Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

Le voyage en Méditerranée : acteurs étrangers et enjeux politico-religieux dans les sociétés européennes

« Les services rendus à la religion et à la civilisation ». Stratégies politiques et religieuses des congrégations missionnaires et limites du jeu communautaire dans la France du Levant (1900-1925)

For services rendered to religion and civilization”. Religious and Political Strategies of Missionary Congregations and the Limits of the Communautarian Approach in the France of the Levant (1900-1925)

Jérôme Bocquet

Résumé

Pendant la période précédant la seconde guerre mondiale, les missions religieuses implantées par la France au Levant non seulement occupent des fonctions religieuses, mais elles sont aussi très impliquées en politique. Les signes de rivalité entre les congrégations européennes sont nombreux et flagrants. Les missions, principalement situées auprès des communautés vivant dans des milieux urbains, sont utilisées comme les instruments par excellence dans la compétition que se livrent les nationalismes concurrents dans le territoire de l’Empire ottoman. L’analyse révèle pour autant que la complexité des interactions et la multiplicité des allégeances permettent de rejeter une approche instrumentaliste trop simpliste.

Note de l’éditeur

Dépêche du consul de France au ministre des Affaires étrangères en date du 7 mai 1859 à propos des Lazaristes en Syrie. Archives diplomatiques de Nantes (désormais ADN), Correspondance avec les consulats, série D, consulat Damas 1829-1914.

Texte intégral

Introduction

1Dans les provinces arabes de l’Empire ottoman, soumises à la poussée de l’impérialisme européen aussi bien qu’à l’émergence du nationalisme arabe, les missions jouent un rôle essentiel. Ainsi, le consul de France à Damas n’hésite pas à condamner les entreprises des autres puissances européennes :

  • 1 Lettre du consul de France à l’ambassadeur à Constantinople en date du 15 juillet 1887. ADN, Corres (...)

Ils font ce qu’ils croient être de leur intérêt et contre nous, écrit-il en 1887. Leurs établissements ont été fondés pour combattre les nôtres et ruiner, s’ils le peuvent, notre influence, et se mettre en notre lieu et place. Ils sacrifieront donc sans regrets les leurs s’ils obtiennent à ce prix la disparition des nôtres. Du moment qu’ils sont convaincus que toute notre influence dépend du maintien de nos écoles, ils désirent la suppression et travaillent plus ou moins secrètement pour obtenir ce résultat1.

  • 2 Bocquet Jérôme 2005c, p. 55.

2Si on est en droit d’analyser le facteur religieux pour comprendre les évolutions politiques, sociales et les enjeux diplomatiques dans cette région, il n’en demeure pas moins que l’image de la mission n’est pas univoque. Il est ainsi nécessaire, en premier lieu, de tenir compte du poids des acteurs étrangers. Il existe un jeu entre la stratégie des congrégations missionnaires et celle de la diplomatie européenne, catholique comme protestante, qu’illustre assez bien l’attitude des Jésuites partagés entre plusieurs allégeances. Il s’agit très certainement d’un mode de présence en Méditerranée dont on débattra avec cette idée de « fait colonial ». Ce jeu contribue à décloisonner les frontières communautaires dans les groupes sociaux auxquels on peut s’identifier ou dans le cadre urbain. C’est l’exemple maintenant bien connu des grands établissements scolaires catholiques au Levant ou celui du redécoupage de la topographie urbaine de Damas autour des grands bâtiments de la latinité dans le quartier de l’Étoile durant les années 1900-19252.

  • 3 Mervin Sabrina 2000.

3Par ailleurs, il ne faut pas sous-estimer l’instrumentalisation du facteur religieux et donc aussi des missions. On observe ainsi une instrumentalisation par des nationalismes concurrents. Les exemples ne manquent pas, pour ne prendre que le cas des Arméniens, des Druzes, des juifs ou des maronites, des coptes en Égypte. Il s’agit d’une instrumentalisation des missions par des communautés en quête d’une émancipation à l’égard des autorités ottomanes. Pensons également aux juifs de la vieille ville de Damas, écartelés entre les missionnaires des écoles congréganistes et de l’Alliance israélite universelle, ou aux chiites du Mont-Liban et du Bilâd al-Shâm étudiés par S. Mervin ou bien encore les alaouites3.

  • 4 Deguilhem Randi 1989, p. 199 ; également Deguilhem Randi 1998, p. 221-250.

4Enfin, il faut souligner l’importance des « entrepreneurs locaux », qui ressort dans plusieurs monographies récentes. Il peut s’agir d’acteurs politiques à la recherche d’un cautionnement interne et d’un appui international. C’est l’exemple des notables druzes du Haurân ou des alaouites. D’autres groupes recherchent un élément de justification sociale - une « éducation moderne » que leur offrent quelques grands collèges missionnaires à Beyrouth, Alep, Damas, Jérusalem, Alexandrie, Le Caire ou Bagdad -, alors même qu’une administration ottomane réformatrice met en place un réseau de nouveaux établissements scolaires, sur le modèle des écoles sultaniyya, comme le MaktabAnbar ouvert à Damas en 18934. Les missions étrangères entrent ainsi dans une stratégie d’ascension sociale de familles musulmanes soucieuses de contrôler les activités économiques et commerciales, agrégeant ainsi le cursus des études commerciales et de comptabilité dispensées dans les écoles de mission. Les grandes familles chiites de tisserands de Damas comme la clientèle des écoles de droit et de médecine de l’université Saint-Joseph à Beyrouth le montrent.

5Nous allons donc examiner ici s’il existe un « fait colonial » et à cet effet nous varierons les échelles d’analyse.

Un « fait colonial » ?

  • 5 Cloarec Vincent 1996, p. 8.

6Peut-on évoquer, comme en 1898 le publiciste Étienne Lamy, ancien député républicain et chroniqueur pour la Revue des deux mondes français, suivi entre autres par Anatole Leroy-Beaulieu, la France au Levant comme « le miroir de la politique chrétienne de la France en Orient5 » ? Dans cette contribution, on remettra en cause cette vision d’un protectorat français sur l’Empire ottoman qui serait mis en place par les missions françaises en Orient et envié par les autres puissances européennes. Un publiciste allemand explique en 1915 que « le commerce suit l’école », soulignant ainsi que la grande influence économique française était liée à la propagation de la langue française. Cet aveu est très significatif, étant donné que l’Allemagne de Guillaume II était, malgré tout, l’alliée principale du sultan Abdul Hamid ainsi que du régime jeune-turc. Un haut fonctionnaire allemand, directeur général de l’École de médecine ottomane, conclut en 1903 :

  • 6 Kreiser Klaus 1986, p. 413.

Nous, Allemands, nous construisons le chemin de fer de Bagdad, afin que les pères et les sœurs français aient toutes facilités pour ouvrir des écoles à droite et à gauche de la voie du chemin de fer, dans lesquelles les indigènes seront acquis à la langue française et à tout ce qui est français6.

  • 7 Cabanel Patrick 2006, p. 12.

7Le colloque organisé à Toulouse en 2005 par Patrick Cabanel sur la France au Levant, tout comme les travaux, entre autres, de Géraldine Châtelard ou de Chantal Verdeil, ont ainsi contribué à réactualiser ces perspectives en cherchant à établir de nouvelles approches méthodologiques ou en ouvrant sur d’autres clientèles7.

Un acteur français loin d’être unanime

8Il n’existe pas de voix française unique au Levant. Les enjeux diplomatiques se révèlent différents, parfois contradictoires, souvent mal identifiés. Faut-il soutenir ou, au contraire, tenter d’affaiblir l’Empire ottoman ? La correspondance entre l’ambassade à Constantinople et les consulats à Beyrouth et à Damas soulignent les hésitations de Paris, les oscillations des orientations générales de la politique de la France depuis 1860, tantôt aux côtés du gouvernement de la Porte, tantôt participant au démembrement de l’Empire. En Syrie, le ministère des Affaires étrangères s’appuie ainsi sur les missionnaires depuis les massacres de l’été 1860. « Il faudra bien du temps pour que les chrétiens reprennent confiance » s’inquiète même, en 1864, le consulat à Damas. Avant de poursuivre :

  • 8 Dépêche du consul de France au ministère des Affaires étrangères en date du 20 février 1864. ADN, C (...)

Le retard que mettent les Lazaristes à reconstruire leur établissement les confirme dans leurs appréhensions. Leur présence ici nous serait fort utile sous tous les rapports. Elle aurait pour effet immédiat le retour des chrétiens dans leur quartier qui commence à se reconstruire, s’ils retournaient à Damas8.

  • 9 Dépêche du consul de France au ministère des Affaires étrangères en date du 30 septembre 1847. ADN, (...)
  • 10 Dépêche du consul de France au ministère des Affaires étrangères en date du 11 mai 1911. ADN, Corre (...)

9En apparence indéfectible, ce soutien s’élargit au-delà de ces « jeunes chrétiens, qui, se sentant l’appui du consulat de France qui protège l’établissement de Messieurs les Lazaristes, osent prendre des airs et des manières de nature à provoquer9 ». Cet engagement masque l’intérêt porté par la France pour des protégés que les lois ottomanes et plus encore les usages à Damas rattachent à la Porte, comme ces habitants melkites du quartier du Mîdân, défendus en 1908 contre les agissements du patriarcat melkite et tous les fidèles de la France, chrétiens et musulmans, Algériens de l’émir ’Abd al-Qâdir al-Jazâ’irî comme les Druzes du Haurân. La diplomatie diverge, qui plus est, entre ses consulats à Damas et à Beyrouth. Le consul général à Beyrouth contredit ainsi son homologue très hostile à l’encontre du clergé maronite10 : alors qu’à Beyrouth, la préoccupation demeure de défendre la communauté maronite, principal client de la France dans la montagne libanaise, à Damas, celui du consulat est d’élargir son assise à la majorité musulmane.

10Il y a ensuite le problème de la Russie. Au rapprochement diplomatique consacré par l’alliance continentale entre les deux pays ennemis de l’Allemagne répondent des intérêts divergents au Levant, symbolisés par la Question d’Orient, avec les problèmes de la légitimité de l’Empire ottoman, des Arméniens, du protectorat sur les chrétiens orthodoxes, de Jérusalem et de la garde des Lieux saints.

  • 11 Envoyé de Constantinople jusqu’en Égypte, Frédéric Eccard, sénateur du Bas-Rhin, a été chargé de re (...)

11Puis vient l’ambiguïté des relations avec la Grande-Bretagne. Là encore, le rapprochement diplomatique qui conduira à l’Entente cordiale ne masque pas les enjeux d’une compétition entre deux puissances rivales dans l’Empire ottoman. La France reproche ainsi à Londres d’ambitionner une tutelle sur les chrétiens. Elle dénonce le prosélytisme des missions protestantes comme les projets plus ou moins réalistes du Foreign Office de découpage de l’Empire en Irak ou au Mont-Liban avec les druzes. C’est l’influence supposée de ces missions qui compromettrait l’établissement de la France au Levant : « Combattre le préjugé qui, à Beyrouth comme partout ailleurs, a identifié protestant et anglo-saxon », demande encore en 1926 devant ses homologues du palais du Luxembourg un sénateur français venu rendre compte des intérêts français au Proche-Orient, dénonçant toujours « la munificence des philanthropes américains11 ».

  • 12 Dans la ligne des travaux de Daniel Grange, Jean Riffier a analysé les tentatives autrichiennes et (...)
  • 13 L’Italie profite que la France n’ait officiellement plus de relations avec le Saint-Siège depuis ju (...)
  • 14 Lettre du patriarche latin de Jérusalem au cardinal préfet de la congrégation de la Propagande en d (...)
  • 15 Benenati Antonio 1987, p. 149.
  • 16 Lettre du consul de France à Damas au patriarche maronite Mgr Hoyek en date du 28 décembre 1910. AD (...)
  • 17 Dépêche du consul de France à Damas au ministre des Affaires étrangères en date du 17 mars 1911. AD (...)
  • 18 Les Lazaristes tentent donc de monter l’archevêque grec-catholique contre la Propaganda Fide. Lettr (...)

12La rivalité des puissances catholiques constitue un souci supplémentaire pour les missions. La France tente de maintenir le protectorat latin - plutôt que catholique - face aux réalités nouvelles de l’Empire et aux ambitions des puissances catholiques comme l’Italie, l’Autriche-Hongrie ou même l’Allemagne après le voyage de Guillaume II à Jérusalem, en 1898, venu soutenir les missions catholiques allemandes de Palestine12. Au début du xxe s., l’Italie semble être devenue le principal adversaire de la France au Levant, en dépit de toutes les rodomontades antiprotestantes et bien que la langue française l’ait définitivement emporté sur l’italien. Les ambitions italiennes apparaissent comme une menace pour la France : copier la politique scolaire française, viser des clientèles identiques, supplanter la France à Istanbul. Le quartier de Salâhiyya à Damas en donne un bon exemple en 1911. Les Italiens tentent, avec le secours des Franciscains, de prendre le contrôle de la nouvelle paroisse latine que vient de créer le délégué apostolique de nationalité italienne afin de patronner le quartier moderne de la ville13. Ces derniers, Mgr Piavi puis Mgr Giannini, lui-même ancien custode franciscain de la Terre sainte, sont des adversaires déclarés des Français comme de ses missionnaires14. Ce projet des Franciscains dépasse cependant très largement le seul cadre missionnaire. Multipliant les gestes de conciliation entre les représentants de l’armée et du monde catholique, le gouvernement italien de Giolitti tente en effet de se rapprocher de « l’Italie confessionnelle15 ». En avril 1911, la querelle débouche sur une crise entre les deux pays quand les Carmes de Tripoli, de nationalité italienne et à leur suite tous les établissements italiens de Syrie et de Palestine entendent quitter la protection française. À Damas, les Italiens jouent des dissensions entre la Congrégation de la Mission, le patriarcat melkite et l’Église maronite. Cherchant à affaiblir la mission française en Syrie, les maronites soutiennent en revanche le grand collège des Lazaristes à Antoura, vecteur de la diplomatie française dans la Montagne libanaise16. « Il est certain que ces prêtres italiens seront à la recherche des membres du clergé oriental disposés à leur servir de complice dans les intrigues antifrançaises », regrette le consulat17. Le jeu voit s’opposer gouvernements, congrégations missionnaires, l’archevêque grec-catholique, des délégués apostoliques et la Propaganda Fide18. D’où les dénonciations des autorités méfiantes devant le réveil du nationalisme italien peu après le second Congrès des Italiens à l’étranger organisé par l’Institut colonial à Rome en juin 1911.

  • 19 Dépêche du consul de France à Damas au ministre des Affaires étrangères en date du 11 mai 1911. ADN (...)

Au moment où les Allemands vont ouvrir un établissement scolaire à Alep et cherchent à nouer des relations avec le clergé oriental, et où, d’autre part, l’Italie se propose de créer à Damas une école dont la direction sera confiée à ses religieux, il semble réellement imprudent que nous fassions le jeu de nos adversaires, en laissant, sans raison, à Damas un prêtre qui est hostile à notre enseignement19.

  • 20 Bocquet Jérôme 2005a, p. 401.
  • 21 Cabanel Patrick 1998.
  • 22 Voir Bocquet Jérôme 2005c.
  • 23 Bocquet Jérôme 2005b, p. 161 ou Autheman André 1995, p. 177-184 à propos de la DHP et de la ligne D (...)

13Le fondateur des établissements des Frères des écoles chrétiennes en Syrie soulève enfin les difficultés d’une diplomatie laïque : « Je veux en ces contrées faire aimer la France malgré elle, et si pour récompense on nous abandonne, je l’aimerai quand même20 ». C’est le paradoxe de cette « France du Levant » qui use du protectorat catholique de la France au moment où se joue en métropole le combat de l’anticléricalisme. En définitive, Paris hésite à combattre les congrégations missionnaires comme en métropole ou, au contraire, à s’appuyer sur elles pour exercer son influence. Les intérêts français au Mont-Liban, en Syrie comme en Égypte, apparaissent de moins en moins compatibles avec la politique menée en métropole jusqu’à la loi de décembre 1905. Ce sont ces deux France comme les a définies Patrick Cabanel21. Contrairement à ce qui se passe au Maghreb, les laïcistes échouent à exporter l’anticléricalisme dans l’Empire ottoman22. L’échec de la laïcisation avant 1918 tend à faire de la mission l’arme première des ambitions françaises - territoriales - au Levant que la guerre permettra de concrétiser avec l’instauration des mandats sur le Grand-Liban et la Syrie. Avant même 1914, les liens entre les intérêts économiques français et les missions semblent se consolider, comme le montre l’implication des congrégations françaises dans la construction du chemin de fer en Syrie avec la ligne Beyrouth-Damas-Haurân23.

14Peut-on en conclure que la diplomatie française serait schizophrène ? Cela dépend un peu du regard de l’historien qui peut définir plusieurs agents avec des objectifs et des stratégies différents : le Quai d’Orsay, l’ambassade à Istanbul, les consulats installés dans les vilâyets arabes de l’Empire, son personnel établi à Beyrouth ou à Damas ou les agents interférents comme le consulat au Caire ou l’ambassade à Rome. En fait, la France a des objectifs contradictoires. Elle est l’alliée historique de la Porte, mais elle prétend aussi défendre la cause arménienne entrant en rivalité avec la Russie. Elle exerce son rôle de protection devant les massacres de chrétiens et elle cherche à établir sa tutelle sur le Mont-Liban maronite dans une concurrence avec Londres dont on a traditionnellement défini les appuis sur la communauté druze. Elle s’affirme enfin, depuis la conquête de l’Algérie et du Maghreb colonial, comme une puissance musulmane et entend mener une politique musulmane au Levant.

  • 24 Salon Albert 1981, p. 337.

15Cette politique répond à des groupes de pression différents, français et levantins, publics et privés. Il s’agit évidemment de « la France catholique » mais pas seulement. Albert Salon parle même d’un messianisme français au service d’une « mystique d’une nation civilisatrice et rédemptrice24 ». Mais cette politique satisfait en même temps aux exigences de lobbies économiques. Évoquons, pour ne citer que quelques exemples, suffisamment connus, où la mission et la défense des chrétiens cachent parfois d’autres mobiles : l’intervention en 1860 après les massacres commis par les Druzes pour alimenter la cavalerie française en chevaux, le percement et le fonctionnement du canal de Suez, la construction du chemin de fer sur la côte libanaise et dans l’intérieur syrien avant 1914 ou les investissements de la soierie lyonnaise. Cette politique résulte enfin du jeu de pressions communautaires, chrétiennes ou non. C’est l’exemple des melkites ottomans sur lesquels s’appuie inégalement la diplomatie française en Asie Mineure, comme le montrent les travaux récents sur Smyrne, Beyrouth ou la Syrie, ou le cas de la communauté israélite, partagée entre la tutelle de l’Alliance israélite universelle, le prosélytisme des missions catholiques et l’émergence, encore très timide, du sionisme palestinien.

Peut-on parler d’une stratégie « impériale » ou « coloniale » ?

  • 25 Abécassis Frédéric 2000.

16Cette politique est-elle en fin de compte le prolongement de l’alliance turque ou bien l’extension méditerranéenne de la politique coloniale entreprise par la IIIe République ? Quelle que soit la réponse à cette question, cela revient aussi à se demander si « l’arme religieuse » est l’unique atout d’un pays confronté aux ambitions économiques de l’Allemagne, politiques et culturelles de la Grande-Bretagne et de l’Italie. Les limites du rôle joué par les congrégations missionnaires françaises dans le dispositif scolaire mis en place dans l’Égypte sous protectorat britannique tendraient à étayer cette hypothèse25.

  • 26 Riffier Jean 2000.
  • 27 Bocquet Jérôme 2008 ; Khoury Gérard 1993, p. 117. Lire également Hadas-Lebel Anne 1987.

17Une bibliographie un peu datée a évoqué une politique ottomane traditionnelle de la France qu’auraient servie les missionnaires26. Or, cette politique entre en contradiction avec les intérêts français dans l’Empire, le rapprochement entre les pays de la Triple-Entente, l’hostilité des pays catholiques et la propre stratégie des congrégations missionnaires. Les missions seraient-elles alors l’instrument d’une puissance méditerranéenne ? En effet, le projet de la France au Levant visant en définitive à démanteler l’Empire ottoman, à établir une zone d’influence française avec le « dessein libanais » et à s’implanter durablement en Égypte pourrait le faire croire. En Syrie, les missionnaires concourent à la réalisation de cet empire arabe qu’entretient le mythe kadérien du royaume arabe comme du sauvetage miraculeux des chrétiens durant l’été 1860. Patron des Lazaristes en Syrie comme dans la Montagne libanaise pour les avoir sauvés des Druzes, Abd el-Kader est mis ainsi au service d’une diplomatie missionnaire : les événements de 1860 sont revisités au profit d’une Providence qui annonce l’arrivée de la France venue mettre fin, au Levant, aux obscurantismes de l’administration ottomane. Ses Algériens deviennent aussi bien les auxiliaires que les clients de la France à Damas. L’émir algérien, sa personne comme ses descendants, sert ainsi de caution aux établissements congréganistes. En septembre 1918, avant la victoire de Fayçal, Paris tente même de faire de son descendant, client de la France et ancien élève des congréganistes, le roi d’un nouveau royaume de Syrie inféodé à Paris27.

  • 28 Abécassis Frédéric 1992, p. 251. Voir l’arabisation forcée des missions françaises et de l’enseigne (...)

18Les missions permettent mieux que tout autre signe de la présence française de tisser le lien avec l’Afrique du Nord coloniale à la fin du xixe s. C’est évidemment le cas avec l’Algérie du cardinal Lavigerie dont les projets plus ou moins chimériques de (re)christianisation connaissent des prolongements inattendus de ce côté de la Méditerranée. C’est d’ailleurs, au tournant du xxe s., le modèle du Maroc colonial de Lyautey qui est exporté en Syrie. Les structures et le personnel mandataire de cette dernière après la guerre, ainsi que le rapport au religieux, sont très marqués par l’expérience marocaine, comme l’illustre la symbolique des pays du Levant sous mandat pour l’exposition coloniale de Vincennes en 1931. De même, les bouleversements politiques après 1945 et le retrait de la France et de la Grande-Bretagne entraînent alors ipso facto les congrégations, assimilées à la présence étrangère, dans « l’ère du soupçon »- pour reprendre une expression de Frédéric Abécassis - et sur la voie de l’égyptianisation des missions28.

19C’est pourquoi il est indispensable de jouer sur les échelles pour essayer de démêler l’écheveau des relations qui se tissent autour des missions en Orient. Sur le plan macro, il est important de déterminer le jeu des puissances européennes, et de la Porte qui cherche à instrumentaliser les ambitions européennes pour s’en défendre, comme on peut le voir dans l’exercice de balance de l’administration ottomane entre Jésuites et Lazaristes dans les vilâyets de Syrie, d’Alep et de Beyrouth. Jeu de l’Église également autour de la Propaganda Fide et de l’évolution de la politique orientale de la papauté avec la rupture décisive imposée par Léon XIII. Jeu enfin du monde missionnaire qui n’obéit pas nécessairement aux mêmes intérêts que ceux de la Propagande ou des gouvernements nationaux. Les projets de conversion de minorités musulmanes ou d’israélites, plus encore que l’entreprise de latinisation poursuivie malgré l’encyclique Orientalium dignitas (30 novembre 1894), mettent en évidence l’autonomie de missions dont l’apostolat entre en contradiction ou menace les grandes orientations décidées à Rome ou à Paris.

20Sur le plan micro, évident quand on traite le discours contradictoire des consulats à Beyrouth ou à Damas, il s’agit de tenir compte du cadre de la ville levantine et de l’espace communautaire. Les considérations plus générales observables dans l’Empire ottoman sont à nuancer à l’échelle d’une région comme le Jabal druze, la Montagne maronite, l’espace tribal de Madaba, ou du quartier, comme celui, orthodoxe, de Beyrouth ou, chrétien, de Bâb Tûma à Damas. Le jeu des congrégations missionnaires vient également brouiller ce schéma entre rivalités locales et concurrences entre les principaux ordres, Jésuites, Maristes, Frères des écoles chrétiennes, Lazaristes, Franciscains, Filles de la Charité ou Franciscaines Missionnaires de Marie. Sont enfin à prendre en compte les contingences locales de la mission par rapport à la maison-mère comme à l’égard des autres missions de la congrégation.

Un fait aussi bien local que métropolitain

Le jeu politique ou l’aller-retour incessant entre local et métropolitain

21Il faut sans doute commencer par décrypter le jeu de la « métropole » avec cette ancienne idée, souvent prise pour fausse, d’une collusion entre les missionnaires et le gouvernement français. On l’a vu, le discours anticlérical sur la France du Levant est un faux débat. Bien plus, l’établissement d’un haut-commissariat français sur le Liban et la Syrie semble consacrer après 1918 cette image de la France chrétienne, avec la mise en place d’une administration très proche des milieux cléricaux, avec le général Gouraud, premier haut-commissaire, et son secrétaire général Robert de Caix, directeur du journal LAsie française et véritable maître d’œuvre des mandats. Revendiquée par le parti syrien, l’expression de lobby missionnaire et colonial n’est pas usurpée, à en juger par le rôle joué par certains missionnaires français sur la côte libanaise entre 1914 et 1918 au service de l’armée française. La faculté de médecine de l’université Saint-Joseph des pères jésuites de Beyrouth ou les maisons des Frères des écoles chrétiennes en Égypte sont ainsi autant d’instruments du Quai d’Orsay en Orient.

  • 29 Bocquet Jérôme 2005c.

22Faut-il en conclure, comme les frères Tharaud, que la fiction, celle d’une France croisée, rejoint la réalité ? Sans doute pas, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il existe des compromis souvent boiteux qui illustrent aussi bien le pragmatisme que le manque de cohérence des positions françaises. On pourra développer trois exemples : la difficulté et les tergiversations à imposer un enseignement missionnaire laïc au Levant (malgré les appuis officiels apportés à la Mission laïque), l’accord conclu en 1913 entre Maristes et Lazaristes par l’intermédiaire du gouvernement français, congrégations dont les activités en métropole ne sont pourtant pas autorisées, ou l’École de droit de l’université Saint-Joseph ouverte en 191429.

  • 30 Bocquet Jérôme 2004.

23Le jeu est ensuite brouillé par les interactions de plusieurs acteurs. C’est en premier lieu la Propaganda Fide, dont dépendent théoriquement toutes les congrégations missionnaires. Il ne faut pas oublier la structure multinationale de ces congrégations aux allégeances multiples. Les missionnaires d’une nationalité différente de celle de la maison-mère installée à Paris n’obéissent pas aux intérêts des mêmes gouvernements nationaux comme le montrent les luttes intestines au sein de la custodie de Terre sainte avec les Franciscains ou au sein de la Congrégation de la Mission partagée entre religieux français et allemands à Jérusalem. Appartenant à un ordre français, très soucieux, depuis Guizot, des intérêts de la France au Levant, ces derniers se divisent alors en fonction des exigences de la politique wilhelmienne de Guillaume II en Palestine30. Un dernier acteur, sans doute le plus important, a pu enfin être négligé par les thuriféraires de la « France du Levant » : les communautés chrétiennes orientales qui investissent les établissements missionnaires s’opposent à leur entreprise de latinisation, orientalisent même, avec plus ou moins de succès, ces congrégations avant le mouvement général et inexorable d’arabisation des missions, initié dans les années 1930.

24La réalité est par ailleurs souvent bien éloignée de la geste glorieuse, peinte par un Maurice Barrès ou les autres propagandistes beaucoup moins talentueux de la « France du Levant ». La réalité quotidienne de la mission est loin de l’épopée missionnaire. Obligés de solliciter l’appui de gouvernements qui ont orchestré la fermeture de leurs maisons en France ou l’aide d’agents consulaires parfois hostiles ou pour le moins indifférents, les missionnaires ne peuvent guère compter sur une propagande peu efficace à envoyer recrues et finances au secours de missions nombreuses mais souvent exsangues. Les choix brutaux opérés par l’administration du haut-commissariat à partir de 1925, après la piqûre de rappel d’anticléricalisme du Cartel des gauches, marquent pour les congréganistes français au Liban, en Syrie, comme dans le reste du Proche-Orient arabe, le signe du désamour de la France pour ces missions. Mais, avant même 1914, la France a déjà rompu avec une vision épique et affective de la mission.

  • 31 Tissot Florent 1997.
  • 32 Jaouen Catherine 1992, p. 280.

25Il n’y a enfin pas d’unanimité du monde missionnaire, sinon une concurrence acharnée entre catholiques et protestants, à savoir entre Latins. L’exemple le plus probant est celui de la rivalité, devenue vite inégale, entre la Compagnie de Jésus et la Congrégation de la Mission au Levant. Instrumentalisés par les gouvernements français successifs, de Guizot à Jules Ferry et jusqu’en 1914, comme par les Ottomans, du gouvernement à Istanbul au vali de Damas, les missionnaires font eux aussi pression sur Rome, le gouvernement français, ses agents consulaires ou, après 1920, le haut-commissariat. Ils misent enfin sur des alliances en s’ouvrant à des communautés orientales différentes ou concurrentes, melkites, maronites, druzes ou alaouites, le patriarcat maronite, jouant ainsi un rôle ambigu entre les deux congrégations entre 1900 et 1914. Il ne faut pas en effet sous-estimer l’attitude des acteurs religieux locaux, en premier lieu catholiques, point d’appui de la mission surtout après les orientations prises à la suite de l’encyclique Orientalium dignitas de Léon XIII, et leur instrumentalisation des congrégations latines. Il faut se reporter à ce sujet aux travaux de Bernard Heyberger, de Florent Tissot ou de Chantal Verdeil31. C’est par exemple le cas des Jésuites du Caire qui se soumettent après 1894 aux exigences des patriarcats copte et grec catholique pourvu qu’elles ne nuisent pas à leur collège de la Sainte-Famille32.

Une réalité locale souvent différente ou l’analyse de la stratégie quotidienne des grands établissements missionnaires

26La réalité diffère dans la montagne libanaise, en ville ou sur la côte, entre les différentes congrégations. L’enseignement proposé par les congréganistes pour les filles est ainsi bien différent dans ses modalités comme le sont sa clientèle et sa finalité. À Beyrouth et à Alexandrie, il s’adresse à une bourgeoisie chrétienne ; à Damas il s’ouvre aussi bien aux chrétiens les plus modestes accueillis dans des écoles gratuites qu’aux notables musulmans désireux d’offrir une éducation « occidentale » à leur progéniture ; à Assiout, on prend en compte la réalité du « pays » copte. Les établissements tenus par les Franciscaines de Marie, les Filles de la Charité, les Marianistes ou les Sœurs de Besançon dans le Mont-Liban ne répondent pas aux mêmes objectifs d’apostolat.

27Le public des missions est d’autre part en trompe-l’œil derrière l’image - forcément fausse - de la clientèle maronite et catholique des établissements missionnaires ; c’est le cas, par exemple, du portrait du levantin éduqué dans les collèges missionnaires latins en Égypte que fait Robert Solé. Cette clientèle est en réalité très différente selon les lieux et les congrégations, à Beyrouth, Damas, Istanbul, Alexandrie, Madaba ou dans les écoles de villages de l’intérieur. Elle est plus ou moins cosmopolite, majoritairement catholique, ouverte aux musulmans et aux israélites. Le public des écoles de mission obéit plus à une identité religieuse que nationale ou même à des considérations sociales. Les identités sont en tout cas brouillées. Les pressions des communautés musulmanes pour intégrer les grands établissements étrangers affectent le projet missionnaire. L’importance, très contrastée, d’un public israélite, malgré le prosélytisme teinté d’antisémitisme des missionnaires, souligne, d’un côté, la pression des notables locaux qui mettent en place une stratégie similaire à celle de la communauté sunnite à l’égard de ces établissements et, de l’autre, les fractures que l’apostolat missionnaire peut engendrer sur la communauté israélite partagée entre un souci d’ouverture et une tentation de repli identitaire pour les familles les plus pauvres. L’installation d’un réseau d’écoles missionnaires de l’Alliance israélite universelle répond d’ailleurs à ce schéma.

28Les relations interconfessionnelles à cette échelle locale sont souvent contradictoires : elles remettent en cause l’existence d’une « politique maronite » de la France et montrent en revanche un jeu autour des melkites grecs catholiques et des minorités musulmanes choyées par les missionnaires, catholiques comme protestants. On comprend donc que la mission n’obéit pas au schéma classique du patronat national qui voudrait lier les protestants ou les druzes à la Grande-Bretagne, les orthodoxes aux Russes et les latins - les catholiques - à la France. Il existe des divergences entre Beyrouth et Damas marquées par des conflits entre le personnel diplomatique français et les missionnaires qui peuvent pourtant appartenir à la même congrégation et être de la même nationalité. Les Jésuites sont perçus aussi bien comme les vecteurs d’une acculturation occidentale de la chrétienté orientale et de l’influence française au Levant que comme ceux d’une acculturation orientale de l’Église missionnaire. Il serait donc vain de vouloir dresser un tableau général de la mission sans tenir compte des contraintes internes des congrégations. Les collèges Saint-Joseph à Antoura, dans la montagne maronite libanaise, et Saint-Vincent, à Damas, des pères lazaristes ne répondent pas aux mêmes enjeux de latinisation ou d’occidentalisation quant à l’extension de la langue française ou la place de l’arabe, et aux mêmes clientèles. Aux lendemains de la seconde guerre mondiale, face à la montée de nationalismes contradictoires, ceux-ci pourront même prendre des positions politiques diamétralement opposées entre idéologie libaniste et arabisme socialisant et laïc du Baas.

  • 33 Voir les travaux de Chantal Verdeil sur les Jésuites de Syrie et du Liban, dont notamment une contr (...)

29Le regard n’est évidemment pas le même à Beyrouth, siège de la maison provinciale de la plupart des congrégations implantées au Levant, dans les différentes maisons installées en Syrie, au Liban et dans les autres vilâyets de l’Empire ou en Égypte, à Paris ou à Rome. Les archives, romaines, françaises ou levantines, montrent d’ailleurs ces divergences et soulignent que l’apostolat des missionnaires n’est pas le même selon les congrégations et les lieux. Les exemples sont nombreux : développement de l’apprentissage de la langue française, promotion au contraire de la langue arabe33 ou mise en place ou non d’un réseau d’écoles gratuites à Beyrouth, Damas, Le Caire ou Madaba.

  • 34 Chatelard Géraldine 2004.
  • 35 David Jean-Claude 1990, p. 150.
  • 36 Bocquet Jérôme 2005c.

30Analyser le jeu des missions, c’est enfin privilégier le cadre urbain. Le monde missionnaire n’est certes pas absent du milieu rural - les missions jésuites en sont l’exemple - ni tribal, comme le montrent les travaux de G. Chatelard sur les tribus chrétiennes de Madaba aux xixe et xxe s.34. La ville demeure néanmoins le cadre privilégié de l’apostolat missionnaire et d’influence des grandes congrégations sises dans les métropoles du Proche-Orient. Cela n’est pas sans poser la question des frontières urbaines communautaires, en apparence fermées sur le modèle du quartier chrétien, comme à Damas, ville marquée par les événements de l’été 1860. Ces frontières sont en réalité ouvertes. La ville du Levant est en effet une ville mixte comme le montre Alep35. L’apostolat missionnaire est donc étendu à l’ensemble de la ville, avec le cas de Beyrouth ou d’Alep. Peut-on pour autant évoquer des modèles supra-communautaires élaborés autour des missions ? Les clientèles des établissements missionnaires restent encore très cloisonnées comme à Amman, Alexandrie ou Damas36.

Conclusion

31Les lendemains de la seconde guerre mondiale avec l’arabisation des congrégations et la tutelle des États nationaux, comme les Jésuites du Caire, semblent marquer la fin du jeu communautaire de la France au Levant. La période mandataire illustre à la fois l’apogée et les limites de la politique communautaire des puissances européennes dans l’Empire ottoman : modèle de la ville d’Alep mandataire, soutien des autorités britanniques aux institutions protestantes, politique sioniste de la Palestine mandataire du haut-commissaire britannique Samuel Herbert, politique druze des hauts-commissaires français, politique britannique en Irak. Les événements du Liban dans les années 1930, les contraintes et les rivalités géopolitiques comme la question du sionisme en Palestine ou des chiites en Irak montrent les limites de la politique confessionnelle.

  • 37 Bocquet Jérôme 2006.

32Peut-on pour autant affirmer que le jeu est terminé ? Il reste une présence différente, mais réelle des grands établissements scolaires, des stratégies nationales, et non plus métropolitaines, avec la question de l’arabisation et le recul du français au profit de l’anglais, mais qui n’est plus la langue de la puissance méditerranéenne britannique37. Ce sont enfin les congrégations protestantes évangéliques dont le prosélytisme est au service d’autres intérêts. On peut ainsi regarder aujourd’hui Jérusalem et les territoires palestiniens en Cisjordanie, investis par des missionnaires protestants.

Bibliographie

Archives

Archives diplomatiques de Nantes (ADN).

Archives de la Sacra Congregazione Propaganda Fide, Nuova Serie (ACPF-NS), Rome.

Archives de la Congrégation de la Mission (CM), Rome.

Bibliographie

Abécassis Frédéric 1992

Abécassis Frédéric, « Une certaine idée de la nation. Le collège de la Sainte-Famille et l’Égypte nassérienne 1949-1962 », dans Itinéraires dÉgypte, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1992, p. 249-270.

Abécassis Frédéric 2000

Abécassis Frédéric, Lenseignement étranger en Égypte et les élites locales. Francophonie et identités nationales, thèse, université Aix-Marseille I, 2000.

Autheman André 1995

Autheman André, La Banque impériale ottomane, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1995.

Benenati Antonio 1987

Benenati Antonio, Politique et société civile dans lItalie contemporaine, Paris, Economica, 1987.

Bocquet Jérôme 2004

Bocquet Jérôme, « Missionnaires français et allemands au Levant », dans Trimbur Dominique (éd.), Des Européens au Levant (xixe-xxe siècle), Oldenbourg, Munich, 2004, p. 57-75.

Bocquet Jérôme 2005a

Bocquet Jérôme, « Les lois anticongréganistes et leurs effets au Levant », dans Cabanel Patrick (éd.), Le grand exil des congrégations religieuses françaises 1901-1914, Paris, éd. du Cerf, 2005, p. 386-413.

Bocquet Jérôme 2005b

Bocquet Jérôme, Missionnaires français en terre dislam. Damas 1860-1914, Paris, Les Indes savantes, 2005.

Bocquet Jérôme 2005c

Bocquet Jérôme, « Un exemple de minorité au Levant à la fin de l’Empire ottoman : les chrétiens de Bâb Tûma », dans Anastassiadou Méropi (éd.), Identités confessionnelles et espace urbain en terres dislam, REMMM 107-110 (2005), p. 33-59.

Bocquet Jérôme 2006

Bocquet Jérôme, « Les écoles françaises en Syrie : une même ambition au service de la France du Levant, du début du siècle aux années 1930 », dans Cabanel Patrick (éd.), Une France en Méditerranée. Écoles, langue et culture françaises (xixe-xxe siècle), Paris, Créaphis, 2006, p. 265-277.

Bocquet Jérôme 2008

Bocquet Jérôme, La France, lÉglise et le Baas : un siècle de présence française en Syrie de 1918 à nos jours, Paris, Les Indes savantes, 2008.

Cabanel Patrick 1998

Cabanel Patrick, « Les deux vocations : catholique ou laïque ? La France, le Levant et l’islam », dans Audisio Gabriel (éd.), Religion et identités, Aix-en-Provence, Publications de l’université de Provence, 1998, p. 199-209.

Cabanel Patrick 2006

Cabanel Patrick (éd.), « Trois France en Méditerranée orientale : l’empire immatériel de la langue », dans Une France en Méditerranée. Écoles, langue et culture françaises (xixe-xxe siècle), Paris, Créaphis, 2006, p. 9-29.

Chatelard Géraldine 2004

Chatelard Géraldine, Briser la mosaïque. Les tribus chrétiennes de Madaba, Jordanie (xixe-xxe siècle), Paris, CNRS éditions, 2004.

Cloarec Vincent 1996

Cloarec Vincent, « La France du Levant ou la spécificité impériale française au début du xxe siècle », RFHOM 83, n° 313, (1996), p. 3-32.

David Jean-Claude 1990

David Jean-Claude, « L’espace des chrétiens à Alep (1750-1950) », dans Pascual Jean-Paul (éd.), Villes au Levant, REMMM 55-56 (1990), p. 150-170.

Deguilhem Randi 1989

Deguilhem Randi, « Idées françaises et enseignement ottoman. L’école secondaire Maktab Anbar à Damas », REMMM 52-53 (1989), p. 199-206.

Deguilhem Randi 1998

Deguilhem Randi, « State Civil Education in Late Ottoman Damascus : A Unifying or a Separating Force ? », dans Philipp Thomas, Schaebler Birgit (éds), The Syrian Land. Process of Integration and Fragmentation in Bilâd al-Shâm from the 18th to the 20th Century, Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 1998, p. 221-250.

Eccard Frédéric 1926

Eccard Frédéric, « La France dans le Proche-Orient », Revue politique et parlementaire 129 (octobre 1926), p. 31-50. Hadas-Lebel Anne 1987

Hadas-Lebel Anne, Le problème du royaume arabe dans la politique française au Levant 1918-1920, mémoire de maîtrise, université Paris IV, 1987.

Jaouen Catherine 1992

Jaouen Catherine, « Un collège jésuite face à la société multiconfessionnelle égyptienne : la Sainte-Famille du Caire 1879-1919 », RHEF 201 (1992), p. 265-286.

Khoury Gérard 1993

Khoury Gérard, La France et lOrient arabe, Paris, Armand Colin, 1993.

Kreiser Klaus 1986

Kreiser Klaus, « Le rôle de la langue française en Turquie et la politique culturelle allemande au début du xxe siècle », dans Batu Hâmit, Bacqué-Grammont Jean-Louis (éds), LEmpire ottoman, la république de Turquie et la France, Istanbul, Isis, 1986, p. 405-417.

Mervin Sabrina 2000

Mervin Sabrina, Un réformisme chiite. Ulémas et lettrés du GabalÂmil de la fin de lEmpire ottoman à lindépendance du Liban, Paris, Karthala, 2000.

Riffier Jean 2000

Riffier Jean, Les œuvres françaises en Syrie 1860-1923, Paris, L’Harmattan, 2000.

Salon Albert 1981

Salon Albert, Laction culturelle de la France dans le monde. Analyse critique, thèse d’État, université Paris I, 1981. Saul Samir 1997

Saul Samir, La France et lÉgypte de 1882 à 1914, intérêts économiques et implications politiques, Paris, Comité d’histoire économique et financière de la France, 1997.

Tissot Florent 1997

Tissot Florent, Présence missionnaire française et stratégie communautaire des chrétiens catholiques dOrient. (À travers létude de lapostolat missionnaire des Sœurs de la Charité de Besançon au Liban et en Syrie de 1904 aux années 1950), mémoire de DEA, EHESS Marseille, 1997.

Périodique

Revue politique et parlementaire

Notes

1 Lettre du consul de France à l’ambassadeur à Constantinople en date du 15 juillet 1887. ADN, Correspondance avec les consulats, série D, consulat Damas 1829-1914.

2 Bocquet Jérôme 2005c, p. 55.

3 Mervin Sabrina 2000.

4 Deguilhem Randi 1989, p. 199 ; également Deguilhem Randi 1998, p. 221-250.

5 Cloarec Vincent 1996, p. 8.

6 Kreiser Klaus 1986, p. 413.

7 Cabanel Patrick 2006, p. 12.

8 Dépêche du consul de France au ministère des Affaires étrangères en date du 20 février 1864. ADN, Correspondance avec les consulats, série D, consulat Damas 1829-1914.

9 Dépêche du consul de France au ministère des Affaires étrangères en date du 30 septembre 1847. ADN, Correspondance avec les consulats, série D, consulat Damas 1829-1914.

10 Dépêche du consul de France au ministère des Affaires étrangères en date du 11 mai 1911. ADN, Correspondance avec les consulats, série D, consulat Damas 1829-1914.

11 Envoyé de Constantinople jusqu’en Égypte, Frédéric Eccard, sénateur du Bas-Rhin, a été chargé de reprendre, au nom des associations protestantes françaises, les œuvres créées par les Allemands avant 1914. Eccard Frédéric 1926.

12 Dans la ligne des travaux de Daniel Grange, Jean Riffier a analysé les tentatives autrichiennes et italiennes pour supplanter le patronat catholique français dans l’Empire ottoman. Voir Riffier Jean 2000, p. 237-293.

13 L’Italie profite que la France n’ait officiellement plus de relations avec le Saint-Siège depuis juillet 1904 pour revendiquer le protectorat des chrétiens de l’Empire ottoman. Déjà l’article 62 du Congrès de Berlin précisait que toutes les puissances européennes avaient le droit de protéger leurs ressortissants dans l’Empire ottoman. Entre 1905 et 1911 se multiplient donc les défections d’établissements congréganistes comme les Franciscains de Tripolitaine. Le déclenchement de la guerre de Libye, en septembre 1911, met un terme à cette intrusion italienne au Levant. Le consulat n’a de cesse alors d’ouvrir à Salâhiyya une école de garçons « pour achever d’écarter les Italiens », affirme-t-il au président du Conseil Raymond Poincaré en septembre 1912. Riffier Jean 2000, p. 271.

14 Lettre du patriarche latin de Jérusalem au cardinal préfet de la congrégation de la Propagande en date du 12 janvier 1905. Archives de Sacra Congregazione Propaganda Fide, Nuova Serie (désormais ACPF-NS), 126/1906.

15 Benenati Antonio 1987, p. 149.

16 Lettre du consul de France à Damas au patriarche maronite Mgr Hoyek en date du 28 décembre 1910. ADN, Correspondance avec les consulats, série D, consulat Damas 1829-1914.

17 Dépêche du consul de France à Damas au ministre des Affaires étrangères en date du 17 mars 1911. ADN, Correspondance avec les consulats, série D, consulat Damas 1829-1914.

18 Les Lazaristes tentent donc de monter l’archevêque grec-catholique contre la Propaganda Fide. Lettre du supérieur du collège Saint-Vincent au procureur général en date du 30 décembre 1912. Archives de la Congrégation de la Mission, Rome.

19 Dépêche du consul de France à Damas au ministre des Affaires étrangères en date du 11 mai 1911. ADN, Correspondance avec les consulats, série D, consulat Damas 1829-1914.

20 Bocquet Jérôme 2005a, p. 401.

21 Cabanel Patrick 1998.

22 Voir Bocquet Jérôme 2005c.

23 Bocquet Jérôme 2005b, p. 161 ou Autheman André 1995, p. 177-184 à propos de la DHP et de la ligne Damas-Hama. Lire également Saul Samir 1997, p. 697.

24 Salon Albert 1981, p. 337.

25 Abécassis Frédéric 2000.

26 Riffier Jean 2000.

27 Bocquet Jérôme 2008 ; Khoury Gérard 1993, p. 117. Lire également Hadas-Lebel Anne 1987.

28 Abécassis Frédéric 1992, p. 251. Voir l’arabisation forcée des missions françaises et de l’enseignement congréganiste en Égypte ou en Syrie notamment lors du moment de crispation nationaliste en 1958 ou lors de l’établissement de la R.A.U.

29 Bocquet Jérôme 2005c.

30 Bocquet Jérôme 2004.

31 Tissot Florent 1997.

32 Jaouen Catherine 1992, p. 280.

33 Voir les travaux de Chantal Verdeil sur les Jésuites de Syrie et du Liban, dont notamment une contribution dans ce volume.

34 Chatelard Géraldine 2004.

35 David Jean-Claude 1990, p. 150.

36 Bocquet Jérôme 2005c.

37 Bocquet Jérôme 2006.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search