Version classiqueVersion mobile

Safvet-beg Bašagić (1870-1934)

 | 
Philippe Gelez

Introduction

Texte intégral

1Cette monographie est l’édition, sous forme de livre, d’une thèse de doctorat en histoire qui a été soutenue le 20 juin 2006 à la Sorbonne. Le professeur Jean-Paul Bled en a suivi la rédaction de 2001 à ce jour, et MM. Henrik Heger, Tomislav Išek, Bernard Lory et Alexandre Popovic ont bien voulu siéger au jury de soutenance, sous la présidence de M. Paul-Louis Thomas. Le texte en a été légèrement modifié pour cette présente publication.

2La genèse en remonte à l’année académique 1999-2000, lorsque M. Henrik Heger, spécialiste de littérature médiévale et directeur de l’équipe de recherche « La culture croate et les échanges intellectuels internationaux », rattachée à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV), m’a proposé d’entreprendre des recherches en vue d’une étude monographique sur Safvet-beg Bašagić (1870-1934) [prononcer « Bachaguitch »]. Cette première année a abouti à la soutenance d’un mémoire comparatiste à Paris IV, intitulé sur ses conseils « De Nevesinje à Zagreb. Origines et années de jeunesse de Safvet-beg Bašagić ». Comme mes recherches prenaient progressivement une orientation essentiellement historique, il m’a ensuite dirigé sur le professeur Jean-Paul Bled, professeur d’histoire contemporaine à cette même université, sous la direction duquel j’ai soutenu, en juin 2001, un mémoire de D.E.A. intitulé « Un intellectuel entre Orient et Occident : Safvet-beg Bašagić (1870-1934) », là encore sur la suggestion de M. Heger, qui siégeait à ce nouveau jury de soutenance. Mes travaux de thèse se sont ensuite poursuivis avec M. Bled, qui m’a conseillé et aiguillé dans ma rédaction. L’ouvrage actuel représente l’achèvement de ces premières études ainsi que, souvent, leur importante reformulation.

3 Malgré la précision de son sujet, ce livre propose un cadre de réflexion et une méthode de travail pensés en référence avec l’ensemble de ce qu’on peut lire sur l’histoire des Balkans : en d’autres termes, la démarche biographique, appliquée à un musulman local, agrémentée de recherches généalogiques, ouvre de nouveaux champs de recherche pour l’ensemble du Sud-Est européen, voire de l’aire ottomane.

4En tant que telle, la Bosnie-Herzégovine n’a jamais suscité de véritable intérêt en Europe occidentale avant la fin du xixe siècle. Bien sûr, son nom apparaît dans les histoires de l’Empire ottoman dès le xviie siècle, et dans les récits des voyageurs dans la Turquie d’Europe ; plus tard, des historiens, tel Ranke (1795-1886), des militaires, tel Schimek (?- ?), des géologues, tel Boué (1794-1881), ou encore le personnel diplomatique de l’Empire napoléonien ont pu livrer leurs impressions aux plus curieux des bibliophiles, à la fin du xviiie siècle et au début du siècle suivant. C’est cependant la crise d’Orient, en 1875, qui marque le début véritable de la production à son sujet ; avec l’arrivée de l’Autriche-Hongrie aux rênes de l’administration provinciale en 1878, les articles et monographies se multiplient, en bonne partie grâce aux publications officielles du gouvernement territorial. Cependant, jusqu’en 1960, ce qui s’écrit de meilleur est à lire en serbo-croate ; les publications de qualité dans les autres langues sont rares, ou bien parce que les auteurs ne connaissent pas la langue locale, ou bien parce que ces livres ne sont que la vitrine de certains groupes politiques.

5À partir des années 70 et, surtout, depuis la guerre de 1992-1995, les livres se sont multipliés ; ce n’est qu’à l’heure actuelle que, la mode passant, la production retrouve un certain calme. Il serait fastidieux d’évoquer tous les ouvrages sur le sujet général de la Bosnie-Herzégovine ; on citera de mémoire les noms de Noel Malcolm (1956-) et ceux de John V. A. Fine Jr. (1939-) et Robert J. Donia (1945-) pour la langue anglaise, qui sont des tentatives de synthèse historique méritoire en ce qu’elles n’ont pour ainsi dire pas de prédecesseur ; en allemand, l’ouvrage le plus marquant est celui de Petar Vrankić (1947-), une volumineuse monographie sur les intrications du politique et du religieux durant la période austro-hongroise, très solidement documentée ; en français, c’est la synthèse originale de Thierry Mudry qui a le plus marqué. En bosniaque, croate ou serbe, on lit avec grand profit les excellentes monographies de Tomislav Kraljačić (1937-1993), Husnija Kamberović (1963-) et Zoran Grijak (1963-) (la liste de ces ouvrages se trouve en fin de volume).

6Safvet-beg Bašagić n’apparaît pour ainsi dire pas dans tout ce champ historiographique. Il y a plus : Bašagić était, jusqu’à récemment, un nom oublié par le grand public bosno-herzégovinien. Il apparaissait dans les encyclopédies, dans quelques articles spécialisés, mais ne figurait pas dans les manuels scolaires. Cependant, le personnage a connu une grande publicité depuis 1992, date de l’indépendance de la Bosnie-Herzégovine. Il semble donc revêtir une signification politique, dérangeante avant cette date, arrangeante ensuite.

7 En cherchant une monographie sur l’homme, le paradoxe éclate : jusqu’en 2006, il n’en existait aucune biographie complète, alors que les musulmans de Bosnie-Herzégovine le considèrent comme l’un des fondateurs de leur identité nationale. Cette année-là, Muhidin Džanko (1963-), professeur de littérature à la faculté de philosophie de Sarajevo, a publié un ouvrage de critique littéraire sur Bašagić, où il remet en perspective la « réception » du personnage ; mais il n’y a guère d’éléments historiques dans son livre, ce qui ne permet pas de juger vraiment du personnage. Il faut également citer la thèse inédite qu’a soutenue en 2004 Mme Lejla Gazić, chercheuse à l’Institut Oriental de Sarajevo, où l’on n’apprend cependant pour ainsi dire rien sur le personnage : l’essentiel du propos est une présentation souvent assez plate du travail d’orientaliste de Bašagić.

8Il est ainsi curieux de voir que Bašagić soit autant cité depuis que la Bosnie-Herzégovine est devenue indépendante, et que personne ne se soit aventuré à donner un aperçu véritablement synthétique de sa vie et de son œuvre. On subodore que son nom est porteur de valeurs qui peuvent bousculer un tant soit peu l’ordre des choses instauré depuis 1992. Dans cette mesure, il est tentant, pour un historien, d’éclaircir l’actualité par des recherches approfondies.

9Le cadre général de ces recherches est celui de la Bosnie-Herzégovine à une époque cruciale de son développement historique. C’est le moment où, sortant du giron de l’Empire ottoman dans lequel elle était restée quatre siècles durant, grosso modo de 1463 à 1878, elle a intégré l’Empire austro-hongrois. Ce basculement d’un empire oriental dans un empire centre-européen s’est opéré au moment du congrès de Berlin, en juillet 1878, où la monarchie danubienne a reçu le mandat d’occuper et d’administrer la Bosnie-Herzégovine.

10Une fois leurs provinces coupées d’Istanbul et occupées par un pouvoir « chrétien », les musulmans bosno-herzégoviniens se sont retrouvés dans une situation inédite et il leur a fallu fournir un important effort d’adaptation aux nouveautés religieuses, culturelles et économiques qu’a provoquées l’extension de la double monarchie sur leur territoire. Peu ont su réagir rapidement ; le père de Bašagić fut de ceux qui s’adaptèrent le mieux. Après avoir envoyé son fils dans les écoles coraniques traditionnelles, il le dirigea vers l’Obergymnasium de Sarajevo, ouvert par les Autrichiens, où l’enseignement était celui dispensé dans tous les gymnases de l’Empire habsbourgeois.

11Dans la plupart des généralités sur Bašagić, on trouve que sa formation intellectuelle et familiale se place ainsi sous le signe d’une conciliation entre européanisme et monde de l’islam. Il fait ses premières armes sur la scène publique comme poète lyrique, revendiquant une esthétique explicitement placée à la jonction de « l’Orient et de l’Occident », et se distingue par de très nombreuses traductions tirées du persan, de l’ottoman et de l’arabe. Ses idées sont modernistes : il proclame la nécessaire adaptation de l’islam aux conditions dictées par l’Europe en ce tournant de siècle et fonde une association ayant pour but de soutenir, par un système de bourses, la scolarisation à l’européenne des jeunes musulmans bosniaques.

12À travers les encyclopédies et autres ouvrages généraux, on contemple aussi de Bašagić l’image d’un orientaliste multiple : collectionneur de manuscrits, érudit étudiant les documents ottomans sur le passé de sa province, titulaire d’un doctorat ex linguis islamiticis de l’université de Vienne pour avoir étudié systématiquement les poètes ottomans d’origine bosniaque ou herzégovinienne. L’homme est encore connu pour avoir parlé de l’islamisation de la Bosnie et de l’Herzégovine : selon lui, les musulmans ses contemporains sont les descendants directs d’un groupe religieux spécifique de l’époque médiévale, les bogomiles, qui se seraient distingués des catholiques et des orthodoxes.

13On parle encore de Bašagić comme d’un penseur de la nation : mais tandis que certains en font le père du nationalisme bosno-musulman, d’autres le brandissent comme le propagateur de l’idée croate parmi les musulmans de Bosnie-Herzégovine. On ne sait quoi penser. Enfin, on mentionne, toujours brièvement, ses activités politiques en tant que président de la diète bosno-herzégovinienne, de 1910 à 1914.

14En résumé, la brièveté des notices encyclopédiques et le psittacisme de la presse médiatique interdisent toute représentation globale du personnage. En ce sens, et tout en saluant l’important travail conceptuel que Džanko a accompli et dont je me suis moi-même servi pour prolonger mes analyses, je remarquerai que les essais de ce critique littéraire pour problématiser l’apparition de Bašagić sur la scène historique sont significatifs. Bašagić veut-il une nation musulmane en Bosnie-Herzégovine, ou bien affirme-t-il que les musulmans appartiennent à l’ethnie croate ? À cette question, qu’il examine en historiographe et non en historien, Džanko donne plusieurs réponses, parfois incompatibles les unes avec les autres, car il ne connaît pas parfaitement l’ensemble des œuvres de Bašagić. On peut même dire qu’il ne l’a pour ainsi dire lu qu’à travers les yeux de la critique et connaît mal sa vie et son œuvre. Derrière cette problématique nationaliste, formulée par Bašagić lui-même en son temps, Muhidin Džanko est entre autres avide de découvrir si les musulmans bosno-herzégoviniens sont un peuple capax Europæ, capable de suivre un processus d’intégration à l’Europe, avec ses si fameuses caractéristiques : démocratie, civilité, rationalité, esprit critique.

15Lorsqu’on problématise Bašagić, on le fait ainsi dans la perspective où lui-même s’envisageait. La problématique n’a pas changé en l’espace de cent ans et n’a pas replacé l’homme dans un passé révolu. Si l’on suit en détail les divers avatars interprétatifs qu’a traversés notre homme de 1934 à 2005, on s’aperçoit que dans l’intervalle, les diverses formulations par lesquelles il a été présenté se résument à cette même visée nationaliste et européaniste, en un mot moderniste.

16 Tout en reprenant cet héritage, il est nécessaire de revisiter la vie et l’œuvre du personnage. Son opus politique a été mal étudié dans son ensemble, et c’est à partir de lui, plutôt qu’à partir de la dimension littéraire de Bašagić, qu’il faut partir pour saisir les enjeux dans lesquels il se plaçait. C’est cette dimension idéologique, ce désir du politique derrière ses actions et ses œuvres, qui représentent le cœur de cette étude.

17Il est nécessaire de rappeler, d’abord, que la politique locale a été principalement gouvernée par la question nationale durant la vie de Bašagić. La Bosnie-Herzégovine a été touchée par les mouvements nationalistes croates et serbes de façon particulière, puisqu’ils revendiquaient tous les deux la région comme partie intégrante de l’État qu’ils tendaient à construire. La Bosnie-Herzégovine représentait donc un terrain de concurrence pour eux. Dans ce cadre, les musulmans occupaient une situation stratégique, car en se déclarant du côté serbe ou croate, ils permettaient aux uns ou aux autres de remporter le trophée. La pression à laquelle les soumettait cette compétition est allée grandissant depuis 1878 jusqu’à la seconde guerre mondiale.

18Sommés de prendre position, les musulmans ont diversement répondu. La réponse de Bašagić est, dans ce processus, fondamentale en ce qu’elle conditionnera les réponses de ses successeurs. Or, le bey n’est pas clair dans son orientation. On peut distinguer, a priori, deux contradictions chez lui : d’une part, il se déclarait lui-même Croate et, simultanément, il a délimité les grands thèmes d’un nationalisme bosno-musulman tout à fait indépendant de la Croatie. Invoquer une « dimension croate » semblerait, dans une certaine mesure, satisfaisant, mais le concept n’est pas opérant à tous les moments de son existence — ou alors il faudrait jeter le manteau sur la période 1906-1908-1910, qui serait une sorte de traîtrise de ce point de vue. D’autre part, il a essayé de définir une nation bosno-musulmane qui s’affranchirait de toute référence directe à l’islam, c’est-à-dire qu’il a essayé de définir une population historique déjà formée nationalement avant son islamisation et que cette islamisation n’aurait pas affectée dans son essence. Ici, la contradiction ne trouve guère de solution à première vue.

19Quoiqu’il en soit, afin que ces tensions internes au personnage ne soient plus contradictoires, il est nécessaire de mener une analyse à travers de nouvelles catégories. Une remise en perspective socio-historique donne des éclairages intéressants et neufs. En considérant Bašagić dans la lignée de sa famille, son apparition sur la scène historique se comprend mieux. On tire en effet deux enseignements principaux du passé familial.

20Primo, Bašagić appartient à une famille de beys, c’est-à-dire de notables musulmans dont la fortune et le renom sont liés à l’enracinement dans un terroir et à la possession de la terre ; sa pensée et son œuvre sont donc conditionnées par la situation agraire bosno-herzégovinienne. Lorsque les Austro-Hongrois arrivent dans la province, il y a un pouvoir politique local qu’il leur faut ménager et qui prétend, à son tour, s’égaler avec le modèle aristocratique en vigueur dans la double monarchie en s’identifiant à sa noblesse. Or, les hommes qui le composent appartiennent pour ainsi dire tous à la communauté musulmane ; et le réflexe des Austro-Hongrois comme le leur est de mettre en avant cette appartenance religieuse. Mais il est bien connu que l’islam ne connaît pas de noblesse au sens où nous l’entendons ; l’Empire ottoman ne fait pas exception à cette règle. Bašagić propose alors une définition laïque, anticléricale du beylicat, alignant profession de foi libérale sur credo anticonformiste.

21Secundo, on constate que Bašagić entretenait d’excellents rapports avec son père, qui l’a fortement influencé dans ses choix littéraires et politiques ; or, les contextes historiques dans lequel les deux hommes ont évolué étaient radicalement différents. Bašagić fils a voulu, sous bien des aspects, cultiver une survivance ottomane dans la Bosnie-Herzégovine de l’après-1878, s’empêchant par là de définir clairement des idées adaptées au contexte européen dans lequel il était lui-même plongé. Par exemple, les réponses que Bašagić a données aux problèmes suscités par la modernité s’inspiraient des mouvements réformateurs qui avaient cours dans l’Empire ottoman avant 1878 et après cette date. Certes, ces mouvements s’inspiraient de l’évolution culturelle occidentale, mais les prendre en exemple revenait à y trouver les réponses indirectes à un problème qui, après 1878, se posait directement aux habitants de la Bosnie-Herzégovine. Ainsi, l’émulation de Bašagić vient pour une bonne part de son père, qui a probablement connu et, en tout cas, admiré quelques acteurs de premier plan de ces mouvements, tel Namık Kemal (1840-1888). Bašagić a lui-même appelé à une renaissance nationale des musulmans bosno-herzégoviniens : le concept semble être repris du romantisme croate, en particulier, et des éveils nationaux centre-européens en général. Sans démentir ce fait, la lecture de ses textes montre cependant qu’il prend tout d’abord exemple sur le romantisme ottoman des années 1840-1870, qui a lui-même fait grand usage de cette idée. Dans cette perspective, l’étude d’un personnage comme Safvet-beg Bašagić rejoint celle des personnalités d’Ismail Gasprinsky (1851-1914), Tatare de Crimée, Ali Hüseyinzade (1864-1941) et Ahmet Agayev (1869-1939), deux Azéris, ou encore le Tatare Yusuf Akçurâ (1876-1935) – quatre noms fondateurs du nationalisme turc. Non qu’il en partage les idées, mais ils appartiennent à une génération de musulmans ottomans qui a œuvré à la réflexion nationale du monde islamique à leur époque.

22C’est donc le développement historique du beylicat bosno-herzégovinien qui fournit la clé de lecture définitive du destin de Bašagić. Un personnage comme celui-ci manifeste le dernier sursaut d’une « noblesse » sur le déclin et qui s’essaye une nouvelle vie, « une renaissance », en lançant le programme d’une culture entre Orient et Occident. C’est là l’interrogation majeure que soulève l’apparition de Bašagić sur la scène de l’histoire bosno-herzégovinienne, ottomane et centre-européenne.

23 Afin de mieux faire saisir ces modifications de point de vue, je prendrai l’exemple du titre que j’ai donné à cet ouvrage. J’ai en effet choisi la formule : « aux racines intellectuelles de la pensée nationale chez les musulmans de Bosnie-Herzégovine ». Ce syntagme un peu compliqué reprend en réalité une première formule, qui avait servi d’hypothèse de départ, en la complexifiant : « aux racines du nationalisme bosno-musulman ». Que reflète cette complexification ? Tout d’abord, « pensée nationale » plutôt que « nationalisme » exprime que Bašagić n’a pas formulé directement le nationalisme bosno-musulman. Il en a donné la possibilité, mais ne l’a pas exprimé clairement, de façon tout à fait positive ; les éléments qu’il met en place sont autant de briques qui peuvent entrer dans l’édification de telle ou telle identité nationale, que ce soit le nationalisme bosno-musulman ou le nationalisme croate de l’entre-deux-guerres. D’autre part, l’adjectif « intellectuelles » reflète que Bašagić se place dans un certain champ d’action, qui n’est pas celui, à proprement parler, de la religion ou de la science, par exemple. Le mot « racines » a été conservé car les recherches ont confirmé que Bašagić était un initiateur sans avoir, pour autant, immédiatement porté des fruits.

24Cette relecture du personnage demande des recherches approfondies en archives. Quels sont les fonds où il apparaît ? Il en existe trois principaux : ses papiers personnels aux Archives historiques de Sarajevo, les papiers de famille aux Archives de l’Herzégovine à Mostar, les documents administratifs conservés aux Archives de Bosnie-Herzégovine à Sarajevo.

25Le fonds d’archives le plus simple à exploiter, et le plus simple dans son histoire, est ce dernier. L’essentiel de la période austro-hongroise y est subdivisé en quelques groupes ; chaque pièce était enregistrée sur des protocoles chronologiques quelques jours après sa consultation ; à la fin de l’année, l’ensemble était indexé par vedettes patronymiques et thématiques. Après divers allers-retours entre Sarajevo, Belgrade et Vienne, motivés par les fluctuations politiques de l’après-1918, Sarajevo a définitivement récupéré ces documents précieux pour l’histoire de la Bosnie-Herzégovine. Inévitablement, certains se sont néanmoins perdus. Par exemple, dans le fonds de la présidence du ministère commun des Finances, beaucoup de pièces concernant Bašagić ne sont plus en place, spécialement pour les années 1911-1912. Mme Mina Kujović, archiviste qui m’a efficacement secondé dans mes recherches, a fait remarquer que ce cas n’était pas fréquent et en a conclu que je n’étais peut-être pas le premier à avoir travaillé sur Bašagić. Mon éventuel prédécesseur n’a jamais fait paraître ses travaux, à ma connaissance.

26Rapports divers, pièces administratives, correspondance privée entre le ministre commun des Finances (spécialement Béni von Kállay, 1839-1903) et les administrateurs locaux : la nature des documents de ces fonds est variée ; le nom de Bašagić y apparaît très peu au regard d’autres personnages, dont les historiens ont pourtant jusqu’ici jugé qu’ils occupaient une place moins importante que lui dans le développement du pays. Ont été tout particulièrement examinés les cartons de la présidence du ministère commun des Finances (Gemeinsame Ministerium der Finanzen – Präsidial), de la présidence et des varia de l’administration territoriale (Landesregierung – Präsidial et General), et de la correspondance privée (Privat-Registratur).

27Dans ces archives se trouvent également les cartons des divers gouvernements qui se sont succédé en Bosnie-Herzégovine dans l’entre-deux-guerres. Dès le début de la période 1918-1941, cependant, on s’aperçoit que le nom de Bašagić n’apparaît plus du tout. N’ont ainsi été examinés que les cartons du conseil populaire du royaume des Serbes, Croates et Slovènes (1918-1919).

28Dans cette même institution se situent enfin des fonds plus divers, entre autres ceux des associations Gajret (« L’Entraide ») et Napredak (« Le Progrès »), auxquelles Bašagić a été étroitement lié ; mais leur consultation s’avère décevante. Dans un cas, celui de l’association Gajret, la pauvreté du fonds s’explique par sa destruction partielle au cours de la guerre de 1992-1995, et par sa dislocation.

  • 1 Krunoslava Lovrenović et al., Arhiv Napretka. Analitički inventar (2004), p. 14 (catalogue ronéotyp (...)

29Dans l’autre, on pouvait s’attendre à trouver davantage de pièces concernant Bašagić. En effet, la collection historico-culturelle de Napredak a recueilli en 1931 et 1934 presque tous les papiers personnels de Bašagić par l’entremise d’un de ses meilleurs amis, Ivan Milićević (1868-1950). Cependant, l’association a été dissoute en 1949, et ses archives sont passées immédiatement au conseil des associations culturelles de Bosnie-Herzégovine (Savez kulturno-prosvjetnih društava BiH), qui les a ensuite redonnées aux Archives d’État de Bosnie-Herzégovine en avril 1954 – constatant qu’elles étaient incomplètes et non cataloguées1.

  • 2 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 136 (= AHM 1208 ? (...)
  • 3 Hadžijahić, « Die Kämpfe der Ajane », p. 123-181. Tout en affirmant qu’ils se trouvent chez Enisa B (...)

30Dans les papiers de Milićević, on ne trouve pas grand-chose sur notre homme. La plupart des papiers de Bašagić ont quant à eux été récupérés, dans des circonstances imprécises, par ses descendants, et qui ne nous sont pas tous parvenus. Ainsi, chez Mme Enisa Bašagić Knežić, sa fille, on trouvait en 2003, outre bien sûr quelques objets personnels, des listes de documents dont je n’ai trouvé trace nulle part. Quant à ceux qui ont été conservés, certains l’ont été par elle, d’autres sont passés aux Archives historiques de Sarajevo sans que les raisons de cette cession se laissent clairement cerner, les derniers enfin ont été rachetés par les Archives de l’Herzégovine de Mostar – voici à peu près dans quelles circonstances : Bašagić avait recueilli de son père et de sa famille une collection de documents familiaux remontant à l’époque ottomane, tous rédigés en ottoman, dont il avait fait don en 1933 à la collection historique de Napredak. Lorsque cette association fut dissoute après la seconde guerre mondiale, ce fut Mme Bašagić Knežić qui la récupéra et en laissa disposer divers historiens, notamment Hamdija Kreševljaković (1890-1959)2 et Muhamed Hadžijahić (1918-1986)3. Avait alors cours un système de signatures que je n’ai pas repéré, mais j’ai pu identifier les pièces utilisées par la comparaison avec les contenus.

  • 4 Sulejman Bajraktarević a travaillé de 1948 à 1965 à la collection orientale de l’Académie, et a con (...)

31Dans les années 1960, certains enfants de Bašagić rencontrèrent des difficultés financières. Par l’entremise de son mari, originaire de Mostar et qui conservait dans cette ville des relations influentes, Mme Bašagić Knežić proposa donc aux archives de l’Herzégovine le rachat de ces documents. À l’Académie yougoslave des sciences et des arts de Zagreb, une commission d’experts fut mise sur pied, à laquelle participèrent l’archiviste Ivan Esih (1898-1966) et l’orientaliste Sulejman Bajraktarević (1896-1977)4 pour estimer la collection. À cette occasion, un inventaire détaillé qui reprenait, en le traduisant de l’ottoman, le contenu essentiel de chaque pièce, fut rédigé et reprographié ; une copie est en possession de Mme Bašagić Knežić, que j’ai heureusement pu consulter car l’original et les autres copies semblent avoir disparu.

32Les Archives de l’Herzégovine rachetèrent la collection Bašagić 3 500 dinars ; c’est M. Šaban Zahirović qui, durant la guerre de 1992-1995, en a ordonné le fonds en résumant très brièvement, dans le catalogue manuscrit de l’institution, l’inventaire détaillé d’Esih. Il en a publié une partie dans un numéro de la revue Hercegovina (Herzégovine). Les nouvelles cotes qu’il a apposées ne reprennent pas les documents selon le même ordre que celui d’Esih ; quelques documents enregistrés ne se trouvent pas dans les cartons, et trente-six pièces de l’inventaire d’Esih n’apparaissent pas dans son inventaire.

33En l’occurrence, cette collection ottomane permet de retracer en détail la vie des ancêtres ottomans de Bašagić ; elle n’a donc qu’un caractère secondaire par rapport au sujet de cet ouvrage, hormis lorsqu’il s’agit de retracer la carrière de Bašagić père.

34 Les inventaires d’Esih enregistrent également des pièces que l’on retrouve aux Archives historiques de Sarajevo ; mais dans cette institution se trouvent une production manuscrite et une correspondance insoupçonnable à partir de ces seuls inventaires, et dont il est quasiment impossible d’expliquer la présence dans cette institution. Il y a là de quoi retracer avec précision la formation de Bašagić, de nombreux brouillons, carnets et notes, des coupures de journaux le concernant ou qu’il a lui-même collectionnées, enfin tout un échange épistolier où manque la part de Bašagić. L’ensemble est intéressant et exceptionnellement riche pour un homme de cette époque et de cette région, qui plus est musulman. Les cinq cartons qui composent le fonds ont été plus ou moins bien rangés, suffisamment pourtant pour une exploitation rapide.

  • 5 Milićević, « Nešto o javnom životu », p. 291.

35Notons tout de suite que ces documents ne représentent qu’une maigre part de l’arrière-texte bašagićien, ainsi qu’en témoigne Ivan Milićević en 19315. Ils suffisent cependant à définir un dernier champ de recherches en archives : retrouver la trace des lettres que Bašagić a envoyées à ses correspondants, croates en particulier. Les archives de Croatie ne recèlent rien d’extraordinaire d’un point de vue quantitatif, mais on trouve quelques perles rares (textes refusés de publication) aux Archives de l’Académie des sciences et beaux-arts de Croatie (département de littérature), et quelques documents aux Archives d’État de Croatie pour définir ses activités au sein de la Société littéraire croate (Matica Hrvatska).

36Enfin, la lecture de certains livres a conduit à consulter certaines pièces de façon isolée dans le fonds du Comité régional de Sarajevo aux Archives de la Fédération, aux Archives de l’Académie des sciences et beaux-arts de Bosnie-Herzégovine, aux Archives du musée territorial de Bosnie-Herzégovine, enfin aux Archives de l’Académie des sciences et beaux-arts de Serbie.

37Puisqu’il fallait éviter de présenter l’homme par ses idées, tous les matériaux ont été traités de façon systématiquement chronologique, et non thématique. Une conséquence en est ma volonté d’orthographier différemment les titres des musulmans selon qu’ils ont principalement vécu avant ou après 1878 : Bašagić père s’appelle Ibrahim Bey, son fils Safvet-beg. En effet, l’usage des patronymes diffère de l’empire ottoman à celui des Habsbourg, facultatif dans le premier, obligatoire dans le second. Ibrahim se voit donc affublé de son titre selon la transcription d’usage en France au xixe siècle pour parler des notables ottomans en général, tandis que Safvet a le droit à l’orthographe (phonétique, selon la prononciation bosniaque du mot « bey ») qui eut cours la majeure partie de sa vie, fixée par les Austro-Hongrois.

38 Fallait-il, avant d’aborder l’étude de Bašagić, se renseigner le plus précisément possible sur les diverses définitions que l’on a données du nationalisme ? Certainement ; mais là encore, les théories trop poussées s’avéraient inutiles : ce qui comptait avant tout, c’était de décrire l’homme et ses décisions à travers ses propres textes. Afin de se laisser une marge de manœuvre confortable, le biographe opte donc pour une définition minimale : le nationalisme est une idée qui prétend motiver le rassemblement politique d’hommes sur la base d’une communauté de valeurs. En d’autres termes, l’existence d’un peuple (communauté humaine partageant les mêmes valeurs) est un prérequis pour que naisse une nation (rassemblement politique). Le point exige qu’on y porte attention : selon la position qu’on adopte, on interprètera différemment certains mots de sens délicat. Ainsi, au xixe et au début du xxe siècle, quelle est la valeur du substantif narod ? Est-ce un « peuple », ou déjà une « nation » ? Le mot nacija (« nation ») n’a pratiquement pas cours à l’époque, et Bašagić ne l’utilise pour ainsi dire jamais. Narod a donc une position de monopole, et la traduction demande à ce que l’on tranche sur la signification en contexte – ce qui ne laisse pas d’être parfois délicat.

39Corollairement, d’autres termes exigent un commentaire préalable. Comment appeler la langue parlée en Bosnie-Herzégovine ? Reprendra-t-on la tradition française, qui étudie le « serbo-croate », considérant une unité linguistique à peu près irréfutable, mais gênante pour certains parce qu’elle évoquerait la Yougoslavie, ou la prééminence des uns sur les autres ? Ou bien choisira-t-on de parler d’une langue bosniaque, sachant qu’elle n’a existé officiellement que quelques années à la fin du xixe et au début du xxe siècle, et depuis 1992 ? C’est cette seconde solution, plus commode, qui a ici prévalu, afin d’éviter toute discussion qui sortirait du cadre proprement dit de cette étude. Autre problème : en bosniaque, on utilise deux termes pour désigner les habitants de la Bosnie-Herzégovine, Bosanac et Bošnjak. S’il est à peu près reconnu que le premier n’a de valeur que géographique, les discussions s’éternisent pour savoir si le second a également une portée nationale. Afin de simplifier les choses, j’ai suivi la coutume française qui est d’employer un seul appellatif, Bosniaque – quoique dans certains ouvrages, récents et anciens, on puisse lire aussi Bosnien. Dans mon travail, j’utilise ainsi parfois l’adjectif « bosniaque » pour désigner aussi l’Herzégovine : mais c’est au sens administratif, et non national du terme. Je n’ai employé le terme de Bochniaque, qu’on retrouve parfois actuellement et qui fait référence à la nation composée par les musulmans de Bosnie-Herzégovine, que pour parler de leur identité depuis l’indépendance de 1992.

40L’un des principaux problèmes de l’historien est ainsi celui du nom des différents groupes qui habitent en Bosnie-Herzégovine. Il est hors de question de rentrer dans des débats sans fin ; il a fallu trancher, et les désigner par le seul aspect religieux – prédominant dans la population jusque dans les années 1910. On ne parlera donc pas de Croate de Bosnie, mais de représentant de la communauté bosno-catholique ; on lira « bosno-orthodoxe » plutôt que « Serbe de Bosnie » ; enfin, c’est le destin de la communauté bosno-musulmane dont il s’agit ici, et non des Musulmans ou Bochniaques. Ces appartenances religieuses ont en effet été le préalable à toute construction nationale dans le sens croate, serbe ou autre ; puisqu’elles n’ont pas réussi à faire l’objet d’un consensus encore, nous laisserons le soin aux avertis de dire le dernier mot à ce sujet.

41Pour nous, nous développerons la vie de Bašagić en examinant tout d’abord la formation de son père et ce que notre homme en a reçu alors qu’il était encore enfant ; nous verrons alors que son nationalisme était comme nécessairement lié à une réflexion de type orientaliste, c’est-à-dire qu’il pense l’identité bosno-musulmane à travers le prisme de l’Europe. C’est à partir de là qu’il a essayé de promouvoir une culture propre à la communauté bosno-musulmane, par le biais de son action politique, sans succès immédiat.

42Mais avant de rien développer, je veux remercier toutes les personnes qui m’ont aidé dans la rédaction de ce travail, tout en soulignant par avance que je suis le seul responsable des idées qui y sont exposées. Mes remerciements vont tout d’abord à M. Henrik Heger, qui en est à l’origine et m’a fourni quelques clés de compréhension essentielles pour aborder le personnage de Safvet-beg Bašagić ; je les adresse aussi tout particulièrement à M. Jean-Paul Bled, qui m’a guidé par sa relecture patiente et ses précieux conseils ainsi qu’à M. Edi Milos, qui m’a beaucoup aidé, par ses remarques constructives et sa serviabilité : qu’il en soit chaleureusement remercié. J’ai une dette immense envers tous ceux qui m’ont fait part de leurs diverses critiques en vue d’améliorer mon texte : Alexandre Popovic, Bernard Lory, Zlatko Hasanbegović et particulièrement Nathalie Clayer. Et qu’aurait été ce travail sans le précieux témoignage et l’amabilité confondante de Mme Enisa Bašagić Knežić ? La contextualisation subjective de cette thèse lui est redevable de beaucoup.

43J’ai également une pensée reconnaissante pour les archivistes qui m’ont obligeamment rendu service, et sans les conseils desquels je n’aurais su me débrouiller dans les méandres de leurs institutions : Mme Mina Kujović ainsi que MM. Šaban Zahirović et Fahrudin Kulenović, aux Archives de la Fédération de Bosnie-Herzégovine ; M. Enes Čelebić aux Archives de l’Herzégovine ; et le regretté Mustafa Dervišević, aux Archives historiques de Sarajevo. De même, mesdames Đenana Buturović, directrice, Olga Lalević et Andrea Dautović, bilbiothécaires, m’ont précieusement épaulé dans mes recherches, malgré les conditions matérielles très difficiles que traverse l’institution où elles travaillent : le musée territorial de Sarajevo. En les mentionnant, je n’oublie pas non plus le directeur de l’Institut d’histoire de Sarajevo, M. Husnija Kamberović, qui a été d’une rare obligeance à mon endroit. J’ai également une pensée reconnaissante pour les diverses institutions qui m’ont ouvert leur bibliothèque (Gazi Husrev-begova Biblioteka, Bošnjački Institut, Leksikografski Zavod « Miroslav Krleža »). Je veux également mentionner ceux qui m’ont introduit dans les méandres de la vie bosno-herzégovinienne : je pense à la famille Selimanjin, à Čapljina comme à Sarajevo.

44Enfin, mes dernières pensées vont à mon épouse, qui m’a beaucoup soutenu ; sans elle, le courage m’aurait fait défaut à de trop nombreuses reprises. C’est à elle et à nos enfants que je dédie ce livre.

Notes

1 Krunoslava Lovrenović et al., Arhiv Napretka. Analitički inventar (2004), p. 14 (catalogue ronéotypé interne aux Archives de la fédération de Bosnie-Herzégovine).

2 Kreševljaković, « Kapetanije u Bosni i Hercegovini », in Izabrana djela. t. 1, p. 136 (= AHM 1208 ?), p. 199-200 (référence à l’ensemble des archives), p. 221 (= AHM 1236), p. 297 (= AHM 1243) ; Kreševljaković, « Stari hercegovački gradovi », ibid. t. 2, p. 464 (= AHM 1302, 1244, 1250).

3 Hadžijahić, « Die Kämpfe der Ajane », p. 123-181. Tout en affirmant qu’ils se trouvent chez Enisa Bašagić Knežić, Hadžijahić cite, p. 143 n. 57 et p. 147 n. 79, un mahzar des habitants de Sarajevo contre Derendeli et la réponse donnée par la Porte à cette protestation. Ces deux pièces n’ont pas été repérées, ni non plus le document du 5-20 mars 1816 qu’il cite p. 156 n. 116. Les autres documents qu’utilise Hadžijahić portent désormais les signatures suivantes : p. 146 n. 69 (= AHM 1242), p. 154 n. 113 (= AHM 1243) et p. 158 n. 127 (= AHM 1253).

4 Sulejman Bajraktarević a travaillé de 1948 à 1965 à la collection orientale de l’Académie, et a continué à participer à ses activités de façon honoraire de 1965 jusqu’au milieu de l’année 1969. Voir M. Traljić, « Sulejman Bajraktarević », p. 277.

5 Milićević, « Nešto o javnom životu », p. 291.

© École française d’Athènes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search