Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Rôles, valeurs et symboles des couleurs et de l’or

La couleur dans les tombeaux thraces : illusion et symbole

Color in Thracian tombs: illusionism and symbolic significance

Το χρώμα στους θρακικούς τάφους: ψευδαίσθηση και συμβολισμός

Julia Valeva

Résumé

Un certain nombre de tombeaux thraces ne sont intérieurement peints qu’avec une ou deux couleurs de base seulement : le blanc et le rouge. Dans ces cas, il est évident que la valeur symbolique de la couleur est primordiale. Souvent, les quatre couleurs classiques de la peinture grecque sont posées à des endroits de passage, comme le cadre des entrées ou les portes. Parfois, au même endroit, on trouve des images en relief, telle la tête de la Méduse, qui font ressortir le symbolisme de l’élément peint et l’espace qu’il occupe dans la structure sémantique du tombeau. Pour démontrer ce phénomène, on analyse ici des tombeaux thraces moins connus, tels ceux de Sarafova moguila, Golyama Kosmatka, Borovo, Rouen, etc. Dans les tombeaux présentant un décor figuré, comme ceux de Kazanlak, Ostroucha et Alexandrovo, la présence d’un plus grand nombre de couleurs et de nuances souligne le rôle plus raffiné du coloris, qui hiérarchise la composition et transmet son message idéologique.

Texte intégral

  • 1 J. Valeva, Tipologia na trakiyskite monumentalni gradeni grobnitsi [Typologie des tombeaux thraces (...)

1Les tombes à chambre thraces de l’époque hellénistique montrent une grande diversité dans leurs plans, formes et décors. Quelques types fondamentaux se subdivisent en sous-types1.

  • 2 Sur Lysimaque voir S. Lund, Lysimachus. A Study of Early Hellenistic Kingship (1992) ; P. Delev, Ly (...)
  • 3 Voir aussi M. Mirtchev, « Pametnitsi na grobnata architectura v Odessos i negovite okolnosti [Monum (...)
  • 4 J. Valeva, « Hellenistic Tombs in Thrace and Macedonia : Their Form and Decoration », dans E. M. Mo (...)
  • 5 J. Valeva, « Trakiyski anfiladni grobnitsi i tyahnata simvolika [Les tombeaux thraces à enfilade et (...)
  • 6 R. Ginouvès, A.-M. Guimier-Sorbets, « Voûte “galate” et charpente macédonienne », RA 1994, p. 311-3 (...)
  • 7 Fait déjà noté par B. Gossel, Makedonische Kammergräber (1980) et S. Miller, The Tomb of Lyson and (...)

2Un des groupes distincts est celui des tombes de type macédonien, dont la caractéristique est la voûte en berceau clavé. Ces tombes sont répandues dans le Nord-Est de la Bulgarie, où la présence macédonienne (Lysimaque) était manifeste2 : c’était le territoire de la tribu des Gètes et de la colonie grecque d’Odessos3. Une autre région où ce type se rencontre est la Thrace égéenne, les Rhodopes du Sud et Strandja, avec le bassin du fleuve Maritsa entre ces deux montagnes, autrefois territoire des Odryses, et aujourd’hui partagé entre la Bulgarie, la Grèce et la Turquie. Beaucoup plus nombreuses sont les tombes à couverture en encorbellement, répandues partout en Thrace mais avec une concentration marquée sur les terres des Odryses. Deux types se distinguent d’après le plan rectangulaire ou circulaire de leurs chambres funéraires4. Ces deux types se subdivisent en tombes avec ou sans dromos, ainsi qu’en sous-types qui dépendent du nombre des chambres. Le même sous-classement se rapporte aux tombes avec une chambre funéraire à plan circulaire. Un type de tombes à enfilade est aussi isolé ; la chambre funéraire peut être aussi bien circulaire que rectangulaire5. Les types de couverture peuvent être à lanterne (appelé aussi à consoles)6, en encorbellement (à différentes configurations) ou plat. Un classement des tombes thraces peut être fait à partir du matériau de construction employé : pierre ou brique. La même diversité de types et, par suite, la même difficulté de classement existe par rapport aux tombes macédoniennes7.

Fig. 1 — La façade du tombeau Chouchmanets, près de la ville de Chipka.

(Cl. Serpico CSI, Wikimedia.org)

  • 8 En guise d’exemples, on peut donner les tombeaux Arsénalka, cat. n° 2, et Golyama Kosmatka, cat. n° (...)

3Cependant, tous ont une façade relativement simple, à l’ornementation pauvre, même dans le cas d’une tombe monumentale. Il s’agit habituellement d’une surface plate, sur laquelle se trouve l’ouverture de l’entrée8, rectangulaire ou en ogive, trahissant la voûte en encorbellement qui suit (fig. 1). Cette simplicité impressionne quand on compare les façades des tombeaux thraces à celles des tombeaux macédoniens qui sont pour la plupart conçues selon les formes des ordres grecs. Cette différence pourrait s’expliquer par les nuances dans les croyances eschatologiques des deux peuples, de même que par les particularités de la culture de leurs élites aristocratiques. La mode aurait aussi joué un rôle, comme en témoigne la façade du tombeau de Svechtari (cat. n° 16), plus élaborée et visiblement influencée par les tendances décoratives de la koiné hellénistique. En premier lieu, la tombe était une création idéologique qui exprimait tout un ensemble d’idées existentielles : chaque élément de sa structure avait un sens symbolique. La couleur non seulement donnait du lustre à ce système de symboles, mais le guidait, en l’accentuant. Ainsi, l’analyse des couleurs employées dans le décor des tombeaux thraces hellénistiques nous aiderait-elle à mieux comprendre les idées que les Thraces de cette époque se faisaient de l’existence après la mort.

  • 9 M. Rostovtzeff, La peinture décorative antique en Russie méridionale, Saint-Pétersbourg 1913-1914 ( (...)
  • 10 Tombe n° 120 de la nécropole de la ville ancienne : L. Konova, « Izobrageniya na amazonki varhu tch (...)
  • 11 G. Seure, « Archéologie thrace : documents inédits ou peu connus », RA XIX (1924), p. 307-350, en p (...)

4Bon nombre de tombes, découvertes dans différentes parties du monde hellénistique, sont peintes à l’intérieur en une seule couleur. Depuis 1869, on connaît à Kertch et sur la presqu’île de Taman, des tombeaux peints entièrement en rouge qui dateraient du ive s. av. J.-C.9. En Thrace, à Sozopol (l’ancienne Apollonia Pontica) et dans ses environs, des tombes peintes en rouge et en blanc furent aussi découvertes10. G. Seure avait décrit deux tombes en forme de sarcophages, couvertes d’un même tumulus, autrefois aux environs de Sozopol. La première tombe, contenant la dépouille d’une femme, était blanche à l’intérieur et la seconde, destinée à recevoir les restes d’un homme, était peinte en rouge11. G. Seure expliquait cette différence de couleurs par le sexe des personnes inhumées, mais les découvertes postérieures ne confirmèrent pas son hypothèse.

5Des tombes similaires avec peinture monochrome, furent fouillées à Odessos, une autre ville de la côte occidentale de la mer Noire (cat. nos 10a-d).

Fig. 2 — Tombe à ciste de Tchernozemen, partie Ouest de la tombe.

(D’après K. Kisyov, Thrace and Greece in Ancient Times : Classical Age Tumuli in the Municipality of Kaloyanovo [2005]).

  • 12 Le pigment rouge était appliqué a fresco : K. Kisyov, Thrace and Greece in Ancient Times : Classica (...)

6Un exemple intéressant est la tombe en forme de ciste, découverte récemment (2000- 2003) intacte sous le tumulus n° 1 du village de Tchernozemen (cat. n° 17), dans la région de Plovdiv. Ses murs et le sol sont recouverts de stuc coloré en rouge sur le mur Ouest et les deux murs adjacents sur 1 m de long, tandis que les autres surfaces sont blanches (fig. 2)12. Sur le côté Ouest de la tombe, se trouvaient les parties vitales du corps du jeune guerrier enterré ici – la tête (donc, le cerveau) et la poitrine (le cœur). Ne s’agit-il pas d’une preuve évidente de la valeur symbolique de la couleur rouge dans les croyances eschatologiques des personnes qui commandèrent cette tombe ?

  • 13 R. Graves, The Greek Myths (1955), chap. 31, « The Gods of the Underworld » : 31.d.5, 134.f ; il m’ (...)
  • 14 O. Freidenberg, Poetika syujeta i janra [La poétique du sujet et du genre] (1935), p. 224, n. 842.
  • 15 Le même texte se retrouve dans Homère, Iliade XX (trad. et éd. P. Mazon, CUF, 1938).

7En effet, l’archéologie témoigne constamment de ce rapport entre les couleurs de base – rouge, blanc et noir – et les croyances d’outre-tombe dans l’histoire spirituelle de l’humanité, et cela depuis les civilisations les plus anciennes : on considère par exemple que le peuplier blanc, dédié dans la religion grecque par Hadès à sa maîtresse Leuke, était le symbole de la résurrection dès l’époque sumérienne (IVe millénaire av. J.-C.)13. D’autre part, les sources écrites grecques renvoient vers le Bronze récent et l’époque homérique. Le rouge est la couleur de la mort chez Homère14 : dans l’Iliade XVI 334, l’épée avec laquelle Ajax, fils d’Oïlée, frappe Cléobule « devient toute chaude de sang, et dans les yeux de l’homme entrent en maîtres la mort rouge et l’impétueux destin » (όν δὲ κατ᾽ ὄσσε ἔλλαβε πορφύρεος θάνατος καὶ μοῖρα κραταιή)15. Les sources qui parlent du rapport du noir et du blanc au monde souterrain dans la mythologie grecque sont bien connues. Dans l’Odyssée X 501-506 (« Au pays des morts »), Ulysse demande à Circé qui l’envoie dans le monde souterrain : « Mais qui nous guidera, Circé, en ce voyage ? Jamais un noir vaisseau ne put-il gagner l’Hadès ?... »

8Circé – « À quoi bon ce souci d’un pilote à ton bord ? Pars ! Et, dressant le mât, déploie les blanches voiles ! »

9Dans la « Seconde descente aux Enfers » (Δεύτερα Νέκυια), chant XXIV de l’Odyssée (1-14), Hermès mène les âmes des fiancés prétendants sur « les routes humides » vers l’Océan où se trouve le Rocher blanc qui marque les portes d’Hélios et le pays des Rêves.

  • 16 M. Hatzopoulos, « De vie à trépas : rites de passage, lamelles dionysiaques et tombes macédoniennes (...)

10Ajoutons encore un autre témoignage. Sur la lamelle en or de Pharsale, découverte dans une tombe datée de 350-320 av. J.-C., on lit : « À droite de la maison d’Hadès, tu trouveras une source et près d’elle un cyprès blanc… »16.

  • 17 J. Papapostolou, « Color in Archaic Painting », dans M. A. Tiverios, D. S. Tsiaphake (éds), Color i (...)
  • 18 Vase athénien d’une tombe d’Éleusis, milieu du viie s. av. J.-C., musée d’Éleusis : R. Bianchi Band (...)
  • 19 Sur la couleur noire dans la peinture antique : V. Bruno, « Color in Hellenistic Painting », dans C (...)

11Toutefois, le rouge, le blanc et le noir n’étaient pas uniquement réservés au monde funéraire. Le rouge et l’ocre jaune pouvaient être appliqués sur l’intégralité des murs des demeures comme dans les maisons d’Olynthe. L’utilisation du noir était particulière. Son rôle était beaucoup plus important depuis le style protogéométrique jusqu’à l’apparition du style polychrome dans la peinture des vases au viie s. av. J.-C.17. Il pourrait s’agir simplement d’une phase initiale de développement de la technique picturale et de l’emploi d’un nombre très restreint de pigments. Cette dernière nécessité dotait la couleur noire d’un symbolisme polyvalent et d’une expression graphique remarquable. Dans le décor pictural, le jeu optique de la répétition contrastée des motifs en noir et blanc n’était pas un simple ornement mais cachait un sens profond, que nous interprétons aujourd’hui, avec plus ou moins d’incertitude, comme des symboles de la fécondité, des éléments de la nature, d’un calendrier primitif ou de l’univers réel et imaginaire. À cette époque, la sémantique de la couleur noire contenait simultanément la vie et la mort. Les couleurs différentes des corps d’Ulysse et de Polyphème sur un vase d’Éleusis18 du milieu du viie s. av. J.-C. expriment de toute évidence des oppositions : le bien et le mal (corps « blanc » d’Ulysse, corps « noir » de Polyphème), le dynamisme de l’intelligence contre la force passive de la brute, enfin l’opposition de la victoire à la défaite. Cette longue tradition de l’emploi du noir a aussi montré et développé sa valeur esthétique, son expression, sa netteté, son dynamisme. Pourtant, la Grèce classique et hellénistique n’a jamais recouru à de grandes surfaces noires monochromes en peinture murale. Ce sera la découverte de la peinture romaine, qui repose sur d’autres principes décoratifs et structuraux. Les murs noirs de la pièce Z de la Casa del Marinaio à Pompéi seraient un bon exemple de la conscience de la valeur esthétique du noir dans les styles décoratifs romains19. Au contraire, dans le monde hellénistique grec, on ne couvrait jamais les murs de noir, mais on réservait cette couleur aux frises, contours et détails.

  • 20 G. Nekhrizov, M. Parvin, « Nadgrobna mogila sas zidana grobnitsa pri s. Dolno Izvorovo, Obshtina Ka (...)

12Bien que les sources écrites citées jusqu’ici soient grecques, les tombes thraces suggèrent une parenté remarquable du symbolisme des couleurs dans le contexte funéraire. La façade et l’intérieur du tombeau de Vetren (cat. n° 18), dans la région de Pazardjik, étaient entièrement couverts de stuc blanc (fig. 3). De même, la façade du tombeau Helvetia (cat. n° 6) à Chipka est blanche, même si la structure classique du mur est imitée par le stuc en relief : on distingue la plinthe, les orthostates, le mur et la frise (fig. 4). Les murs de la tombe Chouchmanets (cat. n° 4) à Chipka sont aussi enduits de blanc. L’intérieur de la tombe de Dolno Izvorovo, découverte en juin 2009, est entièrement blanc20. On pourrait se demander si le recours à une seule couleur n’est pas une simple économie, mais cela paraît peu probable, si l’on considère les dépenses qu’une architecture aussi monumentale et un décor de stuc structuré demandaient.

13Dans certains cas, seule la façade est monochrome, tandis que l’intérieur porte un décor en style structural et des peintures figuratives. La façade du tombeau de Kazanlak (cat. n° 8) est entièrement peinte en rouge-brun fig. 5), avec seulement une bande plus foncée suivant le contour de l’entrée, dont l’épaisseur est peinte de la même couleur. La façade du tombeau de Maglizh (cat. n° 9), de la première phase, était aussi peinte en rouge d’après les petits fragments découverts enterrés à proximité.

Fig. 3 — La façade du tombeau de Vetren.

(Cl. J. Valeva)

Fig. 4 — La façade du tombeau Helvetia à Chipka.

(Cl. J. Valeva)

Fig. 5 — Le tombeau de Kazanlak, l’entrée et le système décoratif du dromos.

(Cl. J. Valeva)

  • 21 Sur la frise au-dessus des orthostates, étaient peintes des scènes de guerre ou des courses de chev (...)

14L’enfilade du tombeau de Maglizh (Maglij) (fig. 6) comprend entre autres une chambre voûtée, entièrement blanche, qui précède la chambre funéraire. Quelle est la signification de cet espace que nous pouvons identifier avec les salles glacées de l’Hadès d’Hésiode (658, 786) ? Le plan du tombeau de Maglizh est très suggestif aussi : à un long dromos succède un second couloir à pilastres, qui donne accès à une pièce blanche, antichambre de la chambre funéraire décorée d’une frise de vases panathénaïques et d’armes typiquement thraces dans les lunettes. Ce monument funéraire pourrait symboliser le long chemin que l’âme devait parcourir en passant par les espaces glacés souterrains pour aboutir finalement à une existence héroïque qui évoquerait la gloire épichthonienne du défunt21.

Fig. 6 — Schéma du système décoratif du tombeau de Maglizh (Maglij)

(Reconstitution générale J. Valeva à partir de la reconstitution de la frise par A. Barbet, F. Monier, B. Amadei, C. Bertrand et J. Valeva ; et du dromos par L. Ghetov, dessin I. Martinov).

15L’utilisation des sources grecques pour essayer d’expliquer une réalité thrace est justifiée car dans beaucoup de tombes thraces le système décoratif et l’iconographie reflètent la familiarité des propriétaires avec la culture grecque et son système symbolique. Dans le tombeau de Maglizh notamment, les amphores panathénaïques, les palmettes, Nikè et les autres figures mythologiques sont clairement des symboles grecs de la victoire sur la mort, représentés aussi d’après l’iconographie grecque.

  • 22 E. Walter-Karydi, The Greek House : The Rise of Noble Houses in Late Classical Times (1998), p. 33  (...)
  • 23 A. Andreou (n. 22), p. 29, cat. 7, fig. 7,3.
  • 24 Voir infra, n. 28. Pour d’autres exemples de couleur jaune sur les murs et les voûtes des tombes ma (...)
  • 25 Tombe I, cat. n° 19 : la tombe est cependant endommagée, les parties hautes des murs sont perdues, (...)

16Nous savons que le rouge et le blanc n’étaient pas réservés exclusivement à la peinture funéraire. C’étaient les couleurs utilisées pour l’ensemble de la peinture grecque. Ils formaient les décors monochromes plus modestes des maisons, les maisons d’Olynthe étant les exemples les mieux connus22. S’il reste des interrogations sur cette situation relativement claire, elles concernent l’application de l’ocre dans les maisons et dans les tombes. Rappelons d’abord que la chambre d’une tombe d’Égine des iiie-iie s. av. J.-C. est peinte en ocre jaune23. Les murs d’une des chambres de la tombe de Pydna sont aussi jaunes24. Il est possible que la tombe thrace découverte à Yankovo, dans le Nord-Est de la Bulgarie, ait été aussi peinte en ocre25. La couleur avait-elle une valeur symbolique dans ces cas ? Est-ce que l’ocre suggérait l’or en tant que symbole d’outre-tombe et d’une existence quasi divine ? Les masques et les feuilles d’or posés sur les visages des défunts, tant en Grèce et en Macédoine qu’en Thrace, prouvent que l’or marquait le nouveau statut du défunt, son appartenance à un monde différent, inconnu et sacré, dont la valeur ne pouvait être exprimée matériellement que par le plus précieux des métaux.

  • 26 Sur le style à zones dans les tombes thraces : J. Valeva, « Les décors thraces et le style à zones (...)
  • 27 Pour l’illustration, ibid., p. 74.

17Le symbolisme de la peinture monochrome en rouge ou en blanc est facile à comprendre. Mais est-ce que les couleurs d’un système à zones ou architectonique étaient aussi le symbole de la vie et de la mort qui se croisaient dans la dernière demeure de l’homme ? Dans les tombes thraces décorées dans le style à zones26, les couleurs symbolisant la vie et la mort dans la perspective d’une résurrection spirituelle et matérielle (d’après l’abondant mobilier déposé) sont les mêmes : rouge, blanc et noir. L’utilisation du bleu dans la tombe de Kaloyanovo (cat. n° 7) a une vocation décorative, mais la bande ocre dans la tombe de Rouen (cat. n° 13, fig. 7), parallèle aux bandes rouge et noire au-dessus de la plinthe rouge, souligne peut-être l’idée du cycle universel tout en gardant un aspect décoratif. Ainsi, les signes triangulaires au-dessus de la plinthe noire dans la tombe de Borovo (cat. n° 3)27 ne soulèvent aucun doute sur leur sens symbolique sinon magique.

18Dans le tombeau de Kazanlak, le petit couloir derrière la façade monochrome est décoré à la manière grecque classique : au-dessus de la plinthe blanche vient la zone des orthostates noirs, surmontée d’une frise blanche et du mur rouge, le sommet étant réservé à la frise des rinceaux, des kymatia et des compositions figurées. Dans la chambre funéraire, les orthostates au-dessus de la plinthe grisâtre sont blancs, surmontés d’une frise noire. Suivent la paroi rouge et les deux frises figurées.

Fig. 7 — Le tombeau de Rouen, reconstitution de la décoration peinte.

(Reconstitution J. Valeva, d’après les photographies et la description de M. Lazarov [cat. n° 13]).

Fig. 8 — Le tombeau Sarafova moguila, dromos et façade.

(Cl. K. Kitanov)

(Cl. K. Kitanov)

Fig. 9 — Le tombeau Sarafova moguila, seuil entre l’antichambre et la chambre funéraire.

(Cl. J. Valeva)

  • 28 L. Heuzey, H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine (1876), p. 243-244, pl. 17-18, 21 ; B. Gos (...)

19Une semblable séquence de couleurs des zones existe dans le tombeau Sarafova moguila mais sans frises figurées. La façade est scandée par une plinthe bleu-gris, des orthostates blancs, une frise ocre jaune, une bande rouge haute et une zone supérieure blanche. Le même schéma et les mêmes couleurs sont appliqués sur les murs du dromos qui précède la façade (fig. 8). Cette intéressante manière de peindre le dromos en avant de la façade avec les mêmes couleurs que celle-ci est vraiment rare. On la retrouve toutefois dans la tombe de Pydna, décrite par L. Heuzey et H. Daumet28. Néanmoins dans les autres pièces du tombeau macédonien, le décor est différent, pratiquement monochrome : les murs de l’antichambre sont peints en jaune (comme nous l’avons déjà noté) et la voûte en blanc ; dans la chambre funéraire, les murs sont rouges au-dessus d’une plinthe noire et la voûte est blanche. Le luxe de l’entrée de la tombe pourrait être expliqué par le fait que dans la tombe de Sarafova moguila le dromos précédant la façade contenait les restes d’un cheval – serait-ce un hommage à l’animal favori ou un simple effet esthétique ?

20La couleur rouge est aussi présente dans la coloration des sols. Dans le tombeau de Kazanlak, les sols du dromos et de la chambre funéraire sont enduits de mortier peint en rouge. Le mortier du sol dans l’espace B du tombeau de Maglizh était rose. Le sol du tombeau de Rouen est peint en blanc ; le sol de la chambre funéraire du tombeau de Philippopolis (cat. n° 12) a une partie peinte en blanc près de l’entrée et en rouge à l’intérieur. Mentionnons de nouveau le tombeau de Pydna dont les sols de toutes les pièces étaient de cailloux pris dans un mortier rouge. Dans le tombeau Sarafova moguila, le seuil de l’entrée de l’antichambre est peint en ocre jaune tandis que ses murs sont rouges. Le seuil suivant qui mène à la chambre funéraire est peint en rouge (fig. 9).

  • 29 En direction de l’entrée vers l’intérieur.
  • 30 M. Hatzopoulos (n. 16), p. 136 : épigramme d’Hégésippe « on dit que par le chemin à la droite du bû (...)

21Les autres points de passage colorés en rouge sont les portes, symbolisant les « larges portes de la maison d’Hadès » (Odyssée XI 571 : … τε κατ᾽ εὐρυπυλὲς ῎Αιδος δῶ). Dans le tombeau Helvetia, la porte qui fermait l’entrée principale est brisée et ne présente pas de traces de peinture visibles. La porte entre l’antichambre et la chambre funéraire est conservée en place (fig. 4, 10) : les deux battants sont ornés de champs en creux, ceux du battant droit29 sont peints en rouge et ceux du battant gauche étaient probablement noirs. Il semblerait qu’un incendie délibéré ait eu lieu à l’intérieur de la tombe. Ses traces, malheureusement, rendent l’identification d’une peinture noire très difficile. Mais le rouge du battant droit est si bien préservé que son absence sur l’autre battant implique l’application d’une autre couleur, vraisemblablement du noir. Doit-on alors voir ici l’opposition de la droite et de la gauche dans la pensée primitive30 ? Le rouge signifiait sûrement la limite qui séparait le monde des vivants de celui des morts et particulièrement les couleurs vives de la vie terrestre.

  • 31 Le second battant est très endommagé et il est impossible pour le moment de l’analyser en détail.

22Une porte à deux battants fermait l’entrée de la chambre funéraire du tombeau de Chouchmanets. Sur le battant droit, quelques traces de son décor sont encore observables31 (fig. 11). Il est remarquable que ce décor ait été posé en deux temps. En premier lieu, les deux rectangles dans le corps du battant furent évidés et les paires de cercles à croissants sur les trois (?) barres horizontales furent gravés. On peut comprendre ces formes circulaires comme des soleils, des rosettes ou des roues, de toute évidence des symboles de la lumière du jour et de la vie. Les sillons des motifs étaient colorés en rouge. Dans un second temps, la porte fut semble-t-il entièrement couverte de stuc posé sur les cercles gravés. Les rectangles creux furent alors peints en rouge. Ce nouvel exemple de peinture de porte en rouge confirme nos observations de la valeur symbolique de la couleur rouge dans le contexte funéraire thrace. Les rectangles rouges dans les deux cas sont du côté de l’entrée, suggérant ainsi la vie, le soleil et la lumière qui restent à l’extérieur.

Fig. 10 — Le tombeau Helvetia, la porte entre l’antichambre et la chambre funéraire.

(Cl. J. Valeva)

Fig. 11 — Le tombeau Chouchmanets, le décor en deux couches de la porte.

(Cl. J. Valeva)

  • 32 A. Athanassakis, The Orphic Hymns, Text, Translation and Notes (1977), p. 12-13. On pourrait peut-ê (...)

23Récemment une tombe monumentale nommée Golyama Kosmatka (cat. n° 5), heureusement non pillée, a été découverte près de la ville de Chipka. Les deux battants de la porte qui ferme le passage entre l’antichambre et la chambre circulaire de ce tombeau sont en marbre, travaillés finement et décorés des têtes d’Hélios et de la Méduse en relief peint. Les cheveux d’Hélios sont blonds : « Titan brillant comme l’or » (Τιτάν χρυσαυγής)32; le médaillon (bouclier) et sa bouche portent des traces de rouge (fig. 12). En revanche, la tête de la Méduse semble avoir été entièrement peinte en noir. De nouveau, on observe l’opposition du rouge et du noir ; cette fois, le rouge est de toute évidence la couleur de la vie (fig. 13).

  • 33 Sur Hélios : K. Schauenburg, Helios, archäologisch mythologische Studien über den antiken Sonnengot (...)
  • 34 A. Athanassakis (n. 32), p. 12-13.
  • 35 A. D. Trendall, A. Cambitoglou, The Red-Figured Vases of Apulia II. Late Apulian (1982), p. 39, n°  (...)
  • 36 R. Graves (n. 13), vol. 1, p. 157.

24La présence d’Hélios33 est liée à son rôle de porteur de lumière et de vie : il est représenté dans la tombe en tant que « lumière de vie » (ζωῆς φῶς), « père du temps » (χρόνου πατήρ) et « modèle de justice » (δεικτὰ δικαιοσύνης)34 – épithètes qu’il porte dans les Hymnes orphiques. Seul Hélios vit le rapt de Perséphone par Hadès (Hésiode, Hymne à Déméter 62-81) : un rare exemple qui montre Hélios et Déméter dans un quadrige à la recherche de Perséphone est un cratère à volutes, trouvé en Apulie (Pouilles) et aujourd’hui au Louvre35. Il est fort probable que derrière l’image d’Hélios dans la tombe thrace, il faille reconnaître des mythes beaucoup plus anciens, liés à la mort rituelle du roi36.

Fig. 12 — Le tombeau Golyama Kosmatka, le médaillon avec la tête d’Hélios sur l’un des battants.

(Cl. J. Valeva)

Fig. 13 — Le tombeau Kosmatka, le médaillon avec la tête de la Méduse sur l’autre battant

(Cl. J. Valeva)

  • 37 Sur la Méduse, l’ouvrage classique d’E. Buschor, Medusa Rondanini (1958) et I. Krauskopf, S.-Ch. Da (...)
  • 38 Hésiode, Théogonie 274-275 ; Eschyle, Prométhée enchaîné 798-800 ; Odyssée XII 634-635 ; Apollodore (...)
  • 39 Aristophane, Les Grenouilles 469-477 (éd. V. Coulon, trad. H. Van Daele, CUF, 1928).
  • 40 Le Styx passait pour être formé par l’eau qui tombait d’un haut rocher noir et se perdait sous terr (...)

25La place de la Méduse est largement attestée dans le contexte funéraire du monde méditerranéen37. Des sources écrites suggèrent que la demeure de la Méduse se trouve près de l’entrée de l’Hadès38. La couleur noire du médaillon (bouclier) de la Méduse dans la tombe thrace symboliserait les Enfers, la mort en opposition à la figure d’Hélios, porteur de vie. Aristophane décrit les couleurs qui entourent celui qui se trouve aux Enfers39 dans ce passage où Eaque s’adresse à Dionysos : « Mais aujourd’hui tu es tenu à bras le corps. Ainsi la roche au cœur noir du Styx40, la falaise de l’Achéron dégoutante de sang te gardent, et les chiens qui rôdent autour du Cocyte, et Échidna aux cent têtes qui te déchirera les viscères [...] tes reins ensanglantés, avec tes entrailles, seront déchiquetés par des Gorgones [...] Tithrassiennes ».

  • 41 M. Rostovtzeff (n. 9), pl. LXV, LXXI.
  • 42 M. Tsibidou-Avloniti, Μακεδονικοί τάφοι στον Φοίνικα και στον Αγίο Αθανασίο Θεσσαλονίκης (2005).
  • 43 M. Fuchs (n. 37), avec d’autres exemples.
  • 44 Ibid. ; avec renvoi au texte de K. Ziegler, dans RE VII (1912), s.v. « Gorgo », col. 1630-1655, en (...)
  • 45 Ibid., p. 83.
  • 46 A. Michaelis, Der Parthenon (1871), p. 316 ; B. Gossel (n. 7), p. 149.
  • 47 R. Graves (n. 13), p. 50, et les sources : Euripide, Ion 999-1000, Apollodore, Bibliothèque III 10, (...)

26Parmi les nombreuses images de la Méduse dans les tombes du monde hellénistique, nous pouvons citer quelques exemples plus significatifs à titre de comparaison. Une tête de Méduse est peinte sur fond blanc au dos de la dalle qui fermait l’entrée d’un tombeau découvert à Kertch en 190241. La façade de la tombe d’Aghios Athanassios porte sur l’un de ses murs l’image de la Méduse sur un bouclier ; le bouclier sur l’autre mur est décoré du foudre de Zeus42. Dans la tombe des Volumnii près de Pérouse, la Méduse sur le bouclier d’Athéna est sculptée au-dessus de l’entrée du caveau et fait face à la figure d’Hélios, qui occupe le fronton situé au-dessus de la porte d’entrée43. Fort intéressant est le témoignage de Clément d’Alexandrie qui relate que le visage de la Méduse suggérait la Lune chez les Orphiques (Stromates V 49-50)44 : elle serait ainsi associée au Soleil. Les chercheurs contemporains ont raison d’interpréter la Méduse en tant que maîtresse des passages et « reine des limites45 ». Cette limite entre l’espace sacré et l’espace profane pouvait être la porte d’un temple comme c’était le cas au Parthénon46. Toutefois, la longue liste des représentations de la Méduse dans les tombes du bassin méditerranéen prouve qu’elle était fortement liée à la mort. À propos des couleurs associées à la Méduse et au monde funéraire, il serait certainement intéressant de rappeler le mythe d’Asclépios : impressionnée par ses talents de médecin, Athéna lui donna deux phiales pleines du sang de la Gorgone Méduse ; celle remplie du sang des veines de son côté gauche avait le pouvoir de ressusciter, l’autre contenant celui des veines du côté droit pouvait détruire sur l’instant47.

27Certes, la peinture funéraire n’était pas uniquement un système de symboles. Son analyse iconographique et stylistique révèle d’autres niveaux d’interprétation en relation avec son message idéologique, spirituel et esthétique. La structure du décor dans une tombe thrace était fortement influencée par le style grec mais portait l’empreinte de la culture locale. Cela se manifestait particulièrement dans l’adaptation de la peinture aux surfaces des coupoles, propres à l’architecture funéraire thrace.

Fig. 14 — Le tombeau de Kazanlak, la peinture de la coupole.

(Cl. N. Genov)

  • 48 Sur la course des biges : H. Brecoulaki (n. 28), p. 137-141, pl. 50-53, dans le tombeau de Kazanlak (...)

28La peinture de la coupole de la chambre funéraire à Kazanlak (fig. 14) est inspirée de la structure de l’ordre ionique grec : une architrave, au-dessus de laquelle se trouve la frise principale avec la scène du banquet. Le couronnement comprend les denticules et la cimaise. Au-dessus, une frise représente trois biges en compétition. L’agencement du décor prouve qu’on identifiait la tombe à la dernière demeure du défunt, ce qui est suggéré aussi par le mobilier. Le choix des couleurs restait traditionnel : rouge, blanc, noir, jaune. Les frises figurées dans le tombeau de Kazanlak et leurs positions dans la partie haute des murs les éloignent cependant d’une fonction simplement imitative. Cette peinture exprimait les idées fondamentales de la société aristocratique thrace, surtout celles liées à la vertu héroïque et morale (ἀρετή). Les couleurs font ressortir la priorité idéologique de ces images. Ainsi, l’impression générale de la palette de la frise principale est celle d’une peinture héroïque réalisée avec les quatre couleurs de la peinture classique, malgré les nombreux accents de bleu et les nuances discrètes de violet et de rose. Les touches bleues marquent les objets appartenant au couple princier : ce sont la vaisselle d’argent, la chaise du défunt également d’argent, des étoffes bleues. Plus haut encore, le bleu est largement employé dans les vêtements des conducteurs des biges48, dans lesquels nous devons voir peut-être l’image des participants aux jeux funéraires (fig. 15). Représentés au niveau le plus haut du décor, ces courses devaient symboliser aussi le passage du défunt dans le monde habité par les dieux et les héros.

Fig. 15 — Le tombeau de Kazanlak, biges en compétition de la frise supérieure.

(Cl. N. Genov)

Fig. 16 — Le tombeau Ostroucha, caisson avec tête de jeune femme.

(Cl. N. Genov)

Fig. 17 — Le tombeau Ostroucha, caisson avec fleuron.

(Cl. N. Genov)

  • 49 J. Valeva, The Painted Coffers of the Ostrusha Tomb (2005).

29La valeur esthétique du bleu est la plus évidente dans les peintures du plafond à caissons de la tombe Ostroucha49 : sur les fonds bleu foncé se dessinent avec majesté (malgré les petites dimensions) les figures des dieux chthoniens et des héros de différentes générations (Bellérophon, Achille), peints avec les couleurs classiques, l’ocre et le rouge, avec quelques touches de vert brillant dans les couronnes et les frises florales (fig. 16-17).

  • 50 Dans le passage 59a8-b4 du Timée, Platon dit que ξανθόν est la couleur de l’or : A. Levidis, « Why (...)

30L’arrangement des couleurs pour exprimer la sémantique du décor est utilisé dans la tombe d’Alexandrovo. La plinthe qui fait le tour de la chambre circulaire est surmontée d’une scène de banquet juste en face de l’entrée, ensuite par la haute bande rouge, la frise principale avec la chasse et une surface jaune ; la représentation de la roue sur la clé de la coupole termine la composition. Cette séquence montre qu’une importance particulière est donnée à la chasse, symbole de l’héroïsation. La surface jaune qui suit doit alors être vue comme dorée, marque d’un niveau cosmique divin50.

31L’élan des chasseurs et la fuite des animaux créent l’illusion d’un tourbillon qui s’élève par la partie jaune vers la roue sur la clé de voûte (fig. 18). La roue est peinte avec les couleurs principales de la peinture funéraire : rouge, blanc et noir. Le symbole (la roue) et ses couleurs résument l’idée du cycle de la vie et du destin. Le rythme des nuances dans la frise de la chasse n’est pas particulièrement élaboré : les hommes et les animaux, peints avec des nuances de jaune, de rouge et de gris, se succèdent sur le fond blanc, mais les grandes taches noires des deux sangliers et des chiens intensifient le mouvement et la sensation de danger.

32La peinture dans la tombe d’Alexandrovo est loin d’être sophistiquée, mais elle est très expressive et riche en détails. Son effet provient de son aspect décoratif et des couleurs placées en opposition. La suggestion des volumes est faite par des hachures posées par une main sûre (fig. 19) ; toutefois, beaucoup de détails, surtout les vêtements de la plupart des chasseurs et des guerriers du dromos, sont des aplats assez naïfs.

  • 51 A. Levidis (n. 50), p. 12, n. 12.
  • 52 L’analyse du Timée 67c4-68d7 dans ibid., passim.

33Nous avons porté notre attention sur la peinture figurative de deux tombes thraces qui se ressemblent par leurs systèmes décoratifs, nés de la forme de la coupole. À la différence des décors non figuratifs, les couleurs des compositions figurées ne corres pondent plus seulement au symbolisme eschatologique. Entrelacées dans la composition de l’image, les quatre couleurs classiques renforcent son sens héroïque et aristocratique. Il est vrai que les bleus et les verts brillent comme des « pierres précieuses » au milieu de cette gamme qui reste cependant le royaume des quatre couleurs de base. Le blanc (λευκόν), le noir (μέλαν), le rouge (ἐρυθρόν) et le jaune (ξανθόν) ressemblent par leur rôle fondamental aux éléments à la base de l’Univers : le feu, la terre, l’eau et l’air51. Il suffit de regarder attentivement un seul détail des peintures dans ces tombes pour illustrer l’expérience et les raisonnements de Platon sur les mélanges des couleurs pour atteindre les nuances du jaune, du rouge et du gris52. Avec un nombre aussi limité de couleurs – quatre – la peinture antique a su exprimer les idées existentielles et le système esthétique développé qui leur correspondait.

Fig. 18 — Le tombeau d’Alexandrovo, la peinture de la coupole.

(Cl. K. Kitanov)

Fig. 19 — Le tombeau d’Alexandrovo, détail avec chasseur.

(Cl. K. Kitanov)

Annexes

Catalogue abrégé des tombes Thraces mentionnées dans le texte53

1. Alexandrovo

Village près de la ville de Haskovo, Bulgarie du Sud-Est.

Année de la découverte : 2000.

Tumulus : diam. 70 m, haut. 15 m.

Dromos : 14,4 × 1,11 m (haut.), plafond plat.

Antichambre : 1,85 × 1,20 × 2,20 m (haut.), couverture trapézoïdale à 1,22 m du sol, dalle de clé : 1,85 × 0,40 m.

Chambre funéraire circulaire voûtée : diam. 3,3 m, haut. 3,40 m, lit funéraire.

Datation : dernier quart du ive s. av. J.-C.

G. Kitov, « A Newly Found Thracian Tomb with Frescoes », Archaeologia Bulgarica V/2 (2001), p. 15-29 ; G. Kitov, « New Discoveries in the Thracian Tomb with Frescoes by Alexandrovo », Archaeologia Bulgarica IX/1 (2005), p. 15-28 ; C. Webber, « Odrysian Cavalry Arms, Equipment and Tactics », dans Early Symbolic Systems for Communication in Southeast Europe 5, 2, BAR International Series 1139 (2003), p. 529-554 ; K. Kitanov, « Le dessin préparatoire et les corrections apportées à la peinture du tombeau thrace près d’Alexandrovo », dans N. Zimmermann (éd.), Antike Malerei zwischen Lokalstil und Zeitstil. Akten des XI. Internationalen Kolloquiums der AIPMA, 13.-17. September 2010 in Ephesos (2015), p. 675-678.

2. Arsénalka (Golyama Arsenalka)

Tumulus au Sud-Ouest de Chipka, région de Kazanlak.

Année de la découverte : 1995.

Tumulus : haut. 10 m ; façade 5 × 2,50 m (haut.).

Antichambre : couverture à deux pentes.

Chambre funéraire : diam. 3,30 m et haut. 3,30 m (d’après G. Kitov [1996]), ou diam. 3,05- 3,20 m et haut. 3,25 m (d’après D. Dimitrova [2005]) ; voûte en encorbellement, lit funéraire, porte de pierre en deux battants.

Construite en blocs de pierre.

Pillée, mais restes du mobilier comme les os d’un cheval, éparpillés dans l’antichambre, quelques morceaux de la couronne funéraire en terre cuite dorée, des rosettes en or et les fragments d’un pectoral.

Datation : ive s. av. J.-C.

G. Kitov, « The Thracian Valley of the Kings in the Region of Kazanluk », Balkan Studies 37/1 (1996), p. 10-13 ; D. Dimitrova, « Koupolnite hramove v Dolinata na trakiyskite vladeteli [Les temples à coupole dans la Vallée des souverains thraces] », dans Zemite na Bulgaria lyulka na trakiyskata kultura II (2005), p. 111.

3. Borovo

Village de Borovo, région de Roussé, Bulgarie du Nord-Est. Année de la découverte : 1977.

Nécropole tumulaire, tombe creusée dans le sol et couverte du tumulus. Antichambre : 2,70 × 1,50 m, haut. inconnue.

Chambre funéraire : 1,80 (N, O) × 2,10 (S) × 1,55 m (E) ; haut. 2,70 m.

Datation : première moitié du iiie s. av. J.-C.

D. Ivanov, « Trakiyska grobnitza krai s. Borovo [Tombe thrace près du village de Borovo] », Izvestiya na muzeite na severoiztotchna Bulgaria X (1984), p. 17-21 ; J. Valeva, « Les décors thraces et le style à zones (ive-iiie siècle av. J.-C.) », Art Studies Quarterly/Problemi na izkustvoto 4 (1999), p. 74.

4. Chouchmanets (Shushmanets)

À l’Est de la ville de Chipka.

Année de la découverte : 1996. Antichambre ouverte avec voûte en encorbellement.

Chambre funéraire : diam. 3,90 m, haut. 3,85 m ; sept demi-colonnes doriques adjacentes qui se transforment au-dessus de l’architrave faisant le tour de la chambre en ogives, ces dernières s’amincissent vers le sommet de la coupole en encorbellement ; lit funéraire.

Datation : ive s. av. J.-C.

Le tombeau n’est pas publié en détail. Voir T. Stoyanov, D. Stoyanova, « Early Tombs of Thrace. Questions of the Chronology and the Cultural Context », dans O. Henry, U. Kelp (éds), Tumulus as Sema : Space, Politics, Culture and Religion in the First Millennium BC (2016), p. 313-327, spéc. p. 325-326.

5. Golyama Kosmatka

Au Sud de la ville de Chipka.

Année de la découverte : 2004.

Tumulus : diam. ca 90 m, haut. 20 m.

Façade : larg. 7 m, haut. 3 m.

Dromos : 13 × 1,60 × 2,10-2,45 m (haut.) ; couverture plate en bois.

Antichambre : 2,70 × 1,50 × 3,45 m (haut.) ; voûte en encorbellement à partir du sol.

Chambre circulaire : diam. 3,35 m, haut. 4,5 m ; coupole en encorbellement à partir du sol.

Chambre funéraire en forme de sarcophage : 3,30 × 1,92 × 2,21 m (haut.), en deux pièces : cuve et couvercle monolithes, lit funéraire creusé dans la pierre.

Les autres chambres sont construites en blocs de pierre réguliers.

Mobilier très riche (plus de 70 objets) : couronne de chêne en or, casque avec inscription « Σεύθης », vaisselle en or (kylix), en argent et en bronze (askos), boîte en forme de moule en argent doré, pectoral, cuirasse, armes, jambières en bronze décorées de représentations d’Athéna, restes de fils d’or de la couverture somptueuse du lit, pièces de harnais en or, amphores en terre cuite ; devant la façade a été trouvée une tête en bronze d’un homme barbu d’âge mur, dans l’antichambre le squelette d’un cheval.

Aucun reste de squelette humain.

Hypothèse : tombe du roi thrace Seuthès III.

Datation : d’après l’archéologue du site G. Kitov (2005), la construction initiale est du ve s., d’après D. Stoyanova (2008), de la fin du ive-début du iiie s. av. J.-C.V. Saladino (2012-2013) considère la tête en bronze comme un portrait du roi thrace Seuthes III.

G. Kitov, « The Newly Discovered Tomb of the Thracian Ruler Seuthes III », Archaeologia Bulgarica IX/2 (2005), p. 39-54 ; D. Stoyanova, « Za khronologiyata na grobnitsata v moguila Golyama Kosmatka [De la chronologie de la tombe sous le tumulus Golyama Kosmatka] », dans Problemi I izsledvaniya na trakiyskata kultura III (2008), p. 92-107 ; V. Saladino, « Il ritratto di Seuthes III. Con un appendice di E. Formigli », JdI 127-128 (2012-2013), p. 129-205 ; D. Dimitrova, Grobnitsata na Sevt III v moguilata Golyama Kosmatka (Le tombeau de Seuthès III sous le tumulus Golyama Kosmatka) (2004).

6. Helvetia

À l’Est de la ville de Chipka.

Année de la découverte : 1996.

Antichambre ouverte et chambre funéraire de plan rectangulaire, toutes les deux couvertes d’une voûte en encorbellement ; un dromos hypèthre les précède.

Datation : ive s. av. J.-C.

Voir T. Stoyanov, D. Stoyanova, « Early Tombs of Thrace. Questions of the Chronology and the Cultural Context », dans O. Henry, U. Kelp (éds), Tumulus as Sema : Space, Politics, Culture and Religion in the First Millennium BC (2016), p. 313-327, spéc. p. 326-327.

7. Kaloyanovo

Village de Kaloyanovo, à 10 km à l’Est de la ville de Sliven. Année de la découverte : 1963.

Tumulus très aplati : diam. 50 m, haut. 3 m.

Antichambre I, pour les inhumations des chevaux : 2,47 × 1,50 × 1,75 m (haut.) ; couverture plate.

Antichambre II : 1,90 × 1,10 m ; couverture plate en dalles de pierre, rangées sur des poutres de bois.

Chambre funéraire : long. 2,55 m, larg. 2,17 m (en bas) à 1,95 m (en haut), haut. 2,08 m ; couverture de dalles de pierre, posées sur des poutres en bois.

L’antichambre I a été construite en dalles de pierre liées à l’argile, l’antichambre II et la chambre funéraire en appareil pseudo-isodome.

Non pillée, inhumation d’un guerrier, mobilier comprenant des armes, une pélikè à figures rouges. Datation : deuxième quart du ive s. av. J.-C.

M. Čičikova, « Trakiyska moguilna grobnitsa ot s. Kaloyanovo, Slivenski okrag (IV v. pr.n.e.) [Tombe tumulaire thrace du village de Kaloyanovo, région de Sliven (ive s. av. J.-C.)] », Bulletin de l’Institut archéologique (Sofia) XXXI (1969), p. 45-90.

8. Kazanlak

Ville à 190 km à l’Est de Sofia.

Année de la découverte : 1944.

Tumulus : diam. 42 m, haut. 7,20 m.

Façade : larg. 1,86 m, haut. 2,67 m.

Espace devant la façade : 2,60 × 1,85 × 2,67 m (haut.).

Dromos : 1,95-1,97 × 1,12 m ; haut. 2,24 m ; voûte en ogive en encorbellement.

Chambre funéraire : diam. 2,65 m, haut. 3,20-3,25 m ; voûte en encorbellement en forme de ruche.

Façade, couloir et chambre funéraire sont bâtis en briques ; espace devant la façade, en pierres cassées.

Datation : fin du ive-début du iiie s. av. J.-C.

C. Verdiani, « Original Hellenistic Painting in a Thracian Tomb », AJA 49 (1945), n° 4, p. 402-415 ; A. Frova, « Arte ellenistica in Bulgaria. Le pitture di Kazanlak », Arti figurativi I (1945), p. 105-106 ; V. Mikov, Antichnata grobnitsa pri Kazanlak [Le tombeau antique près de Kazanlak] (1954) ; L. Zhivkova, The Kazanluk Tomb (1975) ; I. Venedikov, « Koi e pogreban v Kazanlachkata grobnitsa ? [Qui est enterré dans le tombeau de Kazanlak ?] », Izkustvo (1986), n° 8, p. 2-8 ; J. Valeva, « Izobrawheniya na chlemove i causia v Kazanlachkata grobnitsa [Images de casques et de causia dans le tombeau de Kazanlak] », Art Studies Quarterly/Problemi na izkustvoto (1992), n° 6, p. 19-30.

9. Maglizh

Petite ville à 12 km à l’Est de Kazanlak, le tumulus se trouve à 3 km de la ville en direction de l’Ouest.

Année de découverte : 1965.

Tumulus : diam. 48 m, haut. 13 m.

Tombe à enfilade : long. 21,79 m.

Espace ouvert devant la tombe pour les inhumations de chevaux, constitué de trois pièces : centrale 4,15 × 2,52 m, orientale 4 × 1,82 m, occidentale 4,20 × 1,85 m.

Dromos/couloir en deux parties reliées : long. totale 9,13 m ; larg. du dromos initial 1,80 m ; larg. de la partie ajoutée 2,20 m ; haut. 2,20 m.

Couloir aux pilastres en bois : 3,04 × 1,80 × 2,20 m (haut.) ; couvrement plat en poutres, soutenu par des pilastres en bois, par trois sur les longs murs oriental et occidental.

Antichambre « blanche » : 2,34 × 1,28 × 2 m (haut.), voûte en encorbellement.

Chambre funéraire de plan trapézoïdal : 3,16 × 2,00-2,20 m, haut. 2,64 m ; voûte en ogive en encorbellement, deux lits funéraires, dont le plus grand est adossé au mur du fond Nord et le plus petit au mur Est.

L’espace triple devant la tombe, le couloir et la pièce aux pilastres sont construits en pierres cassées, liées à l’argile ; l’antichambre « blanche » et la chambre funéraire sont en briques.

Datation : iiie s. av. J.-C.

L. Guetov, Maglizhkata grobnitsa [Le tombeau de Maglizh] (1988) ; D. Vassileva, « Metodat na proektirane na Kazanlachkata grobnitsa [Le tombeau thrace près de Maglizh. Méthode de projection] », Tehnitcheska misal (Sofia) XXVII (1990), n° 2, p. 75-80 ; A. Barbet, F. Monier, B. Amadei, C. Bertrand, J. Valeva, Mission en Bulgarie 1995 (1995), p. 13-21, fig. 25-47 ; J. Valeva, « Le tombeau de Maglij », dans Au Royaume des ombres. La peinture funéraire antique (ive siècle av. J.-C.-ive siècle ap. J.-C.), Exposition Saint-Romain-en-Gal 1998-1999 (1998-1999), p. 32-34 ; J. Valeva, dans J.-L. Martinez (dir.), L’épopée des rois thraces des guerres médiques aux invasions celtes, 479-278 av. J.-C. Découvertes archéologiques en Bulgarie, Exposition musée du Louvre, Paris (2015), p. 152-155.

10. Odessos (Varna)

a) Tombe à ciste sous tumulus (diam. 26 m, haut. 3 m), bâtie en blocs de pierre. Dimensions : 1,86 × 75,5 × 0,70 m (haut.).

Intérieur peint en rouge.

b) Tombe à ciste sous tumulus (diam. 22 m, haut. 2,80 m), bâtie en blocs de pierre. Dimensions : 2,10 × 69,5 × 0,86 m (haut.).

Intérieur peint en rouge.

H. Chkorpil, K. Chkorpil, « Razkopki na moguili do gr. Varna [Fouilles de tumuli près de Varna] », Bulletin du Musée archéologique de Varna II (1909), p. 8-14.

c) Tombe dans l’ancien quartier Sez-sevmes à Varna.

Tumulus : diam. 33 m, haut. ca 4 m.

Tombe, bâtie en dalles de pierre.

Dimensions : 0,85 × 0,85 × 0,91 m (haut.).

Murs peints en rouge, sol enduit de « terre jaune » (K. Chkorpil [1930-1931]).

Mobilier : hydrie en bronze, aryballe en terre cuite avec scène de chasse en relief, deux alabastres, un masque en plomb, un strigile et des fragments de céramique.

K. Chkorpil, « Archeologitcheski belezhki ot Tchernomorskoto kraïbrezhie [Notes archéologiques de la côte de la mer Noire] », Bulletin de l’Institut archéologique bulgare VI (1930-1931), p. 57-88, en particulier p. 68-77.

d) Tombe à ciste.

Dimensions : 2,25 × ca 1,00 × 0,85 m (haut.).

Enduit des murs de couleur rose-rouge.

Inhumation de femme, riche mobilier, dont deux boucles d’oreilles avec figures de Nikè.

Datation : fin du ive-début du iiie s. av. J.-C.

O. Savova, « Dve grobni nahodki vav Varna ot elinistitcheskata epoha [Deux trouvailles sépulcrales à Varna de l’époque hellénistique] », Muzei i pametnitsi na kulturata (Sofia) (1971), n° 3, p. 3-9.

11. Ostroucha

Tumulus à 4 km de Chipka en direction du Sud-Est. Année de découverte : 1993.

Tumulus : diam. 70 m, haut. 21 m.

Complexe de cinq chambres, dimensions : 14,19 × 7,94 m.

Chambre funéraire monolithe, posée sur un podium de trois marches, dimensions extérieures : 3,51 (N)-3,55 (S) × 2,47 × 3,37 m (haut.), lit funéraire, creusé dans la pierre.

Chambre rectangulaire Nord-Est : 3,29 × 1,37 m.

Chambre rectangulaire Nord-Ouest : 3,14 × 1,36 m.

Chambre circulaire : diam. 3,24 m.

Chambre Sud-Ouest : 3,15 × 3,15 m, inhumation de cheval.

La chambre funéraire est constituée de deux monolithes, les autres pièces sont bâties en blocs de pierre. Leur hauteur originale est inconnue.

Date de la décoration picturale : 330-310 av. J.-C.

J. Valeva, The Painted Coffers of the Ostrusha Tomb (2005).

12. Philippopolis

Tombe dans la région de Plovdiv, quartier Philippovo. Année de découverte : 1952.

Façade décorée de deux acrotères.

Antichambre : 1,55 × 1,50 × 1,83 m (haut.), couverture plate en deux grands blocs de pierre.

Chambre funéraire : 2,45 × 2,20 × 2,80 (haut.), couverture à lanterne, lit funéraire.

Construction en blocs de pierre, appareil pseudo-isodome.

Datation : les deux dernières décennies du ive s. av. J.-C.

L. Botucharova, V. Kolarova, « Koupolna grobnitsa pri Plovdiv (1961) [Un tombeau à coupole des environs de Plovdiv] », dans Recueil K. Chkorpil (Sofia) (1961), p. 279-297.

13. Rouen

Village de Rouen, région de Bourgas.

Année de la découverte : 1968, détruite. Pas de données sur la façade.

Court dromos : 1,00 × 0,60 m.

Chambre funéraire : 2,30 (O) × 2,40 (E) × 2,10 (N) × 2,05 m (S), couverture inconnue ; construction en blocs et moellons liés à l’argile ; épaisseur des murs : 0,30 m.

Pillée, restes d’une couronne de bronze.

Datation : un lécythe de la fin du ive-début du iiie s. av. J.-C. suggère la datation.

M. Lazarov, « Trakiyska grobnitsa krai s. Rouen, Bourgaski okrag [Tombe thrace près de Rouen, région de Bourgas] », Arheologiya (Sofia) 4 (1971), p. 63-68.

14. Sarafova moguila

Tumulus (moguila), près du village de Kran, à 5 km au Nord de Kazanlak en direction de Chipka. Année de découverte : 1995.

Long. totale 7,04 m, entrée au Sud.

Dromos : larg. 2,26 (E)-2,15 m (O).

Antichambre : 1,53 × 1,38-1,32 m ; haut. 2,05 m. Chambre funéraire : 2,67 (E) × 2,685 (O) × 1,52 (N) × 1,565 m (S) ; haut. 1,94 m.

Bâtie en briques.

Datation : fin du ive-début du iiie s. av. J.-C.

G. Kitov, « The Thracian Valley of the Kings in the Region of Kazanluk », Balkan Studies 37/1 (1996), p. 22-25 ; K. Kitanov, « Materiali i tehnika na izpalnenie na stenopisite na trakiyskata grobnitsa Kran II krai s. Kran [Matériaux et technique d’exécution des peintures murales dans la tombe Kran II près du village de Kran] », dans Konservatsiya i restavratsiya na muzeini i hudozhestveni tsennosti (2003), p. 63-79.

15. Sozopol

Ville sur la côte occidentale de la mer Noire, à 33 km au Sud de la ville de Bourgas.

a) Tombe en forme de sarcophage sous le tumulus de la localité de Mapités, construite en six dalles « réunies par des tenons de cuivre rouge noyés dans le plomb » (G. Seure [1924]), couvercle constitué par deux pierres, taillées en arête.

Dimensions : 1,68 × 0,55 × 0,73 m (haut.).

Inhumation féminine.

Intérieur peint en blanc.

b) Tombe en forme de sarcophage sous le tumulus de la localité de Mapités, construite en six dalles, pierre de couvercle en arête.

Dimensions : 1,80 × 0,50 × 0,70 m (haut.).

Inhumation masculine.

Datation des deux tombes : fin du ive-début du iiie s. av. J.-C.

G. Seure, « Archéologie thrace : documents inédits ou peu connus », RA XIX (1924), p. 307-350, en particulier p. 335-336.

16. Svechtari, tombe avec caryatides

Tumulus à 2,5 km à l’Ouest du village de Svechtari, situé à environ 40 km (Nord-Est) de la ville de Razgrad, Bulgarie du Nord-Est.

Année de découverte : 1982.

Façade : larg. 6,74 m

Dromos : 4,01 × 1,88 × 2,88 m (haut.).

Antichambre : 2,44 × 2,39 × 3,55 m (haut.).

Chambre latérale : 2,14 × 2,11 × 3,05 m (haut.).

Chambre funéraire : 3,32 × 3,32 × 4,45 m (haut.).

Datation : début du iiie s. av. J.-C.

A. Fol et al., The Thracian Tomb near the Village of Sveshtari (1986) ; J. Valeva, « Mythology and History. The Painted Frieze of the Sveshtari Tomb with Caryatids », dans D. Scagliarinicorlàita (éd.), I temi figurativi nella pittura parietale antica (IV sec.a.C.-IV sec. D.C.), Atti del VI Convegno Internazionale sulla Pittura Parietale Antica (1997), p. 295-298, ill. p. 421 ; M. Čičikova, « Colour in the Stone Decoration of the Tomb with Caryatids near Sveštari », Sbornik v pamet na Prof. Velizar Velkov, Sofia (2009), p. 229-235 ; M. Chichikova, D. Stoyanova, T. Stoyanov, The Caryatids Royal Tomb near the Village of Sveshtari (2012) ; M. Čičikova, « Guinina Moguila : le tombeau royal aux caryatides », dans J.-L. Martinez (dir.), L’épopée des rois thraces des guerres médiques aux invasions celtes, 479-278 av. J.-C. Découvertes archéologiques en Bulgarie, Exposition musée du Louvre, Paris (2015), p. 256.

17. Tchernozemen

Village de Tchernozemen, situé à 20 km au Nord de Plovdiv. Années de la découverte : 2003-2004.

Tumulus : diam. 48,50 m, haut. 8 m.

Tombe en forme de sarcophage : 1,90 × 1,40 × 1,70 m (haut.).

La tombe est bâtie en blocs de syénite et de marbre, sans liant.

Riche mobilier accompagnant le squelette de l’homme inhumé : restes de tissus de fil doré, armes, lécythe à figures rouges, cuvette et hydrie de bronze, filtre d’argent, hydrie à figures rouges et un second lécythe à l’intérieur, deux petites cuillères d’argent, armure de bronze avec garde-nuque de fer, morceaux d’un carquois de cuir, kylix d’argent avec l’image de Bellérophon, patère-passoire d’argent, récipient de bois, bague et pectoral d’or massif.

Datation : ca 430-425 av. J.-C.

K. Kisyov, Thrace and Greece in Ancient Times : Classical Age Tumuli in the Municipality of Kaloyanovo (2005).

18. Vetren

Village de Vetren, à 24 km à l’Ouest de Pazardjuk. Année de la découverte : 1944.

Tumulus : haut. 5 m.

Antichambre ouverte : 2,10 × 0,90 × 3,50 m (haut.).

Chambre funéraire : 2,90 × 2,10 × 3,50 m (haut.) ; voûte en encorbellement.

La tombe est construite en blocs de pierre locale sans liant ; épaisseur des murs 0,60 m.

Restes minimes de l’inventaire, suggérant une couronne en terre cuite dorée.

Datation : fin du ve-début du ive s. av. J.-C.

I. Venedikov, « Trakiyska grobnitza pri Vetren, Pazardjichko [Une tombe thrace près de Vetren, région de Pazardjik] », Bulletin de l’Institut archéologique bulgare XV (1946), p. 194-196.

19. Yankovo

Village à 32 km au Sud de Choumen, Bulgarie du Nord-Est.

La tombe était connue et systématiquement pillée depuis 1924 ; fouilles archéologiques dans les années 1950.

Tumulus : diam. 41 m, haut. 4,6 m.

Façade détruite, mais fragment d’une inscription, suggérant des formes monumentales. Dimensions générales : 7,70 × 6,00-4,5 m ; haut. préservée 0,40 m.

Espace devant la façade pour l’inhumation des chevaux : 3,55 × 1,84 m.

Antichambre : 1,95 × 1,55 m.

Chambre funéraire : diam. 1,98 m ; voûte en encorbellement.

Construite en blocs de grès sans liant, épaisseur des murs 1,32 m.

Mobilier : lampe de bronze, perles d’or, boutons d’os, vase d’argile, fragments de céramique, mors de fer.

Datation : ive s. av. J.-C.

C. Dremsizova, « Nadgrobni moguili pri selo Yankovo [Tumuli près du village de Yankovo] », Bulletin de l’Institut archéologique (Sofia) XIX (1955), p. 61-65.

Addendum

Une série de nouvelles publications sur les peintures des tombeaux thraces se détache ces dernières années. Le catalogue qui accompagne l’exposition L’épopée des rois thraces, qui a eu lieu au Louvre du 16 avril au 20 juillet 2015, présente les plus spectaculaires de ces tombeaux : J.-L. Martinez (dir.), L’épopée des rois thraces des guerres médiques aux invasions celtes, 479-278 av. J.-C. Découvertes archéologiques en Bulgarie, Exposition musée du Louvre, Paris (2015). Les contributions à la conférence qui s’est tenue à l’occasion de cette exposition les 12 et 13 juin 2015 seront aussi publiées, parmi lesquelles l’article de J. Valeva, « Les décors des tombeaux thraces ». Un autre article de J. Valeva sur « La peinture en Thrace pré-romaine » sera publié dans les Actes de la conférence de l’AIPMA, tenue à Lausanne du 12 au 16 septembre 2016. Le numéro de la revue des Dossiers archéologiques 368 (mars-avril 2015), consacré à l’exposition L’épopée des rois thraces contient des articles importants concernant les tombeaux thraces. On retiendra encore l’ouvrage d’une importance majeure pour l’étude de l’histoire et de la culture thrace, A Companion to Ancient Thrace, sous la direction de J. Valeva, E. Nankov, D. Graninger, publié en 2015 (pour les peintures, voir l’article de J. Valeva, p. 180-196). Enfin, bien qu’il ne soit pas directement lié à la peinture des tombeaux thraces, on consultera L. Summerer, A. von Kienling (dir.), Tatarlı : renklerin dönüşü / The return of colours / Rückkehr der Farben (2010), qui donnent un aperçu de la peinture des tombeaux anatoliens.

Notes

1 J. Valeva, Tipologia na trakiyskite monumentalni gradeni grobnitsi [Typologie des tombeaux thraces monumentaux (ve-iiie siècle av. J.-C.)] (2013).

2 Sur Lysimaque voir S. Lund, Lysimachus. A Study of Early Hellenistic Kingship (1992) ; P. Delev, Lysimaque (2004) (en bulgare).

3 Voir aussi M. Mirtchev, « Pametnitsi na grobnata architectura v Odessos i negovite okolnosti [Monuments d’architecture sépulcrale à Odessos et ses environs] », dans Recueil D. Detchev (1958), p. 569-582, en particulier p. 575 ; T. Stoyanov, « Grobnitchnata architektura v severoiztotchna Trakiya v svetlinata na kontaktite s Mala Asia (VI-III v.) [L’architecture sépulcrale en Thrace du Nord-Est à la lumière des contacts avec l’Asie Mineure (vie-iiie s. av. J.-C.)] », dans Terra Antiqua Balcanica IV (1990), p. 122-133 ; D. Stoyanova, « Barrel-Wedged Vault in the Tomb Architecture in Thrace : Models and Vogue », dans A. Iakovidou (éd.), Thrace in the Graeco-Roman World. Proceedings of the 10th International Congress of Thracology, Komotini-Alexandroupolis, 28-23 October 2005 (2007), p. 575-587.

4 J. Valeva, « Hellenistic Tombs in Thrace and Macedonia : Their Form and Decoration », dans E. M. Moormann (éd.), Functional and Spatial Analysis of Wall Painting, Proceedings of the Fifth International Congress on Ancient Wall Painting, Amsterdam (8-12 September 1992), BABesch Suppl. 3 (1993), p. 119-126.

5 J. Valeva, « Trakiyski anfiladni grobnitsi i tyahnata simvolika [Les tombeaux thraces à enfilade et leur symbolique] », dans I. Marazov, K. Zarev, K. Stefanova (éds), Problemi i izsledvaniya na trakiyskata kultura, IV, Kazanlak (2009) (sous presse).

6 R. Ginouvès, A.-M. Guimier-Sorbets, « Voûte “galate” et charpente macédonienne », RA 1994, p. 311-321 ; et plus récemment N. Theodossiev, « The Lantern-Roofed Tombs in Thrace and Anatolia : Some Evidence about Cultural Relations and Interaction in the East Mediterranean », dans A. Iakovidou (n. 3), p. 602-613.

7 Fait déjà noté par B. Gossel, Makedonische Kammergräber (1980) et S. Miller, The Tomb of Lyson and Kallikles : A Painted Macedonian Tomb (1993). Pour des données générales sur les tombes mentionnées dans le présent article, voir infra, le catalogue à la fin de cet article, p. 336-343.

8 En guise d’exemples, on peut donner les tombeaux Arsénalka, cat. n° 2, et Golyama Kosmatka, cat. n° 5.

9 M. Rostovtzeff, La peinture décorative antique en Russie méridionale, Saint-Pétersbourg 1913-1914 (2004), p. 96-97 et d’autres exemples. Dans le tombeau découvert par I. Zabeline, on mentionnait des restes de dorure, mais M. Rostovtzeff en doutait.

10 Tombe n° 120 de la nécropole de la ville ancienne : L. Konova, « Izobrageniya na amazonki varhu tchervenofigurni sadove ot nekropola na Apollonia Pontica. Opit za interpretatsiya [Images d’Amazones sur céramique à figures rouges de la nécropole d’Apollonia Pontica] », Art Studies Quarterly/Problemi na izkustvoto 3-4 (1997), p. 42-45 ; autres tombes : K. Panayotova, « Kamenni grobove v necropola na Apollonia Pontica v mestnostta Kalfata [Tombes de pierre de la nécropole d’Apollonia Pontica dans la localité de Kalfata] », dans Patyat, Recueil G. Kitov (2003), p. 156-166, en particulier p. 161 ; id., « The Necropolis of Apollonia Pontica in the Kalfata/Budjaka Lokality », dans R. Docter et al., Apollonia Pontica 2007 (2008), p. 5-27.

11 G. Seure, « Archéologie thrace : documents inédits ou peu connus », RA XIX (1924), p. 307-350, en particulier p. 327-338 : des fragments de l’enduit rouge sont conservés au Louvre (inv. 1774) ; voir cat. n° 15.

12 Le pigment rouge était appliqué a fresco : K. Kisyov, Thrace and Greece in Ancient Times : Classical Age Tumuli in the Municipality of Kaloyanovo (2005), p. 22-23.

13 R. Graves, The Greek Myths (1955), chap. 31, « The Gods of the Underworld » : 31.d.5, 134.f ; il m’a été malheureusement impossible de consulter une thèse de doctorat qui paraît être importante pour notre sujet, G. Radke, Die Bedeitung der weissen und der schwarzen Farbe im Kult und Brauch der Griechen und Römer, Thèse de doctorat, université de Berlin (1936).

14 O. Freidenberg, Poetika syujeta i janra [La poétique du sujet et du genre] (1935), p. 224, n. 842.

15 Le même texte se retrouve dans Homère, Iliade XX (trad. et éd. P. Mazon, CUF, 1938).

16 M. Hatzopoulos, « De vie à trépas : rites de passage, lamelles dionysiaques et tombes macédoniennes », dans A.-M. Guimier-Sorbets, M. Hatzopoulos, Y. Morizot (éds), Rois, Cités, Nécropoles : institutions, rites et monuments en Macédoine, Actes des colloques de Nanterre 2002 et Athènes 2004, Mélétémata 45 (2006), p. 137.

17 J. Papapostolou, « Color in Archaic Painting », dans M. A. Tiverios, D. S. Tsiaphake (éds), Color in Ancient Greece. The Role of Color in Ancient Greek Art and Architecture 700-31 B.C. (2002), p. 56-57.

18 Vase athénien d’une tombe d’Éleusis, milieu du viie s. av. J.-C., musée d’Éleusis : R. Bianchi Bandinelli, E. Paribeni, Grecia, L’arte dell’antichità classica (1976), fig. 132.

19 Sur la couleur noire dans la peinture antique : V. Bruno, « Color in Hellenistic Painting », dans Color in Ancient Greece (n. 17), p. 214-215.

20 G. Nekhrizov, M. Parvin, « Nadgrobna mogila sas zidana grobnitsa pri s. Dolno Izvorovo, Obshtina Kazanlak [Tumulus avec tombeau maçonné près du village de Dolno Izvorovo, région de Kazanlak] », Bulgarian e-Journal of Archaeology 1 (2011), p. 41-69 (http://be-ja.org, consulté le 22 novembre 2016).

21 Sur la frise au-dessus des orthostates, étaient peintes des scènes de guerre ou des courses de chevaux : A. Barbet et al., Mission en Bulgarie, Rapport du Centre d’étude des peintures murales romaines (1995), p. 17.

22 E. Walter-Karydi, The Greek House : The Rise of Noble Houses in Late Classical Times (1998), p. 33 ; pour D. Robinson et S. Miller ces peintures monochromes représentent un type décoratif : D. Robinson, Olynthus 12. Domestic and Public Architecture (1946), p. 291, fig. 30 ; S. Miller, Hellenistic Macedonian Architecture : Its Style and Painted Ornamentation, PhD, Bryn Mawr College 1971 (1972), p. 169. En revanche, A. Andreou ne les inclut pas dans sa typologie : A. Andreou, Griechische Wanddekorationen, Dissertation, Mainz (1988). Fr. Alabe les appelle « enduits de propreté » dans son analyse des maisons déliennes : Fr. Alabe, La peinture des maisons à Délos : banalité décorative hellénistique (1993).

23 A. Andreou (n. 22), p. 29, cat. 7, fig. 7,3.

24 Voir infra, n. 28. Pour d’autres exemples de couleur jaune sur les murs et les voûtes des tombes macédoniennes, voir C. Huguenot, La Tombe aux Érotes et la Tombe d’Amarynthos, Eretria XIX (2008), p. 75, n. 380.

25 Tombe I, cat. n° 19 : la tombe est cependant endommagée, les parties hautes des murs sont perdues, donc, notre supposition reste une conjecture. Sur le sol on voyait des losanges rouges sur fond jaune. Pour des exemples de décoration identique des sols dans les tombes macédoniennes voir S. Miller (n. 7), p. 13-14.

26 Sur le style à zones dans les tombes thraces : J. Valeva, « Les décors thraces et le style à zones (ive-iiie siècle av. J.-C.) », Art Studies Quarterly/Problemi na izkustvoto 4 (1999), p. 69-75.

27 Pour l’illustration, ibid., p. 74.

28 L. Heuzey, H. Daumet, Mission archéologique de Macédoine (1876), p. 243-244, pl. 17-18, 21 ; B. Gossel (n. 7), p. 217-225 ; A. Andreou (n. 22), p. 137, n° 164, pl. 66, 7 ; H. Brecoulaki, La peinture funéraire de Macédoine, emplois et fonctions de la couleur ive-iiie siècle av. J.-C. (2006), p. 244 et bibliographie : les parois devant la façade ont une plinthe noire, des orthostates blancs, une frise bleue, le mur rouge et la partie supérieure blanche (la façade est complétée par un entablement dorique).

29 En direction de l’entrée vers l’intérieur.

30 M. Hatzopoulos (n. 16), p. 136 : épigramme d’Hégésippe « on dit que par le chemin à la droite du bûcher Hermès conduit à Rhadamante ».

31 Le second battant est très endommagé et il est impossible pour le moment de l’analyser en détail.

32 A. Athanassakis, The Orphic Hymns, Text, Translation and Notes (1977), p. 12-13. On pourrait peut-être faire ici le lien avec les cheveux blonds de Rhadamanthe : dans l’Odyssée IV 564 Rhadamanthe est « blond » (ξανθὸς Ραδάμανθυς), « Ménélas [...] aux Champs Élysées, tout au bout de la terre, les dieux t’emmèneront chez le blond Rhadamanthe, où la plus douce vie est offerte aux humains… ».

33 Sur Hélios : K. Schauenburg, Helios, archäologisch mythologische Studien über den antiken Sonnengott (1955) ; N. Yalouris, T. Visser, Limc V (1990), s.v. « Helios », p. 1005-1034.

34 A. Athanassakis (n. 32), p. 12-13.

35 A. D. Trendall, A. Cambitoglou, The Red-Figured Vases of Apulia II. Late Apulian (1982), p. 39, n° 1023.

36 R. Graves (n. 13), vol. 1, p. 157.

37 Sur la Méduse, l’ouvrage classique d’E. Buschor, Medusa Rondanini (1958) et I. Krauskopf, S.-Ch. Dahlinger, LIMC IV (1988), s.v. « Gorgo, Gorgones », p. 285-330 ; M. Fuchs, « Méduse et la mort », dans A. Barbet (éd.), La peinture funéraire antique (ive siècle av. J.-C.-ive siècle apr. J.-C.), Actes du VIIe colloque de l’Association internationale pour la peinture murale antique, Saint-Romain-en-Gal, Vienne (1998) (2001), p. 79-84 ; dernièrement sur l’association d’Hélios et de la Méduse dans un contexte funéraire : C. Huguenot (n. 24), p. 161-172.

38 Hésiode, Théogonie 274-275 ; Eschyle, Prométhée enchaîné 798-800 ; Odyssée XII 634-635 ; Apollodore, Bibliothèque II 5, 12, 4 ; E. Lippolis, « Le porte degli inferi », dans M. Mazzei, Arpi. L’ipogeo della Medusa e la necropoli (1995), p. 323.

39 Aristophane, Les Grenouilles 469-477 (éd. V. Coulon, trad. H. Van Daele, CUF, 1928).

40 Le Styx passait pour être formé par l’eau qui tombait d’un haut rocher noir et se perdait sous terre. Voir Iliade VIII 365-366.

41 M. Rostovtzeff (n. 9), pl. LXV, LXXI.

42 M. Tsibidou-Avloniti, Μακεδονικοί τάφοι στον Φοίνικα και στον Αγίο Αθανασίο Θεσσαλονίκης (2005).

43 M. Fuchs (n. 37), avec d’autres exemples.

44 Ibid. ; avec renvoi au texte de K. Ziegler, dans RE VII (1912), s.v. « Gorgo », col. 1630-1655, en particulier col. 1644.

45 Ibid., p. 83.

46 A. Michaelis, Der Parthenon (1871), p. 316 ; B. Gossel (n. 7), p. 149.

47 R. Graves (n. 13), p. 50, et les sources : Euripide, Ion 999-1000, Apollodore, Bibliothèque III 10, 3.

48 Sur la course des biges : H. Brecoulaki (n. 28), p. 137-141, pl. 50-53, dans le tombeau de Kazanlak : L. Zhivkova, The Kazanlak Tomb (1975), pl. 20, 37.

49 J. Valeva, The Painted Coffers of the Ostrusha Tomb (2005).

50 Dans le passage 59a8-b4 du Timée, Platon dit que ξανθόν est la couleur de l’or : A. Levidis, « Why did Plato not Suffer of Color Blindness ? », dans Color in Ancient Greece (n. 17), p. 12 ; le même mot exprime la lumière et la couleur du soleil, donc nous avons tout un système de relations métaphoriques qui cherchent à peindre l’image de l’existence bienheureuse et illuminée après que l’homme quitte cette terre.

51 A. Levidis (n. 50), p. 12, n. 12.

52 L’analyse du Timée 67c4-68d7 dans ibid., passim.

53 Le but de ce catalogue très abrégé est de donner une information de base et d’indiquer les publications pertinentes, car les tombes thraces sont encore peu connues et peu citées dans les études hors Bulgarie. Le catalogue (par ordre alphabétique) précise la localisation, la date de découverte, les dimensions, la forme architecturale, le matériel de construction, la datation et donne une bibliographie sélective.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k
Titre (Cl. K. Kitanov)
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8642/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Auteur

Professeur émérite, Institut d’histoire de l’art, Académie bulgare des sciences, Sophia, Bulgarie.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search