Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Troisième partie – Étude iconographique

Chapitre XI

Les statues honorifiques féminines

Texte intégral

1Les εἰκόνες des décrets sont, avec le temps, devenues des représentations sans visage. On ne  peut en effet associer avec certitude aucune œuvre à un décret conservé. Les deux premières parties de cet ouvrage ont cependant montré combien la représentation honorifique publique est proche, historiquement comme matériellement, des autres modes de représentation individuelle. Poursuivant cette réflexion, ce chapitre analyse un grand nombre de représentations individuelles, sans préjuger a priori de leur genre, pour s’interroger sur leur caractère plus ou moins honorifique et sur les circonstances possibles de leur installation. Il va de soi que l’on quitte ici la certitude documentaire pour l’hypothèse, que l’on jugera parfois aventureuse. Mais c’est la seule voie pour restituer, autant que possible, l’apparence de monuments dispersés ou perdus.

___

  • 1 Les représentations honorifiques féminines et la place des femmes dans la cité grecque suscitent un (...)

2Si les premiers développements de la statuaire honorifique privée masculine apparaissent dès le début du ve s., il semble en revanche que la dédicace de statues honorifiques féminines, aussi bien privées que publiques, ne commence dans le monde grec qu’à l’extrême fin de ce siècle1. Ces premières statues honorifiques représentent, sans surprise, des prêtresses. La prêtrise est en effet l’unique fonction qui permette à une femme de se distinguer publiquement.

Les prêtresses

  • 2 Athènes, Musée archéologique national, inv. 226 ; Fougères 1888 ; Fougères 1898, p. 540-542, pl. V  (...)
  • 3 Hauteur : 1,48 m ; longueur en bas : 0,80 m.
  • 4 Fougères 1898, p. 541-542 ; sur le relief du musée de l’Acropole inv. 1333, cf. Meyer 1989a, p. 273 (...)
  • 5 Meyer 1989a, p. 273-274, cat. A 27, pl. 10,2.

3Le premier document qu’il convient d’analyser, lorsque l’on aborde la question des représentations honorifiques de prêtresses, est un relief découvert à Mantinée, à l’angle Sud-Ouest de l’agora, entre les fondations du temple attribué à Héra et le théâtre2 (pl. XLI). Ce grand relief3, brisé en haut et à gauche, représente une femme debout, tournée de trois-quarts vers la gauche. Vêtue d’un péplos à bouffant et rabat, elle est chaussée de sandales, dont les lanières étaient peintes. Elle tient en main gauche un foie représenté de façon schématique et fait face à un palmier, dont est conservée la partie inférieure du tronc, en bas à gauche. Les formes plantureuses de cette figure féminine, visibles sous le vêtement, lui confèrent un caractère matronal. Un rapprochement avec le décret de l’Acropole d’Athènes pour les Samiens, de 403/2, où Héra, à gauche, est représentée dans un type très proche de celui de la figure de la stèle de Mantinée, permet à G. Fougères de dater ce relief des dernières années du ve s.4. Une comparaison avec la représentation d’Héra sur le relief en tête du décret relatif aux trésoriers sacrés de 400/399 confirme cette datation5.

  • 6 Fougères 1898, p. 329.
  • 7 Mantis 1990, p. 51-52.
  • 8 Mantis 1990, p. 40-52.
  • 9 Mantis 1990, p. 52.

4Si la datation de ce relief est à peu près établie, son interprétation, tant sur le plan iconographique que typologique, pose problème. Audacieusement, G. Fougères propose de reconnaître dans la femme au foie une prêtresse spécialisée dans la divination à travers l’examen des viscères6, et pourquoi pas Diotime elle-même. Le palmier semble par ailleurs rattacher ce relief au culte d’Apollon, mais ce dieu n’a pas de caractère oraculaire à Mantinée7. Plus généralement A. Mantis souligne le caractère isolé de cette représentation : à l’époque classique, le seul attribut permettant d’identifier à coup sûr une prêtresse est la clé8 et la représentation de femmes effectuant des gestes rituels ne suffit en rien à affirmer qu’il s’agit de prêtresses9.

  • 10 Cf. le plan de l’agora de Mantinée donné par Fougères 1898, p. 180, fig. 44.
  • 11 Pausanias, VIII 30, 8 ; il faut sans doute voir, avec Todisco 1997 et Holtzmann 2003, p. 221, dans (...)
  • 12 Le caractère votif de l’œuvre ne fait pas de doute, mais, comme nous l’avons déjà signalé à maintes (...)
  • 13 Connelly 2007, p. 133 : « Priestesses seem to represent the first and, one might argue, only catego (...)

5Il n’en reste pas moins que le relief de Mantinée frappe, d’une part en raison de ses dimensions – la figure féminine approche en effet la taille naturelle –, d’autre part en raison de sa découverte sur l’agora, au cœur de la cité de Mantinée10. Cette œuvre évoque le relief en l’honneur de Polybe vu par Pausanias dans le temple de Létô dans la même cité11. Bien que les deux reliefs soient séparés par plus de deux siècles et demi, on peut émettre l’hypothèse que la femme au foie est une représentation honorifique12. Si l’on accepte cette hypothèse, l’identification à une prêtresse s’impose, fondée non plus sur des critères iconographiques, mais historiques. En effet, la femme au foie doit être une personnalité de grande importance à Mantinée pour obtenir une représentation si prestigieuse à la fin du ve s. Quelle femme, sinon une prêtresse, peut prétendre à une telle notoriété13 ?

  • 14 IG II2 3453 ; Mantis 1990, p. 70-74 ; Connelly 2007, p. 130-131, fig. 5. 9-11.
  • 15 Cf. résumé de la discussion par Holtzmann 2003, p. 221.
  • 16 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 29 situe le floruit de Phradmôn dans la 90e olympiade, mai (...)
  • 17 SEG XLVI 1325, no 3 C ; cf. Lazzarini 1996. p. 246, n. 17.
  • 18 Mantis 1990, p. 56-60, pl. 21-23.
  • 19 Mantis 1990, p. 76.
  • 20 Mantis 1990, p. 76.

6Les représentations de prêtresses se multiplient à Athènes au ive s., mais nous ignorons malheureusement à peu près tout de leur iconographie. De la statue de Lysimachè sur l’Acropole, nous ne conservons que la base circulaire, qui nous permet simplement de dire que la statue était en bronze et à peu près de taille naturelle14. L’association de la base avec la copie d’une tête de vieille femme conservée à Londres repose uniquement sur le réalisme sans concession que Pline attribue au sculpteur Démétrios d’Alopékè ; elle est donc extrêmement fragile15. Mystérieuse également demeure la représentation de la Pythie de Delphes Charitè, œuvre de Phradmôn d’Argos, actif vers 420 ou au ive s.16, dont le souvenir est conservé par une base en travertin du ier s. découverte à Ostie17, sur laquelle fut sans doute exposée la statue dérobée à Delphes. A. Mantis suggère néanmoins que les représentations de la Pythie sur la céramique italiote18 peuvent servir de point d’appui pour la restitution de cette œuvre19. Or, comme la Pythie est, le plus souvent, représentée comme une vieille femme aux cheveux blancs munie d’une clé, A. Mantis propose audacieusement de voir dans la tête de vieille femme conservée à Londres non la représentation de Lysimachè, mais celle de Charitè20. À l’appui de cette hypothèse, il allègue une ressemblance dans le traitement de la coiffure entre la tête de Londres et l’Amazone Doria Pamphili, parfois attribuée à Phradmôn. On touche ici à ce que la Meisterforschung a de plus virtuose, mais aussi de plus fragile. Phradmôn demeure en effet un artiste insaisissable de l’époque classique et lui attribuer une œuvre paraît plus qu’imprudent.

  • 21 Athènes, Musée archéologique national, inv. 232 ; cf. supra p. 173-174.

7La première statue honorifique assurée d’une prêtresse est celle d’Aristonoè, dédiée dans le petit temple de Némésis, à Rhamnonte21 (fig. 16, p. 174 et pl. XLIIb). La prêtresse de Némésis est représentée debout, le poids du corps porté sur la jambe droite, la jambe gauche fléchie et portée sur le côté. La tête, rapportée, est levée et tournée du côté de la jambe d’appui. L’avant-bras gauche, travaillé séparément, est levé ; les doigts sont brisés, mais la main ne semble avoir tenu aucun attribut. L’avant-bras droit, lui aussi rapporté, manque. Nous savons cependant avec certitude qu’il tenait une phiale. Aristonoè porte un chitôn talaire et un himation, dont le bord supérieur traverse la poitrine en diagonale, avant de retomber derrière l’épaule gauche. L’épaule et le coude droits sont pris en écharpe dans le manteau.

  • 22 Filges 1997, p. 145-152.
  • 23 Paris, musée du Louvre, Ma 648 ; Hamiaux 1998, p. 204-205, no 212 (vers 330-320).
  • 24 Athènes, Musée archéologique national, inv. 833 ; Kaltsas 2002, p. 204, no 409 ; le type demeure to (...)
  • 25 L’analyse de Mantis 1990, p. 103, selon laquelle Aristonoè, par la phiale qu’elle tenait peut-être (...)
  • 26 Mantis 1990, p. 99.

8Il faut souligner que la statue d’Aristonoè ne présente aucun attribut permettant de l’identifier comme une prêtresse. En effet, bien que le bourrelet traversant la poitrine en diagonale – que la recherche allemande appelle Brustwulst – soit associé à Corè et, à partir du ive s., à d’autres divinités juvéniles comme Artémis ou les Muses22, il est bien attesté pour la représentation de simples mortelles à la fin du ive s. La figure d’Aristonoè est par exemple très proche de la statue funéraire découverte sur les bords du Céphise, à Patissia, tant pour le drapé que pour l’attitude générale23, mais également de la figure de Lysippè sur le grand relief funéraire de Rhamnonte pour Hiérôn, fils de Hiéroclès24. Le drapé ne peut donc être retenu comme un élément décisif dans l’identification à une prêtresse de la figure d’Aristonoè, pas plus que le geste25. À l’époque hellénistique, certaines statues de prêtresses ne semblent ainsi guère se dissocier des autres statues féminines drapées26.

  • 27 Londres, British Museum, inv. 1301 ; Kleiner 1942, p. 165-167, pl. 52a ; Ridgway 1990, p. 212, pl.  (...)
  • 28 Schuchhardt 1968.
  • 29 Schuchhardt 1968, p. 793 et n. 16.

9On a longtemps pensé qu’une statue, découverte à Cnide dans le sanctuaire de Déméter, de Corè et de Pluton, associée à une base dédiée par Nicocleia (pl. XLIIIa) trouvée au même endroit, constituait un point d’ancrage assuré, aussi bien pour la définition du style du iiie s. que pour l’iconographie des prêtresses au début de l’époque hellénistique27. Mais W. H. Schuchhardt a montré que la statue n’appartenait pas à la base et qu’il fallait donc renoncer à y voir une représentation honorifique du milieu du iiie s.28. Plus encore, le même savant doute de l’appartenance à la statue de la tête rapportée placée depuis la découverte dans la cuvette d’encastrement ménagée entre les épaules de la statue29.

  • 30 Bien qu’elle accepte l’argumentaire de W. H. Schuchhardt, Eule 2001, p. 76-78 retient la datation a (...)
  • 31 Bonne photographie chez Schuchhardt 1968, pl. 52.
  • 32 Cf. infra p. 363-364.
  • 33 Pinkwart 1973, p. 149-150, pl. 49-51.

10La datation du torse, qui reposait essentiellement sur la gravure de l’inscription, n’est donc absolument pas assurée30. Les comparaisons stylistiques les plus pertinentes suggèrent plutôt une datation au cours de la basse époque hellénistique. En effet, le vêtement se compose d’un chitôn de laine et d’un himation très fin, épousant les formes du corps et parcouru, à plusieurs endroits, de lignes parallèles transversales, groupées par deux ou trois31. L’inversion de l’épaisseur des vêtements et le motif des lignes parallèles sur le manteau évoquent la figure de Cléopatra de Délos32 (pl. XXXVII à g.), tandis que la représentation réaliste de la laine ne trouve de parallèle exact que dans la figure de Baebia à Magnésie du Méandre33 (pl. XLVIIa), dont la datation, nous le verrons, est problématique, mais qui n’est pas antérieure au iie s.

  • 34 Ainsi, Mantis 1990, p. 97-98.
  • 35 Mantis 1990, p. 98 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 136.
  • 36 À l’inverse, il n’est pas sûr que la partie inférieure d’une statue féminine de la haute époque hel (...)

11Bien que l’on ait renoncé à associer statue et base, et que le British Museum ait décidé de les présenter séparément, l’interprétation traditionnelle de l’œuvre comme une statue honorifique de prêtresse demeure34. Il est vrai qu’elle n’a rien d’invraisemblable dans un sanctuaire de Déméter et de Corè, où il n’est pas rare de trouver ce type de représentations. Elle se trouve renforcée également par une observation technique. Le bras gauche rapporté de la statue était en effet maintenu par trois tenons, ce qui implique qu’un objet lourd était tenu en main gauche. D’autre part, la zone entre le bras gauche et le torse a été recreusée au foret par le sculpteur, sans doute pour placer un objet allongé. A. Mantis, à la suite de H. Möbius, considère que cet objet était une torche35, attribut traditionnel de Corè. La prêtresse adopterait ainsi l’attribut de la déesse qu’elle sert. Cette hypothèse séduisante demeure cependant fragile car, si l’on accepte la dissociation du corps et de la tête, l’identification de l’œuvre comme une statue honorifique n’est plus assurée et l’on ne peut exclure que le corps appartienne à une représentation divine36.

  • 37 Je prends en compte la nouvelle édition de l’inscription par W. Blümel, R. Merkelbach, Die Inschrif (...)
  • 38 Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlung inv. Sk 1928.
  • 39 Sur la découverte, cf. Wiegand, Schräder 1904, p. 149-151, fig. 119-120.
  • 40 IPriene 173.

12Avec la statue de marbre d’Hègèsô37 (pl. XLIIa), nous sommes en terrain plus assuré38. Base et statue ont en effet été découvertes ensemble, à l’entrée du sanctuaire de Déméter et de Corè à Priène, et le raccord entre les deux éléments est parfait39. D’autre part, l’inscription portée sur la face antérieure de la base désigne explicitement Hègèsô comme prêtresse des deux divinités40 :

Hègèsô, fille d’Hipposthénès, épouse d’Eucritos, prêtresse de Déméter et de Corè.

13La gravure de cette inscription permet de dater l’ensemble de la première moitié du iiie s. Le monument de Priène fournit donc, a priori, un jalon précieux pour la représentation des prêtresses à l’époque hellénistique. Pourtant, l’interprétation de cette heureuse trouvaille n’est pas sans difficultés. Une description s’impose, avant d’examiner les fondements des diverses lectures de l’œuvre.

  • 41 Hauteur : 0,94 m ; longueur : 0,85 m ; profondeur : 0,565 m ; cf. Jacob-Felsch 1969, p. 145-146 ; S (...)

14Sur une base quadrangulaire monolithe, moulurée en haut et en bas41, se dresse une figure féminine, conservée sur une hauteur de 1,73 m. Une partie de la plinthe à gauche et le pied droit sont brisés. De même, la partie inférieure de la retombée du manteau à gauche, la main et une partie de l’avant-bras gauche, la tête et la totalité du bras droit ont disparu.

15En appui sur la jambe gauche, la figure fléchit et écarte très légèrement la jambe droite. Cette discrète pondération est à peine sensible aux hanches. Le bras droit, si l’on en juge par son départ, était haut levé et devait tenir quelque attribut ; le bras gauche, à l’inverse repose le long du corps, si bien que l’épaule droite est légèrement surélevée. Le contrapposto devait être souligné par le mouvement de la tête, qui, d’après la dissymétrie des mèches de cheveux sur le torse, était tournée du côté de la jambe libre.

16Le vêtement se compose d’un chitôn, dont les lourds plis parallèles couvrent les jambes, et d’un himation doublé, dont la texture gaufrée est originale. Il couvre tout le corps, ne laissant libres que l’épaule et le bras droits. Son rebord supérieur forme sur la poitrine un rabat rectangulaire, qui, pour l’œil, sépare nettement le haut du corps du reste de la figure. Un bourrelet de plis peu réaliste traverse la poitrine en diagonale. L’extrémité du manteau s’enroule autour du bras gauche en lourds plis.

  • 42 Ce qui exclut que l’himation ait couvert la tête, contrairement à ce qu’indique Ridgway 1990, p. 21 (...)

17Ce que l’on devine encore de la coiffure est peu banal. La figure porte en effet les cheveux longs et détachés. À l’avant, ils retombent sur le torse en longues mèches parotides torsadées, bien individualisées, quatre à droite, trois à gauche. À l’arrière, ils tombent dans le dos en une épaisse nappe de cheveux42.

  • 43 Cf. supra p. 344.
  • 44 Paris, musée du Louvre, Ma 756 ; L. Beschi, LIMC IV (1988), s.v. « Demeter », no 27.
  • 45 Wiegand, Schräder 1904, p. 151.
  • 46 Jacob-Felsch 1969, p. 145 ; Eule 2001, p. 106-107 dénonce à juste titre l’arbitraire de cette hypot (...)
  • 47 Ridgway 1990, p. 211 ; hypothèse totalement exclue par Eule 2001, p. 106, n. 320.
  • 48 Mantis 1990, p. 98-99.
  • 49 Pour la fosse votive, Wiegand, Schräder 1904, p. 148, fig. 119, L ; pour les figurines, Wiegand, Sc (...)
  • 50 Tout dernièrement encore, Hoff R. 2007b, p. 23.

18La chevelure longue n’étonne pas dans le contexte du culte de Déméter et de Corè. On a déjà mentionné la statue du musée archéologique national d’Athènes, qui représente peut-être Iackhos ou Eumolpos et porte les cheveux très longs43. Déméter est parfois elle-même représentée avec une coiffure similaire44. La question est alors de savoir si la statue est bien une représentation d’Hègèsô ou une représentation divine, de Déméter ou de Corè. L’identification de l’attribut tenu en main droite tient ici une place cruciale. Le bras haut levé de la figure a tour à tour conduit à imaginer que la figure retenait sur la tête un calathos45, dont la hauteur aurait assuré un rapport de proportions « naturel » de 4/1 entre la statue et la base46, un sceptre47, ou une hydrie48, cette dernière hypothèse présentant l’avantage de correspondre à un type de figurines en terre cuite, trouvé en abondance près d’une fosse votive dans le sanctuaire49. Tous s’accordent en revanche pour rejeter l’idée d’une torche50, qui permettrait à coup sûr d’identifier la statue comme Corè. En vérité, toutes ces solutions sont plus ou moins arbitraires et seule l’inscription permet de lever l’ambiguïté.

  • 51 Doutes exprimés par Ridgway 1990, p. 210 et relayés par Eule 2001, p. 106.
  • 52 Cf. supra p. 78.
  • 53 On compte de nombreux parallèles exacts sur l’acropole de Lindos, avec le nom du prêtre représenté (...)

19Les doutes suscités par l’emploi du nominatif dans l’inscription me semblent en effet infondés51. L’emploi du nominatif pour désigner le personnage représenté par une statue honorifique, et en particulier pour les prêtres et les prêtresses, est bien attesté au ive s. à Athènes52, mais également sur l’acropole de Lindos à l’époque hellénistique53. Le formulaire honorifique, à la haute époque hellénistique, n’est pas encore fixé et la souplesse de l’expression ne doit pas étonner. Qui plus est, dans le cas d’une représentation divine, on attendrait plutôt le nom de la divinité honorée au datif. L’identification de la statue à Hègèsô me paraît donc assurée.

  • 54 Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut mentionner la stèle funéraire d’une femme (Athènes, Musée (...)

20L’ambiguïté iconographique n’en est que plus intéressante. Il semble en effet qu’un modèle divin a servi pour représenter Hègèsô, suscitant un mimétisme entre la déesse et la prêtresse. Représenter les hommes à l’image des dieux est une pratique attestée dès la fin du ve s. sur les stèles funéraires attiques54, mais il est rare de pouvoir associer ce mode de représentation à une fonction, comme dans le cas d’Hègèsô.

  • 55 Krahmer 1923-1924, p. 139 et 155-156 pour la statue d’Hègèsô.
  • 56 Krahmer 1923-1924, p. 155 écrit ainsi (je souligne) : « Auch die Statue der Nikeso von Priene zeigt (...)
  • 57 Il faut souligner la remarquable continuité de la comparaison entre les deux œuvres. Horn 1931, p.  (...)
  • 58 Horn 1931, p. 26 (à propos d’une statue masculine provenant d’un naiskos, à Munich) : « Deshalb ist (...)

21On ne peut évoquer la statue d’Hègèsô de Priène sans analyser, même brièvement, la place singulière qu’elle tient dans l’histoire de l’art, en raison de son association assurée à une inscription. Par sa datation dans la première moitié du iiie s., la statue est contemporaine de celle de Démosthène par Polyeuctos (pl. XXXI). Cette concomitance a conduit les chercheurs, surtout allemands, à définir un style commun aux deux œuvres, le style dit « simple », que G. Krahmer est le premier à décrire55, et dont la caractéristique principale serait l’abandon des drapés compliqués et des mouvements pleins d’ardeur du ive s.56. Ainsi défini, le style simple a servi de référence pour la datation d’œuvres dans la première moitié du iiie s. La statue d’Hègèsô de Priène a par exemple conduit certains chercheurs à dater l’original d’une statuette de jeune fille conservée à la Glyptothèque de Munich57 et même à abaisser la date de certains monuments funéraires attiques au-delà de 31758.

22S’est ainsi consolidée une conception de la sculpture du début du iiie s. qui repose en fait sur des bases très fragiles. Il faut en effet souligner tout ce que le rapprochement entre la statue d’Hègèsô de Priène et celle de Démosthène par Polyeuctos a d’artificiel. Comparer les copies romaines d’une statue honorifique attique à l’original d’une statue certainement réalisée par un atelier local me paraît arbitraire, à moins que l’on démontre au préalable une influence attique véritable dans la statue de Priène. D’autre part, la parenté entre les deux œuvres me semble plus fondée sur des impressions que sur la reprise effective de motifs précis.

  • 59 Winter 1908, p. 74-122, pl. XII-XXVII.
  • 60 Winter 1908, p. 75-76.
  • 61 Proposition de Kunze M. 1990, p. 134.

23Depuis leur publication en 190859, les quelque trente statues et fragments de statues féminines drapées découverts au Nord du Grand Autel à Pergame posent des problèmes d’interprétation. En effet, Fr. Winter suggère que certaines d’entre elles proviennent peut-être du sanctuaire d’Athéna Polias immédiatement en surplomb et pourraient être des statues honorifiques de prêtresses, dont les bases retrouvées n’ont pu être associées à aucune des trouvailles du sanctuaire60. D’autres ont peut-être également été exposées sur la longue base au Nord du Grand Autel61.

  • 62 Berlin, Pergamonmuseum ; Winter 1908, p. 87-88, no 53, pl. XX ; Linfert 1976, p. 110-111, n. 431 a  (...)
  • 63 Hauteur conservée : 1,78 m (hauteur restituée : 2,10 m).

24L’une de ces statues féminines, par son type, permet de fonder plus solidement cette hypothèse62. Découverte directement contre le mur de terrasse au Nord du Grand Autel, cette statue nettement plus grande que nature63 était complétée par une tête rapportée aujourd’hui disparue. De même, le bras droit travaillé séparément et un fragment de drapé rapporté sur l’épaule gauche manquent. Le bras gauche est brisé au biceps, ainsi que la retombée du drapé sous la main gauche. Enfin, un fragment de la partie antérieure de la plinthe a disparu.

25Une femme aux proportions massives se tient debout face au spectateur, le poids du corps porté sur la jambe gauche, la jambe droite fléchie, portée vers l’arrière et sur le côté. Cette pondération suscite un hanchement marqué à gauche, souligné par l’épais bourrelet de l’himation. Le torse se redresse cependant et les épaules sont horizontales. Le bras gauche retient le manteau contre la hanche tandis que le bras droit devait s’écarter du corps. Les plis du col de la tunique indiquent que, vraisemblablement, la tête était tournée du côté de la jambe d’appui. Le vêtement se compose d’un long et épais chitôn sans manches, ceinturé sous les seins, dont la lourde étoffe retombe sur les pieds, chaussés de sandales aux semelles épaisses, et sur la plinthe, et d’un fin himation, qui enveloppe les jambes et les hanches. Il passe dans le dos et retombe depuis l’épaule gauche. Son bourrelet supérieur traverse le corps de l’aisselle droite au poignet gauche, autour duquel il s’enroule. Il surmonte un bourrelet secondaire moins épais, en arc de cercle. Le rebord inférieur du manteau dessine sur les jambes une ligne brisée. Les plis verticaux réguliers de la tunique apparaissent en maints endroits sous l’étoffe fine de l’himation.

  • 64 Pfuhl, Möbius 1977, p. 136-138, nos 405-410, pl. 66-67 ; Mantis 1990, p. 99-101, pl. 45 ; Connelly (...)

26Ce dernier trait, caractéristique du iie s., permet de dater la statue de l’époque du Grand Autel, où immédiatement après. S’il s’agit bien d’une statue honorifique, elle appartient donc à l’époque de la royauté attalide. L’attitude, le type du vêtement et le traitement de l’étoffe trouvent des parallèles assez précis sur certaines stèles de Smyrne, où sont représentées des prêtresses de Déméter au iie s.64, identifiables aux grandes torches qui les accompagnent et au pavot qu’elles tiennent parfois. Il est certes peu probable que la statue de Pergame représente une prêtresse de Déméter, mais, comme le souligne A. Mantis, le type est suffisamment spécifique pour permettre d’identifier, presque à coup sûr, une prêtresse.

  • 65 Berlin, Pergamonmuseum, inv. P 69 ; Winter 1908, p. 100-102, pl. 23 ; Schraudolph 2007, p. 213-214, (...)
  • 66 Rome, Musée national romain, Palazzo Massimo alle Terme, inv. 50170 ; Andreae 2001, p. 88-90 ; Mand (...)
  • 67 Cf. supra n. 11.

27Une seconde statue, découverte dans une citerne au Sud-Est du Grand Autel, confirme que certaines des figures féminines qui proviennent de la terrasse sont des statues honorifiques de femmes associées au culte d’Athéna65 (pl. XLIIIb). Elle représente en effet une jeune femme plantureuse qui effectue un pas vers sa droite et dont les bras rapportés – aujourd’hui disparus – devaient effectuer un geste similaire à celui de la jeune fille d’Antium66. Sa chevelure, dont quelques mèches retombent dans le cou, est retenue par un bandeau. Il s’agit probablement d’une servante, assistant une prêtresse dans les préparatifs du sacrifice. Même si la statue d’un tel personnage n’est pas attestée par l’épigraphie pergaménienne, l’exemple de Syèris à Athènes prouve qu’ont existé des représentations des membres de ce personnel subalterne67.

  • 68 Izmir, Musée archéologique, inv. 582 ; Hanfmann, Ramage 1978, p. 164-165, no 246, fig. 426-427.
  • 69 Hauteur conservée : 1,42 m (hauteur restituée : ca 1,60 m).
  • 70 Sardis, p. 65.
  • 71 Hauteur : 0,11 m ; longueur : 0,62 m ; profondeur : 0,51 m.
  • 72 Comme la statue de Mithridate dans le monument de Délos ; cf. supra p. 175-176.
  • 73 Sardis 50.

28Plus d’un siècle plus tard, à Sardes, la prêtresse Moschinè est honorée d’une statue de marbre dont le style est certes tout à fait différent, mais dont l’attitude est très proche de celle de la jeune fille d’Antium et de la statue P 69 de Pergame68. La statue de Sardes, de taille naturelle69, découverte dans une maison au Nord du secteur du temple70, est encore associée à sa base quadrangulaire simple sans moulures71, qui était probablement placée sur un support plus élevé72, portant l’inscription suivante73 :

Artémis, préserve constamment le salut de Sardes dans la concorde, grâce aux prières de Moschinè, fille de Diphilos.

29La gravure permet de placer l’inscription dans le ier s. W. H. Buckler et D. M. Robinson suggèrent par ailleurs de lier les prières de Moschinè pour le salut et la concorde à Sardes au contexte dramatique des guerres civiles. La dédicace se placerait ainsi dans la période entre 41 et 31.

  • 74 L’identification est acceptée par Eule 2001, p. 116-117.

30L’inscription, qui s’écarte du formulaire honorifique canonique, laisse toutefois peu de doute sur l’identification de la statue. Il s’agit en effet très vraisemblablement de la représentation de Moschinè, consacrée par les citoyens de Sardes, et non d’une Artémis. Les dimensions modestes et le type de la statue, qui ne correspond à rien de ce que l’on connaît de l’iconographie d’Artémis, confirment cette identification74. Le caractère public du monument, que l’on peut déduire de la mention Σάρδεις, et l’évocation des prières prononcées par Moschinè suggèrent que cette dernière a exercé les fonctions de prêtresse d’Artémis ou fut au moins au service de cette prêtresse. Il apparaît donc que le type de la jeune fille d’Antium, probablement créé au iiie s., a été utilisé tout au long de l’époque hellénistique pour représenter les prêtresses ou des servantes attachées au culte de divinités féminines.

  • 75 Schefold 1962, pl. 78.
  • 76 Andreae 2001, p. 88.
  • 77 Hanfmann, Ramage 1978, p. 87, no 53, fig. 164.

31B. Andreae souligne cependant que le geste de la jeune fille d’Antium n’est compréhensible qu’au sein d’un groupe sculpté. Il propose donc de restituer, comme sur certaines fresques de Pompéi75, la statue d’une prêtresse à droite de la jeune desservante76. On peut dès lors se demander si la statue P 69 (pl. XLIIIb) de Pergame et celle de Moschinè à Sardes faisaient également partie d’un tel groupe. Cette hypothèse est tout à fait probable pour la statue pergaménienne, qui correspond, pour le format comme pour le style, à la majorité des statues féminines trouvées sur la terrasse de l’autel et qui pourraient, on l’a vu, être elles aussi des statues honorifiques de prêtresses. Cette restitution est toutefois plus complexe pour la statue de Moschinè à Sardes, qui semble être une trouvaille isolée, à moins de considérer qu’un fragment de statue féminine drapée de provenance inconnue puisse lui être associé77.

Les mères, les épouses et les filles

32L’exercice d’une prêtrise est, à l’époque hellénistique, presque la seule occasion où une femme peut être honorée d’une statue publique pour son action personnelle. En effet, la grande majorité des statues honorifiques féminines de cette époque participent d’une logique familiale et non individuelle. Les femmes sont honorées par leurs parents pour mettre en avant l’ensemble du lignage ou par les institutions pour récompenser les bienfaits de leurs conjoints, de leurs fils ou de leurs pères. La traduction plastique de ce primat de la famille sur l’individu est l’indistinction des traits et de l’âge qui caractérise la grande majorité de ces œuvres. L’identité sociale des femmes est liée à leur parenté, non à leur personnalité propre.

  • 78 Andronikos 1990, p. 80-88 ; 83-84, fig. 114-118 ; Saatsoglou-Paliadeli 1990 ; pour la base : Saatso (...)
  • 79 Sur les circonstances de la découverte, Saatsoglou-Paliadeli 1990, p. 23, dessins 2-3, fig. 1-2.
  • 80 Hauteur : 0,48 m ; longueur : 0,77 m ; profondeur : 0,685 m.

33En 1990, dans le sanctuaire d’Eucleia à Vergina, a été découverte une statue féminine, qui, selon certains, relève de cette catégorie78 (pl. XLIVa). La statue et sa base ont été mises au jour au Nord-Est du temple de ce petit sanctuaire, immédiatement sous la terre végétale79. La base quadrangulaire monolithe80, moulurée en haut et en bas, conserve à la face supérieure la cuvette d’encastrement d’une statue de marbre et la gaine de plomb qui scellait l’ensemble. La face antérieure porte, au centre de la partie supérieure, la dédicace suivante :

Εὐρυδίκα Σίρρα Εὐκλείαι

Eurydice, fille de Sirras, à Eucleia.

  • 81 La statue est identifiée comme une représentation individuelle par Schultz 2007, p. 216-217, fig. 1 (...)

34La dédicace est certes purement votive, mais cela n’exclut pas qu’il s’agisse d’une représentation d’Eurydice. Le formulaire honorifique est en effet encore mal établi à l’époque de la dédicace, soit entre 370 et 340-33081.

  • 82 Hauteur conservée : 1,68 m (hauteur restituée : 1,90 m).
  • 83 Saatsoglou-Paliadeli 2011, p. 195.
  • 84 Saatsoglou-Paliadeli 2011, p. 196-197.

35À côté de cette base a été retrouvée une statue féminine drapée de péplophore nettement plus grande que nature82. Bien que la plinthe ne corresponde pas à la cuvette ménagée sur la base83, Chr. Saatsoglou-Paliadeli défend l’interprétation de la statue féminine comme une représentation d’Eurydice. Elle tisse en effet un lien, à mon avis fragile, entre la statue d’Aigai et une base trouvée dans le village de Palatitsia, situé un kilomètre à l’Est du village moderne de Vergina, qui porte seulement le nom d’Eurydice84, et considère cette base comme le vestige d’un groupe sculpté qui aurait reproduit le groupe de Léocharès à Olympie.

36La tête de la statue, trouvée à proximité, joue un rôle important dans l’identification. Le visage ovale et plein présente des lèvres charnues légèrement tombantes, conférant au visage un air boudeur. Les yeux, petits, sont très peu enfoncés. Les joues et le front sont parfaitement lisses. Ce dernier est encadré par quelques mèches de cheveux ondulés, qui disparaissent immédiatement sous une surface lisse et bombée, où était fixé, à l’aide de trois mortaises, un bijou rapporté en métal. Plus en arrière, le départ du voile est conservé sur le côté gauche.

  • 85 Berlin, Staatliche Museen ; Winter 1908, p. 112-114, no 87, annexe 12.
  • 86 Oakley, Sinos 1993, fig. 72, 74, 86, 91.
  • 87 A. Kossatz-Deissmann, LIMC IV (1988), s.v. « Eukleia », no 13.
  • 88 Rome, Musée national romain, inv. 80941 ; E. Simon, LIMC II (1984), s.v. « Artemis/Diana », no 5.

37L’identification du bijou porté constitue un élément décisif pour l’interprétation de cette statue. S’agit-il, comme on le suppose pour une tête découverte dans une citerne au Sud du Grand Autel de Pergame85, d’un diadème royal, ou d’un ornement tel qu’en portent, souvent avec un voile, les jeunes mariées, sur les vases attiques, depuis la fin du vie s.86, et peut-être Eucleia elle-même, dans certaines représentations vasculaires, dont l’interprétation demeure, il est vrai, problématique87 ? L’identification, proposée par E. Simon, de l’Artémis d’Arricia88 comme une probable copie de la statue de culte d’Eucleia, dont le temple est installé sur l’Agora d’Athènes après la bataille de Marathon, ajoute au trouble. C’est en effet, comme la statue d’Aigai, une grande péplophore matronale dont la chevelure est ornée d’un diadème.

  • 89 Saatsoglou-Paliadeli 1990, p. 26.
  • 90 Saatsoglou-Paliadeli 1990, p. 26-27.

38Qui plus est, la statue semble avoir été modifiée dès l’Antiquité. En effet, la cuvette d’encastrement pour le cou est endommagée89, ce qui permet d’avancer l’hypothèse d’un remplacement de la tête, opération d’autant plus facile que celle-ci était simplement posée, sans goujon, dans la cuvette et était stabilisée par le cadre formé par le voile90. La tête, sur laquelle se fonde l’interprétation de l’œuvre comme une statue honorifique, n’est donc pas nécessairement originelle.

  • 91 Saatsoglou-Paliadeli 2000, p. 388, fig. 1.
  • 92 Saatsoglou-Paliadeli 1987, p. 736, dessin 1 et pl. 144, fig. 3.
  • 93 C’est en revanche sans aucun doute possible une statue d’Eurydice qu’a portée une troisième base, d (...)

39Le contexte de découverte confirme la fragilité de l’hypothèse formulée par Chr. Saatsoglou-Paliadeli. La base n’est en effet pas le seul témoignage d’un monument dédié par Eurydice à Eucleia dans le sanctuaire. À l’abri de ce qui paraît avoir été, dans son premier état, un portique91, à l’angle Nord-Ouest du sanctuaire, a été mis au jour en 1982 le corps d’une base à orthostates portant, sur le long côté, à l’Est, la même dédicace que la base monolithe, inscrite dans un bandeau, orné à ses extrémités de cordelettes92. Cet ornement évoque immédiatement la parure qui orne la chevelure de la statue et tout porte à croire qu’il s’agit d’un attribut spécifique d’Eucleia, peut-être lié à son rôle de protectrice de la famille et du mariage. Il paraît donc vraisemblable que la statue de marbre conservée représente non Eurydice elle-même, mais la déesse Eucleia93.

  • 94 Athènes, musée de l’Agora, inv. S 1016 ; informations tirées de la banque de données en ligne de l’ (...)
  • 95 Hauteur préservée : 1,44 m.

40Le 14 mars 1938 fut trouvée, près de l’Éleusinion à Athènes, dans le secteur AA en bordure Ouest de la voie des Panathénées94, une statue féminine fragmentaire en marbre du Pentélique plus grande que nature95 (pl. XLIVb), remployée dans un mur byzantin et provenant, selon toute vraisemblance, du sanctuaire de Déméter et de Corè. L’œuvre, qui est sans doute une statue honorifique, est très mutilée : la jambe droite est brisée immédiatement sous le genou, la jambe gauche au milieu de la cuisse. Les bras manquent et la tête est brisée au milieu du cou. L’épiderme du marbre a entièrement disparu sur les jambes, sur la section du bras gauche et sur une partie des seins.

41La figure se tient debout, face au spectateur, le poids du corps porté sur la jambe gauche, la jambe droite fléchie et portée sur le côté. La pondération suscite un hanchement marqué à gauche, mais le torse se redresse, de sorte que l’épaule droite est légèrement plus haute que la gauche. La tête, d’après les plis qui marquent le cou grêle, paraît avoir été légèrement tournée vers la droite. Le bras droit était légèrement écarté du corps, tandis que le gauche, fléchi et serré contre le corps, retenait le manteau contre la hanche.

42Le vêtement se compose en premier lieu d’un chitôn ceinturé sous les seins, parcouru, sur l’opulente poitrine, de plis en V très animés et variés, contrastant vivement avec les encoches verticales parallèles visibles sous la ceinture, à droite. Le bas de la tunique disparaît sous un épais manteau qui couvre les jambes et les épaules. Il forme sur les hanches un large bourrelet qui s’enroule autour du bras gauche. Son riche plissé mêle les profonds sillons creusés au foret courant, qui accrochent la lumière, et le travail de détail au ciseau.

  • 96 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1858 (CAT 2.152) ; Londres, British Museum, inv. 1894.6 (...)
  • 97 Londres, British Museum, inv. 1001 ; Dillon 2010, p. 71-72, fig. 24.
  • 98 The Athenian Agora. A Guide to the Excavation and Museum (1976), p.182.
  • 99 Cf. supra p. 212-213.

43En raison des plis visibles sur le cou, les fouilleurs américains considèrent qu’il s’agit de la représentation d’une femme mûre. Cette notation réaliste apparaît cependant sur le cou de très jeunes femmes dès la première moitié du ive s.96 et ne constitue donc pas une indication assurée de l’âge. Ce fragment de grande qualité peut être comparé, pour le type du drapé, à la figure dite d’Artémise du Mausolée d’Halicarnasse97. La statue S 1016 est très vraisemblablement une statue honorifique féminine consacrée dans l’Éleusinion vers le milieu du ive s. Peut-être représente-t-elle, comme le suggère le guide de l’Agora98, Peisicrateia, dont la statue, signée par le Thébain Théoxénos, installée sur une base à orthostates à côté de celle de son époux Physteus, est consacrée par leur fils dans la seconde moitié du ive s., ou, pourquoi pas, Cléiocrateia, dont la statue, consacrée dans l’Éleusinion à côté de celle de son époux Spoudias, vers le milieu du ive s., est due au talent de Praxitèle99 (fig. 29a-b, p. 213).

  • 100 Cf. supra p. 321-322.
  • 101 Cf. supra p. 335-337.

44Quel que soit l’auteur de la statue, il paraît très vraisemblable que celle-ci ait fait partie d’un groupe honorifique représentant un couple. En ce sens, la statue de l’Éleusinion d’Athènes inaugure dans notre documentation une pratique honorifique qu’illustrent probablement plus tard le « philosophe » et la statue féminine drapée de Delphes100 (pl. XXXa et b) puis le monument de Cléopatra et de Dioscouridès à Délos101 (pl. XXXVII).

  • 102 Paris, musée du Louvre, Ma 2369 ; Linfert 1976, p. 21-22, n. 36 a, fig. 5-7 ; Hamiaux 1998, p. 26-2 (...)
  • 103 Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. 881 ; Linfert 1976, p. 21, n. 36 b, fig. 4.

45Les statues honorifiques féminines assurément datées du iiie s. sont rares et la plupart d’entre elles sont dépourvues de contexte précis de découverte, ce qui rend complexe leur interprétation. Il en va ainsi par exemple d’une belle statue féminine fragmentaire découverte à la fin du xixe s. sur la scène du théâtre de Milet, aujourd’hui conservée au musée du Louvre102. Par rapprochement stylistique avec une statue féminine drapée remployée pour la décoration de la bibliothèque de Celsus103, A. Linfert date la statue de Milet de la décennie 280, tandis que M. Hamiaux propose une date plus basse, dans le deuxième quart du iiie s. Elle a donc vraisemblablement été remployée comme élément décoratif du bâtiment de scène du théâtre et nous ignorons tout de sa fonction originelle.

  • 104 Cos, musée, inv. 20 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 236-238, no 52, pl. 37,1-3 ; hauteur sans la plint (...)
  • 105 Kabus-Preisshofen 1989, p. 118.
  • 106 L’avant-bras gauche, ainsi que quelques fragments, ont disparu depuis la découverte de l’œuvre, com (...)

46Une statue féminine drapée de grande taille découverte dans la pièce B de l’odéon de Cos104 pourrait être, selon R. Kabus-Preisshofen, la seule statue honorifique féminine du iiie s. conservée dans l’île105 (pl. XLVa). Tous les éléments rapportés – la tête avec le cou, les avant-bras106, la partie antérieure du pied gauche – ont disparu. Un large pan de drapé à l’arrière du bras droit est brisé, de même qu’une partie importante de la plinthe oblongue, à gauche.

47Une femme assez élancée se tient debout, le poids du corps porté sur la jambe droite, la jambe gauche fléchie et portée sur le côté. Le hanchement à droite est marqué, mais les épaules sont horizontales. La tête était tournée vers le bras droit, qui tenait peut-être un attribut. Le bras gauche, fléchi et levé, retenait l’étoffe du voile qui couvre la tête.

48Le vêtement se compose de trois étoffes superposées : un chitôn très fin à manches courtes n’est plus visible que sur l’épaule droite, où les cordelettes qui relient les deux pans de la tunique forment une série d’œillets avant de retomber sur le biceps. Il est couvert par un péplos, agrafé aux épaules, qui couvre la poitrine et tombe sur les jambes en profonds plis verticaux. Enfin, un manteau de lourde étoffe enveloppe le corps, du milieu des jambes à la poitrine et couvrait l’arrière de la tête. Son rebord supérieur forme un bourrelet oblique peu volumineux, qui couvre le sein gauche, mais dégage le sein droit. Sous ce bourrelet se déploie un long rabat triangulaire parcouru de plis arqués. Les extrémités du manteau retombent en longs plis tubulaires le long du flanc gauche.

  • 107 Thompson D. B. 1973, p. 128-129, nos 9-12, pl. V ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 120.
  • 108 Eule 2001, p. 168, no 13, fig. 47 date la statue, sans véritable justification, de la seconde moiti (...)

49Sur la foi d’une comparaison discutable avec une série d’oenochoés ptolémaïques en faïence où la souveraine représentée serait Arsinoé II107, R. Kabus-Preisshofen identifie la statue de l’odéon de Cos à cette reine ou à une prêtresse de son culte. Une statue découverte à l’Artémision de Thasos, qui ne représente pas une souveraine, prouve cependant que ce type n’est pas spécifiquement associé aux Lagides et à leur culte. La datation de la statue vers 270, suggérée par cette identification, ne peut donc être retenue qu’avec prudence108.

  • 109 Ridgway 1967, p. 331 : « Unquestionably a Greek original, the statue has until now been unanimously (...)
  • 110 Sur les problèmes de datation des statues féminines en général, voir Dillon 2010, p. 61-64.

50La même difficulté de datation et d’identification se pose pour la tête féminine en bronze d’Arap Adası (pl. XLVI), dont le vêtement est très proche de celui de la figure de Cos. Br. S. Ridgway, dans la seule étude conséquente consacrée à l’œuvre, la date du début du iiie s. sur des critères stylistiques assez vagues109. En réalité, la datation de ces statues paraît reposer sur un compromis entre leur filiation évidente avec des types féminins élaborés au ive s. et leur identification, séduisante mais jamais réellement prouvée, à des représentations de reines, qui impose de les placer à l’époque hellénistique110.

  • 111 Didymes, musée, inv. S 317 ; Günther 2007, p. 10-11, no 3, pl. 2, 6-8.

51À la basse époque hellénistique encore, malgré l’abondance d’œuvres conservées et la meilleure connaissance de la typologie qui en résulte, certaines statues féminines demeurent intrigantes et la détermination de leur datation comme de leur type est incertaine. C’est le cas par exemple d’un fragment découvert non loin de la voie sacrée menant de Milet à Didymes, qui conserve la partie gauche du buste d’une statue honorifique de grande taille111. La figure féminine est vêtue d’un fin chitôn, qui forme des plis très denses, qui se creusent et s’arquent au-dessus du ventre, et d’un himation qui couvre le sein droit, et est torsadé au-dessus du sein gauche avant de se redéployer sur l’épaule et sur le bras gauches. à l’arrière, une épaisse masse très endommagée fait saillie. Ce détail, associé aux plis arqués du chitôn sur le ventre, pourrait indiquer que la statue était assise. Son type est en tout cas très original et il pourrait bien s’agir, comme le suggère W. Günther, de la statue honorifique d’une souveraine de la basse époque hellénistique.

Le type Samos-Cos

52Ce n’est que pour les iie et ier s. que l’on peut restituer de façon plus précise le développement des statues honorifiques féminines. Le contexte d’installation des œuvres demeure certes le plus souvent inconnu, mais l’abondance relative du matériel et leur relation avec des monuments bien datés permet des analyses plus étayées.

53Dans le premier quart du iie s. apparaît ainsi, dans le Dodécanèse et en Asie Mineure, un type nouveau de statues honorifiques féminines, qui constitue en quelque sorte une matrice, à partir de laquelle les sculpteurs composent d’infinies variations.

  • 112 Cos, musée, inv. 24 ; Horn 1972, p. 83-84, Kos I, pl. 12-13, 15-16, 18 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. (...)
  • 113 Hauteur conservée : 1,52 m ; hauteur restituée : ca 2 m.

54L’un des plus beaux et des plus anciens exemplaires de ce type provient une fois encore de l’odéon de Cos112 (pl. XLVb). Seule la partie inférieure de cette statue de grande taille113 est conservée, de la plinthe jusque sous les seins. Le haut du corps rapporté était fixé sur une surface piquetée en léger dévers grâce à un goujon métallique. Le bras droit, replié devant le corps, était retenu par deux goujons métalliques.

  • 114 Notamment une statue trouvée dans l’Héraion de Samos (Samos, musée de Vathy, inv. 94 ; Horn 1972, p (...)

55En appui sur la jambe droite, la figure lève et fléchit la jambe gauche pour placer le pied sur un petit promontoire parallélépipédique ménagé sur la plinthe. Cette pondération originale accentue fortement le hanchement à droite et confère à la figure une silhouette sinueuse, que le mouvement des bras devait encore rendre plus sensible. En effet, le dispositif de fixation du bras droit et les exemples mieux conservés du type114 permettent d’affirmer qu’il était pris en écharpe dans l’étoffe du manteau et traversait le corps tandis que le bras gauche, fléchi et porté sur le côté, était accoudé.

  • 115 Weber 1969-1970.

56Depuis l’étude que lui a consacrée H. Weber, on sait que le type de vêtement porté par la figure – que la littérature latine appelle coae vestes – se compose non pas de deux, mais de trois étoffes superposées115. En effet, sur une tunique de tissu épais – probablement de la laine –, qui se répand largement sur la plinthe, la figure porte un vêtement très fin, de même forme et de même longueur, mais qui se distingue par ses plis nerveux en diagonale. Ce raffinement extrême du vêtement permet au sculpteur d’associer les lourds plis aux rides superficielles et d’animer le bas de la tunique. Celle-ci est par ailleurs caractérisée par une masse centrale de plis, nettement distinguée du reste du vêtement par deux profonds plis verticaux. Ce drapé d’atelier se retrouve sur toutes les statues du type. Sur cette double tunique est jeté un manteau très fin, qui couvre les cuisses et le haut du corps. Son étoffe, parcourue de plis arqués extrêmement denses et nerveux, laisse apparaître par transparence les plis verticaux du chitôn épais, la boucle et les extrémités de la cordelette qui ceinture la tunique légère.

  • 116 Horn 1972, p. 20 ; Linfert 1976, p. 79, n. 246 ; p. 82.
  • 117 Berlin, Pergamonmuseum, inv. P 54 ; Andreae 2001, p. 171-172, no 160 ; Schraudolph 2007, p. 213-214 (...)
  • 118 Schede 1920, p. 74-75.
  • 119 Horn 1972, p. 19 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 146.
  • 120 Sur ce groupe sculpté, voir en général Pinkwart 1965b, et en particulier p. 163-168 pour l’attribut (...)
  • 121 Le type, qui apparaît sur le relief d’Archélaos de Priène, est notamment illustré par une statue rh (...)
  • 122 Kabus-Preisshofen 1989, p. 146-148.
  • 123 Voir la recension de Pinkwart 1965b par D. B. Thompson dans AJA 73 (1969), p. 383-384 et Carter 198 (...)

57Bien que les études soulignent l’indépendance de ce type vis-à-vis de l’art pergaménien116, c’est paradoxalement par comparaison avec la statue féminine P 54 trouvée sur la terrasse du Grand Autel117 que l’on date les exemplaires les plus anciens de la décennie 170-160. Étroitement liées au problème de la datation, l’identification et l’attribution de ce type à un atelier demeurent problématiques. Si l’hypothèse ancienne de M. Schede, qui proposait de voir dans cette figure accoudée de grande taille une muse citharède118, a été abandonnée depuis les analyses de R. Horn119, la proximité de ce type avec le groupe dit des « Muses de Philiscos »120 et notamment avec le type de la muse au volumen121, est incontestable122, si bien que l’on peut raisonnablement attribuer les originaux des deux séries à un même atelier. Il est toutefois très délicat d’assigner une date et un lieu d’installation originel àce groupe123. Il faut donc se borner à considérer que ce type est créé dans la première moi-tié du iie s. par un atelier important et renommé du Sud-Ouest de l’Asie Mineure ou du Dodécanèse.

  • 124 Istanbul, Musée archéologique, inv. 601 ; Pinkwart 1973, p. 156-157, no 8, pl. 63-66.
  • 125 Izmir, Musée archéologique, inv. 505 ; Linfert 1976, p. 37-38, n. 83 ; p. 43-44, fig. 47-48.
  • 126 L’argument décisif en faveur de cette hypothèse est la proximité frappante du fragment avec une sta (...)
  • 127 Linfert 1976, p. 43.
  • 128 Pour la base de la statue d’Apollophanès au théâtre, sur laquelle était inscrit le décret honorifiq (...)

58Il est en revanche désormais assez bien établi que les statues de ce type ne sont pas divines, mais honorifiques. En effet, un exemplaire a été retrouvé au théâtre de Magnésie du Méandre124 avec une statue masculine fragmentaire125 qui est, sans doute possible, une représentation honorifique126. Il est donc probable que les deux statues formaient un groupe sculpté honorifique semblable à celui de Cléopatra et de Dioscouridès à Délos. Pourrait-il s’agir, comme le suggère A. Linfert127, de statues d’Apollophanès128, qui prête de l’argent pour la construction du théâtre au début du iie s., et de son épouse ?

Le type de la Pudicitia

  • 129 Depuis Pinkwart 1973, on distingue sous ce type plusieurs catégories en fonction de la jambe d’appu (...)
  • 130 Kleiner 1942, p. 161, pl. 33a (milieu du iiie s.) ; noter que le motif ne fait son apparition sur l (...)
  • 131 Tégée, musée ; Krahmer 1923-1924, p. 174-175, pl. VI (fin du iiie s.) ; Horn 1972, p. 12, n. 22 ; p (...)
  • 132 Sur ce point, voir Eule 2001, p. 17, n. 11.
  • 133 Londres, British Museum, inv. 2140 ; Smith 1904, p. 220, no 2140, pl. XXII ; Linfert 1976, p. 149, (...)
  • 134 Oxford, Ashmolean Museum ; Gardner 1923 ; Eule 2001, p. 194, no 81, fig. 7.

59Le type de la Pudicitia129 est caractérisé par une position spécifique des bras : l’un est plaqué contre le corps et barre le torse, juste sous les seins ; l’autre, fléchi, s’appuie sur la main du premier. L’avant-bras remonte vers la tête, qui, le plus souvent, est voilée. Particulièrement apprécié dans la seconde moitié du iie s. et au ier s. pour les représentations honorifiques féminines, le type de la Pudicitia apparaît dès le iiie s. en figurine de terre cuite130, mais aussi, de façon isolée, dans la grande sculpture131. Le type, qui ne s’est jamais véritablement acclimaté en Grèce propre, est au contraire particulièrement apprécié en Asie Mineure et dans les Cyclades. Malheureusement, pour ce type comme pour le précédent, l’absence de contexte précis interdit souvent toute interprétation de la fonction des œuvres. On ignore ainsi la destination originelle d’un fragment de statue féminine – qui n’est pas, contrairement à ce que suggèrent les premières mentions, un pilier hermaïque132 – du milieu du iie s., provenant certainement de Rhodes133, ou encore d’une statue de la première moitié du iie s. conservée à Oxford134.

  • 135 Samos, musée de Vathy, inv. 105 ; Horn 1972, p. 92-93, no 28, pl. 30-31 ; Eule 2001, p. 182, no 49, (...)

60En revanche, il y a toute chance que le torse féminin découvert en remploi dans le mur de péribole Sud de l’Héraion de Samos soit une statue honorifique135.

  • 136 Hauteur conservée : 1,24 m.

61La partie inférieure de cette statue plus grande que nature136 est brisée au-dessus des genoux. Les pièces rapportées – la tête et le cou, la main droite – manquent et un important fragment de la partie extérieure du bras droit est brisé.

62En appui sur la jambe droite, la figure aux proportions assez élancées porte la jambe gauche vers l’avant et sur le côté. Le hanchement à droite est peu marqué et les épaules sont horizontales. Le bras gauche fléchi est placé sur le ventre, de sorte que la main repose sur la hanche droite. Le coude droit est appuyé sur la main gauche et la main droite était levée vers le visage, qu’elle touchait peut-être. Le vêtement se compose d’un chitôn, dont ne demeurent visibles que le col et quelques plis verticaux qui apparaissent par transparence sous le manteau. Ce dernier enveloppe tout le corps, ne laissant dégagées que les mains. Ses extrémités ne retombent pas librement sur le flanc gauche mais sont enroulées autour de l’avant-bras et du poignet gauche. L’himation est parcouru, sur la cuisse droite, de plis en arcs de cercle nerveux, visiblement creusés au foret. Le même plissé caractérise l’étoffe entre le bras pris en écharpe et le col d’une part, et l’extrémité du vêtement enroulée sur le bras gauche d’autre part. Par contraste, le sein et le bras gauches sont laissés presque entièrement lisses et le flanc gauche n’est parcouru que de quelques plis plats.

  • 137 Horn 1972, p. 22.
  • 138 Il compare notamment la statue samienne aux figures de la frise de l’Hécateion de Lagina, qu’il dat (...)
  • 139 Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. I 82 ; Kleiner 1942, p. 178, n. 4, pl. 52b ; Linfert 1976, p (...)
  • 140 Eule 2001, p. 17.

63La date de l’œuvre n’est pas établie avec certitude. Tandis que R. Horn propose de la placer dans le dernier quart du iie s.137, parce qu’il décèle dans le traitement du drapé une simplification des motifs caractéristique de la fin de l’époque hellénistique138 et que la statue lui semble stylistiquement postérieure à une figure féminine d’Érythrées conservée à Vienne139, J. C. Eule, plus sensible à la proximité de l’œuvre avec la statue de Rhodes au British Museum et celle sans provenance du musée d’Oxford, la date du milieu du iie s.140.

  • 141 Samos, musée de Vathy, inv. I 104 ; Horn 1972, p. 86-87, no 7, pl. 20-22, annexe 4 ; deux fragments (...)
  • 142 Horn 1972, p. 14.
  • 143 Izmir, Kültürpark, inv. 2974 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 185, no 664, pl. 100 (vers 100) ; Zanker 1995 (...)
  • 144 Hanovre, musée Kestner ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 162, no 432, pl. 82.

64La question est d’importance, car, si la date haute devait être retenue, la statue serait approximativement contemporaine de la statue masculine trouvée au même endroit, remployée dans  les fondations du même mur en mortier en mai 1914141, qui combine, selon l’expression de R. Horn, l’attitude du Démosthène de Polyeuctos et la disposition du manteau de la statuette de Socrate au British Museum142. Les deux statues pourraient alors avoir constitué un groupe honorifique, semblable à ceux que l’on peut voir sur les monuments funéraires d’Asie Mineure contemporains, notamment sur un relief à trois personnages découvert à Aydın143 et un relief à fronton de Smyrne au musée de Hanovre qui présente des figures de types assez proches144.

  • 145 cf. supra p. 335-337.

65Parmi les statues honorifiques féminines appartenant au type de la Pudicitia, la représentation de Cléopatra de Délos (pl. XXXVII à g.) tient une place particulière, non seulement parce que, comme nous l’avons vu plus haut145, son installation dans une maison du quartier du théâtre en fait un monument tout à fait singulier, mais aussi parce que, par sa datation précise – juste après 138/7 –, elle constitue la référence de toutes les réflexions stylistiques autour du type.

  • 146 Hauteur conservée : 1,48 m.
  • 147 Ce geste peut être restitué avec vraisemblance grâce à la statue de grande taille conservée à l’Ash (...)

66De cette figure de taille naturelle146 manquent la tête, le bras gauche à partir du biceps et la partie antérieure du pied gauche, qui était rapportée. Cléopatra, debout à droite de son époux, est en appui sur la jambe droite, la jambe gauche légèrement fléchie et portée loin sur le côté, ce qui accroît l’amplitude de la figure dans sa partie inférieure. Le hanchement à droite est particulièrement marqué, mais les épaules demeurent horizontales. Le bras droit traverse le corps et la main saisit l’extrémité du manteau qui retombe le long du flanc gauche. Le coude gauche prend appui sur le poignet de la main droite et l’avant-bras droit traversait vraisemblablement la poitrine, de sorte que la main venait saisir le voile qui couvrait la tête à droite du visage147. Les bras ainsi placés compriment la poitrine et froncent le tissu sur les seins.

  • 148 Photographies de l’arrière de la statue dans Kleiner 1942, fig. 57b ; Marcadé 1969, pl. LXV ; Zanke (...)

67Le vêtement se compose d’un chitôn talaire d’étoffe épaisse, que l’on aperçoit dans l’ouverture du col, et qui tombe en lourds plis verticaux sur les jambes avant de se répandre sur la plinthe, suivant un canon créé en Asie Mineure au début du iie s. Le plissé de la tunique alterne les profondes entailles creusées au foret et les ondulations plus superficielles réalisées au ciseau, ce qui anime la surface et accroche la lumière. Le manteau d’étoffe très fine, semblable à un châle de soie, enveloppe toute la partie supérieure du corps et couvrait probablement la tête. Son bord inférieur traverse le bas du corps en diagonale, du haut de la jambe gauche au bas de la cuisse droite, dégageant le genou libre qui apparaît sous la tunique. Parallèlement au bord inférieur s’étagent des plis très fins, qui soulignent le mouvement de la figure. Des plis plus discrets – sans doute des plis d’armoire – marquent le ventre et le haut des cuisses. L’étoffetrès fine laisse voir par transparence les plis verticaux du chitôn, représentés schématiquement. Sur le buste et les bras, le manteau, extrêmement tendu, présente une surface presque lisse, à l’exception des plis déjà mentionnés, provoqués par la compression de la poitrine. L’extrémité du manteau forme des plis tubulaires le long de la jambe gauche. L’arrière de la figure est travaillé de manière beaucoup plus cursive148 : les plis du chitôn ne sont plus guère que des arêtes grossières, que l’on suit par transparence jusque sous les fesses. Au-delà, de façon peu vraisemblable, le tissu de l’himation devient opaque. En bas, le plissé s’interrompt dans la partie centrale pour laisser place à une zone lisse. En dépit de ce caractère négligé, les plis du manteau sont rendus avec un luxe de détail qui étonne pour une partie qui devait être peu visible.

  • 149 Une statue fragmentaire de Rhodes apparaît ainsi proche de celle de Cléopatra : Rhodes, musée (Linf (...)
  • 150 Il me semble notamment que le traitement nerveux des plis du manteau de Cléopatra est voisin de cel (...)
  • 151 Schede 1920, p. 75-76, en comparant la statue de Cléopatra à la « Muse » de Samos, implique que la (...)
  • 152 Marcadé 1969, p. 56 (tableau), 66 ; Linfert 1976, p. 115, n. 456 (où Ammônios est appelé par erreur (...)
  • 153 Notons que le type de la Pudicitia n’apparaît que très rarement sur les stèles funéraires de Rhéné (...)

68La statue de Cléopatra se caractérise par une structure pyramidante particulièrement marquée, l’une des signatures des ateliers de Grèce de l’Est de la seconde moitié du iie s. De fait, les nombreux commentateurs de l’œuvre l’attribuent souvent à un atelier du Sud-Ouest de l’Asie Mineure, que l’on pourrait placer à Rhodes149, à Cos150 ou à Milet151. La présence de sculpteurs d’Asie Mineure est bien attestée à Délos dans la seconde moitié du iie s. On peut notamment citer les sculpteurs Ammônios et Périgénès, fils de Zôpyros, qui signent ensemble deux statues d’agoranomes à l’agora des Italiens (fig. 19, p. 180)152. La demande importante de statues à Délos dans la seconde moitié du iie s., liée au développement économique de l’île après qu’elle est déclarée port franc, doit attirer des artistes de tous horizons, notamment des sculpteurs d’Asie Mineure, dont les ateliers sont alors en plein essor. Ce n’est cependant pas le moindre des paradoxes qu’un couple qui affirme de façon insistante son appartenance à la cité d’Athènes choisisse un mode de représentation plus particulièrement attaché à l’Asie Mineure et au Dodécanèse153.

69C’est de fait dans le Sud-Ouest de l’Asie Mineure que nous ramènent les exemples les plus récents du type. Encore faut-il nuancer cette dernière affirmation car, en dépit des apparences, la datation des statues honorifiques de Baebia et de Saufeia (pl. XLVIIa et b) à Magnésie du Méandre n’est pas assurée. On a vu plus haut en effet que le mode d’exposition aussi bien que le style de ces œuvres suggéraient qu’il s’agissait de créations de la fin du iie s. remployées pour honorer la famille de Lucius Valerius Flaccus.

Les Herculanaises

  • 154 Vorster 2008, p. 114-119, considère que le type de la Grande Herculanaise remonte à un original de (...)
  • 155 Daehner 2008, p. 1-17.
  • 156 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1827 ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 88-89, no 34 ; (...)
  • 157 Pour un examen du matériel d’époque impériale, cf. Daehner 2008, p. 85-111.

70Créations majeures de la seconde moitié du ive s.154, les Herculanaises doivent leur nom aux copies d’époque impériale découvertes par le prince d’Elbeuf, en 1710 ou 1711 à l’emplacement du théâtre d’Herculanum155. Une copie hellénistique fidèle du type de la Petite Herculanaise a été découverte dans la Maison du Lac à Délos156 (pl. XLVIII). Les types des Herculanaises ont été abondamment utilisés à l’époque impériale pour les portraits féminins, aussi bien honorifiques que funéraires157. Bien que leur nombre soit assez réduit, quelques statues féminines attestent cependant que, dès l’époque hellénistique, le type de la Petite Herculanaise a servi de modèle à des statues honorifiques féminines.

Le type de la Petite Herculanaise

  • 158 Une stèle funéraire attique, qui appartient peut-être au début du iiie s., pourrait en être la plus (...)
  • 159 Samos, musée de Vathy, inv. 138 ; Horn 1972, p. 93-94, no 30, pl. 32.

71Les attestations du type de la Petite Herculanaise avant le iie s. sont rarissimes158 et il faut attendre l’époque hellénistique avancée pour qu’il soit repris dans la représentation honorifique. Ainsi, à l’Héraion de Samos a été mise au jour une statue féminine fragmentaire conservant le haut du corps et les bras159. Toute la partie inférieure du corps, à partir du milieu du ventre manque, de même que la tête et le départ des épaules. La partie antérieure de la main gauche et l’extérieur du bras gauche sont endommagés. La retombée du manteau, sous la main gauche et sur le flanc, est brisée.

  • 160 Hauteur conservée : 0,45 m.

72Une jeune femme, de taille naturelle à grande160, se présente de face. Son corps svelte est enveloppé d’un long manteau d’étoffe épaisse qui ne laisse apercevoir la tunique que dans l’ouverture du col. De la main droite, qui est entièrement enveloppée dans l’himation, la jeune femme rejette sur l’épaule gauche un pan du vêtement, tandis qu’autour du bras gauche, fléchi et porté vers l’avant, s’enroule l’extrémité du manteau. Les volumes du corps s’affirment sous l’étoffe, où les plis réalistes – nerveux sur le ventre, lâches sous le bras droit – côtoient des motifs plus schématiques – notamment les plis creusés au foret courant qui marquent le poignet droit.

  • 161 Horn 1972, p. 22.
  • 162 Sidé, musée, inv. 110 ; Izmir, Musée archéologique, inv. 566 ; Oxford, Ashmolean Museum, inv. M 2 ; (...)

73Bien qu’elle s’en distingue par l’ampleur de l’himation, la figure de Samos emprunte à l’évidence sa gestuelle au type de la Petite Herculanaise. Par comparaison avec une statue féminine du type de la Pudicitia, R. Horn propose une datation dans le dernier quart du iie s.161. Si cette évaluation stylistique est juste, la statue de Samos constitue l’une des plus anciennes variations honorifiques autour du type de la Petite Herculanaise. Cette variante est par ailleurs connue par trois exemples hellénistiques – mieux conservés, mais dont on ignore malheureusement le contexte précis de découverte – qui proviennent d’Asie Mineure162.

  • 163 Thèbes, musée, inv. BE 64 ; hauteur conservée : 1,37 m ; Connelly 2007, p. 161, fig. 5.27 ; Vorster (...)

74En Grèce continentale et dans les Cyclades, on trouve d’autres adaptations du type de la Petite Herculanaise, plus proches de l’original. Le manteau est en effet plus étroit et le geste des mains reproduit plus exactement celui observé sur la copie d’Herculanum. L’exemplaire le plus célèbre de cette série est la statue de taille naturelle découverte dans le temple d’Artémis à Aulis163. Cette statue, dont ne manquent que la tête et le cou rapportés, représente vraisemblablement une prêtresse, en raison de son lieu d’exposition. Chr. Vorster propose, sur critères stylistiques, une datation à la fin de l’époque hellénistique.

  • 164 Délos, musée, inv. A 2937 ; Linfert 1976, p. 173, n. 444 Ao, fig. 361 ; Vorster 2008, p. 74-75, 129 (...)
  • 165 Kreeb 1988, p. 75-76, considère que l’absence d’inscription et le caractère très peu individualisé (...)

75À la même époque est installée à Délos, probablement dans un sanctuaire féminin, une statue très proche, par l’adaptation du type comme par la facture, de celle d’Aulis164. Il s’agit sans doute aussi d’une statue honorifique de prêtresse165.

La Grande Herculanaise, un modèle ?

  • 166 Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage, inv. P. 1850. 25 et 26 ; Voščinina, Chodza 1970 (époque ant (...)
  • 167 Voščinina, Chodza 1970, p. 626.
  • 168 Pfuhl, Möbius 1977, p. 65.

76Une seule statue d’époque hellénistique reprend exactement le type de la Grande Herculanaise. Il s’agit d’une statue funéraire découverte dans une nécropole à Panticapée aux côtés d’une statue masculine drapée selon le type d’Eschine166. La date de ce groupe est cependant controversée et son isolement dans notre documentation invite à la prudence. Il n’est par exemple pas assuré, contrairement à ce qu’avancent A. I. Voščinina et E. N. Chodza, que ces statues soient issues d’un atelier de Méditerranée orientale167. Aucune statue hellénistique du type de la Grande Herculanaise n’a en effet été retrouvée en Asie Mineure et le motif est extrêmement rare sur les stèles funéraires avant l’époque impériale168. Le type de la Grande Herculanaise ne sert donc apparemment pas de modèle direct à la statuaire honorifique féminine d’époque hellénistique. Ce n’est que lorsque se développe le goût pour la copie qu’il est reproduit à l’envi pour des portraits féminins dans tout le monde romain.

Notes

1 Les représentations honorifiques féminines et la place des femmes dans la cité grecque suscitent une abondante bibliographie ; cf. par exemple : Van Bremen 1996 ; Eule 2001 ; Connelly 2007 ; Dillon 2010.

2 Athènes, Musée archéologique national, inv. 226 ; Fougères 1888 ; Fougères 1898, p. 540-542, pl. V ; Mantis 1990, p. 51, n. 191, pl. 18 ; Kaltsas 2002, p. 132, no 254 ; Despinis 2013, p. 18-20, fig. 2.

3 Hauteur : 1,48 m ; longueur en bas : 0,80 m.

4 Fougères 1898, p. 541-542 ; sur le relief du musée de l’Acropole inv. 1333, cf. Meyer 1989a, p. 273, cat. A 26, pl. 10,1.

5 Meyer 1989a, p. 273-274, cat. A 27, pl. 10,2.

6 Fougères 1898, p. 329.

7 Mantis 1990, p. 51-52.

8 Mantis 1990, p. 40-52.

9 Mantis 1990, p. 52.

10 Cf. le plan de l’agora de Mantinée donné par Fougères 1898, p. 180, fig. 44.

11 Pausanias, VIII 30, 8 ; il faut sans doute voir, avec Todisco 1997 et Holtzmann 2003, p. 221, dans la représentation, sur l’Acropole d’Athènes, de Syèris, assistante de la prêtresse de Lysimachè, un relief, en raison de ses faibles dimensions (une coudée) et de la mention du τύπος dans l’épigramme inscrite sur la base (IG II2 3464). Pour une étude complète du monument, voir désormais Keesling 2012, qui considère que la statue de Syèris est une statuette honorifique publique de bronze.

12 Le caractère votif de l’œuvre ne fait pas de doute, mais, comme nous l’avons déjà signalé à maintes reprises, il n’exclut pas le caractère honorifique.

13 Connelly 2007, p. 133 : « Priestesses seem to represent the first and, one might argue, only category of women to be broadly represented in portrait statuary of the classical period » (Les prêtresses semblent représenter la première, et, l’on pourrait dire, la seule catégorie de femmes à être largement représentée dans la sculpture de portraits de l’époque classique).

14 IG II2 3453 ; Mantis 1990, p. 70-74 ; Connelly 2007, p. 130-131, fig. 5. 9-11.

15 Cf. résumé de la discussion par Holtzmann 2003, p. 221.

16 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 29 situe le floruit de Phradmôn dans la 90e olympiade, mais cette date s’accorde mal avec une épigramme de Théodoridas, conservée dans l’Anthologie palatine (IX 743), qui attribue à l’artiste douze vaches de bronze consacrées par les Thessaliens à Athéna Itônia entre 356 et 336 ; cf. Marcadé 1953, 87 r. v.-88 r. ; Ridgway 1974, p. 9 ; Connelly 2007, 134, n. 78.

17 SEG XLVI 1325, no 3 C ; cf. Lazzarini 1996. p. 246, n. 17.

18 Mantis 1990, p. 56-60, pl. 21-23.

19 Mantis 1990, p. 76.

20 Mantis 1990, p. 76.

21 Athènes, Musée archéologique national, inv. 232 ; cf. supra p. 173-174.

22 Filges 1997, p. 145-152.

23 Paris, musée du Louvre, Ma 648 ; Hamiaux 1998, p. 204-205, no 212 (vers 330-320).

24 Athènes, Musée archéologique national, inv. 833 ; Kaltsas 2002, p. 204, no 409 ; le type demeure toutefois rare dans la sculpture funéraire attique. J’en ai compté moins d’une dizaine d’exemples dans le CAT.

25 L’analyse de Mantis 1990, p. 103, selon laquelle Aristonoè, par la phiale qu’elle tenait peut-être en main droite, s’approprie l’attribut de Némésis, demeure hypothétique.

26 Mantis 1990, p. 99.

27 Londres, British Museum, inv. 1301 ; Kleiner 1942, p. 165-167, pl. 52a ; Ridgway 1990, p. 212, pl. 96.

28 Schuchhardt 1968.

29 Schuchhardt 1968, p. 793 et n. 16.

30 Bien qu’elle accepte l’argumentaire de W. H. Schuchhardt, Eule 2001, p. 76-78 retient la datation au iiie s., en se fondant sur une comparaison avec la statue d’Hègèsô de Priène, qui me semble très fragile.

31 Bonne photographie chez Schuchhardt 1968, pl. 52.

32 Cf. infra p. 363-364.

33 Pinkwart 1973, p. 149-150, pl. 49-51.

34 Ainsi, Mantis 1990, p. 97-98.

35 Mantis 1990, p. 98 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 136.

36 À l’inverse, il n’est pas sûr que la partie inférieure d’une statue féminine de la haute époque hellénistique, découverte à 400 m au Sud du théâtre de Cyzique représente Corè, comme l’affirme Zimmer 1988. Il pourrait s’agir également d’une représentation honorifique féminine (Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlung, inv. 3 ; Heilmeyer 1988, p. 170-171).

37 Je prends en compte la nouvelle édition de l’inscription par W. Blümel, R. Merkelbach, Die Inschriften von Priene (2014), no 192, qui propose de lire le nom Ἡγησώ et non Νικησώ à la première ligne de l’inscription.

38 Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlung inv. Sk 1928.

39 Sur la découverte, cf. Wiegand, Schräder 1904, p. 149-151, fig. 119-120.

40 IPriene 173.

41 Hauteur : 0,94 m ; longueur : 0,85 m ; profondeur : 0,565 m ; cf. Jacob-Felsch 1969, p. 145-146 ; Schmidt 1995, p. 266-267, fig. 27.

42 Ce qui exclut que l’himation ait couvert la tête, contrairement à ce qu’indique Ridgway 1990, p. 211.

43 Cf. supra p. 344.

44 Paris, musée du Louvre, Ma 756 ; L. Beschi, LIMC IV (1988), s.v. « Demeter », no 27.

45 Wiegand, Schräder 1904, p. 151.

46 Jacob-Felsch 1969, p. 145 ; Eule 2001, p. 106-107 dénonce à juste titre l’arbitraire de cette hypothèse.

47 Ridgway 1990, p. 211 ; hypothèse totalement exclue par Eule 2001, p. 106, n. 320.

48 Mantis 1990, p. 98-99.

49 Pour la fosse votive, Wiegand, Schräder 1904, p. 148, fig. 119, L ; pour les figurines, Wiegand, Schräder 1903, p. 157-159, fig. 135 et 140 ; Winter 1903, p. LXXII-LXXIII, fig. 1-2.

50 Tout dernièrement encore, Hoff R. 2007b, p. 23.

51 Doutes exprimés par Ridgway 1990, p. 210 et relayés par Eule 2001, p. 106.

52 Cf. supra p. 78.

53 On compte de nombreux parallèles exacts sur l’acropole de Lindos, avec le nom du prêtre représenté au nominatif et le nom des divinités au génitif à partir de la seconde moitié du iiie s. ; ils coexistent avec les premières attestations du formulaire honorifique canonique à Rhodes ; cf. par exemple, ILindos 104 et 105.

54 Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut mentionner la stèle funéraire d’une femme (Athènes, Musée archéologique national, inv. 3891 ; CAT 1.182 ; Kaltsas 2002, p. 154, no 301 [ca 410]), représentée suivant le type de l’Aphrodite accoudée à un pilier, une stèle d’un homme représenté suivant un type d’Apollon (Athènes, Musée archéologique national, inv. 794 ; CAT 1.200 ; Kaltsas 2002, p. 165-166, no 326 ; Fink 1963, en particulier p. 31 [fin du ve ou début du ive s.]), mais aussi un grand naiskos funéraire, où la figure féminine de droite reprend le type de la petite Artémis en bronze du Pirée (New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 44.11.2,3 ; CAT 1.970 ; Hoff R. 2007b, p. 7, fig. 6 [ca 320]), ou le relief funéraire de Malthakè, de Dèmotélès et de Dèmocrateia, où la figure masculine assise évoque Zeus (New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 11.100.2 ; CAT 3.846 [milieu du ive s.]).

55 Krahmer 1923-1924, p. 139 et 155-156 pour la statue d’Hègèsô.

56 Krahmer 1923-1924, p. 155 écrit ainsi (je souligne) : « Auch die Statue der Nikeso von Priene zeigt eine strenge, aufrechte Haltung, die nichts von dem im iv. Jahrh. so charakteristischen Schwunge aufweist, verbunden mit einem ebenso einfachen Verlauf des Umrisses. Desselben Geistes ist die wagerechte Durchschneidung der Figur durch die absolut gerade verlaufende Mantelfalte unterhalb der Brust. Das alles wäre im iv. Jahrhundert unmöglich und weist auf die Zeit der Demosthenesstatue. Dieser Ansatz bringt eine Bestätigung für die Datierung der zugehörigen Inschrift in den Beginn des iii. Jahrh. » (La statue de Nikèsô de Priène également présente une attitude sévère et droite, qui n’a rien de commun avec les élans si caractéristiques du ive s., associée à un tracé tout aussi simple de la silhouette. C’est au même esprit qu’appartient la partition horizontale de la figure par le repli absolument rectiligne du manteau sous la poitrine. Tout cela serait impossible au ive s. et renvoie à l’époque de la statue de Démosthène. Cette démarche apporte une confirmation à la datation de l’inscription associée au début du iiie s.).

57 Il faut souligner la remarquable continuité de la comparaison entre les deux œuvres. Horn 1931, p. 25 écrit déjà : « Mit dem Silen des Karystiosmonuments und mit der Nikeso gehen außer in der strengen Gliederung auch in der voluminösen Schwere des dick aufliegenden oder wulstig sich lösenden und frei herabhängenden Gewandes, die von Krahmer schon in diese Zeit gesetzte Statue eines jungen Mädchens in München zusammen » (Au silène du monument de Carystios et à la Nikèsô est associée, non seulement par sa structure sévère, mais également par la masse volumineuse du vêtement qui tantôt forme une enveloppe épaisse, tantôt se desserre en plis charnus et retombe librement, la statue d’une jeune fille à Munich, que Krahmer avait déjà placée à cette époque) ; soixante-quinze ans plus tard, Hoff R. 2007b, p. 23 reprend la comparaison (je souligne) : « Die Art der Faltencharakterisierung und –differenzierung, ihre strenge Anordnung, ihre Linearität und die Schwere des Stoffes ähneln schon dem ‘Münchner Mädchen’ und weisen auf den Kyniker im Kapitol » (La manière de singulariser et de différencier les plis, leur disposition austère, leur linéarité et la masse de l’étoffe [du vêtement de Nikèsô] s’apparentent déjà à la « jeune fille de Munich » et renvoient au Cynique du Capitole).

58 Horn 1931, p. 26 (à propos d’une statue masculine provenant d’un naiskos, à Munich) : « Deshalb ist eine Datierung noch von dem Luxusgesetz unmöglich » (C’est pourquoi, une datation avant la loi somptuaire est impossible).

59 Winter 1908, p. 74-122, pl. XII-XXVII.

60 Winter 1908, p. 75-76.

61 Proposition de Kunze M. 1990, p. 134.

62 Berlin, Pergamonmuseum ; Winter 1908, p. 87-88, no 53, pl. XX ; Linfert 1976, p. 110-111, n. 431 a ; Eule 2001, p. 177-178, no 38, fig. 58.

63 Hauteur conservée : 1,78 m (hauteur restituée : 2,10 m).

64 Pfuhl, Möbius 1977, p. 136-138, nos 405-410, pl. 66-67 ; Mantis 1990, p. 99-101, pl. 45 ; Connelly 2007, p. 246-248, fig. 8.19 et 8.20.

65 Berlin, Pergamonmuseum, inv. P 69 ; Winter 1908, p. 100-102, pl. 23 ; Schraudolph 2007, p. 213-214, fig. 181a (à gauche) ; Prittwitz und Gaffron 2007, p. 248, fig. 209.

66 Rome, Musée national romain, Palazzo Massimo alle Terme, inv. 50170 ; Andreae 2001, p. 88-90 ; Mandel 2007, p. 121-123, fig. 141 a-h ; noter que des caractéristiques techniques rapprochent également les deux œuvres, notamment le travail séparé de la tête et de la partie dénudée du torse.

67 Cf. supra n. 11.

68 Izmir, Musée archéologique, inv. 582 ; Hanfmann, Ramage 1978, p. 164-165, no 246, fig. 426-427.

69 Hauteur conservée : 1,42 m (hauteur restituée : ca 1,60 m).

70 Sardis, p. 65.

71 Hauteur : 0,11 m ; longueur : 0,62 m ; profondeur : 0,51 m.

72 Comme la statue de Mithridate dans le monument de Délos ; cf. supra p. 175-176.

73 Sardis 50.

74 L’identification est acceptée par Eule 2001, p. 116-117.

75 Schefold 1962, pl. 78.

76 Andreae 2001, p. 88.

77 Hanfmann, Ramage 1978, p. 87, no 53, fig. 164.

78 Andronikos 1990, p. 80-88 ; 83-84, fig. 114-118 ; Saatsoglou-Paliadeli 1990 ; pour la base : Saatsoglou-Paliadeli 2000, p. 395-397, fig. 5-6.

79 Sur les circonstances de la découverte, Saatsoglou-Paliadeli 1990, p. 23, dessins 2-3, fig. 1-2.

80 Hauteur : 0,48 m ; longueur : 0,77 m ; profondeur : 0,685 m.

81 La statue est identifiée comme une représentation individuelle par Schultz 2007, p. 216-217, fig. 140-141(il cite néanmoins, pour étayer son propos [n. 65] la prétendue représentation de Nicocleia, provenant de Cnide [pl. XLIIIa], dont nous avons vu [supra p. 349-350] le caractère problématique) et par Dillon 2010, p. 78-81.

82 Hauteur conservée : 1,68 m (hauteur restituée : 1,90 m).

83 Saatsoglou-Paliadeli 2011, p. 195.

84 Saatsoglou-Paliadeli 2011, p. 196-197.

85 Berlin, Staatliche Museen ; Winter 1908, p. 112-114, no 87, annexe 12.

86 Oakley, Sinos 1993, fig. 72, 74, 86, 91.

87 A. Kossatz-Deissmann, LIMC IV (1988), s.v. « Eukleia », no 13.

88 Rome, Musée national romain, inv. 80941 ; E. Simon, LIMC II (1984), s.v. « Artemis/Diana », no 5.

89 Saatsoglou-Paliadeli 1990, p. 26.

90 Saatsoglou-Paliadeli 1990, p. 26-27.

91 Saatsoglou-Paliadeli 2000, p. 388, fig. 1.

92 Saatsoglou-Paliadeli 1987, p. 736, dessin 1 et pl. 144, fig. 3.

93 C’est en revanche sans aucun doute possible une statue d’Eurydice qu’a portée une troisième base, découverte en remploi dans la basilique paléochrétienne de Palititsia, près d’Aigai. Elle porte en effet simplement le nom de la reine au nominatif. On ignore cependant son emplacement originel et l’hypothèse, développée par Saatsoglou-Paliadeli 2000, p. 397-401, fig. 7-11, d’un monument semblable à celui du Philippeion d’Olympie demeure conjecturale.

94 Athènes, musée de l’Agora, inv. S 1016 ; informations tirées de la banque de données en ligne de l’American School of Classical Studies at Athens : http://www.agathe.gr/id/agora/object sous le numéro S 1016 ; The Athenian Agora. A Guide to the Excavation and Museum (1976), p. 185-186 ; Dillon 2010, p. 72, fig. 25.

95 Hauteur préservée : 1,44 m.

96 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1858 (CAT 2.152) ; Londres, British Museum, inv. 1894.6-16.1 (CAT 2.786).

97 Londres, British Museum, inv. 1001 ; Dillon 2010, p. 71-72, fig. 24.

98 The Athenian Agora. A Guide to the Excavation and Museum (1976), p.182.

99 Cf. supra p. 212-213.

100 Cf. supra p. 321-322.

101 Cf. supra p. 335-337.

102 Paris, musée du Louvre, Ma 2369 ; Linfert 1976, p. 21-22, n. 36 a, fig. 5-7 ; Hamiaux 1998, p. 26-27, no 1.

103 Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. 881 ; Linfert 1976, p. 21, n. 36 b, fig. 4.

104 Cos, musée, inv. 20 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 236-238, no 52, pl. 37,1-3 ; hauteur sans la plinthe : 1,70 m ; hauteur restituée : 2,20 m.

105 Kabus-Preisshofen 1989, p. 118.

106 L’avant-bras gauche, ainsi que quelques fragments, ont disparu depuis la découverte de l’œuvre, comme en témoignent les anciennes photographies.

107 Thompson D. B. 1973, p. 128-129, nos 9-12, pl. V ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 120.

108 Eule 2001, p. 168, no 13, fig. 47 date la statue, sans véritable justification, de la seconde moitié du iiie s.

109 Ridgway 1967, p. 331 : « Unquestionably a Greek original, the statue has until now been unanimously dated to the fourth century B.C., but the quiet yet non-classical features of the rounded face, the pensive expression, the elaborate costume, the clear differentiation in texture of the various garments – especially the rendering of the chiton – the impressionistic effect of the fluttering veil, seem to be more in keeping with a date early in the third century B.C. » (la statue, sans conteste un original grec, a été jusqu’à présent unanimement datée du ive s. av. J.-C., mais les traits paisibles, et cependant non classiques, du visage rond, l’expression pensive, le costume complexe, la claire distinction de texture entre les différentes étoffes – particulièrement le rendu du chitôn –, l’effet impressionniste du voile flottant au vent, semblent mieux s’accorder avec une date au début du iiie s. av. J.-C.).

110 Sur les problèmes de datation des statues féminines en général, voir Dillon 2010, p. 61-64.

111 Didymes, musée, inv. S 317 ; Günther 2007, p. 10-11, no 3, pl. 2, 6-8.

112 Cos, musée, inv. 24 ; Horn 1972, p. 83-84, Kos I, pl. 12-13, 15-16, 18 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 239-242, no 53, pl. 55,1-3 ; 56,1-2. L’œuvre est étroitement apparentée à un fragment provenant de la ville de Samos : Samos, musée de Vathy, inv. 124 ; Horn 1972, p. 81-82, no 4, pl. 11-13, 16.

113 Hauteur conservée : 1,52 m ; hauteur restituée : ca 2 m.

114 Notamment une statue trouvée dans l’Héraion de Samos (Samos, musée de Vathy, inv. 94 ; Horn 1972, p. 82-83, no 5, pl. 14, 17-18) et une statue trouvée en remploi dans le mur médiéval du Castro de Cos (Cos, musée, inv. 109 ; Horn 1972, p. 84, Kos II, pl. 15, 17-18 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 242-244, no 54).

115 Weber 1969-1970.

116 Horn 1972, p. 20 ; Linfert 1976, p. 79, n. 246 ; p. 82.

117 Berlin, Pergamonmuseum, inv. P 54 ; Andreae 2001, p. 171-172, no 160 ; Schraudolph 2007, p. 213-214, fig. 181 c.

118 Schede 1920, p. 74-75.

119 Horn 1972, p. 19 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 146.

120 Sur ce groupe sculpté, voir en général Pinkwart 1965b, et en particulier p. 163-168 pour l’attribution, problématique, à un sculpteur rhodien actif vers le milieu du iie s., Philiscos, fils de Polycharmos.

121 Le type, qui apparaît sur le relief d’Archélaos de Priène, est notamment illustré par une statue rhodienne de petite taille (Istanbul, Musée archéologique) ; cf. Pinkwart 1965b, p. 193, no 7, pl. 3b, 4c-d ; Merker 1973, p. 28, no 44. De façon, significative, Kabus-Preisshofen 1989, p. 147 attribue cette statuette au même artiste que le fragment du musée de Cos inv. 24.

122 Kabus-Preisshofen 1989, p. 146-148.

123 Voir la recension de Pinkwart 1965b par D. B. Thompson dans AJA 73 (1969), p. 383-384 et Carter 1984, p. 755 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 148, propose de voir dans le groupe des Muses une œuvre d’un maître de Cos de la première moitié du iie s., réalisée pour le musée d’Alexandrie.

124 Istanbul, Musée archéologique, inv. 601 ; Pinkwart 1973, p. 156-157, no 8, pl. 63-66.

125 Izmir, Musée archéologique, inv. 505 ; Linfert 1976, p. 37-38, n. 83 ; p. 43-44, fig. 47-48.

126 L’argument décisif en faveur de cette hypothèse est la proximité frappante du fragment avec une statue colossale de Cos (Rhodes, musée, inv. 13578 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 207-211, no 33, pl. 44,1-3 ; 45,1-4) ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 132, considère d’ailleurs que les deux œuvres sont issues du même atelier.

127 Linfert 1976, p. 43.

128 Pour la base de la statue d’Apollophanès au théâtre, sur laquelle était inscrit le décret honorifique, cf. Annexe A 4, 3.

129 Depuis Pinkwart 1973, on distingue sous ce type plusieurs catégories en fonction de la jambe d’appui et de la disposition des bras.

130 Kleiner 1942, p. 161, pl. 33a (milieu du iiie s.) ; noter que le motif ne fait son apparition sur les reliefs funéraires d’Asie Mineure que dans la première moitié du iie s. (cf. Pfuhl, Möbius 1977, p. 145-146, nos 439-440, pl. 73).

131 Tégée, musée ; Krahmer 1923-1924, p. 174-175, pl. VI (fin du iiie s.) ; Horn 1972, p. 12, n. 22 ; p. 22 ; Eule 2001, p. 185-186, no 58, fig. 5 ; la date est cependant jugée trop haute par Linfert 1976, p. 149, n. 593, fig. 370. En l’absence de contexte précis de découverte, il est impossible de déterminer la fonction de cette statue.

132 Sur ce point, voir Eule 2001, p. 17, n. 11.

133 Londres, British Museum, inv. 2140 ; Smith 1904, p. 220, no 2140, pl. XXII ; Linfert 1976, p. 149, n. 594, fig. 372-373 ; Eule 2001, p. 180, no 44, fig. 6.

134 Oxford, Ashmolean Museum ; Gardner 1923 ; Eule 2001, p. 194, no 81, fig. 7.

135 Samos, musée de Vathy, inv. 105 ; Horn 1972, p. 92-93, no 28, pl. 30-31 ; Eule 2001, p. 182, no 49, fig. 8.

136 Hauteur conservée : 1,24 m.

137 Horn 1972, p. 22.

138 Il compare notamment la statue samienne aux figures de la frise de l’Hécateion de Lagina, qu’il date du tout début du ier s. (Horn 1931, p. 73 ; cf. également Baumeister 2007, p. 220 ; cependant, Schober 1933, p. 26 préfère une datation vers 130).

139 Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. I 82 ; Kleiner 1942, p. 178, n. 4, pl. 52b ; Linfert 1976, p. 150, n. 595, fig. 371 ; Eule 2001, p. 166, no 7, fig. 10.

140 Eule 2001, p. 17.

141 Samos, musée de Vathy, inv. I 104 ; Horn 1972, p. 86-87, no 7, pl. 20-22, annexe 4 ; deux fragments jointifs de la plinthe ont été retrouvés (Horn 1972, p. 87-88, nos 8-9, pl. 22, annexe 5) ; photographie de l’œuvre restaurée dans Lewerentz 1993, p. 284, cat. S 1, fig. 38.

142 Horn 1972, p. 14.

143 Izmir, Kültürpark, inv. 2974 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 185, no 664, pl. 100 (vers 100) ; Zanker 1995a, p. 256, fig. 10 ; noter que P. Zanker rapproche également ce relief de l’« Homère Arundel » à l’Ashmolean Museum, qui provient très certainement d’Asie Mineure et appartient à un type voisin de celui de la statue de Samos (cf. Vickers 2006, p. 66-67).

144 Hanovre, musée Kestner ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 162, no 432, pl. 82.

145 cf. supra p. 335-337.

146 Hauteur conservée : 1,48 m.

147 Ce geste peut être restitué avec vraisemblance grâce à la statue de grande taille conservée à l’Ashmolean Museum, qui suit le même carton que la statue de Cléopatra, même si les détails de la facture sont différents (cf. Linfert 1976, p. 115, n. 454, fig. 272 ; Vickers 2006, p. 74-75).

148 Photographies de l’arrière de la statue dans Kleiner 1942, fig. 57b ; Marcadé 1969, pl. LXV ; Zanker 1995a, fig. 29 (moulage).

149 Une statue fragmentaire de Rhodes apparaît ainsi proche de celle de Cléopatra : Rhodes, musée (Linfert 1976, p. 94, n. 317, fig. 217).

150 Il me semble notamment que le traitement nerveux des plis du manteau de Cléopatra est voisin de celui que l’on observe sur certaines statues féminines de Cos (Cos, musée, inv. 6 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 154-155, 245-248, no 56, pl. 63,1-3 ; 64,1-3 ; Cos, musée, inv. 18 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 152, 251-253, no 58, pl. 61,3).

151 Schede 1920, p. 75-76, en comparant la statue de Cléopatra à la « Muse » de Samos, implique que la statue de Délos pourrait être l’œuvre d’un atelier rhodien ; Kleiner 1942, p. 232, qualifie le style de la statue d’ionien ; Linfert 1976, p. 114-115, n. 453, fig. 273 évoque Milet et Rhodes comme origines probables de l’artiste.

152 Marcadé 1969, p. 56 (tableau), 66 ; Linfert 1976, p. 115, n. 456 (où Ammônios est appelé par erreur Annonios) ; Trümper 2008, p. 329-330.

153 Notons que le type de la Pudicitia n’apparaît que très rarement sur les stèles funéraires de Rhénée ; on en relève cinq exemples sur quatre cent quatre-vingt-cinq dans le catalogue établi par M.-Th. Couilloud (Couilloud 1974, nos 181, 214, 270, 271, 304 ; cf. également p. 290) ; l’une d’entre elles (no 304) représente précisément un couple d’Athéniens. Une statue funéraire de grande taille du ier s. appartient également à ce type (Couilloud 1974, p. 231, no 1, pl. 89).

154 Vorster 2008, p. 114-119, considère que le type de la Grande Herculanaise remonte à un original de 330-320, la Petite Herculanaise à un original de 310-300. Elle exclut que les deux types aient été créés par le même artiste. A. Pasquier paraît hésiter sur l’existence d’un modèle classique de la Grande Herculanaise, en pointant notamment les incertitudes sur la datation du relief du Musée archéologique national d’Athènes, inv. 1005 (Pasquier, Martinez 2007, p. 93, 318, no 76) ; il considère en revanche que la proximité de la Petite Herculanaise avec l’une des muses de la base de Mantinée assure une connexion entre le type et Praxitèle (Pasquier, Martinez 2007, p. 319, no 77).

155 Daehner 2008, p. 1-17.

156 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1827 ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 88-89, no 34 ; Kaltsas 2001, p. 268-269, no 561.

157 Pour un examen du matériel d’époque impériale, cf. Daehner 2008, p. 85-111.

158 Une stèle funéraire attique, qui appartient peut-être au début du iiie s., pourrait en être la plus ancienne copie (Laon, Musée archéologique, inv. 37.1209 ; CAT 1.490). Noter toutefois que la représentation de face de la défunte permet de mettre en doute la datation : ne s’agit-il pas plutôt d’une stèle attique du ier s. ?

159 Samos, musée de Vathy, inv. 138 ; Horn 1972, p. 93-94, no 30, pl. 32.

160 Hauteur conservée : 0,45 m.

161 Horn 1972, p. 22.

162 Sidé, musée, inv. 110 ; Izmir, Musée archéologique, inv. 566 ; Oxford, Ashmolean Museum, inv. M 2 ; cf. Linfert 1976, p. 57-58, n. 166-167, fig. 89-91 ; p. 144, n. 572, fig. 360 ; Eule 2001, p. 192-193, no 76, fig. 35.

163 Thèbes, musée, inv. BE 64 ; hauteur conservée : 1,37 m ; Connelly 2007, p. 161, fig. 5.27 ; Vorster 2008, p. 129, fig. 5.8.

164 Délos, musée, inv. A 2937 ; Linfert 1976, p. 173, n. 444 Ao, fig. 361 ; Vorster 2008, p. 74-75, 129, fig. 3.12.

165 Kreeb 1988, p. 75-76, considère que l’absence d’inscription et le caractère très peu individualisé de la représentation interdisent de reconnaître une représentation honorifique dans la copie de la Petite Herculanaise découverte dans l’exèdre e de la Maison du Lac (Athènes, Musée archéologique national, inv. 1827). Cependant, Vorster 2008, p. 129-130, fig. 5.10-12, se fondant sur les travaux de J. F. Trimble, considère qu’il s’agit d’une statue honorifique, qui faisait pendant à la représentation masculine dont la tête a été retrouvée dans la même maison.

166 Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage, inv. P. 1850. 25 et 26 ; Voščinina, Chodza 1970 (époque antonine) ; Vorster 2008, p. 129-133, fig. 5.13-14 (ier s. av. J.-C.).

167 Voščinina, Chodza 1970, p. 626.

168 Pfuhl, Möbius 1977, p. 65.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search