Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

Une aire en mutation : les transformations dans l’Empire ottoman et l’espace balkanique au XIXe siècle et leur impact sur les questions confessionnelles

Introduction

Kostas Kostis

Texte intégral

  • 1 Sur les problèmes de la question dite macédonienne, voir Gounaris Vassilis K. 2010.

1Soutenir que le xixe s. est celui des Balkans n’est pas sans fondement. C’est d’autant plus vrai que, contrairement à tout ce qui a été dit au sujet de cette région de l’Europe, sa trajectoire vers la modernité se dessine précisément durant ce siècle. C’est à cette époque que le temps des nations et des États modernes succède au temps des empires. Ce processus ne va pas forcément de soi et demeure particulièrement complexe. Il est, la plupart du temps, mal compris du fait de jugements anachroniques que les historiographies nationales ont imposés a posteriori avec beaucoup d’insistance et, nous devons l’avouer, beaucoup de succès1. Les quatre textes contenus dans cette partie du volume viennent nous rappeler par leur qualité la pauvreté et l’absence d’inventivité des outils utilisés régulièrement par l’historiographie pour comprendre des situations complexes où les limites entre le religieux et le politique, et plus précisément le national, sont difficiles à saisir, voire inatteignables.

  • 2 Findley Carter V. 1980.

2Pour l’Empire ottoman, qui au début du xixe s. continue de dominer les Balkans et le Proche-Orient, ce siècle se caractérise par un effort incessant, désespéré et finalement infructueux pour s’adapter aux exigences d’un système interétatique concurrentiel afin de survivre. Depuis Selim III et jusqu’aux jeunes-turcs, les tentatives réformatrices qui se succèdent visent à procurer à l’Empire la puissance militaire nécessaire afin non seulement de faire face aux ennemis extérieurs, mais aussi de préserver sa cohésion intérieure pour contrôler ses populations et valoriser ses ressources matérielles et humaines2. La création incessante d’États indépendants ou de principautés autonomes à partir de ses anciens territoires témoigne de l’échec de ses efforts, bien que ces derniers aient laissé leur empreinte sur les nouvelles formations étatiques.

3La guerre de Crimée (1853-1856) demeure, sans aucun doute, un moment crucial de l’histoire du Sud-Est européen, mais aussi plus généralement de celle des relations économiques et politiques internationales. Cette affirmation n’est pas originale. Nous ne réussissons toutefois que très rarement à mettre en relation cette guerre avec les évolutions qui la suivent ou avec les réalités sociales qu’elle a profondément bouleversées dans l’aire balkanique. Ce constat provient peut-être d’un effort d’analyse unidimensionnel. Nous essayons de comprendre les transformations politiques et sociales de la région, en nous appuyant seulement sur les dynamiques intérieures, et en ignorant le cadre international. Mais est-ce un hasard si, l’année où se termine la guerre de Crimée, le sultan signe le Hatt-i Humayun tandis que, dans l’autre État indépendant de la péninsule, la Grèce, une série de tentatives de réformes, à caractère fragmentaire il est vrai, visent à donner à l’État une dynamique dont il ne semblait pas disposer ?

  • 3 Clark Ian 1989, p. 112.
  • 4 Ibid., p. 126.

4La guerre de Crimée a ébranlé les rapports internationaux établis en Europe après les guerres napoléoniennes. Cette situation révélait la tentative infructueuse des grandes puissances pour maintenir les équilibres stratégiques issus de la Restauration. Dans le cadre du Concert européen, aucun État n’était en position de chercher à acquérir sur les autres un avantage militaire - il était évident qu’aucun ne le souhaitait non plus. La préoccupation essentielle, dans ces années-là, était de maintenir la stabilité à l’intérieur des grands pays d’Europe occidentale, stabilité à laquelle la Révolution française avait porté un coup, et de favoriser la création progressive ou le renforcement des empires coloniaux. Ce sont justement ces conditions qui permirent à l’Empire britannique d’atteindre le faîte de son autorité en tant que puissance3 coloniale, commerciale et maritime. La Grèce, par exemple, fut une création de ce Concert européen et l’un de ces petits États nés grosso modo dans les mêmes années - la Belgique en est un autre - dans le but de tempérer ses membres sur les questions régionales, sans avoir besoin de recourir à des moyens militaires4. Dans la mesure où le Concert européen fonctionnait efficacement - et ce fut le cas jusqu’à la guerre de Crimée -, tous les problèmes entre États se résolvaient par des négociations entre les membres du Concert et les autres États, même si ceux qui étaient directement intéressés n’avaient qu’un poids restreint sur les décisions.

  • 5 Ibid., p. 114 et 121.
  • 6 Driault Édouard, Lhéritier Michel 1925, p. 405.

5Les deux principes de base de l’appareil international à cette époque étaient, d’une part, le partage des responsabilités par les grandes puissances dans le maintien du statu quo territorial des traités de 1815 et la résolution des problèmes qui pourraient surgir en Europe et, d’autre part, le caractère collectif des décisions par des actes diplomatiques précis, en ce qui concernait par exemple des changements nécessaires et les solutions à donner. Ces principes provenaient de l’idée que les grandes puissances avaient des droits et des obligations uniques dans le maintien de l’ordre international5. Ou, comme le disait l’ambassadeur d’Angleterre au roi de Grèce, Othon, pendant la guerre de Crimée : « Les puissances ont participé à l’indépendance du Royaume et lui ont donné un roi. Cela leur donne des droits à sa reconnaissance et au respect de leurs intérêts6 ». L’attitude des grandes puissances à l’égard des politiques internationales des autres pays oscillait entre l’ennui et la sévérité notamment lorsque celles-ci apparaissaient trop aventurières et perturbatrices de l’ordre international. L’occupation du Pirée par les troupes franco-anglaises pendant la guerre de Crimée, pour empêcher les imprudences grecques, est un exemple typique de ce genre de réaction. Les problèmes intérieurs des grandes puissances étaient - ou étaient considérés comme - particulièrement graves par leurs dirigeants, si bien que tout ce qui pouvait conduire à des tensions politiques et à des aventures militaires était vu comme un trouble à la paix internationale : il fallait donc lutter contre. Cela n’empêchait naturellement pas les représentants des grandes puissances d’intervenir dans les affaires intérieures des États plus petits pour favoriser leurs propres objectifs, ce qui aggravait les problèmes locaux ou régionaux, les grandes puissances n’étant pas toujours en position de maîtriser les conséquences de leurs actes.

  • 7 Schroeder Paul W. 1986, p. 1-26.
  • 8 Buzan Barry, Little Richard 2000, p. 403-404.

6Mais, à partir du moment où le Concert européen a cessé d’exister ou que, pour d’autres, son mode de fonctionnement a changé, les données se sont trouvées modifiées pour les petites puissances, tandis que l’appareil international devenait plus fluide. Celles-ci ont vu leur marge de manœuvre s’accroître et leur destin dépendre désormais de leurs propres politiques et choix. La victoire franco-anglaise dans la guerre de Crimée, mais aussi, quelques années plus tard, celle des Allemands dans la guerre franco-prussienne ont prouvé que seuls les États avec une armée forte et un réseau d’alliances diplomatiques efficace pouvaient survivre, voire se renforcer. Et, bien sûr, les États qui ont réussi à moderniser leur armée étaient ceux qui disposaient d’une base économico-industrielle solide7. La Grande-Bretagne d’abord, l’Allemagne ensuite, ouvrirent la voie que devaient suivre ceux qui voulaient réussir, parmi lesquels les États balkaniques. Mais les modifications radicales de l’économie après 1850 ont sensiblement élargi les capacités d’action du système et, ajoutées à la libération du commerce, elles ont créé des conditions entièrement nouvelles pour les relations internationales8.

  • 9 Ortayli Ilber 2004.
  • 10 Inalcik Halil 1973, p. 8.
  • 11 Ibid., p. 20-21 ; Ortayli Ilber 2004, p. 230.
  • 12 Inalcik Halil 1973, p. 6-7.

7Les entités étatiques du Sud-Est européen réagissent alors en conséquence et tentent de s’adapter à ces nouvelles conditions pour garder leur place dans la hiérarchie internationale. Au sein de l’Empire ottoman, les réformes du Tanzimat agissent dans deux directions étroitement liées9. D’une part, le gouvernement ottoman tente d’annuler le système fiscal en vigueur et celui de la collecte d’impôts ; d’autre part, il veut instituer une administration au contrôle politique plus efficace sur les populations et réduire la puissance des ayan10. Ces deux faces de la politique de réformes visaient en théorie à renverser les hiérarchies sociales existantes et à neutraliser les tendances centrifuges typiques de l’Empire. Il s’agit ici de hiérarchies reposant sur le système existant d’affermage des impôts. Cependant, très rapidement, en 1842, Resid Pacha, désireux de limiter les déficits financiers du nouveau système de collecte des impôts, au rendement trop faible, est revenu au régime traditionnel d’affermage des impôts, socle de la puissance des élites locales et, par conséquent, source des tendances centrifuges dans l’Empire11. Mais si l’affaiblissement de ces tendances échoue en raison des réformes fiscales, le pouvoir central se renforce au niveau local et régional, même dans des contrées éloignées12, avec les réformes administratives et la constitution de ce que l’on a appelé les Conseils, dans un premier temps, puis avec la loi sur les vilâyets.

  • 13 À ce propos, il faut comparer les statuts des municipalités que donne Papastathis Charalambos 1984.
  • 14 Sur les transformations économiques dans l’Empire, voir Owen Roger 1981 ; Pamuk Şevket 1987.
  • 15 Ortayli Ilber 2004, p. 271.

8Le premier élément à examiner est l’homogénéité du modèle administratif auquel conduisent les réformes, qui efface peu à peu les particularités locales fondées sur l’administration communautaire13. En d’autres termes, domine à présent partout une administration unique et uniforme avec pour modèle - en aurait-il pu être autrement ? - l’État de type européen. Les autorités administratives locales doivent, dès lors, s’adapter à un modèle venu du centre et auquel participent des représentants de toutes les communautés religieuses existant dans la région considérée. Dans cette logique, des pouvoirs auparavant exercés par les élites locales se retrouvent peu à peu aux mains des représentants du pouvoir central et sont transférés dans chaque centre urbain régional. Ainsi, exemplairement, le pouvoir judiciaire est retiré aux élites pour les délits mineurs et se retrouve finalement sous le contrôle exclusif du pouvoir ottoman. Le Conseil devient un organe administratif majeur dans chacune des régions, tandis que la municipalité telle qu’elle existait disparaît. Les statuts des communautés que nous possédons soulignent cette dégradation des pouvoirs et l’accent mis désormais sur les activités éducatives et philanthropiques. En même temps, l’adoption du commerce libéral par les Ottomans et la reformulation des relations de proximité engendrent de nouvelles possibilités pour les capitalistes de l’Empire, élargissent leurs horizons économiques et, théoriquement, contribuent à diminuer l’importance des « investissements » dans des fonctionnements privés-étatiques, y compris pour les impôts14. Les nouvelles pratiques administratives de l’État ottoman conduisent à l’affaiblissement des activités communautaires pour ce qui est de leur rôle dans l’organisation politique et administrative. En même temps, elles ne conservent plus le même intérêt économique. L’incorporation des populations dans l’Empire n’exige plus d’institutions communautaires parce que, nous l’avons vu, leur rôle est désormais assumé par de nouveaux réseaux administratifs, plus modernes et mieux adaptés aux exigences du temps15.

  • 16 Davison Roderic H. 1973, p. 114.
  • 17 Stamatopoulos Dimitris 2003, p. 35.
  • 18 Davison Roderic H. 1973, p. 114.

9Deuxième point à souligner, la hiérarchisation de l’administration est désormais verticale, du niveau local jusqu’au niveau régional, avec la ville pour centre et la capitale comme sommet. Une structure analogue à celle d’un État d’Europe occidentale contemporain est donc constituée, s’opposant à l’ordre administratif précédent. Nous avons affaire à une hiérarchisation spatiale qui renforce le pouvoir ecclésiastique - autant qu’elle est renforcée par lui -, seul parmi les institutions chrétiennes à présenter pareille répartition dans l’espace. D’ailleurs, la représentativité revendiquée des conseils de toutes sortes, imposés juridiquement par l’État, constitue une imitation, à plus petite échelle, de l’administration centrale où, à côté du pouvoir ottoman, exercent leurs fonctions ceux qui sont à la tête des millets et, parmi eux, le patriarche. Par conséquent, avec la réforme administrative, le facteur ecclésiastique est désormais imposé d’en haut pour gérer le pouvoir local et régional, en un système homogène, dans sa conception du moins. L’exploitation des hiérarchies et pouvoirs ecclésiastiques facilite les plans des Ottomans : le pouvoir politique et religieux du patriarcat de Constantinople s’inscrit désormais organiquement dans le schéma administratif de l’Empire16. La reconnaissance formelle et la réorganisation du millet orthodoxe avec son insertion dans la Loi organique viennent étayer cette logique17. Plus particulièrement, si l’on en croit R. Davison, l’intervention de l’État ottoman, avec la Loi organique de 1862, vient à la fois diminuer le pouvoir du clergé dans la capitale, et le renforcer au niveau local et régional18 : de fait, le chef ecclésiastique local ou régional est imposé à la tête de l’administration des populations orthodoxes. La loi sur les vilâyets vient d’ailleurs renforcer cette tendance, puisque le chef religieux local est membre de plein droit du conseil local ou du conseil du vilâyet.

  • 19 Stamatopoulos Dimitris 2003, p. 293-294.

10Les réformes administratives semblent donc renforcer le pouvoir ottoman par des pratiques qui abrogent la logique de l’administration municipale : les chefs municipaux tendent à se transformer en expéditionnaires des affaires administratives ou encore en employés du gouvernement. Finalement, la soumission au centre et la suppression des forces centrifuges passent par la mise en valeur des structures à hiérarchie verticale et s’expriment à travers le patriarcat de Constantinople, organe administratif parfaitement incorporé dans l’appareil d’État ottoman. Mais ce schéma présente ses propres contradictions, comme l’a montré D. Stamatopoulos : les réformes annihilaient le rôle d’intermédiaires politiques joué par les chefs ecclésiastiques, puisqu’elles annulaient leur autonomie relative par rapport à l’appareil d’État ; de la même manière, les notables étaient incorporés à l’administration d’État avec la loi sur les vilâyets. En d’autres termes, l’élément religieux était confiné dans sa fonction d’intermédiaire entre l’État ottoman et ses sujets19. De la même manière, tout antagonisme religieux pouvait très facilement devenir politique/national.

11Le cas de Malko Tărnovo, présenté plus loin par Andréas Lybératos, est assurément le plus caractéristique du défaut de clarté ou, peut-être serait-il plus juste de dire, de la fusion entre, d’un côté, la réalité politique, les oppositions sociales, les confrontations religieuses et les transformations économiques et, d’un autre côté, des rapports identitaires régionaux refaçonnés. Il serait très difficile de comprendre le ralliement d’une grande partie des habitants de la commune aux Uniates si l’on négligeait l’une de ces variables. Ainsi, une réforme économique dans l’approvisionnement en charbon de la forge impériale a fourni aux élites de la commune l’occasion de renforcer leur pouvoir et d’accroître leurs richesses, exploitant durement les villageois qui travaillaient dans les mines, surtout lorsque commença la guerre de Crimée. Ensuite, le nouveau cadre institutionnel né avec le Tanzimat parut plus qu’inefficace dans le règlement du différend, juste au moment où, dans les régions voisines, se multipliaient les griefs contre l’archevêque patriarcal, et d’une manière générale les clercs du patriarcat de Constantinople. La décision des habitants de Malko Tărnovo d’embrasser le catholicisme fut finalement la conséquence de l’impuissance ou du manque de volonté des représentants du patriarcat de protéger la fraction de la population urbaine qui se sentait persécutée. Mais ce fut aussi la conséquence d’une différenciation très nette entre Bulgares et Grecs. Finalement, le fait d’être bulgare ou grec, à Malko Tărnovo, était le fruit, à l’époque, d’un processus complexe dans lequel rôles politiques et étiquettes sociales se sont avérés décisifs.

12En d’autres termes, une procédure qui était en vigueur jusque-là semble être annulée, voire renversée : comme l’a bien montré Andréas Lybératos, dans un autre de ses travaux :

  • 20 Lybératos Andréas K. 2009, p. 224-225.

Le passage du village à la ville, l’apprentissage de la langue grecque joint à l’acquisition de la haute culture grecque de la ville - nécessités et indices de montée sociale mis à part - ont fonctionné au même moment au niveau de la conscience, permettant à leurs nouveaux détenteurs de participer de manière privilégiée, par l’intermédiaire de l’hellénisme, à une « classe mondiale » ayant pour centre l’Occident « civilisé20 ».

  • 21 Id., p. 301.

13Mais peu à peu, dans le courant du xixe s., avec le développement des mouvements nationaux, l’ordre mondial se dote de contenus alternatifs qui ne passent pas seulement par l’assimilation de la culture grecque. La culture bulgare offre désormais la même dynamique et le mot « bulgare » perd le contenu méprisant qui lui était attaché. Les représentants du patriarcat, agents de la culture grecque, facilitent la formation de camps, puisque de nouveaux groupes sont renforcés ou encore offensés par les politiques appliquées, et des partis « nationaux » concurrents font leur apparition21.

14 Il serait donc prématuré, peut-être vain, d’insister sur les limites nettes entre groupes nationaux. L’identité nationale offre en effet une grande souplesse dans la renégociation de ses composantes. Dans les confrontations sociales, elle n’est ni la seule à fixer la dynamique de comparaison, ni celle qui domine tout le temps. C’est ce phénomène qu’indique de manière claire Eva Anne Frantz dans son texte sur les relations entre chrétiens et musulmans, dans le Kosovo de l’extrême fin de la période ottomane. Ici, les éléments du prestige social continuent à être fixés, jusqu’à la première guerre mondiale, d’abord par l’appartenance religieuse - aussi à l’origine de luttes violentes (musulmans contre chrétiens) - et ensuite seulement par des facteurs nationaux. Si, par exemple, les relations des musulmans albanophones et slavophones étaient bonnes, les relations des Slaves orthodoxes et musulmans étaient conditionnées par l’obstacle infranchissable de la religion.

15De la même façon, à une époque plus ancienne et dans une région éloignée des Balkans, le conflit entre une communauté de maronites et les jésuites installés dans leur village montre grosso modo le point faible des schémas que nous utilisons souvent pour comprendre les oppositions communautaires : ce n’est pas la modernisation qui mène au conflit, ni le refus de la présence des jésuites dans le village, ni même la tentative faite par les Français de s’imposer comme protecteurs auprès des villageois par l’intermédiaire des jésuites. Pour Chantal Verdeil, le conflit a ses racines dans les oppositions internes de la communauté, ce qui le rend particulièrement difficile à comprendre, mais aussi très similaire à celui de Malko Tărnovo en Bulgarie. Cette opposition interne caractérise aussi les musulmans de Bulgarie étudiés par Milena Methodieva. Ici aussi, il apparaît clairement que l’homogénéité d’une communauté religieuse n’existe tout simplement pas, que des oppositions très vives s’affrontent à l’intérieur de celle-ci et que si, au premier coup d’œil, elles mènent à la reconnaissance de deux groupes - modernistes et traditionnalistes -, en réalité elles s’avèrent plus complexes, les limites des deux groupes étant particulièrement floues.

16En d’autres termes, les transformations en Europe du Sud-Est ne semblent pas conduire directement à des oppositions « d’un nouveau genre », comme on pourrait s’y attendre : les engagements nationaux s’avèrent avant tout avoir leurs racines dans les oppositions religieuses et les conflits sociaux qui s’expriment finalement dans un discours politico-national, sans pouvoir toujours le traduire au quotidien.

Bibliographie

Bibliographie

Buzan Barry, Little Richard 2000

Buzan Barry, Little Richard, International Systems in World History. Remaking the Study of International Relations, New York, Oxford University Press, 2000.

Clark Ian 1989

Clark Ian, The Hierarchy of States. Reform and Resistance in the International Order, Cambridge Studies in International Relations 7, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

Davison Roderic H. 1973

Davison Roderic H., Reform in the Ottoman Empire 1856-1876, New York, Gordian Press, 1973.

Driault Édouard, Lhéritier Michel 1925

Driault Édouard, Lhéritier Michel, Histoire diplomatique de la Grèce de 1821 à nos jours, II. Le Règne dOthon – La Grande Idée (1830-1862), Paris, PUF, 1925.

Findley Carter V. 1980

Findley Carter V., Bureaucratic Reform in the Ottoman Empire : The Sublime Porte 1789-1922, Princeton, Princeton University Press, 1980.

Gounaris Vassilis K. 2010

Gounaris Vassilis K., Το Μακεδονικό ζήτημα από τον 19ο έως τον 21ο αιώνα. Ιστοριογραφικές προσεγγίσεις, Athènes, Alexandreia, 2010.

Inalcik Halil 1973

Inalcik Halil, « Application of the Tanzimat and its Social Effects », Archivum Ottomanicum, 1973.

Lybératos Andréas K. 2009

Lybératos Andréas K., Οικονομία, πολιτική και εθνική ιδεολογία. Η διαμόρφωση των εθνικών κομμάτων στη Φιλιππούπολη του 19ου αιώνα, Héraklion, Presses de l’université de Crète, 2009.

Ortayli Ilber 2004

Ortayli Ilber, Ο πιο μακρύς αιώνας της αυτοκρατορίας. Ο οθωμανικός 19ος αιώνας. Η πορεία προς τον εσκυγχρονισμό, Athènes, éd. Papazissi, 2004.

Owen Roger 1981

Owen Roger, The Middle East in the World Economy 1800-1914, Londres-New York, Methuen, 1981.

Pamuk Şevket 1987

Pamuk Şevket, The Ottoman Empire and European Capitalism, 1820-1913, Cambridge Middle East Library, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

Papastathis Charalambos 1984

Papastathis Charalambos (éd.), Οι κανονισμοί των Ορθοδόξων Ελληνικών Κοινοτήτων του Οθωμανικού Κράτους και της Διασποράς, Thessalonique, Kyriakidi, 1984.

Schroeder Paul W. 1986

Schroeder Paul W., « The 19th Century International System : Changes in the Structure », World Politics 39,1 (octobre 1986), p. 1-26.

Stamatopoulos Dimitris 2003

Stamatopoulos Dimitris, Μεταρρύθμιση και εκκοσμίκευση. Προς μια ανασύνθεση της ιστορίας του Οικουμενικού Πατριαρχείου τον 19ο αιώνα, Athènes, Alexandreia, 2003.

Notes

1 Sur les problèmes de la question dite macédonienne, voir Gounaris Vassilis K. 2010.

2 Findley Carter V. 1980.

3 Clark Ian 1989, p. 112.

4 Ibid., p. 126.

5 Ibid., p. 114 et 121.

6 Driault Édouard, Lhéritier Michel 1925, p. 405.

7 Schroeder Paul W. 1986, p. 1-26.

8 Buzan Barry, Little Richard 2000, p. 403-404.

9 Ortayli Ilber 2004.

10 Inalcik Halil 1973, p. 8.

11 Ibid., p. 20-21 ; Ortayli Ilber 2004, p. 230.

12 Inalcik Halil 1973, p. 6-7.

13 À ce propos, il faut comparer les statuts des municipalités que donne Papastathis Charalambos 1984.

14 Sur les transformations économiques dans l’Empire, voir Owen Roger 1981 ; Pamuk Şevket 1987.

15 Ortayli Ilber 2004, p. 271.

16 Davison Roderic H. 1973, p. 114.

17 Stamatopoulos Dimitris 2003, p. 35.

18 Davison Roderic H. 1973, p. 114.

19 Stamatopoulos Dimitris 2003, p. 293-294.

20 Lybératos Andréas K. 2009, p. 224-225.

21 Id., p. 301.

Auteur

Université nationale d’Athènes.

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search