Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

Églises et acteurs religieux entre visées impériales et réalités locales : centralisme et/ou accommodation

Un « Vatican anglicano-orthodoxe » à Constantinople ? Relations interconfessionnelles, rêves impériaux et enjeux de pouvoir en Méditerranée orientale à la fin de la Grande Guerre

AnAnglican-Orthodox Vaticanin Constantinople? Inter-Confessional Relations, Imperial Dreams and Power Games in the Eastern Mediterranean towards the End of the Great War

Anastassios Anastassiadis

Résumé

Ce chapitre s’intéresse aux divers acteurs qui influencent les discussions sur l’œcuménisme orthodoxe et anglican dans les deux premières décennies du xxe s. Durant cette période, les prélats grecs orthodoxes mettent en avant une unité des Églises orthodoxe et anglicane qui profiterait de la dissolution de l’Empire ottoman et de l’Empire russe pour transformer le patriarche orthodoxe de Constantinople en chef d’une confédération mondiale. Depuis la fin du xixe s., des discussions œcuméniques entre les Églises orthodoxe, anglicane et épiscopale ont pour objectif premier l’unité, objectif auquel s’oppose ardemment le Vatican. Alors que l’enthousiasme initial du président Wilson envers une Société des Églises similaire à une Société des Nations s’émousse, des diplomates français et italiens travaillent pour empêcher la croissance de l’influence hellénique en Méditerranée orientale. Finalement, les développements politiques en Grèce, les débats impériaux britanniques et la défaite des troupes grecques en Turquie en 1922 mettent un terme au rêve d’un œcuménisme entre l’anglicanisme et l’orthodoxie.

Texte intégral

Introduction

1Cette contribution trouve son origine dans un rêve, en aborde d’autres pour finalement se terminer en cauchemar, étant entendu que les rêves des uns peuvent souvent s’avérer les cauchemars des autres, mais aussi parce que plusieurs de ces rêves, pour ne pas dire tous, tournent finalement au cauchemar. Suivre les « auteurs » de ces rêves implique certes de s’engager dans un tour de la Méditerranée orientale d’Athènes à Jérusalem et Constantinople, mais nous transporte aussi à Rome, Paris, Londres, Washington, Tiflis et jusqu’en Inde. Le principal rêve et point de départ demeure la création d’une confédération anglicano-orthodoxe dont les caractéristiques symboliques seraient les suivantes :

  • Constantinople redeviendrait la Nouvelle Rome, capitale spirituelle d’une nouvelle œcumène chrétienne (orthodoxe-anglicane) qui s’étendrait cette fois sur le territoire de plusieurs imperii, de la Californie à la Sibérie en passant par l’Angleterre, la Méditerranée, les Balkans et le Proche-Orient ;

  • le Phanar, siège d’un patriarcat œcuménique retrouvant son lustre d’antan, deviendrait un contre-Vatican, primus inter pares, réunissant un synode aussi international que la curie romaine, mais au sein duquel la marque des Grecs serait aussi indélébile que celle des Italiens dans la Curia romaine ;

  • le dôme de Sainte-Sophie (et son évêque) rappellerait une fois de plus à celui de Saint-Pierre (et à son évêque) les limites de ses prétentions universelles. Un ancien antagonisme pour « l’âme » du cosmos se remettrait en marche.

2Ce rêve, qui mûrissait doucement depuis 1912, devient un projet réel et réaliste en 1917-1918 dans le tournant décisif que constitue une conjoncture particulièrement riche en événements majeurs (Grande Guerre et Révolution russe) et propice aux spéculations sur l’avenir. Il atteint ensuite son apogée en 1920-1921 pour se transformer en cauchemar au lendemain de la défaite grecque lors de la guerre gréco-turque de 1920-1922.

  • 1 Il convient bien entendu de nuancer cette vision « cynique » et utilitariste trop largement répandu (...)

3La pérégrination entreprise ici identifiera les acteurs, les institutions et les intérêts mobilisés autour de cette question ainsi que ses enjeux, avant d’examiner en quoi ce rêve est vite perçu comme dangereux par d’autres, car il s’oppose aux leurs. Il sera possible de démontrer que si pour les acteurs étatiques impliqués (diplomates et hommes politiques), il est question de mobilisation de la ressource religieuse pour atteindre des objectifs politiques1, la donne est plus complexe pour les acteurs religieux. Leur action est également animée par la conviction - amplement partagée au lendemain du choc de la Grande Guerre - que le monde traverse une grave crise morale et sociale à laquelle seules les Églises chrétiennes, grâce à leur savoir-faire séculaire, sont capables de répondre. Cependant, une condition indispensable paraît devoir être remplie. Les Églises chrétiennes doivent s’unir. Le christianisme doit retrouver l’unité idéalisée de l’Ecclesia de ses premiers temps. Penser pour autant qu’ils ont tous, y compris au sein d’une seule et même Église, une perception unique de ce que devrait être l’unité et des moyens à mettre en œuvre pour y parvenir témoignerait d’une méconnaissance du fonctionnement du champ religieux et de sa relation avec le champ politique.

  • 2 Bourdieu Pierre 1971a, p. 295-334 ; Bourdieu Pierre 1971b, p. 1-21.
  • 3 Bayly Christopher A. 2003, p. 325-365.

4En s’inspirant à la fois des remarques méthodologiques de Pierre Bourdieu2 sur le champ religieux et de C. Bayly sur les religions « impériales » qui se mettent en place au xixe s.3, cette étude aspire à démontrer l’intérêt d’une approche relationnelle et multilatérale, au détriment des approches traditionnelles, qu’elles soient essentialistes ou se cantonnent à l’analyse des contacts bilatéraux entre groupes perçus comme des blocs monolithiques (par exemple l’Église catholique face à l’Église orthodoxe). Il convient de suivre une multitude de secteurs religieux (orthodoxe, anglican, catholique), les agents de chaque champ ayant des relations intra- et inter-champs, mais aussi avec d’autres types de secteurs, notamment politique . Les agents essaient souvent d’avancer au sein de leur propre champ grâce à leurs contacts à l’extérieur de celui-ci. De la même manière, ils jouent de leur position pour s’attirer des soutiens extérieurs et avancer notamment au sein du champ politique. Il s’agit d’une toile d’interconnections où la simple action en un point entraîne immédiatement des conséquences, des réactions et des ajustements ailleurs, ce phénomène étant d’autant plus marquant et « globalisé » à l’époque des grands empires modernes du xixe et du début du xxe s.

Le rêve anglicano-orthodoxe : archéologie d’un projet

  • 4 Échos dOrient XIX, 118 (avril-juin 1920), p. 235.

5En 1920, le compte rendu d’un projet datant de l’année précédente sur le rôle futur du patriarcat œcuménique apparaît dans la célèbre revue assomptionniste Les Échos dOrient sous la plume de Victor Grégoire. Les Assomptionnistes étant de fins connaisseurs de l’orthodoxie et de la Méditerranée orientale, il convient de se pencher sur l’appréciation lapidaire par laquelle cet article se termine : « Nous ne connaissions pas M. C. Papadopoulos architecte pour châteaux en Espagne4 ». Quel est donc ce projet chimérique auquel s’accroche le Don Quichotte orthodoxe, C. Papadopoulos ?

  • 5 Ibid.

L’idéaliste M. Wilson est supplanté par le directeur de l’École Rizarios d’Athènes, l’archimandrite Chryssostomos Papadopoulos […]. Une nouvelle « société des Églises » serait possible, ce serait la « supersociété » des Églises orthodoxes et hétérodoxes. L’auteur accorderait volontiers à l’Évêque de Rome le titre de chef suprême de cette société ; mais ce dernier, obstiné « malheureusement » dans ses idées d’un absolutisme diamétralement opposé à l’esprit démocratique du nouvel organisme, n’est pas en état de prendre la direction de la vaste « confrérie ». Force nous est donc de retourner sur les rives du Bosphore et de faire du patriarche œcuménique un superpatriarche […]. Bref, le monde serait ravi d’admiration devant un nouvel organisme avec un corps robuste, la « Société des Nations », pétrie par les mains d’un petit-fils de l’Oncle Sam (sic !), et une âme, la « supersociété des Églises » infusée par un archimandrite5.

  • 6 Croce Giuseppe 2002.

6Les Assomptionnistes ont vu clair dans ce projet, même si la crainte qu’il leur inspire les incite à se montrer ironiques et à dévaloriser le « simple » archimandrite qui l’a conçu. Pourtant, ils savent mieux que quiconque que Chryssostomos Papadopoulos est plus que cela. Il faut rappeler que l’archevêque latin d’Athènes de l’époque n’est autre que le plus illustre enfant terrible de l’ordre, le byzantiniste Louis Petit6, excellent connaisseur de l’orthodoxie, des milieux orthodoxes et même du travail de son collègue érudit C. Papadopoulos, dont il a souvent commenté et recensé les ouvrages dans les colonnes de sa revue assomptionniste. C. Papadopoulos demeure la plus grande figure orthodoxe de la première moitié du xxe s. Son projet est loin d’être une simple chimère donquichottesque.

  • 7 Εκκλησιαστικός Κήρυξ 193 (1er mars 1919), p. 133-136.

7Le projet appelant à une « Société des Églises » comme pendant spirituel de la « Société des Nations » a paru en 1919 dans les colonnes de la revue de la métropole orthodoxe d’Athènes sur fond de négociation du Congrès de Versailles et de discussions sur la Société des Nations7. La métropole d’Athènes est dirigée depuis février 1918 par l’enfant terrible - de l’orthodoxie grecque cette fois - (et ennemi juré de Petit), Meletios Metaxakis. Ancien élève de C. Papadopoulos à l’école patriarcale de Jérusalem, puis son collaborateur en tant qu’archi-secrétaire de la Confrérie du Saint-Sépulcre et du patriarcat hiérosolymitain jusqu’en 1908, il est passé par Chypre et connaît parfaitement les rouages ecclésiastiques et politiques de ces endroits ainsi que de Constantinople et d’Alexandrie où il a exercé comme conseiller. Son parcours illustre bien le réseau orthodoxe-grec en Méditerranée orientale durant la seconde moitié du xixe s. En faisant paraître le projet de son ex-mentor dans la revue qu’il dirige, Metaxakis manifeste implicitement son soutien.

8Concrètement, ce projet s’organise comme suit. Sachant que les puissances de l’Entente sont réticentes à un transfert de la souveraineté de Constantinople vers l’État grec après la fin de la Grande Guerre, les deux prélats envisagent un montage ecclésiastique astucieux. Le patriarcat œcuménique céderait le contrôle de ses diocèses à des Églises locales en échange d’un rôle de supervision globale d’une fédération d’Églises orthodoxes locales incluant à la fois des patriarcats (comme Alexandrie, Jérusalem et Antioche), des Églises autocéphales (Grèce, Albanie, Chypre, reste de l’Empire ottoman, etc.) et des exarchats créés pour regrouper les communautés orthodoxes de la diaspora. La normalisation des relations avec les Églises serbe et bulgare permettrait leur intégration également, tandis que la décomposition du patriarcat moscovite sous la pression bolchevique permettrait soit son absorption en entier, soit l’intégration de nombreuses petites Églises autocéphales créées par l’effet centrifuge de sa déliquescence (Pologne, pays Baltes, Géorgie, etc.). De cette façon, l’Église de Grèce deviendrait évidemment la plus puissante parmi les composantes de cette fédération puisqu’elle récupèrerait tous les diocèses se trouvant sur des territoires conquis par l’armée grecque suite à la guerre (Crète, Épire, Macédoine, Thrace orientale et occidentale). Le rapprochement ultérieur, voire l’union avec l’Église anglicane - et sa branche épiscopalienne aux États-Unis - dans une confédération, garantirait un recoupement entre les unités politiques et les unités ecclésiastiques, sachant que les Britanniques contrôlent directement ou indirectement la Palestine et l’Égypte et comptent pourvoir Constantinople du statut de ville ouverte internationale, qui serait en réalité sous leur influence. Dans le cadre de ce montage, Metaxakis pourrait légitimement envisager de passer de son siège d’Athènes à celui de Constantinople (vacant à l’époque) laissant éventuellement à C. Papadopoulos la place à Athènes.

9Le projet s’appuie sur deux appréciations : d’abord, le rapprochement fulgurant entre l’anglicanisme et l’orthodoxie grecque face au catholicisme ultramontain depuis le milieu et surtout la fin du xixe s. ; puis, les transformations géopolitiques de la région à la sortie des guerres de 1912-1918 et les défis qu’elles posent au patriarcat œcuménique et à l’orthodoxie en général.

Le tropisme anglican des prélats orthodoxes en Méditerranée

  • 8 Pour un aperçu sommaire, voir Altholz Josef 2002-2003, p. 1-14.
  • 9 Elle alimente l’ire anti-catholique d’une frange importante du patriarcat constantinopolitain qui s (...)
  • 10 Strinopoulos Germanos, métropolite de Thyatire 1929, p. 20-31.
  • 11 Comme en témoigne sa correspondance avec des prélats orthodoxes et anglicans contenue dans ses arch (...)
  • 12 La création de cette association est bien mise en perspective dans l’organe du patriarcat de Jérusa (...)
  • 13 Ibid., p. 315-319 et p. 520-524. Aussi Εκκλησιαστικός Κήρυξ 8,157 (23 juin 1918), p. 327-328.
  • 14 Une collaboration qui commence à l’occasion des négociations sur la résolution de la crise de vacan (...)
  • 15 Cette entente entre représentants britanniques, prélats orthodoxes grecs et autorités consulaires g (...)

10Le rapprochement de l’anglicanisme et de l’orthodoxie grecque trouve ses origines dans l’antipathie de ces deux confessions pour le catholicisme ultramontain depuis la restauration d’une hiérarchie catholique en Angleterre en 1850 et l’affluence missionnaire catholique en Méditerranée orientale suite à la guerre de Crimée (1853-1856). Les contacts parcellaires se succèdent durant la seconde moitié du xixe s.8 puis une accélération s’opère au tournant du siècle avec les contacts entre orthodoxes et anglicans à Constantinople et à Lambeth suite aux encycliques papales Orientalium dignitas de 1894 (sur les contacts avec les chrétiens d’Orient)9 et Apostolicae curae de 1896 (sur l’invalidité des sacrements anglicans)10. Le diplomate grec Ioannis Gennadios, longtemps ambassadeur à Londres, est l’instrument de ces discussions11 qui aboutissent en 1906 à la création de l’Anglican and Eastern Churches Association12. La présence en Palestine de l’évêque anglican George F. P. Blyth (1887-1914) qui, contrairement à ses collègues protestants ou catholiques, refuse de pratiquer le prosélytisme envers les orthodoxes et d’accueillir des apostats - souvent orthodoxes arabes en rupture avec le clergé grec du patriarcat de Jérusalem -, a depuis toujours favorablement impressionné des prélats comme Metaxakis et Papadopoulos13. De surcroît, la présence britannique est de plus en plus ostentatoire dans ces contrées de la Méditerranée. En tant que métropolite de Kitio à Chypre depuis 1911, Metaxakis a une bonne connaissance de l’administration britannique de l’île avec laquelle il a collaboré et collabore encore14. Des sentiments identiques sont inspirés par la présence anglaise en Égypte15.

  • 16 Télégramme du ministère des Affaires étrangères à l’ambassade de Washington du 1er juin 1918, n° 50 (...)
  • 17 Lettre publiée dans Εκκλησιαστικός Κήρυξ 9,185 (7 janvier 1919), p. 7-8.
  • 18 Télégramme de l’ambassade de Londres au ministère des Affaires étrangères (désormais ΥΠΕΞ), 14 nove (...)
  • 19 Sa création est saluée par la revue de la métropole d’Athènes dirigée par Metaxakis : Εκκλησιαστικό (...)
  • 20 Télégramme Kanellopoulos à ΥΠΕΞ, 12 avril 1919, n° 3420. ΙΑΥΕ, dossier 1919/B/35.4 « Εκκλησιαστικά (...)

11Devenu donc métropolite d’Athènes depuis mars 1918, Metaxakis entreprend le développement systématique des relations avec les anglicans-épiscopaliens. Parti aux États-Unis - accompagné notamment de C. Papadopoulos - à la demande du gouvernement et afin d’organiser les communautés orthodoxes de la diaspora16, Metaxakis s’attache aussi sur place au développement des contacts interconfessionnels. Le lendemain d’une conférence tenue le 26 octobre 1918 entre les représentants orthodoxes et épiscopaliens, James H. Darlington, évêque de Harrisburg et président de la commission épiscopalienne pour la conférence avec les orthodoxes, envoie une lettre à Metaxakis exprimant à la fois son admiration pour l’œuvre du Premier ministre Vénizélos et ses vœux d’un rapprochement entre les deux Églises17. Continuant sur sa lancée, Metaxakis poursuit cet effort en s’arrêtant à Londres lors de son voyage retour où une autre conférence a lieu. Il y rencontre également les archevêques de Canterbury et d’York et aborde l’éventualité de la restitution de Sainte-Sophie au culte orthodoxe qui serait suivie de la convocation d’un synode orthodoxe à Constantinople en vue d’énoncer la solidarité des orthodoxes avec les anglicans et les épiscopaliens. Puis assez rapidement un concile rassemblant ces confessions pourrait être réuni sur les Lieux saints et à Jérusalem - « libérés » par les Britanniques depuis peu - afin de prononcer de façon solennelle cette solidarité18. L’affaire suit son cours comme en témoigne la mise en place, au début de l’année 1919, du Saint Sophia Redemption Committee qui vise à rendre Sainte-Sophie de Constantinople au culte orthodoxe par l’intermédiaire des associations britanniques en faveur du rapprochement avec les orthodoxes. Il s’agit d’une association de la fine fleur non seulement de l’Église anglicane, mais aussi du Political Department du Foreign Office, qui est censé suivre la politique de la région19. La visite d’une délégation épiscopalienne en avril 1919 au synode du patriarcat de Constantinople, avec la remise en mains propres d’une invitation à la « mère des Églises » de participer à une conférence pan-chrétienne pour préparer l’union des Églises est favorablement accueillie par le synode comme le remarque le représentant grec à Constantinople20. On comprend donc que le projet de C. Papadopoulos, présenté en mars 1919, est le fruit des contacts de certains prélats orthodoxes avec les anglicans et les autorités anglaises depuis plus de vingt ans, d’une appréciation sur le rôle de la Grande-Bretagne en Méditerranée orientale à la fin de la Grande Guerre et sur l’importance croissante des États-Unis, notamment en cette période d’intense fluidité géopolitique qui pose la question de l’avenir de l’orthodoxie.

L’orthodoxie grecque face aux défis géopolitiques, des guerres balkaniques à la Grande Guerre

  • 21 Mémorandum sans date avec les propositions formulées dans : ΙΑΥΕ, 1913/53.5 « Εκκλησιαστικά, σύστασ (...)

12La question de l’avenir du patriarcat œcuménique, de ses relations territoriales, avec l’Église grecque, mais aussi serbe et bulgare, démarre avec les guerres balkaniques (1912-1913). Paradoxalement, l’intégrité et l’étendue territoriales du patriarcat sont depuis au moins deux siècles associées à un pouvoir musulman, car garanties par la puissance et l’unité de l’Empire ottoman ! Le dépeçage progressif de l’Empire par les différents projets nationalistes qui s’intensifie avec les guerres balkaniques pose inévitablement la question des territoires qui, du fait de leur annexion par les différents États balkaniques, pourraient également être amenés à quitter le giron patriarcal. Dès 1912, une commission est réunie à Athènes pour réfléchir à cette question. Présidée par Metaxakis, elle statue sur la nécessité de maintenir le contrôle du patriarcat sur les territoires perdus par l’Empire ottoman au profit des États balkaniques en multipliant la création de provinces ecclésiastiques autonomes21. Afin d’obtenir l’acquiescement de la Bulgarie, on envisage comme monnaie d’échange la levée du schisme entre l’Église bulgare et le patriarcat.

  • 22 ΥΠΕΞ à Nicolaos Politis, 27 juillet 1919, protocole 7312, incluant le mémorandum de 14 pages de 191 (...)
  • 23 Matalas Paraskeyas 2002 ; Dialla Ada 2009. Pour deux études plus anciennes sur la présence russe en (...)
  • 24 Il existe les notes manuscrites sur brouillon de ces réunions dans une chemise au nom de N. Politis (...)
  • 25 Croce Giuseppe 1993, p. 267-297, notamment p. 267-268, avec toutes les références utiles. Aussi Cro (...)

13Au lendemain de la Grande Guerre, ce projet est toujours d’actualité comme en témoigne sa reprise par le ministère des Affaires étrangères grec comme base programmatique de son action lors des négociations de Paris22. La défaite bulgare ne fait que renforcer la croyance des politiques grecs que la Bulgarie se montrera conciliante et acceptera de transiger. De surcroît, la conjoncture politique semble encore plus favorable compte tenu de la disparition d’un autre acteur majeur de l’orthodoxie qui a par le passé perturbé les plans grecs, la Russie. Il est désormais bien connu à quel point la Grèce a érigé la Russie au rang d’opposant majeur en Méditerranée, dans les Balkans et au sein du champ orthodoxe, notamment à partir de la guerre de Crimée et de la question de la création d’une Église bulgare23. Une frange de l’orthodoxie grecque, qui s’est par ailleurs identifiée davantage avec les anglicans, a regardé tour à tour avec espoir, méfiance, antipathie et crainte les efforts russes d’extension de leur influence en Méditerranée. Cette crainte atteint son apogée en 1915 lorsque l’occupation de Constantinople par les Russes paraît une éventualité sérieuse. Que ferait alors la Russie dans un tel cas ? Deux réunions confidentielles se tiennent au ministère des Affaires étrangères grec les 15 et 22 janvier 1915 pour étudier cette question24. Il serait presque inutile de préciser que, parmi l’assistance présidée par le directeur général du ministère Nicolaos Politis, figurent Metaxakis et Papadopoulos, les experts incontournables de la question. Les discussions tournent essentiellement autour de deux rapports confidentiels de l’ambassadeur grec à Saint-Pétersbourg, Ion Dragoumis, qui relatent les minutes d’une réunion (pas si) confidentielle russe sur l’avenir de Constantinople ! Cette lecture fait frémir l’assistance athénienne. La réunion de quelques-uns des plus grands experts russes des questions orthodoxes a même envisagé la suppression du patriarcat orthodoxe et son absorption par le patriarcat moscovite sur proposition de Fyodor Ouspenski, fondateur et directeur de l’Institut archéologique russe de Constantinople jusqu’au déclenchement de la guerre. Pour les experts grecs, l’image du drapeau russe flottant sur Sainte-Sophie est bel et bien un cauchemar. Elle l’est aussi pour le Saint-Siège25, mettant pour une fois orthodoxes et catholiques sur la même longueur d’ondes et obligeant en particulier le Segretario di Stato à travers son illustre locataire, le cardinal Gasparri, à intervenir auprès des chancelleries des autres puissances.

  • 26 Voir le dossier complet : ΙΑΥΕ, 1917/B/35, « Πανρωσικό συνέδριο Μόσχας ».
  • 27 Ibid., Saktouris à ΥΠΕΞ, 30 septembre 1917, no protocole 7566. Il est intéressant de noter que l’or (...)

14Cependant, à partir de la révolution russe de février 1917, la donne change. La Russie semble désormais à la fois se concentrer sur ses problèmes intérieurs, y compris au niveau ecclésiastique, et abandonner ses ambitions géopolitiques méditerranéennes. Pour certains prélats grecs, la conjoncture est mûre pour un nouveau rapprochement avec une Église russe moins impérieuse et plus encline à accepter le primat des anciens patriarcats orientaux. S’adressant au ministère des Affaires étrangères grec via l’agent diplomatique grec au Caire, le patriarche d’Alexandrie, Photios Peroglou, fait valoir l’importance du concile ecclésiastique russe qui doit avoir lieu à l’automne 1917, car il se fixe comme objectif de résorber le schisme des raskolnik (vieux-croyants) qui traverse l’orthodoxie russe depuis le xviie s.26. Décidé à y participer - en tant que son président, sur invitation des Russes - et incitant les Églises grecque et serbe à faire de même, le patriarche alexandrin compte se faire accompagner de Metaxakis, de Papadopoulos et du métropolite de Kassandria (Macédoine) Eirinaios Pantoleon. Il explique que la réintégration des raskolnik - perçus comme plus « démocratiques »- dans l’Église russe sera bénéfique pour l’orthodoxie grecque, car elle la rendra « moins soumise au pouvoir politique russe et moins arrogante27 ». La révolution bolchevique, qui démarre dans les jours qui suivent cette correspondance, met fin à ce rapprochement. En même temps, elle provoque une telle crise de l’Église russe que plusieurs acteurs essaient de s’engouffrer dans la brèche ouverte, que ce soit l’Église catholique ou le patriarcat œcuménique.

  • 28 Représentant du gouvernement hellénique Stavridakis au haut-commissaire grec de Constantinople, 3 d (...)
  • 29 Ibid., Chryssanthos Philippidis au patriarcat, 14 décembre 1919.

15Pour l’Église catholique, il s’agit d’attirer des Églises régionales de l’ex-Empire russe en leur reconnaissant une autonomie à condition qu’elles acceptent sa politique d’union. Pour le patriarcat, il s’agit de préserver une unité orthodoxe fragilisée face au catholicisme, tout en prenant l’avantage dans l’antagonisme qui l’oppose au patriarcat moscovite en crise. L’Église géorgienne offre un très bel exemple de ces (en) jeux. Le représentant du patriarcat, le métropolite de Trébizonde Chryssanthos Philippidis se rend en hâte à Tiflis en décembre 1919, dans les pas d’un émissaire du Saint-Siège venu solliciter l’union de l’Église géorgienne avec Rome28. Il obtient le maintien de l’Église géorgienne dans l’orthodoxie et son rattachement au cercle constantinopolitain en échange de la reconnaissance de son chef comme patriarche catholique de Géorgie29. Le paradoxe de la situation est évident. Comment assurer une union orthodoxe tout en acceptant le principe de divisions ecclésiastiques en cette époque à la fois de victoire du principe des nationalités et de traumatisme né d’une Grande Guerre due aux nationalismes ? L’idée « impériale » de la fédération orthodoxe et de la confédération anglicano-orthodoxe de Papadopoulos et de Metaxakis répond justement à cette exigence.

16Durant l’année 1919 les initiatives, visites et discussions se poursuivent. Mais le retrait politique de Wilson - entraînant celui des États-Unis de la scène internationale - puis le temps, jouent désormais en défaveur de ce rêve. Il est devenu un cauchemar pour beaucoup trop d’agents intéressés dans la région. Dans certains cas, l’opposition était prévisible, dans d’autres, elle fut une surprise.

Un rêve victime d’oppositions hétéroclites

Un champ catholique en ébullition

  • 30 Tretjakewitsch Léon 1990.

17Un autre enfant terrible de l’Église catholique, jésuite cette fois-ci, fait paraître en 1920 dans la célèbre revue de l’ordre Études un texte sur les relations entre orthodoxes et anglicans qui est publié en tant que livre en 1922. L’auteur, Michel D’Herbigny, futur évêque in petto et éminence grise de Pie XI pour les affaires russes et l’Union soviétique30, maîtrise bien la question et en apprécie les dangers potentiels :

  • 31 D’Herbigny Michel 1922, p. 5. Ce texte est d’abord paru dans la revue jésuite Études en 1920. Dans (...)

[…] si ces études s’envisageaient d’un point de vue politique, elles s’intituleraient alors : « Anglais et Grécoslaves : mouvement qui assurerait à leur pays l’hégémonie effective en Orient. » Ils [les Anglais] comprennent quels vastes horizons s’ouvriraient à eux si l’Église nationale d’Angleterre s’unissait aux Églises nationales grécoslaves31.

  • 32 Rapport de l’abbé Vianelli à la Congrégation Propaganda Fide du 16/10/1920, protocole 3229/20 et 14 (...)

18Lorsque d’Herbigny écrit ce texte en 1920, l’idée d’un tel rapprochement constitue en effet un véritable cauchemar pour l’Église catholique comme en témoigne la profusion des sources sur cette question. Ainsi, par exemple, revenant d’un voyage d’inspection en Grèce, l’abbé Vianelli écrit au cardinal Van Rossum, préfet de la Congrégation pour la Propagation de la Foi, que les orthodoxes ont la « sympathie de l’Église anglicane » et que « pour des raisons politiques certains dirigeants de l’Église orthodoxe recherchent l’union au Protestantisme32 ». Plusieurs raisons expliquent cette obsession.

19Dans le cas où le projet anglicano-orthodoxe se concrétiserait, non seulement le Saint-Siège se trouverait pris en étau en Méditerranée, mais également toutes les missions catholiques se situant en Méditerranée orientale, notamment dans des endroits comme l’Égypte, la Palestine ou la Grèce, qui auraient désormais face à elles un front commun.

  • 33 Tretjakewitsch Léon 1990, p. 102.

20De même, le rêve anglicano-orthodoxe est en concurrence directe avec les propres projets du Saint-Siège en direction de la Russie soviétique. Aussi tard qu’en août 1922, Michel D’Herbigny essaie de persuader le cardinal Mercier, engagé à l’époque dans ses Conversations de Malines avec les anglicans, d’intégrer dans son agenda la question russe afin de diviser l’axe anglicano-orthodoxe et de « combattre le projet de ce redoutable patriarche Meletios, un très ambitieux infidèle33 ».

  • 34 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Deleg. Apost. Turchia, busta VI, chemise « Sainte-Sophie », Gaspar (...)
  • 35 Ibid., Dolci à Gasparri, 8 mai 1919, n° 1118.
  • 36 Ibid. Sur l’ensemble de la question avec beaucoup de références et une mise dans le contexte de la (...)

21Mais c’est avant tout la charge symbolique de la réalisation d’un tel projet qui inquiète. La grande peur du Saint-Siège se cristallise sur la transformation de Constantinople en ville internationale et capitale orthodoxe avec Sainte-Sophie redevenant le siège du patriarcat. La correspondance du délégué apostolique à Constantinople, Angelo Dolci, avec le cardinal Gasparri de février à mai 1919 témoigne à la fois de la « tristesse » de deux prélats devant « le fort courant en Angleterre pour forcer le gouvernement britannique en faveur de la cession de Sainte-Sophie aux Grecs34 », de l’appréciation en « véritable désastre » que constituerait une telle éventualité35, et de la décision de solliciter l’appui des puissances « catholiques », l’Italie et la France face à cette éventualité36. Cette attitude devient une obsession pour l’hyperactif cardinal secrétaire d’État du Vatican à tel point que l’agent diplomatique français auprès du Saint-Siège ne peut s’empêcher de remarquer :

  • 37 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Correspondance politique et commerciale E-Lev (...)

[…] l’Osservatore romano s’insurge contre l’éventuelle substitution de l’armée hellénique à l’armée anglaise pour l’occupation de Constantinople […] espère que la France et l’Italie ne donneront pas leur consentement […] le journal du Vatican reflète ainsi fidèlement la pensée du cardinal Gasparri qui a pour les Grecs orthodoxes une aversion allant jusqu’à la phobie. Je ne lui ai pas caché qu’il me paraissait sur cette question s’inspirer de sentiments encore plus italiens que catholiques…37

22Aussi tard qu’en 1922, cette hypothèse fait peur, à tel point qu’en 1927 l’ambassadeur français à Sofia et vétéran de la diplomatie vaticane se la rappelle toujours :

  • 38 AMAE, E-Levant/Turquie/132, Henri Cambon à MAE, 26 avril 1927, f. 279-280.

En 1922, j’étais chargé d’affaires au Vatican lorsque le cardinal secrétaire d’État me fait appeler un soir pour me faire part de son émotion. C’était pendant l’offensive grecque et un télégramme un peu hâtif avait émis l’hypothèse de l’armée hellénique à Constantinople. L’idée d’un retour possible de Sainte-Sophie au culte orthodoxe avait bouleversé le Vatican. On y prévoyait l’ouverture d’une nouvelle période d’attente séculaire, après l’intermède musulman, et la remise lointaine du plan cher aux deux derniers papes38.

  • 39 Croce Giuseppe 1997, p. 814.
  • 40 Les interactions intenses entre les trois parties démarrent très tôt avec un premier refus des auto (...)
  • 41 AMAE, E-Levant/Turquie/131, Doulcet à MAE, 7 août 1920, f. 73.

23Cette « phobie » est d’autant plus grande que l’idée vaticane de rendre Sainte-Sophie aux catholiques de rite grec présentée à Vénizélos en mai 1919 provoque un rire « homérique » de ce dernier39. Sur cette question, la diplomatie vaticane trouve un allié de circonstance en l’Italie. Cette dernière est opposée au patriarcat depuis 1912, date de la conquête du Dodécanèse, pour lequel elle essaie d’obtenir une autonomie ecclésiastique qui lui permettrait de mieux contrôler la hiérarchie ecclésiastique et de limiter ce qu’elle estime être la propagande nationale pro-grecque des prélats orthodoxes40. En outre, ses visées outre-adriatiques l’opposent au patriarcat et à la Grèce en Albanie, voire depuis 1920 à Smyrne sous occupation grecque. Rapportant une discussion avec le cardinal Gasparri, un diplomate français explique : « [j’ai] signalé le danger de compromettre dans une attitude trop violente les intérêts catholiques dans le royaume des Hellènes, et j’ai insisté sur la sagesse qu’il y aurait à dissocier, à Smyrne notamment, l’action catholique du nationalisme italien41 ». L’Italie est bien évidemment d’autant plus sensible aux appels du Vatican qu’elle essaie d’obtenir en contrepartie sa substitution à la France comme protectrice des catholiques d’Orient.

  • 42 Voir l’introduction de P. Cabanel dans ce volume pour une bibliographie indicative et une mise au p (...)

24C’est par ailleurs la France qui demeure l’allié tactique de choix du Saint-Siège sur la question. Il est assez bien connu à quel point, et ce malgré sa politique religieuse métropolitaine, la France ne cesse de s’appuyer sur les missions catholiques (et notamment les écoles) pour pratiquer sa diplomatie culturelle en Méditerranée orientale42. Déterminée à conserver son protectorat séculaire sur les catholiques, la France laïque voit immédiatement le danger que comporterait la confédération anglicano-orthodoxe. L’ambassadeur français d’Athènes observe, à l’occasion de l’élection controversée de Metaxakis comme patriarche œcuménique en novembre 1921 :

  • 43 AMAE, E-Levant/Turquie/131, de Billy à Briand, 11 décembre 1921, f. 143-144.

Sans doute l’union de l’Église orthodoxe à l’Église anglicane, que Mgr Meletios avait voulu réaliser, est-elle au point de vue religieux quelque chose d’étrange, une de ces alliances baroques ou un clocheton modern style tente de compléter un édifice gothique. Mais c’est un symbole de l’entente anglo-hellénique et il y a des prélats grecs assez déliés pour faire à un concile de Florence anti-catholique des concessions aussi fortes que celles qui furent consenties en 1439 à la Papauté pour défendre Constantinople. Il y a des protestants en Angleterre et aux États-Unis qui seraient heureux de prendre au profit de leurs écoles la clientèle scolaire hellénique d’Asie Mineure qui fréquente traditionnellement les nôtres. Au lendemain de cette élection, ce sont là des réflexions qui viennent naturellement à l’esprit43.

25En parlant au passé du projet « baroque » de l’alliance anglicano-orthodoxe de Metaxakis, de Billy semble le considérer comme une initiative personnelle et politique de Metaxakis, assimilée à la page tournée de son épiscopat athénien (1918-1920). Il ne voit pas qu’en réalité Metaxakis, désormais patriarche œcuménique (1921-1923), non seulement occupe une position stratégiquement plus influente pour le mettre en œuvre, mais aussi qu’il représente un véritable mouvement existant également au sein du patriarcat. Ce mouvement milite depuis 1917 en faveur d’une redéfinition de son rôle mondial, comme le souligne avec inquiétude le service de renseignement français dès 1918 :

  • 44 Ibid., rapport secret du service de renseignement de la Marine (V. Rollin) à MAE, 16 août 1920, f. (...)

[…] le journal « français indépendant » Le Bosphore, en réalité organe de la propagande grecque, publie un article soutenant la campagne en faveur de l’extension des pouvoirs du patriarcat œcuménique […] Cette campagne ne vise à rien moins qu’à créer à Constantinople en face du Sultan, chef religieux des musulmans, une sorte de pape grec qui « devra désormais représenter tout l’hellénisme », car « il ne peut plus être que l’élu des Grecs ottomans ». […] et devra inclure les colonies d’Amérique […] Il semble inutile de faire remarquer les répercussions que cela pourrait avoir pour nos intérêts religieux en Orient dont le clergé orthodoxe est, de l’avis unanime, le plus grand adversaire44

26Même en Palestine, le Commissariat français s’alarme dès 1918 lorsque Metaxakis essaie d’obtenir avec l’appui des Britanniques la déposition du patriarche de Jérusalem Damianos qui l’avait chassé (ainsi que C. Papadopoulos) de Jérusalem en 1908 :

  • 45 Ibid., Commissariat de la République française sur les Territoires occupés-Palestine à MAE, 11 déce (...)

Cet incident se rattache à une situation politique complexe sur laquelle je crois devoir attirer l’attention du Département. Il a été provoqué, en effet, par l’action combinée de deux politiques, britannique et athénienne, qui ne sauraient se trouver ici que très provisoirement d’accord. L’athénienne vise purement et simplement à substituer le royaume de Grèce à la Russie dans son rôle de puissance protectrice des grecs orthodoxes en Asie Mineure - et spécialement en Palestine. Tandis que la politique britannique s’efforce d’émanciper les trois patriarcats orthodoxes « arabophones » : Alexandrie, Jérusalem et Damas (alias Antioche) de la tutelle du patriarcat œcuménique de Constantinople et de ses moines « hellénophones », afin d’exercer sur chacun de ses Patriarches une influence locale effective proportionnée aux intérêts anglais dans chacun de ces diocèses45.

27Tout en craignant les conséquences d’une telle alliance pour les missions catholiques, et donc pour la diplomatie culturelle française au Proche-Orient, le Commissariat reste plus lucide que d’autres agents français en questionnant la capacité de la politique britannique à continuer à jouer habilement à la fois la carte grecque orthodoxe et la carte arabe orthodoxe, à la fois le soutien à Metaxakis et à son projet « impérial » et celui à des prélats locaux plus accommodants et friands de leur « autonomie » comme Damianos.

28C’est justement en regardant les contradictions qui traversent les blocs de ceux qui apparaissent comme les principaux soutiens à la confédération rêvée qu’on comprend l’échec final du projet. Dire qu’il y a eu une opposition catholique au projet anglicano-orthodoxe ou encore une réaction franco-italienne à une alliance gréco-anglaise serait taire les divergences parues entre champ religieux et champ politique au sein même de chacun des deux blocs, anglais et grec.

Églises et empires : dialogues grecs et anglais

  • 46 Van der Veer Peter 1997, p. 77-102.

29Durant tout le xixe s. la Grande-Bretagne se débat pour savoir si son Empire est un empire chrétien animé par les fameux mots « Christianity, Civilization, Commerce » ou pas46. C’est en 1919 autour de la question de Sainte-Sophie et du projet anglicano-orthodoxe que ce débat se pose de la façon la plus aiguë, comme le signale un analyste de la question :

  • 47 Goldstein Erik 1991, p. 63.

The debate about the future of St. Sophia can be seen as a microcosm of the greater debate over Britain’s future in the Eastern Mediterranean. […] The concerns of the British Empire by 1919 were geographically more diverse than those of any other power in history. British policy however managed to retain a reasonable degree of cohesiveness in most areas. Effectively British policy was one of two spheres, European and non-European, but the one region where European and imperial interests came into conflict was the Aegean world, the traditional crossroads of East and West47.

  • 48 Ibid., p. 51-59.
  • 49 Cité ibid., p. 37.
  • 50 Montagu à Balfour, 25 novembre 1918, cité ibid., p. 58.
  • 51 Εκκλησιαστικός Κήρυξ 9,193 (1er mars 1919), p. 143-145.

30En effet, alors qu’une grande partie du Foreign Office soutient dès la fin de 1918 le projet de restitution de Sainte-Sophie aux orthodoxes en vue d’une éventuelle réunion des Églises, une autre partie du gouvernement autour de l’India Office se préoccupe de l’effet d’une telle démarche sur les troupes et la population musulmane indienne de l’Empire48. Après tout, comme le dit Lloyd Georges à Paris, « Great Britain is, perhaps, the greatest Mohammedan power49 » et la balance commence à pencher en faveur de la nécessité de ne pas « offenser les sentiments de la grande majorité de nos tranquilles compatriotes musulmans », comme l’écrit si éloquemment Edwin Montagu, Secretary of State for India en s’adressant à Lord Balfour50. Les termes de ce débat n’échappent par ailleurs pas aux acteurs orthodoxes. En témoigne la reproduction, dans l’organe de presse de la métropole d’Athènes, des articles de H. Ispahani de la London Muslim League parus dans les journaux Daily Telegraph (3 et 7 février 1919) et Times (9 décembre 1918), où l’auteur se demande si les puissances sont prêtes à « rendre aux musulmans les mosquées de Cordoue et de Grenade prises par les chrétiens alors que les musulmans sont restés 800 ans construisant une civilisation détruite par la barbarie goth51 ». Si cela sensibilise les Britanniques à la hardiesse de la tâche, ils restent toutefois confiants en misant entre autres sur leur capacité d’unifier le front orthodoxe. Or, c’est sur ce point que le bât blesse.

  • 52 Sur la politique grecque concernant le patriarcat de Jérusalem et son soutien tiède aux tentatives (...)
  • 53 Le récit de cette période est donné dans l’organe du patriarcat de Jérusalem Νέα Σιών 16 (1921), p. (...)

31Ayant d’abord appuyé le projet de Metaxakis de remplacement du patriarche Damianos à Jérusalem, les Britanniques vont vite s’apercevoir que le soutien dont ce dernier dispose auprès de la population arabe-orthodoxe de Palestine en fait un allié beaucoup plus important que les quelques moines grecs du Saint-Sépulcre52. Renversé une première fois en mai 1918, réinstauré par les Britanniques en décembre 1918, Damianos fait face à un nouveau coup d’État de son Synode en juillet 1920 qu’il réussit à dominer grâce à l’appui actif des autorités britanniques53. Ce soutien à Damianos est un coup à la fois réel et symbolique pour le projet de Metaxakis. Les deux tentatives de renversement font de Damianos un ennemi encore plus inconditionnel de Metaxakis, si besoin était, tout en privant son projet d’un lieu hautement symbolique où il comptait tenir le concile pan-chrétien : Jérusalem.

  • 54 Échos dOrient XIX, 118 (avril-juin 1920), p. 208-215.

32De plus, le rêve anglicano-orthodoxe de Metaxakis et Papadopoulos rencontre des oppositions en Grèce même, car il s’élève contre un autre rêve « impérial » grec. En effet, lorsque les Assomptionnistes cherchent des arguments en 1920 contre le projet de Metaxakis, ils reprennent à leur compte plusieurs textes, parus en 1919, de Pavlos Karolidis, professeur de l’université, ancien député de Smyrne au Parlement ottoman de 1908, intellectuel engagé très tôt dans les questions irrédentistes à travers ses écrits et sa participation à diverses associations comme Ελληνισμός54. Les textes de Karolidis s’attaquent aux positions de Metaxakis et de Papadopoulos, ce dernier étant qualifié de « mauvais génie » du premier. Il estime qu’il ne saura être question d’un super-patriarche à Constantinople - ville ouverte internationale se situant au-delà sinon au-dessus du pouvoir politique. Cette éventualité serait une utopie dangereuse, voire pire, une trahison du seul grand rêve que « l’hellénisme » peut caresser : le retour d’un basileus grec à Constantinople. Une vieille querelle byzantine sur la relation entre patriarche et basileus resurgit donc et se joue de façon intense à partir de 1920 jusqu’à sa fin dramatique. La chute du gouvernement vénizéliste en novembre 1920, le retour du roi Constantin, la déposition subséquente de Metaxakis du trône métropolitain athénien et son accession controversée au rang de patriarche œcuménique en constituent le cadre.

  • 55 Comme en témoignent ses archives personnelles où son voyage à Londres et ses visites avec les préla (...)
  • 56 ΙΑΥΕ, 1921/44, « Εκκλησιαστικά – Πρακτικά συνεδριάσεως ιεραρχίας Πατριαρχείου εν Θεσσαλονίκη », dos (...)

33Alors que Metaxakis reprend ses contacts avec les anglicans et les autres Églises orthodoxes, le gouvernement grec envoie à Londres, pour bloquer ces efforts, un autre prélat habitué des missions délicates. Chryssanthos Philippidis de Trébizonde55. Ce dernier s’y attelle - et ce malgré la réticence affichée d’une grande partie de la hiérarchie patriarcale, pourtant hostile à Metaxakis, de voir les relations avec les anglicans compromises au nom d’une vendetta sans fin56. Tout en restant attachés à Metaxakis, les anglicans ne peuvent plus influer sur une politique britannique refroidie par le retour du roi Constantin et l’éloignement de Vénizélos. Metaxakis poursuit ses efforts, d’autant plus persuadé du bien-fondé de son projet d’un super-patriarcat au-delà du pouvoir politique que le gouvernement grec lui est hostile. Mais les soutiens se font rares.

  • 57 Sur la négociation entre Metaxakis et les autorités politiques et ecclésiastiques albanaises, on pe (...)
  • 58 AMAE, Z-Europe/Yougoslavie/43, Ambassade Belgrade à MAE, 14 septembre 1920, f. 18-19 sur les implic (...)

34La victoire de Mustapha Kemal face aux troupes grecques en août 1922 fait le reste. Alors qu’il est en train de promulguer sa législation sur la création des exarchats chargés des orthodoxes de la diaspora, d’intensifier ses négociations avec les Églises bulgare et albanaise « en rupture »57 - le cas de l’Église serbe ayant déjà été réglé en 192058 - Metaxakis convoque aussi un congrès panorthodoxe en juin 1923 chargé de mettre en œuvre cette fédération orthodoxe et de préparer les discussions avec les anglicans. Le représentant du haut-commissaire français à Istanbul (Constantinople) relate parfaitement bien l’enjeu de ce congrès :

  • 59 AMAE, E-Levant/Turquie/131, Jessé-Curely (Istanbul) à Poincaré, 19 juin 1923, f. 203-204.

Comme je l’ai indiqué au Département, l’idée que Meletios IV s’est efforcé d’inspirer aux Prélats étrangers qui ont participé au Congrès est de créer à Constantinople une sorte de Vatican dont l’action s’étendrait à tout l’Orient orthodoxe. La thèse du patriarcat est la suivante : avec [le traité de] Lausanne, le patriarcat cessera d’être un centre de politique grecque, puisqu’il n’aura plus aucune voix dans la gestion des affaires de la communauté en tant que minorité. Il peut donc envisager une situation plus élevée dans laquelle il se tiendrait au-dessus des questions politiques. Et de sorte il serait indifférent que le Patriarche soit de nationalité turque, de même que le Pape peut ne pas être italien. […] Il [Metaxakis] s’ouvre contre [le] nationalisme grec […]. [Ce] Projet nécessite que [le] Synode s’ouvre à des prélats étrangers comme le fait le Sacré Collège. Le caractère même du Phanar pourrait en être modifié ce que ne veulent pas ses dirigeants. Là est une des grandes difficultés, car les autres Églises ont déclaré qu’elles souhaitaient être représentées au sein du St Synode. […] Les Turcs ne manqueront pas de faire une sérieuse opposition59

  • 60 Ibid.
  • 61 Metaxakis va en poursuivre une version moins ambitieuse en tant que patriarche d’Alexandrie (1925-1 (...)

35L’opposition turque en effet ne tarde pas. Metaxakis est forcé au départ par le chef « ridicule » - selon les termes des diplomates étrangers - d’une Église turque-orthodoxe montée de toutes pièces par Mustapha Kemal60. Le rêve de la confédération anglicano-orthodoxe, dans sa forme la plus ambitieuse, est enterré61.

Conclusion

36L’idée d’une confédération anglicano-orthodoxe avec le patriarcat constantinopolitain fonctionnant comme un contre-Vatican est certes une idée née dans la conjoncture géopolitique de la fin de l’Empire ottoman, de l’extension de l’influence impériale britannique, du mariage entre intérêts politiques nationaux et configurations religieuses. Elle est toutefois aussi le produit de réflexions théologiques et religieuses sur le rapport entre le politique et le religieux, les nations et l’Église, l’unité du christianisme. Ce sont des réflexions qui ont déjà démarré au xixe s. et qui surgissent sur le devant de la scène au lendemain de ce grand massacre international que constitue la Grande Guerre. L’unité entre anglicans et orthodoxes et l’acharnement catholique contre ce projet ne peuvent être compris que dans cette ébullition de critiques de la trajectoire et de l’avenir de la civilisation européenne, qui serait en crise du fait des divisions nationales, qui alimente également la théologie de la Krisis de Karl Barth ou alors le débat de la théologie politique autour de Carl Schmitt.

37Il serait facile de faire une analyse en termes d’instrumentalisation du religieux par le politique et de divisions selon des lignes nationales et de dire que le rêve anglicano-orthodoxe, représentant un axe gréco-anglais, a échoué car il s’opposa à l’alliance franco-italo-vaticane qui le percevait comme un cauchemar. En réalité, il a également été montré qu’en procédant à une analyse en termes de champs religieux et politique aux multiples acteurs, nous voyons qu’il a tout autant été la victime des antagonismes au sein même des « Grecs » et des « Britanniques ». La logique impériale multiconfessionnelle du gouvernement britannique et la logique « byzantiniste » d’un patriarche soumis au basileus des politiques grecs ont eu raison de la vision chrétienne supranationale de Metaxakis, même si la tentation de ce rêve demeure. Il suffit de rappeler que le World Council of Churches mis sur pied au lendemain de la seconde guerre mondiale par des anciens collaborateurs de Metaxakis n’est qu’une version modérée du projet initial dans un nouveau contexte géopolitique. Quant à l’idée d’un patriarcat, avec le Phanar comme seule assise territoriale, s’appuyant sur les exarchats de la diaspora orthodoxe et commandant une fédération orthodoxe mondiale, n’est-elle pas en train de se matérialiser dans le nouveau contexte « impérial » né depuis 1989 ?

Bibliographie

Archives & sources primaires

Bibliothèque Ioannis Gennadios, Athènes

Archives Chryssanthos Philippidis (ΑΧΦ)

Αρχείο Ιωάννη Γενναδίου (Archives Ioannis Gennadios - ΑΙΓ)

Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Paris

Ιστορικό Αρχείο του Υπουργείου Εξωτερικών (Archives historiques du ministère des Affaires étrangères grec - ΙΑΥΕ), Athènes

Archivio Segreto Vaticano (ASV), Rome

Ελληνικό Λαογραφικό και Ιστορικό Αρχείο (ΕΛΙΑ), Athènes

Archives de Sacra Congregazione de Propaganda Fide, Nuova Serie (ACPF-NS), Rome

Bibliographie

Altholz Josef 2002-2003

Altholz Josef, « Anglican-Orthodox Relations in the Nineteenth Century », tiré à part du Modern Greek Studies Yearbook, 18-19 (2002-2003), p. 1-14.

Bayly Christopher A. 2003

Bayly Christopher A., The Birth of the Modern World 1780-1914, Oxford, Blackwell, 2003.

Bocquet Denis 2004

Bocquet Denis, « Rhodes 1912 : Les mésaventures du général d’Ameglio », Cahiers de la Méditerranée 68 (2004), p. 133-152.

Bourdieu Pierre 1971a

Bourdieu Pierre, « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie 12,3 (juill.-sept. 1971), p. 295-334.

Bourdieu Pierre 1971b

Bourdieu Pierre, « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », Archives européennes de sociologie 12,1 (1971), p. 1-21.

Croce Giuseppe 2002

Croce Giuseppe, « Msg. Louis Petit, Arcivescovo latino di Atene e delegato apostolico in Grecia (1912-1926) », dans Holzer Bernard (éd.), Msg Petit, assomptionniste, fondateur des Échos dOrient, archevêque latin dAthènes (1868- 1927), Actes du Colloque de Rome du 15-17 décembre 1997, Rome, PIO, Orientalia Christiana Analecta 266 (2002), p. 33-45.

Croce Giuseppe 1997

Croce Giuseppe, « Le Saint-Siège et la Conférence de la Paix (1919). Diplomatie d’Église et diplomaties d’État », Mélanges de lÉcole française de Rome – Italie Méditerranée MEFRIM 109,2 (1997), p. 793-823.

Croce Giuseppe 1993

Croce Giuseppe, « Le Saint-Siège, l’Église orthodoxe et la Russie soviétique. Entre mission et diplomatie », Mélanges de lÉcole française de Rome – Italie Méditerranée MEFRIM 105,1 (1993), p. 267-297.

D’Herbigny Michel 1922

D’Herbigny Michel, Langlicanisme et lorthodoxie grécoslave, Paris, Bloud & Gay, 1922.

Dialla Ada 2009

Dialla Ada, Η Ρωσία απέναντι στα Βαλκάνια : ιδεολογία και πολιτική στο δεύτερο μισό του 19ου αιώνα (La Russie face aux Balkans : Idéologie et politique durant la seconde moitié du xixe s.), Athènes, Alexandreia, 2009.

Goldstein Erik 1991

Goldstein Erik, « Holy Wisdom and British Foreign Policy, 1918-1922 : The St. Sophia Redemption Agitation », Byzantine and Modern Greek Studies 15 (1991), p. 36-64.

Hopwood Derek 1969

Hopwood Derek, The Russian Presence in Syria and Palestine 1843-1914 : Church and Politics in the Near East, Oxford, Clarendon Press, 1969.

Kantorowicz Ernst 1984

Kantorowicz Ernst, Mourir pour la patrie, Paris, PUF, 1984.

Matalas Paraskeyas 2002

Matalas Paraskeyas, Έθνος και Ορθοδοξία : οι περιπέτειες μιάς σχέσης, Héraklion, Presses Universitaires de Crète, 2002.

Stavrou Theofanis 1963

Stavrou Theofanis, Russian Interests in Palestine 1882-1914 : A Study of Religious and Educational Enterprise, Thessalonique, Institute for Balkan Studies, 1963.

Strinopoulos Germanos 1929

Strinopoulos Germanos, métropolite de Thyatire, « Progress towards the Re-union of the Orthodox and Anglican Churches », Christian East 10,1 (printemps 1929), p. 20-31.

Themelis Timotheos 1907

Themelis Timotheos, « Ορθόδοξων και Αγγλικανών σχέσεις », Νέα Σιών 5 (1907), p. 520-524.

Tretjakewitsch Léon 1990

Tretjakewitsch Léon, Bishop Michel dHerbigny SJ and Russia : a Pre-Ecumenical Approach to Christian Unity, Würzburg, Augustinus Verlag, 1990.

Van der Veer Peter 1997

Van der Veer Peter, « L’État moral : religion, nation et empire dans la Grande-Bretagne victorienne et l’Inde britannique », Genèses 26 (avril 1997), p. 77-102.

Journaux & périodiques

Échos dOrient

Εκκλησιαστική Αλήθεια

Εκκλησιαστικός Κήρυξ

Νέα Σιών

Notes

1 Il convient bien entendu de nuancer cette vision « cynique » et utilitariste trop largement répandue, mais il demeure néanmoins difficile de dissocier l’action politique et les convictions personnelles morales ou religieuses lorsqu’on considère l’action de personnages comme W. Wilson ou, pour des époques plus anciennes, W. Gladstone.

2 Bourdieu Pierre 1971a, p. 295-334 ; Bourdieu Pierre 1971b, p. 1-21.

3 Bayly Christopher A. 2003, p. 325-365.

4 Échos dOrient XIX, 118 (avril-juin 1920), p. 235.

5 Ibid.

6 Croce Giuseppe 2002.

7 Εκκλησιαστικός Κήρυξ 193 (1er mars 1919), p. 133-136.

8 Pour un aperçu sommaire, voir Altholz Josef 2002-2003, p. 1-14.

9 Elle alimente l’ire anti-catholique d’une frange importante du patriarcat constantinopolitain qui se recrute surtout parmi les opposants à l’ex et futur patriarche Joachim III (1878-1884 et 1901-1912). Sur cette opposition et les alliances interconfessionnelles qu’elle induit, voir par exemple l’avis de l’organe officiel du patriarcat, Εκκλησιαστική Αλήθεια 20,1 (1er mars 1896), p. 3-5 (article continué dans les nos 2 et 8) et 6 (5 avril 1896), p. 51-54.

10 Strinopoulos Germanos, métropolite de Thyatire 1929, p. 20-31.

11 Comme en témoigne sa correspondance avec des prélats orthodoxes et anglicans contenue dans ses archives déposées à la bibliothèque Gennadios d’Athènes. Αρχείο Ιωάννη Γενναδίου (Archives Ioannis Gennadios - désormais ΑΙΓ), série I, boîte 2, dossier 2.9 « Anglicans ».

12 La création de cette association est bien mise en perspective dans l’organe du patriarcat de Jérusalem, Νέα Σιών, qui est dirigé à l’époque par C. Papadopoulos. Themelis Timotheos 1907, p. 520-524.

13 Ibid., p. 315-319 et p. 520-524. Aussi Εκκλησιαστικός Κήρυξ 8,157 (23 juin 1918), p. 327-328.

14 Une collaboration qui commence à l’occasion des négociations sur la résolution de la crise de vacance du siège archiépiscopal chypriote qui dure de 1900 à 1909. Un « comité de sages » composé des représentants des trois patriarcats orthodoxes de Constantinople, Alexandrie et Jérusalem est envoyé sur l’île. Metaxakis y représente le patriarcat hiérosolymitain et s’entend avec l’administration britannique de l’île allant à l’encontre des instructions reçues. Ιστορικό Αρχείο του Υπουργείου Εξωτερικών (Archives historiques du ministère des Affaires étrangères grec - désormais ΙΑΥΕ), dossier 1907/73.1.

15 Cette entente entre représentants britanniques, prélats orthodoxes grecs et autorités consulaires grecques face à l’ennemi commun russe (et, par ricochet, le patriarcat constantinopolitain !) se manifeste dès 1900 à Alexandrie à l’occasion de l’élection d’un nouveau patriarche orthodoxe, Photios Peroglou, un autre ex-pensionnaire du patriarcat hiérosolymitain et protecteur de Metaxakis et C. Papadopoulos après leur éviction de Jérusalem en 1908. ΙΑΥΕ, dossier 1900/68.2.

16 Télégramme du ministère des Affaires étrangères à l’ambassade de Washington du 1er juin 1918, n° 5022 annonçant la mission et lettre à l’ambassade du 5 juillet 1918, n° 6159 annonçant le départ imminent, la composition et les objectifs de la mission dans : ΙΑΥΕ, dossier 1918/B/35.4 « Αποστολή Μητροπολίτη Αθηνών εις ΗΠΑ ».

17 Lettre publiée dans Εκκλησιαστικός Κήρυξ 9,185 (7 janvier 1919), p. 7-8.

18 Télégramme de l’ambassade de Londres au ministère des Affaires étrangères (désormais ΥΠΕΞ), 14 novembre 1918, n° 11254 dans ΙΑΥΕ, dossier 1918/B/35.4 « Αποστολή Μητροπολίτη Αθηνών εις ΗΠΑ ».

19 Sa création est saluée par la revue de la métropole d’Athènes dirigée par Metaxakis : Εκκλησιαστικός Κήρυξ 9, 189 (1er février 1919), p. 72-78. Sur le travail du Committee, voir Goldstein Erik 1991, p. 36-64.

20 Télégramme Kanellopoulos à ΥΠΕΞ, 12 avril 1919, n° 3420. ΙΑΥΕ, dossier 1919/B/35.4 « Εκκλησιαστικά Εμπιστευτικό πρωτόκολλο », chemise « Américains ».

21 Mémorandum sans date avec les propositions formulées dans : ΙΑΥΕ, 1913/53.5 « Εκκλησιαστικά, σύσταση επιτροπής περι μελέτης εκκλησιαστικών και εθνικών ».

22 ΥΠΕΞ à Nicolaos Politis, 27 juillet 1919, protocole 7312, incluant le mémorandum de 14 pages de 1912-1913 avec la recommandation expresse du métropolite d’Athènes qui n’est autre que Metaxakis. ΙΑΥΕ, 1919/B/35.4 « Εκκλησιαστικά Εμπιστευτικό πρωτόκολλο ».

23 Matalas Paraskeyas 2002 ; Dialla Ada 2009. Pour deux études plus anciennes sur la présence russe en Palestine, voir Stavrou Theofanis 1963 ; Hopwood Derek 1969.

24 Il existe les notes manuscrites sur brouillon de ces réunions dans une chemise au nom de N. Politis dans : ΙΑΥΕ, 1913/55.3 « Μεταναστευτικά εκκλησιαστικά και εκπαιδευτικά ».

25 Croce Giuseppe 1993, p. 267-297, notamment p. 267-268, avec toutes les références utiles. Aussi Croce Giuseppe 1997, p. 793-823, en particulier p. 812, où l’auteur remarque que « ni la France ni la Grande-Bretagne ne s’étaient pliées de gaieté de cœur à promettre Constantinople aux Russes ».

26 Voir le dossier complet : ΙΑΥΕ, 1917/B/35, « Πανρωσικό συνέδριο Μόσχας ».

27 Ibid., Saktouris à ΥΠΕΞ, 30 septembre 1917, no protocole 7566. Il est intéressant de noter que l’orthodoxie grecque compte sur les raskolnik pour se rapprocher de l’Église russe, alors même que la révolte des raskolnik avait comme point de départ le refus par ces derniers de « l’hellénisation » des pratiques de l’Église russe initiée par le patriarche Nikon !

28 Représentant du gouvernement hellénique Stavridakis au haut-commissaire grec de Constantinople, 3 décembre 1919, ΙΑΥΕ, 1919/B/35.3 « Εκκλησιαστικά », chemise « action catholique en Géorgie ».

29 Ibid., Chryssanthos Philippidis au patriarcat, 14 décembre 1919.

30 Tretjakewitsch Léon 1990.

31 D’Herbigny Michel 1922, p. 5. Ce texte est d’abord paru dans la revue jésuite Études en 1920. Dans sa version de 1922, il est préfacé par le cardinal Mercier, archevêque de Malines, et l’un des prélats les plus influents de l’Église catholique de cette époque, notamment en raison de son attitude durant la guerre. Il serait dommage de résister au plaisir du hasard bibliophile, et de ne pas renvoyer au texte « Pro patria mori » de Kantorowicz pour une référence à la célèbre attitude du cardinal durant la guerre. Kantorowicz Ernst 1984, p. 107-109.

32 Rapport de l’abbé Vianelli à la Congrégation Propaganda Fide du 16/10/1920, protocole 3229/20 et 1497/21. Sacra Congregazione Propaganda Fide, Nuova Serie (désormais ACPF-NS), année 1921, vol. 693, Rubriche 110, ff 87-96 et en particulier f. 93.

33 Tretjakewitsch Léon 1990, p. 102.

34 Archivio Segreto Vaticano (ASV), Deleg. Apost. Turchia, busta VI, chemise « Sainte-Sophie », Gasparri à Dolci, 27 mars 1919, Segreteria n° 88624.

35 Ibid., Dolci à Gasparri, 8 mai 1919, n° 1118.

36 Ibid. Sur l’ensemble de la question avec beaucoup de références et une mise dans le contexte de la Conférence de Paix, voir Croce Giuseppe 1997, en particulier, p. 813-816.

37 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Correspondance politique et commerciale E-Levant (désormais E-Levant), Turquie/131, Doulcet à MAE, 7 août 1920, f. 73.

38 AMAE, E-Levant/Turquie/132, Henri Cambon à MAE, 26 avril 1927, f. 279-280.

39 Croce Giuseppe 1997, p. 814.

40 Les interactions intenses entre les trois parties démarrent très tôt avec un premier refus des autorités italiennes d’accepter des nominations patriarcales sans leur assentiment préalable sous peine de refuser l’entrée dans le Dodécanèse des clercs orthodoxes concernés. Voir par exemple l’intense négociation qui suit le refus du général d’Ameglio, commandant des îles, de laisser entrer un surveillant épiscopal remplaçant le métropolite de Rhodes - ce dernier étant jugé trop « mou », voire acquis aux Italiens, par le patriarcat et l’ambassade grecque de Constantinople - aboutissant finalement à l’élection d’un nouveau métropolite. ΙΑΥΕ, 1913/53.6 « Εκκλησιαστικά Αγίου Ορους και Ρόδου », Kanellopoulos de Constantinople à ΥΠΕΞ, 29 mai 1913, n° 16925 relatant sa discussion avec l’ambassadeur italien et du 31 mai 1913, n° 17107 indiquant ses propositions sur la question. Sur D’Ameglio, voir Bocquet Denis 2004, p. 133-152. Pour la période 1919-1920, ΙΑΥΕ, 1920/54.4 « Ειδικός φάκελος Δωδεκανήσου ». Sur la politique italienne à Rhodes au lendemain de la Grande Guerre, on peut voir les rapports du consul français de l’île. AMAE, Correspondance politique et commerciale Z-Europe (désormais Z-Europe), Italie/195, « Rhodes ».

41 AMAE, E-Levant/Turquie/131, Doulcet à MAE, 7 août 1920, f. 73.

42 Voir l’introduction de P. Cabanel dans ce volume pour une bibliographie indicative et une mise au point sur le sujet.

43 AMAE, E-Levant/Turquie/131, de Billy à Briand, 11 décembre 1921, f. 143-144.

44 Ibid., rapport secret du service de renseignement de la Marine (V. Rollin) à MAE, 16 août 1920, f. 74-80.

45 Ibid., Commissariat de la République française sur les Territoires occupés-Palestine à MAE, 11 décembre 1918,
f. 12-13.

46 Van der Veer Peter 1997, p. 77-102.

47 Goldstein Erik 1991, p. 63.

48 Ibid., p. 51-59.

49 Cité ibid., p. 37.

50 Montagu à Balfour, 25 novembre 1918, cité ibid., p. 58.

51 Εκκλησιαστικός Κήρυξ 9,193 (1er mars 1919), p. 143-145.

52 Sur la politique grecque concernant le patriarcat de Jérusalem et son soutien tiède aux tentatives de renversement de Damianos, voir ΙΑΥΕ, 1920/43.1 et 1920/49.3 « Ειδικός φάκελος Ιεροσολύμων 1917-1920 ». On y voit que la politique adoptée est souvent l’œuvre des agents locaux plutôt que du « centre » athénien.

53 Le récit de cette période est donné dans l’organe du patriarcat de Jérusalem Νέα Σιών 16 (1921), p. 404-437.

54 Échos dOrient XIX, 118 (avril-juin 1920), p. 208-215.

55 Comme en témoignent ses archives personnelles où son voyage à Londres et ses visites avec les prélats anglicans et autres personnalités anglaises sont détaillés. Ελληνικό Λαογραφικό και Ιστορικό Αρχείο (désormais ΕΛΙΑ), Archives Chryssanthos Philippidis (désormais ΑΧΦ), boîte 2, dossier « Αποστολή Αγγλία ».

56 ΙΑΥΕ, 1921/44, « Εκκλησιαστικά – Πρακτικά συνεδριάσεως ιεραρχίας Πατριαρχείου εν Θεσσαλονίκη », dossier 1, chemise 2, réunion du 16 décembre 1921, p. 6-9.

57 Sur la négociation entre Metaxakis et les autorités politiques et ecclésiastiques albanaises, on peut avoir un point de vue tiers par les autorités consulaires françaises : AMAE, Z-Europe/Albanie/50. Voir par exemple Beguin-Billecocq à Poincaré, 12 janvier 1923, f. 38 sur la reconnaissance « contre toute attente » de l’indépendance de l’Église albanaise par le patriarcat, reconnaissance qui ne peut être comprise évidemment que comme partie du projet fédéral de Metaxakis.

58 AMAE, Z-Europe/Yougoslavie/43, Ambassade Belgrade à MAE, 14 septembre 1920, f. 18-19 sur les implications de l’élévation de l’Église serbe au rang patriarcal. Aussi lettre de l’ambassade dans AMAE, E-Levant/Turquie/131, 14 mai 1920, f. 61-62 sur le fait que cette reconnaissance vise à modérer les ardeurs d’une partie du clergé orthodoxe serbe pour une union avec Rome.

59 AMAE, E-Levant/Turquie/131, Jessé-Curely (Istanbul) à Poincaré, 19 juin 1923, f. 203-204.

60 Ibid.

61 Metaxakis va en poursuivre une version moins ambitieuse en tant que patriarche d’Alexandrie (1925-1936).

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search