Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

Le voyage en Méditerranée : acteurs étrangers et enjeux politico-religieux dans les sociétés européennes

La Société impériale orthodoxe de Palestine (1882-1917). Savoir, pouvoir et concurrence

The Orthodox Imperial Society for Palestine 1882-1917. Knowledge, Power and Competition

Elena Astafieva

Résumé

L’auteure analyse comment la Société impériale orthodoxe de Palestine devint un carrefour du savoir, de la diplomatie et de la religion, et un acteur essentiel de la présence russe au Proche-Orient entre 1882 et la révolution russe. À partir d’une analyse des textes publiés par des acteurs impliqués et des procès verbaux de la Société, elle examine comment celle-ci chercha à s’approprier les symboles chrétiens face à d’autres acteurs chrétiens et d’autres puissances européennes sur place à travers des fouilles archéologiques. Elle démontre également comment les projets pour un Institut russe d’archéologie furent liés à des projets plus globaux relatifs à la présence russe en terre ottomane et en particulier en Terre sainte.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dmitrievskij Aleksej 1907, p. 192. Sur les travaux de cette Société, on peut toujours consulter Sta (...)

1« Le 21 mai 1882, à deux heures de l’après-midi, la Société orthodoxe de Palestine, créée sur autorisation de Son Altesse, le grand-duc Serge, qui avait accepté de devenir son président, a commencé officiellement ses activités »1. En nous rapportant ce fait, le procès-verbal de la première réunion de la Société orthodoxe de Palestine - société qui obtiendra sept ans plus tard le titre d’« impériale »- a énoncé également ses objectifs : 1) mener des activités scientifiques pour rassembler les connaissances sur la Terre sainte et les diffuser parmi la population de l’Empire russe, 2) organiser les pèlerinages russes orthodoxes à Jérusalem et 3) soutenir l’orthodoxie parmi la population arabe de Palestine. Cependant, la Société de Palestine n’était pas l’unique institution russe présente dans la région. Elle y avait été précédée par la Mission ecclésiastique russe de Jérusalem, créée en 1847 sous l’autorité du Saint-Synode de l’Église orthodoxe russe et du ministère des Affaires étrangères. Sa création avait été également précédée par la mise en place, en 1859, du Comité de Palestine, sous le patronage du grand-duc Constantin, frère d’Alexandre II et ministre de la Marine. Ce Comité avait été transformé, en 1864, en Commission de la Palestine, rattachée cette fois au ministère des Affaires étrangères. Ces institutions, de même que le consulat général russe à Jérusalem, mis en place en 1858, avaient préparé le terrain - au propre comme au figuré - pour les différentes activités de la Société de Palestine, en particulier l’activité scientifico-religieuse, dont l’analyse sera au cœur de cette étude.

  • 2 Cette correspondance a été reproduite partiellement dans Dmitrievskij Aleksej 1907, p. 125.
  • 3 Cette société savante britannique, d’inspiration anglicane, a été créée en 1865 par A. P. Stanley, (...)
  • 4 Il se réfère notamment au Palästina Verein (aujourd’hui Deutscher Verein zur Erforschung Palästinas (...)

2L’idée de la création de la Société orthodoxe de Palestine a été exprimée pour la première fois à la fin des années 1870, dans la correspondance entre le père Antoine Kapustine, chef de la Mission ecclésiastique russe de Jérusalem, et Vassilij N. Khitrovo, à ce moment haut fonctionnaire au ministère des Finances2. Si ce dernier proposait de créer un Comité de Palestine privé, sur le modèle du Palestine Exploration Fund3, le père Kapustine, quant à lui, dans son projet de fondation d’une société russe des orientalistes, se référait plutôt à l’expérience des sociétés savantes allemandes4. Ainsi, quels que soient les projets proposés par Kapustine et Khitrovo, les sociétés étrangères spécialisées dans les études orientales, particulièrement concernant la Palestine, ont servi de prototype à la Société orthodoxe de Palestine - conçue justement par ses fondateurs comme contrepoids à la présence des institutions occidentales en Terre sainte.

3En outre, les fondateurs de la Société de Palestine ont également utilisé l’expérience des sociétés savantes russes : par exemple, le statut (ustav) de la Société impériale de Géographie, créée en 1845, a servi de base à celui de la Société de Palestine. Dans le contexte d’émergence, à partir de la seconde moitié du xixe s., de l’idée nationale en Russie - qui reste toutefois, jusqu’à la Révolution de 1917, un espace impérial multi-ethnique et multi-religieux -, les membres de ces institutions savantes étaient marqués par une vision nationale de la science et de son utilité, d’une part, pour le peuple russe - dans sa prise de conscience de lui-même, de son passé, de sa spécificité - et, d’autre part, pour l’État - dans sa gouvernance de tous les peuples de l’Empire. Cette conception de l’utilité du savoir était également présente dans la vision des pères fondateurs de la Société impériale orthodoxe de Palestine. Toutefois, à la différence des membres des sociétés savantes russes évoquées plus haut, engagés uniquement dans l’étude de l’espace intérieur de l’Empire, les dirigeants et les savants de la Société de Palestine, dont le centre d’intérêt se trouvait non seulement en Russie, mais plus encore à l’extérieur de ses frontières, menaient des activités à différents niveaux et toujours en lien avec le milieu diplomatique impérial - à Saint-Pétersbourg et sur place, en Terre sainte -, avec le milieu ecclésiastique orthodoxe - russe, grec et arabe -, sans oublier le pouvoir de la Sublime Porte à Constantinople et à Jérusalem.

4L’objectif de cette étude est de montrer comment la Société impériale orthodoxe de Palestine - société privée, dirigée par le grand-duc Serge, frère de l’empereur Alexandre III (lui-même membre d’honneur), dotée d’un statut impérial et d’un qualificatif d’orthodoxe -, par ses activités dans les domaines scientifiques - notamment archéologique -, devient un lieu de rencontre et de croisement entre le savoir russe, la diplomatie impériale et la religion orthodoxe, et apparaît comme l’un des acteurs essentiels de la présence russe au Proche-Orient, permettant à la Russie de maintenir sa position de puissance culturelle, militaire et politique. Pour développer cette problématique, on montrera :

  • comment la Société de Palestine, à travers les fouilles archéologiques - lancées dans les années 1860 par les diplomates, soutenues dans les années 1880 par des membres de la famille impériale et réalisées finalement par les « orientalistes orthodoxes » (avec l’aide de certains orientalistes européens) -, cherche, malgré les contraintes administratives et religieuses locales, à s’approprier les symboles et les espaces sacrés chrétiens de la Terre sainte pour y imprimer la marque de l’orthodoxie russe ;
  • comment les projets de création d’un Institut russe d’archéologie en Palestine, formulés en 1915, en pleine guerre mondiale - révélant une tension, dans le milieu des « orientalistes russes », entre une vision confessionnelle du savoir et une vision plus académique de la science -, sont liés à des projets plus globaux relatifs à la présence russe dans la région après la « guerre contre la Turquie ».

Les fouilles archéologiques et les tentatives d’appropriation des symboles du christianisme

  • 5 Khitrovo Vasilii Nikolaevich, « Zadači naučnyx issledovanij Svjatoj Zemli », Otčët Pravoslavnogo Pa (...)
  • 6 Ibid., p. 50-51.
  • 7 Ibid., p. 51.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., p. 52-53.
  • 10 Ibid., p. 54-55. Il faut souligner que cette vision de Khitrovo concernant le privilège d’« objecti (...)

5Dans un discours prononcé en mars 1883, et intitulé « Les tâches de la recherche scientifique en Terre sainte », V. Khitrovo, assistant du président de la Société orthodoxe de Palestine, brosse un état des lieux des recherches sur la Terre sainte effectuées par les savants des différentes confessions chrétiennes, depuis l’époque antique jusqu’aux années 18805. Khitrovo distingue deux types de travaux scientifiques consacrés à l’Orient judéo-chrétien : « Le travail qui peut être effectué dans le silence du cabinet et le travail qui doit être réalisé en Terre sainte6 ». Selon lui, la Terre sainte peut être considérée, du point de vue scientifique, comme « un grand musée, un catalogue de connaissances déjà rassemblées, mais qui doit être mis en ordre7 ». Ce travail doit être attribué seulement « à nous, les Russes », savants orthodoxes, et pas aux catholiques ni aux protestants. Il justifie cette attribution par le fait que la Terre sainte « appartenait à l’Empire byzantin depuis les premières années du christianisme et [que] l’orthodoxie était, dans cet Empire, comme à la maison8 ». C’est pourquoi les orthodoxes auraient été et seraient les gardiens des traditions anciennes en Terre sainte. Cette position diffère de celle des Latins qui, depuis les croisades, ont l’habitude d’identifier chaque territoire et d’apposer sur ces lieux leur marque, « en se fondant non seulement sur les écrits canoniques, mais aussi sur les textes apocryphes et sur les légendes9 ». Les orthodoxes se distinguent également des protestants qui, sous l’influence d’un « scepticisme froid », « sont tombés dans une autre extrémité », en réfutant toutes les traditions et en prétendant tout construire uniquement sur la base des principes scientifiques10.

  • 11 « Donesenie general’nogo konsula v Ierusalime V. Dorogobujinova Ministru Inostrannyx Del », Pravosl (...)
  • 12 Voir, par exemple, sa note datée de novembre 1882 : Arxiv vnešnej politiki Rossijskoj Imperii [Arch (...)
  • 13 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 4.
  • 14 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 5. Toutefois, en tant que membre du Palästina Verein, il lu (...)

6Ce « travail en cabinet » doit s’accompagner, selon Khitrovo, d’un travail en Terre sainte : la Russie doit effectuer des fouilles auprès du Saint-Sépulcre, sur le « domaine russe » (russkoe mesto). Ce terrain, acheté en 1859 par le consul russe V. Dorogobujinov, avait été initialement destiné à la construction d’édifices consulaires. Cependant, sachant que ce lieu recelait des restes antiques, définis à cette époque comme « les piliers de la basilique de Constantin », le consul décide d’y organiser des fouilles préalables. Au vu de leur résultat, il demande au ministère des Affaires étrangères de racheter des terres adjacentes pour poursuivre les recherches archéologiques et pour finalement bâtir des édifices « correspondant à l’importance de ce lieu qui appartient à la Russie, et à la hauteur de la dignité de notre pays, pour conserver la mémoire de tout ce qui a été accompli par les Russes en Terre Sainte11 ». Si la terre est effectivement acquise sur l’ordre du ministère, l’idée de bâtir soit des édifices consulaires, soit une église, est abandonnée pour le moment, de même que celle de réaliser des fouilles archéologiques. Cependant, des savants étrangers non orthodoxes, comme les Français M. de Vogüe et Ch. Clermont-Ganneau, ou comme les Britanniques Ch.-W. Wilson et Lt. Claude Conder - à titre personnel ou en tant que représentants d’institutions étrangères - obtiennent, dans les années 1860-1870, la permission des diplomates russes de fouiller et de décrire ces lieux, qui sont ensuite remblayés pour une raison inconnue pour l’instant : ces fouilles ont-elles été abandonnées par défaut d’explication archéologique ou par manque de financement, ou encore parce que les diplomates russes ont voulu contrôler les découvertes de ces savants ? Quelle que soit l’explication à cette interruption, le discours intitulé « Les tâches de la recherche scientifique en Terre sainte » et les différentes notes de Khitrovo envoyées au grand-duc Serge, président de la Société de Palestine12, provoquent l’ouverture de nouvelles fouilles en mars 1883 : le grand-duc Serge demande au ministre des Affaires étrangères l’autorisation de rouvrir le chantier, offre 1 000 roubles d’or à cet effet et invite l’archimandrite Antoine Kapustine, toujours à la tête de la mission ecclésiastique, à effectuer ces fouilles, en lien avec l’architecte de Jérusalem, C. Schick13. Ce cas illustre parfaitement les interactions entre la « science orthodoxe », représentée par le père Kapustine, la diplomatie russe - le lieu appartient au consulat - et, finalement, le pouvoir monarchique qui assure le financement des recherches archéologiques et qui utilise leurs résultats pour marquer la présence de l’Empire orthodoxe dans la région. Il est significatif également, car les archéologues orthodoxes, les dirigeants de la Société et les diplomates russes, travaillant de concert à Jérusalem, étaient obligés de s’accommoder des contraintes locales, provenant du pouvoir ottoman comme des acteurs religieux locaux - catholiques, protestants et même orthodoxes. Par exemple, Conrad Schick, architecte wurtenburgeois, a été invité non seulement pour ses compétences techniques et scientifiques, mais aussi parce qu’en étant l’architecte officiel de la ville de Jérusalem, il pouvait, comme l’explique un des dirigeants de la Société de Palestine à l’archimandrite Antoine, « être utile en cas de conflits avec le pouvoir turc, qui peuvent être suscités par les propriétaires des terres voisines14 ».

  • 15 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 15-18.
  • 16 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 16.
  • 17 La quête d’une porte - soit de la porte secrète du Saint-Sépulcre, comme dans ce cas, soit de la po (...)
  • 18 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 18.
  • 19 L’histoire des réticences du Patriarcat à la construction d’une église et d’un bâtiment pour les pè (...)

7L’ambassadeur russe à Constantinople, Aleksandr Nelidov, dans sa note secrète du 28 décembre 1882 envoyée au ministre des Affaires étrangères15, met également le pouvoir en garde contre l’administration turque en soulignant que, selon la loi ottomane de 1874, les fouilles archéologiques ne peuvent être effectuées que sur autorisation spéciale de la Porte et qu’en cas de découverte, un tiers des antiquités doit être remis au trésor turc. C’est pourquoi, il donne le conseil, au lieu d’annoncer publiquement l’initiative du grand-duc Serge de mettre en œuvre les fouilles, d’opérer de manière discrète et de les dissimuler, en expliquant à l’administration locale qu’il ne s’agit pas de recherches archéologiques, mais d’un simple « nettoyage du terrain pour évacuer des gravats séculaires » et d’une prospection du sol aux fins de construction future de bâtiments16. Dans la même note, l’ambassadeur souligne que la discrétion est nécessaire également parce que ces fouilles peuvent provoquer « des problèmes religieux délicats avec les catholiques comme avec les Turcs » car, selon la rumeur, « les Russes ont découvert une porte du Saint-Sépulcre17, une parmi les trois qui existaient dans les temps anciens », ce qui leur permettrait de disposer d’une entrée directe dans le Saint-Sépulcre, depuis le « domaine russe ». En conclusion de sa note, Nelidov reprend l’idée que, en cas de conflit, il est plus facile de résoudre ces problèmes un par un que de solliciter tout de suite un firman du Sultan pour mener des fouilles archéologiques à côté du Saint-Sépulcre, l’un des lieux les plus sensibles pour le pouvoir ottoman, comme pour les communautés religieuses. Il répète de nouveau qu’il ne faut pas annoncer les projets du grand-duc et de la Société de Palestine tambour battant, en mettant en avant leur importance politique et religieuse, « ce qui n’empêcherait pas cependant de rendre publics les résultats des travaux effectués, après leur achèvement, mais plus encore de tirer tous les profits de cette affaire dans un sens politique, scientifique et religieux18 ». Nelidov ne mentionne pas dans cette note secrète un autre acteur religieux local qui pouvait éventuellement être affecté et inquiété par les grandes fouilles archéologiques russes : le patriarcat de Jérusalem, dirigé par des Grecs, pour lequel des découvertes très importantes de la Société de Palestine auraient risqué d’attirer l’attention des pèlerins sur le russkoe mesto et de « détourner » une partie des donations des orthodoxes vers les institutions religieuses russes bâties à côté du Saint-Sépulcre19.

  • 20 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 44.

8En mai 1883, c’est-à-dire deux mois après le début des fouilles archéologiques, le père Kapustine rapporte, dans une note aux dirigeants de la Société, qu’il a dépensé 495 roubles sur les 1 000 offerts par le grand-duc « pour évacuer 13 100 sacs de gravats par des ânes20 ». Il poursuit les fouilles dont les résultats « dépassent » rapidement toutes les attentes des acteurs. Dès le 2 janvier 1884, le grand-duc déclare dans un rescrit au secrétaire du ministère des Affaires étrangères :

  • 21 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 54-55.

Bien que les fouilles ne soient pas encore achevées, elles ont connu un grand succès. Non seulement ont été trouvées des traces des seconds remparts de la Jérusalem moyenne-hébraïque, qui confirment l’authenticité du lieu de sépulture de Jésus, mais on a même découvert sur le domaine russe la Porte qui menait de la ville au Golgotha21.

  • 22 « Raskopki na russkom meste bliz Xrama Voskresenija v Ierusalime, proizvedennye pod rukovodstvom Ar (...)
  • 23 Plusieurs journaux et revues ont consacré des articles à ces découvertes, par exemple le Journal du (...)
  • 24 Les résultats des fouilles ont été discutés dans le tome VIII du Zeitschrift des Deutschen Palästin (...)
  • 25 Mansurov Boris Pavlovich 1887, p. 12.

9Dans le septième tome du Recueil orthodoxe de Palestine, publié en octobre 1884, l’archimandrite Antoine et les responsables de la Société annoncent officiellement avoir précisé les connaissances concernant la basilique de Constantin, avoir exhumé les traces d’anciennes murailles de Jérusalem (le mur qualifié de « deuxième muraille ») et enfin, avoir découvert « le seuil de la Porte à travers laquelle le Christ est monté au Calvaire22 ». Ils s’appuient sur leurs propres découvertes, fondées en grande partie sur les recherches précédentes des savants étrangers évoqués plus haut. À travers ces découvertes largement diffusées en Russie23, mais aussi à l’étranger24, la Russie voulait s’approprier symboliquement deux des lieux les plus sacrés du christianisme, le Chemin de croix et le Saint-Sépulcre, qui jouxtaient le « domaine russe ». Cette appropriation devait être parachevée par la construction d’un grand édifice sur le russkoe mesto - probablement une église orthodoxe sous le nom de « Terme du Chemin de croix »-, pour lequel la Société impériale orthodoxe de Palestine et l’Église, ont lancé, en janvier 1885, un « appel au Peuple russe25 ». Les fouilles, les découvertes archéologiques et la construction d’un édifice près du tombeau de Jésus-Christ, mises en œuvre par la famille impériale, par les diplomates et les savants ecclésiastiques, étaient partie intégrante de la stratégie de la Russie impériale orthodoxe pour occuper l’espace religieux et politique à Jérusalem, en Terre sainte, et au Levant de manière générale, et pour mettre son empreinte sur ces territoires de l’Empire ottoman convoités à cette époque par toutes les grandes puissances européennes et toutes les confessions chrétiennes.

  • 26 Ses deux ouvrages les plus connus sont : Bazilika Imperatora Konstantina [La basilique de lEmpereu (...)
  • 27 Mansurov Boris Pavlovich 1887, p. 10.
  • 28 Ibid.

10Toutefois, les résultats des fouilles sont contestés en Russie. B. Mansurov, l’un des responsables de l’ancien Comité de Palestine, transformé en Commission de Palestine, dans les textes écrits en 1885-188726, exprime ses doutes et pose une question essentielle : « La Société de Palestine a-t-elle produit des preuves irréfutables que les traces antiques qu’elle a découvertes remontaient à l’époque d’avant Jésus-Christ, au moins au règne d’Hérode le Grand27 ? » Selon lui, il faut répondre à cette question avec assurance et précision « pour ne pas laisser place aux débats et aux doutes, car il s’agit de la reconnaissance de l’authenticité du Saint des Saints chrétiens28 ». Par ailleurs, Mansurov insiste sur la nécessité de demander à l’Église orthodoxe sa position sur cette question, exprimée autrement que par la simple présence de plusieurs ecclésiastiques dans les instances de la Société de Palestine.

  • 29 « Reskript Velikogo Knjazja Sergeja Predsedatelu Russkogo Arxeologičeskogo » [ « Rescrit du grand-d (...)

11Les écrits de Mansurov provoquent une discussion parmi les orientalistes-palestinologues, mais aussi, plus largement, dans le milieu des archéologues et des historiens russes. Le grand-duc Serge lui-même demande une expertise à la Société savante d’archéologie29. Sans relater tous les détails de cette discussion, il faut néanmoins se demander pourquoi Mansurov, directeur de la Commission de Palestine et engagé dans les affaires palestiniennes depuis les années 1850- 1860, s’est montré si réticent envers les « nouvelles découvertes russes » : sa vision profondément religieuse, différente de celle de certains membres de la Société de Palestine - y compris peut-être de Khitrovo - l’empêchait-elle de mettre les intérêts politiques avant les convictions religieuses ? Ou bien, ses intérêts personnels en tant que directeur de la Commission de Palestine, mise à l’écart par Khitrovo et le grand-duc Serge, après la création de la Société de Palestine, se cachaient-ils derrière cette position ? En tout état de cause, cette discussion à l’intérieur de la Russie, mais aussi les contraintes locales provenant du pouvoir ottoman, des confessions étrangères et du Patriarcat de Jérusalem, n’ont pas permis aux dirigeants de la Société de construire sur le « domaine russe » un « édifice marquant le Terme du Chemin de croix », comme voulu initialement. Toutefois ces derniers ont réussi, malgré tout, à édifier, dans les années 1890, l’église Alexandre Nevskij, destinée à garder le souvenir d’un autre Alexandre - le tsar Alexandre III, créateur de la Société -, ainsi que des bâtiments pour les pèlerins.

12Ces recherches archéologiques sur le russkoe mesto ont été les premières et les dernières grandes fouilles effectuées de manière systématique et professionnelle dont les résultats ont été annoncés au monde scientifique en Russie, comme à l’étranger. Les autres recherches archéologiques n’ont eu qu’un caractère occasionnel et leurs conclusions n’ont pas été décrites, ni leurs matériaux réellement étudiés.

Les projets de création d’un institut d’archéologie en Palestine

  • 30 Sur les savants et les institutions scientifiques occidentales, spécialisés dans les études orienta (...)
  • 31 « Sobesedovanija po naučnym voprosam, kasauščimsja Palestiny, Sirii i sopredel’nyx s nimi stran », (...)
  • 32 Ibid., p. 364.
  • 33 Ibid., p. 365.
  • 34 Ibid., p. 368.

13Toutefois, les orientalistes russes travaillant sur la Palestine étaient persuadés de la nécessité de revenir en Terre sainte pour y mener des recherches de grande ampleur. En avril 1900 - l’année de la fondation par les Américains, d’un côté, et par les Allemands, de l’autre, d’institutions scientifiques spécialisées dans les études proches-orientales30 - P.K. Kokovcev, spécialiste du monde sémitique et futur académicien, entouré des orientalistes russes les plus renommés comme V. Rozen, B. Turaev et des dirigeants de la Société, y compris V. Khitrovo, prononce un discours qui inaugure le cycle des « Discussions sur les questions scientifiques concernant la Palestine, la Syrie et les pays voisins31 ». Il affirme que la Russie a eu tort d’abandonner aux archéologues occidentaux les fouilles archéologiques en dehors de l’Empire russe, notamment en Palestine. Cette situation « ne correspond pas au rang politique mondial de la Russie, ni au progrès moderne de la science russe, dans tous les domaines des connaissances32 ». Aucun autre peuple au monde, souligne-t-il, « à part les héritiers dispersés de l’Ancien Israël, n’est aussi lié que le peuple russe avec les antiquités de Palestine, ce qui nécessite un véritable développement de l’activité archéologique russe dans cette région33 ». Par ailleurs, selon lui, aucune autre institution savante que la Société impériale orthodoxe de Palestine ne peut effectuer ce type de recherches en Palestine, en Syrie et au Liban. Comme Khitrovo dix-sept ans auparavant, il propose un plan d’attaque - cette fois pour « revivifier » l’activité scientifique de la Société - mais sa vision est encore plus ample que celle du père fondateur de la Société : d’après lui, il faut créer « un Bureau des représentants de toutes les disciplines scientifiques qui s’inscrivent dans le domaine de la Palestinologie (sic), dans le sens large de ce terme », en incluant les spécialistes de toutes les époques - « pré-hébraïque, hébraïque, gréco-romaine, byzantine, latine, mahométane »- et de toutes les sciences - histoire, art, archéologie, philologie, géographie, ethnographie, anthropologie - qui travaillent sur la Palestine, la Syrie et les pays limitrophes34.

14La lecture du texte de Kokovcev donne à penser que, derrière sa proposition d’élargissement temporel, disciplinaire et spatial de la palestinologie dans le cadre de la Société de Palestine, se trouvait la volonté de transformer les études orientales, marquées par la vision orthodoxe, en une science déconfessionnalisée qui ne serait plus uniquement centrée sur Jérusalem, sur le passé chrétien de la Terre sainte et sur la mémoire orthodoxe. Toutefois, même si les « Discussions sur les questions scientifiques […] » ont été poursuivies, cette proposition n’a pas débouché sur des projets de grande envergure internationale ou même nationale : finalement, la Société n’a pas créé le Bureau scientifique envisagé par Kokovcev, car, à cette époque, elle était plus préoccupée par l’envoi massif de pèlerins en Terre sainte et par la construction en Palestine et en Syrie d’écoles et d’œuvres charitables pour la population arabe locale ; peut-être, au bout du compte, était-il trop tôt, pour les responsables de la Société de Palestine, pour se « déconfessionnaliser ».

  • 35 AVP RI, f. 337/2, op. 872/1, d. 602 « Dossier concernant la création auprès de la Société impériale (...)
  • 36 Ce dernier devait être composé de « membres indigènes, de membres russes de différentes institution (...)
  • 37 AVP RI, f. 337/2, op. 872/1, d. 602., p. 8.
  • 38 AVP RI, f. 337/2, op. 872/1, d. 602., p. 1.

15Néanmoins, cette idée du grand spécialiste des études sémitiques n’a pas été complètement abandonnée : quinze ans plus tard, elle est reprise par un membre de la Douma, E.P. Kovalevskij, qui s’exprime au début de 1915 devant les meilleurs orientalistes russes de l’époque, dans le cadre de la réunion autour des intérêts scientifiques russes en Palestine35. S’appuyant sur l’opinion de Kokovcev en 1900, d’un côté, et sur celle du directeur de l’Institut d’archéologie de Constantinople, F. Uspenskij, de l’autre, il propose de créer trois nouvelles institutions scientifiques : à Pétrograd, un Comité ou une Société de Palestinologie, et sur place, à Jérusalem, une institution scientifique russe, l’Institut d’archéologie russe de Palestine, accompagné d’un Comité indigéno-international pour la sauvegarde des antiquités (palestiniennes36). Kovalevskij explique que, bien que la Société ait travaillé énergiquement en Palestine et produit une série d’éditions savantes, à l’heure actuelle, en ayant des tâches aussi différentes que le soutien au pèlerinage et l’éducation de la population arabe, elle a perdu de vue ses objectifs scientifiques, ce qui nécessite la mise en place de nouvelles institutions centrées sur cette dimension37. En réalité - et cette position est exprimée dans une lettre à P.S. Uvarova, présidente de la Société d’archéologie de Moscou -, Kovalevskij et une partie des orientalistes russes étaient gênés par le qualificatif « orthodoxe » de la Société qui leur apparaissait comme un frein pour mener des recherches « sur les monuments juifs, païens, musulmans38 ». Kovalevskij acceptait de mettre ces nouvelles institutions sous l’égide de la Société impériale orthodoxe de Palestine, à condition qu’elle devienne Société Impériale de Palestine, ou, dans le cas contraire, il entendait les placer sous la tutelle de l’Académie des Sciences. Face à cette tentative de déconfessionnalisation et cette mise à l’écart dans le domaine spécifiquement scientifique, la Société impériale orthodoxe de Palestine se voit obligée de réagir, et quelques mois plus tard, en mars 1915, l’académicien V. V. Latychev, responsable de la section scientifique de la Société, propose également, en prenant en compte les projets de Kovalevskij, de créer un Comité et un Institut historico-archéologique à Jérusalem.

  • 39 Rjaijskij Pavel Ivanovich 1915.
  • 40 Ibid., p. 1.

16En comparant ces projets, on peut les trouver assez similaires, mais il faut préciser que, si Kovalevskij mettait l’accent sur l’activité scientifique sans, au moins ouvertement, envisager d’autres visées, notamment politiques et religieuses, le projet de Latychev s’inscrivait dans une série de plans élaborés à la même période, fin 1914-début 1915, par l’ensemble des dirigeants de la Société impériale orthodoxe de Palestine, et présentés au Saint-Synode et au ministère des Affaires étrangères. Ces projets, synthétisés dans le rapport collectif connu sous le nom du responsable des institutions russes en Palestine, P. I. Rjaijskij, et intitulé « Questions liées au rétablissement de l’activité de la Société impériale orthodoxe de Palestine en Terre sainte après la guerre avec la Turquie39 », attestent que les responsables n’avaient nulle intention d’abandonner le qualificatif d’orthodoxe ni leur mission confessionnelle. Dans ce rapport, qui commence par la phrase significative : « La Russie doit se préparer pour conclure une paix digne de ses grands sacrifices40 », les responsables de la Société demandent, entre autres choses :

  • 41 Ibid., p. 2-4.
  • 42 Ibid., p. 4-5.
  • 43 Ibid., p. 10-27.

I. La reconnaissance formelle au Gouvernement russe du droit de protection de l’Église orthodoxe, de tous ses établissements religieux, caritatifs et éducatifs et du droit de sauvegarde de l’autonomie de ces établissements dans leurs affaires internes41 ;
II. La réalisation complète et pratique du principe de tolérance énoncé selon la loi de 1908, non seulement par rapport aux différentes confessions chrétiennes, mais même par rapport aux musulmans désireux de se convertir au christianisme42 […] ;
IV. La résolution des conflits ecclésiastiques gréco-arabes et la réalisation des intérêts russes auprès du Tombeau de Jésus et dans les autres lieux de pèlerinage en Palestine43 […].

  • 44 Ibid., p. 3-4.
  • 45 Ibid., p. 24.
  • 46 Ibid., p. 5.

17Les cinquante pages du rapport comportent de nombreuses autres demandes liées à la position juridique, économique, financière de la Société russe en Turquie après la guerre. Ce texte dévoile les craintes et les espérances de la Russie projetées dans l’avenir : crainte d’être dépassée par les « petits pays orthodoxes prétendant assurer la protection de l’Église orthodoxe à sa place », et de voir l’affaiblissement du « pouvoir russe, et par conséquent de l’orthodoxie44 » ; espérance de prononcer « l’office divin en slavon au Saint-Sépulcre et partout en Terre sainte de manière officielle45 » ; espoir de pouvoir mener sans contrainte des activités missionnaires parmi la population nomade de la Turquie, « des habitants qui », selon le rapport, « se nomment chrétiens, musulmans ou druzes, mais n’appartiennent ni au christianisme, ni à l’islam46 ».

18L’analyse de ce document atteste une fois de plus que la composante religieuse et la composante politique étaient imbriquées l’une et l’autre dans les actions scientifiques menées par la Société dans le passé comme dans ses projets d’avenir, ce qui ne pouvait pas ne pas faire obstacle à une déconfessionnalisation des études orientales mises en œuvre au sein de la Société. C’est seulement sous la pression des circonstances extérieures, l’effondrement du régime impérial, que la Société impériale orthodoxe de Palestine perd son titre d’« impériale » en mars 1917, puis son qualificatif d’« orthodoxe » en 1918. Toutefois, elle n’est pas dissoute par les bolcheviks, et en tant que « simple » Société de Palestine, rattachée à l’Académie des sciences, elle se recentre de nouveau, dans les conditions post-révolutionnaires, sur l’activité scientifique.

Conclusion et post-scriptum

19L’analyse des activités scientifiques de la Société impériale orthodoxe de Palestine à la fin du xixe s. permet de réfléchir sur le processus de « (re)confessionalisation » (orthodoxisation) de la science russe, et plus précisément des études orientales, au moment où l’Empire russe cherche à accroître son influence religieuse et politique au Proche-Orient. Cependant, au début du xxe s., une partie des palestinologues russes, moins centrés sur l’étude du monde chrétien orthodoxe, et plus intéressés par celle des autres religions présentes en Palestine, tentent d’échapper à l’emprise de la Société de Palestine et à sa vision confessionnelle des études orientales - peut-être également dans l’idée de « dépolitiser » ce type de savoir.

20Par ailleurs, pour comprendre les relations entre pouvoir et savoir en Russie sur la longue durée, notamment dans le domaine de la palestinologie, il faut poser une série de questions qui dépassent la limite chronologique de cette étude : pourquoi le pouvoir bolchevique a-t-il permis aux savants et aux anciens dirigeants de la Société de Palestine - après la Révolution d’octobre et dans le contexte mandataire - de continuer leur activité, malgré leurs engagements politiques et religieux antérieurs ? Est-ce que le pouvoir soviétique, à l’instar du pouvoir impérial, percevait cette Société comme l’un des acteurs potentiels de la présence russe dans cette région, susceptible de lui être utile le moment venu ? Finalement, est-ce que les membres savants de cette Société ont espéré participer, après octobre 1917, à la perpétuation de l’influence de la Russie au Proche-Orient et au progrès de la « Science russe » ?

Bibliographie

Archives & sources primaires

Arxiv vnešnej politiki Rossijskoj Imperii (AVP RI) [Archives de la politique extérieure de lEmpire russe], Saint-Pétersbourg.

BIbliographie

Astafieva Elena 2006

Astafieva Elena, LEmpire russe et le monde catholique : entre représentations et pratiques, 1772-1905, thèse de doctorat, EPHE, 2006.

(Bočkov) Antoniῐ 1875

(Bočkov) Antoniῐ, Russkie poklonniki v Ierusalime [Les pèlerins russes à Jérusalem], Moscou, Univ. tip. (Katkov), 1875.

Chevalier Nicole 2002

Chevalier Nicole, La recherche archéologique française au Moyen-Orient, 1842-1947, Paris, éd. Recherche sur les Civilisations, 2002.

Dmitrievskij Aleksej 1907

Dmitrievskij Aleksej, Imperatorskoe Pravoslavnoe Palestinskoe Obščestvo i ego dějatelnostza istekšuju četvertvěka 1882-1907, Saint-Pétersbourg, Kiršbaum, 1907.

Gran-Aymerich Ève 1998

Gran-Aymerich Ève, Naissance de larchéologie moderne, 1798-1945, Paris, CNRS Éditions, 1998. Khitrovo Vasilii Nikolaevich 1883

Khitrovo Vasilii Nikolaevich, « Zadači naučnyx issledovanij Svjatoj Zemli », dans Otčët Pravoslavnogo Palestinskogo Obščestva za 1882-1883 gg [ « Les tâches de la recherche scientifique en Terre sainte », Rapport de la Société orthodoxe de Palestine, années 1882-1883], Saint-Pétersbourg, 1883, p. 39-60.

Mansurov Boris Pavlovich 1885

Mansurov Boris Pavlovich, Bazilika Imperatora Konstantina v Sv. Gr. Ierusalim [La basilique de lEmpereur Constantin dans la ville sainte de Jérusalem], Moscou, Tipo-lit. I.N. Kushnereva i ko., 1885.

Mansurov Boris Pavlovich 1887

Mansurov Boris Pavlovich, Russkie raskopki v Svjatom Grade Ierusalime pered sudom Arxeologičeskogo Obščestva [Les fouilles archéologiques dans la ville sainte de Jérusalem devant le jugement de la Société darchéologie], Riga, Société d’archéologie, 1887.

(Medvedev) Antoniῐ 1880

(Medvedev) Antoniῐ, Vospominanija duševnix vpečatlenij pri poklonenii svjatyne na Vostoke [Les souvenirs spirituels en Terre sainte], Moscou, 1880.

Rjaijskij Pavel Ivanovich 1915

Rjaijskijpavel Ivanovich, Voprosy, svjazannye s vosstanovleniem dejatelnosti Imperatorskogo Pravoslavnogo Palestinskogo Obščestva v Svjatoj Zemle po okončanii vojny s Turciej, Moscou, Imperatorskoe Pravoslavnoe Palestinskoe Obšč., 1915.

Stavrou Theofanis 1963

Stavrou Theofanis, Russian Interests in Palestine, 1882-1914 : a Study of Religious and Educational Entreprise, Thessalonique, Institute of Balkan Studies, 1963.

Trimbur Dominique 2002

Trimbur Dominique, Une école française à Jérusalem. De lÉcole pratique détudes bibliques des dominicains à lÉcole biblique et archéologique française de Jérusalem, Paris, éd. du Cerf, 2002.

Périodiques

Pravoslavnij Palestinskij Sbornik, Saint-Pétersbourg (1884-1887)

Soobščenija Imperatorskogo Palestinskogo Obščestva

Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins

Notes

1 Dmitrievskij Aleksej 1907, p. 192. Sur les travaux de cette Société, on peut toujours consulter Stavrou Theofanis 1963.

2 Cette correspondance a été reproduite partiellement dans Dmitrievskij Aleksej 1907, p. 125.

3 Cette société savante britannique, d’inspiration anglicane, a été créée en 1865 par A. P. Stanley, doyen de l’abbaye de Westminster, et par G. Grove dans le but de mener des recherches scientifiques, notamment archéologiques, en Palestine.

4 Il se réfère notamment au Palästina Verein (aujourd’hui Deutscher Verein zur Erforschung Palästinas), société créée en 1877 avec le soutien de la famille impériale allemande pour étudier l’histoire et la culture de la Palestine, et à la Deustsche Morgenländische Gesellschaft, association des orientalistes allemands. Sur l’activité des sociétés allemandes, voir le chapitre de D. Trimbur dans ce volume.

5 Khitrovo Vasilii Nikolaevich, « Zadači naučnyx issledovanij Svjatoj Zemli », Otčët Pravoslavnogo Palestinskogo Obščestva za 1882-1883 gg [ « Les tâches de la recherche scientifique en Terre sainte », Rapport de la Société orthodoxe de Palestine, années 1882-1883], Saint-Pétersbourg, 1883, p. 39-60.

6 Ibid., p. 50-51.

7 Ibid., p. 51.

8 Ibid.

9 Ibid., p. 52-53.

10 Ibid., p. 54-55. Il faut souligner que cette vision de Khitrovo concernant le privilège d’« objectivité » des orthodoxes et du « savoir orthodoxe », vision qui (ré-) introduit le principe confessionnel dans des recherches scientifiques déjà largement sécularisées en Russie à cette époque, n’était pas isolée ; elle était répandue principalement dans le milieu académique ecclésiastique. Par exemple, on trouve ce genre de réflexions chez M. Kojalovič, professeur à l’Académie de théologie de Saint-Pétersbourg, spécialiste de l’Église russe et de l’unia grecque-catholique, ou chez V. Bolotov, également professeur à la même Académie et théologien renommé connu par ses discussions avec les vieux catholiques. Pour plus d’informations sur ces phénomènes, voir la deuxième partie de notre thèse Astafieva Elena 2006.

11 « Donesenie general’nogo konsula v Ierusalime V. Dorogobujinova Ministru Inostrannyx Del », Pravoslavnij Palestinskij Sbornik [ « Rapport du consul général à Jérusalem, V. Dorogobujinov, au ministre des Affaires étrangères », Recueil orthodoxe de Palestine], Saint-Pétersbourg, 1884-1887, t. VII, p. 151.

12 Voir, par exemple, sa note datée de novembre 1882 : Arxiv vnešnej politiki Rossijskoj Imperii [Archives de la politique extérieure de lEmpire russe], désormais AVP RI f. 337/2, op. 873/1 (1879-1917), d. 593 « Les fouilles sur le “domaine russe”, près du Saint-Sépulcre, à Jérusalem », p. 1-3.

13 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 4.

14 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 5. Toutefois, en tant que membre du Palästina Verein, il lui était demandé par les responsables de la Société « de garder le secret sur les découvertes réalisées ».

15 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 15-18.

16 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 16.

17 La quête d’une porte - soit de la porte secrète du Saint-Sépulcre, comme dans ce cas, soit de la porte menant de Jérusalem en enfer, ou encore de la porte souterraine permettant d’aller directement de Russie en Terre sainte - était un des motifs répandus dans la littérature populaire à cette époque, ce qui est rapporté dans les récits de pèlerinage. Voir, par exemple, (Bočkov) Antoniῐ 1875, p. 30 ; ou (Medvedev) Antoniῐ 1880, p. 1-2. Voir plus bas à propos de la découverte sur le russkoe mesto de la Porte « à travers laquelle le Christ est monté au Calvaire ».

18 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 18.

19 L’histoire des réticences du Patriarcat à la construction d’une église et d’un bâtiment pour les pèlerins russes sur le russkoe mesto, quelques années plus tard, révèle les relations tendues en Terre sainte entre les « trois orthodoxies » - russe, grecque, arabe.

20 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 44.

21 AVP RI, f. 337/2, op. 873/1, d. 593, p. 54-55.

22 « Raskopki na russkom meste bliz Xrama Voskresenija v Ierusalime, proizvedennye pod rukovodstvom Arximandrita Antonina », Pravoslavnyj Palestinskij Sbornik [ « Les fouilles sur le domaine russe, près du Saint-Sépulcre, effectuées par l’archimandrite Antoine », Recueil orthodoxe de Palestine], Saint-Pétersbourg, 1884-1887, t. VII, p. 1-38 ; Mansurov Boris Pavlovich 1887, p. 9.

23 Plusieurs journaux et revues ont consacré des articles à ces découvertes, par exemple le Journal du ministère de lInstruction publique, ou la revue Lectures chrétiennes, sans parler de nombreuses publications dont le Bulletin de la Société orthodoxe de Palestine, l’organe officiel de cette Société.

24 Les résultats des fouilles ont été discutés dans le tome VIII du Zeitschrift des Deutschen Palästina-Vereins, notamment l’article d’un des acteurs de ces fouilles, C. Schick.

25 Mansurov Boris Pavlovich 1887, p. 12.

26 Ses deux ouvrages les plus connus sont : Bazilika Imperatora Konstantina [La basilique de lEmpereur Constantin], Saint-Pétersbourg, 1885 et Russkie raskopki v Svjatom Grade Ierusalime pered sudom Arxeologičeskogo Obščestva [Les fouilles archéologiques dans la ville sainte de Jérusalem devant le jugement de la Société darchéologie], Riga, 1887.

27 Mansurov Boris Pavlovich 1887, p. 10.

28 Ibid.

29 « Reskript Velikogo Knjazja Sergeja Predsedatelu Russkogo Arxeologičeskogo » [ « Rescrit du grand-duc Serge au président de la Société russe d’archéologie »], Pravoslavonij Palestinskij Sbornik, Saint-Pétersbourg, 1884-1887, t. VII, p. 157 sq.

30 Sur les savants et les institutions scientifiques occidentales, spécialisés dans les études orientales, notamment archéologiques, et présents à Jérusalem, voir : Gran-Aymerich Ève 1998 ; plus spécifiquement sur les institutions françaises : Chevalier Nicole 2002 ; Trimbur Dominique 2002.

31 « Sobesedovanija po naučnym voprosam, kasauščimsja Palestiny, Sirii i sopredel’nyx s nimi stran », Soobščenija Imperatorskogo Palestinskogo Obščestva [ « Discussions sur les questions scientifiques concernant la Palestine, la Syrie et les pays voisins », Bulletin de la Société impériale orthodoxe de Palestine], XII, 1 (1901), p. 360-373.

32 Ibid., p. 364.

33 Ibid., p. 365.

34 Ibid., p. 368.

35 AVP RI, f. 337/2, op. 872/1, d. 602 « Dossier concernant la création auprès de la Société impériale orthodoxe de Palestine du Comité de palestinologie et de l’Institut russe historico-archéologique à Jérusalem », p. 5-12.

36 Ce dernier devait être composé de « membres indigènes, de membres russes de différentes institutions liées à la Palestine, de membres du Patriarcat russe orthodoxe à Jérusalem et de membres du Patriarcat arménien à Jérusalem, ainsi que de représentants d’autres pays intéressés ».

37 AVP RI, f. 337/2, op. 872/1, d. 602., p. 8.

38 AVP RI, f. 337/2, op. 872/1, d. 602., p. 1.

39 Rjaijskij Pavel Ivanovich 1915.

40 Ibid., p. 1.

41 Ibid., p. 2-4.

42 Ibid., p. 4-5.

43 Ibid., p. 10-27.

44 Ibid., p. 3-4.

45 Ibid., p. 24.

46 Ibid., p. 5.

Auteur

Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, EHESS-CNRS).
Je voudrais exprimer mes vifs remerciements à l’Institut de France (Fondation Sophie Germain) dont le soutien financier m’a donné la possibilité de travailler en Russie afin de rassembler la documentation nécessaire à cette étude.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search