Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Troisième partie – Étude iconographique

Chapitre XII

Les statues honorifiques d’enfants et d’adolescents

Texte intégral

1Les εἰκόνες des décrets sont, avec le temps, devenues des représentations sans visage. On ne  peut en effet associer avec certitude aucune œuvre à un décret conservé. Les deux premières parties de cet ouvrage ont cependant montré combien la représentation honorifique publique est proche, historiquement comme matériellement, des autres modes de représentation individuelle. Poursuivant cette réflexion, ce chapitre analyse un grand nombre de représentations individuelles, sans préjuger a priori de leur genre, pour s’interroger sur leur caractère plus ou moins honorifique et sur les circonstances possibles de leur installation. Il va de soi que l’on quitte ici la certitude documentaire pour l’hypothèse, que l’on jugera parfois aventureuse. Mais c’est la seule voie pour restituer, autant que possible, l’apparence de monuments dispersés ou perdus.

___

  • 1 Sur l’éphébie athénienne, cf. Pélékidis 1962.
  • 2 Par exemple, Schmidt 2010 recense vingt bases de statues honorifiques pour des arrhéphores sur l’ac (...)
  • 3 Sur les statues d’enfants, cf. Vorster 1983 ; Raftopoulou 2000. La pratique de dédier des statues d (...)
  • 4 Vorster 1983, p. 60-64, montre que l’interprétation des statues de petites filles trouvées dans le (...)
  • 5 Vorster 1983, p. 330, 351, nos 1-2, 59-60 ; Kaltsas 2002, p. 268, 270-271, nos 559-560, 565-566 ; s (...)
  • 6 Noter par exemple la proximité d’une petite offrande de terre cuite des années 330-310 (Boston, Mus (...)

2Avec les statues d’enfants, on touche aux limites du genre honorifique, au risque de les outrepasser. En effet, comme le statut d’enfant – παῖς – est, dans la cité grecque, un statut dépendant qui ne prend fin, pour le jeune garçon fils de citoyens, qu’avec l’inscription sur les listes de citoyens et, éventuellement, avec le début de l’éphébie1, pour la jeune fille avec le mariage, c’est-à-dire avec le passage de la tutelle du père à celle du mari, il n’existe évidemment aucun décret public d’époque hellénistique qui honore un enfant. Par ailleurs, si de nombreuses représentations privées d’enfants, érigées par des membres de leur famille, sont attestées par des inscriptions, ceux-ci sont presque totalement absents de la documentation sculptée hellénistique2. À l’exception en effet des représentations de dieux ou de héros enfants et des statues de genre – notamment celles de jeunes esclaves –, la plupart des statues conservées sont des offrandes de parents pour remercier une divinité courotrophe ou attirer ses bienfaits sur leur enfant, représenté d’une façon générique3. Il paraît ainsi difficile de considérer les statues d’enfants du sanctuaire d’Artémis à Brauron4 ou les quatre statues de jeunes filles trouvées au Nord-Ouest de l’Ilissos5 comme des représentations honorifiques. En effet, les rares statues de ce type qui ont été retrouvées avec leur base inscrite ne mentionnent pas le nom de l’enfant représenté. Ces statues ne sont donc pas destinées à honorer l’enfant et à en perpétuer la mémoire : il s’agit plutôt de la monumentalisation de statuettes votives anonymes6.

  • 7 Delphes, musée, inv. 1791 et 4755 ; Croissant 1991, p. 110-111, fig. 67-68 ; Fr. Croissant semble d (...)
  • 8 Jacquemin, Laroche 2001, p. 327-329.

3Il est cependant possible de considérer, avec Fr. Croissant, que les statues enfantines retrouvées à Delphes font partie d’un groupe de statues honorifiques7. Ces statues, qui représentent d’une part une petite fille souriante vêtue d’un chitôn talaire et d’un manteau qu’elle retient de son bras gauche, d’autre part un petit garçon nu, une simple chlamyde jetée sur l’épaule, qui porte en main gauche une oie, pourraient en effet évoquer les statues qui se dressaient sur la deuxième série de bases qu’A. Jacquemin et D. Laroche replacent dans l’oikos des Thessaliens, contre le mur Sud8. Cependant, leur typologie ne diffère guère des offrandes aux divinités courotrophes et l’absence de contexte précis ne permet pas de dépasser le stade de la conjecture.

4Certaines statues d’enfants ou d’adolescents se distinguent toutefois de la masse de la production, soit par leurs attributs, soit par la spécificité de leurs traits. Ces représentations, qui sont malheureusement dépourvues de contexte, nous procurent cependant une image de ce qu’étaient les statues honorifiques d’enfants à la basse époque hellénistique.

  • 9 Héraclion, Musée archéologique, inv. Br. 2677 ; Raftopoulou 1975 ; Ridgway 2002, p. 124-125, pl. 45 (...)
  • 10 Hauteur totale : 1,40 m ; hauteur de la base : 0,045 m.
  • 11 Ce trait stylistique apparaît sur la sculpture décorative romaine du ier s. av. J.-C. ; voire par e (...)
  • 12 Raftopoulou 1975, p. 8, n. 4.

5Un exemple en est fourni par la magnifique et énigmatique statue d’un tout jeune homme, retrouvée dressée sur la roche mère, enfouie sous 3,50 m de sable, sur la plage de Viglia, près de l’antique cité crétoise d’Hiérapytna9 (pl. XLIXa). Cette statue de taille naturelle10 presque intacte – seuls les yeux rapportés manquent – représente un adolescent debout sur une plinthe circulaire moulurée11, en appui sur la jambe gauche, la jambe droite fléchie et portée sur le côté. Les hanches demeurent horizontales mais l’épaule droite est légèrement surélevée, réminiscence du contrapposto polyclétéen. La tête est légèrement inclinée vers la gauche et le regard est baissé, ce qui confère de face un air abattu à la figure. Le bras gauche, fléchi le long du flanc, comme le bras droit, replié contre l’épaule, sont pris dans l’étoffe d’un ample manteau. Ce dernier couvre tout le corps jusqu’aux chevilles. Il forme un épais bourrelet qui traverse le torse obliquement de l’épaule droite au poignet gauche, avant de retomber verticalement le long de la jambe. Ce bourrelet est parcouru près du cou de plis torsadés, d’ondulations plus amples sur le reste de sa surface. Le plissé est sobre, mais suggère efficacement la fluidité de l’étoffe. Les grands plis arqués qui joignent le bras droit à la jambe soulignent la souplesse du tissu. Les vues de profil accentuent encore l’impression que le corps frêle de l’enfant est perdu dans ce vaste vêtement. Les pieds, enveloppés dans un pellytron, sont chaussés de trochades, c’est-à-dire des sandales composées d’une pièce de cuir, qui protège le talon et les côtés du pied, assujettie par un réseau de lacets. Plus précisément, les sandales de l’enfant d’Hiérapytna appartiennent au type à lingula, c’est-à-dire avec une lanière libre qui retombe sur la partie médiane du pied. Ce type, qui apparaît pour la première fois dans notre documentation en Sicile et en Italie du Sud, est rare en Grèce à l’époque hellénistique. On le trouve cependant vers le milieu du iie s. sur une statue masculine de l’Héraion de Samos qu’E. G. Raftopoulou rapproche de la statue d’Hiérapytna pour le traitement du drapé12.

  • 13 Raftopoulou 1975, p. 2.

6Le visage présente les ambiguïtés de l’adolescence. De face, il possède déjà la structure ferme et anguleuse, les traits bien dessinés, voire un peu durs d’un jeune adulte. La bouche fermée, les yeux baissés et les sourcils froncés traduisent une intense concentration et contribuent à l’impression de maturité dégagée par la figure. Les profils au contraire révèlent ce qui reste de la fraîcheur de l’enfance chez ce tout jeune homme : le petit menton, les joues rondes et l’étroitesse du cou. Comme l’indique E. G. Raftopoulou, cette statue est donc celle d’un µελλέφηβος, d’un garçon sorti de l’enfance, mais pas encore éphèbe13. La chevelure souple, composée de mèches désordonnées qui rayonnent depuis le vertex, égaie l’expression grave, presque fermée, du visage.

  • 14 Athènes, Musée archéologique national, inv. 216 (plaque de la base de Mantinée), 3424 (relief de l’ (...)
  • 15 Raftopoulou 1975, p. 7-9, pl. VIII 1, compare notamment la statue d’Hiérapytna à la statuette de ph (...)
  • 16 Budapest, musée des Beaux-Arts, inv. 4743 ; Raftopoulou 1975, p. 25-27, pl. XIV-XV.
  • 17 Holtzmann 2010, p. 336.
  • 18 Harrisson 1953, p. 76, n. 9 ; Zanker 1998, p. 260 (à propos des stèles funéraires d’Asie Mineure).
  • 19 Ridgway 2002, p. 125, n. 25 ; cf. également une stèle de Smyrne du milieu du iie s. (Leyde, Rijksmu (...)

7L’analyse esthétique de cette œuvre est, à plusieurs égards, particulièrement délicate. Tout d’abord, comme le note déjà E. G. Raftopoulou, le drapé du vêtement s’inspire d’un type de la seconde moitié du ive s., qui est illustré notamment par une Muse de la base de Mantinée ou un relief votif de l’Asclépieion d’Athènes14. Cependant, la statue d’Hiérapytna s’écarte de cet archétype par l’ampleur du vêtement, sa fluidité et la simplicité du plissé, qui la rapprochent au contraire des statues de philosophes du iiie s.15. Cette proximité, combinée au fait qu’une copie d’époque impériale de la statue d’Hiérapytna à Budapest16 est étayée à gauche par un scrinium, conduit B. Holtzmann à émettre l’hypothèse que la statue crétoise représente le jeune disciple d’un philosophe cynique17. Il faut cependant souligner que le scrinium devient, à l’époque hellénistique, un attribut banal manifestant l’instruction du personnage représenté18 et que le drapé de la statue d’Hiérapytna paraît particulièrement réservé aux jeunes hommes au cours de l’époque hellénistique avancée19. Il n’est donc absolument pas assuré que la statue d’Hiérapytna représente spécifiquement un intellectuel.

  • 20 Notamment avec une tête perdue de Samos (Raftopoulou 1975, p. 11, pl. VIII, 2) et une autre du Musé (...)
  • 21 Par exemple une tête conservée à Copenhague (Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 735 ; Raftopoulou 1975, p (...)
  • 22 Par exemple une tête de satyre à Munich (Glyptothèque, inv. 450 ; Raftopoulou 1975, p. 16-17, pl. X (...)
  • 23 Moreno 2005, p. 204.
  • 24 Sur ce problème, voir la mise au point de Vorster 2007, p. 274-275.

8L’identité ethnique du jeune garçon d’Hiérapytna est tout aussi difficile à déterminer que son identité sociale. E. G. Raftopoulou développe en effet une série de comparaisons aussi bien avec des représentations individuelles « grecques »20 que « romaines »21 ou encore avec des statues de genre hellénistiques qui représentent de jeunes esclaves ou des satyres de type « non grec »22. Cet éclectisme suggère à P. Moreno l’identification audacieuse de l’enfant d’Hiérapytna à une représentation de Césarion23, qui aurait été transportée en Crète depuis Alexandrie. En l’absence de tout contexte, cette hypothèse demeure purement conjecturale. Il faut souligner en outre que l’éclectisme de l’œuvre est plus un trait d’époque qu’une indication ethnique24. Il paraît donc très délicat de déterminer l’origine et l’identité de l’enfant d’Hiérapytna.

  • 25 Raftopoulou 1975, p. 28.
  • 26 Pinkwart 1973, p. 151, no 3, pl. 54-56, fig. 7 ; p. 155-156, no 6, pl. 60-61, fig. 6.
  • 27 Holtzmann 2010, p. 336.
  • 28 Voir à ce propos l’épigramme, composée par Hécataios, et la statue honorifique qui rendent hommage (...)

9Si la datation de l’œuvre au ier s. ne fait guère de doute, notamment en raison de la forme de la base, l’absence de tout contexte rend également problématique l’interprétation de la statue. E. G. Raftopoulou, en dernière analyse, la considère comme un monument funéraire, en raison de la rareté supposée des statues honorifiques d’enfants25. Cependant, à la même période, la jeune Polla Valeria et une jeune fille anonyme sont honorées d’une statue à Magnésie du Méandre26. Un jeune garçon de bonne ascendance peut donc tout à fait prétendre à une statue honorifique au milieu du ier s., notamment au sein d’un groupe familial. B. Holtzmann propose une solution intermédiaire. Selon lui, la statue pourrait être un hommage posthume de la cité d’Hiérapytna à un jeune notable disparu trop tôt27. La fin tragique de jeunes gens peut en effet susciter des hommages, publics et privés, très démonstratifs28. Cette solution séduisante se heurte cependant au type de la base qui appartient au genre décoratif et ne se trouve pas d’ordinaire sur les statues honorifiques. Seul un examen technique de détail permettrait de déterminer si le soclage est contemporain de la création de la statue.

  • 29 Pollitt 2000.

10Rhodes, dont les bronziers sont très prisés à la fin de l’époque hellénistique, est le centre de création le plus souvent proposé pour cette œuvre, tant en raison de sa qualité que de la proximité entre la Crète et le Dodécanèse. Comme aucun élément précis ne permet cependant de déterminer les caractéristiques d’une école rhodienne de sculpture29, l’incertitude demeure.

  • 30 Zanker 1989, p. 352.
  • 31 New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 14.130.1 ; Lahusen, Formigli 2001, p. 83-84, no 35.
  • 32 Hauteur conservée : 1,232 m.
  • 33 Un des yeux est conservé, mais il n’a pas été remis en place. Le blanc de l’œil est en ivoire, l’ir (...)
  • 34 C’est du moins ainsi que l’interprète Zanker 1989, p. 352, mais on peut également songer à un geste (...)

11Quoi qu’il en soit de l’atelier producteur de la statue d’Hiérapytna, P. Zanker souligne à juste titre30 le contraste très marqué entre cette œuvre et la statue de bronze un peu plus récente d’un jeune homme, qui provient probablement de Rhodes31 (pl. XLIXb). De cette statue de taille naturelle32 ne manquent que les chevilles et les pieds, le pouce de la main gauche et l’objet qu’elle retenait, ainsi que les yeux rapportés33. Un jeune garçon d’une douzaine d’années se tient debout face au spectateur, le poids du corps porté sur la jambe gauche, la jambe droite légèrement fléchie et portée sur le côté. Malgré cette pondération, le tronc est parfaitement frontal ; un repli sur l’abdomen, à gauche, souligne à peine le mouvement. La tête est nettement tournée vers sa gauche et inclinée vers le bas. Le regard se porte ainsi vers la main gauche levée, paume tournée vers le haut, qui tenait vraisemblablement une coupe à libation. Le bras droit, fléchi et légèrement écarté du corps, est porté à hauteur du pectoral. La main fait un geste de prière34 : l’index et l’auriculaire sont levés, tandis que les doigts médians sont repliés.

  • 35 Tenon antique qui apparaît sur la photographie P. Zanker 1989, pl. 55,4, mais pas sur 55,3, qui a é (...)
  • 36 Richter 1915, p. 150. Contra Lahusen, Formigli 2001, p. 84.

12Le jeune garçon est vêtu d’un simple himation drapé sur les hanches, qui tombe jusqu’à la cheville droite et au milieu de la jambe gauche. Son bord supérieur forme un épais bourrelet de plis torsadés. Il passe sur le poignet gauche, puis forme une retombée parcourue de plis en zigzags, qui est assujettie au reste du manteau par un tenon35. À l’arrière, le manteau traverse obliquement le dos, vient s’enrouler autour du biceps gauche et retombe le long du corps presque jusqu’au sol. Le manteau est caractérisé par son rebord ourlé fin et ses renforts décorés – probablement métalliques – aux angles. Son étoffe assez sobre est parcourue de plis
très fins, qui forment des bandes parallèles, étagées sur les jambes, et des bandes croisées, sur la partie antérieure du bourrelet. En raison de leur grande régularité et de leur groupement par deux, il paraît difficile de maintenir l’interprétation traditionnelle de plis d’armoire. Peut-être faut-il alors considérer, avec G. M. A. Richter, qu’il s’agit de passementeries ou de décors36.

  • 37 Athènes, Musée archéologique national, inv. X23322 ; Rhomiopoulou 1997a, p. 28-29, no 15 (12-10 av. (...)
  • 38 Zanker 1989, p. 352-353.
  • 39 Pour la disposition des mèches de la coiffure des princes julio-claudiens, cf. Fittschen, Zanker 19 (...)

13Le visage revêt les traits caractéristiques des portraits julio-claudiens : la mâchoire est étroite, les tempes larges et le front haut. De face, la proximité avec la statue équestre en bronze d’Auguste – jusqu’aux oreilles décollées – est frappante37. Cependant, la statue de New York s’écarte de celle d’Athènes par son caractère idéalisé. La bouche fine et régulière, le nez droit, les yeux en amandes et les arcades très régulières s’inscrivent en effet dans la tendance classicisante de l’époque augustéenne38. La coiffure, faite de courtes mèches en virgules coiffées vers l’avant et formant au-dessus de l’œil droit une pince, est caractéristique des princes julio-claudiens39.

  • 40 Zanker 1989, p. 350.
  • 41 Cf. déjà Richter 1915, p. 152 ; Zanker 1989, p. 353 ; on peut toutefois douter que le drapé du jeun (...)

14Toutefois, les vues de profil révèlent un visage plein et rond qui correspond mal aux traits que nous venons de décrire. Cette disjonction s’explique, selon P. Zanker, par la volonté du commanditaire, qui a demandé à l’artiste de s’inspirer des portraits augustéens, mais de suivre également la tradition hellénistique de représentation des jeunes hommes40. La même tension entre tendances hellénistiques et classicisantes se retrouve selon lui dans le traitement du corps : il décèle en effet une contradiction entre le mouvement du bas du corps et le caractère hiératique du torse idéalisé et de la tête, qui, avec les gestes des bras, affiche la piété du personnage. Il propose donc de voir dans la statue de New York l’œuvre d’un sculpteur rhodien qui mêle la tradition hellénistique locale au classicisme augustéen41.

  • 42 Richter 1915, p. 152 ; Lahusen, Formigli 2001, p. 84.
  • 43 Fittschen 1977, p. 34-40, no 12, pl. 13, particulièrement p. 37 et n. 21.
  • 44 Corinthe, musée, inv. 1065 A/B ; Johnson 1931, p. 72-74, no 135.

15Demeure la question épineuse de l’identification de la statue. G. M. A. Richter, suivie par G. Lahusen, considère que l’on ne peut parvenir à une identification exacte de ce jeune prince julio-claudien42. Cependant, P. Zanker, en s’appuyant sur les travaux de Kl. Fittschen43, rapproche l’œuvre d’une statue trouvée dans la basilique de Corinthe44 et croit pouvoir identifier le personnage représenté avec Caius César, petit-fils d’Auguste et prince de la jeunesse. Si cette identification est juste, la statue honorifique de New York serait l’un des rares témoignages de représentation de Caius César revêtant un caractère plus enfantin qu’héroïque. Il faut avouer toutefois que les ressemblances entre les deux œuvres demeurent assez lointaines et que cette identification doit être considérée avec la plus grande prudence.

Notes

1 Sur l’éphébie athénienne, cf. Pélékidis 1962.

2 Par exemple, Schmidt 2010 recense vingt bases de statues honorifiques pour des arrhéphores sur l’acropole d’Athènes entre le iiie et le iie s. apr. J.-C., mais doit recourir aux statues d’époque impériale du sanctuaire d’Artémis Orthia à Messène pour restituer l’apparence de ces œuvres (sur ces statues, cf. Connelly 2007, p. 147-157). Malgré l’opinion défendue dans Neils, Oakley 2003, p. 289, no 103, il est probable que la statue de jeune fille du Kimberley Art Museum de Fort Worth provienne d’un naiskos funéraire et non d’un monument honorifique dans un sanctuaire (cf. Bergemann 1997a, p. 381-382, fig. 9-10).

3 Sur les statues d’enfants, cf. Vorster 1983 ; Raftopoulou 2000. La pratique de dédier des statues d’enfants se diffuse dans la seconde moitié du ive s.

4 Vorster 1983, p. 60-64, montre que l’interprétation des statues de petites filles trouvées dans le sanctuaire de Brauron comme des Ourses est infondée et erronée. D’une part, les Ourses sont plutôt des adolescentes, bientôt en âge de se marier, d’autre part le long chitôn que portent les petites filles est très différent du κροκωτός, vêtement rituel des Ourses, qui est une tunique courte couleur safran.

5 Vorster 1983, p. 330, 351, nos 1-2, 59-60 ; Kaltsas 2002, p. 268, 270-271, nos 559-560, 565-566 ; sur les difficultés que pose l’interprétation de ces statues comme des offrandes à Ilithye, cf. Vorster 1983, p. 72-73.

6 Noter par exemple la proximité d’une petite offrande de terre cuite des années 330-310 (Boston, Museum of Fine Arts, inv. 02.38 ; Neils, Oakley 2003, p. 239, no 40) avec une statue provenant peut-être du sanctuaire d’Ilithye à Agrai (Athènes, Musée archéologique national, inv. 696).

7 Delphes, musée, inv. 1791 et 4755 ; Croissant 1991, p. 110-111, fig. 67-68 ; Fr. Croissant semble du reste hésiter sur la nature exacte de ces deux statues enfantines, car, après avoir évoqué, comme parallèle possible, le monument honorifique distyle dédié par l’étolienne Aristainéta, il mentionne les divinités courotrophes associées au sanctuaire d’Apollon.

8 Jacquemin, Laroche 2001, p. 327-329.

9 Héraclion, Musée archéologique, inv. Br. 2677 ; Raftopoulou 1975 ; Ridgway 2002, p. 124-125, pl. 45 a-f ; Moreno 2005, p. 204, fig. 28-29 ; Holtzmann 2010, p. 336-337, no 110.

10 Hauteur totale : 1,40 m ; hauteur de la base : 0,045 m.

11 Ce trait stylistique apparaît sur la sculpture décorative romaine du ier s. av. J.-C. ; voire par exemple l’Idolino (Florence, Musée archéologique ; Zanker 1974, p. 30-32, no 28, pl. 33,2-3 ; 34,3-4 [seconde moitié du
ier s.] ; d’après Kekulé 1889, p. 7, la base est antique mais a sans doute été fixée à la statue à la demande du collectionneur romain qui l’a acquise), l’Apollon lyricine de Pompéi (Naples, Musée archéologique, inv. 5630 ; Ridgway 2002, p. 155, pl. 61) ou la statue en bronze classicisante de Pompéi servant de chandelier (Naples, Musée archéologique, inv. 125348 ; Schollmeyer 2010, p. 36, fig. 49 a-b [règne d’Auguste]).

12 Raftopoulou 1975, p. 8, n. 4.

13 Raftopoulou 1975, p. 2.

14 Athènes, Musée archéologique national, inv. 216 (plaque de la base de Mantinée), 3424 (relief de l’Asclépieion) ; Raftopoulou 1975, p. 4-7, pl. VII.

15 Raftopoulou 1975, p. 7-9, pl. VIII 1, compare notamment la statue d’Hiérapytna à la statuette de philosophe cynique de New York (Metropolitan museum, inv. 10.231.1)

16 Budapest, musée des Beaux-Arts, inv. 4743 ; Raftopoulou 1975, p. 25-27, pl. XIV-XV.

17 Holtzmann 2010, p. 336.

18 Harrisson 1953, p. 76, n. 9 ; Zanker 1998, p. 260 (à propos des stèles funéraires d’Asie Mineure).

19 Ridgway 2002, p. 125, n. 25 ; cf. également une stèle de Smyrne du milieu du iie s. (Leyde, Rijksmuseum, inv. I. 92/7.2 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 164, no 540, pl. 84), où la figure masculine semble reproduire un type statuaire très proche de l’enfant d’Hiérapytna, tant pour le traitement du drapé que pour celui du visage.

20 Notamment avec une tête perdue de Samos (Raftopoulou 1975, p. 11, pl. VIII, 2) et une autre du Musée archéologique national d’Athènes (inv. 320 ; Raftopoulou 1975, p. 12, pl. IX et X).

21 Par exemple une tête conservée à Copenhague (Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 735 ; Raftopoulou 1975, p. 23, pl. XIII, 2 à 4).

22 Par exemple une tête de satyre à Munich (Glyptothèque, inv. 450 ; Raftopoulou 1975, p. 16-17, pl. XI, XII, 1-2).

23 Moreno 2005, p. 204.

24 Sur ce problème, voir la mise au point de Vorster 2007, p. 274-275.

25 Raftopoulou 1975, p. 28.

26 Pinkwart 1973, p. 151, no 3, pl. 54-56, fig. 7 ; p. 155-156, no 6, pl. 60-61, fig. 6.

27 Holtzmann 2010, p. 336.

28 Voir à ce propos l’épigramme, composée par Hécataios, et la statue honorifique qui rendent hommage à la jeune Thasienne Polyxénè, fille de Théodectès, morte prématurément : Hamon 2009a ; cf. également supra p. 124.

29 Pollitt 2000.

30 Zanker 1989, p. 352.

31 New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 14.130.1 ; Lahusen, Formigli 2001, p. 83-84, no 35.

32 Hauteur conservée : 1,232 m.

33 Un des yeux est conservé, mais il n’a pas été remis en place. Le blanc de l’œil est en ivoire, l’iris est taillé dans une pierre gris-bleu. La pupille n’est pas conservée (Lahusen, Formigli 2001, p. 84).

34 C’est du moins ainsi que l’interprète Zanker 1989, p. 352, mais on peut également songer à un geste d’action de grâce (cf. Neumann 1965, p. 82-85).

35 Tenon antique qui apparaît sur la photographie P. Zanker 1989, pl. 55,4, mais pas sur 55,3, qui a été retouchée ; cf. Richter 1915, p. 152 et photographies p. 151.

36 Richter 1915, p. 150. Contra Lahusen, Formigli 2001, p. 84.

37 Athènes, Musée archéologique national, inv. X23322 ; Rhomiopoulou 1997a, p. 28-29, no 15 (12-10 av. J.-C.) ; Lahusen, Formigli 2001, p. 64-69, no 24 (seconde partie du Principat). Ce portrait de bronze a probablement été réalisé en Italie.

38 Zanker 1989, p. 352-353.

39 Pour la disposition des mèches de la coiffure des princes julio-claudiens, cf. Fittschen, Zanker 1985, p. 22.

40 Zanker 1989, p. 350.

41 Cf. déjà Richter 1915, p. 152 ; Zanker 1989, p. 353 ; on peut toutefois douter que le drapé du jeune homme soit spécifiquement rhodien ; on le trouve en effet fidèlement reproduit sur une stèle de Smyrne qui n’est probablement pas l’œuvre d’un sculpteur rhodien (Berlin, Pergamonmuseum, inv. 785 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 86, no 140, pl. 32).

42 Richter 1915, p. 152 ; Lahusen, Formigli 2001, p. 84.

43 Fittschen 1977, p. 34-40, no 12, pl. 13, particulièrement p. 37 et n. 21.

44 Corinthe, musée, inv. 1065 A/B ; Johnson 1931, p. 72-74, no 135.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search