Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Deuxième partie – Étude matérielle

Chapitre VII

De la fixation des statues sur leurs bases à leur destruction

Texte intégral

1Issues d’une genèse complexe, les représentations honorifiques publiques ne constituent pas  un ensemble isolé, distinct des autres représentations individuelles installées dans l’espace public. Les aspects honorifiques, la part de τιµή que revêtent de nombreux monuments érigés hors du cadre de la procédure honorifique interdisent de limiter l’étude de ce genre aux seuls monuments publics. L’approche matérielle rend plus impérieuse encore cette exigence : les représentations honorifiques publiques présentent des caractéristiques souvent très proches, voire identiques à celles des autres représentations individuelles.

  • 1 Bol 1978, p. 1.

2L’analyse se heurte également en ce point à un écueil d’un autre ordre. L’archéologie de la représentation honorifique dans les cités grecques est en effet celle d’une absence, celle des œuvres, en bronze la plupart du temps, fondues dès l’Antiquité et au Moyen-Âge, afin de récupérer le métal devenu rare. H. Bol, évoquant, dans l’introduction de son étude des statues de bronze d’Olympie1, l’évaluation par Pausanias à deux cents du nombre de statues d’athlètes sur l’Altis au iie s. apr. J.-C., précise que ce chiffre est d’une part nettement sous-évalué et qu’il faut d’autre part lui ajouter toutes les statues honorifiques qui ne représentent pas des Olympioniques. Il émet donc l’hypothèse que le sanctuaire de Zeus est orné, à l’époque du périégète, de près de mille statues. En regard de ce nombre impressionnant, la faiblesse des vestiges de statues en bronze conservés semble décourager toute étude.

3La perte est importante, mais l’archéologie de la représentation honorifique est aussi marquée par l’abondance, celle des bases de statues, inscrites ou non, parents pauvres des études d’architecture et de sculpture. Face à cette masse de documentation, il est vrai, un sentiment de découragement, symétrique du précédent, saisit quiconque se lance dans leur étude. E. Kuhnert l’exprime déjà à la fin du xixe s., lorsqu’il note à propos de Delphes :

  • 2 Kunhert 1885, p. 265 (Quel visiteur s’y donnait simplement la peine de regarder toutes les statues, (...)

Welcher Besucher gab sich dort die Mühe, nur alle Statuen zu betrachten, geschweige denn sämtliche Inschriften, noch dazu bei ihrer so unbequemen Form durchzubuchstabieren ? […] Eine derartige Selbst­verleugnung haben sicher nicht einmal alle alte Archäologen besessen.2

4Ce commentaire traduit l’impression suscitée par une documentation pléthorique, répétitive et de prime abord assez rébarbative.

  • 3 Loewy 1885.
  • 4 Raubitschek 1949.
  • 5 Marcadé 1953 et Marcadé 1957.
  • 6 Jacob-Felsch 1969.
  • 7 Schmidt 1995.
  • 8 Surtout Pétrakos 1997.
  • 9 Jacquemin 1999a.
  • 10 Fr. Herbin, Monuments, espaces, histoire : les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire d’Apo (...)
  • 11 Katsikoudis 2005.
  • 12 Une première synthèse de leurs travaux est parue : Krumeich, Witschel 2010.
  • 13 Pour une présentation du projet : Leypold 2013.

5Ce matériel a pourtant été étudié pour les principaux sites d’un point de vue essentiellement épigraphique, contribuant à définir le formulaire honorifique et ses variantes, et à dater, par la prosopographie ou par la gravure, un certain nombre de monuments. Les types des supports et les dispositifs de fixation des statues ont, en revanche, beaucoup plus rarement été étudiés pour eux-mêmes : parmi les exceptions, il faut mentionner les travaux d’E. Loewy3, d’A. Raubitschek4, de J. Marcadé5, d’I. Jacob-Felsch6, la thèse d’I. Schmidt7 et les études de V. Pétrakos sur ­Oropos8, d’A. Jacquemin sur Delphes9, de Fr. Herbin sur Délos10, ou de N. Katsikoudis sur Dodone11, ainsi que les travaux en cours de l’équipe de R. Krumeich et de Chr. Witschel sur l’Acropole12, de Chr. Leypold à Olympie13. Les pages qui suivent doivent beaucoup à ces différents ouvrages.

6Les décrets honorifiques constituent également une source majeure pour l’étude matérielle de la représentation honorifique. Analysés en général pour leur contenu historique et institutionnel, ces décrets ont rarement été exploités pour les témoignages qu’ils livrent sur la réalisation concrète des honneurs et notamment des représentations honorifiques. Les notices rassemblées par M. Sève pour la section du Bulletin épigraphique consacrée aux rapports entre l’épigraphie et l’archéologie depuis plus de vingt-cinq ans donnent un aperçu de tout le profit que l’on peut tirer d’une telle recherche en même temps qu’elles constituent un outil très utile pour s’orienter dans une documentation dispersée.

  • 14 Ma 2013, p. 67-151, consacre un développement substantiel et suggestif à la question de l’emplaceme (...)

7L’objet principal de cette partie est donc de déterminer les conditions matérielles de la réalisation et de l’exposition des représentations honorifiques. L’étude des supports, des matériaux utilisés, des modes de fixation et des lieux d’exposition14 contribue en effet à l’élucidation du sens des œuvres, qui ne sont pas des images sans épaisseur, mais des objets, qui ont un volume, un poids.

___

Les modes de fixation

Les statues en bronze

  • 15 Raubitschek 1938, p. 132-181.
  • 16 Résumé de ces caractéristiques techniques dans Mattusch 1988, p. 110-111 ; et surtout dans Bol 1978 (...)
  • 17 Bol 1978, p. 85.

8Peu de travaux sont consacrés aux différents modes de fixation des statues, de bronze ou de marbre, sur leurs bases et sur les données que l’on peut tirer des mortaises à la face supérieure des blocs. Pour les statues de bronze, on distingue, depuis les études d’A. E. Raubitschek15, deux modes de fixation. Le premier, qui consiste à fixer les pieds de la statue sur une plaque de bronze, scellée ensuite avec du plomb sur la base de pierre, n’est plus employé après l’époque archaïque. Le second consiste à fixer les pieds à l’aide d’un scellement de plomb, grâce à des cavités ménagées dans le bronze et des mortaises correspondantes pratiquées à la surface des blocs. Soit une unique cavité est ménagée sous le talon, soit deux à chaque extrémité du pied, soit enfin la plante du pied entière est scellée dans le plomb16. Cette technique nécessite de laisser une ouverture entre la statue et la base jusqu’à la fixation. Le montage définitif ne pouvait donc avoir lieu qu’une fois la mise en place de la statue effectuée17.

  • 18 Olympie, musée, inv. Br 2772 ; Bol 1978, p. 118, no 200, pl. 36-37. Dimensions de la base : hauteur (...)

9Quelques exemples antiques permettent de préciser les caractéristiques de ce mode de fixation. À Olympie, contre le mur de terrasse Sud, une vingtaine de mètres à l’arrière de la porte Sud-Ouest, a été découverte une base où est encore fixé un pied droit de taille naturelle18.Il apparaît que la partie avant du pied et au moins un orteil ont été coulés séparément, puis soudés, pour pouvoir couler le scellement de plomb. Celui-ci occupe toute la cavité de la base et s’élève jusqu’à environ 0,05 m au-dessus de la face supérieure de celle-ci. Par ailleurs, le gros orteil n’est pas pris dans le scellement de plomb et dépasse de la mortaise visible à la surface d’un bon centimètre. Même si l’ensemble du pied peut être pris dans le scellement, il faut garder à l’esprit cette possibilité lorsque l’on cherche à restituer les dimensions d’une statue à partir de la taille de son pied.

  • 19 Welter 1954, col. 92-93, fig. 25-26 ; Dunant, Thomopoulos 1954, p. 345-346, no 16, fig. 18-20 ; Man (...)

10Un second exemple précieux, dont les aspects techniques restent à publier, provient de l’île de Kéos. Il est relativement bien daté, par la gravure de l’inscription, caractéristique du ive s.19. Le pied gauche et son scellement sont conservés, ainsi que la mortaise et le plomb qui servaient à fixer le pied droit, qui ne touchait la surface de la base que par la pointe. Ici aussi, pour autant que les photographies permettent d’en juger, il semble que les deux orteils les plus longs n’aient pas été pris dans le scellement et dépassent la limite de la mortaise.

  • 20 Formigli 1984, p. 135-136, fig. 17-20, 36, pl. X, 11-14, XI, XXX.

11Ces témoignages sont en outre confirmés par les statues A et B de Riace, dont les bases ne sont pas conservées, mais dont le dispositif de scellement a été préservé20 : le montage des pieds s’est fait en plusieurs temps et l’orteil médian a été fixé séparément, pour permettre de couler les scellements de plomb.

  • 21 Mazzieri, Pastorino 2003, p. 234.
  • 22 Micheli, Vidale 2003, p. 48.
  • 23 C’est le sens de l’épisode, relaté par Pausanias (VI 11, 2), où l’athlète hors pair Théagénès de Th (...)
  • 24 Pour les statues de bronze de petites dimensions, le poids est beaucoup plus faible : ainsi, la sta (...)

12Le recours à de tels scellements est rendu nécessaire par le poids relativement faible des statues de bronze fondues en creux. Ainsi, chacune des statues de bronze découvertes au large de Riace pèse environ 160 kg21, pour des hauteurs de 1,97 m et 1,98 m. Il faut ajouter à cepoids la masse de terre de cuisson restée dans les statues dans le montage antique, mais retirée pour l’étude archéologique, soit 72 kg à l’intérieur de la statue A et 56,1 kg à l’intérieur de la statue B22. On aboutit donc, pour une statue légèrement plus grande que nature, à un poids de 215 à 230 kg environ. Si ce type de statues pouvait difficilement être porté par un homme seul23, il pouvait en revanche aisément être basculé en l’absence de scellement24.

Les statues en marbre

  • 25 Balland 1981, p. 48-50, no 25, pl. VII, fig. 30.

13La fixation des statues de marbre sur leur base est en général assurée par la simple statique. Le marbre pesant de 2 650 à 2 750 kg/m3, le poids de la statue garantit à lui seul la stabilité du monument. Pour que la prise au sol de l’œuvre soit maximale, le sculpteur ménage en règle générale une plinthe sous la statue, qui est ensuite encastrée dans une cuvette creusée à la face supérieure de la base. Une gaine de plomb parachève parfois le dispositif. Il arrive cependant que l’on ajoute des goujons, comme pour une statue de Caius César au Lètôon de Xanthos25.

  • 26 Pour cette pratique, attestée dès le iie s., mais qui se diffuse surtout à l’époque impériale, cf. (...)
  • 27 Pinkwart 1973, p. 149-151, nos 1 et 2, pl. 49-53.

14Dans certains cas, les sculpteurs choisissent de laisser la plinthe visible, sur laquelle est alors parfois gravée l’inscription26. Cette pratique demeure cependant rare à l’époque hellénistique pour les statues honorifiques : les exemples des statues de Baebia et Saufeia à Magnésie du Méandre (pl. XLVII)27, sur la plinthe desquelles est portée l’inscription Ὁ δῆµος, sont exceptionnels. Il s’agit probablement de statues du iie s., remployées en 62 pour les femmes de la famille du proconsul Lucius Valerius Flaccus.

  • 28 Istanbul, Musée archéologique, inv. 179 ; Mendel 1914, vol. III, p. 6-8, no 803 ; Bieber 1928, p. 9 (...)

15Il faut enfin noter un exemple singulier de statue honorifique en marbre dont la prise au sol n’était pas assurée par une plinthe. En effet, les jambes de la statue communément appelée le Prince de Kymè découverte en 1887 dans la petite cité d’Éolide, ne sont pas fixées à une plinthe mais reposent librement sur leur support28. Le mode d’exposition actuel de cette statue, datée de la fin du iie s. ou du ier s., ne permet pas de savoir si des tenons reliaient les pieds à la base, mais le dispositif semble en tout cas précaire. G. Mendel émet l’hypothèse que la statue était adossée à un mur auquel elle était fixée par un tenon, mais souligne que l’extrême qualité du travail des jambes à l’arrière rend peu probable cette hypothèse.

L’apport des mortaises de fixation à la connaissance des œuvres

Les statues en pied

16À partir de ces données techniques, il est possible de tirer parti de la face supérieure des bases et des traces encore visibles pour restituer, au moins partiellement, l’aspect des statues qui s’y dressaient, notamment pour les statues de bronze, qui, pour la plupart, ont disparu.

  • 29 Exemples de proportions : les pieds de la statue A de Riace mesurent 0,30 m pour une taille de 1,98 (...)

17Les premiers éléments que l’on peut déterminer approximativement sont la pondération et les dimensions des statues, en partant de l’hypothèse que leurs proportions sont relativement fixes. Les mortaises de fixation des pieds permettent en effet de connaître leur longueur et, par extension, la taille de la statue29.

  • 30 Didyma III 5, p. 158-160, 145 et 146, fig. 23-24, pl. 38, 3-4 et 5-6.

18Deux bases de statues honorifiques de prophètes de la fin du iiie ou du début du iie s., découvertes respectivement devant la façade Est et au Sud du temple d’Apollon dans le sanctuaire de Didymes, permettent d’étudier les deux types de mortaises le plus fréquemment rencontrés sur les bases de statues honorifiques masculines, correspondant à deux types de pondérations, l’une empruntée au style sévère, l’autre au canon polyclétéen30 (fig. 34-35). À la face supérieure de la base de la statue d’Antigonos, fils d’Hécataios, consacrée par son épouse Babaithis, fille de Théotimidès, ont été ménagées deux mortaises pour des pieds posés au sol sur toute leur longueur. La mortaise pour le pied droit mesure 0,255 m, celle pour le pied gauche 0,27 m, ce qui, en supposant que les pieds de la statue excédaient de 0,01 à 0,02 m la mortaise, suggère que la statue atteignait 1,90 ou 2 m, soit une taille légèrement supérieure à la taille naturelle. Le même raisonnement s’applique à la statue de Moschiôn, fils de Poseidippos, consacrée par son fils Antiphanès : la mortaise qui fixait le pied droit de la statue mesure 0,264 m. Ce format, légèrement supérieur à la taille naturelle, semble avoir été privilégié pour les statues honorifiques, mais n’est pas exclusif.

Fig. 34. Relevé de la face supérieure de la base du sanctuaire de Didymes pour Antigonos, fils d’Hécataios.

Fig. 34. Relevé de la face supérieure de la base du sanctuaire de Didymes pour Antigonos, fils d’Hécataios.

Secteur du temple d’Apollon, au Sud du temple ; Didyma III 5, p. 159, fig. 24.

Fig. 35. Relevé de la face supérieure de la base du sanctuaire de Didymes pour Moschiôn, fils de Poseidippos.

Fig. 35. Relevé de la face supérieure de la base du sanctuaire de Didymes pour Moschiôn, fils de Poseidippos.

Secteur du temple d’Apollon, terrasse des offrandes ; Didyma III 5, p. 158, fig. 23.

  • 31 Pétrakos 1999b, p. 102-103, no 123.
  • 32 Athènes, Musée archéologique national, inv. 199 ; Kaltsas 2002, p. 121, no 223.
  • 33 Marcadé 1974, p. 323-325, fig. 23 et supra p. 200-201.
  • 34 ILindos 60.
  • 35 IKaunos 112.

19Les mortaises visibles sur les bases permettent en effet de restituer des statues honorifiques de dimensions réduites. Ainsi, une base en forme de pilier découverte à l’intérieur du petit temple à Rhamnonte présente à la face supérieure des mortaises qui n’excèdent pas 0,09 m pour les pieds posés à plat de la statue de bronze d’Antiphilos, fils de Théodôros, dédiée par sa mère Léônikè31. La hauteur de la statue était donc d’environ 0,70 à 0,75 m, soit un peu moins que la demi-grandeur. Elle était ainsi plus petite que la statue en marbre dédiée par Lysicleidès – haute de 0,93 m avec sa plinthe – qui se dressait au même endroit, exposée elle aussi sur un petit pilier32. Des statues honorifiques de taille réduite, installées sur des colonnettes, sont attestées à Délos, mais les mesures exactes des mortaises sont inconnues33. On connaît mieux en revanche la base sur laquelle le Rhodien Stratoclès dédie, vers la fin du ive s., une statue de son père Polycratès à Athéna Lindia34. Les mortaises de fixation visibles à la face supérieure du pilier haut de 0,977 m n’excèdent pas 0,07 m, ce qui permet de restituer une statuette honorifique de 0,45 m environ. De même, à Caunos, la base de la statue d’Aulus Afranius, frère du patron de la cité, retrouvée derrière le portique de l’agora, porte à la face supérieure des mortaises de 0,12 m35 ; la statue de bronze d’Aulus n’excédait donc pas 0,80 à 0,85 m, sur une base haute de 0,70 m. Ce monument honorifique assez modeste n’est certainement qu’un complément aux honneurs décernés au frère, véritable bienfaiteur de la cité.

  • 36 IKaunos 89 ; Işık 1994, fig. 1-11, fig. 1-7.
  • 37 IOlympia 312 ; Kotsidu 2000, p. 128-129, cat. 73, fig. 20-21, 84.
  • 38 Didyma III 5, 154, fig. 31, pl. 41, 4-5.
  • 39 Didyma III 5, 154 : Ὁ δῆµος ὁ Μιλησίων ἐτίµησε Αὐτοφῶντα Ἡρώιδου χρυσῶ[ι] | στεφάνωι καὶ εἰκόνι χαλ (...)

20À l’inverse, les mortaises visibles à la face supérieure de certaines bases permettent de restituer des statues de taille nettement supérieure à la taille naturelle, voire colossale. C’est le cas par exemple de la base de la statue du Peuple de Rome, dédiée par le Peuple de Caunos36, ou de la statue de Philétairos, dont la base monolithe a été retrouvée au Nord-Est du temple de Zeus à Olympie37. La mortaise de fixation du pied gauche posé à plat de cette dernière statue mesure en effet ca 0,35 m, ce qui permet de restituer une œuvre de 2,30 m environ. Si les statues colossales honorent la plupart du temps des souverains ou des Peuples, il existe néanmoins des représentations honorifiques colossales de simples citoyens. Ainsi, au sanctuaire d’Apollon à Didymes, a été mis au jour le bloc de couronnement mouluré d’une très grande base qui porte à la face supérieure les mortaises de fixation des pieds de la statue en bronze colossale du prophète Autophôn, fils d’Hèroidès38 : le pied gauche mesure en effet au moins 0,38 m, ce qui amène à restituer une statue de 2,50 m. Sous chacun des pieds ont également été ménagées des mortaises quadrangulaires assez profondes – 0,025 et 0,05 m – sans doute pour assurer davantage la stabilité de la statue, qui devait peser environ 300 kg pour une prise au sol limitée. On a donc probablement eu recours à des goujons supplémentaires pour stabiliser l’œuvre. En dehors de son format, la statue d’Autophôn présente une autre singularité : l’inscription la qualifie en effet explicitement de statue « prophétique »39. C’est l’un des rares exemples d’époque hellénistique où apparaît une catégorie spécifique de statue honorifique, liée à la fonction exercée par le personnage honoré. L’adjectif « prophétique » recouvre probablement des attributs distinctifs des fonctions religieuses d’Autophôn, mais peut-être aussi les dimensions de la statue.

  • 40 Ainsi, pour la statue de la reine Phila dans le sanctuaire d’Apollon à Didymes, le format colossal (...)

21Il est plus difficile de déterminer la taille des statues féminines en bronze, car elles étaient, la plupart du temps, fixées par le rebord inférieur de leur chitôn. Les traces visibles à la face supérieure des statues sont de ce fait assez difficiles d’interprétation et la meilleure indication est souvent le format de la base40.

22Les mortaises visibles à la face supérieure des bases de statues honorifiques permettent également d’émettre des hypothèses sur l’attitude choisie par le sculpteur pour représenter le personnage et, partant, sur l’apparence générale de l’œuvre. C’est un exercice délicat, mais qui se révèle, dans certains cas, instructif. Pour les statues masculines, comme nous l’avons vu précédemment, deux types de poses prédominent : soit le personnage se tient fermement campé sur ses deux pieds – ceux-ci reposent alors sur toute leur longueur –, soit il se tient en déséquilibre sur un pied, seule la pointe de l’autre pied, généralement en retrait, reposant sur le sol – une unique « semelle » est alors visible à la face supérieure du bloc tandis qu’une mortaise plus limitée permettait de fixer la partie antérieure de l’autre pied. De ces traces, on peut inférer une reconstitution de l’œuvre : les statues dont les deux pieds touchent le sol adoptent une pondération inspirée du style sévère ou de sa variante lysippique, caractérisée par un écartement des pieds plus accentué, tandis que les statues au déséquilibre marqué suivent un schéma polyclétéen.

  • 41 Paris, musée du Louvre, Ma 588 (MNC 703) ; Richter 1965, vol. I, p. 69, fig. 244-245, 248.
  • 42 Aphrodisias, musée, inv. 72.440 ; Hallett 1998, p. 69-77, cat. 2, fig. 12-14.
  • 43 Aphrodisias, musée, inv. 72.439 ; Hallett 1998, p. 62-69, cat. 1, fig. 2-7.
  • 44 Rhodes, musée, inv. 13618 (Kabus-Preisshofen 1989, p. 215-217, cat. 36, pl. 47, 1-2 [milieu du ier (...)
  • 45 Rhodes, musée, inv. 13619,5 (Kabus-Preisshofen 1989, p. 221-222, cat. 40, pl. 52, 1-3 [seconde moit (...)
  • 46 Paris, musée du Louvre, Ma 525 (MR 367) ; Charbonneaux 1963, p. 28, no 525 ; A. Délivorrias, LIMC I (...)
  • 47 Kabus-Preisshofen 1989, p. 140 ; Plutarque, Étiologies grecques 304 C-E.

23On peut cependant faire un pas de plus dans l’analyse, en constatant que les statues masculines en manteau des époques classique et hellénistique n’ont que très rarement un pied levé. Si l’on excepte le cas particulier du Poète en marche, parfois identifié à Alcaios, dont la copie la plus complète se trouve au musée du Louvre41, les statues en chitôn et en himation les plus anciennes présentant cette pose appartiennent au début de l’époque impériale : c’est le cas par exemple de la statue d’un prêtre retrouvée près du bouleutèrion d’Aphrodisias42 ; la position originale de cette statue drapée trouve une explication dans la symétrie recherchée par le sculpteur avec la statue cuirassée qui la flanquait43. À Cos, les statues drapées qui présentent cette attitude appartiennent toutes à l’époque impériale44, à l’exception d’une seule, qui se distingue par son type très original45 : la figure masculine est vêtue d’une tunique et d’un manteau dont la finesse et la transparence évoquent les effets de drapé mouillé de la seconde moitié du ve s. La pose et la délicatesse du drapé sont très proches de l’Aphrodite du Louvre, dite « Vénus Genitrix », qui est peut-être la copie d’une œuvre de Callimaque46. R. Kabus-Preisshofen suggère que le personnage ainsi vêtu pourrait être un prêtre d’Héraclès, dont le culte très ancien, à Antimacheia de Cos, impliquait un rituel de travestissement47, ce qui expliquerait ce curieux mélange de types statuaires féminins et masculins.

  • 48 ILindos 109.

24Ainsi peut-on raisonnablement émettre l’hypothèse que, lorsque, à la face supérieure d’une base, les mortaises suggèrent que l’un des pieds d’une statue masculine ne reposait que sur la pointe, la statue était probablement de type athlétique ou militaire, hypothèse qui devient une certitude lorsqu’une mortaise permet de restituer une lance ou un sceptre sur lesquels s’appuyait la figure. La représentation de Xénoclès, fils d’Apollodotos, prêtre sortant d’Athéna Lindia, de Zeus Polieus et de Dionysos, dédiée par son fils et son épouse sur l’acropole de Lindos dans le troisième quart du iiie s.48 était donc nue ou court vêtue, ce qui correspond mal à notre conception de la représentation d’un magistrat religieux.

25Ces deux types masculins ne permettent cependant pas, loin s’en faut, de rendre compte de toutes les traces de mortaises visibles à la face supérieure des blocs, dont certaines demeurent difficiles à interpréter. Sans prétendre à l’exhaustivité, je propose dans les lignes qui suivent d’examiner quelques cas problématiques.

  • 49 ILindos 100.
  • 50 Sofia, Musée national ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 83-84, no 127, pl. 30.
  • 51 Berlin, Pergamonmuseum, inv. 784 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 86, no 141, pl. 32.
  • 52 Bologne, Museo civico ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 86, no 139, pl. 32 (fin du ier s.).

26On peut tout d’abord mentionner celui de la statue de Polyxénos, fils d’Aristocratès, prêtre en sortie de charge, dédiée par ses enfants à Athéna Lindia, à Zeus Polieus et à Artémis Kécoia sur l’acropole de Lindos dans le troisième quart du iiie s.49. À trente centimètres à droite de la mortaise de fixation du pied droit de la statue est visible une mortaise rectangulaire de 0,16 × 0,15 m, que Chr. Blinkenberg analyse comme une mortaise pour un pilier, sur lequel se serait appuyée la statue du coude droit. Cette interprétation se heurte cependant à une objection pratique : la distance entre le pilier et la figure impliquerait dans ce cas un très fort hanchement, qui devrait entraîner le soulèvement de la jambe libre, voire le croisement des jambes comme sur les copies du satyre de Praxitèle. Or, les mortaises indiquent que les pieds de la statue reposaient sur la base de toute leur longueur. Il faut dès lors supposer que le pilier flanquait simplement la statue et précisait sa signification : peut-être portait-il un attribut qui caractérisait l’activité de Polyxénos. Les reliefs funéraires d’Asie Mineure fournissent des parallèles précis, qui viennent confirmer cette hypothèse. Un relief de la première moitié du iie s., provenant d’Apollonia du Pont, représente ainsi un jeune homme debout, les deux pieds posés à plat sur le sol, vêtu d’une chlamyde. Il retient deux javelines contre son épaule gauche et lève le bras droit. Sa main repose sur l’épaule d’un pilier hermaïque à tête juvénile. Dans l’angle inférieur gauche du champ, un petit esclave aux jambes croisées observe la scène. Enfin, au-dessus du relief, sont représentés deux autels en faible relief50. Un autre relief du iie s., découvert près du Mausolée d’Halicarnasse51, représente un homme en chitôn et en himation à droite du champ, fermement campé sur ses deux pieds et dont la main droite repose sur un pilier hermaïque à tête d’Héraclès ; devant le pilier se dresse un petit autel où est déposé un fruit. À gauche, entre le pilier hermaïque et une grande feuille de palme en incision, se tient un jeune garçon nu, qui retient contre son épaule gauche deux badines souples. Enfin, un relief plus récent, de provenance inconnue52, présente une composition encore plus proche de celle que l’on peut restituer pour la représentation de Polyxénos sur l’acropole de Lindos. Cette œuvre de facture modeste présente en effet à gauche une figure masculine barbue, en himation et à la musculature puissante ; les pieds reposent à plat sur le sol et le bras droit est levé à hauteur d’épaule, de sorte que la main s’appuie sur l’épaule d’un pilier hermaïque au visage mutilé, placé tout à fait à gauche du champ, en surplomb. On ignore malheureusement la fonction du défunt, Onèsiphoros, fils de Glaucos, mais l’on peut songer à un cosmète ou, par comparaison avec la base de Lindos, à un prêtre.

  • 53 La Coste-Messelière 1925b, p. 80-81, nos 6-7.

27À Delphes, une base double du ier s. qui portait les statues d’Apollônios, Alexandrin, intendant ou assistant du Delphien Nicandros, fils de Nicandros, et de Callidicos, fils de Callistratos, Delphien, bienfaiteur et proxène d’Apollônios, présente à la face supérieure des mortaises d’interprétation délicate53 : à gauche, la statue a sans doute subi une réparation dans l’Antiquité, ce qui explique la présence de deux mortaises pour le pied droit, mais la destination des quatre petites mortaises circulaires à l’arrière des statues demeure problématique. Aucune ne peut correspondre à l’extrémité d’une lance ou d’un sceptre, car elles sont en fort retrait par rapport aux statues. Elles ne semblent pas correspondre non plus à des étais, car elles sont décalées par rapport aux mortaises servant à la fixation des pieds. Il faut alors supposer, à l’arrière des statues, la présence d’éléments de décor dont la nature exacte nous échappe, mais qui devaient venir préciser la signification des œuvres.

  • 54 Konstantinopoulou 1963, p. 3-4, no 3, pl. 1γ et 2β.
  • 55 Konstantinopoulou 1963, p. 6, no 6, pl. 2ε-ζ.
  • 56 IKaunos 109.

28Le problème posé par ces mortaises subsidiaires n’est pas isolé : à Rhodes, par exemple, une base circulaire des années 230 pour la statue de Timarchos, fils d’Antagoras, dédiée aux dieux par dix personnes, probablement ses collègues magistrats54, présente à la face supérieure les mortaises pour deux pieds posés à plat, une seconde mortaise pour un pied gauche et une cavité circulaire près du bord postérieur. Ce dispositif indique peut-être que la base a porté deux statues successives, mais l’inscription correspondant à un éventuel remploi fait défaut. La face supérieure de la base pour Caius Iulius Théopompos, provenant également de la cité de Rhodes, est plus troublante encore55 : deux paires de « semelles » y sont visibles et une mortaise isolée pour un pied, tandis que deux mortaises circulaires semblent avoir servi à fixer des étais. Or, là également, une seule inscription est visible sur le bloc et il n’y a aucune trace de rasura. La base qui portait la statue de L. Caninius Gallus, à Caunos, sans doute à la fin des années 50 pose le même problème : le remploi est rendu probable par le nombre de mortaises observées à la face supérieure, mais nous ne conservons aucune trace d’une seconde inscription56.

  • 57 IG XI 4, 1073 ; Kotsidu 2000, p. 211-212, no 136 [E2] + [A], fig. 45-47, 87.
  • 58 Délos, musée, inv. A 126 ; Kreeb 1988, p. 298-299, cat. S 53.8 ; Lewerentz 1993, p. 283, cat. VI,7, (...)
  • 59 Marcadé 1969, p. 427, n. 2.

29La face supérieure d’une base permet à l’inverse parfois de restituer assez assurément la typologie d’une statue honorifique. C’est le cas par exemple de la base pour Ptolémée III Évergèteà Délos57 (fig. 36a-b). D’après le travail de la face supérieure, le pied gauche était soulevé et avancé, et la main gauche s’appuyait sur une lance ou un sceptre dont l’extrémité était fixée immédiatement à gauche du monticule sur lequel repose le pied. Or cette position correspond presque exactement à celle d’une statuette trouvée au Nord-Ouest de la rue du Théâtre, dont l’identification est controversée : les commentateurs qui s’aventurent à lui donner un nom évoquent Sarapis58, tandis que J. Marcadé doute du caractère divin du personnage représenté59. Si l’on admet l’identification de la statuette à Sarapis, on peut peut-être supposer que le sculpteur de cette œuvre décorative s’est inspiré de l’une des représentations ptolémaïques les plus en vue de l’île pour renouveler le type divin.

Fig. 36. Base de la statue de Ptolémée III Évergète à Délos : a. photographie de la face avant ;
b. photographie de la face supérieure.

Fig. 36. Base de la statue de Ptolémée III Évergète à Délos : a. photographie de la face avant ; b. photographie de la face supérieure.

Kotsidu 2000, fig. 45-47.

  • 60 Keesling 2007, p. 153-154.
  • 61 Pasquier 2007, p. 84.
  • 62 Les sources sont regroupées par Martinez 2007, p. 28-59, surtout p. 41-43.

30Par ailleurs, l’observation des mortaises de fixation permet parfois de préciser ou d’infirmer une attribution. C’est notamment le cas pour la base de la statue de Lampôn sur l’Acropole d’Athènes. L’attribution de la statue au grand Praxitèle, proposée par C. Keesling60, n’est en effet pas sans poser problème, car, d’après les mortaises de fixation, la statue représentaitun homme qui effectue une grande enjambée, un pied porté vers l’avant, l’autre en arrière ne reposant sur le bloc que par la pointe. Or, rien à peu près de ce que nous connaissons de l’art de Praxitèle ne correspond à cette description. Il est vrai que les statues honorifiques signées Praxitèle ont sans doute été moins reproduites que ses statues divines, mais une statue en mouvement vif s’accorde mal avec « le concert des figures sensuelles et langoureuses du répertoire praxitélien, dont on a toujours cru qu’il cultivait le repos rêveur et le souple abandon plutôt que la fente héroïque »61. Les rares statues honorifiques de Praxitèle attestées par les sources, tant littéraires qu’épigraphiques, sont, pour la plupart, féminines et il n’existe aucun indice d’un athlète de Praxitèle62. Peut-être convient-il alors, sans revenir à l’hypothèse d’un Praxitèle VI, de mettre un prudent point d’interrogation à l’attribution de cette signature au grand Praxitèle.

  • 63 IOlympia 186 ; cf. supra p. 186-188.
  • 64 Cf. supra p. 209.
  • 65 Diamètre : 0,10 m ; profondeur : 0,08 m.
  • 66 Bâle, Antikensammlung ; Himmelmann 1989, p. 158, fig. 62.
  • 67 Virgile, Énéide V 426-428.

31L’observation de la face supérieure des bases permet en outre de restituer des représentations honorifiques aux types originaux, jusqu’alors inconnus parce qu’ils n’ont pas été copiés. Ainsi la statue du pugiliste Épithersès d’Érythrées à Olympie63 devait, par son type, se distinguer de la majorité des statues d’athlètes. Elle est signée Pythocritos, fils de Timocharis, de Rhodes, auteur de nombreuses statues honorifiques sur l’acropole de Lindos et du relief représentant un bateau qui portait la statue honorifique d’un général rhodien64. À la face supérieure de la base d’Olympie se trouve une unique mortaise65 pour la fixation de la statue de bronze ; W. Dittenberger en conclut que la statue ne se tenait que sur un pied. Si cette hypothèse est juste, on peut se demander quelle phase du combat a représentée Pythocritos. Peut-être Épithersès était-il saisi à l’instant qui précède l’engagement du combat, sur la pointe des deux pieds, dont un seul était fixé, dans une pose semblable à celle d’une statuette de bronze du musée de Bâle66 et à celle décrite par Virgile67. Un tel défi à la pesanteur n’a rien d’impossible dans l’œuvre de Pythocritos, auteur de compositions très originales.

Les statues équestres

  • 68 Notamment le sarcophage d’Abdalonymos (Istanbul, Musée archéologique, inv. 370T ; cf. Graeve 1970.
  • 69 La plus fameuse est une statuette d’Herculanum (Naples, Musée archéologique national), qui reprodui (...)
  • 70 Perrier 2008.

32Les mortaises visibles à la face supérieure de certaines bases permettent par ailleurs de restituer des statues équestres. À Delphes par exemple, l’assise de couronnement du pilier honorifique pour le roi Prusias de Bithynie (fig. 37) présente deux mortaises pour les sabots postérieurs d’un cheval et une mortaise rectangulaire dans la partie antérieure de la base, qui servait à fixer l’étai soutenant le corps du cheval cabré. Ce dispositif permet de restituer une statue du souverain représenté en pleine action sur sa monture, mode de représentation dont témoignent aussi bien des reliefs68 que des statuettes de bronze69. L’assise supérieure du pilier de Prusias comporte également, outre le dispositif de fixation du cheval, cent douze mortaises de petites dimensions, qui criblent la partie antérieure du bloc, sous l’avant-train du cheval, mais sont plus sporadiques à l’arrière. Récemment, A. Perrier a repris les différentes hypothèses relatives à ce singulier dispositif, proposant pour sa part d’y voir les mortaises de fixation de pointes destinées à protéger la base et la statue des oiseaux70, particulièrement nombreux près des autels. Le manque de parallèles fragilise cependant cette hypothèse et il reste préférable de considérer ces mortaises comme le dispositif de fixation d’éléments végétaux, qui seraient venus préciser la signification de la statue.

Fig. 37. Relevé de l’assise sommitale du Pilier de Prusias à Delphes.

Fig. 37. Relevé de l’assise sommitale du Pilier de Prusias à Delphes.

Relevé EFA ; Perrier 2008, p. 259, fig. 2.

  • 71 Siedentopf 1968, p. 100, no 44 et supra p. 217-218.
  • 72 Siedentopf 1968, p. 102, no 48.

33On retrouve un dispositif de fixation pour un cheval cabré dans le sanctuaire de Zeus à Olympie, à la face supérieure d’une base située au Nord-Ouest du Philippeion, à côté de la base des Éléens, qui porte une dédicace des exilés lacédémoniens pour Callicratès, fils de Théoxénos, de Léontion71. Dans le même sanctuaire, la base honorifique de Lucius Mummius, dédiéepar la cité d’Élis, portait également un cheval cabré. Deux des trois blocs de couronnementsont conservés ; ils portent les mortaises de fixation des sabots arrière d’un cheval et, de façon plus inattendue, une mortaise plus limitée pour attacher l’extrémité de la queue du cheval.Cela permet d’affirmer que le cheval était cabré et était probablement soutenu à l’avant par un étai ventral72.

  • 73 Pétrakos 1997, no 445.
  • 74 Pétrakos 1997, no 446.

34Plusieurs bases de statues du sanctuaire d’Amphiaraos à Oropos permettent d’étudier le mode de fixation de statues équestres moins mouvementées. Les bases pour les représentations de Publius Servilius Isauricus73 et de Cnaius Cornelius Lentulus74 présentent ainsi à la face supérieure un dispositif semblable. Deux mortaises permettent de fixer respectivement le sabot arrière droit et le sabot avant gauche, tandis qu’une troisième mortaise plus petite, située à l’arrière du côté gauche, servait sans doute à fixer un étai.

Les chars

  • 75 Kotsidu 2000, p. 85-86, no 35 [A], fig. 3.
  • 76 Kotsidu 2000, p. 94, no 44 [A], fig. 4.
  • 77 Kotsidu 2000, p. 86-87, no 36 [A], fig. 5-7 ; Korrès 2000, p. 320.

35Enfin, à la face supérieure de quelques monuments honorifiques exceptionnels, offerts le plus souvent à un roi, sont visibles les mortaises de fixation d’un char, quadrige ou bige. Ces monuments particulièrement prestigieux et coûteux sont surtout attestés à Athènes. Sur la foi d’un arasement du rocher, on suppose l’existence d’un monument de ce type à l’angle Nord-Est du Parthénon75 et à l’angle Nord-Ouest du portique du milieu sur l’Agora76, ce dernier monument étant, la plupart du temps, attribué à Pharnace Ier. Rien n’est cependant connu des dispositifs de fixation de ces chars honorifiques. La base probablement consacrée initialement à Attale II, devant le portique qu’il a fait édifier sur l’Agora, permet en revanche de se faire une idée du dispositif de fixation d’un char plus grand que nature77 (fig. 38a-b). Huit blocs, sur les neuf que comprenait le couronnement, portent à la face supérieure de nombreuses mortaises, qui semblent indiquer que chacun des chevaux avait les quatre sabots fixés à la base. L’équipage n’était donc pas représenté en mouvement mais à l’arrêt, sans doute pour évoquer la cérémonie de remise de la couronne au roi, en récompense de sa victoire aux Panathénées. Il est par ailleurs probable qu’un palefrenier se tenait près de la roue gauche du char.

Fig. 38. Base pour le char supposé d’Attale II sur l’Agora d’Athènes : a. vue d’ensemble ; b. face supérieure.

Fig. 38. Base pour le char supposé d’Attale II sur l’Agora d’Athènes : a. vue d’ensemble ; b. face supérieure.

Clichés de l’auteur.

  • 78 Korrès 2000, p. 314-319.

36M. Korrès a restitué les diverses phases d’utilisation du pilier consacré à Agrippa devantles Propylées de l’Acropole (fig. 14, p. 171)78. Dans les trois phases distinguées, le pilier portait un quadrige de taille naturelle, mais des différences significatives peuvent être repérées dans la disposition des chevaux. Dans la première phase, les deux chevaux médians sont plus avancés que ceux qui les flanquent, tandis que dans les deux phases suivantes, les quatre chevaux sont placés sur une même ligne. Par ailleurs, tandis que, dans la première phase, les chevaux sont représentés marchant tous d’un même pas à l’amble, ils effectuent des figures plus complexes dans les deux phases suivantes, avançant l’une ou l’autre jambe selon des synchronismes variés. L’unique bloc conservé de la partie arrière du couronnement du pilier prouve que le char avait une largeur importante et a donc pu accueillir, outre les statues d’un cocher et d’un personnage honoré, une Nikè ou la représentation d’un autre personnage honoré.

L’entretien des statues honorifiques

  • 79 ID 290, l. 151 (entretien de la statue de culte d’Aphrodite) ; ID 461 B, l. 35 (entretien de la sta (...)
  • 80 IK 2, 503, l. 14-17.

37Les témoignages d’un entretien périodique des statues honorifiques sont rares. Bien que la γάνωσις, c’est-à-dire l’application d’une couche protectrice de cire sur la surface de la statue, ne soit attestée que pour les statues divines79, elle est probablement effectuée également pour les statues honorifiques. Le décret d’Érythrées sur la restauration de la statue du tyrannicide Philitès, promulgué au début du iiie s., prévoit ainsi l’entretien périodique de la statue contre la dégradation80 :

Que les agoranomes veillent à ce que la statue soit exempte de vert-de-gris et soit couronnée le premier jour de chaque mois et lors des autres fêtes.

  • 81 Cf. la fondation d’Agasigratis à Calaurie IG IV 840, l. 12-14 (passage cité supra p. 125-126).

38La protection de la statue de bronze contre le vert-de-gris implique certainement l’application périodique d’une couche protectrice. Les agoranomes, bien placés pour surveiller la statue installée sur l’agora, sont naturellement chargés de déterminer la périodicité de cet entretien. D’une manière plus imprécise, quelques décrets privés prévoient par ailleurs le nettoyage des représentations honorifiques privées à l’occasion des jours de fêtes81, sans que l’on connaisse la nature exacte des opérations effectuées.

Le remploi des monuments honorifiques

  • 82 Sur le sujet, cf. notamment Blanck 1969 ; Keesling 2007 ; Krumeich 2008 ; Keesling 2010a ; Krumeich (...)

39Le remploi des statues honorifiques ou de leurs bases82 est une pratique nouvelle à l’époque hellénistique, qui n’a pas d’équivalent dans les cités grecques d’époque classique. On le verra, lorsqu’au ve ou au ive s., on souhaite faire disparaître une représentation honorifique de l’espace public, on procède à sa destruction ou à son évacuation, non à une nouvelle consécration.

40Le remploi de statues honorifiques semble par ailleurs lié indissociablement à l’intervention des Romains dans le monde grec. En effet, les témoignages, littéraires comme épigraphiques, montrent que de tels remplois concernent presque exclusivement des promagistrats romains ou leur famille. Les remplois de statues honorifiques pour des Grecs sont très rares avant le ier s., où l’influence romaine diffuse la pratique dans les cités et les sanctuaires grecs. Le terme de remploi couvre cependant des pratiques distinctes, liées aux raisons qui l’ont motivé. On peut ainsi distinguer trois catégories principales : le remploi patrimonial, le remploi à finalité politique et enfin le remploi à but économique, qui est sans doute le plus répandu.

Le remploi patrimonial

  • 83 Pour une étude de ces deux pratiques sur l’Acropole, cf. Krumeich 2010, p. 332-345 et catalogue p.  (...)
  • 84 Sotiriadis 1915, p. 55-56, no 33, fig. 3 ; IG IX 12, 52 ; Moreno 1974, p. 117-122, fig. 51 ; Moreno (...)

41Le remploi patrimonial consiste à réutiliser une œuvre en raison de sa valeur artistique. Dans le cas d’une statue honorifique, il implique que le sujet précis de la représentation s’efface devant le renom du sculpteur. Matériellement, le remploi patrimonial se traduit par la pratique de la µεταγραφή, c’est-à-dire de l’adjonction d’une nouvelle inscription sur la base, que l’inscription ancienne soit effacée ou non83. Généralement, la signature du sculpteur est conservée, car elle atteste l’ancienneté et la qualité du monument. Le plus ancien remploi patrimonial attesté provient de Thermon en Thessalie, où une statue signée par Lysippe à la fin du ive s. a été remployée peu après le milieu du iiie s. par la confédération étolienne pour honorer l’hipparque Paidias, fils de Stratippos, d’Hèracleia84. C’est le renom sans pareil du portraitiste d’Alexandre qui explique la conservation de sa signature au moment du remploi.

  • 85 Pétrakos 1997, no 442, fig. 53.
  • 86 Pétrakos 1997, no 385.
  • 87 Pétrakos 1997, no 444, fig. 55.
  • 88 Pétrakos 1997, no 390.
  • 89 Ferrary 1988 ; noter que Sylla est connu pour avoir pillé des œuvres d’art dans les cités et les sa (...)
  • 90 Ridgway 1984, p. 9 considère que la première œuvre, où le sculpteur a cherché à reproduire exacteme (...)
  • 91 Bieber 1977, p. 17.

42Les remplois patrimoniaux ne sont plus ensuite assurément attestés avant le début du ier s., au sanctuaire d’Amphiaraos, à Oropos : la base qui portait la statue, probablement équestre, de L. Cornelius Sylla, devant le temple d’Amphiaraos85, est un remploi. La signature du sculpteur Teisicratès, fils de Thoinias, qui a réalisé la statue dans le premier quart du iiie s., a été conservée à dessein pour donner un cachet supplémentaire à la statue du général romain86. La même analyse peut être faite pour la statue de C. Scribonius C. f. Curion, général de Sylla, honoré par les citoyens d’Oropos sans doute peu après 8687. Là encore, l’inscription honorifique originelle a été effacée, mais la signature de Xénocrate, datée de la première moitié du iiie s., a été conservée88. Il s’agit également d’une statue équestre et, d’après les traces visibles à la face supérieure du bloc, le cheval était cabré. Ici, le recours au remploi se fonde sur des critères esthétiques. Sylla et son général, qui ont probablement choisi les œuvres, s’enorgueillissent d’être honorés de statues qui appartiennent au patrimoine grec hellénistique. C’est là une des manifestations du goût pour l’art grec des dirigeants romains du dernier siècle de la République89. La pratique du remploi patrimonial se développe d’ailleurs dans le même temps que la copie à l’identique90 : c’est pour satisfaire les notables romains cultivés que l’on invente, à la fin de la République, de nouveaux procédés techniques pour reproduire des œuvres d’art91.

  • 92 IG XII 2, 202 ; Loewy 1885, p. 195-196, no 279 (E. Loewy ne considère pas la base comme un remploi)
  • 93 IK 44, 90 ; signalons enfin, dans cette série, la statue d’Auguste vue par Pausanias à l’entrée du (...)

43Plus tard dans le ier s., à Mytilène, une statue de Pompée est placée sur une grande base de marbre gris portant la signature antérieure de Dôrothéos, fils d’Hègèsandros, d’Olynthe92. Cette pratique du remploi patrimonial est également attestée jusqu’à Sidè de Pamphylie, où la statue de Kydramyas, fils de Derkylos, prêtre de Zeus Nicatôr, érigée par le prêtre des Grands Dieux et des ἐπίτροποι sur ordre du Peuple, porte une signature d’un sculpteur du iiie s., Dioscouridès, fils de Pancratès93.

44La µεταγραφή de statues honorifiques grecques n’est pas une déprédation, car elle implique l’accord, plus ou moins contraint, des autorités de la cité ou du sanctuaire à l’origine de la nouvelle dédicace. C’est donc également une manifestation de l’autorité des magistrats et des généraux romains sur les cités grecques. Donner une nouvelle identité à une statue honorifique, c’est en effet changer la signification d’une offrande ou d’une dédicace publique. En ce sens le remploi patrimonial revêt également une signification politique.

Le remploi politique

45On peut néanmoins distinguer des remplois dont la signification est spécifiquement politique. Là encore, il s’agit, le plus souvent, pour les autorités romaines, de marquer de leur empreinte les cités grecques par l’installation de statues honorifiques. Les généraux et les magistrats romains se réapproprient des monuments symbolisant le pouvoir des rois hellénistiques, cherchant tout à la fois à effacer leur souvenir et à hériter de leur pouvoir.

  • 94 Plutarque, Vie de Paul-Émile XXVIII 4.
  • 95 Polybe, XXX 10, 2 ; Tite-Live, XLV 27, 7.
  • 96 Jacquemin 1999a, p. 340, no 348 et p. 350, no 424.
  • 97 C’est l’interprétation que donne de ce terme Kähler 1965, p. 8.
  • 98 FD III 4, 32.
  • 99 Jacquemin, Laroche 1982, p. 207-214.
  • 100 Kähler 1965, p. 12-13, pl. 5.

46Le plus ancien remploi de cette catégorie est documenté aussi bien par les sources littéraires que par l’archéologie. Plutarque rapporte en effet que Paul-Émile, après sa victoire contre Persée au cours de la bataille de Pydna, en 168, a récupéré, pour y placer sa propre statue, un pilier honorifique que le roi de Macédoine faisait bâtir dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes94. Polybe et, à sa suite, Tite-Live, évoquent quant à eux plusieurs colonnes – κίονες – prévues pour Persée et détournées par Paul-Émile95. L’un de ces monuments est connu par l’archéologie96. De nombreux blocs en ont été retrouvés sur la terrasse du temple, entre la façade Est et l’autel, c’est-à-dire probablement à l’endroit que Tite-Live, dans le passage mentionné plus haut, nomme le vestibulum du temple97. Sur le petit côté du socle de ce monument est gravée une inscription latine qui confirme les témoignages littéraires : L. Aemilius L.f. imperator de rege Perse Macedonibusque cepet98. Ce pilier monumental haut de 9,97 m portait, dans son état final, la statue équestre de Paul-Émile99. Le général romain ne s’est cependant pas contenté de récupérer le piédestal de son ennemi : il fait élever, si l’on en croit A. Jacquemin et D. Laroche, le pilier proprement dit sur la base à orthostates prévue par Persée et ajouter un entablement ionique comportant une frise sculptée, où sont transcrits en relief les épisodes saillants du combat, notamment l’événement déclencheur, à savoir la fuite d’un cheval du camp romain vers le camp macédonien100.

  • 101 Jacquemin, Laroche, Lefèvre 1995, p. 125-136.

47Les travaux d’A. Jacquemin et de D. Laroche à Delphes ont par ailleurs permis de reconstituer un second pilier probablement dédié par Persée, qui vient justifier le pluriel de Polybe et de Tite-Live101. Sur ce pilier, ont été inscrits au début du iie s. des documents historiques dela royauté macédonienne, concernant notamment les relations entre Démétrios Poliorcète et l’Amphictionie à la fin du ive s. Bien que nous n’en conservions aucune trace, il est probable que ce monument ait également été remployé par Paul-Émile. Si le général a pris soin de récupérer une simple base à orthostates, on voit mal pour quelle raison il aurait laissé intact un pilier honorifique monumental à la gloire de son ennemi.

  • 102 Une base portant la dédicace des Tanagréens pour Balacros, fils de Balacros, érigée vers 170 sur l’ (...)
  • 103 Plutarque, Vie d’Antoine 60, 6, trad. R. Flacelière et É. Chambry, CUF, 1977.

48Inauguré dès le deuxième quart du iie s., le remploi d’un monument honorifique à des fins politiques n’est plus guère attesté ensuite dans nos sources avant le troisième quart du ier s.102. La récupération de monuments honorifiques royaux semble en effet avoir fait partie de la politique d’Antoine en Orient, notamment à Athènes, si l’on en croit un passage de Plutarque, qui rapporte les prodiges ayant précédé la bataille d’Actium103 :

Ἡ δ’αὐτὴ θύελλα καὶ τοὺς Εὐµένους καὶ Ἀττάλου κολοσσοὺς ἐπιγεγραµµένους Ἀντωνείους Ἀθήνησιν ἐµπεσοῦσα µόνους ἐκ πολλῶν ἀνέτρεψε

le même ouragan, tombant à Athènes sur les colosses d’Eumène et d’Attale, sur lesquels était inscrit le nom d’Antoine, les renversa seuls entre plusieurs autres.

  • 104 Cf. infra p. 290-292.

49Bien qu’elle s’insère dans une énumération de mirabilia qui vise plus à impressionner le lecteur qu’à relater la vérité, la µεταγραφή évoquée est vraisemblable de la part d’Antoine, qui se pose en héritier des rois hellénistiques et récupère particulièrement les symboles attalides104.

  • 105 IPergamon 383 ; Wenning 1978, p. 37-38 ; Mathys 2014, p. 27
  • 106 Schober 1936, p. 106-107 ; repris par Ingholt 1969 et Wenning 1978, p. 38, n. 251.
  • 107 IPergamon 301.
  • 108 La bibliographie jusqu’à 1977 est rassemblée et commentée par Jucker 1977, p. 16-35 (118 références (...)
  • 109 L’argumentation la plus poussée en ce sens est celle de Ingholt 1969.

50C’est cependant surtout à l’époque d’Auguste que se développe cette pratique du remploi d’anciens monuments honorifiques royaux. Ainsi, à Pergame, dans le sanctuaire d’Athéna, la statue colossale de la déesse commémorant une victoire d’Attale Ier contre les Galates, qui se dressait sur la grande base monumentale ronde au centre de la terrasse du temple, est remplacée, sans doute en 20, par une statue colossale d’Auguste, tandis qu’une nouvelle inscription honorifique est gravée sur le corps de la base105. A. Schober le premier a remarqué que c’est au moment de ce remploi qu’est installée, sur le dernier degré supportant le corps de base une série de statues en bronze, qu’il interprète comme une série de cinq trophées, flanqués à chaque fois d’une victoire et d’un barbare soumis, suivant une iconographie fréquente à l’époque d’Auguste, que l’on retrouve notamment sur le trophée de Saint-Bertrand-de-Comminges106. Correspondant à ces statues, est gravée sur la face antérieure des blocs du dernier degré une dédicace d’Auguste ainsi restituée : « L’empereur César Auguste, fils du divin, [dédie] à Athéna [les enseignes et/ou les dépouilles] »107. La restitution éventuelle du terme « enseignes » se fonde sur l’interprétation de ce monument comme une commémoration du retour des enseignes prises à Crassus par les Parthes en 53. Cette interprétation trouve elle-même son origine sur la restitution du type de la statue d’Auguste qui se dressait sur le monument rond. Or cette restitution fait l’objet d’un vif débat108. En effet, certains voient dans l’Auguste de Prima Porta une copie de cet original de bronze109. Le thème central de la cuirasse serait une allusion immédiate aux circonstances d’installation de la statue, et la richesse exceptionnelle de sa décoration – notons qu’il s’agit de la seule cuirasse impériale décorée à l’arrière – serait due à une transposition en relief, sur la copie seulement, des statues qui se trouvaient sur le dernier degré du soubassement de la base, thèse cependant rejetée parce qu’aventureuse par R. Wenning.

  • 110 Holtzmann 2003, p. 216 ; Hoff M. C. 1996, p. 185-194 ; IG II2 3173 ; sur le culte d’Auguste et de l (...)

51Quoi qu’il en soit, ce monument honorifique frappe par sa singularité sur de nombreux plans. En effet, non seulement Auguste, en s’appropriant le prestigieux monument de victoire d’Attale Ier contre les Galates, occulte tout autant qu’il récupère la gloire de la dynastie attalide, mais, en faisant placer sa statue en lieu et place de la statue de la divinité principale, au cœur même de son sanctuaire, il se fait l’égal d’un dieu. En ce sens, la statue d’Auguste à Pergame évoque celle qui était peut-être abritée par le monoptère de Rome et d’Auguste, érigé sur l’Acropole d’Athènes probablement en 19 : ici, la divinisation de l’empereur est certifiée par la mention du premier prêtre de Rome et d’Auguste, Pamménès, fils de Zènôn, de Marathon110.

  • 111 ICret II, XXIII, 12.

52D’autres exemples manifestent la récupération par Auguste du prestige des rois hellénistiques par l’accaparement de leurs monuments honorifiques. Ainsi, une base de Polyrrhènia de Crète porte une inscription pour Auguste gravée sur une inscription pour le roi Areus Ier de Sparte111 : le monument initial a sans doute été érigé vers 272, lorsque le roi de Sparte vint soutenir Gortyne et ses alliés dans la guerre contre Cnossos.

  • 112 Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum ; Felten 1985, col. 115-119, fig. 3-4.

53Une tête de marbre provenant de Sakka en Égypte, exceptionnelle parce qu’elle conserve les traces de sa transformation, témoigne du remploi d’une statue honorifique royale pour Auguste112 (pl. IIIa et b). En effet, l’organisation des mèches de cheveux au-dessus du front permet d’identifier Auguste, mais, outre que les traits s’accordent mal avec la représentation traditionnelle de l’empereur, la présence d’un diadème dans les cheveux, attribut totalement étranger à l’iconographie du princeps, révèle la première fonction de l’œuvre. De représentation royale, sans doute ptolémaïque, cette tête est ainsi devenue celle d’un empereur, simplement par l’adaptation de la coiffure.

  • 113 Knackfuss 1908, p. 115-117, no 12, fig. 104-106 ; Tuchelt 1979, p. 190, Milet04 ; Milet I 2,12, pl. (...)
  • 114 Pseudo-Dion de Pruse (Favorinus), XXXVII 40.

54Le remploi de monuments honorifiques hellénistiques à des fins politiques ne concerne cependant pas uniquement l’empereur, mais également sa famille. Ainsi, Milet débaptise pour L. Domitius Ahenobarbus, neveu d’Auguste et consul en 16, une statue du renommé bienfaiteur et général de la cité à la fin du iiie et au début du iie s., Lichas, fils d’Hermophantos, qui se dressait devant le bouleutèrion113. Favorinus nous apprend par ailleurs qu’Ahenobarbus a usurpé, probablement à Athènes, une statue d’Alcibiade114. Ce remploi n’est assurément pas fortuit : Ahenobarbus cherche à récupérer l’aura du flamboyant homme politique de l’époque classique.

  • 115 Stevens 1946, p. 89-82 ; Goette 1990a, p. 274, n. 15 ; cf. supra p. 70 et 236-237.

55À la fin du ier s., il faut rappeler l’exemple déjà mentionné du remploi pour Agrippa, gendre d’Auguste, d’un pilier honorifique sans doute initialement consacré à Eumène II à l’occasion de sa victoire aux Panathénées de 178 et installé en contrebas de l’aile Nord des Propylées de l’Acropole d’Athènes (fig. 14, p. 171)115.

  • 116 IPergamon 30 et 417 ; Tuchelt 1979, p. 218, Pergamon022 ; Didyma III 5, no 155 (commentaire p. 169) (...)

56C’est probablement aussi la volonté d’effacer le souvenir de la royauté pergaménienne qui a conduit, à Pergame, au remploi d’un bloc de la base d’une statue honorifique d’Attale Ier, dédiée par son général Épigénès, pour ériger la statue de M. Valerius Messalla Potitus, qui est peut-être proconsul d’Asie entre 21 et 19 ou entre 28 et 20116.

Le remploi économique

  • 117 Dion de Pruse, Discours aux Rhodiens XXXI 9.

57Au ier s., la demande accrue de statues honorifiques et les conditions économiques difficiles dans les cités grecques entraînent le développement d’un nouveau type de remploi, qui a pour objectif principal l’économie de matériau et de travail. C’est la forme la plus commune de remploi, celle que fustige Dion de Pruse dans son discours aux Rhodiens, pointant du doigt la lésine qu’il représente117 :

καὶ λοιπὸν τέτευχε τῆς εἰκόνος ὁ δόξας ὑµῖν ἄξιος, πάνυ ρᾳδίως, οἶµαι, καὶ λυσιτελῶς οὑτωσὶ σκοπουµένοις, ὥστε θαυµαστὴν εἶναι τὴν εὐπορίαν καὶ τὸ πρᾶγµα εὐχῆς ἄξιον, εἰ µόνοις ὑµῖν ἔστιν ὂν ἂν βούλησθε ἱστάναι χαλκοῦν δίχα άναλώµατος καὶ µηδεµίαν δραχµὴν µήτε ὑµῶν καταβαλόντων µήτε τῶν τιµωµένων.

(…) et ainsi l’homme que vous avez décrété digne d’honneurs a obtenu sa statue avec une grande facilité, me semble-t-il, et avec profit, considéré sous cet angle, de sorte que cette abondance est tout à fait admirable et que votre action est enviable, puisqu’il est permis à vous seuls d’ériger une statue de bronze de qui vous voulez sans frais, sans que ni vous, ni les personnages honorés ne déboursent la moindre drachme.

  • 118 Blanck 1969, p. 11, n. 1.
  • 119 Cicéron, À Atticus VI 1, 26.

58Ce discours a certes été prononcé sous le règne de Titus118, mais le remploi de statues honorifiques et de bases à des fins économiques est attesté par les sources littéraires dès le ier s., quoique de façon moins explicite. Dans une lettre à Atticus, Cicéron fait ainsi part à son ami de son désir de voir sa statue érigée à Athènes, mais affiche sa haine des fausses inscriptions portées sur les statues d’autrui119.

  • 120 Höghammar 1993, p. 153, no 53, fig. 19-20 (base remployée pour une statue du Peuple de Myndos, sans (...)
  • 121 Didyma III 5, p. 168-169, no 155, fig. 32, pl. 41,1-3 (base remployée pour le proconsul M. Valerius (...)
  • 122 Étienne, Varène 2004, p. 116-117, fig. 66 (mortaises 3, 4, 2 [?], 1 c [?], 12, 13 et 14).
  • 123 Étienne, Varène 2004, p. 116-117, fig. 66 (mortaises 6 a-b) ; Ferrary 2000, p. 353-357, no 7.
  • 124 Étienne, Varène 2004, p. 116-117, fig. 66 (mortaises 1 a-b, 16 a-b) ; Ferrary 2000, p. 364-368, nos(...)

59Ce sont toutefois les vestiges archéologiques qui constituent notre source principale pour le remploi économique et les diverses formes qu’il revêt. Une pratique courante consiste à remployer seulement la base d’une ancienne statue, probablement pour économiser le coût du matériau, de la façon et du transport. Une nouvelle statue peut ainsi être installée sur la même face du bloc, comme par exemple à l’Asclépieion de Cos120 ou à Didymes121, mais aussi sur une exèdre, comme celle des magistrats romains dans le sanctuaire d’Apollon de Claros. Les mortaises visibles à la face supérieure de cette exèdre en Π ont en effet permis à R. Étienne et à P. Varène de restituer deux statues équestres sur les ailes122, sans doute installées dans la première moitié du iie s., d’après les scellements. Au centre de l’exèdre a ensuite été érigée, entre 34 et 32, la statue de M. Titus, L. f., sans que les statues équestres aient été nécessairement descellées123. Enfin, les statues équestres ont été enlevées, au début de l’époque augustéenne, pour laisser place aux statues honorifiques de M’. Valerius Messalla Potitus et de Q. Aemilius M’. f. Lepidus, à l’extrémité antérieure de chacune des ailes de l’exèdre124.

  • 125 Picard 1921b, p. 104 ; IG XII Suppl. 443, 2.
  • 126 IPergamon 413 ; Tuchelt 1979, p. 213, Pergamon017, pl. 15,3 ; Mathys 2014, p. 114-115, cat. OA 2.
  • 127 IPergamon 190 et 416 ; Tuchelt 1979, p. 225, Pergamon029 ; Mathys 2014, p. 100, cat. Al 6 ; au gymn (...)
  • 128 Observation personnelle ; FD III 1, 528.

60Il arrive également que la base soit retournée pour accueillir une nouvelle statue, comme par exemple à Thasos, où la plinthe de la statue en marbre de Nicaia a été encastrée dans la base renversée d’une statue de bronze125, ou à Pergame, où la statue de bronze du proconsul Publius Servilius Isauricus, sur l’agora supérieure, a été fixée sur la face inférieure d’une base plus ancienne126. À Pergame toujours, la base du monument honorifique familial pour Aristaichmos, fils d’Archias, descendant probable de l’introducteur du culte d’Asclépios à Pergame, a été renversée et pivotée, sans doute peu de temps après la bataille d’Actium, pour accueillir la statue honorifique du proconsul C. Nobarbus Flaccus127. Cette pratique est également attestée à Delphes, où la statue de bronze de Cnaius Lentulus a été érigée sur la base retournée d’une statue de bronze antérieure128.

  • 129 IPergamon 421 ; Mathys 2014, p. 128-129, cat. Gy 30.
  • 130 IMagnesia 132.
  • 131 Une base de Cos présente un cas similaire (ICos [Segre] EV 247, pl. 128 ; Höghammar 1993, p. 123, n(...)
  • 132 À Pergame, une des inscriptions honorifiques pour Cn. Octacilius Chrestus, prêtre de César (ou d’Au (...)

61Enfin, la base a pu être renversée sur l’un de ses côtés pour installer la nouvelle statue. Ce cas de figure est attesté à Pergame, où le bloc inscrit de la base sur laquelle se dressait la statue de Paullus Fabius Maximus, consul en 11 et sans doute proconsul d’Asie en 10/9, est un remploi d’un orthostate antérieur, renversé sur son côté gauche, d’une base plus ancienne, comme l’indiquent les dernières lettres de l’inscription originelle129. Une base en forme de colonne trouvée derrière la partie Nord de la colonnade du logeion du théâtre de Magnésie du Méandre constitue un exemple particulièrement précieux de remploi130. Elle portait initialement, sans doute au début du ier s., la statue dédiée par le Peuple d’Aischylinos, fils d’Anaxènôr, vainqueur aux Basileia de Béotie. À la fin du même siècle cependant, la base a été pivotée et une nouvelle inscription honorifique du Peuple pour Apollônios, fils d’Épigonos, bienfaiteur de Magnésie et trois fois stéphanéphore, a été gravée à l’arrière131. D’après O. Kern, la première inscription n’a pas été effacée parce qu’elle devait désormais être invisible, car accolée au mur du bâtiment de scène. En l’absence de description précise du bloc, on ignore si la statue a également été remployée, après avoir été retournée, ou s’il s’agissait d’une nouvelle œuvre. À moins d’un siècle d’intervalle cependant, le Peuple de Magnésie utilise deux fois une même base et prive de sa statue honorifique un personnage dont les descendants étaient vraisemblablement encore présents dans la cité. Sans doute la détresse économique qui touche l’Asie Mineure au moment des guerres civiles explique-t-elle le recours à ces expédients132.

  • 133 Pinkwart 1973, p. 149-151, pl. 49-53, fig. 1-2 ; Bingöl 1998, p. 52 ; supra p. 175-177.
  • 134 IMagnesia 144-145.
  • 135 Andreae 2001, p. 178, no 171.
  • 136 Kabus-Preisshofen 1989, p. 251-255, cat. 58-59, pl. 61,3 ; 62,1-2.

62Le remploi économique peut également consister dans la réutilisation d’une statue honorifique uniquement, placée sur une nouvelle base et changeant ainsi d’identité. Cette pratique est particulièrement bien attestée à Magnésie du Méandre, où l’exemple le plus célèbre est celui des statues de Baebia et de Saufeia (pl. XLVIIa et b), mère et épouse de Lucius Valerius Flaccus, proconsul d’Asie en 62/1, retrouvées dans une salle arrière du portique Ouest de l’agora133. L’identité des femmes représentées est assurée par les inscriptions gravées sur les bases découvertes au même endroit, aujourd’hui disparues134. Plusieurs indices suggèrent cependant que les deux statues sont peut-être antérieures aux bases et que l’on a remployé, pour honorer la famille du proconsul, des œuvres de la fin du iie s. Ainsi, la mention « le Peuple », par laquelle commence chacune des inscriptions, est gravée sur le bord antérieur de la plinthe des statues, qui était donc visible. Or, comme nous l’avons signalé plus haut, non seulement cette pratique est très rare à l’époque hellénistique, mais l’irrégularité de la taille des plinthes indique qu’elles n’étaient à l’origine pas destinées à être vues. Le style des œuvres renforce l’hypothèse d’un remploi : les statues de Baebia et de Saufeia se caractérisent par un corps plantureux, aux formes soulignées par un hanchement marqué, et par un vêtement composé d’une part d’un chitôn talaire très long, dont le bord inférieur se répand largement sur la plinthe et dont la trame, sur la statue de Baebia, est visible, et d’autre part d’un manteau fin couvrant la tête et révélant par transparence, sur la même statue, le plissé du chitôn. Les parallèles les plus pertinents à cette variante du type de la Pudicitia appartiennent à la seconde moitié du iie s. On songe à la statue de Cléopatra à Délos (pl. XXXVII à g.)135, assurément datée après 138/7 par l’inscription que porte sa base, ou à certains fragments de statues féminines trouvés à Cos et datés de la seconde moitié du iie s., proches des statues de Magnésie du Méandre136.

  • 137 Dion Cassius, LIX 28 ; Blanck 1969, p. 23.
  • 138 Humann 1904, p. 201, fig. 202 ; p. 206-207, fig. 209 ; Linfert 1976, p. 40, n. 96, fig. 58 ; p. 41, (...)
  • 139 Izmir, Musée archéologique, inv. 14 ; Humann 1904, p. 211-212, fig. 215 ; Linfert 1976, p. 38-39, n (...)

63Plusieurs statues de Magnésie du Méandre datant de la fin de l’époque hellénistique attestent une forme de remploi promise à un brillant avenir à l’époque impériale. Ce procédé est nommé µεταρρύθµισις, d’après un passage de Dion Cassius, relatant le projet de l’empereur Caligula de faire transporter la statue de Zeus d’Olympie dans le temple consacré à sa personne sur le Palatin, après avoir fait adapter la tête de l’œuvre de Phidias à ses traits137. Deux statues féminines de marbre, découvertes dans la cour du prytanée de Magnésie, au Sud de l’agora, présentent des particularités techniques qui suggèrent que le remplacement éventuel de la tête sculptée avait été prévu dès l’origine (pl. IVa et b) : en effet, la tête disparue des statues était simplement posée sur le cou et maintenue par le voile qui encadre le visage, si bien qu’elle pouvait être facilement retirée et remplacée138. Il en va de même pour une statue de togatus capite velato d’époque augustéenne, qui a en outre la particularité d’avoir été sculptée dans le fût d’une colonne ionique139. On a donc cherché par tous les moyens à diminuer le coût de l’œuvre.

  • 140 Étienne, Varène 2004, p. 117-123, fig. 71-76 ; Ferrary 2000, p. 360-364, no 9 ; cf. supra p. 206.
  • 141 IPergamon 410 ; Mathys 2014, p. 126-127, cat. Gy 24.
  • 142 IK 4, 13, pl. 8 ; IKaunos 118. La rasura sur laquelle serait gravée l’inscription honorifique pour (...)

64L’expédient le plus efficace est cependant de remployer la totalité du monument, base et statue, en gravant simplement une nouvelle inscription. Cette pratique, on l’a vu, peut avoir une visée patrimoniale, mais elle a le plus souvent, pour autant que les documents préservés permettent d’en juger, un but économique. Il en va ainsi par exemple de la colonne honorifique corinthienne du sanctuaire de Claros, remployée pour Sextus Appuleius, qualifié de nouveau fondateur de Colophon140. De même, sur une base en granit noir découverte dans le gymnase de Pergame, l’inscription honorifique pour L. Antonius M. f., frère de Marc Antoine et proquesteur en Asie en 49, est gravée sur une rasura141, tout comme celle pour Caius César sur une base de statue d’Assos ou celle pour Tiberius César sur le petit côté d’une base trouvée à l’extrémité Est du portique de Caunos142.

  • 143 IG I3 833 et IG II2 4147 ; cf. Raubitschek 1938, p. 138-139, fig. 6 ; Krumeich 2008, p. 361, n. 54  (...)
  • 144 Mariemont, musée, inv. G58 ; Rolley 1969, p. 150, fig. 61-63.

65Parfois, l’inscription initiale n’est pas effacée ; la nouvelle dédicace lui est simplement juxtaposée. Sur une base de l’Acropole déjà évoquée coexistent ainsi une inscription de 480-470 et une dédicace du début de l’époque impériale143. A. Raubitschek considère que la base portait à l’origine une statue d’Athéna Promachos, œuvre de l’atelier de Critios et de Nèsiôtès, descellée à la fin du ier s. pour installer, en réutilisant les mêmes scellements, la statue de L. Aemilius Paullus. Cette hypothèse semble cependant très fragile, aucune trace d’arrachement ou de modification n’étant visible à la surface du bloc. Il est plus satisfaisant de considérer, avec R. Krumeich, que la statue était dès l’origine masculine. La position des pieds, assez écartés, n’a pas d’équivalent exact dans la grande statuaire d’époque sévère, mais on peut restituer une statue masculine adoptant une pose similaire à celle de la statuette en bronze attique d’Apollon au musée de Mariemont144.

La mutilation, la destruction et l’évacuation des statueshonorifiques

La destruction politique

  • 145 Lycurgue, Contre Léocrate 117

66Plus radicales que le remploi, la destruction ou la mutilation de statues honorifiques revêtent une signification politique très forte. En effet, porter dommage à des monuments publics, qui sont en général également des offrandes, est un acte grave, que l’on observe la plupart du temps à l’occasion d’un bouleversement politique. Bien qu’il ne concerne pas à proprement parler une statue honorifique, un exemple athénien de la fin de l’époque archaïque illustre de manière dramatique la forte charge symbolique que revêtait la destruction d’une représentation individuelle. Lycurgue rapporte en effet, dans le Contre Léocrate, que, à la suite de l’assassinat d’Hipparque par Harmodios et Aristogeitôn, l’un de ses parents, Hipparchos, fils de Charmos, était parti en exil volontaire. Pour le châtier par contumace, les Athéniens prennent une mesure singulière145 :

(…) θανάτῳ τοῦτον ζηµιώσαντες, ἐπειδὴ τῆς ἀδικίας οὐκ ἔλαβον τὸ σῶµα ὅµηρον, τὴν εἰκόνα αὐτοῦ ἐξ ἀκροπόλεως καθελόντες καὶ συγχωνεύσαντες καὶ ποιήσαντες στήλην, ἐψηφίσαντο εἰς ταύτην ἀναγράφειν τοὺς ἀλιτηρίους καὶ τοὺς προδότας

(…) ils le condamnèrent à mort et, puisqu’ils ne purent se saisir du responsable de l’injustice, ils décidèrent par décret, après avoir fait descendre sa statue de l’Acropole, l’avoir fondue et en avoir fait une stèle, d’y faire inscrire les noms des ennemis et des traîtres.

  • 146 Il s’agit d’une statue dédiée par Hipparchos, sans que l’on puisse déterminer avec certitude s’il s (...)

67La condamnation à mort par contumace s’accompagne donc d’une mort symbolique, matérialisée par la fonte de la statue d’Hipparchos146 et sa transformation en stèle infamante.

  • 147 CID II 36, col. II, l. 56-59.

68Plus discrète dans nos sources, mais tout aussi significative politiquement, l’évacuation de la terrasse du temple des statues équestres des stratèges phocidiens Onymarchos et Philomèlos, au lendemain de la troisième guerre sacrée à Delphes, apparaît comme une affirmation de la mainmise macédonienne sur l’Amphictionie147.

  • 148 IK 34, 2, l. 4-6.

69En 361/0, un décret de Mylasa prévoit des sanctions contre les fils de Peldémos, qui ont endommagé la statue d’Hécatomnos, père de Mausole, satrape de Carie148. On ignore les motifs de leur acte, mais il s’agit certainement d’une forme de protestation politique. La représentation honorifique est considérée comme un symbole du pouvoir politique suffisamment important pour que les contrevenants soient privés de tous leurs biens.

  • 149 Arrien, Anabase I 17, 11.

70Arrien, dans son récit de la reddition d’Éphèse à Alexandre après la bataille du Granique en 334, relate le soulèvement populaire contre les oligarques, qui tenaient la ville autour de Memnon, de la façon suivante149 :

Ὁ δὲ δῆµος ὁ τῶν Ἐφησίων, ὡς ἀφῃρέθη αὐτοῖς ὁ ἀπὸ τῶν ὀλίγων φόβος, τούς τε Μέµνονα ἐπαγαγοµένους καὶ τοὺς τὸ ἱερὸν συλήσαντας τῆς Ἀρτέµιδος καὶ τοὺς τὴν εἰκόνα τοῦ Φιλίππου τὴν ἐν τῷ ἱερῷ καταβαλόντας καὶ τὸν τάφον ἐκ τῆς ἀγορᾶς ἀνορύξαντας τὸν Ἡροπύθου τοῦ ἐλευθερώσαντος τὴν πόλιν, ὥρµησαν ἀποκτεῖναι.

Le peuple des Éphèsiens, lorsqu’il fut libéré de la peur des oligarques, entreprit de tuer ceux qui avaient appelé Memnon, mis à sac le sanctuaire d’Artémis, abattu la statue de Philippe dans le sanctuaire, et profané sur l’agora la tombe d’Hèropythos, le libérateur de la cité.

  • 150 Habicht 1970, p. 14 considère que la statue de Philippe II mentionnée par Arrien est cultuelle et q (...)

71L’historien romain met significativement sur le même plan la destruction d’une statue honorifique de Philippe150, consacrée dans le sanctuaire, et la profanation d’une tombe héroïque sur l’agora. La représentation honorifique, notamment lorsqu’il s’agit d’un roi, a donc une charge politique très forte et cristallise les tensions entre les différentes factions de la cité d’Éphèse.

  • 151  Strabon, IX 1, 20 (C 398) ; Diogène Laërce, V 31 ; Azoulay 2009b, p. 329-332. Une des bases de ce (...)

72En 307, si l’on en croit les récits de Strabon et de Diogène Laërce, les Athéniens, libérés par Démétrios Poliorcète de la tyrannie de Démétrios de Phalère, renversent et fondent les très nombreuses statues de ce dernier avant d’en faire des pots de chambre151. Comme dans le cas d’Hipparchos, fils de Charmos, deux siècles plus tôt, le renversement de régime est également l’occasion d’un renversement des valeurs et le métal qui a servi à honorer le tyran sert à marquer son infamie. Bien que sujet à caution en raison de son caractère édifiant, cet épisode, relaté par un auteur de l’époque d’Auguste, manifeste la valeur politique et symbolique attachée aux représentations honorifiques. La destruction d’une statue est synonyme de déchéance, de destitution, d’exil.

  • 152 IK 3, 25, l. 116-130 (début du iiie s.).

73Une loi contre la tyrannie et l’oligarchie un peu plus tardive, trouvée à Yeniköy et provenant probablement de la cité d’Ilion, confirme cette analyse. Elle confère en effet explicitement à la destruction ou à la mutilation de statue une charge politique très forte152 :

Que celui qui devient tyran ou chef d’oligarchie, installe ou rétablit un tyran, dissout la démocratie, où que se trouve son nom, dans les listes de prêtres, sur une offrande ou sur une tombe, qu’il soit martelé partout ; que l’on mette en vente les noms effacés des listes de prêtres, et que l’acheteur inscrive le nom qu’il souhaite parmi ceux qui sont autorisés ; quant aux offrandes, pour celles consacrées individuellement, qu’après avoir effacé l’inscription le Peuple délibère sur l’offrande, afin qu’il ne demeure d’eux ni le moindre nom ni le moindre monument ; lorsqu’une offrande commune porte également inscrit le nom d’autres personnes, que l’on rende invisible le nom du tyran en le martelant.

  • 153 Cette pratique est connue de Dion de Pruse (XXXI 28) : εἰ γοῦν τις τῶν ποτε νοµισθέντων µετρίων αὖθ (...)
  • 154 Un exemple littéraire de l’utilisation politique des statues honorifiques est relaté par Polybe, XX (...)

74Parmi les offrandes sur lesquelles doit disparaître le nom du tyran se trouvent sans doute les statues honorifiques, qu’on lui a dédiées ou qu’il a dédiées153. L’expulsion d’un personnage implique donc la disparition de toutes ses traces dans l’espace public, jusque sur les tombes – forme de damnatio memoriae avant la lettre154.

  • 155 IK 2, 503, l. 2-6 ; cf. supra p. 237.

75À Érythrées, en Ionie, un décret déjà cité du début du iiie s. documente la mutilation d’une statue honorifique lors de la tentative de prise de pouvoir d’oligarques155 : « Attendu que les oligarques ont retiré son épée à la statue du tyrannoctone Philitès, pensant que le soulèvement était entièrement en leur faveur ». Comme à Athènes, la statue honorifique de l’assassin du tyran est considérée comme le symbole du régime démocratique : ôter son épée à l’une, c’est ôter toute capacité d’action à l’autre.

  • 156 Polybe, IV 62, 2.
  • 157 Polybe, IV 67, 3.
  • 158 Polybe, V 9, 3.
  • 159 Polybe, V 9, 1.

76Le saccage de statues honorifiques ou votives dans les sanctuaires est considéré comme une profanation grave. C’est ce qui ressort du récit que fait Polybe de la destruction des sanctuaires de Dion et de Dodone par les Étoliens et de celle, en représailles, du sanctuaire de Thermon par les Macédoniens. En 219, au sanctuaire de Zeus à Dion, le stratège étolien Scopas, avec ses troupes, « a renversé toutes les statues des rois156 ». Son successeur Dorimachos attaque le sanctuaire de Dodone, où il « incendi[e] les portiques et détrui[t] une grande quantité d’offrandes157 », parmi lesquelles se trouvent sans doute des statues honorifiques. L’année suivante, Philippe saccage Thermon et la campagne environnante. Pour se venger des offenses étoliennes à Dion et à Dodone, il détruit les offrandes du sanctuaire et ses soldats « renvers[ent] les statues honorifiques (ἀνδριάντας), au nombre de deux mille au moins158 ». Polybe souligne le sacrilège indicible que constituent ces représailles159.

  • 160 Polybe, XXI 30, 9.

77L’intervention des Romains en Grèce modifie les pratiques en cette matière. En effet, les généraux, qui souhaitent obtenir le triomphe à Rome, ne se contentent pas d’humilier les vaincus en détruisant les sanctuaires et les statues, mais pillent les œuvres d’art pour nourrir leur butin. L’exemple le plus fameux est sans doute celui de la prise d’Ambracie par M. Fulvius Nobilior en 189, pour laquelle nous conservons les récits croisés de Polybe et de Tite-Live. L’historien grec décrit ainsi la capitulation de la ville160 :

Ὁ δὲ Μάρκος παραλαβὼν τὴν Ἀµβρακίαν τοὺς µὲν Αἰτωλοὺς ἀφῆκεν ὑποσπόνδους, τὰ δ’ἀγάλµατα καὶ τοὺς ἀνδριάντας καὶ τὰς γραφὰς ἀπήγαγεν ἐκ τῆς πόλεως, ὄντα καὶ πλείω διὰ τὸ γεγονέναι βασίλειον Πύρρου τὴν Ἀµβρακίαν.

Marcus, s’étant emparé d’Ambracie, laissa partir les Étoliens après avoir conclu la trêve, mais emporta les statues de culte, les statues et les peintures de la cité, qui se trouvaient en grand nombre, Ambracie ayant été la résidence royale de Pyrrhus.

  • 161 Tite-Live, XXXVIII 43, 6.
  • 162 Tite-Live, XXXIX 5, 14-15 ; trad. A.-M. Adam, CUF, 1994.

78Ce pillage systématique, contre lequel des voix s’élèvent à Rome161, est destiné à contribuer au faste du triomphe de Fulvius Nobilior, qui est l’un des plus impressionnants que Rome ait connus. Tite-Live le relate ainsi162 :

Aureae coronae centum duodecim pondo ante currum latae sunt, argenti pondo milia octoginta tria, auri pondo ducenta quadraginta tria, tetrachma Attica centum octodecim milia, Philippei nummi duodecim milia quadringenti viginti duo, signa aenea septingenta octoginta quinque, signa marmorea ducenta triginta, arma tela cetera spolia hostium magnus numerus.

Devant son char, furent portés des couronnes d’or, d’un poids total de cent douze livres, quatre-vingt-trois mille livres d’argent, deux cent quarante-trois livres d’or, cent dix-huit mille tétradrachmes attiques, douze mille quatre cent vingt-deux philippes, sept cent quatre-vingt-cinq statues de bronze, deux cent trente statues de marbre, des armes défensives et offensives et d’autres dépouilles prises aux ennemis, en grande quantité.

79L’énumération des statues à la suite du butin en numéraire et des couronnes témoigne d’une nouvelle conception des statues, qui acquièrent une valeur intrinsèque, indépendante de ce qu’elles représentent. Elles ne sont plus honnies parce qu’elles représentent l’ennemi, mais convoitées comme un bien culturel et matériel.

  • 163 Polybe, XXXII 15, 1. Ce récit est repris par Diodore de Sicile, Bibliothèque historique XXXI 35, 1- (...)

80En 156, lors de la guerre opposant Prusias et Attale II, le roi de Bithynie met à sac le sanctuaire d’Athéna Nikèphoros et, sans doute influencé par les pratiques romaines, procède au pillage et non à la destruction des statues. Voici en effet ce que rapporte Polybe163 :

Ὅτι Προυσίας µετὰ τὸ νικῆσαι τὸν Ἄτταλον µετὰ τὸ παρελθεῖν πρὸς τὸ Πέργαµον παρασκευασάµενος θυσίαν πολυτελῆ προσήγαγε πρὸς τὸ τέµενος τἀσκληπιοῦ, καὶ βουθυτήσας καὶ καλλιερήσας τότε µὲν ἐπανῆλθεν εἰς τὴν παρεµβολήν, κατὰ δὲ τὴν ἐπιοῦσαν καταστήσας τὴν δύναµιν ἐπὶ τό Νικηφόριον τούς τε νεὼς ἅπαντας διέφθειρε καὶ τὰ τεµένη τῶν θεῶν, ἐσύλησε δὲ καὶ τοὺς ἀνδριάντας καὶ τὰ λίθινα τῶν ἀγαλµάτων.

Prusias, au lendemain de sa victoire sur Attale, après s’être approché de Pergame, ayant préparé un magnifique sacrifice, se dirigea vers le sanctuaire d’Asclépios, et après avoir sacrifié un bœuf et obtenu de bons présages, il retourna dans son camp ; le lendemain, ayant lancé son armée contre le sanctuaire de Nikèphoros, il détruisit tous les temples et les sanctuaires des dieux, et il prit en butin les statues et les statues de culte en marbre.

  • 164 Chr. Habicht, RE XXIII (1957), s.v. « Prusias II », col. 1111-1112 ; Tite-Live, XLV 44.
  • 165 Tite-Live, XLV 40 et 42.
  • 166 Tite-Live, XLV 43.
  • 167 Exposer publiquement les richesses tirées de la guerre, notamment les statues précieuses, faisait p (...)
  • 168 L’intervention de Polybe empêche seule, après le sac de Corinthe en 146, qu’un Romain inconnu ne dé (...)

81Le parallèle avec le sac d’Ambracie, trente années auparavant, est presque parfait. Il n’est peut-être pas inutile à cet égard de remarquer que Prusias II se trouve à Rome à la fin de l’année 167164, au moment même où sont célébrés pas moins de trois triomphes, ceux de Paul-Émile et de Cn. Octavius sur Persée165 et celui de L. Anicius sur les Illyriens166. Si Prusias n’assiste pas lui-même à ces triomphes, Rome bruisse alors des merveilles rapportées de Macédoine par Paul-Émile167 et on peut légitimement penser que Prusias s’est inspiré des triomphes romains dans ses pratiques de guerre ultérieures168.

L’évacuation des statues honorifiques

  • 169 Sterrett 1884-1885, p. 302, no 423, l. 6-7.

82Un motif plus anodin, et donc moins documenté, d’évacuation ou de destruction des statues honorifiques est l’entretien des espaces publics. En effet, pour éviter l’encombrement des agoras et des sanctuaires, les autorités publiques procèdent probablement à l’évacuation des anciennes statues. Cette pratique a laissé très peu de traces dans l’épigraphie, car les cités n’éprouvent pas le besoin de retranscrire sur pierre ces tâches subalternes. Il faut un événement exceptionnel pour qu’elles surgissent dans la documentation. Ainsi, l’un des rares témoignages conservés, provenant d’Adada en Pisidie et daté de l’époque impériale, est une dédicace honorifique consécutive à une catastrophe169 :

  • 170 Sur la signification de ψαλίς, cf. Ginouvès 1992, p. 139.

Le Conseil et le Peuple ont honoré d’une statue en bronze doré Oimotès, fils d’Imnis, petit-fils d’Oimotès, Asatès, fils d’Opnalbeibis (?), petit-fils de Tlamoos, et Conôn, fils de Kidas, petit-fils d’Arsakès, agoranomes qui ont fait restaurer la voûte170, évacuer les colonnes, les bases et les statues de l’agora et se sont comportés avec grandeur et élégance dans les affaires concernant le peuple.

83Bien que tardive, cette inscription montre que les magistrats de l’agora ont la charge, lorsqu’un monument s’est écroulé, d’en évacuer les décombres, ainsi que les statues endommagées par l’accident.

Notes

1 Bol 1978, p. 1.

2 Kunhert 1885, p. 265 (Quel visiteur s’y donnait simplement la peine de regarder toutes les statues, sans parler de l’ensemble des inscriptions, par surcroît si difficiles à déchiffrer, en raison de leur gravure malcommode ? […] Une telle abnégation, aucun des anciens archéologues, pour sûr, ne l’a jamais possédée).

3 Loewy 1885.

4 Raubitschek 1949.

5 Marcadé 1953 et Marcadé 1957.

6 Jacob-Felsch 1969.

7 Schmidt 1995.

8 Surtout Pétrakos 1997.

9 Jacquemin 1999a.

10 Fr. Herbin, Monuments, espaces, histoire : les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire d’Apollon à Délos, à l’exclusion des bâtiments comportant un toit, thèse de doctorat à l’université de Paris I et à l’université nationale d’Athènes, soutenue en 2010 (inédite).

11 Katsikoudis 2005.

12 Une première synthèse de leurs travaux est parue : Krumeich, Witschel 2010.

13 Pour une présentation du projet : Leypold 2013.

14 Ma 2013, p. 67-151, consacre un développement substantiel et suggestif à la question de l’emplacement des statues honorifiques.

15 Raubitschek 1938, p. 132-181.

16 Résumé de ces caractéristiques techniques dans Mattusch 1988, p. 110-111 ; et surtout dans Bol 1978,p. 85-87, fig. 9.

17 Bol 1978, p. 85.

18 Olympie, musée, inv. Br 2772 ; Bol 1978, p. 118, no 200, pl. 36-37. Dimensions de la base : hauteur : 0,17 m ; longueur : 0,65 m ; profondeur : 0,79 m. Dimensions du pied : hauteur (cheville comprise) : 0,17 m ; longueur : 0,30 m.

19 Welter 1954, col. 92-93, fig. 25-26 ; Dunant, Thomopoulos 1954, p. 345-346, no 16, fig. 18-20 ; Manthos 1991, p. 134, n. 325, fig. 16 ; dimensions de la base : hauteur : 0,24 m ; longueur : 0,515 m ; profondeur : 0,48 m ; dimensions du pied : hauteur (avec le départ de la cheville) : ca 0,10 m ; longueur : 0,21 m.

20 Formigli 1984, p. 135-136, fig. 17-20, 36, pl. X, 11-14, XI, XXX.

21 Mazzieri, Pastorino 2003, p. 234.

22 Micheli, Vidale 2003, p. 48.

23 C’est le sens de l’épisode, relaté par Pausanias (VI 11, 2), où l’athlète hors pair Théagénès de Thasos, à l’âge de 9 ans, porte sur l’épaule une statue divine en bronze. Seule sa force exceptionnelle lui permet un tel exploit ; cf. Mattusch 1988, p. 110.

24 Pour les statues de bronze de petites dimensions, le poids est beaucoup plus faible : ainsi, la statue dite de l’Agôn trouvée dans l’épave de Mahdia (Tunis, musée du Bardo, inv. C 106), pèse environ 72 kg pour 1,37 m ; cf. Willer 2000, p. 235 ; le poids dépend aussi en grande partie de l’épaisseur de la paroi de bronze, car l’« athlète Getty », dont la taille conservée atteint 1,515 m, pèse, dans son état actuel, seulement 48 à 50 kg ; cf. Mattusch 1997, p. 23 et n. 15.

25 Balland 1981, p. 48-50, no 25, pl. VII, fig. 30.

26 Pour cette pratique, attestée dès le iie s., mais qui se diffuse surtout à l’époque impériale, cf. Kron 1977, en particulier p. 148-168.

27 Pinkwart 1973, p. 149-151, nos 1 et 2, pl. 49-53.

28 Istanbul, Musée archéologique, inv. 179 ; Mendel 1914, vol. III, p. 6-8, no 803 ; Bieber 1928, p. 91,pl. LXIV 5 ; Morrow 1985, p. 138-139, fig. 121 ; Akurgal 1987, p. 116, fig. 184.

29 Exemples de proportions : les pieds de la statue A de Riace mesurent 0,30 m pour une taille de 1,98 m ; les pieds de la statue B mesurent 0,292 et 0,295 m pour une taille de 1,97 m ; cf. Sabbione 1984 ; le pied du Doryphore de Polyclète mesure entre 0,325 et 0,333 m pour une taille de 1,98 à 2,00 m (si le Doryphore se tenait droit, il mesurerait environ 2,04 m), soit un rapport taille/longueur du pied compris entre 6 et 6,1 ; pour un état de la question complexe des proportions du Doryphore : Berger 1990 ; le pied de l’Aurige de Delphes mesure ca 0,255 m pour une taille de 1,80 m.

30 Didyma III 5, p. 158-160, 145 et 146, fig. 23-24, pl. 38, 3-4 et 5-6.

31 Pétrakos 1999b, p. 102-103, no 123.

32 Athènes, Musée archéologique national, inv. 199 ; Kaltsas 2002, p. 121, no 223.

33 Marcadé 1974, p. 323-325, fig. 23 et supra p. 200-201.

34 ILindos 60.

35 IKaunos 112.

36 IKaunos 89 ; Işık 1994, fig. 1-11, fig. 1-7.

37 IOlympia 312 ; Kotsidu 2000, p. 128-129, cat. 73, fig. 20-21, 84.

38 Didyma III 5, 154, fig. 31, pl. 41, 4-5.

39 Didyma III 5, 154 : Ὁ δῆµος ὁ Μιλησίων ἐτίµησε Αὐτοφῶντα Ἡρώιδου χρυσῶ[ι] | στεφάνωι καὶ εἰκόνι χαλκῆι προφητικῆι εὐσεβείας ἕνεκεν | v. v. τῆς εἰς τοὺς θ̣ε̣[οὺς] καὶ ἀρε[σκο]σύν[ης] κ[αὶ] εὐνοίας τῆς | v. v. [v. v. εἰς τοὺς ἀνθρώπους], « Le Peuple des Milésiens a honoré Autophôn, fils d’Hèroidès, d’une couronne d’or et d’une statue de bronze prophétique en raison de sa piété envers les dieux, de sa bonté et sa bienveillance envers les hommes ».

40 Ainsi, pour la statue de la reine Phila dans le sanctuaire d’Apollon à Didymes, le format colossal de la statue se déduit de la taille des caractères de l’inscription et des dimensions de la base (Didyma III 5, 147, fig. 25, pl. 39,1-2).

41 Paris, musée du Louvre, Ma 588 (MNC 703) ; Richter 1965, vol. I, p. 69, fig. 244-245, 248.

42 Aphrodisias, musée, inv. 72.440 ; Hallett 1998, p. 69-77, cat. 2, fig. 12-14.

43 Aphrodisias, musée, inv. 72.439 ; Hallett 1998, p. 62-69, cat. 1, fig. 2-7.

44 Rhodes, musée, inv. 13618 (Kabus-Preisshofen 1989, p. 215-217, cat. 36, pl. 47, 1-2 [milieu du ier s. apr. J.-C.]) ; Rhodes, musée, inv. 13575 (Kabus-Preisshofen 1989, p. 217-218, cat. 37, pl. 46,3 [milieu du ier s. apr. J.-C.]).

45 Rhodes, musée, inv. 13619,5 (Kabus-Preisshofen 1989, p. 221-222, cat. 40, pl. 52, 1-3 [seconde moitié du iie s.]).

46 Paris, musée du Louvre, Ma 525 (MR 367) ; Charbonneaux 1963, p. 28, no 525 ; A. Délivorrias, LIMC II (1984), s.v. « Aphrodite », p. 34, no 225.

47 Kabus-Preisshofen 1989, p. 140 ; Plutarque, Étiologies grecques 304 C-E.

48 ILindos 109.

49 ILindos 100.

50 Sofia, Musée national ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 83-84, no 127, pl. 30.

51 Berlin, Pergamonmuseum, inv. 784 ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 86, no 141, pl. 32.

52 Bologne, Museo civico ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 86, no 139, pl. 32 (fin du ier s.).

53 La Coste-Messelière 1925b, p. 80-81, nos 6-7.

54 Konstantinopoulou 1963, p. 3-4, no 3, pl. 1γ et 2β.

55 Konstantinopoulou 1963, p. 6, no 6, pl. 2ε-ζ.

56 IKaunos 109.

57 IG XI 4, 1073 ; Kotsidu 2000, p. 211-212, no 136 [E2] + [A], fig. 45-47, 87.

58 Délos, musée, inv. A 126 ; Kreeb 1988, p. 298-299, cat. S 53.8 ; Lewerentz 1993, p. 283, cat. VI,7, fig. 37.

59 Marcadé 1969, p. 427, n. 2.

60 Keesling 2007, p. 153-154.

61 Pasquier 2007, p. 84.

62 Les sources sont regroupées par Martinez 2007, p. 28-59, surtout p. 41-43.

63 IOlympia 186 ; cf. supra p. 186-188.

64 Cf. supra p. 209.

65 Diamètre : 0,10 m ; profondeur : 0,08 m.

66 Bâle, Antikensammlung ; Himmelmann 1989, p. 158, fig. 62.

67 Virgile, Énéide V 426-428.

68 Notamment le sarcophage d’Abdalonymos (Istanbul, Musée archéologique, inv. 370T ; cf. Graeve 1970.

69 La plus fameuse est une statuette d’Herculanum (Naples, Musée archéologique national), qui reproduit une statue d’Alexandre le Grand, que l’on a parfois identifiée à celle prenant place au sein du groupe des hétaires,à Dion ; cf. Calcani 1989, p. 35-42, fig. 6, 8, 61, 67.

70 Perrier 2008.

71 Siedentopf 1968, p. 100, no 44 et supra p. 217-218.

72 Siedentopf 1968, p. 102, no 48.

73 Pétrakos 1997, no 445.

74 Pétrakos 1997, no 446.

75 Kotsidu 2000, p. 85-86, no 35 [A], fig. 3.

76 Kotsidu 2000, p. 94, no 44 [A], fig. 4.

77 Kotsidu 2000, p. 86-87, no 36 [A], fig. 5-7 ; Korrès 2000, p. 320.

78 Korrès 2000, p. 314-319.

79 ID 290, l. 151 (entretien de la statue de culte d’Aphrodite) ; ID 461 B, l. 35 (entretien de la statue de culte d’Apollon) ; IG VII 4149 (entretien des ἀγάλµατα, sans autre précision).

80 IK 2, 503, l. 14-17.

81 Cf. la fondation d’Agasigratis à Calaurie IG IV 840, l. 12-14 (passage cité supra p. 125-126).

82 Sur le sujet, cf. notamment Blanck 1969 ; Keesling 2007 ; Krumeich 2008 ; Keesling 2010a ; Krumeich 2010.

83 Pour une étude de ces deux pratiques sur l’Acropole, cf. Krumeich 2010, p. 332-345 et catalogue p. 368-385.

84 Sotiriadis 1915, p. 55-56, no 33, fig. 3 ; IG IX 12, 52 ; Moreno 1974, p. 117-122, fig. 51 ; Moreno 1995, p. 41. Dimensions de la base : hauteur : 0,68 m ; longueur : 0,75 m ; profondeur : 0,37 m ; peut-être Paidias peut-il être identifié à l’un des hiéromnèmons étoliens de 246/5 (CID IV 59).

85 Pétrakos 1997, no 442, fig. 53.

86 Pétrakos 1997, no 385.

87 Pétrakos 1997, no 444, fig. 55.

88 Pétrakos 1997, no 390.

89 Ferrary 1988 ; noter que Sylla est connu pour avoir pillé des œuvres d’art dans les cités et les sanctuaires grecs ; Vessberg 1941, p. 46-47, nos 181-182.

90 Ridgway 1984, p. 9 considère que la première œuvre, où le sculpteur a cherché à reproduire exactement, par des mesures, une œuvre originale est le Diadumène de Délos, vers 100.

91 Bieber 1977, p. 17.

92 IG XII 2, 202 ; Loewy 1885, p. 195-196, no 279 (E. Loewy ne considère pas la base comme un remploi).

93 IK 44, 90 ; signalons enfin, dans cette série, la statue d’Auguste vue par Pausanias à l’entrée du sanctuaire d’Héra à Mycènes, qui est en fait une statue d’Oreste débaptisée (Pausanias, II 17, 3).

94 Plutarque, Vie de Paul-Émile XXVIII 4.

95 Polybe, XXX 10, 2 ; Tite-Live, XLV 27, 7.

96 Jacquemin 1999a, p. 340, no 348 et p. 350, no 424.

97 C’est l’interprétation que donne de ce terme Kähler 1965, p. 8.

98 FD III 4, 32.

99 Jacquemin, Laroche 1982, p. 207-214.

100 Kähler 1965, p. 12-13, pl. 5.

101 Jacquemin, Laroche, Lefèvre 1995, p. 125-136.

102 Une base portant la dédicace des Tanagréens pour Balacros, fils de Balacros, érigée vers 170 sur l’agora de la cité, a cependant été confisquée par L. Mummius Achaicus, qui y a fait graver sa propre dédicace. D. Knoepfler suggère que L. Mummius a pu faire don de cette statue aux Érétriens ; cf. Knoepfler 1991, p. 271-273.

103 Plutarque, Vie d’Antoine 60, 6, trad. R. Flacelière et É. Chambry, CUF, 1977.

104 Cf. infra p. 290-292.

105 IPergamon 383 ; Wenning 1978, p. 37-38 ; Mathys 2014, p. 27

106 Schober 1936, p. 106-107 ; repris par Ingholt 1969 et Wenning 1978, p. 38, n. 251.

107 IPergamon 301.

108 La bibliographie jusqu’à 1977 est rassemblée et commentée par Jucker 1977, p. 16-35 (118 références).

109 L’argumentation la plus poussée en ce sens est celle de Ingholt 1969.

110 Holtzmann 2003, p. 216 ; Hoff M. C. 1996, p. 185-194 ; IG II2 3173 ; sur le culte d’Auguste et de la déesse Rome et sur la carrière de Pamménès, cf. Schmalz 2009, p. 80-82, no 103 ; p. 297-298.

111 ICret II, XXIII, 12.

112 Stuttgart, Württembergisches Landesmuseum ; Felten 1985, col. 115-119, fig. 3-4.

113 Knackfuss 1908, p. 115-117, no 12, fig. 104-106 ; Tuchelt 1979, p. 190, Milet04 ; Milet I 2,12, pl. 2,1-2.

114 Pseudo-Dion de Pruse (Favorinus), XXXVII 40.

115 Stevens 1946, p. 89-82 ; Goette 1990a, p. 274, n. 15 ; cf. supra p. 70 et 236-237.

116 IPergamon 30 et 417 ; Tuchelt 1979, p. 218, Pergamon022 ; Didyma III 5, no 155 (commentaire p. 169) ; Mathys 2014, p. 100-101, cat. Al 7.

117 Dion de Pruse, Discours aux Rhodiens XXXI 9.

118 Blanck 1969, p. 11, n. 1.

119 Cicéron, À Atticus VI 1, 26.

120 Höghammar 1993, p. 153, no 53, fig. 19-20 (base remployée pour une statue du Peuple de Myndos, sans doute à l’époque d’Auguste).

121 Didyma III 5, p. 168-169, no 155, fig. 32, pl. 41,1-3 (base remployée pour le proconsul M. Valerius Messalla Potitus, dans les années 20).

122 Étienne, Varène 2004, p. 116-117, fig. 66 (mortaises 3, 4, 2 [?], 1 c [?], 12, 13 et 14).

123 Étienne, Varène 2004, p. 116-117, fig. 66 (mortaises 6 a-b) ; Ferrary 2000, p. 353-357, no 7.

124 Étienne, Varène 2004, p. 116-117, fig. 66 (mortaises 1 a-b, 16 a-b) ; Ferrary 2000, p. 364-368, nos 10-11.

125 Picard 1921b, p. 104 ; IG XII Suppl. 443, 2.

126 IPergamon 413 ; Tuchelt 1979, p. 213, Pergamon017, pl. 15,3 ; Mathys 2014, p. 114-115, cat. OA 2.

127 IPergamon 190 et 416 ; Tuchelt 1979, p. 225, Pergamon029 ; Mathys 2014, p. 100, cat. Al 6 ; au gymnase de Pergame, la statue dédiée par le Peuple au champion Hippolochos, fils d’Asclèpiadès, est installée sur la face inférieure de la base d’une statue de bronze (IPergamon 536 ; Mathys 2014, p. 129-130, cat. Gy 33, fig. 21).

128 Observation personnelle ; FD III 1, 528.

129 IPergamon 421 ; Mathys 2014, p. 128-129, cat. Gy 30.

130 IMagnesia 132.

131 Une base de Cos présente un cas similaire (ICos [Segre] EV 247, pl. 128 ; Höghammar 1993, p. 123, no 13, fig. 6 et p. 131, no 21, fig. 10) : la base de la statue honorifique d’un olympionique a été pivotée et remployée pour une statue du roi Hérode.

132 À Pergame, une des inscriptions honorifiques pour Cn. Octacilius Chrestus, prêtre de César (ou d’Auguste ?) à l’époque d’Auguste (IPergamon 476), est portée sur le petit côté gauche d’une base honorifique pour un bienfaiteur inconnu (IPergamon 541). Là aussi, on ignore si la statue a été remployée.

133 Pinkwart 1973, p. 149-151, pl. 49-53, fig. 1-2 ; Bingöl 1998, p. 52 ; supra p. 175-177.

134 IMagnesia 144-145.

135 Andreae 2001, p. 178, no 171.

136 Kabus-Preisshofen 1989, p. 251-255, cat. 58-59, pl. 61,3 ; 62,1-2.

137 Dion Cassius, LIX 28 ; Blanck 1969, p. 23.

138 Humann 1904, p. 201, fig. 202 ; p. 206-207, fig. 209 ; Linfert 1976, p. 40, n. 96, fig. 58 ; p. 41, n. 100, fig.  59.

139 Izmir, Musée archéologique, inv. 14 ; Humann 1904, p. 211-212, fig. 215 ; Linfert 1976, p. 38-39, n. 89, fig. 49-51.

140 Étienne, Varène 2004, p. 117-123, fig. 71-76 ; Ferrary 2000, p. 360-364, no 9 ; cf. supra p. 206.

141 IPergamon 410 ; Mathys 2014, p. 126-127, cat. Gy 24.

142 IK 4, 13, pl. 8 ; IKaunos 118. La rasura sur laquelle serait gravée l’inscription honorifique pour Q. Tullius Cicero, vue par Tuchelt 1979, p. 165 et confirmée par Étienne, Varène 2004, p. 145, est mise en doute par Ferrary 2000, p. 351.

143 IG I3 833 et IG II2 4147 ; cf. Raubitschek 1938, p. 138-139, fig. 6 ; Krumeich 2008, p. 361, n. 54 ; Krumeich 2010, p. 380-381, cat. B4, fig. 13.

144 Mariemont, musée, inv. G58 ; Rolley 1969, p. 150, fig. 61-63.

145 Lycurgue, Contre Léocrate 117

146 Il s’agit d’une statue dédiée par Hipparchos, sans que l’on puisse déterminer avec certitude s’il s’agit d’une représentation d’Hipparchos. Le châtiment infligé à l’œuvre plaide cependant en faveur de cette hypothèse.

147 CID II 36, col. II, l. 56-59.

148 IK 34, 2, l. 4-6.

149 Arrien, Anabase I 17, 11.

150 Habicht 1970, p. 14 considère que la statue de Philippe II mentionnée par Arrien est cultuelle et que celui-ci est σύνναος θεός d’Artémis. Mais la statue est désignée par le terme εἰκών et elle est placée ἐν τῷ ἱερῷ et non pas ἐν τῷ ναῷ.

151  Strabon, IX 1, 20 (C 398) ; Diogène Laërce, V 31 ; Azoulay 2009b, p. 329-332. Une des bases de ces statues, dédiée par les démotes de Sphettos, a peut-être été retrouvée à Koropi. Elle était peut-être équestre. Cf. Kalogéropoulou 1969, p. 56-71 ; Bull. 1970, 264 ; Azoulay 2009b, p. 314-317 ; cf. supra p. 78.

152 IK 3, 25, l. 116-130 (début du iiie s.).

153 Cette pratique est connue de Dion de Pruse (XXXI 28) : εἰ γοῦν τις τῶν ποτε νοµισθέντων µετρίων αὖθις ἀνήκεστον ἁµάρτοι τι καὶ χαλεπόν, οἷον εἰ προδοσίαν βουλεύσειεν ἢ τυραννίδα, τῶν τοιούτων ἔθος ἐστὶ τὰς τιµὰς ἀναιρεῖσθαι, καὶ ἐπιγραφῆς τινος πρότερον ὦσι τετυχότες, « Ainsi donc, si un homme naguère considéré comme respectable vient à se rendre coupable d’une mauvaise action impardonnable, comme d’ourdir une trahison ou une tyrannie, il est de coutume de lui retirer ses honneurs, même s’il a obtenu une inscription ».

154 Un exemple littéraire de l’utilisation politique des statues honorifiques est relaté par Polybe, XXVI 13, 1-2 : après la mort de Callicratès, au cours de son ambassade à Rome en 149, les statues de Lycortas, son rival, auxquelles Callicratès avait substitué ses propres statues, sont remises en place ; cf. Walbank Fr. W. 1979, p. 671-672.

155 IK 2, 503, l. 2-6 ; cf. supra p. 237.

156 Polybe, IV 62, 2.

157 Polybe, IV 67, 3.

158 Polybe, V 9, 3.

159 Polybe, V 9, 1.

160 Polybe, XXI 30, 9.

161 Tite-Live, XXXVIII 43, 6.

162 Tite-Live, XXXIX 5, 14-15 ; trad. A.-M. Adam, CUF, 1994.

163 Polybe, XXXII 15, 1. Ce récit est repris par Diodore de Sicile, Bibliothèque historique XXXI 35, 1-2.

164 Chr. Habicht, RE XXIII (1957), s.v. « Prusias II », col. 1111-1112 ; Tite-Live, XLV 44.

165 Tite-Live, XLV 40 et 42.

166 Tite-Live, XLV 43.

167 Exposer publiquement les richesses tirées de la guerre, notamment les statues précieuses, faisait partie des attentes sous la République romaine. C’est ce qui ressort en tout cas du discours du consulaire M. Servilius en faveur du triomphe de Paul-Émile (Tite-Live, XLV 39, 5-6).

168 L’intervention de Polybe empêche seule, après le sac de Corinthe en 146, qu’un Romain inconnu ne détruise les représentations de Philopoimen et que les dix envoyés du Sénat n’emportent les statues d’Achaios, d’Aratos et de Philopoimen. En retour, les Achaiens lui érigent une statue de marbre ; Polybe, XXXIX 3, 1-11 ; cf. Walbank Fr. W. 1979, p. 730-733.

169 Sterrett 1884-1885, p. 302, no 423, l. 6-7.

170 Sur la signification de ψαλίς, cf. Ginouvès 1992, p. 139.

Table des illustrations

Titre Fig. 34. Relevé de la face supérieure de la base du sanctuaire de Didymes pour Antigonos, fils d’Hécataios.
Crédits Secteur du temple d’Apollon, au Sud du temple ; Didyma III 5, p. 159, fig. 24.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/852/img-1.png
Fichier image/png, 494k
Titre Fig. 35. Relevé de la face supérieure de la base du sanctuaire de Didymes pour Moschiôn, fils de Poseidippos.
Crédits Secteur du temple d’Apollon, terrasse des offrandes ; Didyma III 5, p. 158, fig. 23.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/852/img-2.png
Fichier image/png, 191k
Titre Fig. 36. Base de la statue de Ptolémée III Évergète à Délos : a. photographie de la face avant ; b. photographie de la face supérieure.
Crédits Kotsidu 2000, fig. 45-47.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/852/img-3.png
Fichier image/png, 884k
Titre Fig. 37. Relevé de l’assise sommitale du Pilier de Prusias à Delphes.
Crédits Relevé EFA ; Perrier 2008, p. 259, fig. 2.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/852/img-4.png
Fichier image/png, 370k
Titre Fig. 38. Base pour le char supposé d’Attale II sur l’Agora d’Athènes : a. vue d’ensemble ; b. face supérieure.
Crédits Clichés de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/852/img-5.png
Fichier image/png, 1,9M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/852/img-6.png
Fichier image/png, 29k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/852/img-7.png
Fichier image/png, 87k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/852/img-8.png
Fichier image/png, 73k

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search