Version classiqueVersion mobile

La fabrique communautaire

 | 
Mathieu Grenet

Première partie. Présence

Chapitre 2. L’étranger pluriel : une lecture sociale

Texte intégral

1Le stéréotype d’une double vocation marchande et marine des Grecs a longtemps constitué la pierre angulaire d’une sociographie sommaire des colonies de la diaspora grecque, dont on se gardera de sous-estimer l’influence sur les représentations populaires et savantes de ces populations. Il a également participé de leur constitution en objets politiques, en codifiant la différence culturelle au sein des processus de négociation entre ces populations et leur environnement social – voire au cœur même des logiques d’auto-représentation. Enfin, il a plus récemment trouvé une postérité inattendue à travers les notions de « diasporas commerçantes » et de « communautés marchandes », dont l’usage indiscriminé a pu conduire à gommer la réalité autrement plus riche et contrastée qui émerge d’une approche plus empirique de la composition sociale de ces groupes.

La « diaspora commerçante grecque », entre historiographie et idéologie

  • 1 Cohen 1971. Nous suivons ici la récente traduction que Guillaume Calafat a donnée de ce texte essen (...)
  • 2 Baghdiantz-McCabe, Harlaftis et Pepelasis Minoglou 2005, p. xviii.

2Désormais omniprésente dans le discours des sciences sociales, l’expression de « diaspora commerçante » (trade diaspora) n’est apparue qu’en 1971 sous la plume de l’anthropologue africaniste Abner Cohen, pour définir un groupe ethnique « composé de communautés étroitement liées entre elles, quoique dispersées » (a nation of socially interdependent, but spatially dispersed, communities)1. Cette extension à différents groupes ethniques et religieux de l’usage du terme « diaspora », jusqu’alors habituellement réservé à la seule expérience juive, s’est accompagnée de la reconnaissance d’une sous-catégorie de diasporas dites « historiques » ou « classiques » (en l’occurrence la juive, l’arménienne et la grecque), par opposition à la trentaine de groupes ethno-religieux ou nationaux auxquels le terme est depuis lors couramment accolé2.

  • 3 Tölölyan 1996, p. 3 : « where once were dispersions, there now is diaspora ».

3Rendre à la notion de « diaspora » son caractère d’outil d’analyse fécond permettant de penser ensemble phénomènes migratoires, logiques d’appartenance et processus d’identification, nécessite de clarifier ici plusieurs enjeux. Le premier est bien résumé par la formule de Khachig Tölölyan, selon laquelle « là où il y avait jadis des dispersions, il y a maintenant la diaspora »3. La substitution n’est bien sûr pas simplement lexicale : même utilisée dans un sens qui se voudrait purement descriptif, la notion de diaspora renvoie en effet à un métadiscours bien plus qu’à une réalité concrète. Ainsi que l’a souligné le géographe Georges Prévélakis,

  • 4 Prévélakis 1996, p. 29.

il est possible de parler des mêmes faits en utilisant un vocabulaire différent : migrations, minorités, questions d’intégration, etc. […] Mettre l’accent sur le thème de la diaspora exprime une volonté d’envisager certains phénomènes dans une optique globale, œcuménique4.

4Mais la diaspora ne suggère pas seulement une échelle « macro » : elle impose l’idée d’un espace tiers, autour duquel réarticuler la polarisation traditionnelle entre « terre d’origine » (homeland) et « pays d’accueil » (hostland). Ce faisant, elle offre les outils d’une nécessaire critique des attendus idéologiques de certaines modélisations traditionnelles des mécanismes migratoires : ainsi de l’analyse classiquement « push and pull » des migrations grecques à l’époque moderne, qui a longtemps instrumentalisé le traditionnel scénario d’un affrontement entre Empire ottoman (ici, le « pôle de répulsion ») et Europe centrale et occidentale (le « pôle d’attraction »).

  • 5 Drettas 2000.

5Un second enjeu lié à l’usage indiscriminé de la notion de diaspora porte sur la tentation d’uniformiser une large variété de situations et d’expériences, dont le seul point commun serait de procéder d’un fait migratoire transnational lui-même peu clairement défini. Le flou conceptuel entre « diasporas » et « diasporas marchandes » se décline ainsi sur un mode synchronique, qui fait des colonies juives, grecques ou arméniennes éparpillées de par le monde autant de groupes plus ou moins homogènes de marchands et de négociants. Dans sa variante diachronique, il fonde l’idée d’une « vocation millénaire » des Grecs à la migration, au sein de laquelle le motif de l’activité commerciale (celle des colonies des cités marchandes de l’Antiquité et celle des négociants de l’époque moderne) sert essentiellement à établir la continuité historique de la « nation » grecque par delà les siècles de domination ottomane5.

  • 6 Psyroukis 1983.
  • 7 Hassiotis 1989 ; Seirinidou 2008.
  • 8 C’est par exemple le cas des colonies de Zara, Naples, Barletta, Ancône et Livourne, déjà existante (...)

6Bien que frontalement critiqué par un fort courant de pensée marxiste6, ce modèle interprétatif a prévalu dans l’historiographie des migrations grecques jusqu’au rejet tardif du schème continuiste et intégratif, au profit des motifs de discontinuité et de disruption. De fait, l’étude de la composition sociale des colonies grecques à l’époque moderne permet de distinguer différentes ruptures, dont une particulièrement nette entre une « première diaspora grecque » constituée majoritairement de réfugiés, d’artisans et de commerçants, et une « seconde diaspora » plus nettement tournée vers les activités mercantiles7. Loin d’être anecdotique, ce phénomène conduit à terme à une profonde reconfiguration des modalités de l’expérience diasporique (mobiles migratoires, activité économique, organisation communautaire), ainsi que des liens unissant la diaspora à sa « terre d’origine ». L’ampleur du processus comme les différences locales rendent impossible d’évaluer avec précision quand s’opère cette transition ; on remarque néanmoins que les colonies grecques fondées (ou refondées8) vers le milieu du xviiie siècle – Trieste, Port Mahon, Amsterdam, Naples, Livourne, Ancône – présentent déjà un profil social sensiblement différent de celles qui les ont précédées.

Des « communautés marchandes » ?

7L’expression de « communauté marchande » renvoie à une large variété de situations et de réalités historiques qui apparaissent parfois entièrement déconnectées les unes des autres. C’est le cas des colonies grecques de Venise, Marseille et Livourne : si l’on y trouve bien sûr un nombre non négligeable de négociants, c’est dans des proportions extrêmement variables, et sous des conditions spécifiques à chacune d’entre elles, si bien qu’il est malaisé de proposer un profil-type du « marchand grec ». Mais au-delà de cette diversité, c’est sans doute la prégnance du modèle mercantile qui constitue le principal lien entre ces trois colonies : quel que soit leur nombre et leur richesse, les marchands constituent en effet une élite professionnelle, dont l’importance est dès lors autant sociale qu’économique, voire politique et symbolique.

Le poids des marchands

  • 9 Une relation anonyme de 1789 évalue à environ 220 « ceux qui ont le droit d’être appelés négociants (...)
  • 10 L’étude de la culture entrepreneuriale des marchands de la diaspora grecque s’est considérablement (...)

8Le fameux monde du « négoce » renvoie à une multitude de situations individuelles fortement contrastées, et est autant affaire de prestige social que de puissance économique. Plus qu’à une profession spécifique, le terme renvoie à une constellation d’activités marchandes, dont l’épicentre serait le commerce en gros et de longue distance. Son acception reste ainsi fonction des contextes locaux et des situations d’élocution. À cela s’ajoute le faible degré de spécialisation des activités marchandes encore au xviiie siècle : il n’est ainsi pas rare qu’un Grec de Livourne, ayant une patente de negoziante (pour avoir fourni à la douane livournaise les nécessaires garanties, et reçu en retour le précieux fido dello stallaggio e del peso), se livre simultanément au commerce de différents produits, n’échangeant à chaque fois que d’assez faibles quantités de chacun d’entre eux9. Il faut en réalité attendre la fin du xviiie siècle à Livourne et la seconde décennie du xixe à Marseille, pour voir les maisons de commerce grecques figurer au nombre des plus importantes de ces villes, et les grands marchands grecs se mêler à l’élite socio-économique locale. Ce n’est qu’alors que se dégage clairement le profil du grand négociant en diaspora, dont les pratiques commerciales et la culture entrepreneuriale s’imposeront dans la seconde moitié du xixe siècle comme le nouveau paradigme du « marchand grec »10. Encore à la fin du siècle précédent, ce modèle ne surgit pas ex nihilo, mais vient progressivement se substituer à une figure plus ancienne, d’envergure et d’ambition en apparence plus modestes.

  • 11 Georgelin 1978, p. 681.

9Une tentative de saisie sociographique des colonies de la diaspora grecque nécessite de faire une fois encore la part du cas vénitien. Souvent érigée en modèle, voire en matrice du fait communautaire grec, la colonie vénitienne constitue en réalité une exception à l’échelle de la diaspora grecque : plus laborieuse que négociante, elle est l’une des rares dont le profil social ne corresponde pas au type de la « communauté marchande ». Les marchands y sont néanmoins présents, qui trafiquent avec les régions dont ils sont originaires et dans lesquelles ils conservent une importante parenté ainsi que de bons relais commerciaux. Ils prennent également en charge une part importante du commerce avec les îles Ioniennes et le Levant, deux secteurs stratégiques de l’économie commerciale vénitienne. Certains d’entre eux amassent ainsi de véritables fortunes, et dans une ville où le commerce domine la hiérarchie des valeurs et celle du statut social, une petite élite de négociants grecs parvient à obtenir la convoitée citoyenneté vénitienne, et parfois même un titre nobiliaire – c’est le cas des familles Perulli, Maroutsis (Maruzzi) et Papadopoli. Bien qu’évoluant à un niveau très inférieur, la grande majorité des marchands grecs parvient à partir du xviie siècle à s’insérer toujours plus profondément dans les réseaux du grand commerce international. Mais avec un volume d’affaires de deux millions et demi de ducats sur le quinquennat 1751-1756, les huit plus grands marchands grecs de Venise sont assez nettement distancés par leurs confrères et concurrents juifs11. Pour autant, le commerce grec profite encore par la suite de l’embellie commerciale qui accompagne les trois dernières décennies de la Sérénissime.

  • 12 Sur les marchands grecs comme enjeux de la compétition commerciale entre Venise et Trieste, voir en (...)
  • 13 Baroutsos 1999, p. 142.
  • 14 Xanthopoulou-Kyriakou 1978, p. 13.

10Malgré ce tardif rebond, le négoce grec est touché par le net ralentissement de l’activité économique et commerciale de Venise au xviiie siècle. Dans un double contexte de déplacement des routes commerciales entre Europe occidentale et Méditerranée orientale et de déclin du commerce vénitien au Levant après la deuxième guerre austro-turque (1683-1699), nombreux sont les Grecs qui émigrent alors vers Trieste et Livourne – deux villes qui par ailleurs ne font pas mystère de leur ambition d’enlever à la Sérénissime certains de ces précieux intermédiaires commerciaux avec le Levant12. La prospérité de la « nation grecque » étant en partie indexée sur l’activité de ces marchands, l’accélération du rythme des départs ouvre une crise économique et démographique dont la colonie ne se relèvera jamais13. Quant aux marchands qui restent, ils ne constituent plus après 1797 qu’une minorité au sein de la colonie, minorité qui va encore s’amenuisant au fil du xixe siècle. Sur les 546 membres de la confrérie grecque-orthodoxe entre 1796 et 1866, ils ne sont ainsi que 116 à déclarer une profession mercantile : 50 « négociants » (negozianti), 13 « marchands » (mercanti), 10 « courtiers » (sensali) et 43 « commerçants » (commercianti) – cette dernière activité étant visiblement plus proche du monde de la boutique que de celui du grand négoce14.

  • 15 Archives du Ministère grec des Affaires Étrangères [MGAE], 1833, 37/6, Προξενεία της Ελλάδος είς Λι (...)

11À l’inverse du cas vénitien, les colonies grecques de Livourne et de Marseille présentent un profil social très clairement dominé par le monde du négoce. Défini au sens large (c’est-à-dire en incluant les commis, les agents et les employés de commerce), celui-ci emploie plus d’un tiers des Grecs de Marseille dès 1799, c’est-à-dire à une date à laquelle leur implantation est encore embryonnaire et peu stable, et dans un contexte où sont aussi comptés les marins et capitaines – ils sont 74 % en excluant ces derniers du décompte pour ne considérer que la population résidente (graph. 7). Cette proportion est encore supérieure à Livourne en 1820, où 70 des 83 Grecs recensés par le Catalogo sont « négociants » (46 individus), parents de négociants (7) ou employés de commerce (17) (graph. 8). Une décennie plus tard, un ministre du nouveau royaume de Grèce peut même affirmer que « Livourne compte plus de négociants grecs que toute autre ville d’Europe »15.

  • 16 Gambus 2007, p. 16.
  • 17 Sur Badettis, négociant grec catholique originaire de Chio, arrivé à Marseille en 1798 et qui fait (...)
  • 18 J. J. de Lalande, Voyage en Italie, Genève, 1790, II, p. 424 (ces réflexions ne figurent pas dans l (...)

12S’ils peuvent paraître exceptionnellement élevés, ces chiffres n’ont pourtant rien de surprenant : on sait ainsi qu’au xviie siècle, plus de 80 % des Juifs sépharades d’Amsterdam sont engagés de façon directe ou indirecte dans les activités commerciales16. Quoi qu’il en soit, la proportion élevée de marchands et assimilés ne signifie toutefois pas qu’ils appartiennent tous à l’élite du négoce international. C’est notamment le cas en 1799 à Marseille, où à l’exception peut-être de Bartholomaios Badettis (Barthélemy Badetti), la plupart des marchands grecs arrivés sur le Vieux Port avant 1800 jouissent d’une surface économique et sociale très inférieure à celle de cette élite négociante qui les rejoindra moins d’une vingtaine d’année plus tard, principalement depuis l’île de Chio17. Rappelons enfin que les estimations tirées de l’État marseillais de 1799 comme du Catalogo livournais de 1820 sont loin de refléter la réalité sociale et démographique de l’ensemble de la colonie grecque : aucun des deux ne prend ainsi en compte les femmes, et le Catalogo semble par ailleurs écarter les populations inactives (jeunes enfants, vieillards, mendiants, vagabonds, etc.), ainsi que certains types d’activités – par exemple ces prostituées grecques, dont le voyageur Joseph Jérôme de Lalande relevait trente ans auparavant que « ce sont les plus recherchées [parmi] les filles publiques de Livourne »18.

Graph. 7 – Répartition professionnelle des Grecs de Marseille en 1799 (AN, AE B III 218, n° 166, « État des Grecs résidants [sic] à Marseille et reconnus par l’Agent des Relations Extérieures », pièce jointe à une lettre de Guys à Talleyrand, 26 floréal an VII / 15 mai 1799 ; Ibidem, n° 179 et 185, « État des Grecs établis dans les départements maritimes du Midi de la République, et en ce moment à Paris », 21 et 29 prairial an VII / 9 et 17 juin 1799).

Graph. 7 – Répartition professionnelle des Grecs de Marseille en 1799 (AN, AE B III 218, n° 166, « État des Grecs résidants [sic] à Marseille et reconnus par l’Agent des Relations Extérieures », pièce jointe à une lettre de Guys à Talleyrand, 26 floréal an VII / 15 mai 1799 ; Ibidem, n° 179 et 185, « État des Grecs établis dans les départements maritimes du Midi de la République, et en ce moment à Paris », 21 et 29 prairial an VII / 9 et 17 juin 1799).

Graph. 8 – Répartition professionnelle des Grecs de Livourne en 1820 (BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 110, n° 316, « Nomi, e Professioni dei Greci di Rito Orientale attualmente stabiliti in Livorno » [s.d. ; 1820]).

Graph. 8 – Répartition professionnelle des Grecs de Livourne en 1820 (BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 110, n° 316, « Nomi, e Professioni dei Greci di Rito Orientale attualmente stabiliti in Livorno » [s.d. ; 1820]).
  • 19 Simmel 1999b, p. 663.

13Georg Simmel affirmait il y a un siècle que « dans toute l’histoire de l’économie, l’étranger prend partout la figure du commerçant – et le commerçant celle de l’étranger »19. De fait, à l’heure où l’historiographie des diasporas modernes tend à devenir une business history des groupes minoritaires, il faut rappeler que le profil mercantile des colonies de la diaspora grecque à l’époque moderne a été autant le fruit de l’activité commerciale d’une partie (et d’une partie seulement) de leurs membres, que celui de représentations collectives et de stratégies d’identification.

Des marchands, pour quoi faire ?

  • 20 Vlami 2000, p. 148-164 ; Mandilara 1998, p. 245-359.

14La présence de négociants grecs à Marseille et Livourne s’explique principalement par la place de la Méditerranée orientale et du Levant dans l’économie commerciale de ces deux villes. Spécialisés dans le négoce des produits « orientaux » (cotons, plantes tinctoriales, laines, huiles et blés), les marchands grecs de Livourne et de Marseille peuvent commercer aussi bien pour leur propre compte que pour celui de maisons internationales installées non seulement en Europe occidentale, mais aussi dans les Empires ottoman (principalement à Smyrne/Izmir et Constantinople/Istanbul), russe (Odessa, Taganrog, Cherson, Sébastopol) et habsbourgeois (Vienne, Trieste), ainsi qu’en Europe centrale et orientale, en Égypte et jusqu’en Asie orientale. Si cette activité négociante se double d’une implication croissante dans les secteurs de l’armement maritime, puis de l’assurance et de la banque20, les marchands grecs restent essentiellement perçus comme les maîtres du commerce levantin. En retour, l’importance stratégique que revêt ce secteur pour l’économie livournaise comme marseillaise explique en grande partie qu’ils se retrouvent rapidement propulsés au rang de protecteurs de leurs « nations » respectives dans les négociations avec les pouvoirs locaux.

15Au fil des nombreuses suppliques et réclamations qu’ils adressent aux autorités livournaises et marseillaises entre la fin du xviiie et le début du xixe siècle, on voit ainsi se profiler une véritable stratégie d’instrumentalisation du rôle économique de cette élite marchande. Répétant à l’envi l’étroitesse des liens d’affaires qui les unissent au Levant, les négociants grecs jouent à la fois sur leur réputation d’entrepreneurs avisés, sur leur position d’outsiders commerciaux et sur leur fidélité affichée aux intérêts locaux. Dans l’important mémoire qu’elle adresse en 1773 au grand-duc Léopold ier de Toscane, la « nation » grecque de Livourne avance ainsi ces trois arguments pour réclamer un assouplissement des contraintes pesant alors sur les populations non-catholiques :

  • 21 ASL, Chiesa greca non unita…, III/21, Carte di corredo alle deliberazioni, etc., 1770, n.n., Mémoir (...)

Il semble que les circonstances actuelles invitent les Grecs à participer toujours plus au commerce de Livourne, et à s’y établir. La plupart d’entre eux soit résident au Levant, soit y entretiennent des correspondances régulières. Ce sont eux qui, grâce à ces relations, peuvent donner, et donnent, le plus grand mouvement au commerce des grains. Et ces mêmes relations pourront produire d’ici peu de temps un plus grand effet qui se prépare et maturera. […] Si donc à Livourne on ne rencontre pas d’opposition, on peut fermement s’attendre non seulement à ce que demeure dynamique le commerce qu’y font les Grecs de rite oriental, qui produit tant de revenus immédiats au Trésor avec les douanes et les lazarets, tant de bienfaits aux nombreuses familles de travailleurs qu’ils emploient, et tant de bénéfices à l’État en y attirant les devises (il soldo forestiero), mais on peut également s’attendre à ce qu’il augmente du fait de son acroissement naturel, de l’établissement permanent (la costante dimora) des Grecs, et de l’arrivée de nouvelles maisons de commerce du Levant21.

16On pourrait multiplier les exemples de telles requêtes, où l’argument économique vient constamment appuyer les exigences les plus diverses. Mais plus que dans cette seule stratégie argumentative, somme toute assez classique, leur principal intérêt réside dans le fait qu’elles présentent le fait migratoire comme un acte exceptionnel, qui prend fin avec l’arrivée dans la ville d’accueil. À la figure du marchand venu pour un temps « faire des affaires », elles opposent ainsi celle du négociant solidement et durablement implanté, et font de cette stabilité le gage même de son crédit.

17Mais cette stratégie rhétorique s’explique également par la conscience qu’ont les marchands grecs que la légitimité même de leur présence est susceptible d’être remise en cause. Généralement affublés d’une désastreuse image d’opportunistes et d’affairistes, ils sont sans cesse suspectés de ne fréquenter les grandes places commerciales européennes que temporairement, à la faveur d’une conjoncture favorable et d’une bonne affaire à réaliser. Leur implantation est donc perçue comme fragile et temporaire, un trait que les marchands locaux ne manquent pas de rappeler pour décrédibiliser leurs concurrents étrangers. Ainsi des Observations particulières sur le commerce du Levant avec Marseille, signées par trois négociants phocéens en 1815, qui mettent en garde les autorités locales contre la versatilité des marchands « orientaux » :

  • 22 P. Perron, P. Plasse et P.-H. Roux, Observations particulières sur le commerce du Levant avec Marse (...)

Vos Arméniens, vos Grecs, vos Juifs, après s’être enrichis à Marseille, ne manqueront pas de se retirer chez eux en emportant notre argent ; car les Orientaux préféreront toujours leurs pays et les mœurs de leur pays à des mœurs et à un pays qui ne leur rappellent en aucune façon les institutions et les coutumes de leurs pères22.

18L’image est tenace, puisque treize ans plus tard, le préfet des Bouches-du-Rhône exprime ouvertement ses doutes sur la stabilité de la présence grecque à Marseille

  • 23 AD, 128 V 1, Grecs schismatiques et cultes christophiles, n.n., Villeneuve-Bargemon à Martignac (mi (...)

En général cette population grecque est considérée comme étrangère, et comme n’étant venue à Marseille que pour y diriger temporairement des affaires commerciales, ou pour se soustraire aux persécutions auxquelles elle était exposée dans son pays. D’autres circonstances, ou le terme des affaires qui l’ont amenée dans cette ville, peuvent l’en éloigner23.

19L’enjeu de cette image négative dépasse largement la seule question de la manière dont les Grecs sont perçus par les autorités de leur société d’accueil. À une période où les notions de confiance et de crédit occupent une place centrale dans la gestion quotidienne des relations d’affaires, elle contribue à alimenter le soupçon contre des Grecs fréquemment perçus comme des partenaires commerciaux peu fiables, car peu stables. Le cas de la faillite de la maison de commerce « Pétrocochino et Vuro » à Marseille en 1820 offre un parfait exemple de cette méfiance. Sous cette raison commerciale sont associés trois négociants de Chio : Petros Vouros à Marseille, et Pandias Petrokokkinos et Konstantinos Paspatis à Smyrne. Lorsqu’elle est déclarée faillie, cette maison est une des plus en vue du grand négoce grec à Marseille, et expédie régulièrement vers sa correspondante de Smyrne des chargements d’un montant bien supérieur aux 15 000 francs de dettes que ses créanciers lui réclament. Ceux-ci décident pourtant d’engager des poursuites au motif que

  • 24 AM, 10 F 2, Faillites, 1818-1822, n.n., Affiche « Faillite des sieurs Petrocochino et Vuro, négocia (...)

les sieurs Petrocochino et Vuro sont étrangers ; ils ne possèdent rien en France ; ils peuvent d’un instant à l’autre prendre la fuite, retourner dans leur patrie, et emporter avec eux ce qu’ils ont en porte-feuille, et en frustrer leurs créanciers24.

  • 25 AM, 10 F 1, Faillites, 1809-1818, n.n., « État nominatif des faillis, date des jugemens rendus par (...)

20Plus que la difficulté du contexte économique (44 faillites sont déclarées durant la seule année 1820, sur un total de 300 pour la période 1808-1831)25, c’est donc la condition étrangère des négociants sciotes qui a poussé leurs créanciers à intervenir de manière aussi radicale. Quant aux conséquences pour Vouros, le plus exposé des trois partenaires, elles sont désastreuses : outre la mise sous scellés de ses biens et son emprisonnement temporaire pour dettes, sa faillite détruit sa réputation sur la place de Marseille.

21Tout à la fois figure économique, acteur social et objet politique, le marchand grec incarne bien l’ambiguïté d’un statut d’étranger en perpétuelle recomposition. Acteurs incontournables du commerce levantin, les marchands représentent une forme d’élite socio-économique dans les colonies grecques, dont ils se font à l’occasion les porte-paroles et les protecteurs. Si leur position justifie qu’ils se retrouvent alors au cœur d’un dispositif de légitimation de la présence grecque dans leurs villes d’accueil, elle ne suffit toutefois pas à garantir le succès d’une telle stratégie. Alors qu’elle constitue leur principal atout économique, leur capacité d’adaptation aux exigences du commerce moderne (mobilité, constitution en maisons de commerce, contrôle de la réputation, etc.) fonde aussi leur vulnérabilité sociale, politique et – à terme – économique. Souvent perçus comme n’étant que « de passage », ils sont régulièrement soupçonnés d’être des migrants plutôt que des immigrants, et des spéculateurs plutôt que des entrepreneurs. Par extension, une telle image peut aussi fragiliser la position de tous ces autres « Grecs » (par-delà les frontières qui traversent ce groupe), qui vivent une existence plus modeste à l’écart des feux du grand négoce international, et dont on estime le plus souvent qu’ils n’ont fait que s’installer dans le sillage de leurs compatriotes marchands.

À la recherche de la « classe moyenne »

22À Livourne comme à Marseille et a fortiori à Venise, la part des Grecs ne vivant pas du commerce reste loin d’être négligeable, et l’étude de leurs activités permet de mieux saisir certains enjeux intéressant l’ensemble de la donne communautaire grecque. Sa capacité d’effacement derrière le groupe des négociants constitue sans doute une des caractéristiques principales du groupe des petits commerçants, boutiquiers, artisans et ouvriers qualifiés qui composent la « classe moyenne » des colonies grecques. Comme dans le cas des négociants, cette expression ne renvoie pas tant à une série de critères sociologiques, qu’au choix de pointer un gradient intermédiaire sur une échelle sociale allant des grands négociants aux individus les plus nécessiteux. Si l’entreprise semble subjective, elle est aussi et même surtout affaire de sources : à trop postuler l’existence de « communautés marchandes », le risque est ici de négliger de rechercher des traces de la présence grecque ailleurs que dans les archives du grand commerce.

  • 26 Mavroidi 1989, p. 38 et 41 ; Burke 2004, p. 125-165.
  • 27 AIHV, A 2 K 1, Luminarie, 1498-1530.
  • 28 Sur l’organisation des chantiers au sein de « la plus grosse manufacture d’Europe », voir Davis 199 (...)
  • 29 ASV, Consiglio dei Dieci, Parti Miste, reg. 27, f° 204r (anciennement 242r), Délibération, 28 novem (...)

23Les artisans, les petits commerçants et les ouvriers constituent au xvie siècle la majorité de la colonie grecque de Venise26. Si l’on en juge par les registres de la confrérie grecque-orthodoxe, les artisans du secteur textile (sartori, cimadori, capi di seta, et battioro) représentent ainsi à eux seuls 30 % des membres inscrits entre 1498 et 153027. À la même époque, la Sérénissime cherche encore à attirer vers elle des travailleurs qualifiés, et cette importance stratégique de l’artisanat pour l’économie vénitienne permet aux Grecs de trouver dans la Lagune des conditions favorables à leur établissement. Mais de manière peut-être plus significative, elle contribue également à reconnaître à certaines catégories d’étrangers une certaine expertise dans des secteurs d’activités bien déterminés. Dans le cas des Grecs, c’est d’abord le cas des constructions navales, où ils trouvent à s’employer comme architectes où comme charpentiers à l’Arsenal28. De la même manière, les Grecs sont connus pour revendre au détail les produits d’Orient, tels que les épices ou les étoffes précieuses. Il est alors révélateur que ce ne soient pas des négociants, mais un charpentier (marangonus) et un épicier (aromatorius), qui signent la pétition que les Grecs adressent en 1498 au Consiglio dei Dieci en vue d’obtenir le droit de fonder leur propre confrérie29.

  • 30 Maltezou et Plumidis 2001.
  • 31 Davis 1991, p. 93-94.
  • 32 Nous avons eu l’occasion de consacrer à cette corporation une étude plus approfondie : Grenet 2012a

24Aux cours des siècles suivants, les artisans du textile (sartori), des peaux (calegheri) et des métaux (oresi) dominent encore dans les actes de décès de l’église paroissiale San Antonin – San Giorgio dei Greci n’ayant pas rang de paroisse, elle ne fut pas autorisée avant 1811 à tenir de registres de décès, ceux-ci étant portés dans le registre de la paroisse catholique où résidait le défunt30. Ils offrent alors le visage d’une présence grecque à la fois quotidienne, modeste et bien implantée, et globalement bien insérée dans le vaste tissu corporatif de la ville – dans les limites toutefois d’une « ouverture » qui tend à s’estomper au cours des xviie et xviiie siècles, au fur et à mesure de l’érosion du tissu industriel urbain vénitien31. Certains de ces artisans, enfin, parviennent à capitaliser sur un savoir-faire spécifique, notamment à travers la constitution de leurs propres corporations : dans le cas grec, la plus connue est au xviiie siècle celle des capotteri (καποτάδες), qui confectionnent et vendent de lourds manteaux de marins et de couvertures rembourrées32.

25Une rapide étude prosopographique des 373 hommes inscrits à la confrérie grecque-orthodoxe de Venise entre 1770 et 1830 montre que la proportion d’artisans et de commerçants a singulièrement baissé par rapport à la période antérieure : sur les 174 membres déclarant une profession, on ne trouve ainsi plus que deux cordonniers (παπουτσής), auxquels s’ajoutent bon nombre des 34 commercianti mentionnés, qui sont pour la plupart des petits commerçants travaillant à l’échelle locale. Plus qu’à une disparition pure et simple de cette « classe moyenne », on peut semble-t-il conclure à sa recomposition sociale et à sa meilleure insertion dans le tissu social vénitien, ainsi qu’à sa réorientation vers des activités de service (c’est du moins ce qu’indique le nombre croissant de confrères employés, professeurs, médecins ou juristes, qui constituent à eux seuls un bon quart de l’effectif étudié).

  • 33 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 110, n° 316, « Nomi, e Professioni dei Greci di Rito Orientale… », do (...)

26S’ils occupent une place moindre à Livourne et à Marseille qu’à Venise, les commerçants et artisans grecs ne sont pas pour autant absents de ces deux villes. Comme à Venise, ce sont les fabricants de manteaux qui semblent incarner à eux seuls le monde de l’artisanat grec dans la Livourne du xviiie siècle. Cette importance numérique et économique des artisans est alors commune à de nombreuses « nations » livournaises. Dans le cas grec, cette importance semble pourtant décroître dans la seconde moitié du xviiie siècle, puisque les artisans ne représentent plus que 7 % de la colonie recensée dans le Catalogo de 1820 – soit deux fabricants de manteaux (cappotai), un pelletier (pellicciai), et trois distillateurs (acquavitai)33. Si on leur adjoint les deux maîtres, le docteur, l’assureur, les deux prêtres orthodoxes et le gardien de l’église de la Santissima Trinità, on atteint alors un petit 15 % des Grecs de Livourne ne vivant pas du commerce ou d’activités directement reliées au monde du négoce.

  • 34 AM, 2 I 172, n° 491, 609, 669, 1179, 2127, 2858, 2859 et 2888.
  • 35 Ibid., n° 2025 ; AN, AE, B III 218, n° 166.
  • 36 À défaut d’avoir pu suivre avec précision les trajectoires individuelles des huit Grecs figurant su (...)

27Quant à Marseille, l’« État » de 1799 mentionne un « magazinier misérable », un apprenti tailleur, deux domestiques, un étudiant et un « homme de confiance », qui forment ensemble près de 12 % de la petite colonie. Cinq ans plus tôt, un répertoire des étrangers établi en l’an II montrait pourtant les Grecs de Marseille sous un autre jour : sur huit individus recensés, deux étaient cafetiers, deux cuisiniers, un « liqueuriste », un « bourgeois », un marchand et un matelot34. À ce groupe venait s’ajouter un neuvième individu, le « Levantin » Georgios Apostol, de Crète, exerçant la profession d’« homme d’œuvre » – il est le seul que l’on retrouve encore dans l’État de 1799, où il figure en tant que « domestique »35. Bien que la faiblesse des chiffres invite à la plus grande prudence, la comparaison entre les listes de l’an II et de l’an VII montre une claire évolution sociale de celle qui n’est alors qu’une « proto-colonie » grecque à Marseille : dominée à ses débuts par une « classe moyenne » faite de petits métiers, elle adopte rapidement un profil nettement plus mercantile, à la faveur des nouvelles arrivées. Cette mutation s’explique donc par le remplacement d’une génération d’immigrants par la suivante, la première tendant alors à disparaître, probablement sous l’effet de l’assimilation de ses membres à la société marseillaise36.

  • 37 Savant 1946.
  • 38 Reynaud 1982, p. 370.
  • 39 AM, 1 D 48, p. 559-561, doc. cit., 29 janvier 1821.

28Suite à l’apparition des premiers marchands à l’extrême fin du xviiie siècle, il faut attendre le retour de l’expédition d’Égypte (1798- 1801) pour voir débarquer sur le Vieux-Port un nombre conséquent de Grecs qui ne soient pas des négociants. Qu’ils se soient établis directement à Marseille ou aient repris du service pour quelques années dans les armées napoléoniennes, les vétérans de la Légion grecque ainsi que des corps des Chasseurs d’Orient et des Mamelouks se retrouvent à Marseille après la chute de l’Empire37. Ils s’engagent alors dans diverses activités allant du grand négoce au petit commerce, en passant par l’artisanat et les professions libérales (professeurs, traducteurs ou interprètes des langues dites « orientales », etc.). et constituent « un groupe nombreux, divers, laborieux, assez rapidement disséminé et intégré (à l’exception d’une frange marginale peu détectable dans l’état civil) »38. Professant majoritairement la religion catholique de rite oriental, ils semblent s’intégrer assez facilement à la société marseillaise – le conseil municipal de la ville parle ainsi d’eux comme d’une « population qui, quoiqu’étrangère parmi nous, se trouve pourtant comme identifiée à la nôtre »39.

  • 40 Dans le cas livournais, voir Ciano 1978, p. 136.

29À Venise comme à Livourne, les groupes grec-orthodoxes et grec-catholiques présentent des profils socioprofessionnels très différents. Alors que les premiers apparaissent dominés démographiquement et socialement par le monde de la marchandise, les seconds sont majoritairement composés d’individus de condition plus modeste, dont une fraction seulement est liée au négoce40. Le décalage est ici frappant entre le postulat classique d’une intégration « par le haut » de l’élite négociante grecque-orthodoxe à la société locale, et la pratique d’une intégration à la fois plus modeste et plus discrète des couches inférieures de l’élément grec-catholique.

« Gens de mer » et passants : aux frontières mouvantes du groupe

30Tous les immigrants grecs arrivant à Venise, Livourne ou Marseille ne cherchent pas à s’y établir, et nombreux sont ceux qui ne sont que de passage dans ces villes. Il est donc nécessaire de ne pas considérer le phénomène migratoire dans la seule perspective (du reste nécessairement téléologique) de l’intégration des étrangers : autour (et parfois même au sein) des petits noyaux formant les éléments stables des trois colonies vénitienne, livournaise et marseillaise, c’est en effet tout un monde qui va et vient, circule et s’arrête, demeure pour un temps avant de repartir. De ces passages éphémères ou répétés, les archives ne permettent de saisir que quelques rares indices qu’il est quasiment impossible de traiter de manière sérielle. De par la richesse de la documentation propre aux activités portuaires, l’exemple des marins et des capitaines nous permet néanmoins de proposer un aperçu de l’importance tant démographique que politique de cette population flottante. La double inscription physique et politique qui marque la trajectoire de ces populations flottantes révèle en effet des enjeux qui dépassent largement leur seule présence. Le plus important d’entre eux est sans doute la constante redéfinition du groupe que cette présence entraîne, en venant fréquemment perturber ses grands équilibres démographiques et sociaux.

Une foule invisible ?

31De par sa mobilité et son rôle économique, le monde des « gens de mer » constitue un groupe à part à l’intérieur des colonies de la diaspora grecque. Il en est également l’un des éléments essentiels, tant du fait de son ancienneté que de sa place dans le dispositif de légitimation de la présence grecque. Un paradoxe de la figure du marin – qu’il soit capitaine ou homme d’équipage – est en effet d’incarner tout à la fois une forme d’extranéité radicale et de profonde familiarité. Tout à la fois présents et absents, les marins grecs sont perçus comme des migrants permanents, venant à l’occasion grossir les rangs d’une colonie aux activités de laquelle ils ne semblent participer que marginalement. Une fois à l’escale, ils restent le plus souvent cantonnés sur leurs navires, et la plupart de leurs activités à terre ont pour cadre l’espace restreint du port.

  • 41 C’est par exemple ce qui apparaît clairement à la lecture des registres d’entrée et de sortie du po (...)
  • 42 Sur l’évolution de la législation autour de la naturalisation des étrangers entre la dernière décen (...)

32On se gardera pourtant de réduire ces gens de mer à une foule indistincte d’individus « sans feu ni lieu », évoluant aux marges de la société locale et du monde des colonies de la diaspora grecque. Leur familiarité avec les ports où ils font escale se trouve renforcée par le fait que nombre d’entre eux travaillent de manière récurrente avec certains négociants – grecs pour la plupart – qui y sont installés. Il n’est ainsi pas rare de voir le même marchand noliser régulièrement le même navire, commandé par le même capitaine, et souvent pour la même destination41. Quant aux modalités de leur présence, elles recouvrent un large éventail de parcours allant de la simple escale au séjour prolongé, voire à l’installation. Ainsi de ces dix capitaines et dix-huit marins recensés à Marseille en 1799, et qui forment alors la moitié de la petite colonie grecque de la ville : certains d’entre eux séjournent déjà régulièrement en hôtel garni, la location d’un bien foncier marquant souvent le premier pas vers une demande d’admission à résidence42. Lorsqu’en 1818 le capitaine psariote Georgios Demetrios Mastromichalis (George Démétrius Mastromicalli) effectue sa demande de naturalisation française, il prend ainsi soin de préciser

  • 43 AM, 5 E 48, Déclarations d’élection et de changement de domicile, etc., 1814- 1818, n° 584, 12 févr (...)

qu’il réside à Marseille depuis l’an 1806, résidence qu’il n’a interrompue que pendant les voyages qu’il a fait pour exercer son état43.

33L’importance de cette présence des « gens de mer » grecs est également attestée à Livourne et Venise. Aux xvie et xviie siècles, on trouve déjà de nombreux Grecs parmi les marins de la Sérénissime. Si certains d’entre eux sont des volontaires professionnels, nombreux sont également ceux qui sont réquisitionnés par la levée qui frappe alors durement les territoires du Stato da Mar vénitien :

  • 44 Aymard 1996.

l’on a coutume de dire, comme un proverbe, que dans l’île de Crète, lorsque naît un paysan (contadino), naît un galérien (galeotto), et lorsque naît quelqu’un parmi le peuple de la ville (uno del popolo nella città), naît un marin (marinaro)44.

  • 45 Mavroidi 1989, p. 38 et 46-64.
  • 46 Sur les marins et capitaines grecs membres de la Confrérie au tournant des xviiie et xixe siècles, (...)

34Actifs dans la Lagune, les marins grecs le sont aussi au sein de la colonie grecque-orthodoxe de la ville, et le groupe qu’ils forment avec les marchands représente plus de la moitié des effectifs de la confrérie de San Nicolò dès la seconde moitié du xvie siècle45. Deux siècles plus tard, les capitaines et les marins forment encore une petite minorité des membres de la confrérie grecque-orthodoxe, bien que leur présence comme leur implication dans la vie de la communauté diminuent au fur et à mesure que les routes du commerce s’écartent de la Lagune46.

  • 47 Frattarelli Fischer 2001, p. 49 ; Dell’Agata Popova 1980, p. 252 ; Funis 2006, p. 56.
  • 48 Fasiolo 2002, p. 1.

35La tradition livournaise veut que les premiers Grecs de la ville aient été des marins, attirés à la fin du xvie siècle par les grands-ducs Cosme ier (1569-1574) puis Ferdinand ier (1587-1609), soucieux de doter les galères de l’ordre militaro-religieux de Santo Stefano (fondé en 1562) des meilleurs pilotes et des équipages les plus expérimentés47. Quant à la confrérie grecque-orthodoxe, ses historiographes rappellent à l’envi qu’elle aurait été fondée « da mercanti e marinai »48. Bien que le plus souvent éphémère, la présence des marins grecs se perpétue jusqu’au xixe siècle à travers la mémoire collective. Elle marque également le quotidien de la colonie, à laquelle les marins se joignent en certaines occasions. On sait par exemple qu’ils sont assidûment courtisés par les Grecs catholiques de la ville, et l’historien uniate Niccola Ulacacci rappelle au milieu du xixe siècle que

  • 49 Ulacacci 1856, p. 21.

chaque fois qu’un bâtiment grec accostait au port de Livourne, un prêtre grec de notre église [grecque-catholique] se rendait à bord du navire le jour de sa mise en libre pratique pour bénir l’équipage, puis le dimanche suivant il intervenait à l’église avec le capitaine. […] Et bien que la plupart d’entre eux [les équipages] appartenaient à l’église hétérodoxe [grecque-orthodoxe], les notres ne négligeaient pas de les accueillir dans leur église, dans l’espoir de les attirer par l’exemple de la foi catholique49.

36Outre la possibilité de convertir ces nouvelles recrues, l’initiative pastorale apparaît motivée par les donations faites à la « caisse accueillant les dons (elargizioni) des marins croyants, appellée caisse des capitaines », ainsi que par la possibilité qu’elle offre aux Grecs catholiques de revendiquer un nombre de fidèles supérieur à celui de leurs « concurrents » orthodoxes.

  • 50 Kremmydas 1985-1986 ; Harlaftis et Laiou 2008 ; Harlaftis et Papakonstantinou 2013.
  • 51 Alors que les chiffres donnés par Harlaftis et Laiou sont tirés des registres d’entrée des ports, c (...)

37Mais plus que leur présence en soi, c’est la fréquence de leurs passages qui fait de ces « gens de mer » un élément important de la vie des colonies de la diaspora grecque. D’une manière générale, le poids démographique de ce groupe est d’autant plus sensible que les colonies en question sont de taille assez restreinte. Il reste pourtant très irrégulier, soumis aux importantes variations saisonnières et conjoncturelles qui caractérisent l’activité maritime à l’époque moderne. C’est du moins ce que permet d’observer une tentative sommaire de restitution du trafic maritime grec à Venise, Livourne et Marseille, à partir des données tirées de la synthèse classique de Vassilis Kremmydas ainsi que de travaux plus récents (graph. 9)50. Les valeurs obtenues n’ont certes qu’une valeur indicative, dans la mesure où elles proviennent de sources diverses et qu’elles sont par définition lacunaires51 ; elles permettent néanmoins d’apprécier le volume du trafic maritime grec dans chacun des trois ports, et, partant, l’importance démographique de la présence des marins.

  • 52 Voir Mandilara 1998, p. 257-263.
  • 53 Rappelons qu’entre 1796 et 1814, Livourne se trouve occupée à quatre reprises par les forces frança (...)

38D’un tel tableau, on retiendra en priorité trois éléments. Tout d’abord la spécificité de chaque situation locale : alors qu’à la seule exception de 1796, Livourne constitue pendant ces quatre décennies la destination privilégiée des navires grecs, la présence de ces derniers à Venise est plutôt faible mais régulière, tandis qu’elle reste nettement plus fluctuante à Marseille, qui ne s’établira que dans les années 1840 comme l’un des grands relais du commerce maritime grec52. Le second trait est l’extrême sensibilité de cette présence aux conjonctures politique et économique : de la même manière que chacune des quatre périodes de domination française sur Livourne entraîne une crise de la fréquentation portuaire53, le blocus de Marseille par les Anglais (à partir de 1793) marque le début d’un afflux des navires grecs vers la cité phocéenne. C’est enfin le rapport entre populations stables et flottantes : dans chacun de nos trois cas et à de rares exceptions près, le nombre de marins grecs fréquentant annuellement le port est égal ou supérieur à celui des Grecs établis de manière stable en ville. Déjà mentionnée, une lettre du préfet des Bouches-du-Rhône en date du 3 juin 1817 permet de se faire une idée des proportions dans lesquelles s’établit couramment ce rapport : après avoir précisé que seule une vingtaine de maisons de commerce grecques sont alors implantées à Marseille, le préfet signale que

  • 54 AD, 128 V 1, Villeneuve-Bargemon à Lainé, 3 juin 1817. La moyenne de 34 à 35 marins par bateau corr (...)

pendant 1816, il y est entré 12 de ces navires [grecs] ayant en totalité 401 hommes d’équipage, et depuis le 1er janvier dernier jusqu’à ce jour, il est arrivé 17 de ces navires, ayant ensemble 602 hommes d’équipage54.

Graph. 9 – Navires grecs à Venise, Livourne et Marseille, 1780-1820 (Harlaftis et Laiou 2008, p. 1-44, ici p. 35 ; Kremmydas 1985-1986, p. 107 et 109).

Graph. 9 – Navires grecs à Venise, Livourne et Marseille, 1780-1820 (Harlaftis et Laiou 2008, p. 1-44, ici p. 35 ; Kremmydas 1985-1986, p. 107 et 109).

39Si l’apport démographique conjoncturel de cette population flottante est donc énorme, il revêt également un enjeu politique de première importance, en ce qu’il façonne la donne sociale et les grands équilibres internes à l’intérieur même de chaque colonie (cf. Tableau 3).

Le poids politique des populations flottantes

40La fréquentation assidue et répétée des ports de la Méditerranée par les marins grecs fait de ces derniers des figures familières, une impression que vient renforcer le fait que leur présence sur le port remonte souvent à ces temps dits immémoriaux, et en tout cas bien antérieurs à l’arrivée dans la ville des grands négociants venus du Levant. On a évoqué l’importance des équipages grecs au service des galères de l’Ordre de Santo Stefano, chargées de protéger les côtes toscanes des pirates barbaresques. Il en va de même dans la Sérénissime, où les marins grecs restent associés à la mémoire jalousement entretenue de l’« âge d’or » de la marine vénitienne aux xve et xvie siècles. À Marseille, enfin, on rappelle volontiers ce que la ville doit aux marins et marchands phocéens venus la fonder : encore en 1826, lorsque la goélette grecque la Spartiate se retrouve bloquée au lazaret de Marseille, ses passagers dénoncent ouvertement le mauvais accueil qui leur est fait

  • 55 AN, F 7 6722, Police générale. Grecs et philhellènes (1821-1830), Dossier 14, n.n., Le capitaine et (...)

sur la même plage, dans le même lieu, dans le même port que des Grecs plus heureux choisirent jadis pour fonder leur première colonie dans les Gaules, et une Cité qui s’est toujours enorgueillie d’être le fille de Phocée et la rivale d’Athènes !55

  • 56 Svoronos 1953 ; Mandilara 2000.
  • 57 AN, AE, B III 215, n° 102, Guys à Delacroix, 22 floréal an IV/11 mai 1796.
  • 58 AN, BB 11 2, Versements du ministère de la Justice ; Naturalisations et changements de noms, n° 487 (...)
  • 59 Harlaftis 2010, p. 413.

41Si elle participe pleinement d’un dispositif classique de légitimation de la présence grecque, cette pétition revêt une intéressante dimension locale. La figure du marin grec renvoie dans la mémoire collective marseillaise à un épisode bien plus récent que la fonda tion de la ville par les Phocéens, en l’occurrence le blocus maritime que les Anglais instaurent en 1793 dans le cadre de la Première Coalition contre la France révolutionnaire. Après plusieurs mois d’arrêt complet des relations entre Marseille et le Levant, ce sont en effet des capitaines grecs qui, du fait de la neutralité du pavillon ottoman, se chargent de transporter les dépêches officielles et les marchandises en trompant la surveillance de la flotte britannique56. L’un des premiers, le capitaine hydriote Antonios Vassilis Guinis (Antoine Basile Guini ou Guiny), arrive à Marseille en mars 1794, avec à son bord les nombreuses dépêches de l’envoyé extraordinaire de France à Constantinople. Son bateau ayant été coulé par les Anglais au large de Toulon, la Convention lui offre un nouveau bâtiment de 210 tonneaux, à bord duquel il repart pour Constantinople dès le 24 avril suivant, emportant avec lui « plus de cent cinquante dépêches du gouvernement, plusieurs caisses de l’Encyclopédie, divers imprimés et des correspondances particulières ». L’opération est un échec, et selon la reconnaissance qu’il a signée, Guinis doit jeter le précieux chargement à la mer pour ne pas le voir tomber aux mains de l’ennemi. Malgré cette déconvenue, il continue ses voyages, bientôt imité par d’autres capitaines grecs, qui arrivent à Marseille chargés de blé, et en repartent porteurs des dépêches destinées aux représentants français en poste dans les Échelles du Levant. Certains marchands grecs de Marseille acceptent également de dissimuler ces dépêches dans leurs cargaisons : c’est le cas du Smyrniote Anastasios Kalovolos (Anastase Calovolo), qui en 1796 charge et accompagne lui-même pas moins de vingt-cinq dépêches et quatre-vingt-quatorze paquets à l’intention de vingt-trois représentants français dans le Levant, à bord d’un navire ottoman piloté par son oncle, le capitaine Demetrios Mitta57. Si un tel coup d’éclat vaut à Guinis d’être naturalisé français dès 179558, il assure aux autres capitaines grecs une solide réputation d’héroïsme. Sans être nullement usurpée, cette gloire ne profite pas de la même manière à tous ces providentiels capitaines : si l’intervention des Grecs a été décisive dans la relance des contacts entre Marseille et les Échelles du Levant après plus de six mois d’interruption totale des communications diplomatiques, le ravitaillement en blé est en effet assuré dans un premier temps par les Génois, puis dans un second temps seulement par les Grecs, qui, entre 1795 et 1797, assurent plus de 90 % du trafic du Levant à destination de la cité phocéenne59.

  • 60 Source : AM, P 146, Église schismatique grecque, rit grec-arabe, rit maronite (1813-1821), « État d (...)

Tab. 3 – État des navires grecs arrivés à Marseille depuis le 1er janvier 1816 jusqu’au 16 mai 181760

Date Navire Capitaine Provenance Marins
21 janv. 1816 St Georges Georges Danastasio St Jean d’Acre 19
8 avril 1816 La Duchesse Maria Georges Lipovas Constantinople 15
19 avril 1816 La Vierge de
Lutraci
Manoussi Padachi Alexandrie 11
8 mai 1816 La Madonna Didia Pietro Lalvo Idra 74
9 mai 1816 Le Wellington Lazare Pinozzi Idra 44
17 mai 1816 Le Zodiaque Georges Nicolo Ipsara 20
5 juin 1816 La Madonna Zodopie Na Constantin Ghina Athènes 30
14 juin 1816 St Nicolas Cosma Ghini Alexandrie 19
7 sept. 1816 L’Hercule Chiriaco Scurti (1) Constantinople 65
22 sept. 1816 St Nicolas Constantin Ianoff Constantinople 28
22 sept. 1816 Alexandre Ier Lazare Georges Constantinople 42
23 sept. 1816 L’Adelaude Theocari Antonio Constantinople 38
2 janv. 1817 Le Moncalpis Gica Nicolo Constantinople 26
10 janv. 1817 L’Aristide Nicolas Constantin Constantinople 32
14 janv. 1817 Il Fenice Constantin Angelo Felini Constantinople 30
28 janv. 1817 Achimel Michel Chiparissi Constantinople 39
12 fév. 1817 L’Agamemnon Georges Giovani Constantinople 25
22 fév. 1817 L’Achille Constantin Dimitri Constantinople 18
3 mars 1817 L’Alcibiade Nicolo Antonio Ricco Constantinople 44
4 mars 1817 St Nicolas Mario Giovani Constantinople 33
4 mars 1817 La Berezina Dimitrio Ioanni Constantinople 34
14 mars 1817 Le Regulateur Spiridion Sarakini Constantinople 19
30 mars 1817 La Minerve Jean Nicolo Constantinople 39
3 avril 1817 L’Achille Michel Anastasi Constantinople 36
6 avril 1817 St Nicolas Mario di Giovani Constantinople 24
8 avril 1817 L’Alcibiade Antonio di Giovani Idra 65
15 avril 1817 L’Hercule Chiriaco Scurti (2) Constantinople 57
21 avril 1817 St Nicolas Nicolas Ioanni Alexandrie 46
16 mai 1817 La Regina André Raphael Caffa 35
1003

42Bien loin de ces louanges, les marins grecs se révèlent aussi particulièrement indisciplinés, et leurs séjours sur le Vieux-Port sont rythmés par les bagarres et les infractions aux règlementations policières. Dès 1797, soit à peine trois ans après les exploits de Guinis et des autres capitaines, le Journal de Marseille écrit :

  • 61 Journal de Marseille, 22 pluviôse an V/17 février 1797.

nous avons à Marseille des bâtiments grecs dont les matelots ne laissent guère passer de jour sans avoir de querelles entre eux : ils les terminent ordinairement à coups de poignard61.

  • 62 L’historien et anthropologue Thomas Gallant a analysé cette omniprésence du couteau dans une import (...)

43La mention du poignard n’a ici rien d’anodin, puisque l’arme scande les épisodes d’une violence quotidienne, celle des rixes sur le port et des bagarres de tavernes. Au fil de ses régulières occurrences dans les rapports de police, le poignard en vient même à constituer une sorte d’invariant anthropologique de la violence grecque62. Et lorsqu’encore au milieu du xixe siècle, le consul de Grèce à Marseille est informé d’une énième rixe entre marins, il s’en prend au commissaire de police chargé de l’affaire,

  • 63 AM, 12 F 3, Consulats étrangers à Marseille, II, Dossier « Rixes (plaintes du consul de Grèce) », n (...)

en l’accusant de partialité contre ses nationaux, ajoutant même ces paroles : vous ne voyez partout que des Grecs qui donnent des coups de couteau63.

  • 64 AM, 1 I 38, Police locale. Correspondance envoyée (1820), n° 288, Jean-Baptiste de Montgrand (maire (...)

44Derrière une façade mi-anecdotique, mi-folklorique, le problème de l’indiscipline des marins grecs constitue plus qu’un simple enjeu d’ordre public. À l’échelle de la ville, d’une part, puisqu’il s’agit de prévenir les troubles, de les réprimer, et de décourager toute tentation des populations locales de se faire justice elles-mêmes64. À l’échelle de la colonie grecque, d’autre part, puisque les Grecs (et en particulier les négociants) sont conscients du fait que la mauvaise réputation des marins risque à tout moment de rejaillir sur l’ensemble du groupe. Mais de manière peut-être plus essentielle, cette violence pose le problème de l’indiscipline chronique d’un « prolétariat de la mer » non seulement remuant, mais aussi et surtout incontrôlable. Échappant au contrôle de leurs capitaines, les marins échappent aussi à celui des institutions communautaires grecques. Caisse de résonance des dissensions internes au groupe, cette violence ordinaire prend enfin à l’occasion un tour plus directement politique, comme lorsqu’elle oppose les marins de différentes « nations » et, fréquemment, les matelots grecs et turcs. Dans un contexte dominé par les guerres de l’Empire et dans une cité phocéenne où règne un climat postrévolutionnaire des plus délétères, ces affrontements traduisent alors une nette montée des tensions politiques, dont les rixes entre marins ne sont que l’une des traductions les plus immédiates.

  • 65 A. de Jassaud, Mémoire sur l’état physique et politique des isles d’Hydra, Spécié, Poro et Ipséra e (...)
  • 66 ASV, Cinque Savi alla Mercanzia, f. 708, Lettere dei Consoli. Livorno, 1781- 1785, 1782, n° 35, 18  (...)
  • 67 Ibid., f. 709, Lettere dei Consoli. Livorno, 1786-1791, n° 14 et 22, 14 avril et 2 juin 1786.
  • 68 Sur les systèmes du profit-sailing et du wage-sailing, voir Greene 2000, p. 169-170.

45On se gardera pour autant de ne voir dans ces « gens de mer » un groupe plus pauvre que la population grecque résidente, ou encore de ne retenir de ces bribes d’une présence pour le moins tumultueuse que l’image du marin grec bagarreur et indiscipliné. Les carrières maritimes peuvent en effet s’avérer stables et prospères, en particulier pour les capitaines qui s’adonnent eux-mêmes à la commercialisation des biens qu’ils transportent. Quant aux marins, ils constituent un groupe hétérogène au sein duquel la misère n’est pas le lot de tous. En vigueur jusqu’au milieu du xixe siècle sur certains navires en provenance de l’Archipel, le système hydriote de l’intéressement permet ainsi aux hommes du bord de toucher un pourcentage du profit réalisé sur une expédition plutôt qu’un salaire fixe, et autorise même parfois l’équipage à transporter des marchandises pour son propre compte65. Si la pratique est loin d’être majoritaire à la fin du xviiie siècle, elle ne constitue pourtant pas non plus une exception. En novembre 1782, la polacre Santa Maura, affrétée par plusieurs négociants grecs de Livourne et voyageant sous pavillon vénitien, transporte vers le golfe d’Arta un chargement de « pacotilles » (café, plombs et lins d’Alexandrie) pour le compte du commandant en second « et d’autres marins sujets vénitiens »66. Le 7 avril 1786, c’est au tour de l’équipage de la polacre grecque-ottomane Madonna di Natolicò de transporter « pour son propre compte » du millet et des raisins de Missolonghi à Livourne, tandis celui de la Madonna di Megaspileo, venue de Patras, transporte moins de deux mois plus tard et dans les mêmes conditions diverses marchandises (huile, fromage, blé, eaux-de-vie et même tortues ! )67. Hérité du Moyen Âge, ce système reste caractéristique de l’espace égéen, le reste du bassin méditerranéen ayant généralement suivi la marine marchande vénitienne dans son choix de payer les marins sous forme d’un salaire fixe plutôt que d’une part du profit réalisé68. Au-delà des questions de pratique entrepreneuriale (le passage au salaire fixe s’explique en partie par un refus des armateurs de limiter leurs gains aux 50 % que leur garantit l’intéressement), la permanence du système hydriote pose donc la question du statut de ces marins dont l’activité tient à la fois de la navigation et du commerce.

Vers un profil-type des colonies grecques ?

46La tentative de sociographie des colonies de la diaspora grecques ne saurait se borner à acter une série de rapports de force socio-économiques aussi rigides sur le papier qu’ils sont labiles dans la réalité. Au-delà de la problématique de la structuration socio-professionnelle de ces groupes, il convient donc de dégager les traits structurants de leur existence sociale, en ce qu’ils participent eux aussi de l’expérience diasporique et de la constitution de ces minorités ethno-religieuses en objets politiques.

Le déséquilibre des sexes

  • 69 Sur l’économie sexuelle des marchands indiens du Sind aux xixe et xxe siècles, voir Markovits 2000, (...)
  • 70 Les hommes constituent ainsi 69,1 % des Juifs venus d’Italie, 57,2 % de ceux arrivés du Portugal, e (...)
  • 71 Sur Trieste, voir Katsiardi-Hering 1986, p. 76-77. Sur Livourne, voir le rapport du desservant de l (...)

47Le constat d’une nette prédominance masculine à l’intérieur des colonies de la diaspora grecque constitue une caractéristique généralisable à l’ensemble des migrations de longue distance à l’époque moderne, et même au-delà69. Les enquêtes démographiques menées sur la population juive d’Amsterdam au xviie siècle font ainsi apparaître que la part des hommes va de 57 à 69 % selon les lieux d’origine des immigrants70. Ces proportions sont sensiblement similaires à celles que l’on retrouve dans la plupart des colonies de la diaspora grecque tout au long des xviiie et xixe siècles – plus de deux-tiers d’hommes à Trieste en 1775, 71 % à Livourne en 1810, et 63 % à Odessa en 189771. Une fois encore, la seule exception notoire est vénitienne, où l’on retrouve parmi les Grecs de confession orthodoxe un nombre à peu près égal d’hommes et de femmes.

  • 72 Échinard 1973, p. 269.

48Le caractère genré de l’expérience migratoire ne suffit pas à expliquer à lui seul les écarts observés dans les autres colonies de la diaspora grecque, puisqu’il faut également tenir compte d’une sous-représentation féminine dans la documentation. On l’a dit, aucune femme ne figure dans l’« État » marseillais de 1799, pas plus que dans le Catalogo livournais de 1820. Or, un simple examen des registres paroissiaux livournais suffit à observer que les femmes grecques sont bel et bien présentes dans le port toscan, comme en témoigne le nombre – certes faible, mais stable – de mariages entre époux grecs qui y sont célébrés chaque année. La réponse est moins aisée dans le cas marseillais, puisqu’à l’absence de registres paroissiaux avant 1820, s’ajoute le fait que l’« État des Grecs » de 1799 considère la colonie à un stade embryonnaire de sa formation. Et de fait, il faut attendre les premières décennies du xixe siècle pour voir arriver à Marseille des femmes grecques en nombre significatif. C’est tout d’abord à cette époque que s’opèrent les premiers « regroupements familiaux », qui voient des femmes grecques rejoindre leurs époux installés sur le Vieux-Port quelques années auparavant72. C’est aussi à la faveur des troubles politiques du Levant que l’on voit de nombreuses femmes figurer parmi les réfugiés grecs qui affluent à Marseille – on peut même suggérer une corrélation entre présence féminine, brutalité du mobile migratoire, et recrutement des migrants parmi les couches sociales les plus fragiles.

  • 73 Hatziiossif 1980, p. 388.
  • 74 Katsiardi-Hering 2001, p. 524, n. 60.
  • 75 Vlami 2000, p. 437-439.

49Phénomène quantifiable, le déséquilibre des sexes est aussi et surtout observable à travers une large palette de comportement sociaux et démographiques à l’œuvre au sein des colonies grecques. Voyant dans l’apparition de ces « communautés de célibataires » le produit direct de l’expérience migratoire, Christos Hatziiossif a ainsi pu affirmer que « le grand nombre d’hommes célibataires est un trait commun à toutes les colonies grecques »73. Sans doute convient-il de nuancer quelque peu ce jugement, en prenant en compte les tendances longues de la démographie de ces colonies. Alors que nous ne disposons que de données éparses pour les cas vénitien, livournais et marseillais, Olga Katsiardi-Hering a pu proposer une évaluation du phénomène pour Trieste : s’ils constituent 73,33 % de la population masculine grecque en 1765, les célibataires ne sont plus que 50,32 % en 182674. Bien que pour une période plus tardive, Despina Vlami observe une évolution encore plus nette chez les Grecs de Livourne : sur une population d’environ 78 hommes de plus de 18 ans en 1841, elle compte ainsi 44 célibataires et 28 hommes mariés ; 20 ans plus tard, ils sont respectivement 30 et 39 sur un total de 80 individus75. Dans un cas comme dans l’autre, cette évolution s’explique en partie par des mariages tardifs, mais surtout par une consolidation de la présence étrangère dans la société d’accueil. En règle générale, le nombre des célibataires constitue d’ailleurs un bon indicateur de cette implantation, et ce quel que soit le groupe étudié : la donne démographique devient alors un enjeu social autant que politique, dans la mesure où elle informe la perception que les sociétés locales ont de ces étrangers.

50De fait, la présence féminine assure l’inscription dans la durée d’une présence grecque jusqu’alors caractérisée par sa fluidité et son instabilité, et vient donc mettre en échec le soupçon qui pèse sur la colonie de n’être installée que temporairement. Les Grecs eux-mêmes semblent d’ailleurs avoir bien saisi cet enjeu, qu’ils font valoir dans leurs pétitions et suppliques aux autorités locales. Il est d’ailleurs intéressant de voir que, mobilisé dans différents contextes, cet argument en vient à constituer une sorte de trope du discours que tiennent ces populations sur leur propre stabilité – voire leur intégration locale. Déjà en 1511, des soldats grecs (stradioti) de Venise réclamaient l’érection d’une église grecque-orthodoxe dans la ville, se déclarant :

  • 76 ASV, Consilio dei Dieci, Parti Miste, reg. 34, f° 142rv, Pétition des Grecs, 4 octobre 1511.

arrivés sur cette terre conduits par Vos Excellences pour servir comme vos soldats et défenseurs de votre glorieux État, et ayant pour la plupart conduit avec nous nos brigades (brigate), nos femmes et nos enfants, avec l’intention de vivre et mourir à l’ombre de Vos Excellences76.

51Deux siècles et demi plus tard, on retrouve un argument similaire sous la plume de la « nation » grecque-orthodoxe de Livourne, qui fait observer qu’une meilleure garantie de leur liberté religieuse s’accompagnerait rapidement

  • 77 ASL, Chiesa greca non unita…, III/21, n.n., Mémoire, doc. cit., 1773.

de l’établissement permanent (la costante dimora) des Grecs, et de l’arrivée de nouvelles maisons de commerce du Levant, et finalement de l’introduction de mariages entre Grecs de rite non uni, qui pour l’heure ne se sont pas produits, et par lesquels ils [les Grecs orthodoxes] acquièreront une affection profonde pour ce lieu et donneront des sujets au souverain77.

  • 78 Hatziiossif 1980, p. 387-392.

52Derrière les enjeux liés à la stabilité du groupe se profile enfin celui de sa moralité : au déséquilibre des sexes à l’intérieur des colonies de la diaspora grecque, répond en effet le spectre des diverses déviances morales et sexuelles. Parmi les conduites prêtées aux Grecs d’Alexandrie dans la seconde moitié du xixe siècle, figurent ainsi le « mariage copte » (une union temporaire, informelle et rétribuée), le concubinage, la bigamie, l’adultère et l’homosexualité, ainsi que la présence de nombreux enfants naturels et d’enfants trouvés78. L’argument de l’immoralité semble d’ailleurs avoir la peau dure, puisqu’un siècle avant ceux d’Alexandrie, les Grecs de Trieste étaient déjà accusés de tous les maux. Dans une lettre adressée en 1752 à l’impératrice Marie-Thérèse, le métropolite de Trieste Carlo d’Attems s’insurgeait contre ceux qu’il considérait comme une véritable menace pour l’ordre public et la religion catholique :

  • 79 Cette nomenclature du Décalogue, qui diffère des énoncés bibliques (Exode, 20, 2-17 et Deutéronome, (...)
  • 80 Lettre de Carlo d’Attems à Marie-Thérèse, 7 juin 1752, citée par Pozzetto 1982, p. 15.

On ne peut penser sans horreur à ce qu’ils commettent contre le sixième précepte [qui interdit l’adultère]79 avec des femmes catholiques : ils sont presque mille grecs schismatiques enflammés (abbruggiati), et à eux tous ils n’ont amené avec eux que dix femmes, si bien que l’on peut facilement imaginer combien les vierges et les femmes mariées de Trieste sont encore en sécurité lorsqu’elles sortent (su le piazze)80.

  • 81 Ibidem.

53Au centre de cet argumentaire, l’absence des femmes grecques devient donc la source de tous les désordres. Le comptage effectué quatre ans plus tard (en 1756) par le négociant Giuseppe Pasquale Ricci se charge pourtant de reproportionner l’acte d’accusation : en lieu et place des « quasi mille abbruggiati » grecs dont parle d’Attems, on trouve ainsi « 165 personnes, dont 96 chefs de famille, y compris les Illyriens »81

  • 82 ASV, Consiglio dei Dieci, Parti Miste, reg. 27, f° 204r, doc. cit., 28 novembre 1498. Sur le rôle d (...)

54Enjeu démographique au cœur des constructions politiques de l’image de l’étranger, la prédominance masculine trouve enfin un écho à l’intérieur même des colonies, dans les pratiques des acteurs comme dans les représentations genrées qu’elles produisent. Au delà de leur statut d’épouses et/ou de mères, les femmes jouent ainsi un rôle non négligeable dans divers aspects de la vie des colonies grecques, au premier rang desquels la gestion quotidienne de la vie religieuse – en l’occurrence orthodoxe. Outre leur présence fidèle à la liturgie, elles participent généreusement au financement du culte, notamment à travers les donations qu’elles effectuent en faveur de l’église. Elles ne s’en trouvent pas moins exclues de toute représentation à l’intérieur des colonies de la diaspora grecque. Les autorités vénitiennes l’ont bien compris, qui ont plafonné dès la fin du xve siècle le nombre des membres de la Scuola grecque-orthodoxe à 250 hommes, celui des consœurs étant illimité82. À cet effacement correspond en outre le refus des Grecs eux-mêmes de laisser aux femmes un quelconque rôle dans la gestion des affaires internes de la colonie. Les statuts dont se dote en 1787 la « nation » triestine constituent l’un des exemples les plus éloquents d’une telle volonté d’exclusion, alors pleinement assumée :

  • 83 Statuti e Regolamenti della Nazione e Confraternita Greca stabilita nella Città e Porto franco di T (...)

À cette association pourront être inscrites des femmes, à la condition expresse qu’elles puissent et doivent participer comme les hommes des tâches spirituelles (gli effetti spirituali), mais qu’elles ne s’ingèrent ni directement ni indirectement dans les fonctions et les délibérations politiques et économiques de la confrérie83.

  • 84 « Supplica delle entrosegnate femine nazionali greche contro l’amministratori attuali della Chiesa (...)

55Cette mesure constitue alors une sanction infligée aux femmes de la colonie grecque en représailles d’un « crime » commis quelques années plus tôt. En 1776, celles-ci s’étaient en effet rebellées contre l’administration de l’église grecque-orthodoxe, allant jusqu’à adresser une supplique aux autorités triestines. L’objet de la plainte peut sembler trivial, puisqu’il s’agissait de dénoncer le refus des membres du chapitre de faire fabriquer de nouveaux bancs pour l’église, et l’obligation faite aux femmes d’assister debout à la liturgie. La pétition de 1776 se distinguait pourtant par sa véhémence : accusant les hommes de leur faire « subir à l’église un martyr plus grand encore que dans les temps où l’on persécutait le christianisme », les femmes orthodoxes de Trieste attribuaient l’obstination des membres du chapitre au fait que la majeure partie d’entre eux n’aient à Trieste ni femmes, ni filles, ni sœurs. Quant aux autres, soit ils avaient épousé une femme non-orthodoxe (chi non faceva alla greca), soit ils n’avaient jamais participé aux besoins de l’église (« des gens dont l’apparence seule témoigne du calibre de leurs qualités et de leurs mérites »). Mieux, aucun ne pouvait comprendre leurs souffrances, n’ayant « jamais été enceinte pour savoir l’inconfort des femmes » (mai stato gravido per saper l’incomodi delle femine)84 ! Balayant toute tentative de relativiser à bon compte les rapports de genres, cette plainte révèle dans sa formulation même l’existence, parmi ses signataires au moins, d’une conscience aiguë des enjeux liés au déséquilibre des sexes à l’intérieur du groupe grec. Plus que leur étonnante combativité, c’est la profonde acuité de leur diagnostic qui mérite ici d’être soulignée : l’injustice dont elles sont victimes est en effet moins le produit d’une culture misogyne que d’une configuration sociale bien particulière, en l’occurrence celle de la colonie. À l’évidence, les femmes constituent donc un enjeu kaléidoscopique dans la définition des colonies grecques, et ceci au moins à trois niveaux : assurant la survie démographique de ces groupes, elles contribuent aussi à en fixer les frontières sociales et culturelles, tout comme elles en révèlent certaines des contradictions et des divisions internes.

L’importance de l’immigration

56Une autre caractéristique générale de la donne sociale des colonies de la diaspora grecque est l’importance et la continuité du fait migratoire, un phénomène qui ne saurait se limiter à la seule étude des mobilités. D’une part, car à travers lui, c’est de la survie du groupe tout entier dont il est question. D’autre part, car il détermine durablement les grands équilibres internes de chaque colonie. Enfin, parce qu’il opère comme un marqueur identitaire fort à la croisée des trajectoires individuelles des membres de la colonie comme des migrants de passage.

  • 85 Hatziiossif 1980, p. 309 ; Katsiardi-Hering 2001, p. 524.

57L’immigration constitue un enjeu vital pour les colonies de la diaspora grecque. D’un point de vue démographique, celles-ci sont en effet structurellement déficitaires : en l’absence d’un nombre suffisant de femmes, elles ne peuvent assurer leur reproduction d’une génération sur l’autre par le seul moyen de leur solde naturel. Même la colonie vénitienne, pourtant fortement féminisée et implantée depuis des siècles, n’atteint plus que difficilement les quinze baptêmes par an durant les trois dernières décennies du xviiie siècle : c’est à peine suffisant pour maintenir un solde positif, déjà lourdement grevé par la mortalité infantile et le net vieillissement de la colonie, et qui s’accélère brusquement dans les dernières années de la République (le rapport annuel des baptêmes sur les décès passe de douze unités pour les années 1770-1779, à neuf pour la décennie suivante, puis à… une pour la période 1790- 1797). On l’a dit, ces décennies sont également celles de la plus forte émigration des Grecs de Venise vers les autres centres de la diaspora : nul doute, donc, que la colonie est en état de crise démographique dès les années 1770, et peut-être même déjà avant. Quant aux cas livournais et marseillais, ils présentent une fois encore un profil bien différent, puisque le solde naturel négatif des colonies grecques se trouve compensé par l’arrivée de nombreux immigrants durant toute la période considérée. Ce type de croissance en fait donc des groupes démographiques « ouverts », tout comme la quasi-totalité des autres colonies de la diaspora grecque à la même époque85.

58Enjeu essentiel de la survie démographique des colonies grecques, l’immigration est un phénomène dont l’importance dépasse largement le cadre étroit du seul mouvement de population. Longtemps après l’arrivée des migrants, elle continue d’imprimer sa marque sur nombre de leurs activités, et percole non seulement les dynamiques de ces groupes, mais aussi leur structure même. Cette « culture de la migration » est avant tout vécue sur le mode de l’appartenance identitaire à un territoire donné. Dans les colonies de création plus récente, ce phénomène se traduit le plus souvent par la forte homogénéité territoriale des différentes vagues migratoires. L’« État des Grecs » de 1799 offre ainsi une première cartographie migratoire de la petite colonie marseillaise, qui laisse apparaître une très nette (et peu surprenante) distinction entre « gens de mer » et « gens d’affaires », ainsi qu’une forte correspondance entre polarisation géographique et activité professionnelle : alors que la totalité des 22 marchands et commis recensés viennent des grandes villes de l’Empire ottoman, 23 des 29 marins sont originaires des îles égéennes. Des sept individus restants, deux viennent de Smyrne (un « magazinier misérable » et un étudiant), deux de Crète (deux « domestiques »), un de Chypre (« apprenti tailleur »), un de Seyde (« hommes de confiance »), et le dernier est sans origine ni profession connues (tab. 4).

  • 86 AN, AE BIII 218, n° 166, « État des Grecs résidants à Marseille et reconnus par l’Agent des Relatio (...)

Tab. 4 – Origines des Grecs de Marseille en 179986

Négociants et commis Capitaines et marins Autres Total
Chio 2 2
Chypre 1 1 2
Constantinople 2 1 3
Coron 1 1
Crète 1 2 3
Hydra 18 18
Ioannina 1 1
Ios 1 1
Naxos 1 1
Rhodes 1 1
Salonique 1 1
Seyde 1 1
Smyrne 7 4 2 13
Tinos 1 1
Zagora 1 1
Zara 1 1
TOTAL 17 28 6 51
  • 87 L’échantillon à été formé par P. Échinard selon trois critères : sexe (masculin), âge (plus de 21 a (...)
  • 88 Harlaftis 2005, p. 155-158.
  • 89 Sur les liens entre Chio et Smyrne, voir entre autres Frangakis-Syrett 1995, p. 27-40.

59Deux décennies plus tard, un échantillon de cinquante-et-un Grecs de Marseille sélectionné par Pierre Échinard permet de constater que la donne migratoire reste étroitement liée à l’interaction des facteurs territorial et professionnel (tab. 5)87. Si le groupe des « gens d’affaires » s’est étoffé depuis 1799, il présente toujours une très forte polarisation géographique, mais cette fois sur un « nouveau » centre, l’île de Chio, dont sont originaires la moitié des négociants et commis. Ce recentrage sur Chio ne doit pourtant pas faire illusion : il confirme certes une tendance lourde de l’évolution des migrations grecques au début du xixe siècle88, mais les liens étroits que l’île entretient avec Smyrne jusqu’en 1821 nous empêchent de distinguer de manière très nette entre populations sciote et smyrniote, surtout dans le cas des marchands89. Quant au groupe des militaires, il est composé à hauteur de 30 % d’individus originaires du Caire (six sur vingt), un noyau secondaire étant formé par les trois individus venus de la ville de Tchesmé (l’actuelle Çeşme, sur la côte de l’Asie Mineure), auxquels on peut ajouter le Sciote.

  • 90 Échinard 1973, p. 105-106.

Tab. 5 – Origines des Grecs de Marseille en 182190

Négociants et commis Militaires Total
Candie 2 2
Chio 15 1 16
Chypre 2 2
Hydra 2 2
Ithaque 2 2
Le Caire 6 6
Morée 1 1
Salonique 2 2
Symi 1 1
Smyrne 9 9
Tchesmé 3 3
Tinos 2 2
Tirnovo 1 1
Tricala 1 1
Zante 1 1
TOTAL 31 20 51
  • 91 Dell’Agata Popova 1978, p. 14.
  • 92 Tomadakis 1982, p. 11-14.
  • 93 Katsiardi-Hering 1986, p. 428.
  • 94 Voir sur ce point l’analyse du mécanisme de (re-) construction de la « carte du sentiment identitai (...)

60Notons enfin que ces fortes polarisations géographiques ne sont pas le fait de la seule colonie grecque de Marseille, puisqu’on les retrouve à l’identique (ou presque) à Livourne ou encore à Trieste. Alors que la colonie livournaise était au xvie principalement formée de Grecs venus d’Ancône et des territoires vénitiens91, cette physionomie semble avoir beaucoup évolué durant les deux siècles suivants, du moins si l’on considère les origines des 181 signataires de l’acte de fondation de l’église grecque-orthodoxe de la Santissima Trinità, en janvier 1760 (graph. 10) : les 75 Épirotes constituent ainsi près de la moitié des effectifs du groupe, et dominent largement les ressortissants de Grèce centrale (22 individus provenant tous de Missolonghi), des îles Ioniennes (18 personnes) et du Péloponnèse (11 personnes). Cette suprématie numérique des Épirotes ne semble d’ailleurs pas devoir diminuer avec le temps, bien au contraire : en témoigne la liste que le prêtre de l’église dresse pour le gouverneur de Livourne un demi-siècle plus tard, sur laquelle 98 des 117 hommes recensés viennent d’Épire, contre seulement treize individus originaires de Crète, cinq de Patmos, et un de Mytilène/Lesbos92. Quant à Trieste, une étude des origines des marchands grecs qui y résident entre 1787 et 1823 laisse également apparaître de fortes polarités géographiques, cette fois articulées autour de trois grandes zones : le binôme Smyrne-Chio (38,1 %), la Grèce septentrionale (Thessalie, Macédoine et Épire : 20,6 %), et le Péloponnèse (18,5 %)93. Souvent perçue comme un phénomène de rupture venant distendre les liens familiaux et sociaux, la migration semble ici s’organiser selon des modalités moins traumatiques, en ce qu’elles permettent la préservation d’un tissu relationnel antérieur à la mobilité. Le différentiel spatial que celle-ci crée ne se résume donc pas à un simple arrachement, mais aboutit plutôt à des phénomènes de recomposition identitaire sur la base d’un fort sentiment d’appartenance territoriale94.

Graph. 10 – Origines géographiques des 181 signataires de l’acte de fondation de l’église grecque-orthodoxe de Livourne en 1760 (ASL, Chiesa greca non unita della SS. Trinità, II/6, ff° 4v-7v, « Elenco dei fondatori della comunità », 8 janvier 1760).

Graph. 10 – Origines géographiques des 181 signataires de l’acte de fondation de l’église grecque-orthodoxe de Livourne en 1760 (ASL, Chiesa greca non unita della SS. Trinità, II/6, ff° 4v-7v, « Elenco dei fondatori della comunità », 8 janvier 1760).

61En dernière instance, c’est en réalité l’ensemble du schéma traditionnel faisant de la diaspora grecque un simple mouvement de fuite face à la menace du « joug ottoman » qui se trouve mis à mal par l’étude des parcours migratoires individuels et collectifs. Il ne s’agit bien sûr pas de tomber dans l’excès inverse, et il ne fait aucun doute que l’intégration à l’Empire ottoman et son cortège de contraintes fiscales et de vexations religieuses aient joué un rôle de repoussoir pour les populations non-musulmanes. Quant au sort des réfugiés qui affluent en Europe occidentale durant la guerre d’indépendance grecque, il témoigne de la violence des exactions auxquelles ils sont alors exposés dans l’Empire.

62La tentation consiste dès lors à ériger cette violence circonstancielle et contextuelle en une sorte de paradigme des migrations grecques aux époques modernes et contemporaines – grosso modo, depuis la chute de Constantinople jusqu’à la « catastrophe d’Asie mineure » de 1922. De fait, ce modèle de la migration comme arrachement violent et traumatique se heurte, dans le cas grec, au constat d’un haut degré d’organisation des mobilités diasporiques. Alors qu’ils fuient Chio au plus fort de la répression turque, les frères Stefanos (Étienne) et Pandias Tzitzinias déclarent ainsi aux autorités marseillaises que

  • 95 Échinard 1973, p. 269-270.

la catastrophe de cette île, notre patrie, nous a déterminés à appeler près de nous notre famille entière qui maintenant est réunie dans cette ville. Dès les premiers troubles du Levant, nous avions pris des mesures pour faire rentrer en France la totalité de nos capitaux disponibles et tout ce qui nous a été possible de réaliser de nos propriétés95.

  • 96 Hatziiossif 1980, p. 10.

63S’il ne signifie nullement que tous les réfugiés ont alors eu le temps d’organiser leur fuite et de protéger leurs biens en conséquence, le cas des frères Tzitzinias rappelle que le mouvement migratoire grec, même au plus fort de la guerre d’Indépendance, n’a pas constitué pour tous et partout un moment de complète improvisation. Il convient donc de faire la part du rôle structurant des réseaux commerciaux grecs dans l’organisation des flux migratoires – un rôle que Christos Hatziiossif a résumé par la formule « la route du commerce : la route de l’émigration »96. À l’inverse, la récente tendance de l’historiographie à promouvoir une interprétation du phénomène diasporique reposant presque exclusivement sur la force des réseaux commerciaux, néglige à bon compte une donne politique et économique qui a pourtant conduit les émigrants à opérer des choix différents selon les époques et les contextes.

64Contre toute tentative d’uniformisation de l’expérience diasporique, on soutiendra que de la même manière qu’il n’existe pas une donne migratoire, on ne saurait distinguer un profil type de colonie grecque. Les différents dispositifs de légitimation de cette présence en témoignent, qui participent de la transformation d’un donné social (un groupe d’individus) en un objet politique (une « minorité » étrangère définie en relation à une « majorité » autochtone) : si chaque colonie a sa propre histoire et ses propres équilibres internes, c’est aussi parce qu’elle s’inscrit dans une dynamique particulière de négociation avec la société locale. À l’hégémonie d’un modèle d’interaction limité à une typologie restreinte (intégration, assimilation, exclusion, etc.), on préfèrera donc une approche de ces relations qui prenne en compte le constant mouvement de (re-) définition de chacun des acteurs de ce jeu social.

Notes

1 Cohen 1971. Nous suivons ici la récente traduction que Guillaume Calafat a donnée de ce texte essentiel ; « Stratégies culturelles des diasporas commerçantes », Tracés, 23/2, 2012, p. 159-171, ici p. 160.

2 Baghdiantz-McCabe, Harlaftis et Pepelasis Minoglou 2005, p. xviii.

3 Tölölyan 1996, p. 3 : « where once were dispersions, there now is diaspora ».

4 Prévélakis 1996, p. 29.

5 Drettas 2000.

6 Psyroukis 1983.

7 Hassiotis 1989 ; Seirinidou 2008.

8 C’est par exemple le cas des colonies de Zara, Naples, Barletta, Ancône et Livourne, déjà existantes aux xvie et xviie siècles, mais qui après une période de difficultés sont refondées au xviiie siècle ; Hassiotis 1989, p. 15.

9 Une relation anonyme de 1789 évalue à environ 220 « ceux qui ont le droit d’être appelés négociants », mais concède que « quelques-uns d’entre eux font un commerce peu considérable, et d’autres pourraient être appelés boutiquiers (bottegai) plutôt que négociants » ; cité in Guarnieri 1962, p. 679.

10 L’étude de la culture entrepreneuriale des marchands de la diaspora grecque s’est considérablement étoffée depuis deux décennies et la publication de l’étude classique de Dertilis 1995. Voir en priorité Chatziioannou 1999 et 2011 ; Pepelasis Minoglou 2005 ; Sifneos 2009.

11 Georgelin 1978, p. 681.

12 Sur les marchands grecs comme enjeux de la compétition commerciale entre Venise et Trieste, voir entre autres Biagi 1986, p. 106.

13 Baroutsos 1999, p. 142.

14 Xanthopoulou-Kyriakou 1978, p. 13.

15 Archives du Ministère grec des Affaires Étrangères [MGAE], 1833, 37/6, Προξενεία της Ελλάδος είς Λιβόρνον, n.n., Spyridon Trikoupis (ministre grec des Affaires étrangères et de la Marine marchande) à Othon Ier (roi de Grèce), 12/24 octobre 1833.

16 Gambus 2007, p. 16.

17 Sur Badettis, négociant grec catholique originaire de Chio, arrivé à Marseille en 1798 et qui fait faillite en 1820, voir Échinard 1973, p. 62-69.

18 J. J. de Lalande, Voyage en Italie, Genève, 1790, II, p. 424 (ces réflexions ne figurent pas dans la première édition du texte, datée de 1769).

19 Simmel 1999b, p. 663.

20 Vlami 2000, p. 148-164 ; Mandilara 1998, p. 245-359.

21 ASL, Chiesa greca non unita…, III/21, Carte di corredo alle deliberazioni, etc., 1770, n.n., Mémoire des Grecs orthodoxes de Livourne, s.d. (juin-décembre 1773).

22 P. Perron, P. Plasse et P.-H. Roux, Observations particulières sur le commerce du Levant avec Marseille, Paris, 1815, p. 5. Ce manifeste réclame l’instauration d’une taxe spéciale sur les importations du Levant que les marchands non-français font à Marseille.

23 AD, 128 V 1, Grecs schismatiques et cultes christophiles, n.n., Villeneuve-Bargemon à Martignac (ministre de l’Intérieur), 18 novembre 1828.

24 AM, 10 F 2, Faillites, 1818-1822, n.n., Affiche « Faillite des sieurs Petrocochino et Vuro, négocians grecs, à Marseille. Extrait des registres du greffe du Tribunal de commerce de cette ville de Marseille », 24 février 1820.

25 AM, 10 F 1, Faillites, 1809-1818, n.n., « État nominatif des faillis, date des jugemens rendus par le Tribunal de commerce », s.d. (vers 1832).

26 Mavroidi 1989, p. 38 et 41 ; Burke 2004, p. 125-165.

27 AIHV, A 2 K 1, Luminarie, 1498-1530.

28 Sur l’organisation des chantiers au sein de « la plus grosse manufacture d’Europe », voir Davis 1991.

29 ASV, Consiglio dei Dieci, Parti Miste, reg. 27, f° 204r (anciennement 242r), Délibération, 28 novembre 1498.

30 Maltezou et Plumidis 2001.

31 Davis 1991, p. 93-94.

32 Nous avons eu l’occasion de consacrer à cette corporation une étude plus approfondie : Grenet 2012a.

33 BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 110, n° 316, « Nomi, e Professioni dei Greci di Rito Orientale… », doc. cit., 1820.

34 AM, 2 I 172, n° 491, 609, 669, 1179, 2127, 2858, 2859 et 2888.

35 Ibid., n° 2025 ; AN, AE, B III 218, n° 166.

36 À défaut d’avoir pu suivre avec précision les trajectoires individuelles des huit Grecs figurant sur le répertoire de l’an II, nous appuyons cette hypothèse sur le fait que les individus recensés étant à Marseille depuis longtemps (de deux ans pour l’ouvrier à soixante-neuf ans pour le matelot), il est peu probable qu’ils soient tous repartis brusquement au même moment. Le cas du négociant smyrniote Anastasios Kalovolos, dont le répertoire de l’an II rapporte qu’il réside à Marseille depuis deux ans et demi mais qui ne figure plus sur l’« État des Grecs » dressé cinq ans plus tard, constituerait donc à cet égard une exception ; AM, 2 I 172, n° 2888.

37 Savant 1946.

38 Reynaud 1982, p. 370.

39 AM, 1 D 48, p. 559-561, doc. cit., 29 janvier 1821.

40 Dans le cas livournais, voir Ciano 1978, p. 136.

41 C’est par exemple ce qui apparaît clairement à la lecture des registres d’entrée et de sortie du port de Marseille pour les années 1814-1826 ; AN, AE, B III 278-280, Mouvements dans le port de Marseille. Consignataires pour le Levant, 1814-1826.

42 Sur l’évolution de la législation autour de la naturalisation des étrangers entre la dernière décennie du xviiie siècle et le début du xixe siècle, voir Weil 2004, p. 23-52.

43 AM, 5 E 48, Déclarations d’élection et de changement de domicile, etc., 1814- 1818, n° 584, 12 février 1818.

44 Aymard 1996.

45 Mavroidi 1989, p. 38 et 46-64.

46 Sur les marins et capitaines grecs membres de la Confrérie au tournant des xviiie et xixe siècles, voir Xanthopoulou-Kyriakou 1978, p. 236-258.

47 Frattarelli Fischer 2001, p. 49 ; Dell’Agata Popova 1980, p. 252 ; Funis 2006, p. 56.

48 Fasiolo 2002, p. 1.

49 Ulacacci 1856, p. 21.

50 Kremmydas 1985-1986 ; Harlaftis et Laiou 2008 ; Harlaftis et Papakonstantinou 2013.

51 Alors que les chiffres donnés par Harlaftis et Laiou sont tirés des registres d’entrée des ports, ceux publiés par Kremmydas proviennent des archives des consulats français dans les villes concernées. Les différences sensibles dans les résultats ainsi obtenus s’expliquent en partie par le choix de Harlaftis et Laiou de considérer comme « grec » tout navire dont le capitaine ou l’armateur est grec, ou qui navigue sous pavillon grec-ottoman – un choix qui conduit le plus souvent à gonfler les chiffres des archives consulaires, qui s’appuient principalement sur le pavillon des navires.

52 Voir Mandilara 1998, p. 257-263.

53 Rappelons qu’entre 1796 et 1814, Livourne se trouve occupée à quatre reprises par les forces françaises ; les trois premières occupations sont brèves, s’étendant à chaque fois sur une durée de moins d’une année (27 juin 1796-10 mai 1797, 24 mars-16 juillet 1799 et 18 octobre 1800-août 1801), tandis que la quatrième dure sept ans et demi, du 29 août 1806 au 23 février 1814.

54 AD, 128 V 1, Villeneuve-Bargemon à Lainé, 3 juin 1817. La moyenne de 34 à 35 marins par bateau correspond à des navires de tonnage important ; voir Harlaftis et Laiou 2008, p. 14 et 17, qui calculent des moyennes de 12 marins par navire de petite taille, et de 30 par grand navire.

55 AN, F 7 6722, Police générale. Grecs et philhellènes (1821-1830), Dossier 14, n.n., Le capitaine et les passagers de la goëlette grecque la Spartiate à Villeneuve-Bargemon, 1er mai 1826 (joint à une lettre de Villeneuve-Bargemon à Corbière en date du 2 mai 1826).

56 Svoronos 1953 ; Mandilara 2000.

57 AN, AE, B III 215, n° 102, Guys à Delacroix, 22 floréal an IV/11 mai 1796.

58 AN, BB 11 2, Versements du ministère de la Justice ; Naturalisations et changements de noms, n° 487, Dossier « Antoine Basile Guini ».

59 Harlaftis 2010, p. 413.

60 Source : AM, P 146, Église schismatique grecque, rit grec-arabe, rit maronite (1813-1821), « État des navires grecs arrivés à Marseille depuis le 1er janvier 1816 jusqu’au 16 mai 1817 », joint à un billet daté du 24 mai 1817.

61 Journal de Marseille, 22 pluviôse an V/17 février 1797.

62 L’historien et anthropologue Thomas Gallant a analysé cette omniprésence du couteau dans une importante étude sur les violences rituelles et l’identité masculine ; Gallant 2000.

63 AM, 12 F 3, Consulats étrangers à Marseille, II, Dossier « Rixes (plaintes du consul de Grèce) », n.n., André-Élisée Reynard (maire de Marseille) à Charles-Aristide de La Coste (préfet des Bouches-du-Rhône), 31 décembre 1846.

64 AM, 1 I 38, Police locale. Correspondance envoyée (1820), n° 288, Jean-Baptiste de Montgrand (maire de Marseille) au capitaine du port, 27 mars 1820.

65 A. de Jassaud, Mémoire sur l’état physique et politique des isles d’Hydra, Spécié, Poro et Ipséra en l’année 1808, éd. C. Svolopoulos, Athènes, 1978, p. 43.

66 ASV, Cinque Savi alla Mercanzia, f. 708, Lettere dei Consoli. Livorno, 1781- 1785, 1782, n° 35, 18 novembre 1782.

67 Ibid., f. 709, Lettere dei Consoli. Livorno, 1786-1791, n° 14 et 22, 14 avril et 2 juin 1786.

68 Sur les systèmes du profit-sailing et du wage-sailing, voir Greene 2000, p. 169-170.

69 Sur l’économie sexuelle des marchands indiens du Sind aux xixe et xxe siècles, voir Markovits 2000, p. 292.

70 Les hommes constituent ainsi 69,1 % des Juifs venus d’Italie, 57,2 % de ceux arrivés du Portugal, et 57,9 % de ceux venus d’Espagne ; Swetschinski 2000, p. 87-89.

71 Sur Trieste, voir Katsiardi-Hering 1986, p. 76-77. Sur Livourne, voir le rapport du desservant de l’église de la Santissima Trinità en 1810, qui évalue la colonie à 154 individus, dont 110 hommes ; ASL, Chiesa greca non unita…, IV/168, Copialettere, 1809-1881, p. 6, Le père Giorgio à Capelle, doc. cit., 1810. Sur Odessa (où l’on compte 58,6 Grecques pour 100 Grecs), voir Herlihy 1979-1980, p. 418.

72 Échinard 1973, p. 269.

73 Hatziiossif 1980, p. 388.

74 Katsiardi-Hering 2001, p. 524, n. 60.

75 Vlami 2000, p. 437-439.

76 ASV, Consilio dei Dieci, Parti Miste, reg. 34, f° 142rv, Pétition des Grecs, 4 octobre 1511.

77 ASL, Chiesa greca non unita…, III/21, n.n., Mémoire, doc. cit., 1773.

78 Hatziiossif 1980, p. 387-392.

79 Cette nomenclature du Décalogue, qui diffère des énoncés bibliques (Exode, 20, 2-17 et Deutéronome, 5, 6-21), est celle de la Somme théologique de Thomas d’Aquin (Prima Secundae, Question 100, Article 11).

80 Lettre de Carlo d’Attems à Marie-Thérèse, 7 juin 1752, citée par Pozzetto 1982, p. 15.

81 Ibidem.

82 ASV, Consiglio dei Dieci, Parti Miste, reg. 27, f° 204r, doc. cit., 28 novembre 1498. Sur le rôle des femmes dans la colonie vénitienne, voir Konstantinidou 1999.

83 Statuti e Regolamenti della Nazione e Confraternita Greca stabilita nella Città e Porto franco di Trieste, sotto gli auspici dell’Augustissimo Imperatore Giuseppe Secondo felicemente regnante e dell’Eccelso Governo di detta Città et Porto Franco, Venise, 1787 (rééd. Trieste, 1835), p. 8-9.

84 « Supplica delle entrosegnate femine nazionali greche contro l’amministratori attuali della Chiesa grecca [sic] in punto della sconsigliata lor procedura circa li sedili e tavole d’appoggio », 8 mars 1776, citée par Stefani 1960, p. 203-204.

85 Hatziiossif 1980, p. 309 ; Katsiardi-Hering 2001, p. 524.

86 AN, AE BIII 218, n° 166, « État des Grecs résidants à Marseille et reconnus par l’Agent des Relations Extérieures », 26 floréal an VII/15 mai 1799.

87 L’échantillon à été formé par P. Échinard selon trois critères : sexe (masculin), âge (plus de 21 ans en 1821), et lieu de naissance (hors de Marseille).

88 Harlaftis 2005, p. 155-158.

89 Sur les liens entre Chio et Smyrne, voir entre autres Frangakis-Syrett 1995, p. 27-40.

90 Échinard 1973, p. 105-106.

91 Dell’Agata Popova 1978, p. 14.

92 Tomadakis 1982, p. 11-14.

93 Katsiardi-Hering 1986, p. 428.

94 Voir sur ce point l’analyse du mécanisme de (re-) construction de la « carte du sentiment identitaire » des migrants par Rosental 1990, p. 1429, n. 2.

95 Échinard 1973, p. 269-270.

96 Hatziiossif 1980, p. 10.

Table des illustrations

Titre Graph. 7 – Répartition professionnelle des Grecs de Marseille en 1799 (AN, AE B III 218, n° 166, « État des Grecs résidants [sic] à Marseille et reconnus par l’Agent des Relations Extérieures », pièce jointe à une lettre de Guys à Talleyrand, 26 floréal an VII / 15 mai 1799 ; Ibidem, n° 179 et 185, « État des Grecs établis dans les départements maritimes du Midi de la République, et en ce moment à Paris », 21 et 29 prairial an VII / 9 et 17 juin 1799).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Graph. 8 – Répartition professionnelle des Grecs de Livourne en 1820 (BNG, DM, Αρχείο Λιβόρνο, reg. 110, n° 316, « Nomi, e Professioni dei Greci di Rito Orientale attualmente stabiliti in Livorno » [s.d. ; 1820]).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Graph. 9 – Navires grecs à Venise, Livourne et Marseille, 1780-1820 (Harlaftis et Laiou 2008, p. 1-44, ici p. 35 ; Kremmydas 1985-1986, p. 107 et 109).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Graph. 10 – Origines géographiques des 181 signataires de l’acte de fondation de l’église grecque-orthodoxe de Livourne en 1760 (ASL, Chiesa greca non unita della SS. Trinità, II/6, ff° 4v-7v, « Elenco dei fondatori della comunità », 8 janvier 1760).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/9080/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search