Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Rôles, valeurs et symboles des couleurs et de l’or

S’habiller aux couleurs des saints : démarches votives et culte des saints au Liban

Wearing the colors of saints: votive practices and cult of saints in today’s Lebanon

Φορώντας τα χρώματα των αγίων: αναθηματικές πρακτικές και λατρεία των αγίων στο Λίβανο

Nour Farra-Haddad

Résumé

Le culte des saints véhicule encore aujourd’hui, au Liban, l’essentiel des dévotions chrétiennes et musulmanes. La renommée des lieux de pèlerinages se fonde le plus souvent sur leurs vertus thérapeutiques, attirant des fidèles pour guérir leur âme et leur corps. Chaque sanctuaire propose aux fidèles une série de rites. Plusieurs actions peuvent s’enchaîner et s’agencer pour former une seule démarche votive comme allumer un cierge, brûler de l’encens, embrasser la statue du saint, etc. On s’intéresse ici au rituel du port de l’habit d’un saint et de ses couleurs durant un ou plusieurs mois, voire toute une vie. On évoquera tous les choix qu’il implique (le saint concerné et ses habits, la durée du port, l’origine des vêtements, la démarche rituelle). Les couleurs des habits de saints seront évoquées en insistant sur ce qu’elles représentent aux yeux des « vouants ».

Texte intégral

1Au Liban, de nos jours, le culte des saints véhicule toujours comme depuis des siècles l’essentiel des dévotions chrétiennes et musulmanes. Oratoires, chapelles, monastères, mosquées, maqâms et mazars traduisent l’importance du culte des saints dans la culture libanaise. La renommée des lieux de pèlerinages, très nombreux, se fonde le plus souvent sur leurs vertus thérapeutiques qui attirent des fidèles pour guérir leur âme et leur corps.

2Chaque sanctuaire propose aux fidèles une série de rites qui, selon leur efficacité potentielle, vont être classés par les pèlerins par ordre d’importance. Plusieurs démarches peuvent s’imbriquer, s’enchaîner et s’agencer pour former une seule démarche votive (allumer un cierge, brûler de l’encens, embrasser la statue ou l’icône du saint, se masser avec une pierre sacrée, boire de l’eau du lieu de culte, etc.). Au moment même de la formulation du vœu, les pèlerins adoptent un ou des rituels, selon le lieu, qui exigent souvent la mise en jeu du corps et qui vont, comme l’esprit, se mobiliser pour le saint ou la sainte. Un rite peut occuper la place principale, mais souvent une série d’autres rites viennent se cristalliser autour de lui pour créer toute une ambiance propice à la réalisation du vœu. Les démarches votives sont avant tout des démarches personnelles entreprises par les pèlerins exprimant leurs vœux, mais il arrive aussi que d’autres personnes interviennent significativement dans le processus (mères, parents, voisins, amis, etc.) en leur suggérant d’avoir recours aux vœux, en les orientant vers tel ou tel rite, en les initiant à tel ou tel rite, en les accompagnant ou en priant avec eux.

3Dans une première partie, seront présentés les choix des « vouants » concernant le saint et ses habits, le moment choisi pour le porter ainsi que sa durée dans le temps. Les différentes origines des vêtements, leur présentation dans les lieux de culte, la démarche qui accompagne ce port ou le moment d’ôter l’habit ainsi que l’intérêt de cette pratique et son impact sur son environnement social seront aussi développés. Enfin, les couleurs de ces habits et leur symbolisme seront évoqués en insistant sur ce qu’ils représentent aux yeux des « vouants ».

1. Le port de l’habit du saint ou de la sainte

4La promesse de porter l’habit est verbalisé soit en formulant un vœu, soit en remerciant le saint de l’avoir accompli. Ainsi le rite est réalisé à la suite d’une demande ou en signe de remerciement, selon le vœu formulé. La verbalisation peut se faire devant l’icône ou la statue du saint dans une ambiance pieuse, en allumant un cierge par exemple ou en brûlant de l’encens dans un sanctuaire ou chez soi.

5Dans la plupart des cas, ce vœu est associé à un pèlerinage national mais il arrive que certains « vouants » libanais l’associent à un pèlerinage à l’étranger comme c’est le cas de femmes libanaises qui ont fait le vœu de porter les habits de sainte Rita en visitant son sanctuaire à Cassia en Italie, ou d’autres qui ont fait le vœu de porter les habits de sainte Thérèse en visitant son sanctuaire à Lisieux en France.

6Ce pèlerinage est courant au Liban, surtout dans les milieux chrétiens. Les musulmans s’y prêtent rarement, craignant le regard « critique de l’autre », étant donné que ce rite impose au pèlerin d’afficher ouvertement ses intentions votives. Ce rite implique une régularité et des efforts quotidiens puisque les « vouants » portent l’habit pour une période déterminée, toute la journée, et ne l’enlèvent que le soir pour dormir. Quelle que soit l’activité du « vouant », l’habit se porte. Dans les écoles, les universités, dans des bureaux, dans les rues… il est possible de croiser des « vouants » habillés aux couleurs des saints. L’habit peut être porté à même la peau ou bien par-dessus des vêtements. Toutes les composantes de ce rite sont porteuses de symboles (le saint choisi, les couleurs de l’habit, le moment choisi pour ce port et sa durée) et peuvent témoigner de la détermination, de la foi et des motivations des « vouants ».

2. Choix de l’habit, choix du saint

7Le choix de l’habit du saint est étroitement lié aux motivations des « vouants ». Les saints auxquels sont attribués des pouvoirs et des vertus spécifiques sont très nombreux dans toutes les communautés. Une tradition orale véhicule les différentes « spécialisations des saints guérisseurs » et dans certains cas la tradition écrite livre aussi des témoignages et des « guides de saints ou de lieux saints ». Un même saint peut accumuler plusieurs spécialisations et caractéristiques. Certains sont réputés pour leurs vertus thérapeutiques, d’autres sont patrons de métiers, des protecteurs.

8Les saints à vertus thérapeutiques, qu’on appelle saints guérisseurs ou thaumaturges, sont les plus sollicités pour des grâces et des miracles. À titre d’exemple, Mar Nohra (saint Lumière) est spécialisé dans les problèmes oculaires, il est « ophtalmologiste », Mar Doumit est « orthopédiste », Cheikh Zaber est un saint musulman dédié à la guérison des verrues.

  • 1 V. Sauma, Sur les pas des saints au Liban (1994).

9Il existe aussi des sous-spécialisations : dans le cas des saints « gynécologues », il y a ainsi ceux qui sont spécialisés dans les accouchements et qui protègent les femmes déjà enceintes, comme Al-Chahidé Margharita (sainte Marguerite la martyre) et Mar Lionardo (saint Léonard), et ceux qui favorisent les montées de lait chez les jeunes mères qui n’arrivent pas à nourrir leur enfant, comme Al-Qaddisé Marina (sainte Marina) et Saydet Al Bzaz (Notre-Dame des Mamelles), ceux qui favorisent plus la naissance de filles ou de garçons comme saint Élie pour les garçons1

  • 2 A. El-Kahi, J. Khoury, A. Boudjikanian, Valeurs religieuses au Liban (1991).

10Les motifs qui animent les croyants pour entreprendre une démarche votive sont multiples et sont communs à tous, chrétiens et musulmans, voire universels : ils peuvent aller de l’obtention ou de l’accroissement de biens matériels à une intimité avec Dieu en passant par la guérison, la protection, le succès, la fidélité de leur conjoint ou la redécouverte d’un objet perdu. Toute demande ou besoin peut engendrer la formulation d’un vœu, des plus banals aux plus compliqués. Les dévotions à motivation thérapeutique, qui se retrouvent dans presque toutes les religions, sont les motivations les plus fréquentes. Les recherches dans le cadre des pèlerinages aboutissent à cette conclusion : on se rend le plus souvent dans les lieux saints pour obtenir une faveur matérielle. Les recueils des miracles et les livres d’intentions que certains sanctuaires conservent en sont la preuve. Les fidèles se tournent directement vers la religion lorsqu’un problème de santé survient dans leur vie, après avoir fait appel en vain à la médecine, ou encore en parallèle à cette science pour « doubler » les chances de guérison. Au Liban, tout un réseau de traditions thérapeutiques accompagne hommes et femmes de la naissance à la mort, leur permettant de vaincre maladie et infortune. En 1989, dans leur étude statistique sur les valeurs religieuses au Liban, A. El-Kahi, J. Khoury et A. Boudjikanian abordent le problème des vœux sous différents angles. Les Libanais ont recours aux vœux surtout dans le cas de problèmes physiques ou de santé : « Quand confronté à des problèmes physiques ou à des maladies, le Libanais fait le plus souvent appel à l’intercession des forces divines par l’intermédiaire des vœux2 ».

3. Saints favoris des « vouants » libanais optant pour le port de l’habit

La Vierge, Saydeh Maryam

11La Sainte Vierge occupe indiscutablement une place unique, aussi bien dans la religion chrétienne que dans la religion musulmane. Reconnue comme fille de Sion par les Juifs, comme mère de Jésus, fils de Dieu, par les chrétiens, comme mère du prophète Issa par les musulmans et comme une figure admirable devant laquelle viennent se recueillir les fidèles de diverses religions, on lui réserve une forte dévotion en Orient et tout particulièrement au Liban. Chaque village chrétien libanais lui a dédié des autels, des églises et des chapelles. Dans les maisons, une place d’honneur est consacrée à l’image ou à la statue de la Vierge. Le nombre de lieux de culte qui lui sont dédiés (églises, oratoires, chapelles) est impressionnant et leur fréquentation intense. Au Liban, plus de 900 lieux de culte chrétiens lui sont consacrés sur un territoire de 10452 km2. La densité de ces lieux de culte révèle l’importance de la dévotion mariale au Liban qui dépasse à elle seule la dévotion à tous les autres saints. Beaucoup de filles portent le nom de Marie ou de Maryam. Dans les légendes populaires, la Vierge apparaît dans les sources ou les grottes. Dans les contes pour enfants, elle est omniprésente, préservant du « méchant » ou réalisant un miracle. Dans le langage courant, l’expression « ya ’adra », (« Oh, Vierge Marie ! » en français) est une des plus courantes que l’on retrouve sur les lèvres des chrétiens comme celles des musulmans.

12Son habit est composé d’une tunique bleue avec un voile blanc ou le contraire, une tunique blanche avec un voile bleu. Sur la hanche, se noue un cordon de couleur bleue ou blanche selon la tunique. Le voile peut soit se mettre sur la tête soit plus couramment sur les épaules.

13Les femmes encore sans enfant ou en manque de lait s’habillent essentiellement aux couleurs de la Vierge, symbole de fécondité et de maternité par excellence. Mais la Vierge répond aussi à toute sorte de demande, on fait appel à elle pour des problèmes de santé, des problèmes d’ordre matériel ou professionnels, etc.

14Son habit est de loin celui qui est le plus porté par des « vouantes ». C’est aussi probablement le premier qui fut porté et les « vouantes » ne s’en sont pas lassées, jamais il n’est passé de mode. Il est porté aussi bien par des petites filles que par des femmes adultes de tout âge.

Les saints libanais nationaux : saint Charbel, saint Hardini ou sainte Rafqa

15La dévotion réservée aux saints chrétiens par l’Ordre libanais maronite a pris une réelle ampleur. Ces derniers semblent être devenus les patrons de tout le pays. La dévotion qu’on leur porte, traduite par la ferveur de foules innombrables, n’a pas attendu les canonisations officielles, voire même les béatifications. Saint Charbel (Mar Charbel), saint Hardini (Mar Hardini) et sainte Rafqa (El-Qeddisseh Rafqa) ont été canonisés respectivement en 1977, 2004 et 2001. Ils sont devenus depuis les intercesseurs et les défenseurs de toutes les communautés libanaises, et donc des symboles nationaux. Ils ont tous les trois mené une vie monastique exemplaire et modeste, on comptait déjà à leur actif de nombreux miracles alors même qu’ils étaient en vie.

16Saint Charbel n’a laissé aucun enseignement écrit ou oral et l’histoire ne retient que bien peu de paroles de cet homme qui avait choisi le silence et l’ascétisme. Il n’y a rien de vraiment romanesque dans le récit de la vie de saint Charbel. Son hagiographie s’attarde sur ses miracles, la reconstitution de l’enfance et du quotidien de sa vie de moine. Le processus de canonisation de ce saint date de 1977.

17Sainte Rafqa a aussi vécu une vie monastique exemplaire et modeste tout comme saint Charbel et saint Hardini ; elle s’en distingue par un parcours plus mouvementé : elle a vécu les massacres de la montagne. Elle vécut quatre-vingt-deux années, dont vingt-neuf passées dans la souffrance qu’elle supportait avec joie, patience et prière pour l’amour du Christ. Elle mourut en 1914 dans la sérénité. Elle fut canonisée en 2001 par le pape Jean-Paul II.

18Symbole de discrétion et d’humilité, la vie de Nimatullah Al-Hardini est pleine de sérénité et de patience. Il a accepté les épreuves et les joies quotidiennes en vivant une vie monastique modeste et en se vouant à l’enseignement scolastique. Il mourut à l’âge de cinquante ans d’une maladie incurable. Le 16 mai 2004, sa canonisation fut célébrée par le pape Jean-Paul II à Rome. De son vivant déjà, on comptait au père Nimatullah de nombreux miracles comme celui du petit garçon qui servait sa messe quotidienne, frappé d’une fièvre que le saint guérit ou comme le miracle de la caisse des provisions au couvent El-Kattara miraculeusement fournie. Après sa mort les miracles se multiplièrent.

19L’habit monastique de ces saints est sobre : une tunique noire avec, sur les hanches, un cordon noir ou blanc.

20On les considère comme des saints guérisseurs « généralistes », accomplissant tous les genres de miracles et remédiant à toutes sortes de situations. Depuis la canonisation de saint Charbel en 1977, la mode de porter les habits des moines de l’Ordre libanais maronite s’est de plus en plus répandue et a pris de plus en plus d’ampleur. À chaque béatification et à chaque canonisation un regain d’intérêt pour le port de ces habits est manifeste.

21Les enfants comme les adultes portent l’habit de ces saints. Il est intéressant de remarquer que même si, en général, les filles portent les habits d’une femme sainte et les garçons ceux d’un homme saint, dans de nombreux cas au Liban, fillettes et femmes n’hésitent pas à porter l’habit de saint Charbel et de saint Hardini. Il est vrai que c’est le même habit que celui de sainte Rafqa, mais les « vouantes » le précisent quand il s’agit d’une référence aux hommes saints. Cet habit peut donc être considéré, dans le jargon vestimentaire, comme unisexe.

22Étant donné que cet habit est encore porté de nos jours par les moines de l’Ordre libanais maronite, ces derniers tentent d’en interdire ou d’en limiter le port par des adultes en encourageant les fidèles à le faire porter aux enfants uniquement.

Saint Antoine de Padoue

23Ferdinand de Bulhoes dit Antoine de Padoue (Mar Matanios, et Antoine de Lisbonne au Portugal), surnommé aussi « le Thaumaturge », voit le jour vers 1195 à Lisbonne, dans une famille de nobles et de militaires. Il meurt d’épuisement le 13 juin 1231 à Padoue et est canonisé le 30 mai 1232 par le pape Grégoire IX. Docteur de l’Église, saint de l’Église catholique romaine d’origine portugaise, ayant vécu en Italie, il est fêté le 13 juin.

24Le culte de saint Antoine de Padoue se répandit surtout au xve et au xvie s. Il devint le saint national du Portugal, que les explorateurs firent connaître dans le monde entier. Il est le patron des marins, des naufragés, des prisonniers, des pauvres, des animaux, des oppressés, des femmes enceintes ou stériles, des affamés, des cavaliers et des natifs américains (amérindiens). À partir du xviie s., il est essentiellement invoqué pour retrouver les objets perdus ; cette idée vient du fait qu’un voleur qui lui avait dérobé ses commentaires sur les Psaumes se sentit obligé de les lui rendre. De nombreux épisodes surnaturels lui sont attribués, comme la bilocation, le fait de se faire entendre et comprendre des poissons, ou d’avoir tenu une nuit l’enfant Jésus dans ses bras.

25Son habit consiste en une tunique marron avec un capuchon et, sur les hanches, un cordon blanc.

  • 3 Deir El Kamar Père Théophane, L’Apôtre de la Croix (1961), p. 47.

26Son culte a été introduit au Liban par les franciscains au xve s. Dans les traditions libanaises, il est invoqué pour les objets perdus mais aussi pour les demandes familiales particulières. D’après le père capucin Théophane : « Au Liban, S. Antoine est à la place d’honneur […] Dans les dangers et dans les maladies c’est à lui qu’on a recours […] Un grand nombre promettent de faire porter à leurs enfants l’habit de S. Antoine. Et c’est vraiment touchant de voir tant de bambins pleins de vie circuler comme de nouveaux S. Antoine, en habit capucin3 ». Au Liban, la tradition de faire des vœux en portant les habits de ce saint et de saint Élie est très ancienne. Les fidèles ont recours à ce saint essentiellement pour des problèmes qui touchent les enfants : maladies infantiles, retard scolaire, etc. Ainsi les habits de saint Antoine sont, dans la plupart des cas, portés par des petits garçons. C’est un habit purement masculin.

Sainte Rita

27Elle est née au mois de mai 1381, près de Cascia (Italie). À sa naissance, on raconte que des abeilles mystérieuses, voltigeant autour de son berceau, pénétraient dans sa bouche entrouverte et en ressortaient sans lui faire aucun mal. Elle fut mariée par ses parents à un jeune homme du pays, sa vie conjugale fut un vrai martyr à cause du caractère violent et brutal de son conjoint. Mais avec sa douceur et sa patience, Rita parvint à le convertir. En 1416, son mari fut tué. Rita pardonna et s’efforça encore d’éloigner de ses deux enfants tout sentiment de vengeance. Restée seule, elle entra dans le couvent des Augustines de Cascia, où elle passa quarante années. Religieuse, Rita essaya de vivre jusqu’au bout les exigences de son état : vie de prière, d’obéissance et de pauvreté, et, dans un moment de grande ferveur, de participer dans sa chair aux souffrances du Christ. Elle fut exaucée le Jeudi Saint de l’année 1441. Pendant une extase, Rita fut miraculeusement blessée au front par une épine d’une statue du Christ devant laquelle elle priait. C’est pour cette raison qu’on la représente avec une plaie incurable à cet endroit, qui la fit terriblement souffrir durant toute sa vie. Elle se dévoua pour aider les habitants les plus pauvres de Cascia et mourut le 22 mai 1457, à l’âge de soixante-seize ans. Elle fut béatifiée en 1627 par le pape Urbain VIII et le pape Léon XIII la canonisa le 24 mai 1900. Depuis, elle est fêtée le 22 mai. Aujourd’hui, la dévotion à sainte Rita est universelle et ses grâces sont innombrables. Elle est invoquée surtout pour les cas désespérés. Son corps, miraculeusement conservé, repose dans son sanctuaire de Cascia, en Italie.

28L’habit de sainte Rita est composé d’une tunique noire avec un voile blanc et un cordon blanc lié sur les hanches.

  • 4 V. Sauma (n. 1), t. 2, p. 207.

29Au Liban, sa renommée date du milieu du xxe s. et de nombreuses filles portent son prénom4. On lui compte une dizaine d’églises et des dizaines de petits oratoires. Sainte Rita étant la patronne des causes désespérées, des fidèles font souvent appel à elle après avoir en vain fait des vœux à d’autres saints. Elle est l’ultime recours des Libanais qui l’ont spécialement adoptée. Ils vouent en effet une dévotion particulière à cette sainte étrangère à leur culture. Sa réputation a traversé l’espace et le temps, ses statues sont vendues en grande quantité et on les retrouve sur de nombreux autels auprès d’autres saints. Des images d’elle ainsi que des prières qui lui sont consacrées sont abondamment distribuées à titre d’ex-voto.

30Son habit est surtout porté par des femmes adultes.

Saint Élie

  • 5 Fr. Chiovaro (éd.), Histoire des saints et de la sainteté chrétienne (1986), p. 155-157.
  • 6 E. Weber, Petit dictionnaire de mythologie arabe et des croyances musulmanes (1996).

31Élie (Mar Elias), Elijah, Ilyas ou Ayla, est un prophète dans les religions juive, chrétienne et musulmane. Il est le prophète le plus fréquemment cité dans le Nouveau Testament. Dans le Coran, il est le « bienfaiteur auprès des faibles, qui défendait des valeurs de respect ». C’est une figure qui domine le prophétisme de l’Ancien Testament. C’est sa passion pour Dieu qui l’engage dans une lutte sans relâche contre Baal et ses serviteurs. Appelé « Nouveau Moïse », Élie échappe au désert pour sauver sa vie, un ange lui apparaît, le réconforte et le pousse à continuer sa marche : la fuite devient une sorte de pèlerinage volontaire durant quarante jours, correspondant aux quarante années d’errance de son peuple5. Les commentaires du Coran et les savants musulmans s’accordèrent à dire que le prophète Élie avait été envoyé par Dieu aux Hébreux qui vivaient dans la région du Cham (regroupant la Syrie actuelle ainsi qu’une petite partie du Liban et tout le territoire actuel de la Jordanie et de la Palestine). Élie habitait dans la célèbre cité de Baalbek (« Ba’lbakka » dans le Coran) située au Liban. Il aurait vécu au ixe s. av. J.-C. Les gens de la région étaient des païens qui adoraient Baal, la fameuse divinité phénicienne. L’effort d’Élie visait justement à essayer de faire prendre conscience à son peuple de son égarement afin de le ramener dans le droit chemin. On lui attribue aussi comme à « Khodr » le don d’immortalité. Élie est le gardien des déserts et il apparaît à l’homme qui s’y perd pour lui indiquer sa route6.

32Son habit consiste en une tunique dont la couleur est le plus couramment verte ; mais elle peut aussi être grise, mauve ou rouge. Sur cette tunique, les « vouants » disposent en général en bandoulière de l’épaule droite à la hanche, sur le côté gauche, une bande de tissu le plus souvent rouge mais qui peut aussi être jaune ou verte. Ce sont les habits de saint où l’on retrouve le plus de variantes et qui sont les plus colorés.

  • 7 H. Kheir Eldeen, Al Mazarat oual makamat al islamiah fi al Bikaa (Les mazars et les maqâms islamiqu (...)

33Saint Élie est l’un des grands prophètes de l’Ancien Testament, thaumaturge du ixe s. av. J.-C. qui a foulé le sol « libanais ». Saint Élie et saint Georges semblent être les saints les plus populaires du Liban. Ce nom est très communément utilisé : de nombreux villages, rues et quartiers le portent aussi. Les statues et autres images qui le représentent brandissant une épée sont exposées un peu partout dans des oratoires, des grottes, des niches, etc. Outre les deux cent soixante-deux lieux de culte chrétiens au Liban qui lui sont dédiés, une quinzaine de lieux musulmans peuvent aussi être répertoriés, à Nabi Elias, Nabi Ayla ou Nabi Yassine (ce nom étant celui de saint Élie dans le Coran), dont la petite mosquée d’Ablah, le maqâm de Nabi Elias à Qab Elias… À Baalbek, Kheir Eldeen évoque un monastère grec-catholique dédié à saint Élie qu’il mentionne comme étant un maqâm dédié au Nabi Elias, en insistant sur le caractère pluriconfessionnel des visites7. Saint Élie est connu chez les femmes en « manque d’enfant et spécialement chez celles en manque de garçon ».

34L’habit de ce saint est porté au Liban aussi bien par des femmes adultes que par des enfants, plus fréquemment des garçons. C’est donc aussi un habit que l’on pourrait qualifier d’unisexe. Très rares sont les hommes et les petites filles qui le portent.

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus

35Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, plus connue sous le nom de sainte Thérèse de Lisieux, née le 2 janvier 1873, est une sœur carmélite morte de la tuberculose le 30 septembre 1897 à l’âge de vingt-quatre ans (à Lisieux). À sa mort, elle laisse une autobiographie, L’Histoire d’une âme, que sa supérieure, mère Agnès, lui avait demandé de rédiger, relatant ses expériences mystiques. Elle y explique ce qu’elle appelle la « petite voie », une petite voie, selon elle, « toute droite » pour aller à Dieu, faite d’humilité et d’absolue confiance dans sa miséricorde, un chemin praticable par tous : « Je ne meurs pas, j’entre dans la vie », écrit-elle.

36Sainte Thérèse est béatifiée le 29 avril 1923 et canonisée le 17 mai 1925 par le pape Pie XI qui l’appelle « l’étoile de son pontificat ». Elle est déclarée patronne des Missions en 1927. À sa mort, c’est une quasi-inconnue. Ses obsèques sont célébrées en présence d’une trentaine de personnes. Très vite, pourtant, sa tombe devient un lieu de pèlerinage. Son rayonnement s’accroît si rapidement qu’il faut trouver une solution à l’accueil des pèlerins : on édifie à cet effet l’immense basilique de Sainte-Thérése de Lisieux à partir de 1929. On la fête le 1er octobre. Les Libanais sont nombreux à faire ce pèlerinage chaque année.

37La sainte est vêtue d’une tunique de couleur marron foncé, d’un voile blanc qui se porte sur les épaules ainsi que d’un cordon blanc sur les hanches.

38En 1927, le père Gebrael el-Chemali al-Achkouti (supérieur général des moines mariamites maronites) visita Rome, où Thérèse avait été proclamée sainte en 1925 par le pape Pie XI. C’est à la suite de cette visite qu’on lui bâtit un petit sanctuaire dans la cour extérieure du couvent Louaizeh à Jeita, où il exigea qu’une lanterne demeure allumée durant toute la nuit en son hommage ; son culte se répandit alors rapidement au Liban. Puis le père Gebrael fit ériger un couvent à Shaylé, dès 1927 : il fut le premier couvent au monde dédié à la sainte et sa construction ne s’acheva qu’en 2002 lors de la visite des reliques de sainte Thérèse au Liban. Par la suite, de nombreux autres couvents, églises et écoles lui furent dédiés à travers tout le pays. Sa statue est également placée sur nombre d’autels auprès d’autres saints. En 1935, une congrégation maronite lui fut consacrée, dévouée à l’éducation de la jeunesse, à l’assistance dans les hôpitaux et dans les maisons de retraite, etc. Elle compte plus de cent religieuses, une dizaine de maisons de religieuses, un hôpital et cinq écoles.

39Les Libanais vouent un culte particulier à sainte Thérèse, connue pour sa douceur, sa compréhension, sa compassion. Les « vouants » ont recours à elle comme à une sainte « généraliste » qui remédie à tout genre de maux. Son habit est surtout porté par des femmes adultes.

4. Les temporalités de la pratique dévotionnelle

Le moment choisi pour le port

40Le fidèle, qui formule un vœu, promet de porter l’habit du saint ou de le faire porter à quelqu’un pour une période définie, et cela en guise de demande ou de remerciement avant ou après la réalisation du vœu. Ce port ne suit pas nécessairement immédiatement la formulation du vœu. Le moment choisi dépend de différentes variables.

41Dans la plupart des cas, le port est programmé suite à un événement attendu, à un vœu réalisé, comme un mariage souhaité, une réussite à un examen ou une guérison. Ce moment peut aussi correspondre à un événement religieux comme le début du mois de mai, le mois marial, ou le début de la période de carême. La fête de Sainte-Thérèse est célébrée le 1er octobre de chaque année, ainsi de nombreux « vouants » choisissent cette date pour porter l’habit.

42D’autres variables jouent un rôle comme le facteur climatique : la chaleur de l’été peut dissuader bien des « vouants » de porter ces habits qui en général donnent chaud et sont à manches longues.

43Le moment choisi pour le port peut être décalé de manière significative par rapport à la réalisation du vœu. Une femme ayant fait un vœu pour avoir un enfant peut avoir promis de faire porter l’habit du saint à son enfant quand il commencera à marcher ; une autre peut promettre que si son enfant guérit à deux ans, il portera l’habit à ses dix-huit ans.

La durée du port de l’habit

44La durée du port de cet habit est très variable. Courte ou longue, elle peut être et elle est le plus souvent symbolique. Une femme désirant avoir un enfant peut choisir par exemple de porter neuf mois durant les habits de la Sainte Vierge.

45La durée peut aussi dépendre d’un temps liturgique, comme le choix de porter l’habit de la Vierge durant tout le mois de mai, le mois marial, ou le choix de porter l’habit d’un saint toute la période du carême.

46Il arrive qu’à la suite d’un événement exceptionnel, tragique ou miraculeux, des « vouants » choisissent de porter l’habit du saint à vie, fait toutefois très rare. J’ai pu interroger l’une de ces femmes habillées aux couleurs de sainte Thérèse : elle avait fait le vœu de porter ses habits à vie suite à une guérison miraculeuse. Une autre femme s’est habillée à vie aux couleurs de saint Charbel, à la suite d’une apparition du saint chez elle.

47La durée la plus courante est d’un mois ou, un peu moins fréquemment, de trois mois, mais il arrive aussi que ce soit un an, voire plus.

5. Qui porte l’habit ?

48La personne qui formule le vœu n’est pas nécessairement celle qui exécute le ou les rites associés.

49Le pèlerinage votif par délégation volontaire ou involontaire est une pratique bien antérieure aux monothéismes comme en témoignent de nombreuses recherches et récits de pèlerins. Au Liban, chez les chrétiens et les musulmans, le pèlerinage par délégation est une pratique courante mais très rarement entreprise dans une perspective de rémunération. La délégation peut être volontaire ou non : la personne concernée peut être avisée ou non du déroulement du pèlerinage. Le plus souvent, la personne « intermédiaire », celle qui formule le vœu, est une personne proche, souvent un(e) parent(e), un(e) voisin(e) ou un(e) ami(e). Il arrive qu’elle effectue le vœu sans en avertir la personne concernée et ce n’est que si le vœu se réalise que le secret de celui-ci est dévoilé pour pousser aux remerciements. Les enfants en bas âge peuvent être voués à différents saints par leurs parents ou leurs proches. Un problème de santé ou l’éloignement peuvent être des causes de délégation. Celle-ci peut également intervenir lorsqu’une personne ne croit pas en l’efficacité des rites, parce qu’elle a désespéré de venir à bout de ses problèmes, qu’elle est en voyage ou enfin parce qu’elle ne peut pas se déplacer, pour des raisons matérielles ou par peur de son entourage.

50La personne en difficulté peut demander à quelqu’un d’autre de faire le pèlerinage à sa place. Quoique restant chez elle, elle peut choisir de participer au pèlerinage en priant. Il arrive que les premières démarches votives soient entreprises par une personne intermédiaire puis complétées par les personnes concernées par le vœu. Il arrive que certains se sentent le devoir de faire un pèlerinage pour une personne en difficulté sans le lui faire savoir au préalable. Il arrive donc parfois que le vœu soit formulé au nom de la personne en difficulté qui ne s’est pas déplacée. Dans ce cas de figure, la personne en difficulté ne participe nullement au pèlerinage.

51Les adultes comme les enfants se prêtent à ce rite. Les adultes portant l’habit sont presque toujours des femmes, par contre chez les enfants, petites filles comme petits garçons se font habiller aux couleurs des saints. Bien entendu ce ne sont pas les enfants eux-mêmes qui ont formulé leurs vœux, mais dans la majorité des cas il s’agit de leurs parents, des membres de leur famille, de proches amis ou de voisins.

52Il est beaucoup plus courant de faire porter l’habit à des enfants qu’à des adultes. Le clergé tente dans de nombreux cas de réserver cette pratique aux seuls enfants. Au sanctuaire de Saint-Charbel à ’Annaya, les prêtres tentent de l’interdire strictement aux adultes et refusent de bénir les habits de ceux-ci.

53Souvent les femmes en manque d’enfants ou qui ont des enfants malades portent elles-mêmes l’habit d’un saint. Une fois l’enfant né ou guéri, il arrive que les mères le fassent porter aussi à l’enfant. Pour un même vœu, la mère peut porter l’habit d’un saint et l’enfant celui d’un autre saint (ou sainte) : à l’exemple de Micheline qui a porté l’habit de la Vierge et a fait porter à son enfant l’habit de saint Charbel. Elle était convaincue qu’elle avait vu son fils naître par la force de ces deux saints.

54On observera que certaines femmes émigrées se livrent aussi à ce rite ainsi que de nombreux Libanais vivant à l’étranger.

55Ce rituel peut concerner aussi bien les adultes que les enfants, les femmes comme les hommes et des personnes de classes sociales très variées, originaires de différentes régions libanaises, rurales ou urbaines. Toutefois les hommes adultes qui portent l’habit sont minoritaires tout comme les « vouants » issus de la haute bourgeoisie.

6. L’origine et la présentation des vêtements

56Pour se procurer des habits de saints, les fidèles ont le choix entre plusieurs formules. Des boutiques spécialisées proposent des habits de saints flambants neufs. Pour les acheter, il faut en avoir les moyens et avoir la volonté de se les offrir alors qu’ils sont disponibles gratuitement dans les sanctuaires. Certains « vouants » procèdent à des commandes spéciales de ces habits auprès de couturiers ou couturières, à moins qu’ils ne les confectionnent eux-mêmes.

57Le croyant qui se procure, achète ou confectionne des habits neufs les fait bénir par un prêtre, le plus souvent sur le lieu de culte relatif au saint choisi. Une fois la période du vœu achevée, le fidèle rend, dans la plupart des cas, ces habits au sanctuaire concerné.

58De nombreux pèlerins, indépendamment du prix de ces habits neufs, considèrent que les vêtements usagés sont emprunts d’une bénédiction spéciale parce qu’ils ont été bénis par les prêtres à plusieurs reprises (« Fiyon el-Baraka ») et qu’ils ont peut-être été témoins de vœux réalisés.

59Des sanctuaires chrétiens offrent aux pèlerins la possibilité de se procurer, sur place, les habits du saint vénéré, disponibles le plus souvent en plusieurs tailles et offrant même, parfois, un choix de coloris ou de combinaison d’éléments de vêtements. Certains lieux de culte ne proposent que des habits pour enfants (jusqu’à 10 ans) comme c’est le cas depuis quelques années au sanctuaire de Saint-Charbel à ’Annaya. Au sanctuaire de Sainte-Rafqa à Jrabta, en revanche, on met à la disposition des pèlerins soit des habits pour enfants de moins de deux ans, soit des vêtements de femmes adultes. Pas de tenues, cependant, pour les enfants de plus de deux ans.

60Ces vêtements ont souvent déjà été utilisés. Une fois le vœu accompli, le fidèle les restitue au lieu de culte pour d’autres usages futurs. Dans la plupart des cas, les sanctuaires s’assurent de la propreté des vêtements avant de les prêter à un nouveau « vouant ». En général, les fidèles veillent à rendre les vêtements très propres : parfois, même, ils les portent chez un teinturier qui les recouvre d’un emballage spécial.

61Ces habits sont soit directement accessibles aux visiteurs dans un espace « public » du sanctuaire, sans aucun intermédiaire, soit disponibles uniquement sur demande auprès d’un employé du sanctuaire ou d’un membre de la communauté. C’est le cas à ’Annaya, où les tenues pour enfants dédiées à saint Charbel sont disposées très proprement sur des cintres devant le comptoir d’huile et d’encens ; dans l’oratoire de Saint-Élie, à Ain Sa’adé, elles sont jetées en désordre sur la table de la cuisine située en face des toilettes du sanctuaire. Dans le cas contraire, ces habits ne sont disponibles que sur demande : ils sont en général rangés dans des armoires (à Sainte-Rita Sheylé), derrière des comptoirs (au sanctuaire de Notre-Dame du Liban à Harissa, au sanctuaire de Saint-Hardini à Kfifane, au sanctuaire de Sainte-Rafqa à Jrabta, etc.). Le fidèle doit alors informer la personne en charge de la distribution des habits de la taille qu’il désire porter.

62Ce prêt est normalement gratuit. Cependant, tous les « vouants », sans exception, se sentent dans l’obligation de faire une donation au « denier du culte » après l’emprunt, acte qui reste dans la majorité des cas secret, puisque l’argent est versé en toute discrétion dans la caisse à offrandes du sanctuaire. En général, on procède à deux donations : la première au moment de l’emprunt ; la seconde lors de la restitution de l’habit. Bien entendu, une troisième donation s’impose si le vœu est exaucé.

63Les habits mis à disposition dans ces sanctuaires sont préalablement bénis par des prêtres et sont donc prêts à être portés directement.

7. La cérémonie du port de l’habit du saint et la cérémonie pour ôter cet habit

64La provenance de l’habit est bien entendu déterminante pour le déroulement du rituel. Si le vêtement est neuf, acheté ou confectionné par les « vouants », il doit en général impérativement être béni par un prêtre. Très rares sont les fidèles qui portent l’habit sans aucune bénédiction. Les « vouants » qui optent pour des habits usagés disponibles dans les sanctuaires peuvent choisir de les porter directement puisqu’ils ont été préalablement bénis ou bien de les refaire bénir lors de la visite.

65Les prêtres dans les sanctuaires de pèlerinage sont pour la plupart préparés à ce genre de rituel et disposent d’un manuel qui dicte les prières relatives à chacun des rites de bénédiction (Al Tabrikât), dont celles de la bénédiction de l’habit avant son port et au moment de l’ôter. Ainsi, à la demande des fidèles une petite cérémonie est organisée. Plutôt « informelle », elle se déroule en général dans l’enceinte du sanctuaire, le plus souvent dans l’église ou la chapelle principale, et peut prendre différentes formes. Dans la majorité des cas les prêtres se limitent à bénir l’habit que leur présente un fidèle, avant d’être porté, à l’aide d’une croix en récitant une courte prière.

66Dans certains sanctuaires, comme dans celui de Sainte-Rafqa à Jrabta, la femme du comptoir affirme aux pèlerins que les habits qu’elle leur remet ont déjà été préalablement bénis par un prêtre et peuvent donc être portés directement, les décourageant d’insister pour obtenir l’intervention d’un prêtre.

67Les « vouants » qui optent pour un habit usagé, emprunté à une voisine, une amie ou autre considèrent parfois qu’étant donné qu’il a déjà été béni et porté, il est possible de faire l’économie d’une nouvelle bénédiction.

68La plupart des « vouants » se prêtent à la cérémonie pour la bénédiction de l’habit mais l’ôtent sans aucun rituel spécifique. Pourtant il existe une petite cérémonie pour le retrait de l’habit décrite dans le manuel des bénédictions à laquelle de rares pèlerins se prêtent. Comme dans le cas de la cérémonie de bénédiction de l’habit, le prêtre brandit une croix cette fois-ci sur le « vouant » et récite des prières avant qu’il n’enlève l’habit solennellement et ne le rende au sanctuaire.

8. Acte de foi et de promotion des saints

69Le rituel que l’on vient de relater témoigne de motivations personnelles intimes ; mais c’est par le port quotidien de l’habit que la foi et la dévotion à un saint spécifique s’extériorisent socialement. Le « vouant » cherche à ce que l’« autre » remarque ce vêtement, il va et veut promouvoir l’image du saint à travers ce port. Il arrive même que certains « vouants » adultes portant l’habit se consacrent aussi à distribuer dans certaines occasions les images du saint, à l’instar de cette femme portant les habits de la Vierge et rencontrée le 22 novembre 2008 à ’Annaya : elle distribuait aux pèlerins de l’ermitage de Saint-Pierre-et-Saint-Paul des images de la Vierge de Medjugorje. Les « vouants » eux-mêmes parlent de cette reconnaissance. Ainsi, Soumaya, une « vouante » de cinquante ans, rencontrée au sanctuaire de Notre-Dame de l’Attente à Maghdouché en octobre 2004, me disait : « Il suffit de voir au Liban au mois de mai combien de femmes portent l’habit de la Vierge pour se rendre compte de sa popularité ».

70Ce désir des « vouants » de promouvoir le saint concerne essentiellement le port de l’habit par des adultes. Les femmes qui choisissent cependant de le faire porter à leurs enfants ont essentiellement le désir de bénir leur enfant et de lui attribuer des grâces spéciales, sans une quelconque perspective de promotion du saint.

9. Une pratique en évolution

Modes de saints

71On observe tout à la fois des modes et des constantes dans ces pratiques. Il y a quelques années de cela, de nombreux fidèles portaient les habits de saint Antoine de Padoue et de sainte Rita. Le port de ces habits se fait de plus en plus rare aujourd’hui, cédant la place aux habits de saint Charbel, sainte Rafka ou saint Hardini, parmi d’autres. Ce sont à présent ceux de la Vierge qui remportent le plus vif succès.

72Ils sont incontestablement les plus communs et les plus utilisés depuis bien longtemps. On peut les qualifier d’« indémodables ». Durant toute l’année, des femmes se vouent à la Vierge. Cependant, le mois de mai représente un moment privilégié. Nul déplacement dans un quartier ou dans un village chrétien libanais sans que vous croisiez une femme ou une petite fille portant l’habit de Marie.

73Certains événements peuvent remettre à la mode l’habit d’un saint ou d’une sainte ou bien en encourager le port. Chaque nouvelle canonisation de saints libanais tels Charbel, Rafqa ou Hardini, a renforcé le succès des habits noirs des moines de l’Ordre libanais maronite.

74Les habits de sainte Thérèse connurent un regain d’intérêt auprès des Libanais lorsque ses reliques furent déposées dans le sanctuaire de Shaylé (Keserouan) en 2002. De même, la béatification de ses parents, Louis et Zélie Martin, en octobre 2008 et le dépôt de leurs reliques en janvier 2009 au couvent de Shaylé entraînèrent en retour le succès du port de l’habit de la sainte.

75Une mode peut en éclipser une autre. Certains saints perdront ainsi peu à peu de leur popularité.

Les modalités du port de l’habit

76La manière dont sont portés ces habits, bien que relativement constante, peut évoluer. Dérogeant à la manière « classique » de porter les habits, certains « vouants » y ajoutent une touche personnelle selon leur goût, leur âge, ou encore leur rang social.

77Quelques-uns de ces habits permettent aux « vouants » de faire des choix. Pour celui de la Vierge, la « vouante » peut choisir de porter ou non le voile, ou encore de porter une robe bleue avec une cape banche ou bien, à l’inverse, une robe blanche avec une cape bleue. L’habit de saint Élie offre le choix entre plusieurs tons de couleurs allant du vert au gris ou au mauve avec une ceinture jaune ou rouge.

78Certains « vouants », essentiellement des jeunes, tentent de trouver des moyens « à la mode » de porter ces habits que beaucoup trouvent « ringards ».

79Ils cherchent ainsi à les adapter à leurs âges et à leurs goûts vestimentaires. La manière originale et très moderne dont Bernadette a porté l’habit de saint Charbel est éloquente : les manches retroussées, l’habit très court laissant entrevoir un collant fuseau noir et de hautes bottes noires, un énorme chapelet autour du cou, donnent l’impression d’une tenue à la mode très recherchée, dite « trendy ». L’habit du saint pourrait même être celui d’un enfant utilisé volontairement par un adulte pour des raisons esthétiques. À l’université Saint-Esprit à Kaslik, au mois de mai 2007, une jeune étudiante portait l’habit de la Vierge à la manière d’une « mini-jupe », utilisant volontairement un habit de petite taille (d’enfant) pour cela.

10. Couleurs et symbolismes : croyances populaires des pèlerins « vouants »

80Chaque couleur véhicule des images et des symboles qui varient selon les cultures, les périodes historiques et les circonstances. Le symbolisme des couleurs est issu de différentes sources, aussi bien de l’histoire, des traditions de différents pays et des religions. Cette valeur, utilisée consciemment ou inconsciemment, est plus ou moins prégnante selon le contexte dans lequel est employée la couleur. Chacune des couleurs a toujours pris des significations qui se sont affirmées avec le temps ou qui ont pris au contraire une connotation nouvelle en fonction de l’évolution des mœurs ou de la technologie et des faits historiques. Au fil du temps, au Liban comme ailleurs, les couleurs ont acquis une multitude de connotations symboliques qui se sont parfois modifiées et parfois cristallisées. Sans s’attarder sur le symbolisme des couleurs en général, on s’intéressera plus particulièrement au seul cas des croyants libanais qui attribuent souvent aux couleurs des significations diverses. Si les pèlerins semblent prêter une importance plus grande au choix de la figure de sainteté qu’aux couleurs de son habit, ces dernières leur inspirent cependant souvent des vertus et ne les laissent pas indifférents.

Le noir pour les habits de saint Charbel, de saint Hardini, de sainte Rafqa et de sainte Rita, couleur des moines de l’Ordre libanais maronite

81Au Liban, le noir est incontestablement associé au deuil et à la mort, mais porté en habit de moine, il inspire le sacrifice, l’humilité, la sainteté et la dévotion totale à Dieu.

82Tina, femme de quarante-cinq ans, originaire de Tyr, une grande ville côtière du Liban, porte les habits de saint Charbel et m’avoue qu’il est « vrai que le noir inspire la mort et la tristesse mais c’est aussi la couleur du désintéressement, du sacrifice et de l’humilité. Les moines qui renoncent à tous les vices de la vie matérielle ici-bas choisissent cette couleur ».

83Rihab, une jeune femme de vingt-trois ans, originaire de Batroun, ville côtière au Nord, et qui portait les habits de sainte Rafqa pour réussir ses examens de fin d’année me dit alors « moi je n’aime pas du tout la couleur noire, mais quand je vois un prêtre ou un moine en noir, il m’inspire de la sérénité et la sainteté ».

84Originaire de Khenchara, dans la montagne libanaise, Soha, cinquante et un ans, en visite au sanctuaire de Saint-Hardini au couvent Saint-Cyprien-et-Sainte-Justine à Kfifane, répond à ma question en ces termes : « Le noir est la couleur de la décence, de la dévotion totale à Dieu, c’est pour ça que les hommes de religion l’ont adopté ».

85Je questionne un homme prénomé Tony, âgé de quarante-sept ans, et originaire de Jal el-Dib, ville côtière au Nord de Beyrouth, venu récupérer des habits de saint Charbel au couvent de Saint-Maron à ’Annaya pour son fils souffrant d’une grave maladie. Il m’avoue que « porter du noir indique que vraiment on a renoncé à toute matérialité et que seul Dieu compte. Ce n’est pas la mort, le noir, mais bien au contraire le chemin vers la lumière de Dieu. »

Le marron pour les habits de saint Antoine et de sainte Thérèse

86Le marron fait partie des couleurs chaudes. Il n’appartient pas aux couleurs de l’arc-en-ciel. C’est une couleur stabilisante, solide, associée à une certaine rudesse, et même vulgarité, symbolisant souvent la vie domestique. C’est une couleur « confortable », pour l’intérieur d’une maison ou portée sur soi. Elle symbolise non pas le jaillissement de vie comme le vert mais sa maturation. Le brun porte en lui toutes les promesses fécondes de la terre et du bois. Couleur réceptive et sensorielle, les diverses nuances de marron correspondent bien au corps, au foyer et à son intimité, à la sécurité idéale de la cellule familiale.

Fig. 1 — Georges (3 ans) habillé par sa mère aux couleurs de saint Antoine de Padoue.

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 2 — Georges (3 ans) habillé aux couleurs de saint Antoine de Padoue et sa mère.

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 3 — Tuniques de saint Élie présentées sur une table de cuisine à l’oratoire de Saint-Élie, Ain Saadé, à l’usage des « vouants ».

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 4 — Nicolas (4 ans) habillé par sa mère aux couleurs de saint Élie, la tunique verte avec la bande rouge.

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 5 — Tigist (jeune Éthiopienne, employée de maison) habillée aux couleurs de saint Élie, la tunique verte avec la bande rouge.

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 6 — Alain (4 ans) habillé par sa mère aux couleurs de saint Élie, la tunique grise avec la bande jaune.

(Cl. N. Farra-Haddad)

87Pour les Libanais la couleur marron est associée directement à la terre à laquelle ils tiennent particulièrement. En habit de saints, cette couleur leur inspire l’humilité, la simplicité et la dévotion totale à Dieu.

88Maha, une femme âgée de cinquante-trois ans, originaire de Joura dans la montagne libanaise, a fait le vœu de faire porter à son fils les habits de saint Antoine à condition qu’il guérisse de sa maladie. Pour cette croyante, « le marron, c’est la couleur de la terre, ça nous rappelle que de la terre nous sommes venus et à la terre nous reviendrons ».

89Roula, trente-sept ans, originaire de Deir el-Qamar dans la montagne libanaise, a fait porter à son fils les habits de saint Antoine pour éloigner de lui le mauvais œil car pour elle « le marron, c’est la couleur de l’humilité ».

90Hiba, quarante et un ans, originaire de Beyrouth, a vêtu son fils des habits de saint Antoine pour remercier le saint de lui avoir « envoyé » cet enfant ; pour elle, le marron, « c’est la couleur de saint Antoine de Padoue, il était si simple, si humble, si dévoué à Dieu. Si Dieu le veut [Inshallah] il nous indiquera le chemin pour être aussi proches de Dieu que lui » (fig. 1-2).

Le vert et le rouge ou le jaune pour les habits de saint Élie (fig. 3-6)

  • 8 É. Alliez, J.-Cl. Bonne, La pensée-Matisse : Portrait de l’artiste en hyperfauve (2005), p. 24.

91Van Gogh écrivit : « J’ai tenté d’exprimer les terribles passions humaines par le rouge et le vert8 ».

92Le vert est la couleur de la nature au printemps. Elle correspond à la renaissance de la nature, à la croissance, à la jeunesse, à l’expérience. C’est à la fois l’éveil de la vie et sa pérennité.

93Pour l’islam, le vert représente le Salut (d’où le drapeau vert, car le manteau du Prophète Mohammad était vert). L’homme vert ou « Khidr » ou « Khodr », patron des voyageurs, incarne la providence divine. Au paradis musulman, les saints sont vêtus de vert comme le Prophète. Pour le christianisme, le vert représente la régénération de l’âme, la charité, la sagesse, c’est la couleur de la Vierge, de l’enfant Jésus et du Christ après sa crucifixion. La croix et les instruments de la passion étaient, de même, représentés en vert au Moyen Âge. Les vêtements liturgiques de la messe sont verts pour certaines fêtes.

94Le jaune est la couleur du soleil, de la lumière et du métal le plus précieux, l’or. C’est le symbole de la spiritualité, de l’intelligence et de la force infuse. Le jaune, comme l’or, évoque la richesse matérielle et spirituelle, l’abondance. La grande majorité des peuples ont associé l’or à la richesse, donc à la noblesse, au pouvoir. Couleur de l’immortalité, elle est couleur divine. Pour les chrétiens, le jaune est couleur d’éternité et l’or est son métal. Le jaune existe aussi dans le drapeau du Vatican comme l’illustrent le ciboire et la croix de la chasuble. Confondu avec la couleur des grains mûrs (blé, maïs, millet, etc.), le jaune annonce l’automne. Il dessèche comme l’or qui entraîne envie et jouissance.

95Couleur du feu et du sang, le rouge symbolise la vie avec sa force, son éclat et sa puissance. L’ambivalence est permanente avec cette couleur.

96L’habit de saint Élie au Liban associe le plus souvent tunique verte et ceinture rouge (fig. 4-5). Il arrive cependant que l’on observe le contraire, à savoir tunique rouge et ceinture verte. Ainsi, les « vouants » qui voient d’avantage en saint Élie un saint justicier et vengeur porteront la tunique rouge. En revanche, ceux qui reconnaissent d’abord en lui sa bonté porteront la tunique verte.

97Pour les Libanais, le vert est incontestablement associé à la nature et sa sérénité. Chez les musulmans, il est la couleur divine de la sainteté. Mais le vert associé au rouge ou au jaune rappelle à tous les habits de saint Élie, saint qui n’est pas sans inspirer une certaine peur chez les croyants. Le rouge inspire le sang et la vengeance, même si le vert le tempère. L’image la plus fameuse de ce saint au Liban est celle qui le présente avec un grand sabre ensanglanté. Il est connu pour être justicier, vengeur et rancunier, mais aussi pour être très efficace auprès des « vouants ».

Fig. 7 — L’armoire où sont rangées les tuniques de la Vierge à la disposition des « vouantes » au sanctuaire de Notre-Dame du Liban, à Harissa.

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 8 — Inaam (37 ans) habillée aux couleurs de la Vierge suite à un vœu pour des problèmes de santé.

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 9 — Sylvie (10 ans) habillée par sa mère aux couleurs de la Vierge Marie, la tunique bleue et le voile blanc.

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 10 — Yasmine (2 ans) habillée par sa mère aux couleurs de la Vierge, la tunique bleue et l’étole blanche.

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 11 — Devant le comptoir de l’oratoire de Saint-Élie, Ain Saadé une « vouante » participe à la distribution de ceinture en coton, pain de communion et huile bénite.

(Cl. N. Farra-Haddad)

Fig. 12 — Devant le comptoir pour l’encens, l’huile et les ceintures du couvent de Saint-Maron, ’Annaya (sanctuaire de Saint-Charbel), les habits du saint de toutes tailles sont présentés aux « vouants ».

(Cl. N. Farra-Haddad)

98Pour Rana, « le vert est la couleur de la sainteté et le rouge la couleur de la vengeance qui nous rappelle que l’on doit être fidèle à Dieu et surtout respecter le saint et les promesses qu’on lui aurait faites ».

99Abed, un homme de quarante-huit ans, originaire de Ballouneh, dans la montagne libanaise, a porté les habits de saint Élie pour le remercier d’une faveur. Selon lui, « le vert, c’est la couleur de la nature, des arbres, des plantes et le rouge c’est la couleur du sang ».

100Marwan, trente-six ans, originaire de Mezyara dans la montagne libanaise au Nord, a fait porter à son fils les habits de saint Élie pour demander sa guérison : « le vert, c’est une couleur si apaisante, si douce, sécurisante et le rouge, au contraire, c’est une couleur qui impressionne, qui fait peur. Ainsi les habits de saint Élie nous rappellent combien le saint est gentil, compréhensif et doux, mais qu’il peut aussi être vengeur et méchant si l’intention des fidèles est mauvaise » (fig. 4).

101In’am, quarante-sept ans, originaire de Sidon, ville côtière Sud, a revêtu son fils des habits de saint Élie pour remercier le saint de sa naissance, pour elle : « saint Élie aime le sang, mais il n’y a pas plus bon que lui. Il ne faut absolument pas le fâcher et toujours tenir ses promesses, sinon il peut se venger. Il répond à la demande de tous les fidèles c’est pourquoi ses habits sont verts, couleur divine, et rouges, couleur du sang ».

Le bleu et le blanc, pour les habits de la Vierge, Saydeh Maryam (fig. 7-10)

102Le bleu est l’une des trois couleurs primaires. C’est la couleur du ciel et de la mer et elle appelle à l’évasion spirituelle. C’est la couleur de l’azur, du paradis par conséquent. Elle symbolise la paix, le calme et la volupté ainsi que la vérité et la sagesse divine. En Orient, le bleu conjure le mauvais sort, le mauvais œil. Cette croyance se traduit par l’accumulation de pierres bleues, œil de verre méditerranéen ou œil peint sur les bateaux, suspendus dans les camions et les voitures. Il porte chance, comme en Occident.

103Le blanc est constitué de l’ensemble des longueurs d’ondes et des couleurs visibles dans l’arc-en-ciel. Il est par excellence la couleur de la pureté, de la virginité (la mariée est vêtue de blanc), et par conséquent de l’innocence (l’enfant que l’on baptise est vêtu de blanc). Le blanc représente aussi la sagesse. Dans nombre de religions, on l’identifie à la lumière intérieure. Cette couleur est également associée, on le sait, à la Vierge de l’Immaculée Conception vêtue de blanc, ainsi qu’à Jésus lui-même. N’apparaît-il pas à ses disciples vêtu de blanc ?

104Les fidèles au Liban voient dans ces couleurs l’expression divine et céleste. Elles leur inspirent la paix, la sérénité, la sainteté, la tendresse et l’amour.

105Micheline, âgée de trente-deux ans, née à Kartaba dans la montagne libanaise, porte les habits de la Vierge pour guérir d’une maladie car : « le bleu est une couleur céleste, bénite, et le blanc est la couleur de la paix. Ces couleurs inspirent la sainteté, la paix, la prière ».

106Rania, cinquante-sept ans, originaire de Beyrouth, la capitale libanaise, accompagne sa fille qui désirait alors porter les habits de la Vierge pour avoir un enfant et qui déclare que : « le bleu et le blanc sont les couleurs de la Vierge. Ils inspirent le ciel, les anges et la sainteté ».

107Noha, vingt-neuf ans, native de Meyrouba dans la montagne libanaise, a fait porter les habits de la Vierge à sa fille pour la guérir d’un problème de santé. Elle me confie : « moi, les couleurs des habits de la Vierge me sécurisent, elles m’inspirent la tendresse et l’amour ».

11. « Fiyon el-barakeh tyab el-qedissin » (« Ils sont emprunts de bénédictions, les habits des saints »)

108Wardeh, âgé de quarante-sept ans, originaire de Broummana dans la montagne libanaise, a porté les habits de la Vierge pour guérir de ses varices. Deux ans auparavant, elle avait aussi fait porter à sa fille de douze ans les habits de sainte Rafqa pour réussir un examen. Elle me confie que : « les habits de saints sont pleins de bénédictions, de grâces ».

109À la recherche de grâces pour la plupart thérapeutiques, des « vouants » s’habillent ou habillent leurs enfants « aux couleurs des saints ». Aucune étude quantitative ne peut démontrer l’ampleur du recours à ce rituel. Il suffit cependant d’arpenter les rues des villes et des villages chrétiens tout au long du mois de mai pour se rendre compte de son succès. Celles et ceux qui sont en charge de la distribution de ces vêtements dans les hauts lieux de pèlerinage des saints concernés par ce port, notamment ceux de la Vierge, des saints libanais nationaux (saint Charbel, saint Hardini ou sainte Rafqa), de saint Antoine de Padoue (Mar Mtanios), de sainte Rita, de saint Élie (Mar Elias) et de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, attestent eux aussi le recours important de « vouants » à ce rite (fig. 11-12).

110Voir circuler dans les rues des personnes habillées en saints peut être touchant, déstabilisant, choquant, mais ne laisse en aucun cas indifférents les passants. Jinane, quarante-trois ans, originaire de Jezzine et vivant à Beyrouth, dit : « Voir des personnes habillées en saints m’a toujours ému… J’admire la foi de ses “vouants” et leur capacité à supporter le regard des autres, très curieux et inquisiteur ». Doris, trente-trois ans, originaire de Zahlé et en pèlerinage à Beshouat, me confie : « Les “vouants” habillés en saints semblent répandre des grâces sur leur passage, marquant les regards de la couleur du saint qu’ils ne seront pas près d’oublier ».

Notes

1 V. Sauma, Sur les pas des saints au Liban (1994).

2 A. El-Kahi, J. Khoury, A. Boudjikanian, Valeurs religieuses au Liban (1991).

3 Deir El Kamar Père Théophane, L’Apôtre de la Croix (1961), p. 47.

4 V. Sauma (n. 1), t. 2, p. 207.

5 Fr. Chiovaro (éd.), Histoire des saints et de la sainteté chrétienne (1986), p. 155-157.

6 E. Weber, Petit dictionnaire de mythologie arabe et des croyances musulmanes (1996).

7 H. Kheir Eldeen, Al Mazarat oual makamat al islamiah fi al Bikaa (Les mazars et les maqâms islamiques dans la Békaa), Thèse de doctorat, université Saint-Esprit de Kaslik (2004).

8 É. Alliez, J.-Cl. Bonne, La pensée-Matisse : Portrait de l’artiste en hyperfauve (2005), p. 24.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search