Version classiqueVersion mobile

La fabrique communautaire

 | 
Mathieu Grenet

Note sur la transcription et la translittération des noms grecs

Texte intégral

1L’une des expériences les plus immédiatement gratifiantes que procure le fait de travailler sur un sujet tel qu’une diaspora, est sans doute de retrouver les mêmes individus ou les mêmes patronymes à divers endroits et à différents moments : au fil de ces occurrences, c’est tout un ensemble de trajectoires qui se dessinent et d’espaces qui se déploient, en même temps que naît le sentiment d’une certaine familiarité avec ces personnes et ces familles dont nous suivons la trace par-delà les frontières et les générations. Dans le cas grec, cette expérience peut pourtant rapidement tourner au casse-tête : aux inévitables corruptions et altérations liées aux différentes transcriptions des noms étrangers, s’ajoutent les effets d’une véritable inflation des systèmes de translittération. Le problème n’est pas nouveau, loin s’en faut, et le préfet de police de Paris relevait déjà en 1826 dans le dossier de surveillance de l’écrivain zantiote Andreas Kalvos :

  • 1 Lettre de Delavau (préfet de police de Paris) à Corbière (ministre de l’Intérieur), 21 juin 1826 ; (...)

D’après les informations que j’ai fait prendre, je ne doute pas que le Sieur Calbo ne soit identiquement le même [sic] que le Sieur Kalbos, auteur d’Odes qui respirent un esprit de républicanisme porté jusqu’à la dernière exaltation. Le nom de Calbo, ou Calvo, ne peut s’écrire en grec que par le K qui correspond à notre C1.

2Pour le présent travail, le recours à une vaste documentation ainsi qu’à une bibliographie écrites en plusieurs langues (principalement l’italien, le français, le grec et l’anglais, et plus rarement le turc ottoman ou encore l’allemand), a rendu nécessaire l’adoption d’un système unique de transcription et de translittération des noms grecs en français. Chaque fois que cela a été possible, nous avons donc croisé nos sources pour repérer les formes grecques des noms apparaissant dans notre documentation selon diverses variantes plus ou moins « italianisées » ou « francisées », puis translittéré leurs formes nominatives de manière phonétique (le « κ » est rendu par « k », le « φ » par « f », etc.). Dans les cas où notre documentation ne nous a pas permis d’établir avec certitude l’orthographe grecque d’un de ces noms, nous avons conservé la forme qui apparaît le plus souvent. Enfin, nous avons respecté la convention bibliographique consistant à rendre en français par « Capodistrias » le patronyme du premier gouverneur de l’État grec (Ιωάννης Καποδίστριας).

Notes

1 Lettre de Delavau (préfet de police de Paris) à Corbière (ministre de l’Intérieur), 21 juin 1826 ; citée in Enepekides 1967, p. 128-129. Les Odes nouvelles de Kalvos de Zante paraissent en cette même année 1826 dans une édition bilingue grec-français chez le libraire parisien Jules Renouard.

© École française d’Athènes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search