Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Rôles, valeurs et symboles des couleurs et de l’or

La restitution des couleurs. Des réalités antiques à l’imagerie numérique contemporaine

The reconstitution of colours: from the realities of the ancient world to contemporary digital imaging

Η ψευδαίσθηση των χρωμάτων. Από την αρχαία πραγματικότητα στη σύγχρονη ψηφιακή εικονογραφία

Fabricia Fauquet et Philippe Jockey

Résumé

Nous présentons ici les résultats du programme de numérisation 3D et de restitution de cinq sculptures hellénistiques trouvées à Délos et retenues pour leur importance historique. Toutes présentaient des traces de dorure à la feuille et/ou de polychromie. On rappelle ici les étapes de travail conduisant à la constitution du modèle 3D ainsi que les apports d’un tel modèle à notre compréhension de la polychromie des œuvres antiques, sans omettre la question des éventuelles limites d’une telle opération.

Texte intégral

1. Un contexte des plus favorables

  • 1 Voir dans ce même ouvrage l’article de Br. Bourgeois et Ph. Jockey qui leur est consacré, supra, p. (...)
  • 2 Pour la région Campanie, l’ISTI (Roberto Scopigno, responsable scientifique) : Marco Callieri (chef (...)
  • 3 F. Fauquet, A. Hesnard, « Du dessin aux techniques d’acquisition et de modélisation tridimensionnel (...)

1La collaboration entre l’École française d’Athènes et le Centre de recherche et de restauration des musées de France a permis de révéler au grand jour la très vive polychromie de plusieurs des plus fameuses sculptures hellénistiques de Délos1. Restait, cependant, à redonner à toutes ces statues l’éclat de leurs couleurs et de leur or tel que les habitants de Délos les avaient connues jadis. Jusqu’à présent toutes les tentatives de restitutions proposées étaient demeurées d’ordre graphique, en deux dimensions, avec tout l’intérêt mais aussi toutes les limites inhérentes à un tel support. L’enjeu était donc de proposer une restitution numérique virtuelle 3D inédite. Ce projet a été réalisé dans le cadre du programme européen ArchéoMEd, porté par la région Toscane2. Il s’inscrivait dans la dynamique générée par la modélisation 3D de navires antiques, qui constituait l’un des volets du programme européen3.

2. La restitution des couleurs et de la dorure des statues

Première étape : la synthèse des informations recueillies dans un cadre pluridisciplinaire

2Les cinq statues (fig. 1-2) retenues pour la qualité des vestiges d’or et de dorure conservés, pour la place qu’elles occupent dans les collections déliennes mais aussi pour la diversité de leurs types et fonctions, ont été celles du célèbre Diadumène, copie en marbre de l’œuvre de Polyclète (Athènes, MN 1826, fig. 1b), le Gaulois blessé de l’Agora des Italiens (Athènes, MN 247, fig. 1d), exposées au musée national d’Archéologie d’Athènes, ainsi que les statues d’Artémis (Délos, inv. A 449, fig. 1a), d’Apollon (Délos, inv. A 4135, fig. 1c) et d’Aphrodite (Délos, inv. A 4200, fig. 1e), exposées au musée de Délos.

3Afin de restituer les couleurs et la dorure des statues, on a opéré dans un premier temps la synthèse de toutes les connaissances relatives à ces sculptures et issues de disciplines et de compétences diverses. Trois types de données se sont avérées d’une utilité majeure : les images produites sous vidéomicroscopie ou sous fluorescence d’ultraviolets (fig. 3) ; les informations livrées par la caractérisation des composés minéraux et organiques rentrant dans la composition des couches picturales et autres traitements de surface ; les données textuelles et iconographiques, enfin, rassemblées par les chercheurs de l’équipe. Cette somme de connaissances a permis de constituer notre modèle théorique. Restait à réunir les éléments du puzzle en les replaçant – virtuellement – sur chacune des œuvres auxquelles ils appartenaient.

Fig. 1 — Les cinq sculptures hellénistiques polychromes et dorées de Délos.

(Cl. EFA, Ph. Collet)

Fig. 2 — La restitution de la polychromie et de la dorure des cinq sculptures hellénistiques de Délos.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

Fig. 3 — Statue d’Aphrodite (Délos, A 4200), vue sous fluorescence d’ultraviolets.

(Cl. EFA, Ph. Collet)

Fig. 4 — Numérisation 3D en cours du Diadumène.

(Athènes, MN 1826) (cl. EFA, Ph. Collet)

Fig. 5 — Numérisation 3D en cours de la statue du Gaulois blessé de l’Agora des Italiens.

(Athènes, MN 247) (cl. EFA, Ph. Collet)

Fig. 6 — Le modèle géométrique du Diadumène visible dans MeshLab, logiciel développé par l’ISTI.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

4Une option a été retenue : celle de la production d’une image virtuelle 3D de chacune des statues étudiées.

La numérisation des statues

5Elle a constitué la seconde étape de ce projet. Nous avons bénéficié, pour cela, de l’expertise de l’Institut supérieur de technologie informatique de Pise, en Italie (ISTI). Ses responsables, R. Scopigno et Cl. Montani ont accepté de prêter leur concours à cette entreprise. Une première semaine de campagne (2-9 juin 2007) s’est déroulée au musée national d’Archéologie d’Athènes. Deux statues célèbres, intégralement dorées à la feuille à l’origine, ont été numérisées : le Diadumène (fig. 4) et le Gaulois blessé de l’Agora des Italiens (fig. 5).

6La saisie 3D s’est faite en présence de F. Fauquet, chargée, dans le cadre de ce projet pilote, de la restitution 3D des états de surface originels de ces deux œuvres. Cette première phase a bénéficié du soutien actif de N. Kaltsas, directeur du musée national d’Archéologie d’Athènes et de H. Kourinou, conservatrice en charge du département de sculptures au sein de ce même musée. Au terme de cette première semaine, l’équipe s’est déplacée à Délos où elle a procédé à la numérisation 3D des statues d’Artémis, d’Apollon et d’Aphrodite. Cette seconde phase a bénéficié du soutien actif de P. Chatzidakis, conservateur en charge des collections du musée de Délos.

7On a fait le choix ici d’une numérisation en trois dimensions par triangulation laser, sans contact avec l’objet. Cette méthode de relevé laser fonctionne par interaction d’un rayon lumineux de faible puissance avec les objets à relever. Le capteur est placé à faible distance de l’objet à scanner. Les coordonnées (en z, y, z) des points touchés par le laser sont récupérées à l’aide d’une caméra (fig. 5).

8Le capteur ne pouvant prendre que ce qu’il « voit », il est nécessaire d’effectuer des prises de vues tout autour de l’objet afin de relever l’ensemble de la scène. Les différents points de vue sont ensuite fusionnés, afin d’obtenir un fichier unique contenant des nuages de points tridimensionnels. Les nuages de points 3D sont très denses sur les surfaces composant les scènes. Quand ces surfaces ne peuvent être facilement reconstruites par des entités mathématiques (comme c’est le cas ici pour la sculpture) elles peuvent l’être par des ensembles de microtriangles pleins prenant ces points pour sommets. La triangulation des points permet de recouvrir le nuage de points d’une sorte de « peau ». L’équipe pisane de l’ISTI a développé sa propre technologie afin de modéliser ces formes complexes (fig. 6).

Fig. 7 — Modèle géométrique du Gaulois blessé de l’Agora des Italiens : délimitation des zones en 3D, visibles en orange.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

Fig. 8 — Importation du modèle géométrique et zonage de l’Artémis A 449.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

Le passage à la 3D

  • 4 Logiciel de modélisation et d’animation développé par la société MAXON.
  • 5 Le module MAXON BodyPaint 3D propose une solution de texturage évoluée. En effet, il permet de pein (...)

9À partir des modèles géométriques 3D fournis par l’ISTI (pour chaque statue des modèles allant de 500000 à 8 millions de facettes), nous avons opté pour un modèle suffisamment précis (1 million de facettes) mais encore relativement léger (20 Mko). Chacun des fichiers a été exporté dans un nouveau format (.obj) vers le logiciel que nous avions choisi pour effectuer ces restitutions. Il s’agit du logiciel d’image de synthèse Cinéma 4D4. Cet outil permet de créer des modélisations, des animations et des rendus de texture en 3D. La singularité de ce logiciel est aussi qu’il permet de peindre directement sur un modèle 3D5. La souris ou plus souvent le stylet numérique de l’infographiste remplacent ici le pinceau du peintre. Cette étape est précédée de la délimitation des différentes zones.

Délimitation des zones en 3D

10On procède pour cela à la sélection de facettes au moyen du stylet numérique, sur le modèle géométrique. Il s’agit d’un travail long et délicat (fig. 7). Nous avons procédé ainsi pour chaque statue, cheveu, ruban d’or dans les cheveux, manteau, roche et chiton, nous avons attribué à chaque zone, une couleur franche afin de bien les distinguer les unes des autres. Cette opération, lente et minutieuse, est rendue possible grâce à la visualisation dynamique de la statue en 3D (fig. 8).

La colorisation du modèle

11Une fois le modèle 3D saisi et décomposé, est venu le temps de sa mise en couleur. Cette étape délicate exigeait au préalable une synthèse stricte des données matérielles, zone par zone, secteur par secteur. Pour ce faire, les données issues du vidéomicroscope ont été analysées et classées en fonction de leurs caractéristiques picturales (schéma chromatique, superposition, feuille d’or, modelé pictural). On a procédé également à la cartographie de ces clichés, ainsi qu’à la création d’une base de données mettant en relation cartographie et clichés.

12Grâce à la cartographie des données, aux tonalités des images saisies et à la palette de pigments antique connue, nous avons établi une charte graphique pour chaque statue étudiée.

13La synthèse de ces données aboutit à plusieurs propositions couleur 2D (croquis aux pastels à main levée) puis en 3D (fig. 9). La charte graphique permet d’attribuer à chaque zone délimitée sur le modèle 3D, un matériau. Celui-ci possède différents paramètres (couleur, texture, diffusion, luminosité…) que nous modifions afin de nous rapprocher d’une image satisfaisante. Il s’agit une fois encore d’une étape longue et empirique.

14L’un des avantages immédiats qu’offre la 3D est bien évidemment qu’il est possible pour l’observateur de tourner autour de la maquette numérique et d’offrir de nouveaux angles de vue. Mais il est également possible de produire, à partir du même modèle 3D, plusieurs maquettes numériques, c’est-à-dire, en l’occurrence, compte tenu du sujet qui nous occupait, plusieurs hypothèses de restitution en faisant varier différents paramètres, comme, ici, la couleur de la tunique, et ainsi, essai après essai, de valider ou non une ou plusieurs hypothèses. Dans le cas de l’Aphrodite A 4200, des restes de feuille d’or avaient été reconnus avec certitude sur le buste : on pouvait donc, sur cette base, supposer une tunique à l’origine totalement dorée. Mais un nombre conséquent d’indices positifs manquaient pour l’assurer avec certitude.

Fig. 9 — Cartographie des données.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

15Un tel travail de recherche, rendu possible grâce aux outils numériques, permet véritablement d’affiner le modèle théorique 3D. Il offre également la possibilité d’intégrer des connaissances et de questionner la base de données, de remonter aux sources utilisées.

3. Éclairages antiques et éclats de la couleur et de l’or

  • 6 Voir supra, p. 395.

16Le programme informatique utilisé pour la représentation 3D a aussi été l’occasion de tester les différents éclairages possibles sur une statue. Un certain nombre d’observations nous ont invités à supposer que certaines statues antiques, sinon toutes, pouvaient avoir été peintes à la manière d’un tableau, c’est-à-dire en fonction d’un éclairage unidirectionnel, rééquilibré ou non par une lumière omnidirectionnelle (fig. 10). La prospection au vidéomicroscope a permis en effet de révéler les détails de cet art de peindre6. En éclairant d’une touche de blanc l’arête de certains plis ou en recreusant de touches de bleu les fonds de plis, on approchait alors un modelé parfait. Dans le cas de l’Aphrodite A 4200, des touches de couleurs ont été posées afin d’accentuer le modelé, permettant ainsi de souligner une ombre ou une touche de lumière. Ces touches de couleurs sont appliquées dans le modèle numérique sur différentes couches qui se superposent, et dont on peut faire varier l’intensité (fig. 11).

Fig. 10 — Différentes propositions d’éclairage de l’Aphrodite polychrome A 4200.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

Fig. 11 — Couleurs, matières et modelé de l’Aphrodite polychrome A 4200.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

17Pour la restitution de l’or, nous avons utilisé la même approche. Il s’agissait ici encore de croiser les tonalités des images saisies et de combiner les différentes caractéristiques : couleur, réflexion, lueur émise par ce matériau et les perturbations associées (effet de flou par exemple), avec pour finalité d’approcher une restitution possible, comme on le voit sur la représentation du Gaulois blessé de l’Agora des Italiens (fig. 12) : il s’effondre sur lui-même en tentant de se protéger de son bouclier – perdu – contre les coups de l’ennemi. L’œuvre est recomposée de plusieurs éléments. Son examen minutieux au vidéomicroscope a révélé une nouvelle fois qu’elle avait été entièrement dorée à la feuille ; seules deux zones n’ont pas présenté de traces d’or ou de son assiette : la toison pubienne et l’épaisse chevelure en partie conservée. L’une comme l’autre présentait, en revanche, des vestiges de couleur rouge.

Fig. 12 — Restitution du Gaulois blessé de l’Agora des Italiens.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

Fig. 13 — Restitution de l’Apollon A 4135.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

Fig. 14 — Bandes inférieures du manteau de l’Apollon A 4135 vues sous fluorescence d’ultraviolets.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

Fig. 15 — Restitution du groupe sculpté d’Artémis A 449.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

Fig. 16 — Les bandes colorées du vêtement d’Artémis A 449.

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

18Pour prendre en compte ces différentes caractéristiques, nous avons placé et paramétré plusieurs sources lumineuses dans la scène. La restitution numérique permet de mieux apprécier le modelé de l’anatomie du Galate ; sa musculature puissante ne se révèle pleinement que grâce à l’éclat de l’or.

19La restitution de la polychromie et de la dorure de l’Apollon A 4135 a permis également de restituer ce travail sur la lumière. Le corps de cette statue chrysochrome était intégralement doré à la feuille. Seul le manteau, jeté sur l’épaule gauche, était peint, teint en rose et doublé de tissu bleu (fig. 13).

20Une couverture photographique préalable en fluorescence d’ultraviolets avait permis de préciser les détails des bandes inférieures du manteau ; chacune d’entre elles a fait l’objet d’un relevé précis de ses dimensions comme de sa tonalité (fig. 14). On a pris soin de rendre compte des modulations de couleur qui accentuaient les jeux d’ombre et de lumière du modelé, tel un bleu pâle sur un pli en lumière, proche d’un fond de pli recreusé de mauve.

21La restitution du groupe sculpté d’Artémis élaphébole a représenté un défi, à chacune des étapes de travail : qu’il s’agisse de sa numérisation, de la délimitation des zones du modèle géométrique en 3D ou de la restitution de sa polychromie originelle (fig. 15).

22On observe spécialement dans cette œuvre un souci de réalisme qui se traduit par exemple sur le corps du cervidé. Celui-ci présentait, en vue macroscopique, les vestiges colorés de son pelage, régulièrement distribués au pinceau sur toute la bête. Quant au vêtement, il présentait un traitement particulièrement sophistiqué des bandes et autres liserés qui ornaient et ourlaient le bas du vêtement : pas moins de onze unités chromatiques superposées ont pu être identifiées, dessinant un motif complexe, de taille et de couleurs variées (fig. 16).

4. Un nouveau défi : la réintégration du groupe d’Artémis élaphébole dans son contexte architectural originel

  • 7 Voir Br. Bourgeois et Ph. Jockey, supra, p. 166-167. . Séquence vidéo réalisée dans le cadre du pro (...)

23Enfin, nous avons tenté de replacer ce groupe sculpté dans son contexte architectural originel7, pour une fois connu. Il se dressait en effet très probablement, compte tenu de son lieu de découverte, quand il fut sculpté et peint, sur le podium qui faisait face à l’entrée principale, au bout d’un long corridor. À l’aide du même logiciel, nous avons modélisé cette maison afin de replacer cette statue dans son contexte bâti. Mais de nombreuses nconnues demeurent, d’une part la hauteur des élévations des murs latéraux de la cour, t d’autre part l’existence d’une couverture de cet espace.

Fig. 17 — Restitution de l’ensoleillement, à 8 h(a), à midi (b) et à 18 h(c).

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

24Nous avons choisi de restituer un bâtiment de faible hauteur, sans étage, dont le fond de cour est partiellement couvert. Le logiciel que nous utilisons permet de placer des umières paramétrables (couleur, intensité, mode d’éclairage…), celles-ci influent énormément sur le rendu final. Il est possible de paramétrer une source lumineuse qui simule a position du soleil (la longitude et la latitude) à différentes dates et heures.

25Nous avons donc simulé l’ensoleillement de ce vestibule à différents moments de la ournée. Nous avons pu constater, au regard de ces trois vues, que la sculpture placée sur on podium se trouvait dans l’ombre projetée des murs latéraux le matin et l’après-midi. Et ceci nullement à cause de la hauteur des murs mais en raison de l’étroitesse de la cour fig. 17a-c).

26En revanche, le groupe sculpté resplendissait de tout son éclat au zénith délien. La ouverture partielle de la cour ne nuisait nullement à l’œuvre, au contraire, celle-ci était mise en valeur, mise en scène par cet arrière-plan sombre.

  • 8 Séquence vidéo réalisée dans le cadre du programme ArchéoMEd, disponible sur demande auprès des aut (...)

27Sur la base de ces premiers résultats, nous avons donc créé et paramétré une caméra virtuelle ainsi que son déplacement le long d’une trajectoire afin d’obtenir une séquence animée de la scène qui restitue le cheminement et la découverte par le visiteur d’une telle œuvre8.

5. Principales difficultés rencontrées

28Les principales difficultés que nous avons rencontrées au fil de cette campagne de numérisation et de restitution 3D ont été pour une part d’ordre technique. Le caracère complexe des objets scannés a généré des fichiers lourds à manipuler, sans qu’il soit ependant possible de les réduire sous peine de perdre en qualité de définition le modelé de la statue. Nous avons été par ailleurs confrontés au problème du mapping, c’est-à-dire à la difficulté de transposer les motifs complexes qui composent les bordures du vêtement sur un maillage géométrique tridimensionnel.

Fig. 18 — Le Diadumène : restitution de sa dorure à la feuille, vue de face (a) et de dos (b).

(ArchéoMEd, C2RMF, EFA, F. Fauquet)

29Le défi était aussi d’ordre pictural. La transposition exacte des tonalités de la gamme de couleurs attestée par les clichés pris au vidéomicroscope sur le modèle 3D représentait une opération délicate. Nous ne disposons plus pour restituer cette polychromie que des seules images de vestiges infimes de couleur violemment éclairés et invisibles le plus souvent à l’œil nu. Enfin, une dernière difficulté consistait à s’affranchir du grain même du marbre tel qu’il apparaît sur les modèles géométriques scannés dans le rendu des effets de texture propres à la couche picturale originelle perdue. On sait en effet qu’à Délos, une sous-couche de blanc de plomb appliquée sur le marbre en effaçait généralement les irrégularités de surface et de ton.

6. Les intérêts du modèle numérique

30Le modèle numérique permet tout d’abord de proposer une restitution des savoir-faire mis en œuvre dans cet art et vérifiés par les examens et analyses évoqués plus haut.

31La statue du Diadumène en est une bonne illustration. La surface du marbre était justement recouverte, à l’origine, d’une sous-couche préparatoire de blanc de plomb, sur laquelle reposait une assiette d’ocre jaune étalée uniformément sur l’ensemble de la statue. Il restait à déposer les feuilles d’or elles-mêmes sur cette assiette. Une fois achevée, la copie en marbre doré à la feuille était à l’imitation parfaite du bronze à l’éclat doré créé par Polyclète (fig. 18a-b).

32On retiendra de cette approche interdisciplinaire, associant dans un même projet l’archéologie, l’architecture, l’histoire, la conservation et l’informatique, sa pertinence et sa valeur heuristique. Les outils numériques, très utiles pour l’acquisition, la manipulation et la représentation des informations archéologiques et architecturales, représentent sans conteste un apport nouveau de tout premier plan à la démarche scientifique générale. Le modèle théorique permet la réalisation de simulations numériques, sans limitation de nombre ou d’options. De telles simulations permettent de tester des hypothèses, d’évaluer le degré de pertinence des restitutions fonctionnelles et architecturales proposées et explorées. Outre qu’elles offrent aux chercheurs la possibilité d’une valorisation souvent spectaculaire de leurs travaux.

33Ces démarches sont appelées à se développer toujours plus avant. On procède d’ores et déjà à des impressions 3D des objets préalablement numérisés. Les tirages rendus ainsi possibles permettront d’aller plus loin dans la compréhension de données souvent négligées dans la production du discours historique, faute de recontextualisation. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. De telles expériences inscrivent la recherche dans une dynamique inédite et prometteuse qui invite désormais à relever le défi de la réalité augmentée.

Notes

1 Voir dans ce même ouvrage l’article de Br. Bourgeois et Ph. Jockey qui leur est consacré, supra, p. 143-167.

2 Pour la région Campanie, l’ISTI (Roberto Scopigno, responsable scientifique) : Marco Callieri (chef d’équipe), Guido Ranzuglia, Matteo Dellepiane, Massimiliano Corsini ; le Centre de recherche et de restauration des musées de France, Brigitte Bourgeois (au titre de coresponsable scientifique du programme d’étude de la polychromie de la sculpture hellénistique de Délos développé en partenariat par l’École française d’Athènes et le C2RMF) ; l’École française d’Athènes (Philippe Jockey, coresponsable scientifique du programme. Son directeur d’alors, Dominique Mulliez, a permis l’accès aux collections de sculpture dont l’institution a la charge scientifique. L’EFA a par ailleurs facilité les déplacements de l’équipe entre Athènes et Délos ainsi que l’hébergement de ses membres, tant à Athènes qu’à Délos).

3 F. Fauquet, A. Hesnard, « Du dessin aux techniques d’acquisition et de modélisation tridimensionnelle en archéologie maritime », dans Fr. Gravina (éd.), Comunicare la memoria del Mediterraneo : strumenti, esperienze e progetti di valorizzazione del patrimonio culturale marittimo, Atti del Convegno Internazionale di Pisa, ANSER (29-30 ottobre 2004), Collection du Centre Jean Bérard 24 (2007), p. 47-63.

4 Logiciel de modélisation et d’animation développé par la société MAXON.

5 Le module MAXON BodyPaint 3D propose une solution de texturage évoluée. En effet, il permet de peindre par projection intuitive, ainsi que dans une image rendue.

6 Voir supra, p. 395.

7 Voir Br. Bourgeois et Ph. Jockey, supra, p. 166-167. . Séquence vidéo réalisée dans le cadre du programme ArchéoMEd, disponible sur demande auprès des auteurs de l’article.

8 Séquence vidéo réalisée dans le cadre du programme ArchéoMEd, disponible sur demande auprès des auteurs de l’article.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8672/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 25k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search