Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

De l’observation à l’action directe : l’implication directe des puissances européennes dans les Balkans et la Méditerranée face à la question d’Orient et à la mosaïque ethnoreligieuse

Ivo Pilar, la Communauté nationale croate et les identités nationales et confessionnelles en Bosnie-Herzégovine au début du xxe siècle

Ivo Pilar, the Croatian National Community, National and Confessional Identities in Bosnia-Herzegovina at the Beginning of the 20th Century

Ines Sabotič

Résumé

Au cours des vingt années qu’il a passées en Bosnie-Herzégovine (1900-1920), Ivo Pilar a été l’un des principaux acteurs politiques des Croates catholiques. Son engagement dans la Communauté nationale croate et son principal ouvrage, La question sud-slave et la guerre mondiale, témoignent de la permanence du principal objectif politique croate, à savoir le rattachement de la Bosnie-Herzégovine à la Croatie au sein de l’Empire austro-hongrois. Pour cela, Pilar et la Communauté considèrent les musulmans comme des Croates. Mais l’archevêque de Sarajevo, Josip Stadler, s’oppose à cette conception pluriconfessionnelle de l’identité croate, ce qui entraînera une scission parmi les Croates. Devant l’avancée du yougoslavisme, Pilar et Stadler redeviennent en 1912 des alliés, afin de réaliser leurs projets politiques.

Texte intégral

  • 1 Ivo Pilar (Zagreb, 1874-Zagreb, 1933) est issu d’une famille de la haute bourgeoisie. Son père Gjur (...)
  • 2 Pilar a été un précurseur en sociologie, géopolitique et psychologie.
  • 3 Il existe deux versions en allemand et une traduction discutable en croate de 1943 (le titre est pa (...)

1Après avoir obtenu un doctorat en droit à Vienne, Ivo Pilar1 ne retourne que brièvement à Zagreb, sa ville natale. Ce jeune Croate de vingt-six ans décide en effet de s’installer à Sarajevo. Il y travaille d’abord comme secrétaire du directeur d’une banque puis au tribunal départemental. Enfin, il ouvre en 1905, dans la ville de Tuzla, un cabinet d’avocat qui subsistera jusqu’en 1920. Parallèlement à son activité professionnelle, il fait son entrée dans la vie publique et politique du pays. Il s’engage notamment dans la Hrvatska Narodna Zajednica (Communauté nationale croate), dont il est d’ailleurs l’un des co-fondateurs. Appartenant au courant du croatisme, son principal objectif politique est l’intégration des terres croates (Croatie, Slavonie, Dalmatie, Istrie et Bosnie-Herzégovine) au sein de l’Empire austro-hongrois, dont le dualisme serait remplacé par le trialisme ou le sub-dualisme (dualisme remanié). Cette conception de la question sud-slave, tenant compte des perspectives historiques, géopolitiques et sociologiques2, est expliquée dans Die südslavische Frage und der Weltkrieg (La question sud-slave et la guerre mondiale), un ouvrage qu’il publie en 1918 à Vienne sous le pseudonyme évocateur de L.V. Südland3.

2Au cours des vingt années passées en Bosnie-Herzégovine, Pilar sera le témoin des enjeux internationaux, mais aussi l’un des acteurs d’une vie politique particulièrement mouvementée. Ce pays traverse en effet une période importante de son histoire : depuis le traité de Berlin de 1878, la Bosnie-Herzégovine, ancienne province ottomane, est occupée par l’Empire austro-hongrois ; puis, en 1908, quelques années après l’arrivée de Pilar, elle est officiellement annexée. La Bosnie-Herzégovine passe ainsi définitivement d’un empire à un autre, son centre se déplace d’Istanbul à Vienne, de l’Orient à l’Occident. Les changements de frontière entraînent de profonds bouleversements touchant tous les segments de la vie (mais sans pour autant régler la cruciale question agraire). Ils imposent aussi une redéfinition de l’identité traditionnelle des habitants de la région et un repositionnement des différents groupes entre eux. La pluralité confessionnelle ne fait que compliquer les choses.

  • 4 Selon les recensements de 1879 et de 1910, le nombre d’habitants s’élève à 1 158 440 en 1879 et 1 8 (...)

3Malgré l’émigration de musulmans et l’immigration de catholiques, cette ancienne province ottomane, devenue austro-hongroise, est en premier lieu orthodoxe (42,88 % en 1879, 43,49 % en 1910), puis musulmane (38,75 % en 1879, 32,25 % en 1910) et enfin catholique (18,08 % et 22,87 %)4. Si la référence identitaire est confessionnelle, surtout pour les musulmans, elle devient de plus en plus nationale, en particulier pour les orthodoxes (église autocéphale oblige), mais aussi pour les catholiques. Alors que catholique va de pair avec croate et orthodoxe avec serbe, les musulmans restent finalement sans correspondance nationale. Les Serbes et les Croates, dont les compatriotes respectifs de la Serbie et de la Croatie sont en plein éveil national, proposent d’intégrer les musulmans à leur corpus national. Ces intégrations sur le plan identitaire ne sont pas sans sous-entendus politiques. Les Croates aspirent au rattachement de la Bosnie-Herzégovine aux terres croates au sein de l’Empire, tandis que les Serbes souhaitent qu’il se fasse au royaume de Serbie. Ces projets politiques, souvent antérieurs à 1878 et aux objectifs incompatibles, sont actualisés par l’occupation puis l’annexion. Si les musulmans adoptent des positions diverses par rapport à leurs voisins, on observe aussi une précision des contours d’une identité nationale bosniaque et musulmane. L’Autriche et surtout la Hongrie s’opposent aussi bien à une réforme de la Monarchie qu’à la perte de la Bosnie-Herzégovine et veillent donc bien à contrôler ces nationalismes.

4La place que les uns et les autres accordent aux musulmans ne saurait être saisie que si l’on sort des frontières de la seule Bosnie-Herzégovine. Dans le cadre du dépècement de l’Empire ottoman, celle-ci constitue une pièce importante de la donne géopolitique et de l’équilibre des relations internationales particulièrement fragiles dans les Balkans, équilibre définitivement ébranlé en 1914, à la suite de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo. À l’issue de la première guerre mondiale, la Bosnie-Herzégovine sera intégrée au royaume des Serbes, Croates et Slovènes. En 1920, Ivo Pilar quitte alors la Bosnie-Herzégovine avec l’indésirable étiquette de pro-habsbourgeois et, dans ses bagages, un livre désormais caduc. Il retourne à Zagreb.

5L’engagement et l’activité de Pilar au sein de la Communauté nationale croate, ainsi que ses écrits, reflètent la situation des Croates (catholiques) de Bosnie-Herzégovine au début du xxe s., à un moment où les espoirs de réforme de l’Empire dictent des activités très concrètes par le biais d’une organisation. Dans ce contexte se définissent des modèles de relations avec les autres confessions, notamment avec les musulmans, et s’affirment des options politiques concurrentes, le yougoslavisme en particulier. Mais l’unité croate est loin d’être exemplaire, elle sera même souvent mise à l’épreuve.

Une communauté nationale croate interconfessionnelle (1906-1912) ?

6Du fait de la spécificité politique de la Bosnie-Herzégovine et des nombreuses questions qui en découlent, la communauté nationale croate n’échappe pas, dès ses débuts, à la délicate problématique confessionnelle et identitaire.

Une association culturelle croate avec un programme politique

  • 5 Josip Stadler (Slavonski brod 1843-Sarajevo 1918). Il est intéressant de signaler qu’un procès de b (...)
  • 6 Sur la Communauté nationale croate, voir Đaković Luka 1985 ; Grijak Zoran 2001.
  • 7 Đaković Luka 1985, p. 235.

7En 1906, lors de la célébration de l’association croate de chant Vlašić, près de Travnik, les Croates catholiques, à l’initiative de l’archevêque de Sarajevo Josip Stadler5, décident de s’organiser afin de défendre et de promouvoir leur identité et leur culture6. Un comité de six personnes (Nikola Mandić, Milan Katičić, Jozo Sunarić, Stjepan Kukrić, Đuro Džamonja, Ivo Pilar) est chargé de rédiger les statuts de l’organisation. L’article 2 des statuts précise : « L’objectif de la Communauté nationale croate est le développement économique et culturel du peuple croate en Bosnie-Herzégovine. L’activité politique est exclue7 ».

8Pourtant, la politique, rarement absente des associations nationales, même culturelles, et certainement pas durant les périodes de bouleversements politiques, fait son entrée sur scène. Parallèlement aux statuts, le comité des six rédige un programme politique interne secret (Punktacija). Étant donné le nombre minoritaire des Croates, le comité estime qu’une seule organisation croate suffit. Surtout, ce document affirme que la Bosnie-Herzégovine est une terre croate qui doit être rattachée aux autres au sein de la Monarchie. De plus, le comité des six considère comme indispensable de développer des relations particulières avec les musulmans. Il insiste donc sur la nécessité d’une réforme agraire, en l’occurrence le rachat obligatoire des kmets, qui étaient, dans leur majorité, chrétiens, et sur la question de la propriété des terres, qui se trouvaient pour l’essentiel entre les mains des begs.

  • 8 Grijak Zoran 2001, p. 178-179.
  • 9 Ibid., p. 185.
  • 10 Ibid, p. 186.

9En novembre 1907, les autorités ratifient les statuts de l’association, officiellement apolitique et soutenant une éventuelle annexion. En février 1908, lors de l’assemblée constitutive, les fonctions sont attribuées. Nikola Mandić, avocat et vice-maire de Sarajevo, devient président, et Ivo Pilar président du comité pour la région de Tuzla et l’un des treize membres du comité central. Ce dernier compte Marijan Dujić, un franciscain, et Hamid Šahinović Ekrem, un musulman. Un programme politique est défini dès la première assemblée8. L’objectif principal étant l’intégration des terres croates, des axes sont déterminés par rapport aux autres confessions. Ainsi, il conviendrait de « s’efforcer d’entretenir les meilleurs rapports avec les habitants orthodoxes, qui s’appellent eux-mêmes Serbes, et de rester inébranlablement attaché au principe d’une stricte réciprocité ». En revanche, les liens sont plus étroits avec les musulmans. Ces derniers sont maintenant « incontestablement » considérés comme des Croates. C’est pourquoi l’association « défendra la foi catholique comme l’islam des attaques injustes et illégales ». En raison de leur spécificité, « on accepte la proposition du Dr. Pilar quant au soutien particulier des musulmans de la part de la Communauté nationale croate quel que soit le parti auquel ils appartiennent ». Bref, la Communauté repose sur une certaine interconfessionnalité. Selon l’article 4 des statuts, il apparaît que tous les habitants de Bosnie peuvent devenir membres de l’association9. Grâce à un réseau déjà dense d’associations croates, notamment les nombreuses associations de chant, on compte près de 45 000 membres en 190810. Pourtant, cette interconfessionnalité n’est pas sans poser problème. Des difficultés apparaissent dès le début de l’activité de l’organisation croate, et même avant.

Discorde catholico-croate : deux stratégies différentes

  • 11 Ibid., p. 185-189.

10Déjà en 1900, à Sarajevo, lors de la cérémonie de l’association de chant Trebević, dont le président était d’ailleurs Nikola Mandić, l’archevêque Stadler et les clercs qui l’accompagnaient quittèrent ostensiblement les lieux : la majorité laïque refusait la bénédiction du drapeau afin de ne pas donner un caractère catholique à l’association. Quelques années plus tard, les discordes persistent, parce que la dimension confessionnelle de l’identité croate est conçue de deux manières différentes : si les dirigeants de la Communauté nationale croate ont ouvert la porte aux musulmans, l’archevêque Stadler considère au contraire que seuls les catholiques peuvent devenir membres de l’association11. S’il ne semble pas vraiment s’opposer à l’idée que des Croates puissent être musulmans, il lui semble prématuré d’effacer le lien entre confession et nation. Il existe effectivement, depuis 1906, la Muslimanska Narodna Organizacija (Organisation nationale musulmane) et, depuis 1907, la Srpska Narodna Organizacija (Organisation nationale serbe), il n’y aurait donc pas de raison pour que les Croates gomment ce lien. Stadler craint qu’à ce stade du développement national, l’interconfessionnalité soit un frein pour les uns comme pour les autres. De plus, il y aurait une certaine incompatibilité entre les objectifs politiques des Croates et des musulmans (par exemple au sujet de l’annexion, soutenue par les premiers, mais pas par les seconds). Dès la première assemblée de l’association, la direction de la Communauté décide de ménager Stadler en promettant de faire ratifier de nouveaux statuts dans l’année qui suit.

11Par ailleurs, Vienne ne manque pas de soutenir le rôle de la Communauté nationale croate, fidèle à l’Empire. En effet, le 5 octobre 1908, le jour même de l’annexion, Mandić et Pilar sont reçus, lors de leur séjour à Vienne, par l’empereur François-Joseph et l’archiduc François-Ferdinand, en tant que représentants des Croates de Bosnie-Herzégovine. S’ils expriment leur satisfaction quant à l’annexion, ils semblent néanmoins relativement timides et silencieux sur la question du rattachement de la Bosnie-Herzégovine à la Croatie, du moins aux yeux de Stadler. Ce dernier le sera moins lors de son audience chez l’empereur en novembre 1908.

  • 12 Ibid., p. 179 ; Đaković Luka 1985, p. 235.

12Le fossé ne cesse de se creuser entre Stadler et la Communauté. La promesse de changer les statuts n’a toujours pas été mise en œuvre. Il existe certes une version bis des statuts avec, notamment, une autre formulation de l’article 2 : « Les objectifs de la Communauté nationale croate sont l’élévation économique, scolaire, culturelle, chrétienne et morale du peuple croate catholique de Bosnie-Herzégovine en conséquence de quoi, la Communauté nationale croate, étant une association catholique, repose sur les principes de la foi catholique dans les questions religieuses et scolaires12 ». Mais ces statuts n’étant pas ratifiés, l’association reste ouverte à tous.

  • 13 Đaković Luka 1985, p. 284-292.
  • 14 Ibid., p. 327.

13À son retour de Vienne, en décembre 1908, Stadler exige de la Communauté de changer les statuts et de laisser plus de place aux membres de l’archevêché13. La Communauté refuse. En juillet 1909, Stadler décide de fonder Hrvatska Katolička Udruga (Association catholique croate). L’article 2 des statuts en exprime clairement les objectifs14. D’abord, l’association se doit de promouvoir et de développer les intérêts des Croates de Bosnie-Herzégovine dans le domaine culturel, social, politique et aussi moral. Elle aspire également à l’intégration des terres croates au sein de la monarchie. Elle veille à « soigner et renforcer parmi les catholiques le sentiment religieux, la moralité chrétienne et l’éducation chrétienne » et « exclut la propagande religieuse à l’égard des autres croyants et souligne une inclination particulière pour les musulmans auxquels les Croates catholiques sont liés par une existence nationale commune, la tradition et le principe national ». La collaboration avec les autres confessions est envisageable « si elles soutiennent les mêmes intérêts nationaux et à condition que cela ne s’oppose pas à l’orientation catholique de l’Association catholique croate ».

  • 15 Pilar Ivo 1910.

14Évidemment, les polémiques ne cessent pas. On retient notamment un texte écrit en 1910, par un certain Zajedničar (« le Communautaire »), pseudonyme de Pilar15. L’auteur considère que Stadler, non seulement homme d’église mais de surcroît installé par des puissances étrangères, n’a ni la force ni la légitimité morale et politique pour être à la tête du peuple croate de Bosnie-Herzégovine. Il dénonce son amalgame de l’identité croate avec la confession catholique, son prosélytisme, bref ses rapports néfastes avec les musulmans. D’une certaine manière, les laïcs et la hiérarchie religieuse, les libéraux et les cléricaux se disputent le pouvoir afin de mener la politique nationale croate en Bosnie-Herzégovine.

15Les discordes ne manquent pas non plus au sein même du corps religieux. Les Franciscains soutiennent en effet plutôt les laïcs et l’acceptation des non-catholiques dans l’association. Ce différend est comme un écho aux problèmes plus vastes entre la hiérarchie ecclésiastique et les Franciscains. Alors que l’ordre des frères mineurs était la seule structure catholique présente durant toute la période ottomane, sa position séculaire privilégiée est remise en question en 1882 en raison de l’installation d’une hiérarchie ecclésiastique et de l’arrivée des Jésuites. Vienne avait choisi de se fier à une structure dont elle pouvait avoir le contrôle avec, à sa tête, Josip Stadler. Pour les Franciscains, ce Croate de Croatie, tout comme les Jésuites, étaient des étrangers méconnaissant la réalité spécifique du pays.

16Malgré des objectifs politiques communs, on observe qu’une vision commune sur l’aspect confessionnel de l’identité croate fait défaut aux Croates catholiques. Être croate ne signifie pas la même chose pour tous. L’identité croate est confessionnelle et nationale pour Stadler, représentant le courant clérical, et nationale pour la majorité de la Communauté nationale croate (et Pilar), représentant le courant libéral. Les premières élections parlementaires de 1910 offrent un tableau très clair de la position des deux organisations. La Communauté remporte 10 sièges sur 16 alors que l’association de Stadler 5 seulement.

Pilar, les musulmans et les bogomiles

17Le programme politique de la Communauté nationale croate de février 1908 affirmait que les musulmans de Bosnie-Herzégovine étaient des Croates de confession musulmane. Une telle affirmation demande quelques éclaircissements. De surcroît, le rôle de Pilar n’est pas des moindres dans la formation de cette conception.

Les musulmans, descendants des bogomiles

  • 16 Le terme bogomile est un anachronisme, il serait plus approprié de parler de chrétiens bosniaques ((...)
  • 17 Voir par exemple Petranović Božidar 1867 ou Rački Franjo 1870.
  • 18 Pilar Ivo 1990, p. 79-104 ; Pilar Ivo 1927 ; Pilar Ivo 1928a ; Pilar Ivo 1928b ; Pilar Ivo 1929 ; P(...)

18Au xixe s., les hérésies médiévales, plus particulièrement celle des bogomiles16 de Bosnie-Herzégovine, ne manquent pas d’attiser la curiosité des intellectuels17. Pilar s’est aussi largement intéressé à ce sujet tout au long de sa vie18. S’il existe des thèses différentes sur les perceptions des bogomiles et leurs origines, elles convergent sur un point : le lien établi entre les musulmans et les bogomiles, plus précisément l’affirmation selon laquelle les musulmans de Bosnie-Herzégovine descendent des bogomiles.

  • 19 Pilar Ivo 1931 ; voir aussi Matijević Zlatko 2006.

19Afin d’expliquer la fraternité entre Croates et musulmans, Pilar remonte au Moyen Âge19. Certains Croates, aristocrates aussi bien que clercs, se seraient opposés d’une part à la latinisation de l’Église, remettant ainsi en cause la tradition glagolitique et, d’autre part, au pouvoir trop important de la hiérarchie ecclésiastique. Devenus bogomiles, ils auraient été poussés à se retirer en Bosnie par des conditions politiques défavorables, loin de l’influence de l’Église catholique. Un État bosniaque se serait ainsi développé, ayant même souvent à sa tête un souverain bogomile, en opposition ouverte à Rome et Constantinople. Quand les Ottomans prirent le pouvoir en 1453, certains parmi ces bogomiles se seraient convertis à l’orthodoxie et au catholicisme, mais la grande majorité aurait préféré l’islam, non pour des raisons matérielles, à savoir conserver leurs terres, mais en raison de la proximité des conceptions religieuses bogomiles et musulmanes. Pilar défend ici les musulmans contre les accusations de cupidité et d’absence d’intégrité dont ils font l’objet.

  • 20 Il peut être intéressant de signaler que Pilar est le premier président de l’Association des végéta (...)
  • 21 On retrouve ici la thèse des origines iraniennes des Croates.
  • 22 Malbaša Ante 1933, p. 62 cité par Matijević Zlatko 2006, p. 70.
  • 23 Pilar Ivo 2007, p. 135.
  • 24 Ibid., p. 131.

20Si la dimension hérétique ne semble pas le gêner outre mesure, ses textes laissent deviner une certaine admiration pour les bogomiles qui seraient, entre autres, modestes, opposés au mensonge et à l’esclavage, végétariens20, pacifistes, détachés des richesses matérielles et du pouvoir. Il explique la popularité de ce mouvement par l’ouverture des Croates au dualisme de leurs ancêtres slaves liés au zoroastrisme iranien21. Leur côté « rebelle » par rapport à Rome et à Constantinople apparaît également comme une qualité et une preuve d’indépendance d’esprit. Selon un homme politique autrichien, Joseph Baernreither, Pilar aurait même prôné, en 1913, un retour à la religion bogomile afin de se « libérer » aussi bien de l’orthodoxie que du catholicisme22. Pilar note aussi que « le mouvement bogomile est la première réforme en Europe et que c’est à l’honneur des Croates et des Bulgares, car nous avons eu suffisamment d’idéalisme et de force pour tenter la première réforme du christianisme en Europe, nous avons essayé ce qu’ont plus tard essayé avec plus de succès les Anglais et l’Église anglicane23 ». Il attribue cet échec en premier lieu à leur « mépris à l’égard de la vie24 ». Les répercussions politiques ne sont pas des moindres puisque la fin des bogomiles est liée à la chute de l’indépendance nationale croate.

21La question bogomile va évidemment au-delà de l’aspect religieux et spirituel, l’aspect politique, national et géopolitique est essentiel. En effet, renouer avec ses origines bogomiles signifie reconnaître les bogomiles comme des ancêtres des musulmans et donc des ancêtres des Croates. Retrouver l’unité perdue croate, catholique et musulmane, est un premier pas pour retrouver l’indépendance nationale, en l’occurrence l’intégration des terres croates. C’est précisément sur ces bases que sera possible, selon Pilar, la réforme de l’Empire austro-hongrois.

Limites et concurrences politiques

  • 25 Gelez Philippe 2010, p. 314-326.

22On retrouve aussi chez certains musulmans, comme Safvet-beg Bašagić, l’idée que les musulmans, surtout l’aristocratie, seraient des descendants des bogomiles25. Leurs « ancêtres » apparaissent comme les garants d’une continuité historique depuis le Moyen Âge, indépendamment de Rome et Constantinople, et dont la conversion à l’islam aurait permis de sauvegarder l’unité bosniaque. Il convient aussi de mentionner le parti du droit d’Ante Starčević (1823- 1896), particulièrement populaire en Croatie, et qui, par son islamophilie, attire notamment les jeunes musulmans, en particulier la jeune intelligentsia qui fait ses études à Zagreb ou à Vienne (comme Bašagić). Ces jeunes se déclarent croates, au moins pendant un certain temps.

  • 26 Đaković Luka 1985, p. 238-239.

23Néanmoins, les musulmans n’intègrent pas la Communauté nationale croate. Ils s’organisent au sein de leurs propres associations. En 1906, les grands propriétaires fondent l’Organisation nationale musulmane, soutenue par une majorité de musulmans. Particulièrement attachés à l’identité traditionnelle ottomane, ils revendiquent, jusqu’à l’annexion, l’autonomie au sein de l’Empire ottoman ainsi que l’autonomie religieuse et scolaire, obtenue finalement en 1909. En 1908, la jeune intelligentsia musulmane pro-croate et soutenant l’annexion s’organise, elle, au sein de Muslimanska Napredna Stranka (Organisation musulmane du progrès). À la veille des élections parlementaires de 1910, ce parti change de programme politique et de nom, devenant le Muslimanska Samostalna Stranka (Parti musulman indépendant), mais il ne réussit pas à entrer au Parlement. C’est à travers ces organisations que les musulmans collaborent avec les autres, Croates et Serbes. Avec les Croates, on peut, par exemple, mentionner la liste croato-musulmane pour les élections municipales de Sarajevo, au printemps 1908, qui apportera d’ailleurs à Mandić, le président de la Communauté, la fonction de vice-maire26. La collaboration entre les Croates (de la Communauté) et une partie des musulmans se fera notamment à la Diète dès 1910 et elle mènera même à la signature d’un pacte en 1911. Les musulmans acceptent de soutenir la langue croate ou serbe (et non serbo-croate ou croato-serbe) et les Croates le rachat facultatif des kmets.

  • 27 Petranović Božidar 1867.
  • 28 Đaković Luka 1985, p. 231.

24Pendant cette période, les musulmans ont aussi quelques sympathies pour les Serbes qui s’expriment notamment par le biais de l’Organisation nationale serbe. On retrouve aussi l’idée que les musulmans seraient des Serbes de confession musulmane puisque les bogomiles auraient été, en fait, des orthodoxes serbes27. Mais ce sont surtout des revendications communes qui les unissent. Comme l’association considère que la Bosnie-Herzégovine est « partie intégrante de l’Empire turc28 », Serbes et musulmans revendiquent ensemble l’autonomie au sein de l’Empire, du moins jusqu’à l’annexion par l’Empire austro-hongrois. Ils demandent aussi l’autonomie religieuse et scolaire, obtenue en 1905 par les Serbes et en 1909 par les musulmans. Plus tard, cette collaboration se poursuit à la Diète.

25Contre les visées serbes et croates, l’Autriche-Hongrie essaie, dans un premier temps, de dépasser les confessions. Benjamin Kàllay (1882-1903), ministre commun des finances et chargé de la Bosnie-Herzégovine, propose une identité bosniaque - bošnjaštvo. S’il est, pendant un certain temps, soutenu par quelques musulmans (Mehmed-beg Kapetanović Ljubušak et Safvet-beg Bašagić), ce projet ne rencontre pas le succès. D’une part, il est illusoire qu’une identité soit imposée par voie hiérarchique et encore plus de l’extérieur. D’autre part, l’Autriche s’y oppose, car elle soupçonne les Hongrois de s’intéresser de trop près à la Bosnie-Herzégovine.

26Mais la réalité est évidemment confessionnelle et nationale. La Monarchie adopte donc une autre stratégie. En ce qui concerne les alliances, elle soutient, avec mesure évidemment, les rapprochements croato-musulmans, surtout quand ils affirment leur fidélité à l’Empire. En revanche, elle voit plutôt d’un mauvais œil les rapprochements entre Serbes et musulmans, remettant davantage en cause l’ordre des choses. Surtout, la Monarchie satisfait, dans la mesure du possible, certaines revendications particulières comme l’autonomie religieuse et scolaire des Serbes et des musulmans. Elle se montre aussi conciliante à l’égard des plus riches habitants de Bosnie-Herzégovine, les begs, puisque la réforme agraire ne cesse d’être repoussée, au détriment des kmets. En revanche, la principale ambition croate ne se réalise évidemment pas, l’appartenance à une même confession pesant peu par rapport aux intérêts politiques. Enfin, le parlement étant divisé en trois curies confessionnelles, les groupes ne peuvent s’organiser que sur la base d’une identité confessionnelle.

27Il apparaît donc bien illusoire de penser qu’une vision nationale et non confessionnelle de l’identité croate puisse prendre vie, pas seulement à cause des désaccords entre Croates, mais aussi en raison du désintérêt des musulmans, des oppositions serbes, et enfin d’une réserve, inattendue pour les Croates, des autorités catholiques viennoises.

28Si les musulmans, et plus généralement la dimension confessionnelle de l’identité croate, ont été pour un moment un point de désaccord entre Pilar et Stadler, c’est une urgence politique qui les rapproche, une menace si grave qu’elle pousse le libéral et le clérical à devenir des alliés.

La communauté nationale croate confessionnelle (1912-1918)

29Souvent, en amont de la dimension identitaire, se trouvent des enjeux politiques. Quand l’objectif principal est remis en cause, en l’occurrence la réunification des terres croates au sein de l’Empire, la place des confessions n’est plus prioritaire et le choix des alliés peut être reconsidéré.

Pilar et Stadler, ensemble contre le yougoslavisme

  • 29 Voir notamment son ouvrage Die südslavische Frage und der Weltkrieg.
  • 30 Grijak Zoran 2001, p. 526-559 ; Matijević Zlatko 2001a ; Matijević Zlatko 2001b.
  • 31 Voir le document, Matijević Zlatko 2002.

30Si le rapprochement avec les musulmans paraît illusoire, on observe en revanche une avancée de l’option yougoslave parmi les Croates de Bosnie-Herzégovine. Le yougoslavisme s’articule tout particulièrement à travers la coalition croato-serbe, majoritaire à la Diète croate depuis 1906, et dont les idées avaient été repoussées dans le programme politique de la Communauté nationale croate en février 1908. En outre, à la suite des victoires serbes pendant les guerres balkaniques en 1912 et 1913, l’attention se porte de plus en plus vers Belgrade. On remarque ainsi un rapprochement d’une partie des Croates, notamment de Nikola Mandić, avec les Serbes et le yougoslavisme. En revanche, Stadler et Pilar considèrent ce yougoslavisme comme une véritable menace. Pilar estime que l’objectif ultime du yougoslavisme est la création d’un État yougoslave (serbe) et dont la première marche serait le rattachement de la Bosnie-Herzégovine au royaume de Serbie29. Il se réfère entre autres à des textes comme Načertanije (Esquisse) de Ilija Garašanin (1844) ou encore Aneksija Bosne i Hercegovine i srpski problem (L’annexion de la Bosnie-Herzégovine et le problème serbe) de Jovan Cvijić (1908). Enfin, le yougoslavisme serbe et croate n’étant pas exactement le même, un certain nombre de malentendus émergent. C’est ainsi qu’à partir de 1912, Stadler et Pilar, qui partagent toujours le même objectif, n’hésitent pas à devenir des alliés. L’association de Stadler s’éteint et ses membres rejoignent la Communauté qui affirme désormais une identité catholique. Cette collaboration est relativement importante et étroite, surtout pendant la première guerre mondiale30. Par exemple, même si son nom n’y apparaît pas explicitement, Pilar participe à la rédaction du Mémorandum que Stadler adresse en janvier 1915 à Benoît XV : il s’agit de solliciter l’intervention du pape auprès de l’Italie dans le but d’assurer la neutralité de celle-ci, démarche demeurée infructueuse. En 1917, Stadler répond à la Déclaration de mai (Svibanjska deklaracija) du Club yougoslave par une Déclaration du groupe clérical des catholiques de Bosnie-Herzégovine (Izjava klerikalne grupe bosansko-hercegovačkih katolika), rédigée en fait par Pilar. La même année, celui-ci adresse à l’empereur Charles Ier un Mémorandum. Bref, tout au long de la guerre, Pilar et Stadler contactent les hauts dignitaires de l’Empire dans l’espoir d’obtenir une réforme de l’Autriche-Hongrie (du subdualisme au fédéralisme, en passant par le trialisme). Mais l’Autriche et surtout la Hongrie repoussent ces propositions. On peut enfin mentionner le programme d’un parti politique, rédigé en 1917, qui voit le jour après la guerre. Pilar y affirme à nouveau que « les musulmans de langue croate dans les Balkans sont d’une manière générale les descendants des Croates de religion bogomile31 ».

31Tout comme l’unité et le consensus croates en Bosnie-Herzégovine se sont heurtés à la question confessionnelle de l’identité croate, un processus similaire se produit quand le yougoslavisme commence à gagner du terrain en Bosnie-Herzégovine. De nouvelles alliances se forment alors.

Yougoslavisme contre croatisme

32Pourtant, il y a eu pendant longtemps un relatif consensus parmi les Croates. Au début du xxe s., les terres croates sont désintégrées puisque la Croatie-Slavonie est liée à la Hongrie, l’Istrie et la Dalmatie à l’Autriche, la Bosnie-Herzégovine aux deux, étant sous administration du ministère commun des Finances. Chacune de ces terres est cependant considérée comme croate selon le droit d’État historique croate (Hrvatsko državno pravo).

  • 32 On peut rappeler que le mouvement yougoslave commence au début du xixe s. avec l’illyrisme et qu’il (...)
  • 33 Brooks Tomljanovich William 2001.
  • 34 Ce programme affirme aussi qu’il conviendrait de soutenir les Slovènes afin que ceux-ci puissent in (...)
  • 35 Đaković Luka 1985, p. 327.

33Mais il y a aussi des divergences entre Croates, divisés en deux courants, le yougoslavisme32 et le croatisme. Sans remonter aux origines de ces courants politiques et en faire l’historique, on peut néanmoins rappeler quelques éléments. Les dernières décennies du xixe s. sont marquées par le yougoslavisme avec, à sa tête, l’évêque de Đakovo Josip Juraj Strossmayer secondé par le chanoine Franjo Rački. S’y mêlent objectifs politiques (intégration croate au sein de l’Empire), développement culturel (fondation de l’université de Zagreb, de l’Académie yougoslave des sciences et des arts) et rapprochement des Églises, en particulier avec les Serbes orthodoxes (ou plutôt leur ralliement à Rome)33. L’autre personnage-clé de cette période est Ante Starčević, fondateur du parti du droit (pravaštvo) qui a même réclamé l’indépendance des terres croates. En 1894, les deux oppositions croates rédigent un programme politique commun qui demande l’unification des terres croates34. On constate que, dans les statuts de l’association de Stadler, il est explicitement fait mention de ce programme35. Pourtant, au début du xxe s., les programmes du yougoslavisme et du parti du droit ne sont plus exactement ceux de leurs fondateurs respectifs. La dimension yougoslave de la coalition croato-serbe est surtout politique. Elle se lie de plus en plus à la Serbie et tend toujours davantage à une unification des terres croates avec la Serbie, en particulier à partir de 1910, quand le Croate Frano Supilo (1870-1917) se retire et laisse la place au Serbe de Croatie Svetozar Pribičević (1875-1936). L’un des héritiers de Starčević (il existe plusieurs partis de ce courant) est Josip Frank qui n’est plus en opposition avec Vienne et Budapest, mais au contraire fidèle à la monarchie.

  • 36 L’évêque de Đakovo avait de l’admiration pour l’archevêque de Sarajevo qui avait pris l’initiative (...)

34On peut néanmoins relever deux permanences dans le mouvement yougoslave et le parti du droit. D’une part, il s’agit toujours d’une unification des Yougoslaves (Serbes, Croates et parfois Slovènes de l’Empire dans un premier temps) pour le yougoslavisme, et une unification des Croates (parfois des Slovènes aussi) pour le croatisme. Stadler et Pilar s’opposent à une unification yougoslave, car ce nom effacerait l’identité nationale et ne ferait que dissimuler en fait l’impérialisme serbe. D’autre part, le yougoslavisme et le croatisme cherchent en fin de compte toujours les mêmes partenaires. Les confessions apparaissent alors sur le devant de la scène. En effet, le projet yougoslave s’appuie davantage sur les chrétiens, catholiques slovènes et orthodoxes serbes, dont les supports peuvent être culturels, politiques ou même spirituels. Dans ce dernier domaine, on peut se demander si la question de la réunification des Églises n’est pas plutôt un souci d’ecclésiastique puisque Strossmayer et Stadler partageaient les mêmes objectifs, mais n’appartenaient pas aux mêmes courants politiques36. En revanche, le projet croate se tourne vers les musulmans, contournant l’idée d’une identité religieuse commune, se dotant même d’une dimension anticléricale. On peut ici rappeler l’anticléricalisme de Starčević inspiré des idées de la Révolution française ainsi que son islamophilie.

  • 37 De retour à Zagreb, Pilar, avec d’autres Croates, est condamné à un an de prison avec sursis pour h (...)

35Yougoslavisme ou croatisme ? L’épilogue est bien connu. À l’issue de la Grande Guerre, l’Autriche-Hongrie est dissoute, la Bosnie-Herzégovine intègre le royaume des Serbes, Croates et Slovènes. Tandis que Stadler assiste à ces changements depuis son lit de mort, Pilar quitte le pays37.

Conclusion

36La pluralité des confessions, les nationalismes, les objectifs politiques, les enjeux internationaux et le contexte politique ont immanquablement influencé la définition d’une identité des Croates catholiques de la Bosnie-Herzégovine austro-hongroise. En effet, les scissions (et les alliances) parmi les Croates se font d’abord sur l’aspect confessionnel (avec ou sans les musulmans), puis sur l’objectif politique (yougoslavisme ou croatisme). Mais cette multitude de facteurs a également une influence sur les relations interconfessionnelles. D’abord, à la grande déception des Croates, être catholique ne garantit pas une position privilégiée au sein d’un Empire catholique, politique oblige. Les relations entre Serbes orthodoxes, Croates catholiques et musulmans changent en fonction des objectifs politiques, mais dépendent aussi des autorités austro-hongroises. Ces dernières n’ont pas hésité à les gérer selon leurs intérêts en prenant soin de ne pas donner à un groupe une prédominance sur les deux autres, afin d’éviter les alliances trop hostiles, et donc à les diviser pour mieux régner. En ce sens, les curies confessionnelles du parlement apparaissent comme un instrument politique efficace. Les confessions deviennent alors un véritable sujet politique.

Bibliographie

Bibliographie

Brooks Tomljanovich William 2001

BrooksTomljanovich William, Biskup Josip Juraj Strossmayer : Nacionalizam i moderni katolicizam u Hrvatskoj, Zagreb, HAZU / Dom i Svijet, 2001.

Đaković Luka 1985

Đakovićluka, Političke organizacije bosanskohercegovačkih Hrvata. Do otvaranja sabora 1910, Zagreb, Globus, 1985. Džaja Srećko 2002

Džaja Srećko, Bosna i Hercegovina u austrougarskom razdoblju (1878.-1918.). Inteligencija između tradicije i ideologije, Zagreb-Mostar, Ziral, 2002.

Gelez Philippe 2010

Gelez Philippe, Safvet-beg Bašagić (1870-1934) : aux racines intellectuelles de la pensée nationale chez les musulmans de Bosnie-Herzégovine, Athènes, École française d’Athènes, 2010.

Grijak Zoran 2001

Grijak Zoran, Politička djelatnost vrhbosanskog nadbiskupa Josipa Stadler, Zagreb/Sarajevo, Dom i svijet/ Vrhbosanska nadbiskupija Sarajevo, 2001.

Gross Mirjana 2000

Gross Mirjana, Izvorno pravaštvo, Zagreb, Golden marketing / Tehnička knjiga, 2000.

Imamović Mustafa 2007

Imamović Mustafa, Pravni položaj i unutarnjo-politički razvitak Bosne i Herzcegovine od 1878. do 1914., Sarajevo, Magistrat / Pravni fakultet Univerziteta u Sarajevu, 2007.

Krišto Jure 2001

Krišto Jure, « Uloga Ive Pilara u hrvatskom organiziranju u Bosni i Herzcegovini », Godišnjak Pilar : prinosi za proučavanje života i djela dra Ive Pilara 1 (2001), p. 82-94.

Lipovčan Srećko 2001

Lipovčan Srećko, « Pilarovo djelo južnoslavensko pitanje », Godišnjak Pilar : prinosi za proučavanje života i djela dra Ive Pilara 1 (2001), p. 193-232.

Lipovčan Srećko 2006

Lipovčan Srećko, « Dr. Ivo Pilar (1874-1933) : Život i djelo (nacrt) », Pilar : časopis za društvene i humanističke studije 1 (2006), p. 11-20.

Malbaša Ante 1933

Malbaša Ante, Bosansko pitanje i Austro-Ugarska u svijetlu političkog dnevnika J. M. Baernreithera, Sarajevo, Bosanska pošta, 1933.

Matijević Zlatko 2001a

Matijević Zlatko, « Državno-pravne koncepcije dr. Ive Pilara i vrhbosanskog nadbiskupa dr. Josipa Stadlera. Od Promemorije do Izjave klerikalne grupe bosansko-hercegovačkih katolika (kolovoz-prosinac 1917 godine) », Godišnjak Pilar : prinosi za proučavanje života i djela dra Ive Pilara 1 (2001), p. 117-131.

Matijević Zlatko 2001b

Matijević Zlatko, « Političko djelovanje Ive Pilara i pokušaji rješavanja “Južnoslavenskog pitanja” u Austro-Ugarskoj monarhiji (ožujak-listopad 1918) », Godišnjak Pilar : prinosi za proučavanje života i djela dra Ive Pilara 1 (2001), p. 133-170.

Matijević Zlatko 2002

Matijević Zlatko, « Nacrt programa za novu hrvatsku političku stranku koja bi se iza rata imala osnovati » dans « Tri dokumenta iz godina 1917 i 1918 », Godišnjak Pilar : prinosi za proučavanje života i djela dra Ive Pilara 2 (2002), p. 188-189.

Matijević Zlatko 2006

Matijević Zlatko, « Dr. Ivo Pilar i problem Crkve bosanske (« bogumilstvo ») », Pilar : časopis za društvene i humanističke studije 1 (2006), p. 69-82.

Petranović Božidar 1867

Petranović Božidar, Bogomili. Crkva bosanska i krstjani : istorička rasprava, Zadar, Demarki-Ruzier, 1867.

Pilar Ivo 1910

Pilar Ivo (Zajedničar), Nadbiskup Stadler i Hrv. Nar. Zajednica, Sarajevo, s.n., 1910.

Pilar Ivo 1918

Pilar Ivo (Südland L. V.), Die südslawische Frage und der Weltkrieg : Übersichtliche Darstellung des Gesamt-Problems, Manzsche K.u.K Hof-, Verlags- und Universitätsbuchhandlung, Vienne, 1918.

Pilar Ivo 1927

Pilar Ivo, Bogumilstvu kao religijozno-povijestni te kao socijalni i politički problem, Zagreb, Naklada izdavača, 1927. Pilar Ivo 1928a

Pilar Ivo, « Još o bogumilstvu i “Bosanskoj crkvi” », Obzor 69,1 (1928), p. 2-3.

Pilar Ivo 1928b

Pilar Ivo, « Još o Bogumilstvu i “Bosanskoj crkvi” », Obzor 69,12 (1928), p. 2-3.

Pilar Ivo 1929

Pilar Ivo, « Bosansko bogomilstvo i Grgu Ninski », Nova Europa 1-2 (1929), p. 3-9.

Pilar Ivo 1931

Pilar Ivo, « O dualizmu u vjeri starih Slovjena i o njegovu podrijetlu i značenju », Zbornik za narodni život i običaje južnih Slavena XXVIII (1931), p. 1-86.

Pilar Ivo 1990

Pilar Ivo (Südland L.V.), Južnoslavensko pitanje : prikaz cjelokupnog pitanja, Varaždin, Hrvatska demokratska stranka, 1990 (réimpression de l’édition de 1918).

Pilar Ivo 2007

Pilar Ivo, « Bogomilstvo kao religiozno-povjestni te kao socijalni i politički problem », Pilar : časopis za društvene i humanističke studije 4 (2007), p. 121-145 (première publication en 1927 et 1929).

Rački Franjo 1870

Rački Franjo, Bogomili i patareni, Zagreb, s.n., 1870.

Périodiques

Obzor (1928)

Zbornik za narodni život i običaje južnih Slavena (1931)

Notes

1 Ivo Pilar (Zagreb, 1874-Zagreb, 1933) est issu d’une famille de la haute bourgeoisie. Son père Gjuro Pilar est académicien (paléontologue et géologue), son oncle Martin Pilar un architecte renommé, son grand-père maternel Gjuro Crnadak un intellectuel et un homme politique, co-fondateur de la Matica Hrvatska, l’Académie yougoslave des sciences et des arts et l’université de Zagreb. Pour la biographie, voir Lipovčan Srećko 2006.

2 Pilar a été un précurseur en sociologie, géopolitique et psychologie.

3 Il existe deux versions en allemand et une traduction discutable en croate de 1943 (le titre est par exemple raccourci). Voir Lipovčan Srećko 2001.

4 Selon les recensements de 1879 et de 1910, le nombre d’habitants s’élève à 1 158 440 en 1879 et 1 898 044 en 1910. Voir Đaković Luka 1985, p. 19.

5 Josip Stadler (Slavonski brod 1843-Sarajevo 1918). Il est intéressant de signaler qu’un procès de béatification a été ouvert en 2003.

6 Sur la Communauté nationale croate, voir Đaković Luka 1985 ; Grijak Zoran 2001.

7 Đaković Luka 1985, p. 235.

8 Grijak Zoran 2001, p. 178-179.

9 Ibid., p. 185.

10 Ibid, p. 186.

11 Ibid., p. 185-189.

12 Ibid., p. 179 ; Đaković Luka 1985, p. 235.

13 Đaković Luka 1985, p. 284-292.

14 Ibid., p. 327.

15 Pilar Ivo 1910.

16 Le terme bogomile est un anachronisme, il serait plus approprié de parler de chrétiens bosniaques (bosanski krstjani) et d’Église bosniaque (Crkva bosanska).

17 Voir par exemple Petranović Božidar 1867 ou Rački Franjo 1870.

18 Pilar Ivo 1990, p. 79-104 ; Pilar Ivo 1927 ; Pilar Ivo 1928a ; Pilar Ivo 1928b ; Pilar Ivo 1929 ; Pilar Ivo 1931.

19 Pilar Ivo 1931 ; voir aussi Matijević Zlatko 2006.

20 Il peut être intéressant de signaler que Pilar est le premier président de l’Association des végétariens de Croatie, fondée en 1928.

21 On retrouve ici la thèse des origines iraniennes des Croates.

22 Malbaša Ante 1933, p. 62 cité par Matijević Zlatko 2006, p. 70.

23 Pilar Ivo 2007, p. 135.

24 Ibid., p. 131.

25 Gelez Philippe 2010, p. 314-326.

26 Đaković Luka 1985, p. 238-239.

27 Petranović Božidar 1867.

28 Đaković Luka 1985, p. 231.

29 Voir notamment son ouvrage Die südslavische Frage und der Weltkrieg.

30 Grijak Zoran 2001, p. 526-559 ; Matijević Zlatko 2001a ; Matijević Zlatko 2001b.

31 Voir le document, Matijević Zlatko 2002.

32 On peut rappeler que le mouvement yougoslave commence au début du xixe s. avec l’illyrisme et qu’il a une forte dimension littéraire et culturelle.

33 Brooks Tomljanovich William 2001.

34 Ce programme affirme aussi qu’il conviendrait de soutenir les Slovènes afin que ceux-ci puissent intégrer cette entité politique. Les Slovènes sont donc parfois pris en compte dans cette conception.

35 Đaković Luka 1985, p. 327.

36 L’évêque de Đakovo avait de l’admiration pour l’archevêque de Sarajevo qui avait pris l’initiative de la fondation de nombreuses institutions religieuses et caritatives, parmi lesquelles on retient tout particulièrement la cathédrale de Sarajevo.

37 De retour à Zagreb, Pilar, avec d’autres Croates, est condamné à un an de prison avec sursis pour haute trahison. S’il se retire de la vie politique, il ne reste pas pour autant inactif. Il s’engage dans la vie associative (président de la première association de végétarisme, président de l’Association de sociologie, membre actif dans l’Association de défense des droits des propriétaires de biens immobiliers) et écrit (sociologie, psychologie, géopolitique, etc.) En 1933, il publie sous le pseudonyme Florian Lichtträger, Immer wieder Serbien, un ouvrage qui dénonce l’impérialisme serbe. Il est retrouvé mort peu de temps après. S’il est officiellement question d’un suicide, nombreux sont ceux qui soutiennent qu’il s’agit d’un meurtre commandité par le royaume de Yougoslavie où la dictature a été proclamée en 1929.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search