Version classiqueVersion mobile

La fabrique communautaire

 | 
Mathieu Grenet

Troisième partie. Communauté

Chapitre 6. Le lien communautaire à l’épreuve

Texte intégral

  • 1 Douglas 1986, p. 29.

« On ne peut étudier la coopération et la solidarité sans étudier simultanément le rejet et la défiance »
Mary Douglas1

1L’étude des « nations » étrangères dans les villes d’Europe moderne a longtemps fait la part belle aux éléments de cohésion et d’homogénéité de ces groupes, souvent au détriment des multiples formes de conflit, de contestation et de discorde qui rythment leur vie au quotidien. Or ces manifestations sont bien plus que de simples « accidents » dans le parcours sans encombre de populations soudées entre elles : elles participent en effet pleinement du processus de définition identitaire de la communauté, en tant qu’elles mettent à l’épreuve la solidité du lien communautaire.

Conflits, discorde et dissidence : la communauté en péril ?

Scissiparité : aux limites de la communauté

  • 2 Simmel 1999a.

2On sait depuis Georg Simmel que le conflit est autant un facteur de désunion qu’une forme de socialisation. Exprimer son désaccord, marquer sa différence ou entrer en dissidence, c’est en effet s’inscrire dans un espace social recomposé, dans lequel les communautés d’intérêts et de vues, parce qu’elles s’affrontent les unes aux autres, créent de nouveaux espaces sociaux et symboliques2. Dévoiler la mécanique des conflits invite donc à tester le caractère inclusif de la solidarité ethnique et religieuse à la base du lien communautaire grec.

Minorités en conflit

  • 3 Sanacore 2006.
  • 4 Frattarelli Fischer 2006, p. 31.
  • 5 Pedani 1994, p. 59-66 ; Grenet 2013c, p. 294-295.

3L’histoire des Grecs de Venise, de Livourne et de Marseille est marquée par la prégnance et la récurrence de motifs de scissiparité au sein de groupes souvent décrits comme unis et soudés. Ce phénomène de scissiparité n’est pourtant pas propre aux seuls Grecs – loin s’en faut. Pour s’en tenir au seul cas livournais, d’innombrables conflits divisent les différentes « nations » étrangères aux xviie et xviiie siècles : la grecque, bien sûr (on a vu qu’orthodoxes et catholiques s’affrontent dès le milieu du xviie siècle), mais aussi l’arménienne et la juive. Ainsi l’inauguration de l’église arménienne de Saint Grégoire l’Illuminateur en 1714 se trouve-t-elle longtemps retardée du fait des conflits mettant continuellement aux prises sujets ottomans et persans, et qui conduisent dès 1646 les autorités livournaises à reconnaître deux consuls pour deux « nations » arméniennes distinctes3. Cette division n’est pas seulement politique, et épouse également les contours d’un clivage religieux opposant les « schismatiques » (qui reconnaissent l’autorité du patriarche d’Antioche) aux « uniates » (soumis à Rome, bien qu’ils maintiennent leur langue, leurs rites et l’usage du calendrier julien)4. On note enfin que la distinction entre sujets du sultan et du chah ne concerne pas les seuls Arméniens de Livourne : à la même époque, les hôtes persans du Fondaco dei Turchi de Venise refusent en effet de cohabiter avec les sujets ottomans, et obtiennent le droit de s’installer dans la ville même5.

4Quant à la « nation » juive de Livourne, elle n’est pas en reste. Lorsqu’en septembre 1716 une rixe éclate en pleine synagogue entre Isach Recanati et Emanuele Attias, un rapport au grand-duc signale que « parmi cette nation juive tout n’est que discorde » (tutto è discordia), et relève que les Juifs de Livourne

  • 6 Cité dans Pera 1899, p. 227-228. Les termes d’« Espagnols » et d’« Italiens » désignent respectivem (...)

se divisent entre les deux partis des Espagnols et des Italiens, qui se font la guerre pour chaque détail ; si grande est la haine qui règne entre eux, qu’il ne peut qu’en naître des problèmes6.

  • 7 Sur les Massari de la « nation » juive de Livourne, voir Filippini 1998, I, p. 131-134 ; Calafat 20 (...)

5Ces conflits entre groupes d’origines différentes dissimulent aussi d’importants enjeux économiques et sociaux – en l’occurrence à Livourne, la compétition entre Juifs « italiens » et « espagnols » dans le grand négoce juif, et le quasi-monopole qu’exerce ce dernier groupe sur les institutions communautaires. Le profond malaise qui traverse alors la « nation » juive de Livourne s’illustre dans une contestation explicite des élites communautaires juives, et notamment des massari qui forment le corps administratif de la « nation »7. Parce qu’elle constitue l’un des motifs récurrents des conflits intra-communautaires, cette étroite imbrication entre motifs de scissiparité et remise en cause du leadership des élites se retrouve aussi chez les Grecs, ainsi que dans de nombreux autres groupes. Alors que toutes les représentations de la « nation » tendent à la figer dans une inclusivité quelque peu irénique, il faut donc l’appréhender comme un lieu d’inclusion autant que d’exclusion, produit d’une constante redéfinition de ses frontières au gré des rapports de force qui la traversent et la structurent. Les frasques du marchand Georgios Emmanouil Isaïou (Georges-Emmanuel d’Isay) à Marseille en 1798, permettent à cet égard d’éclairer ce lien entre situations de conflit et recompositions identitaires.

Identités en conflit(s) : le cas d’Isaïou (Marseille, 1798)

  • 8 Svoronos 1953.
  • 9 Isaïou appartient à une importante famille de négociants grecs de Smyrne ; voir AN, F 12 1850 A, Ra (...)
  • 10 AN, F 7 7387, Police générale – Affaires diverses, B 6 2476, « George d’Isay »,
    n.n., Noguès à Le C (...)
  • 11 AN, AE, B III 217, n° 217, « Moulla Osman Aga, Mamet Aga, Bellul Aga, et autres sujets ottomans, et (...)
  • 12 AN, AE, B III 214, Correspondance…, an III, n° 37, Guys à Miot (commissaire des Relations extérieur (...)

6Le 23 août 1798 – soit deux semaines seulement avant que la Porte ne déclare la guerre à la France – un incident éclate à Marseille entre « Moulla Emin Aga, sujet ottoman, [et] Manoli Cussachi [Manolis Koussakis], grec sujet du Grand Seigneur, qui habite dans la même maison du susdit ». L’affaire démarre par une conversation politique, dans laquelle Koussakis se proclame favorable aux Anglais, une position qui ne fait alors qu’illustrer la déception de nombreux Grecs de voir la France se détourner des Balkans pour l’Égypte, mais aussi le prestige grandissant de l’Angleterre après Aboukir8. Dans le feu de la discussion, Moulla Emin Aga soufflète Koussakis, qui va s’en plaindre au négociant de Smyrne Anastasios Kalovolos. Celui-ci obtient du général Noguès, commandant de la place de Marseille, qu’il fasse arrêter Emin Aga, mais ne peut empêcher que Koussakis soit lui aussi incarcéré. Les deux sujets du Sultan sont élargis quelques heures plus tard sur intervention de Stefanos Alexandrakis, marchand crétois récemment nommé consul ottoman à Marseille. Au retour de la prison, Alexandrakis est alors violemment pris à partie par Kalovolos et son commis, le Smyrniote Georgios Emmanouil Isaïou9, qui lui reprochent d’avoir fait libérer le Turc en même temps que le Grec. À son tour, Isaïou soufflète Alexandrakis, et lui signifie « qu’il ne le reconnaissait point comme le chargé des affaires de la Porte ottomane »10. Le lendemain, une pétition de « Moulla Osman Aga, Mamet Aga, Bellul Aga, et autres sujets ottomans, et du Grand Seigneur », réclame à l’agent des Relations extérieures de Marseille (Gabriel-Augustin Guys) que Koussakis, Kalovolos et Isaïou soient « tous trois mis en arrestation comme ennemis des gouvernements français, et de la Porte ottomane, jusqu’à ce qu’il en ait été répondu par Son Excellence l’Ambassadeur de la Sublime Porte ottomane, auprès des corps administratifs à Paris »11. On pourrait être tentés de considérer cet épisode comme symptomatique d’un certain « proto-patriotisme » grec : ce qui avait commencé par une critique de la politique de la Porte a, en effet, rapidement dégénéré en un affrontement entre Grecs et Turcs, avant d’aboutir à une remise en cause de l’autorité du sultan à travers son représentant à Marseille. D’ailleurs, Kalovolos lui-même n’avait-il pas déclaré publiquement trois ans auparavant « qu’il aime mieux être Républicain et homme libre que sujet d’un despote comme il est »12 ? Mais ce credo républicain n’est pas une profession de foi patriotique en faveur de l’émancipation grecque, et les suites de l’incident entre Isaïou et le consul ottoman incitent à repenser les termes d’une cristallisation identitaire pour le moins simpliste.

  • 13 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Noguès à Le Carlier d’Ardon, 11 fructidor an VI/28 août 1798.

7Les autorités militaires de Marseille s’alarment très rapidement des proportions que pourrait prendre ce qu’elles qualifient d’« affaire des Grecs et des Turcs »13. Dès le lendemain de la pétition, le général Noguès demande que lui soit transmis le signalement d’Isaïou :

  • 14 AN, AE, B III 217, n° 222, Noguès à Guys, 8 fructidor an VI/25 août 1798.

il est d’autant plus nécessaire de surveiller cet individu, qu’il est parvenu à ma connaissance que c’est lui qui a excité les Grecs à la révolte contre les Turcs, et qui ne cesse de semer la désunion et la discorde parmi eux, dans l’intention, sans doute, d’amener de plus grands désordres dans la commune de Marseille14.

  • 15 Ibid., n° 220, le même au même, 9 fructidor an VI/26 août 1798.
  • 16 Ibid., n° 216, le même au même, 8 fructidor an VI/25 août 1798 ; Ibid., n° 214, Guys à Talleyrand, (...)

8Également soupçonné d’avoir participé à la réaction royale jusqu’au coup d’État du 18 fructidor an V15, Isaïou est arrêté et emprisonné au fort Saint-Jean de Marseille. Le même jour, Noguès invite Guys à procéder au « désarmement général » des Grecs et des Turcs16. D’un souci principal de maintien de l’ordre public, les autorités marseillaises évoluent donc vers une lecture plus politique des troubles provoqués par Isaïou. Au règlement du conflit entre Grecs et Turcs se superpose le problème d’une situation intérieure instable, et d’une conjoncture diplomatique périlleuse : par ses agissements, Isaïou incarnerait alors cette collusion supposée entre différentes menaces, sans pour autant que le lien les unissant ne soit clairement explicité, et encore moins établi.

  • 17 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Talleyrand à Duval, 29 brumaire an VII/19 novembre 1798 ; Ibid., n.n. (...)
  • 18 Ibid., n.n., le général Quantin (commandant de la division d’Aix) à Fouché (ministre de la Police), (...)
  • 19 Ibid., n.n., Isaïou à l’ambassadeur de Suède en France, 4 ventôse an VII/22 février 1799 ; Ibid., n (...)
  • 20 Ibid., n.n., Isaïou à l’ambassadeur de Suède en France, 4 ventôse an VII/22 février 1799 ; Ibid., n (...)
  • 21 Sur l’implication de Stefanos Isaiou, négociant grec de Smyrne établi à Amsterdam dans les années 1 (...)
  • 22 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Duval aux directeurs du Directoire exécutif, s.d. (v. juin 1799) ; Ib (...)
  • 23 Mandilara 2000, p. 36 ; Échinard 1973, p. 48-49.

9Car ainsi qu’en témoigne son épais dossier de police, Isaïou constitue une énigme. Décrit comme « fort exalté, mais dangereux » ou encore « né avec des passions violentes », il suscite d’autant plus la méfiance qu’il échappe à toute catégorisation : Grec et sujet du Grand Seigneur, il se dit aussi protégé suédois, et ce tout en étant porteur d’un certificat de ce même consul ottoman qu’il a agressé puis désavoué. Libéré, on envisage alors de l’expulser du territoire français, avant de le ré-emprisonner en janvier 1799, officiellement pour faire pièce à l’incarcération de sujets français dans l’Empire qui suit l’entrée en guerre des deux puissances17. Secondé par deux autres Grecs, Isaïou entreprend depuis sa prison une intense campagne de pétitionnement18, clamant son innocence dans ce qu’il qualifie d’« altercation commerciale » avec le consul ottoman. Et bien que les deux se soient officiellement réconciliés depuis19, il continue de s’estimer la victime d’un complot ourdi contre lui par « les Mahométans d’ici », afin de satisfaire le désir de vengeance « d’un mercenaire abject du farouche Musulman »20. En pleine période de guerre avec la Porte, Isaïou tente donc de jouer sur les sentiments anti-musulmans des autorités françaises, tout en minimisant la portée politique de son attaque contre le consul ottoman, dont il affirme d’ailleurs ne plus remettre en cause la légitimité. Mais plus qu’à sa force de persuasion ou à l’intervention de la diplomatie suédoise en sa faveur, Isaïou doit finalement sa libération (en septembre 1799) à l’intercession de son oncle, le puissant marchand grec d’Amsterdam Stefanos Isaiou21 : en proposant de l’employer dans sa maison de commerce hollandaise, celui-ci offre en effet une porte de sortie aux autorités françaises, qui ne souhaitent pas voir séjourner sur le territoire national un individu dont elles ne peuvent non plus justifier le long emprisonnement22. C’est pourtant à Paris que l’on retrouve Isaïou entre 1799 et 1803, date à laquelle il revient vivre à Marseille, avant de quitter définitivement le Vieux-Port en 180523.

  • 24 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Le commissaire de la marine et du commerce français en Hollande à Fou (...)

10À travers ses actes et ses propos, Isaïou présente un double visage. Il est tout d’abord cet individu insaisissable, dont les multiples appartenances sont illustrées par la collection d’épithètes qui lui sont accolées ou qu’il mobilise lui-même – « Grec de nation », « sujet ottoman », « protégé suédois », « Levantin ». Si celles-ci ne sont pas mutuellement exclusives, Isaïou évolue pourtant sur leurs marges : « sujet ottoman », il défie ouvertement l’autorité du consul ; « grec de nation », il est catholique et non orthodoxe, et épousera en 1804 la fille d’un marchand de drap protestant ; protégé d’une nation alliée de la France (la Suède), il prend la défense d’un partisan déclaré de l’Angleterre (Koussakis), et est même soupçonné de menées royalistes, voire d’espionnage24. On le voit, si chacun de ces termes permet de saisir un aspect du personnage, leur accumulation conduit à brouiller son identité bien plus qu’à la révéler. Pourtant, Isaïou n’est pas qu’un possible dissimulateur, navigant à son aise entre des catégories qui ne permettraient pas de le cerner : à son tour, il désigne, nomme et qualifie les éléments du champ social et politique dans lequel il s’inscrit. Parfois par l’opposition : il est ainsi celui qui rejette frontalement l’autorité du consul ottoman, et met l’administration française devant le fait accompli d’un embarrassant « refus d’appartenance ». Parfois, aussi, par une forme de subversion des termes et de leur contenu, comme en témoignent ses propos successivement anti-turcs, anti-ottomans, et anti-musulmans.

  • 25 Ibid., n.n., Filandros et Nikolas à Fouché, 19 thermidor an VII/6 août 1799.
  • 26 Il s’agit vraisemblablement du Pierre Van Sanen que l’on retrouve à Smyrne dans les années 1810 ; A (...)
  • 27 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Pétition des « négociants levantins établis en cette commune de Marse (...)
  • 28 AN, AE, B III 217, n° 217, « Moulla Osman Aga, Mamet Aga, Bellul Aga, et autres sujets ottomans, et (...)
  • 29 AN, AE, B III 218, n° 79, Guys à Talleyrand, 29 nivôse an VII/18 janvier 1799.

11Dans ses multiples formes et manifestations, le discours d’Isaïou reste pourtant cohérent, puisqu’il pointe invariablement une même ligne de fracture séparant d’un côté les « Turcs » ou les « Mahométans », et de l’autre « les Grecs ses compatriotes »25. Mais ces catégories dissimulent une partie de cela même qu’elles prétendent éclairer. Sur les treize signatures figurant au bas d’une pétition en sa faveur des « négociants levantins établis en cette commune de Marseille », onze appartiennent à des marchands grecs, une au négociant Pierre Vanlanne ou Vanlanen, probablement d’origine hollandaise26, et la dernière à un certain « Hatzi Yéménizoglou » dont on ne connaît ni l’origine, ni la parenté27. Si l’on en reste à l’opposition binaire introduite par Isaïou, cette pétition des Grecs viendrait alors faire pièce à celle des « Turcs » qui l’avait conduit en prison. Un examen de cette dernière vient pourtant compliquer cette lecture : à côté du nom de Stefanos Alexandrakis, le consul agressé, figurent diverses signatures ottomanes, ainsi que celle de quatre Grecs ayant eux aussi demandé l’emprisonnement d’Isaïou28. Pour autant, on aurait tort d’en conclure à une scission au sein de la « nation » grecque entre un courant « légitimiste » et pro-ottoman, et une mouvance pro-grecque plus ouvertement « nationaliste ». Les positions comme les déclarations changent en fonction de la conjoncture, ainsi qu’en témoignent les cas de deux des cinq Grecs signataires de la « pétition des Turcs », les cousins « André Marie » et Andreas Giustinianis. Le premier, soupçonné par la police marseillaise d’avoir voulu vendre des armes aux Ottomans, rejoint en prison ce même Isaïou dont il demandait l’emprisonnement, et signe par la suite la pétition en faveur de sa libération29. Quant au second, il s’affiche comme un négociant aisé, et prend en 1804 la succession d’Alexandrakis au poste de consul ottoman, où, peu superstitieux, il emploie comme vice-chancelier l’un des signataires de la « pétition des Grecs » (Ioannis Pirgoulis / Jean Pirghouly), et comme interprète le beau-frère d’Isaïou (Adamis Paul Carus).

12Parce qu’il repose sur la mise en concurrence de différentes définitions de « ce qui est grec », le cas d’Isaïou interroge ouvertement les frontières du groupe, qui semblent fluctuer au gré des entreprises taxinomiques et des pratiques sociales inhérentes à l’opération même de définition et de qualification de l’autre. Il amène donc à concevoir la « nation » comme un champ social et politique à l’intérieur duquel se joue l’affrontement – et parfois la synthèse – de forces contradictoires, tout en interrogeant l’articulation entre logiques collectives et stratégies individuelles qui se retrouve au cœur des conflits de leadership.

Des autorités contestées

  • 30 Martiniello 1992.

13Difficilement traduisible en français, le terme anglo-saxon de leadership renvoie aux pratiques d’autorité, d’influence et de gouvernance au sein d’un groupe défini30. Du fait de la nature même de notre documentation, nous avons spontanément tendance à localiser ce leadership du côté de ces mêmes institutions communautaires dont nous avons déjà évoqué la double activité structurante et normative. Mais ces institutions n’en sont pas les uniques détentrices, et l’influence qu’elles exercent sur le groupe se retrouve régulièrement remise en question.

  • 31 AIHV, A 3 K 14, f° 65v, « Memoria di Sebastiano Raftopulo, chirurgo scientifico, abitante in Paroch (...)
  • 32 Ibid., f° 66r-67r, « Risservata memoria del sottoscritto Guardian Grande [Aggelos Forestis] della C (...)

14La figure la plus classique de la contestation du leadership est sans doute celle du refus frontal de l’autorité exercée par les institutions communautaires. Mais le défi lancé aux institutions ne prend pas systématiquement la forme de la critique ouverte ou de l’insubordination caractérisée. Dans certaines situations, on assiste même à un renversement du modèle, lorsque les institutions communautaires prennent l’initiative de la rupture avec celui ou ceux dont elles considèrent le comportement comme subversif. Un exemple d’une telle dynamique nous est fourni par le mémoire que le médecin chirurgien Sebastianos Raftopoulos adresse en 1826 aux autorités autrichiennes de Venise, pour leur demander de contraindre les anciens Guardiani Grandi de la confrérie grecque à payer une amende de cent ducats, au motif qu’ils n’ont pas respecté le règlement de la nation. Le point de contestation peut sembler mineur, puisqu’il s’agit d’appliquer une délibération de 1803, qui prévoit cette amende pour les Guardiani n’ayant pas confirmé tous les deux ans les salariés de la confrérie, parmi lesquels les chapelains31. Mais plus que le motif même de la plainte, c’est le recours aux autorités autrichiennes pour régler une question relevant de l’administration de la « nation » qui suscite la violente réaction du Chapitre de la confrérie. Tenue de rendre des comptes, l’institution communautaire perçoit en effet l’immixtion de l’administration vénitienne comme un camouflet infligé à son autorité, et la réponse du Guardian Grande à la municipalité vénitienne témoigne de l’ampleur d’un tel affront. Dans sa philippique, Angelo Foresti dénonce le zèle procédurier d’un individu qu’il s’efforce de présenter comme isolé et querelleur32.

  • 33 Son père Ioannis (Zuanne) est élu représentant de la patria de « Zante e Ceffalonia » quasiment san (...)
  • 34 AIHV, A 3 K 13, f° 178r-182r, Procès-verbal du Chapitre Général du 21 novembre 1811.
  • 35 Maltezou et Plumidis 2001, p. 411, n° 1766 (acte de décès du zantiote Niccolò Narantzis, 25 juin 18 (...)
  • 36 AIHV, A 3 K 14, f° 17v-19r, Procès-verbal du Chapitre Général du 2 octobre 1823.
  • 37 Ibid., f° 76v-80r, Procès-verbal du Chapitre Général du 10 décembre 1826.

15Pourtant, la figure du médecin zantiote Sebastianos Raftopoulos (1779-1849) est d’autant plus intéressante qu’elle ne correspond pas au cliché de l’outsider venu semer la discorde dans un groupe jusqu’alors paisible. Ancien médecin de l’hôpital militaire de Sainte-Maure, il est membre de la confrérie vénitienne depuis plus de vingt ans et appartient à une famille ayant donné plusieurs représentants au Capitolo Generale de la confrérie depuis le dernier quart du xviiie siècle33. Sebastianos est lui-même largement élu au Chapitre de 1811, parmi les neuf représentants de la patria de « Napoli di Romania e Malvasia »34. Impliqué dans l’administration de la « nation », il est aussi actif au service de la collectivité : on le retrouve ainsi dès 1810 visitant les malades grecs de Venise, puis dispensant une décennie plus tard des soins gratuits aux réfugiés arrivés dans la Lagune, et provisoirement hébergés dans l’ancien hôpital grec35. À la même période, il se porte candidat comme représentant de la patria de « Napoli di Romania e Malvasia » au Chapitre Général de la confrérie, mais n’est finalement élu que parmi les neuf membres complémentaires de la Junte36. On ne sait s’il faut voir dans cette dernière élection un signe des mauvaises relations qu’il entretient avec d’influents personnages de la « nation ». Toujours est-il que six mois après avoir adressé sa pétition aux autorités autrichiennes de Venise, il est sèchement battu aux trois tours d’élection des représentants de la patria de « Napoli di Romania e Malvasia », qui manque pourtant de candidats pour occuper les dix places qui lui échoient37.

16Mais il y a plus dans cette affaire que le fruit de la trajectoire individuelle de Raftopoulos. Déjà mentionnée, la lettre du Guardian Grande de la Scuola grecque aux autorités vénitiennes le renvoie à sa supposée marginalité vis-à-vis du groupe :

  • 38 AIHV, A 3 K 14, f° 66r-67r, « Risservata memoria… », doc. cit., 3 juillet 1826. Le produit des amen (...)

il semblerait que comme il [Raftopoulos] n’a jamais été de ceux qui, par leurs donations spontanées, soutiennent les importantes dépenses de notre nation en matière de culte, de bienfaisance et d’éducation, il veuille au moins y contribuer, mais toujours aux frais des autres, et sans rien débourser lui-même38.

17Très clairement, Raftopoulos voit donc sa parole disqualifiée du fait même de sa non-participation aux affaires de la « nation », et en particulier à l’effort financier que celle-ci implique. À la contestation d’un individu, le Guardian Grande oppose donc un « intérêt général » dont les élites communautaires, par leur implication dans les réseaux économiques et sociaux de la bienfaisance grecque, seraient les seules véritables garantes. En localisant dans la préservation du « bien public » la source de sa légitimité, l’institution communautaire se permet ainsi de court-circuiter la question des moyens et des finalités de l’autorité qu’elle exerce sur le groupe. Cette stratégie, pour le moins classique, met aussi en évidence la manière dont l’exercice de l’autorité sur la « nation » est pensé comme consubstantiel à (et constitutif) de l’existence même de ce groupe.

  • 39 On trouve au xviiie siècle la trace d’un « sieur Peretié négociant âgé de plus de 70 ans », ancien (...)
  • 40 Voir par exemple AM, 1 I 720, Logeurs et garnis : rapports des commissaires de police, surveillance(...)
  • 41 La Police secrète du Premier Empire. III. Bulletins quotidiens adressés par Fouché à l’Empereur, 18 (...)
  • 42 AN, F 7 3659 / 6, Police générale, Bouches-du-Rhône, an XI-1809, Bulletin du 1er trim. 1807, Articl (...)

18Un dernier cas doit enfin être envisagé, qui est celui de la concurrence entre plusieurs formes et instances de leadership à la tête de la « nation » – ou de ce qu’elles se représentent comme telles. Ainsi des déboires d’Antoine Péretié (ou Pelletier), consul ottoman à Marseille entre 1806 et 1808, face aux quelques Grecs qui tentent de le renverser. Premier Français à occuper la fonction de consul de la Porte dans le port provençal39, Péretié doit remplacer le Grec Andreas Giustinianis, qui, bien que révoqué par la Porte un an plus tôt, continue de se proclamer « Commissaire des relations commerciales de la porte ottomane », s’appuyant sur sa popularité parmi les marins grecs de Marseille pour tenir tête à Istanbul. Fidèles à leur réputation d’indiscipline, les marins grecs multiplient à cette période les troubles sur le Vieux Port, et les autorités marseillaises s’inquiètent ouvertement que la situation n’échappe au contrôle du consul ottoman40. De fait, Péretié se retrouve rapidement débordé, et en appelle en 1807 à l’intervention de la police marseillaise, qui procède à pas moins de 41 arrestations parmi les équipages grecs41. Deux autres individus sont arrêtés, et rapidement accusés d’avoir fomenté l’insubordination des matelots : Ioannis Pirgoulis et Adamis Paul Carus, respectivement vice-chancelier et interprète de l’ancien consul Giustinianis. Décrits comme « deux individus qui n’ont pu voir sans mécontentement la destitution de l’ex-Consul ottoman », ils sont accusés d’avoir voulu déstabiliser Péretié pour servir les prétentions de Giustinianis à recouvrer sa fonction42. Une décennie à peine après son établissement (et alors que nombre de Grecs ont encore en mémoire l’épisode ayant opposé Isaïou et Alexandrakis), le consulat ottoman de Marseille constitue donc un point névralgique des conflits et des tensions qui secouent la petite colonie grecque de Marseille – dont on rappellera qu’elle ne dispose à l’époque ni d’une église, ni d’une quelconque institution pouvant prétendre à représenter la « nation ». Lieu de pouvoir et de représentation, il cristallise en effet les enjeux de leadership au sein du groupe : parce qu’il sait pouvoir compter sur le soutien des marins grecs, Giustinianis se permet donc d’affronter ouvertement son successeur et la Porte Ottomane, de la même manière qu’Isaïou s’était élevé contre Alexandrakis en se faisant le héraut des « Grecs » contre les « Turcs ».

19Plus que l’exemple classique d’une lutte de faction pour la préservation du leadership sur un groupe donné, c’est le profil des deux prévenus et de leur probable commanditaire qui est ici intéressant, tout particulièrement du fait de sa ressemblance avec celui d’Isaïou, leur « ancêtre en subversion ». Tout comme ce dernier, Pirgoulis, Carus et Giustinianis sont en effet des Grecs catholiques originaires de Smyrne, nés dans les années 1770, arrivés à Marseille une vingtaine d’années plus tard, et mariés à des Provençales. Les liens entre les quatre individus sont plus qu’évidents, et ce en dehors même des relations professionnelles : Carus et Isaïou sont beaux-frères, Isaïou et Pirgoulis fréquentent tous les deux la franc-maçonnerie marseillaise, et Giustinianis et Pirgoulis ont signé la pétition demandant la libération d’Isaïou. Un tel profil n’est donc pas qu’affaire de coïncidences, et semble indiquer un motif de dissidence face au consulat ottoman. Plus qu’à une faction politique, nos quatre personnages appartiennent en effet à la « première génération » de la colonie grecque de Marseille, que caractérisent ses origines (principalement smyrniotes), sa foi (catholique) et son fort degré d’insertion dans les réseaux sociaux marseillais – mariage avec des femmes « locales », fréquentation des loges maçonniques, etc. En cela, ils ne correspondent qu’imparfaitement au canon d’une grécité inspirée du système ottoman des millets, et essentiellement fondée sur l’appartenance confessionnelle orthodoxe. Évoluant à la marge de cette définition de la grécité, cette première génération se retrouve aussi progressivement marginalisée à Marseille même, au fur et à mesure qu’arrive une seconde génération d’immigrants grecs qui ne partagent avec leurs prédécesseurs que bien peu de traits communs. Majoritairement originaires des îles égéennes, ils sont pour la plupart orthodoxes, et semblent préférer l’« entre-soi communautaire » à l’intégration dans la société marseillaise. Si cette double marginalisation n’est certainement pas la cause directe des contestations ayant à deux reprises pris pour cible le consul ottoman de Marseille, elle touche néanmoins à un aspect important des dynamiques et des enjeux internes de la colonie grecque de Marseille. En cela, elle invite à repenser la notion de leadership à l’extérieur du seul cadre des institutions communautaires, et donc à complexifier quelque peu l’approche des relations de pouvoir au sein du groupe.

Les mécanismes de l’exclusion

20Les community studies ont majoritairement appréhendé les mécanismes de l’exclusion communautaire du seul point de vue disciplinaire, et en priorité à travers les cas d’individus évoluant aux marges du collectif, ou appartenant aux couches sociales les plus basses des différentes « nations » étrangères. À rebours d’une approche essentiellement fondée sur la tension entre l’individu et le collectif, on a fait ici le choix de s’intéresser aux mécanismes d’une exclusion à la fois moins visible et plus courante, à travers les formes de contrôle social – mais également politique et symbolique – qui s’exerce à l’intérieur du groupe.

  • 43 Sur ce point, voir par exemple l’analyse des mariages de Grecs de Venise aux xvie siècle que propos (...)
  • 44 Mavroidi 1983, p. 512.
  • 45 N. Soutzo, Notions statistiques sur la Moldavie, Jassy, 1849, p. 52.

21Un bon observatoire nous est fourni par la pratique des mariages mixtes, qui scande la vie des colonies de la diaspora grecque depuis le xviiie siècle au moins. À travers eux se joue la préservation d’une identité collective grecque qui se considère comme menacée par les intrusions « extérieures ». Le marqueur de cette altérité est ici la différence confessionnelle : l’affirmation identitaire des Grecs orthodoxes se construit donc ici en miroir du rejet dont ils ont longtemps fait l’objet, transformant une appartenance stigmatisante en un motif de cohésion communautaire. Car si la sociologie a depuis longtemps fait du choix d’un conjoint « hors du groupe » l’un des indicateurs de l’assimilation des étrangers à leur société d’accueil, force est de remarquer qu’au moins durant la période étudiée, les Grecs orthodoxes restent largement rétifs à l’idée de contracter des alliances avec des non-orthodoxes. Ce constat doit bien sûr être nuancé en fonction des espaces étudiés : à Venise, où leur présence est séculaire, les Grecs choisissent parfois des conjoints non-orthodoxes, le plus souvent Vénitiens, un choix qui s’insère dans des stratégies d’ascension sociale ou professionnelle plus larges, et reflète ce que l’on peut lire comme un désir d’intégration à la société d’accueil43. Néanmoins, et malgré une propension plus affirmée qu’ailleurs à l’exogamie religieuse, la plupart des Grecs de Venise contractent encore au xviiie siècle des unions avec des coreligionnaires. Notons toutefois que l’homogamie religieuse n’est pas automatiquement synonyme d’homogamie ethnique ou culturelle : de la même manière que Grecs et Serbes convolent dès le xvie siècle en l’église vénitienne de San Giorgio dei Greci44, Nicolas Soutzo relève au milieu du xixe siècle que « l’identité de la religion et en partie des mœurs » permettent aux négociants grecs installés dans les principautés danubiennes de contracter de fréquentes alliances avec les familles locales45.

  • 46 Herlihy 1979-1980, p. 416.
  • 47 Pera 1899, p. 290-291.
  • 48 Dertilis 1995, p. 117-118.
  • 49 Paris 2001, p. 31-32.
  • 50 Katsiardi-Hering 1986, p. 69 et 129.

22Pour autant, toutes les formes d’exogamie ne se valent pas. Du fait du déséquilibre sexué qui caractérise la démographie des colonies de la diaspora grecque, les femmes grecques font l’objet d’un contrôle social plus strict de la part du groupe. Quant aux filles de l’élite grecque, elles sont très tôt prises dans les stratégies socio-économiques complexes de leurs familles, et promises à épouser des jeunes garçons grecs issus de cette même élite. Ainsi que le souligne Patricia Herlihy, cette pratique a donc pour but de renforcer la solidarité et la cohésion familiales, mais aussi « d’ajouter les liens du sentiment à ceux de l’argent »46. Dès lors, une union avec un non-Grec représente pour sa famille un important « manque à gagner » social et économique – ainsi que, probablement, un camouflet symbolique. Elle représente aussi un potentiel danger, alors stigmatisé par les nombreux récits narrant comment tel marchand amoureux finit par perdre sa réputation ou par dilapider ses biens. À Livourne à la fin des années 1740, la passion du jeune négociant grec Emmanouil Sifneos pour la « scandalosa donna » Antonia Bremonti (par ailleurs amante d’un Turc et dont on rapporte qu’elle compte des Juifs parmi ses amis) provoque l’intervention du prêtre orthodoxe47. Lors de son séjour à Amsterdam vingt-cinq ans plus tard, le jeune Adamantios Koraïs fait à son tour le désespoir de son serviteur Stamatis Petrou, lorsque s’entichant d’une jeune protestante, il va jusqu’à lui promettre de l’épouser et de se convertir48. Encore en 1906, la violente réaction des élites orthodoxes de Marseille à la célébration de l’union entre l’orthodoxe Cléopatra Christophidis et le catholique Paul-Adhémar Clairefond illustre une certaine spécificité de la colonie phocéenne, particulièrement rétive aux unions mixtes jusqu’à une époque très tardive49. Cette pratique semble néanmoins plus courante dans d’autres colonies, comme par exemple à Trieste : Olga Katsiardi-Hering pointe en effet qu’après un xviiie siècle et un premier xixe siècle marqués par une endogamie exclusive, la proportion des mariages mixtes face aux unions entre orthodoxes augmente sensiblement entre 1815 et 1830 : 5 contre 13 pour la période 1815-1819, puis 10 contre 31 entre 1820 et 1824, et enfin 21 contre 33 entre 1825 et 182950.

  • 51 Costituzioni e capitoli…, op. cit., Chapitre I.
  • 52 ASL, Governo civile e militare di Livorno, reg. 15, f° 173r-174v, Pétition, doc. cit., s.d.
  • 53 Sur ce point, voir Kitromilides 2008, p. 328.

23Malgré ces tardifs signes d’ouverture, et bien que les pratiques diffèrent d’un lieu à l’autre, les mariages mixtes constituent entre le xviiie et le xixe siècle un motif récurrent d’exclusion de la communauté – une exclusion qui peut alors prendre des formes très différentes, allant de la mise au ban formelle des époux à leur rejet tacite par leurs pairs et leurs relations. Le cas le plus symptomatique est sans doute celui de Livourne, où les statuts de la confrérie de la Santissima Trinità prévoient que les hommes orthodoxes ayant épousé des femmes d’une autre religion seront exclus des votes et des charges électives51. Signe que la pratique des mariages mixtes est alors répandue dans la « nation » livournaise, cette mesure provoque un vif débat parmi les Grecs52. Malgré cette résistance, la mesure est adoptée à la majorité des 67 membres du chapitre de la confrérie livournaise, une décision qui peut être lue à la fois comme la preuve du rôle essentiel que joue aux yeux des Grecs de Livourne le critère religieux dans leur identité communautaire, et comme le signe de l’inscription de la question matrimoniale dans un contexte culturel plus large, qui voit certains des plus grands intellectuels grecs de la fin du xviiie siècle dénoncer une dangereuse « occidentalisation » de la culture grecque53.

  • 54 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 24/2, n° 62, « Informazione per la Chiesa, e Nazione Greca… », doc. c (...)
  • 55 ASL, Chiesa greca non unita…, II/6, f° 8rv, Motuproprio, doc. cit., 1760 ; ASL, Governo militare e (...)

24Parallèlement à cela, la mesure suscite l’opposition des autorités livournaises, qui refusent même pour un temps d’enregistrer les statuts de la confrérie. Bien entendu, on distingue derrière ces résistances livournaises l’œuvre des puissants cercles catholiques toscans, qui voient d’un mauvais œil ce qu’ils considèrent comme un obstacle à leur ambition de rallier un jour les orthodoxes de Livourne à la « vraie foi ». Les Grecs, eux, arguent que le pape comme l’archevêque de Pise ordonnent aux époux de catholiques d’abjurer leur foi originelle, et qu’ils ne peuvent donc se permettre d’exposer leur confrérie à l’entrisme de ces nouveaux convertis54. Intraitables sur la question de l’administration de leur « nation », ils finissent par obtenir gain de cause. De fait, les « vrais » mariages mixtes (c’est-à-dire les unions où chacun des époux conserve sa foi d’origine) restent introuvables à Livourne : sévèrement réglementés par les autorités toscanes, leur célébration est soumise dès le motuproprio de 1760 aux autorisations particulières du gouverneur de la ville et de l’archevêque de Pise, ce dernier n’hésitant pas à conditionner son accord à l’obtention d’une dispense pontificale55.

  • 56 Vlami 1997, p. 85, n. 11.
  • 57 Panessa 1991, p. 55.
  • 58 Cini 2007, p. 102.

25Malgré leur effort de normativation des pratiques matrimoniales, les instances communautaires ne peuvent pas empêcher que se célèbrent à Livourne des unions entre orthodoxes et non-orthodoxes (principalement catholiques) aux xviiie et xixe siècles : Despina Vlami n’en dénombre pourtant que trois sur un total de trente mariages célébrés entre 1760 et 1807, mais souligne que cette proportion augmente au cours du xixe siècle56. Parallèlement, et du fait de la faiblesse démographique de la colonie grecque comme de la permanence des structures endogamiques traditionnelles, on remarque un net développement des unions entre cousins germains, qui sont célébrées avec l’assentiment du Conseil des Seize. De telles pratiques, interprétées par Giangiacomo Panessa comme le signe d’une « obsession de l’homogénéité religieuse »57, constituent également un bon indicateur de la force du contrôle social que les instances communautaires exercent sur la « nation », dans un contexte où le marché matrimonial demeure souvent des plus restreints. En régulant l’accès aux décisions et aux charges, elles parviennent en effet à maintenir à l’écart des activités de la confrérie ceux dont elles estiment que leurs pratiques individuelles exposent l’ensemble du groupe à une menace d’entrisme catholique. Le seul critère religieux ne suffit pourtant pas à expliquer l’ensemble des ressorts de ce mécanisme d’exclusion, qui sert à l’évidence d’autres desseins que la seule préservation de l’homogénéité confessionnelle de la « nation ». Elles permettent en effet de maintenir les grands équilibres sociaux du groupe, ainsi que d’asseoir le contrôle de la confrérie sur l’ensemble de la colonie – via le monopole qu’elle exerce sur les mécanismes de production de l’identité communautaire. De fait, lorsque la confrérie livournaise modifie pour la première fois ses statuts en 1873, deux des novelles mesures qu’elle adopte concernent la levée de l’interdiction de 1775, et l’autorisation faite aux époux de femmes non-orthodoxes à participer à l’administration de la « nation »58 : à cette date tardive, la confrérie exerce désormais un contrôle quasi absolu sur les mécanismes du lien communautaire, et n’a plus à craindre que son autorité ne soit remise en cause par des éléments extérieurs au groupe.

26L’étude des mécanismes d’exclusion liés aux pratiques matrimoniales est bien sûr loin d’épuiser le thème de l’exclusion en général. Elle permet cependant de mettre en évidence un certain nombre de constantes qui caractérisent l’ensemble du phénomène : tout d’abord l’inadéquation chronique entre stratégies individuelles et collectives, mais aussi l’effort de préservation de l’identité communautaire à travers l’activité normative des institutions, ou encore les impasses d’un « entre-soi communautaire » pris en tenaille entre les risques d’un isolement communautariste trop accru (par exemple, les mariages entre cousins germains), et les dangers d’une « ouverture » jugée porteuse de corruption. Pour autant, l’exclusion du groupe n’équivaut pas systématiquement à une mort sociale ou économique.

  • 59 Dogo 1996-1997, p. 91.

27Alors que les historiens ont parfois tendance à élever l’appartenance au groupe et la solidarité communautaire au rang de sésames de la réussite économique et sociale des populations minoritaires, nombre de trajectoires individuelles viennent ainsi rappeler que la « nation » peut aussi constituer un carcan dont certains acteurs peuvent chercher à s’affranchir, parfois à leur meilleur profit. Si elle ne constitue pas à proprement parler un phénomène d’exclusion du groupe, cette mise à distance du collectif répond à des stratégies individuelles dont il conviendrait d’explorer plus à fond les ressorts et les mécanismes. À titre d’exemple, Marco Dogo relève ainsi que parmi les Grecs et les Juifs de Trieste au xviiie siècle, « les considérations économiques pouvaient prévaloir sur les sentiments de solidarité » : nombre de marchands fortunés choisissent alors de s’affranchir de la pesante tutelle communautaire, et refusent de payer leurs droits annuels aux institutions de leurs « nations » respectives59.

28On l’a dit, ces exemples dépassent la classique opposition entre dynamiques collectives et stratégies individuelles, et posent plus largement la question du caractère inclusif du lien communautaire. S’il existe bel et bien des formes de solidarité et d’appartenance propres au groupe, celles-ci cohabitent avec d’autres référentiels identitaires qui ne se réduisent pas au seul espace de la « nation ». Parce qu’elle interroge en permanence les frontières toujours recomposées du collectif, cette dialectique entre « intérieur » et « extérieur » du groupe interroge donc en définitive son contenu même.

Ingérences

29Les ingérences extérieures dans les affaires communautaires participent de cette dynamique, ne serait-ce que parce qu’elles appellent une clarification voire une redéfinition de la frontière entre un « dedans » (a fortiori un centre) légitime, et un « dehors » illégitime. Pour autant, ce qui est considéré comme « intérieur » dans un certain contexte peut devenir « extérieur » dans d’autres circonstances. En témoigne le cas des prêtres orthodoxes, qui, s’ils constituent à maints égards des éléments centraux de la dynamique communautaire, peuvent aussi devenir des acteurs intrusifs au gré des recompositions du groupe et des rapports de forces qui le structurent.

Le cas des prêtres

Des prêtres en dissidence

30Le postulat d’un leadership incontesté des prêtres orthodoxes sur les colonies de la diaspora grecque procède plus d’une lecture idéologique du phénomène communautaire grec dans son ensemble, que d’une analyse fine des mécanismes de domination à l’œuvre dans chacun de ces groupes. De fait, l’autorité des prêtres orthodoxes se retrouve régulièrement contestée, et derrières les querelles de personnes se profilent une fois encore des conceptions antagonistes du fait communautaire lui-même.

  • 60 Sur ce point, voir la vieille mais précieuse étude de Douin 1926, p. 15-64. Rappelons que les année (...)
  • 61 L’Indépendant. Journal de Lyon, n° 62, 24 mai 1826. Ce texte est reproduit en annexe (Document 4). (...)

31À l’automne 1825 éclate à Marseille un violent conflit opposant le desservant de l’église grecque-orthodoxe de Marseille (Arsenios Ianoukos) et le grand négociant et armateur sciote Georgios Tzitzinias, accusé de faire construire dans les arsenaux phocéens des navires de guerre pour le pacha d’Égypte, allié du Sultan60. Dans un prêche d’une rare violence (qui plus est repris par plusieurs journaux français tels que L’Indépendant de Lyon et Le Globe littéraire), Arsenios excommunie en chaire celui qu’il qualifie d’« enfant dénaturé de la Grèce », et qu’il invite à rejoindre ses maîtres ottomans61.

  • 62 Hatziiossif 1980, p. 355.

32À défaut de représenter une constante (la relative rareté des cas recensés nous empêchant de trop généraliser nos observations), ce type de conflictualité révèle une ligne de fracture récurrente dans les rapports intra-communautaires grecs. Dans son travail sur la colonie grecque d’Égypte dans les années 1830 à 1850, Christos Hatziiossif a ainsi pointé un « antagonisme entre l’élément laïque et l’Église pour la primauté dans la vie sociale de la colonie »62. Et s’il faut à l’évidence se garder de voir dans la position des prêtres celle de l’ensemble de l’Église orthodoxe, il n’en reste pas moins que les positions des différents acteurs s’expriment principalement en termes de leadership sur le groupe, et que ces conflits mettent plus largement aux prises des conceptions antagonistes de la grécité. Ainsi du prêtre Arsenios, qui se pose en seul détenteur de l’autorité spirituelle et temporelle sur la communauté marseillaise :

  • 63 L’Indépendant. Journal de Lyon, n° 62, 24 mai 1826.

Obéissant donc à la religion et au devoir sacré que m’impose la patrie, attendu qu’il ne se trouve à Marseille personne d’un grade supérieur au mien, en vertu du pouvoir sacerdotal que je tiens de notre Sainte Église et par la Grâce du Saint-Esprit, au nom de l’indivisible Trinité, je vous rejette, vous et vos complices du sein de l’Église du Christ, et la patrie par ma voix vous déclare déchu des droits de Citoyen Grec et indigne d’en porter le nom63.

  • 64 AD, 128 V 1, n.n., Montgrand à Villeneuve-Bargemon, 12 novembre 1825 : « Depuis ce moment, les autr (...)

33Ici, Arsenios ne se fait pas seulement le héraut du philhellénisme, mais surtout l’unique dépositaire de toute légitimité civique, sa fonction de prêtre orthodoxe faisant de lui le garant naturel de la patrie et de la citoyenneté grecques. Quant à la suite du conflit, elle illustre bien la manière dont ces questions identitaires s’articulent à une pratique du leadership communautaire. En réaction à l’attaque du prêtre, les négociants sciotes, solidaires de Tzitzinias, instaurent l’épreuve de force, en poussant les Grecs de Marseille à boycotter l’église orthodoxe. Le bras de fer ne trouve alors son dénouement qu’avec la démission d’Arsénios, bientôt remplacé par le prêtre sciote Kallinikos Kreatzoulis64.

34Plus de dix ans après les faits, une lettre du ministre grec des Affaires étrangères au roi Othon ier, vient éclairer sous un jour différent les possibles motivations de ce qui est alors décrit comme un « acte ridicule d’excommunication lancé dans une époque désastreuse par un prêtre également fou et fanatique et dont cette folie n’est pas le seul dans le cours de sa vie ». Selon le ministre, Arsenios aurait en effet été

  • 65 MGAE, 1836, 37/4, Προξενεία της Ελλάδος είς Μασσαλίαν, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 21 août/2  (...)

trompé, dit-on, dans son espoir d’obtenir la cure de la chapelle grecque de Marseille, et sachant que MM. Zizinia frères étaient ceux qui avaient soutenu le plus son compétiteur, homme sage et vénérable, la haine lui fit oublier ce qu’il devait à cette même famille Zizinia à laquelle il avait plus d’une obligation, et se porter à l’instigation aussi de certains autres individus, à commettre un acte ridicule en lançant l’excommunication65.

35Rancœur personnelle, ingratitude envers ses « bienfaiteurs » (les Tzitzinias font partie du comité qui nomme et salarie le prêtre de l’église marseillaise), soumission à des pressions extérieures : les arguments ne manquent pas au ministre pour disqualifier le geste d’Arsenios. Mais quand bien même il serait fondé, ce portrait d’un demi-fou manipulé par une faction ne change pas l’enjeu essentiel de la crise marseillaise de 1825 : le bras de fer entre le prêtre et le négociant est avant tout un conflit pour le contrôle du leadership communautaire, et la défaite du premier ne fait alors qu’illustrer une tendance plus générale, dont on relève au même moment des indices dans la quasi-totalité des colonies de la diaspora grecque.

Le temporel et le spirituel

  • 66 Mutinelli, Annali urbani di Venezia…, op. cit., p. 333-334.
  • 67 Ibidem, p. 335.

36Posée avec force lors de la crise marseillaise, la question de l’ingérence des prêtres dans les affaires communautaires est pourtant bien plus ancienne. Dès 1527, le Céphalonien Giovanni Angerini, premier chapelain orthodoxe élu par la « nation » grecque de Venise, se trouve ainsi clairement mis en garde par la confrérie grecque-orthodoxe quant au fait qu’« il ne doit s’immiscer d’aucune manière dans la Scuola et la fabrique de San Giorgio [dei Greci] »66. Et lorsqu’elle décide près d’un siècle plus tard (1617) de faire venir à Venise un nouveau prélat, la même Scuola fixe trois conditions qui traduisent bien son souci de limiter au maximum le pouvoir temporel du prêtre : « qu’il ne s’immisce en aucune manière dans le gouvernement de l’église et de la scuola », qu’il n’intervienne pas dans les réunions du chapitre, et que le chapitre conserve le droit de licencier le prêtre « s’il ne plaît pas à la « nation »» (quando alla nazione non piacesse)67. La crise ouverte à Venise par Meletios Typaldos au début du xviiie siècle provoque en retour un durcissement des mesures visant à séparer les sphères spirituelle et temporelle. La fracture entre autorité laïque et pouvoir ecclésiastique tend encore à s’accroître au cours du xviiie siècle, principalement du fait de la vacance du siège archiépiscopal orthodoxe de Venise depuis le décès de Typaldos en 1713, jusqu’à l’élection en 1780 de Sofronios Koutouvalis. À défaut de sécularisation, on assiste ainsi à une progressive autonomisation du corps laïque de la colonie, ainsi qu’à une affirmation accrue du pouvoir de la confrérie sur la gestion des affaires temporelles comme sur la supervision des affaires ecclésiastiques. Le nouveau règlement dont se dote la confrérie vénitienne en 1821 constitue sans nul doute un bon indice de cette évolution : si leur rôle de guides spirituels y est réaffirmé avec force, les desservants de l’église de San Giorgio dei Greci font désormais figure d’exécutants au service d’une administration communautaire totalement contrôlée par la Scuola.

  • 68 Statuti e Regolamenti…, op. cit., Chapitre VII, Article 6.
  • 69 Costituzioni e capitoli…, op. cit., Chapitre V.
  • 70 Cini 2007, p. 99.

37Cette évolution touche l’ensemble des colonies de la diaspora grecque entre le dernier tiers du xviiie siècle et le premier quart du xixe. Et s’il est difficile d’estimer à quel point la crise vénitienne a pu servir d’avertissement pour les autres colonies, on constate que toutes adoptent rapidement le principe d’une nette séparation entre affaires laïques et charge d’âmes. Alors que dès 1775, la confrérie livournaise réglemente très strictement le rôle d’un prêtre qu’elle cantonne au seul espace de son église, son homologue triestine s’efforce de garantir la bonne coopération entre les « deux hiérarchies » laïque et ecclésiastique68. Quant au conseil de fabrique marseillais, il profite de la crise ouverte par Arsenios pour asseoir définitivement son pouvoir sur l’église grecque-orthodoxe : son successeur Kallinikos Kreatzoulis est ainsi choisi pour sa fidélité à l’élément sciote de la colonie grecque, et lui aussi relégué aux seules fonctions spirituelles et éducatives. Si la graduelle soumission du personnel ecclésiastique aux autorités temporelles de la communauté caractérise l’ensemble des colonies de la diaspora grecque, il convient cependant de ne pas sous-estimer l’importance des différentes donnes locales dans l’accomplissement de ce processus. Alors qu’à Marseille, le conflit opposant Arsenios à Tzitzinias en a constitué l’élément déclencheur, les Grecs de Livourne et de Trieste cherchent principalement à conjurer la menace d’un « schisme intra-communautaire », après les conflits ayant opposé « Grecs », « Illyriens » et uniates au cours du xviiie siècle. Dès lors, la mise sous tutelle du personnel ecclésiastique vise non seulement à renforcer un leadership institutionnel principalement formulé en termes disciplinaires, mais aussi à éviter que celui-ci ne soit concurrencé sur le terrain doctrinal. C’est particulièrement clair à Livourne, où la confrérie interdit au prêtre de correspondre avec d’autres religieux orthodoxes sans l’assentiment formel du Conseil des Seize69. En maintenant le desservant de l’église orthodoxe dans un certain isolement vis-à-vis de ses pairs, la confrérie cherche certes à écarter une possible menace uniate, dont Umberto Cini rappelle que les promoteurs se recrutaient parfois dans les rangs du clergé70. De manière non moins importante, elle cherche aussi à se positionner au sommet de la hiérarchie communautaire, en court-circuitant la concurrence que pourrait lui faire « de l’extérieur » le lien unissant le prêtre à la hiérarchie religieuse orthodoxe.

Des défis « extérieurs » ?

Les patriarches à la manœuvre

38L’autorité des institutions laïques et ecclésiastiques se retrouve fréquemment bousculée par les initiatives d’acteurs extérieurs à la donne communautaire, au premier rang desquels les autorités ecclésiastiques orthodoxes. Résolues à assurer leur mainmise sur les colonies de la diaspora grecque, celles-ci se livrent à distance une âpre lutte d’influence, qui culmine dans la seconde moitié du xviiie siècle. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit d’annexer les riches paroisses de la diaspora à des sièges patriarcaux souvent désargentés, et en perpétuelle recherche de nouveaux revenus. Les nombreuses tentatives de séduction à l’endroit des Grecs de la diaspora témoignent alors non seulement de la préservation d’un lien particulier entre ces Grecs orthodoxes et les centres et les figures traditionnels du monde orthodoxe, mais aussi de l’éclatement qui caractérise au xviiie siècle l’Église orthodoxe.

39Théoriquement unifiée derrière le patriarche de Constantinople, l’Église orthodoxe fonctionne en pratique sur un mode polycentrique, qui permet aux titulaires des trois autres sièges patriarcaux historiques de la Chrétienté orientale – Alexandrie, Antioche et Jérusalem – de revendiquer périodiquement leur autonomie face au centralisme constantinopolitain. Autant que l’ambition personnelle des différents patriarches, cette situation reflète une ambiguïté structurelle de la hiérarchie ecclésiastique orthodoxe : si le siège de Constantinople est reconnu comme primus inter pares et « patriarcat œcuménique », une définition trop floue de sa juridiction a longtemps permis aux autres patriarches de contester épisodiquement cette suprématie, et plus régulièrement de lui en disputer les bénéfices. À cette concurrence verticale s’ajoute une rivalité horizontale, qui met fréquemment aux prises les patriarches d’Alexandrie, Antioche et Jérusalem. Rarement directe, la lutte d’influence qu’ils se livrent vise principalement à étendre leur influence personnelle, ainsi qu’à accroître les revenus de leurs sièges.

  • 71 Tsirpanlis 2002, p. 141-143. La trajectoire de certains individus peut à l’occasion déjouer la rela (...)

40Du point de vue canonique, les églises grecques-orthodoxes de Venise, Livourne et Marseille dépendent toutes de l’autorité du patriarcat œcuménique de Constantinople. C’est à Venise que ce lien est sans doute le plus étroit : bien qu’il n’apparaisse qu’assez tardivement dans l’histoire de la présence grecque à Venise (deuxième moitié du xvie siècle), le patriarche œcuménique entretient aux xviie et xviiie siècles une correspondance régulière avec la Scuola de San Nicolò, ainsi qu’avec l’archevêque du siège métropolitain de Philadelphie dont il entérine depuis le xviie siècle chaque élection71. Et si le métropolite détient la réalité du pouvoir, le patriarche n’en demeure pas moins une autorité en matières doctrinaire et disciplinaire.

  • 72 Certaines des lettres patriarcales aux marchands de la « compagnie » (κομπανία) grecque de Sibiu on (...)

41L’apparente suprématie du siège de Constantinople n’empêche pas les autres patriarches de chercher à asseoir leur influence sur les colonies de la diaspora grecque. Prétextant généralement de vouloir garantir l’intégrité religieuse de ces populations orthodoxes jugées particulièrement exposées (parce qu’évoluant le plus souvent dans un environnement catholique), les patriarches entretiennent avec elles des correspondances révélant rapidement des préoccupations beaucoup plus matérielles. Dans leur quasi totalité, les lettres patriarcales ont en effet pour objet de demander des subsides aux marchands grecs de la diaspora, et de les remercier pour leurs dons précédents. Dès la fin du xviie siècle, les patriarches de Jérusalem Dositheos (1669-1707) et Chrysanthos (1707-1731) pressent régulièrement les marchands grecs installés dans les Principautés danubiennes d’augmenter leurs aumônes en faveur du Saint-Sépulcre. À peine les marchands s’exécutent-ils, qu’ils reçoivent une nouvelle missive du patriarche pour les remercier de leur don… et les prier d’envoyer de nouveaux subsides72. Si de nombreuses colonies grecques correspondent avec plusieurs sièges patriarcaux simultanément, elles sont rapidement annexées à l’aire d’influence de l’un d’entre eux. Sans qu’on puisse parler d’allégeance formelle, cette influence les lie à une autorité qui, en retour, leur garantit une assistance qui ne se limite pas aux seules questions spirituelles. En se faisant les bailleurs de fonds de patriarches qui, dans l’Empire ottoman, sont à la tête de véritables factions politiques en mesure d’influer sur la conduite des affaires publiques, les marchands de la diaspora grecque investissent aussi dans le jeu politique ottoman. Un cas fameux est celui des négociants sciotes, qui, grâce à leurs nombreux dons en faveur du patriarcat de Constantinople, parviennent dans la seconde moitié du xviiie siècle à contrôler ce siège et à infiltrer les rangs du Phanar.

  • 73 Vlami 2000, p. 278-279.
  • 74 Panessa 1991, p. 43.
  • 75 Repetti 1833-1846, II, p. 778-779.
  • 76 G. Moroni Romano, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica da S. Pietro sino ai nostri giorni(...)
  • 77 Mis en place par le parlement grec en 1833, le Saint-Synode de l’église orthodoxe de Grèce ne sera (...)
  • 78 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 13, n° 33, 26 septembre 1765 ; Tomadakis 1940, p. 91.
  • 79 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 16, n° 39, 10 janvier 1767 ; Ibidem, reg. 18, n° 46, 8 août 1768.
  • 80 Ciano 1986, ici p. 71. Sur les relations que la Russie entretient avec les sièges patriarcaux ortho (...)

42Les Grecs de Livourne entretiennent à partir de la seconde moitié du xviiie siècle une correspondance suivie avec au moins trois des quatre grands sièges patriarcaux de l’Église orthodoxe d’Orient (Alexandrie, Constantinople et Jérusalem), ce qui en fait vraisemblablement l’une des colonies grecques les plus fortement convoitées du monde orthodoxe73. D’un point de vue institutionnel, Giangiacomo Panessa a déjà souligné que le statut de l’église de la Santissima Trinità demeurait incertain, et relevé ce qu’il qualifie d’« indices de soumission au patriarcat œcuménique de Constantinople »74. De toute évidence, ces indices sont aussi ténus pour l’historien qu’ils ne l’étaient déjà pour les contemporains. Publié en 1835, le second volume du Dizionario geografico, fisico, storico della Toscana d’Emanuele Repetti rapporte ainsi que les Grecs dits « schismatiques » dépendent du patriarcat grec-orthodoxe d’Antioche75. Onze ans plus tard, le monumental Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica reproduit quasi-intégralement les pages que Repetti consacre à Livourne ; parmi les rares modifications qu’il apporte, son auteur affirme que les orthodoxes de Livourne dépendent du patriarcat de Constantinople et du synode episcopal de Grèce76. Si le Saint-Synode est une création postérieure à l’indépendance de l’État grec (1833)77, il est probable que l’église livournaise ait dépendu jusqu’à cette date du seul siège constantinopolitain. De fait, le patriarche œcuménique intervient en quelques occasions dans la vie ecclésiastique de la colonie livournaise. En 1765, Samuel ier Hangerli est sollicité par la confrérie, qui souhaite obtenir son avis sur l’opportunité de célébrer le culte selon le rite russe plutôt que le grec – bien que la réponse n’ait pas été conservée, celle-ci semble avoir été négative78. Deux ans plus tard, c’est encore devant Samuel ier que la confrérie vient s’expliquer, suite au scandale né du licenciement du prêtre Grigorios Xenos, remplacé par Anthimos Papadopoulos d’Arta79. Enfin en 1774, son successeur Sophronios II (1774-1780), de passage à Livourne, célèbre en personne un Te Deum en l’église de la Santissima Trinità à l’occasion de la Sainte-Catherine – une initiative qui peut se lire comme un geste d’ouverture à l’intention du pouvoir russe, par ailleurs grand bailleur de fonds de certains sièges patriarcaux comme celui d’Alexandrie80.

  • 81 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 7, n° 14, 9 novembre 1761 ; Dell’Agata Popova 1978, p. 25.
  • 82 Panessa 1991, p. 44.
  • 83 Tomadakis 1940, p. 90. L’auteur mentionne également les interventions répétées du patriarche de Jér (...)
  • 84 Ce point est signalé par Panessa 1991, p. 43.
  • 85 ASL, Chiesa greca non unita…, I/1, p. 34, Délibération, 24 mai 1785.
  • 86 Vlami 2000, p. 279.

43Peut-être du fait de la rareté des interventions patriarcales ou du flou qui entoure le statut ecclésiastique de la Santissima Trinità, l’autorité constantinopolitaine se retrouve rapidement concurrencée à Livourne par celle du siège alexandrin. Ses titulaires multiplient en effet les démarches auprès de l’église et de la confrérie grecques-orthodoxes, dans le but apparent d’asseoir sur elles leur influence, et de s’attirer les aumônes des riches négociants grecs. Dès 1761, le patriarche Matthaios (1746-1766) félicite la « nation » grecque de Livourne pour la récente fondation de l’église de la Santissima Trinità, avant de leur recommander le moine crétois Moisè pour en exécuter la décoration intérieure – le style « decisamente occidentalizzante » du peintre ionien Spyridon Romas sera finalement préféré à la « maniera schematica e arcaizzante » de Moisè81. S’ensuit alors une correspondance assez dense, qui montre que le siège alexandrin parvient rapidement à annexer l’église livournaise à sa sphère d’influence. Dès la fin des années 1760, les Grecs de l’emporium toscan versent à Matthaios puis à son successeur Kyprianos (1766-1783) un tribut annuel de 50 grossi82. Mais ces relations ne s’arrêtent pas aux seules considérations économiques, puisque Kyprianos conseille et assiste aussi les desservants de l’église livournaise, voire joue un rôle dans leur recrutement et leur ordination83. Il semble pourtant que cette tutelle alexandrine devienne rapidement trop encombrante, et dès 1775, les statuts de la nouvelle confrérie grecque excluent formellement toute soumission au patriarcat d’Alexandrie84. Dix ans plus tard, les Grecs cessent de verser leur tribut au patriarche, probablement afin d’éviter que la pratique ne s’institutionnalise85. Les occupants du siège alexandrin (Gerassimos III de 1783 à 1788, Parthenios II de 1788 à 1805, et Theophilos III de 1805 à 1825), ne se montrent pourtant guère disposés à renoncer aux bénéfices de l’aide livournaise, et continuent de solliciter les subsides des Grecs86. Encore en 1826, le patriarche Ierotheos (1825-1845) adresse aux Grecs de Livourne une demande de subsides au nom de l’ancienneté d’une pratique ayant selon lui force d’engagement contraignant entre les deux parties :

  • 87 Lettre du 5 mai 1828, reproduite dans Tomadakis 1940, p. 91.

Rentré en Égypte à la fin du mois de juillet, nous avons trouvé dans les archives du Patriarcat la lettre ci-jointe, dont une copie est dans l’archive de votre Église Sacrée, expédiée de là il y a soixante-cinq ans et adressée au glorieux et très-saint Patriarche Mattheos d’Alexandrie, dans laquelle vous mentionniez nos devoirs respectifs, comme une obligation pour chacun87.

  • 88 Costituzioni e capitoli…, op. cit., Chapitre v.
  • 89 Encore au milieu du xixe siècle, le patriarche d’Alexandrie et le consul de Russie interviennent da (...)
  • 90 Costituzioni e capitoli…, op. cit., Préambule. Le troisième objectif alors affiché, la « tranquilli (...)

44Si les Grecs de Livourne ont décidé de tourner le dos à ces « obligations », c’est sans nul doute par crainte d’une trop grande ingérence extérieure dans les affaires de la communauté. En témoigne le fait qu’à partir de 1775, ils ne se contentent pas de prendre leurs distances avec le siège alexandrin, mais aussi avec l’ensemble de la hiérarchie ecclésiastique orientale. Une disposition des statuts de la confrérie prévoit ainsi l’interdiction et l’annulation des legs faits aux monastères et autres institutions religieuses du Levant, pour les transmettre d’office à l’église de la Santissima Trinità88. Quant à l’interdiction désormais faite au desservant de l’église de correspondre avec d’autres religieux orthodoxes, elle s’inscrit elle aussi dans une logique d’autonomisation accrue des institutions communautaires (ici, l’église et la confrérie) face à la hiérarchie ecclésiastique orientale. De manière significative, la période à laquelle l’intrusion du patriarcat d’Alexandrie est la plus intense, court donc de la fondation de l’église (1760) à celle de la confrérie (1775) : à n’en pas douter, il s’agit d’une période de grande fébrilité pour les orthodoxes de Livourne, qui, une décennie après leur orageuse séparation d’avec les Uniates, cherchent à garantir une protection ecclésiastique à leur nouvelle église89. Cependant, les statuts de 1775 témoignent d’une nette reprise en main des questions religieuses par la confrérie. Ce faisant, celle-ci s’attribue un contrôle exclusif sur les mécanismes du « lien communautaire », et veille jalousement à protéger ce qu’elle considère comme son pré carré. S’il est probablement encore trop tôt pour parler de sécularisation en cette fin de xviiie siècle, cette tentative d’émancipation de toute tutelle ecclésiastique témoigne d’une autonomisation croissante de l’identité communautaire grecque face à un critère religieux jusqu’alors au coeur du dispositif identitaire grec. À la distinction de plus en plus fréquemment réaffirmée entre charge d’âmes et affaires laïques, fait alors écho le double objectif énoncé par la confrérie en préambule de ses statuts, promulgués « en l’honneur de Notre Seigneur et pour la dignité (decoro) du nom de Grec »90.

L’entrisme russe

  • 91 Biagi 1986, p. 95.
  • 92 La formule « Orthodox commonwealth » pour désigner les Balkans au xviiie siècle est de Kitromilides (...)
  • 93 Kitromilides 2009, p. 169-197.
  • 94 Sur ce point, voir par exemple Jassaud, Mémoire sur l’état physique et politique…, op. cit., p. 47.

45Autre forme d’entrisme « à distance » des colonies de la diaspora grecque, les entreprises de séduction russes sont exactement contemporaines des tentatives patriarcales dans le même sens. Le traité de paix de Küçük Kaynarcı (21 juillet 1774) permet aux Russes d’exercer un protectorat de fait sur les populations orthodoxes de l’Empire ottoman, dans un contexte de méridionalisation des intérêts stratégiques russes à partir du règne de Catherine II (1762-1796)91. Outre son volet militaire (qui culmine avec les deux guerres russo-turques de 1768-1774 et 1787-1792), cette politique ouvertement panorthodoxe et volontiers panslave inclut un important travail de propagande pro-russe, dans l’Empire ottoman grâce au travail des missions russes, mais aussi auprès des populations du « commonwealth orthodoxe » des Balkans, ainsi qu’en Dalmatie vénitienne92. Au sein de ce dispositif, les populations grecques tiennent bien sûr une place de choix, et la Russie, dans sa tentative de saper l’autorité du Sultan sur ses sujets orthodoxes, leur fait volontiers miroiter son aide en cas de soulèvement, créant ainsi parmi les Grecs ce que l’historien Paschalis Kitromilides a qualifié d’« attente russe » (ρωσικη προσδοκία)93. Et si la frilosité du soutien russe aux insurrections grecques des années 1770 vient instiller le doute quant à la fiabilité d’un tel soutien, la Russie jouit encore au début du xixe siècle d’un grand prestige parmi les Grecs de l’Empire ottoman94.

  • 95 Sur les réformes de Sélim III, voir Harlaftis et Laiou 2008.
  • 96 Jassaud, Mémoire sur l’état physique et politique…, op. cit., p. 40, 50, 61 et 86-87.

46À ce volet politique s’ajoutent des initiatives économiques en direction des marchands et des capitaines grecs. Dès le milieu des années 1770, et conformément aux dispositions du traité de Küçük Kaynarcı, ces derniers sont autorisés à naviguer sous pavillon russe, une mesure qui accompagne (plutôt qu’elle ne permet) l’essor de la marine marchande grecque aux dépens de l’ottomane durant le dernier tiers du xviiie siècle – c’est-à-dire jusqu’à ce que les réformes commerciales et maritimes de Sélim III ne fassent revenir une partie de ce personnel maritime dans le giron de l’Empire ottoman95. Au début du xixe siècle, Auguste de Jassaud relève ainsi qu’entre la moitié et les deux-tiers des 300 navires des îles d’Hydra, Spetses et Psara battent pavillon moscovite, et estime à plus de 120 000 le nombre de marins grecs passés au service de la Russie96.

  • 97 ASV, Consolato Russo a Venezia, b. 24, Miscellanea di carte (1772-1803), n.n., Benaki (consul génér (...)
  • 98 Ibidem, n.n., Déclaration devant le notaire Anastasio Calocrisso, 14 avril 1800 ; Ibidem, n.n., Pas (...)

47Dans la petite République Septinsulaire qu’ils contrôlent (1799- 1807), les Russes jouent aussi de la protection qu’ils accordent aux capitaines grecs pour asseoir leur influence : après que Paul ier leur ait retiré en mars 1800 le droit de battre pavillon moscovite, les négociants vénitiens demandent que cette faveur soit rendue aux capitaines ioniens97. Enfin à Venise même, le consulat russe offre sa protection aux capitaines sujets du Grand Seigneur, parfois avec le concours des membres de la « nation » grecque de la ville. En 1800, un certain « signor Anzolo Spanopulo, figlio emancipato del signor Demetrio da questa città » se porte ainsi garant d’Anastasio Bogdano de Paxos, capitaine du brigantin Le Quattro Sorelle, auquel le consul de Russie vient de remettre un passeport temporaire l’autorisant à arborer durant sept mois le pavillon moscovite98.

48On le voit, la « main tendue » des Russes aux Grecs ne se limite pas aux seuls territoires de l’Empire ottoman, et touche également les colonies de la diaspora. À partir de la seconde moitié du xviiie siècle, Saint-Petersbourg adopte ainsi une véritable « stratégie de séduction », destinée à asseoir son emprise sur les Grecs de Venise, de Livourne ou d’ailleurs. Si elle ne s’applique pas dans toutes les colonies grecques selon les mêmes modalités ni avec le même bonheur, celle-ci repose sur trois piliers quasiment invariables : tutelle religieuse, protection politique et commerciale, et aide financière.

  • 99 AIHV, B 2 Θ 8, reg. 3, Ποικίλα, n° 1, Atti del Ministero Russo verso la Repubblica Veneta in favore (...)

49L’argument religieux constitue de toute évidence la clé de voûte de cette stratégie d’entrisme. Parmi les Grecs de Venise, le prestige de la Russie est à son comble sous le règne de Catherine II, à laquelle sont consacrés et dédiés de nombreux ouvrages composés ou publiés à Venise – ainsi de la traduction grecque par Spyridon Papadopoulos de l’Histoire de la Guerre actuelle entre la Russie et la Porte ottomane (Ιστορία του παρόντος πολέμου αναμεταξύ Ρωσσίας, και της Οθωμανικής Πόρτας), dont les six volumes paraissent entre 1770 et 1773 chez Demetrios Theodosiou, du Grand Lexique (Λεξικόν το Μέγα και πάνυ ωφέλιμον) de Favorinus, publié par Nikolaos Glykis en 1779, ou encore de l’Histoire de deux ans, 1787-1788 (Ιστορία των δύον ετών, 1787-1788) d’Agapios Loverdos, publiée en 1791 par Theodosiou. En retour, l’impératrice ne manque pas de signifier au Sénat de la Sérénissime l’intérêt particulier qu’elle porte au sort des Grecs de Venise, et tout spécialement au respect de la tolérance religieuse dont ils jouissent99.

  • 100 AD, 128 V 1, n.n., Lainé à Pozzo di Borgo, 14 juin 1817.
  • 101 Voir par exemple AIHV, B 5 K 23, f° 46r, Acte de décès du « Nobil sig. Giovanni Beloklokoff, di naz (...)
  • 102 AIHV, B 2 Θ 6, reg. 1, n° 34, « Regolamento adottato per le annuali comme-morazioni… », doc. cit., (...)

50À n’en pas douter, cette protection religieuse constitue un phénomène de longue durée : à plus de trente ans de distance, l’ambassadeur de Russie en France intervient encore en faveur de l’érection d’une église grecque-orthodoxe à Marseille, éveillant les soupçons des autorités françaises quant à l’enjeu réel d’une telle requête. Or, si le ministre français de l’Intérieur peut faire sèchement observer à l’ambassadeur qu’« on n’a pas connaissance que des sujets russes soient venus s’établir à Marseille »100, il en va bien différemment à Venise, où les Russes sont en contact étroit avec la colonie grecque – on trouve par exemple des actes de décès de certains d’entre eux dans les registres de la confrérie vénitienne101. La communauté de foi entre orthodoxes contribue alors à brouiller les lignes entre partage spirituel et protection politique, à l’image de cette messe que, dans les années 1840, la Scuola grecque fait célébrer en l’église de San Giorgio dei Greci chaque second dimanche de décembre, en commémoration du tsar défunt Alexandre ier (1801-1825) « et des membres défunts de la famille impériale »102.

  • 103 ASV, Consolato Russo a Venezia, b. 24, n.n., « Nota di spese incontrate da Giuseppe Bellomo Camerie (...)
  • 104 AIHV, A 3 K 12, f° 79r-80r, « Memoria, ad esempio di altre consimili occasioni, ordinata dal Claris (...)
  • 105 Biblioteca Labronica, Ms. Prato, Giornale della Città di Livorno, XVI, p. 39, 29 et 30 mars 1782.
  • 106 AIHV, A 3 K 14, f° 3r-4r, « Memoria ad esempio di altri consimili occasioni, ordinata dal Clarissim (...)
  • 107 Ibidem, f° 189v-190r, « Memoria ordinata dal Clarissimo Nob. Sig. Costantino De Tipaldo GG e sua Ba (...)

51Dans bon nombre de colonies de la diaspora grecque, cette politique de protection russe se double d’un intense soutien financier en faveur de l’église et des institutions communautaires grecques. Celui-ci prend le plus souvent la forme de donations effectuées lorsque les Russes ont recours aux services de leurs coreligionnaires grecs – on pense par exemple à l’enterrement, en 1799 à Venise, du consul de Russie à Trieste, le Corfiote Spyridon Varoukas, pour lequel le consulat triestin gratifie les desservants de San Giorgio dei Greci de la somme de quarante lires103. De manière plus exceptionnelle, ces dons surviennent aussi à l’occasion de la visite de dignitaires russes. Alors qu’ils effectuent entre 1781 et 1782 un tour d’Europe sous le titre d’emprunt de « Comtes du Nord », le Grand-Duc Paul Petrovich (fils de Catherine II et futur tsar Paul Ier) et son épouse la Grande Duchesse Maria Federowna séjournent à Venise, et assistent à l’office célébré à San Giorgio dei Greci ; quelques jours plus tard, ils envoient à l’église grecque leur chapelain privé porteur d’une aumône de 100 sequins à l’intention du desservant, des ecclésiastiques et des pauvres104. Poursuivant leur voyage par Livourne, ils ne manquent pas de se rendre à l’église grecque-orthodoxe de la Santissima Trinità (mais visitent aussi la synagogue), avant de partir pour Naples et Rome105. Enfin, le passage à Venise du tsar Alexandre ier en 1822, puis celui du grand-duc Alexandre (le futur tsar Alexandre II) en 1838, sont aussi l’occasion de dons importants. Venu à l’église grecque à deux reprises en l’espace de cinq jours, Alexandre ier charge son consul à Venise (le grec Spyridon Narantzis), de distribuer « une généreuse aumône » aux prêtres ainsi qu’aux « pauvres nationaux, et autres misérables réfugiés dans cette ville »106. Quant au grand-duc Alexandre, il passe par San Giorgio dei Greci à cinq reprises en deux semaines, se livrant à des distributions d’argent aux prêtres et aux pauvres, avant de charger à son tour le consul d’offrir 2 000 francs à l’église, 500 francs aux desservants, 1 500 francs aux pauvres, et une dotation de 300 roubles in carta par an107. En réponse à cette dernière largesse, les Grecs de Venise adressent alors une lettre de remerciement dont laquelle l’expression de leur reconnaissance le dispute à l’aveu de leur dépendance :

  • 108 Ibidem, f° 192v-193r, La confrérie de San Nicolò à Tatischeff, 7/19 décembre 1838.

La nation grecque de Venise, désormais réduite à quelques familles du fait des récentes épreuves (attese le vicende dei tempi), ne pourrait soutenir l’entretien du temple de San Giorgio sans la protection et le soutien constants de l’auguste maison impériale de Russie108.

52Reposant principalement sur la protection religieuse et l’aide économique, la stratégie d’entrisme des Russes envers la colonie grecque de Venise vient apporter des réponses immédiates et efficaces aux besoins essentiels de la « nation ». À Livourne, dont la colonie grecque est plus prospère et sur laquelle – en dépit des efforts de l’archevêque de Pise – l’ombre d’une possible récupération uniate plane moins nettement, les Russes sont contraints d’adapter leur stratégie à une réalité politique et économique assez différente. De fait, leurs efforts portent de manière plus significative sur la séduction du clergé orthodoxe, mais aussi sur le constat sans cesse réaffirmé d’une « fraternité » religieuse panorthodoxe unissant Grecs et Russes.

  • 109 Biblioteca Labronica, Ms. Prato, Giornale…, VIII, p. 90, 25 avril 1774 ; Ibidem, XVII, p. 180, 22 o (...)
  • 110 Panessa 1998, p. 24-25.
  • 111 Fasiolo 2002, p. 6.
  • 112 Biblioteca Labronica, Carte Vivoli, b. 12, n.n., 2 mai et 9 juillet 1772 ; Ibid., Ms. Prato, Giorna (...)
  • 113 Triantafyllou 1986, n° 18 (4 septembre 1774) et 22 (10 mai 1775).
  • 114 Notizie del Mondo, 1771, n° 22 (16 mars 1771) et 32 (20 avril 1771).
  • 115 Sur ce point, voir par exemple l’analyse par Jean-Pierre Filippini du cas des « nations » française (...)

53Les premières relations suivies entre Russes et Grecs sont établies à la faveur de la présence dans le port toscan de la flotte impériale commandée par l’amiral Alexis Orlov : de retour d’une opération navale au commencement de la guerre russo-turque de 1768-1774, l’escadre russe stationne en effet à Livourne durant pas moins de quatorze ans, de 1770 à 1784. Cette présence a beau ne pas être continue tout au long de la période, elle n’en amorce pas moins un changement spectaculaire : encore inexistante avant 1770, la « nazione russa » se porte dès 1774 acquéreuse d’un terrain sur lequel ériger son cimetière (son premier hôte étant… un Grec !), et un consulat russe est ouvert dans la ville dès 1783109. Selon les estimations de Giangiacomo Panessa, ce ne sont pas moins de 3 000 marins russes qui, en moyenne, circulent ainsi annuellement à Livourne110. À la politique de dons initiée par Saint-Petersbourg s’associe donc cette forte présence de sujets du tsar, pour la plupart orthodoxes, et qui fréquentent plus ou moins assidûment l’église de la Santissima Trinità. L’exemple est d’ailleurs donné par le premier d’entre eux, l’amiral Orlov, qui commence par faire du recteur de l’église grecque, le ieromonaco Serafeim, son confesseur privé111. Dès 1772, les Russes font célébrer dans la Santissima Trinità une série de messes exceptionnelles en l’honneur de la famille impériale112. Des manifestations similaires se tiennent encore les années suivantes : en septembre 1774, Orlov fait baptiser deux jeunes esclaves noirs (αραπάκια), Petros et Pavlos, dont les parrains sont les marchands grecs Antonios Dimos et Athanasios Ilia ; en mai 1775, un ancien musulman de la frégate russe est baptisé sous le nom de Pavlos113. Une telle assiduité, si elle est rendue possible par l’exceptionnelle longueur du séjour des Russes en Toscane, n’est pourtant pas propre au seul cas livournais. Les mêmes scènes se répètent ainsi à l’identique en 1771 et 1800 à Naples, où les membres de la flotte russe fréquentent l’église grecque-orthodoxe, s’unissent aux Grecs pour les offices religieux et organisent leurs propres célébrations114. En associant étroitement les Grecs aux manifestations collectives qui rythment la vie de leurs « nations » à Livourne ou à Naples, les Russes les font ainsi participer de cet « honneur de la nation » dont on sait la dimension fédératrice et identitaire115.

  • 116 Biagi 1986, p. 112.
  • 117 ASL, Chiesa greca non unita…, I/1, p. 12, Liste des objets donnés par Catherine II, 21 octobre 1775 (...)
  • 118 La dissolution de l’église orthodoxe de Port-Mahon intervient suite à la cession de l’île par les A (...)
  • 119 Tomadakis 1940, p. 40.
  • 120 Fasiolo 2002, p. 3-4.

54Il serait néanmoins trompeur de ne voir les Grecs que comme les dupes d’une stratégie dont ils ne parviendraient pas à saisir les enjeux réels. De fait, ils tirent eux aussi profit de cette présence russe, notamment lorsqu’il s’agit de faire valoir leurs droits auprès des autorités livournaises. Le séjour de la flotte impériale dans le port toscan joue ainsi en leur faveur lorsqu’ils adressent en 1773 leur pétition au grand-duc Léopold ier116. Ils sont également les bénéficiaires des nombreuses largesses de Saint-Pétersbourg, qui se montre une fois encore particulièrement généreuse envers ceux dont elle veut s’assurer le soutien. Catherine II procède ainsi à plusieurs donations en faveur de l’église livournaise, notamment en 1764 (à l’occasion de l’arrivée à Livourne du premier navire russe en Méditerranée), puis en 1775 et 1782 : parmi les objets offerts en 1775 figurent une précieuse Bible en langue illyrienne (illirica), une grande croix d’argent, un calice en argent doré, ou encore de riches vêtements sacerdotaux et autres ornements ecclésiaux117. Enfin en 1782, la tsarine transfère à la Santissima Trinità les objets sacrés de l’église orthodoxe minorcaine de San Nicola de Port Mahon, récemment dissoute et sous la juridiction du Saint-Synode de l’Église russe-orthodoxe118. Signe de la dimension toute politique de ces donations, certains objets sont alors frappés de l’emblème impérial russe. Enfin, la stratégie de séduction russe se double rapidement de tentatives en direction d’un rapprochement doctrinal. Dans la foulée du premier don de Catherine II, on assiste dès 1765 à des tentatives d’introduction de pratiques liturgiques byzantino-slaves dans le culte de rite greco-byzantin119. La question est alors débattue parmi les Grecs de Livourne, avant que le patriarche œcuménique de Constantinople ne tranche en faveur d’un retour aux usages grecs. Une étape supplémentaire est franchie quelques années plus tard, lorsque le ieromonaco Serafeim, probablement sous l’influence d’Orlov, tente de se placer sous la juridiction du Saint-Synode russe : contraint d’intervenir, le patriarche de Constantinople s’alarme cette fois ouvertement de l’influence russe sur l’église livournaise120.

55Prêter à Saint-Pétersbourg un programme d’« annexion religieuse » pure et simple de l’orthodoxie grecque de la diaspora, revient cependant à rigidifier de manière anachronique les termes comme l’enjeu de cette controverse. Certes, les minorités orthodoxes en Europe occidentale ont du très tôt apprendre à définir fermement leur foi face à un catholicisme hégémonique. On peut néanmoins douter que les Grecs aient perçu les tentatives de rapprochement entre rites gréco-byzantin et byzantino-slaves comme un péril politique et religieux au sens où nous entendons aujourd’hui ces deux termes. Plus vraisemblablement, ces tentatives ont mis en évidence des contradictions entre les différentes définitions identitaires à l’œuvre parmi les colonies de la diaspora grecque. En témoigne le fait que loin de présenter un front uni contre l’entrisme russe, celles-ci ont longtemps balancé entre fidélité traditionnelle au patriarcat de Constantinople, et allégeance à un pouvoir russe devenu une figure protectrice et tutélaire.

  • 121 Repetti 1833-1846, II, p. 779.
  • 122 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 123, n° 372, Antonio Guerrazzi (consul de Russie à Livourne) à Panagi (...)
  • 123 Ibidem, IV/168, p. 33-34, Les représentants de l’église grecque de Livourne à d’Italinsky (ambassad (...)

56Ainsi à Livourne les interventions patriarcales ne suffisent-elles pas à empêcher que l’église de la Santissima Trinità ne soit tacitement placée sous la protection de l’empereur de Russie121. Quant aux dons russes, ils continuent d’affluer au cours de la première moitié du xixe siècle comme à la fin du siècle précédent : après avoir offert une précieuse croix pectorale au ieromonaco Serafeim, Alexandre ier fait en 1823 deux dons de 170 et 60 francesconi à l’église grecque, officiellement au nom de son intérêt pour « le petit nombre de voyageurs russes dans cette capitale »122. En retour de ces largesses, les Grecs de Livourne mettent leur église et même leurs prêtres à disposition de la famille impériale russe : Ioakeim Valamonte se rend ainsi en 1818 à Rome pour baptiser le fils du prince Gagarin123, tandis que dans la Santissima Trinità sont célébrées des messes en l’honneur des membres de la famille impériale russe.

  • 124 Kardassis 1998, p. 115sq ; Vlami 2000 p. 148-162.
  • 125 Koraïs, Αλληλογραφία, op. cit., I, n° 89 (K. à Ansse de Villoison, 7 mars 1793) et 110 (K. à Chardo (...)
  • 126 Kardassis 1998, p. 115-148 et 195-236.

57Dans le cas livournais peut-être plus qu’à Venise, ces manifestations d’allégeance au pouvoir russe sont bien évidemment indissociables d’une perception large des intérêts économiques de la « nation » grecque. La fin du xviiie siècle et la première moitié du xixe marquent en effet une période d’ouverture commerciale en direction du marché russe, et les marchands grecs de Livourne sont très activement impliqués dans le négoce du blé de la Mer Noire124. Dès 1793, Koraïs signale ainsi que « l’émigration des Grecs aux nouveaux établissements de la Russie sur les côtes de la mer Noire s’est accrue à un tel point que la Porte commence à s’en alarmer », et voit dans ces nouvelles perspectives commerciales un moyen de faire pression sur Istanbul pour améliorer le sort des Grecs de l’Empire ottoman125. Mais si les réformes de Sélim III permettent de juguler en partie cette hémorragie économique, elles n’empêchent pas les émigrations de se poursuivre : dans les années 1820, et alors que la Russie méridionale est devenue le grenier de l’Europe depuis la fin des guerres napoléoniennes, on retrouve ainsi à Odessa, Taganrog ou Cherson, l’élite commerciale de la diaspora grecque déjà présente à Livourne une génération auparavant, les mêmes familles disposant très souvent de comptoirs dans ces différents ports126.

  • 127 Sur les employés grecs et dalmates du consulat russe de Venise, voir Longworth 1986, p. 398.
  • 128 Si l’on en croit un rapport consulaire anglais daté de 1778, Maroutzis quitte le poste vénitien pou (...)
  • 129 Sur Spyridon Narantzis, voir Carte segrete 1851-1852, I, p. 178-179, n° 67, Lancetti au gouverneur (...)
  • 130 Sur Marios Fillis, voir Carte segrete 1851-1852, I, p. 200-201, n° 83, Rapport confidentiel, 21 nov (...)
  • 131 Gazzetta universale, 1776, n° 79, 1er octobre 1776, p. 629 (dépêche de Pise, 27 septembre 1776). Le (...)
  • 132 Kardassis 1998, p. 210.

58Dès le règne de Catherine II, les consuls russes en Europe jouent enfin un rôle d’intermédiaire entre le pouvoir pétersbourgeois et les colonies grecques, et ces postes sont souvent confiés à des Grecs127. À Venise, le poste de consul de Russie est ainsi successivement occupé par le Thessalien Panos Maroutzis (Maruzzi) au début des années 1770128, par le Corfiote Paolo Filli de 1772 à 1805, puis par le Zantiote Spyridon Narantzis dans les années 1810-1820 – un frère de ce dernier, Demetrios, ancien médecin de l’hôpital grec de Venise en 1798, est consul de Russie à Gênes puis Livourne en 1810129. Toujours à Venise, le vice-consul de Russie sous le mandat de Spyridon Narantzis est le Grec Marios Fillis (lié à Paolo Filli ?), tandis qu’un Ioannis Paparrigopoulos (Giovanni Paparigopoulo), né à Moscou, est dit « employé au service de la Russie » dans les années 1820130. Quant à la famille des comtes Mocenigo, qui entretient des liens étroits avec l’église grecque de Venise, elle présente également une tradition de service auprès de la dynastie impériale russe : Demetrio Mocenigo remplit ainsi depuis Florence les fonctions d’ambassadeur de Russie « auprès de toutes les puissances italiennes » à la fin du xviiie siècle (1776-1793)131, avant que son fils Giorgio ne soit nommé ambassadeur auprès de la République Septinsulaire (1802), puis auprès des cours de Naples (1814) et de Turin (1821). Agents privilégiés de la diplomatie russe en Italie, les Grecs en viennent logiquement à jouer les intermédiaires des puissances péninsulaires en Russie : ainsi du Sciote Theodoros Rodokanakis, membre éminent de la puissante dynastie marchande installée (entre autres) à Livourne, Marseille, Syros et Odessa, et qui se voit confier en 1832 la direction du consulat de Toscane dans le port russe132.

59De nature très variée, les liens qu’entretiennent les colonies de la diaspora grecque avec le pouvoir russe ne se réduisent pas aux seuls motifs de soumission et de dépendance, mais englobent aussi les notions de service et d’intérêts mutuels. Mis à l’épreuve, le lien communautaire grec l’est du fait de la multiplication des allégeances collectives et individuelles, qui poussent le groupe à « sortir de lui-même » pour se définir en relation à d’autres acteurs. À cette complexité identitaire répond alors la nécessité de réinscrire sans cesse ces dynamiques dans un contexte plus large, marqué par la forte résilience de liens culturels traditionnels au-delà même de l’expérience migratoire.

Appartenances et solidarités : une autre lecture du collectif

  • 133 Villeneuve-Bargemon 1824-1829, I, p. 902.

Nous avons à Marseille […] des tribus étrangères qui s’y sont domiciliées à différentes époques, et qui, invariablement attachées à leurs coutumes, ont vécu au milieu des habitants du pays sans se mêler avec eux. Nous rangeons dans cette classe les Israélites, les Catalans et les Grecs133.

60Cette formule lapidaire n’est pas le fait de quelque voyageur égaré dans la cité phocéenne, mais bien d’un fin connaisseur de Marseille, en l’occurrence le puissant comte Christophe de Villeneuve-Bargemon, préfet du département des Bouches-du-Rhône de 1815 à sa mort en 1829. De fait, la colonie grecque de Marseille présente dans les années 1820 une apparente homogénéité : on l’a vu, l’immense majorité des immigrants les plus récents sont originaires de l’île de Chio et de Smyrne. Les plus nombreux, ils sont aussi les plus aisés – ils sont pour la plupart négociants – et les plus stables – ils sont venus pour s’établir à Marseille sans intention d’en repartir à court terme. Ils sont enfin plus « visibles » que ces premiers immigrants grecs vers Marseille, pour la plupart catholiques et qui, arrivés une génération auparavant, avaient eu tendance à se fondre rapidement dans la société phocéenne – en particulier par le jeu des alliances avec des femmes françaises, et elles aussi majoritairement catholiques. Sous la plume du préfet, la « nation » grecque devient donc logiquement un groupe remarquablement homogène : uniformément orthodoxe et grécophone, majoritairement composé de Sciotes et peu enclin à tisser des alliances avec la société locale, celui-ci cultiverait un entre-soi communautaire aussi inclusif en son sein qu’il se montre exclusif vis-à-vis des éléments extérieurs. Un tel portrait de groupe ne saurait pourtant faire oublier que la plupart des colonies de la diaspora grecque au tournant des xviiie et xixe siècles présentent un visage beacoup plus hétérogène, et que cette diversité même est certes génératrice de conflits, mais aussi de formes originales de solidarités et d’appartenances, qui jouent à leur tour un rôle essentiel dans le processus de construction des identités individuelles et collectives.

L’importance de la donne régionale

  • 134 Pour une mise en perspective historique de cette question, voir Hatziiossif 1992.

61Si les sciences sociales grecques s’interrogent depuis longtemps sur la tension essentielle entre donne régionale et « synthèse » nationale134, les recherches consacrées à la diaspora grecque ont parallèlement contribué à gommer la question des identités régionales, au profit d’une lecture plus largement « ethniciste » de la question identitaire. En étudiant principalement ces groupes sous l’angle de leurs relations avec leurs sociétés d’accueil, les historiens ont ainsi privilégié la question de leur unité (et donc de leur caractère « grec ») sur celle de leur diversité (dont la donne régionale ne constitue qu’un aspect). Cette tendance s’est encore affirmée dans les deux à trois dernières décennies, avec l’apparition de l’historiographie des minorités marchandes : « les Grecs », « les Juifs » et « les Arméniens » sont désormais comparés sur une large échelle, qui ne laisse que peu de place à la question régionale telle que nous l’entendons ici. Rappelons enfin que cette dernière n’a jamais revêtu la même importance historique parmi la diaspora grecque que parmi la juive ou l’arménienne : les conflits opposant sporadiquement Ioniens, Sciotes, Péloponnésiens ou Épirotes n’ont en effet rien de l’intensité qui caractérise les heurts entre les différentes composantes des « nations » juives (Sépharades, Ashkénazes, Italiens, etc.), ou entre les Arméniens ottomans et persans. Pour être moins visible, cette donne régionale n’en joue pas moins un rôle essentiel dans le processus de définition et de recomposition des identités individuelles et collectives à l’œuvre au sein de la diaspora grecque.

Le cas sciote

  • 135 Israel 2002.
  • 136 Oikonomos à Petros Omeridis Skylitzis, 23 février 1815 ; lettre reproduite dans K. Oikonomos, Αλληλ (...)

62On a déjà évoqué la présence dans les colonies vénitienne, livournaise et marseillaise, de fortes polarités régionales, l’un de ces groupes tendant alors à s’affirmer progressivement comme majoritaire au sein de chaque « nation » – les Ioniens à Venise, les Épirotes à Livourne, ou encore les Sciotes à Marseille. Logiquement, cette configuration pose la question de l’expression de formes d’appartenance et de solidarité parmi ces sous-groupes régionaux, c’est-à-dire à une échelle que nous pourrions définir comme à la fois infra-nationale et trans-nationale. Infra-nationale, car il s’agit de groupes qui se définissent à l’intérieur même du cadre plus large de la « nation » grecque ; trans-nationale, car bien que notre documentation rende une telle étude difficile, les identités régionales se définissent et s’expriment au-delà du seul cadre de la « nation » implantée localement. C’est particulièrement clair dans le cas des Sciotes, qui – pour paraphraser la formule célèbre de Jonathan Israel – se présentent volontiers comme « une diaspora dans la diaspora »135. Le sentiment communautaire grec coexiste en effet avec une variété d’identités régionales dont la sciote est peut-être celle qui s’exprime avec le plus de vigueur. Car ainsi que le rappelle l’intellectuel Konstantinos Oikonomos à l’un de ses correspondants marseillais, « tous les Grecs ne sont pas Sciotes (Αλλά δεν είναι όλοι οι Έλληνες Χίοι) »136. Quant à Koraïs lui-même, ne s’est-il pas fait l’un des apologistes de cette identité sciote, lorsque depuis son séjour parisien, il exhortait ses « compatriotes » à se montrer digne d’un nom si glorieux ? Chez Koraïs, cette identité est indissociable de la conscience d’une exceptionnalité des insulaires de Chio vis-à-vis du reste des Grecs, exceptionnalité que Koraïs exprime en terme tantôt culturels, et tantôt raciaux. En témoigne cette lettre que le savant adresse aux Sciotes de Smyrne en 1810 :

  • 137 « Lettre de Coray aux Sciotes établis à Smyrne » (Paris, 8 novembre 1810), dans A. Koraïs, Lettres (...)

Mes chers Sciotes, je suis votre compatriote, non-seulement parce que je dois le jour à un père Sciote, que j’ai fait mon éducation à Chio, et que j’ai passé une grande partie de ma vie avec vous, mais encore parce que je conserve inaltérable mon caractère de Sciote. […] Lorsque je suis arrivé à l’âge d’agir non plus d’après la disposition naturelle de mon âme, mais d’après la mesure de la valeur de mes sentiments, je vous ai mis dans la balance du bon sens, d’un côté les Sciotes, et de l’autre les Grecs des différentes provinces et des différentes villes, et j’avoue (sans mépriser nos autres compatriotes et frères) que, de tous les Grecs, vous êtes les plus dignes d’estime et d’affection. […] Depuis l’heure où j’ai fait cette comparaison, j’ai commencé à me vanter, et devant mes compatriotes et devant les étrangers, d’être un Sciote, « l’os des os et la chair de la chair de mes Sciotes bien-aimés », et à rendre grâces à Dieu, d’abord de m’avoir créé homme, en second lieu, de m’avoir fait Grec, en troisième lieu de m’avoir donné l’honneur de naître parmi les gens les plus sensés de toute la race grecque137.

  • 138 Sur l’activité commerciale des négociants sciotes, voir entre autres Frangakis-Syrett 1995.

63De manière suggestive, cette opinion trouve alors un large écho chez un grand nombre d’observateurs de l’époque, dont les témoignages permettent ce mieux saisir ce qui fonde cette exceptionnalité sciote. Selon eux, celle-ci tient tout d’abord au statut même de l’île de Chio. Possession génoise depuis 1346, elle est conquise par les Turcs en 1566, et en dehors d’un bref interlude vénitien en 1694, reste sous domination ottomane jusqu’en 1912. L’île jouit alors d’un régime politico-juridique particulier parmi les territoires de l’Empire ottoman : alors que ses revenus sont affectés à l’entretien de la mère du sultan (la sultane validé), elle bénéficie d’un lien direct avec Istanbul, qui permet aux Sciotes de payer directement leurs impôts à la capitale (et donc de s’affranchir de la ruineuse intermédiation des collecteurs turcs), et leur garantit un accès privilégié aux cercles du pouvoir ottoman. Depuis le xviiie siècle, les véritables maîtres de Chio sont donc à rechercher parmi une poignée de familles grecques, pour la plupart activement impliquées dans le commerce avec Smyrne, et dont les rejetons rejoignent les colonies de la diaspora grecque après les massacres de l’île en 1822138.

  • 139 Fukasawa 2000 ; Frangakis-Syrett 1992, p. 101-102 ; Eldem 1999, p. 219-220.

64Le second trait de l’« exceptionnalité sciote » est quant à lui d’ordre plus culturel : réputés pour la solidité des liens unissant les principales familles de l’île, les Sciotes le sont aussi pour l’agressivité de leurs techniques commerciales. Particulièrement actifs dans les circuits de la lettre de change entre l’Europe et l’Empire ottoman dans la seconde moitié du xviiie siècle, ils forment aussi à Smyrne et Istanbul de véritables trusts contrôlant d’une main de fer le commerce des draps139. Les marchands européens, on s’en doute, ne manquent alors pas de se plaindre amèrement de ce qu’ils qualifient de « cabale », d’« association pernicieuse », ou de « monopole tyrannique », ajoutant que

  • 140 Lettre des marchands hollandais Frémeaux, Van Lennep et Enslie à Van Haaften, datée du 29 juin 1782 (...)

tout le monde connoît la ruse, les expédiens et les richesses des Sciottes. […] Cette société est capable de tout, il n’y a rien qu’on ne doive craindre d’un corps si rusé, si puissant et par cela même si dangereux140.

  • 141 N. D. Fustel de Coulanges, Mémoire sur l’île de Chio, dans Archives des missions scientifiques et l (...)

65Cette mauvaise réputation des marchands sciotes dépasse pourtant le seul milieu des marchands européens du Levant, et Fustel de Coulanges rapporte que les autres Grecs eux-mêmes se méfient de leurs pratiques commerciales, et attribue à cette défiance l’étymologie du terme χιωτίζειν, « qui désigne quelque chose de mélangé de lâcheté et de ruse »141. Mais la singularité des Sciotes va plus loin, puisque Fustel met en parallèle les Sciotes et les Juifs, relevant que les autres Grecs ont

  • 142 Ibidem.

pour les Sciotes la même haine que nos ancêtres avaient pour les Juifs. […] Ils se refusent à croire que les Sciotes puissent être de leur race, et veulent absolument qu’ils soient des Juifs. C’est une opinion constante à Syra et à Smyrne, que c’est une colonie juive qui a peuplé Scio142.

66À la lumière de ce dernier témoignage, l’« exceptionnalité sciote » apparaît donc comme une construction plus complexe que ne le laissent à penser les tirades d’un Koraïs, et qui incorpore également des éléments de rejet de la part des autres populations grecques. Ce rejet est à son tour un phénomène multiforme, allant de la simple suspicion face à des pratiques familiales ou commerciales jugées claniques, jusqu’à l’articulation d’une pensée racialiste autour des différentes formes de « distance » culturelle.

Le poids des origines

67À l’évidence, la conscience identitaire fondée sur l’appartenance régionale n’est ni le propre des Sciotes, ni celui d’une élite marchande ou intellectuelle. On la retrouve en effet parmi les nombreux autres sous-groupes régionaux des différentes colonies de la diaspora grecque. Les différentes vagues migratoires grecques vers Venise, Livourne et Marseille présentent chacune une remarquable homogénéité en termes d’origines des individus. Un tel phénomène n’a bien sûr rien d’étonnant, puisqu’il s’agit souvent d’émigrations contraintes par les circonstances politiques, comme par exemple la prise de Chypre par les Turcs en 1572, la fin de la domination vénitienne sur la Crète en 1669, ou encore les massacres de Chio en 1822. Chacun de ces événements est alors rapidement suivi d’un important afflux vers l’Europe occidentale d’individus de même origine, un phénomène qui aboutit à la constitution de sous-groupes régionaux à l’intérieur des « nations » grecques auxquelles ils tentent de s’intégrer.

  • 143 ASL, Chiesa greca non unita…, I/1, p. 1 (1er août/5 septembre 1768), et Ibidem, I/2, p. 92 (24 janv (...)

68À Venise comme à Livourne, Ioniens, Épirotes, Chypriotes ou Crétois se présentent ainsi comme autant de petits groupes solidaires, qui font volontiers valoir leur différence face au reste de la colonie grecque. Dans le cas vénitien, ces identités régionales se trouvent même encouragées par la « nation » grecque elle-même, du fait de la répartition des membres de la Scuola de San Nicolò en six patrie à base régionale. Initialement conçu à la fin du xvie siècle pour mettre fin aux luttes de factions qui entravent alors le bon fonctionnement de la confrérie, le système vénitien confère aux patrie une légitimité institutionnelle que l’on ne retrouve ni à Livourne, ni à Marseille. Dans ces deux derniers cas, l’absence d’institutionnalisation ne signifie pas pour autant que ces deux colonies soient immunes de telles divisions, mais plus prosaïquement que celles-ci ne transparaissent pas au niveau des organes de représentation et de gouvernement de la « nation ». Encore faudrait-il nuancer cette dernière observation, puisqu’en l’absence de quotas, la suprématie d’un groupe régional sur les autres entraîne de manière quasi-systématique sa surreprésentation au sein des instances communautaires. À Livourne, une rapide étude des élections annuelles des quatre représentants de la confrérie grecque-orthodoxe vient ainsi confirmer la graduelle montée en puissance de l’élément sciote au détriment du groupe épirote : alors que les quatre épitropes élus en 1768 sont Épirotes (Theodoros Betzos d’Arta, et Demetrios Sgouros, Georgios Baïkoussis et Ioannis Stamatakis de Ioannina), l’élection de 1835 porte au pouvoir pas moins de trois membres de la puissante famille sciote des Rodokanakis (Michail, Manolis P. et Georgios M.)143.

  • 144 Mutinelli, Annali urbani di Venezia…, op. cit., p. 339.
  • 145 ASL, Governo civile e militare di Livorno, reg. 15, f° 175r, Pétition de « Demetrio, e Teodoro Marc (...)
  • 146 On ne dispose pas d’information sur l’origine du septième signataire de la pétition, Niccolà Vissio

69L’opposition entre ces groupes se manifeste également dans d’autres domaines que l’administration communautaire. Ainsi les bonnes œuvres de la « nation » livournaises sont-elles soumises à des règles reflétant l’importance de cette donne régionale, comme lorsque la confrérie institue des quotas régionaux pour les étudiants dont elle accepte de financer les études à l’université de Pise. De même, et si à première vue de tels quotas n’ont pas cours à Venise – où la « nation » grecque tente de cantonner ses divisions au seul Chapitre de la Scuola –, la suprématie ionienne sur la colonie assure en réalité à l’élément corfiote une nette surreprésentation parmi les onze élèves du collège Flanghinis144. Logiquement, la domination d’un groupe régional ne va pas sans créer jalousies et rancœurs chez les autres, une situation qui entraîne parfois des alliances inédites. Ainsi de cette pétition qu’adressent dès 1775 les nommés Demetrios et Theodoros Markakis aux autorités toscanes, et dans laquelle ils démentent que l’église grecque-orthodoxe de la Santissima Trinità ait été fondée « seulement par des Grecs venus de la Terre Ferme », et rappellent au contraire que « des insulaires (isolani) y ont contribué, parmi lesquels Stefano Scaramanga, Niccolà Vissio, Teodoro e Gio[vanni] Xeno, Emanuel Sary, et d’autres »145. L’inédite solidarité entre « insulaires » que semble exprimer cette pétition est pourtant trompeuse : car si Stefanos Skaramangas vient de Chio, cinq des six autres individus mentionnés sont en réalité originaires de la même petite île de Patmos (les Markakis père et fils, Theodoros et Ioannis Xenos et Emmanouil Saris)146. Plus que comme un témoignage d’une quelconque solidarité entre insulaires, on peut alors lire cette pétition comme un aveu implicite de l’incapacité de ses deux auteurs de s’affranchir d’une conception identitaire fortement marquée par la donne régionale. De fait, les appartenances régionales structurent leur existence à Livourne, tout comme elles ont conditionné les modalités mêmes de leur immigration et de leur établissement dans la ville.

Un parcours : Alexandros Patrinos

  • 147 Sauf mention contraire, les informations biographiques sur Patrinos sont tirées de Manoussacas 1988 (...)
  • 148 Ces séquestres sont décrétés au début de chacune des quatre occupations, soit en juin 1796, en avri (...)
  • 149 Communications personnelles d’Alice Sobrero et d’Andrea Addobatti, de l’Université de Pise, que nou (...)
  • 150 L’ordre de séquestre date du 10 avril 1810 ; La Police secrète du Premier Empire. V. Bulletins quot (...)

70Les différentes identités régionales ne sauraient être réduites à autant de « communautés imaginaires » nées du traumatisme de l’expérience migratoire. L’appartenance régionale n’est en effet pas la simple expression d’un sentiment de déracinement, mais se fonde sur un ensemble de pratiques individuelles et collectives visant à perpétuer des formes de solidarité et de reconnaissance au-delà de l’expérience migratoire. L’exemple du marchand épirote de Livourne Alexandros Patrinos permet ici d’en cerner les enjeux147. Né à Ioannina en 1756, Patrinos est envoyé à quinze ans à Zante pour travailler chez son frère, avant de rejoindre Livourne en 1773 avec son oncle. Cinq années s’écoulent alors, durant lesquelles il travaille comme secrétaire du négociant Demetrios Kontaxis : ne parvenant pas à se mettre à son compte, Patrinos n’est alors qu’un « petit marchand » (μικρέμπορος), un statut qu’il semble vivre comme une expérience particulièrement frustrante. Déçu, il rentre en 1778 à Ioannina, avant de revenir tenter sa chance à Livourne l’année suivante : s’associant aux négociants Ioannis Argyris Vretos (de 1779 à 1781) puis Efstathios Mospiniotis (à partir de 1784), il devient alors rapidement l’un des plus grands noms du négoce grec dans le port toscan, et le reste jusqu’à sa mort en 1825. À partir de la fin du xviiie siècle, son activité peut être considérée comme caractéristique de ces membres de l’aristocratie du négoce livournais, à la fois remarquablement connectés avec l’international, et profondément enracinés dans la réalité locale du port toscan. Dès 1800, il fait ainsi partie de la délégation chargée de négocier avec les autorités françaises la levée du séquestre décrété sur les biens des sujets des puissances ennemies de la France148. L’année suivante, Louis Ier de Bourbon le nomme parmi les douze premiers membres de la nouvelle Chambre de Commerce de Livourne, qui vient remplacer l’ancienne Deputazione mercantile dont Patrinos était déjà membre. Réputé en bon termes avec les Français, Patrinos prospère durant la période sans doute la plus mouvementée de l’histoire livournaise, s’adonnant avec une égale fortune au commerce traditionnel du Levant et à celui moins conventionnel des armes149. En mai 1810, et alors qu’il exerce la présidence tournante de la Chambre de Commerce, il est chargé de se rendre à Paris pour négocier directement avec Napoléon la levée du séquestre décrété un mois plus tôt sur les biens des sujets ottomans150.

  • 151 En 1795, 1799, 1803, 1806, 1808, 1814 et 1819 (sous le titre de « premier épitrope »).

71Parallèlement à ses activités de grand marchand, Patrinos s’implique aussi activement dans la vie de la « nation » grecque-orthodoxe de Livourne, et devient l’un des membres les plus éminents de la confrérie de la Santissima Trinità : siégeant régulièrement au Conseil des Seize, il occupe la charge de gouverneur à pas moins de sept reprises entre 1795 et 1819151. Cet engagement de Patrinos en faveur de la « nation » grecque coexiste alors avec une trajectoire individuelle profondément marquée par les origines épirotes de Patrinos. Tout d’abord, Ioannina n’est pas seulement son lieu de naissance, mais aussi l’endroit où il retourne lorsqu’il doute de son avenir professionnel à Livourne (comme en 1778-1779), ou à l’occasion d’événements particuliers (comme lorsqu’il y accompagne son frère malade en 1782-1783). À l’opposé de l’image traditionnelle des mouvements migratoires grecs comme unidirectionnels et motivés par la fuite devant l’oppression ottomane, le cas de Patrinos (parmi tant d’autres) illustre donc bien le constant va-et-vient qui caractérise le parcours de ces Grecs de la diaspora, et donc l’importance concrète et matérielle qu’occupe leur région d’origine dans leur expérience migratoire. Cette importance ne s’arrête toutefois pas là, puisque l’environnement professionnel, social et relationnel de Patrinos est lui aussi marqué par l’importance du rôle que tiennent ses « compatriotes » d’Épire.

  • 152 Triantafyllou 1986, n° Γ 23 (18 janvier 1792), n° 234 (29 novembre/11 décembre 1834) et 236 (8/20 a (...)
  • 153 Il choisit comme parrains et marraines de ses enfants Argyrinis Vretos, Efstathios Mospiniotis, Nik (...)
  • 154 Ibidem, n° 83 (1er novembre 1794). Petros meurt à l’âge de cinq ans, en 1799 ; Vlami 2006, p. 471 ( (...)
  • 155 Triantafyllou 1986, n° 57 (4 mai 1788 – Alexandra), 84 (17 décembre 1794
     – Eleni) et 102 (12 févrie (...)
  • 156 Ibidem, n° Γ 25, 18 septembre 1793.

72Au point de vue professionnel, tout d’abord, puisqu’avec ses associés d’affaires Vretos et Mospiniotis, tous deux originaires de la même région, Patrinos est parfaitement inséré dans les solides réseaux commerciaux épirotes qui relient l’Europe occidentale et centrale, les Balkans et le Levant. Relationnellement, ensuite, puisque Patrinos renforce encore ses liens avec l’Épire en épousant en 1792 Margarita, l’une des filles de Ioannis Argyris Vretos, puis en donnant quelques années plus tard sa fille Eleni en mariage à Demetrios Postolakas, originaire de Metsovo152. Socialement, enfin, comme en témoigne le subtil jeu d’alliances entre Épirotes qui se noue à l’occasion des mariages et des naissances. Patrinos choisit ainsi des parrains et des marraines épirotes pour six de ses sept enfants153 – seul son fils Petros ayant pour parrain le Sciote Petros Rallis154. À son tour, il est sollicité à de nombreuses reprises pour être le parrain des enfants d’amis ou d’associés épirotes – par exemple la fille de Mospiniotis, celle de Vretos, ou le fils de Stephanos Bretzis et d’Aggeliki Vasileiou, respectivement originaires de Mistra et de Ioannina155. Enfin, on le retrouve en 1793 comme témoin de mariage du fils de Vretos (Argyris Ioannou Argyri Vretos) et de Vasiliki (« Reggina »), fille de Demetrios Paschos, négociant de Ioannina établi à Venise156.

73Le cas de Patrinos permet de saisir la coexistence voire la complémentarité des différentes appartenances structurant les trajectoires individuelles et les identités collectives. De fait, Patrinos appartient simultanément à ce monde du grand négoce livournais que l’on pourrait qualifier d’« international » (voire, avec les précautions déjà formulées, de « cosmopolite »), à l’élite de la « nation » grecque de Livourne, et à un groupe épirote à la fois local et trans-local. Ces différentes appartenances ne sont pas exclusives les unes des autres, tout comme sont poreuses les frontières des groupes ainsi formés. Quant au « feuilletage identitaire » que nous observons, il semble bien moins le fait de l’exceptionnelle trajectoire de Patrinos que de l’abondante documentation dont nous disposons sur le personnage, à la différence d’innombrables autres cas qui, du fait de la dispersion ou de la disparition des sources, échappent au regard de l’historien.

La question ottomane

  • 157 Grenet 2012c, p. 28-30.

74Ce n’est qu’au hasard de certains événements jalonnant la trajectoire de Patrinos qu’apparaît de manière incidente le fait qu’il est un sujet du sultan – en particulier lorsqu’il est chargé d’obtenir la levée du séquestre sur les biens des sujets ottomans à Livourne. On l’a dit, l’historiographie de la diaspora grecque a longtemps négligé l’importance de cette donne politique et juridique ; on ne saurait pourtant sous-estimer la portée d’une appartenance qui percole jusqu’aux formes de gouvernance communautaire, comme à Venise où l’architecture électorale de la confrérie privilégie très nettement les Grecs sujets vénitiens (au premier rang desquels les Ioniens) aux dépens de sujets ottomans qui demeurent largement sous-représentés157.

Un enjeu politique ?

  • 158 Tansa sopra il commercio e navigazione, approvata con decreto della municipalità provvisoria venezi (...)
  • 159 On ne retrouve aucun Grec parmi la liste des 22 plus gros contributeurs de la tansa, qui s’acquitte (...)
  • 160 Alberti et Cessi 1928-1942, I/1, p. 542-547 (22 août 1797).
  • 161 Sélim III ne rejoindra la Deuxième Coalition qu’en septembre 1798.
  • 162 Alberti et Cessi 1928-1942, I/2, p. 195-199 (30 septembre 1797).
  • 163 Ibid., p. 488-494 (31 octobre 1797).

75Pour autant, le statut de sujet ottoman ne représente pas systématiquement un handicap, et peut même à l’occasion constituer une précieuse ressource. Un exemple type est celui de la tansa vénitienne de 1797, une lourde taxe exceptionnelle prélevée par l’occupant français sur les propriétaires, les marchands et les rentiers de la République déchue158. Sur les deux millions et demi de ducats que les Français prévoient de ponctionner, un million doit être pris « sur le commerce et la navigation », et le montant est divisé comme suit : 700 000 ducats aux marchands de la « nation vénitienne régénérée » (Veneta rigenerata Nazione) comprenant les Vénitiens, les Grecs, les Illyriens, les Juifs et les Istriens, et 300 000 ducats aux « marchands étrangers » (mercanti forestieri) – c’est-à-dire les Allemands, les Arméniens et les Scuttarini originaires du Nord de l’actuelle Albanie159. L’affaire semble donc être entendue, lorsqu’arrive à Venise une lettre de Lallement, ancien ambassadeur de France à Venise : celui-ci demande expressément à la Municipalité provisoire d’exclure de la liste les marchands ottomans, qu’il définit comme « alliés de la France »160. L’intention est double : en guerre contre toute l’Europe ou presque, les Français ont intérêt à préserver la neutralité du sultan ottoman161 ; d’autre part, le système de taxation des étrangers obéit à un principe implicite de réciprocité qu’il serait dangereux de violer, puisque le risque serait alors de voir le Sultan taxer à son tour les marchands francs installés dans le Levant, et d’hypothéquer les chances de reprise d’un commerce levantin anéanti par les années révolutionnaires162. Suivant les consignes de Lallement, la Municipalité décide donc de sursoir à la perception des seconde et troisième tranches de la taxe auprès des sujets ottomans : de manière prévisible, cette décision provoque un afflux de pétitions de marchands grecs demandant à être reconnus comme sujets du Grand Seigneur, voire à obtenir remboursement des sommes déjà versées. Face à ces derniers, la Municipalité se retranche derrière un argument pour le moins spécieux, refusant de restituer leur argent à tous ceux qui « ne furent pas inscrits comme Ottomans » sur les rôles de la première tranche de la taxe163. Pour autant, on ne saurait être surpris de l’attitude des Grecs, pas plus que de celle de la Municipalité : à la capacité des premiers à mobiliser les différentes ressources que leur offrent leurs multiples appartenances (à la « nation » grecque, à la société vénitienne, à l’Empire ottoman, etc.), répond en effet le besoin qu’a la seconde de catégoriser ses administrés – fût-ce en recourant à une taxinomie qu’elle sait boiteuse.

76Notons enfin que l’opportunité que peut constituer le statut de sujet ottoman n’est pas circonscrite au seul cas de la tansa vénitienne. Exactement à la même période où les marchands grecs ottomans tentent de faire valoir leurs droits auprès des autorités françaises de la défunte Sérénissime, la Porte elle-même fait suivre aux autorités hollandaises la demande de marchands grecs d’Amsterdam, « tous négociants natifs et véritables sujets du Grand Seigneur », visant à être affranchis des impôts exceptionnels auxquels sont alors soumis les sujets de la République batave. L’affaire semble traîner en longueur, puisqu’encore en 1803, les autorités amstellodamoises assurent l’ambassade de Constantinople de leurs efforts pour faire payer les récalcitrants, ajoutant

  • 164 Mémoire de la Porte à Van Dedem (ambassadeur des Provinces-Unies à Constantinople), 3 mai 1797 (sig (...)

il est d’autant plus malséant aux Greks [sic] de prétendre à plus de faveurs que les nationaux François, Anglois, enfin de toutes les parties du monde, qui se trouvent parmi nous et qui en outre ont tous des consuls en résidence, que chez eux ils n’ont jamais pu obtenir l’égalité de la nation qui les gouverne164.

77La remarque peut certes sembler perfide, mais n’est en aucun cas anodine : la fin du xviiie siècle marque en effet le début d’une lente convergence entre la question de l’appartenance politique et celle de la « nationalité » des individus, et les Grecs font de plus en plus figure de « problème identitaire » pour les administrations européennes – un problème qu’illustre bien le glissement sémantique qui s’opère alors autour du terme de « nation ». Parmi les attributions de la nation moderne figure alors la protection garantie à ses « nationaux » résidants à l’étranger : si les Grecs veulent être reconnus comme « nationaux » ottomans par les autorités d’Amsterdam ou d’ailleurs, ils doivent donc (entre autres) être placés sous la protection d’une représentation consulaire de l’Empire. Or c’est précisément dans ces mêmes années – c’est-à-dire sous le règne du sultan Sélim III (1789-1807) – qu’apparaissent les premières tentatives d’établissement d’une diplomatie permanente ottomane en Europe occidentale. Sans véritablement bouleverser le quotidien des colonies de la diaspora grecque, cette nouvelle donne contribue alors à asseoir la question politique au centre du discours identitaire sur « ce qui est Grec ».

La diplomatie ottomane : un réexamen

78Dans la célèbre Histoire moderne de la Grèce depuis la chute de l’Empire d’Orient qu’il publie en 1828, Iakovos Rizos-Neroulos, ancien premier ministre des hospodars de Valachie et de Moldavie, rapporte l’anecdote suivante :

  • 165 I. Rizos-Néroulos, Histoire moderne de la Grèce depuis la chute de l’Empire d’Orient, Genève, 1828, (...)

Jussuf Agliah Effendi avait été, en 1796, ambassadeur à Londres. De retour à Constantinople, on lui demandait ce qu’il avait vu de remarquable dans son voyage d’Angleterre. La fameuse chambre des communes, répondit-il avec un souverain mépris, n’est qu’une assemblée d’insolents et de grands parleurs ; je n’y ai rien trouvé que de misérable. Mais j’ai vu à Londres une chose réellement frappante, une chose digne d’admiration : c’était un homme qui, tenant quatre oranges d’une main et deux fourchettes de l’autre, jetait en l’air alternativement les fourchettes et les oranges et les plantait l’une dans l’autre avec une étonnante célérité165.

79Le commentaire de Rizos-Neroulos est alors sans appel :

  • 166 Ibidem.

Les ambassadeurs turcs étaient tout-à-fait incapables de remplir ces fonctions ; tous revenaient des lieux de leurs députations aussi ignorantes qu’ils y avaient été. De tels hommes avaient horreur d’aller en Europe, et mettaient tous leurs soins à éviter la fonction d’ambassadeurs. Aussi était-ce presque toujours des Grecs que la Porte nommait pour chargés d’affaires auprès des puissances chrétiennes. […] Les consuls aussi et les vice-consuls étaient en général tous Grecs, circonstance bien favorable au commerce de la nation166.

  • 167 Notizie del Mondo (Venise), 1794, n° 6, 18 janvier 1794 (dépêche de Londres, 28 décembre 1793) ; Ib (...)

80La formule rencontre un succès immédiat. Peu importe, en réalité, que Rizos se trompe de date (Youssouf Aga est arrivé à Londres en décembre 1793) ; peu importe également qu’une dépêche londonienne de l’époque décrive l’ambassadeur comme « propre, sérieux, et très instruit », et parlant le français et l’italien ; peu importe, enfin, que ce même Youssouf Aga soit en réalité « né Grec, et devenu Mahométan après la fin de ses études, qui ont fait de lui le plus docte des Turcs »167. Ne reste que l’implacable jugement de Rizos, aux yeux duquel la diplomatie ottomane illustre à la fois l’impéritie d’un empire rétrograde, et la promesse d’une prochaine émancipation grecque.

  • 168 Ce traitement historiographique s’est largement fondé sur une longue tradition de témoignages aussi (...)
  • 169 Hurewitz 1961.
  • 170 Voir entre autres Murphey 1999 ; Burçak 2007.

81Ce paradigme d’une diplomatie révélatrice des faiblesses de l’Empire ottoman a profondément et durablement informé l’approche historique. Sans qu’il en constitue une pièce maîtresse, il s’intégrait pourtant dans la « déclinologie » tenant lieu de modèle interprétatif pour comprendre les deux derniers siècles de l’Empire168. Perçue comme une période de transition de la splendeur à la chute, le xviiie siècle ottoman offrait alors toutes les facettes d’une décadence généralisée : recul sur la scène politique internationale, succession d’échecs militaires (Carlowitz en 1699, Passarowitz en 1718, Küçük Kaynarcı en 1774), effondrement commercial progressif mais inéluctable, instabilité politique et sociale grandissante entre les frontières de l’Empire. Confronté à leur propre immobilisme, les Ottomans n’avaient dès lors d’autre choix que de s’occidentaliser pour tenter de rattraper leur retard sur l’Europe. L’institution à l’extrême fin du xviiie siècle de représentants permanents auprès des cours étrangères ne faisait ainsi que traduire l’adoption par l’Empire d’un instrument de médiation politique et culturelle conçu comme européen par excellence169. Quant aux ambassades des xviie et xviiie siècles, elles étaient rapidement renvoyées aux oubliettes d’une « proto-diplomatie » arrogante, obtuse, et incapable de constituer une alternative sérieuse à l’usage de la force. De manière peu surprenante, les récentes propositions de relecture de la « question diplomatique » sont venues d’historiens ottomanistes avançant une critique du modèle d’« occidentalisation » de l’Empire170. À notre connaissance, ces travaux n’ont pourtant pas abordé la question du rôle joué par ces structures diplomatiques dans l’encadrement et le contrôle des sujets du sultan hors des frontières de l’Empire. Or, si les archives ottomanes restent difficilement accessibles à la plupart des chercheurs travaillant sur la diaspora grecque, les sources européennes nous offrent nombre d’indices sur cette question.

  • 171 Findley 1972, p. 396.
  • 172 Naff 1963, p. 303-304.
  • 173 Notizie del Mondo (Venise), 1793, n° 79, 2 octobre 1793.

82Sous l’impulsion de Sélim III, l’institution des premiers consulats ottomans suit de près l’envoi des premières représentations permanentes auprès des principales cours européennes. Concernant celles-ci, le projet est d’envoyer des ambassadeurs pour des périodes de trois ans à Londres, Paris, Vienne et Berlin – Saint-Pétersbourg n’étant pas envisagée, du fait des tensions entre la Russie et l’Empire171. Le premier de ces ambassadeurs, Youssouf Aga effendi, arrive à Londres en 1793, avant que l’on ne pense à pourvoir les postes viennois (1794) et berlinois (1795), mais aussi qu’on ne songe à envoyer des ambassadeurs en Suède et à Venise172. L’allure est soutenue, mais n’a rien d’une marche forcée : plus que la précipitation d’une puissance cherchant désespérément à « rattraper son retard » sur les nations européennes, elle illustre les choix stratégiques de l’Empire face à une Europe en pleine mutation à l’aube du xixe siècle. En témoigne le sort de l’ambassade parisienne, d’abord prioritaire, mais qui n’est finalement instituée qu’en 1796 – « la Porte voyant que la France ne compte plus dans la balance de l’Europe »173. D’abord attribués à des sujets musulmans, les postes sont par la suite fréquemment confiés à des Grecs et des Juifs, du fait de leur expérience et de leurs contacts à l’étranger, ainsi que de leur influence dans les cercles du pouvoir stambouliote. C’est pourtant bien loin des ors des ambassades que sont employés la plupart des représentants grecs et juifs de la Sublime Porte : affectés aux postes consulaires, ils ont alors moins la charge de représenter l’Empire que de faciliter le commerce des sujets du Grand Seigneur.

  • 174 À notre connaissance, la seule tentative de synthèse sur la question reste la succincte (et lacunai (...)
  • 175 Findley 1972, p. 396. Le registre est conservé aux Archives du Premier Ministre (Basbakanlik Arsive (...)
  • 176 AN, AE, B III 217, n° 19, Guys à Talleyrand, 21 vendémiaire an VI/12 octobre 1797.
  • 177 Harlaftis et Laiou 2008, p. 18 ; Findley 1972, p. 396. À propos du consulat vénitien, Harlaftis et (...)
  • 178 Buonocore 1976, p. 270, n. 74.

83Paradoxalement, les institutions en 1726 et 1732 de consuls « des sujets turcs » ou « de la nation grecque et ottomane » respectivement à Vienne et à Trieste constituent des épisodes mieux connus que l’histoire des premiers consulats ottomans sous Sélim III, qui reste quasi intégralement à écrire sur la base d’informations éparses ne permettant pas d’établir avec certitude une chronologie ni même une géographie de leur implantation174. La première décennie de cette implantation est particulièrement méconnue, puisque les nominations ne commencent à être enregistrées de manière systématique qu’à partir de 1802175. La titulature, elle aussi, est mouvante (la distinction entre un « Şehbender » et un « Ḳonṣolos » reste ainsi très floue), tout comme l’est le découpage juridictionnel de ces consulats. Lors de la nomination du premier consul ottoman à Marseille en 1797, l’agent du ministère des Relations extérieures laisse ainsi entendre que la fonction originale devait être celle de « consul général du Grand Seigneur pour la Méditerranée » plutôt que pour la seule cité phocéenne176. Malgré les lacunes documentaires, on peut toutefois considérer trois éléments comme certains : la dimension méditerranéenne du dispositif consulaire ottoman, son profil presque exclusivement mercantile, et son recrutement parmi les « minorités » de l’Empire. Entre 1792 (la date est incertaine) et le renversement de Sélim III en 1807, des consulats ottomans sont ainsi ouverts à Palerme, Messine, Malte, Otrante, Naples, Livourne, Gênes, Marseille, Alicante, Trieste et Lisbonne – ainsi que, peut-être, à Venise, Ancône et Barcelone177. Ce premier réseau s’étoffe rapidement dans certaines régions : en Sicile en 1820, on compte ainsi un consulat général (Messine) et un consulat (Palerme), auxquels s’ajoutent neuf vice-consulats à Trapani, Agrigente, Gela, Syracuse, Augusta, Messine, Milazzo, Palerme et les îles Lipari178. Une majorité du personnel diplomatique en poste en Sicile (et particulièrement les vice-consuls) ne semble pas avoir été appointée par Istanbul : aux quelques usurpateurs s’ajoutent alors les nominations faites par les consuls eux-mêmes, ainsi que les fréquentes tentatives des envoyés des Régences de s’autoproclamer représentants des sujets ottomans.

  • 179 En 1806, le consul ottoman à Marseille (Antoine Péretié) provoque ainsi une controverse, en interdi (...)

84Les consulats, en effet, n’ont pas vocation à être les vitrines de l’État ottoman à l’étranger, mais des agences qui garantissent la protection de ses sujets résidents, assistent ceux de passage, facilitent la conduite de leurs affaires, et assurent leur reconnaissance par les autorités locales. Ils sont également chargés de tenir le compte des navires battant pavillon ottoman, ainsi que de leurs nombreux (et souvent peu dociles) équipages. En contradiction avec la doxa d’un Empire se désintéressant des questions maritimes et commerciales, les consuls sont enfin chargés de délivrer des passeports aux sujets du sultan de passage, ainsi que de défendre les intérêts du pavillon ottoman, et ce particulièrement après que les réformes de Sélim III ont marqué le début d’une reprise en main de la marine ottomane par la Porte179.

  • 180 Henry Poppe aux archontes de la communauté d’Hydra, 29 janvier 1806, reproduit dans Αρχείον της κοι (...)

85Malgré l’activité déployée, il convient pourtant de ne pas surestimer l’importance de cette représentation ottomane. La plupart des postes ne sont ainsi pourvus que d’un seul agent, le consul, parfois aidé d’un vice-consul, d’un secrétaire ou d’un interprète dans les postes les plus importants. Sans être informelle, cette structure institutionnelle se caractérise donc par une relative discrétion, et la plupart des consulats n’ont laissé que des traces infimes, souvent indirectes, de leur présence. On ne connaît ainsi l’existence de la représentation lisboète, qu’à travers une lettre de 1806, adressée depuis cette ville par le marchand Henry Poppe (probablement originaire de Brême) aux archontes de l’île d’Hydra. Plus que son absence de connaissance du grec dans une telle fonction (il a fait écrire sa lettre par son interprète, Stratis Diamantopoulos), c’est la titulature même du représentant qui est ici frappante : se présentant sous la raison sociale de sa maison de commerce (« Enrico Popie Tzeltemestri et Cie »/ « Ενρίκο Πόπιε Τζελτεμέστρι ε κομπανία »), il affirme être le consul non pas de la Porte, mais du « pavillon ottoman » (« ο σίορ κόνσολας της οττομανικής παντιέρας »)180. En l’absence d’information supplémentaire, ces éléments suffisent déjà à mettre en évidence la dimension essentiellement commerciale et maritime de la fonction consulaire : bien plus qu’à une quelconque stratégie impulsée depuis Istanbul, l’implantation des représentants semble ainsi répondre aux besoins conjoncturels des marchands et des capitaines ottomans présents dans chaque localité.

Un observatoire : Marseille

  • 181 AN, AE, B III 217, n° 19, Guys à Talleyrand, 21 vendémiaire an VI/12 octobre 1797.
  • 182 AD, C 2547, n.n. le Maréchal de Castries (secrétaire d’État à la Marine) à de la Tour (premier Prés (...)

86Le cas marseillais est à cet égard caractéristique : le consul Stefanos Alexandrakis, originaire de Crète, y est nommé en 1797, à l’occasion du passage dans la ville de l’ambassadeur ottoman à Paris Moralı Seyyid Alî effendi. L’agent marseillais du ministère des Affaires étrangères (Gabriel-Augustin Guys), qui ne tarit pas d’éloges sur les qualités de l’impétrant, insiste d’ailleurs sur le fait que cette nomination est intervenue « sur la requête des Grecs »181. En effet, les marchands et capitaines grecs viennent de s’illustrer lors du blocus maritime anglais, et le Vieux-Port a enregistré en 1796 un pic de fréquentation des navires grecs, dont on peut estimer que plus des trois-quarts battent pavillon ottoman. Si elle est rendue pressante par l’implication des Grecs dans le commerce du Levant, cette requête est principalement motivée par le fait que les sujets ottomans n’ont plus de représentant à Marseille depuis 1791. Jusqu’à cette date, c’était en effet la Chambre de Commerce de Marseille qui exerçait les fonctions consulaires pour les sujets ottomans. En 1782, une pétition adressée par « quelques négociants Grecs et Barbaresques » en vue d’instituer le marchand crétois François Sponty comme le « consul de leur nation » à Marseille se voyait ainsi opposer une fin de non-recevoir, au motif que « la Chambre [était] le défenseur né de tous les Orientaux qui s’y présent[ai]ent »182. Suite à l’abolition de la Chambre, les sujets ottomans se retrouvent donc sans représentant sur le Vieux Port, et se voient provisoirement confiés aux soins de l’agent local du ministère des Affaires étrangères. Ce dernier signale alors que

  • 183 AN, AE, B III 217, n° 19, Guys à Talleyrand, 21 vendémiaire an VI/12 octobre 1797.

journellement les Grecs sujets du Grand Seigneur, qui se trouvent dans cette commune, viennent réclamer auprès de moi la protection que les autres étrangers trouvent auprès de leurs consuls, et se plaindre de ce que n’en ayant pas, ils ne sont point protégés comme ils devraient l’être183.

  • 184 Ibidem.
  • 185 Voir AN, AE, B III 218, n° 166, « État des Grecs… », doc. cit.
  • 186 En témoigne, à partir de l’an VII, l’implication de Guys dans la délivrance de passeports à des suj (...)

87La nomination d’Alexandrakis ne suffit d’ailleurs pas à régler ce problème, puisqu’elle a simplement été approuvée par l’ambassadeur. Pour être autorisé à exercer ses fonctions, il doit obtenir le brevet et l’exequatur du Directoire, qui fait traîner la procédure ; Guys, une fois encore, souligne que « cet espoir trompé chagrine beaucoup les sujets ottomans, et donne lieu aux démarches qu’ils ne cessent de faire auprès de moi »184. Espoir doublement trompé, puisque le consulat est contraint de fermer l’année suivante, suite à l’entrée en guerre de l’Empire ottoman contre la France. Le sort d’Alexandrakis témoigne bien de l’ambiguïté de sa position : agressé par un Grec pour avoir pris la défense d’un Turc, il est reconnu dans l’Empire comme protégé de la France, et ses biens et propriétés en Crète sont saisis suite à la déclaration de guerre185. Quant aux Grecs de Marseille, ils repassent temporairement sous la protection de l’agent du ministère des Affaire étrangères186, avant que le consulat ottoman ne rouvre en 1804 pour fonctionner sans interruption jusqu’en 1823, voyant se succéder à sa tête pas moins de sept consuls en l’espace de vingt ans.

Tab. 10 – Les consuls ottomans à Marseille, 1797-1823

Début Fin Nom
1797 1798 Stefanos Alexandrakis
1804 1806 Andreas Giustinianis
1806 1808 Antoine Pérétié
1808 1808 Jacques-Marc Marchand
1808 1811 Panayotakis Petitzas
1811 1813 Nicolas Georges
1813 1816 Joseph Raphaël Cohen
1816 1823 Demetrios Kapoudas
  • 187 Travaillant sur la diplomatie ottomane du second xixe siècle, Sinan Küneralp souligne la longévité (...)
  • 188 Sur Marchand, voir Basbakanlik Arsivesleri (Istanbul), HAT 1345/52596A, Rapport codé de Muhip Efend (...)
  • 189 Basbakanlik Arsivesleri, HAT 307/18134, Panagiotakis (chargé d’affaires ottoman à Paris) au Grand V (...)

88De 1797 à 1823, le consulat apparaît largement dominé par les Grecs, qui fournissent cinq des huit consuls (deux des autres étant Français et le dernier Juif), et dont la proportion augmente encore si l’on prend en compte l’ensemble du personnel consulaire – vice-consuls, chanceliers et interprètes, présents en nombre variable tout au long de la période. Mais plus que la mainmise d’une « nation » sur l’institution consulaire, c’est l’instabilité des mandats qui semble constituer une caractéristique du cas marseillais, et dénote fortement avec ce que l’on peut observer ailleurs – ou, à Marseille, pour une période postérieure187. Celle-ci s’explique en partie par les conditions dans lesquelles s’achève le mandat de certains consuls : Alexandrakis (1797-1798) et Kapoudas (1816-1823) sont ainsi tous deux démis dans un contexte de guerre, tandis que Marchand (1808) est renvoyé à la demande de la France pour avoir conspiré contre Napoléon, et Petitzas (1808-1811) est révoqué pour motifs de corruption188. Suite à ce dernier scandale, le consulat ottoman n’est d’ailleurs dirigé que par un simple chargé d’affaires de 1811 à 1816, c’est-à-dire jusqu’à ce que la reprise des arrivées de négociants grecs à Marseille ne rende nécessaire la nomination dans la ville d’un représentant ottoman formellement appointé189. Or, s’ils illustrent bien certaines faiblesses de la « première » diplomatie ottomane permanente en Europe occidentale, ces épisodes témoignent aussi du contrôle qu’exerce Istanbul (via les ambassadeurs) sur les consulats. Une fois encore, nous sommes donc bien loin des clichés sur une Sublime Porte incapable d’imprimer sa marque aux relations qu’elle entretient avec ses voisins européens, et passive face à la montée en puissance des minorités (Grecs, Juifs et Arméniens) jusque dans sa propre administration.

Profils consulaires : le cas livournais

  • 190 Findley 1972, p. 396-397.
  • 191 Sur ce point, voir entre autres Stoianovich 1960, p. 296.
  • 192 Grenet 2016.

89Partant du constat que la plupart des consuls appointés par l’administration ottomane sont des rayas déjà présents sur place avant leur nomination, Carter Findley a avancé l’hypothèse selon laquelle le nouveau réseau consulaire ottoman ne constituerait pas une innovation en soi, mais se serait surimposé à un système préexistant d’auto-administration à l’œuvre dans les communautés marchandes190. Délicate à évaluer, la résilience de ces structures partiellement informelles est par exemple observable en Europe centrale et orientale, où les marchands dits « grecs » sont organisés dès le xviie siècle en compagnies ou en guildes, avec à leur tête un « consul » (ou « Richter ») chargé de régler les conflits commerciaux et de promouvoir les affaires du groupe191. L’hypothèse est pourtant moins convaincante dans le cas des ports de la Méditerranée occidentale : certes, nombre des négociants grecs en charge des consulats ottomans habitaient déjà depuis de nombreuses années sur le lieu de leur future affectation, et la plupart d’entre eux sont originaires de certaines des régions les plus anciennement impliquées dans le commerce du Levant (les îles Ioniennes, la Crète, Smyrne ou encore l’île de Chio). Il semble pourtant qu’à l’inverse des marchands balkaniques, ils ne cherchent pas tant à réactiver des formes d’organisation commerciale préexistantes, qu’à développer leurs propres réseaux d’affaires. C’est du moins ce qui apparaît dans le cas de Livourne, où deux consuls ottomans se succèdent dans le premier tiers du xixe siècle192.

  • 193 ASL, Governo civile e militare di Livorno, reg. 997, Copialettere Civili, 1814- 1815, n° 516, Franc (...)
  • 194 La Police secrète du Premier Empire. III, op. cit., n° 464, Bulletin du samedi
    7 mars 1807.

90Premier consul ottoman nommé dans le port toscan, Nikolaos Petrokokkinos appartient à l’un des plus importants lignages de l’île de Chio, et est lié aux réseaux du commerce levantin ainsi qu’à la notabilité grecque de Livourne. De sa nomination on ne sait quasiment rien, si ce n’est qu’elle intervient durant l’une des quatre occupations du port toscan par les Français – probablement la quatrième, d’août 1806 à février 1814193. En mars 1807, un bulletin de la police secrète française mentionne la venue à Paris d’un « Pétro-Cochino, consul de Turquie » en poste à Gênes194. Comme dans le cas de son successeur, sa nomination à Livourne pourrait être postérieure à l’obtention du poste génois ; le cas échéant, elle aurait donc eu lieu entre mars 1807 et février 1810. À cette date, en effet, Petrokokkinos écrit en qualité de « consul général de la Sublime Porte à Livourne » au gouverneur de la confrérie grecque-orthodoxe, Michail Rodokanakis. Dans sa lettre, le consul s’enquiert alors du nombre de sujets ottomans résidant à Livourne, et s’attire une réponse cinglante du gouverneur :

  • 195 ASL, Chiesa greca non unita…, IV/168, p. 5, Michail Rodokanakis à Nikolaos Petrokokkinos, 25 févrie (...)

Je dois signaler à Votre Seigneurie Illustrissime qu’il ne relève pas de ma charge, en tant que représentant de l’église des Grecs de rite oriental, d’être informé de l’identité et du nombre des Grecs résidants en cette ville de Livourne qui sont sujets de la Porte ottomane195.

  • 196 Almanacco etrusco per l’anno 1807, cité par Panessa 1998, p. 78.

91La République de Venise ayant disparu treize ans auparavant, on peut supposer que Rodokanakis se réfère ici à la présence parmi les Grecs orthodoxes de Livourne de ressortissants ioniens, qui disposent de 1802 et 1806 de leur propre consul à Livourne, en la personne de Vikentios Kalvos puis du marchand épirote Michail Zosimas, avant que la République Septinsulaire ne soit dissoute et que les îles Ioniennes ne reviennent dans le giron français196.

  • 197 ASL., Governo civile e militare di Livorno, reg. 997, n° 515, Spannocchi au Cavaliere D’Angelo (« C (...)
  • 198 Ibid., n° 516, Spannocchi à Rospigliosi, 16 septembre 1814.
  • 199 Ibid., n° 896, Spannocchi à Fossombroni, 21 décembre 1814.
  • 200 Ibid., n° 715 et 859, Spannocchi à Fossombroni, 7 novembre et 14 décembre 1814 ; Ibid., reg. 998, C (...)
  • 201 ASL, Governo civile e militare di Livorno, reg. 998, n° 88, Spannocchi à Fossombroni, 25 janvier 18 (...)
  • 202 Ibid., reg. 997, n° 516, Spannocchi à Rospigliosi, 16 septembre 1814.
  • 203 Ibid., n° 663, Spannocchi à Petrokokkinos, 21 octobre 1814.
  • 204 Ibid., n° 673, Spannocchi à Petrokokkinos, 25 octobre 1814 ; Ibid., n° 866, Spannocchi à D’Angelo, (...)
  • 205 Il n’apparaît pas sur le Catalogo de 1820 ; BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 110, n° 316, « Nomi, e Pr (...)
  • 206 Grenet 2016.

92S’il ne semble donc pas avoir lui-même une idée très précise de ce que recouvre la catégorie de « sujet de la Porte », Petrokokkinos est beaucoup plus au fait des avantages liés à sa fonction de consul. En 1814, il profite du départ des Français et du rétablissement du grand-duché de Toscane pour instaurer des droits de consulat et de chancellerie sur les activités commerciales des ressortissants ottomans présents à Livourne. Ses prétentions suscitent alors un concert de protestations parmi les négociants et les capitaines grecs, qui saisissent les autorités livournaises197. Sommé de justifier de sa fonction auprès de la nouvelle administration grand-ducale, le consul ne peut alors fournir qu’une patente délivrée par un interprète de la Porte198. Tenu de fournir « le nom et l’adresse de l’actuel Grand Seigneur » pour qu’on procède à des vérifications, il s’exécute en précisant « qu’il croit qu’il puisse en être ainsi, bien qu’il n’ait jamais eu l’occasion d’écrire au sultan »199. Peu avant, le même Petrokokkinos offrait pourtant ses services aux autorités toscanes, afin d’obtenir que la Sublime Porte protège le pavillon toscan contre les attaques barbaresques200. Et s’il ne cachait pas ses doutes quant à l’efficacité de la médiation du consul ottoman, le gouverneur de Livourne ne semblait alors pas remettre en cause la légitimité même de son mandat201. De même les marchands et les capitaines grecs ne contestent-ils à aucun moment l’autorité de Petrokokkinos, se contentant de protester contre le montant des droits qu’il réclame. En négociant avisé, Petrokokkinos a en effet aligné les tarifs de son consulat sur ceux des consulats européens dans le Levant, exigeant des sommes supérieures à celles que perçoivent non seulement les autres consuls étrangers à Livourne, mais aussi le consul ottoman à Trieste202. Mission est alors confiée à une autre grande figure du négoce grec à Livourne, Panagiotis Pallis, de proposer un autre système tarifaire pour le consul ottoman203. Étrangement, Pallis et Petrokokkinos, qui appartiennent pourtant à la même « nation » grecque, ne semblent pas s’être concertés, et c’est le gouverneur de Livourne qui informe le consul ottoman de l’initiative de Pallis. C’est aussi le gouverneur qui, devant le refus de Petrokokkinos de revoir ses prétentions à la baisse, ordonne que le montant des droits consulaires soit bloqué jusqu’à ce que le consul puisse apporter la preuve de sa nomination par la Porte204. Si l’on ne connaît pas l’issue de cet épisode, on sait néanmoins que Petrokokkinos attache la plus haute importance au fait de faire reconnaître sa fonction à l’égal de ses collègues européens – ce qui constitue aussi une manière de lire sa tentative d’augmenter les droits du consulat ottoman. En 1817, Petrokokkinos est finalement remplacé par Aggelos Katsaïtis (Angelo Cazzaiti), et semble quitter rapidement Livourne205. De retour à Chio, il aurait alors fait partie des individus pris en otage par les Turcs en représailles de l’insurrection grecque, et aurait été pendu le 6 mai 1822, aux côtés de son père et d’une partie de l’aristocratie grecque de l’île – à moins qu’il ne s’agisse d’un homonyme206.

  • 207 Sandri-Giachino et Mola di Nomaglio 2007, p. 313.
  • 208 Tansa sopra il commercio e navigazione…, op. cit., p. 12.
  • 209 On ne dispose pas d’informations précises sur le mandat triestin de Katsaïtis, nommé autour de 1800 (...)
  • 210 Sandri-Giachino et Mola di Nomaglio 2007, p. 313, n. 10 ; Buonocore, p. 269 et 270 n. 73.
  • 211 Gazzetta di Firenze, 1818, n° 70, 11 juin 1818, p. 3-4.
  • 212 Triantafyllou 1986, n° 165, 29 août/10 septembre 1818, baptême de Spyrantonios, fils d’Aggelos Kats (...)
  • 213 Sandri-Giachino et Mola di Nomaglio 2007, p. 313, n. 10.
  • 214 Mangio 2004, p. 37-38.
  • 215 Triantafyllou 1986, n° 185, 17/29 juin 1822, baptême d’Aristea (Αριστέα), fille d’Aggelos Katsaïtis (...)
  • 216 Les pétitions du consul Katsaïtis (qui signe « Angelo de Cazzaiti ») aux autorités toscanes se trou (...)
  • 217 Au départ de Katsaïtis (novembre 1824), c’est le gouverneur de Livourne, Paolo Garzoni Venturi, qui (...)
  • 218 Almanacco per le provincie soggette all’Imperiale Regio Governo di Venezia per l’anno 1842, Venise, (...)
  • 219 Hofund Staats-Handbuch des Österreichischen Kaiserthumes, Vienne, 1847, p. 222.

93À l’inverse de Petrokokkinos, Aggelos Katsaïtis fait figure de quasi outsider dans le corps diplomatique ottoman de l’époque – un corps qui, rappelons-le, reste encore largement embryonnaire. Originaire de Céphalonie, il est sujet vénitien et non ottoman, et se targue même de descendre d’une lignée princière byzantine207. En 1797, il figure d’ailleurs dans le registre de la tansa vénitienne, où avec un Evangelista, un Cristofolo et un Teodosio Katsaïtis, il est qualifié de « parcenevole » (affréteur ou armateur)208. En 1800, il est consul ottoman à Trieste, qui ne constitue alors que la première étape d’une longue carrière209. L’année suivante (1801), on le retrouve ainsi consul à Naples, siège auquel il adjoint bientôt celui de Palerme210. Ces nominations sont pourtant rapidement marquées du sceau du soupçon, Katsaïtis tentant simultanément de se faire passer pour consul ottoman, voire pour « représentant des corsaires barbaresques » auprès de diverses cours – le Royaume de Sardaigne, les États pontificaux, le Royaume des Deux-Siciles, ou le Grand-duché de Toscane. Prétendant nommer des vice-consuls, il est également accusé de lever abusivement des droits de consulat sur les marchands et les capitaines ottomans fréquentant les différents ports où il se dit appointé. Malgré le flou qui entoure ses nominations, il poursuit sa carrière avec succès : en 1817, il est nommé consul général ottoman à Gênes, qui depuis le congrès de Vienne fait partie du Royaume de Sardaigne. Katsaïtis est alors à Istanbul et ne rentre en Italie que l’année suivante, où en plus du poste génois, il est nommé consul général auprès de la cour du Grand-duché de Toscane211. Cette même année 1818, sa présence en Toscane est attestée par la tenue du baptême de son fils Spiro Antonio (ou Spyrantonios) en l’église grecque-orthodoxe de Livourne212, mais on le retrouve dès 1819 comme consul général ottoman et chargé d’affaires du roi du Maroc auprès de la cour de Turin. L’année suivante, il est consul général de la Régence de Tripoli pour toute l’Italie213. Pour autant, il n’a pas quitté son poste toscan, puisqu’on le retrouve en 1821 à Livourne, où il réclame l’arrestation des Grecs qui prennent part à la guerre d’Indépendance214 ; l’année suivante, le « noble chevalier, sieur Aggelos Katsaïtis » fait encore baptiser sa fille en l’église orthodoxe215, et multiplie les interventions contre les révolutionnaires grecs216. Quittant la Toscane à la fin 1824, il est démis de ses fonctions consulaires en 1825, et semble disparaître pour un temps du service diplomatique ottoman217. Dix ans plus tard, Katsaïtis est pourtant commandeur de l’Ordre ottoman du Mérite, et shah-bender à Trieste et Venise218. Malgré la longévité d’une telle carrière, l’homonymie semble improbable : toujours shah-bender ottoman à Trieste en 1847, Aggelos a auprès de lui un « second shah-bender » nommé Spyridon Katsaïtis, et qui n’est autre que son fils Spyrantonios baptisé à Livourne trente ans plus tôt219 !

  • 220 Katsaïtis semble avoir joué un rôle important dans les tractations ayant mené à l’élaboration d’un (...)
  • 221 Sans qu’on en connaisse l’origine, l’épouse du consul est en outre l’infortunée héroïne de deux épi (...)

94Bien qu’exceptionnelle par sa durée, la carrière du « consul professionnel » Aggelos Katsaïtis correspond au profil-type d’une trajectoire guidée par le profit et les honneurs. Agissant seul, il ne semble entretenir que des liens superficiels avec les sujets ottomans des villes où il est en poste, et l’on ne sait que très peu de choses de son engagement en faveur de leurs intérêts220. À en croire ses nombreuses plaintes, ses relations avec certains Grecs de Livourne semblent même particulièrement tendues, et ses liens avec la communauté grecque apparaissent des plus réduits. Le « noble chevalier » choisit ainsi pour parrain de son fils un complet inconnu (Anastasios Maralialenios), et fait d’une de ses filles la marraine de sa cadette. Faisant baptiser ses enfants à l’église grecque-orthodoxe de Livourne, il est pourtant marié à une non-orthodoxe (Rachel Mecoli ou Mechol), et se retrouve donc exclu de facto des affaires de la confrérie grecque221. Enfin, les soupçons d’usurpation qui pèsent sur lui laissent penser qu’il cherche moins à se rendre utile à ses « nationaux », qu’à toucher les bénéfices des droits consulaires qu’il lève sur les activités des marchands et des navires fréquentant les ports sur lesquels il a (ou s’attribue) juridiction. Une décennie après le passage de Petrokokkinos, cette question des droits consulaires continue de cristalliser les rancoeurs autour du consulat ottoman.

95Au-delà de leurs particularités respectives, ces quelques cas – auxquels on peut ajouter celui du consul Alexandrakis à Marseille – témoignent des impasses d’une catégorisation trop hâtive des individus et des groupes. Ainsi rencontre-t-on un Ionien consul ottoman (Katsaïtis), un Épirote consul de la République Septinsulaire (Zosimas), ou encore un Brêmois réprésentant du Grand seigneur à Lisbonne (Poppe) ; le même Katsaïtis parvient à se faire nommer (ou à se faire passer pour ?) représentant du Maroc et de la régence de Tunis, tandis que les autorités marseillaises ordonnent aux sujets barbaresques de se faire enregistrer auprès du représentant ottoman (1797) ; enfin à Marseille, un Smyrniote catholique (Isaïou) agresse un Crétois orthodoxe, lui-même consul ottoman (Alexandrakis), lui reprochant d’avoir trahi la cause des Grecs. À l’évidence, de tels « brouillages identitaires » ne sont pas rares, et dépassent largement les seuls cas examinés ici.

96Pour autant, l’exemple des consulats ottomans ne se contente pas de mettre en échec la traditionnelle taxinomie ethnique et religieuse des acteurs historiques. Il met aussi en évidence les limites d’une analyse fondée sur la réification de notions telles que celles d’« identité » ou de « communauté ». Chacun à leur manière, nos consuls se retrouvent en effet en butte à l’hostilité d’une partie de ceux dont ils sont censés représenter les intérêts – Alexandrakis avec Isaïou, Petrokokkinos avec les négociants et les capitaines, et Katsaïtis avec les philhellènes de Livourne. Et plutôt que d’obéir au schéma classique d’une opposition entre « Grecs » et « Turcs », ces cas témoignent de l’existence de dissensions parmi les Grecs eux-mêmes. À Marseille en 1797, des Grecs signent avec d’autres « sujets ottomans » la pétition demandant l’emprisonnement d’Isaïou. À Livourne en 1814, des marchands et capitaines grecs protestent contre Petrokokkinos, qui ne semble même pas s’être consulté avec son « conazionale » Pallis lors de l’élaboration du nouveau système tarifaire du consulat. À Livourne toujours, mais cette fois en 1821 et 1822, c’est au tour de Katsaïtis de demander l’arrestation des philhellènes grecs et italiens, affirmant même avoir été publiquement insulté et agressé par certains d’entre eux. Si de tels conflits demeurent largement circonstanciels, ils permettent aussi d’interroger les mécanismes mêmes d’une « identité communautaire » que l’on résume souvent à ses seuls aspects inclusifs – préservation des valeurs communes et défense des intérêts mutuels, interactions des individus et solidarité du groupe, etc. On l’aura compris, il ne s’agit pas ici d’opposer l’ottomanité à la grécité, mais de voir comment s’articule la complexe « équation identitaire » dans un cadre communautaire bien loin de l’unanimisme qu’on lui suppose parfois. Dans cette perspective, l’épisode de la guerre d’indépendance grecque (1821-1830) constitue un observatoire unique sur le lien communautaire, en même temps que sa mise à l’épreuve peut-être la plus radicale.

Notes

1 Douglas 1986, p. 29.

2 Simmel 1999a.

3 Sanacore 2006.

4 Frattarelli Fischer 2006, p. 31.

5 Pedani 1994, p. 59-66 ; Grenet 2013c, p. 294-295.

6 Cité dans Pera 1899, p. 227-228. Les termes d’« Espagnols » et d’« Italiens » désignent respectivement les Juifs d’origine espagnole et portugaise (appelés couramment Sépharades), et ceux originaires de la Péninsule italienne et d’Afrique du Nord. Sur les familles Attias et Recanati, voir Trivellato 2009, p. 94-95 et 230-231.

7 Sur les Massari de la « nation » juive de Livourne, voir Filippini 1998, I, p. 131-134 ; Calafat 2010, p. 83-86.

8 Svoronos 1953.

9 Isaïou appartient à une importante famille de négociants grecs de Smyrne ; voir AN, F 12 1850 A, Rapports des consuls, 1809-1813. Smyrne, n.n., « État général des maisons de commerce français, italien, napolitain, autrichien, anglais, américain et ottoman établies à Smyrne », 22 octobre 1812.

10 AN, F 7 7387, Police générale – Affaires diverses, B 6 2476, « George d’Isay »,
n.n., Noguès à Le Carlier d’Ardon (ministre de la Police), 11 fructidor an VI/28 août 1798 ; Ibid., Duval (ministre de la Police) à Talleyrand, 21 brumaire an VII/11 novembre 1798.

11 AN, AE, B III 217, n° 217, « Moulla Osman Aga, Mamet Aga, Bellul Aga, et autres sujets ottomans, et du Grand Seigneur » à Guys, 7 fructidor an VI/24 août 1798.

12 AN, AE, B III 214, Correspondance…, an III, n° 37, Guys à Miot (commissaire des Relations extérieures), 19 frimaire an III/9 décembre 1794.

13 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Noguès à Le Carlier d’Ardon, 11 fructidor an VI/28 août 1798.

14 AN, AE, B III 217, n° 222, Noguès à Guys, 8 fructidor an VI/25 août 1798.

15 Ibid., n° 220, le même au même, 9 fructidor an VI/26 août 1798.

16 Ibid., n° 216, le même au même, 8 fructidor an VI/25 août 1798 ; Ibid., n° 214, Guys à Talleyrand, 12 fructidor an VI/29 août 1798.

17 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Talleyrand à Duval, 29 brumaire an VII/19 novembre 1798 ; Ibid., n.n., Duval à Noguès, 15 nivôse an VII/4 janvier 1799.

18 Ibid., n.n., le général Quantin (commandant de la division d’Aix) à Fouché (ministre de la Police), 13 fructidor an VII/30 août 1799 : « Depuis 8 mois, Citoyen Ministre, je reçois tous les jours de pareilles réclamations de la part de cet homme ».

19 Ibid., n.n., Isaïou à l’ambassadeur de Suède en France, 4 ventôse an VII/22 février 1799 ; Ibid., n.n., Extrait des registres des archives de l’Agence des Relations extérieures, 3 pluviôse an VII/22 janvier 1799, pièce jointe (n° 3) à la pétition de Georgios Filandros et Georgios Nikolas (« Filandre et Nicola ») à Duval datée du 27 ventôse an VII/17 mars 1799.

20 Ibid., n.n., Isaïou à l’ambassadeur de Suède en France, 4 ventôse an VII/22 février 1799 ; Ibid., n.n., Isaïou au général Quantin, 10 fructidor an VII/27 août 1799.

21 Sur l’implication de Stefanos Isaiou, négociant grec de Smyrne établi à Amsterdam dans les années 1760, dans le circuit des lettres de change avec Marseille, voir Fukasawa 2000, p. 70.

22 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Duval aux directeurs du Directoire exécutif, s.d. (v. juin 1799) ; Ibid., n.n., Escalon (commissaire du Directoire exécutif près l’administration centrale du département des Bouches-du-Rhône) à Fouché, 8 vendémiaire an VIII/30 septembre 1799.

23 Mandilara 2000, p. 36 ; Échinard 1973, p. 48-49.

24 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Le commissaire de la marine et du commerce français en Hollande à Fouché, 14 thermidor an VII/1er août 1799.

25 Ibid., n.n., Filandros et Nikolas à Fouché, 19 thermidor an VII/6 août 1799.

26 Il s’agit vraisemblablement du Pierre Van Sanen que l’on retrouve à Smyrne dans les années 1810 ; AN, F 12 1850 A, n.n., « État général des maisons de commerce […] établies à Smyrne », doc. cit., 1812.

27 AN, F 7 7387, B 6 2476, n.n., Pétition des « négociants levantins établis en cette commune de Marseille », 3 pluviôse an VII/22 janvier 1799, pièce jointe (n° 2) à la pétition de Filandros et Nikolas à Duval datée du 27 ventôse an VII/17 mars 1799.

28 AN, AE, B III 217, n° 217, « Moulla Osman Aga, Mamet Aga, Bellul Aga, et autres sujets ottomans, et du Grand Seigneur », à Guys, 7 fructidor an VI/24 août 1798.

29 AN, AE, B III 218, n° 79, Guys à Talleyrand, 29 nivôse an VII/18 janvier 1799.

30 Martiniello 1992.

31 AIHV, A 3 K 14, f° 65v, « Memoria di Sebastiano Raftopulo, chirurgo scientifico, abitante in Parochia di Sta Maria Formosa in Rugagiuffa al Civico n° 3 », 5 juin 1826.

32 Ibid., f° 66r-67r, « Risservata memoria del sottoscritto Guardian Grande [Aggelos Forestis] della Chiesa di S. Giorgio de’ Greci subordona le sue deduzioni sulla denuncia communicatagli colla Ordinanza 14 giugno decorso n° 10797/1050 », 3 juillet 1826.

33 Son père Ioannis (Zuanne) est élu représentant de la patria de « Zante e Ceffalonia » quasiment sans interruption de 1778 à 1807, et un Alexandros et un Georgios (Giorgio ou Zorzi) Raftopoulos sont élus sur le même contingent respectivement en 1778 et 1811 ; enfin, un Demetrios Raftopoulos est élu sur le contingent de la patria de « Napoli di Romania e Malvasia » en 1788, 1791, 1796, 1799 et 1803.

34 AIHV, A 3 K 13, f° 178r-182r, Procès-verbal du Chapitre Général du 21 novembre 1811.

35 Maltezou et Plumidis 2001, p. 411, n° 1766 (acte de décès du zantiote Niccolò Narantzis, 25 juin 1810) ; Xanthopoulou-Kyriakou 1978, p. 118.

36 AIHV, A 3 K 14, f° 17v-19r, Procès-verbal du Chapitre Général du 2 octobre 1823.

37 Ibid., f° 76v-80r, Procès-verbal du Chapitre Général du 10 décembre 1826.

38 AIHV, A 3 K 14, f° 66r-67r, « Risservata memoria… », doc. cit., 3 juillet 1826. Le produit des amendes était en effet versé dans le fonds réservé aux pauvres.

39 On trouve au xviiie siècle la trace d’un « sieur Peretié négociant âgé de plus de 70 ans », ancien député de la « nation » française de Smyrne, et assistant du baron de Tott dans son projet de défense des Dardanelles contre la flotte russe ; AN, AE, B III 13, Décisions du Roy, du Conseil d’État et du Ministre de la Marine, 1777, f° 164r-165v, juillet 1777.

40 Voir par exemple AM, 1 I 720, Logeurs et garnis : rapports des commissaires de police, surveillance, etc. (1806-1819), n.n., Irissac, Manen, Grachaire, Progher et Poittevin (commissaires de police de Marseille) à Antoine-Ignace Anthoine (maire de Marseille), 21, 23 et 28 mars 1807.

41 La Police secrète du Premier Empire. III. Bulletins quotidiens adressés par Fouché à l’Empereur, 1806-1807, éd. E. d’Hauterive, Paris, 1922, n° 533, Bulletin du 31 mars 1807.

42 AN, F 7 3659 / 6, Police générale, Bouches-du-Rhône, an XI-1809, Bulletin du 1er trim. 1807, Article 1, « Sûreté publique ».

43 Sur ce point, voir par exemple l’analyse des mariages de Grecs de Venise aux xvie siècle que propose Burke 2004, p. 65-70 ; sur un échantillon de 302 couples dont l’un des conjoints est Grec et orthodoxe, l’auteur relève 24 cas (7,5 %) de mariages avec un conjoint vénitien et catholique. Il ne fait guère de doute que cette proportion augmente sensiblement aux siècles suivants.

44 Mavroidi 1983, p. 512.

45 N. Soutzo, Notions statistiques sur la Moldavie, Jassy, 1849, p. 52.

46 Herlihy 1979-1980, p. 416.

47 Pera 1899, p. 290-291.

48 Dertilis 1995, p. 117-118.

49 Paris 2001, p. 31-32.

50 Katsiardi-Hering 1986, p. 69 et 129.

51 Costituzioni e capitoli…, op. cit., Chapitre I.

52 ASL, Governo civile e militare di Livorno, reg. 15, f° 173r-174v, Pétition, doc. cit., s.d.

53 Sur ce point, voir Kitromilides 2008, p. 328.

54 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 24/2, n° 62, « Informazione per la Chiesa, e Nazione Greca… », doc. cit., 1775. Datées de 1751, les lettres patentes concédées par Marie-Thérèse aux Grecs de Trieste disposent quant à elles que les mariages mixtes comme le baptême des enfants nés de ces unions devront être célébrés par des prêtres catholiques ; BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 1, n° 2, doc. cit., 1751.

55 ASL, Chiesa greca non unita…, II/6, f° 8rv, Motuproprio, doc. cit., 1760 ; ASL, Governo militare e civile di Livorno, reg. 964, Copialettere della Segreteria Civile del Governo, 1768, p. 185, Le secrétaire civil du gouvernement au comte Alberti, 1er juin 1768.

56 Vlami 1997, p. 85, n. 11.

57 Panessa 1991, p. 55.

58 Cini 2007, p. 102.

59 Dogo 1996-1997, p. 91.

60 Sur ce point, voir la vieille mais précieuse étude de Douin 1926, p. 15-64. Rappelons que les années 1825-1826 voient culminer l’engagement du pacha d’Égypte Méhémet Ali aux côtés du Sultan Mahmoud II.

61 L’Indépendant. Journal de Lyon, n° 62, 24 mai 1826. Ce texte est reproduit en annexe (Document 4). Le père de Tzitzinias faisait partie des dignitaires de Chio exécutés par les Turcs en 1822.

62 Hatziiossif 1980, p. 355.

63 L’Indépendant. Journal de Lyon, n° 62, 24 mai 1826.

64 AD, 128 V 1, n.n., Montgrand à Villeneuve-Bargemon, 12 novembre 1825 : « Depuis ce moment, les autres Grecs schismatiques se sont abstenus de se présenter à leur église, et l’archimandrite a éprouvé de leur part tant de mauvaises manières, qu’il a été forcé de donner sa démission. »

65 MGAE, 1836, 37/4, Προξενεία της Ελλάδος είς Μασσαλίαν, n.n., Rizos-Neroulos à Othon Ier, 21 août/2 septembre 1836.

66 Mutinelli, Annali urbani di Venezia…, op. cit., p. 333-334.

67 Ibidem, p. 335.

68 Statuti e Regolamenti…, op. cit., Chapitre VII, Article 6.

69 Costituzioni e capitoli…, op. cit., Chapitre V.

70 Cini 2007, p. 99.

71 Tsirpanlis 2002, p. 141-143. La trajectoire de certains individus peut à l’occasion déjouer la relation hiérarchique entre les deux postes : ainsi de Methodios Moronis, patriarche de Constantinople de 1668 à 1671, qui, « par peur des Turcs », se réfugie à Venise, où il devient métropolite de Philadelphie de 1677 à 1679 ; Mutinelli, Annali urbani di Venezia…, op. cit., p. 336.

72 Certaines des lettres patriarcales aux marchands de la « compagnie » (κομπανία) grecque de Sibiu ont été publiées par Carataşu 1991.

73 Vlami 2000, p. 278-279.

74 Panessa 1991, p. 43.

75 Repetti 1833-1846, II, p. 778-779.

76 G. Moroni Romano, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica da S. Pietro sino ai nostri giorni, Venise, 1846, XXXIX, p. 89.

77 Mis en place par le parlement grec en 1833, le Saint-Synode de l’église orthodoxe de Grèce ne sera reconnu par le Patriarcat de Constantinople qu’en 1850.

78 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 13, n° 33, 26 septembre 1765 ; Tomadakis 1940, p. 91.

79 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 16, n° 39, 10 janvier 1767 ; Ibidem, reg. 18, n° 46, 8 août 1768.

80 Ciano 1986, ici p. 71. Sur les relations que la Russie entretient avec les sièges patriarcaux orthodoxes, voir Hatziiossif 1980, p. 77 et 403.

81 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 7, n° 14, 9 novembre 1761 ; Dell’Agata Popova 1978, p. 25.

82 Panessa 1991, p. 44.

83 Tomadakis 1940, p. 90. L’auteur mentionne également les interventions répétées du patriarche de Jérusalem pour régler divers « scandales ecclésiastiques », suscités par la présence à Livourne de divers moines orthodoxes vivant aux crochets de la confrérie, et dont certains se proclament exarques du Tombeau du Christ (une position alors sous la juridiction du patriarcat jérosolimitain).

84 Ce point est signalé par Panessa 1991, p. 43.

85 ASL, Chiesa greca non unita…, I/1, p. 34, Délibération, 24 mai 1785.

86 Vlami 2000, p. 279.

87 Lettre du 5 mai 1828, reproduite dans Tomadakis 1940, p. 91.

88 Costituzioni e capitoli…, op. cit., Chapitre v.

89 Encore au milieu du xixe siècle, le patriarche d’Alexandrie et le consul de Russie interviennent dans les affaires de la Communauté (Κοινότης) grecque d’Alexandrie, à la faveur d’une crise institutionnelle opposant le consul grec au président de la Communauté ; Hatziiossif 1980, p. 354-355, qui relève que « la grande fortune immobilière de la communauté n’est pas étrangère à la sollicitude du consul et du patriarche. »

90 Costituzioni e capitoli…, op. cit., Préambule. Le troisième objectif alors affiché, la « tranquillità de’ nostri nazionali », rappelle la vocation des statuts à être un instrument de pacification des rapports entre les différents membres de la « nation ».

91 Biagi 1986, p. 95.

92 La formule « Orthodox commonwealth » pour désigner les Balkans au xviiie siècle est de Kitromilides 1989, p. 184.

93 Kitromilides 2009, p. 169-197.

94 Sur ce point, voir par exemple Jassaud, Mémoire sur l’état physique et politique…, op. cit., p. 47.

95 Sur les réformes de Sélim III, voir Harlaftis et Laiou 2008.

96 Jassaud, Mémoire sur l’état physique et politique…, op. cit., p. 40, 50, 61 et 86-87.

97 ASV, Consolato Russo a Venezia, b. 24, Miscellanea di carte (1772-1803), n.n., Benaki (consul général de Russie à Corfou) à Paolo Filli (consul de Russie à Venise), 13/25 juin 1800 ; Ibidem, n.n., Attestation de « pubblici negozianti di questa piazza » en faveur du capitaine Giovanni Caligà de Céphalonie, 8 mars 1801 ; Ibidem, n.n., Le capitaine Teocharis Iannis Michalis à Paolo Filli, 12 juillet 1801.

98 Ibidem, n.n., Déclaration devant le notaire Anastasio Calocrisso, 14 avril 1800 ; Ibidem, n.n., Passeport d’Anastasio Bogdano émis par le consulat de Russie à Venise, 21 novembre/2 décembre 1799.

99 AIHV, B 2 Θ 8, reg. 3, Ποικίλα, n° 1, Atti del Ministero Russo verso la Repubblica Veneta in favore della Chiesa Orientale, 1/I, n.n., Ordre de rappel de Semion Romanovitch Vorontsov (ambassadeur de Russie à Venise), 30 juillet 1784.

100 AD, 128 V 1, n.n., Lainé à Pozzo di Borgo, 14 juin 1817.

101 Voir par exemple AIHV, B 5 K 23, f° 46r, Acte de décès du « Nobil sig. Giovanni Beloklokoff, di nazion Russo », 20 juin 1823.

102 AIHV, B 2 Θ 6, reg. 1, n° 34, « Regolamento adottato per le annuali comme-morazioni… », doc. cit., s.d. (v. 1840).

103 ASV, Consolato Russo a Venezia, b. 24, n.n., « Nota di spese incontrate da Giuseppe Bellomo Cameriere dell’ora qm sig. Spiridion Varucca », s.d.

104 AIHV, A 3 K 12, f° 79r-80r, « Memoria, ad esempio di altre consimili occasioni, ordinata dal Clarissimo Signor Spiridon Taraculi Guardian Grande, e sua Banca, del modo col quale sono state ricevute in questa nostra Chiesa le Altezze Imperiali del Gran Duca di Moscovia Paolo Petrovitz, e Gran Duchessa Maria Federowna sua consorte, quali comparvero come viaggiatori in questa Serenissima Dominante nel dì 18 Gennaro 1781 m[ore] v[eneto], sotto il titolo di Conti del Nord », 28 janvier 1782.

105 Biblioteca Labronica, Ms. Prato, Giornale della Città di Livorno, XVI, p. 39, 29 et 30 mars 1782.

106 AIHV, A 3 K 14, f° 3r-4r, « Memoria ad esempio di altri consimili occasioni, ordinata dal Clarissimo Signor Angelo Gialinà Guardian Grande, e sua Banca per il modo col quale è stato ricevuto in questa nostra Chiesa S.M. Alessandro Imo Imperatore di tutte le Russie, e Rè di Polonia, arrivato in questa Città nel giorno 16 corrente », 24 décembre 1822.

107 Ibidem, f° 189v-190r, « Memoria ordinata dal Clarissimo Nob. Sig. Costantino De Tipaldo GG e sua Banca per il modo col quale è stato ricevuta in questa Chiesa S.A. Imperiale Gran Duca Alessandro Principe Ereditario di tutte le Russie, arrivato in questa Città il giorno 2/14 Novembre del corrente anno », 20 novembre/2 décembre 1838 ; Ibidem, f° 192rv, Tatischeff (ambassadeur extraordinaire de Russie à Vienne) à la Banca de la confrérie de San Nicolò, s.d. (décembre 1838).

108 Ibidem, f° 192v-193r, La confrérie de San Nicolò à Tatischeff, 7/19 décembre 1838.

109 Biblioteca Labronica, Ms. Prato, Giornale…, VIII, p. 90, 25 avril 1774 ; Ibidem, XVII, p. 180, 22 octobre 1783.

110 Panessa 1998, p. 24-25.

111 Fasiolo 2002, p. 6.

112 Biblioteca Labronica, Carte Vivoli, b. 12, n.n., 2 mai et 9 juillet 1772 ; Ibid., Ms. Prato, Giornale…, VI, p. 153-154, 9 juillet 1772.

113 Triantafyllou 1986, n° 18 (4 septembre 1774) et 22 (10 mai 1775).

114 Notizie del Mondo, 1771, n° 22 (16 mars 1771) et 32 (20 avril 1771).

115 Sur ce point, voir par exemple l’analyse par Jean-Pierre Filippini du cas des « nations » françaises dans le Levant aux xviie et xviiie siècles ; Filippini 1998, II, p. 401-402.

116 Biagi 1986, p. 112.

117 ASL, Chiesa greca non unita…, I/1, p. 12, Liste des objets donnés par Catherine II, 21 octobre 1775 ; voir aussi Dell’Agata Popova 1978, p. 28-29.

118 La dissolution de l’église orthodoxe de Port-Mahon intervient suite à la cession de l’île par les Anglais aux Espagnols.

119 Tomadakis 1940, p. 40.

120 Fasiolo 2002, p. 3-4.

121 Repetti 1833-1846, II, p. 779.

122 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 123, n° 372, Antonio Guerrazzi (consul de Russie à Livourne) à Panagiotis Pallis (gouverneur de l’église grecque-orthodoxe), 5 mai 1823 ; Ibidem, reg. 125, n° 379, Le même au même, 19/31 mai 1823 ; ASL, Chiesa greca non unita…, IV/168, p. 60, Pallis à Guerrazzi, 19/31 mai 1823.

123 Ibidem, IV/168, p. 33-34, Les représentants de l’église grecque de Livourne à d’Italinsky (ambassadeur de Russie à Rome), 5/17 mai 1818.

124 Kardassis 1998, p. 115sq ; Vlami 2000 p. 148-162.

125 Koraïs, Αλληλογραφία, op. cit., I, n° 89 (K. à Ansse de Villoison, 7 mars 1793) et 110 (K. à Chardon de la Rochette, 26 septembre 1793).

126 Kardassis 1998, p. 115-148 et 195-236.

127 Sur les employés grecs et dalmates du consulat russe de Venise, voir Longworth 1986, p. 398.

128 Si l’on en croit un rapport consulaire anglais daté de 1778, Maroutzis quitte le poste vénitien pour devenir chargé d’affaires de Russie pour l’ensemble de l’Italie ; NA, FO, 81, Political and Other Departments : General Correspondence before 1906, Venice, 1, John Strange and Consul Robert Richie, 1778-1779, f° 6-7, Strange (consul anglais à Venise) à Lord Weymouth (Secrétaire d’État pour le Département du Sud), 6 février 1778.

129 Sur Spyridon Narantzis, voir Carte segrete 1851-1852, I, p. 178-179, n° 67, Lancetti au gouverneur de Venise, 26 novembre 1817. Sur Demetrios Narantzis, voir Αρχείον Ιωάννου Καποδίστρια, 3, 1980, p. 105, n° 39 (Ioannis Capodistrias à son père, 6/18 janvier 1811).

130 Sur Marios Fillis, voir Carte segrete 1851-1852, I, p. 200-201, n° 83, Rapport confidentiel, 21 novembre 1817 ; sur Ioannis Paparigopoulos, voir AIHV, B 5 K 23, f° 44v, Acte de décès de Maddalena Paparigopoulo, 16 janvier 1823.

131 Gazzetta universale, 1776, n° 79, 1er octobre 1776, p. 629 (dépêche de Pise, 27 septembre 1776). Les funérailles de Demetrio Mocenigo sont célébrées en 1793 en l’église grecque-orthodoxe de Venise ; Notizie del Mondo (Venise), 1793, n° 38, 11 mai 1793, p. 302.

132 Kardassis 1998, p. 210.

133 Villeneuve-Bargemon 1824-1829, I, p. 902.

134 Pour une mise en perspective historique de cette question, voir Hatziiossif 1992.

135 Israel 2002.

136 Oikonomos à Petros Omeridis Skylitzis, 23 février 1815 ; lettre reproduite dans K. Oikonomos, Αλληλογραφία [Correspondance], éd. K. Lappas et R. Stamouli, Athènes, 1989-2002, I, p. 162. Homme d’église, théologien et professeur du Gymnase Philologique de Smyrne, Konstantinos Oikonomos (1780-1857) est considéré comme l’un des plus éminents représentants du mouvement des « Lumières néohelléniques ».

137 « Lettre de Coray aux Sciotes établis à Smyrne » (Paris, 8 novembre 1810), dans A. Koraïs, Lettres de Coray au protopsalte de Smyrne, Dimitrios Lotos, sur les événements de la Révolution française (1782-1793), éd. Queux de Saint-Hilaire, Paris, 1880, p. 227-228.

138 Sur l’activité commerciale des négociants sciotes, voir entre autres Frangakis-Syrett 1995.

139 Fukasawa 2000 ; Frangakis-Syrett 1992, p. 101-102 ; Eldem 1999, p. 219-220.

140 Lettre des marchands hollandais Frémeaux, Van Lennep et Enslie à Van Haaften, datée du 29 juin 1782 et reproduite dans Nanninga 1964-1966, n° 335.

141 N. D. Fustel de Coulanges, Mémoire sur l’île de Chio, dans Archives des missions scientifiques et litteraires. Choix des rapports et instructions, Paris, 1856, V, p. 481-642, ici p. 516-517.

142 Ibidem.

143 ASL, Chiesa greca non unita…, I/1, p. 1 (1er août/5 septembre 1768), et Ibidem, I/2, p. 92 (24 janvier 1835) ; le quatrième épitrope élu en 1835 est Konstantinos Koussantelis, d’origine inconnue.

144 Mutinelli, Annali urbani di Venezia…, op. cit., p. 339.

145 ASL, Governo civile e militare di Livorno, reg. 15, f° 175r, Pétition de « Demetrio, e Teodoro Marcachi padre, e figlio », s.d. (1775).

146 On ne dispose pas d’information sur l’origine du septième signataire de la pétition, Niccolà Vissio.

147 Sauf mention contraire, les informations biographiques sur Patrinos sont tirées de Manoussacas 1988a et 1988b.

148 Ces séquestres sont décrétés au début de chacune des quatre occupations, soit en juin 1796, en avril 1799, en novembre 1800 et en novembre 1807 ; Baruchello 1932, p. 533-554.

149 Communications personnelles d’Alice Sobrero et d’Andrea Addobatti, de l’Université de Pise, que nous remercions vivement pour ces précieuses informations.

150 L’ordre de séquestre date du 10 avril 1810 ; La Police secrète du Premier Empire. V. Bulletins quotidiens adressés par Fouché à l’Empereur, 1809-1810, éd. J. Grassion, Paris, 1964, n° 688 (2 mai 1810) et 704 (10 mai 1810). Patrinos est accompagné à Paris par le Grec Ioannis Kostakis et le Juif Isaac Franchetti. De cette mission, on ne sait rien, ou presque : ni ses dates précises de départ et de retour, ni même si l’entrevue avec l’Empereur eut finalement jamais lieu. Tout juste sait-on que le séquestre sur certains bâtiments ottomans est levé le 8 septembre 1810 ; Dogane imperiali. Stato dei Bastimenti Ottomani messi sotto sequestro in Livorno, Livourne, 1810.

151 En 1795, 1799, 1803, 1806, 1808, 1814 et 1819 (sous le titre de « premier épitrope »).

152 Triantafyllou 1986, n° Γ 23 (18 janvier 1792), n° 234 (29 novembre/11 décembre 1834) et 236 (8/20 août 1836).

153 Il choisit comme parrains et marraines de ses enfants Argyrinis Vretos, Efstathios Mospiniotis, Nikolaos Zosimas, Demetrios Kontaxis (à deux reprises) et Manoussis Efthymiou. Les actes de ces baptêmes sont reproduits dans Ibidem, n° 74 (14 novembre 1792 – Eleni), 77 (6 novembre 1793 – Konstantinos), 86 (28 octobre 1795 – Alexandra), 95 (27 décembre 1797 – Konstantinos), 112 (12 août 1802 – Anna) et 123 (30 avril 1805 – Maria Louisa).

154 Ibidem, n° 83 (1er novembre 1794). Petros meurt à l’âge de cinq ans, en 1799 ; Vlami 2006, p. 471 (n° 119).

155 Triantafyllou 1986, n° 57 (4 mai 1788 – Alexandra), 84 (17 décembre 1794
 – Eleni) et 102 (12 février 1800 – Spyridon). Comme une exception à cette « règle » non-écrite, on retrouve aussi Patrinos comme parrain de la fille du Moscovite Stephanos Zankofski ; Ibidem, n° 108 (3 novembre 1801 – Anna).

156 Ibidem, n° Γ 25, 18 septembre 1793.

157 Grenet 2012c, p. 28-30.

158 Tansa sopra il commercio e navigazione, approvata con decreto della municipalità provvisoria veneziana li 15 giugno 1797, Venise, 1797.

159 On ne retrouve aucun Grec parmi la liste des 22 plus gros contributeurs de la tansa, qui s’acquittent chacun d’au moins 10 000 ducats (jusqu’à un maximum de 110 000 pour l’Allemand Giovanni Corrado Reck), pour un total combiné de
567 000 ducats – soit plus de la moitié du million acquitté par les marchands. Ce groupe compte sept Allemands, trois Juifs, un Arménien et onze Vénitiens ; les Grecs, eux, n’arrivent que loin derrière, avec à leur tête Spiridion Taraculli et ses
3 000 ducats.

160 Alberti et Cessi 1928-1942, I/1, p. 542-547 (22 août 1797).

161 Sélim III ne rejoindra la Deuxième Coalition qu’en septembre 1798.

162 Alberti et Cessi 1928-1942, I/2, p. 195-199 (30 septembre 1797).

163 Ibid., p. 488-494 (31 octobre 1797).

164 Mémoire de la Porte à Van Dedem (ambassadeur des Provinces-Unies à Constantinople), 3 mai 1797 (signé « Yanni Mavrogordato, Yorghi Pitcipio et Cie, Dimitrio Schilizi et Cie, Tomazachi et Cie, Frères Schilizi et Cie, Frères Marcella, Michaïl Paterachi »), et lettre des « Directeurs du commerce du Levant à Amsterdam » à François Testa (chancelier de l’ambassade des Provinces-Unies à Constantinople), 19 juillet 1803 ; documents reproduits dans Nanninga 1964- 1966, n° 599 et 711.

165 I. Rizos-Néroulos, Histoire moderne de la Grèce depuis la chute de l’Empire d’Orient, Genève, 1828, p. 65-66.

166 Ibidem.

167 Notizie del Mondo (Venise), 1794, n° 6, 18 janvier 1794 (dépêche de Londres, 28 décembre 1793) ; Ibidem, 1793, n° 79, 2 octobre 1793 (dépêche de Londres,
12 septembre 1793).

168 Ce traitement historiographique s’est largement fondé sur une longue tradition de témoignages aussi bien ottomans qu’européens, qui, depuis la fin du xvie siècle, diagnostiquaient un déclin de l’Empire et avançaient la nécessité de sa réforme ; voir Kafadar 1997-1998, p. 62-68.

169 Hurewitz 1961.

170 Voir entre autres Murphey 1999 ; Burçak 2007.

171 Findley 1972, p. 396.

172 Naff 1963, p. 303-304.

173 Notizie del Mondo (Venise), 1793, n° 79, 2 octobre 1793.

174 À notre connaissance, la seule tentative de synthèse sur la question reste la succincte (et lacunaire) étude de Bağıs, 1983. Sur les épisodes viennois et triestin, voir Do Paço 2015, p. 35-36 ; Andreozzi et Panariti 2011, p. 228.

175 Findley 1972, p. 396. Le registre est conservé aux Archives du Premier Ministre (Basbakanlik Arsivesleri, Istanbul), Şehbenderlik Defterleri (1217/1802- 1330/1911), reg. 1 ; il était en cours de restauration lors de nos recherches aux archives d’Istanbul.

176 AN, AE, B III 217, n° 19, Guys à Talleyrand, 21 vendémiaire an VI/12 octobre 1797.

177 Harlaftis et Laiou 2008, p. 18 ; Findley 1972, p. 396. À propos du consulat vénitien, Harlaftis et Laiou mentionnent l’ouverture d’un consulat ottoman entre 1802 et 1807, tandis que Maria Pia Pedani avance que le projet aurait été abandonné lors de la guerre d’indépendance grecque ; voir Harlaftis et Laiou 2008, p. 18, et Pedani 1994, p. 200.

178 Buonocore 1976, p. 270, n. 74.

179 En 1806, le consul ottoman à Marseille (Antoine Péretié) provoque ainsi une controverse, en interdisant aux capitaines grecs de battre pavillon de Saint-Jean de Jérusalem. Quant à l’activité de délivrance des passeports, elle est attestée par les recherches que nous avons pu mener dans les registres d’entrée et de sortie de la ville de Lyon pour l’année 1816 ; voir Grenet 2016.

180 Henry Poppe aux archontes de la communauté d’Hydra, 29 janvier 1806, reproduit dans Αρχείον της κοινότητος Ύδρας, 1778-1832 [Archives de la communauté d’Hydra, 1778-1832], éd. A. Lignos, Le Pirée, 1921, II, p. 339-341. Le terme « Tzeltemestri » est vraisemblablement une altération du titre de « Gildemeister », ce qui viendrait renforcer l’hypothèse d’une origine germanique d’Henry Poppe.

181 AN, AE, B III 217, n° 19, Guys à Talleyrand, 21 vendémiaire an VI/12 octobre 1797.

182 AD, C 2547, n.n. le Maréchal de Castries (secrétaire d’État à la Marine) à de la Tour (premier Président du parlement d’Aix), 29 décembre 1782.

183 AN, AE, B III 217, n° 19, Guys à Talleyrand, 21 vendémiaire an VI/12 octobre 1797.

184 Ibidem.

185 Voir AN, AE, B III 218, n° 166, « État des Grecs… », doc. cit.

186 En témoigne, à partir de l’an VII, l’implication de Guys dans la délivrance de passeports à des sujets ottomans ; AD, L 374, Enregistrement des passeports des étrangers, visés par l’administration centrale du département (4 frimaire an IV – 16 brumaire an VII), en particulier 1er pluviôse et 27 floréal an VII/20 janvier et 16 mai 1799.

187 Travaillant sur la diplomatie ottomane du second xixe siècle, Sinan Küneralp souligne la longévité du personnel consulaire, et note même que les charges sont parfois transmises de manière héréditaire ; Küneralp 1986, p. 311.

188 Sur Marchand, voir Basbakanlik Arsivesleri (Istanbul), HAT 1345/52596A, Rapport codé de Muhip Efendi (ambassadeur ottoman à Paris), 9 B 1223/30-31 août 1808. Nous remercions vivement Katerina Stathi de son aide pour la traduction des documents en turc ottoman. Sur Petitzas, voir AD, 1 M 508, Consulats, Dossier « Empire ottoman, 1808-1841 », n.n., Bassano (ministre des Relations extérieures) à Thibaudeau, 3 septembre 1811 : « Le sieur Panayotaki Patizta consul général ottoman à Marseille se conduisant mal, l’ambassadeur de la Sublime Porte [Muhib effendi, alors de passage à Marseille] en a écrit à Constantinople pour qu’il lui fut donné un successeur » ; AN, AF IV 1689, Dossier « Turquie, 1811 », n° 133, Transcription résumée d’une lettre de Muhib effendi au chargé d’affaires ottoman à Paris, 17 septembre 1811 : « L’ancien Consul Grec [Petitzas], s’étant permis d’exiger diverses sommes d’argent des capitaines et autres sujets turcs se trouvant à Marseille, et la continuation d’un pareil abus ne pouvant avoir que de fâcheux résultats… ».

189 Basbakanlik Arsivesleri, HAT 307/18134, Panagiotakis (chargé d’affaires ottoman à Paris) au Grand Vizir, 15 Ra 1231/13-14 février 1816.

190 Findley 1972, p. 396-397.

191 Sur ce point, voir entre autres Stoianovich 1960, p. 296.

192 Grenet 2016.

193 ASL, Governo civile e militare di Livorno, reg. 997, Copialettere Civili, 1814- 1815, n° 516, Francesco Spannocchi (gouverneur de Livourne) au prince Giuseppe Rospigliosi (commissaire grand-ducal), 16 septembre 1814.

194 La Police secrète du Premier Empire. III, op. cit., n° 464, Bulletin du samedi
7 mars 1807.

195 ASL, Chiesa greca non unita…, IV/168, p. 5, Michail Rodokanakis à Nikolaos Petrokokkinos, 25 février 1810.

196 Almanacco etrusco per l’anno 1807, cité par Panessa 1998, p. 78.

197 ASL., Governo civile e militare di Livorno, reg. 997, n° 515, Spannocchi au Cavaliere D’Angelo (« Capitano della Bocca » de Livourne), 15 septembre 1814 ; Ibid., n° 560, Spannocchi à Vittorio Fossombroni (Président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du grand-duché de Toscane), 23 septembre 1814 ; Ibid., n° 567, Spannocchi au président de la Chambre de Commerce de Livourne, 23 septembre 1814.

198 Ibid., n° 516, Spannocchi à Rospigliosi, 16 septembre 1814.

199 Ibid., n° 896, Spannocchi à Fossombroni, 21 décembre 1814.

200 Ibid., n° 715 et 859, Spannocchi à Fossombroni, 7 novembre et 14 décembre 1814 ; Ibid., reg. 998, Copialettere Civili, 1815, n° 88, Le même au même, 25 janvier 1815.

201 ASL, Governo civile e militare di Livorno, reg. 998, n° 88, Spannocchi à Fossombroni, 25 janvier 1815 : « Je n’ai pas une grande opinion dudit sieur consul, mais il arrive fréquemment que les petits moyens (i piccoli mezzi) soient plus efficaces que les grands ».

202 Ibid., reg. 997, n° 516, Spannocchi à Rospigliosi, 16 septembre 1814.

203 Ibid., n° 663, Spannocchi à Petrokokkinos, 21 octobre 1814.

204 Ibid., n° 673, Spannocchi à Petrokokkinos, 25 octobre 1814 ; Ibid., n° 866, Spannocchi à D’Angelo, 15 novembre 1814.

205 Il n’apparaît pas sur le Catalogo de 1820 ; BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 110, n° 316, « Nomi, e Professioni dei Greci di Rito Orientale… », doc. cit., 1820.

206 Grenet 2016.

207 Sandri-Giachino et Mola di Nomaglio 2007, p. 313.

208 Tansa sopra il commercio e navigazione…, op. cit., p. 12.

209 On ne dispose pas d’informations précises sur le mandat triestin de Katsaïtis, nommé autour de 1800, et dont le successeur (Athanasios Typaldos, lui aussi originaire de Céphalonie) est appointé en 1803 ; voir Katsiardi-Hering 1986, p. 326.

210 Sandri-Giachino et Mola di Nomaglio 2007, p. 313, n. 10 ; Buonocore, p. 269 et 270 n. 73.

211 Gazzetta di Firenze, 1818, n° 70, 11 juin 1818, p. 3-4.

212 Triantafyllou 1986, n° 165, 29 août/10 septembre 1818, baptême de Spyrantonios, fils d’Aggelos Katsaïtis et de Rachel Mecoli (Ραχήλ Μεκόλη), parrain Anastasios Maralialenios.

213 Sandri-Giachino et Mola di Nomaglio 2007, p. 313, n. 10.

214 Mangio 2004, p. 37-38.

215 Triantafyllou 1986, n° 185, 17/29 juin 1822, baptême d’Aristea (Αριστέα), fille d’Aggelos Katsaïtis et de « Rachel Mechol », marraine « Maria, fille du sieur Katsaïtis ».

216 Les pétitions du consul Katsaïtis (qui signe « Angelo de Cazzaiti ») aux autorités toscanes se trouvent in ASF, Presidenza del Buongoverno, Affari comuni (1814- 1848), reg. 1062, Negozi, 1822, n° 3452.

217 Au départ de Katsaïtis (novembre 1824), c’est le gouverneur de Livourne, Paolo Garzoni Venturi, qui reprend ses fonctions ; ASL, Governo civile e militare di Livorno, reg. 1008, Copialettere della S. e R. Segreteria del Governo di Livorno, 1824, f° 93v-94r (n° 685, 686 et 690), Garzoni Venturi au conseiller secret d’État, au capitaine du port, au commissaire interne (commissario interno) et au secrétaire d’État, 5 et 8 novembre 1824.

218 Almanacco per le provincie soggette all’Imperiale Regio Governo di Venezia per l’anno 1842, Venise, 1842, p. 158-159.

219 Hofund Staats-Handbuch des Österreichischen Kaiserthumes, Vienne, 1847, p. 222.

220 Katsaïtis semble avoir joué un rôle important dans les tractations ayant mené à l’élaboration d’un traité de commerce entre l’Empire ottoman et le Royaume de Sardaigne ; voir Sandri-Giachino et Mola di Nomaglio 2007, p. 298.

221 Sans qu’on en connaisse l’origine, l’épouse du consul est en outre l’infortunée héroïne de deux épigrammes satirico-pornographiques « A donna Rachele Meccoli Gazzaiti » écrits en dialecte napolitain.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search