Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Troisième partie – Étude iconographique

Conclusion

Texte intégral

1Au sein d’un répertoire iconographique codifié et relativement limité, la représentation honorifique connaît des variations importantes en fonction des personnages honorés et du contexte d’installation des œuvres. Les différents types donnent à voir les qualités des personnages représentés, mais aussi la hiérarchie sociale et les valeurs promues par la cité. Monuments politiques, les représentations honorifiques sont aussi des créations artistiques. L’adaptation et la modification permanentes de types établis pour la plupart au ive s. ou au cours de la haute époque hellénistique permettent en effet aux ateliers locaux de faire œuvre originale à partir de cartons conventionnels. Chaque région, et parfois chaque cité, possède ainsi un faciès honorifique propre, qui peut faire écho, stylistiquement, à ses prestigieux bâtiments publics et religieux. Les monuments honorifiques ont alors une valeur culturelle : signes d’appartenance à une culture commune, celle des cités, ils manifestent aussi la singularité d’une communauté.

2La période étudiée est caractérisée, sur le plan iconographique, par deux évolutions majeures. En effet, au cours de la basse époque hellénistique, quoique d’une manière limitée, sont repris, pour représenter de simples particuliers, des types autrefois réservés aux souverains. Là encore, ces pratiques nouvelles sont souvent liées à un mode d’exposition original et prestigieux, qui met en valeur le caractère surhumain du personnage représenté. D’autre part, la fin de l’époque hellénistique est marquée par l’apparition de portraits d’un type nouveau, au réalisme sans concession, qui correspondent aux attentes de la nouvelle classe dirigeante.

3Ces innovations manifestent l’écart qui se creuse entre les grands bienfaiteurs, honorés de multiples monuments, coûteux et originaux, et les bienfaiteurs ordinaires, qui doivent se contenter de la couronne de routine ou, au mieux, d’une représentation peinte ou d’un relief. Sans doute ces évolutions doivent-elles également beaucoup à la présence de plus en plus prégnante d’Italiens et de Romains en Méditerranée orientale. En effet, quoique attirés par la culture et l’art grecs, ils ont souvent apporté du Latium ou de Campanie les pratiques culturelles propres à la société romaine.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search