Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Deuxième partie – Étude matérielle

Chapitre VI

Les types de bases honorifiques

Texte intégral

1Issues d’une genèse complexe, les représentations honorifiques publiques ne constituent pas  un ensemble isolé, distinct des autres représentations individuelles installées dans l’espace public. Les aspects honorifiques, la part de τιµή que revêtent de nombreux monuments érigés hors du cadre de la procédure honorifique interdisent de limiter l’étude de ce genre aux seuls monuments publics. L’approche matérielle rend plus impérieuse encore cette exigence : les représentations honorifiques publiques présentent des caractéristiques souvent très proches, voire identiques à celles des autres représentations individuelles.

  • 1 Bol 1978, p. 1.

2L’analyse se heurte également en ce point à un écueil d’un autre ordre. L’archéologie de la représentation honorifique dans les cités grecques est en effet celle d’une absence, celle des œuvres, en bronze la plupart du temps, fondues dès l’Antiquité et au Moyen-Âge, afin de récupérer le métal devenu rare. H. Bol, évoquant, dans l’introduction de son étude des statues de bronze d’Olympie1, l’évaluation par Pausanias à deux cents du nombre de statues d’athlètes sur l’Altis au iie s. apr. J.-C., précise que ce chiffre est d’une part nettement sous-évalué et qu’il faut d’autre part lui ajouter toutes les statues honorifiques qui ne représentent pas des Olympioniques. Il émet donc l’hypothèse que le sanctuaire de Zeus est orné, à l’époque du périégète, de près de mille statues. En regard de ce nombre impressionnant, la faiblesse des vestiges de statues en bronze conservés semble décourager toute étude.

3La perte est importante, mais l’archéologie de la représentation honorifique est aussi marquée par l’abondance, celle des bases de statues, inscrites ou non, parents pauvres des études d’architecture et de sculpture. Face à cette masse de documentation, il est vrai, un sentiment de découragement, symétrique du précédent, saisit quiconque se lance dans leur étude. E. Kuhnert l’exprime déjà à la fin du xixe s., lorsqu’il note à propos de Delphes :

  • 2 Kunhert 1885, p. 265 (Quel visiteur s’y donnait simplement la peine de regarder toutes les statues, (...)

Welcher Besucher gab sich dort die Mühe, nur alle Statuen zu betrachten, geschweige denn sämtliche Inschriften, noch dazu bei ihrer so unbequemen Form durchzubuchstabieren ? […] Eine derartige Selbst­verleugnung haben sicher nicht einmal alle alte Archäologen besessen.2

4Ce commentaire traduit l’impression suscitée par une documentation pléthorique, répétitive et de prime abord assez rébarbative.

  • 3 Loewy 1885.
  • 4 Raubitschek 1949.
  • 5 Marcadé 1953 et Marcadé 1957.
  • 6 Jacob-Felsch 1969.
  • 7 Schmidt 1995.
  • 8 Surtout Pétrakos 1997.
  • 9 Jacquemin 1999a.
  • 10 Fr. Herbin, Monuments, espaces, histoire : les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire d’Apo (...)
  • 11 Katsikoudis 2005.
  • 12 Une première synthèse de leurs travaux est parue : Krumeich, Witschel 2010.
  • 13 Pour une présentation du projet : Leypold 2013.

5Ce matériel a pourtant été étudié pour les principaux sites d’un point de vue essentiellement épigraphique, contribuant à définir le formulaire honorifique et ses variantes, et à dater, par la prosopographie ou par la gravure, un certain nombre de monuments. Les types des supports et les dispositifs de fixation des statues ont, en revanche, beaucoup plus rarement été étudiés pour eux-mêmes : parmi les exceptions, il faut mentionner les travaux d’E. Loewy3, d’A. Raubitschek4, de J. Marcadé5, d’I. Jacob-Felsch6, la thèse d’I. Schmidt7 et les études de V. Pétrakos sur ­Oropos8, d’A. Jacquemin sur Delphes9, de Fr. Herbin sur Délos10, ou de N. Katsikoudis sur Dodone11, ainsi que les travaux en cours de l’équipe de R. Krumeich et de Chr. Witschel sur l’Acropole12, de Chr. Leypold à Olympie13. Les pages qui suivent doivent beaucoup à ces différents ouvrages.

6Les décrets honorifiques constituent également une source majeure pour l’étude matérielle de la représentation honorifique. Analysés en général pour leur contenu historique et institutionnel, ces décrets ont rarement été exploités pour les témoignages qu’ils livrent sur la réalisation concrète des honneurs et notamment des représentations honorifiques. Les notices rassemblées par M. Sève pour la section du Bulletin épigraphique consacrée aux rapports entre l’épigraphie et l’archéologie depuis plus de vingt-cinq ans donnent un aperçu de tout le profit que l’on peut tirer d’une telle recherche en même temps qu’elles constituent un outil très utile pour s’orienter dans une documentation dispersée.

  • 14 Ma 2013, p. 67-151, consacre un développement substantiel et suggestif à la question de l’emplaceme (...)

7L’objet principal de cette partie est donc de déterminer les conditions matérielles de la réalisation et de l’exposition des représentations honorifiques. L’étude des supports, des matériaux utilisés, des modes de fixation et des lieux d’exposition14 contribue en effet à l’élucidation du sens des œuvres, qui ne sont pas des images sans épaisseur, mais des objets, qui ont un volume, un poids.

___

8Le support n’est jamais un élément anodin dans la présentation d’un monument honorifique. Outre le fait qu’il porte l’inscription, élucidant le sens de l’œuvre, il modifie, par ses dimensions et sa décoration, l’aspect final du monument et son appréhension par le spectateur. Les principaux types de supports de statues ont fait l’objet d’études architecturales, qui serviront ici de références. Toutefois, l’étude des bases en fonction du genre de la statue qu’elles supportent nécessite une attention spécifique aux critères esthétiques – dimensions, proportions, décors. Sont présentés dans les pages qui suivent les différents types de supports en respectant, autant que possible, leur développement chronologique, tout en gardant à l’esprit qu’ils coexistent pendant de longues périodes.

La terminologie

  • 15 IG II2 793, l. 9; Robert, Robert 1983, p. 209-210, no 24, l. 2; p. 210-212, no 25, l. 12  ; IK 30, (...)
  • 16 Robert, Robert 1989, p. 17, col. V, l. 45-48 et p. 59-60: sur la base (βῆµα), est inscrit le décret (...)
  • 17 IG IV2 63, l. 18; IG IX 2, 489a, l. 22-23; Pétrakos 1997, 294, l. 23 (restitué); CID IV 107, l. 29- (...)
  • 18 βῆµα et βάσις sont ainsi employés alternativement dans le décret d’Ériza en l’honneur de Charès, fi (...)
  • 19 Le terme βῆµα est, semble-t-il, plus volontiers employé en Asie Mineure, mais pas exclusivement (cf (...)
  • 20 IGBulg I2 388bis.
  • 21 IGBulg I2 388bis, l. 35-38.

9Les mentions du support d’une statue honorifique dans les inscriptions, relativement rares, sont faites en termes très généraux. On relève ainsi dix-neuf inscriptions honorifiques évoquant les bases de statues par le terme βῆµα15, qui désigne étymologiquement l’espace où «  marche  » la statue, le piédestal, et ne semble pas correspondre à un type de base spécifique. Toutefois, on peut inférer de l’opposition entre βῆµα et στυλίς, dans l’inscription en l’honneur de Polémaios de Colophon, qu’il s’agit d’un support relativement bas16, par contraste avec le fût élancé de la colonne ionique qu’il porte. Βάσις, dont on relève vingt et une occurrences17, paraît d’un emploi tout aussi large et ne semble guère se distinguer de βῆµα18, que ce soit sur les plans chronologique, régional19 ou qualitatif. Une inscription de la cité d’Apollonia, découverte à Istros et datée de la première moitié du iie s.20, permet d’en mesurer le caractère peu spécifique. Le texte prévoit en effet pour le navarque Hègèsagoras, fils de Monimos, l’installation d’une statue en armes, dressée sur une proue de navire21, dans le sanctuaire d’Apollon. Or, ce support très original est désigné dans la suite du décret par le terme générique βάσις, comme une simple base quadrangulaire.

  • 22 IG IV 558, l. 23-25 (Argos, 114); IG V 1, 1432, l. 17-21 (Messène, 39); IG V 2, 436, l. 11-12 et 43 (...)

10Βάθρον enfin est plus rarement employé pour désigner la base d’une statue honorifique. Six inscriptions seulement, provenant pour la plupart du Péloponnèse, désignent ainsi un tel support22. La signification de βάθρον ne semble guère plus spécifique que celle de βάσις ou de βῆµα. Si l’emploi de ce terme pour le support des statues équestres d’Onymarchos et de Philomèlos à Delphes et pour celui de la statue d’Hippostratos au Panionion, votée par la confédération ionienne, invite à penser qu’il qualifie un socle imposant, cette hypothèse est mise en doute par les inscriptions de Mégalopolis, où κίων – qui renvoie à une colonne ou une colonnette – et βάθρον sont tour à tour employés pour désigner le support de la statue honorifique.

  • 23 IK 41, 231, l. 4 (décret de Smyrne pour des juges de Cnide; fin du iiie ou début du iie s.?); IGR I (...)
  • 24 IK 34, 119, l. 8-9 (décret de la tribu des Conodôrcondeis pour Dionysios; iie s., d’après la gravur (...)
  • 25 Cousin, Diehl 1889, p. 334-340, no 4, l. 41 et 56 (le terme est cependant restitué dans les deux ca (...)

11La seule indication, rare au demeurant, relative aux bases est leur matériau, quand celui-ci est jugé suffisamment précieux pour être mentionné dans le décret. Dans ce cas, il s’agit presque exclusivement de marbre, désigné soit explicitement23, soit par la périphrase λευκὸς λίθος24, soit encore par l’adjectif composé équivalent λευκόλιθος25. Jamais il n’est fait mention des dimensions de la base de la statue, ni de sa forme, à l’exception notable des στυλίδες, dont l’analyse sera proposée plus loin.

  • 26 IG II2 793, l. 10-11 et 20-21.

12La rareté des mentions de bases de statues honorifiques dans les décrets et l’indistinction de la terminologie employée pour les désigner pourraient laisser penser que, aux yeux des commanditaires de l’œuvre, elles sont un élément négligeable dans l’apparence finale du monument et que leur forme, à part dans quelques cas très rares, importe peu. Il s’agit là d’une illusion créée par les sources, car les décrets inscrits ne retiennent, parmi les clauses relatives au monument honorifique, que celles qui impliquent une mise de fonds importante. Comme la base n’appartient pas, la plupart du temps, à cette catégorie, sa description n’est pas nécessaire dans le texte retranscrit sur pierre. Toutefois, la variété des bases découvertes lors des fouilles, leur décor, suffisent à prouver que le support d’une statue fait l’objet de discussions avec l’atelier de sculpteurs en charge de la réalisation de l’œuvre. Pour les statues honorifiques publiques, la commission ad hoc, qui apparaît dans de nombreux décrets, prend sans doute en charge la réalisation de la base. Un décret attique du milieu du iiie s. délègue ainsi explicitement le soin de réaliser la base à deux citoyens tirés au sort26.

Les supports de faible hauteur

Les bases monolithes non moulurées

L’époque classique et la haute époque hellénistique

  • 27 Hauteur: 0,104 m; longueur: 0,323 m; profondeur: 0,12 m; cf. Brunnsåker 1971, p. 84-88, pl. 22, fig (...)
  • 28 Boston, Museum of Fine Arts, inv. 98.936; Brunnsåker 1971, p. 88-90, pl. 24, 7.
  • 29 Héphaistion, Enchiridion de metris 4; infra p. 258-259.
  • 30 Brunnsåker 1971, p. 89-90, fig. 13.
  • 31 Kunse 2002.

13Les premières bases de statues honorifiques sont quadrangulaires, monolithes et sans moulures. Ces supports neutres et discrets mettent en valeur la statue elle-même et rapprochent le spectateur de l’œuvre. La base des statues d’Harmodios et d’Aristogeitôn (pl. VII) sur l’Agora d’Athènes appartenait certainement à ce type. Bien qu’un seul fragment27 (fig. 20), proche de l’angle supérieur droit, en soit conservé, la position de l’inscription et une représentation de la base sur une oinochoè conservée à Boston28 rendent l’hypothèse d’un support bas très vraisemblable. Par ailleurs, la restitution de la première ligne de l’inscription, grâce à un passage d’Héphaistion29, permet de proposer une mesure approximative pour le long côté de la base – entre 1,50 m et 1,60 m30. La base, l’inscription et, de ce fait, la médiation entre le spectateur et les statues sont minimisées  : les deux grandes statues de bronze réalisées par Critios et Nèsiôtès étaient, pour reprendre une expression utilisée pour la statuaire hellénistique, «  à portée de la main  »31  ; la composition du groupe suffisait à délivrer le message de l’œuvre, que l’inscription venait simplement confirmer.

Fig. 20. Fragment de la base du groupe des Tyrannicides, sur l’Agora d’Athènes.

Fig. 20. Fragment de la base du groupe des Tyrannicides, sur l’Agora d’Athènes.

Courtesy of the ­American School of Classical Studies at Athens.

  • 32 Sur le caractère exceptionnel de l’installation d’une offrande sur l’Agora au ve s., cf. Krumeich 1 (...)
  • 33 Athènes, musée de l’Agora, inv. I 1597; Krumeich 1997, p. 232-233, no A 23*, fig. 24-26.
  • 34 IG I3 951: [Λ]έαγρος ἀνέθηκεν Γλαύκονος | δόδεκα θεοῖσι.
  • 35 Krumeich 1997, p. 64-68; 232-233, no A23*; selon R. Krumeich, la statue mesurait au moins 1,56 m.

14C’est également sur des bases monolithes de faible hauteur que sont installées les quel-ques représentations individuelles privées érigées à Athènes au ve s. D’une manière tout à fait exceptionnelle32, c’est sur l’Agora qu’est installée, dans le deuxième quart du ve s., contre l’autel des douze dieux, la statue de Léagros, fixée sur un simple bloc quadrangulaire. Les mortaises de fixation à la face supérieure du bloc indiquent que la statue était de petite taille et que le pied droit était avancé33. L’inscription, gravée sur la face avant, est certes purement votive34, mais il s’agit d’une dédicace aux douze dieux, ce qui rend complexe l’hypothèse d’une représentation divine. Il est donc probable que la statue portée par cette petite base ait été une représentation de Léagros lui-même35. Dans cette hypothèse, il ne s’agit certes pas d’une véritable statue honorifique, puisque Léagros dédie sa propre image aux dieux, mais d’une offrande privée, qui assouvit le besoin de représentation d’un notable athénien.

  • 36 Keesling 2003, p. 185-191.
  • 37 Raubitschek 1949, p. 126-129, no 121 et Keesling 2003, p. 185-190; cf. supra p. 118-119.

15Par ailleurs, C. Keesling, raisonnant sur les remplois de statues sur l’Acropole d’Athènes, a montré que certaines de ces bases simples, qui présentent une inscription purement votive, portaient des représentations individuelles36. C’est notamment le cas d’une base de l’Acropole, postérieure aux guerres médiques, trouvée en remploi dans la citerne à l’Ouest du Parthénon en 1858, qui porte la dédicace métrique d’Hègélochos, fils d’Ecphantos37 (fig. 7 et 8a-b, p. 119). Ces bases simples du ve s. pour des représentations individuelles marquent le début d’une longue tradition à Athènes, et plus précisément sur l’Acropole. La grande majorité des bases de statues honorifiques trouvées sur le rocher appartient en effet à cette catégorie. La plupart d’entre elles sont en marbre de l’Hymette.

  • 38 L’ensemble est aujourd’hui exposé au Musée archéologique national d’Athènes; Pétrakos 1999a, p. 288 (...)
  • 39 IG II2 3462; Pétrakos 1999b, p. 108-109, no 133. Hauteur: 0,375 m; longueur: 0,62 m; profondeur: 0, (...)

16Les bases monolithes, sobres et discrètes, sont également utilisées comme support de statues honorifiques dans d’autres sanctuaires d’Attique dès la haute époque hellénistique. Ainsi, à Rhamnonte, la base portant la statue déjà évoquée d’Aristonoè38, prêtresse de Némésis, dédiée par son fils Hiéroclès au iiie s. appartient à ce type39 (pl. XLIIb). Ici, des raisons religieuses ont sans doute guidé le choix du support: l’honneur hyperbolique que représente l’installation d’une statue dans le temple est tempéré par la modestie de l’œuvre, que domine très largement l’imposante statue de Thémis, sur sa haute base.

  • 40 FD III 4, 215; Marcadé 1953, 89 r. v., pl. XVI, 1; hauteur: 0,36 m; longueur: 0,745 m; profondeur: (...)
  • 41 IOlympia 186; hauteur: 0,33 m; longueur: 0,81 m; profondeur: 0,985 m; pour le mode de fixation de c (...)

17Hors d’Attique, les bases monolithes de faible hauteur sont également utilisées comme supports de statues honorifiques au cours de la haute époque hellénistique. Ainsi à Delphes a été mise au jour, à l’angle Sud-Est du temple d’Apollon, une base quadrangulaire non moulurée de la première moitié du iiie s. qui portait la statue de bronze en contrapposto de Charidèmos, fils d’Antiphanès, de Pitanè, œuvre du sculpteur attique Praxitèle II, dédiée par le Peuple d’Abydos40 (fig. 21a-b). Entre les mots de l’inscription ont été ajoutées, après la gravure, des interponctions, pour donner au monument un aspect ancien. La forme de la base relève aussi d’une affectation classicisante, peut-être atticisante. À Olympie, une base du iiie s. non moulurée et de dimensions modestes portait la statue dédiée par le Peuple d’Érythrées du pugiliste Épithersès, fils de Mètrodôros, deux fois vainqueur à Olympie et vainqueur de la période41.

Fig. 21. Base de la statue de Charidèmos à Delphes : a. vue générale ; b. face supérieure.

Fig. 21. Base de la statue de Charidèmos à Delphes : a. vue générale ; b. face supérieure.

Delphes, Musée, inv. 3951 ; clichés EFA.

  • 42 Didyma III 5, 143, fig. 22, pl. 38, 1-2; hauteur: 0,543 m; longueur: 0,845 m; profondeur: 0,814 m.
  • 43 Didyma III 5, 147 (entre 281 et 276/5).
  • 44 On retrouve ces bases simples dans le sanctuaire pour des monuments honorifiques familiaux de prêtr (...)
  • 45 Milet I 3, 157, p. 383, pl. 12,2; hauteur: 0,36 m; longueur: 0,695 m; profondeur: 0,46 m.

18En Asie Mineure et dans les îles de l’Égée également, des bases monolithes sans moulures servent de support à des statues honorifiques dès la haute époque hellénistique. C’est notamment le cas au sanctuaire d’Apollon à Didymes, où sont successivement installées sur ce type de bases, dans le premier quart du iiie s., la statue de la reine Apamée42, épouse de Séleucos Ier puis celle de sa fille Phila43, toutes deux dédiées par le Peuple de Milet44. Dans le Delphinion de cette cité a été mise au jour en 1905 une base de marbre bleuté, quadrangulaire et de hauteur réduite, qui portait la statue, dédiée par son fils, d’un aisymnète peut-être en charge au ive s., ou plus probablement dans le deuxième tiers du iiie s.45.

  • 46 IKaunos 81; hauteur: 0,75 m; longueur: 0,50 m; profondeur: 0,76 m.
  • 47 Sur l’absence d’attestation du formulaire Ὁ δῆµος + accusatif au ive s. à Athènes, cf. Ma, Tracy 20 (...)

19À Caunos a été retrouvée en 1999, en bordure Ouest du sanctuaire d’Apollon, remployée dans des habitations byzantines, la base d’une statue de Conon, portant sur le petit côté l’inscription: [Κ]όνων / [Τι]µοθέ[ου] / [Ἀθ]ηναῖος46 (fig. 22a-b). Le formulaire de la dédicace, au nominatif, est identique à celui de l’inscription gravée sur la base pour Conon sur l’Acropole d’Athènes, mais la forme du monument est très différente. Sur l’Acropole en effet, la base portant les statues du vainqueur de Cnide et de son fils est en arc de cercle. Ici, la base quadrangulaire, malgré ses grandes dimensions, évoque la sobriété des bases simples de l’Acropole d’Athènes; de même, la disposition de la statue, orientée vers le petit côté de la base, le pied droit portévers l’avant, contre le bord du bloc et le pied gauche loin vers l’arrière, semble un emprunt au style sévère attique. Comme souvent à l’époque classique, il est difficile de déterminer le genre auquel appartient la statue de Conon. S’agit-il simplement de la statue d’un grand homme, comme celles dressées au ive s. pour les grands dramaturges dans le théâtre d’Athènes? C’est peu probable car, d’après Chr. Marek, le monument est érigé du vivant de Conon. Il s’agit plus vraisemblablement d’un monument honorifique qui, en raison de son ancienneté, ne porte pas le formulaire conventionnel, établi plus tard47.

Fig. 22. Base de la statue de Conon à Caunos : a. inscription ; b. face supérieure de la base (en bordure Ouest du sanctuaire d’Apollon).

Fig. 22. Base de la statue de Conon à Caunos : a. inscription ; b. face supérieure de la base (en bordure Ouest du sanctuaire d’Apollon).

Clichés Chr. Marek dans IKaunos 81.

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

  • 48 IG II2 3781; Richter 1965, vol. II, p. 250, no 8 (dessin), fig. 1681; Agora XIV, p. 107, pl. 55c; T (...)
  • 49 Noter que la statue assise, signée Zeuxis, et parfois identifiée à Carnéade, représente en réalité (...)

20L’emploi de bases monolithes sans moulure se poursuit au iie s. C’est notamment sur une base de ce type, que deux citoyens athéniens, probablement frères, Attalos et Ariarathès, honorent leur maître Carnéade sur l’Agora d’Athènes, vraisemblablement sur la terrasse devant le portique dédié par Attale48. De dimensions modestes, cette base en marbre de l’Hymette porte à la face supérieure les mortaises pour les pieds d’une statue de bronze assise, dont le gauche était avancé49. La sobriété de la base, la modestie du monument et le type de la statue constituent sans doute un hommage à la culture attique.

  • 50 IOlympia 312; Kotsidu 2000, p. 128-129, no 73, fig. 20-21, 84; hauteur: 0,28 m; longueur: 1,00 m; p (...)
  • 51 IOlympia 302; base de calcaire jaunâtre; hauteur: 0,36 m; longueur: 0,735-0,75 m; profondeur: 0,80 (...)
  • 52 IOlympia 325; base de calcaire gris; hauteur: 0,40-0,405 m; longueur: 0,635 m; profondeur: 0,61 m.

21À Olympie, trois bases de statues honorifiques de ce type appartiennent au iie s., l’une portant la statue colossale de Philétairos, dédiée par le Peuple athénien vers 17550, la deuxième celle de Polybe, dédiée par la cité d’Élis51, la dernière celle en contrapposto de Quintus Caecilius Metellus, consul en 143, dédiée par un Macédonien de Thessalonique52.

  • 53 FD III 1, 526; base en calcaire de Saint-Élie; hauteur: 0,28 m; longueur: 0,87 m; profondeur: 0,89 (...)
  • 54 FD III 1, 524; Marcadé 1953, 101 r., pl. XIX, 1.

22Deux bases sûrement honorifiques du iie s. témoignent de la persistance de ce type à Delphes également. L’une portait la statue de M. Minucius Rufus, consacrée par la cité de Delphes53, la seconde, trouvée dans le secteur du Trésor des Athéniens, portait la statue de bronze, signée Sôpatros de Dèmètrias, de Philocratès, dédiée par ses fils Théophrastos et Xénôn54. Ces œuvres témoignent de l’affirmation de la cité de Delphes dans l’espace du sanctuaire et de l’émergence au sein de la petite cité d’une notabilité soucieuse de son image. La modestie des supports choisis pour les statues, qui forme un vif contraste avec les orgueilleux monuments étoliens du siècle précédent, est sans doute à mettre au compte de ressources financières plus restreintes.

23Ces bases monolithes non moulurées sont la forme minimale du support de statue. Il est vraisemblable que dans de nombreux cas, le choix de ce type ait été dicté par des raisons économiques. Toutefois, il correspond parfois à une volonté esthétique: selon les époques, les bases monolithes sans décor peuvent servir à minimiser la médiation entre le spectateur et les statues ou encore à donner, à l’époque hellénistique, un aspect classicisant aux monuments.

Les bases monolithes moulurées ou décorées

L’époque classique et la haute époque hellénistique

24Une variante décorative, donc plus coûteuse, de ce type de support de statue est la base monolithe moulurée ou portant un décor, qui nécessite le recours à un artisan plus spécialisé, même si les moulures des bases se cantonnent le plus souvent à un répertoire simple: tores, talons, doucines et listels constituent les formes les plus courantes. Grâce à ces décorations qui ornent le couronnement et parfois la partie inférieure de la base, la masse du support est moins austère et ses dimensions peuvent être augmentées sans trop alourdir l’impression dégagée par le monument. Souvent, mais pas exclusivement, ces supports privilégient l’axe vertical. Cependant, leur hauteur demeure relativement modeste, car leur caractère monolithe en rend la manutention difficile.

  • 55 Marcadé 1957, 115 v., pl. XLV; Pasquier 2007, p. 50-51, no 2; hauteur: 0,737 m; longueur: 0,53 m; c (...)
  • 56 Reconstitution complète du monument par Fittschen 1991.

25C’est d’Athènes que provient l’un des exemples les plus anciens: la base de la statue d’Archippè, œuvre de Praxitèle55, probablement réalisée entre 350 et 330. Ce socle assez haut et relativement étroit (fig. 3, p. 76) surélevait nettement la statue, conférant au monument un aspect élancé, contrairement aux supports très sobres étudiés précédemment. La mouluration très mutilée, difficilement identifiable, servait de cadre à l’inscription, en même temps qu’elle offrait une distinction supplémentaire à la statue. Ce type de base fait du support un élément décoratif à part entière. On le retrouve plus tard à Athènes comme support de la statue de Ménandre, œuvre de Céphisodote II et de Timarchos, fils de Praxitèle56.

  • 57 IG IV2 318; Kavvadias 1891, p. 107-108, no 252; hauteur: 1,00 m; longueur: 0,36 m; profondeur: 0,36 (...)
  • 58 Croissant 1972, p. 137-140, fig. 1.

26À l’Asclépieion d’Épidaure, les bases monolithes moulurées sont également utilisées dès la haute époque hellénistique comme support de représentations honorifiques. Une base moulurée, de dimensions très réduites57, portait ainsi la statue de petite taille de Lysixénos, dédiée par son père Archépolis de Tégée et signée par Labréas, fils de Damopeithès, d’Argos. Sans doute ce discret monument reprend-il un type votif. Le soin apporté à la décoration de la base – et probablement à la statue – compense les dimensions réduites du monument, accroissant sa visibilité dans le sanctuaire. De la même façon, à l’Aphrodision d’Argos, Timanthès a fait ériger vers 300 la statue en marbre de petite taille de sa fille Timanthis, prêtresse d’Aphrodite, sur une base quadrangulaire dont les faces latérales sont simplement décorées d’un cadre d’anathyrose58. La distinction du monument est toutefois rehaussée par sa dédicace métrique.

  • 59 Marcadé 1953, 60 r. v.; hauteur: 0,273 m; longueur: 0,55 m; profondeur: 0,70 m; pour le commentaire (...)
  • 60 Marcadé 1953, 93 r. v., pl. XVII, 1; hauteur: 0,385 m; longueur: 1,47 m; profondeur: 0,755 m.

27La base de faible hauteur qui portait la statue en bronze déjà mentionnée d’Hagèsipolis dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes, présentait en haut et en bas des moulures sur trois côtés59. Ces décors, malheureusement très mutilés, ne peuvent plus aujourd’hui être identifiés. Dans le même sanctuaire, les Milésiens font installer trente-cinq ans plus tard sur une base monolithe qui présente pour tout décor à la face antérieure, sur les quatre côtés, un bandeau en retrait de 0,035 m les statues en bronze d’Idrieus, satrape de Carie, et de son épouse Ada60. Cette feuillure raffinée accroche efficacement la lumière et permet de mettre en valeur l’inscription honorifique.

  • 61 Didyma III 5, 139, fig. 18, pl. 36, 5-6.
  • 62 Hauteur conservée: 0,69 m; longueur du corps de la base: 0,735 m; profondeur du corps de la base: 0 (...)
  • 63 En bas: large congé, chanfrein, listel, baguette, listel et cimaise; en haut: large congé, deux lis (...)

28Des bases monolithes moulurées sont utilisées comme supports de statues honorifiques au sanctuaire d’Apollon à Didymes dès le iiie s. La statue de bronze de la fille de Ptolémée Ier, Philôtéra, dédiée par le Peuple de Milet probablement au début des années 270, est dressée sur ce type de base61. C’est un support massif, de dimensions assez importantes62, mais agrémenté sur une hauteur de 0,07 à 0,08 m en haut et en bas, de moulures63.

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

29Moins fréquentes au cours des iie et ier s., les bases monolithes moulurées, que rendent alors quelque peu désuètes les bases composées, plus commodes à fabriquer et à transporter, n’en demeurent pas moins utilisées, notamment dans les cités de taille moyenne. Le faible investissement financier qu’elles nécessitent contribue sans doute à ce succès persistant.

  • 64 IPriene 244.
  • 65 IPriene 272.
  • 66 Cf. supra p. 121-122.

30Ainsi, au iie s., le Peuple de Priène fait ériger sur une base monolithe, moulurée en haut, la statue de Manius Aemilius Lepidus, fils de Manius, proquesteur, sur l’escalier menant au sanctuaire d’Athéna Polias64. Base et statue sont en remploi, comme l’indique la rasura sur la face principale du bloc. La dédicace pour le proquesteur a été gravée sur la face latérale de la base. C’est donc une volonté d’économie, de temps et d’argent, qui a guidé le choix de ce modeste piédestal. Un second support de ce type, daté du iie s., a été découvert en remploi dans les fondations des propylées du sanctuaire d’Athéna Polias. Il portait la statue de Sôtadès, fils de Sôtadès, consacrée par Lysimachos, fils d’Artémidôros, et Aischylos, fils d’Apollônios, en application de son testament65, comme il arrive fréquemment à Priène66. Installés aux frais des ayants droit du défunt, ces monuments privés se dressent la plupart du temps sur des supports simples et de dimensions modestes.

  • 67 IMagnesia 129, 131 et 153.
  • 68 IMagnesia 129, pl. VI en bas; Hiller von Gaertringen 1894, p. 15-17 (dessin); hauteur: 1,00 m; long (...)
  • 69 IMagnesia 92a; Hiller von Gaertringen 1894, p. 5-13; cf. supra p. 172.
  • 70 Strabon, XIV 1, 41 (C 648).

31Les bases monolithes moulurées sont également utilisées à Magnésie du Méandre, au ier s.67. Ainsi, la statue du citharède Anaxènôr, au théâtre, était placée sur une base de ce type68. Les fondations que l’on observe dans l’orchestra du théâtre permettent de restituer l’emplacement originel de la base. Elle se dressait à l’angle interne Sud du revêtement du koilon du théâtre, devant la base de la statue d’Apollophanès, fils d’Apollophanès69, qu’elle dissimulait sûrement. Un passage de Strabon conserve la mémoire d’Anaxènôr et de sa statue70:

Les hommes célèbres de Magnésie furent […] Anaxènôr le citharède, que les théâtres ont distingué, mais qu’a surtout distingué Antoine, qui l’a même désigné percepteur pour quatre cités, lui donnant une garde rapprochée. Et sa patrie a accru considérablement son prestige, lui faisant revêtir la pourpre, marque de sa consécration à Zeus Sôsipolis, comme il apparaît sur sa représentation peinte à l’agora. Il a aussi une statue de bronze au théâtre, portant l’inscription: «Oui, c’est une belle chose que d’écouter un chanteur tel que cet homme, semblable aux dieux par sa voix».

32Strabon reprend exactement les deux dernières lignes de la base découverte au théâtre. Il nous permet ainsi de connaître le matériau de la statue – le bronze – et de situer l’œuvre dans le ier s., avant 31. En plus de sa statue au théâtre, Anaxènôr est également honoré d’une représentation à l’agora qui accroît encore son prestige.

  • 71 IMagnesia 131; hauteur: 1,30 m; longueur: 0,60 m; profondeur: 0,56 m.

33La base de la statue d’Amyntas, fils de Myônidès, découverte au Nord du temple d’Artémis, appartient au même type et peut être elle aussi datée du ier s.71. L’inscription qu’elle porte est particulièrement intéressante: en effet, les lignes 1 à 4 reprennent les termesd’un décret du Peuple en l’honneur d’Amyntas, mais la suite de l’inscription nous apprend que la statue est en réalité une offrande privée, consacrée par les parents de l’honorandus. Ceux-ci ont décidé de placer au début de l’inscription un rappel du décret honorifique pour leur fils, sans doute avec l’intention de conférer au monument l’aura d’une statue érigée par le Peuple.

  • 72 Balland 1981, p. 48-50, no 25, pl. VII, fig. 30; hauteur: 1,19 m; longueur: 1,05 m; profondeur: 1,7 (...)
  • 73 Hauteur: 0,11 m; longueur: 1 m; profondeur: 0,76 m.
  • 74 Balland 1981, p. 50.

34Un exemple lycien permet de clore ce tour d’horizon des bases de statues honorifiques monolithes moulurées d’époque hellénistique. Au Lètôon de Xanthos, dans la salle construite à l’arrière de l’extrémité Ouest du portique Nord, a été découverte une base quadrangulaire, moulurée en haut et en bas, sur les faces antérieure et latérales, qui portait la statue de Caius César dédiée par le Peuple, probablement entre 1 av. J.-C. et 4 apr. J.-C.72. La cuvette d’encastrement73 à la face supérieure révèle que la statue était en marbre. La base est cependant un remploi, comme le trahit une inscription lycienne, gravée sur la face principale, juste au-dessous de la moulure. La face supérieure ne permet toutefois pas de déterminer si la statue est modifiée lors du remploi en l’honneur de Caius César ou si l’ancienne statue, peut-être celle d’un dynaste, est conservée et consacrée au Prince de la jeunesse74. Ici, l’utilisation d’une base monolithe moulurée à la fin de l’époque hellénistique semble, une fois encore, avoir été dictée par des raisons économiques.

35Si l’époque impériale est caractérisée par un usage massif des bases monolithes moulurées, souvent élancées, son utilisation aux époques classique et hellénistique demeure restreinte. On lui préfère alors les bases composées, qui permettent de travailler séparément les différents éléments.

Les bases cylindriques

L’époque classique et la haute époque hellénistique

36Plus raffinées et plus difficiles à réaliser que les bases quadrangulaires, les bases cylindriques, moulurées ou non, atténuent le caractère statique d’un monument honorifique. Elles invitent en effet le spectateur à tourner autour de l’œuvre, car elles ne déterminent a priori – si ce n’est par l’inscription – aucun angle de vue privilégié. Leur utilisation revêt un caractère régional marqué. Particulièrement appréciées en Asie Mineure et dans les îles proches de la côte de l’Asie Mineure, elles ne sont que très rarement attestées en Grèce continentale et on ne les trouve presque pas, par exemple, dans les grands sanctuaires de Delphes et d’Olympie.

  • 75 IG II2 3453.
  • 76 Longueur des pieds: 0,20 m.
  • 77 IG II2 3455; Marcadé 1953, 57 v.-58 r. (photographies et fac-similé).

37Les bases cylindriques ne sont pas, semble-t-il, utilisées comme support pour les statues honorifiques avant le ive s. C’est encore une fois à Athènes, sur l’Acropole, que subsiste le plus ancien exemplaire connu, la base de la statue supposée de Lysimachè, prêtresse d’Athéna pendant soixante-quatre ans75. Cette base, brisée dans sa partie gauche, haute de 0,30 m et d’un diamètre de 0,60 m, portait une statue de bronze, installée dans le sanctuaire vers 360, dont les mortaises de fixation sont visibles à la face supérieure76. Encore cette représentation de la prêtresse est-elle commémorative, comme l’indique l’emploi de l’aoriste dans la dédicace, signe que Lysimachè est morte à la date de la consécration. Elle préfigure cependant le premier monument cylindrique assurément honorifique, qui provient également d’Athènes et est lui aussi consacré à une prêtresse d’Athéna Polias. Il s’agit d’une base cylindrique moulurée, trouvée en 1838 près de l’Érechtheion, qui portait une statue en bronze érigée vers 30077.

  • 78 IG XI 4, 1190; la seconde base pour Sôstratos de Cnide, trouvée sur la voie sacrée, est composée et (...)
  • 79 IG XI 4, 1075.

38Au iiie s., les bases cylindriques semblent particulièrement appréciées à Délos. Ainsi, la base de la statue de Sôstratos de Cnide, consacrée par un citoyen de Cyrène et retrouvée au Sud-Est de la Salle hypostyle de Délos, est cylindrique78. Sa hauteur atteint 0,60 m et son diamètre 0,56 m. Ce monument érigé vers 280 est l’une des premières bases cylindriques conservées qui portait une statue masculine. Une autre base cylindrique simple, retrouvée au Nord-Ouest de l’agora de Théophrastos, portait la statue consacrée par les Déliens à l’Étolien Nicolaos, fils d’Agias, vers le milieu du iiie s.79.

  • 80 ClRh 6-7 (1932-1933), p. 436-437, no 55 (photographie); hauteur: 0,76 m; diamètre: 0,75 m; Philocra (...)
  • 81 Les deux bases ont été retrouvées lors de la fouille de l’acropole de Camiros, dans le secteur LM 8 (...)
  • 82 ClRh 6-7 (1932-1933), p. 427-428, no 46.

39Deux bases de statues honorifiques cylindriques de la haute époque hellénistique ont également été mises au jour à Camiros. La plus ancienne est celle érigée par la communauté des Camiriens pour l’athlète Philocratès, fils de Sôsitimos, qui, le premier de son peuple, remporte l’épreuve de pugilat catégorie enfants aux Pythia de Delphes80 (fig. 23). C’est un monument singulier, car, sur la base en marbre de Lartos, moulurée en haut et en bas, deux tenons n’ont pas été ravalés et la statue se dressait sur une plinthe quadrangulaire, taillée dans le même bloc que la base. La seconde provient du même secteur81. C’est un monument familial, par lequel Milôn, Charidamas et Damonassa honorent leur père Cleinagoras, fils de Milôn, dans le dernier tiers du iiie s. La base, moulurée en haut et en bas, a une hauteur de 0,62 m et un diamètre de 0,65 m82.

Fig. 23. Base de Camiros pour Philocratès.

Fig. 23. Base de Camiros pour Philocratès.

ClRh 6-7 [1932-1933], p. 437.

  • 83 IPriene 236; Wiegand 1904, p. 209-210, fig. 205.
  • 84 IPriene 237.

40À Priène enfin, trois bases cylindriques monolithes appartenant à la fin du iiie s. ont été mises au jour. Elles portaient les statues honorifiques d’Apollodôros, fils de Poseidônios. Les deux premières proviennent du secteur Nord de l’agora, où elles se dressaient contre l’escalier menant au sanctuaire d’Athéna Polias83 (fig. 10, p. 163); la troisième, plus trapue et plus récente d’après Fr. Hiller von Gaertringen, a été découverte dans le théâtre, devant le proskènion, entre le deuxième et le troisième pilier à partir de l’Est84.

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

  • 85 ILindos 162, 244, 248, 251.
  • 86 IPriene 125, 238, 250, 255, 266, 276; IMagnesia 125; IG XII 6, 351, 451; IPergamon 167, 169, 180, 4 (...)
  • 87 On en compte par exemple quatre à Caunos: IKaunos 104 (deux bases), 106 et 120; quatre à Cos: ICos (...)
  • 88 ID 1641.
  • 89 ILindos 283.

41Au iie s. en revanche, le nombre de statues honorifiques placées sur des bases cylindriques s’accroît. On relève en effet quatre monuments honorifiques de ce type sur la seule acropole de Lindos85 et, en Asie Mineure, pour le iie s., on compte dix-sept statues honorifiques érigées sur des bases cylindriques86. La tendance se poursuit au ier s., puisque l’on dénombre vingt-deux statues honorifiques placées sur des bases cylindriques simples en Asie Mineure87, une pour Pompée le Grand à Délos88, une sur l’acropole de Lindos89.

  • 90 IPergamon 169.
  • 91 IPergamon 218.
  • 92 Cf. infra p. 198-199.
  • 93 IPergamon 167, 180, 490.

42C’est donc en Asie Mineure et à Délos, particulièrement à partir du iie s., que l’on place le plus fréquemment des statues honorifiques sur des supports cylindriques. Peut-être faut-il voir dans la diffusion de cette forme en Asie Mineure une influence des pratiques royales pergaméniennes, car, à partir du iie s., les statues honorifiques des Attalides et leurs offrandes sont volontiers érigées sur des bases cylindriques. On peut ainsi évoquer la statue d’Apollonis, dédiée par le futur Attale II90, ou celle d’Aphrodite dédiée par le même Attale dans le théâtre de Pergame91. Les grands supports cylindriques du sanctuaire d’Athéna Polias et du port de Milet sont l’adaptation de ce type à des monuments de prestige92. Les bases cylindriques portent également, à partir du iie s., certaines statues des prêtresses d’Athéna Polias Nikèphoros en sortie de charge93.

Les socles composés

43À partir du ive s., l’utilisation, comme piédestaux de statues honorifiques, de bases composées, c’est-à-dire réalisées en plusieurs blocs, éventuellement joints avec des scellements métalliques, se diffuse dans la plupart des cités grecques. L’assemblage de plusieurs blocs permet non seulement de réaliser des supports plus grands, mais également de limiter la quantité de matériau utilisé et de faciliter sa manutention. À ce titre, l’utilisation privilégiée de bases composées à l’époque hellénistique peut être rapprochée de l’emploi constant par les sculpteurs de pièces rapportées. Là aussi, il s’agit de tirer parti d’un bloc dont les dimensions initiales ne correspondent pas à celles de l’œuvre projetée. Esthétiquement, l’utilisation de ce type de bases constitue un tournant. Elle affranchit en effet de toute contrainte en matière de forme et de taille. Le monument peut alors s’élever très haut et se déployer dans l’espace, en largeur comme en profondeur. Le support perd son caractère secondaire et devient un élément essentiel dans l’apparence du monument et l’impression qu’il suscite chez le spectateur. En plaçant la statue nettement au-dessus du niveau de circulation, en la rendant inaccessible, il accroît par ailleurs son prestige et son caractère surhumain.

Les bases quadrangulaires composées

L’époque classique et la haute époque hellénistique

  • 94 Schmidt 1995, p. 292-410, § IV du catalogue.

44Parmi ces bases composées, on trouve tout d’abord de simples transferts, dans une technique différente, des bases étudiées jusqu’à présent. Ce sont des variations autour de la base quadrangulaire, le plus souvent moulurée. Le type composé le plus répandu à l’époque hellénistique consiste en la réalisation d’un socle massif, constitué de plusieurs blocs selon une stéréotomie variable, mais qui distingue le plus souvent une base, un corps et un couronnement. Tous types de stéréotomies et de monuments confondus, I. Schmidt en dénombre cent quatre-vingt-trois exemples pour l’époque hellénistique94.

  • 95 IG IX 12, 52.

45L’emploi de bases composées pour les statues honorifiques demeure rare à date haute. Une base quadrangulaire de Thermon, dont le couronnement était travaillé à part, portait une œuvre de Lysippe, qui était peut-être une statue honorifique95. C’est en tout cas comme monument honorifique qu’ont été remployées base et statue, à la fin du siècle suivant, par la confédération étolienne, qui honore alors le chef de cavalerie Paidias, fils de Stratippos, en re-consacrant pour lui l’œuvre de Lysippe.

  • 96 Pétrakos 1997, p. 290-291, no 366, fig. 27.
  • 97 Pétrakos 1997, p. 300-302, no 383, fig. 33, pl. E’ (no 20).
  • 98 Pétrakos 1997, p. 90-93, no 107, fig. 3, pl. E’ (no 18).
  • 99 Pétrakos 1997, p. 370-373, no 456, fig. 65, pl. E’ (no 19).
  • 100 Pétrakos 1997, p. 294, no 374.

46À Oropos, un couronnement, qui appartenait probablement à une base de ce type porteune dédicace des Oropiens à Pisis, fils de Charios, de Thespies, qui aide Antigone à reprendre Oropos à Cassandre en 31396. Dans le même sanctuaire, entre la base pour Hadeia97 et la base où est inscrit, dans la seconde moitié du iiie s., le décret de proxénie pour Ménippos, fils de Cratippos98, se dresse une base de statue équestre qui, comme de nombreux monuments de ce sanctuaire, a fait l’objet d’un remploi. Dans le dernier quart du ier s., une dédicace pour Agrippa se substitue en effet à l’inscription précédente99, mais la signature de Mètiochos est préservée100, sans doute pour conserver à l’œuvre l’aura prestigieuse que confère le nom d’un artiste de la seconde moitié du ive s. On ne connaît pas la fonction originelle de la statue, mais il s’agit probablement d’une représentation honorifique.

  • 101 FD II 2, p. 294-296, fig. 241.
  • 102 Katsikoudis 2005, p. 135-137, cat. B12, B13 et B16.
  • 103 Marcadé 1957, 128 v.-129 r. (photographie); Pétrakos 1997, p. 320-321, no 416 et p. 363-365, no 451 (...)
  • 104 Marcadé 1957, 128 r., pl. XLVI, 2.

47L’emploi des bases composées pour des statues honorifiques reste donc restreint dans la seconde moitié du ive s. et ce n’est qu’à partir du iiie s. qu’il devient fréquent. C’est à ce siècle qu’appartiennent les bases de statues équestres retrouvées sur la place de l’opisthodome du temple d’Apollon à Delphes, dont une portait probablement une statue de Séleucos II (246-242)101, ou certaines bases du sanctuaire de Dodone, dont trois conservent leurs inscriptions102. Les bases composées sont également particulièrement fréquentes à l’Amphiareion d’Oropos pendant toute l’époque hellénistique. Ainsi, une grande base pour une statue équestre, réutilisée entre 44 et 42 pour honorer Brutus, portait probablement dès le troisième quart du iiie s. une représentation honorifique, si l’on en juge par la signature de Thoinias, fils de Teisicratès, de Sicyone103. La stéréotomie de cette base est originale. Sur un socle composé de deux blocs est placé un corps de base lui aussi formé de deux blocs de hauteur égale, dont la jonction est marquée par un bandeau en retrait. La partie inférieure du corps de base est moulurée en bas – tore et doucine –, la partie supérieure en haut – talon, cavet et listel. Signée par le même Thoinias, une statue honorifique de la seconde moitié du iiie s. se dressait sur une base quadrangulaire composée, dont le couronnement n’est pas conservé, devant le portique Sud à Délos104.

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

  • 105 Marcadé 1953, 103 r.-105 r., pl. XLI, 1-2, XLII, 1-3 (IG XI 4, 1115, 1182-1885; ID 1716).
  • 106 Marcadé 1953, 103 v.-104 r. v. (IG XI 4, 1182); hauteur: 1,255 m; longueur (du corps de base): 0,64 (...)

48Au iie s., les bases quadrangulaires composées sont fréquemment utilisées comme supports de statues honorifiques. Ainsi, les six bases de statues de Délos qui portent la signature de Polianthès de Cyrène appartiennent à ce type105. L’une d’entre elles, dont les trois éléments sont conservés, portait la statue d’un certain Théaion, consacrée par ses frères et sa sœur106; c’est une dédicace familiale, mais Théaion a bénéficié d’une reconnaissance officielle, comme en témoigne la couronne gravée sur la face antérieure du corps de la base portant en son centre la mention: «le Peuple», commémoration du couronnement public de Théaion. La famille de Théaion cherche par cette allusion à attirer sur son offrande le prestige des statues honorifiques publiques. Le choix d’une base aux dimensions imposantes participe sans doute de la même intention.

  • 107 IPergamon 421; Mathys 2014, p. 128-129, cat. Gy 30.

49À Pergame, peu de bases composées ayant supporté des statues honorifiques sont conservées. On peut toutefois mentionner, au gymnase, devant la colonne la plus orientale du portique Nord, le bloc d’une base quadrangulaire composée pour la statue de Paullus Fabius Maximus, consul en 11 et proconsul d’Asie probablement en 10/9107. Des mortaises pour crampons horizontaux, sur la face supérieure à l’arrière, permettent de restituer une base composée. Cependant, la face supérieure polie prouve que le bloc est en remploi, ce que confirme la fin d’une inscription, perpendiculaire à la dédicace pour Paullus Fabius Maximus, visible sur la partie inférieure de la face avant. Le bloc est, à l’origine, l’orthostate d’une autre base, dont la face droite est devenue, lors du remploi, la face supérieure supportant le bloc de couronnement.

50C’est en définitive au iie s. que ce type de bases composées est employé le plus fréquemment comme support de statues honorifiques. Dans le catalogue d’I. Schmidt, sur quatre-vingt-quatorze bases quadrangulaires composées qui portaient autrefois une statue honorifique, quatre-vingt-onze peuvent être ainsi datées dans le iie s.

Les bases à orthostates

L’époque classique et la haute époque hellénistique

  • 108 La grande base des Héros éponymes, longue de 15,70 m, sur l’Agora d’Athènes, était constituée d’un (...)

51Les bases à orthostates constituent une variante de bases rectangulaires composées particulièrement appréciée à l’époque hellénistique. Il s’agit de supports quadrangulaires, le plus souvent moulurés, composés d’un bloc de socle, de quatre orthostates qui supportent un bloc de couronnement, où est placée la statue. Le volume entre les blocs est souvent, mais pas toujours, occupé par un emplecton, qui assure la solidité du monument. Employées fréquemment pour les statues divines dès le ve s., les bases à orthostates sont utilisées pour les statues honorifiques dès le début du ive s.108.

  • 109 Burnett, Edmonson 1961; pour une tentative de restitution de la statue, cf. Buckler 1972.

52C’est sur un support de ce type que se dressait la statue de Chabrias sur l’Agora d’Athènes109. Treize fragments en sont conservés, qui appartiennent à trois plaques d’orthostates, soit les faces avant, gauche et droite. L’épaisseur des plaques varie de 0,085 m à 0,18 m. Les dimensions approximatives du socle, telles qu’on peut les restituer, en excluant le couronnement et la base, sont les suivantes: la hauteur est de 0,52 m, la largeur de 0,44 m et la profondeur de 1,08 m. C’est donc un support assez grand, qui de surcroît est décoré de reliefs: sous la dédicace de chaque corps de troupes et du Peuple de Mytilène est sculptée une couronne, qui commémore l’une de celles qui ont été décernées au général vainqueur d’Agésilas II à Thèbes en 378. La base à orthostates est donc ici un élément essentiel du monument honorifique, qui complète et explicite le message délivré par la statue.

  • 110 Schmidt 1995, p. 433-471, § VII du catalogue. La répartition par siècle est la suivante: pour le ii (...)
  • 111 IOlympia 303.
  • 112 Olympia II (1892), p. 158, pl. LXXXXIV. Hauteur: ca 1,12 m; longueur: ca 1,70 m; profondeur: ca 2,7 (...)
  • 113 IG XI 4, 1109; Durrbach 1921, p. 70, no 53; GD 4, fig. 40, E; Vallois 1923, fig. 2 et pl. IX 5.

53Ces bases, lorsqu’elles sont utilisées pour des monuments honorifiques, ne portent cependant, pour la plupart, pas de décor. C’est le cas notamment des bases de statues équestres, qui représentent une part importante des bases à orthostates d’époque hellénistique. En effet, sur les trente bases à orthostates pour statues honorifiques recensées dans le catalogue d’I. Schmidt, dix portaient des statues équestres110. Parmi celles-ci, les plus anciennes conservées sont la base pour le roi péonien Dropiôn à Olympie et celle pour Épigénès à Délos. L’inscription gravéesur le petit côté de la base de Dropiôn, qui se dresse au Nord du temple de Zeus, dans le prolongement de sa façade Nord, permet de dater le monument de 279/8111; le couronnement de cette base à orthostates n’est pas conservé, mais, étant donné l’allongement de la base, il est presque assuré qu’elle portait une statue équestre112. À la fin du même siècle à Délos, la base pour la statue équestre d’Épigénès, fils d’Andrôn, stratège d’Attale Ier, est installée à l’angle Sud-Ouest du portique Sud113.

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

  • 114 FD III 3, 122, fig. 10.
  • 115 FD III 1, 47, fig. 5; Pouilloux, Roux 1963, p. 37-40, fig. 10-11; SD 106.

54L’habitude d’installer les statues équestres sur les bases à orthostates perdure tout au longde l’époque hellénistique. Pour le iie s., les monuments équestres les plus fameux sont ainsi les statues des stratèges achéens à Delphes, celle d’Aristainos, fils de Timocadès, de Dymée, consacrée par la confédération achaienne devant le portique des Athéniens entre 199/8 et 186/5114, celle de Philopoemen, que la confédération fait ériger devant la niche anonyme, dans la première partie de la voie sacrée, sans doute en 183/2115.

Une base monumentale cylindrique

  • 116 Milet I 9, 306; pour une étude de la base et une hypothèse sur la statue qu’elle portait: Kästner 1 (...)
  • 117 Bohn 1885, p. 84-87, pl. XXXIX, XL et XLI (l’auteur ne considère que la consécration ultérieure du (...)
  • 118 Kästner 1991, p. 118-121, fig. 3, 4 et 6.
  • 119 Kästner 1991, p. 121-122, fig. 6-7.
  • 120 Noter que la base monumentale cylindrique sur la place de l’opisthodome à Delphes est sensiblement (...)

55Un monument honorifique exceptionnel, sans véritable parallèle, mérite ici un traitement séparé. Une statue du souverain attalide Eumène II a en effet été installée, dans le gymnase de Milet, sur une base cylindrique composée monumentale (fig. 24a). Huit assises de blocs composent cette base cylindrique, moulurée en haut et en bas, sur un soubassement à deux degrés. L’ensemble atteint 2,625 m pour un diamètre, mesuré au corps de la base, de 1,74 m. Seul un bloc du couronnement est conservé116. Ce monument, érigé durant l’hiver 167/6, évoque immédiatement, par son type singulier, le monument de victoire d’Attale Ier, consacré à Athéna au cœur du sanctuaire de la déesse à Pergame, lui aussi constitué de huit assises de blocs – vingt des quarante-quatre blocs qui composaient le monument sont conservés –, sur lequel était probablement installée, à l’origine, une statue colossale de la déesse, remplacée par une statue d’Auguste en 20117. Le monument pergaménien est bien plus imposant que celui du gymnase de Milet – sa hauteur est de 2,48 m et son diamètre à l’assise de couronnement est de 3,15 m – mais le type et la stéréotomie sont tout à fait similaires. La statue dorée d’Eumène II, mentionnée par le décret gravée sur la base de Milet, peut difficilement être restituée, car les deux blocs conservés du couronnement ne présentent aucune trace de fixation, à l’exception d’une mortaise oblongue, d’un diamètre de 0,05 à 0,06 m, sans doute destinée à fixer l’extrémité d’une lance118. Malgré la faiblesse de ces indices, V. Kästner propose d’y replacer le Prince des Thermes119 (fig. 24b), mais son argumentation a silentio demeure extrêmement fragile120.

Fig. 24. a. Base monumentale cylindrique de Milet. – b. Reconstitution hypothétique.

Fig. 24. a. Base monumentale cylindrique de Milet. – b. Reconstitution hypothétique.

Milet I 9, 306 ; Kotsidu 2000, fig. 72-73.

Les supports élancés

  • 121 Sur l’utilisation de ces types de bases en Attique à l’époque archaïque, cf. Kissas 2000, p. 108-24 (...)
  • 122 Trianti 1998; Holtzmann 2003, p. 65-66, fig. 43.
  • 123 Amandry 1953, p. 3-32, pl. II-XVII: la colonne atteignait 9,90 m et le monument dans son ensemble 1 (...)

56Les supports élancés de statues honorifiques se distinguent nettement de toutes les bases étudiées jusqu’à présent par leurs proportions. Ils sont en effet nettement plus hauts que larges et, la plupart du temps, leur hauteur égale, voire excède celle de la statue qu’ils portent. Ainsi, ces bases élancées permettent soit de porter à hauteur des yeux des statues que leurs dimensions rendraient sinon peu visibles, soit de percher très haut, à hauteur des figures d’acrotère des temples, des représentations ainsi magnifiées. Dans un cas comme dans l’autre, ces monuments élancés reprennent une tradition archaïque121. Il suffit pour s’en convaincre de songer au scribe Fauvel, dédié sur l’Acropole d’Athènes dans les années 510-500122, ou à la Sphinge des Naxiens à Delphes, probablement consacrée vers 570123.

Les colonnettes et les petits piliers honorifiques

57Quelques monuments, assez rares, témoignent d’une pratique honorifique méconnue, qui consiste à offrir à l’honorandus non une statue de taille naturelle ou grande, mais une statuette. Celle-ci est alors installée, pour compenser la modestie de l’œuvre, sur un haut support.

  • 124 Délos, musée, inv. E 269 + E 653; Marcadé 1974, p. 322-325, fig. 22.
  • 125 IG XI 4, 1201; Marcadé 1957, 124 r. v., pl. XLVII 2 (estampage). Il s’agit sans doute, d’après J. M (...)
  • 126 Marcadé 1974, p. 323-325, fig. 23.
  • 127 ID 1930; noter que cette statue complétait probablement un monument familial, puisque ID 1929 honor (...)

58À Délos par exemple, au Sud-Ouest de l’agora des Compétaliastes, au début du iiie s., une base cylindrique composée reprend le type de la colonnette votive archaïque (fig. 25). Un fût assez haut – 0,88 m –, placé sur une base moulurée haute de 0,24 m, est surmonté d’un couronnement, lui aussi mouluré, d’une hauteur de 0,19 m124, qui supportait une statuette en bronze. Le couronnement porte une inscription honorifique d’un père ou d’une mère pour son fils, dont les noms sont perdus. La signature de l’artiste, Télésinos d’Athènes, est cependant conservée et permet de dater le monument125. La base portait une statue de marbre de petite taille, dont un attribut rapporté était fixé dans une mortaise. Le type de la colonnette honorifique subsiste à Délos jusqu’au ier s., puisque la statue en bronze de petite taille de Mèdeios, fils de Mèdeios le Jeune, du Pirée, fut installée, en 94/3, sur une colonnette composée de trois éléments, haute de 2,165 m pour un diamètre maximal de 0,56 m126. Elle a été redressée à l’angle Nord-Est du Gymnase et porte la dédicace des ἀλειφόµενοι pour Mèdeios127.

Fig. 25. Colonnette honorifique de Télésinos à Délos.

Fig. 25. Colonnette honorifique de Télésinos à Délos.

Cliché EFA ; Délos, musée, inv. E 269 + E 653 ; Marcadé 1974, fig. 22.

Les στυλίδες

59Le cas des στυλίδες mérite une attention particulière, car c’est l’un des rares exemples où les textes épigraphiques et littéraires peuvent être étroitement associés aux realia archéologiques.

Les témoignages littéraires et épigraphiques

  • 128 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines III 22, 9; trad. J.-H. Sautel, CUF, 1999.

60L’unique source littéraire où le terme στυλίς renvoie à une colonne honorifique sont les Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse. À la fin du récit qu’il propose de la légende des Horaces et des Curiaces, dans son évocation des monuments qui perpétuent le souvenir de ce combat, l’historien écrit128:

ἕτερον δὲ τῆς ἀρετῆς ἣν ἐπεδείξατο κατὰ τὴν µάχην µαρτύριον ἡ γωνιαία στυλίς, ἡ τῆς ἑτέρας παστάδος ἄρχουσα ἐν ἀγορᾷ, ἐφ’ἧς ἔκειτο τὰ σκῦλα τῶν Ἀλβανῶν τριδύµων. Τὰ µὲν οὖν ὅπλα ἠφάνισται διὰ µῆκος χρόνου, τὴν δ’ἐπίκλησιν ἡ στυλὶς ἔτι φυλάττει τὴν αὐτήν, Ὁρατία καλουµένη πίλα.

Un second emplacement témoigne de la vaillance dont il fit preuve au combat: la colonne d’angle qui commande l’un des deux portiques du Forum et sur laquelle étaient fixées les dépouilles des trois frères albains. Les armes en vérité ont disparu avec le temps, mais la colonne garde encore sa même appellation: on la nomme le «Pilier d’Horace».

  • 129 Sautel 1999, p. 137-138.

61La colonne ici est bien honorifique, dans la mesure où les dépouilles ennemies – sans doute des armes et des boucliers – commémorent la gloire d’Horace, mais ce n’est pas un monument isolé et elle ne porte pas de statue: elle s’intègre dans la colonnade d’un portique du forum, sans doute à l’angle Sud-Ouest de la basilique Émilienne ou au Nord-Est de la basilique Julienne, comme le suggère J.-H. Sautel dans le commentaire de ce passage129. Il ne s’agit donc pas, contrairement aux στυλίδες attestées par l’épigraphie, d’un monument isolé.

  • 130 Il faut leur ajouter un décret de Chios, probablement au tout début de l’époque impériale, en l’hon (...)
  • 131 IK 36, 29: l’expression ἐπὶ στυλίδος µαρµαρίνης (l. 12) est entièrement restituée, sans que l’auteu (...)
  • 132 IPergamon 246 (OGIS 332), l. 9-10 (138-133).
  • 133 SEG XXXIII 1039, l. 29-32 et 39-41 (financement du monument par Archippè; après 129).
  • 134 Robert, Robert 1989, p. 11-17, col. V, l. 43-47 (130-110).
  • 135 MDAI(A) 32 (1907), p. 243, no 4, l. 24-32 (75-50).

62Cinq inscriptions seulement mentionnent de tels monuments130. Encore un doute subsiste-t-il sur le type exact de la base qui portait la statue évoquée par une inscription de Tralles131. Cet exemple douteux mis à part, les statues dressées sur des colonnes sont attestées uniquement dans les honneurs accordés aux rois ou aux grands bienfaiteurs de la basse époque hellénistique: Attale III à Pergame132, Archippè à Kymè133, Polémaios à Claros134 et enfin Diodôros Pasparos à Pergame135. Ce dernier exemple explicite ce que les autres inscriptions ne laissent que deviner, à savoir que la base en forme de colonne est souvent associée à une statue en bronze doré. La hauteur de la colonne, alliée à l’éclat de la statue, donne à ces représentations honorifiques un caractère surhumain. Il n’est rien d’étonnant à ce que les exemples se concentrent à l’époque hellénistique tardive, où les notables locaux suppléent les défaillances des rois et exigent en retour les honneurs hyperboliques autrefois réservés à ces derniers.

  • 136 Le monument d’Octave semble toutefois emprunter également à la tradition romaine, si l’on en croit (...)
  • 137 Appien, Guerres civiles V 130.

63Rien d’étonnant non plus à ce que cette forme soit reprise par Octave, au lendemain de sa victoire sur Sextus Pompée, à la bataille de Nauloque en 36136. C’est du moins ce que l’on croit pouvoir conclure des témoignages concordants d’un passage d’Appien et d’une émission monétaire contemporaine de la bataille. Appien relate en effet les honneurs accordés à Octave après la victoire de la façon suivante137:

Ἐκ δὲ τῶν ἐψηφισµένων τιµῶν ἐδέχετο ποµπήν ἐτήσιόν τε ἱεροµηνίαν εἶναι, καθ’ἃς ἡµέρας ἐνίκα, καὶ ἐπὶ κίονος ἐν ἀγορᾷ χρύσεος ἑστάναι µετὰ σχήµατος οὗπερ ἔχων εἰσῆλθε, περικειµένων τῷ κίονι νεῶν ἐµβόλων. Καὶ ἕστηκεν ἡ εἰκών, ἐπιγραφὴν ἔχουσα ὅτι «Τὴν εἰρήνην ἐστασιασµένην ἐκ πολλοῦ συνέστησε κατά τε γῆν καὶ θάλασσαν».

Parmi les honneurs qui lui furent votés il acceptait une procession, une célébration annuelle aux jours anniversaires de ses victoires, et l’installation d’une statue dorée sur le forum, vêtue des habits qu’il portait lors de son entrée, au sommet d’une colonne, où seraient exposées les rostres des navires [pris à l’ennemi]. Et l’on installa la statue, qui portait l’inscription: «la paix malmenée depuis longtemps, il l’a rétablie sur terre comme sur mer».

  • 138 Hallett 2005, p. 98, pl. 47.

64Ce monument est représenté sur des deniers d’argent frappés entre 35 et 29 portant, au droit, une effigie d’Octave lauré et, au revers, la représentation d’une colonne hérissée de rostres sur laquelle se dresse une statue masculine nue, une simple chlamyde jetée sur l’épaule gauche, s’appuyant de la main droite sur une lance et tenant contre le flanc gauche un glaive138. Ce monument réalise une synthèse entre tradition grecque et romaine: en effet, comme la colonne d’Horace évoquée par Denys d’Halicarnasse, la columna rostrata d’Octave est ornée des dépouilles ennemies, mais à la manière des colonnes d’Asie Mineure, elle est surmontée d’une statue de bronze doré, qui appartient de surcroît à un type courant pour les représentations de souverains hellénistiques.

L’époque classique et la haute époque hellénistique

  • 139 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 839 B: Ἔπειτα Πλαθάνην τὴν Ἱππίου τοῦ ῥήτορος γυναῖκα ἠγάγε (...)
  • 140 Pausanias, I 18, 7-8.
  • 141 Athénée, Les Deipnosophistes XII 591 b.
  • 142 Dion de Pruse, XXXVII 28.

65L’unique mention littéraire d’une στυλίς honorifique appartient donc au contexte romain. Toutefois, les sources littéraires attestent l’existence de statues honorifiques sur colonnes – désignées par le terme de κίων – dès le ive s., en Attique et à Delphes. Le Pseudo-Plutarque mentionne ainsi une statue d’Isocrate érigée sur une colonne dans l’Olympieion par son fils adoptif Aphareus139. Le texte de Pausanias, qui mentionne la statue, suggère que le monument en l’honneur d’Isocrate se dressait non loin du sanctuaire de Gè Olympia140, lié à la légende du fondateur mythique du sanctuaire, Deucalion. La statue honorifique du richissime orateur occupait donc un emplacement particulièrement sacré et dominait probablement un espace dégagé, car le principal lieu de culte à cet endroit est une simple faille dans la roche. Un peu plus tard au cours de ce siècle, si l’on en croit les témoignages d’Athénée141 et de Dion de Pruse142, la statue en bronze doré de Phrynè, œuvre de Praxitèle – probablement une dédicace privée –, est érigée à Delphes sur une colonne. Il est difficile de déterminer les dimensions de ces deux monuments en l’absence de vestiges archéologiques, mais, si les statues étaient de taille naturelle ou grande, la colonne devait être suffisamment large et haute pour ne pas paraître soit trop grêle pour le poids de la statue, soit disgracieusement trapue.

  • 143 Hoepfner 1971, p. 1-54; pour la date, p. 51-53; Hintzen-Bohlen 1992, p. 77-81; on peut rapprocher c (...)
  • 144 Hauteur des colonnes (sans les statues): 8,393 m; hauteur totale du monument (sans les statues): 9, (...)
  • 145 Hoepfner 1971, Beilage 1.

66L’utilisation de colonnes comme supports de statues honorifiques est également attestée à l’époque des Diadoques, à Olympie. En effet, peu avant 270, Callicratès, fils de Boiscos, amiral de la flotte lagide, consacre à Ptolémée II et Arsinoé II un monument très original143 (fig. 4, p. 93): devant le portique d’Écho en bordure Est de l’Altis, ont été mises au jour les fondations d’une très grande base, longue de près de 20 m; à ses extrêmités se dressaient deux colonnes honorifiques144 et au centre avait été aménagée une exèdre. La hauteur totale de ce monument singulier, statues comprises, atteignait à peu près 11,40 m. Il dominait donc assez largement le portique d’Écho – du reste inachevé au moment de l’installation du monument ptolémaïque –, dont le toit, à son bord, s’élevait à 7,50 m. La correspondance visuelle entre les deux statues ptolémaïques et les acrotères d’angle des temples d’Héra et de Zeus, suggérée par W. Hoepfner145, demeure théorique, dans la mesure où le bois sacré de l’Altis s’interposait entre les temples et le portique. Ce monument à deux colonnes est néanmoins unique dans le monde grec, distinct aussi bien des monuments distyles de Delphes ou de Délos que des colonnes simples de Claros. Faut-il, avec W. Hoepfner, voir dans ce type de monument une imitation des obélisques doubles en Égypte ou invoquer un monument macédonien non préservé dont ce monument imiterait la forme ?

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

  • 146 Soulignons que la base pour Polémaios n’est pas dans l’axe des seconds propylées, réalisés au ier s (...)
  • 147 Hauteur conservée: 1,09 m; longueur et profondeur max.: 1,48 m.
  • 148 Pour une étude architecturale complète du monument: Étienne, Varène 2004, p. 135-142, fig. 83-88.
  • 149 D’après les comptes de l’Érechtheion, la simple taille des cannelures d’une colonne ionique revient (...)
  • 150 Robert, Robert 1989, p. 17, col. V, l. 48-53 et p. 61.

67Les vestiges du sanctuaire de Claros, en Ionie, permettent de se faire une idée assez précise de l’aspect des στυλίδες au iie s. À l’Est de la voie sacrée, au Nord des propylées146, dans le prolongement du nu du degré inférieur Est de la crèpis des propylées du sanctuaire, a en effet été retrouvée la base, qui, sur les faces avant et droite, portait l’inscription en l’honneur de Polémaios. Cette base147, dont manque le couronnement, portait une colonne ionique dont un tambour et le chapiteau ont été conservés148. À partir de ces vestiges, R. Étienne et P. Varène proposent de restituer une colonne haute de 6,60 m environ, base et statue exclues, ce qui suggère une hauteur d’environ 10 m pour l’ensemble du monument. Comme le montre le dessin de restitution de la publication, la statue de bronze doré de Polémaios s’élevait à la hauteur de l’entablement des propylées du sanctuaire. C’est donc, visuellement, la position d’un acrotère qu’occupait la statue du bienfaiteur de Colophon. Si la base est mentionnée dans l’inscription gravée, c’est que le coût d’une colonne ionique cannelée n’est pas négligeable dans le budget final du monument149. Or, le monument de Polémaios est entièrement financé par le Peuple de Colophon150, qui a prévu un budget spécifique pour la colonne.

  • 151 Étude architecturale du monument: Étienne, Varène 2004, p. 93-104, fig. 52-62 et 64; étude de l’ins (...)
  • 152 Robert, Robert 1989, p. 65-66, col. III, l. 18-51 et p. 102-104.
  • 153 Moretti 2009, p. 358.

68Il est intéressant, à cet égard de comparer le monument de Polémaios avec celui de Ménippos, fils d’Apollônidès, élevé dans le même sanctuaire à la même époque151 (fig. 26). Occupant un emplacement bien en vue, à l’angle Sud-Est du temple d’Apollon, entre le monument d’Antiochos III et le premier degré de la crèpis, le monument honorifique de Ménippos était lui aussi, selon R. Étienne et P. Varène, une colonne ionique, haute de 7,75 m, base et statue exclues, soit une hauteur totale d’un peu plus de 11 m. Or, l’inscription portée sur la base, dont les décisions sont entièrement conservées, ne fait aucune mention du support de la statue de bronze doré dont le Peuple de Colophon gratifie Ménippos152. L’explication en paraît évidente: comme Ménippos choisit d’assumer personnellement les frais pour l’installation de sa statue de bronze, il n’est pas nécessaire pour la cité d’en prévoir le budget. Le choix d’une colonne est peut-être une initiative de Ménippos, sur autorisation de la cité, pour conférer une distinction supplémentaire à son monument, d’autant plus grande qu’au moment où la colonne est érigée, la péristasis du temple d’Apollon n’est pas encore réalisée et que seuls le sèkos et la crypte oraculaire ont été bâtis153.

Fig. 26. Élévation restituée de la colonne honorifique de Ménippos au sanctuaire de Claros.

Fig. 26. Élévation restituée de la colonne honorifique de Ménippos au sanctuaire de Claros.

Relevé EFA ; Étienne, Varène 2004, fig. 64.

  • 154 Étienne, Varène 2004, p. 117.
  • 155 Étude architecturale du monument: Étienne, Varène 2004, p. 117-123, fig. 71-76; inscription en l’ho (...)
  • 156 Bonne illustration de la rasura: Ferrary 2000, p. 361, fig. 11.
  • 157 Moretti 2009, p. 358; la cargaison de l’épave de Kızılburun, dans laquelle a été retrouvée une colo (...)

69C’est sans doute une génération plus tard à peine qu’est érigée dans le sanctuaire de Claros, à l’Ouest de la voie sacrée, à quelques mètres au Sud de l’exèdre dite des magistrats romains – dont l’installation date probablement de la première moitié du iie s.154 – une nouvelle στυλίς, dont le chapiteau, raffinement supplémentaire, est corinthien155. Le premier bénéficiaire de ce monument est inconnu, car la dédicace originelle a été martelée pour graver une seconde inscription honorifique156. Sur des critères stylistiques, R. Étienne et P. Varène situent toutefois la première consécration du monument dans la première moitié du ier s. La colonne sur son dé et la statue atteignaient ensemble près de 11 m. Cinquante ans environ après son installation dans le sanctuaire, le monument change de destination: c’est désormais en l’honneur de Sextus Appuleius, proconsul d’Asie en 24 ou 23, que se dresse la colonne surmontée d’une statue. C’est ainsi à peu de frais que le Peuple de Colophon remercie les bienfaits du dignitaire romain, qui a sans doute pris une part active à la construction de la colonnade du temple d’Apollon157.

  • 158 Thompson H. A. 1950, p. 318, pl. 100 a et c.

70La tradition des colonnes honorifiques se poursuit également à Athènes au ier s. Devant l’extrémité Nord du portique d’Attale ont en effet été retrouvés quatre tambours non cannelés d’une colonne en marbre de l’Hymette, qui était probablement surmontée, comme les monuments chorégiques, d’un chapiteau corinthien158. L’ensemble – sans le chapiteau – atteint 7,19 m pour un diamètre inférieur de ca 0,88 m et un diamètre supérieur de ca 0,75 m. Le tambour inférieur porte une inscription honorifique inachevée par laquelle le Peuple d’Athènes honore Quintus Lutatius, fils de Quintus. Il s’agit peut-être de Quintus Lutatius Catulus, consul en 78, qui a accompagné Sylla en Grèce, sans que l’on puisse préciser pour quel bienfait ce personnage est honoré à Athènes.

  • 159 Habicht 2009.

71On peut enfin mentionner la colonne ionique trouvée dans le théâtre de Nysa, qui portait la statue, sans doute érigée entre 48 et 47, du propréteur Cn. Domitius Calvinus, patron de la cité159. Elle fournit un exemple supplémentaire de l’utilisation, pour honorer des magistrats romains, de ce prestigieux type de base.

Les piliers

  • 160 Jacquemin, Laroche 1986; Moreno 1995, cat. 4.26, p. 180-185.
  • 161 Goette 1990a.

72Les piliers honorifiques constituent un support de statues caractéristique de l’époque hellénistique, et plus précisément de la fin du iiie s. et du iie s. En effet, le plus ancien pilier honorifique dont la date puisse être fixée avec précision est le monument d’Attale Ier à Delphes, qui portait sans doute une statue équestre ou un quadrige. Ces piliers ont toutefois des prédécesseurs votifs, notamment à Delphes, où se dressait, à l’Est de l’autel de Chios et du trépied de Platées, le char du Soleil dédié par les Rhodiens, œuvre probable de Lysippe160. Ce prestigieux monument a sans doute influencé les pratiques honorifiques dans le sanctuaire: sur la terrasse du temple sont ainsi installés au iie s., outre le pilier d’Attale Ier, ceux d’Eumène II, de Prusias et de Paul-Émile. Des statues attalides se dressent probablement sur des piliers à Athènes, devant les propylées, à l’angle Nord-Est du Parthénon et peut-être au Dipylon161.

  • 162 Tiede 1990, p. 223-237.
  • 163 Habicht 1990.

73Ce type de monument paraît également avoir été privilégié comme support des statues du Peuple romain. À Samos, par exemple, sont conservés sept blocs d’un pilier de type singulier162, dont six ont été découverts en remploi comme socles de colonnes dans la basilique construite sur l’autel de l’Héraion (fig. 27). En marbre local blanc veiné de gris, ils permettent de reconstituer un pilier haut d’au moins 7,384 m pour une largeur inférieure de 0,923 m. Ce pilier très élancé était orné d’un chapiteau décoré sur ses quatre faces: de grandes palmettes surmontent un astragale à l’avant et à l’arrière, tandis que sur les faces latérales se succèdent de bas en haut un astragale, un kymation lesbique, une frise de lotus et de palmettes et un kymation ionique. À mi-hauteur est gravée l’inscription suivante, en lettres de 0,04 m environ163:

Le Peuple de Samos (a consacré) le Peuple de Rome en raison de sa valeur et de sa bienfaisance envers lui à Héra.

Fig. 27. Restitution du pilier samien pour le Peuple de Rome.

Fig. 27. Restitution du pilier samien pour le Peuple de Rome.

Tiede 1990, p. 235, fig. 12.

  • 164 IKaunos 89; Işik 1994, p. 138-144, fig. 1-11, fig. 1-7.
  • 165 Rome, via della Dataria, dans une niche du mur de terrasse du Quirinal; L. Canciani, LIMC VII (1994 (...)
  • 166 Augsbourg, Musée romain, inv. 696; L. Canciani, LIMC VII (1994), p. 440, s.v. «Populus, Populus Rom (...)

74Chr. Habicht lie cette dédicace au règlement, favorable aux Samiens, des affaires d’Asie Mineure par les autorités romaines en 188. Cette statue honorifique serait alors la plus ancienne représentation du Populus Romanus dans le monde grec. Le couronnement n’est pas conservé, mais un bloc inscrit de Caunos fournit des données supplémentaires sur la typologie des statues du Peuple romain164. Le couronnement d’un pilier qui se dressait sur l’agora du port portait en effet la personnification en bronze du Peuple de Rome, dédiée par le Peuple de Caunos; les mortaises permettent de restituer une statue légèrement tournée vers sa droite, le pied droit avancé, le gauche en fort retrait ne reposant sur le sol que par la pointe. Une mortaise contre le bord gauche indique que le bras droit s’appuyait sur une lance ou un sceptre. La statue était nettement colossale, car l’empreinte du pied droit mesure 0,447 m, ce qui suggère une hauteur de plus de 2,80 m. Le poids en était si important que l’on a jugé bon d’étayer le talon du pied gauche. Bien qu’elles ne soient véritablement connues que pour l’époque impériale, les représentations du Genius Populi Romani – notamment une statue de marbre d’époque claudienne, complétée avec une tête d’Auguste qui ne lui appartient pas, dans une niche du mur de terrasse du Quirinal165, ou une applique de bronze conservée au musée d’Augsbourg, peut-être de l’époque de Tibère166 – fournissent des parallèles possibles pour la restitution de la statue de Caunos. Le Genius Populi Romani est représenté sous les traits d’un jeune homme athlétique en contrapposto, le bas du corps et l’épaule gauche couverts par une chlamyde. La main gauche maintient une corne d’abondance au creux du bras et la main droite peut ou non s’appuyer sur une lance. La tête, tournée vers la droite ou vers la gauche, est juvénile et la coiffure en anastolè évoque les représentations d’Alexandre. Ce type est compatible avec ce que l’on observe sur le bloc de couronnement du pilier de Caunos; néanmoins, ces œuvres impériales, inscrites dans un contexte culturel romain, ne peuvent être transposées qu’avec prudence à l’époque hellénistique, en contexte grec, où fait défaut tout indice sur l’iconographie du Peuple romain.

Une base de type exceptionnel

  • 167 Vue d’ensemble et de détail du monument: ILindos 169, fig. 1-6, 498.
  • 168 Lindos III, p. 56, n. 58, fig. III, 28.
  • 169 Lindos III, p. 72, fig. III, 27.
  • 170 L’idée est pour la première fois évoquée par E. Assmann (cf. AA [1907], p. 415), mais rejetée par C (...)
  • 171 IOlympia 186.
  • 172 IG XII 1, 87, 104; ILindos 147-148, 150, 155, 159, 169, 199, 203; Tit. Calymnii 21, 44, 281; Puglie (...)

75Au pied de l’escalier menant à l’acropole de Lindos, immédiatement à droite d’une exèdre semi-circulaire présentant en son centre une base ou un autel, est taillé dans le rocher un relief représentant la poupe d’un bateau de guerre167 – une triémiolie selon Chr. Blinkenberg – qui porte une inscription honorifique du début du iie s. pour Hagèsandros, fils de Mikiôn.Une statue de bronze en contrapposto était fixée au-dessus de l’inscription168. Sur le pont du navire, tout à fait à droite, est installé un fauteuil, dont les flancs sont ornés d’ailes stylisées et à l’arrière duquel est représentée une figure féminine en péplos, coiffée d’un calathos, dans un décor évoquant un naiskos169. Enfin, une couronne est représentée sur la carène du navire,sous le siège. Les trois éléments – statue, couronne et fauteuil – pourraient être la traduction iconographique des honneurs accordés à Hagèsandros, même si l’interprétation du fauteuil comme siège de proédrie est contestée170. L’ensemble du relief était peint: des traces de couleur rouge étaient encore visibles au moment de la découverte. La statue, et sans doute le relief,sont l’œuvre du sculpteur Pythocritos, fils de Timocharis, de Rhodes, qui a signé une statue honorifique publique d’athlète à Olympie171 et quinze statues à Rhodes172, dont seule celle d’Hagèsandros est une statue honorifique publique. Les autres sont des représentations privées, dédiées soit par des prêtres en sortie de charge, soit par des membres d’une famille pour honorer l’un des leurs.

  • 173 IGBulg I2 388bis, l. 35-38.
  • 174 Noter que la composition du monument d’Hagèsandros, monument en forme de poupe de navire flanquant (...)

76La position de la statue sur la base est intéressante: elle ne se présente pas face au spectateur, mais de profil, tournant le dos à la proue, comme pour accompagner le mouvement du vaisseau quittant le port. Il y a donc toute chance qu’Hagèsandros, fils de Mikiôn, ait été un général vainqueur, sans que l’on puisse déterminer les circonstances exactes de cette victoire. Cette mise en situation narrative est rarissime pour les statues honorifiques: un seul décret, provenant d’Istros, contemporain du monument d’Hagèsandros, prévoit l’installation d’un monument comparable, mais en ronde bosse173. Ces deux exemples prouvent que les monuments en forme de proue de navire, loin de supporter tous des Nikai, servaient également de support à des représentations honorifiques174.

Les bases de groupes statuaires honorifiques

  • 175 ILabraunda 134, l. 3-7; Isager, Karlsson 2008; Isager 2011.
  • 176 SEG XXXIII 1041, l. 1-4; le décret de Mesembria IGBulg I2 320 de la fin du ier s. av. J.-C. ou du d (...)
  • 177 Pétrakos 1997, 294, l. 20-25.
  • 178 Comme dans le cas de la statue équestre d’Eumène II, de celles en pied de sa mère Apollonis, de ses (...)

77Si l’on excepte un décret de Mylasa pour le stratège Olympichos, qui prévoit l’installation, sur une base, d’un groupe sculpté représentant le bienfaiteur couronné par une statue colossale du Peuple de Mylasa175, l’un des décrets pour Archippè de Kymè au milieu du iie s., qui spécifie que les statues de la bienfaitrice, de son père Dicaiogénès et du Peuple doivent être érigées sur une base commune176, ainsi que le décret d’Oropos pour Eubiotos, fils de Dèmogénès, et pour son fils, dont la formulation invite à penser que les statues de ces deux personnages sont installées, elles aussi, sur un socle unique177, jamais les décrets honorifiques ne font spécifiquement mention de groupes sculptés, devant être installés sur le même support. Tout au plus peut-on supposer que les statues accordées collectivement aux membres d’une famille royale sont placées de cette façon178. L’archéologie vient, une nouvelle fois, corriger l’impression produite par les décrets. Des supports collectifs très variés servent en effet à présenter ensemble les statues des membres d’une famille ou de personnages honorés pour des motifs similaires. Les monuments familiaux associent parfois représentations publiques et privées, ce qui permet de faire rejaillir les honneurs accordés à un bienfaiteur sur l’ensemble de sa lignée; le prestige public devient ainsi prestige familial. Les groupes de statues honorifiques ne sont donc pas seulement une variante de présentation; bien souvent, ils mettent au premier plan une famille dans la cité, quand cette dernière, idéalement, ne voudrait promouvoir que des citoyens.

Les groupes paratactiques

  • 179 Cf. supra p. 51-53.
  • 180 Sur la carrière et la famille de ce sculpteur olynthien, devenu citoyen athénien, cf. Habicht 1992- (...)
  • 181 IG II2 3829; sur les problèmes généalogiques posés par ce groupe sculpté, cf. Löhr 2000, p. 139-142 (...)
  • 182 IG II2 3253-3256.
  • 183 IG II2 3284.
  • 184 Reinmuth 1971, no 9.
  • 185 Il existe cependant peut-être des monuments familiaux similaires sur l’Acropole dès la première moi (...)

78Le degré le moins élaboré dans la composition d’un groupe honorifique consiste à juxtaposer plusieurs bases. Ce dispositif est connu dès l’époque archaïque, comme en témoigne notamment le groupe de Généléos à Samos (fig. 1, p. 52)179. Le premier groupe de ce type incontestablement honorifique est l’offrande de Pandaitès et de Pasiclès, œuvre de Sthennis180 et de Léocharès sur l’Acropole d’Athènes, qui se composait de trois statues féminines et de deux statues masculines en bronze181 et dont la base consiste en cinq blocs quadrangulaires de faible hauteur – 0,33 m –, d’une longueur variant entre 0,85 et 0,99 m (soit une largeur totale de 4,57 m) et d’une épaisseur de 0,73 m (fig. 28). On ignore malheureusement où se dressait précisément ce monument sur l’Acropole. Son remploi pour un groupe de statues de membres de la famille impériale en 4 apr. J.-C., comprenant les statues d’Auguste, de Tibère, de Germanicus et de Drusus182, auxquelles a été ajoutée, au début du iie s. apr. J.-C., une statue de Trajan183, suggère en effet que le monument a été déplacé. Le groupe originel, réalisé après 348, se composait de cinq statues, qui représentent les membres d’une fratrie – Pandaitès, Myrôn et leur sœur Aristomachè – de part et d’autre de leurs parents – Pasiclès et Timostratè. Le groupe est complété par une représentation de Lysippè, épouse du dédicant Pandaitès. Ce dernier est le seul qui soit connu par ailleurs. Il apparaît en effet comme λοχαγός – c’est-à-dire comme chef de détachement – dans une inscription honorifique datée de 333/2184. Pour son action militaire, dont les circonstances précises nous sont inconnues, la tribu Léontis lui accorde une couronne d’or et le droit de consacrer une offrande. Ce dernier point est particulièrement intéressant, car il fournit une preuve supplémentaire que, au ive s., la dédicace d’offrandes fait l’objet d’un contrôle de la cité: la famille de Pandaitès, fils de Pasiclès est donc particulièrement influente pour obtenir l’autorisation d’ériger un monument d’une telle ampleur sur l’Acropole185.

Fig. 28. Monument de Pandaitès et de Pasiclès sur l’Acropole.

Fig. 28. Monument de Pandaitès et de Pasiclès sur l’Acropole.

IG II2 3829 ; Krumeich, Witschel 2010, pl. 10, fig. 18.

  • 186 Blinkenberg 1941, col. 267-271, no 56.

79Ce monument, pour original qu’il puisse paraître, a des parallèles précis dans d’autres cités et sanctuaires grecs, notamment à Rhodes: six blocs quadrangulaires non moulurés de marbre de Lartos, trouvés dans l’abside de l’église Saint-Jean sur l’acropole de Lindos ou à ses abords immédiats, portaient autant de statues de bronze, représentant les membres de la famille du dédicant, Polyclès, fils de Polycratès, prêtre de Poséidon Hippios en 317 et d’Athéna Lindia vers 313186. Les blocs de la base de ce groupe paratactique sont certes plus hauts – 0,584 m – que ceux du groupe de Pandaitès sur l’Acropole d’Athènes, mais le support demeure simple et discret. Le groupe se déployait par ailleurs sur une largeur plus grande encore – 6,548 m. Significativement, Polyclès, fils de Polycratès, dédie dans la même période trois statues divines sur l’acropole de Lindos, l’une de Zeus, l’autre d’Athéna Lindia, la dernière d’Apollon Pythien. Les représentations honorifiques dédiées par Polyclès, mêlées aux statues divines, témoignent de la proximité entre les genres honorifique et votif.

  • 187 Cf. infra p. 276-280, 307-310.

80Un même entremêlement des aspects votif et honorifique caractérise le monument consacré en 336 par Daochos à Delphes. Ce monument exceptionnel, étudié en détail un peu plus loin, est lui aussi présenté sur des bases monolithes juxtaposées187.

  • 188 IG XII 6, 281.

81À l’Héraion de Samos, une base de la fin du ive s. présente un dispositif similaire, bien que le groupe soit plus réduit188: elle portait la statue d’Épicouros, fils de Zénôn, flanquée à sa gauche de la représentation d’un membre de sa famille, dont le nom n’est pas préservé. Le groupe était placé sur une grande base de marbre bleuté, quadrangulaire et non moulurée, dont la hauteur atteint 0,59 m, la largeur et la profondeur conservées, respectivement 0,94 et 0,76 m.

  • 189 Ce type de monument pour des couples existe sur l’Acropole d’Athènes dès le ive s.; les noms des pe (...)
  • 190 Kavvadias 1891, no 251; IG IV2 243; hauteur: 0,29 m; longueur: 1,58 m; profondeur: 0,59 m; on retro (...)

82La seconde moitié du ive s. est donc marquée par l’apparition, encore sporadique, de groupes honorifiques paratactiques, installés dans les grands sanctuaires. Les groupes plus réduits, notamment les représentations de couples, sont souvent placés également sur un support unique189. C’est le cas à Épidaure, par exemple, de la base pour les statues de Hiarônymos, fils d’Acryptidas, et de son épouse Aristagora, fille de Dôrieus, dédiées par leurs deux fils à Asclépios et signées par les sculpteurs argiens Athènogénès et Labréas190. Érigées à la fin du iiie s., ces statues, fait rare, étaient assises.

  • 191 Tit. Calymnii 123, pl. LXXII.
  • 192 Tit. Calymnii 79, col. B, l. 38.
  • 193 Tit. Calymnii 125, pl. LXXIII; 127, pl. LXXIV par exemple.
  • 194 FD III 4, 176.
  • 195 Foucart 1910, p. 146, fig. 1.

83À Calymnos ont été retrouvées plusieurs bases de groupes statuaires du début de la période hellénistique qui correspondent également à ce type. On peut ainsi mentionner une grande base de tuf, remployée dans l’église du Christ, haute de 0,59 m, longue de 1,62 m et profonde de 0,73 m. Non moulurée, elle portait les statues de bronze d’un couple, Aratophantos, fils d’Aristolas et Aristion, fille de Hiérophôn191. Aristophantos est connu par un décret de la fin du ive ou du début du iiie s. qui sanctionne un procès entre les citoyens de Calymnos et lesfils de Diagoras de Cos, où Aristophantos a défendu ses concitoyens192: ce sont peut-être ses services qui lui ont valu l’autorisation de dresser dans l’espace public sa statue et celle de son épouse. La tradition des bases doubles, pour un couple ou pour deux membres d’une même famille, se maintient à Calymnos pendant tout le iiie s. et le formulaire des inscriptions gravées sur les bases devient alors purement honorifique193. Le modèle de ces groupes réduits est peut-être à rechercher dans les groupes sculptés honorant les dynastes cariens au ive s. On songe en effet au groupe en bronze d’Idrieus et d’Ada, dédié par les Milésiens à Delphes194, placé sur une base quadrangulaire simple sans moulure, haute de 0,35 m, large de 1,41 m et profonde de 0,75 m, et qu’une stèle trouvée à Tégée permet de restituer195.

Les bases à orthostates supportant des groupes sculptés

L’époque classique et la haute époque hellénistique

  • 196 Pasquier 2007, p. 48-49, no 1.
  • 197 Meritt, Woodhead, Stamires 1957, p. 203-206, no 51, fig. 2-3, pl. 51; Thompson, Wycherley 1972, p.  (...)
  • 198 Hauteur: 0,84 m; longueur: 1,575 m; épaisseur: 0,18-0,285 m.

84Les bases à orthostates, que nous avons étudiées comme supports de statues honorifiques isolées, pouvaient également servir de socles aux groupes statuaires. Ainsi, les statues de Spoudias et de son épouse Cléiocrateia, œuvres de Praxitèle, dédiées probablement dans l’Éleusinion d’Athènes vers 360-350, se dressaient sur une base à orthostates196 (fig. 29a-b). De cette grande base – hauteur: 0,674 m; largeur: 1,35 m; profondeur: 0,665 m – sont conservés la plaque avant et le retour gauche, qui ont la particularité d’être travaillés dans un seul bloc. Des bases similaires de l’Éleusinion prouvent que la dédicace de statues de couples sur une base à orthostates est une tradition dans ce sanctuaire au ive s.; en témoigne ainsi encore la base – dont sont conservés la plaque avant et le retour droit – des statues de Physteus et de Peisicrateia, dédiées à Déméter et à Coré par leur fils Dèmopeithidès peu après le milieu du ive s.197. Là encore, il s’agit d’un socle aux dimensions importantes198, qui donne au groupe un caractère monumental impressionnant dans ce sanctuaire des pentes de l’Acropole, dont la taille était probablement relativement modeste.

Fig. 29. Base de l’Éleusinion d’Athènes pour Cléiocratéia, signée Praxitèle : a. vue d’ensemble ; b. détail de l’inscription.

Fig. 29. Base de l’Éleusinion d’Athènes pour Cléiocratéia, signée Praxitèle : a. vue d’ensemble ; b. détail de l’inscription.

a. Athènes, musée de l’Agora, inv. I 4165 ; courtesy of the American School of Classical Studies at Athens ; b. cliché de l’auteur.

  • 199 GD 31.
  • 200 Courby 1912, p. 74-83, fig. 94-105; Schmidt 1995, p. 435-436, cat. VII. 4, fig. 91-92.
  • 201 Schmidt-Dounas 2000, p. 109 émet l’hypothèse que n’étaient pas seulement représentés sur la base de (...)
  • 202 Sur ce type de monuments, cf. supra p. 85-96.

85Au iiie s., est installée dans le sanctuaire d’Apollon à Délos l’une des plus imposantes bases à orthostates pour un groupe de représentations individuelles: le monument des Progonoi, qui se dresse devant le portique d’Antigone. L’étude architecturale de ce monument199, probablement dédié par Antigone Gonatas en même temps que le portique devant lequel il se dresse, permet de restituer un long socle de près de 21 m, constitué de trois assises, atteignant 1,25 m en hauteur, 1,515 m en profondeur dans sa partie inférieure, 1,01 m dans sa partie supérieure200. Les orthostates profonds de ca 0,364 m laissaient entre eux un espace vacant de ca 0,148 m, dont on ne sait s’il était comblé. Le long socle ainsi constitué portait sans doute vingt et une statues, groupe impressionnant qui dépasse le simple cadre honorifique. En effet, Antigone n’a pas seulement cherché à mettre en valeur des personnages vivants, mais également à exalter l’ensemble de son lignage. Monument à la gloire des Antigonides201, le monument des Progonoi promeut également les bienfaits de Gonatas pour le sanctuaire. Il redouble la dédicace du portique devant lequel il se dresse, lui donnant une visibilité supplémentaire. En ce sens, si le monument des Progonoi de Délos s’inscrit dans la tradition des groupes dynastiques, tel celui de Daochos à Delphes un demi-siècle auparavant, il témoigne également de la volonté des souverains hellénistiques de s’afficher en bienfaiteur des cités et des sanctuaires, pour promouvoir leur dynastie. Les monuments honorifiques dédiés par des rois sont alors une manifestation concrète de la concurrence territoriale entre souverains202.

  • 203 ID 1602; le bloc a une profondeur de 0,24 m.
  • 204 Vallois 1923, p. 120, fig. 177, pl. I (no 99), pl. X à gauche; Schmidt 1995, p. 437-438, cat. VII.7 (...)

86Toujours à Délos, à l’extérieur du sanctuaire d’Apollon, un monument beaucoup plus modeste, installé contre le petit côté Sud du portique de Philippe V, portait les statues, consacrées par la cité de Cnossos, probablement à la fin du iiie s., des membres d’une famille, mari, femme et fils. De l’élévation de cette base à orthostates, seul le bloc d’orthostate inscrit203 et le socle sont conservés, mais le lit d’attente de ce dernier permet de se faire une idée des dimensions du monument: sa largeur est de 3,98 m et sa profondeur de 0,725 m204.

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

  • 205 Picard 1921a, p. 133-138; hauteur: 1,12 m; longueur: 3,29 m; profondeur: 0,58 m; pour les inscripti (...)

87À la fin du iie s. est installée à l’angle Sud-Est de l’agora de Théophrastos à Délos, contre le Monument aux hexagones et le long d’une entrée secondaire du sanctuaire (fig. 30), une base à orthostates qui, dans son état final, portait sans doute trois statues205 (fig. 31a-b). La chronologie de ce monument est complexe: il semble que la base ait d’abord porté, en 110/09, une statue d’Antiochos VIII Grypsos, dédiée par le Peuple de Laodicée de Phénicie – c’est-à-dire Bérytos – sur la partie droite, regardant vers l’Est, donc vers la voie d’accès au sanctuaire d’Apollon depuis l’agora de Théophrastos. À la même date, ou quelque temps après, le κοινόν des Poséidoniastes de Bérytos dédie sur l’extrémité gauche de la base, toujours tournée vers l’Est, une statue du Peuple d’Athènes. Une troisième statue, dont la date relative d’installation par rapport aux deux autres ne peut être précisée, est installée, d’après le bloc de couronnement conservé, à l’extrémité Nord de la base, regardant cette fois-ci vers le Nord. Ces trois statues, érigées à des dates différentes, finissent par former un groupe, dont l’unité visuelle est cependant compromise et dont le lien thématique est assez lâche: la base associe, sans véritable cohérence, des statues honorifiques dédiées par les citoyens de Bérytos et l’association des Poséidoniastes.

Fig. 30. Plan de l’agora de Théophrastos et de l’entrée Ouest du sanctuaire de Délos.

Fig. 30. Plan de l’agora de Théophrastos et de l’entrée Ouest du sanctuaire de Délos.

Relevé EFA ; Picard 1921a, p. 134, fig. 111.

Fig. 31. Base des Bérytiens à Délos : a. relevés de la face avant et du lit supérieur des orthostates ; b. relevés de la face supérieure et de la moulure du bloc de couronnement.

Fig. 31. Base des Bérytiens à Délos : a. relevés de la face avant et du lit supérieur des orthostates ; b. relevés de la face supérieure et de la moulure du bloc de couronnement.

Relevés EFA ; Picard 1921a, p. 135 et 137, fig. 112-114.

  • 206 Marcadé 1957, 87 r. v (photographie), pl. XXXIX 1.
  • 207 Will É. 1982, p. 445-446.

88C’est également dans le dernier tiers du iie s. qu’une base à orthostates est installée près de l’angle Sud-Ouest du Portique Sud, qui portait les statues d’Antiochos Philopatôr – futur Antiochos IX Kyzikénos – et de son tuteur Cratéros, fils de Cratéros, dédiées par Sôsistratos, fils de Sôsistratos, de Samos, proche conseiller de la cour séleucide206. Ce groupe honorifique privé revêt, comme le monument des Progonoi, un caractère dynastique marqué: par ce groupe, Antiochos Philopatôr apparaît comme l’héritier légitime de la Coelé-Syrie et affiche ses soutiens à la cour, alors même que son rival Antiochos VIII Grypsos vient de reconquérir Antioche (123)207. Le monument de Délos permet donc au jeune Séleucide d’afficher ses ambitions à l’entrée du prestigieux sanctuaire d’Apollon. Le choix de l’emplacement, le long du dromos menant au sanctuaire, témoigne de préoccupations similaires à celles des citoyens de Bérytos pour leurs offrandes. Le monument doit s’imposer dès l’entrée dans le sanctuaire.

  • 208 Pour une étude de la base et de sa stéréotomie, cf. Kreeb 1985, p. 53-57; pour le groupe statuaire (...)
  • 209 Kreeb 1985, p. 56-59.

89Les statues de Cléopatra et de Dioscouridès se dressaient elles aussi sur une base à orthostates, installée dans l’embrasure d’une porte ouvrant sur la cour à péristyle de leur maison dans le quartier du théâtre, peu après 138/7208 (pl. XXXVII). Le groupe, visible depuis la rue lorsque les portes étaient ouvertes, était surélevé d’environ 0,80 m. Le bloc de couronnement est par ailleurs orné d’une moulure soignée, de même que la base du monument. S’il est vrai que ce dispositif renforce le prestige des statues, on peut douter qu’il s’agisse d’une apothéose privée, comme le suggère M. Kreeb209. Ni l’inscription, ni les types statuaires choisis ne supportent cette hypothèse.

  • 210 Milet I 9, 331-332.
  • 211 La base est donc antérieure au portique ionique, érigé après 52 apr. J.-C. (cf. la dédicace de Cn. (...)
  • 212 Sur ce calendrier astrologique et météorologique, cf. Lehoux 2005, p. 125-140 (dédicace: fr. 456C, (...)
  • 213 Knackfuss 1924, p. 326, no 256 (stemma, incomplet, de la famille).

90À la fin du iie s. ou au début du ier s., à Milet, une base à orthostates, qui se dressait vraisemblablement dans le secteur du portique ionique du gymnase, manifeste la difficulté d’une distinction nette entre honneur public et promotion familiale210. Deux orthostates en ont été retrouvés, l’un déposé près du portique, l’autre remployé dans les fondations de la colonnade211. Les orthostates – hauteur commune: 0,69 m; longueur: (à gauche) 0,652 m, (à droite) 0,635 m; profondeur: 0,19-0,195 m – portent chacun une inscription par laquelle le Peuple de Milet honore, à gauche Apollônios, fils d’Épicratès, à droite son père Épicratès, fils de Pylôn.Tous deux ont certes exercé des fonctions officielles – Épicratès est stéphanéphore en 89/8 et Apollônios a probablement revêtu des fonctions judiciaires – et Épicratès s’est distingué comme bienfaiteur en offrant l’un des parapegmata du théâtre212, mais ce groupe honorifique sert également la promotion de l’une des familles influentes de Milet depuis la fin du iie s., qui imprime de sa marque l’espace public milésien. Deux générations plus tard, le Peuple de Milet renforce encore le prestige de cette famille en accordant des honneurs héroïques au petit-fils d’Apollônios, C. Julius Apollônios, l’un des premiers Milésiens à obtenir la citoyenneté romaine, dont la statue est érigée dans le secteur Nord du marché Sud213.

  • 214 Polybe, XXIV 8-10.
  • 215 IOlympia 300.

91Pour clore ce tour d’horizon des bases à orthostates utilisées comme supports de groupes de statues honorifiques, il reste à évoquer un monument d’Olympie tout à fait original. Le couronnement de la base à orthostates, qui portait la statue équestre du stratège achéen Callicratès de Léontion, érigée vers 179 par les bannis spartiates qu’il avait aidés, lors d’une ambassadeà Rome, à retrouver le chemin de leur patrie214, présente une singularité: la mouluration supérieure qui décore tout le pourtour du bloc s’interrompt dans la partie antérieure des faces latérales, pour laisser place à une surface de joint, où est creusée une mortaise de crampon215. La base de la statue de Callicratès était donc flanquée de deux blocs, dont on peut se demander, avec W. Dittenberger et K. Purgold, s’ils ne servaient pas à joindre le monument central à deux autres bases à orthostates. Cette reconstitution, quoique hypothétique, suggère l’existence de groupes paratactiques de statues équestres, érigées sur des bases à orthostates juxtaposées.

Les exèdres

  • 216 Delphes, exèdre devant le monument de Cratère: Courby 1927, p. 296, fig. 242; Thüngen 1994, p. 48-4 (...)

92Les exèdres honorifiques revêtent une double fonction et font du support des statues un véritable aménagement urbain. En effet, l’exèdre libre est un siège collectif, en plein air ou largement ouvert sur l’extérieur, constitué d’une banquette et d’un dossier, dont la forme générale est rectiligne, semi-circulaire ou en Π. La partie supérieure du dossier peut, dans certains cas, être ornée de statues, le plus souvent honorifiques. Sur les exèdres, les statues honorifiques revêtent un caractère décoratif prononcé, puisqu’elles ne constituent pas un monument indépendant, observé à distance, mais l’agrément supplémentaire d’un lieu de rencontre et de repos. Le premier monument de ce type, à Delphes, appartient à la fin du ive s., mais est tellement ruiné que son interprétation est difficile216. À Cassopè en revanche sont conservées trois exèdres du début du iiie s., dont l’une est en grande partie préservée. Semi-circulaire, elle est constituée de trois assises de blocs trapézoïdaux non moulurés, placés sur une assise de fondation. L’assise supérieure, dont seuls deux blocs sont conservés, présente des mortaises pour la fixation de statues de bronze. Comme aucune inscription n’est conservée, on ne peut certifier qu’il s’agissait de statues honorifiques.

  • 217 Thüngen 1994, p. 52-53, no 7, pl. 4, annexe 4; Kavvadias 1891, pl. I.
  • 218 Roux 1961, p. 302-315, fig. 94-100.

93Les exèdres d’Épidaure constituent un ensemble riche, qui permet d’embrasser l’évolution de ce type de monuments durant l’époque hellénistique. Ainsi, contre le mur Nord du bâtiment E, est installée, au tournant des ive et iiie s., une exèdre semi-circulaire de 4,22 m de diamètre, faisant face à la place s’ouvrant entre le grand autel et le temple d’Asclépios, nouvellement construit217. Cet emplacement bien en vue, au cœur du sanctuaire, a probablement été choisi en raison de la présence, à proximité immédiate, de l’exèdre votive d’Aristarchos, prototype de la schola des époques hellénistique et impériale, qui servait sans doute d’écrin à une statue d’Asclépios218. Cette exèdre semi-circulaire est composée de trois assises de blocs placées sur une assise de fondation, mais taillées en fonction de leur usage propre: la profonde assise constituant le siège est moulurée et sa partie basse est en retrait pour un meilleur confort. Le dossier est constitué de blocs d’orthostates également moulurés en haut et en bas, de même que le couronnement de blocs profonds, moulurés dans leur partie inférieure, qui mettaient en valeur les statues honorifiques. Ce monument soigné a suscité la convoitise, car les inscriptions gravées sur les blocs d’orthostates nous apprennent qu’il fut remployé deux fois: au ier s., puis au iie s. apr. J.-C.

  • 219 Thüngen 1994, no 30, p. 68-69, pl. 19, annexe 15.
  • 220 Thüngen 1994, no 113, p. 134-135, pl. 72 et 73, 1, annexe 47.
  • 221 Thüngen 1994, no 112, p. 133-134, pl. 70, annexe 46.

94Une exèdre d’un type identique, légèrement plus grande – son diamètre atteint 5 m – est construite un demi-siècle plus tard immédiatement à sa gauche. Elle portait sans doute, dès son installation, des statues honorifiques, remployées au ier s. apr. J.-C. pour la famille de Polycratès, fils d’Euanthès, d’Épidaure219. À la même époque, à l’angle Nord-Ouest du bâtiment E, est installée une exèdre d’un type différent, où la fonction de siège est bien distincte de celle de support de statue. L’exèdre semi-circulaire est en effet constituée d’une banquette, dont le mince dossier est travaillé dans le même bloc que le siège, contre laquelle est accolée, à l’arrière, une base incurvée où se dressaient probablement des statues honorifiques220. Le même typeest illustré par une autre exèdre d’Épidaure, installée dès la première moitié du iiie s. le long du côté Sud du temple d’Asclépios221, probablement le long de la voie processionnelle menant à la Tholos.

  • 222 Thüngen 1994, no 31, p. 69-70, pl. 20.

95Mais le type qui a incontestablement le plus de succès pour les exèdres honorifiques d’Épidaure est illustré par les six monuments qui bordent au Nord et à l’Ouest la place devant le temple d’Asclépios, ainsi que l’exèdre 12 non loin de l’angle Nord-Est du temple d’Asclépios et l’exèdre 15, près du bâtiment J, au Sud-Est de la Tholos. Toutes – à l’exception de l’exèdre 6a – datent, pour leur premier emploi, de la fin du iiie s. Elles présentent un plan semi-circulaire comparable à celui des exèdres 4 et 5, mais l’élévation est légèrement différente: l’assise de blocs qui constitue le siège est placée contre et non sous l’assise d’orthostates. Le cas de l’exèdre 6a, la dernière à l’Est des monuments bordant la place au Nord est intéressant. En effet, les inscriptions qu’elle porte la placent dans la seconde moitié du iie s., mais son type est désuet, remontant à la fin du iiie s. Il faut sans doute voir dans l’adoption d’une forme ancienne la volonté d’installer un monument semblable à ceux qui le flanquent immédiatement222.

  • 223 Thüngen 1994, nos 18-19, p. 60-61, pl. 13, 2 et 14, 1, annexe 9, 2 et 3; FD III 3, fig. 6, exèdres (...)
  • 224 Thüngen 1994, nos 20-21, p. 61-62, pl. 14, 2, annexe 10,1; FD II 3, p. 265, fig. 208.
  • 225 Thüngen 1994, no 28, p. 65-66, annexe 13; FD II 3, p. 291-294, fig. 237-240.

96À Delphes, au iiie s., les exèdres rectilignes sont en faveur, peut-être pour tirer parti d’un espace restreint: deux sont notamment installées dès le début du siècle devant l’angle Ouest du portique des Athéniens223, ainsi que deux autres devant le trépied de Gélon224 (fig. 32). Le type est encore à l’honneur dans la seconde moitié du iiie s. à Delphes: il est illustré à cette époque par la longue exèdre familiale étolienne qui se dressait sur la place de l’opisthodome. Avec une longueur de 8,50 m, elle constitue le plus grand monument connu de ce type225.

Fig. 32. Exèdre rectiligne devant le trépied de Gélon à Delphes.

Fig. 32. Exèdre rectiligne devant le trépied de Gélon à Delphes.

Relevé EFA; FD II 3, p. 265, fig. 208.

  • 226 Thüngen 1994, nos 23-26, p. 63-64.
  • 227 Hoepfner, Schwandner 1994, p. 133-136, fig. 100, 114-121.
  • 228 Hoepfner, Schwandner 1994, p. 137-139.

97Les seules exèdres comparables à celles de Delphes ont été mises au jour sur l’agora de Cassopè, en Épire, alignées devant le stylobate du portique Nord, mais aussi devant le portique Ouest. La datation proposée par S. F. von Thüngen pour les exèdres devant le portique Nord – seconde moitié du iiie s. – paraît fragile226. Certes, le portique Nord, daté de la fin du iiie s., a eu un prédécesseur d’orientation semblable, devant lequel ont pu être alignées les exèdres227, mais la construction du portique Ouest devant le prytanée, au iie s.228, constitue, semble-t-il, un terminus post quem pour les exèdres rectilignes installées devant son stylobate.

  • 229 Thüngen 1994, nos 14 et 15, pl. 11-12, annexes 8-9, 1.
  • 230 Coulton 1976, p. 58-59, 290, fig. 119, 3.
  • 231 FD III 3, 240, particulièrement l. 11-14.

98Les exèdres en Π sont utilisées plus tardivement comme supports de statues honorifiques. Les exemples les plus anciens, qui ne sont pas assurément honorifiques, proviennent de Thermon. Des exèdres D et E229, installées devant le portique Est de l’agora, ne sont conservées que les fondations, qui permettent cependant de restituer deux bases très allongées – respectivement 9,21 m et 6,40 m – limitées de chaque côté par une ante en retour assez profonde – respectivement 3,68 m et 2,22 m. Ces monuments sont probablement érigés lorsque la puissance étolienne est à son apogée, entre 275 et 217, tout comme l’imposant portique long de 173 m, contre le stylobate duquel ils sont installés230. Cette datation n’est cependant pas assurée,car, au début du iie s. encore, les Étoliens érigent dans le sanctuaire de Thermon, un groupe honorifique ambitieux, en bronze doré, représentant la famille royale attalide et le peuple de Pergame, soit cinq statues, dont une équestre231.

  • 232 Thüngen 1994, no 53, p. 90-91, pl. 37, 2, annexe 23, 2.
  • 233 IG XI 4, 1091.

99La plus ancienne exèdre en Π qui soit assurément honorifique a été mise au jour à Délos, sur l’agora des Déliens, ou agora tétragone, au milieu de la partie Nord, devant le portique232. De ce monument, dont la longueur atteignait 5,36 m, ne sont conservés que les antes et un unique bloc de couronnement portant les mortaises de fixation d’une statue en bronze de taille naturelle. L’inscription, gravée sur la face antérieure de l’ante gauche, porte une dédicace mutilée des Déliens pour un personnage dont le nom a disparu. Le monument, dédié aux dieux233, est daté de l’époque de l’indépendance délienne, au iiie s.

  • 234 Thüngen 1994, no 56, p. 84-95, pl. 41,2, annexe 26 (angle Nord-Est du portique de Philippe, début d (...)
  • 235 Thüngen 1994, no 64, p. 98-99, pl. 45, annexe 28, 3 (devant la façade Est du portique de Philippe, (...)
  • 236 Thüngen 1994, no 70, p. 104-105, pl. 47,2, annexe 29, 2 (façade Ouest du portique de Philippe, vers (...)
  • 237 Thüngen 1994, no 97, p. 125, pl. 64,1, annexe 42 (à l’extrémité Nord du portique Ouest de l’agora, (...)
  • 238 Thüngen 1994, no 85, p. 114-115, pl. 56, annexe 34, 2-35 (sur la terrasse du portique Nord de l’ago (...)

100On compte à Délos, en plus de celle qui vient d’être évoquée, vingt-sept exèdres de ce type, inscrites dans une chronologie ramassée, entre le iie s. et le début du ier s. Parmi celles-ci, seules neuf sont assurément identifiées comme honorifiques par l’inscription qu’elles portent. Six sont des monuments familiaux234, deux ont été érigées à l’initiative d’associations235 et la dernière est un monument royal d’initiative privée236. Deux exèdres en Π sont par ailleurs connues à Priène; l’une ne porte pas d’inscription237, l’autre est un monument posthume, érigé par les héritiers en exécution testamentaire238.

  • 239 Thüngen 1994, no 74, p. 107-108, pl. 50 et 52, annexe 33; ID 1962.
  • 240 Courby 1912, p. 50-54, fig. 65, 68-70.

101À Délos, l’exèdre A239, l’un des exemples les plus complets de ce type de bases de statues, permet d’étudier en détail l’architecture d’une exèdre en Π. Contre le mur de péribole Nord du sanctuaire, face à l’extrémité Nord du portique d’Antigone, sur une fondation de trois assises de plaques de gneiss, est installée une plateforme, constituée de plaques de marbre que comble un emplecton de déchets de taille. L’exèdre en elle-même est composée de trois assises de blocs de marbre: la première, haute de 0,425 m, est moulurée dans la partie inférieure sur les faces des antes; à l’arrière, seul le profil simplifié de la moulure est réalisé. Sur le corps de l’exèdre, cette assise inférieure fait saillie sur 0,42 m, formant le siège; pour le confort, la partie inférieure de ces blocs est concave. La seconde assise constitue le dossier de l’exèdre: elle est composée d’un double cours d’orthostates hauts de 0,615 m, sur les faces antérieures desquels ont été gravées cinq inscriptions. L’assise de couronnement, haute de 0,24 m, portait les statues de bronze; la mouluration accroît la profondeur des blocs – environ 0,85 m dans la partie centrale. L’ensemble, plateforme comprise, atteignait environ 1,55 m pour une largeur totale de 5,20 m. Les inscriptions préservées nous apprennent que cinq statues se dressaient à l’origine sur cette exèdre, représentant trois générations d’une même famille. Sur le corps de bases, étaient représentés, de gauche à droite, Hèphaistiôn, sa belle-fille et son fils, tandis que sur chacune des antes, en position avancée, étaient représentés ses deux petits-fils. L’exèdre à antes permet ainsi une composition symétrique – une figure féminine au centre, encadrées par deux hommes mûrs, puis par deux jeunes hommes – mais aussi générationnelle: les petits-fils sont placés au premier plan, devant leurs aînés. L’effet de symétrie était renforcé par la pondération des statues sur les antes: celle de gauche, fléchissait et avançait la jambe gauche, celle de droite la jambe droite; rien n’indique cependant un lien plus étroit entre les différentes statues, si ce n’est le resserrement des trois statues de la partie centrale, laissant de vastes espaces libres de part et d’autre240. À l’élévation de la statue, traduction visuelle du caractère supérieur de la personne représentée, l’exèdre à antes permet ainsi d’ajouter des effets de composition, délivrant un message spécifique. Ici, il s’agit de promouvoir la carrière des deux jeunes hommes, dont les statues sont placées sur les antes, en les appuyant sur le prestige du lignage.

Les monuments distyles

  • 241 Courby 1927, p. 257-262, fig. 201-204.
  • 242 FD III 4, 131.

102Le dernier type de support collectif qu’il convient de traiter ici est tout à fait rare et singulier. Il s’agit de monuments distyles, attestés pour des monuments honorifiques uniquement à Delphes, à Délos et à Magnésie du Méandre. Quatre d’entre eux sont érigés à Delphes au iiie s. Le monument d’Aristainéta, fille de Timolaos, se dressait sur la terrasse du temple, devant l’offrande de Lilaia (fig. 33). Le pilier de Prusias est venu ultérieurement empiéter sur sa base. De nombreux fragments, découverts entre le temple et l’autel, ont permis de reconstituer une élévation ionique comportant une crèpis en calcaire à trois marches, deux colonnes, une architrave, une frise de lotus et de palmettes et une corniche. L’ensemble, haut d’environ 9,50 m, était probablement surmonté de blocs de couronnement et de quatre statues honorifiques241. Deux inscriptions nous permettent d’identifier ce monument comme une offrande privée d’Aristainéta qui consistait en un groupe représentant ses deux parents, son fils et elle-même. La dédicace de l’architrave est ainsi restituée par R. Flacelière242:

[Ἀρισταινέτα Αἰτωλὶς τὸµ πατέρ]α Τιµόλαον
[καὶ τὰµ] µατέρα [……] καὶ αὑτὰν
[καὶ τὸν υ]ἱ[ὸ]ν Τιµ[όλαον Ἀπ]όλλωνι

Aristainéta, Étolienne, (a consacré) son père Timolaos, sa mère […], elle-même et son fils Timolaos à Apollon.

  • 243 Un autre monument de ce type, pour les femmes de la famille Lycos-Dioclès, se dressait au Sud de l’ (...)

103Érigées sur ces deux colonnes, les statues des membres de la famille d’Aristainéta se trouvaient à hauteur de l’architrave du temple, immédiatement sous les figures du fronton Est qui s’élevaient à 15 m de hauteur. Une riche famille, probablement étolienne, manifeste donc sa puissance en élisant non seulement l’endroit le plus en vue du sanctuaire pour installer ses statues, mais également en rivalisant pour l’œil avec les figures de fronton. Cependant, le monument demeure une offrande, une marque de piété: la seconde inscription, seule lisible en réalité pour le visiteur du sanctuaire, est une dédicace d’Aristainéta à Apollon, sans mention du nom des personnes représentées243.

Fig. 33. Restitution du monument distyle d’Aristainéta à Delphes.

Fig. 33. Restitution du monument distyle d’Aristainéta à Delphes.

Dessin EFA; Courby 1927, p. 259, fig. 202.

  • 244 IMagnesia 154.

104Il est probable que certains monuments distyles aient porté une statue unique. Un exemple du ier s. est conservé à Magnésie du Méandre244. Il portait la statue honorifique d’un Aulus, bienfaiteur du peuple, dont seul le praenomen est préservé. Deux fragments, l’un de frise, trouvé à l’angle Sud-Est de l’étroit passage au Sud du bâtiment de scène du théâtre, l’autre d’architrave ionique, permettent de reconstituer un monument sans doute distyle portant la statue d’Aulus dédiée par le Peuple de Magnésie: on peut restituer à l’ensemble une hauteur et une profondeur de ca 0,505 m et une largeur de ca 2,25 m. À la face inférieure de l’architrave a été sculpté un soffite, qui assure qu’elle reposait sur des colonnes et non au sommet d’un mur.

105Le support d’une statue honorifique est rarement un élément purement fonctionnel, dont la présence inévitable serait volontairement minimisée. C’est au contraire l’un des moyens utilisés par les sculpteurs, à la demande des commanditaires de l’œuvre, pour modifier ou compléter l’aspect de la statue et le message qu’elle délivre. Les dimensions d’une base, sa forme et son décor déterminent en effet le rapport d’une œuvre à son environnement architectural et contribuent à renforcer son caractère imposant, décoratif, ou à l’inverse sa sobriété. Comme la statue elle-même, la réalisation de la base dépend par ailleurs des fonds disponibles: les matériaux choisis, les dimensions et le raffinement du décor sont autant de variables sur lesquelles peuvent jouer les commanditaires pour conférer beauté et visibilité aux monuments. Ainsi, la base, quoique presque absente des décrets, fait partie des honneurs rendus à un personnage; son importance est d’autant plus grande que, bien souvent, elle porte l’inscription qui explicite l’œuvre.

Notes

1 Bol 1978, p. 1.

2 Kunhert 1885, p. 265 (Quel visiteur s’y donnait simplement la peine de regarder toutes les statues, sans parler de l’ensemble des inscriptions, par surcroît si difficiles à déchiffrer, en raison de leur gravure malcommode ? […] Une telle abnégation, aucun des anciens archéologues, pour sûr, ne l’a jamais possédée).

3 Loewy 1885.

4 Raubitschek 1949.

5 Marcadé 1953 et Marcadé 1957.

6 Jacob-Felsch 1969.

7 Schmidt 1995.

8 Surtout Pétrakos 1997.

9 Jacquemin 1999a.

10 Fr. Herbin, Monuments, espaces, histoire : les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire d’Apollon à Délos, à l’exclusion des bâtiments comportant un toit, thèse de doctorat à l’université de Paris I et à l’université nationale d’Athènes, soutenue en 2010 (inédite).

11 Katsikoudis 2005.

12 Une première synthèse de leurs travaux est parue : Krumeich, Witschel 2010.

13 Pour une présentation du projet : Leypold 2013.

14 Ma 2013, p. 67-151, consacre un développement substantiel et suggestif à la question de l’emplacement des statues honorifiques.

15 IG II2 793, l. 9; Robert, Robert 1983, p. 209-210, no 24, l. 2; p. 210-212, no 25, l. 12  ; IK 30, 9, l. 3; IMagnesia 92a, l. 11-12  ; IK 34, 119, l. 8-9; 120, l. 10 (restitué)  ; IK 41, 231, l. 3-4; IPriene 104, l. 15-16; 108, l. 325; 109, l. 251; Robert, Robert 1989, p. 17, col. V, l. 47-48; IK 3, 32, l. 35-36; IPergamon 167, l. 14-15; 252, l. 40; MDAI(A) 32 (1907), p. 243, no 4, l. 28; MDAI(A) 37 (1912), p. 278, no 2, l. 23 (restitué); SEG XXXIII, 1041, l. 2; Cousin, Diehl 1889, p. 334-340, no 4, l. 44.

16 Robert, Robert 1989, p. 17, col. V, l. 45-48 et p. 59-60: sur la base (βῆµα), est inscrit le décret complet; sur la colonne (στυλίς) doit être inscrit «ce qui est indiqué par le décret», c’est-à-dire le décret abrégé proclamé lors des Claria, des Dionysies, des pyrrhiques et de tous les concours gymniques (col. V, l. 30-43); archéologiquement, le βῆµα de la statue de Polémaios est un support mouluré presque cubique de près de 1,20 m de côté (Étienne, Varène 2004, p. 135-137, fig. 83).

17 IG IV2 63, l. 18; IG IX 2, 489a, l. 22-23; Pétrakos 1997, 294, l. 23 (restitué); CID IV 107, l. 29-30; FD III 4, 77, l. 38; IGBulg I2 388bis, l. 38-39; IScM I 19, l. 30-32; SEG LII 724, l. 50-51; IOSPE I, 185, l. 54; IG XII 9, 899, col. c, l. 5; ICos (Segre) ED 131, l. 11 (IG XII 4, 1, 64a); SEG XXXVI 1046, l. 21 (restitué); IPriene 56, l. 2 (restitué); IMagnesia 92b, l. 17; Cousin, Diehl 1889, p. 334-340, no 4, l. 41; SEG XXXVIII 1396, l. 9-10; CIG 3657; MDAI(A) 31 (1906), p. 430-431, l. 10; IK 54, 14, l. 9-10; IG IX 2, 66a, l. 14; IK 11, 6, l. 37.

18 βῆµα et βάσις sont ainsi employés alternativement dans le décret d’Ériza en l’honneur de Charès, fils d’Attalos, vers 115/4 (Cousin, Diehl 1889, p. 334-340, no 4, l. 41, 44, 56 et 58).

19 Le terme βῆµα est, semble-t-il, plus volontiers employé en Asie Mineure, mais pas exclusivement (cf. IG II2 793, l.11 [base pour une statue d’Antigone Gonatas]).

20 IGBulg I2 388bis.

21 IGBulg I2 388bis, l. 35-38.

22 IG IV 558, l. 23-25 (Argos, 114); IG V 1, 1432, l. 17-21 (Messène, 39); IG V 2, 436, l. 11-12 et 437, l. 25-26 (Mégalopolis, iie s.); CID II 34, col. II, l. 56-59 (Delphes, évacuation des statues équestres d’Onymarchos et Philomèlos, 345-343); IK 24, 577, l. 24-29 (confédération ionienne, 289/8).

23 IK 41, 231, l. 4 (décret de Smyrne pour des juges de Cnide; fin du iiie ou début du iie s.?); IGR IV 292,l. 26-27 (décret de Pergame en l’honneur de Diodôros Pasparos, deuxième quart du ier s.).

24 IK 34, 119, l. 8-9 (décret de la tribu des Conodôrcondeis pour Dionysios; iie s., d’après la gravure).

25 Cousin, Diehl 1889, p. 334-340, no 4, l. 41 et 56 (le terme est cependant restitué dans les deux cas).

26 IG II2 793, l. 10-11 et 20-21.

27 Hauteur: 0,104 m; longueur: 0,323 m; profondeur: 0,12 m; cf. Brunnsåker 1971, p. 84-88, pl. 22, fig. 11-13.

28 Boston, Museum of Fine Arts, inv. 98.936; Brunnsåker 1971, p. 88-90, pl. 24, 7.

29 Héphaistion, Enchiridion de metris 4; infra p. 258-259.

30 Brunnsåker 1971, p. 89-90, fig. 13.

31 Kunse 2002.

32 Sur le caractère exceptionnel de l’installation d’une offrande sur l’Agora au ve s., cf. Krumeich 1997, p. 68, n. 144.

33 Athènes, musée de l’Agora, inv. I 1597; Krumeich 1997, p. 232-233, no A 23*, fig. 24-26.

34 IG I3 951: [Λ]έαγρος ἀνέθηκεν Γλαύκονος | δόδεκα θεοῖσι.

35 Krumeich 1997, p. 64-68; 232-233, no A23*; selon R. Krumeich, la statue mesurait au moins 1,56 m.

36 Keesling 2003, p. 185-191.

37 Raubitschek 1949, p. 126-129, no 121 et Keesling 2003, p. 185-190; cf. supra p. 118-119.

38 L’ensemble est aujourd’hui exposé au Musée archéologique national d’Athènes; Pétrakos 1999a, p. 288, fig. 201; cf. supra p. 173-174.

39 IG II2 3462; Pétrakos 1999b, p. 108-109, no 133. Hauteur: 0,375 m; longueur: 0,62 m; profondeur: 0,61 m.

40 FD III 4, 215; Marcadé 1953, 89 r. v., pl. XVI, 1; hauteur: 0,36 m; longueur: 0,745 m; profondeur: 0,625 m.

41 IOlympia 186; hauteur: 0,33 m; longueur: 0,81 m; profondeur: 0,985 m; pour le mode de fixation de cette statue, cf. infra p. 233-234.

42 Didyma III 5, 143, fig. 22, pl. 38, 1-2; hauteur: 0,543 m; longueur: 0,845 m; profondeur: 0,814 m.

43 Didyma III 5, 147 (entre 281 et 276/5).

44 On retrouve ces bases simples dans le sanctuaire pour des monuments honorifiques familiaux de prêtres à la fin du iiie s. et au début du iie s.: Didyma III 5, 145 (fin iiie s.-début iie s.); 146 (début iie s.).

45 Milet I 3, 157, p. 383, pl. 12,2; hauteur: 0,36 m; longueur: 0,695 m; profondeur: 0,46 m.

46 IKaunos 81; hauteur: 0,75 m; longueur: 0,50 m; profondeur: 0,76 m.

47 Sur l’absence d’attestation du formulaire Ὁ δῆµος + accusatif au ive s. à Athènes, cf. Ma, Tracy 2004.

48 IG II2 3781; Richter 1965, vol. II, p. 250, no 8 (dessin), fig. 1681; Agora XIV, p. 107, pl. 55c; Thompson H. A. 1982, p. 186, fig. 16; hauteur: 0,333 m; longueur: 0,714 m; profondeur: 0,96 m; l’identification des dédicants aux futurs rois respectifs de Pergame et de Cappadoce a été abandonnée, notamment depuis l’enquête détaillée de Stähli 1991, p. 228-232.

49 Noter que la statue assise, signée Zeuxis, et parfois identifiée à Carnéade, représente en réalité un cithariste: Richter 1965, vol. II, p. 251, pl. 1680.

50 IOlympia 312; Kotsidu 2000, p. 128-129, no 73, fig. 20-21, 84; hauteur: 0,28 m; longueur: 1,00 m; profondeur: 1,13 m; longueur du pied gauche: 0,40 m; le pied droit en retrait ne touchait le sol que par la pointe. Une petite mortaise carrée fixait l’extrémité d’un attribut. La position est symétrique de celle du Prince des Thermes.

51 IOlympia 302; base de calcaire jaunâtre; hauteur: 0,36 m; longueur: 0,735-0,75 m; profondeur: 0,80 m; une saillie en quart de sphère marque le centre de la face avant (tenon de bardage?).

52 IOlympia 325; base de calcaire gris; hauteur: 0,40-0,405 m; longueur: 0,635 m; profondeur: 0,61 m.

53 FD III 1, 526; base en calcaire de Saint-Élie; hauteur: 0,28 m; longueur: 0,87 m; profondeur: 0,89 m.

54 FD III 1, 524; Marcadé 1953, 101 r., pl. XIX, 1.

55 Marcadé 1957, 115 v., pl. XLV; Pasquier 2007, p. 50-51, no 2; hauteur: 0,737 m; longueur: 0,53 m; cf. supra p. 76.

56 Reconstitution complète du monument par Fittschen 1991.

57 IG IV2 318; Kavvadias 1891, p. 107-108, no 252; hauteur: 1,00 m; longueur: 0,36 m; profondeur: 0,36 m.

58 Croissant 1972, p. 137-140, fig. 1.

59 Marcadé 1953, 60 r. v.; hauteur: 0,273 m; longueur: 0,55 m; profondeur: 0,70 m; pour le commentaire de l’inscription, cf. supra p. 120-121.

60 Marcadé 1953, 93 r. v., pl. XVII, 1; hauteur: 0,385 m; longueur: 1,47 m; profondeur: 0,755 m.

61 Didyma III 5, 139, fig. 18, pl. 36, 5-6.

62 Hauteur conservée: 0,69 m; longueur du corps de la base: 0,735 m; profondeur du corps de la base: 0,675 m.

63 En bas: large congé, chanfrein, listel, baguette, listel et cimaise; en haut: large congé, deux listels, chanfrein, listel et cimaise.

64 IPriene 244.

65 IPriene 272.

66 Cf. supra p. 121-122.

67 IMagnesia 129, 131 et 153.

68 IMagnesia 129, pl. VI en bas; Hiller von Gaertringen 1894, p. 15-17 (dessin); hauteur: 1,00 m; longueur: 1,04 m; profondeur: 0,64 m.

69 IMagnesia 92a; Hiller von Gaertringen 1894, p. 5-13; cf. supra p. 172.

70 Strabon, XIV 1, 41 (C 648).

71 IMagnesia 131; hauteur: 1,30 m; longueur: 0,60 m; profondeur: 0,56 m.

72 Balland 1981, p. 48-50, no 25, pl. VII, fig. 30; hauteur: 1,19 m; longueur: 1,05 m; profondeur: 1,78 m.

73 Hauteur: 0,11 m; longueur: 1 m; profondeur: 0,76 m.

74 Balland 1981, p. 50.

75 IG II2 3453.

76 Longueur des pieds: 0,20 m.

77 IG II2 3455; Marcadé 1953, 57 v.-58 r. (photographies et fac-similé).

78 IG XI 4, 1190; la seconde base pour Sôstratos de Cnide, trouvée sur la voie sacrée, est composée et de dimensions plus importantes: le monument est consacré par le Peuple de Caunos (IG XI 4, 1130). Ces bases sont à mettre en regard du décret de la confédération des Nèsiôtes en l’honneur de Sôstratos de Cnide, qui ne prévoit cependant pas de statue (IG XI 4, 1038).

79 IG XI 4, 1075.

80 ClRh 6-7 (1932-1933), p. 436-437, no 55 (photographie); hauteur: 0,76 m; diamètre: 0,75 m; Philocratès, fils de Sôsitimos, est prêtre d’Athéna dans les années 240 (ClRh 2 [1932], p. 179, no 7, l. 29) et damiurge vers 242 (ClRh 6-7 [1932-1933], p. 398-399, no 26, l. 1 [photographie]). On peut donc considérer que sa victoire pythique se place vingt-cinq à trente ans auparavant, vers 270.

81 Les deux bases ont été retrouvées lors de la fouille de l’acropole de Camiros, dans le secteur LM 8-10 sur le plan de H. Balducci (ClRh 6-7 [1932-1933], pl. VIII).

82 ClRh 6-7 (1932-1933), p. 427-428, no 46.

83 IPriene 236; Wiegand 1904, p. 209-210, fig. 205.

84 IPriene 237.

85 ILindos 162, 244, 248, 251.

86 IPriene 125, 238, 250, 255, 266, 276; IMagnesia 125; IG XII 6, 351, 451; IPergamon 167, 169, 180, 490; IK 1, 87; Sardis 23 et 24; TAM V 2, 938.

87 On en compte par exemple quatre à Caunos: IKaunos 104 (deux bases), 106 et 120; quatre à Cos: ICos (Segre) EV 30, pl. 84; EV 33, pl. 85; EV 247, pl. 128; Höghammar 1993, no 52; trois à Magnésie du Méandre: IMagnesia 127, 130, 148.

88 ID 1641.

89 ILindos 283.

90 IPergamon 169.

91 IPergamon 218.

92 Cf. infra p. 198-199.

93 IPergamon 167, 180, 490.

94 Schmidt 1995, p. 292-410, § IV du catalogue.

95 IG IX 12, 52.

96 Pétrakos 1997, p. 290-291, no 366, fig. 27.

97 Pétrakos 1997, p. 300-302, no 383, fig. 33, pl. E’ (no 20).

98 Pétrakos 1997, p. 90-93, no 107, fig. 3, pl. E’ (no 18).

99 Pétrakos 1997, p. 370-373, no 456, fig. 65, pl. E’ (no 19).

100 Pétrakos 1997, p. 294, no 374.

101 FD II 2, p. 294-296, fig. 241.

102 Katsikoudis 2005, p. 135-137, cat. B12, B13 et B16.

103 Marcadé 1957, 128 v.-129 r. (photographie); Pétrakos 1997, p. 320-321, no 416 et p. 363-365, no 451, fig. 62.

104 Marcadé 1957, 128 r., pl. XLVI, 2.

105 Marcadé 1953, 103 r.-105 r., pl. XLI, 1-2, XLII, 1-3 (IG XI 4, 1115, 1182-1885; ID 1716).

106 Marcadé 1953, 103 v.-104 r. v. (IG XI 4, 1182); hauteur: 1,255 m; longueur (du corps de base): 0,64 m; profondeur (du corps de base): 0,55 m.

107 IPergamon 421; Mathys 2014, p. 128-129, cat. Gy 30.

108 La grande base des Héros éponymes, longue de 15,70 m, sur l’Agora d’Athènes, était constituée d’un double cours d’orthostates sans emplecton, placé sur un support à deux degrés et surmonté d’un couronnement mouluré. La hauteur restituée de la base est d’un peu plus de 2 m; cf. Shear 1970, p. 165-166, pl. 42.

109 Burnett, Edmonson 1961; pour une tentative de restitution de la statue, cf. Buckler 1972.

110 Schmidt 1995, p. 433-471, § VII du catalogue. La répartition par siècle est la suivante: pour le iiie s., 7 bases à orthostates dont 2 supports de statues équestres (1 base de statue de type indéterminé); pour le iie s., 18 bases à orthostates dont 7 supports de statues équestres (1 base de statue de type indéterminé); pour le ier s., 5 bases à orthostates dont 1 support de statue équestre (1 base de statue de type indéterminé).

111 IOlympia 303.

112 Olympia II (1892), p. 158, pl. LXXXXIV. Hauteur: ca 1,12 m; longueur: ca 1,70 m; profondeur: ca 2,76 m.

113 IG XI 4, 1109; Durrbach 1921, p. 70, no 53; GD 4, fig. 40, E; Vallois 1923, fig. 2 et pl. IX 5.

114 FD III 3, 122, fig. 10.

115 FD III 1, 47, fig. 5; Pouilloux, Roux 1963, p. 37-40, fig. 10-11; SD 106.

116 Milet I 9, 306; pour une étude de la base et une hypothèse sur la statue qu’elle portait: Kästner 1991.

117 Bohn 1885, p. 84-87, pl. XXXIX, XL et XLI (l’auteur ne considère que la consécration ultérieure du monument à Auguste); Wenning 1978, p. 37-38; Schalles 1985, p. 53-56; Mathys 2014, p. 27 et n. 262.

118 Kästner 1991, p. 118-121, fig. 3, 4 et 6.

119 Kästner 1991, p. 121-122, fig. 6-7.

120 Noter que la base monumentale cylindrique sur la place de l’opisthodome à Delphes est sensiblement différente, car les assises monolithes reposent sur une fondation orthogonale et leur diamètre ne décroît pas avec l’élévation.

121 Sur l’utilisation de ces types de bases en Attique à l’époque archaïque, cf. Kissas 2000, p. 108-246, cat. no 35-222.

122 Trianti 1998; Holtzmann 2003, p. 65-66, fig. 43.

123 Amandry 1953, p. 3-32, pl. II-XVII: la colonne atteignait 9,90 m et le monument dans son ensemble 12,75 m; pour un aspect de ce secteur du sanctuaire, avant la destruction du temple des Alcméonides cf. la fig. 7 en encart entre les p. 84 et 85.

124 Délos, musée, inv. E 269 + E 653; Marcadé 1974, p. 322-325, fig. 22.

125 IG XI 4, 1201; Marcadé 1957, 124 r. v., pl. XLVII 2 (estampage). Il s’agit sans doute, d’après J. Marcadé s’appuyant sur un passage de Philochore, du sculpteur du groupe de Poséidon et d’Amphitrite à Ténos.

126 Marcadé 1974, p. 323-325, fig. 23.

127 ID 1930; noter que cette statue complétait probablement un monument familial, puisque ID 1929 honore le père de Mèdeios, probablement en 100.

128 Denys d’Halicarnasse, Antiquités romaines III 22, 9; trad. J.-H. Sautel, CUF, 1999.

129 Sautel 1999, p. 137-138.

130 Il faut leur ajouter un décret de Chios, probablement au tout début de l’époque impériale, en l’honneur de Lucius Nassius (Keil 1943, p. 123-124, l. 11-12): on accorde à Lucius Nassius le droit de placer sur des colonnes les statues existantes de ses fils.

131 IK 36, 29: l’expression ἐπὶ στυλίδος µαρµαρίνης (l. 12) est entièrement restituée, sans que l’auteur de cette restitution (Sterrett 1884-1885, p. 330-331, no 385) ne la justifie. Elle est toutefois acceptée par L. Robert (OMS II, p. 1185-1186), qui n’évoque cependant pas le passage dans son commentaire.

132 IPergamon 246 (OGIS 332), l. 9-10 (138-133).

133 SEG XXXIII 1039, l. 29-32 et 39-41 (financement du monument par Archippè; après 129).

134 Robert, Robert 1989, p. 11-17, col. V, l. 43-47 (130-110).

135 MDAI(A) 32 (1907), p. 243, no 4, l. 24-32 (75-50).

136 Le monument d’Octave semble toutefois emprunter également à la tradition romaine, si l’on en croit Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 11 (trad. H. Le Bonniec, CUF, 1953): «plus ancien est celui [sc. le privilège] des colonnes, témoin la colonne de C. Maenius, vainqueur des anciens Latins [en 338] auxquels un traité obligeait le peuple romain à livrer le tiers du butin […]; témoin aussi celle de C. Duillius qui célébra le premier sur les Carthaginois un triomphe naval [en 260], colonne qui subsiste aujourd’hui encore au Forum.»

137 Appien, Guerres civiles V 130.

138 Hallett 2005, p. 98, pl. 47.

139 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 839 B: Ἔπειτα Πλαθάνην τὴν Ἱππίου τοῦ ῥήτορος γυναῖκα ἠγάγετο τρεῖς παῖδας ἔχουσαν, ὧν τὸν Ἀφαρέα ὡς προείρεται ἐποιήσατο, ὃς καὶ εἰκόνα αὐτοῦ χαλκῆν ἀνέθηκεν πρὸς τῷ Ὀλυµπιείῳ [ὡς] ἐπὶ κίονος καὶ ἐπέγραψεν · Ἰσοκράτους Ἀφαρεὺς πατρὸς εἰκόνα ἀνέθηκε Ζηνί, θεούς τε σέβων καὶ γονέων ἀρετήν, «Ensuite, il épousa Plathanè, la veuve du rhéteur Hippias, qui avait trois enfants, parmi lesquels, comme nous l’avons dit plus haut, il adopta Aphareus, qui lui éleva près de l’Olympieion une statue de bronze portée par une colonne avec l’inscription: “Aphareus a consacré à Zeus cette statue de son père Isocrate pour rendre hommage aux dieux et au mérite de ses parents”» (trad. M. Cuvigny, CUF, 1981).

140 Pausanias, I 18, 7-8.

141 Athénée, Les Deipnosophistes XII 591 b.

142 Dion de Pruse, XXXVII 28.

143 Hoepfner 1971, p. 1-54; pour la date, p. 51-53; Hintzen-Bohlen 1992, p. 77-81; on peut rapprocher ce monument d’un passage d’Athénée (Les Deipnosophistes V 35), où sont évoquées, en plus d’une statue en bronze doré sur un char, douze statues de Ptolémée Philadelphe sur des colonnes (κίονες), une de 6 coudées, cinq de 5 coudées, six de 4 coudées.

144 Hauteur des colonnes (sans les statues): 8,393 m; hauteur totale du monument (sans les statues): 9,405 m.

145 Hoepfner 1971, Beilage 1.

146 Soulignons que la base pour Polémaios n’est pas dans l’axe des seconds propylées, réalisés au ier s., mais peut-être dans l’axe des propylées antérieurs, dont R. Étienne et P. Varène supposent l’existence (Étienne, Varène 2004, p. 136-137 et 148).

147 Hauteur conservée: 1,09 m; longueur et profondeur max.: 1,48 m.

148 Pour une étude architecturale complète du monument: Étienne, Varène 2004, p. 135-142, fig. 83-88.

149 D’après les comptes de l’Érechtheion, la simple taille des cannelures d’une colonne ionique revient à environ 90 ou 100 drachmes (IG I3 476, l. 192-199 par exemple); il faut ajouter à ce prix les frais d’extraction, de transport, de mise en place des blocs et de la sculpture du chapiteau ionique.

150 Robert, Robert 1989, p. 17, col. V, l. 48-53 et p. 61.

151 Étude architecturale du monument: Étienne, Varène 2004, p. 93-104, fig. 52-62 et 64; étude de l’inscription: Robert, Robert 1989, p. 63-104.

152 Robert, Robert 1989, p. 65-66, col. III, l. 18-51 et p. 102-104.

153 Moretti 2009, p. 358.

154 Étienne, Varène 2004, p. 117.

155 Étude architecturale du monument: Étienne, Varène 2004, p. 117-123, fig. 71-76; inscription en l’honneur de Sextus Appuleius: Ferrary 2000, p. 360-364, no 9, fig. 11-12.

156 Bonne illustration de la rasura: Ferrary 2000, p. 361, fig. 11.

157 Moretti 2009, p. 358; la cargaison de l’épave de Kızılburun, dans laquelle a été retrouvée une colonne du temple, date des environs de 30. La construction du temple se poursuivait donc dans le dernier tiers du ier s.

158 Thompson H. A. 1950, p. 318, pl. 100 a et c.

159 Habicht 2009.

160 Jacquemin, Laroche 1986; Moreno 1995, cat. 4.26, p. 180-185.

161 Goette 1990a.

162 Tiede 1990, p. 223-237.

163 Habicht 1990.

164 IKaunos 89; Işik 1994, p. 138-144, fig. 1-11, fig. 1-7.

165 Rome, via della Dataria, dans une niche du mur de terrasse du Quirinal; L. Canciani, LIMC VII (1994), p. 440, s.v. «Populus, Populus Romanus», no 13.

166 Augsbourg, Musée romain, inv. 696; L. Canciani, LIMC VII (1994), p. 440, s.v. «Populus, Populus Romanus», no 15.

167 Vue d’ensemble et de détail du monument: ILindos 169, fig. 1-6, 498.

168 Lindos III, p. 56, n. 58, fig. III, 28.

169 Lindos III, p. 72, fig. III, 27.

170 L’idée est pour la première fois évoquée par E. Assmann (cf. AA [1907], p. 415), mais rejetée par Chr. Blinkenberg (ILindos, p. 434).

171 IOlympia 186.

172 IG XII 1, 87, 104; ILindos 147-148, 150, 155, 159, 169, 199, 203; Tit. Calymnii 21, 44, 281; Pugliese Carratelli 1952-1954, nos 18-19.

173 IGBulg I2 388bis, l. 35-38.

174 Noter que la composition du monument d’Hagèsandros, monument en forme de poupe de navire flanquant une exèdre, est très proche de celle d’un monument à l’angle Est de l’agora de Thasos où une proue de navire s’avance au centre d’une exèdre en Π: ce monument pourrait donc très bien avoir supporté une statue honorifique (Grandjean, Salviat 2000, p. 77, no 37).

175 ILabraunda 134, l. 3-7; Isager, Karlsson 2008; Isager 2011.

176 SEG XXXIII 1041, l. 1-4; le décret de Mesembria IGBulg I2 320 de la fin du ier s. av. J.-C. ou du début du siècle suivant, mentionne aux lignes 8 et 9 un groupe statuaire honorifique similaire.

177 Pétrakos 1997, 294, l. 20-25.

178 Comme dans le cas de la statue équestre d’Eumène II, de celles en pied de sa mère Apollonis, de ses frères Athénaios, Philétairos et Attale, et du Peuple de Pergame (FD III 3, 240, l. 14-15); les statues, dédiées par les Étoliens, sont sans doute installées dans le sanctuaire fédéral de Thermon.

179 Cf. supra p. 51-53.

180 Sur la carrière et la famille de ce sculpteur olynthien, devenu citoyen athénien, cf. Habicht 1992-1998 et Habicht 2000-2003.

181 IG II2 3829; sur les problèmes généalogiques posés par ce groupe sculpté, cf. Löhr 2000, p. 139-142, no 161.

182 IG II2 3253-3256.

183 IG II2 3284.

184 Reinmuth 1971, no 9.

185 Il existe cependant peut-être des monuments familiaux similaires sur l’Acropole dès la première moitié duive s.; cf. le groupe sculpté représentant un père et son fils sur une base semi-circulaire IG II2 3828; d’après Keesling 2010b, p. 198-201, la base IG II2 4895 faisait originellement partie d’un groupe similaire.

186 Blinkenberg 1941, col. 267-271, no 56.

187 Cf. infra p. 276-280, 307-310.

188 IG XII 6, 281.

189 Ce type de monument pour des couples existe sur l’Acropole d’Athènes dès le ive s.; les noms des personnages représentés sont alors simplement indiqués au nominatif (IG II2 3834; après 350).

190 Kavvadias 1891, no 251; IG IV2 243; hauteur: 0,29 m; longueur: 1,58 m; profondeur: 0,59 m; on retrouve la signature d’Athènogénès à Dodone.

191 Tit. Calymnii 123, pl. LXXII.

192 Tit. Calymnii 79, col. B, l. 38.

193 Tit. Calymnii 125, pl. LXXIII; 127, pl. LXXIV par exemple.

194 FD III 4, 176.

195 Foucart 1910, p. 146, fig. 1.

196 Pasquier 2007, p. 48-49, no 1.

197 Meritt, Woodhead, Stamires 1957, p. 203-206, no 51, fig. 2-3, pl. 51; Thompson, Wycherley 1972, p. 153-154, fig. 38.

198 Hauteur: 0,84 m; longueur: 1,575 m; épaisseur: 0,18-0,285 m.

199 GD 31.

200 Courby 1912, p. 74-83, fig. 94-105; Schmidt 1995, p. 435-436, cat. VII. 4, fig. 91-92.

201 Schmidt-Dounas 2000, p. 109 émet l’hypothèse que n’étaient pas seulement représentés sur la base des membres de la dynastie antigonide, mais aussi des membres de la famille argéade: Antigone Gonatas cherche en effet à se présenter comme l’héritier légitime d’Alexandre le Grand.

202 Sur ce type de monuments, cf. supra p. 85-96.

203 ID 1602; le bloc a une profondeur de 0,24 m.

204 Vallois 1923, p. 120, fig. 177, pl. I (no 99), pl. X à gauche; Schmidt 1995, p. 437-438, cat. VII.7, fig. 95-96.

205 Picard 1921a, p. 133-138; hauteur: 1,12 m; longueur: 3,29 m; profondeur: 0,58 m; pour les inscriptions: M. Bulard, BCH 31 (1907), p. 444-446, fig. 6-7; ID 1551 et 1777.

206 Marcadé 1957, 87 r. v (photographie), pl. XXXIX 1.

207 Will É. 1982, p. 445-446.

208 Pour une étude de la base et de sa stéréotomie, cf. Kreeb 1985, p. 53-57; pour le groupe statuaire et son emplacement, cf. Kreeb 1988, p. 17-21.

209 Kreeb 1985, p. 56-59.

210 Milet I 9, 331-332.

211 La base est donc antérieure au portique ionique, érigé après 52 apr. J.-C. (cf. la dédicace de Cn. Vergilius Capito, Milet I 9, 328), mais se dressait probablement aux abords ou à l’intérieur du gymnase hellénistique; sur le gymnase, cf. Milet I 9, p. 1-23; l’activité du sculpteur Dèmètrios, fils de Glaucos, milésien, qui signe la statue d’Apollônios – et peut-être celle d’Épicratès – peut être placée dans le dernier tiers du iie s.; cf. Thomas 1983, p. 124-133.

212 Sur ce calendrier astrologique et météorologique, cf. Lehoux 2005, p. 125-140 (dédicace: fr. 456C, fig. II); Lehoux 2007, p. 154-157, cat. A.ii, fig. cat. 2.

213 Knackfuss 1924, p. 326, no 256 (stemma, incomplet, de la famille).

214 Polybe, XXIV 8-10.

215 IOlympia 300.

216 Delphes, exèdre devant le monument de Cratère: Courby 1927, p. 296, fig. 242; Thüngen 1994, p. 48-49, pl. 1,1, annexe 1,1; cf. supra p. 90-91.

217 Thüngen 1994, p. 52-53, no 7, pl. 4, annexe 4; Kavvadias 1891, pl. I.

218 Roux 1961, p. 302-315, fig. 94-100.

219 Thüngen 1994, no 30, p. 68-69, pl. 19, annexe 15.

220 Thüngen 1994, no 113, p. 134-135, pl. 72 et 73, 1, annexe 47.

221 Thüngen 1994, no 112, p. 133-134, pl. 70, annexe 46.

222 Thüngen 1994, no 31, p. 69-70, pl. 20.

223 Thüngen 1994, nos 18-19, p. 60-61, pl. 13, 2 et 14, 1, annexe 9, 2 et 3; FD III 3, fig. 6, exèdres C et D;B. Haussoulier, BCH 6 (1882), p. 217-219, nos 50-51.

224 Thüngen 1994, nos 20-21, p. 61-62, pl. 14, 2, annexe 10,1; FD II 3, p. 265, fig. 208.

225 Thüngen 1994, no 28, p. 65-66, annexe 13; FD II 3, p. 291-294, fig. 237-240.

226 Thüngen 1994, nos 23-26, p. 63-64.

227 Hoepfner, Schwandner 1994, p. 133-136, fig. 100, 114-121.

228 Hoepfner, Schwandner 1994, p. 137-139.

229 Thüngen 1994, nos 14 et 15, pl. 11-12, annexes 8-9, 1.

230 Coulton 1976, p. 58-59, 290, fig. 119, 3.

231 FD III 3, 240, particulièrement l. 11-14.

232 Thüngen 1994, no 53, p. 90-91, pl. 37, 2, annexe 23, 2.

233 IG XI 4, 1091.

234 Thüngen 1994, no 56, p. 84-95, pl. 41,2, annexe 26 (angle Nord-Est du portique de Philippe, début duiie s.), no 67, p. 100-101, pl. 46,1, annexe 30, 1 (devant le mur Sud de la Salle hypostyle, dernier quart duiie s.), no 69, p. 102-104, pl. 47,1, annexe 30, 2 (devant le Monument des taureaux, dernier quart du iie s.),no 71, p. 105-106, pl. 48,1, annexe 31 (devant la façade Est du portique de Philippe, vers 130), no 74, p. 107-108, pl. 50, 52, annexe 33, no 76, p. 109-110, pl. 53, annexe 33, 1 (en bordure Est du sanctuaire d’Apollon, devant le portique d’Antigone, fin du iie s.).

235 Thüngen 1994, no 64, p. 98-99, pl. 45, annexe 28, 3 (devant la façade Est du portique de Philippe, vers 160-150), no 82, p. 111-113, pl. 54,1, annexe 32, 3 (dans l’établissement des Poséidoniastes de Bérytos, début du ier s.).

236 Thüngen 1994, no 70, p. 104-105, pl. 47,2, annexe 29, 2 (façade Ouest du portique de Philippe, vers 185-160).

237 Thüngen 1994, no 97, p. 125, pl. 64,1, annexe 42 (à l’extrémité Nord du portique Ouest de l’agora, début du ier s.).

238 Thüngen 1994, no 85, p. 114-115, pl. 56, annexe 34, 2-35 (sur la terrasse du portique Nord de l’agora, à l’extrémité Ouest, dernier tiers du iie s.).

239 Thüngen 1994, no 74, p. 107-108, pl. 50 et 52, annexe 33; ID 1962.

240 Courby 1912, p. 50-54, fig. 65, 68-70.

241 Courby 1927, p. 257-262, fig. 201-204.

242 FD III 4, 131.

243 Un autre monument de ce type, pour les femmes de la famille Lycos-Dioclès, se dressait au Sud de l’Aire (FD III 3, 149); un troisième, dont l’emplacement originel est inconnu, est dédié par Charixénos, fils de Kydriôn (pour sa statue?) (Marcadé 1953, 97 r. v., pl. XVIII, 1); un quatrième, dont l’emplacement originel est également inconnu, est dédié par Pleistainos, fils d’Eurydamos, Étolien (Marcadé 1953, 4 r. v, pl. I, 4).

244 IMagnesia 154.

Table des illustrations

Titre Fig. 20. Fragment de la base du groupe des Tyrannicides, sur l’Agora d’Athènes.
Crédits Courtesy of the ­American School of Classical Studies at Athens.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-1.png
Fichier image/png, 604k
Titre Fig. 21. Base de la statue de Charidèmos à Delphes : a. vue générale ; b. face supérieure.
Crédits Delphes, Musée, inv. 3951 ; clichés EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 22. Base de la statue de Conon à Caunos : a. inscription ; b. face supérieure de la base (en bordure Ouest du sanctuaire d’Apollon).
Crédits Clichés Chr. Marek dans IKaunos 81.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-3.png
Fichier image/png, 730k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-4.png
Fichier image/png, 82k
Titre Fig. 23. Base de Camiros pour Philocratès.
Crédits ClRh 6-7 [1932-1933], p. 437.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 24. a. Base monumentale cylindrique de Milet. – b. Reconstitution hypothétique.
Crédits Milet I 9, 306 ; Kotsidu 2000, fig. 72-73.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-6.png
Fichier image/png, 745k
Titre Fig. 25. Colonnette honorifique de Télésinos à Délos.
Crédits Cliché EFA ; Délos, musée, inv. E 269 + E 653 ; Marcadé 1974, fig. 22.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-7.png
Fichier image/png, 415k
Titre Fig. 26. Élévation restituée de la colonne honorifique de Ménippos au sanctuaire de Claros.
Crédits Relevé EFA ; Étienne, Varène 2004, fig. 64.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-8.png
Fichier image/png, 839k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-9.png
Fichier image/png, 24k
Titre Fig. 27. Restitution du pilier samien pour le Peuple de Rome.
Crédits Tiede 1990, p. 235, fig. 12.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-10.png
Fichier image/png, 873k
Titre Fig. 28. Monument de Pandaitès et de Pasiclès sur l’Acropole.
Crédits IG II2 3829 ; Krumeich, Witschel 2010, pl. 10, fig. 18.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-11.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Fig. 29. Base de l’Éleusinion d’Athènes pour Cléiocratéia, signée Praxitèle : a. vue d’ensemble ; b. détail de l’inscription.
Crédits a. Athènes, musée de l’Agora, inv. I 4165 ; courtesy of the American School of Classical Studies at Athens ; b. cliché de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-12.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 30. Plan de l’agora de Théophrastos et de l’entrée Ouest du sanctuaire de Délos.
Crédits Relevé EFA ; Picard 1921a, p. 134, fig. 111.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-13.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 31. Base des Bérytiens à Délos : a. relevés de la face avant et du lit supérieur des orthostates ; b. relevés de la face supérieure et de la moulure du bloc de couronnement.
Crédits Relevés EFA ; Picard 1921a, p. 135 et 137, fig. 112-114.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-14.png
Fichier image/png, 271k
Titre Fig. 32. Exèdre rectiligne devant le trépied de Gélon à Delphes.
Crédits Relevé EFA; FD II 3, p. 265, fig. 208.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-15.png
Fichier image/png, 193k
Titre Fig. 33. Restitution du monument distyle d’Aristainéta à Delphes.
Crédits Dessin EFA; Courby 1927, p. 259, fig. 202.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/848/img-16.png
Fichier image/png, 1,3M

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search