Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Première partie. Aux origines de la pensée de Bašagić : racines familiales et formation intellectuelle (1596-1890)

Chapitre II. De la formation du père à la formation du fils

Texte intégral

1La vie d’Ibrahim Bey, le père de Safvet-beg Bašagić, se déroula tout d’abord dans la Bosnie-Herzégovine de l’après-1851, c’est-à-dire quand Istanbul essaya de reprendre en mains la province par la mise en place d’une administration à lui dévouée. La mutation des chefs, la transition vers un Empire voulu moderne eurent pour effet de tourner les musulmans en direction d’un passé représenté comme glorieux, où l’on avait été maître de soi ; en d’autres termes, l’après-1851 jeta les fondations de la première étape nécessaire à la construction du nationalisme bosno-musulman : celle du souvenir.

2Ici encore, les Bašagić vont tenir une position ambivalente, car s’ils (re-) construisent leur passé, ils restent dévoués à la Porte qui, dans ses mesures réformatrices, braque les yeux vers le futur. Cette ambivalence leur permettra de se retourner avec souplesse au moment de l’occupation austro-hongroise et de poursuivre leur ascension sociale dans un contexte tout différent, sans trahir leurs idéaux islamiques.

A. Formation intellectuelle d’Ibrahim Bey

3Quel est l’état de la province bosniaque après l’expédition du serasker Ömer Paşa Latas en 1850 ? S’il est difficile de le déterminer précisément, quelques points forts peuvent donner une idée de la nouveauté de la situation et, simultanément, des réluctances qu’elles provoquent chez un certain nombre des habitants.

4À cette époque, le cloisonnement géographique marque encore de son empreinte le paysage humain bosno-herzégovinien : on y trouve quelques rares voies de communication – voies de pénétration serait plus approprié ; par exemple, l’axe Sarajevo-Mostar ne sera achevé qu’en 1868, après bien des efforts. Le relief accidenté, les forêts nombreuses et touffues, et les conditions climatiques empêchent, sur la plus grande part du territoire, toute rapidité de transport. Les multiples terroirs, organisés en autant de microsociétés avec des particularismes très forts et des différences très sensibles entre Nord et Sud, dépendent des personnalités locales. Le plus souvent, le droit est appliqué arbitrairement.

  • 1 Voir, entre autres, Kaya, « Les Enjeux du cadastre ottoman ».

5La grande nouveauté vient du fait que Latas et ses successeurs ont voulu appliquer, dans toute la mesure de leur pouvoir, les réformes promulguées en 1839. Certes, les déclarations établissant l’égalité des sujets ottomans quelle que soit leur religion restent de principe au plan local ; mais la réforme fiscale qui les fonde, puisque désormais tous sont soumis au même impôt, est lancée. On essaye de supprimer l’affermage des impôts, et il est question de constituer un cadastre précis pour déterminer l’assiette de l’impôt. Pour ce faire, une cohorte d’agents de la Porte, venus d’autres régions de l’Empire et souvent d’Istanbul même, vient en Bosnie collecter les différentes taxes pour les transmettre directement au pouvoir central. Cette source de revenus tarie pour eux, les notables locaux réclament toujours davantage à leurs kmet-s (métayers) : si officiellement ceux-ci leur sont généralement redevables du tiers de la récolte (une fois les divers impôts déduits), en réalité ils sont soumis à l’arbitraire de leur seigneur. Les exactions continuent donc, d’autant que l’affermage continue de facto et que le cadastre ne progresse que fort lentement ; les révoltes qui s’ensuivent dans les années 1860 demanderont, à nouveau, l’intervention de la Porte, comme on le verra un peu plus bas1.

6Ces troubles agraires affectent une société qui, d’après les chiffres de 1895, est composée à près de 90 % par des ruraux, dont tous, à quelques exceptions près, vivent de la terre. En 1910, la composition sociale s’y faisait selon un modèle hérité de cette époque, à partir duquel nous pouvons nous faire une idée approximative des années 1850-1860 : 91,1 % des propriétaires terriens ayant des métayers à leur service sont musulmans, tandis que 95,4 % desdits métayers sont orthodoxes ou catholiques. Les caractéristiques socio-économiques de la population recoupent donc en bonne partie les partitions religieuses.

  • 2 Voir, entre autres, X. Bougarel, « État et communautarisme en Bosnie-Herzégovine », Culture et Conf (...)

7Dès lors, existe-t-il une unité dans le sandjak ? La chose n’est pas évidente. La population se fragmente en trois grands groupes religieux, organisés indépendamment les uns des autres d’un point de vue socio-juridique : musulmans, orthodoxes et catholiques. À en prendre les chiffres de 1866, ils représentent respectivement 30,87 %, 49,56 % et 18,97 % de la population (avec très probablement un net avantage concédé aux orthodoxes au préjudice des musulmans, cf. annexe 2). La situation de chacune d’entre elles est régulée par le système des millet (« groupe confessionnel », évoluant vers la signification « peuple »), c’est-à-dire qu’elles s’organisent de façon autonome pour régler leurs affaires internes en matière culturelle (scolarité, notamment) et, en partie, juridique (statut des personnes) et fiscale (collecte de certains impôts confiée aux notables du millet). Existant depuis la venue des Ottomans, les millet sont institutionnalisés au milieu du xixe siècle et représentent des forces centrifuges en cloisonnant les intérêts politiques de chaque communauté religieuse2. Dirigés par des dignitaires religieux qui en réfèrent directement au sultan, ils voient arriver, toujours à la même époque, des laïcs dans les conseils où siègent les divers représentants de la population ; mais cette sécularisation ne crée aucune dynamique d’unité dans la population.

8De plus, Sarajevo, devenu le siège du vizir, est sans conteste une référence centrale d’un point de vue administratif ; mais culturellement, Mostar et Banja Luka rivalisent avec cette ville en en pondérant le poids. En bref, l’organisation de la région n’est propice ni à la naissance d’un nationalisme englobant toute la province, ni à celle de nationalismes particularisants, car le poids de la religion y est trop lourd. À cet égard, on opposera cependant l’orthodoxie au catholicisme et à l’islam : ces deux dernières confessions ont une vocation universaliste, alors que la première est centrée sur le particularisme ecclésial. Aussi les idéologies qui progressivement vont suinter des régions voisines en Bosnie-Herzégovine y auront-elles des développements différents.

  • 3 Šljivo, Bosna i Hercegovina 1849-1853, p. 103-104.
  • 4 AHM OZ 1306, 19 eylul 1268/1er octobre 1852.
  • 5 Cat. Esih 1611, 27 agustos 1279/8 septembre 1863 ; AHM OZ 1335, 1279/1863-1864.
  • 6 AHM OZ 1267, 1284/1868-9 ; AHM OZ 1305, 23 eylul 1284/5 octobre 1868 ; AHM OZ 1248, 7 rebiu-l evvel (...)

9C’est dans ce contexte que les Bašagić évoluèrent. Des épurations de Latas, il ne resta plus grand monde en Herzégovine, et la notabilité jusque-là cooptée dans le cercle du clan dut se reconvertir en fonctionnariat appointé, ce qui représentait une difficile mutation. À la mort de Lutfullah Bey, son aîné Mehmed Bey, qui avait été aux côtés de Latas3, semble néanmoins avoir assez rapidement pris sa succession à la tête du canton de Nevesinje. On en trouve trace dès octobre 18524. Après une brève interruption entre 1859 et 1861, il déposa sa démission en septembre 1863, sans succès cependant5, si bien qu’il occupera ces fonctions jusqu’en octobre 1868, et peut-être jusqu’en 18746.

  • 7 AHM OZ 1199 (daté de 1208/1793-1794 par Bajraktarević, ce qu’il faut manifestement rétablir en 1267 (...)
  • 8 AHM OZ 1385, non daté.

10Après jugement du cadi local, Mehmed Bey, qui était majeur, fut désigné en 1851 comme tuteur de ses frères et sœurs encore mineurs : Alija, Ibrahim, Osman, Ahmed, Derviş, Rustem (ou Rustan) et Jusuf, ainsi que la petite Zilha7. Sur ces huit petits enfants veillait la veuve de Lutfullah Bey (probablement sa seconde épouse), Aïcha, fille de Mahmud Bey8.

1. Départ à Travnik

  • 9 Cf. papiers de famille chez Enisa Bašagić. Et non 1839, comme le dit l’anonyme « Ibrahim Beg Redžep (...)
  • 10 Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272.
  • 11 Milićević, « Dr. Safvetbeg Bašagić-Redžepašić », Glasnik..., p. 6.

11Quatrième des fils, Ibrahim Bey (1841-1902), le père de Safvet-beg Bašagić, allait connaître un destin singulier qui l’extraierait de l’Herzégovine ancestrale. Pour retracer sa vie, on dispose de sources et témoignages bien plus abondants que pour ses ancêtres. Il naquit le 5 septembre 18419 et fut, selon Hamdija Kreševljaković10, le dernier des habitants de Nevesinje à avoir grandi dans l’esprit aristocratique de ses ancêtres, c’est-à-dire « éduqué dans une mentalité bosno-turque11 ». Qu’est-ce à dire ? On manque de précisions pour qualifier plus exactement cette éducation, mais Kreševljaković ajoute qu’il reçut dans le cercle familial un goût prononcé pour les lettres. D’après le vasiyetnâme de Lutfullah Bey, on comprend également qu’à la maison devait régner une grande piété.

  • 12 [Safvet-beg Bašagić], « Osman paša Čengić », Dom i svijet 7 (1894), 7 (01/04), p. 123-124 ; [anonym (...)

12La famille n’est pas bien riche et les enfants sont nombreux. Quatre filles et deux garçons majeurs, une fille et six garçons mineurs héritent d’un patrimoine estimé à environ 650 livres sterling, un montant modique comparé aux fabuleuses richesses des beys de Bosnie. Il laisse aussi un Coran et c’est de ce côté-là qu’Ibrahim se sent attiré. Comme l’immense majorité des beys bosno-herzégoviniens et contrairement à son futur beau-frère Osman Mahzar Paşa Čengić (1861-1913) qui bénéficia d’un précepteur, Ibrahim débuta sa scolarité à l’école coranique de Nevesinje ; puis on l’envoya en 1853 à Travnik pour fréquenter le medrese de cette ville12.

  • 13 AHM OZ 1337, du 11 hazıran 1293/23 juin 1877 (fragment de curriculum vitæ rédigé à l’occasion de sa (...)
  • 14 Hasan Nametak, « Mostarska ulema », p. 76.
  • 15 AHM OZ 1396, 9 shaban 1276/2 mars 1860 ; aucun document ne dit qu’Ibrahim Bey partit à Istanbul, co (...)

13Pourquoi partir de Nevesinje ? Tout simplement parce qu’il n’y a pas à Nevesinje de medrese que puisse fréquenter Ibrahim13 ; mais alors, pourquoi pas Mostar ? Probablement parce qu’en 1853, aucune personnalité d’importance n’y enseigne : le moufti et muderis Beg Mustafa Mukić, très savant, est sur la route de La Mecque, qu’il n’atteindra pas avant sa mort en 1854. Son successeur, Mustafa Karabeg (1833/1834-1878), prendra ses fonctions en 1857 seulement14. Et alors, pourquoi pas Istanbul ? On l’ignore ; son jeune âge n’empêchait pas le voyage jusqu’à la capitale, puisque son frère Daut Bey l’avait effectué à peu près à la même époque de sa vie15.

  • 16 Le müftülük de Trebinje n’avait pas de titulaire régulier.
  • 17 Bejtić, Derviš M. Korkut, p. 8-13. Bejtić (aidé dans son travail par un descendant de Korkut) n’inv (...)
  • 18 Sur ce que représentait la distance entre Nevesinje et Travnik à l’époque (alors, que n’existait pa (...)

14Si rien ne retient Ibrahim à Nevesinje, quelque chose aussi l’attire à Travnik : c’est là, depuis 1830-1831, que le moufti Derviş Mehmed Korkut (c. 1792-1877) délivre des fatwa pour l’une des quatre circonscriptions (müftülük) de Bosnie-Herzégovine16. Né à Nevesinje, appartenant à une famille d’oulémas célèbre dans cette région, Korkut était parti à Istanbul recevoir une formation en droit chériatique et grammaire arabe. Sa nomination à Travnik, outre les talents qu’elle supposait, Korkut la dut probablement à une attitude fidèle aux pouvoirs centraux, nécessaire dans cette ville qui était encore, dans les années 1830, le siège du divan bosniaque et où l’on prenait les mesures les plus sévères contre le mouvement de Gradaščević17. Les Korkut et les Redžepašić devaient très certainement entretenir des liens étroits en raison de leur origine géographique commune ; c’est très certainement encore à l’instigation d’un des hodjas de Nevesinje, un autre Korkut, qu’Ibrahim fut envoyé à Travnik, ville qui n’a pour ainsi dire aucun rapport autre qu’administratif avec l’Herzégovine et, de plus, fort éloignée pour un jeune garçon de douze ou treize ans18.

2. Lieu de décadence pour un revival islamique

  • 19 Papić, Travnik, p. 142.
  • 20 Kreševljaković et Korkut, Travnik, p. 131-132.

15Ibrahim arrive à Travnik alors que les vizirs de Bosnie viennent de se réinstaller à Sarajevo (à partir de 1850) ; l’activité de la ville, que dynamisaient en grande partie les frais occasionnés par les troupes et la cour des vizirs, connaît une importante récession à l’époque19. De plus, à partir de 1855, le nouvel administrateur (kaymakam) de la ville, Şevki Efendi, fait porter ses efforts sur l’application du hatt-i hümayün, et notamment sur l’égalité entre chrétiens et musulmans, ce qui suscite des troubles dans la vie politique locale20.

  • 21 Mujezinović, Islamska epigrafika II, 19983, p. 368 ; Kreševljaković et Korkut, Travnik, p. 88 ; Ćeh (...)
  • 22 AHM OZ 1337, du 11 hazıran 1293/23 juin 1877. Aucune source écrite ne mentionne son séjour à Istanb (...)
  • 23 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti (éd. Ćehajić) p. 222.

16Apparemment, la vie des étudiants (softa) ne s’en déroula pas moins normalement. Cumulant les fonctions de moufti et d’enseignant (müderris) de 1830-1831 à 1871, Korkut leur délivrait ses enseignements au medrese Elçi Ibrahim Paşa, où ils étaient logés. Situé le long de la Lašva, le bâtiment, construit en forme de triangle, comportait une salle de classe et six chambres individuelles de plain-pied, qui donnaient sur une petite cour intérieure. Les étudiants étaient nourris gratuitement et pouvaient s’adonner à l’étude comme ils le désiraient21. Les études s’étalaient parfois sur une longue durée et Ibrahim aura probablement suivi un cursus d’un peu moins de dix ans, le parachevant peut-être à Istanbul22. Outre le droit islamique, il acquit une bonne connaissance de l’arabe et du persan, ainsi que du turc qu’il maîtrisait comme sa langue maternelle23.

  • 24 Pour des considérations générales à ce propos, on peut lire Muderizović, « Biografija Mulle Mestvic (...)
  • 25 Selon Bejtić, Derviš M. Korkut, p. 16, Korkut donne en biens vakfs, en 1289/1872-1873, sa collectio (...)
  • 26 L’œuvre recopiée était le Dalā’il al-Hajrāt wa šawāriq al-anwār fī dhikr as-salāt ‘alā ‘n-nabī al-m (...)

17On aurait pu penser, a priori, que sa culture littéraire fut moins approfondie que sa science juridique : le légataire (vakif) de la mosquée, mort en 1706, avait laissé cent trois volumes dont aucun n’est consacré à la poésie, mais qui relèvent tous de la science juridique ou autre. Cependant, avec le temps, cette maigre bibliothèque s’était enrichie de nouveaux manuscrits : Korkut, ami des belles-lettres, figure d’érudit dans la Bosnie de l’époque24 et possédant parfaitement le persan – la langue littéraire de l’aire ottomane – avait su la compléter d’ouvrages littéraires25. L’une des activités d’Ibrahim au medrese consista à recopier quelques compositions de poésie religieuse ; il signe son travail de copiste de son patronyme (Rağab Pāšāzāde/Redžepašić), mais se désigne déjà, selon la coutume littéraire musulmane, du surnom poétique (makhlas) qu’il gardera jusqu’à sa mort : « Edhem » (le Noir). Durant ce séjour à Travnik, il recopia une œuvre mystique arabe d’un auteur peu connu26.

  • 27 Sur le sujet, remarques éclairantes chez Lory, « Parler le turc dans les Balkans ottomans au xixe s (...)

18À cette époque, Ibrahim ne compose ni n’écrit rien en langue vernaculaire, ni n’utilise l’alphabet cyrillique, propre à certains beys de Bosnie ou d’Herzégovine, qu’on appelle « bosančica » (bosniaque), et qui remonte à la période médiévale. Tous les documents de famille qui nous sont parvenus, y compris la correspondance privée, sont écrits en ottoman, hormis une correspondance administrative de Süleymân Paşa à la République de Raguse, où l’usage du « slave », comme on l’appelait alors, avec une graphie cyrillique, se justifie par le protocole diplomatique. Les échanges écrits qu’aura plus tard Ibrahim avec Korkut excluront le bosniaque ; c’est ici le signe d’une immersion quasi complète dans l’univers ottomano-musulman, tout particulièrement dans sa culture. L’élite intellectuelle formée en Bosnie et en Herzégovine, dont Ibrahim Bey est un représentant typique, ne porte que peu de caractères spécifiques vis-à-vis du reste de l’Empire27.

  • 28 Mazalić, Leksikon umjetnika, p. 25 et 72.
  • 29 L’appartenance de Korkut aux Naqshibendis n’est pas absolument claire. Voici comme le problème s’ex (...)

19Korkut était artiste. Calligraphe reconnu, il initia, en même temps que son fils Hazim (ca 1824-1920), le jeune Ibrahim à son art, où celui-ci révéla des talents réels28. Les liens d’une réelle intimité se créèrent entre le maître et l’élève, et il est bien probable que Korkut initia également le fils de Baş-ağa à des pratiques plus spirituelles. On se souviendra alors que le moufti appartenait aux Naqshibendis, une confrérie de derviches qui tenait, à Travnik, ses réunions spirituelles à la mosquée Elçi Ibrahim29.

  • 30 Karćić, « Odnos bosanske uleme », p. 221-231. Si Karčić ne mentionne que Karabeg et Omerović, c’est (...)
  • 31 « Čitulja », Sarajevski list 7 (1884), 121 (24/10), p. 2.
  • 32 Hadžijahić, « Preporoditelj Hercegovine », p. 3 ; Huković, « Napori za uvođenje », p. 243 ; Mulić, (...)
  • 33 Fajić, « “Mala historija događaja u Hercegovini.” », p. 105 ; Balić, « Život i djelovanje muftije K (...)
  • 34 Karpat, The Politicization of Islam, p. 28 et 33-41. Même si la loyauté de Korkut aux réformes voul (...)
  • 35 Korkut a étudié la théologie, la philologie et le droit auprès du professeur mawlana Ahmed bin Abu (...)

20Il faut ici considérer un bref instant, dans son ensemble, l’attitude qu’adoptèrent les oulémas bosniaques et herzégoviniens vis-à-vis des réformes voulues par la Porte tout au long du xixe siècle et particulièrement dans les années 1850-1860. S’étalant sur quatre courtes générations, cinq noms se distinguent dans la masse de tous ceux qui, contrairement à eux, refusèrent les réformes : Derviş Mehmed Korkut (c. 1792-1877), Omer Humo (1808-1880), Mustafa Sidki Karabeg (1833/1834-1878), Abdulah Kaukčija (v. 1820-1878) et Mustafa Hilmi Omerović (1818-1895)30. Dans le cadre des opérations de pacification qui s’enchaînèrent régulièrement en Bosnie comme en Herzégovine de 1820 à 1875, ces cinq personnages consentirent aux volontés du pouvoir central, tandis que la plupart de leurs congénères y résistèrent. L’un des réfractaires les plus fameux était, à Mostar, l’influent Šaćir Džabić (v.1805-1884), qui deviendrait moufti après la mort de Karabeg31. L’un des axes des réformes étant l’adaptation aux nouvelles conditions historiques, l’effort des cinq « progressistes » se concentra sur une pédagogie morale qui montrât que la transformation technique (fort modeste pourtant) et politique (plus importante il est vrai) n’entraînait pas obligatoirement une dégradation morale et religieuse. Humo est par exemple connu pour son action missionnaire infatigable, parcourant à pied la région de la Neretva et de Konjic, en Herzégovine32. Il était en bons termes avec Karabeg, moufti de Mostar à partir de 1857, et tous deux étaient habités d’une même préoccupation : l’assouplissement des traditions islamiques herzégoviniennes, dans leurs automatismes linguistiques (promotion de la langue vernaculaire chez Humo) ou politiques (modernisation des pratiques administratives chez Karabeg, qui assistait les muselim dans leurs fonctions)33. Leur maître à penser fut sans contredit Korkut, lui-même originaire d’Herzégovine comme on l’a vu, et le plus ancien d’entre eux. Initié à Istanbul aux pratiques des Naqshibendis, dont on a souvent souligné le rôle dynamique dans le nouveau cours politique ottoman au xixe siècle34, Korkut avait eu l’occasion d’entrer en contact avec des oulémas à l’esprit progressiste35. Les Naqshibendis s’étaient notamment investis dans le recentrement politique de l’Empire autour d’Istanbul et de son recadrage religieux autour d’une interprétation sunnite de la charia.

3. Conclusion

  • 36 Bejtić, Derviš M. Korkut, p. 13-14.
  • 37 Bejtić, Derviš M. Korkut, n. 11 p. 14.
  • 38 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti (éd. Ćehajić), p. 222.
  • 39 Anonyme, « Ibrahim Beg Redžepašić-Bašagić », Bosnische Post 19 (1902), 258 (08/11), [pagination non (...)

21Si même l’on n’accepte pas qu’Ibrahim Bey ait demeuré quelque temps à Istanbul, la formation complète reçue du seul Korkut ne put de toute façon que laisser une empreinte profonde dans son caractère ; l’engagement « progressiste » du moufti, en même temps que sa fidélité à un islam vrai36, orientèrent l’action ultérieure du jeune homme. À sa sortie du medrese, le maître s’occupa de lui trouver une position dans le monde politique37, puisque le bey ne désirait plus se consacrer, comme il en avait d’abord eu l’intention (selon son fils), à la carrière d’ouléma38. C’est donc probablement Korkut qui lui trouva d’abord une place de secrétaire au chef-lieu de région à Travnik (tahrirat katibi), où l’on ne sait pas ce qu’il fit exactement39. Il semble en tous cas que la formation religieuse avancée qu’il reçut imprègnerait son action civile.

B. Retour en Herzégovine

  • 40 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar, p. 237.

22En 1860, Ibrahim revint dans son pays natal pour y prendre les fonctions de commissaire chargé des constructions (bina-emini) à Nevesinje40. Pays de son enfance et des ancêtres, l’Herzégovine s’offrait à lui alors qu’il était dans la fleur de l’âge. Les vertus de l’éloignement durent éveiller en lui un grand attachement pour son pays, lui faisant redécouvrir d’un œil extérieur ce qui le constituait profondément.

1. Activité à Nevesinje

  • 41 Ćorović, Luka Vukalović ; Tomić, « Piva i Pivljani », p. 404-405.
  • 42 Tomić, « Piva i Pivljani », p. 405, dit : 1) que la région était quasi autonome depuis 1852 (ce que (...)
  • 43 Pour une visualisation des tracés de frontières successifs, voir Burdett, The Historical boundaries(...)

23Ce retour signifiait aussi la fin d’une vie qui s’était jusque-là paisiblement déroulée. À partir du Monténégro et des Brda, des troubles incessants agitaient la région depuis 1852, quand Luka Vukalović (1823-1873), un orthodoxe de la région de Piva, dans les Brda, réussit à mettre en échec les autorités ottomanes et conquérir une certaine autonomie qu’il conserva par une guérilla perpétuelle41. Contrairement à ce que disent certains historiens, cette autonomie ne signifia pas une rupture brutale avec l’État de droit, et les paysans refusèrent de payer leurs baux à partir de 1857 seulement42. Ce détail montre qu’en réalité, la situation évolua de façon progressive, à mesure que le Monténégro s’investit aux côtés des rebelles43.

  • 44 Ferdo Filipović, « Bošnjaci (Iz naše poviesti) », p. 202.
  • 45 AHM OZ 1294, 12 safer 1275/21 septembre 1858.
  • 46 AHM OZ 1190 et 1280, 1274/1858-9.
  • 47 C’est ce que l’on comprend à la lecture de AHM OZ 1303, 28 muharem 1276/27 août 1859 ; AHM OZ 1244, (...)
  • 48 AHM OZ 1303, 28 muharem 1276/27 août 1859 ; AHM OZ 1293, 9 safer 1276/7 septembre 1859. D’après ce (...)
  • 49 AHM OZ 1297, 5 rebiulahir 1276/2 octobre 1859.

24En septembre 1858, d’importantes troupes de haïdouks croisent dans la région de Nevesinje et apeurent voyageurs et habitants ; entre eux et les musulmans, la haine est à son paroxysme44. Au frère d’Ibrahim, Mehmed Bey, gouverneur de la région, on envoie des renforts de cinquante hommes pour les chasser45. En 1858-1859, le gouverneur de l’Herzégovine, Ahmed Vassif Paşa, met Mehmed Bey sur le pied de guerre contre les Drobnjaci qui viennent de s’insurger à nouveau46. La situation s’aggravant, Mehmed Bey est démis de ses fonctions civiles en août 1859 pour être nommé major des troupes régulières locales et se consacrer entièrement à des tâches militaires ; c’est alors un certain Mahmud Ağa qui prend les rênes des affaires cantonales47. En septembre 1859, Vassif Paşa ordonne l’élévation d’une forteresse en dur surplombant Nevesinje du haut d’une colline voisine, dont la construction, fort coûteuse, est confiée à la responsabilité de Mehmed Bey ou, peut-être, d’Ibrahim Bey48. Enfin, début octobre, la rébellion éclate tout à fait et Mehmed Bey doit partir à la tête de cent hommes vers Gacko, à la rescousse du commandant de cette ville49.

  • 50 Au moins à l’échelle de Nevesinje et dans le cadre des troubles de cette époque, les autorités otto (...)
  • 51 Gavranović, Bosna i Hercegovina od 1853. – 1870. godine, p. 228-235.
  • 52 La politique autrichienne avait, explicitement depuis 1852, des vues sur la Bosnie et l’Herzégovine (...)
  • 53 Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 2. On a souligné avec raison l’humeur qui présidait à cette mon (...)
  • 54 AHM OZ 1285, dernier jour de djumada-l ahir 1277/12 janvier 1861 ; AHM OZ 1251, non daté. Les signa (...)

25Ahmed Vassif Paşa est présenté dans les rapports du consulat autrichien de Mostar comme un fonctionnaire corrompu et indolent qui laisse libre cours aux exactions des propriétaires musulmans sur leurs paysans chrétiens. Comme il est incapable de gérer le conflit avec les chrétiens de sa juridiction, on en a confié, en décembre 1860, la pacification à Ismail Hakkı Paşa (m. 1874), maréchal à rang de vizir de l’armée de Roumélie (muchir). Ismail Paşa a commencé par envoyer à tous les districts un formulaire de déclaration à signer par chrétiens et musulmans où ils certifient être heureux de vivre ensemble et rejeter les menées du Monténégro50. Selon l’expression qu’affectionne Martyrt, le consul autrichien, ce document est un testimonium paupertatis, un véritable témoignage de faiblesse politique51. Ce jugement défavorable pour les musulmans, on le verra, est pour une part dicté par les visées que l’Empire habsbourgeois cultive – encore en catimini – vis-à-vis de la Bosnie et de l’Herzégovine dans les années 186052. À Nevesinje, on s’exécute, apparemment sous la conduite d’un bey de Ljubuški, Mehmed Bey Kapetanović (1839-1902)53, étoile montante dans la politique de l’eyalet54.

26Comment interpréter ce document ? Est-ce le signe d’un certain rapprochement entre communautés, dont les beys locaux seraient les artisans ? Ou bien Martyrt a mille fois raison, et ce ne serait qu’un faux-semblant de plus ? Il est difficile de le savoir ; la réalité devait dépasser les cadres étroits que l’historiographie nationaliste lui a plus tard assignés. Il devait se trouver des gens, parmi les chefs orthodoxes, intéressés par le maintien de la paix ; ils rêvent de justice et non d’indépendance ; ils ne pensent pas se séparer des musulmans, et nombreux sont les paysans chrétiens d’Herzégovine qui luttent contre les menées des bandes armées monténégrines. Dans un autre sens, cette pétition entérine l’existence d’un désaccord possible entre musulmans et orthodoxes, qu’il faut prohiber. Le fossé se creuse doucement entre les deux communautés.

  • 55 Je cite la traduction de AHM OZ 1198, 1278/1861-2, que donne Bajraktarević. La pièce AHM OZ 1244, 2 (...)
  • 56 On trouve une intéressante desciption de la campagne d’Ömer Paşa Latas contre Nikšić chez le franci (...)

27La Porte était consciente qu’il fallait rétablir un équilibre dans les relations agraires, car les exactions étaient nombreuses et connues ; c’est en partie pour que cessent les troubles à la frontière de l’Herzégovine et du Monténégro qu’elle nomma à la tête de l’eyalet de Bosnie, en janvier 1861, Topal Osman Paşa (1861-1868), un homme pratique et expérimenté, partisan actif des réformes et de la modernisation de l’Empire. Le nouveau vizir s’efforça de mettre en place une administration capable de détendre les rapports de force ; il força l’application des nouveaux schémas administratifs, comme la mise en place des conseils (meclis) municipaux. À une date située entre novembre 1861 et janvier 1862 il réintégra Mehmed Bey en tant que kaymakam à la tête du canton de Nevesinje, « afin d’introduire les nouvelles réformes55 ». En haut lieu, les enfants de Baş-ağa sont ainsi connus pour leur loyalisme. D’un autre côté, il s’assura le concours d’Ömer Paşa Latas, l’impitoyable général de 1850-1852, pour étouffer définitivement la rébellion56.

  • 57 Halilagić, Bosna i Hercegovina i Crna Gora (1790.-1918.), p. 87-88.
  • 58 Pour plus de détails, voir AHM OZ 1244, 26 rebiulevvel 1278/31 octobre 1861, AHM OZ 1302, 8 shaban  (...)
  • 59 AHM OZ 1393, 25 mart 1279/6 avril 1863.
  • 60 Pour davantage de détails sur cette seconde nomination, voir AHM OZ 1336, 30 eylul 1280/12 octobre  (...)
  • 61 Voir notamment Mitrović et Kreševljaković (éds), Izvještaji italijanskog konzulata, p. 53.
  • 62 Cat Esih 215, sans date ; AHM OZ 1219, 15 ramazan 1279/6 mars 1863 ; Mitrović et Kreševljaković (éd (...)

28La Porte déclara la guerre au Monténégro en avril 1862 et, après quelques cuisantes défaites, elle parvint à mettre le siège devant Cetinje, la capitale monténégrine, qui ne fut sauvée que par l’intervention de la Russie57. On ne doutera pas que ces succès, freinés de l’extérieur par un ennemi autrement puissant que le minuscule Monténégro, furent dus à l’impitoyable Latas. Celui-ci sanctionnait tout dérapage de la part des musulmans, et Mehmed Bey faillit y perdre ses responsabilités, car il couvrit certaines malversations d’Ibrişim Bey Ljubović, ağa de Zalom, en janvier 1862 ; malgré tout, il devait représenter un allié trop précieux et un homme de confiance suffisamment éprouvé pour que Latas lui passe, pour cette fois, une erreur somme toute minime58. En effet, les opérations ayant duré jusqu’en automne 1862 pour aboutir à la signature de la paix entre le Monténégro et l’Empire, Mehmed Bey fut décoré de l’ordre de l’Iftihar en avril 1863 pour services rendus et son attitude générale durant ces opérations59. Fin 1864, il recevra également le titre honorifique de kapıcıbaşa60. Si la région était apparemment apaisée61, il s’en faut de beaucoup cependant que les haïdouks missent fin à leurs exactions ; par exemple, Zalom fut pillé un mois et demi après cette première reconnaissance officielle, le 26 juillet et le 3 août 1863, alors que la sécheresse sévissait62.

  • 63 AHM OZ 1312, 14 mayis 1279/26 mai 1863. Il ne fait donc pas partie des maires (müdür) et conseiller (...)
  • 64 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar, p. 237.
  • 65 Šabanović, Bosanski pašaluk, p. 95-96 et 233. Depuis cette date, en effet, si le pachalik d’Herzégo (...)

29Contrairement à son frère Mehmed Bey, Ibrahim Bey ne participa probablement pas à ces opérations armées, car sa formation et son caractère ne lui en donnaient pas la capacité. Quoiqu’aucun de ses biographes n’en fasse mention, un document prouve qu’il était à la tête du canton de Stolac jusqu’en mai 1863, date à laquelle le cadi local lui signe un certificat de bonne administration63. Peu de temps après (à une date inconnue), il fut nommé représentant du préfet (naib-i kaymakam) à Nevesinje64. Il entrait ainsi tout à fait dans le fonctionnariat ottoman local, qui avait été puissamment remodelé par Ömer Paşa Latas en 1852 pour renforcer le contrôle de l’administration centrale65.

2. La mission de Cevdet Paşa

  • 66 H. Bowen, « Ahmad Djewdet Pasha », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 1, p. 293-295.

30On ignore à peu près tout de l’activité d’Ibrahim Bey entre 1860 et 1869, mais un faisceau d’indices laisse supposer qu’il suivit de près la mission d’Ahmed Cevdet Paşa (1822-1885) en 1863. Membre actif des milieux réformateurs ottomans de l’époque, Cevdet Paşa était entré dès 1846 dans la composition du comité de promulgation des réformes (tanzimat). Après le succès d’une mission de pacification qu’il avait menée à Shkodër (Albanie du Nord) avant 1861, il fut envoyé dans le même but en Herzégovine et en Bosnie en mars 1863. Il fait avant tout figure de savant, historien érudit en même temps que juriste habile ; poète à ses heures en langue persane, il montre dans ses écrits comme dans son action politique un mélange d’esprit traditionnel et de tendances progressistes66.

  • 67 Bašagić, Znameniti Hrvati, « Osman paša Redžepašić » p. 61 ; Bogićević, « “Povijest jedne porodice” (...)
  • 68 Les Hafizadić s’étaient distingués quelques années auparavant en faveur de l’application du hatt-ı (...)
  • 69 Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », p. 51. Un autre des silahşor de Bosnie était Selman Bey Ć (...)

31Pourquoi Ibrahim Bey aurait-il participé à la mission ? Premier point, la famille est bien vue par le pouvoir central, comme le prouve le traitement de faveur de Mehmed Bey en 1863 ; cette bienveillance est confirmée bientôt après : au cours de sa mission, Cevdet Paşa désigna un frère d’Ibrahim, Osman (m.1881), qui vit lui aussi à Nevesinje, pour entrer en tant que « jeune homme noble » d’Herzégovine dans la garde personnelle du sultan (silahşor)67. Osman Bey fut nommé en même temps que Mehmed-Faik Alagić (1843-ap. 1895), membre d’une famille en vue de Konjic, qui a laissé à la postérité de précieux mémoires. Si la nomination d’Alagić est apparemment due au hasard, comme nous en persuade son autobiographie, celle d’Osman doit plutôt être imputée à la constante loyauté des Redžepašić-Bašagić vis-à-vis d’Istanbul au cours des xviiie et xixe siècles. En effet, les jeunes hommes recrutés à cette occasion appartenaient tous à des familles sympathiques à l’idée ottomane de Bosnie et d’Herzégovine, notamment Šerif Bey Hafizadić de Travnik68 et Mato Jukić de Livno69.

  • 70 On n’apprend malheureusement rien sur les connaissances de Kapetanović en littérature islamique che (...)
  • 71 Bejtić, Derviš M. Korkut, p. 13 ; Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, in Izabrana djela t. 4 (...)

32On peut aussi voir dans cette promotion un effet des réseaux de personnes où entrent les Bašagić, en particulier leurs relations avec les Kapetanović et les Korkut. En effet, Kapetanović fait partie des guides de Cevdet Paşa en Herzégovine ; or, Ibrahim Bey devait entretenir avec lui de bonnes relations dès cette époque pour l’avoir vu à l’œuvre à Nevesinje et parce qu’ils partageaient la même passion pour la littérature orientale70. De même, le maître spirituel d’Ibrahim Bey et son bienveillant mentor, Korkut, est en contact avec Cevdet Paşa et jouit de sa confiance : il appartient à un groupe de vingt personnages influents que celui-ci a désignés pour peser de tout leur poids sur l’introduction effective des réformes en Bosnie71.

33Dans la suite de Cevdet Paşa, on trouve une autre figure de moderniste ottoman : Paşko Wassa Efendi (1825-1892), chargé de composer un rapport sur la mission. Voici ce qu’il écrit à propos de l’Herzégovine, où les officiels demeurèrent de juin à décembre 1863 :

L’agitation était l’état normal du pays, car les nobles y trouvaient leur intérêt en la maintenant toujours vive ; ils l’exploitaient à leur profit. Les mœurs du peuple étaient devenues par cela même, très farouches ; on rejetait l’instruction comme une chose indigne d’hommes qui ne savaient que se battre, et le progrès du pays était un problème tout-à-fait inconnu. (...)

34À son lecteur occidental (le livre est rédigé en français), le premier soin de Paşko Wassa Efendi est de présenter le terrain de la mission comme une jungle où règnent les intérêts égoïstes d’une caste « noble » – une approximation destinée au lectorat européen, car selon le droit ottoman et islamique en général, il n’existe pas de noblesse de sang. Dans cette société guerrière, la civilisation moderne, basée sur le savoir, n’a aucune accroche. On n’est pas loin du cliché qu’une partie du romantisme a divulgué à propos du Moyen Âge, un thème que nous rencontrerons par la suite à propos des musulmans bosniaques.

35Si le chaos dont on nous offre le spectacle s’explique pour une part par les manipulations sordides des « nobles », il ne faut en tout cas point en chercher la cause chez les sujets chrétiens :

L’impôt, qui avait donné lieu ici à tant de plaintes, a les mêmes proportions qu’en Bosnie ; nous avons vu que dans cette province il n’est pas si onéreux qu’on le pensait. Du reste, en Herzégovine, la dernière campagne du Monténégro et l’insurrection avaient appauvri le peuple et l’avaient distrait de ses occupations, en sorte que le payement ne put se faire en temps dû : il resta une grosse somme d’arriérés à percevoir. La perspective de payer plusieurs années d’impôts accumulés épouvantait la population : les plaintes n’avaient pas d’autre motif ; on se croyait accablé parce que le total avait atteint un chiffre très considérable. (…)

36Les chrétiens d’Herzégovine ont ainsi de bonnes raisons de se plaindre, et les désordres sont à imputer à la politique monténégrine, dont Paşko Wassa Efendi se garde bien de souligner avec trop d’insistance l’ingérance en Herzégovine. Derrière le Monténégro se tiennent en effet les puissances occidentales, notamment la France. Il conclut en tranchant :

  • 72 Pasco Wassa Efendi, La Bosnie et l’Herzégovine, 1999, p. 63, 67 et 69.

La mauvaise administration, la nonchalance et l’incapacité des gouverneurs, jointes au mauvais système qui régissait les rapports entre colons et propriétaires, ont été les causes éloignées de l’insurrection des districts de l’Herzégovine, situés sur les frontières du Monténégro. Les causes immédiates sont dues aux menées étrangères, aux efforts du panslavisme, aux intrigues et aux violences du Monténégro72.

37De cette analyse nuancée ressort finalement que les dysfonctionnements en Herzégovine dépendent des classes dirigeantes – à Istanbul, à Cetinje ou dans d’autres capitales « étrangères », aussi bien que sur place – autrement dit de l’élite, et aucunement du peuple. Désireux de partager les torts et porté par la grande vague de remise en question qui habite l’Empire depuis la fin du xviiie siècle, Paşko Wassa Efendi n’hésite pas à dresser des musulmans locaux un portrait fort noir, d’autant qu’il est d’origine albanaise. Hormis ce point, il est vrai central, à propos duquel il nous faut encore réserver une marge de réflexion, notre lecteur se persuadera dès maintenant que les grandes lignes de sa réflexion touchent juste : les tensions doivent avant tout être imputées aux dérégulations juridiques et fiscales de la politique locale, qui eurent pour conséquence l’appauvrissement de toutes les couches de population.

38Présents chez les Stambouliotes partisans des réformes, ces thèmes sont fort importants et parcourent le discours officiel sur la Bosnie et l’Herzégovine à l’époque ; nous verrons un peu plus tard comme ils ont été reçus par les musulmans locaux, en premier chef par Ibrahim Bey.

  • 73 Baltić, Godišnjak, p. 220-221.
  • 74 Karćić, « Odnos bosanske uleme », p. 221-231.
  • 75 Pasco Wassa Efendi, La Bosnie et l’Herzégovine, 1999, p. 87.

39Cevdet Paşa s’efforça donc de prêter attention aux revendications de tous, grands comme petites gens, chrétiens et musulmans. Selon le franciscain Jako Baltić (1813-1887), sa venue avait suscité un grand espoir au sein de toutes les couches sociales et communautés religieuses ; pour se gagner les musulmans, il se vêtait de pantalons larges et flottants qu’avaient coutume de porter les oulémas, se coiffait d’un turban vert et arborait une tunique aux larges manches, « comme un vrai mamelouk73 ». Esprit charismatique, Cevdet parvint à se rallier définitivement certains des oulémas de Bosnie, parmi lesquels ceux dont nous avons parlé plus haut74. Mais d’un point de vue économique et social, sa venue resta selon Baltić sans effet : aucune réelle amélioration ne se fit sentir. Cependant, il semble que parmi les officiels, on fût satisfait des nouveaux fonctionnaires musulmans qu’on mit en place en Herzégovine, ainsi que le note Paşko Wassa Efendi : « Aujourd’hui, les fonctionnaires de l’Herzégovine sont assez capables75 ». Parmi eux, et quoiqu’on ignore son véritable poste, il faut compter Ibrahim Bey.

  • 76 Documents familiaux en possession d’Enisa Bašagić Knežić, intitulés « Osobitni list ».

40La mission quitta Mostar le 17 décembre 1863. Les relations agraires furent en voie de régularisation à partir de ce moment sur les terres des Bašagić, tout du moins sur celles du frère aîné, Mehmed Bey (qui portait toujours le patronyme Redžepašić) : on a conservé une dizaine de contrats datant de janvier 1864 à mai 1866 où étaient stipulées les clauses de location des terres à Zalom. Rédigés en ottoman et en bosniaque (cyrillique non normalisée), ces documents, où les locataires s’appelaient kmet, prouvent que les propriétés familiales étaient organisées en çiftlik (complexes fonciers soumis à la dîme en même temps qu’à des baux de location). Mehmed Bey, en tant qu’ağa, devait fournir semences, bois de chauffage et pieux de clôture, ainsi que les instruments de culture, avec bœufs, bergerie et fumier. De son côté, le kmet s’engageait, après déduction des semences et de la dîme, à remettre la moitié de sa récolte en blé, le tiers de sa récolte en cerises et légumes du jardin, la moitié de son fourrage ; il promettait, entre autres, de ne pas abandonner sa terre en cours de saison. Le reste lui revenait (et, avec le blé, la paille)76.

  • 77 « O putovanju Vali-paše », Bosna 1 (1866-1867), 7 (26 safar 1283/9 juillet 1866), p. 1. On apprend (...)

41Cet effort de normalisation n’apporta pas pour autant la paix sociale : après le départ de Cevdet Paşa, les troubles réapparurent rapidement et il semble que Nevesinje eût à en pâtir77. Qu’importe : un vent de changement avait soufflé sur la province la plus occidentale de l’Empire. Ibrahim Bey avait probablement eu l’occasion d’en gonfler ses voiles dès la première rafale et il était maintenant lancé : justifiée par la caution de gens intelligents qu’il avait rencontrés, son action serait tout entière tournée autour des réformes à mettre en œuvre dans sa province natale.

3. Engagement dans la modernisation de la province

  • 78 Šabanović, Bosanski pašaluk, p. 96.

42À nouveau, on perd la trace d’Ibrahim Bey jusqu’en 1868. Avant cette date, deux événements d’importance allaient cependant avoir lieu qui, s’il n’y participa pas de façon immédiate, le touchèrent certainement. Le premier fut l’« ordonnance sur l’administration du vilayet de Bosnie » (Bosna vilayet nizamnâmesi) promulguée en juillet 1865 dans le cadre général de la réforme des provinces. Le texte prévoyait, entre autres, la réunion effective du paşalık d’Herzégovine à l’eyalet de Bosnie, ensemble rebaptisé « vilayet » pour l’occasion. Une curie d’électeurs désignés par un cens très élevé élirait vingt-huit représentants qui siègeraient au divan provincial une fois par an et délivreraient un avis consultatif. Enfin, on instituait des juges civils, indépendants des cadis78.

  • 79 « Vilajetske vijesti », Bosna 1 (1866-1867), 1 (28 mai), p. 1.

43Ces mesures furent appliquées par Topal Osman Paşa qui, dans le même élan, allait bientôt introduire une autre nouveauté : en mai 1866, il fonda la première imprimerie ottomane de Bosnie et d’Herzégovine, et y lança le journal officiel du vilayet, La Bosnie (Bosna), rédigé en texte bilingue ottoman/ « bosniaque » (caractères cyrilliques), qui se proposait d’initier le peuple dans sa propre langue à la lecture et à l’écriture, ainsi qu’aux autres matières nécessaires à la bonne éducation. Nouveau pas dans le sens de la démocratisation, la participation de la population locale aux efforts des autorités pour moderniser le pays devait se faire désormais à travers l’organe officiel du gouvernement79.

  • 80 Idrizović, « Mehmed Šakir Kurtćehajić », p. 354.
  • 81 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, 1986, p. 203.
  • 82 Eren, « Turska štampa », p. 373 (qui le considère comme le premier de tout l’Empire, ce qui est fau (...)

44Mehmed Šakir Kurtćehajić (1844-1870), le frère d’un des collaborateurs de la revue, profita de l’aubaine d’une nouvelle imprimerie pour lancer la première feuille indépendante de la province, elle aussi en bilingue ottoman/ « bosniaque » : La Floralie de Sarajevo (Gülşen-i Saray – Sarajevski Cvjetnik). Le premier numéro parut le 26 décembre 186880. Originaire de la région de Novi Pazar (alors située en Herzégovine), Kurtćehajić est, selon Safvet-beg Bašagić lui-même, « le signe annonciateur de la renaissance spirituelle en Bosnie-Herzégovine81 ». Il vaut la peine de se pencher un peu plus sur ce personnage, qui suscita l’étonnement et l’admiration des littérateurs modernistes d’Istanbul. La Floralie peut en effet être considérée comme l’un des tout premiers journaux politiques et littéraires un peu indépendants de l’Empire82. Voici un large extrait d’une lettre de Kurtćehajić répondant à Reşad Bey (1844-1918), l’un des modernistes, qui l’interrogeait au printemps 1869 sur sa formation scolaire et son milieu d’extraction :

  • 83 Traduction donnée d’après la version bosniaque qu’a établie Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, 1986, p (...)

Vous me demandez mon âge – ai-je ou non fréquenté des écoles hors de Bosnie – ai-je ou non voyagé à travers l’Europe – et ai-je ou non eu l’occasion d’apprendre une langue européenne ? Je vous dirai tout de bon cœur.
J’ai vingt-trois ans. Qu’ai-je pu apprendre ? Mon père m’a jusqu’à un certain point enseigné les fondements du savoir. Dans nos régions, il n’y a pas d’école où l’enseignement soit suffisamment solide pour que j’aie pu, ces années passées, m’instruire à la façon d’un jeune Européen. C’est pourtant en lisant ici de la littérature que je suis arrivé à grand’peine à maîtriser la langue et les tournures ottomanes, afin de savoir écrire au moins quelques mots. Je n’ai jamais dépassé les frontières bosniaques. J’ai rempli un ou deux emplois administratifs dans une ou deux villes.
Mon plus grand désir est d’aller en Europe. La science est en effet, dans nos régions, totalement délaissée, alors qu’au contraire, elle est en Europe – je ne sais si c’est là-bas un caractère naturel du peuple ou quoi d’autre – cultivée et vénérée. Mon désir m’a poussé à l’âge d’homme – bien que cela fût honteux – à vouloir ne serait-ce que m’instruire à l’étranger, en langue étrangère. Cela ne m’a pas été donné, pour deux raisons : j’ai une femme et je n’ai pas ce qui mène le plus rapidement au bonheur humain – je manque d’argent ; ces deux choses me font obstacle.
Entre autres désirs, celui d’apprendre la langue française n’était pas le moindre, elle qu’on parle le plus en Occident. Cela même, mon tyran inexorable, c’est-à-dire ma « gêne », ne m’en a pas donné la possibilité. Je ne sais que le slave, car c’est cette langue qu’on parle le plus ici83.

45Les grandes lignes d’action esquissées par Kurtćehajić entrent dans le cadre d’un programme tout à fait « bourgeois » : science envisagée comme vocation totale, argent comme moyen de bonheur. L’Europe en devient une sorte de lieu de pèlerinage laïc ; la référence à Dieu est tout à fait effacée : le tyran du jeune homme, ce n’est pas « le sort », mais « la gêne ». Voilà les grands traits de ce qu’on pourrait appeler des valeurs modernes. Désigné maire de Sarajevo par Topal Osman Paşa en 1869, à l’âge de vingt-cinq ans, il contracta bientôt après la tuberculose et se rendit à Vienne pour se faire soigner. Il était trop tard : le poitrinaire expira quelques semaines après son arrivée dans cette ville, en 1870.

  • 84 ABiH, Muhamed Hadžijahić, Atif Purivatra, Mustafa Imamović, Stav muslimana Bosne i Hercegovine u po (...)
  • 85 Pejanović reprend, pour en mitiger les affirmations, certains auteurs selon lesquels le journal de (...)
  • 86 AHM OZ 1184, 1284/1867-8. Selon Bajraktarević, Korkut parle à Bašagić d’un journal intitulé Đulista (...)
  • 87 Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 52. Sur les collaborateurs en général du journal, voir (...)

46C’est aller trop loin de dire que les musulmans bosno-herzégoviniens, même les plus progressistes, adhérèrent à ces idées ; mais il eut une certaine influence. Esseulé dans une province secouée par les conflits – contre la principauté serbe et le Monténégro, en particulier – et en raison de sa grande jeunesse, Kurtćehajić n’a formé aucun disciple, il n’a pas fait école. Malgré tout, quoiqu’on ne sache pas bien le cerner d’un point de vue quantitatif, l’écho de son journal parmi l’élite musulmane lettrée de Bosnie et d’Herzégovine reste indéniable ; précisons tout de suite que la lecture des journaux était mal considérée par la populace, notamment à Mostar, parce qu’elle représentait une nouveauté venue d’Istanbul ; les assidus se recrutaient dans les rangs des beys et des fonctionnaires84. La Floralie aurait également été très bien distribuée à Istanbul85. Une lettre de Korkut à Bašagić, datée de 1867-1868, semble mentionner le journal : le moufti en envoie un exemplaire à son ancien disciple en lui y recommandant un commentaire juridique86. Le simple fait que Safvet-beg Bašagić s’exprime de façon aussi détaillée et laudative sur le personnage semble indiquer qu’Ibrahim Bey, son père, connaissait personnellement Kurtćehajić. Cependant, aucun document ne vient prouver leurs liens. En tout cas, on recevait bien le journal à Nevesinje, car l’un des collaborateurs musulmans du journal habitait cette ville87.

  • 88 Bašić, « Dr. Savetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359. Dans la correspondance publiée de Namık K (...)

47D’autres éléments indiquent qu’Ibrahim Bey faisait partie, dès cette époque, du petit groupe actif des réformateurs. Lui comme Kurtćehajić étaient connus des mêmes cercles à Istanbul. Selon Salih Safvet Bašić (1873- ?), un Bosniaque qui a longtemps vécu à Istanbul, Ibrahim Bey aurait été l’objet de propos élogieux dans la bouche de deux littérateurs turco-ottomans de son époque, Ziya Tevfik (1848-1913) et Ekrem (1847-1914) ; il aurait assez bien connu Namık Kemal (1840-1888) et Ziya Paşa (1825-1880), les deux grandes figures littéraires des tanzimat88.

  • 89 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, 1986, p. 209.

48Par l’entremise d’un poète d’Istanbul originaire de l’Herzégovine, Hersekli Arif Bey, il est possible qu’Ibrahim Bey ait rencontré dès cette époque des personnes à qui il vouerait par la suite un culte fidèle. Il put rencontrer personnellement Arif Bey en 1867, car celui-ci passa six mois en Herzégovine après les mesures de proscription dont le groupe des Jeunes Ottomans avait fait l’objet cette année-là89. À travers lui, il avait pu se faire connaître des Stambouliotes.

  • 90 Nurudinović, « Bosanske salname », p. 257.
  • 91 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 86 ; voir également Memija, Bosanski vjesnici, p. 64.

49D’autre part, on sait que Ziya Tevfik était présent en Bosnie en 1871 et 1872, ainsi qu’entre 1875 et 1877, années durant lesquelles il dirigea la rédaction des almanachs officiels bosniaques90 ; il était en service au secrétariat général de la province en 1877-1878 et assura la rédaction des derniers mois que parut La Bosnie, entre avril et juin 1878, avant de partir définitivement de Bosnie le 30 juillet de cette même année91. C’est probablement dans ce cadre provincial qu’Ibrahim Bey put entrer en contact avec lui.

  • 92 « Ziya Paşa », Türk dili ve edebiyatı ansiklopedisi, t. 8. Ziya Paşa fut très mal payé durant ces m (...)

50Enfin, Ziya Paşa fut inspecteur gouvernemental (müfettiş) à Sarajevo en 1862-1863, et s’il ne semble pas l’avoir rencontré personnellement à cette époque de troubles armés à Nevesinje, Ibrahim Bey put entendre parler de lui et de ses idées de façon privilégiée à cause de cette proximité92.

51Quelles étaient ces idées ? C’est peut-être le portrait de Namık Kemal dressé par l’historien Bernard Lewis (1916-) qui les exprimera le mieux :

  • 93 Lewis, Islam et laïcité, p. 130.

[Namık Kemal] était profondément impressionné par les accomplissements de la civilisation européenne. Le retard de l’islam lui paraissait relatif plutôt qu’absolu et ne s’expliquait pas par quelque défaut inhérent à la religion elle-même, mais par la domination de l’Occident qui avait privé l’Orient de la possibilité de progresser par ses propres moyens. L’État islamique devait se moderniser, mais ce faisant il ne lui fallait pas imiter servilement l’Europe et abandonnner ses lois, ses croyances et ses traditions propres. Au contraire, prétendait-il, tout ce qu’il y a de meilleur dans la civilisation européenne dérivait de la culture islamique classique ou y trouvait son équivalent, de sorte que les musulmans, en adoptant ces pratiques occidentales, ne faisaient que revenir à ce qu’il y avait de plus profond et de plus authentique dans leur propre tradition. Namık Kemal recourait ainsi à un raisonnement qui allait devenir typique d’une certaine tendance de la littérature romantique et apologétique musulmane93.

52Voilà un programme que méditera Ibrahim Bey toute sa vie et que mettra en application son fils, Safvet-beg. L’avancée vers l’Occident avait pour conséquence un retour aux sources, aux origines religieuses et culturelles. Tradition et modernité se trouvaient étroitement liées ; d’ailleurs, Ibrahim Bey mit en pratique ce paradoxe très concrètement, en contractant alliance avec les Čengić.

  • 94 Blau, Reisen in Bosnien, p. 74. En revanche, jamais le nom Bašagić ou Redžepašić n’apparaît dans le (...)

53Les Čengić étaient devenus les plus fameux beys d’Herzégovine depuis l’assassinat de Smail Ağa, en 1840. Ibrahim Bey épousa en 1868 Almasa Čengić (m. 1908), fille de Derviş Paşa (plus connu sous le nom de Dedaga, v.1823-1876) et petite-fille de Smail Ağa. Ce nouveau lien de parenté, outre qu’il prouve la cohésion du begovat herzégovinien, spécialement dans l’après-Latas, faisait d’Ibrahim Bey un personnage central de la province. Dedaga avait une réputation d’homme dur et sans scrupules, qui se faisait respecter par la peur et ne craignait pas les combats. L’aura héroïque dont il s’ornait provenait, entre autres, d’un acte de bravoure tout à fait exceptionnel : lors de la vendetta qui suivit l’assassinat de son père, il décida de l’issue de la bataille en affrontant le champion de ses adversaires en combat singulier. La famille Čengić joignait à ces caractères un certain esprit d’innovation technique : ils furent parmi les premiers beys à introduire la culture de la pomme de terre sur leurs terres, probablement à la suite des innovations agricoles d’Ali Paşa Rizvanbegović. Le frère de Dedaga, Haydar Bey (m. 1910), offrit en outre l’hospitalité au consul prussien Otto Blau (1828-1879) au cours du mois d’août 1869, et il est l’un des seuls musulmans que le diplomate excursioniste s’attarde à décrire dans son livre de mémoires94. Simultanément, cet enracinement dans l’Herzégovine traditionnelle correspondait à une sorte de déplacement sur Sarajevo, car le beau-père d’Ibrahim Bey allait bientôt racheter au vizir Topal Osman Paşa la propriété qu’il s’était construite en banlieue de Sarajevo, dans un lieu-dit aujourd’hui connu sous le nom de « La villa Čengić », d’après Dedaga.

  • 95 Bašić, « Dr. Savetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359.

54Dans le destin d’Ibrahim Bey se manifestait le curieux mélange de modernité et de traditionalisme qui agitait la population ottomane dans la seconde moitié du xixe siècle. Fidèle à l’islam et aux us locaux, Ibrahim Bey incarnait l’esprit de province typique de la Bosnie et de l’Herzégovine, et tout à la fois s’ouvrait sans arrière-pensée à l’idée d’une nouvelle vie publique qui s’élargirait à l’ensemble de l’Empire et se tournait vers l’Europe. Contrairement à ses compatriotes, il entretenait des liens réguliers avec les fonctionnaires et militaires ottomans servant en Bosnie et en Herzégovine ; chez lui, il organisait des lectures suivies de débats sur les idées modernistes en vogue à Istanbul95.

4. Une mission délicate : Piva

  • 96 AHM OZ 1386, 28 kanunusani 1285/9 février 1870.

55Le 9 février 1870, Ibrahim Bey est nommé préfet (kaymakam) de Piva96. Il mettait la tête dans la gueule du lion.

56C’était dans la région de Piva que s’était concentrée la rébellion de Luka Vukalović de 1852 à 1862 ; c’était là que la pression du Monténégro se faisait le mieux sentir, aussi parce que la région représentait un point stratégique pour contrôler le passage entre ce pays et la Serbie. Cependant, le terrain ne permet pas de grandes opérations : aucune route carrossable pour traverser des sommets caillouteux, désertiques ; une unique voie de pénétration, impraticable deux mois et demi par an, tandis que les autres routes ne peuvent être empruntées que durant l’été ; enfin, pour traverser le torrent de montagne qui sépare la région en deux, un seul pont sur soixante-dix kilomètres, régulièrement détruit par la fonte des neiges.

  • 97 Pavićević, « Crnogorsko-turski pregovori », p. 392. La situation n’aura guère changé en 1870, car l (...)
  • 98 Cité chez Kornrumpf, « Einige osmanische Dokumente über Topal Osman Pascha », p. 201.

57La population orthodoxe jetait sur la présence ottomane un regard dont n’était pas absente toute sympathie, ainsi que nous l’apprennent différentes sources, et non des moindres. Giljferding (1831-1872), lorsqu’il visita la région en 1855, affirma que tout le mal venait des garnisons d’Albanais qui avaient été nouvellement placées à cette époque ; sinon, l’entente cordiale qui régnait satisfaisait l’une et l’autre partie, et les habitants de Piva ne vivaient pas en bons termes avec les Monténégrins, car ceux-ci venaient piller leurs troupeaux. Des rapports ottomans témoignent de cette inimitié : début 1868, lors des pourparlers engagés à Sarajevo entre l’Empire et le prince Nikola (1841-1921), une délégation d’habitants de Piva se rend dans la capitale du vilayet pour faire acte d’allégeance au pacha, qui les reçoit fort attentivement et répond positivement à toutes leurs doléances97. Un émissaire prussien, Franz Maurer, rencontre lui aussi, en juin de la même année, une députation de chrétiens de ces régions qui déclarent vouloir librement se soumettre aux autorités ottomanes98.

  • 99 Tomić, « Piva i Pivljani », p. 406.
  • 100 Tomić, « Piva i Pivljani », p. 400-403.

58Mais l’édification de tours de garde qu’entreprit l’Empire à la suite des pourparlers se heurta à la résistance croissante des orthodoxes, car les troupes ainsi que les journaliers employés à la construction étaient entretenus à leurs frais99. Des tensions quasiment ingérables s’installaient et, devant ce défi administratif, personne parmi les fonctionnaires ne se montrait désireux de relever le gant. Bien que l’organisation clanique ne fût pas aussi resserrée que dans les Drobnjaci et que les musulmans y conservassent une présence relativement importante, aucun représentant du pouvoir légitime, depuis la paix de 1862 jusqu’en 1868, ne s’est aventuré jusqu’ici100.

  • 101 AHM OZ 1323, 1286/1870-1871.

59En février 1870, à sa nomination, la déception dut donc envahir Ibrahim Bey. Hazim Korkut, son condisciple et le fils de Muhamed Korkut, lui écrivit pour le féliciter en reconnaissant que ces nouvelles fonctions ne correspondaient pas à ses capacités et formula le vœu qu’elles représentaient seulement la première marche vers des responsabilités plus importantes ; il ajoutait que son père priait pour lui101.

  • 102 Hadžić, Pljevaljski muftija Šemsekadić, p. 4-5.
  • 103 AHM OZ 1325, 25 shubat 1286/9 mars 1871 ; voir aussi AHM OZ 1310, 1286/1870-1871.

60Les musulmans de l’endroit ne devaient pas non plus enthousiasmer Ibrahim Bey. À Pljevlje, le moufti est Mehmed Vehbi Šemsekadić (1827-1887), un homme aux antipodes de Korkut, fortement conservateur, peu instruit, au caractère indomptable102. Ibrahim Bey posa donc sa démission moins d’un mois plus tard, en mars 1870. On la lui refusa, en promettant que la demande serait examinée lorsque le vizir viendrait et qu’on lui trouverait alors un poste qui correspondît mieux à ses capacités103.

  • 104 Dans tous les documents à ma disposition, Safvet-beg Bašagić est né à Nevesinje ; lui-même le chant (...)
  • 105 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 15.
  • 106 AHM OZ 1353, 1288/1871-1872.
  • 107 AHM OZ 1256, 9 recep 1289/12 septembre 1872.
  • 108 AHM OZ 1349, 15 rebiulahir 1291/1er juin 1874.
  • 109 AHM OZ 1344, 23 djumadu-l evvel 1291/8 juillet 1874.
  • 110 AHM OZ 1389, 1292/1875-1876.
  • 111 Ždralović, dans Bosansko-hercegovački prepisivači I, p. 12-13, semble sous-entendre que l’occupatio (...)

61Le 6 mai 1870, son épouse donna le jour à un petit garçon, qui reçut le nom de Safvet. Il naquit dans le konak de Nevesinje104. D’après Hamdija Kreševljaković, il renouvela sans succès sa lettre de démission et ce n’est qu’à la troisième récidive qu’il obtint sa mutation105. Jusqu’en mars 1874, on ignore ce qu’il fit d’un point de vue professionnel. Il semble avoir participé à l’administration juridique de sa région, ainsi qu’en témoigne une lettre qu’il adressa à son frère aîné en 1871-1872106. Durant ces quelque trois ans, il entretint une correspondance régulière avec Derviş Muhamed Korkut. Ce dernier le charge en septembre 1872 de régler une affaire de succession pour des terrains qu’il possède encore dans la région de Blagaj107, lui donne des nouvelles de sa santé en juin 1874108, le remercie, en juillet de la même année, pour une lettre qu’il lui a envoyée tout en le priant de continuer à lui écrire109, enfin le félicite pour sa nomination à Foča en juillet 1875110. Cette correspondance est assez remarquable lorsqu’on connaît le peu d’enthousiasme que la population locale manifestait à prendre la plume ; elle montre qu’Ibrahim Bey et Korkut appartenaient à la sphère des rares lettrés, aussi bien musulmans que chrétiens, qui vivaient en Bosnie et en Herzégovine à l’époque111. C’est aussi le signe d’une amitié intime, dont les liens ne s’étaient pas relâchés avec l’éloignement.

  • 112 Le développement qui suit est uniquement tributaire d’Antun Hangi, Život i običaji Muhamedanaca, 19 (...)

62La vie familiale dut en partie accaparer le jeune père : il fallait accompagner les premiers pas de son aîné dans la vie et la foi islamique. On en reste au stade des conjectures lorsqu’on veut savoir avec précision quelles furent les grands événements qui marquèrent l’enfant et quand ils eurent lieu. On peut seulement se rappeler quelques étapes importantes qui jalonnaient alors la vie de tout enfant musulman en Bosnie-Herzégovine112. À l’âge de deux ans, les petits garçons recevaient un fès, une culotte et un pantalon, ainsi qu’une ceinture de couleur rouge, que Safvet, fils de bey, portait tissée en soie (traboloz) ; les enfants avaient en outre aux pieds une sorte de babouches (jeminije, firale). Dans une période qui s’étalait entre un et neuf ans, le garçon était circoncis ; afin de rendre l’opération moins pénible, on essayait cependant de l’exécuter le plus tôt possible, généralement entre trois et cinq ans. La cérémonie avait lieu un vendredi et c’était l’occasion de grandes réjouissances familiales. Avant que de rien commencer, on partageait un grand repas, au terme duquel le barbier et le parrain de circoncision, qui avait apporté un habit noir à son filleul, se prosternaient à deux reprises avant de procéder à la circoncision elle-même. En signe du don de Dieu, l’enfant recevait alors une petite somme d’argent.

  • 113 Mandić, Povjest okupacije, p. 22. Mihovil Mandić (1871-1948) a selon toute probabilité recueilli le (...)

63Pour revenir à Ibrahim Bey, les affres ultimes de la province allaient cependant encore secouer sa carrière. Topal Osman Paşa était parti de Bosnie en juin 1869 ; le relayèrent des personnalités bien moins brillantes. En l’espace de neuf ans, quinze vizirs se succédèrent, empêchant toute action bien cadrée. Il ne semble pas exagéré de dire que la province tout entière sombrait dans le chaos. À partir de 1873, les fonctionnaires ne recevaient plus leur paye que sporadiquement ; ils devaient le plus souvent se contenter des seuls mots « para yok » (il n’y a pas d’argent), et se voyaient forcés d’avoir recours à des agents de change113.

  • 114 AHM OZ 1347, 22 kanun-ul evvel 1289/3 janvier 1874. Je cite Bajraktarević : « s obzirom na važnost (...)
  • 115 Hodžić, « Učešće Bosne i Hercegovine », p. 161-191.

64Nonobstant sa démission, le conseil du vilayet renomma Ibrahim Bey à Piva en janvier 1874. Le gouverneur d’Herzégovine justifiait la décision par « l’importance de la région » de Piva114. Mais le bey ne dut probablement pas accepter de bon cœur. En général, la famille ne s’impliquait pas avec toute la bonne volonté possible dans les affaires provinciales à cette époque. En effet, afin de préparer l’Exposition universelle de Philadelphie, prévue pour 1876, les autorités ottomanes décidèrent la collecte d’objets folkloriques et de produits des artisanats locaux dans une partie de l’Empire ; l’opération fut achevée en été 1874 pour la Bosnie, un peu plus tard pour l’Herzégovine ; mais aucun Bašagić, aucun Redžepašić ne figurent dans les listes de prêteurs, pourtant nombreux115. Cette absence est significative dans la mesure où, pour des expositions ultérieures, la famille (dont Ibrahim Bey) prêtera certains de ses objets.

5. Conclusion

65La formation juridico-religieuse spécifique que reçut Ibrahim Bey en faisait un architecte idéal du renouveau de l’Empire. Il répond dans ses grandes lignes à ce que l’historien Bernard Lewis a affirmé du nouveau fonctionnariat :

  • 116 Lewis, Islam et laïcité, p. 117.

La nouvelle classe de fonctionnaires sortis des écoles était souvent ignorante, superficielle et corrompue ; un fossé toujours plus large la séparait de ses administrés ; mais cela valait mieux, malgré tout, que l’outrecuidance obscurantiste de ceux qu’ils remplaçaient. Et parmi ces nouveaux fonctionnaires, il y avait une forte proportion d’hommes loyaux, intègres et responsables qui comprenaient vraiment les problèmes et les difficultés de leur pays et étaient déterminés à les affronter et à les surmonter116.

66Le nouveau cours politique en Bosnie-Herzégovine, auquel il fut étroitement associé grâce à Korkut, fit cependant miroiter à Ibrahim Bey une carrière qui, à sa grande déception, ne se réalisa pas immédiatement. Son ambition se contentait mal de l’horizon borné de la vie provinciale, retombée dans le chaos après le vizirat de Topal Osman Paşa. L’Herzégovinien attendait son heure. Comme nous allons le voir, une suite d’évenements indépendants de sa volonté la feraient sonner, et il n’y resterait pas sourd.

C. Foča et l’insurrection de 1875

  • 117 Sur la question, consulter Petrović (éd.), Međunarodni naučni skup povodom 100-godišnjice ustanaka (...)
  • 118 Dedijer, Hercegovina, 1991, p. 98.
  • 119 À ce propos, voir l’excellent article de Hadžibegić, « Turski dokumenti o početku ustanka », p. 85- (...)
  • 120 À propos du caractère éminemment social, et non national, de l’insurrection, je retiendrai cette ph (...)

67Bientôt allait en effet éclater en Herzégovine une insurrection qui porterait à sa maturité ce que l’historiographie a coutume de désigner comme la seconde phase de la question d’Orient. Avec l’aide de nombreux volontaires venus de divers pays (Monténégro, Serbie, Italie, France, Russie notamment), la population orthodoxe d’Herzégovine puis de Bosnie allait durant trois ans tenir tête aux forces ottomanes, profitant de la montée des nationalismes du xixe siècle117. Elle profitait également de son accroissement numérique, dont les causes sont finement analysées par Dedijer118. Il ne faut pas pour autant se tromper : les revendications étaient tout d’abord économiques (allègement des impôts et loyers sur la terre) et, secondairement, sociales (disparition de la tyrannie (zulum) dont l’oppressaient certains musulmans – locaux ou venant d’autres provinces ottomanes, en décider reste problématique119). Ces deux généralités valent pour l’ensemble de la période et forment le socle sur lequel repose la question agraire en Bosnie-Herzégovine de 1800 à 1918. Sans nier qu’il ait également existé des aspirations nationales pro-serbes chez un certain nombre de chefs orthodoxes de Bosnie et d’Herzégovine, ou encore des raisons de combattre qui faisaient coïncider l’islam à une situation sociale privilégiée, ces deux autres aspects sont à reléguer à l’arrière-plan, comme peuvent nous en persuader les écrits d’époque – articles de presse, mémoires, documents d’archives ou encore correspondance. C’est par la suite qu’une interprétation rétrospective fera de ces combats une lutte nationale ou une lutte des classes120.

1. Position des Bašagić dans le conflit

  • 121 On prêtera moins d’attention à l’engagement de certains musulmans de condition bien plus modeste da (...)
  • 122 Ljubibratić et Kruševac, « Prilozi za proučavanje », p. 201.

68S’il est hors de doute que les fonctionnaires ottomans n’étant pas d’origine bosniaque ou herzégovinienne se rallièrent immédiatement à la cause d’Istanbul, il est assez difficile de se faire une idée de la position que prirent les musulmans locaux. Depuis un certain temps déjà se répandait chez certains beys l’idée que la Serbie, principauté autonome depuis 1833, pourrait leur assurer en Bosnie et/ou en Herzégovine une domination plus confortable et la disparition d’un fonctionnariat jugé étranger121. En 1863, Mićo Ljubibratić (1839-1889), qui participe aux insurrections à la tête desquelles se trouve Luka Vukalović, parvient à mettre de son côté l’un des beys les plus puissants de l’époque, Ahmet Bey Resulbegović, lequel lui promet son aide contre les autorités ottomanes, à condition qu’on respecte ses propriétés terriennes et sa religion. Le point de vue intime de Ljubibratić sur ce point est assez clair : « En Herzégovine ainsi qu’en Bosnie, les premiers Turcs [i. e. Musulmans, NdA] sont les descendants de la noblesse serbe islamisée. Si l’État serbe n’avait pas été ruiné, ce seraient des nobles orthodoxes122. »

  • 123 Giljferding, Putovanje, p. 48 ; Hasan M. Rebac, « Naši muslimani za vreme hercegovačkog ustanka », (...)
  • 124 Ekmećić, Ustanak u Bosni, 1973, p. 47. Les beys sont les suivants : à Travnik, Hacı Mula Efendi et (...)
  • 125 Ljubibratić et Kruševac, « Prilozi za proučavanje hercegovačkih ustanaka », p. 202.
  • 126 Šljivo, Bosna i Hercegovina 1849-1853, passim ; voir aussi Mitrović et Kreševljaković, Izvještaji i (...)

69Du côté musulman, ce ne sont pas ces considérations historiques qui habitent tous les esprits, pourtant. Par exemple, Hamza Bey Rizvanbegović de Stolac, qui fit un peu avant 1875 de fracassantes déclarations pour que l’Herzégovine fût rattachée à la Serbie, avait affirmé en 1855 que ses ancêtres étaient d’origine anatolienne. Cet apparent paradoxe s’éclaire si l’on voit que Hamza Bey était tenaillé par la soif de pouvoir : dans sa déclaration de 1875, il écrivait de façon péremptoire qu’il était le chef de la Bosnie-Herzégovine123. Il n’y a pas ici de ralliement autre qu’occasionnel, du côté de celui qui promet le plus : la Serbie et le Monténégro. C’est à peu près la même attitude qu’on devine chez un certain nombre de beys bosniaques en 1870, qui furent gagnés à la cause serbe par un commerçant orthodoxe de leur pays124, ou encore chez les sept beys aux noms inconnus que Ljubibratić affirme avoir à ses côtés en 1872125. Nous pouvons voir là la conséquence des interventions d’Ömer Paşa Latas en 1850-1851 : une volonté de se passer du pouvoir central, utilisant le panslavisme et l’idée yougoslave pour arriver à ses fins. Latas avait déjà pointé du doigt le danger des développements du panslavisme parmi les musulmans et lutté contre lui126.

  • 127 Vasilj Popović cite expressément, d’après des témoignages parus dans le Times du 15/12/1875, Ali Be (...)
  • 128 Hasan M. Rebac, « Naši muslimani za vreme hercegovačkog ustanka », in Spomenica o hercegovčkom usta (...)
  • 129 Kapidžić, Zastava 3, p. 177.
  • 130 Hasan M. Rebac, « Naši muslimani za vreme hercegovačkog ustanka », p. 57-58.
  • 131 Kosanović, « Crte iz Bosne », p. 253. En 1865, alors qu’il appartenait encore au monastère de Žitom (...)
  • 132 Šobajić, « Dabarsko polje u Hercegovini », p. 15 et 31-32.
  • 133 Outre ceux que j’ai exposés, on trouvera encore quelques arguments en faveur de cette idée chez Šef (...)

70À l’échelle de Nevesinje, tous ces éléments se recoupent de façon complexe dans l’opposition désormais bien établie entre Redžepašić/Bašagić et Ljubović. Il faut en effet noter que l’insurrection de 1875 prit son véritable essor à partir de la fin du mois de juin 1875 à Nevesinje, et que sa cause immédiate tient dans les prétentions fiscales abusives des agas locaux, qui ont à leur tête divers Redžepašić/Bašagić ainsi qu’un autre musulman bien connu à Nevesinje, Salih Forta127. Dans la lutte qui s’engage, ces fortes têtes se positionnent du côté de la Porte, laquelle tend à la conservation des territoires que menacent Monténégro et Serbie. À l’inverse, les Ljubović vont faire preuve d’une grande compréhension envers les paysans à qui ils louent leurs terres : l’un d’entre eux les leur cède à des conditions très avantageuses128, un autre les aide en les ravitaillant en bétail et leur fournit des chevaux129. Et lorsque Ljubibratić, dont la grande idée reposait dans l’unité slave contre les Ottomans de sang turc, convoqua les chefs musulmans d’Herzégovine pour faire front commun en août 1875, seuls deux beys répondirent présents à l’appel, dont Bećir Bey Ljubović130. Bien auparavant, la sympathie de certains Ljubović pour l’orthodoxie herzégovinienne était fameuse131, et celle d’un des leurs pour l’idée politique serbe le poussera à émigrer à Belgrade après 1878, démarche qui demeure tout à fait exceptionnelle parmi les musulmans bosno-herzégoviniens à cette période. Si l’on s’obstine à chercher un peu plus loin dans l’histoire, on verra enfin qu’à partir du xviie siècle, il existait non loin de Nevesinje, à Dabar, une famille d’orthodoxes islamisés dont le premier ancêtre musulman avait usurpé le nom des Ljubović, ce que les véritables porteurs du nom avaient accordé après compromis132. Cet ensemble de faits133 jette suffisamment de lumière sur l’amitié que cette famille musulmane cultivait envers les orthodoxes pour affirmer que la politique pro-serbe de Mićo Ljubibratić suscitait en elle un intérêt plus que passager.

  • 134 Koetschet, Aus Bosniens letzter Türkenzeit, p. 6-7.
  • 135 Balić, « Život i djelovanje muftije Karabega », p. 211 ; Hasandedić, Mustafa-Sidki ef. Karabeg, p.  (...)

71À Sarajevo, le vali İbrahim Derviş Paşa (1812-1896) se laissa émouvoir par ces troubles qui trahissaient une organisation mieux ficelée que lors des précédents soulèvements armés. Il se résolut immédiatement, à la fin du mois de juin, à envoyer deux émissaires en pourparlers à Nevesinje : l’orthodoxe Petraki T. Petrović (1833- 1906) et le musulman Haydar Bey Čengić (m.1910 – c’était l’oncle d’Almasa, l’épouse d’brahim Bey), tous deux membres du conseil de vilayet. Selon Jozef Koetschet (1830-1898), un médecin suisse installé à Sarajevo depuis 1864 et l’un de nos meilleurs informateurs pour les dernières décennies du pouvoir ottoman en Bosnie et en Herzégovine, l’envoi de Haydar Bey fut une erreur de calcul magistrale : non seulement l’homme était brutal et belliqueux, mais il était proche parent des Bašagić et de ce fait n’apaiserait en rien la situation (il sous-entend donc que les intérêts familiaux prévalaient sur les intérêts de la communauté religieuse). On ajoutera que les Čengić tenaient de très nombreuses propriétés aux alentours de Nevesinje, Gacko, Foča, ou encore Piva, et qu’ils étaient de ce fait impliqués dans l’exaspération des paysans chrétiens. La députation rentra rapidement bredouille134. Obéissant aux ordres d’Istanbul, Derviş Paşa limogea également Karabeg, le moufti de Mostar, car l’opinion chrétienne s’énervait de sa présence ; après la capitale impériale, le dignitaire musulman partit donc pour La Mecque, dont il ne revint qu’une dizaine de mois plus tard135.

2. Une surenchère d’innovations administratives

  • 136 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », Gajret 10 (1926), 5, p. 66 ; Bašagić, « Nevesinju », T (...)
  • 137 M. Žerajić, « Nevesinje u 1874.-1875. godini », in Spomenica o hercegovčkom ustanku, p. 76.
  • 138 Je n’ai trouvé ce détail que chez Željko Raguž, qui n’indique pas sa source – laquelle doit cependa (...)
  • 139 Bašagić, « Zalom-Palanci », Trofanda, p. 16.

72Ibrahim Bey se trouvait à Nevesinje en juin et juillet 1875 : son fils affirmera plus tard que, bien qu’alors âgé de cinq ans, il se souvenait du départ de l’insurrection, et à le lire on perçoit le traumatisme que cet événement a représenté pour l’enfant qu’il était alors136. Incidemment, cette présence prouverait qu’encore une fois Ibrahim Bey n’était pas très assidu à son poste de gouverneur de Piva. Safvet-beg Bašagić dit également qu’il vit l’arrivée des soldats envoyés par voie maritime par la Porte en juillet et août suivants ; on sait qu’ils patrouillaient et surveillaient de près les déplacements des Ljubović137. Bien qu’un Redžepašić prît une part active dans l’organisation locale des musulmans contre les orthodoxes, la demeure beylicale ne fut pas inquiétée : les bâtiments actuels n’ont apparemment pas souffert de dégât, et la mosquée de l’Empereur, située à quelques dizaines de mètres, fut la seule de Nevesinje à n’avoir pas été détruite, parce qu’elle était trop éloignée du centre-ville138. En revanche, les paysans détruisirent une ultime fois la tour de Zalom, alors qu’elle avait été reconstruite après les événements de 1831-1832139.

  • 140 Cat. Esih 179, 17 mayıs 1291/29 mai 1875.
  • 141 Hadžibegić, « Turski dokumenti », p. 86-87.

73On peut supposer qu’Ibrahim Bey songeait à sa démission encore au début du printemps, car il se fit délivrer en mai par le conseil du sandjak d’Herzégovine, où siégeaient notamment l’évêque catholique et le métropolite orthodoxe, une attestation de solvabilité140. Ce document, que ne vient commander aucune circonstance aggravante puisque l’insurrection n’avait pas encore éclaté et qu’Ibrahim Bey n’était pas censé quitter son poste, semblerait montrer que celui-ci avait de l’influence dans les plus hauts cercles du sandjak, ou encore qu’il accomplissait effectivement son travail avec toute l’honnêteté qu’on était à même d’attendre de lui. Peut-être aussi avait-il senti la crise pointer : il est très probablement le co-auteur d’un rapport daté de juin sur la situation dans la région de Nevesinje et Piva, où il souligne les dangers des menées des différents chefs orthodoxes de Nevesinje. Sans que soit prévue, selon lui, une attaque du Monténégro dans l’immédiat, les termes dont il use sont suffisamment éloquents pour montrer combien il est conscient de l’ampleur de la crise141.

  • 142 AHM OZ 1350, 25 hazıran 1291/7 juillet 1875. Voir également « Vilajetske vjesti », Bosna 10 (1875-1 (...)
  • 143 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.
  • 144 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar 3 (1902-1903), 15, p. 237.

74Sa demande de mutation fut exaucée : début juillet, le sous-préfet du canton de Foča démissiona et on lui offrit le poste vacant142. Ce cadeau n’en était pas un, car le soulèvement gagna rapidement l’Herzégovine septentrionale, puis la Bosnie. Malgré tout, alors qu’il ne mentionne pas Piva, Safvet-beg Bašagić indique qu’il vécut à Foča – son père ressentit donc une relative satisfaction puisqu’il s’est rendu à ce nouveau poste143. C’est probablement en l’occupant qu’il devint conseiller d’Ahmet Muhtar Paşa (1839-1919), le maréchal chargé des opérations contre les rebelles, et qu’il participa à la commission chargée de pacifier ceux-ci. Il entra également dans la composition d’une autre commission, chargée d’évaluer les dégâts causés par les combats144.

  • 145 Šabanović, Bosanski pašaluk, p. 234 ; Halilagić, Bosna i Hercegovina i Crna Gora, p. 94.
  • 146 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 15 ; J. M. Č., « Ibrahim be (...)
  • 147 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 16.

75À nouveau, on perd sa trace jusqu’en 1876, année à laquelle la piste repart mais s’embrouille, faute de documents datés avec exactitude. En décembre 1875, on sépara l’Herzégovine de la Bosnie pour en faire deux vilayets indépendants ; ainsi liquiderait-on plus rapidement l’insurrection, pensait-on à Istanbul, en donnant satisfaction à certaines revendications des insurgés et du Monténégro145. Ibrahim Bey entra dans l’administration du nouveau vilayet d’Herzégovine : on le nomma juge de cassation aux affaires civiles (quoique étonnante au regard de sa formation, cette fonction est bien celle du mümeyyiz) au Haut-Tribunal de Mostar, à la tête de la section qui traitait des contestations foncières et des réparations civiles (traduction de meclis temiz-ıkık)146. Il s’installa avec femme et enfants (Safvet-beg et deux petites filles, Munira et Zineta) à Mostar147.

  • 148 Fajić (éd.), « Husein Bračković », p. 184.
  • 149 AHM OZ 1186, 1292/1876-7. Il se rendit à son nouveau poste après s’être fait délivrer le traditionn (...)
  • 150 AHM OZ 1348, non daté ; Koetschet, Aus bosniens letzter Türkenzeit, p. 39.

76Cependant, le tribunal ne vécut pas beaucoup plus d’un mois148. Une nouvelle nomination attendait notre homme, à la tête du canton de Ljubuški149 – où il gouverna au minimum durant le laps de temps mars-novembre 1877. Pour obtenir ce poste, il était passé avant novembre 1876 devant une commission administrative qui l’avait admis aux examens de fonctionnaire de seconde classe. Celle-ci était présidée par Paşko Wassa Efendi, l’aide de camp de Cevdet Paşa en 1863, qui était venu à Mostar avec la mission de contrôler l’application des réformes voulues par l’Autriche-Hongrie150.

  • 151 Bled, François-Joseph, p. 409-412 ; Mustafa Imamović, « Bosna između Osmanske i Habsburške carevine (...)

77En effet, Andrássy (1823-1890), le ministre des Affaires étrangères austro-hongrois, avait lancé l’idée en décembre 1875 que les Puissances fissent front commun pour demander à la Porte des réformes en Bosnie-Herzégovine, profitant de l’insurrection qui gagnait en ampleur pour s’immiscer toujours plus dans les affaires intérieures de l’Empire. Certes, Andrássy, poursuivant la politique conservatrice de Metternich, ne désirait pas démanteler l’Empire ottoman ; mais devant la ruine intérieure de celui-ci, il se tenait prêt. De plus, les cercles militaires de Vienne et François-Joseph lui-même désiraient plus ou moins ouvertement que la Bosnie-Herzégovine soit rattachée à l’Empire. L’empereur avait visité la Dalmatie au printemps de cette année-là, n’ignorant pas que ce déplacement serait interprété comme la manifestation des vues impériales sur les territoires qui se préparaient à la révolte. Les deux principales réformes demandées étaient l’application des lois concernant l’égalité religieuse et l’abolition de l’affermage des impôts. La note qu’il rédigea échoua cependant parce que les Tories, alors à la tête de la diplomatie britannique, étaient favorables au statu quo sur la question ottomane. En mai 1876, Bismarck (1815-1898), Gortchakov (1778-1883) et Andrássy se réunirent à Berlin afin de lancer une nouvelle action commune, ce qui échoua à nouveau ; mais Andrássy obtint que les réformes soient appliquées151.

3. Conclusion

  • 152 Luka Grđić Bjelokosić, « Iz muhasere. Crtica iz hercegovačke prošlosti », Sarajevski list 17 (1894) (...)

78Un rapide coup d’œil sur les mouvements décrits ci-dessus amènera le lecteur à en conclure qu’Ibrahim Bey évolua en plein chaos durant toute sa carrière de fonctionnaire, peut-être de façon un peu plus confortable que certains de ses collègues car il possédait des terres. Nul doute que les efforts répétés de la guérilla monténégrine portent la responsabilité de ces troubles, mais aussi l’incapacité que la Porte révéla à gérer l’humeur des musulmans en les encadrant efficacement. Cette situation ne pouvait déboucher sur rien d’autre qu’un jeu de cache-cache sanglant entre gendarmes (zaptiye) et haïdouks. Mais les choses se concrétisèrent dangereusement en juillet 1876, quand le Monténégro et la Serbie déclarèrent la guerre à l’Empire. Le spectre russe planait derrière eux. Il n’avait auparavant été question, pour la diplomatie internationale (note Andrassy du 30 novembre 1875), que de favoriser les réformes agraires et de conserver le statu quo territorial sur la Turquie d’Europe. Maintenant, il s’agissait de reprendre la Bosnie et l’Herzégovine aux Ottomans. Non loin de Nevesinje, à Gacko, les musulmans prennent la mesure de cette nouvelle dimension internationale et s’apprêtent à résister aux troupes ennemies jusqu’à la dernière goutte de sang152. À Istanbul, on n’est pas dupe et l’on sait que la perte de ces territoires est assurée, à moins de forcer la main du destin.

D. Député au parlement ottoman153

  • 153 Pour cette sous-partie, consulter Herzog et Sharif (éds), The First Ottoman Parliament.

79Alors que les grandes puissances menaient des pourparlers à Istanbul afin de porter un terme à l’insurrection herzégovinienne, aux troubles de Bulgarie et à la guerre serbo-turque, le nouveau sultan Abdülhamid (1842-1918) fit proclamer une constitution. On en était au premier jour des négociations, le 23 décembre 1876. La surprise fut profonde. Rédigé sur le modèle des grandes constitutions européennes, en particulier de celle qui était en vigueur en Belgique, le texte prévoyait une représentation émanant de toutes les provinces, chargées d’élire des députés qui parleraient non pas en leur nom mais qui représenteraient chacun l’ensemble des peuples de l’Empire. Un parlement devait se réunir aussitôt que les élections auraient eu lieu. En réalité, elles s’étaient déjà déroulées dans certaines provinces, comme en Bosnie et en Herzégovine, où fin novembre tout était décidé.

1. Élection d’Ibrahim Bey pour la première session

  • 154 « Privremeno uputstvo », Bosna 11 (1877-1878), 544 (27 novembre 1877), p. 1-2.

80Fin novembre 1876 fut publié dans le journal Bosna (La Bosnie) le décret qui instituait le « conseil général de l’Empire », nom qui masquait le changement de régime qui se préparait154. Le système électoral mis en place laissa les mains libres aux valis provinciaux pour choisir des personnalités à leur goût. Les vizirs avaient un droit de regard intangible sur les élus, particulièrement en Bosnie où le gouverneur avait soumis à la simple approbation des conseils de kadılık et de kaymakamlık une liste de candidats préparée par le conseil administratif central. De plus, dans cette province, seules trente-cinq personnes jouissaient du droit de vote passif. En effet, si elles n’expliquent pas un nombre aussi restreint, certaines des conditions d’éligibilité ne permettaient pas une grande concurrence : ne pas être au service d’un privé, connaître l’ottoman (très peu parlé en Bosnie et en Herzégovine), ne pas avoir mauvaise réputation. Ainsi, les élections eurent lieu dans l’indifférence la plus totale au sein de la population, qui de plus n’avait pas de réelle idée du système représentatif et s’imaginait ce parlement à la ressemblance des impuissants conseils locaux. À leur instar, les éligibles y demeurèrent étrangers, car désignés plutôt qu’élus et dépourvus de toute expérience en matière de campagne électorale. Il n’y eut pas de luttes en coulisse.

  • 155 AHM OZ 1309, non daté. Il y eut peut-être quelques spéculations sur l’élection du député herzégovin (...)

81Comme l’Herzégovine formait une province indépendante de la Bosnie, les élections s’y déroulèrent indépendamment tout en suivant les mêmes principes. Le premier d’entre eux était qu’on devait avoir une représentation égalitaire par millet, et non à la proportionnelle de chaque groupe religieux. Ainsi était-il prévu deux représentants musulmans et deux chrétiens. Le second, tout aussi caractéristique, était que les députés furent moins élus que désignés par le gouverneur. Si l’on sait qu’Ibrahim Bey fut élu « à la majorité » par le conseil de vilayet, cela ne prouve pas que cette majorité n’eût été orientée selon les désirs du vizir Ali Paşa155.

82Les élections eurent lieu dans l’indifférence générale : la population en avait assez des réformes qui, dans leur application, restaient lettre morte ; de plus, la guerre avec la Serbie et le Monténégro avait plongé la Bosnie et l’Herzégovine au cœur de la tourmente, si bien qu’on n’avait pas du tout l’esprit tourné vers Constantinople.

  • 156 AHM OZ 1240, 17 shubat 1292/1er mars 1877 ; Skarić, Sarajevo i njegova okolina, p. 276.
  • 157 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 16.

83Les députés de Bosnie partirent le 19 février 1877 pour Istanbul ; si l’on considère qu’Ibrahim Bey se joignit à ceux d’Herzégovine, ceux-ci partirent une dizaine de jours plus tard, le 1er mars, se rendant dans la capitale de l’Empire par voie de mer à l’embarquement de Dubrovnik156. Il quittait sa famille, installée à Mostar157, ainsi que son « maître spirituel », Korkut, qui mourut le 5 mars – on ignore l’impression que lui laissa cette nouvelle, quand il l’apprit.

2. Rôle durant la première session

84Istanbul. La ville s’offrait à lui, non pour la première fois, peut-être. Ne doutons point qu’il débarquât le cœur balançant entre appréhension et expectative ; son amitié pour les Jeunes Ottomans disait déjà qu’il n’appartenait pas au groupe des sceptiques et des médisants, mais que ce Parlement représentait pour lui l’issue attendue de l’aporie politique où l’État ottoman était coincé.

  • 158 Davison, Essays in Ottoman and Turkish History, p. 107 ; Devereux, The First Ottoman Constitutionna (...)
  • 159 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », p. 239.
  • 160 Devereux, The First Ottoman Constitutionnal Period, p. 156-159.

85La séance d’ouverture eut lieu le 19 mars. Abdülhamid, qui ne jouissait pas de la confiance générale, exhorta les soixante et onze députés à « une coopération réelle et intelligente », ce qui n’eut guère d’effet. Avec un bel ensemble, les historiens anglo-saxons soulignent que ceux-ci furent, à la surprise générale, plutôt compétents, en dépit de leur inexpérience, parce qu’ils surent se montrer critiques vis-à-vis du gouvernement158. On peut en effet prendre ce signe comme preuve de la bonne circulation représentative mise en place par le parlementarisme, censé donner la parole à tous les avis et instituer un débat général. Ibrahim Bey s’inséra aisément dans ce nouveau jeu politique puisqu’il fut désigné secrétaire du club des députés « rouméliotes » (venant des Balkans) et, surtout, fit partie de la commission d’élaboration des réformes159. Malheureusement, aucun document ou article consulté ne détaille l’existence de ces deux formations parlementaires ; on peut supposer qu’étant donné l’immaturité politique générale des représentants et les dangers imminents, ils furent formés sous l’égide du président de la Chambre, le grand vizir Ahmet Vefik Paşa (1823-1891), personnalité inflexible, parfois despotique, admiré cependant parce que non corrompu et qui, dirigeant le travail des députés d’une main de fer, assura le bon déroulement des débats160. Cela dit, la lecture de Hakkı Tarık Us (1889-1956), qui a compilé à partir de diverses revues stambouliotes les protocoles du Parlement, nous persuade que les députés de Bosnie et d’Herzégovine ne prirent que fort rarement la parole durant la première session, qui se déroula du 19 mars au 28 juin 1877. Pourtant, au cœur des débats, il s’agissait entre autres de donner une autonomie administrative à la Bosnie et à l’Herzégovine, et de maintenir le statu quo sur la Serbie et le Monténégro, car les Puissances faisaient pression sur ces points.

  • 161 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 71.

86L’ambiance était à l’inquiétude ; elle tourna rapidement à la frayeur. La Serbie avait signé la paix au début du mois de mars 1877, mais le Monténégro avait poursuivi les hostilités. Il posait comme conditions des satisfactions territoriales vers l’Albanie ; les députés de cette province protestèrent le 29 mars, arguant que le puissant Empire ne devait pas céder le pas devant un pays minuscule comme le Monténégro, qui n’était pas encore tout à fait émancipé de la tutelle de l’Empire. Ils parvinrent à rallier à leur cause l’ensemble de la Chambre, et Ibrahim Bey, qui avait peur des revendications monténégrines sur l’Herzégovine et la ville de Nikšić, proposa le 2 avril un texte dans ce sens161.

  • 162 AHM OZ 1314, 31 mart 1293/12 avril 1877. On ne trouve pas trace de cette proposition d’acte dans le (...)
  • 163 Très souvent, dans les minutes du Parlement, les députés d’Herzégovine sont notés comme venant de B (...)
  • 164 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 274-275.
  • 165 Hadžibegić, « Opsada Nikšića 1877 g. », p. 49-65 ; Halilagić, Bosna i Hercegovina i Crna Gora, p. 4 (...)

87On attendait, d’un moment à l’autre, qu’Alexandre II (1855-1881) prît l’initiative du conflit. Grâce à une convention secrète signée avec l’Autriche-Hongrie en janvier et complétée en mars, le souverain russe s’en était garanti la bienveillante neutralité en échange de la Bosnie-Herzégovine et l’assurance qu’on ne créerait pas un État slave compact. Il déclara la guerre le 19 avril. Rapidement, les opérations tournèrent au désastre pour l’armée ottomane, et la peur gagna la chambre et la population stambouliote. Du point de vue d’Ibrahim Bey et de ses congénères de Bosnie et d’Herzégovine, que la Russie orthodoxe se manifestât alors que le Monténégro poursuivait ses combats, cela signifiait que les violences dans leurs provinces allaient connaître une dangereuse recrudescence. Il semble que divers députés, voire Ibrahim Bey lui-même, aient mené une fronde pour s’opposer à l’alliance anglo-russe autour du Monténégro, et le support que ces pays apportaient à la principauté162. Leurs intuitions s’avérèrent exactes : en mai, un peu avant la clôture de la première session, les Monténégrins assiégèrent la ville de Nikšić, pomme de discorde entre Cetinje et l’Herzégovine. L’Empire montra peu de fermeté sur cette question, car les Puissances appuyèrent les revendications du Monténégro. Le 23 mai, les députés d’Herzégovine163 soumirent une interpellation où ils demandaient pourquoi l’armée avait échoué à organiser l’approvisionnement de Nikšić, apportant eux aussi leur pierre à la critique de l’administration ottomane164. Rien ne fut entrepris. Nikola, prince de Monténégro, boucla tout à fait la ville début juillet, et le siège se poursuivit durant tout l’été. Nikšić capitula le 7 septembre165.

  • 166 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, in Izabrana djela t. 4, p. 75 ; Ćorović, Mehmed beg Kape (...)
  • 167 AHM OZ 1261, 28 shevval 1294/4 novembre 1877.

88Le 28 juin, ce fut la clôture de la session. Les députés rentrèrent au pays. À Sarajevo, la situation politique s’était quelque peu modifiée et était devenue plus familière pour Ibrahim Bey : le nouveau vizir Ahmed Mazhar Paşa (m. 1891), un Stambouliote réformiste, arrivé en mai, avait dès sa prise de fonctions nommé Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški maire de la ville166. Toutefois, laissant là la capitale, Bašagić se rendit probablement très rapidement à Mostar et Ljubuški, dont il était encore responsable. On ignore l’état du kaza, durant l’été 1877, mais l’insurrection devait y continuer de façon plus ou moins larvée, alimentée par la propagande dalmate. Durant le siège de Nikšić, en septembre, Ibrahim Bey se soucia notamment d’en accueillir les musulmans réfugiés et les installa sur le territoire de sa juridiction, à la grande satisfaction de tous167.

3. La seconde session : élection, rôle

89La seconde session parlementaire devait s’ouvrir à la mi-décembre 1877 ; de nouvelles élections, selon la même procédure que pour la première session, renouvelleraient les mandats. La seule différence notable fut que l’Herzégovine ayant été entretemps rattachée à la Bosnie, il n’y avait désormais plus que quatre députés musulmans, au lieu des cinq de la première session. Bien qu’en Bosnie, on ait fait proclamer à la population le texte de la constitution au printemps, ces élections se déroulèrent dans une indifférence plus grande encore, en particulier en raison de la guerre avec la Russie, dont les inquiétantes avancées étaient à grand peine contenues par l’armée ottomane.

  • 168 AHM OZ 1313, sans date. Pour les problèmes liés à cette élection, voir Herzog et Sharif (éds), The (...)
  • 169 AHM OZ 1326, 20. X. 1293/1er novembre 1877. Dans ce document, on apprend qu’Ibrahim Bey passa devan (...)

90Ibrahim Bey n’avait pas été désigné pour cette seconde session ; mais Hafizadić déclina sa réélection et le conseil provincial bosniaque procéda à un nouveau scrutin, d’où sortit vainqueur Bašagić, à raison de quatorze voix du sandjak d’Herzégovine, deux de Travnik, une de Banja Luka et une de Sarajevo. Quel était le nombre de voix dont disposait chaque sandjak ? On l’ignore, mais c’est un fait qu’avec 19 électeurs, Ibrahim Bey devançait ses adversaires168. Il est possible que ce choix fut influencé par Cevdet Paşa, comme le laisse entendre un document de novembre 1877169 ; il est aussi possible qu’aient joué en sa faveur les liens étroits qui l’attachaient au nouveau vali de Bosnie, Ahmed Mahzar Paşa, qui gouverna du 25 avril 1877 au 12 juillet 1878.

  • 170 Ekmećić, Ustanak u Bosni, 1973, p. 260. Voir AHM OZ 1359, 1292/1876-1877 (erreur manifeste de lectu (...)

91Quoi qu’il en fût, Hafizadić n’avait pas été le seul à décliner son élection : le député orthodoxe, qui se trouvait à Vienne à ce moment, l’avait lui aussi refusée, et on avait désigné un catholique pour le remplacer. Que ces refus fussent motivés par l’absence de toute indemnisation sur place, ou même pour le voyage, comme l’a dit Milorad Ekmečić, on peut en douter, car Ibrahim Bey reçut avec son avis d’élection l’ordre de monter sur Sarajevo pour y recevoir une enveloppe de frais de déplacement170.

  • 171 AHM OZ 1326, 20 X. 1293/1er novembre 1877.
  • 172 AHM OZ 1261, 28 shevval 1294/4 novembre 1877 ; AHM OZ 1338, 23 X. 1293/4 novembre 1877 ; AHM OZ 132 (...)

92Ce nouveau mandat fut donné à la connaissance de Bašagić avant le 1er novembre171 ; après s’être fait délivrer des certificats de bonne administration et de solvabilité par le conseil municipal de Ljubuški et le cadi, comme c’était nécessaire pour sa légitimation de député, il partit le 5 ou le 6 novembre pour Sarajevo, ayant apprêté un long manteau noir et un pantalon de même couleur dans ses paquets – ou de quoi s’en procurer à Istanbul – comme on le lui enjoignait172.

  • 173 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar, p. 239.
  • 174 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 26.
  • 175 Devereux, The First Ottoman Constitutionnal Period, p. 164.

93La seconde session s’ouvrit le 14 décembre (et non le 13, comme prévu), sur fond d’apocalypse. La ville de Pleven, symbole de la résistance ottomane face aux Russes, était tombée le 10. La panique régnait. À nouveau désigné par les députés « rouméliotes » comme secrétaire de leur club parlementaire173, Ibrahim Bey est surtout élu secrétaire du parlement, lors de la séance préparatoire du 22 décembre174. L’article 8 des régulations internes prévoyait quatre secrétaires, dont l’élection se déroulait dans les mêmes conditions que celle du président et de la vice-présidence de la chambre – c’est-à-dire qu’ils émergeaient des députés, et qu’aucun pouvoir, fût-ce le sultan, n’avait droit de regard sur cette élection. Leur principal devoir était d’aider la présidence : s’assurer que la chambre était qualifiée pour voter, répartir le tour de parole, prendre les débats en sténographie et lire en début de séance les notes de la séance précédente (lecture qui, dans la pratique, incombait à des oulémas). Ils étaient également membres, ex officio, de toutes les délégations nommées par la chambre175.

  • 176 Devereux, ibid.
  • 177 Il semble que la rémunération des députés ait fait l’objet d’un compte rendu au Parlement (Us, Mecl (...)

94Furent nommés au poste de secrétaire, en même temps qu’Ibrahim Bey, des personnages qui appartenaient à des réseaux de pouvoir bien établis ou qui s’étaient distingués au cours de la première session, ou encore que l’opinion publique connaissait : Mustafa Bey, député de Salonique, membre de la majorité d’opposition ; Rasim Bey d’Edirne, personnage important parmi les députés ; et Emin Hilmi Efendi (m. 1883), sous-secrétaire de la province de Trébizonde au moment de son élection, auteur bien connu qui savait l’arabe et le persan en plus du turco-ottoman. Trois parmi ces quatre secrétaires venaient donc des Balkans, considérés à cette époque comme le cœur de l’Empire et effectivement au cœur de la tourmente militaire en ce mois de décembre. Devereux (1922-1999) n’a rien su dire à propos d’Ibrahim Bey176 ; à l’époque, celui-ci devait passer moins inaperçu qu’à la nôtre : les premiers mois de vie parlementaire avaient passé au crible la masse des députés et y avaient distingué les plus capables. Ces quatre hommes œuvraient sous la coupe de Hasan Fehmi (1836-1910), le président de la Chambre, qui avait lui-même été secrétaire durant la première session. Ils n’étaient pas davantage rémunérés que les autres députés177.

4. La seconde session : nature des débats

  • 178 Pour le contenu de ses interventions, outre Us, voir Balić, « Život i djelovanje muftije Karabega » (...)
  • 179 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 37-38.

95Les députés de Bosnie-Herzégovine ne prirent pas beaucoup plus la parole durant la seconde session ; n’intervenant le plus souvent qu’une seule fois, ils n’entrent pas dans les débats, hormis, à quelques rares occasions, le moufti Karabeg s’insurgeant contre l’agressivité de la Russie178. Cependant, dès la première séance, Ibrahim Bey mettait sur le tapis le sujet qui le préoccupait : les bisbilles du Monténégro et de l’Herzégovine. Il mettait en cause le rôle de l’armée ottomane dans le siège de Nikšić : elle avait fui la ville assiégée malgré les ravitaillements suffisants dont elle disposait. Il se défendait d’avoir de mauvaises intentions en abordant ce sujet, comme les députés de l’opposition le lui lançaient, mais émettait simplement le désir que de pareilles anomalies ne se reproduisissent plus. Le débat tourna court, dérivant sur l’incompétence du Parlement à traiter de telles questions sans l’aval du grand vizir et sans avoir examiné les racines du problème auparavant179.

96Dans cette assemblée encore inexpérimentée, il était naturel que bien des débats roulassent sur la forme plutôt que sur le fond et qu’on cherchât une légitimité à chaque parole émise. Les travaux avançaient à pas lents, ralentis d’autant encore par la guerre.

  • 180 L’anecdote est rapportée à deux reprises par Safvet-beg Bašagić, d’abord dans « Arifi-Hikmet beg Ri (...)
  • 181 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, in Izabrana djela t. 4, p. 90 ; Imamović, « Banja Luka u (...)

97Parfois, le soir, les députés bosno-herzégoviniens se retrouvaient entre eux pour se détendre. Ainsi de Fehim Đumišić, qui les réunit tous pour la veillée, en 1878, afin d’écouter des chants populaires de leur pays. Il fit venir un aède et une femme originaire de Sarajevo, installée à Istanbul, qui était connue pour la pureté de sa voix. Dans l’auditoire, invité à la fête, se trouvait Arif Bey Rizvanbegović – alias Hikmet, le poète qu’Ibrahim Bey avait probablement connu dans sa jeunesse. Bašagić l’observa du coin de l’œil toute la soirée et fut frappé de son enthousiasme patriotique à entendre les chants, s’écriant « mon peuple est le plus grand des poètes180 ! ». C’est entre autres de ces contacts que se développèrent, en cette fin d’empire, la glorification de la langue, de la culture et du peuple musulman de Bosnie et d’Herzégovine. Certain participant de cette soirée incarnera un patriotisme forcené, qui virera au fanatisme : Đumišić, chef des musulmans de Banja Luka, est un homme sans compromis, qui se distinguera par sa résistance acharnée à l’entrée de l’Autriche-Hongrie en Bosnie-Herzégovine quelques mois plus tard181. Un autre, tel Kapetanović, œuvrera de façon moins brutale, mais tout aussi ardente, à la sauvegarde de l’identité bosno-musulmane.

  • 182 Martić, Zapamćenja, p. 106.
  • 183 Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 4.
  • 184 Mirza Safvet, « Crtice iz života Ali paše Rizvanbegovića », Vienac 26 (1894), 26 (30/06), p. 409.

98Les commentaires que suscitaient immanquablement les débats parlementaires devaient fuser entre ces hommes venant d’un pays au cœur du démantèlement de l’Empire. L’absence de réaction de la part des autorités ottomanes les rendait pour le moins sceptiques. Ainsi Mehmed Bey Kapetanović, qui correspondait avec le franciscain Grga Martić (1822-1905), ne lui cachait pas qu’aucun espoir d’amélioration ou de solution ne pourrait naître du Parlement et que, pour la Bosnie, le salut viendrait des Autrichiens182. Kapetanović avait des accointances certaines avec ceux-ci, et personne ne l’ignorait, pas même ses maîtres stambouliotes183. Quelle opinion Bašagić avait-il alors de ses voisins germaniques ? Entre Kapetanović et Đumišić, où se plaçait-il ? On l’ignore, mais il est probable qu’il demeura toujours fidèle, au fond, à l’amitié et aux idées de Kapetanović, auxquelles s’accordait également Karabeg (c’est-à-dire que les Herzégoviniens formaient une sorte de groupe politique cohérent). Une anecdote que rapporte Safvet-beg Bašagić de Hikmet laisse entendre également que depuis longtemps, en Herzégovine, on ne se faisait guère d’illusion quant à ce à quoi mènerait le principe même de représentation parlementaire : à l’inévitable occupation austro-hongroise, car la Porte devrait céder devant les pressions des Puissances184.

  • 185 C’est l’idée de Hamdija Kreševljaković : il affirme en 1926 que l’historien du Parlement ne présent (...)
  • 186 En revanche, en Bosnie, le journal du vilayet transmet fidèlement le compte rendu des séances et re (...)

99Le travail de Hakkı Tarik Us pour reconstituer les débats parlementaires s’appuie principalement sur la presse stambouliote et, en conséquence, demeure partiel ; par exemple, Ibrahim Bey intervint longuement à deux reprises, mais rien n’en transpire dans les journaux du Bosphore. Cette absence est caractéristique : l’opinion de la capitale ne désire suivre que les ténors de sa place publique, et cerne mal les personnalités provinciales plus obscures. Si l’élection d’Ibrahim Bey en tant que secrétaire nous assure qu’il s’était fait connaître parmi les députés, ce qui le projetait en avant de ses congénères sud-slaves185, il ne devait pas en être de même dans la masse186.

  • 187 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 115, ainsi que les 4e, 24e et 28e séances.
  • 188 Ibid., p. 265.

100Outre de courtes interventions, liées à ses fonctions de secrétaire, n’est rapportée, chez Us, qu’une rapide participation d’Ibrahim Bey à un débat, situé le 10 janvier 1878, sur la qualification nécessaire qu’on devait requérir des fonctionnaires. Aux reproches qu’un député faisait à l’État de ne pas garantir une formation suffisante à ses employés, Ibrahim Bey rétorqua que l’octroi de la Constitution garantissait lui-même le bon vouloir des autorités et s’accompagnerait des réformes nécessaires, lesquelles deviendraient effectives avec le temps. Il rappelait qu’à côté des mauvais fonctionnaires, il en existait également de compétents187. Contrairement à d’autres députés, Ibrahim Bey s’afficherait toujours du côté légitimiste, reconnaissant l’autorité légale et manœuvrant dans ce cadre. À ceux qui se plaignaient de ne pas voir aboutir le travail législatif de la chambre, il répliquait que c’étaient eux-mêmes, par leurs longs discours, leurs accusations à l’encontre de l’administration et leurs arguties, qui retardaient les travaux parlementaires188.

  • 189 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar, p. 237-238.
  • 190 Bašić, « Dr. Savetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359.

101L’auteur anonyme d’une des nécrologies d’Ibrahim Bey nous apprend qu’exaspéré de la vision que donnaient les grandes puissances des événements de Bulgarie, il prit en défense le général en chef des opérations, Şevket Mehmed Paşa (1824-1891), qu’on accusait d’avoir commis des atrocités dans cette province. La Bulgarie avait en effet été le théâtre de massacres au milieu de l’année 1876, suscitant l’indignation des nations européennes. À Salonique, des consuls avaient été assassinés par la foule en mai de la même année. On cherchait des responsables. Comme Şevket Paşa avait servi en tant que général divisionnaire dans l’arrondissement de Piva et y avait laissé un souvenir d’homme juste et généreux à l’égard du peuple, Ibrahim Bey se porta garant de son honnêteté devant les parlementaires au grand complet et exigea, dans une courte harangue, que la sentence qui pendait au-dessus de la tête du général fût soumise au vote. Le scrutin décida en faveur de celui-ci. Bašagić le vit pour la seule et unique fois de sa vie le soir même : le militaire le couvrait de bénédictions et le priait d’accepter ses cadeaux. Il refusa net, et le planta là189. C’est ainsi, par sa faconde, qu’Ibrahim Bey suscita parfois l’admiration de ses collègues190.

  • 191 AHM OZ 1343, non daté.
  • 192 Voir la totalité du texte en annexe.

102Au mois de février 1878, l’État ottoman était plus que jamais menacé. Les troupes russes campaient en Thrace et lancèrent un ultimatum à Istanbul. La guerre imminente ouvrit les vannes de la critique parlementaire. L’Herzégovinien s’y mêla le 12 février, semble-t-il après concertation avec ses collègues du comité pour la question monténégrine191, et en un second discours attaqua avec virulence les menées du Monténégro autour de Nikšić, dont la reddition lui semblait un acte de laisser-aller typique de l’administration militaire ottomane ; il fustigea l’impuissance de la diplomatie impériale, et appela à couper court dans les manigances monténégrines : « Messieurs ! le but des Monténégrins n’est pas d’étendre leurs frontières mais de s’approprier l’Herzégovine. La leur céder, ce n’est pas éteindre la guerre et la sédition, mais les aviver encore plus. La conservation des frontières conserve les droits. Nous avons devant les yeux depuis vingt ans déjà les conséquences malheureuses de notre complaisance inopportune192. »

  • 193 Cette idée est en partie une transposition dans le domaine politico-historique des théories psychan (...)

103La formule qu’il utilisait ne put que frapper les esprits : « La conservation des frontières conserve les droits ». Héritée d’une conception politique de conservation, elle s’alignait sur les clauses de statu quo dont l’Europe noircissait les traités jalonnant, depuis le début du xixe siècle, les développements de la question d’Orient. De la part d’un Herzégovinien, c’est-à-dire d’un frontalier, l’idée connotait bien sûr l’amertume d’un musulman désireux de sauvegarder son existence face à des non-musulmans ; mais elle connotait aussi une certaine vision de l’identité ottomane : ce n’était pas seulement que celle-ci eût été diminuée par une perte territoriale, mais la frontière garantissait sa légitimité juridique et diplomatique. Selon Bašagić, c’était par sa périphérie, par sa peau que l’Homme malade continuait à respirer, et qu’il trouvait un semblant d’identité193. L’histoire montre à plusieurs reprises, notamment lors de l’insurrection de Gradaščević, que les frontaliers bosniaques et herzégoviniens se sentaient investis d’une mission sacrée : la conservation de l’Empire, sa purification grâce à leur foi inébranlée, incomparable face à celle des dévoyés d’Istanbul. Les principes islamiques en présence dans la province occidentale assuraient ainsi l’orthodoxie religieuse de l’ensemble de l’Empire. Cette réflexion sur la foi répondait à l’unité territoriale : c’est ainsi une sorte de constante bosniaque, au xixe siècle, de se vivre comme la peau saine de l’Empire, alors que son intérieur allait pourrissant.

  • 194 Alija Nametak, « Dr. Safvetbeg Bašagić. 6. V. 1870. -6. V. 1930. », p. 322.
  • 195 Sur une autre interprétation de la suspension parlementaire, voir Davison, Essays in Ottoman and Tu (...)

104Une fois ce discours achevé, Ahmet Vefik Paşa, le président du Parlement lors de la première session, qui par ailleurs appréciait Bašagić pour son honnêteté et sa parole hardie, le pressa de rentrer sur-le-champ dans ses pénates et lui arrangea son départ194 : ces critiques trop virulentes de la politique ottomane risquaient de lui coûter la vie. L’esclandre ne fut pas commenté dans les cercles politiques : le lendemain 13 février, la Chambre fut indéfiniment suspendue, parce que ‘Abdül-Hamîd ne voulait pas s’embarrasser d’un contre-pouvoir en ces moments de crise195.

5. Conclusion

105Personnage bien vu par les autorités de sa province, Ibrahim Bey gagna la confiance des milieux parlementaires à Istanbul durant la première session, ce qui lui permit d’occuper les fonctions de secrétaire durant la seconde. Au cours des débats de la chambre, ses interventions – peu nombreuses, il est vrai – font preuve d’un légalisme offensif, exigeant le redressement de la politique ottomane face aux infractions constantes auxquelles la Porte est acculée à cause de la situation critique dans laquelle se trouve l’Empire. Fidélité, encore une fois, d’un Herzégovinien pour qui sa région d’origine représente un organe vital de l’« homme malade ». C’est ce souci conjoint de la cause commune et de la singularité provinciale qui poussera Ibrahim Bey à quitter Istanbul pour retrouver sa région natale, en proie à des troubles importants.

E. L’occupation (juillet — août 1878)

  • 196 Hasandedić, Mustafa-Sidki ef. Karabeg, p. 13.

106Acculé aux dernières extrémités, le sultan parapha le 3 mars les clauses du traité de San Stefano, imposées par la Russie. Non seulement elles étaient exorbitantes, mais elles ignoraient les clauses de l’accord passé avec l’Autriche-Hongrie un an auparavant. Alexandre créait une grande Bulgarie, alors que l’idée en avait été plutôt écartée ; le Monténégro recevait certains territoires de l’Herzégovine, tandis que l’administration de la Bosnie était restructurée en vue d’y appliquer les réformes. Les députés y retournèrent donc la mort dans l’âme, désabusés devant tant d’impuissance, tel Karabeg qui abandonna toute fonction publique et se consacra à l’étude196. Rentré avec précipitation en Herzégovine, Ibrahim Bey partagea probablement cet état d’esprit.

  • 197 La meilleure monographie sur le sujet reste encore aujourd’hui le livre de Kreševljaković, Sarajevo (...)
  • 198 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 83. Mihovil Mandić affirme que Kapetanović fit partie (...)

107Mais l’Autriche-Hongrie, l’Angleterre, la Serbie même contestèrent aussitôt San Stefano. Avec l’appui de Bismarck, la diplomatie austro-hongroise obtint la tenue d’un congrès européen à Berlin, à partir du 13 juin. Les habitants de la Bosnie et de l’Herzégovine savaient que, très concrètement, leur proche avenir dépendait de ces négociations diplomatiques. À Sarajevo, divers mouvements pro et contra agitaient la population ; les musulmans s’opposaient massivement à la venue au pouvoir d’Austro-Hongrois – considérés avant tout comme chrétiens – dans leur pays, mais n’imaginaient pas tous l’avenir de la même façon197. L’ambitieux Mehmed Bey Kapetanović-Ljubušak, président de la ville, tient la ligne d’une politique modérée, espérant en une autonomie provinciale tout en sachant que la Bosnie et l’Herzégovine risquent fort de tomber entre les mains de la monarchie danubienne. À ses côtés, d’autres noms importants de l’histoire bosno-herzégovinienne comme ceux de Mustafa Bey Fadilpašić (1835-1892) ou Sunulah Efendi Sokolović (1815-1888), mais avec lesquels Ibrahim Bey n’entretient aucune relation particulière, sinon celles qui vont être décrites par la suite. Parmi ceux qui s’opposaient foncièrement à toute entrée des chrétiens d’Autriche-Hongrie sur le territoire provincial, on trouve notamment Abdulah Kaukčija (v. 1820-1878) et Muhamed Hadžijamaković (1814/1815-1878), deux personnages fameux de Sarajevo, l’un imam et l’autre cheikh de tekke. Les deux tendances trouvent pour l’instant un terrain d’entente en formant un comité national (narodni) ayant pour mission d’apaiser l’effervescence du pays ; mais d’après Hamdija Kreševljaković, Kapetanović ne participe pas aux travaux du comité et Fadilpašić est probablement forcé d’en accepter la présidence198.

108Pendant ce temps, les Puissances négociaient la refonte de San Stefano. Préparé par le recul de la Russie, où la prudence devant la menace d’une coalition anglo-autrichienne l’emporte face à l’enthousiasme suscité par la victoire éclatante de mars, ainsi que par des accords bilatéraux, le traité de Berlin est rapidement signé, le 13 juillet. Considérée comme une zone d’influence russe, la Bulgarie est conservée, mais elle n’est plus aussi étendue ; l’Autriche-Hongrie est autorisée à occuper et administrer la Bosnie et l’Herzégovine, conformément à ses vœux.

  • 199 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 90.
  • 200 Il était avant l’occupation président du tribunal de commerce, président du cadastre, moutesarif du (...)

109Les instructions de la Porte sont claires : il n’est pas question que ces deux provinces offrent une quelconque résistance armée à l’entrée des troupes austro-hongroises sur leur territoire. La couche supérieure des oulémas restera fidèle à ces ordres, à l’instar d’Omerović199. Les dignitaires les plus importants de Sarajevo le sont également, à l’exemple de Ragib Ćurčić (1824-1888)200.

  • 201 Balić, « Mostar u borbi protiv okupacije », p. 281.

110À Mostar, la situation est à peu près analogue, bien qu’aucun mouvement de l’ampleur de Sarajevo ne s’y déclenche. Un conseil de guerre, avec le moufti, l’évêque et le métropolite à sa tête, demande à Istanbul des instructions par télégramme ; on leur répond qu’il faut se garder de toute réaction face aux Autrichiens. Le 29 juillet, la même commission envoie un nouveau télégramme, cette fois-ci adressé à François-Joseph (1830-1916), où il est précisé que la présence austro-hongroise sera tolérée dans la seule mesure où l’Empereur n’enverra aucune force militaire prendre possession des deux provinces. Dans la liste des conseillers signataires, on trouve le nom d’Ibrahim Bey, qui représente la région de Nevesinje201. En posant des conditions à l’entrée de l’Autriche-Hongrie, le conseil a moins l’intention de menacer que de prévenir les conflits qui risquent de se produire.

111La situation dans la capitale herzégovinienne est confuse ; il serait trop facile d’y délimiter deux courants bien distincts, l’un cultivant une passivité favorable aux Austro-Hongrois, représentée par un conseil où siègent les notables de la région, les hauts fonctionnaires et les dignitaires religieux, et l’autre, impatient d’échaffauder un plan défensif, jaillissant de la volonté populaire, avec à sa tête des « meneurs du peuple ». On retrouve les représentants de ces deux prétendus courants côte à côte durant ces journées : Hadži Arif Kajtaz (m. 1897), qui appartiendrait aux factieux, se rendit à Sarajevo le 29 ou le 30 juillet en compagnie d’Ibrahim Bey, qui ferait partie des loyalistes. Il vaut bien mieux voir que personne ne savait réellement encore quelle attitude choisir.

  • 202 J. M. Č. [Jozo M. Čebular], « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2. Toute la s (...)
  • 203 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 96.

112Accompagné de deux chrétiens (Stjepan Nikić, catholique, et Pero Kovačević, orthodoxe), les deux musulmans se rendent au centre du vilayet certes pour décider de leurs actions à l’aune des incidents qui s’y déroulent, mais surtout parce que le vali Mazhar Paşa, dépassé par les événements, a convoqué un certain nombre d’hommes de confiance afin de prendre conseil auprès d’eux202. À Konjic, on apprend aux cavaliers que la révolte a éclaté à Sarajevo ; ils passent outre. Ibrahim bey se rend chez son beau-frère, Ali Paşa Čengić (m. 1886), qui habite à Čengić-vila, non loin de Sarajevo, et dont la demeure (konak) est le point de ralliement des hauts fonctionnaires en déroute203. Celui-ci lui décrit la situation, la multitude fanatisée que guide un hodja de bas rang : Hadži Lojo (1834-1887), et l’interdiction que ce dernier a faite de porter des vêtements a la franca – Ibrahim Bey qui les arbore fièrement risque de se faire massacrer par la foule. Il refuse de les quitter :

« Je suis Herzégovinien, je ne retirerai pas ces vêtements que j’ai portés jusqu’à aujourd’hui – et surtout pas à cause de cette [interdiction] – pour ne pas porter la honte de les avoir enlevés par peur. (…) Advienne que pourra ! »

  • 204 Marbeau, La Bosnie, p. 30.

113Aussi ridicule qu’elle puisse paraître, la question du vêtement cristallisait le conservatisme des us politiques et religieux de Bosnie. Sur le théâtre même des événements, elle symbolisait la fracture mentale dont était traversé de part en part le monde bosno-musulman ; mais ce sont moins les personnes que des attitudes qu’elle caractérise, deux visions différentes de la chose ottomane et de son rapport aux puissances étrangères. La position « habillée » d’un Ibrahim Bey met à nu une appréhension politique de la situation : le fait qu’il garde son vêtement prouve qu’il perçoit la venue de l’Autriche-Hongrie comme celle d’un pouvoir civil, venant arbitrer le déséquilibre économique et politique du pays, alors que ses interlocuteurs portant l’habit traditionnel font de la religion islamique le motif principal de leur mobilisation. Cette interprétation des faits n’est pas seulement propre au jeu bosniaque, elle imprègne également les jugements des étrangers qui viennent dans le pays ; elle n’est pas seulement une conclusion de notre raisonnement, mais encore celle des réflexions de l’époque, ainsi qu’on le lit sous la plume d’Édouard Marbeau, un Français qui se rendit dans le pays en 1882 et fait part de son étonnement à la vue d’un Mehmed Bey Kapetanović-Ljubušak habillé à l’occidentale (jusqu’au double-menton !), alors qu’il s’attendait à rencontrer des « beys farouches204 ».

  • 205 Cette date est donnée en suivant la chronologie de J. M. Č., « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (189 (...)
  • 206 J. M. Č., « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2.

114« Vêtu de lin franc et de fierté candide », si notre bienveillant lecteur consent à nous passer ce détournement de Hugo, Ibrahim Bey se rendit donc chez le vali Hafiz Paşa (m. 1885-1886) le 30 ou 31 juillet205, suivi de son beau-frère inquiet. Le nouveau gouverneur leur déclara qu’il ne détenait plus aucun pouvoir et les renvoya à Hadži Lojo. Ils trouvèrent celui-ci chez lui, allongé sur des coussins et entouré de ses fidèles, parmi lesquels Muhamed Hadžijamaković. Lojo demanda si l’Herzégovine était prête à se joindre au soulèvement de Sarajevo, à quoi répondit Bašagić qu’il l’ignorait puisqu’il avait quitté Mostar alors que rien ne s’était encore déclaré dans la capitale. À cette réponse peu amène, Lojo se renfrogne et lui demande soudain : « Et pourquoi es-tu venu avec ces vêtements ? N’as-tu pas entendu mon ordonnance ? – Je porte ces vêtements depuis vingt ans déjà. Quand je suis parti de Mostar, je ne savais pas que tous ici avaient troqué les leurs pour le costume traditionnel. Et je ne vois justement pas pourquoi il serait nécessaire que je les ôte. » La tension des esprits était telle qu’un malheur serait arrivé si Hadžijamaković n’était intervenu. Il calma Lojo et proposa à Ibrahim Bey de se rendre dans le sandjak de Novi Pazar pour y gagner les « Albanais » à leur cause. Selon Hadžijamaković, Bašagić était l’homme le plus apte à accomplir cette mission ; on lui promet l’argent dont il aura besoin206.

  • 207 Balić, « Život i djelovanje muftije Karabega », p. 212.

115Mais Ibrahim Bey songe à ce même moment à sa famille, restée à Mostar, et hésite à partir dans les « territoires albanais » (Arnautluk) ; l’argent n’y fait rien, et il demande un jour de réflexion. Or, l’après-midi, Hafiz Paşa le fait demander et lui apprend que Mostar s’est à son tour rebellé, après avoir assassiné les membres du conseil qui refusaient de donner leur aval à l’organisation de la résistance. Tout avait commencé par le meurtre de Karabeg qui, ayant été prié de délivrer une jurisprudence (fatwa) en faveur du combat pour la foi, avait répliqué qu’Istanbul s’y opposait. La foule était si déchaînée qu’on avait réussi à lui faire croire qu’une fois élu député, Karabeg ne s’était pas rendu à Istanbul mais à Vienne, où il avait vendu la Bosnie-Herzégovine aux Habsbourg207.

  • 208 Il ne fut donc pas chassé de Mostar par les conservateurs, comme l’affirme Alija Nametak qui interp (...)

116En de telles circonstances, d’après Ibrahim Bey lui-même, il n’aurait plus alors songé qu’à rejoindre son épouse et ses enfants restés à Mostar, afin de les protéger d’une foule vindicative. Il partit le lendemain à l’aube208 ; à Konjic on lui apprend que Mostar est à feu et à sang et que les troupes austro-hongroises menées par le général Jovanović (1828-1885) sont aux portes de la ville. Il arrivera à temps pour retrouver les siens sains et saufs. Finalement, Mostar se rendit le 6 août sans coup férir.

  • 209 Mihovil Mandić, Povjest okupacije, p. 67.
  • 210 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 15. À la lecture d’Alija Na (...)

117Ibrahim Bey avait probablement quitté la ville dès qu’il avait pu serrer sur son cœur femme et enfants. Il prit la route de Nevesinje, qui se rendit sans combat le 28 août, après le siège de Stolac209. Il aurait joui d’une certaine audience auprès de Jovanović : grâce à son intervention, la vie des cinquante dignitaires les plus en vue de Stolac fut mise hors de danger, alors qu’ils avaient manqué payer de leur tête l’assassinat de cinquante soldats autrichiens. Grâce à lui encore, Nevesinje, habituel foyer de révolte et de ce fait objectif privilégié des Austro-hongrois, ne souffrit pas de leur arrivée en force210.

118Selon la logique de tout ce qui précède, il pourrait paraître étonnant qu’Ibrahim Bey collaborât ainsi sans état d’âme avec une armée d’occupation qui menaçait l’intégrité de l’Empire. Outre l’esprit pragmatique qu’elle prouve, cependant, cette attitude montre aussi un caractère scrupuleux, respectant les ordres d’Istanbul et attendant que la situation s’apaisât.

F. Les débuts de la présence austro-hongroise

119Du point de vue de notre étude, inutile donc d’inscrire l’arrivée austro-hongroise dans le cadre d’un nouveau chapitre, car il existe une véritable continuité entre l’avant et l’après-1878 ; ce n’est que progressivement que s’installeront les nouveautés. Dans un premier temps, François-Joseph se montra en effet soucieux de respecter un certain statu quo, ce que tout le monde ne reconnut pas (en particulier les musulmans).

1. L’occupation vue des deux bouts de la lunette : Autriche-Hongrie et musulmans

  • 211 Pour les paragraphes qui suivent, voir tout particulièrement Burián, Drei Jahre, p. 201-208 et 218  (...)

120Bornons-nous simplement à rappeler les grands leitmotive qui sous-tendent l’avancée des Austro-hongrois dans les Balkans ottomans, tels qu’ils apparaissent en 1878211. Était tout d’abord en jeu le prestige d’une grande puissance politique, qui avait sa revanche à prendre après les pertes d’Allemagne et d’Italie, ses deux zones d’influence traditionnelles ; il y avait une pression, une sorte de nécessité, éprouvée par François-Joseph lui-même, à ce que la Monarchie excède ses limites et s’étale au-delà. L’Autriche-Hongrie doit également faire face à la Russie et au panslavisme russe ; ses populations slaves, agitées par le nationalisme, pourraient être galvanisées par l’extension territoriale de la Russie.

121Elle se sent également investie d’un rôle ordonnateur, d’une mission culturelle, civilisatrice, dans ces régions qui d’une part ont eu une certaine importance politique durant le Moyen Âge, mais se sont éloignées des courants de pensée dont la Monarchie a elle-même bénéficié depuis la Renaissance, et qui d’autre part abritent un grand nombre de musulmans, porteurs d’une vision du monde radicalement différente de la pensée chrétienne, voire catholique, qui anime la culture autrichienne. « Rempart de la chrétienté » face aux Ottomans durant deux siècles ou plus, les Autrichiens, les Hongrois, les Croates, les Polonais, tous se targuent de leur supériorité sur leurs ennemis d’hier et ont le réflexe chrétien de voler au secours des coreligionnaires ottomans qui endurent le « joug turc », ainsi que de porter au musulman vaincu le remède à ses blessures : le bienfait de la vérité occidentale.

  • 212 Michel, Banques et banquiers, p. 233-234.

122Un troisième point d’importance, c’est que la Monarchie spécule, tandis qu’elle ignore encore beaucoup des choses du pays, sur les intérêts économiques et stratégiques qu’elle pourra retirer de son enfoncée dans les Balkans. Sur le point particulier des ressources naturelles, on trouve dans nombre des monographies consacrées à la Bosnie et à l’Herzégovine qui parurent à Vienne entre 1850 et 1878 la description d’un pays de cocagne, verdoyant et fécond, abondant en forêts et en matières premières. Les milieux financiers n’étaient cependant pas dupes et les investissements escomptés n’eurent pas lieu212.

123Il ne faut pourtant pas croire que l’occupation fut un acte décidé par tous ; elle précipita la fin de l’ère libérale et fut l’un des problèmes épineux qui alimentèrent la discorde entre la Hongrie et l’Autriche. Dans les provinces croates, l’opinion générale était à l’enthousiasme, car la Bosnie et l’Herzégovine étaient considérées comme des régions croates et anciennement catholiques ; parmi les acteurs politiques de cette province, seul Ante Starčević (1823-1896), idéologue indépendantiste de la nation croate, tempérait cet enthousiasme en accusant la Monarchie d’expansionnisme et remettant le destin des deux régions au bon vouloir des « seigneurs » musulmans.

  • 213 Karćić, The Bosniaks, p. 109-118.
  • 214 Bogićević, « Emigracije Muslimana », p. 175-188 ; Kreševljaković, « Čengići », in Izabrana djela t. (...)

124Comme on l’a vu précédemment, une majorité de ceux-ci, exprimant d’ailleurs le sentiment de toute la communauté bosno-islamique, s’opposait à la présence austro-hongroise. Bien que l’Autriche-Hongrie fût un État multi-confessionnel, les musulmans considérèrent qu’ils passaient d’un État islamique à un État chrétien ; aussi la première question qui se posa à eux fut celle de l’émigration : pour garder la vérité du Coran, avait-on le droit d’être assujetti à un infidèle ? La terre continuait-elle à être musulmane ? Fallait-il émigrer, ou pouvait-on rester ? Une petite part de la hiérarchie politique et religieuse musulmane s’engagea pour faire cesser l’hémorragie migratoire que provoqua l’occupation dans le corps de la communauté musulmane provinciale213. La quantification des départs reste imprécise pour ces premières années ; nous noterons seulement que dans la famille Čengić, nombreux furent ceux qui émigrèrent, dont les oncles de Safvet-beg, Osman Mahzar Paşa Čengić (1861-1913), qui deviendrait l’un des porte-parole politiques des Bosniaques de Turquie, et Haydar Bey Čengić (m. 1910), exilé en 1879 ou 1882214.

  • 215 Edhem Mulabdić prétend que la morosité des musulmans bosno-herzégoviniens autour de 1878 plongeait (...)

125La garantie des personnes et des biens, proclamée au nom de François-Joseph par l’état-major austro-hongrois dès son arrivée dans le pays, avait assuré les musulmans des bonnes intentions du Ballhausplatz ; on avait même explicitement insisté pour que les kmets continuent à payer régulièrement leurs loyers aux musulmans. Mis en place dès décembre 1878, le gouvernement territorial chercha à se gagner les propriétaires fonciers du pays ; leur immense majorité était musulmane, si bien que l’entreprise, décidée par un pouvoir chrétien, s’avérait délicate. Rares furent ceux qui ne se laissèrent pas abattre et réagirent positivement face au nouvel état de choses ; même parmi les notables que les Austro-hongrois laissèrent en place, un grand nombre allait rester étiolé, rivé sans souplesse à ses positions et sans autre souci que celui de montrer le moins d’esprit d’adaptation possible, en essayant de faire perdurer l’ancien système215.

2. Destin « ottoman » d’Ibrahim Bey sous les austro-hongrois

  • 216 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 13.
  • 217 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 120.
  • 218 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 173. Dans le même ouvrage (p. 168), Kapidžić écrit pourtant que (...)

126Josip Filipović (1819-1889), le chef d’état-major des opérations sur l’ensemble de la Bosnie et de l’Herzégovine, ne pensait pas énormément de bien des beys qui s’étaient rangés du côté des occupants216 ; ceux-ci ne devaient pas être sans le savoir, et c’est certainement d’Ibrahim Bey que son fils Safvet-beg héritait sa haine du général victorieux217. Cependant, bien qu’il niât leur poids politique, Filipović ne put en faire abstraction et composa avec eux habilement, se les attachant par divers égards. Sa stratégie était de s’adresser à des personnes, et les motivations qui poussèrent les uns ou les autres à se montrer loyaux au nouveau régime ne reposent pas exclusivement sur des intérêts économiques. Interpréter la loyauté de ces beys comme un réflexe purement opportuniste, ou encore voir en eux de simples instruments de la politique austro-hongroise dans la province, relève d’une simplification abusive et d’une pensée manichéenne, s’appuyant sur une vision de la société en groupes sociaux nettement délimités. C’est de cette façon qu’on a traité le destin du clan Bašagić au moment de l’occupation218. En réalité, dans le paysage chaotique que présente la Bosnie et plus encore si possible l’Herzégovine, depuis plus de cinquante ans, l’arrivée de la Monarchie en rang serré ne change rien aux comportements individualistes, bien au contraire.

  • 219 Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 5. Kreševljaković affirme qu’il partit début juillet, mais ce n (...)

127La nouvelle organisation de l’Herzégovine n’allait pas se faire sans Ibrahim Bey. Outre le dégoût personnel que pouvaient lui inspirer les insurgés ; outre sa sympathie pour les idées « à l’européenne » qui avaient cours dans l’empire ottoman ; outre enfin sa loyauté à la Porte, une attitude que prisèrent les autorités militaires, Ibrahim Bey bénéficiait du soutien de Kapetanović, qui avait fui début août auprès du général Jovanović, chargé des opérations en Herzégovine, et le conseillait219. En dépit de ses accointances serbes, Jovanović œuvrerait main dans la main avec les musulmans jusqu’en 1881, date de son départ d’Herzégovine.

  • 220 Hamdija Kreševljaković écrit que cette nomination eut lieu « aux premiers jours d’août » (« Dr. Saf (...)
  • 221 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 16.
  • 222 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 19-20 et 24. À la p. 23 de cet ouvrage, Kapidžić affirme que pou (...)
  • 223 ABiH GMF Präs, 1890/37, du 14. I. 1890, Appel à Kállay : proposition de décoration pour Ibrahim Bey (...)

128Ainsi, après la prise de Stolac, une fois que le kaymakam local fut convaincu d’« incorrection » par Jovanović, celui-ci nomma Ibrahim Bey à sa place – vraisemblablement durant la première moitié de septembre220. Il y resta quelques mois221, pour être ensuite muté à Konjic, ville d’Herzégovine à la frontière de cette province et de la Bosnie. Sans doute cette mutation était-elle en lien avec la mise en place du Gouvernement territorial, qui succéda à l’administration temporaire de Filipović. Ce gouvernement gardait à sa tête un chef militaire auquel était rattaché, officiellement à partir de septembre 1882, un adjoint civil (Civiladlatus). Le successeur de Filipović fut Wilhelm von Würtemberg (1828-1896), qui prit ses fonctions le 2 décembre 1878. Il lui incombait de préparer la prise en charge de la province par l’administration du ministère commun des Finances, qui eut lieu six mois plus tard, le 1er juillet 1879. À cette date, le découpage administratif fut modifié dans le sens d’une centralisation (l’Herzégovine, notamment, n’occupait plus aucune position particulière), et le fonctionnariat avait été remanié en profondeur ou était en cours de l’être : seuls ceux qu’on jugea capables continuèrent leurs fonctions, tandis qu’on élimina progressivement les autres. Le Gouvernement territorial conserva leurs anciens titres aux fonctionnaires ottomans qu’il avait gardés (Ibrahim Bey resta « kaymakam »). À la tête d’un « district » (Bezirk), l’équivalent d’une ville avec ses environs géographiques, les administrateurs locaux concentraient entre leurs mains plus de pouvoirs que ne leur en avaient accordés les réformes ottomanes du xixe siècle, puisqu’ils veillaient aussi bien à l’administration qu’à la justice ou aux finances222. Ayant été décoré de la Croix de Chevalier de l’Ordre de François-Joseph le 16 mai223, Ibrahim Bey fut laissé en place.

  • 224 Mulić (éd.), Konjic i njegova okolina (1878.-1918.), p. 14 et 335.
  • 225 Ibid., p. 335.

129Konjic : un nouvel horizon, des hommes qui ne changent pas. Les troupes impériales et royales n’avaient pénétré dans la ville que le 6 octobre 1878, sans coup férir, bien que les alentours eussent offert une résistance acharnée. Ibrahim Bey prenait la succession d’un certain Hacı Daut Bey, qui devait être son frère ; officiellement arrivé en 1879, il allait rester dans cette ville jusqu’à la fin de l’année 1881224. Pour mener les travaux d’administration, Ibrahim Bey, contrairement à son frère et à ses successeurs, ne reçut l’aide d’aucun adlatus (adjoint politique)225, ce qui semble indiquer ses capacités administratives.

130Des activités d’Ibrahim Bey à ces nouvelles fonctions, seuls quelques échos nous sont parvenus. Remarquons d’abord que sa mutation paraît coïncider avec le lancement du premier recensement de population que les Austro-hongrois effectuèrent dans la province, recensement dont les résultats furent publiés le 16 juin 1879. Peut-être fut-il jugé compétent pour mener à bien cette tâche à Konjic ; ce serait la raison pour laquelle il y aurait été nommé.

  • 226 Jusuf Mulić, « Školstvo », in Mulić (éd.), Konjic i njegova okolina (1878.-1918.), p. 175-176. Muli (...)
  • 227 Il réaffirma que les beys bosno-herzégoviniens utilisaient la bosančica à un ami Hongrois avant 190 (...)

131Le premier renseignement sûr se situe en 1879, alors que le Gouvernement territorial décida d’étudier la situation scolaire des enfants bosniaques et herzégoviniens. L’ambition était de créer un cadre scolaire général qui puisse s’appliquer à l’ensemble de la population, sur l’ensemble du territoire. On envoya officieusement dans les villages des commissaires organiser des écoles élémentaires ; et le Gouvernement territorial décida de faire appel à une commission de spécialistes qu’informerait la lieutenance (namjesništvo) de Zadar, sur la côte dalmate, afin de donner un plan directeur à cette organisation. Ce fut le futur précepteur du dauphin Pierre de Monténégro, Luka Zore (1846-1906), tout récemment encore directeur du gymnase de Kotor, qui fut chargé d’enquêter. À Konjic, où il arriva en décembre 1879, il entra en contact avec Ibrahim Bey, qui lui déclara que les musulmans, lorsqu’il s’agissait d’écrire leur langue maternelle, préféraient le cyrillique en raison de leur attachement à l’écriture cyrillique spécifique à la Bosnie qu’on appelle bosančica. Son voyage confirmerait Zore dans cette idée226. Cette affirmation étonne dans la mesure où Ibrahim Bey, comme on l’a déjà dit plus haut, n’utilisa jamais cet alphabet dans sa correspondance privée227 ; aucune étude sérieuse n’a montré que c’était une pratique courante chez les beys, malgré les fréquentes affirmations en ce sens qu’on lit un peu partout, lesquelles s’appuient le plus souvent sur l’exemple de Mehmed Bey Kapetanović. Kapetanović et quelques autres beys se servaient, en effet, de la bosančica pour écrire ; mais ils étaient peu nombreux.

132La droiture religieuse d’Ibrahim Bey s’illustra par ailleurs à une occasion qui a depuis fait couler beaucoup d’encre. À la fin du xixe siècle, il y aurait eu dans le canton de Konjic, autour de Jablanica et disséminés par la Velež, des paysans musulmans qui appliquaient plus ou moins strictement les préceptes coraniques. Maintes coutumes païennes se perpétuaient chez eux et, bien que nombre d’entre elles s’opposassent aux commandements de la religion musulmane, les paysans ne voulaient à aucun prix s’en détacher. Ainsi leurs hodjas, désignés par le consensus populaire, n’allaient pas se former au medrese, ni même ne s’instruisaient aucunement, sauf de ce qu’ils entendaient de la bouche de leur prédécesseur ; on ne se mariait pas non plus devant le cadi comme le veut la charia, mais les unions maritales se célébraient selon des coutumes et un rituel particuliers.

  • 228 Sur tous les problèmes suscités par ce paragraphe, voir mon Petit guide, passim ; Mulić, Konjic i n (...)

133Selon Safvet-beg Bašagić, qui rapporte ces faits, lesdits paysans auraient été d’anciens bogomiles conservant, sous un vernis d’islam, des pratiques de leur religion d’origine. La discussion nous mènerait loin, qui soupèserait l’adéquation du terme « bogomile » pour qualifier ces pratiques. Les points certains, c’est qu’on ignore comme eux-mêmes se nommaient ; qu’on signale des derniers cas de convertis à l’islam venant de ces régions un peu avant 1867 – probablement comme résultat de l’action missionnaire d’Omer Humo, vers 1863 –, dont la religion première serait le prétendu bogomilisme ; qu’enfin et surtout, on ne sait rien de l’opinion d’Ibrahim Bey sur le bogomilisme et que l’étiquette qui leur est accolée en cette occasion n’est à imputer qu’à son fils228.

  • 229 Humo était alors âgé de 71 ans et mourut en 1880. Je me fie à Mulić lorsqu’il avance le nom de Humo (...)

134Bogomilisme ou non, voilà la situation dans laquelle le père de Safvet-beg Bašagić trouva l’arrondissement lorsqu’il prit sa place à la sous-préfecture. Pour un homme qui avait de profondes convictions religieuses, c’était un peu trop. Dès qu’on lui fit connaître cette situation, il demanda qu’on lui envoyât un hodja régulièrement formé, chassa celui qui était en place jusque-là, et prescrivit que tous les mariages passés et futurs devaient se faire inscrire chez le cadi. Selon toute vraisemblance, ce fut Omer Humo qui se chargea de remettre ces « mécréants » dans le droit chemin, ce qu’il fit en tenant compte de la faiblesse de leur volonté229. Ceux-ci, scandalisés, se révoltèrent en dénigrant ces « mécréants » de Bašagić et Humo ; une délégation alla porter plainte à celui qu’on appelait encore le mutesarrıf, c’est-à-dire le préfet, à Mostar. N’en ayant pas été reçue, elle se rendit jusqu’à Sarajevo – en vain ; et les décrets de Bašagić durent être appliqués.

  • 230 Jovićević, « Riječka nahija (u Crnoj Gori) », p. 33-34, d’après Jastrebov. Voir aussi Hadži-Vasilje (...)

135On sera sensible à ces efforts d’endoctrinement, en quelque sorte semblables aux différentes vagues de rechristianisation que la France, par exemple, a connues au xixe siècle. La ré-islamisation de la région n’était pas menée de façon aussi systématique que dans ce pays, mais Bašagić, Humo, Karabeg n’œuvraient pas de façon isolée : on a, pour la même époque, des témoignages similaires pour les régions herzégoviniennes tout à fait orientales (« Serbie du Sud » actuelle)230.

  • 231 Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », p. 73.
  • 232 Andrija H. Kulier rapporte la narration des premiers événements de la bouche même de Safvetbeg Baša (...)

136L’une des autres tâches d’Ibrahim Bey consistait à veiller au bon fonctionnement des finances du « cercle » de Konjic. Si le détail des opérations reste inconnu, le jugement de Mehmed Faik Alagić, publicain pointilleux et intransigeant, est assez nettement négatif : Bašagić ne se montrait pas assez sévère face aux abus que les enregistreurs fiscaux commettaient231. Cependant, il apparaît qu’il laissa un heureux souvenir parmi les musulmans de l’arrondissement, comme en témoigneront vers 1890 les enfants de ces derniers à son fils Safvet232.

3. Formation de Safvet à l’ombre de son père

  • 233 Anonyme, « Safvet-beg Redžepašić Bašagić », Mearif za godinu 1312 (1894-95), p. 116-117.

137Entre 1875 et 1878, les musulmans vécurent de façon très précaire et le petit Safvet, âgé de 5 ans en 1875, en avait pâti, ne parvenant pas à suivre une scolarité régulière. Outre les nombreux déménagements qu’exigèrent de son père les pouvoirs en place, en effet, il ne vint à l’idée de personne, durant ces trois ans de guerre civile, de se préoccuper de l’éducation des enfants233, si bien qu’il ne fréquenta l’école que sporadiquement.

  • 234 Ćurić, Muslimansko školstvo, passim.
  • 235 Hangi, Život i običaji, p. 157. Cependant, l’âge n’était qu’indicatif, et il arrivait souvent que d (...)
  • 236 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Redžepašić-Bašagić », Spomenica…, p. 16 ; Mirza Safvet, « Kratak p (...)
  • 237 Ćurić, Muslimansko školstvo, p. 40.

138Dès le xve siècle, des écoles coraniques (mekteb-s) existaient en Bosnie et en Herzégovine234. À l’époque qui nous concerne, c’était l’habitude d’y envoyer les enfants vers l’âge de quatre ou cinq ans235, mais Safvet ne put commencer à fréquenter l’école qu’à son arrivée à Mostar, vers six ou sept ans236. Quand il s’agit de détailler le contenu de ce qu’il y apprit, on en aura peut-être le meilleur commentaire par lui-même. Ni « langue locale », ni matières profanes, ni programme véritablement – l’apprentissage se faisait en fonction du savoir et des capacités des élèves et du maître-répétiteur, le hodja. En théorie, les petits Bosniaques et Herzégoviniens apprenaient à réciter par cœur les versets du Coran, à se familiariser avec le calcul ou des rudiments de théologie morale, de droit et de grammaire, à découvrir les hadiths et le Manuel de Birgevi (Risala-i Birgevi), une sorte de catéchisme237.

  • 238 Ćurić, ibid., p. 206.

139À l’âge mûr, les commentaires de Bašagić à propos de cet enseignement furent tous très négatifs. À l’ignorance des enseignants et au rythme très irrégulier des cours (pas d’année scolaire fixe, congés à l’occasion des fêtes musulmanes et selon le rythme des saisons), venaient s’ajouter le manque de régularité des élèves eux-mêmes et le fait qu’il n’existait pas de séparation entre les différents niveaux238.

  • 239 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.
  • 240 Hangi, Život i običaji, p. 159.
  • 241 Ivan Zovko, « Kad se prvi put hatma prouči », Sarajevski list 17 (1894), 63, p. 1.

140Ayant déménagé de Mostar à Stolac, alors âgé d’environ 10 ans, il passa dans cette seconde ville sa hatma, récitation solennelle du Coran par laquelle l’enfant prouvait son aptitude à suivre les prières239. Les témoignages oculaires de cet « examen » ne remontent qu’aux premières décennies de l’Occupation, mais on peut facilement extrapoler sur les années qui suivent immédiatement 1878. En présence de son père et de quelques amis de celui-ci, « l’enfant s’avance, il s’incline, s’assied face au hodja et répond à ses questions240. » Suivant Ivan Zovko (1864-1900), la récitation ne ressemblait cependant pas, en Bosnie et en Herzégovine, à un examen, mais bien plutôt à une journée festive, une fête de fin d’année. Dans les familles beylicales, le père offrait le café aux invités de passage tout le jour durant et, dans les appartements des femmes, la mère conviait ses amies à un goûter somptueux, au cours duquel l’enfant était comblé de sucreries. On offrait au hodja un cadeau en souvenir de ce jour particulier241.

  • 242 Mulić, Konjic i njegova okolina (1463-1878), p. 287.
  • 243 Jusuf Mulić, « Školstvo », in Mulić (éd.), Konjic i njegova okolina (1878.-1918.), p. 175, 179 et 1 (...)

141Ibrahim Bey portait toute son attention à la bonne instruction de son aîné, qui poursuivit sa scolarité à Konjic, semble-t-il encore à l’école coranique, mais cette fois-ci au mekteb réformé (sibyan mekteb). Quoique la ville fût réputée pour son medrese, le plus grand de toute la Bosnie et l’Herzégovine à la fin de la période ottomane242, on ignore tout de l’organisation scolaire élémentaire à Konjic avant 1882/1883, où est attestée l’existence d’un mekteb réformé attenant à la mosquée Karagöz ; cent quinze élèves y étaient alors inscrits. Nul doute qu’il existât auparavant, puisque nos sources attestent que Bašagić le fréquenta ; parmi les enseignants se trouvait Ibrahim Hadžić et surtout Bego Alagić, avec qui le jeune bey eut une altercation mémorable243.

  • 244 Anecdote compilée d’après Dizdar, « Mirza Safvet, vođa omladine i učitelj generacija », p. 89 ; Mul (...)

142Un jour en effet, Safvet vint à l’école en arborant avec fierté des souliers neufs à l’européenne que venait de lui offrir son oncle Osman Mazhar Paşa Čengić, alors en visite chez Ibrahim Bey. Ces chaussures étaient en vogue à Istanbul et les premières qu’on voyait aux pieds d’un enfant à Konjic. Sensation dans Landerneau. Le voyant, Alagić tonne en fureur « Dehors ! » (dišeri), à quoi le turbulent écolier réplique par un formidable lancer de godasse dans sa direction. Le maître s’empare du jeune malfrat, lui applique avec méthode dix coups de verge sur la plante des pieds et vient se plaindre au père. L’affaire tourne au vinaigre : Alagić tient le haut du pavé à Konjic et ameute l’opinion. Il faut les efforts conjugués d’Ibrahim Bey et du cadi Alija Mulić pour le persuader que ces chaussures ne menacent aucun article de foi et que l’enfant doit retourner à l’école. Celui-ci fut d’ailleurs bien grondé à la maison pour s’être ainsi comporté envers l’autorité scolaire244.

  • 245 Alija Nametak, « Dr. Safvetbeg Bašagić. 6. V. 1870. -6. V. 1930. », p. 322.
  • 246 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija, p. 302.
  • 247 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362.
  • 248 « Ziya Paşa », Türk dili ve edebiyatı ansiklopedisi 8., p. 667 ; Bašić, « Dr. Savetbeg Bašagić kao (...)
  • 249 Bašić, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359.
  • 250 Milićević, « Dr. Safvet beg Redžepašić-Bašagić », p. 53. Milićević indique en même temps que sa con (...)

143Dans ces conditions, on devine que la véritable instruction du jeune enfant fut assurée par son père. Tout jeune, l’enfant en reçut des leçons tirées de son expérience de kaymakam245. L’apprentissage se fit surtout littéraire : c’est à Konjic qu’on doit probablement situer les premières découvertes de la littérature orientale qui ouvrirent l’enfant aux choses de l’esprit. On ignore beaucoup des intentions éducatives d’Ibrahim Bey ; sans doute sa volonté d’enseigner à l’enfant les littératures de l’Orient se nourrissait de ses propres activités littéraires et artistiques ; elle s’irriguait des idées des novateurs ottomans : poursuivre la tradition orientale et islamique, parce que l’expérience de l’Occident ne la contredisait pas246. Safvet apprit le turc très jeune à la maison : l’une de ses premières lectures fut un livre à propos de Gazi Seyyid Battâl, un héros épique turc qui mourut pour l’islam. Ses navigations sont contées dans un roman populaire fameux, qui devait être celui de l’enfant. À la veillée, après que son père lui eut au matin expliqué les mots de lui inconnus, il devait avoir traduit le texte choisi et le réciter devant le voisinage réuni au foyer Bašagić à cette occasion, qui écoutait attentivement le gamin de douze ans conter les aventures du navigateur247. Ces récitations au coin du feu marquèrent vivement l’esprit de l’enfant qui, devenu vieil homme, s’en souvenait encore avec force. De même, il savait par cœur un certain nombre de vers du Terkib-i bend, une ode fameuse de Ziya Paşa écrite à la fin des années 1860 où il en appelait au sursaut patriotique des Ottomans contre leurs ennemis248. C’était un morceau d’anthologie dès cette époque. Bašagić confia encore sur le tard que « tout jeune, [il] avait appris beaucoup de noms des plus grands poètes orientaux, assis sur les genoux de son père. » Il se familiarisa, dans la limite de son entendement enfantin, avec les grands classiques orientaux Al-Mutanabbī (915-965, Arabe), Hafiz (v.1365-1389, Persan) et Fuzulî (m. 1555, Turc-ottoman)249. On lit ailleurs que Safvet « apprit le persan sous la conduite de son père Ibrahim Bey250 », sans qu’on puisse faire dater avec certitude de Konjic ces débuts.

  • 251 Détail recueilli des lèvres de Bašagić lui-même par Hamdija Kreševljaković dans « Život dr. Safvetb (...)
  • 252 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić. 6. V. 1870 - 6. V. 1930. », p. 322.
  • 253 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363. Des documents d’archives attestent l’ext (...)

144La tradition historique de la famille féconda en lui un talent d’historien : ayant eu l’occasion d’apprendre avec amour le passé de son pays et de sa famille, il connaissait, tout enfant déjà, tous les Bašagić et Redžepašić les plus notables251. Hamdija Kreševljaković affirme que « grâce à son esprit peu ordinaire, il observa et retint tout avec une précision incroyable, si bien que beaucoup de détails de l’histoire [de la Bosnie-Herzégovine] au xixe siècle ne doivent qu’à ses souvenirs d’être connus252. » Ce fait, peut-être moins indiscutable de nos jours qu’à l’époque où Kreševljaković écrivait, conserve une certaine réalité. L’ambiance familiale devait être toute patriarcale et la tradition y peser de tout son poids, avec cette marge de manœuvre que les idées nouvelles, accueillies par Ibrahim Bey, ménageaient dans les façons de penser. Safvet enfant appréciait son père et confia plusieurs fois, au crépuscule de sa vie, que plus que tout autre chose au monde, il aimait à le voir, s’asseoir en sa compagnie et parler avec lui. Il s’enflammait alors à le décrire : la dignité de sa marche et de son maintien, ses manières policées à l’égard de ceux avec qui il entrait en contact253.

  • 254 Mirza Safvet, « Mojim sinčićima », Pravda 8 (1926), 25, p. 5.

145Sans s’enthousiasmer sur un tableau pour une part idéalisé par le souvenir de Bašagić témoignant de son enfance, d’autre part embelli par l’œil de ses amis, nous ne nous étonnerons donc pas de voir le poète de 28 ans consacrer à son géniteur l’une des plus longues pièces de toute sa création et, à 56 ans, exhorter ses propres enfants sous forme versifiée, avec des mots qui sonnent comme sortis de la bouche d’Ibrahim Bey254. Celui-ci aura profondément imprimé sa marque dans l’âme de l’écrivain.

146Dans la vie de Safvet-beg Bašagić telle que la rapportent ses biographes, la figure maternelle d’Almasa Hanım n’apparaît jamais pour elle-même, soit en raison de la discrétion de son caractère, soit à cause des coutumes musulmanes, pour lesquelles la femme s’efface de la sphère publique. Bašagić l’évoque maigrement dans un poème de jeunesse – nous aurons l’occasion d’en reparler – mais nous n’en apprendrons rien de plus.

4. L’insurrection de 1882

  • 255 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 83-85.
  • 256 Mulić donne pour date de départ 1881 ; c’est lui qui semble le mieux renseigné (Konjic i njegova ok (...)

147Le destin de l’enfant et de sa famille allait se trouver une nouvelle fois mis en balance, sans qu’ils n’eussent rien décidé. Les troubles incessants que connaissait l’Herzégovine depuis un demi-siècle allaient faire un ultime soubresaut. La Double Monarchie parvint en quelques années à réaliser un exploit que les siècles précédents n’avaient point réussi à accomplir : réunir orthodoxes et musulmans sous une même bannière contre un ennemi commun. La population herzégovinienne manifestait régulièrement son mécontentement depuis 1878, et ce particulièrement à Nevesinje et dans le Nord, du côté de Foča. La question agraire éludée, la place mal dessinée de la province sur l’échiquier du droit international, écartelée entre Vienne et Istanbul, entretenaient une tension qui se banda dangereusement lorsque les nouvelles autorités s’avisèrent de faire appliquer la conscription à tous les nouveaux sujets (qui ne l’étaient pas du point de vue du droit strictement appliqué) de François-Joseph. Or, les Bosniaques et les Herzégoviniens n’étaient pas sujets austro-hongrois. La remise en question de la souveraineté ottomane sur les deux provinces était patente. L’effervescence gagna Mostar et Nevesinje à la fin de l’année 1881 ; le Gouvernement territorial envoya Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški dans la capitale herzégovinienne, car son origine du terroir, son influence et son renom pouvaient y calmer les esprits. Il les gagnerait à la cause qu’il servait lui-même avec tant de fidélité255. Il paraît probable que Bašagić quitta son poste à Konjic durant cette fin d’année, pour aller lui-même régler les affaires de ses propriétés foncières256.

  • 257 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 16.
  • 258 J. M. Č. [Jozo M. Čebular], « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2.
  • 259 ABiH GMF Präs, 1882/130, télégramme chiffré du 20. I. 1882 de Vuković à Szlávy (et non du 22. I. 18 (...)
  • 260 ABiH GMF Präs, 1890/37, du 14. I. 1890, Appel à Kállay : proposition de décoration pour Ibrahim Bey (...)

148Plus précisément, Ibrahim Bey démissionna à cette occasion – ou bien à la suite d’une « injustice » commise à son endroit par le Gouvernement territorial257, ou bien parce qu’il devait s’occuper de plus près de ses kmets258. La vérité embrasse probablement ces deux aspects à la fois : les autorités austro-hongroises, lorsque l’insurrection herzégovinienne éclata finalement, le 10 janvier suivant, s’efforcèrent de placer aux postes à responsabilité des personnes capables et sur lesquelles on pût pleinement s’appuyer259. Si son limogeage est dû aux autorités, il est certain qu’il y eut méprise, car celles-ci louèrent par la suite ses services en tant que kaymakam260. Blessé dans son amour-propre, il se serait replié sur ses terres. Si l’on imagine que certaines d’entre elles étaient sises à Nevesinje et ses environs, ce que l’on ignore actuellement, ce retrait serait d’autant plus naturel qu’elles se trouvèrent menacées par l’insurrection, qui se répandit rapidement du côté de Nevesinje.

  • 261 Aucune trace de lui dans les archives : ABiH GMF Präs 1882/140 (24. I) et 237 (11. II) mentionnent (...)
  • 262 Pour une présentation de Kállay détaillée mais souvent trop partisane, voir Kraljaćić, Kalajev reži (...)

149Du reste, rien ne permet de décrire les mouvements de Bašagić à l’hiver 1881 et au printemps 1882261. On ignore également comment il réagit en apprenant la nomination de Benjamin von Kállay (1839-1903) à la tête du ministère commun des Finances. Ce Hongrois loyal à la dynastie, brillant et ambitieux, jouissant de la considération de l’empereur, avait déjà servi à Belgrade et parlait la langue de Bašagić ; c’est en bonne partie grâce à lui que la crise de 1882 fut réglée, promptement et sans trop de remous. En prenant ses fonctions aux Finances communes, il opéra de nouveaux remaniements administratifs262, et c’est à cette période que les Bašagić montèrent sur Sarajevo.

5. Conclusion

150Fonctionnaire capable, Ibrahim Bey a su servir avec loyauté les autorités austro-hongroises et s’en faire remarquer sans pour autant croire un instant qu’il trahissait la cause ottomane. Son sens pratique, profondément ancré dans la réalité herzégovinienne, ne le laissait pas rêver au rétablissement effectif de l’autorité du sultan sur sa région : plutôt que parler vainement et entretenir une rancune cachée contre les occupants, il a œuvré dans la continuité des fonctions qu’il occupait avant 1878. L’ottomaniste actif du parlement s’est transformé en homme de terrain sans rupture véritable, parce qu’il est resté attaché à une même terre : l’Herzégovine. C’est encore l’éducation donnée à son fils aîné qui prouve l’état d’esprit dans lequel il se trouvait : tournée tout entière vers la sphère orientale, pénétrée de l’histoire familiale et attachée à un « islam vrai ».

G. L’installation à Sarajevo

  • 263 Il ne fit pas partie des diverses délégations de locaux qui partirent saluer François-Joseph en 187 (...)

151Âgé de quarante ans, désormais père de six enfants, Ibrahim Bey dut se rendre à Sarajevo avec l’intention de faire carrière et peut-être lui avait-on fait miroiter de belles perspectives. Le déplacement géographique équivalait à une ascension sociale certaine, ne fût-ce que du simple fait qu’en rejoignant la capitale, il s’exposait au plus près des yeux du Gouvernement territorial et pourrait s’en faire distinguer rapidement. De plus, il venait grossir les rangs des Sarajéviens, les seuls musulmans chez qui existât encore un semblant de vie politique dans la province et qui eussent lancé quelque action ou manifestation après 1878. Stationnant en province jusqu’en 1882, Ibrahim Bey n’avait participé à aucune d’entre elles, et n’avait jamais été choisi par le Gouvernement territorial pour représenter à Vienne la population de confession musulmane, de province ou de la capitale263.

  • 264 Kamenica, « Dr Safvetbeg Bašagić », 16364 (01/01/1994), p. 12.
  • 265 ABiH LR Gen, 1910/I.A 86.60, le 29. XII. 1908.

152Après une probable étape à Dolac, à l’Ouest de la ville, où Ali Paşa Čengić, frère d’Almasa Hanım, tenait une grande propriété, la famille s’installa rue Kečina, en centre-ville, où Ibrahim Bey fit construire une grande maison à deux étages, aménagée avec de vastes chambres lumineuses264, comme le veut le canon architectural pour les maisons beylicales de Bosnie et d’Herzégovine. Elle était entourée d’une cour et possédait une annexe avec cour secondaire et étable265. Sur le moment, cette installation se déroula sûrement de façon quasi discrète : en ce début de l’occupation austro-hongroise, nombreux furent ceux qui, comme les Bašagić, s’établirent à Sarajevo, dont la transformation rapide tant du point de vue de l’urbanisme, de l’architecture et de l’économie, que de la composition ethnico-religieuse, allait en faire le centre incontesté de la vie provinciale.

153Le principal auteur de cette transformation fut Kállay. Le nouveau gouverneur était un ambitieux ; il avait rêvé, en 1869, de « régner sur un peuple » un jour. Humaniste héritier des Lumières et du joséphisme, rejeton d’une famille hongroise d’ancienne noblesse, il pensait que le mandat de l’Autriche-Hongrie en Bosnie-Herzégovine lui avait été donné au nom de principes économiques (régler la situation agraire), mais surtout pour y représenter et infuser la civilisation européenne, ainsi que pour y mettre en place un État de type moderne. Il avait tout d’un administrateur autoritaire, mais brillant et maîtrisant parfaitement son domaine ; après une traduction de jeunesse de John Stuart Mill (1806-1873), son activité avait montré qu’il conciliait des vues assez libérales en matière économique avec un protectionnisme solide en matière politique et administrative.

154Le nouveau ministre commun des Finances craignait le centralisme germanique au sein de la Monarchie et considérait d’un œil favorable l’alliance des Hongrois avec les autres peuples non germains, contrairement à beaucoup de ses compatriotes. Ces vues conservatrices du dualisme instauré en 1867 expliquent son intérêt pour les Serbes de Hongrie puis pour la Bosnie-Herzégovine. Parlant couramment le serbo-croate (quoiqu’il n’entretînt aucun lien familial, hormis un très lointain ancêtre, dans cette aire linguistique), bon historien de la Serbie et, comme nous le verrons, de la province qui lui était confiée, il avait surtout compris les enjeux des nationalismes qui y prenaient naissance et a manœuvré en conséquence afin de conserver à la Couronne habsbourgeoise ce territoire qu’il avait certainement depuis toujours l’intention de voir annexer. La production yougoslave, à maints égards de type post-colonialiste et contestatrice de l’« ethnocentrisme européen », a dénigré les valeurs positives de l’« ère Kállay » en accusant l’égoïsme du personnage et son machiavélisme ; il faut plutôt voir qu’il a manœuvré habilement dans la perspective qui était la sienne, certes avec autoritarisme mais aussi avec conviction.

155Il s’attela à remanier de fond en comble le fonctionnariat et l’organisation de la province avec l’intention de la moderniser. Le 9 août 1882 fut nommé un nouveau chef territorial (Landeschef), le baron Johann von Appel (1826-1906) ; et c’était déjà Hugo von Kutschera (1847-1909) qui présidait aux destinées de la vie civile de la Bosnie-Herzégovine, quoiqu’il ne fût officiellement nommé adlatus civil qu’en 1886. Ces deux personnages, tout dévoués à Kállay, d’orientation conservatrice, allaient seconder le nouveau ministre dans ses projets politiques pour la province.

1. Serviteur loyal du pouvoir en place

  • 266 ABiH LR Präs, 1882/1960, du 25. IX. 1882.
  • 267 ABiH LR Präs, 1884/809, du 18. IX. 1884.

156Ibrahim Bey effectua certaines missions pour le Gouvernement territorial, qui mit à profit sa connaissance de l’Herzégovine orientale pour y sonder la situation à l’automne 1882. Dans le rapport qu’il remit, à son retour de Gacko, on voit en effet qu’il possède parfaitement les personnalités locales et les enjeux qui se trament dans les derniers relents de l’insurrection, autour des agitateurs musulmans ou orthodoxes266. Au reste, le rapport n’a pas grande valeur en lui-même, sachant que l’insurrection ne représentait plus un problème majeur à cette date. En septembre 1884, les autorités enverraient Bašagić une seconde fois à Nevesinje pour y juguler le mouvement d’émigration qui s’y manifestait. Les paysans musulmans avaient pris peur de certains bruits, selon lesquels les dépenses extraordinaires faites en 1882 par le Gouvernement, à l’occasion de l’insurrection, incomberaient à leur charge, comme rançon des remises de peine et des amnisties que Kállay avait accordées. Ces bruits n’étaient pas fondés. Là encore, dans le rapport final, on rendait justice à Bašagić de la notoriété et de l’influence dont il jouissait dans son pays d’origine ; il avait su présenter à cette « population ignare » les bonnes intentions du Gouvernement à son égard ; et depuis son retour à Sarajevo, seulement cinq demandes d’émigration avaient été déposées au commissariat de Nevesinje267.

  • 268 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 66-72 ; Šehić, Autonomni pokret, p. 22-24.

157Agent spécial au service de Kállay, Ibrahim Bey jouissait, dès ses débuts à Sarajevo, de la faveur du Gouvernement territorial. Dès qu’il s’était installé, il avait été démarché par les autorités pour participer à l’élection du reis-ul ulema, le nouveau chef religieux musulman de la province, dont Vienne, en accord avec Istanbul et les autorités religieuses musulmanes locales, décida la création en 1881268. Ce processus électoral se déroulant au niveau provincial rompait avec la tradition islamique ottomane, qui faisait dépendre les musulmans des provinces du şeyh-ül islam d’Istanbul, tandis que les affaires juridiques étaient traitées par le kadiasker de Roumélie. Les quatre mouftis de Bosnie et d’Herzégovine étaient normalement nommés par ce dernier. Le but de la manœuvre était de couper le cordon ombilical avec Istanbul.

  • 269 1834 est la date que l’on trouve généralement pour sa naissance ; mais d’après « Mustafa beg Fadilp (...)
  • 270 Alija Nametak, Sarajevski Nekrologij, p. 128. On ne trouve pas trace de cette anecdote aux archives (...)

158Avec les musulmans les plus en vue auprès des occupants, tels Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški et Mustafa Nuri Bey Fadilpašić (1834-1892)269, premier des notables de Sarajevo, Ibrahim Bey devait aider à désigner une personnalité qui donnât aux Austro-hongrois du crédit auprès de la population musulmane. D’après Alija Nametak, qui le rapporte de Safvet-beg Bašagić, Ibrahim Bey ne supportait pas Fadilpašić et aurait participé à une fraude électorale : Fadilpašić avait été désigné par les autres membres du groupe comme reis ; mais ceux qui dépouillaient effacèrent discrètement son nom sur quelques bulletins pour le remplacer par celui d’Omerović, alors moufti de Sarajevo270. Il va sans dire qu’Omerović, jusque-là moufti, était bien plus apte à remplir ces fonctions que Fadilpašić et qu’il jouirait d’une autorité bien plus considérable auprès de la population. Sa nomination fut entérinée par décret le 17 octobre 1882.

  • 271 Šehić, Autonomni pokret, p. 24.

159Aucun document d’archives ne vient confirmer ces événements, de près comme de loin : nulle part il n’est fait allusion à un vote parmi les musulmans de Sarajevo qui aurait permis de désigner un reis. Quand même il aurait eu lieu, ce vote ne joua très probablement qu’un rôle purement consultatif ; Kállay savait par ailleurs que Fadilpašić, le seul concurrent sérieux d’Omerović, possédait moins parfaitement le droit que ce dernier, ce qui représentait un obstacle majeur pour remplir correctement les fonctions de reis ; selon le ministre, ce furent ces circonstances qui le poussèrent à préférer Omerović271.

  • 272 J. M. Č. [Jozo M. Čebular], « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2 ; Bericht ü (...)

160Fadilpašić devait bientôt trouver consolation après cet échec. Après la mise en place d’une autorité religieuse, les Austro-hongrois décidèrent d’organiser les vakf. Les vakf sont des fondations pieuses musulmanes, instituées par legs et pouvant comprendre toutes sortes de biens (immobiliers, fonciers, autres) dont les produits doivent servir à l’entretien de la communauté islamique dans sa dimension religieuse (ils servent notamment à rémunérer les cadres religieux) et, de façon annexe, dans ses dimensions humaines (charité, instruction) et matérielles (entretien des mosquées et autres bâtiments), de même qu’à la rémunération des administrateurs du vakf lui-même. Leurs ressources économiques représentent pratiquement l’unique soutien de fond pour la vie communautaire des musulmans. Ils représentent une part non négligeable des ressources économiques des diverses provinces. Dans la mesure où le Gouvernement territorial, juste après l’occupation, avait reçu la mission d’administrer la Bosnie et l’Herzégovine sans que les coûts de cette administration entrassent dans aucun budget des parlements autrichien et hongrois, mais en gérant les richesses de la province elle-même, les vakf étaient une source financière à exploiter en première priorité, à côté des impôts sur les récoltes et la propriété. À la demande de vingt et un notables musulmans de Sarajevo (dont ne faisait pas partie Ibrahim Bey), exprimée en 1881, il fut ainsi décidé de former une Commission provisoire, dont la mission était d’inventorier tous les vakf de Bosnie et d’Herzégovine, ainsi que de rédiger des statuts qui les organiseraient sur l’ensemble du territoire. Elle fut formée par décret le 13 mars 1883 ; Fadilpašić en fut nommé président, et Bašagić contrôleur (mufettiş), c’est-à-dire bras droit exécutif du président. Appointé à 2 000 florins par an, Ibrahim Bey était plus précisément rémunéré sur les recettes des vakf ; mais au début, comme aucune entrée n’avait été matériellement possible, il fut pris en compte sur le budget territorial. Aucune trace de cette nomination n’a été conservée ni dans les archives, ni dans la presse272.

  • 273 Voir par exemple « Iz društva », Sarajevski list 6 (1883), 27 (8/03), p. 2.

161Ibrahim Bey prit ainsi rapidement place parmi les personnages les plus influents de la communauté musulmane à Sarajevo et, avec la centralisation des pouvoirs que l’occupation mit en place, il devint un homme véritablement connu dans toute la province. Cependant, il n’avait pas la notoriété d’un Kapetanović ou d’autres musulmans collaborant avec le nouveau régime ; dans la chronique mondaine des journaux sarajéviens, son nom n’apparaît pas encore, malgré sa position intéressante273.

  • 274 Plus précisément sur l’activité d’Ibrahim Bey, on ne sait pas grand-chose non plus, les fonds d’arc (...)
  • 275 Spaho, « Pedeset godina », p. 73.
  • 276 Bericht über die Verwaltung 1906, p. 126.

162Pour ces premières années, on ne sait pas grand-chose des agissements de la Commission provisoire, car très peu de pièces nous sont parvenues de cette époque274. Stefan von Kvassay, le représentant du Gouvernement territorial qui, statutairement, siégeait de façon permanente à la Commission et son véritable moteur, se fixa comme tâche première d’évaluer la situation ; en février 1884, il déposa un excellent rapport275, à la rédaction duquel, on peut l’imaginer, Bašagić participa. Le travail fut ensuite organisé de telle sorte que l’inventaire des vakfs progressa rapidement. En septembre 1884, on mit en place dans chaque région (Bezirk) des Commissions régionales de vakf, présidées par un cadi assisté d’un imam et d’un enseignant (müderris) ; ils avaient pour tâche d’inventorier les moyens, les bâtiments et les fonctionnaires des vakfs276.

  • 277 J’ignore la date d’entrée en service de Krcsmárik dans ces fonctions ; il les occupait en 1887 (Spo (...)
  • 278 IAS, BS – 165, Krcsmárik à Safvet-beg Bašagić, 14. XI. 1902.

163Ibrahim Bey planifiait la rationalisation de l’économie des vakfs, ce que reconnaissaient les fonctionnaires venus d’autres provinces austro-hongroises qui l’entouraient. Ainsi, il sympathisa avec le conseiller gouvernemental aux affaires musulmanes, le Hongrois János Krcsmárik, qui était un orientaliste assez reconnu277. Celui-ci l’estimait comme un homme aussi profondément religieux que rationaliste, chez qui la foi dans le progrès jaillissait de la foi musulmane278.

  • 279 Et non le 14 mai 1887, comme l’on trouve souvent. Voir Spomenica šeriatske sudačke škole u Sarajevu (...)
  • 280 Mazalić, Leksikon umjetnika, p. 25. Au même endroit, on trouve qu’Ibrahim Bey a également composé l (...)
  • 281 Lorsque je me suis rendu à Sarajevo en été 2004, le personnel de l’ancienne École (devenue faculté (...)

164Ainsi, c’est en tant qu’officiel et zélateur d’un renouveau bosno-musulman qu’il participa le 19 décembre 1887 à l’ouverture de l’École de magistrature chériatique (Šerijatska sudačka škola)279. Entreprise par le Gouvernement territorial, l’édification de ce bâtiment, que son architecte Josip Vancaš (1859-1932) conçut dans un style néo-mauresque, mit à l’œuvre Ibrahim Bey lui-même, qui calligraphia probablement toutes les engravures littérales du bâtiment, et certainement l’inscription placée au-dessus de la grande porte d’entrée. En 1967, l’historien de l’art Đoko Mazalić (1888-1975) estimait encore que cette œuvre représentait le sommet de l’art calligraphique en Bosnie-Herzégovine280. Selon toute vraisemblance, elle a malheureusement disparu281.

2. Activité de publiciste

165Occupant un poste qui devait lui laisser un peu de temps libre, ayant atteint un âge mûr et acquis de l’expérience, Ibrahim Bey renoua avec la formation intellectuelle de sa jeunesse en plongeant dans le monde de la biographie. De nombreux historiens ottomans ont composé des registres biographiques sur les écrivains et les hommes politiques importants d’une période donnée ; il prit leur suite, mais avec cette spécificité que ses articles ne présentèrent au public que des hommes nés en Bosnie-Herzégovine.

  • 282 Voir Bosna ve Hersek salnamesi, 3 (1302/1884), 2e partie : « [Hasan Kafi efendi Pruščak] », p. 1-6  (...)

166Dans l’almanach que le Gouvernement territorial, après une interruption de deux ans, continua à publier en ottoman, sous le titre Almanach du vilayet de Bosnie-Herzégovine (Bosna ve Hersek vilayeti salnamesi), il fit en effet publier une série de notices, pour certaines un peu longues, sur des personnages ottomans – quelques-uns fameux dans tout l’Empire, d’autres connus uniquement en Bosnie ou en Herzégovine – dont le point commun était leur origine bosno-herzégovinienne. Ses premières productions s’intéressaient à des littérateurs et hommes politiques des xvie et xviie siècles. On y lisait, d’une part, pour les hommes de lettres, la vie de Hasan Kafi de Prusac (1544-1615), du cheikh Yuyo (1651-1707), d’Ahmed Mujezinović (v.1650-ap.1686), d’Ahmed Sudi (v.1540-v.1595), et de Mustafa de Prusac (v.1700-1755) ; d’autre part, pour les hommes d’État, la vie de Mehmed Paşa Sokolović (v.1505-1579), de Gazi Husrev Bey (m. 1541), et de Ferhad Paşa Sokolović (m. 1589)282.

167Bien qu’il ne l’indique pas, on peut délimiter de la façon suivante le corpus des sources dont se servit Ibrahim Bey : pour les hommes de lettres, comme il ignorait l’allemand, il ne sut pas se servir de la monumentale Geschichte der osmanischen Dichtung de Joseph von Hammer-Purgstall (1774-1856), célèbre orientaliste autrichien qui avait compilé une pléthore de renseignements sur un nombre non moins pléthorique d’auteurs ottomans. Il tirait donc ses informations d’histoires littéraires ou de recueils biographiques sur les poètes et littérateurs ottomans qui existaient en Bosnie-Herzégovine, sous forme de manuscrits, dans diverses bibliothèques. Comme il n’écrivit rien de tel avant 1883, tout pousse à croire que ce fut à Sarajevo qu’il consulta ces ouvrages, qu’on trouvait notamment à la riche bibliothèque de la mosquée Gazi-Husrev-Bey.

  • 283 Šabanović, Književnost Muslimana, « Salih Sidki Hadžihusejnović-Muvekit », p. 592.
  • 284 Renseignement donné par Traljić, « Hafizi-kutubi », p. 47. Muvekkit mourut le 12 mars et la nécrolo (...)

168Cette éventualité s’avère d’autant plus plausible que, dans cette institution, il pouvait rencontrer l’astronome de la mosquée, Salih Sidki Hadžihuseinović (1825-1888), dit « l’Astronome » (Muvekkit). À côté de ses observations, celui-ci s’occupait en même temps de la rédaction de l’almanach provincial, aussi bien pour les éphémérides que pour les contributions littéraires et autres remplissant la seconde partie du volume. En ce temps-là, il rédigeait aussi, en ottoman, une histoire de la province bosniaque sous les Ottomans, et Ibrahim Bey attira l’attention du public sur ce travail monumental en 1884283. Il est probable qu’un examen attentif des notices du muffetiş concernant les Sokolović et Husrev Bey montrerait qu’il s’y inspira largement de l’ouvrage de l’Astronome. L’amitié entre les deux hommes doit ainsi être prise comme un fait acquis dès 1883, soit peu de temps après l’installation des Bašagić dans la capitale ; elle sera si grande qu’Ibrahim Bey rédigera la notice nécrologique de ce dernier à sa mort, le 12 mars 1887, et ne publiera plus par la suite dans l’almanach284.

  • 285 Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa moje biblioteke », p. 207. Dans le catalogue Blaškovič, le s (...)

169Il est également vraisemblable qu’Ibrahim Bey se servit d’ouvrages qu’il possédait dans sa bibliothèque personnelle de manuscrits. On ne sait pas quand il en débuta la collection, ni la date à laquelle il acquit certains ouvrages, ni lesquels, précisément, il acquit ; l’on n’y trouve aucun compendium biographique de poètes ottomans, mais certains des lettrés qu’il étudie y sont représentés par quelques ouvrages285.

  • 286 « Turski list “Vatan” », Sarajevski list 7 (1884), 83 (27/07), p. 2 ; Kruševac, Bosansko-hercegovač (...)

170Au cours du premier semestre 1884, Ibrahim Bey se lança dans une entreprise de plus grande envergure encore. Avait germée l’idée d’un journal, imprimé à Sarajevo, qui serait rédigé en ottoman. Le porteur du projet devant les autorités, qui se proposait aux fonctions de rédacteur en chef, était Mehmed Hulusi (1849-1907). Celui-ci avait déjà une expérience dans le domaine, puisqu’il avait occupé les mêmes fonctions au journal de l’éphémère vilayet d’Herzégovine, titré Neretva, en 1876, et qu’Ibrahim Bey devait connaître depuis cette époque au moins. En qualité de président du Conseil des oulémas (ulema-medžlis), Hulusi déposa une demande au Gouvernement territorial, où il indiquait simplement la nécessité d’un tel journal pour la population musulmane, dont la majorité ne savait pas l’alphabet latin. Le but était de propager la « culture », ainsi que de délivrer des informations exactes et d’éclaircir les lois et décrets donnés en langue bosniaque286.

  • 287 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 187-9. Le développement de Kraljačić met en lumière ses présupposés an (...)

171C’était le second journal communautaire qui demandait à voir le jour à Sarajevo ; cette requête avait été précédée de peu par une initiative orthodoxe. Le Gouvernement territorial avait tout intérêt à développer, voire lancer de ces initiatives pourvu qu’elles fussent confiées à des personnages loyaux à la dynastie et au régime. L’existence de tels intermédiaires permettraient d’établir un contact quasi inexistant entre la population et les nouvelles autorités, ainsi que de mobiliser des fonctionnaires plus ou moins obligés de souscrire à ces parutions. Hulusi correspondait aux critères voulus ; la concession fut accordée et le premier numéro sortit le 12 septembre 1884 sous le titre turco-ottoman Vatan (La Patrie). Selon toute vraisemblance soutenu financièrement par les autorités austro-hongroises dès ses premières années, le journal se préoccupait en premier lieu de l’actualité ottomane et bosno-musulmane. Loyal au Gouvernement territorial et à la dynastie, il est certainement exagéré de trouver dans les entrefilets qui y parurent un fonds anti-serbe systématiquement cultivé287 et commandé de Vienne : Hulusi avait ses propres raisons de se méfier de ses voisins monténégrin et serbe, mais ne pouvait guère alimenter de polémique nationaliste, qui ne s’était pas encore développée dans la seconde moitié de la décennie 1880.

  • 288 Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 186.

172En revanche, il est clair qu’avec son titre, avec la langue utilisée, Vatan cherchait avant tout à endiguer le flux migratoire en direction de l’Empire ottoman et à flatter les musulmans dans leur rêve ottoman. C’était une manœuvre volontariste, sachant que très peu d’entre eux lisaient le turco-ottoman. Quoique ne disposant pas encore de statistiques à ce sujet, le Gouvernement territorial ne pouvait pas ne pas se douter que le taux d’analphabétisme était, parmi eux, extrêmement élevé ; le but était de se rapprocher de la part cultivée de la population, en premier lieu les oulémas et le fonctionnariat musulman, et d’agir à travers eux sur la population. La première année, le projet atteignit son but d’une façon remarquable, car l’on comptait de 600 à 700 souscripteurs288.

  • 289 En revanche, on ne trouve pas trace de ce renseignement aux archives. N’ayant pas pu consulter le j (...)
  • 290 Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 185.

173On trouve un peu partout qu’Ibrahim Bey fut lui aussi rédacteur de l’hebdomadaire, en même temps que Hulusi289. Il faut ainsi certainement lui attribuer la paternité des numéros de lancement, car Hulusi s’était alors absenté à Istanbul et n’avait pas pu assurer sa tâche de rédaction290. En l’occurrence, peu d’articles du journal étant signés, il est impossible de savoir quels sont ceux qu’Ibrahim Bey put écrire.

  • 291 Pour les références, voir Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 34.
  • 292 Grozdanić, « Dosadašnja izučavanja književnosti », p. 54. On ne sait si Grozdanić pense uniquement (...)

174Dans le cadre de ce projet politique, peu d’articles de facture littéraire parurent : Ibrahim Bey donna à lire quelques gazels et chronogrammes en ottoman291, ainsi que, peut-être, de très lapidaires biographies sur des auteurs bosno-ottomans d’expression arabe292. Il signait « Edhem ». Safvet-beg Bašagić traduisit en bosniaque un distique de son père qui apparemment fut publié dans le journal :

  • 293 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, 1986, p. 222. Ahmet désigne ici Mahomet. La traduction métaphorique (...)

Ton nom glorieux semble s’exalter et s’éterniser, en cette nuit où naquit avec splendeur la fierté de tout [le créé].
Sans doute aucun s’adoucissent les biens par lesquels coulent bénédiction et salut ; cœur et âme s’illuminent du souvenir de l’élu divin.
O Edhem, si tu veux t’engager sur la voie qui mène au salut, toujours pense et souviens-toi d’Ahmed, lui qui montre les vraies voies293.

  • 294 « [Nergisi] », Bosna ve Hersek salnamesi 4 (1303/1885), 2e partie, p. 8-9 ; « [Muhamed efendi Čajni (...)
  • 295 « [Sinan-beg Bajramović] », Bosna ve Hersek salnamesi 4 (1303/1885), 2e partie, p. 13-15 et « [Must (...)

175Parallèlement à ces nouvelles occupations, Ibrahim Bey persévéra, avec une moindre ampleur, dans ses notices biographiques pour l’almanach provincial. Y parut en 1885 celle de Nergisī (v.1586-1635), poète ottoman fort célèbre originaire de Sarajevo, de Muhamed Efendi de Čajniće, de Mehmed Skeyo (v. 1760-1812) et de Derviş Paşa de Mostar (1566-1603)294. Aucun de ces quatre personnages ne s’était illustré ailleurs que dans les lettres ; mais il consacra deux autres notices, plus fournies, sur des personnages politiques : Sinan Bey Bajramović (m. ap. 1584) et Mustafa Paşa Sokolović (m. 1580)295.

  • 296 Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272.

176Au foyer Bašagić, l’ambiance est tout à la poésie et à l’histoire ; le petit Safvet, et ses frères et sœurs dans une moindre mesure, en tireront parti, par l’émulation culturelle qui en résultait. L’aîné, âgé de treize ans, gardait toutes ces choses en mémoire et les portait en son cœur. Plus tard, il datera précisément de cette époque les débuts de son intérêt pour le passé provincial ; comme il n’avait pas de cours d’histoire à l’école, il faut en conclure que ce fut de son père qu’il reçut son goût pour la matière296.

3. Formation de Safvet-beg adolescent : l’ouverture aux influences extérieures

  • 297 Les divers critiques se contredisant, la seule source digne de crédit qui nous dise quelle fut la s (...)
  • 298 Ćurić, Muslimansko školstvo, p. 206. La durée moyenne de l’enseignement reçu au mekteb était de cin (...)

177À son arrivée dans la capitale, Ibrahim Bey avait envoyé son aîné, alors âgé de douze ans, poursuivre sa scolarité au mekteb, probablement durant deux ans297. On ignore les motifs qui poussèrent le müffetiş à retarder ainsi la progression de l’enfant, de trois ou quatre ans l’aîné de ses camarades de classe298 – un retard qui serait une constante de sa scolarité. On peut penser qu’il n’accordait qu’une confiance mêlée de prudence aux écoles secondaires de type civil installées à Sarajevo. Ces écoles, appelées rüşdiye, étaient le fruit des réformes lancées par Mustafa Reşid Paşa (1800-1858) au milieu du xixe siècle ; laïques et d’État, elles avaient été fondées avec, pour horizon, le recrutement des basses classes du fonctionnariat et ouvraient l’enseignement aux matières profanes (arithmétique, algèbre, géographie, turco-ottoman) afin de donner la possibilité à tout garçon âgé de dix à quinze ans, musulman ou non, de s’instruire et de pénétrer l’appareil administratif de l’Empire. Dans la pratique, on ne sait que peu de choses sur leur fonctionnement dans la province bosniaque.

  • 299 Il n’y en avait notamment pas à Konjic en 1870-1871 – voir Nurudinović, « Bosanske salname », p. 26 (...)
  • 300 Ćurić, Muslimansko školstvo, p. 234-239.
  • 301 Ćurić donne Alija Faginović pour deuxième enseignant de langues orientales à la rüşdiye ; mais sur (...)
  • 302 IAS BS – 1.

178Les quelques établissements de ce type qui existaient dans le vilayet de Bosnie-Herzégovine disparurent en 1882299 : l’occupant s’était proposé de réformer en profondeur leur organisation en les réservant aux enfants de confession musulmane, dont l’éducation serait désormais confiée à des « instructeurs religieux » qui, avant d’occuper leur poste, recevraient une formation délivrée par l’État. La nouvelle rüşdiye de Sarajevo ouvrit ses portes dans les locaux de l’ancienne école, le 7 avril 1884, et commença à fonctionner officiellement le 1er septembre de la même année, bien que les cours eussent débuté dès l’ouverture300. De son nouveau nom « École populaire pour enfants de la commune de Sarajevo », elle avait à sa tête l’instituteur Franjo Paulin, secondé, entre autres, par Ibrahim-beg Repovac (1860-1900)301, enseignant en langues orientales. Bašagić père y envoya son fils dès le 1er septembre 1884302.

  • 303 Mulić, « Vjesnici naprednijeg tumačenja », p. 104.
  • 304 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 68-69.
  • 305 Milićević, « Dr. Safvetbeg Bašagić-Redžepašić. », Glasnik..., p. 6.
  • 306 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.
  • 307 Anonyme [Alija Nametak], « Podvala kao povijesni dokumenat », p. 64.

179La figure de Repovac allait jouer un rôle de première importance dans l’éducation intellectuelle du petit Safvet. Il avait jusque-là été sous la férule de son père, uniquement ; on peut considérer que ses autres maîtres comptèrent peu. Avec Repovac, l’enfant allait commencer une lente émancipation de la tutelle intellectuelle qu’exerçait sur lui la figure paternelle. L’enseignant était originaire de Konjic ; il y avait été instruit notamment par Omer Humo, que nous avons déjà rencontré ; la bataille que menait Humo pour un islam orthodoxe qui se servît tout de même de la langue maternelle comme moyen d’expression dut influencer ses élèves, parmi lesquels Repovac. Monté à Sarajevo pour y achever ses études, celui-ci s’adonnait à des lectures complétant sa formation juridique et religieuse, afin de parfaire sa connaissance du monde tel qu’il est. Ses talents d’écrivain éclateraient un peu plus tard ; mais dès les années de sa formation à Sarajevo, il lisait les livres de la Matica Hrvatska (société culturelle croate)303. Son zèle fut remarqué par son professeur, le reis Omerović, qui le prit sous sa protection ; il devait bientôt devenir son gendre. Omerović le désigna tout d’abord comme assistant à son cours ; puis, en même temps que la rüşdiye ouvrit ses portes, Repovac obtint l’examen qui lui conférait la charge d’y enseigner les langues orientales304. Personnalité proche de celle d’Ibrahim Bey, Repovac se présentait à la mémoire de Safvet-beg Bašagić devenu adulte sous la figure d’un initiateur inspiré, enthousiasmant. C’est lui qui lui enseigna de façon systématique les langues et littératures orientales305 ; c’est lui qui l’introduisit aux charmes de l’Orient et de la poésie persane306 ; c’est lui aussi, peut-être, qui l’incita à se lancer dans l’écriture : dès cette époque, l’adolescent, âgé de quatorze à quinze ans, composait des vers307.

  • 308 Hormis, la première année, en géographie, sciences naturelles et aussi en calcul, trait symptomatiq (...)

180Ses bulletins scolaires donnent une idée de ce qu’il apprit durant un an et demi : instruction religieuse, grammaire, écriture, géographie, géométrie, sciences naturelles, calcul formaient le fond des enseignements, que venaient renforcer des cours de turc, d’arabe et de persan. On remarquera l’absence d’enseignement en histoire. Partout il était bien noté, en toute circonstance il eut un comportement très satisfaisant308.

  • 309 Ćurić, Muslimansko školstvo, p. 239.
  • 310 E. Bulbulović prétend que Bašagić était en quatrième classe de rüşdiye en 1885-1886 – ce que dément (...)
  • 311 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 16.
  • 312 IAS BS – 2.

181Cette scolarité à l’ottomane allait bientôt cesser. Contrairement à ses camarades, qui devaient passer un examen final au bout de la troisième année309, Bašagić n’assista qu’au premier semestre de la troisième classe en 1885-1886310. À la rentrée, il avait suivi, en même temps que les cours de la rüşdiye, ceux de première classe au Grand gymnase de Sarajevo en tant qu’auditeur libre311 ; puis, à sa demande, la direction de la rüşdiye lui délivra le 3 janvier 1886 un certificat de scolarité, avec ses notes, car il avait décidé de présenter à la maison les examens d’entrée en première année du gymnase312.

  • 313 Kreševljaković, Sarajevo za vrijeme austrougarske uprave (1878-1918), p. 45.
  • 314 Žakula, « Iz mladih dana », p. 138 ; Kraljaćić, Kalajev režim, p. 246.

182Il y avait en effet à Sarajevo, comme dans toutes les villes importantes de l’Empire austro-hongrois, un gymnase. L’administration avait dès son arrivée refondé le système scolaire du pays afin de le conformer à l’enseignement généralement délivré au sein de la Monarchie. Elle créa d’abord, en novembre 1879, un gymnase d’orientation technique (Real-Gymnasium), qu’elle restructura en gymnase classique (Obergymnasium) en 1883313. À ses débuts, l’établissement accueillait des adolescents d’horizons géographiques assez divers, notamment des Autrichiens et des Tchèques, ainsi que quelques Croates de Croatie. La plupart étaient fils de fonctionnaires et habitaient Sarajevo. En 1886-1887, lorsque Safvet-beg y commença sa scolarité, on trouvait 49 de ces élèves sur un total de 168314.

  • 315 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 247.

183L’adolescent était entré en conflit avec son père lorsqu’il avait déclaré vouloir s’inscrire au gymnase. Ibrahim Bey avait émis le désir que son fils poursuivît ses études supérieures à Istanbul ; il suivrait ainsi la voie tracée par ses pères et verrait s’ouvrir devant lui la possibilité d’une ascension professionnelle intéressante. C’est la logique ottomaniste qu’il avait toujours suivie, qui poussait le père à garder les yeux braqués sur le Bosphore ; il est peu probable que ce refus trouve son origine dans le fait qu’Ibrahim Bey eut conscience que la plupart des gymnasiastes de Sarajevo étaient voués à de médiocres carrières de fonctionnaire315. En cultivant ces ambitions pour son premier rejeton, Ibrahim Bey montrait que le centre du monde demeurait, à ses yeux, Istanbul, et que la nouvelle situation politique de sa province lui importait peu : le cours des choses se poursuivait identique à l’avant-1878. En l’absence de document plus précis, seul ce désir d’envoyer son fils à Istanbul laisse soupçonner sa position quant au statut de droit international de la Bosnie-Herzégovine. Celui-ci était moins que clair : le congrès de Berlin stipulait que le Sultan conservait la souveraineté nominale des deux provinces, quoiqu’elles fussent confiées à l’administration de l’Autriche-Hongrie. Ibrahim Bey resta fidèle à Istanbul, sinon politiquement, du moins en esprit et dans ses réflexes de père et d’éducateur.

  • 316 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.
  • 317 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362-363.

184C’est ce que confirme Safvet-beg Bašagić dans un poème autobiographique, où il dénonce la peur qui hantait les musulmans à cette époque, y compris Ibrahim Bey, face au système scolaire de la Monarchie316. L’opinion publique de la communauté n’était guère favorable – c’est un euphémisme – à l’enseignement à l’européenne, et les jeunes musulmans, que la muette malveillance des habitants persécutait dans la rue, devaient se rendre à l’école leurs manuels scolaires sous le manteau. La position de Bašagić lui-même illustre très bien cette ambiance : il posséderait deux séries de livres, les uns qui resteraient à la maison, sur lesquels il apprendrait, les autres laissés dans les casiers de l’école pour s’en servir sur place. Cela, simplement afin d’éviter d’avoir à les porter devant tout le monde317.

185On peut se demander ce qui poussait le jeune Safvet à vouloir absolument se former au gymnase. Malheureusement, on n’en sait absolument rien et il est trop hasardeux de spéculer sur ses intentions. Une amitié d’enfance eût-elle suffit à le pousser là où peu de musulmans allaient ? Dans la classe qu’il intégra se trouvaient le jeune Ibrahim-beg Defterdarović (1872- ?) et son frère Ahmed ; le premier serait un compagnon de toujours de Bašagić.

  • 318 Anonimus [Osman Nuri Hadžić], Muslimansko pitanje u Bosni i Hercegovini, p. 16-17.

186S’extrayant hors de la masse de ses coreligionnaires, le jeune Safvet se scolarisa à l’européenne. Cet exemple reste exceptionnel : sous prétexte qu’ils auraient manqué à la maison, nombre de familles se refusaient à laisser partir leurs enfants, réalisme solide que venait renforcer la crainte que l’enseignement de ces infidèles ne leur fît perdre la foi318. Même si ce fut au départ contre la volonté de ses parents que l’enfant fréquenta le Grand gymnase, Ibrahim Bey faisait donc figure de novateur dans le monde de l’islam bosniaque en tolérant cette scolarité. Il allait plus loin que les modernistes modérés du pays, qui s’étaient laissés persuader par le nouvel état de choses, mais à contrecœur, en quelque sorte.

  • 319 Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », p. 76-77.

187Pour situer Bašagić dans cette constellation, on peut s’intéresser à une anecdote que narre Mehmed Faik Alagić. Parti en 1863 avec le frère d’Ibrahim Bey pour servir dans la garde personnelle du sultan, Alagić incarne un loyalisme sans défaut de fonctionnaire dévoué, au service de la cause ottomane aussi bien que du régime austro-hongrois ; c’est aussi un pieux musulman. Dénué de préjugés, esprit rationaliste et vif, Alagić interdit malgré tout à sa femme de frayer non seulement avec des hommes « étrangers », c’est-à-dire chrétiens, mais encore avec leurs enfants ; et il interdira également à son fils Šukrija (bien connu par ailleurs) d’assister à l’enterrement d’un de ses camarades de classe, alors qu’il était au lycée de Sarajevo, sous prétexte qu’il était chrétien – au risque que l’enfant se fît ensuite durement réprimander par ses professeurs319.

  • 320 Džanko, « Biografija Safvet-bega Bašagića-Redžepašića », p. 132.

188Aucun témoignage n’indique qu’Ibrahim Bey ignorait les nouvelles activités scolaires de son fils : s’il y montrait de l’aversion, il est hors de propos d’imaginer que son fils entreprît une démarche de cette importance à son insu, que le tout-Sarajevo n’en jasât point, et que la hiérarchie de l’établissement ne l’en avertît pas320. Il faut plutôt voir qu’Ibrahim Bey avait l’esprit suffisamment large pour laisser son enfant de seize ans choisir lui-même sa voie.

  • 321 Šesto izvješće Velike Gimnazije 1887/1888, p. 46-50.
  • 322 [Anonyme], « Hajdar ef. Fazlagić », Narodna uzdanica 3 (1935), p. 144. Le général Braun, commandant (...)
  • 323 Sturm-Schnabl (éd.), Der Briefwechsel Franz Miklosich’s, p. 747-748.

189L’établissement est fréquenté par des élèves de toutes confessions ; par rapport à la répartition provinciale, les musulmans sont cependant sous-représentés, à peine 10 %. Les premiers d’entre eux à y pénétrer et à le fréquenter de façon durable sont Ćamil Karamehmedović (1868- ?), les deux frères Defterdarović, ainsi qu’Osman Midžić (1869- ?)321. Les trois premiers, envoyés dans l’établissement manu militari, viennent de Trebinje, en Herzégovine322 ; ils avaient donc un point commun avec notre adolescent. En février 1886, l’année de l’entrée de Safvet-beg, le directeur du gymnase constatait que les musulmans locaux venaient seulement alors de s’habituer au contenu des cours323.

  • 324 Papić, Školstvo (1878-1918), p. 104 : sur 227 heures d’enseignements hebdomadaires pour les huit cl (...)

190Identique par son emploi du temps et son programme aux autres établissements secondaires dans la Monarchie, le Grand gymnase délivrait des enseignements répartis sur une trentaine d’heures hebdomadaires pour chaque niveau. Sur l’ensemble des huit ans que durait le cursus, l’étude du latin dominait largement sur le restant des matières ; venaient ensuite, pour moitié moins, le grec, l’histoire-géographie, le bosniaque (baptisé « langue provinciale »), les mathématiques ; l’allemand et l’instruction religieuse ne représentaient que le tiers horaire des enseignements de latin ; enfin, la physique et les sciences naturelles, la gymnastique et le dessin technique occupaient une place beaucoup moins considérable encore324.

  • 325 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.
  • 326 IAS BS – 3 et 4, bulletins scolaires.

191Âgé de seize ans en classe de deuxième, à la rentrée 1886/1887, Safvet s’attela courageusement à la tâche, assis au même banc que de jeunes adolescents alors qu’il était en passe de devenir jeune homme ; ce décalage l’humilia peut-être à certaines occasions, ce qui expliquerait qu’il le rappela souvent à l’âge mûr325. Il passa très honorablement cette première année, classé dans les cinq premiers de sa classe aux deux semestres326.

  • 327 Milićević, « Dopisivanje s Mirza Safvetom kao gimnazijalcem », p. 295.
  • 328 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 21. Pour lire commodément une (...)

192Sur les bancs de l’école, il taquinait la muse et ne s’en cachait pas327. Sa vocation d’écrivain avait été impulsée à la rüşdiye par la lecture, en 1885 ou 1886, de Quelques graines (Malo Zrnja), un recueil composite où le franciscain dalmate Ivan Despot (1851-1886), romantique croate mineur, avait mêlé proses lyriques, essais et critiques littéraires. Despot l’éblouit par son style, et il affirma plus tard s’en être énormément inspiré328. On peut en effet saisir une filiation entre la langue recherchée et colorée de Despot, enchâssée en une phrase oralisée et simple, et le style de Bašagić, qui se mettait alors en place.

193L’inspiration technique venue de Croatie n’oblitéra pas la formation orientale reçue par l’enfant. Il écrivit dans un cahier d’école sa première pièce alors qu’il était en deuxième année de gymmnase :

  • 329 Mirza Safvet, « Prva pjesma Mirze Safveta », Spomenica na proslavu 55-godišnjice rođenja Safvetbega (...)

Une fois, Bouzourdjmihir

Chosroes répondit : « Qui fuit

– Assis avec Chosroes –

Ce dont il rougira plus tard,

Demanda : « D’après toi, lequel

Qui préfère à tout la morale,

Sera l’homme le plus fameux

Et retient les leçons du passé ;

Parmi les fils que tu as eus

Celui-là veut le plus grand bien,

Jusqu’à maintenant, ô Schah ? »

C’est pourquoi il m’est le plus cher329. »

  • 330 Les rédacteurs de Spomenica na proslavu 55-godišnjice rođenja dra. Safvetbega Bašagića, en l’occurr (...)
  • 331 Ibrahim Bey gravitait dans les sphères littéraires du tout-Sarajevo et devait y connaître les quelq (...)

194Cette composition, probablement reprise du persan330 et agrémentée selon l’art du jeune élève, montre que celui-ci maîtrisait suffisamment cette langue non seulement pour en traduire un texte dans la sienne, mais encore pour s’essayer à en donner une transposition poétique. Qu’à nouveau, dans le choix du texte et sa traduction, le père ait guidé l’enfant, voilà qui est hautement probable : l’enseignement des langues de l’islam n’avait pas encore été introduit au Grand gymnase, et seul Ibrahim Bey pouvait le conseiller avec précision sur le persan331. Le sujet était proprement oriental et trahissait ses affinités intimes avec certaines thématiques dominantes qu’on retrouvera dans son œuvre ultérieure, comme le culte des ancêtres, l’honneur, le moralisme didactique. Ces thèmes sont révélateurs dans la mesure où ils entrent tout à la fois dans les préoccupations fondamentales de l’islam et qu’ils font potentiellement partie d’une rhétorique nationaliste.

195Ainsi donc, Safvet-beg s’émancipait progressivement de la tutelle intellectuelle de son père : la présence de Repovac à ses côtés, puis la fréquentation du Grand gymnase ne l’en détachèrent pas tout à fait, mais lui donnèrent une latitude d’esprit propice à sa propre vocation littéraire. Son père laissa une forte empreinte sur son orientation idéologique, ressourcée dans le monde islamique en même temps qu’ouverte au monde moderne – concrètement, ouverte aux Austro-hongrois et à leurs nouveautés.

4. Le début d’une contestation ambiguë

  • 332 Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », p. 76-77. Sur le modernisme d’Azabagić, voir aussi Karćić(...)
  • 333 Spaho, « Pedeset godina », p. 74. Spaho indique que les mécontentements s’élevèrent parmi la popula (...)

196Les fonctions d’Ibrahim Bey au vakf – et le salaire qui y était attaché – ainsi que le libéralisme avec lequel il éduquait son aîné, le laissant aller à l’école occidentale, ce qui était perçu comme contraire à l’attitude qu’on pouvait attendre d’un bon musulman, irritèrent un certain nombre de personnes dans la communauté. Prenons l’exemple d’un moderniste comme Mehmed Faik Alagić : il jugeait que les hauts dignitaires Mehmed T. Azabagić et Mustafa H. Omerović outrepassaient la bonne conduite islamique en se rendant dans les églises pour les fêtes officielles ou en exhibant leurs femmes devant les infidèles332. Scandale. L’irritation fut particulièrement vive à Sarajevo. Ibrahim Bey suscitait la méfiance et excitait la jalousie des habitants de la capitale, qui sont par ailleurs bien connus pour leur ostracisme et le mépris dont ils daignent abreuver les gens extérieurs à leur ville, comme le sont les Herzégoviniens. Des tensions virent le jour entre les favorisés du Gouvernement territorial, par exemple Kapetanović ou Bašagić, et ceux qui restaient confinés dans un esprit de réaction333.

  • 334 « Nov perivoj u Sarajevu », Sarajevski list 9 (1886), 25 (3/03), p. 2 ; « Novo šetalište », ibid., (...)

197Le différend éclata début 1886. Occupant les postes décisionnels à la Commission provisoire des vakf, les premiers autorisèrent le Gouvernement territorial, sous certaines conditions, à transformer en parcs d’agrément, à la manière viennoise, deux des cimetières musulmans en bord de centre-ville. Les cimetières, dans la culture islamique, ne sont point des lieux réservés ; au contraire, ils sont ouverts à la méditation des fidèles de passage, et intègrent l’espace quotidien de la communauté. Signé le 8 novembre 1885, l’accord fut donné par le personnel dirigeant du vakf, dont Ibrahim Bey. L’exécution du projet d’urbanisme eut effectivement lieu dans le semestre qui suivit334.

  • 335 Anonyme, « Esad ef. Kulović », p. 139 ; Truhelka, Uspomene, p. 45.
  • 336 Sur cette affaire, voir ABiH LR Gen., ZVS1 1886 2-188. Bizarrement, dans aucune des grandes monogra (...)
  • 337 Spaho, « Pedeset godina », p. 74.
  • 338 Ibid.

198Ces faits provoquèrent le premier conflit notoire qui survint entre le pouvoir austro-hongrois et la communauté musulmane bosno-herzégovinienne. Une délégation de Sarajéviens, avec Esad Kulović (1854-1917) à sa tête335, se rendit à Vienne pour y remettre à l’empereur un mémorandum touchant cette affaire336. On y accusait les vakufiens : « L’actuelle direction du vakf ne correspond ni à la loi, ni au besoin, étant donné qu’elle se compose de membres nommés, que leur profession ordinaire rend incompétents à traiter des affaires qu’ils ont en charge au vakf. » Par ces mots détournés, on citait au banc des accusés Fadilpašić et Hafizadić, le premier cumulant les fonctions de maire de Sarajevo et de directeur de la Commission, et le second celles de Haut-juge territorial de la charia et de vice-directeur de la Commission. Bašagić, qui n’avait aucune autre occupation que celle de contrôleur, n’échappait cependant pas au réquisitoire, puisqu’on demandait que le staff de la Commission dans son entier fût renvoyé. Le mémorandum accusait également les résultats obtenus : « Les affaires du vakf prennent une telle tournure que la population, considérant le péril où se trouve l’existence même de sa propre foi, tombe dans le désespoir337. » Cette charge reste relativement incompréhensible ; en l’absence de toute étude sur la santé économique des vakf à la fin de la période ottomane et dans les premières années de l’occupation austro-hongroise, on ignore si ces institutions périclitaient depuis que la Commission provisoire avait été mise sur pied ; s’il y avait déclin, il est plus probable qu’il était dû au choc de l’occupation, après laquelle les musulmans ne surent pas réagir activement. Le texte se concluait sur une revendication : « C’est pourquoi nous demandons à sa Majesté l’autonomie dans l’administration des vakf, au moins dans la même mesure où cette autonomie existe pour les autres confessions, et ceci au nom de l’égalité338. »

  • 339 Madžar, Pokret Srba, passim ; pratique à consulter pour le lecteur européen : Vrankić, Religion und (...)

199Les deux moteurs de la contestation étaient, primo, l’aspiration à disposer de soi-même et de ses biens, face à un pouvoir qui, nonobstant qu’il fût choisi au sein de la communauté musulmane, s’imposait comme un pouvoir extérieur, et secundo, l’esprit de comparaison, qui préside à la volonté d’égalité. Le désir de justice par rapport aux autres communautés ne semble pas quant à lui très bien placé, car les autres confessions ne jouissaient pas d’une véritable autonomie : la communauté orthodoxe lança justement en 1886 un mouvement revendicatif pour en réclamer davantage dans son administration interne comme externe339.

  • 340 im. [Osman Nuri Hadžić], « Šta će biti s Muhamedovci Bosne ? XII », Hrvatsko pravo 1 (1895-1896), 1 (...)

200En d’autres termes, la jalousie et l’ambition gangrenaient la recherche de justice sociale et de paix publique que les auteurs du texte affichaient. Recourir au principe d’égalité relevait tout particulièrement de la rhétorique de Kulović, qui savait le français et ne cessait de citer Mirabeau dans des tirades percutantes340.

  • 341 « Čitulja », Sarajevski list 9 (1886), 102 (01/09), p. 3.
  • 342 « Omer beg Fadil Pašić », Sarajevski list 10 (1887), 123 (21/10), p. 2.
  • 343 im. [Osman Nuri Hadžić], « Šta će biti s Muhamedovci Bosne ? XIII », Hrvatsko pravo 1 (1895-1896), (...)
  • 344 Sarajevski list 7 (1884), 29 (13/03), p. 3 ; 30 (15/03), p. 2.
  • 345 Drljić, « Biskup Strossmayer », p. 170. Je suppose ici que Bertić répercute directement les idées d (...)

201Selon Osman Nuri Hadžić (1869-1937), Kulović s’illustra à Sarajevo dès 1878, en compagnie d’Ali Paşa Čengić (v.1856-1886)341 et Omer Bey Fadilpašić (m. 1887)342, en donnant à la contestation de la présence austro-hongroise un semblant d’expression publique. Toute leur action cependant se bornait à de grands discours, vains bavardages que ne suivait aucun effet concret343. Lorsque le Gouvernement territorial mit en place le premier conseil municipal à Sarajevo, par des élections qui eurent lieu en mars 1884, Kulović obtint 320 voix sur 839 votants, très loin derrière Mustafa Bey Fadilpašić mais devançant de près de cent cinquante voix Kapetanović344. Une fois en place, il constitua un groupe d’opposition, et usait vigoureusement de son organe vocal. Le francophile ne cultivait pas la plus grande sympathie pour ceux qu’on appelait déjà les « vladinovci », les partisans du gouvernement ; il les fustige comme des opportunistes et épingle les « quelques kaymakam et officiers aspirants, sans caractère ni honneur, ces arrivistes qui ne désirent que pouvoir et décorations et vendraient père et mère pour y parvenir345. »

  • 346 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 34.
  • 347 « [Abdullah Gaibi efendi, commentateur du Fusus (Šarih al-Fusus)] », Bosna ve Hersek salnamesi, 5 ( (...)

202Les paradoxes de la cité sarajévienne firent que Kulović envoya quelques poèmes et articles à Vatan, où ils furent publiés346, alors que ces propos visaient très probablement des Hulusi ou des Bašagić. Ce dernier, probablement préoccupé par les difficultés que lui occasionnait son adversaire, ne prépara d’ailleurs durant cette année que deux petites notices biographiques pour l’almanach de l’Astronome et commettait une grosse erreur d’identification sur l’un des deux poètes présentés347.

203Néanmoins, sur le plan culturel, les deux groupes s’inspiraient des mêmes valeurs, tirées de la vulgate post-révolutionnaire qui se diffusait en dehors de France depuis la fin du xviiie siècle. Égalité de traitement devant la loi, c’était là le leitmotiv de la vie publique bosno-herzégovinienne, dont la spécificité était de se composer de trois groupes religieux jusque-là considérés singulièrement par le droit ottoman et juridiquement inégaux. La tâche à laquelle devait s’atteler l’administration habsbourgeoise pour édifier la paix de la province et trouver du crédit auprès de la population, serait de respecter ce principe de l’égalité, et clairement séparer les deux sphères du religieux et du politique, ce en quoi, selon certains, elle n’a pas tout à fait réussi.

  • 348 Kapetanović-Ljubušak, Što misle Muhamedanci, p. 6, 18 et 19. Pour une très rapide analyse en langue (...)
  • 349 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 46.

204L’autre élément discursif que se partagent les deux groupes, c’est la laïcité – dans ses principes du moins – et le terrain d’entente national qu’elle permet. On l’a vu pour le groupe de Kulović dans le mémorandum ; les idées étaient similaires dans le groupe auquel appartenait Ibrahim Bey. En effet, rétorquant à un auteur germanophone qui prétendait que les musulmans de Bosnie-Herzégovine étaient incapables de s’intégrer à la culture européenne et qu’on devait les expulser de la province, Kapetanović avait affirmé que ses coreligionnaires formaient une nation unique avec leurs compatriotes, selon la formule « le Bosniaque, quelle que soit sa foi, conserve envers et contre tout sa nationalité348 ». La conscience nationale transcendait la foi. À l’instar d’un certain nombre de beys, Ibrahim Bey fit paraître dans le journal La Poste bosniaque (Bosnische Post), paraissant à Sarajevo, sa gratitude et son soutien aux idées de Kapetanović, qui osait défendre les intérêts de la communauté musulmane349.

205La contestation prétendait donc jouer sur des valeurs : elle ne faisait que contester des personnes. Le destin ultérieur de Kulović le montrera d’ailleurs, car il se rapprochera beaucoup des autorités austro-hongroises avant la fin du siècle.

5. Le patriotisme d’Ibrahim Bey, entre épopée et libéralisme

  • 350 « [Musa Paşa le bienfaiteur] », Bosna ve Hersek salnamesi 6 (1305/1887), p. 78-79 ; « [Bosnevi Ahme (...)
  • 351 Notamment Muvekkit, qui avait aussi souscrit à l’édition de chants populaires par Petranović (Saraj (...)

206Tandis qu’il voit sa position contestée, que son fils fréquente une école jugée antimusulmane par la majorité islamique en Bosnie-Herzégovine, et que Kapetanović lance l’idée d’une nation laïque, Ibrahim Bey mûrit ses idées patriotiques. En 1886, il rédige encore trois courtes notices biographiques pour l’almanach de la province de 1887350 ; surtout, il va labourer un champ encore en friche (pour les musulmans du moins) : les chants épiques populaires. Certes, quelques-uns avaient essayé d’en collecter351 ; mais Ibrahim Bey va donner à son travail une signification patriotique explicite.

  • 352 Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 181-183.

207Étudier l’épopée populaire ressortissait d’un chantier depuis longtemps entrepris par tous les nationalismes slaves et balkaniques ; les chants populaires étaient censés exprimer l’âme originelle du peuple. Or, l’identité nationale bosno-musulmane sommeillait encore, car elle avait été fortement concurrencée par l’ottomanisme et, en général, par l’indifférence que ces questions provoquaient encore au xixe siècle chez la plupart des habitants de la province, indifférence à laquelle, jusqu’aux guerres balkaniques de 1912-1913, elles se heurteront352.

  • 353 « [Biographie de Köprülü Jusuf Paşa, qui est enterré à Sarajevo] », Bosna ve Hersek salnamesi 6 (13 (...)

208Dans l’almanach provincial pour 1887, Ibrahim Bey présenta la vie de Köprülü Jusuf Paşa, un Albanais fameux enterré à Sarajevo353. Les membres de la famille Köprülü apparaissent souvent dans l’épopée bosno-herzégovinienne et se présentent alors comme les défenseurs des musulmans bosniaques auprès du sultan. Déjà donc, ce premier article se teintait d’une certaine couleur patriotique sur fond épique.

  • 354 « [Biographie des héros Mujo, Halil et Omer Hrnjica] », Bosna ve Hersek salnamesi 6 (1305/1887), p. (...)
  • 355 « Braća Hrnjice. Prilog istoriji Bosne. S turskog preveo Aleksa J. Popović », Bosanska vila 3 (1888 (...)

209C’est dans un deuxième article de cette même publication que son ton s’approchait plus nettement du dithyrambe adressé à sa province. La phraséologie volontiers compliquée et amphigourique d’Ibrahim Bey, où l’on sentait toujours poindre le poète lyrique, parsemait le récit d’adjectifs emphatiques. Il y récoltait les traditions populaires qui couraient sur le compte des Hrnjica, héros fameux de l’épopée musulmane, « anciens et illustres braves du peuple musulman qui vit dans les Confins bosniaques354 ». L’article plut tant qu’Aleksa J. Popović (1854-1916), alors fonctionnaire en Bosnie occidentale et plus tard interprète pour l’ottoman au ministère des Affaires étrangères de Belgrade, en fit paraître une traduction en août 1888 dans le bimensuel (Bosanska vila) La Fée bosniaque, l’unique revue littéraire à cette date qui parût à Sarajevo. Rédigée par des orthodoxes de Bosnie-Herzégovine, la revue avait d’excellents articles, que ne gâchait pas encore la propagande nationaliste pan-serbe que Nikola Kašiković (1863-1928), son rédacteur en chef, développerait quelques années ensuite355. La traduction de Popović n’était introduite d’aucune notice pour présenter l’auteur, et celui-ci n’était nulle part mentionné ; le traducteur avait repris l’ensemble du texte, mais avait oublié d’ajouter la petite phrase patriotique citée plus haut. Le tout prenait donc un aspect très neutre, au contraire de l’original.

  • 356 Buturović, Narodne pjesme, p. 211-212. Je n’ai malheureusement pas pu consulter ce manuscrit.

210La coïncidence chronologique amène à penser que l’idée de cette étude vit le jour parallèlement à un autre projet auquel il participa. Konstantin (dit Kosta) Hörmann (1850-1921), conseiller auprès du Gouvernement territorial et homme de lettres, l’avait sollicité pour collecter les chants épiques qui avaient cours chez les musulmans de Bosnie-Herzégovine. Le projet de Hörmann avait pour visée de susciter chez les musulmans bosno-herzégoviniens un patriotisme légitime, qui les attachât à leur pays. Parmi les nombreux collaborateurs qu’il s’adjoignit, Ibrahim Bey figurait pour la région de Nevesinje, en compagnie de son cousin Lutfi Bey. Nulle part, dans le recueil paru en 1888-1889, n’était précisé quels étaient les chants qu’il avait lui-même recueillis ; on sait simplement que Hörmann en rejeta deux, l’un concernant Smail Ağa Čengić, l’autre la mort de Recep Paşa. Selon Alija Nametak, l’écriture du manuscrit révèle que le collecteur de ces chants n’était autre que son fils Safvet356.

  • 357 « Darovi Zemaljskom muzeju », Glasnik Zemaljskog muzeja 1 (1889), 1, p. 94-95. Comme on le voit d’a (...)
  • 358 Ibrahim-beg Bašagić, « O smrti Stjepana Tomaševića, zadnjeg kralja bosanskoga », Glasnik Zemaljskog (...)

211Hörmann le rapprocha du cercle d’intellectuels qui gravitaient autour du Musée territorial. Cette institution scientifique avait pour tâche première d’explorer le passé, l’ethnographie et la géographie des provinces occupées. Hörmann, son directeur, avait regroupé des collaborateurs chevronnés, qui assuraient à l’ensemble des recherches un haut niveau scientifique, et le musée se fit rapidement reconnaître dans les pays occidentaux. En participant au recueil de chants épiques dirigé par Hörmann, Ibrahim Bey s’était distingué. Il avait apporté sa modeste obole à la collection du musée en offrant, en début d’année 1889, une pièce bosno-ottomane datée de 1688/9357. C’est par cette voie qu’il parvint à faire publier un article d’histoire dans le très sérieux (Glasnik Zemaljskog muzeja) Bulletin. Traitant de la mort du dernier roi de Bosnie en partie d’après la tradition orale, la production de Bašagić se distinguait par un ton assez naïf et un intérêt assez minime dans la mesure où son auteur ne découvrait rien de véritablement neuf au lecteur. Il présentait son travail comme une synthèse (alors que les articles de Glasnik étaient, en immense majorité, des articles de recherche) et ne faisait qu’éclairer sous le jour de la fierté musulmane l’exécution du roi par le sultan Mehmed II, tout en excusant celui-ci sous des prétextes religieux358.

212Derrière ce patriotisme traditionnel se love une pensée libérale. La contradiction n’est qu’apparente lorsqu’on se rappelle que depuis le début du xixe siècle, les Bašagić ont toujours concilié attachement à la terre et aspiration anti-traditionaliste (d’abord sous l’aspect de l’ottomanisme, puis sous celui de l’austrophilie). Cultiver la nouveauté va de pair avec la mémoire attachée à la terre. Ibrahim Bey va essayer de concilier son herzégovinisme avec la grande nouveauté à laquelle sont confrontés les musulmans : la cohabitation égalitaire avec les autres communautés religieuses. L’argent en sera le moyen.

  • 359 Michel, Banques et banquiers, p. 233.

213On retrouve ainsi son nom associé à la fondation d’une banque à capitaux privés. Les banques autrichiennes, hongroises ou slaves n’avaient nullement investi en Bosnie-Herzégovine et ne le feraient qu’à partir de 1911. La modestie du capital de fondation s’explique par sa provenance exclusivement locale ; or, la Bosnie-Herzégovine n’était pas une terre riche et son seul atout résidait dans ses forêts. Dans une certaine mesure, Kállay avait protégé son fief en décourageant la pénétration incontrôlée des capitaux ; comme l’analyse Bernard Michel (1935-), « totalement étranger à l’esprit capitaliste, Kállay est infiniment plus proche de l’absolutisme éclairé du xviiie siècle. La mise en valeur du pays doit contribuer à renforcer la puissance de son gouvernement et reste toujours subordonnée à la primauté du politique359 ». L’entreprise à laquelle souscrivait Ibrahim Bey relevait davantage d’une construction politique que d’un véritable essai économique, comme nous en assure la simple présence de son nom.

  • 360 « Opća bosan.-herceg. narodna banka », Sarajevski list 9 (1886), 145 (10/12), p. 2 ; « “Bos.-herceg (...)

214Ce qui se nouait dans ce projet, plus qu’une monétarisation générale des échanges financiers et commerciaux, c’était que la mise en commun des richesses provinciales transcendât les limites communautaires. L’argent n’a pas d’odeur et le commerce se proposait, une nouvelle fois, de créer l’intérêt commun. Lançant un appel au public dès le début de décembre 1886, le comité d’initiative était formé par des personnalités tout aussi riches que réputées et charismatiques au sein de chacune de leur communauté religieuse : Salomon I. Salom (1845-1911) pour les Juifs, Vejsil Svrzo (1844-1891) pour les musulmans, Risto Đ. Besarović (1857-1908) pour les orthodoxes. On notera l’absence de catholiques : aucun, probablement, n’avait le sens de ce qui se tramait dans ces préparatifs. L’initiative en revenait à un Juif venu de la Monarchie, Löwy, qui se retirerait bientôt du projet. Une réunion publique se tint le 12 décembre, où fut désigné un comité qui statuerait sur la nature de l’établissement, banque ou caisse d’épargne360. De l’opinion de Bašagić quant à ces événements, on ignore tout. Un peu plus d’un an après, il signerait cependant de son nom la déclaration d’intention du groupe fondateur. Rendue publique en mai 1888 (mais signée d’avril), elle était signée par quinze propriétaires ou commerçants ; on y trouve des orthodoxes, des juifs et des musulmans impliqués dans la vie économique bosno-herzégovinienne, ainsi que des personnages de prestige qui n’avaient aucune compétence dans le domaine financier mais devaient assurer un accueil favorable du projet parmi les musulmans : Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški, Mehmed Hulusi et Mustafa Bey Fadilpašić ; à leurs côtés, Ibrahim Bey.

215L’opinion « cléricale » musulmane de la province était largement défavorable à ces tentatives de capitalisme. Des aberrations qu’on pouvait entendre du haut de la chaire à Sarajevo, Bašagić fils retint la suivante :

  • 361 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.

J’ai écouté Salih-hodja de Zenica
Prêchant : « Qui sur ses billets a des portraits –
Le perde sa prière, le quitte son ange !
Dieu hait celui-là comme adorateur d’idoles361. »

  • 362 R. H. Davison, « Kā’ime », Encyclopédie de l’Islam 2e éd., t. IV, p. 480-482.
  • 363 « Osnova (Prospekt) “Bosansko-hercegovačke nar. dioničke banke” », Sarajevski list 11 (1888), 59 (2 (...)

216Les billets, appelés kaime, existaient à l’époque ottomane ; leur diffusion ne s’était généralisée qu’à Istanbul et n’avait nullement inspiré la confiance dans une province comme la Bosnie362. L’islam défend à l’art toute représentation humaine ; voilà que ce principe se trouvait poussé dans ses dernières conséquences par quelque imam excessif de la place sarajévienne, qui se montrait réfractaire à tout soupçon d’innovation. Selon Ibrahim Bey, rejeter ces discours ne signifiait pas qu’on rejetât un islam orthodoxe. L’établissement auquel il apportait la caution de son nom s’appelait « Banque populaire par actions de Bosnie-Herzégovine » (Bosanskohercegovačka narodna dioničarska banka) et prévoyait un capital de départ de 100 000 florins. Son but était de proposer des prêts à taux d’intérêts bas, de servir d’intermédiaire dans chaque transaction financière, en biens ou en nature, ainsi que de susciter et développer l’épargne populaire en acceptant les plus petits dépôts363.

217Qu’Ibrahim Bey signe ces statuts prouve qu’il était devenu un garant de l’intégrité musulmane dans le pays, une référence morale pour la partie de la communauté que n’influençaient pas les discours à la Salih-Hodja de Zenica. Mais on ne le retrouvera pas ultérieurement dans le personnel du conseil d’administration de la banque, signe qu’il se désintéressait de la question financière elle-même.

6. Apogée mondain et politique

  • 364 « Previšnji rogjen-dan », Sarajevski list 10 (1887), 97 (21/08), p. 2.
  • 365 « Muham. narod. čitaonica », Sarajevski list 11 (1888), 86 (25/07), p. 3 ; « Muhamedovska čitaonica (...)
  • 366 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 38.
  • 367 Ibid., p. 37-38 ; Kemura, Uloga « Gajreta », p. 17-18.
  • 368 IAS BS 77, lettre de [Tugomir] Marko Alaupović à Safvet-beg Bašagić, Vienne le 23/12/1892 ; Andrija (...)

218De manière générale, c’est vers 1887 qu’il faut dater sa véritable montée en puissance dans les cercles décisionnels de Sarajevo ; son nom apparaît alors dans les chroniques mondaines364. En juillet 1888, il devient membre du bureau de la première association littéraire musulmane de type moderne, le Cabinet de lecture musulman (Muslimanska kiraethana), qui devint très rapidement le centre de la vie intellectuelle des Sarajéviens musulmans. On pouvait notamment y consulter des livres et des manuscrits en ottoman, dont avaient fait don Kapetanović et Škaljić365. Cette fondation fut la première du genre pour la communauté, alors que les orthodoxes avaient déjà lancé en 1880 le Cabinet de lecture populaire (Narodna čitaonica) auquel collaboraient d’ailleurs quelques musulmans366. Elle se proposait d’œuvrer parmi la communauté musulmane à l’assimilation des nouvelles mœurs et des nouvelles conditions politiques, à son instruction par la lecture de la presse et de livres contemporains. Toute la première génération littéraire des musulmans bosniaques y participa activement : Kapetanović, Mustafa Hilmi Muhibić (1861-1915), Hulusi, Kulović, Fadilpašić, Škaljić ou Bašagić367. La kiraethana était aussi un centre de loisirs, où les adolescents et jeunes gens musulmans passaient du bon temps ; Safvetbeg Bašagić était un assidu de la salle de lecture et, probablement, des jeux et conversations qui s’organisaient en parallèle368.

  • 369 « Zaruke », Sarajevski list 12 (1889), 42 (10/04), p. 3.

219L’ascension sociale d’Ibrahim Bey fut couronnée par le mariage de sa fille Munira, encore jeune, avec Riza-beg Kapetanović (1868-1931), le fils unique de Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški. Fiancés et mariés le 4 avril 1889369, les jeunes gens donnèrent l’occasion à des noces mémorables en août, qui défrayèrent la chronique. Un très long article fut consacré à cet événement dans la gazette semi-officielle de Bosnie-Herzégovine, le Journal de Sarajevo (Sarajevski list) ; ce fut certainement l’une des plus belles alliances du moment dans la société bosniaque tout entière. À la description qui en est donnée, on voit que les Bašagić venaient d’accomplir un pas décisif. Nous en lirons le récit traduit en français in extenso, une fois n’est pas coutume :

  • 370 « Muhamedovski svatovi », Sarajevski list 12 (1889), 92 (04/08), p. 2.

Le village de Grbavica, où se trouve la résidence estivale de M. Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški, peut s’enorgueillir à juste titre devant tous ses pairs, car on a peine à croire qu’il y ait jamais eu de telles noces en Bosnie. Comme nous l’avons déjà annoncé, le jeudi de la Saint-Élie (Aliđun) ont eu lieu les noces du jeune Riza-beg Kapetanović, le fils de notre glorieux Mehmed Bey Kapetanović de Ljubuški, écrivain national et mahométan. Dans la matinée, alors qu’on amenait la jeune épouse aux demeures de son époux, à Grbavica, d’innombrables voitures des meilleures maisons mahométanes l’accompagnèrent en dehors de Sarajevo. Mais les réjouissances n’ont débuté que l’après-midi, quand commencèrent à arriver les nombreux invités des plus hauts cercles de Sarajevo. On a donné à l’arbre vert qui s’élève entre les maisons de Grbavica un aspect solennel qu’on ne lui a sûrement jamais vu. Sur le côté droit de la vaste cour jouait l’harmonie militaire, en alternance avec un groupe de musique populaire installé sur le côté gauche, près des appartements des femmes, et entre eux se retrouvaient et se saluaient les invités de la ville avec cette familiarité qui, depuis des années, lie tous les personnages en vue de la société sarajévienne.
Des chefs mahométans, avec le reis et le maire à leur tête, pas un ne s’est trouvé absent, et le jeune époux était entouré du groupe de ses jeunes amis et camarades. Parmi les invités d’honneur se trouvaient le maréchal divisionnaire Bordolo, le directeur juridique M. Anger, le conseiller ministériel M. Schmidmayer, le président du Haut-Tribunal M. le chevalier de Scheuer, les conseillers gouvernementaux MM. Eichler, Hörmann, Stix et Berks, le gouverneur régional le baron Mollinary et maints autres hauts fonctionnaires. Représentant la population serbo-orthodoxe, étaient présents MM. Petro T. Petrović, Glig. Jeftanović, Vaso Kraljević et d’autres proches encore du maître de maison. Un peu avant 7 h. du soir, Son Excellence M. le ministre de Kállay est venu en compagnie de l’adjoint civil le baron Kutschera et le conseiller gouvernemental M. le dr. Ljudevit de Thálloczy. L’heureux maître de maison et l’époux ont salué cet invité de marque par un mot de bienvenue et de remerciement très chaleureux. Après que M. le ministre a félicité les deux Kapetanović pour ce bonheur familial, il est allé saluer les autres invités et a engagé la conversation avec quelques-uns d’entre eux. Vers 7 h. est également arrivé le chef provincial Son Excellence le baron Appel, accompagné de son aide de camp personnel ; il a chaleureusement salué Son Excellence M. le ministre, le maître de maison et l’époux, ainsi que les autres invités de marque.
La noce s’est divertie en conversant jusqu’au soir au son de la musique, et les jeunes Mahométans ont dansé au milieu de la cour une ronde populaire. Au moment de la prière de la tombée du jour, tous les Mahométans se sont regroupés, se sont agenouillés et ont prié, comme le veut leur religion. Comme le soir tombait, Grbavica s’est tout d’un coup illuminée de lumières vives : fanaux colorés et torches de genévrier flambantes. Pendant que la noce s’amusait en écoutant les farces d’un Arabe du groupe de musique populaire et un hodja hâbleur qui imitait les voix humaines et animales, un beau feu d’artifice bien fourni était allumé sur la Miljacka ; une foule innombrable s’amassa devant la cour de Grbavica.
Vers 9 h. les invités d’honneur se mirent à table sous une tente, et les autres se dispersèrent dans les pièces des appartements masculins. Le dîner, préparé de façon traditionnelle, était soigneusement apprêté. Un nombre énorme d’agneaux fut offert aux invités sur les tournebroches. Quand, sous la tente, fut venu le moment des toasts, le maître de maison se leva et souligna tout particulièrement l’honneur insigne et le bonheur qu’il avait d’accueillir aux noces de son fils unique le gouverneur suprême de la Bosnie-Herzégovine. En exprimant sa reconnaissance pour une telle marque d’honneur, il vida son verre à la santé de Son Excellence M. le ministre, ce que ponctuèrent les invités d’un formidable « Vive le ministre ! » Peu après celui-ci, par quelques mots chaleureux, lui répondit en le félicitant à nouveau, lui et l’époux, pour ce bonheur familial.
Après 10 h., Son Excellence se leva et, ayant salué tout le monde, rentra à Sarajevo. Les autres invités restèrent jusqu’à 11 h., et il était probablement tard lorsque, joyeux et contents, tous rentrèrent en fiacre à la ville370.

220D’une certaine manière, il était naturel que les deux familles s’unissent par un tel mariage : l’endogamie était de mise entre les quelques familles beylicales de l’Herzégovine, leur région d’origine à toutes deux. Jamais cependant l’orgueil de Kapetanović n’eût supporté une mésalliance ; marier son fils unique à Munira Bašagić devait pour lui correspondre à la mise en place d’un réseau ; pour Ibrahim Bey, c’était un aboutissement.

  • 371 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 16. Dans l’ensemble, la famille s’appelle Nevesinli/Nevesinja (...)
  • 372 « Zaruke », Sarajevski list 12 (1889), 42 (10/04), p. 3. La chose va plus loin puisque, dans cet ar (...)
  • 373 IAS BS – 10, 11, 12.
  • 374 Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 7 ; Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 63.

221Un détail le trahit. Ibrahim Bey, signant jusque-là « Bašagić » – voire « de Nevesinje », au Parlement ottoman371 – s’adjoignit à l’occasion du mariage de sa fille le « Redžebpašić » que portait son propre père372 ; les bulletins de Safvet-beg mentionnèrent eux aussi, à partir de juin 1890 et jusqu’en juin 1893, qu’il se nommait « Bašagić-Redžepašić »373. Il est improbable que cette adjonction apparût sous la force des circonstances, par exemple parce qu’il aurait fallu se distinguer d’autres Bašagić. Or, on sait que la vanité de Mehmed Bey Kapetanović sur le point de l’ancienneté familiale se montrait fort chatouilleuse ; il avait obtenu des autorités austro-hongroises qu’il portât le titre de comte (Grof), selon la hiérarchie nobiliaire de la Double Monarchie, et il aimait à se rêver de lointains ancêtres médiévaux. Il n’avait obtenu, en 1883, que le droit d’ajouter à son nom l’indication de sa provenance géographique : « de Vitina374 ». Il est tout à fait envisageable qu’à l’occasion du mariage, il exigea d’Ibrahim Bey qu’il rehaussât son prestige en rappelant dans son nom qu’il avait des aïeux dont le lustre s’augmentait avec le recul du temps.

  • 375 ABiH GMF Präs, 1890/37, du 14. I. 1890, Appel à Kállay : proposition de décoration pour Ibrahim Bey (...)

222Les nombreux services rendus à l’Empire et, en l’occurrence, au Gouvernement territorial, firent qu’en janvier 1890, Appel songea à le faire décorer de la troisième Classe de la Couronne de Fer. Le gouverneur militaire soulignait que d’après le personnel de la Commission provinciale des vakfs, c’était grâce à son activité que la situation des vakfs avait été régulée et consolidée. De plus, il travaillait inlassablement auprès de la population dans le sens des intentions du Gouvernement territorial, et plus précisément auprès de ses coreligionnaires. Son efficacité tenait au prestige particulier dont il jouissait grâce à son caractère exquis et à la profonde connaissance qu’il avait de la société bosno-herzégovinienne, ainsi qu’à ses multiples liens de parenté avec les familles les plus remarquables du pays. La proposition d’Appel fut acceptée et la remise de décoration eut lieu le 30 janvier375.

7. Conclusion

223Jouant le même rôle que Travnik pour ses ancêtres, Sarajevo a consacré l’ascension sociale d’Ibrahim Bey. Il appartenait à la branche de la famille qui ne s’était illustrée qu’en Herzégovine : il était maintenant au plus près du pouvoir sur l’ensemble de la communauté bosno-herzégovinienne, ce dont les autorités austro-hongroises avaient bien conscience. L’alliance avec les Kapetanović marqua l’essentiel de cette progression. Ce que montre toute cette première partie, en outre, c’est que l’ascension sociale dont bénéficièrent les Bašagić entretient des rapports étroits avec leur religiosité et leurs principes libéraux : l’une ne serait pas allée sans les autres.

Notes

1 Voir, entre autres, Kaya, « Les Enjeux du cadastre ottoman ».

2 Voir, entre autres, X. Bougarel, « État et communautarisme en Bosnie-Herzégovine », Culture et Conflits 15-16 (1994), p. 7-47 (version internet http://www.conflits.org/document199.html).

3 Šljivo, Bosna i Hercegovina 1849-1853, p. 103-104.

4 AHM OZ 1306, 19 eylul 1268/1er octobre 1852.

5 Cat. Esih 1611, 27 agustos 1279/8 septembre 1863 ; AHM OZ 1335, 1279/1863-1864.

6 AHM OZ 1267, 1284/1868-9 ; AHM OZ 1305, 23 eylul 1284/5 octobre 1868 ; AHM OZ 1248, 7 rebiu-l evvel 1289/15 mai 1872 (il est alors encore à la tête du canton) ; enfin, AHM OZ 1307, 6 temmuz 1290/18 juillet 1874 (à cette date, le préfet est un certan Halil).

7 AHM OZ 1199 (daté de 1208/1793-1794 par Bajraktarević, ce qu’il faut manifestement rétablir en 1267/1851-1852). On ne sait pas à quel âge exactement le droit juridique ottoman établissait la majorité ; il semble que les hommes l’atteignaient lorsque se manifestaient les premiers signes de la virilité (mes remerciements vont à Meropi Anastassiadou, qui m’a communiqué ces renseignements en mai 2004). Cependant, dans son vasiyetnâme, Lutfullah Bey sous-entend qu’il ne devint adulte (et donc majeur ?) qu’à l’âge de douze ans. D’autre part, Mehmed Bey fut désigné exécuteur testamentaire de son père en 1847-1848, ce qui indiquerait qu’il était déjà majeur à cette époque, ainsi que son frère Daut Bey.

8 AHM OZ 1385, non daté.

9 Cf. papiers de famille chez Enisa Bašagić. Et non 1839, comme le dit l’anonyme « Ibrahim Beg Redžepašić-Bašagić », Bosnische Post 19 (1902), 258 (08/11), [pagination non repérée], ni 1840, selon l’auteur anonyme de Behar, « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », p. 237.

10 Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272.

11 Milićević, « Dr. Safvetbeg Bašagić-Redžepašić », Glasnik..., p. 6.

12 [Safvet-beg Bašagić], « Osman paša Čengić », Dom i svijet 7 (1894), 7 (01/04), p. 123-124 ; [anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar, p. 237-239. Selon ce dernier article, Ibrahim « part » à Travnik ; mais un jeune garçon de treize ans, qui plus est orphelin, est plutôt envoyé dans une ville lointaine pour y faire des études, malgré toute la réalité d’une vocation.

13 AHM OZ 1337, du 11 hazıran 1293/23 juin 1877 (fragment de curriculum vitæ rédigé à l’occasion de sa députation au parlement ottoman).

14 Hasan Nametak, « Mostarska ulema », p. 76.

15 AHM OZ 1396, 9 shaban 1276/2 mars 1860 ; aucun document ne dit qu’Ibrahim Bey partit à Istanbul, contrairement à ce que m’affirmé Enisa Bašagić en été 2003.

16 Le müftülük de Trebinje n’avait pas de titulaire régulier.

17 Bejtić, Derviš M. Korkut, p. 8-13. Bejtić (aidé dans son travail par un descendant de Korkut) n’invoque comme raison à ce déménagement de Nevesinje à Travnik que « le service ». La loyauté de Korkut cependant ne fait pas de doute, comme le montrera à plusieurs reprises son attitude ultérieure.

18 Sur ce que représentait la distance entre Nevesinje et Travnik à l’époque (alors, que n’existait pas encore la route carrossable de la Neretva), voir Rośkiewicz, Studien, p. 96, 100 et 102. On retiendra cependant que Daut Bey, grand-père d’Ibrahim, avait des terres à Travnik ; mais il est fort improbable que le jeune garçon en profita.

19 Papić, Travnik, p. 142.

20 Kreševljaković et Korkut, Travnik, p. 131-132.

21 Mujezinović, Islamska epigrafika II, 19983, p. 368 ; Kreševljaković et Korkut, Travnik, p. 88 ; Ćehajić, Derviški redovi, p. 92. On peut aussi consulter Kasumović, Školstvo, p. 209-211.

22 AHM OZ 1337, du 11 hazıran 1293/23 juin 1877. Aucune source écrite ne mentionne son séjour à Istanbul, mais les souvenirs d’Enisa Bašagić sont assez formels sur ce point. En passant, notons que AHM OZ 1337 est un fragment autobiographique de la main d’Ibrahim Bey où il indique qu’il a suivi sa formation au medrese de Hacı Hazim Efendi ; celui-ci est le fils de Derviš Mehmed Korkut, qui succéda à son père en 1871.

23 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti (éd. Ćehajić) p. 222.

24 Pour des considérations générales à ce propos, on peut lire Muderizović, « Biografija Mulle Mestvice », p. 69.

25 Selon Bejtić, Derviš M. Korkut, p. 16, Korkut donne en biens vakfs, en 1289/1872-1873, sa collection de manuscrits orientaux. Voir également Ždralović, Bosansko-hercegovački prepisivači I, p. 59-60.

26 L’œuvre recopiée était le Dalā’il al-Hajrāt wa šawāriq al-anwār fī dhikr as-salāt ‘alā ‘n-nabī al-muhtār de Abū Abī Bakr al-Ğuzūlī, un auteur que je ne suis pas parvenu à identifier. Voir Blašković (éd.), Arabische, türkische und persische Handschriften, no 188 p. 156-157, qui reprend « Popis », no 120 p. 235. Il est à noter que Muhamed Ždralović ne mentionne pas Ibrahim Bey dans sa monographie (Bosansko-hercegovački prepisivači). Pour plus de détail, voir Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, p. 170-171 ; et Blašković, ibid., nos 188, 380 et 384.

27 Sur le sujet, remarques éclairantes chez Lory, « Parler le turc dans les Balkans ottomans au xixe siècle », in Georgeon et Dumont (dir.), Vivre dans l’Empire ottoman, p. 243.

28 Mazalić, Leksikon umjetnika, p. 25 et 72.

29 L’appartenance de Korkut aux Naqshibendis n’est pas absolument claire. Voici comme le problème s’expose : Korkut était a priori cheikh du tekke de la mosquée Elçi Ibrahim Paşa, tekke d’obédience halveti (Ćehajić, Derviški redovi, p. 95). Cependant, il a été enterré non dans le harem de cette mosquée, mais à la mosquée Lončarica (à Travnik également), qui abritait un tekke d’obédience naqshibendi. Bejtić, que conseille un descendant de Korkut, en conclut que celui-ci était probablement naqshibendi et non halveti (Bejtić, p. 16, avec qui se range plutôt Mujezinović, Islamska epigrafika II, p. 412). On a même pu penser que le tekke de la mosquée Elçi Ibrahim Paşa avait basculé des Halvetis aux Naqshibendis avec Korkut (Clayer, Mystiques, État et société, n. 87 p. 296). Selon le cheikh Fejzulah Hadžibajrić (1912-1990), les Korkut étaient bien Naqshibendis et tenaient leurs réunions spirituelles (zikr) au medrese de la mosquée Elçi Ibrahim Paşa, le seul de Travnik (renseignement gracieusement fourni par Alexandre Popovic, qui eut en juin 1980, à Sarajevo, un entretien avec Hadžibajrić). Quoi qu’il en soit, ce sera le moufti Husni ef. Numanagić (1914-1927) qui installera vraiment l’ordre à Travnik. On terminera ce raisonnement en remarquant qu’on pouvait appartenir aux deux confréries à la fois.

30 Karćić, « Odnos bosanske uleme », p. 221-231. Si Karčić ne mentionne que Karabeg et Omerović, c’est parce qu’il ne traite que de la Bosnie, et non de l’Herzégovine.

31 « Čitulja », Sarajevski list 7 (1884), 121 (24/10), p. 2.

32 Hadžijahić, « Preporoditelj Hercegovine », p. 3 ; Huković, « Napori za uvođenje », p. 243 ; Mulić, Konjic (1463-1878), p. 124.

33 Fajić, « “Mala historija događaja u Hercegovini.” », p. 105 ; Balić, « Život i djelovanje muftije Karabega », p. 210 (qui parle, exagérément, de la laïcité de Karabeg, reprenant sur ce point [anonyme], « Karabeg Hadži Mustafa ef (1832 – 2. 8. 1878 u Mostaru) », Bosanski pogledi 2 (1961), 13, p. 183 ; Hadžijahić, « Preporoditelj Hercegovine », p. 3 ; Hasandedić, Mustafa-Sidki ef. Karabeg, p. 7 ; Kemura, « Prva štampana knjiga », p. 209 et 213.

34 Karpat, The Politicization of Islam, p. 28 et 33-41. Même si la loyauté de Korkut aux réformes voulues par Istanbul est indéniable, la position générale des Naqshibendis en Bosnie-Herzégovine face aux exigences de la Porte n’est pas monolithique. Deux personnages se partagent en réalité le haut du pavé de ce point de vue dans la première moitié du xixe siècle : le cheikh Sirri (m. 1846/7), courtisé par les pouvoirs en place et par Ali Paşa Rizvanbegović (y aurait-il une affiliation ténue de Lutfullah Bey aux Naqshibendis qui expliquerait l’envoi de son fils Ibrahim Bey chez Korkut en 1853 ?) ; et le cheikh Ilhāmī Baba (m. 1821), exécuté en raison de ses critiques acerbes du pouvoir « turc ». Sur ce sujet, voir Hamid Algar, « Nakshbandiyya. II. En Turquie », Encyclopédie de l’Islam 2e éd., t. VII, p. 936-938 ; et Ćehajić, « Socio-Political Aspects of the Naqshbandī Dervish Order in Bosnia and Herzegovina and Yugoslavia Generally », in Marc Gaborieau etc., Naqshbandis, p. 663-668. Voir aussi Algar, « Some Notes », p. 168-203.

35 Korkut a étudié la théologie, la philologie et le droit auprès du professeur mawlana Ahmed bin Abu Bakr al-Ahsanhiwi (Bejtić, Derviš M. Korkut, p. 13). Ce personnage n’est pas connu ; surtout, Bejtić a dû transcrire fautivement son nom, car « Ahsanhiwī » est un toponyme inconnu et qui paraît étrange dans sa construction.

36 Bejtić, Derviš M. Korkut, p. 13-14.

37 Bejtić, Derviš M. Korkut, n. 11 p. 14.

38 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci u islamskoj književnosti (éd. Ćehajić), p. 222.

39 Anonyme, « Ibrahim Beg Redžepašić-Bašagić », Bosnische Post 19 (1902), 258 (08/11), [pagination non repérée]. Cette première nomination intervint durant le vizirat d’Osman Mazhar Paşa Sulejmanpašić (v.1810 ?-1861), Bosniaque d’origine, le fils du Süleyman Paşa dont son grand-père Daut Bey était le beau-frère. Bejtić affirme que Korkut plaçait ses protégés aux postes qu’ils avaient en vue ; selon lui, le moufti aurait ainsi fait nommer Ibrahim Bey à Plav et Gusinje, ce dont je n’ai retrouvé aucune trace ailleurs. J’ai choisi de penser qu’il s’est mal souvenu des villes où Ibrahim Bey occupa des postes à responsabilité.

40 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar, p. 237.

41 Ćorović, Luka Vukalović ; Tomić, « Piva i Pivljani », p. 404-405.

42 Tomić, « Piva i Pivljani », p. 405, dit : 1) que la région était quasi autonome depuis 1852 (ce que confirme Giljferding, Putovanje, p. 282), et 2) que Plužine et Zuvka, à Piva, appartenaient aux Čengić. Or, on trouve dans le fonds Bašagić des archives de Mostar (AHM OZ 1308) une lettre datée du 26 augustos 1279/7 septembre 1863, écrite par Hajdar Bey Čengić de Gacko, qui réclame à Cevdet Paşa une régularisation de la situation agraire, attendu qu’il n’a reçu de certains de ses paysans, et notamment de ses propriétés de Piva, aucun loyer depuis six ans (c’est-à-dire 1857).

43 Pour une visualisation des tracés de frontières successifs, voir Burdett, The Historical boundaries I, p. 1-146.

44 Ferdo Filipović, « Bošnjaci (Iz naše poviesti) », p. 202.

45 AHM OZ 1294, 12 safer 1275/21 septembre 1858.

46 AHM OZ 1190 et 1280, 1274/1858-9.

47 C’est ce que l’on comprend à la lecture de AHM OZ 1303, 28 muharem 1276/27 août 1859 ; AHM OZ 1244, 26 rebiulevvel 1278/31 octobre 1861 ; et AHM OZ 1198, 1278/1861-1862. Cependant, un autre acte est adressé en 1859-1860 à un certain Şerif Efendi, « chef du canton de Nevesinje » (Cat. Esih 1681, 1276/1859-60). Les trois premiers documents cités sont cependant suffisamment explicites pour qu’on retienne l’explication que j’en donne dans le texte.

48 AHM OZ 1303, 28 muharem 1276/27 août 1859 ; AHM OZ 1293, 9 safer 1276/7 septembre 1859. D’après ce dernier document, la responsabilité de la construction fut confiée à un capitaine de l’armée régulière qui devait œuvrer sous le contrôle de Mehmed Bey. Mais, en tant que binaemin, Ibrahim Bey était responsable des constructions sur Nevesinje. Voir aussi AHM OZ 1340, 1275/1859-1860. D’après ce second document, le coût total s’élevait à 2 tovar et 87 580 guruş. Voir enfin AHM OZ 1363, 1275/1859-1860 (détail des dépenses de la construction).

49 AHM OZ 1297, 5 rebiulahir 1276/2 octobre 1859.

50 Au moins à l’échelle de Nevesinje et dans le cadre des troubles de cette époque, les autorités ottomanes ne songeaient pas à mettre en défaut les menées pan-serbes de l’Omladina de Serbie et du prince de ce pays, Mihajlo Obrenović (1860-1868).

51 Gavranović, Bosna i Hercegovina od 1853. – 1870. godine, p. 228-235.

52 La politique autrichienne avait, explicitement depuis 1852, des vues sur la Bosnie et l’Herzégovine, mais sa traditionnelle position conservatrice (héritée de Metternich) la réfrénait (voir notamment les positions d’Andrássy, dont la prudence est redoublée par sa méfiance magyare des Slaves). C’est Beust, en 1867, qui commencera véritablement à parler de façon conquérante. Voir Bridge, The Habsburg Monarchy, p. 27, 51 et 90 ; Haselsteiner, Bosnien-Hercegovina. Également, Kann, « Trends Toward Colonialism », p. 164-180. Sur le sujet, on trouve de nombreuses pages dans diverses monographies en langue bosniaque, croate, serbe, ou encore serbo-croate concernant la Bosnie-Herzégovine ; il serait fastidieux d’en faire la liste. La plupart adoptent un ton récriminatoire contre l’Autriche-Hongrie, et livrent de la préhistoire de l’occupation austro-hongroise en Bosnie-Herzégovine une interprétation très orientée (mais très bien documentée, voir par exemple Kraljaćić, Kalajev režim, p. 18-27).

53 Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 2. On a souligné avec raison l’humeur qui présidait à cette monographie et présentait Kapetanović sous un jour défavorable. Il ne faut pas pour autant nier que le personnage n’eût ses défauts et qu’il fût particulièrement vaniteux et ambitieux. Pour compléter cette biographie, il est cependant essentiel de lire au moins Rizvić, Književno stvaranje, 1973, p. 79-96, 141-145 et n. 1 p. 80.

54 AHM OZ 1285, dernier jour de djumada-l ahir 1277/12 janvier 1861 ; AHM OZ 1251, non daté. Les signataires de la seconde pièce sont les suivants : Mehmed-beg Kapetanović, Mehmed Kukolj, Hasan Kukić, Salih Delić, Jusuf Hadžić, Smail Jugo, Hasan Tehilj, Salih Bado, Omer [Lako ?], Omer Šabović, Osman Đulepa, Ahmed Buzaljko, Omer Ovčina, Omer Tehilj, Miko Pazalo, Krsto Kalović, Sakuta, Ilija Stevanović, Glišo Vukajlović, Todor Čampara, Bralo, Mato Milidrag Tomo Stanić, Jovan Kovačević, Jovan Savić et Jovan Lozo.

55 Je cite la traduction de AHM OZ 1198, 1278/1861-2, que donne Bajraktarević. La pièce AHM OZ 1244, 26 rebiulevval 1278/31 octobre 1861, est adressée à Mehmed Ağa ; en revanche, Cat Esih 38, 28 Recep 1278/29 janvier 1862, l’est à Mehmed Bey, ainsi que AHM OZ 1302, 8 shaban 1278/8 février 1862.

56 On trouve une intéressante desciption de la campagne d’Ömer Paşa Latas contre Nikšić chez le franciscain Ivo Kresić (Ćurić, « Fra Ivo Kresić », p. 8), mais aucun renseignement ne s’y trouve à propos du rôle précis des Redžepašić/Bašagić.

57 Halilagić, Bosna i Hercegovina i Crna Gora (1790.-1918.), p. 87-88.

58 Pour plus de détails, voir AHM OZ 1244, 26 rebiulevvel 1278/31 octobre 1861, AHM OZ 1302, 8 shaban 1278/8 février 1862 ; et, en complément, Kreševljaković, « Stari hercegovački gradovi », in Izabrana djela t. 2, p. 464.

59 AHM OZ 1393, 25 mart 1279/6 avril 1863.

60 Pour davantage de détails sur cette seconde nomination, voir AHM OZ 1336, 30 eylul 1280/12 octobre 1864 ; AHM OZ 1269, 23 shaban 1281/21 janvier 1865 ; AHM OZ 1264, 1282/ 1865-1866.

61 Voir notamment Mitrović et Kreševljaković (éds), Izvještaji italijanskog konzulata, p. 53.

62 Cat Esih 215, sans date ; AHM OZ 1219, 15 ramazan 1279/6 mars 1863 ; Mitrović et Kreševljaković (éds), Izvještaji italijanskog konzulata, p. 53.

63 AHM OZ 1312, 14 mayis 1279/26 mai 1863. Il ne fait donc pas partie des maires (müdür) et conseillers municipaux que Cevdet Paşa destitua à partir de juillet 1863 à Stolac en raison de leur incapacité (Pasco Wassa Efendi, La Bosnie et l’Herzégovine, 1999, p. 87). Les certificats étaient à peu près l’équivalent d’une note personnelle au mérite dans le système administratif français actuel.

64 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar, p. 237.

65 Šabanović, Bosanski pašaluk, p. 95-96 et 233. Depuis cette date, en effet, si le pachalik d’Herzégovine existait toujours, il était subdivisé en trois préfectures (kaymakamlık) : Mostar, Trebinje et Pljevlje. C’est à la première de ces villes que se rattachait Nevesinje

66 H. Bowen, « Ahmad Djewdet Pasha », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 1, p. 293-295.

67 Bašagić, Znameniti Hrvati, « Osman paša Redžepašić » p. 61 ; Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », p. 51.

68 Les Hafizadić s’étaient distingués quelques années auparavant en faveur de l’application du hatt-ı hümayun. Cf. Kreševljaković et Korkut, Travnik u prošlosti 1464-1878, p. 132. Il est possible qu’Ibrahim les connût de cette époque.

69 Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », p. 51. Un autre des silahşor de Bosnie était Selman Bey Ćorović (S. M. [Safvet-beg Bašagić], « Hadži Selman beg Ćorović », Gajret [calendrier] 2 [1907-1908], p. 121-122).

70 On n’apprend malheureusement rien sur les connaissances de Kapetanović en littérature islamique chez Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 3 et 8.

71 Bejtić, Derviš M. Korkut, p. 13 ; Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, in Izabrana djela t. 4, p. 60. Si l’on se permet de spéculer sur la foi de l’éventuel séjour d’Ibrahim Bey à Istanbul, à la fin de ses études juridiques, on supposera que celui-ci connaissait Cevdet Paşa de cette époque – mais absolument rien ne nous permet de confirmer un tant soit peu cette proposition.

72 Pasco Wassa Efendi, La Bosnie et l’Herzégovine, 1999, p. 63, 67 et 69.

73 Baltić, Godišnjak, p. 220-221.

74 Karćić, « Odnos bosanske uleme », p. 221-231.

75 Pasco Wassa Efendi, La Bosnie et l’Herzégovine, 1999, p. 87.

76 Documents familiaux en possession d’Enisa Bašagić Knežić, intitulés « Osobitni list ».

77 « O putovanju Vali-paše », Bosna 1 (1866-1867), 7 (26 safar 1283/9 juillet 1866), p. 1. On apprend dans cet article que trois mosquées de Nevesinje ont besoin d’être réparées, ainsi que trois fontaines. On ne peut savoir si ces détériorations sont seulement dues à l’injure du temps ou si elles sont également la conséquence des combats dans la région. On apprend aussi que les habitants de Nevesinje ont l’intention d’y ouvrir un mekteb.

78 Šabanović, Bosanski pašaluk, p. 96.

79 « Vilajetske vijesti », Bosna 1 (1866-1867), 1 (28 mai), p. 1.

80 Idrizović, « Mehmed Šakir Kurtćehajić », p. 354.

81 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, 1986, p. 203.

82 Eren, « Turska štampa », p. 373 (qui le considère comme le premier de tout l’Empire, ce qui est faux, voir Veda Günyol, A. Mango, « Djarīda. III. Turquie », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 2).

83 Traduction donnée d’après la version bosniaque qu’a établie Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, 1986, p. 204. On en trouvera une autre traduction française chez Begić, « L’écrivain musulman dans la littérature yougoslave », p. 413-419. La date exacte de composition est le 14 avril 1869 (Memija, Bosanski vjesnici, p. 79).

84 ABiH, Muhamed Hadžijahić, Atif Purivatra, Mustafa Imamović, Stav muslimana Bosne i Hercegovine u pogledu nacionalnog opredjeljenja. Studijski izvještaj, Sarajevo, Institut za društvena istraživanja, 1970 [ouvrage ronéotypé], p. 189. Sur la diffusion des journaux, voir Memija, Bosanski vjesnici, p. 67 (La Bosnie était d’office distribuée aux fonctionnaires – donc à Ibrahim Bey – mais ne suscitait pas grand intérêt) et 77 (La Floralie de Sarajevo était distribuée avec 20 % de réduction si l’on s’abonnait aussi à La Bosnie ; les chiffres connus font état de 250 abonnés environ en Bosnie-Herzégovine – voir note suivante).

85 Pejanović reprend, pour en mitiger les affirmations, certains auteurs selon lesquels le journal de Kurtćehajić avait 2 000 abonnés ; il argue du fait que le journal était semi-officiel et ne s’adressait qu’à une élite de lettrés (Pejanović, Bibliografija štampe 1850-1941, 19612, p. 10). Kruševac dit que 2 000 abonnés se répartissaient pour moitié en Bosnie-Herzégovine, et pour l’autre à Istanbul, ce qui semble énorme (Bosansko-hercegovački listovi, p. 52-54). C’est Memija qui est la plus précise : selon elle, le millier d’abonnés à Istanbul est à prendre avec réserve ; on sait en tous cas qu’il y avait une centaine d’abonnés à Sarajevo et 135 dans la région de Bihać (Bosanski vjesnici, p. 77).

86 AHM OZ 1184, 1284/1867-8. Selon Bajraktarević, Korkut parle à Bašagić d’un journal intitulé Đulistan (La Roseraie) ; il est probable que cette Roseraie ne soit autre que la Floralie de Sarajevo, dont le nom turc se forme sur la racine « rose ». Cela dit, les dates ne concordent pas tout à fait ; mais il est également possible que Bajraktarević se soit trompé dans sa lecture, comme cela lui arrive parfois.

87 Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 52. Sur les collaborateurs en général du journal, voir Memija, Bosanski vjesnici, p. 78.

88 Bašić, « Dr. Savetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359. Dans la correspondance publiée de Namık Kemal, on ne trouve aucune mention d’Ibrahim Bey, ni d’un quelconque correspondant bosniaque ou herzégovinien – voir, pour la période qui nous intéresse, Tansel (éd.), Namık Kemal’in Husûsî mektupları I-II.
On ignore tout de ces relations, mais on peut en débroussailler quelques circonstances. Bašić semble les situer vers 1877, mais sa datation reste imprécise. Peut-être leur genèse est-elle à situer avant. Si l’on accepte qu’Ibrahim Bey termina ses études dans la capitale impériale (ce qui reste peu probable), on peut penser qu’il y entretînt des contacts avec Hersekli Arif Bey (1839-1903), un petit-fils d’Ali Paşa Rizvanbegović qui s’y était exilé après 1851. Bien lancé dans la poésie dès les années 1850, Arif Bey réunit autour de lui en 1860 un groupe littéraire baptisé « le Cercle des Poètes » (Encümen-i şuara) qui comprenait, entre autres, Namık Kemal et Ziya Paşa, Kâzim Paşa (1822-1890) et Lebid Efendi (1785-1867 ?), aussi bien donc des futurs représentants des nouvelles tendances littéraires ottomanes que des poètes d’inspiration classique (dont faisait partie Arif Bey). « Hersekli Arif Bey », Türk dili ve edebiyatı ansiklopedisi. Devirler/İsimler/Eserler/Terimler, Istanbul, Derğah yayınları, s. d., t. 4.

89 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, 1986, p. 209.

90 Nurudinović, « Bosanske salname », p. 257.

91 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 86 ; voir également Memija, Bosanski vjesnici, p. 64.

92 « Ziya Paşa », Türk dili ve edebiyatı ansiklopedisi, t. 8. Ziya Paşa fut très mal payé durant ces mois passés à Sarajevo.

93 Lewis, Islam et laïcité, p. 130.

94 Blau, Reisen in Bosnien, p. 74. En revanche, jamais le nom Bašagić ou Redžepašić n’apparaît dans les registres des archives du consulat autrichien aux Archives nationales de Sarajevo.

95 Bašić, « Dr. Savetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359.

96 AHM OZ 1386, 28 kanunusani 1285/9 février 1870.

97 Pavićević, « Crnogorsko-turski pregovori », p. 392. La situation n’aura guère changé en 1870, car les paysans locaux font alors à Ibrahim Bey une demande écrite pour qu’il les garantisse contre les pillages (AHM OZ 1171, 1285/1869-70).

98 Cité chez Kornrumpf, « Einige osmanische Dokumente über Topal Osman Pascha », p. 201.

99 Tomić, « Piva i Pivljani », p. 406.

100 Tomić, « Piva i Pivljani », p. 400-403.

101 AHM OZ 1323, 1286/1870-1871.

102 Hadžić, Pljevaljski muftija Šemsekadić, p. 4-5.

103 AHM OZ 1325, 25 shubat 1286/9 mars 1871 ; voir aussi AHM OZ 1310, 1286/1870-1871.

104 Dans tous les documents à ma disposition, Safvet-beg Bašagić est né à Nevesinje ; lui-même le chante avec enthousiasme dans « Nevesinju » (Trofanda, p. 12). Que cela eût plus précisément lieu au konak Bašagić, c’est un article d’Alija Nametak qui nous le prouve, où il insère une photo du bâtiment (« Islamski kulturni spomenici », p. 127).
D’après Lejla Gazić, Ibrahim Bey aurait composé des vers à l’occasion de la naissance de ses divers enfants (sept au total), qu’on peut consulter dans un cahier qui lui avait appartenu et qui se trouve actuellement à la bibliothèque de la mosquée Gazi Husrev Bey (R 3186). Voir Lejla Gazić, thèse inédite, p. 22.

105 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 15.

106 AHM OZ 1353, 1288/1871-1872.

107 AHM OZ 1256, 9 recep 1289/12 septembre 1872.

108 AHM OZ 1349, 15 rebiulahir 1291/1er juin 1874.

109 AHM OZ 1344, 23 djumadu-l evvel 1291/8 juillet 1874.

110 AHM OZ 1389, 1292/1875-1876.

111 Ždralović, dans Bosansko-hercegovački prepisivači I, p. 12-13, semble sous-entendre que l’occupation austro-hongroise a raréfié le nombre des lettrés en Bosnie-Herzégovine. Même s’il est tout aussi exagéré de tenir la thèse inverse, il ne faut pas faire de l’avant-Occupation l’âge d’or des bibliophiles. D’autre part, le fait que les franciscains (a priori les plus lettrés des Bosniaques) savaient lire et écrire (mais pas tous avec aisance) n’étoffe pas plus le lectorat bosno-herzégovinien : on ne compte pas plus d’une centaine de frères au xixe siècle, sur une population de plus d’un million d’âmes. Enfin, la littérature alhamijado était d’un caractère tout à fait local et se propageait par voie orale ; son contenu n’a d’ailleurs pas de dimension littéraire particulière, sauf exception.
En lisant attentivement la biographie de Fadil Paşa Šerifović (1802/1803-1882) qu’a écrite Fehim Nametak (1943-), on pourrait croire qu’Ibrahim Bey fut également en bons termes avec ce poète et homme politique, l’un des plus importants de la Bosnie des années 1840 à 1870. Celui-ci a en effet composé un petit quatrain à l’intention d’un certain Ibrahim Bey à l’occasion de la naissance du fils de celui-ci ; c’était en 1277/1868-1869. À partir des listes de propriétaires qu’établirent les autorités ottomanes en 1860-1861, Nametak pense que cet Ibrahim Bey est ou bien le nôtre, ou bien un Čengić (Fadil-paša Šerifović, p. 174 et n. 46). Le nôtre n’a cependant pas eu d’enfant avant Safvet, dont la date de naissance est assurée pour mai 1870 ; et Hamdija Kreševljaković ne parle d’aucun Ibrahim Bey Čengić un peu notoire à cette époque (« Čengići », in Izabrana djela t. 1, p. 388-413). Il est cependant probable qu’en 1868-1869, il existât d’autres beys portant le prénom d’Ibrahim et en âge de procréer ; ou alors Nametak s’est trompé en déchiffrant le chronogramme et Šerifović connaissait réellement bien Bašagić – ce qui est possible dans la mesure où les deux hommes sont poètes et favorables aux nouvelles idées ottomanes.

112 Le développement qui suit est uniquement tributaire d’Antun Hangi, Život i običaji Muhamedanaca, 1900, p. 149 et 162.

113 Mandić, Povjest okupacije, p. 22. Mihovil Mandić (1871-1948) a selon toute probabilité recueilli le témoignage de fonctionnaires ottomans encore vivants au début du xxe siècle.

114 AHM OZ 1347, 22 kanun-ul evvel 1289/3 janvier 1874. Je cite Bajraktarević : « s obzirom na važnost tog kraja ». Voir également AHM OZ 1189, 1289/1873-1874.

115 Hodžić, « Učešće Bosne i Hercegovine », p. 161-191.

116 Lewis, Islam et laïcité, p. 117.

117 Sur la question, consulter Petrović (éd.), Međunarodni naučni skup povodom 100-godišnjice ustanaka u Bosni.

118 Dedijer, Hercegovina, 1991, p. 98.

119 À ce propos, voir l’excellent article de Hadžibegić, « Turski dokumenti o početku ustanka », p. 85-116.

120 À propos du caractère éminemment social, et non national, de l’insurrection, je retiendrai cette phrase de Nikola Okan, un orthodoxe bosniaque, à Jovan Ristić alors qu’il travaillait à un projet d’insurrection en 1869 : « je connais personnellement plusieurs personnes riches de Bosnie qui iraient jusqu’à signer pour que l’état actuel des choses ne change pas encore de tout un siècle » [Ja poznajem lično više njih prilično bogatije ljudi u Bosni koji bi se podpisali da se sadašnje stanje još čitav vijek ne mijenja]. Lettre du 4/01/1869, citée dans Ekmećić, Ustanak u Bosni, 1973, p. 45.

121 On prêtera moins d’attention à l’engagement de certains musulmans de condition bien plus modeste dans les rangs monténégrins au cours des insurrections des années 1856-1874. À ce propos, voir Hasan M. Rebac, « Naši muslimani za vreme hercegovačkog ustanka », in Spomenica o hercegovačkom ustanku 1875. godine, p. 55-60.

122 Ljubibratić et Kruševac, « Prilozi za proučavanje », p. 201.

123 Giljferding, Putovanje, p. 48 ; Hasan M. Rebac, « Naši muslimani za vreme hercegovačkog ustanka », in Spomenica o hercegovačkom ustanku, p. 58.

124 Ekmećić, Ustanak u Bosni, 1973, p. 47. Les beys sont les suivants : à Travnik, Hacı Mula Efendi et Ahmed Bey Teskeredžić ; à Skoplje de Bosnie, Ali Bey Miralemović et Idriz Bey Idrizbegović ; à Livno, Hacı Muhamed Ağa Šćepa et Derviš Ağa Bošatlija ; à Glamoč, Nur Bey et Zaim Bey Filipović ; à Petrovac, Tahir Bey Kulenović ; à Vakuf, Hacı Mehmed Efendi ; à Banja Luka, Fehim Efendi Nazifagić ; à Tešanj, Sabit Efendi ; à Sarajevo, Ragib Efendi, Mula Mehmed Softić, Mula Jusuf Merhemić et Suluna [sic] Efendi. Quelques autres beys de Bihać se seraient également montrés ouverts à l’idée d’une réunion avec la Serbie.

125 Ljubibratić et Kruševac, « Prilozi za proučavanje hercegovačkih ustanaka », p. 202.

126 Šljivo, Bosna i Hercegovina 1849-1853, passim ; voir aussi Mitrović et Kreševljaković, Izvještaji italijanskog konzulata, p. 64.

127 Vasilj Popović cite expressément, d’après des témoignages parus dans le Times du 15/12/1875, Ali Bey Redžepašić – « Sredina i prilike iz kojih se razvila nevesinjska buna », in Spomenica o hercegovačkom ustanku, p. 9-13. La mémoire populaire a, quant à elle, retenu le nom de Suljko [Sulejman] Redžepašić – voir les chants épiques « Spremanje ustanka u Hercegovini (1874.-1875. god.) », p. 159-166, et « Ustaški napad na var. Nevesinje (17. avgusta 1875. god.) », p. 166-176, in Spomenica o hercegovačkom ustanku.

128 Hasan M. Rebac, « Naši muslimani za vreme hercegovačkog ustanka », in Spomenica o hercegovčkom ustanku, p. 57.

129 Kapidžić, Zastava 3, p. 177.

130 Hasan M. Rebac, « Naši muslimani za vreme hercegovačkog ustanka », p. 57-58.

131 Kosanović, « Crte iz Bosne », p. 253. En 1865, alors qu’il appartenait encore au monastère de Žitomislići (Herzégovine), Kosanović célébra une liturgie à laquelle assista un Ljubović de Nevesinje afin d’obtenir la guérison d’une maladie.

132 Šobajić, « Dabarsko polje u Hercegovini », p. 15 et 31-32.

133 Outre ceux que j’ai exposés, on trouvera encore quelques arguments en faveur de cette idée chez Šefik Pašić, « Istinite legende », surtout nos 8464-8467. Peut-être Jovan Cvijić fait-il allusion, entre autres, aux Ljubović lorsqu’il mentionne les beys d’Herzégovine orientale qui se souviennent de leurs origines orthodoxes grâce à un objet conservé de génération en génération, de type icône, etc. Cvijić, Balkansko poluostrvo, in Sabrana dela, knj. 2, p. 380.

134 Koetschet, Aus Bosniens letzter Türkenzeit, p. 6-7.

135 Balić, « Život i djelovanje muftije Karabega », p. 211 ; Hasandedić, Mustafa-Sidki ef. Karabeg, p. 12 ; voir aussi une lettre de Freeman publiée dans Devereux, The First Ottoman Constitutionnal Period, p. 270.

136 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », Gajret 10 (1926), 5, p. 66 ; Bašagić, « Nevesinju », Trofanda, p. 12-13.

137 M. Žerajić, « Nevesinje u 1874.-1875. godini », in Spomenica o hercegovčkom ustanku, p. 76.

138 Je n’ai trouvé ce détail que chez Željko Raguž, qui n’indique pas sa source – laquelle doit cependant exister. Raguž, Hercegovina, p. 177-178.

139 Bašagić, « Zalom-Palanci », Trofanda, p. 16.

140 Cat. Esih 179, 17 mayıs 1291/29 mai 1875.

141 Hadžibegić, « Turski dokumenti », p. 86-87.

142 AHM OZ 1350, 25 hazıran 1291/7 juillet 1875. Voir également « Vilajetske vjesti », Bosna 10 (1875-1876), 472 (12 juillet 1875), p. 1. Ibrahim Bey, selon la coutume, se fit délivrer par le conseil cantonal de Piva un certificat de bonne administration, voir AHM OZ 1321, 1291/1875-1876.

143 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.

144 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar 3 (1902-1903), 15, p. 237.

145 Šabanović, Bosanski pašaluk, p. 234 ; Halilagić, Bosna i Hercegovina i Crna Gora, p. 94.

146 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 15 ; J. M. Č., « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2 ; Sikirić, « Naši šeriatski sudovi », in Spomenica šeriatske sudačke škole u Sarajevu, p. 8-9 ; Sainte-Marie, L’Herzégovine, p. 75-76.

147 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 16.

148 Fajić (éd.), « Husein Bračković », p. 184.

149 AHM OZ 1186, 1292/1876-7. Il se rendit à son nouveau poste après s’être fait délivrer le traditionnel certificat de bonne administration par le conseil de Foča – voir AHM OZ 1392, sans date.

150 AHM OZ 1348, non daté ; Koetschet, Aus bosniens letzter Türkenzeit, p. 39.

151 Bled, François-Joseph, p. 409-412 ; Mustafa Imamović, « Bosna između Osmanske i Habsburške carevine u Istočnoj krizi 1875-1878. godine », in Ćemerlić etc., Međunarodni naučni skup povodom 100-godišnjice ustanka 1, p. 345-346.

152 Luka Grđić Bjelokosić, « Iz muhasere. Crtica iz hercegovačke prošlosti », Sarajevski list 17 (1894), 20 (18/02), p. 2 ; 21 (21/02), p. 1.

153 Pour cette sous-partie, consulter Herzog et Sharif (éds), The First Ottoman Parliament.

154 « Privremeno uputstvo », Bosna 11 (1877-1878), 544 (27 novembre 1877), p. 1-2.

155 AHM OZ 1309, non daté. Il y eut peut-être quelques spéculations sur l’élection du député herzégovinien Mustafa Sidki Karabeg, dont le journal stambouliote Stamboul annonça la nomination le 2 février, selon Devereux (The First Ottoman Constitutionnal Period, p. 262). Apparemment, selon Freeman, Hafizadić était également en concurrence avec un certain Mustafa Bey, qui serait parti à sa place (Devereux, ibid.).

156 AHM OZ 1240, 17 shubat 1292/1er mars 1877 ; Skarić, Sarajevo i njegova okolina, p. 276.

157 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 16.

158 Davison, Essays in Ottoman and Turkish History, p. 107 ; Devereux, The First Ottoman Constitutionnal Period, p. 127.

159 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », p. 239.

160 Devereux, The First Ottoman Constitutionnal Period, p. 156-159.

161 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 71.

162 AHM OZ 1314, 31 mart 1293/12 avril 1877. On ne trouve pas trace de cette proposition d’acte dans les minutes du Parlement.

163 Très souvent, dans les minutes du Parlement, les députés d’Herzégovine sont notés comme venant de Bosnie, ce qui montre que de l’extérieur, aussi bien pour la presse stambouliote que pour les pays d’Occident, les deux régions n’en font qu’une, ce qui n’est ni tout à fait vrai, ni tout à fait faux. Robert Deveureux se laisse tromper à ce sujet (Devereux, The First Ottoman Constitutionnal Period, p. 192).

164 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 274-275.

165 Hadžibegić, « Opsada Nikšića 1877 g. », p. 49-65 ; Halilagić, Bosna i Hercegovina i Crna Gora, p. 49 et 64. Alija Nametak rapporte une anecdote selon laquelle Ibrahim Bey s’entendait bien avec le voïvode monténégrin Lazar Sočica : celui-ci aurait envoyé un costume de Shkodër à Safvet-beg en signe d’amitié. Son père aurait refusé à cause des tensions internationales autour de Nikšić et de l’insurrection : la Porte aurait mal interprété qu’il reçût avec bienveillance ce cadeau (« Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363). On ne sait pas dans quelle mesure ce petit récit est exact.

166 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, in Izabrana djela t. 4, p. 75 ; Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 3.

167 AHM OZ 1261, 28 shevval 1294/4 novembre 1877.

168 AHM OZ 1313, sans date. Pour les problèmes liés à cette élection, voir Herzog et Sharif (éds), The First Ottoman Parliament.

169 AHM OZ 1326, 20. X. 1293/1er novembre 1877. Dans ce document, on apprend qu’Ibrahim Bey passa devant une commission administrative pour être confirmé dans ses fonctions de kaymakam, ce à quoi semble faire signe un bout de curriculum vitae composé en juin 1877 (AHM OZ 1337, 11. VI. 1293/23 juin 1877).

170 Ekmećić, Ustanak u Bosni, 1973, p. 260. Voir AHM OZ 1359, 1292/1876-1877 (erreur manifeste de lecture dans la date) et AHM OZ 1338, 23 X. 1293/4 novembre 1877.

171 AHM OZ 1326, 20 X. 1293/1er novembre 1877.

172 AHM OZ 1261, 28 shevval 1294/4 novembre 1877 ; AHM OZ 1338, 23 X. 1293/4 novembre 1877 ; AHM OZ 1322, 27 XI. 1293/9 décembre 1877 ; Cat Esih 250, 24 XII. 1293/3 novembre 1877 ; Cat Esih 170, 25 X. 1276 (ou plutôt : 1293).

173 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar, p. 239.

174 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 26.

175 Devereux, The First Ottoman Constitutionnal Period, p. 164.

176 Devereux, ibid.

177 Il semble que la rémunération des députés ait fait l’objet d’un compte rendu au Parlement (Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 154-5 ; Devereux n’en fait pas mention). Les députés de Bosnie-Herzégovine furent payés comme suit : Mehmed Muhyi Bey (Kapetanović) : 500 ; Salamon Efendi : 1 000 ; Mustafa Sıtkı Efendi (Karabeg) : 800 ; Yâver Efendi : 500 ; Maroşik Pozo [sic : Yozo] Efendi : 500 ; Pero Efendi : 500 ; Ibrahim bey : 500 ; Fehim Efendi : 1 500. On ne s’explique pas les variations du montant reçu, sinon, éventuellement, que des décorations aient pu influer dans le sens d’une augmentation.

178 Pour le contenu de ses interventions, outre Us, voir Balić, « Život i djelovanje muftije Karabega », p. 212.

179 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 37-38.

180 L’anecdote est rapportée à deux reprises par Safvet-beg Bašagić, d’abord dans « Arifi-Hikmet beg Rizvanbegović Stočević », Nada 9 (1903), 16, p. 212 ; puis dans sa thèse, en 1910-1912 (Bošnjaci i Hercegovci, 1986, p. 211-212). C’est dans l’article que Bašagić précise la date de 1878, donc durant la seconde session.

181 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, in Izabrana djela t. 4, p. 90 ; Imamović, « Banja Luka u doba okupacije », in Babić (éd.), Banja Luka u novijoj istoriji, p. 28 ; Pavlićević, « Hrvatsko novinstvo o Bosni s posebnim osvrtom na Bosansku krajinu i Banju Luku u doba okupacije 1878. godine », ibid., p. 42-43.

182 Martić, Zapamćenja, p. 106.

183 Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 4.

184 Mirza Safvet, « Crtice iz života Ali paše Rizvanbegovića », Vienac 26 (1894), 26 (30/06), p. 409.

185 C’est l’idée de Hamdija Kreševljaković : il affirme en 1926 que l’historien du Parlement ne présente, de Bosnie-Herzégovine, qu’Ibrahim Bey (« Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 15).

186 En revanche, en Bosnie, le journal du vilayet transmet fidèlement le compte rendu des séances et redonne les discours prononcés par les députés bosno-herzégoviniens ; mais ces discours sont maintenant introuvables : à cause de la guerre de 1992-1995, il est apparemment impossible de trouver en Bosnie-Herzégovine un jeu complet de La Bosnie ; et les numéros conservés sont justement ceux qui ne comportent aucun élément à propos du Parlement. En 1926, Hamdija Kreševljaković rappelait que tous les discours d’Ibrahim Bey étaient consultables dans La Bosnie (« Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 15). J’ajouterai que selon Salih Safvet Bašić, ces discours sont consultables dans le journal Takvımı vekai qui sortait alors à Istanbul (« Dr. Safvetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359).

187 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 115, ainsi que les 4e, 24e et 28e séances.

188 Ibid., p. 265.

189 [Anonyme], « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », Behar, p. 237-238.

190 Bašić, « Dr. Savetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359.

191 AHM OZ 1343, non daté.

192 Voir la totalité du texte en annexe.

193 Cette idée est en partie une transposition dans le domaine politico-historique des théories psychanalytiques de Didier Anzieu, Le moi-peau, Dunod, 1985, passim.

194 Alija Nametak, « Dr. Safvetbeg Bašagić. 6. V. 1870. -6. V. 1930. », p. 322.

195 Sur une autre interprétation de la suspension parlementaire, voir Davison, Essays in Ottoman and Turkish History, p. 107.

196 Hasandedić, Mustafa-Sidki ef. Karabeg, p. 13.

197 La meilleure monographie sur le sujet reste encore aujourd’hui le livre de Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, in Izabrana djela t. 4, p. 73-167. En raison des nombreux préjugés nationalistes qui le parsèment, on n’accordera pas confiance au recueil d’articles qui parut en 1979 pour le centenaire de l’Occupation – préjugés reconduits par les auteurs extra-bosniaques, voir Karpat, « The Ottoman Attitude towards the Resistance of Bosnia and Herzegovina to the Austrian Occupation in 1878 », in Ekmećić (éd.), Otpor austrougarskoj okupaciji, p. 149-150.

198 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 83. Mihovil Mandić affirme que Kapetanović fit partie du comité (Povjest okupacije Bosne, p. 25).

199 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 90.

200 Il était avant l’occupation président du tribunal de commerce, président du cadastre, moutesarif du canton de Bihać, chef de la justice, et à deux reprises maire de Sarajevo. Après 1878, il a été grand juge de la charia. Il a été en 1869-1870 à Istanbul en tant que membre de la commission qui devait examiner la question agraire en Bosnie. Le 14 janvier 1888, il est mort de la goutte à Sarajevo. Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 96.

201 Balić, « Mostar u borbi protiv okupacije », p. 281.

202 J. M. Č. [Jozo M. Čebular], « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2. Toute la suite du paragraphe est tributaire de cet article, qui narre ces événements selon le témoignage d’Ibrahim Bey lui-même.

203 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 96.

204 Marbeau, La Bosnie, p. 30.

205 Cette date est donnée en suivant la chronologie de J. M. Č., « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2. Si l’on en croit Omer A. Balić, ces événements eurent lieu le 2 août (« Mostar u borbi protiv okupacije », p. 282) ; de même pour Hamdija Kreševljaković (Sarajevo u doba okupacije, p. 100) ; pour Mihovil Mandić, ce fut le 2 ou 3 août (Povjest okupacije, p. 40-42). Certains témoins contemporains des événements donnent des dates plus proches de Bašagić : 29 juillet pour Đurɖević (Memoari sa Balkana, p. 164) ; 31 juillet pour Koetschet.

206 J. M. Č., « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2.

207 Balić, « Život i djelovanje muftije Karabega », p. 212.

208 Il ne fut donc pas chassé de Mostar par les conservateurs, comme l’affirme Alija Nametak qui interpète inexactement l’anecdote des habits (qu’il ne redonne pas dans son texte et qu’il a certainement mal comprise). Voir A. Nametak, « Dr. Safvetbeg Bašagić. 6. V. 1870. -6. V. 1930. », p. 322.

209 Mihovil Mandić, Povjest okupacije, p. 67.

210 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 15. À la lecture d’Alija Nametak, on pourrait penser que parmi ceux que sauva Ibrahim Bey se trouvaient les Husković, une famille qui avait pris une part active dans les combats contre les Austro-hongrois (« Borba protiv okupacije Bosne i Hercegovine. Bojevi pred Stocem », p. 199). On ne trouve rien de plus chez Prze, « Obrana Stolca », p. 190-191.

211 Pour les paragraphes qui suivent, voir tout particulièrement Burián, Drei Jahre, p. 201-208 et 218 ; Jean-Paul Bled, « La question de Bosnie-Herzégovine et la fin de l’ère libérale en Autriche », in Melville et Schröder (éd.), Der Berliner Kongress, p. 259 ; Haselsteiner, « Öffentliche Meinung oder Meinungspluralität ? Zum Widerhall der Okkupation in der deutschsprachigen Presse der Donaumonarchie », in Bosnien-Hercegovina, p. 57-62.

212 Michel, Banques et banquiers, p. 233-234.

213 Karćić, The Bosniaks, p. 109-118.

214 Bogićević, « Emigracije Muslimana », p. 175-188 ; Kreševljaković, « Čengići », in Izabrana djela t. 1, p. 406 et 410 ; Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 105. Voir aussi Hadžijahić, qui mentionne seulement Ali Paşa Čengić (Od tradicije do identiteta, p. 163).

215 Edhem Mulabdić prétend que la morosité des musulmans bosno-herzégoviniens autour de 1878 plongeait certaines de ses racines dans le régime absolutiste du sultan Abdülhamid, ce qui ne semble pas juste pour la majorité de la population (« Prva pojava Safvetbegova », p. 357).

216 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 13.

217 Kreševljaković, Sarajevo u doba okupacije, p. 120.

218 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 173. Dans le même ouvrage (p. 168), Kapidžić écrit pourtant que trois Bašagić étaient présents à l’une des réunions préparatoires à l’insurrection de 1882, en janvier de cette année-là. Les Austro-hongrois n’avaient ainsi pas pleinement réussi à les satisfaire par le nouvel état de choses.

219 Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 5. Kreševljaković affirme qu’il partit début juillet, mais ce n’est guère probable (Sarajevo u doba okupacije, p. 108).

220 Hamdija Kreševljaković écrit que cette nomination eut lieu « aux premiers jours d’août » (« Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 16), mais les récits d’Alija Nametak (« Borba protiv okupacije », p. 199) et Prze (« Obrana Stolca », p. 190-191) mentionnent d’autres noms de kaymakam lors de la prise de Stolac, qui eut lieu le 21-22 août. D’autre part, le seul document officiel qui garde trace de cette nomination est un télégramme daté du 18 septembre 1878, où Jovanović donne le détail des nouvelles nominations administratives auxquelles il a procédé en Herzégovine ; il serait assez improbable qu’il ait attendu un délai d’un mois et demi pour en faire part à ses supérieurs. Pour le texte original de ce télégramme, conservé au Kriegs-Archiv de Vienne, voir Kapidžić, Hercegovački ustanak, n. 64 p. 64.

221 Kreševljaković, « Dr. Safvet beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica..., p. 16.

222 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 19-20 et 24. À la p. 23 de cet ouvrage, Kapidžić affirme que pour des raisons d’opportunisme politique, le Gouvernement territorial ne conserva que quelques locaux et ce, dans le bas fonctionnariat. Aucun exemple ne vient étayer cette affirmation.

223 ABiH GMF Präs, 1890/37, du 14. I. 1890, Appel à Kállay : proposition de décoration pour Ibrahim Bey Bašagić en 1890, où l’on rappelle qu’il avait été décoré de la Croix de Chevalier le 16 mai 1879. On ne trouve aucune trace de cette première promotion dans les archives.

224 Mulić (éd.), Konjic i njegova okolina (1878.-1918.), p. 14 et 335.

225 Ibid., p. 335.

226 Jusuf Mulić, « Školstvo », in Mulić (éd.), Konjic i njegova okolina (1878.-1918.), p. 175-176. Mulić utilise l’original du rapport que remit Zore au ministère commun des Finances, dont une copie se trouve dans le fonds Zore des archives de Dubrovnik, signature IV-14. On peut lire le fac-similé de ce document chez Mulić, p. 176, où se trouve le passage qui intéresse Bašagić. Pour un prolongement sur l’affaire Zore, voir Okey, « Education and Modernisation », p. 324.

227 Il réaffirma que les beys bosno-herzégoviniens utilisaient la bosančica à un ami Hongrois avant 1900, comme le prouve une lettre du Hongrois Béla v. Vikár, curieux d’alphabets, à Safvet-beg Bašagić, de Budapest en février 1903 (IAS BS – 170).

228 Sur tous les problèmes suscités par ce paragraphe, voir mon Petit guide, passim ; Mulić, Konjic i njegova okolina (1463-1878), p. 124. Pour d’autres sources sur les bogomiles à la fin du xixe siècle, consulter, de façon pratique et exhaustive, Hadžijahić, Porijeklo bosanskih Muslimana. Je n’ai pas pu consulter Franjo Šanjek, Bosansko-humski krstjani u povijesnim vrelima (13.-15. st.), Zagreb, Barbat, 2003. Inconnu de tous ces ouvrages, un passage d’Édouard de Sainte-Marie, drogman du vice-consulat de France à Mostar à la fin des années 1860, illustre à sa façon la vie de cette communauté de Jablanica : « Les indigènes de la localité se disent musulmans, mais en fait ils ignorent absolument la religion du Prophète : ce sont des gens qui vivent en commun, chez lesquels le mariage n’existe pas et où l’on voit s’étaler effrontément une promiscuité de sexes aussi effrayante que dans certains mystères antiques » (Pricot de Sainte-Marie, « Itinéraires en Herzégovine », Bulletin de la société de géographie, avril-mai 1876, p. 543-544).

229 Humo était alors âgé de 71 ans et mourut en 1880. Je me fie à Mulić lorsqu’il avance le nom de Humo pour ces événements. Mulić, « Vjesnici naprednijeg tumačenja », p. 103.

230 Jovićević, « Riječka nahija (u Crnoj Gori) », p. 33-34, d’après Jastrebov. Voir aussi Hadži-Vasiljević, Muslimani naše krvi (qui se trompe lorsqu’il donne la référence de Jovičević, n. 69 p. 36).

231 Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », p. 73.

232 Andrija H. Kulier rapporte la narration des premiers événements de la bouche même de Safvetbeg Bašagić dans son article « Safvetbeg u fojničkoj banji », p. 288-290. Les détails sur Humo sont empruntés à Mulić, « Vjesnici naprednijeg tumačenja », p. 103-104. Pour la sympathie dont jouissait Ibrahim Bey, voir Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362.

233 Anonyme, « Safvet-beg Redžepašić Bašagić », Mearif za godinu 1312 (1894-95), p. 116-117.

234 Ćurić, Muslimansko školstvo, passim.

235 Hangi, Život i običaji, p. 157. Cependant, l’âge n’était qu’indicatif, et il arrivait souvent que des adultes fréquentassent les mekteburić, Muslimansko školstvo, p. 206).

236 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Redžepašić-Bašagić », Spomenica…, p. 16 ; Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.

237 Ćurić, Muslimansko školstvo, p. 40.

238 Ćurić, ibid., p. 206.

239 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.

240 Hangi, Život i običaji, p. 159.

241 Ivan Zovko, « Kad se prvi put hatma prouči », Sarajevski list 17 (1894), 63, p. 1.

242 Mulić, Konjic i njegova okolina (1463-1878), p. 287.

243 Jusuf Mulić, « Školstvo », in Mulić (éd.), Konjic i njegova okolina (1878.-1918.), p. 175, 179 et 180.

244 Anecdote compilée d’après Dizdar, « Mirza Safvet, vođa omladine i učitelj generacija », p. 89 ; Mulić, « Mekteb u našim narodnim običajima », p. 175 ; Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66. À partir de 1881, Alagić siégea de longues années durant au conseil municipal (Jusuf Mulić, « Austrougarska okupacija područja kaze Konjic, organizacija vlasti i lokalne uprave », in Mulić (éd.), Konjic i njegova okolina [1878.-1918.], p. 23). Mulić ne mentionne pas Alagić comme instituteur au mekteb, mais il n’y a pas lieu de douter qu’il le fût).

245 Alija Nametak, « Dr. Safvetbeg Bašagić. 6. V. 1870. -6. V. 1930. », p. 322.

246 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić », Hrvatska revija, p. 302.

247 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362.

248 « Ziya Paşa », Türk dili ve edebiyatı ansiklopedisi 8., p. 667 ; Bašić, « Dr. Savetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359. Ce détail est également rapporté par Hadžiosmanović (« Dr. Safvet-beg Bašagić - Prevodilac poezije s turskog jezika ») ; elle affirme que Safvet-beg connaissait « beaucoup » de vers de cette poésie, sans qu’on sache d’où elle tire cette précision. « Terkib-i bend » est un terme intraduisible, car il désigne un genre propre de poésie (comme si nous essayions de traduire en chinois le titre d’un poème intitulé « Sonnet ») ; pour consulter commodément un long extrait de ce poème, on peut lire l’article encyclopédique cité en début de note, p. 667. Pour les détails, voir F. Thiesen, « Tardjīb ‘band et Tarkīb-band », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 10.

249 Bašić, « Dr. Safvetbeg Bašagić kao orijentalist », p. 359.

250 Milićević, « Dr. Safvet beg Redžepašić-Bašagić », p. 53. Milićević indique en même temps que sa connaissance du turc et de l’arabe provient surtout des enseignements reçus à l’école, ce qui le met d’une certaine manière en contradiction avec les autres biographes de Bašagić et ses propres articles biographiques parus ailleurs.

251 Détail recueilli des lèvres de Bašagić lui-même par Hamdija Kreševljaković dans « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272.

252 Alija Nametak, « Dr. Safvet beg Bašagić. 6. V. 1870 - 6. V. 1930. », p. 322.

253 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 363. Des documents d’archives attestent l’extrême courtoisie (un peu pincée) dont usait Ibrahim Bey dans les relations publiques (ABiH ZVS 1900 62-3, compte rendu de l’assemblée annuelle de l’administration des vakfs tenue en décembre 1899).

254 Mirza Safvet, « Mojim sinčićima », Pravda 8 (1926), 25, p. 5.

255 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 83-85.

256 Mulić donne pour date de départ 1881 ; c’est lui qui semble le mieux renseigné (Konjic i njegova okolina [1878.-1918.], p. 335). La plupart des biographes donnent 1882, mais c’est certainement en référence à l’insurrection qu’ils notent cette année. Andrija H. Kulier prétend que les Bašagić s’installèrent à Konjic en 1882, ce qui est une erreur manifeste, ainsi que la date de départ, qu’il situe en 1883 (dernière erreur qui avait été commise – lapsus calami ? – par l’auteur anonyme de « Ibrahim-beg Redžebpašić-Bašagić », p. 238).

257 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 16.

258 J. M. Č. [Jozo M. Čebular], « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2.

259 ABiH GMF Präs, 1882/130, télégramme chiffré du 20. I. 1882 de Vuković à Szlávy (et non du 22. I. 1882, comme le dit Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », n. 42 p. 68) ; id., 1882/131. Dans ses mémoires, Alagić écrit qu’il a été nommé sur Konjic le 15 janvier, mais la première mention de ce remaniement que nous ayons trouvée dans les archives remonte au 20 janvier (« “Povijest jedne porodice” », p. 68). Toujours d’après Alagić, on voit que le Gouvernement territorial donnait un certain nombre de ses instructions de façon orale, si bien qu’on ne peut pas suivre toute son action avec précision.

260 ABiH GMF Präs, 1890/37, du 14. I. 1890, Appel à Kállay : proposition de décoration pour Ibrahim Bey Bašagić.

261 Aucune trace de lui dans les archives : ABiH GMF Präs 1882/140 (24. I) et 237 (11. II) mentionnent le frère d’Ibrahim Bey, Hacı Daut Bey, mais pas lui. Daut Bey fut muté de Foča à Nevesinje : il semblait jouir de plus de crédit qu’Ibrahim Bey.

262 Pour une présentation de Kállay détaillée mais souvent trop partisane, voir Kraljaćić, Kalajev režim, p. 45-87 ; pour un excellent article, voir Okey, « A Trio of Hungarian Balkanists », p. 237-249.

263 Il ne fit pas partie des diverses délégations de locaux qui partirent saluer François-Joseph en 1878 (Kreševljaković, Sarajevo za vrijeme austrougarske uprave [1878-1918], p. 18), ou l’Erzherzog Rudolf en 1881 (ABiH GMF Präs 1880/77, du 20. XI. 1880) ; il ne fait pas non plus partie des cinquante-huit noms qui signèrent, le 4 novembre 1878, une déclaration de loyauté à l’Empereur (Kraljaćić, Kalajev režim, n. 6 p. 352-353, qui vient compléter Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 67-68, et Šehić, Autonomni pokret, p. 21 n. 4).

264 Kamenica, « Dr Safvetbeg Bašagić », 16364 (01/01/1994), p. 12.

265 ABiH LR Gen, 1910/I.A 86.60, le 29. XII. 1908.

266 ABiH LR Präs, 1882/1960, du 25. IX. 1882.

267 ABiH LR Präs, 1884/809, du 18. IX. 1884.

268 Kapidžić, Hercegovački ustanak, p. 66-72 ; Šehić, Autonomni pokret, p. 22-24.

269 1834 est la date que l’on trouve généralement pour sa naissance ; mais d’après « Mustafa beg Fadilpašić », Sarajevski list 15 (1892), 147 (7/12), p. 1, Fadilpašić est né en 1835 ou 1836.

270 Alija Nametak, Sarajevski Nekrologij, p. 128. On ne trouve pas trace de cette anecdote aux archives de Sarajevo ; dans aucune pièce, d’ailleurs, on ne trouve la procédure par laquelle le reis fut choisi, ni les noms des candidats potentiels (voir notamment ABiH LR Präs, 1881/1087, 12. XII. 1881). Une pièce du consulat français prouve simplement que Fadilpašić désirait ce poste : CADN Sarajevo, tome 6, Gaston Wiet au ministère (Direction politique no 16), 26. XII.1879 : « Mustapha Bey [Fadilpašić] est toujours président de la Municipalité et vise, comme je l’ai relaté durant ma gestion de Mostar, à devenir le chef de la religion musulmane en Bosnie ».

271 Šehić, Autonomni pokret, p. 24.

272 J. M. Č. [Jozo M. Čebular], « Ibrahim beg Bašagić », Obzor 34 (1893), 273 (28/11), p. 2 ; Bericht über die Verwaltung 1906, p. 125 ; Spaho, « Pedeset godina », p. 72. Il semble qu’Ibrahim Bey ait vu sa situation entérinée par décret seulement en juin 1883 (voir plus bas). Par ailleurs, pour écrire la biographie d’Ibrahim Bey, Husnija Kamberović s’inspire d’un article qu’il dit avoir trouvé dans le BS – 73, mais aucune des coupures trouvées dans les cartons ne correspond à ses allégations (Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 244).

273 Voir par exemple « Iz društva », Sarajevski list 6 (1883), 27 (8/03), p. 2.

274 Plus précisément sur l’activité d’Ibrahim Bey, on ne sait pas grand-chose non plus, les fonds d’archives de Bosnie-Herzégovine se révélant très pauvres à cet égard. Voir seulement ABiH ZVS1 1889 50-36 (rapport sur l’institutrice de l’école de filles musulmane de Sarajevo).

275 Spaho, « Pedeset godina », p. 73.

276 Bericht über die Verwaltung 1906, p. 126.

277 J’ignore la date d’entrée en service de Krcsmárik dans ces fonctions ; il les occupait en 1887 (Spomenica šeriatske sudačke škole, p. 99) et il les quitta vers 1896, puisqu’il était responsable de « cercle » à Szarvas (Hongrie) l’année suivante (« Lične vijesti », Sarajevski list 20 [1897], 106 [8/09], p. 1). En 1888, il est « vice-secrétaire au Gouvernement territorial » et commande la traduction en allemand d’une partie de l’histoire de la Bosnie par Muvekkit (ABiH ZVS1 1888 41-14). Il fut un moment le chef de Fehim Spaho, en 1895 ou 1896 (d’après la carrière de Spaho et Truhelka, « Znanstveni rad Fehim ef. Spahe », p. 51) ; il connaissait aussi assez intimement Ivan Milićević, un ami de Safvet-beg Bašagić (Ivan A. Milićević, « Velikom prijatelju u spomen », Novi Behar 11 [1937-1938], 20 [15/04/1938], p. 313). Krcsmarik siègeait dans la commission de spécialistes de l’islam que le Gouvernement territorial mit en place en 1907 pour négocier de nouveaux statuts avec les délégués autonomistes musulmans (Šehić, Autonomni pokret, p. 216). Enfin, il était à nouveau conseiller d’État début 1911 et connaissait très bien à cette époque Safvetbeg Bašagić (Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 50 et 53-55), ce que prouve encore l’article sur la Bosnie-Herzégovine qu’il publia dans l’Encyclopédie de l’Islam vers 1912. Il a lui-même publié en 1879 une traduction juxtapaginale turco-ottoman/hongrois de chants populaires turcs (A török népdalról, Budapest, Tettey Nándor és Társa, 1879, 49 p.) ; il faisait partie des historiens que Thallóczy réunit dans le Cercle Károlyi-Thallóczy (noyau de la future École de Vienne), et publia avec lui un recueil de documents ottomans touchant la Hongrie : Török-Magyar oklevéltár 1539-1789, Budapest 1914 (Vardy, Modern Hungarian Historiography, p. 148 et 260).

278 IAS, BS – 165, Krcsmárik à Safvet-beg Bašagić, 14. XI. 1902.

279 Et non le 14 mai 1887, comme l’on trouve souvent. Voir Spomenica šeriatske sudačke škole u Sarajevu, izdana prilikom pedesetgodišnjice ovoga zavoda (1887-1937), Sarajevo, Islamska dionička štamparija, 1937, p. 99.

280 Mazalić, Leksikon umjetnika, p. 25. Au même endroit, on trouve qu’Ibrahim Bey a également composé l’inscription qui se trouvait sur le balcon du bâtiment où était sise la direction de la police municipale. Je n’ai malheureusement pas trouvé où et quand a été construit ce bâtiment.

281 Lorsque je me suis rendu à Sarajevo en été 2004, le personnel de l’ancienne École (devenue faculté de droit et théologie islamiques) m’a dit ignorer qu’il ait jamais existé une telle inscription. Les bâtiments abritaient autrefois le musée de la ville de Sarajevo ; les objets en ont été déménagés durant la guerre de 1991-1995 ; je me suis rendu dans les nouveaux locaux de ce musée (Despića kuća), où l’on m’a dit que cette inscription n’existait pas. Pourtant, elle semblait exister encore en 1998, comme en témoigne l’article « Kaligraf vrhunskih dometa », Dnevni Avaz, no du 05/09/1998, p. 14.

282 Voir Bosna ve Hersek salnamesi, 3 (1302/1884), 2e partie : « [Hasan Kafi efendi Pruščak] », p. 1-6 ; « [Šejh Jujo (Mustafa Ejubović)] », p. 6-8 ; « [Ahmet efendi Mostari] », p. 8 ; « [Sudi efendi] », p. 9 ; « [Mustafa efendi Akhisari (Pruščak)] », p. 10 ; « [Sokolović Mehmed-paša)] », p. 10-11 ; « [Gazi Husrev-beg] », p. 11-15 ; « [Ferhad-paša Sokolović] », p. 15-18.

283 Šabanović, Književnost Muslimana, « Salih Sidki Hadžihusejnović-Muvekit », p. 592.

284 Renseignement donné par Traljić, « Hafizi-kutubi », p. 47. Muvekkit mourut le 12 mars et la nécrologie parut dans le numéro 187 du 1er şaban/13 avril. Selon Franz Babinger, elle se continue dans le numéro 192 (« Fünf bosnisch-osmanische Geschichtschreiber », p. 171). Ces articles nécrologiques sont parallèles à ceux qui parurent dans Sarajevski list 11 (1888), « Čitulja », 30 (14/03), p. 2.

285 Bašagić, « Popis orijentalnih rukopisa moje biblioteke », p. 207. Dans le catalogue Blaškovič, le seul tezkere qui existe à Bratislava n’est pas répertorié comme provenant de la collection Bašagić. Pour Hasan Kafi de Prusac, voir les numéros 74, 99-103, 309 et 437 ; pour le cheikh Yuyo, Ibrahim Bey possédait peut-être le no 261 et a pu connaître le no 244 mais ne le possédait pas ; pour Mustafa de Prusac, voir nos 153-154.

286 « Turski list “Vatan” », Sarajevski list 7 (1884), 83 (27/07), p. 2 ; Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 181-186.

287 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 187-9. Le développement de Kraljačić met en lumière ses présupposés anti-austro-hongrois.

288 Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 186.

289 En revanche, on ne trouve pas trace de ce renseignement aux archives. N’ayant pas pu consulter le journal (où il semble que la plupart des articles furent anonymes), je suppose actuellement que cette information a été lancée par Munir Šahinović-Ekremov, un proche de Safvet-beg Bašagić, dans « Počeci i razvoj muslimanskog novinstva », p. 4.

290 Kruševac, Bosansko-hercegovački listovi, p. 185.

291 Pour les références, voir Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 34.

292 Grozdanić, « Dosadašnja izučavanja književnosti », p. 54. On ne sait si Grozdanić pense uniquement à l’almanach provincial, ou à celui-ci et à Vatan, et je n’ai malheureusement pas pu le vérifier.

293 Bašagić, Bošnjaci i Hercegovci, 1986, p. 222. Ahmet désigne ici Mahomet. La traduction métaphorique de domoće se, où l’on comprend domoče se, n’est pas sûre.

294 « [Nergisi] », Bosna ve Hersek salnamesi 4 (1303/1885), 2e partie, p. 8-9 ; « [Muhamed efendi Čajničanin] », p. 9 ; « [Mehmed Hamdi efendi Skejo] », p. 10 ; « [Derviš Paşa de Mostar] », p. 10-12.

295 « [Sinan-beg Bajramović] », Bosna ve Hersek salnamesi 4 (1303/1885), 2e partie, p. 13-15 et « [Mustafa Paşa Sokolović] », p. 15-17.

296 Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272.

297 Les divers critiques se contredisant, la seule source digne de crédit qui nous dise quelle fut la scolarité du jeune Safvet-beg à Sarajevo, après l’installation de la famille dans la capitale en 1882, reste l’Istorijski arhiv Sarajevo. On y trouve les bulletins scolaires de Bašagić à partir de la seconde classe de la rüşdiye, où il fut inscrit pour l’année scolaire 1884-1885 ; il ne fréquenta donc pas cet établissement dès 1882 (chronologie avancée par Kreševljaković, « Život dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272), mais prolongea probablement le mekteb jusqu’en 1884 (date donnée par un anonyme [Safvet-beg Bašagić lui-même d’après Milićević dans « Dopisivanje s Mirza Safvetom kao gimnazijalcem », p. 296] dans « Safvet-beg Redžepašić Bašagić », Mearif 1312/1894-1895, p. 117), puis admis directement en seconde classe de la rüşdiye, au vu de son âge.

298 Ćurić, Muslimansko školstvo, p. 206. La durée moyenne de l’enseignement reçu au mekteb était de cinq ans.

299 Il n’y en avait notamment pas à Konjic en 1870-1871 – voir Nurudinović, « Bosanske salname », p. 264.

300 Ćurić, Muslimansko školstvo, p. 234-239.

301 Ćurić donne Alija Faginović pour deuxième enseignant de langues orientales à la rüşdiye ; mais sur les bulletins scolaires de Safvet-beg Bašagić, on trouve plutôt le nom de Hacı Omer Efendi [inconnu] ; on ignore si Ahmed Ribić, administrateur de l’école en 1886, enseignait également ces matières. Voir BS – 1 et 2 ; voir aussi Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 36.

302 IAS BS – 1.

303 Mulić, « Vjesnici naprednijeg tumačenja », p. 104.

304 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 68-69.

305 Milićević, « Dr. Safvetbeg Bašagić-Redžepašić. », Glasnik..., p. 6.

306 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.

307 Anonyme [Alija Nametak], « Podvala kao povijesni dokumenat », p. 64.

308 Hormis, la première année, en géographie, sciences naturelles et aussi en calcul, trait symptomatique et qui lui causera des ennuis à l’avenir (IAS BS – 1 et BS – 2).

309 Ćurić, Muslimansko školstvo, p. 239.

310 E. Bulbulović prétend que Bašagić était en quatrième classe de rüşdiye en 1885-1886 – ce que démentent formellement ses bulletins scolaires – et qu’il dut, cette année-là, rétrograder en seconde classe pour les cours de langue bosniaque, qu’on venait d’introduire dans ces écoles (« Nekoliko fragmenata iz naše najbliže prošlosti », Jugoslavenski list du 1er janvier 1941, p. 10).

311 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 16.

312 IAS BS – 2.

313 Kreševljaković, Sarajevo za vrijeme austrougarske uprave (1878-1918), p. 45.

314 Žakula, « Iz mladih dana », p. 138 ; Kraljaćić, Kalajev režim, p. 246.

315 Kraljaćić, Kalajev režim, p. 247.

316 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.

317 Alija Nametak, « Safvetbeg Bašagić u anegdotama », p. 362-363.

318 Anonimus [Osman Nuri Hadžić], Muslimansko pitanje u Bosni i Hercegovini, p. 16-17.

319 Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », p. 76-77.

320 Džanko, « Biografija Safvet-bega Bašagića-Redžepašića », p. 132.

321 Šesto izvješće Velike Gimnazije 1887/1888, p. 46-50.

322 [Anonyme], « Hajdar ef. Fazlagić », Narodna uzdanica 3 (1935), p. 144. Le général Braun, commandant militaire de Trebinje, ordonna aux parents de quelques jeunes musulmans de les envoyer faire des études. En deux jours, les deux Defterdarović, Ćamil Karamehmedović et Hajdar Fazlagić (qui interromprait ses études au Grand gymnase après six ans) durent se préparer.

323 Sturm-Schnabl (éd.), Der Briefwechsel Franz Miklosich’s, p. 747-748.

324 Papić, Školstvo (1878-1918), p. 104 : sur 227 heures d’enseignements hebdomadaires pour les huit classes confondues, il y en avait seize consacrées à l’instruction religieuse, vingt-six au bosniaque (« langue provinciale »), cinquante au latin, vingt-huit au grec, seize à l’allemand, vingt-six à l’histoire-géographie, vingt-quatre aux mathématiques, neuf aux sciences naturelles, dix à la physique, quatre à la propédeutique, huit au dessin technique, deux à l’écriture et huit à la gymnastique.

325 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.

326 IAS BS – 3 et 4, bulletins scolaires.

327 Milićević, « Dopisivanje s Mirza Safvetom kao gimnazijalcem », p. 295.

328 Kreševljaković, « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica…, p. 21. Pour lire commodément une introduction valable et Quelques graines, consulter Odabrana djela, Split, Književni krug, 1989, 418 p.

329 Mirza Safvet, « Prva pjesma Mirze Safveta », Spomenica na proslavu 55-godišnjice rođenja Safvetbega Bašagića, p. 4. Le vers a été voulu régulier mais ne l’est pas (7-7-8-8-8-8 / 8-8-8-9-8-8), et on a respecté ce décompte dans la traduction française. Kisra Ier (Chosroes) Anūshirwān est un roi perse qui vécut au vie s. apr. J.-C., et Bouzourdjmihir était son conseiller.

330 Les rédacteurs de Spomenica na proslavu 55-godišnjice rođenja dra. Safvetbega Bašagića, en l’occurrence Ahmed Muradbegović, affirmèrent que cette anecdote était reprise du Gulistan de Saadi ou du Beharistan de Djami ; elle ne s’y trouve cependant pas, bien que dans les deux ouvrages prennent place quelques historiettes avec Chosroes et Bouzourdjmihir pour protagonistes. De toute façon, elle est apparentée aux nombreuses « fables » dont sont composés les deux livres.

331 Ibrahim Bey gravitait dans les sphères littéraires du tout-Sarajevo et devait y connaître les quelques personnages composant en persan, dont la figure haute en couleur de Mehmed Zehir, dit Sejri Baba (1785-1887), originaire de Boukhara, venu à Sarajevo comme janissaire, et qui publia des vers en persan à Istanbul (« Pošljedni janičar », Sarajevski list 10 [1887], 150 [23/12], p. 2-3). À la veille de l’occupation, en 1878, la langue persane était enseignée au medrese de l’Atmejdan et au Collège militaire par Arif Sidki Erzerumi, qui avait fondé une sorte de club persan où l’on parlait exclusivement le persan (Ćehajić, « Ahmed Sudi Bošnjak », p. 103). Peut-être ces milieux subsistèrent-ils malgré la bourrasque de l’été 1878, à travers un Esad Kulović par exemple, qui parlait persan (Kreševljaković, Sarajevo pod austro-ugarskom upravom [1878-1918], p. 198. Article exhaustif et objectif sur Kulović dans Sarajevski list, de 1917, nos 184 et 185), ou plus certainement par le le jeune Sejfudin Lukšić (1849-1896), juge de la charia qui se partageait entre Mostar et Sarajevo (« Čitul[j]a », Sarajevski list 19 [1896], 38 [29/03], p. 2 ; voir aussi, dans le même journal, « Čitaonica na Bentbaši », 17 [1894], 73 [24/06], p. 2). De nouveaux venus cultivaient également la muse de l’ancien Iran, tel Mustaj Bey Sulejmanpašić (m.1894), installé à Sarajevo vers 1884, qui avait une prédilection particulière pour les poètes persans (« Žalost », Bošnjak 4 [1894], 5 [01/02], p. 2).

332 Bogićević, « “Povijest jedne porodice” », p. 76-77. Sur le modernisme d’Azabagić, voir aussi Karćić & Jahić, « Jedna važna fetva », p. 41-48.

333 Spaho, « Pedeset godina », p. 74. Spaho indique que les mécontentements s’élevèrent parmi la population parce qu’elle ne participait pas aux décisions qui orientaient la vie économique de la communauté.

334 « Nov perivoj u Sarajevu », Sarajevski list 9 (1886), 25 (3/03), p. 2 ; « Novo šetalište », ibid., 44 (16/04), p. 2 ; Hazim Muftić, « Sarajevski parkovi », Narodna uzdanica 7 (1939), p. 61-62.

335 Anonyme, « Esad ef. Kulović », p. 139 ; Truhelka, Uspomene, p. 45.

336 Sur cette affaire, voir ABiH LR Gen., ZVS1 1886 2-188. Bizarrement, dans aucune des grandes monographies, ni dans aucun article paru après 1945, ce mouvement n’est mentionné, hormis chez Šehić – qui ne fait que reprendre Spaho (Autonomni pokret, p. 28). Je ne m’explique pas vraiment cet oubli. Voyez notamment Kraljaćić, Šehić, Hauptmann.

337 Spaho, « Pedeset godina », p. 74.

338 Ibid.

339 Madžar, Pokret Srba, passim ; pratique à consulter pour le lecteur européen : Vrankić, Religion und Politik, passim.

340 im. [Osman Nuri Hadžić], « Šta će biti s Muhamedovci Bosne ? XII », Hrvatsko pravo 1 (1895-1896), 162 (16 mai 1896), p. 2.

341 « Čitulja », Sarajevski list 9 (1886), 102 (01/09), p. 3.

342 « Omer beg Fadil Pašić », Sarajevski list 10 (1887), 123 (21/10), p. 2.

343 im. [Osman Nuri Hadžić], « Šta će biti s Muhamedovci Bosne ? XIII », Hrvatsko pravo 1 (1895-1896), 163 (18 mai 1896), p. 1-2.

344 Sarajevski list 7 (1884), 29 (13/03), p. 3 ; 30 (15/03), p. 2.

345 Drljić, « Biskup Strossmayer », p. 170. Je suppose ici que Bertić répercute directement les idées de Kulović, ce qui est très vraisemblable.

346 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 34.

347 « [Abdullah Gaibi efendi, commentateur du Fusus (Šarih al-Fusus)] », Bosna ve Hersek salnamesi, 5 (1304/1886), p. 153-154. Bašagić identifia le très renommé commentateur de cette œuvre, Abdallah el-Bosnevi (v.1570-1643), à Gaibi, un auteur d’importance locale. La biographie qu’il composa est donc celle d’Abdullah el-Bosnevi (Bošnjak) (voir Šabanović, Književnost, « Gaibi, Šejh Mustafa » (no 182). La deuxième biographie qu’il rédigea est celle d’Ibrahim de Pećs (Pečevi) (1572-v.1650) : « [Ibrahim-paša Pečevi] », p. 154-155.

348 Kapetanović-Ljubušak, Što misle Muhamedanci, p. 6, 18 et 19. Pour une très rapide analyse en langue anglaise, voir Karćić, The Bosniaks, p. 148-149.

349 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, p. 46.

350 « [Musa Paşa le bienfaiteur] », Bosna ve Hersek salnamesi 6 (1305/1887), p. 78-79 ; « [Bosnevi Ahmed efendi (Ahmed Efendi de Sarajevo, auteur du Livre de l’épée et de la plume)] », p. 80 ; « [Šaban efendi de Nevesinje] », p. 80. Ces articles se trouvent à l’IAS BS – 184. Dans son article sur Musa Paşa (m. 1647), il s’inspirait de l’histoire que composait alors Muvekkit.

351 Notamment Muvekkit, qui avait aussi souscrit à l’édition de chants populaires par Petranović (Sarajevo, 1867). J’ignore si Ibrahim Bey avait participé à cette entreprise.

352 Hadžijahić, Od tradicije do identiteta, p. 181-183.

353 « [Biographie de Köprülü Jusuf Paşa, qui est enterré à Sarajevo] », Bosna ve Hersek salnamesi 6 (1305/1887), p. 77-78.

354 « [Biographie des héros Mujo, Halil et Omer Hrnjica] », Bosna ve Hersek salnamesi 6 (1305/1887), p. 81-83. Citation d’après la translittération et traduction de Dilek Akyalçın.

355 « Braća Hrnjice. Prilog istoriji Bosne. S turskog preveo Aleksa J. Popović », Bosanska vila 3 (1888), 16 (16/08), p. 250-251.

356 Buturović, Narodne pjesme, p. 211-212. Je n’ai malheureusement pas pu consulter ce manuscrit.

357 « Darovi Zemaljskom muzeju », Glasnik Zemaljskog muzeja 1 (1889), 1, p. 94-95. Comme on le voit d’après les listes de donation qui parurent un certain temps dans le Glasnik, le don de Bašagić était assez insignifiant.

358 Ibrahim-beg Bašagić, « O smrti Stjepana Tomaševića, zadnjeg kralja bosanskoga », Glasnik Zemaljskog muzeja 1 (1889), 4, 135-136. L’article fut repris dans le journal gouvernemental Sarajevski list 13 (1890), 3, 1.

359 Michel, Banques et banquiers, p. 233.

360 « Opća bosan.-herceg. narodna banka », Sarajevski list 9 (1886), 145 (10/12), p. 2 ; « “Bos.-herceg. narodna banka” », 147 (15/12), p. 2.

361 Mirza Safvet, « Kratak pregled mog života », p. 66.

362 R. H. Davison, « Kā’ime », Encyclopédie de l’Islam 2e éd., t. IV, p. 480-482.

363 « Osnova (Prospekt) “Bosansko-hercegovačke nar. dioničke banke” », Sarajevski list 11 (1888), 59 (20/05), p. 2-3. Voir aussi Kruševac, « Privredne prilike », p. 215-218 ; et Kraljaćić, Kalajev režim, p. 373.

364 « Previšnji rogjen-dan », Sarajevski list 10 (1887), 97 (21/08), p. 2.

365 « Muham. narod. čitaonica », Sarajevski list 11 (1888), 86 (25/07), p. 3 ; « Muhamedovska čitaonica », 122 (17/10), p. 2 ; Mirza Safvet, « Derviš-paša Mostarac », Nada 1 (1895), 10 (15/05), p. 184-188.

366 Rizvić, Bosansko-muslimanska književnost, 1990, p. 38.

367 Ibid., p. 37-38 ; Kemura, Uloga « Gajreta », p. 17-18.

368 IAS BS 77, lettre de [Tugomir] Marko Alaupović à Safvet-beg Bašagić, Vienne le 23/12/1892 ; Andrija H. Kulier, « Kako se zabavljala », p. 242 et 244 ; Ante Tresić-Pavićić, « Bosna i Hercegovina. Putopisne crtice », Dom i svijet 9 (1896), 10, p. 185.

369 « Zaruke », Sarajevski list 12 (1889), 42 (10/04), p. 3.

370 « Muhamedovski svatovi », Sarajevski list 12 (1889), 92 (04/08), p. 2.

371 Us, Meclis-i meb’usân 1293 = 1877, p. 16. Dans l’ensemble, la famille s’appelle Nevesinli/Nevesinjac jusqu’en 1878, selon l’usage ottoman. Voir par exemple le journal du vilayet Bosna, no 472 (djemadu-l ahir 9. 1292/ 30 juin et 12 juillet 1875), p. 1, « Vilajetske vjesti » ; no 475 (djemadu-l ahir 30. 1292/21 juillet-2 août), p. 1, « Vilajetske vjesti ».

372 « Zaruke », Sarajevski list 12 (1889), 42 (10/04), p. 3. La chose va plus loin puisque, dans cet article, c’est le nom « Bašagić » qui est placé à la suite de « Redžebpašić », et entre parenthèses encore !

373 IAS BS – 10, 11, 12.

374 Ćorović, Mehmed beg Kapetanović, p. 7 ; Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, p. 63.

375 ABiH GMF Präs, 1890/37, du 14. I. 1890, Appel à Kállay : proposition de décoration pour Ibrahim Bey Bašagić ; dans le même fonds, 1890/58 (du 27. I. 1890, parallèle à 1890/37), 1890/65 (du 30. I. 1890, diplôme de décoration) et 1890/183 (du 25. III 1890, parallèle à 1890/65). On trouve dans le fonds personnel de Safvet-beg Bašagić (IAS, BS, sans signature) un diplôme au nom de son père pour la décoration de Commandeur de l’ordre de François-Joseph, daté du 30 novembre 1889. Mais de cette décoration, on ne retrouve trace nulle part.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search