Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

Églises et acteurs religieux entre visées impériales et réalités locales : centralisme et/ou accommodation

La Grèce et le Vatican de 1918 au début des années trente. Projets de Concordat et polémiques interconfessionnelles

Greece and the Vatican from 1918 to the Beginning of the 1930s. Inter-confessional Polemics and Concordat Projects

Giuseppe M. Croce

Résumé

Puisant dans des archives peu connues du Vatican, ce chapitre porte sur les discussions en coulisses qui se sont déroulées de la fin de la première guerre mondiale jusqu’en 1930, entre les représentants du Saint-Siège et ceux du gouvernement grec. Au début des années 1920, le gouvernement de Vénizélos autorise des discussions avec des agents du Saint-Siège, en vue de signer un concordat qui règlerait la présence de l’Église catholique en Grèce. Bien que les premières discussions donnent des raisons d’être optimiste, les deux partis restent intransigeants sur des questions telles que le mariage mixte et le contrôle papal des nominations. Dans les années qui suivent, l’instabilité politique grecque et les tensions régionales, incluant l’arrivée massive des refugiés grecs venant d’Asie Mineure, interrompent et compliquent les discussions avec le Vatican. À la fin des années 1920, les problèmes internes parmi les Grecs catholiques et au sein du gouvernement grec, ajoutés à la position réprobatrice et agressive de l’Église grecque orthodoxe créent un environnement si hostile que la possibilité d’un accord s’en trouve grandement réduite.

Texte intégral

Introduction

1Durant les années qui vont de la fin de la première guerre mondiale au traité de Lausanne, la situation de l’Église catholique latine dans le royaume de Grèce, qui était stable depuis l’indépendance, entre dans une phase nouvelle.

  • 1 Croce Giuseppe 2004, p. 46-47.
  • 2 Ibid., p. 47-48, 50-51.
  • 3 Ibid., p. 47.
  • 4 Ibid., p. 48.
  • 5 Sur Louis Petit (1868-1927), voir HolzerBernard 2002. Sur les relations du prélat français avec le (...)
  • 6 Voir à ce sujet une note de Louis Canet au président du Conseil Georges Leygues, dans laquelle le c (...)

2Minorité cosmopolite, confinée longtemps dans la Grèce insulaire, alimentée par des vagues migratoires greffées sur un noyau plus ancien datant des croisades, répartie en sept archidiocèses et diocèses et desservie par une petite centaine de prêtres et de religieux, la fraction catholique de la population hellène fait figure, aux yeux de la grande majorité orthodoxe, d’élément étranger et exotique, malgré l’ancienneté de sa présence sur le sol national1. Au début du xxe s., ce microcosme latin est loin de présenter des caractères uniformes. Qu’ont en commun les descendants des Vénitiens et des Génois, habitant les îles Ioniennes et les Cyclades, avec les fils et les petits-fils des fonctionnaires bavarois de la cour du roi Othon ? Ou avec les émigrés politiques italiens, venus s’installer à Corfou et à Zante pendant le Risorgimento2 ? Ou ces derniers avec les Maltais et les Irlandais arrivés dans les îles Ioniennes pendant les années du protectorat britannique3 ? Ethniquement et sociologiquement disparate, l’élément catholique hellène est aussi très inégalement réparti sur le territoire de la Grèce. L’immigration des ouvriers provenant d’Italie du Sud marque la naissance de colonies catholiques dans la région minière de Laurion - où les péninsulaires côtoient également des Espagnols - et au Pirée, où les Italiens sont environ six mille, tandis que la toute petite communauté, bien plus ancienne, de Santorin, où les fidèles du pape de Rome ne sont que deux cents, est administrée par un évêque d’origine française, Antoine Galibert, né à Constantinople4. La hiérarchie et le clergé catholique reflètent, bien entendu, l’identité bigarrée de leur troupeau et, souvent, leurs divisions. Monseigneur Louis Petit, nommé archevêque latin d’Athènes en 1912, n’arrivera jamais à une bonne entente avec ses prêtres, ni avec ses collègues dans l’épiscopat, dont il brossera sombrement le portrait dans sa correspondance, en particulier avec ses anciens confrères de la congrégation française de l’Assomption5. Mais la mésentente entre le prélat et son clergé - qui finira par inquiéter Rome - ne sera considérée que comme une faute vénielle à Paris, où le quai d’Orsay se félicitait de pouvoir compter sur Mgr Petit pour contrecarrer l’influence italienne sur le catholicisme hellène6.

  • 7 Croce Giuseppe 2004, p. 54.
  • 8 Sur les rapports diplomatiques entre le nouvel État grec et le Saint-Siège on pourra consulter déso (...)
  • 9 Lascaris Théodore 1922, p. 6 (de l’extrait).
  • 10 Croce Giuseppe 2004, p. 35.

3Il faut rappeler en effet que la confession catholique romaine, infime, certes, par le nombre de ses adhérents face à la masse des fidèles de l’Église orthodoxe orientale du Christ, comme la définissait la constitution grecque de 18447, bénéficiait d’un statut spécial, obtenu à la conférence de Londres de 1830 grâce à la sollicitude de Sa Majesté Très Chrétienne, ce dernier étant le protecteur des catholiques d’Orient8. Déposant cette prérogative « entre les mains du futur souverain de Grèce » en ce qui concernait ses sujets, la France fit garantir le « libre et public exercice » du culte catholique, la pleine jouissance de toutes ses propriétés et de tous les privilèges et droits de sa hiérarchie, ainsi que l’égalité « dans tous les rapports religieux, civils et politiques » des sujets du nouvel État, indépendamment de leur confession9. Les mêmes garanties seront accordées aux fidèles de l’Église latine habitant les îles Ioniennes rattachées en 1864 au royaume de Grèce10.

  • 11 AMAE, Papiers dagents, de Billy, 57, f. 51r, Petit à de Billy, Athènes 24 février 1913 (?) : « […] (...)

4Mise à part l’épineuse question des mariages mixtes, qui représentait pour la hiérarchie catholique une source constante de préoccupations, et sur laquelle nous reviendrons plus loin, la vie des catholiques grecs se déroula assez paisiblement pendant tout le xixe s. Un homme aussi exigeant que Mgr Louis Petit, qui ne pécha jamais par excès de philhellénisme, au point de présenter ses excuses à l’ambassadeur de France à Athènes d’avoir accepté les insignes de commandeur de l’ordre du Sauveur, la principale décoration grecque11, le reconnaissait volontiers. En 1921 n’écrivait-il pas au cardinal secrétaire d’État Gasparri :

  • 12 C’est nous qui soulignons.
  • 13 Cité du Vatican, Segreteria di Stato, Sezione rapporti con gli stati (désormais S.RR. SS.), Affari (...)

Il faut rendre cette justice aux Grecs qu’ils ont toujours12 laissé au rite latin la plus entière liberté […] et si certaines restrictions paraissent y avoir été apportées au cours de l’histoire […], ces restrictions sont moins le fait du Gouvernement lui-même que de la pusillanimité des missionnaires qui ont préféré se cacher que de courir le risque […] d’affronter l’opinion publique, autrement dit, de vaincre le respect humain13.

  • 14 Croce Giuseppe 2004, p. 33.
  • 15 Ibid., p. 33-34.

5En somme, malgré quelques appréhensions récurrentes pour le sort de son troupeau, comme au moment de l’annexion des îles Ioniennes, la papauté ne pouvait pas ne pas reconnaître que le royaume schismatique lui donnait bien moins de soucis que plusieurs puissances catholiques, à commencer par l’Italie. Contrairement à la tradition concordataire qui était la sienne depuis des siècles, le Saint-Siège ne fera pas preuve, en effet, d’un grand intérêt pour les avances réitérées faites par les dirigeants d’Athènes au cours du xixe s. pour aboutir à une convention bilatérale et à des relations diplomatiques14. Et il est piquant de remarquer que l’échec de l’une des démarches du cabinet grec, en 1852, s’explique par la forte opposition du consul pontifical à Athènes, Giovanni Gallian, qui redoutait des retombées négatives sur les catholiques hellènes, et, peut-être, aussi son effacement au profit d’une éventuelle représentation diplomatique romaine dans la capitale15.

6Sur cette toile de fond, très sommairement dessinée, le microcosme latin se trouvera à partager les événements, parfois orageux, de la vie politique et sociale du jeune royaume, de sa constitution jusqu’aux guerres balkaniques et au premier conflit mondial. La nouvelle donne géopolitique de la Méditerranée orientale consécutive à la crise finale de l’Empire ottoman devait enfin ouvrir une nouvelle page de l’histoire de l’Église catholique dans ses relations avec la Grèce contemporaine. Nous présenterons deux aspects de cette histoire encore très peu connue, en nous appuyant sur une documentation, largement inédite, tirée des Archives vaticanes, à savoir les négociations concordataires entre Athènes et le Vatican, et l’évolution des relations du catholicisme romain avec l’Église orthodoxe hellène.

Premières tentatives de négociation

  • 16 Hoffmann Giorgio 1948, p. 145-148.
  • 17 Croce Giuseppe 2004, p. 38-40.
  • 18 Croce Giuseppe 2004, p. 43-44.
  • 19 Croce Giuseppe 1987, p. 274, n. 57.

7Nous avons rappelé dans notre rapide rétrospective le peu de succès qu’avaient eu les tentatives d’Athènes de négocier avec Rome un accord ou des relations diplomatiques, le Saint-Siège - mais aussi l’épiscopat catholique grec - continuant de préférer, de toute évidence, passer par les gouvernements de Paris et même de Londres pour défendre les intérêts du catholicisme dans le royaume orthodoxe. Ce protectorat, plutôt officieux qu’officiel, fut mis à contribution en 1844, au moment de l’entrée en vigueur de la Constitution votée par l’Assemblée nationale au lendemain du coup d’État du 3 septembre 1843, dont on craignait qu’il ne lèse les droits des catholiques16. Les puissances furent également sollicitées en 1893 pour conjurer l’extension aux îles Ioniennes de la jurisprudence de tribunaux helléniques en matière de mariages mixtes, mais avec moins de succès17. Mais il est tout aussi vrai que les délégués apostoliques à Athènes entretenaient sur place des relations discrètes, et généralement cordiales, avec la cour et le gouvernement, jouant en quelque sorte le rôle de diplomates sans titre18. En arrivant à Athènes, en 1912, l’archevêque latin Petit eut un long entretien avec Vénizélos et il sortit de son cabinet avec la conviction que le célèbre homme politique n’aurait pas été fâché d’arriver à un accord avec le Saint-Siège ou de voir renforcé le rang de son représentant dans le pays19.

  • 20 Voir Kitsikis Dimitri 1963 ; Petsalis-Diomidis Nicholas 1978.
  • 21 AMAE, Levant 1918-1940, Turquie, 134, f. 8-9, télégramme secret de C. Barrère au Quai d’Orsay, Rome (...)
  • 22 Voir Grente George 1922, p. 261-262.
  • 23 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, Petit à Gasparri, Athènes 28 février 1920. « M. (...)
  • 24 AMAE, Levant 1918-1940, Turquie, 118, de Billy à Millerand, Athènes 22 février 1920.
  • 25 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, minute.
  • 26 Ibid. Et de conclure : « C’est pourquoi je prie Votre Éminence de porter à la connaissance du Gouve (...)

8Il fallut attendre, néanmoins, la conclusion de la première guerre mondiale pour que cette valse-hésitation fît place à de véritables négociations et à des démarches concrètes, dont on va suivre les étapes essentielles en les situant dans leur contexte. L’initiative vint encore une fois du gouvernement d’Athènes, au moment où la Grèce défendait ses revendications à la Conférence de la Paix20. D’après une dépêche au Quai d’Orsay de l’ambassadeur français à Rome, Camille Barrère, la question de la provision du siège latin de Smyrne, territoire dont la Grèce briguait l’administration qui lui serait en effet confiée par le Traité de Sèvres (10 août 1920), mit en branle la diplomatie hellène, souhaitant l’appui de quelques personnalités catholiques françaises auprès du Vatican pour entamer des pourparlers en vue d’un concordat21. Le scepticisme de Barrère n’arrêta pas les desseins du cabinet athénien, qui entrèrent dans une phase décisive à l’occasion de la visite du cardinal archevêque de Paris, Mgr Dubois, et de sa suite, dans la capitale grecque, en 192022. En présence de Mgr Petit, de l’ambassadeur de France et d’autres personnalités, le ministre Politis, après avoir fait assaut d’amabilités, pria le cardinal de faire connaître au pape Benoît XV le « désir de son gouvernement de nouer avec le Saint-Siège des relations plus cordiales en vue de donner à la situation de l’Église catholique en Grèce une assiette bien déterminée par un accord concret23 ». Politis déclara aussi que Vénizélos « avait le plus vif désir d’aboutir à une entente qui réglerait la procédure de l’attribution des sièges épiscopaux et qui donnerait aux catholiques le statut officiel, qui, jusqu’à présent, dépendait seulement des actes signés au moment de la création du Royaume de Grèce avec les Puissances Protectrices24 ». Répercutés aussitôt par le cardinal Dubois et par l’archevêque Petit, les ouvertures du gouvernement hellène ne laissèrent pas indifférentes cette fois-ci les instances vaticanes. Le 20 mars 1920, le secrétaire d’État Gasparri informait Dubois que le pape avait « accueilli avec la plus vive satisfaction la demande du Gouvernement royal d’entamer des négociations avec le Saint-Siège en vue de stipuler un Concordat25 ». Benoît XV, ajoutait le cardinal italien, avait « l’intime conviction que la stipulation d’un Concordat sera avantageuse non seulement aux catholiques, mais aussi à la très noble et illustre Nation grecque tout entière26 ».

  • 27 Croce Giuseppe 1990, p. 268-282 ; Korolevskij Cyrille 2007, p. 571-572.
  • 28 Svoronos Nicolas 1964, p. 95.
  • 29 Woodhouse Christopher M. 1992 ; Contogeorgis Georges 1992.
  • 30 Lascaris Théodore 1922, p. 41.

9Pourquoi le pape et son secrétaire d’État réagissaient-ils aussi favorablement aux propositions du cabinet de Vénizélos, alors que ni l’un ni l’autre n’envisageait de gaieté de cœur l’expansion de cette « illustre Nation » ? Ne redoutaient-ils pas surtout les progrès de la Megali Idea, considérant comme une véritable calamité l’éventuelle occupation hellène de Constantinople et le triomphe de l’Église orthodoxe, reconquérant sa place dans la basilique de Sainte-Sophie, enfin délivrée de la séculaire profanation ottomane27 ? Mais la Grèce était sortie victorieuse de la guerre, quoique « alliée tardive » des grandes puissances28. Le traité de Sèvres allait lui donner la Thrace orientale, les îles d’Imbros et de Ténédos, sans parler de l’administration de la région de Smyrne du golfe d’Edremid à celui de Scala Nova. Il était encore difficile au début des années 1920 de prévoir la fulgurante réaction de la Turquie de Kemal Atatürk, et les revirements des puissances occidentales et de la Russie bolchevique, après la chute de Vénizélos et le retour sur le trône du roi Constantin29. Il fallait donc compter avec cette petite puissance en passe de devenir grande, de dominer la Méditerranée orientale et de jouer peut-être, après la ruine de l’Empire russe, un rôle majeur dans le monde orthodoxe. Sans oublier que le traité de Sèvres allait marquer l’abandon définitif de la part de la France et de la Grande-Bretagne de ce qui restait du protectorat, Athènes assumant, quant au maintien des libertés religieuses à l’intérieur de ses frontières, des obligations vis-à-vis de la Société des Nations30.

  • 31 Croce Giuseppe 1987, p. 276 n. 63, 281 n. 74.
  • 32 Voir AMAE, Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 48, note de Canet, 7 juillet 1920.
  • 33 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, Petit à Gasparri, Athènes 17 septembre 1921. Ce (...)
  • 34 Ibid. : […] « Si le Gouvernement actuel désire arriver rapidement à une entente avec Sa Sainteté, c (...)

10La chute de Vénizélos, après les élections de novembre 1920, interrompit la poursuite des pourparlers, ce dont se félicitait l’archevêque latin Petit, qui considérait que la première ébauche de projet de concordat n’était nullement satisfaisante, et était ravi, en outre, de voir détrôné Mélétios Metaxakis, son homologue orthodoxe et futur patriarche œcuménique31. Il fallut attendre près d’un an pour la reprise des négociations gréco-vaticanes, dont l’existence n’était plus un mystère pour personne, mais qui était loin de plaire à tout le monde, comme le montrent, d’une part, plusieurs dépêches et notes de la diplomatie française, craignant que la nomination d’un nonce apostolique à Athènes n’ouvre la porte à l’influence italienne sur les catholiques et, d’autre part, l’attitude des milieux ecclésiastiques orthodoxes32. Ainsi, en septembre 1921, Mgr Petit, après avoir reçu la visite d’un nouveau ministre des Affaires étrangères, Baltazzi, communiquait au Vatican qu’Athènes souhaitait envoyer à Rome un plénipotentiaire, en la personne de M. Pierre Scassis, ancien ambassadeur de Grèce à Madrid33. Petit conseillait au cardinal Gasparri d’accepter cette proposition, d’autant plus qu’il connaissait bien le ministre Baltazzi, « très libéral », et n’ignorait pas sa volonté d’arriver à un accord avec le Saint-Siège pour rallier les communautés catholiques, surtout dans les régions occupées par la Grèce, au nouveau pouvoir, fragilisé par l’évolution du conflit avec la Turquie34. En octobre, après avoir reçu le feu vert du Vatican, Petit pouvait annoncer à Gasparri que la mission dirigée par Scassis se préparait à partir pour Rome.

  • 35 ASV, Segr. Stato, rubr. 278 (1921), f. 7r-8v, Constantin Ier à Benoît XV, Athènes 23 octobre 1921, (...)
  • 36 Solomonidis Victoria 1983, p. 23-55.
  • 37 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, Gasparri à Petit, Rome 29 septembre 1921 ; Petit (...)
  • 38 Ibid., Petit à Gasparri, Athènes 2 juin 1921.

11Le diplomate grec arriva dans la capitale italienne fin octobre, porteur d’une lettre du roi Constantin à Benoît XV, où le souverain rendait hommage à l’« Auguste chef de la Catholicité dont l’activité inlassable en faveur de l’humanité souffrante, notamment durant la Grande Guerre [avait attiré] la reconnaissante admiration de toutes les âmes35 ». Après une audience pontificale, les mois qui suivirent, pendant que la Grèce connaissait les tragiques événements que l’on sait36, occupèrent la mission Scassis et la secrétairerie d’État dans l’élaboration et la discussion de deux projets de concordat. Le projet du Vatican, dont la matière avait été en partie fournie par un long rapport rédigé par Mgr Petit à la demande du cardinal Gasparri, était prêt en décembre 1921, et comportait 34 articles37. Le projet hellène, ou plutôt le contreprojet, arriva sur le bureau du secrétaire d’État en mai 1922 : il était un peu plus court, ne comprenant que 29 articles. L’accord des deux projets, comme le reconnaissait le Saint-Siège, était très large en ce qui concernait la liberté et l’exercice du culte catholique, la possibilité d’ériger de nouvelles circonscriptions ecclésiastiques, la personnalité juridique de l’Église, certains privilèges du clergé (comme l’exemption du service militaire), les subventions à la charge du budget de l’État, la parité des établissements catholiques avec les autres établissements scolaires privés. Il existait des points, toutefois, pour lesquels, comme il arrive dans toutes les négociations bilatérales, surtout de cette nature, les parties contractantes cherchaient chacune à avoir l’avantage. Il s’agissait notamment de la question du choix des évêques qu’Athènes voulait tous de nationalité grecque, tandis que Rome se réservait le droit de choisir les ordinaires des diocèses catholiques hellènes aussi parmi les membres du clergé étranger ; du serment de fidélité au roi et à la constitution ; et, surtout, de la question des mariages mixtes. Sur ce dernier point, que le Saint-Siège considérait comme essentiel, les positions différaient sensiblement, car le projet romain (art. 25) demandait l’indissolubilité de tous les mariages contractés par les catholiques, la validité des mariages mixtes célébrés dans le rite romain, la compétence exclusive ecclésiastique dans les causes matrimoniales et la reconnaissance des effets civils de leurs sentences. Du côté grec, au contraire, on se bornait à reconnaître « la validité des mariages mixtes contractés en présence d’un prêtre catholique dans les formes prévues par l’Église », en précisant : « toutes les fois que le futur est de confession catholique » (art. 24). Quant au problème du serment, la secrétairerie d’État jugeait que la formule proposée par la contrepartie grecque allait trop loin puisqu’elle exigeait des évêques catholiques non seulement de « garder fidélité à la patrie et à Sa Majesté le Roi », mais aussi l’« obéissance à la Constitution hellénique et [aux] lois du Pays », ce que Mgr Petit n’admettait pas ; cette constitution et ces lois renfermant à son avis, « bon nombre d’articles absolument attentatoires à la liberté de conscience en général et à la doctrine catholique38 ».

  • 39 Ibid.

12L’archevêque latin d’Athènes, dont le nom a été évoqué maintes fois, n’avait pas que des amis dans les milieux de la curie romaine, comme on le verra, mais sa position de délégué apostolique et sa réputation de savant donnaient à ses opinions un certain crédit. Et l’érudit religieux français, à qui le cardinal Gasparri avait envoyé le texte du projet grec, ne cacha pas sa déception à la lecture du document. « Sauf deux avantages »- écrivait-il à Rome dans une lettre du 2 juin 1922 - « dont nous pouvons nous passer, je veux dire les traitements des évêques et la dispense du service militaire pour les séminaristes, tout ce que l’on nous accorde est déjà en notre possession depuis longtemps, et l’on nous impose en échange de ces prétendues faveurs des servitudes que nous n’avons pas connues jusqu’ici39 ». Et de conclure - après avoir passé en revue les articles du projet hellène :

  • 40 Ibid. L’archevêque français des catholiques d’Athènes écrivait également dans sa longue lettre au S (...)

Ce concordat nous donne en somme bien peu de choses. [...] Je crains que le Gouvernement [grec] n’ait trop compté sur l’appui politique du Saint-Siège, et que le jour où il constatera l’impuissance de ce dernier à sauvegarder en faveur de la Grèce l’occupation d’Asie Mineure, il n’y ait ici des déceptions amères, dont la répercussion pourrait se faire sentir dans des rapports fraîchement inaugurés40.

  • 41 Croce Giuseppe 1987, p. 276-277, n. 63. Le ministre de France en Grèce, de Marcilly, auquel Mgr Pet (...)
  • 42 Voir en dernier lieu Hirschon Renée 1998.
  • 43 AMAE, Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 117r, Marcilly à Poincaré, Athènes 4 novembre 1922. L’échec d (...)

13Les réserves, émises par le prélat latin avec son mordant habituel, n’auraient peut-être pas suffi - comme le prétendait une partie de son clergé - à provoquer l’échec des relations gréco-vaticanes41 si, loin des salons cossus du palais pontifical, dans les hauts plateaux d’Anatolie, la débâcle de l’armée hellène face à la poussée du nationalisme turc n’avait pas provoqué la chute du roi Constantin et de son gouvernement et bientôt le tragique exode de centaines de milliers de Grecs d’Asie Mineure et de Thrace42. Dans le paysage très agité de la vie politique et sociale hellène après la « catastrophe micrasiatique », l’affaire du concordat à négocier avec le Saint-Siège n’était plus, on le comprend, le principal souci des dirigeants du pays, ni bien entendu, celui du Vatican, comme l’écrivait l’ambassadeur français de Marcilly dans une dépêche du 4 novembre 1922 à Poincaré43.

  • 44 Croce Giuseppe 1987, p. 303.
  • 45 Voir S.M.O. di Malta - Per i profughi dellAsia Minore. Relazione dellopera svolta dai cavalieri d (...)

14Les événements d’Asie Mineure ne laissèrent indifférentes, il faut le dire, ni la papauté, ni la hiérarchie catholique grecque. L’archevêque Petit, pour ne parler que de lui, mit sur pied, dès septembre 1922, un centre d’accueil pour les réfugiés d’Asie Mineure, subventionné par des philanthropes américains, par l’industriel Fix et par le pape Pie XI44. Plus tard, arrivèrent en Grèce d’autres secours en provenance de Rome et de l’Ordre des Chevaliers de Malte45.

15Mais le sort tragique de l’hellénisme dans les territoires de l’ancien Empire ottoman devait avoir des conséquences imprévues aussi sur le plan des relations de l’Église orthodoxe avec le catholicisme romain. Nous en examinerons rapidement quelques aspects avant de conclure.

Contacts interconfessionnels au lendemain du désastre de 1922

  • 46 Croce Giuseppe 1990, t. II, p. 181-184, 195 n., 244-245 n., 259-260 n., 262 n., 264 n. ; t. II, p.  (...)
  • 47 Croce Giuseppe 1990, t. II, p. 227-229 et n. 52 ; Varnalidis Sotirios 2004, p. 157-171.
  • 48 Il s’agissait surtout d’Assomptionnistes. Croce Giuseppe 1987, p. 263-264 ; Croce Giuseppe 1990, t. (...)
  • 49 Croce Giuseppe 1987 ; Korolevskij Cyrille 2007, t. II, p. 325, 563-571.
  • 50 Sur G. Calavassy (1881-1957), Korolevskij Cyrille 2007, t. V, p. 438 (index).
  • 51 Korolevskij Cyrille 2007, t. III, p. 391, 408-410, 474-475, 1067.

16Il faut rappeler que, grâce à l’initiative d’un prêtre latin de Syros, Yannis Marango (1827- 1885), il existait à Constantinople, à partir de 1856, une sorte d’institution monastique, composée d’anciens ecclésiastiques orthodoxes vivant ensemble et de quelques femmes pieuses. Des irrégularités d’ordre administratif et des abus commis par le fondateur avaient obligé Rome à intervenir, à supprimer la communauté féminine et à confier Marango à la garde de son cousin, l’archevêque latin d’Athènes46. Alimenté par le passage au catholicisme d’une partie des habitants de deux villages de la Thrace orientale qui continuaient de suivre le rite liturgique byzantin, ce dernier minuscule avatar de l’uniatisme avait été doté en 1911 d’un évêque, Isaïe Papadopoulos, exerçant ses fonctions sous le contrôle du délégué apostolique de Constantinople47, tandis que quelques religieux français adoptaient de leur côté le costume et le rite du clergé orthodoxe, dirigeant un séminaire et deux paroisses dans la capitale ottomane48. Après la nomination de Papadopoulos comme assesseur de la Congrégation pour l’Église orientale, fondée par le pape Benoît XV en 191749, l’exarchat uniate fut confié, le 15 juillet, à Georges Calavassy, d’origine latine, mais ancien élève du collège grec de Rome50. Suivant le sort de ses ouailles, le prélat uniate fixa sa résidence à Athènes en 1922 avec une partie de son clergé et une petite congrégation féminine, les sœurs de Pammakaristos, dirigée par la mère Madeleine Photiadis, dont le passage au catholicisme en 1899 avait suscité une grande émotion dans la bonne société athénienne51.

  • 52 Croce Giuseppe 1987, p. 315. Voir aussi Archives romaines de l’Assomption (désormais AAR), 2 DP 50, (...)
  • 53 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, Petit à Gasparri, Athènes 12 octobre 1921 : « Un (...)

17Malgré l’avis contraire de Mgr Louis Petit, qui n’avait aucune sympathie pour ce qu’il appelait « la bande à Calavassy52 », conseillant donc la discrétion à Rome au moment des négociations concordataires53, le Saint-Siège fondait de grands espoirs dans l’œuvre des catholiques de « rite » byzantin.

  • 54 AMAE, Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 90-91, Cambon à Briand, Rome 29 octobre 1921. D’après Cambon, (...)
  • 55 Dumont Pierre 1930, p. 8. Sur Chr. Papadopoulos (1868-1938), Korolevskij Cyrille 2007, t. III, p. 3 (...)
  • 56 Dumont Pierre 1930, p. 10, 26.
  • 57 Ibid., p. 10 n. 5.
  • 58 Ibid., p. 11-12.
  • 59 Ibid., p. 12-13 ; S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 13, fasc. 14, Petit à Gasparri, Athènes 27 m (...)
  • 60 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 13, fasc. 14, Petit à Gasparri, Athènes 27 mai 1925.
  • 61 Ibid., Note verbale de la Légation royale des Pays-Bas près le Saint-Siège, Rome 9 juin 1925.
  • 62 Voir sur lui, Korolevskij Cyrille 2007, t. II, p. 491-492.
  • 63 Dumont Pierre 1930, p. 22.
  • 64 Ibid., p. 24.
  • 65 Ibid., p. 24, 27.
  • 66 Voir ibid., en particulier p. 56-62, 72-101, 115-122, 128 sqq.
  • 67 Ibid., p. 154-155 ; Croce Giuseppe 1990, t. I, p. 321-324 n. 395.
  • 68 Korolevskij Cyrille 2007, t. IV, p. 1548-1549 ; S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 16, fasc. 15.
  • 69 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 23, fasc. 19.
  • 70 Ibid., pos. 26, fasc. 23, Note du délégué apostolique Carlo Margotti.
  • 71 Voir ibid., pos. 28, fasc. 25-28 ; pos. 32, fasc. 28 ; pos. 35, fasc. 29-30 ; pos. 39, fasc. 31-36, (...)

18Le Vatican, comme le résumait une dépêche d’Henri Cambon à Aristide Briand, avait « en effet la conviction que le rite latin, avec sa langue incompréhensible pour les populations [...] n’était pas susceptible de désagréger l’Église orthodoxe », conviction alimentée par les principaux intéressés dans leur correspondance avec les dicastères romains54. Arrivés dans la capitale grecque, Calavassy et son troupeau ne tardèrent pas à mettre en émoi la hiérarchie orthodoxe présidée par l’archevêque Chrysostomos Papadopoulos, élu par le Saint-Synode en mars 192355. « Dès le mois de septembre 1923, la revue Ekklisia, organe officiel de l’Église de Grèce, prévenait le public de l’arrivée des Unis » ; elle incitera par la suite les fidèles à se méfier des agissements de ces loups déguisés en agneaux : « provatòskimi lìki56 ». Simultanément redoublaient aussi les attaques contre les Latins, en particulier les congrégations enseignantes établies en Grèce et ses proselitistikà skándala57. En août 1924, le Saint-Synode adressait au ministère des Cultes une lettre de protestation pour attirer son attention sur les dangers que courait l’Église orthodoxe, non seulement du fait de la propagande latine, mais aussi de l’Ounìa, effort illégitime par lequel des prêtres latins de dogme, portant l’habit des prêtres orthodoxes, célébraient la liturgie à la manière des orthodoxes, en y commémorant le pape de Rome58. Le ton de la polémique montera d’un cran en avril 1925, après la publication d’une lettre de Mgr Calavassy en réponse à un manifeste de l’archevêque d’Athènes à son clergé, paru dans le journal Eléfteros Lògos. Considérée comme une provocation59 par la hiérarchie hellène, la lettre du prélat uniate souleva un tollé général dans la presse grecque, lequel finit par impressionner Calavassy, qui courut demander le secours de son homologue latin, Mgr Petit60, si bien que le Vatican dut chercher à faire intervenir la diplomatie belge et hollandaise pour faire pression sur le gouvernement d’Athènes61. Pression, en vérité, tout à fait inutile, face à celle qu’un auteur catholique, Pierre Dumont62, qualifie de « sage politique d’abstention du Gouvernement grec63 ». Cependant, après deux années de calme apparent, même si la presse ne se privait pas de temps en temps d’attirer l’attention de ses lecteurs sur les uniates, « ces voleurs d’âmes et de consciences64 », et sur les apparitions publiques de leur chef Calavassy65, la polémique reprit de plus belle en 1927. Depuis cette date, en effet, Calavassy et Papadopoulos étaient entrés en commerce épistolaire, déployant toutes les ressources de leur arsenal théologique et historique respectif, en débattant de primauté romaine et d’infaillibilité, évoquant les questions de l’obédience canonique des anciennes colonies grecques d’Italie du Sud, croisant le fer à propos de schismes, de croisades, de concile, de liturgie et de prosélytisme. Rendue publique, d’un commun accord, à partir du 1er mai 1928, cette correspondance devait montrer à quel point les deux hommes d’Église étaient incapables l’un comme l’autre de sortir des ornières d’une controverse stérile, sans véritable envergure scientifique et liée à un vocabulaire apologétique plein de confusions et d’ambiguïtés66. Ce bras de fer prit fin en 1928, laissant chacun des deux prélats dans la conviction d’avoir raison, le gouvernement grec ayant préféré, comme on l’a dit, rester neutre dans cette querelle qu’il n’aurait pas pu arbitrer67. Mais le paysage confessionnel de la Grèce de l’entre-deux-guerres ne manquera pas de ressentir les conséquences de cette polémique enflammée, qui allait renforcer la méfiance réciproque entre catholiques et orthodoxes, au niveau des fidèles et des hiérarchies. Et ce climat ne pouvait manquer non seulement de multiplier les petits incidents dans les relations de la Grèce avec le Saint-Siège, comme lors de la nomination d’un évêque à Salonique68 ou de l’envoi manqué d’un représentant pontifical aux fêtes pour le centenaire de l’indépendance69 ou encore de l’absence du délégué apostolique aux obsèques de la reine Sophie70, mais aussi de miner toute tentative de mener à bonne fin de nouvelles négociations concordataires reprises en 1930 et juste avant la seconde guerre mondiale71.

Conclusion

  • 72 Voir aussi Embiricos Alexandre 1975, p. 281-282.

19La guerre de religion, prophétisée par l’allemand Bartholdy dans son Voyage en Grèce fait dans les années 1803 et 1804 (Paris, 1807), pour le jour de la libération du pays, n’aura pas lieu72. La nation hellène, en dépit de ses vicissitudes politiques au xxe s., devait se montrer bien plus respectueuse de la liberté de conscience - et ce n’est pas le moindre paradoxe de l’histoire religieuse contemporaine - que l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie, les deux grands pays concordataires qui devaient plus tard l’entraîner, contre toute justice, dans le gouffre de la seconde guerre mondiale.

Bibliographie

Archives & sources primaires

Archives de la Congrégation orientale, Cité du Vatican

Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Paris

Archives romaines de l’Assomption (AAR), Rome

Segreteria di Stato, Sezione rapporti con gli stati (S.RR. SS), Affari Ecclesiastici Straordinari (AA. EE. SS.), Cité du Vatican

Bibliographie

Alexandris Alexis 1983

Alexandris Alexis, The Greek Minority of Istanbul and Greek-Turkish Relations, 1918-1974, Athènes, Centre for Asia Minor Studies, 1983.

Assimakis Ioannis 2007

Assimakis Ioannis, Η πορεία των σχέσεων Ελλάδας Αγίας Έδρας 1820-1980 (La trajectoire des relations Grèce - Saint-Siège 1820-1980), Thessalonique, Vicariat apostolique de Thessalonique, 2007.

Contogeorgis Georges 1992

Contogeorgis Georges, Histoire de la Grèce, Paris, Hatier, 1992.

Croce Giuseppe 1987

Croce Giuseppe, « Alle origini della Congregazione Orientale e del Pontificio Istituto Orientale. Il contributo di Mons. Louis Petit », Orientalia Christiana Periodica LIII, 2 (1987), p. 257-316.

Croce Giuseppe 1990

Croce Giuseppe, La Badia greca di Grottaferrata e la rivista « Roma e lOriente ». Cattolicesimo e ortodossia fra unionismo ed ecumenismo (1799-1923), t. I-II, Cité du Vatican, Archivio Segreto Vaticano, Storia e attualità XII, 2 (1990).

Croce Giuseppe 2002

Croce Giuseppe, « Monsignor Louis Petit, arcivescovo latino di Atene e Delegato apostolico in Grecia (1912- 1926) », dans Holzer Bernard 2002, p. 33-45.

Croce Giuseppe 2004

Croce Giuseppe, « Monde hellène et chrétienté romaine. L’union introuvable (1878-1903) », Ricerche di storia sociale e religiosa XXXIII, 66 (2004), p. 29-61.

Deville Gabriel 1919

Deville Gabriel, LEntente, la Grèce et la Bulgarie. Notes dhistoire et souvenirs, Paris, 1919.

Dumont Pierre 1930

Dumont Pierre (hiéromoine), Lunion de lOrient avec Rome. Une controverse récente. Correspondance échangée entre S.B. Monseigneur Chrysostome Papadopoulos, Archevêque Orthodoxe dAthènes et de toute la Grèce, et Monseigneur Georges Calavassy, Évêque catholique des Grecs de rite byzantin à Constantinople et en Grèce. Introduction et traduction, Rome, Pontificio Instituto Orientale, Orientalia Christiana XVIII 1 (1930).

Embiricos Alexandre 1975

Embiricos Alexandre, Vie et institutions du peuple grec sous la domination ottomane, Paris, La Pensée universelle, 1975. Grente George 1922

Grente George, Une mission dans le Levant, Paris, Beauchesne, 1922.

Hirschon Renée 1998

Hirschon Renée, Heirs of the Greek Catastrophe : The Social Life of Asia Minor Refugees in Piraeus, New York, Berghahn Books, 1998.

Hoffmann Giorgio 1948

Hoffmann Giorgio, « Papa Gregorio XVI e la Grecia », dans Gregorio XVI. Miscellanea commemorativa, t. II, Miscellanea Historiae Pontificiae XIV (1948), p. 135-157.

Holzer Bernard 2002

Holzer Bernard (éd.), Mgr Petit, Assomptionniste, fondateur des « Échos dOrient », archevêque latin dAthènes (1868- 1927). Actes du colloque, Rome, 15-17 décembre 1997, Rome, PIO, Orientalia Christiana Analecta 266 (2002).

Kitsikis Dimitri 1963

Kitsikis Dimitri, Propagande et pressions en politique internationale. La Grèce et ses revendications à la Conférence de la Paix (1919-1920), Publications de la Faculté de lettres et sciences humaines de Paris. Série « Recherches », XI - Travaux de lInstitut dhistoire des relations internationales 3 Paris, PUF, 1963.

Korolevskij Cyrille 2007

Korolevskij Cyrille, Kniga Bytija moego (Le livre de ma vie). Mémoires autobiographiques, (1908-1919), Croce Giuseppe (éd.), Cité du Vatican, Archives secrètes vaticanes, Collectanea Archivi Vaticani 45 (2007).

Lascaris Théodore 1922

Lascaris Théodore, « L’Église catholique en Grèce. Essai d’histoire et de droit public », Revue historique CXL (1922).

Petsalis-Diomidis Nicholas 1978

Petsalis-Diomidis Nicholas, Greece at the Paris Peace Conference 1919, Thessalonique, Institute for Balkan Studies, 1978.

Solomonidis Victoria 1983

Solomonidis Victoria, « Greece in Asia Minor, 1919-1922 : A Bibliography », Modern Greek Society. A Social Science Newsletter 1 (1983), p. 23-55.

Stiernon Daniel 2000

Stiernon Daniel, « Assunzionisti », dans Farrugia Edward (éd.), Dizionario enciclopedico dellOriente cristiano, Rome, Pontificio Istituto Orientale, 2000, p. 85-87.

Svoronos Nicolas 1964

Svoronos Nicolas, Histoire de la Grèce moderne, Paris, PUF, 1964.

Varnalidis Sotirios 2004

Varnalidis Sotirios, « L’ecclésiologie de l’uniatisme dans la création des exarchats de Constantinople et d’Athènes », dans Les enjeux de luniatisme. Catholiques et orthodoxes. Dans le sillage de Balamand, Comité mixte catholique-orthodoxe en France (éd.), Paris, éd. du Cerf, 2004, p. 157-171.

Woodhouse Christopher M. 1992

Woodhouse Christopher M., Modern Greece. A Short History, Londres, Faber & Faber, 1991.

Journaux & périodiques

Échos dOrient

Modern Greek Society. A Social Science Newsletter

Notes

1 Croce Giuseppe 2004, p. 46-47.

2 Ibid., p. 47-48, 50-51.

3 Ibid., p. 47.

4 Ibid., p. 48.

5 Sur Louis Petit (1868-1927), voir HolzerBernard 2002. Sur les relations du prélat français avec le clergé catholique local, voir CroceGiuseppe 2002, p. 35-37, 40 ; Croce Giuseppe 1987, p. 257-316, dans lequel nous nous sommes servi des riches archives romaines des Augustins de l’Assomption, celles de la Congrégation de Propaganda Fide (jusqu’en 1922), et de quelques séries des Archives diplomatiques du ministère français des Affaires étrangères. Nous n’avions pas eu accès, en revanche, aux archives de la Congrégation pour les Églises orientales, en particulier la série Latini (1923-1937) provenant de la Propagande, ni aux fonds de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (série Grecia, 1922-1940) dont nous utilisons plus loin quelques documents.

6 Voir à ce sujet une note de Louis Canet au président du Conseil Georges Leygues, dans laquelle le célèbre conseiller écrivait : « Les intérêts du Saint-Siège sont actuellement défendus en Grèce par Mgr Petit, archevêque d’Athènes et délégué apostolique. Il serait fâcheux que ce prélat français, dont nous n’avons qu’à nous louer, dût abandonner ses pouvoirs à un prélat italien, qui, envoyé par le Saint-Siège, et officiellement agréé par le Quirinal, serait sans doute moins enclin à défendre les intérêts français et la politique de M. Vénizélos, qu’à opposer l’influence italienne à l’influence française, à soutenir la cause bulgare dans les territoires nouvellement annexés, et à favoriser les menées du parti constantinien ». Voir Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris (désormais AMAE) Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 49r, Paris 16 juillet 1920. Un autre représentant de la diplomatie française, l’ancien ministre à Athènes, Gabriel Deville, s’était toutefois montré moins optimiste sur le compte de Mgr Petit, affirmant qu’avec lui « sans bénéfice aucun pour nous, on avait vu, dans l’ordre dit spirituel, les tendances combatives succéder au calme d’une tolérance réciproque. L’étendard papal fut arboré à plusieurs reprises »- poursuit Deville - « J’essayai de modérer les manifestations d’une initiative mal vue par les Grecs. J’obtins une promesse qui fut du reste impunément oubliée, le ministère ayant maintenu, contrairement à mon avis, l’allocation gracieuse attribuée à l’archevêque », Deville Gabriel 1919.

7 Croce Giuseppe 2004, p. 54.

8 Sur les rapports diplomatiques entre le nouvel État grec et le Saint-Siège on pourra consulter désormais en grec : Assimakis Ioannis, Η πορεία των σχέσεων Ελλάδας Αγίας Έδρας 1820-1980 (La trajectoire des relations Grèce - Saint-Siège 1820-1980), Thessalonique, Vicariat apostolique de Thessalonique, 2007.

9 Lascaris Théodore 1922, p. 6 (de l’extrait).

10 Croce Giuseppe 2004, p. 35.

11 AMAE, Papiers dagents, de Billy, 57, f. 51r, Petit à de Billy, Athènes 24 février 1913 (?) : « […] J’ai le regret de vous informer que le sacrifice est consommé : on vient de m’apporter le diplôme et les insignes de Commandeur de l’ordre du Sauveur. Vous savez dans quelles circonstances la chose s’est faite, et l’impossibilité absolue, à cause de Rome, de refuser. Je vous prie donc de vouloir bien expliquer mon cas à Paris, afin que l’on ne se méprenne pas sur mes sentiments. Il est des cas, malheureusement trop nombreux, où il est bien dur d’être archevêque hors de son pays ».

12 C’est nous qui soulignons.

13 Cité du Vatican, Segreteria di Stato, Sezione rapporti con gli stati (désormais S.RR. SS.), Affari Ecclesiastici Straordinari (désormais AA. EE. SS.), Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, Petit à Gasparri, Athènes 12 octobre 1921.

14 Croce Giuseppe 2004, p. 33.

15 Ibid., p. 33-34.

16 Hoffmann Giorgio 1948, p. 145-148.

17 Croce Giuseppe 2004, p. 38-40.

18 Croce Giuseppe 2004, p. 43-44.

19 Croce Giuseppe 1987, p. 274, n. 57.

20 Voir Kitsikis Dimitri 1963 ; Petsalis-Diomidis Nicholas 1978.

21 AMAE, Levant 1918-1940, Turquie, 134, f. 8-9, télégramme secret de C. Barrère au Quai d’Orsay, Rome 21 juin 1919 : « Le chargé d’affaires de Grèce est venu lire à un de mes collaborateurs la réponse de M. Politis au télégramme qui lui avait été adressé au sujet de la question de l’archevêché de Smyrne. Dans cette réponse M. Politis invite M. Simopoulos à ne faire aucune démarche auprès du Vatican, et ajoute à peu près ceci : “Nous ferons demander au Saint-Siège par nos amis catholiques de Paris qui s’occupent de la question d’un concordat entre lui et nous, de surseoir à la nomination [de l’] archevêque à Smyrne jusqu’à ce que les négociations du concordat soient abouties. Alors nous traiterons avec le Saint-Siège de l’évêché de Smyrne en nous inspirant des considérations que vous nous avez développées. […]” Mon collaborateur a fait observer à M. Simopoulos que si M. Politis comptait sur l’influence de personnalités catholiques privées auprès du Saint-Siège pour mener à bien rapidement des négociations préliminaires à un concordat, il risquait d’avoir des déconvenues, les particuliers étant fort peu écoutés au Vatican ». À noter que - d’après une dépêche de V. d’Ormesson au Quai du 20 octobre 1920 - la personnalité catholique française que Politis avait priée de servir de « trait d’union entre le Pape et la Grèce » en vue de la nomination d’un prélat français à Smyrne, et peut-être aussi pour entamer la question du concordat, paraît avoir été Denys Cochin. Voir ibid., f. 72r.

22 Voir Grente George 1922, p. 261-262.

23 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, Petit à Gasparri, Athènes 28 février 1920. « M. Politis - ajoutait le prélat assomptionniste - dans le désir d’abréger les conversations préliminaires, m’a demandé une copie des Concordats existants, du Concordat serbe en particulier. N’ayant pas sous la main une copie officielle de ce Concordat, je lui ai remis le texte publié par le journal l’Italie le 25 juin 1914, me réservant, le cas échéant, d’en vérifier l’authenticité dès que je serais à même de le faire. Les choses en sont restées là pour le moment, car j’ai déclaré à M. Politis que je ne pouvais faire davantage avant d’avoir prévenu le St-Siège et demandé ses instructions. Je lui ai d’ailleurs déclaré que la conversation officielle ne pouvait avoir lieu qu’à Rome. Je le sais, m’a-t-il répondu tout aussitôt, mais cela n’empêche pas de préparer cette conversation par des études préalables et quelques échanges de vues propres à mettre au clair certains points obscurs pour moi. [...] J’ose espérer que ces nouvelles, sans nous promettre une ère nouvelle, réjouiront le cœur du Saint-Père et répondront à Ses augustes désirs, et je m’estimerais personnellement heureux de pouvoir apporter mon modeste concours à un événement gros de conséquences ». Sur les ouvertures du ministre Politis, voir aussi AMAE, Levant 1918-1940, Turquie, 118, f. 85, de Billy à Millerand, Athènes 22 février 1920 ; ibid., Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 40-43, id. à id., Athènes 23 février 1920. L’intérêt de cette dernière pièce nous incite à en donner un large extrait : « J’ai rendu compte à V. E. [...] de l’initiative prise par M. Politis au déjeuner que j’offrais à la Mission (Dubois). Au nom du gouvernement hellénique il s’est exprimé dans les termes les plus aimables à l’égard de l’Église catholique et a témoigné officiellement le désir de voir les relations du royaume de Grèce avec le Saint-Siège définies par un Concordat. Le cardinal au moment de son départ a souhaité que les propositions faites pour être transmises au Vatican fussent formulées par écrit et M. Politis a promis d’adresser une lettre au cardinal rappelant les termes de son toast et qui sera déposée à Rome au Séminaire français. [...] Les raisons qui ont déterminé M. Vénizélos à prendre une attitude qui surprendra une partie du clergé orthodoxe sont multiples. Tout d’abord la Serbie ayant signé un concordat en 1913 et la Roumanie s’apprêtant, paraît-il, à faire de même, il serait impolitique de s’attarder dans de vieilles querelles et la Grèce ne veut laisser à aucune autre puissance balkanique le droit de dire qu’elle a des préjugés. Au moment où elle s’apprête à occuper et administrer de nouveaux territoires, la Grèce tient à donner l’impression d’un État moderne. Peut-être ne tardera-t-on pas à y voir s’introduire le calendrier grégorien et le mariage civil. Il faut ajouter que la situation des catholiques en Grèce était garantie par les Puissances Protectrices au moment même de la fondation du Royaume. Si les privilèges des Puissances Protectrices passent à la Société des Nations, il est naturel que le Gouvernement hellénique s’efforce d’obtenir du Saint-Siège un accord qui puisse lui donner une certaine ingérence dans la nomination des évêques. M. Politis m’a dit qu’il y avait grand intérêt à ce que le candidat du Vatican fût agréé par la Grèce et il m’a fait comprendre que de cette manière il espérait éviter certains froissements. C’est qu’en effet l’archevêché d’Athènes fondé par Léon XIII (sic) à la suite de la promesse que lui avait faite le roi Georges, n’a pas été reconnu par le gouvernement hellénique. La lettre papale notifiant la nomination n’a jamais reçu de réponse, et comme le titulaire actuel de l’archevêché ne ménage pas les vérités et que sa science historique et théologique est tout à fait supérieure, il serait sans doute agréable au Gouvernement hellénique de profiter de la négociation du Concordat pour éliminer une personnalité antipathique au Métropolite (Metaxakis). Enfin le Gouvernement hellénique connaît l’œuvre scolaire de nos congrégations en Orient. Il sait que nous ne demandons qu’à attirer vers notre culture les enfants de toute nationalité, mais que notre propagande de clarté persuasive répugne aux méthodes qu’emploient les congrégations de nations à tendances impérialistes. Au moment où la Grèce espère prendre pied en Asie Mineure, il semble qu’elle ait un intérêt de premier ordre à s’attirer les sympathies de nos éducateurs. À côté d’eux l’État hellénique n’a pas à craindre d’intrigues pourvu qu’il leur assure la liberté et il paraît probable que M. Politis voit dans un Concordat une garantie contre les menées des religieux italiens ».

24 AMAE, Levant 1918-1940, Turquie, 118, de Billy à Millerand, Athènes 22 février 1920.

25 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, minute.

26 Ibid. Et de conclure : « C’est pourquoi je prie Votre Éminence de porter à la connaissance du Gouvernement royal que le Saint-Siège est tout à fait disposé à traiter avec les Plénipotentiaires que le même Gouvernement voudra désigner et qu’il attend en conséquence les communications ultérieures relatives à ce sujet ». Deux jours plus tard, le 22 mars, le cardinal Dubois informait l’ambassadeur de Billy qu’il avait envoyé à Politis la « réponse favorable du Saint-Siège aux ouvertures du gouvernement hellénique ». Voir AMAE, Papiers dagents, R. de Billy, 56. Dans la même lettre, l’archevêque de Paris priait l’ambassadeur de rassurer le métropolite d’Athènes, Mélétios Metaxakis, le futur patriarche de Constantinople, très lié à Vénizélos, au sujet d’une lettre que le prélat orthodoxe avait écrite à de Billy, lui rapportant sa conversation avec Dubois. De toute évidence Mgr Mélétios secondait le projet « concordataire » de Vénizelos.

27 Croce Giuseppe 1990, p. 268-282 ; Korolevskij Cyrille 2007, p. 571-572.

28 Svoronos Nicolas 1964, p. 95.

29 Woodhouse Christopher M. 1992 ; Contogeorgis Georges 1992.

30 Lascaris Théodore 1922, p. 41.

31 Croce Giuseppe 1987, p. 276 n. 63, 281 n. 74.

32 Voir AMAE, Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 48, note de Canet, 7 juillet 1920.

33 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, Petit à Gasparri, Athènes 17 septembre 1921. Ce choix avait été inspiré par Petit lui-même : « M. le Ministre ayant bien voulu me demander mon avis sur le choix du plénipotentiaire à envoyer auprès de Sa Sainteté, j’ai indiqué M. Scassis, ancien ambassadeur de Grèce à Madrid, le seul diplomate de carrière qui soit catholique. […] Bien que M. Scassis ait été mis de côté par le Gouvernement actuel, M. Baltazzi m’a assuré qu’il allait lui télégraphier de venir pour recevoir ses instructions, et il m’a demandé d’en aviser immédiatement Votre Éminence ».

34 Ibid. : […] « Si le Gouvernement actuel désire arriver rapidement à une entente avec Sa Sainteté, c’est que ses affaires, surtout extérieures, vont mal. Un bon Concordat lui assurerait, pense-t-il, les sympathies des catholiques du monde entier. Il n’y eut point hier d’allusion à la situation, mais la pensée secrète du Gouvernement actuel ne saurait faire de doute. Dans une autre circonstance, M. Baltazzi, m’ayant demandé à brûle-pourpoint pourquoi les communautés catholiques de Turquie faisaient à l’occupation grecque une guerre acharnée, je lui répondis avec la même franchise que c’était la faute du Gouvernement grec, et je lui en fournis de nombreuses preuves depuis l’occupation de la Macédoine en 1912. Loin de se fâcher de ma liberté de langage, il me dit alors qu’il arrangerait tout cela directement avec le Saint-Père. Je l’y encourageais beaucoup, et la conversation d’hier montre qu’il n’a pas oublié sa promesse ». Voir aussi AMAE, Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 89r-v, de Billy à Briand, Athènes 19 septembre 1921 : [Baltazzi] « a témoigné des plus amicales dispositions pour reprendre l’affaire du Concordat interrompue depuis le départ de M. Vénizélos. Il enverrait à Rome comme négociateur M. Scassis, ancien ministre à Madrid […]. Il a même semblé à l’archevêque latin que Baltazzi serait heureux si le Pape voulait bien faire quelque déclaration en faveur de la paix gréco-turque. D’après ce que m’a dit Monseigneur Petit la conversation a été rapportée par lui au Vatican, mais je doute qu’il ait donné un avis favorable. L’immixtion du Souverain Pontife dans une affaire entre musulmans et orthodoxes risquerait de soulever des commentaires peu favorables à la Papauté, dont les initiatives sont regardées par les schismatiques avec un esprit prévenu ».

35 ASV, Segr. Stato, rubr. 278 (1921), f. 7r-8v, Constantin Ier à Benoît XV, Athènes 23 octobre 1921, orig. autogr. Et de conclure : « La Nation grecque a ressenti pour sa part aussi en maintes occasions les effets de cette bonté évangélique et j’ai à cœur d’assurer Votre Sainteté que je lui en garde une profonde reconnaissance. Je n’oublierai jamais la bienveillante sympathie que Votre Sainteté a voulu me témoigner ainsi qu’aux membres de ma famille royale et dont je garderai un précieux souvenir de reconnaissance ». Le pape répondit le 12 novembre : « Nous sommes particulièrement sensibles aux sentiments que Votre Majesté, au nom aussi de la Famille Royale, nous a exprimés, et il Nous a été très agréable d’apprendre que Votre Majesté et Son Gouvernement désirent régler d’un commun accord avec le Saint-Siège les affaires religieuses des catholiques de Votre Pays, et d’établir avec Nous des relations constantes et officielles. Nous aussi Nous désirons entretenir ces rapports avec Votre Majesté et Son Gouvernement, car Nous avons la confiance qu’ils contribueront au bien commun et principalement à l’avantage des catholiques » (ibid., f. 9r-v, minute dactyl.). Voir aussi ibid., f. 5-6, Scassis à Gasparri, Rome 28 octobre 1921.

36 Solomonidis Victoria 1983, p. 23-55.

37 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, Gasparri à Petit, Rome 29 septembre 1921 ; Petit à Gasparri, Athènes 15 octobre 1921. Le projet du Vatican, rédigé par un « consultore della S.C. degli Affari EE. SS », avait aussi tenu compte des opinions et des remarques de l’archevêque latin de Corfou, Mgr Brindisi, du Secrétaire de la Congrégation De Propaganda Fide, Fumasoni Biondi, et de son collègue de la Congrégation orientale, Marini (voir ibid.). Le 20 décembre 1921 Gasparri en adressa le texte à Scassis (ibid.), qui en accusa réception le 23.

38 Ibid., Petit à Gasparri, Athènes 2 juin 1921.

39 Ibid.

40 Ibid. L’archevêque français des catholiques d’Athènes écrivait également dans sa longue lettre au Secrétaire d’État : « En Grèce, comme ailleurs, on veut nationaliser le catholicisme, comme on a nationalisé depuis longtemps l’Église officielle. Sans doute, par la signature d’un Concordat, un contact plus étroit deviendrait possible entre la Grèce et le Saint-Siège, mais au bénéfice de qui ? Je crains que ce ne soit pas en faveur du Saint-Siège, ou du moins de l’esprit catholique en ce pays ».

41 Croce Giuseppe 1987, p. 276-277, n. 63. Le ministre de France en Grèce, de Marcilly, auquel Mgr Petit avait donné connaissance du contenu du Concordat proposé par Athènes, écrivait ainsi à Raymond Poincaré, après un long résumé du projet grec : « [Petit], comme on le sait à Rome, est énergiquement contraire à ces conceptions, aussi bien par tempérament d’Assomptionniste que par la conviction raisonnée d’un homme d’étude, ayant longuement pratiqué l’Orient et devenu sévère pour toutes les prétentions de l’hellénisme. Il juge que l’Église aurait tout profit à se présenter au monde grec et musulman sous son aspect le plus européen, c’est-à-dire français, alors que l’élément italien ne lui apporte ni prestige, ni sympathie. Il estime que le catholicisme vaut dans ce pays en se différenciant de l’Orthodoxie grecque, que la transformation d’une Église latine en Église grecque unie marquerait une déchéance, qu’elle heurterait d’ailleurs le sentiment général du clergé et de ses fidèles. […] Du point de vue de nos intérêts, nous n’aurions pas lieu de souhaiter la conclusion d’un accord qui aurait pour résultat de soumettre à un contrôle malveillant les institutions scolaires catholiques fort utiles à la propagation de notre langue, de nos idées et de notre influence. […] Enfin, le départ de Mgr Petit qui résulterait nécessairement du nouveau régime, serait fort regrettable ». Voir AMAE, Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 112-116, Athènes 9 juin 1922.

42 Voir en dernier lieu Hirschon Renée 1998.

43 AMAE, Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 117r, Marcilly à Poincaré, Athènes 4 novembre 1922. L’échec des négociations gréco-vaticanes n’était pas sans déplaire à la Turquie qui suivait, d’après la note d’un informateur de la diplomatie française, la mission Scassis avec inquiétude : « Mouktine Osman, Secrétaire de Haroun (et qui remplace ce dernier pendant son séjour à Paris) a dit à l’informateur que Djami Bey venait d’adresser à Haroun une lettre le mettant au courant des démarches et intrigues de M. Scassis, ex-ministre de Grèce à Madrid, délégué auprès du Vatican, en vue d’une entente entre ce dernier et la Grèce. Scassis chercherait à brouiller les relations entre Angora et le Vatican. Les Grecs, ayant appris que la fondation du patriarcat orthodoxe turc en Asie Mineure était considérée favorablement par le pape, cherchent actuellement un terrain d’entente avec lui sur d’autres bases. Scassis aurait proposé d’établir d’abord des relations officielles entre la Grèce et le Vatican, laissant espérer dans les milieux catholiques romains qu’on pourrait par la suite chercher un moyen de réunir l’Église (sic) d’Orient à l’Église (sic) romaine, et que le gouvernement grec ferait tout son possible pour parvenir à ce but. Djami Bey ne croit pas que les négociations de Mr Scassis puissent porter atteinte aux relations d’Angora avec le Vatican, d’autant plus que la Grande Assemblée nationale d’Angora ne tardera pas à instituer le patriarcat turc orthodoxe d’Anatolie » (ibid., Levant 1918-1940, Turquie, 109, Renseignement secret a/s des relations entre le Vatican et lAssemblée dAngora, 9 janvier 1922). Sur le projet d’un patriarcat turc, Alexandris Alexis 1983, p. 151-159, 168-170, 173, 187, 188, 201-202, 205-206, 242-243, 250, 271, 302-304 ; Échos dOrient XXI (1922), p. 110-111 ; XXII (1923), p. 497-505.

44 Croce Giuseppe 1987, p. 303.

45 Voir S.M.O. di Malta - Per i profughi dellAsia Minore. Relazione dellopera svolta dai cavalieri di Malta in favore della popolazioni profughe dellAsia Minore, s.n.t. (en faveur des Arméniens surtout).

46 Croce Giuseppe 1990, t. II, p. 181-184, 195 n., 244-245 n., 259-260 n., 262 n., 264 n. ; t. II, p. 112 n., 227-228, 507 n.

47 Croce Giuseppe 1990, t. II, p. 227-229 et n. 52 ; Varnalidis Sotirios 2004, p. 157-171.

48 Il s’agissait surtout d’Assomptionnistes. Croce Giuseppe 1987, p. 263-264 ; Croce Giuseppe 1990, t. I, p. 137-138 ; t. II, p. 101-102 n. 71 ; Stiernon Daniel 2000, p. 85-87.

49 Croce Giuseppe 1987 ; Korolevskij Cyrille 2007, t. II, p. 325, 563-571.

50 Sur G. Calavassy (1881-1957), Korolevskij Cyrille 2007, t. V, p. 438 (index).

51 Korolevskij Cyrille 2007, t. III, p. 391, 408-410, 474-475, 1067.

52 Croce Giuseppe 1987, p. 315. Voir aussi Archives romaines de l’Assomption (désormais AAR), 2 DP 50, Petit à Quenard (?), Athènes 2 juillet 1925 ; 2 DP 24, id. à Ernest Baudouy, Athènes 3 mars 1923 ; 2 DP 23, id. à id., Athènes 6 janvier 1923. L’antipathie de l’érudit assomptionniste français envers les « chevelus » de l’exarchat uniate était ancienne. En novembre 1919, Petit s’exprimait ainsi dans une lettre au père Baudouy : « J’ai vu ici plusieurs byzantins en calimafka, de ceux qui croient que l’union aura fait un grand pas quand on aura dépouillé les Assomptionnistes de leurs œuvres grecques. Je leur en ai servi de bonnes, affaire de fortifier en cour de Rome ma réputation de caractère commode déjà solidement établie. Que voulez-vous, je ne puis subir les tartufferies, et je ne puis me faire à l’idée de voir les affaires les plus délicates entre les mains de gens qui n’ont même pas le droit de porter le nom qu’ils portent, puisqu’ils sont nés de père inconnu devant la loi et devant l’Église » (ibid., 2 DO 163, lettre du 2 novembre).

53 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 1, fasc. 1-2, Petit à Gasparri, Athènes 12 octobre 1921 : « Une question à laquelle j’ai évité de toucher, est celle qui concerne les néo-convertis de Grèce, et en général les œuvres de rite grec uni. J’ai tenté loyalement un essai de ce genre en 1914 et 1915. Il a fallu y renoncer, d’une part, devant le déchaînement des passions dans la presse quotidienne, et, d’autre part, devant l’inutilité pratique, au moins pour Athènes, de ces sortes d’œuvres. Sur une soixantaine de néo-convertis, il n’en est pas un seul qui ait voulu garder son rite, par suite de l’horreur instinctive qu’ils éprouvent pour tout ce qui leur rappelle le papas (sic) aux cheveux crasseux et la communion à la même cuillère. Telle était la répulsion dont je parle, que tel attaché de ministère, récemment converti dans ma chapelle, venait fidèlement servir la messe grecque dans cette même chapelle, mais n’y communiait jamais, et s’en allait ensuite assister à la messe latine pour satisfaire à ce qu’il croyait être une obligation. Je ne parle pas des campagnes, mais des villes, où cette impression est générale. Dans ces conditions, vaut-il la peine de poser la question dans une conférence officielle ? Je suis persuadé que l’on échouera, à moins d’accepter une modification dans le costume extérieur, par exemple dans la coiffure. C’est là la combinaison proposée, en 1915, par le ministère des Affaires étrangères pour mettre fin aux hurlements de la presse. Dans le cas où il plairait au Saint-Siège de poser cette question, je rappelle cet incident de 1915 qui peut servir d’exemple, et même de leçon. Par ailleurs, il ne serait pas inutile de parler du port du costume oriental à cause des communautés uniates de Gallipoli et de Malgara, placées actuellement sous la domination grecque, et hors d’atteinte pour le Saint-Synode et sa presse vénale. Sans insister sur la question de principe, en cas de difficulté insurmontable, on pourrait se borner à la question de fait, et obtenir une déclaration en faveur des communautés catholiques de rite oriental qui se trouvent dans les nouvelles provinces de Grèce. De cette façon on pose un fait, on crée un antécédent que l’on pourra invoquer en temps opportun, et l’on n’a pas à entrer dans une discussion irritante et capable, si elle venait à être ébruitée, de provoquer ici un soulèvement dans la presse, uniquement avide, non de défense religieuse, mais de scandales ». Il faut observer que le progetto di concordato du Vatican (voir supra, n. 37) n’en devait pas moins prévoir, dans l’article 7, un paragraphe sur le rito greco-cattolico, dont voici la teneur : « Non avendo i cattolici di questo rito un territorio separato con gerarchia ordinaria, la Santa Sede si riserva il diritto di costituire nuove diocesi di rito greco, e all’occorrenza di trasformare le esistenti Diocesi cattolico-latine in Diocesi greche ». Le contreprojet grec, inutile de le rappeler, ignorait complètement cette question.

54 AMAE, Europe 1918-1940, Grèce, 67, f. 90-91, Cambon à Briand, Rome 29 octobre 1921. D’après Cambon, qui avait rencontré le cardinal Gasparri et Mgr Borgongini Duca, l’« objet principal du futur concordat » aurait été même l’« institution en Grèce d’une Église catholique de rite grec ». Borgongini et Gasparri ne cachant pas, d’autre part, leur irritation pour l’attitude défavorable de Petit : « Il ne comprend rien, m’ont-ils dit. Il reste attaché à son idée latine qui ne mène à rien. Ce n’est pas dans ce sens que nous voulons travailler. [...] Mgr Borgongini ne m’a pas caché son espérance d’assister, sans attendre la désagrégation de l’Église grecque orthodoxe au profit de l’Église unie, à la conclusion d’un accord entre les deux cultes qui n’en formeront plus qu’un seul. Il n’y a pas de différence fondamentale, a-t-il dit. “Le mariage des prêtres est autorisé dans le rite catholique uni. [...] Au point de vue dogmatique, il n’y a guère que le Filioque, mais qu’est-ce cela ? Je me charge en une demi-heure de conversation avec n’importe quel docteur de l’Église grecque d’arriver à une entente théologique sur ce point”. Je n’ai pu m’empêcher de lui dire que s’il en était ainsi l’esprit de transaction avait fait des progrès depuis Byzance ! ». Sur l’attitude de Petit, voir aussi les Archives de la Congrégation orientale, rubr. 40 (1910-1926), n° 1521, Marini à Petit, Rome 25 février 1919 ; Petit à Marini, Athènes 10 mars 1919 ; ibid., Orientali. Dissidenti e ritorno allunità (olim rubr. 40, 1892-1923), 783/28, Marini à Petit, Rome 15 avril 1919 ; Petit à Marini, Athènes 25 avril 1919, au sujet d’un « projet d’accord avec les diverses Églises orientales, avec les Grecs en particulier ». Pour l’attitude opposée, représentée essentiellement par Mgr Calavassy et Mgr Papadopoulos, mais aussi par l’archimandrite de Grottaferrata, Arsenio Pellegrini, voir ibid., lettres de Papadopoulos du 19 mai 1919, de Pellegrini du 21 mai, et de Calavassy du 16 juin. Le 25 septembre 1922, en réponse à une lettre de la Congrégation orientale, Calavassy informait Rome qu’il était prêt à commencer son apostolat en Grèce, mais qu’il lui fallait disposer d’hommes et de moyens économiques. Il n’est pas sans intérêt de remarquer que le hiérarque uniate, lui-même d’origine latine, proposait, du moins comme solution provisoire, en attendant de transférer à Athènes son petit séminaire, d’avoir recours à « uno o due sacerdoti latini di Grecia, i quali fossero disposti a passare al rito greco ». Voir ibid., rubr. 40 (1910-1926). Voir aussi Croce Giuseppe 1987, p. 307 n. 150.

55 Dumont Pierre 1930, p. 8. Sur Chr. Papadopoulos (1868-1938), Korolevskij Cyrille 2007, t. III, p. 397-400.

56 Dumont Pierre 1930, p. 10, 26.

57 Ibid., p. 10 n. 5.

58 Ibid., p. 11-12.

59 Ibid., p. 12-13 ; S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 13, fasc. 14, Petit à Gasparri, Athènes 27 mai 1925 (lettre partiellement publiée dans Korolevskij Cyrille 2007, t. IV, p. 1454-1456 n. 3155).

60 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 13, fasc. 14, Petit à Gasparri, Athènes 27 mai 1925.

61 Ibid., Note verbale de la Légation royale des Pays-Bas près le Saint-Siège, Rome 9 juin 1925.

62 Voir sur lui, Korolevskij Cyrille 2007, t. II, p. 491-492.

63 Dumont Pierre 1930, p. 22.

64 Ibid., p. 24.

65 Ibid., p. 24, 27.

66 Voir ibid., en particulier p. 56-62, 72-101, 115-122, 128 sqq.

67 Ibid., p. 154-155 ; Croce Giuseppe 1990, t. I, p. 321-324 n. 395.

68 Korolevskij Cyrille 2007, t. IV, p. 1548-1549 ; S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 16, fasc. 15.

69 S.RR. SS., AA. EE. SS., Grecia, pos. 23, fasc. 19.

70 Ibid., pos. 26, fasc. 23, Note du délégué apostolique Carlo Margotti.

71 Voir ibid., pos. 28, fasc. 25-28 ; pos. 32, fasc. 28 ; pos. 35, fasc. 29-30 ; pos. 39, fasc. 31-36, où l’on trouvera une copieuse documentation sur cette nouvelle phase des relations de la Grèce et du Vatican que nous espérons utiliser dans un prochain travail.

72 Voir aussi Embiricos Alexandre 1975, p. 281-282.

Auteur

Archivio Segreto Vaticano.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search