Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

Églises et acteurs religieux entre visées impériales et réalités locales : centralisme et/ou accommodation

Les missionnaires jésuites et leur adaptation à l’environnement musulman dans l’Albanie ottomane

Jesuit Missionaries and their Adaptation to the Muslim Environment in Late Ottoman Albania

Nathalie Clayer

Résumé

À travers l’analyse de l’activité de la Mission volante, une mission lancée par les missionnaires jésuites au cours de la seconde moitié du xixe s., cette étude porte sur les contraintes rencontrées par les missionnaires et leurs stratégies d’adaptation. Plus que de l’hostilité des autorités ottomanes, ces contraintes relèvent avant tout des relations complexes et de la concurrence dans le champ religieux catholique même. Elles relèvent ensuite de la situation particulière de la population catholique vivant dans un environnement musulman. Si les missionnaires tentent de renforcer la frontière entre catholiques et musulmans, ils ne sont pas sans s’acculturer eux-mêmes à la société ottomano-musulmane, notamment à travers la fabrication d’amulettes.

Texte intégral

1Les évolutions politiques qui se produisent dans l’Empire ottoman au xixe s. donnent aux missions catholiques une nouvelle impulsion dans l’Albanie ottomane, en particulier après 1850. Un nouveau contexte politique s’instaure en effet à partir du début du xixe s., engendré par l’intérêt territorial des grandes puissances et leur pénétration économique dans l’Empire ottoman, mais aussi par le recul territorial de l’Empire à la suite des révoltes serbe et grecque, ou encore par l’introduction des Tanzimat (réorganisations ou réformes) entreprises par les autorités ottomanes. Dans ce nouveau contexte, l’égalité théorique de tous les sujets de l’Empire, indépendamment de leur confession, est proclamée. Par ailleurs, une plus grande liberté d’action est garantie aux missionnaires chrétiens, catholiques et protestants, notamment dans la partie européenne de l’Empire.

2Si le nouveau contexte est globalement propice au développement des missions, au plan local, il n’est cependant pas toujours favorable au catholicisme. Du moins, des contraintes pèsent-elles sur les missionnaires et leur activité. Ces contraintes auxquelles doivent s’adapter les missionnaires sont repérables à deux niveaux : d’une part dans le changement de stratégie de l’Église romaine par rapport aux siècles précédents, et d’autre part dans la manière dont les missionnaires mènent leur action au quotidien. À ce second niveau, les missionnaires sont en effet confrontés aux rapports de force entre acteurs catholiques de divers types. Ils ont également à faire avec les réalités de la société catholique locale qui les obligent à agir de façon spécifique. Enfin, ils sont contraints par la société musulmane environnante.

  • 1 Les Lettere edificanti della Provincia Veneta étaient imprimées (sauf au début), mais restaient d’u (...)
  • 2 Cordignano Fulvio 1933-1934.

3Je me propose d’étudier ces phénomènes à travers l’exemple des missionnaires jésuites qui jouent un rôle particulier dans la nouvelle stratégie de l’Église. Ceux-ci mettent en place dans l’Albanie ottomane une « Mission volante ». À travers l’activité de cette « Mission volante », bien documentée grâce aux Lettere Edificanti1 et à l’ouvrage du père Fulvio Cordignano sur l’œuvre du père Domenico Pasi2, je voudrais examiner ici les adaptations que les missionnaires jésuites sont amenés à faire au quotidien, face aux autres entrepreneurs catholiques, à la société chrétienne locale et à l’environnement musulman.

La nouvelle stratégie de l’église et le développement des missions jésuites

  • 3 Voir Bartl Peter 1968, p. 31-36.

4Dans les dernières décennies de l’époque ottomane, deux « conciles albanais » ont lieu, le premier en 1871 et le second en 1895. Ils font suite à un premier concile consacré à la religion catholique dans les territoires albanais, organisé au tout début du xviiie s., en 1703. Or, dans le nouveau contexte de la seconde moitié du xixe s., les principes guidant l’apostolat catholique dans ces régions révèlent un changement de stratégie vis-à-vis d’une population évoluant dans un environnement musulman, où l’islam continue à gagner du terrain. En particulier, les clauses qui concernaient les apostats et le refus de leur donner les sacrements, de même qu’aux « crypto-chrétiens », sont supprimées3.

  • 4 Voir Duijzings Ger 2000, p. 86-105.
  • 5 Archives de Sacra Congregazione de Propaganda Fide, Nuova Serie (désormais ACPF-NS), vol. 69, f. 73 (...)
  • 6 Bartl Peter 1968, p. 35-36.
  • 7 Ibid., p. 32.

5Après les graves événements de 1846, au Kosovo, au cours desquels sont tués ou exilés des crypto-chrétiens qui avaient voulu se déclarer chrétiens, tant à cause de la nouvelle liberté de religion proclamée par le rescrit de 1839 que pour échapper au service militaire, l’Église catholique semble adopter une stratégie de reconquête des « crypto-chrétiens », une catégorie qu’elle a d’ailleurs d’une certaine façon alors « réinventée » à cet effet4. En 1893, l’archevêque de Skopje, Mgr Trokshi, écrit que les seuls progrès que le catholicisme pourrait faire dans ces régions seraient de regagner à l’Église les « crypto-chrétiens ». Convertir les « infidèles » est pratiquement impossible5. C’est pourquoi les « déviants » ne sont plus traités comme des brebis galeuses, mais comme des âmes à reconquérir. Dans les actes du 3e concile, celui de 1895, il est même précisé que les chrétiens passés à l’islam qui veulent revenir à la foi chrétienne doivent le faire savoir à la communauté des croyants, mais pas nécessairement aux autorités ottomanes. Ils peuvent se contenter de délaisser la pratique de l’islam6. On est donc loin du concile de 1703 qui prescrivait que « les chrétiens doivent clairement se distinguer extérieurement des musulmans et ne pas renier leur religion devant les autorités turques7 ».

  • 8 Ibid., p. 33-34 et 35.

6Les deux conciles de la fin du xixe s. soulignent néanmoins le devoir pour les missionnaires et les prêtres de combattre les abus chez les chrétiens, c’est-à-dire les coutumes non chrétiennes, notamment l’adoption de noms musulmans, le travail pendant les fêtes religieuses, la claustration des femmes à partir de douze ans (les empêchant même d’aller à la messe) et le concubinage8. Il s’agit donc à la fois de raffermir la foi et les pratiques religieuses, mais aussi de marquer le plus nettement possible la frontière entre musulmans et chrétiens. C’est ce dont vont être chargés en particulier les missionnaires jésuites par la Congrégation de la Propagande (connue comme Propaganda Fide), à partir des années 1840-1850, et plus encore à partir des années 1880, à travers différents types d’activités.

  • 9 Sur les difficultés de cette installation, voir Murzaku Ines Angeli 2006, p. 75-127.
  • 10 Cette congrégation comptait environ 300 membres à la fin des années 1890. Son activité tournait aut (...)
  • 11 D’après le consul français A. Degrand (Degrand Alexandre 1901, p. 285-286), en 1901, il y avait 18  (...)
  • 12 Sur toutes ces activités, voir le rapport de L. Martin, Rome, 21/4/1898 (Haus-, Hof- und Staatsarch (...)

7Arrivés sur les côtes de l’Albanie ottomane en 1841 et installés, non sans difficultés9, à Shkodër, puis Durrës et à nouveau Shkodër, les Jésuites de la province vénitienne sont d’abord chargés d’ouvrir un séminaire à Shkodër pour former un clergé local capable. En 1862, le séminaire devient le Collegio Pontificio Albanese, financé à la fois par la Propagande, par le gouvernement austro-hongrois, protecteur du culte, et par les évêchés de la région. Quelques années plus tard, en 1877, les missionnaires jésuites fondent, à côté des écoles élémentaires dont ils s’occupent déjà, un collège pour former sur place les jeunes scutarins aux métiers du commerce. Ils fondent une imprimerie, publient des livres et des brochures et lancent en 1891 une revue, le Messager du Sacré-Cœur de Jésus. Ils instaurent des dévotions et des congrégations. Ainsi, en 1875, ils fondent une congrégation mariale pour les boutiquiers et les commis, considérés comme en danger, car en contact permanent avec les musulmans au bazar10. Par la suite, ils mettent sur pied une congrégation mariale pour les élèves du collège, une congrégation pour les mères de famille, et œuvrent à diffuser à partir de 1891 les dévotions du Sacré-Cœur de Jésus et de la Sainte Mère de Dieu11. Ils fondent aussi des associations caritatives pour venir en aide aux pauvres et soigner les malades, en collaboration avec les Sœurs de la charité de saint Vincent de Zagreb. Enfin, en 1888, les Jésuites de Shkodër lancent une « mission volante » (Missione Volante), afin de renforcer la foi des paysans et des montagnards de la région, jusque dans les plaines du Nord du vilâyet de Kosovo, sur le modèle de ce que leurs confrères ont fait en Dalmatie12.

Les missionnaires jésuites et les autres acteurs catholiques

  • 13 On aurait aussi pu analyser les évènements qui se sont déroulés lors des premières tentatives d’imp (...)

8Les Jésuites ne sont pas les seuls à agir comme entrepreneurs catholiques dans les possessions ottomanes de la frange occidentale de la péninsule balkanique. Il y a le clergé séculier et, dans les régions étudiées, les Franciscains, nombreux à être responsables de paroisses. Dans les régions du Kosovo et de la Macédoine actuels, les Lazaristes français essayent aussi de s’implanter. Dans l’organisation de la vie religieuse interviennent également les évêques et archevêques, le Vatican, la Congrégation de la Propagande, ainsi que le délégué apostolique résidant dans la capitale ottomane. En outre, le culte catholique est protégé et soutenu financièrement par l’Autriche-Hongrie, ce qui n’empêche pas d’autres représentants étrangers, notamment les consuls français et italiens, d’intervenir au nom de leur gouvernement. Or, l’existence de ces divers acteurs entraîne des liens de collaboration ou de concurrence, voire des conflits qui influent sur l’activité des uns et des autres. Les débuts de la Mission volante et les aléas du projet de fonder une maison de la Mission à Prizren (au Sud-Ouest de l’actuel Kosovo) illustrent bien cette réalité13.

  • 14 Il était professeur au Collegio Pontificio Albanese à Shkodër.
  • 15 Sur les prémices de la création de cette mission, voir Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 132- (...)

9La Mission volante est fondée officiellement en 1888. Elle succède en réalité à toute une série de missions faites depuis le début des années 1880 dans les zones de plaine et de montagne par les missionnaires jésuites. Cette initiative résulte de plusieurs facteurs. L’accroissement de la présence des missionnaires, l’idée du père Raffaele Musati14 de lancer une telle mission, ou encore l’attachement de certains de ses collègues, comme le père Jungg, à maîtriser la langue vernaculaire pour toucher la population jusque dans ses couches les plus pauvres, jouent certainement un rôle. Mais les bouleversements politiques et économiques engendrés par la guerre avec le Monténégro voisin et les cessions de territoire à la suite du Congrès de Berlin (1878), qui touchent particulièrement les populations catholiques des montagnes environnant Shkodër, sont également déterminants15.

  • 16 Ibid., p. 181-182 et 185-186.
  • 17 Ibid., p. 177 ; et surtout ibid., vol. III, p. 98-103.

10Pour lancer officiellement la Mission volante, qui doit systématiser les efforts entrepris depuis le début des années 1880, le père Musati cherche de l’aide auprès de milieux catholiques en Italie. Il lui faut aussi obtenir l’accord de la Congrégation de la Propagande, ainsi que des lettres de soutien ou de demande de la part des évêques locaux. Or, pour cela, le père Musati ne sollicite pas les évêques franciscains. Selon l’interprétation qu’en donne le père Cordignano, il s’agissait de ne pas donner l’impression d’usurper les prérogatives des missionnaires franciscains qui œuvraient dans ces régions depuis des siècles, ou de vouloir se substituer à eux. On comprend donc que, s’il n’y a pas nécessairement conflit, il existe un risque d’antagonisme entre Jésuites et Franciscains. Certains évêques et prêtres franciscains ne manqueront pourtant pas de solliciter les missionnaires jésuites ou de les féliciter16. Seul Mgr Raffaele d’Ambrosio, archevêque de Durrës, ne voudra pas faire appel à la Mission pour, aurait-il avoué à la fin de sa carrière, préserver l’honneur des prêtres locaux. Après son départ à la retraite en 1893, Franciscains ou non, les ecclésiastiques de son diocèse, à l’exception de deux jeunes sortis frais émoulus du séminaire, continueront à refuser la venue des missionnaires, probablement perçus comme des concurrents, ou en tout cas susceptibles de rejeter sur les prêtres la responsabilité de l’existence d’abus dans la population catholique. Et ce n’est qu’à la fin de l’année 1895 que le père Pasi pourra arpenter les montagnes du diocèse de Durrës à la demande du nouvel évêque, Mgr Bianchi17.

Les enjeux de la création de maisons pour la mission volante

  • 18 Ce qui suit résulte de l’analyse du récit fourni par le père Cordignano (Cordignano Fulvio 1933-193 (...)

11La question de la création d’une maison de la Mission volante à Prizren, au Kosovo, illustre encore mieux les divergences possibles de point de vue et de stratégie des acteurs catholiques - religieux et non religieux - intervenant dans la réalisation ou la non-réalisation de certains projets. Dans cette affaire, les intérêts des missionnaires vont en effet s’opposer ou se superposer à ceux des archevêques successifs de Skopje, des prêtres exerçant dans la région, de la population chrétienne, des autorités supérieures de la Compagnie de Jésus, de la Congrégation de la Propagande, ou des gouvernements austro-hongrois et ottoman. Dans un premier temps, c’est l’archevêque de Skopje qui sera demandeur, alors que la compagnie de Jésus et les missionnaires jésuites seront réticents. Dans un second temps au contraire, les Jésuites chercheront à obtenir l’autorisation et les fonds pour l’ouverture de cette maison, mais différents facteurs empêcheront la réalisation du projet. La maison n’ouvrira ses portes qu’en 1909, soit plus de 20 ans après le début de la Mission, et elle ouvrira à Üsküp/Skopje, et non à Prizren18.

12À partir des années 1881-1882, l’archevêque de Skopje, Mgr Czarev, demande de façon répétée l’installation des Jésuites à Prizren afin de mettre sur pied un séminaire, et de s’occuper des écoles et des fidèles. Mais aucune de ses demandes n’est satisfaite par le Provincial de l’ordre. L’archevêque prend alors contact avec les Lazaristes. En 1888, ce sont les sœurs de la Charité qui ouvrent une maison à Prizren. Deux ans plus tard, le préfet de la Congrégation de la Propagande demande au recteur du Collège d’étudier la possibilité d’ouvrir une petite maison pour les pères jésuites à Gjakovë (une petite ville située non loin de Prizren) où les chrétiens occultes (c’est-à-dire les crypto-chrétiens) sont nombreux. Le père Pasi étudie donc la question, alors que le successeur de Mgr Czarev, Mgr Logoreci, continue à traiter avec le supérieur des Lazaristes pour une éventuelle installation à Prizren, étant donné la réponse jusque-là négative des Jésuites. Le gouvernement austro-hongrois s’alarme alors à l’idée de voir l’influence française s’établir à travers l’installation des religieux lazaristes. C’est une perception classique et tout à fait logique lorsque l’on connaît en effet les relations entre diplomatie française et missions lazaristes dans l’Empire ottoman. Il intervient donc auprès de la Propagande pour souligner que, s’il y a besoin de religieux à Prizren, il faut y envoyer les Jésuites qui se trouvent déjà à Shkodër et qu’il soutient financièrement. La Propagande demande donc à l’archevêque de Skopje de trouver une maison à Prizren pour les missionnaires jésuites. Les représentants de l’Autriche-Hongrie essaient de leur côté de persuader les Jésuites de s’installer dans cette ville.

13S’il y a donc désormais, pour des raisons politiques, une motivation en haut lieu en faveur de l’ouverture d’une maison à Prizren, plusieurs obstacles se dressent contre le projet. D’une part, le père Pasi, qui se rend sur place, constate que les prêtres locaux sont plutôt hostiles à la venue des Jésuites, car ils pensent que les missionnaires vont leur causer des ennuis. D’autre part, il y a divergence de vue entre le gouvernement austro-hongrois et la Propagande : alors que le premier veut que les Jésuites s’installent pour faire fonctionner des écoles, le préfet de la Propagande souhaite développer l’activité missionnaire et parle d’ouvrir une maison pour la Mission volante. À la suite de l’enquête du père Pasi, les Jésuites locaux décident donc de répondre qu’ils sont trop peu nombreux pour ouvrir une seconde maison pour la Mission et qu’ils ne veulent pas offenser le clergé local. Les autorités austro-hongroises ne sont pas satisfaites de la réponse et le font savoir aux missionnaires jésuites présents dans la région par l’intermédiaire du consul. La Propagande intervient de son côté auprès de l’archevêque de Shkodër pour dire que cette réponse n’est pas convenable.

14En avril 1891, le père Pasi accepte l’idée du Provincial d’ouvrir dans chacun des autres diocèses albanais une maison louée pour la Mission pendant le séjour des missionnaires. Le Provincial cherche par ailleurs à augmenter le nombre de missionnaires participant à la Mission et à trouver de nouveaux fonds pour celle-ci. Cependant, en ce qui concerne l’archevêché de Skopje, le père Pasi reste réticent, puisqu’il écrit en juillet 1891 à l’archevêque de Shkodër que, bien que les Jésuites se soient justifiés auprès du clergé local contre l’accusation d’avoir voulu faire partir les sœurs de la Charité et d’avoir empêché les Lazaristes de s’installer à Prizren, il subsiste une certaine méfiance à leur égard. L’archevêque transmet cette décision au préfet de la Congrégation de la Propagande, qui répond comprendre ces motifs qui conduisent à remettre le projet à des jours meilleurs.

15Ce sont des raisons financières qui vont, semble-t-il, pousser le responsable de la Mission volante à changer de stratégie. De fait, le père Pasi n’arrive pas à assurer la viabilité financière de la Mission, la Propagande ne versant pas la moindre subvention, même irrégulière, tout en continuant à demander l’ouverture d’une maison dans l’archevêché de Skopje. En mai 1893, il s’adresse alors au Préfet en lui expliquant pourquoi le projet de fonder une maison à Prizren n’avait pas abouti jusque-là. Or, les conditions seraient désormais réunies pour le faire, puisque la population et le clergé le désirent, que la Province commence à avoir des pères connaissant l’albanais et le slave et que le Provincial n’est pas hostile à l’idée d’augmenter le nombre de missionnaires liés à la Mission volante. Le père Pasi ne manque pas d’indiquer ensuite les besoins financiers relatifs à cette extension de la Mission. Le préfet de la Congrégation lui demande alors de faire un mémoire détaillé à ce sujet afin de le transmette à l’ambassadeur austro-hongrois, car la Propagande n’est pas en mesure de financer un tel projet.

16Le père Pasi adresse donc une lettre dans laquelle il souligne les besoins d’agir dans les régions de contacts avec les musulmans, car les apostasies sont fréquentes en l’absence de clergé, surtout dans l’archevêché de Skopje. Dans ces régions, des missionnaires doivent aider les prêtres permanents. Il détaille ensuite le projet de maison centrale à Prizren. Il envoie cette lettre au Provincial qui la transmet au préfet de la Propagande afin de la remettre à l’ambassadeur austro-hongrois. Après moult négociations entre le père Pasi, la Propagande et les autorités austro-hongroises, la Mission reçoit enfin une aide financière et une maison peut ouvrir ses portes à Shkodër à l’automne 1895 pour les sept missionnaires affectés à la Mission. En revanche, le projet de la maison de Prizren ne voit toujours pas le jour.

  • 19 En 1905, Mgr Trokshi demande à nouveau l’aide des missionnaires. Mais, lorsque à la fin de l’année (...)

17Cette fois ce sont des facteurs propres à la situation dans l’archevêché de Skopje qui font obstacle. D’un côté les catholiques locaux vivent une situation tendue ; de l’autre, le nouvel archevêque, Mgr Trokshi, demande aux Jésuites de s’établir dans son archidiocèse, mais en leur fixant des conditions que ceux-ci ne peuvent accepter : ils ne doivent avoir ni église ni chapelle, la maison ne peut servir qu’aux pères faisant partie de la Mission volante, et surtout, en tout et pour tout, ils sont soumis au clergé ordinaire. Ils peuvent donc œuvrer dans l’archidiocèse, mais uniquement en tant que missionnaires19. En 1898, alors que la Propagande et le gouvernement de Vienne cherchent de nouveau à réactiver le projet, c’est le gouvernement ottoman, alerté semble-t-il par l’archevêque, qui s’y oppose. Le climat local n’est d’ailleurs pas favorable à l’établissement permanent des Jésuites. L’activité des sœurs et le fonctionnement des écoles catholiques soulèvent de nombreux problèmes, quant aux missionnaires jésuites, des bruits courent qu’ils sont à la solde de l’Autriche-Hongrie.

18Il faudra attendre le remplacement de Mgr Trokshi par Mgr Lazar Miedia, un ancien élève du Collège jésuite, en 1909, donc peu après la révolution jeune-turque, pour voir la situation se débloquer d’une certaine façon. Le nouvel archevêque propose en effet immédiatement au pape et au préfet de la congrégation de fonder une maison des pères jésuites à Prizren. Ces derniers acceptent et s’adressent au Provincial de la Provincia Veneta qui se tourne à son tour vers le recteur du Collège jésuite de Shkodër. Le recteur répond que, étant donné le trop petit nombre de missionnaires, il est possible d’ouvrir un hospice où les missionnaires passeraient quelques mois de l’année, et non une résidence stricto sensu. En outre, cet hospice devrait voir le jour à Üsküp/Skopje, la capitale du vilâyet, et non à Prizren. Enfin, les missionnaires envoyés là-bas devraient savoir le slave et avoir quelques notions de français et d’allemand. Outre la situation délicate régnant à Prizren, l’une des raisons de la préférence pour Skopje semble avoir été qu’un prêtre était prêt à y offrir une maison à la Mission. Malgré la réaction négative des représentants austro-hongrois qui ont peur d’une réaction du gouvernement ottoman, les Jésuites fondent dans les jours qui suivent un hospice à Skopje, peu de temps donc avant les guerres balkaniques.

19De ce qui précède, on peut déduire que l’existence d’un environnement musulman ne peut être considérée comme la raison principale des difficultés rencontrées dans la création d’un lieu fixe pour les missionnaires jésuites au centre de la Péninsule. Dans ce contexte de la fin de l’époque ottomane, l’activité des jésuites est plus généralement contrainte par la stratégie et les possibilités d’action de la Province vénitienne de la Compagnie de Jésus et celles de la Propagande et du Vatican, qui ne coïncident pas toujours forcément. Le développement de leur activité dépend aussi des contraintes qu’exerce l’Autriche-Hongrie sur la Propagande ou de l’usage que fait la Propagande du protectorat du culte exercé par cet Empire. Leur activité est aussi affectée par l’attitude des archevêques, dont on voit qu’elle peut varier beaucoup en fonction de leur personnalité et de leurs intérêts. L’attitude du clergé local, et plus généralement le contexte local représentent également des facteurs déterminants. Au niveau local, l’activité des missionnaires est d’ailleurs aussi largement conditionnée par le comportement de la population aussi bien chrétienne que musulmane.

La mission volante jésuite, les chrétiens et l’environnement musulman

  • 20 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 132-133.

20Le lancement de la Mission volante répond à la volonté des missionnaires jésuites d’évangéliser « les pauvres montagnards sans pasteur, contraints de vivre au milieu des loups », une expression faisant référence à la fois au manque de prêtres et à l’environnement musulman. Plus précisément pour les missionnaires, les problèmes auxquels la population catholique des montagnes est alors exposée sont de trois ordres : le manque de clergé, l’ignorance en matière de religion et l’environnement musulman. Cette situation entraîne ce qu’ils appellent des « abus » (abusi en italien), jusqu’au passage à l’islam dans certains cas. Face à cela, les Jésuites considèrent que les prêtres isolés sont pratiquement impuissants20 ou, en tout cas, que le manque d’uniformité dans l’action des prêtres et l’ignorance de certains d’entre eux empêchent l’éradication des abus ; ce qui justifie bien entendu leur propre action.

La lutte des missionnaires contre les abus de la population chrétienne

  • 21 Le père Pasi s’élève contre la fraternité de sang, car elle crée une parentèle que ne reconnaît pas (...)
  • 22 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 155.
  • 23 Ibid., p. 266-268. Voir aussi ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno d (...)

21Parmi les abus dénoncés dans les rapports du père Domenico Pasi, longtemps responsable de la Mission volante, on trouve : le concubinage avec une belle-sœur ou une tante veuve, l’usure, le vol, le rapt, la vendetta, la fraternité de sang (y compris avec des musulmans)21, le retard du baptême, les fiançailles des filles dès le berceau, les faux serments. D’autres abus relèvent encore plus étroitement du contact avec les musulmans, comme la profanation du dimanche par la fréquentation du marché en ville, l’adoption de noms « turcs » (c’est-à-dire musulmans), la perception du jeûne comme un jeûne de ramadan22, la vente de femmes à des « Turcs », l’adoption de parrains « turcs » ou « schismatiques », le recours aux hodjas ou aux cheikhs près des türbe pour chercher remède, par le truchement de brevets ou amulettes (hajmali), et enfin bien sûr le cas extrême du passage à l’islam23.

  • 24 Les activités principales des missionnaires pendant la mission sont la prédication, le catéchisme p (...)
  • 25 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 369 sqq. ; ARSI, V° Anno della Missione Volante Albanese, p (...)

22Dès lors que le passage à l’islam a eu lieu, les missionnaires restent impuissants. Ils tentent donc d’éradiquer les abus, tout en raffermissant la foi, de façon à freiner les conversions. Leur action dans ce sens s’inscrit bien sûr d’abord dans le domaine religieux. Il s’agit d’instruire sur le plan religieux la population, en particulier les enfants, d’administrer les sacrements et de faire des messes dans ces régions où il y a peu de prêtres24. Il s’agit aussi de diffuser la dévotion du Sacré Cœur de Jésus, dans le but de déraciner les « superstitions », telle la croyance dans le pouvoir des tombes de saints musulmans25.

  • 26 En 1894, le père Molinari demande comme « moyens de prestige pour la Mission » : « 1) un grand cruc (...)
  • 27 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 269-70.
  • 28 Ibid., p. 99-101.

23Dans la méthode employée, on remarque en particulier l’usage abondant d’images et d’objets : crucifix couvert de plaies et ruisselant de sang, tableaux représentant les fins dernières pour lutter contre le concubinage et les faux serments ; ou encore chapelets, croix, médailles ou autres objets à distribuer aux plus assidus26. L’usage de l’albanais, c’est-à-dire de la langue vernaculaire, est également très important, et l’acculturation va encore plus loin, puisque la récitation du rosaire ou d’autres oraisons et prières se fait sur le même mode que celui des chants populaires27. Les missionnaires sont d’ailleurs persuadés de la nécessité de bien connaître non seulement la langue, mais aussi les coutumes locales, tout en faisant preuve d’un bon sens pratique pour s’adapter au contexte28.

  • 29 Voir par exemple ibid., vol. III, p. 149.
  • 30 Le consul Degrand (Degrand Alexandre 1901, p. 154) explique que la loi des montagnes propres aux Mi (...)

24Au reste, les missionnaires n’interviennent pas uniquement dans le domaine religieux. Lors de leurs tournées, ils pacifient les sangs, c’est-à-dire règlent les vendettas29, notamment en refusant l’administration de la communion ou en menaçant les protagonistes d’excommunication. Pour éradiquer certains abus, ils utilisent aussi la loi coutumière en la christianisant. Ainsi par exemple, ils essayent d’instaurer dans certains villages une loi qui existe chez les Mirdites, interdisant la vente de filles aux « Turcs », c’est-à-dire aux musulmans30. Le contrevenant se voit brûler sa maison, confisquer ses bêtes, expulsé du pays et excommunié, ainsi que les missionnaires l’expliquent dans leur rapport :

  • 31 ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle le (...)

Au premier d’entre eux [= au premier abus], qui consiste à vendre pour un prix donné aux Turcs [= aux musulmans] leurs propres filles parce qu’ils les prennent pour épouses, on a tenté de remédier, comme il a été déjà rapporté, dès le début de la Mission, grâce à une loi acceptée et admise par les chefs de nombreuses régions où un tel désordre était le plus commun, parce qu’ils étaient voisins des Turcs [= des musulmans]. La loi impose qu’à l’avenir personne ne vendra plus de jeunes filles aux Turcs [= aux musulmans] : celui qui contreviendrait à cette loi, se verrait brûler sa maison, perdrait toutes ses bêtes et serait expulsé de la région en tant qu’excommunié. Les divers villages situés sur la rive du fleuve Drin ont presque tous fait leur et adopté cette loi et l’effet qui déjà en résulte est très salutaire. Aussitôt que Mgr Marsili, évêque de Sappa en fut informé, il s’en montra très satisfait31.

Les jésuites, les religieux musulmans et la magie

25On le voit, plusieurs de ces types d’action tentent de réduire les contacts des populations catholiques avec leur environnement musulman, qu’il s’agisse d’éviter que les chrétiens prennent des musulmans pour parrain ou pour frère de sang, qu’ils donnent leurs filles à des musulmans ou encore qu’ils pensent faire un ramadan lorsqu’ils jeûnent, adoptent des noms musulmans ou ne respectent pas le repos dominical pour le consacrer au Seigneur. Dans les rapports de la Mission volante, le recours aux spécialistes religieux musulmans semble toutefois être l’abus résultant du contact avec l’environnement musulman qui inquiète le plus les missionnaires jésuites, probablement parce qu’il s’agit d’une concurrence qui leur est faite et que leur autorité religieuse se trouve par là en jeu.

  • 32 Degrand Alexandre 1901, p. 25.

26Les membres de la Mission essayent donc de montrer aux montagnards le caractère horrible que revêt le recours aux infidèles (sorcières, tsiganes, hodjas ou autres derviches), lorsqu’ils cherchent un remède ou qu’ils veulent frapper quelqu’un. Le père Pasi écrit à ce sujet que le recours des pauvres montagnards à la magie, aux sorcières, aux hodjas est une véritable plaie qui conduit à la ruine de nombreuses âmes, car cela implique l’usage de maléfices et la communication directe avec le diable. Il note en particulier que, si l’on conçoit une haine contre quelqu’un, alors on lui vole un objet, on le porte au hodja pour qu’il fasse un maléfice, et ce « vicaire du démon », moyennant une bonne somme, distribue des « fichettes magiques », ruinant les familles et les consciences. Il ajoute qu’en un peu plus de deux mois, il a recueilli 45 de ces signets magiques32.

  • 33 Les derviches sont perçus de façon particulière : le père Pasi relève la place spéciale qu’ils acco (...)

27On peut imaginer les arguments que les missionnaires emploient pour dissuader les montagnards catholiques d’avoir de telles pratiques, lorsqu’on lit dans les rapports de la Mission que les hodjas et derviches33 qui s’adonnent à ce type d’activité sont des suppôts de Satan, qu’ils font semblant et que c’est le hasard qui est responsable de leur réussite éventuelle.

  • 34 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. II, p. 283. Dans certains cas, lorsque des femmes (y compris musu (...)
  • 35 Le père Cordignano rapporte l’histoire d’une jeune fille à laquelle une sorcière avait donné un « s (...)
  • 36 Ibid., vol. II, p. 173.
  • 37 Voir par exemple Elcija e zemres tJezu krisctit, année 1899 (rubrique « T’hapunit e dasctniis t’ze (...)

28Toutefois les missionnaires ne se contentent pas de la rhétorique pour essayer d’éradiquer ce type d’« abus ». Ils tentent ainsi de proposer des méthodes alternatives de guérison et de protection. En 1893, dans le diocèse de Pulati, alors que les catholiques viennent demander au missionnaire des amulettes pour les malades, les enfants, les animaux ou encore contre les sauterelles, celui-ci, jugeant que cela lui fait perdre trop de temps, décide, à la place, de bénir l’eau de saint Ignace et de la distribuer en expliquant sa vertu prodigieuse34. D’autres méthodes alternatives sont la distribution de médailles35 et l’utilisation d’images saintes. Les missionnaires exhortent ainsi les fidèles à recourir à Jésus-Christ en allumant des bougies devant son image. Plus les bougies se multiplient, plus les fidèles sont attirés et il se produit des guérisons miraculeuses36. Car, comme on l’a vu plus haut, la dévotion du Sacré-Cœur de Jésus est particulièrement utilisée par les Jésuites pour tenter d’éradiquer le recours aux personnages et lieux saints de l’islam. Dans les années 1890, dans chaque numéro du Messager du Sacré-Cœur de Jésus (Elcija e zemres tJezu krisctit), la revue éditée par les Jésuites, on trouve de courts récits de guérisons et autres bienfaits obtenus grâce à cette dévotion, probablement destinés à pousser les fidèles à rendre grâce au Sacré-Cœur37.

  • 38 Cela n’a sûrement pas toujours été le choix des Jésuites ; mais, si le père Pasi fait état de cette (...)
  • 39 Le père Cordignano définit le terme « brevet » comme suit : « cartine che si fanno scrivere dai Sac (...)
  • 40 ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle le (...)
  • 41 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 286-288. Le père Cordignano ajoute que les fidèles accorden (...)

29Cependant, dans certains cas les missionnaires sont aussi amenés, non pas à critiquer ou à inventer des méthodes de substitution, mais à faire eux-mêmes des talismans et à les distribuer à la population catholique38. Écrire des « brevets » devient en effet l’une des occupations des missionnaires en voyage, et ces « brevets » sont tout à fait similaires à ceux que font leurs « concurrents musulmans39 ». Il s’agit de morceaux de papier ou de billets, le plus souvent pliés en triangle, sur lesquels on écrit quelque sentence des Écritures ou quelque oraison. Même la manière de les porter est identique : le plus souvent au cou, cousu à un vêtement ou dans la poche des hommes, ou bien attachés de diverses manières aux bêtes et aux choses que l’on cherche à préserver ou à guérir d’un certain mal grâce à leurs vertus40. Le recours aux brevets est en effet souvent la conséquence de la croyance au mauvais œil, qui peut toucher un champ, une brebis ou un enfant41.

30Le père Pasi justifie sur deux plans une telle pratique. D’une part, les autorités catholiques l’autorisent. Selon lui, en effet, par ordre du pape Benoît XIV, le Saint-Office a envoyé une instruction relative à de tels brevets, donnés tant à des chrétiens qu’à des musulmans qui font souvent appel aux prêtres catholiques. Au reste, il s’agirait d’une tradition très ancienne puisque saint Thomas parlerait lui aussi d’un tel usage qui existait depuis l’époque de saint Jean Chrysostome. D’autre part, c’est la situation particulière de la population catholique des montagnes albanaises qui l’exige. Par là, il s’agit en effet d’empêcher les montagnards d’avoir recours aux hodjas et aux sorciers, très nombreux en « terre turque » :

  • 42 ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle le (...)

Et comme certaines fois, soit par hasard, soit par œuvre du diable ou pour une autre raison, il advient que, après avoir eu recours au hodja ou à la sorcière, ils [les montagnards] obtiennent ce qu’ils cherchaient, en cas de grave nécessité, il est bien difficile d’empêcher ces gens d’aller chercher remède auprès de telles personnes ; d’autant plus que de tels principes déviants sont profondément enracinés dans leurs esprits, et qu’il est pratiquement impossible de les persuader du contraire. […] Pour empêcher un tel mal, il faut que le missionnaire soit prêt à contenter les montagnards quand ils viennent à exposer leurs besoins, et à faire écrire des brevets, jusqu’à ce qu’avec le temps et l’instruction ils ne changent d’idée et qu’ils ne pensent de façon plus droite. […] Il est donc inutile pour l’instant de combattre de telles superstitions, ou de les tourner en ridicule : si l’on refuse à ceux qui demandent un brevet, ils ne manquent pas de recourir au diable. Il ne faut pas croire qu’avec nos brevets nous nourrissons de telles superstitions. Nous nous servons des brevets comme le permet le Saint-Office, car ils empêchent à nos catholiques le recours aux infidèles : de plus, nous ne posons pas de questions, comme le font ceux-ci, sur les heures et les qualités du mal et sur ses plus menues circonstances ; mais nous les exhortons à se confier au Seigneur et à le prier, et nous sommes spécialement habitués à faire réciter la troisième partie du rosaire et d’autres oraisons, et très souvent le Seigneur exauce d’un rapide remède la foi de ces pauvres42.

  • 43 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 384 ; ARSI, IV et V Anno della Missione Volante in Albania, (...)
  • 44 Il existait aussi des sorciers et sorcières chrétiens qui guérissaient les hommes ou les animaux pa (...)

31Les rapports de la Mission montrent effectivement que la magie constitue l’un des points de contact les plus fréquents entre chrétiens et musulmans. Ainsi, dans les familles converties à l’islam, les hommes ne permettent souvent aux femmes d’aller voir les missionnaires chrétiens que s’il s’agit de demander une amulette43. Pour les missionnaires jésuites, il est donc important, dans ces conditions qu’ils considèrent comme temporaires (il s’agit bien sûr d’un artifice justificatif), de se substituer aux hodjas, derviches et autres sorcières, non seulement en les décriant, mais aussi et surtout en les imitant, tout en christianisant la pratique magique44.

Les missionnaires et l’environnement musulman

32L’environnement musulman auquel les missionnaires ont à faire ne se limite pas aux spécialistes religieux qu’ils doivent concurrencer dans le domaine de la magie et de la guérison. Leur marge de manœuvre est aussi parfois dictée par les réactions de la population musulmane et plus spécifiquement par celles des autorités ottomanes locales.

  • 45 Voir Murzaku Ines Angeli 2006, p. 91 sqq.
  • 46 Ibid., p. 120-126.

33Les Jésuites avaient déjà connu un phénomène de rejet au moment de leur arrivée à Shkodër dans les années 1841-1843. Le bâtiment du futur séminaire avait été alors détruit, en raison de l’hostilité de la population musulmane et, finalement, des autorités ottomanes, sans compter la réticence de certains catholiques45. En 1856, lorsqu’un nouveau bâtiment en construction avait été encore une fois détruit, la venue d’un bateau de guerre autrichien avait obligé le gouvernement ottoman à garantir la présence et la sécurité de la mission46. Par la suite, l’activité des missionnaires est surtout menacée en temps de crise, comme en 1896-1897, quand la tension est grande entre musulmans et chrétiens, à la suite des massacres d’Arméniens dans l’Empire et de l’affaire de Crète, mais aussi en raison de conflits locaux se traduisant par des profanations de croix et de mosquées. Dans ce contexte, les musulmans de la ville s’attaquent aux chrétiens et en particulier aux Jésuites.

  • 47 ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle le (...)

34En dehors de ces périodes de crises, les missionnaires jésuites sont souvent suspects aux yeux des musulmans. À plusieurs reprises, les rapports de la Mission volante font état d’accusations dont les missionnaires sont l’objet. Ainsi, suite à leur mission à Ibalia, ils observent le changement d’attitude des musulmans. Alors que ceux-ci avaient dans un premier temps félicité les chrétiens d’avoir obtenu des ministres de la religion, en les voyant réciter des prières et chanter sans arrêt, ils deviennent jaloux et peureux. Ils dénoncent alors les Jésuites en se référant à une possible occupation du pays par les puissances chrétiennes.47.

  • 48 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. III, p. 156.
  • 49 Ibid., p. 156-158, 159-168.

35Par ailleurs, les autorités ottomanes voient souvent d’un mauvais œil la concurrence des missionnaires dans le domaine du règlement des vendettas, qui porte atteinte à leur propre autorité48. En avril 1895, le vali de Shkodër demande donc l’arrêt immédiat de la Mission alors dans la Mirdita, insistant sur le fait que les missionnaires se sont arrogé les fonctions qui appartiennent au gouvernement. Les Jésuites se voient alors interdire d’opérer en dehors des églises de la région. En février de l’année suivante, le kaymakam de Lesh (Alessio, aujourd’hui Lezhë) demande de la même façon aux missionnaires, qui viennent justement de pacifier de nombreuses vendettas dans la région, de quel droit ils pacifient les sangs. L’affaire remonte jusqu’à Shkodër, le siège du vali et de l’archevêque, mais les Jésuites commencent à être aussi accusés de faire des discours politiques au cours de leurs prêches. Le nouveau vali prend la même position que son prédécesseur. En réalité, le contexte de l’époque, caractérisé par des tensions entre chrétiens et musulmans, on vient de le voir, accentue le conflit entre les missionnaires d’un côté, et les autorités ottomanes et les musulmans de l’autre49.

  • 50 Ibid., p. 167.
  • 51 ARSI, Lettere edificanti della Provincia Veneta, Serie XIV, 1904, p. 45-46.
  • 52 Somel Selçuk Akşin 2001, p. 69.

36Les rapports avec les autorités ottomanes et les musulmans sont cependant plus complexes qu’il n’y paraît. Il n’y a pas nécessairement de réaction homogène vis-à-vis des missionnaires et, en outre, cette réaction n’est pas systématiquement négative. Le père Cordignano souligne le fait que les problèmes venaient le plus souvent des fonctionnaires ottomans subalternes, comme les kaymakam (l’équivalent d’un sous-préfet), ainsi qu’on vient de le voir dans le cas évoqué au paragraphe précédent. Mais, la population pouvait aussi ne pas suivre l’attitude des fonctionnaires ottomans. En 1896 par exemple, un musulman de Miloti défend les missionnaires contre le gouvernement, au sujet de leur action pour la pacification des vendettas50. Les autorités provinciales elles-mêmes ne leur sont pas toujours hostiles. En 1841, ce sont même elles qui accueillent favorablement les Jésuites parce qu’ils ont accepté de soigner le vice-gouverneur. Au reste, les musulmans font appel aux missionnaires, on l’a vu, pour des guérisons magiques. Certains gouverneurs finissent également par solliciter les missionnaires pour régler des problèmes de vendettas51. L’influence des Jésuites sur la société musulmane s’affirme aussi dans le domaine culturel, puisque le vali envoie des musulmans se former aux métiers de l’imprimerie chez les Jésuites. Leur installation qui avait provoqué une intervention autrichienne en 1856 avait aussi poussé, dès cette époque, le gouvernement ottoman à fonder une école rüşdiye à Shkodër52.

37En réalité, il faudrait, comme je l’ai fait au sujet des acteurs catholiques, analyser dans chaque cas de conflit les positions des différents acteurs musulmans en fonction de leurs intérêts, de leurs contraintes et de leurs stratégies, car il est évident que ceux-ci étaient loin de systématiquement converger.

Conclusion

  • 53 Au début du xxe s., ce sont les Franciscains qui codifieront la loi coutumière locale et, ce faisan (...)

38L’installation et l’activité des Jésuites dans l’Albanie ottomane à partir du milieu du xixe s. ne se sont pas faites sans difficultés, ni sans contraintes. Cependant, celles-ci n’ont pas été nécessairement le fait d’un pouvoir ottoman répressif et d’une population musulmane hostile. Elles sont dues, de façon beaucoup plus complexe, à des intérêts divergents et convergents d’une multiplicité d’acteurs non seulement musulmans, mais aussi non musulmans, et en particulier catholiques. Elles sont liées à des rapports de force entre ces acteurs dans un contexte local, régional et impérial variant avec le temps et les évolutions politico-sociales. Surtout, alors qu’elles œuvrent pour le renforcement de la frontière entre chrétiens et musulmans, ces contraintes ont conduit à une certaine acculturation des missionnaires. Celle-ci résulte d’une volonté des missionnaires de s’adapter à la société catholique locale pour mieux la rechristianiser, mais elle est aussi la conséquence de l’environnement musulman et de son influence sur la société catholique locale. Ce faisant, les missionnaires ont été amenés à imiter les entrepreneurs religieux musulmans, leurs concurrents sur le terrain, et à devenir les praticiens d’une magie - certes christianisée -, ou à imposer des règles coutumières elles-aussi retranscrites en termes catholiques53. D’un autre côté, l’environnement musulman n’a pas toujours été hostile, subissant même une certaine influence de la part des missionnaires.

Bibliographie

Archives

Archives de Sacra Congregazione de Propaganda Fide, Nuova Serie (ACPF-NS), Rome

Archives romaines de la Compagnie de Jésus (ARSI), Rome.

Haus-, Hof- und Staatsarchiv, Vienne.

Bibliographie

Bartl Peter 1968

Bartl Peter, Die albanischen Muslime zur Zeit der nationalen Unabhängigkeitsbewegung (1878-1912), Wiesbaden, O. Harrassowitz, 1968.

Cordignano Fulvio 1933-1934

Cordignano Fulvio, LAlbania a traverso lopera e gli scritti di un grande Missionario italiano il P. Domenico Pasi S.I. (1847-1914), 3 volumes, Roma, Istituto per l’Europa orientale, 1933-1934.

Degrand Alexandre 1901

Degrand Alexandre, Souvenirs de la Haute-Albanie, Paris, H. Welter, 1901.

Duijzings Ger 2000

Duijzings Ger, Religion and the Politics of Identity in Kosovo, London, Hurst, 2000.

Gjeçovi Shtjefën 1999

Gjeçovi Shtjefën (éd.), Kanuni i Lekë Dukagjinit, Tirana, Kuvendi, 1999.

Murzaku Ines Angeli 2006

Murzaku Ines Angeli, Catholicism, Culture, Conversion : The History of the Jesuits in Albania (1841-1946), Roma, Pontificio Istituto Orientale, 2006.

Somel Selçuk Akşin 2001

Somel Selçuk Akşin, The Modernization of Public Education in the Ottoman Empire 1839-1908. Islamization, Autocracy and Discipline, Leiden, Brill, 2001.

Journaux & périodiques

Elcija e zemres tJezu krisctit (1899)

Notes

1 Les Lettere edificanti della Provincia Veneta étaient imprimées (sauf au début), mais restaient d’un usage interne aux Archives romaines de la Compagnie de Jésus (désormais ARSI) ; on y trouve les relations des missionnaires.

2 Cordignano Fulvio 1933-1934.

3 Voir Bartl Peter 1968, p. 31-36.

4 Voir Duijzings Ger 2000, p. 86-105.

5 Archives de Sacra Congregazione de Propaganda Fide, Nuova Serie (désormais ACPF-NS), vol. 69, f. 732a-739a, Relation de Mgr Trokshi, Archevêque de Skopje, 15/12/1893.

6 Bartl Peter 1968, p. 35-36.

7 Ibid., p. 32.

8 Ibid., p. 33-34 et 35.

9 Sur les difficultés de cette installation, voir Murzaku Ines Angeli 2006, p. 75-127.

10 Cette congrégation comptait environ 300 membres à la fin des années 1890. Son activité tournait autour de cinq domaines : la réforme du costume, la revivification de l’esprit chrétien, la fréquentation des sacrements, la splendeur du culte et les vocations religieuses.

11 D’après le consul français A. Degrand (Degrand Alexandre 1901, p. 285-286), en 1901, il y avait 18 confréries fonctionnant à Shkodër. D’autres avaient été fondées aussi dans le vilâyet du Kosovo (Kosovo et Nord de la Macédoine actuels).

12 Sur toutes ces activités, voir le rapport de L. Martin, Rome, 21/4/1898 (Haus-, Hof- und Staatsarchiv-Vienne, PA XII/302), ainsi que « I primi cinquant’anni del Collegio Pontificio Albanese e le Pie Opere ch’ebbero origine da esso », dans Lettere edificanti della Provincia Veneta, Serie XIX, 1909, p. 303 sqq. et Murzaku Ines Angeli 2006, p. 128-270.

13 On aurait aussi pu analyser les évènements qui se sont déroulés lors des premières tentatives d’implantation des Jésuites à Shkodër. À ce sujet, voir Murzaku Ines Angeli 2006, p. 75-127.

14 Il était professeur au Collegio Pontificio Albanese à Shkodër.

15 Sur les prémices de la création de cette mission, voir Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 132-168, et sur le lancement de la mission, ibid., p. 169-175.

16 Ibid., p. 181-182 et 185-186.

17 Ibid., p. 177 ; et surtout ibid., vol. III, p. 98-103.

18 Ce qui suit résulte de l’analyse du récit fourni par le père Cordignano (Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 210-217, 219-232).

19 En 1905, Mgr Trokshi demande à nouveau l’aide des missionnaires. Mais, lorsque à la fin de l’année le père Pasi lui demande de pouvoir disposer d’une cellule dans la paroisse de Ferizović pour un père et un catéchiste, sans quoi une activité soutenue des missionnaires dans la région est impossible, l’archevêque répond à nouveau qu’il n’est pas question d’ouvrir une maison ni d’assumer un service paroissial.

20 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 132-133.

21 Le père Pasi s’élève contre la fraternité de sang, car elle crée une parentèle que ne reconnaît pas l’Église, puisque les catholiques locaux excluent tout échange matrimonial avec le frère de sang et sa famille (ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle lettere edificanti della Provincia veneta – Serie III, Modena, 1890, p. 85).

22 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 155.

23 Ibid., p. 266-268. Voir aussi ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle lettere edificanti della Provincia veneta – Serie III, Modena, 1890, p. 9-17, 25, 58-60, 85, 86-88 ; V° Anno della Missione Volante albanese, p. 75.

24 Les activités principales des missionnaires pendant la mission sont la prédication, le catéchisme pour les enfants, la confession et la délivrance des sacrements (Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 162). Cf. aussi Murzaku Ines Angeli 2006, p. 215-218.

25 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 369 sqq. ; ARSI, V° Anno della Missione Volante Albanese, p. 38, où le père Pasi rapporte que, pour empêcher les fidèles de recourir aux lieux et personnages saints de l’islam dans la région de Prizren et Gjakovë (au Kosovo), il diffuse les grâces du Sacré-Cœur de Jésus, en distribuant des images du Sacré-Cœur.

26 En 1894, le père Molinari demande comme « moyens de prestige pour la Mission » : « 1) un grand crucifix tout couvert de plaies et ruisselant de sang ; 2) plusieurs tableaux représentant les fins dernières, ou quelque autre vérité de la foi, ou les principaux Mystères de la vie et la Passion de N.S. Jésus-Christ. Ces images montrées et expliquées au peuple l’instruisent, l’émeuvent, et produisent de précieux fruits de conversions aussi stables qu’extraordinaires ; 3) des objets de dévotion, à distribuer aux plus assidus du Catéchisme. L’espérance d’avoir un chapelet, une croix ou une médaille est un jouissant stimulant aussi bien pour les adultes que pour les enfants », ARSI, Alb 1002, X, 32. Voir aussi Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 206-207 et 374. On trouve chez Degrand Alexandre 1901, p. 274-280) des photographies de ces tableaux, accompagnées de quelques explications.

27 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 269-70.

28 Ibid., p. 99-101.

29 Voir par exemple ibid., vol. III, p. 149.

30 Le consul Degrand (Degrand Alexandre 1901, p. 154) explique que la loi des montagnes propres aux Mirdites veut que si une jeune fille mirdite est donnée en mariage ou vendue à un musulman, la maison de ses parents soit brûlée ; ceux-ci sont chassés du clan, sauf s’ils ramènent la fille avec eux. Ceux qui ont collaboré à ce marché sont également interdits d’église.

31 ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle lettere edificanti della Provincia veneta – Serie III, Modena, 1890, p. 86.

32 Degrand Alexandre 1901, p. 25.

33 Les derviches sont perçus de façon particulière : le père Pasi relève la place spéciale qu’ils accordent à Jésus, mais souligne qu’ils sont « fanatiques » et qu’ils ne sont pas prêts à se convertir (Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. II, p. 151-156).

34 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. II, p. 283. Dans certains cas, lorsque des femmes (y compris musulmanes) viennent chercher des bénédictions pour trouver un remède à leurs maux, les missionnaires font grand usage de cette eau de saint Ignace, et des guérisons se produisent (ibid, vol. III, p. 135).

35 Le père Cordignano rapporte l’histoire d’une jeune fille à laquelle une sorcière avait donné un « signe ». Les missionnaires le lui enlevèrent lors de la confession. Elle tomba à nouveau malade. Les Jésuites lui donnèrent alors une médaille de la Madone de Lourdes et son mal cessa immédiatement (Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 164).

36 Ibid., vol. II, p. 173.

37 Voir par exemple Elcija e zemres tJezu krisctit, année 1899 (rubrique « T’hapunit e dasctniis t’zemers t’Krisctit neper Sccypnii »).

38 Cela n’a sûrement pas toujours été le choix des Jésuites ; mais, si le père Pasi fait état de cette pratique, c’est qu’elle dut être relativement courante. On peut voir une amulette utilisée par des catholiques de Shala, recueillie par Margaret Hasluck, sur le site du musée virtuel de l’université d’Aberdeen (http://www.abdn.ac.uk/virtualmuseum).

39 Le père Cordignano définit le terme « brevet » comme suit : « cartine che si fanno scrivere dai Sacerdoti con qualche passo delle Scritture o invocazione, per sostituire gli amuleti » (Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. III, p. 367).

40 ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle lettere edificanti della Provincia veneta – Serie III, Modena, 1890, p. 85.

41 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 286-288. Le père Cordignano ajoute que les fidèles accordent une importance magique aussi à la main, à la plume ou aux autres accessoires qui servent à fabriquer ces « brevets » (ibid., p. 187).

42 ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle lettere edificanti della Provincia veneta – Serie III, Modena, 1890, p. 85-86.

43 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. I, p. 384 ; ARSI, IV et V Anno della Missione Volante in Albania, p. 17.

44 Il existait aussi des sorciers et sorcières chrétiens qui guérissaient les hommes ou les animaux par diverses pratiques magiques. Les missionnaires parvenaient dans certains cas à les faire se rétracter et demander pardon en public (Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. II, p. 75 et vol. III, p. 42-43).

45 Voir Murzaku Ines Angeli 2006, p. 91 sqq.

46 Ibid., p. 120-126.

47 ARSI, Relazione sulla Missione volante albanese eretta nellautunno del 1888. Appendice IIa alle lettere edificanti della Provincia veneta – Serie III, Modena, 1890, p. 69 sqq. et Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. III, p. 156.

48 Cordignano Fulvio 1933-1934, vol. III, p. 156.

49 Ibid., p. 156-158, 159-168.

50 Ibid., p. 167.

51 ARSI, Lettere edificanti della Provincia Veneta, Serie XIV, 1904, p. 45-46.

52 Somel Selçuk Akşin 2001, p. 69.

53 Au début du xxe s., ce sont les Franciscains qui codifieront la loi coutumière locale et, ce faisant, contribueront également à la christianiser (voir Gjeçovi Shtjefën 1999 où l’on trouve une réédition du texte publié en 1933, après avoir été publié auparavant, morceau par morceau, dans la revue éditée par les Franciscains de Shkodër, Hylli i dritës).

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search