Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

De l’observation à l’action directe : l’implication directe des puissances européennes dans les Balkans et la Méditerranée face à la question d’Orient et à la mosaïque ethnoreligieuse

Les querelles ethnoreligieuses en Crète et l’intervention des puissances européennes (seconde moitié du xixe siècle)

Ethnoreligious Disputes in Crete and the Intervention of the European Powers (Second Half of the 19th Century)

Nikos Andriotis

Résumé

Ce chapitre analyse la détérioration de l’ordre ethnoreligieux entre musulmans et orthodoxes en Crète en raison des tumultes politiques dans l’île à la fin du xixe s. Il examine par la suite l’intervention des puissances européennes, qui se situe dans le contexte du concert des nations. En faisant appel aux sources diplomatiques européennes et aux récits locaux, l’auteur met particulièrement l’accent sur l’impact de la violence et du désordre social et politique en termes de propriété foncière ainsi que sur les conséquences inattendues de l’intervention militaire et pacificatrice des Grandes Puissances.

Texte intégral

Introduction

1Durant la seconde moitié du xixe s., les revendications politiques persistantes et l’affirmation croissante d’identités ethnoreligieuses, auxquelles se greffent également des tensions socio-économiques, viennent perturber un très fragile équilibre en Crète, c’est-à-dire dans une périphérie de l’Empire ottoman, alors en pleine ébullition. Cela conduit, à la fin du siècle, à ce qui est peut-être considéré comme l’un des premiers cas d’ingérence internationale « humanitaire », aux résultats mitigés et de courte durée, afin de s’interposer entre chrétiens et musulmans.

  • 1 Andriotis Nikos 2006, p. 90-100.
  • 2 Greene Molly 2000, p. 39-44 ; Andriotis Nikos 2006, p. 96. Jules Ballot, qui a participé comme volo (...)

2Les musulmans de Crète sont issus des islamisations des indigènes à partir de la guerre crétoise (1645-1669) et jusqu’à l’insurrection de 1821-1830 liée à la guerre d’indépendance grecque. Certains dignitaires et militaires des autres provinces de l’Empire ottoman ainsi qu’un petit nombre de musulmans du Péloponnèse sont arrivés pendant la dernière guerre vénéto-turque (1685-1715). Les Éthiopiens et les Benghaziotes ou « Calicouts » constituaient deux autres groupes musulmans qui habitaient dans les trois villes de l’île. Un siècle après la conquête, les estimations pour le xviiie et le début du xixe s. donnent un nombre de musulmans aussi important que l’élément chrétien1. En effet, une grande partie des chrétiens se sont convertis à l’islam pour bénéficier des avantages du statut de musulman2.

  • 3 Bérard Victor 1898, p. 21 et 28.
  • 4 Perrot Georges 1867, p. 158. Voir aussi, parmi beaucoup d’autres, Tancoigne Joseph M. 1817, p. 99-1 (...)
  • 5 Voir la Proclamation du Conseil exécutif des Crétois à tous les compatriotes ottomans de la Crète, (...)
  • 6 Extrait d’une conférence donnée par Henry Hauttecœur à la Société royale belge de géographie, le 13 (...)

3Une remarque constante, dans les écrits sur la Crète ou dans les récits de voyageurs qui ont visité l’île, concerne la ressemblance entre les chrétiens et les musulmans de l’île, attribuée à leur provenance commune : tous parlaient le grec, partageaient la même manière de vivre, portaient le même costume, à l’exception de la couleur du mouchoir3, buvaient du vin et, en général les musulmans « n’ont des Turcs que le nom4 ». Les chrétiens s’adressaient à eux comme à des « compatriotes », même pendant les soulèvements contre la domination ottomane5. Mais les « anciens massacres ont entretenu la haine entre les musulmans et les chrétiens, ces deux frères ennemis6 ».

  • 7 C’était le premier recensement s’appuyant sur les règles de la statistique de la population. Les so (...)
  • 8 Ardaillon Édouard 1897, p. 255-257 et planche VIII ; Kolodny Émile 1968, p. 255-263 ; Andriotis Nik (...)
  • 9 En dehors du voisinage des trois villes, dans la plaine de la Messara et la partie occidentale de l (...)
  • 10 En 1881, 4 musulmans (tous des hommes) sont recensés dans la province du Lassithi, aucun dans la pr (...)
  • 11 Selon le recensement de 1881, à La Canée deux quartiers avaient une population uniquement musulmane (...)

4En général le peuplement en Crète était mixte. Selon le recensement de 18817, 42 % des musulmans habitaient dans les villes, où ils représentaient 70 % de la population alors que seulement 18 % de la population rurale était musulmane. La majorité des paysans musulmans résidaient dans des villages mixtes et près de 4 sur 10 dans des villages exclusivement musulmans8. Malgré de ponctuelles concentrations à l’intérieur de l’île9, la présence musulmane était extrêmement faible dans certaines régions, surtout montagneuses10. Dans les villes, par ailleurs, quelques quartiers étaient peuplés exclusivement de musulmans, mais la majorité de la population habitait des quartiers mixtes11. Notre propos dans ce chapitre portera sur l’escalade des conflits ethnoreligieux crétois depuis la guerre d’indépendance grecque jusqu’à l’échange des populations, sur l’intervention internationale et sur les conséquences démographiques autant que foncières de ces antagonismes.

La question crétoise depuis la guerre d’indépendance grecque : exacerbation et polarisation des tensions ethnoreligieuses

  • 12 L’île de Crète a été cédée par le protocole de Londres (1830) au vice-roi d’Égypte en échange de so (...)
  • 13 Peponakis Manolis 1997, p. 96, 100-111 et 115-118. [Vély pacha] 1858, p. 70.
  • 14 Outre diverses modifications, l’importance de cette nouvelle charte résidait dans le fait que les l (...)

5Malgré la participation des chrétiens de l’île à l’insurrection grecque de 1821, la Crète ne fait pas partie du nouvel État grec au moment de sa fondation, en 1830. Pourtant, la situation des chrétiens s’améliore grâce à la politique des autorités égyptiennes (1830-1841)12 et aux réformes entreprises par la Sublime Porte (Tanzimat). Le soulèvement de 1841, lié à la question d’Orient qui a également produit une agitation en Épire et en Macédoine, n’a duré que deux mois. Il y eut aussi quelques mouvements de protestation entre 1833 et 1858. Il faut signaler ici que, parmi les concessions faites après la révolte de 1858, on trouve l’établissement des municipalités (démogéronties) et surtout l’autorisation du port d’armes par les chrétiens. En fait, ce dernier facteur va peser considérablement sur l’avenir de la question crétoise. Après l’application du Hatt-i Humayun de 1856, très peu de musulmans se convertissent au christianisme13. L’insurrection de 1866-1869, la plus importante depuis celle de 1830, a été causée par plusieurs facteurs : d’une part, le mécontentement des chrétiens face aux impôts, de l’autre, la question des monastères. Cette protestation évolue rapidement en une révolte générale avec la participation des volontaires de la Grèce et des pays européens. Les concessions de la Porte constituent, en janvier 1868, le Règlement organique qui fixe l’administration de la Crète pour dix ans. Cependant, après l’insurrection de 1866-1869, l’île ne retrouve jamais la tranquillité. En 1878, une nouvelle révolte liée à la guerre russo-turque de 1877-1878 conduit à la signature de la convention de Halepa, une sorte de « constitution crétoise14 ». Son application pourtant ne sera pas efficace et le sultan Abdul Hamid tente souvent de limiter ses engagements envers les Crétois. Les antagonismes religieux et les préjugés séculaires ainsi que l’idée nationale dont les chrétiens étaient imprégnés ne cessent de faire obstacle.

  • 15 Voir la correspondance du consul anglais Billioti à La Canée. Turkey No 2 (1889). Correspondence Re (...)
  • 16 Les journaux anglais appelaient la Crète l’« Irlande de la Turquie ».

6En 1889, l’Assemblée générale pose la question de l’union de l’île avec la Grèce et un commissaire spécial est envoyé par la Porte. Or, après consultation des consuls européens installés à La Canée, les revendications des chrétiens européens ne sont pas satisfaites. Les musulmans se réfugient dans les villes, où ils s’installent dans les maisons des chrétiens déjà partis pour la Grèce et font des razzias dans les villages voisins15. De leur côté, les insurgés incendient les maisons et les plantations des musulmans. Au cours de ce soulèvement, il n’y a pas de grands conflits, comme en 1866-1868, mais des assassinats individuels ou des actes de vengeance, et surtout la politique de la « terre brûlée », qui sera reprise plus amplement en 1895-1898. Par ailleurs, l’appel des chrétiens de l’île aux Grecs ainsi que l’arrivée en grand nombre de réfugiés crétois à Athènes provoquent une grande émotion dans l’opinion. Cependant, le pouvoir ottoman réussit à rétablir l’ordre en accordant une amnistie, tout en révoquant les principales clauses de la convention de Halepa. Depuis le soulèvement de 1889, la lutte entre les deux éléments, accompagnée d’atrocités et de dévastations réciproques, devient presque l’état normal dans l’île16.

  • 17 Des milliers de musulmans mouhadjirs sont réfugiés dans l’Empire ottoman, partis de Crimée après 17 (...)

7La question crétoise évolue, pour les Ottomans, comme une question « nationale-religieuse » après l’amputation de l’Empire au traité de Berlin de 1878 (qui marque la perte de plusieurs provinces balkaniques et de l’île de Chypre). Dorénavant, les Ottomans se mobilisent, ne souhaitant pas abandonner les « frères » musulmans de Crète, comme cela est arrivé dans les Balkans et en Russie17. Une agitation, inhabituelle pour les Turcs, qui a surpris les diplomates européens, a éclaté dans divers endroits de l’Empire, probablement entretenue aussi par l’image de l’afflux de réfugiés musulmans qui fuyaient des régions perdues.

  • 18 « Les trois Cabinets se plaisent à croire que […] la Sublime Porte se convaincra Elle-même, qu’atte (...)
  • 19 « Chacune des puissances signatrices s’engage de son côté à respecter l’indépendance et l’intégrité (...)
  • 20 « La Sublime Porte s’engage à appliquer scrupuleusement dans l’île de Crète le Règlement organique (...)
  • 21 Lors de son voyage vers la Crète, en février 1897, le journaliste Henri Turot a rencontré à Corfou (...)

8De son côté, la Grèce, affaiblie par la banqueroute de 1893 et occupée plutôt par la Macédoine, ne veut pas intervenir en Crète et conseille aux chrétiens insurgés d’arrêter les hostilités. Cependant, en 1894, quelques officiers fondent à Athènes la Ethniki Eteria (Société nationale), une organisation secrète qui, l’année suivante, s’élargit avec la participation de civils. Cette organisation exerce une pression considérable sur le gouvernement grec en faveur des questions nationales en Crète et en Macédoine et elle est à l’origine de l’envoi d’hommes et de munitions sur place durant l’été 1896. Pour les Grecs, l’annexion de la Crète était souhaitée unanimement et son abandon considéré comme un « délit », parce que les Crétois, contrairement à leurs « frères » de l’Épire et de la Macédoine, s’étaient déjà révoltés contre le pouvoir ottoman pas moins de sept fois depuis l’insurrection nationale de 1821-1830. En toute occasion (début d’un soulèvement, protestation, appel à l’Europe), les Crétois mettent en avant leurs « luttes », leur « sang coulé », et le « tort de l’histoire » envers eux depuis 1830. Ils revendiquent une autonomie élargie, s’appuyant sur les affirmations des trois grandes puissances protectrices (Angleterre, France et Russie) après le protocole de 1830 qui avait proclamé la création de l’État grec18, dans l’article 7 du traité de Paris (1856)19 et dans l’article 23 (paragraphe 1) du traité de Berlin (1878)20. Cependant, accorder l’autonomie à la Crète, comme cela avait été fait auparavant dans le cas de Samos, n’était pas une chose aisée. D’une part, la conjoncture avait considérablement changé depuis 1830 et, d’autre part, Samos était habitée exclusivement par des chrétiens21. Par ailleurs, les puissances n’arrivaient pas à s’entendre au sujet de la Crète et aucune ne voulait prendre l’initiative pour régler la question. Dans plusieurs pays pourtant l’opinion était plus favorable aux Grecs qu’aux Turcs.

  • 22 Les nouveaux massacres des Arméniens en octobre 1895 et en août-septembre 1896 réaniment la questio (...)
  • 23 Iradé du 17 octobre 1895.
  • 24 « Les musulmans sont décidés aujourd’hui à déclarer la guerre au Gouverneur général chrétien », écr (...)

9Les événements d’Arménie en 1894 ont suscité une nouvelle agitation dans les Balkans et en Crète22. La politique de réformes consentie par le sultan en Arménie ainsi que dans l’Empire en général23 pousse les Crétois à affirmer leurs propres revendications. Elles se concrétisent de fait à partir de juin 1894, quand l’Assemblée crétoise présente sa demande pour une réforme des impôts et pour la désignation d’un vali (gouverneur général) chrétien. Karatheodory-pacha est nommé vali en mars 1895, pour être pourtant remplacé un an plus tard par le musulman Tourchan-pacha24.

  • 25 Les musulmans, conscients du fait qu’il ne faudrait pas laisser toujours aux chrétiens de l’île la (...)

10Durant l’été de 1895 les chrétiens ont constitué le Comité central de réforme à Vamos (dans la région de La Canée) afin de réclamer un régime autonome pour la Crète. Le siège de Vamos par les chrétiens du Comité au début de mai 1896 provoque, le 24 du même mois, une rixe à La Canée entre chrétiens et musulmans et le premier massacre des chrétiens. Parmi les victimes figurent les cawas (gardes) des consulats de Russie et de Grèce25. En juin, le chrétien Berovitch-pacha est nommé vali de Crète. À la suite des concessions faites par la Turquie, les puissances tentent d’exercer une pression sur la Grèce afin de mettre un terme à l’envoi d’hommes, de matériel et de munitions. Le gouvernement grec a pourtant démenti toute interférence en Crète, rejetant la responsabilité sur les comités crétois qui agissaient à Athènes. Au mois de juillet, le Comité central de réforme se transforme, avec la participation des députés chrétiens de l’Assemblée générale qui arrivent de La Canée, en Assemblée générale « insurrectionnelle » des Crétois.

  • 26 Le sous-prolétariat des villes était constitué des Benghaziotes et d’autres domestiques, ouvriers d (...)
  • 27 Bérard Victor 1898, p. 231. Voir aussi AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de (...)
  • 28 Bérard Victor 1898, p. 26-27, 74-86, 119, 233-237, 245-248, 254, 273-275 et 308 ; Laroche Charles 1 (...)
  • 29 Bérard Victor 1898, p. 83.
  • 30 Laroche Charles 1898, p. 259.
  • 31 « Des musulmans réfugiés dans la ville d’Héraklion ont blessé le gouverneur Hassan pacha. » Blanc à (...)

11De leur côté, les musulmans, représentés par les beys, étaient mécontents des aménagements favorables aux chrétiens après le Règlement organique (1868) et la convention de Halepa (1878). Les beys voulaient imposer leur volonté en fomentant des troubles causés par le sous-prolétariat musulman des villes26. Pendant l’été 1896, suivant plus ou moins des ordres secrets de Constantinople, ils concentrent en ville la population musulmane rurale qui, dépourvue de tout et parfois affamée, devient une « source constante des difficultés et des désordres27 ». Des rapports consulaires et des articles dans la presse insistent sur le fait que les actes des musulmans n’étaient pas spontanés, motivés par un fanatisme religieux, mais organisés par les Comités musulmans de La Canée et de Candie, en collaboration avec les autorités ottomanes de l’île, sur les ordres du Comité crétois de Constantinople28. Les mêmes sources désignent comme « véritable instigateur de tous les troubles29 » le ministre des Travaux publics, Mahmoud Djelalledin-pacha, ex-vali de Crète, qui, « rentré à Constantinople, […] continua à entretenir des relations avec des musulmans crétois, et à leur faire part des seuls désirs du Sultan30 ». Le bas peuple musulman, par ailleurs, n’hésitait pas à s’opposer même aux autorités ottomanes de l’île31.

  • 32 Voir par exemple l’Appel des Crétois aux peuples civilisés du monde pendant l’insurrection de 1889. (...)
  • 33 Requête présentée par les députés musulmans de l’Assemblée générale de l’île de Crète, jointe à la (...)
  • 34 AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète. Conflit gréco-turc. Situation d (...)
  • 35 Voir la correspondance du consul anglais Billioti à La Canée. Turkey No 7 (1896). Correspondence Re (...)
  • 36 Blanc à Hanotaux, La Canée le 8 janvier 1897. AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Aff (...)

12Depuis l’insurrection de 1821-1830 déjà, les chrétiens de Crète s’adressaient aux grandes puissances européennes (aux cours royales, aux ambassadeurs à Constantinople ou aux consuls de l’île). Ces proclamations deviennent plus fréquentes à partir de l’insurrection de 1866-1869 et s’accompagnent d’appels aux peuples européens, profitant du courant européen favorable aux chrétiens (comités crétois, volontaires venus en Crète en 1866-1869, etc.32). Les musulmans, de leur côté, présentaient toutes leurs revendications ou plaintes aux autorités ottomanes de l’île ou à Constantinople. Cependant, en 1896, sentant que l’intervention européenne risquait cette fois-ci d’être plus stable et déterminée que par le passé, ils s’adressent pour la première fois aux consuls de l’île33, pratique renouvelée à plusieurs reprises dans les années suivantes34. Durant l’été 1896, les insurgés procèdent à des pillages et des destructions systématiques dans des villages où habitaient des musulmans et ces derniers commettent à leur tour de nouveaux massacres et des pillages aux alentours des villes35. Le consul français Blanc estime que « les derniers événements n’ont fait que réveiller les haines qui commençaient à s’assoupir36 ».

  • 37 « Les beys musulmans ont envoyé un télégramme au Sultan disant que les privilèges accordés précédem (...)
  • 38 Bérard Victor 1898, p. 23-27 ; Turot Henri 1898, p. 32-40 ; Laroche Charles 1898, p. 250-251.
  • 39 Les victimes s’élèveraient au nombre de 850, parmi elles des femmes et des enfants. Voir de nombreu (...)

13À la suite des atrocités commises contre les Arméniens à Constantinople, à la fin du mois d’août, le sultan accepte de nommer un vali chrétien (Berovitch-pacha) pour cinq ans et la question crétoise semble alors réglée. Cependant, les musulmans veulent donner l’impression que l’administration de l’île par un vali chrétien a échoué37. En janvier 1897, les attaques contre les chrétiens reprennent à Héraklion, puis à Réthymno et à La Canée et, le 1er février, dans les villages voisins de La Canée. Le 4 février, les quartiers chrétiens de La Canée sont incendiés38. Des musulmans envahissent le palais, menacent le vali et l’obligent à remettre en liberté Badry bey, emprisonné quelques jours auparavant parce qu’il avait giflé le vali. À la suite de ces incidents, Berovitch-pacha abandonne son poste et quitte l’île. Au cours du mois de février toujours, les chrétiens de Sitia, aidés par les montagnards de Kritza, massacrent des musulmans des villages de cette province39.

14L’alerte donnée à Athènes conduit le gouvernement grec à envoyer finalement des bâtiments de guerre en Crète, où les insurgés ont déjà proclamé l’union de l’île avec la Grèce. 1 500 soldats débarquent des navires grecs sous le commandement du colonel Vassos. Pour empêcher une guerre gréco-turque, les puissances doivent intervenir en Crète, mais aussi à Athènes pour exiger le rappel des navires grecs, et à Constantinople pour arrêter l’envoi en Crète de nouvelles forces militaires ottomanes. Elles ne souhaitent pas que la Grèce provoque de nouveaux troubles, suite à ceux en Arménie, dans les Balkans, notamment en Macédoine, voire qu’elle provoque une guerre européenne.

L’intervention internationale : une « pacification difficile »

  • 40 Les chrétiens accusaient les amiraux d’agir avec partialité, car quelques jours plus tard, toujours (...)
  • 41 L’Allemagne a aussi proposé le blocus du Pirée, comme en 1854 pendant la guerre de Crimée.
  • 42 Le bataillon allemand n’arrivera jamais.
  • 43 Le 24 février, après l’intervention des six puissances, le bas peuple musulman a mis le feu au kona (...)

15Le 15 février, 100 marins français, 100 russes, 100 anglais, 100 italiens et 50 autrichiens débarquent donc à La Canée avec l’accord des autorités ottomanes et, le lendemain, les drapeaux des puissances sont hissés sur la forteresse, à côté du drapeau ottoman. Le chef des troupes grecques déclare la Crète sous le pouvoir du roi de Grèce tandis que le consul général de Grèce en Crète est nommé commissaire royal. Deux jours plus tard, les amiraux européens obligent le consul grec à baisser pavillon et décident d’ouvrir le feu sur les forces grecques si celles-ci attaquent La Canée. Le 21 février, les amiraux proclament leur mise sous protection de La Canée, Réthymno, Héraklion et Sitia et de la baie de Suda. Tout en restant fidèles à la politique d’intégrité de l’Empire ottoman, les puissances se voient obligées, dans cette conjoncture, d’accorder à la Crète un régime autonome. Par ailleurs, à l’intérieur de l’île, l’autorité de l’Assemblée crétoise (insurgés chrétiens) n’a pas fléchi. Le même jour, les navires européens bombardent les positions grecques à Akrotiri, près de La Canée. En Grèce, l’effervescence populaire est à son comble40. Le gouvernement grec refuse de rappeler son corps militaire et, le 21 mars, les amiraux, suivant les ordres de leurs gouvernements respectifs, commencent le blocus de tous les navires sous pavillon grec41. Le même jour, ils proclament l’autonomie de l’île, font débarquer un bataillon par pays42, et commencent à mettre sur pied l’organisation de la Crète. Mais la pacification tarde car chrétiens et musulmans restent toujours l’arme à la main et les pillages et malfaisances continuent43. Les troupes internationales sont réparties dans le Nord de l’île : les Italiens occupent La Canée, les Autrichiens, Kissamo, les Allemands, Suda, les Russes, Réthymno, les Anglais, Héraklion et les Français, Sitia.

16Après le massacre de Sitia, les musulmans habitant loin des trois villes seraient en danger d’après les amiraux qui réalisent alors des missions militaires d’esprit humanitaire : ils canonnent les insurgés chrétiens autour de la forteresse de Kissamo, font embarquer, dans les navires européens, les musulmans de Sélino réfugiés à Kandanos, transportent les musulmans sauvés de Sitia à Héraklion, arrêtent le siège de Hiérapétra et une garnison de marins français s’établit à Spinalonga, région à population exclusivement musulmane.

17La tension entre la Grèce et l’Empire ottoman entraîne finalement la guerre qui commence le 6 mars et se termine par une lourde défaite grecque le 27 mai. À l’issue des négociations, la paix est signée à Constantinople le 15 décembre 1897 et, un peu plus tard, le 21 avril 1898, le corps expéditionnaire grec quitte l’île. Après trois assemblées générales (juin-octobre 1897), les insurgés décident d’accepter le régime de l’autonomie et, l’année suivante, ils font preuve d’un sang-froid inhabituel.

  • 44 L’Allemagne a retiré son navire des eaux crétoises le 19 mars et l’Autriche le sien, ainsi que son (...)
  • 45 On s’est demandé s’il serait sujet ottoman (comme le sultan le souhaitait), européen, ou sujet d’un (...)

18En mars 1898, l’Allemagne et l’Autriche se retirent du Concert européen en Crète44. L’île est divisée en cinq secteurs : anglais (département d’Héraklion), français (département de Lassithi), russe (département de Réthymno), italien (département de La Canée) et international (la ville de La Canée et sa région), soumis au contrôle commun des quatre puissances. Parmi les nombreux candidats proposés pour le poste de gouverneur général de l’île45, c’est finalement le prince Georges, fils cadet du roi de Grèce, qui est retenu.

19Le 6 septembre, des troubles éclatent de nouveau à Héraklion, instigués par les musulmans, habitants de la ville et réfugiés de la campagne, en collaboration avec des soldats ottomans. Environ 200 à 300 chrétiens, 17 soldats anglais et le vice-consul d’Angleterre sont tués. Les pourparlers entamés aboutissent, le 5 octobre, à une note commune remise par les ambassadeurs des quatre puissances à la Porte pour demander le retrait des troupes ottomanes de Crète. L’évacuation s’achève le 15 novembre et quelques jours plus tard, le 21 décembre, le prince Georges arrive à La Canée, en tant que haut-commissaire, mandataire des quatre puissances protectrices. De son côté, le sultan garde la souveraineté de l’île. Depuis le mois de septembre, une grande partie de l’administration de l’île (douane, dîme, poste, etc.) était passée entre les mains des Européens qui en avaient gardé le contrôle jusqu’à l’arrivée du prince Georges ou même, dans certains domaines, jusqu’en juin 1899. Les chrétiens acceptent l’autonomie, qu’ils considèrent évidemment comme une étape vers l’union avec la Grèce. Ils se dotent d’un drapeau : une croix blanche le divise en quatre parties dont trois sont bleues et la quatrième, dans l’angle supérieur gauche, est rouge, occupée par une étoile blanche à cinq branches (symbole de la suzeraineté du sultan).

  • 46 Andriotis Nikos 1996 et 2002, p. 10-11.

20L’intervention des grandes puissances en Crète (1896-1909) est un cas typique de l’action commune du Concert européen. La Crète pendant cette période, surtout en février-mars 1897, est devenue célèbre et des centaines d’articles dans les journaux et dans les périodiques, des dizaines de livres, d’illustrations, de caricatures ont été publiés sur l’histoire de l’île et sur l’affaire crétoise46.

Conséquences démographiques et propriété foncière

  • 47 Andriotis Nikos 2006, p. 126-128 ; Andriotis Nikos 2004, p. 72-75.
  • 48 Dans la province de Monofatzi, par exemple, 9,1 % de la population musulmane étaient des femmes en  (...)
  • 49 Les conséquences étaient plus apparentes en Crète orientale où, parmi les 165 agglomérations habité (...)

21Les conséquences de la période 1896-1898 sur la population et le peuplement crétois se reflètent dans le recensement de 1900. La population musulmane est réduite de 53,7 % depuis 1881 et son pourcentage sur la population totale passe de 26 % à 11 %. La population rurale musulmane connaît une très forte diminution, de l’ordre de 83,5 %. Sauf dans un petit nombre d’agglomérations voisines des villes et dans les ports de Suda, Spinalonga, Sitia et Hiérapétra, les musulmans ont presque disparu de la campagne crétoise en l’espace de dix ans (1889-1898)47. Il faut signaler ici que, parmi les rares musulmans restés dans leurs foyers à la campagne en 1900, on rencontre très peu de femmes48. La terreur, surtout des années 1896-1898, a entraîné le départ massif de celles-ci. Dans les villages, où la population était, en 1881, exclusivement ou en majorité musulmane, on observe, pendant les deux premières décennies du xxe s., au moment où la lutte pour l’appropriation de la terre est en pleine évolution, une prédominance de la population chrétienne. Les conséquences de cette lutte vont se faire sentir encore davantage avec l’installation en Crète des réfugiés venus d’Asie Mineure après 1922. Il y a aussi un grand nombre de villages musulmans désertés après 189649.

  • 50 Drakakis Emanuil 2001, p. 147-158.

22Comme on l’a déjà dit, la situation des chrétiens s’était améliorée au cours du xixe s. et, surtout dans la seconde moitié de ce siècle, ils furent nombreux à acheter les biens de musulmans qui abandonnaient leurs foyers de la campagne crétoise pour s’installer dans les villes ou dans d’autres provinces de l’Empire. Pendant la dernière décennie de la domination ottomane (1889- 1898), et notamment au début du xxe siècle, ce processus s’accélère et une grande partie des propriétés musulmanes passe aux mains des chrétiens par des moyens légaux (achats) ou illégaux (empiétement). Le nombre de contrats dressés, par exemple, par les notaires d’Héraklion entre 1898 et 1900 est sensiblement plus élevé que dans les années précédentes50. Après 1898 et pour une vingtaine d’années, le but des mouvements de population, surtout dans la plaine de la Messara, au sud d’Héraklion, était l’appropriation des terres qui appartenaient aux musulmans.

  • 51 Le 18 mai 1896, Blanc écrivait à Hanotaux que « les Crétois, dans ces derniers mois, ont pu se proc (...)
  • 52 La population musulmane diminuait dès 1900 : 27 852 en 1911 et 22 999 en 1920. Mais la population r (...)

23Après l’installation du nouveau régime de la Κρητική Πολιτεία (État crétois), le calme est presque rétabli dans l’île, mais beaucoup de musulmans refusent la nouvelle situation et, dès le début de 1899, ils émigrent massivement dans l’Empire ottoman. Ce processus s’accentue d’ailleurs avec le service obligatoire dans la garde civile instauré par la constitution. Le nouveau régime garantit les droits de la minorité musulmane (la liberté de religion, la représentation au parlement crétois, l’éducation, le droit religieux, l’organisation de la communauté). Mais la situation reste précaire car les chrétiens, malgré le désarmement de 1898 et 1899, demeuraient très armés51. La coexistence des deux éléments dans les villes, à l’exception de certaines agitations dues plutôt à des événements « extérieurs » (guerres balkaniques, première guerre mondiale, guerre gréco-turque après 1919, etc.) qu’à des affaires internes (élections parlementaires et municipales, question des cadis en 1911), était devenue une réalité. Même à la campagne, où l’ordre n’était pas complètement rétabli, quelques musulmans sont retournés dans leurs foyers52.

  • 53 D’après les sources officielles concernant l’échange de populations, 23 821 musulmans auraient quit (...)

24Les derniers musulmans ont été forcés de quitter la Crète en 1923 et 192453 en raison des termes de la convention de Lausanne (30 janvier 1923) qui imposait l’échange obligatoire de populations entre la Grèce et la Turquie sur la base de critères confessionnels. Pourtant, jusqu’à nos jours leurs descendants en Asie Mineure gardent le souvenir « du paradis crétois » et des traces du dialecte crétois de l’entre-deux-guerres.

Bibliographie

Archives & sources primaires

Archives nationales de Grèce, Athènes (ΓΑΚ).

Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris (AMAE).

Archives de G. Mitsotakis, Musée historique de Crète, Héraklion

Archives de I. Mitsotakis, Musée historique de Crète, Héraklion

House of Commons Parliamentary Papers, Londres.

AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894- février 1897), Paris, 1897.

AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète. Conflit gréco-turc. Situation de lEmpire ottoman (février-mai 1897), Paris, 1898.

Camera dei deputati, Documenti diplomatici al parlamento italiano dal ministro degli affari esteri. Creta e conflitto turco-ellenico, Rome, 1897.

Bibliographie

Albin Célestin 1898

Albin Célestin, Lîle de Crète. Histoire et souvenirs, Paris, Sanard et Dérangeon, 1898.

Andriotis Nikos 1996 et 2002

Andriotis Nikos, Introduction à l’édition grecque du livre de Grand-Carteret J., La Crète devant limage, Paris, Société française d’éditions d’art, 1897 (Héraklion, Mikros Naftilos, 1996 et 2002).

Andriotis Nikos 2004

Andriotis Nikos, « Χριστιανοί και Μουσουλμάνοι στην Κρήτη 1821-1924, Ένας αιώνας συνεχούς αναμέτρησης εντός και εκτός του πεδίου της μάχης » [Chrétiens et Musulmans en Crète 1829-1924. Un siècle de confrontation continue sur et en dehors des champs de bataille], Mnemon 26 (2004), p. 63-94.

Andriotis Nikos 2006

Andriotis Nikos, Πληθυσμός και οικισμοί της ανατολικής Κρήτης (16ος-19ος αι.) [Population et agglomérations de la Crète orientale (xvie-xixe siècles)], Héraklion, Vikelea Dimotiki Vivliothiki Herakliou, 2006.

Ardaillon Édouard 1897

Ardaillon Édouard, « Répartition des Chrétiens et des Musulmans dans l’île de Crète », Annales de Géographie, vol. 6, n° 27 (1897), p. 255-257.

Ballot Jules 1868

Ballot Jules, Histoire de linsurrection crétoise, Paris, L. Dentu, 1868.

Bérard Victor 1898

Bérard Victor, Les affaires de Crète, Paris, Calmann-Lévy, 1898.

Couturier Henry 1900

Couturier Henry, La Crète, sa situation au point de vue du droit international, Paris, A. Pedone, 1900.

Drakakis Emanuil 2001

Drakakis Emanuil, « Τουρκοκρήτες και Χριστιανοί : οι σχέσεις των δύο κοινοτήτων μέσα από δικαιοπρακτικά έγγραφα (1898-1900) » [Turco-crétois et Chrétiens : les rapports des deux communautés à travers des documents juridiques], dans Detorakis Theoharis, Kalokairinos Alexis (dir.), Actes du colloque « La dernière phase de la Question Crétoise », Héraklion, Société crétoise d’études historiques, 2001, p. 147-158.

Elliadi M. N. 1933

Elliadi M. N., Crete, Past and Present, Londres, Heath Cranton, 1933.

Greene Molly 2000

Greene Molly, A Shared World. Christians and Muslims in the Early Modern Mediterranean, Princeton-New Jersey, 2000.

Hauttecœur Henry 1896

Hauttecœur Henry, « La Crète », Compte rendu de la Société Royale Belge de Géographie 21 (1896), p. 433-452. Karpat Kemal 1985

Karpat Kemal, Ottoman Population 1830-1914. Demographic and Social Characteristics, Londres, The University of Wisconsin Press, 1985.

Kolodny Émile 1968

Kolodny Émile, « La Crète : Mutations et évolution d’une population insulaire grecque », Revue de Géographie de Lyon 43 (1968), p. 227-290.

Kriaris Panagiotis 1902

Kriaris Panagiotis, Ιστορία της Κρήτης από των αρχαιοτάτων χρόνων μέχρι τέλους της επαναστάσεως του 1866 [Histoire de la Crète des années les plus anciennes à la fin du soulèvement de 1866], La Canée, E. D. Franzeskakis, 1902.

Laroche Charles 1898

Laroche Charles, La Crète ancienne et moderne, Paris, L. H. May, 1898.

Papamanoussakis Stratis 1994

Papamanoussakis Stratis, Κρητικός Κώδιξ ΙΙ. Περίοδος Α΄ Ημιαυτονομία (1868-1898) [Code Crétois II. Période de semi-autonomie (1868-1898)], La Canée, Institut de droit crétois, 1994.

Pashley Robert 1837

Pashley Robert, Travels in Crete, t. 1, Londres, John Murray, 1837.

Peponakis Manolis 1997

Peponakis Manolis, Εξισλαμισμοί και επανεκχριστιανισμοί στην Κρήτη (1645-1899) [Islamisations et reconversions au christianisme en Crète (1645-1899)], Rethymo, Nea Christianiki Kriti (annexe 2), 1997.

Perrot Georges 1867

Perrot Georges, Lîle de Crète. Souvenirs de voyage, Paris, Hachette, 1867.

Popovic Alexandre 1986

Popovic Alexandre, LIslam balkanique, Wiesbaden, In Komminion bei Harrassowitz, 1986.

Quataert Donald 1994

Quataert Donald, « The Age of Reforms 1812-1914 », dans Inalcik Halil, Quataert Donald (éds), An Economic and Social History of the Ottoman Empire, 1300-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 759-934.

Sieber Franz Wilhelm 1823

Sieber Franz Wilhelm, Travels in the Island of Crete in the Year 1817, Londres, Sir Richard Phillips and Co., 1823. Spratt Thomas Abel Brimage 1865

Spratt Thomas Abel Brimage, Captain, Travels and Researches in Crete, t. 1, Londres, John Van Voorst, 1865. Tancoigne Joseph M. 1817

Tancoigne Joseph M., Voyage à Smyrne, dans lArchipel et lîle de Candie en 1811, 1812, 1813 et 1814, t. 1, Paris, Nepveu, 1817.

Tsirintanis Nikolaos 1950

Tsirintanis Nikolaos, Η πολιτική και διπλωματική ιστορία της εν Κρήτη εθνικής επαναστάσεως 1866-1868 [Lhistoire politique et diplomatique du soulèvement national en Crète 1866-1868], t. 2, Athènes, OXI éditions, 1950.

Turot Henri 1898

Turot Henri, Linsurrection crétoise et la guerre gréco-turque, Paris, Hachette, 1898.

[Vély pacha] 1858

[Vély pacha], La vérité sur les événements de Candie, Paris, s.n., 1858.

Journaux & périodiques

Annales de géographie

Compte rendu des actes de la Société royale belge de géographie

Revue de géographie de Lyon

Talos

Notes

1 Andriotis Nikos 2006, p. 90-100.

2 Greene Molly 2000, p. 39-44 ; Andriotis Nikos 2006, p. 96. Jules Ballot, qui a participé comme volontaire à la révolte de 1866, a écrit à propos des musulmans de l’île : « Ce sont pour la majorité des Crétois, chrétiens renégats, émigrant de l’église à la mosquée, tout simplement pour devenir propriétaires et s’enrichir ». Ballot Jules 1868, p. 24.

3 Bérard Victor 1898, p. 21 et 28.

4 Perrot Georges 1867, p. 158. Voir aussi, parmi beaucoup d’autres, Tancoigne Joseph M. 1817, p. 99-101 ; Sieber Franz Wilhelm 1823, p. 55-59 ; Pashley Robert 1837, p. 8-11, 104-108 et 315-317 ; Spratt Thomas Abel Brimage 1865, p. 47-49 ; Bérard Victor 1898 p. 59-64. ; Elliadi M.N. 1933, p. 38-39. T. Spratt écrivait en 1859 : « Under these circumstances, and from the use of a common language, social communication between the Cretan Christians and Mahomedans is consequently more close than in any other part of the Turkish empire, intermarriage being not infrequent, in spite of the diversity of creed and the prejudices peculiar to the habits of each. The Cretans of both creeds, too, dress so much alike that the distinction is often not recognized by residents of long standing, or by Greeks of the neighbouring islands », p. 47.

5 Voir la Proclamation du Conseil exécutif des Crétois à tous les compatriotes ottomans de la Crète, Vafé Apocoronou, le 15 avril 1841, Archives nationales de Grèce (Genika Archia tou Kratous, désormais ΓΑΚ), collection de G. Vlachogiannis, dossier 241, document 4. Trois proclamations ont vu le jour pendant le soulèvement de 1866- 1869. La première est adressée aux « Compatriotes crétois ottomans et chrétiens » par le « Comité central » en avril 1866, ΓΑΚ, collection de G. Vlachogiannis, dossier 241, document 342. La deuxième est adressée aux « Crétois turcs » par le « gouvernement provisoire de la Crète » (en dialecte crétois). Kriaris Panagiotis 1902, p. 93-594. La troisième est adressée aux « Crétois ottomans » par le « gouvernement provisoire de la Crète » de Muri Apocoronou, le 9 décembre 1867. Tsirintanis Nikolaos 1950, p. 657-658. Voir aussi la Proclamation aux habitants chrétiens de lîle par les députés chrétiens, La Canée, 22 août 1896 (parue après une période de dévastations et de meurtres entre chrétiens et musulmans) qui se réfère aux musulmans comme à des « enfants de la même patrie, appartenant à la même race… », jointe à la lettre du consul français à La Canée, Blanc, au ministre des Affaires étrangères Hanotaux en date du 18 septembre 1896, ministère des Affaires étrangères (désormais AMAE), Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897, p. 246.

6 Extrait d’une conférence donnée par Henry Hauttecœur à la Société royale belge de géographie, le 13 novembre 1896. Hauttecœur Henry 1896, p. 452.

7 C’était le premier recensement s’appuyant sur les règles de la statistique de la population. Les sources précédentes, concernant la population de 1832, 1834, 1858 et 1875, étaient partielles ou de simples estimations. Andriotis Nikos 2006, p. 20-25.

8 Ardaillon Édouard 1897, p. 255-257 et planche VIII ; Kolodny Émile 1968, p. 255-263 ; Andriotis Nikos 2006, p. 116-120.

9 En dehors du voisinage des trois villes, dans la plaine de la Messara et la partie occidentale de la province de Pédiada du département d’Héraklion, dans les petites villes de Sitia et de Hiérapétra, dans l’île de Spinalonga et la partie centrale de la province de Sitia du département de Lassithi, à Mérona de la province d’Amari du département de Réthymno, au port de Suda, autour des forteresses de Kastelli Kissamou et de Kandanos et Paléochora Sélinou du département de La Canée. Parmi les 88 municipalités de l’île, 10 seulement avaient une majorité musulmane : les trois villes (Héraklion, La Canée, Réthymno), Suda, Spinalonga et 5 dans la Messara (Skinias, Arcalochori, Téféli, Mégali Vrissi et Ampélouzos).

10 En 1881, 4 musulmans (tous des hommes) sont recensés dans la province du Lassithi, aucun dans la province de Sfakia, 33 dans la municipalité de Vamos, 19 dans celle de Mathe, aucun à Fre de la province d’Apokoronas, 27 dans la municipalité d’Aghio Pneuma, aucun dans celles de Mélambès et de Finix de la province d’Aghios Vassilis, 7 dans la municipalité de Damasta, aucun dans celles de Garazo et d’Anoghia de la province de Mylopotamo, 16 dans la municipalité de Crussona (Malévizi), aucun dans celle de Tymbaki (Pyrgiotissa), aucun dans celles d’Aghios Vassilios et de Mourniès (Viannos), 9 (tous des hommes) dans la municipalité de Kritsa, 16 dans celle d’Anatoli (Hiérapétra) et 22 musulmans dans la municipalité de Karydi (Sitia).

11 Selon le recensement de 1881, à La Canée deux quartiers avaient une population uniquement musulmane (Djejair Collou et Koum Kapou), alors que dans deux autres quartiers (Tophané et Yussuf-pacha) la population chrétienne était majoritaire. À Réthymno, les quartiers où habitaient seulement des musulmans étaient la Forteresse (Fortezza), Kénourghio, Ak Serai et Arap-mahala, alors que deux autres (Tsitos et Yali) étaient majoritairement peuplés de chrétiens. À Héraklion, deux quartiers étaient habités uniquement par des musulmans (Kizil Tabia et Ak Tabia) et dans cinq autres (Sultan Ibrahim, Mahmoud-aga, Retzep-aga, Arasta et Aghia Aikatérini), les chrétiens étaient majoritaires.

12 L’île de Crète a été cédée par le protocole de Londres (1830) au vice-roi d’Égypte en échange de son aide au sultan pendant l’insurrection grecque.

13 Peponakis Manolis 1997, p. 96, 100-111 et 115-118. [Vély pacha] 1858, p. 70.

14 Outre diverses modifications, l’importance de cette nouvelle charte résidait dans le fait que les lois générales de l’Empire ne pouvaient annuler les concessions spéciales accordées à la Crète par le Règlement organique de 1868.

15 Voir la correspondance du consul anglais Billioti à La Canée. Turkey No 2 (1889). Correspondence Respecting the Affairs of Crete et Turkey No 2 (1890). Further Correspondence Respecting the Affairs of Crete et la correspondance du vice-consul de Russie, I. Mitsotakis, à Héraklion qui se trouve au musée historique de la Crète à Héraklion, archives de I. Mitsotakis, dossiers 26a et 26b.

16 Les journaux anglais appelaient la Crète l’« Irlande de la Turquie ».

17 Des milliers de musulmans mouhadjirs sont réfugiés dans l’Empire ottoman, partis de Crimée après 1783-1784, des Balkans après 1878 (traités de San Stefano et de Berlin) et de la région du Caucase après 1862. Voir Karpat Kemal 1985, p. 65-77 ; Popovic Alexandre 1986, p. 70-75, 125-127, 200-205, 262-264 et 267-268 ; Quataert Donald 1994, p. 793-795. Le gouvernement ottoman a créé en 1860 la Commission administrative générale de l’émigration.

18 « Les trois Cabinets se plaisent à croire que […] la Sublime Porte se convaincra Elle-même, qu’attendu les rapports de proximité et de religion qui unissent les Grecs de Samos et de Candie aux sujets du nouvel État, une administration équitable et douce est le moyen le plus certain d’y maintenir Sa domination sur des bases inébranlables ». Notification des trois puissances adressée à la Porte le 27 mars/8 avril 1830, dans Mémorandum de lAssemblée générale des Crétois aux consuls européens, le 3 février 1878. Papamanoussakis Stratis 1994, p. 658.

19 « Chacune des puissances signatrices s’engage de son côté à respecter l’indépendance et l’intégrité de l’Empire ottoman, garantissant en commun la stricte obligation de cet engagement et considérera en conséquence tout acte de nature à lui porter atteinte comme une question d’intérêt général ». Cette disposition a conduit au Hatt-i Humayun.

20 « La Sublime Porte s’engage à appliquer scrupuleusement dans l’île de Crète le Règlement organique de 1868, en y apportant les modifications qui seraient jugées équitables. »

21 Lors de son voyage vers la Crète, en février 1897, le journaliste Henri Turot a rencontré à Corfou Berovitch-pacha quelques jours après sa démission et son départ de Crète. Juste avant d’être vali en Crète pendant la période difficile de 1896-1897, il était prince de Samos. Il lui a confessé : « comme chrétien, j’étais suspect aux musulmans, et comme fonctionnaire turc, je ne pouvais inspirer confiance aux chrétiens » et « j’étais fatigué, écœuré, impuissant à rétablir l’ordre. Comme je regrette Samos et sa tranquillité ! », Turot Henri 1898, p. 4-5. Voir aussi la lettre de l’ambassadeur français à Istanbul, Cambon, à Hanotaux : « s’il n’y avait que des Chrétiens dans l’île, il suffirait d’adopter le régime de Samos », AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète. Conflit gréco-turc. Situation de lEmpire ottoman (février-mai 1897), Paris, 1898, p. 104.

22 Les nouveaux massacres des Arméniens en octobre 1895 et en août-septembre 1896 réaniment la question d’Orient. La question arménienne est résolue en février 1897.

23 Iradé du 17 octobre 1895.

24 « Les musulmans sont décidés aujourd’hui à déclarer la guerre au Gouverneur général chrétien », écrivait Blanc à Hanotaux le 18 août 1895 de La Canée. AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897, p. 16.

25 Les musulmans, conscients du fait qu’il ne faudrait pas laisser toujours aux chrétiens de l’île la « bataille des impressions », adressent, le 20 juin 1896, à l’opinion publique européenne un pamphlet intitulé « Les événements crétois du 24 mai 1896 » par la « Députation des musulmans de Crète », imprimé à Paris en été 1896. On y trouve en annexe une liste de 41 musulmans tués pendant ces événements dans les provinces de La Canée et de Kissamo.

26 Le sous-prolétariat des villes était constitué des Benghaziotes et d’autres domestiques, ouvriers dans le port et bateliers. Après l’été 1896, ils ont formé, avec les réfugiés des villages, une masse populaire dangereuse, surtout à Héraklion.

27 Bérard Victor 1898, p. 231. Voir aussi AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897, p. 276 et 278.

28 Bérard Victor 1898, p. 26-27, 74-86, 119, 233-237, 245-248, 254, 273-275 et 308 ; Laroche Charles 1898, p. 244-249 et 259-262 ; Turot Henri 1898, p. 39-40 ; Albin Célestin 1898, p. 171-172 ; Couturier Henry 1900, p. 228 ; AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897, p. 249-250 et 283 ; AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète. Conflit gréco-turc. Situation de lEmpire ottoman (février-mai 1897), Paris, 1898, p. 1-2, 20 et 22. Camera dei deputati, Documenti diplomatici al parlamento italiano dal ministro degli affari esteri. Creta e conflitto turco-ellenico, Rome, 1897, p. 305-306.

29 Bérard Victor 1898, p. 83.

30 Laroche Charles 1898, p. 259.

31 « Des musulmans réfugiés dans la ville d’Héraklion ont blessé le gouverneur Hassan pacha. » Blanc à Hanotaux le 5 août 1896. AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897, p. 182. « Le bas peuple musulman a agi contre le gouverneur à cause de l’arrestation de 24 musulmans coupables des incidents dans la ville. » Blanc à Hanotaux le 24 janvier 1898. Ibid., Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Autonomie crétoise (janvier-octobre 1898), Paris, 1898, p. 1.

32 Voir par exemple l’Appel des Crétois aux peuples civilisés du monde pendant l’insurrection de 1889. ΓΑΚ, collection de Douroutis, K 19, document 1.

33 Requête présentée par les députés musulmans de l’Assemblée générale de l’île de Crète, jointe à la lettre de Blanc à Hanotaux du 15 juillet 1896. AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894- février 1897), Paris, 1897, p. 127-128.

34 AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète. Conflit gréco-turc. Situation de lEmpire ottoman (février-mai 1897), Paris, 1898, p. 80. Musée historique de Crète, archives de G. Mitsotakis, dossier 2a, document 35 (février 1897) et dossier 2b, document 235 (mars 1897), tous deux par les musulmans d’Héraklion.

35 Voir la correspondance du consul anglais Billioti à La Canée. Turkey No 7 (1896). Correspondence Respecting the Affairs of Crete, Turkey No 8 (1897). Further Correspondence Respecting the Affairs of Crete, Turkey No 9 (1897). Reports on the Situation in Crete, Turkey No 11 (1897). Correspondence Respecting the Affairs of Crete and the War between Turkey and Greece, Turkey No 3 (1898). Further Correspondence Respecting the Affairs of Crete, Turkey No 4 (1898). Correspondence Respecting Relief Work in Crete et Turkey No 5 (1898). Further Correspondence Respecting the Affairs of Crete ; la correspondance du consul français à La Canée P. Blanc. AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897 ; AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète. Conflit gréco-turc. Situation de lEmpire ottoman (février-mai 1897), Paris, 1898 ; AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Autonomie crétoise (mai-décembre 1897), Paris, 1898 et (janvier-octobre 1898), Paris, 1898 ; la correspondance du consul italien à La Canée Medana. Camera dei deputati, Documenti diplomatici al parlamento italiano dal ministro degli affari esteri. Creta e conflitto turco-ellenico, Rome, 1897 ; la correspondance du vice-consul de Russie G. Mitsotakis à Héraklion qui se trouve au musée historique de Crète à Héraklion, archives de G. Mitsotakis, dossier 2b. Voir aussi Andriotis Nikos 2004, p. 68-73.

36 Blanc à Hanotaux, La Canée le 8 janvier 1897. AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897, p. 305.

37 « Les beys musulmans ont envoyé un télégramme au Sultan disant que les privilèges accordés précédemment aux chrétiens ont causé la situation actuelle et demandent l’établissement d’un gouvernement fort ». Blanc à Hanotaux, La Canée le 23 juin 1896. AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897, p. 91. Voir aussi la lettre du consul italien à La Canée, Medana, au ministre des Affaires étrangères Caetani en date du 23 juin 1896. Camera dei deputati, Documenti diplomatici al parlamento italiano dal ministro degli affari esteri. Creta e conflitto turco-ellenico, Rome, 1897, p. 11.

38 Bérard Victor 1898, p. 23-27 ; Turot Henri 1898, p. 32-40 ; Laroche Charles 1898, p. 250-251.

39 Les victimes s’élèveraient au nombre de 850, parmi elles des femmes et des enfants. Voir de nombreux rapports dans la correspondance des consuls européens et Andriotis Nikos 2006, p. 297.

40 Les chrétiens accusaient les amiraux d’agir avec partialité, car quelques jours plus tard, toujours à Akrotiri, ils n’auraient pas bombardé les musulmans irréguliers (bachi-bozouks) qui avaient attaqué les chrétiens.

41 L’Allemagne a aussi proposé le blocus du Pirée, comme en 1854 pendant la guerre de Crimée.

42 Le bataillon allemand n’arrivera jamais.

43 Le 24 février, après l’intervention des six puissances, le bas peuple musulman a mis le feu au konak (palais du gouvernement) de La Canée, occupé par le commandant européen.

44 L’Allemagne a retiré son navire des eaux crétoises le 19 mars et l’Autriche le sien, ainsi que son contingent militaire, le 23 mars.

45 On s’est demandé s’il serait sujet ottoman (comme le sultan le souhaitait), européen, ou sujet d’un pays neutre. On a proposé les candidatures de Schaefer, Droz, Bojedar Petrovich (cousin du prince du Monténégro), Canevaro, l’amiral italien en Crète, ainsi que des chrétiens ottomans Karatheodory et Mavroyeni.

46 Andriotis Nikos 1996 et 2002, p. 10-11.

47 Andriotis Nikos 2006, p. 126-128 ; Andriotis Nikos 2004, p. 72-75.

48 Dans la province de Monofatzi, par exemple, 9,1 % de la population musulmane étaient des femmes en 1900, dans celle de Mylopotamos 2,9 %, de Kenurghiou 2 % et dans les provinces de Kissamos, Selinon, Pyrghiotissa et Viannos aucune musulmane n’a été recensée en 1900. Andriotis Nikos 2004, p. 75-76.

49 Les conséquences étaient plus apparentes en Crète orientale où, parmi les 165 agglomérations habitées, soit exclusivement, soit majoritairement par des musulmans en 1881, 45 sont désertées définitivement ou provisoirement et 96 ont perdu plus de la moitié de leur population de 1881 à 1900. En Crète occidentale, parmi les 79 agglomérations habitées essentiellement par des musulmans en 1881, 55 sont désertées définitivement ou provisoirement alors que beaucoup d’autres ont perdu une grande partie de leur population.

50 Drakakis Emanuil 2001, p. 147-158.

51 Le 18 mai 1896, Blanc écrivait à Hanotaux que « les Crétois, dans ces derniers mois, ont pu se procurer une grande quantité de munitions. Ils ont renouvelé leur armement, et les paysans n’ont plus aujourd’hui de vieux fusils Chassepot entre leurs mains, mais des fusils Gras et Martini ». AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897, p. 40. Deux ans plus tard, le 8 juillet 1898, Blanc écrivait au ministre des Affaires étrangères Delcassé que « la population chrétienne a aujourd’hui plus de 80000 fusils à sa disposition et un grand approvisionnement de cartouches. Elle est prête à mettre facilement en quelques jours 60 000 hommes sous les armes ». AMAE, Documents diplomatiques. Affaires dOrient. Affaire de Crète (juin 1894-février 1897), Paris, 1897, p. 69.

52 La population musulmane diminuait dès 1900 : 27 852 en 1911 et 22 999 en 1920. Mais la population rurale a connu une augmentation entre 1911 et 1920, passant de 6 445 à 6 903 habitants. Cette évolution concerne plutôt les provinces où des concentrations musulmanes préexistaient : dans le Monofatzi, en 1911, sont recensés 1 820 musulmans de plus qu’en 1900, dans la Pédiada 308 et à Sitia 129.

53 D’après les sources officielles concernant l’échange de populations, 23 821 musulmans auraient quitté l’île.

Auteur

Université nationale et capodistrienne d’Athènes.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search