Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Deuxième partie – Étude matérielle

Conclusion

Texte intégral

1La forme, l’emplacement et le support d’un monument honorifique, qu’il soit public ou privé, résultent de choix matériels qui, à toutes les étapes de la réalisation, permettent de conformer les attentes des commanditaires aux contraintes architecturales, financières et légales qu’impose l’installation d’une représentation dans l’espace public comme dans l’espace privé. La beauté et la visibilité, qui distinguent les représentations honorifiques les plus remarquables, sont donc soumises aux respects de normes relatives aussi bien à l’urbanisme qu’à la réglementation de l’ostentation sociale. C’est pourquoi, en fonction des ressources économiques et politiques des commanditaires, des qualités du personnage honoré, du site retenu, mais aussi des traditions locales, la représentation honorifique peut varier du simple tableau accroché à un mur à la statue colossale en bronze érigée sur une haute colonne.

2La détermination de l’emplacement, critère essentiel dans l’apparence finale d’un monument honorifique, connaît, au cours de la période étudiée, une évolution significative, liée au développement monumental des agoras et des sanctuaires. En effet, alors qu’au cours de l’époque classique et de la haute époque hellénistique, les représentations honorifiques sont volontiers exposées à l’air libre, dans un espace dégagé, elles sont, à la basse époque hellénistique, installées plus fréquemment à l’intérieur des monuments publics et religieux, qui leur servent d’écrin. Cette évolution s’accompagne d’une inflexion dans le choix du matériau : les statues abritées de l’époque hellénistique avancée sont souvent en marbre, alors que le bronze est le matériau par excellence de la représentation honorifique durant la haute époque hellénistique.

3Les supports choisis pour l’exposition des œuvres se diversifient également au cours de la période étudiée. Les bases simples et les dispositions paratactiques, qui dominent à l’époque classique, laissent progressivement place à des compositions plus audacieuses. Par leurs formes, leurs dimensions et leurs décors variés, les supports de statues deviennent ainsi des éléments décoratifs essentiels dans l’apparence du monument.

4Ces monuments coûteux, parfois très ambitieux, doivent être régulièrement entretenus et protégés contre les mutilations et convoitises. Les nombreux textes relatifs à la destruction et au remploi de représentations honorifiques témoignent de leur haute importance politique et sociale. Ces pratiques, jamais anodines, sont l’expression des rapports de forces entre cités et entre puissances. Détruire une représentation honorifique ou la mutiler, constitue en effet non seulement une humiliation pour le personnage honoré et sa famille, mais aussi un acte de mépris envers les institutions à l’origine des honneurs. Les guerres et les périodes de stasis sont bien sûr les moments les plus favorables à ces destructions.

5Le contexte d’installation est donc fondamental pour l’étude de la représentation honorifique. L’approche iconographique de ce genre, proposée dans les pages qui suivent, prend en compte, autant que possible, l’ensemble des données matérielles permettant de restituer le mode d’exposition des œuvres, afin de ne pas oublier que les représentations honorifiques ne sont pas uniquement des images, mais de véritables monuments.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search