Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Troisième partie – Étude iconographique

Chapitre IX

Les représentations de militaires

Texte intégral

1Les εἰκόνες des décrets sont, avec le temps, devenues des représentations sans visage. On ne  peut en effet associer avec certitude aucune œuvre à un décret conservé. Les deux premières parties de cet ouvrage ont cependant montré combien la représentation honorifique publique est proche, historiquement comme matériellement, des autres modes de représentation individuelle. Poursuivant cette réflexion, ce chapitre analyse un grand nombre de représentations individuelles, sans préjuger a priori de leur genre, pour s’interroger sur leur caractère plus ou moins honorifique et sur les circonstances possibles de leur installation. Il va de soi que l’on quitte ici la certitude documentaire pour l’hypothèse, que l’on jugera parfois aventureuse. Mais c’est la seule voie pour restituer, autant que possible, l’apparence de monuments dispersés ou perdus.

___

Les piliers hermaïques honorifiques

  • 1 Eschine, Contre Ctésiphon 183-185 ; pour une analyse récente de ces monuments, cf. Meyer 2005, p. 2 (...)

2Les statues honorifiques publiques de militaires sont les plus anciennement attestées. C’est en effet pour remercier les généraux vainqueurs que les Athéniens ont surmonté leur défiance vis-à-vis de l’ostentation individuelle. Dès le lendemain des guerres médiques, après la bataille d’Éion, les Athéniens concèdent ainsi, selon Eschine, aux trois généraux vainqueurs un honneur suprême – l’installation de trois piliers hermaïques, où ne sont cependant pas inscrits leurs noms1. Le nombre des piliers implique cependant qu’ils représentent, au moins symboliquement, les trois généraux.

  • 2 Paris, musée du Louvre, CP 10793 ; La Genière 1960 (vers 470).
  • 3 Krämer 2001, p. 128, considère qu’il s’agit plutôt d’une allusion au lieu-dit les « Hermès » sur l’ (...)

3J. de La Genière a rapproché les piliers évoqués par Eschine d’un fragment de pélikè du Peintre de Pan2, où un groupe de trois piliers hermaïques, l’un de face, les deux autres de profil, sont représentés. Une jeune femme portant sur la tête un panier à offrandes et un jeune homme chargé d’une hydrie se dirigent vers eux. Si l’identification proposée par J. de La Genière n’a pas toujours été acceptée3, il me semble difficilement contestable que les trois piliers hermaïques de 476 forment un groupe, uni par les épigrammes qu’ils portent.

  • 4 Bologne, Museo civico, inv. 206 ; G. Siebert, LIMC V (1990), s.v. « Hermes », no 153.

4Une question plus épineuse posée par le passage d’Eschine est celle de l’iconographie de ces piliers hermaïques. S’agit-il, bien que les épigrammes n’aient pas le moindre caractère votif, de représentations divines ou au contraire de représentations idéalisées des trois généraux ? Que les têtes des piliers hermaïques revêtent, dès le ve s., différents aspects est, à nouveau, prouvé par la céramique. Un cratère à colonnettes à figures rouges du Peintre de Borée4, contemporain des piliers hermaïques commémorant la bataille d’Éion, représente ainsi, sur la face A, une jeune femme qui lève la main droite vers la tête aux cheveux bruns mi-longs d’un pilier hermaïque et un vieillard faisant un geste similaire en direction d’un Hermès chenu aux cheveux très longs.

  • 5 New York, Metropolitan Museum, inv. 13.231.2 ; Krämer 2001, p. 69-70, no 4, pl. 8 et p. 76-78 ; la (...)
  • 6 Sur ce point, cf. Harrison 1965, p. 161, n. 62.
  • 7 Cyrène, musée ; Krumeich 1997, p. 50, fig. 17.
  • 8 La tête en bronze de Porticello (Reggio de Calabre, Musée archéologique) offre un exemple un peu pl (...)

5Si l’on admet donc que les piliers hermaïques installés en 476 constituent un groupe et présentent des caractéristiques stylistiques qui les distinguent des autres piliers, on peut chercher à identifier, parmi les têtes de piliers hermaïques conservées ou copiées, des œuvres qui, sans les imiter précisément, peuvent nous donner une idée de leur aspect. Une tête de belle facture conservée à New York, considérée comme la copie d’un pilier hermaïque des années 4305 (pl. XIa), traditionnellement identifiée comme un dieu, pourrait peut-être copier l’une de ces représentations individuelles installées sur un pilier hermaïque au ve s. Le bandeau dans les cheveux n’est en effet pas nécessairement un attribut divin, comme l’attestent abondamment les représentations vasculaires6. Significativement, on rapproche d’ordinaire la tête de New York d’une tête en bronze de Cyrène, dont l’identification est très contestée, mais qui pourrait également être une représentation individuelle7. Bien qu’un peu plus tardive, la tête de New York est peut-être l’œuvre qui, dans la documentation conservée, s’approche le plus de l’apparence des piliers de la bataille d’Éion8.

  • 9 Harrison 1965, p. 110.
  • 10 IG I3 503/504 ; SEG X 404 ; Meritt 1956, p. 270-271.

6Le témoignage ultérieur d’Eschine est sujet à caution, notamment parce que son argumentation recèle plusieurs invraisemblances chronologiques9. Cependant, une base de l’Agora d’Athènes confirme que, dès la première moitié du ve s., les piliers hermaïques sont utilisés comme représentations honorifiques pour les généraux vainqueurs. En effet, les fragments d’une base pour deux piliers, retrouvés l’un dans la rue Hadrianou de Plaka, l’autre sur l’Agora, portent les deux épigrammes suivantes, commémorant la bataille de Marathon10 :

La valeur de ces hommes semblera pour toujours une gloire impérissable à ceux à qui les dieux réservent de rudes batailles pour la communauté ; car, à pied et contre des navires rapides, ils ont empêché toute la Grèce de voir un jour d’esclavage.
Ils avaient donc dans le cœur une volonté d’airain, lorsqu’ils placèrent leur ligne de bataille aux portes face à des dizaines de milliers, mettant en déroute l’armée des Perses, qui avaient décidé de brûler leur célèbre cité côtière.

  • 11 Meritt 1956.
  • 12 Meritt 1956, p. 273-275.

7Ces piliers hermaïques ont été reproduits, avec leurs épigrammes, à la fin du ive s., signe de leur prestige11. Les épigrammes ne font certes mention d’aucun nom, mais sans doute les piliers sont-ils une allusion aux généraux qui se sont distingués lors de la bataille, à savoir Miltiade et le polémarque Callimachos. Il s’agirait alors, comme dans le cas des piliers hermaïques de la bataille d’Éion, d’un monument public érigé sur l’Agora pour commémorer la geste collective des Athéniens, mais probablement aussi la gloire des généraux qui sont à leur tête. B. D. Meritt souligne avec force les liens étroits entre les piliers de la bataille de Marathon et ceux de la bataille d’Éion12 et propose de replacer ces deux groupes de piliers hermaïques à l’angle Nord-Ouest de l’Agora, à l’emplacement connu par les sources sous le nom « les Hermès ». Ainsi, Cimon aurait obtenu des Athéniens des honneurs similaires à ceux conférés à son père quatorze années auparavant.

  • 13 Sur ces piliers hermaïques, cf. Rückert 1998, p. 57-66.
  • 14 IG I3 983 (année 460) ; Wilhelm 1899, p. 228-235, fig. 128 ; l’attribution du distique à Simonide e (...)
  • 15 Anthologie palatine VI 144 ; trad. P. Waltz, CUF, 1931, légèrement modifiée.

8Là encore, ces piliers du début de l’époque classique permettent de souligner l’extrême porosité entre le genre honorifique et le genre votif. En effet, ces dédicaces publiques de piliers hermaïques honorifiques sont légèrement antérieures à un pilier hermaïque découvert à Markopoulo, en Mésogée, qui, sur le modèle des piliers hermaïques dédiés par Hipparque au vie s.13, porte une épigramme de deux vers14, dont l’Anthologie palatine conserve une version plus développée15 :

Fils de Stroibos, Léôcratès, quand tu as consacré cette statue à Hermès, tu ne l’as pas fait à l’insu des Grâces à la belle chevelure, non plus que de la riante Académie, au sein de laquelle je proclame à tout visiteur tes bienfaits.

  • 16 Harrison 1965, p. 121 ; il paraît peu probable en effet que le bloc ait été déplacé depuis l’Académ (...)
  • 17 Harrison 1965, p. 121, n. 102.

9Pour E. B. Harrison, la différence entre l’inscription portée par le pilier de Markopoulo et l’épigramme de l’Anthologie palatine suggère que plusieurs piliers ont été dédiés par Léôcratès, dont l’un se dressait à l’Académie16. Si cette hypothèse est juste, l’offrande de Léôcratès, par la mention de ses bienfaits, ferait explicitement référence à son action militaire et l’épigramme comporterait le terme εὐεργεσίη, comme l’épigramme de l’un des piliers de la bataille d’Éion17. Ainsi, cette dédicace privée évoque, par un formulaire mimétique, les dédicaces honorifiques publiques contemporaines. Mieux, le formulaire votif permet à Léôcratès d’afficher son nom – honneur refusé aux généraux sur l’Agora.

  • 18 Pétrakos 1999b, nos 95 et 96 (337-334).
  • 19 Athènes, Musée archéologique national, inv. 313 ; Rhamnonte, musée, inv. 614-616 ; Pétrakos 1999a, (...)
  • 20 Pétrakos 1999b, no 102 (333-324).

10La pratique qui consiste à consacrer des piliers hermaïques honorifiques aux stratèges et aux autres magistrats militaires perdure au ive s., comme le prouvent des documents de Rhamnonte. En effet, des bases où sont inscrites les dédicaces de soldats pour leur stratège et leur péripolarchos portent à la face supérieure une cuvette d’encastrement pour pilier hermaïque18. Il s’agit de représentations honorifiques collectives qui prenaient sans doute la forme d’un personnage masculin en costume militaire, comme on en conserve plusieurs exemplaires à Rhamnonte même19. Une analyse similaire peut être proposée pour une dédicace publique collective pour les chefs de divisions, provenant également de Rhamnonte20.

  • 21 Robertson 1962, p. XLVII, p. 51, no 264, pl. 8.

11Les piliers hermaïques honorifiques paraissent tomber en désuétude à partir du iiie s., mais ne sont peut-être pas tout à fait oubliés. C’est ce que tendrait à prouver une émission monétaire orientale d’Octave, datée de ca 29-2721. Au revers de ces deniers d’argent est en effet représenté un pilier hermaïque ithyphallique monté sur un foudre qui représente Octave lauré et vêtu de la chlamyde. Il n’est pas interdit de voir dans cette représentation monétaire une allusion à un monument honorifique installé après la bataille d’Actium.

Les représentations de stratèges aux ve et ive s.

  • 22 Pour ce paragraphe, on pourra se reporter également au résumé de Dillon 2006, p. 107-110.
  • 23 Sur l’ensemble de la documentation, archéologique et littéraire, cf. Krumeich 1997.
  • 24 Himmelmann 1990, p. 86-101.
  • 25 Berlin, Pergamonmuseum, inv. 73 ; Himmelmann 1990, p. 98-100, fig. 50.

12Il n’existe pas, à proprement parler, de statues honorifiques publiques de magistrats militaires au ve s.22. Cependant, on ne peut comprendre le développement de ce genre au ive s. sans l’insérer dans la tradition des représentations votives de généraux. En effet, des copies de têtes masculines casquées du ve s. et de nombreux témoignages littéraires prouvent que les magistrats militaires avaient, dès cette époque, leurs statues dans l’espace public23. Les travauxde N. Himmelmann sur la statue de Périclès (pl. XIb) ont renouvelé notre connaissance du type des statues de stratèges du ve s.24. Contre l’opinio communis, selon laquelle les têtes casquées, qui seules ont été copiées, auraient appartenu à des corps nus, il propose, en se fondant sur l’iconographie vasculaire et funéraire, de restituer pour ces têtes un corps drapé de l’himation. Les statues auraient alors combiné les traits civils et militaires, comme l’Athéna Rospigliosi25.

  • 26 Berlin, Pergamonmuseum, inv. 1708 ; CAT 3.192 ; IG II2 12717 (410-400).
  • 27 Le même motif se retrouve sur une stèle de Mégare (Worcester, Massachussetts Art Museum ; CAT 1.153 (...)

13Il est vrai que, dans l’iconographie contemporaine de la guerre du Péloponnèse, les militaires d’âge mûr, donc susceptibles d’exercer des magistratures militaires, ne sont pas représentés nus. Ainsi, sur une stèle funéraire, probablement attique, conservée à Berlin26, Sôsias et Kèphisodôros sont représentés, à côté d’un prêtre anonyme, en tenue militaire. Tous deux barbus, ils portent le pilos et un chitôn ceinturé court, sur lequel Sôsias a passé une chlamyde. Ils couvrent leur flanc gauche d’un bouclier rond et Sôsias tient une lance en main gauche27.

  • 28 Malibu, J. P. Getty Museum, inv. 83.AA.378 ; CAT 2.121 ; SEG XXXIV 234 (410-400).
  • 29 Chr. W. Clairmont note cette proximité avec la ronde bosse pour la figure de Philoménè, qui fait fa (...)
  • 30 Despinis 1991-1992 ; pour le fragment supérieur : New York, collection de Shelby White et de Leon L (...)
  • 31 Proposition, à titre d’hypothèse, de Despinis 1991-1992, p. 17 ; cf. SEG XLVII 255.
  • 32 Noter également l’association du casque attique avec l’exômis et la chlamyde sur un relief funérair (...)

14Une variante typologique pour les soldats d’âge mûr est présentée par la stèle à fronton de Philoxénos, sans provenance mais sûrement attique, conservée à Malibu28. Le défunt est représenté debout, tourné vers la droite, le poids du corps porté sur la jambe droite, la jambe gauche en retrait. Sur une tunique tombant aux genoux, il porte une cuirasse anatomique à deux rangs de lambrequins. Il protège son flanc gauche d’un bouclier rond et sa tête d’un casque attique à aigrette. Son visage barbu présente des traits idéalisés et des paupières très ourlées qui évoquent le style sévère. Ces caractéristiques stylistiques et le hiératisme de la figure évoquent la ronde bosse29. La même impression se dégage du soldat Ménôn, représenté sur une stèle à fronton de Steiria (Porto Raphti), récemment reconstituée par G. Despinis, datée de la décennie 410-40030. Le personnage représenté à gauche, qui pourrait avoir été triérarque31, se tient debout, tourné vers la droite, le poids du corps porté sur la jambe droite, la jambe gauche légèrement fléchie. Il est vêtu d’un chitôn tombant aux genoux, ceinturé et à manches courtes. Ménôn protège son flanc gauche d’un bouclier rond et tient en main gauche une lance. Il porte un casque attique, qui, de façon inhabituelle, couvre les oreilles. Les traits du visage sont idéalisés, les paupières très ourlées. La barbe fournie se compose de mèches ondulées qui évoquent les statues divines du ve s. D’une façon générale, la figure de Ménôn, par son hiératisme et son style, évoque elle aussi la ronde bosse32.

  • 33 Athènes, Musée archéologique national, inv. 835 ; CAT 4.650 ; Clairmont 1983, p. 84, n. 60.
  • 34 Hypothèse de Weber 2002.
  • 35 Krumeich 1997, p. 122 ; Weber 2002, p. 58 émet l’hypothèse, plus fragile, que l’installation de la (...)

15Il est à noter par ailleurs que le casque corinthien est très rare sur les reliefs funéraires attiques du ve s. Il coiffe cependant deux jeunes soldats, vêtus d’un chitôn court ceinturé, sur un lécythe funéraire de la fin du siècle, qui s’inspire, selon Chr. W. Clairmont, d’un relief de dèmosion sèma33. Le casque corinthien de Périclès appartient donc à une panoplie rare à l’époque de l’installation de la statue, dans le dernier tiers du ve s. Il renvoie sans doute à la fonction de stratège de Périclès34, élevé au-dessus de ses concitoyens par cette référence au passé mythique des guerres médiques, en même temps qu’à Athéna, divinité principale de la cité35.

  • 36 Krumeich 1997, p. 122, n. 583.
  • 37 À l’appui de cette hypothèse, on peut également invoquer un relief votif du Musée archéologique de (...)
  • 38 Cassel, musée, inv. 1 ; Bieber 1913 ; Gercke, Zimmermann-Elseify 2007, p. 206-208, no 64.
  • 39 Vierneisel-Schlörb 1979, p. 86.
  • 40 Gercke, Zimmermann-Elseify 2007, p. 208.

16Ainsi, si l’on peut rejeter, avec N. Himmelmann, l’hypothèse de représentations nues de stratèges au ve s., la suggestion d’un corps drapé de l’himation paraît également aventureuse36. Ne vaut-il pas mieux imaginer la statue de Périclès en chitôn court ou en cuirasse anatomique, motifs plus fréquents sur les reliefs funéraires37 ? Cette hypothèse rejoint celle formulée par M. Bieber à propos d’un torse acquis à Rome pour le musée de Cassel en 177738 (pl. XII). Débarrassé de ses compléments modernes, ce torse de 1,20 m représente une figure masculine debout, le poids du corps porté sur la jambe gauche, vêtu d’une exômis ceinturée. Sur l’épaule gauche est jetée une chlamyde. La tête est brisée et les bras rapportés ont disparu. D’après M. Bieber, ce torse serait la copie romaine d’une statue de stratège du ve s., et plus précisément d’une œuvre de Crésilas, sur lequel il serait dès lors possible de restituer la tête que copie le buste de Périclès du British Museum (pl. XIb). Cette hypothèse a reçu un écho assez favorable ; elle est notamment acceptée par B. Vierneisel-Schlörb39 et retenue comme hypothèse de travail par P. Gercke et N. Zimmermann-Elseify40.

  • 41 Anderson 1963 ; Buckler 1972.
  • 42 Cornelius Nepos, Chabrias 1.
  • 43 Diodore de Sicile, XV 32, 33.
  • 44 Burnett, Edmondson 1961, p. 74-91, pl. 11-12.
  • 45 Sur quatre naiskoi funéraires : Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 206 (CAT 2.413 ; ca 330) ; (...)
  • 46 Sur trois naiskoi funéraires : Moscou, musée Pouchkine, inv. P la935 (CAT 2.331 ; ca 330) ; Rhamnon (...)
  • 47 Sur un naiskos funéraire : Budapest, musée des Beaux-Arts, inv. 6259 (CAT 2.957 ; ca 320) ; sur l’e (...)

17Les statues honorifiques de stratèges au ive s. sont mal connues. Seule la statue de Chabrias, érigée en 378 par la cité d’Athènes, peut être restituée41, grâce aux témoignages de Cornelius Nepos42 et de Diodore de Sicile43, mais aussi aux nombreux fragments de la base retrouvés sur l’Agora d’Athènes44. Cependant, la cuirasse restituée par J. Buckler à la statue n’est qu’une hypothèse parmi d’autres. En effet, les reliefs funéraires attiques du ive s. présentent une grande variété dans la représentation de personnages susceptibles d’avoir exercé une importante magistrature militaire. Ils apparaissent soit en cuirasse45, soit en chitôn court et chlamyde46 – tenue qui désigne un militaire de la cavalerie –, soit, dans un cas unique, nus47. Rien n’indique donc que la représentation des stratèges en cuirasse s’impose dans la première moitié du ive s.

Les militaires sans cuirasse

L’époque classique et la haute époque hellénistique

18Dans le prolongement de la tradition classique, les Grecs continuent, à l’époque hellénistique, de dédier aux militaires des statues drapées d’un chitôn court, et éventuellement d’un manteau de campagne. Le monument de Daochos à Delphes témoigne de l’aspect que peuvent revêtir ces statues dans la seconde moitié du ive s. Quatre statues de ce monument, dédié, peu après 336, par Daochos II pour honorer ses ancêtres, présentent en effet autant de variantes de tenues de campagne militaire.

  • 48 Geominy 1998a ; Geominy 2007a, p. 84-98 ; Geominy 2007b, p. 56-59 ; 65-68.
  • 49 FD III 4, 460, p. 137.
  • 50 FD III 4, 460, no 5.
  • 51 Thucydide, II 22, 3 ; Geominy 1998a, p. 372-373.
  • 52 Thucydide, II 22, 3.
  • 53 Geominy 1998a, p. 374.
  • 54 Sur l’équivalence des termes ἀρχός, ἄρχων, τέτραρχος pour désigner le chef suprême des Thessaliens, (...)
  • 55 Fr. Hiller von Gaertringen, RE VI (1936), s.v. « Thessalia », col. 126 ; Geominy 1998a, p. 377 reco (...)
  • 56 Homolle 1897, p. 595.
  • 57 C’est en tout cas l’analyse que fait Fr. Hiller von Gaertringen d’un passage de Thucydide (IV 78), (...)

19Avant de décrire plus précisément ces types, il convient de revenir brièvement sur les controverses récentes liées à la date de ce monument. En effet, W. Geominy a proposé d’abaisser la chronologie du monument de Daochos d’un demi-siècle48. Ses arguments historiques reposent sur la supposée impossibilité du stemma établi par J. Pouilloux à partir des inscriptions gravées sur les bases des statues49. Selon lui, Daochos Ier, dont l’épigramme précise qu’il a gouverné toute la Thessalie pendant vingt-sept ans, lui assurant vingt-sept ans de paix50, n’aurait pu être magistrat unique de Thessalie pendant la période 431-404, parce que Thucydide mentionne à la tête des renforts thessaliens arrivés en 431 un certain Ménôn de Pharsale51. Cet argument repose sur une lecture tronquée de Thucydide, qui mentionne en outre deux chefs de Larissa, Polymèdès et Aristonous, et précise que chaque cité thessalienne avait son chef52. Le passage n’implique donc nullement que Ménôn ait eu le commandement suprême sur la Thessalie, où Daochos Ier peut dès lors retrouver sa place. Du reste, la proposition alternative faite par W. Geominy de placer le bon gouvernement de Daochos Ier sous Philippe II et Alexandre53, c’est-à-dire au lendemain de la troisième guerre sacrée, paraît peu vraisemblable. La fonction de tétrarque, ou son équivalent ἀρχός, est en effet assurée par Philippe II après 354/354, qui devient archonte de Thessalie, titre qu’il transmet à son fils55. Il convient en outre de faire la part de l’orgueil familial dans l’épigramme relative au gouvernement de Daochos Ier, car, s’il a bien exercé sa charge entre 431 et 404, seules dates possibles comme l’avait déjà vu Th. Homolle56, son pouvoir est peut-être moins absolu que ne l’affirme l’épigramme57.

  • 58 Geominy 1998a, p. 373-374 ; le fragment de Théopompe qu’il cite à l’appui de son hypothèse (FrGrH 1 (...)
  • 59 Geominy 1998a, p. 378 : « Es ist also gar keine Inschrift zu erwarten, die die Hieromnemonen-Tätigk (...)
  • 60 Noter la circularité du raisonnement : si le Daochos du ive s. est tétrarque, Thrasydaios doit l’êt (...)
  • 61 Helly 1995, p. 62.
  • 62 Helly 1995, p. 64-66.
  • 63 Contre la thèse de W. Geominy, on peut également avancer qu’il n’existe plus, au iiie s., de tétrar (...)

20Le second argument historique de W. Geominy est plus difficile encore à soutenir. Partant de l’hypothèse que Thrasydaios de Pharsale, hiéromnèmon en même temps que Daochos II entre 337/6 et 333/2, est également tétrarque, ce qui n’est attesté explicitement par aucune source58, il considère comme invraisemblable la coexistence de deux tétrarques et préfère, tirant parti du silence des sources59, abaisser la date de l’activité de hiéromnèmon de Daochos II, dédicataire du monument, au premier quart du iiie s., privant le hiéromnèmon du ive s. du titre de tétrarque60. Br. Helly a, dès 1995, fourni une solution à cet épineux problème. Thrasydaios est non pas tétrarque, titre qui désigne exclusivement le commandement suprême de Thessalie, mais plutôt l’un des τετράδαρχοι désignés par Philippe II comme représentants de son pouvoir suprême dans une tétrade, division administrative de Thessalie61. Quant à Daochos II, il est l’éphémère et dernier tétrarque de Thessalie, qui supplée Philippe II lorsque celui-ci prend le commandement suprême de la ligue de Corinthe, après Chéronée62. Il assure donc bien simultanément les fonctions de hiéromnèmon et de tétrarque. La fierté de revêtir un titre si prestigieux, malgré la mainmise effective de la Macédoine sur la Thessalie, joue probablement un rôle dans la décision de Daochos de consacrer à Delphes un monument de grande ampleur63.

  • 64 Decourt 1995, no 57 ; cf. infra p. 309.

21Face à la thèse de W. Geominy, il faut donc manier le rasoir d’Ockham. L’identification de Daochos II, dédicataire du monument, au hiéromnèmon de 337/6 à 333/2 est la solution la plus simple et la plus élégante pour rendre compte de toute la documentation ; par ailleurs, la base de Pharsale signée par Lysippe64 et la base d’Agias sur le monument de Delphes, qui portent la même épigramme, sont vraisemblablement dédiées dans un faible intervalle de temps, celui de la tétrarchie de Daochos.

  • 65 Jacquemin, Laroche 2001 ; le plan restitué est rejeté par Geominy 2007a, p. 85-88, fig. 86 et n. 11 (...)
  • 66 Rolley 1999, p. 325-329 et Andreae 2001, p. 63-64 n’acceptent pas la datation proposée par W. Geomi (...)

22Mais la principale objection à une datation basse du monument de Daochos est d’ordre architectural. A. Jacquemin et D. Laroche ont récemment démontré que le monument est inachevé et a connu une existence brève, puisqu’il n’a pu coexister avec la colonne à l’omphalos, installé sur la fondation ΠΑΝ dans la décennie 335-32565. Cette dernière empiète en effet sur les fondations du monument de Daochos. Au plus tard en 325, l’oikos thessalien avait été détruit par une catastrophe naturelle. Le monument de Delphes ne saurait donc être descendu dans le premier quart du iiie s.66.

  • 67 Dohrn 1968a.
  • 68 Dohrn 1968a, p. 40, fig. 10-11 considère que la position et la forme de l’étai n’autorisent pas à r (...)

23Parmi les huit statues qui formaient un groupe paratactique le long du mur Nord de l’oikos67, on compte quatre statues vêtues du costume militaire thessalien – celles d’Acnonios, de Daochos Ier, de Sisyphos Ier (pl. XIII) et de Daochos II. De cette dernière ne sont cependant conservés que la plinthe, le pied droit chaussé d’une sandale, le départ d’un étai et l’extrémité antérieure de la semelle droite68.

24Bien qu’elles représentent des personnages ayant vécu à un siècle de distance, les trois statues drapées présentent certes des variations mais autour du même vêtement militaire. Toutes sont notamment chaussées de sandales hautes – les crèpides –, particulièrement bien conservées sur la statue de Sisyphos Ier, dont les multiples et fines lanières rayonnent à partir du cou-de-pied, enserrent étroitement le talon et sont nouées haut sur la cheville. Une pièce de cuir à l’arrière de la cheville renforce le dispositif.

25Acnonios et Daochos Ier portent, sur un chitôn court non ceinturé, tombant au-dessus du genou, la chlamyde thessalienne, agrafée sur l’épaule gauche. Tandis qu’Acnonios lève hautle bras gauche, du côté de la jambe libre, et tournait probablement la tête du même côté, Daochos Ier est représenté au repos, le bras droit le long du corps et le bras gauche replié sur la poitrine, sous l’étoffe de la chlamyde. Ces attitudes opposées animent le drapé de façon très différente. Tandis que la chlamyde d’Acnonios est parcourue de plis en V et est retroussée sur le bras sous l’effet du mouvement, celle de Daochos Ier présente une surface remarquablement lisse, qui était sans doute propice à la décoration peinte.

26Sisyphos Ier a quant à lui ôté sa chlamyde, qui repose sur son bras gauche. Son bras droit est haut levé dans un geste de prise de parole. Le chitôn, qui laisse voir les volumes du sexe, du ventre et des pectoraux, est ceinturé haut et un baudrier traverse le torse.

  • 69 Brécoulaki 2006, p. 263 ; 272-273, pl. 94,2. L’auteur qualifie les crèpides, la chlamyde et la kaus (...)
  • 70 Saatsoglou-Paliadeli 1984, p. 152-159, no 20, pl. 42-43 ; Brécoulaki 2006, pl. 54-55.
  • 71 Arvanitopoulos 1928, p. 143-146, fig. 166-169, pl. I.

27Les Thessaliens partagent ce vêtement de campagne avec les Macédoniens, comme le prouvent abondamment les peintures funéraires. Deux personnages du banquet représenté sur la frise de la façade de la tombe III d’Aghios Athanassios, datée du dernier quart du ive s., portent en effet eux aussi la chlamyde par-dessus le chitôn et sont chaussés de crèpides69. Sur une stèle peinte à fronton de Vergina, des environs de 325, Cléônymos, fils d’Akylos, représenté face à un personnage masculin assis, une figure féminine voilée, debout à l’arrière-plan, et un jeune garçon, est chaussé des crèpides et porte une chlamyde sur un chitôniscos70. Il a rejeté sa kausia sur le haut du dos et s’appuie de la main gauche sur une lance. En Thessalie enfin, une stèle peinte de Dèmètrias, datée du milieu du iiie s., présente un personnage vêtu de la même façon, saluant un personnage masculin assis71.

  • 72 Rome, Palais des Conservateurs, Museo Nuovo, inv. 1829.
  • 73 Geominy 2007a, p. 89-90, fig. 70-71 ; Geominy 2007b, p. 67-68, fig. 72 et 84.
  • 74 Rhamnonte, musée, inv. 107, 306, 389 ; Pétrakos 1999a, p. 389-396, fig. 289 ; vol. II, no 270 ; la (...)
  • 75 La date est admise par Geominy 2007b, p. 56-57, fig. dans le texte 10.
  • 76 Moscou, musée Pouchkine, inv. P 1a935 ; CAT 2.331.

28La statue de Sisyphos Ier, par son originalité, permet une évaluation stylistique précise. Plutôt qu’une comparaison avec l’Athéna Castro Pretorio72, qui ne m’apparaît pas pertinente73, qu’on la date du ive ou du iiie s., il me semble que la figure d’Iophôn sur le grand relief de l’enclos funéraire de Hiéroclès à Rhamnonte fournit le parallèle le plus convaincant74. La figure d’Iophôn montre en effet la même organisation générale du vêtement, le même torse puissant, la même pondération et le même mouvement d’ensemble que la statue de Sisyphos Ier. La frontalité de la figure du naiskos suggère un emprunt à la ronde bosse. Or, ce monument est communément daté vers 320, juste avant l’interdiction des monuments funéraires par Démétrios de Phalère75. Les effets de transparence sur ce type de vêtement de campagne apparaissent également sur les reliefs funéraires attiques de la même période, notamment sur une stèle provenant probablement de Patissia, conservée au musée Pouchkine, de la décennie 330-32076. Sur ce relief s’avance, à main gauche, à côté de son cheval un jeune homme, en chitôn et chlamyde, au pétase rejeté sur les épaules, qui tient sur son épaule gauche une lance. Le tissu des vêtements est si fin, que les muscles du torse large apparaissent par transparence, raffinement très proche de celui observé sur la statue de Sisyphos Ier.

  • 77 Brécoulaki 2006, pl. 90, 99-100.
  • 78 Figurine fabriquée à Athènes : Londres, British Museum, inv. 1906.10-19.1 ; Burns, Higgins 2001, p. (...)
  • 79 Figurine provenant peut-être de Tanagra : Londres, British Museum, inv. 1874.3-5.68 ; Burns, Higgin (...)
  • 80 Archontidou-Argyri 1988, p. 459, pl. 278.
  • 81 Istanbul, Musée archéologique, inv. 1191 ; Andreae 2001, p. 60-63, nos 3-4, plaide pour une datatio (...)

29Quoiqu’elle offre moins de possibilité de comparaison directe, la statue de Daochos Ier illustre un motif qui apparaît au ive s. Les éphèbes en tenue militaire macédonienne, au bras gauche replié sous la chlamyde et plaqué contre le torse, apparaissent en effet en contexte funéraire ou votif dès les années 340. On peut ainsi comparer la statue de Daochos Ier aux deux soldats peints en façade de la tombe III d’Aghios Athanassios (pl. Va et b), qui s’appuient de la main droite sur une lance et ont le bras gauche replié sous la chlamyde77. Mais on trouve également de très nombreux parallèles à ce drapé dans les figurines de terre cuite. Le motif est alors adopté pour représenter soit de jeunes garçons78, soit des éphèbes79. Six exemplaires de ce dernier type ont été retrouvés dans une tombe de Mytilène, que des monnaies permettent de dater entre le milieu du ive s. et celui du iiie s.80. Enfin, quoique la date en soit controversée, on peut, pour le type du vêtement et la position des bras, établir une comparaison entre la statue de Daochos Ier et celle dite de l’« éphèbe de Tralles »81.

  • 82 Chalkis, musée, inv. 10 ; Dohrn 1968a, p. 46, n. 60, pl. 36-37.
  • 83 Brauron, musée, inv. 1170 ; L. Kahil, LIMC II (1984), s.v. « Artemis », p. 635, no 118.

30La statue d’Acnonios, par son attitude et le drapé de son vêtement, est moins conventionnelle. Si elle trouve en effet un parallèle partiel dans une statue du musée de Chalkis, dont le drapé est assez proche82, et dans une statue de Brauron, qui représente un jeune homme en chitôn et en chlamyde accoudé à une statue d’Artémis archaïsante, datée des environs de 33083, elle ne s’insère pas dans un répertoire iconographique bien établi.

31Acnonios, Sisyphos Ier et Daochos Ier, ainsi probablement que Daochos II, sont donc représentés dans une tenue militaire sans doute empruntée, à l’origine, à l’armée macédonienne, mais qui se diffuse dans l’art grec dès la seconde moitié du ive s. Les types adoptés résultent d’une recherche de variété, mais empruntent à un répertoire de formes conventionnelles, sauf dans le cas de la statue d’Acnonios.

  • 84 Jacquemin, Laroche 2001 ; sur l’apparition des monuments généalogiques au ive s., cf. aussi Borbein (...)

32Monument d’exaltation dynastique autant que marque de piété envers Apollon, qui apparaissait sans doute à l’extrémité droite du groupe, l’offrande de Daochos a également une portée honorifique. En effet, Daochos commémore ses ancêtres tout en exaltant son descendant, Sisyphos II, qui apparaît à l’extrémité gauche du groupe, ainsi que, si l’on suit l’hypothèsed’A. Jacquemin et de D. Laroche, sa famille84. Les bases inachevées destinées au mur Sud de l’oikos étaient en effet peut-être prévues pour porter des groupes statuaires représentant les couples de la famille du tétrarque. Le caractère honorifique du monument se mêle donc à la dévotion envers le dieu.

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

  • 85 Bol, Eckstein 1975 ; Prittwitz und Gaffron 2007, p. 244, fig. 200 ; Despinis 2013, p. 22-25, fig. 5
  • 86 L’interprétation du geste comme une prise de parole est vraisemblablement erronée, comme le prouve (...)
  • 87 Bol, Eckstein 1975, p. 90.

33Si presque aucune statue honorifique de militaire en chitôn et en chlamyde de la basse époque hellénistique n’est conservée, un relief du iie s. montre que ce type demeure en usage. Trouvé en 1880 près de Karnési, sur le site de l’antique Cleitôr, ce relief a été moulé par l’équipe de fouilleurs d’Olympie (pl. XIV). L’original est resté in situ, à l’air libre, soixante-dix ans environ, avant d’être exposé contre un mur de la mairie de Kato Klitoria85. Sa longue exposition à l’air libre est cause de la mutilation et de l’usure du relief, qui, dans son état actuel, se compose de quatre fragments. Sa largeur, entièrement préservée, atteint 1,10 m et sa hauteur 2 m, si bien que le personnage représenté est plus grand que nature. Celui-ci se tient debout, de trois quarts, le poids du corps porté sur la jambe gauche, la jambe droite sur le côté et légèrement fléchie. Le bras droit, dont un unique fragment est conservé mais dont les moulages perpétuent le souvenir, est haut levé dans un geste de prière86. La tête, représentée de profil, suit le mouvement du bras. En dépit de la forte érosion, la structure du visage reste visible. Allongé et glabre, il présente un front bombé, des yeux enfoncés et des traits marqués qui sont ceux d’un homme mûr87. Le bras gauche, légèrement écarté du corps, retient contre l’épaule une lance, tandis que la main ramène sur le bas du corps l’extrémité du long manteau de campagne. Les proportions du corps sont élancées et la musculature sèche, presque noueuse.

34Le manteau est drapé sur une exômis ceinturée, qui dégage l’épaule et la partie droite du torse. La longue chlamyde est attachée sur l’épaule droite ; elle enveloppe le coude gauche et retombe dans le dos. Son extrémité triangulaire, ornée d’un rhombiscos, retombe derrière la jambe gauche. Outre la lance déjà mentionnée, le soldat est armé d’une épée, fixée sous l’aisselle gauche par un baudrier, d’un bouclier rond représenté en bas-relief sur le fond du champ, et d’un casque attique à aigrette déposé près de son pied droit.

  • 88 Bol, Eckstein 1975, p. 88.
  • 89 Athènes, Musée archéologique national, inv. 710 ; Geominy 1985, date la statue de 146/5 ; la date e (...)

35Comme le soulignent P. C. Bol et F. Eckstein, le geste qu’effectue la main gauche pour ramener le manteau sur le bas du corps est rare88. La statue de petite taille, contemporaine du relief de Cleitôr, dédiée à Aphrodite par Mégistè, probablement au Métrôon du Pirée89, fournit un parallèle à ce motif, représenté cependant de façon assez artificielle.

  • 90 Gurlitt 1881, p. 153 ; Milchhöfer 1881, col. 156.
  • 91 Milchhöfer 1881, col. 156 ; lecture confirmée, à partir du moulage, par Bol, Eckstein 1975, p. 84 e (...)
  • 92 IOlympia 449-450 ; sur ces bases de statues et plus généralement sur l’utilisation de la mémoire de (...)

36Décisive pour la datation et l’interprétation du relief de Cleitôr est l’inscription de deux lignes dont une partie, au moment de la découverte, était encore visible sur le bandeau supérieur du couronnement de la stèle. L. Gurlitt et A. Milchhöfer, inventeurs du monument, parviennent à déchiffrer dans un premier temps les premiers mots de la seconde ligne : ἀντὶ ἄλλων90. Puis, avec l’aide de K. Purgold, ils amendent et améliorent leur lecture, déchiffrant désormais ἀντὶ καλῶν ἔργων εἵσ[ατο- - -] et, sur un fragment de la partie droite de la stèle les lettres ΠΟ[.]ΛΥ91. Ces quelques mots suffisent à rapprocher l’inscription de la stèle de Cleitôr de deux bases de statues honorifiques d’Olympie, érigées par la cité de Messène et la confédération achaienne pour Titus Flavius Polybios dans la première moitié du iie s. apr. J.-C., qui portent le distique suivant92 :

Ce très beau joyau, c’est au fils de Lycortas que la cité, en retour de ses bienfaits, l’a consacré, à lui Polybe.

  • 93 Pausanias, VIII 9, 1.
  • 94 Pausanias, VIII 30, 8.
  • 95 Pausanias, VIII 37, 2.
  • 96 Pausanias, VIII 48, 8.
  • 97 Pausanias, VIII 30, 8 : γέγραπται δὲ καὶ ἐλεγεῖα επ’ αὐτῷ λέγοντα ὡς ἐπὶ γῆν καὶ θάλασσαν πᾶσαν πλα (...)
  • 98 Pausanias, VIII 37, 2 : καὶ οἱ ἐπίγραµµά ἐστιν ἐξ ἀρχῆς τε µὴ ἂν σφαλῆναι τὴν Ἑλλάδα, εἰ Πολυβίῳ τὰ (...)
  • 99 Polybe, XXXIX 3, 1-11 ; cf. supra p. 249, n. 154.
  • 100 Polybe XXXIX 4-5 ; cf. Bol, Eckstein 1975, p. 90 (référence erronée) ; Walbank Fr. W. 1979, p. 735.

37T. Flavius Polybios descend probablement de l’historien Polybe ; c’est pourquoi la cité reprend, pour l’honorer, un distique hellénistique consacré à ce glorieux ancêtre. Or, Pausanias relate par ailleurs qu’il a vu, dans le temple de Mantinée, dans la partie consacrée à Lètô, Apollon et Artémis93, sur l’agora de Mégalopolis, en arrière de l’enclos consacré à Zeus Lycaios94, sous le portique du sanctuaire de Despoina à Lycosoura95 et à côté de l’autel de Gè, près du temple d’Ilithyie, sur l’agora de Tégée96, des reliefs qui représentent Polybe. Pausanias paraphrase les épigrammes qui accompagnent les reliefs de Mégalopolis et de Lycosoura, dont la tonalité est honorifique. Sur le premier, il est ainsi fait mention de ses ambassades, de ses bonnes relations avec les Romains et de son talent de négociateur97 ; sur le second, ce sont ses talents de conseiller et son dévouement qui sont mis en avant98, qualités qui trouvent, moins d’un demi-siècle plus tard, leurs correspondants exacts dans les décrets de Ménippos et de Polémaios de Colophon. Or, un passage interpolé par l’éditeur des Histoires de Polybe relate que, en 145, après le départ de la commission du Sénat envoyée pour régler l’organisation de la province d’Achaïe, Polybe négocie la préservation des statues honorifiques des stratèges achéens99 et se met au service des cités pour régler les problèmes soulevés par le nouveau statut100. Il reçoit en retour, de son vivant et après sa mort, les plus grands honneurs – les µέγισται τιµαί –, expression directement empruntée aux décrets honorifiques.

  • 101 Pédech 1969, introduction p. X.
  • 102 Schäfer M. 2002, p. 181-184 (le catalogue propose un choix de reliefs funéraires et votifs à l’appu (...)
  • 103 Izmir, Kültürpark, inv. 4322 et 1026 (Pfuhl, Möbius 1977, p. 183, no 647, pl. 98 ; Pfuhl, Möbius 19 (...)

38Il est probable que les reliefs vus par Pausanias sont les marques d’honneur des cités arcadiennes envers Polybe, toujours en place à l’époque d’Antonin, et que le relief de Cleitôr appartient à cette série. Ce dernier est ainsi l’un des rares témoignages archéologiques de reliefs honorifiques conservés et de représentation de l’un des meneurs de la confédération achaienne, dont Polybe est hipparque en 170/69101. La tenue légère portée par Polybe est d’ailleurs caractéristique des cavaliers102. E. Pfuhl et H. Möbius la rapprochent en effet d’un type masculin contemporain, représenté sur des reliefs de Smyrne et de Kymè, le plus souvent accompagné d’un cheval103. Bien que l’attitude générale et le vêtement l’apparentent à la figure de Polybe, ce type d’Asie Mineure en diffère cependant sensiblement. En effet, les cavaliers de ces stèles funéraires portent un chitôn sans ceinture couvrant les deux épaules et le manteau enveloppe entièrement la jambe droite. Inspirés du répertoire classique des représentations de cavaliers, la stèle arcadienne et les reliefs smyrniotes sont des interprétations locales et appartiennent donc à des types différents.

  • 104 Odyssée XVIII 300.
  • 105 L’expression se trouve notamment sur un aryballe en bronze, qui provient probablement de Sparte, dé (...)
  • 106 Liddell, Scott 1968, s.v. « ἵζω », I.2.
  • 107 Noter que nous n’avons aucun indice qui permette d’affirmer que Polybe ait été héroïsé ou divinisé.

39Indubitablement honorifique, le relief de Cleitôr n’en revêt pas moins un caractère votif.En effet, même si l’on ignore le contexte originel d’exposition de la stèle, les quatre reliefs vus par Pausanias se dressent soit dans un temple, soit dans un sanctuaire, aux côtés d’inscriptions relatives aux Mystères, soit à côté d’un autel de l’agora, soit enfin à proximité immédiate d’un sanctuaire de l’agora. De plus, le distique ne répond pas au formulaire honorifique conventionnel, mais prend une coloration votive, par la désignation au datif du personnage honoré, par l’emploi de l’expression homérique104 περικαλλὲς ἄγαλµα, qui qualifie en général une offrande105, et par celui du verbe ἵζεσθαι à l’aoriste, d’ordinaire réservé à la consécration de temples ou de statues en l’honneur des dieux106. Le caractère religieux du relief est encore accentué par le geste de prière effectué par Polybe. Ainsi, bien qu’aucune divinité ne soit représentée ni mentionnée, le relief de Cleitôr a une indéniable composante votive107.

  • 108 Worcester, musée (CAT 1.153) ; la comparaison est déjà proposée par H. Möbius, « Diotima », JDAI 49 (...)
  • 109 Hauteur : 1,82 m ; longueur : 0,94 m.
  • 110 Le personnage tient un pilos en main droite, non un casque attique.
  • 111 Clairmont 1983, p. 70-72 ; CAT 1.153.
  • 112 Möbius 1934, p. 52, fig. 4 et p. 54, suivi par Himmelmann 1990, p. 66.
  • 113 Athènes, Musée archéologique national, inv. 226 (Möbius 1934, p. 46, fig. 1 et 54-55).
  • 114 Möbius 1934, p. 56-57 ; noter que le caractère héroïque de la représentation est reconnu par CAT 1. (...)

40Typologiquement, la proximité du relief de Cleitôr avec certains reliefs funéraires est frappante. On peut, par exemple, souligner, malgré l’écart chronologique qui les sépare, la parenté entre le relief de Cleitôr et une stèle de Mégare108. Les dimensions et la forme de la stèle sont en effet similaires109, de même que l’armement et le vêtement110. L’interprétation de la stèle de Mégare, généralement datée de la décennie 420-410, est complexe. Chr. W. Clairmont, qui adopte un point de vue attique, y voit un monument funéraire privé qui imite le relief d’un dèmosion sèma111. Pour H. Möbius, qui interprète la masse indistincte au pied du guerrier comme une eschara et inscrit le monument dans la tradition péloponnésienne, la stèle est un relief héroïque112. Son interprétation repose d’une part sur une comparaison avec le relief dit de Diotime (pl. XLI) trouvé sur l’agora de Mantinée, qui pourrait être héroïque113, et d’autre part sur le témoignage de Pausanias qui évoque de nombreux reliefs héroïques sur les agoras du Péloponnèse114. La méconnaissance du contexte de découverte de la stèle de Mégare interdit de trancher définitivement la question, qui est d’ailleurs mal posée. Peut-on véritablement faire le départ entre le caractère votif, funéraire, et, enfin, probablement honorifique du monument ?

  • 115 Bodrum, musée, inv. 33.17.82 ; Özgan 1999, p. 35-39, cat. H 9, pl. 9 a-b.
  • 116 Hauteur conservée : 0,48 m.
  • 117 Rhodes, musée, inv. 13578 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 207-211, no 33, pl. 44,1-3 ; 45,1-4.

41Une statue fragmentaire, découverte à Stratonicée de Carie, témoigne de l’existence de ce type honorifique en Asie Mineure115 (pl. XV). De cette statue plus petite que nature116 n’est conservé que le tronc, du milieu des cuisses au ras du cou. Seule la tête était rapportée. Le personnage est en appui sur la jambe droite, la gauche est fléchie et portée sur le côté. La hanche droite est nettement saillante et l’épaule gauche légèrement surélevée. Le bras droit était levé et écarté du corps, tandis que le gauche, fléchi, retenait le vêtement contre la hanche. Sur un fin chitôn ceinturé aux hanches qui dégage la partie droite du torse, le jeune homme a agrafé une chlamyde, qui tombe dans le dos et s’enroule autour du bras gauche. L’étoffe du chitôn laisse apparaître, par un effet de drapé mouillé, les volumes du torse et de la cuisse gauche. La pose animée de la statue peut être restituée par une comparaison avec une statue masculine de Cos (pl. XXXV)117. Les deux œuvres dérivent de modèles lysippiques, tel l’Agias de Delphes (pl. XXVIIa).

  • 118 Özgan 1999, p. 9.
  • 119 Paris, musée du Louvre, Ma 2881/17 et 2881/19 (Yaylali 1976, p. 141, pl. 4,1 ; 5,1).
  • 120 Schober 1933, p. 12-26.
  • 121 Istanbul, Musée archéologique, inv. 216 : frise Nord, plaque VIII (Schober 1933, p. 34 [personnage (...)

42R. Özgan, par comparaison avec le relief de Cleitôr, date la statue du troisième quart du iie s.et attribue les effets de drapé mouillé à une recherche classicisante. L’installation d’une statue honorifique de magistrat militaire à Stratonicée est de fait plus probable après son indépendance, en 166 au plus tard118. De plus, la statue de Stratonicée peut être, sur le plan stylistique, comparée à certaines figures de la frise de l’Artémision de Magnésie du Méandre, datée des années 140-120119, ce qui conforte cette datation. Surtout, un héros de la frise Nord de l’Hécateion de Lagina, que les documents épigraphiques et les études architecturales permettent de dater après 130120, présente un vêtement et une pondération identiques à la statue de Stratonicée121.

Les statues cuirassées

L’époque classique et la haute époque hellénistique

  • 122 IG II2 646.
  • 123 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 4063 et 2307 (Meyer 1989a, p. 312, cat. A 169, pl. 45,2).
  • 124 IG II2 646, l. 52-55.
  • 125 IG II2 646, l. 37-40.
  • 126 Plutarque, Vie de Démétrios 10, 4.
  • 127 Diodore de Sicile, XX 46, 1-2.

43Un relief attique daté du début du iiie s. permet d’aborder la question complexe du développement et de l’évolution des représentations honorifiques cuirassées entre l’époque classique et la haute époque hellénistique. Le décret honorifique pour Hèrodôros, promulgué par la cité d’Athènes en 294122, présente dans la partie supérieure un relief assez endommagé123, où le personnage honoré, couronné par Athéna, se tient debout face au spectateur, vêtu d’un chitôn court sur lequel il a passé une cuirasse ceinturée, au corselet lisse, où sont fixés deux rangs de lambrequins souples (pl. XVI). Une chlamyde retombe dans le dos et enveloppe le bras gauche, qui retient l’épée, dans son fourreau, contre le torse. Cette stèle a été retrouvée sur l’Acropole, son emplacement originel d’après le décret124. Mais ce dernier prévoit également que l’on dresse à Hèrodôros une statue de bronze sur l’Agora125, loin des Tyrannoctones et des « Sauveurs », c’est-à-dire des statues d’Antigone le Borgne et de Démétrios Poliorcète126, représentés sur des chars127.

  • 128 Londres, British Museum, inv. 325 + Athènes, musée de l’Acropole, inv. 3369 : frise Nord, plaque XI (...)
  • 129 Athènes, Musée archéologique national, inv. 2360 et 2790 (Meyer 1989a, p. 275, cat. A 34, pl. 13,2)
  • 130 Athènes, Musée archéologique national, inv. 2946 (Meyer 1989a, p. 298, cat. A 115, pl. 34,2).
  • 131 Paris, musée du Louvre, inv. Ma 3382 ; cf. Diepolder 1931, p. 33, pl. 28,1 ; Kokula 1984, p. 163-16 (...)
  • 132 Athènes, Musée archéologique national, inv. 731 ; CAT 2.930 ; Kaltsas 2002, p. 194, no 384.

44Il paraît vraisemblable que le relief de l’Acropole reproduit le type prévu pour la statue de l’Agora, ce qui appelle plusieurs remarques. Les représentations de cuirasses à corselet lisse, qui sont en cuir et non métalliques comme les cuirasses anatomiques, demeurent rares en Attique au ive s. Bien qu’elle protège déjà les apobates de la frise des Panathénées128, la cuirasse à corselet lisse est en effet par la suite largement supplantée, sur les reliefs, par la cuirasse anatomique. Ainsi, tous types de reliefs confondus, les occurrences de cuirasses à corselet lisse sont au nombre de quatre au ive s. Elle est peut-être portée par un militaire couronné par Athéna sur un relief ornant un décret vers 400129 et arme plus assurément un hoplite couronné par le Peuple, sous le regard d’Athéna, sur un relief d’en-tête des environs de 330130. Deux reliefs funéraires présentent également ce type de cuirasse. Le premier131, daté de 360-350 environ, représenteun militaire barbu, en mouvement vif vers la droite, portant une cuirasse à corselet lisse, dont la ceinture paraît avoir été peinte. Le second132, daté du troisième quart du ive s., représente trois personnages, un vieillard, un enfant et un homme mûr, qui porte sur un chitôn court une cuirasse à corselet lisse, sans lambrequins.

  • 133 Hypothèse défendue par Stampolidis 1992, p. 162.
  • 134 Petsas 1966, p. 181 ; bonne illustration dans Brécoulaki 2006, pl. 76,1.
  • 135 Ridgway 1990, p. 186.
  • 136 Rhomiopoulou 1997b, p. 29.
  • 137 Le champ dans lequel la figure est peinte a une hauteur de 1,29 m ; Petsas 1966, p. 82, fig. 29.
  • 138 Petsas 1966, pl. A’.
  • 139 Petsas 1966, p. 114-124, pl. ΣΤ’, I’ et 5.
  • 140 Brécoulaki 2006, p. 162-164, pl. 59,1 et 60,1. La pose, qui est celle de l’Alexandre à la lance, a (...)

45C’est probablement l’armée macédonienne qui a contribué à diffuser ce modèle de cuirasse dans la seconde moitié du ive s.133, comme tend à le prouver la peinture funéraire de Macédoine. Ainsi, sur la façade plaquée de la Tombe du jugement de Lefkadia, datée par Ph. Petsas du premier quart du iiie s.134, mais que Br. S. Ridgway135 et K. Rhomiopoulou136 proposent de remonter à la fin du ive s., le défunt, représenté plus petit que nature137 dans la partie supérieure du premier entrecolonnement à gauche138, porte sur un chitôn court de couleur rouge une cuirasse en cuir à deux rangs de lambrequins souples, attachée aux épaules et probablement sur le côté gauche. Une chlamyde jaune à bord rose tombe dans le dos et recouvre le bras gauche. La main gauche tient le fourreau de l’épée tandis que, de la main droite, le défunt s’appuie sur sa lance. Les pieds sont chaussés de hautes sandales de couleur jaune139. Le défunt est représenté de la même façon au-dessus de la porte de la tombe I du Tumulus Bella de Vergina140.

  • 141 Athènes, Musée archéologique national, inv. 2947 (Meyer 1989a, p. 309, cat. A 157, pl. 46,1).
  • 142 Kron 1976, p. 237-238.
  • 143 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1478 ; Svoronos 1911, vol. II, p. 616-617, no 252, pl.  (...)
  • 144 Kotsidu 2000, p. 33-38, cat. 9 [L] (sur la fondation des nouvelles tribus) ; p. 45-46, cat. 9 [A] ( (...)

46Ainsi, le relief pour Hèrodôros, non seulement par le type de la cuirasse, mais aussi par la frontalité et la pondération choisie, emprunte à l’iconographie macédonienne, ce qui paraît naturel lorsqu’il s’agit d’honorer un ami des souverains antigonides. On peut poursuivre l’analyse en notant qu’un relief, sculpté dans la partie supérieure d’un décret éphébique de la fin du ive s. et trouvé sur la pente Sud de l’Acropole, présente un personnage en chlamyde, couronné, en présence d’une divinité féminine, par un héros de tribu à cuirasse de cuir141. L’identification comme Oineus du héros éponyme que propose U. Kron142 par comparaison avec un relief d’Acharnes du troisième quart du ive s.143 n’est pas entièrement satisfaisante, car, sur ce dernier relief, Oineus porte la cuirasse anatomique. Ne pourrait-on pas voir dès lors dans le personnage cuirassé du relief de l’Acropole l’un des nouveaux éponymes de 307, Antigone ou Démétrios144 ? La représentation en statue cuirassée à corselet lisse conviendrait particulièrement à ces militaires macédoniens. Dans cette hypothèse, la statue d’Hèrodôros renverrait non pas d’une manière générale à l’iconographie macédonienne, mais à un monument érigé sur l’Agora en l’honneur des souverains dont il est l’ami.

  • 145 Vermeule 1966, p. 49-51 et 52, cat. S1, pl. IX.
  • 146 On trouve cependant cette combinaison sur les reliefs funéraires dès 390 : Athènes, musée du Cérami (...)
  • 147 Réplique de grande qualité : Munich, Glyptothek, inv. 304 ; Vierneisel-Schlörb 1979, p. 79-99, no 9 (...)
  • 148 Paris, musée du Louvre, Ma 573 ; Arnold 1969, p. 183-189, pl. 13c ; cf. Vierneisel-Schlörb 1979,p.  (...)
  • 149 Ce type, réservé, à une exception près (Budapest, musée des Beaux-Arts, inv. 6259 [CAT 2.957]), aux (...)
  • 150 La fonction d’un relief trouvé sur l’agora de Cyrène, qui combine la nudité, la chlamyde jetée sur (...)

47Le début de l’époque hellénistique marque donc un tournant typologique pour les statues cuirassées, avec l’adoption systématique de la cuirasse à corselet lisse. Nous ne conservons certes que peu d’indices sur les statues cuirassées de la période précédente, mais deux monuments funéraires de la fin du ive s., qui reprennent sans doute le type le plus courant en Attique à l’époque classique, permettent de mesurer la relative nouveauté du type supposé de la statue d’Hèrodôros. La première a été retrouvée dans le quartier d’Aghios Dimitrios (Brahami), dans la partie méridionale d’Athènes145. C’est la plus ancienne statue conservée combinant la cuirasse anatomique et le motif de la chlamyde couvrant l’épaule et le bras gauche146, motif qui trouve son origine dans la figure de Diomède de Polyclète147, mais n’est véritablement formalisé dans la grande statuaire qu’avec l’original de l’Hermès Richelieu148. Il est adopté pour certaines représentations masculines nues au ive s.149, avec une connotation éphébique, mais pas nécessairement militaire150.

48La statue funéraire de Brahami reprend, jusque dans le détail, le type de la cuirasse anatomique tel qu’il apparaît sur les reliefs : passée sur une tunique courte qui tombe à mi-cuisses, elle présente un bord inférieur orné d’un rang de ptéryges semi-circulaires et de deux rangs superposés de ptéryges allongées. La pondération, pour autant que les photographies permettent d’en juger, paraît être celle de l’Hermès du type Andros-Farnèse, comparaison qui invite à placer la statue cuirassée de Brahami parmi les derniers monuments funéraires attiques, peu avant 317.

  • 151 Athènes, Musée archéologique national, inv. 3668 ; Kaltsas 2002, p. 267, no 558.
  • 152 Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlung, inv. 1972.15 ; Heilmeyer 1988, p. 170-171.
  • 153 Brockelsby Park, collection du comte de Yarborough ; CAT 3.365b.

49Une seconde statue funéraire, contemporaine de celle de Brahami est très proche, par le type comme par la pondération151 (pl. XVII). La tête, conservée à Berlin152, mais dont un moulage a été replacé sur le corps, est tournée vers la droite et inclinée, comme celle de l’Hermès du type Andros-Farnèse. La précision de la musculature sur la cuirasse est poussée à un degré extrême, puisque y sont même représentés les grands dentelés. La cuirasse présente en outre une originalité rare : sous les ptéryges semi-circulaires, tombent deux rangées de ptéryges allongées à l’extrémité arrondie ; le rang inférieur est sensiblement plus long que le supérieur. Seule la stèle de Brockelsby Park présente un motif proche153. Faut-il voir dans cette décoration le signe d’une magistrature militaire particulière ou une simple variante, sans signification précise ?

  • 154 Borchhardt 2004.
  • 155 Borchhardt 2004, p. 476-478, fig. 3-7.
  • 156 Borchhardt 2004, p. 473-475, fig. 1-2, 8-9.
  • 157 Stanzl 1991-1992, p. 158, fig. 12.
  • 158 Borchhardt 2004, p. 477, fig. 5.
  • 159 Borchhardt 2004, p. 482-483.
  • 160 Les cuirasses de la haute époque hellénistique, lorsqu’elles sont décorées, présentent un simple go (...)

50Les représentations honorifiques de chefs militaires de la première moitié du iiie s. demeurent largement inconnues, en raison de la perte des statues de bronze. Les fragments d’un groupe statuaire, découvert à Limyra, en Lycie, près du monument parfois identifié comme un Ptolémaion, permettent de combler en partie cette lacune gênante154. Onze fragments du corps et la tête très mutilée155 d’une statue masculine cuirassée ainsi que vingt-trois fragments d’une statue de cheval caparaçonné156, toutes deux colossales, ont été mis au jour lors des fouilles près du monument157. Il s’agit probablement d’un groupe statuaire honorifique consacré dans l’enceinte du sanctuaire. De la cuirasse ne sont conservés que quelques fragments, qui permettent cependant de restituer des lambrequins frangés aussi bien sur les jambes qu’aux épaules. Un fragment particulièrement intéressant provient de la partie antérieure du corselet158. On y reconnaît la boucle d’une ceinture, au-dessus de laquelle sont visibles des pattes d’animaux, vestiges de la décoration symbolique de la cuirasse. Ce détail est intriguant, car, si, comme le suggèreJ. Bochhardt, il s’agit bien d’une statue honorifique du deuxième tiers du iiie s.159, ce serait alors la première statue à cuirasse décorée, isolée à la haute époque hellénistique160. Il est donc permis de mettre en doute l’appartenance du fragment de cuirasse à la statue, ou, plus radicalement, la datation de la statue elle-même.

  • 161 Katsikoudis 2005, plan I, fig. 10.
  • 162 Ioannina, musée, inv. 1384 ; Katsikoudis 2005, p. 92-99 et p. 147, cat. X10, pl. 15.
  • 163 Ioannina, musée, inv. 1373 (Katsikoudis 2005, p. 103-107 et p. 151, cat. X27, pl. 22-23).
  • 164 Katsikoudis 2005, p. 46-66 et p. 135, cat. B12, fig. 12, pl. 5 (base) ; p. 99 et 106 (attribution d (...)
  • 165 Katsikoudis 2005, p. 97-99.
  • 166 Katsikoudis 2005, p. 104-105 ; Franke 1961, p. 139-140 et 165, pl. 20.
  • 167 Athènes, Musée archéologique national, collection Karapanos, inv. 196a (Katsikoudis 2005, p. 107-11 (...)

51Encore dans la seconde moitié du iiie s. en effet, il semble que la décoration figurée soit réservée aux éléments secondaires de la cuirasse, comme les épômides – ou épaulières –, les boucliers, les baudriers ou le pommeau des épées. Ainsi, au sanctuaire oraculaire de Zeus à Dodone ont été découverts de nombreux fragments de bronze décorés provenant de statues honorifiques cuirassées de la fin du iiie s. Un fragment de baudrier orné d’une boucle, trouvé entre les bases des statues honorifiques de Crisôn et de Ménélaos, devant le petit côté Ouest du portique en avant du bouleutèrion161, présente une riche décoration162 (pl. XVIIIa). Des motifs végétaux sont gravés sur la bande de cuir du baudrier et la boucle est ornée d’un bas-relief représentant le foudre de Zeus, constitué de cinq faisceaux entrecroisés émergeant d’un calathos ailé. Un pommeau d’épée, découvert au même endroit, est, quant à lui, orné d’une tête d’aigle (pl. XVIIIb), dont le plumage peu réaliste, le bec menaçant et les yeux sont très plastiques163. Les données stratigraphiques permettent de dater ces éléments métalliques dans le dernier quart du iiie s. et l’analyse stylistique suggère à N. Katsikoudis qu’ils ont pu appartenir à la statue honorifique du Molosse Crisôn, fils de Sabyrtios, érigée par le koinon de Byllis peu avant le saccage du sanctuaire par les Étoliens en 219164. Cette attribution repose sur l’importance du foudre dans l’iconographie molosse à l’époque hellénistique, en lien avec le culte de Zeus Areios, mais aussi sur la reproduction de ce symbole sur des sceaux de la fin du iiie s. découverts dans le bouleutèrion, ce qui indique qu’il a, à cette époque, une valeur politique pour les Épirotes. Il est en effet probable qu’il serve alors d’emblème aux généraux165. De même, N. Katsikoudis considère la tête d’aigle comme un symbole confédéral, car un aigle sur un foudre apparaît au revers d’émissions monétaires contemporaines166. Pour des motifs similaires, N. Katsikoudis attribue un autre pommeau d’épée, à protomè de panthère, sur la base duquel est incisé un foudre, à la statue honorifique du fils de Crisôn, Ménélaos, dédiée par la confédération épirote167. Ménélaos s’illustre sans doute immédiatement après le sac du sanctuaire de Dodone, lors des représailles contre les Étoliens et le sanctuaire de Thermon.

  • 168 IG IV2 205 (statues des Épidauriens Callimachos et Nicotélès) ; 208 (statue dédiée par les Argiens (...)
  • 169 Son confrère, et probablement élève, Labréas connaît, un peu plus tard, la même évolution de carriè (...)

52Si l’attribution proposée est juste, les inscriptions permettent de connaître le sculpteur des deux œuvres et de restituer une partie de sa carrière. Il s’agirait en effet d’Athènogénès, sculpteur argien, qui signe au sanctuaire d’Asclépios à Épidaure, en collaboration avec Labréas, filsde Damopeithès, d’Argos, une série de statues honorifiques privées dans la seconde moitié du iiie s.168. On peut donc, à titre d’hypothèse, reconstituer ainsi la carrière d’Athènogénès : les commandes privées qu’il reçoit à Épidaure, installées dans le prestigieux sanctuaire d’Asclépios, assurent sa promotion et lui attirent les commandes du koinon de Byllis et de la confédération d’Épire169. La carrière d’Athènogénès d’Argos pourrait alors suggérer une proximité stylistique forte entre les représentations honorifiques privées et publiques, qui sont, dans ce cas, réalisées par les mêmes sculpteurs.

53Les menus fragments conservés de l’œuvre d’Athènogénès révèlent une grande maîtrise de la technique en fonte pleine. Les pommeaux, qui mesurent 0,16 et 0,20 m, présentent un modelé très soigné et expressif. Les volumes du crâne des deux animaux, le bec de l’aigle etles babines de la panthère leur confèrent un caractère puissant et menaçant, tandis que les incisions, qui relèvent davantage de l’art de l’orfèvre, animent les surfaces. Tout indique que les deux statues d’Athènogénès étaient des œuvres de grande qualité.

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

Les cuirasses à corselet lisse

  • 170 In situ. Hauteur : 1,99 m ; Stampolidis 1992.
  • 171 Noter que la statue de Cos est très proche, typologiquement et stylistiquement, d’un fragment de Dé (...)
  • 172 Stampolidis 1992, p. 135-136, souligne les problèmes de statique que comporte un tel choix et estim (...)
  • 173 Stampolidis 1992, p. 137-138.
  • 174 Stampolidis 1992, p. 138 et p. 155-162, fig. 10-23 (attestations du motif dans la ronde bosse, sur (...)

54Un plus grand nombre de documents permet d’appréhender les statues honorifiques cuirassées des iie et ier s. Ainsi, à Cos, à l’Est du temple de Dionysos, immédiatement contre la crèpis, a été mise au jour la partie centrale d’une statue cuirassée colossale170. Le fragment conserve les lambrequins qui ornent le bas de la cuirasse, une partie de l’himation drapé autour des hanches171 ainsi que l’étai qui soutenait la statue à droite. Les jambes et le haut du corps étaient rapportés, technique appréciée des sculpteurs à l’époque hellénistique172. Des mortaises de fixation visibles à l’arrière de la statue suggèrent qu’elle était non seulement étayée latéralement, mais également horizontalement, probablement en raison de son poids considérable, et qu’elle était par conséquent adossée à une paroi173. Les deux rangs superposés de lambrequins et le départ du corselet autorisent à restituer une cuirasse en cuir à corselet lisse174.

  • 175 Stampolidis 1992, p. 138-139.
  • 176 Couissin 1927, p. 307-319, fig. 59-65. Bien qu’ils soient plus oblongs que rectangulaires, les bouc (...)
  • 177 SEG LV 929 ; Kotsidu 2000, p. 245-246, no 164 [E 2] (ca 190-160).
  • 178 Stampolidis 1987, p. 115-116, 249-250, pl. 7.
  • 179 Stampolidis 1992, p. 145-152.
  • 180 Bien que mise en doute, elle n’est pas rejetée catégoriquement par Kotsidu 2000, p. 465-466, no *34 (...)

55Un détail iconographique permet de préciser la signification de cette statue. Sur la partie inférieure de l’étai sont représentés deux hauts boucliers rectangulaires à angles arrondis, parcourus par une arête médiane longitudinale, avec une bosse ou une saillie, probablement en bois, au centre – l’umbo175. Ce dernier trait assure qu’il s’agit de boucliers galates, qui mesurent 0,80 m à 1,50 m et sont renforcés par une tige de fer176. La présence de boucliers galates et les dimensions colossales suggèrent que la statue cuirassée représente un souverain attalide. Or, le culte d’Eumène II est attesté à Cos177 et N. Ch. Stampolidis voit dans l’autel de Dionysos tout proche une fondation attalide, en raison de la présence de boucliers galates dans la décoration sculptée178. Il interprète donc la statue cuirassée comme la statue de culte d’Eumène II, qui se serait dressée dans le pronaos du temple, sans doute peu après 183179. Le manque de documentation rend cette hypothèse fragile, mais non invraisemblable180.

  • 181 Hekler 1919, p. 195-200, fig. 124-126 ; Filgis, Radt 1986, p. 119-120, pl. 28,2-6 ; Queyrel 2003, p (...)
  • 182 Queyrel 2003, pl. 67,5.
  • 183 Hekler 1919, p. 200 ; OGIS 332, l. 7.
  • 184 Queyrel 2003, p. 43.
  • 185 Filgis, Radt 1986, p. 120 ; IGR IV 294, l. 19-20 ; identification acceptée par Queyrel 2003, p. 44- (...)

56À Pergame même, dans la salle centrale du gymnase supérieure, ont été retrouvés en 1905 six fragments d’une ou de deux statues colossales cuirassées, typologiquement et stylistiquement proches de la statue de Cos181. La ou les statues appartiennent au type hellénistique à cuirasse à corselet lisse, renforcé d’épaulières, dont le système d’attache est représenté d’une façon réaliste182. Les fragments d’épaulières conservaient, au moment de la découverte, leur peinture : les anneaux étaient ainsi peints en jaune doré et les lacets en rouge. Une mauvaise estimation des proportions avait conduit A. Hekler à restituer une statue de 2,50 m, ce qui lui permettait de la rapprocher de la statue cuirassée d’Attale III de 5 coudées, synnaos d’Asclépios183. Fr. Queyrel a cependant montré que la ou les statues atteignaient 3,60 m, ce qui rend caduque l’identification au dernier roi attalide184. W. Radt propose quant à lui d’identifier la ou les statues cuirassées aux statues rétrospectives des souverains attalides restaurées par Diodôros Pasparos au ier s.185.

  • 186 Délos, musée, inv. A 4242 et A 4173 ; Marcadé 1969, p. 331-333, pl. LXXV ; Hermary, Jockey, Queyrel (...)
  • 187 In situ ; Marcadé 1969, p. 422 (index), pl. LXXV ; Tuchelt 1979, p. 96-98, fig. 7 ; Hermary, Jockey (...)
  • 188 Marcadé 1969, p. 333, qui propose d’attribuer la statue à Agasias d’Éphèse.
  • 189 Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 196.
  • 190 On pense notamment à la statue honorifique d’Hagèsandros à Rhodes, exposée, vers 180 sur un relief (...)

57Le type de la cuirasse hellénistique est encore attesté à la fin du iie s., à Délos, par deux statues mises au jour au Samothrakeion, érigées en 102/1 pour les généraux de Mithridate186 (pl. XVIIIc et d) et surtout par la statue de Caius Billienus (pl. XXII), proconsul, qui se dresse dans le sanctuaire sur une base à orthostates, à l’abri du portique d’Antigone, à l’extrémité Est187. Ce monument est précieux à plusieurs titres. C’est tout d’abord la première représentation assurée d’un magistrat romain en cuirasse dite hellénistique, dont l’identité et les fonctions militaires sont cependant désignées par ses chaussures, les calcei, et par les franges du paludamentum188. Le sculpteur, probablement grec, mêle donc le répertoire traditionnel des statues cuirassées hellénistiques aux attributs spécifiques du magistrat romain. De plus, un élément narratif précise les motifs qui donnent l’occasion à Midas, fils de Zènôn, d’Héraclée, de manifester son dévouement à Billienus. Un éperon de navire, qui doit rappeler une victoire navale189, sert en effet d’étai au pied droit. La statue de Billienus témoigne ainsi d’un souci de renforcer le caractère narratif des statues honorifiques, préoccupation que l’on rencontre fréquemment sur les œuvres du iie s.190.

  • 191 Lambrinoudakis, Gruben 1987, p. 608-614, fig. 47-49. Une seconde statue cuirassée (Lambrinoudakis, (...)

58Cette introduction d’éléments narratifs précisant la signification des statues à cuirasse hellénistique aboutit, à la fin de la République et au début du Principat d’Auguste, à l’ajout de scènes figurées sur la surface lisse de la cuirasse qui explicitent le sens de l’œuvre. Ainsi, dans les ruines du temple de Dionysos, à Yria de Naxos, a été mise au jour une statue cuirassée fragmentaire de type hellénistique présentant un riche décor en relief191 (pl. XIXa et b). Seul est conservé le bloc médian, des cuisses au ras du cou, de cette statue ayant une fois et demie la taille naturelle. Il permet de restituer une statue debout, en appui sur la jambe droite, au bras droit levé et au gauche fléchi, la main portée vers l’avant. Du vêtement ne reste que la cuirasse au corselet lisse, serrée par une ceinture aux extrémités frangées, et le paludamentum, qu’une broche retient sur l’épaule gauche.

  • 192 Lambrinoudakis 1989, pl. 53,1.
  • 193 Lambrinoudakis 1989, pl. 53,2.
  • 194 Lambrinoudakis 1989, pl. 54,5.
  • 195 Lambrinoudakis 1989, p. 341.
  • 196 Lambrinoudakis 1989, pl. 52,3.
  • 197 Lambrinoudakis, Gruben 1987, p. 610, fig. 48 ; Lambrinoudakis 1989, p. 341, pl. 53,3.

59Dans le champ délimité par le paludamentum, l’épaulière droite et le cingulum, est représenté en bas-relief le châtiment de Dirkè par Amphiôn et Zèthos192. Les deux frères, la chlamyde au vent, s’avancent dans un mouvement symétrique vers le rocher représenté au centre de la scène. À droite, Amphiôn tient fermement la tête du taureau cabré, tandis qu’à gauche, Zèthos noue la corde aux cornes de l’animal. Dirkè, au sol, implore à genoux Amphiôn, dont elle tient le mollet droit. Sous le nœud du cingulum, juste au-dessus des lambrequins, est par ailleurs représentée la lutte d’Héraclès avec le lion de Némée193 ; dans l’axe de cette scène, sur une large lanière de cuir, apparaît encore Dionysos nu, un simple manteau sur les épaules, le poids du corps porté sur sa jambe gauche et appuyé de la main gauche sur son thyrse194. Il taquine de la main droite une panthère assise au sol. Les visages d’Héraclès et de Dionysos semblent avoir été volontairement martelés195. Enfin, sous le bras droit, est représenté un aigle aux ailes déployées, tenant dans ses serres un serpent196. Ce décor sculpté était rehaussé de peinture dorée ; une frise de vaguelettes est notamment encore nettement visible sous le col de la cuirasse197.

  • 198 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXVI 33-34 ; Naples, Musée archéologique, inv. 6002 ; sur ce gr (...)
  • 199 Ce thème apparaît par exemple sur un relief du temple d’Apollonis à Cyzique. Pour une bonne synthès (...)
  • 200 Plutarque, Vie d’Antoine 14, 4-5 et 60, 4-5.
  • 201 Plutarque, Vie d’Antoine 4, 1-3.
  • 202 Lambrinoudakis 1989, p. 341, pl. 54,3-4.
  • 203 Lambrinoudakis 1989, p. 341-342, pl. 54,1-2.
  • 204 Plutarque, Vie d’Antoine 14, 4.

60La scène principale est une allusion au célèbre groupe en marbre réalisé par les sculpteurs Apollônios et Tauriscos de Tralles, probablement emmené en 42 de Rhodes à Rome, où il entre en possession d’Asinius Pollio198. Ce groupe sculpté est, selon toute vraisemblance, une commande royale attalide de la première moitié du iie s.199. Le motif est cependant repris sur la statue cuirassée de Naxos seulement au ier s. et plusieurs éléments conduisent V. Lambrinoudakis et G. Gruben à identifier le personnage honoré à Marc Antoine. L’iconographie dionysiaque – présente à travers le taureau de Dionysos et le dieu lui-même – est en effet particulièrement adaptée à Antoine, qui se proclame nouveau Dionysos200. De même, le choix d’Héraclès n’étonne guère dans la représentation de celui qui se tient pour un descendant d’Antôn, fils d’Héraclès, et dont les traits évoquent ceux du héros201. Qui plus est, dans les ruines du temple d’Yria, à 10 m du torse cuirassé, ont été mises au jour la main gauche de la statue202, présentant une mortaise, et un fragment de la statuette de Ménade, qui y était probablement fixée203. Cet attribut rappellerait ainsi le cortège de Ménades – ou Bacchantes – qui escorte le nouveau Dionysos lors de son entrée dans Éphèse204.

  • 205 Lambrinoudakis, Gruben 1987, p. 612.
  • 206 Les représentations symboliques de la domination de Rome en Orient sont également connues par le mo (...)

61Aux motifs religieux de l’identification à Marc Antoine s’ajoutent peut-être des motifs culturels et politiques. Marc Antoine est en effet proche d’Asinius Pollio et connaît vraisemblablement le groupe d’Apollônios et de Tauriscos. Or, après la bataille de Philippes, Marc Antoine contribue à rétablir la puissance des Rhodiens, leur concédant la maîtrise de Myndos, Andros, Ténos et Naxos205. Ainsi, le groupe au taureau est peut-être une subtile allusion à la domination de Rhodes sur Naxos et, plus profondément, à la domination de Rome sur la Méditerranée orientale206.

  • 207 Lambrinoudakis 1989, p. 342-344, fig. 1.
  • 208 Noter que Kunze C. 1998, p. 86-88, sans rejeter cette analyse, est plus mesuré et considère que la (...)
  • 209  Queyrel 2009, p. 424-427, date la statue de Naxos de la première moitié du ier s. apr. J.-C. et p (...)

62L’identification à Marc Antoine est enfin confortée par ce que l’on peut saisir du destin de l’œuvre après son installation. En effet, un fragment de base de statue découvert dans les ruines du temple porte une dédicace à un empereur, qui est peut-être Auguste, gravée sur une rasura207. V. Lambrinoudakis en déduit que l’inscription votive pour Marc Antoine a fait l’objet d’une damnatio memoriae et que la statue a été consacrée ensuite à Auguste208. Tous ces éléments permettent de suggérer que le torse de Naxos est peut-être une statue de Marc Antoine synnaos du Dionysos de Naxos, remployée pour Auguste après Actium209.

  • 210 Outre la statue d’Oropos, noter les quatre torses à cuirasses hellénistiques de Gortyne, datés de l (...)
  • 211 Pétrakos 1968, p. 119, no 4, pl. 29-30.
  • 212 Vermeule 1964, p. 98, no 15 ; hypothèse attribuée par erreur à V. Pétrakos lui-même par Laube 2006, (...)
  • 213 Pétrakos 1968, p. 119, n. 3.
  • 214 Fittschen 1976, p. 189-194.
  • 215 Laube 2006, p. 193.
  • 216 Robertson 1962, p. XLVI-XLVII, 48, no 246, pl. 8.
  • 217 Cette analyse rejoint celle du « type d’Actium » par Zanker 1973, p. 34-39. Il montre en effet que (...)

63Une statue découverte lors des fouilles de l’Amphiareion d’Oropos illustre la fortune de ce type de représentations sur les cuirasses à corselet lisse sous le Principat d’Auguste210. En effet, deux fragments d’une statue en cuirasse hellénistique ont été retrouvés, dont l’un conserve la jambe droite, étayée à un tronc d’arbre, et la partie inférieure droite des deux rangs de lambrequins de la cuirasse, l’autre une partie du corselet, où sont représentés d’une part le combat d’Héraclès contre le lion de Némée, d’autre part une Néréide chevauchant un triton, qui brandit un parazonium211. Comme le souligne V. Pétrakos, l’association à la base portant la dédicace du peuple d’Oropos pour Agrippa entre 27 et 12, proposée par C. C. Vermeule212, n’est pas possible, car celle-ci portait une statue équestre213. Reste cependant que le motif du triton est fréquemment associé à la victoire navale d’Actium214. Il serait alors possible de voir dans cette statue de l’Amphiareion une représentation d’Auguste215, ou d’Octave au lendemain d’Actium. Ce serait alors l’une des rares représentations d’Octave-Auguste en cuirasse à corselet lisse, sans doute antérieure au type de Prima Porta. Une émission monétaire d’Octave en Orient, datée de ca 31-29, fournit peut-être un indice sur l’existence d’une statue du vainqueur d’Actium revêtu d’une telle cuirasse216. Au revers de ces deniers d’argent en effet, Octave, de profil vers la droite, s’appuie sur la jambe gauche, la jambe droite fléchie et en retrait. La main droite est levée dans un geste d’orateur et la main gauche retient sur l’épaule une lance. Chaussé des caligae, Octave est vêtu d’une cuirasse ceinturée à corselet lisse, d’où tombent deux rangs de lambrequins. Le paludamentum est drapé sur l’épaule gauche et s’enroule autour du bras. Quoique la pondération soit inversée, la comparaison avec la statue de Caius Billienus s’impose. Cette représentation d’Octave est tributaire, comme la statue délienne, de l’iconographie hellénistique217.

Les cuirasses anatomiques

  • 218 Corinthe, musée, inv. S 3356 ; voir la notice de C. De Grazia dans Williams II 1977, p. 73-77, no 3 (...)
  • 219 Williams II 1977, p. 58.
  • 220 C. De Grazia dans Williams II 1977, p. 74.

64Le plus ancien exemple conservé de statue honorifique en cuirasse anatomique d’époque hellénistique provient de Corinthe218 (pl. XX). Près de l’angle Sud-Ouest du forum, au Nord de la salle hypostyle de la basse époque hellénistique, a en effet été retrouvé, sous un dépôt du ier s., le torse d’une statue cuirassée219. La surface du marbre a été retaillée dès l’Antiquité, notamment au niveau des bras, sans doute pour réutiliser la statue comme représentation d’un trophée220. Toutes les pièces rapportées – la tête, les bras, les jambes – ont disparu. Le tronc permet cependant de restituer une statue en appui sur la jambe droite, la jambe gauche fléchie et portée sur le côté. Sans doute, conformément au type du Doryphore de Polyclète, le pied gauche était-il porté vers l’arrière. Le bras droit était levé et s’appuyait peut-être sur une lance. Le bras gauche était légèrement écarté.

65Sur un fin chitôn dont les plis sont visibles sur les cuisses, le militaire a passé une cuirasse anatomique à épaulières, d’où, motif nouveau, pendent deux rangs de lambrequins souples et frangés, tels qu’on les observe sur les cuirasses à corselet lisse. Le cingulum ceint deux fois la cuirasse et enserre, d’une façon décorative, ses propres extrémités. Un baudrier traverse la poitrine et une chlamyde couvre le cou et les épaules.

  • 221 Cf. supra p. 266-268.
  • 222 C. De Grazia dans Williams II 1977, p. 75.
  • 223 Laube 2006, p. 115 ; pour des raisons stylistiques – notamment le nœud particulier du cingulum et l (...)

66Par comparaison avec la statue masculine du temple d’Héra à Pergame (pl. IX), qui représente peut-être un souverain attalide221, et avec la statue de Poséidon de Mélos, C. De Grazia propose de dater la statue honorifique de Corinthe de la première moitié du iie s.222. Elle aurait alors été mutilée et utilisée comme trophée lors du sac de Corinthe en 146, avant d’être mise au rebut après la fondation de la colonie en 44223.

  • 224 Stampolidis 1992, p. 154 considère qu’aucun exemple n’est assuré pour la haute époque hellénistique
  • 225 Weber 1966, p. 109-110, pl. 14,3.
  • 226 Bingöl 1990, p. 50.
  • 227 Droysen 1885, p. 97, pl. XLVII, 2 ; différents types de cuirasses y sont du reste représentés : la (...)
  • 228 Télèphe est salué par Teuthras, d’après Queyrel 2005, p. 87, fig. 82 ; p. 97 ; Winnefeld 1910, pl. (...)

67Bien que l’association de la cuirasse anatomique à deux rangées de lambrequins souples et frangés soit inconnue dans la ronde bosse auparavant224, elle est attestée sur plusieurs reliefs architecturaux d’Asie Mineure au iie s. Elle apparaît ainsi sur une plaque de frise du temple d’Apollon Smintheus à Chrysè en Troade225, dont la date, bien que contestée, peut être située dans la première moitié du iie s.226. À Pergame également, une cuirasse à lambrequins souples est représentée sur l’une des plaques qui ornent les entrecolonnements des portiques qui délimitent, depuis le règne d’Eumène II, le sanctuaire d’Athéna Polias227, et sur la frise inachevée de la Télèphie du Grand Autel, peut-être réalisée sous le règne d’Attale II228. Ces derniers reliefs présentent les cuirasses qui sont typologiquement les plus proches de l’exemplaire de Corinthe, ce qui paraît justifier la datation proposée par C. De Grazia.

  • 229 Antalya, musée, inv. 11.17.76 ; Davesne, Marcadé 1992, p. 118-121, no III.5, pl. 56-58.

68Le type de la cuirasse anatomique à deux rangs de lambrequins est adopté, vers la même époque, en Lycie pour une statue colossale de 2,30 m, installée dans le secteur Nord-Ouest du Lètôon de Xanthos, probablement devant le portique Nord229 (pl. XXI). Le personnage s’appuie sur la jambe gauche, qui est étayée par un élément de forme indistincte, tandis que la jambe droite, libre, était fléchie et en retrait. Le bras droit était levé, le gauche en repos le long du corps. La tête, rapportée, manque. De la cuirasse anatomique n’est conservé que le pectoral droit, où le téton est représenté. Des deux rangs de lambrequins qui tombent de la cuirasse, seul le second est frangé. Une bandoulière traverse obliquement la poitrine et une longue chlamyde couvre l’épaule gauche, s’enroule autour du bras gauche, passe dans le dos et revient couvrir les cuisses à l’avant.

  • 230 Davesne, Marcadé 1992, p. 144-145.
  • 231 Marcadé 1976b.
  • 232 Davesne, Marcadé 1992, p. 120-121.
  • 233 Davesne, Marcadé 1992, p. 145.

69Même si A. Davesne et J. Marcadé considèrent les statues fragmentaires du secteur Nord-Ouest du Lètôon comme un groupe stylistiquement homogène, probablement réalisé par des sculpteurs de Cos230, il convient de noter que l’influence de la sculpture pergaménienne est attestée dans le sanctuaire lycien au iie s. Une tête féminine de Xanthos est ainsi proche stylistiquement de la figure de Nyx du Grand Autel231 et il n’est pas indifférent qu’A. Davesne et J. Marcadé, dans le commentaire qu’ils proposent de la statue cuirassée, évoquent seulement des parallèles pergaméniens232. Il ne paraît donc pas illégitime de considérer que cette œuvre, probablement réalisée entre 150 et 130233 est dans la lignée stylistique du Grand Autel.

  • 234 Davesne, Marcadé 1992, p. 120.
  • 235 Auparavant, la décoration des cuirasses anatomiques est, la plupart du temps, limitée au gorgoneion(...)
  • 236 Cf. Euripide, Électre 472-475, où le chœur décrit la cuirasse d’Achille qui porte la lionne prête à (...)
  • 237 Ioannina, musée, inv. 413 ; Laube 2006, p. 114 et 232, no 43, pl. 46,3-4.

70Les exemples de Corinthe et de Xanthos prouvent que, dès le iie s., l’association d’une cuirasse anatomique à deux rangs de lambrequins souples et frangés apparaît dans la statuaire honorifique. Au motif, sans doute emprunté à l’art pergaménien, s’ajoute par ailleurs à Xanthos un manteau drapé sur les hanches. Ces caractéristiques stylistiques, associés à une pondération dérivée de modèles polyclétéens, préfigurent le type de l’Auguste de Prima Porta234. La nouveauté radicale que présente cette statue honorifique, quel que soit son emplacement originel, réside donc moins dans le type adopté que dans la décoration, qui, pour la première fois, occupe toute la surface d’une cuirasse anatomique et adopte un programme iconographique cohérent235. La statue de Marc Antoine au temple d’Yria à Naxos (pl. XIX) présente une cuirasse dont le décor élaboré revêt une signification politique, mais il s’agit encore du type hellénistique. La signification de ces décorations particulièrement développées est peut-être également religieuse. En effet, dans la culture grecque, les cuirasses décorées caractérisent les dieux – le nouveau Dionysos de Naxos – ou tout au moins les héros236. À l’appui de cette hypothèse, on peut également mentionner une statue à cuirasse anatomique, légèrement plus tardive, retrouvée dans le temple de Zeus Areios à Passaron en Épire, qui présente, outre un gorgoneion, deux Nikai dressant un trophée ; on y a parfois reconnu Caius César, divinisé sous les traits d’un nouvel Arès237.

Les statues équestres

Les origines

  • 238 Il faut mentionner à nouveau ici le relief de Pythodôros à Éleusis, qui est probablement l’offrande (...)
  • 239 Krumeich 1997, p. 56-57, fig. 19-22 ; Schäfer M. 2002, p. 195-196, 199, 294-295, cat. IB 16, fig. 8 (...)
  • 240 Cette dernière hypothèse est défendue par Schäfer M. 2002, p. 196 et n. 1127.
  • 241 Schäfer M. 2002, p. 196, n. 1129.
  • 242 Krumeich 2010, p. 355-361.

71Entre les cavaliers de l’Acropole à l’époque archaïque et le début du ive s., aucune statue en ronde bosse de cavalier n’est conservée dans le monde grec238. La seule attestation de statue liée à la cavalerie représente probablement un hipparque debout à côté de sa monture : il s’agit de la base qui portait le groupe en bronze signé Lykios d’Éleuthère dédié devant les Propylées, vers le milieu du ve s., par les cavaliers athéniens pour trois hipparques, Lakedaimonios, Xénophôn et Pronapès239. Les mortaises visibles à la face supérieure du bloc permettent de restituer une figure humaine, très vraisemblablement un hipparque, debout à droite de son cheval, dont il est en train de s’occuper. De la sorte, il tourne le dos au visiteur montant à l’Acropole, ou tout au moins ne lui présente que son profil240. La réticence des Athéniens à installer dans l’espace public des statues honorifiques est une nouvelle fois illustrée. En effet, bien que le monument honore trois hipparques, seul un personnage est représenté, ce qui est un moyen habile de récompenser la fonction plutôt que les personnes241. Le destin du monument est singulier : les blocs de la base qui constituaient ce monument ont été remployés à l’époque d’Auguste pour installer une statue honorifique de Germanicus à l’aplomb de l’escalier qui donne accès au sanctuaire d’Athéna Nikè, mais la dédicace des trois hipparques est reproduite sur un côté de la base pour préserver la mémoire du monument détruit242.

  • 243 Inv. 1267, CID II 34, col. II, l. 56-63 ; cf. Knoepfler 2001, p. 181, n. 470 et Azoulay 2009b, p. 3 (...)

72Les plus anciennes statues équestres assurément honorifiques sont attestées par l’épigraphie de Delphes. Une stèle remployée dans le dallage de la place de l’opisthodome livre en effet une partie des comptes du sanctuaire entre 345 et 343243. Un passage de la seconde colonne évoque la rémunération de deux ouvriers :

À Eucratès pour avoir évacué les bases et les statues d’Onymarchos et de Philomèlos hors du sanctuaire, 8 drachmes et 3 oboles ; à Cléôn pour avoir descellé les chevaux et les statues et avoir évacué l’eau qui stagnait autour du temple, 7 drachmes.

  • 244 Jacquemin 1999a, p. 52, 198-199, 222, 347-348, nos 406-407.
  • 245 Elles ne sont pas répertoriées par Siedentopf 1968.
  • 246 Contra Siedentopf 1968, p. 13-14.

73La fin de la troisième guerre sacrée est donc l’occasion pour l’Amphictionie d’un nettoyage du sanctuaire d’Apollon et d’un geste politique fort : le descellement et l’évacuation des statues équestres érigées par les Phocidiens pour leurs stratèges, Philomèlos, puis Onymarchos244. La statue de Philomèlos est nécessairement antérieure à 353 et celle d’Onymarchos à 352, dates de leurs défaites respectives contre Philippe II. Il s’agit donc des plus anciennes statues honorifiques équestres connues245. Les effigies de Philomèlos et d’Onymarchos prouvent que, dès le ive s., ce type de monument n’est pas réservé aux rois246, mais qu’il constitue sans doute la plus insigne récompense pour les plus éminents généraux. L’évacuation des effigies des stratèges phocidiens, acte politique, est également dictée par des raisons pratiques : elle est rendue nécessaire pour les travaux de drainage autour du temple, évoqués à la fin du passage. Les Phocidiens, maîtres éphémères du sanctuaire panhellénique, ont donc cherché à en marquer durablement l’espace, pour en faire un lieu de mémoire de leurs exploits. Le revers est cuisant et les coûteux monuments de bronze sont évacués pour seulement 15 drachmes et 3 oboles moins de dix ans après leur installation.

  • 247 Londres, British Museum, inv. 1045 ; Waywell 1978, p. 110-112, no 34, pl. 18.
  • 248 Sur la polychromie de la statue, cf. Jenkins, Gratziu, Middleton 1997, p. 36, pl. en couleurs 8-10.

74L’inscription ne livre bien sûr aucune information sur l’aspect de ces monuments. Il faut donc recourir aux comparaisons pour reconstituer l’apparence des statues honorifiques du milieu du ive s. La seule statue équestre exactement contemporaine n’est pas d’un grand secours, car elle provient de la décoration du Mausolée d’Halicarnasse et représente, dans des dimensions colossales, un cavalier perse247. Vêtu de pantalons et d’une tunique, le cavalier est monté sur un cheval lancé au grand galop, autrefois soutenu sous le ventre par un étai. La selle de peau sur laquelle le Perse est assis n’était représentée que par la peinture248.

  • 249 Éleusis, musée, inv. 5141 (hauteur conservée : 0,20 m ; longueur : 0,60 m) ; Schäfer M. 2002, p. 19 (...)
  • 250 Stähler 1976, p. 68-69, n. 47.
  • 251 Athènes, musée du Céramique, inv. P1130 ; Schäfer M. 2002, p. 268-269, cat. GR 9, fig. 60 a-f.
  • 252 Athènes, musée du Céramique, inv. P 1200 et musée de l’Agora, inv. B 133 ; Schäfer M. 2002, p. 197, (...)

75Cependant, une statuette d’Éleusis (pl. XXIVa) prouve l’existence du motif du cavalier lancé au galop dans la ronde bosse attique dès la première moitié du ive s.249. Selon M. Schäfer, le personnage était probablement armé d’une lance pour attaquer l’ennemi et il n’est pas exclu que le monument soit honorifique, malgré ses petites dimensions250. Le cavalier est vêtu d’un simple chitôniscos et probablement d’une chlamyde, comme, parmi de nombreux autres exemples, Dexiléôs sur le relief funéraire de 394/3251. Quelques fragments de statues de bronze de taille naturelle pourraient également avoir appartenu à des statues honorifiques équestres de ce type252.

L’époque d’Alexandre et des diadoques

  • 253 La première statue équestre honorifique installée sur l’Agora d’Athènes est celle d’un proche de Ca (...)

76Après ces exemples isolés au ive s., il semble que c’est au cours du règne d’Alexandre et surtout de celui de ses successeurs que sont fixés les deux principaux types de statues équestres honorifiques, à savoir la représentation, pleine de vivacité, du cavalier au cours de l’assaut, brandissant son arme depuis son cheval cabré et celle, plus calme, du cavalier paradant sur sa monture à l’issue du combat253.

  • 254 Sur ce monument exceptionnel, cf. Calcani 1989 et Calcani 1995.
  • 255 Plutarque, Vie d’Alexandre 16, 17-18 ; Arrien, Anabase I 16, 7.
  • 256 Jacquemin 1999a, p. 338, no 322 ; SD 109 ; Bommelaer 2011 ; cf. supra p. 66-69 ; comme Lysandre, di (...)

77C’est la dynastie macédonienne qui contribue à diffuser dans le monde grec la pratique des statues honorifiques équestres dans la seconde moitié du ive s. Celles-ci représentent avant tout les souverains, au premier rang desquels Alexandre. Le célèbre monument de Dion, œuvre de Lysippe, consacré dans le sanctuaire de Zeus à l’issue de la bataille du Granique en 334, qui représente Alexandre à cheval au milieu des vingt-cinq compagnons morts au cours du combat n’est cependant pas un monument honorifique public254, mais une offrande, au même titre que les trois cents panoplies perses consacrées à la même occasion à Athènes au nom d’Alexandreet des Grecs, à l’exception des Spartiates255. En cela, Alexandre s’inscrit dans la tradition des pratiques du ve s. et semble suivre, paradoxalement, le modèle de Lysandre, qui, à la suite de la victoire d’Aigos Potamoi dédie à Delphes un monument le représentant au milieu des dieux, devant ses vingt-neuf capitaines de navires256.

  • 257 Le catalogue proposé par Siedentopf 1968, p. 83-88 comprend huit décrets datés entre 314/3 et 280/7 (...)
  • 258 Les restes de dorure sont visibles sur la photographie de Camp 1998, p. 20-21, fig. 30 ; cette stat (...)
  • 259 Athènes, musée de l’Agora, inv. B 1382-1385.
  • 260 Hypothèse formulée dès la découverte de la statue ; cf. Shear 1973, p. 165-168 ; cf. également Hous (...)
  • 261 Hauteur : 0,87 m.
  • 262 Longueur : 0,88 m.
  • 263 Kotsidu 2000, p. 416.
  • 264 Shear 1973, p. 165.
  • 265 L’étude annoncée par Houser 1982, p. 237, n. 3 semble n’être pas parue.

78C’est seulement à l’époque des diadoques que se multiplient les décrets honorifiques qui prévoient l’installation d’une statue équestre257. Une statue fragmentaire de bronze doré à la feuille258, de taille naturelle, découverte sur l’Agora d’Athènes259, est probablement l’une d’entre elles260 (pl. XXIII). Les fragments, trouvés dans un puits à l’angle Nord-Ouest de l’Agora, à l’arrière du sanctuaire qui fait face au portique de Zeus Éleuthérios, comprennent la jambe gauche fléchie, qui était serrée contre le flanc du cheval261, deux pans de drapés et une épée262. L’appartenance d’une créature ailée à la décoration du casque de cette statue est mise en doute par H. Kotsidu, car elle n’est pas évoquée par le rapport de T. L. Shear et que les dimensions en sont inconnues263. Il n’est cependant pas impossible que la statuette ait fait partie des douzaines d’objets trouvés dans le puits, brièvement mentionnés par T. L. Shear264. La question des dimensions ne sera résolue que par la publication définitive des fragments265.

  • 266 Houser 1982, p. 231-232, fig. 10-11 ; Kotsidu 2000, p. 418-419 recense les exemples de l’adoption d (...)
  • 267 Tite-Live, XXXI 26.
  • 268 Tite-Live, XXXI 44, 4-6 ; trad. A. Hus, CUF, 1977.

79Or la créature ailée est l’un des arguments qui fondent l’identification, proposée par C. Houser et les fouilleurs américains, de la statue équestre à Démétrios Poliorcète. En effet, le petit Pégase – ou griffon – serait un ornement du casque à cimier du cavalier et une allusion au casque à trois cimiers de l’Athéna Parthénos de Phidias266. D’autres indices moins évanescents consolident l’hypothèse d’une identification, sinon à Démétrios Poliorcète lui-même, du moins à un souverain macédonien. En effet, ces fragments de bronze ont été découverts dans un puits, dont le comblement, d’après le matériel céramique découvert, date des environs de 200. Le fait que les statues de bronze n’aient pas été fondues pour récupérer le métal, comme à l’ordinaire, mais mises en pièce et jetées sans ménagement, correspond, selon toute vraisemblance, à la destruction par les Athéniens de tous les monuments macédoniens en 199, en réaction aux attaques de Philippe V et de ses troupes contre Éleusis et Le Pirée en 200, et surtout au saccage des nécropoles et des sanctuaires de la chôra267. Tite-Live décrit ainsi le déchaînement des Athéniens contre les statues macédoniennes268 :

Rogationem extemplo tulerunt plebesque scivit ut Philippi statuae imagines omnes nominaque earum, item maiorum eius virile ac muliebre secus omnium tollerentur delerenturque, diesque festi sacra sacerdotes, quae ipsius maiorumque eius honoris causa instituta essent, omnia profanarentur ; loca quoque in quibus positum aliquid inscriptumve honoris eius causa fuisset detestabilia esse, neque in iis quicquam postea poni dedicarique placere eorum quae in loco puro poni dedicarique fas esse ; sacerdotes publicos quotienscumque pro populo Atheniensi sociisque, exercitibus et classibus eorum precarentur, totiens testari atque exsecrari Philippum liberos eius regnumque, terrestres navalesque copias, Macedonum genus omne nomenque.

Ils présentèrent sans attendre un projet de loi qui fut voté par la plèbe, aux termes duquel toutes les statues et peintures représentant Philippe devaient être enlevées et détruites avec leurs inscriptions, ainsi que celles de tous ses ancêtres, hommes et femmes ; les fêtes, cérémonies et prêtrises instituées en l’honneur de sa personne ou de ses ancêtres devaient être supprimées ; même les lieux où avaient été placés un monument ou une inscription en son honneur devinrent objets de malédiction, et l’on décida de ne plus y placer et dédier par la suite rien de ce que la religion permettait de placer ou dédier dans un endroit pur ; les prêtres de la cité, chaque fois qu’ils prieraient pour le peuple athénien, ses alliés, leurs armées et leurs flottes, devraient aussi prononcer les formules de malédiction et d’exécration contre Philippe, ses enfants et son royaume, ses forces terrestres et navales, et en général contre la race et la nation macédoniennes.

  • 269 Morrow 1985, p. 46-48, pl. 35-37.
  • 270 Morrow 1985, p. 73-84.
  • 271 Londres, British Museum, inv. 26 ; Morrow 1985, fig. 60.
  • 272 Morrow 1985, fig. 55-57.
  • 273 Londres, British Museum, inv. 1206 ; Morrow 1985, fig. 64.
  • 274 Athènes, Musée archéologique national, inv. 13740 ; Morrow 1985, p. 97-107, fig. 79.
  • 275 Olympie, musée, inv. Br 7569 ; Morrow 1985, p. 112, fig. 94.
  • 276 Morrow 1985, p. 107-108, fig. 80.

80Il est très probable que la statue équestre a été détruite à cette occasion et qu’elle représente par conséquent un souverain macédonien, honoré entre 307 et 200. Il faut, pour essayer de préciser la datation, recourir à l’analyse stylistique. Le pied du cavalier est chaussé d’une crèpis, sandale aux lanières très nombreuses, utilisée à l’origine pour les longues marches et attestée dès le deuxième quart du ve s.269, mais dont les représentations se diffusent surtout à partir du milieu du ive s.270. Les crèpides chaussent notamment certaines figures du Mausolée d’Halicarnasse271 et du monument de Daochos à Delphes272, mais apparaissent aussi sur les tambours de colonnes sculptés de l’Artémision du ive s. à Éphèse273. Elles demeurent employées pendant l’époque hellénistique, notamment pour des statues équestres : un pied de bronze découvert à l’Amphiareion d’Oropos, que K. D. Morrow propose de dater vers 300, est très proche du fragment de l’Agora274. Ce dernier présente cependant un trait caractéristique de l’époque hellénistique. La semelle est en effet légèrement échancrée entre les deux premiers orteils, ce qui rapproche le pied de l’Agora du pied fragmentaire, chaussé d’une crèpis et d’un pellytron – une pièce de cuir qui enveloppe le pied –, d’une statue équestre d’Olympie, contemporaine du Grand Autel de Pergame275. K. D. Morrow propose donc de dater la statue de l’Agora entre le pied d’Oropos et celui d’Olympie et donne comme période probable de réalisation les années 275-225, sans véritablement préciser le fondement de ces limites haute et basse276. La datation la plus précise que l’on puisse proposer demeure, selon moi, le iiie s.

  • 277 La comparaison est suggérée par Mattusch 1996, p. 125, n. 70.
  • 278 Cf. supra p. 287-288.
  • 279 Londres, British Museum, inv. 1206 ; Rügler 1988, p. 54-56, pl. 13,1 ; Kotsidu 2000, p. 418.
  • 280 Rügler 1988, p. 19-21.

81L’évaluation stylistique de l’épée s’avère elle aussi délicate. Il paraît notamment peu pertinent de comparer le pommeau de l’épée de l’Agora à ceux de la fin du iiie s. découverts à Dodone277. Alors que le premier est sans ornement, les seconds prennent l’apparence d’un aigle et d’une panthère278. Plus convaincant semble le rapprochement avec l’épée de la figure ailée, identifiée parfois à Thanatos, du tambour sculpté déjà mentionné appartenant au second Artémision d’Éphèse279, dont la construction est généralement placée dans les années 320280.

  • 281 Kotsidu 2000, p. 47-49, no 11 [E], l. 13-14.
  • 282 Kotsidu 2000, p. 103-104, no 50 [E].
  • 283 Kotsidu 2000, p. 62-63, no 14 [E], l. 9-11.

82Rien donc n’exclut que les fragments de statues équestres de bronze découverts dans le puits de l’Agora appartiennent à une statue équestre honorifique de Démétrios Poliorcète, dont l’existence est attestée par un décret des troupes athéniennes volontaires. Elle se dressait, selon ce décret, sur l’Agora, à côté de la statue de la Démocratie, et a été installée soit en 302, soit en 294281. On peut toutefois songer également à une statue d’Antigone Gonatas, divinisé à Athènes282, et honoré par la cité d’une statue de type indéterminé283.

  • 284 Shear 1984, p. 19-24, fig. 11-12.
  • 285 Pausanias, I 15, 1 ; trad. J. Pouilloux, CUF, 1992.

83L’emplacement originel de la statue ne peut pas être précisé. Cependant, sur la foi de l’identification à Démétrios Poliorcète et d’un passage de Pausanias, T. L. Shear a proposé de replacer la statue au sommet d’une porte, construite à la fin du ive s., dont les fondations ont été mises au jour à l’angle de la stoa poikilè284. Voici en effet la description qu’en fait Pausanias285 :

Ἰοῦσι δὲ πρὸς τὴν στοάν, ἣν Ποικίλην ὀνοµάζουσιν ἀπὸ τῶν γραφῶν, ἔστιν Ἑρµῆς χαλκοῦς καλούµενος Ἀγοραῖος καὶ πύλη πλησίον· ἔπεστι δέ οἱ τρόπαιον Ἀθηναίων ἱπποµαχίᾳ κρατησάντων Πλείσταρχον, ὃς τῆς ἵππου Κασσάνδρου καὶ τοῦ ξενικοῦ τὴν ἀρχὴν ἀδελφὸς ὢν ἐπετέτραπτο.

En allant vers le portique que l’on nomme le Poecile à cause de ses peintures, il y a un Hermès de bronze que l’on appelle Agoraios et à proximité une porte. Sur la porte, il y a le trophée d’une victoire de la cavalerie athénienne sur Pleistarchos qui, étant le frère de Cassandre, avait exercé le commandement de sa cavalerie et de ses mercenaires.

  • 286 Shear 1984, p. 22.
  • 287 Kotsidu 2000, p. 419 (elle donne curieusement le nom Hippodameia à la porte. Mauvaise lecture de ἱπ (...)
  • 288 Holtzmann 2003, p. 214.
  • 289 Holtzmann 2003, p. 157, n. 36.
  • 290 Droysen 1885, pl. XXXI ; cf. supra p. 294.

84T. L. Shear place la campagne victorieuse des Athéniens contre les troupes de Cassandre en 303/2 et considère que la statue de Démétrios se dressait près des trophées, au sommet de la porte, d’où elle aurait été enlevée en 199286. Cette hypothèse est très aventureuse, comme le souligne H. Kotsidu287, car la porte serait alors le seul dispositif de ce type connu à la haute époque hellénistique. Ne faut-il pas plutôt considérer que le verbe ἐπεῖναι employé par Pausanias signifie non que les dépouilles prises à l’ennemi sont juchées sur la porte, mais fixées sur sa façade ? Cette interprétation s’accorderait beaucoup mieux avec la tradition grecque. On songe en effet aux boucliers fixés aux blocs d’architrave du Parthénon288 ou sur les côtés du bastion du sanctuaire d’Athéna Nikè289. Les bas-reliefs qui ornent la balustrade du premier étage des propylées du sanctuaire d’Athéna Polias à Pergame sont également une évocation de cette tradition290. Il paraît très peu probable qu’une statue de Démétrios Poliorcète ait été installée sur cette porte.

  • 291 Houser 1982, p. 231-232.
  • 292 Cf. supra p. 234, n. 55.
  • 293 Cf. supra p. 234-235.

85Quoi qu’il en soit de son identification et de sa localisation, la statue équestre de l’Agora inaugure dans la documentation conservée une forme nouvelle de représentation honorifique équestre. C. Houser souligne en effet que le drapé sur le haut de la cuisse n’est pas agité par le vent et que la jambe est relâchée, ce qui indique que le cheval était représenté, sinon au repos, au moins au pas de parade291. Si l’on a raison de voir dans la statue de petite taille d’Éleusis(pl. XXIVa) une statue honorifique du début du ive s. et si la statuette d’Herculanum reprend le type de l’Alexandre de Lysippe à Dion292, le monument de l’Agora marque une rupture par rapport à la statuaire honorifique du ive s. Le cavalier n’est en effet plus représenté au cœur de la bataille, brandissant son arme contre l’ennemi terrassé, mais victorieux à l’issue du combat. Les mortaises de fixation visibles à la face supérieure des bases de statues prouvent que les deux modèles, le calme et le mouvementé, coexistent ensuite à l’époque hellénistique293.

86L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

  • 294 Katsikoudis 2005, p. 119-122, 164-166, cat. X 84-X 94, pl. 44-49. N. Katsikoudis pense que les frag (...)
  • 295 La statue équestre du Musée archéologique de Skopje, datée par J. Bergemann de la haute époque hell (...)
  • 296 Délos, musée, inv. A 2229 α-γ ; Marcadé 1969, p. 515, pl. LXXV ; Bergemann 1990, p. 67-68, cat. P 1 (...)
  • 297 Sur ce geste et ses significations possibles, cf. Bergemann 1990, p. 6-8.
  • 298 Bergemann 1990, p. 68.
  • 299 Marcadé, Queyrel 2003, p. 75-90, fig. 80-83.
  • 300 Marcadé, Queyrel 2003, p. 75-80, nos 1-3, fig. 69-73 ; p. 95-97.

87Mis à part quelques fragments de statues honorifiques en bronze découverts à Dodone datés du iiie s.294, presque rien n’est conservé de la statuaire équestre honorifique de la haute époque hellénistique295 et c’est seulement pour le iie s. que la documentation est moins rare. Il faut notamment mentionner la statue cuirassée découverte à l’agora des Italiens (fig. 19, p. 180) de Délos296, datée de la fin du iie ou du début du ier s. D’une hauteur de 1,015 m, cette statue fragmentaire conserve la cuirasse à corselet lisse, ornée de deux rangs de lambrequins, d’une statue équestre de taille naturelle. Un cingulum à l’avant enserre la cuirasse et un paludamentum agrafé sur l’épaule gauche recouvre le haut du torse et le dos. La tête, les bras, les jambes et le cheval, travaillés séparément, ne sont pas conservés, mais les lambrequins qui s’évasent vers le bas suffisent à restituer une statue équestre. Le bras droit levé effectuait sans doute le geste habituel des statues honorifiques équestres romaines, dont l’interprétation est du reste délicate297. Le soulèvement de l’étoffe à gauche suggère qu’une épée rapportée en bronze était fixée contre le flanc298. La pose calme et équilibrée du torse indique que le cheval était représenté au pas de parade. Récemment, Fr. Queyrel a proposé, à partir de ce torse et de cinq fragments de statues équestres trouvés à l’agora des Italiens, et en s’appuyant sur la silhouette de la statue équestre de Mélos, une restitution possible des statues équestres de Délos299. Tous ces fragments peuvent, selon lui, appartenir à plusieurs statues équestres passant à droite au pas de parade, d’une largeur d’environ 2,20 m. Trois fragments, trouvés dans les niches 39 et 41 ou à leurs abords, appartiennent vraisemblablement à la statue d’un légat romain, peut-être Marius, signée Agasias d’Éphèse300.

  • 301 Siedentopf 1968, p. 23-30.
  • 302 Affirmation de Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 200.
  • 303 IK 22, 509 ; IKaunos 103 ; Ferrary 2000, nos 1-2 ; cf. Tuchelt 1979, p. 92-93 (seulement trois base (...)

88Le lieu de découverte suggère que la statue représente un magistrat romain. Les statues équestres de Romains en Orient à l’époque hellénistique semblent en effet réservées aux magistrats301, et peut-être aux seuls magistrats de rang consulaire302. Cette pratique est d’ailleurs attestée presque exclusivement dans les sanctuaires de Grèce continentale et à Délos. Seules quatre statues équestres de promagistrats romains sont en effet connues en Asie Mineure303. Le mode de représentation s’inscrit cependant dans une tradition grecque bien établie, que reprennent à leur compte les magistrats romains, puis Auguste, sans doute pour bénéficier de l’aura que revêt une statue royale hellénistique.

  • 304 Athènes, Musée archéologique national, sans numéro d’inventaire.
  • 305 Fuhrmann 1931, p. 315, n. 42.
  • 306 Roques de Maumont 1958, p. 90-92, fig. 49 ; Vermeule 1959-1960, p. 63, no 249 ; Vermeule 1974, p. 1 (...)
  • 307 Kallipolitis 1971, p. 45-48, fig. 1 ; Siedentopf 1968, p. 75-77, fig. 22 ; Tuchelt 1979, p. 93 ; Be (...)
  • 308 Marcadé 1976a, p. 392-397, fig. 12-13.

89La statue équestre de Mélos (pl. XXIVb)304 est l’un des monuments honorifiques les plus controversés. Sa datation a varié, en fonction des spécialistes, de la haute époque hellénistique305, à l’époque antonine306, en passant par la basse époque hellénistique307 et le Haut Empire308. Avant d’examiner les arguments qui soutiennent les différentes hypothèses, il convient de décrire le monument.

  • 309 Hauteur conservée : 2,93 m ; longueur conservée : 2,75 m.
  • 310 Kallipolitis 1971, p. 48. Pourrait-il s’agir de Paros II ?
  • 311 Bergemann 1990, p. 55.
  • 312 Jusqu’à la restauration par le sculpteur M. Triantis à la fin des années 1960, seul l’élément centr (...)
  • 313 Poids : 2 800 kg ; Kallipolitis 1971, p. 46.

90Cette statue de grande taille309 en marbre « insulaire »310 à grains fins, mise au jour en 1877 sur la côte Nord de l’île de Mélos311, a été recomposée à partir de nombreux fragments312, parfois joints à l’aide de compléments en plâtre. De nombreux éléments étaient rapportés : la tête et l’encolure du cheval, la partie antérieure de la jambe avant droite, la jambe antérieure gauche à partir de la rotule – toutes deux disparues –, ainsi probablement que les deux jambes postérieures. Les éléments rapportés de la figure du cavalier – les épaules et le bras droit, la tête et le cou, les deux jambes sous le genou – ne sont pas conservés, pas plus que les rênes. Manquent également la partie inférieure de la mâchoire du cheval et une grande partie de la crinière, ainsi que l’avant-bras et la main gauche du cavalier. Sur la tête du cheval et la partie supérieure de la cuirasse, l’épiderme du marbre est très endommagé. L’étai qui soutient cette œuvre massive313 est moderne, à l’exception du départ sous le ventre de l’animal.

  • 314 Bonne photographie de ce dispositif dans Bergemann 1990, pl. 5 a.

91Un puissant cheval, mené au pas par un cavalier cuirassé, présente, malgré sa démarche calme, des jambes nerveuses et des muscles bandés – notamment au niveau du poitrail. Signe supplémentaire d’énergie et de tension, une longue veine fait saillie sur la panse de l’animal, à droite. La tête, légèrement tournée et inclinée vers la droite, résiste au mors, mouvement qui suscite sur l’encolure une série de plis en arc de cercle. La crinière est courte et représentée d’une façon graphique. La queue très soignée, dont la masse se divise en longues mèches incisées dans le marbre, forme un angle droit, avant de retomber souplement derrière la croupe. Le harnachement de l’animal se compose d’un balteus en trois parties enserrant le poitrail, orné au centre d’un gorgoneion, sur les côtés de griffons, et d’une courroie ventrale qui passe sous la chabraque314. Les éléments du mors, bien visible à droite, ont entièrement disparu à gauche.

  • 315 Pour un détail de la cuirasse, cf. Bergemann 1990, pl. 12 c.

92Le cavalier se tient bien droit sur le dos de l’animal, maintenant les rênes de son bras gauche replié contre le corps et levant le bras droit. La position de la tête ne peut être déterminée avec certitude, mais il est probable qu’elle était tournée vers la droite, suivant le mouvement du bras. La tenue de campagne de ce militaire se compose d’une courte tunique, visible sur le haut des cuisses et sur la chabraque, sur laquelle est passée une cuirasse à corselet lisse, d’où pendent deux rangs de lambrequins frangés en cuir. Une longue ceinture, qui enserre deux fois le corselet, est nouée sur le ventre et retient ses propres extrémités. Le corselet est assez richement décoré315 : un gorgoneion orne le milieu de la poitrine tandis que des serpents s’entrelacent et s’entortillent symétriquement au-dessus de la ceinture. L’épômis droite, seule visible, est divisée verticalement en deux champs et ornée de motifs que l’usure rend difficilement identifiables. Le cavalier porte enfin un grand manteau de campagne agrafé sur l’épaule droite, dont un long pan retombe sur le flanc gauche, tandis qu’un autre pan, qui couvre l’épaule gauche et une partie du dos, est retenu par la ceinture sur le flanc droit. Ce dispositif original suscite de larges et profonds plis arqués sur le côté droit.

  • 316 Roques de Maumont 1958, p. 90-91.
  • 317 Vermeule 1959-1960, p. 63.
  • 318 Graeve 1970, p. 60, pl. en couleur II 1.
  • 319 Cf. supra p. 290-293.

93La datation de cette œuvre à l’époque antonine, suggérée par certains spécialistes, se fonde d’une part sur son association – qui s’est avérée erronée – avec la base de la statue honorifique de Tiberius Claudius Frontonianus, découverte un peu plus tard au même endroit que la statue316, d’autre part sur la décoration de la cuirasse, considérée, notamment par C. C. Vermeule, comme trop complexe pour appartenir à une époque antérieure317. Il est vrai que les parallèles hellénistiques à un tel dispositif sont rares, mais il ne faut pas oublier que, déjà sur le sarcophage d’Abdalonymos, la cuirasse à corselet lisse de certains soldats est ornée d’un gorgoneion peint318. Surtout, la statue supposée de Marc Antoine à Naxos (pl. XIX) prouve, si l’on accepte l’identification proposée plus haut, que les cuirasses à corselet lisse peuvent être, dès la basse époque hellénistique, richement décorées319. Quant à l’épômis très originale, elle ne possède d’équivalent exact ni dans la sculpture d’époque hellénistique, ni dans celle d’époque impériale.

  • 320 Roques de Maumont 1958, p. 42-46, fig. 21 a-c ; Siedentopf 1968, p. 72-75, fig. 24 ; Gualandi 1980  (...)
  • 321 Collection Weiller ; Marcadé 1976a ; Bergemann 1990, p. 98-100, pl. 1d, 4b, 74, 75.

94La datation de l’œuvre à la basse époque hellénistique semble mieux étayée. En effet, elle repose notamment sur des comparaisons pertinentes du cheval de Mélos tout d’abord avec ceux mis au jour dans le sanctuaire de Junon Sospita à Lanuvium, dont la datation entre la fin du iie s. et celle du ier s. est désormais communément acceptée320, ensuite avec une statue équestre fragmentaire provenant de Sentinum, datée, selon les spécialistes, entre le milieu du ier s. et l’époque julio-claudienne321.

  • 322 Cf. supra p. 301.
  • 323 Bergemann 1990, p. 56.

95Quelques spécificités techniques permettent de confirmer l’inscription de la statue équestre de Mélos dans la fin de l’époque hellénistique. En effet, J. Bergemann note que, comme sur la cuirasse de la statue équestre de Délos322, dont la statue de Mélos est d’ailleurs assez proche, les franges qui ornent les lambrequins sont séparées au foret, trait que l’on ne retrouve pas à l’époque impériale323. Surtout, l’emploi de nombreuses pièces rapportées paraît caractéristique de l’époque hellénistique. La datation de l’œuvre à la fin du iie s. ou au ier s. paraît donc la plus probable.

  • 324 Bergemann 1990, p. 57.

96Le type de la cuirasse ne permet de tirer aucune conclusion sur l’identité culturelle du personnage représenté324, qui peut être aussi bien grec que romain. De même, en l’absence de contexte précis de découverte, il est impossible de connaître les motifs qui ont fait préférer le marbre au bronze.

Les militaires nus

  • 325 Cf. supra p. 274-276.
  • 326 Pour les représentations de souverains nus, cf. supra p. 261-266.

97À l’exception des statues athlétiques, qui constituent un genre à part, les représentations honorifiques nues sont rares dans l’art grec. Cependant, si les statues de stratèges des ve et ive s. sont, comme on l’a vu, probablement vêtues325, la nudité apparaît également dans l’iconographie militaire non royale à la basse époque hellénistique326.

  • 327 Queyrel 1991.
  • 328 Relief de Pergame : Istanbul, Musée archéologique, inv. 362 ; Pfuhl, Möbius 1979, p. 350, no 1477, (...)
  • 329 Queyrel 1991, p. 440-442, fig. 56-57 (les figures ne rendent pas compte de l’iconographie des stèle (...)
  • 330 Istanbul, Musée archéologique, inv. 600 ; cf. la contribution de C. Watzinger à Humann 1904, p. 212 (...)
  • 331 Délos, musée, inv. A 4269 + A 1645 + A 1757 ; Marcadé 1969, p. 335, 373, pl. LXXVI ; Hermary, Jocke (...)
  • 332 Cf. supra p. 177.

98Inspirées de représentations divines classiques, les statues militaires de ce type apparaissent seulement dans la seconde moitié du iie s. et, même après cette date, elles demeurent rares. Il est significatif que l’exemple le plus ancien, celui de C. Ofellius Ferus à Délos327 (pl. XXV), soit la représentation d’un Italien. Des parallèles peuvent certes être trouvés dans quelques reliefs funéraires d’Asie Mineure du iie s., mais ceux-ci ont une forte charge héroïsante, qui explique la représentation du défunt selon un type divin328. Contrairement à l’opinion défendue par Fr. Queyrel329, il me semble que ces stèles confirment que la statue d’Ofellius a une connotation militaire. En effet, si les chiens représentés sur ces reliefs évoquent vraisemblablement la chasse, il ne fait en revanche pas de doute que le jeune homme en armes qui flatte l’encolure du cheval sur la stèle de Pergame et le petit palefrenier qui s’est coiffé du casque à aigrette de son maître sur la stèle de Smyrne évoquent les exploits militaires du défunt et sans doute sa mort précoce au combat. C’est donc bien en militaire qu’est représenté C. Ofellius Ferus, comme le confirme encore un probable parallèle à Magnésie du Méandre. Seule la partie inférieure de cette statue colossale est conservée, mais son caractère militaire est assuré par la cuirasse anatomique qui étaye la jambe droite330. Il en va de même pour une statue nue à chlamyde retrouvée au Samothrakeion de Délos, qui représente vraisemblablement un compagnon de Mithridate331. Enfin, la statue de petite taille découverte dans l’hèroôn de Pergame, remployée à l’époque d’Auguste comme statue honorifique, est également étayée par une cuirasse332.

99La statue de C. Ofellius Ferus, dans une niche de l’Agora des Italiens de Délos (fig. 19, p. 180), témoigne par ailleurs d’une disjonction entre le type de la représentation et le statut du personnage représenté. En effet, quoique Ofellius n’ait exercé aucune fonction militaire, sa représentation revêt un caractère guerrier et emprunte à l’iconographie des souverains hellénistiques. La statue d’Ofellius marque une étape importante dans l’évolution de la statuaire honorifique : le caractère surhumain que confère la nudité n’est plus réservé aux rois ou aux défunts, mais peut également caractériser un simple negotiator campanien. L’apparition précoce de cette pratique à Délos est probablement due au statut de port franc de l’île après 166 et au caractère cosmopolite de sa population. Sans doute les pratiques sociales traditionnelles et le prestige de la personne royale s’y sont-ils étiolés plus rapidement qu’ailleurs.

Notes

1 Eschine, Contre Ctésiphon 183-185 ; pour une analyse récente de ces monuments, cf. Meyer 2005, p. 294-298, fig. 14.

2 Paris, musée du Louvre, CP 10793 ; La Genière 1960 (vers 470).

3 Krämer 2001, p. 128, considère qu’il s’agit plutôt d’une allusion au lieu-dit les « Hermès » sur l’Agora.

4 Bologne, Museo civico, inv. 206 ; G. Siebert, LIMC V (1990), s.v. « Hermes », no 153.

5 New York, Metropolitan Museum, inv. 13.231.2 ; Krämer 2001, p. 69-70, no 4, pl. 8 et p. 76-78 ; la datation proposée me paraît basse : une simple comparaison avec la statue de Poséidon de l’Artémision souligne la proximité de la tête de New York avec les œuvres de style sévère.

6 Sur ce point, cf. Harrison 1965, p. 161, n. 62.

7 Cyrène, musée ; Krumeich 1997, p. 50, fig. 17.

8 La tête en bronze de Porticello (Reggio de Calabre, Musée archéologique) offre un exemple un peu plus tardif de représentation individuelle. On la date en générale de la fin du ve s. Fittschen 1988, p. 14 et 19, pl. 34-35.

9 Harrison 1965, p. 110.

10 IG I3 503/504 ; SEG X 404 ; Meritt 1956, p. 270-271.

11 Meritt 1956.

12 Meritt 1956, p. 273-275.

13 Sur ces piliers hermaïques, cf. Rückert 1998, p. 57-66.

14 IG I3 983 (année 460) ; Wilhelm 1899, p. 228-235, fig. 128 ; l’attribution du distique à Simonide est contestée.

15 Anthologie palatine VI 144 ; trad. P. Waltz, CUF, 1931, légèrement modifiée.

16 Harrison 1965, p. 121 ; il paraît peu probable en effet que le bloc ait été déplacé depuis l’Académie jusqu’à Markopoulo.

17 Harrison 1965, p. 121, n. 102.

18 Pétrakos 1999b, nos 95 et 96 (337-334).

19 Athènes, Musée archéologique national, inv. 313 ; Rhamnonte, musée, inv. 614-616 ; Pétrakos 1999a, p. 283-288, fig. 194-196.

20 Pétrakos 1999b, no 102 (333-324).

21 Robertson 1962, p. XLVII, p. 51, no 264, pl. 8.

22 Pour ce paragraphe, on pourra se reporter également au résumé de Dillon 2006, p. 107-110.

23 Sur l’ensemble de la documentation, archéologique et littéraire, cf. Krumeich 1997.

24 Himmelmann 1990, p. 86-101.

25 Berlin, Pergamonmuseum, inv. 73 ; Himmelmann 1990, p. 98-100, fig. 50.

26 Berlin, Pergamonmuseum, inv. 1708 ; CAT 3.192 ; IG II2 12717 (410-400).

27 Le même motif se retrouve sur une stèle de Mégare (Worcester, Massachussetts Art Museum ; CAT 1.153 ; fin du ve s.), dont la facture est très proche de celle de Chairédèmos et de Lykéas, trouvée à Salamine (Le Pirée, musée, inv. 385 ; CAT 2.156 ; ca 420-410) et sur un lécythe funéraire (Athènes, Musée archéologique national, inv. 815 ; CAT 4.180 ; ca 410-400).

28 Malibu, J. P. Getty Museum, inv. 83.AA.378 ; CAT 2.121 ; SEG XXXIV 234 (410-400).

29 Chr. W. Clairmont note cette proximité avec la ronde bosse pour la figure de Philoménè, qui fait face à Philoxénos (CAT vol. II, p. 84).

30 Despinis 1991-1992 ; pour le fragment supérieur : New York, collection de Shelby White et de Leon Levy (Bothmer 1990, p. 124-126, no 97 ; CAT 3.200) ; pour le fragment inférieur : Brauron, musée, inv. BE 6 (CAT 3.195).

31 Proposition, à titre d’hypothèse, de Despinis 1991-1992, p. 17 ; cf. SEG XLVII 255.

32 Noter également l’association du casque attique avec l’exômis et la chlamyde sur un relief funéraire attique conservé à Boston (Museum of Fine Arts, inv. 1971.129) ; cf. CAT 2.217.

33 Athènes, Musée archéologique national, inv. 835 ; CAT 4.650 ; Clairmont 1983, p. 84, n. 60.

34 Hypothèse de Weber 2002.

35 Krumeich 1997, p. 122 ; Weber 2002, p. 58 émet l’hypothèse, plus fragile, que l’installation de la statue de Périclès serait en lien étroit avec celle de la statue d’Athéna Lemnia de Phidias. Noter que des soldats coiffés de casques corinthiens – des stratèges ? – apparaissent sur deux stèles funéraires de la seconde moitié du ive s. : Moscou, musée Pouchkine, inv. F-1601 (CAT 2.354 ; casque corinthien associé à un chitôn court) ; Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 206 (CAT 2.413 ; casque corinthien associé à une cuirasse anatomique).

36 Krumeich 1997, p. 122, n. 583.

37 À l’appui de cette hypothèse, on peut également invoquer un relief votif du Musée archéologique de Venise, inv. 126, à Arès et à Aphrodite, où le dieu de la guerre est représenté coiffé du casque attique, vêtu d’un chitôn court ceinturé et d’une chlamyde. Son bouclier est placé debout à ses pieds, à main droite ; cf. Anti 1930,p. 50, no 7 ; Ph. Bruneau, LIMC II (1984), s.v. « Ares », no 57 (fin du ve s.).

38 Cassel, musée, inv. 1 ; Bieber 1913 ; Gercke, Zimmermann-Elseify 2007, p. 206-208, no 64.

39 Vierneisel-Schlörb 1979, p. 86.

40 Gercke, Zimmermann-Elseify 2007, p. 208.

41 Anderson 1963 ; Buckler 1972.

42 Cornelius Nepos, Chabrias 1.

43 Diodore de Sicile, XV 32, 33.

44 Burnett, Edmondson 1961, p. 74-91, pl. 11-12.

45 Sur quatre naiskoi funéraires : Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 206 (CAT 2.413 ; ca 330) ; Athènes, Musée archéologique national, inv. 737 (CAT 3.460 ; ca 340-330) ; inv. 834 (CAT 1.970 ; ca 320) ; Berlin, Pergamonmuseum, inv. 1473 (CAT 3.930 ; ca 320). – Sur sept vases funéraires en marbre : Athènes, Musée archéologique national, inv. 844 (CAT 2.852 ; ca 350) ; Rome, Museo Barracco, inv. 128 (CAT 2.894a ; ca 330) ; Athènes, Musée archéologique national, inv. 1069 (CAT 2.910 ; ca 350) ; inv. 2563 (CAT 3.235 ; ca 390) ; Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 226 (CAT 3.867 ; ca 350-340) ; Paris, musée du Louvre, Ma 3446 (CAT 3.921 ; ca 350) ; Athènes, Musée archéologique national, inv. 3473 (CAT 4.237 ; ca 390).

46 Sur trois naiskoi funéraires : Moscou, musée Pouchkine, inv. P la935 (CAT 2.331 ; ca 330) ; Rhamnonte, musée, inv. 107, 306, 389 (CAT 1.981 ; militaire et son cheval [hipparque ?], ca 320) ; Moscou, musée Pouchkine, inv. F-1601 (CAT 2.354 ; ca 320). – Sur cinq stèles funéraires : Copenhague, Musée national, inv. 1626 (CAT 2.248 ; ca 390) ; Athènes, musée de l’Agora, inv. I 3845 (CAT 1.193 ; première moitié du ive s.) ; Paris, musée du Louvre, Ma 781 (CAT 2.216 ; ca 390) ; Londres, British Museum, inv. 1886.10-8.1 (CAT 2.284b ; ca 390) ; Le Pirée, musée, inv. 350 (CAT 1.378 ; ca 360). – Sur dix vases funéraires en marbre : Athènes, Musée archéologique national, inv. 2799 (CAT 4.205 ; ca 400-390) ; inv. 2368 (CAT 2.883 ; ca 375-350) ; sans numéro d’inventaire (CAT 2.197 ; ca 350) ; inv. 2016 (CAT 2.220a ; ca 350) ; Athènes, musée de l’Acropole (CAT 2.417 ; ca 350) ; Athènes, Musée archéologique national, inv. 810 (CAT 2.630 ; ca 350) ; Munich, Glyptothek, inv. DV 33 (CAT 3.191 ; ca 350) ; Athènes, Musée archéologique national, inv. 3734 (CAT 3.218 ; ca 350) ; inv. 1982 (CAT 4.281 ; ca 350) ; lieu de conservation inconnu (CAT 3.364c ; ive s.).

47 Sur un naiskos funéraire : Budapest, musée des Beaux-Arts, inv. 6259 (CAT 2.957 ; ca 320) ; sur l’exception iconographique que représente ce relief et sur la difficulté d’interprétation de la fonction du personnage masculin, cf. Daehner 2005, p. 217-220.

48 Geominy 1998a ; Geominy 2007a, p. 84-98 ; Geominy 2007b, p. 56-59 ; 65-68.

49 FD III 4, 460, p. 137.

50 FD III 4, 460, no 5.

51 Thucydide, II 22, 3 ; Geominy 1998a, p. 372-373.

52 Thucydide, II 22, 3.

53 Geominy 1998a, p. 374.

54 Sur l’équivalence des termes ἀρχός, ἄρχων, τέτραρχος pour désigner le chef suprême des Thessaliens, cf. Helly 1995, p. 131.

55 Fr. Hiller von Gaertringen, RE VI (1936), s.v. « Thessalia », col. 126 ; Geominy 1998a, p. 377 reconnaît que cette théorie peut être défendue.

56 Homolle 1897, p. 595.

57 C’est en tout cas l’analyse que fait Fr. Hiller von Gaertringen d’un passage de Thucydide (IV 78), où Brasidas, en 424, traverse la Thessalie, qui, écrit l’historien, est plus gouvernée « par l’autorité que par l’isonomie », c’est-à-dire est soumise à l’autorité de chefs locaux et non régie par un système fondé sur le droit commun (RE VI [1936], s.v. « Thessalia », col. 121).

58 Geominy 1998a, p. 373-374 ; le fragment de Théopompe qu’il cite à l’appui de son hypothèse (FrGrH 115F 209) ne qualifie pas Thrasydaios de tétrarque, mais de τύραννος.

59 Geominy 1998a, p. 378 : « Es ist also gar keine Inschrift zu erwarten, die die Hieromnemonen-Tätigkeit eines Daochos im frühen 3. Jh. bestätigen könnte » (Il ne faut donc attendre aucune inscription qui puisse attester l’activité de hiéromnèmon d’un Daochos au début du iiie s.).

60 Noter la circularité du raisonnement : si le Daochos du ive s. est tétrarque, Thrasydaios doit l’être également, ce qui paraît impossible. Donc ce Daochos n’est pas tétrarque. Mais, si Thrasydaios est tétrarque, hypothèse au fondement du raisonnement de W. Geominy, alors, selon cette logique, Daochos devrait l’être également.

61 Helly 1995, p. 62.

62 Helly 1995, p. 64-66.

63 Contre la thèse de W. Geominy, on peut également avancer qu’il n’existe plus, au iiie s., de tétrarque thessalien.

64 Decourt 1995, no 57 ; cf. infra p. 309.

65 Jacquemin, Laroche 2001 ; le plan restitué est rejeté par Geominy 2007a, p. 85-88, fig. 86 et n. 11 : il privilégie une entrée au Sud et des murs Est et Ouest de 7,60 m ; il rejette également l’identification des quatre bases de statues inachevées qu’A. Jacquemin et D. Laroche restituent le long du mur Sud de l’oikos.

66 Rolley 1999, p. 325-329 et Andreae 2001, p. 63-64 n’acceptent pas la datation proposée par W. Geominy.

67 Dohrn 1968a.

68 Dohrn 1968a, p. 40, fig. 10-11 considère que la position et la forme de l’étai n’autorisent pas à restituer une statue drapée. On cherche cependant en vain des statues nues en sandales.

69 Brécoulaki 2006, p. 263 ; 272-273, pl. 94,2. L’auteur qualifie les crèpides, la chlamyde et la kausia d’attributs macédoniens.

70 Saatsoglou-Paliadeli 1984, p. 152-159, no 20, pl. 42-43 ; Brécoulaki 2006, pl. 54-55.

71 Arvanitopoulos 1928, p. 143-146, fig. 166-169, pl. I.

72 Rome, Palais des Conservateurs, Museo Nuovo, inv. 1829.

73 Geominy 2007a, p. 89-90, fig. 70-71 ; Geominy 2007b, p. 67-68, fig. 72 et 84.

74 Rhamnonte, musée, inv. 107, 306, 389 ; Pétrakos 1999a, p. 389-396, fig. 289 ; vol. II, no 270 ; la partie droite du relief, où apparaît Iophôn, est traitée comme un monument indépendant dans CAT 1.981.

75 La date est admise par Geominy 2007b, p. 56-57, fig. dans le texte 10.

76 Moscou, musée Pouchkine, inv. P 1a935 ; CAT 2.331.

77 Brécoulaki 2006, pl. 90, 99-100.

78 Figurine fabriquée à Athènes : Londres, British Museum, inv. 1906.10-19.1 ; Burns, Higgins 2001, p. 36, no 2011, pl. 2 ; Jeammet 2003, p. 223, no 162 (entre 340-330 et 250) ; exemplaire similaire trouvé dans une tombe de Pydna : Bésios 2010, p. 224 (350-275) ; figurine sans provenance : Londres, British Museum, inv. 1981.4-14.1 ; Burns, Higgins 2001, p. 67, no 2129, pl. 23.

79 Figurine provenant peut-être de Tanagra : Londres, British Museum, inv. 1874.3-5.68 ; Burns, Higgins 2001, p. 65, no 2122 (première moitié du iiie s.).

80 Archontidou-Argyri 1988, p. 459, pl. 278.

81 Istanbul, Musée archéologique, inv. 1191 ; Andreae 2001, p. 60-63, nos 3-4, plaide pour une datation de l’œuvre vers 300.

82 Chalkis, musée, inv. 10 ; Dohrn 1968a, p. 46, n. 60, pl. 36-37.

83 Brauron, musée, inv. 1170 ; L. Kahil, LIMC II (1984), s.v. « Artemis », p. 635, no 118.

84 Jacquemin, Laroche 2001 ; sur l’apparition des monuments généalogiques au ive s., cf. aussi Borbein 1973, p. 88-90.

85 Bol, Eckstein 1975 ; Prittwitz und Gaffron 2007, p. 244, fig. 200 ; Despinis 2013, p. 22-25, fig. 5.

86 L’interprétation du geste comme une prise de parole est vraisemblablement erronée, comme le prouve une comparaison avec la Tragédie et la Comédie du relief d’Archélaos de Priène (Londres, British Museum, inv. 2191) ; cf. Bol, Eckstein 1975, p. 91-92 ; Pinkwart 1965a, p. 57-58, pl. 31.

87 Bol, Eckstein 1975, p. 90.

88 Bol, Eckstein 1975, p. 88.

89 Athènes, Musée archéologique national, inv. 710 ; Geominy 1985, date la statue de 146/5 ; la date est acceptée par Niemeier 1985, p. 60 ; Prittwitz und Gaffron 2007, p. 243-244, date l’œuvre de 145/4 ; Kaltsas 2002, p. 293-294, no 615 date quant à lui la statue du ier s.

90 Gurlitt 1881, p. 153 ; Milchhöfer 1881, col. 156.

91 Milchhöfer 1881, col. 156 ; lecture confirmée, à partir du moulage, par Bol, Eckstein 1975, p. 84 et n. 7 ; IG V 2, 370.

92 IOlympia 449-450 ; sur ces bases de statues et plus généralement sur l’utilisation de la mémoire des grands hommes à l’époque impériale, cf. Heller 2011.

93 Pausanias, VIII 9, 1.

94 Pausanias, VIII 30, 8.

95 Pausanias, VIII 37, 2.

96 Pausanias, VIII 48, 8.

97 Pausanias, VIII 30, 8 : γέγραπται δὲ καὶ ἐλεγεῖα επ’ αὐτῷ λέγοντα ὡς ἐπὶ γῆν καὶ θάλασσαν πᾶσαν πλανηθείη, καὶ ὅτι σύµµαχος γένοιτο ῾Ρωµαίων καὶ παύσειεν αὐτοὺς ὀργῆς ἐς τὸ Ἑλληνικόν, « Des distiques y sont également inscrits, relatant qu’il voyagea sur la terre et sur la mer entière, qu’il devint l’allié des Romains et fit cesser leur colère contre les Grecs ».

98 Pausanias, VIII 37, 2 : καὶ οἱ ἐπίγραµµά ἐστιν ἐξ ἀρχῆς τε µὴ ἂν σφαλῆναι τὴν Ἑλλάδα, εἰ Πολυβίῳ τὰ πάντα ἐπείθετο, καὶ ἁµαρτούσῃ δι’ ἐκείνου βοήθειαν αὐτῇ γενέσθαι µόνου, « et l’inscription qu’il porte affirme que la Grèce n’aurait pas échoué, si elle s’était fiée dès le début en tout à Polybe et que, lorsqu’elle avait commis des erreurs, lui seul l’avait aidée ».

99 Polybe, XXXIX 3, 1-11 ; cf. supra p. 249, n. 154.

100 Polybe XXXIX 4-5 ; cf. Bol, Eckstein 1975, p. 90 (référence erronée) ; Walbank Fr. W. 1979, p. 735.

101 Pédech 1969, introduction p. X.

102 Schäfer M. 2002, p. 181-184 (le catalogue propose un choix de reliefs funéraires et votifs à l’appui de cette hypothèse).

103 Izmir, Kültürpark, inv. 4322 et 1026 (Pfuhl, Möbius 1977, p. 183, no 647, pl. 98 ; Pfuhl, Möbius 1979, p. 378, no 1535, pl. 221) ; Izmir, Musée archéologique, inv. B 4490 ; Paris, musée du Louvre, inv. MND 444 (Pfuhl, Möbius 1979, p. 340-341, nos 1430-1432, pl. 208).

104 Odyssée XVIII 300.

105 L’expression se trouve notamment sur un aryballe en bronze, qui provient probablement de Sparte, dédiépar Chalcodamas à la fin du viie s. ou dans la première moitié du vie s. (Paris, musée du Louvre, inv. Br 2918 ; IG V 1, 231) et sur un fragment de base perdu, probablement pour un kouros, du Ptoion de Béotie (Ducat 1971, p. 386) ; pour les emplois archaïques de l’expression, cf. Karouzos 1946, p. 6-10.

106 Liddell, Scott 1968, s.v. « ἵζω », I.2.

107 Noter que nous n’avons aucun indice qui permette d’affirmer que Polybe ait été héroïsé ou divinisé.

108 Worcester, musée (CAT 1.153) ; la comparaison est déjà proposée par H. Möbius, « Diotima », JDAI 49 (1934), p. 45-60. p. 57 et Himmelmann 1990, p. 66.

109 Hauteur : 1,82 m ; longueur : 0,94 m.

110 Le personnage tient un pilos en main droite, non un casque attique.

111 Clairmont 1983, p. 70-72 ; CAT 1.153.

112 Möbius 1934, p. 52, fig. 4 et p. 54, suivi par Himmelmann 1990, p. 66.

113 Athènes, Musée archéologique national, inv. 226 (Möbius 1934, p. 46, fig. 1 et 54-55).

114 Möbius 1934, p. 56-57 ; noter que le caractère héroïque de la représentation est reconnu par CAT 1.153, mais n’est pas considéré comme significatif, car tous les morts des guerres du ve s. seraient héroïsés ; cf. Clairmont 1983, p. 13-14.

115 Bodrum, musée, inv. 33.17.82 ; Özgan 1999, p. 35-39, cat. H 9, pl. 9 a-b.

116 Hauteur conservée : 0,48 m.

117 Rhodes, musée, inv. 13578 ; Kabus-Preisshofen 1989, p. 207-211, no 33, pl. 44,1-3 ; 45,1-4.

118 Özgan 1999, p. 9.

119 Paris, musée du Louvre, Ma 2881/17 et 2881/19 (Yaylali 1976, p. 141, pl. 4,1 ; 5,1).

120 Schober 1933, p. 12-26.

121 Istanbul, Musée archéologique, inv. 216 : frise Nord, plaque VIII (Schober 1933, p. 34 [personnage no 5] ; p. 72-73, cat. no 216, pl. IX).

122 IG II2 646.

123 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 4063 et 2307 (Meyer 1989a, p. 312, cat. A 169, pl. 45,2).

124 IG II2 646, l. 52-55.

125 IG II2 646, l. 37-40.

126 Plutarque, Vie de Démétrios 10, 4.

127 Diodore de Sicile, XX 46, 1-2.

128 Londres, British Museum, inv. 325 + Athènes, musée de l’Acropole, inv. 3369 : frise Nord, plaque XII, 47 (Berger, Gisler-Huwiler 1996, p. 74, pl. 52 ; Holtzmann 2003, fig. 113).

129 Athènes, Musée archéologique national, inv. 2360 et 2790 (Meyer 1989a, p. 275, cat. A 34, pl. 13,2).

130 Athènes, Musée archéologique national, inv. 2946 (Meyer 1989a, p. 298, cat. A 115, pl. 34,2).

131 Paris, musée du Louvre, inv. Ma 3382 ; cf. Diepolder 1931, p. 33, pl. 28,1 ; Kokula 1984, p. 163-164, cat. L 47 ; CAT 1.277 ; IG II2 7612.

132 Athènes, Musée archéologique national, inv. 731 ; CAT 2.930 ; Kaltsas 2002, p. 194, no 384.

133 Hypothèse défendue par Stampolidis 1992, p. 162.

134 Petsas 1966, p. 181 ; bonne illustration dans Brécoulaki 2006, pl. 76,1.

135 Ridgway 1990, p. 186.

136 Rhomiopoulou 1997b, p. 29.

137 Le champ dans lequel la figure est peinte a une hauteur de 1,29 m ; Petsas 1966, p. 82, fig. 29.

138 Petsas 1966, pl. A’.

139 Petsas 1966, p. 114-124, pl. ΣΤ’, I’ et 5.

140 Brécoulaki 2006, p. 162-164, pl. 59,1 et 60,1. La pose, qui est celle de l’Alexandre à la lance, a fait parler d’héroïsation pour cette représentation, par opposition au défunt de Lefkadia, plus « humain », mais l’influence de l’iconographie royale sur les représentations ne signifie pas nécessairement héroïsation.

141 Athènes, Musée archéologique national, inv. 2947 (Meyer 1989a, p. 309, cat. A 157, pl. 46,1).

142 Kron 1976, p. 237-238.

143 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1478 ; Svoronos 1911, vol. II, p. 616-617, no 252, pl. 109 ; Kron 1976, p. 279, cat. O 5.

144 Kotsidu 2000, p. 33-38, cat. 9 [L] (sur la fondation des nouvelles tribus) ; p. 45-46, cat. 9 [A] (sur l’extension du monument des héros éponymes sur l’Agora pour accueillir les deux nouvelles statues) ; cf. aussi Thompson, Wycherley 1972, p. 40.

145 Vermeule 1966, p. 49-51 et 52, cat. S1, pl. IX.

146 On trouve cependant cette combinaison sur les reliefs funéraires dès 390 : Athènes, musée du Céramique, inv. P943 (CAT 3.365b) ; Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek, inv. 226 (CAT 3.867 ; Poulsen 1951, p. 161-162, no 226 ; Schmalz 1970, p. 138, cat. A 208) ; Paris, musée du Louvre, Ma 3446 (CAT 3.921 ; IG II2 10603 ; Schmalz 1970, p. 141, cat. A 233) ; Athènes, Musée archéologique national, inv. 3473 (CAT 4.237 ; Schmalz 1970, p. 151, cat. D 2) ; Athènes, Musée archéologique national, inv. Théseion 172 (CAT 6.245 ; IG II2 7395 ; Schmalz 1970, p. 127, cat. A 97).

147 Réplique de grande qualité : Munich, Glyptothek, inv. 304 ; Vierneisel-Schlörb 1979, p. 79-99, no 9, fig. 38-46 ; cf. Thémélis 1996, p. 158, n. 26.

148 Paris, musée du Louvre, Ma 573 ; Arnold 1969, p. 183-189, pl. 13c ; cf. Vierneisel-Schlörb 1979,p. 283-289, no 27, fig. 132-139 (vers 360). L’attribution à Praxitèle par Geominy 2004, p. 292-294, de l’Hermès du type Andros-Farnèse et sa datation vers 360 sont peu vraisemblables ; cf. Rolley 1999, p. 265 (« on est autorisé à penser aux fils de Praxitèle ») ; Pasquier, Martinez 2007, p. 306 (vers 310-300).

149 Ce type, réservé, à une exception près (Budapest, musée des Beaux-Arts, inv. 6259 [CAT 2.957]), aux enfants (par exemple : Istanbul, Musée archéologique, inv. E 577 [CAT 0.788 ; ca 350]) et aux jeunes hommes (par exemple : Chalkis, musée [CAT 1.856 ; ca 380]), est toujours représenté de trois quarts, voire de face (par exemple : Athènes, IIIe Éphorie, inv. M 793 [CAT 2.449a ; ca 350]).

150 La fonction d’un relief trouvé sur l’agora de Cyrène, qui combine la nudité, la chlamyde jetée sur l’épaule et le bras gauche, et l’armement (bouclier, lance et épée), est inconnue. Il est cependant probable qu’il s’agisse d’un relief héroïque, et non d’une représentation funéraire (Cyrène, musée inv. 15.007 [CAT 1.215 ; Paribeni 1959, p. 36-37, no 51, pl. 50]).

151 Athènes, Musée archéologique national, inv. 3668 ; Kaltsas 2002, p. 267, no 558.

152 Berlin, Staatliche Museen, Antikensammlung, inv. 1972.15 ; Heilmeyer 1988, p. 170-171.

153 Brockelsby Park, collection du comte de Yarborough ; CAT 3.365b.

154 Borchhardt 2004.

155 Borchhardt 2004, p. 476-478, fig. 3-7.

156 Borchhardt 2004, p. 473-475, fig. 1-2, 8-9.

157 Stanzl 1991-1992, p. 158, fig. 12.

158 Borchhardt 2004, p. 477, fig. 5.

159 Borchhardt 2004, p. 482-483.

160 Les cuirasses de la haute époque hellénistique, lorsqu’elles sont décorées, présentent un simple gorgoneion, comme la cuirasse d’un soldat sur un fronton du sarcophage d’Abdalonymos (Graeve 1970, p. 60, pl. en couleur II 1) ou celle d’un cavalier sur la métope d’un naiskos funéraire de Tarente (Musée national ; Carter 1970, en particulier p. 127-128, pl. 29, fig. 4 et pl. 34, fig. 32 [300-275]).

161 Katsikoudis 2005, plan I, fig. 10.

162 Ioannina, musée, inv. 1384 ; Katsikoudis 2005, p. 92-99 et p. 147, cat. X10, pl. 15.

163 Ioannina, musée, inv. 1373 (Katsikoudis 2005, p. 103-107 et p. 151, cat. X27, pl. 22-23).

164 Katsikoudis 2005, p. 46-66 et p. 135, cat. B12, fig. 12, pl. 5 (base) ; p. 99 et 106 (attribution des fragments) ; cf. supra p. 248.

165 Katsikoudis 2005, p. 97-99.

166 Katsikoudis 2005, p. 104-105 ; Franke 1961, p. 139-140 et 165, pl. 20.

167 Athènes, Musée archéologique national, collection Karapanos, inv. 196a (Katsikoudis 2005, p. 107-110 etp. 151-152, cat. X28, pl. 24-25) ; pour la base, cf. Katsikoudis 2005, p. 66-70 et p. 136-137, cat. B16,fig. 10, 16, pl. 7.

168 IG IV2 205 (statues des Épidauriens Callimachos et Nicotélès) ; 208 (statue dédiée par les Argiens Stratôn et Thiônis pour leurs fils) ; 243 (statues des Épidauriens Hiarônymos et Aristagora dédiées par leurs enfants).

169 Son confrère, et probablement élève, Labréas connaît, un peu plus tard, la même évolution de carrière puisque, après avoir signé des statues honorifiques privées, il signe en 192 la statue dédiée par les Crétois de Tèlemnastos, fils d’Antiphatas, dans le sanctuaire d’Asclépios à Épidaure (IG IV2 244).

170 In situ. Hauteur : 1,99 m ; Stampolidis 1992.

171 Noter que la statue de Cos est très proche, typologiquement et stylistiquement, d’un fragment de Délos (inv.A 4241), de provenance incertaine, que Marcadé 1969, p. 334, pl. LXXVI, place dans la seconde moitié du iie s.

172 Stampolidis 1992, p. 135-136, souligne les problèmes de statique que comporte un tel choix et estime que cette technique a été adoptée essentiellement pour diminuer le coût du transport.

173 Stampolidis 1992, p. 137-138.

174 Stampolidis 1992, p. 138 et p. 155-162, fig. 10-23 (attestations du motif dans la ronde bosse, sur les reliefs et dans la peinture hellénistique) ; des fragments de Dodone, datés des iiie et iie s., appartiennent au même dispositif : Katsikoudis 2005, p. 145-146, cat. X3, X4, X5, pl. 13.

175 Stampolidis 1992, p. 138-139.

176 Couissin 1927, p. 307-319, fig. 59-65. Bien qu’ils soient plus oblongs que rectangulaires, les boucliers tombés au sol sur les copies des « Grands Gaulois » et « Petits Gaulois » sont proches de ceux qui étayent la statue de Cos. Cf. en particulier le bouclier sur lequel est tombé le Gaulois du Capitole (Rome, musées du Capitole,inv. 747 ; Andreae 2001, p. 92-93, no 47) et le Gaulois du Louvre (Paris, musée du Louvre, Ma 324 ; Andreae 2001, p. 168-171, no 152).

177 SEG LV 929 ; Kotsidu 2000, p. 245-246, no 164 [E 2] (ca 190-160).

178 Stampolidis 1987, p. 115-116, 249-250, pl. 7.

179 Stampolidis 1992, p. 145-152.

180 Bien que mise en doute, elle n’est pas rejetée catégoriquement par Kotsidu 2000, p. 465-466, no *346 [A]. Elle n’est en revanche pas évoquée par Queyrel 2003.

181 Hekler 1919, p. 195-200, fig. 124-126 ; Filgis, Radt 1986, p. 119-120, pl. 28,2-6 ; Queyrel 2003, p. 41-45, pl. 67,1-6 ; notons que le fragment de chevelure d’une statue colossale, associé aux six autres par A. Hekler, appartient vraisemblablement à une autre statue (cf. Filgis, Radt 1986, p. 119, n. 397 ; Queyrel 2003, p. 45).

182 Queyrel 2003, pl. 67,5.

183 Hekler 1919, p. 200 ; OGIS 332, l. 7.

184 Queyrel 2003, p. 43.

185 Filgis, Radt 1986, p. 120 ; IGR IV 294, l. 19-20 ; identification acceptée par Queyrel 2003, p. 44-45.

186 Délos, musée, inv. A 4242 et A 4173 ; Marcadé 1969, p. 331-333, pl. LXXV ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 198-199, no 89.

187 In situ ; Marcadé 1969, p. 422 (index), pl. LXXV ; Tuchelt 1979, p. 96-98, fig. 7 ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 196-197, no 88 ; inscription portée sur la corniche et sur l’orthostate antérieur de la base : ID 1854.

188 Marcadé 1969, p. 333, qui propose d’attribuer la statue à Agasias d’Éphèse.

189 Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 196.

190 On pense notamment à la statue honorifique d’Hagèsandros à Rhodes, exposée, vers 180 sur un relief en forme de proue de bateau, au pied de l’acropole de Lindos (ILindos 169) ou à celle d’Hègèsagoras à Apollonia, placée, à la même époque, sur une proue de bateau (IGBulg I2 388bis, l. 36-37).

191 Lambrinoudakis, Gruben 1987, p. 608-614, fig. 47-49. Une seconde statue cuirassée (Lambrinoudakis, Gruben 1987, fig. 50) présente le même type, mais à cuirasse lisse. Seule l’épaulière porte un décor figuré, peut-être une Nikè ; Lambrinoudakis 1989.

192 Lambrinoudakis 1989, pl. 53,1.

193 Lambrinoudakis 1989, pl. 53,2.

194 Lambrinoudakis 1989, pl. 54,5.

195 Lambrinoudakis 1989, p. 341.

196 Lambrinoudakis 1989, pl. 52,3.

197 Lambrinoudakis, Gruben 1987, p. 610, fig. 48 ; Lambrinoudakis 1989, p. 341, pl. 53,3.

198 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXVI 33-34 ; Naples, Musée archéologique, inv. 6002 ; sur ce groupe sculpté : Andreae 1993 ; Andreae 1996 ; Kunze C. 1998 ; Andreae 2001, p. 160-163, nos 135-137.

199 Ce thème apparaît par exemple sur un relief du temple d’Apollonis à Cyzique. Pour une bonne synthèse des arguments en faveur de cette hypothèse, cf. Kunze C. 1998, p. 83-90.

200 Plutarque, Vie d’Antoine 14, 4-5 et 60, 4-5.

201 Plutarque, Vie d’Antoine 4, 1-3.

202 Lambrinoudakis 1989, p. 341, pl. 54,3-4.

203 Lambrinoudakis 1989, p. 341-342, pl. 54,1-2.

204 Plutarque, Vie d’Antoine 14, 4.

205 Lambrinoudakis, Gruben 1987, p. 612.

206 Les représentations symboliques de la domination de Rome en Orient sont également connues par le monnayage ; cf. Veymiers 2009, p. 493-496, à propos d’une série de monnaies de bronze, frappée à Amphipolis au lendemain de la bataille d’Actium.

207 Lambrinoudakis 1989, p. 342-344, fig. 1.

208 Noter que Kunze C. 1998, p. 86-88, sans rejeter cette analyse, est plus mesuré et considère que la statue de Naxos pourrait également représenter un autre général romain ou un souverain hellénistique ; l’identification à Marc Antoine est en revanche rejetée par Laube 2006, p. 186-192, qui voit dans la statue de Naxos une représentation d’Auguste ; il devient cependant difficile d’expliquer alors l’attribut tenu en main gauche, qui n’est pas une Nikè.

209  Queyrel 2009, p. 424-427, date la statue de Naxos de la première moitié du ier s. apr. J.-C. et propose d’identifier le personnage représenté à Caligula. Pour un exemple plus tardif de cuirasse hellénistique à relief mythologique, voir la statue fragmentaire de Pergè, probablement érigée sous le Principat d’Auguste (Antalya, Musée archéologique, inv. K 19.95.1 ; Laube 2006, p. 9-16 ; 199-204 ; 233, no 47, pl. 1 ; 2,1 ; 3-5). Il s’agit sans doute de la statue honorifique d’un promagistrat romain.

210 Outre la statue d’Oropos, noter les quatre torses à cuirasses hellénistiques de Gortyne, datés de la fin du ier s., dont seules les épaulières, mis à part le gorgoneion qui apparaît sur trois d’entre eux, portent un décor figuré, représentant des Nikai et des Ménades (?) : Romeo, Portale 1998, p. 443-440, nos 28-31, pl. LX-LXII.

211 Pétrakos 1968, p. 119, no 4, pl. 29-30.

212 Vermeule 1964, p. 98, no 15 ; hypothèse attribuée par erreur à V. Pétrakos lui-même par Laube 2006, p. 192.

213 Pétrakos 1968, p. 119, n. 3.

214 Fittschen 1976, p. 189-194.

215 Laube 2006, p. 193.

216 Robertson 1962, p. XLVI-XLVII, 48, no 246, pl. 8.

217 Cette analyse rejoint celle du « type d’Actium » par Zanker 1973, p. 34-39. Il montre en effet que ce type s’inscrit dans la tradition des représentations hellénistiques de souverains.

218 Corinthe, musée, inv. S 3356 ; voir la notice de C. De Grazia dans Williams II 1977, p. 73-77, no 30, pl. 27 ; Laube 2006, p. 114-115 ; 230, no 29, pl. 48,1-3.

219 Williams II 1977, p. 58.

220 C. De Grazia dans Williams II 1977, p. 74.

221 Cf. supra p. 266-268.

222 C. De Grazia dans Williams II 1977, p. 75.

223 Laube 2006, p. 115 ; pour des raisons stylistiques – notamment le nœud particulier du cingulum et le bord inférieur arrondi de la cuirasse – cette datation hellénistique de la statue de Corinthe n’est pas acceptée par Cadario 2004, p. 208-210, qui considère que la statue a été érigée pour la première fois à l’époque où Marc Antoine avait le contrôle de Corinthe, puis a été transformée en trophée de la bataille d’Actium.

224 Stampolidis 1992, p. 154 considère qu’aucun exemple n’est assuré pour la haute époque hellénistique.

225 Weber 1966, p. 109-110, pl. 14,3.

226 Bingöl 1990, p. 50.

227 Droysen 1885, p. 97, pl. XLVII, 2 ; différents types de cuirasses y sont du reste représentés : la cuirasse hellénistique (pl. XLIII ; XLV, 2 ; XLVIII, 1), une étonnante cuirasse à corselet lisse richement décorée (pl. XLIV, 2), la cotte de maille (pl. XLIV, 1 ; XLVI, 1 ; XLIX, 1) ainsi que la cuirasse anatomique sans lambrequins (pl. XLV, 1 ; XLVIII, 2).

228 Télèphe est salué par Teuthras, d’après Queyrel 2005, p. 87, fig. 82 ; p. 97 ; Winnefeld 1910, pl. XXXIV, 1 et XXXV, 1.

229 Antalya, musée, inv. 11.17.76 ; Davesne, Marcadé 1992, p. 118-121, no III.5, pl. 56-58.

230 Davesne, Marcadé 1992, p. 144-145.

231 Marcadé 1976b.

232 Davesne, Marcadé 1992, p. 120-121.

233 Davesne, Marcadé 1992, p. 145.

234 Davesne, Marcadé 1992, p. 120.

235 Auparavant, la décoration des cuirasses anatomiques est, la plupart du temps, limitée au gorgoneion ou aux figures ornant les épaulières ; voir notamment une cuirasse votive miniature de Myrina, du ier s., sur les épaulières de laquelle sont représentés une Nikè et un Éros : Paris, musée du Louvre, Myr. 399 ; Mollard-Besques 1963, p. 151, pl. 189 a ; Stemmer 1978, p. 149-151 répertorie les rares exemples de statues cuirassées décorées d’époque hellénistique.

236 Cf. Euripide, Électre 472-475, où le chœur décrit la cuirasse d’Achille qui porte la lionne prête à bondir sur le cheval venu de Pirène, c’est-à-dire la Chimère attaquant Bellérophon, monté sur Pégase.

237 Ioannina, musée, inv. 413 ; Laube 2006, p. 114 et 232, no 43, pl. 46,3-4.

238 Il faut mentionner à nouveau ici le relief de Pythodôros à Éleusis, qui est probablement l’offrande d’un hipparque, représenté dans le registre supérieur du relief, en position centrale. Hölsher 1973, p. 99-101, pl. 8,2 souligne l’ambiguïté de ce monument privé qui, par son lieu d’exposition et son thème revêt un caractère public (cf. supra p. 60).

239 Krumeich 1997, p. 56-57, fig. 19-22 ; Schäfer M. 2002, p. 195-196, 199, 294-295, cat. IB 16, fig. 89 a-b ; le groupe mentionné par Pausanias (I 22, 4) n’est pas celui du ve s., mais son imitation, installée sous Auguste sur la base renversée où est reproduite l’inscription en style archaïsant (Krumeich 1997, p. 56, n. 38).

240 Cette dernière hypothèse est défendue par Schäfer M. 2002, p. 196 et n. 1127.

241 Schäfer M. 2002, p. 196, n. 1129.

242 Krumeich 2010, p. 355-361.

243 Inv. 1267, CID II 34, col. II, l. 56-63 ; cf. Knoepfler 2001, p. 181, n. 470 et Azoulay 2009b, p. 314.

244 Jacquemin 1999a, p. 52, 198-199, 222, 347-348, nos 406-407.

245 Elles ne sont pas répertoriées par Siedentopf 1968.

246 Contra Siedentopf 1968, p. 13-14.

247 Londres, British Museum, inv. 1045 ; Waywell 1978, p. 110-112, no 34, pl. 18.

248 Sur la polychromie de la statue, cf. Jenkins, Gratziu, Middleton 1997, p. 36, pl. en couleurs 8-10.

249 Éleusis, musée, inv. 5141 (hauteur conservée : 0,20 m ; longueur : 0,60 m) ; Schäfer M. 2002, p. 197-198, 220-221, 258, cat. P 28, fig. 48 a-b.

250 Stähler 1976, p. 68-69, n. 47.

251 Athènes, musée du Céramique, inv. P1130 ; Schäfer M. 2002, p. 268-269, cat. GR 9, fig. 60 a-f.

252 Athènes, musée du Céramique, inv. P 1200 et musée de l’Agora, inv. B 133 ; Schäfer M. 2002, p. 197, 259-260, cat. P 31 et P 33, fig. 50 (époque classique avancée).

253 La première statue équestre honorifique installée sur l’Agora d’Athènes est celle d’un proche de Cassandre, Asandros, en 314/3 (Annexe C 3). Pour les mortaises de fixation correspondant aux deux types de statues équestres, cf. supra p. 234-235.

254 Sur ce monument exceptionnel, cf. Calcani 1989 et Calcani 1995.

255 Plutarque, Vie d’Alexandre 16, 17-18 ; Arrien, Anabase I 16, 7.

256 Jacquemin 1999a, p. 338, no 322 ; SD 109 ; Bommelaer 2011 ; cf. supra p. 66-69 ; comme Lysandre, divinisé à Samos après 404 en tant que libérateur, Alexandre fait sans doute l’objet d’un culte dans les cités d’Ionie dès 334 ; cf. Habicht 1970, p. 3-6 et 22-25.

257 Le catalogue proposé par Siedentopf 1968, p. 83-88 comprend huit décrets datés entre 314/3 et 280/79.

258 Les restes de dorure sont visibles sur la photographie de Camp 1998, p. 20-21, fig. 30 ; cette statue et une tête féminine trouvée dans le même puits sont les seules attestations archéologiques de dorure à la feuille avant l’époque impériale ; cf. Mattusch 1996, p. 28, 125-129, fig. 4.11.

259 Athènes, musée de l’Agora, inv. B 1382-1385.

260 Hypothèse formulée dès la découverte de la statue ; cf. Shear 1973, p. 165-168 ; cf. également Houser 1982 ; Kotsidu 2000, p. 417-419, no *296 [A], fig. 79-83.

261 Hauteur : 0,87 m.

262 Longueur : 0,88 m.

263 Kotsidu 2000, p. 416.

264 Shear 1973, p. 165.

265 L’étude annoncée par Houser 1982, p. 237, n. 3 semble n’être pas parue.

266 Houser 1982, p. 231-232, fig. 10-11 ; Kotsidu 2000, p. 418-419 recense les exemples de l’adoption de traits ou d’attributs divins par les rois macédoniens et épirotes.

267 Tite-Live, XXXI 26.

268 Tite-Live, XXXI 44, 4-6 ; trad. A. Hus, CUF, 1977.

269 Morrow 1985, p. 46-48, pl. 35-37.

270 Morrow 1985, p. 73-84.

271 Londres, British Museum, inv. 26 ; Morrow 1985, fig. 60.

272 Morrow 1985, fig. 55-57.

273 Londres, British Museum, inv. 1206 ; Morrow 1985, fig. 64.

274 Athènes, Musée archéologique national, inv. 13740 ; Morrow 1985, p. 97-107, fig. 79.

275 Olympie, musée, inv. Br 7569 ; Morrow 1985, p. 112, fig. 94.

276 Morrow 1985, p. 107-108, fig. 80.

277 La comparaison est suggérée par Mattusch 1996, p. 125, n. 70.

278 Cf. supra p. 287-288.

279 Londres, British Museum, inv. 1206 ; Rügler 1988, p. 54-56, pl. 13,1 ; Kotsidu 2000, p. 418.

280 Rügler 1988, p. 19-21.

281 Kotsidu 2000, p. 47-49, no 11 [E], l. 13-14.

282 Kotsidu 2000, p. 103-104, no 50 [E].

283 Kotsidu 2000, p. 62-63, no 14 [E], l. 9-11.

284 Shear 1984, p. 19-24, fig. 11-12.

285 Pausanias, I 15, 1 ; trad. J. Pouilloux, CUF, 1992.

286 Shear 1984, p. 22.

287 Kotsidu 2000, p. 419 (elle donne curieusement le nom Hippodameia à la porte. Mauvaise lecture de ἱπποµαχίᾳ ?).

288 Holtzmann 2003, p. 214.

289 Holtzmann 2003, p. 157, n. 36.

290 Droysen 1885, pl. XXXI ; cf. supra p. 294.

291 Houser 1982, p. 231-232.

292 Cf. supra p. 234, n. 55.

293 Cf. supra p. 234-235.

294 Katsikoudis 2005, p. 119-122, 164-166, cat. X 84-X 94, pl. 44-49. N. Katsikoudis pense que les fragments X 84-X 90, en raison de leur lieu de découverte, appartiennent à la statue honorifique de Milôn, érigée dans le sanctuaire peu après 219. Il s’agissait vraisemblablement d’une statue équestre au pas de parade, armée d’une lance – dont la désignation technique est saurotèr, et dont les exemplaires connus se limitaient jusqu’à présent au vie et au ve s. – à la pointe délicatement ciselée et ornée de motifs végétaux (p. 111-112, 152, cat. X 31, pl. 26) ; cf. Katsikoudis 2005, p. 136, cat. B 13, fig. 10, 13-14 (reconstitution), pl. 6.

295 La statue équestre du Musée archéologique de Skopje, datée par J. Bergemann de la haute époque hellénistique (Bergemann 1990, p. 78, n. 278, pl. 34) demeure inédite.

296 Délos, musée, inv. A 2229 α-γ ; Marcadé 1969, p. 515, pl. LXXV ; Bergemann 1990, p. 67-68, cat. P 17, pl. 24b ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 200-201, no 90.

297 Sur ce geste et ses significations possibles, cf. Bergemann 1990, p. 6-8.

298 Bergemann 1990, p. 68.

299 Marcadé, Queyrel 2003, p. 75-90, fig. 80-83.

300 Marcadé, Queyrel 2003, p. 75-80, nos 1-3, fig. 69-73 ; p. 95-97.

301 Siedentopf 1968, p. 23-30.

302 Affirmation de Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 200.

303 IK 22, 509 ; IKaunos 103 ; Ferrary 2000, nos 1-2 ; cf. Tuchelt 1979, p. 92-93 (seulement trois bases recensées).

304 Athènes, Musée archéologique national, sans numéro d’inventaire.

305 Fuhrmann 1931, p. 315, n. 42.

306 Roques de Maumont 1958, p. 90-92, fig. 49 ; Vermeule 1959-1960, p. 63, no 249 ; Vermeule 1974, p. 19, no 249.

307 Kallipolitis 1971, p. 45-48, fig. 1 ; Siedentopf 1968, p. 75-77, fig. 22 ; Tuchelt 1979, p. 93 ; Bergemann 1990, p. 54-57, cat. P4, pl. 2a, 5a, 12, 13.

308 Marcadé 1976a, p. 392-397, fig. 12-13.

309 Hauteur conservée : 2,93 m ; longueur conservée : 2,75 m.

310 Kallipolitis 1971, p. 48. Pourrait-il s’agir de Paros II ?

311 Bergemann 1990, p. 55.

312 Jusqu’à la restauration par le sculpteur M. Triantis à la fin des années 1960, seul l’élément central de la statue, comprenant le corps du cheval et le torse du cavalier, était connu ; sur ces restaurations, cf. Kallipolitis 1971, p. 46.

313 Poids : 2 800 kg ; Kallipolitis 1971, p. 46.

314 Bonne photographie de ce dispositif dans Bergemann 1990, pl. 5 a.

315 Pour un détail de la cuirasse, cf. Bergemann 1990, pl. 12 c.

316 Roques de Maumont 1958, p. 90-91.

317 Vermeule 1959-1960, p. 63.

318 Graeve 1970, p. 60, pl. en couleur II 1.

319 Cf. supra p. 290-293.

320 Roques de Maumont 1958, p. 42-46, fig. 21 a-c ; Siedentopf 1968, p. 72-75, fig. 24 ; Gualandi 1980 ; Bergemann 1990, p. 72-78, cat. P25, pl. 27-49.

321 Collection Weiller ; Marcadé 1976a ; Bergemann 1990, p. 98-100, pl. 1d, 4b, 74, 75.

322 Cf. supra p. 301.

323 Bergemann 1990, p. 56.

324 Bergemann 1990, p. 57.

325 Cf. supra p. 274-276.

326 Pour les représentations de souverains nus, cf. supra p. 261-266.

327 Queyrel 1991.

328 Relief de Pergame : Istanbul, Musée archéologique, inv. 362 ; Pfuhl, Möbius 1979, p. 350, no 1477, pl. 214(présence du serpent, de l’autel et du cheval) ; relief de Smyrne : Berlin, Pergamonmuseum inv. 809 ; Pfuhl, Möbius 1979, p. 341-342, no 1439, pl. 210 (présence du serpent et du cheval) ; l’Hermès d’Andros, qui est sans doute une statue funéraire du ier s., est une reprise monumentale de ce type ; Athènes, Musée archéologique national, inv. 218 ; Karouzou 1969, pl. 66-68.

329 Queyrel 1991, p. 440-442, fig. 56-57 (les figures ne rendent pas compte de l’iconographie des stèles dans leur ensemble).

330 Istanbul, Musée archéologique, inv. 600 ; cf. la contribution de C. Watzinger à Humann 1904, p. 212-213, fig. 216 ; Kleiner, Kleiner 1975, p. 255-256, fig. 6 et p. 262, no 18 ; Vorster 2007, p. 283, fig. 253 ; la représentation du nombril, des abdominaux et des pectoraux assure qu’il s’agit d’une cuirasse anatomique, et non d’une cuirasse hellénistique, contrairement à ce qu’affirment D. E. Kleiner et F. Kleiner ; le parallèle typologique le plus précis à la statue de Magnésie est une statue de petite taille de Pompéi : Naples, Musée archéologique, inv. 126249 ; Maderna-Lauter 1990, p. 625-626, no 155 (première moitié du ier s.).

331 Délos, musée, inv. A 4269 + A 1645 + A 1757 ; Marcadé 1969, p. 335, 373, pl. LXXVI ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 194-195, no 87.

332 Cf. supra p. 177.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search