Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Rôles, valeurs et symboles des couleurs et de l’or

Couleur, volume, illusion, de la Macédoine à Alexandrie. Structure, éléments constructifs et décor architectural à l’époque hellénistique

Colors, volume, illusion, from ancient Macedonia to Alexandria in Egypt. Structure, building parts and architectural decoration in the Hellenistic period

Χρώμα, όγκος, οφθαλμαπάτη, από τη Μακεδονία στην Αλεξάνδρεια. Δομή, κατασκευαστικά στοιχεία και αρχιτεκτονικός διάκοσμος στην ελληνιστική εποχή

Anne-Marie Guimier-Sorbets

Résumé

Les tombes de Macédoine offrent des exemples nombreux de l’utilisation de la couleur sur les façades comme sur les parois intérieures de bâtiments partiellement fictifs. Elles obéissent, pour une large part, aux règles de la grammaire de l’architecture grecque monumentale, qui lient les éléments architecturaux, leurs moulures, et leur décor sculpté, éventuellement rehaussés de couleur. Mais le caractère illusionniste des façades des tombes macédoniennes se retrouve dans le rendu du décor, la peinture donnant l’illusion du décor sculpté et, éventuellement, des moulures qui le portent. En Grèce, et plus encore à Alexandrie, la couleur enrichit l’architecture, sert à imiter des matériaux, à créer différents plans en trompe-l’œil, à donner une illusion de profondeur, parfois à remplacer moulures et décor sculpté. Créant un univers fictif d’architectures de grand luxe, la couleur participe de la truphè hellénistique.

Texte intégral

  • 1 Voir R. Martin, « Sculpture et peinture dans les façades monumentales du ive s. avant J.-C. », Revu (...)

1La couleur fait partie de l’architecture des temples grecs depuis l’époque archaïque. Le style illusionniste, caractéristique des arts d’apparat, tire ses effets du dessin en perspective et d’une polychromie enrichie par la palette des peintres et par la rareté des revêtements de pierre qu’ils imitent, comme l’avait déjà souligné R. Martin1. Cette volonté d’illusionnisme existe dès la seconde moitié du ve s. av. J.-C., en témoigne le style « structural » qui produit sur les parois, à l’aide de la peinture pour les couleurs et du stuc pour le volume, l’illusion d’un mode de construction à grand appareil et de décor totalement feints. Les tombes comme les maisons, particulièrement dans la Grèce du Nord, en offrent de beaux exemples ; ce style structural se répand dans tout le bassin méditerranéen et il n’est pas étonnant qu’on en trouve de nombreux emplois dans les hypogées d’Alexandrie.

2Nous envisagerons l’emploi de la couleur dans une visée illusionniste, mais nous n’évoquerons pas l’imitation des matériaux précieux, déjà bien étudiée ; nous prendrons en compte les procédés picturaux qui, au-delà de la polychromie traditionnelle de l’architecture grecque, contribuent à créer une illusion relative à la structure, aux éléments constructifs et au décor des bâtiments de prestige. Témoignant d’un grand savoir-faire, les artisans jouaient à la fois avec la couleur (peinture) et le volume (sculpté ou modelé en stuc), et ce jeu entre la couleur et le volume leur permettait de créer l’illusion de volume par la couleur. Les tombes de Macédoine des ive-iiie s. av. J.-C. en offrent des exemples remarquables, sur les façades comme sur les parois intérieures de bâtiments partiellement fictifs. Par leur caractère illusionniste très marqué et leur état de conservation exceptionnel, elles apportent des témoignages de tout premier plan de l’emploi de la couleur dans l’architecture monumentale. Pourtant, malgré la diversité de leurs façades comme de leur mobilier, réel ou feint, la richesse même de leur décor fait qu’on a, jusqu’ici, privilégié l’étude de leur iconographie aux dépens du décor architectural « classique » et des techniques mises en œuvre. Nous souhaitons donc évoquer le rôle de la couleur dans le rendu de la structure et du décor, eux-mêmes souvent illusionnistes, en Macédoine. En outre, nous étudierons leur utilisation dans les monuments grecs d’Alexandrie, puis leur transformation dans le style gréco-égyptien qui s’y développe au cours de la seconde moitié de l’époque hellénistique.

1. Le décor architectural peint en Macédoine et à Alexandrie

  • 2 M.-Chr. Hellmann, L’architecture grecque I. Les principes de la construction (2002), p. 234, et pl. (...)

3Dans l’architecture monumentale grecque, la structure extérieure des monuments est mise en valeur par les ombres que les moulures et les cannelures produisent en plein soleil, d’une part, et, d’autre part, par la couleur ajoutée à certains éléments, selon des règles canoniques. Ainsi, depuis l’époque archaïque, pendant laquelle la coloration des temples grecs a été élaborée de façon à mettre l’accent sur les points forts de l’élévation, les lignes correspondant à des articulations horizontales sont en rouge, tandis que les articulations verticales sont en bleu2. Le jaune est utilisé, avec le blanc, pour rehausser certains éléments, tandis que le vert, pigment plus rare, est réservé aux motifs végétaux ; dans certains cas, il est remplacé par du bleu clair. À ce stade, l’utilisation de la couleur n’est pas illusionniste, elle souligne une structure et des éléments constructifs réels.

Fig. 1 — Lefkadia, Tombe du Jugement.

(D’après A.-M. Guimier-Sorbets, Y. Morizot [n. 26], pl. 51.1)

4Le caractère illusionniste des tombes macédoniennes se manifeste d’abord en relation avec leur structure : les dimensions et la composition des façades peuvent être sans rapport avec la structure et la taille de la chambre funéraire, comme dans la Tombe du Jugement à Lefkadia (fig. 1) ; ensuite il peut concerner les éléments constructifs : les colonnes engagées évoquent des colonnes libres ; leur matériau de construction – un poros tendre – demande à être enduit pour imiter le grain et la couleur du marbre ainsi que pour atteindre la précision du modelé de certaines moulures. Enfin, le caractère illusionniste des façades des tombes macédoniennes se retrouve dans le rendu du décor, la peinture donnant l’illusion du décor sculpté, et, éventuellement, des moulures qui le portent.

5En raison de leurs conditions de conservation, souvent sous un tumulus, et toujours enfouies après les dépositions des restes qu’elles ont pour fonction de conserver dans une chambre close, les tombes de Macédoine permettent d’observer l’emploi et le rôle des couleurs dans le décor architectural, sur les façades comme à l’intérieur des chambres funéraires peintes. Moins bien conservées, car destinées à accueillir les cérémonies de commémoration périodiquement dues aux morts – et donc ouvertes pendant toute la durée de leur utilisation –, les tombes d’Alexandrie fournissent pourtant des éléments du même type : ainsi, il est légitime de comparer l’emploi qui y est fait des couleurs. Dans les deux régions, on retrouve les principes canoniques de composition et d’utilisation des couleurs bleue et rouge au-dessus de l’architrave.

Couleur du fond

  • 3 M.-Chr. Hellmann (n. 2), p. 232 signale qu’à partir des années 530, le fond des sculptures architec (...)
  • 4 R. Ginouvès et al., La Macédoine de Philippe II à la conquête romaine (1993), fig. 144.
  • 5 M. Andronikos, Vergina II, The “Tomb of Persephone” (1994), pl. III.

6Dans tout le monde grec, les teintes sombres – noir ou bleu foncé – sont utilisées pour accentuer la profondeur et permettre au décor de mieux se détacher du fond. Ainsi, par exemple, celui des frises sculptées du Trésor de Siphnos à Delphes était bleu foncé3. En Macédoine, le fond de la course de biges peinte dans l’antichambre de la Tombe III du tumulus royal de Vergina (Tombe du Prince) est lui aussi bleu foncé, situé au-dessus de la ligne de sol4. Les figures, partiellement colorées, sont dessinées sur de l’enduit clair ; elles portent des ombres, rendues de manière graphique (hachures et croisillons) pour produire un effet de volume ; ce bandeau peint, comme celui des griffons et des fleurons à l’intérieur de la Tombe de Perséphone5, imite un motif sculpté dans la pierre.

  • 6 M.-Chr. Hellmann (n. 2), p. 234.
  • 7 M. Andronikos (n. 5), pl. IV-XII.

7À l’exception de ceux du Parthénon, à fond rouge6, les tympans des frontons des temples ont un fond peint en bleu foncé, et on retrouve ce principe sur les tombes macédoniennes : sur la Tombe des Palmettes ou celle du Jugement à Lefkadia, ou encore sur celle du Banquet d’Aghios Athanasios (fig. 2). Au contraire, les figures peintes sur les parois se détachent sur le fond clair de la pierre juste enduite, qu’elles soient placées à l’intérieur (scène du rapt dans la Tombe de Perséphone à Vergina)7 ou sur les façades (les soldats gardant la Tombe du Banquet d’Aghios Athanasios, les personnages du Jugement à Lefkadia [fig. 1], etc.). L’usage du fond monochrome sombre est donc bien lié à la grammaire du décor architectural. Si la frise de la chasse, sur la Tombe II du tumulus de Vergina (Tombe de Philippe) a un fond clair (qui n’est pas opaque, mais qui insère les personnages dans un paysage), c’est que cette frise s’apparente moins au décor architectural qu’à la grande peinture, tout comme le tableau peint sur le dossier du trône de la tombe d’Eurydice. Les personnages divins s’y détachent sur un fond clair, assez lumineux dans les zones qui ne sont pas altérées. Il en va de même pour l’ornement végétal : les rinceaux peints sur les façades se détachent sur un fond bleu foncé – par exemple sur la Tombe du Jugement (fig. 1), mais l’extraordinaire composition polychrome de palmettes et de fleurs peintes sur la voûte de l’antichambre de la Tombe des Palmettes à Lefkadia se détache sur un fond bleu clair qui évoque l’azur : nous ne sommes plus dans le domaine du décor architectural, mais dans celui, lumineux, de l’au-delà des bienheureux, derrière la façade fermée.

Fig. 2 – Aghios Athanasios, Tombe du Banquet.

(D’après M. Tsimbidou-Avloniti, Μακεδονικοί τάφοι στον Φοίνικα και στον Αγιο Αθανάσιο Θεσσαλονίκης, AD 91 [2005], pl. 27.2)

Fig. 3 – Vergina, Tombe d’Eurydice, intérieur de la tombe, la façade et le trône.

(D’après A. Kottaridou, « Couleur et sens : l’emploi de la couleur dans la tombe de la reine Eurydice », dans A.-M. Guimier-Sorbets, M. Hatzopoulos, Y. Morizot (éds) [n. 26], pl. 59.2).

  • 8 A. Adriani, La nécropole de Moustapha Pacha, Annuaire du Musée gréco-romain d’Alexandrie II (1933- (...)
  • 9 A.-M. Guimier-Sorbets, « Tracés préparatoires pour le décor peint : quelques exemples alexandrins » (...)

8À Alexandrie, il n’est pas facile de restituer précisément la couleur de fond de la scène figurée qui surmonte la porte centrale de la Tombe 1 de Mustapha Kamel : la peinture originelle n’en est plus conservée, mais les témoignages d’A. Adriani, dans les années 1950, indiquent que le fond était bleu clair, avec un cerne plus foncé autour des personnages, ce que montre la photographie en noir et blanc de la publication8. Il s’agit vraisemblablement d’un artifice du peintre, visant à faire ressortir les figures sur un fond bleu clair, en donnant un effet de volume9.

  • 10 R. Ginouvès (n. 4), fig. 135 pour la vue de côté, fig. 136 pour la vue de face. Le vide est réel so (...)
  • 11 K. Sismanidis, Κλίνες και κλινοειδείς κατασκευές των μακεδονικών τάφων (1997), p. 30-74, pl. 1-7 ; (...)
  • 12 A.-M. Guimier-Sorbets, M.-D. Nenna, « Le lit funéraire de la tombe B26 », dans J.-Y. Empereur, M.-D (...)
  • 13 Pour un exemple de restitution du saint des saints du temple de Louxor, voir J.-Cl. Goyon et al., L (...)

9La couleur noire est aussi utilisée pour suggérer le vide : on sait que le trône de marbre aux dimensions imposantes de la Tombe d’Eurydice à Vergina (fig. 3) est plein sous l’assise, mais la zone située entre les pieds, sur la face antérieure comme sur le côté libre, est peinte en noir, ce qui allège l’ensemble en créant un effet de vide10. Le même procédé (plaque peinte en bleu foncé derrière les pieds du dieu) avait été décrit par Pausanias (V 11, 5) pour le trône de la statue chryséléphantine de Zeus dans le temple d’Olympie. De la même manière, sur les lits funéraires (de la Tombe de Potidée, sculptés dans la pierre), la peinture noire suggère les « vides » entre les traverses et les pieds des deux klinai et de leurs marchepieds11. La même technique a été reprise, à Alexandrie, pour le lit de la Tombe B 26 du chantier du pont de Gabbari, dans la nécropole occidentale12. On la retrouve aussi entre les montants de la (fausse) base de bois censée soutenir le naïskos dans la chambre 2 de la Tombe 2 d’Anfouchi. De plus, ce naïskos axial rendu en stuc se détache, non sur le décor des parois, mais sur une zone noire (dont la couleur est presque effacée mais certaine) qui interrompt le décor et produit une apparence de vide entre le naïskos et les murs qui le portent en réalité (fig. 4) : le naïskos semble ainsi placé à l’intérieur de la pièce, comme le sont les chapelles « saints des saints » des temples égyptiens13. Cette évocation de sanctuaire pharaonique est particulièrement forte depuis l’entrée de la cour puisque le naïskos, dans une pièce surélevée par rapport à la première salle, y était vu dans l’enfilade de deux portes, chacune gardée par une paire de sphinx (fig. 5). L’illusion n’est pas ici conçue verticalement, sur une façade comme en Macédoine, mais horizontalement, dans la profondeur des enfilades des pièces.

Fig. 4 — Alexandrie, Anfouchi, Tombe 2, salle 2, vue générale.

(Cl. A. Pelle, Archives CEAlex)

Fig. 5 — Anfouchi, Tombe 2, salle 1, vue générale.

(Cl. A.-M. Guimier-Sorbets, ArScAn)

  • 14 A. Adriani (n. 8), pl. C.

10Si le noir fait « disparaître » la paroi, la couleur rouge la fait seulement « reculer », par rapport aux éléments plus clairs, créant un effet de renfoncement et donc un espace fictif. Ainsi, au second niveau de la façade de la Tombe du Jugement à Lefkadia, les colonnes engagées semblent détachées du mur grâce au bandeau rouge qui cerne les encadrements des fenêtres : le mur semble ainsi placé au fond d’un portique, fictif. Ce procédé crée un effet de profondeur sur la façade (fig. 1). Le même procédé a été utilisé sur la façade (sur cour) de la Tombe I de la nécropole de Mustapha Kamel à Alexandrie, au iiie s. av. J.-C. : tout autour de la cour, des demi-colonnes imitent un péristyle (fig. 6), et, sur la façade principale, leur dissociation de la paroi est suggérée par la couleur rouge placée de part et d’autre des portes qui conduisent à l’espace funéraire majeur. De même, les chapiteaux des pilastres de ces portes sont plats, mais le renfoncement de leurs panneaux est suggéré par leur fond rouge, sur lequel étaient peintes des couronnes censées être sculptées en relief14 (fig. 7).

  • 15 MGR n° 19680, voir I. Hairy (éd.), Du Nil à Alexandrie, histoires d’eaux (2009), p. 93, fig. 13.

11Dans la nécropole alexandrine d’Anfouchi (iie s. av. J.-C.), le loculus axial de la chambre funéraire 5.5 est cerné d’une zone rouge ; ce fond produit un effet de relief pour un encadrement qui est seulement peint ; le même procédé est utilisé au-dessus de la baie de la salle 5.4 donnant accès à la chambre funéraire 5.5. On comprend que le fond rouge qui surmonte la baie de 5.4 vers 5.5 a pour objectif de faire saillir le linteau du plafond, sans interrompre la continuité de la paroi dans laquelle s’ouvre la baie. Tandis que, dans la salle 5.5, la zone rouge placée sur trois côtés a pour effet de dégager de la paroi l’encadrement du loculus qui est conçu comme un naïskos-baldaquin, posé sur une base de bois tout à fait comparable à celle – réelle – qui est conservée au Musée gréco-romain d’Alexandrie et provient de Théadeldephia (Fayoum)15.

Fig. 6 — Alexandrie, Mustapha Kamel I.

(D’après G. Grimm, Alexandria, Die Erste Königsstadt der Hellenistichen Welt [1998], fig..93c, p. 94)

Fig. 7 — Alexandrie, Mustapha Kamel I.

(D’après A. Adriani [n. 8], pl. C)

  • 16 Ces bains, datables des iiie-iie s. av. J.-C., ont été découverts par E. Breccia en 1905-1906, et s (...)

12Une observation du même type peut être faite dans les deux tholoi balnéaires de Taposiris Magna, creusées dans les parois : encadrant les niches qui surmontent chaque baignoire, les parastades – creusées et non construites – sont en faible relief par rapport à l’espace qui les sépare. Dans le premier état des tholoi hellénistiques, cette zone correspond à un creux réel, dont la profondeur est renforcée par la couleur rouge. Dans un second état, après réfection et pose d’une nouvelle couche d’enduit, l’espace n’est plus en creux, mais la profondeur en est seulement simulée par l’emploi de peinture rouge16.

Fig. 8 — Lefkadia, Tombe du Jugement, métope.

(D’après F. M. Petsas [n. 21], pl. III)

Fig. 9 — Lefkadia, Tombe du Jugement, métope.

(D’après F.M. Petsas [n. 21], pl. IV)

  • 17 R. Ginouvès (n. 4), fig. 144.
  • 18 G. Konstantinopoulos, AD XXII (1967), Chron., p. 523-528, pl. 384.

13Le rouge soutenu peut aussi être une couleur de fond, comme sur les frontons et les métopes du Parthénon à Athènes. Certains motifs décoratifs, avec un relief réel ou feint, sont à fond rouge : ainsi les oves et dards et les rais-de-cœur se détachent souvent sur un fond rouge visible entre les pointes. Dans les décors les plus soignés, les rais-de-cœur, les oves et les dards sont cernés latéralement d’une petite zone rouge foncé, ou grise, une “ombre portée” qui renforce l’illusion de la saillie du motif se détachant sur le fond, avec un éclairage tombant à l’oblique. C’est notamment le cas sur le rais-de-cœur de la façade intérieure de la Tombe d’Eurydice, et sur l’ovolo qui surmonte la course de biges, dans la Tombe du Prince (Tombe III) de Vergina17. Ce rendu illusionniste qui « fonctionne » sur un décor de paroi (verticale) a été ensuite reproduit par les mosaïstes, qui l’ont projeté à l’identique sur le plan horizontal des pavements : on retrouve le même rendu des oves et dards avec ombres portées sur le fond, dans la bordure de l’embléma au masque de Rhodes18.

  • 19 V. Giannouli, A.-M. Guimier-Sorbets, « Deux mosaïques hellénistiques à Samos », BCH 112 (1988), p.  (...)

14Sur deux pavements de Samos et de Rhodes, le motif des postes à protomés de griffons reproduit un motif de stuc doré : les postes animées se détachent sur un fond bichrome, rouge sous les enroulements, noir au-dessus des têtes. Sur le fond rouge, des lignes rouge foncé et noires marquent l’ombre portée placée d’un côté des enroulements, pour donner l’illusion de la saillie du motif19. Au-dessus des enroulements et des protomés, le fond noir fait « disparaître » la paroi et le motif semble placé en couronnement, avec sa partie figurée en ronde bosse. Ces pavements témoignent d’un style doublement illusionniste puisque le mosaïste imite, à l’horizontale et avec des tesselles, un décor qui, lui-même, imite par la couleur et le stuc, un décor de couronnement de paroi, en trois dimensions.

  • 20 Toutefois, les métopes de l’Héphaistéion et du Parthénon semblent avoir été rouges : M.-Chr. Hellma (...)
  • 21 F. M. Petsas, Ὁ τάφος τῶν Λευκαδίων (1966), pl. III-IV.

15Si le fond des frises figurées est généralement de couleur sombre, comme on l’a vu, celui des métopes est laissé le plus souvent de couleur naturelle lorsque les figures sont sculptées20. Sur la façade de la Tombe du Jugement, à Lefkadia, ce principe est respecté : la frise est à fond sombre, mais les métopes sont à fond clair. Toutefois, les figures de la frise ne sont pas sculptées, mais leur volume, réel, est rendu en stuc. Au contraire, les figures des métopes ne sont qu’à deux dimensions : elles sont simplement dessinées, donc laissées de la couleur de la pierre, avec un jeu de hachures et d’ombres portées grises et mauves qui produisent l’effet de volume de chaque figure et leur saillie par rapport au fond21 (fig. 8-9).

Les moulures et leur décor

  • 22 Pour l’ensemble des moulures associées à leur décor, voir R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méth (...)

16Au profil caractéristique de chaque moulure, sont associés des décors, rendus eux-mêmes en relief, c’est-à-dire sculptés dans la pierre, et éventuellement rehaussés de peinture. Ces associations, canoniques elles aussi, sont bien connues : à l’ovolo est associé le motif d’oves et de dards (pour former ce que nous nommons kymation ionique), au talon droit ou renversé sont associés les rais-de-cœur (kymation lesbique) et au bec de corbin sont associées les feuilles doriques (kymation dorique). En outre, les méandres sont sculptés sur des bandeaux plats, tandis que les perles et pirouettes sont placées sur de fines baguettes ou sur un angle droit saillant, à la jonction de parties horizontales et verticales22.

17Si la moulure forme un relief, sculpté dans la pierre ou modelé dans le stuc, le motif qui lui est associé peut être seulement peint, le volume de ses éléments étant alors rendu de façon illusionniste par la couleur, avec un jeu d’ombre et de lumière. Dans d’autres cas, le motif, en réalité produit sur une zone plate, mais au volume rendu de façon illusionniste, se substitue à la moulure dont il suggère seulement la présence pour le spectateur qui a parfaitement intégré la grammaire de l’architecture grecque ; on atteint ainsi le degré supérieur de l’illusionnisme : volume de la moulure et volume du décor sont tous les deux fictifs.

  • 23 Cet élément est daté des environs de 300 av. J.-C., voir F. Rumscheid, Untersuchungen zur kleinasia (...)

18Parfois, un même élément architectural combine deux techniques. Ainsi, le soffite de l’architrave du naïskos du temple d’Apollon à Didymes présente, de chaque côté, une véritable moulure en talon sculptée de rais-de-cœur, tandis que la plate-bande centrale porte une guirlande en stipe de palmier, avec manchon textile, rendus seulement par la peinture23 : les (rares) spectateurs de la façade monumentale restituaient le volume de la guirlande (fig. 10) – artificielle et donc durable – reproduite par la seule peinture sur le linteau du naïskos abritant la statue de la divinité.

Fig. 10 — Didymes, naïskos du temple d’Apollon, guirlande en stipe de palmier.

(D’après F. Rumscheid [n. 23], pl. 31.1)

Fig. 11 — Vergina, Tombe d’Eurydice, façade intérieure, kymation dorique.

(D’après A. Kottaridou, « Couleur et sens : l’emploi de la couleur dans la tombe de la reine Eurydice », dans A.-M. Guimier-Sorbets, M. Hatzopoulos, Y. Morizot (éds) [n. 26], pl. 59.3)

19Dans le kymation dorique, le bec de corbin porte des feuilles d’eau à extrémité arrondie (feuilles doriques), le plus souvent bordées et avec nervure centrale, dont on voit normalement la face inférieure pour la partie basse de la feuille, et la face supérieure pour l’extrémité. Quand le motif est peint, sur une moulure réelle ou feinte, les feuilles sont alternativement bleues et rouges, avec les bordures et les nervures blanches pour marquer leur saillie. Parfois, pour renforcer visuellement l’extrémité des feuilles, le jeu d’alternance (fig. 11) porte aussi sur les faces : une feuille dont la face supérieure est bleue présente une face inférieure rouge, tandis que la suivante présente le même jeu de couleurs mais inversées (face supérieure rouge et face inférieure bleue). Lorsque, en deux dimensions seulement, le motif peint suggère la moulure, le peintre peut figurer soit le motif complet, en montrant les deux faces de chaque feuille, soit il n’en montre que la face supérieure. Dans ce dernier cas, il suggère des moulures fines, censées ne produire qu’une faible « saillie », vue de dessus. Les attestations de ces diverses variantes sont nombreuses dans les tombes de Macédoine.

2. Comparaison des rendus illusionnistes des tombes de Macédoine

20Afin de comparer les techniques illusionnistes mises en œuvre dans les tombes de Macédoine, nous choisirons trois exemples : la Tombe d’Eurydice à Vergina, datée des alentours de 340 av. J.-C., l’une des plus anciennes donc, la Tombe du Jugement à Lefkadia et celle au Banquet d’Aghios Athanasios, toutes deux datées du dernier quart du ive s. av. J.-C.

La tombe d’Eurydice à Vergina (fig. 3)

  • 24 Une série d’observations du décor des tombes et les particularités des murs m’avaient permis de for (...)
  • 25 Pour les références sur les appliques, voir A.-M. Guimier-Sorbets, « Quelques poissons dorés : un d (...)

21Le caractère illusionniste de la Tombe d’Eurydice à Vergina est surtout marqué dans sa structure et le rendu de certains éléments constructifs : prototype des tombes macédoniennes (comme l’avait montré M. Andronikos), elle comporte une voûte qui permet d’assurer la stabilité de la couverture d’un vaste espace intérieur ; mais cet artifice de construction est dissimulé extérieurement par une rangée de pierres formant une couverture plate, et intérieurement par un plafond de bois coloré en bleu : ainsi le volume visible de la tombe, à l’intérieur avant sa fermeture et à l’extérieur avant d’être recouvert de terre, restait-il celui d’une tombe à ciste24. Les parois intérieures de l’antichambre, enduites d’un fin mortier poli, portaient des incisions imitant les joints fins de blocs de construction en marbre. De plus, outre la porte qui ouvrait sur la façade (derrière la protection d’un empilement de blocs), la paroi du fond de la chambre funéraire était aménagée à l’intérieur comme une façade ionique précédée d’une colonnade avec une porte centrale à deux vantaux et deux fenêtres. Le caractère illusionniste de cet aménagement fictif était si fort que les pilleurs de la tombe s’y étaient trompés et avaient tenté de forcer la (fausse) porte. Pour le monumental trône de marbre, on a déjà indiqué le procédé qui allège visuellement l’assise pleine ; la teinte du marbre imite vraisemblablement l’ivoire des meubles les plus précieux ; sur le fond rouge qui approfondit visuellement le renfoncement des traverses, le stuc doré des figures animales imite des appliques de bronze25. Sur le dossier du trône, les motifs encadrant le panneau central sont sculptés, peints et dorés à la feuille. Sur les parois de la chambre, les moulures sont réelles, comme la frise de denticules à fond rouge, mais les motifs sont seulement peints avec un effet d’ombre (frise d’anthémion, perles et pirouettes, oves et dards, rais-de-cœur). Sur la paroi du fond, au-dessus de la porte et des fenêtres, le motif complet des feuilles doriques est peint avec une double alternance de couleurs sur un bec de corbin réel (fig. 11). Sur les yeux des volutes des chapiteaux ioniques, des rosaces étaient peintes avec des rehauts dorés : de tels ornements de bronze ont été retrouvés sur les chapiteaux ioniques du temple de Léto à Xanthos. Dans son ensemble, cette tombe témoigne d’une qualité exceptionnelle et d’innovations surprenantes. Son caractère illusionniste, très marqué, affecte davantage sa structure et les éléments constructifs que le décor dont le volume des moulures est réel.

La Tombe du Jugement de Lefkadia (fig. 1)

  • 26 A.-M. Guimier-Sorbets, Y. Morizot, « Construire l’identité du mort : l’architecture funéraire en Ma (...)
  • 27 S. Miller, The Tomb of Lyson and Kallikles : APainted MacedonianTomb (1993) ; A.-M. Guimier-Sorbets(...)

22La Tombe du Jugement de Lefkadia possède une façade particulièrement monumentale, qui dépasse en hauteur comme en largeur les dimensions de la chambre funéraire, à l’arrière du vestibule. La façade présente deux niveaux, qui ne correspondent pas à la structure intérieure du bâtiment. Le premier niveau, d’ordre dorique, avec quatre demi-colonnes entre deux antes, imite un édifice tétrastyle in antis à colonnes libres. Dans les entrecolonnements, à environ deux mètres au-dessus du stylobate, sont figurés les quatre personnages du jugement : on suggère ainsi que la scène a lieu à l’intérieur du bâtiment, portes fermées. Ainsi, malgré la coupure matérialisée par la façade entre le monde des vivants et celui des morts, les vivants expriment leur croyance dans une survie agréable, après l’issue positive du jugement dernier26. Le niveau supérieur de la façade est fictif, de même que les sept fenêtres fermées. Nous avons signalé précédemment l’emploi des demi-colonnes et du renfoncement fictif créé au second niveau par l’adjonction de peinture rouge. À l’intérieur de la chambre funéraire, un décor de pilastres de stuc se détachant sur des parois rouge foncé imite une colonnade sur un socle. Ce dispositif reproduit l’aménagement d’un baldaquin recouvrant les restes du mort déposés sur une kliné réelle, dont des éléments décoratifs de verre ont été retrouvés. Ce baldaquin, qui rappelait la prothésis du mort, jouait un rôle important dans l’hommage qui lui était rendu en tant que héros ; un baldaquin de même type a été représenté dans la tombe familiale de Lyson et de Kalliklès, toujours à Lefkadia, mais il y était seulement rendu par la peinture27.

23L’illusionnisme de la Tombe du Jugement est donc manifeste dans sa structure comme dans le rendu des éléments constructifs et de l’aménagement intérieur en baldaquin. Il n’est pas absent du décor et nous avons déjà signalé les techniques de trompe-l’œil qui ont permis de simuler une frise et des métopes sculptées. À l’exception du kymation ionique, totalement plat, qui sert de ligne de sol aux personnages, les motifs sont peints sur des moulures réelles, par exemple les feuilles doriques vues d’en dessous comme d’en dessus, avec une simple alternance de couleurs, d’une feuille à l’autre, sur un bec de corbin réel ; toutefois, les denticules sont seulement peints en trompe-l’œil. Le fronton devait porter un décor sculpté sur fond bleu foncé, mais il n’est quasiment plus conservé. Dans ce bâtiment emblématique de l’illusionnisme macédonien, l’emploi de la couleur est relativement limité et on voit que les efforts de trompe-l’œil concernent moins le décor architectural que la structure, les éléments constructifs et les représentations figurées.

La Tombe au Banquet d’Aghios Athanasios (fig. 2)

24La Tombe au Banquet (Tombe III) d’Aghios Athanasios, contemporaine de celle des Palmettes et de la Tombe du Jugement de Lefkadia, se caractérise, outre l’état de conservation de ses peintures, autant par son extraordinaire décor figuré, que par le caractère illusionniste de sa façade. Cet illusionnisme concerne aussi bien ses éléments constructifs que son décor. La structure du monument est assez simple : une chambre funéraire, derrière une façade dorique dans ses grandes lignes, malgré la présence d’une frise continue.

25La façade semble couronnée d’un fronton portant deux acrotères angulaires et un acrotère faîtier, constitués de palmettes à tiges fleuries. Mais fronton et acrotères ne sont pas réalisés par des blocs de forme appropriée, ils sont seulement peints sur une surface plane, rectangulaire. L’illusion du fronton est impressionnante, tout comme celle des acrotères végétaux dont les éléments sont peints sur fond noir. Tout oppose ce fronton en trompe-l’œil et celui de la Tombe aux Palmettes, par exemple, dont les acrotères sont sculptés. Au-dessus de la porte, la frise du banquet se développe, sur fond bleu sombre, entre les antes, ce qui suggère un second plan : on retrouve les effets de profondeur.

  • 28 H. Brecoulaki (n. 11), p. 265-266.

26H. Brecoulaki s’est interrogé sur la motivation d’un tel degré d’illusionnisme dans le rendu des éléments architecturaux de la façade : il est évident que la solution adoptée est plus rapide d’exécution que la construction traditionnelle avec des blocs taillés. Était-on pressé ? En raison du prix des pigments utilisés et de la qualité de l’enduit imitant le marbre, on ne peut retenir un critère économique28. Il est difficile d’être affirmatif, mais on ne peut pas non plus écarter une esthétique particulière, une volonté de « chef-d’œuvre de compagnon », si l’on peut dire, venant d’artisans particulièrement versés dans l’art de l’illusion, dont on a dit qu’il caractérisait les arts d’apparat.

  • 29 Au moment de la découverte, M. Andronikos a signalé la présence d’un décor peint, alors assez effac (...)

27En effet, le même degré d’illusionnisme se retrouve dans le décor figuré : de larges boucliers semblent suspendus par un clou de part et d’autre de la porte et leur volume est figuré par l’ombre portée sur la paroi, marquée d’une bande grise, sur le côté inférieur droit. Rappelons que sur la Tombe du Prince (Tombe III) du tumulus de Vergina, le volume arrondi des boucliers avait été ajouté en stuc sur la façade, leur décor seul étant peint29.

28Debout sous ces boucliers aux couleurs éclatantes, armés de leur longue sarisse et vêtus de teintes sourdes, les soldats affligés qui gardent la tombe pour l’éternité continuent de susciter l’étonnement, plus d’une décennie après leur découverte. La ligne de sol surélevée sur laquelle ils sont peints renforce l’illusion de recul de la paroi à l’arrière des antes. Leur taille légèrement inférieure à la normale concourt à monumentaliser la porte d’entrée et donc l’ensemble de la façade.

  • 30 A.-M. Guimier-Sorbets (n. 27, 2002) ; A.-M. Guimier-Sorbets, Y. Morizot (n. 26).

29Sur la frise du banquet, la disposition du groupe central rend le dispositif en pi des klinai, avec le lit central en arrière ; les lignes obliques du kylikéion, vu de trois quarts et éclairé latéralement, donnent sa profondeur à la scène, au-dessus de la porte de la chambre funéraire. L’ensemble se détache sur un fond bleu sombre, au-dessus de la ligne de sol : avec son cortège d’invités, le banquet se déroule à l’air libre, de nuit comme le signalent les torches allumées. La rencontre des banqueteurs et de ceux qui les rejoignent est montrée par la gestuelle des protagonistes. L’agrément du banquet est souligné par la présence des musiciennes. Mais ce banquet prend-il place dans le monde des vivants ou dans celui des morts ? Il fait le trait d’union entre les deux et il exprime à la fois l’hommage des vivants au mort qu’ils honorent, et le souhait qu’ils forment pour lui d’une survie heureuse dans l’au-delà grâce au statut héroïque qu’il a conquis par sa bravoure au combat30.

30Les trois dimensions du décor architectural sont rendues par la seule peinture, sur un fond plat : on l’a noté pour les acrotères, il en va de même pour les divers motifs architecturaux. Autour du tympan fictif, les moulures, elles aussi, sont fictives et rendues seulement par la peinture comme leur décor. Dans le kymation dorique, seule la face supérieure des feuilles est représentée, en alternance de bleu et de rouge, tandis qu’une bande grise placée en dessous simule l’ombre qui serait produite par le bec de corbin. Sur l’abaque des pilastres d’antes, les deux faces des feuilles sont visibles, et leurs couleurs alternent doublement.

31Pour la réalisation de cette tombe de prestige, les peintres furent vraiment les maîtres et ils mirent tout leur art au service de l’illusion.

3. La transition alexandrine et la combinaison des systèmes décoratifs de tradition grecque et égyptienne

Alexandrie : illusionnisme dans le style grec

  • 31 A.-M. Guimier-Sorbets (n. 24), p. 191-203.
  • 32 Pour l’analyse du décor de la tombe B1 du chantier du pont de Gabbari, et la bibliographie antérieu (...)
  • 33 Ibid., p. 172-201.

32Si la conception générale des tombes monumentales d’Alexandrie diffère de celle des tombes macédoniennes car, organisées autour d’une cour, les chambres funéraires devaient rester ouvertes pour des commémorations régulières, on a déjà étudié comment les modèles de Grèce du Nord se retrouvent dans cette architecture creusée31 ; nous rappellerons juste, à Chatby, la présence des façades fictives, sur la cour (fig. 12) et à l’intérieur des souterrains, ainsi que le mobilier de pierre (klinè-sarcophage). Nous avons mentionné aussi les procédés illusionnistes relatifs aux éléments constructifs et, notamment pour la Tombe I de Mustapha Kamel, les demi-colonnes imitant un péristyle et l’emploi de la couleur rouge pour créer des renfoncements fictifs (fig. 6-7). De même l’emploi du style structural est attesté dès les origines de la ville, que le volume des blocs soit rendu par le stuc et la peinture comme dans les tombes de Mustapha Kamel, ou qu’il soit fictif et rendu seulement par la peinture, comme dans la Tombe B1 du chantier du pont de Gabbari32. Dans les maisons construites pour les vivants comme dans les espaces creusés pour les morts, ces procédés de décor illusionniste ont été fréquemment utilisés pour embellir, anoblir, à relativement peu de frais, des espaces qu’on voulait d’apparat, dès les origines de la ville et à l’imitation des modes venues de Grèce, et notamment de Macédoine, en même temps que les premiers artisans. Cette imitation de la façade des tombes à fronton, elles-mêmes en forme d’herôon, s’étend aux fermetures de loculi : à Chatby, puis dans toutes les nécropoles collectives d’Alexandrie et de sa région, on retrouve des fermetures de loculi imitant des façades à fronton et porte fermée, de type grec. Parmi de nombreux autres exemples, le chantier du pont de Gabbari a livré une série de ces plaques de fermeture peintes ; qu’il s’agisse de portes à deux vantaux pleins, ou de portes à croisillons, leur rendu illusionniste est caractéristique33. Les feuilles doriques sont très fréquemment peintes au-dessus de la porte : selon les principes de représentation déjà décrits dans les tombes macédoniennes, elles figurent le kymation dorique (sur bec de corbin) censé couronner l’entablement. Sur ces peintures de dimensions modestes, seule la partie supérieure des feuilles est visible, en alternance de bleu et de rouge, avec les nervures et les bordures blanches.

Fig. 12 — Alexandrie, Chatby, façade sur la cour.

(D’après E. Breccia, La necropoli di Schiatbi [1912], pl. II)

  • 34 Ibid., p. 198-201.
  • 35 J.-Cl. Goyon et al. (n. 13), p. 124-127.

33Dans les hypogées creusés, la couverture de vastes espaces ne nécessite pas le recours à la voûte, pourtant elles y sont omniprésentes, car la référence est évidemment la construction de pierre, matériau noble par excellence. Moins connues mais tout aussi significatives de l’esprit illusionniste, il faut signaler dans ces tombes la présence des lignes rouges peintes sur les voûtes creusées en berceau surbaissé : elles marquent les limites des blocs clavés censés constituer les éléments de la voûte34. La présence de ces lignes est systématique, dans les tombes d’Alexandrie, comme dans celles de Plinthine, et on les trouve jusque dans les chambres souterraines de la nécropole de Kom el-Chougafa, à la fin du ier s. apr. J.-C. Il s’agit bien évidemment d’un procédé illusionniste relatif aux éléments constructifs et ces lignes suggèrent la technique de la voûte clavée de pierre, de type grec, par opposition aux voûtes de type « nubien », à arcs obliques, bien connues en Égypte dans les architectures de terre, depuis l’Ancien Empire et encore en usage dans les villages égyptiens35. Si le profil des voûtes, en berceau aplati, pouvait évoquer les voûtes habituelles de l’Égypte, les lignes peintes montrent que le modèle revendiqué pour ces hypogées est celui des voûtes clavées, de pierre, qui caractérisent les tombes macédoniennes.

Fig. 13 — Alexandrie, Tombe de Mafrousa, plafond voûté.

(Cl. A.-M. Guimier-Sorbets, ArScAn)

  • 36 A.-M. Guimier-Sorbets, « Les décors de plafond dans les tombes d’Alexandrie : un nouvel essai d’int (...)
  • 37 A.-M. Guimier-Sorbets, M.-D. Nenna, M. Seif el-Din (n. 32).

34Sur les plafonds des tombes, les décors peints, avec de légers refends, sont de type divers, mais ils sont tous d’esprit illusionniste : nous avons déjà réalisé leur inventaire, qu’il s’agisse d’imitation de baldaquins ou de plafonds à caissons de bois36. Signalons simplement que les « modèles » revendiqués dans ces décors peints de façon illusionniste pouvaient être quelque peu contradictoires : ainsi sur la voûte de la chambre funéraire de la tombe de Mafrousa, datée de la fin du iiie s. ou du iie s. av. J.-C.37, les artisans qui ont creusé le volume intérieur et la voûte en berceau surbaissé n’ont pas omis de dessiner en rouge les limites des blocs clavés fictifs, comme ils le faisaient habituellement, puis les peintres chargés du décor intérieur de style structural – ou les commanditaires de la tombe – ont préféré recouvrir cette voûte d’une peinture très soignée imitant un plafond de bois à caissons : ils sont ainsi passés d’un modèle de voûte en berceau de pierre à un plafond de bois plat. Il est vrai que ce double modèle n’est visible aujourd’hui que parce que l’état de conservation de la peinture du plafond à caissons laisse voir la phase précédente (fig. 13).

La nécropole d’Anfouchi : transition vers le style gréco-égyptien

  • 38 A.-M. Guimier-Sorbets, « Vers un au-delà bienheureux. Les peintures des tombes d’Anfouchi et de Kôm (...)

35Que devient l’utilisation illusionniste de la couleur lorsque à ce style grec vient se superposer un style architectural d’origine égyptienne ? La nécropole d’Anfouchi (iie-ier s. av. J.-C.) permet d’étudier cette phase de transition38. Nous avons déjà fait quelques remarques relatives au décor illusionniste de type grec, et nous nous limiterons maintenant à quelques autres aspects et plus particulièrement au décor des feuilles doriques.

  • 39 J.-Cl. Goyon et al. (n. 13), p. 399 et fig. 511-512, et aussi R. Ginouvès, R. Martin (n. 22).

36Dans l’architecture traditionnelle de l’Égypte pharaonique, la corniche se compose d’une gorge associée à un tore39, mouluration qui couronne souvent les parois extérieures comme intérieures d’édifices réels, et s’accompagne d’un décor de fines feuilles verticales, juxtaposées, à extrémité arrondie, dont on ne voit que la face inférieure, puisque, placées en hauteur, elles sont portées par une moulure à une seule courbe. Cette association systématique du décor et de la moulure fait qu’on le nomme « décor de la gorge égyptienne ». Les feuilles sont de couleurs alternées, souvent en rouge, bleu, parfois jaune. Le motif peut être sculpté, ainsi que le volume de chaque feuille, ou seulement peint, mais il est dans tous les cas porté par la moulure réelle. Les exemples de ce motif sont très nombreux, on ne citera, dans le sanctuaire d’Amon à Karnak, que la salle hypostyle et la chapelle de la barque offerte par Philippe Arrhidée (fig. 14).

Fig. 14 — Karnak, sanctuaire d’Amon, chapelle de Philippe Arrhidée, gorge égyptienne.

(Cl. A.-M. Guimier-Sorbets, ArScAn)

  • 40 A.-M. Guimier-Sorbets, « D’autres croyances, d’autres pratiques funéraires : les deux états de la t (...)

37La Tombe 2 de la nécropole d’Anfouchi a connu deux états : l’un, de style grec, est visible dans les escaliers, la cour, la salle 2.1, le plafond et une partie de la paroi du fond de la salle 2.2 ; le second état, de style égyptien (ou égyptisant), est visible sur les parois de la salle 2.1 et celles de la chambre funéraire 2.240. Du premier état – de style purement grec – de la salle 2.1, nous connaissons les plafonds, à décor d’octogones et carrés, peints avec de légers refends, qui imitent des plafonds de stuc. Le style structural du premier état des parois figure, sans relief autre que l’illusion produite par la peinture, une plinthe, une rangée d’orthostates d’albâtre, un bandeau puis des assises de blocs blancs à mouluration complexe, et un bandeau de couronnement imitant le granite. Dans l’escalier d’accès vers la cour comme dans le premier état de cette pièce, le relief est complètement fictif.

Fig. 15 — Anfouchi, Tombe 2, salle 1, couronnement de la paroi.

(Cl. A.-M. Guimier-Sorbets, ArScAn)

38Dans le second état, de style égyptien, les parois de la salle 2.1 ont été repeintes, toujours dans un style illusionniste puisqu’au-dessus des orthostates fictives, la peinture représente des alternances d’assises d’albâtre et de carreaux de faïence noirs et blancs en échiquier, avec, à intervalle régulier, des plaques plus grandes, peintes de couronnes de dieux et de rois égyptiens (fig. 5). Sous le plafond, dont le décor du premier état a été conservé, la paroi se termine par une moulure en gorge égyptienne au-dessus d’un tore, en relief véritable, réalisés en stuc (fig. 15). Le décor, caractéristique de ces moulures dans le style égyptien, est peint : le tore présente des sections noires et blanches, la gorge porte des feuilles dressées, en jaune, rouge, blanc et bleu. Il faut noter que si, dans le premier état de style grec tout le volume est fictif – rendu seulement par des bandes en dégradé coloré, dans le second état une mouluration en gorge égyptienne véritable est ajoutée en stuc, comme le système de portes à plusieurs linteaux, de style égyptien, qui encadrent le passage de la salle 2.1 à la chambre funéraire 2.2. (fig. 5). Les parois de cette chambre funéraire portent le même décor (sans la plinthe et les orthostates) de style égyptien que le second état de la salle 2.1, et il y est couronné par la même gorge égyptienne sur tore, en relief véritable, portant le décor de feuilles dressées peintes, en rouge, bleu et blanc. De part et d’autre de la porte, du côté intérieur, dans une zone peu éclairée et difficile à voir depuis la porte (que les visiteurs ne franchissaient pas), la paroi reste plane et la moulure n’existe pas. Elle est seulement suggérée par le motif des feuilles dressées peintes, en alternance de rouge et de bleu, comme sur la moulure des autres parois. On le voit, dans l’état de style égyptien, malgré son caractère illusionniste pour le décor des parois et les enfilades de portes devant le naïskos, on a préféré peindre le décor de feuilles sur des moulures réelles, au moins dans les endroits visibles par les visiteurs.

39Qu’en est-il de ce type de décor dans la Tombe 5 où l’on ne reconnaît qu’un seul état mais avec des éléments de décor de style grec et de style égyptien bien différenciés mais juxtaposés dans le même espace ? Les plafonds uniquement peints avec de légers refends reproduisent les mêmes types de décor imitant des plafonds de stuc à mouluration complexe dans le style grec. Les parois d’une même salle (5.4) portent des décors illusionnistes imitant sur certains côtés des assises de blocs à forte mouluration et, sur d’autres parois, des assises de plaques de faïence et bandes d’albâtre en alternance. Nous avons vu que l’encadrement de la porte permettant l’accès à la chambre funéraire 5.5 est seulement peint : il porte le rais-de-cœur qui suggère le kymation lesbique, et donc un couronnement en saillie.

Fig. 16 — Anfouchi, Tombe 5, salle 2, paroi au-dessus de la banquette.

(Cl. A. Pelle, Archives CEAlex)

Fig. 17 — Anfouchi, Tombe 5, salle 2, motif de couronnement.

(Cl. A. Pelle, Archives CEAlex)

40Au-dessus d’une banquette pleine à couverture peinte, le décor mural de la chambre funéraire 5.2, figure, dans un jardin, un baldaquin à pilastres portant un plafond à caissons de bois doré (peint sur une voûte en berceau très surbaissé). Au-dessus de l’architrave, une bande de feuilles doriques suggère la mouluration en bec de corbin, de style grec (fig. 16-17).

Fig. 18 — Anfouchi, Tombe 5, salle 5, loculus.

(Cl. A.-M. Guimier-Sorbets, ArScAn)

Fig. 19 — Anfouchi, Tombe 5, salle 4, loculus avec entablements.

(Cl. A.-M. Guimier-Sorbets, ArScAn)

41Le même type de décor accompagnait le défunt dans le loculus de la chambre funéraire 5.5 : sur les parois intérieures peintes, on reconnaît le décor de jardin et l’imitation de la tenture sur le plafond (fig. 18). Les piliers du baldaquin n’ont pas été représentés, mais le couronnement des parois, uniquement peintes, se compose du tore noir et blanc surmonté d’une file de feuilles dressées : le principe du baldaquin est de tradition grecque, mais le décor de son cadre (gorge sur tore) est de style égyptien.

42En revanche, le stuc a été abondamment utilisé pour réaliser l’encadrement complexe du loculus central de la salle 5.4 (fig. 19). Selon le système de représentation déjà évoqué pour la Tombe 2, le caractère sacré du loculus est rendu par une imitation de naïskos précédé de trois encadrements dont les entablements et supports sont représentés emboîtés, avec des zones rouges soulignant leur espacement en profondeur. De l’intérieur vers l’extérieur, on reconnaît d’abord un entablement à gorge égyptienne (relief réel) à feuilles jaunes et rouges sur un tore (fictif) noir et blanc, porté par des pilastres noirs et blancs à chapiteaux jaunes, puis un entablement à uraei (cobras dressés) sur une gorge égyptienne (relief réel) soutenu par de minces pilastres à chapiteaux jaunes. Enfin, au premier plan, porté par des colonnes blanches à chapiteaux jaunes, l’entablement se compose d’une gorge égyptienne (réelle) à feuilles dressées bleues et rouges, sur un tore noir et blanc ; au-dessus d’un listel, on reconnaît une frise de denticules rouges et bleus, puis un fronton courbe à disque central. Entre les denticules et le fronton, en relief réel, une bande double de feuilles doriques suggère le bec de corbin traditionnel dans un entablement de type grec. Les couleurs de ces feuilles, dont les deux faces sont visibles, sont en double alternance, selon le système analysé précédemment pour des exemples macédoniens. La structure de ces trois entablements emboîtés montre qu’ils appartiennent au style égyptien. Mais l’originalité de ce véritable style mixte réside dans la combinaison de décors de style égyptien et de style grec.

43Cette série de décors architecturaux de deux tombes d’Anfouchi montre que les principes du style illusionniste y sont parfaitement assimilés et mis en œuvre avec savoir-faire, même dans des souterrains peu éclairés. Style grec et style égyptien se succèdent dans les deux états de la Tombe 2 et cohabitent dans le même état de la Tombe 5, mais, dans tous les cas, les principes des grammaires décoratives sont respectés : même pour les feuilles arrondies à bordure et nervure, de couleurs alternées, qui appartiennent aux deux styles, il n’y a pas de confusion entre l’orientation des feuilles peintes et les moulures qui les portent. Et, même dans la Tombe 5, de style mixte, où la fantaisie semble dominer, les systèmes décoratifs sont parfaitement connus, même lorsqu’ils sont combinés. Cette connaissance devait être partagée entre les artisans et les spectateurs de ces architectures en grande partie fictives : elle constitue la condition indispensable pour que l’illusionnisme « fonctionne » pleinement.

Notes

1 Voir R. Martin, « Sculpture et peinture dans les façades monumentales du ive s. avant J.-C. », Revue Archéologique 1968, p. 171-184 ; id., « Le marbre dans l’architecture grecque », Bulletin des Musées royaux d’art et d’histoire 53 (1982), p. 9-18. Ces deux articles sont repris dans R. Martin, Architecture et Urbanisme, CEFR 99 (1987). Pour une mise au point sur la naissance d’un décor illusionniste et les antécédents hellénistiques des fresques romaines, voir A. Rouveret, Histoire et imaginaire de la peinture ancienne, BEFAR 274 (1989), p. 165-219.

2 M.-Chr. Hellmann, L’architecture grecque I. Les principes de la construction (2002), p. 234, et pl. XV.

3 M.-Chr. Hellmann (n. 2), p. 232 signale qu’à partir des années 530, le fond des sculptures architecturales devient bleu noir.

4 R. Ginouvès et al., La Macédoine de Philippe II à la conquête romaine (1993), fig. 144.

5 M. Andronikos, Vergina II, The “Tomb of Persephone” (1994), pl. III.

6 M.-Chr. Hellmann (n. 2), p. 234.

7 M. Andronikos (n. 5), pl. IV-XII.

8 A. Adriani, La nécropole de Moustapha Pacha, Annuaire du Musée gréco-romain d’Alexandrie II (1933- 1935), p. 47-128, fig. 2, 11 ; voir aussi M. Venit, Monumental Tombs of Ancient Alexandria, the Theater of the Dead (2002), fig. 42, p. 37.

9 A.-M. Guimier-Sorbets, « Tracés préparatoires pour le décor peint : quelques exemples alexandrins », dans Mélanges Mostafa el-Abbadi, Bulletin de la Société archéologique d’Alexandrie 46 (2000), p. 127-136, particulièrement p. 133-134.

10 R. Ginouvès (n. 4), fig. 135 pour la vue de côté, fig. 136 pour la vue de face. Le vide est réel sous les accoudoirs et le dossier, ce qui a permis d’y placer, sur deux niveaux, des colonnettes avec des sphinx et des figures féminines dans les entrecolonnements.

11 K. Sismanidis, Κλίνες και κλινοειδείς κατασκευές των μακεδονικών τάφων (1997), p. 30-74, pl. 1-7 ; H. Brecoulaki, La peinture funéraire de Macédoine, emplois et fonctions de la couleur ive-iie s. avant J.-C., Mélétémata 48 (2006), pl. 118.

12 A.-M. Guimier-Sorbets, M.-D. Nenna, « Le lit funéraire de la tombe B26 », dans J.-Y. Empereur, M.-D. Nenna (éds), Nécropolis 2, Études Alexandrines 7 (2003), p. 367-374.

13 Pour un exemple de restitution du saint des saints du temple de Louxor, voir J.-Cl. Goyon et al., La Construction pharaonique du Moyen Empire à l’époque gréco-romaine, contextes, principes de construction (2004), pl. VI.

14 A. Adriani (n. 8), pl. C.

15 MGR n° 19680, voir I. Hairy (éd.), Du Nil à Alexandrie, histoires d’eaux (2009), p. 93, fig. 13.

16 Ces bains, datables des iiie-iie s. av. J.-C., ont été découverts par E. Breccia en 1905-1906, et sont en cours d’étude par l’équipe de M.-Fr. Boussac, B. Redon et Th. Fournet ; je les remercie de m’y avoir accueillie. Pour une étude récente et des photographies des tholoi, voir Th. Fournet, B. Redon, « Les bains souterrains de Taposiris Magna et le bain de tradition hellénique en Égypte », dans M.-Fr. Boussac, B. Redon, Th. Fournet (éds), Le bain collectif en Égypte, Études urbaines 7 (2009), p. 113-137, particulièrement fig. 2, 11. Pour une photographie en couleurs, voir Dossiers de l’Archéologie 342 (novembre-décembre 2010), fig. p. 57.

17 R. Ginouvès (n. 4), fig. 144.

18 G. Konstantinopoulos, AD XXII (1967), Chron., p. 523-528, pl. 384.

19 V. Giannouli, A.-M. Guimier-Sorbets, « Deux mosaïques hellénistiques à Samos », BCH 112 (1988), p. 545-568, pl. I-IV. Pour le pavement de Rhodes, au motif identique, voir A. Dreliossi, AD 45 (1990), Chron., p. 467-470, pl. 273d.

20 Toutefois, les métopes de l’Héphaistéion et du Parthénon semblent avoir été rouges : M.-Chr. Hellmann (n. 2), p. 234.

21 F. M. Petsas, Ὁ τάφος τῶν Λευκαδίων (1966), pl. III-IV.

22 Pour l’ensemble des moulures associées à leur décor, voir R. Ginouvès, R. Martin, Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine I. Matériaux, techniques de construction, techniques et formes du décor (1985), p. 152-185 ; pour leur transcription en peinture, voir A.-M. Guimier-Sorbets, « Voir la peinture et la mosaïque en relief : représentations illusionnistes de quelques moulures et motifs architecturaux », dans C. Guiral Pelegrin (éd.), Circulacion de temas y sistemas decorativos en la pintura mural antigua, actas del IX Congreso Internacional de la Association Internationale pour la Peinture Murale Antique [AIPMA] (Zaragoza-Calatayud, 21-25 septiembre 2004) (2007), p. 115-122, pl. 10.

23 Cet élément est daté des environs de 300 av. J.-C., voir F. Rumscheid, Untersuchungen zur kleinasiatischen Bauornamentik des Hellenismus (1994), p. 237-250, n° 33.6, pl. 31.2.

24 Une série d’observations du décor des tombes et les particularités des murs m’avaient permis de formuler, au cours d’un colloque tenu en 2001, l’hypothèse de ce plafond de bois cachant complètement la voûte de l’intérieur de la chambre (A.-M. Guimier-Sorbets, « Architecture funéraire monumentale à l’époque hellénistique : des modèles macédoniens aux nécropoles alexandrines », dans L’architecture funéraire monumentale : La Gaule dans l’Empire Romain, Actes du colloque organisé par l’IRAA du CNRS et le musée archéologique Henri-Prades, Lattes, 11-13 octobre 2001 [2006], p. 191-203) ; par la suite, cette hypothèse a été confirmée par A. Kottaridou qui a noté la présence de restes de bois peint en bleu sur tout le sol de la chambre et des traces d’embout de poutres sur les murs latéraux (voir A. Kottaridi, « Discovering Aegae, the Old Macedonian Capital », dans M. Stamatopoulou, M. Yeroulanou [éds], Excavating Classical Culture. Recent Archaeological Discoveries in Greece, BAR International Series 1031 [2002], p. 158 et n. 18). Une figure (pl. 59.1) de ce même article montre la vue supérieure de la tombe et sa couverture plate de pierre qui surmonte et cache l’extrados de la voûte.

25 Pour les références sur les appliques, voir A.-M. Guimier-Sorbets, « Quelques poissons dorés : un décor d’appliques du mobilier alexandrin », dans J.-Y. Empereur (éd.), Alexandrina 3, Études alexandrines 18 (2009), p. 343-372. Signalons que, sur le lit de pierre du tumulus Bella (Vergina), les appliques sont seulement peintes en jaune doré sur le fond rouge rose de la traverse : cette couleur jaune doré, ombrée, sert ici à suggérer le volume des appliques (R. Ginouvès [n. 4], fig. 131).

26 A.-M. Guimier-Sorbets, Y. Morizot, « Construire l’identité du mort : l’architecture funéraire en Macédoine », dans A.-M. Guimier-Sorbets, M. Hatzopoulos, Y. Morizot (éds.), Rois, Cités, Nécropoles : institutions, rites et monuments en Macédoine, Actes des colloques de Nanterre 2002 et Athènes 2004, Mélétémata 45 (2006), p. 117-130, pl. 45-53.

27 S. Miller, The Tomb of Lyson and Kallikles : APainted MacedonianTomb (1993) ; A.-M. Guimier-Sorbets, « Mobilier et décor des tombes macédoniennes », dans R. Frei-Stolba, K. Gex (éds), Recherches récentes sur le monde hellénistique, Actes du Colloque en l’honneur de Pierre Ducrey, Lausanne, 20-21 Novembre 1998 (2001), p. 217-229 ; A.-M. Guimier-Sorbets, « Architecture et décor funéraires, de la Grèce à l’Égypte : l’expression du statut héroïque du défunt », dans Chr. Muller, Fr. Prost (éds), Identités et cultures dans le monde méditerranéen antique, Mélanges F. Croissant (2002), p. 159-180.

28 H. Brecoulaki (n. 11), p. 265-266.

29 Au moment de la découverte, M. Andronikos a signalé la présence d’un décor peint, alors assez effacé et aujourd’hui disparu, et il a proposé d’y reconnaître un gorgonéion, voir H. Brecoulaki (n. 11), p. 135, pl. 49.

30 A.-M. Guimier-Sorbets (n. 27, 2002) ; A.-M. Guimier-Sorbets, Y. Morizot (n. 26).

31 A.-M. Guimier-Sorbets (n. 24), p. 191-203.

32 Pour l’analyse du décor de la tombe B1 du chantier du pont de Gabbari, et la bibliographie antérieure du style structural, voir A.-M. Guimier-Sorbets, M.-D. Nenna, M. Seif el-Din, « Le décor des tombes B1, B2 et B3 », dans J.-Y. Empereur, M.-D. Nenna (éds), Nécropolis 1, Études Alexandrines 5 (2001), p. 161-207, particulièrement p. 190-192 pour les exemples anciens de style structural en Grèce et son développement à Alexandrie.

33 Ibid., p. 172-201.

34 Ibid., p. 198-201.

35 J.-Cl. Goyon et al. (n. 13), p. 124-127.

36 A.-M. Guimier-Sorbets, « Les décors de plafond dans les tombes d’Alexandrie : un nouvel essai d’interprétation », dans J.-Y. Empereur, M.-D. Nenna (n. 12), p. 589-629.

37 A.-M. Guimier-Sorbets, M.-D. Nenna, M. Seif el-Din (n. 32).

38 A.-M. Guimier-Sorbets, « Vers un au-delà bienheureux. Les peintures des tombes d’Anfouchi et de Kôm el-Chougafa à Alexandrie », CRAI 2015, p. 399-413.

39 J.-Cl. Goyon et al. (n. 13), p. 399 et fig. 511-512, et aussi R. Ginouvès, R. Martin (n. 22).

40 A.-M. Guimier-Sorbets, « D’autres croyances, d’autres pratiques funéraires : les deux états de la tombe 2 dans la nécropole d’Anfouchi à Alexandrie », BCH 134 (2010), p. 153-175 ; A.-M. Guimier-Sorbets, « L’architecture et le décor peint des tombes d’Anfouchi à Alexandrie : nouvelles perspectives », dans P. Ballet (éd.), Grecs et Romains en Égypte. Territoires, espaces de la vie et de la mort, objets de prestige et du quotidien (2012), p. 171-186.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8632/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search