Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Arts polychromes et dorés, synthèses et études de cas

Le verre incolore dans l’Antiquité : de l’histoire de la production à l’histoire du goût

Colourless glass in Antiquity. From the history of production to the history of taste

Το άχρωμο γυαλί στην αρχαιότητα: από την ιστορία της παραγωγής στην ιστορία του γούστου

Marie-Dominique Nenna

Résumé

Le verre brut, à l’issue de la phase de la production primaire, présente une coloration bleutée ou verte due aux impuretés contenues dans le sable employé. Pour obtenir un verre incolore, les Anciens avaient recours à la décoloration à l’aide de manganèse ou d’antimoine, ou bien sélectionnaient des sables particulièrement purs. Entre la seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C. et le ier s. apr. J.-C., le verre incolore est utilisé de manière sporadique, le goût pour les couleurs vives étant dominant aussi bien aux époques classique et hellénistique, qu’au début de l’époque impériale après l’invention du verre soufflé. Dans le dernier tiers du ier s. apr. J.-C., un renversement s’opère et le verre incolore devient pour deux siècles un matériau de prix, comme en témoigne l’édit du Maximum. Employé aussi bien dans le service de table que dans le verre architectural, il semble être le support idéal des gravures en creux et en relief, mais aussi des décors appliqués, eux-mêmes incolores, ou bien de couleurs variées. Son emploi se restreint au ive s. et il semble disparaître dans le courant du ve s. apr. J.-C. On tentera ici d’expliquer l’origine de ces grands mouvements qui relèvent d’un faisceau de données conjuguant production et approvisionnement, imitation et rivalité avec le cristal de roche, goût pour la transparence et le miroitement de la lumière.

Texte intégral

1Cette contribution consacrée au verre incolore dans l’Antiquité pourrait paraître incongrue dans un volume portant sur la couleur, mais nous essaierons de démontrer le contraire car d’un côté produire un verre incolore requiert des opérations particulières et, de l’autre, choisir un verre incolore pour sa vaisselle de table ou ses vitres est autant une affaire d’offre que de demande, de moyens que de goûts.

  • 1 Pour les nouveaux acquis dans la recherche sur le verre antique, voir E. M. Stern, « Glass Producti (...)

2Depuis une vingtaine d’années, l’étude du verre antique a fait des progrès considérables aussi bien dans le domaine des conditions de production, que dans celui des objets finis. On a en effet reconnu que les tâches de production se divisaient en deux étapes avec, d’un côté, les ateliers dits primaires qui produisent la matière brute à partir de deux composants principaux, le sable et le fondant – natron ou cendres végétales –, et de l’autre les ateliers dits secondaires qui refondent le verre brut pour en faire des objets. Jusque vers les années 30 av. J.-C., production du verre brut et production d’objets finis restent l’apanage de la partie orientale de la Méditerranée. Avec l’invention du verre soufflé, d’objet de luxe, le verre devient un matériau commun et la diffusion de la technique elle-même s’opère dans l’ensemble de l’Empire1.

  • 2 La recherche analytique sur le verre incolore a surtout porté sur des verres d’époque romaine, voir (...)

3Les analyses chimiques qui se sont fortement développées ces dernières années2 ont permis d’un côté de montrer que, lorsqu’il s’agissait de rechercher la provenance d’un verre, il fallait remonter aux caractéristiques du sable employé, de l’autre qu’obtenir un verre incolore requérait des opérations supplémentaires. En effet, le verre issu d’un simple mélange de sable et de fondant, le natron principalement pour l’époque gréco-romaine, présente une coloration bleutée ou verte due aux impuretés apportées par l’oxyde ferreux ; ainsi dans les verres qui sont fabriqués avec le sable de la rivière Bélus, la concentration moyenne en oxyde de fer (compté en Fe2O3) est de 0,6 %, ce qui n’est pas très élevé, mais elle est de 1,1 % dans les verres du Wadi Natrun et de 1,7 % dans ceux de Maréotide.

  • 3 M. Picon, « In vitro veritas », dans D. Foy, M.-D. Nenna, Tout feu, tout sable : mille ans de verre (...)

4Le mélange vitrifiable doit être donc décoloré si l’on veut obtenir un verre incolore3. Trois solutions ont été découvertes par les verriers antiques, ils ont pu :

  • Ajouter au mélange vitrifiable de l’antimoine, issu de la stibine : les verres incolores antiques présentent des concentrations allant de 0,5 à 2 %. À des taux d’environ 5 à 10 %, on obtient un blanc opaque avec les verres alcalins ;

  • Ajouter au mélange vitrifiable du manganèse : les verres incolores antiques présentent des concentrations allant de 0,3 à 1,7 %. À des taux entre 1 à 3 %, on obtient un verre violet ;

  • Choisir un sable contenant le moins de fer possible, ce qui, néanmoins, pose des problèmes au niveau de l’apport en agent stabilisant, autrement dit en calcium.

  • 4 M.-D. Nenna, M. Vichy, M. Picon, « Ateliers primaires et secondaires de verriers en Égypte à l’époq (...)
  • 5 S. D. Fontaine, D. Foy, « L’épave Ouest-Embiez 1, Var. Le commerce maritime du verre brut et manufa (...)

5L’évolution générale au cours du temps de ces deux décolorants présente une large domination de l’antimoine aux périodes les plus anciennes, et du manganèse aux périodes plus récentes, celui-ci étant pratiquement le seul représenté à partir du ve s. apr. J.-C. La décoloration du verre s’effectue dès les ateliers primaires, comme l’ont montré les découvertes du Wadi Natrun et de Maréotide4 et le chargement de l’épave des Embiez5. Les blocs de verre brut livrés dans les ateliers secondaires peuvent être mêlés à du verre recyclé, et l’on obtient donc parfois des résultats d’analyses témoignant de la présence conjointe d’antimoine et de manganèse. Ajoutons enfin que le verre dit incolore est souvent à l’œil teinté de violet, de vert ou de jaune, en raison de ses composantes et de son épaisseur.

1. Le verre assyrien

  • 6 A. von Saldern, « Other Mesopotamian Glass Vessels (1500-600 B.C.) », dans Glass and Glassmaking in (...)
  • 7 M. Vickers, « Rock Crystal : The Key to Cut Glass and Diatreta in Persia and Rome », JRA 9 (1996), (...)
  • 8 A. von Saldern, « Appendix III : Glass », dans E. M. L. Mallowan, Nimrud and its Remains (1966), p. (...)
  • 9 J. J. Orchard, R. H. Brill, « Some Miniature Painted Glass Plaques from Fort Shalmanaser, Nimrud Pa (...)
  • 10 V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna, Les verres antiques du musée du Louvre I. Contenants à parfum en (...)
  • 11 V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna (n. 10), n° 196.
  • 12 J. J. Orchard, R. H. Brill (n. 9) ; J. Curtis, « Glass Inlays and Nimrud Ivories », Iraq 61 (1999), (...)

6Tout au long du IIe millénaire, le verre est aussi bien dans le monde mésopotamien que dans le monde égyptien ou égéen un substitut aux pierres semi-précieuses colorées, comme la turquoise, le lapis-lazuli ou le jaspe. La première floraison du verre incolore s’effectue dans le courant du viiie s. et au début du viie s. av. J.-C. dans le monde assyrien avec des pièces de vaisselle et des éléments d’incrustation6. Cette apparition du verre incolore a pour corollaire la recherche de la translucidité et, degré supplémentaire, de la transparence. La présence du verre incolore est régulièrement mise en rapport avec une volonté d’imitation du cristal de roche, à cette époque, comme à des époques bien postérieures7. Le site de Nimrud a ainsi livré, à côté de vases non décolorés en verre bleu-vert ou colorés en verre violet et bleu turquoise, une série de bols incolores, le plus souvent sans décor8. Les analyses effectuées sur le mobilier de Nimrud attestent une composition aux cendres de plantes décolorée à l’aide d’antimoine9. Cette production de luxe a essaimé vers l’Ouest, avec des exemples en Crète (Fortetsa) et en Italie10, mais aussi vers le Sud avec un bol profond en verre incolore découvert à Abydos11. À côté des vases de table, signalons toujours à Nimrud, l’emploi du verre incolore dans de petites appliques de meuble peintes de motifs égyptisants12.

  • 13 J. Duncan Jones, « Glass Vessels from Gordion : Trade and Influence along the Royal Road », dans L. (...)

7Les centres de production de certaines catégories de vases ou d’éléments de parure qui partagent ce même goût pour la transparence et l’incolore sont discutés et certains plaident pour des ateliers régionaux, même si le très petit nombre d’objets conservés ne peut que pousser à laisser la question ouverte. Ainsi, deux exemples de bols à omphalos mis au jour à Gordion et datés de la première moitié du viiie s. av. J.-C.13, l’un connu depuis longtemps, l’autre fragmentaire publié récemment, suscitent des questionnements. La coupe complète a été trouvée dans le tumulus P, brisée à la suite de la chute de la table sur laquelle elle reposait à l’intérieur d’une coupe en bronze. D’une épaisseur atteignant 1 cm par endroits, elle présente un décor de calice de pétales sur ses faces interne et externe. Le décor est obtenu par moulage pour la face externe, mais probablement retravaillé après moulage pour la paroi interne. En raison de la qualité exceptionnelle de son verre incolore, de sa forme à omphalos, et de sa décoration proche de celle de la vaisselle en bronze phrygienne, J. Duncan Jones s’interroge sur son lieu de production et y verrait volontiers un atelier local.

  • 14 V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna, Les verres antiques du musée du Louvre II. Vaisselle et contenant (...)
  • 15 M.-D. Nenna, « Contenants et vaisselle de verre », dans S. Fourrier, A. Hermary (éds), Le sanctuair (...)
  • 16 D. Barag, « Cosmetic Glass Palettes from the Eighth-Seventh Centuries B.C. », JGS 24 (1982), p. 11- (...)
  • 17 D. Barag, « Glass Inlays in Phoenician Ivories Glass and Stone Vessels », dans Annales du 12e congr (...)

8On s’interroge aussi sur le lieu de production de palettes à cosmétique, dont un exemplaire provenant d’Égypte, conservé au Louvre14, et un autre découvert sur l’acropole d’Amathonte15 viennent d’être publiés récemment. Ces pièces appartiennent à une toute petite série (sept exemplaires connus au total) en verre moulé verdâtre, bleuté, vert-jaune, bleu opaque, mais aussi incolore, produite entre le viiie s. et le vie s. av. J.-C.16. Les palettes à cosmétique de ce type étaient réalisées le plus souvent en pierre – certaines étaient ornées d’éléments d’incrustation en verre17, mais on connaît aussi quelques exemplaires en faïence. Parmi les pièces en verre, deux ont été mises au jour à Megiddo dans un contexte datant de la fin du viiie s. ou du viie s. av. J.-C., deux ont été achetées en Israël, la dernière (collection Ernesto Wolf) a été acquise sur le marché de l’art. La palette découverte à Amathonte provient d’un contexte perturbé, mêlant des éléments de la fin de l’époque hellénistique et d’autres datant du moment du pillage du temple, qui ne peut donc fournir aucune indication chronologique fiable. L’origine de ces pièces est encore imprécise et on ne possède pas d’éléments qui permettent de trancher entre le Levant, où ces pièces semblent avoir été le plus souvent découvertes, et l’Assyrie.

  • 18 P. Triantafyllidis, « The Art and the Craft of Glass in South-East Aegean », dans G. Kordas (éd.), (...)
  • 19 Une partie est conservée au British Museum : M. Spaer, Ancient Glass in the Israel Museum : Beads a (...)

9Enfin on s’interroge sur le lieu de production d’une série de perles sphériques incolores d’un verre de belle qualité, que l’on trouve depuis l’Italie jusqu’à l’Urartu. Elles sont particulièrement abondantes à Rhodes dans des contextes votifs et funéraires allant du viiie s. au début du vie s. av. J.-C.18, plus de 3500 exemplaires proviennent du dépôt votif du temple d’Athéna à Camiros19. Leur lieu de production reste inconnu, mais on ne peut exclure qu’à côté de l’Assyrie, des centres de production aient vu le jour au Levant et peut-être à Rhodes.

2. Verres de style dit achéménide et verres macédoniens et rhodiens

  • 20 G. Platz-Horster, « Herstellung und Wert von Glas-Skarabäoiden », dans Annales du 14e congrès de l’ (...)
  • 21 W. Schiering, Die Werkstatt des Pheidias in Olympia II. Werkstattfunde, Olympische Forschungen XVII (...)

10Entre le viie s. et le deuxième quart du ive s. av. J.-C., on ne dispose pas de pièces de vaisselle assez bien datées pour attester la continuité de la production de vaisselle, en revanche, les éléments de parure, comme les intailles en verre scaraboïdes qui apparaissent dans la seconde moitié du ve s. av. J.-C.20, ou les éléments de décor des statues chryséléphantines d’Olympie et d’Élée en verre incolore décolorés à l’antimoine21, témoignent de la continuité d’un apport en matière brute incolore dans le monde égéen.

  • 22 D. Ignatiadou, « Catalogue Raisonné of Finds from the Cavity in the Tomb Chamber of Maussollos and (...)
  • 23 M. Vickers (n. 7) voit dans ce que l’on a coutume d’appeler la vaisselle achéménide des imitations (...)
  • 24 J. A. Stratis, E. Mirtsou, « Catalogue raisonné of Finds from the Cavity in the Tomb Chamber of Mau (...)

11Les études minutieuses de D. Ignatiadou22 ont montré que la renaissance de la vaisselle en verre incolore se fait au plus tôt dans le deuxième quart du ive s. av. J.-C. et que ses témoins les plus anciens en sont le mobilier funéraire en verre de Mausole et d’Artémise morts respectivement en 353 et 351 av. J.-C. À partir du matériel très fragmentaire, il a été possible d’identifier au moins huit vases aux formes et au décor d’inspiration métallique23 : deux gobelets en calice, quatre gobelets coniques, une situle à protomé d’animal et un bol. Les analyses chimiques montrent qu’il s’agit d’un verre au natron décoloré à l’antimoine24. Le centre de production de cette vaisselle reste inconnu.

  • 25 Voir D. Ignatiadou, « Colorless Glass in Late Classical and Early Hellenistic Macedonia », JGS 44 ( (...)
  • 26 R. H. Brill (n. 21), p. 11-23.
  • 27 D. Ignatiadou, « Three Cast Vessels from a Macedonian Tomb at Pydna », dans Annales du 14e congrès (...)

12Mais deux foyers de production semblent se développer dans la seconde moitié du ive s. av. J.-C., l’un en Macédoine et l’autre à Rhodes. L’atelier macédonien fournit les tombes royales et princières, et plus largement les tombes dites riches de formes de vases ouverts assez variées, skyphos, bols à bord droit ou évasé à décor de calice végétal, coupelles à couvercle concave25. Il emploie du verre incolore, décoloré à l’antimoine comme l’ont montré les analyses effectuées sur les verres de Vergina26 et de Pydna27, et développe des décors peints et des décors à l’or et à l’argent aussi bien pour les vases que pour les éléments d’incrustation de meubles et d’armes d’apparat.

  • 28 P. Triantafyllidis, Ροδιακή Υαλουργία I (2000).
  • 29 Ibid., p. 106-115, 200.

13L’atelier rhodien a recours au verre incolore et au verre bleu-vert non décoloré pour réaliser entre le deuxième tiers du ive s. et le début du iie s. av. J.-C. des bols hémisphériques profonds ou peu profonds et des coupes basses à décor de calice végétal, ainsi que des assiettes de différents types, coupelle convexe et alabastre sans décor28. Les analyses chimiques montrent qu’il s’agit, pour les pièces incolores, d’un verre au natron décoloré à l’antimoine29. Dans les deux cas, l’origine de la matière brute elle-même est encore inconnue.

3. Verres de l’époque hellénistique

  • 30 On ne dispose pas de synthèse récente sur ce groupe, pour de premières indications, voir V. Arveill (...)
  • 31 M.-D. Nenna, « Le mobilier en verre », dans M.-D. Nenna, J.-Y. Empereur (éds), Nécropolis 1, Études (...)
  • 32 La collection Gorga constituée à la fin du xixe s. en offre un exemple des plus démonstratifs, voir (...)
  • 33 Gl. Davidson Weinberg, « Glass Manufacture in Hellenistic Rhodes », ArchDelt Meletai 24 (1969), p.  (...)
  • 34 R. H. Brill (n. 21), p. 16-18, tabl. 3 ; id., Chemical Analyses of Early Glasses 2. The Table Analy (...)

14Les verreries de la fin du iiie s.-début du iie s., appartenant au groupe dit de Canosa30, sont, elles aussi, faites essentiellement en verre incolore, même si l’on note quelques pièces en verre bleu foncé ou vert. On y rencontre des formes diverses de vases à boire : cratère, skyphos, bol conique à fond convexe ou aplati, bol hémisphérique profond ou peu profond à bord évasé, ainsi que quelques vases à servir : assiette à bord droit ou évasé, coupelle carrée. L’emploi du décor à l’or se poursuit avec des peintures à l’or, mais aussi des vases où des feuilles d’or découpées en motifs géométriques, végétaux et figurés sont insérées entre deux parois de verre. Associées à ce groupe, on trouve des bagues entièrement réalisées en verre incolore, parfois décorées à l’or, et par opposition quelques-unes en verre bleu foncé, seconde couleur en ordre d’apparition dans ce groupe, mais bien derrière le verre incolore31. C’est à cette époque que se développe pour la première fois dans la vaisselle de table le goût pour la polychromie et l’opacité, avec les vases en verre mosaïqué et reticelli, façonnés à partir d’éléments préfabriqués. Ce goût pour la polychromie va se maintenir pendant toute la période hellénistique et trouver une splendide et abondante floraison dans la Rome augustéenne32. Depuis le viiie s. av. J.-C. jusqu’à cette époque, la vaisselle de verre est un produit de luxe dont les attestations ne dépassent guère la centaine pour chacun des groupes. Les contenants à huile parfumée, à l’exception de quelques alabastres, sont des vases polychromes, aux couleurs opacifiées par le bas niveau de fusion du verre brut qui ne dévoilent en rien la couleur de leur contenu. À ma connaissance, aucune analyse n’a été effectuée sur le groupe de Canosa, mais le verre incolore employé à la même époque dans l’atelier des perles de Rhodes33 (dépotoir du terrain Kakoula) est décoloré à l’antimoine34.

  • 35 R. Jackson-Tal, « A Preliminary Survey of the Late Hellenistic Glass from Maresha (Marisa), Israel  (...)
  • 36 D. Grose, « Glass », dans A. M. Berlin, Sh. C. Herbert (éds), Tell Anafa II, ii. Glass Vessels, Lam (...)
  • 37 M.-D. Nenna, Les verres, EAD 33 (1999).
  • 38 P. Triantafyllidis, « Late Hellenistic Glass from Kos, Dodecanese, Greece », JGS 48 (2006), p. 145- (...)
  • 39 M. Vichy, M. Picon, V. Thirion-Merle, « Le manganèse comme impureté, décolorant ou colorant des ver (...)
  • 40 E. Mirtsou, M. Kessissoglou, « Analyse des verres découverts à Délos », dans M.-D. Nenna (n. 37), p (...)
  • 41 D. Foy, V. Thirion-Merle, M. Vichy (n. 2), p. 170-172, no VR511 (skyphos) et 661 (bol à décor végét (...)

15Dans la seconde moitié du iie s. av. J.-C., on constate un accroissement notable de la production de vaisselle de verre, dont témoignent les découvertes levantines de Maresha (200 individus)35 et de Tell Anafa (500 individus)36 et du monde égéen, notamment à Délos (700 individus)37 et à Cos (236 individus)38. Il s’agit de bols coniques, ovoïdes, hémisphériques profonds ou peu profonds, le plus souvent à fond convexe ; ils sont pourvus d’un simple décor de rainures ou, plus rarement, d’un décor taillé plus élaboré (cannelures, calice végétal). Quelques formes rares sont à signaler comme les coupelles, les assiettes, les pyxides, les skyphos et les cratères, et c’est à cette époque qu’apparaissent des formes fermées, particulièrement difficiles à réaliser par moulage (lagynos, amphores). Le site de Maresha est détruit et abandonné en 112 ou 108 av. J.-C. ; le mobilier de Délos décompté ici appartient aux niveaux d’occupation antérieurs à 69 av. J.-C. ; le dépotoir de Cos est daté entre la fin du iie s. et le troisième quart du ier s. av. J.-C. On est peut-être là entre Maresha et Délos-Cos à un moment de transition qui est marqué d’un côté par l’apparition de couleurs rares dans la vaisselle comme les rouges et bleus opaques, de l’autre par la montée en puissance des couleurs bleu clair, ambre et vertes au détriment du verre incolore (tabl. 1). La décoloration au manganèse39 est présente à cette époque, comme le montrent les analyses effectuées sur le matériel délien40 et aussi les veines violettes qui apparaissent sur certains objets dont la coloration en violet ou la décoloration a été imparfaite. L’apparition du manganèse n’exclut pas pour autant l’utilisation de l’antimoine, comme le montrent d’autres analyses41 et parfois même l’utilisation conjuguée des deux décolorants.

Tabl. 1 — Comparaison des couleurs employées dans la vaisselle de verre de Maresha, de Délos et de Cos.

Couleurs

Maresha

Délos

Cos

Marron

6 %

28 %

26 %

Incolore

53 %

25 %

36 %*

Vert

23,50 %

19,70 %

17,40 %

Jaune

13,50 %

10 %

4 %

Bleu clair

2 %

6,60 %

10 %

Bleu opaque

0 %

4,50 %

0,10 %

Violet

1,50 %

1,70 %

0,20 %

Bleu foncé

0 %

0,60 %

0,10 %

Rouge opaque

0 %

0,30 %

0,10 %

Vert émeraude

0 %

0 %

0,10 %

* Comprend 30 % de pièces qualifiées de « colourless with yellow or green tints »

4. La fin de l’époque hellénistique et l’époque augustéenne

  • 42 M. O’Hea, « Late Hellenistic Glass from Some Military and Civilian Sites in the Levant, Jebel Khali (...)
  • 43 M. Picon (n. 3), p. 28.
  • 44 M.-D. Nenna (n. 37), p. 103-107.
  • 45 D. Foy, « Une production de bols moulés à Beyrouth à la fin de l’époque hellénistique et le commerc (...)
  • 46 Y. Gorin-Rosen, « Glass Vessels from Area A, Addendum, Glass Vessels from Areas W and X-2 », dans H (...)
  • 47 D. Foy, M.-D. Nenna (n. 3), p. 105.
  • 48 D. Foy (n. 45), p. 24-32 ; S. Jennings, Vessel Glass from Beirut (BEY 006, 007 and 045), Berytus 48 (...)
  • 49 A. Petrianni (n. 32), p. 44-45, tabl. 5.

16La montée en puissance de l’ambre et du vert olive est attribuée par certains à la volonté d’imiter la vaisselle métallique42 ; elle a probablement aussi à voir avec la découverte d’un procédé de cuisson qui permet d’obtenir sans ajout un verre ambre dont la coloration résulte de la formation en milieu réducteur de polysulfures, principalement alcalins43. Elle continue à se manifester dans les couleurs choisies pour une nouvelle catégorie de vases à boire, les bols à côtes travaillées, qui apparaissent au Levant, à l’extrême fin du iie s. av. J.-C. et sont diffusés plus largement dans le deuxième quart du ier s. av. J.-C. À Délos44, tous ses représentants, une cinquantaine d’objets, sont dans un verre variant entre l’ambre et le vert avec différentes teintes de vert-jaune. On ferait la même constatation sur le mobilier découvert à Beyrouth (chantier Bey 002) dans un contexte d’atelier de verrier45 du milieu du ier s. av. J.-C., dans le mobilier découvert à Jérusalem46, ou encore dans la cargaison de l’épave de la Tradelière47. Cette domination du verre ambre se rencontre aussi dans une catégorie de verre contemporaine, les linear cut, nouvelle génération des bols moulés monochromes à décor de rainures qui s’inscrit encore dans la tradition hellénistique, mais connaît une plus ample diffusion vers la Méditerranée occidentale48. Le verre incolore est réduit à la portion incongrue : il ne représente dans l’échantillonnage de la collection Gorga49 que 127 objets sur 2 506, soit 5 % du total (tabl. 2).

Tabl. 2 — Répartition des couleurs dans les bols linear cut à partir de l’échantillonnage de la collection Gorga.

Tabl. 2 — Répartition des couleurs dans les bols linear cut à partir de l’échantillonnage de la collection Gorga.
  • 50 A. Petrianni (n. 32), p. 53-89 décompte sur les tabl. 23 à 132.
  • 51 Ibid., p. 49, tabl. 12.

17Si l’on continue à suivre la piste du verre incolore à l’époque augustéenne en se servant des données provenant des décomptes que l’on peut faire sur la collection Gorga, avec des productions qui sont désormais proprement italiennes, on constate un nouveau changement de goût dans la vaisselle moulée qui imite des formes attestées dans la vaisselle métallique ou céramique (coupelles et assiettes à panse carénée, plateau). Il fait écho aux dires de Strabon : « Et en effet à Rome il s’invente chaque jour, paraît-il, de nouvelles compositions, de nouveaux procédés, pour colorer le verre et pour simplifier la fabrication. » Les mêmes formes de vases sont fabriquées en verre polychrome, en verre opaque et en verre translucide. Dans la gamme de couleurs en verre translucide, on note toujours une faible présence du verre incolore, 115 objets sur 2 886, soit 3,9 %, mais aussi plus généralement, le développement de verres de couleurs vives, peu répandues jusque-là, telles le bleu foncé, les bleu vert paon, le bleu turquoise et le vert émeraude. Ce pourcentage s’abaisse à 1,77 % si l’on fait un décompte en intégrant les verres opaques et les verres polychromes (tabl. 3)50. L’accroissement des verres bleu clair et vert-bleu, le recours donc à un verre non décoloré, se poursuit dans la catégorie des coupes à côtes régulières qui ont une durée de vie plus longue jusqu’à la fin du ier s. apr. J.-C. Le verre incolore est toujours faiblement présent dans le groupe en verre translucide : 216 objets sur 9 045, soit, 2,4 % (tabl. 4)51.

Tabl. 3 — Répartition des couleurs dans la vaisselle moulée augustéenne à partir de l’échantillonnage de la collection Gorga.

Tabl. 3 — Répartition des couleurs dans la vaisselle moulée augustéenne à partir de l’échantillonnage de la collection Gorga.

Tabl. 4 — Répartition des couleurs dans les bols côtelés à côtes régulières à partir de l’échantillonnage de la collection Gorga.

Tabl. 4 — Répartition des couleurs dans les bols côtelés à côtes régulières à partir de l’échantillonnage de la collection Gorga.

5. Les débuts du verre soufflé

  • 52 S. Motte, S. Martin, « L’atelier de verrier antique de la Montée de la Butte à Lyon et ses producti (...)
  • 53 H. Amrein, L’atelier de verriers d’Avenches. L’artisanat du verre au milieu du ier siècle apr. J.-C (...)
  • 54 M.-D. Nenna, M. Vichy, M. Picon, « L’atelier de verrier de Lyon du ier siècle après J.-C. et l’orig (...)

18On ferait les mêmes constatations à partir des découvertes effectuées dans des contextes d’ateliers, où l’on soufflait le verre dans la seconde moitié du ier s. apr. J.-C., à Lyon et à Avenches. La pesée des fragments de verre brut provenant de trois dépotoirs de l’atelier de Lyon52 et d’un dépotoir d’Avenches53 donne les résultats suivants (tabl. 5) : le verre incolore en est pratiquement absent, mais les couleurs vives sont bien présentes. La couleur vive représente alors certainement un plus, par rapport à l’usage plus commun du verre bleu-vert. Le verre incolore employé à cette époque est décoloré par l’adjonction de manganèse54.

  • 55 Voir par exemple les verres de la nécropole de Saint-Paul-Trois-Châteaux, D. Foy, M.-D. Nenna (n. 3 (...)
  • 56 Voir par exemple V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna (n. 14), p. 270-289 et pl. en couleur.
  • 57 Y. Gorin-Rosen (n. 46, 2003), p. 370-373 (Jérusalem) ; S. Jennings (n. 48), p. 244-251 ; R. E. Jack (...)
  • 58 C. Meyer, Glass from Quseir al Qadim and the Indian Ocean Trade (1992), p. 15-42 ; M.-D. Nenna, « A (...)

19Cette configuration semble correspondre à un goût italien qui s’étend dans les provinces occidentales55 et dans le monde égéen56, mais qui ne semble adopté ni au Proche-Orient ni en Égypte. On dispose, il est vrai, d’assez peu de contextes datés du milieu du ier s. apr. J.-C. dans ces régions, mais il semble bien que le goût pour les couleurs vives en soit absent et que les verriers proche-orientaux57 se soient cantonnés dans des verres bleutés non décolorés. En Égypte, en revanche, les productions se partagent volontiers entre verre incolore réservé à la gobeleterie et au flaconnage de luxe, tandis que les vases plus communs sont en verre bleu-vert58.

Tabl. 5 — Répartition des couleurs des blocs de verre brut des ateliers d’Avenches et de Lyon.

Couleur

Lyon
Poids verre brut

Avenches
Poids verre brut

bleuté

32,20 %

35,50 %

bleu foncé

17,80 %

32 %

jaune/ambre

16,20 %

18,51 %

bleu turquoise

3,20 %

0,70 %

vert

9,50 %

6,60 %

vert émeraude

7,35 %

violet

13,44 %

5,50 %

bleu opaque

1 %

blanc opaque

0,95 %

6. À partir de l’époque flavienne

  • 59 Ce fait est bien attesté depuis longtemps à partir des fouilles de contextes funéraires et de conte (...)
  • 60 On ne dispose de contextes d’habitat bien datés pour le Proche-Orient que depuis peu pour cette pér (...)
  • 61 M.-D. Nenna, « Verres gravés d’Égypte du ier au ve siècle apr. J.-C. », dans D. Foy, M.-D. Nenna (n (...)
  • 62 Ibid., p. 359-375.
  • 63 M.-D. Nenna, « Un bol en verre peint du ier siècle après J.-C. à représentation nilotique », JGS 50 (...)
  • 64 M.-D. Nenna, « De Douch (oasis de Kharga) à Grand (Vosges) : un disque en verre peint à représentat (...)
  • 65 A.-B. Follmann-Schulz, « Randbemerkungen zu figürlichen Schlangenfadendekor auf römischen Gläsern » (...)
  • 66 S. D. Fontaine, D. Foy (n. 5), p. 235-265.
  • 67 Pour une présentation commentée de l’édit, voir E. M. Stern, « Roman Glassblowing in a Cultural Con (...)

20Néanmoins, à la fin du ier s. apr. J.-C., aussi bien en Occident59 qu’en Orient60, on constate une unification des goûts et une disparition des couleurs vives. Le partage se fait désormais entre verre bleu-vert et verre incolore. Le verre incolore est réservé à la vaisselle de table et apparaissent des pièces ouvragées comme les gobelets taillés à facettes, qui se rencontrent dans toutes les provinces de l’Empire, et jusqu’en Afghanistan comme en témoigne le trésor de Begram61. Il va être jusqu’à la fin du ive s. apr. J.-C. le support dominant des vases décorés à froid, taillés en haut-relief ou en creux62. Cela est vrai aussi des verres peints, qui, après avoir eu jusqu’en 70 apr. J.-C. des supports souvent bleu foncé ou vert émeraude63, vont être préférentiellement en verre incolore64. Mais au-delà de ces pièces de luxe produites en quelques points de l’Empire et voyageant à longue distance, auxquelles on pourrait ajouter les verres à décor appliqué élaboré, qui, pour certains, s’ornent de couleurs vives65, le verre incolore s’impose aussi dans une vaisselle plus simple. Un des meilleurs témoins en est la cargaison de l’épave des Embiez de la fin du iie s.-début du iiie s. qui réunit verre brut, verre à vitre en calotte et plat, et bols et gobelets, tous incolores66. La répartition que l’on constate à partir du matériel archéologique entre verre bleu-vert et verre incolore et le prix plus coûteux de ce dernier est établi par l’édit du Maximum de Dioclétien daté de 301 apr. J.-C., aussi bien pour le verre brut, que pour les vases sans décor et les verres à vitre, tous vendus au poids67. Les vases décorés semblent, eux, avoir été vendus à la pièce.

Pour le verre

Verre alexandrin, la livre.......................................

24 deniers

Verre de Judée verdâtre, la livre.................................

13 deniers

Coupes et vases sans décor en verre alexandrin, la livre.......... .

30 deniers

Coupes et vases sans décor en verre de Judée, la livre............

20 deniers

Verre à vitre, première qualité, la livre...........................

8 deniers

Verre à vitre, seconde qualité, la livre...........................

6 deniers

  • 68 D. Whitehouse, « Glass in the Epigrams of Martial », JGS 41 (1999), p. 73-81.
  • 69 H. E. M. Cool, J. Price (n. 59) p. 223, tabl. 13.1, repris par E. M. Stern (n. 67), p. 480-481, tab (...)

21Le basculement, à la fin du ier s. apr. J.-C., peut être mis en partie au compte de l’histoire de la technique elle-même. De fait, les contemporains de ce changement l’ont eux-mêmes noté. Ainsi Pline, dans le passage qu’il consacre au verre (Histoire naturelle XXXVI 194) oppose les ateliers de Sidon, jadis glorieux, à la nouvelle manière de procéder qui permet d’obtenir un verre pur et incolore (vitrum purum ac massa vitri candidi). Il ajoute, plus loin (XXXVI 199), que « le plus estimé est le verre incolore et transparent, parce qu’il ressemble le plus au cristal ». Il note aussi la ressemblance entre le verre de son époque et le cristal (XXXVII 29) : « Présentement on fait des vases de verre qui ressemblent merveilleusement au cristal ; et néanmoins, chose étonnante, le cristal, loin de diminuer de prix, a augmenté ». Écho aussi de ce changement de goût, les épigrammes de Martial68. Même si le verre incolore était rare sans être absent à l’époque augustéenne et dans la première moitié du ier s. apr. J.-C., et que les techniques de décoloration à l’antimoine et au manganèse étaient connues et pratiquées, il est manifeste, aussi bien aux yeux des Anciens qu’à nos propres yeux guidés par les découvertes archéologiques, que l’on quitte, dans la seconde moitié du ier s. apr. J.-C., la tradition de la polychromie hellénistique et de l’emploi du verre comme un substitut de pierres colorées ou de métal, pour entrer dans un monde où la transparence et l’absence de couleur sont en faveur. C’est aussi à partir du milieu du ier s. apr. J.-C. que la technique du verre soufflé, cantonnée depuis son invention au milieu du ier s. av. J.-C. à la production de balsa- maires et de quelques types de vases de table, se diffuse plus largement et que les verriers rivalisent dans l’invention de nouvelles formes de vases à boire, à présenter et à verser69.

  • 70 Ainsi, dans A. Silvestri, G. Molin, G. Salviulo, R. Schievenin, « Sand for Roman Glass Production : (...)
  • 71 I. C. Freestone, « Pliny on Roman Glassmaking », dans M. Martinon-Torres, Th. Rehren (éds), Archaeo (...)
  • 72 D. Whitehouse, « Glass in the Price Edict of Diocletian », JGS 46 (2004), p. 189-191 ; D. Barag, «  (...)
  • 73 M.-D. Nenna, M. Vichy, M. Picon, V. Thirion-Merle, « Ateliers primaires du Wadi Natrun, nouvelles d (...)
  • 74 D. Foy, V. Thirion-Merle, M. Vichy (n. 2), p. 169-177 ; V. Thirion-Merle, M. Vichy (n. 2), p. 253-2 (...)

22Le lieu d’origine de ce changement est discuté. Pline attribue aux ateliers des Provinces occidentales cette nouvelle manière et parle des sables du Volturne, des Gaules et des Espagnes ; cette assomption qui a fortement influencé les recherches sur le verre, dans le passé et encore aujourd’hui70, n’est guère confirmée pour l’instant par les analyses chimiques, mais ne peut être entièrement réfutée71. On pourrait aussi penser, au vu de l’édit de Dioclétien, que l’origine en est égyptienne, avec l’emploi de l’adjectif alexandrinum pour désigner le verre incolore, plus coûteux, qui pointe vers une indication géographique, même s’il relève à l’époque de l’édit autant du qualitatif que du topographique72, et de fait, des compositions à l’antimoine ont été relevées dans les ateliers de Maréotide et du Wadi Natrun, dont l’activité est datée du Haut-Empire73. Mais, le lieu de production du verre incolore à l’antimoine, à la composition la plus répandue, n’a pu encore être déterminé74.

  • 75 M. Vickers (n. 7), p. 48-65.
  • 76 E. M. Stern (n. 7).
  • 77 Fr. Naumann-Steckner, « Depictions of Glass in Roman Wall Paintings », dans Roman Glass : Two Centu (...)
  • 78 E. M. Stern (n. 1), p. 528-529.
  • 79 V. Maugan-Chemin, « Les couleurs du marbre chez Pline l’Ancien, Martial et Stace », dans A. Rouvere (...)
  • 80 M.-D. Nenna, « Egyptian Glass Abroad : HIMT Glass and its Markets », dans D. Keller, J. Price, C. M (...)

23À côté de ce qui fut ressenti par les Anciens comme une innovation technique, quelle que soit son origine, il est aussi raisonnable de penser que cette diffusion généralisée de la vaisselle incolore témoigne d’un changement dans les goûts, car il n’y a pas eu d’arrêt de la production des couleurs vives, comme en témoignent à la fois les vases eux-mêmes, mais aussi leurs décors appliqués. Comme on l’a vu plus haut, on met couramment le verre incolore et sa faveur à différentes époques, en relation avec le cristal de roche75, même si les types de décor qui vont avec le développement de l’utilisation de ce type de verre à l’époque impériale doivent être mis au compte de différentes influences : vaisselle d’argent, vaisselle en cristal de roche ou décor propre aux verres76. Néanmoins, la raison même du changement de goût à l’époque flavienne reste inexpliquée. La transparence du verre a séduit largement les décorateurs d’intérieur et leurs clients, de même que les peintres spécialisés dans les portraits funéraires. Les peintures de Pompéi ou d’Oplontis jouent également de cette transparence77. Ses qualités d’agrandissement, de réduction et de réflexion étonnaient déjà les Grecs de l’époque classique, même si elles furent réellement exploitées par les ingénieurs alexandrins, quelques siècles plus tard78. Peut-être faut-il explorer la piste plus générale d’un goût pour le blanc et l’absence de couleurs, donc l’incolore, qui se traduit par exemple dans le discours moralisateur de Pline : sa préférence va aux marbres blancs dont il vante la pureté, l’éclat et la simplicité79. Ce qu’il y a de sûr, c’est que cette valeur donnée à l’incolore et sa floraison dans la vaisselle de table se maintiennent jusqu’à la fin du iiie s. apr. J.-C. À partir de ce moment, on assiste à un retour de la couleur, notamment dans les ateliers syro-palestiniens qui font appel à de nouvelles couleurs, vert, jaune, marron, violet ainsi qu’à de nouvelles manières de travailler le verre, tandis que l’emploi du verre incolore se restreint, notamment aux pièces gravées en creux ou en haut-relief. À la fin du ive s. apr. J.-C., s’imposent des couleurs plus uniformes, avec l’arrivée d’un matériau égyptien vert-jaune80, parfois volontairement assombri, qui va rivaliser pendant deux siècles avec les verres bleutés syro-palestiniens.

Notes

1 Pour les nouveaux acquis dans la recherche sur le verre antique, voir E. M. Stern, « Glass Production », dans P. Oleson (éd.), Engineering and Technology in the Classical World (2008), p. 520-547 ; M.-D. Nenna, « Production et commerce du verre à l’époque impériale : nouvelles découvertes et problématiques », FACTA. A Journal of Roman Material Culture 1 (2007), p. 159-181 ; ead., « Nouveaux acquis sur la production et le commerce du verre antique entre Orient et Occident », dans H. Amrein, E. Deschler-Erb, S. Deschler-Erb (éds), Congrès International Crafts 2007, Artisanat et Société dans les provinces romaines (Zurich, 2007), Zeitschrift für Schweizerische Archäologie und Kunstgeschichte 65.1-2 (2008), p. 61-65.

2 La recherche analytique sur le verre incolore a surtout porté sur des verres d’époque romaine, voir parmi d’autres C. M. Jackson, M. J. Baxter, H. E. M. Cool, « Identifying Group and Meaning, An Investigation of Roman Colourless Glass », dans D. Foy, M.-D. Nenna (éds), Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Aix-en-Provence, Marseille (2001) (2003), p. 33-39 ; D. Foy, V. Thirion-Merle, M. Vichy, « Contribution à l’étude des verres antiques décolorés à l’antimoine », Revue d’archéométrie 28 (2004), p. 169-177 ; M. J. Baxter, H. E. M. Cool, C. M. Jackson, « Further Studies in the Compositional Variability of Colourless Romano-British Vessel Glass », Archaeometry 47.1 (2005), p. 47-68 ; C. M. Jackson, « Making Colourless Glass in the Roman Period », Archaeometry 47.4 (2005), p. 763-780 ; S. Paynter, « Analyses of Colourless Glass from Binchester, County Durham », Journal of Archaeological Science 33 (2006), p. 1037-1057 ; V. Thirion-Merle, M. Vichy, « Annexe – Note sur la composition chimique des verres de l’épave des Embiez », RAN 40 (2007), p. 253-268.

3 M. Picon, « In vitro veritas », dans D. Foy, M.-D. Nenna, Tout feu, tout sable : mille ans de verre antique dans le Midi de la France, Exposition Marseille 2001 (2001), p. 21-33.

4 M.-D. Nenna, M. Vichy, M. Picon, « Ateliers primaires et secondaires de verriers en Égypte à l’époque gréco-romaine », dans M.-D. Nenna (éd.), La route du verre : ateliers primaires et secondaires, Actes de la table ronde de 1997, Travaux de la Maison de l’Orient 33 (2000), p. 97-112 ; M.-D. Nenna, « Primary Glass Workshops in Graeco-Roman Egypt : Preliminary Report on the Excavations on the Site of Beni Salama (Wadi Natrun) », dans I. C. Freestone, J. Bailey, C. M. Jackson (éds), Glass in the Roman Empire, in Honour of Jennifer Price (2015), p. 1-22.

5 S. D. Fontaine, D. Foy, « L’épave Ouest-Embiez 1, Var. Le commerce maritime du verre brut et manufacturé en Méditerranée occidentale dans l’Antiquité », RAN 40 (2007), p. 235-265.

6 A. von Saldern, « Other Mesopotamian Glass Vessels (1500-600 B.C.) », dans Glass and Glassmaking in Ancient Mesopotamia (1970), p. 203-228 ; D. Barag, Catalogue of Western Asiatic Glass in the British Museum I (1985), p. 52-53.

7 M. Vickers, « Rock Crystal : The Key to Cut Glass and Diatreta in Persia and Rome », JRA 9 (1996), p. 48-65 ; E. M. Stern, « Glass and Rock Crystal : A Multifaceted Relationship », JRA 10 (1997), p. 192-206.

8 A. von Saldern, « Appendix III : Glass », dans E. M. L. Mallowan, Nimrud and its Remains (1966), p. 623-634 ; D. Barag (n. 6), nos 26-33, 37-40.

9 J. J. Orchard, R. H. Brill, « Some Miniature Painted Glass Plaques from Fort Shalmanaser, Nimrud Part I : Description and a Restoration ; Part II : Laboratory Studies », Iraq 40 (1978), p. 1-39 ; pour des analyses récentes : W. Reade, I. C. Freestone, St. J. Simpson, « Innovation or Continuity ? Early First Millenium BCE Glass in the Near East : The Cobalt Blue Glasses from Assyrian Nimrud », dans Annales du 16e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Londres (2003) (2005), p. 23-27 ; pour l’antimoine, communication de I. C. Freestone, 20 avril 2009.

10 V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna, Les verres antiques du musée du Louvre I. Contenants à parfum en verre moulé sur noyau et vaisselle moulée, viie siècle av. J.-C.-ier siècle apr. J.-C. (2000), n° 195.

11 V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna (n. 10), n° 196.

12 J. J. Orchard, R. H. Brill (n. 9) ; J. Curtis, « Glass Inlays and Nimrud Ivories », Iraq 61 (1999), p. 59-69.

13 J. Duncan Jones, « Glass Vessels from Gordion : Trade and Influence along the Royal Road », dans L. Kealhofer (éd.), The Archaeology of Midas and the Phrygian : Recent Works at Gordion (2005), p. 101-116 ; ead., « Did the Phrygians Make Glass ? Sources of Molded Glass at Iron Age and Hellenistic Gordion », dans Annales du 17e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Anvers (2006) (2009), p. 21-26.

14 V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna, Les verres antiques du musée du Louvre II. Vaisselle et contenants, du ier siècle au début du viie siècle apr. J.-C. (2005), p. 504, n° Add. 10.

15 M.-D. Nenna, « Contenants et vaisselle de verre », dans S. Fourrier, A. Hermary (éds), Le sanctuaire d’Aphrodite à Amathonte de l’époque archaïque à la fin du ier siècle apr. J.-C. (2006), p. 142-143, no Ve1.

16 D. Barag, « Cosmetic Glass Palettes from the Eighth-Seventh Centuries B.C. », JGS 24 (1982), p. 11-19 ; E. M. Stern, B. Schlick-Nolte, Early Glass of the Ancient World, 1600 B.C.-A.D. 50, Ernesto Wolf Collection (1994), n° 23.

17 D. Barag, « Glass Inlays in Phoenician Ivories Glass and Stone Vessels », dans Annales du 12e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Vienne (1991) (1993), p. 1-9.

18 P. Triantafyllidis, « The Art and the Craft of Glass in South-East Aegean », dans G. Kordas (éd.), First International Conference Hyalos, Vitrum, Glass, History, Technology and Conservation of Glass and Vitreous Materials in the Hellenic World, Rhodes (2001) (2002), p. 25-26 ; id., « Ηύανος, Λίθος Χυτή, Ύαλος και Vitrum από την Κω και τη Ρόδο », dans Χάρις Χαίρε. Μελέτες στη Μνήμη της Χάρης Κάντζια 1 (2004), p. 164-165.

19 Une partie est conservée au British Museum : M. Spaer, Ancient Glass in the Israel Museum : Beads and Other Small Objects (2001), p. 62, nos 40-42, fig. 34 ; ead., « Some Ubiquitous Glass Ornaments of the Early Centuries of the First Millenium BC », dans G. Kordas (supra), p. 58-59 ; d’autres ont été mises au jour lors des fouilles italiennes, G. Jacopi, « La stipe votiva », Clara Rhodos VI (1933), p. 333-343, fig. 68-79.

20 G. Platz-Horster, « Herstellung und Wert von Glas-Skarabäoiden », dans Annales du 14e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Venise-Milan (1998) (2000), p. 25-29.

21 W. Schiering, Die Werkstatt des Pheidias in Olympia II. Werkstattfunde, Olympische Forschungen XVIII (1991) ; R. H. Brill, « Laboratory Studies of Some Glass from Vergina », JGS 36 (1994), p. 11-23, 16-18, tabl. 3.

22 D. Ignatiadou, « Catalogue Raisonné of Finds from the Cavity in the Tomb Chamber of Maussollos and the Tomb-Robbers’ Mine, Part 2, Glass Vessels », dans J. Zahle, K. Kjeldsen, The Maussolleion of Halikarnassus 6. Subterranean and Pre-Maussollan Structures on the Site of the Maussolleion (2004), p. 181-201.

23 M. Vickers (n. 7) voit dans ce que l’on a coutume d’appeler la vaisselle achéménide des imitations des vases en cristal, tandis que E. M. Stern (n. 7) met en évidence une inspiration métallique.

24 J. A. Stratis, E. Mirtsou, « Catalogue raisonné of Finds from the Cavity in the Tomb Chamber of Maussollos and the Tomb-Robbers’Mine, Part 2. Chemical Analysis of the Colourless Glass Vessels from the Mausolleion of Halikarnassos », dans J. Zahle, K. Kjeldsen (n. 22), p. 201-202.

25 Voir D. Ignatiadou, « Colorless Glass in Late Classical and Early Hellenistic Macedonia », JGS 44 (2002), p. 11-24 et la communication de D. Ignatiadou à ce colloque et depuis ead., Hyalos. Colourless Glass for the Élite in Ancient Macedonia, Archaiologiko Institouto Makedonikon kai Thrakikon Spoudon 13 (2013).

26 R. H. Brill (n. 21), p. 11-23.

27 D. Ignatiadou, « Three Cast Vessels from a Macedonian Tomb at Pydna », dans Annales du 14e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Venise-Milan (1998) (2000), p. 35-38.

28 P. Triantafyllidis, Ροδιακή Υαλουργία I (2000).

29 Ibid., p. 106-115, 200.

30 On ne dispose pas de synthèse récente sur ce groupe, pour de premières indications, voir V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna (n. 10), p. 174-178. Pour un état des lieux récent sur l’étude de la verrerie hellénistique, voir M.-D. Nenna, Topoi 18 (2013), p. 639-650.

31 M.-D. Nenna, « Le mobilier en verre », dans M.-D. Nenna, J.-Y. Empereur (éds), Nécropolis 1, Études Alexandrines 5 (2001), p. 505-507 avec des compléments dans V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna, Les verres antiques du musée du Louvre III. Éléments de parure, éléments d’incrustation et instruments en verre, viie siècle av. J.-C.-viie siècle apr. J.-C. (2011), p. 246-247.

32 La collection Gorga constituée à la fin du xixe s. en offre un exemple des plus démonstratifs, voir A. Petrianni, Collezione Gorga. Vetri I. Il vasellame a matrice della prima età imperiale (2003) : 14 852 fragments répertoriés (ca 31 av. J.-C.-ca 40 apr. J.-C.) par rapport aux ca 300 d’époque hellénistique.

33 Gl. Davidson Weinberg, « Glass Manufacture in Hellenistic Rhodes », ArchDelt Meletai 24 (1969), p. 144-151.

34 R. H. Brill (n. 21), p. 16-18, tabl. 3 ; id., Chemical Analyses of Early Glasses 2. The Table Analyses (1999), sections IV B.

35 R. Jackson-Tal, « A Preliminary Survey of the Late Hellenistic Glass from Maresha (Marisa), Israel », dans Annales du 16e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Londres (2003) (2005), p. 49-53.

36 D. Grose, « Glass », dans A. M. Berlin, Sh. C. Herbert (éds), Tell Anafa II, ii. Glass Vessels, Lamps, Objects of Metal and Groundstone and Other Stone Tools and Vessels, Kelsey Museum Fieldwork Series (2012), p. 1-99.

37 M.-D. Nenna, Les verres, EAD 33 (1999).

38 P. Triantafyllidis, « Late Hellenistic Glass from Kos, Dodecanese, Greece », JGS 48 (2006), p. 145-161.

39 M. Vichy, M. Picon, V. Thirion-Merle, « Le manganèse comme impureté, décolorant ou colorant des verres au natron », Bulletin de l’Association française pour l’archéologie du verre 2002-2003, p. 15-16.

40 E. Mirtsou, M. Kessissoglou, « Analyse des verres découverts à Délos », dans M.-D. Nenna (n. 37), p. 206-212.

41 D. Foy, V. Thirion-Merle, M. Vichy (n. 2), p. 170-172, no VR511 (skyphos) et 661 (bol à décor végétal).

42 M. O’Hea, « Late Hellenistic Glass from Some Military and Civilian Sites in the Levant, Jebel Khalid, Pella and Jerusalem », dans Annales du 16e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Londres (2003) (2005), p. 44-48.

43 M. Picon (n. 3), p. 28.

44 M.-D. Nenna (n. 37), p. 103-107.

45 D. Foy, « Une production de bols moulés à Beyrouth à la fin de l’époque hellénistique et le commerce de ces verres en Méditerranée occidentale », JGS 47 (2005), p. 11-35, en particulier 21-23.

46 Y. Gorin-Rosen, « Glass Vessels from Area A, Addendum, Glass Vessels from Areas W and X-2 », dans H. Geva, Jewish Quarter Excavations in the Old City of Jerusalem Conducted by N. Avigad II. The Finds from Areas A, W, and X-2 (2003), p. 378-379 ; ead., « Glass Vessels », dans H. Geva, Jewish Quarter Excavations in the Old City of Jerusalem III. Area E and Other Studies (2006), p. 246-248.

47 D. Foy, M.-D. Nenna (n. 3), p. 105.

48 D. Foy (n. 45), p. 24-32 ; S. Jennings, Vessel Glass from Beirut (BEY 006, 007 and 045), Berytus 48-49 (2004-2005), p. 42-47.

49 A. Petrianni (n. 32), p. 44-45, tabl. 5.

50 A. Petrianni (n. 32), p. 53-89 décompte sur les tabl. 23 à 132.

51 Ibid., p. 49, tabl. 12.

52 S. Motte, S. Martin, « L’atelier de verrier antique de la Montée de la Butte à Lyon et ses productions », dans D. Foy, M.-D. Nenna (éds), Échanges et commerce du verre dans le monde antique, Aix-en-Provence, Marseille (2001) (2003), p. 310-312.

53 H. Amrein, L’atelier de verriers d’Avenches. L’artisanat du verre au milieu du ier siècle apr. J.-C., Aventicum XI (2001), p. 17-18.

54 M.-D. Nenna, M. Vichy, M. Picon, « L’atelier de verrier de Lyon du ier siècle après J.-C. et l’origine des verres “romains” », Revue d’Archéométrie 21 (1997), p. 81-87.

55 Voir par exemple les verres de la nécropole de Saint-Paul-Trois-Châteaux, D. Foy, M.-D. Nenna (n. 3), p. 124-125.

56 Voir par exemple V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna (n. 14), p. 270-289 et pl. en couleur.

57 Y. Gorin-Rosen (n. 46, 2003), p. 370-373 (Jérusalem) ; S. Jennings (n. 48), p. 244-251 ; R. E. Jackson-Tal, « Early Roman Glass in Context : Gamla (Gamala) Destruction of 67 AD », dans Annales du 17e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Anvers (2006) (2009), p. 157-162, site de Gamla détruit en 67 apr. J.-C. et non réoccupé, en attendant la publication des verres de Masada.

58 C. Meyer, Glass from Quseir al Qadim and the Indian Ocean Trade (1992), p. 15-42 ; M.-D. Nenna, « Ateliers de production et sites de consommation en Égypte, ve s. av. J.-C.-viie s. apr. J.-C. », dans Annales du 14e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Venise-Milan (1998) (2000), p. 20-24.

59 Ce fait est bien attesté depuis longtemps à partir des fouilles de contextes funéraires et de contextes d’habitat, voir par exemple H. E. M. Cool, J. Price, Roman Vessel Glass from Excavations at Colchester 1971-1985, Colchester Archaeological Reports 8 (1995).

60 On ne dispose de contextes d’habitat bien datés pour le Proche-Orient que depuis peu pour cette période, voir N. Katsnelson, « Early Roman Glass from Judea-Locally Produced Glass ? A Preliminary Report », dans Annales du 17e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Anvers (2006) (2009), p. 163-169, pour le mobilier du site de Shu’fat près de Jérusalem datant entre 70 et 135 apr. J.-C., ou D. Keller, Petra Ez Zantur III. Ergebnisse der Schweizerisch-Liechtensteinischen Ausgrabungen I. Die Gläser aus Petra (2006), p. 42-50 ; pour les contextes funéraires, voir V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna (n. 14), p. 182, n. 2.

61 M.-D. Nenna, « Verres gravés d’Égypte du ier au ve siècle apr. J.-C. », dans D. Foy, M.-D. Nenna (n. 52), p. 359-360.

62 Ibid., p. 359-375.

63 M.-D. Nenna, « Un bol en verre peint du ier siècle après J.-C. à représentation nilotique », JGS 50 (2008), p. 15-29.

64 M.-D. Nenna, « De Douch (oasis de Kharga) à Grand (Vosges) : un disque en verre peint à représentations astrologiques », BIFAO 103 (2003), p. 355-376.

65 A.-B. Follmann-Schulz, « Randbemerkungen zu figürlichen Schlangenfadendekor auf römischen Gläsern », BJb 204 (2004), p. 93-116.

66 S. D. Fontaine, D. Foy (n. 5), p. 235-265.

67 Pour une présentation commentée de l’édit, voir E. M. Stern, « Roman Glassblowing in a Cultural Context », AJA 103 (1999), p. 460-464.

68 D. Whitehouse, « Glass in the Epigrams of Martial », JGS 41 (1999), p. 73-81.

69 H. E. M. Cool, J. Price (n. 59) p. 223, tabl. 13.1, repris par E. M. Stern (n. 67), p. 480-481, tabl. 2.

70 Ainsi, dans A. Silvestri, G. Molin, G. Salviulo, R. Schievenin, « Sand for Roman Glass Production : An Experimental and Philological Study on Source of Supply », Archaeometry 48 (2006), p. 415-432, on trouvera un procédé pour faire du verre avec du sable du Volturne, mais la complexité des opérations qui sont orientées pour arriver au résultat souhaité et posé par avance laisse pantois.

71 I. C. Freestone, « Pliny on Roman Glassmaking », dans M. Martinon-Torres, Th. Rehren (éds), Archaeology, History and Science : Integrating Approaches to Ancient Materials (2008), p. 77-100, pour une nouvelle interprétation du texte de Pline à la lumière des découvertes récentes. Le sable actuel du Volturne, est connu pour être chimiquement inutilisable pour faire du verre en raison de ses hauts pourcentages d’alumine, de calcium et de Fe2O3, mais on ne peut exclure le recours à des sables géologiques, dont les carrières ne sont plus connues aujourd’hui, voir aussi P. Degryse, J. Schneider, « Pliny the Elder and Sr – Nd isotopes : Tracing the Provenance of Raw Materials for Roman Glass Production », Journal of Archaeological Science 35.7 (2008), p. 1993-2000.

72 D. Whitehouse, « Glass in the Price Edict of Diocletian », JGS 46 (2004), p. 189-191 ; D. Barag, « Alexandrian and Judean Glass in the Price Edict of Diocletian », JGS 47 (2005), p. 184-186.

73 M.-D. Nenna, M. Vichy, M. Picon, V. Thirion-Merle, « Ateliers primaires du Wadi Natrun, nouvelles découvertes », dans Annales du 16e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Londres (2003) (2005), p. 62.

74 D. Foy, V. Thirion-Merle, M. Vichy (n. 2), p. 169-177 ; V. Thirion-Merle, M. Vichy (n. 2), p. 253-268.

75 M. Vickers (n. 7), p. 48-65.

76 E. M. Stern (n. 7).

77 Fr. Naumann-Steckner, « Depictions of Glass in Roman Wall Paintings », dans Roman Glass : Two Centuries of Art and Invention (1991), p. 86-98.

78 E. M. Stern (n. 1), p. 528-529.

79 V. Maugan-Chemin, « Les couleurs du marbre chez Pline l’Ancien, Martial et Stace », dans A. Rouveret, S. Dubel, V. Naas (éds), Couleurs et matières dans l’Antiquité, Études de littérature ancienne 17 (2006), p. 103-125.

80 M.-D. Nenna, « Egyptian Glass Abroad : HIMT Glass and its Markets », dans D. Keller, J. Price, C. M. Jackson (éds), Neighbours and Successors of Rome. Traditions of Glass Production in Use in Europe and the Middle East in the Later First Millenium AD (2014), p. 177-193.

Table des illustrations

Titre Tabl. 2 — Répartition des couleurs dans les bols linear cut à partir de l’échantillonnage de la collection Gorga.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8542/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Tabl. 3 — Répartition des couleurs dans la vaisselle moulée augustéenne à partir de l’échantillonnage de la collection Gorga.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8542/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Tabl. 4 — Répartition des couleurs dans les bols côtelés à côtes régulières à partir de l’échantillonnage de la collection Gorga.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8542/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search