Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Conclusion générale

Texte intégral

Un genre protéiforme

1Qu’est-ce que la représentation honorifique ? La question, attaquée par tous les flancs, résiste opiniâtrement. Mieux, chaque exploration de détail fait surgir une nuance inconnue, une ambiguïté irréductible. Combien de fois, confronté à un document singulier – base, statue ou inscription –, ai-je hésité sur le qualificatif à lui donner ? Combien de fois ai-je pensé outrepasser les limites que je m’étais fixées et les ai-je outrepassées effectivement ? Le sujet semble se dissoudre dans une infinie variété, dans une pluralité insaisissable.

2C’est toutefois ce caractère protéiforme qui constitue la clé de compréhension de la représentation honorifique, qui n’est pas seulement une invention du corps civique athénien au début du ive s., mais un trait fondamental de la culture grecque. La consécration d’une œuvre à l’image d’un personnage, remarquable par ses bienfaits et par son dévouement à la communauté, à sa famille ou à ses amis, est en effet une tradition attestée dès l’époque archaïque. Cette coutume tire son origine de modèles orientaux, et plus particulièrement égyptiens, mais également de la tradition des concours, où les vainqueurs, parmi leurs récompenses, se voient octroyer le droit d’installer une statue à leur image dans un sanctuaire panhellénique. Ces représentations visent tout à la fois à réjouir le personnage représenté par le don d’un objet précieux, à le placer sous la protection des dieux et à offrir à l’admiration générale une image de ses qualités. À l’époque archaïque, elles demeurent le privilège de quelques-uns, les ἄριστοι, qui disposent de la richesse et de l’autorité suffisantes pour imposer ces prestigieuses images.

3La représentation honorifique publique est l’adaptation aux institutions démocratiques de cette tradition ancestrale. La cité, pour maîtriser les pratiques héritées de l’archaïsme et leur donner un cadre légal, étend en effet, à partir du ive s., son autorité sur les représentations individuelles. Ce contrôle lui permet non seulement de décider des critères donnant accès à la représentation, mais également d’en déterminer tous les aspects matériels : le coût des monuments, leurs dimensions, leur apparence, leur emplacement, leur support, l’inscription qu’ils portent, font l’objet de délibérations dans les assemblées, tandis que des magistrats sont chargés de leur conservation et de leur entretien. Sur le plan institutionnel, la représentation honorifique est donc précisément encadrée et définie. Elle est l’expression d’un discours public normatif, dont la structure n’évolue guère au cours de la période hellénistique. Cette permanence fonde la confiance dans les institutions de la cité, qui montrent leur conséquence en octroyant à leurs bienfaiteurs des honneurs conformes aux lois.

4L’apparition de la représentation honorifique publique, encadrée institutionnellement, ne met cependant pas fin aux pratiques votives privées, héritées de l’archaïsme. Les deux formes de représentations individuelles coexistent au contraire et s’influencent réciproquement. Le jeu constant entre monuments privés et publics à l’époque hellénistique tient à la grande proximité des deux genres, qui ont souvent le même statut juridique. En effet, les représentations privées, installées la plupart du temps dans l’espace public, font l’objet, comme les représentations publiques, d’une demande auprès des autorités de la cité ou du sanctuaire. Seuls l’inscription et le financement public distinguent alors les monuments officiels. Encore n’est-il pas rare, à partir de la basse époque hellénistique, que les bienfaiteurs financent eux-mêmes les monuments qu’on leur a octroyés.

5De surcroît, dès le ive s., les représentations privées imitent les représentations officielles. Tout d’abord, les inscriptions gravées sur les bases de représentations honorifiques privées reprennent le formulaire officiel et mentionnent fréquemment, à partir de la basse époque hellénistique, les honneurs publics reçus par ailleurs par le personnage représenté. Il devient alors difficile de distinguer matériellement les deux types de représentations : elles partagent les mêmes emplacements et les mêmes types de supports. L’installation, sur une même base, de représentations aux statuts différents ajoute encore à la confusion. Honneurs publics et familiaux sont indissociablement liés.

6Les différents types statuaires sont par ailleurs indistinctement utilisés pour la représentation honorifique publique et la représentation privée. Le type du « philosophe » de Delphes se trouve ainsi aussi bien en contexte public, avec la statue de Démosthène notamment, qu’en contexte privé, avec la statue du « philosophe » de Delphes et celle de la Maison des Masques à Délos. La même indistinction entre registres privé et public s’observe dans l’utilisation du type d’Eschine et de Sophocle : alors que les statues de l’orateur et du dramaturge sont probablement publiques, celles de Dioscouridès à Délos et de Cléoneicos à Érétrie sont des dédicaces privées. Même les représentations de militaires, que l’on pourrait croire plus spécifiquement publiques, peuvent être érigées par des groupes privés, comme le prouvent, à Delphes, les statues du monument de Daochos et, à Délos, la statue cuirassée de Caius Billienus, celles du Samothrakeion, et la statue équestre de l’agora des Italiens (fig. 19). Enfin, les types féminins, plus volontiers associés à la représentation privée, sont aussi utilisés en contexte public. Les statues des parentes de Lucius Valerius Flaccus à Magnésie du Méandre en apportent une preuve éclatante.

7Le tableau devient plus complexe encore si l’on songe que les représentations honorifiques ne sont pas l’apanage des familles d’une part et des cités d’autre part, mais que tout type de communauté peut décider de l’installation d’un monument, notamment les subdivisions de la cité et les associations. Chaque groupe, sous le contrôle éminent de la cité, est susceptible de s’approprier ces pratiques et d’accorder des représentations, en fonction de ses propres ressources et attentes. Un thiase ou un dème se contentent ainsi souvent d’accorder une représentation peinte ou un relief à leurs bienfaiteurs, pour ne pas grever trop leur budget limité.

8Enfin, le succès de la pratique honorifique est tel qu’elle est adaptée par les souverains et leurs cours, qui emploient, au service d’intérêts dynastiques, le discours et les formes d’expression élaborés dans les cités. À rebours, les représentations royales et les titres de cour marquent de leur empreinte, à la fin de l’époque hellénistique, les institutions de certaines cités caractérisées par une fermeture oligarchique.

9Derrière l’unité du langage honorifique se cache donc une grande diversité de commanditaires et de personnages honorés. Ce foisonnement du genre honorifique suscite une émulation aussi bien entre les personnages honorés qu’entre les artistes et les architectes qui réalisent les monuments. Ces derniers, pressés par les commanditaires des œuvres, rivalisent en effet de créativité pour inventer sans cesse de nouvelles modalités de la distinction. Certains monuments se signalent ainsi par leur prétention : des statues dorées, plus grandes que nature, prennent place sur des colonnes, tandis que d’autres sont installées au fond de niches ou dans un temple, évoquant les statues divines et faisant écho aux cultes de bienfaiteurs instaurés dans certaines cités ; d’autres œuvres, au contraire, sont beaucoup plus modestes : les reliefs et statues honorifiques de petite taille ressemblent à des offrandes sans prétention ou encore à des monuments funéraires. L’époque hellénistique avançant, le caractère funéraire de certaines représentations devient d’ailleurs de plus en plus prononcé : les grands hommes du passé ne sont plus seuls à bénéficier d’une représentation posthume dans l’espace public ; ils sont désormais côtoyés par les défunts héroïsés et les jeunes gens trop tôt disparus.

10Ainsi, au-delà d’une définition institutionnelle rassurante, mais trop étroite, la représentation honorifique apparaît avant tout comme un mode d’expression de la reconnaissance, utilisé dans les circonstances les plus variées, pour servir les intérêts les plus divers. La représentation honorifique publique est au cœur de cette constellation et demeure la référence, le modèle enviable auquel tous se réfèrent, mais elle ne constitue pas un genre circonscrit, indépendant des autres représentations individuelles. Les influences réciproques entre monuments privés et publics, votifs et honorifiques, sont au contraire constantes. C’est probablement là une des conséquences inattendues des formules hortatives des décrets honorifiques : à défaut de pouvoir imiter les bienfaits et les qualités d’un grand homme, on imite son monument.

Les variations locales et régionales d’un genre panhellénique

11La diversité de la représentation honorifique tient également à sa très large diffusion. Les cités, les confédérations et les communautés, en fonction de leurs traditions et de leurs lois propres, n’usent pas toutes en effet de la représentation honorifique de la même façon. Il n’est ainsi pas étonnant que des cités d’Ionie et du Dodécanèse, telles Samos ou Milet, où la représentation individuelle joue un rôle important dès l’époque archaïque, comptent parmi les premières
à octroyer des représentations honorifiques et maintiennent cette pratique tout au long de l’époque hellénistique. À l’inverse, Athènes aux ve et ive s., ainsi que les cités qui s’inspirent visiblement des institutions attiques, comme Thasos au ive s., ou encore Rhodes, se caractérisent par une retenue dans l’octroi des représentations : les récompenses et les dédicaces sont, pour la plupart, collectives et seuls les grands généraux obtiennent une statue publique. Les autres bienfaiteurs doivent se contenter d’honneurs plus modestes, comme les plaques de bronze encastrées dans les murs des bâtiments publics de Thasos. D’autres pratiques semblent géographiquement plus circonscrites encore, telle l’installation d’une statue honorifique par disposition testamentaire, limitée à quelques cités d’Ionie, de Carie et des Cyclades.

12La tradition locale n’influe pas seulement sur le nombre et les circonstances d’installation des représentations honorifiques, mais également sur leur apparence. Les bases monolithes basses conservent ainsi à l’Acropole d’Athènes son aspect vieil attique pendant toute la période hellénistique, tandis que les colonnes honorifiques sont, aux iie et ier s., un trait caractéristique du sanctuaire de Claros. L’emploi des bases circulaires a lui aussi un caractère régional marqué : elles sont particulièrement appréciées dans les îles de l’Égée – notamment Délos et Rhodes – et dans les cités de la côte Sud-Ouest de l’Anatolie – Priène ou Caunos par exemple. D’autres types de bases ne sont pas attachés à un lieu, mais à une dynastie : les souverains attalides paraissent ainsi avoir particulièrement apprécié les piliers honorifiques et les bases monumentales cylindriques.

13On perçoit une même distinction géographique dans les types statuaires honorifiques. Certes, à de rares exceptions, ils procèdent de modèles établis dans la seconde moitié du ive s., mais ils sont adaptés aux traditions locales par les ateliers de sculpteurs. Ainsi, les fragments de statues honorifiques du sanctuaire de Dodone permettent de restituer des statues cuirassées d’un type original, dont le chitôn était marqué de petits points et dont la cuirasse était peut-être décorée de motifs abstraits. De même, alors que le bon citoyen athénien est représenté vêtu d’un simple manteau, dans l’attitude retenue qui sied à l’orateur, on trouve à Cos, mais aussi à Claros et dans plusieurs cités d’Asie Mineure, des bienfaiteurs qui superposent le chitôn et l’himation et manifestent leur énergie par un vif mouvement. Les types féminins de Samos-Cos et de la Pudicitia se distinguent eux aussi nettement des modèles de l’époque classique et de la haute époque hellénistique : de structure pyramidante, ils adoptent une pondération qui accentue fortement le hanchement ; leur chitôn n’est pas une légère tunique de lin, mais un lourd drapé de laine, tandis que leur manteau est réduit à un châle d’étoffe très fine. Cette diversité permet à chaque cité de créer un paysage honorifique qui lui est propre. Elle affirme ainsi son identité à deux échelles : en participant au système des honneurs, elle manifeste son appartenance à la culture commune des cités ; en développant son propre style de monuments, elle montre sa singularité au sein de cette communauté.

14La variété des représentations honorifiques tient également à la richesse relative des communautés qui les font ériger. Cette distinction vaut aussi bien, on l’a vu, au sein d’une cité qu’entre les cités : le cas de Delphes est ici significatif. Bien qu’accolée au sanctuaire panhellénique d’Apollon, où abondent les représentations honorifiques, la petite cité phocidienne n’octroie que très peu de représentations honorifiques et ses citoyens les plus riches ne dédient que très rarement des représentations de membres de leur famille dans le sanctuaire. Il faut cependant nuancer ce tableau en fonction des régions, car certaines cités de taille moyenne, comme Magnésie du Méandre ou Priène, ont livré un nombre important de monuments honorifiques.

15Enfin, à plus petite échelle, s’observe, à la basse époque hellénistique, une nette différence dans la pratique honorifique entre les cités et les sanctuaires de Grèce continentale d’une part et ceux d’Égée et d’Asie Mineure d’autre part. Tandis que, à l’exception notable du sanctuaire de Delphes, le nombre de statues honorifiques en bronze érigées en Grèce continentale est relativement modeste au iie s. et faible au ier s., il est au contraire très élevé et ne cesse de croître en Égée et en Asie Mineure.

La représentation honorifique en crise ?

16Cette remarque nous amène directement au dernier temps fort de l’analyse, qui a trait à l’évolution du genre honorifique et plus précisément à son éventuelle crise au cours de la basse époque hellénistique. La plasticité du genre, la variété de ses formes interdisent certes de tirer sur ce point des conclusions valables pour tout le monde grec. On peut toutefois observer que c’est au cours d’un large iie s., de la fin du iiie s. au début du ier s., que le nombre de statues honorifiques, aussi bien publiques que privées, est le plus important. Ce plein épanouissement coïncide peu ou prou avec une évolution, certains diront une crise, du genre. En effet, c’est d’une part à cette époque que sont introduits de nouveaux types honorifiques, autrefois réservés à la représentation royale et divine : l’emploi de la représentation masculine nue, à coloration militaire et héroïque, se diffuse alors en Asie Mineure et dans les îles de la mer Égée pour la représentation de simples particuliers. D’autre part, les statues sont plus fréquemment exposées dans des niches et des naiskoi, qui mettent en valeur le caractère surhumain des personnages représentés, tandis que l’éventail des individus qui ont accès à la représentation publique s’élargit.

17Surtout, la fin du iie s. et le début du ier s. sont marqués par de profondes évolutions dans la conception même de la représentation individuelle. En effet, C’est au cours de cette période qu’apparaissent, dans la sculpture, les représentations partielles, bustes et médaillons. L’adaptation en ronde bosse et en relief de ce mode de représentation auparavant réservé à la peinture correspond certainement à une volonté d’économie, de temps et de matériau, mais aussi à l’exposition des œuvres dans les espaces restreints d’un oikos – on pense au Monument de Mithridate à Délos (fig. 17, p. 176) – ou d’une maison – les bustes de la Maison des Sceaux à Délos en fournissent un exemple caractéristique. Sur le plan iconographique, l’apparition des représentations partielles coïncide avec un attrait nouveau des sculpteurs pour la représentation du visage masculin. Les portraits expressifs créés à cette époque, où les marques de l’âge et de la fatigue sont soulignées avec vigueur, sont le signe d’une volonté nouvelle de représenter la personnalité et non plus seulement les qualités. Parmi les nombreux facteurs qui expliquent l’apparition de ces types de représentations, la présence croissante d’Italiens et de Romains en Orient à la basse époque hellénistique tient indéniablement une place fondamentale.

18Cette époque où le système honorifique arrive à son point de tension extrême voit, ce n’est pas un hasard, se développer le remploi de monuments honorifiques. Si ses motivations et ses formes sont multiples, il constitue presque toujours l’aliénation d’un patrimoine culturel et politique pour honorer un bienfaiteur romain et menace l’une des caractéristiques essentielles de la représentation honorifique : sa pérennité. Le remploi rompt la confiance dans la représentation honorifique et subvertit ses fonctions. Les récriminations de Cicéron, et plus tard de Dion de Pruse, contre cette pratique n’ont pas d’autre signification.

19Ces évolutions de la représentation honorifique sont contemporaines de la fermeture sociale progressive des institutions des cités, marquées par le poids croissant des grands bienfaiteurs et par l’importance toujours plus grande des relations avec Rome. Les honneurs hyperboliques, tant par leur nombre que par leur forme, accordés aux généraux romains, de Flamininus à César et au-delà, et à leurs hommes de confiance, en sont les principales manifestations.

20Quel sens donner cependant à ces pratiques nouvelles ? Sans doute reflètent-elles les déséquilibres structurels, économiques, politiques et sociaux, qui touchent un grand nombre de cités à la basse époque hellénistique. On ne peut cependant parler d’une crise de la représentation honorifique, puisque toutes ces évolutions ne sont que le développement de ses caractéristiques et de ses ambiguïtés propres. Dès l’origine, la représentation honorifique est l’expression d’un prestige aussi bien politique que social, qui distingue le personnage honoré de l’ensemble de la communauté. Cette pratique, peu compatible avec les principes démocratiques, fait d’ailleurs très tôt l’objet de débats et de recours, comme le prouve la contestation des honneurs accordés à Démade. De surcroît, dès le ive s., quoique d’une manière assez sporadique, certains bienfaiteurs sont héroïsés ou reçoivent, par le biais de la procédure honorifique, des honneurs cultuels. La basse époque hellénistique ne correspond donc pas au détournement ou à la confiscation du système des honneurs : celui-ci est simplement poussé à son paroxysme.

Les prolongements : la représentation honorifique à l’époque impériale

  • 1 Price 1984 ; Herz 2003 ; pour l’instauration du culte impérial en Achaïe et ses rapports au système (...)
  • 2 Sur ces groupes sculptés, cf. Boschung 2002 et en particulier p.  174-179, pour le rôle joué par ce (...)
  • 3 IG XII 8, 380 (ier s. apr. J.-C.).
  • 4 Grandjean, Salviat 2000, p.  73, no 30.

21Quoique, entre la basse époque hellénistique et l’époque impériale, on puisse identifier de nombreuses continuités dans les pratiques honorifiques, l’instauration du culte des empereurs et de la famille impériale modifie progressivement le rapport des cités grecques à la représentation individuelle1. En effet, selon des rythmes différents, les cités aménagent ou transforment des bâtiments pour accueillir ces nouveaux cultes et installent, sur les agoras et dans les sanctuaires, des groupes statuaires représentant les membres de la famille impériale2. À Thasos est ainsi aménagé très tôt un temple de Rome et d’Auguste3, tandis qu’est installé sur l’agora un autel à Lucius César (fig. 6, p. 114)4. Font alors leur apparition dans les cités de nouveaux types de représentations, caractérisés, fait nouveau, par leur conformité à des modèles élaborés à Rome : la famille impériale doit être reconnue partout dans l’Empire. Par une volonté politique d’unité, l’art de la représentation individuelle connaît ainsi sa première véritable normalisation.

  • 5 Sur les prêtres des empereurs, cf. Frija 2012 ; sur l’importance de la prêtrise du culte impérial d (...)
  • 6 Heller 2012.
  • 7 Fabricius 2010, p.  260.

22L’instauration du culte des empereurs implique également une évolution progressive de la vie politique des cités : non seulement la prêtrise des empereurs devient une charge au prestige sans pareil5, mais, dans certaines cités, est instaurée une nouvelle forme de distinction sociale, le titre d’« ami des empereurs ». Par ailleurs, la distinction toujours plus grande des classes dirigeantes, qui conçoivent désormais plus leur carrière à l’échelle de la province qu’à celle de la cité6, contribue probablement à l’essor du culte héroïque de ses membres défunts7. Ces modifications de la hiérarchie sociale traditionnelle ne sont pas sans conséquence sur la représentation honorifique : les liens avec la famille impériale font désormais partie des principaux motifs de l’honneur et les représentations des notables locaux s’inspirent délibérément des portraits des empereurs.

  • 8 Heller 2006, p.  164, 241-282.
  • 9 Un exemple caractéristique est l’inscription gravée sur la base de la statue honorifique de Septime (...)
  • 10 Cf. par exemple la base de la statue honorifique du pancratiaste Ti. Claudius Rufus de Smyrne, érig (...)

23La volonté de proximité avec le pouvoir impérial entraîne également de nouvelles formes de rivalités entre cités, notamment pour obtenir le privilège d’abriter un culte impérial provincial, plus tard désigné par le titre de néocore8. Ces rivalités nouvelles se traduisent par une modification de la titulature des cités, particulièrement mise en avant dans les inscriptions honorifiques9, qui tendent parfois à se confondre avec la transcription du décret10.

24Si l’époque impériale ne marque donc pas de rupture radicale dans l’histoire de la représentation honorifique, les transformations politiques et sociales qu’elle suscite dans les cités grecques se traduisent par une modification progressive des pratiques honorifiques, sur tous les plans, politique, social, matériel et artistique. Le genre honorifique, par essence protéiforme, s’enrichit alors d’un nouveau visage.

Notes

1 Price 1984 ; Herz 2003 ; pour l’instauration du culte impérial en Achaïe et ses rapports au système honorifique traditionnel, cf. Kantiréa 2007 ; pour les débuts du culte impérial à Milet, cf. Herrmann P.  1994, dont l’analyse se fonde sur la base de la statue honorifique de C. Iulius Épicratès, grand-prêtre à vie du culte d’Auguste.

2 Sur ces groupes sculptés, cf. Boschung 2002 et en particulier p.  174-179, pour le rôle joué par ces groupes dans les cités.

3 IG XII 8, 380 (ier s. apr. J.-C.).

4 Grandjean, Salviat 2000, p.  73, no 30.

5 Sur les prêtres des empereurs, cf. Frija 2012 ; sur l’importance de la prêtrise du culte impérial dans la hiérar­chie sociale des cités, cf. Rizakis, Camia 2008.

6 Heller 2012.

7 Fabricius 2010, p.  260.

8 Heller 2006, p.  164, 241-282.

9 Un exemple caractéristique est l’inscription gravée sur la base de la statue honorifique de Septime Sévère, érigée en 195 apr. J.-C. par les Milésiens, dont les sept premières lignes sont consacrées à la titulature de la cité ; Milet VI 3, 1111.

10 Cf. par exemple la base de la statue honorifique du pancratiaste Ti. Claudius Rufus de Smyrne, érigée à Olympie par les Éléens au début du iie s. apr. J.-C. (IOlympia 54), qui reprend, à la première personne du singulier, les termes de la proposition.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search