Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

Le voyage en Méditerranée : acteurs étrangers et enjeux politico-religieux dans les sociétés européennes

La contribution des missionnaires protestants à la modernisation de la société bulgare durant la seconde moitié du xixe siècle

The Contribution of Protestant Missionaries in the Modernization of Bulgarian Society during the Second Half of the 19th Century

Nadia Danova

Résumé

À la fin du xixe s., les groupes missionnaires protestants qui entrent en Bulgarie après son indépendance aident à former le pays, principalement au niveau intellectuel. Les protestants, en majorité originaires des États-Unis, introduisent des écoles en Bulgarie dans lesquelles sont enseignés l’anglais, les mathématiques de base et l’économie familiale en plus du protestantisme et de la culture américaine. L’Église orthodoxe et ses croyants essaient de les chasser, mais les protestants ont déjà pris racine dans plusieurs villes de Bulgarie. Sans être dominantes, les écoles protestantes attirent les enfants bulgares, amenant ainsi à la conversion certains élèves et leurs familles. Les Bulgares s’étant convertis au protestantisme font partie de l’élite intellectuelle, s’informent de façon approfondie sur d’autres pays et certains vont même jusqu’à étudier dans des universités européennes. Les missionnaires protestants américains jouent un rôle-clef dans le développement d’une communauté intellectuelle en Bulgarie.

Texte intégral

  • 1 Le Goff Jacques 1974, p. 111.

1La présente étude est consacrée à un aspect de l’activité bulgare des missions protestantes pendant la seconde moitié du xixe s. qui n’a pas particulièrement retenu l’attention des historiens bulgares. Sans négliger l’instrumentalisation de la religion par les nationalismes concurrents dans les Balkans et par les grandes puissances, nous allons nous focaliser sur le champ de l’histoire des mentalités qui est celui du quotidien1. C’est à cette échelle que nous aborderons les procédés des acteurs religieux, leurs négociations, compromis ou défaites, leurs éditions, aussi bien que les relations entre les missionnaires protestants et les Bulgares orthodoxes. Cette approche présuppose un examen également attentif des acteurs et de leurs pratiques du côté des Bulgares.

La géographie des contacts entre protestants et Bulgares

Des grands centres urbains ottomans…

  • 2 Clogg Richard 1971, p. 243-260.
  • 3 Sur l’activité des protestants à Smyrne, voir Augustinos Gerassimos 1986 ; Kitromilidis Paschalis 1 (...)
  • 4 Sur l’activité de Riggs en Grèce, voir Thanailaki Polli 2005, p. 161-166.
  • 5 Riggs Elias 1877, p. 78 ; Clarke James 1978, p. 31-36. Cette édition attire l’attention des représe (...)
  • 6 Nassioudjik Pavlina 2002, p. 261-367.
  • 7 Sur le rôle des textes de Benjamin Franklin pour la formation d’une mentalité liée à l’éthique prot (...)
  • 8 Danova Nadia 1994, p. 208-214, p. 337-349.

2Les premiers contacts des Bulgares avec les protestants remontent aux premières décennies du xixe s. et se trouvent liés à l’activité de la Société biblique britannique dans les Balkans et au projet de traduction de la Bible dans les langues parlées dans la région. Il s’agit, en particulier, de l’activité du polyglotte Benjamin Barker, né à Smyrne (Izmir), dans une famille anglo-levantine, qui remplit la fonction de vice-consul de la Grande-Bretagne à Alep. En 1823, Barker entreprend un voyage à travers la Turquie européenne pour examiner les possibilités de réalisation de l’activité de la Société biblique et c’est en ce temps-là qu’a lieu la première rencontre de missionnaires protestants avec les Bulgares2. Les renseignements plus tardifs concernant les contacts des Bulgares avec des missionnaires protestants sont de nouveau liés au nom de Barker, qui devient le représentant de la Société biblique à Smyrne3 ainsi qu’au nom d’Elias Riggs, qui est arrivé de Grèce à Smyrne en 18394. C’est dans cette ville qu’ils entrent en relation avec Konstantin Fotinov, une des plus éminentes personnalités des Lumières bulgares, qui s’installe à Smyrne en 1825 et exerce les professions de commerçant, d’interprète au consulat français, d’éditeur, d’instituteur et de journaliste en jouissant de la protection de la France. En 1840, Fotinov contrôle la publication de la première traduction bulgare du Nouveau Testament, imprimée à Smyrne, avec le concours de Barker, dans l’imprimerie d’Antonios Damianos, auquel les protestants ont fourni les caractères slaves5. Durant la période 1842-1846, Fotinov fait paraître à Smyrne la première revue bulgare Ljuboslovie, qui est également imprimée chez Damianos. Elle a comme modèle la revue grecque Apothiki ton ophelimon gnosséon, éditée par Nicolaos Petrokokinos, avec le concours des protestants6. Dans la revue de Fotinov sont publiés de nombreux articles de Benjamin Franklin, qui ont joué un rôle capital pour la formation des mentalités dans l’esprit de l’éthique protestante, stimulant la modernisation7. Avec le concours de Riggs, Fotinov réalise l’édition de sa Géographie, dont la portée culturelle dans la société bulgare correspond à celle de la Géographie moderne de Gr. Konstandas et D. Philippides8.

  • 9 Sur ce terme, voir Konortas Paraskevas 1998, p. 295-315.
  • 10 Ubicini Abdolonyme 1856, V. II, p. 396-397. Sur les relations des pays protestants avec l’Empire ot (...)
  • 11 Danova Nadia 2004a, p. 83-84, p. 257-258, p. 639-640. Sur les relations entre les lazaristes et les (...)

3Reconnu en tant que corps national distinct, millet9, dans l’Empire ottoman pendant les années 184010 en raison de l’accroissement de l’influence des pays protestants, le protestantisme connaît une nouvelle impulsion à la suite des transformations économiques et politiques qui se produisent après la guerre de Crimée. La collaboration de Fotinov avec les missionnaires protestants à Smyrne se poursuit et elle a comme résultat les éditions en bulgare du Psautier de David et de la Genèse de l’Ancien Testament qu’il réalise, en 1855 et en 1857, avec l’aide de Barker et de Riggs. Fotinov compte, pour la diffusion de ses éditions, sur l’assistance du libraire Yoannis Lazaridis à Istanbul, lié aux protestants11.

  • 12 Sur l’activité des missionnaires protestants parmi les Bulgares : Šišmanov Ivan 1897, p. 53-79 ; St (...)

4La capitale ottomane constitue un autre centre important d’expansion missionnaire : c’est ici que les grandes décisions sont prises concernant les relations entre les missionnaires et les Bulgares. Les missionnaires Riggs, Harrison Dwight et Cyrus Hamlin font savoir au conseil d’administration des missionnaires à Boston que le temps d’un travail actif parmi les Bulgares est venu, et une décision en ce sens est adoptée en 1856. L’affaire est confiée au conseil de l’Église congrégationaliste américaine, qui a déjà œuvré dans l’Empire ottoman et qui réclame le concours de la Société missionnaire de l’Église méthodiste. Les deux Églises répartissent leurs tâches de la manière suivante : les congrégationalistes se chargent des territoires situés au sud de la Stara Planina et les méthodistes s’installent en Bulgarie du Nord12. Le conseil congrégationaliste envoie Charles Morse, et le conseil méthodiste, Albert Long. Morse arrive à Istanbul, il se met aussitôt à apprendre le bulgare et au début de 1858 s’établit à Andrinople, d’où il commence son œuvre missionnaire. Il entreprend de faire publier de la littérature scolaire et religieuse en bulgare, avec le concours de l’enseignant Konstantin Vasilev. Morse fait traduire et adapter de l’anglais un « livre scolaire pour les enfants », un petit abécédaire, contenant des lectures de la Bible. Il édite une grammaire bulgare en anglais, accompagnée de dictionnaires entre les deux langues, destinés aux futurs missionnaires recrutés parmi les populations locales. Morse fait également publier à Andrinople plusieurs brochures destinées au prosélytisme. L’abécédaire et les autres manuels de Morse sont bien accueillis par les Bulgares, mais l’intérêt de ces derniers pour la prédication demeure pratiquement nul.

… Aux centres provinciaux de la Bulgarie arpentés par les congrégationalistes…

  • 13 Sur l’activité de Morse à Sofia, voir ses mémoires : Morse Charles 1909, p. 121-128.

5En 1862 Morse se rend à Sofia13. Ses éditions y rencontrent un accueil favorable, mais ses tentatives pour trouver des auditeurs dans les rues ou les marchés de la ville échouent. Dès qu’il s’approchait de quelqu’un pour l’entretenir de problèmes de la foi, celui-ci prenait la fuite, en se signant ostensiblement. Morse entreprend de reproduire les sermons en plusieurs exemplaires, pour les distribuer le samedi soir, aidé par ses deux assistants Petăr Mousseviè et Nikolaj Bojadžiev, dans les maisons et les magasins. Il parvient à attirer au protestantisme Gueorgui Poptodorov ainsi que ses frères et sœurs. Par leur intermédiaire, Morse entre en contact avec d’autres familles et commence à organiser des réunions vespérales chez des particuliers. Son activité se heurte à une forte résistance de la part des habitants de la ville, conduits par les prêtres orthodoxes. Les représentants du clergé orthodoxe prononcent des sermons qui frappent d’anathème Morse et les participants aux réunions qu’il organise. Bientôt, le monastère de Rila se joint à l’action. Déçu, Morse quitte Sofia en 1867 et part pour Samokov. Cependant, Gueorgui Poptodorov et ses proches continuent à organiser des réunions. À la veille de 1878, l’année de l’indépendance de la Bulgarie, la communauté des protestants à Sofia compte quelque douze adhérents.

  • 14 Genčev Nikolay 1981, p. 280-291, p. 398-406.
  • 15 Todev Ilija 2003, p. 153, p. 157, p. 158.

6Un autre lieu de contact entre les protestants et les Bulgares se trouve à Plovdiv. Les principaux acteurs, les missionnaires américains William Meriam et James Clarke, y arrivent en 1859. Clarke se met à apprendre le bulgare et Meriam, le turc. Les missionnaires entreprennent une propagande verbale, ainsi que la diffusion d’une certaine littérature à Plovdiv et leurs éditions sont bien accueillies par les habitants de la ville. Meriam prêche en turc devant un auditoire, turc ou arménien, qui ne manifeste pas beaucoup d’intérêt. De son côté, Clarke, qui prêche en bulgare, ne parvient à attirer aucun adepte, malgré les nombreuses réunions qu’il organise. Ils commencent à visiter les écoles bulgares, en invitant chez eux les élèves et les enseignants pour leur expliquer les mécanismes du système scolaire américain. Avec l’intervention du consul britannique à Andrinople, Clarke reçoit l’autorisation de donner des leçons de musique à l’école bulgare. En 1860, les missionnaires inaugurent à Plovdiv la première école protestante, dont la tâche consiste à former des prédicateurs, susceptibles de diffuser le protestantisme14. Les moyens affectés à l’ouverture de l’école - 300 livres anglaises - sont envoyés d’Angleterre par l’intermédiaire de Hamlin. S’y inscrivent Petăr Musevič de Pazardžik, Nikolaj Bojadžiev de Panagurište, Ivan Tondžorov de Samokov, Andrej Canov de Vidrare. Les missionnaires les font s’installer en pension dans une maison louée et leur enseignent la Bible, l’anglais, les mathématiques, les sciences naturelles, le tourisme et la gymnastique. Clarke élabore ses leçons de chimie et de physique au moyen d’appareils et de substances chimiques importés de l’étranger. Cette pratique est absolument nouvelle pour Plovdiv, ce qui éveille l’intérêt des élèves de l’école bulgare, qui commencent à fréquenter l’école protestante. D’autres s’y rendent à cause des leçons d’anglais. Jakim Gruev, le directeur de l’école bulgare, se rend lui aussi parfois à l’école protestante et entretient de bonnes relations avec les missionnaires. Mais c’est le médecin Stojan Čomakov qui se rapproche tout particulièrement des missionnaires15. Il convient de souligner que Čomakov est l’ancien élève de Théophilos Kaïris de l’école d’Andros et l’un des leaders du mouvement national en faveur de la création d’une Église bulgare, indépendante du patriarcat de Constantinople. La fille de Čomakov est la première élève bulgare à recevoir des leçons en langue anglaise et de musique, qui sont organisées pour les jeunes filles par Clarke. Les missionnaires encouragent les Bulgares à rompre définitivement avec le patriarcat et Blunt, le consul britannique à Andrinople, promet aux Bulgares l’appui des gouvernements anglais et américain. C’est chez les missionnaires que les habitantes de Plovdiv voient pour la première fois une machine à coudre.

7L’activité de la mission de Plovdiv se trouve sérieusement compromise par l’assassinat de Meriam en 1862, ainsi que par l’histoire d’amour d’un moine du monastère de Rila, Polyeucte, qui décide de se marier et, poursuivi par les autorités, trouve refuge dans la maison des protestants à Plovdiv. Des habitants encerclent le bâtiment et commencent à le bombarder de pierres. La police intervient, faisant sortir Polyeucte et le renvoie au monastère de Rila. Les missionnaires s’adressent à Morse, à Sofia, l’informant de ce qui est arrivé. Finalement, Blunt et Morse parviennent, avec l’intervention de la police, à libérer Polyeucte du monastère et à le faire retourner à Plovdiv, auprès des missionnaires. Meriam est remplacé par H. Haskel, qui n’a pas beaucoup de succès dans ses entreprises, l’affaire de Polyeucte ayant monté les habitants de Plovdiv contre les missionnaires. Les représentants du clergé orthodoxe prononcent des sermons qui frappent d’anathème les protestants. Bientôt, le vice-consul russe Najden Gerov se joint au mouvement. En 1869, l’école est transférée à Stara Zagora et, en pratique, la mission protestante de Plovdiv est dissoute. Malgré cette fin, les disciples de l’école protestante avaient atteint le nombre de 130 et presque tous jouent un rôle important dans la vie sociale, politique et culturelle du pays. D’anciens élèves de l’école protestante de Plovdiv deviennent à leur tour des pasteurs ou des missionnaires qui se mettent à travailler dans d’autres villes : il s’agit notamment d’Ivan Tondžorov, Ivan Matinčev, Nikolaj Bojadžiev, Andrei Canov, des frères Pano et Vălko Šopov, d’Argir Kazandžiev, de Vasil Karaivanov et Trajko Konstantinov.

… Et jusqu’aux plus petites villes

  • 16 Ivanova Evgenija 2006, p. 41-47.

8Une mission protestante existait donc à Stara Zagora où, en 1859, s’était établi Théodore Byington16. Celui-ci s’attèle à diffuser la littérature protestante, sans attaquer l’église orthodoxe. Par sa modération et par son tact, il gagne la sympathie des habitants de la ville, qui assistent régulièrement à ses réunions, sans pour autant parvenir à les sensibiliser à la foi évangélique. En 1863, Byington fait ouvrir à Stara Zagora une école de filles, où enseignent Byington lui-même, la Tchèque Fanny Mesner et l’Américaine Mary Raynolds. En dehors de la Bible et des disciplines d’usage, l’on y enseigne les travaux ménagers et la couture, ce qui amène un grand nombre de personnes à y inscrire leurs enfants. En 1866, l’école est fréquentée par 35 élèves ; une pension est aménagée à l’intention des jeunes filles des villages environnants. Certaines élèves de l’école, comme Marijka Genčova et Elenka Xristova, se convertissent au protestantisme. En 1867, la mère de la première retire sa fille de l’école, mais celle-ci s’évade de chez elle pour y retourner. Après cet incident, plusieurs habitants de la ville assiègent la maison où est installée la pension, demandant à Morse de leur livrer Marijka et toutes les autres élèves. Morse intente un procès aux assaillants et, grâce à l’intervention du consul Blunt, ils sont condamnés à la prison et à payer des amendes pour les dégâts occasionnés au bâtiment. Cet incident perturbe sérieusement le travail des missionnaires, car plus personne ne se rend aux réunions organisées par le prédicateur. Marijka Genčova et Elenka Xristova, qui restent fidèles au protestantisme, s’établissent à Samokov où l’on a transféré l’école.

9En 1867, Morse visite Bansko et organise une réunion à l’école, à laquelle assistent plus de 100 personnes. Il distribue aux assistants des brochures gratuites, fait abonner ceux qui sont intéressés à des livres protestants et choisit deux garçons pour les inscrire à l’école de Plovdiv. Après Morse, arrive à Bansko son assistant, Nikolaj Bojadžiev. Initialement, les missionnaires parlent de la nécessité de réformes et d’améliorations dans les églises, dans les écoles et dans la vie en général, ce qui n’est pas pour déplaire aux habitants de Bansko. Mais quand il devient évident que les missionnaires cherchent à diffuser une nouvelle confession, les gens se divisent. Certains, comme Georgi Sarandov, Petăr Ušev et Marko Petkančin se convertissent au protestantisme, de même que leur famille. Ils se réunissent au café de Georgi Sarandov, où ils récitent leurs prières. Les orthodoxes les plus fervents lancent des pierres aux protestants, déchirent leurs brochures et chassent leur bétail des pâturages communs. Les protestants bulgares réclament la protection des missionnaires, qui accourent immédiatement pour porter plainte devant le gouverneur et le juge de Nevrokop. Finalement le gouverneur conseille aux Bulgares orthodoxes de laisser les protestants tranquilles. Ivan Tondžorov, de Samokov, s’établit alors à Bansko en sa qualité de prédicateur protestant. En 1871, les protestants de Bansko organisent leur propre groupe, constitué de 15 personnes, qui, grâce à l’intervention des missionnaires, est reconnu juridiquement par les autorités ottomanes. On crée une école pour les enfants des protestants, le poste d’enseignante étant confié à Marijka Genčova dont il a été question plus haut. En 1875, l’école est fréquentée par 75 enfants. En 1876, la commune protestante compte environ 100 membres, appartenant à 20 ménages entièrement protestants. Par leurs propres moyens, ils achètent un terrain pour y bâtir un temple. En dehors de l’école, les enseignantes remplissent la fonction de missionnaires, prêchant la foi protestante parmi les femmes de Bansko. La Bible et les différentes brochures protestantes deviennent les livres de chevet des protestants de Bansko et le niveau d’instruction de leurs familles s’élève considérablement.

10Les missionnaires visitent Pazardžik et les localités situées au pied de la Stara Planina, notamment Panagurište, Koprivštica, Karlovo, Kalofer, ainsi que plusieurs villages des Rhodopes. À Pazardžik, seuls quatre Bulgares se convertissent au protestantisme : Petăr Moussevič, Stojan Akrabov, Dimităr Guzidov et Stojan Angelov. Ce dernier possède une auberge, dans laquelle descendent les missionnaires. Ceux-ci tentent encore une fois, d’intervenir dans les affaires religieuses et scolaires, en suggérant la mise en place d’une église locale indépendante, mais leurs efforts restent vains.

11Le protestantisme remporte des succès plus tangibles à Panagurišté, visité par Meriam, Clarke et Haskel qui gagnent à leur cause Nikolaj Bojadžiev et Thomas Jurukov. Les habitants de la ville, conduits par l’enseignant Vasil Čolakov, font brûler publiquement les brochures protestantes. Un évangéliste bulgare se fait renvoyer du conseil municipal à cause de sa confession et on déclare un boycottage commercial de Thomas Jurukov. Malgré la pression exercée par l’orthodoxie, la petite communauté protestante continue à exister après 1878.

  • 17 Sur l’inauguration de telles institutions dans les Balkans, voir Thanailaki Polli 2005, p. 134-160.

12Une autre localité qui attire les protestants est Samokov, où est gagné à leur cause l’épicier Nikolaj Matinčev. Outre sa marchandise, il commence à proposer aux clients des brochures protestantes. Son magasin devient le lieu de débats religieux, alors que sa maison est ouverte aux missionnaires, qui y logent lors de leurs séjours à Samokov. Ces activités de Matinčev sont vues d’un œil hostile par les habitants de la ville qui lui déclarent un boycottage commercial et les boulangers refusent de lui vendre du pain. Dans ces conditions, Morse se voit obligé d’intervenir et de défendre Matinčev avec l’aide des autorités. En dehors de Morse, qui visite souvent d’autres localités, son assistant Nikolaj Bojadžiev réside en permanence à Samokov. C’est dans cette ville que sont transférées l’école de garçons de Plovdiv et l’école de filles de Stara Zagora, ce qui attire d’autres missionnaires protestants. C’est dans ces deux écoles qu’on introduit pour la première fois une préparation professionnelle à différents métiers. C’est aussi à Samokov qu’est inaugurée la première école maternelle17. Samokov se transforme en centre d’activité des congrégationalistes bien que, en dehors de Matinčev, il n’y ait que très peu de protestants originaires de la ville. Tous les missionnaires qui viennent d’arriver en Bulgarie s’établissent désormais à Samokov où ils séjournent un ou deux ans pour apprendre la langue et évaluer les possibilités de travail en Bulgarie.

13Meričleri est un autre lieu marquant du protestantisme bulgare. C’est dans ce village qu’arrive, en 1865, Byington de Stara Zagora. Il parvient à convertir Todor Boičev Ovčarov, ainsi que sa nombreuse famille. Ils sont imités par quelques parents et voisins et finissent par former un petit groupe protestant qui se réunit pour prier dans le moulin de Todor Ovčarov. C’est là que viennent prêcher Načo Stambolov de Stara Zagora avec Marijka Genčova. Les orthodoxes, agacés par le travail des protestants les jours fériés et par leur alimentation carnée pendant le Carême, commencent à leur chercher querelle et à chasser leurs troupeaux des pâturages communs. Les protestants se plaignent à Morse, qui réussit à rétablir le calme avec le concours du gouverneur du canton de Čirpan. Trajko Konstantinov, ancien élève de l’école protestante de Plovdiv, est nommé au poste permanent de prédicateur. En 1872, la première église protestante est construite à Meričleri. La cérémonie liée à sa consécration est marquée par la conversion de quinze nouveaux fidèles. Peu après, la maison de prière est détruite par des orthodoxes trop fervents. Une nouvelle maison de culte est érigée avec l’assistance américaine et, lors de la cérémonie de la consécration, en 1874, dix-neuf nouveaux membres rejoignent la communauté. C’est d’ailleurs à Meričleri, la même année, que la deuxième commune bulgare protestante est fondée. Pano Šopov est nommé pasteur. Une école est mise en place, dans laquelle enseigne Marijka Terzieva de Bansko, elle aussi ancienne élève de l’école protestante de Samokov.

  • 18 En 1863, l’Américain Christopher Robert crée à Istanbul une institution d’enseignement, le Robert C (...)

14Jambol est une ville qui attire également les missionnaires protestants. Morse parvient à y convertir le tailleur Koljo Kossev. À Jambol, les réunions des membres ont lieu dans un café qui est souvent bombardé de pierres par les orthodoxes. Koljo Kossev est maltraité, provoquant l’intervention des autorités ottomanes qui prennent la défense des protestants. Les relations entre les orthodoxes et les protestants ne font qu’empirer, surtout après l’arrivée de Stefan Tomov de Kotel, ancien élève du Robert College18. Tomov ne fait pas le signe de la croix et ne vénère pas les icônes, ce qui met dans une rage folle les orthodoxes les plus fervents. À l’arrivée de l’archimandrite Mélétios (du monastère de Zographos) à Jambol, les orthodoxes passent à l’offensive, soumettant les protestants à une persécution systématique. Mélétios retire tous leurs livres de l’école et dans les sermons qu’il prononce à l’église, jette l’anathème sur eux. En 1873, les protestants ouvrent leur propre école à Jambol, dans laquelle enseigne Setka Sečanova, disciple de l’école de Samokov. En 1874, au moment de l’inauguration officielle de la commune, quatorze nouveaux membres avec leurs familles adhèrent à la communauté et Nikolaj Bojadžiev devient leur pasteur.

Pendant ce temps, les méthodistes arpentent les villes du Nord…

15Les premiers missionnaires de l’église méthodiste - les Américains Albert Long et Wesley Prettymann - s’établissent à Šumen à l’automne 1857. Ils reçoivent un bon accueil et les réunions qu’ils organisent sont très fréquentées. Prettymann assure une assistance médicale aux habitants de la ville et met en place, en 1862, une école du soir, à laquelle s’inscrivent plus de 40 élèves. Deux instituteurs, D. Vojnikov et N. Bacarov, réussissent à monter les citoyens de Šumen contre les protestants et les élèves quittent l’école. À partir des années 1860, Ruse et Svištov s’affirment comme les deux centres d’activité des protestants méthodistes.

16Long arrive à Tărnovo en 1859. Il gagne la sympathie des habitants en aidant Pandeli Kisimov à fonder une imprimerie et Evgenija Kisimova à organiser une association féminine. Il lie connaissance avec l’enseignant Petko Slavejkov. Peu de temps après, le moine Matej commence à tenir des discours, dans les églises et les écoles de Tărnovo, dirigés contre les « destructeurs de la foi orthodoxe » qui sont des « loups sous un pelage de mouton », et les sympathisants de Long prennent leurs distances. Long entreprend une tournée dans les villes et les villages voisins, en prêchant et en distribuant des brochures protestantes, et il parvient à attirer au protestantisme plusieurs jeunes gens à Svištov et à Ruse. Lors de ses voyages, il recherche des jeunes garçons pour les envoyer à l’école protestante de Malte, mais les parents ne permettent pas à leurs enfants de le suivre.

… Et reviennent vers la capitale ottomane pour une œuvre de diffusion

  • 19 Sur les éditions de ce genre en grec, voir Thanailaki Polli 2005, p. 211-278.

17En 1863, Long quitte Tărnovo pour s’établir à Istanbul, où il commence à éditer, en commun avec Riggs, la revue mensuelle Zornica. Cette édition est très bien accueillie par les Bulgares et continue de paraître jusqu’en 1901. Elle est complétée plus tard par le journal hebdomadaire Zornica. La revue publie des articles sur l’éducation religieuse, mais aussi des textes à caractère laïque popularisant des connaissances scientifiques dans le domaine de l’histoire, de la géographie, de la médecine, etc. On doit mentionner aussi la production en langue bulgare de la Maison américaine à Istanbul, qui dispose d’une section bulgare et poursuit l’activité éditoriale de Damianos à Smyrne. Parmi ses publications, on trouve des brochures religieuses, mais aussi des livres d’éthique, d’histoire, de philologie, de mathématique, contribuant de manière décisive au développement culturel des Bulgares dans un sens résolument moderne19.

  • 20 Canov Andrej 1870.
  • 21 Sur la diffusion des ouvrages de Franklin parmi les Bulgares pendant la seconde moitié du xixe sièc (...)

18En 1864, Slavejkov aussi arrive à Istanbul pour participer à l’édition de la Bible réalisée par Riggs et Long. Deux ans plus tard il lance son journal Makedonia, dans lequel sont publiés des articles recommandant les institutions d’enseignement protestantes et surtout le Robert College. Slavejkov publie dans Makedonia les articles du protestant Andrej Canov qui, depuis les États-Unis où il fait ses études, envoie des informations sur le système d’éducation américain, soulignant son orientation vers la vie réelle, aussi bien que sur l’égalité des opinions de tous les citoyens20. Slavejkov accueille dans Makedonia des articles polémiques défendant le protestantisme, sans être lui-même protestant. En 1868, il publie dans son journal Lart de devenir riche de Benjamin Franklin. L’année suivante, il réalise une édition à part de cet ouvrage21.

Les enjeux des contacts

19Ces exemples de l’histoire des rencontres des Bulgares avec le protestantisme sont assez éloquents en ce qui concerne les acteurs et leurs pratiques. Ils datent par ailleurs d’une époque où l’ébranlement des équilibres sociaux impose la formation d’un code moral nouveau. Le caractère spécifique de celui-ci est déterminé par l’anthropocentrisme des Lumières, orientant l’attention de l’homme du vertical à l’horizontal, vers son semblable, vers l’homme et ses besoins. Les normes que formule Franklin répondent aux exigences du nouveau système de valeurs et érigent en règles les idées, l’activité et la valeur sociale de l’homme dont la volonté est orientée vers sa propre réalisation dans la sphère des nouveaux rapports sociaux. Pour cet homme, les connaissances réelles, l’amour du travail, la formation professionnelle, l’application soutenue, la probité, l’épargne d’argent et de temps, ses propres intérêts, sont des principes placés au premier plan dans la hiérarchie des valeurs. Un principe nouveau est apparu dans la nouvelle éthique utilitaire : le droit au bonheur ici-bas, sur terre.

  • 22 Sur « l’éthique de la compensation », voir Weber Max 1992, p. 404-406.
  • 23 Voir à ce sujet Kosellek Reinhart 2003, p. 187-253.
  • 24 Danova Nadia 2004a, p. 182.

20On pourrait supposer qu’une appréhension du monde selon l’esprit de l’éthique rationnelle de « la compensation22 » pourrait correspondre aux attentes des représentants des couches sociales non priviligiées - mais en essor - des artisans et petits commerçants bulgares. Dans la formation des normes de l’éthique laïque chez les Bulgares, les textes de Franklin, clairs et accessibles, jouent un rôle considérable, préconisant d’être travailleur, instruit, précis et méthodique dans le travail, économe, pratique, ascétique avec modération et honnête, épris de liberté et tolérant. Un élément important que Franklin essaie de promouvoir, c’est l’esprit d’individualisme et d’autonomie, s’opposant aux traditions corporatistes de la société médiévale, et donnant à l’individu la possibilité de s’adapter aux défis de la nouvelle époque, de prendre en main sa destinée, de choisir et de décider par lui-même. La nécessité d’une comptabilité stricte, prêchée par Franklin, va de pair avec celle de la distinction du ménage et de l’entreprise, de la séparation entre vie publique et vie privée : ce sont là des principes fondamentaux pour l’économie moderne. L’homme devait se trouver dans une perpétuelle tension pour être en état de répondre aux besoins du temps dynamique dans lequel il vivait. Contemporains d’une époque pendant laquelle on a la sensation d’une accélération du temps historique23, le contact des Bulgares de la seconde moitié du xixe siècle avec le monde protestant américain engendre des remarques telles que « le mot “impossible” n’existe pas dans la langue anglaise » ou bien que « l’un des principes de base qui dirigent le Nouveau Monde est “Go ahead24!” ».

21Nous pourrions affirmer que les idées de Franklin, qui étaient tout à fait à l’unisson de l’éthique protestante, ont leur place dans la formation de la mentalité moderne des Bulgares, quoique les sermons des missionnaires protestants soient demeurés étrangers à la plus grande partie des Bulgares. Pour eux, qui considèrent l’appartenance religieuse comme la marque de l’identité nationale, le terme protestant était synonyme de traître et de renégat. C’est la raison pour laquelle ils s’opposent à l’activité des protestants, non pas par jalousie confessionnelle, mais par peur d’une division des forces. Et pourtant, certains missionnaires protestants réussissent à s’établir durablement en Bulgarie grâce à l’activité instructive qu’ils mènent de front avec leur activité religieuse. Ils ne sont pas seulement des prédicateurs, mais aussi des enseignants, des hommes de lettres, des médecins, bref des représentants d’une culture et d’un progrès supérieurs. Or, c’est exactement ce que les Bulgares recherchent à cette époque. Ils reçoivent des protestants non pas le dogme du « salut personnel par la réincarnation dans le Christ », mais l’instruction, la littérature, la culture et des valeurs morales applicables et pratiques pour une société en mutation qui valorise l’enseignement et l’ascension sociale à travers lui. Aussi les Bulgares recherchent-ils les livres et les journaux des protestants qui, parallèlement à la prédication, proposent une lecture dans les domaines les plus divers. Aussi, les écoles protestantes de Samokov et de Loveč se transforment-elles en lycées d’enseignement général : il ne s’agit pas là d’un succès religieux, mais d’un succès culturel.

  • 25 Stojanov Manjo 1941, p. 97 ; Todev Ilija 2003, p. 336-365.

22En critiquant les rites orthodoxes, les protestants encouragent l’esprit critique et le scepticisme à l’égard de la religion en général, hérités de l’idéologie des Lumières, contribuant de la sorte à la modernisation de la culture bulgare. Ce sont les contacts avec Long et Riggs, qui ont participé à la formation idéologique des leaders du mouvement bulgare national conformément à une structure démocratique et moderne de l’Église. Lorsque, en 1872, sont examinés les statuts de l’Église autocéphale bulgare, les militants les plus radicaux parviennent à imposer des principes qui correspondent aux principes lancés par les protestants, notamment l’élection du clergé au scrutin direct, l’amovibilité de l’exarque, la large participation des laïcs à la gestion de l’Église. Dans la polémique avec leurs opposants, Stojan Čomakov, Todor Ikonomov et Petko Slavejkov se réfèrent à l’opinion des théologiens protestants libéraux, et suscitent cette remarque ironique : ils semblaient organiser non une Église mais une république américaine25. L’activité des protestants et leurs éditions jouent un rôle considérable pour l’instruction des femmes bulgares et pour la prise de conscience par la société de la nécessité d’instruire les femmes.

  • 26 Xristov Xristo 1982, p. 143. On manque aussi de données sur la diffusion des éditions des protestan (...)

23En ce qui concerne l’espace social de l’activité des missionnaires, ceux-ci travaillent surtout dans les villes où ils recrutent des adeptes parmi les artisans, les commerçants et les intellectuels. Leur mission à la campagne est entravée par l’analphabétisme général, la superstition, le refus d’accepter les nouveautés et surtout l’altérité religieuse. Pour le moment, nous ne disposons que d’une seule information sur l’activité des missionnaires parmi les juifs dans les villes bulgares, à savoir celle des évangélistes allemands à Ruse dans les années 188026. Quant aux contraintes internes qui pèsent sur le fonctionnement des protestants, on devrait souligner le rôle du clergé orthodoxe, qui a déployé beaucoup d’efforts pour protéger ses ouailles de « l’empoisonnement de la conscience »- selon les mots du médecin Ivan Seliminski, lui-même lié à la politique russe. Il faut souligner qu’aux efforts du clergé orthodoxe s’associent les diplomates russes. Les acteurs religieux protestants sont obligés à plusieurs reprises de recourir aux autorités ottomanes locales ou bien aux diplomates occidentaux pour résoudre les problèmes qui leur sont posés.

  • 27 Xristov Xristo 1982, p. 117-118, p. 137.
  • 28 Ibid., p. 123-127, p. 142-143.
  • 29 Vazov Ivan 1925, p. 9. Sur le rôle de Vazov dans la construction de la mythologie nationale bulgare (...)
  • 30 Jovčev Ilija 2007, p. 13-28.

24Après l’indépendance de la Bulgarie, l’Assemblée constituante, qui élabore la première constitution en 1879, décrète la liberté de conscience et d’expression. On arrive à cette variante de la constitution après un long débat qui se termine par la victoire de l’opinion soutenue par les protestants Andrej Canov et Stefan Tomov aussi bien que par d’anciens élèves du Robert College. Dans le même esprit est rédigée la législation de la Roumélie orientale27. L’arrivée du prince allemand Alexander Battenberg joue un rôle stimulant pour l’activité des protestants américains et surtout des évangélistes allemands, qui inaugurent pendant les années 1880 des écoles à Sofia et à Ruse où, à côté des théologiens allemands, enseignent aussi des mathématiciens, des chimistes et des physiciens28. Pourtant, on ne doit pas négliger l’impact des images du mental collectif, accumulées autour du protestantisme et instrumentalisées par les milieux intéressés. C’est à cette époque que paraît, par exemple, le roman Pod igoto (Sous le joug), écrit par le poète « national » Ivan Vazov, dont le discours russophile a joué un rôle central dans la formation de la culture contemporaine bulgare. Sur les premières pages de ce roman, le mot « protestant » est chargé d’une connotation toute négative29. En 1881, le protestant Ilija Iovčev qui, après quelques années au Robert College et aux États-Unis, se prépare à occuper une place dans la Direction de l’éducation de la Roumélie orientale, doit se défendre contre l’accusation suivante : en tant que protestant « obscurant », il ne serait pas à même d’éclairer la pensée des Bulgares. Cependant, en 1883, Jovčev accède au poste de directeur de la bibliothèque de Plovdiv qui, grâce à son activité, se transforme en institution moderne30.

  • 31 Bourdieu Pierre 1971a, p. 311-312.
  • 32 Bourdieu Pierre 1971b, p. 8.

25Malgré les contraintes, les vertus typiques du puritanisme américain, qui garantissent non seulement la « béatitude céleste », mais aussi la prospérité sur terre, trouvent un écho au sein de certains milieux de la bourgeoisie bulgare en devenir. Les artisans entreprenants de Bansko trouvent « l’intérêt religieux31 » dans le message des protestants, ils écoutent volontiers les recommandations des missionnaires concernant le travail systématique et rationnel, la dépense raisonnable du temps et des moyens. Ils apprécient l’idée de mener une vie sobre et modeste, sans dépenses excessives car « la ville et les professions urbaines constituent les conditions les plus favorables à la “rationalisation” et à la “moralisation” des besoins religieux32 ». En 1903, lorsque le poète P. K. Javorov arrive à Bansko avec Goce Delčev pour recruter des hommes dans l’organisation révolutionnaire pour la libération de la Macédoine, il constate :

La propagande protestante avait joué un rôle culturel important dans cette région. Bansko a 4-5000 habitants, dont une grande partie appartenait au protestantisme. Si on a en vue les protestants, on appellera Bansko une ville, en regardant les orthodoxes, on dira que c’est un village. Les protestants sont des citadins, d’après l’intelligence de masse, aussi bien d’après leur vie quotidienne que d’après leur comportement.

  • 33 Javorov Pejo Kracholov 1978, p. 134-136.
  • 34 Gavrilova Rajna 1999, p. 144.

26Javorov souligne qu’il n’y a point d’analphabètes parmi les protestants, pas même parmi les femmes, que leurs maisons sont pleines de livres, ne traitant pas seulement de sujets religieux. Il ajoute que, à la différence des autres Bulgares, les protestants dorment dans des lits et non pas sur des carpettes par terre. Javorov souligne en outre que les participants protestants au mouvement révolutionnaire montrent plus de ferveur et plus de capacité dans leur activité33. C’est aussi les Bulgares protestants à Bansko qui portent les premiers caleçons34.

  • 35 Le livre d’Edward Bellamy, Looking Backward, 1887, n’est pas mentionné par Karl Mannheim dans son o (...)
  • 36 Nastojasteto… 1900.
  • 37 Bourdieu Pierre 1971b, p. 10.
  • 38 Bočev Stojan 1988.

27Pour conclure, il faut attirer l’attention sur d’autres exemples qui dégagent de nouvelles pistes de reflexion. Le protestant Ilija Iovčev fréquente Edward Bellamy et, inspiré par son livre Looking Backward35, édite en 1900 son propre ouvrage, une utopie chrétienne-socialiste visant à résoudre les problèmes de la société bulgare à la fin du xixe s.36. Il s’agit d’un texte qui pourrait être située entre la tradition et la modernité. Son discours est pétri d’optimisme et de promesses qui doivent répondre aux « demandes de compensation, propres aux classes défavorisées37 ». Dans la Bulgarie de l’entre-deux-guerres, marquée pendant des années par le débat sur le développement de l’économie du pays, c’est Stoian Bončev (1881-1968), remarquable représentant de la pensée économiste, lui aussi affilié aux milieux protestants, qui défend le développement de la Bulgarie sur la voie capitaliste38. Par ailleurs, vu la variété des sources dont l’historien des mentalités peut faire usage, je me permettrai d’ajouter un détail de la vie moderne : Bansko a été la première ville bulgare où l’on a appliqué le tri sélectif des déchets.

Bibliographie

Archives & sources primaires

Danova Nadia 2004a

Danova Nadia, Arxiv na Konstantin Georgiev Fotinov. T.I. Grăcka korespondencija. Razčitane, prevod na bălgarski, komentar i predgovor, Sofia, Gutenberg, 2004.

Nastojasteto… 1900

Nastojasteto razgledano ot potomstvoto ni i nadničane v napredăka na bădăšteto s prevod i podražanie ot 415-to izdanie na parvoobraznoto Looking Backward ot Edward Bellamy pobalgaril Ilija Jovčev, Sofia, Pečatnica G. Činkov, 1900.

Bibliographie

Amerikanski 2001

Amerikanski pătepisi za Bălgarija prez xix vek. Săstaviteli Filip Šaško, Beti Grinberg, Rumen Genov, Sofia, Izdatelstvo « Planeta 3 », 2001.

Aretov Nikolay 1983

Aretov Nikolay, « Recepcijayta na Benjamin Franklin v Bălgarija prez Văzraždaneto », Literaturna misăl XXVII, 4 (1983), p. 155-163.

Aretov Nikolay 2006

Aretov Nikolay, Nacionalna mitologija i nacionalna kultura, Sofia, Kralica Mab, 2006.

Argyropoulos Roxani 1987-1989

Argyropoulos Roxani, « La Diaspora protestante et les Lumières en Grèce au début du xixe siècle », Folia Neohellenica. Zeitschrift für Neogräzistik VIII (1987-1989), p. 7-18.

Augustinos Gerassimos 1986

Augustinos Gerassimos, « “Enlightened” Christians and the “Oriental” Churches : Protestant Missions to the Greeks in Asia Minor, 1820-1860 », Journal of Modern Greek Studies 4,2 (oct. 1986), p. 131, 129-142.

Bočev Stojan 1988

Bočev Stojan, Kapitalismăt v Bălgarija. Ikonomičeski tekstove 1911-1935 i lični spomeni, Sofia, Săstavitelstvo i vstăpitelna studija Rumen Avramov, Fondacija bălgarska nauka i kultura, 1988.

Bourdieu Pierre 1971a

Bourdieu Pierre, « Genèse et structure du champ religieux », Revue française de sociologie XII, 3 (1971), p. 295-334.

Bourdieu Pierre 1971b

Bourdieu Pierre, « Une interprétation de la théorie de la religion selon Max Weber », Archives européennes de sociologie XII, 1 (1971), p. 1-21.

Canov Andrej 1870

Canov Andrej, « Učebnata dejatelnost v Amerika », Makedonija V, 10 (9 mars 1870).

Clarke James 1937

Clarke James, Bible Societies, American Missionaries and the National Revival of Bulgaria, New York, Arno Press, 1937.

Clarke James 1978

Clarke James, « Konstantin Fotinov, Ljuboslovie and the Smyrna Bulgarian Press », Les cultures slaves et les Balkans 2 (1978), p. 31-36.

Clarke James 2007

Clarke James, Biblijata i Bălgarskoto văzraždane, Sofia, Izdatelska kăšta « MAK », 2007.

Clogg Richard 1971

Clogg Richard, « Benjamin Barker’s Journal of a Tour in Thrace (1823) », University of Birmingham Historical Journal XII, 2 (1971), p. 243-260.

Danova Nadia 1994

Danova Nadia, Konstantin Georgiev Fotinov v kulturnoto i idejno-političeskoto razvitie na Balkanite prez xix vek, Sofia, Izdatelstvo na Balgarskata akademnija na naukite, 1994.

Danova Nadia 2004b

Danova Nadia, « Ivan Dobrovski v Nju Jork (1854-1855) », Bălgaro-amerikanski kulturni i političeski vrăzki prez xix -părvata polovina na xx vek, Sofia, Universitetsko Izdatelstvo, 2004, p. 176-179.

Gavrilova Rajna 1999

Gavrilova Rajna, Koleloto na života, Sofia, Universitetsko izdatelstvo « Sv. Kliment Oxridski », 1999.

Genčev Nikolay 1981

Genčev Nikolay, Vazroždenskijat Plovdiv, Plovdiv, Izdatelstvo « Xristo Danov », 1981.

Genov Georgi 2001

Genov Georgi, « Amerikanskijat prinos za văzraždaneto na bălgarštinata s osoben ogled kăm ličnostta na Elias Riggs », Istoričeski arxiv III, 9-10 (nov. 2000-mai 2001).

Georgelin Hervé 2007

Georgelin Hervé, Σμύρνη. Από τον κοσμοπολιτισμό έως τους εθνικισμούς, Athènes, Kedros, 2007.

Gordon Leland 1932

Gordon Leland, American Relations with Turkey, 1830-1930 : An Economic Interpretation, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1932.

Ilčev Ivan, Mitev Plamen 2003

Ilčev Ivan, Mitev Plamen, Dokosvanija do Amerika (xix - načaloto na xx vek), Sofia, Fonds « Hemimont », 2003. Ivanova Evgenija 2006

Ivanova Evgenija, « Amerika v duxovnija život na starozagorci (vtorata polovina na xix- načaloto na xx vek) », Minalo (2006, 2), p. 41-47.

Javorov Pejo Kracholov 1978

Javorov Pejo Kracholov, Săčinenija, II. Pod. redakcijata na Tončo Žečev, Sofia, Bălgarski pisatel, 1978. Jovčev Ilija 2007

Jovčev Ilija, 1869-1875. Dnevni zabeležavanija vărxu istorijata na Ilija Jovčev, Plovdiv, éd. I. Markov, Narodna biblioteka « Ivan Vazov », 2007.

Kitromilidis Paschalis 1982

Kitromilidis Paschalis, « Religious Criticism between Orthodoxy and Protestantism. Ideological Consequences of Social Conflict in Smyrna », Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik 32,6 (1982), p. 115-124.

Konortas Paraskevas 1998

Konortas Paraskevas, Οθωμανικές θεωρήσεις για το Οικουμενικό πατριαρχείο 17ος-αρχές 20ου αιώνα, Athènes, Alexandria, 1998.

Kosellek Reinhart 2003

Kosellek Reinhart, Plastovete na vremeto, Sofija, Dom na naukite za čoveka i obštestvoto, 2003.

Le Goff Jacques 1974

Le Goff Jacques, « Les mentalités. Une histoire ambiguë », dans Le Goff Jacques, Nora Pierre (éds), Faire de lhistoire, III. Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974.

Mamoni Kyriaki 1981

Mamoni Kyriaki, « Αγώνες του Οικουμενικού Πατριαρχείου κατά μισσιοναρίων (Εκκλησιαστική Πνευματική Κεντρική Επιτροπή 1836-1838) », Μνημοσύνη VIII (1980-1981), p. 205-206.

Mannheim Karl 1954

Mannheim Karl, Ideology and Utopia. An Introduction to the Sociology of Knowledge, Londres, Routledge and Kegan Paul LTD, 1954.

Mazower Mark 2005

Mazower Mark, Salonica. City of Ghosts. Christians, Muslims and Jews 1430-1950, New York, A. A. Knopf, 2005. Metallinos Georges 1977

Metallinos Georges, Το ζήτημα της μεταφράσεως της Αγίας γραφής εις την νεοελληνικήν κατά τον ΙΘ αι., Athènes, thèse de doctorat de l’université nationale d’Athènes, 1977.

Morse Charles 1909

Morse Charles, Jubileen sbornik po slučaj 50-godišninata ot započvaneto na evangelskata rabota v Bălgarija, Samokov, 1909, p. 121-128.

Nassioudjik Pavlina 2002

Nassioudjik Pavlina, Αμερικανικά οράματα στη Σμύρνη τον 19ο αιώνα. Η συνάντηση της αγγλοσαξονικής σκέψης με την ελληνική, Athènes, Estia, 2002.

Nestorova Tatyana 1987

Nestorovatatyana, American Missionaries among the Bulgarians (1858-1912), New York, Columbia University Press, 1987.

Nikolova Bistra 2007

Nikolova Bistra, « Predvaritelni istoriografski beležki za publikaciite vărxu istorijata na protestantstvoto v Bălgariia i za periodičnija pečat na bălgarskite protestanti sled 1989 g. », Reformacijata, Istorija i săvremenni izmerenija, Sofia, Nov bălgarski universitet, 2007, p. 59-66.

Riggs Elias 1877

Riggs Elias, « The Bible in Bulgarian », Missionary Herald LXVIII, 68 (March 1877), p. 78.

Šišmanov Ivan 1897

Šišmanov Ivan, « Novi danni za istorijata na našeto văzraždane. Roljata na Amerika v Bălgarskoto văzraždane », Bălgarski pregled 4.1 (1897), p. 53-79.

Šopov Petar 1974

Šopov Petar, « Propagandnata i prosvetnata dejnost na amerikanskite biblejski obštestva v bălgarskite zemi prez xix v. », Izvestija na Instituta za istorija XXIII (1974), p. 149-184.

Stojanov Manjo 1941

Stojanov Manjo, « P. R. Slavejkov i protestantskata propaganda u nas », Rodina 3 (1941), p. 97.

Stojanov Manjo 1964

Stojanov Manjo, « Načalo na protestantskata propaganda v Bălgarija », Izvestija na Instituta za istorija XIV-XV (1964), p. 45-67.

Thanailaki Polli 2005

Thanailaki Polli, Αμερική και προτεσταντισμός. Η « Ευαγγελική Αυτοκρατορία » και οι οραματισμοί των Αμερικανών μισιονάριων για την Ελλάδα το 19ο αιώνα, Athènes, éd. Kastaniotis, 2005.

Todev Ilija 2003

Todev Ilija, D-r Stojan Čomakov /1819-1893/ Život, delo, potomci, Sofia, Akademično izdatelstvo « Prof. Marin Drinov », 2003.

Trajkov Vesselin 2004

Trajkov Vesselin, « Protestantskite misioneri na Balkanite i bălgarite », dans Bălgaro-amerikanski kulturni i političeski vrăzki prez xix -părvata polovina na xx vek, Sofia, Univ. izd. « Sv.Kl. Ochridski », 2004, p. 6-24.

Ubicini Abdolonyme 1856

Ubicini Abdolonyme, Letters on Turkey : An Account of the Religious, Political, Social, and Commercial Conditions of the Ottoman Empire, translated from the French by Lady Easthope, Londres, John Murray, 1856 (V. II), p. 396-397.

Vazov Ivan 1925

Vazov Ivan, Pod igoto. Săčineniia, (XXII), Knigoizdatelstvo Al. Paskalev, Sofia, 1925 (1888-1889).

Weber Max 1992

Weber Max, Sociologija na gospodstvoto. Sociologia na religijata (1re éd. Wirtschaft und Gesellschaft, Religions-soziologie, Tübingen, J. C. B. Mohr, 1922), Sofia, Prevod i văvedenie Rumen Daskalov, Universitetsko izdatelstvo « Sv. Kliment Oxridski », 1992.

Weber Max 2004

Weber Max, Protestantskata etika i duxăt na kapitalizma (1re éd. « Die protestantische Ethik und der “Geist” des Kapitalismus », Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, p. 1-54 [1904] et 1-110 [1905]), Sofia, Prosveta, 2004.

Xristov Xristo 1982

Xristov Xristo, « Protestantskite misii v Bălgarija prez xix vek », Godišnik na Duxovnata akademija, XXVII (LIII), 3 (1977/1978), Sofia, 1982.

Želev Jordan 2004

Želev Jordan, « Robert College - sredite na multikulturnija Orient », dans Bălgaro-amerikanski kulturni i političeski vrăzki prez xix-părvata polovina na xx vek, Sofia, Univ. izd. « Sv. Kl. Ochridski », 2004, p. 132-152.

Périodique

Makedonija

Notes

1 Le Goff Jacques 1974, p. 111.

2 Clogg Richard 1971, p. 243-260.

3 Sur l’activité des protestants à Smyrne, voir Augustinos Gerassimos 1986 ; Kitromilidis Paschalis 1982, p. 115-124 ; Argyropoulos Roxani 1987-1989, p. 7-18 ; Nassioudjik Pavlina 2002 ; Georgelin Hervé 2007, p. 93-96 et surtout Thanailaki Polli 2005, p. 198-203.

4 Sur l’activité de Riggs en Grèce, voir Thanailaki Polli 2005, p. 161-166.

5 Riggs Elias 1877, p. 78 ; Clarke James 1978, p. 31-36. Cette édition attire l’attention des représentants des autorités ecclésiastiques orthodoxes et surtout de la Commission ecclésiastique, créée en 1836 par le patriarcat de Constantinople pour faire face à l’activité de missionnaires protestants. Mamoni Kyriaki 1981, p. 205-206.

6 Nassioudjik Pavlina 2002, p. 261-367.

7 Sur le rôle des textes de Benjamin Franklin pour la formation d’une mentalité liée à l’éthique protestante, voir Weber Max 2004, p. 36-43 (p. 20-21, 1re éd. allemande de 1904-1905).

8 Danova Nadia 1994, p. 208-214, p. 337-349.

9 Sur ce terme, voir Konortas Paraskevas 1998, p. 295-315.

10 Ubicini Abdolonyme 1856, V. II, p. 396-397. Sur les relations des pays protestants avec l’Empire ottoman, voir Gordon Leland 1932, p. 8, 41-44 ; Thanailaki Polli 2005, p. 17.

11 Danova Nadia 2004a, p. 83-84, p. 257-258, p. 639-640. Sur les relations entre les lazaristes et les protestants, voir Metallinos Georges 1977, p. 89-90.

12 Sur l’activité des missionnaires protestants parmi les Bulgares : Šišmanov Ivan 1897, p. 53-79 ; Stojanov Manjo 1964, p. 45-67 ; Clarke James 1937 ; Šopov Petar 1974, p. 149-184 ; Nestorovatatyana 1987 ; Genov Georgi 2001 ; Amerikanski 2001 ; Ilčev Ivan, Mitev Plamen 2003 ; Clarke James 2007 ; Nikolova Bistra 2007, p. 59-66 .

13 Sur l’activité de Morse à Sofia, voir ses mémoires : Morse Charles 1909, p. 121-128.

14 Genčev Nikolay 1981, p. 280-291, p. 398-406.

15 Todev Ilija 2003, p. 153, p. 157, p. 158.

16 Ivanova Evgenija 2006, p. 41-47.

17 Sur l’inauguration de telles institutions dans les Balkans, voir Thanailaki Polli 2005, p. 134-160.

18 En 1863, l’Américain Christopher Robert crée à Istanbul une institution d’enseignement, le Robert College, qui jouera le rôle d’incubateur de gens instruits agissant dans toutes les sphères d’activité de la société bulgare. Voir Trajkov Vesselin 2004, p. 18 et Želev Jordan 2004, p. 132-152. Après l’indépendance de la Bulgarie, ce sont les anciens élèves du Robert College Konstantin Stoilov, Teodor Ivančev, Mixail Madžarov, les fils de Petko Slavejkov Ivan et Račo, Luka Kasărov, Ivan Gešov, etc. qui deviennent à leur tour des constructeurs du nouvel État. Voir Canov Andrej 1870.

19 Sur les éditions de ce genre en grec, voir Thanailaki Polli 2005, p. 211-278.

20 Canov Andrej 1870.

21 Sur la diffusion des ouvrages de Franklin parmi les Bulgares pendant la seconde moitié du xixe siècle, voir Aretov Nikolay 1983, p. 155-163.

22 Sur « l’éthique de la compensation », voir Weber Max 1992, p. 404-406.

23 Voir à ce sujet Kosellek Reinhart 2003, p. 187-253.

24 Danova Nadia 2004a, p. 182.

25 Stojanov Manjo 1941, p. 97 ; Todev Ilija 2003, p. 336-365.

26 Xristov Xristo 1982, p. 143. On manque aussi de données sur la diffusion des éditions des protestants destinées aux juifs. Sur une telle diffusion, voir Mazower Mark 2005, p. 158-160.

27 Xristov Xristo 1982, p. 117-118, p. 137.

28 Ibid., p. 123-127, p. 142-143.

29 Vazov Ivan 1925, p. 9. Sur le rôle de Vazov dans la construction de la mythologie nationale bulgare, voir Aretov Nikolay 2006, p. 462-473.

30 Jovčev Ilija 2007, p. 13-28.

31 Bourdieu Pierre 1971a, p. 311-312.

32 Bourdieu Pierre 1971b, p. 8.

33 Javorov Pejo Kracholov 1978, p. 134-136.

34 Gavrilova Rajna 1999, p. 144.

35 Le livre d’Edward Bellamy, Looking Backward, 1887, n’est pas mentionné par Karl Mannheim dans son ouvrage sur les utopies : Mannheim Karl 1954.

36 Nastojasteto… 1900.

37 Bourdieu Pierre 1971b, p. 10.

38 Bočev Stojan 1988.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search