Version classiqueVersion mobile

Voisinages fragiles

 | 
Anastassios Anastassiadis

Préface

Anastassios Anastassiadis

Texte intégral

1Ce volume thématique résulte des réflexions menées dans le cadre d’un colloque au titre éponyme tenu à l’École française d’Athènes du 26 au 28 septembre 2007. La problématique de cette rencontre découlait à la fois d’un état de la question et d’une volonté d’innovation. De fait, le constat était le suivant : de la guerre de Crimée jusqu’à la dissolution de l’Empire ottoman, le facteur religieux apparaissait prédominant pour comprendre les évolutions socio-politiques et les enjeux diplomatiques dans le Sud-Est européen et la Méditerranée orientale, pour finalement saisir la Question d’Orient.

2Le renouvellement de la problématique touchait, quant à lui, un triple aspect, géographique, conceptuel et disciplinaire. Tout d’abord le colloque a permis la réunion de spécialistes du Proche-Orient, de l’Asie Mineure et des Balkans de l’époque ottomane tardive et des débuts des indépendances, que des carcans géographiques arbitraires obligent souvent à travailler de façon séparée. Nous croyons que le cadre ottoman fournit une certaine unité d’action et d’existence qui permet d’étudier conjointement les sujets qui nous intéressent. Puis, deuxième point de la problématique, en abordant l’histoire des relations interconfessionnelles de 1854 à 1923, nous nous proposions d’identifier la variété des contacts, la multitude des stratégies des individus comme des institutions, le rapport complexe entre religions, identités et politique. Ainsi espérions-nous rompre avec les essais habituels de définition essentialiste des identités religieuses et nationales. De même souhaitions-nous dépasser la logique des analyses monographiques ou en binômes en montrant les multiples interconnections des acteurs. Comment comprendre la situation en Palestine, mais aussi en Asie Mineure ou encore dans les Balkans durant cette période sans en considérer tous les acteurs ? Les civils comme les religieux ; les diplomates et les consuls comme les autorités ottomanes ; les locaux comme les étrangers. Ce colloque fut une première tentative dans cette direction. Enfin, dernier point du renouvellement de la problématique, il s’agissait non seulement d’examiner toutes les confessions religieuses possibles (catholiques, juifs, musulmans, orthodoxes, protestants), mais aussi d’aller au-delà de ces étiquettes religieuses pour examiner la diversité des situations qui se cachent derrière elles.

3 La rencontre d’Athènes s’est donc placée au croisement des recherches récentes ayant renouvelé la vision du rapport entre religion et politique. Dans son développement, ce volume prend en compte les relations entre les missions catholiques et la diplomatie culturelle ou politique coloniale des grandes puissances, dans un contexte de sécularisation en Occident. Il intègre les contacts entre différents groupes confessionnels, les institutions religieuses et les nationalismes émergents dans l’Empire ottoman et l’espace balkanique. Enfin, il se penche sur les divers modes de la présence de l’Occident en Méditerranée orientale.

4Le volume réunit une quinzaine de contributions selon quatre axes thématiques qui ont paru essentiels pour la compréhension du phénomène. Chacun d’eux commence par une introduction replaçant les trois ou quatre articles qui le constituent dans le contexte de l’historiographie de la thématique en question. En réunissant des chercheurs venant d’horizons disciplinaires et géographiques divers, ce volume, dans la suite du colloque et du programme de recherche mené au sein de l’EFA, se fixe deux objectifs scientifiques : d’une part, dresser un panorama aussi complet que possible des situations d’interconfessionnalité dans l’espace en question en le mettant en relation avec la production scientifique récente ; d’autre part, tenter un dialogue entre les approches méthodologiques de chercheurs spécialistes d’aires géographiques contiguës, mais rarement mises en relation malgré leur passé ottoman commun.

5La réalisation du volume, comme celle du colloque, a été possible grâce au concours actif de l’EFA. Nous sommes reconnaissant à Géraldine Hue, responsable des publications, ainsi qu’à Béatrice Detournay et Sophie Duthion pour le soin apporté à l’édition de cet ouvrage. Despina Magkanari, Marie-Laure Portal, ainsi qu’un certain nombre de mes étudiants à McGill University à Montréal (notamment Dominique Biggs, Joshua Mentanko, Kristina Panayotopoulos) doivent également être remerciés pour leur aide éditoriale. De même, le volume comme le colloque ont bénéficié du soutien généreux de la fondation Ioannis Kostopoulos que je tiens à remercier une fois de plus. Enfin, le musée Albert Kahn a mis à notre disposition la photographie d’Auguste Léon prise à Thessalonique en 1918 qui illustre si bien non seulement la couverture du livre, mais aussi le titre de nos travaux : les voisinages fragiles. Il reflète la situation des hommes, des communautés et des États dont nous avons entrepris de faire l’histoire, mais aussi celle des chercheurs travaillant sur ces différents objets d’étude, souvent abordés de façon indépendante les uns des autres. Notre espoir, grâce à ce premier colloque, consistait à rendre ce voisinage moins précaire, voire à consolider l’émergence d’une communauté de recherche partageant la volonté de faire un bout de chemin ensemble. C’est chose faite comme l’illustrent à la fois ce livre et la constitution par un certain nombre des auteurs présents ici d’un groupe de recherche actif sur l’histoire de l’éducation et de la scolarisation en Méditerranée orientale dans le cadre de l’École française d’Athènes.

6Montréal, juin 2013

© École française d’Athènes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search