissance de cette vocation, par des gloses d’ordre romantique. La démesure du geste final, quand, dans une tirade pleine d’arrogance faustienne, Ali Paşa défie le diable en personne de l’affronter en combat singulier, finit de faire du poème une pièce tirant sur le romantisme. La veine herzégovinienne de Bašagić débouchait, à pas feutrés, sur un régionalisme où l’Herzégovine et la Bosnie ne portaient plus la marque d’une nation singulière, mais celle de peuples constitutifs d’une croaticité plus générale.

  • 253 Mirza Safvet, « Begova džamija », Nada 1 (1895), 1 (01/01), p. 9 ; Ćorić, Nada, n. 10 p. 747-8. À p (...)
  • 254 Mirza Safvet, « Derviš-paša Mostarac », Nada 1 (1895), 10 (15/05), p. 184-188.

192Bašagić accepte donc de collaborer au projet de Hörmann, finalement baptisé L’Espoir (Nada) ; pour son premier numéro, qui devait paraître le 1er janvier 1895, il rédigea un superbe article historique sur la mosquée du Bey de Sarajevo, édifiée par Gazi Husrev Bey, article pour lequel il reçut 50 forints d’avance le 20 décembre253. Du point de vue littéraire, sa composition la plus remarquable dans la revue, durant cette première moitié de 1895, fut une biographie de Derviş Paşa Bajezidagić – dont il avait déjà traduit des poèmes254. Le texte était émaillé de petits commentaires qui faisaient ressortir la gloire des Ottomans nés en Bosnie (soit, dans la logique de Bašagić, des Bosniaques ottomans) : par exemple, il rappelait en passant qu’à l’époque de Mehmed Paşa Sokolović et cinquante ans après la mort de celui-ci, les Bosniaques avaient tenu les postes principaux de l’administration civile et militaire ottomane. Ou encore, il saupoudrait ses évocations de termes épiques (Derviş Paşa est « héros et poète » ; évocation de batailles avec un lexique épique), ce qui rehaussait d’autant l’éclat de ceux qu’il évoquait. Dans une note à la tautologie naïve, il mentionnait que le terme pejgamber (ar. « Prophète »), au lieu du bosniaque prorok, était celui qui seyait le mieux à Mahomet « car c’est lui que les musulmans de Bosnie utilisent le plus ». Bašagić jugeait que Derviş Paşa appartenait aux plus grands poètes ottomans grâce à sa pensée simple et à la beauté de son expression ; sa poésie concurrençait les créations d’İbrahim Şinasi (1826-1871) et la poésie moderne qui avait vu le jour en Turquie depuis le début du xixe siècle. Derviş Paşa avait les idées des mevlevīs, une confrérie de derviches dont le penseur central, Rūmī, était non seulement un panthéiste, comme le disait l’historien de la littérature Johannes Scherr (1817-1886), mais surtout un fataliste. Enfin, Derviş Paşa composait entre autres en persan et y réussissait bien ; dans des vers consacrés à sa ville natale, Mostar, il montrait un cœur plein de patriotisme.

6. Nouvelle vague de contestation

  • 255 Hauptmann (éd.), Borba muslimana, p. 49-56 (traduction allemande de l’original ottoman). Ni Šehić, (...)

193Amour de la patrie, donc, mais dans le giron d’un nationalisme plus vaste, qui déplaît à la masse bosno-musulmane. À Sarajevo, les élites musulmanes continuaient d’irriter l’opinion communautaire dans le reste de la province par leurs prises de positions idéologiques et leurs soi-disant privilèges. Les notables musulmans se montraient de plus en plus mécontents de la tournure que prenaient les événements en voyant que les revenus de leurs propriétés périclitaient, et surtout que le pouvoir n’était plus affaire de richesse foncière mais aux mains de fonctionnaires. Ils envoyèrent une députation à Istanbul en décembre 1894 se plaindre auprès d’Abdülhamid de la mauvaise santé où croupissaient les affaires des vakfs, ainsi qu’une minutieuse contestation des dérogations que l’Autriche-Hongrie se permettait à la convention de Constantinople (d’avril 1879, qui stipulait les conditions d’administration commune du Sandjak par l’Autriche-Hongrie et l’Empire ottoman). Parmi les nombreuses craintes exprimées, s’élève celle de la conversion des musulmans au catholicisme par des zélés venus de l’extérieur. À Vienne, on connaît les principaux points de ces revendications dès le 2 janvier 1895255.

  • 256 Bošnjak cité d’après Kraljaćić, Kalajev režim, p. 292 ; « Muhamedanci Srbi ?! », Crvena Hrvatska(...)

194Ce début de contestation fut redoublé par le rebondissement soudain de l’affaire Spahić : l’imprudent musulman, qui s’était déclaré Serbe, avait été placé en garde à vue à son domicile ; il confessa publiquement que ses déclarations pro-serbes étaient des erreurs dans Bošnjak du 10 janvier 1895 et encourageait les musulmans de Bosnie-Herzégovine à conserver la « neutralité en matière nationale ». Que Spahić fût conduit à se rétracter par la force ou non, il demeure que l’opinion croate (Crvena Hrvatska) triompha fort naïvement ; à Sarajevo, l’opinion musulmanocroate se montra moins enthousiaste, on désapprouva même cette rétraction car elle manquait de dignité : Spahić était tombé trop bas et on ne lui pardonnerait pas cela256.

195Une quinzaine de jours plus tard, l’attaque contre les officiels et ceux qui leur tenaient le revers de la veste se précisa, laissant percevoir une querelle de pouvoir sous-jacente dirigée contre des fonctionnaires musulmans jugés trop complaisants envers les autorités austro-hongroises. Le reis Azabagić, le haut-juge de la charia Škaljić ainsi que Kapetanović et Bašagić reçurent le 25 janvier la lettre suivante :

  • 257 ABiH GMF 1895/141, pièce jointe : lettre anonyme postée à Bosanski Brod et adressée aux susdits le  (...)

Messieurs,
Comme vous ne l’ignorez pas, certains journaux ont donné un compte rendu de la députation bosniaque qui s’est rendue auprès de Sa Majesté le Sultan à Istanbul. Elle avait des revendications toutes particulières à l’encontre du gouvernement austro-hongrois en Bosnie-Herzégovine concernant la question agraire, celle des forêts, des propriétés privées (mülk) etc. En conséquence, il est naturel que le Gouvernement territorial instaure un dialogue et pose des questions sur ces problèmes, et ce sera à travers vous qu’il le fera afin d’y porter remède ; ce faisant, il gâchera notre entreprise, à laquelle il faudrait plutôt une solution définitive. Il est de notre devoir de vous avertir, en même temps que nous vous en prions amicalement, d’être le plus vigilants possible sur ces sujets très sérieux et de ne pas défendre uniquement vos « intérêts » personnels, ce que vous avez fait jusqu’à aujourd’hui en nous regardant de haut.
Il faut qu’on sache que nous, les musulmans, nous permettons la réalisation de ces intérêts sans en recevoir un quelconque avantage.
En conséquence, nous vous invitons une ultime fois, frères, à nous secourir ; si vous ne répondez pas dans le sens de notre intérêt, soyez assurés que nous sommes dès maintenant prêts à rendre publique toute votre attitude jusqu’à aujourd’hui, ce qui vous couvrira de honte pour toujours.
En ces circonstances, nous ne serons pas satisfaits tant que, dans chaque circonscription (kotar), l’on n’aura pas consulté ou invité des personnes compétentes dans ces affaires et appréciées par la population.
Nous demandons également que vous conseilliez les rédactions de Bošnjak et de Vatan de cesser leurs « flatteries », que tout le monde connaît ; que ces journaux se préoccupent dorénavant (autant qu’ils le pourront) de sujets qui concernent le bien et le seul intérêt de tous les frères.
Nous espérons que vous serez attentifs à notre entreprise par vos bontés. Recevez le salam fraternel de vos frères
à Sarajevo, le 24/01/1895
Ehli islam [les gens de l’islam] de Bosnie-Herzégovine257.

  • 258 X., « Naši dopisi. Sarajevo, 25. januara », Crvena Hrvatska 5 (1895), 5 (02/02), p. 3.

196La place publique de Sarajevo s’émut de cette lettre le jour même de son envoi, le 25 janvier. Mais la teneur toute économique de la missive semblait avoir disparu et l’émoi se faisait autour de la principale obsession des musulmans : la peur de la conversion au christianisme. D’après le correspondant de Crvena Hrvatska, certains des notables musulmans auraient été invités par écrit à abandonner leur foi « païenne258 ». La question de l’islamisation / christianisation de la province mobilisait les masses, soulevait l’opinion populaire, que manipulaient des individus aux motivations financières et politiques. On ignore qui fut à l’origine de cette déformation : le parti de Kapetanović, ou celui de leurs opposants – ou encore, si la population l’avait d’elle-même déformé.

  • 259 Hauptmann traduit « Karabejzade » en « Karabeg » (Hauptmann [éd.], Borba muslimana, p. 663), ce qui (...)
  • 260 Osman Mazhar paša Čengić, « Veliki veziri iz našijeh krajeva », Nada 1 (1895), 7 (01/04), p. 126-12 (...)

197Les signataires du mémorandum de décembre étaient-ils les instigateurs de cette lettre ? À Istanbul avaient signé Zlatarović de Livno, Šahinpašić de Zvornik, Erić et Čengić d’Herzégovine, Karabegović de Ključ, Čelebić de Mostar, Vilić de Travnik et enfin Kapetanović, Đumišić et Pašlagić de Banja Luka259. Aucun de ces personnages n’est identifiable, hormis Čengić (Osman Mahzar Paşa) et Đumišić (probablement Fehim), leaders des opposants à l’occupation austro-hongroise émigrés à Istanbul. S’il est possible que Đumišić ait inspiré une telle lettre, la probabilité qu’Osman Mahzar Paşa Čengić ait trempé dans cette affaire, dirigée contre son beau-frère Ibrahim Bey avec lequel il entretenait de bonnes relations, est extrêmement faible. Il faisait l’objet, en ce même moment, des assiduités du gouvernement territorial, qui essayait de le récupérer parmi les siens, et les Bašagić eux-mêmes avaient mis la main à la pâte. En effet, Hörmann avait invité Čengić à collaborer à Nada. Celui-ci lui renvoya un article sur les grands vizirs d’origine bosniaque, fort mal rédigé, car le pacha n’avait pas la plume très exercée. Tenant beaucoup à ce qu’il apparaisse au moins nominalement dans la revue, Hörmann s’était rabattu sur Safvet-beg Bašagić dans l’espoir qu’il corrigeât l’envoi d’Istanbul. Le gymnasiaste en mal de composition s’était exécuté260, probablement vers janvier.

  • 261 ABiH GMF 1895/141, Appel à Kállay, le 30/01/1895.

198Du reste, que la lettre fût commanditée de si loin semble improbable ; l’initiative immédiate en aura été prise par des musulmans restés dans leur province. Où l’opposition se montrait-elle la plus féroce en ce début de 1895 ? Dans la région de Travnik, confie Appel à Kállay, supputant que la lettre a été composée par là-bas. La localisation de celle-ci dans la capitale ne représentait peut-être rien de spécial, ni l’endroit d’où elle avait été postée : Bosanski Brod. D’après Kapetanović, ce pourrait même être un « étranger [qui aurait rédigé la lettre] dans l’intérêt des musulmans », car elle était trop bien écrite pour l’avoir été par l’un de ces derniers261.

  • 262 Pour Sulejmanpašić, voir Šehić, Autonomni pokret muslimana, p. 67.
  • 263 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 403.

199Son contenu correspond davantage à celui du mémorandum que rédigeront les beys de Travnik et de Sarajevo à la fin de 1895, qu’à celui du mémorandum d’Istanbul. Aussi est-il probable que se tienne en partie derrière ces lignes Muharem Bey Teskeredžić et Ali Bey Sulejmanpašić (1845-1901), tous deux de la région de Travnik, chefs de l’opposition musulmane jusqu’en 1900262. En mars 1895, Sulejmanpašić se plaindrait à Kutschera du travail de la Commission centrale des vakfs et des salaires que recevaient ses fonctionnaires, selon lui anormalement élevés. Le Civiladlatus lui rétorqua que les importantes sommes d’argent manipulées par ces fonctionnaires justifiaient le montant des salaires et que la Commission avait abattu énormément de travail en dix ans – avec quoi Sulejmanpašić tomba (momentanément) d’accord263. Les questions qui l’agitaient relevaient d’intérêts matériels et révélaient une totale ignorance de ce que représentait la gestion d’un corps d’administration.

200Cette semonce laissait pressentir la menace imminente d’une bataille rangée entre le Gouvernement territorial et les musulmans bosno-herzégoviniens. Il fallait tout faire pour éviter l’organisation de ces derniers : qu’ils rejoignent les rangs des « malcontents » orthodoxes (Malcontent dans les documents administratifs) et s’unissent avec eux aux dépens de l’Autriche-Hongrie. Si, jusqu’ici, les efforts de Kállay pour soutenir une entité musulmane indépendante relevaient d’une stratégie offensive, afin de pénétrer plus profond dans les Balkans en s’assurant le concours des propriétaires fonciers, à partir de 1895 le soutien aux musulmans loyalistes contre les musulmans opposants entrerait dans une logique de défense, afin d’éviter toute coalition trop puissante qui mettrait en danger le pouvoir austro-hongrois dans les territoires occupés.

  • 264 Gross, Povijest pravaške ideologije, p. 44.
  • 265 Mirza Safvet, « Leonida », Prosvjeta 3 (1895), 3 (01/02), p. 79.
  • 266 Mirza Safvet, « Harabati », Prosvjeta 3 (1895), 4 (15/02), p. 123.
  • 267 Mirza Safvet, « Ardišir », p. 31-33 (paru dans Bošnjak en 1891) ; Mirza Bašagić, « Sinu na slici » (...)
  • 268 « Glavno vieće vakufske zemaljske komisije u Sarajevu », Hrvatska 10 (1895), 36 (13/02), p. 3.

201Il fallait resserrer autour de soi le groupe des musulmans loyalistes, car il n’était pas aussi fiable qu’on l’aurait souhaité : notamment, les influences starčevistes qui le traversaient entretenaient, potentiellement, une fronde couverte contre la dynastie. Les Bašagić ne se comptaient pas parmi les plus transparents de leurs collaborateurs sur ce point. Un poème de Safvet-beg, « Léonidas », publié en février 1895, célébrait à mots voilés la figure historique de Nikola Šubić Zrinski (1508-1566), dont le surnom « Léonidas », donné de son vivant, avait été remis à l’ordre du jour par le parti starčeviste et les nationalistes croates en général : ils en avaient fait le symbole de la trahison habsbourgeoise contre le peuple croate264. Peut-être également inspiré du tableau d’Oton Iveković (1869-1939), le plus connu des romantiques zagrébois qui avait peint un formidable Nikola Šubić-Zrinski, le poème de Bašagić ne désignait jamais directement le personnage et semblait même se borner à une évocation quasi parnassienne de la bataille des Thermopyles ; mais l’allusion était suffisamment évidente pour ne pas devoir être explicitée : « le Grec préfère mourir glorieusement, / Que souiller son honneur sacré265 ». Dans un autre poème, une traduction de Muallim Nacı (1850-1893) parue dans Prosvjeta, il se vantait de n’être point « au service de l’empereur », ni d’obéir à quiconque ou quoi que ce fût, hormis « le bon sens266 ». Cet esprit indéniablement indépendant, d’autant plus évident que l’opposition politique montait parmi les musulmans bosno-herzégoviniens, se manifesta encore par le simple fait de sa participation au second calendrier Mearif que lancèrent Hadžić et Milićević pour le jour de l’an musulman 1313 (24 juin 1895). Le duo littéraire était toujours en porte-à-faux avec la doctrine du gouvernement territorial. De la part de Bašagić, cet engagement était purement politique (ou amical) : il leur envoya des textes qui, à une exception près, avaient tous déjà été publiés auparavant dans diverses revues267. D’autre part, les amitiés du fils donnaient toujours aussi bonne presse au père en Croatie. Dans un entrefilet de Hrvatska de Zagreb, dont le rédacteur en chef était Milićević, on signala l’assemblée générale de la Commission des vakfs qui devait se tenir à partir du 11 février à Sarajevo ; Ibrahim Bey était présenté comme « honorable et plein de mérites268 ».

  • 269 Fehim [Osman Nuri Hadžić], « Muhamedovci Bosne i Hercegovine. U Sarajevu, 19. siečnja. V. (Muhamedo (...)

202Néanmoins, le gouvernement territorial savait qu’il ne fallait pas trop craindre les musulmans de tendance croate : ils se montraient tout à fait raisonnés dans leurs déclarations, tel Osman Nuri Hadžić, pourtant le plus fervent starčevićien parmi eux. En janvier 1895, à propos des dernières suites de l’affaire Spahić, Hadžić rappelait qu’il n’y avait pas de tradition nationale en Bosnie-Herzégovine et que l’on s’appelait, selon la région, Bosniaque (Bošnjak), Herzégovinien (Hercegovac) ou Confinaire (Krajišnik) ; s’il y avait eu une conscience croate quelque temps encore après la conquête, elle avait peu à peu disparu, se transformant en une conscience commune exprimée par un « nôtre » vague et indéterminé (tekom vremena to se je sve « ponašilo »)269.

  • 270 ABiH GMF 1895/692, Appel à Kállay de Sarajevo, le 15/08.

203On pouvait donc compter sur la force raisonnable que représentait l’opinion musulmane pro-croate, face à une montée contestataire assez irraisonnée. Le gouvernement territorial employa Ibrahim Bey à son service pour infiltrer le camp adverse et en pénétrer les intentions ; il l’envoya à Travnik durant l’été pour sonder les opinions des opposants. Ibrahim Bey était bon enquêteur ; il revint avec une nouvelle qui s’accomplirait précisément : cinq beys (« seulement cinq », disait-il) de la région étaient prêts à se rendre à Vienne d’ici à deux mois pour remettre à l’empereur un mémorandum sur l’administration austro-hongroise en Bosnie-Herzégovine270. De son côté, bénéficiant très probablement de l’indulgence gouvernementale, Safvet-beg publia pendant tout l’hiver et le printemps des articles dans Nada. On peut sans grande marge d’erreur supposer que les critiques qui bientôt fusèrent à l’encontre de ses compositions dans Vienac de Zagreb et Nada de Sarajevo – on ne sait pas précisément lesquelles – furent en partie dictées par les troubles politiques qui grandissaient. Le jeune homme se défendit dans Obzor, répondant à ses détracteurs à la Voltaire : ils n’étaient que les adversaires de la lumineuse Raison et de l’Instruction :

Salut, ô obscurantistes ! En vérité, salut étrange,
Beaucoup diront : « Il en existe donc encore ? »

Oui, il en existe encore, on en trouve encore quelques-uns ;
Leur plus grand plaisir est d’enrayer le progrès.

  • 271 Mirza Safvet, « Onima, kojih se tiče », Obzor 36 (1895), 57, p. 1. Ahriman est le dieu du mal chez (...)

[...] Salut, ô obscurantistes, salut, ô enfants de l’enfer !
Ahriman vous protège, en lui votre salut271.

  • 272 La date du 1er avril est donnée d’après HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj (...)
  • 273 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija 7 (1934), 6, p. 302. Nametak indique qu’ (...)

204Faut-il voir aussi une bienveillance gouvernementale pour les Bašagić dans le soudain revirement que connut l’existence de Safvet-beg à partir du premier avril ? Comme il n’était plus question de passer sa maturité, le jeune homme projetait de se lancer dans la fondation d’une librairie. Un jour qu’il s’entretenait de ce sujet dans la rue avec son ami libraire Milan Šarić, le professeur Lilek survint et l’informa que Žnidaršić, le fameux professeur de mathématiques, était tombé malade ; depuis la fin novembre, c’était Auguste Tartaglia (1862- ?), un enseignant dalmate, qui le remplaçait et qui siègerait aux jurys d’examen de maturité ; Bašagić était assuré du succès272. De plus, Tugomir Alaupović, son ami, était alors chargé d’enseignement en propédeutique de la philosophie et saurait l’aiguiller correctement. Le bey se mit donc au travail. En deux mois et demi, il se prépara, révisant son année de septième classe, apprenant de lui-même ce qu’il ignorait du programme de huitième273.

205En juin, il se présentait aux épreuves ; le 26 juin, il avait satisfait aux examens :

  • 274 La note « louable » (lobenswert) était normalement dévolue à l’appréciation du comportement (voir e (...)
Comportement louable
Religion excellent
Bosniaque satisfaisant (F. Vuletić)
Latin suffisant (D. Nemanić)
Arabe louable [sic]274 (I. Repovac)
Allemand satisfaisant (D. Küdlich)
Géographie et histoire satisfaisant (E. Lilek)
Mathématiques suffisant (A. Tartaglia)
Physique suffisant (I. Seunik)
Histoire naturelle satisfaisant
Propédeutique de la philosophie satisfaisant
Matières facultatives
  • 275 IAS BS – 13 ; ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka, XIII – 1 (traduction en allemand du dipl (...)

206Le palmarès était tout à fait honorable, surtout pour un élève dont la vie avait connu maints rebondissements durant cette dernière année. Et s’il accusait du retard par rapport à ses camarades, il n’avait, somme toute, que 25 ans, et l’avenir devant lui275.

7. Conclusion

  • 276 « Izpit zrelosti u sarajevskoj gimanziji », Hrvatska 10 (1895), 155 (mardi 9 juillet), p. 3.

207Pour l’obtention de sa « maturité », le jeune homme eut droit aux félicitations publiques de Milićević, qui glissa un entrefilet dans Hrvatska pour lui seul276. Ce traitement de faveur correspondait à sa renommée toujours grandissante dans le monde politique et littéraire croate, qui lui avait nui en Croatie et en Bosnie-Herzégovine. Ces déboires furent cependant fructueux, somme toute : en Croatie, Bašagić a trouvé les fondements d’une réflexion riche et complexe pour l’identité bosno-musulmane, qu’il a commencé à approfondir dès son repli sur Sarajevo. La contestation à laquelle les Bašagić se sont heurtés a, elle aussi, des retombées probantes, dans la mesure où elle confirme leur sympathie pour les directives du gouvernement territorial. Ces éléments vont ouvrir à Bašagić une troisième voie, entre Orient et Occident, entre modernité et tradition, entre islam et laïcité.

Notes

1 Sur cette question, le meilleur article dans une langue autre que le serbo-croate me semble celui de Redžić, « Kállays bosnische Politik ».

2 Šesto izvješće Velike Gimnazije 1887/1888, p. 21 et 28.

3 C’est lui seul que Bašagić rappellera à Kreševljaković dans « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272. Lilek, slovène d’origine, était le plus réputé des enseignants de l’établissement ; il participa au Congrès pédagogique international qui se tint à Paris en 1900. Papić, Školstvo (1878-1918), p. 110.

4 Je n’ai pas réussi à en savoir plus sur ce personnage. On a sa photographie en 1900 ; il enseigna de 1882 à 1903 au Grand Gymnase (Spomenica Prve gimnazije, p. 16 et 28). N’y avait-il qu’incompatibilité d’humeur entre Bašagić et lui ou y eut-il aussi des incompatibilités d’idées ? Il est par exemple possible que Žnidaršić ait montré un prosélytisme catholique qui agaçait Bašagić – quoique l’enseignement des mathématiques ne se prête guère à de longs discours en la matière.

5 Voir les bulletins scolaires de Bašagić en annexe.

6 Šesto izvješće Velike Gimnazije 1887/1888, p. 48-49.

7 IAS BS – 112, lettres de 1911 et 1927 ; Miloš Petrović, Enciklopedija Jugoslavije, nouv. éd., t. 4.

8 Žakula, « Predratna đačka omladina u Bosni », 8099 (22/11), p. 1.

9 On croit généralement que l’enseignement de l’arabe ne fut introduit qu’en 1889 au Grand gymnase, mais c’est un point de vue erroné – voir « Crtice iz istorije ovog zavoda », Trinaesti izvještaj Velike Gimnazije u Sarajevu, objavljen na kraju (XIX.) školske godine 1897./98., Sarajevo, Zemaljska štamparija, 1898, p. 6.

10 Johnston, L’esprit viennois, p. 74-75.

11 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života. », p. 66.

12 Žakula, « Iz mladih dana », p. 138.

13 Il est probable que Safvet-beg Bašagić n’est pas l’auteur d’un texte qui parut dans l’almanach provincial sous le titre « O Derviš-paši Mostarcu i njegovoj Pendnami (Didaktičnoj pjesmi) » (Bosna ve Hersek Vilâyet-i Salnamesi, 8 [1889], p. 72-73), et sous le nom de Salih Safvet Bašagić. Personne à l’époque ni ultérieurement ne porte ce nom et Salih Safvet Bašić n’était pas encore né en 1889. Voir Nurudinović, « Bosanske salname », p. 262. Une autre occurrence de « Salih Safvet Bašagić » se trouve comme nom de propriétaire sur l’un des manuscrits de la bibliothèque de Safvet-beg Bašagić (Blašković [éd.], Arabische, türkische und persische Handschriften, no 533).
On apprend par ailleurs que la première composition de Bašagić fut « Prokletstvo Dželal-paše », terminée en classe de Quatrième, en 1888 (Ćuković, « Književno-kulturni rad učenika », in Spomenica Prve gimnazije, p. 50). Comme elle parut ultérieurement, j’ai préféré la mentionner au moment où elle fut connue du public et s’intégra à la psyché nationale.

14 Le nom est donné dans « Podvala kao povijesni dokumenat », Novi Behar 5 (1930-1931), 4, p. 64, un article très certainement d’Alija Nametak et directement inspiré par Safvet-beg Bašagić lui-même. Je n’ai rien pu savoir sur Mirković, sinon qu’il n’obtint pas sa maturité, fit sa médecine et mourut très jeune en exerçant à Brčko (Ćuković, « Književno-kulturni rad učenika », in Spomenica Prve gimnazije, p. 49-50).

15 Riza-beg Kapetanović, « U Osami », Bosanska Vila 5 (1890), 10 (31/05), p. 149.

16 Ćuković, « Književno-kulturni rad učenika », in Spomenica Prve gimnazije, p. 50.

17 À propos du personnage, voir Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 226-227.

18 Bosanski Hrvat, « Narodno pitanje u Bosni-Hercegovini », Crvena Hrvatska 2 (1892), 15 (14/05), p. 2 ; 16 (21/05), p. 2 – no 15, p. 2. Ce « Croate bosniaque » est probablement Osman Nuri Hadžić ; le sérieux de l’article (et du jeune Hadžić en général) incite à la confiance.

19 Stražičić collaborait notamment dans Prosvjeta de Sarajevo. Voir Mali Nenad [Osman Nuri Hadžić ?], « Naši dopisi. Sarajevo 11. aprila », Crvena Hrvatska 1 (1891), 11 (18/04), p. 2.

20 [CYR] Beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Rodoljupke », Bosanska Vila 5 (1890), 19-20 (nov.), p. 289-290.

21 Mali Nenad, « Naši dopisi. Sarajevo 20 juna », Crvena Hrvatska 1 (1891), 21 (27/06), p. 2. À propos de ce journal, voir les excellentes pages de Kraljaćić, Kalajev režim, p. 220-223, et surtout celles de Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 225-235. D’après Kruševac, il n’existe plus actuellement un seul exemplaire de Napredak. Si jamais on en retrouve, on consultera, sur l’affaire Bašagić, les n° 11 de 1890 et 7 de 1891.

22 Mali Nenad [Osman Nuri Hadžić ?], « Naši dopisi. Sarajevo 11. aprila », Crvena Hrvatska 1 (1891), 21 (27/06), p. 2.

23 Safvet-beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Prodjite me se, božiji ljudi ! », Glas Hercegovca 8 (1891), 8 (07/02), p. 2.

24 Crvena Hrvatska 1 (1891), 2 (14/02), p. 3.

25 Beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Rodoljubke », Pobratim 1 (1891), 2 (15/01), p. 17.

26 C’est ce qu’on devine à la lecture de Rodoljub, « Razjasnimo ! », Glas Hercegovca, 8 (1891), 12 (samedi 21/02), p. 1. Il semble en effet que sous le pseudonyme « Rodoljub » se cache Milićević. Celui-ci ne précise nulle part ailleurs l’époque à laquelle il fit connaissance de Safvet-beg Bašagić.

27 Martinović, « Ivan A. Milićević », p. 67.

28 Milićević, « Safvet beg Bašagić i “Glas Hercegovca” god. 1891. », p. 8-12. Cet article, hormis les larges citations qu’il fait du poème « U očajanju » et une courte introduction au contexte historique, est exactement semblable à « Postupak Bosanske Vile sa Safvetbegom Bašagićem », du même auteur.

29 Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 208.

30 Safvet-beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Prodjite me se, božiji ljudi ! », p. 1-3.

31 Safvet-beg Bašagić, « Prodjite me se, božiji ljudi ! », p. 1.

32 Riza-beg Kapetanović, « ?... », Bosanska vila 6 (1891), 2 (31/01), p. 26 ; Salih Kazazović : « U raju », Bosanska Vila 6 (1891), 6 (31/03), p. 81.

33 [Alija Nametak], « Podvala kao povijesni dokumenat. », ibid.

34 Anonyme, « Naši dopisi », Crvena Hrvatska 2 (1892), 2 (13/02), p. 3.

35 Rodoljub, « Razjasnimo ! », Glas Hercegovca, 8 (1891), 12 (samedi 21/02), p. 1-2.

36 « Dopisi. Gacko », Glas Hercegovca, 8 (1891), 12 (samedi 21/02), p. 2-3 ; Nikolaus, « Dopisi. Travnik 20 veljače 1891. Gosp. Safet Begu Bašagiću Sarajevo », Glas Hercegovca, 8 (1891), 13 (mercredi 25/02), p. 2.

37 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 218-224.

38 Un exemple : son livre s’appuie quasi exclusivement sur des documents d’archives, où il trouve des coupures de journaux qu’il utilise pour analyser les débats nationalistes ayant eu lieu dans la presse. Il oublie totalement de consulter la presse elle-même et de donner une analyse sériée des articles qui y parurent. D’où la présentation aprioriste de l’affaire Spahić en 1891-1893 ; d’où des jugements à l’emporte-pièce sur la valeur de tel journal : il présente de façon nuancée, intellectuelle, Stražičić et son Napredak (dont il n’a pu guère consulter d’extraits, cf n. 21 de ce chapitre) et conspue Milićević et son Glas Hercegovca, alors que le premier semble du même acabit que le second.

39 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 230.

40 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 72.

41 Rizvić (ibid., p. 82) attribue à Bašagić un article de critique littéraire sur les auteurs bosno-ottomans qui parut dans le premier numéro de Bošnjak, sous prétexte que c’était le seul, à cette époque, qui les connaissait suffisamment bien pour en faire une recension détaillée. Mais il semble bien plus probable que cet article, dont le style se rapproche de celui de Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški, est de la plume de ce dernier.

42 Zmaj-Jovan Jovanović, Đulići i Đulići uveoci, Novi Sad, 1864-1882, dont est tiré le vers cité (poème « Bolna leži, a nas vara nada… »).

43 S. B......, « Bošnjaku. », Bošnjak 1 (1891), 2 (09/07), p. 2.

44 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 272-274 ; Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 75-76.

45 Pejanović, Bibliografija štampe 1850-1941, 19612, p. 10-12.

46 Zihnija, « Nedajmo se ! U Mostaru, 5. novembra 1891 », Bošnjak 1 (1891), 20 (12/11), p. 1-2 (déjà repéré, mais non analysé par Rizvić dans Bosansko-muslimanska književnost, p. 77) ; [Anonyme], « U Sarajevu, dne 22. maja 1892 », Bošnjak 2 (1892), 21 (26/05), p. 1-2. Jusuf-beg Filipović, qui succédera à Kapetanović en tant que rédacteur, mentionnera encore ces vers dans l’éditorial du numéro 50 du 10. XII 1896.

47 Voir ses bulletins scolaires en annexe.

48 S. B., « Prva pjesma », Bošnjak 1 (1891), 4 (23/07), p. 4 ; Anonyme, « Utjeha », Bošnjak 1 (1891), 6 (06/08), p. 4.

49 S. B., « Mustafa Paša Rešid. Ribarova kći ; Moj slavuj », Bošnjak 1 (1891), 5 (30/07), p. 2-3.

50 S. B., « Junački ponos. Sultan Selim jauz », Bošnjak, 1 (1891), 7 (13/08), p. 1 ; id., « Očinski savjet », ibid. ; id., « Ardišir », id., p. 3-4 ; id., « Divane-Husrev paša », id., 8 (20/08), p. 4.

51 E. J. Zürcher ne fait aucunement mention de ces poésies (« Reshid Pasha, Mustafa », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 8), ni même Bombaci, (Histoire de la littérature turque, passim).

52 A. N. Tarlan, « Bulbul », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 1.

53 S. B., « Očinski savjet », Bošnjak 1 (1891), 7 (13/08), p. 1 : « Dobro pazi, ni za što na svijetu, da ne oboriš sramotno glavu preda se, jer o tome ovisi životna sloboda » ; « Nikada se nemoj prevariti, da kakav dar uzmeš od bezznačajna čovjeka. »

54 S. B., « Ardišir », Bošnjak 1 (1891), 7 (13/08), p. 3-4.

55 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », p. 358.

56 S. B., « Divane-Husrev paša », Bošnjak 1 (1891), 8 (20/08), p. 4. La source probable de l’histoire contée ici était L’Histoire de Rüstem Paşa (Rüstem Paşa Tarihi) – voir C. Orhonlu, « Khādim Süleymān Pasha », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 4, et J.-L. Bacqué-Grammont, « Khosrew Pasha », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 5. Cette œuvre ne paraît pas dans la liste des manuscrits orientaux que possédaient les Bašagić.

57 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », p. 358.

58 Lewis, Islam et laïcité, p. 140 ; d’après cet auteur, ce hadith est attribué de manière douteuse au Prophète.

59 Notamment chez Shemseddin Sami Frashëri, voir George W. Gawrych, « Tolerant Dimensions of Cultural Pluralism in the Ottoman Empire : The Albanian Community, 1800-1912 », International Journal of Middle East Studies 15 (1983), p. 526. Je remercie chaleureusement Nathalie Clayer qui m’a signalé cet article.

60 S. B., « Hubb-ul-vatani min-el iman. Ljubav otadžbine s vjerom je skopčana », Bošnjak 1 (1891) 9 (27/08), p. 2-3. Pour les citations, voir le texte original en annexe.

61 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », p. 358.

62 Bombaci, Histoire de la littérature turque, p. 363-368.

63 Soko Šestokrilović, « Bosanskijem trutovima. Kršna Hercegovina, 10. novembra », Bošnjak 1 (1891), 21 (19/11), p. 2. Un argument s’oppose à ce qu’on attribue ce texte à Safvet-beg Bašagić : il est signé d’Herzégovine ; or, notre homme n’y retournera qu’en 1893. Cela dit, le style de l’article aussi bien que l’autorité (en la matière) d’Alija Nametak, qui identifie l’auteur à Bašagić, me poussent à l’inclure dans mon commentaire.

64 Il ne faut pas cependant tout à fait exclure l’éventualité suivante : Bašagić a pu consulter l’Abolition of the Slave Trade de Fox en traduction allemande juxtapaginale, dans un ouvrage conçu pour les écoliers qui parut en 1886. Mais il n’est pas mentionné dans les manuels scolaires qu’utilise le Grand gymnase, ni dans les ouvrages que possède la bibliothèque de cet établissement.

65 N’ayant pas pu repérer la citation que fait Bašagić, je suppose qu’il s’agit ici de George Canning, et non de l’ambassadeur britannique auprès de La Porte, Stratford Canning (plus tard Lord Stratford de Redcliffe) qui avait étroitement collaboré avec Mustafa Reşid Paşa à la promulgation des tanzimat.

66 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 210-214. Les débats sur ces symboles seront sans fin et continuent encore de nos jours. Pour la période qui nous intéresse, voir aussi Džaja, Bosna i Hercegovina u austrougarskom razdoblju, p. 205.

67 Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie, 1771, article « Opinion ».

68 Cité d’après « Domaće vijesti », Crvena Hrvatska 1 (1891), 52 (30/01/1892), p. 3.

69 Je n’ai malheureusement pu trouver aucun ouvrage véritablement conséquent sur la réception de Voltaire dans les pays islamiques. Pour l’opinion de Voltaire sur cette religion, voir Hadidi, Voltaire et l’Islam ; Badir, Voltaire et l’Islam.

70 Voir les quelques lignes éclairantes que consacre à ce propos Okey dans « Education and Modernisation », p. 323.

71 C’est également ce à quoi fut contraint Milan Begović, futur ami du jeune homme (Žeželj, Pijanac života, p. 27).

72 Žakula, « Iz mladih dana », p. 138. Lorsqu’il écrit ces lignes, l’âme serbe de Žakula ne préfère pas souligner que Bašagić est également l’auteur de vers trop fameux qui lui sont odieux et qu’il citera avec dégoût dans un article de la même époque ; ses préjugés nationaux lui font également imaginer que le bey avait publié plusieurs articles dans Bosanska vila, et taire le nom des autres journaux où il apparaissait.

73 ...... ić, « Mahmud paša », Bošnjak 1 (1891), 14 (01/10), p. 1-2 ; 15 (08/10), 1-2 ; 16 (15/10), p. 1-2.

74 On trouve dans le catalogue de la bibliothèque de Bratislava une biographie de Mahmud Paşa, mais les Bašagić ne devaient pas encore la posséder en 1891 car certains détails qui y sont donnés ne sont pas repris par Bašagić. Voir Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften, no 446, p. 324-325. Sur les sources disponibles pour la vie de Mahmud Paşa, voir Theoharis Savrides, The Sultan of Vezirs. The Life and Times of the Ottoman Grand Vizir Mahmud Pasha Angelović (1453-1474), Leiden, E. J. Brill, 2001.

75 Šestokrilović, « U oči nove godine. Napisao J. Paul », Bošnjak 2 (1892), 3 (21/01), p. 1-2.

76 ......ić, « Vrelo Buna. Hercegovačka idila », Bošnjak 1 (1891), 20 (12/11), p. 1-2.

77 « Nova knjiga o Bosni i Hercegovini », Sarajevski list 9 (1886), 135 (17/11), p. 3. Kállay avait servi de témoin de mariage à Asbóth (« Svatovi », Sarajevski list 8 [1885], 18 [18/02]), p. 2), lequel appartenait à une fameuse famille hongroise.

78 Le contrat d’édition pour la traduction anglaise fut signé par Kállay en personne (Kraljaćić, Kalajev režim, p. 265). On pourra s’interroger sur les motifs qui ont poussé Kraljačić à présenter ce livre comme un ouvrage scientifique, ce que ne prétendait certainement pas même Asbóth (ibid., p. 264-265).

79 im., « Novo djelo dra. Tresića », Hrvatsko pravo 1 (1895), 45 (24/12), p. 3.

80 Asbóth, Bosnien und die Herzegowina, p. 144.

81 Thèse présente en bien des passages, mais plus expresse aux pages 90 et 125-126.

82 À ce propos, voir mon Petit guide, p. 201-215.

83 Žarivoj, « U Dolini », Bošnjak 1 (1891), 20 (12/11), p. 3-4. En attribuant ce poème à Bašagić, je tranche les hésitations d’Alija Nametak (« Nekoliko inicijala », p. 42). En effet, les allusions au Parnasse et à l’Olympe me semblent caractéristiques de Bašagić.

84 [Anonyme], « Osvojenje Kaniže », Bošnjak 1 (1891), 21 (19/11), p. 1 ; 22 (26/11), p. 1-2 ; 23 (03/12), p. 1-2 ; 25 (17/12), p. 1-2.

85 Fevziye Abdullah Tansel, « Kemāl, Mehmed Namik », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 4, p. 910. Voir également V. J. Parry, « Kanizsa », ibid., t. 4, et G. Dávid, « Sigetwār », ibid., t. 9.

86 On retrouve cette construction formulaire avec les mêmes expressions dans un chant populaire que Bašagić recueillera un peu plus tard, et qu’a publié Alija Nametak dans « Jedna narodna pjesma », p. 201-206.

87 Dans les notes non imprimées de Hörmann. Voir « 11. Bitka kod Kaniže » chez Buturović, Narodne pjesme Muslimana, [pagination perdue].

88 Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften, no 450 p. 326-327.

89 Kreševljaković, « Abdulah paša », p. 6. C’est moi qui donne l’interprétation de cette suspension.

90 S. Šestokrilović, « U Zidinama Jajca grada », Bošnjak 1 (1891), 27 (31/12), p. 1.

91 Mulabdić, « Prva pojava Safvetbegova », p. 358.

92 Šestokrilović, « Šta je Bošnjak ? », Bošnjak 2 (1892), 1 (07/01), p. 4 : « Qu’est-ce qu’un Bosniaque ? Une petite branche / Du grand arbre des Slaves (...) ». Comparer avec Jukić, Zemljopis, 1973, p. 183-184 : « Le peuple de Bosnie est un et c’est le peuple slave, le plus grand en Europe. Les Bosniaques sont une ramification de ce grand arbre et appartiennent à l’ethnie (pleme) illyrico-sud-slave. »

93 Josip Eugen Tomić, Zmaj od Bosne. Pripoviest iz novije bosanske prošlosti, Zagreb, Matica Hrvatska, 1879, p. 124-126. D’après mes recherches, c’est de Tomić que provient l’expression « cviet hrvatskoga naroda » (la fleur du peuple croate) à propos des musulmans (p. 125).

94 Kreševljaković, Sarajevo za vrijeme austrougarske uprave, in Izabrana djela t. 4, p. 175-176.

95 Musa, Franjo Milićević, p. 61.

96 Despot, Malo Zrnja in Odabrana djela, p. 320-321.

97 Ciliga, « Josip Juraj Strossmayer », p. 47-61.

98 La citation est d’Édouard Marbeau, un Français qui a séjourné chez l’évêque en été 1879 ; il reprend très vraisemblablement Strossmayer lui-même, comme nous en persuade son récit. Marbeau, La Bosnie depuis l’occupation, p. 47 (voir aussi p. 30).

99 Malgré ses accents victorieux, Bertić ne s’est décidé à rapporter ces faits à Strossmayer que bien après son séjour en Bosnie, alors que certains événements lui en rappellent le souvenir. Drljić, « Biskup Strossmayer », p. 165-170.

100 Milićević, « Starčevićanstvo », p. 40 ; Knezović, Život i rad fra Didaka Buntića, p. 57 ; Musa, Franjo Milićević.

101 Gross, Povijest pravačke ideologije, passim (sur les influences françaises p. 9-14) ; Gross, « Les traits fondamentaux », p. 377-381. On peut lire un court article en français à propos de la vénération de Starčević à l’égard de la Révolution française : « Ante Starčević et la Révolution française », in Katunarić (éd.), Hrvatska/ Francuska, p. 211-212.

102 Horvat, Ante Starčević, p. 87 (cité chez Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 195 n. 5).

103 Ante StarĆević, Iztočno pitanje, Zagreb, Hrvatsko Pravo, 1899 (le livre fut composé à partir de lettres que Starčević écrivit à un ami en 1876, sans qu’il ait rien trouvé à y changer lors de l’édition). La citation reprend une idée présente chez Starčević dès l’article « Turska » et continuée explicitement au moins jusqu’en 1882 dans le journal La Liberté (Sloboda) (voir StarĆević, Misli i pogledi, 1971, p. 90). Pour une vue d’ensemble, voir Gross, Povijest pravaške ideologije, p. 164-166.

104 Les témoignages sont nombreux sur la relative bonne entente entre les différentes communautés religieuses à Mostar ; c’est dans ce sens que témoigne la mère de Milićević lui-même (Kapić, Sa putovanja, p. 269-270).

105 Milićević, « O Mostaru », p. 4 ; Martinović, « Ivan A. Milićević », p. 66-68. Pour une courte biographie en serbo-croate de Milićević, voir Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 109 n. 19. Sur Hadžić, voir Rizvić, ibid., p. 108 n. 17 ; [Anonyme], Osman Nuri Hadžić ; Milićević, « Nekolike uspomena ». Voir aussi Milićević, « Kako je došlo », p. 93-96.

106 Rien n’atteste cette filiation dans les documents écrits que j’ai pu consulter. Elle ne semble donc pas assurée, quoi qu’en dise Rizvić dans sa monographie (Bosansko-muslimanska književnost, p. 108). D’après Matković, pour qui je n’ai pas pu consulter tous les ouvrages qu’il cite, Hadžić aurait eu des contacts avec des Pravaši alors qu’il était au medrese (?) – Matković, Čista stranka prava, p. 326.

107 Ćuković, « Književno-kulturni rad učenika », in Spomenica Prve gimnazije, p. 49-50.

108 Ćorović, « Das Erwachen », p. 7 ; Žakula, « Predratna đačka omladina u Bosni », 8102 (25/11), p. 1.

109 Žakula, « Iz mladih dana », p. 138. Chez Papić, Školstvo (1878-1918), p. 107, on trouve que dans les premières années deux enseignants d’origine locale seulement furent employés au Grand gymnase : Tugomir Alaupović et Šćepan Grđić.

110 Pour ces dates, voir [Anonyme], Osman Nuri Hadžić, p. 6 ; Spomenica šeriatske sudačke škole, p. 79. Les études à l’École de la charia de Sarajevo duraient cinq ans.

111 ABH, GFM Pr. 1895/751 du 16. VI. 1895. Ce document était probablement connu de Malbaša, Hrvatski i srpski nacionalni problem, p. 68, qui mentionne l’enthousiasme de Hadžić pour les idées de Starčević quand il était jeune étudiant en droit chariatique. Il a également été partiellement étudié par Kraljaćić, Kalajev režim, p. 306.

112 Milićević, « Nekolike uspomene », p. 83.

113 En-dehors même du fait que Bašagić et Hadžić se fréquentaient assidûment à cette époque, il est plus que probable que tous les auteurs écrivant dans Dubrovnik, Crvena Hrvatska et Bošnjak sous le masque de pseudonymes, connaissaient en réalité fort bien l’identité de ceux avec qui ils polémiquaient, comme en témoignent certaines disputes à propos d’un pseudonyme volé (Sabrija od Muhamedanske Omladine, « Naši dopisi. Mostar 16. Novembra », Dubrovnik 1 [1892-1893], 21 [20/11], p. 3-4).

114 Alija Nametak, « Nekoliko inicijala », p. 42.

115 Kruševac se contredit en l’espace de quelques lignes à ce sujet dans Bosansko-hercegovački listovi, p. 259. La lecture de Bošnjak nous persuade que Hadžić n’y a vraiment jamais écrit un quelconque article.

116 [Édito], « Novo zastupstvo sarajevsko », Dubrovnik 1 (1892-1893), 39 (29/03/93), p. 1. Sur la démagogie de Kulović, voir notamment X, « Naši dopisi. Sarajevo, 9. februara », Crvena Hrvatska 3 (1893), 7 (18/02), p. 2.

117 Si les Hadžić, selon l’auteur anonyme de la brochure Osman Nuri Hadžić (1869-1937) (Zagreb, 1995, p. 5), étaient une famille en vue de Mostar originaire de Bileća, il semble donc qu’il n’y ait pas eu de soutien familial, ou aucun moyen financier conséquent qui permette à Osman de poursuivre des études universitaires.

118 ABiH GFM Präs. 1894/796 du 11. VII. 1894. En juillet 1893, Frano Supilo, qui avait invité Milićević et Hadžić à collaborer à Crvena Hrvatska, recommanda Hadžić au professeur d’histoire à l’université zagréboise Tade Smičiklas pour qu’il lui obtienne une bourse (Matković, Čista stranka prava, p. 327). Cette demande n’aboutit apparemment pas, d’après notre propre document.

119 ABiH GFM Präs. 1894/873 du 2. VIII. 1894.

120 Pour sa biographie, voir Alexandre Popovic, « Kadić, Alija », in Marc Gaborieau et al., Dictionnaire biographique, fasc. no 2, p. 65. Biographie en serbo-croate dans Preporod 2 (1971), 16, p. 7 et 10.

121 Malbaša, Hrvatski i srpski nacionalni problem, p. 68.

122 Là-dessus, voir im., « Laži proti šeriatskoj školi », Hrvatska 10 (1895), 152 (05/07), p. 2.

123 S. Š., « Književno pismo. (« Almasija », pripovijest iz bosanskoga života napisao Rizvan-beg Kulinović, Biograd 1892) », Bošnjak 2 (1892), 7 (18/02), p. 1 ; 8 (25/02), p. 1-2 ; 9 (04/03), p. 1-2.

124 Il semble tout à fait exagéré de voir ici les présupposés d’une esthétique réaliste, comme le fait Rizvić (Bosansko-muslimanska književnost, p. 99).

125 Alija Nametak, « Edhem Mulabdić », p. 214. On ne saura être trop prudent avec ces allégations de Nametak, qui était un nationaliste croate assez fanatique, et ne supportait pas tout ce qui fleurait le nationalisme bosniaque. Par exemple, je pencherai plutôt pour interpréter le départ de Mulabdić dans le cadre de l’affaire Spahić (cf. infra), qui l’avait fortement secoué.

126 Petar Slijepčević, « Stara i nova kultura. Jedan Omladinski program », Prosvjeta (calendrier), 1911, p. 92 : malgré les reproches faits à l’idéologie nationale de Kállay, il faut se rappeler, selon cet auteur, « que personne ne dit qu’une part de l’opinion publique chez nous l’appuyait ! » Par ce « chez nous », Slijepčević entend très certainement « chez nous les Bosno-serbes ».

127 « Domaće vijesti », Crvena Hrvatska 1 (1891), 52 (30/01/92), p. 3.

128 « Mali teferič », Bošnjak 2 (1892), 27 (2/07), p. 3 ; « Mali teferić [sic] », id., 28 (9/07), p. 3.

129 Šicel, Povijest hrvatske književnosti 5, p. 166, qui cite des propos d’Antun Gustav Matoš.

130 S. R. Bašagić, « Bratska ljubav (Bosanska priča) », Bršljan 7 (1892), 2 (01/02), p. 44-45.

131 Mirza Safvet, « Iskrice », Pobratim 3 (1892-1893), 3 (01/10), p. 40 ; 8 (14/12), p. 120.

132 Emilijan Lilek, « Božji sudovi (ordalia) i porotnici (conjuratores) u Bosni i Hercegovini », Glasnik Zemaljskog muzeja 4 (1892), 2 (avril-juin), p. 132.

133 « Braći Muhamedancima », Dubrovnik 1 (1892-1893), 5 (31/07), p. 1 [= éditorial].

134 Mehmed eff. Spahić, « Naši dopisi. U Mostaru, mjeseca Julija 1892 », Dubrovnik 1 (1892-1893), 8 (21/08), p. 2 ; – beg –, « Pisma iz Bosne. I. Pismo Banjaluka 26. Avgusta », Dubrovnik 1 (1892-1893), 9 (28/08), p. 2-3.

135 Mehmed ef. Spahić, « Naši dopisi. U Mostaru mjeseca septembra 1892 », Dubrovnik 1 (1892-1893), 14 (02/10), p. 3.

136 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 281-282.

137 On va jusqu’à prétendre que les Spahić remontent jusqu’à la bataille de Kosovo, ce qui paraît assez sensationnel comme affirmation. Voir Ljubomir, « Naši dopisi. Nevesinje, mjeseca Januara », Dubrovnik 1 (1892-1893), 30 (25/01/93), p. 2. De même, voir Hadži Ibro, « Pismo iz Hercegovine. Jesu li Bosanski i Hercegovački age i begovi porijeklom Srbi ili Hrvati ? », Dubrovnik 1 (1892-1893), 40 (05/04), p. 2-3 ; 41 (12/04), p. 2.

138 [Édito], « Muhamedanci su progovorili », Dubrovnik 1 (1892-1893), 17 (23/10), p. 1.

139 Mehmed ef. Spahić, « Naši dopisi. Mostar 19. Oktobra », Dubrovnik 1 (1892-1893), 17 (23/10), p. 3.

140 Nebojša, « Naši dopisi. Mostar 10 Novembra (Poslanica plemiću Memmedu efendiji Spahiću) », Dubrovnik 1 (1892-1893), 21 (20/11), p. 3 ; Ljuti Hercegovac, « Poslanica nadriplemiću Mehmedu Spahiću u Mostar », Bošnjak 2 (1892), 48 (01/12), p. 4. Le même Nebojša réitérera le titre de son article après l’attaque de Bašagić, sans cependant y mentionner Bašagić : « Naš dopis. Mostar 18. Dećembra (Poslanica plemiću Mehmed efendiji Spahiću) », Dubrovnik 1 (1892-1893), 26 (25/12), p. 3.

141 Srđa Zlopogleđa, « Naši dopisi. Nevesinje 15. Novembra », Dubrovnik 1 (1892-1893), 22 (27/11), p. 3. La longue démonstration de Kasim Gujić sur l’ascendance nobiliaire des Kapetanović (fin xviiie-début xixe siècle) en Croatie n’emporte pas la conviction (« Hrvatsko podrijeklo », p. 97-104).

142 La figure de Mehmed Spahić reste assez controversée. Muhamed Hadžijahić lui reprocha les multiples revirements de bord national qui caractérisèrent sa longue existence (Hadžijahić, « Italija i bosanski muslimani », p. 353-360) ; Tomislav Kraljačić, peu désireux de savoir la vérité du personnage, s’en sert cependant en sous-main pour attaquer la politique de Kállay : « Sans même considérer les qualités morales de Spahić et la versatilité dont il a fait plus tard la preuve, son cas témoigne avec clarté des extrémités jusqu’où le régime [de Kállay] était prêt à aller, brisant la dignité de la personne humaine afin d’atteindre ses buts politiques. »
Selon Osman Nuri Hadžić, l’affaire Spahić se réduirait à une querelle de personnes, ce qui semble tout à fait vraisemblable : Spahić avait été, jusqu’au mois d’août 1892, en très étroite relation avec le maire de Mostar, Ali Bey Kapetanović de Ljubuški, qui n’était autre que le frère de Mehmed Bey. À la suite d’une affaire où Ali Bey s’était lâchement comporté, Spahić s’était désolidarisé de lui, et s’était peu après déclaré serbe dans les colonnes du Dubrovnik (Jašar Beg, « Naši dopisi. Gornja Hercegovina, februara », Crvena Hrvatska 3 (1893), 8 (25/02), p. 3). Ce journal renchérissait sur cette idée : selon lui, Spahić aurait fui les Kapetanović parce qu’ils auraient mauvaise réputation parmi les musulmans (« Naši dopisi. Mostar memišhanlerium undiri [sic] [Lanetullahi Alel [sic] Muzevvir] », Dubrovnik 1 [1892-1893], 27 [04/01/93], p. 2-3).

143 Dubrovnik 1 (1892-1893), 38 (22/03/93), p. 3.

144 C’est ainsi que Kapetanović publia en 1893 une brochure qui étale au grand jour une influence proprement chrétienne – telle qu’on se l’imaginait à l’époque – dans sa vision du monde. En plaidoyant en faveur de l’attachement des musumans à la dynastie habsbourgeoise, il construisait son argumentation autour de la séparation des pouvoirs temporels et spirituels, prétendant à ses coreligionnaires que le dicton populaire (en cours chez eux également) soulignait : « À Dieu ce qui est de Dieu, à l’empereur ce qui est de l’empereur. » Il serait étonnant qu’une telle phrase eût traditionnellement cours chez les musulmans et fût d’inspiration coranique : c’est une paraphrase de l’Évangile, et le levier d’action que l’Europe actionnait pour rendre semblable à elle les pays islamiques. Voir Kapetanović-Ljubušak, Budućnost, p. 6. Il est cependant possible que des formulations approchantes aient eu cours chez les chrétiens, voir Truhelka, « Ländlich – Sittlich ! Skizzen aus dem bosnischen Volksleben », Bosnischer Bote/Bosanski glasnik 4 (1900), p. 33.

145 IAS BS – 77, lettre de [Tugomir] Marko Alaupović à Safvet-beg Bašagić, Vienne le 23/12/1892.
Publiée en partie par Ivan A. Milićević, « Dopisivanje », p. 295 ; publiée en totalité par Ćorić, Nada, p. 831-832. Dans cette lettre, Alaupović invitait Bašagić à lui faire rapidement parvenir des poèmes afin de les faire publier dans Vienac (La Couronne), la grande revue littéraire de Zagreb, où il possédait ses entrées (lui-même y paraissait). D’autre part, Milićević affirme dans son article-mémoire que le jeune bey publia en 1892 dans cette revue grâce à lui et Hadžić (Milićević, « Dopisivanje », p. 296).
De plus, Alaupović mentionne dans sa lettre un petit poème que Bašagić lui aurait envoyé en réponse à sa composition versifiée intitulée « Vengeance ». Je n’ai rien pu trouver à ce sujet.

146 Milićević, « Dopisivanje », p. 296. Voir aussi Milićević, « U povodu jedne četrdesetgodišnjice », p. 286-289 ; Martinović, « Ivan A. Milićević », p. 67.

147 Marijanović, Fin de siècle, p. 28.

148 Mirza Safvet, « Ašiklija », Prosvjeta 1 (1893), 5 (29/01), p. 106 – Mirza Safvet, « Dragoj », Prosvjeta, 1 (1893), 7 (12/02), p. 152 – Mirza Safvet, « Gledaj... », Prosvjeta 1 (1893), 9 (25/02), p. 196 – Mirza Safvet, « Što misliš... », Prosvjeta 1 (1893), 9 (25/02), p. 201 – Mirza Safvet, « Firdevsi (S perzijskoga izvornika preveo Mirza Safvet) », Prosvjeta 1 (1893), 10 (05/03), p. 227-229 ; 11 (12/03), p. 245-247. Pour Firdavsī, Bašagić indiquait qu’il tirait son récit d’une source persane mais n’en précisait pas l’auteur. Dans le texte (no 11), il se référait à plusieurs biographes, mais là encore sans rien en dire.

149 Bašagić ne se rendit pas à Zagreb à ce moment-là de sa vie, comme le fait penser la lecture de Milićević, « Dopisivanje », p. 295. Il semble en effet improbable qu’il soit allé dans la capitale croate sans rencontrer Tresić ; or celui-ci lui écrira en mai 1893 comme s’il ne l’avait jamais rencontré (IAS BS – 150, A).

150 IAS BS – 76, Alaupović à Bašagić, de Vienne le 20/02/1893. Lettre publiée par Ćorić, Nada, p. 832-833.

151 Mirza Safvet, « U Harabatu. Fantazija », Prosvjeta 1 (1893), 14 (02/04), p. 281-283 ; 15 (09/04), p. 297-299.

152 « Harâbât », Türk dili ve edebiyatı ansiklopedisi, t. 4, p. 101-102.

153 Parmi ces trois noms, seul celui de İsmet Mehmed Efendi est obscur. Cet auteur est connu sous le nom de Hadji Efendi ; entré dans l’ordre derviche des Naqchbandis, il se distingue par son œuvre d’inspiration mystique. Bašagić en doit probablement la découverte à son père. Türk dili ve edebiyatı ansiklopedisi, t. 5, p. 10.

154 Pièce XVI des « Beharije » (parues deux ans plus tard, en 1895, voir, dans la même partie, chapitre II, sous-titre A-4).

155 Voir la citation de Ziya Paşa dans « Sabit Užičanin », Smotra dalmatinska 10 (1897), 39 (?), p. 2.

156 Je ne rejoins pas Ivan Lovrenović quand il affirme que la volonté synthétiste des Bosniaques s’enracine dans leur quotidien transreligieux ; cette réalité n’existait qu’à une certaine époque et dans une certaine couche de la population ; elle n’est pas valide pour Bašagić et la fin du xixe siècle. Lovrenović, Bosanski Hrvati, p. 118-128. De plus, Lovrenović oppose religion et mysticisme, ce qui est tout à fait contestable d’un point de vue théologique.

157 IAS BS – 150, Ante Tresić-Pavičić à Safvet-beg Bašagić, de Zagreb le 01.V.1893.

158 Rizvić, « Poezija Safvetbega Bašagića » (repris dans Panorama).

159 Cette opposition est parfaitement formulée dans un article de 1889 : « La Bosnie est en elle-même un pont entre Occident et Orient, et à bien des égards elle mêle les caractéristiques de l’un et l’autre, même si elle est plutôt orientale qu’occidentale : mais à d’autres moments, elle fait beaucoup penser aux temps anciens » (Karl pl. Saks, « O bosanskoj muzici », Glasnik Zemaljskog Muzeja 1 [1889], 2 [avril-juin], p. 51). Jamais il n’est fait référence à l’Occident actuel, car la Bosnie venait seulement d’y entrer à cette époque.

160 Voir mon Petit guide, p. 213-215 ; d’après mes lectures, on retrouve beaucoup moins le cliché de la Bosnie-Herzégovine entre Orient et Occident dans la prose nationaliste serbe de l’époque, parce que les Serbes n’avaient pas d’équivalent islamophile parmi leurs politiques.

161 Comparer les deux versions de « Prokletstvo Dželal-paše » dans Mearif 1 (1312-1313), p. 71 ; et Trofanda, p. 162-168.

162 Mirza Safvet (Safvet beg Redžepašić-Bašagić), « Odgovor na poslanicu Dr. A. Tresić-Pavičića », Prosvjeta 2 (1894), 20 (15/10), p. 608.

163 C’était sous la forme d’un poème, dans le recueil Nove pjesme, Zagreb, 1894.

164 Du nom d’une chaîne de montagnes située au Sud-Est de Split, le Mosor.

165 Musso, Saint-Simon, [pagination perdue].

166 IAS BS – 150, lettre d’Ante Tresić-Pavičić à Safvet-beg Bašagić, de Zagreb le jour de la rencontre slavoserbe [?].

167 IAS BS – 121, Rikard Katalinić-Jeretov à Safvet-beg Bašagić, de Zadar le 12/07/1893 ; Ivan A. Milićević, « Dopisivanje s Mirza Safvetom kao gimnazijalcem », p. 295.

168 Ses bulletins scolaires ne notent une absence que de 53 heures, toutes justifiées, pour le premier semestre 1893 (voir en annexe). Lorsque Bašagić chante les nuits de mai dans « Na povratku u domovinu » (Trofanda, p. 13), il faut donc comprendre ce « mai » comme un cliché littéraire du renouveau, du reste très fréquent sous sa plume.

169 « Iskrice o domovini », Bog i Hrvati (calendrier), 1894, [sans pagination]. L’auteur de la citation est bien Miller, et non Friedrich Müller, comme Bašagić lui-même l’indiquera plus tard de façon erronée (« Sto i jedan hadisi šerif », Behar 4 [1903-1904], 6, p. 81), ce qui semble indiquer qu’il reprit la citation non pas du texte original mais d’un recueil de citations sur le patriotisme.

170 Selon Enisa Bašagić Knežić, communication orale durant l’été 2004.

171 Alija Nametak, « Marginalije », p. 102. Nametak indique que cette découverte se fit alors que Bašagić était étudiant à Vienne ; mais je n’ai nulle part ailleurs trouvé qu’il soit jamais retourné à Nevesinje entre 1895 et 1899.

172 Emilijan Lilek, « Vjerske starine iz Bosne i Hercegovine », Glasnik Zemaljskog muzeja 6 (1894), 1 (janvier-mars), p. 159-166, où Bašagić donne de nombreux exemples des pratiques religieuses de la population de Nevesinje.

173 À ce sujet, lire Buturović, « Epska narodna tradicija », p. 77-131

174 Avant le retour en Herzégovine, les poèmes de Bašagić ne mentionnent que le sabre familial ; après, on trouve dans certains d’entre eux l’évocation des « nobles » ou « puissants Vukoman » (et non Vukomanović, comme il l’écrira plus tard encore). Voir « Nevesinju. 2 », Trofanda, p. 14, et « Hercegovki », Trofanda, p. 94.

175 Ainsi Hadži Daut Bey, l’oncle de Safvet-beg, cultivait l’amitié du gouverneur Izidor Benko (1846-1925) et reçut fort bien le neveu de celui-ci, Arthur Benko Grado (1875-1946), durant l’été 1894 (HDA, Fonds Artur Benko Grado, 2b. « Zapisi sa puta u Pariz, Italiju, Zagreb [g. 1895-1900] », f°110v).

176 Srđa Zlopogleđa, « Naši dopisi. Nevesinje 12. (24) Avgusta », Dubrovnik 11 (11/09), p. 2 ; Kaimija, « Naši dopisi. Nevesinje, 17. septembra », Crvena Hrvatska 2 (1892), 38 (01/10), p. 2. Sur Derviş Bey Ljubović, on peut consulter Crvena Hrvatska en 1891 et 1892 – voir notamment Jedan Muhamedanac, « Naši dopisi. Derventa 28. jula », Crvena Hrvatska 1 (1891), 26 (01/08), p. 2-3.

177 ABiH, GFM Pr. 1893/985, Appel à Kállay, de Sarajevo le 10/10/1893. Je n’ai trouvé nulle part trace des 2 000 fl. auxquels aurait été appointé Ibrahim Bey à partir de 1883, hormis chez Kamberović, qui dit s’inspirer d’un article trouvé dans le fonds BS – 73 de l’IAS. Cependant, aucune des coupures trouvées dans les cartons ne correspond à cet article. Voir Begovski zemljišni posjedi, p. 244. Dans la pièce ABiH Pr-Reg 1893/11, Kállay indique à Kutschera qu’Ibrahim « Efendi » (comme il le nomme encore en 1893) doit être augmenté de 600 fl. (selon un processus exceptionnel).

178 ABiH, Pr.-Reg., 1893/24, Kállay à Kutschera, de Vienne le 31/01/1893.

179 « Iz zemaljske vakufske komisjie », Bošnjak 3 (1893), 16 (20/04), p. 2-3.

180 « Iftar kod barona Kučere », Bošnjak 3 (1893), 14 (16/04), p. 2.

181 ABiH, Pr.-Reg., 1893/85, Kállay à Kutschera, de Vienne le 24/04/1893. Voir également Kraljaćić, Kalajev režim, p. 226.

182 Son nom n’apparaît pas du tout dans la chronique mondaine de Bošnjak, notamment lors de la visite des femmes musulmanes à l’épouse de Kállay le 30 juin 1893. Voir « Muhamedanske gospogje kod gospogje Vilme ef. Kállay », Bošnjak 3 (1893), 27 (6/07), p. 2. On a conservé un petit billet qu’il a adressé à son fils le 10 mai 1893, où il indiquait qu’il partirait le mardi 16 ou le mercredi 17 mai (pour une destination qu’il ne précise pas) – voir IAS BS – 177.

183 « Sastanak muhamedanskih odličnika u Sarajevu », Bošnjak 3 (1893), 41 (12/10), p. 2 ; « Naši dopisi. Sarajevo, 5. oktobra », Crvena Hrvatska 3 (1893), 41 (14/10), p. 3. Également : Spaho, « Pedeset godina vakufske uprave », p. 76.

184 [Édito], « O bošnjaštvu », Dubrovnik 2 (1893), 17 (18/10), p. 1.

185 ABiH, ZMF Präs 1893/985, Appel à Kállay, de Sarajevo le 10/10/1893 (proposition de rédaction) ; ABiH, ZMF Präs 1893/1036, Appel à Kállay, de Sarajevo (le même au propre, paraphé par Kállay).

186 Ibid.

187 « Novi presjednik vakufske komisije i novi direktor šerijatske škole », Bošnjak 3 (1893), 47 (23/11), p. 3. En revanche, Sarajevski list (Le Journal de Sarajevo), dont le rédacteur était de nationalité serbe, resta plus discret sur la personnalité du nouveau président. Voir « Zvanično », Sarajevski list 16 (1893), 138 (22/11), p. 1.

188 « Domaće vijesti. Ibrahim beg Bašagić », Crvena Hrvatska 3 (1893), 48 (02/12), p. 3.

189 J. M. Č., « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2.

190 « Lične vijesti », Bošnjak 3 (1893), 48 (30/11), p. 3.

191 IAS BS – 172, télégrammes envoyés à Ibrahim-beg Bašagić à l’occasion de sa nomination à la présidence des vakfs.

192 AHM OZ 1317, Muhamed Hazim Korkut, le 3 ramazan 1311/10 mars 1894 ; Mujezinović, II, p. 370-371.

193 « Proračun zemalj. vakufske komisije », Bošnjak 4 (1894), 3 (18/01), p. 1 (= édito) ; K. und k. Gemeinsamen Finanzministerium, Bericht über die Verwaltung 1906, p. 126 ; Šehić, Autonomni pokret, p. 29-30.

194 Bericht über die Verwaltung 1906, p. 126 ; Šehić, Autonomni pokret, p. 28. Malheureusement, les archives ne permettent pas de suivre en détail le travail d’Ibrahim Bey aux vakfs, cf. Muhamed Hodžić (éd.), Zemaljska vakufska komisija.

195 Détail donné par Zaplata, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao državni činovnik », p. 402.

196 « Megjunarodna knjižara », Bošnjak 3 (1893), 37 (14/09), p. 3 ; « Turske knjige », id., 47 (23/11), p. 3.

197 Trois chants recueillis par Bašagić le furent avant janvier 1894, et très probablement durant cet automne-là ; ils parurent dans le calendrier Mearif de 1312/1894-1895 (cf. infra) : « Ljepotica Fata », p. 69 ; « Smrt Šadibegovića », p. 69-70 ; « Ženidba bećar Ibrahima », p. 70 (Narodno cvieće, nos 2, 3, et 5).

198 Marjanović (éd.), Hrvatske narodne pjesme I/III, p. XIV. Je n’ai pas pu consulter les originaux de ces cahiers, mais seulement la copie tapuscrite d’Alija Nametak qui s’en trouve au musée territorial de Sarajevo (Ms. 20), où sont recopiés soixante-sept chants plus un soixante-huitième, inachevé. On a une très bonne étude de ce recueil par Šimčik, « Bašagićeva zbirka », p. 304-308. D’autre part, Alija Nametak, dans son article « Jedna narodna pjesma », analyse un chant épique de 70 vers que Bašagić a recueilli à la même époque et qu’il n’a pas envoyé, probablement parce que la thématique en était serbe.

199 Vingt-huit titres provenaient des notes de Bašagić, pour certains partiellement, pour d’autres en intégralité. Voir en bibliographie.

200 Milićević, « Dopisivanje », p. 297.

201 Bučar, « Gostiona Katice Gregorić », p. 123-127, cité d’après la thèse inédite d’Ines Sabotić, p. 326 sqq.

202 Safvet-beg Bašagić, « Božji sud (ordalia) u Hercegovini », Obzor 34 (1893), 256 (8/11), p. 3. Je n’ai pas pu consulter le numéro de Hrvatska auquel renvoie Obzor. Noter tout de suite que Bašagić ne publiera jamais dans Mlada Hrvatska (La jeune Croatie) de Dinko Politeo, la version de Hrvatska (La Croatie) adressée aux jeunes, où Osman-Aziz publient beaucoup. Il n’apparaît pas non plus dans Zvonimir, calendrier croate de Zagreb, entre 11 (1894) et 17 (1900).

203 Hafiz beg – ić, « Bošnjaci na Kosovu », Bog i Hrvati 1894, [sans pagination] ; M. beg S., « Iskrice o domovini », ibid.

204 Beg M. S., « Amorove žrtve », ibid. ; Beg M. S., « Govor ponosne Arabke », ibid.

205 ABiH GFM Präs., 1894/1234, Appel à Kállay, de Sarajevo le 03/11/1894.

206 Milićević, « Dopisivanje », qui cite à la p. 296 deux lettres ne se trouvant plus à l’Istorijski arhiv Sarajevo.

207 « Nova salnama za godinu 1312 ! Mearif », Crvena Hrvatska 4 (1894), 20 (19/05), p. 4 ; « Mearif. Muhamedanski kalendar za godinu 1312 », Hrvatska (1894), 114 (23 mai), p. 5 ; « Mearif. Muhamedanski kalendar po hidžri 1312 (1894.-1895.) Godina I. Sastavili Osman-Aziz », Hrvatska (1894), 116 (26 mai), p. 5 ; « Mearif », Bošnjak 4 (1894), 24 (14/06), p. 3.

208 Kreševljaković, « Život Dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272.

209 Milićević, « Nekolike uspomene », p. 83-85. Milićević mentionne également Stjepan Radić, mais d’autres sources nous assurent que Bašagić en fit la connaissance plus tard seulement.

210 (Od ugledna bega bosanskoga), « O bosanskome plemstvu », Obzor 35 (1894), 44 (23/02), p. 1 [= édito]. Kamberović ignore que Bašagić est l’auteur de cet article (Begovski zemljišni posjedi, p. 49).

211 « Izjava sveukupne akademijske mladeži muhamedovske i katoličke vjere iz Bosne i Hercegovine », Obozr 35 (1894), 10 (13/01), p. 1-2 ; « Glasovi o izjavi muhamedanske i katoličke mladeži iz Bosne i Hercegovine », Obzor 35 (1894), 19 (24/01), p. 2 ; Sahibul hajrat, « Domaće vijesti. Pišu nam iz Mostara », Crvena Hrvatska 4 (1894), 5 (02/02), p. 3.

212 « Izjava Hrvatske mladeži iz Bosne », Obzor 35 (1894), 34 (12/02), p. 3 ; « Izjava hrvacke katoličke i muhamedanske omladine », Dubrovnik 3 (1894), 8 (21/02), p. 4.

213 Il faut supposer qu’elle prit rapidement son essor ; mais on n’en aura un écho dans les médias qu’à partir de la fin mars (Beg Bad[n]jiević Pašalić-Hašim, « Glas jednog Muhamedanca », Dubrovnik 3 [1894], 19 [06/05], p. 2-3).

214 Janislav, « Naši dopisi. Beč, 30. januara », Crvena Hrvatska 4 (1894), 6 (10/02), p. 2. Sur Zvonimir et les associations étudiantes croates, voir Gross, « Studentski pokret 1875-1914 », in Šidak (éd.), Spomenica u povodu proslave 300-godišnjice Sveučilišta u Zagrebu I, p. 451-479 ; Marijanović, Fin de siècle, p. 59-66.

215 R. Katalinić Jeretov, « Muhamedanskim Hrvatom ! », Hrvatska 9 (1894), 35 (16/02), p. 2.

216 Bašagić donnait pour la bataille de Mohács la date de 1525. On est en droit de supposer qu’il trahit ici ses lectures favorites : il noterait déjà, comme il en aura l’habitude dans ses articles historiques ultérieurs, la première seulement des deux années du calendrier chrétien que recouvre l’année de l’Hégire indiquée par les chroniqueurs ottomans. Il n’a donc que peu de lectures du côté occidental en 1894.

217 J’avais d’abord pensé que Bašagić reprenait cette erreur de l’historien croate et starčevićisant Vjekoslav Klaić, mais il n’en est rien. Aucun de ses ouvrages que j’ai consultés ne la contient, notamment ceux parus avant 1894 – cf. Bosna. Podatci o zemljopisu ; Poviest Bosne do propasti kraljevstva, ; Geschichte Bosniens.
Pour une discussion de la source, voir mon Petit guide, p. 122. La collusion d’une partie de ces différents éléments semble venir d’Antun Knežević (Carsko-turski Namjestnici, p. 8) ; je pense que Bašagić est seul responsable de la transformation des personnes en « familles ». Knežević affirme s’inspirer de Franz Miklošić (l’éminent slaviste viennois), mais je n’ai malheureusement rien pu retrouver qui ressemble à une telle affirmation dans les œuvres suivantes de celui-ci : 1) Die serbischen Dynasten Crnojević. Ein Beitrag zur Geschichte von Montenegro, Wien, Carl Gerold’s Sohn, 1886, 66 p. ; 2) Monumenta Serbica spectantia historiam Serbiae Bosnae Ragusii, Viennae, apud Gulielmum Braumüller, 1858, xii + 580 p. ; 3) Slavische Bibliothek oder Beiträge zur slavischen Philologie und Geschichte, revue scientifique de Vienne que Miklošić a dirigée (2 vols, en 1851 et 1858) ; 4) Die Blutrache bei den Slaven, Wien, Carl Gerold’s Sohn, 1887, 86 p. ; 5) « Die türkischen Elemente in den südost- und osteuropäischen Sprachen (griechisch, albanisch, rumunisch, bulgarisch, serbisch, kleinrussisch, grossrussisch, polnisch) », extraits des Denkschriften der philos.- hist. Classe der kais. Akademie der Wissenschaften in Wien, t. XXXIV, XXXV, [XXXVI] et XXXVIII, 1884-1890. En tout 474 p. – La seule solution qui reste à mon avis envisageable est de consulter, ce que je n’ai pas pu faire, l’article suivant : « Epsko pesništvo u Srba. Preveo Stevan Popović », Srbski letopis 37-108/2 (1863), p. 74-103.
En Bosnie-Herzégovine, à l’époque de Bašagić, on faisait souvent le parallèle entre janissaires et notabilité foncière : ce qui peut représenter une autre explication de l’amalgame entre les 30 000 janissaires et le mythe de la continuité nobiliaire. Voir Kosanović, « Crte iz Bosne », p. 249.

218 Rački, Bogumili i Patareni, consulté dans Rački, Borba Južnih Slovena, p. 482.

219 Starćević, Iztočno pitanje, chap. 7 L’ouvrage de Marmont auquel il est fait référence est Mémoires du maréchal Marmont duc de Raguse, Paris, Perrotin, 1857.

220 Ou du moins, à celles qu’on lui attribue. En fait, Starčević a le plus souvent répété que le sang croate n’existait pas, mais ce n’est pas ce qui ressortait des discours de ses sympathisants.

221 Anonyme, « O bosanskome plemstvu », Bošnjak 4 (1894), 9 (01/03), p. 1-2. Voir aussi Glas Hercegovca 11 (1894), no 13.

222 Mirza Safvet, « Jednoj gospojici u Zagrebu », Prosvjeta 2 (1894), 24 (15/12), p. 754 (Bašagić indique que cette rencontre eut lieu en été ; mais cela reste improbable de la situer après la fin juin 1894) ; Mirza Safvet, « U spomenar jednoj gospojici », Bog i Hrvati 2 (1895), [pagination perdue].

223 Osman Nuri Hadžić, Islam i kultura, passim. On peut consulter à ce sujet Gross, Izvorno pravaštvo, 2001, p. 348 sqq. Bošnjak avait également réagi à l’article de cet historien serbe nommé Nedeljković (« U Sarajevu 3. aprila 1894. », Bošnjak 4 [1894], 14 [5/04], p. 1-2).

224 « “Vatan” i “Bošnjak”. U Sarajevu, 15 jula », Crvena Hrvatska 4 (1894), 30 (28/07), p. 2-3 ; Osman Nuri Hadžić, « Poziv na pretplatu », Bošnjak 4 (1894), 23 (07/06), p. 3.

225 Mirza Safvet, « Derviš-paša Mostarac », Nada 1 (1895), 10 (15/05), p. 184-188.

226 Mirza Safvet, « Svemogućemu. (Munadžat) », Pobratim 5 (1894-1895), 4 (14/10), p. 49.

227 Ivan Milićević, « Safvet beg Redžepašić Bašagić », Dom i svijet 7 (1894), 10 (15/05), p. 183. Le portrait qui parut était repris du calendrier Mearif.

228 Bašagić avait d’abord envoyé un certain nombre de poèmes à Milićević, que celui-ci intitule « Hercegovke » (probablement les deux pièces intitulées « Hercegovini »). Milićević lui conseillait de réitérer son envoi, à lui-même ou à Hadžić, dès qu’il aurait vu qu’elles étaient sorties dans la revue, cf. Milićević, « Dopisivanje », p. 296.

229 Mirza Safvet, « Glasi iz tamnice », Vienac 26 (1894), 23 (09/06), p. 366-367. Cet auteur n’est pas à confondre avec Mīrzā Muhammad Sādik Adīb al-Mamālik Amīrī (1860-1917), poète et journaliste persan qui joua un rôle important dans le mouvement réformateur de son pays (Věra Kubíčková, « Persian Literature of the 20th Century » in Rypka, History of the Iranian Literature, p. 375-376).

230 Mirza Safvet beg Bašagić, « Hafiz. Životopis », Prosvjeta 2 (1894), 11 (01/06), p. 343-344 ; 12 (08/06), p. 380. Jovanović avait également traduit une partie du West-östlicher Divan de Goethe dans la traduction de Bodenstedt.

231 Bajraktarević, « Postanak », p. 401, repris par Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 286.

232 Les lecteurs de Bošnjak ne l’ignoraient pas : voir « Mirza Šafi », Bošnjak 2 (1892), 17 (28/04), p. 3.

233 Redhouse, Turkish and English Lexicon, 2001, p. 2053 ; Smailović, Muslimanska imena, p. 356. En s’essayant à une analyse détaillée du nom de Bašagić, Rizvić se trompe sur la signification de « mirza » antéposé (Rizvić, « Komparativno istraživanje », p. 45).

234 IAS BS – 157, Fleischer à Bašagić, [juin/juillet 1894]. Publiée très partiellement par Milićević, « Dopisivanje », p. 296.

235 Milićević, « Starčevićanstvo u Bosni i Hercegovini », p. 40-41.

236 « Domaće viesti. Zagreb, 27. lipnja. Banket u slavu dra A. Starčevića », Obzor 35 (1894), 146 (27/06), p. 4 ; Milićević, « Starčevićanstvo u Bosni i Hercegovini », p. 40-41.

237 ABiH GMF, 1894/741, du 01/07/1894.

238 Milićević, « Dopisivanje », p. 296

239 HDA, Fonds Matica Hrvatska, no 40 : comptes rendus des séances des Assemblées générales, comités communs, financiers et littéraires de la Matica Hrvatska, de 1889 à 1901 – séances 187 (18/04/1894), 188 (07/06/1894), 191 (17/06/1894) et 192 (27/06/1894). Rizvić utilise ces documents uniquement dans une perspective littéraire (Bosansko-muslimanska književnost, p. 108).

240 Bajraktarević, « Postanak », p. 401.

241 « Čitaonica na Bentbaši », Sarajevski list 17 (1894), 73 (24/06), p. 2.

242 « Preustrojstvo vakufske uprave », Bošnjak 4 (1894), 33 (16/08), p. 1 (= éditorial) ; id., 34 (23/08), p. 2 ; id., 36 (06/09), p. 1-2.

243 « Trka kod Ilidže », Bošnjak 4 (1894), 28 (12/07), p. 2 ; « Trka na Ilidži. Prvi dan u Nedjelju 15. jula », Sarajevski list 17 (1894), 83 (18/07), p. 2-3 ; « Velika trka u Ilidžam », Crvena Hrvatska 4 (1894), 29 (21/07), p. 3. Il n’est pas fait mention du prix remporté par Ibrahim Bey dans « Trka u Butmiru », Bošnjak 4 (1894), 29 (19/07), p. 1-2. Dans les autres articles, il est indiqué qu’il a fait courir un « moreau blanc » (bijeli vranac), une expression dont le paradoxe m’est encore indéchiffrable.

244 Mirza Safvet, « Božanska kćeri... », Vienac 26 (1894), 33 (18/08), p. 522.

245 [Édito], « Bosansko pitanje », Crvena Hrvatska 4 (1894), 42 (20/10), p. 1.

246 « Naši dopisi. Sarajevo, 3. ožujka », Hrvatska 9 (1894), 52 (08/03), p. 2. Ćorić indique que la première nouvelle qui transparût sur cette publication fut lancée en août dans Mlada Hrvatska (La Jeune Croatie), l’équivalent de Hrvatska pour les adolescents (Ćorić, Nada, p. 91 et 137-138).

247 Ćorić, Nada, p. 142-144 ; pour une présentation très détaillée du compte rendu de Hörmann, voir Kapetanić, « Književni rad », p. 410-415.

248 IAS BS – 111, lettre de Hörmann à Bašagić, de Sarajevo le 20/11/1898 ; cette lettre prouve que Boris Ćorić a tort de projeter sur cette période l’avis nettement défavorable que Bašagić émit sur Hörmann en 1911 (Nada, [115]).

249 Ćorić, Nada, p. 148, 153-4, 208, 720 ; Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 346-7 ; Milićević, « O Mirzi Safvetu », p. 8. Dans l’article de Milićević (où il est fait référence à une lettre qui n’existe plus à l’IAS), on apprend que la réunion se tint dans les bâtiments du Musée territorial et que les participants y seraient informés du projet ainsi que de ce qu’on attendait éventuellement d’eux.

250 Mirza Safvet, « Ali-paša. (Fragment) », Vienac 26 (1894), 40 (06/10), p. 631-634

251 Voir les quelques lignes qu’y consacre Rizvić (Bosansko-muslimanska književnost, p. 528).

252 « Alipaša Rizvanbegović-Stočević, vizir hercegovački », Mearif 1 (1312/1894-1895), p. 105-113 ; Mirza Safvet, « Crtice iz života Ali paše Rizvanbegovića », Vienac 26 (1894), 26 (30/06), p. 409 (parues à plusieurs reprises : pour la première fois en janvier 1894 dans Hrvatska – référence non repérée ; indiquée par Milićević, « Dopisivanje », p. 296-297 – puis dans le calendrier Mearif de 1895).

253 Mirza Safvet, « Begova džamija », Nada 1 (1895), 1 (01/01), p. 9 ; Ćorić, Nada, n. 10 p. 747-8. À partir de Rudolf Zaplata, on a pensé que les avances accordées par Nada aux écrivains étaient une manœuvre pour se les attacher (« Bosanska vlada », p. 188) ; Ćorić veut prouver, peut-être sans preuve suffisante, le contraire (ibid.).

254 Mirza Safvet, « Derviš-paša Mostarac », Nada 1 (1895), 10 (15/05), p. 184-188.

255 Hauptmann (éd.), Borba muslimana, p. 49-56 (traduction allemande de l’original ottoman). Ni Šehić, ni Kraljačić, ni Juzbašić n’analysent ce document.

256 Bošnjak cité d’après Kraljaćić, Kalajev režim, p. 292 ; « Muhamedanci Srbi ?! », Crvena Hrvatska 5 (1895), 3 (19/01), p. 1-2 ; X., « Naši dopisi. Sarajevo, 25. januara », Crvena Hrvatska 5 (1895), 5 (02/02), p. 3.

257 ABiH GMF 1895/141, pièce jointe : lettre anonyme postée à Bosanski Brod et adressée aux susdits le 24/01/1895, transmise au Gouvernement territorial par Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški le 26/01.

258 X., « Naši dopisi. Sarajevo, 25. januara », Crvena Hrvatska 5 (1895), 5 (02/02), p. 3.

259 Hauptmann traduit « Karabejzade » en « Karabeg » (Hauptmann [éd.], Borba muslimana, p. 663), ce qui ne se justifie pas étant donné que les Karabeg sont de Mostar. D’autre part, il oublie de donner ses propositions pour un certain « Sim zade », c’est-à-dire « Simić », qui doit être Đumišić (Fehim ?), comme l’indiquait le double nom de Fehim Đumišić lors de ses élections au Parlement ottoman ; de même, il ne propose aucun prénom pour Pašlagić de Banja Luka, alors que ce patronyme semble peu probable.

260 Osman Mazhar paša Čengić, « Veliki veziri iz našijeh krajeva », Nada 1 (1895), 7 (01/04), p. 126-127 ; 8 (15/04), p. 143-4 ; 9 (01/05), p. 170-1 ; 15 (01/08), p. 279-282 ; 16 (15/08), p. 302-303 ; 17 (01/09), p. 320-322. Rizvić, qui semble ignorer la véritable provenance de l’article, présente cette étude comme tout à fait sérieuse (Bosansko-muslimanska književnost, p. 146). Anecdote rapportée par Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363.

261 ABiH GMF 1895/141, Appel à Kállay, le 30/01/1895.

262 Pour Sulejmanpašić, voir Šehić, Autonomni pokret muslimana, p. 67.

263 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 403.

264 Gross, Povijest pravaške ideologije, p. 44.

265 Mirza Safvet, « Leonida », Prosvjeta 3 (1895), 3 (01/02), p. 79.

266 Mirza Safvet, « Harabati », Prosvjeta 3 (1895), 4 (15/02), p. 123.

267 Mirza Safvet, « Ardišir », p. 31-33 (paru dans Bošnjak en 1891) ; Mirza Bašagić, « Sinu na slici » (traduit de Namık Kemal, paru dans Prosvjeta en 1894) ; « Nedužna smrt », p. 72-73 (paru dans Bošnjak en 1891) ; Mirza Safvet, « Dvije jetrve. (Narodna pjesma) », p. 78-80 ; Mirza Safvet, « Hafiz. Životopis », p. 118-126 (paru dans Prosvjeta en 1893). Seules les anecdotes étaient originales (Safvet beg Bašagić, « Uzgredne bilješke », p. 61-65). D’après Ljubica Tomić-Kovač, le poème signé de Gjerir, « Dižem ruku », p. 88, est de la plume de Bašagić, ce qui ne semble guère contestable (Poezija austrougarskog perioda, p. 457).

268 « Glavno vieće vakufske zemaljske komisije u Sarajevu », Hrvatska 10 (1895), 36 (13/02), p. 3.

269 Fehim [Osman Nuri Hadžić], « Muhamedovci Bosne i Hercegovine. U Sarajevu, 19. siečnja. V. (Muhamedovci i narodnostno pitanje) », Hrvatska 10 (1895), 18 (mardi 22 janvier), p. 2.

270 ABiH GMF 1895/692, Appel à Kállay de Sarajevo, le 15/08.

271 Mirza Safvet, « Onima, kojih se tiče », Obzor 36 (1895), 57, p. 1. Ahriman est le dieu du mal chez les mazdéens.

272 La date du 1er avril est donnée d’après HAZU, Odjel za književnost, fonds de correspondance Milivoj Dežman, enveloppe Safvet-beg Bašagić, carte de visite du 19/06/1895. Alija Nametak indique que cet événement eut lieu le 6 mai, jour de l’anniversaire de Bašagić, mais on se fiera plutôt au document d’époque (« Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija 7 [1934], 6, p. 302). Sur Tartaglia, voir « Crtice iz istorije ovog zavoda », Trinaesti izvještaj Velike Gimnazije 1897./1898., p. 27.

273 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija 7 (1934), 6, p. 302. Nametak indique qu’il passa la septième et la huitième dans ce court temps avant la maturité, mais le bulletin de septième à l’IAS est daté de l’année 1892-1893, avec mention favorable.

274 La note « louable » (lobenswert) était normalement dévolue à l’appréciation du comportement (voir en annexe).

275 IAS BS – 13 ; ABiH Napretkova kulturno-historijska zbirka, XIII – 1 (traduction en allemand du diplôme) ; Papić, Školstvo (1878-1918), p. 105.

276 « Izpit zrelosti u sarajevskoj gimanziji », Hrvatska 10 (1895), 155 (mardi 9 juillet), p. 3.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search