Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Première partie. Aux origines de la pensée de Bašagić : racines familiales et formation intellectuelle (1596-1890)

Chapitre I. Antiquités familiales

Texte intégral

1L’actuelle Bosnie-Herzégovine est un petit triangle de terre coincé entre la Dalmatie à l’Ouest, les montagnes du Monténégro au Sud, la Drina (et la Serbie) à l’Est, et la Save (et la Croatie) au Nord. Elle n’a pas toujours connu la même étendue géographique au cours du temps : de même qu’il est impossible de parler d’une même France aux xiie, xvie et xixe siècles, de même la Bosnie-Herzégovine n’existe pas véritablement, dans son étendue et sa réalité politique actuelles, avant une époque très récente. Les divers pouvoirs qui se sont succédé à la tête des deux régions avaient sous leur domination des territoires qui ont considérablement varié en superficie, qu’ils fussent hypertrophiés ou réduits à portion congrue par rapport à aujourd’hui.

  • 1 Moravcsik (éd.), Constantine Porphyrogenitus, § 29-36 ; Jenkins (éd.), Constantine Porphyrogenitus, (...)

2Le peuplement slave de ces territoires s’est fait à la fin du ve siècle et au cours du siècle suivant. Il n’entre pas dans le cadre de ce travail de déterminer si cette installation se fit de façon homogène du point de vue ethnique et si tous les autochtones furent chassés, assimilés, etc. On retiendra que cela est fort peu probable : la principale source sur ce sujet, le De administrando imperio de l’empereur byzantin Constantin Porphyrogénète (905-959), reste partielle ou imprécise1. De même, il faut retenir que l’existence d’une culture spécifique à la Bosnie-Herzégovine au sein de la vaste famille slave du Sud de cette époque est une hypothèse pour le moins anachronique.

3Jusqu’au xvie siècle, ce qui apparaît comme une constante de l’histoire, c’est plutôt la fluctuation des pouvoirs auxquels furent soumis les divers territoires marginaux de ce qu’on appelle aujourd’hui la Bosnie-Herzégovine. Certes, la Bosnie centrale, située, grosso modo, entre Sarajevo et la ville de Jajce (à son Nord-Ouest), a pu connaître une certaine continuité politique ; mais sa périphérie a toujours connu d’importantes variations d’appartenance étatique. Et la centralisation qu’a tentée la royauté aux xive-xve siècles n’a pas réussi à formuler précisément une culture bosniaque unifiée.

4C’est dans cette fluctuation territoriale que l’histoire politique des deux régions s’est développée au cours de la période médiévale (ixe-xve siècles). D’un certain point de vue, elle reste écartelée entre Croatie et Serbie, entre Byzance et Rome ; d’un autre, elle oscille entre l’hégémonie hongroise, l’autonomie sous une monarchie précaire et l’éclatement féodal ; dans une troisième perspective, elle se cherche une filiation entre catholicisme et orthodoxie. Dans tous les cas, c’est la succession ou la juxtaposition des appartenances (culturelles, politiques, religieuses) qui la caractérise. Malgré tout, il semblerait qu’un trait lui laisse une relative cohérence en tant qu’ensemble social et politique : la diffusion, dans de larges couches de population, d’une pratique chrétienne hétérodoxe, attestée à la fin du xiie siècle en Bosnie, et qu’on a longtemps identifiée au bogomilisme, une hérésie manichéenne bulgare.

  • 2 Šidak, Studije o « Crkvi bosanskoj » ; Dragoljlović, Krstjani i jeretička crkva bosanska ; Šanjek, (...)

5Les mots en italiques sont cruciaux : « on l’a longtemps identifiée au bogomilisme ». Cette opinion était relayée par l’existence, quasi exclusivement sur le territoire de la Bosnie-Herzégovine, de plusieurs dizaines de milliers de stèles funéraires dont certaines semblaient engravées de symboles manichéens (soleils, croix gammées, etc.). Mais depuis 1940 environ, nous savons (grâce aux historiens les plus sérieux2) qu’il n’en est rien : appelée « Église bosniaque », l’institution ecclésiale locale aurait été un rameau isolé des centres hiérarchiques, qui était en relation avec les manichéens occidentaux (entre autres les cathares). Elle aurait de ce fait pris une certaine autonomie structurelle et, peut-être, doctrinale, et aurait connu un développement séculier singulier en recrutant une bonne partie de ses adeptes (les « kristians ») dans la noblesse, ce qui en aurait fait le fil directeur de la politique bosniaque au cours du Moyen Âge.

6Le premier des prétendus hérétiques fut un personnage important : le ban Kulin, figure emblématique d’une Bosnie autonome. Il abjura ses erreurs en 1203 devant le légat du pape ; mais l’interprétation la plus couramment admise de ses agissements ultérieurs et la plus vraisemblable, est qu’il avait fait du credo catholique une déclaration de façade afin de gouverner en paix sur des administrés qui, pas plus que lui, n’avaient modifié leurs sympathies pour la hiérarchie ecclésiastique locale. Chez ses successeurs, on retrouve la même facilité à virer de bord par des professions de foi éphémères, tour à tour orthodoxes et catholiques.

7Il n’en alla pas de même en Herzégovine, puisque ses seigneurs ou despotes conservèrent leur fidélité à l’orthodoxie jusqu’à la veille de 1463 (date symbolique de la conquête) ; le dernier despote, le duc Étienne, composa avec le facteur « kristian » tout en demeurant vraisemblablement fidèle à l’Église orientale.

8Un État rarement fort, une religion devenue tout entière le jeu de la politique : il n’y a guère de cohérence dans la Bosnie médiévale. Assise sur un territoire abritant des populations hétérogènes du point de vue confessionnel et de la juridiction politique, la royauté, instaurée par Tvrtko Kotromanić dans la seconde moitié du xive siècle, périclite très rapidement. Simultanément, les incursions ottomanes commencent à se faire ressentir : Tvrtko participe à la bataille de Kosovo (1389) et ses propres terres se font assaillir – certes encore ponctuellement. La présence des Ottomans ira grandissant aux marches orientales et méridionales de la Bosnie tout au long du xve siècle.

9En 1461, c’est-à-dire à la veille de la chute finale du royaume de Bosnie – qui n’avait plus d’existence que nominale, déchiré qu’il était par les dissensions féodales –, le roi Étienne Tomašević monte sur le trône. Outre des querelles féodales extrêmement vives, son pouvoir est menacé par Mehmed II, le vainqueur de Constantinople, que ses volontés conquérantes tournent vers la Bosnie. D’ailleurs, le sultan en occupe déjà une partie : les Ottomans se sont durablement installés dans sa frange orientale, depuis les années 1430, et se sont fixés dans la région du futur Sarajevo vers 1450 ; la Porte reçoit un tribut du roi chaque année ; l’influence islamique s’y est jusqu’à un certain point déjà fait sentir parmi les habitants, en particulier par le système agraire des Ottomans.

10Craintif devant la puissance des Ottomans, le roi Tomašević veut sauvegarder le royaume et se rallie à la cause de la papauté. Il s’agit pour lui de se gagner la sympathie de Rome ; pour ce faire, il force, nous disent les sources, deux mille féodaux bosniaques soi-disant coupables d’hérésie (c’est-à-dire appartenant à l’Église bosniaque) à abjurer leur foi et à rentrer dans le giron de l’Église romaine ; quarante d’entre eux s’enfuient en Herzégovine sous la tutelle du duc Étienne, afin de conserver leur culte. En Bosnie, on peut croire que l’unité va se reformer autour du roi et que le pays va réunir ses forces contre la menace ottomane.

11Tomašević échouera dans ses efforts pour sauver le royaume : le pape Pie II n’intervient pas en sa faveur. Le roi n’a semble-t-il pas réussi à former un front cohérent face à Mehmed II en se ralliant les nobles du royaume, qu’on a accusés d’être restés secrètement « bogomiles » et d’avoir ouvert grand leurs portes à l’envahisseur oriental, aussi bien sur le plan politique que religieux. Le roi est exécuté par les lieutenants de Mehmed II en 1463 et ses domaines passent au trône d’Osman.

12La conquête de ce que nous appelons aujourd’hui la Bosnie se fit de façon bien plus progressive que celle de l’Herzégovine : celle-ci était tout entière ottomane en 1482 et s’étendait bien au-delà de l’actuelle Herzégovine, tandis que la Bosnie ne fut complètement conquise qu’à la toute fin du xvie siècle. La chute de la royauté en 1463 représente avant tout un événement symbolique.

  • 3 Gelez, Petit guide.

13En même temps qu’une nouvelle administration, les Ottomans apportaient une nouvelle religion : l’islam. La question de l’islamisation de la Bosnie et de l’Herzégovine ne laisse pas d’être mystérieuse ; elle a fait couler beaucoup d’encre et continuera à être une manne intellectuelle pour historiens, politiques et publicistes en mal d’écriture ou de polémique3. Le fait est que les habitants du pays se convertirent à l’islam rapidement et massivement ; mais ni immédiatement après 1463, ni corporativement. Déterminer dans le détail le cours du processus est malaisé, faute de sources suffisamment abondantes ; de même, cerner les causes réelles et concrètes des conversions est difficile. Il faut pour l’instant se contenter de voir qu’elles sont le plus probablement dues à la force d’attractivité d’une religion victorieuse, à la faiblesse de la christianisation en Bosnie et en Herzégovine, aux avantages fiscaux dont bénéficiaient les musulmans par rapport aux chrétiens, enfin au statut social privilégié dont ces derniers jouissaient dans l’Empire. On ne négligera pas que ces passages à l’islam ont été motivés par la force directe (violence physique) ou, en majeure partie, indirecte (incitations et contraintes sociales), et peu par persuasion intérieure – au contraire de ce qu’affirment certains historiens bosno-musulmans ou autres.

14 Les premiers reculs territoriaux remarquables de l’Empire ottoman se firent au cours du xviie siècle ; en Bosnie et en Herzégovine, ils furent sensibles à partir des années 1690. Les chrétiens y reprennent espoir, galvanisés par le succès des troupes de la Sainte-Alliance ; depuis, les révoltes se multiplieront. Néanmoins, il s’en faut de beaucoup que ces mouvements contestataires aient germé spontanément en Bosnie : plusieurs d’entre eux trouvent leur origine dans la politique de reconquista que mènent différents États intéressés à ces territoires et à la perte de l’Empire. Sur place, au quotidien, la vie se partage entre haine et cohabitation cordiale, voire amicale. Rien n’est vraiment franc et établi ; le lien social se dissout et se tisse au fur et à mesure des événements.

15On parlera assez longuement, dans ce chapitre, d’un élément majeur de l’histoire bosno-musulmane : la révolte d’un bey qui voulut prendre la tête du vizirat local. Nullement nationaliste, ce mouvement marque en revanche la fragilité de l’autorité ottomane centrale dans les marches occidentales. Il fut sauvagement réprimé en 1832, puis en 1850-1851, en quelque sorte trop tard : la province échappa définitivement à l’emprise d’Istanbul en 1878, lorsque, au terme d’une révolte éprouvante, la Sublime Porte céda devant les exigences internationales et abandonna la Bosnie-Herzégovine à l’Empire habsbourgeois.

A. La tradition familiale et sa genèse

16Après cette note préliminaire sur la géographie et l’histoire de la Bosnie et de l’Herzégovine, nous commencerons par examiner en détail la vie et, autant que possible, l’œuvre des ancêtres de Safvet-beg Bašagić.

  • 4 Aucune étude synthétique n’a paru sur les Redžepašić-Bašagić, ni aucun article qui traitât ne fût-c (...)

17En Bosnie-Herzégovine, une famille se réclame le plus généralement de l’ascendance paternelle : elle est dite « de sang fort » (po krupnoj krvi), par opposition à l’ascendance maternelle, « de sang faible » (po tankoj krvi). Par sa mère, Safvet-beg Bašagić est apparenté aux Čengić, famille fort célèbre de l’Herzégovine qui s’illustra dans la vie politique de cette région et de la Bosnie dès la fin du xvie siècle. Bašagić aimait à souligner qu’il avait de ce côté-là des ancêtres glorieux ; mais il insista pour faire briller d’autant de lustre ses ancêtres paternels et, comme leur histoire est bien moins connue4, ce sera surtout sur eux que nous nous arrêterons.

  • 5 On se consolera en lisant que, de l’avis d’excellents historiens, la tradition orale d’Herzégovine (...)

18Quelles sont les sources à disposition ? D’une part, une matière écrite traditionnelle : documents administratifs, juridiques, etc. Dans le cas des Bašagić, ces documents ont été conservés comme rarement ils le furent en Bosnie-Herzégovine. D’autre part, une matière orale, en majeure partie couchée par écrit à la fin du xixe et au début du xxe siècle. La tradition orale assure la perpétuation de la mémoire collective et familiale en gardant vivant le souvenir des ancêtres qui glorifièrent leur nom. À la recherche des origines de Safvet-beg Bašagić, on aurait a priori tort de se priver de cette seconde mine de renseignements, moins sûrs, plus incertains certes que les documents administratifs, mais suppléant leur fréquent défaut5.

19D’où viennent les Bašagić ? Qui sont-ils ? Mieux que les sources écrites ne sauraient le faire, la tradition orale tente de répondre à ces questions primordiales dans la définition de l’être familial. Elle met en place un jeu de significations qui, s’il correspond rarement à la réalité des faits historiques, justifie le rôle social de la famille au moment où la tradition se crée puis se perpétue. Ce n’est donc pas dans l’intention de reconstruire le passé effectif, celui qu’elle décrit, qu’elle doit être consultée : c’est simplement un événement historique à part entière qui demande, lui aussi, explication et interprétation.

20Le texte que nous allons étudier est une tradition familiale où sont rapportées les circonstances qui entourèrent l’islamisation du plus lointain ancêtre familial connu ; elle fait simultanément remonter les titres de propriété des Bašagić à la conquête de l’Herzégovine par les Ottomans, entre 1464 et 1483. C’est Safvet-beg Bašagić qui l’a couché par écrit, à une date inconnue.

1. Lecture critique du texte

  • 6 Elles n’apparaissent pas, par exemple, dans la suite d’articles sur les Bašagić qu’Edina Kamenica a (...)

21Malheureusement, les notes originales de Safvet-beg Bašagić n’existent plus de nos jours, ni par oral6 ni à l’écrit, mais nous les connaissons indirectement : on en conserve la trace jusqu’en 1965-1966, où elles apparaissent dans l’inventaire des archives familiales effectué par Sulejman Bajraktarević (1896-1977), avec quelques mots de descriptif, pour disparaître ensuite des principaux fonds officiels de la république de Bosnie-Herzégovine ainsi que des quelques papiers encore conservés par la famille (notamment, elle ne se trouve pas sur l’arbre généalogique dressé par Safvet-beg Bašagić lui-même).

  • 7 Cat. Esih, Liste I, no 28.
  • 8 Skarić, « Širenje islama », p. 32.
  • 9 Voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie ».

22Dans l’inventaire d’archives de Bajraktarević, on trouve la notice suivante : « Manuscrit ayant trait à l’origine de la famille Bašagić, qui descend de l’ancienne famille bosniaque des Vukomanović. Biographie de tous les ancêtres connus de Safvet-beg. Manuscrit original, douze pages7 ». Ajoutons que Vladislav Skarić (1869-1943), éminent historien bosno-serbe qui longtemps travailla aux côtés de Bašagić et entretenait avec lui des rapports cordiaux, connaissait cette origine familiale : dans un article de 1940, il avalisa de son autorité et de celle de la voix populaire (« on dit… »), que les Bašagić descendaient des Vukomanović de Haute-Drina8. Il a pu en prendre connaissance ou bien oralement, à travers une discussion avec Bašagić, ou bien en lisant la mise par écrit de cette tradition dans les papiers de celui-ci. En revanche, il est peu vraisemblable qu’une telle tradition ait réellement eu cours dans le peuple, car on ne la retrouve nulle part9.

23Ces brèves allusions se voient amplement complétées par un article d’Ivan Milićević (1858-1950), un ami intime de Safvet-beg Bašagić, où en dressant la généalogie de celui-ci, il nous livre en préambule la version de cette tradition paraphrasée d’après sa version écrite. En voici la traduction pour le passage qui nous intéresse :

  • 10 Milićević, « Rodoslovje Mirze Safveta », p. 123-124.

Je vais ici exposer les allégations généalogiques insérées par Safvet-beg dans ses notes, que, selon son désir, ses enfants ont données à la collection historico-culturelle de l’association Napredak (« Le Progrès »). D’emblée je souligne que Safvet-beg n’a rien noté à propos des générations latérales de sa famille, mais s’est intéressé à la seule lignée directe depuis son plus ancien ancêtre jusqu’à son père et lui.
Ce n’est pas à un seul endroit, mais à plusieurs reprises qu’il mentionne une tradition familiale se rapportant au xve siècle. Dans une note, il dit explicitement qu’il a entendu son père Ibrahim Bey parler du fondateur du clan Bašagić-Redžepašić et de la façon dont celui-ci s’était illustré. Son père, lui-même historien averti comme le remarque Kreševljaković, lui a rapporté de la bataille de Gabela (1482), après laquelle toute l’Herzégovine tomba sous le pouvoir turc, l’événement suivant. Durant le combat, Mustafa Paşa Jurjević vit qu’un cavalier harcelait courageusement l’ennemi, tenant à la main une moitié de sabre ; et il se persuada que l’héroïsme de ce héros, qu’il ne connaissait pas, avait grandement aidé ses hommes à vaincre. Lorsque le calme fut revenu, le pacha se mit à rechercher ce héros étonnant, mais personne ne sut lui dire qui il était. Quelques cavaliers se présentèrent, mais aucun ne put dégainer un sabre ébréché. Mustafa Paşa ordonna alors que tous les cavaliers se mettent en rang et les examina l’un après l’autre. Se tenant devant le héros qu’il recherchait, il lui dit de sortir son sabre. Djafer Bey – c’est l’ancêtre des Bašagić-Redžepašić – refusa, mais Mustafa Paşa l’y força. En voyant sa moitié de sabre, il s’exclama : « C’est toi que je cherche ! Voilà mon sabre pour toi, porte-le en souvenir de la conquête de l’Herzégovine. J’écrirai en outre à Stamboul qu’ils t’anoblissent et te donnent de larges terres (zeamet) en Herzégovine. »
Ce sabre dont Mustafa Paşa ceignit Djafer Bey s’appelait Isfihanka et, rare souvenir, se trouvait encore au domicile de Safvet-beg de son vivant. D’après la tradition familiale, Djafer Bey était un homme de marque à la cour du duc (herceg) Étienne Kosača et se prénommait Vukman ou Vukoman. Safvet-beg a noté qu’aujourd’hui encore, dit-on, s’élèvent sur le poljé de Nevesinje les ruines de la tour de Vukman, ainsi qu’un antique sarcophage funéraire de pierre dont la population environnante affirme qu’il est le tombeau de ce Vukman10.

  • 11 Džanko le reprend tel quel dans « Biografija Safvet-bega Bašagića-Redžepašića », p. 116-117.

24Ce texte riche et complexe demande qu’on s’arrête un peu sur lui et le soumette à examen critique11. Le présupposé de l’analyse qui suit est que tout ce qu’y relate Milićević a bien été consigné par Bašagić lui-même et qu’il ne s’y trouve aucun ajout de la part de Milićević.

  • 12 Truhelka, « Tursko-slovjenski spomenici », p. 311-312 ; Božić, « Hercegovački sandžak-beg Ajaz », p (...)

25Un premier point à établir est que cette tradition n’a que les apparences de l’histoire : c’est une anecdote pseudo-historique. Tout d’abord la date. Le récit prend place en 1482, à la bataille de Gabela, dont le nom est plus précisément Drijeva à l’époque, ou encore « gabella Narenti » (la douane de la Neretva). Les archives de Dubrovnik ont depuis la fin des années 1970 prouvé qu’il n’y avait aucune bataille notable à Drijeva lors de la conquête de l’Herzégovine, mais que la ville s’était partagée entre Ottomans et potentats locaux (les Vlatković, seigneurs de Hum) de la mi-mai 1463 à 1473, date à laquelle elle tombe définitivement aux mains de Ayas Bey, alors seigneur de la marche herzégovinienne12. L’année 1482 correspond donc bien à la chute définitive de l’Herzégovine, avec la prise de Novi, mais ne voit rien de spécifique se dérouler à Gabela, depuis dix ans déjà perdue pour les locaux. Trois possibilités s’offrent : ou bien la science actuelle ignore qu’il y eût quelque événement d’importance à Gabela en 1482, ce qui semble peu probable ; ou bien ce cadre spatio-temporel a été inventé de toutes pièces ; ou bien c’est Bašagić qui a repris ces informations erronées d’un historien de son époque.

  • 13 Hammer-Purgstall, Geschichte des Osmanischen Reiches, p. 628. Des historiens contemporains de Bašag (...)
  • 14 On ne trouve rien chez les historiens ottomans qu’il mentionne, comme le prouve le compendium établ (...)
  • 15 Asbóth, Bosnien und die Herzegowina, p. 90, 247 et 257. Asbóth écrivait « Jurević », ce qui laisse (...)

26Ce serait la dernière de ces possibilités qui semblerait la plus probable. En effet, la mention de Mustafa Paşa Jurjević semble indiquer que Bašagić avait lu des ouvrages où le nom de ce personnage était lié à la chute de l’Herzégovine, vers 1482. Ils étaient courants à son époque et s’inspiraient tous d’une unique source, le premier tome de l’Histoire de l’Empire ottoman écrite par Hammer-Purgstall (1774-1856), pour qui le « duché de Saint-Sava » (l’Herzégovine) tomba en 1483 sous les coups de Mustafa Paşa Đurišević13 ; en note, Hammer renvoyait à divers auteurs14. À sa suite, la plupart des historiens transcrivaient correctement le patronyme Đurišević ; à notre connaissance, seul Janós Asbóth (1845-1911) écrivit Jurjević ; et l’on comprend, à la lecture de son ouvrage, qu’il lie ce nom à la chute de l’Herzégovine en 148315.

27La lecture d’Asbóth aurait ainsi inspiré Bašagić, et ce serait d’après lui qu’il aurait rajouté ces éléments a posteriori, ce qui est d’autant plus probable que, primo, Bašagić avait dans sa jeunesse traduit un chapitre d’Asbóth où le nom de Mustafa Paşa était romantiquement associé à 1483 et à la chute de l’Herzégovine, et que, secundo, les traditions orales ne sont jamais aussi précises dans leurs datations. On ajoutera que si Bašagić ne reprend pas la date de 1483, c’est qu’il s’agit d’une erreur manifeste de la part d’Asbóth et Hammer et qu’à la fin du xixe siècle les historiens ont bien rectifié en 1482 la date où succomba le duché.

  • 16 ćirković, Herceg Stefan, p. 113 et 237. Vego ne mentionne nulle part Vukman Jugović (Naselja bosans (...)
  • 17 Mandić Studo, Gacko kroz vijekove, p. 272. Jugović est régulièrement aux côtés d’un personnage fame (...)

28Certains éléments de notre texte ont donc vraisemblablement été ajoutés par Bašagić dans le dessein de donner au récit qu’il aurait reçu une apparence historique. D’autres éléments proviennent eux aussi probablement de sources extérieures, en premier lieu de traditions orales discutables. Leur présence jette le doute sur la véracité de ce que rapporte Bašagić. Ainsi de ce Vukman. En effet, on trouve un Vukman à la cour du duc Étienne Kosača (1435-1466), seigneur d’Herzégovine à la veille de la conquête ottomane. Il s’appelle plus précisément Vukman Jugović et possède des terres dans la région de Drijeva16. Dans les sources écrites, il apparaît dès juin 1438 comme ambassadeur de Kosača auprès de la République de Raguse17.

  • 18 Truhelka, « Testamenat gosta Radina », n. 3 p. 370 ; Žerajić, « Nevesinje u 1874.-1875. godini », i (...)
  • 19 Bešlagić, « Nevesinjski stećci », p. 97-122 ; Mandić Studo, Gacko, p. 273-5 ; Sergejevski, « Putne (...)

29Selon toute vraisemblance, Vukman Jugović provient d’un petit village auquel sa famille a donné son nom, Jugovići, situé entre Gacko et Nevesinje, c’est-à-dire non loin de là où ont habité les Bašagić à partir du xviiie siècle. Les traditions orales existant dans le village font des Jugo, une famille musulmane qui y vit encore, les descendants des Jugović18. Rien cependant n’indique qu’il y ait un lien de parenté entre Jugo et Bašagić. De plus, le Vukman de la tradition orale est une figure légendaire : Safvet-beg Bašagić rapporte par on-dit qu’il existe, sur la plaine de Nevesinje, une ruine et un sarcophage (stećak) qu’on lui attribue. Malheureusement, aucun ouvrage ou article à ce jour paru ne mentionne ces vestiges19 ; Bašagić lui-même ne semble pas les avoir vus, ce qui étonne bien plus encore. Ne faudrait-il pas remettre en doute leur existence ?

  • 20 Truhelka, « Tursko-slovjenski spomenici », p. 318.

30Que le Vukman historique et celui de la tradition ne soient pas identiques, la mention de Djafer le conforte. Il est en effet invraisemblable qu’il y ait eu continuité historique entre ces deux personnages. Dans les notes qui suivent le texte de la tradition familiale, Milićević affirme avoir lu que Bašagić l’avait trouvé mentionné dans un article de Ćiro Truhelka (1865-1942). Cet historien, en dressant la liste de quelques voïvodes ottomans d’après les archives ragusaines, repère en effet en 1502 un Djafer à la tête des troupes des territoires de Rudine et Dônji Vlasi (Herzégovine méridionale)20. En supposant que Vukman Jugović avait la trentaine en 1438, lorsqu’il occupait des fonctions diplomatiques auprès de Kosača, il est impossible qu’il en occupât dans un cadre militaire au début du siècle suivant : il aurait eu au bas mot quatre-vingts ans.

31Une dernière incohérence du récit vient définitivement ruiner l’hypothèse d’une identité entre Vukman Jugović et le prétendu ancêtre des Bašagić. Si l’on suppose que Jugović était âgé de vingt-cinq ans en 1438, âge limite au vu de la diplomatie internationale que menait Kosača, il aurait atteint plus de soixante ans en 1482. Or, si le haut fait que transmet la tradition reste vraisemblable pour un homme encore très énergique, il est invraisemblable pour ce qui à l’époque représentait un vieil homme. L’incohérence se poursuit quand bien même nous placerions plus tôt la bataille, dès 1463. Certes le récit regagne en vraisemblance : Gabela fait l’objet de luttes incessantes entre Ottomans et pouvoirs locaux, et les appartenances fluctuent ; il est envisageable que Vukman se soit islamisé très tôt et ait passé à l’ennemi, même avant 1463. Mais alors, s’il était si célèbre, pourquoi le voit-on dans le rang, à la place d’un soldat subalterne ? Rompus à une diplomatie de bon aloi, comme nous le montrent de nombreux exemples en Herzégovine à l’époque, les Ottomans avaient pour habitude d’honorer les seigneurs qui passaient d’un bord au leur.

32De toutes ses considérations ne demeure plus qu’une suite de noms – Mustafa, Gabela, Djafer, Vukman – et d’événements – la conquête de l’Herzégovine, l’islamisation de Jugović – dont l’agencement narratif relève apparemment davantage de la fiction que de la réalité.

2. Une tradition tirant sur le mythe

33Les incohérences qui jalonnent ce récit le rendent irrecevable comme source fiable. Trois attitudes peuvent être adoptées : ou bien nous l’acceptons tel quel et nous portons un terme à tout ce discours ; ou bien nous ne doutons pas de Bašagić, mais de Milićević ; ou bien nous doutons de Bašagić et de sa famille.

34Que Milićević, en nous rapportant cette tradition, ait tu quelques détails de l’original, nous pouvons le déceler à ceci qu’il ne mentionne pas le nom des Vukomanović, pourtant présent dans la notice d’inventaire de Bajraktarević. Milićević écrit son article en 1943, en pleine Croatie fascisante, alors que le discours officiel proclame les musulmans de Bosnie-Herzégovine comme « fleur de la nation croate » et que, simultanément, les Serbes subissent maintes vexations et persécutions. Ce n’est pas le moment d’affirmer que Bašagić, le principal représentant du beylicat croatisant, affichait lui-même des origines du côté Vukomanović, une famille dont l’appartenance à la nation serbe n’était pas sujette à caution à cette époque. Si l’on prend que la tradition ne montrait pas Vukman au combat, mais un de ses descendants (Vukomanović), alors certains pans du récit regagnent en cohérence. Demeurent cependant des obscurités majeures, comme le grade inférieur de ce Vukomanović et son « anoblissement ». Il vaut probablement mieux retenir que le point d’articulation de cette histoire est douteux : il n’y a pas, semble-t-il, de continuité de personne d’un dignitaire de l’Herzégovine médiévale à un dignitaire de l’Herzégovine ottomane.

35En réalité, trois éléments seraient en jeu ici : des ruines du poljé de Nevesinje attribuées à un certain Vukman (prénom extrêmement courant dans l’Herzégovine de l’époque), une anecdote appartenant au genre étiologique qui explique l’histoire du sabre familial, et la volonté de se trouver une origine médiévale. À partir de là, nous allons proposer de ce texte une interprétation plausible, certes incertaine encore mais plus satisfaisante à notre goût. Sa planche de départ est de considérer que la famille s’est servie d’objets extérieurs pour bâtir le récit légendaire de ses origines. De façon analogue à tout récit étiologique et mythologique, cette narration s’est emparée de conséquences pour en supposer les causes glorieuses.

  • 21 Beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Rodoljupke », Bosanska Vila 5 (1890), 19-20 (novembre), p. 289-290 (...)
  • 22 Krstić, Indeks motiva, p. 449-450 et p. 489.

36Un des points de départ de la tradition serait le sabre Isfihanka (d’« Ispahan »). Safvet-beg Bašagić commente le récit concernant Djafer Bey de gloses marginales où il note que le sabre de celui-ci existait encore de son vivant ; et sa fille Enisa (1922-) confirme qu’il existait encore alors qu’elle était petite fille. C’est très probablement l’un des deux sabres notés dans l’inventaire après décès de son grand père Lutfullah Bey, établi en 1851 (voir plus bas). Présent depuis longtemps dans la famille, l’objet porte une forte charge affective ; Bašagić le chante d’un ton enthousiaste dans l’un de ses tout premiers poèmes21. Cette apparition poétique n’est pas fortuite : en effet, le motif du sabre traverse un certain nombre de chants épiques populaires des régions sud-slaves, dont est pétrie la mentalité bosno-musulmane22. À quoi s’ajoute l’aura légendaire du sabre dans la culture musulmane et ottomane : qu’on pense aux sabres d’Alī ou d’Osman, par exemple.

  • 23 Voir, pour exemple, [Anonyme], « Epigrafske crtice », p. 72 ; Kemura, « Herceg Stjepan », p. 19-20  (...)
  • 24 Dedijer, Hercegovina.

37Ce motif épique en rencontre un autre de la tradition populaire herzégovinienne : le mythe du duc Étienne. Le souvenir du duc s’est conservé à travers une pléthore d’anecdotes étiologiques, particulièrement parmi les musulmans23. Grâce aux travaux de Jevto Dedijer, on s’aperçoit que ce personnage entre dans un très grand nombre de traditions orales tout particulièrement dans la région de Nevesinje24. À mi-chemin entre Nevesinje et Mostar s’élèvent les ruines d’un ancien château fort, qu’on appelle « le fort-Étienne » (Šćepan-grad) ; autour de cette ruine, on recense un certain nombre de particularités géographiques et naturelles auxquelles est accolé le nom d’Étienne.

  • 25 Gelez, Petit guide ; Kosanović, « Crte iz Bosne », p. 251-252 (constatation faite par le hodja Kara (...)

38En élevant encore notre réflexion, nous verrons que la mémoire de la conquête est demeurée très vive chez les musulmans de Bosnie et d’Herzégovine et représente une date symbolique qui oriente tout le discours historique de la tradition orale : par exemple, l’islamisation de tel ou tel personnage, un coin de pays (en Bosnie comme en Herzégovine), etc., évoque quasi systématiquement le nom de Mehmed II, le conquérant de la Bosnie et de l’Herzégovine, le plus souvent à tort qu’à raison. L’événement de la conquête absorbe tout discours sur les origines, ou presque25.

39Que la tradition familiale des Bašagić lie ensemble ces trois motifs du sabre, du duc et de la conquête, la rapprocherait donc davantage de la légende épique que d’une vérité historique ; de là à penser qu’elle en a été calquée, il n’y a qu’un pas. On pourrait même préciser les circonstances de cette genèse.

40Le temps, d’abord : tout indique, actuellement, que les traditions « médiévisantes » des musulmans bosno-herzégoviniens ont été conditionnées par le contexte historique du xviie siècle. En effet, la tradition fait état d’une préoccupation fondamentale, celle de montrer que la propriété terrienne en Bosnie-Herzégovine n’est pas nécessairement liée à l’islamisation, même si elle en a reçu une caution juridique, mais qu’elle remonte à la Bosnie médiévale. Or, ce souci médiévisant semble se faire jour dans la seconde moitié du xviie siècle dans la population bosno-musulmane. À cette époque, l’empire ottoman essuie des échecs militaires et diplomatiques, notamment en Bosnie-Herzégovine durant la guerre de la Sainte-Ligue (1683-1699). Face aux revendications des chrétiens locaux qui contestaient l’autorité ottomane, les musulmans de Bosnie et d’Herzégovine durent retrouver, « réinventer » leur passé chrétien afin de justifier leur présence. Ce passé avait été oublié, car il était peu glorieux, aux yeux du musulman de Bosnie, de souligner son ascendance chrétienne. L’islamisation a très souvent été liée à la question agraire dans les Balkans ; on devenait musulman pour payer moins d’impôts sur la terre, ou pour obtenir des prébendes liées à elle. Dans la majorité des cas, donc, la tradition familiale s’interrompait à l’endroit de l’ancêtre islamisé, afin de marquer sa différence des paysans restés chrétiens.

  • 26 Sur les problèmes que suscitent un certain nombre de documents antérieurs à cette date, voir mon ar (...)

41Ne commençant pas, selon toute probabilité, avant le xviiie siècle26, le discours de la notabilité musulmane sur ses origines pré-islamiques a une origine paradoxale : il semble qu’il fut lancé par les chrétiens eux-mêmes. En effet, la guerre de la Sainte-Ligue marque le premier recul sensible de l’Empire ottoman face à Venise et, plus au Nord, face à la Sainte-Alliance (archiduché d’Autriche, Électorats, Pologne) ; ce conflit suscite et manifeste la montée des prétentions chrétiennes sur les territoires balkaniques voisins. On revendique la propriété des terres pour des raisons aussi bien politiques que religieuses et économiques.

42Le discours sur les origines du beylicat bosniaque et herzégovinien relève donc d’abord d’un effort institutionnel des ennemis des Ottomans, et se développe par écrit ; mais il passe dans les traditions populaires orales avec le franciscain dalmate Kačić-Miošić (1704-1760), auteur d’un célèbre chant épique qui a connu une forte diffusion en Croatie et en Bosnie-Herzégovine. C’est probablement par cette voie orale, en même temps qu’ils étaient affectés par les échecs militaires, que les beys furent progressivement touchés de ces préoccupations nobiliaires. Ils ont renversé ce discours identitaire sur les origines pour se protéger face aux revendications foncières toujours plus pressantes des chrétiens.

  • 27 Hasandedić indique que c’est au début du xviiie siècle que les Bašagić se sont installés à Nevesinj (...)
  • 28 Sur le contexte historique de l’installation à Nevesinje, voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie ».

43Une autre raison qui a pu pousser à la création de cette tradition est d’ordre social. Le premier ancêtre véritablement connu des Bašagić s’appelle Recep Paşa (prononcez « Redjep Pacha ») ; il fut représentant du vizir de Bosnie en Herzégovine à plusieurs reprises entre 1695 et 1703, date de sa mort. Originaire de Popovo, en Herzégovine méridionale, il s’est installé, à la suite de circonstances mal définies, à Nevesinje, en Herzégovine orientale27. Là, il trouve une autre famille très puissante, les Ljubović, vraisemblablement établie dans cette région depuis le début du xve siècle et qui jouit d’une aura épique sans commune mesure28.

44Les Redžepašić, comme ils s’appelèrent d’après Recep Paşa, rivalisèrent durant tout le xviiie siècle avec eux ; afin de légitimer sa présence à Nevesinje et ses prétentions face aux Ljubović, la famille se serait appuyée sur des éléments concrets en leur supposant une noble origine : le sabre, en particulier. De même en irait-il de la tour dite de Vukman et du bloc funéraire attribué au même personnage : plutôt que d’y voir des signes physiques existant concomitamment à la tradition, on peut tout à fait comprendre, à l’inverse, que ces traces du passé furent utilisées par la famille pour asseoir une prétendue origine de Nevesinje et légitimer sa présence face à des concurrents qui, eux, étaient là depuis vraiment longtemps. On ira d’autant plus dans ce sens qu’on ne trouve pas trace de bloc funéraire ou de tour de Vukman dans la littérature actuelle.

  • 29 Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 32.

45Ce serait ainsi la compétition pour la prééminence locale entre les Redžepašić (les ancêtres des Bašagić) et les Ljubović qui expliquerait la genèse de ce texte. Tant et si bien que la rivalité se déplaça sur un terrain de plus en plus symbolique : les deux familles investirent les chants épiques. Il semble qu’en Herzégovine les ambitions beylicales les considéraient volontiers comme un moyen de se populariser29 ; c’était donc un champ de bataille idéal pour les appétits personnels.

46À Nevesinje, l’on sait bien que les Ljubović jouissent d’une autorité que les Redžepašić n’ont pas ; ce sont les héros d’une épopée d’où la famille de Safvet-beg Bašagić, malgré sa puissance montante sur le plan local, demeure absente. L’un des beys Ljubović appréciait grandement les chants épiques et se montrait généreux envers les aèdes (guslar), qu’il invitait souvent à agrémenter ses veillées et à demeurer autant qu’ils le désiraient chez lui. L’un d’entre eux improvise un jour ces vers :

Tous sont beys en Herzégovine
Mais quand survient le bey Ljubović
Plus de bey nulle part.

  • 30 AHM OZ 1202, 1242 et 1249 (sans date) ; AHM OZ 1292 (25. djumada I 1247/1. XI.1831).
  • 31 Nametak, « Bašaginica i Ljubovići », p. 389 (repris par Šimćik, « Svi su bezi », p. 39-40).
  • 32 La datation de ce chant est un peu problématique. On y mentionne le « jeune » Osman Bey Recep Paşa- (...)

47Zulfikar Paşa Ljubović (qui avait atteint l’âge d’homme dans les années 181030) goûta fort le trait et sa famille le conserva en mémoire. Un peu plus tard, alors qu’une Redžepašić s’était rendue chez eux pour une visite de voisinage, une des femmes de la maison entonna lesdits vers. L’invitée jeta alors un regard circulaire dans la pièce et déclara que le mobilier prouvait en effet que ses propriétaires avaient été beys – autrefois31. Désireux de rendre tout à fait public leur mépris, les Redžepašić rétorquèrent bientôt32 en lançant à leur tour un chant épique dans lequel ils écrasent les Ljubović en raison de l’ancienneté de leur noblesse. Ce chant a été recueilli par Safvet-beg Bašagić un peu avant 1893 et n’a jamais été édité ; voici en bref son contenu :

  • 33 Ce personnage est absent de Kreševljaković, « Čengići », in Izabrana djela, p. 388-413 ; et de Baša (...)

Un bey Ljubović et le jeune Osman Bey Redžepašić se querellent pour obtenir l’administration (musellimat) du canton de Nevesinje. Les deux hommes revendiquent la primauté en raison de l’ancienneté de leur famille – le village de Zalom, où ils tiennent garnison, est présenté comme le nid ancestral des Redžepašić, aussi ancien que les Demeures (Odžak), le village des Ljubović. Dans l’incapacité de régler leur désaccord, ils en appellent au jugement du vizir bosniaque à Travnik, qui en réfère au sultan lui-même. Celui-ci prend conseil auprès de son timar defterdarı (trésorier du cadastre) Hasan Paşa Čengić33, qui tranche de la façon suivante : si les Ljubović sont grands héros, la noblesse des Redžepašić est plus considérable car leurs ancêtres ont longtemps été vizirs du sandjak. Aux Redžepašić donc le musellimat sous forme de paşalık.

48Le chant se termine sur les trois vers cités ci-dessus, pour leur répondre de façon parallèle :

  • 34 Narodno cvieće, copie du Musée territorial, Ms 20, p. 98-100. Pour un jeu de réponse sous la forme (...)

Nombreux sont les beys Ljubović
Mais quand survient parmi eux un [Redžep]Pašić
Plus l’ombre d’un Ljubović34.

  • 35 Voir les chants « 8. Smrt Pehlivana Ljubovića », « 22. Ljubović i njegova ljuba », « 37. Smail aga (...)

49Un produit de ces efforts, outre ce duel épique, ce serait la tradition familiale mentionnant Djafer. Il n’y a pas eu forcément éclosion soudaine de ces textes à un moment donné : leur genèse peut se perdre dans des circonstances anodines, pour que le temps les étoffe progressivement. Peut-être d’autres chants épiques en résultent-ils : dans l’un d’entre eux, les Ljubović montrent une rare violence envers les femmes – même si la Bosnie-Herzégovine n’est pas la patrie des droits de l’homme, et a fortiori des droits de la femme, un tel chant ne pouvait qu’amener à juger défavorablement les Ljubović et entrait, d’une certaine manière, dans l’appareillage épique que les Bašagić avaient fourbi contre leurs adversaires séculaires35.

3. Les ancêtres de Safvet-beg Bašagić d’après les documents historiques

50La tradition familiale relève ainsi du mythe plus que de la réalité historique. Elle dégage une signification qui ne s’appuie pas sur des faits contrôlables, et que viennent parfois démentir les documents d’époque. Ceux-ci nous permettent de retracer parfois succintement, parfois en détail les faits et gestes des ancêtres de Safvet-beg Bašagić. Tout en montrant la puissance de la famille à certaines périodes, ils prouvent qu’elle n’en jouit pas de façon continue et que, dans la lutte pour le pouvoir, elle utilisa des moyens inattendus.

  • 36 Stojanović, Stari srpski zapisi III, no 6006 p. 462.

51Le premier ancêtre connu, nous l’avons vu, est Recep Paşa. Gouverneur de l’Herzégovine à la fin de sa vie, c’était un personnage renommé et redouté, avant tout homme d’épée – de sabre, plus symboliquement. Il est haï par les orthodoxes locaux, qui le maudissent de tout cœur36. Figure de la défense musulmane devant l’offensive chrétienne, promoteur de la reconstruction militaire et identitaire après les défaites subies, il sera assassiné en 1703 par des clans orthodoxes des Brda (Collines), la région autour du mont Durmitor.

  • 37 Voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie ».
  • 38 Hrabak, « Zemljišne parcele », p. 34.

52Recep Paşa porte le patronyme mi-slave, mi-ottoman (racine arabe cheikh) de Šehić (Šeić, Šejić)37, ce qui indique avec vraisemblance que sa famille est islamisée depuis une génération au moins. Les documents publiés à ce jour témoignent que les Šehić appartenaient à la classe militaire de l’Herzégovine méridionale depuis 1592 au moins ; en 1604, ils portaient le titre de « bey38 ».

  • 39 Bašagić, Znameniti Hrvati, p. 63. Pour davantage de détails, voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie  (...)
  • 40 Dr. Bašagić, « Gazi Husrevbeg naše gore list », Zeman 1 (1911), 48 (28/12), p. 2.

53Aux xixe et xxe siècles, les Bašagić ignoraient ces éléments. Dans son arbre généalogique, Safvet-beg remonta jusqu’au grand-père de Recep, prétendant qu’il se prénommait Abdullah et s’éteignit en 160439. On sera sensible au fait que le premier ancêtre connu par la famille elle-même aurait porté ce prénom. Que l’on ne remonte pas plus loin qu’un « Abdullah », cela sous-entend la possibilité que l’islamisation de la famille s’est déroulée dans la génération qui suit ce personnage, dans le courant du xviie siècle, car ce prénom était très souvent donné par les nouveaux convertis à leur père afin de cacher leur origine chrétienne. Or, il est certain que la famille s’est islamisée bien auparavant. On relèvera également que cet Abdullah vient contredire dans une certaine mesure la tradition sur Vukman/ Djafer ; étrangement, Safvet-beg Bašagić ne l’a pas relevé, alors qu’il savait lui-même ce que signifiait cette succession de prénoms, car il l’a le premier analysée chez les orientalistes bosno-herzégoviniens40.

  • 41 Sur ce point, voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie ».

54À ce stade des recherches, que les ressources d’archives ou ethnographiques ne promettent pas de pouvoir beaucoup approfondir encore, il semble raisonnable de conclure à l’ignorance quant aux origines de la « noblesse » des Bašagić. Cette question de la noblesse est le sujet de nombreuses polémiques entre historiens sud-slaves, qui généralisent des exemples précis ou spéculent à partir de sources lacunaires. Encore que, de l’organisation précédant la venue des Ottomans à celle que ceux-ci instaurèrent, la continuité des charges fût probable au sein d’un groupe restreint de notables, on ne saurait en déduire pour autant que les Šehić appartinssent depuis toujours à une seigneurie qu’aucune succession héréditaire, à l’époque, ne constituait de façon exclusive. On ne peut pas non plus exclure l’hypothèse selon laquelle les Šehić seraient originaires d’Asie Mineure41.

55Dans certaines sources, Recep Paşa serait appelé « de Nevesinje » (Nevesinli). Ce nom s’explique non comme l’indication d’un lieu de naissance, mais comme celle d’une provenance plus vague, donnée à notre homme durant sa maturité. Il est probable qu’il s’établit dans la ville de Nevesinje en raison de ses fonctions administratives : il s’y attachait la jouissance de prébendes tirées des produits de la terre, de l’élevage et de certaines taxes (zeamet ou timar), et Recep Paşa put en recevoir certaines attachées à Nevesinje.

  • 42 Bešlagić, « Nevesinjski stećci », p. 97-99.

56Situé en Herzégovine dans les régions montagneuses de la Velež, à une trentaine de kilomètres à l’Est de Mostar, Nevesinje est assis au milieu d’une nature ingrate, dans un décor décharné, en bordure d’un assez vaste poljé (plaine karstique d’altitude) auquel il donne son nom. Ce n’est pas un vain mot de dire que l’homme, ici, est en lutte avec son milieu naturel, que celui-ci reste irréductible et qu’il influe fortement sur le caractère. L’Herzégovine, et qui plus est l’Herzégovine orientale, a gardé une spécificité géographique et humaine très forte jusqu’à nos jours, dont se ressentira la pensée de Safvet-beg Bašagić. Des ruines témoignent d’une présence romaine dans le poljé ; mais le premier écrit à mentionner le bourg remonte seulement au xiie siècle, ce qui n’en fait pas moins, au milieu de notre ère, l’une des localités les plus anciennes d’Herzégovine42.

  • 43 Kreševljaković « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica, p. 15.
  • 44 Nametak, « Marginalije », p. 102.

57D’après Hamdija Kreševljaković (1890-1959), Recep Paşa reçut en jouissance une prébende importante (zeamet) à Kukanj (Herzégovine orientale), ainsi que le petit village de Zalom, sis à trente kilomètres de Nevesinje à la limite orientale du poljé43. Kukanj n’est plus mentionné dans les documents d’archives familiales au-delà de Recep Paşa ; il est probable qu’il sortit de la famille lors de sa mort. En revanche, Zalom resta aux mains de la famille jusque vers 1875, voire au-delà44. C’est désormais à ce dernier nom et à Nevesinje que la branche des Redžepašić qui nous intéresse s’attachera indéfectiblement jusque vers 1853.

58La relative puissance des Redžepašić n’est pas d’abord foncière et on a dû vivre assez chichement dans la première moitié du xviiie siècle. En effet, contrairement à la terre de Kukanj, certainement génératrice de beaux revenus, ce n’est pas sa valeur agricole qui fait de Zalom une place intéressante, mais sa valeur militaire. Surplombant les gorges de la Zalomka, le village garde le poljé face aux Brda. Après les troubles de la fin du xviie et du début du xviiie siècle, c’est un point stratégique d’importance pour la stabilité de la région. Il ne paraît cependant pas qu’y fût tout de suite entretenue une garnison permanente, ni même que des bâtiments militaires un peu importants y fussent construits dès le début du xviiie siècle. Le village d’alors devait à peu près correspondre à l’actuel, perdu dans les espaces désolés de la région ; un récent poème de Pero Zubac (1945-), « La route vers Zalom », en donne une bonne idée :

Au sommet du monde – le village de Zalom,
Pas âme qui vive dirait-on (...)

  • 45 Zubac, Ovo sam ja, « Put na Zalom ».

À travers bois durant une demi-journée,
Et puis Bratač, et puis toujours plus haut,
Le long des stèles, le long des tombes musulmanes,
Pas une gouttelette de pluie, et encore moins de pluie45.

  • 46 AHM OZ 1238, date inconnue.

59Comme son fils aîné périt à ses côtés en 1703, et qu’on ne trouve pas trace de son benjamin, Abdullah Bey, ne semblent avoir survécu à Recep Paşa que son épouse et un fils encore mineur, Derviş Mehmed Bey, qui héritèrent des dettes contractées par le défunt46. En dehors du village de Zalom, le seul bien véritable laissé par Recep, finalement, ce fut son nom : la tradition familiale n’a pas conservé la mémoire de son premier patronyme.

  • 47 Hasandedić, Muslimanska baština, p. 145.
  • 48 Kreševljaković, « Stari hercegovački gradovi », in Izabrana djela t. 2, p. 464 ; Bašagić, Znameniti (...)

60De ce Derviş Mehmed Bey, on ne sait rien sinon qu’il eut à son tour trois fils : Mustafa (qui porte le titre de pacha), Osman Bey et Ali Bey. Seule la vie du second nous est connue – sans ses dates de naissance et de mort. C’est à lui que fut confiée la charge du nouveau fortin (palanka) de Zalom en 1768, lorsque le village reçut le statut d’ağalık, à une époque où les autorités ottomanes s’inquiètent des troubles venus du Monténégro et des Brda47. L’ağalık est une unité militaire organisée à la façon d’une division frontalière – les fameuses capitaineries (kapudanlık) –, mais qui se compose d’une seule compagnie (djemat) de soldats, appartenant à une seule arme, avec un commandant (ağa) à sa tête. Une garnison de gardiens de défilés (derbenddji) est entretenue en permanence à Zalom ; à sa tête se trouve régulièrement un membre de la famille Redžepašić48. Le village devient ainsi un lieu que la métaphore sud-slave désigne péjorativement comme un « nids de beys ». C’est là en effet que les Redžepašić règnent sans partage, là qu’ils vont cumuler progressivement, à une échelle microscopique, des pouvoirs militaires et terriens, là qu’ils sont maîtres d’eux-mêmes.

  • 49 Bašagić, Znameniti Hrvati, p. 16.

61Cependant, pour des raisons que l’on ne cerne pas, ils vont voir s’ouvrir devant eux les postes du pouvoir central en Bosnie. Osman Bey, aussi appelé Zalom Ağa, de commandant de la garnison à Zalom devint trésorier du cadastre (timar defterdarı) de Bosnie49, c’est-à-dire qu’il veillait à ce que les taxes, dîmes et autres revenus provinciaux fussent correctement acquittés. Ces tâches financières représentant, à côté de l’organisation militaire proprement dite, l’essentiel du pouvoir dont était investie l’administration locale, Osman Bey se retrouvait à l’un des postes les plus importants du sandjak. De plus, le timar defterdarı assumait régulièrement les fonctions du vizir lorsque celui-ci était parti, dans des périodes de latence entre deux nominations et quand le gouverneur devait s’absenter hors de Travnik, la capitale du sandjak de Bosnie et de l’eyalet du même nom.

62Osman Bey sut donc atteindre une place de premier choix et obtint une prébende assez importante (18.000 akçe) au village de Butmir, dans le poljé de Sarajevo. Elle allait se conserver dans la famille jusqu’en 1870 au moins, mais non dans la branche dont Safvet-beg Bašagić est le rejeton.

  • 50 Les considérations sur les réformes qui suivent s’inspirent, dans leur généralité, de Lewis, Islam (...)

63La montée des Redžepašić à Travnik coïncide avec les premières réformes militaires lancées par la Porte à la fin du xviiie siècle. Mises en place à cause des défaites répétitives subies par l’Empire depuis le milieu du xviie siècle, ces réformes furent d’abord mal accueillies parce qu’elles bousculaient un ordre de choses dont profitaient largement les potentats musulmans locaux ; elles eurent de médiocres effets dans l’ensemble de l’Empire50. À Sarajevo et à Mostar, les musulmans avaient montré peu d’empressement à accepter des décisions qu’ils jugeaient dangereuses pour leurs intérêts politiques et économiques, et surtout parce qu’elles détruisaient l’ancien ordre militaire de l’Empire.

  • 51 AHM OZ 1398, 1214/1799-1800. Il assura par trois fois le vizirat par intérim, au début et à la fin (...)
  • 52 AHM OZ 1228, sans date.

64Osman Bey laissa derrière lui au moins six fils et une fille, dont certains allaient poursuivre dans la voie tracée par leur père. L’aîné, Süleymân Paşa (m. 1799), fut lui aussi trésorier du cadastre bosniaque51. D’après la liste des biens que laissa son unique fils Derviş Hasan Paşa à sa mort, en 1814, biens probablement en partie hérités de son père, ce dernier possédait de grandes richesses : des terres à Travnik, Tuzla, Jasenica (près de Krupanj et Loznica), Sarajevo, Vareš, Visoko, Maglaj, Gračanica, Novi Pazar et Mitrovica, ainsi qu’un domaine privé (çiftlik) et une mine à Kladanj52.

65À ce stade de notre généalogie, on voit que les Redžepašić sont un produit typique du xviiie siècle bosniaque : ils occupent régulièrement les premières places dans l’administration provinciale et ont un certain pouvoir dans l’armée, deux corps dont les historiens ont souvent dit qu’ils étaient la matrice des pouvoirs centrifuges dans l’Empire à cette époque. Ils illustrent le passage progressif d’une organisation reposant sur le mérite à un pouvoir militaire, politique et terrien héréditaire, qui se serait effectué tout au long du siècle.

66Selon la chronologie, l’ascension générale des Redžepašić dans l’administration de l’eyalet coïncide avec leur montée au pouvoir à Nevesinje et en Herzégovine : ainsi, la carrière à Travnik d’Imşir Paşa (m. 1815) et de Mehmed Bey, deux frères de Süleyman Paşa, va de pair avec celle de leur frère Daut Bey (m. 1829) et du reste de la famille, qu’on pourrait qualifier de proprement locale, herzégovinienne.

  • 53 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 136 et 205, qui t (...)
  • 54 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 196 et 199. Osman (...)
  • 55 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 292 ; Miović- Per (...)
  • 56 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 136. Kreševljakov (...)

67Outre l’assurance que donnaient à Daut Bey des propriétés foncières adroitement gérées et son réseau de relation, celui-ci était également fort susceptible : défrayant la chronique herzégovinienne par son inclination à la boisson et son tempérament jaloux et querelleur, il ne supportait pas les Ljubović53. Contractant alliance par voie matrimoniale avec l’une des plus puissantes familles d’Herzégovine, les Resulbegović de Trebinje et les Mušović de Gacko54, Daut Bey parvint à repousser le pouvoir de ses voisins et adversaires, qui occupaient les plus hauts postes de l’administration herzégovinienne encore à cette époque55. La domination de ceux-ci sur la vie locale lui était d’autant plus insupportable que ses frères faisaient une brillante carrière dans l’administration centrale de l’eyalet. Cette jalousie allait si loin que lorsqu’une de ses filles épousa à son insu un Ljubović, vers 1815, Daut Bey en tint son épouse responsable et se remaria afin de l’humilier. Suite à quoi, il se brouilla définitivement avec son beau-frère56. Peut-être cet individualisme caractériel et la perte de ce soutien firent-ils qu’il échoua à prendre le pouvoir sur Mostar, dont il fut repoussé en 1816 alors qu’il venait d’en être nommé gouverneur. Son pouvoir en Herzégovine orientale ne cessa cependant de croître jusqu’à sa mort, survenue en 1829.

  • 57 Bašagić, Kratka uputa, p. 120-1 ; Bašagić, Znameniti Hrvati, « Imšir paša Redžepašić », p. 34.

68La prise du pouvoir par Daut Bey à Nevesinje s’accompagne de l’ascension parallèle de son frère Imşir Paşa dans l’administration centrale de l’eyalet. C’est l’insurrection serbe (1805-1814) qui semble avoir représenté pour ce dernier un tremplin. En effet, les combats opposent les chrétiens de la Serbie (avec quelques exceptionnels musulmans) aux autorités ottomanes qui, pour réprimer les rebelles, utilisent en majeure partie des troupes composées de musulmans bosniaques et d’Albanais. En mars 1806, Imşir Paşa occupait les fonctions de trésorier du cadastre bosniaque ; il assurait alors le remplacement du vizir parti combattre en Serbie. Il marcha ensuite dans ses pas pour soutenir le siège d’Užice au printemps 180757. Il poursuivit cette brillante carrière jusqu’à sa mort, en 1815.

69Ces destins croisés au sein de la famille vont y entretenir un sentiment d’appartenance double : le grand-père et le père de Safvet-beg Bašagić s’exprimeront tout aussi bien en tant qu’Herzégoviniens qu’en Ottomans convaincus. Les deux lignes sont parallèles et, jusqu’en 1878, ne s’écarteront pas significativement l’une de l’autre.

4. Conclusion

70La vie des Redžepašić au xviiie siècle met à jour l’installation définitive d’un pouvoir local qui s’est nourri du pouvoir provincial plutôt qu’il ne l’a concurrencé. Leur puissance nouvelle s’est affirmée face aux Ljubović, qu’ils ont relégués de côté à tel point qu’à partir de 1800, le nom de cette famille se raréfie progressivement dans les archives. C’est dans ces circonstances que notre texte de départ a très probablement vu le jour, sans qu’on puisse exactement en dater la genèse (laquelle procéda peut-être par ajouts successifs). Sans portée historique, son contenu nous révèle au contraire les enjeux sociaux et politiques auxquels se confrontèrent les différentes générations des Redžepašić à partir du début du xviiie siècle.

B. Lutfullah Bey, fils de Daut Bey (1800-1851)

71Le fils de Daut Bey profitera pleinement des résultats auxquels atteignit son père. S’il avait un caractère plus discret, il apparaît comme l’un des acteurs politiques principaux de l’Herzégovine et de l’eyalet de Bosnie durant sa vie. Nous allons suivre les principaux moments de son action publique, car ses engagements influeront sur ceux de son propre fils, puis de son petit-fils : Safvet-beg Bašagić.

  • 58 Il donna soixante-dix bourses de guruş pour s’échapper de Travnik (Bašagić, Kratka uputa, p. 131). (...)

72Une fois la guerre de Serbie à peu près résorbée et après que les relations avec le Monténégro furent apaisées, le sultan Mahmûd II (1808-1839) décida d’appliquer avec vigueur la politique de réforme de ses prédécesseurs, quitte à forcer la main à ceux qui lui faisaient obstacle : les divers dignitaires locaux, qu’ils fussent ayan, ağa de janissaires, kapudan des milices locales, ou parfois encore musellim. En 1820, il nomma Djelâleddîn Paşa vizir de Bosnie, avec la mission de réduire tout rebelle au silence, en particulier les cadres militaires de la province et l’élite de Sarajevo. Durant les deux années que dura son vizirat (1820-22), celui-ci procéda en bon ordre à l’élimination de ses adversaires, jusque dans le sang. Lui aussi menacé par ces proscriptions, Daut Bey se sauva de justesse58.

  • 59 En septembre 1828, ce fut à lui que s’adressa Smail Bey de Počitelj pour partir avec ses hommes à l (...)
  • 60 AHM OZ 1328, 1249/1833-1834. Il semble avoir simultanément rempli les fonctions d’ayan de Nevesinje (...)
  • 61 Karpat, The Policitization of Islam, p. 93-94 et 317.

73Mais la résistance persista, notamment parce que le pouvoir se perpétua au sein des mêmes familles. Héritant des fonctions de son père à Nevesinje et dans sa région, Lutfullah Bey fut confronté aux pressions de plus en plus fortes des vizirs de Bosnie pour appliquer les réformes. Dès avant la disparition de son père, Lutfullah Bey se retrouva au poste d’ağa de Zalom, et ces tâches militaires l’accaparèrent en premier lieu59. À partir de 1833-1834, il avait également repris en main les affaires administratives de Piva-et-Nevesinje60. Ne se vérifient donc pas ici les affirmations de l’historien turc Kemal Karpat (1925-) pour qui, en Bosnie-Herzégovine, un nouveau fonctionnariat avait été installé durant le règne de Mahmûd II, après que les potentats locaux furent brisés ; selon Karpat, ces nouveaux agents auraient grimpé l’échelle sociale grâce à leurs talents plutôt qu’à leur famille61. Rien de tel, en tous cas, à Nevesinje.

1. Le mouvement de Hüseyn Gradaščević

74Cependant, en Bosnie aussi bien qu’en Herzégovine, la situation empira toujours davantage pour toucher le fond vers 1830. Les élites locales s’obstinaient à empêcher l’application des réformes militaires voulues par Istanbul ; malgré leurs dissensions personnelles, elles faisaient front commun pour s’opposer au vizir, dont les actions étaient fort mal perçues, d’autant plus que, comme dans le cas de Djelâleddin Paşa, les officiels ne s’embarrassaient pas des moyens. On peut imaginer que Lutfullah Bey se trouva au cœur de ces débats et résistances, puisque les réformes le concernaient tout particulièrement en tant qu’ağa de Zalom.

75Il s’en faut néanmoins de beaucoup pour que l’unité – toute de façade – des élites militaires bosniaques représentât un quelconque mouvement « proto-national » qui embrasserait l’ensemble de l’eyalet, ainsi qu’une bonne partie de l’historiographie bosno-musulmane actuelle le présente. Dans l’exposé qui va suivre, nous garderons à l’esprit deux choses : tout d’abord, le fort particularisme herzégovinien vis-à-vis de la Bosnie, qu’il serait certes aberrant de décrire, à cette époque, comme un nationalisme potentiel, mais qu’il est tout aussi impossible de négliger ; ensuite, la dérive des pouvoirs locaux, qui ouvrit la brèche aux ambitions individuelles et créa une certaine anarchie dans les diverses régions de l’eyalet de Bosnie.

  • 62 Kapidžić, Ali-paša Rizvanbegović, p. 33-44. Sur ce personnage, on peut consulter Alexandre Popovic, (...)

76En 1830, après l’assassinat d’hommes influents à l’instigation de partis très divers, deux musulmans se distinguaient parmi leurs pairs : Ali Ağa Rizvanbegović (1783-1851), gouverneur civil de Stolac en Herzégovine, et Hüseyn Gradaščević (1802-1834), commandant militaire et civil (kapudan) de Gradačac en Bosnie. Le premier avait fait place nette autour de lui en éliminant de façon plus ou moins sanglante ses frères et régnait par la force62 ; le second, plus jeune, avait bénéficié du pouvoir et des richesses accumulées par son père et son frère pour se faire un nom, habilement secondé par sa mère. En 1831, Hüseyn profita d’un vizir trop faible, Namık Paşa, pour prendre sa place et mener une action politique qu’on appelle aujourd’hui le « Mouvement pour l’autonomie » et dont le but aurait été de rendre l’eyalet de Bosnie autonome vis-à-vis d’Istanbul. Avant de parler d’autonomie, il faut cependant voir que ce mouvement se fonda sur le refus des réformes de modernisation militaire lancées par Mahmûd II et dont le symbole devint rapidement le port de l’habit occidental et du fez.

  • 63 Pamućina, Život Ali-paše, in Ljetopisi, p. 89. Sur le fez, voir Bašagić, Kratka uputa, p. 144 ; Lew (...)
  • 64 Kamberović, Husein-kapetan, p. 16 et 29.

77Menacé, chassé, Namık Paşa trouva d’abord refuge à Metković, un bourg du Sud de la Dalmatie à la frontière des empires habsbourgeois et ottoman ; là, Ali Ağa Rizvanbegović vint le convaincre de s’abriter chez lui, à Stolac. Il était entouré des quatre notables les plus importants d’Herzégovine, qui s’opposèrent à Hüseyn de toutes leurs forces en soulignant la légitimité des réformes voulues par le sultan ; parmi eux, Lutfullah Bey, bientôt comme eux coiffé du fez, par esprit de provocation63. Il n’est pas question de refaire ici l’histoire générale de ce mouvement, mais Husnija Kamberović (1963-), le dernier biographe en date du capitaine Hüseyn, fait judicieusement remarquer que les traditions réduisant ce « mouvement pour l’autonomie » à un mouvement de fonctionnaires de sous-préfecture, que nulle ambition politique un peu haute n’habitait, viennent de la famille de Safvet-beg Bašagić ; elles ont donc dû voir le jour à l’époque de Daut Bey et de Lutfullah Bey64.

  • 65 [Osman-Aziz], « Alipaša Rizvanbegović-Stočević », p. 108-113. Propos de Hajdar Bey Čengić rapportés (...)

78En effet, la tradition orale des Redžepašić met à l’origine de la lutte entre Bosniaques et Herzégoviniens une querelle de personnes. Selon elle, la geste de Daut Bey s’achève sur un coup d’éclat : en décembre 1822, pour son arrivée à la tête de l’administration bosniaque, le nouveau vizir Selîm Sırrı Paşa convoqua comme à l’accoutumée tous les locaux dont les décisions pesaient sur la destinée des provinces placées sous son administration. À cette occasion, devant le vizir lui-même, un différend aurait éclaté entre Ali Ağa Rizvanbegović et Daut Bey Redžepašić d’un côté, et Hüseyn Gradaščević de l’autre. Le Bosniaque, que son ambition poussait à vouloir devenir vizir à la place du vizir, aurait fait preuve du plus grand mépris envers les deux Herzégoviniens, dont la haine s’exprima en retour avec violence envers le jeune homme. Cette inimitié de Daut Bey envers Hüseyn se serait transférée du père au fils : Lutfullah Bey aurait pour cette raison refusé tout soutien à Hüseyn en 1831-1832 et se serait très tôt rangé aux côtés d’Ali Ağa65.

79Cependant, ce n’est pas le « Mouvement » lui-même que cette anecdote réduit à une querelle de personnes, mais bien plutôt la division régionale qui l’empêcha de porter la totalité de l’eyalet à l’autonomie dont le rêve hantait probablement l’esprit de Gradaščević, et auquel n’était pas étranger Rizvanbegović. Il manquait une volonté commune et le sens du bien commun, qui auraient permis de dégager une identité culturelle forte. L’anecdote retrace en réalité l’avortement d’une action presque proto-nationale.

  • 66 Je ne prendrai qu’un seul exemple : Joanikije Pamučina ne parle pas de lui après 1832, alors qu’il (...)
  • 67 Bašagić, Kratka uputa, p. 142 ; Hadžijahić, « Die Kämpfe der Ajane », p. 159 ; Kamberović, Husein-k (...)

80Si Gradaščević poursuivit de sa colère les Herzégoviniens, ce ne fut donc pas pour des raisons de haute politique, mais parce qu’il ne supportait pas de voir un concurrent à ses côtés. À côté de Rizvanbegović, sa haine se déversa aussi sur Smail Ağa Čengić (1778-1840) et Hasan Bey Resulbegović ; le nom de Lutfullah Bey apparaît en général assez peu chez les historiens66, ce qui ne signifie pas qu’il n’eut aucune importance lors de ces événements. Il semble en effet que Gradaščević, dépité de ne pouvoir mieux atteindre Čengić, s’acharna particulièrement sur l’ağa de Zalom67.

  • 68 Pamućina, Život Ali-paše, in Ljetopisi, 75-131, p. 91 ; Šljivo, Bosna i Hercegovina 1827-1849, p. 1 (...)
  • 69 Bašagić, Kratka uputa, p. 143.
  • 70 Pour ce chiffre, voir Čokorilo, Ljetopis Hercegovine, in Ljetopisi, p. 42 ; Pamućina donne 12 000 ((...)

81En septembre 1831, lorsqu’il reçut l’assentiment de la majorité des notables bosniaques pour porter le titre de vizir de Bosnie, Gradaščević voulut à nouveau affirmer son pouvoir face à Rizvanbegović et au vizir légitime que celui-ci protégeait. Il organisa une rébellion générale de la population d’Herzégovine contre Ali Ağa ; il nomma de nouveaux gouverneurs en Herzégovine, dont un à Nevesinje. En compagnie de Hasan Bey Resulbegović et de tout le clergé chrétien orthodoxe et catholique qui les soutenait, Lutfullah Bey avait fui à Dubrovnik avec sa suite68 et ne put empêcher le nouveau venu de prendre ses fonctions dans sa ville69. Mais quand Ali Ağa parvint à mater la rébellion et que ses alliés le rejoignirent, vint alors pour Hüseyn le moment impérieux de soumettre définitivement son principal rival. Tandis qu’il était lui-même occupé à repousser les troupes qu’Istanbul avait dépêchées pour ramener le calme en Bosnie ainsi qu’en Albanie, il envoya à la tête de 14 000 soldats70 son principal homme de confiance, Mustafa Ağa Zlatarević (1798-1863). Il avait pour mission de réduire la voix herzégovinienne au silence.

82À la Saint-Georges 1832 (23 avril), alors qu’il faisait route vers Stolac, Zlatarević affronta sur le poljé de Nevesinje Lutfullah Bey et les habitants de la ville groupés autour de lui, secondés par les paysans chrétiens d’Herzégovine. Lutfullah fut vaincu une première fois ; les deux armées se rencontrèrent à nouveau du côté de Zalom, puis d’Odžak (lieu de résidence des Ljubović), mais sans succès pour Lutfullah. Les Sarajéviens laissèrent libre cours à leur rage et détruisirent tout ce qui appartenait aux Redžepašić, jusqu’à la mosquée de Zalom ; ils incendièrent également leur tour (kula) de Zalom, d’où femmes et enfants se sauvèrent tête et pieds nus. Lutfullah se replia chez Ali Ağa.

  • 71 Čokorilo, Ljetopis Hercegovine, in Ljetopisi, p. 41-42.

83Durant tous ces affrontements, les troupes des Herzégoviniens se composaient pour la plupart de paysans chrétiens (orthodoxes surtout, quelques catholiques), que Rizvanbegović et ses hommes s’étaient ralliés en leur faisant miroiter la promesse d’allègements fiscaux au nom du sultan ; ils les flattaient en les admettant dans leur intimité, ce qui était tout à fait exceptionnel de la part des beys, extrêmement jaloux de leur situation face à leurs paysans (re’aya), qui plus est des infidèles71.

  • 72 Pamućina, Život Ali-paše, in Ljetopisi, p. 91.

84Chez ces derniers, deux facteurs ont pu jouer en faveur d’une alliance : le caractère profondément social (et non national) de leurs revendications au cours de l’histoire, ce qui ne les rend pas foncièrement étrangers à la dynastie ottomane, sous laquelle l’avenir leur paraît davantage promettre de justice sociale que sous le régime d’un ambitieux bey de Bosnie, à propos duquel courent des bruits de cupidité. Une alliance, fût-elle temporaire, pouvait leur apparaître un plus grand bien que de combattre les musulmans d’Herzégovine qui, en temps voulu, auraient su prendre les mesures de représailles nécessaires. Un deuxième facteur serait l’appartenance régionale – non pas un patriotisme herzégovinien qui transcenderait les appartenances confessionnelles, mais le simple fait que l’Herzégovine soit, par sa géographie et son histoire, tournée vers le Monténégro. Vers 1830, le Prince-évêque du Monténégro, avec lequel Rizvanbegović avait conclu des traités de reconnaissance et d’entraide, put rallier les paysans orthodoxes à celui-ci grâce à l’autorité de voisinage dont il jouissait auprès d’eux. Ceci se fit par l’intermédiaire du clergé orthodoxe d’Herzégovine, dont Joanikije Pamučina (1810-1870), qui s’était d’une seule âme rangé avec les partisans du sultan72.

  • 73 Ibid.
  • 74 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 408, qui reprend (...)

85Accompagnés de ces hommes qui leur avaient valu d’importantes victoires, et s’étant repris après les défaites infligées par Zlatarević, les beys herzégoviniens, au départ des Brda pour Lutfullah Bey et Hasan Bey73, gagnèrent la Bosnie centrale. Ils avaient l’intention de rejoindre les troupes du sultan qui livraient bataille à Gradaščević. Smail Ağa Čengić, Ali Ağa Rizvanbegović et Lutfullah Bey Redžepašić arrivèrent sur le théâtre des opérations de façon inattendue et attaquèrent par derrière l’armée du capitaine en train de camper74 ; ce coup enfonça définitivement l’usurpateur et le força à capituler, puis à chercher refuge auprès des Habsbourg.

2. Une Herzégovine indépendante

  • 75 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 408 ; Bejtić, « P (...)

86On imagine bien que la déconfiture de Gradaščević sonna le triomphe de Rizvanbegović. Il n’eut pas cependant le bonheur d’en jouir immédiatement : en août 1832, le sultan convoqua l’armée de Bosnie et d’Herzégovine pour aller étouffer l’insurrection du fils de Méhemet Ali, Ibrahim Paşa (1789-1848), en Égypte. Tous les beys herzégoviniens furent mis à contribution et partirent à la fin du mois pour Konya. À mi-chemin cependant, Ibrahim Paşa fit demi-tour et l’expédition fut avortée. La plupart des Bosniaques et Herzégoviniens rentrèrent chez eux, mais Rizvanbegović, Čengić, Redžepašić et quelques autres notables se rendirent à Istanbul où ils passèrent l’hiver75.

  • 76 Šabanović, Bosanski pašaluk, p. 95.
  • 77 Bejtić, « Popis konaka », p. 13 (le seul à mentionner une telle récompense) ; et, entre autres Pamu (...)
  • 78 Bašagić, Kratka uputa, p. 147 n. 1.

87En février 1833, après des tractations qui nous demeurent encore inconnues, Rizvanbegović obtint en récompense de sa loyauté face à Hüseyn un titre de pacha et le vizirat sur l’Herzégovine, qui devenait ainsi un paşalık indépendant entièrement séparé de celui de Bosnie76. Lutfullah Bey reçut un titre honorifique de la part du sultan et, avec ses compagnons, fut confirmé par Ali Paşa dans ses fonctions de gouverneur civil77. À leur retour en Herzégovine, au début de juin 1833, tous les hommes qui se trouvaient à Istanbul feraient en outre office de conseillers et confidents d’Ali Paşa, du moins dans les premiers temps de son vizirat78.

88Commença donc une période nouvelle en Herzégovine, lorsque à la tête du sandjak régnait une véritable oligarchie de musulmans autochtones, qui avaient obtenu cette liberté pour avoir empêché leurs voisins et coreligionnaires de la cueillir. On pensait que l’on pourrait faire selon ses désirs. Néanmoins, il fallut déchanter. La politique de réforme militaire se réalisa bientôt : en octobre 1835, les capitaineries (kapudanlık) furent dissoutes et remplacées par une organisation de troupes régulières. Ces mutations affectèrent aussi Lutfullah Bey.

  • 79 Bašagić, Kratka uputa, p. 156 ; on peut également se reporter à M. P. [?], témoin d’époque, qui aff (...)

89Cependant, les fils d’Ali Paşa bénéficièrent d’un traitement de faveur au détriment des collaborateurs de la première heure, reprenant progressivement à leur compte un certain nombre des prérogatives que ceux-ci détenaient, et ce sous l’œil paternel du pacha. Peu à peu, de fortes tensions apparurent ; Smail Ağa Čengić et Resulbegović intriguèrent, conspirant à perdre Ali Paşa, qui allait bientôt leur prouver qu’il méditait de même à leur endroit. Lutfullah Bey, en dépit du mécontentement que suscitait en lui l’administration d’Ali Paşa, n’osa pas participer aux conciliabules des conspirateurs à cause des liens familiaux qui l’attachaient au pacha79.

90À partir de 1836, Lutfullah Bey cessa toute activité autour de l’ağalık de Zalom ; on ne suit plus que son activité de gouverneur civil, en particulier la collecte des impôts. Rappelons-nous que la région de Nevesinje est pauvre et entre, après 1832, dans une période de décadence économique marquée. En 1854, Ami Boué (1794-1881), un ethnographe de Hambourg d’origine française et publiant en français, fit le récit de ses pérégrinations effectuées en 1836 dans les Balkans et donna de Zalom et Nevesinje la description suivante :

  • 80 Boué, Recueil d’itinéraires, t. II, p. 207-208.

La montée d’une demi-heure de Salem-Palanka est une route pavée en partie en larges escaliers, ouvrage probablement ancien. Elle décrit un contour, en se dirigeant d’abord au Nord, puis au Nord-Ouest. Salem-Palanka ou Tartarovitch a dû être une fois un petit bourg, maintenant on n’y voit plus qu’une tour ou Koula pour un Karaoul, une petite mosquée avec un minaret sans toiture et deux boutiques, où on vend, comme chez le Beg de Gatzko [Smail Ağa Čengić], toutes sortes d’étoffes, de ceintures et d’objets pour les femmes et les chevaux. Les Kavas trouvaient plus amusant de se tenir dans ce Bazar de nouveau genre que dans leur tour isolée.
(…) Névésign est encore une de ces bourgades, qui ne sont que le reste de ce qu’elles furent jadis, car on y observe trois mosquées à minaret et une tour à horloge, quoiqu’il n’y ait guère que 800 à 1 000 habitants. Les maisons y sont en pierres mélangées de bois. L’Ayan [Lutfullah Bey Redžepašić] n’y occupe qu’une assez misérable habitation, les rues sont sales et il n’y a point d’auberges. L’Ayan ayant déjà du monde, il fallut nous nicher à la lettre dans une fenière au-dessus d’un misérable café. Dans tous nos voyages nous n’avions pas logé dans un endroit si malpropre. Comme il n’y avait pas de Han, l’Ayan fut assez poli pour nous envoyer un souper, mais cela n’eut lieu que vers les dix heures, après que ses femmes eurent achevé leur repas80.

  • 81 AHM OZ 1369, 23 şaban 1263/6. VIII. 1847.
  • 82 AHM OZ 1385, sans date.

91Ce qui frappe d’abord dans cette description, c’est l’aspect misérable de Nevesinje et de Zalom. Lutfullah Bey habite une maison modeste, et non le konak familial, qui est passé à l’un de ses oncles à la mort de Daut Bey et qu’il ne récupérera qu’en août 184781. Le seul signe d’aisance que trahit ce texte – et éventuel encore –, c’est l’expression « ses femmes » qui y est employée. Lutfullah Bey aurait-il eu plusieurs épouses ? On connaît le nom de la principale : Alíja Selmanović, membre d’une puissante famille beylicale de Pljevlje ; mais l’inventaire de ses biens après décès mentionne une certaine Aïcha, fille de Mahmut Bey. La polygamie, fort rare chez les musulmans de Bosnie et d’Herzégovine, ne se pratiquait que parmi les beys les plus aisés ; Ali Paşa Rizvanbegović est connu pour avoir eu un harem fourni, et Smail Ağa Čengić parce qu’il vivait avec plusieurs femmes. Quoique Safvet-beg Bašagić et, à sa suite, tous les biographes de Lutfullah Bey, n’en mentionnent qu’une seule, il est possible qu’il eût lui aussi plusieurs épouses, même si l’expression de Boué reste assez vague. La solution la plus vraisemblable est que Lutfullah fut veuf une fois, et se remaria, ce qui permet d’expliquer les treize enfants qu’il laissa à sa mort, en 185182.

  • 83 Hadžibegić, Glavarina, p. 117.

92Quoi qu’il en soit, le vizirat fit prospérer les caisses de Rizvanbegović ; on peut penser que son entourage en bénéficia, mais encore une fois, les sources taisent souvent le nom de Lutfullah Bey, au contraire de Resulbegović et Čengić. Mais ces deux derniers tombèrent peu à peu en disgrâce aux yeux du pacha, autour duquel prospérèrent des profiteurs de tout acabit. A priori donc, Lutfullah Bey ne bénéficia d’aucune complaisance et n’eut ni plus, ni moins de marge de manœuvre qu’auparavant, sa politique fiscale étant soumise au strict contrôle du pacha herzégovinien83.

  • 84 Étymologie donnée par Kreševljaković, « Život Dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272.
  • 85 Bašagić, Znameniti Hrvati, « Edhem », p. 18 ; ibid., « Osman paša Redžepašić » p. 61. Cette étymolo (...)

93Des richesses accumulées par son père Daut Bey, il semble donc que Lutfullah Bey ne put retenir grand chose ; et la période qui s’étend de 1833 à 1851, date de sa mort, marque un certain appauvrissement de sa famille. Les choses allaient d’ailleurs s’empirer à partir de 1840. Le 23 ou 24 septembre de cette année-là, Smail Ağa Čengić fut assassiné par les clans orthodoxes des Drobnjaci, dans les Brda, sur des terrains qu’il venait d’acquérir. Bien que son rôle dans le meurtre de Smail Ağa ne fût probablement pas des plus innocents, Ali Paşa mit aussitôt sur pied une armée de vengeance dont les meneurs étaient les beys de son entourage, parmi lesquels Lutfullah Bey. Les musulmans battirent à plate couture leurs ennemis un mois plus tard. C’est probablement à cette occasion que notre homme fut surnommé Baş-ağa, « le grand aga84 » ou « le chef des agas85 », et ses descendants se nommeront d’après lui « Bašagić ».

94Revenue vengée, la troupe musulmane avait cependant perdu en Smail Ağa son chef incontesté et Ali Paşa eut désormais les mains libres pour confier toujours plus de responsabilités à ses fils et à des hommes sans scrupules. Il refusa ouvertement les nouvelles réformes que lança le sultan Abdülmedjid (1823-1861) en promulguant, le 3 novembre 1839, le Noble Rescrit de la Maison des Roses (Hatt-i Şerif-i Gülhâne), où était stipulé que tous les sujets du sultan, quelle que fût leur religion, étaient égaux devant la loi.

  • 86 Tout comme pour le meurtre de Smail Ağa, les historiens musulmans et serbo-monténégrins imputent ta (...)
  • 87 Bašagić, Kratka uputa, p. 163.
  • 88 Gujić, « Kako su poubijani », p. 91.

95Désormais autocrate et rétif à tout contrôle, désireux de se débarrasser définitivement de ceux qui maintenant s’opposaient très ouvertement à lui, il prépara un nouveau traquenard contre Hasan Bey Resulbegović, en accord avec le prince-évêque du Monténégro Pierre II (1813-1851) qui avait lui aussi tout intérêt à faire disparaître ce potentat du Sud de l’Herzégovine86. En juillet 1843, Rizvanbegović envoya Hasan Bey et Baş-ağa, entourés d’une douzaine d’hommes, en pourparlers auprès du prince-évêque, avec le plan bien arrêté que celui-ci les assassinât. Mais au dernier instant, un notable orthodoxe découvrit le pot aux roses à Baş-ağa ; il éventa la ruse parce que celui-ci l’avait autrefois obligé de sa bonté87. Les chefs musulmans en réchappèrent juste à temps, laissant dans l’embuscade une dizaine d’hommes sur le carreau88.

  • 89 AHM OZ 1374, 1264/1847-1848. Je ne suis pas parvenu à identifier ce que représentait un « contrôleu (...)

96On connaît mal le destin de Baş-ağa après 1843 et jusqu’à sa mort, en 1851. Ces années marquent l’apogée du Rizvanbegović tyrannique, et il dut vivre dans la crainte. De plus, il tomba gravement malade en 1264/1847-1848 et, face à la mort, dicta ses dernières volontés spirituelles (vasiyetnâme). Il désirait d’abord que son corps fût traité et inhumé avec les plus grands soins, et dédiait 2 400 guruş aux diverses tâches que cela impliquerait. Il prévoyait ensuite, au cas où cette maladie serait véritablement fatale et l’empêcherait d’accomplir le pèlerinage à La Mecque, de donner 5 000 guruş à un remplaçant qui irait dans la Ville sainte à sa place. Ces sommes seraient prélevées sur sa cassette personnelle, dont l’éventuel restant devait être dépensé en œuvres de charité. Les plus opportunes de celles-ci seraient décidées par l’exécuteur testamentaire – son fils aîné Mehmed Bey, et les deux contrôleurs –, son fils Daut Bey et un certain Mehmed Bey89.

  • 90 Skenderova, Ljetopis Bosne 1825-1856, in Ljetopisi, p. 215.

97Ce ne fut que trois ans plus tard, en 1851, que survint la fin de Lutfullah Bey, pendant la sanglante expédition dont Istanbul chargea Ömer Paşa Latas (1806-1871), un officier originaire de Lika (Croatie) qui s’était converti à l’islam en Bosnie vers l’âge de vingt ans. À sa venue, Ömer Paşa convoqua comme à l’accoutumée tous les notables de la province, et deux Redžepašić s’y rendirent90. Personne n’ignorait les raisons de sa venue ; mais personne non plus ne pensait qu’elle serait aussi lourde de conséquences. Entre 1850 et la fin de 1851, Ömer Paşa massacra ou exila avec un esprit systématique les beys de Bosnie et d’Herzégovine qui avaient survécu aux mesures, pourtant peu tendres elles aussi, qu’avaient prises ses prédécesseurs contre les rebelles aux réformes militaires et politiques. Durant ces quelque deux ans, beaucoup des familles beylicales de Bosnie s’éteignirent ou tombèrent dans une pauvreté dont elles ne se relevèrent pas.

  • 91 Šljivo, Omer-paša Latas, p. 98 (repris dans Šljivo, Bosna i Hercegovina 1849-1853, p. 135). Voir au (...)
  • 92 Šljivo, Omer-paša Latas, p. 100 (repris dans Šljivo, Bosna i Hercegovina 1849-1853, p. 139).
  • 93 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 299.
  • 94 Mujezinović donne une reproduction du nishan de Lutfullah Bey dans sa monographie sur l’épigraphie (...)

98Comme Ali Paşa gouvernait en toute impunité sur l’Herzégovine et n’avait appliqué les nouveaux programmes d’Istanbul que superficiellement, il représentait pour Latas une cible de premier ordre. Celui-ci se dirigea vers l’Herzégovine tout d’abord. Les beys herzégoviniens, dégoûtés d’Ali Paşa, désiraient prendre le parti des impériaux ; en novembre 1850, Baş-ağa, « chef de la circonscription de Nevesinje, rassembla ses hommes dans l’intention de s’unir à l’armée du sultan, mais une partie d’entre eux s’insurgea et alla grossir les rangs des rebelles d’Ibrahim Ağa Piluli [lieutenant d’Ali Paşa]91 ». Le destin de l’Herzégovine et de ses chefs se joua le 7 décembre, lors d’une rencontre chez Ali Paşa, où le « kapudan Baş-ağa Redžepašić » est présent92. Il est probable que sa position vis-à-vis de Rizvanbegović n’eut jamais la transparence exigée par Latas, qui l’emprisonna à Stolac. Là, Baş-ağa tomba malade, et, réhabilité en 1851, il mourut à Nevesinje quelques mois après93. Il fut enterré dans l’enceinte de la mosquée de l’empereur de Nevesinje, à quelques pas de la demeure familiale94.

99Derrière lui, Lutfullah Bey ne laissait pas les richesses foncières dont il avait hérité ; de plus, il avait une nombreuse descendance : deux fils majeurs et six mineurs, ainsi que quatre filles majeures et une mineure. L’inventaire après décès qu’établit le cadi de Nevesinje fait état des biens suivants :

  • 95 Équivalences données d’après Pamuk, A Monetary History, p. 163.
  • 96 AHM OZ 1385, non daté. Le total des biens s’élève, selon le cadi, à 69 970 guruş, ce qui est une er (...)
en guruş en livres st.95
1 Coran 600 5.45
2 sabres incrustés d’argent 2500 22.72
3 harnais (pour cheval) décorés d’argent 2000 18.18
2 grands manteaux de cuir 2000 18.18
1 carapaçon brodé d’argent 8000 72.72
10 coupelles d’argent, une table à encens et une toile de coton 1500 13.63
5 pistolets 1400 12.72
1 chaudron de 25 l 250 2.27
6 toiles ambrées 1400 12.72
5 grands plats en cuivre 150 1.36
2 très grands plats en fer 200 1.81
5 plats cuivrés 250 2.27
20 écuelles 300 2.72
10 écuelles à couvercle 120 1.09
1 couteau en argent 1000 9.09
7 fusils à long canon 1500 13.63
300 moutons 5000 45.45
20 bœufs loués au fermier 4000 36.36
Blé à semer : 10 t. 240 kg 4000 36.36
Blé récolté (entreposé en magazin) : 7 t. 745 kg 3500 31.81
20 oreillers, 2 kilims, 8 coussins pour s’asseoir, 8 couvertures, 6 matelas 2000 18.18
Biens immeubles 28000 254.54
Autres biens meubles 1500 13.63
Total 71170 g.96 647 £
  • 97 AHM OZ 1369, 23 şaban 1263/6. VIII. 1847.

100Nous ne possédons malheureusement pas le détail des biens immeubles que Lutfullah Bey laissa à ses enfants ; seuls les quelques terrains énumérés dans le sous-titre précédent sont identifiables. On sait aussi qu’y était compris le konak de Nevesinje97.

  • 98 Voir la fortune des Dženetić décrite par Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in I (...)
  • 99 Dans l’ouvrage de Nagata, quelques inventaires après décès mentionnent des livres (parfois un Coran (...)

101Les biens de Lutfullah Bey se résumaient finalement à peu de choses : armes et harnachement de prestige qui reflètent la vocation militaire (voire guerrière) de la famille ; ustensiles de cuisine divers pour tenir le rang de la maison ; enfin, têtes de bétail rappelant l’enracinement profondément rural des Bašagić. Comparée à celle de certains beys ou commerçants chrétiens de Bosnie, cette fortune se révèle fort modeste98. Du même coup, la présence d’un Coran y prend une place singulière. Comme la population était généralement analphabète et pauvre, on peut penser que très peu de musulmans bosniaques en possédaient99 ; cela n’impliquait pas que Lutfullah Bey sût lire, mais cela nous assure, s’il le fallait encore après la lecture de son vasiyetnâme, que sa piété était bien réelle. Si l’on vivait modestement, on n’en vivait pas moins religieusement.

3. Conclusion

102La vie de Lutfullah Bey s’est concentrée sur l’Herzégovine et sur un islam qui représentait à ses yeux une fidélité à la chose ottomane. Ce qui ne semble pas représenter de dilemme pour lui le sera plus tard pour ses descendants, lorsque les nationalismes sud-slaves se mettront en place et que son petit-fils devra concilier les deux aspects du particularisme géographique et de l’appartenance au monde ottoman.

103Ce que nous savons des Redžepašić/Bašagić de 1596 à 1850 peut, dans notre perspective, se résumer à deux axes principaux, qui seront au cœur des problématiques de Safvet-beg Bašagić : d’abord, la mémoire du passé n’est pas infaillible, et peut même faire l’objet de manipulations en vue d’une promotion sociale ; ensuite, le patriotisme herzégovinien inclut un sentiment d’appartenance plus général au monde islamique ottoman, ce qui hypothèque sa capacité à se transformer en nationalisme lorsque la modernisation de la province prendra son élan, dans la seconde moitié du siècle.

Notes

1 Moravcsik (éd.), Constantine Porphyrogenitus, § 29-36 ; Jenkins (éd.), Constantine Porphyrogenitus, p. 93-142 (commentaires écrits par Francis Dvornik). Il semble que toute la partie occidentale de l’actuelle Bosnie fut habitée par les Croates, tandis qu’une partie de l’Herzégovine d’aujourd’hui le fut par des Serbes ; quant à la Bosnie orientale, elle n’est pas vraiment décrite par Constantin. De toute façon, les appartenances étatiques fluctuèrent rapidement et souvent. Il faut ajouter que d’autres ethnies (des Polonais en Herzégovine, peut-être ?), moins nombreuses et qui furent assimilées avec le temps par l’une ou l’autre de ces deux ethnies, habitèrent en Bosnie-Herzégovine.

2 Šidak, Studije o « Crkvi bosanskoj » ; Dragoljlović, Krstjani i jeretička crkva bosanska ; Šanjek, Les chrétiens bosniaques (1976).

3 Gelez, Petit guide.

4 Aucune étude synthétique n’a paru sur les Redžepašić-Bašagić, ni aucun article qui traitât ne fût-ce que partiellement de leur généalogie de façon sérieuse. Comme on n’en suit pas du tout la trace aux premiers siècles du pouvoir ottoman (xv-xvie siècles), Behija Zlatar n’a pas pu l’étudier dans son excellent article (« O nekim muslimanskim feudalnim porodicama »). Un exemple d’étude généalogique sur la famille bosno-musulmane des Atlagić est donné par Nametak, « Atlagići u povijesti i narodnoj tradiciji ». D’autres livres ont paru ces dernières années, mais ils ne sont pas souvent sérieux ; reste l’excellente monographie de Kamberović, Begovski zemljišni posjedi, qui n’a cependant pas la prétention de traiter en détail la généalogie des familles qu’il étudie.

5 On se consolera en lisant que, de l’avis d’excellents historiens, la tradition orale d’Herzégovine a conservé une mémoire plus exacte de l’histoire que partout ailleurs dans les Balkans – avis donné par Hajdarhodžić qui prétend résumer l’opinion générale des historiens sud-slaves. Voir « Hercegovačke porodice », p. 106.

6 Elles n’apparaissent pas, par exemple, dans la suite d’articles sur les Bašagić qu’Edina Kamenica a fait paraître en décembre 1993 et janvier 1994 dans le journal Oslobođenje, à la suite d’une interview avec la fille aînée de Safvet-beg Bašagić. Enisa Bašagić Knežić ne les possède pas non plus, ni n’en a entendu parler.

7 Cat. Esih, Liste I, no 28.

8 Skarić, « Širenje islama », p. 32.

9 Voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie ».

10 Milićević, « Rodoslovje Mirze Safveta », p. 123-124.

11 Džanko le reprend tel quel dans « Biografija Safvet-bega Bašagića-Redžepašića », p. 116-117.

12 Truhelka, « Tursko-slovjenski spomenici », p. 311-312 ; Božić, « Hercegovački sandžak-beg Ajaz », p. 63-84 ; Šabanović, Bosanski pašaluk, p. 39 ; Atanasovski, Pad Hercegovine, p. 122-123.

13 Hammer-Purgstall, Geschichte des Osmanischen Reiches, p. 628. Des historiens contemporains de Bašagić connaissaient les sources de Hammer et s’en servirent directement (notamment Thallóczy, Studien zur Geschichte Bosniens, p. 243), mais Bašagić lui-même ne semble pas les avoir lus.

14 On ne trouve rien chez les historiens ottomans qu’il mentionne, comme le prouve le compendium établi par Bašagić à la fin de sa Kratka uputa, p. 177 et 184 (où il réutilise les sources de Hammer, ainsi que 1) Knežević, Carsko-turski Namjestnici, et 2) la monumentale synthèse Tarih-i Bosna de Hadžihuseinović, dit Muvekkit, publiée en traduction bosniaque à Sarajevo chez El-Kalem en 1999). Nous n’avons malheureusement pas pu consulter Spandugino, auquel Hammer renvoie également. Comme l’Allemand ne désigne pas Lucarri comme une de ses sources, on pensera donc que Spandugino inspira Hammer et celui-ci séparément (voir Giacomo Di Pietro Luccari, Copioso ristretto degli annali di Ra[g]usa. Libri Quattro, Venise, Antonio Leonardi, 1605, p. [115]).

15 Asbóth, Bosnien und die Herzegowina, p. 90, 247 et 257. Asbóth écrivait « Jurević », ce qui laisse entendre que s’est peut-être immiscée une coquille et qu’on aurait dû trouver « Jur[iš]ević ». Sachant qu’une famille fort connue dans la Bosnie médiévale s’appelait Jurjević, Bašagić a facilement pu accepter cette leçon. On aurait également pu penser qu’il reprenait cette orthographe d’un auteur croate tel que Klaić, car la version croato-dalmate de Đorđe, une des racines possibles du nom Đurišević, est « Juraj ». Cependant, on ne trouve pas de Mustafa Paşa Jurjević dans les livres de Klaić (Geschichte Bosniens ; id., Povjest Hrvata II/3). Par ailleurs, ce Mustafa Paşa a été affublé de divers patronymes : Muvekkit l’appelle Skenderpašić (Povijest Bosne, p. 103), Truhelka le désigne comme un Milivojević, et ne le confond pas avec Jurišević (« Tursko-slovjenski spomenici », p. 349, 440-1 et 473) ; Thallóczy tour à tour Milivojević et Đurišević (Studien, p. 243 et n. 1 même page). D’autre part, il semble que Mustafa Paşa Đurišević ait été en réalité celui que Muvekkit fait monter à la tête du sandjak de Bosnie en 1515 – sous le nom de Skenderpašić –, comme nous en persuade la lecture de Zlatar (qui, reprenant Šabanović, l’appelle Jurišević – Zlatar, « O nekim muslimanskim », p. 122).
Enfin, il eût été intéressant que le nom de Mustafa Paşa ne parvînt pas jusqu’à Bašagić par voie livresque, mais par la tradition familiale – ce qui aurait signifié que ses ancêtres eussent consulté tôt ou tard un ouvrage où le nom de ce Mustafa Paşa apparût. Cela semble hautement improbable : Džambo ne mentionne pratiquement aucun musulman dans sa monographie sur le lectorat bosno-herzégovinien au xixe siècle, ce que l’on comprend aisément (Buchwesen in Bosnien). La seule éventualité, hautement spéculative, est que le père de Safvet-beg Bašagić l’eût appris d’Édouard de Sainte-Marie, drogman chancelier du consulat français à Sarajevo à la fin des années 1860 – mais rien ne prouve ni ne pousse à croire qu’ils se rencontrèrent. Sainte-Marie en effet mentionne Đurišević dans la monographie qu’il consacra à l’Herzégovine (L’Herzégovine, p. 30).

16 ćirković, Herceg Stefan, p. 113 et 237. Vego ne mentionne nulle part Vukman Jugović (Naselja bosanske srednjevjekovne države, notamment « Nevesinje » p. 80-81).

17 Mandić Studo, Gacko kroz vijekove, p. 272. Jugović est régulièrement aux côtés d’un personnage fameux de la cour herzégovinienne, le gost Radin, dignitaire de l’Église bosniaque – ce qui indiquerait, d’après les us diplomatiques de Kosača, que Vukman n’appartenait pas à ladite Église.

18 Truhelka, « Testamenat gosta Radina », n. 3 p. 370 ; Žerajić, « Nevesinje u 1874.-1875. godini », in Spomenica o hercegovčkom ustanku 1875. godine, p. 73 ; Mandić Studo, Gacko, p. 273 ; Dedijer, Hercegovina, p. 221.

19 Bešlagić, « Nevesinjski stećci », p. 97-122 ; Mandić Studo, Gacko, p. 273-5 ; Sergejevski, « Putne bilješke » ; Slijepčević, « Staro groblje po Gacku », p. 57-68.

20 Truhelka, « Tursko-slovjenski spomenici », p. 318.

21 Beg Bašagić s Nevesinja ravna, « Rodoljupke », Bosanska Vila 5 (1890), 19-20 (novembre), p. 289-290, poèmes 2 et 3.

22 Krstić, Indeks motiva, p. 449-450 et p. 489.

23 Voir, pour exemple, [Anonyme], « Epigrafske crtice », p. 72 ; Kemura, « Herceg Stjepan », p. 19-20 ; Radonić, « Herceg Stipan Vukčić Kosača », p. 406-414.

24 Dedijer, Hercegovina.

25 Gelez, Petit guide ; Kosanović, « Crte iz Bosne », p. 251-252 (constatation faite par le hodja Karabdić).

26 Sur les problèmes que suscitent un certain nombre de documents antérieurs à cette date, voir mon article « Les musulmans de Bosnie et d’Herzégovine », p. 86-106.

27 Hasandedić indique que c’est au début du xviiie siècle que les Bašagić se sont installés à Nevesinje, et ajoute que leur maison de maître (konak) remonte à cette époque précise (Muslimanska baština, p. 142).

28 Sur le contexte historique de l’installation à Nevesinje, voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie ».

29 Lešić, Pozorišni život Sarajeva, p. 32.

30 AHM OZ 1202, 1242 et 1249 (sans date) ; AHM OZ 1292 (25. djumada I 1247/1. XI.1831).

31 Nametak, « Bašaginica i Ljubovići », p. 389 (repris par Šimćik, « Svi su bezi », p. 39-40).

32 La datation de ce chant est un peu problématique. On y mentionne le « jeune » Osman Bey Recep Paşa-zade/Redžepašić. Silahşor d’Abdul Aziz de 1863 à 1874, Osman Bey doit être né entre 1835 et 1845, ce qui rejette la date de création du chant au plus tôt vers 1851, date inférieure de la vacance du poste de gouverneur civil de Nevesinje (occupé jusqu’à sa mort, en 1851, par son père Lutfullah Bey). Cependant, le vizir siège à « Travnik », et donc nous nous situons avant 1851 (date à partir de laquelle le vizir bosniaque siège à Sarajevo). Sachant qu’Osman Bey n’a quasiment pas vécu à Nevesinje et n’a pu avoir des prétentions au gouvernorat qu’un cours laps de temps après 1850, il faut penser que nous avons ici un chant composite, dont le noyau remonte aux années antérieures à 1851, et les personnages aux années ultérieures.

33 Ce personnage est absent de Kreševljaković, « Čengići », in Izabrana djela, p. 388-413 ; et de Bašagić, Znameniti Hrvati.

34 Narodno cvieće, copie du Musée territorial, Ms 20, p. 98-100. Pour un jeu de réponse sous la forme de traditions orales, voir Softić, Usmene predaje Bošnjaka, p. 300-301.

35 Voir les chants « 8. Smrt Pehlivana Ljubovića », « 22. Ljubović i njegova ljuba », « 37. Smail aga roba vodi », « 39. Pohvali se Odovića Mara », et « 67. Ljubovići i Redžepašići otimaju se za muselimat nevesinjski ».

36 Stojanović, Stari srpski zapisi III, no 6006 p. 462.

37 Voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie ».

38 Hrabak, « Zemljišne parcele », p. 34.

39 Bašagić, Znameniti Hrvati, p. 63. Pour davantage de détails, voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie ».

40 Dr. Bašagić, « Gazi Husrevbeg naše gore list », Zeman 1 (1911), 48 (28/12), p. 2.

41 Sur ce point, voir Gelez, « Les musulmans de Bosnie ».

42 Bešlagić, « Nevesinjski stećci », p. 97-99.

43 Kreševljaković « Dr. Safvet-beg Bašagić-Redžepašić », Spomenica, p. 15.

44 Nametak, « Marginalije », p. 102.

45 Zubac, Ovo sam ja, « Put na Zalom ».

46 AHM OZ 1238, date inconnue.

47 Hasandedić, Muslimanska baština, p. 145.

48 Kreševljaković, « Stari hercegovački gradovi », in Izabrana djela t. 2, p. 464 ; Bašagić, Znameniti Hrvati, p. 63.

49 Bašagić, Znameniti Hrvati, p. 16.

50 Les considérations sur les réformes qui suivent s’inspirent, dans leur généralité, de Lewis, Islam et laïcité, p. 72-118.

51 AHM OZ 1398, 1214/1799-1800. Il assura par trois fois le vizirat par intérim, au début et à la fin de 1790, ainsi qu’en juin 1797 (le vizir était parti étouffer une insurrection en Serbie) – voir Bašagić, Kratka uputa, p. 114-115 et 118-119 ; Bašagić, Znameniti Hrvati, p. 63.

52 AHM OZ 1228, sans date.

53 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 136 et 205, qui très certainement reçoit ce jugement moral de Safvet-beg Bašagić lui-même. Sur le caractère de Daut Bey, on trouve deux anecdotes assez frappantes chez [Osman-Aziz], « Alipaša Rizvanbegović-Stočević, vizir hercegovački » Mearif 1312 (1894-5), p. 108-113, qui ont été rapportées à Safvet-beg Bašagić par Hajdar Bey Čengić.

54 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 196 et 199. Osman Bey entretenait une correspondance suivie avec Daut Bey.

55 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 292 ; Miović- Perić, Na razmeđu, [pagination perdue].

56 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 136. Kreševljaković indique qu’une lettre des archives familiales écrite par Osman Bey Mušović à Daut Bey évoque cette affaire. Cependant, cette lettre n’existe pas aux Archives de l’Herzégovine à Mostar ; elle n’est pas non plus enregistrée dans l’inventaire Esih.

57 Bašagić, Kratka uputa, p. 120-1 ; Bašagić, Znameniti Hrvati, « Imšir paša Redžepašić », p. 34.

58 Il donna soixante-dix bourses de guruş pour s’échapper de Travnik (Bašagić, Kratka uputa, p. 131). Jovo Hadži-Besarović affirme que « Djelâluddin Paşa prit vingt bourses de thalers à deux Bašagić [comprendre ici Redžepašić], c’est-à-dire 20 000 de nos forints actuels ». Voir Bosanska Vila 1 (1886), p. 57-58.

59 En septembre 1828, ce fut à lui que s’adressa Smail Bey de Počitelj pour partir avec ses hommes à la défense de la forteresse d’Onogošt (cité fortifiée de Nikšić) – voir AHM OZ 1286, 1 rebiul I 1244/11. IX. 1828. On le retrouve en novembre 1829 s’enquérant, auprès des représentants du divan bosniaque, de la solde de ses hommes alors que seize d’entre eux doivent partir contre la Russie ; en effet, ce départ leur ouvre droit à une avance sur salaire (AHM OZ 1372, 17 joumada I 1245/14. XI. 1829 ; Kreševljaković, « Stari hercegovački gradovi », in Izabrana djela t. 2, p. 464).

60 AHM OZ 1328, 1249/1833-1834. Il semble avoir simultanément rempli les fonctions d’ayan de Nevesinje : c’est ce qu’on devine à lire Bašagić, Kratka uputa, p. 143.

61 Karpat, The Policitization of Islam, p. 93-94 et 317.

62 Kapidžić, Ali-paša Rizvanbegović, p. 33-44. Sur ce personnage, on peut consulter Alexandre Popovic, « Ridwān Begović », Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., t. 8.

63 Pamućina, Život Ali-paše, in Ljetopisi, p. 89. Sur le fez, voir Bašagić, Kratka uputa, p. 144 ; Lewis, Islam et laïcité, p. 94-95.

64 Kamberović, Husein-kapetan, p. 16 et 29.

65 [Osman-Aziz], « Alipaša Rizvanbegović-Stočević », p. 108-113. Propos de Hajdar Bey Čengić rapportés par Safvet-beg Bašagić. Voir aussi Bašagić, Kratka uputa, p. 140.

66 Je ne prendrai qu’un seul exemple : Joanikije Pamučina ne parle pas de lui après 1832, alors qu’il avait bien décrit son rôle avant cette date (Život Ali-paše, dans Ljetopisi, p. 101). L’un des rares à le situer au même plan que Čengić et Resulbegović est Tafro dans « Ko su bosansko-hercegovački muslimani », p. 21.

67 Bašagić, Kratka uputa, p. 142 ; Hadžijahić, « Die Kämpfe der Ajane », p. 159 ; Kamberović, Husein-kapetan, p. 49.

68 Pamućina, Život Ali-paše, in Ljetopisi, 75-131, p. 91 ; Šljivo, Bosna i Hercegovina 1827-1849, p. 141-142. Il ne se trouvait donc ni à Stolac (Kratka uputa, p. 143), ni à Nikšić (Čokorilo, Ljetopis Hercegovine, in Ljetopisi, p. 41).

69 Bašagić, Kratka uputa, p. 143.

70 Pour ce chiffre, voir Čokorilo, Ljetopis Hercegovine, in Ljetopisi, p. 42 ; Pamućina donne 12 000 (Život Ali-paše, in Ljetopisi, p. 91).

71 Čokorilo, Ljetopis Hercegovine, in Ljetopisi, p. 41-42.

72 Pamućina, Život Ali-paše, in Ljetopisi, p. 91.

73 Ibid.

74 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 408, qui reprend en fait Bašagić, Znameniti Hrvati, « Smail aga Čengić », p. 69-70.

75 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 408 ; Bejtić, « Popis konaka », p. 13.

76 Šabanović, Bosanski pašaluk, p. 95.

77 Bejtić, « Popis konaka », p. 13 (le seul à mentionner une telle récompense) ; et, entre autres Pamućina, Život Ali-paše, in Ljetopisi, p. 104.

78 Bašagić, Kratka uputa, p. 147 n. 1.

79 Bašagić, Kratka uputa, p. 156 ; on peut également se reporter à M. P. [?], témoin d’époque, qui affirme en 1898 que l’entourage de Rizvanbegović, tout en l’enviant, le courtisait peureusement (« Mostar prije i sada », Osvit 1 (1898), 9 (24/08), p. 1). On ignore quels liens familiaux obligeaient Lutfullah Bey vis-à-vis de Rizvanbegović.

80 Boué, Recueil d’itinéraires, t. II, p. 207-208.

81 AHM OZ 1369, 23 şaban 1263/6. VIII. 1847.

82 AHM OZ 1385, sans date.

83 Hadžibegić, Glavarina, p. 117.

84 Étymologie donnée par Kreševljaković, « Život Dr. Safvetbega Bašagić-Redžepašića », p. 272.

85 Bašagić, Znameniti Hrvati, « Edhem », p. 18 ; ibid., « Osman paša Redžepašić » p. 61. Cette étymologie est celle qui correspond à la nomenclature militaire ottomane pour la place qu’occupait probablement Lutfullah Bey à l’occasion de cette expédition. On ne trouve qu’à un seul endroit que Lutfullah Bey fut régulièrement chefs des ağa du kadılık de Nevesinje, et sachant qu’il cessa a priori d’exercer ces fonctions en 1836, je pense qu’il n’a véritablement porté ce titre, tout honorifique, qu’en 1840 (J. M. Č., « Ibrahim beg Bašagić », p. 2).

86 Tout comme pour le meurtre de Smail Ağa, les historiens musulmans et serbo-monténégrins imputent tantôt à Pierre II, tantôt à Ali Paşa la responsabilité des événements de 1843. Voir, de façon représentative, Gujić, « Kako su poubijani », p. 87-95 (qui fait porter toute la culpabilité sur Pierre II). J’ai adopté, parce qu’il me semblait le mieux documenté, le point de vue de Vojislav J. Korać (Trebinje II/1, p. 320-323), qui est aussi celui de Bašagić (Kratka uputa, p. 163).

87 Bašagić, Kratka uputa, p. 163.

88 Gujić, « Kako su poubijani », p. 91.

89 AHM OZ 1374, 1264/1847-1848. Je ne suis pas parvenu à identifier ce que représentait un « contrôleur » dans le droit successoral ottoman.

90 Skenderova, Ljetopis Bosne 1825-1856, in Ljetopisi, p. 215.

91 Šljivo, Omer-paša Latas, p. 98 (repris dans Šljivo, Bosna i Hercegovina 1849-1853, p. 135). Voir aussi Šišić (éd.), Bosna i Hercegovina za vezirovanja Omer-paše Latasa, p. 269.

92 Šljivo, Omer-paša Latas, p. 100 (repris dans Šljivo, Bosna i Hercegovina 1849-1853, p. 139).

93 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 299.

94 Mujezinović donne une reproduction du nishan de Lutfullah Bey dans sa monographie sur l’épigraphie islamique de Bosnie-Herzégovine ; la date de sa mort est bien 1267/1850-1851 et non 1269/1852-1853, comme on aurait pu le croire à la lecture de AHM OZ 1371 (Islamska epigrafika, t. III, p. 348).

95 Équivalences données d’après Pamuk, A Monetary History, p. 163.

96 AHM OZ 1385, non daté. Le total des biens s’élève, selon le cadi, à 69 970 guruş, ce qui est une erreur d’addition manifeste de sa part. En 1850-1851, une livre anglaise s’échange à hauteur de 110 guruş (Pamuk, A Monetary History, p. 191).

97 AHM OZ 1369, 23 şaban 1263/6. VIII. 1847.

98 Voir la fortune des Dženetić décrite par Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 361-368 ; voir également les fabuleuses richesses de Gradaščević, décrites par Muderizović dans « O blagu Husejin Kapetana Gradaščevića », p. 215-220 (repris sous forme de résumé dans Novi Behar l’année suivante, 2 [1928-1929], 1-2 [15/05/28], p. 9-10). Voir aussi Nagata, Materials on the Bosnian Notables, p. 12-143, ou encore Mazalić, « Popis zaostavštine », p. 223-236.

99 Dans l’ouvrage de Nagata, quelques inventaires après décès mentionnent des livres (parfois un Coran seulement, parfois aussi plusieurs Coran, d’autres fois encore des collections assez considérables de livres divers : 73, 124, voire 214 pièces – Materials on the Bosnian Notables, p. 12, 15, 20, 25, 50, 54, 59, 86-87, 109-110, 119-123). D’après le prix d’un Coran possédé par un imam décédé en 1847, qui s’élevait à 100 guruş seulement (p. 59), on peut penser que l’exemplaire de Lutfullah avait de la valeur – à moins que les estimations ne diffèrent beaucoup d’un lieu à un autre, ou d’un cadi à un autre.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search