Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Rôles, valeurs et symboles des couleurs et de l’or

Les noces de l’or et de la pourpre dans le monde grec. À la recherche du juste accord chromatique

Marrying gold and purple in ancient Greek world: towards the right chromatic chord

Ο γάμος του χρυσού και της πορφύρας στον ελληνικό κόσμο. Σε αναζήτηση του σωστού χρωματικού τόνου

Adeline Grand-Clément

Résumé

L’une des notions-clefs permettant de pénétrer au sein de l’imaginaire grec de la couleur est celle de poikilia. Elle renvoie à une bigarrure générée par l’alliance de matières, de textures et de couleurs contrastées et prend de multiples formes. L’assemblage de l’or et de la pourpre, pour composer des parures somptueuses, en est une. L’étude se propose d’analyser les contextes dans lesquels ces deux matières colorées particulièrement valorisées par les Grecs se trouvent associées, et la signification que revêt alors cette bigarrure de l’excellence. Pour ce faire, deux dossiers principaux sont examinés. D’une part, le livre XII d’Athénée, consacré au plaisir, permet d’explorer la relation que le couple or-pourpre entretient avec la truphè, le luxe, dans sa dimension sociale et politique. D’autre part, la documentation épigraphique liée aux sanctuaires met en lumière la façon dont il contribue à la glorification des dieux et aux manifestations de l’eusebeia.

Texte intégral

  • 1 Sur le khrôs, enveloppe du corps et composante de la personne homérique, voir M. Carastro, « La not (...)
  • 2 La poikilia est l’une des façons dont se manifeste la mètis, intelligence astucieuse : voir J.-P. V(...)
  • 3 En effet, il n’est attesté qu’à partir de la fin du xviiie s. (dans le Voyage du jeune Anacharsis d (...)
  • 4 Je me permets ici de renvoyer à mon étude : A. Grand-Clément, « Mettre en couleurs, un acte cosmogo (...)
  • 5 Voir N. Villacèque, « De la bigarrure en politique (Platon, République VIII, 557c 4 sqq.) », JHS 13 (...)
  • 6 N. Kei a consacré une belle étude à la signification des motifs floraux sur les images vasculaires (...)

1L’imaginaire grec de la couleur se déploie autour de deux notions fondamentales : d’un côté le khrôs, la peau-couleur, surface unie exposée au regard1; de l’autre, la poikilia, l’assemblage de couleurs, ce chatoiement fascinant cher à J.-P. Vernant2. Le champ sémantique de l’adjectif poikilos est plus large que celui de notre mot « polychrome » qui, du reste, est d’usage récent3. Les Grecs rattachent à la sphère du poikilon toute forme de bigarrure générée par l’alliance de matières, de textures et de couleurs contrastées. La poikilia est résolument polymorphe et ambivalente : tantôt signe d’excellence prisé dans les cités archaïques et susceptible de fournir l’image parfaite de l’harmonie du monde organisé, le kosmos4 ; tantôt symptôme d’anarchie et d’excès, spectacle séduisant mais trompeur, à l’instar du manteau démocratique platonicien5. Coexistent ainsi dans l’imaginaire grec plusieurs types de « polychromie » qui n’incarnent pas toujours le modèle du juste accord chromatique, mais dénotent parfois la confusion, la surcharge, le superficiel et l’excès. Tout est affaire de contexte. Par exemple, certaines formes de bigarrure, parce qu’elles sont associées à l’Orient, font régulièrement l’objet d’un rejet ou d’un contrôle, au gré de l’évolution des relations entretenues par les cités grecques avec leurs voisins de l’Est. Ajoutons que les différents types de poikilia ne tirent pas seulement leur signification des couleurs et matières qui la composent. Souvent, la bigarrure induit la présence de motifs, dont la forme et le mode d’agencement en orientent le sens : fleurs et végétaux, animaux, figures humaines, rayures, losanges, tâches, points, rosettes, damier, constellations d’étoiles, frises de méandres, etc. La fonction de ces signes visuels gagne en importance sur les images vasculaires, car ils pallient les insuffisances d’une palette chromatique que les conditions de cuisson de la céramique rendent conventionnelle et limitée. La variété des motifs se substitue alors aux effets de couleur pour donner à voir des genres de poikilia distincts6.

  • 7 Les Grecs emploient principalement deux termes pour désigner les étoffes teintes de pourpre : porph (...)
  • 8 Sur l’orfèvrerie grecque, voir par exemple D. Williams, The Art of the Greek Goldsmith (1998) et J. (...)

2Je me propose ici de circonscrire la réflexion à une polychromie d’un type particulier, à savoir celle qui naît de l’alliance de l’or et de la pourpre. Pourquoi ce choix ? Car, plusieurs communications du colloque l’ont montré, il s’agit de deux matières colorées chargées de puissantes résonances symboliques en Grèce ancienne. Au lieu de les examiner séparément, nous porterons attention aux éléments qui les réunissent, afin de comprendre les significations nouvelles qui émergent de leur utilisation conjointe. À quel résultat conduit l’union du métal doré avec la teinture éclatante ? Comment sont-ils associés et dans quels contextes ? Pourquoi se marient-ils si bien et, d’ailleurs, s’accordent-ils toujours à la perfection ? Les sources littéraires fournissent des éléments de réponse : l’analyse des mots et la recension de leurs occurrences éclairent l’imaginaire construit autour des couleurs7. La documentation épigraphique, plus abondante pour l’époque hellénistique, offre de surcroît un éclairage utile et complémentaire. En revanche, le matériel archéologique fait souvent défaut, en particulier dans le domaine textile, en raison de la fragilité des fibres végétales et animales8. On essaiera malgré tout de cerner les affinités qu’entretiennent l’or et la pourpre, dans la culture grecque, et la façon dont les Anciens ont appris à les marier, avant d’explorer deux voies : la relation que le couple or-pourpre entretient avec la truphè, le luxe, dans sa dimension sociale et politique, puis la façon dont il contribue à la glorification des dieux et aux manifestations de l’eusebeia.

1. Façons de marier le roi des métaux et la fleur des teintures

  • 9 Bien entendu, les propriétés physiques n’expliquent pas à elles seules la prééminence accordée à l’ (...)
  • 10 Voir L. Soverini, « Su alcuni simbolismi della tintura nella Grecia antica », dans M. M. Sassi, I c (...)
  • 11 Je renvoie ici aux différentes communications du colloque qui ont porté sur la pourpre antique, ain (...)
  • 12 Sur les résonances affectives de la pourpre, voir A. Grand-Clément, « Histoire du paysage sensible (...)
  • 13 Chez Théognis, l’or pur est eruthron, « rouge » (I 450).
  • 14 Voir Homère, Iliade III 64 et V 427 ; Odyssée VIII 337 et XVII 37, etc. Sur la relation entre l’or (...)
  • 15 Sur cette technique, voir K. Lapatin Shapiro, Chryselephantine Statuary in the Ancient Mediterranea (...)

3Si l’or et la pourpre s’accordent bien aux yeux des Grecs, c’est qu’ils présentent un certain nombre de caractéristiques communes. Les propriétés chromatiques et physiques de ces deux matières se conjuguent à leur rareté pour en faire des marqueurs de statut social9. La richesse sémantique, symbolique et affective qui en résulte se manifeste de manière sensiblement analogue et se recoupe partiellement. D’un côté, le processus spécifique de fabrication de la pourpre, extraite de coquillages et fixée sur des tissus, a contribué à charger la teinture d’un certain nombre de valeurs. Celles-ci oscillent entre les notions de transformation, de métamorphose et de mouvement d’une part, et celles d’éternité et de permanence d’autre part10. Le suc du murex confère en effet aux fibres textiles, en particulier à la laine, une coloration durable et d’excellente qualité, dont les nuances fleuries varient du rose et du rouge au bleu violacé11. Dotés d’un puissant pouvoir de persuasion, associés à la charis, les tissus pourpres interviennent dans l’univers de la séduction, se rattachent au domaine d’Aphrodite et d’Éros, mais aussi à l’ombre inquiétante de la mort qu’il s’agit de conjurer. Comme l’écarlate, la pourpre s’apparente parfois au sang, fluide vital12. L’or, d’un autre côté, renvoie au rayonnement solaire, à l’éclat rougeoyant13. Ce métal flamboyant, à la teinte inaltérable, présente des affinités avec la nature radieuse des Immortels et sert à construire l’apparence de ces corps supérieurs. Ainsi, dans les poèmes, les termes khruseos et khrusos entrent dans la composition de nombreuses épithètes divines. Dieux et déesses possèdent des yeux ou des cheveux d’or, des attributs, parures et vêtements en or – jusqu’à devenir eux-mêmes entièrement d’or, telle Aphrodite dont l’une des épithètes homériques est « dorée », khruseè14. Les formules des poètes rejoignent d’ailleurs les pratiques des artisans. En effet, la technique chryséléphantine, consistant à mêler or et ivoire, s’applique principalement – voire exclusivement – aux effigies divines15.

  • 16 Anacréon, frag. 12, 3 (éd. D. L. Page, Poetae melici Graeci, 1962).
  • 17 L. Gernet, « La notion mythique de valeur en Grèce », dans Anthropologie de la Grèce antique (1982) (...)
  • 18 Homère, Odyssée XIX 225-226, 232 et 242.
  • 19 Sappho, frag. 44, 8-10 (éd. E. Lobel, D. Page, Poetarum Lesbiorum fragmenta, 1955).
  • 20 Voir par exemple J. Duchemin, « Essai sur le symbolisme pindarique : or, lumière et couleurs », REG(...)

4Or et pourpre incarnent donc, l’un dans le champ des objets en métal, l’autre dans le champ des textiles, l’éclat incorruptible et durable, la luminosité et la saturation intenses. Ces deux substances précieuses occupent, au sein de la sensibilité grecque, le sommet de la hiérarchie des valeurs en matière de couleurs – une hiérarchie chromatique qui n’est pas fondée sur une gradation tonale, mais privilégie le degré de saturation et la luminosité de la couleur. La connivence qui existe entre les deux substances est palpable dans le chant des poètes. Leurs œuvres regorgent en effet de jeux d’échos et de correspondances entre les termes khruseos et porphureos, parfois interchangeables. Ainsi l’Aphrodite « toute dorée » d’Homère devient-elle chez Anacréon16 « de pourpre », porphureè – une autre manière de souligner l’éclat désirable qui émane de l’instance divine. Dans certains mythes, en particulier lorsqu’il s’agit de justifier la prétention d’un individu à la royauté, il est fréquent de rencontrer l’association entre un tissu pourpre et une pièce de métal travaillé – vase ou bijou – en or. L. Gernet a montré qu’il s’agit de deux types d’agalmata qui circulent et constituent des marques de valeur qualifiantes pour le pouvoir royal17. Ces objets précieux sont le produit de deux activités artisanales complémentaires : d’un côté la toreutique, l’orfèvrerie, et de l’autre le travail textile, tissage et teinture. La présence conjointe de l’or et de l’étoffe pourpre sollicite donc à la fois le savoir-faire des hommes et l’habileté des femmes. Elle constitue alors un gage d’excellence et fournit l’image de la complétude. En témoigne la parure du roi d’Ithaque : Ulysse est reconnaissable au manteau pourpre qui drape sa tunique brillante et à l’agrafe en or richement ouvragée qui sert à le fermer18. L’alliance de l’or et de la pourpre dénote également l’opulence et augure de la prospérité et de la fécondité des mariages. Sappho dépeint ainsi la profusion de richesses qui caractérise les noces d’Hector et d’Andromaque : « beaucoup de bracelets d’or et de vêtements de pourpre parfumés, des parures bigarrées, d’innombrables coupes d’argent, et de l’ivoire19 ». La mention spécifique de l’or et de la pourpre, placée en tête de l’énumération, souligne leur importance et leur prééminence au sein des richesses présentes lors des festivités. Les épinicies de Pindare regorgent de références à l’or et à la pourpre, qui permettent de souligner l’excellence des vainqueurs et d’en faire les protégés des dieux20.

  • 21 M. Andronikos, Vergina, the Royal Tombs and the Ancient City (1984), p. 195, fig. 156-157.
  • 22 En témoigne le vêtement découvert à Acemhöyük, en Anatolie centrale, et qui date des environs de 18 (...)
  • 23 J. Beckwith, « Textile Fragments from Classical Antiquity. An Important Find at Koropi, near Athens (...)

5Si le tissu pourpre et le bijou en or concourent à former une parure d’exception, l’association entre la prestigieuse teinture et le métal précieux se fait parfois plus intime. C’est le cas sur certaines étoffes, lorsque des fils d’or se mêlent à ceux de pourpre. Entrecroisés par la broderie ou le tissage, ils génèrent alors une bigarrure somptueuse. Les fouilles du grand tumulus de Vergina, en Macédoine, en ont livré un magnifique exemple. Il s’agit de la pièce de tissu qui entourait les restes de la femme incinérée dans l’antichambre de la tombe attribuée à Philippe II. Relativement bien conservée, l’étoffe possède un fond pourpre rehaussé de motifs végétaux tissés au fil doré21. On ignore si ce type de vêtement était spécifiquement réservé à la famille royale et s’il possédait une fonction proprement funéraire. Quoi qu’il en soit, il semble qu’il agissait comme un instrument de consécration de la personne incinérée. L’usage de fils d’or, pour décorer des vêtements prestigieux, ne date pas du ive s. av. J.-C., il est attesté dès le début du IIe millénaire en Anatolie22. Une belle découverte dans une tombe de Koropi, en Attique, a permis d’établir que les Grecs connaissaient la broderie de fils métalliques dès l’époque classique. En effet, une urne funéraire en bronze a livré les restes d’une pièce de lin datant de la fin du ve s. av. J.-C., finement décorée. Des fils d’argent et d’or y dessinent des losanges renfermant en leur sein des figures de lions23.

  • 24 Cité par Athénée, Deipnosophistes XII 525e.
  • 25 A. L. Oppenheim a examiné le dossier des sources écrites et iconographiques, pour les viie-vie s. a (...)
  • 26 Voir M. Miller, Athens and Persia in the Fifth Century. A Study in Cultural Receptivity (1997), p.  (...)
  • 27 Les fouilles de Schliemann, dans les tombes à fosses de Mycènes ont livré de nombreux éléments déco (...)
  • 28 M. Miller (n. 26), p. 42, fig. 7-8. Ces plaques étaient rehaussées d’inclusions, aujourd’hui manqua (...)
  • 29 P. Amandry, « Rapport préliminaire sur les statues chryséléphantines de Delphes », BCH 63 (1939), p (...)
  • 30 Pour les références, voir L. Cleland, The Brauron Clothing Catalogues (2005), p. 113, 123. Sur la s (...)

6Il existe une autre façon de marier l’or et la pourpre : en fixant des clinquants et des pièces métalliques sur les tissus. Démocrite d’Éphèse mentionne, parmi les différents vêtements des Ioniens, ceux connus sous le nom d’aktaiai, de facture perse, qui sont cousus de perles d’or retenues par un fil pourpre24. Il stipule d’ailleurs qu’il s’agit des spécimens les plus fins et coûteux, particulièrement prisés par les Éphésiens. Bien entendu, cette technique n’est nullement réservée aux étoffes pourpres, mais lorsque c’est le cas, elle accroît d’autant leur valeur et leur prestige. L’usage de sequins et d’ornements métalliques aurait une origine orientale. Connue dès le milieu du IIe millénaire av. J.-C. en Mésopotamie, la technique est reprise par les Babyloniens et les néo-Assyriens, chez qui les « vêtements d’or » distinguent les dieux et les rois25. Les Perses ont également réinvesti cette tradition de l’ornementation des vêtements par des pièces rapportées en or. C’est peut-être par leur entremise que les Grecs se sont familiarisés avec cette technique26 – même si elle était connue et pratiquée par les Mycéniens27. M. Miller donne l’exemple de deux petites plaques en or ciselées figurant un lion en marche, qui ont été retrouvées dans les sanctuaires de Dodone et de Samothrace. L’iconographie et le style suggèrent une origine achéménide. Les plaques proviendraient donc, selon elle, de vêtements perses consacrés aux dieux sur le butin des guerres médiques28. Mais les Grecs usaient déjà de fines plaques en or pour rehausser leurs propres étoffes, ou plutôt celle des dieux. Dans une favissa située sous l’aire sacrée, à Delphes, ont été retrouvés les vestiges de trois statues chryséléphantines du vie s. av. J.-C., qui représentent peut-être Apollon, Létô et Artémis. Elles étaient accompagnées de nombreux éléments décoratifs en or finement ciselé, dont certains devaient être appliqués sur le trône en bois, et d’autres sur des pièces d’étoffe29. Les sources épigraphiques d’époque classique fournissent également un témoignage éclairant. Le terme pasmation, qui figure dans les listes d’offrandes de vêtements à Artémis Brauronia, désigne probablement des attaches et ornements métalliques prenant la forme de sequins ou de clinquants ; les adjectifs epitektos et epikhrusos précisent qu’il s’agit d’or30.

7L’association entre l’or et la pourpre nous oriente donc vers le domaine de l’aristeia, le monde des dieux et l’univers oriental, mais il ne faut pas se méprendre : ce type de polychromie ne revêt pas une signification univoque et universelle. Sa réception a varié au cours du temps et en fonction des lieux. Ce sont les contextes d’élaboration des discours ou de fabrication et d’emploi des objets qui déterminent les résonances sociales, politiques, religieuses et symboliques, attribuées à l’alliance des deux couleurs. Prenons ici l’exemple du rôle joué par les parures d’or et de pourpre dans les stratégies des élites et du pouvoir politique au sein des cités.

2. Truphè et pouvoir : du bon usage de la charis

  • 31 Sur l’habrosunè, voir L. Kurke, « The Politics of ἁβροσύνη in Archaic Greece », CA 11 (1992), p. 91 (...)

8L’alliance de l’or et de la pourpre apparaît comme un topos de littérature grecque quand il s’agit d’évoquer la truphè et l’habrosunè, ce mode de vie luxueux associé à l’Orient, qui semble avoir gagné la faveur des aristocrates de l’époque archaïque, notamment en Ionie31. Un témoignage précieux concernant l’histoire de la truphè réside dans le livre XII des Deipnosophistes d’Athénée. Les discussions des banqueteurs savants portent sur le thème du plaisir, envisagé sous toutes ses formes : la truphè en est une. Inventée par les Perses, les Mèdes et les Lydiens, elle se manifeste de multiples manières, notamment à travers les pratiques vestimentaires et cosmétiques. Les bijoux en or et les tissus pourpres, souvent combinés à l’utilisation du parfum et du maquillage, en constituent un signe fort. Lorsque l’on examine en détails les informations recueillies par Athénée dans ce livre XII, on s’aperçoit qu’arborer or et pourpre ensemble apparaît à bien des égards comme un acte proprement politique et une démonstration de puissance surtout lorsqu’il s’agit pour un individu de se distinguer de ses concitoyens.

  • 32 Athénée, Deipnosophistes XII 512b-c.
  • 33 Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse I 6.
  • 34 Voir A. Geddes, « Rags and Riches. The Costume ofAthenian Men in the Fifth Century », CQ 37 (1987), (...)
  • 35 Ainsi, les principales mentions d’or et de pourpre, chez Hérodote, concernent les butins pris aux P (...)
  • 36 Diogène Laërce rapporte qu’installé à Athènes, il avait pris l’habitude de porter des vêtements raf (...)

9Athénée fournit une liste de peuples et de cités qui ont fait usage de l’or et de la pourpre. Souvent, le jugement porté sur de telles habitudes est négatif. L’apparat vestimentaire est interprété comme un signe d’hubris, d’amollissement, de corruption et de décadence. Néanmoins, le port d’une parure d’or et de pourpre n’est pas répréhensible en soi ; tout est affaire de contexte et de point de vue. Athénée mentionne en effet quelques rares cas où il peut être considéré comme un signe d’élégance et de raffinement. Il cite notamment le témoignage d’Héraclide du Pont, à propos des Athéniens vainqueurs à Marathon en 490 av. J.-C. Dans son livre Sur le Plaisir, ce philosophe du ive s. av. J.-C. écrit : « La cité d’Athènes, tant qu’elle fut éprise du luxe, fut florissante et engendra une galerie de personnages de la plus haute valeur. Les Athéniens d’alors s’enveloppaient dans des manteaux de pourpre (ἁλουργῆ […] ἱμάτια), et revêtaient en-dessous des tuniques bariolées ; les cheveux relevés dans des bandeaux, ils portaient autour du front et des tempes des cigales d’or […]. Tels étaient les hommes qui triomphèrent à Marathon, les seuls qui pourfendirent la puissance de l’Asie32 ». Héraclide estime donc que le goût pour l’or et la pourpre constitue une marque de noblesse, d’aristeia, voire même d’eleutheria. Il ne dénote nullement la mollesse mais manifeste au contraire avec éclat l’aretè et la supériorité des valeureux combattants de Marathon, victorieux des Perses. Le témoignage fourni par Héraclide recoupe celui de Thucydide, mais le jugement que l’historien porte sur ce changement vestimentaire diverge radicalement. En effet, il estime que l’abandon récent par ses concitoyens des longues tuniques et des cigales d’or qui ornaient leur chevelure, au profit d’un vêtement plus sobre, constitue un progrès33. Une telle modification des pratiques vestimentaires des Athéniens pourrait s’expliquer par l’instauration du régime démocratique, au sein duquel les aristocrates doivent réfréner l’ostentation par laquelle ils affirment leur statut34. Le port de l’or et de la pourpre serait donc l’un de ces signes d’excellence revendiqués par les élites, en particulier à l’époque archaïque, mais devenus inappropriés dans une cité démocratique, qui, de surcroît, se veut le fer de lance de la lutte contre les Perses, que les Grecs associent à la profusion de ces deux matières précieuses35. Le jugement positif porté par Héraclide, un Grec d’Asie Mineure installé à Athènes, sur cette pratique vestimentaire – qui lui est familière36 – renvoie ainsi à une tradition aristocratique, sans doute d’origine ionienne.

  • 37 Voir A. Brugnone, « Tessuti costumi e mode in Sicilia tra il VI e il IV seccolo a.C. », Pan 18-19 ( (...)
  • 38 Voir Athénée, Deipnosophistes XII 513f.
  • 39 Athénée, Deipnosophistes XII 526a et Xénophane, frag. 3 (éd. H. Diels, W. Kranz, Die Fragmente der (...)
  • 40 Athénée, Deipnosophistes XII 522a. Plus loin, il rapporte que, au quotidien, les gens de Cumes port (...)
  • 41 Athénée rapporte aussi qu’à Sybaris, les jeunes garçons, avant d’atteindre l’âge adulte, portaient (...)

10Cependant, dans la majorité des exemples retenus par Athénée, le port de l’or et de la pourpre dénote un comportement déviant, corrompu et condamnable, signe de décadence ou de (trop) grande perméabilité à l’influence des Barbares. Cela explique que les cités du monde grec les plus réceptives à cette truphè vestimentaire soient précisément situées dans des régions « périphériques » du monde grec : en Occident37 et en Orient. Au premier rang des amateurs de pourpre et d’or figurent les habitants des cités d’Ionie, qui se sont laissé gagner par l’influence de leurs voisins lydiens et perses, crédités de l’invention de la truphè38. Dès le vie s. av. J.-C., Xénophane fustige l’apparat de ses concitoyens de Colophon se rendant sur l’agora, parfumés et apprêtés d’une façon scandaleuse : leurs cheveux sont retenus par des peignes d’or et leur corps est drapé dans des « manteaux entièrement pourpres » (παναλουργέα φάρεα), alors même qu’ils n’ont pas encore à subir « l’odieuse tyrannie39 ». Ici, la parure d’or et de pourpre ne dénote pas la liberté mais au contraire la soumission et l’esclavage, suggérant aux yeux de Xénophane les dérives tyranniques et l’influence pernicieuse des Lydiens. Autres Grecs associés aux vêtements chamarrés : les habitants de Grande Grèce. Athénée signale par exemple qu’à Crotone, après la destruction de sa rivale Sybaris, en 510 av. J.-C., les principaux magistrats de la cité, les archontes, se présentaient en public vêtus d’une alourgis (un vêtement pourpre), couronnés d’or et chaussés de blanc40. Il livre deux explications possibles à cet usage : soit une arrogance et un relâchement des mœurs, qui font des habitants de Crotone les dignes successeurs des Sybarites41, soit une influence orientale, consécutive aux péripéties qui mirent aux prises l’un d’entre eux, Démokédès, avec les Perses. Ce qui est intéressant, c’est que ce vêtement d’apparat semble avoir été réservé à ceux qui exerçaient une fonction officielle, dans le cadre du partage du pouvoir qui caractérise la polis grecque.

  • 42 Athénée, Deipnosophistes XII 514c.
  • 43 Voir le témoignage de Xénophon sur la première sortie royale qu’il aurait effectuée : « Après eux, (...)
  • 44 Athénée, Deipnosophistes XII 538d (Athénée cite le témoignage de Charès de Mytilène). Un tel faste (...)
  • 45 Alexandre remplace la kandys « entièrement pourpre » (voir Xénophon, n. 43) par une chlamyde pourpr (...)
  • 46 Athénée, Deipnosophistes XII 539f-540a : Alexandre veut faire porter à ses compagnons des « vêtemen (...)
  • 47 Diodore, Bibliothèque historique XVII 77 : « Ensuite il ceignit le diadème perse et revêtit la tuni (...)

11Le port de l’or et de la pourpre ne se réduit pas à un phénomène collectif. La tradition recueillie dans le livre XII des Deipnosophistes livre également quelques exemples d’individus qui se sont distingués par leur truphè vestimentaire. Il importe peu de savoir si l’inventaire d’Athénée est exhaustif et si les personnages mentionnés sont les seuls à avoir agi de la sorte au cours de l’histoire grecque. Les noms cités ont de la valeur car ils témoignent de ce que la tradition en a conservé le souvenir de façon durable. Il s’agit dans la majorité des cas de figures politiques associées aux différentes formes de pouvoir personnel : royauté ou tyrannie. Le meilleur exemple est celui d’Alexandre III de Macédoine qui adopte après la mort de Darius III une partie de l’apparat et du cérémonial achéménides. Or, ceux-ci ménageaient une place de choix à l’or et à la pourpre. Ainsi, le trône du Grand Roi était, si l’on en croit Héraclide de Cumes, en or massif et entouré de quatre colonnettes d’or serties de pierres précieuses, le tout recouvert d’une étoffe de pourpre chamarrée42. Le costume du Grand Roi était également splendide, depuis la mise en place d’une étiquette inspirée des traditions mèdes par Cyrus le Grand43. Alexandre reprend une partie de la truphè perse. Par exemple, lors des mariages célébrés à Suse, il fait dresser un décor somptueux autour des quatre-vingt-douze chambres nuptiales préparées pour l’occasion. L’or y domine, aux côtés de la pourpre, de l’argent et de l’écarlate44. Au quotidien, Alexandre lui-même endosse une partie du costume royal achéménide, en particulier la tunique pourpre rayée de blanc45. On voit alors apparaître les premiers signes d’une réglementation royale visant à contrôler et à moduler l’accès à la pourpre. En effet, le vêtement pourpre permet désormais de distinguer le roi et ses compagnons : si l’on en croit Athénée, Alexandre demande aux cités d’Ionie de lui fournir de cette prestigieuse porphura, car il désire en revêtir tous ses hetairoi46. Diodore apporte un témoignage complémentaire et permet surtout de préciser un point important. Les compagnons du roi ont droit à des étoffes « bordées » de pourpre et non entièrement pourpres, à la différence du souverain. Il existe ainsi une hiérarchie, matérialisée sur le tissu par la présence de la teinture47. Rien, en revanche, n’est précisé au sujet de l’or.

  • 48 Athénée, Deipnosophistes XII 535f-536a. Sur ce manteau, voir A. J. B. Wace, « The Cloaks of Zeuxis (...)
  • 49 Athénée, Deipnosophistes XII 535f.
  • 50 Voir le témoignage de Plutarque (Vie de Démétrios 41, 4), qui évoque lui aussi son manteau, « de po (...)
  • 51 Ésope, Fables 333 (éd. É. Chambry, CUF, 1927).

12Alexandre ouvre la voie aux monarques hellénistiques. Ainsi, Démétrios Poliorcète, fils du diadoque Antigone le Borgne et roi de Macédoine, reprend à son compte la truphè promue par le Macédonien. Athénée rapporte en effet qu’il se plaisait à arborer une mitre « parsemée de paillettes d’or » (χρυσόπαστος), qui entourait une kausia pourpre (ἁλουργή). Cette coiffure « mixte » symbolisait la fusion entre l’apparat oriental et la tradition macédonienne. Il se drapait en outre dans des chlamydes éclatantes, ornées d’astres et de constellations dorés, soulignant la dimension cosmique de son pouvoir et ses prétentions universalistes48. Mais Athénée précise que Démétrios se singularisait surtout de ses prédécesseurs par le port de souliers particulièrement somptueux. Il s’agissait de bottines de feutre et de pourpre précieuse, ornées de motifs tissés de fil d’or49. Le corps du roi antigonide rayonnait ainsi de mille feux, des pieds jusqu’au sommet du crâne. Pourtant, le spectacle radieux qu’il offrait ne suscitait nul plaisir à ses contemporains. Ceux-ci étaient même choqués par une telle débauche d’artifices50. L’or et la pourpre, parce qu’ils ne renvoyaient plus, comme dans le cas d’Alexandre, au mérite et à l’excellence, n’étaient que poudre aux yeux. Ils se conjuguaient alors pour former un déguisement ridicule, celui d’un personnage à l’orgueil démesuré. Au fond, Démétrios ressemblait fort au paon vaniteux de la fable ésopique qui, sous des dehors somptueux et séduisants, cache sa médiocrité. L’oiseau parade devant la grue et, pour lui prouver sa supériorité, lui assène : « Moi, je suis vêtu d’or et de pourpre » (ἐγὼ μὲν χρυσὸν καί πορφύραν ἐνδέδυμαι). La morale de la fable donne tort au paon : mieux vaut une vie glorieuse, sous une apparence modeste, qu’une existence médiocre, au milieu des richesses51. Ici, les couleurs de l’or et de la pourpre symbolisent le comble de la vanité, l’ornement inutile et superficiel, opposés au mérite intérieur. Cela explique pourquoi, lorsqu’ils sont associés au pouvoir politique, or et pourpre peuvent basculer du côté de la tyrannie.

  • 52 Aristophane, Cavaliers 967-968.
  • 53 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 1.
  • 54 Sur la charis et son utilisation en politique, voir V. Azoulay et son étude sur Xénophon : Xénophon (...)

13En effet, au témoignage précédemment cité de Xénophane, on peut ajouter celui d’Aristophane. Dans l’une de ses comédies, représentée en 425 av. J.-C., Les Cavaliers, le marchand d’andouilles flatte Demos et lui promet un destin de monarque, en le dépeignant debout sur un char doré, vêtu d’une « robe de pourpre pailletée » (ἁλουργίδα […] κατάπαστον) et une couronne sur la tête52. Le public athénien avait sans doute à l’esprit la figure négative du tyran ou du despote oriental. Il pouvait songer aussi à l’arrogance de certains de ses concitoyens issus des grandes familles athéniennes, qui n’hésitaient pas à parader sur la place publique, tel un Alcibiade, qui, selon Plutarque, choquait ses contemporains par son exubérance, « la profonde mollesse de son mode de vie, ses excès de boisson et d’amour, ses vêtements efféminés – des robes pourpres qu’il traînait à travers l’agora –, son luxe effréné53 ». Le biographe ajoute qu’il s’était fait fabriquer un bouclier incrusté d’or, choisissant pour épisème un motif inhabituel : un Éros porte-foudre. Le choix de la divinité associée à Aphrodite indique clairement que le jeune aristocrate se situait dans le registre de la séduction. Instruments de légitimation aux mains des élites et des monarques, l’or et la pourpre pouvaient ainsi servir une stratégie reposant sur l’usage de la charis en politique54.

  • 55 Athénée, Deipnosophistes XII 543c.
  • 56 Pline, Histoire naturelle XXXV 62.
  • 57 Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres VII 73. Il faut toutefois relativiser le caractère e (...)

14Quelques rares individus choisissent de s’inscrire dans cette tradition d’origine aristocratique, afin d’afficher une forme de supériorité qui ne relève plus du champ de la responsabilité politique. Le seul exemple relevé par Athénée est celui du peintre Parrhasios d’Éphèse. Installé à Athènes à partir de la fin du ve s. av. J.-C., il arbore fièrement un manteau de pourpre et une couronne d’or55. Son comportement fantasque, excentrique, et le souvenir qui en a été conservé, participent sans doute de l’émergence d’une figure nouvelle au sein de la cité, celle de l’artiste, qui tente de gagner une reconnaissance sociale et remploie pour ce faire les codes vestimentaires de l’élite traditionnelle. Pline rapporte que Zeuxis, son rival, avait amassé de telles richesses qu’il avait exhibé à Olympie des manteaux sur lesquels son nom était tissé en lettres d’or56. En fait, les philosophes de Grande Grèce avaient ouvert la voie. Déjà, au milieu du ve s. av. J.-C., en Sicile, le philosophe Empédocle n’hésitait pas à adopter un vêtement de pourpre et une ceinture d’or. Le fait, rapporté par Diogène Laërce57, s’accorde bien avec les traditions qui entourent sa mort d’un mystère et en font un véritable héros. En effet, si le port des matières colorées les plus prestigieuses par certains individus a marqué, voire heurté les contemporains, c’est qu’il les plaçait au-dessus du reste de la communauté, les rapprochant du monde divin. Réunis, l’or et la pourpre offrent en effet une image de l’harmonie et de l’excellence qui sied d’abord aux Immortels. Ils servent à tracer des frontières entre le monde des hommes et celui des dieux. Le plaisir visuel que génèrent les parures chamarrées est d’abord destiné à satisfaire les Bienheureux.

3. Parer et glorifier les dieux

  • 58 Voir LSJ, s.v. « κόσμησις » (« ordering, arrangement » ; « adornment »).

15L’éclat de l’or conjugué à celui de la pourpre est à l’image de la splendeur divine. Les deux matières interviennent ainsi fréquemment dans les rituels qui entourent les effigies des dieux, en particulier les opérations de kosmèsis documentées par l’épigraphie. Associée à la ganôsis et à la khrusôsis, qui consistent à lustrer et à dorer l’agalma, cette « mise en ordre par la parure58 » se présente avant tout comme un geste d’eusebeia. Elle permet en effet de revivifier la charis de l’effigie qui sert de médiateur avec la divinité. Les inscriptions des sanctuaires fournissent des indications détaillées sur les éléments de la parure divine, périodiquement renouvelée par les offrandes publiques et les actes de dévotion de riches particuliers.

  • 59 IG II/III2 1424, l. 11-16 ; 1425, l. 307-312 ; 1426, l. 4-8 ; 1428, l. 176-180 ; 1429, l. 42-47. Su (...)
  • 60 Euripide, Hécube 465-467.
  • 61 Voir E. Barber, « The Peplos of Athena », dans J. Neils (éd.), Goddess and Polis : the Panathenaic (...)
  • 62 Les astynomoi sont chargés de procurer la pourpre nécessaire : Mansfield 1985, p. 448.

16Les inventaires athéniens du début du ive s. av. J.-C. ont consigné dans le détail le kosmos de l’Athéna Polias en bois d’olivier conservée dans l’Érechtheion, sur l’Acropole. Il comprend une stephanè, des boucles d’oreille, plusieurs colliers, une chouette d’or, une égide d’or, un gorgoneion d’or, une phiale d’or, un bracelet59. Athéna possède donc une parure entièrement dorée. Que sait-on de ses vêtements, et notamment du fameux peplos, qui lui est porté en procession chaque année lors des grandes fêtes de la cité ? Selon Euripide, il serait teint de safran – une teinture qui possède l’éclat de l’or – et bigarré de motifs aux nuances fleuries60. Une scholie précise que le peplos en question est aussi « couleur d’hyacinthe » (ὑακίνθινος). On peut donc supposer qu’une pourpre violette servait à composer les dessins ornant le fond safrané, aux reflets dorés61. Athéna n’est pas la seule divinité de la cité à avoir droit à un vêtement richement coloré. En effet, une inscription datée de 287/6 av. J.-C. stipule que les effigies d’Aphrodite Pandemos et de Peithô, situées dans le sanctuaire proche de l’agora, doivent être revêtues d’un vêtement porphureos – aucune mention dans ce cas n’est faite d’un éventuel décor figuré62.

  • 63 Bruneau 1970, p. 57 ; Fr. Prost, « La statue cultuelle d’Apollon à Délos », REG 112 (1999), p. 37-6 (...)
  • 64 ID 1442 B, l. 54-56.
  • 65 Si l’on se réfère au LSJ, qui traduit ἐπίχρυσος par « overlaid or plated with gold » et réserve le (...)
  • 66 Bruneau 1970, p. 310-311, 325.

17À Délos, les informations sont plus nombreuses. Certes, on ignore si l’effigie d’Apollon confectionnée par Tektaios et Angélion a droit à un vêtement spécifique. On sait simplement qu’elle est en or et possède, de surcroît, une couronne et un anneau d’or63. On dispose en revanche d’indications plus précises pour Artémis, dont le temenos est contigu à celui de son frère. On sait qu’en 145/4 les Athéniens parent son agalma d’un vêtement de pourpre rehaussé d’or (ἐσθῆτα πο[ρ]φυρᾶν […] ἐπίχρυσον), confectionné sur les revenus d’Apollon64. Le texte ne précise pas de quelle façon l’or se combine à la pourpre sur ce vêtement. Faut-il imaginer une broderie ou un tissage mêlant fils d’or et de laine pourpre, analogue à la pièce retrouvée à Vergina, ou bien la présence d’ornements métalliques parsemés sur l’étoffe, comme sur les statues chryséléphantines de la favissa de Delphes ? On l’ignore, mais l’emploi du terme epikhruson invite peut-être à privilégier la seconde hypothèse65. Les inventaires de l’Artémision nous apprennent aussi qu’à cette occasion l’ancien chiton de la déesse est donné à Dionysos. Ce transfert de tissu d’une divinité à l’autre pose problème : faut-il y voir une signification rituelle et la preuve d’un lien privilégié entre Artémis et Dionysos ? Ph. Bruneau reste sceptique et préfère interpréter le geste comme une simple opération de « recyclage » des vêtements. Il n’en demeure pas moins que le costume d’Artémis sied à Dionysos66. Il est possible que cet ancien vêtement soit, à l’instar du nouveau, teint de pourpre, auquel cas le dieu du vin et du théâtre possèderait lui aussi des affinités avec la teinture issue du murex.

  • 67 Et ce en dépit du fait que, d’après Ph. Bruneau, son culte semble connaître une certaine désaffecti (...)
  • 68 IG XI2 203 A, l. 73 et 204, l. 75-76. Ces inscriptions enregistrent la fourniture de pourpre nécess (...)
  • 69 ID 1428 II, l. 53-58 et 1450 A, l. 200-201 (ces inscriptions datent du milieu du iie s. av. J.-C.). (...)
  • 70 Inventaire athénien de 156-155 av. J.-C. : ID 1417 A, I, l. 50-52. À Syracuse, d’après Plutarque, l (...)

18Une autre divinité délienne dispose d’une parure vestimentaire aussi somptueuse67 : il s’agit de Létô, vénérée dans un sanctuaire situé au Nord du hieron d’Apollon. On sait par les comptes des hiéropes de 269 et 268 av. J.-C. que son temple abrite une statue de bois vêtue d’un chiton de lin, d’une paire de chaussures et d’un himation en laine teinte de pourpre68. Au iie s. av. J.-C., la déesse possède en outre un chitoniskos finement ouvragé qui, curieusement, est conservé dans le temple d’Apollon. Les listes d’inventaires athéniens décrivent en détail sa belle facture : il est orné d’or et de pierreries, ajusté avec des agrafes d’or et une ceinture en or portant une inscription ; il possède en outre une bande circulaire de pourpre chamarrée d’or (κύκλον περιπόρφυρον πεποικιλμένον)69. Enfin, les seules autres divinités déliennes pour lesquelles la pourpre s’ajoute à l’or ou à la dorure sont également des figures féminines. Il s’agit des deux agalmata acrolithes trônant dans le Thesmophorion (sans doute Déméter et Korè). Les effigies portent au iie s. av. J.-C. des couronnes et des boucles d’oreilles en bois doré, ainsi que des vêtements de pourpre et de lin70.

  • 71 Les vêtements des divinités étaient parfois entièrement dorés, soit grâce à un revêtement de feuill (...)
  • 72 Si l’utilisation de pigments violets sur les statues en marbre de Délos vise à suggérer la teinture (...)
  • 73 Athénée, Deipnosophistes V 198c. Il reprend la description minutieuse de Kallixeinos de Rhodes.

19L’or entre donc fréquemment dans la composition de la panoplie divine71 ; en revanche, la présence de tissus pourpres semble moins courante. Il semblerait que ces derniers soient plus volontiers réservés aux divinités féminines – contrairement à l’or, qui ne dessine aucune frontière sexuée au sein de la société divine72. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le seul dieu susceptible d’endosser la pourpre, dans notre corpus d’inscriptions, est cette figure de la transgression qu’est Dionysos qui récupère le vêtement d’Artémis à Délos. Or on sait par Athénée que, lors de la procession grandiose orchestrée par Ptolémée II Philadelphe à Alexandrie, l’agalma de Dionysos était transporté en grande pompe, sur un char tiré par cent quatre-vingts hommes. Il portait une tunique pourpre sous une robe safranée transparente, recouverte d’un himation diapré d’or (πορφυροῦν χρυσοποίκιλον)73 : une parure vestimentaire très féminine, assurément.

  • 74 Effectivement, le terme kosmos désigne, dans les listes d’inventaire, l’ensemble des objets et des (...)
  • 75 En effet, Platon juge l’or (comme l’argent) inapproprié pour des anathèmata consacrés aux dieux, en (...)
  • 76 La publication de référence est S. Harris, The Treasures of the Parthenon and Erechtheion (1995).
  • 77 Voir T. Linders, Studies in the Treasure Records of Artemis Brauronia Found in Athens (1972). Certa (...)
  • 78 Voir le tableau synoptique des références et son commentaire dans L. Cleland (n. 30), p. 84-90, 96- (...)

20Mais le kosmos des dieux ne se limite pas aux atours des agalmata divins conservés dans les temples74. L’or et la pourpre sont présents dans les sanctuaires d’une autre manière par le biais des offrandes consacrées aux divinités, n’en déplaise à Platon75. Des inventaires gravés sur pierre consignent avec force détails les listes de vêtements et de pièces d’orfèvrerie déposés pieusement par les visiteurs. Ainsi, les stèles de l’Acropole d’Athènes répertorient année par année, entre 434 et 290 av. J.-C., l’ensemble des anathémata consacrés à Athéna et autres dieux et conservés dans les différents « trésors » du Parthénon et de l’Érechtheion. L’or y figure en première place76. L’analyse des listes recensant les pièces de vêtements consacrées à Artémis Brauronia, pour les années 350-330 av. J.-C., livre des informations en ce qui concerne la nature des tissus offerts et leurs couleurs77. Une part significative des pièces répertoriées est pourpre ou, le plus souvent, décorée de bordures et bandes pourpres. L’or apparaît sur trois pièces de tissu, dont la couleur propre n’est pas précisée78. On ignore si ces offrandes étaient teintes de pourpre véritable ou s’il s’agissait d’imitations moins coûteuses. Il n’en demeure pas moins que leurs propriétaires trouvaient là un moyen d’affirmer avec éclat leur eusebeia auprès d’Artémis et de l’ensemble de la communauté – les inscriptions répertorient en effet le nom des propriétaires des vêtements, assurant ainsi une large publicité.

  • 79 W. Günther, « “Vieux et inutilisable” dans un inventaire inédit de Milet », dans D. Knoepfler (éd.) (...)
  • 80 Ibid., p. 223-224.
  • 81 Chr. Jones, « Processional Colors », Studies in the History of Art 56 (1999), p. 246-257. L’auteur (...)
  • 82 Ch. Michel, Recueil d’inscriptions grecques (1899), n° 832.
  • 83 Voir R. Hamilton, Treasure Map. A Guide to the Delian Inventories (2000), p. 349. Voir l’étude lexi (...)
  • 84 Ibid., p. 191.

21La richesse du décor des pièces de Brauron ne constitue pas un cas unique. Un inventaire fragmentaire de l’Artémis Chitônè de Milet, sans doute daté de la fin du iie s. av. J.-C., dresse une liste de petits objets en or et en argent, peut-être destinés à orner l’agalma de la déesse, ainsi que des pièces de vêtement offertes par les fidèles. La kalarisis qui figure en tête du catalogue possède une bordure d’or (περίχρυσος) et nombreux sont les cordons, pagnes et ceintures rehaussés d’or (ἐπίχρυσοι)79. De plus, comme dans les inventaires de Brauron, la moitié des vêtements est teinte ou ornée de pourpre. W. Günther, qui voit là la « marque d’une vénération toute particulière pour la divinité à laquelle [les pièces] étaient consacrées », explique une proportion si élevée par le dynamisme de la production locale de pourpre, dont la renommée perdure à l’époque impériale80. Effectivement, les questions d’approvisionnement et de coût ont dû jouer. Il n’en demeure pas moins que le choix de cette teinture avait peut-être pour but de distinguer les généreux donateurs des autres fidèles. On ne peut exclure non plus, comme le suggère W. Günther, que certains de ces vêtements aient appartenu à des officiants du culte. Effectivement, l’étude de Ch. Jones tend à indiquer que la tenue des prêtres, lors des fêtes ou des processions, est souvent pourpre ou ornée de pourpre, tandis que la masse des participants porte plutôt du blanc81. On pourrait ajouter aux témoignages athénien et milésien une inscription concernant le sanctuaire d’Héra à Samos : l’inventaire de l’année 346/5 av. J.-C. mentionne également des vêtements à franges et bordures pourpres, ainsi qu’un chitoniskos diapré d’or82. Enfin, les offrandes déliennes, inventoriées avec soin par les autorités du sanctuaire – magistrats athéniens ou hieropoioi – offrent de nombreux exemples de bijoux et ornements d’or, ou plus exactement dorés, plutôt qu’en métal massif. Effectivement, la récurrence des termes epikhrusos, perikhrusos, hypokhrusos, diakhrusos, aux côtés de khruseos et khrusos, apparaît comme significative83. Br. Bourgeois, lors du colloque, a rappelé qu’à l’époque hellénistique, Délos semble bénéficier d’une relative facilité d’accès à ce métal – à la pourpre aussi, puisque deux ateliers de fabrication ont été découverts sur l’île. On peut même imaginer, comme le suggère Cl. Prêtre, que certaines des pièces en or offertes aux dieux ont été exposées et conservées sur des bandes d’étoffe pourpre, pour rehausser leur éclat et les mettre davantage en valeur84.

  • 85 Les deux inscriptions datent du iiie s. av. J.-C. : Fr. Sokolowski, Lois sacrées des cités grecques(...)
  • 86 Dès lors, on comprend mieux la tradition sybarite faisant porter aux jeunes garçons une parure d’or (...)
  • 87 Athénée, Deipnosophistes XII 521b. A. Brugnone estime que cette loi remonte au vie s. av. J.-C. («  (...)

22Ainsi, contrairement au vœu pieu de Platon, les offrandes ne font point l’objet d’une réglementation particulière, les parures les plus somptueuses convenant bien à la splendeur divine. Il en va différemment des personnes qui pénètrent dans certains sanctuaires, spécialement lorsqu’elles sont de sexe féminin. On dispose en effet d’une série de « lois sacrées » proscrivant, pour les femmes, les bijoux en or et les robes pourpres, fleuries ou chamarrées. C’est le cas dans le sanctuaire de Déméter, près de Patras, où « les femmes ne doivent pas porter d’objet en or pesant plus d’une obole, ni porter des robes bariolées ou pourpres, ni êtres fardées » ; comme dans celui de Déméter et de Despoina, à Lycosoura (en Arcadie), où le règlement stipule : « Il n’est pas permis d’entrer dans le sanctuaire de Despoina en ayant sur soi un objet en or, à moins qu’il ne s’agisse d’une offrande, ni de porter un vêtement pourpre ou fleuri ou noir, ni de porter des chaussures ou des bagues85 ». Les raisons d’une telle réglementation sont sans doute multiples. Au-delà du respect des impératifs de pureté, de sobriété et des interdits rituels, il s’agit de ne pas offenser la divinité, en évitant d’arborer des ornements qui devraient lui être réservés. Ce sont les femmes qui sont touchées par ces « lois somptuaires » réglementant le port de l’or et de la pourpre : le fait souligne les affinités que le sexe féminin entretient avec l’association des deux couleurs dans l’imaginaire grec86. Dans certaines cités, ce type d’accoutrement est même le propre des courtisanes. Phylarchos, auteur du iiie s. av. J.-C., rapporte en effet qu’à Syracuse une loi, sans doute ancienne, stipule que le port d’une robe « fleurie » (ἀνθινά), de vêtements bordés de pourpre et de bijoux en or permet de reconnaître les hétaïres87. Or et pourpre, réunis, renvoient au domaine d’Aphrodite et convoquent un imaginaire érotique.

  • 88 Il s’agit cependant d’un aspect important, qu’il faudrait examiner avec attention, dans une perspec (...)

23L’analyse de quelques dossiers documentaires (le livre XII d’Athénée et les inventaires des sanctuaires) indique donc que le mariage de l’or et de la pourpre possède une histoire. Cette histoire est rythmée par des périodes où les élites dirigeantes s’approprient cette somptueuse bigarrure, une poikilia de l’excellence qui les rapproche des Bienheureux, d’autres où son usage se restreint et où elle reste l’apanage de la sphère divine. De telles fluctuations, dont la chronologie varie en fonction des cités et des régions du monde grec, ne sont pas uniquement liées à des questions d’approvisionnement88, mais font intervenir d’autres paramètres. L’un d’entre eux est le rapport à l’étranger, notamment au Perse, dont l’une des spécificités est d’être un amateur d’or et de pourpre et d’en faire un mauvais usage. Le pouvoir de fascination détenu par chacune des deux couleurs est en effet tel que, lorsqu’elles se trouvent réunies, il est nécessaire de les utiliser à bon escient et dans le respect des traditions, sous peine de basculer dans l’hybris. Leurs valeurs intrinsèques se combinent et se renforcent mutuellement. L’or sacralise la pourpre et lui communique une valeur supérieure. La pourpre teinte l’or de significations déterminées, notamment dans le domaine funéraire, féminin ou érotique. Les deux couleurs sont sources de charis, un charme puissant, pour les hommes comme pour les dieux, qui capture et flatte le regard par le mouvement et le chatoiement de la lumière, leur alliance décuple le plaisir qu’elles génèrent et fait surgir l’image de la majesté royale ou divine. Dans les cités, la parure d’or et de pourpre participe ainsi à la construction d’une hiérarchie sociale et agit comme un instrument de légitimation politique. En outre, elle possède une efficacité reconnue dans le cadre des pratiques rituelles et constitue une offrande de choix pour combler les divinités. Maniés correctement, or et pourpre mettent en scène l’excellence, dévoilent l’invisible et donnent corps à la perfection. En revanche, utilisée pour elle-même, coupée de l’aristeia, la parure chamarrée s’apparente à un costume de parade, un artifice ridicule et trompeur, aussi superficiel et inutile que le ramage du paon de la fable.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Bruneau 1970 = Ph. Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale.

Mansfield 1985 = J. Mansfield, The Robe of Athena and the Panathenaic Peplos, Ph.D., University of Berkeley.

Notes

1 Sur le khrôs, enveloppe du corps et composante de la personne homérique, voir M. Carastro, « La notion de krhôs chez Homère. Éléments pour une anthropologie de la couleur en Grèce ancienne », L’Antiquité en couleurs. Catégories, pratiques, représentations (2009), p. 301-313.

2 La poikilia est l’une des façons dont se manifeste la mètis, intelligence astucieuse : voir J.-P. Vernant, M. Détienne, Les ruses de l’intelligence, la mètis des Grecs (1974). C’est à l’étude de l’imaginaire grec de la couleur, polarisé par le khrôs et le poikilon, qu’a été consacrée une large part de ma thèse de doctorat, portant sur la période archaïque, aujourd’hui publiée : A. Grand-Clément, La fabrique des couleurs. Histoire du paysage sensible des Grecs anciens (2011).

3 En effet, il n’est attesté qu’à partir de la fin du xviiie s. (dans le Voyage du jeune Anacharsis de l’abbé Barthélémy, où il s’applique à Boularchos de Lydie, peintre qui aurait le premier usé de plusieurs couleurs pour composer ses œuvres) et c’est au début du xixe s. qu’il prend le sens que nous lui connaissons aujourd’hui (« décoré de plusieurs couleurs »), pour finalement donner naissance au mot « polychromie » (1834).

4 Je me permets ici de renvoyer à mon étude : A. Grand-Clément, « Mettre en couleurs, un acte cosmogonique : quand tissus, métaux et chants s’entrelacent. Essai d’interprétation du mot poikilos », dans I. Milliat-Pillot (éd.), Texte du Monde, Monde du Texte (2010), p. 69-88.

5 Voir N. Villacèque, « De la bigarrure en politique (Platon, République VIII, 557c 4 sqq.) », JHS 130 (2010), p. 137-152.

6 N. Kei a consacré une belle étude à la signification des motifs floraux sur les images vasculaires athéniennes d’époque classique : N. Kei, « Poikilia et kosmos floraux dans la céramique attique », dans L. Bodiou, F. Gherchanoc, V. Huet, V. Mehl (éds), Parures et Artifices : le corps exposé dans l’Antiquité gréco-romaine (2011).

7 Les Grecs emploient principalement deux termes pour désigner les étoffes teintes de pourpre : porphureos et alourgès (ou alourgos). Le second, davantage utilisé en prose, ne possède pas la même richesse sémantique et affective que le premier et dénote probablement une nuance plus précise, proche du violet. Quant à phoinikeos, que certains traduisent parfois par « pourpre », je pense qu’il désigne plutôt une autre teinture : l’écarlate, issu de la cochenille ou de la racine de garance, qui fournit une large gamme de rouges et de bruns.

8 Sur l’orfèvrerie grecque, voir par exemple D. Williams, The Art of the Greek Goldsmith (1998) et J. Ogden, Classical Gold Jewellery and the Classical Tradition (1991). La meilleure synthèse sur les textiles antiques reste E. Barber, Prehistoric Textiles. The Development of Cloth in the Neolithic and Bronze Ages with Special Reference to the Aegean (1991). Pour la période classique, on peut consulter l’étude de G. Losfeld, fondée principalement sur les témoignages littéraires : G. Losfled, Essai sur le costume grec (1991).

9 Bien entendu, les propriétés physiques n’expliquent pas à elles seules la prééminence accordée à l’or et à la pourpre : celle-ci résulte de choix culturels propres à la société grecque. On lira à ce sujet la remarque pleine de justesse de G. Clarke, Symbols of Excellence : Precious Materials as Expressions of Status (1986), p. 82. Sur la question de la valeur attribuée aux couleurs, en particulier à la pourpre, je renvoie à la fine analyse de H. Brecoulaki, « Colours in Ancient Greek Painting and Polychromy : Material Aspects and Symbolic Values », RA 2014/1, p. 1-36.

10 Voir L. Soverini, « Su alcuni simbolismi della tintura nella Grecia antica », dans M. M. Sassi, I colori nel mundo antico : esperienze linguistiche e quadri simbolici (2003), p. 67-80.

11 Je renvoie ici aux différentes communications du colloque qui ont porté sur la pourpre antique, ainsi qu’aux études rassemblées dans O. Longo (éd.), La porpora : realtà e immaginario di un colore simbolico (1998), et D. Cardon (éd.), Teintures précieuses de la Méditerranée (1999).

12 Sur les résonances affectives de la pourpre, voir A. Grand-Clément, « Histoire du paysage sensible des Grecs à l’époque archaïque : Homère, les couleurs et l’exemple de porphureos », Pallas 65 (2004), p. 123-143.

13 Chez Théognis, l’or pur est eruthron, « rouge » (I 450).

14 Voir Homère, Iliade III 64 et V 427 ; Odyssée VIII 337 et XVII 37, etc. Sur la relation entre l’or et la divinité dans les textes grecs, voir H. L. Lorimer, « Gold and Ivory in Greek Mythology », dans Greek Poetry and Life : Essays Presented to Gilbert Murray on his Seventieth Birthday (1956), p. 14-33.

15 Sur cette technique, voir K. Lapatin Shapiro, Chryselephantine Statuary in the Ancient Mediterranean World (2001). On pourrait également évoquer la dorure des statues, qui possède des vertus « divinisantes » : Br. Bourgeois, Ph. Jockey, « La dorure des marbres grecs. Nouvelle enquête sur la sculpture hellénistique de Délos », Journal des savants 2005 (2), p. 253-316.

16 Anacréon, frag. 12, 3 (éd. D. L. Page, Poetae melici Graeci, 1962).

17 L. Gernet, « La notion mythique de valeur en Grèce », dans Anthropologie de la Grèce antique (1982), p. 121-179.

18 Homère, Odyssée XIX 225-226, 232 et 242.

19 Sappho, frag. 44, 8-10 (éd. E. Lobel, D. Page, Poetarum Lesbiorum fragmenta, 1955).

20 Voir par exemple J. Duchemin, « Essai sur le symbolisme pindarique : or, lumière et couleurs », REG 65 (1952), p. 46-58.

21 M. Andronikos, Vergina, the Royal Tombs and the Ancient City (1984), p. 195, fig. 156-157.

22 En témoigne le vêtement découvert à Acemhöyük, en Anatolie centrale, et qui date des environs de 1800 av. J.-C. : il s’agit d’une pièce de lin blanc orné de perles de faïence bleue cousues avec du fil d’or (E. Barber [n. 8], p. 171). Sur la broderie avec fils d’or, voir H. Blümner, Technologie und Terminologie der Gewerbe und Künste bei den Griechen und Romern I2 (1912), p. 168-170, 218-222, et A. Pekridou-Gorecki, Mode im antiken Griechenland (1989), p. 44-51.

23 J. Beckwith, « Textile Fragments from Classical Antiquity. An Important Find at Koropi, near Athens », Illustrated London News 224 (1954), p. 114-115 ; E. Barber (n. 8), p. 206. Le tissu se trouve aujourd’hui à Londres, au Victoria and Albert Museum (T220t0B-1953).

24 Cité par Athénée, Deipnosophistes XII 525e.

25 A. L. Oppenheim a examiné le dossier des sources écrites et iconographiques, pour les viie-vie s. av. J.-C. : « The Golden Garments of the Gods », JNES 8 (1949), p. 172-193.

26 Voir M. Miller, Athens and Persia in the Fifth Century. A Study in Cultural Receptivity (1997), p. 167.

27 Les fouilles de Schliemann, dans les tombes à fosses de Mycènes ont livré de nombreux éléments décoratifs en or, de formes variées, destinés à être cousus ou fixés sur les vêtements : E. Barber (n. 8), p. 172-173.

28 M. Miller (n. 26), p. 42, fig. 7-8. Ces plaques étaient rehaussées d’inclusions, aujourd’hui manquantes, sans doute en pâte de verre colorée ou en pierres semi-précieuses, qui accentuaient l’effet de poikilia. Les lions ressemblent en tous points à ceux brodés avec du fil d’or sur le tissu de Koropi.

29 P. Amandry, « Rapport préliminaire sur les statues chryséléphantines de Delphes », BCH 63 (1939), p. 86-119 (notamment p. 88-89).

30 Pour les références, voir L. Cleland, The Brauron Clothing Catalogues (2005), p. 113, 123. Sur la signification des mots pasmation, epitektos et epikhrusos, voir aussi L. Cleland, G. Davies, L. LlewellynJones, Ancient Greek Costume from A to Z (2007), s.v. Sur l’ornementation métallique des vêtements grecs, on lira une courte mise au point dans A. Pekridou-Gorecki (n. 22), p. 49-51.

31 Sur l’habrosunè, voir L. Kurke, « The Politics of ἁβροσύνη in Archaic Greece », CA 11 (1992), p. 91-120.

32 Athénée, Deipnosophistes XII 512b-c.

33 Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse I 6.

34 Voir A. Geddes, « Rags and Riches. The Costume ofAthenian Men in the Fifth Century », CQ 37 (1987), p. 307-331. Sur la délicate question de la définition du mot « aristocrate » et la nécessité d’envisager le groupe des élites, en quête permanente de nouveaux signes de distinction sociale, sous l’angle d’une identité performative, voir l’introduction d’A. Duplouy, Le prestige des élites : recherches sur les modes de reconnaissance sociale en Grèce entre les xe et ve siècles avant J.-C. (2006).

35 Ainsi, les principales mentions d’or et de pourpre, chez Hérodote, concernent les butins pris aux Perses. Sur la pourpre et le rejet dont elle fait temporairement l’objet à Athènes entre 490 et 420 av. J.-C., suite aux guerres médiques, voir M. Reinhold, The History of Purple as a Status Symbol in Antiquity (1970), p. 25-26.

36 Diogène Laërce rapporte qu’installé à Athènes, il avait pris l’habitude de porter des vêtements raffinés, de telle sorte que les Athéniens ne l’appelaient jamais « homme du Pont », mais « homme de pompe » (Vies des philosophes illustres V 86).

37 Voir A. Brugnone, « Tessuti costumi e mode in Sicilia tra il VI e il IV seccolo a.C. », Pan 18-19 (2001), p. 53-67.

38 Voir Athénée, Deipnosophistes XII 513f.

39 Athénée, Deipnosophistes XII 526a et Xénophane, frag. 3 (éd. H. Diels, W. Kranz, Die Fragmente der Vorsokratiker10, 1961). Le plus choquant pour Xénophane est peut-être que ces vêtements soient entièrement pourpres et non simplement bordés ou décorés de pourpre.

40 Athénée, Deipnosophistes XII 522a. Plus loin, il rapporte que, au quotidien, les gens de Cumes portaient des ornements en or et des vêtements gaiement colorés (XII 528d-e).

41 Athénée rapporte aussi qu’à Sybaris, les jeunes garçons, avant d’atteindre l’âge adulte, portaient habituellement des manteaux de pourpres (alourgidas) et avaient les cheveux retenus par des bijoux en or (Deipnosophistes XII 518e).

42 Athénée, Deipnosophistes XII 514c.

43 Voir le témoignage de Xénophon sur la première sortie royale qu’il aurait effectuée : « Après eux, alors, sortant de la porte, en char, Cyrus attirait les regards ; il portait la tiare droite et une tunique de pourpre avec une bande blanche (χιτῶνα πορφυροῦν μεσόλευκον) – sauf lui personne n’a le droit d’avoir une bande blanche – le pantalon bouffant teint d’écarlate autour des jambes, et une kandys entièrement pourpre (κάνδυν ὁλοπόρφυρον) » (Cyropédie VIII 3, 13).

44 Athénée, Deipnosophistes XII 538d (Athénée cite le témoignage de Charès de Mytilène). Un tel faste rivalise avec celui que Sappho prête aux noces d’Andromaque et d’Hector (voir supra, p. 280).

45 Alexandre remplace la kandys « entièrement pourpre » (voir Xénophon, n. 43) par une chlamyde pourpre (πορφυρᾶν) : Athénée, Deipnosophistes XII 537e-f.

46 Athénée, Deipnosophistes XII 539f-540a : Alexandre veut faire porter à ses compagnons des « vêtements pourpres » (ἁλουργάς […] στολάς). L’utilisation de laque à base de pourpre, dans la peinture funéraire macédonienne de l’époque, témoigne également de l’engouement pour ce précieux pigment et de son rôle dans les stratégies d’affirmation des nouvelles élites (voir H. Brecoulaki [n. 9], p. 24-27).

47 Diodore, Bibliothèque historique XVII 77 : « Ensuite il ceignit le diadème perse et revêtit la tunique rayée de blanc, la ceinture et le reste de l’accoutrement perse, sauf les anaxyrides et la kandys. Il distribua également à ses compagnons des vêtements bordés de pourpre (περιπορφύρους στολάς)… ».

48 Athénée, Deipnosophistes XII 535f-536a. Sur ce manteau, voir A. J. B. Wace, « The Cloaks of Zeuxis and Demetrius », Jahresheft des österreichischen archäologischen Institutes in Wien 39 (1952), p. 114-118 (l’auteur fournit l’exemple de quelques éléments décoratifs de laine tissée d’or datant du iiie-ive s. apr. J.-C. et conservés au musée de Boston pour appuyer sa réflexion). Les vêtements chamarrés de Démétrios ne vont pas sans rappeler le manteau richement historié d’Alkimène (ou Alkisthène) le Sybarite, qu’Athénée (Deipnosophistes XII 541a-b) mentionne sans le décrire (voir J. Heurgon, « Sur le manteau d’Alkisthène », Mélanges K. Michalowski [1966], p. 445-450), ou encore le manteau double de pourpre, richement diapré (mais sans or) confectionné par Athéna pour Jason (Apollonios de Rhodes, Argonautiques I 721-767).

49 Athénée, Deipnosophistes XII 535f.

50 Voir le témoignage de Plutarque (Vie de Démétrios 41, 4), qui évoque lui aussi son manteau, « de pourpre et bordé d’or » (χρυσοπαρύφοις ἁλουργίσιν), ainsi que ses chaussures « feutrées de pourpre pure et brochées d’or » (ἐκ πορφύρας ἀκράτου συμπεπιλημένης χρυσοβαφεῖς πεποιημένον ἐμβάδας).

51 Ésope, Fables 333 (éd. É. Chambry, CUF, 1927).

52 Aristophane, Cavaliers 967-968.

53 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 1.

54 Sur la charis et son utilisation en politique, voir V. Azoulay et son étude sur Xénophon : Xénophon et les grâces du pouvoir : de la charis au charisme (2004), en particulier la section consacrée à « La politique de l’éclat » (p. 418-428).

55 Athénée, Deipnosophistes XII 543c.

56 Pline, Histoire naturelle XXXV 62.

57 Diogène Laërce, Vies des philosophes illustres VII 73. Il faut toutefois relativiser le caractère exceptionnel de ce type d’accoutrement : la présence de motifs dorés sur les vêtements était sans doute plus fréquente qu’on ne le croit. En témoignent les inventaires des offrandes à Artémis Brauronia (voir infra, p. 290), mais aussi l’exemple de Démosthène, qui avait porté dans l’atelier d’un orfèvre de l’agora un himation diakhruson à confectionner, avec une couronne d’or à arranger (Démosthène, Contre Midias 22).

58 Voir LSJ, s.v. « κόσμησις » (« ordering, arrangement » ; « adornment »).

59 IG II/III2 1424, l. 11-16 ; 1425, l. 307-312 ; 1426, l. 4-8 ; 1428, l. 176-180 ; 1429, l. 42-47. Sur les éléments de cette parure, voir Mansfield 1985, p. 144-147.

60 Euripide, Hécube 465-467.

61 Voir E. Barber, « The Peplos of Athena », dans J. Neils (éd.), Goddess and Polis : the Panathenaic Festival in Ancient Athens (1992), p. 116. J. Mansfield estime que le peplos d’Athéna devait être pourpre (Mansfield 1985, p. 142). Il suggère la coexistence de deux types de peploi à partir de 470 av. J.-C. : l’un, réalisé par les ergastines, serait celui des Panathénées ordinaires ; l’autre, exécuté tous les quatre ans par deux tisserands professionnels, prendrait la forme d’une grande toile accrochée au mât du navire à roues des grandes Panathénées.

62 Les astynomoi sont chargés de procurer la pourpre nécessaire : Mansfield 1985, p. 448.

63 Bruneau 1970, p. 57 ; Fr. Prost, « La statue cultuelle d’Apollon à Délos », REG 112 (1999), p. 37-60. Ajoutons que les trois statues conservées dans le Pythion font l’objet d’une khrusôsis en 246 av. J.-C. (Bruneau 1970, p. 122). Il existe à Délos d’autres statues dorées. Outre l’agalma d’Hécate, dont la khrusôsis est confiée à Ophélion (ID 290, voir la contribution de V. Chankowski dans ce volume, p. 81-94), citons celle, en bronze doré, d’Artémis, dans l’Artémision ἐν νῆσῳ, qui fait régulièrement l’objet d’une epikosmèsis nécessitant des petala d’or, et celle, en marbre doré, d’Aphrodite qui tient une phiale en bois doré et porte des boucles d’oreille en or (Bruneau 1970, p. 186-187, 336).

64 ID 1442 B, l. 54-56.

65 Si l’on se réfère au LSJ, qui traduit ἐπίχρυσος par « overlaid or plated with gold » et réserve le sens de « interwoven with gold » à δίαχρυσος.

66 Bruneau 1970, p. 310-311, 325.

67 Et ce en dépit du fait que, d’après Ph. Bruneau, son culte semble connaître une certaine désaffection au cours du iiie s. av. J.-C. (Bruneau 1970, p. 208, 211-212).

68 IG XI2 203 A, l. 73 et 204, l. 75-76. Ces inscriptions enregistrent la fourniture de pourpre nécessaire pour le manteau (200 drachmes de pourpre en 269 av. J.-C., en sus de l’achat de la laine ; seulement 20 drachmes en 268 av. J.-C., sans doute pour compléter le travail de l’année précédente).

69 ID 1428 II, l. 53-58 et 1450 A, l. 200-201 (ces inscriptions datent du milieu du iie s. av. J.-C.). Voir Mansfield 1985, p. 479, et Bruneau 1970, p. 208-209.

70 Inventaire athénien de 156-155 av. J.-C. : ID 1417 A, I, l. 50-52. À Syracuse, d’après Plutarque, lors de la cérémonie dite « du grand serment », la personne concernée se rendait dans le sanctuaire des Thesmophores et revêtait la porphyris de la déesse Korè pour prononcer le serment (Vie de Dion 51, 5).

71 Les vêtements des divinités étaient parfois entièrement dorés, soit grâce à un revêtement de feuilles d’or, comme sur les statues chryséléphantines de Phidias, soit par une dorure appliquée sur du marbre ou du bronze, soit par l’utilisation de clinquants en or cousus sur un textile. Cela pourrait être mis en relation avec l’application de l’épithète khrusothronos aux divinités féminines comme Héra et Aurore (voir Homère, Iliade I 611 ; Odyssée XIV 502). J. Scheid, J. Svenbro (Le métier de Zeus. Mythe du tissage et du tissu dans le monde gréco-romain2 [2003], p. 51-56) ont remis à l’ordre du jour une piste d’interprétation déjà ancienne consistant à la comprendre dans le sens « au vêtement fleuri d’or ». Diodore de Sicile (Bibliothèque Historique X 28, 2) rapporte que le Zeus de Syracuse portait un manteau « qui avait été confectionné avec beaucoup d’or » (ἐκ πολλοῦ κατεσκευασμένον χρυσοῦ).

72 Si l’utilisation de pigments violets sur les statues en marbre de Délos vise à suggérer la teinture issue du murex, l’Apollon étudié par Br. Bourgeois, Ph. Jockey et F. Fauquet, dont la chair est dorée et le manteau rose, doublé de bleu, pourrait fournir l’exemple d’un dieu paré d’or et de pourpre.

73 Athénée, Deipnosophistes V 198c. Il reprend la description minutieuse de Kallixeinos de Rhodes.

74 Effectivement, le terme kosmos désigne, dans les listes d’inventaire, l’ensemble des objets et des étoffes qui correspondent aux biens sacrés : vêtements et bijoux réels portés par la statue, mais aussi ceux conservés dans le sanctuaire ; il inclut même parfois les tenues sacerdotales des officiants. Voir P. Linant de Bellefonds, Thescra II (2004), s.v. « Rites et activités relatifs aux images de culte », p. 428.

75 En effet, Platon juge l’or (comme l’argent) inapproprié pour des anathèmata consacrés aux dieux, en raison des convoitises qu’il suscite, et lui préfère le bois ou la pierre. De la même manière, la seule couleur admise par le philosophe pour les textiles est le blanc, ce qui exclut de fait la teinture pourpre (Lois XII 956a). Selon lui, cette dernière ne doit même pas faire l’objet d’un commerce dans la cité idéale (847c).

76 La publication de référence est S. Harris, The Treasures of the Parthenon and Erechtheion (1995).

77 Voir T. Linders, Studies in the Treasure Records of Artemis Brauronia Found in Athens (1972). Certains de ces vêtements sont destinés à orner les trois effigies divines de Brauron.

78 Voir le tableau synoptique des références et son commentaire dans L. Cleland (n. 30), p. 84-90, 96-100.

79 W. Günther, « “Vieux et inutilisable” dans un inventaire inédit de Milet », dans D. Knoepfler (éd.), Comptes et inventaires dans la cité grecque (1988), p. 228-229.

80 Ibid., p. 223-224.

81 Chr. Jones, « Processional Colors », Studies in the History of Art 56 (1999), p. 246-257. L’auteur cite notamment l’exemple d’un règlement relatif au culte de Nikè, à Cos, qui date du iiie s. av. J.-C. : les prêtres doivent porter des tuniques pourpres et des bagues en or.

82 Ch. Michel, Recueil d’inscriptions grecques (1899), n° 832.

83 Voir R. Hamilton, Treasure Map. A Guide to the Delian Inventories (2000), p. 349. Voir l’étude lexicale de Cl. Prêtre, Recherches en épigraphie délienne. La parure : étude lexicale et typologique, Thèse de doctorat, École pratique des hautes études (1997), p. 12-19.

84 Ibid., p. 191.

85 Les deux inscriptions datent du iiie s. av. J.-C. : Fr. Sokolowski, Lois sacrées des cités grecques, Supplément (1962), nos 63 et 68.

86 Dès lors, on comprend mieux la tradition sybarite faisant porter aux jeunes garçons une parure d’or et de pourpre (voir supra, n. 41) : il s’agit de souligner par là qu’ils n’ont pas encore atteint le stade de l’andreia.

87 Athénée, Deipnosophistes XII 521b. A. Brugnone estime que cette loi remonte au vie s. av. J.-C. (« Le leggi suntuarie di Siracusa », La Parola del Passato XLVII [1992], p. 5-24).

88 Il s’agit cependant d’un aspect important, qu’il faudrait examiner avec attention, dans une perspective d’histoire économique, en suivant les pistes suggérées par V. Chankowski lors du colloque.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search