Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Entrer en matières : techniques de fabrication, production, économie de la couleur

Un marché de la couleur ? Quelques considérations sur les enjeux économiques de la polychromie

Towards a market of colours? Some reflections on the economic aspects of ancient polychromy

Μια αγορά του χρώματος; Σκέψεις για το οικονομικό διακύβευμα της πολυχρωμίας

Véronique Chankowski

Résumé

Si les textes antiques ont fourni matière à plusieurs analyses du système des couleurs et des échelles de valeurs que recouvraient aux yeux des Anciens les différents types de pigments, fort peu de données nous sont parvenues sur la dimension économique de la couleur. À côté de quelques mentions chez Pline l’Ancien, les textes épigraphiques, et plus particulièrement les comptes des sanctuaires, comportent quelques mentions d’achats de pigments destinés à l’activité architecturale et à diverses réparations. Les données sont rares mais, croisées avec d’autres informations, elles permettent de reconstituer les bribes d’une économie de la couleur, plus particulièrement dans le monde grec classique et hellénistique. On s’intéressera ici aux indications des prix des pigments dans les comptes de construction des sanctuaires, à la rémunération des artisans-décorateurs et peintres, pour s’interroger enfin sur les caractéristiques d’un possible marché de la couleur correspondant à certaines catégories de matériaux destinés à la décoration.

Texte intégral

1Il peut paraître étrange de vouloir relier art et économie, qui plus est pour l’Antiquité, tant est discutée, d’abord, la question de la nature des économies antiques, et tant le lien reste incertain entre les productions artistiques et leur valeur marchande. Rien ne dit donc qu’art et économie antiques puissent faire bon ménage. Néanmoins, dans les analyses sur les arts de la couleur en Grèce ancienne et ailleurs telles qu’elles sont apparues au cours de ce colloque, il est une perspective à la jonction de ces deux domaines qui mérite d’être éclairée : celle de la notion de luxe dans les produits de l’art. Il s’agit non pas tant de la valeur des œuvres produites que du coût des matériaux nécessaires à leur fabrication et de leurs modes d’acquisition. La notion de luxe reste difficile à apprécier pour l’Antiquité dès lors que l’on ne dispose guère d’indications que l’on pourrait confronter avec d’autres données : pour les produits utilisés dans les créations artistiques, on connaît très peu de prix qui puissent être mis en série et comparés avec d’autres, très peu d’indications sur les provenances. Inversement, il convient aussi de l’envisager en creux, c’est-à-dire de s’interroger sur la disponibilité de certains produits dans une logique d’offre et de demande. La couleur est-elle rare et chère ou au contraire accessible et diffusée ?

2Sans prétendre à l’exhaustivité, j’ai cherché à rassembler quelques données issues de la documentation épigraphique afin de montrer ce que ces sources peuvent apporter à une analyse économique de la peinture et de la couleur dans les sociétés grecques anciennes.

1. Peintres, artistes et artisans dans les sanctuaires grecs

  • 1 Sur les limites de la gravure des comptabilités des sanctuaires, voir Chankowski 2011.

3Les comptes de construction et d’entretien des grands sanctuaires constituent une documentation assez riche sur cette dimension de l’artisanat grec que représente la peinture. L’éclairage en est toutefois limité aux activités financées par la caisse des sanctuaires et à quelques grands sanctuaires pour lesquels des comptes ont été gravés sur pierre. Dans beaucoup d’autres cas, la documentation financière était tenue sur des supports périssables qui ne nous sont pas parvenus1. Cette documentation austère est souvent négligée alors qu’elle comporte des indications intéressantes sur les matériaux de construction et les fournitures qui sont liées aux activités d’entretien des sanctuaires. Elle est également riche d’informations sur les artisans qui ont été employés par les sanctuaires pour ces travaux d’entretien ou de construction.

4Les cas que l’on peut étudier sont assez limités dans l’espace et dans le temps mais représentatifs de différentes régions. Ce sont d’abord, chronologiquement, les comptes des sanctuaires de l’Attique qui font état d’un grand nombre de constructions aux ve s. et ive s. av. J.-C. : comptes de construction du Parthénon (IG I3 436-451 dans le troisième quart du ve s.), des Propylées (IG I3 462-466 entre 437 et 433 av. J.-C.), de l’Érechthéion (IG I3 474-479 et IG II2 1654, entre 408 et le début du ive s. av. J.-C.), comptes d’Éleusis (IG II2 1672-1673a-1673 dans les années 330 jusqu’à la fin du ive s. av. J.-C.), mais également comptes relatifs à la fabrication de statues au ve s. av. J.-C. (IG I3 435 pour l’Athéna Promachos, IG I3 472 pour les statues d’Héphaïstos et d’Athéna). En dehors de l’Attique, les dossiers de comptes d’Épidaure et de Delphes documentent de véritables programmes de construction réalisés au cours du ive s. av. J.-C., l’un pour l’aménagement des sanctuaires d’Épidaure, l’autre pour la reconstruction du temple d’Apollon delphien. Il faut y ajouter deux séries importantes : les comptes de Délos, dont la gravure n’est pas liée uniquement aux constructions entreprises dans le sanctuaire puisque c’est l’intégralité de la comptabilité établie d’année en année qui était gravée, de la fin du ve s. au milieu du iie s. av. J.-C., et les comptes de Didymes, gravés à l’époque hellénistique.

  • 2 Voir Feyel 2006 et les références bibliographiques citées en note, en particulier p. 11-27. L’ouvra (...)

5Ces comptes peuvent être étudiés dans plusieurs perspectives : l’histoire des œuvres qu’ils documentent, le coût des matériaux, le statut de la main-d’œuvre2. Quelques mentions rendent compte de l’usage et du coût de la couleur.

  • 3 De façon caractéristique, certains comptes, comme ceux de l’Érechthéion qui proposent une dénominat (...)

6Parmi celles-ci, plusieurs se réfèrent à des travaux d’entretien. Il s’agit de travaux de peinture à l’encaustique (ἔγκαυσις) qu’il fallait renouveler régulièrement pour protéger les monuments, en particulier en raison du climat marin à Délos mais également dans d’autres sanctuaires. Les comptes des hiéropes de Délos regorgent d’exemples de ce genre d’activité de peinture ou de badigeon : bien qu’elle n’ait guère à voir avec la grande peinture3, elle nous intéressera ici car elle rend compte de l’usage de certains matériaux. Le travail d’encaustique va de pair avec l’enduit de poix appliqué sur les boiseries, en particulier à Délos où l’opération était renouvelée chaque année. Les comptes des hiéropes en ont conservé de nombreux témoignages. Par exemple, en 246 av. J.-C., les hiéropes versent aux artisans Néogénès et Euelthôn une somme de 69 drachmes chacun pour avoir encaustiqué les portes du temple d’Apollon (ἐργολαβήσαντι […] τὰς θύρας ἐγ[κ]αῦσαι, ID 290, l. 144-146). On trouve également mention de cette opération d’encaustique dans les comptes de Delphes pour l’entretien du temple de Déméter aux Pyles (compte de Diôn, printemps 335 av. J.-C. : CID II 76, col. III, l. 13-14) : la pose d’un enduit (κονίασις) coûte 210 drachmes et est suivie de la peinture (ἔγκαυσις) pour 33 statères (soit 66 drachmes).

  • 4 Feyel 2006, p. 121 (EPI 14) et 137 (EPI 100) du catalogue.

7Mais les sanctuaires commandent aussi, lors des constructions, des travaux de peinture pour la décoration de moulures architecturales et sa réfection régulière. Il s’agit là aussi de peinture à l’encaustique et parfois de dorure. On en trouve plusieurs exemples dans les comptes inscrits. Ainsi à l’Érechthéion, la liste des travaux financés en 408/7 av. J.-C. mentionne deux paiements à un peintre encaustiqueur, l’artisan Dionysodôros, métèque du dème de Mélitè, pour la peinture de 130 pieds de moulures verticales (kymation) à 5 oboles le pied (IG I3 476, frag. XIII, col. I, l. 46-53 et frag. XVII, col. II, l. 270-280). À Éleusis en 329/8 av. J.-C., un autre métèque de Mélitè, Dexithéos, reçoit 5 drachmes pour la peinture de moulures en forme de kymation du sanctuaire de Pluton (IG II2 1672, l. 187-188). Les comptes d’Épidaure mentionnent eux aussi un paiement de 372 drachmes pour la peinture d’acanthes à l’encaustique (IG IV2 1, 102 A1, l. 51-52). Un des artisans de cette équipe peint également à l’encaustique le sèkos du temple d’Asklépios pour 140 drachmes (IG IV2 1, 102 A1, l. 30-31)4. Un autre artisan peint à l’encaustique le modèle des chéneaux à tête de lion du temple d’Asklépios pour 16 drachmes et une demi-obole (IG IV2 1, 102 B3, l. 303). Un autre encore peint l’ensemble des chéneaux à tête de lion et nettoie le temple pour un total de 563 drachmes (IG IV2 1, 102 B1, l. 108-110). Plus tard, à Délos, vers 275 av. J.-C., les hiéropes du sanctuaire d’Apollon payent à un artisan 197 drachmes pour peindre 1 773 pieds de kymation au plafond du Pythion (IG XI 2, 165, l. 23), soit moins d’une obole le pied, et 50 drachmes pour peindre des ornements floraux sur des moulures (IG XI 2, 165, l. 24), puis à un autre artisan la peinture de 40 pieds de moulures au Pythion pour 1,5 obole le pied (IG XI 2, 199 A, l. 80-81, a. 274), soit 10 drachmes.

  • 5 Ph. Fraisse, J.-Ch. Moretti, Le théâtre, EAD XLII (2007), p. 179 pour l’analyse du dispositif.
  • 6 Ibid., p. 164 ; Feyel 2006, p. 230-232, 379-380.

8Pour certains de ces travaux, il faut se demander si l’on a affaire à un travail de peinture répétitif ou à une véritable création. À Délos, lors de la construction du théâtre qui est bien documentée dans les comptes des hiéropes, une dépense très importante concerne la peinture de panneaux (skènai et paraskèniai) de bois formant un équipement scénique mobile, indépendant du bâtiment de scène5, réalisée par deux artisans pour la somme de 2 500 drachmes, payées en 274 av. J.-C. (199 A, l. 96-99). Mais ces deux artisans ne sont pas connus par ailleurs et on ignore l’ampleur du travail à réaliser pour pouvoir situer ce coût sur une échelle de valeurs. Les pinakes du proskénion de ce même théâtre font également l’objet d’une dépense importante. En 282 av. J.-C., les hiéropes rémunèrent deux artisans pour ce travail (IG XI 2, 158 A, l. 67-69) en payant 100 drachmes la peinture d’un pinax, confectionné et préparé par un charpentier. Alors que l’importance de la somme pourrait laisser penser à une rémunération d’artiste, on est frappé de constater que les deux artisans qui y ont travaillé sont connus dans les comptes déliens comme artisans de menus travaux (métallurgie, menuiserie, peinture, fourniture et transport de matériaux) sans présenter un profil d’artiste peintre. L’un d’entre eux semble plutôt spécialisé dans le travail du métal mais accepte à l’occasion des travaux de peinture. L’autre est connu pour avoir blanchi les lys et doré les rosettes du plafond de l’Asklépieion dans un autre compte de travaux6. Chacun d’entre eux a peint deux pinakes et a reçu 200 drachmes, une somme comparable à celle qui est versée dans les mêmes années par les hiéropes déliens pour la peinture des 1 773 pieds de moulure au plafond du Pythion (IG XI 2, 165, l. 23) à un artisan qui est lui aussi polyvalent.

  • 7 Sur les critères de rémunération des artisans, voir Feyel 2006, p. 416-421, qui considère toutefois (...)

9Il convient alors de se demander ce que la rémunération prend en compte dans l’évaluation du coût de tels travaux. Les couleurs semblent fournies par les artisans eux-mêmes car aucune autre dépense n’est mentionnée à ce sujet. Leur coût doit donc entrer dans le calcul final, tout autant que le temps de travail ou la valeur du produit fini7.

2. Le coût des fournitures

10Ce sont les attestations relatives à la peinture et à la dorure de statues, fournies par les comptes des hiéropes, qui permettent surtout de se faire une idée du coût des matériaux. Dans la majorité des cas, les artisans fournissent eux-mêmes leurs produits, mais il arrive aussi que le sanctuaire intervienne directement sur le marché. En effet, les comptes montrent que les sanctuaires achètent régulièrement des produits d’entretien (comme la poix) ou accumulent des denrées comme le bois, stocké sous différentes formes (poutres, rondins, fagots, etc.). Les comptes des hiéropes déliens font régulièrement état de ces stocks qui font l’objet d’inventaires. Qu’en est-il de la couleur ? Est-elle un produit courant sur le marché ?

  • 8 Voir IG XI 2, 145, l. 13 ; 146 A, l. 68 ; 163 A, l. 11 ; 165, l. 26-27 ; 287 A, l. 62.
  • 9 Voir la liste complète des références dans Ph. Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époq (...)

11Le sanctuaire de Délos achète régulièrement deux produits qui sont inséparables pour faire de la couleur : un pigment et un liant. On trouve de façon récurrente dans les comptes des hiéropes des achats de μίλτος et κόλλης (gomme) ou de μίλτος et κηρός (cire) : c’est en effet l’association de ces deux produits qui permettait de préparer la peinture à l’encaustique dont on a vu qu’elle était régulièrement utilisée pour l’entretien des bâtiments. Ce mélange est ancien : on en trouve la mention dans un compte des naopes de Délos en 359/8 av. J.-C. où il est, de la même façon, acheté par le sanctuaire pour les travaux prévus ces années-là (κηρός, μίλτος : ID 104-5, l. 4). Les deux produits devaient être vendus ensemble car c’est toujours un prix unique qui est indiqué, ce qui laisse penser que le mélange devait être vendu déjà préparé. Il est vendu à la mine (soit 454 g pour une mine attique), mais on ignore quels étaient les contenants. Vers 280 av. J.-C., les hiéropes ont ainsi acheté 32 mines de μίλτος καì κηρός pour le plafond du Pôrinos Naos, au prix de 2,4 drachmes la mine (IG XI 2, 165, l. 26-27)8. Dans un autre compte daté de 169 av. J.-C., la formule est différente et il est question de μίλτος καì χρώματα (ID 461 Ab, l. 21). Dans ce passage fragmentaire de dépenses, il est question de la fabrication de l’agalma de Dionysos qui consistait en un oiseau de bois et de plumes réalisé chaque année pour le char processionnel des Dionysies. Les hiéropes enregistrent séparément un paiement de 10 drachmes à un artisan qui a confectionné la statue, puis un second paiement de 10 drachmes à un autre artisan qui l’a peinte. Les couleurs sont payées séparément du travail réalisé mais aucune indication de quantité n’est fournie : τῶι κατασκευάσαντι τὸ ἄγαλ]μα Δ· τῶι γράψαντι Δ· κηρὸς καὶ χρώματα ГⱵⱵ· Les mots κηρός καì χρώματα sont habituellement, dans d’autres comptes, remplacés par la formule εἰς κόσμησιν τοῦ ἀγάλματος (par exemple IG XI 2, 161 A, l. 90 ; 287 A, l. 51-52 ; ID 338 Aa, l. 58, etc.). Ailleurs, c’est un prix global de fabrication de la statue qui est indiqué (ID 440 A, l. 31 ; 442 A, l. 198 ; 444 A, l. 29-30)9.

12Le miltos est un produit que l’on trouve dans les comptes d’Éleusis et d’Épidaure de façon récurrente, ainsi que dans des devis, comme celui de Lébadée en Béotie (IG VII 3073) au iie s. av. J.-C. puisqu’il était utilisé en architecture et en menuiserie pour vérifier l’horizontalité, autant que comme enduit pour les boiseries. Le miltos est vendu au poids pour 3,5 oboles le statère à Éleusis en 329/8 av. J.-C. (IG II2 1672, l. 12) : les épistates achètent 25 statères de miltos et se procurent dans le même temps d’autres ingrédients liés à la fabrication de couleurs : du noir de cordonnier (μελαντηρία), de la noix de galle (κηκίς) et de la poix (πίττα). Le noir est vendu au médimne (51,8 litres), pour 8 drachmes l’unité (IG II2 1672, l. 114-115). Les épistates en achètent 2 médimnes. Une partie de ces produits est fournie par un marchand régulier, Pamphilos, qualifié de σκηνίτης (l. 13, 15). La suite du compte (l. 69-70) mentionne d’autres noms de vendeurs pour ces produits. Le poids exprimé en statères doit signifier que les épistates ont obtenu, non pas les 8,60 g d’or d’un statère, mais plutôt son équivalent de 20 drachmes attiques pesant chacune 4,32 g, soit un rapport de 24,6 g de miltos pour une obole (soit 0,04 obole pour un gramme). Le tarif est donc assez proche de celui qu’enregistrent les comptes de Délos vers 280 av. J.-C. puisque le tarif de 2,4 drachmes la mine fournit un rapport de 30 g pour une obole (soit 0,03 obole pour un gramme). Dans ce dernier cas, il s’agit toutefois, comme on l’a vu, d’un mélange de miltos et de liant. À Épidaure, une inscription donne un prix de 50 drachmes pour du miltos pur mais sans indication de quantité (IG IV2 1, 115, l. 19, vers 335-325 av. J.-C.). Les épistates d’Éleusis et les hiéropes de Délos ont acheté plusieurs kilogrammes de miltos, mais les unités pondérales utilisées (le statère, alors que le total de 25 statères pouvait aussi être exprimé par 5 mines, et la mine, alors que le total de 32 mines équivalait à un demi-talent) laissent penser que les marchands avaient l’habitude de détailler ce produit en petites quantités.

  • 10 Ce blanchissage est connu également à Épidaure : voir par exemple IG IV2 1, 102 B3, l. 304-305 (Fey (...)
  • 11 Cl. Vial, Délos indépendante (314-167 avant J.-C.). Étude d’une communauté civique et de ses instit (...)

13Une autre couleur, le blanc de céruse (ψιμύθιον), connue comme base de maquillage, est achetée par les hiéropes de Délos pour la peinture du plafond et des colonnes du Pythion pour une quantité de 40 mines, soit l’équivalent de 17 kg (IG XI 2, 165, l. 25-26) : ψιμυθίου εἰς τὴν ὀροφὴν καὶ εἰς τοὺς κίονας τοὺς ἐν τῶι Πυθίωι παρὰ Μνησίλεω μναῖ [τετ]τ[αράκο]ντ[α]10. Le prix n’est pas conservé. Le fournisseur est différent du vendeur à qui les hiéropes achètent, la même année, l’habituel mélange de μίλτος καì κηρός. Il est peut-être possible d’identifier ce Mnèsiléôs avec Mnèsiléôs fils de Pyrrhi-, locataire d’ateliers proches de la mer, réservés à des travailleurs de sexe masculin (voir IG XI 2, 199 B, l. 93-94)11. Une activité de production de couleurs expliquerait la localisation de l’atelier en bord de mer pour éviter les nuisances dans les quartiers d’habitation, mais on est là dans le domaine de l’hypothèse.

  • 12 À Épidaure, un artisan est rémunéré pour avoir fourni de la peinture pourpre (ἐρυθρο-), dans un fra (...)
  • 13 V. Chankowski, Athènes et Délos à l’époque classique. Recherches sur l’administration du sanctuaire (...)

14La pourpre fait elle aussi l’objet de quelques rares mentions dans les comptes déliens12. En 269 av. J.-C., un certain Agathôn fournit au sanctuaire 2 mines de pourpre destinées à la teinture du vêtement de Létô, au tarif très élevé de 100 drachmes la mine (ID 203 A, l. 73). Hormis cette mention, les autres attestations concernant la pourpre ne sont guère utilisables pour la question qui nous occupe ici car elles enregistrent le revenu d’une taxe qui était perçue par le sanctuaire sur la pêche du murex : il ne s’agit donc pas d’indications de prix13.

  • 14 Voir Feyel 2006, p. 421, sur le fait que les commanditaires rémunèrent un produit fini dont l’achèv (...)

15Les métaux, or et argent, faisaient également partie des matériaux utilisés dans la décoration des œuvres. Un passage d’un compte attique témoigne de l’usage de l’argent : vers 450 av. J.-C., dans une liste de dépenses pour l’Athéna Promachos, il est question à deux reprises d’argent non frappé utilisé pour l’ornement de la statue [ἀργύριον ἄσεμον ἐς] ποικιλί[αν τοῦ ἀγάλματος], mais aucune quantité n’est conservée et la formule est en partie restituée (IG I3 435, l. 56-57, 79-80). Les comptes déliens comportent quant à eux des mentions d’achat de feuilles d’or (πέταλα) pour la dorure des statues. Il est intéressant de constater qu’elles sont généralement achetées par le sanctuaire, indépendamment du paiement à l’artisan qui n’avait donc pas à fournir le produit dans ce cas. Un de ces artisans mérite que l’on s’arrête sur ses déboires avec le sanctuaire. Ophélion a d’abord doré et décoré la statue d’Hécate pour 12 drachmes en 250 av. J.-C. (IG XI 2, 287 A, l. 114-115). Quelques années plus tard, en 246 av. J.-C., il prend en adjudication trois chantiers de décoration : la décoration de la statue d’Artémis de la Nèsos pour 25 drachmes (ID 290, l. 148-149), la décoration avec peinture à l’encaustique de la statue cultuelle d’Aphrodite de Stésiléôs pour 115 drachmes (l. 151-153) et la peinture et réparation de la décoration de trois statues cultuelles du Pythion avec application de feuilles d’or (l. 229-231). Les hiéropes achètent eux-mêmes les 1 500 feuilles d’or nécessaires. L’adjudication, d’un montant de 450 drachmes, correspond uniquement à la fourniture de la peinture et au travail du décorateur. Bien que l’on ignore le coût exact de ces matériaux, les ordres de grandeur mentionnés précédemment permettent de penser que c’est largement le savoir-faire et le temps de travail du peintre qui est rémunéré ici14. Au cours du travail, un supplément de 760 feuilles d’or s’avère nécessaire. Les hiéropes l’achètent et versent un complément de salaire de 125 drachmes à Ophélion pour ce travail réalisé en sus, mais un désaccord s’élève et il est, en fin de compte, probablement payé pour chaque statue séparément, mais le texte est mutilé à cet endroit (l. 241-244). Le tarif du petalon semble varier selon l’importance de la commande : 5 oboles l’unité pour une commande de 4 petala (IG XI 2, 287 A, l. 149), 4 oboles l’unité pour 19 petala (l. 114), 3 oboles l’unité pour 15 petala (ID 290, l. 151-153). On ignore le prix payé par les hiéropes pour les 2260 feuilles d’or qu’ont nécessité les statues du Pythion mais il devait avoisiner les 1500 drachmes. Lors des grosses commandes, les feuilles d’or sont fournies par des artisans différents, la commande se trouvant ainsi partagée entre deux, voire trois fournisseurs. L’un deux, Echestratos, est nommé lors de deux commandes, en 250 et en 246 av. J.-C.

16Les hiéropes achètent également de la colle pour fixer les feuilles d’or (κόλλη), à 7,5 drachmes la mine. 2,5 mines (environ 1 kg) sont nécessaires pour la réparation des trois statues du Pythion (ID 290, l. 236-237).

17Les données chiffrées que l’on repère dans d’autres corpus de comptes sont plus limitées en ce qui concerne les achats de feuilles d’or. Des artisans sont payés pour des travaux de dorure sans que soient mentionnés les quantités et les produits nécessaires. Ainsi, un artisan d’Épidaure est payé 64 drachmes et 1 obole pour dorer des étoiles (IG IV2 1, 102 B1, l. 86-87). À Délos, les hiéropes rémunèrent 44 drachmes un artisan qui a doré des rosettes et blanchi des lys en 279 av. J.-C. (IG XI 2, 161 A, l. 72-73) et 4 drachmes la dorure d’une offrande en forme de poisson en 250 av. J.-C. (IG XI 2, 287 A, l. 94). La seule indication de prix unitaire du petalon se trouve dans le compte de l’Érechthéion de 408/7 av. J.-C. où un petalon coûte une drachme dans un achat de feuilles d’or destiné à la décoration de statues de bronze (IG I3 476, frag. XVII, col. II, l. 292-296 et 299-303). La différence par rapport aux prix déliens, pour un achat de 166 feuilles d’or à l’Érechthéion, est importante, quand les hiéropes obtenaient au maximum 5 oboles le petalon pour l’achat de plus faibles quantités, mais on ignore toutefois la taille de ces feuilles d’or, qui pouvait être différente de celles de la commande délienne.

  • 15 Feyel 2006, p. 469-510 ; Chankowski 2011.

18On constate donc que les sanctuaires, dans plusieurs cas, n’achètent pas les couleurs : ils procèdent par adjudication et par contrat, laissant aux artisans le soin de se fournir en matériaux. Cette façon de procéder était dans l’intérêt du sanctuaire, qui parvenait ainsi à bénéficier des effets positifs de la concurrence et à baisser autant que possible ses frais de fonctionnement15. Toutefois, lorsque des intérêts financiers sont en jeu, les administrateurs n’hésitent pas à se fournir eux-mêmes sur le marché. Pour des travaux de réparation et d’entretien en particulier, ils achètent en stock de la couleur de façon à ce que des hommes à tout faire puissent en disposer. Un approvisionnement régulier au marché est donc avéré pour des produits courants, purs ou en préparation, comme le miltos, le noir de cordonnier, le blanc de céruse, qui servaient à l’entretien et à la parure des bâtiments. Il est également frappant de constater que la dorure des statues, qui correspond à un artisanat plus complexe, donne lieu à la fourniture des feuilles d’or indépendamment de la rémunération de l’artisan. Quant aux autres couleurs utilisées pour l’ornement des statues, elles étaient manifestement fournies par l’artisan lui-même puisqu’aucun achat particulier n’est mentionné en dehors des feuilles d’or, comme en témoigne l’affaire d’Ophélion avec le sanctuaire délien, détaillée dans les comptes.

  • 16 Feyel 2006, p. 230-232 (DEL 224) et 256-257 (DEL 370). Sur le circuit d’approvisionnement de la poi (...)
  • 17 Feyel 2006, p. 257 (DEL 371).

19Lorsqu’ils sont mentionnés dans les inscriptions et connus par ailleurs, les fournisseurs sont tantôt des marchands, tantôt des artisans polyvalents. À Éleusis, Diokleidès fournit de la poix, du noir et du rouge (IG II2 1672, l. 15-16). Il est sans doute, comme Pamphilos, un skènitès. À Délos, les achats de miltos par le sanctuaire semblent être des achats réalisés sur le marché et non auprès d’un artisan. Toujours à Délos, les achats de feuilles d’or se font auprès d’individus qui ne sont pas connus mais qui semblent spécialisés dans cette activité. Les artisans décorateurs qui se chargent des travaux dans le sanctuaire sont parfois aussi fournisseurs de certains produits, comme la poix, utile à leur activité : c’est par exemple le cas d’Hérakleidès ou de Nannakos qui sont mentionnés dans les comptes16. D’autres artisans-peintres à Délos, comme Néogénès, sont également des graveurs17. En effet, le travail du miltos va souvent de pair avec la gravure puisqu’on l’utilisait pour rehausser les lettres.

20Les « artisans de la couleur » font donc le plus souvent preuve d’une certaine polyvalence. Plus qu’à une spécialisation, on a affaire à un domaine d’activité qui semble lié à la fourniture des produits plus qu’à l’activité artisanale en elle-même. Lorsque le sanctuaire ne se les procure pas lui-même, les artisans doivent avoir un accès privilégié aux matériaux, que ce soit comme intermédiaires ou comme producteurs. On notera d’ailleurs le nombre important de peintres encaustiqueurs et doreurs originaires du dème attique de Mélitè, présents dans les comptes de l’Érechthéion aussi bien que dans les comptes d’Éleusis.

3. Coûts et circuits de distribution de la couleur

  • 18 P. Brun, Les archipels égéens dans l’Antiquité grecque, ve-iie siècles av. notre ère (1996), p. 127
  • 19 De la même façon, la fabrication de bleu hors de l’Égypte est sans doute attestée à Cos, comme l’a (...)
  • 20 H. Brecoulaki, La peinture funéraire de Macédoine : emplois et fonctions de la couleur, ive-iie s. (...)

21À la lecture des témoignages littéraires (plus particulièrement Théophraste et Pline l’Ancien) sur la provenance des couleurs, on pourrait avoir le sentiment d’un grand marché méditerranéen faisant circuler des matériaux rares : miltos de Sinope et de Kéos, blanc de Mélos, ocre de Lemnos, gomme arabique, bleu d’Égypte, etc. En réalité, la célébrité de certaines provenances et de certains produits passée à la postérité n’engage pas un commerce exclusif, car beaucoup de ces produits pouvaient être remplacés par des fabrications régionales. Ces célébrités fonctionnaient surtout comme des appellations contrôlées permettant de se protéger de la contrefaçon : Pline l’Ancien (XXXV 33) rappelle ainsi que l’ocre de Lemnos s’appelait sphragis parce qu’elle n’était vendue que cachetée. Son exploitation est d’ailleurs encore attestée par les voyageurs au xvie s.18. Dans la même perspective, le devis de construction pour le temple de Lébadée en Béotie précise que la vérification de l’horizontalité des lits de pose devra se faire uniquement avec du miltos de Sinope sous peine d’amende et d’obligation de refaire le travail (IG VII 3073, l. 155-159). Sinope n’était pourtant pas la seule cité à fournir du miltos, dont la production est connue également à Kéos et à Lemnos19. Dans le domaine de la grande peinture, la dimension régionale de la fabrication des couleurs a été bien montrée par H. Brecoulaki pour le cas de la peinture funéraire en Macédoine. D’après les analyses réalisées, elle déduit dans ces peintures l’existence d’autres gommes que la gomme arabique venant d’Égypte ou d’Asie : des gommes végétales issues d’arbres fruitiers locaux de Grèce du Nord sont fréquemment utilisées, ainsi que des colles animales. Les pigments inorganiques naturels sont pour la plupart de provenance locale. Pour les autres couleurs de la palette, il faut noter qu’à côté des exportations indispensables, les mélanges et la dilution des couleurs permettent, à partir de l’ocre, d’obtenir une grande variété de teintes : souvent, les ocres sont les seuls pigments rouges rencontrés sur certains sites20.

  • 21 Sur cet ensemble de documents, voir J. Vélissaropoulos, Les nauclères grecs. Recherches sur les ins (...)
  • 22 J. Vélissaropoulos (n. 21), p. 188 et les références citées dans les notes.

22Il n’est donc pas étonnant que le miltos soit presque la seule couleur rencontrée dans les achats des sanctuaires : ce produit avait un usage large, qui entre dans la gamme des produits d’entretien aussi bien que de la décoration des monuments, et se prêtait à des applications diverses. La demande en miltos était donc assurée en quantités abondantes. Aussi les Athéniens avaient-ils cherché à s’en arroger le monopole à l’époque classique, comme en témoigne le célèbre dossier épigraphique sur le vermillon de Kéos (IG II2 1128). Cette affaire est connue par deux inscriptions fragmentaires d’une même stèle, retrouvées sur l’Acropole d’Athènes, qui font connaître les dispositions prises par les Athéniens face aux exportations de miltos de Kéos21. D’après la paléographie, ces deux fragments sont antérieurs à 350 av. J.-C. : ils pourraient donc suivre de quelques années la révolte de 364-362 lors de laquelle Kéos fit défection, trois des quatre cités de l’île s’unissant en sympolitie pour faire alliance avec Histiée et Érétrie. La stèle fragmentaire se présente comme la reproduction des décrets émanant de trois des quatre cités de Kéos : Karthaia (l. 1-8), Korésia (l. 9-24, le plus complet) et Ioulis (l. 25-37). La quatrième, Poiessa, manque et la pierre ne permet pas de supposer la disparition d’un quatrième décret. Elle ne devait donc pas participer à ce commerce. Prévoyant que le miltos ne pourrait être exporté qu’à Athènes sur un bateau désigné par les Athéniens, ces décrets instaurent clairement la mainmise d’Athènes sur les ressources stratégiques d’une île qui se trouve dans son orbite. Ces dispositions ont généralement été interprétées en fonction des besoins de la marine de guerre athénienne car le miltos servait à enduire la coque des trières22. Cet usage militaire n’est pas exclusif : Hérodote (III 58) cite en effet les trières samiennes décorées de rouge (μιλτηλιφεές), mais les usages de ce produit sont plus larges, tant en construction qu’en décoration. Les décrets athéniens visent bel et bien l’instauration d’une situation de monopole commercial, tel que le décrit Aristote dans la Politique (I 20, 1259a), sur un produit de nécessité courante dont le commerce était avantageux, dans une ambiance de recherche de développement économique que traduisent quelques années plus tard les Poroi de Xénophon. Le miltos de Kéos acheminé à Athènes devait probablement être ensuite vendu à des détaillants qui le commercialisaient sur les marchés de l’Attique.

  • 23 Feyel 2006, p. 469-510 ; Chankowski 2011.
  • 24 Chankowski 2011, p. 161-162.

23Il existait donc bien un marché du rouge, du blanc, du noir, de la dorure, qu’il était possible de se procurer auprès de divers fournisseurs et en fonction d’une unité de mesure définissant un prix. Quant aux autres couleurs, force est de constater que le peintre se confond alors avec le fournisseur et l’on ignore ce qui, dans sa rémunération, correspond à la part du coût du produit et ce qui correspond à la part du travail. Ce qui est payé est le produit fini : c’est le principe même de l’adjudication. Ce mode de contrat était tout à fait à l’avantage des sanctuaires : il permettait de faire supporter le poids de l’achat des fournitures par les artisans, mais aussi d’aboutir à une évaluation globale du coût, associant matériaux et temps de travail, qui avait tendance à contraindre à la baisse générale des coûts23. Lorsque les administrateurs ont, au contraire, la possibilité de bénéficier de meilleures conditions d’achat en intervenant eux-mêmes sur le marché, ce sont eux qui fournissent les matériaux : c’est le cas pour les feuilles d’or mais aussi pour la poix et le miltos ; la demande d’un sanctuaire, en quantités notables, pesait fortement sur un marché local et pouvait contraindre les circuits d’approvisionnement24.

  • 25 Voir supra, p. 89.
  • 26 Sur les gains des artisans, voir Feyel 2006, p. 415-421, qui montre que les sculpteurs sont au somm (...)

24Les indications sur le coût des matériaux et sur la qualité professionnelle des intervenants laissent encore dans l’ombre la question de la valeur des œuvres réalisées. Les dépenses de peinture engagées par les sanctuaires correspondent à un véritable investissement. Si l’on garde en mémoire qu’une paire de bœufs ou un esclave valent, entre le ive s. et le iie s., entre 150 et 200 drachmes, on mesurera l’ampleur des dépenses d’ornement consenties par les caisses sacrées : à Délos en 274 av. J.-C., 2500 drachmes pour la peinture des skènai et paraskèniai du théâtre et 400 drachmes pour la peinture des pinakes à 100 drachmes le pinax ; pour des travaux de peinture réalisés vers 275 av. J.-C. sur les moulures du Pythion, 257 drachmes ; pour la réfection de la peinture et de la dorure des trois statues du Pythion, 575 drachmes auxquelles il faut ajouter l’achat de 2260 feuilles d’or qui ont dû coûter entre 1200 et 1500 drachmes en fonction du tarif du petalon25. Ces documents, dont on a vu le caractère fragmentaire, se prêtent difficilement à la mise en série et aux comparaisons. On mettra toutefois en parallèle ces dépenses de peinture avec d’autres, du même ordre de grandeur, consenties à l’Érechthéion en 408/7 pour la sculpture de figures représentant un cheval et un personnage, qui sont payées entre 60 et 240 drachmes la figure ou la scène (IG I3 476, l. 161-173)26.

  • 27 Par exemple Pline l’Ancien, Histoire naturelle VII 126 (Aristides Thebani pictoris unam tabulam cen (...)

25Avec ces créations et ces travaux d’embellissement dans les sanctuaires grecs, on est loin, bien entendu, des valeurs transmises pour des tableaux d’artistes célèbres, qui pouvaient avoisiner les cent talents comme Pline l’Ancien en a conservé le souvenir à travers quelques anecdotes27. Il faut d’ailleurs se demander dans quelle mesure ces prix, si les témoignages qui nous les ont transmis représentent un ordre de grandeur réel, ne sont pas étroitement dépendants du contexte des cours hellénistiques, dans lesquels les rapports de valeur diffèrent des relations du marché. Les chiffres transmis par les comptes de construction rendent compte bien plus certainement de l’échelle de valeur dans les sanctuaires grecs.

  • 28 IG I3 476, frag. XIII, col. I, l. 46-53 et frag. XVII, col. II, l. 270-280.
  • 29 IG XI 2, 165, l. 23 ; 199 A, l. 80-81.
  • 30 Voir supra, p. 88.

26À l’intérieur de la catégorie des travaux de peinture, les tarifs appliqués à la peinture de moulures sont les seuls qui permettent d’esquisser une comparaison entre les différents sites documentés. On constate que l’on paye à l’Érechthéion, en 408/7, 5 oboles le pied pour la peinture d’un kymation sur l’architrave intérieure (la longueur totale était de 130 pieds)28 tandis qu’au Pythion de Délos entre 280 et 273 av. J.-C., la peinture de 1773 pieds de moulures (κυμάτια) au plafond coûte 0,9 obole le pied et celle de 40 pieds de moulures de la chapelle intérieure (θάλαμος) coûte 1,5 obole le pied29. Le système de l’adjudication permet assurément aux hiéropes déliens d’obtenir un meilleur tarif pour une grande longueur à peindre. Mais on constate également, comme pour le prix unitaire de la feuille d’or, que les coûts à l’Érechthéion sont supérieurs à ceux pratiqués à Délos un peu plus d’un siècle plus tard. Nous avons également constaté que le miltos coûtait légèrement plus cher dans les comptes de l’Érechthéion que dans les comptes déliens, bien que la comparaison soit faussée par le fait qu’il s’agisse dans un cas de miltos pur, dans l’autre de miltos mélangé à un liant30.

  • 31 Voir par exemple J.-Y. Grenier, « Modèles de la demande sous l’Ancien Régime », Annales 42 (1987) p (...)
  • 32 Voir pour Délos la démonstration de la dimension régionale de la plupart des prix pour les denrées (...)

27Étant donné le peu de prix et de données chiffrées comparables que nous ont conservés les comptes, il serait illusoire de vouloir y trouver une quelconque évolution et d’interpréter globalement des hausses ou des baisses de prix. En 1941, M. Rostovtzeff, dans son Histoire économique et sociale du monde hellénistique, postulait une inflation due à un commerce accru entre la Grèce et l’Orient et à une forte demande en Grèce même au début de l’époque hellénistique. Certains de ces aspects mériteraient encore d’être réenvisagés à la lumière de nouvelles sources mais des études menées sur la demande dans les sociétés préindustrielles amènent à révoquer en doute l’idée d’une inflation globale dans l’Antiquité31. On peut tout du moins émettre l’hypothèse d’une baisse de certains coûts, pour les catégories que nous avons pu observer (miltos, feuille d’or, peinture de moulures), entre l’Athènes de la fin du ve s. et la Délos du milieu du iiie s. av. J.-C., mais cet élément demande à être lui-même inséré dans des analyses d’ensemble pour prendre un sens économique. Il semble surtout que l’on ait affaire à des marchés régionaux, avec des principes de régulation qui leur sont propres. Dans ces mécanismes, la demande d’un grand sanctuaire joue un rôle important32. L’économie de la couleur est donc certainement davantage à comprendre dans une logique régionale et dans une dimension plurielle : en fonction des lieux et des produits en jeu, les modalités d’accès au marché pouvaient être différentes.

28Il existait en tout cas pour des produits de base comme le miltos, un véritable marché accompagné d’enjeux économiques, comme le montrent les ambitions athéniennes à l’égard de la production de Kéos. Le miltos était une denrée accessible à l’approvisionnement parce qu’elle faisait l’objet d’une demande, que ce soit dans les Cyclades, dans le Péloponnèse ou en Attique : non un produit de luxe mais une denrée entrant dans les circuits des produits d’entretien comme la poix, la cire, la colle, la gomme, dont les sanctuaires devaient être les plus gros consommateurs et pour lesquels ils avaient sans doute créé eux-mêmes des circuits d’approvisionnement. Cette économie de la couleur apparaît ainsi structurée autour des produits beaucoup plus que des artisans, qui sont eux-mêmes polyvalents : c’est une économie de la demande.

29En revanche, les relations de marché semblent laisser de côté une série de produits plus spécifiques comme certaines couleurs utilisées par les peintres, qui n’apparaissent jamais dans les comptes des sanctuaires. Elles faisaient partie de la palette du peintre et l’on ignore s’il les fabriquait lui-même ou s’il était dépendant de circuits de distribution qui pourraient alors relever davantage du réseau que du marché proprement dit. Cette partie de l’approvisionnement est toutefois occultée par la forme contractuelle que prend, dans les relations de commanditaire à artisan, la rémunération des travaux de peinture. C’est bien, dans tous les cas, d’une relation commerciale dont il s’agit.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Feyel 2006 = Chr. Feyel, Les artisans dans les sanctuaires grecs aux époques classique et hellénistique à travers la documentation financière en Grèce, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 318. Chankowski 2011 = V. Chankowski, « Divine Financiers. Cults as Consumers and Generators of Value », dans Z. H. Archibald, J. K. Davies, V. Gabrielsen (éds), Hellenistic Economies, Demand Creation and Economic Flows, p. 142-165.

Notes

1 Sur les limites de la gravure des comptabilités des sanctuaires, voir Chankowski 2011.

2 Voir Feyel 2006 et les références bibliographiques citées en note, en particulier p. 11-27. L’ouvrage de Chr. Feyel comporte (p. 31-318) un catalogue fort utile des artisans identifiés dans les comptes de Delphes, Délos, Épidaure et dans les comptes attiques, dans lequel il répertorie les activités pour lesquelles ces artisans ont reçu une rémunération.

3 De façon caractéristique, certains comptes, comme ceux de l’Érechthéion qui proposent une dénomination plus fine des catégories d’artisans, distinguent la profession de peintre (γραφεύς) de celle d’encaustiqueur (ἐγκαυστής) : Feyel 2006, p. 370.

4 Feyel 2006, p. 121 (EPI 14) et 137 (EPI 100) du catalogue.

5 Ph. Fraisse, J.-Ch. Moretti, Le théâtre, EAD XLII (2007), p. 179 pour l’analyse du dispositif.

6 Ibid., p. 164 ; Feyel 2006, p. 230-232, 379-380.

7 Sur les critères de rémunération des artisans, voir Feyel 2006, p. 416-421, qui considère toutefois que le temps de travail n’est pas la variable principale de la rémunération.

8 Voir IG XI 2, 145, l. 13 ; 146 A, l. 68 ; 163 A, l. 11 ; 165, l. 26-27 ; 287 A, l. 62.

9 Voir la liste complète des références dans Ph. Bruneau, Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 217 (1970), p. 312-314.

10 Ce blanchissage est connu également à Épidaure : voir par exemple IG IV2 1, 102 B3, l. 304-305 (Feyel 2006, p. 151 [EPI 183]).

11 Cl. Vial, Délos indépendante (314-167 avant J.-C.). Étude d’une communauté civique et de ses institutions, BCH Suppl. X (1984), p. 352 et Index II.

12 À Épidaure, un artisan est rémunéré pour avoir fourni de la peinture pourpre (ἐρυθρο-), dans un fragment de compte mutilé et difficile à interpréter : SEG XV 208, l. 60 ; voir Feyel 2006, p. 151 (EPI 182) et 177 (EPI 332).

13 V. Chankowski, Athènes et Délos à l’époque classique. Recherches sur l’administration du sanctuaire d’Apollon délien, Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 331 (2008), p. 295-296 ; Cl. Prêtre et al., Nouveau choix d’inscriptions de Délos. Lois, comptes et inventaires, Études épigraphiques 4 (2002), p. 115.

14 Voir Feyel 2006, p. 421, sur le fait que les commanditaires rémunèrent un produit fini dont l’achèvement dépend d’un savoir-faire.

15 Feyel 2006, p. 469-510 ; Chankowski 2011.

16 Feyel 2006, p. 230-232 (DEL 224) et 256-257 (DEL 370). Sur le circuit d’approvisionnement de la poix, voir V. Chankowski, « Le sanctuaire d’Apollon et le marché délien : une lecture des prix dans les comptes des hiéropes », dans J. Andreau, P. Briant, R. Descat (éds), Économie antique. Prix et formation des prix dans les économies antiques. Entretiens d’archéologie et d’histoire de Saint-Bertrand-de-Comminges (1997), p. 73-89.

17 Feyel 2006, p. 257 (DEL 371).

18 P. Brun, Les archipels égéens dans l’Antiquité grecque, ve-iie siècles av. notre ère (1996), p. 127.

19 De la même façon, la fabrication de bleu hors de l’Égypte est sans doute attestée à Cos, comme l’a montré la découverte d’un atelier dont l’exploration resterait toutefois à reprendre : Ch. Kantzia, K. Kouzeli, AAA XX (1987), p. 211-224. On notera cependant que cette hypothèse est contestée par L. Cavassa dans le présent volume, p. 25.

20 H. Brecoulaki, La peinture funéraire de Macédoine : emplois et fonctions de la couleur, ive-iie s. av. J.-C. (2006), p. 417-423.

21 Sur cet ensemble de documents, voir J. Vélissaropoulos, Les nauclères grecs. Recherches sur les institutions maritimes en Grèce et dans l’Orient hellénisé (1980), p. 184-188 ; A. Carrara, « À la poursuite de l’ocre kéienne (IG II2, 1128) : mesures économiques et formes de domination athénienne dans les Cyclades au ive s. a.C. », dans G. Bonnin, E. Le Quéré (éds), Pouvoirs, îles et mer. Formes et modalités de l’hégémonie dans les Cyclades antiques (2014), p. 295-316.

22 J. Vélissaropoulos (n. 21), p. 188 et les références citées dans les notes.

23 Feyel 2006, p. 469-510 ; Chankowski 2011.

24 Chankowski 2011, p. 161-162.

25 Voir supra, p. 89.

26 Sur les gains des artisans, voir Feyel 2006, p. 415-421, qui montre que les sculpteurs sont au sommet de l’échelle des salaires dans la catégorie des artisans. Voir également N. Himmelmann, « Zur Entlohnung künstlerischer Tätigkeit in klassischen Bauinschriften », JDAI 94 (1979), p. 127-142.

27 Par exemple Pline l’Ancien, Histoire naturelle VII 126 (Aristides Thebani pictoris unam tabulam centum talentis rex Attalus licitus est) et XXXV 100 à propos d’un tableau du peintre thébain Aristide, acquis par le roi Attale II pour 100 talents ; VII 127 à propos de tableaux du peintre Timomachos, achetés par César pour 80 talents.

28 IG I3 476, frag. XIII, col. I, l. 46-53 et frag. XVII, col. II, l. 270-280.

29 IG XI 2, 165, l. 23 ; 199 A, l. 80-81.

30 Voir supra, p. 88.

31 Voir par exemple J.-Y. Grenier, « Modèles de la demande sous l’Ancien Régime », Annales 42 (1987) p. 497-527 ; id., « Économie du surplus, économie du circuit. Les prix et les échanges dans l’Antiquité gréco-romaine et dans l’Ancien Régime », dans J. Andreau, P. Briant, R. Descat (éds), Économie antique. Prix et formation des prix dans les économies antiques. Entretiens d’archéologie et d’histoire de Saint-Bertrand-de-Comminges (1997), p. 385-404.

32 Voir pour Délos la démonstration de la dimension régionale de la plupart des prix pour les denrées de nécessité courante dans G. Reger, Regionalism and Change in the Economy of Independent Delos (1994) et voir supra, p. 90, à propos du système des adjudications et contrats comme instruments de cette régulation.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search