Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Arts polychromes et dorés, synthèses et études de cas

Les flacons à fard à l’époque hellénistique. Exemples de la région de Thessalie

Make-up containers during the Hellenistic period in Thessaly

Τα δοχεία ψιμυθίων στην ελληνιστική εποχή. Παραδείγματα από την περιοχή της Θεσσαλίας

Vassiliki Adrymi, Elissavet Nikolaou, Stamatia Alexandrou, Sofia Kravaritou, Philippe Walter, Elisabetta Welcomme, Elsa Van Elslande et Georges Tsoucaris

Résumé

Les matières employées pour la beauté durant l’Antiquité grecque sont aujourd’hui assez bien connues. Comme le sont aussi les textes qui décrivent les pratiques liées à la beauté et leurs relations avec le monde religieux, celui de la séduction et du paraître ou bien celui des soins du corps, lié aux pharmacopées et à la médecine. On s’intéresse ici plus particulièrement aux cosmétiques retrouvés dans des flacons découverts lors de fouilles récentes en Thessalie, et contenant encore de la matière, notamment des fards blanc et roses employés pour les joues. Les analyses chimiques montrent que ces deux couleurs étaient obtenues le plus souvent à partir de matières synthétisées chimiquement ou bien élaborées en mélangeant plusieurs composés. Nous comparerons les résultats de ces analyses aux textes anciens.

Note de l’éditeur

Les études des sites grecs hors de Thessalie ont été permises grâce au soutien de D. Grammenos (Musée archéologique de Thessalonique), N. Kaltsas et Ch. Avronidaki au musée national d’Archéologie à Athènes, K. Papageli à Éleusis et nous les remercions chaleureusement. Nous remercions également pour leur aide durant la réalisation de certaines mesures Cl. Coupry (laboratoire LADIR, Thiais), Fr. Albarède, Ph. Teleouk et Ch. Douchet (Laboratoire de sciences de la Terre de l’École normale supérieure de Lyon) et P. Bleuet (European Synchrotron Radiation Facility, Grenoble).

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet B. Grillet, Les femmes et les fards dans l’Antiquité grecque (1975) ; I. Bardies-Fr (...)

1Les matières employées pour la beauté dans le monde antique hellénistique puis romain sont aujourd’hui mieux comprises par les textes que par les données archéologiques. Les auteurs anciens nous ont fourni de nombreuses informations en décrivant les pratiques liées à la beauté et leurs relations avec le monde religieux, celui de la séduction et du paraître ainsi que celui des soins du corps, en relation avec les pharmacopées et la médecine1. Les Grecs distinguaient, durant la toilette du visage, d’une part les soins de la peau qui permettent de préserver la beauté (l’art de se parer, celui de la toilette : kosmêtikê technê) et d’autre part l’usage des fards, dont le but est de colorer le visage, de le maquiller (l’art de se farder, celui du maquillage : kommôtike technê). La kommôtike technê concerne donc l’usage des fards et du maquillage, qui se proposent d’embellir un visage artificiellement, de lui conférer un éclat qu’il n’a pas au naturel.

  • 2 Les résultats sont issus d’une collaboration entre l’ancien Institut archéologique des études thess (...)
  • 3 La plupart de ces recherches ont concerné l’époque romaine. Il s’agit notamment des travaux menés p (...)

2Dans cette étude, nous allons nous intéresser à ce dernier aspect grâce aux fards retrouvés en plus ou moins grande quantité dans des flacons découverts lors de fouilles récentes en Thessalie2. Cette recherche est l’expression du travail effectué ces dernières années par plusieurs équipes de physico-chimistes pour déterminer la nature des résidus de fards, de parfums et d’onguents de l’Antiquité, préservés dans des récipients de formes variées, lors de leurs découvertes dans des tombes, des villas ou des dépotoirs3.

  • 4 C. Lanoe, La Poudre et le Fard : une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières (2008)
  • 5 T. L. Shear, « Psimythion », dans Classical Studies Presented to Edward Capps on his Seventeenth Bi (...)
  • 6 Voir par exemple Platon, Lysis 1, 14 ; Aristophane, L’Assemblée des femmes, 878-880 ; Xénophon, Éco (...)
  • 7 Euboulos, Comicorum atticorum fragmenta II, p. 198, n° 98.
  • 8 Souda, s.v. « ψιμύθιον ». Pour la psimythion trouvée dans la tombe d’un acteur, voir U. Knigge, Der (...)

3D’après les commentaires antiques, la pratique du maquillage consistait à recouvrir le visage du fard blanc psimythion et à ajouter sur les joues une poudre de fard rose. Cette application de pigment blanc était certainement le geste le plus symbolique des pratiques de parure du visage et son usage restera prédominant pour le maquillage4 (et la peinture artistique) jusqu’à l’époque moderne. Son emploi était parfois décrié dans les commentaires médicaux qui soulignaient la toxicité de cette substance à base de plomb et ses effets secondaires5, ou par les philosophes et les auteurs des pièces de théâtres parmi lesquels on distingue en particulier Platon, Aristophane, Xénophon, Plutarque et Athénée6. C’est pour attirer le regard des hommes qu’elles « s’emplâtraient les joues de céruse et s’enduisaient la figure de fard rouge », conclut Euboulos7, poète athénien du ive s. av. J.-C. La première utilisation grecque de ce pigment est attribuée à Thespis, au ive s. av. J.-C., afin d’enduire les visages des acteurs à l’occasion des représentations des tragédies8. Les analyses effectuées sur ces produits montrent que les deux couleurs n’étaient pas issues de produits naturels, mais qu’elles étaient obtenues le plus souvent, comme nous allons le voir, à partir de matières synthétisées chimiquement ou bien élaborées en mélangeant plusieurs composés.

1. Les nécropoles de Thèbes de Phthiotide et de Démétrias

4Cette étude se fonde principalement sur les ensembles archéologiques fouillés, ces dernières années, par la XIIIe Éphorie des antiquités préhistoriques et classiques de Volos dans la région maritime Sud-Est de la Thessalie. Des fards blancs et roses ont été retrouvés sous forme de poudre à l’intérieur des pyxides qui accompagnaient les morts en tant qu’offrandes, sur deux sites anciens, Thèbes de Phthiotide et Démétrias.

  • 9 Strabon, IX 431, 433, 435. W. M. Leake, Travels in Northern Greece IV (1835), p. 358. A. Arvanitopo (...)
  • 10 E. Rogers, The Copper Coinage of Thessaly (1932), p. 174, fig. 306.
  • 11 Strabon, IX 435, 14.
  • 12 Strabon, IX 5, 14-15. Plutarque, Démétrios 53, 3. Voir A. Batziou-Eustathiou, « Δημητριάδα. Ιστορικ (...)
  • 13 Tite-Live, XXXIX 25.
  • 14 Polybe, V 100, 8.
  • 15 Thèbes de Phthiotide : murailles, sanctuaire d’Athéna et d’Asclépios, théâtre, habitats, cimetières (...)

5À l’époque classique, la position stratégique de la « très splendide » ville de Thèbes de Phthiotide9 (située à l’extrémité Nord de la plaine de « Krokion » qui correspond à celle de la ville moderne d’Almyros, à l’ouverture de la plaine thessalienne vers la mer) ainsi que l’économie florissante qui s’ensuit, lui ont permis d’occuper la première place parmi les villes de Phthiotide et de créer sa propre monnaie10. Les fondations de son important port à Pyrassos11 sont encore conservées dans la bourgade contemporaine de Nea Anchialos. Ce port s’est développé au milieu du ive s. av. J.-C., quand les Thessaliens et les Phéraiens l’utilisaient comme unique port de Thessalie, puisque Pagasée était devenue alors port des Macédoniens. Par ailleurs, le nom de la ville est mentionné par des auteurs grecs de ce même ive s., après le synœcisme des villes et des bourgades de la région (Pyrassos, Phylakè, etc.). À la fin du ive et au début du iiie s. (vers 293 av. J.-C.), Démétrios Poliorcète rassembla les communes du fond du golfe Pagasétique pour fonder, par synœcisme, Démétrias12 qui devint rapidement un port de commerce international13, avec des habitants venant de toute la Grèce ainsi que de la Méditerranée. Par la suite, l’antagonisme entre Thèbes de Phthiotide et Démétrias, la nouvelle ville puissante du golfe Pagasétique, fut la cause de la conquête de Thèbes de Phthiotide par Philippe V de Macédoine, en 217 av. J.-C., fait qui provoqua sa décadence progressive14. Les fouilles effectuées ces dernières décennies ont révélé de larges secteurs des deux villes15.

Thèbes de Phthiotide

  • 16 Strabon, IX 431, 433, 435. W. M. Leake (n. 9), p. 358.
  • 17 Pour la nécropole Est, voir D. R. Theocharis, AD 16 (1960), p. 183 ; D. R. Theocharis, G. Chourmouz (...)

6Le site ancien a été localisé, en 1835, par W.M. Leake d’après les témoignages de Strabon16. Plusieurs fouilles, de sauvetage notamment, ont été entreprises dans les nécropoles de Thèbes de Phthiotide17 qui s’étendent autour des vestiges de la ville ancienne. La durée de l’usage de ces cimetières est extrêmement longue, couvrant les époques du Bronze Moyen, puis les époques archaïque, classique, hellénistique, romaine et paléochrétienne. Les fouilles ont mis au jour un ensemble d’environ 500 tombes correspondant à une typologie particulièrement riche – des tombes à ciste de pierre, des tombes à tuiles, des sépultures en forme de coffret (larnakès) de terre cuite, des sépultures dans des vases, et de simples fosses – ainsi qu’un mobilier abondant, notamment des vases, des figurines en terre cuite, des strigiles, des monnaies, des miroirs, des couronnes d’or, etc.

  • 18 A38, A44, A20, A11, A15, A36. Les pyxides A38 et A36 ne contiennent aucun produit.
  • 19 A32, A27. La pyxide A27 ne contient pas de produit.

7Cet ensemble comprend également un grand nombre de pyxides de terre cuite18 ou de plomb19, ainsi que des lékanès. La plupart de ces pyxides étaient utilisées en tant que boîtes pour la conservation des bijoux des défunts, comme le montrent les représentations en relief sur les stèles funéraires. Néanmoins, il semble qu’une catégorie de pyxides de terre cuite, en forme de fuseau et à couverture plate, était fabriquée exclusivement pour l’usage des fards.

  • 20 Terrain Tokalis, tombe 3. La datation de la pyxide a été effectuée à l’aide des autres trouvailles (...)

8La pyxide A11 (fig. 1a), notamment, est remplie de produits cosmétiques sous forme de poudre blanche compacte en excellent état de conservation. Cette pyxide à vernis noir était contenue dans une urne de terre cuite elle-même fermée. Elle a été trouvée avec d’autres offrandes qui accompagnaient les corps de deux adultes dont la sépulture date du milieu du iiie s. av. J.-C.20.

Démétrias, nécropole Nord

  • 21 Voir A. Intzesiloglou, AD 36 (1981), p. 249 ; AD 37 (1982), p. 226 ; AD 39 (1984), p. 144. A. Batzi (...)
  • 22 E. Nikolaou (n. 21, dans P. Kalogerakou).

9Les vestiges architecturaux actuels appartenant à la ville hellénistique de Démétrias comprennent l’acropole, le théâtre du secteur Ouest, un palais et l’agora du secteur Est, ainsi que plusieurs nécropoles. La nécropole Nord de la ville s’étend en dehors des murailles situées sur la colline nommée « Palatia »21. Le cimetière est localisé aux pieds de la colline, sur le sol argileux ; il comporte des sépultures situées dans les cavités du rocher naturel, tout au long de la source de « Bourboulithra ». Les fouilles de sauvetage, qui ont été effectuées en 1995-1996, dans le cadre du projet d’épuration biologique du secteur urbain de Volos22, ont révélé 919 tombes, ainsi qu’un mobilier de 3600 objets. L’usage de la nécropole couvre une période longue, qui s’étend de l’époque classique jusqu’à l’époque romaine. Les tombes du ve et du ive s. av. J.-C. appartiennent, en fait, à la ville de Pagasée qui précède celle de Démétrias. Les tombes qui datent du iiie s. av. J.-C. et jusqu’au ive s. apr. J.-C. témoignent de la continuité de l’occupation de la ville. Le cimetière comporte plusieurs types de tombes le plus souvent individuelles, parmi lesquelles on distingue des tombes à fosse creusées dans le sol naturel, qui sont les plus communes, ou encore des tombes à tuiles, des tombes à ciste, et des sépultures dans des vases – surtout des amphores – qui ont été placées en couches superposées de 40 à 80 cm sous la surface. Des stèles funéraires de marbre y ont été trouvées, portant des inscriptions qui indiquent l’identité des morts. D’une façon générale, la quantité considérable des éléments découverts, les représentations figurées sur les stèles et les éléments livrés par les inscriptions témoignent du caractère important et panhellénique de la ville qui reçoit et héberge des citoyens de plusieurs régions du monde grec.

Fig. 1 — a. Pyxide remplie de fard blanc provenant de Thèbes de Phthiotide (A11). b. Pyxide remplie de fard blanc provenant de Démétrias (BE15544). c. Détail du contenu du flacon provenant de Démétrias. d. Fard rose provenant d’une lékanè brisée (BE22624) de Démétrias (Cl. V. Adrymi).

Fig. 1 — a. Pyxide remplie de fard blanc provenant de Thèbes de Phthiotide (A11). b. Pyxide remplie de fard blanc provenant de Démétrias (BE15544). c. Détail du contenu du flacon provenant de Démétrias. d. Fard rose provenant d’une lékanè brisée (BE22624) de Démétrias (Cl. V. Adrymi).
  • 23 E. Nikolaou, dans Ελληνιστική Κεραμική.
  • 24 E. Nikolaou, dans Πρακτικά ΣΤΕπιστημονικής Συνάντησης.
  • 25 C’est le cas des pyxides BE15544 et BE15545 qui proviennent des tombes 393 et 417 ; voir E. Nikolao (...)
  • 26 Comme les pyxides BE16158 et BE16683 provenant de la tombe 771, ainsi que BE22624 de la tombe 439.

10Les offrandes accompagnant les morts étaient riches et variées. Les tombes ont livré de nombreux vases de terre cuite (askoi et biberons, puisettes et amphores, cruches, canthares, bols sans anse, assiettes et pyxides, lampes, unguentaria), des figurines, des monnaies et des miroirs23. Parmi ces trouvailles, on note la présence d’un grand nombre de pyxides de terre cuite, de cuivre et de plomb24. Elles sont souvent accompagnées d’instruments particuliers destinés aux soins de beauté, tels que des spatules ou des tiges pour les oreilles. Certaines pyxides (comme à Thèbes de Phthiotide) contiennent des produits cosmétiques. Elles ont été trouvées, dans certains cas, hermétiquement fermées par un couvercle (fig. 1b). Elles contiennent des poudres blanches, blanchâtres ou roses, en parfait état de conservation25. D’autres pyxides ne présentent pas uniquement des traces de cosmétiques26.

  • 27 B. A. Sparkes, L. Tallcott, Black and Plain Pottery of the 6th, 5th and 4th Centuries B.C., Agora X (...)
  • 28 Voir M. Lilibaki-Akamati, Λαξευτοί Θαλαμωτοί Τάφοι Πέλλας (1994), p. 242, nos 149-152, fig. 21. St. (...)
  • 29 Une pyxide à couvercle, semblable aux pyxides les plus anciennes de Démétrias a été trouvée à Ainei (...)

11Certaines appartiennent à des ensembles bien datés. Elles sont du type D de l’Agora, qui remonte à la seconde moitié du ve s. av. J.-C. et se perpétue jusqu’au milieu du iiie s. av. J.-C.27. Leur utilisation dans les tombes de Démétrias daterait, d’après les autres découvertes, de la fin du ive s. jusqu’à la première moitié du iiie s. av. J.-C.28. Néanmoins, l’une d’elles est datée d’après le milieu du iiie s. av. J.-C. Nous notons que le mauvais état de conservation des squelettes ne permet pas de tirer des conclusions fermes pour l’identification du sexe des morts, même si des pyxides semblables ont été trouvées majoritairement dans des tombes de femmes dans le monde grec. Par exemple, de tels objets ont été découverts en Macédoine, dont une contenant des restes de pigment blanc29. Leur ergonomie – qui rappelle par ailleurs la forme du récipient utilisé aujourd’hui pour la conservation de certains produits de beauté – est unique et les différencie des autres pyxides utilisées pour conditionner les bijoux ou des ossements.

2. Analyse des produits cosmétiques

Les échantillons

12Des prélèvements de poudre ont été réalisés à l’aide d’un scalpel. Un échantillon d’une dizaine de milligrammes permet le plus souvent une caractérisation fine de ses constituants. L’étude s’est focalisée sur cinq tombes :

  • la tombe 3 du terrain Tokalis, dans la nécropole Est de Thèbes de Phthiotide (où 20 autres tombes ont été découvertes), est une tombe à tuiles datée de la fin du ive ou du début du iiie s. av. J.-C. La tombe a livré une pyxide de céramique (A11) ainsi que des tessons d’une seconde pyxide, des unguentaria, un canthare à vernis noir, un bol à vernis rouge, une lampe à embouchure unique qui porte des traces de feu. La première pyxide préserve une poudre compacte blanche en grande quantité. Bien que le couvercle ait disparu, la matière est extrêmement bien conservée et remplit entièrement le récipient ;

  • la tombe 396 de la nécropole Nord de Démétrias est une tombe à fosse datée de la fin du ive s. av. J.-C., contenant le squelette relativement mal conservé d’une personne d’une hauteur de 1,60 m. Un alabastre, un vase ouvert, une lampe ont été retrouvés associés à une pyxide de céramique (BE15544). La boîte est presque totalement remplie d’une poudre blanche et compacte qui a été d’autant mieux préservée qu’un couvercle ajusté est toujours présent. La partie supérieure du contenu est de forme concave, portant des traces d’utilisation pour l’application du fard sur le visage ;

  • la tombe 417 de la même nécropole est une tombe à fosse un peu plus riche que la précédente, avec une pyxide (BE15545), un miroir de bronze, sept petits vases (dit lacrymatoires), deux têtes de femme de terre cuite, un anneau de bronze et une monnaie de bronze. Elle date de la première moitié du iiie s. av. J.-C. La pyxide contient un petit bloc de poudre blanche légèrement grisâtre ;

  • la tombe 439 de la même nécropole, couverte de tuiles est datée de la fin du iiie s. av. J.-C. Une lékanè fragmentaire (BE22624) contient dans sa partie inférieure de petits blocs de poudre blanche ou rose (fig. 1c). Le produit rose se présente sous la forme de fragments de pastilles de 20 mm de diamètre au maximum. Les blocs blancs plus ou moins dispersés semblent avoir été préparés sous une autre forme et ont été associés au pigment rose dans cette tombe ;

  • la tombe 771 de la même nécropole contient un petit vase et deux pyxides datant du début du iiie s. av. J.-C. (BE16683 et BE16158). Les deux pyxides ne possèdent pas de couvercle et ne présentent que très peu de matière (blanc jaunâtre ou grisâtre) sur les parois internes, essentiellement sous forme de petites concrétions. Elles sont toutes les deux très altérées.

Les techniques analytiques

13Une procédure analytique complète doit être mise en œuvre pour comprendre la nature de la matière et la distinguer des pollutions issues de l’enfouissement. Le prélèvement est, dans un premier temps, examiné par microscopie optique pour déterminer son caractère homogène ou hétérogène, la couleur de ses éléments constitutifs ainsi que leurs tailles. Cet examen est complété par une observation sous lumière ultraviolette qui permet de mettre en évidence la présence de certains liants, de colorants organiques ou de minéraux à la fluorescence caractéristique. Un microscope Nikon, Labophot-2, muni d’une source Xénon, est utilisé.

  • 30 E. Welcomme et al., « Investigation on White Pigments Used as Makeup during the Greco-Roman Period  (...)

14L’échantillon est alors étudié par microscopie électronique à balayage (MEB, modèle Philips XL30CP) muni d’un système d’analyse élémentaire des rayons X pour déterminer la morphologie et la composition chimique de chaque constituant de la poudre : il est possible d’en déduire des informations sur les pratiques de synthèse ou de broyage ; la finesse de la poudre est un paramètre important pour son application cosmétique et sa capacité à se fixer sur la peau. La présence de matières minérales nécessite une analyse par diffraction des rayons X pour l’identification et la détermination quantitative des composés cristallins. Il a été possible de réaliser les mesures directement sur les poudres, sans préparation particulière. En laboratoire, ont été utilisés un diffractomètre D5000 Brüker ou bien les lignes de faisceau ID22 et ID31 de l’installation européenne de rayonnement synchrotron de Grenoble30. Enfin, la microspectroscopie Raman complète cette panoplie d’outils pour l’identification d’autres produits minéraux et surtout des molécules colorantes. Cette technique d’analyse structurale vibrationnelle est particulièrement utile pour caractériser les molécules colorantes issues de plantes (microscope Raman Dilor XY équipé d’un laser violet à 457,9 nm du Laboratoire de dynamique, interactions et réactivités de Thiais).

15Ces différentes méthodes d’analyse conservent l’intégrité de l’échantillon. Il est parfois ensuite nécessaire d’employer d’autres méthodes qui nécessitent sa destruction. Une partie minuscule de l’échantillon est placée, sans aucune préparation préalable, dans une cellule de compression en diamant pour l’analyse par spectrométrie infrarouge à transformée de Fourier (FTIR). Cette technique d’analyse conduit à la caractérisation des fonctions chimiques à la fois des produits organiques et inorganiques : son emploi permet de mettre en évidence la présence (ou l’absence) de liant organique dans la matrice minérale. Cette méthode est également employée pour préciser la nature des liants après extraction des fractions solubles de l’échantillon dans différents solvants. Les techniques de chromatographie prennent en dernier lieu le relais pour une identification précise des molécules.

3. La nature des produits

Le fard rose

  • 31 Ces analyses ont été réalisées grâce au développement de méthodologies analytiques nouvelles (MALDI (...)

16Aux époques grecque et romaine, les fards roses les plus souvent mentionnés dans les textes sont des pigments laqués, c’est-à-dire des produits synthétiques élaborés à partir de minéraux riches en aluminium (comme l’alunite, un sulfate d’aluminium et de potassium) et de colorants extraits de plantes telles que la garance, l’orseille, l’acanthe (dont un certain type fournissant un colorant violet) ou d’autres substances tel le jus de mûre. Les analyses chimiques31 de l’échantillon de Démétrias confirment cet emploi et permettent d’identifier des marqueurs moléculaires caractéristiques de la substance végétale à l’origine de la couleur rose. Ici, des anthraquinones sont détectées et elles sont caractéristiques de l’emploi des plantes de la famille des Rubiacées, comme la garance des teinturiers (Rubia tinctorum L.), la garance sauvage (Rubia perigrina L.), la garance indienne (Rubia cordifolia L.), le gaillet vrai (Galium verum L.) ou encore de l’aspérule des teinturiers (Asperula tinctoria L.). La nature des molécules d’anthraquinones détectées (pseudopurpurine, purpurine et munjistine) et l’absence de l’une d’entre elles (alizarine) conduisent à penser que de la garance sauvage fut utilisée dans ce cas. Il est difficile d’aller plus loin dans l’interprétation, car des différences de concentration de colorants peuvent être observées selon la partie de la plante utilisée (la partie ligneuse de la racine ou son écorce), son âge et son environnement, ou encore le mode de préparation du pigment laqué (le temps de macération des racines, la composition de la solution, son alcalinité et la température des bains d’extraction).

  • 32 Vitruve, De Architectura VII 14 (trad. Ch. L. Maufras).

17En fait, ce type de pigment était synthétisé selon des protocoles décrits par divers auteurs, notamment par Vitruve : « On compose encore des couleurs pourprées, en teignant la craie avec les racines de la garance et de l’hysginum. Les fleurs produisent aussi d’autres couleurs. Lorsque les teinturiers veulent imiter l’ocre jaune de l’Attique, ils mettent dans un vase plein d’eau des violettes sèches, qu’ils font bouillir sur le feu. Lorsque l’infusion est achevée, on verse le tout dans un linge, d’où l’on exprime avec les mains l’eau colorée par les violettes. On la reçoit dans un mortier, on y répand de la craie érétrienne, et en la broyant on obtient la couleur de l’ocre jaune de l’Attique32 ».

  • 33 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXV 26-27.

18Il semble donc que la maîtrise de l’extraction des colorants était détenue par les teinturiers qui pouvaient imprégner de couleur des argiles ou de la craie en même temps que des étoffes à traiter avec de la pourpre ou de la garance33. Une économie spécifique s’est sans doute organisée autour de ces produits, les artisans cherchant vraisemblablement à tirer profits de leur savoir-faire en revendant au prix fort pour la peinture et les cosmétiques des pigments laqués roses de très belle couleur et si stables dans le temps qu’ils sont parvenus jusqu’à nous.

  • 34 E. Van Elslande, S. Lecomte, A.-S. Le Hô, « Micro-Raman Spectroscopy (MRS) and Surface-Enhanced Ram (...)

19D’autres analyses effectuées sur des échantillons provenant de sites de l’époque romaine (Trèves, Pompéi, Cologne) ont également montré l’emploi de ces pigments laqués. En Grèce, à la même période, les matières retrouvées dans les tombes à Derveni, à Érétrie ou au cimetière du Céramique à Athènes ont révélé la préparation de rose en éclaircissant des pigments rouges tels que le cinabre (sulfure de mercure HgS), l’hématite (oxyde de fer Fe2O3) ou l’ocre (argile rouge riche en oxydes de fer) par des pigments blancs (argile, craie ou céruse)34.

Le fard blanc

La nature des produits

  • 35 G. Tsoucaris, Ph. Walter, « Ancient Crystalline Materials for the Arts of Beauty : Egyptian versus (...)

20Les observations par microscopie électronique à balayage des fards blancs montrent que ces poudres sont homogènes et se présentent sous la forme de petits grains de diamètre souvent inférieur au micromètre et de forme parfois légèrement aplatie. Elles sont principalement composées de deux carbonates de plomb, la cérusite PbCO3 et l’hydrocérusite PbCO3.2Pb (OH)2, révélés par une analyse quantitative des constituants minéraux par diffraction des rayons X. Les échantillons BE15544 et BE15545 sont de compositions très proches. Ils sont majoritairement constitués d’hydrocérusite avec une faible proportion de cérusite. Les autres échantillons blancs ne contiennent quasiment que de la cérusite (tabl. 1). Ni liant ni aucune substance organique n’ont été détectés par les analyses. Ces dernières correspondent bien au produit le plus symbolique des fards de cette époque, le psimythion, qui était synthétisé à partir de plomb. On note que les formules des produits égyptiens de maquillage (certains datant du IIIe millénaire av. J.-C.) étaient élaborées également avec des substances minérales à base de plomb, incluant la cérusite, mais aussi des minéraux de natures différentes telles que la galène, la laurionite et la phosgénite35.

21Le carbonate neutre de plomb ou cérusite est un composé que l’on trouve également dans la nature comme minerai de plomb. Par contre, le carbonate basique du plomb ou hydrocérusite est plus rare. Il faut donc se poser la question de l’origine naturelle ou synthétique de ces fards archéologiques. La morphologie des grains de pigment donne une première indication (fig. 2) : l’homogénéité de la taille des grains est remarquable et n’aurait pu être que très difficilement obtenue à partir d’une substance naturelle. En effet, un broyage du minerai naturel induit une grande variabilité de taille de grains et souvent des cristaux facettés dus aux clivages des minéraux selon des orientations particulières. Il s’avère que la présence d’hydrocérusite indique également qu’une origine synthétique est vraisemblable puisque qu’elle ne peut provenir de la dégradation accidentelle de la cérusite étant donné le parfait état de conservation des pyxides.

  • 36 Théophraste, De Lapidibus 56.
  • 37 Vitruve, De Architectura VIII 6, 1.
  • 38 Dioscoride, 5, 88, 1-6.
  • 39 Voir supra, n. 33.

22La seconde indication de l’origine synthétique est liée aux nombreuses descriptions du mode de préparation du psimythion, appelé aussi céruse ou blanc de plomb. Cette synthèse chimique, qui restera quasi inchangée jusqu’au milieu du xixe s., est décrite dès le ive s. av. J.-C. par Théophraste36, puis par Vitruve37, Dioscoride38 et Pline l’Ancien39. Ainsi, ces textes nous apprennent que la préparation du pigment blanc est fondée sur la transformation de briquettes ou de lames de plomb en une substance blanche sous l’action de vinaigre, du gaz carbonique et d’une chaleur modérée. En détail, la préparation du blanc de plomb suit les étapes suivantes : tout d’abord, une attaque chimique du plomb métallique (sous forme de feuilles, de copeaux ou de grilles) par les vapeurs d’acide acétique issues du vinaigre, ensuite une transformation en carbonate dans un milieu en fermentation (fumier, tannée). Par la suite, cette substance est séchée, grattée, broyée, jusqu’à ce qu’elle soit réduite en poudre de couleur blanche. Parfois une mise en forme de la poudre permet d’obtenir des pastilles.

Tabl. 1 — Composition des échantillons de Thessalie analysés par diffraction des rayons X quantitative.

Tabl. 1 — Composition des échantillons de Thessalie analysés par diffraction des rayons X quantitative.

Fig. 2 — a. Observations au microscope électronique à balayage de la morphologie des grains de céruse : cérusite, pyxide A11, Thèbes de Phthiotide (cl. V. Adrymi). b. Observations au microscope électronique à balayage de la morphologie des grains de céruse : cérusite et hydrocérusite, pyxide BE15544, Démétrias (cl. V. Adrymi).

Fig. 2 — a. Observations au microscope électronique à balayage de la morphologie des grains de céruse : cérusite, pyxide A11, Thèbes de Phthiotide (cl. V. Adrymi). b. Observations au microscope électronique à balayage de la morphologie des grains de céruse : cérusite et hydrocérusite, pyxide BE15544, Démétrias (cl. V. Adrymi).

Les qualités de la céruse

  • 40 I. Bardies-Fronty, Ph. Walter, M. Bimbenet-Privat (n. 1).
  • 41 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 54.
  • 42 Galien, Adhortatio ad artes addiscendas 10.

23La céruse est d’un blanc éclatant et d’un pouvoir couvrant exceptionnel, tant à cause de ses propriétés intrinsèques (indice élevé de réfraction de la lumière) que de sa technique de synthèse chimique qui peut conduire, dans certaines conditions, à la formation de très petits grains en forme de plaquettes très fines capables de recouvrir aisément la surface de la peau40. C’est certainement ces propriétés qui ont fait que la céruse est devenue la matière de référence pour le maquillage mais aussi pour la peinture, malgré la menace pour la santé. Pline l’Ancien ne soulignait-il pas que la céruse a les mêmes propriétés que les autres produits blancs employables comme fards « mais c’est la plus douce de toutes ; en outre, les femmes l’emploient pour se blanchir le teint. Pour l’usage interne, c’est un poison41 ». Les dangers de cet usage de composés de plomb sont fréquemment signalés et participent à la controverse sur l’intérêt d’un produit qui fait que le visage des femmes peut s’abîmer. De plus, des réactions induites sur la peau nécessitaient des usages toujours croissants de matière pour les cacher. Le médecin Galien rapportait ainsi une anecdote : « Une fois lors d’un banquet, Phryné, ayant aperçu des femmes maquillées de céruse et de fard rose, a demandé, comme jeu, qu’on apporte de l’eau et que l’on se lave le visage, puis, que l’on s’essuie aussitôt avec un tissu – ce qu’elle-même a fait. Le visage de toutes les femmes était plein de vilaines taches, tel un épouvantail. Elle seule, Phryné est apparue encore plus belle, authentiquement, sans avoir besoin d’aucune ruse cosmétique42 ».

  • 43 Voir, à ce propos, G. Platz-Horster, Antike Gläser, Exposition Berlin 1976-1977 (1976), p. 56, n° 9 (...)
  • 44 O. A. Rhousopoulos, Beitrage aus der Geschichte der Chemie den Gedachtnis von Georg W. A. Kahlbaum (...)
  • 45 T. L. Shear (n. 5) ; W. Foster, « Grecian and Roman Stucco, Mortar, and Glass », Journal of Chemica (...)
  • 46 E. R. Caley, « The American Excavations in the Athenian Agora : Twenty-Sixth Report, Ancient Greek (...)
  • 47 Échantillon E32a. Il s’agit de bloc de pigments blanc de 2,9 cm de diamètre. Voir à ce sujet P. G. (...)
  • 48 Échantillons EL01 et EL02 provenant d’un sarcophage féminin (n° 14, OM130i et OM130k des fouilles d (...)
  • 49 Il s’agit de la tombe de Makareus, un jeune acteur et poète. Voir à ce sujet U. Knigge (n. 8), p. 1 (...)
  • 50 Musée du Louvre, CA508. Le blanc de plomb participe ici à la formulation d’un fard rose, par mélang (...)

24Notons que du carbonate de plomb a été découvert et analysé dans différents cas, provenant de sites datés de la même période : une matière extraite d’un vase en verre daté du iiie-ive s. av. J.-C. qui a été examiné à l’Antikenmuseum de Berlin43 ; un échantillon découvert dans une tombe à proximité du musée national d’Archéologie d’Athènes44 ; un autre dans la tombe d’une femme datant du début du ive s. av. J.-C. et mis au jour lors de fouilles réalisées à Corinthe45 ; d’autres analyses ont montré l’emploi de ce pigment dans du matériel funéraire de tombes d’Attique datant du ve s. av. J.-C.46. Pour notre part, nous avons également identifié du blanc de plomb, majoritairement constitué de cérusite, dans un échantillon provenant de la tombe E de la nécropole de Derveni (fin du ive s. av. J.-C.)47, trois échantillons provenant de blocs découverts durant des fouilles récentes à Éleusis et datés de la fin ve s. av. J.-C.48, deux échantillons provenant de la tombe 24, zone 64 du cimetière du Céramique à Athènes (fin ve s. av. J.-C.)49 et un échantillon conservé au musée du Louvre et provenant d’une tombe de jeune fille dans la nécropole située à l’Ouest de la ville antique d’Érétrie50.

Tabl. 2 — Liste des matières blanches décrites dans les textes romains et lieux de découverte déterminés par nos analyses de sites grecs et romains.

Nom latin

Nom moderne

Nature

Lieu de découverte

Cerusa

Céruse, blanc de plomb

Carbonates de plomb

Athènes, Démétrias, Thèbes de Phthiotide, Éleusis, Paestum, Pompéi

Melinum candidum

Terre de Mélos, terre de
Samos

Argile blanche

Derveni

Eretria creta

Terre d’Érétrie

Argile blanche

Chia terra candicans

Terre de Chios

Argile blanche

Selinusia creta

Terre de Sélinonte

Argile blanche

Cimolia creta

Terre de Kimolos

Argile blanche

Éleusis

Creta

Craie, calcaire

Carbonate de calcium

Cythère, Derveni, Sindos, Amiens, Alésia, Strasbourg, Pompéi

Gupsum

Gypse

Sulfate de calcium

Éleusis, Cologne, Pompéi

  • 51 Voir M. I. Pologiorgi, Μνημεία του Δυτικού Νεκροταφείου του Ορωπού (1998), p. 92, 97, fig. 39ε (à d (...)

25Un fard blanc de nature différente car composé de carbonate du calcium (craie) a été identifié dans le contenu d’un unguentarium de la tombe 21 de la nécropole Ouest d’Oropos51.

  • 52 Ph. Walter, E. Van Elslande, « L’analyse des fards », dans I. Bardies-Fronty, Ph. Walter, M. Bimben (...)

26D’autres analyses52 effectuées pour caractériser des fards de l’époque romaine montrent que cet usage important du blanc de plomb l’est peut-être surtout à l’époque hellénistique. La céruse n’a été identifiée que dans de rares cas alors que le gypse, la craie (carbonate de calcium) et des argiles blanches sont fréquemment découverts (tabl. 2). Par exemple, deux flacons à fard en forme d’oiseaux trouvés à Pompéi dans la tombe B de la porte de Stabies sont encore remplis d’une quantité importante de fard blanc constitué exclusivement de gypse (sulfate de calcium hydraté), sans aucun ajout de matière organique.

La relation avec le gisement du Laurion

27On peut alors se demander pourquoi les Grecs ont procédé à la synthèse chimique du psimythion. Cette préparation artificielle d’un pigment largement employé pour la peinture et pour le maquillage peut en effet paraître surprenante alors que des minerais naturels pouvaient également être exploités.

  • 53 E. Ch. Kakavogiannis, Μέταλλα εργάσιμα και συγκεχωρημένα. Η οργάνωση της εκμετάλλευσης του ορυκτού (...)
  • 54 E. Ch. Karavogiannis (n. 53), p. 261-281, 290-292.
  • 55 C. E. Conophagos, Archaeometry (1989). Ces estimations sont fondées sur les analyses du minerai de (...)

28Nous pouvons considérer que l’importance économique des mines de plomb du Laurion53, situées au Sud de l’Attique, a pu contribuer au développement de la production du blanc de plomb. Les minerais du Laurion, essentiellement de la galène, contenaient des teneurs importantes en argent qui ont conduit à une exploitation intense du gisement, le plomb étant alors considéré comme un sous-produit54. D’après les estimations issues des découvertes archéologiques55, les Grecs anciens ont pu obtenir dans ce gisement, par le procédé de coupellation, environ 3500 tonnes d’argent après avoir fondu près de 4 millions de tonnes de minerais entre les viie et ier s. av. J.-C.

  • 56 Dioscoride, V 87, 1.
  • 57 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 51, 1 (trad. É. Littré).

29La procédure d’extraction du métal précieux par coupellation nécessitait la transformation des minerais de plomb par oxydation (formation de l’oxyde PbO) pour obtenir l’argent sous forme métallique. L’oxyde de plomb ou litharge56 était ensuite retraité lors d’une étape de réduction pour permettre la production de plomb métallique destiné à toutes sortes d’applications (le renforcement des carènes de navires, les conduites d’eau, des objets manufacturés comme de grandes pyxides, etc.), à la fabrication du pigment blanc et à d’autres produits dérivés, notamment des médicaments. À ce sujet, Pline l’Ancien s’étonnait des développements des pratiques de transformation chimique des matières : « Admirons l’expérience humaine, qui n’a rien laissé sans l’essayer de mille façons, pas même la lie et les résidus dégoûtants des choses57 ! ». C’est certainement cette production très importante du métal qui a pu conduire à la recherche de méthodes de préparation de nouveaux pigments. On estime que les opérations minières du Laurion ont abouti à la production de 1,75 million de tonnes de litharge et à 1,4 million de tonnes de plomb métallique.

  • 58 C. E. Conophagos (n. 55), p. 271.
  • 59 Les concentrations en argent dans les différents échantillons archéologiques de poudres cosmétiques (...)

30La mesure des éléments traces dans les échantillons de fard peut fournir des informations sur la nature des gisements de plomb qui ont été à l’origine de la matière première pour la synthèse, car la présence d’argent peut confirmer que les échantillons cosmétiques sont à relier aux activités métallurgiques de coupellation. Des études antérieures58 des scories anciennes du Laurion ont montré que la concentration résiduelle en argent s’élève à 125 ppm après la première étape de coupellation et à 100 ppm après la seconde étape. Des concentrations similaires peuvent donc être attendues ici. L’analyse de grains de poudre a été effectuée par spectrométrie de fluorescence des rayons X (XRF) par rayonnement synchrotron sur cinq fards de Thessalie. On remarque de manière générale une très grande pureté des composés de plomb59, les principaux éléments traces décelables étant l’argent, le fer, le cuivre et le zinc. Trois échantillons (BE15544, BE15545 et A11) contiennent des teneurs en argent comprises entre 50 et 100 ppm, qui sont comparables, bien que légèrement inférieures, à la concentration dans les scories de plomb après la seconde étape de coupellation. On peut cependant supposer que l’étape de synthèse chimique du pigment à partir du plomb métallique peut conduire à cette diminution : durant les lavages successifs du produit en milieu légèrement acide, une partition des éléments chimiques a pu avoir lieu. Au contraire, les échantillons BE16158, BE16683 et BE22624 contiennent moins de 10 ppm d’argent et peuvent être considérés comme issus d’un plomb provenant d’autres gisements non argentifères. De nombreuses sources de plomb sont en effet connues dans l’Est de la Méditerranée.

  • 60 Les variations de la composition isotopique de certains éléments, tels que le plomb, ont des signif (...)
  • 61 Ph. Walter et al., « Making Make-up in Ancient Egypt », Nature 397 (1999), p. 483-484 ; P. Martinet (...)

31Nous avons poursuivi cette étude par une mesure des rapports isotopiques du plomb qui peuvent permettre de préciser cette origine, dans la mesure où des mélanges du métal provenant de sources variées n’ont pas été réalisés60. Une telle approche a été également effectuée pour des fards de l’ancienne Égypte et a permis d’obtenir des résultats intéressants concernant l’exploitation des gisements de la mer Rouge mais aussi l’importation de galène provenant sans doute du Yémen ou d’Érythrée61. Les mesures ont été effectuées en collaboration au Laboratoire de sciences de la Terre de l’École normale supérieure de Lyon par spectrométrie de masse à double focalisation (analyseur électrostatique puis secteur magnétique et multicollecteurs Nu Plasma 500 HR). Les échantillons sont introduits sous forme liquide en milieu légèrement acide (HNO3 0,05 N). Cet instrument possède un haut pouvoir d’ionisation et permet une analyse rapide et précise. L’erreur sur les mesures est évaluée à 0,025 %, 0,001 % et 0,05 % respectivement pour les rapports 208Pb/206Pb,207Pb/206Pb et204Pb/206Pb.

  • 62 La base de données est disponible sur le site internet : http://www.brettscaife.net/lead/data/, con (...)

32Les rapports isotopiques sont reportés dans le tabl. 3, et sont complétés par des analyses correspondant à d’autres échantillons de fard blanc découvert à Éleusis, à Athènes, à Érétrie et à Derveni et décrits rapidement précédemment. La fig. 3 montre qu’une grande partie des échantillons se regroupe et que ceux-ci proviennent vraisemblablement des mêmes gisements d’origine. La base de données à laquelle nous nous sommes référés répertorie de nombreuses analyses réalisées entre 1967 et 1997, sur divers minerais de plomb méditerranéens, constitués en grande majorité de galènes62. On peut voir que certains échantillons provenant des sites de Thessalie, mais aussi d’Éleusis, d’Athènes (cimetière du Céramique) et d’Érétrie se trouvent, dans l’ensemble, constitués de minerais plombifères provenant des mines du Laurion. S’il existe de nombreux gisements au Laurion, il est assez délicat de les différencier à partir des bases de données dont nous disposons.

Tabl. 3 — Résultats des mesures isotopiques effectuées sur les échantillons de cosmétiques grecs après correction par rapport au standard interne introduit (Tl, 5 ppb) et au matériau de référence (NBS 981).

Tabl. 3 — Résultats des mesures isotopiques effectuées sur les échantillons de cosmétiques grecs après correction par rapport au standard interne introduit (Tl, 5 ppb) et au matériau de référence (NBS 981).

33Trois échantillons, déjà observés comme ne contenant que très peu de plomb (BE22624, BE15683 et BE15158) proviennent d’une ou plusieurs autres sources, peut-être de Chalcidique, de l’île d’Eubée ou de Thasos. Les deux premières hypothèses, proches géographiquement de Démétrias, semblent vraisemblables, mais aucune conclusion claire ne peut être établie du fait du fort recouvrement des ensembles d’origines dans cette zone du graphique. De plus, les gisements de plomb de ces régions étaient également souvent riches en argent et nous avons du mal à comprendre la grande pureté du blanc de plomb produit. Si l’approvisionnement des différents sites grecs en plomb provenant des mines du Laurion était attendu, il est vérifié ici qu’il est prépondérant sur les autres sources de provenance.

  • 63 Deux pyxides tripodes à figures rouges, musée national d’Archéologie à Athènes, inv. 13676 α et β ( (...)
  • 64 Ensemble de blocs de céruse sous forme de pastilles de 6,48 ± 0,96 g et de 2,90 ± 0,07 cm. Musée na (...)

34La grande importance de ce fard blanc a nécessité la mise en place d’un commerce. Les petites pyxides pouvaient être aisément transportées remplies de matière. Une autre manière consistait à mettre en forme la poudre en blocs compacts. C’est ce que l’on retrouve pour l’échantillon BE22624 par exemple. Cette préparation avant commercialisation a semble-t-il été perfectionnée à partir de la fin du ve s. av. J.-C., comme l’indiquent des découvertes d’Athènes63, de Derveni (tombe E, n° 32) mais aussi de Tanagra64 : le fard était alors façonné en pastilles de 27 à 29 mm de diamètre, placées ensuite dans de grandes pyxides tripodes ou dans des lékanès de céramique à couvercle bombé et ajusté, plus large que haut, dépassant rarement 10 cm de hauteur (fig. 4). Nous avons vérifié que la masse de chaque pastille est sensiblement identique et l’on peut donc penser que les ateliers de production de céruse ont pu rechercher une certaine standardisation pour la commercialisation de leurs produits. Une étude plus poussée considérant le système pondérale et éventuellement des textes reliés aux achats et inventaires permettra peut-être de mieux comprendre ce système économique.

Fig. 3 — Compositions isotopiques (208Pb/206Pb en fonction du rapport207Pb/206Pb et208Pb/206Pb en fonction du rapport204Pb/206Pb) des fards archéologiques comparés à celles de minerais de plomb provenant de différents gisements de Grèce et de Turquie (gisement turcs : Altinoluk, Gumuldur, Sofular, Taurus). Les échantillons archéologiques sont représentés en rouge (♦), les échantillons de Thessalie sont précisés par leur numéro d’inventaire.

(Graphique V. Adrymi)

Fig. 4 — Lékanè en céramique contenant des pastilles de blanc de plomb, cimetière du Céramique, tombe 64, zone 24, Athènes, musée du Céramique (cl. V. Adrymi).

Fig. 4 — Lékanè en céramique contenant des pastilles de blanc de plomb, cimetière du Céramique, tombe 64, zone 24, Athènes, musée du Céramique (cl. V. Adrymi).

35L’identification de fards dans de petites pyxides de formes particulières indique une association de cette forme avec les activités liées à la toilette. Leur ergonomie permet un usage très facile pour prélever un peu de poudre et la conserver dans les meilleures conditions. Au-delà de cet aspect, la découverte de blancs de plomb de bonne qualité sur deux sites maritimes de Thessalie, connus pour leurs échanges commerciaux avec le monde grec, peut être interprétée comme une conséquence d’un processus commercial d’importation à partir d’autres régions décrites pour la grande qualité de préparation de ce cosmétique – telles que Rhodes, Corinthe ou Sparte – ou liée à des immigrants qui auraient amené avec eux le pigment.

  • 65 Xénophon, Économique X 7, 2.
  • 66 Aristophane, L’Assemblée des femmes 878.
  • 67 Platon, Lysis 217 ; Anthologie Palatine XI 408, 3.
  • 68 Le texte d’Alexis est cité par Diodore de Sicile, II 23, 1, 9.
  • 69 Athénée, Deipnosophistes XIII 6, 3.
  • 70 Voir, par exemple, Souda, s.v. « ψιμύθιον ».

36On peut aussi se demander si la présence de psimythion dans des tombes d’adultes de Thèbes de Phthiotide et à Démétrias pourrait signifier que les défunts étaient des femmes. Toutefois, il est connu que l’habitude très répandue des femmes d’utiliser ce fard – ainsi que d’autres cosmétiques – a suscité des remarques négatives dès l’époque classique65. Ces commentaires renvoient à l’inefficacité de ces substances pour couvrir les défauts que provoque le temps66, ainsi qu’aux résultats artificiels en contraste avec la beauté naturelle67. Il est vrai que l’usage du psimythion par les hetairai est mentionné à partir du ive s. av. J.-C., comme l’atteste le poète comique Alexis, qui décrit l’usage du fard blanc comme un des artifices adoptés par les hetairai dans le but d’améliorer leur physique68. Plus tard, Athénée69 témoigne, selon la morale de son époque, que les femmes mariées ou sur le point de se marier et que celles qui attendaient des enfants n’utilisaient pas de maquillage. Néanmoins, il faut souligner que les textes de l’époque archaïque, classique et hellénistique n’associent en aucun cas l’usage du psimythion à des hetairai de la Grèce antique, contrairement aux textes des scholiastes tardifs qui caractérisent le produit comme la « couleur utilisée par des hetairai » (χρώμα εταιρικόν)70, sous l’influence sans doute de la morale de leur époque.

  • 71 Fr. Sokolowski, Lois sacrées des cités grecques (1978), n° 88.

37Preuve d’usage plus général est fournie, parmi d’autres, par le décret de Dymè71, qui a interdit, au iiie s. av. J.-C., l’usage de psimythion par des femmes qui participaient aux Démétria locales, alors que les fêtes de Déméter étaient ouvertes à la totalité des femmes grecques.

38En somme, les données archéologiques récentes de la région de Thessalie témoignent que l’usage du psimythion, qui s’avère être une habitude chère aux femmes de la Grèce, était répandue également en Thessalie.

Notes

1 Voir à ce sujet B. Grillet, Les femmes et les fards dans l’Antiquité grecque (1975) ; I. Bardies-Fronty, Ph. Walter, M. Bimbenet-Privat (éds), Le Bain et le Miroir (2009).

2 Les résultats sont issus d’une collaboration entre l’ancien Institut archéologique des études thessaliennes, l’ancienne XIIIe éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques de Volos (aujourd’hui, éphorie des Antiquités de Magnésie) et le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) pour mieux comprendre la nature et l’origine des fards en Thessalie, à l’époque hellénistique. Pour une présentation préliminaire, voir Ph. Walter et al., « Ταυτοποίηση του αρχαίου ελληνικού “Ψιμ (μ) υθίου” στη Θεσσαλία », dans 1°Διεθνές Συνέδριο Ιστορίας & Πολιτισμού της Θεσσαλίας. Πρακτικά Συνεδρίου 9-11 Νοεμβρίου 2006, Θεσσαλονίκη (2008), p. 289-301.

3 La plupart de ces recherches ont concerné l’époque romaine. Il s’agit notamment des travaux menés par le laboratoire du C2RMF (ministère de la Culture et de la Communication, CNRS), en collaboration avec L’Oréal Recherche, mais aussi ceux concernant Pompéi qui sont coordonnées par P. Baraldi à l’université de Modène, Italie (2008) : M. C. Gamberini et al., « MicroRaman and Infrared Spectroscopic Characterization of Ancient Cosmetics », Vibrational Spectroscopy 47 (2008), p. 82-90. Sur les parfums : N. Garnier, « Evidence of Ancient Perfumes Found in Ceramics », dans Meetings with the Past : Treasures for the Future, Exposition Amman 2005 (2005), p. 65-66 ; N. Garnier, D. Frère « Une archéologie de l’évanescent », dans Parfums de l’Antiquité : la rose de l’encens en Méditerranée, Exposition Mariemont 2008 (2008) ; E. Ribechini et al., « Gas Chromatographic and Mass Spectrometric Investigations of Organic Residues from Roman Glass Unguentaria », Journal of Chromatography A 1183, 1-2 (2008), p. 158-169. Et sur l’époque romaine, J. Perez-Arantegui, J. A. Paz-Peralta, E. Ortiz-Palomar, « Analysis of the Products Contained in Two Roman Glass Unguentaria from the Colony of Celsa (Spain) », Journal of Archaeological Science 23, 5 (1996), p. 649-655 ; P. W. Huq et al., « Combined Technique Analysis of the Composition of Punic Make-up Materials », Applied Physics A 83 (2006), p. 253-256.

4 C. Lanoe, La Poudre et le Fard : une histoire des cosmétiques de la Renaissance aux Lumières (2008).

5 T. L. Shear, « Psimythion », dans Classical Studies Presented to Edward Capps on his Seventeenth Birthday (1936), p. 314-317.

6 Voir par exemple Platon, Lysis 1, 14 ; Aristophane, L’Assemblée des femmes, 878-880 ; Xénophon, Économique X 2, 3 ; Plutarque, Alceste XXXIX 3, 1 ; Athénée, Deipnosophistes XIII 6, 3.

7 Euboulos, Comicorum atticorum fragmenta II, p. 198, n° 98.

8 Souda, s.v. « ψιμύθιον ». Pour la psimythion trouvée dans la tombe d’un acteur, voir U. Knigge, Der Kerameikos von Athen. Führung durch Ausgrabungen und Geschichte (1988), p. 114, fig. 111.

9 Strabon, IX 431, 433, 435. W. M. Leake, Travels in Northern Greece IV (1835), p. 358. A. Arvanitopoulos, PAE 1907, p. 161 ; PAE 1908, p. 163.

10 E. Rogers, The Copper Coinage of Thessaly (1932), p. 174, fig. 306.

11 Strabon, IX 435, 14.

12 Strabon, IX 5, 14-15. Plutarque, Démétrios 53, 3. Voir A. Batziou-Eustathiou, « Δημητριάδα. Ιστορικά στοιχεία-Ίδρυση της πόλης », dans E. Kontaxi (éd.), Αρχαία Δημητριάδα. Η διαδρομή της στο χρόνο. Πρακτικά Hμερίδας 9 Νοεμβρίου 1994, Βόλος (1996), p. 11-14 ; B. Intzesiloglou, « Ο συνοικισμός και η πολιτική οργάνωση της Δημητριάδας και του Κοινού των Μαγνήτων κατά την Ελληνιστική περίοδο », dans E. Kontaxi, op. cit., p. 91-109.

13 Tite-Live, XXXIX 25.

14 Polybe, V 100, 8.

15 Thèbes de Phthiotide : murailles, sanctuaire d’Athéna et d’Asclépios, théâtre, habitats, cimetières, voir AD 46 (1991), Chron., p. 208. Démétrias : agora, sanctuaires, théâtre, habitats, cimetières, voir AD 36 (1981), p. 249-250 ; AD 37 (1982), p. 227-229 ; AD 40 (1985), Chron., p. 185-186 ; AD 42 (1987), Chron., p. 251-253 ; AD 43 (1988), Chron., p. 241 ; AD 44 (1989), Chron., p. 241-242, 227-228 ; AD 45 (1990), Chron., p. 197-199 ; AD 47 (1992), Chron., p. 229 ; AD 48 (1993), Chron., p. 229-230 ; A. Batziou-Eustathiou, « Εργασίες στο Ανάκτορο Δημητριάδος 1991-1997 », dans P. Kalogerakou (éd.), Πρακτικά 1ης Επιστημονικής Συνάντησης « Tο Έργο των Εφορειών Αρχαιοτήτων και Νεωτέρων Μνημείων του ΥΠ. ΠΟ στη Θεσσαλία και στην ευρύτερη περιοχή της (1990-1998) » (2000), p. 293-300 ; A. Batziou-Eustathiou, P. Triantaphyllopoulou, « Νεότερα δεδομένα από τον Αρχαιολογικό χώρο της Δημητριάδος », dans P. Kalogerakou, op. cit., p. 301-307 ; A. Batziou-Eustathiou, « Δημητριάς 1998-2000 », dans A. Dimoglou (éd.), Μνημεία της Μαγνησίας. Πρακτικά Συνεδρίου Ανάδειξη του διαχρονικού μνημειακού πλούτου του Βόλου και της ευρύτερης περιοχής, Βόλος 11-13 Μαΐου 2001 (2002), p. 108-115.

16 Strabon, IX 431, 433, 435. W. M. Leake (n. 9), p. 358.

17 Pour la nécropole Est, voir D. R. Theocharis, AD 16 (1960), p. 183 ; D. R. Theocharis, G. Chourmouziades, « Ανασκαφαί τάφων Φθιωτίδων Θηβών », AAA III (1970), p. 204-207. Pour la nécropole Ouest, voir V. Adrymi-Sismani, « Αγρός Σακομήτρου », AD 47 (1992), Chron., p. 225-226 ; AD 48 (1993), Chron., p. 235-236. V. Adrymi-Sismani, « Ταφικά σύνολα από το δυτικό Νεκροταφείο των Φθιωτίδων Θηβών », dans Ελληνιστική Κεραμική από τη Θεσσαλία (2000), p. 133-146 ; V. Adrymi-Sismani, St. Alexandrou, « Ταφικά σύνολα από το νεκροταφείο των Φθιωτίδων Θηβών », dans Πρακτικά ΣΤΕπιστημονικής Συνάντησης για την Ελληνιστική Κεραμική, Βόλος (17-23 Απριλίου 2000) (2004), p. 73-88.

18 A38, A44, A20, A11, A15, A36. Les pyxides A38 et A36 ne contiennent aucun produit.

19 A32, A27. La pyxide A27 ne contient pas de produit.

20 Terrain Tokalis, tombe 3. La datation de la pyxide a été effectuée à l’aide des autres trouvailles de la tombe : voir infra, p. 249.

21 Voir A. Intzesiloglou, AD 36 (1981), p. 249 ; AD 37 (1982), p. 226 ; AD 39 (1984), p. 144. A. Batziou-Eustathiou, AD 37 (1982), p. 229 ; AD 45 (1990), p. 199-201 ; E. Nikolaou, AD 51 (1996), p. 336-337. Voir aussi id., « Ανασκαφή του Βορείου Νεκροταφείου της αρχαίας Δημητριάδας », dans P. Kalogerakou (n. 15), p. 309-314 ; id., « Το Βόρειο Νεκροταφείο της Αρχαίας Δημητριάδας », dans Ελληνιστική Κεραμική (n. 17), p. 45-58 ; id., « Οι πήλινοι λύχνοι από το Βόρειο Νεκροταφείο της Αρχαίας Δημητριάδας », dans Πρακτικά ΣΤ’ Επιστημονικής Συνάντησης (n. 17), p. 47-66.

22 E. Nikolaou (n. 21, dans P. Kalogerakou).

23 E. Nikolaou, dans Ελληνιστική Κεραμική.

24 E. Nikolaou, dans Πρακτικά ΣΤΕπιστημονικής Συνάντησης.

25 C’est le cas des pyxides BE15544 et BE15545 qui proviennent des tombes 393 et 417 ; voir E. Nikolaou, « Πήλινες πυξίδες από την αρχαία Δημητριάδα », dans Πρακτικά Ζ΄ Επιστημονικής Συνάντησης για την Ελληνιστική Κεραμική, Αίγιο 2004 (2011), p. 799-802.

26 Comme les pyxides BE16158 et BE16683 provenant de la tombe 771, ainsi que BE22624 de la tombe 439.

27 B. A. Sparkes, L. Tallcott, Black and Plain Pottery of the 6th, 5th and 4th Centuries B.C., Agora XII 1 (1970), p. 173, 177-178, nos 1311-1312 ; XII 2, fig. 11 ; S. I. Rotroff, Hellenistic Pottery : Athenian and Imported Wheelmade Table Ware and Related Material, Agora XXIX (1997), p. 363, nos 1247, 1249, fig. 93.

28 Voir M. Lilibaki-Akamati, Λαξευτοί Θαλαμωτοί Τάφοι Πέλλας (1994), p. 242, nos 149-152, fig. 21. St. Drougou, G. Touratsoglou, Ελληνιστικοί λαξευτοί τάφοι Βεροίας (1980), p. 83-84. C. W. Blegen, H. Palmer, R. S. Young, The North Cemetery, Corinth XIII (1964), p. 291, tombe 491, n° 8, fig. 76. A. Doulgeri-Intzesiloglou, « Τα Ελληνιστικά λυχνάρια των Φερών », dans Πρακτικά Γ΄ Συνάντησης για την Ελληνιστική Κεραμική, Αθήνα (1994), p. 366, tombe 10 et n. 13. Pour plus de détails, voir E. Nikolaou, dans Πρακτικά ΣΤΕπιστημονικής Συνάντησης, p. 47-66 ; E. Nikolaou (n. 25).

29 Une pyxide à couvercle, semblable aux pyxides les plus anciennes de Démétrias a été trouvée à Aineia en Macédoine, dans une tombe à ciste très riche en mobilier funéraire qui appartenait à une femme adulte décédée dans la force de l’âge, voir à ce propos I. Vokotopoulou, Ταφικοί Τύμβοι Αίνειας (1990), p. 69, n° 7702, et p. 51-52, n. 97 (tumulus I, tombe III). Par ailleurs, un grand nombre de pyxides – dont une contient des traces de poudre blanche - a été découvert dans des tombes à chambre appartenant à des femmes de Véroia, datées des iiie et iie s. av. J.-C. (V. Alamani, K. Tzanavari, « Πήλινες πυξίδες από τη Βέροια. Χρονολογικές ενδείξεις », dans Β’ Επιστημονική Συνάντηση για την Ελληνιστική Κεραμική [1990], p. 151-159).

30 E. Welcomme et al., « Investigation on White Pigments Used as Makeup during the Greco-Roman Period », Applied Physics A 83, 4, (2005), p. 551-556.

31 Ces analyses ont été réalisées grâce au développement de méthodologies analytiques nouvelles (MALDI-ToF et SERS) mises en œuvre en collaboration avec l’Institut de chimie des substances naturelles du CNRS à Gif-sur-Yvette et le Laboratoire de dynamique, interactions et réactivité de Thiais.

32 Vitruve, De Architectura VII 14 (trad. Ch. L. Maufras).

33 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXV 26-27.

34 E. Van Elslande, S. Lecomte, A.-S. Le Hô, « Micro-Raman Spectroscopy (MRS) and Surface-Enhanced Raman Scattering (SERS) on Organic Colourants in Archaeological Pigments », Journal of Raman Spectroscopy 39, 8 (2008), p. 1001-1006. E. Van Elslande et al., « Analysis of Ancient Greco-Roman Cosmetic Materials Using Laser Desorption Ionization and Electrospray Ionization Mass Spectrometry », Analytical and Bioanalytical Chemistry 390, 7 (2008), p. 1873-1879. Les échantillons proviennent de la tombe E de Derveni, du mobilier de la tombe d’Érétrie conservé au musée du Louvre (Ca508) et de la tombe 64, zone 24 du cimetière du Céramique à Athènes. Voir ici même infra, n. 48 à 51.

35 G. Tsoucaris, Ph. Walter, « Ancient Crystalline Materials for the Arts of Beauty : Egyptian versus Greek Cosmetics », dans Congrès international de cristallographie, Florence, Italie (Août 2005), Acta Cryst. (2005), A61, c43 ; G. Tsoucaris, J. Lipkowski, Molecular and Structural Archaeology. Cosmetic and Therapeutic Chemicals (2003).

36 Théophraste, De Lapidibus 56.

37 Vitruve, De Architectura VIII 6, 1.

38 Dioscoride, 5, 88, 1-6.

39 Voir supra, n. 33.

40 I. Bardies-Fronty, Ph. Walter, M. Bimbenet-Privat (n. 1).

41 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 54.

42 Galien, Adhortatio ad artes addiscendas 10.

43 Voir, à ce propos, G. Platz-Horster, Antike Gläser, Exposition Berlin 1976-1977 (1976), p. 56, n° 99.

44 O. A. Rhousopoulos, Beitrage aus der Geschichte der Chemie den Gedachtnis von Georg W. A. Kahlbaum (1909), p. 193.

45 T. L. Shear (n. 5) ; W. Foster, « Grecian and Roman Stucco, Mortar, and Glass », Journal of Chemical Education XI (1934), p. 225-223.

46 E. R. Caley, « The American Excavations in the Athenian Agora : Twenty-Sixth Report, Ancient Greek Pigments from the Agora », Hesperia XIV (1945), p. 153-155.

47 Échantillon E32a. Il s’agit de bloc de pigments blanc de 2,9 cm de diamètre. Voir à ce sujet P. G. Themelis, I. P. Touratsoglou, Οι τάφοι του Δερβενίου (1997).

48 Échantillons EL01 et EL02 provenant d’un sarcophage féminin (n° 14, OM130i et OM130k des fouilles de 1988) et EL12 provenant d’un autre sarcophage (OM137.23 des fouilles de 1988).

49 Il s’agit de la tombe de Makareus, un jeune acteur et poète. Voir à ce sujet U. Knigge (n. 8), p. 114, fig. 111 ; W. K. Kovacsovics, De Eckterrasse an der Gräberstrasse des Kerameikos (1990).

50 Musée du Louvre, CA508. Le blanc de plomb participe ici à la formulation d’un fard rose, par mélange avec un oxyde de fer.

51 Voir M. I. Pologiorgi, Μνημεία του Δυτικού Νεκροταφείου του Ορωπού (1998), p. 92, 97, fig. 39ε (à droite).

52 Ph. Walter, E. Van Elslande, « L’analyse des fards », dans I. Bardies-Fronty, Ph. Walter, M. Bimbenet-Privat (n. 1), p. 126-141.

53 E. Ch. Kakavogiannis, Μέταλλα εργάσιμα και συγκεχωρημένα. Η οργάνωση της εκμετάλλευσης του ορυκτού πλούτου της Λαυρεωτικής από την Αθηναϊκή Δημοκρατία (2005).

54 E. Ch. Karavogiannis (n. 53), p. 261-281, 290-292.

55 C. E. Conophagos, Archaeometry (1989). Ces estimations sont fondées sur les analyses du minerai de plomb d’origine, de la litharge alors produite par le procédé de coupellation et du plomb métallique de l’époque classique.

56 Dioscoride, V 87, 1.

57 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 51, 1 (trad. É. Littré).

58 C. E. Conophagos (n. 55), p. 271.

59 Les concentrations en argent dans les différents échantillons archéologiques de poudres cosmétiques étudiés sont déterminées à partir de mesures du signal de fluorescence X en sélectionnant une énergie au-delà du seuil d’absorption K de l’argent (28keV), avec un faisceau microfocalisé à l’European Synchrotron Radiation Facility à Grenoble, sur la ligne ID18F.

60 Les variations de la composition isotopique de certains éléments, tels que le plomb, ont des significations géologiques qui reflètent l’histoire de la formation des roches et des minerais. De nombreux travaux ont été réalisés pour retrouver l’origine du plomb contenu dans des objets en plomb ou en bronze, et fournissent une large base de données permettant le rapprochement des résultats obtenus sur des échantillons d’origine inconnue à des gisements de référence. Voir à ce sujet N. H. Gale, Z. A. Stos-Gale, « Le plomb et l’argent dans la mer Égée à l’âge du Bronze », Pour la Science 176 (1981), p. 70-81 ; Z. A. Stos-Gale, N. H. Gale, « The Sources of Mycenaean Silver and Lead », Journal of Field Archaeology 9 (1982), p. 467-485 ; I. L. Barnes et al., « The Possible Change of the Lead Isotope Ratios in the Manufacture of Pigments : A Fractionation Experiment », Archaeological Chemistry II (1978), p. 273-277.

61 Ph. Walter et al., « Making Make-up in Ancient Egypt », Nature 397 (1999), p. 483-484 ; P. Martinetto et al., « Approvisionnement et usage cosmétique de la galène dans l’Égypte Ancienne », ABC Mines 19 (2001), p. 13-19.

62 La base de données est disponible sur le site internet : http://www.brettscaife.net/lead/data/, consulté le 21 novembre 2016. Des études spécifiques ont également permis d’éclairer nos résultats tels que les travaux de N. H. Gale et de Z. A. Stos-Gale (voir n. 60), ou encore ceux qui décrivent plus particulièrement les résultats concernant les mines du Laurion : I. L. Barnes et al., « Isotopic Analysis of Laurion Lead Ores, Archaeological Chemistry », American Chemical Society (1974), p. 1-10.

63 Deux pyxides tripodes à figures rouges, musée national d’Archéologie à Athènes, inv. 13676 α et β (410-400 av. J.-C.). Diamètre des pastilles dans chaque pyxide : 2,90 ± 0,09 cm (8,45 ± 1,19 g) et 2,72 ± 0,19 cm.

64 Ensemble de blocs de céruse sous forme de pastilles de 6,48 ± 0,96 g et de 2,90 ± 0,07 cm. Musée national d’Archéologie à Athènes, inv. 11332.

65 Xénophon, Économique X 7, 2.

66 Aristophane, L’Assemblée des femmes 878.

67 Platon, Lysis 217 ; Anthologie Palatine XI 408, 3.

68 Le texte d’Alexis est cité par Diodore de Sicile, II 23, 1, 9.

69 Athénée, Deipnosophistes XIII 6, 3.

70 Voir, par exemple, Souda, s.v. « ψιμύθιον ».

71 Fr. Sokolowski, Lois sacrées des cités grecques (1978), n° 88.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 — a. Pyxide remplie de fard blanc provenant de Thèbes de Phthiotide (A11). b. Pyxide remplie de fard blanc provenant de Démétrias (BE15544). c. Détail du contenu du flacon provenant de Démétrias. d. Fard rose provenant d’une lékanè brisée (BE22624) de Démétrias (Cl. V. Adrymi).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tabl. 1 — Composition des échantillons de Thessalie analysés par diffraction des rayons X quantitative.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Fig. 2 — a. Observations au microscope électronique à balayage de la morphologie des grains de céruse : cérusite, pyxide A11, Thèbes de Phthiotide (cl. V. Adrymi). b. Observations au microscope électronique à balayage de la morphologie des grains de céruse : cérusite et hydrocérusite, pyxide BE15544, Démétrias (cl. V. Adrymi).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Tabl. 3 — Résultats des mesures isotopiques effectuées sur les échantillons de cosmétiques grecs après correction par rapport au standard interne introduit (Tl, 5 ppb) et au matériau de référence (NBS 981).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8562/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8562/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Fig. 4 — Lékanè en céramique contenant des pastilles de blanc de plomb, cimetière du Céramique, tombe 64, zone 24, Athènes, musée du Céramique (cl. V. Adrymi).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8562/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

Auteurs

Directrice émérite de l’Institut archéologique d’études thessaliennes, Volos, Grèce.

Éphorie des Antiquités de Magnésie, Volos, Grèce.

Éphorie des Antiquités de Magnésie, Volos, Grèce.

Faculté des Lettres, université d’Oxford, Royaume-Uni.

Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (LAMS), UMR 8220 du CNRS, université Paris-VI Pierre-et-Marie-Curie, Paris, France.

Commissariat à l’énergie atomique, Marcoule, Bagnols-sur-Cèze, France.

Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (LAMS), UMR 8220 du CNRS, université Paris-VI Pierre-et-Marie-Curie, Paris, France.

Laboratoire d’archéologie moléculaire et structurale (LAMS), UMR 8220 du CNRS, université Paris-VI Pierre-et-Marie-Curie, Paris, France.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search