Version classiqueVersion mobile

La fabrique communautaire

 | 
Mathieu Grenet

Épilogue. « Qui est Grec ? » (2)

Texte intégral

  • 1 MGAE, 1836, AAK Β 2, Διάφορα Ιανουάριος (15-31), n.n., Panagiotis Pallis à Rizos-Neroulos, 27 décem (...)

« Loin de la Grèce je l’aime en véritable Hellène ».
Panagiotis Pallis, consul de Grèce à Livourne1

Vers une reconfiguration du lien national

  • 2 Othon étant mineur en 1832, le gouvernement est assuré jusqu’en 1835 par un Conseil de Régence comp (...)
  • 3 La première modification de ces frontières intervient en 1864, avec le rattachement des îles Ionien (...)
  • 4 Sur ce point, voir Vogli 2007 ; Kitroeff 1997, p. 278 ; Prévélakis 1996, p. 31.

1L’assassinat de Capodistrias, le 9 octobre 1831, marque le début d’une nouvelle donne politique pour la Grèce : sous l’impulsion de ses trois « puissances protectrices » (Russie, France et Angleterre), celle-ci devient en 1832 une monarchie héréditaire, dont la couronne échoit à Othon de Wittelsbach (1815-1867), fils du roi Louis ier de Bavière2. Parallèlement, l’indépendance de la Grèce, reconnue unilatéralement par les trois puissances lors du protocole de Londres (3 février 1830), est entérinée par l’Empire ottoman lors du Traité de Constantinople (21 juin 1832). Ce traité établit aussi ce que seront les frontières de la Grèce durant les trois décennies suivantes3 : le jeune royaume comprend alors le Péloponnèse, l’Attique, la Grèce Centrale et les Cyclades, pour une population évaluée à quelques 800 000 habitants – soit un cinquième des quatre millions de Grecs jusqu’alors sujets de l’Empire ottoman. Pour les Grecs de la diaspora, cette nouvelle donne politique marque donc une double rupture. D’une part, parce que se trouve définitivement entérinée l’existence d’un État grec jusqu’alors placé sous le signe du provisoire et de l’instabilité. D’autre part, car cet État se retrouve confiné à un territoire ne comprenant pas les régions dont la plupart d’entre eux sont originaires – notamment l’Épire, les îles Ioniennes et l’île de Chio. Cette double rupture se traduit aussi, dans le langage politique de l’époque, par une double aliénation : dans leur grande majorité, les Grecs de la diaspora sont désormais qualifiés tour à tour (et souvent indistinctement) d’« hétérochtones » (ετερόχθονες) et de « nationaux expatriés » (ομογενείς)4.

  • 5 Échinard 1973, p. 287.
  • 6 Voir par exemple ANG, K 77 α, Αρχεία Δημήτρης Σταμ. Μπουντούρης, n° 33, Petros Deligiannis à Demetr (...)
  • 7 ASL, Chiesa greca non unita…, IV/168, p. 86, Les représentants de la Santissima Trinità aux frères (...)
  • 8 F. Strong, Greece as a Kingdom ; or, a Statistical Description of that Country, from the Arrival of (...)

2Nombre d’historiens ont souligné le fait que la plupart des négociants de la diaspora grecque regardent alors le jeune État comme une nation troublée, et qui ne représente au final qu’une part restreinte de leurs affaires commerciales5. De fait, on ne compte pas les témoignages du mécontentement qui s’exprime à l’encontre de la nouvelle élite grecque, majoritairement constituée de la suite bavaroise d’Othon6, tandis que l’on imagine aisément les réticences de nombre de Grecs de la diaspora, après des années passées dans une Europe toujours plus libérale, à s’installer dans ce qui est alors une monarchie absolue et de droit divin. Que ce soit par patriotisme, par ambition ou par pragmatisme, certains négociants partent pourtant s’installer en Grèce, où il n’est pas rare de les voir représenter les intérêts de leurs compatriotes restés à l’étranger. Ainsi du négociant Emmanouil Mestanis, épitrope de la confrérie grecque-orthodoxe de Livourne en 1827-1828, que l’on retrouve une décennie plus tard en qualité de « procureur » à Athènes des consuls de Grèce à Venise et à Marseille, Georgios Tzetzos et Georgios Tzitzinias7. Quant au philhellène de Livourne Spiridione Balbi, auteur en 1833 d’une Description topographique du nouvel État indépendant de la Grèce et des frontières qui lui conviennent, on le retrouve en 1841 au poste de consul de Toscane à Athènes8. Ces trajectoires individuelles, tout comme le constat d’une « double distance » vis-à-vis de l’État grec, ne sauraient pourtant faire oublier l’essentiel : en l’occurrence, que le rattachement des Grecs de la diaspora au nouveau projet national est bien loin de constituer cette synthèse « naturelle » qu’a pu décrir une historiographie souvent prompte à épouser de manière téléologique le programme et les discours de cet irrédentisme qui dominera la vie politique grecque depuis le milieu du xixe siècle jusqu’à l’entre-deux-guerres.

  • 9 Apostolos Papaioannou mentionne l’existence, dans la bibliothèque de la comunità Greco-Orientale di (...)
  • 10 MGAE, 1834, 37/8, Προξενεία της Ελλάδος είς Τεργέστην, n.n., Auguste de Henikstein (consul de Grèce (...)
  • 11 AIHV, A 3 K 14, f° 164r, Georgios Tzetzos (consul de Grèce à Venise) à Giovanni Papadopoli (Guardia (...)
  • 12 F. Bisazza, Inno cantato dal gran sacerdote nella chiesa dei greci S. Nicola di Messina, il primo g (...)
  • 13 AIHV, A 3 K 14, f° 178v-179r, « Memoria », 14/26 janvier 1837.

3Distance ne signifie pas rejet, et les Grecs de la diaspora adoptent (au moins durant les premières années du règne d’Othon) une position pour le moins ambivalente à l’égard du nouvel État. D’une part, certaines colonies manifestent une allégeance collective à la figure du nouveau souverain, adoptant pour l’occasion un registre d’expression politique proche de celui des « nations » européennes dans le Levant au siècle précédent. C’est par exemple le cas de Trieste, où circulent divers textes à la gloire d’Othon9, et où le consul de Grèce donne en 1834 un Te Deum dans l’église orthodoxe pour le dix-neuvième anniversaire du roi10. L’année suivante, c’est au tour du consul de Grèce à Venise de faire donner en son honneur une messe en l’église de San Giorgio dei Greci11, quelques semaines avant que les Grecs de Messine ne commémorent dans leur église de San Nicola le vingtième anniversaire du souverain (qui marque aussi son accession à la majorité)12. Enfin en 1837, le séjour du couple royal grec à Venise est marqué par la visite qu’Othon et Amalia font à l’église de San Giorgio dei Greci, et où ils sont accueillis par Tzetzos, qui cumule les fonctions de consul de Grèce et de Guardian Grande de la confrérie13.

  • 14 Pour Marseille, voir Échinard 1973, p. 287 ; pour Livourne, voir Vlami 1997, p. 94.
  • 15 Nous empruntons cette expression à Schnapper 2003.
  • 16 Sur l’indigénat (εντοπιότητα) et l’autochtonie (αυτοχθονισμός) comme nouveaux critères du droit gre (...)
  • 17 La loi de 1827 prévoyait également l’incorporation à la Grèce des Chrétiens de l’Empire ottoman s’é (...)
  • 18 Vogli 2009, p. 99 ; Vogli 2007, p. 343-348.
  • 19 Kitroeff 1997, p. 278.

4Ces marques d’allégeance à l’égard du jeune souverain contrastent pourtant avec l’apparente réticence des Grecs de Venise, Livourne et Marseille à adopter la citoyenneté du nouvel État grec14. Plus qu’une simple défiance vis-à-vis du pouvoir d’Athènes, cette attitude semble répondre au positionnement ambigü de l’État grec face à la diaspora. De fait, ce n’est que tardivement qu’est reconnue sa place au sein d’une « communauté des citoyens »15 dont elle n’est que la dernière venue. Un rapide aperçu sur la législation en matière de citoyenneté permet de mieux comprendre le lent processus d’intégration nationale grec. Proclamant unilatéralement l’indépendance de la Grèce en 1822, la première Assemblée nationale (dite d’Épidaure) avait adopté une constitution qui ne reconnaissait comme citoyens grecs que les « indigènes » chrétiens des régions révoltées : alors que le contexte de guerre et l’absence de frontières stables rendaient impossible le recours au jus soli, le critère religieux – mâtiné d’autochtonie16 – s’imposait comme le seul permettant de séparer les populations grecques et turques. L’année suivante, la seconde Assemblée nationale (dite d’Astros) revenait sur ce principe, et élargissait l’attribution de la nationalité grecque à tous les Chrétiens non-indigènes et grécophones installés dans les régions en révolte, et déclarant leur volonté de faire partie du corps national : cette extension de la définition avait alors pour objectif d’inclure parmi les Grecs les populations orthodoxes de l’Empire ottoman ayant rejoint les insurgés. Ce n’est qu’en 1827, lors de la troisième Assemblée nationale (dite de Trézène) que fut adoptée une loi sur la nationalité permettant d’incorporer à la nation les Grecs de la diaspora, et ce au nom du jus sanguinis17. Cette laborieuse inclusion laissa des traces, faisant durablement planer un soupçon d’illégitimité sur l’appartenance les Grecs de la diaspora à la « communauté des citoyens », ainsi que sur leur engagement patriotique. Lors du débat sur la constitution de 1844, de nombreux députés du royaume de Grèce proposent ainsi une résolution interdisant aux citoyens non-natifs de Grèce l’accès à la fonction publique – une disposition qu’Elpida Vogli qualifie de « pénalité “nationale” pour leur réponse tardive à l’appel à la révolution lancé par la mère-patrie »18. Et c’est à cette occasion qu’intervenant à la tribune, le parlementaire Ioannis Kolettis livre son discours fondateur de la « Grande Idée », projet politique irrédentiste visant l’unification des Hellènes sous un seul et même régime constitutionnel souverain, et promouvant une définition culturelle de la nationalité grecque, au détriment du critère politique – en l’occurence la citoyenneté grecque. Cet épisode, dans lequel on peut voir avec Alexander Kitroeff l’acte de naissance du concept d’hellénisme transterritorial moderne19, peut également être interprété comme un compromis face à l’impossible dissolution de l’identité ethnique grecque dans une identité nationale « classique ».

L’institution des consuls de Grèce

5Les archives des institutions communautaires grecques de Venise, Livourne et Marseille n’ont conservé que peu voire pas de trace de la profonde reconfiguration du lien national qui s’opère dans les années 1820 à 1840. Celle-ci est en effet liée à des enjeux politiques bien loin du quotidien des colonies grecques, et n’affecte pas les structures communautaires elles-mêmes, qui demeurent tout au long du xixe siècle ces instances d’administration collective que nous avons décrites pour la période précédente. Pourtant, et si leur fonctionnement reste essentiellement inchangé, elles doivent désormais compter avec un nouvel acteur. À partir de 1833, la nomination des premiers consuls de Grèce vient en effet bouleverser la donne communautaire, en instituant à la tête de certaines colonies grecques un système de gouvernance bicéphale. Tous négociants, les consuls exercent théoriquement à titre bénévole, mais tirent un triple bénéfice de leur charge : un accès privilégié aux informations commerciales (et, dans une moindre mesures, politiques), une visibilité sociale accrue à l’échelle de la ville, et l’exercice d’un poste de pouvoir à l’intérieur de la colonie grecque. Candidat au poste de consul de Grèce à Nice (alors dans le Royaume de Sardaigne), le Marseillais Jean-Pierre Mages avoue quelque peu benoîtement au président du Conseil de Régence les motifs de sa démarche :

  • 20 MGAE, 1835, 44/2, Διαφόρων Προζενείων, n.n., Mages à Armansperg, 22 juin 1835.

Je dois vous avouer que je sollicite cette place, non pour en retirer le moindre lucre, mais dans le seul but de profiter des mêmes avantages que trouvent chez vous les Consuls des autres Nations, en recevant librement livres et journaux, pouvant sortir et entrer dans l’État sans passeport, assister aux réunions, avoir libre entrée chez le Gouverneur, pouvoir étendre mes rapports commerciaux avec les négociants Grecs établis à Gênes, Livourne, Trieste, Marseille, et enfin allier ce Consulat à celui de Bavière, si la chose est possible20.

  • 21 Ibid., 1833, 35/1α, Ελληνικά προξενεία (γενικαί διατάξεις), « Instructions générales à donner à tou (...)

6Ayant officiellement pour fonctions de représenter l’État grec, de défendre les intérêts de ses ressortissants et de développer son commerce, leurs compétences n’empiètent donc théoriquement pas sur celles des institutions communautaires. Derrière l’apparente harmonie d’une telle division du travail, on distingue le souci d’Athènes de ménager les riches et puissantes confréries de la diaspora grecque. En témoigne la réécriture des instructions distribuées aux consuls. Une première version s’ouvrait en effet par un article stipulant qu’« un des principaux devoirs du Consul est de protéger les sujets de son Roi dans l’exercice de leur religion, autant que le permettent les lois et les usages établis dans les pays où ils demeurent » ; de même, les consuls étaient engagés à tenir les registres d’état civil des sujets grecs et à veiller « à ce que le curé enregistre aussi ceux de mariage, de baptême, de naissance et de décès des personnes appartenant au rite grec » (article 2), ainsi qu’à « veiller sur tout ce qui regarde le service administratif de l’église » (article 3)21. Bien vite écartée, ces dispositions n’apparaissent plus que sous une forme édulcorée dans la version définitive des mêmes instructions, qui s’ouvre alors sur une définition bien différente des trois objets de la fonction consulaire :

  1. de protéger le commerce et la navigation des sujets du Roi dans les pays étrangers ; de maintenir leurs droits et privilèges ; de veiller à l’exécution des traités et conventions existant entre leur Gouvernement et celui auprès duquel ils résident, ainsi qu’à celle des ordonnances du Roi relatives au commerce et à la navigation ; de prêter secours et appui aux Nationaux ;

  2. d’exercer la juridiction sur les sujets du Roi, en tant que Sa Majesté la conserve sur eux pendant leur séjour à l’étranger ;

    • 22 Ibid., « Instructions pour les Consuls du Royaume de Grèce à l’étranger », s.d. La mention du rôle (...)

    de procurer au Gouvernement du Roi tous les renseignemens et documens [sic] qui peuvent le mettre à même d’assurer la prospérité du commerce et de la navigation de la nation22.

  • 23 On sait pourtant que de tels cas sont avérés ailleurs, notamment dans le cas d’Alexandrie ; Hatziio (...)

7Habilement reformulées, les compétences consulaires n’empiètent désormais plus sur les prérogatives des institutions communautaires, et nous ne disposons à Venise, Livourne ou Marseille d’aucun exemple de conflit direct entre les deux organes23. Mieux, les consuls sont le plus souvent issus des cercles qui président également aux destinées des confréries et autres conseils de fabrique dans chaque ville ; à Venise, l’Épirote Tzetzos cumule même les fonctions de consul et de Guardian Grande de la confrérie à pas moins de trois reprises (1836-1837, 1840-1841 et 1846-1847). Une telle harmonie n’est pourtant qu’apparente – peut-être même s’agit-il d’une spécificité vénitienne ? –, et l’apparition des consuls de Grèce suscite en réalité de vives tensions à l’intérieur de certaines colonies grecques.

  • 24 MGAE, 1827, 53/1γ, Αντικυβερνητική επιτροπή, n.n., Eynard (à Portsmouth) au Gouvernement provisoire (...)
  • 25 MGAE, 1837, AAK XI γ, Διάφορα Νοεμβρίου, n.n., Georgios Psichas (consul général de Grèce aux Pays-B (...)
  • 26 Sur l’enregistrement des Grecs de la diaspora dans les registres consulaires, voir Vogli 2009, p. 1 (...)
  • 27 Mandilara 1998, p. 155 ; Échinard 1973, p. 269.
  • 28 L’épisode est rapporté dans Vogli 2009, p. 105.

8Mesure clé de la politique extérieure de la Grèce dans les premières années du règne d’Othon, l’institution des consulats répond à un triple impératif. D’une part, consolider la reconnaissance internationale du jeune État – c’est ce que suggérait déjà en 1827 le banquier suisse Eynard, lorsqu’il pressait le Gouvernement provisoire de ne pas retarder « le moment si important pour la Grèce d’être reconnue par l’envoi des consuls »24. D’autre part, conforter la fragile situation démographique et économique de la Grèce, notamment en procédant à l’enregistrement de ceux qui, bien que vivant à l’étranger, sont considérés depuis 1827 comme ses ressortissants. Chaque consulat est ainsi tenu d’ouvrir des registres, sur lesquels doivent être portés les individus pouvant, au nom du jus sanguinis, prétendre à la citoyenneté grecque. Si les fonds des consulats vénitien, livournais et marseillais ne semblent pas porter trace de cette opération, le consul général de Grèce aux Pays-Bas peut informer dès 1837 son ministre de tutelle que « l’inscription des sujets Grecs, résidant à Amsterdam, dans les Demos du Royaume, a eu lieu conformément aux ordres de Votre Excellence »25. Évoquant le peu d’empressement des Grecs à se faire porter sur ces registres, Elpida Vogli relate les nombreuses infractions qui entachent ce processus : ainsi des fréquentes inscriptions de Grecs originaires des provinces encore soumises à la domination ottomane (théoriquement exclus de la nationalité, car ne s’étant pas installés sur le territoire de l’État grec), ou encore de ces individus adoptant la nationalité grecque comme « deuxième nationalité », le plus souvent pour des raisons commerciales26. À l’inverse, nombre de marchands grecs de Livourne ou de Marseille demandent encore tout au long du xixe siècle la citoyenneté de leur pays de résidence, et c’est sans surprise que l’on retrouve parmi eux une écrasante majorité de ces riches négociants sciotes, dont les réseaux commerciaux spéculent aussi sur les appartenances de leurs différents membres27. Leur île ne faisant pas partie du royaume de Grèce, les négociants sciotes de la diaspora ne peuvent théoriquement pas prétendre à la citoyenneté grecque. C’est pourtant sans compter sur les accommodements locaux, dont le consul général de Grèce en Toscane se fait l’écho auprès de son ministère à la fin des années 1840 : rappelant que Chio a été détruite par les Turcs durant la guerre d’Indépendance, il estime en effet que ses anciens habitants jouissent d’un « droit de nationalité », et s’emploie à distribuer des passeports grecs aux marchands sciotes de sa juridiction28.

  • 29 Gardika 1972.
  • 30 MGAE, 1833, 37/4, n.n., Sieveking (consul de Bavière à Marseille) à Trikoupis (ministre grec des Af (...)

9Si l’on ne connaît pas la réaction d’Athènes à cette initiative, il y a lieu de supposer qu’elle n’a pas été accueillie défavorablement. De fait, elle répond au troisième impératif qui préside à l’institution des consulats de Grèce, en l’occurrence la mise sous tutelle des colonies de la diaspora grecque – et tout particulièrement de leur élément marchand, dont les florissantes activités sont susceptibles de constituer une source importante de revenus pour le royaume. L’importance stratégique de cet impératif économique est bien illustrée par le premier maillage consulaire grec, qui recoupe très largement la carte de l’Europe commerciale des années 1830. Exception faite du cas de Malte, où une charge de « consul grec » échoit dès 1827 au marchand anglais Thomas MacGill (semble-t-il à la demande du gouvernement britannique)29, c’est dans la foulée de l’avènement de la monarchie othonienne que la Grèce se dote d’un premier réseau consulaire dont l’armature évolue rapidement. Les nominations s’effectuent ainsi en trois phases, dont les chronologies respectives se recoupent largement. La première débute au printemps 1833, et fait suite à un « Traité d’amitié et d’alliance » établi entre la Bavière et la Grèce, qui autorise provisoirement les consuls de la première à veiller sur les intérêts des sujets de la seconde. L’accord porte en priorité sur les affaires maritimes et commerciales, et les consuls de Bavière dans les différents ports d’Europe – Guillaume Sieveking à Marseille, Antonio Cornet à Venise et Enrico Ridolfo Guebhard à Livourne – sont principalement chargés de protéger les intérêts de la marine marchande et des négociants grecs30.

  • 31 Vogli 2007, p. 259.

10Parallèlement à cette première phase, une seconde s’ouvre, qui débouche très rapidement sur la nomination des premiers consuls de Grèce. Le mouvement de fondations suit un rythme élevé, pour atteindre les 54 employés dès l’automne 183431. La morphologie du réseau évolue alors sensiblement : les refus répétés des autorités ottomanes et égyptiennes d’accorder aux représentants grecs leur exequatur comme la multiplication ailleurs des postes vices-consulaires (notamment dans la Péninsule italienne et dans les îles Ioniennes), accentuent en effet sa polarisation croissante vers l’Ouest du bassin méditerranéen et l’Europe occidentale. Cette mutation apparaît définitivement actée au cours des années suivantes, qui voient le réseau consulaire grec consolider son implantation : en 1842, le royaume dispose ainsi de pas moins de onze consulats généraux, trente-huit consulats et vingt-neuf vice-consulats établis dans toute l’Europe, sur l’ensemble du pourtour méditerranéen, et jusqu’en Amérique du Nord (fig. 10).

Fig. 10 – Le réseau consulaire grec en 1842 (F. Strong, Greece as a Kingdom ; or, a Statistical Description of that Country, from the Arrival of King Otho, in 1833, down to the Present Time, Londres, Longman, Brown, Green and Longmans, 1842, p. 128).

Fig. 10 – Le réseau consulaire grec en 1842 (F. Strong, Greece as a Kingdom ; or, a Statistical Description of that Country, from the Arrival of King Otho, in 1833, down to the Present Time, Londres, Longman, Brown, Green and Longmans, 1842, p. 128).
  • 32 Ibid., 1833, 37/6, n.n., Édit royal, 18/30 octobre 1833 ; Ibid., 1834, 37/10, Προξενεία της Ελλάδος (...)

11Sans surprise, les premiers postes sont attribués à des personnes ayant pétitionné la monarchie pour obtenir la faveur de représenter ses sujets dans les villes où ils résident. Si les dossiers d’attribution ont été conservés de manière fragmentaire dans les cas livournais et vénitien (où sont respectivement nommés Panagiotis Pallis et Georgios Tzetzos en 1833 et 1834)32, celui du poste marseillais nous est parvenu dans sa quasi intégralité, et permet de prendre la mesure de cette procédure complexe, qui met en concurrence plusieurs légitimités, voire plusieurs définitions de la grécité.

  • 33 Sur les activités des Escalon dans le Levant, voir AN, F 12 1850 A, « État général des maisons de c (...)
  • 34 Sieveking est l’un des quatre fils du grand négociant hambourgeois Georg Heinrich Sieveking, et le (...)
  • 35 MGAE, 1833, 35/1β, Περί διορισμού προξένων είς πόλεις και λιμένας της Ευρώπης, n.n., Trikoupis à Ot (...)
  • 36 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au gouvernement grec, 9 février 1833 ; Ibid., n.n., Michail Soutzo (...)

12Dès juin 1833, le ministre des Affaires étrangères Trikoupis présente ainsi une liste de cinq candidats au poste marseillais : un négociant levantin natif de Smyrne (Étienne Alexandre Escalon33), le consul de Bavière à Marseille et titulaire provisoire du consulat grec (Guillaume Sieveking34), deux négociants sciotes (Georgios Tzitzinias et Michail Petrokokkinos), et un inconnu (Hofer), probablement d’origine bavaroise35. Si le dernier est rapidement écarté, chacun des quatre autres fait valoir tant sa position à Marseille que ses soutiens en Grèce : Escalon est ainsi recommandé par une impressionnante pléiade de personnalités françaises et étrangères36, tandis que Sieveking revendique le soutien d’Armansperg, président du Conseil de Régence ; de même, la candidature de Tzitzinias est appuyée par l’ambassadeur de Grèce à Paris (Soutzos), alors que Petrokokkinos mise sur l’intercession en sa faveur d’un important négociant de Nauplie, Velisarios Pavlidis.

13Dans l’avis consultatif qu’il soumet au roi, Trikoupis insiste sur le critère de nationalité :

  • 37 Ibid., 1833, 35/1β, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 3/15 juin 1833.

comme Marseille possède des maisons de commerce grecques qui par leur fortune et leur crédit jouissent d’une grande considération dans le pays, on ne saurait ce me semble leur en préférer d’autre sans blesser leur amour-propre, et sans humilier leur nationalité aux yeux de l’Étranger. Guidé par ces motifs, j’ai du porter mon attention sur les deux derniers candidats MM. Zizinia et Petrocokino, attendu que M. Escalon quoique né à Smyrne, est d’origine française, jouissant à ce titre de la protection de ce Gouvernement37.

14Pour autant, la seule qualité de grec ne saurait garantir le succès : vétéran de la guerre d’indépendance, Trikoupis fait également valoir le critère du patriotisme. Soutenant la candidature de Petrokokkinos, « qui joint à une fortune honnête plus d’instruction que ses co-nationaux à Marseille, et qui pendant la lutte n’a cessé de donner des preuves de patriotisme à son Pays », il suggère ainsi au roi d’écarter Tzitzinias,

  • 38 Ibid.

qui, dans la guerre de l’indépendance de sa patrie, s’est permis de rendre des services au Pacha d’Égypte en faisant construire pour lui des vaisseaux de guerre, au grand scandale et au préjudice de sa nation38.

  • 39 Ibid., n.n., Escalon au gouvernement grec, 9 février 1833.
  • 40 Ibid., n.n., Sieveking à Trikoupis, 4/15 avril 1833. Sieveking se présente comme l’ancien vice-prés (...)

15Face à cela, Escalon et Sieveking, qui ne sont pas Grecs, sont contraints d’adopter des stratégies leur permettant de compenser ce handicap. Escalon, dont l’engagement philhellène se trouve rapidement mis en cause, insiste sur les services rendus par son père aux insurgés, tout en faisant valoir la puissance de ses réseaux jusqu’au cœur même de la cour du jeune royaume de Grèce39. Quant à Sieveking, qui depuis Marseille s’est distingué dans son soutien aux expéditions philhellènes, il propose d’adjoindre à sa charge de consul un poste de vice-consul qu’il souhaiterait voir confier à « Jean Maye, Grec, avantageusement connu en cette ville »40. De fait, une telle proposition marque le choix de Sieveking de s’inscrire de plain-pied dans le rapports de force qui sous-tendent alors la colonie grecque de Marseille : le Jean Maye en question n’est autre que le « capodistrien fanatique » Ioannis Maïs, sur la posture légitimiste duquel Sieveking entend capitaliser vis-à-vis du pouvoir grec, pour se se poser en défenseur de l’intérêt national contre les intérêts privés de ces mêmes marchands sciotes qui briguent contre lui la fonction consulaire.

  • 41 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Édit royal, 3/15 août 1833.
  • 42 Rappelons que Nauplie est alors la capitale du royaume de Grèce, et que celle-ci ne sera transférée (...)
  • 43 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au comte d’Oppenheim (intendant général des troupes bavaroises à M (...)

16Peut-être l’obstination de Sieveking à réduire la bataille pour le poste consulaire aux seuls enjeux marseillais a-t-elle en définitive scellé son échec. Toujours est-il que la nomination d’Étienne Escalon à l’été 1833 constitue d’autant plus une surprise que le conseil de Régence a choisi de passer outre l’avis de l’influent Trikoupis41. De fait, Escalon récolte ici les fruits d’une intense campagne menée simultanément sur deux fronts : celui des pétitions, lettres et autres suppliques qu’il adresse au gouvernement grec en nombre bien supérieur à ses concurrents directs, et celui de la mobilisation de ses soutiens à Nauplie comme dans le reste de l’Europe42. Plus qu’une quelconque « compétence consulaire », une fidélité sans faille au nouveau pouvoir grec ou même une bonne implantation marseillaise, la victoire d’Escalon sanctionne donc un savoir-faire dans l’art délicat de la supplique, ainsi qu’une bonne appréhension des subtils rapports de force au sein de l’administration du jeune royaume de Grèce43.

17Invoqué par Trikoupis, le double critère préférentiel de la nationalité et du patriotisme connaît des ratées bien au delà de Marseille. Ainsi du cas d’Alexandrie, où le vice-roi d’Égypte intervient indirectement pour faire nommer l’Épirote Michail Tossitzas au consulat de Grèce. Sur la demande de Méhémet Ali, l’agent commercial autrichien Prokesh adresse ainsi un rapport dithyrambique à Trikoupis :

  • 44 Ibid., 1833, 36/1β, Περί προξένου της Ελλάδος είς Αίγυπτον, n.n., Prokesch à Trikoupis, 20 mai 1833

M. Tositza est, dans le fond, consul grec à Alexandrie depuis 1820 ; c’est lui qui a protégé ses compatriotes et les vôtres de la manière la plus noble et la plus efficace pendant toute l’époque glorieuse de la guerre d’indépendance ; des milliers de voix attesteront ses services désintéressés ; il a relevé la navigation grecque de toute son influence ; il rend journellement les soins les plus assidus à ses compatriotes ; il est plus que qui que ce soit en état de leur en rendre dans l’avenir de plus grands encore puisqu’il jouit de l’estime particulière du vice-roi, de celle de ses alentours et en général de tous les consuls et négociants ; sa probité est passée en proverbe ; sa fortune le met au-dessus de toutes ces petites intrigues qui embarrassent si souvent le commerce et la navigation44.

  • 45 Hatziiossif 1980, p. 316-319.
  • 46 MGAE, 1833, 36/1β, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 8/20 juin 1833.
  • 47 Ibid., n.n., le même au même (brouillon de la précédente), 8/20 juin 1833.

18Le cas se révèle pourtant très embarrassant pour la diplomatie grecque, puisque Tossitzas ne se contente pas de jouir de l’« estime particulière » de Méhémet Ali : agent commercial du vice-roi, il a en effet activement participé à l’armement des forces égyptiennes, tandis que son frère Konstantinos révélait au gouvernement l’existence de la Philiki Etaireia, mettant en péril l’ensemble de l’organisation45. Trikoupis a donc fort à faire pour justifier le choix d’un personnage aussi sulfureux, et s’emploie à valoriser l’importance économique du grand négociant46. L’argument est spécieux, et l’étude du brouillon de cette lettre témoigne de l’embarras du ministre : le passage dans lequel il concède que « sous le point de vue politique, on pourrait croire qu’il n’inspire pas toute la confiance », se trouve ainsi biffé, et remplacé par un plus magnanime « on pourrait peut-être présumer que dans un cas donné, il pourrait subordonner les intérêts de son pays à ceux de son protecteur »47. Dans la version finale de sa lettre, Trikoupis ne s’embarrasse d’ailleurs pas de telles pudeurs, exposant au roi ce qui constitue à ses yeux l’avantage principal de la nomination de Tossitza :

  • 48 Ibid., n.n., le même au même, 8/20 juin 1833.

Comme les relations commerciales que nous allons établir en Égypte par la nomination d’un consul, dépendent beaucoup des relations que la personne qui sera revêtue de ses fonctions sera dans le cas d’entretenir avec le vice-roi, attendu que celui-ci dispose à son gré de tout le commerce d’exportation, il semblerait que la nomination de M. Tossitza à la place de Consul pourrait être très avantageuse à notre commerce. De plus, sa fortune le met dans le cas de s’établir très convenablement sans être d’aucune manière à la charge du Gouvernement48.

19Avec l’épisode alexandrin, Athènes adopte donc une nouvelle ligne en matière de sélection de son personnel consulaire ; et s’il est réducteur d’opposer l’idéal patriotique à la realpolitik, force est de constater que les nominations successives obéissent à de nouveaux critères.

De la troisième phase des nominations consulaires à la seconde « affaire Tzitzinias »

20La troisième et dernière phase de nominations des consuls correspond à une inflexion de la politique du gouvernement d’Athènes en matière de recrutement de son personnel diplomatique, et aboutit à une hellénisation du corps diplomatique grec.

  • 49 Ibid., 1834, 39/1, Προξενεία της Ελλάδος είς Λονδίνον, n.n., Trikoupis à Mavrokordatos (ministre de (...)
  • 50 Ibid., 1834, 39/1, n.n., Trikoupis à Mavrokordatos, 27 avril/9 mai et 8/20 juin 1834, et Rizos-Nero (...)

21Ce revirement intervient suite aux tensions qui apparaissent en 1834 au sein de la colonie grecque de Londres, suite à la nomination au poste de consul de Grèce du banquier Schaetzler, par ailleurs déjà représentant du royaume de Bavière. En mai 1834, une députation de négociants grecs de Londres exposent ainsi à l’ambassadeur de Grèce (qui n’est autre que l’ancien ministre Trikoupis) « la mortification qu’ils avaient éprouvée à la nomination à la place du consul de Grèce à Londres d’un homme qui n’était pas Grec »49. Convaincu de « l’inconvenance de faire occuper de pareilles places par des étrangers plutôt que par des Grecs toutes les fois que ceux-ci en ont les qualités requises », l’ambassadeur soutient l’idée d’un remplacement de Schaetzler par le très puissant négociant de Chio Pandias Rallis, une initiative qui n’aboutit finalement qu’à l’été 183550. Cette nomination illustre alors les paradoxes d’un principe de « préférence nationale » qui ne se limite pas au seul critère de la citoyenneté grecque : pour symbolique qu’elle semble être, cette accession d’un Sciote à un poste de représentant de l’État grec vient en effet sanctionner la transition d’une conception étroitement politique de l’identité grecque, à une conception plus largement culturelle, inspirée de la notion d’hellénisme.

  • 51 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Ioannis Kolettis (ambassadeur de Grèce à Paris), 13/25 dé (...)
  • 52 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.
  • 53 Ibid., 1836, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Kolettis, 26 janvier 1836.
  • 54 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.

22Se réclamant opportunément du précédent londonien, les négociants grecs de Marseille pétitionnent à la fin de l’année 1835 le pouvoir athénien, afin d’obtenir la destitution d’Escalon et son remplacement par l’un des leurs – en l’occurrence le négociant sciote Georgios Tzitzinias. S’ils invoquent la blessure que la nomination du Levantin a provoqué à leur « amour propre national »51, ils pointent aussi l’incompétence du consul, et tentent de nouveau de saper ses créances philhellènes52. Ces deux derniers griefs témoignent d’un double brouillage sémantique et conceptuel. D’une part, les pétitionnaires se présentent sous le titre de sujets du roi de Grèce, alors que très peu d’entre les Grecs de Marseille le sont en réalité : à l’évidence, les négociants de Marseille jouent ici sur l’ambiguïté qui entoure le qualificatif de « grec », et brouillent à leur avantage les critères ethniques et nationaux pour réclamer la protection du royaume. De même, ils invoquent aussi leur improbable patriotisme durant la guerre d’indépendance, et ceci alors même que leur propre candidat (Tzitzinias) s’est déjà retrouvé écarté deux ans plus tôt pour ses liens avec l’Égypte : second brouillage, donc, tendant à instituer une correspondance entre ethnicité grecque et attachement à la patrie. Signe des temps, le ministère athénien se montre désormais plus attentif aux ressources de ses serviteurs qu’à leurs antécédents politiques : au grand dam des soutiens d’Escalon53, Athènes tranche en faveur de la nomination de Tzitzinias, considérant qu’« on ne peut pas nier qu’il peut se présenter des circonstances où le gouvernement pourrait avoir le besoin de disposer à Marseille ou dans une autre place en France d’une somme de 200 ou de 300 mille francs »54. Présentée par le ministre comme une mesure qui devrait satisfaire l’ensemble des Grecs de Marseille, la nomination de Tzitzinias aboutit pourtant à un véritable schisme à l’intérieur de la colonie, qui vient alors faire écho à celui intervenu dix ans plus tôt suite à la première « affaire Tzitzinias ».

  • 55 Χρόνος, n° 23, 16/28 juillet 1833 ; cité in Hatziiossif 1980, p. 321.

23Saluée par les milieux négociants, cette décision provoque en effet un tollé parmi toute une frange de la colonie grecque, qui n’a toujours pas pardonné au nouveau consul sa « trahison » de 1825. Une pétition est ainsi envoyée au roi pour l’enjoindre de reconsidérer sa décision, et ré-instituer Escalon dans ses fonctions. Particulièrement virulent, ce réquisitoire rappelle en bien des points la fronde menée contre Tossitzas trois ans auparavant, et relayée jusque dans les journaux grecs (en particulier le Χρόνος de Nauplie)55. Mais à la différence du cas alexandrin, les détracteurs de Tzitzinias ne se bornent pas à dénoncer son action durant les années de guerre, et offrent une réflexion politique sur l’épineuse question de la nationalité :

  • 56 MGAE, 1836, 37/4, n.n., Pétition de onze Grecs de Marseille au roi Othon Ier, 4 mai 1836.

M. Georgios Tzitzinias, qui se proclame illégalement sujet grec, est né sur l’île de Chio, au-delà de la ligne d’horizon du Royaume de Grèce ; et au lieu de s’employer à mériter par ses œuvres le titre et les droits de sujet grec, il a cru bon de se faire enregistrer comme Français56.

  • 57 Les signataires de la pétition sont Georgios Pentadis Darvaris, Konstantis Samios, Nikolaos Zalikis (...)

24Aux yeux des pétitionnaires, son patriotisme comme sa citoyenneté rendent donc Tzitzinias doublement illégitime pour occuper le poste de consul de Grèce. Plus que comme une simple controverse autour de la personne de Tzitzinias, cet épisode se donne donc à lire comme un conflit de définition autour de « ce qui est Grec ». Parallèlement à la lecture marxisante que Christos Hatziiossif a pu proposer de l’opposition à Tossitzas, la tentation est grande de présenter cette opposition comme un « conflit de classes » : de fait, les détracteurs de Tzitzinias appartiennent à des milieux plus modestes que le négociant sciote, et les onze signataires de la pétition sont soit des capitaines, soit de petits marchands, et une majorité d’entre eux nous sont même inconnus57. Le ministre grec n’est d’ailleurs pas en reste, qui peste contre

  • 58 Ibid., 1836, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 21 août/2 septembre 1836.

les accusations calomnieuses de quelques marins, mauvais sujets reconnus, battant les rues de Marseille et soudoyés à cet effet pour l’intrigue et la haine58.

  • 59 Ibid.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid.
  • 62 Ibid, 1836, 37/4, n.n., Kolettis à Rizos-Neroulos, doc. cit., 26 janvier 1836.

25On se gardera, toutefois, d’opposer trop mécaniquement l’élite marchande au reste de la colonie. D’une part, et comme ils l’avaient fait cinq ans auparavant contre Ioannis Maïs, les négociants sciotes parviennent à mobiliser en leur faveur certains capitaines grecs présents sur le Vieux-Port : à l’instigation du Spetsiote Anargyro André d’Anargyro, une poignée d’entre eux adressent ainsi à l’ambassadeur de Grèce à Paris une pétition « attestant de leur pleine satisfaction de la conduite honorable de M. Zizinia, et témoignant de leur respect envers ce fonctionnaire »59. D’autre part, le ministre grec lui-même postule un lien entre la mobilisation à Marseille et l’existence d’« une intrigue dont les ramifications s’étend[ent] jusqu’à Athènes »60 : avec l’appui d’un organe de presse (le journal La Minerve), cette « sale intrigue » viserait à discréditer Tzitzinias auprès du gouvernement grec, « en rappelant quelques événements antérieurs qui lui seraient défavorables et en leur imprimant les couleurs les plus sombres et les plus fausses »61. En l’absence d’informations complémentaires, il nous est impossible de remonter ce que le ministre appelle « les fils de ces machinations honteuses ». Nous pouvons toutefois postuler que cette cabale (si cabale il y a bien) est orchestrée par le clan favorable à Escalon, dont nous savons qu’il est très bien introduit à la cour athénienne, où la déposition du consul a causé « une impression désagréable, parce qu’[elle] touchait à des susceptibilités qu’il est toujours nécessaire de ménager »62.

  • 63 C’est à dessein que nous reprenons ici le terme de « collaboration », dont l’usage dans le contexte (...)

26Déterminé à défendre Tzitzinias, le ministre des Affaires étrangères mobilise de prestigieux témoins de moralité (dont le consul à Livourne, Panagiotis Pallis), et s’emploie à réfuter point par point les accusations de collaboration portées contre le négociant sciote63. Il n’en débute pas moins son plaidoyer par une éclairante mise en garde, qui semble résumer le tournant pris par la diplomatie grecque dans les années précédentes :

  • 64 Ibid., 1836, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 21 août/2 septembre 1836.

Lorsque j’ai eu l’honneur de proposer à Votre Majesté M. Georges Zizinia pour être nommé son Consul à Marseille, je n’ai pas appuyé ma proposition sur les services rendus à la patrie par sa famille, mais sur sa qualité de Grec, sur ses richesses, sur son crédit et sur l’intérêt évident que le service public alloit retirer de cette mesure64.

27Que le critère de « préférence nationale » et le souci d’efficacité administrative aient fini par remplacer le discours patriotique n’a, en soi, rien de très surprenant. Mais Rizos ne s’arrête pas à ces seules considérations, et propose une lecture de l’action de la diaspora grecque durant la guerre d’indépendance :

  • 65 Ibid.

Les Grecs qui pendant la lutte de leur patrie se sont trouvés obligés de rester loin, ne pouvaient la servir que par des prêts ou dons en argent, en armes, en munitions etc65.

  • 66 Ibid.

28La conséquence logique d’un tel postulat est claire : Tzitzinias, dont la famille a prêté à plusieurs reprises des sommes d’argent « à la démogérontie de l’île de Chio, sa patrie », mérite donc d’être traité à l’égal de ces Grecs de la diaspora qui ont activement soutenu les insurgés66. Moins de dix ans après la fin de la guerre d’indépendance grecque, un tel discours marque la volonté du gouvernement d’Athènes de s’assurer à tout prix la fidélité des puissants négociants de la diaspora grecque, en vertu d’un principe implicite de « réconciliation nationale » qui s’inscrit dans une double rupture : d’une part face aux clivages du passé, et d’autre part face au principe moderne de nationalité.

Notes

1 MGAE, 1836, AAK Β 2, Διάφορα Ιανουάριος (15-31), n.n., Panagiotis Pallis à Rizos-Neroulos, 27 décembre 1835/8 janvier 1836.

2 Othon étant mineur en 1832, le gouvernement est assuré jusqu’en 1835 par un Conseil de Régence composé des Bavarois von Armansperg, von Maurer (remplacé par von Kobell en 1834) et von Heideck.

3 La première modification de ces frontières intervient en 1864, avec le rattachement des îles Ioniennes à la Grèce.

4 Sur ce point, voir Vogli 2007 ; Kitroeff 1997, p. 278 ; Prévélakis 1996, p. 31.

5 Échinard 1973, p. 287.

6 Voir par exemple ANG, K 77 α, Αρχεία Δημήτρης Σταμ. Μπουντούρης, n° 33, Petros Deligiannis à Demetrios Boundouris, 9/21 septembre 1834 : « La Grèce, la malheureuse Grèce, voilà mon idée sur l’état des choses dans notre pauvre patrie. […] Rien de plus fade que les étrangers dans ce berceau de la vertu, rien n’est plus absurde que cette foule de Bavarois qui cherche à faire fortune aux dépends des Grecs indigènes ».

7 ASL, Chiesa greca non unita…, IV/168, p. 86, Les représentants de la Santissima Trinità aux frères Hentsch, doc. cit., 18 janvier 1828 ; MGAE, 1837, AAK X γ, Διάφορα Οκτωβρίου (15-30), n.n., Tzetzos à Rudhart, 30 septembre/12 octobre 1837 ; Ibid., 1838, 37/4, Προξενεία της Ελλάδος είς Μασσαλίαν, n.n., Tzitzinias à Rudhardt (en réalité Zografos, qui vient de remplacer Rudhart), 11 janvier 1838.

8 F. Strong, Greece as a Kingdom ; or, a Statistical Description of that Country, from the Arrival of King Otho, in 1833, down to the Present Time, Londres, 1842, p. 131.

9 Apostolos Papaioannou mentionne l’existence, dans la bibliothèque de la comunità Greco-Orientale di Trieste, d’un Hymne des Grecs (composé de deux poèmes à la gloire d’Othon) publié à Vienne en 1832, d’une Ode à Othon publiée à Trieste en 1837, ainsi que d’un Inno marziale delle truppe Bavare che accompagnano Sua Maestà Ottone I° Re di Grecia alla sua Residenza, publié à Trieste ; Papaioannou 1982a, p. 123-132 et 187-189.

10 MGAE, 1834, 37/8, Προξενεία της Ελλάδος είς Τεργέστην, n.n., Auguste de Henikstein (consul de Grèce à Trieste) à Alexandros Mavrokordatos (ministre grec des Affaires étrangères), 27 mai/8 juin 1834.

11 AIHV, A 3 K 14, f° 164r, Georgios Tzetzos (consul de Grèce à Venise) à Giovanni Papadopoli (Guardian Grande), 30 avril/12 mai 1835.

12 F. Bisazza, Inno cantato dal gran sacerdote nella chiesa dei greci S. Nicola di Messina, il primo giugno m. dccc. xxxv per la fausta ricorrenza dell’anniversario e della maggioranza di Ottone Primo re della Grecia : scritto per ordine del signor Giorgio Kilian, console di S. M. ellenica / parole di Felice Bisazza da Messina, Messine, 1835.

13 AIHV, A 3 K 14, f° 178v-179r, « Memoria », 14/26 janvier 1837.

14 Pour Marseille, voir Échinard 1973, p. 287 ; pour Livourne, voir Vlami 1997, p. 94.

15 Nous empruntons cette expression à Schnapper 2003.

16 Sur l’indigénat (εντοπιότητα) et l’autochtonie (αυτοχθονισμός) comme nouveaux critères du droit grec, voir Vogli 2007, p. 83-120.

17 La loi de 1827 prévoyait également l’incorporation à la Grèce des Chrétiens de l’Empire ottoman s’étant installés dans les régions libérées.

18 Vogli 2009, p. 99 ; Vogli 2007, p. 343-348.

19 Kitroeff 1997, p. 278.

20 MGAE, 1835, 44/2, Διαφόρων Προζενείων, n.n., Mages à Armansperg, 22 juin 1835.

21 Ibid., 1833, 35/1α, Ελληνικά προξενεία (γενικαί διατάξεις), « Instructions générales à donner à tous les agents consulaires nommés par le Gouvernement de Sa Majesté le Roi de Grèce à des pays étrangers », document joint à une lettre du service consulaire en date du 9/21 avril 1833.

22 Ibid., « Instructions pour les Consuls du Royaume de Grèce à l’étranger », s.d. La mention du rôle des consuls comme protecteurs de la religion orthodoxe n’apparaît plus qu’à l’alinéa 5 du chapitre II.

23 On sait pourtant que de tels cas sont avérés ailleurs, notamment dans le cas d’Alexandrie ; Hatziiossif 1980, p. 307-335 ; Kitroeff 1989, p. 14-15.

24 MGAE, 1827, 53/1γ, Αντικυβερνητική επιτροπή, n.n., Eynard (à Portsmouth) au Gouvernement provisoire grec (à Poros), 7 juillet 1827.

25 MGAE, 1837, AAK XI γ, Διάφορα Νοεμβρίου, n.n., Georgios Psichas (consul général de Grèce aux Pays-Bas) à Rudhart, 4/16 novembre 1837.

26 Sur l’enregistrement des Grecs de la diaspora dans les registres consulaires, voir Vogli 2009, p. 105. Sur la question des Grecs ayant deux nationalités, voir Vogli 2007, p. 233-236. Sur la nationalité comme enjeu économique et les problèmes liés au « trafic de protections », voir Hatziiossif 1980, p. 395-398.

27 Mandilara 1998, p. 155 ; Échinard 1973, p. 269.

28 L’épisode est rapporté dans Vogli 2009, p. 105.

29 Gardika 1972.

30 MGAE, 1833, 37/4, n.n., Sieveking (consul de Bavière à Marseille) à Trikoupis (ministre grec des Affaires étrangères), 4/15 avril 1833 ; Ibid., n.n., Sieveking à Othon Ier, 1er juin 1833 ; Ibid., 1833, 37/10, Προξενεία της Ελλάδος είς Βενετίαν, n.n., Cornet (consul de Bavière à Venise) à Trikoupis, 23 juillet 1833 ; Ibid., 1833, 37/6, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 12/24 octobre 1833.

31 Vogli 2007, p. 259.

32 Ibid., 1833, 37/6, n.n., Édit royal, 18/30 octobre 1833 ; Ibid., 1834, 37/10, Προξενεία της Ελλάδος είς Βενετίαν, n.n., Édit royal, 1er/13 août 1834.

33 Sur les activités des Escalon dans le Levant, voir AN, F 12 1850 A, « État général des maisons de commerce […] établies à Smyrne », doc. cit., 1812 ; Eldem 1999, p. 171.

34 Sieveking est l’un des quatre fils du grand négociant hambourgeois Georg Heinrich Sieveking, et le chef de la maison de commerce « Sieveking et Tandon » à Marseille : ardent philhellène, il est naturalisé français en 1831.

35 MGAE, 1833, 35/1β, Περί διορισμού προξένων είς πόλεις και λιμένας της Ευρώπης, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 3/15 juin 1833. Spyridon Trikoupis cumule les fonctions de Premier ministre et de ministre des Affaires étrangères de janvier à octobre 1833.

36 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au gouvernement grec, 9 février 1833 ; Ibid., n.n., Michail Soutzos au comte d’Appony, 17 février 1833 ; Ibid., n.n., Escalon au comte d’Oppenheim, 25 février 1833.

37 Ibid., 1833, 35/1β, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 3/15 juin 1833.

38 Ibid.

39 Ibid., n.n., Escalon au gouvernement grec, 9 février 1833.

40 Ibid., n.n., Sieveking à Trikoupis, 4/15 avril 1833. Sieveking se présente comme l’ancien vice-président du comité philhellène de Marseille – une affirmation sans doute exagérée.

41 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Édit royal, 3/15 août 1833.

42 Rappelons que Nauplie est alors la capitale du royaume de Grèce, et que celle-ci ne sera transférée à Athènes que l’année suivante (automne 1834).

43 Ibid., 1833, 37/4, n.n., Escalon au comte d’Oppenheim (intendant général des troupes bavaroises à Munich), 25 février 1833.

44 Ibid., 1833, 36/1β, Περί προξένου της Ελλάδος είς Αίγυπτον, n.n., Prokesch à Trikoupis, 20 mai 1833.

45 Hatziiossif 1980, p. 316-319.

46 MGAE, 1833, 36/1β, n.n., Trikoupis à Othon Ier, 8/20 juin 1833.

47 Ibid., n.n., le même au même (brouillon de la précédente), 8/20 juin 1833.

48 Ibid., n.n., le même au même, 8/20 juin 1833.

49 Ibid., 1834, 39/1, Προξενεία της Ελλάδος είς Λονδίνον, n.n., Trikoupis à Mavrokordatos (ministre des Affaires étrangères), 27 avril/9 mai 1834. Voir aussi Ibid., 1835, 37/4, Προξενεία της Ελλάδος είς Μασσαλίαν, n.n., Rizos-Neroulos (ministre des Affaires étrangères) à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.

50 Ibid., 1834, 39/1, n.n., Trikoupis à Mavrokordatos, 27 avril/9 mai et 8/20 juin 1834, et Rizos-Neroulos à Othon Ier, 20 décembre 1834/1er janvier 1835 ; Ibid., 1835, 39/1, Προξενεία της Ελλάδος είς Λονδίνον, n.n., Édit royal, 8/20 août 1835.

51 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Ioannis Kolettis (ambassadeur de Grèce à Paris), 13/25 décembre 1835.

52 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.

53 Ibid., 1836, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Kolettis, 26 janvier 1836.

54 Ibid., 1835, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 10/22 novembre 1835.

55 Χρόνος, n° 23, 16/28 juillet 1833 ; cité in Hatziiossif 1980, p. 321.

56 MGAE, 1836, 37/4, n.n., Pétition de onze Grecs de Marseille au roi Othon Ier, 4 mai 1836.

57 Les signataires de la pétition sont Georgios Pentadis Darvaris, Konstantis Samios, Nikolaos Zalikis (a-t-il un lien avec Grigorios Zalikis ?), Georgios Diamantidis, Demetrios Antonis Dokos, N.D. Moraïtis, Ioannis Kalimeris, Vasilis G. Guinis, Konstantinos Spyr. I. Kaous, Demetrios I. (patronyme illisible) et Konstantinos Kastorchis.

58 Ibid., 1836, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 21 août/2 septembre 1836.

59 Ibid.

60 Ibid.

61 Ibid.

62 Ibid, 1836, 37/4, n.n., Kolettis à Rizos-Neroulos, doc. cit., 26 janvier 1836.

63 C’est à dessein que nous reprenons ici le terme de « collaboration », dont l’usage dans le contexte de la guerre d’indépendance grecque a été analysé par Petropoulos 1976.

64 Ibid., 1836, 37/4, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 21 août/2 septembre 1836.

65 Ibid.

66 Ibid.

Table des illustrations

Titre Fig. 10 – Le réseau consulaire grec en 1842 (F. Strong, Greece as a Kingdom ; or, a Statistical Description of that Country, from the Arrival of King Otho, in 1833, down to the Present Time, Londres, Longman, Brown, Green and Longmans, 1842, p. 128).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search