Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Deuxième partie. Nationalisme et orientalisme chez Safvet-beg Bašagić (1890-1906)

Nationalisme et orientalisme chez Safvet-beg Bašagić (1890-1906)

Texte intégral

1L’histoire de la famille et, plus précisément, l’activité d’Ibrahim Bey, ont laissé entrevoir les éléments entrant dans la composition du nationalisme qu’essayera de définir Safvet-beg Bašagić. Trois caractéristiques s’en dégagent : tout d’abord, l’appartenance à la culture islamique de l’Empire ottoman, de par sa formation morale, intellectuelle et artistique ; ensuite, le patriotisme hérité de son père, qui l’enracine dans un territoire géographique déterminé ; enfin, et c’est un nouvel aspect de sa formation qui sera abordé dans cette seconde partie, l’orientation occidentaliste à travers le prisme de l’orientalisme, compris ici comme la science ayant pour objet les cultures du monde islamique.

2La troisième de ces caractéristiques rejoint, par un détour, la première, en s’y superposant : Bašagić, en tant que musulman et orientaliste, est simultanément observé et observant. La position a ceci de particulier dans la construction nationale bosno-musulmane qu’elle permet à un musulman de définir son identité comme de l’extérieur, ce à quoi Bašagić s’essayera tout au long de ces quinze années (1890-1906) en innovant et tentant de réformer les mentalités de ses coreligionnaires. L’orientalisme est pour lui la porte de sortie d’un monde trop replié sur lui-même.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search