Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Troisième partie – Étude iconographique

Chapitre X

Les statues honorifiques civiles

Texte intégral

1Les εἰκόνες des décrets sont, avec le temps, devenues des représentations sans visage. On ne  peut en effet associer avec certitude aucune œuvre à un décret conservé. Les deux premières parties de cet ouvrage ont cependant montré combien la représentation honorifique publique est proche, historiquement comme matériellement, des autres modes de représentation individuelle. Poursuivant cette réflexion, ce chapitre analyse un grand nombre de représentations individuelles, sans préjuger a priori de leur genre, pour s’interroger sur leur caractère plus ou moins honorifique et sur les circonstances possibles de leur installation. Il va de soi que l’on quitte ici la certitude documentaire pour l’hypothèse, que l’on jugera parfois aventureuse. Mais c’est la seule voie pour restituer, autant que possible, l’apparence de monuments dispersés ou perdus.

___

Les athlètes

  • 1 Sur cette tradition, qui remonte au milieu du vie s., cf. supra p. 48-49 ; les Éléens donnent seule (...)
  • 2 Cf. par exemple IOlympia 169 (Pausanias, VI 13, 11) ; SEG XXXV 1125 (Claros, vers 300).
  • 3 IG V 1387 ; IG XI 4, 1163 ; BCH 83 (1959), p. 174-175 ; ILindos 123 ; Tit. Cam. 92.
  • 4 Parmi les nombreux exemples, cf. IG II2 3149 ; IG IV2 1, 629 ; IOlympia 214-216 ; ID 1957 ; IG XII (...)
  • 5 C’est ainsi que W. Dittenberger interprète la rasura sur la base IOlympia 144 de la statue du Locri (...)
  • 6 IOlympia 149.
  • 7 Londres, British Museum, inv. 1754 ; l’association entre la base et l’éphèbe Westmacott est proposé (...)

2Traiter des représentations d’athlètes dans le cadre d’une étude de la représentation honorifique soulève un important problème méthodologique. En effet, il est, dans la plupart des cas, impossible de faire la distinction entre les statues que les athlètes consacrent eux-mêmes après leur victoire comme prix de leur exploit1 et les statues honorifiques que leur érigent les cités ou les membres de leurs familles à l’occasion de la victoire. Ce dernier type de monument, attesté par l’épigraphie dès la fin du ive s.2, se diffuse au iiie s.3 et devient courant aux iie et ier s.4. La répartition chronologique des bases de statues honorifiques d’athlètes permet d’écarter de l’étude les représentations d’athlètes du ve s., notamment les œuvres de Polyclète, qui n’ont aucune chance d’être honorifiques. Il semble même qu’à Olympie, si l’on en croit les analyses de W. Dittenberger, toute allusion honorifique dans les inscriptions accompagnant les statues d’athlètes vainqueurs ait été proscrite5. Ainsi, la statue dédiée par Kyniscos de Mantinée, après sa victoire à la boxe6 – que l’éphèbe Westmacott en soit la copie ou non7 – n’est pas honorifique. L’incertitude demeure toutefois pour la plupart des représentations d’athlètes du ive s. et de l’époque hellénistique. Le caractère honorifique des œuvres analysées ici est donc seulement une possibilité, non une certitude.

  • 8 Hauteur conservée : 0,28 m.
  • 9 Athènes, Musée archéologique national, inv. 6439 ; Bol 1978, p. 114-113, no 159, pl. 30-32.

3Une tête de bronze de taille naturelle (pl. XXVI)8, mise au jour à Olympie au Nord du prytanée, fournit un exemple précoce de représentation d’un boxeur9. Brisée au milieu du cou, elle présente un état de conservation excellent. Seuls les yeux rapportés manquent. La couronne qui ceint la chevelure est endommagée.

4Un homme barbu et vieillissant, au visage large et trapu, se tient, d’après la position du cou, face au spectateur. Ses lèvres fines et allongées sont perdues dans la masse formée par la barbe hirsute et l’épaisse moustache. Le nez est écrasé et légèrement épaté. Les petits yeux, lestés de poches de fatigue et ridés de pattes d’oie, sont peu enfoncés sous des arcades sourcilières très marquées, dont le tracé irrégulier rend le visage expressif. Deux bosses se dessinent sur le front court, tandis que les oreilles, notamment la droite, sont tuméfiées. Celles-ci disparaissent en partie sous la chevelure désordonnée, dont les mèches folles ondulées ont la pointe redressée. Une couronne d’olivier, attachée à l’arrière, ceint la chevelure.

  • 10 Mattusch 1996, p. 84-86.

5Ce détail et les caractéristiques du visage laissent peu de doute sur l’identification du personnage. Il s’agit d’un athlète vainqueur, et plus précisément d’un boxeur, qui a visiblement une longue carrière derrière lui : les coups reçus ont peu à peu déformé son visage. Comme le souligne C. Mattusch, aucun élément ne permet de préciser l’attitude et l’apparence du corps10, mais il est probable que l’athlète était représenté nu, au repos, juste après sa victoire. Les marques de l’âge et de la fatigue semblent par ailleurs peu compatibles avec un corps idéalisé, dans la tradition du ve s. Il faut donc imaginer un corps puissant et musclé, mais où n’est pas dissimulé le poids des ans.

  • 11 Munich, Glyptothek (ancienne collection Bœhringer ; Richter 1965, p. 167, no 18, fig. 942-944) ; l’ (...)
  • 12 Diogène Laërce, Vie des philosophes illustres III 25.
  • 13 Pour un résumé des hypothèses, cf. Lorenz 1996, p. 66-69.

6L’évaluation stylistique de cette œuvre de tout premier ordre repose essentiellement sur une comparaison avec une tête de Platon conservée à Munich11, qui présente une structure du visage analogue. Les deux têtes ont en effet en commun les proportions trapues, les pommettes affaissées, les petits yeux et le front court. Les grandes mèches ondulées de la barbe de Platon sur la copie de Munich sont également très proches de celles qui rayonnent depuis le vertex sur la tête d’Olympie. Il n’est donc pas impossible de supposer que cette tête et l’original en bronze que copie la tête de Munich sont de la même main. Or, un passage des Memorabilia de Favorinus, cité par Diogène Laërce12, relate que le Perse Mithridatès, fils d’Orontobatès, a dédié à l’Académie une statue de Platon signée par Silaniôn. Bien que la date de cette dédicace soit controversée13, on considère généralement que la statue de Platon a été installée soit à la fin de la vie du philosophe, soit immédiatement après sa mort en 347, ce qui permet de situer la carrière du sculpteur Silaniôn vers le milieu du ive s.

  • 14 Pausanias, VI 4, 5 ; trad. J. Pouilloux, CUF, 2002.

7Un passage de Pausanias permet d’établir un lien encore plus étroit entre la tête d’Olympie et le sculpteur Silaniôn. Lors de sa visite de l’Altis, le périégète décrit en effet ainsi la statue du boxeur Satyros14 :

Σάτυρος δὲ Ἠλεῖος Λυσιάνακτος πατρός, γένους δὲ τοῦ Ἰαµιδῶν, ἐν Νεµέᾳ πεντάκις ἐνίκησε πυκτεύων καὶ Πυθοῖ τε δὶς καὶ δὶς ἐν Ὀλυµπίᾳ· τέχνη δὲ Ἀθηναίου Σιλανίωνος ὁ ἀνδριάς ἐστι.

Satyros d’Élis, dont Lysianax était le père et qui appartenait à la famille des Iamides, fut cinq fois vainqueur à la boxe à Némée, deux fois à Pythô et deux fois à Olympie. Sa statue est due à l’art de Silaniôn d’Athènes.

  • 15 Les dates possibles de victoires olympiques de Satyros sont données par Rolley 1999, p. 303.
  • 16 Sur le courant naturaliste de cette période, cf. infra p. 376-378.

8Satyros, lorsqu’est installée sa statue, totalise de nombreuses victoires. Il a donc certainement atteint un âge respectable, ce qui s’accorde bien avec les caractéristiques de la tête d’Olympie. Il est ainsi très vraisemblable que cette tête de bronze appartienne à la statue de Satyros, érigée en 340 ou en 32815. De fait, le naturalisme de la représentation, les notations anatomiques réalistes correspondent aux recherches esthétiques nouvelles de la seconde moitié du ive s.16.Si l’on ne peut exclure qu’elle soit honorifique, il peut toutefois s’agir également d’une offrande dédiée par Satyros lui-même.

  • 17 Sur la date de la dédicace du monument et les controverses qu’elle suscite, cf. supra p. 276-278.
  • 18 Delphes, musée ; Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 35-37, pl. LXIII-LXIV ; Dohrn 1968a, p. 34-36 (...)
  • 19 Les épigrammes pour Agias et Agélaos sont publiées dans FD III 4, 460, 2 et 4 ; bien qu’aucun racco (...)

9En revanche, les statues d’Agias et d’Agélaos (pl. XXVII), qui appartiennent au monument consacré à Delphes par Daochos entre 337/6 et 333/217, sont sans conteste commémoratives18. À travers elles, Daochos II honore en effet deux de ses glorieux ancêtres qui se sont illustrés par leurs exploits sportifs, le premier au pancrace, le second à la course19. La statue d’Agias, non seulement parce qu’elle est presque complète, mais aussi parce qu’elle reproduit probablement une œuvre de Lysippe, suscite un vif intérêt chez les spécialistes et mérite qu’on s’y attarde.

  • 20 Les premiers restaurateurs de l’œuvre avaient d’ailleurs mal compris la pondération ; cf. Will E. 1 (...)
  • 21 Un moulage de l’Agias à Rome conserve l’empreinte de ces cassures ; cf. Dohrn 1968a, pl. 13-15.
  • 22 Pour une photographie du dos du moulage de l’Agias, cf. Dohrn 1968a, pl. 13b.
  • 23 La statue était autrefois maintenue à l’arrière par un étai moderne de fer fixé dans la plinthe ; D (...)

10Cette statue légèrement plus grande que nature – sa hauteur, dans l’état de restauration actuel, est exactement de 2 m – a été recomposée à partir de cinq fragments : au torse ont été joints la tête, l’avant-bras gauche et la jambe gauche depuis le haut de la cuisse. La plinthe et les pieds ne se raccordent pas matériellement au reste de la statue20. Ne manquent que la partie inférieure des jambes et le départ des chevilles, la main gauche, le bras droit à partir du milieu du biceps et la verge. Les genoux, marqués par deux cassures peu profondes21, ont été comblés avec du plâtre lors de la restauration de 1959-1960. La pointe du nez est mutilée, de même qu’une partie importante des étais qui maintiennent la statue derrière les pieds. La surface présente un état de conservation excellent, même si quelques épaufrures sont à déplorer, notamment dans la chevelure, au-dessus du front, à droite, au menton et sur les omoplates22. De fines concrétions et éraflures marquent l’ensemble de la surface. Il faut noter enfin que les mortaises visibles dans la section du poignet gauche et du biceps droit sont modernes23.

  • 24 Dohrn 1968a, pl. 10 ; noter qu’une mortaise à l’arrière de la plinthe, derrière le pied droit, accu (...)
  • 25 La hauteur totale égale presque huit fois celle de la tête ; cf. Homolle 1899, p. 448.
  • 26 Will E. 1938, p. 294.

11Sur une plinthe, dont la hauteur excède la profondeur de la cuvette ménagée dans la base24, se tient un jeune homme nu, aux proportions élancées25, légèrement tourné vers sa gauche26. La majeure partie du poids du corps repose sur la jambe droite, mais la jambe gauche, portée sur le côté et légèrement fléchie, n’est pas entièrement délestée. Quoiqu’au repos, l’athlète est saisi à l’instant où le poids de son corps bascule d’une jambe sur l’autre. Du fait de la pondération originale, la hanche droite est nettement surélevée. Ce déséquilibre s’estompe progressivement sur le torse, qui est légèrement tourné vers la droite, de sorte que l’épaule gauche, discret hommage au chiasme polyclétéen, apparaît légèrement plus haute que la droite. La tête, enfin, tournée et légèrement inclinée vers la gauche, inverse une nouvelle fois le mouvement d’ensemble de la figure. Le bras gauche repose le long du corps, légèrement écarté et fléchi ; la position du bras droit devait être similaire.

  • 27 La Coste-Messelière 1925a, p. 214, n. 4 ; Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 35.

12La musculature développée du jeune boxeur est assez sèche. La saillie des mollets sur les jambes fines est nettement marquée, de même que la tension des muscles de la cuisse droite. Encadrés par des bourrelets inguinaux et des pectoraux au dessin très accusé, les muscles abdominaux sont contractés, tout comme les muscles des bras. P. de La Coste-Messelière note le contraste entre cette tension musculaire et le caractère statique de la pose, signe, selon lui, que l’athlète, quoique vainqueur, demeure sur le qui-vive27.

13Le visage rond présente les traits réguliers d’une jeunesse idéalisée. Le menton, petit et rond, les lèvres courtes et charnues, légèrement entrouvertes, le nez droit et fin, les joues lisses enfin, sont peu caractérisés. Le regard en revanche donne au visage sa personnalité. Les yeux en amande, assez larges, sont rapprochés et enfoncés sous les arcades sourcilières en forte saillie, qui ombrent le regard. Le front court est bombé dans sa partie inférieure et parcouru, dans sa partie médiane, d’une dépression horizontale. Les oreilles, petites, sont légèrement tuméfiées. Cette notation réaliste désigne le jeune homme comme un pancratiaste. La chevelure courte est faite de mèches en virgules désordonnées, relativement soignées au-dessus du front, mais tout à fait négligées sur la calotte crânienne et à l’arrière. La tête était ceinte d’un bandeau ou d’une couronne rapportée, comme l’indique une bande réservée sur l’avant du crâne.

  • 28 Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 36 ; Dohrn 1968a, p. 34.
  • 29 Will E. 1938, p. 295 est le premier à noter ce détail.
  • 30 Pour la restitution du mode de présentation des statues, cf. Jacquemin, Laroche 2001.

14Les négligences, constatées dès la découverte28, dans le traitement de la chevelure et de l’oreille gauche, ainsi que les dissymétries – l’œil droit est plus petit que le gauche et l’épaule droite est plus faible que la gauche29 – s’expliquent par le mode de présentation de l’œuvre : Agias ne se présente pas de face, mais tourné vers sa gauche ; le sculpteur a pris soin de corriger les disproportions qu’aurait engendrées, pour l’œil, cette position. Par ailleurs, la statue se dressait contre le mur Nord de l’oikos des Thessaliens30, ce qui rendait superflu le travail de détail de la chevelure à l’arrière.

  • 31 Moreno 1995, p. 82 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 65 décrit les proportions élancées de (...)
  • 32 Homolle 1894, p. 452 ; Homolle 1899, p. 458-459 ; Bourguet 1914, p. 199 ; Picard, La Coste-Messeliè (...)
  • 33 Rome, musées du Vatican, Museo Pio Clementino, inv. 1185 ; Moreno 1995, p. 201 ; sur l’identificati (...)
  • 34 Homolle 1899, p. 456 ; contra Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 36.
  • 35 Athènes, Musée archéologique national, inv. 180 ; Stewart 1977, p. 23-24, no 17, pl. 14 c-d, 15, 35 (...)

15Très tôt, la statue, en raison de ses proportions31, a été considérée comme la production d’un atelier inspiré par l’art de Lysippe32. Cette attribution est d’abord fondée sur une comparaison avec les copies de l’Apoxyomène, dont la plus célèbre est conservée au Vatican33. Bien qu’il soit en appui sur la jambe droite et que sa pondération soit nettement plus marquée que celle d’Agias, l’Apoxyomène présente en effet les mêmes proportions élancées, la même musculature sèche et le même rythme général que la statue de Delphes. Le traitement du visage et de la chevelure est en revanche sensiblement différent, et l’on a parfois identifié dans le regard enfoncé d’Agias un emprunt à Scopas34. S’il paraît en effet difficile de nier une parenté de traitement des yeux entre l’Agias de Delphes et la tête masculine casquée de Tégée35, cette comparaison ne permet cependant pas, à elle seule, d’établir une filiation claire entre le maître athénien et l’atelier du monument de Daochos.

  • 36 FD III 4, 460, 2.

16C’est l’étude de l’épigramme qui a permis de confirmer d’une façon décisive l’attribution de l’Agias à un atelier proche de Lysippe. Celle-ci décrit en effet les victoires de l’aïeul de Daochos II de la façon suivante36 :

Le premier, Pharsalien, tu l’emportes au pancrace à Olympie, Agias, fils d’Acnonios, de la terre de Thessalie, cinq fois vainqueur à Némée, trois fois aux Pythia, cinq fois à l’Isthme ; et nul n’a jamais dressé un trophée pour avoir triomphé de tes mains.

  • 37 Preuner 1900, p. 17-24 ; IG IX 2, 249.
  • 38 Preuner 1900, p. 36-39 ; Moreno 1974, p. 64 et 69.
  • 39 L’erreur dans le nombre de victoires est un argument supplémentaire permettant d’affirmer que l’épi (...)

17E. Preuner s’est avisé que deux fragments d’une base à Pharsale, le premier, vu par O. M. von Stackelberg, le second par G. de Sanctis, portent une épigramme presque identique, accompagnée des premières lettres de la signature de Lysippe37. De plus, une différence de détail entre les deux textes prouve que la dédicace de Pharsale est antérieure à celle de Delphes : alors qu’Agias est gratifié de cinq victoires aux Pythia sur le monument érigé dans sa cité, une modification de l’épigramme de Delphes a ramené ce nombre à trois38. Il ne fait pas de doute que le nombre de victoires d’Agias à Delphes, d’abord exagéré par Daochos II, a été réduit à la demande des autorités du sanctuaire, après consultation des archives39.

18Tout porte donc à croire que la statue d’Agias à Delphes est une reproduction de celle de Pharsale. La présence des étais à l’arrière des pieds de la statue de Delphes et ce que l’on sait de la carrière de Lysippe ont laissé penser que l’original de Pharsale était en bronze. Si cette hypothèse est juste, l’Agias de Delphes est une adaptation de l’œuvre de Lysippe et non une imitation servile – le traitement des cheveux en masse n’évoque en rien le travail du bronze –, mais on ignore malheureusement à quel point l’atelier qui a travaillé à Delphes a adapté son modèle.

  • 40 Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 35.
  • 41 Moreno 1993, p. 107-108.
  • 42 Moreno 1995, p. 84.

19L’attribution à Lysippe du type de l’Agias de Delphes a aiguisé l’appétit des spécialistes, qui ont cherché à rattacher au célèbre bronzier de Sicyone d’autres figures du monument de Daochos. Les statues nues ont notamment été attribuées par Ch. Picard et P. de La Coste-Messelière à l’atelier même de Lysippe40, tandis que P. Moreno préfère attribuer, sur la foi de comparaisons stylistiques parfois peu convaincantes, les statues d’Agélaos et d’Acnonios à Léocharès41, laissant à Lysippe la paternité des figures de Daochos Ier et de Sisyphos II42.

  • 43 Cf. la restitution de l’inscription dans Moreno 1995, p. 81.
  • 44 Plutarque, Vie d’Alexandre 40, 5 et supra p. 88-90.
  • 45 On songe notamment à la collaboration de Sthennis et de Léocharès pour la réalisation de l’offrande (...)

20On ignore en vérité si le monument de Pharsale était aussi développé que celui de Delphes. Qui plus est, la signature de Lysippe dans l’inscription stoichèdon de Pharsale semble concerner uniquement la représentation d’Agias43. À supposer donc que le monument de Pharsale ait été un groupe semblable à l’offrande de Delphes, Lysippe a dû collaborer avec au moins un autre sculpteur, comme il l’a fait avec Léocharès pour la chasse de Cratère à Delphes44 et comme il arrive du reste fréquemment au ive s. pour la réalisation de groupes sculptés45. Les attributions, fondées sur les seules copies de Delphes, demeurent donc hypothétiques.

  • 46 Malibu, J. P. Getty Museum, inv. 77.AB.30 ; parmi la très abondante bibliographie, mentionnons : Fr (...)
  • 47 Mattusch 1997, p. 74-75.
  • 48 Hauteur conservée : 1,49 m.
  • 49 La statue était, au moment de la trouvaille, couverte d’une épaisse couche de concrétion marine (Fr (...)
  • 50 Hypothèse de Mattusch 1997, p. 23.

21C’est probablement d’Olympie que provient la célèbre statue de bronze d’un jeune athlète découverte dans la mer Adriatique, près de Fano, en 1961 (pl. XXVIIIa)46. Réalisée, pour la partie conservée, à partir de quatre pièces coulées séparément – la tête, les bras et le corps coulé avec les jambes47 –, la statue de taille naturelle48, présente, après restauration49, un état de conservation remarquable. Seuls manquent les pieds, les chevilles et la partie inférieure des jambes, peut-être brisés lorsqu’on a retiré l’œuvre de sa base à Olympie50, ainsi que les yeux rapportés.

  • 51 Mattusch 1997, p. 51, fig. 41.
  • 52 Viacava 1994, p. 39 ; A. Viacava dans Moreno 1995, p. 71.
  • 53 Cos, musée, sans numéro ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 88, no 146, pl. 33 ; le motif se retrouve égalemen (...)
  • 54 Nice, Musée archéologique (stèle de Plôtis ; Viacava 1994, p. 77-78, no 11, fig. 75-77 ; A. Viacava (...)
  • 55 L’interprétation du geste par Viacava 1994, p. 38-39, me semble peu convaincante ; elle exclut en e (...)

22Un jeune homme d’une quinzaine d’années, entièrement nu, se tient debout, en appui sur la jambe droite, la jambe gauche légèrement fléchie et portée sur le côté. La hanche droite est surélevée, mais le corps se redresse au niveau du torse, de sorte que les épaules sont horizontales. Sur le cou, long et assez grêle, la tête est légèrement tournée vers sa gauche. Le bras gauche est au repos le long du corps, légèrement écarté et fléchi. Les doigts de la main gauche sont repliés, comme pour retenir un objet, et une dépression lisse dans le creux du bras pourrait être la trace du passage d’un attribut51. Sans doute le jeune athlète tenait-il une palme52, motif que l’on trouve sur les stèles funéraires d’Asie Mineure dès la fin du iiie s.53, mais aussi en Attique au ier s.54. Le bras droit est levé sur le côté et la main droite s’apprête à saisir la couronne ceignant la tête55.

  • 56 Frel 1978, p. 13 ; Rolley 1983, p. 45.

23La musculature du jeune homme est très discrète. Les volumes du corps sont souples et la silhouette très fluide, dépourvus des scansions que l’on observe en général sur les représentations d’athlètes, notamment au niveau des hanches et des pectoraux. Les bras, les cuisses et les jambes sont très fins, le torse étroit et les épaules peu marquées. Tout indique le très jeune athlète, qui a probablement concouru dans la catégorie juniors56.

  • 57 A. Viacava dans Moreno 1995, p. 71 suggère d’identifier l’athlète Getty à un coureur, ce qui est p (...)
  • 58 Mattusch 1997, p. 50, après avoir hésité sur le feuillage qui compose la couronne, se rallie à l’av (...)
  • 59 Photographie du sommet du crâne : Viacava 1994, fig. 24.

24Le visage manifeste en revanche une personnalité déjà affirmée. Au-dessus du menton, petit mais assez saillant, la bouche très courte présente des lèvres épaisses. Avec les joues rondes et lisses, ces traits trahissent chez l’adolescent un reste d’enfance. Le nez long et droit, les grands yeux en amande et le front légèrement bombé dans sa partie inférieure annoncent en revanche le futur adulte. Les oreilles petites ne sont pas tuméfiées, ce qui suggère que l’athlète Getty n’est pas un boxeur57. La chevelure, faite de mèches en virgules désordonnées, rehaussées d’incisions, est particulièrement animée au-dessus du front. Au-delà de la couronne d’olivier58, dont les fines feuilles se mêlent à la chevelure du vainqueur, les mèches présentent en revanche un volume moindre et rayonnent depuis le vertex d’une façon plus conventionnelle59.

  • 60 Frel 1987 ; Moreno 1987, p. 35-36 ; Viacava 1994, p. 39-51.
  • 61 Voir les hésitations de Rolley 1983, p. 45.
  • 62 Frel 1987, p. 91.
  • 63 Viacava 1994, p. 43 : la hauteur totale estimée (1,65 m) égale sept fois et demie la hauteur de la (...)
  • 64 Cf. le résumé d’A. Viacava dans Moreno 1995, p. 71 ; la comparaison avec l’Éros Énagônios – ou Agôn (...)

25On attribue généralement l’athlète Getty à Lysippe60 ou à l’un de ses successeurs immédiats61. Le visage est ainsi souvent comparé à celui de l’Apoxyomène ou de l’AlexandreAzara du musée du Louvre62, même si A. Viacava souligne que le système de proportions ne correspond pas exactement aux canons lysippéens63. P. Moreno considère également que les caractéristiques anatomiques et la pondération s’insèrent parfaitement dans l’œuvre du bronzier sicyonien64.

  • 65 Frel 1978, p. 14 ; Viacava 1994, p. 56.
  • 66 Naples, Musée archéologique, inv. 5594 ; Mattusch 2005, p. 246-249, fig. 5. 129-136.
  • 67 Malibu, J. P. Getty Museum, inv. L. 80.AA.82 ; Frel 1987, p. 92, fig. 51-54.
  • 68 Naples, Musée archéologique, inv. 5590 ; Andreae 2001, p. 64-65, pl. 6-7 ; Mattusch 2005, p. 260-26 (...)
  • 69 Viacava 1994, p. 126-130 ; noter que cette identification a priori fausse l’analyse stylistique d’A (...)

26Si l’identification de l’artiste, ou tout au moins de l’école, qui a réalisé l’athlète Getty fait l’objet d’un relatif consensus, celle du personnage représenté divise les spécialistes. En effet, les traits individualisés du visage et leur supposée noblesse ont très tôt été considérés comme ceux d’un jeune homme de l’aristocratie macédonienne65. Tandis que J. Frel, sur la foi de comparaisons d’une part avec un buste en bronze de la villa des Pisons à Herculanum66, qu’il considère comme une copie du même original – ce qui est discutable –, d’autre part avec un buste conservé lui aussi à Malibu67, identifie le jeune vainqueur à Démétrios Poliorcète, A. Viacava, s’appuyant sur un rapprochement du visage avec un autre buste de la villa des Pisons68, propose de reconnaître le futur Séleucos Ier Nicatôr, représenté par Lysippe dans son jeune âge, vers 34069.

  • 70 Les réflexions de Viacava 1994, p. 127, fig. 111-112, sur les proportions des visages respectifs de (...)

27Aucune de ces deux identifications ne repose sur des arguments solides. Les rapprochements établis se fondent en effet plus sur la sensibilité personnelle que sur la comparaison de motifs précis70. Plus fondamentalement, à supposer que l’athlète Getty soit, par chance, une œuvre originale de Lysippe, il paraît peu vraisemblable que, parmi les mille cinq cents statues d’athlètes réalisées par le bronzier, on conserve précisément l’une de celles qui représente un futur diadoque. Il est donc préférable de rendre prudemment l’athlète Getty à l’anonymat.

  • 71 Cos, musée, inv. 5 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 82, no 117, pl. 28 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 188-191 (...)

28Passée la fin du ive s., les statues d’athlètes susceptibles d’être honorifiques sont très rares. Un grand relief mis au jour près du théâtre romain de Cos permet toutefois de se faire une idée des représentations honorifiques de vainqueurs à la haute époque hellénistique (pl. XXVIIIb)71.

29La plaque de fond de la stèle est endommagée dans sa partie supérieure ; à gauche du personnage, la cassure suit le contour du corps jusqu’au coude ; à droite, seul l’angle est brisé. Sont brisés également le bord antérieur de la plaque et une partie des pieds. L’index de la main droite a disparu, de même que la pointe du nez. Les doigts sont marqués de nombreuses épaufrures. Enfin, l’encadrement original de la stèle n’est pas conservé.

30Un personnage de grande taille, dans la force de l’âge, se tient debout, face au spectateur,en appui sur la jambe droite, la jambe gauche fléchie et portée sur le côté. Cette pondération n’altère pas l’horizontalité des hanches et des épaules. La tête est inclinée et tournée vers la gauche, tandis que les bras, fléchis et portés vers l’avant du corps, retiennent les extrémités de la couronne d’olivier.

31Contrairement à toutes les représentations d’athlètes étudiées jusqu’à présent, la figure de Cos est vêtue d’un himation, qui couvre tout le bas du corps, vient s’enrouler autour du biceps gauche et retombe en lourds plis le long de la jambe gauche, où son extrémité est ornée d’un fin fil torsadé. Dans le creux du coude gauche replié, l’étoffe forme un petit bouffant. Sur les hanches, le manteau s’enroule en un épais bourrelet, tandis que sur la jambe droite, il est parcouru de plis arqués assez lâches. Des plis d’armoire animent partout le tissu.

32Le torse et les bras de l’athlète présentent une musculature très développée : les abdominaux, les pectoraux, les épaules et les biceps sont modelés avec soin, conférant à la figure une tension contradictoire avec la tranquillité de la pose.

33Les traits du visage rond sont individualisés. Le menton est légèrement empâté. Les commissures des lèvres, fines et entrouvertes, sont marquées de fossettes. Les joues sont pleines et rondes, le nez court et large. Les yeux, petits et ourlés de paupières épaisses, sont peu enfoncés sous les arcades sourcilières. Le front court, enfin, est légèrement bombé dans sa partie inférieure.

34La chevelure n’est pas moins originale que le visage. Les mèches ondulées qui encadrent le visage sont en effet plus longues qu’à l’ordinaire. Elles forment une fourche au-dessus de l’œil droit, tandis qu’une autre, plus profonde au-dessus de l’œil gauche, trahit un début de calvitie. Devant les oreilles, de grandes mèches forment des favoris.

  • 72 Pfuhl, Möbius 1977, p. 82.
  • 73 Kabus-Preisshofen 1989, p. 110.
  • 74 Kabus-Preisshofen 1989, p. 109.
  • 75 Geominy, Özgan 1982.
  • 76 Alexandrie, musée, inv. 19.122 ; Kyrieleis 1975, p. 34-35 ; 169, cat. C 9, pl. 24,2-4 ; Queyrel 200 (...)
  • 77 Kyrieleis 1975, pl. 17,3-4 ; Queyrel 2002, fig. 3.
  • 78 Kyrieleis 1975, pl. 18.
  • 79 Parallèle déjà évoqué par Kabus-Preisshofen 1989, p. 110.
  • 80 Humann 1904, p. 175.
  • 81 Humann 1904, pl. VI à gauche ; pl. VII à droite.
  • 82 Noter par exemple les plis très marqués qui traversent diagonalement les jambes, devant le pubis.
  • 83 La carrière d’Hermogénès, architecte, selon Vitruve, du temple d’Artémis – auquel on associe en gén (...)
  • 84 Özgan 1982 ; si les deux fragments de statues féminines colossales qu’il publie appartiennent bien (...)
  • 85 Les oppositions ne manquent pas (cf. la recension de Linfert 1976 par D. Pinkwart, Gnomon 52 [1980] (...)

35Cette œuvre unique en son genre était traditionnellement datée du iie s.72, mais R. Kabus-Preisshofen propose de la placer à la fin du iiie s.73. Le visage remarquablement bien conservé de l’athlète peut en effet être comparé aux représentations de souverains, et plus précisément aux statues posthumes de Ptolémée III Évergète74, notamment à celle mise au jour à Bodrum75 ou à une autre à Alexandrie76. Les favoris que présente la figure de la stèle de Cos se retrouvent également sur des émissions monétaires de Ptolémée III77 et de Ptolémée IV78, ce qui permet de proposer pour la stèle une datation dans le dernier tiers du iiie s. Sa proximité avec les reliefs de l’autel de Magnésie du Méandre pourrait par ailleurs confirmer cette datation79. La parenté entre la stèle de Cos et les reliefs de l’autel est tout d’abord technique. Bien que la frise de l’autel soit nettement plus grande que la stèle de Cos – 3,40 m80 contre 1,91 m –, il s’agit dans les deux cas de figures en très haut relief, presque détachées de la plaque. Certaines des figures de l’autel de Magnésie, comme la stèle de Cos, se présentent en outre de face81 et l’organisation du drapé sur le bas du corps de la figure dite d’Héra, qui ressemble davantage à une Aphrodite, est similaire à ce que l’on observe sur la stèle de Cos82. Or, la datation traditionnelle de l’autel de Magnésie dans la seconde moitié du iie s. a été remise en question tant sur le plan architectural83 que sur le plan plastique84, et l’on situe désormais la construction du monument dans les dernières décennies du iiie s.85.

  • 86 Kabus-Preisshofen 1989, p. 108.

36R. Kabus-Preisshofen considère par ailleurs que le relief est plus probablement votif que funéraire86, hypothèse qui n’exclut pas une dimension honorifique. Si tel est le cas, le relief de Cos constitue l’un des seuls témoignages conservés des représentations honorifiques d’athlètes de la haute époque hellénistique. L’iconographie traditionnelle y apparaît profondément renouvelée : le moment choisi pour immortaliser le vainqueur n’est plus celui où il se saisit de sa couronne, mais celui où il la consacre humblement dans le sanctuaire ; qui plus est, le sculpteur a préféré une figure vêtue à la nudité héroïque en vogue au ive s. Ces choix iconographiques, associés à la retenue de la pose et à la représentation réaliste du visage, mettent moins en valeur le caractère surhumain conféré par la victoire que la piété de l’athlète.

  • 87 Izmir, Musée archéologique ; Akurgal 1987, p. 142, pl. 37, 227-229 ; Uçankuş 1989.

37Reste à évoquer, pour clore ce tour d’horizon des statues honorifiques d’athlètes, une œuvre très originale, mais assez mystérieuse, dont les fragments ont été découverts en mer en 1979 et 198187, à 500 m des côtes, non loin des ports antiques de Kymè et de Phocée (pl. XXIX).

  • 88 Hauteur : 1,54 m.

38Cette statue de bronze légèrement plus petite que nature88, présente un état de conservation excellent. Ne manquent en effet que le bras droit et les yeux rapportés. Le pied et le mollet droit sont endommagés, tandis que quelques petites plaquettes de bronze, ayant servi à parachever l’œuvre après la coulée, ont disparu.

39La statue représente un athlète nu lancé en pleine course, au moment où son pied droit va quitter le sol, tandis que sa jambe gauche va être projetée vers l’avant. En préparation de cet effort, la partie gauche du torse et l’épaule sont portées vers l’avant, de même que le bras gauche légèrement fléchi, dont la main retenait un objet indéterminé. Le corps de l’athlète, remarquablement svelte et souple, semble celui d’un tout jeune homme, et contraste étonnamment avec le visage.

40Sur le cou musclé et assez court en effet, la tête, tournée vers la gauche et levée, est celle d’un homme dans la force de l’âge, aux traits remarquablement fins. Les lèvres, longues et fines, sont entrouvertes et le nez pointu légèrement busqué. Les grands yeux peu enfoncés sont rehaussés d’arcades sourcilières faiblement marquées, dont la pilosité est rendue par quelques incisions. Le front est haut et les tempes dégagées par un début de calvitie.

41La chevelure très courte se compose de petites mèches en virgules incisées, qui dégagent les oreilles larges et décollées. Une couronne de feuilles de chêne, qui désigne le personnage comme vainqueur, est nouée à l’arrière de la tête.

  • 89 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1828 ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 192-193, no 86
  • 90 Akurgal 1987, p. 142.
  • 91 Uçankuş 1989, p. 155.

42L’œuvre présente sans conteste l’éclectisme caractéristique de la fin de l’époque hellénistique. L’association d’un corps juvénile à un visage plus mûr n’est pas sans évoquer par exemple la statue du Pseudo-athlète de Délos89, ce qui conduit E. Akurgal à proposer une datation à la fin de la République romaine90. Plus sensible à la proximité du visage avec les premiers portraits d’empereurs, H. T. Uçankuş préfère placer le coureur de Kymè à l’époque de Tibère91. Il est vrai que la coiffure courte composée de fines mèches et les oreilles décollées correspondent mieux à l’art du début de l’époque impériale, sans que l’on puisse trancher entre une datation sous le Principat d’Auguste et une autre légèrement plus avancée dans le ier s. apr. J.-C.

  • 92 Cf. supra p. 233-234.

43L’œuvre est, quoi qu’il en soit, extrêmement singulière. La représentation d’un athlète en pleine course représente en effet un défi à la pesanteur. La statue n’était fixée à sa base que par l’extrémité du pied droit, sans qu’aucune trace d’étai soit visible sur la jambe ou le pied gauche. Cette composition audacieuse peut être rapprochée de l’analyse présentée plus haut de la base d’Épithersès à Olympie92 et témoigne de l’originalité dont faisaient parfois preuve les commanditaires et les sculpteurs de statues honorifiques.

44Quoique les représentations honorifiques d’athlètes mettent souvent en scène la dédicace aux dieux de la couronne de la victoire, elles présentent, par rapport aux autres types, une grande variété iconographique. Les sculpteurs ont en effet rivalisé d’imagination et d’ingéniosité pour représenter les exploits des athlètes, pour donner à voir la légèreté d’une course, la violence d’un combat. Cette inventivité est sans doute liée au prestige des vainqueurs dans le monde grec, mais aussi à la place particulière qu’occupe la représentation des athlètes dans l’art grec. Depuis Polyclète en effet, la figure athlétique définit le canon de la représentation humaine et sert aux sculpteurs de manifeste artistique. Il n’est dès lors pas étonnant que ce type s’enrichisse à l’époque hellénistique encore de créations brillantes et audacieuses.

Les magistrats, les orateurs et les bienfaiteurs

Les magistrats et les bienfaiteurs à l’époque classique

  • 93 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 629 et Paris, musée du Louvre, Ma 2718 (scribe Fauvel) ; Athènes (...)
  • 94 Raubitschek 1949, p. 10-12, no 6.
  • 95 Cahn 1973, p. 15 ; pour la représentation des scènes de dokimasia sur les vases du début du ve s., (...)
  • 96 Aristote, Constitution d’Athènes LIV 3-5 ; Trianti 1998, p. 32-33 ; résumé des diverses hypothèses (...)

45Les représentations de magistrats apparaissent à Athènes au lendemain des réformes de Clisthène. Assumer une magistrature, dans le nouveau régime isonomique, constitue en effet une nouvelle forme de distinction. Le Scribe Fauvel et les deux autres scribes trouvés sur l’Acropole d’Athènes93, qu’on les considère comme des trésoriers94, comme des καταλογεῖς95 ou comme les trois secrétaires mentionnés par Aristote96, représentent des personnages aux fonctions officielles. Ces offrandes reflètent la fierté suscitée par l’exercice d’une magistrature au sein des nouvelles institutions, qui garantissent l’égalité de tous devant la loi, mais également l’humilité de ces personnages, puisque le nouveau régime rejette l’exaltation individuelle.

  • 97 Le kouros vêtu (Athènes, musée de l’Acropole, inv. 633), légèrement antérieur aux scribes, porte l’(...)
  • 98 Dijon, Musée archéologique, inv. 1301 ; Neer 2002, p. 138-146.

46Or, cette nouvelle forme de distinction sociale se traduit par un type iconographique qui, sans être inconnu, est rare en Attique avant la fin du vie s. Ces personnages sont en effet vêtus du seul himation, qui dégage l’épaule et la partie droites du torse97, ce qui contribue, à la différence des kouroi que leur nudité exalte, à les ancrer dans la réalité, dans l’exercice quotidien de l’isonomie. Ils sont, à ce titre, comparables aux juges représentés sur une coupe du Peintre de Stieglitz de la décennie 470-46098. La simplicité du vêtement et le caractère répétitif des représentations sont la traduction concrète des nouvelles institutions.

  • 99 Holtzmann 2003, p. 135.
  • 100 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 865 ; Holtzmann 2003, p. 131, fig. 115.

47Après ces premiers feux, c’est sur la frise des Panathénées, où « la cité tout entière se présente aux dieux »99, que le citoyen est de nouveau mis en scène, lors d’une grande fête publique. L’iconographie en est désormais bien établie. Le citoyen mûr, c’est-à-dire en âge d’exercer une magistrature, porte la barbe et est vêtu d’un simple himation, qui dégage, selon des drapés divers, la partie droite du torse. La plaque X du côté Nord, où sont représentés six hommes mûrs, offre une étude virtuose des possibilités de drapés et d’attitudes100.

  • 101 Au ve s. à Athènes, le titre de bienfaiteur est très rarement conféré indépendamment de celui de pr (...)
  • 102 Selon Meyer 1989a, p. 250-251, la fin de la guerre du Péloponnèse constitue un tournant : les décre (...)
  • 103 cf. supra p. 146 (pl. VIb).
  • 104 IG I3 91, l. 13-24.

48Cette image du magistrat, progressivement établie à partir de la fin du vie s., est adoptée pour représenter les premiers bienfaiteurs et proxènes101 de la cité dans le dernier tiers du ve s.102. Ainsi, le décret pour Proxénidès de Cnide, promulgué vers 416/5, constitue l’une des plus anciennes représentations de bienfaiteur103, qui reprend à l’évidence le type iconographique observé sur la frise des Panathénées. Or, Proxénidès n’est certes pas citoyen athénien, mais le décret insiste sur son égalité de traitement, notamment judiciaire, avec les Athéniens104, ce qui justifie le choix iconographique.

  • 105 Athènes, Musée épigraphique, inv. 7010 + Athènes, musée de l’Agora, inv. I 7065 ; IG I3 127 ; Meyer (...)
  • 106 Ce célèbre décret a fait l’objet de nombreux commentaires, parmi lesquels : Bielman 1994, p. 3-7, n(...)
  • 107 Cette somme n’est pas, contrairement à ce que l’on a pensé, destinée à financer le retour des citoy (...)
  • 108 IG I3 127, l. 13-14.
  • 109 Démosthène, Contre Leptine 41-46.
  • 110 Il n’est pas du tout sûr, comme l’affirme MacDowell 2004, p. 132-133, qu’Épikerdès soit mort en 355 (...)
  • 111 Meyer 1989a, p. 135, 211, n. 1478.
  • 112 Meyer 1989a, p. 211 souligne que presque tous les mortels représentés sur des en-têtes de décrets a (...)
  • 113 Par exemple : Athènes, Musée archéologique national, inv. 1329 (Kaltsas 2002, p. 135, no 260), inv. (...)
  • 114 Par exemple : Athènes, Musée archéologique national, inv. 2894 (Kaltsas 2002, p. 153, no 300), inv. (...)
  • 115 Pour une analyse en ce sens, cf. Kreikenbom 2004, p. 254-256.
  • 116 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 1 : « Il portait, comme une femme, des robes de pourpre qu’il laissa (...)
  • 117 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 7 ; cf. supra p. 58-59.

49Bien qu’assez mutilé, le décret pris en 405/4 pour Épikerdès de Cyrène permet de cerner au plus près le mécanisme de la représentation honorifique105. Le personnage honoré est en effet un bienfaiteur peu commun106, qui offre 100 mines pour la subsistance des Athéniens prisonniers en Sicile en 412107, et qui, lorsqu’Athènes lui accorde en retour l’atélie, offre un talent supplémentaire108. Le prestige de ce riche commerçant de Cyrène à Athènes est tel qu’en 355 encore, dans le discours qu’il prononce contre la loi de Leptine109, Démosthène évoque longuement le cas d’Épikerdès, qui risque d’être lésé110 par la suppression de privilèges fiscaux. Or, Épikerdès est certes représenté sur un relief, probablement couronné par Athéna111, ce qui demeure un privilège rare à la fin du ve s.112, mais le type adopté est générique et ne se distingue guère des représentations votives113 ou funéraires114. À l’époque où les sculpteurs actifs à Athènes déploient des trésors d’ingéniosité pour varier les drapés, l’apparence stéréotypée des bienfaiteurs et des citoyens résulte sans doute des contraintes qui pèsent sur la représentation115. C’est le sens des reproches, rapportés par Plutarque, que les notables font à la tenue excentrique d’Alcibiade116 et au tableau qui le représente dans les bras de Némée117.

  • 118 La plus ancienne est sans doute la statue privée de Nicoclès, fils d’Hègésippos, dédiée par son fil (...)
  • 119 Athènes, Musée archéologique national, inv. 237 ; Rhomiopoulou 1997a, p. 36, no 22 ; Geominy 2004, (...)
  • 120 IG XII 3, 1096.
  • 121 Contra Geominy 2004, p. 298.
  • 122 B. Holtzmann, LIMC II (1984), s.v. « Asklepios », nos 234-256 et p. 894.
  • 123 B. Holtzmann, LIMC II (1984), s.v. « Asklepios », nos 257-260 et p. 894-895.

50C’est donc en himation qu’il faut imaginer les premières statues honorifiques civiles du ive s.118, dont presque aucun exemplaire n’est conservé. Il faut en effet écarter une statue de taille naturelle découverte à Mélos en même temps que les statues colossales de Poséidon et du cavalier cuirassé119, placée sur une base quadrangulaire moulurée portant la dédicace de Théodôridas à Poséidon120. Cette statue est en fait une création éclectique de l’époque d’Auguste, combinant divers traits, classiques et modernes, et ne reproduisant certainement pas un type du ive s.121. On peut souligner notamment l’incohérence du drapé : la main gauche, placée derrière la hanche, et le manteau, rabattu sur les hanches, sont associés sans réalisme, car l’extrémité du manteau qui retombe à gauche ne paraît pas être soutenue. Il s’agit en fait de la synthèse malheureuse de deux types d’Asclépios de la fin du ive s., le type Éleusis122 et le type Albani plus dénudé123. La statue emprunte également aux représentations de ce dieu son pied droit soulevé sur la pointe, trait particulièrement rare pour les statues drapées.

Le type du « philosophe » de Delphes

  • 124 Delphes, musée, inv. 1819
  • 125 SD 507.
  • 126 Pouilloux 1960, p. 49.
  • 127 Delphes, musée, inv. 1817.
  • 128 Delphes, musée, inv. 1820.
  • 129 Pouilloux 1960, p. 52, plan 9, pl. 30,1.
  • 130 Sur les motifs de ce jugement, Pouilloux 1960, p. 52-53.
  • 131 Pouilloux 1960, p. 86, n. 1 ; encore Flashar, Hoff 1993, p. 426 : « über den ursprünglichen Standor (...)

51La statue d’homme mûr découverte à Delphes (pl. XXXa) est en revanche un original de la fin du ive s. et permet de se faire une idée précise des statues honorifiques civiles de la période. Désignée très tôt comme statue de « philosophe »124, elle a été mise au jour dans le téménos de Néoptolème125, entre le 11 et le 16 août 1894126, couchée au sol aux côtés d’une statue féminine drapée127 et d’une grande statue masculine drapée128. Bien que, sur le côté Nord du téménos se dresse une longue base composée de quatre assises, dont les dernières présentent ce qui semble être un piquetage préparatoire pour les semelles destinées à accueillir les plinthes de statues en marbre129, les archéologues ont estimé que les œuvres avaient été déplacées130 et ont tout d’abord préféré associer ces statues à une autre consécration de la région Nord du sanctuaire, la base en fer à cheval, dont la fouille avait permis la découverte de dix-sept socles, présentant des évidements pour des plinthes de statues de marbre. Mais une anastylose en 1954 a exclu cette hypothèse et rendu les deux statues à leur errance131.

  • 132 Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 40, pl. LXIX-LXXI ; Poulsen 1946 ; Croissant 1991, p. 100-103, (...)
  • 133 Flashar, Hoff 1993, p. 416 : « hellgelbliche[r] Marmor ».

52Haute de 2,015 m sans la plinthe, la statue du « philosophe »132, en marbre jaune pâle133, est presque complète. Le bras droit est brisé sous le coude et la main droite au poignet. La section circulaire de ce dernier présente une mortaise qui indique que la main était rapportée. L’extrémité de l’himation, qui retombe verticalement devant l’épaule gauche est brisée dans sa partie inférieure. À l’arrière, un pan rapporté du manteau du côté gauche, entre le coude et l’étai, a disparu. Le visage présente un épiderme usé par les intempéries. Quelques détériorations sont également à déplorer : la pointe du nez, la moustache et le volume de certaines mèches de la barbe ont été emportés. Enfin, un fragment de la sandale et du pied droit est érodé et des raccords sur les bras indiquent que la statue a été reconstituée à partir de quatre fragments.

53L’homme de grande taille se présente debout face au spectateur, le poids du corps porté sur la jambe gauche, la jambe droite légèrement fléchie, portée vers l’avant et vers l’extérieur. Le pied droit repose entièrement sur le sol et est tourné vers l’extérieur. Les effets de cette pondération demeurent invisibles aux hanches, dissimulées sous l’épais manteau, comme aux épaules, qui sont horizontales. La tête en revanche, tournée vers sa droite, accompagne le mouvement du bas du corps. Le bras droit est écarté du torse et légèrement fléchi, tandis que le bras gauche, contre le torse, est plié à angle droit. La statique de la figure est assurée par un étai de forme grossièrement cylindrique près de la jambe d’appui, en partie dissimulé par le manteau. Celui-ci enveloppe tout le bas du corps, des chevilles au diaphragme. L’une de ses extrémités est retenue par l’avant-bras gauche contre le torse et retombe en longs zigzags plastiques le long de la cuisse gauche. Sous l’avant-bras, le tissu plaqué contre le torse forme un bouffant de petite taille. Le même pan de drapé forme sur l’avant du corps un bourrelet assez épais, parcouru d’un réseau de plis horizontaux très recreusés, sous lequel se déploie un rabat trapézoïdal, dont la pointe repose au milieu de la cuisse gauche. L’autre extrémité traverse obliquement le dos en un bourrelet épais et retombe en profonds plis verticaux devant l’épaule gauche. Elle venait probablement dissimuler une partie du rabat trapézoïdal. Sur les jambes, l’himation est parcouru de plis arqués très profonds, qui joignent la cheville droite à la hanche gauche, tandis qu’une série de plis nerveux et plus fins est suscitée sur la cuisse et le mollet gauche par la tension de l’étoffe. On retrouve à l’arrière le même dispositif de plis, bien que plastiquement moins soignés : de grandes surfaces sont laissées lisses et les plis arqués n’ont qu’un faible volume.

54Ce drapé laisse en partie visible le corps massif. La jambe droite, notamment, présente une cuisse solide et une jambe assez fine. Le torse et les épaules sont peu musclés mais larges. Tout comme celui des bras, leur modelé demeure ferme. Seuls signes venant accuser l’âge du personnage, la saillie d’une veine à l’intérieur du bras droit et un pli de chair à l’aisselle droite.

55Sur le cou massif se présente le visage ovale d’un homme mûr à la calvitie avancée, qui porte barbe et moustache. Le menton disparaît sous les mèches ondulées de la longue barbe, profondément creusées et rehaussées de sillons graphiques. La moustache mutilée dissimule la lèvre supérieure et se mêle à la barbe sur les côtés de la bouche. Celle-ci, close et sans sourire, présente une lèvre inférieure fine et courte. Des ailes du nez, court et assez large, partent deux rides graphiques qui tombent de part et d’autre de la bouche. Les joues sont lisses et les pommettes très peu marquées. Les yeux en amandes, ourlés de fines paupières sont lestés de légères poches de fatigue. Exempts de rides, ils sont ombrés par des arcades sourcilières, courtes mais assez saillantes. Le front très haut ne semble pas avoir été parcouru de rides. La chevelure courte, faite de mèches ondulées semblables à celles de la barbe, n’est modelée que sur les tempes et derrière les oreilles. Le sommet et l’arrière du crâne présentent un grossier piquetage.

  • 134 Poulsen 1946, p. 497.
  • 135 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 2685 ; Poulsen 1951, no 416a ; Johansen 1992a, no 41.
  • 136 Croissant 1991, p. 102-103. Sur la copie de la statue de Démosthène par Polyeuctos (Copenhague, Ny (...)
  • 137 Kruse-Berdoldt 1975, p. 51-52, 97-98 M1 ; résumé dans Seilheimer 2003, p. 134-137, fig. 130-131.
  • 138 Johansen 1992a, p. 104.
  • 139 Poulsen 1946, p. 499.
  • 140 Croissant 1991, p.102-103 : « on tend aujourd’hui avec raison, en la situant vers 280-270, à privil (...)
  • 141 Croissant 1991, p.103.
  • 142 La présentation par Andreae 2001, nos 20-21, p. 74-75 des deux œuvres côte à côte me paraît manifes (...)

56L’identification et la datation de cette statue ont été longuement débattues. En 1946, Fr. Poulsen montre ainsi que, au gré des analyses et des parallèles, la datation de l’œuvre a varié entre le milieu du ive s. et celui du iiie s.134. Il propose donc une nouvelle analyse technique de l’œuvre et surtout une comparaison avec une statue de la Ny Carlsberg Glyptotek, qu’il considère comme une copie de celle de Métrodore135. Ces éléments l’amènent tout naturellement à dater l’œuvre de la décennie 280-270. Fr. Croissant en 1991 propose également de placer le « philosophe » au début du iiie s., mais en développant cette fois-ci un parallèle avec la statue de Démosthène, œuvre de Polyeuctos (pl. XXXI), dont une copie est également conservée à la Ny Carlsberg Glyptotek136. Ce changement de référence n’est pas fortuit. Il résulte d’une réévaluation, dans les années 1970-1980, de l’identification de la statue assise de la Ny Carlsberg Glyptotek. Une critique minutieuse des copies a en effet mis en doute l’identification de la statue à Métrodore et abouti à la suppression, sur le buste de Copenhague, du moulage de la tête de Métrodore du Musée archéologique national d’Athènes qui y avait été placée137. La datation de l’œuvre a par conséquent perdu de sa précision et celle-ci est désormais située dans le cours du iiie s.138. Plus foncièrement, il me semble que Fr. Poulsen, dès le titre de son article, a exagéré la sénescence du « philosophe » de Delphes, qualifié de « vieillard », évidemment dans l’optique d’une comparaison avec le pseudo-Métrodore de Copenhague. Son appréciation de l’anatomie du « philosophe » suit le même principe : « Avec la plus complète évidence, la figure représente un homme assez gras, dont le ventre et la poitrine offrent plus de rondeur que ne le permet l’idéal grec de la beauté139 ». On ne saurait donc, pour Fr. Poulsen, dater cette œuvre trop haut dans le ive s. Ces descriptions occultent cependant les différences, significatives, entre les deux œuvres. Rien de commun en effet entre les clavicules saillantes, les épaules décharnées et tombantes de la statue de Copenhague et les épaules rondes, le torse encore ferme du « philosophe ». Le ventre gras que Fr. Poulsen voit à la figure de Delphes est en fait une projection de celui du vieillard assis de Copenhague : la taille du « philosophe » n’est pas visible sous l’étoffe et tout ce que l’on aperçoit par transparence, c’est une jambe ferme. Typologiquement comme stylistiquement, les deux œuvres doivent donc être distinguées. La comparaison proposée par Fr. Croissant avec le Démosthène de Polyeuctos, daté de 280, se fonde essentiellement sur un rapprochement typologique140, qui est certes frappant, tant sont proches l’organisation du drapé et la posture des deux statues. Cependant, la comparaison stylistique est plus malaisée. Fr. Croissant le reconnaît à demi-mot lorsqu’il écrit : « Il y manque, bien sûr, la dimension tragique d’un destin exceptionnel, mais ce vieillard au geste volontaire et au regard farouche ne devait pas être, à tout prendre, une personnalité banale »141. En filigrane, se lit une gêne dans le rapprochement des deux visages : les traits peu marqués, les joues et le front lisses, les yeux exempts de rides du « philosophe » contrastent avec le visage à la plastique tourmentée du Démosthène de Copenhague. Par ailleurs, le traitement du vêtement sur les deux œuvres présente un contraste plus flagrant encore. Aux plis très recreusés et nerveux de l’himation du « philosophe » s’opposent ceux au faible relief et au tracé moins net du vêtement de Démosthène142.

  • 143 Flashar, Hoff 1993, p. 421-424.
  • 144 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1482 ; Meyer 1989a, p. 303, cat. A 134, pl. 39,1.
  • 145 Athènes, Musée archéologique national, inv. 588 ; Schmalz 1985, p. 39, pl.14.

57L’ancrage de l’œuvre dans la décennie 280-270 semble donc bien peu assuré, ce qui a conduit M. Flashar et R. von den Hoff à une nouvelle proposition de datation, vers 300143. Cette nouvelle évaluation repose notamment sur la comparaison avec un en-tête de décret daté de 318/7, où le Peuple est représenté, au centre de la composition, dans un type proche de celui du « philosophe » de Delphes144 : même drapé de l’himation, même pondération et position des bras, mêmes barbe et moustache fournies. Une comparaison avec une tête fragmentaire plus tardive145 conduit les auteurs à placer le « philosophe » dans les dernières années du ive s.

  • 146 Brauron, musée, inv. 1501 ; CAT 3.458.
  • 147 Chicago, Art Institute, inv. 1928.162 ; Meyer 1989b, p. 71, n. 130.
  • 148 Meyer 1989b, p. 50-59, n. 4.
  • 149 Paris, musée du Louvre, Ma 790 ; IG II2 11765 ; CAT 2.367 ; Hamiaux 1998, p. 178, no 176.
  • 150 Istanbul, Musée archéologique, inv. 580 ; CAT II, p. 606-607, sous le numéro 2.490 ; Meyer 1989b, p (...)

58Je crois pour ma part que l’on peut développer cette comparaison avec les reliefs funéraires attiques et ancrer plus assurément le « philosophe » dans le ive s. La personnification du Peuple évoquée plus haut reprend en effet un type répandu sur les stèles funéraires juste avant 317. Un homme mûr porte ainsi un himation à rabat triangulaire sur un naiskos de Brauron, aux côtés de femmes dont le drapé évoque celui de la figure féminine de Delphes146. Le corps puissant, quoiqu’un peu affaissé, du « philosophe » trouve un parallèle assez précis dans la figure masculine debout d’une stèle attique conservée à Chicago147, datée de la décennie 320. La calvitie est certes peu représentée sur les reliefs funéraires attiques, mais n’est pas absente, loin s’en faut, notamment à partir de la décennie 380-370. M. Meyer recense ainsi vingt-deux cas148 de calvitie plus ou moins avancée, auxquels on peut ajouter un relief du Louvre du milieu du ive s.149. Le visage du « philosophe » trouve sur ce point un parallèle éclairant dans une stèle fragmentaire conservée à Istanbul150, qui compte parmi les dernières stèles attiques.

  • 151 Budapest, musée des Beaux-Arts, inv. 10.210.21 ; Hoff R. 2007b, p. 9, fig. 9 ; Szilágyi 2003, p. 71 (...)

59Une statue fragmentaire fournit enfin un parallèle précis au « philosophe ». Découverte à Velanideza, entre Marathon et Brauron, elle appartenait probablement à un naiskos des années 320151. Malgré la disparition des jambes, du bras droit et de la tête, le mouvement énergique de la statue demeure sensible. Le poids du corps porté sur la jambe droite, le genou gauche fléchi et porté vers l’avant, le personnage retient de la main gauche le pan du manteau qui retombe de l’épaule et écarte le bras droit, dans un mouvement similaire à celui du « philosophe ». La tête était vivement tournée vers la gauche, du côté de la jambe libre. Le corps massif apparaît sous l’étoffe du manteau, dont le drapé est très proche de celui décrit pour le « philosophe » ; ne manque que le rabat triangulaire sous le bourrelet qui ceint le ventre. Par ses proportions massives, son animation, son drapé mouvementé, la statue de Velanideza s’apparente à celle de Delphes et se distingue nettement des proportions longilignes et de la pose retenue du Démosthène de Polyeuctos. Au regard de ces parallèles stylistiques, il me semble donc que le « philosophe » de Delphes s’inscrit dans le dernier quart du ive s. et non au début du iiie s.

  • 152 Pouilloux 1960, p. 52 : « en fait les trois sculptures ne peuvent appartenir au même ensemble ».
  • 153 Picard, La Coste Messelière 1927, p. 40-41, pl. LXIX-LXXII.
  • 154 Croissant 1991, p. 105 : « La tentation était donc forte sinon de voir dans ces deux statues un cou (...)
  • 155 Croissant 1991, p. 108 : « il reste que les deux statues 1817 et 1820 semblent bien former une sort (...)
  • 156 Delphes, musée, inv. 1793 ; Croissant 1991, p. 108-110.
  • 157 Musée de Delphes, inv. 1791 et 4755 ; Croissant 1991, p. 110-111.
  • 158 Hintzen-Bohlen 1990, p. 129-131.
  • 159 Hintzen-Bohlen 1990, p. 134.
  • 160 Flashar, Hoff 1993, p. 431-433.
  • 161 Geominy 1998b pousse encore plus loin cette interprétation, associant la statue du type de l’Hermès (...)
  • 162 Comme le souligne déjà Croissant 1991, p. 108 : « il n’est guère question de reconnaître ici une ef (...)
  • 163 Hypothèse formulée par Croissant 1991, p. 108 ; la date proposée pour l’œuvre (premier quart du iii(...)
  • 164 Cf. supra p. 212-213.

60Demeure la question de l’identification de ce personnage, étroitement liée à celle de son lieu et de son mode de présentation originel. Au moment de leur découverte, les trois statues enfouies dans le téménos de Néoptolème ont été interprétées par les archéologues comme des œuvres appartenant à des consécrations distinctes152. L’intuition des fouilleurs est confirmée quelque trente ans plus tard par Ch. Picard et P. de La Coste-Messelière, qui proposent une analyse séparée des œuvres, négligeant la grande figure masculine drapée et traitant rapidement les deux autres figures comme des statues honorifiques peu inspirées du iiie s.153. Il revient à Fr. Croissant d’avoir retissé le lien stylistique entre les trois œuvres : il souligne en effet la proximité entre le « philosophe » et la statue féminine154 (pl. XXXb), mais plus encore entre cette dernière et la grande figure masculine drapée155. Il élargit même le groupe auquel appartiennent ces statues et suggère de l’étendre à la grande figure masculine nue, une chlamyde rejetée sur l’épaule gauche, identifiée tout d’abord au Sisyphos II du monument de Daochos156, et à deux figures enfantines157. Se fondant sur ce premier rapprochement, M. Flashar et R. von den Hoff franchissent un pas de plus et proposent une interprétation conjointe des trois statues provenant du téménos de Néoptolème. Le groupe sculpté ainsi reconstitué peut être, selon eux, assimilé aux monuments familiaux, privés ou royaux, qui se développent à partir du milieu du ive s.158, notamment le monument de Daochos159, et ils considèrent par conséquent que la statue du « philosophe » est une représentation individuelle de grande taille, intégrée dans un monument honorifique consacré à Dionysos par une famille de chorèges ou de technites160 : deux membres de cette famille, représentés par la statue féminine et par le « philosophe », seraient associés à une statue du dieu du théâtre, qui se distingue par son double vêtement et par ses dimensions. Cette hypothèse tire sa vraisemblance du précédent que constitue le monument de Daochos, qui associe une statue d’Apollon à huit effigies de mortels, dont deux sont encore vivants au moment de la consécration161. Elle présente cependant une faiblesse majeure. Il paraît en effet aventureux d’identifier la grande statue masculine drapée à Dionysos162. Le Dionysos du type Sardanapale porte certes le chitôn et l’himation, mais le drapé est assez différent. Surtout, le type Sardanapale suggère que Dionysos, lorsqu’il est vêtu, porte la barbe et les cheveux longs. Or, nulle trace de barbe ou de mèche parotide n’est visible sur le torse ou dans le dos de la statue de Delphes. C’est donc bien plus assurément une représentation honorifique, peut-être celle d’un prêtre163. Reste que le « philosophe » et la statue féminine drapée constituent vraisemblablement un groupe. Ce serait alors la représentation honorifique d’un couple du dernier quart du ive s., suivant une tradition bien attestée par les bases de statues, aussi bien en Grèce propre qu’en Asie Mineure, dès l’époque classique164.

  • 165 Cos, musée, inv. 32 ; Bol 1975 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 79-83, 186-188, no 19, pl. 16,1-2.
  • 166 Bol 1975, fig. 1.
  • 167 Bol 1975, p. 66 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 187.

61Dans la pièce C de l’odéon de Cos a été mise au jour une statue plus grande que nature de même type, datée dans le dernier quart du ive s.165 (pl. XXXIIa). La proximité typologique de cette statue de grande qualité avec la statue du « philosophe » et avec celle de Velanideza est frappante : la pondération, le drapé du manteau sont identiques à ceux du « philosophe », tandis que le mouvement de la tête évoque la statue attique. Le personnage porte la barbe et la moustache, qui forment sur les joues et les lèvres de fines mèches ondulées ; les traits sont accusés et des rides parcourent le front. L’épaisse chevelure est traitée en masse : seules quelques ciselures au-dessus du front rendent d’une manière impressionniste les ondulations des mèches. L’arrière de la figure est grossièrement travaillé166, car la statue était, à l’origine, installée contre un mur, auquel elle était fixée par un tenon167.

  • 168 Meilleure illustration par Bol 1975, pl. 32-34.
  • 169 Bol 1975, p. 69, n. 12 propose un rapprochement avec la figure de vieil homme appartenant à un nais (...)
  • 170 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 206 ; Moltesen 1995, p. 104-105, no 45 ; CAT 2.413 (vers 3 (...)
  • 171 Moscou, musée Pouchkine, inv. P 1a935 ; CAT 2.331.
  • 172 Munich, Glyptothek, inv. 493 ; CAT 2.398 ; Vierneisel-Schlörb 1988, p. 43-51, no 9, pl. 20-22.
  • 173 Kabus-Preisshofen 1989, p. 79 et n. 251.
  • 174 Londres, British Museum, inv. 1054.
  • 175 Contra Kabus-Preisshofen 1989, p. 19-20 : « Ähnliches gilt für den sog. Hippokrates […], Werk […] a (...)
  • 176 Bol 1975, p. 69 rappelle que les fils de Praxitèle ont travaillé pour l’Asclépieion de Cos (Héronda (...)

62Le visage168 permet de rapprocher l’œuvre de reliefs funéraires attiques de la seconde moitié du ive s.169. Sur une stèle fragmentaire de la glyptothèque de Copenhague, un soldat cuirassé, qui fond sur son ennemi, présente la même structure de visage, la même pilosité abondante170. Un grand relief du musée Pouchkine171 représente un jeune soldat et un homme mûr, dontla barbe et les cheveux sont traités comme ceux de la statue de Cos ; l’expression des visages et les yeux aux paupières très fines rapprochent également les deux œuvres. Enfin, pour les mêmes raisons et pour la proximité du drapé, la statue de Cos peut être rapprochée de la stèle d’Artémôn172, datée vers 350. Ces comparaisons amènent à nuancer l’opinion de R. Kabus-Preisshofen sur l’origine du sculpteur. L’emploi du marbre local pour la statue de Cos173 est certes un argument fort en faveur d’un sculpteur d’Asie Mineure. Les arguments stylistiques qu’elle développe sont en revanche moins convaincants : le torse large et les jambes grêles de la statue de Cos – caractéristiques, selon elle, de la sculpture ionienne – se retrouvent sur la statue du « philosophe » de Delphes (pl. XXXa), qu’on ne peut pas soupçonner d’être ionisante. Par ailleurs, les rapprochements qu’elle propose avec le pseudo-Mausole et une tête masculine d’Halicarnasse174 me paraissent moins convaincants que les parallèles attiques175. On ne peut donc exclure l’hypothèse d’un sculpteur attique qui s’est adapté au marbre local, ni même celle d’un artiste ionien ayant suivi des cartons attiques176.

  • 177 Kabus-Preisshofen 1989, p. 81 ; Richter 1965, vol. I, p. 151-154, fig. 855-871.
  • 178 Bol 1975, p. 70 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 82 et n. 266.

63L’identification traditionnelle de cette statue à Hippocrate a été abandonnée depuis qu’un autre type a été associé avec certitude au célèbre médecin177. Cependant, en raison de la proximité de la statue avec un type d’Asclépios, on considère en général qu’il s’agit d’un médecin178 de la famille des Asclèpiades. Cette identification demeure possible, mais ne me paraît pas contraignante. En effet, le type du vêtement, loin d’être réservé au seul Asclépios, caractérise un grand nombre de statues masculines d’époque classique. Il peut donc s’agir de tout autre personnage influent de l’île à la fin du ive s.

  • 179 Kabus-Preisshofen 1989, p. 23.
  • 180 Le seul monument en place est alors le premier autel (ca 330), dont nous ne savons presque rien ; c (...)
  • 181 Schazmann 1932, p. 75 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 72.
  • 182 Schazmann 1932, p. 64-67 ; Coulton 1976, p. 62, 246, fig. 74,1.
  • 183 Voir le plan d’A. Schäfer dans Schazmann 1932.
  • 184 Coulton 1976, p. 62, 247 ; ce serait alors, il est vrai, une des rares statues installées sous un p (...)
  • 185 Kabus-Preisshofen 1989, p. 17-18.
  • 186 Kabus-Preisshofen 1989, p. 19.

64Le tenon antique à l’arrière de la statue pose problème, car il suppose que la statue était abritée dans un bâtiment, contre un mur. Or, si la statue, comme le suppose R. Kabus-Preisshofen179,a été transportée dans l’odéon depuis l’Asclépieion, ce dernier est, dans la seconde moitié duive s., a peu près dépourvu de monuments susceptibles d’avoir abrité la statue180. Le temple B, le plus ancien du sanctuaire, est en effet construit vers 280181, comme le portique en Π de la terrasse inférieure182. De plus, le sanctuaire se situe à près de 4 km à vol d’oiseau de la ville, où se trouve l’odéon183 : pourquoi aurait-on pris la peine de transporter la statue si loin de son emplacement originel ? N’est-il pas préférable de considérer que la statue était placée sous le portique de l’agora, qui est construit dès la seconde moitié du ive s.184 ? Ce serait alors une statue honorifique publique et l’usage du marbre s’expliquerait aisément, aussi bien par l’exploitation des carrières locales, qui commence au lendemain du synœcisme de 366185, que par l’impulsion donnée au travail du marbre par le chantier du Mausolée d’Halicarnasse186.

  • 187 Plutarque, Vie de Démosthène 30, 5 (Wycherley 1957, p. 210, no 697) ; Pseudo-Plutarque, Vies des di (...)
  • 188 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 847 D (Wycherley 1957, p. 170, no 559) ; 850 F.
  • 189 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 847 A (Wycherley 1957, p. 210-211, no 698).
  • 190 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 847 A.
  • 191 Pausanias, I 8, 4 ; Wycherley 1957, p. 54-55, no 117.
  • 192 Pausanias, I 8, 2 ; Wycherley 1957, p. 66-67, no 158.
  • 193 Plutarque, Vie de Démosthène 30, 5 ; trad. R. Flacelière, É. Chambry, CUF, 1976, modifiée.

65Pour le début du iiie s., la statue rétrospective de Démosthène (pl. XXXI), installée sur l’agora d’Athènes en 280/79, dont plusieurs copies sont conservées, constitue un point fixe précieux dans le développement de la statuaire honorifique. Les sources littéraires nous apprennent en effet que les Athéniens dédient une statue de bronze187 de l’orateur sur l’Agora188, œuvre de Polyeuctos189, installée sous l’archontat de Gorgias190, non loin de l’emplacement où est transféré ultérieurement le temple d’Arès191, aux côtés des statues d’Eirènè, d’Amphiaraos, de Lycurgue et de Callias192. Plusieurs sources, dont Plutarque, retranscrivent l’épigramme portée sur la base193 :

Εἴπερ ἴσην γνώµῃ ῥώµην, Δηµόσθενες, ἔσχες,
Οὔποτ’ ἄν Ἑλλήνων ἦρξεν Ἄρης Μακεδών.

Si tu avais eu, Démosthène, autant de force que de jugement, jamais l’Arès macédonien n’eût dominé la Grèce.

  • 194 Vie de Démosthène 31, 1-3.

66Enfin, Plutarque relate une anecdote qui permet de préciser le type de la statue194. Il rapporte en effet que l’orateur est représenté les mains croisées, de sorte qu’un soldat put y placer des pièces d’or.

  • 195 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 2782 ; Johansen 1992a, p. 84-87, no 33 ; Johansen 1992b ; (...)
  • 196 Johansen 1992b, p. 78.
  • 197 Richter 1965, vol. II, p. 219, no 32, fig. 1399-1402.
  • 198 Lieu de conservation inconnu ; Richter 1965, vol. II, p. 222, fig. 1511-1512 ; Johansen 1992b, p. 7 (...)
  • 199 Istanbul, Musée archéologique, inv. 352 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 80-81, no 111a, pl. 25 ; cf. Pfuhl(...)
  • 200 Naples, Musée archéologique, inv. 5467 ; Richter 1965, vol. II, p. 217-218, no 12, fig. 1438-1440 ; (...)

67La glyptothèque de Copenhague conserve la copie la plus complète de cette statue195, dont l’identification est assurée par deux détails. Si l’on ne tient pas compte des mains restaurées, dans lesquelles a été placé un rouleau de parchemin, le geste des bras correspond à la description de Plutarque et les mains étaient probablement croisées devant le sexe196, comme dans l’ancienne restauration présentée ici197. Une statuette de bronze, dont l’authenticité est toutefois douteuse, illustre le même geste198, tout comme un relief de Cyzique du iie s.199. D’autre part, un petit buste de bronze inscrit, découvert dans la villa des Pisons à Herculanum, a permis d’identifier le type du visage de Démosthène200.

68La statue se distingue par une pose très statique. Bien que la jambe droite soit fléchie, la pondération est en effet insensible aux hanches et aux épaules. L’impression d’immobilité est renforcée par la tête baissée. Les proportions du corps sont élancées et la musculature est très sèche, ce qui distingue nettement la statue de Démosthène de celles étudiées jusqu’à présent.

69Le visage est marqué par une grande tension. Les fines lèvres sont contractées, les sourcils froncés, le front ridé. Les marques de l’âge sont représentées sans concession : les pattes d’oie et le front dégarni sont ceux d’un homme entre cinquante et soixante ans. Le manteau, drapé selon le type désormais connu, se distingue par un plissé très sobre, qui contraste avec les effets de volume et de variété des drapés de la fin du ive s.

  • 201 Oslo, Galerie nationale, inv. 1292 ; Johansen 1992b, p. 79, fig. 16.
  • 202 ibid.
  • 203 Cos, musée, inv. 82 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 102-105, 280-281, no 79, pl. 28,1.2 ; contra Neuma (...)

70La statue de Démosthène par Polyeuctos, bien qu’elle reprenne un drapé du ive s., constitue une interprétation originale du type, qu’il faut mettre au compte plus du style personnel de Polyeuctos que d’un trait d’époque, du schlichtes Stil des études stylistiques, qui n’a qu’une réalité évanescente. La comparaison la plus pertinente est en fait celle établie depuis longtemps avec le buste d’Olympiodôros découvert à Césarée en Palestine201, qui présente lui aussi une barbe rase, des lèvres fines, des sourcils froncés et un front dégarni. La proximité entre les deux œuvres est telle que Fl. Johansen considère qu’ils faisaient peut-être originellement partie d’un groupe honorifique représentant le parti anti-macédonien202. Ce n’est pas impossible, mais la proximité stylistique n’est pas suffisante pour l’établir, car l’une des têtes sculptées les plus proches de celle d’Olympiodôros, découverte à Cos, représente un souverain hellénistique que R. Kabus-Preisshofen identifie, à titre d’hypothèse, à Antigone Dôsôn203.

  • 204 Athènes, Musée archéologique national, inv. 4058 ; Karouzou 1966 ; datation suivie par Lewerentz 19 (...)
  • 205 Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. I 118 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 109-110, no 261.
  • 206 Karouzou 1966, p. 6-7.
  • 207 Karouzou 1966, p. 7 (« d’un autre côté, par son indissoluble unité, elle est encore solidement ancr (...)
  • 208 Krahmer 1923-1924.

71Le iiie s. est, comme bien souvent, un locus desperatus pour cerner le développement du type de Delphes dans la sculpture honorifique. La datation dans la première moitié de ce siècle d’une statue masculine (pl. XXXIIb) de ce type par S. Karouzou204 paraît très fragile. Après l’avoir comparée à la statue de Velanideza et à une stèle du musée de Vienne205, qu’elle semble placer toutes deux, à la suite d’E. Buschor, au iie s.206, elle conclut : « Ἀπὸ τὴν ἄλλη µεριὰ µὲ τὴν ἀδιάσπαστη ἑνότητά του πατάει ἀκόµη σταθερὰ στὴν περιοχὴ τοῦ κλασσικοῦ κόσµου207 », suivant l’opposition très discutable établie par G. Krahmer entre les figures « fermées » du début de l’époque hellénistique et les figures « ouvertes » de la fin de cette période208.

  • 209 Cf. par exemple le relief du musée du Pirée, inv. 2555 ; CAT 1.761.
  • 210 Le « philosophe » de Delphes présente cependant un motif similaire.
  • 211 Cos, musée, inv. 5 ; cf. supra p. 312-314.

72La figure masculine de la stèle de Vienne ouvre cependant une piste de datation. La statue du Musée archéologique national partage en effet avec elle des proportions élancées et les longs plis tubulaires qui retombent en éventail sous le coude gauche, effet de drapé peu réaliste, emprunté au style parthénonien209, mais peu utilisé au ive s.210. Ces deux œuvres sont également proches, par les proportions et les effets de drapés, de la grande stèle de Cos, qui représente un vainqueur drapé jusqu’aux hanches, déposant sa couronne pour la consacrer aux dieux(pl. XXVIIIb), et dont on a vu qu’elle datait très vraisemblablement de la fin du iiie s.211. À condition que l’on retienne comme valable le rapprochement entre la stèle de Cos, celle de Vienne et la statue du Musée archéologique national, il paraît donc possible de placer cette dernière dans la seconde moitié, et plus précisément dans le dernier tiers du iiie s.

  • 212 Karouzou 1966, p. 3 ; 5 ; suivie par Lewerentz 1993, p. 165-166.
  • 213 Rome, musées du Capitole, inv. 737 ; Hoff R. 1994, p. 118-121, fig. 115-116 ; 119-120.
  • 214 New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 10.231.1 ; Hoff R. 1994, p. 171-178, fig. 208-215.
  • 215 Cf. Hoff R. 1994, p. 44, n. 13 (à propos de Lewerentz 1993).
  • 216 Il n’y a pas lieu de placer un siècle après la statue du Musée archéologique national, comme le pro (...)

73En l’absence de contexte de découverte, il est difficile de proposer une identification pour cette œuvre. L’hypothèse d’un philosophe, proposée par S. Karouzou212, par comparaison avec la statue de philosophe cynique à Rome213 et une statuette de bronze à New York214, n’est absolument pas assurée215. L’identification comme une statue honorifique d’un simple citoyen bienfaiteur paraît une hypothèse tout aussi valable216.

  • 217 Cf. supra p. 181.
  • 218 Izmir, Kültürpark, inv. 6142 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 107, no 250, pl. 48 ; IK 24, 28 ; ce geste ca (...)

74La statue masculine de petite taille, découverte dans la Maison des Masques à Délos (pl. XXXIII), datée vers 100217, qui, on l’a vu, est autant honorifique que votive et décorative, illustre l’évolution de ce type au iie s. La statue est en effet en mouvement vif, le pied gauche avancé et porté sur le côté, le bras gauche écarté du corps et la tête tournée du même côté, formant un vif contraste avec la statue de Démosthène. Ce n’est pas la main gauche qui retient l’extrémité du vêtement, comme dans les versions du type à la haute époque hellénistique, mais la main droite, qui barre le corps et ramène l’étoffe vers l’avant. Raffinement supplémentaire, l’index et le majeur de cette même main ramènent devant le corps le pan de l’himation tombant ordinairement dans le dos. Cette nouvelle interprétation du drapé a pour effet de dégager le flanc gauche et d’affiner la silhouette du personnage. La statue de Délos trouve un parallèle précis sur une stèle honorifique et funéraire de Smyrne ou d’Éphèse pour Paramonos, datée de la seconde moitié du iie s.218.

  • 219 Adana, musée ; Bruns-Özgan, Özgan 1994.

75Typologiquement très proche, la statue de bronze trouvée près des côtes de Magarsos, en Cilicie, est l’une des rares statues honorifiques en bronze préservée219 (pl. XXXIV). Son état de conservation, en dépit de son séjour en mer, est remarquable. Ne manquent en effet que les jambes, la droite étant brisée à mi-mollet, la gauche au-dessus de la cheville, ainsi que le bras gauche et trois doigts de la main droite. Le rebord inférieur du manteau ainsi que le pan de drapé devant la cuisse gauche ont perdu de nombreux fragments. Les yeux, rapportés, ont disparu. Quelques dommages plus superficiels marquent la surface du bronze, sur l’épaule gauche et dans le drapé ou encore sous la main droite. L’épiderme est passablement altéré, notamment au visage, où les traits et les mèches sont estompés. Au sommet du crâne, une mortaise circulaire accueillait peut-être une pointe.

  • 220 Hauteur conservée : 1,80 m.

76La statue de Magarsos atteignait sans doute, à l’origine, environ 2 m220. C’est donc une figure masculine élancée et de grande taille, qui se présente debout, en appui sur la jambe gauche, la jambe droite légèrement fléchie et portée vers l’avant. La pondération est imperceptible au niveau des hanches et des épaules. La partie droite du torse et le bras, découverts, sont peu musclés et traités d’une façon sommaire. La tête est légèrement tournée et inclinée sur sa droite. Le bras droit est plié à angle droit et la main vient saisir à l’avant du corps, à hauteur du nombril, l’une des extrémités de l’épais manteau, qui constitue le seul vêtement. Ceignant le bas du corps, il remonte obliquement dans le dos et tombe devant l’épaule gauche en une bande lisse, animée seulement de quelques plis verticaux. La main droite ramène devant cette retombée du drapé l’autre extrémité du manteau et maintient ainsi l’ensemble de la tenue. Le rebord supérieur de l’himation forme sur le torse un bourrelet assez épais, parcouru de profonds plis. Le jeu des plis sur le reste de l’étoffe est simple : quelques plis arqués parcourent le bas du vêtement, de la cheville droite au sexe. Le motif le plus développé se trouve dans la zone du bras gauche, où le tissu est parcouru de plis plus animés et est replié sur lui-même.

77Sur un cou assez long et marqué par la saillie de la pomme d’Adam, le visage ovale présente des traits singularisés. Le menton, légèrement empâté, est petit. La bouche aux fines lèvres est close et sans sourire. Les joues et la lèvre supérieure sont marquées d’une pilosité rase, représentée en très léger volume. Partant du nez fin et légèrement busqué, deux sillons plissent la chair des joues. Les pommettes sont à peine marquées et les yeux en amandes peu enfoncés ; ils sont surmontés d’arcades sourcilières dont la saillie est très faible. Le front assez haut présente un léger bombement dans sa partie inférieure et est parcouru d’une ride horizontale à peine notée. La chevelure courte est faite de mèches en virgules, étagées en couronnes successives, plastiquement modelées au-dessus du front, simplement gravées sur la calotte crânienne. Elle dégage les oreilles assez larges et la nuque, ce qui accroît l’impression de longueur du cou.

  • 221 Pfuhl, Möbius 1977, nos 250-254, p. 107-108, pl. 48.
  • 222 Lahusen, Formigli 2001, p. 26-30, no 5.
  • 223 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 83.
  • 224 Naples, Musée archéologique, sans numéro d’inventaire ; Buschor 1971, p. 58, 96, no 323.
  • 225 Richter 1965, vol. II, p. 211, fig. 1368.
  • 226 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 84.

78Le type illustré par le corps de cette statue est connu par des stèles funéraires d’Asie Mineure221, datées entre le début et la fin du iie s., mais également par la statue de Délos étudiée précédemment. Le traitement soigné mais peu inventif du corps ainsi que les proportions élancées correspondent aux attentes esthétiques de la fin du iie et du début du ier s.222. PourChr. Bruns-Özgan et R. Özgan, la statue d’Adana revêt un caractère extrêmement statique223. De fait, le faible modelé du torse et du bras droit confère une grande rigidité à la posture et rapproche l’œuvre d’une statue acéphale conservée au Musée national de Naples, qu’E. Buschor date de l’époque augustéenne224, parfois considérée comme une représentation d’Hypéride225. D’autre part, Chr. Bruns-Özgan et R. Özgan soulignent la différence de traitement des plis du drapé entre la statue de Délos et celle d’Adana226. Aux plis assez riches et variés du manteau de la statue de Délos – notamment dans la retombée de tissu devant la cuisse gauche ou dans les superpositions de pans de l’étoffe sur le même côté gauche, s’opposerait le plissé très limité et assez mécanique de l’himation de la statue d’Adana. Cette évaluation stylistique permet aux éditeurs de proposer une datation dans le ier s. Il faut cependant souligner la fragilité de la démonstration, qui repose sur des critères stylistiques discutables. En effet, la simplicité de la pondération n’est pas une caractéristique du seul ier s., que l’on pourrait opposer massivement au caractère pathétique des représentations individuelles du siècle précédent. Depuis le Démosthène de Polyeuctos (pl. XXXI), la pose statique est utilisée dans la représentation honorifique civile.

  • 227 Stèle autrefois à Izmir, aujourd’hui disparue ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 80, no 109, pl. 26.

79Ainsi, sur une stèle funéraire de Smyrne, Artémôn, fils d’Artémidôros, est représenté en chitôn et en himation dans une pose recueillie qui évoque aussi bien le pseudo-Hypéride que la statue d’Adana227. Le visage d’Artémôn, qui présente une courte barbe, des lèvres fines, des rides d’expression marquées, et dont la chevelure courte dégage les tempes, évoque la statue cilicienne et un détail du plissé rapproche encore les deux œuvres : un profond sillon parcourt l’étoffe de l’himation, entre la zone du sexe et la cheville droite. Or, la gravure de l’inscription du relief de Smyrne permet de le dater de la première moitié du iie s.

  • 228 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 86 ; sur l’Arringatore (Florence, Musée archéologique) : Lahusen, Formi (...)
  • 229 Colonna 1990.
  • 230 Lahusen, Formigli 2001, p. 26-30 reconnaissent la qualité de l’analyse de G. Colonna, mais préfèren (...)
  • 231 Ce terminus post quem repose sur la toge que porte le personnage, qui était considérée traditionnel (...)
  • 232 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 84.
  • 233 Soutenue par Buschor 1971, p. 48, l’identification à Posidonios, par comparaison avec un buste insc (...)
  • 234 Kabus-Preisshofen 1989, p. 207-211, no 33 (vers 160).

80L’évaluation stylistique du visage est tout aussi complexe. La publication de la statue de Magarsos développe une comparaison avec l’Arringatore de Florence, pour l’en distinguer228. Au visage plein de la statue cilicienne s’opposerait le visage à la peau semblable au cuir, tendue sur les os, de la statue étrusque, ce qui permettrait de dater la première de la seconde moitié du ier s. Outre le caractère discutable de cette opposition, qui me semble subjective, il paraît aventureux de dater la statue de Cilicie par comparaison avec une statue étrusque dont la date est également très discutée. Une analyse minutieuse de l’inscription et une comparaison stylistique avec les œuvres funéraires et votives étrusques conduisent en effet G. Colonna à dater l’Arringatore du début du iie s.229. Cette datation haute n’est certes pas retenue par tous230, mais il est clair que le terminus post quem de 89, retenu traditionnellement pour la statue, ne tient plus231. Il est donc impossible de dater la statue de Magarsos par rapport à cette statue. La comparaison avec une tête du musée de Rhodes proposée par Chr. Bruns-Özgan et R. Özgan est en revanche plus séduisante232. La datation de l’œuvre rhodienne repose cependant essentiellement sur son identification à Posidonios d’Apamée, qui n’est rien moins qu’assurée233. Sa parenté avec les statues de Cos, notamment une statue retrouvée à l’odéon, conduirait plutôt à placer cette œuvre dans le iie s.234. Ainsi, l’ancrage de la statue d’Adana dans le ier s. est mal étayé et les parallèles stylistiques, aussi bien pour le vêtement que pour le visage, conduisent plutôt vers une datation dans le cours du iie s.

  • 235 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 88.
  • 236 Heberdey, Wilhelm 1896, p. 5-21 ; pour les statues honorifiques dédiées par les Peuples d’Antioche (...)

81Chr. Bruns-Özgan et R. Özgan soulignent à juste titre que la détermination de l’identité culturelle du personnage représenté – romaine ou grecque – est impossible à établir par les seules données stylistiques235. Le contexte probable d’installation de cette œuvre leur permet cependant de proposer une hypothèse. En effet, le site de Magarsos, près duquel fut découverte la statue, possède un sanctuaire d’Athéna renommé. Les inscriptions trouvées à cet endroit témoignent d’une fréquentation du sanctuaire par les populations voisines, notamment les habitants de la cité de Mallos, qui y consacrent leurs offrandes236. La statue d’Adana est donc vraisemblablement une statue honorifique consacrée dans le sanctuaire par la petite cité cilicienne.

  • 237 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 90.
  • 238 Cicéron, À Atticus VI 1, 23.
  • 239 Cicéron, À son frère Quintus II 3,1.

82La datation de l’œuvre au ier s. conduit cependant Chr. Bruns-Özgan et R. Özgan à pousser plus avant leurs conjectures. Considérant que l’œuvre est postérieure à la provincialisation de la Cilicie par Pompée en 64, ils émettent l’hypothèse qu’elle représente le gouverneur de la province de 56 à 53, P. Cornelius Spinther237. Cette proposition repose sur la correspondance entretenue par ce gouverneur avec Cicéron, où l’on apprend que son administration est caractérisée par la bienveillance et l’absence de pillage238, ce qui constituerait pour les habitants un excellent motif d’honneur. D’autre part, pendant son absence, des intrigues menées contre lui à Rome conduisent son fils à porter les habits de deuil239. Il se laisse alors probablement pousser la barbe, signe conventionnel du deuil, et l’on peut penser que son père l’a imité. Ceci expliquerait la présence de la barbe sur la statue d’Adana, d’ordinaire attribut conventionnel des philosophes et des orateurs, mais qui serait ici la notation réaliste de l’affliction.

  • 240 Heberdey, Wilhelm 1896, p. 6-8, nos 14-17 ; p. 10, nos 22-26.
  • 241 Heberdey, Wilhelm 1896, p. 8-9, nos 18-21 ; seule exception : […] Valerius, M.f., dont la statue se (...)
  • 242 IGR III 869 (Tuchelt 1979, Pompeiopolis01).
  • 243 Tuchelt 1979, Hieropolis-Kastabala01.
  • 244 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 91.

83L’identification proposée par Chr. Bruns-Özgan et R. Özgan, tout comme la datation de l’œuvre, n’est absolument pas assurée. En effet, les bases retrouvées témoignent de l’existence de statues honorifiques en bronze sur le site de Magarsos dès les iiie et iie s.240. Les dédicaces se poursuivent au ier s., mais une seule mentionne explicitement un magistrat romain241. Du reste, dans l’ensemble de la Cilicie, si l’on en croit la documentation réunie par Kl. Tuchelt, seuls deux monuments honorifiques pour des promagistrats romains sont connus, celui de Pompée, à Pompéiopolis242, et celui de L. Calpurnius Pison à Hiéropolis243, d’époque augustéenne. La statue de Magarsos pourrait donc tout aussi bien représenter un bienfaiteur du iie s., honoré par sa cité d’une statue de bronze reprenant le type de Delphes, adapté au goût hellénistique par un atelier local. L’œuvre est en effet issue d’un atelier d’Asie Mineure, peut-être Tralles ou Aphrodisias, d’après Chr. Bruns-Özgan et R. Özgan244.

  • 245 Tuchelt 1979, p. 52. Une seule inscription, sur la base de la statue de L. Licinius Lucullus au san (...)
  • 246 Sur les soixante-trois bases de statues honorifiques privées que j’ai recensées pour l’Asie Mineure (...)
  • 247 Schörner 2003, p. 108 ; les offrandes hellénistiques recensées dans son catalogue (iie et ier s.) c (...)

84Un autre élément important dans l’hypothèse formulée par Chr. Bruns-Özgan etR. Özgan est l’installation probable de la statue d’Adana dans le sanctuaire d’Athéna à Magarsos, ce qui permet une nouvelle fois de souligner la porosité entre le caractère votif et le caractère honorifique des représentations individuelles hellénistiques. Il faut noter à cet égard que la consécration de statues dans les sanctuaires suit, en Asie Mineure, une tradition différente de la Grèce propre. Kl. Tuchelt souligne en effet que, dans cette région, bien que la majorité des statues dont le lieu d’installation peut être déterminé se soient dressées dans des sanctuaires, aucune d’entre elles ne porte de dédicace explicite à un dieu245. Mes recensions confirment cette tendance246. La situation est donc très différente de la Grèce continentale, où, à l’époque hellénistique, une part importante des statues honorifiques, aussi bien publiques que privées, sont dédiées à des divinités247.

Le type de Cos

  • 248 Délos, musée, inv. A 4172 ; Marcadé 1969, p. 324, pl. LXIX ; Lewerentz 1993, p. 255, cat. II, 5, fi (...)
  • 249 Pfuhl, Möbius 1977, p. 62.

85Une adaptation locale du type de Delphes, surtout connue en Asie Mineure et dans les Cyclades à partir du iie s., associe le chitôn à l’himation. C’est le cas notamment d’une statue fragmentaire de Délos, que J. Marcadé rapproche de la statue masculine de la Maison des Masques248. Mais c’est surtout dans l’odéon de Cos qu’ont été découvertes les statues honorifiques les plus complètes appartenant à ce type et qui lui ont donné son nom249.

  • 250 Rhodes, musée, inv. 13578 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 207-211, no 33, pl. 44,1-3 ; 45,1-4.
  • 251 Hauteur sans la plinthe : 2,30 m.
  • 252 Bien qu’on n’en conserve pas de trace, il est probable que l’épaule droite ait été couverte par la (...)
  • 253 Ce trait me semble assuré par la comparaison avec Kabus-Preisshofen 1989, p. 211-213, no 34, pl. 46 (...)

86La plus célèbre de ces statues en chitôn et en himation a été trouvée dans la pièce A de l’odéon de Cos, qui, à l’époque impériale, a servi, comme d’autres pièces du même édifice, à entreposer des statues provenant de la ville250 (pl. XXXV). Colossale251, cette statue représente un jeune homme en appui sur la jambe droite, la jambe gauche fléchie et portée sur le côté. La hanche droite est très saillante, mais le mouvement du torse contrebalance ce déséquilibre et l’épaule gauche est légèrement plus haute que la droite. Le bras gauche est fléchi et repose contre le flanc, de sorte que la main gauche, travaillée séparément et aujourd’hui disparue, retenait sur la cuisse une extrémité rapportée du manteau, qui manque elle aussi. Le bras droit rapporté devait s’écarter du corps, car aucune trace d’arrachement ni de fixation n’est visible de ce côté. La tête est levée et tournée du côté de la jambe libre. Le mouvement d’ensemble de la figure évoque les œuvres de Lysippe et notamment l’Agias de Delphes (pl. XXVIIa). Ce type énergique et athlétique est cependant associé au costume de citoyen : le personnage porte en effet un chitôn à manches courtes252, sur lequel est drapé un himation qui dégage seulement la partie droite du torse. Un bourrelet de tissu traverse les hanches en diagonale, soulignant la différence de mouvement entre le bas et le haut du corps. Il s’enroule autour du poignet gauche et son extrémité est retenue sur la cuisse par la main gauche253. L’autre extrémité du manteau retombe devant l’épaule gauche, passe sous le bras et pend jusqu’au sol le long de la jambe gauche.

  • 254 Kabus-Preisshofen 1989, p. 211, rejette l’hypothèse d’une couronne radiée, émise par Jacopi 1931, p (...)

87Le visage imberbe du jeune homme est ovale et charnu. Les lèvres fines sont légèrement entrouvertes. De part et d’autre du nez mutilé, les yeux assez petits sont enfoncés sous les arcades sourcilières. Le front, à peine animé par deux rides horizontales, est encadré par une abondante chevelure composée de grosses mèches ondulées. Une épaisse bande torsadée ceint le crâne. De petites mortaises irrégulières suggèrent qu’elle était surmontée d’une couronne, de chêne ou de laurier254.

  • 255 Kabus-Preisshofen 1989, p. 130-131.
  • 256 Krahmer 1923-1924 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 132 (je souligne) : « Innerhalb der Entwicklung der (...)

88L’identification du personnage représenté est controversée255. Elle est étroitement liée à la datation adoptée pour l’œuvre, qui varie, selon les spécialistes, de cent trente ans. L’évaluation stylistique de R. Kabus-Preisshofen, fondée essentiellement sur l’analyse naturaliste du développement de la sculpture grecque proposée par G. Krahmer256, conduit à dater l’œuvre vers le milieu du iie s.

  • 257 Kyrieleis 1975, p. 122-123.
  • 258 Despinis 1966.
  • 259 Voir notamment la synthèse sur la documentation épigraphique proposée par Sève 2008.
  • 260 Paris, musée du Louvre, Ma 3168 ; Kyrieleis 1975, p. 46-47, 171, cat. D 3, pl. 34-35.
  • 261 Alexandrie, musée, inv. 23084 ; Kyrieleis 1975, p. 47, 171, cat. D 6, pl. 38,3-4 ; rappelons ici qu (...)

89H. Kyrieleis, qui considère que l’œuvre appartient au ier s., fournit un parallèle éclairant257. Il rapproche en effet la statue de Cos d’une tête masculine, trouvée à l’Asclépieion de Messène, identifiée par G. Despinis comme l’Apollon de Damophon vu par Pausanias258. Or, la carrière de Damophon, désormais moins mal connue grâce aux fouilles de Messène, se situe très vraisemblablement à la fin du iiie ou au début du iie s.259. De plus, la structure du visage et de la coiffure de la statue de Cos est proche de certaines représentations de Ptolémée IV, notamment celle du musée du Louvre260 ou une tête conservée à Alexandrie261. Une datation à la fin du iiie s. ou au début du iie s. me paraît donc tout aussi probable qu’une datation au milieu du iie s.

  • 262 Krug 1968, p. 137-138.
  • 263 M. Bieber, RE VII, 2e sér. (1931), s.v. « Strophium », col. 380-381 ; Blech 1982, p. 308-309.
  • 264 Tsigarida 2006, p. 153-154, fig. 1-2.
  • 265 Kabus-Preisshofen 1989, p. 133 : « Das entscheidende Argument gegen den bürgerlichen Charakter der (...)
  • 266 Krug 1968, p. 128-130.

90Le seul attribut qui caractérise ce personnage vêtu en citoyen est la bande torsadée qui ceint le crâne, sans doute surmontée à l’origine d’une seconde couronne de métal rapportée. Distinct de la corona tortilis, plus épaisse, d’Asclépios, le bandeau torsadé peut être identifié comme un στρόφιον262, c’est-à-dire un ornement luxueux, enroulé sur lui-même, qui est particulièrement porté par les rois et par les prêtres263, mais pas uniquement. Deux exemplaires en or ont en effet été retrouvés dans des tombes de Pydna264, dont le mobilier est certes très riche, mais qui ne sont pas royales. Or, le bandeau est le principal argument développé par R. Kabus-Preisshofen pour identifier le personnage représenté par la statue de Cos à un souverain265. S’il s’agit bien d’un attribut à caractère héroïsant266, il n’est cependant pas exclusivement réservé aux rois.

  • 267 Istanbul, Musée archéologique, inv. 388 ; Mendel 1914, vol. II, p. 331, no 597 ; Graeve 1971, p. 15 (...)

91Le seul parallèle approximatif à ce dispositif dans la grande sculpture se trouve sur la tête rapportée dite d’Alexandre découverte à Kymè, dont la date, controversée, varie entre la haute époque hellénistique et le début du ier s.267. Autrefois encastrée dans une statue cuirassée, elle présente une abondante chevelure ceinte d’un στρόφιον, sur lequel sont visibles de petites mortaises régulières, où étaient vraisemblablement fixés des rayons. Ces derniers, plus que le bandeau torsadé, conduisent à identifier l’œuvre à un roi divinisé, qui est probablement Alexandre. Or, nous l’avons vu, un tel attribut est exclu sur la statue de Cos.

  • 268 Kabus-Preisshofen 1989, p. 132 et n. 525.
  • 269 Sur la guerre – et surtout la victoire – comme principe essentiel de la monarchie hellénistique, cf (...)
  • 270 Capdetrey 2007, p. 201-204.
  • 271 R. Helm, RE XLIV (1954), s.v. « Princeps », col. 2057-2067 ; en cela, l’argument de Kabus-Preissho (...)
  • 272 Istanbul, Musée archéologique, inv. 709 ; Lewerentz 1993, p. 278, cat. V, 20, fig. 34.
  • 273 Francfort, Liebieghaus, inv. 127 ; Beck, Eckstein 1973, pl. 40-43.
  • 274 Ce que la typologie allemande appelle « Hüftmantel mit Schulterbauch ».
  • 275 Athènes, Musée archéologique national, inv. 44 et 45 ; Jucker 1980, p. 20-21, pl. 8,4-5.
  • 276 Cf. supra p. 282.

92En revanche, contrairement à l’opinion de R. Kabus-Preisshofen268, je pense que le port du chitôn et de l’himation rend très improbable l’identification à un souverain. Les rois hellénistiques, qui descendent de soldats de l’armée macédonienne et prennent pour modèle Alexandre, conquérant par excellence, mettent en avant, dans leurs représentations, leur caractère militaire et divin269. Ils ne sont pas intégrés à la cité mais entretiennent avec elle des relations bilatérales fondées sur l’amitié et l’alliance270, ce qui les distingue radicalement des empereurs romains qui sont, dès le Principat d’Auguste, les principes civitatis, les premiers citoyens de Rome et de l’Empire271. Les représentations de souverains en himation, tels l’Alexandre de Magnésie du Sipyle272 ou la statue de souverain de la Liebieghaus273, appartiennent à un type divin274. Deux statues en demi-grandeur du Musée archéologique national d’Athènes, qui proviennent vraisemblablement d’Alexandrie et représentent peut-être un souverain Ptolémée en compagnie d’Alexandre275, portent un chitôn court ceinturé sur lequel est passée une chlamyde, tenue habituelle du soldat de cavalerie276.

  • 277 Erim, Smith 1991, p. 73-74, no 6, fig. 8 ; le raccord de la base et de la plinthe, qui a fait l’obj (...)
  • 278 Biard 2010.
  • 279 Kabus-Preisshofen 1989, p. 130, n. 512.
  • 280 La base d’une statue de bronze de l’époque d’Auguste, qui représentait le Peuple de Myndos et consa (...)

93Selon moi, le personnage représenté par la statue de Cos est donc nécessairement lié à la cité. Il peut s’agir d’un prêtre, ou, comme je l’ai proposé ailleurs, par un rapprochement avec une statue trouvée dans le théâtre d’Aphrodisias277, de la représentation d’un Peuple278. Cette interprétation permet en effet de rendre compte des dimensions colossales de la statue – la statue de Cos mesure, on l’a vu, 2,30 m, celle d’Aphrodisias atteint 2,40 m –, du vêtement – malgré les réserves de R. Kabus-Preisshofen279, il est clair que les deux statues appartiennent au même type – et enfin de la double couronne – la statue d’Aphrodisias porte une tainia et une couronne de laurier. La statue de Cos pourrait ainsi être l’une des statues de Peuples qu’évoquent les décrets de l’époque hellénistique280.

  • 281 Rhodes, musée, inv. 13619,1 (Kabus-Preisshofen 1989, p. 211-213, no 34, pl. 46,1-2 [vers 150]) ; in (...)
  • 282 La statue colossale fragmentaire F de Xanthos (Antalya, musée, inv. 14.17.76), significativement at (...)
  • 283 Berlin, Pergamonmuseum, inv. 768 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 93, no 169, pl. 37 (relief de Smyrne ; ii(...)

94Le type de Cos est utilisé par les sculpteurs de l’île jusqu’à l’époque impériale281, mais il est remarquable de constater qu’il demeure une tradition locale282. Il est en effet absent des stèles d’Asie Mineure. On trouve certes des parallèles nombreux à la pose de la statue de Cos283 et la superposition du chitôn et de l’himation est presque systématique pour les figures masculines des stèles d’Asie Mineure, mais le drapé précis ne trouve pas de parallèle. Le type de Cos permet donc de saisir les spécificités locales de la statuaire honorifique, malgré la diffusion d’une koinè stylistique.

Le type d’Eschine et de Sophocle

95Deux copies romaines de statues de l’époque classique, l’une de Sophocle, l’autre d’Eschine(pl. XXXVIa et b), servent de référence aux historiens de l’art pour définir un type statuaire particulièrement prisé dans la représentation honorifique de la basse époque hellénistique. Aucune statue originale de l’époque classique n’atteste malheureusement l’existence de ce type, même si d’autres modes de représentation l’ont mis à l’honneur. En dépit de cette lacune dans notre documentation, les statues de Sophocle et d’Eschine offrent deux interprétations suffisamment distinctes pour que leur confrontation permette d’appréhender une partie des variations possibles autour de ce drapé et de ses effets à l’époque classique.

  • 284 Richter 1965, vol. I, p. 129, fig. 675-677, 680 ; une stèle funéraire découverte à Chypre, datée du (...)

96La statue de Sophocle est une version dynamique du type. Haute de 2,04 m, cette copie parfaitement conservée est exposée au Vatican284; elle représente le dramaturge debout, en appui sur la jambe droite, la jambe gauche avancée et portée sur le côté. La pondération suscite un léger hanchement à droite, tandis que l’épaule droite, en raison du mouvement des bras, est à peine surélevée. La position forme donc un chiasme discret. La tête, tournée vers la gauche, accompagne le mouvement du corps. Les deux bras sont enveloppés dans l’étoffe du manteau ; le bras gauche fléchi est campé sur l’arrière de la hanche, tandis que le bras droit est plié et ramené sur l’avant du corps. La main émerge du tissu et repose sur le bord supérieur du manteau, au niveau du torse. Ce motif constitue l’un des traits essentiels du type. La simplicité du drapé de l’himation en est un autre : il enveloppe tout le corps jusqu’à la cheville droite et à la jambe gauche, couvre les épaules et les bras ; seuls sont dégagés le cou et une partie du torse, où le rebord supérieur du manteau forme un rabat plat qui tombe derrière l’épaule gauche. L’autre extrémité du manteau vient s’enrouler autour du bras gauche, avant de retomber en long pli contre la jambe. Le plissé de l’étoffe est minimal : c’est à peine si le rabat sur le torse est animé de plis plus nerveux que l’ensemble. Notons que les pieds sont chaussés de sandales et que, servant d’étai au pied droit, une boîte emplie de rouleaux désigne le personnage représenté comme un intellectuel.

97Le corps solide du dramaturge s’affirme sous l’étoffe. Les jambes massives, le ventre rond, les larges épaules confèrent de l’énergie à la figure et contribuent à animer le visage idéalisé, dont la parfaite régularité et la symétrie sont uniquement troublées par deux rides horizontales sur le front.

  • 285 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 841 F ; Pausanias, I, 21, 1-3 ; Azoulay 2009a souligne que (...)

98L’association d’un corps en mouvement, se déployant dans l’espace, à un visage idéalisé suggère que l’original dont nous avons ici la copie appartient à la seconde moitié du ive s. La statue de Sophocle serait ainsi la reprise d’une représentation commémorative du grand auteur tragique – peut-être installée au théâtre d’Athènes par Lycurgue285 – premier exemple en ronde bosse de ce type de drapé.

  • 286 Richter 1965, vol. II, p. 213, fig. 1369-1371.

99La statue d’Eschine, en parfait état de conservation elle aussi, est exposée au Musée archéologique national de Naples. Haute de 2,10 m, elle représente l’orateur selon un type très proche de celui de la statue de Sophocle286, mais dans une position plus statique. Cette différence d’effet repose sur une inversion et une atténuation de la pondération. Campé sur sa jambe gauche, Eschine a les pieds presque parallèles. De plus, la jambe libre se trouve du côté dubras replié sur l’avant du corps et la tête est légèrement inclinée vers le bas, ce qui confère l’impression d’un mouvement retenu. Autre variation importante, le vêtement se compose du chitôn et de l’himation et le sculpteur s’est moins attaché à l’anatomie du personnage qu’au plissé du manteau : c’est le motif des plis qui fait la qualité de l’œuvre, non les formes du corps. Le repli sur les hanches, notamment, souligne la rondeur du ventre et structure la figure.

Les origines classiques

  • 287 Recensés par Polaschek 1969, p. 16-17.
  • 288 Munich, Antikensammlungen, inv. 2307.
  • 289 Athènes, Musée archéologique national, inv. 731 ; CAT 2.930.
  • 290 Le nom est devenu courant à la suite de l’article de Bieber 1959. Il s’agit d’un emprunt à Plaute, (...)
  • 291 Cf. cependant, l’amphore du Peintre de Harrow, au musée du Louvre (inv. G 222) ; Zanker 1995b, fig. (...)
  • 292 Démosthène, Sur les forfaitures de l’ambassade 251, confirme cependant l’utilisation de ce type dès (...)

100Quelques représentations peintes et un relief funéraire complètent notre connaissance de ce type à l’époque classique287. Il apparaît pour la première fois au début du ve s., sur la face A d’une amphore décorée par Euthymidès, où Hector est représenté en train de revêtir ses armes entre ses parents288. Priam, à gauche, porte un manteau jeté sur les deux épaules. Son bras droit, pris dans l’étoffe et replié contre son torse, s’appuie sur un bâton de marche. Ce modèle se diffuse ensuite dans la céramique attique et italiote pour la représentation d’hommes âgés. C’est encore pour représenter un vieil homme que ce type est employé sur un relief funéraire de Salamine289 : sur cette grande stèle (hauteur : 1,72 m ; largeur : 1,04 m) à trois personnages, un vieillard, le bras droit serré dans son himation, appuyé sur un bâton de marche et accompagné d’un enfant, salue un homme en tenue militaire. Ce relief est la seule œuvre sculptée originale qui atteste ce type, parfois appelé type du pallium290, à l’époque classique. Comme de nombreuses représentations céramiques, il semble prouver qu’à l’origine, ce type de drapé est plutôt une caractéristique du grand âge et de l’affaiblissement physique291, de sorte que l’on peut douter de la filiation directe entre ces représentations et l’adaptation du type à la statuaire commémorative et honorifique. Malgré leurs différences, les statues de Sophocle et d’Eschine représentent en effet toutes deux un personnage actif et énergique, dans la force de l’âge et non un vieillard souffreteux. Si l’on accepte de dissocier ainsi les statues de Sophocle et d’Eschine des représentations sur vases et sur reliefs, ces copies sont le seul témoignage d’un type commémoratif et honorifique peu répandu créé dans la seconde moitié du ive s.292.

La diffusion à l’époque hellénistique

  • 293 Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. 1075 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 97, no 192, pl. 40.
  • 294 Pfuhl, Möbius 1977, « Mann in Normaltypus », p. 90-107, nos 156-249, pl. 36-47.
  • 295 Selçuk, musée, inv. 1845 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 168, no 557.
  • 296 Istanbul, Musée archéologique, inv. 179 ; Pfuhl, Möbius 1977, no 171.
  • 297 Lieu de conservation inconnu ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 167-168, no 554, pl. 87.
  • 298 Izmir, Musée archéologique, inv. 161 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 166, no 546, pl. 85.
  • 299 Zanker 1995a.

101C’est en Anatolie, non en Grèce balkanique, que l’on peut suivre le développement du type d’Eschine et sa très large diffusion à partir du début du iie s. Il est en effet attesté sur un grand nombre de stèles funéraires d’Asie Mineure, dont l’une des plus anciennes est conservée à Vienne293 : de provenance inconnue, elle représente un homme de face, en chitôn et himation, dans une position proche de celle d’Eschine, à l’exception du bras gauche qui n’est pas campé sur la hanche, mais repose sur la cuisse. Ce type est répété à l’envi dans l’art funéraire d’Asie Mineure à partir de la seconde moitié du iie s.294, comme en témoignent un beau relief d’Éphèse295 ou encore un relief de Kymè296. Il est important de souligner qu’il est également très largement utilisé pour les figures masculines dans les représentations funéraires de couples : ainsi, dès la première moitié du iie s., sur un relief qui provient vraisemblablement d’Asie Mineure, l’homme répond au type d’Eschine, la femme à celui de la Pudicitia297. Cette composition est reprise sur nombre de stèles postérieures, comme un relief de la fin du iie s. provenant d’Arablı298. P. Zanker a souligné combien ce type de relief fonctionnait comme une représentation honorifique299 : il n’est pas rare en effet d’y trouver des couronnes, qui témoignent de la reconnaissance publique dont jouissaient les défunts, mais également des inscriptions à caractère honorifique. Rien d’étonnant, donc, à ce que ces représentations funéraires soient en rapport étroit avec la statuaire honorifique contemporaine.

102C’est donc à partir du iie s. que le type d’Eschine et de Sophocle devient le type courant (Normaltypus dans la terminologie allemande) de la représentation honorifique masculine. Son développement peut s’appréhender à partir de deux points fixes, présentés ici succinctement : la statue de Dioscouridès à Délos d’une part et la statue de Cléoneicos d’Érétrie d’autre part.

  • 300 Délos, musée, inv. A 7763, A 7799, A 7797a ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 208-209, no 94.

103À Délos ont été mis au jour, dans une maison du quartier du théâtre, un groupe sculpté et sa base inscrite, représentant un couple, Cléopatra et Dioscouridès300 (pl. XXXVII). Ce dernier est représenté selon le type d’Eschine, dans une version assez simplifiée. La statue, dont l’épiderme est érodé, est presque complète. Seuls manquent la plinthe et les pieds, brisés aux chevilles, ainsi que la tête.

104D’une hauteur de 1,45 m dans son état actuel, la statue représente un homme de taille naturelle, debout face au spectateur, le poids du corps porté sur la jambe gauche, la jambe droite légèrement fléchie et portée sur le côté. Cette pondération n’altère ni la frontalité, ni le caractère statique de la figure. Les hanches comme les épaules sont horizontales. Il est difficile de restituer la position de la tête, brisée à la base du cou. Les bras sont enserrés dans le manteau, le droit, fléchi et ramené contre le torse, venant saisir le col de l’himation, le gauche au reposle long de la cuisse. Le vêtement se compose d’un chitôn, dont seul le col est visible, et d’un himation qui couvre tout le corps jusqu’à la cheville droite et au mollet gauche. L’une de ses extrémités tombe sur le côté gauche, au-dessous de la main, tandis que le col forme un rabat parcouru de profonds plis, assez schématiques, réalisés au foret. Le reste du vêtement présente un plissé minimal. De fins plis d’armoire, régulièrement étagés, animent cependant l’étoffe.

  • 301 Sur la base et son installation, Kreeb 1985 et supra p. 217.
  • 302 ID 1987.

105La statue de Dioscouridès se dressait sur une base haute de 0,70 m à gauche de celle de son épouse Cléopatra. Le monument était installé de façon à pouvoir être visible de la rue, ce qui lui confère un statut semi-public301. L’inscription de la base confirme la volonté des époux de manifester un prestige social au-delà du cercle familial. Le texte porté par la base est en effet le suivant302 :

Cléopatra, fille d’Adrastos du dème de Myrrinous, (a honoré) son époux Dioscouridès, fils de Théodôros, du dème de Myrrinous, qui a consacré les deux trépieds delphiques en argent dans le temple d’Apollon devant chacune des parastades, sous l’archontat de Timarchos à Athènes.

  • 303 Ainsi que le contraste entre l’abondance des analyses de la statue féminine et la rareté des commen (...)

106Cette inscription permet d’établir avec précision la date du monument. L’archontat de Timarchos le place en effet en 138/7 ou peu de temps après. Le texte de l’inscription appelle plusieurs remarques : tout d’abord, il s’agit bien d’un groupe sculpté en l’honneur de Dioscouridès. Contrairement à ce que pourrait laisser penser la qualité relative des deux œuvres303, Cléopatra n’est donc représentée que comme la digne épouse d’un époux méritant ; d’autre part, le motif de l’installation du monument est une offrande, un geste de générosité envers le sanctuaire d’Apollon. C’est certes un témoignage de l’ostentation de ce couple, qui s’enorgueillit de sa munificence, mais également un signe qu’à Délos, à la fin du iie s. encore, la distinction sociale passe par la générosité envers la communauté. Il ne s’agit pas seulement de montrer sa capacité à financer la décoration d’une luxueuse demeure, mais encore de prouver que l’on sait être généreux et se dévouer pour le bien commun. Dans le même sens, on peut noter une forme d’orgueil civique dans la formulation de l’inscription, où sont notés avec soin le démotique des personnages et le nom de l’archonte éponyme à Athènes. L’inscription manifeste donc la prégnance de la culture publique chez une partie des notables grecs à la fin de l’époque hellénistique ; l’affirmation de son appartenance au corps civique athénien peut d’ailleurs être vue commeune marque de distinction supplémentaire à Délos : il s’agit en effet de se démarquer des riches marchands déracinés qui, au même moment, financent pour eux-mêmes ou leurs amis des monuments de prestige, des statues honorifiques grandiloquentes. Sans doute Cléopatra et Dioscouridès se considèrent-ils comme les représentants et les garants du système traditionnel.

  • 304 ID 1508.
  • 305 ID 2589, l. 10.
  • 306 Voir le stemma de la famille présenté avec l’inscription ID 1975, repris et synthétisé par Kreeb 19 (...)
  • 307 ID 1975 (problème dans le stemma).
  • 308 Thüngen 1994, p.105-106, no 71, pl. 48,1, annexe 31.

107À ce titre, il est intéressant de souligner que le même Dioscouridès est honoré d’une couronne de feuillage vers 150, notamment pour ses libéralités envers les Athéniens résidants de l’île304. Nous savons par ailleurs que la famille de Dioscouridès occupe une place importante dans l’administration du gymnase de l’île sous tutelle athénienne. Son frère Cratôn est en effet gymnasiarque en 163/2305. Le fils et le petit-fils de son autre frère Lycôn sont mentionnés comme éphèbes, le premier vers 136/5, le second vers 101306. Enfin, nous connaissons une autre manifestation de l’ostentation de cette famille dans l’espace public, grâce à une plaque de marbre blanc qui nous apprend que le neveu de Dioscouridès, Théodôros, a fait ériger vers 130, sur une exèdre près de la façade Est du portique de Philippe, les statues d’une part de son épouse et cousine, d’autre part de sa belle-mère et tante, toutes deux nommées Myrô307. Il s’agit d’une exèdre en Π, qui porte, sur les blocs de couronnement conservés, des mortaises de fixation pour des statues de bronze : on distingue notamment les traces d’une statue aux pieds parallèles, touchant le sol sur toute leur longueur, et dont le pied droit est légèrement avancé. Une mortaise entre les pieds pourrait avoir servi à la fixation d’un étai308. Trois orifices de petites dimensions forment un triangle juste à l’arrière de cette statue : on pense évidemment au trépied évoqué par l’inscription de la base du groupe en marbre, sans qu’il soit possible de confirmer cette hypothèse. Toujours est-il que cette exèdre privée devait porter au moins une statue masculine en plus des deux féminines évoquées par l’inscription ; il faut sans doute restituer une statue du dédicant lui-même.

  • 309 Tuchelt 1979, p. 79-86 ; pour une évaluation critique de la distinction entre εἰκών et ἄγαλµα, cf. (...)
  • 310 Contra Kreeb 1985, p. 56-59.

108Ces deux monuments, celui de Cléopatra et de Dioscouridès dans une maison du quartier du théâtre et celui de Théodôros, de son épouse et de sa belle-mère à l’entrée du sanctuaire, constituent un témoignage important pour l’usage relatif du bronze et du marbre dans la statuaire honorifique. Les deux monuments sont en effet privés, ce qui va à l’encontre de l’hypothèse de Kl. Tuchelt, selon laquelle le marbre aurait été réservé aux statues de prestige, aux ἀγάλµατα de personnages divinisés309. Ce qui distingue réellement les deux monuments déliens, c’est le mode d’exposition : le premier est en effet abrité, et ne craint donc pas les intempéries, le second est au contraire exposé en plein air, ce qui justifie l’emploi du bronze, plus résistant310. Dans ces circonstances, c’est donc le bronze qui est le plus prestigieux : le groupe de Cléopatra et de Dioscouridès, un peu à l’étroit dans la cour d’une demeure particulière, peut malgré tout être vu du public, mais dans un quartier d’habitation, par l’ouverture d’une porte, alors que les statues érigées par Théodôros se déploient dans l’espace public à l’endroit le plus en vue, où passent tous les fidèles.

  • 311 Athènes, Musée archéologique national, inv. 244 ; Rhomiopoulou 1997a, p.17-18, no 2 ; Fittschen 199 (...)

109À Érétrie, dans le gymnase, ont été mises au jour en 1885 une statue virile et sa base inscrite311 (pl. XXXVIIIa). L’ensemble du monument, restauré et exposé au Musée archéologique national d’Athènes, est dans un état de conservation exceptionnel.

110La statue se dresse sur une base composée d’un bloc quadrangulaire haut de 0,92 m et d’un couronnement haut de 0,29 m. La plinthe quadrangulaire de la statue vient s’encastrer dans ce couronnement et la figure atteint 1,90 m, soit une taille naturelle.

111Le jeune homme se tient debout face au spectateur, le poids du corps porté sur la jambe gauche, la jambe droite portée sur le côté, sans fléchissement. Malgré un léger hanchement à droite, les épaules sont horizontales. La tête est tournée vers la gauche et légèrement inclinée, brisant la frontalité de la figure. Le bras droit, fléchi et ramené contre le torse, est enserré dans l’étoffe du manteau ; la main vient saisir le col du vêtement. Le bras gauche est au repos le long du corps. Il est pris dans le manteau, de même que la main qui est plaquée contre la cuisse. Le vêtement se compose d’un chitôn, dont seul le col est visible, et d’un himation qui couvre tout le corps, jusqu’à la cheville droite et au mollet gauche. Il forme sur les hanches un léger repli qui souligne la rondeur du ventre et est rabattu sous le cou. L’une de ses extrémités retombe le long de la cuisse gauche et couvre en partie l’étai. Le plissé est dans l’ensemble très limité. Les formes du corps apparaissent sous l’étoffe : on distingue notamment la jambe droite et le ventre rond, les bras peu musclés et les épaules tombantes. Il faut noter enfin que les pieds sont nus.

  • 312 Londres, British Museum, inv. GR 1906.1-17.1.
  • 313 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 1611.

112La tête est idéalisée. Elle reprend le type de Méléagre, élaboré au ive s., dont on conserve plusieurs copies, notamment au British Museum312 et à Copenhague313.

  • 314 IG XII 9, 281.

113Le lieu de découverte et l’inscription portée sur la base laissent peu de doute sur la nature de cette statue. Le texte est en effet le suivant314 :

Κλεόνεικον Λυσάνδρου
Ἀµφικράτης Λυσάνδρου
τὸν ἑαυτοῦ φίλον.

Amphicratès, fils de Lysandros, (a honoré) Cléoneicos, fils de Lysandros, son ami.

  • 315 Fittschen 1995, p. 102.
  • 316 Lehmann 2001 ; Mango 2003, p. 159, cat. S6.
  • 317 Gauthier 1995, p. 10 ; cette évolution institutionnelle des gymnases à l’époque hellénistique se pr (...)
  • 318 Hesberg 1995, p. 17.
  • 319 Hoff R. 2007a, p. 390-393, fig. 10 ; cf. supra p. 178-179.
  • 320 Mango 2003, p. 114.

114Il s’agit d’une statue honorifique privée, sans aucun caractère funéraire. Il faut en effet abandonner l’hypothèse, avancée par Kl. Fittschen, selon laquelle il s’agirait de la représentation posthume d’un jeune soldat mort au combat315, qui reposait essentiellement sur les pieds nus du jeune homme, considérés comme un symbole d’héroïsation, et sur l’interprétation de l’attribut servant d’étai à la statue comme une cuirasse. Or, S. Lehmann, rapprochant la statue d’Érétrie d’un relief inédit du musée d’Izmir, montre qu’il ne s’agit pas d’un attribut militaire, mais de gants spécifiques d’entraînement au pugilat, les épisphairai316. Il s’agit donc de la statue honorifique privée d’un jeune homme, représenté certes suivant le type d’Eschine, caractéristique de l’orateur et du bon citoyen, mais dont l’éducation au gymnase est mise en avant par le lieu d’installation d’une part, par les pieds nus et les gants d’autre part. Cette association de caractéristiques renvoyant au citoyen et à l’athlète ne doit pas étonner à l’époque hellénistique avancée. Ph. Gauthier, suivant une analyse de L. Robert, souligne en effet le rôle de seconde agora que joue le gymnase dans certaines cités à partir de cette époque317, tandis que H. von Hesberg insiste sur la distinction culturelle que représente la fréquentation du gymnase au iie s.318. Ces analyses institutionnelles rejoignent par ailleurs les remarques, évoquées plus haut, de R. von den Hoff sur l’évolution des statues ornant les gymnases au ier s.319. Ainsi, la statue d’Érétrie, que la gravure de l’inscription permet de placer au ier s. av. ou apr. J.-C.320, illustre l’évolution du modèle de citoyenneté à la fin de l’époque hellénistique : un jeune homme de bonne famille fréquentant le gymnase peut désormais être honoré au même titre qu’un magistrat ou un orateur.

  • 321 Comme celle d’une statue d’Atalanti, la tête de la statue d’Érétrie appartient au type de Méléagre  (...)
  • 322 Paris, musée du Louvre, Ma 573 ; Lippold 1911, p. 272, fig. 2.

115La statue d’Érétrie a en outre l’intérêt de représenter un jeune homme aux traits idéalisés, empruntés à l’iconographie divine321, à l’époque où les représentations au réalisme sévère se multiplient. Ici, le choix fait par le dédicant est diamétralement opposé à celui fait, par exemple, par les commanditaires de la statue du pseudo-athlète de Délos : le corps, bien qu’il reprenne la pondération de l’Hermès Richelieu322, n’est pas idéalisé et manifeste la modestie du citoyen anonyme, tandis que le visage emprunte à la grande statuaire divine du ive s., quand le visage du pseudo-athlète est singularisé à l’extrême.

116Le type de Sophocle et d’Eschine est par ailleurs illustré par une série de statues masculines provenant essentiellement d’Asie Mineure, mais dont le contexte d’installation et la datation sont incertains. En l’absence de provenance, on ignore en effet en général s’il s’agit de statues honorifiques ou funéraires.

  • 323 Hauteur conservée : 1,80 m.
  • 324 La partie inférieure des jambes est brisée, de même que toute la partie antérieure de la jambe gauc (...)
  • 325 Vessberg 1946 ; Polaschek 1969, p. 18 et n. 39 ; Karageorghis 2003, p. 255-357, no 293.
  • 326 Vessberg 1946, p. 162-163.
  • 327 Karageorghis 2003, p. 257-258, no 294.

117L’un des exemplaires originaux les plus anciens du type est une statue en calcaire de grande taille323, très fortement dégradée324, qui provient du site de Mersinaki, sur la côte Nord de Chypre325, emplacement probable d’un sanctuaire d’Apollon. Comme le souligne O. Vessberg, l’atelier chypriote qui a sculpté cette œuvre a respecté scrupuleusement les caractéristiques du type illustré par la statue d’Eschine326. Le mouvement est certes plus vif que celui du modèle attique et les traits du visage sont juvéniles, conformément au goût hellénistique, mais la parenté typologique n’en reste pas moins frappante. Avec une autre statue provenant du même site, qui appartient au type du « philosophe » de Delphes327, le jeune homme de Mersinaki témoigne de l’existence d’un atelier de sculpture dans cette région de Chypre qui se démarque du style traditionnel de l’île pour adopter les types de la κοινή stylistique.

  • 328 Rhodes, musée, inv. E695 ; Linfert 1976, fig. 152-154 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 222-224, no 41, (...)

118Une figure masculine retrouvée dans la pièce B de l’odéon de Cos et conservée au musée de Rhodes328 présente une variation tardive sur le même type (pl. XXXVIIIb). Son état de conservation est excellent.

119Un homme de grande taille – sa hauteur sans la plinthe est de 2,15 m – se tient debout face au spectateur, le poids du corps porté sur la jambe droite, la jambe gauche légèrement fléchie, portée sur le côté. La jambe libre est étayée, sans que la statique l’impose. Hanches et épaules sont horizontales et la tête demeure frontale. Les deux bras sont enserrés dans le manteau, le droit plaqué contre le torse, le gauche ramené à l’arrière de la hanche. La tenue se compose d’un chitôn et d’un himation, dont le drapé et les plis sont très simplifiés. Les pieds sont chaussés de sandales.

120Le visage carré est celui d’un homme dans la force de l’âge. Sous le menton, la chair est un peu relâchée. Les commissures de la bouche assez charnue sont tombantes. Cette expression est accentuée par les sillons très marqués qui partent des ailes du nez et encadrent la bouche. Le nez busqué est retroussé, les joues lisses et les pommettes assez saillantes. Les yeux, petits et haut placés, sont ourlés de paupières épaisses et peu enfoncées. Le front lisse est encadré par une chevelure courte, qui était travaillée séparément. En effet, la zone des cheveux est piquetée, sans doute pour la fixation d’éléments rapportés. D’autre part, l’arc de cercle presque parfait qui ceint le front suggère que la statue portait à l’origine une couronne.

  • 329 Berlin, Musée égyptien, inv. 2271 ; Drerup 1950, p. 14-16, pl. 8.
  • 330 Drerup 1950, p. 26, n. 46a.

121La datation de cette figure de la pièce B de l’odéon de Cos a oscillé entre le début du ier s. av. et la fin du ier s. apr. J.-C., selon que les commentateurs s’attachaient plutôt au corps ou au visage. H. Drerup, le premier, a considéré la statue de Cos comme une œuvre hellénistique tardive, en établissant une comparaison avec la tête d’Harsinebef conservée à Berlin329, datée de l’époque républicaine. Il affirme également que le traitement superficiel et très limité du marbre est une imitation du travail sur granit pratiqué par les Égyptiens et que la frontalité de la figure et l’aspect tardif du vêtement s’expliquent par l’hybridation culturelle qui caractérise l’œuvre330.

  • 331 Kabus-Preisshofen 1989, p. 215-217, no 36, pl. 47,1-2.
  • 332 Kabus-Preisshofen 1989, p. 141-142.

122R. Kabus-Preisshofen conteste cependant cette interprétation, en montrant qu’il n’existe pas de parallèle pertinent à la statue dite de l’« Égyptien » dans la plastique hellénistique de l’île.Or, si l’on excepte le visage, le corps se rapproche d’une statue julio-claudienne découverte dans la même pièce de l’odéon331. Les deux statues présentent en effet la même frontalité et la même schématisation des contours332. De plus, elle note que le type de Sophocle est repris ici sans être véritablement compris. La main n’est plus fermement campée sur la hanche pour donner plus de dynamisme à la figure ; au contraire, elle semble dissimulée dans le dos sans véritable motif. Cette mauvaise interprétation du type lui paraît un signe tardif. Elle préfère donc dater la statue du milieu du ier s. apr. J.-C.

  • 333 Polaschek 1969, p. 128-129 souligne la difficulté de dater les représentations individuelles égypti (...)
  • 334 Vessberg 1941, p. 186, pl. XXVII-XXVIII.
  • 335 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 1577 ; Johansen 1994, p. 302-303, no 134.

123Cette datation basse semble la plus vraisemblable. En effet, quoiqu’indéniablement influencée par l’art égyptien, l’œuvre est probablement due à un atelier de Cos de l’époque julio-claudienne. Un indice en est le vêtement très fin, qui s’inscrit dans la tradition de l’île, mais présente la simplification du drapé caractéristique des œuvres de la haute époque impériale. L’évaluation esthétique du visage est plus complexe333. K. Polaschek propose en effet, sur la foi de comparaisons discutables, notamment avec un relief funéraire de la via Statilia334, de dater la statue de l’époque républicaine. Mais la figure masculine de ce relief donne au contraire à voir selon moi la distance qui sépare l’« Égyptien » de Cos des portraits réalistes républicains. Malgré la parenté d’expression, le visage romain présente en effet un modelé de surface bien plus animé que la statue de Cos : le creux des joues, le froncement des sourcils, les pattes d’oie sont soigneusement indiqués, détails absents de la statue de Cos, qui est, à tout prendre, plus proche d’une tête julio-claudienne de Copenhague335, datée du milieu du ier s. apr. J.-C.

Les statues grecques de Romains en toge

  • 336 Pour une synthèse sur ce type de toge, cf. Goette 1990b, p. 24-27, 107-112 (catalogue), pl. 2-3.
  • 337 Quintilien, Institution oratoire XI 3, 138 : itaque etiam gestu necesse est usos in principiis eos (...)
  • 338 Il faut probablement y associer le fait qu’à l’époque républicaine, c’est dans les provinces orient (...)

124L’étude du type de Sophocle et d’Eschine ne saurait être complète sans évoquer les statues en toge présentant un drapé très proche336. En effet, si K. Polaschek, revenant sur l’hypothèse de M. Bieber, a souligné la différence fondamentale entre les vêtements grec et romain, le mimétisme n’en demeure pas moins frappant, à l’époque républicaine, entre l’himation et la toge. Cette proximité typologique est particulièrement sensible dans les cités grecques, où les statues en toge du type du pallium se distinguent peu des autres figures masculines. Ce mimétisme peut être interprété comme une volonté des Romains de s’approprier la culture grecque. Un passage de l’Institution Oratoire de Quintilien invite ainsi précisément les orateurs romains à adopter la pose du bracchium cohibitum, dont il attribue la paternité aux orateurs grecs337. En adoptant ce mode de représentation ambigu, les notables romains cherchent donc à faire leurs les pratiques sociales et culturelles de la classe dirigeante traditionnelle des cités338.

  • 339 Bergama, musée, inv. 2370 ; Linfert 1976, fig. 365.

125Témoigne de cette pratique une statue masculine conservée au musée de Pergame339(pl. XXXIXa), dont manquent la tête, la main droite plaquée contre le torse et l’extrémité du pied droit. Tous ces éléments étaient rapportés. La pondération, les gestes et le drapé sont très proches de ceux que l’on observe sur les statues étudiées précédemment. Toutefois, plusieurs détails caractérisent le vêtement comme une toge : le bas du vêtement très incurvé suggère que celui-ci est taillé en demi-disque et non en rectangle. D’autre part, son extrémité ne retombe pas sur le côté du corps, comme dans le cas de l’himation, mais à l’arrière. Enfin, le personnage porte les calcei, bottes fermées romaines, et non les crèpides, sandales en cuir grecques. L’appartenance du personnage à la citoyenneté romaine ne fait donc aucun doute. Toutefois, la proximité de cette œuvre avec le type de Sophocle suggère une familiarité du personnage avec le modèle culturel grec. Comment dès lors ne pas songer, en regardant cette œuvre, qui, stylistiquement, s’inscrit dans la seconde moitié du ier s., aux affranchis des généraux romains, dont le nombre ne cesse de croître après César ?

  • 340 Izmir, musée, inv. 10 ; Humann 1904, p. 209-210, fig. 212 ; Linfert 1976, p. 46, pl. 10, fig. 52-54

126Datant probablement de la même période, une statue masculine drapée découverte contre le mur de la cour du prytanée de Magnésie du Méandre présente un type et un traitement similaires340 (pl. XXXIXb et c). La tête rapportée et le pied droit manquent. La pondération de cette statue de grande taille – la hauteur conservée est de 2,02 m – est presque insensible et la figure demeure frontale. Le travail du drapé comme de l’anatomie est minimal, si bien que l’on est conduit à dater cette statue du milieu du ier s., époque où se développe en Carie ce type de statues très statiques. Cependant, la statue de Magnésie représente non pas un Grec, mais un Romain en toge. En effet, la lacinia visible entre les jambes révèle la nature du vêtement, même si le sinus et la courbe du bord inférieur du vêtement sont peu développés. La statue de Magnésie honore donc un citoyen romain. Malheureusement, comme pour toutes les statues découvertes dans le prytanée, on ignore son lieu originel d’installation. Elle fut probablement déplacée, car aucune base n’a été découverte dans ce bâtiment. Cependant, la taille et le poids de l’œuvre rendent plus vraisemblable l’hypothèse d’une statue honorifique provenant de l’un des bâtiments voisins, sur l’agora.

  • 341 Sur le remploi et ses fonctions, cf. supra p. 237-245.

127Un élément technique intéressant doit enfin être souligné : cette statue a été sculptée dans un bloc architectural. Ce remploi est à mettre au compte d’une pratique honorifique très développée à Magnésie du Méandre, qui connaît de fortes difficultés économiques à la fin de l’époque hellénistique. Les sculpteurs doivent en effet recourir très fréquemment au remploi pour faire face à la demande à moindre coût341. Cette pratique confirme l’intérêt moindre attaché, au ier s., à la facture des corps, qui ne sont plus que le support des visages.

Un autre type d’Asie Mineure

  • 342 Notamment les stèles funéraires de Smyrne, cf. Berlin, Pergamonmuseum, inv. Sk. 775 (Pfuhl, Möbius (...)

128Un dernier type, moins fréquent en ronde bosse mais bien attesté sur les reliefs funéraires d’Asie mineure342, a été utilisé pour les statues honorifiques à la basse époque hellénistique principalement en Ionie et dans les îles proches. Le trait distinctif de ce type est le geste effectué par la main droite : elle retient devant le corps, au niveau du torse ou du sexe, l’extrémité du manteau qui retombe de l’épaule gauche. Deux variantes principales sont identifiables, en fonction du drapé du manteau.

  • 343 Cos, musée, inv. 22 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 205-207, no 32, pl. 48 ; 49,1-2.
  • 344 Kabus-Preisshofen 1989, p. 136.

129L’exemplaire le plus ancien de la première est une statue découverte dans l’odéon de Cos, dont manquent la moitié supérieure et la partie extérieure de la jambe droite, toutes deux rapportées343. Le personnage représenté en appui sur la jambe gauche, la jambe droite fléchie et écartée porte un himation serré aux hanches, dont une extrémité retombe le long du flanc gauche, dissimulant l’étai qui se trouve à cet endroit, et dont la seconde est retenue devant le corps par la main droite. Toutes deux sont ornées de rhombiscoi. Le personnage est chaussé de sandales attachées sur le haut du pied par un réseau dense de lanières de cuir et dont la semelle épouse le contour du gros orteil. Bien que le haut du corps ne soit pas préservé, on peut supposer d’après les reliefs funéraires qui illustrent ce type que le personnage était vêtu d’une tunique à manches courtes. Les observations stylistiques et techniques ont conduit R. Kabus-Preisshofen à attribuer ce beau fragment au même atelier que deux statues masculines beaucoup mieux préservées, elles aussi découvertes dans l’odéon344, ce qui lui permet de proposer une datation dans la décennie 160-150.

  • 345 Aybek 2009, p. 26, plan 2 (lieu de découverte) ; p. 48-49, no 20, pl. 14.
  • 346 Samos, musée de Vathy, inv. P 578 ; Martini 1972, p. 292-298, fig. 11-15 ; Martini 1984, p. 95, pl. (...)

130Quelques décennies plus tard, une statue honorifique d’un type très voisin est érigée aux abords du bouleutèrion de Métropolis d’Ionie345. De la statue, recomposée à partir de plusieurs fragments, manquent toutes les pièces rapportées – le bras gauche et la tête, très probablement rapportée elle aussi – le pied et la cheville droite, l’avant du pied gauche, la partie droite du torse, l’épaule et le bras droit. Des mortaises pour des réparations antiques sont visibles dans l’étoffe de l’himation, sur le flanc gauche et à l’avant. Le personnage porte un vêtement similaire à celui que nous avons décrit pour la statue de Cos. Toutefois, le manteau forme ici sur les cuisses un rabat trapézoïdal parcouru de larges ondulations, absent sur l’exemplaire de Cos. Ce détail rapproche typologiquement la statue de Métropolis de la copie de très belle facture du gymnase de Samos déjà évoquée346. L’œuvre étudiée ici, que S. Aybek propose de dater de la fin du iie s., est cependant d’une qualité bien moindre. Elle devait appartenir à une série de statues honorifiques érigées dans ou près du bouleutèrion à la basse époque hellénistique.

  • 347 Rhodes, musée, inv. 4684 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 321-323, no 117, pl. 51.
  • 348 Paris, musée du Louvre, Ma 4862 ; Hamiaux 1998, p. 54-55, no 61.

131Sur certains exemplaires du type, le drapé de l’himation varie légèrement : le bras droit fléchi au coude est enserré dans l’étoffe du manteau, de sorte que la main, qui retient la retombée du manteau, est positionnée plus haut sur le corps. Cette variante est notamment connue par une statue rhodienne, que R. Kabus-Preisshofen propose de dater dans le troisième quart du iie s.347 et par une statue fragmentaire de la même époque et de provenance inconnue, aujourd’hui conservée au Louvre348.

132Ce type, comme le type de Cos, est utilisé exclusivement en Asie mineure et est caractéristique de la basse époque hellénistique.

Les prêtres

  • 349 Mantis 1990, p. 82-96, pl. 34-43 rassemble l’ensemble de la documentation des époques archaïque et (...)
  • 350 Londres, British Museum, inv. 324 ; Holtzmann 2003, p. 134-135, fig. 122 ; Mantis 1990, p. 85, no 1 (...)
  • 351 Indication orale de B. Holtzmann.
  • 352 Athènes, Musée archéologique national, inv. 4502 ; Mantis 1990, p. 85, no 4, pl. 37γ. Pour une repr (...)

133Bien que les prêtres soient très fréquemment honorés d’une statue, souvent installée dans le sanctuaire à la fin de leur charge, aucune de ces œuvres ne peut être identifiée avec certitude349. Il ne fait cependant pas de doute que les prêtres font l’objet d’un mode de représentation honorifique spécifique, comme en témoignent certaines représentations funéraires d’époque classique, qui reprennent le type de la figure 34 du côté Est sur la frise des Panathénées, représentation de l’archonte-roi350 ou encore du Praxiergide accompagné de son fils351. Ainsi, sur le petit côté droit de la base d’un vase funéraire de la fin du ve s., est représenté en faible relief un personnage masculin debout, vêtu simplement d’un long chitôn à manches courtes, au visage barbu et à la tête ceinte d’une couronne, qui tient en main droite un couteau sacrificiel352. L’étoffe du chitôn est très fine si bien que les formes du corps apparaissent à travers le tissu.

  • 353 Cf. supra p. 230-231.

134Ces effets de drapé mouillé se retrouvent sur la statue de Cos que nous avons eu l’occasion d’évoquer pour sa pondération empruntée à l’Aphrodite dite « Vénus Genitrix »353. Le personnage porte certes le chitôn et l’himation mais la transparence du tissu apporte du crédit à l’hypothèse de R. Kabus-Preisshofen, qui voit dans le personnage un prêtre d’Héraclès.

  • 354 Athènes, Musée archéologique national, inv. 255 ; Geominy 1989 ; Kaltsas 2002, p. 256, no 535.
  • 355 C. Gasparri, LIMC III (1986), s.v. « Dionysos », p. 433, no 100, souligne la faiblesse des indices (...)
  • 356 Geominy 2007b, p. 76 nuance l’hypothèse de 1989 : « Sie stellt einen Jüngling dar oder ein älteres (...)
  • 357 Metzger 1965, p. 12, no 12 ; p. 29, nos 55, 67-69 ; La Genière 1988 p. 164-165, fig. 5 ; bien que G (...)
  • 358 IG II2 3507-3509 ; Clinton 1971, p. 130, no 26.
  • 359 Geominy 2007b, p. 76 date la statue de 270-260, par comparaison avec une stèle funéraire conservée (...)
  • 360 L. Weidauer, LIMC IV (1988), s.v. « Eumolpos », p. 56-59 ; V. Machaira, LIMC V (1990), s.v. « Iakc (...)
  • 361 Geominy 1989, p. 254 et n. 20.
  • 362 Sur un relief de Smyrne de la première moitié du iie s. (lieu de conservation inconnu), à gauche d’ (...)
  • 363 La plus ancienne base pour un mystès est IG II2 3478 (après le milieu du iie s.).

135En revanche l’identification d’une statue d’Éleusis (pl. XLa) comme un dadouque, proposée par W. Geominy, est beaucoup plus difficile à étayer354. L’identification traditionnelle à Dionysos est certes insatisfaisante355, mais l’argumentation développée sur l’âge des dadouques et sur leur identification éventuelle à Iakchos au cours de processions ne permet pas de fonder avec assurance l’identification356. Les dadouques sont, sur les vases, représentés barbus, vêtus de l’épendytès et couronnés357. Surtout, nous ne conservons pas en Attique de base de statues honorifiques de dadouques antérieure à la fin du ier s.358. Or, la plupart des spécialistes s’accordent à dater la statue d’Éleusis du milieu du ive s.359. N’est-il pas dès lors plus probable que la statue représente un personnage mythologique associé aux Mystères éleusiniens, comme Iakchos ou Eumolpos, qui sont souvent représentés bottés et ont des traits juvéniles360 ? Les bottes, qui, bien que restaurées, sont assurées361, correspondraient mieux à ces identifications, même si l’absence de l’épendytès pose problème. Si l’on conserve l’interprétation de la statue comme une représentation individuelle, peut-être est-il préférable d’y voir un initié, un mystès362, bien que les bases, conservées en grand nombre, pour les statues honorifiques d’initiés ne soient pas antérieures, à Éleusis, au iie s.363.

  • 364 Leyde, Rijksmuseum, inv. 1824 ; Bastet, Brunsting 1982, p. 7, no 17, pl. 4.
  • 365 Petworth House, Marble Hall, inv. 56 ; Raeder 2000, p. 155-159, no 52, pl. 67-69,1 ; le rapprocheme (...)
  • 366 G. Daux, BCH 84 (1960), p. 637, pl. 13 ; Clinton 1974, p. 32-34, no 23, fig. 3.
  • 367 Raeder 2000, p. 157 ; les attestations de statues honorifiques de hiérophantes sont rares en Attiqu (...)

136Plus convaincante est l’identification d’une statue hellénistique fragmentaire, également trouvée à Éleusis, comme une statue honorifique de hiérophante364 (pl. XLb). Le personnage, dont n’est conservé que le corps, des genoux à la base du cou, porte un chitôn à manches courtes de lin plissé à l’ongle qui tombe aux genoux et un himation drapé seulement sur l’avant et l’arrière du corps, à la manière d’une chlamyde. Sur le bord inférieur, à droite, est visible le départ d’une botte lacée et décorée de rinceaux ; le personnage est donc chaussé d’embades, comme l’est parfois Dionysos et comme le sont les personnages éleusiniens. Cette statue, que l’on place généralement dans la seconde moitié du iie s., trouve un parallèle précis dans une statue complète d’époque antonine conservée à Petworth House365. Le personnage, vêtu d’une façon tout à fait similaire, tient en main droite une patère et est coiffé d’une couronne. Une comparaison avec un relief votif d’époque antonine, dédié par un hiérophante du dème d’Hagnous aux déesses d’Éleusis, trouvé près de l’Olympieion d’Athènes366 permet à J. Raeder d’identifier la statue de Petworth House comme une statue honorifique de hiérophante367. On ignore malheureusement le lieu exact de découverte de la statue fragmentaire de Leyde.

  • 368 Londres, British Museum, inv. 1152 ; Carter 1983, p. 278-283, nos 87-89, pl. XLI.
  • 369 Cf. le dessin de restitution proposé par Carter 1983, p. 279, fig. 30, qui se fonde non seulement s (...)

137L’installation d’une statue de prêtre à l’intérieur d’un édifice cultuel n’est pas rare à l’époque hellénistique. Une statue fragmentaire découverte dans le pronaos du temple d’Athéna Polias à Priène est cependant l’un des seuls exemples archéologiques d’un tel dispositif368. De cette statue, ne sont conservés que le haut du corps, recomposé à partir de seize fragments et d’un grand nombre d’éclats, et les mains, dont les doigts sont mutilés. La main droite présente sur la paume une mortaise, probablement pour fixer une patère. Le personnage est vêtu d’un chitôn et d’un himation qui couvre le bas du corps, les bras et les épaules ainsi que l’arrière de la tête. Le bourrelet de tissu qui traverse le corps aux hanches s’enroule autour du poignet gauche et l’extrémité était probablement retenue par la main gauche369.

  • 370 Londres, British Museum, inv. 1870-3-20.201 ; Carter 1983, p. 283-286, no 90, pl. XLII, XLVII; un (...)
  • 371 Carter 1983, p. 286.

138Dès sa découverte, ce torse a été associé à une tête trouvée dans la cella du temple, dont le bouchon d’encastrement semblait correspondre à la cuvette conservée entre les épaules370. Mais un examen attentif prouve que la cuvette d’encastrement est une modification antique de la statue et J. C. Carter considère que la tête – qu’il identifie comme une représentation de César appartenant à un groupe statuaire rétrospectif, installé dans la cella du temple au ier s. apr. J.-C.371 – n’a jamais été fixée sur ce corps.

  • 372 Carter 1983, p. 283.
  • 373 IPriene 113, l. 5-6.
  • 374 Carter 1983, p. 283 n’exclut pas que cet emplacement soit secondaire, mais le travail tout à fait n (...)

139Pour J. C. Carter, la statue représente à l’origine un stéphanéphore, le grand prêtre de Zeus à Priène, qui est magistrat éponyme de la cité après le passage d’Alexandre372. À l’appui de cette hypothèse, il invoque la tête voilée et la patère probablement tenue en main droite. Il fait également référence à un décret honorifique du ier s., qui accorde au stéphanéphore Aulus Aemilius Zôsimos une représentation peinte, une statue de bronze, une statue de bronze doré et une statue de marbre373. Cette inscription témoigne en effet du grand prestige social que revêt la fonction de stéphanéphore et rend plausible l’installation, dès l’origine, de la statue dans le pronaos du temple374.

  • 375 Kabus-Preisshofen 1989, p. 215-218, nos 36-37, pl. 46,3 ; 47,1-2.

140La statue de Priène s’apparente stylistiquement aux statues de Cos, essentiellement par la position de la main gauche, enroulée dans le drapé et retenant l’extrémité de l’himation. Pour cette raison, J. C. Carter place la statue à la fin du iie s., contre la datation traditionnelle au ier s. Le rapprochement stylistique est certes pertinent, mais n’est pas suffisant pour étayer la datation, car le type est employé à Cos jusqu’au milieu du ier s. apr. J.-C.375. Le recours massif aux pièces rapportées renforce cependant l’hypothèse d’une datation à l’époque hellénistique.

141Ainsi, malgré les problèmes d’interprétation et de reconstitution qu’elle soulève, la statue fragmentaire de Priène est peut-être l’unique exemple qui permette d’établir un parallèle précis avec les décrets honorifiques prévoyant l’installation d’une statue de prêtre dans un temple. Celle-ci n’est pas installée dans le naos même, près de la statue divine, mais dans le pronaos.

Notes

1 Sur cette tradition, qui remonte au milieu du vie s., cf. supra p. 48-49 ; les Éléens donnent seulement l’autorisation à l’athlète d’ériger sa statue, le coût de la consécration revient entièrement au vainqueur ; cf. le commentaire de W. Dittenberger et de K. Purgold dans IOlympia, col. 235-236.

2 Cf. par exemple IOlympia 169 (Pausanias, VI 13, 11) ; SEG XXXV 1125 (Claros, vers 300).

3 IG V 1387 ; IG XI 4, 1163 ; BCH 83 (1959), p. 174-175 ; ILindos 123 ; Tit. Cam. 92.

4 Parmi les nombreux exemples, cf. IG II2 3149 ; IG IV2 1, 629 ; IOlympia 214-216 ; ID 1957 ; IG XII 1, 72a, 78 ; ILindos 131d, 236 ; ICos (Segre) EV 203, 215, 242 ; IK 28, 615 ; IMagnesia 127, 132a ; IK 36, 116 ; IPriene 232-233 ; IPergamon 534-536.

5 C’est ainsi que W. Dittenberger interprète la rasura sur la base IOlympia 144 de la statue du Locrien Euthymos, érigée dans le sanctuaire peu après 472. L’expression supprimée pourrait avoir été πάτρις ἀγαλλοµένη, qui aurait semblé trop ostensiblement honorifique aux Éléens.

6 IOlympia 149.

7 Londres, British Museum, inv. 1754 ; l’association entre la base et l’éphèbe Westmacott est proposée par Collignon 1892, p. 499-500, fig. 255 et défendue, entre autres par Rolley 1999, p. 35-39, fig. 23-25 ; contra A. Linfert dans Beck, Bol, Bückling 1990, p. 585-587, no 103.

8 Hauteur conservée : 0,28 m.

9 Athènes, Musée archéologique national, inv. 6439 ; Bol 1978, p. 114-113, no 159, pl. 30-32.

10 Mattusch 1996, p. 84-86.

11 Munich, Glyptothek (ancienne collection Bœhringer ; Richter 1965, p. 167, no 18, fig. 942-944) ; l’identification de ce type à Platon repose sur le pilier hermaïque inscrit du Musée national de Berlin (inv. 300) ; cf. Richter 1965, p. 166, no 10, fig. 903-905, 908.

12 Diogène Laërce, Vie des philosophes illustres III 25.

13 Pour un résumé des hypothèses, cf. Lorenz 1996, p. 66-69.

14 Pausanias, VI 4, 5 ; trad. J. Pouilloux, CUF, 2002.

15 Les dates possibles de victoires olympiques de Satyros sont données par Rolley 1999, p. 303.

16 Sur le courant naturaliste de cette période, cf. infra p. 376-378.

17 Sur la date de la dédicace du monument et les controverses qu’elle suscite, cf. supra p. 276-278.

18 Delphes, musée ; Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 35-37, pl. LXIII-LXIV ; Dohrn 1968a, p. 34-36, pl. 10-25, fig. 1-5 ; Croissant 1991, p. 91-97, fig. 49-50, 54.

19 Les épigrammes pour Agias et Agélaos sont publiées dans FD III 4, 460, 2 et 4 ; bien qu’aucun raccord matériel n’assure l’appartenance de la statue d’Agélaos au groupe, l’identification est en général admise ; cf. Will E. 1938, p. 295.

20 Les premiers restaurateurs de l’œuvre avaient d’ailleurs mal compris la pondération ; cf. Will E. 1938, p. 294.

21 Un moulage de l’Agias à Rome conserve l’empreinte de ces cassures ; cf. Dohrn 1968a, pl. 13-15.

22 Pour une photographie du dos du moulage de l’Agias, cf. Dohrn 1968a, pl. 13b.

23 La statue était autrefois maintenue à l’arrière par un étai moderne de fer fixé dans la plinthe ; Dohrn 1968a, pl. 11.

24 Dohrn 1968a, pl. 10 ; noter qu’une mortaise à l’arrière de la plinthe, derrière le pied droit, accueillait une agrafe qui scellait la statue à la base (Dohrn 1968a, pl. 13b). Ce dispositif vise sans doute à renforcer la stabilité de l’œuvre, installée sur deux blocs contigus susceptibles de jouer ; cf. Will E. 1938, p. 290.

25 La hauteur totale égale presque huit fois celle de la tête ; cf. Homolle 1899, p. 448.

26 Will E. 1938, p. 294.

27 La Coste-Messelière 1925a, p. 214, n. 4 ; Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 35.

28 Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 36 ; Dohrn 1968a, p. 34.

29 Will E. 1938, p. 295 est le premier à noter ce détail.

30 Pour la restitution du mode de présentation des statues, cf. Jacquemin, Laroche 2001.

31 Moreno 1995, p. 82 ; Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 65 décrit les proportions élancées des statues de Lysippe.

32 Homolle 1894, p. 452 ; Homolle 1899, p. 458-459 ; Bourguet 1914, p. 199 ; Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 36.

33 Rome, musées du Vatican, Museo Pio Clementino, inv. 1185 ; Moreno 1995, p. 201 ; sur l’identification du type et les différentes copies, cf. P. Moreno, EAA Suppl. II (1994), s.v. « Apoxyomenos », p. 283-285.

34 Homolle 1899, p. 456 ; contra Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 36.

35 Athènes, Musée archéologique national, inv. 180 ; Stewart 1977, p. 23-24, no 17, pl. 14 c-d, 15, 35 c-d, 52 a-c.

36 FD III 4, 460, 2.

37 Preuner 1900, p. 17-24 ; IG IX 2, 249.

38 Preuner 1900, p. 36-39 ; Moreno 1974, p. 64 et 69.

39 L’erreur dans le nombre de victoires est un argument supplémentaire permettant d’affirmer que l’épigramme de Pharsale n’est pas la reprise de la dédicace de la statue érigée à Olympie par Agias lui-même dans la seconde moitié du ve s. ; sur ce point, cf. Preuner 1900, p. 30.

40 Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 35.

41 Moreno 1993, p. 107-108.

42 Moreno 1995, p. 84.

43 Cf. la restitution de l’inscription dans Moreno 1995, p. 81.

44 Plutarque, Vie d’Alexandre 40, 5 et supra p. 88-90.

45 On songe notamment à la collaboration de Sthennis et de Léocharès pour la réalisation de l’offrande de Pandaitès et de Pasiclès sur l’Acropole ; IG II2 3829 et supra p. 210-211.

46 Malibu, J. P. Getty Museum, inv. 77.AB.30 ; parmi la très abondante bibliographie, mentionnons : Frel 1978 ; Rolley 1983, p. 44-45, fig. 23 ; Viacava 1994 ; A. Viacava dans Moreno 1995, p. 71-73 ; Mattusch 1997.

47 Mattusch 1997, p. 74-75.

48 Hauteur conservée : 1,49 m.

49 La statue était, au moment de la trouvaille, couverte d’une épaisse couche de concrétion marine (Frel 1978, p. 5, fig. 1) ; sur les étapes de la restauration, cf. Viacava 1994, p. 32-33 ; noter notamment que le cœur, encore visible sur d’anciennes photographies (Mattusch 1997, p. 21, fig. 18) a été retiré et qu’une barre d’acier inoxydable moderne sert de soutien interne à l’œuvre.

50 Hypothèse de Mattusch 1997, p. 23.

51 Mattusch 1997, p. 51, fig. 41.

52 Viacava 1994, p. 39 ; A. Viacava dans Moreno 1995, p. 71.

53 Cos, musée, sans numéro ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 88, no 146, pl. 33 ; le motif se retrouve également sur le relief honorifique pour Doidalsès étudié supra p. 148-149, et sur une fresque trouvée à Rome, qui reproduit peut-être une œuvre d’Eupompos de Sicyone, actif à la fin du ve s. et au début du ive s. (Rome, Musée national romain, inv. 103421 ; Frel 1987, p. 89 ; Mattusch 1997, p. 51, fig. 42).

54 Nice, Musée archéologique (stèle de Plôtis ; Viacava 1994, p. 77-78, no 11, fig. 75-77 ; A. Viacava dans Moreno 1995, p. 76).

55 L’interprétation du geste par Viacava 1994, p. 38-39, me semble peu convaincante ; elle exclut en effet, en raison de la position des doigts, que le jeune homme s’apprête à se saisir de la couronne, et préfère y voir un geste de prise de parole, de salut à la foule ou encore de désignation orgueilleuse de la couronne de la victoire.

56 Frel 1978, p. 13 ; Rolley 1983, p. 45.

57 A. Viacava dans Moreno 1995, p. 71 suggère d’identifier l’athlète Getty à un coureur, ce qui est possible, mais pas certain.

58 Mattusch 1997, p. 50, après avoir hésité sur le feuillage qui compose la couronne, se rallie à l’avis général, selon lequel il s’agit d’olivier.

59 Photographie du sommet du crâne : Viacava 1994, fig. 24.

60 Frel 1987 ; Moreno 1987, p. 35-36 ; Viacava 1994, p. 39-51.

61 Voir les hésitations de Rolley 1983, p. 45.

62 Frel 1987, p. 91.

63 Viacava 1994, p. 43 : la hauteur totale estimée (1,65 m) égale sept fois et demie la hauteur de la tête (0,22 m).

64 Cf. le résumé d’A. Viacava dans Moreno 1995, p. 71 ; la comparaison avec l’Éros Énagônios – ou Agôn – de Mahdia est la plus fréquente (cf. Frel 1987, p. 90, n. 12).

65 Frel 1978, p. 14 ; Viacava 1994, p. 56.

66 Naples, Musée archéologique, inv. 5594 ; Mattusch 2005, p. 246-249, fig. 5. 129-136.

67 Malibu, J. P. Getty Museum, inv. L. 80.AA.82 ; Frel 1987, p. 92, fig. 51-54.

68 Naples, Musée archéologique, inv. 5590 ; Andreae 2001, p. 64-65, pl. 6-7 ; Mattusch 2005, p. 260-262, fig. 5. 162-165.

69 Viacava 1994, p. 126-130 ; noter que cette identification a priori fausse l’analyse stylistique d’A. Viacava. Elle rapproche en effet assez artificiellement l’athlète Getty d’œuvres du ve s., notamment de celles de Myron, pour justifier une datation haute du bronze de Malibu.

70 Les réflexions de Viacava 1994, p. 127, fig. 111-112, sur les proportions des visages respectifs de l’athlète Getty et de la tête supposée de Séleucos Ier à Naples semblent particulièrement peu fondées. Si l’on peut admettre que le profil gauche de l’athlète Getty s’inscrit approximativement dans un cercle parfait (fig. 111), le même cercle tracé sur le visage de Séleucos Ier sectionne une bonne partie de la calotte crânienne (fig. 112). De même, la comparaison des visages vus de face (fig. 105-106) plaide contre l’identification d’A. Viacava, à moins de considérer le rapprochement des yeux comme un signe de l’âge.

71 Cos, musée, inv. 5 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 82, no 117, pl. 28 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 188-191, pl. 30,1 ; 31,1-3 ; hauteur conservée : 1,915 m.

72 Pfuhl, Möbius 1977, p. 82.

73 Kabus-Preisshofen 1989, p. 110.

74 Kabus-Preisshofen 1989, p. 109.

75 Geominy, Özgan 1982.

76 Alexandrie, musée, inv. 19.122 ; Kyrieleis 1975, p. 34-35 ; 169, cat. C 9, pl. 24,2-4 ; Queyrel 2002, p. 70, no 14. Fr. Queyrel montre qu’il s’agit d’un type posthume par comparaison avec des monnaies frappées à l’effigie de Ptolémée III sous le règne de son fils Ptolémée IV, probablement dans le contexte de la quatrième guerre de Syrie.

77 Kyrieleis 1975, pl. 17,3-4 ; Queyrel 2002, fig. 3.

78 Kyrieleis 1975, pl. 18.

79 Parallèle déjà évoqué par Kabus-Preisshofen 1989, p. 110.

80 Humann 1904, p. 175.

81 Humann 1904, pl. VI à gauche ; pl. VII à droite.

82 Noter par exemple les plis très marqués qui traversent diagonalement les jambes, devant le pubis.

83 La carrière d’Hermogénès, architecte, selon Vitruve, du temple d’Artémis – auquel on associe en général l’autel –, a été réévaluée récemment et placée entre la fin du iiie s. et la première moitié du iie s. ; cf. Stampolidis 1990,p. 120 : « Der Plan sowohl des Altars als auch des Tempels ist kurz nach 221/20 v. Chr. anzusetzen. Um 206/05 v. Chr. muß der Altar beendet gewesen sein » (Le plan de l’autel comme celui du temple doit être placé peu après 221/0. Vers 206/5, l’autel doit être terminé) ; voir également l’excursus de Linfert 1976, p. 164-167.

84 Özgan 1982 ; si les deux fragments de statues féminines colossales qu’il publie appartiennent bien à l’autel de Magnésie, le rapprochement typologique du premier (Aydın, musée, inv. 1990 ; Özgan 1982, p. 197-198,pl. 42) avec une oinochoè ptolémaïque datée du règne de Bérénice II (246-222 ; Özgan 1982, p. 203 et n. 34 ; Thompson D. B. 1973, p. 149-150, no 75, pl. XXV-XXVII) me paraît décisif.

85 Les oppositions ne manquent pas (cf. la recension de Linfert 1976 par D. Pinkwart, Gnomon 52 [1980], p. 46-47), mais la date haute semble désormais plus en faveur (cf. Hellmann 2002, p. 218).

86 Kabus-Preisshofen 1989, p. 108.

87 Izmir, Musée archéologique ; Akurgal 1987, p. 142, pl. 37, 227-229 ; Uçankuş 1989.

88 Hauteur : 1,54 m.

89 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1828 ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 192-193, no 86.

90 Akurgal 1987, p. 142.

91 Uçankuş 1989, p. 155.

92 Cf. supra p. 233-234.

93 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 629 et Paris, musée du Louvre, Ma 2718 (scribe Fauvel) ; Athènes, musée de l’Acropole, inv. 144 et 146 ; Trianti 1998.

94 Raubitschek 1949, p. 10-12, no 6.

95 Cahn 1973, p. 15 ; pour la représentation des scènes de dokimasia sur les vases du début du ve s., cf. Lissarrague 1990, p. 224-229 (« c’est l’aristocratie des cavaliers qui est directement mise en scène, donnée en spectacle mais en même temps contrôlée par la cité ») ; Neer 2002, p. 146-148.

96 Aristote, Constitution d’Athènes LIV 3-5 ; Trianti 1998, p. 32-33 ; résumé des diverses hypothèses par Holtzmann 2003, p. 65-66, fig. 43.

97 Le kouros vêtu (Athènes, musée de l’Acropole, inv. 633), légèrement antérieur aux scribes, porte l’himation sur un chitôn ; cf. Brouskari 1974, p. 76-77.

98 Dijon, Musée archéologique, inv. 1301 ; Neer 2002, p. 138-146.

99 Holtzmann 2003, p. 135.

100 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 865 ; Holtzmann 2003, p. 131, fig. 115.

101 Au ve s. à Athènes, le titre de bienfaiteur est très rarement conféré indépendamment de celui de proxène ; cf. Walbank M. B. 1978, p. 4-5 et n. 7 ; le décret IG I3 102, l. 19-21 (410/9) ne collationne pas réellement le titre d’εὐεργέτης à Thrasyboulos. Il prévoit simplement de lui donner une récompense pour le bien qu’il a fait au peuple d’Athènes ; sur la distinction nécessaire entre agir en bienfaiteur et avoir le titre d’εὐεργέτης, cf. Gauthier 1985, p. 16-18.

102 Selon Meyer 1989a, p. 250-251, la fin de la guerre du Péloponnèse constitue un tournant : les décrets honorifiques sont désormais plus souvent illustrés de bas-reliefs.

103 cf. supra p. 146 (pl. VIb).

104 IG I3 91, l. 13-24.

105 Athènes, Musée épigraphique, inv. 7010 + Athènes, musée de l’Agora, inv. I 7065 ; IG I3 127 ; Meyer 1989a, p. 272-273, cat. A 24, pl. 8,2.

106 Ce célèbre décret a fait l’objet de nombreux commentaires, parmi lesquels : Bielman 1994, p. 3-7, no 1 ; MacDowell 2004, p. 127-133 ; Brun 2005, p. 72-74, no 30.

107 Cette somme n’est pas, contrairement à ce que l’on a pensé, destinée à financer le retour des citoyens athéniens ; cf. Bielman 1994, p. 5.

108 IG I3 127, l. 13-14.

109 Démosthène, Contre Leptine 41-46.

110 Il n’est pas du tout sûr, comme l’affirme MacDowell 2004, p. 132-133, qu’Épikerdès soit mort en 355 ; cf. Brun 2005, p. 74.

111 Meyer 1989a, p. 135, 211, n. 1478.

112 Meyer 1989a, p. 211 souligne que presque tous les mortels représentés sur des en-têtes de décrets au ve s. sont des personnages honorés.

113 Par exemple : Athènes, Musée archéologique national, inv. 1329 (Kaltsas 2002, p. 135, no 260), inv. 1338 (Kaltsas 2002, p. 140-141, no 268 ; 410-400) ; Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlung, inv. 709a (Kreikenbom 2004, p. 200-201, fig. 130).

114 Par exemple : Athènes, Musée archéologique national, inv. 2894 (Kaltsas 2002, p. 153, no 300), inv. 880 (Kaltsas 2002, p. 145-146, no 279), inv. 712 (Kaltsas 2002, p. 146, no 280), inv. 716 (Kaltsas 2002, p. 153, no 299).

115 Pour une analyse en ce sens, cf. Kreikenbom 2004, p. 254-256.

116 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 1 : « Il portait, comme une femme, des robes de pourpre qu’il laissait traîner sur l’agora » ; trad. R. Flacelière et É. Chambry, CUF, 1964.

117 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 7 ; cf. supra p. 58-59.

118 La plus ancienne est sans doute la statue privée de Nicoclès, fils d’Hègésippos, dédiée par son fils Apèmôn à Salamine (IG II2 3830) ; IG II2 3822 et 3827 sont retenus par Oliver 2007 comme appartenant au ive s., mais cette datation est mise en doute par Ma, Tracy 2004.

119 Athènes, Musée archéologique national, inv. 237 ; Rhomiopoulou 1997a, p. 36, no 22 ; Geominy 2004, p. 297-298, fig. 267 ; sur la découverte, cf. Schäfer J. 1968, p. 55.

120 IG XII 3, 1096.

121 Contra Geominy 2004, p. 298.

122 B. Holtzmann, LIMC II (1984), s.v. « Asklepios », nos 234-256 et p. 894.

123 B. Holtzmann, LIMC II (1984), s.v. « Asklepios », nos 257-260 et p. 894-895.

124 Delphes, musée, inv. 1819

125 SD 507.

126 Pouilloux 1960, p. 49.

127 Delphes, musée, inv. 1817.

128 Delphes, musée, inv. 1820.

129 Pouilloux 1960, p. 52, plan 9, pl. 30,1.

130 Sur les motifs de ce jugement, Pouilloux 1960, p. 52-53.

131 Pouilloux 1960, p. 86, n. 1 ; encore Flashar, Hoff 1993, p. 426 : « über den ursprünglichen Standort der Gruppe sind nur Spekulationen möglich ».

132 Picard, La Coste-Messelière 1927, p. 40, pl. LXIX-LXXI ; Poulsen 1946 ; Croissant 1991, p. 100-103, fig. 59, 61-62 ; Flashar, Hoff 1993 ; Geominy 2007b, p. 44-46, fig. 54 a-d.

133 Flashar, Hoff 1993, p. 416 : « hellgelbliche[r] Marmor ».

134 Poulsen 1946, p. 497.

135 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 2685 ; Poulsen 1951, no 416a ; Johansen 1992a, no 41.

136 Croissant 1991, p. 102-103. Sur la copie de la statue de Démosthène par Polyeuctos (Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 2782), voir dernièrement Johansen 1992a, no 33 et Andreae 2001, p. 74-75 ; cf. infra p. 323-325.

137 Kruse-Berdoldt 1975, p. 51-52, 97-98 M1 ; résumé dans Seilheimer 2003, p. 134-137, fig. 130-131.

138 Johansen 1992a, p. 104.

139 Poulsen 1946, p. 499.

140 Croissant 1991, p.102-103 : « on tend aujourd’hui avec raison, en la situant vers 280-270, à privilégier le second rapprochement [avec le Démosthène], qui est effectivement le meilleur possible à la fois pour le style du drapé et la conception générale du portrait ».

141 Croissant 1991, p.103.

142 La présentation par Andreae 2001, nos 20-21, p. 74-75 des deux œuvres côte à côte me paraît manifester cette distinction stylistique, même si B. Andreae préfère pour sa part la datation basse du « philosophe ».

143 Flashar, Hoff 1993, p. 421-424.

144 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1482 ; Meyer 1989a, p. 303, cat. A 134, pl. 39,1.

145 Athènes, Musée archéologique national, inv. 588 ; Schmalz 1985, p. 39, pl.14.

146 Brauron, musée, inv. 1501 ; CAT 3.458.

147 Chicago, Art Institute, inv. 1928.162 ; Meyer 1989b, p. 71, n. 130.

148 Meyer 1989b, p. 50-59, n. 4.

149 Paris, musée du Louvre, Ma 790 ; IG II2 11765 ; CAT 2.367 ; Hamiaux 1998, p. 178, no 176.

150 Istanbul, Musée archéologique, inv. 580 ; CAT II, p. 606-607, sous le numéro 2.490 ; Meyer 1989b, p. 54, n. 30.

151 Budapest, musée des Beaux-Arts, inv. 10.210.21 ; Hoff R. 2007b, p. 9, fig. 9 ; Szilágyi 2003, p. 71-72, fig. 42.

152 Pouilloux 1960, p. 52 : « en fait les trois sculptures ne peuvent appartenir au même ensemble ».

153 Picard, La Coste Messelière 1927, p. 40-41, pl. LXIX-LXXII.

154 Croissant 1991, p. 105 : « La tentation était donc forte sinon de voir dans ces deux statues un couple isolé, du moins de les attribuer à la même offrande ».

155 Croissant 1991, p. 108 : « il reste que les deux statues 1817 et 1820 semblent bien former une sorte de  “couple” indissociable, extrêmement cohérent quant au rythme et à la composition des drapés ».

156 Delphes, musée, inv. 1793 ; Croissant 1991, p. 108-110.

157 Musée de Delphes, inv. 1791 et 4755 ; Croissant 1991, p. 110-111.

158 Hintzen-Bohlen 1990, p. 129-131.

159 Hintzen-Bohlen 1990, p. 134.

160 Flashar, Hoff 1993, p. 431-433.

161 Geominy 1998b pousse encore plus loin cette interprétation, associant la statue du type de l’Hermès Richelieu, qu’il interprète comme un Hermès Énagônios, aux trois statues, ce qui lui permet de dater le monument du premier quart du iiie s., après la fondation des Sôtèria.

162 Comme le souligne déjà Croissant 1991, p. 108 : « il n’est guère question de reconnaître ici une effigie divine ».

163 Hypothèse formulée par Croissant 1991, p. 108 ; la date proposée pour l’œuvre (premier quart du iiie s.) me paraît trop haute : les proportions élancées de la statue, le traitement très sec du drapé, rattachent la statue masculine drapée à la sculpture de l’époque hellénistique avancée, et plus précisément au iie s. Bien qu’il s’agisse d’une représentation féminine, la statue féminine du musée d’Izmir inv. 515 fournit un parallèle éclairant (Filges 1997, p. 29, 31, 251, no 46).

164 Cf. supra p. 212-213.

165 Cos, musée, inv. 32 ; Bol 1975 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 79-83, 186-188, no 19, pl. 16,1-2.

166 Bol 1975, fig. 1.

167 Bol 1975, p. 66 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 187.

168 Meilleure illustration par Bol 1975, pl. 32-34.

169 Bol 1975, p. 69, n. 12 propose un rapprochement avec la figure de vieil homme appartenant à un naiskos fragmentaire trouvé au Pirée (Athènes, Musée archéologique national, inv. 2574 ; Kaltsas 2002, p. 202, no 403) ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 80, n. 257, rapproche l’œuvre d’un relief d’Éleusis (Athènes, Musée archéologique national, inv. 834 ; Kaltsas 2002, p. 190, no 377).

170 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 206 ; Moltesen 1995, p. 104-105, no 45 ; CAT 2.413 (vers 330).

171 Moscou, musée Pouchkine, inv. P 1a935 ; CAT 2.331.

172 Munich, Glyptothek, inv. 493 ; CAT 2.398 ; Vierneisel-Schlörb 1988, p. 43-51, no 9, pl. 20-22.

173 Kabus-Preisshofen 1989, p. 79 et n. 251.

174 Londres, British Museum, inv. 1054.

175 Contra Kabus-Preisshofen 1989, p. 19-20 : « Ähnliches gilt für den sog. Hippokrates […], Werk […] aus dem weiteren stilistischen Umfeld der Mausoleumsskulpturen ».

176 Bol 1975, p. 69 rappelle que les fils de Praxitèle ont travaillé pour l’Asclépieion de Cos (Hérondas, Mimes IV 20-24) ; l’utilisation du quatrième mimiambe par les archéologues est cependant vigoureusement critiquée par Kabus-Preisshofen 1989, p. 52-61.

177 Kabus-Preisshofen 1989, p. 81 ; Richter 1965, vol. I, p. 151-154, fig. 855-871.

178 Bol 1975, p. 70 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 82 et n. 266.

179 Kabus-Preisshofen 1989, p. 23.

180 Le seul monument en place est alors le premier autel (ca 330), dont nous ne savons presque rien ; cf. Kabus-Preisshofen 1989, p. 70-72 ; Linfert 1995, p. 139.

181 Schazmann 1932, p. 75 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 72.

182 Schazmann 1932, p. 64-67 ; Coulton 1976, p. 62, 246, fig. 74,1.

183 Voir le plan d’A. Schäfer dans Schazmann 1932.

184 Coulton 1976, p. 62, 247 ; ce serait alors, il est vrai, une des rares statues installées sous un portique avant la fin de l’époque hellénistique.

185 Kabus-Preisshofen 1989, p. 17-18.

186 Kabus-Preisshofen 1989, p. 19.

187 Plutarque, Vie de Démosthène 30, 5 (Wycherley 1957, p. 210, no 697) ; Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 850 F ; pour l’authenticité des demandes pour Démosthène et Démocharès placées en appendice des Vies des dix orateurs, cf. supra p. 20, n. 6.

188 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 847 D (Wycherley 1957, p. 170, no 559) ; 850 F.

189 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 847 A (Wycherley 1957, p. 210-211, no 698).

190 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 847 A.

191 Pausanias, I 8, 4 ; Wycherley 1957, p. 54-55, no 117.

192 Pausanias, I 8, 2 ; Wycherley 1957, p. 66-67, no 158.

193 Plutarque, Vie de Démosthène 30, 5 ; trad. R. Flacelière, É. Chambry, CUF, 1976, modifiée.

194 Vie de Démosthène 31, 1-3.

195 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 2782 ; Johansen 1992a, p. 84-87, no 33 ; Johansen 1992b ; Andreae 2001, p. 74-75, no 21.

196 Johansen 1992b, p. 78.

197 Richter 1965, vol. II, p. 219, no 32, fig. 1399-1402.

198 Lieu de conservation inconnu ; Richter 1965, vol. II, p. 222, fig. 1511-1512 ; Johansen 1992b, p. 78, fig. 13.

199 Istanbul, Musée archéologique, inv. 352 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 80-81, no 111a, pl. 25 ; cf. Pfuhl, Möbius 1979, p. 334, no 111b, p. 468, no 111c, pl. 204 ; IK 18, 421, pl. XLIV.

200 Naples, Musée archéologique, inv. 5467 ; Richter 1965, vol. II, p. 217-218, no 12, fig. 1438-1440 ; Johansen 1992b, p. 68, fig. 3.

201 Oslo, Galerie nationale, inv. 1292 ; Johansen 1992b, p. 79, fig. 16.

202 ibid.

203 Cos, musée, inv. 82 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 102-105, 280-281, no 79, pl. 28,1.2 ; contra Neumann 1967.

204 Athènes, Musée archéologique national, inv. 4058 ; Karouzou 1966 ; datation suivie par Lewerentz 1993, p. 266-267, cat. IV, 3 (provenance erronée).

205 Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. I 118 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 109-110, no 261.

206 Karouzou 1966, p. 6-7.

207 Karouzou 1966, p. 7 (« d’un autre côté, par son indissoluble unité, elle est encore solidement ancrée aux environs du monde classique »).

208 Krahmer 1923-1924.

209 Cf. par exemple le relief du musée du Pirée, inv. 2555 ; CAT 1.761.

210 Le « philosophe » de Delphes présente cependant un motif similaire.

211 Cos, musée, inv. 5 ; cf. supra p. 312-314.

212 Karouzou 1966, p. 3 ; 5 ; suivie par Lewerentz 1993, p. 165-166.

213 Rome, musées du Capitole, inv. 737 ; Hoff R. 1994, p. 118-121, fig. 115-116 ; 119-120.

214 New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 10.231.1 ; Hoff R. 1994, p. 171-178, fig. 208-215.

215 Cf. Hoff R. 1994, p. 44, n. 13 (à propos de Lewerentz 1993).

216 Il n’y a pas lieu de placer un siècle après la statue du Musée archéologique national, comme le propose Lewerentz 1993, p. 266-267, une statue très proche découverte en remploi à Rhodes (AD 21 [1966], p. 449, pl. 486 a). La parenté de cette dernière avec une statue de Cos (Rhodes, musée, inv. 13619,1 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 211-213, no 34, pl. 46,1-2) me paraît moins évidente que ne l’affirme Kabus-Preisshofen 1989, p. 134, n. 541 ; elle est notamment dépourvue de ce détail, devenu un tic des sculpteurs dans l’exécution du drapé de l’himation au iie s., qui consiste à représenter la retombée du manteau non sur le côté, mais à l’avant du corps.

217 Cf. supra p. 181.

218 Izmir, Kültürpark, inv. 6142 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 107, no 250, pl. 48 ; IK 24, 28 ; ce geste caractérise également des figures masculines associées à des figures féminines très semblables à la Cléopatra de Délos sur des stèles provenant probablement de Smyrne (Pfuhl, Möbius 1977, p. 170-171, nos 567-569, fig. 45, pl. 89).

219 Adana, musée ; Bruns-Özgan, Özgan 1994.

220 Hauteur conservée : 1,80 m.

221 Pfuhl, Möbius 1977, nos 250-254, p. 107-108, pl. 48.

222 Lahusen, Formigli 2001, p. 26-30, no 5.

223 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 83.

224 Naples, Musée archéologique, sans numéro d’inventaire ; Buschor 1971, p. 58, 96, no 323.

225 Richter 1965, vol. II, p. 211, fig. 1368.

226 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 84.

227 Stèle autrefois à Izmir, aujourd’hui disparue ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 80, no 109, pl. 26.

228 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 86 ; sur l’Arringatore (Florence, Musée archéologique) : Lahusen, Formigli 2001, p. 26-30, no 5.

229 Colonna 1990.

230 Lahusen, Formigli 2001, p. 26-30 reconnaissent la qualité de l’analyse de G. Colonna, mais préfèrent une datation dans la seconde moitié du iie s.

231 Ce terminus post quem repose sur la toge que porte le personnage, qui était considérée traditionnellement comme spécifique de la citoyenneté romaine ; la statue devait donc être nécessairement postérieure à la lex Iulia de civitate sociis danda de 89 ; cf. Dohrn 1968b, p. 16.

232 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 84.

233 Soutenue par Buschor 1971, p. 48, l’identification à Posidonios, par comparaison avec un buste inscrit de Naples (Musée archéologique, inv. 6142), était déjà mise en doute par Hafner 1954, p. 22-23, R 17. Ce dernier maintient cependant la datation du portrait au ier s., par comparaison avec une tête provenant de Rhodes (Londres, British Museum, inv. 1965) qu’il attribue au maître du Laocoon (Rome, musées du Vatican, Museo Pio Clementino, inv. 1059, 1064, 1067), Athanodôros, alors placé dans la seconde moitié du ier s. Or, les recherches récentes, et notamment la reconstitution du groupe de Scylla de la grotte de Tibère à Sperlonga (Rome, Museo della civiltà romana), signé, comme le Laocoon, par Hagèsandros, Polydôros et Athanodôros, ont permis une réévaluation complète du Laocoon et de sa chronologie : l’original qu’il copie est désormais placé vers 140, dans la suite des travaux du Grand Autel de Pergame ; cf. Andreae 2001, p. 188-194, nos 182-183.

234 Kabus-Preisshofen 1989, p. 207-211, no 33 (vers 160).

235 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 88.

236 Heberdey, Wilhelm 1896, p. 5-21 ; pour les statues honorifiques dédiées par les Peuples d’Antioche du Pyrame et de Mallos, dès le début du iie s., cf. Dagron, Feissel 1987, p. 111-115, nos 68-71, pl. XXIX-XXX.

237 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 90.

238 Cicéron, À Atticus VI 1, 23.

239 Cicéron, À son frère Quintus II 3,1.

240 Heberdey, Wilhelm 1896, p. 6-8, nos 14-17 ; p. 10, nos 22-26.

241 Heberdey, Wilhelm 1896, p. 8-9, nos 18-21 ; seule exception : […] Valerius, M.f., dont la statue se dressait sur la base no 20, qualifié de bienfaiteur, sauveur et patron.

242 IGR III 869 (Tuchelt 1979, Pompeiopolis01).

243 Tuchelt 1979, Hieropolis-Kastabala01.

244 Bruns-Özgan, Özgan 1994, p. 91.

245 Tuchelt 1979, p. 52. Une seule inscription, sur la base de la statue de L. Licinius Lucullus au sanctuaire de Claros, le long de la voie sacrée (Klaros03), emploie le verbe « consacrer », sans que soit mentionné le nom du dieu.

246 Sur les soixante-trois bases de statues honorifiques privées que j’ai recensées pour l’Asie Mineure (cf. Annexe E), seules quatorze portent une consécration à une divinité. Quatre statues publiques portent par ailleurs une dédicace à un dieu. Elles représentent des membres de familles royales et s’inscrivent toutes dans le iiie s. : ce sont les statues de Séleucos Ier à Milet (Milet I 3, 158), celles de son épouse Apamée (Didyma III 5, 144) et de sa fille Phila (Didyma III 5, 147) et celle de Philôtèra, fille de Ptolémée Ier (Didyma III 5, 139), au sanctuaire d’Apollon à Didymes.

247 Schörner 2003, p. 108 ; les offrandes hellénistiques recensées dans son catalogue (iie et ier s.) comprennent cent quarante-trois représentations individuelles, parmi lesquelles soixante-quatre sont des représentations honorifiques publiques, soixante-sept des représentations honorifiques privées, trois sont dédiées par les technites de Dionysos, six sont des autocélébrations (inscriptions au nominatif) et trois sont indéterminées.

248 Délos, musée, inv. A 4172 ; Marcadé 1969, p. 324, pl. LXIX ; Lewerentz 1993, p. 255, cat. II, 5, fig. 17-18.

249 Pfuhl, Möbius 1977, p. 62.

250 Rhodes, musée, inv. 13578 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 207-211, no 33, pl. 44,1-3 ; 45,1-4.

251 Hauteur sans la plinthe : 2,30 m.

252 Bien qu’on n’en conserve pas de trace, il est probable que l’épaule droite ait été couverte par la manche du chitôn, comme sur les statues ultérieures du même type ; cf. Rhodes, musée, inv. 13619,1 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 211-213, no 34, pl. 46,1-2.

253 Ce trait me semble assuré par la comparaison avec Kabus-Preisshofen 1989, p. 211-213, no 34, pl. 46,1-2 ; je pense donc, contrairement à Kabus-Preisshofen 1989, p. 130, qu’il n’y a pas lieu de restituer un sceptre dans la main du personnage.

254 Kabus-Preisshofen 1989, p. 211, rejette l’hypothèse d’une couronne radiée, émise par Jacopi 1931, p. 483, en raison de l’irrégularité des mortaises.

255 Kabus-Preisshofen 1989, p. 130-131.

256 Krahmer 1923-1924 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 132 (je souligne) : « Innerhalb der Entwicklung der koischen Plastik hat die Statue die Stilstufe des hochhellenistischen Torsos (Nr. 24, Taf. 41, 1.2) schon überschritten. Ihre Bewegung im Raum ist vielschichtiger und heftiger, ihr Kontur eckiger geworden. Die unmittelbar von ihr abhängenden und im engen Anschluß an sie gearbeiteten Figuren (Nr. 34, Taf. 46, 1.2 ; Nr. 32, Taf. 48, 1-3 ; 49, 1.2) können nicht unter die Jahrhundertmitte herabgerückt werden. Das Jahrzehnt davor, der Beginn des offenen Stils, bietet sich als Datum an und gewinnt an Wahrscheinlichkeit durch verwandte Werke aus anderen Zusammenhängen » (Dans le développement de la sculpture de Cos, la statue a déjà dépassé l’étape stylistique du torse de la haute époque hellénistique [no 24, pl. 41,1-2]. Son mouvement dans l’espace est devenu plus complexe et plus vif, son contour plus anguleux. Les figures qui en dépendent directement et lui sont étroitement liées [no 34, pl. 46, 1-2 ; no 32, pl. 48, 1-3 ; 49, 1-2] ne peuvent pas être descendues après le milieu du siècle. La décennie précédente, soit le début du style ouvert, est une date appropriée et gagne en vraisemblance par des œuvres apparentées dans d’autres contextes).

257 Kyrieleis 1975, p. 122-123.

258 Despinis 1966.

259 Voir notamment la synthèse sur la documentation épigraphique proposée par Sève 2008.

260 Paris, musée du Louvre, Ma 3168 ; Kyrieleis 1975, p. 46-47, 171, cat. D 3, pl. 34-35.

261 Alexandrie, musée, inv. 23084 ; Kyrieleis 1975, p. 47, 171, cat. D 6, pl. 38,3-4 ; rappelons ici qu’un Ptolémaion est attesté à Cos au milieu du iiie s. (SEG LIII 847).

262 Krug 1968, p. 137-138.

263 M. Bieber, RE VII, 2e sér. (1931), s.v. « Strophium », col. 380-381 ; Blech 1982, p. 308-309.

264 Tsigarida 2006, p. 153-154, fig. 1-2.

265 Kabus-Preisshofen 1989, p. 133 : « Das entscheidende Argument gegen den bürgerlichen Charakter der Bildnisstatue ist die Wulstbinde » (l’argument décisif contre le caractère civique de la statue est le bandeau torsadé).

266 Krug 1968, p. 128-130.

267 Istanbul, Musée archéologique, inv. 388 ; Mendel 1914, vol. II, p. 331, no 597 ; Graeve 1971, p. 151-152, pl. 54,1-2 ; Smith 1988, p. 47, 67, 158, no 15, pl. 12, fig. 3-4 ; Stewart 1993, p. 336-337, fig. 137-138.

268 Kabus-Preisshofen 1989, p. 132 et n. 525.

269 Sur la guerre – et surtout la victoire – comme principe essentiel de la monarchie hellénistique, cf. Préaux 1978, vol. I, p. 183-201.

270 Capdetrey 2007, p. 201-204.

271 R. Helm, RE XLIV (1954), s.v. « Princeps », col. 2057-2067 ; en cela, l’argument de Kabus-Preisshofen 1989, p. 132, n. 525 selon lequel l’existence de portraits d’empereurs en chitôn et en himation prouve celle de représentations royales hellénistiques de même type me semble fragile.

272 Istanbul, Musée archéologique, inv. 709 ; Lewerentz 1993, p. 278, cat. V, 20, fig. 34.

273 Francfort, Liebieghaus, inv. 127 ; Beck, Eckstein 1973, pl. 40-43.

274 Ce que la typologie allemande appelle « Hüftmantel mit Schulterbauch ».

275 Athènes, Musée archéologique national, inv. 44 et 45 ; Jucker 1980, p. 20-21, pl. 8,4-5.

276 Cf. supra p. 282.

277 Erim, Smith 1991, p. 73-74, no 6, fig. 8 ; le raccord de la base et de la plinthe, qui a fait l’objet d’importantes restaurations, paraît a priori singulier, mais U. Kron montre que la pratique qui consiste à laisser la plinthe apparente, avec une inscription ou non, est une pratique courante à partir du iie s. (Kron 1977, p. 139-168). Elle précise même que l’école d’Aphrodisias affectionne particulièrement cette technique (p. 148-149).

278 Biard 2010.

279 Kabus-Preisshofen 1989, p. 130, n. 512.

280 La base d’une statue de bronze de l’époque d’Auguste, qui représentait le Peuple de Myndos et consacrée par le Peuple de Cos, a été découverte dans l’Asclépieion ; cf. Höghammar 1993, p. 163, no 53, fig. 19-20.

281 Rhodes, musée, inv. 13619,1 (Kabus-Preisshofen 1989, p. 211-213, no 34, pl. 46,1-2 [vers 150]) ; inv. 13618 (Kabus-Preisshofen 1989, p. 215-217, no 36, pl. 47,1-2 [milieu du ier s. apr. J.-C.]) ; inv. 13575 (Kabus-Preisshofen 1989, p. 217-218, no 37, pl. 46,3 [milieu du ier s. apr. J.-C.]).

282 La statue colossale fragmentaire F de Xanthos (Antalya, musée, inv. 14.17.76), significativement attribuée par A. Davesne et J. Marcadé à un atelier de Cos, correspond vraisemblablement à ce type ; cf. Davesne, Marcadé 1992, p. 121-126, pl. 59-63.

283 Berlin, Pergamonmuseum, inv. 768 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 93, no 169, pl. 37 (relief de Smyrne ; iie s.) ; stèle funéraire perdue ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 167-168, no 554, pl. 87 (origine inconnue ; première moitié du iie s.).

284 Richter 1965, vol. I, p. 129, fig. 675-677, 680 ; une stèle funéraire découverte à Chypre, datée du dernier tiers du ive s., représente un homme de face dans un type très proche de celui de la statue de Sophocle. Toutefois, il porte un chitôn à manches sous l’himation – motif que C. W. Clairmont qualifie d’oriental – et n’a pas le bras droit enserré dans l’étoffe (Cambridge, Fitzwilliam Museum, inv. GR 6.1890 [CAT 1.457]).

285 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 841 F ; Pausanias, I, 21, 1-3 ; Azoulay 2009a souligne que ces consécrations au théâtre sont contemporaines de l’établissement par Lycurgue de la transcription des trois tragiques athéniens.

286 Richter 1965, vol. II, p. 213, fig. 1369-1371.

287 Recensés par Polaschek 1969, p. 16-17.

288 Munich, Antikensammlungen, inv. 2307.

289 Athènes, Musée archéologique national, inv. 731 ; CAT 2.930.

290 Le nom est devenu courant à la suite de l’article de Bieber 1959. Il s’agit d’un emprunt à Plaute, Le charançon 288 où apparaît l’expression Graeci palliati ; cf. Bieber 1959, p. 182.

291 Cf. cependant, l’amphore du Peintre de Harrow, au musée du Louvre (inv. G 222) ; Zanker 1995b, fig. 27.

292 Démosthène, Sur les forfaitures de l’ambassade 251, confirme cependant l’utilisation de ce type dès le ive s., notamment pour une statue de Solon ; cf. supra p. 132-133.

293 Vienne, Kunsthistorisches Museum, inv. 1075 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 97, no 192, pl. 40.

294 Pfuhl, Möbius 1977, « Mann in Normaltypus », p. 90-107, nos 156-249, pl. 36-47.

295 Selçuk, musée, inv. 1845 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 168, no 557.

296 Istanbul, Musée archéologique, inv. 179 ; Pfuhl, Möbius 1977, no 171.

297 Lieu de conservation inconnu ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 167-168, no 554, pl. 87.

298 Izmir, Musée archéologique, inv. 161 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 166, no 546, pl. 85.

299 Zanker 1995a.

300 Délos, musée, inv. A 7763, A 7799, A 7797a ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 208-209, no 94.

301 Sur la base et son installation, Kreeb 1985 et supra p. 217.

302 ID 1987.

303 Ainsi que le contraste entre l’abondance des analyses de la statue féminine et la rareté des commentaires de la statue masculine.

304 ID 1508.

305 ID 2589, l. 10.

306 Voir le stemma de la famille présenté avec l’inscription ID 1975, repris et synthétisé par Kreeb 1985, p. 43-44.

307 ID 1975 (problème dans le stemma).

308 Thüngen 1994, p.105-106, no 71, pl. 48,1, annexe 31.

309 Tuchelt 1979, p. 79-86 ; pour une évaluation critique de la distinction entre εἰκών et ἄγαλµα, cf. supra p. 104-105.

310 Contra Kreeb 1985, p. 56-59.

311 Athènes, Musée archéologique national, inv. 244 ; Rhomiopoulou 1997a, p.17-18, no 2 ; Fittschen 1995 (bibliographie complémentaire à la note 1).

312 Londres, British Museum, inv. GR 1906.1-17.1.

313 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 1611.

314 IG XII 9, 281.

315 Fittschen 1995, p. 102.

316 Lehmann 2001 ; Mango 2003, p. 159, cat. S6.

317 Gauthier 1995, p. 10 ; cette évolution institutionnelle des gymnases à l’époque hellénistique se prolonge à l’époque impériale ; cf. Gros 2005.

318 Hesberg 1995, p. 17.

319 Hoff R. 2007a, p. 390-393, fig. 10 ; cf. supra p. 178-179.

320 Mango 2003, p. 114.

321 Comme celle d’une statue d’Atalanti, la tête de la statue d’Érétrie appartient au type de Méléagre ; cf. Maderna-Lauter 1990, p. 316.

322 Paris, musée du Louvre, Ma 573 ; Lippold 1911, p. 272, fig. 2.

323 Hauteur conservée : 1,80 m.

324 La partie inférieure des jambes est brisée, de même que toute la partie antérieure de la jambe gauche. La surface est très usée et présente de très nombreuses cavités creusées par l’eau.

325 Vessberg 1946 ; Polaschek 1969, p. 18 et n. 39 ; Karageorghis 2003, p. 255-357, no 293.

326 Vessberg 1946, p. 162-163.

327 Karageorghis 2003, p. 257-258, no 294.

328 Rhodes, musée, inv. E695 ; Linfert 1976, fig. 152-154 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 222-224, no 41, pl. 54, 1-3.

329 Berlin, Musée égyptien, inv. 2271 ; Drerup 1950, p. 14-16, pl. 8.

330 Drerup 1950, p. 26, n. 46a.

331 Kabus-Preisshofen 1989, p. 215-217, no 36, pl. 47,1-2.

332 Kabus-Preisshofen 1989, p. 141-142.

333 Polaschek 1969, p. 128-129 souligne la difficulté de dater les représentations individuelles égyptiennes.

334 Vessberg 1941, p. 186, pl. XXVII-XXVIII.

335 Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 1577 ; Johansen 1994, p. 302-303, no 134.

336 Pour une synthèse sur ce type de toge, cf. Goette 1990b, p. 24-27, 107-112 (catalogue), pl. 2-3.

337 Quintilien, Institution oratoire XI 3, 138 : itaque etiam gestu necesse est usos in principiis eos alio, quorum bracchium, sicut Graecorum, veste continebatur. Cité par Polaschek 1969, p. 5.

338 Il faut probablement y associer le fait qu’à l’époque républicaine, c’est dans les provinces orientales que les Romains ont pris l’habitude de se voir ériger des statues honorifiques (cf. Fejfer 2008, p. 22-23) ; il n’est donc pas étonnant que leurs statues, réalisées par des artistes grecs, soient typologiquement proches des représentations individuelles grecques contemporaines.

339 Bergama, musée, inv. 2370 ; Linfert 1976, fig. 365.

340 Izmir, musée, inv. 10 ; Humann 1904, p. 209-210, fig. 212 ; Linfert 1976, p. 46, pl. 10, fig. 52-54.

341 Sur le remploi et ses fonctions, cf. supra p. 237-245.

342 Notamment les stèles funéraires de Smyrne, cf. Berlin, Pergamonmuseum, inv. Sk. 775 (Pfuhl, Möbius 1977, p. 107-108, no 252, pl. 49) ; collection particulière (Pfuhl, Möbius 1977, p. 108, no 253, pl. 49) ; Leyde, Rijksmuseum, inv. S.N.Ns.1 (Pfuhl, Möbius 1977, p. 108-109, no 256, pl. 48).

343 Cos, musée, inv. 22 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 205-207, no 32, pl. 48 ; 49,1-2.

344 Kabus-Preisshofen 1989, p. 136.

345 Aybek 2009, p. 26, plan 2 (lieu de découverte) ; p. 48-49, no 20, pl. 14.

346 Samos, musée de Vathy, inv. P 578 ; Martini 1972, p. 292-298, fig. 11-15 ; Martini 1984, p. 95, pl. 12,1-2, 4.

347 Rhodes, musée, inv. 4684 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 321-323, no 117, pl. 51.

348 Paris, musée du Louvre, Ma 4862 ; Hamiaux 1998, p. 54-55, no 61.

349 Mantis 1990, p. 82-96, pl. 34-43 rassemble l’ensemble de la documentation des époques archaïque et classique relative à la représentation des prêtres, soit dix-huit reliefs et représentations peintes, pour la plupart funéraires.

350 Londres, British Museum, inv. 324 ; Holtzmann 2003, p. 134-135, fig. 122 ; Mantis 1990, p. 85, no 1 préfère identifier le personnage au prêtre de Poséidon-Érechthée.

351 Indication orale de B. Holtzmann.

352 Athènes, Musée archéologique national, inv. 4502 ; Mantis 1990, p. 85, no 4, pl. 37γ. Pour une représentation similaire d’un prêtre, sans couteau : Berlin, Staatliche Museen, inv. 1708 ; Mantis 1990, p. 85, no 3, pl. 38β ; l’effet de drapé mouillé est plus accentué encore sur une stèle fragmentaire (Athènes, collection Géroulanos), qui représente un prêtre selon Mantis 1990, p. 92, pl. 42α ; contra Karouzou 1974, p. 167-172, pl. 68-70, qui considère qu’il s’agit de la représentation d’un aulète.

353 Cf. supra p. 230-231.

354 Athènes, Musée archéologique national, inv. 255 ; Geominy 1989 ; Kaltsas 2002, p. 256, no 535.

355 C. Gasparri, LIMC III (1986), s.v. « Dionysos », p. 433, no 100, souligne la faiblesse des indices d’une identification à Dionysos.

356 Geominy 2007b, p. 76 nuance l’hypothèse de 1989 : « Sie stellt einen Jüngling dar oder ein älteres Kind, das wegen der langen Haare sicherlich im Kult eine Rolle gespielt haben wirk » ([la statue] représente un jeune homme ou un enfant presque adulte, qui, en raison de ses longs cheveux, aura sûrement joué un rôle dans le culte).

357 Metzger 1965, p. 12, no 12 ; p. 29, nos 55, 67-69 ; La Genière 1988 p. 164-165, fig. 5 ; bien que Geominy 1989, p. 254 et n. 19 affirme que la statue était couronnée, je n’ai pas vu trace de cet attribut.

358 IG II2 3507-3509 ; Clinton 1971, p. 130, no 26.

359 Geominy 2007b, p. 76 date la statue de 270-260, par comparaison avec une stèle funéraire conservée au Pirée, mais son argumentation, fondée sur une évaluation stylistique subjective affranchie de toute considération des critères objectifs de datation, ne peut être retenue.

360 L. Weidauer, LIMC IV (1988), s.v. « Eumolpos », p. 56-59 ; V. Machaira, LIMC V (1990), s.v. « Iakchos », p. 612-614.

361 Geominy 1989, p. 254 et n. 20.

362 Sur un relief de Smyrne de la première moitié du iie s. (lieu de conservation inconnu), à gauche d’une prêtresse de Déméter, qu’une torche permet d’identifier, se tient un jeune homme enveloppé dans un manteau couvrant tout le corps et chaussé, semble-t-il, des embades. Peut-être s’agit-il d’un mystès ; cf. Pfuhl, Möbius 1977, p. 161, no 529, pl. 82.

363 La plus ancienne base pour un mystès est IG II2 3478 (après le milieu du iie s.).

364 Leyde, Rijksmuseum, inv. 1824 ; Bastet, Brunsting 1982, p. 7, no 17, pl. 4.

365 Petworth House, Marble Hall, inv. 56 ; Raeder 2000, p. 155-159, no 52, pl. 67-69,1 ; le rapprochement est déjà proposé par Brants 1926, p. 84-89.

366 G. Daux, BCH 84 (1960), p. 637, pl. 13 ; Clinton 1974, p. 32-34, no 23, fig. 3.

367 Raeder 2000, p. 157 ; les attestations de statues honorifiques de hiérophantes sont rares en Attique. Toutefois, IG II2 2944 commémore une série d’honneurs, dont une statue de bronze, accordés à un hiérophante duiiie s. Des décrets honorifiques pour des hiérophantes – qui ne mentionnent pas de statues – sont connus dès le ive s. : Clinton 1974, p. 18, cat. H5 (milieu du ive s.) ; IG II2 1235 (274/3) ; Clinton 1974, p. 119, app. II (183-148) ; Agora XVI 306 (148/7). D’Éleusis provient également une base de statue honorifique pour un hiérophante de la fin du ier s. (IG II2 3512).

368 Londres, British Museum, inv. 1152 ; Carter 1983, p. 278-283, nos 87-89, pl. XLI.

369 Cf. le dessin de restitution proposé par Carter 1983, p. 279, fig. 30, qui se fonde non seulement sur les fragments conservés, mais également sur une comparaison avec une statue d’époque augustéenne découverte à Magnésie du Sipyle (Inan, Rosenbaum 1966, p. 161, no 209, pl. CXV).

370 Londres, British Museum, inv. 1870-3-20.201 ; Carter 1983, p. 283-286, no 90, pl. XLII, XLVII; une photographie du montage du xixe s. est donnée par Linfert 1976, p. 41, n. 101, fig. 61 (ier s.).

371 Carter 1983, p. 286.

372 Carter 1983, p. 283.

373 IPriene 113, l. 5-6.

374 Carter 1983, p. 283 n’exclut pas que cet emplacement soit secondaire, mais le travail tout à fait négligé de l’arrière de la statue (Carter 1983, p. 281) suggère que, dès sa première installation, la statue était adossée à un mur. Ce détail technique confère plus de poids à l’hypothèse d’une installation originelle dans le pronaos du temple.

375 Kabus-Preisshofen 1989, p. 215-218, nos 36-37, pl. 46,3 ; 47,1-2.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search