Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

Églises et acteurs religieux entre visées impériales et réalités locales : centralisme et/ou accommodation

Introduction. Rome et l’Orient méditerranéen. Espoirs, malentendus et accommodations

Claude Prudhomme

Texte intégral

1L’intérêt porté à l’étude des contacts interconfessionnels dans le Sud-Est européen et la Méditerranée orientale a donné naissance, depuis quelques années, à un nombre croissant de travaux universitaires qui invitent à revisiter le rôle du fait religieux dans ces régions. Ce n’est évidemment pas un hasard si l’accélération des changements géopolitiques à la fin des années 1980 coïncide avec l’intensification des recherches. Le poids des appartenances confessionnelles a été rappelé avec une vigueur inattendue, au prix de conflits sanglants, comme dans l’ancienne Yougoslavie, ou à travers des débats publics très vifs autour de la place de la religion dans la construction des identités en Grèce, en Roumanie, en Bulgarie ou en Turquie.

  • 1 Anne-Laure Dupont dresse le bilan des études consacrées aux systèmes d’éducation et aux écoles dans (...)

2Ce colloque confirme que les recherches en cours accordent une place centrale à l’élément religieux dans l’évolution des sociétés et des cultures, tant dans les régions à dominante chrétienne que musulmane. Il prouve aussi l’intérêt de renouveler les approches. Les quatre contributions qui suivent en sont une remarquable illustration en attirant l’attention sur un paradoxe : la place occupée par le catholicisme, pourtant très minoritaire dans la région, dans la recherche de nouvelles voies pour gérer les changements et participer à la modernisation de sociétés dominées par l’orthodoxie ou l’islam. Il doit d’abord cette place à l’importance de son investissement missionnaire, en particulier l’édification d’un réseau scolaire catholique dominé par des congrégations religieuses françaises et italiennes, réseau dont on commence à bien connaître le fonctionnement et les effets1. Mais l’influence catholique ne s’arrête pas au champ de l’action sociale. Elle s’exerce aussi à travers la diffusion de modèles d’organisation qui fascinent par leur efficacité, mais inquiètent à cause du prosélytisme dont ils sont porteurs. Il s’ensuit, dans les pays où s’installent les missionnaires catholiques, de longues hésitations sur la conduite à tenir face à cette offensive. La contribution d’Anastassios Anastassiadis met en évidence cette ambivalence. Si l’institution romaine peut servir de référence et stimuler des projets d’organisation ecclésiale supranationale, c’est aussi parce qu’il paraît urgent d’édifier un « contre Vatican ». D’une autre manière, l’article de Giuseppe M. Croce suggère l’embarras du jeune État grec, partagé entre neutralisation de l’influence catholique et volonté de négociation. Redoutée pour sa capacité à occuper le terrain, l’expansion missionnaire du catholicisme latin est en effet perçue par l’orthodoxie comme une menace. Mais elle offre aux États, par ses œuvres scolaires et sociales, des services qui peuvent contribuer à la transformation des sociétés et à la formation des élites. À condition de pouvoir canaliser cet investissement, à travers des lois, à défaut d’un accord diplomatique (concordat).

Un modèle catholique

3Cet intérêt pour le catholicisme peut s’expliquer au sein de l’orthodoxie, en particulier en Grèce, par la manière dont l’Église romaine semble avoir réglé la difficile question des rapports entre religion et politique en conciliant adhésion à une Église dans un cadre national et affirmation de la supranationalité. En manifestant son double statut de religion à vocation universelle et d’État reconnu sur le plan international (le Saint-Siège), la papauté a inventé un mode concret d’organisation, sans équivalent dans le monde, qui lui permet de consolider les enracinements nationaux et de promouvoir une identité catholique au sens étymologique (grec) du terme. De fait le catholicisme connaît depuis les années 1840 un réveil missionnaire remarquable qui atteste une réelle capacité à s’implanter dans des États aux régimes très différents et dans des cultures très diverses. Cependant, si la question politique a reçu sous Léon XIII (1878-1903) une réponse théologique, celle de l’adaptation à de nouvelles cultures reste en suspens depuis l’affaire des rites chinois et malabars. La solution est le plus souvent laissée aux missionnaires de terrain qui sont obligés de négocier de manière pragmatique, en fonction des demandes locales.

4On conçoit dans ces conditions l’intérêt que pouvait susciter l’exemple d’une Église romaine capable de poursuivre son internationalisation sans sacrifier ses enracinements nationaux, d’imposer une stricte orthodoxie doctrinale ponctuée de condamnations retentissantes (américanisme, modernisme, communisme…) en acceptant une certaine diversité en son sein (même si la prépondérance du rite latin reste écrasante), de passer des accords avec des États non catholiques pour défendre ses intérêts et ses fidèles. Depuis Léon XIII, la papauté a en effet compris que la perte des territoires pontificaux était aussi l’occasion d’élargir son influence au-delà du cercle de ses adhérents, à condition de conserver les droits d’un État, même sans territoire et atypique (sui generis), car c’était une condition préalable pour avoir accès à la scène internationale. Rome a pris la tête d’une vaste mobilisation catholique qui s’appuie sur l’action scolaire ou charitable, et comprend le parti qu’elle peut tirer de nouvelles formes d’intervention.

  • 2 Ticchi Jean-Marc 2002.
  • 3 L’intransigeance doctrinale n’empêche pas de produire une surabondante collection de décisions juri (...)
  • 4 Créée par Pie VII en 1814, cette congrégation a vu son rôle s’accroître avec la réforme de la Curie (...)

5Avec la première guerre mondiale, ainsi que le montre Laura Pettinaroli, la papauté expérimente un mode d’intervention qui met l’aide humanitaire au service de sa politique religieuse inspirée par l’unionisme et reste fidèle à son ambition missionnaire tout en renonçant au prosélytisme agressif. Plus que jamais le pape se rêve en arbitre du monde et en autorité morale ultime2. En somme, le catholicisme d’après 1870 semble en voie de concilier le particulier et l’universel, de même qu’il poursuit la centralisation autoritaire en la tempérant par la délégation de pouvoir aux évêques, ou accentue la défense de l’orthodoxie sans renoncer à certains accommodements avec les cultures locales3. Il en retire un prestige renouvelé qui l’impose comme un interlocuteur pour les États, catholiques ou non. Il en profite pour intensifier son action diplomatique et nouer des liens officiels avec de nouveaux États (Bulgarie, Grèce, Roumanie, Yougoslavie) ou renouer avec d’autres (France). À partir de Benoît XV (1914-1919), l’engagement du Saint-Siège en vue de la mission, stimulé par la première guerre mondiale et l’expérience des effets tragiques des conflits entre nations, s’intensifie. La politique missionnaire passe, plus que jamais, sous le contrôle du pape et de son secrétaire d’État. Après la nomination du cardinal hollandais Wilhem van Rossum à la tête de la congrégation de la Propagande (1918), les dossiers les plus chauds sont traités par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires4 et le secrétaire d’État Pietro Gasparri, que ce soit pour les Balkans, la Chine ou le Japon.

6La combinaison subtile entre dimension politique et religieuse, action diplomatique et pastorale, finalité missionnaire et humanitaire semble, au lendemain de la première guerre mondiale, avoir permis de surmonter les conflits qui avaient existé entre les intérêts du Saint-Siège en tant qu’État et ceux de la papauté en tant que religion. On conçoit que cela ait pu exciter les imaginations hors du catholicisme et laisser espérer du côté de la papauté des progrès décisifs en Russie, dans l’ancien Empire ottoman, en Asie orientale. Mais au bout du compte, les fruits ne tiennent pas la promesse des fleurs, et les études de cas proposées ici confirment l’échec de ces efforts, tant au niveau de la diplomatie (concordat avec la Grèce) que de l’action sur le terrain (Albanie) ; au mieux ils entretiennent l’espoir d’un succès ultérieur (Russie).

  • 5 Les intentions de prière qui accompagnent mois après mois le calendrier missionnaire établi chaque (...)

7De fait les statistiques, malgré les efforts pour mettre en avant une progression régulière année après année, ne marquent aucun progrès pour la Méditerranée orientale et les Balkans. Faute de pouvoir offrir la perspective d’une proche catholicisation, les intentions de prière missionnaires « que la Grèce évangélisée par saint Paul » revienne à l’unité de l’Église (février 1934) ou « qu’en Palestine et en Syrie les dissidents reviennent à l’unité » (avril 1934)5. Les rêves de conversion dans les Balkans et la Méditerranée, repoussés à des échéances lointaines que seul Dieu connaît, se muent en consolidation de petites minorités catholiques qui bénéficient en priorité des œuvres missionnaires, des écoles subventionnées par l’Œuvre d’Orient et des aides dispensées par les associations catholiques françaises et italiennes.

8C’est sur ce mélange d’initiatives originales et de résultats décevants que nous nous proposons de nous arrêter à présent. La confrontation avec les réalités du monde méditerranéen et balkanique fait en effet ressortir la modernité du projet missionnaire catholique élaboré aux xvie et xviie s., puis réinterprété après la Révolution française pour faire front à la montée des nationalités et à la sécularisation des sociétés. Mais elle aide aussi à comprendre pourquoi celui-ci, malgré ses efforts d’adaptation aux conditions de temps et de lieu, se heurte à des réalités qui neutralisent son efficacité et limitent son caractère exemplaire, condamnant à l’échec ceux qui voudraient le reproduire.

L’invention de la mission moderne

9On ne l’a sans doute pas assez souligné, le catholicisme romain a inventé aux xvie et xviie s. un mode original et moderne de gestion du temps et de l’espace qui a pris la forme de la mission. Jusque-là, la diffusion du christianisme s’était opérée à partir d’initiatives individuelles ou au sein de congrégations religieuses sans véritable plan d’ensemble, encore moins une direction unique. La découverte des nouveaux mondes au xvie s. ouvre des espaces immenses aussitôt inventoriés et qui donnent à la papauté une vision territoriale du monde dont témoignent encore les cartes peintes sur les murs du Vatican et les archives. Avec Ignace de Loyola et les Jésuites, le terme « mission » prend alors son sens actuel, passant du champ de la théologie (la mission du Christ au sein de la Trinité) à celui de la pastorale (le devoir collectif d’annoncer l’Évangile et de diffuser l’Église dans le monde entier sous l’autorité du pape). Cette nouvelle représentation de la propagation du christianisme et la prise de conscience pontificale d’avoir à conduire l’expansion nourrissent désormais le rêve d’une occupation méthodique de l’univers habité. Elle se concrétise dans la volonté de programmer et diriger la conquête religieuse de l’espace. D’abord déléguée aux souverains ibériques, l’entreprise missionnaire a tôt fait de découvrir les risques que comporte la sous-traitance au profit des souverains ibériques (padroado) ou du roi de France (capitulations). Dès le début du xviie s. s’impose le projet d’une organisation centralisée sous l’autorité exclusive de la papauté, seule habilitée à diriger et organiser une sorte d’empire catholique au-dessus des empires coloniaux.

  • 6 Constitution Inscrutabili, Collectanea S. Congregationis de Propaganda Fide : seu Decreta, instruct (...)

10La constitution Inscrutabili, promulguée en 1622 par le pape Grégoire XV, confie à la congrégation Propaganda Fide (ou Propagande) le soin de mener à bien cette ambition. Elle expose clairement l’objectif assigné à l’institution au sein de la Curie et la modernité de ses objectifs : « Afin de faciliter cette œuvre, nous voulons qu’il y ait réunion une fois par mois, en notre présence, et deux fois chez le plus ancien des cardinaux susdits. Nous voulons qu’ils connaissent et traitent toutes et chacune des affaires qui ont rapport à la diffusion de la foi dans le monde entier. Ils en référeront à Nous pour les affaires plus graves qu’ils auront traitées, décideront et expédieront les autres par eux-mêmes, veilleront avec prudence sur toutes les missions pour la prédication et l’enseignement de l’Évangile et de la doctrine chrétienne6 ».

11La centralisation romaine est ici considérée comme la condition d’une visée universelle, exprimée jusque dans le choix du sceau de la Propagande qui représente un globe terrestre surmonté de la croix. Elle traduit une exigence d’efficacité et nourrit une volonté d’occupation systématique de tout l’espace géographique. À côté de la carte des empires politiques dominés par les souverains d’Espagne et du Portugal, puis la France, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne, se dessine une autre carte, celle d’un empire catholique dont Rome est le centre. Les dossiers destinés à préparer la réunion (congresso) des cardinaux membres de la Propagande recourent aux cartes géographiques qui permettent la fixation des frontières et mettent en évidence les progrès de la christianisation. Cet empire se dote de ses propres autorités et se divise progressivement en unités territoriales destinées à recouvrir l’ensemble de l’univers. Il bénéficie d’une gestion attentive marquée par la centralisation, l’uniformisation et la romanisation des Églises locales. Née du rêve d’une appropriation de l’espace mondial pour conduire les âmes sur la voie du salut, la mission moderne se révèle une entreprise sans précédent. Elle poursuit la construction d’un espace mondial homogène, que le catholicisme doit occuper et informer progressivement, sous l’autorité du pape.

  • 7 « C’est en effet à Pierre seul que fut montrée cette nappe mystérieuse dont les quatre extrémités é (...)

12Reste à lui conférer la légitimité divine qui peut seulement venir d’un fondement scripturaire. On pourrait s’attendre à voir la papauté invoquer l’appel de Jésus à la veille de son ascension tel qu’il est rapporté dans les Évangiles de Marc et de Matthieu, de préférence dans la version de ce dernier parce qu’elle inclut le devoir de baptiser : « Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, et leur apprenant à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Mt 28,18). Pourtant, loin d’aller puiser dans les paroles attribuées à Jésus, la constitution Inscrutabili préfère se référer à la vision de Pierre à Joppé (Actes 10, 13)7. Selon l’interprétation qu’elle fait de cet épisode, la vision de la nappe est un appel divin adressé à Pierre et ses successeurs, les papes, pour qu’ils réunissent les quatre coins de l’étoffe. La métaphore préfigure donc la réunion, au sein de l’Église romaine, de toute l’humanité, provisoirement divisée en schismatiques, hérétiques et païens.

  • 8 Le Roy Mgr 1905, p. 5.

13La conception géographique de l’expansion missionnaire repose en outre sur une théologie de l’histoire conçue comme une histoire sainte dont le catholicisme connaît seul la loi interne, et dont la fin surviendra quand tous les hommes auront été atteints pas la mission : « L’Église a été fondée pour propager la foi dans le monde entier. Ce but est sa raison d’être. Lorsque tous les hommes seront évangélisés, nous sommes avertis que le genre humain n’aura plus qu’à paraître devant son Juge, et l’Éternité commencera pour tous les fils d’Adam8 ».

14L’illustration qui figure sur la couverture de l’Annuaire pontifical catholique, lancé en 1898, s’inscrit dans cette longue tradition. Elle représente la place Saint-Pierre entourée par la monumentale colonnade du Bernin qui ressemble à deux bras largement ouverts pour accueillir tous les peuples et les conduire vers la basilique au fond de l’image.

15Vision mondiale et inscrite dans la très longue durée, l’utopie missionnaire catholique est aussi un programme très concret d’objectifs à atteindre et de règles à observer, et c’est un autre aspect de sa modernité. L’érection des circonscriptions ecclésiastiques suppose en effet le respect d’un cahier des charges en conformité avec un idéal marqué par l’ecclésiologie tridentine et la volonté de rationalisation. Conformément à ce projet d’ensemble, chaque unité missionnaire de base est la reproduction à échelle locale de l’Église catholique universelle. Un questionnaire, élaboré en 1798, amélioré à plusieurs reprises, énumère les points auxquels les chefs de mission (vicaires apostoliques, évêques) doivent répondre en vue de la création d’une nouvelle circonscription ecclésiastique. Il fixe les conditions à remplir autour de têtes de chapitre qui imposent un modèle unique et universel. La constitution d’un nouveau territoire s’inscrit à la fois dans la longue durée et l’immédiateté d’un contexte socio-politique spécifique que le chef de mission doit brièvement rappeler (question 1). Elle est soigneusement délimitée dans l’espace pour être attribuée (commissio) à une seule congrégation religieuse masculine (2-3). Elle se définit par opposition aux autres et doit afficher sa différence face aux protestants, schismatiques, musulmans, païens (4-5). Puis vient l’énumération des éléments qui vont la constituer en tant que chrétienté sur un territoire précis : un évêque ou vicaire apostolique résident (10), des fidèles bénéficiant de la liberté religieuse (6-9), des lieux de culte et des ressources (10-13), un clergé missionnaire et indigène (14, 15, 17), des auxiliaires catéchistes (16), des séminaires (18), des œuvres et des associations (19-20).

L’impossible transfert

  • 9 La MLF ouvre sa première école à Salonique en 1906. Sur cette histoire : Thévenin André 2002.

16Centralité, quadrillage de l’espace géographique, agrégation programmée et inéluctable des schismatiques, hérétiques et infidèles à l’Église catholique : la modernité de cette utopie, qui prend possession de l’espace et du temps, avait de quoi séduire les autres Églises chrétiennes. Les missions protestantes, plus modestement orthodoxes, mais peut-être aussi des initiatives missionnaires prises au xxe s. dans l’hindouisme ou l’islam, n’allaient pas manquer de s’en inspirer pour développer à leur tour des missions extérieures. Les militants de la laïcité française elle-même s’en inspirent ouvertement quand ils fondent en 1902 la Mission laïque française pour concurrencer le réseau scolaire catholique en Méditerranée orientale9. Le grand projet anglicano-orthodoxe imaginé à la fin de la première guerre mondiale par l’archimandrite Chryssostomos Papadopoulos apparaît ainsi comme une tentative pour transférer au sein de l’orthodoxie le meilleur de la dynamique qui a porté le catholicisme missionnaire. Il ambitionne de refonder à Constantinople une nouvelle Rome et d’établir le Phanar, siège du patriarcat œcuménique de Constantinople, en contre-Vatican (A. Anastassiadis). Mais il n’est pas question pour autant d’accepter l’ecclésiologie catholique romaine qui la sous-tend.

  • 10 Position exposée dès 1890 par un jeune prélat français qui travaille à la Curie, Félix Grimaldi. Gr (...)

17Or comment concevoir une Rome de l’Orient et un Vatican anglicano-orthodoxe sans en adopter la théologie et la pratique ? L’impossibilité d’appliquer les mêmes règles et une autorité centrale à des Églises orientales orthodoxes attachées à leur autorité propre et à leur autonomie condamnait par avance le projet d’une société d’Églises comme les rivalités nationales interdisaient la construction d’une véritable Société des Nations en 1919. De ce point de vue, l’espoir de promouvoir Constantinople en Rome de l’orthodoxie résume le malentendu. Alors que Rome avait réussi à s’imposer comme centre de la catholicité sans être liée à un État particulier, voire contre l’État national italien depuis 1870, Constantinople ne pouvait être dissociée de l’histoire qui l’avait liée étroitement à Byzance puis à l’Empire ottoman, avant d’être disputée entre la Turquie et la Grèce. Au contraire, la Rome catholique, désormais identifiée à la papauté, pouvait être pensée en quelque sorte « hors sol », au point que certains de ses théologiens ne voyaient aucun empêchement théorique à voir le pape s’installer ailleurs et continuer Rome dans un autre lieu si celle-ci devait disparaître à la suite d’une catastrophe naturelle10. La Constantinople restaurée dont rêvaient les Grecs en 1919 ne pouvait prétendre au même privilège, et resterait identifiée à la nation de ses libérateurs et liée à sa réalité historique. Au bout du compte, le rêve orthodoxe grec, victime de ses propres contradictions, se brise sur l’incompréhension du nationalisme grec exprimé par le professeur Pavlos Karolidis. Le Phanar n’avait pas réussi à se détacher du territoire sur lequel il était installé. Quant au rêve d’un Saint-Synode international sur le modèle de la Curie, il reposait sur un autre malentendu : l’internationalité de la Curie ne venait pas du mélange des nationalités (la prépondérance des Italiens y est écrasante jusqu’à la deuxième guerre mondiale), mais du partage par ses clercs d’une identité commune, forgée dans les séminaires romains, par essence supranationale, qualifiée dans le discours pontifical de « spirito romano », mélange subtil d’usages (habitus), de valeurs et de convictions.

18Symétriquement à cet échec, l’issue négative des interminables négociations autour d’un concordat entre le Saint-Siège et la Grèce vient confirmer la difficulté d’appliquer en Méditerranée orientale les dispositifs pensés en fonction de l’Europe occidentale. Le recours par le Saint-Siège à la pratique du concordat pour faire avancer le dossier oriental n’est pas surprenant. Les concordats connaissent entre les deux-guerres un véritable âge d’or. Mais l’important est ici d’observer que la négociation n’aboutit pas avec Athènes alors qu’elle réussit dans des situations apparemment beaucoup plus complexes, notamment avec l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie. On peut évidemment observer que l’enjeu n’est pas le même tant le nombre de catholiques est infime dans le monde grec, et parce que la situation du catholicisme n’est pas menacée dans ce qu’il a de plus consistant, ses œuvres scolaires. Mais l’échec des négociations, que la correspondance ecclésiastique citée par Giuseppe M. Croce ramène parfois à un marchandage sans véritable enjeu, ne doit pas masquer la distance qui sépare les univers culturels latin et oriental. L’intransigeance romaine sur la question des mariages mixtes ou celle du serment envers le roi, n’est pas anecdotique. Elle met en cause la place traditionnelle de l’orthodoxie au sein de l’État et de la société, et trahit l’impuissance à entrer dans la logique de l’interlocuteur. La défaite grecque et la chute de Vénizélos ont donc clos provisoirement un débat qui révélait, au-delà des contentieux doctrinaux, des divergences beaucoup plus profondes.

  • 11 Anastassiadis Anastassios 2006.

19En somme, l’appropriation ou la traduction du modèle ecclésial catholique romain s’avèrent impossibles dans le monde orthodoxe, parce que celui-ci obéit à d’autres logiques que la thèse d’Anastassios Anastassiadis a bien mis en évidence11 et qu’il résume ici dans sa conclusion. « La logique impériale multiconfessionnelle du gouvernement britannique et la logique “byzantiniste” d’un patriarche soumis au basileus des politiques grecs ont eu raison de la vision chrétienne supranationale de Metaxakis ».

Limites et contradictions internes du modèle catholique romain

  • 12 Prudhomme Claude 2003.
  • 13 « L’Église, en effet, se garde bien de s’immiscer ou de s’engager dans les affaires civiles et poli (...)

20Reste à savoir si le modèle catholique romain avait vraiment réussi à surmonter les exigences contradictoires inhérentes aux relations entre une religion à ambition universelle, des États-nations et des cultures multiples. Les communications présentées ici incitent à nuancer fortement l’optimisme pontifical en mettant en évidence une série d’obstacles et d’impasses. Il y a d’abord la difficulté persistante pour combiner la protection des fidèles dans les États, obtenue au prix de concessions accordées à des régimes totalitaires, avec la défense des principes supérieurs dont le Saint-Siège se réclame. La solution catholique en matière de gestion des espaces nationaux montre donc ses limites dès lors que l’idée nationale et les idéologies totalitaires submergent les sociétés aux xixe et xxe s. L’affirmation répétée par les pontifes et la Propaganda Fide que la mission n’est la propriété d’aucune nation n’empêche pas la mission catholique d’être concrètement attachée à des protections politiques extérieures, en l’occurrence la France et l’Italie. La politique du Saint-Siège n’échappe pas à la nécessité de faire des choix dans des situations conflictuelles, par exemple ici entre Grèce et Turquie, ailleurs entre Chine et Japon, plus tard entre démocraties et régimes totalitaires. Au mieux la papauté s’abstient et se voit accusée par les deux camps de prendre parti pour l’autre. Au pire elle paralyse le système. La lenteur mise par la diplomatie vaticane à prendre ses distances avec des accords anciens passés entre les États, par exemple entre la France et l’Empire ottoman ou la Grèce, n’était pas de nature à clarifier la situation. Sans doute pouvait-elle faire valoir, à l’exemple de Gasparri interrogé sur le protectorat revendiqué par la France pour les missions catholiques en Orient, que ces traités ont été signés en dehors du Saint-Siège et ne l’engagent pas12. Du coup Rome donne l’impression de conduire une diplomatie ambiguë et de faire passer l’utilité des accords passés par la France pour protéger les missions avant la neutralité proclamée par le pape, ce qui conduit à des explications embarrassées dans les situations les plus délicates (Chine)13. L’habileté du discours est interprétée par beaucoup d’interlocuteurs comme une ruse qui masque les véritables intentions. Sur le terrain méditerranéen, l’attitude des missionnaires français ou italiens, qui sont loin de faire, pour la plupart d’entre eux, la distinction souhaitée entre action religieuse et sentiment national, conforte cette impression de double langage. Les écoles, avec l’enjeu linguistique et culturel qu’elles comportent, ne cessent d’illustrer la confusion entretenue, bon gré, mal gré, entre salut des âmes et mission civilisatrice nationale. Il faut la poussée des nationalismes autochtones, balkaniques, puis arabes, pour que Rome traduise dans les faits les distinctions proclamées dans le discours et se dégage progressivement de protections devenues encombrantes.

  • 14 Pettinaroli Laura 2008, à paraître dans la collection des travaux de l’École française de Rome.

21Les communications montrent aussi les obstacles auxquels se heurte dans le catholicisme la quête d’une voie médiane entre maintien de l’unité doctrinale et reconnaissance d’une diversité des expressions de la foi. De ce point de vue, l’espace qui s’étend de l’Europe orientale et méditerranéenne jusqu’à l’Iran et l’Éthiopie occupe une position originale. Il est le seul où le catholicisme romain n’impose pas le rite latin depuis que Rome admet la légitimité des liturgies et des disciplines ecclésiastiques orientales. Mais cette acceptation est fondée sur le respect dû à d’antiques traditions. Si on accepte de les conserver, il n’est pas question d’y voir un apport original à promouvoir et à diffuser dans l’ensemble du monde catholique. Les rites orientaux n’ont pas vocation à nourrir la tradition latine. Comme la thèse de Laura Pettinaroli l’a amplement démontré, après des travaux plus anciens14, l’intérêt pour les rites orientaux reste l’apanage d’une infime minorité de clercs érudits ou se limite, avec Pie XI, à des opérations ponctuelles. La conviction de la supériorité de l’Église latine, censée avoir atteint une sorte de plénitude, est trop fortement ancrée dans les esprits, et pas seulement celui de Gasparri, pour ne pas considérer les rites orientaux comme l’exception, et le rite latin, la règle.

  • 15 Sur les rapports entre géographie, atlas et missions : Vasquez Jean-Michel 2011.
  • 16 Martin Victor 1930, p. 205.

22Il y a enfin une vision romaine de la mission qui assimile royaume de Dieu et dilatation géographique de l’Église catholique, d’où son effort obstiné pour couvrir l’univers d’une toile de territoires ecclésiastiques sans cesse redécoupés, au fur et à mesure que progressent les implantations15. Pourtant l’expérience des Balkans et de la Méditerranée orientale montrait que l’imposition de ce modèle n’était pas compatible avec la dissémination de minorités catholiques inscrites dans des histoires particulières. Faute de pouvoir concevoir un autre mode d’organisation, celui qu’incarnaient justement les rites orientaux, parce qu’il n’était pas imaginable de renoncer au quadrillage de l’espace, Rome a produit un catholicisme oriental où l’organisation de diocèses latins vient s’ajouter à la tradition locale d’Églises en réseaux organisées autour de l’adhésion à un rite. Il en résulte des situations d’une complexité ingérable et des compétitions interminables entre les deux rites, dès lors que Rome persiste dans sa volonté de faire cohabiter dans les mêmes espaces des diocèses territoriaux et des diocèses définis par un rite. L’état des lieux du catholicisme de l’Europe médiane et orientale, tel que le décrivent les annuaires et les atlas missionnaires, aboutit ainsi à une énumération de diocèses superposés, latins et orientaux, que les efforts des rédacteurs sont impuissants à clarifier. Victor Martin, doyen de la Faculté de théologie catholique de Strasbourg, spécialiste de la Curie, conclut ainsi en 1930 la présentation des rites relevant de la congrégation orientale : « Ces quelques détails, peut-être fastidieux, montrent la variété des éléments sur lesquels la congrégation de l’Église orientale étend sa complexité et permettent de pressentir la délicatesse et la complexité des questions qu’il lui faut résoudre16 ».

23L’expansion missionnaire ne fait que confirmer cette difficulté romaine à sortir d’une perception territoriale de l’espace, bien que la mission repose à l’origine sur la logique du réseau et offre la possibilité d’un autre mode d’organisation. Le réseau missionnaire est devenu à l’époque contemporaine une simple étape, préalable et provisoire, qui doit conduire à une seconde étape, synonyme de maturité et de stabilité, celle de l’érection de diocèses territoriaux. Cette vision a des conséquences directes pour les missions hors d’Europe. Elles sont le domaine exclusif de l’Église latine, tandis que les rites orientaux sont cantonnés dans les régions où ils sont déjà installés : ils ne sont pas intégrés au grand mouvement des missions extérieures. Sans doute n’avaient-ils guère les moyens d’être actifs, faute de ressources humaines et financières. Mais quand l’occasion se présente de leur faire une place égale (Inde, Amériques), on leur reproche d’introduire une complexité inutile, aussitôt assimilée à la confusion et au désordre. Et il leur faudra, en Inde comme en Amérique, mener une longue lutte, aux rebondissements multiples, avant de se voir reconnus et acceptés, y compris quand ils sont majoritaires et fournissent le clergé indigène le plus nombreux (Inde).

Accommoder sans paraître innover : l’orthodoxie de la doctrine au défi des réalités

24La tolérance, puis le respect manifestés à l’égard des rites orientaux n’ont pas conduit le catholicisme romain à renoncer à imposer des normes et des règles latines à des sociétés qui sont culturellement soumises à l’hégémonie d’une autre confession chrétienne (orthodoxie) ou d’une autre religion (islam). L’adaptation se fait cependant par d’autres voies que celles de la théologie. Nathalie Clayer décrit à propos de l’Albanie le processus par lequel le système catholique réintroduit la souplesse que semblait exclure la défense jalouse de la doctrine. Comme dans les autres régions imprégnées d’une autre culture religieuse, le monde musulman, mais aussi hindou ou bouddhiste, les missionnaires jésuites d’Albanie ne tardent pas à faire l’expérience de leur impuissance à modeler les sociétés. Ils doivent accepter de négocier avec des réalités qui s’imposent à eux. Ils ont dû renoncer à convertir les infidèles, surtout s’ils sont musulmans, puis repousser l’espoir de ramener les schismatiques au sein du catholicisme. Ils se contentent finalement de re-catholiciser quelques Albanais. Au bout du compte, la mission se transforme en entreprise de consolidation des communautés existantes.

25Mais cet objectif, beaucoup plus modeste, peine à être atteint. Hantée par la contamination de ces petites communautés, la mission édifie les lignes de défense qui visent à protéger les fidèles contre les menaces de l’environnement. Cette stratégie, dès lors qu’elle privilégie la protection, conduit dans la pratique à renoncer au prosélytisme dont on se réclame dans le discours. Elle s’avère d’ailleurs difficile à tenir car elle suppose la constitution d’isolats catholiques suffisamment importants pour vivre en circuit quasi fermé, comme au Liban ou au Viêtnam, de préférence sur des territoires spécifiques. Les populations rurales catholiques albanaises semblent relever d’un entre deux. Elles sont suffisamment nombreuses et encadrées par les missionnaires et le clergé pour ne pas être absorbées ; mais elles demeurent trop petites pour renoncer à des manières de croire et de pratiquer liées à leur environnement. Dès lors, le missionnaire doit habiller son impuissance en adaptation, bricoler des solutions mises en conformité avec la tradition catholique, au prix de manipulations tolérées. La pratique des « brevets » telle que nous la rapporte Nathalie Clayer, n’est pas une exception dans le monde missionnaire, pas plus que le recours à la distribution de médailles ou d’objets de piété destinés à se substituer aux amulettes et aux fétiches. Mais il est rare de voir les missionnaires s’y attarder dans leur correspondance, et surtout construire une argumentation théologique fondée sur la tradition catholique pour légitimer leur pastorale. Le missionnaire est-il dupe ? Sans doute pas, mais il préfère invoquer une longue tradition pastorale qui préconise une lente catholicisation des rites païens plutôt qu’une attaque frontale, car le temps de Dieu n’est pas celui des hommes. Le cas albanais vient renforcer le sentiment que le concept d’inculturation, forgé par le catholicisme et les Jésuites dans les années 1970, marque un tournant dans la manière de penser théologiquement une praxis pourtant très ancienne.

Négociations à la base, intransigeance au sommet ?

26La maigreur des résultats obtenus en termes de conversions, en Grèce comme en Albanie, aurait pu décourager les missionnaires les plus convaincus. Il n’en sera rien parce que la conception de l’histoire qui prévaut reste celle d’une histoire sainte que seuls les yeux de la foi permettent de lire au cœur de l’histoire visible. L’expérience de la Révolution est d’ailleurs venue ancrer dans les esprits cette intime conviction que la foi catholique progresse, y compris quand elle paraît s’affaiblir. L’avant-propos du premier volume des Annales, la grande revue missionnaire catholique lancée par l’Œuvre de la Propagation de la Foi à Lyon (1822), résume parfaitement cette loi divine de l’expansion évangélique qui nourrit la foi missionnaire :

  • 17 Annales de la propagation de la Foi, t. I, 1822, avant-propos.

C’est la destinée de la religion, comme de l’astre du jour, de faire le tour du monde pour l’éclairer et le vivifier ; elle visite successivement, et non à la fois, mais dans l’ordre que son tout-puissant a voulu, les régions de l’orient, du septentrion, du couchant et du midi. Sa course lui est tracée depuis longtemps ; il faut qu’elle la poursuive, et qu’elle l’achève sans qu’aucun obstacle puisse l’arrêter jamais : le ciel et la terre passeront avant que passe la parole de celui qui a dit : cet Évangile du Royaume sera annoncé dans toutes les parties de l’univers habitables…
Lisons l’histoire des siècles : on opprime la Religion dans un lieu, elle passe dans un autre ; on veut l’étouffer, et elle s’étend ; on croit qu’elle fuit, et elle ne fait que disparaître un moment pour aller prendre possession d’une autre partie de son héritage17.

27Cette manière d’appréhender le temps à une autre échelle justifie jusqu’au milieu du xxe s. la confiance placée dans le développement des écoles et des œuvres sociales. Celles-ci donnent au catholicisme une grande visibilité et lui valent un capital de sympathie qui prépare l’avenir et justifie l’ampleur de l’engagement humain et financier. L’assistance humanitaire déployée en faveur des Russes d’Istanbul semble confirmer l’efficacité de la charité pour éveiller parmi les populations non catholiques une certaine sympathie. Mais la méfiance persistante des autorités orthodoxes, convaincues d’être confrontées à une nouvelle ruse des missions catholiques, n’est pas sans fondement. Aux yeux des catholiques, la charité reste une propédeutique à la conversion des populations. Les statistiques scolaires ont longtemps tenu lieu de bulletins de victoire missionnaires, notamment en Europe orthodoxe et dans l’Empire ottoman. Les progrès de l’enseignement catholique, surtout à travers quelques établissements destinés à la formation des élites, entretiennent l’illusion que la demande d’école est une demande indirecte de catholicisme. Les missionnaires, pourtant témoins au quotidien de la résistance des populations à la mission, croient périodiquement apercevoir ici ou là les signes précurseurs d’un mouvement de masse en faveur du catholicisme. Mais il ne devient jamais réalité, ni dans l’Europe orthodoxe, ni dans les pays musulmans, ni en Chine, ni au Japon. Les contributions proposées à notre lecture convergent pour souligner l’écart entre une réalité sociale faite de négociations nécessaires, de compromis tolérés, de bricolages, y compris par les clergés locaux, et un discours des autorités religieuses marqué par l’intransigeance. La représentation de l’autre confession reste durablement négative.

  • 18 Les dossiers de LAction populaire (10 février 1931) interprètent en ces termes la législation scol (...)
  • 19 Un programme d’exploitation des enquêtes lancées par la congrégation Propaganda Fide à partir de 19 (...)

28Pourtant le leitmotiv orthodoxe d’une menace catholique ne trouve guère de fondement dans l’observation des faits. De manière parallèle, les intentions prêtées par la littérature missionnaire catholique aux autorités orthodoxes, en Yougoslavie ou en Grèce, sont caricaturées jusque dans les années 1930, y compris dans des revues jésuites censées fournir une information raisonnée18. En somme la stabilité des communautés religieuses, le petit nombre de passages enregistrés d’une confession à l’autre, l’attachement des fidèles à leur rite quand bien même l’histoire de la région les oblige à d’importantes migrations, ne semblent pas jouer en faveur d’une pacification des discours. Des phobies symétriques continuent à alimenter les polémiques religieuses qui sont devenues un élément majeur des affirmations identitaires. De ce point de vue, la question des mariages mixtes débattue entre la Grèce et le Saint-Siège, à l’occasion des discussions pour un éventuel concordat, apparaît centrale. L’extrême sensibilité des autorités à cette question témoigne de la gravité des enjeux et de la peur de voir une telle pratique conduire à l’affaiblissement de la communauté qui adopterait une attitude tolérante. L’Autre continue ainsi à être représenté comme une menace alors même que les passages d’une religion à l’autre sont exceptionnels et que progressent les expériences concrètes de cohabitation sans prosélytisme, y compris dans les écoles19. Mais seule une meilleure connaissance des stratégies matrimoniales et des parcours scolaires permettra d’évaluer dans quelle mesure et jusqu’à quel moment l’intransigeance symétrique des autorités orthodoxes et catholiques a freiné la circulation des individus d’une communauté à l’autre et la construction d’une certaine mixité sociale et culturelle.

Bibliographie

Bibliographie

Abécassis Frédéric 2000

Abécassis Frédéric, Lenseignement étranger et les élites locales (1920-1960), francophonie et identités nationales, thèse de doctorat, université de Provence, 2000.

Anastassiadis Anastassios 2006

Anastassiadis Anastassios, Comment réformer une institution traditionaliste ? LÉglise de Grèce et la sécularisation au temps de la formation de lÉtat national, 1852-1936, thèse de doctorat, IEP de Paris, 2006.

Babot Christiane 2000

Babot Christiane, Les missions jésuites et assomptionnistes en Anatolie à la fin de lEmpire ottoman et au début de la République turque, thèse de doctorat, université de Strasbourg, 2000.

Bocquet Jérôme 2005

Bocquet Jérôme, Missionnaires français en terre dislam. Damas 1860-1914, Paris, Les Indes savantes, 2005.

Cabanel Patrick 2006

Cabanel Patrick (dir.), Une France en Méditerranée. Écoles, langue et culture françaises, xixe-xxe s., Paris, Créaphis, 2006.

Donzel-Verdeil Chantal 2003

Donzel-Verdeil Chantal, Les Jésuites de Syrie, 1833-1864, thèse de doctorat, université Paris IV, 2003.

Donzel-Verdeil Chantal 2013

Donzel-Verdeil Chantal (dir.), Missions chrétiennes en terre dislam (xviie-xxe siècles), Turnhout, Brepols, 2013. Dupont Anne-Laure 2007

Dupont Anne-Laure, « Présentation », Islam et éducation au temps des réformes, Cahiers de la Méditerranée 75 (2007), p. 7-16.

Grimaldi Félix 1890

Grimaldi Félix, Les congrégations romaines. Guide historique et pratique, Sienne, Imprimerie San Bernardino, 1890.

Le Roy Mgr 1905

La Propagande, par Mgr Le Roy, supérieur de la congrégation du Saint-Esprit, Lyon, imprimerie J. Poncet, 1905. Martin Victor 1930

Martin Victor, Les congrégations romaines, Paris, Bloud et Gay, 1930.

Pettinaroli Laura 2008

Pettinaroli Laura, La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), thèse de doctorat, université Lumière-Lyon 2, 2008. Prudhomme Claude 2003

Prudhomme Claude, « Le Saint-Siège et le protectorat des missions en Chine (xixe-xxe s.) », dans Morlat Patrice (dir.), La question religieuse dans lempire colonial français, Paris, Les Indes savantes, 2003, p. 103-124.

Thévenin André 2002

Thévenin André, La mission laïque et son histoire, Paris, Mission laïque française, 2002.

Ticchi Jean-Marc 2002

Ticchi Jean-Marc, Aux frontières de la paix. Bons offices et médiations, arbitrages du Saint-Siège (1878-1922), Rome, École française de Rome, 2002.

Vasquez Jean-Michel 2011

Vasquez Jean-Michel, La cartographie missionnaire en Afrique : science, religion et conquête (1870-1930), Paris, Karthala, 2011.

Périodiques

Annales de la propagation de la Foi

Cahiers de la Méditerranée

LAction populaire

Notes

1 Anne-Laure Dupont dresse le bilan des études consacrées aux systèmes d’éducation et aux écoles dans le Sud et l’Est de la Méditerranée dans sa présentation du numéro spécial de la revue Cahiers de la Méditerranée. Dupont Anne-Laure 2007, p. 7-16. Parmi ces travaux, rappelons notamment ceux qui sont en lien étroit avec la problématique du colloque : Abécassis Frédéric 2000, Babot Christiane 2000, Bocquet Jérôme 2005, Cabanel Patrick 2006, Donzel-Verdeil Chantal 2003 et 2013.

2 Ticchi Jean-Marc 2002.

3 L’intransigeance doctrinale n’empêche pas de produire une surabondante collection de décisions juridiques destinées à adapter le droit aux circonstances de temps et de lieu, selon la tradition du droit canon romain. Les Collectanea publiées par la congrégation Propaganda Fide recueillent les centaines de décisions prises selon cet esprit, quasiment sur tous les sujets. Elles introduisent la fluidité nécessaire à la diffusion mondiale de la doctrine, des rites, de la discipline.

4 Créée par Pie VII en 1814, cette congrégation a vu son rôle s’accroître avec la réforme de la Curie de 1908. Elle tend à traiter toutes les affaires sensibles ayant des incidences politiques, en particulier pour les relations avec les États.

5 Les intentions de prière qui accompagnent mois après mois le calendrier missionnaire établi chaque année par Rome mériteraient une étude méthodique, d’autant qu’elles sont accompagnées de commentaires explicatifs.

6 Constitution Inscrutabili, Collectanea S. Congregationis de Propaganda Fide : seu Decreta, instructiones, rescripta pro apostolicis, 1907, vol. 1, n° 3. Traduction de l’original latin.

7 « C’est en effet à Pierre seul que fut montrée cette nappe mystérieuse dont les quatre extrémités étaient abaissées du ciel en terre, remplie de toute sorte de quadrupèdes, de serpents et d’oiseaux ; les paroles qui suivirent cette vision : “Lève-toi et mange” signifiaient que Pierre et ses successeurs seraient chargés de réunir, des quatre extrémités du monde, les hommes égarés par diverses superstitions, de les immoler pour ainsi dire, de les dépouiller de leur ancienne vie et de se les assimiler, afin qu’ils pussent devenir les membres de celui qui est la tête invisible de l’Église, membres du Christ chef visible de l’Église, et qu’ainsi entrés dans la famille du Christ, ils aimassent ce qui est du Christ, ils accomplissent ses œuvres… » (Constitution Inscrutabili, 1622).

8 Le Roy Mgr 1905, p. 5.

9 La MLF ouvre sa première école à Salonique en 1906. Sur cette histoire : Thévenin André 2002.

10 Position exposée dès 1890 par un jeune prélat français qui travaille à la Curie, Félix Grimaldi. Grimaldi Félix 1890, p. 490.

11 Anastassiadis Anastassios 2006.

12 Prudhomme Claude 2003.

13 « L’Église, en effet, se garde bien de s’immiscer ou de s’engager dans les affaires civiles et politiques ; elle n’a jamais toléré que les missionnaires favorisent par leur action les desseins ou les intérêts des Puissances étrangères. Personne qui ne sache aussi - l’histoire entière en témoigne - que l’Église s’adapte aux lois et aux constitutions propres à chaque nation ou à chaque État ; qu’elle pratique et enseigne le respect des Gouvernements politiques légitimement constitués ; que pour les ouvriers de l’Évangile et les fidèles elle ne demande pas autre chose que le droit commun, la sécurité et la liberté. Si, en certains pays, les Gouvernements ont parfois assumé la protection de l’Église, elle-même n’usa point de leurs bons offices au détriment des indigènes ; son unique but était d’y trouver pour elle et les siens une garantie contre la malveillance et les persécutions. Il est sans conteste que tout État, de par un droit propre et naturel, a l’obligation de protéger la vie, les droits, les biens de ses nationaux, en quelque lieu de la terre qu’ils aient élu domicile ; les missionnaires ont donc eux aussi bénéficié de cette protection, notamment quand ils étaient l’objet de persécutions. Pour cette raison, le Siège Apostolique n’a pas décliné une protection de ce genre ; mais, ce faisant, il n’avait d’autre but que de soustraire les Missions aux procédés arbitraires et aux violences des méchants ; par contre, il n’entendait nullement favoriser les desseins que pouvaient éventuellement nourrir les gouvernements étrangers, tout en protégeant leurs nationaux. », « Lettre apostolique de S.S. Pie XI aux Vicaires et Préfets Apostoliques de Chine » (15 juin 1926) dans Guide des Missions catholiques, publié sous le patronage de la Sacrée Congrégation de la Propagande, t. I, Paris, 1937, p. 28-30.

14 Pettinaroli Laura 2008, à paraître dans la collection des travaux de l’École française de Rome.

15 Sur les rapports entre géographie, atlas et missions : Vasquez Jean-Michel 2011.

16 Martin Victor 1930, p. 205.

17 Annales de la propagation de la Foi, t. I, 1822, avant-propos.

18 Les dossiers de LAction populaire (10 février 1931) interprètent en ces termes la législation scolaire votée par la Yougoslavie en 1929 : « C’est sur le terrain de l’école que le conflit est aigu. La dictature encouragée par le patriarche et le clergé orthodoxe, dont il faut bien reconnaître la médiocre valeur intellectuelle et religieuse, a fait voter, en 1929, trois lois scolaires… Elles tendent à supprimer l’enseignement confessionnel ».

19 Un programme d’exploitation des enquêtes lancées par la congrégation Propaganda Fide à partir de 1919 laisse entrevoir la distance qui sépare les instructions et la réalité au sein des établissements, notamment en ce qui concerne le recrutement des enseignants et des élèves.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search