Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Deuxième partie – Étude matérielle

Chapitre V

L’emplacement des statues

Texte intégral

1Issues d’une genèse complexe, les représentations honorifiques publiques ne constituent pas  un ensemble isolé, distinct des autres représentations individuelles installées dans l’espace public. Les aspects honorifiques, la part de τιµή que revêtent de nombreux monuments érigés hors du cadre de la procédure honorifique interdisent de limiter l’étude de ce genre aux seuls monuments publics. L’approche matérielle rend plus impérieuse encore cette exigence : les représentations honorifiques publiques présentent des caractéristiques souvent très proches, voire identiques à celles des autres représentations individuelles.

  • 1 Bol 1978, p. 1.

2L’analyse se heurte également en ce point à un écueil d’un autre ordre. L’archéologie de la représentation honorifique dans les cités grecques est en effet celle d’une absence, celle des œuvres, en bronze la plupart du temps, fondues dès l’Antiquité et au Moyen-Âge, afin de récupérer le métal devenu rare. H. Bol, évoquant, dans l’introduction de son étude des statues de bronze d’Olympie1, l’évaluation par Pausanias à deux cents du nombre de statues d’athlètes sur l’Altis au iie s. apr. J.-C., précise que ce chiffre est d’une part nettement sous-évalué et qu’il faut d’autre part lui ajouter toutes les statues honorifiques qui ne représentent pas des Olympioniques. Il émet donc l’hypothèse que le sanctuaire de Zeus est orné, à l’époque du périégète, de près de mille statues. En regard de ce nombre impressionnant, la faiblesse des vestiges de statues en bronze conservés semble décourager toute étude.

3La perte est importante, mais l’archéologie de la représentation honorifique est aussi marquée par l’abondance, celle des bases de statues, inscrites ou non, parents pauvres des études d’architecture et de sculpture. Face à cette masse de documentation, il est vrai, un sentiment de découragement, symétrique du précédent, saisit quiconque se lance dans leur étude. E. Kuhnert l’exprime déjà à la fin du xixe s., lorsqu’il note à propos de Delphes :

  • 2 Kunhert 1885, p. 265 (Quel visiteur s’y donnait simplement la peine de regarder toutes les statues, (...)

Welcher Besucher gab sich dort die Mühe, nur alle Statuen zu betrachten, geschweige denn sämtliche Inschriften, noch dazu bei ihrer so unbequemen Form durchzubuchstabieren ? […] Eine derartige Selbst­verleugnung haben sicher nicht einmal alle alte Archäologen besessen.2

4Ce commentaire traduit l’impression suscitée par une documentation pléthorique, répétitive et de prime abord assez rébarbative.

  • 3 Loewy 1885.
  • 4 Raubitschek 1949.
  • 5 Marcadé 1953 et Marcadé 1957.
  • 6 Jacob-Felsch 1969.
  • 7 Schmidt 1995.
  • 8 Surtout Pétrakos 1997.
  • 9 Jacquemin 1999a.
  • 10 Fr. Herbin, Monuments, espaces, histoire : les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire d’Apo (...)
  • 11 Katsikoudis 2005.
  • 12 Une première synthèse de leurs travaux est parue : Krumeich, Witschel 2010.
  • 13 Pour une présentation du projet : Leypold 2013.

5Ce matériel a pourtant été étudié pour les principaux sites d’un point de vue essentiellement épigraphique, contribuant à définir le formulaire honorifique et ses variantes, et à dater, par la prosopographie ou par la gravure, un certain nombre de monuments. Les types des supports et les dispositifs de fixation des statues ont, en revanche, beaucoup plus rarement été étudiés pour eux-mêmes : parmi les exceptions, il faut mentionner les travaux d’E. Loewy3, d’A. Raubitschek4, de J. Marcadé5, d’I. Jacob-Felsch6, la thèse d’I. Schmidt7 et les études de V. Pétrakos sur ­Oropos8, d’A. Jacquemin sur Delphes9, de Fr. Herbin sur Délos10, ou de N. Katsikoudis sur Dodone11, ainsi que les travaux en cours de l’équipe de R. Krumeich et de Chr. Witschel sur l’Acropole12, de Chr. Leypold à Olympie13. Les pages qui suivent doivent beaucoup à ces différents ouvrages.

6Les décrets honorifiques constituent également une source majeure pour l’étude matérielle de la représentation honorifique. Analysés en général pour leur contenu historique et institutionnel, ces décrets ont rarement été exploités pour les témoignages qu’ils livrent sur la réalisation concrète des honneurs et notamment des représentations honorifiques. Les notices rassemblées par M. Sève pour la section du Bulletin épigraphique consacrée aux rapports entre l’épigraphie et l’archéologie depuis plus de vingt-cinq ans donnent un aperçu de tout le profit que l’on peut tirer d’une telle recherche en même temps qu’elles constituent un outil très utile pour s’orienter dans une documentation dispersée.

  • 14 Ma 2013, p. 67-151, consacre un développement substantiel et suggestif à la question de l’emplaceme (...)

7L’objet principal de cette partie est donc de déterminer les conditions matérielles de la réalisation et de l’exposition des représentations honorifiques. L’étude des supports, des matériaux utilisés, des modes de fixation et des lieux d’exposition14 contribue en effet à l’élucidation du sens des œuvres, qui ne sont pas des images sans épaisseur, mais des objets, qui ont un volume, un poids.

___

8Les bases de statues honorifiques et les inscriptions fournissent également de précieux renseignements sur la disposition des statues dans l’espace des sanctuaires et des cités grecques. Dans certains cas, elles permettent de restituer, sinon des projets d’aménagement, du moins des contraintes pesant sur l’installation d’un monument honorifique. Des considérations de deux ordres entrent en effet en jeu dans la détermination d’un emplacement : sa visibilité d’une part, qui assure le prestige d’une statue, l’éventuel obstacle que pourrait constituer le monument pour la circulation d’autre part.

Le choix du site d’après les décrets

L’autorisation

  • 15 Le libre choix du site par la personne honorée est un honneur réservé aux bienfaiteurs les plus pre (...)
  • 16 Sur ce point, cf. Ma 2013, p. 70-75.
  • 17 ID 1517, l. 42-46.

9Comme pour les stèles inscrites, dont il faut assurer la visibilité et la publicité, les décrets honorifiques témoignent d’un souci du placement des statues dans un lieu bien en vue, et souvent« le plus en vue », l’ἐπιφανέστατος τόπος. Cet emplacement n’est pas, dans la plupart des cas, laissé au libre choix de la personne honorée15, mais doit être agréé par les assemblées16. Cela n’apparaît jamais aussi clairement que lorsqu’un groupe ou une cité décide d’ériger une statue honorifique dans une autre cité. Ainsi, le décret honorifique promulgué en 154 pour un citoyen de Cos, Aglaos, fils de Théoclès, par les auxiliaires crétois de Ptolémée VI, dont une copie a été retrouvée à Délos, prévoit l’installation de deux statues de bronze d’Aglaos, l’une à Cos, l’autre à Délos, mais la désignation de leur emplacement précis demeure la prérogative de chacune des cités17 :

que l’on choisisse un ambassadeur pour demander d’une part aux citoyens de Cos de désigner l’emplacement le plus approprié pour la consécration, et aux Athéniens d’autre part de désigner de même un emplacement très en vue à Délos.

  • 18 Helly 1971, p. 544-554, l. 5-11 (traduction Br. Helly).

10Dans un décret de Dèmètrias de 150-110 pour des juges messéniens, la demande d’un emplacement pour les trois statues que le Peuple prévoit de faire installer à Messène est adressée par lettre : « on écrira une lettre aux conseillers et à la cité des Messéniens pour leur dire qu’ils seront agréables à notre Peuple […] en veillant aussi à donner un emplacement en vue où seront placées les représentations »18.

  • 19 IG II2 1006 + 1031, 1008-1009, 1011, 1039, 1041, 1043, 1048-1050 ; Agora XV 270 et 281 ; sur les dé (...)
  • 20 SEG XXII 110 pour les compléments.
  • 21 Follet 1988, p. 24.
  • 22 Sur ce point, cf. Rhodes 1972, p. 86-87 ; Habicht 2000, p. 348-349.

11La procédure d’autorisation d’installation d’une représentation honorifique dans l’espace public est également documentée à Athènes. Douze décrets au moins témoignent d’une requête auprès du Conseil et du Peuple pour l’érection d’une représentation, peinte ou sculptée19. Le décret IG II2 103920, promulgué par le Conseil en 80/7921, particulièrement prolixe, nous révèle presque toutes les étapes de la procédure : les éphèbes de l’année présentent une requête circonstanciée auprès du Conseil (l. 14-34) pour leur cosmète, Hèdylos, fils de Stratôn, de Lamptrai, exposant les motifs pour lesquels ils l’ont couronné (l. 34), et demandent l’autorisation de consacrer sa représentation peinte sur un bouclier doré au sanctuaire d’Éleusis (l. 35-38), une seconde en ville (l. 38) et, de surcroît, de lui consacrer une statue de bronze sur l’Agora, à un emplacement autorisé par la loi (l. 38-39). Le Conseil seul sanctionne positivement les demandes des éphèbes (l. 38-44). Le régime oligarchique imposé par Sylla se traduit en effet par la disparition des décrets du Peuple dans notre documentation et par la diminution du nombre des décrets du Conseil22.

12Cette procédure s’applique de la même façon aux offrandes et aux représentations honorifiques privées. Un décret athénien de Délos, promulgué en 157/6 en l’honneur du gymnasiarque Pausanias de Mélitè montre que la demande peut concerner non seulement un secteur, mais un emplacement très précis. Après avoir démontré le caractère impeccable de sa gymnasiarchie, Pausanias présente

Pour ces raisons, il demande que lui soient concédés un emplacement dans le gymnase de Délos pour des offrandes et un emplacement pour la consécration d’une statue à côté du local des archives des épimélètes du port, à main gauche en montant.

  • 23 Pour des exemples similaires, cf. aussi IG XII Suppl. 254 (Andros, iie s.) et IG XII 9, 4 (Carystos (...)
  • 24 CIG 3657 (Michel 1900, no 537), l. 2-8 ; sur les circonstances de la découverte du décret, cf. Laug (...)

13En récompense de ses bienfaits, le Conseil et le Peuple accèdent à la demande de Pausanias (l. 45-47). La concession d’un emplacement dans l’espace public est donc considérée comme un honneur23. Un décret de Cyzique du ier s. en apporte la confirmation24 :

  • 25 Sur Aristandros, fils d’Apollophanès, cf. Habicht 2005.
  • 26 Pour le sens de l’expression συντελεῖν τοὺς κόσµους, cf. Hasluck 1910, p. 216-217.
  • 27 Sur cette divinité, certainement introduite à Cyzique après l’absorption de la bourgade de Plakia, (...)
  • 28 Cette inscription est l’une des rares où le terme συνέδριον semble avoir un sens architectural. Par (...)

Attendu qu’Aristandros, fils d’Apollophanès25 déclare que celles qui confectionnent les parures26 dans le sanctuaire de la Mère des dieux Plakianè27, les hiéropes dites marines et les prêtresses qui les accompagnent, souhaitant ériger une statue de bronze de Cleidikè, fille d’Asclèpiadès, demandent que leur soit concédé un emplacement sur l’agora des hommes, sur l’exèdre28 (?) de ses ancêtres à l’Ouest de la statue de son frère, Dionysios, fils d’Asclèpiadès.

  • 29 Pour quelques indications topographiques sur l’organisation de la cité, voir Yaylali 1991, surtout (...)

14Il est difficile de comprendre dans le détail les indications topographiques fournies par ce décret, car l’organisation de l’agora de Cyzique est très mal connue29. Il est toutefois clair que la concession d’un emplacement par la cité de Cyzique nécessite l’introduction d’une demande précise et circonstanciée. Toutes les cités ne sont peut-être pas aussi sourcilleuses sur l’installation des offrandes et des statues dans l’espace public, mais il est vraisemblable que toutes se dotent de dispositifs de régulation des pratiques votives et honorifiques.

  • 30 Pugliese Carratelli 1952-1954, p. 247-248, no 1 ; Sokolowski 1962, no 107.
  • 31 Van Straten 1992, p. 270-272 ; cf. aussi le commentaire de Fr. Lefèvre à CID IV 85 (décret relatif (...)

15Ce contrôle de l’emplacement des monuments honorifiques est en effet nécessaire pour laisser les voies de circulation dégagées de toute offrande, comme le mentionne explicitement un décret rhodien du iiie s.30. Par cette décision, le Conseil et le Peuple interdisent à quiconque de présenter une demande pour installer une statue (ἀνδριάς) ou quelque autre offrande dans les cheminements (περίπατοι) du sanctuaire d’Asclépios. Une précision topographique supplémentaire est apportée plus loin : toute nouvelle offrande est interdite dans la partie bassedu sanctuaire, entre les propylées et les offrandes installées avant la promulgation du décret. Ce document fait partie d’une série relativement abondante de décrets, qui visent à assurer le bon ordre et la conservation des objets consacrés et des bâtiments dans les sanctuaires31.

  • 32 IGLS IV 1261 ; Sosin 2005 ; Bricault 2005, p. 502-503, no 402/0301.
  • 33 IGLS IV 1261, l. 3-25 (ma traduction s’inspire de celle de Bricault 2005, p. 502-503). Le décret, d (...)

16Un décret des πελιγᾶνες de Laodicée sur Mer, promulgué en 174, prouve que la concession d’un emplacement pour une statue peut par ailleurs être assortie d’une taxe spécifique32. Il règle en effet les problèmes suscités par l’instauration d’une telle taxe33 :

Attendu que Hôros, Apollodôros et Antiochos, prêtres de Sarapis et d’Isis, exposaient que l’îlot où se trouve également le sanctuaire des dieux susdits est leur propriété, celle des fils d’Apollodôros, leurs cousins germains, et que, comme un décret a été promulgué, exigeant de ceux qui demandent à la cité un emplacement pour l’érection d’une statue qu’ils versent la somme fixée et que certains demandaient aussi un emplacement dans le sanctuaire, craignant que, de cette manière, leurs droits de propriété ne soient détruits, ils demandaient que l’on prête attention à ce problème, cela est opportun, afin que les droits de propriété dont ils ont fourni les preuves ne soient pas détruits de cette façon ; plaise aux péliganes que ceux qui souhaitent ériger (une statue) dans le même lieu versent la somme décrétée, non pour le lieu, mais pour la statue.

  • 34 Sosin 2005, notamment p. 132-133.
  • 35 Sosin 2005, p. 135 : « It was private, pure and simple ».
  • 36 Sosin 2005, p. 136 : « The logic of the episode depends on a clean legal distinction between public (...)

17La cité de Laodicée sur Mer, pour accroître ses revenus, fixe une somme forfaitaire correspondant au droit d’installer une statue dans l’espace public. L’efficacité du prélèvement de cette taxe suppose un contrôle par la cité de l’érection des statues, confirmation que l’installation d’une représentation honorifique, privée comme publique, nécessite d’obtenir l’aval préalable des autorités de la cité. J. D. Sosin considère que la requête des prêtres d’Isis et de Sarapis vise à prévenir le report massif, pour échapper à la taxe nouvellement instaurée, des dédicants sur leur sanctuaire, qui mettrait en danger son bon ordre et la sécurité des biens qui y sont conservés34. Cette interprétation séduisante paraît toutefois erronée. En effet, si le sanctuaire est purement et simplement privé35, la gestion du nombre et de la disposition des offrandes revient intégralement aux prêtres et il ne saurait être question de menace de dégradation sur leurs biens. La clé d’interprétation de ce décret se trouve aux lignes 5 à 8 et 19 à 20 : Hôros, Apollodôros et Antiochos produisent les preuves de leurs droits de propriété pour se défendre face à la cité, qui a probablement commencé à vendre des concessions dans le sanctuaire. En effet, l’usage public du lieu de culte a sans doute fait oublier – volontairement ou non – aux péliganes que le terrain n’est pas propriété de la cité. Pour accéder à la requête justifiée des prêtres sans perdre pour autant l’argent escompté, ils reportent la taxe de l’emplacement sur la statue.Ainsi, on peut rejoindre J. D. Sosin lorsqu’il écrit que le décret suppose une définition juridique précise des propriétés publiques et privées36, tout en soulignant les confusions et les chevauchements que peut parfois provoquer l’usage commun des espaces.

La détermination de l’emplacement (Annexe A)

  • 37 Ma 2013, p. 67-151.
  • 38 Miller 1978, p. 176-177, nos 236-237 (229-231 apr. J.-C.) ; dans le prytanée de Délos est installée (...)
  • 39 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 847 D.
  • 40 Pausanias, IX 32, 8.

18Après les importants développements consacrés par J. Ma à la question de l’emplacement des statues honorifiques dans l’espace public37, il n’est pas question de reprendre ici un examen exhaustif des inscriptions, des vestiges archéologiques et des témoignages littéraires. Je me contenterai donc de rappeler dans cette section sur la détermination de l’emplacement qu’un grand nombre de décrets spécifient sinon le site exact, du moins l’espace dans lequel la représentation honorifique doit être installée. J’ai rassemblé dans quatre tableaux (Annexe A) les renseignements fournis par cent cinquante décrets, qui prouvent sans surprise que les principaux lieux d’installation sont les sanctuaires (Annexe A 2), les agoras (Annexe A 1), plus tard les gymnases et, dans une moindre mesure, les édifices publics comme le bouleutèrion ou le théâtre (Annexe A 4). Quelques emplacements très spécifiques, comme l’agoranomion, sont étroitement liés aux fonctions exercées par le personnage honoré. Soulignons par ailleurs que les représentations honorifiques semblent avoir été presque entièrement exclues de certains édifices, comme le prytanée. Aucun décret n’y mentionne en effet l’installation d’une représentation honorifique avant le iiie s. apr. J.-C.38. Les sources littéraires évoquent cependant des représentations honorifiques dans le prytanée d’Athènes. Le Pseudo-Plutarque mentionne ainsi une statue de Dèmocharès, transférée de l’Agora à une date incertaine39, tandis que Pausanias a vu, dans le prytanée d’Athènes, une statue d’Autolycos, pancratiaste victime du régime des Trente, dont on ne peut déterminer avec certitude la date d’installation40. Il s’agit en tout cas de la représentation posthume d’un prestigieux personnage, considéré comme le martyr d’un régime tyrannique. Ces exceptions ne modifient guère le tableau général et il est probable que le prytanée fasse partie des emplacements interdits par la loi évoqués dans les décrets, pour lesquels les dérogations sont très rares.

  • 41 Ma 2013, p. 78.
  • 42 Priène fournit il est vrai un exemple précoce de dédicace honorifique privée sur une agora : dès la (...)
  • 43 Raubitschek 1954, p. 65-66 et 68-69.
  • 44 Krumeich, Witschel 2009, p. 197-209, retracent efficacement l’histoire des monuments honorifiques s (...)
  • 45 Mentionnons les statues de Lycurgue, de Démosthène, de Démocharès.
  • 46 Sur la statue et sa datation, cf. Stähli 1991.
  • 47 Annexe A 1, 13.
  • 48 Cf. supra p. 45-69.
  • 49 Le formulaire dit « dédicatoire », analysé par Ma 2013, p. 24-30, confère une fonction votive aux m (...)
  • 50 Sur l’importance des représentations honorifiques dans les sanctuaires, cf. les tableaux de synthès (...)

19Un point de l’argumentation de J. Ma mérite d’être discuté ici. On peut en effet s’interroger sur la pertinence de la désignation de l’agora comme l’emplacement normal (the normal setting) pour les statues honorifiques41. Il me semble au contraire qu’aux ive et iiie s., l’agora demeure un emplacement particulièrement prestigieux, réservé aux représentations – exclusivement des statues de bronze d’après les décrets – des personnages les plus remarquables. Dans le même sens, au cours de la haute époque hellénistique, il est très rare qu’une association, une subdivision de la cité et a fortiori un simple particulier obtiennent l’autorisation d’installer une représentation sur l’agora42. L’exemple de l’Agora d’Athènes me paraît à cet égard significatif : les Athéniens, à l’époque hellénistique, érigent sur leur Agora avant tout les statues des souverains et de leurs familles, puis des plus prestigieux généraux romains, tel Jules César43. Les monuments pour les autres bienfaiteurs demeurent rares tout au long de la période44, et plusieurs d’entre eux, érigés à titre posthume, ont un caractère commémoratif45. Il faut par ailleurs attendre l’époque hellénistique avancée pour voir apparaître des monuments honorifiques dédiés par des groupes infra-civiques sur l’Agora. Deux exemples seulement sont documentés : au dernier quart du iie s. ou au début du ier s., deux citoyens de Sypalettos font ériger devant le portique d’Attale la statue, probablement posthume elle aussi, de Carnéade46 ; en 80/79, les éphèbes font ériger la statue sur l’Agora de leur cosmète Hèdylos, fils de Stratôn47. Avoir sa statue sur l’Agora demeure donc tout au long de l’époque hellénistique une marque de grand prestige. L’encombrement que l’on constate sur certaines agoras – celles de Priène ou de Thasos, par exemple – résulte d’une accumulation dont les prémisses remontent à la haute époque hellénistique, mais qui ne s’accélère véritablement qu’à partir du iie s. Ce rythme suit certes celui du développement général de la pratique honorifique, mais les agoras, à de rares exceptions près, demeurent moins peuplées de statues honorifiques que les sanctuaires : quand soixante-douze décrets hellénistiques témoignent de l’installation d’une représentation honorifique dans un sanctuaire à l’époque hellénistique, seuls quarante-trois attestent l’érection d’une statue sur l’agora. Ce primat du sanctuaire est aisé à comprendre. C’est en effet dans les enceintes sacrées, comme offrandes aux dieux, que sont érigées les représentations individuelles des époques archaïque et classique48. Cette tradition, dont le formulaire honorifique porte très souvent la trace49 se poursuit tout au long de l’époque hellénistique50. Je ne sais si l’on peut parler de normalité dans le cadre de la pratique honorifique, mais il me semble que l’espace où sont le plus fréquemment installées les représentations honorifiques est donc le sanctuaire.

Les monuments honorifiques dans l’espace public

20Ce point, comme le précédent, touche des aspects de la représentation honorifique qui ont été amplement traités par J. Ma dans le cadre d’un ouvrage récent. Pour ne pas être trop redondant par rapport à ses développements, je propose ici une brève synthèse sur les statues honorifiques installées à l’air libre, qu’il analyse en détail, et m’attarde plus longuement sur les représentations abritées dans des monuments.

Les statues à l’air libre

Les alignements

21Les premières statues honorifiques sont installées à l’air libre, ce qui ne signifie pas qu’elles soient disposées d’une façon arbitraire sur les places publiques et dans les sanctuaires. Souvent en effet, les autorités de la cité, sans doute en concertation avec les dédicants, cherchent à créer des alignements, à constituer des groupes cohérents, à créer une harmonie entre les représentations et les bâtiments ou voies de circulation.

  • 51 Sur les Tyrannicides, voir Azoulay 2014.
  • 52 Résumé des hypothèses dans Brunnsåker 1971, p. 125-135 ; sur la fondation probable du monument : Th (...)

22Ainsi, de nombreux monuments honorifiques sont placés le long des voies principales ou devant les monuments civiques, afin de ne pas gêner la circulation d’une part et de tirer avantage de la grande fréquentation de ces lieux d’autre part. Ainsi, le groupe des Tyrannoctones de Critios et de Nèsiôtès (pl. VII) se dresse près de la voie des Panathénées sur l’Agora d’Athènes51, non loin des vestiges actuels du temple d’Arès et de ceux de l’odéon d’Agrippa52 (fig. 9). Cette position devait en faire un point de repère majeur, non seulement lors des processions annuelles vers l’Acropole, mais aussi dans les activités quotidiennes de l’Agora. Son isolement relatif – les Athéniens n’ont accordé que très parcimonieusement l’autorisation d’installer un monument aux abords immédiats du groupe – devait encore renforcer ce rôle de repère topographique.

Fig. 9. Plan de l’Agora d’Athènes vers 500.

Fig. 9. Plan de l’Agora d’Athènes vers 500.

Courtesy of the American School of Classical Studies at Athens.

  • 53 Les bases de statues permettent d’ailleurs parfois de préciser le tracé d’une voie processionnelle. (...)
  • 54 Koenigs 1993, p. 387-388, fig. 2-3.
  • 55 Wiegand, Schräder 1904, p. 209-210, fig. 205 ; Raeck 1995, p. 231-240.

23La délimitation de voies processionnelles par des monuments honorifiques devient un trait commun à de nombreux sites à l’époque hellénistique53. Ainsi, à Priène, les exèdres et bases de statues, probablement honorifiques, s’alignent au Nord de l’agora, le long de la Westtorstrasse, d’où part l’escalier qui mène au sanctuaire d’Athéna Polias (fig. 10). La voie, large d’environ10 m à cet endroit, servait peut-être aussi de lieu de rassemblement public. En effet, lors de l’aplanissement de l’agora de Priène au iiie s., un dénivelé de 1,50 m environ est conservé au Nord et un escalier de sept marches aménagé. L’espace en surplomb forme ainsi une tribune, qui sert, selon W. Koenigs, à des cérémonies publiques54. Les exèdres situées en face de cette tribune font peut-être office de sièges de prestige lors de manifestations officielles. Contre la volée de marches qui mène au sanctuaire d’Athéna ont, par ailleurs, été mises au jour une exèdre honorifique et deux bases de statues, l’une publique l’autre privée, pour le même personnage, Apollodôros, fils de Poseidônios55. L’emplacement choisi, face aux spectateurs, assure une grande visibilité aux statues du grand bienfaiteur.

Fig. 10. Plan de l’agora de Priène vers 100.

Fig. 10. Plan de l’agora de Priène vers 100.

Plan d’A. Atila pour Fr. Rumscheid.

  • 56 SD 120, 211 par exemple.
  • 57 Coulton 1976, fig. 95 et pl. 3.
  • 58 Un aperçu des monuments dans Bruneau, Ducat 2005, p. 165, fig. 40.
  • 59 IG IV2 66 ; FD III 2, 48.
  • 60 FD III 2, 49.

24Ces alignements se retrouvent dans tous les grands sanctuaires, à Delphes le long de la voie dite « sacrée »56, à Olympie, le long du chemin qui mène de l’entrée Sud au Pélopion57, et à Délos, le long du dromos menant au sanctuaire d’Apollon58. Ils ne correspondent pas simplement à une recherche esthétique, mais à une fonction précise des monuments honorifiques. En effet, deux décrets59, et sans doute un troisième60, datés entre la fin du iie et le premier quart du ier s., accordent à des bienfaiteurs, outre la proédrie et une statue, un honneur rarement attesté, la propompeia, soit le droit de prendre la tête des processions. Cet honneur a pour but d’accroître la visibilité du personnage honoré, de le rendre épiphanès. Or, la présence physique en tête du cortège, au premier rang du théâtre, est renforcée par la représentation statuaire du personnage, que l’on peut imaginer installée le long de la voie empruntée par la procession. Ainsi, la statue honorifique qui délimite le cheminement du cortège, visible de tous, est la traduction matérielle de la prééminence d’un personnage dans la cité. L’emplacement choisi le rend, au sens propre, remarquable.

La délimitation de place

25On a vu, à travers l’exemple des bases en bordure Nord de l’agora de Priène que, dans un souci de cohérence et d’organisation des espaces sacrés et publics, les monuments honorifiques ont parfois été installés en bordure de places, notamment celles où se déroulent rites et célébrations. Cette disposition convient particulièrement aux exèdres, qui servent de sièges de choix lors des cérémonies.

  • 61 Pour une analyse typologique de ces exèdres, cf. infra p. 218-219.

26Épidaure offre un exemple éclairant de ce dispositif. L’emplacement des six exèdres installées progressivement entre les propylées du sanctuaire et l’autel, ainsi que celui des trois exèdres flanquant le bâtiment E61 sont liés à la proximité de l’autel, devant lequel elles créent une large place. Ainsi, les monuments honorifiques donnent une cohérence fonctionnelle à l’espace sacré, tandis que les statues qui s’y dressent l’ornent et lui donnent une coloration politique.

  • 62 SD 207, 208, 210, 311, 312, 314-324.
  • 63 Plutarque, Sur la disparition des oracles 418 A-C ; Bommelaer 1991, p. 146-147.

27Une volonté similaire se lit dans l’organisation des monuments honorifiques sur les pourtours de l’Aire à Delphes (fig. 11). Si l’on inclut les monuments qui se dressent devant le portique des Athéniens, ce ne sont pas moins de seize vestiges de bases et d’exèdres qui la limitent62. La cérémonie du Septerion, dont Plutarque nous donne une description63, se déroule donc, à partir de l’époque hellénistique, dans le cadre dessiné par ces monuments, qui revêtent de ce fait un caractère particulièrement prestigieux.

Fig. 11. Plan de l’Aire dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes.

Fig. 11. Plan de l’Aire dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes.

Relevé EFA : FD II 11, plan 8.

  • 64 Löhr 1993 ; Ma 2013, p. 139-142.

28Enfin, l’Amphiareion d’Oropos constitue un exemple particulièrement bien documenté de la délimitation de place par des monuments honorifiques. Chr. Löhr a en effet montré, en établissant une chronologie fine des monuments qui se dressent devant le temple, qu’ils contribuent, en deux phases principales, à délimiter une place et à monumentaliser une voie processionnelle64.

En façade de monuments

  • 65 Thémélis 2000, p. 6, fig. 1.
  • 66 Pour un relevé de ces bases, cf. Sioumpara 2011, pl. 5.

29Lorsqu’elles ne sont pas installées dans un espace dégagé, les statues honorifiques sont souvent placées en façade d’édifices religieux ou civils, qu’elles ornent et dont elles tirent un prestige supplémentaire, notamment lorsqu’il s’agit d’un temple. L’Asclépieion de Messène en offre un exemple hyperbolique65. De très nombreuses fondations d’exèdres et de bases ont en effet été mises au jour en façade et devant les longs côtés du temple d’Asclépios66, mais aussi en façade des portiques qui enserrent cette agora sacrée et ouvrent sur de petits sanctuaires ou des salles consacrées à des cultes héroïques. Faute de témoignages épigraphiques, on ne peut certes pas faire le départ entre les statues purement votives et les statues honorifiques, ni même préciser leur chronologie, mais il est vraisemblable qu’une proportion non négligeable des bases portait des statues honorifiques.

  • 67 Pausanias, VI 11, 1.
  • 68 IOlympia 304-305 et Pausanias, VI 15, 7-8.
  • 69 Pausanias, VI 16, 3 ; sur ces monuments, cf. Kotsidu 2000, p. 121-127, nos 64-70 et plan 5.

30À Olympie, c’est en façade du temple de Zeus que se dressaient les statues équestres de Philippe II et d’Alexandre, mais aussi les statues en pied de Séleucos Ier et d’Antigone le Borgne, vues par Pausanias67, tandis qu’une autre statue d’Antigone, érigée par les citoyens de Byzance, se dressait, à côté de celle de son fils Démétrios, devant le côté Sud du temple68. Au même endroit sont installés deux groupes honorifiques originaux, le premier représentant une personnification d’Élis couronnant d’une main Démétrios Poliorcète et de l’autre Ptolémée Ier, le second représentant une personnification de la Grèce couronnant d’une main Antigone Dôsôn et de l’autre Philippe V69.

  • 70 Hellström, Thieme 1982, pl. 27 ; Hellström 2007, p. 108.
  • 71 ILabraunda 62, pl. 18.
  • 72 C’est à cette époque que la cité de Mylasa décide de faire transcrire à nouveau dans le sanctuaire (...)

31Le sanctuaire de Zeus à Labraunda, en Carie, offre un exemple bien daté de ce type de disposition. Une grande base composée a en effet été retrouvée en place dans le prolongement Nord de la façade Est du temple de Zeus70. Elle fait face à la grande place devant le temple et se distingue des autres monuments honorifiques, installés devant la façade du portique Nord. Or, la face antérieure de cette base porte une inscription honorifique pour un magistrat romain que J. Crampa, suivi par la majorité des spécialistes, identifie à Cn. Domitius Ahenobarbus71. Si cette identification est juste, le monument aurait été érigé par les citoyens de Mylasa à l’issue de la guerre contre Aristonicos, peu après 129, sans doute parce qu’Ahenobarbus les a aidés à maintenir leur indépendance et leur contrôle sur le sanctuaire72.

  • 73 Leypold 2013.
  • 74 Martin 1959, pl. A-C ; Grandjean, Salviat 2000, plan vis-à-vis de la p. 63, no 27.
  • 75 Martin 1959, pl. I ; Grandjean, Salviat 2000, plan vis-à-vis de la p. 63, no 36.

32Les statues honorifiques se concentrent également en façade d’autres édifices religieux ou civils. Ainsi, à Olympie, la façade du portique d’Écho est encombrée de nombreuses fondations de bases, dont certaines portaient probablement des monuments honorifiques, qui flanquent le monument ptolémaïque (fig. 4, p. 93), imposant et typologiquement très original73. Sur l’agora de Thasos, les bases de statues honorifiques, dont certaines servaient de supports à des statues équestres, sont particulièrement nombreuses devant le portique Nord-Ouest74 et devant l’édifice à paraskènia75 (fig. 6, p. 114).

  • 76 Isocrate, Évagoras 57.
  • 77 Pausanias, I 3, 2.
  • 78 Thompson, Wycherley 1972, p. 101, pl. III ; plan détaillé et photographie dans Thompson H. A. 1937, (...)
  • 79 Dessin de restitution (sans les monuments honorifiques) : Thompson H. A. 1937, p. 54, fig. 34.
  • 80 Thompson H. A. 1937, p. 56-59.
  • 81 Cf. supra p. 69-74.

33À Athènes, Isocrate76 et Pausanias77 rapportent que les statues de Conon, de Timothée et d’Évagoras se dressent devant le portique de Zeus Éleuthérios (fig. 2, p. 73), à côté de la statue du dieu. Les monuments honorifiques vus par Pausanias ne sont cependant pas tout à fait ceux évoqués par Isocrate. En effet, parmi les quatre vestiges de bases visibles entre les ailes du portique de Zeus Éleuthérios78, seule la base cylindrique au centre, qui portait vraisemblablement la statue divine79, est contemporaine du monument. Les données stratigraphiques montrent que la base et l’exèdre, au Sud de la statue divine, et la base hexagonale contre l’aile Nord reposent sur un blocage datant au plus tôt de 8680. Les monuments ont donc probablement fait l’objet d’une réparation après le saccage de la ville par les troupes de Sylla, preuve du prestige qu’ils revêtent encore à la fin de l’époque hellénistique. Par le choix de cet emplacement, la cité d’Athènes établit un lien étroit entre les statues et le monument. En effet, la bataille de Cnide marque le rétablissement de la suprématie athénienne sur la mer et Conon est accueilli en libérateur par ses concitoyens81. C’est donc tout naturellement que l’on érige sa statue et celle de son allié devant le monument dédié à Zeus libérateur.

  • 82 Tırpan, Gider 2011, p. 379-380, fig. 4, 8-9.
  • 83 Longueur : 4,75 m ; diamètre : 2,50 m.
  • 84 La datation est confirmée par une série d’inscriptions honorifiques trouvées à cet endroit ; cf. Ay (...)

34De tels alignements de statues honorifiques en façade des monuments sont attestés également en Asie Mineure au cours de l’époque hellénistique avancée. Devant le portique qui borde au Nord le sanctuaire d’Hécate à Lagina en Carie, les fouilleurs ont récemment mis au jour une série de neuf bases de plan carré ou rectangulaire probablement installées entre la fin de l’époque hellénistique et le début de l’époque impériale82. Ces bases prennent en effet place à l’Est d’une grande exèdre83 dont il ne reste que le soubassement, mais qu’un sondage a permis de dater du début du ier s. av. J.-C.84.

  • 85 Bingöl, Kökdemir 2008, p. 65.
  • 86 Bingöl, Kökdemir, Oral 2011, p. 31-32, fig. 13.

35Avec le développement de la pratique honorifique au cours de l’époque hellénistique avancée, les statues honorifiques deviennent donc un élément incontournable de l’aménagement urbain. Ainsi, devant les portiques Nord et Sud de l’agora de Magnésie du Méandre, probablement aménagés au iie s.85, ont été mises au jour des fondations spécifiquement destinées à accueillir des bases de statues honorifiques86. Deux bases cylindriques et deux soubassements de bases parallélépipédiques sont d’ailleurs toujours en place sur cette fondation.

  • 87 Sezgin, Önder, Kan 2008, p. 215, fig. 7.
  • 88 Doğer et al. 2012, p. 189, fig. 3 ; je remercie P. Hamon de m’avoir signalé cette publication.
  • 89 Bohn 1889, p. 33-35, fig. 35.

36C’est par ailleurs devant la partie orientale du mur de façade Nord du bouleutèrion d’Aigai d’Éolide que se dressaient six statues honorifiques de l’époque hellénistique avancée mises au jour lors du dégagement du bâtiment. Les fouilleurs proposent en effet de les associer à une longue base à orthostates trouvée à cet endroit, dont deux portent la signature du sculpteur pergaménien Ménéstratos, fils d’Hippios87. Cette base pour six statues88 portait les représentations honorifiques publiques des membres de la famille d’Antiphanès, fils d’Apollônidas, qui a dédié au ier s. av. J.-C. le bouleutèrion à Zeus Boulaios, Hestia Boulaia et au Peuple89. Le lien est donc ici immédiat entre la construction et la dédicace du bâtiment public d’une part et l’installation devant l’une de ces façades d’un monument honorifique d’autre part.

  • 90 SEG XXXIII 1037, l. 12-15.

37Un tel lien est par ailleurs attesté par le célèbre dossier épigraphique pour la bienfaitrice Archippè, à Kymè d’Éolide. En effet, le décret relatif aux sacrifices et à la collation offerts par Archippè précise que la généreuse Kyméenne renchérit sur les bienfaits qu’elle a déjà accordés à sa cité lorsque « les statues votées par décret du Peuple, celle d’Archippè couronnée par la statue colossale du Peuple et celle de son père Dicaiogénès, ont été réalisées et placées devant le bouleutèrion consacré par Archippè »90. Le message délivré par la dédicace du bâtiment est donc redoublé par les statues qui se dressent en façade. L’un des principaux édifices publics de Kymè est ainsi indissociable de l’image et du nom de la bienfaitrice.

  • 91 Les hauteurs restituées s’échelonnent entre 1,99 m pour la statue féminine drapée A et 2,58 m pour (...)
  • 92 Davesne, Marcadé 1992, p. 75-146, pl. 37-71.
  • 93 Davesne, Marcadé 1992, p. 88 ; Balland 1981, p. 71.
  • 94 Davesne, Marcadé 1992, p. 145-146.
  • 95 Davesne, Marcadé 1992, p. 139.
  • 96 Davesne, Marcadé 1992, p. 139-140. Pour les fondations de bases, cf. Bourgarel, Metzger, Siebert 19 (...)

38Lors des fouilles du secteur Nord du sanctuaire de Xanthos ont été découverts, dans le blocage du mur de fond du portique du ier s. apr. J.-C. qui borde le sanctuaire au Nord, un grand nombre de fragments sculptés qui ont permis à A. Davesne et à J. Marcadé de reconstituer trois statues féminines et trois masculines (pl. XXI), de taille grande à colossale91, et d’identifier les fragments de plusieurs autres92. Ces statues ont été détruites par les flammes en même temps que le portique hellénistique, à une date nécessairement postérieure à 4 apr. J.-C., puisque la base de la statue honorifique de Caius César a également souffert de l’incendie93. Elles ne forment pas un groupe et sont progressivement installées entre le deuxième quart et la fin du iie s.94. La question cruciale est celle de leur emplacement originel. Elles étaient en effet nécessairement placées près du portique ou à l’intérieur de celui-ci, mais aucune base correspondante n’a été retrouvée95. Le travail négligé de l’arrière des statues pourrait suggérer que celles-ci se dressaient contre le mur de fond du portique, mais les statues, qui, pour certaines, excédaient 4 m, ne pouvaient tenir sous le portique dorique. A. Davesne et J. Marcadé proposent donc de replacer ces statues et leurs bases sur les grands massifs de fondation dégagés en avant des portiques Nord et Ouest96 (fig. 12).

Fig. 12. Région Nord du sanctuaire de Xanthos, vue de l’Est.

Fig. 12. Région Nord du sanctuaire de Xanthos, vue de l’Est.

Cliché EFA.

Dans les théâtres

39Bien que les décrets témoignant de l’installation de représentations honorifiques dans les théâtres soient peu nombreux, les bases de statues et les témoignages littéraires prouvent que ces édifices de spectacle sont particulièrement appréciés pour l’installation de statues.

  • 97 Papastamati-von Moock 2007.
  • 98 Cf. supra p. 133-134 et Papastamati-von Moock 2007, p. 324-327.
  • 99 Papastamati-von Moock 2007, fig. 1, pl. 36-39.
  • 100 Fittschen 1991.

40À Athènes, les statues de dramaturges installées à partir des années 340 dans les parodoi Ouest – pour la statue d’Astydamas – et Est – pour les statues des trois tragiques du ve s., à l’époque de Lycurgue, puis pour celle de Ménandre, vers 29097 – du théâtre de Dionysos montrent que ce bâtiment est, à l’époque classique et au cours de la haute époque hellénistique, un espace honorifique spécialisé. Seules y sont installées les représentations de poètes tragiques et comiques, même si celles-ci peuvent revêtir une signification politique plus large98 : il n’est pas interdit en effet de voir dans la statue de Ménandre, placée sur une haute base quadrangulaire moulurée en haut et en bas99 et qui représente le poète jeune, assis sur un luxueux siège100, le reflet des conceptions politiques dominantes dans l’Athènes de Démétrios Poliorcète, opposées au respect de la tradition, favorisé quelques décennies plus tôt par Lycurgue à travers le groupe des auteurs tragiques, érigé au même endroit sur un socle bas.

  • 101 IMagnesia 92b, l. 13-15.
  • 102 Bien que l’argent ne soit ici que prêté à la cité, ce cas est proche de celui de certains bienfaite (...)

41Mais les théâtres ne sont pas toujours des espaces honorifiques exclusivement réservés aux artistes. À Magnésie du Méandre, une statue honorifique est ainsi étroitement liée à la construction du bâtiment. En effet, Dèmètrios, fils d’Apollophanès, avance sans intérêts, à la demande de son père, les sommes nécessaires pour bâtir le théâtre. En remerciement, la cité fait ériger une statue d’Apollophanès au théâtre – c’est sur la base de l’œuvre que le décret est retranscrit – mais demande à Dèmètrios de financer la statue par un prélèvement sur les fonds alloués à la construction du théâtre, qu’il a lui-même prêtés101 ! Le lien entre l’édifice de spectacle et la statue d’Apollophanès est donc non seulement topographique, mais financier. Le financementdu théâtre et celui de la statue se font dans un même mouvement, synthèse d’une pratique courante à l’époque hellénistique tardive, qui consiste à s’en remettre aux bienfaiteurs pour le financement non seulement des travaux publics, mais encore des honneurs qu’on leur vote102.

  • 103 IPriene 237 et 255.
  • 104 Rumscheid 1998, p. 161-177, fig. 146-148, 150 et 157.
  • 105 Gerkan 1924.
  • 106 IPriene 540.
  • 107 IPriene 234.
  • 108 IPriene 37, l. 16.

42Au théâtre de Priène, deux bases cylindriques de statues honorifiques presque semblables, l’une datée du début, l’autre de la fin du iie s., ont été retrouvées in situ103 ; elles étaient placées symétriquement en avant du proskènion, devant les entrecolonnements 2 et 10 de la publication de A. von Gerkan104 (fig. 13). Ces deux bases portaient les statues en bronze d’Apollodôros, fils de Poseidônios, déjà honoré à deux reprises sur l’agora de Priène, et de Thrasyboulos, filsde Philios, époux défunt de Mégistè, l’arrière-petite-fille d’Apollodôros105. À près d’un siècle d’intervalle, ces statues témoignent donc du prestige persistant de deux familles liées et de leur influence sur les institutions de Priène. En effet, les membres de ces familles assurent des ambassades et des théories au iie s. Basileidès, fils d’Apollodôros, et Philios, fils de Thrasyboulos, sont ainsi théores à Samothrace, vers 150106. Ce dernier est probablement le personnage honoré d’une statue honorifique publique en bronze, dans son jeune âge, pour sa victoire au pancrace à Dodone107. Apollodôros, fils de Poseidônios, fait également partie des délégués envoyés à Rhodes pour la résolution du conflit frontalier entre Priène et Samos au début duiie s.108. La présence au théâtre des statues d’Apollodôros et de Thrasyboulos, deux personnages éminents de Priène, pourrait indiquer que le bâtiment, comme c’est le cas à Athènes, accueille, outre les spectacles, certaines séances de l’assemblée.

Fig. 13. Restitution du théâtre de Priène.

Fig. 13. Restitution du théâtre de Priène.

A. von Gerkan, Das Theater von Priene [1921], pl. 35.

  • 109 Fraisse, Moretti 2007, p. 78-80, pl. 12, fig. 122, no I, pl. 43, fig. 173.
  • 110 Fraisse, Moretti 2007, p. 80-81.
  • 111 Fraisse, Moretti 2007, p. 81-83, nos 61-63.

43Le même dispositif de statues placées devant le bâtiment de scène s’observe au théâtre de Délos. Une statue dédiée par Eumène Ier à son oncle Philétairos se dressait, dès le milieu du iiie s., devant la colonne E6 du proskènion, entre la porte Nord et la porte centrale du bâtiment de scène109. Un demi-siècle plus tard, le Peuple des Déliens dédie une statue de l’aulète Satyros devant l’entrecolonnement E8-E9 du proskènion, entre la porte centrale et la porte Sud du bâtiment de scène. La base quadrangulaire composée de cette statue est ornée d’un relief représentant une couronne encadrée de deux trépieds110. Dix bases errantes, dont trois assurément honorifiques, ont par ailleurs été retrouvées dans le théâtre111.

  • 112 SEG LIX, 1228-1229.
  • 113 Blümel, Brennan, Habicht 2009.

44Au théâtre de Nysa, deux bases de statues de la seconde moitié du ier s. ont été mises au jour, sans que l’on connaisse leur emplacement précis112. La première, qui porte la dédicace du Peuple de Nysa en l’honneur de Cn. Domitius Calvinus, patron et bienfaiteur de la cité, a la forme tout à fait originale d’une base cylindrique à cannelures doriques, annelets et échines113. Cette forme exceptionnelle doit évoquer les colonnes du bâtiment de scène, près de laquelle la statue s’est probablement dressée.

Devant les propylées et les portes

  • 114 Kotsidu 2000, p. 83-84, no 32[A], fig. 1-2 avec la bibliographie antérieure.
  • 115 Goette 1990a.
  • 116 L’interprétation d’H. R. Goette demeure toutefois hypothétique ; voir un résumé des données dans Ko (...)

45Propylées et portes constituent des emplacements de choix pour les statues honorifiques. À Athènes, le pilier honorifique remployé pour Agrippa, qui portait probablement, à l’origine, la statue honorifique d’un souverain attalide – Eumène II ? – sur un quadrige, est placé devant l’aile Nord-Ouest des Propylées114 (fig. 14). Visible depuis l’Agora, le monument s’impose ainsi à tous les visiteurs du sanctuaire. H. R. Goette suggère par ailleurs de voir dans les restes d’une base découverts devant la partie centrale de la porte du Dipylon les vestiges d’un autre pilier honorifique attalide115. Ce monument hellénistique n’est pas, selon lui, conservé à son emplacement originel, mais a fait l’objet d’un remploi, au iie s. apr. J.-C., comme monument honorifique pour un empereur. Cependant, en raison des dimensions imposantes de la base, il n’a probablement pas été déplacé trop loin de son emplacement premier. Un autre monument attalide aurait ainsi été placé à l’entrée de la ville116.

Fig. 14. Pilier honorifique devant les Propylées de l’Acropole d’Athènes.

Fig. 14. Pilier honorifique devant les Propylées de l’Acropole d’Athènes.

D’après Krumeich, Witschel, 2010,pl. XXX.

  • 117 Robinson 1943, p. 300 ; Hoff M. C. 2001 ; IG II2 3251.
  • 118 Il apparaît en effet sur un dessin de C. Wordsworth publié en 1840, mais est absent de celui publié (...)
  • 119 Hoff M. C. 2001, p. 587, fig. 10-11.
  • 120 Hoff M. C. 2001, p. 588-591, fig. 13.
  • 121 Hoff M. C. 2001, p. 591-593, fig. 14.

46Toujours à Athènes, au début de l’époque impériale, est installée, entre 16 av. et 2 apr. J.-C., comme figure d’acrotère des Propylées de l’Agora romaine nouvellement construite, une statue honorifique équestre de Lucius César117 (fig. 15). Le bloc inscrit a disparu, apparemment, au début des années 1840118, mais il reste du monument une partie de la plinthe119, qui permetde restituer une longueur de 2,60 m à la base originelle. Les dimensions importantes et les mortaises visibles à la face supérieure du bloc suggèrent que la statue de Lucius César n’était pas en pied, mais équestre120. Placer une statue honorifique en acrotère d’un monument estun dispositif tout à fait inédit dans le monde grec, qui plus est sur un monument dorique. Par ailleurs, le monument de Lucius César, d’une façon originale, se présente au visiteur de l’agora non de face, mais latéralement, ce qui, sans être inédit, n’est pas le mode habituel de présentation des statues honorifiques équestres121.

Fig. 15. Fronton de la porte de l’Agora romaine à Athènes.

Fig. 15. Fronton de la porte de l’Agora romaine à Athènes.

Cliché DAI.

  • 122 Sur l’archontat de Nikias, fils de Sérapiôn, qui date la dédicace des propylées à l’Archègétis, cf.(...)
  • 123 Sur ces deux interprétations, cf. Hoff M. C. 2001, p. 594-598 ; il ne peut s’agir d’un monument pos (...)

47L’interprétation de ce monument honorifique dédié par le Peuple d’Athènes pose deux problèmes étroitement liés, qui ont trait à sa date et à sa signification. En effet, l’indépendance du bloc de base, qui était simplement posé sur le faîte du fronton, permet deux suppositions : soit la statue est en place dès l’inauguration du monument, probablement entre 11 et 9122, pour commémorer la participation de Lucius César aux Lusus Troiae, soit elle est ajoutée en 2, au moment où, à l’âge de 15 ans, Lucius revêt la toga virilis123. Aucun élément ne permet de résoudre définitivement la question, mais la date basse est la plus probable, car aucune statue équestre de Lucius César à un si jeune âge – il a alors 7 ans – n’est connue.

  • 124 Hoff M. C. 2001, p. 594.

48Tout à fait unique, le monument honorifique de Lucius César sur l’agora romaine apparaît comme un monument hybride. En effet, il tient en partie de l’arc honorifique romain, auquel il emprunte l’association d’un monument de passage et d’une statue honorifique, mais demeure toutefois dans la tradition honorifique grecque. En effet, les propylées Ouest de l’agora romaine sont avant tout un édifice fonctionnel. Il n’est pas tout entier consacré à la gloire de Lucius César. Architecture et statue honorifique, bien que visuellement associées, demeurent indépendantes dans leur conception124.

La concurrence spatiale

  • 125 IMagnesia 92 et 129.

49Le développement de la pratique honorifique au cours de l’époque hellénistique avancée conduit parfois à une saturation des espaces disponibles pour l’installation des statues honorifiques. Les épiphanestatoi topoi sont en effet encombrés de nombreux monuments et, dans certains cas, les plus récents occultent les plus anciens. Ainsi, les fondations de bases devant le portique d’Écho à Olympie indiquent que certains monuments ont été placés devant des monuments antérieurs. Au théâtre de Magnésie du Méandre, la statue publique du citharède Anaxènôr, fils d’Anaxicratès, est installée devant celle d’Apollophanès, fils d’Apollophanès, érigée près de deux siècles plus tôt125. Ce manque d’égards pour le monument honorifique du bienfaiteur qui a financé le théâtre suppose que sa lignée a perdu son prestige.

  • 126 Ma 2007b, p. 89-90.
  • 127 Ma 2012, p. 247-248, fig. 12.4 donne également l’exemple des bases de statues honorifiques alignées (...)

50J. Ma souligne par ailleurs qu’au sanctuaire d’Amphiaraos à Oropos, l’installation de monuments honorifiques toujours plus nombreux au cours de l’époque hellénistique conduit à leur concentration dans un espace réduit, ce qui amoindrit le prestige de statues autrefois isolées126 : ainsi, la base de la statue d’Hadeia, érigée par Lysimaque, est installée sur les fondations de la base d’une statue équestre, remployée plus tard pour Agrippa. Ces statues accolées constituent un exemple patent de la concurrence spatiale que suscite l’installation de statues honorifiques : chaque dédicant veut occuper l’emplacement le plus en vue, quitte à empiéter sur les monuments existants127.

Les représentations honorifiques abritées

51Dès l’époque classique, mais plus fréquemment à partir de la basse époque hellénistique, certaines statues honorifiques sont installées à l’abri d’édifices sacrés ou civils. La diffusion de cette pratique tient probablement à la monumentalisation contemporaine des agoras et des sanctuaires grecs. Elle implique cependant un rapport différent aux œuvres, qui ne sont plus accessibles immédiatement et s’intègrent à l’architecture et au mobilier d’une pièce. Cette pratique entraîne également une modification matérielle importante. En effet, les statues honorifiques, ainsi abritées des intempéries, sont plus volontiers en marbre, matériau moins coûteux. Il n’est donc pas étonnant que la plupart des statues honorifiques conservées pour les périodes étudiées ici s’inscrivent dans la période hellénistique tardive. Les statues antérieures, majoritairement en bronze, ont disparu.

Dans les temples

Le iv e s. et la haute époque hellénistique

  • 128 Londres, British Museum, inv. 1151 ; Carter 1983, p. 271-276, no 85, pl. XXXIXa-b, XLa-b, XLVIIa, d(...)
  • 129 La tête sculptée de Priène présente également d’étonnantes similarités avec le visage restitué de l (...)
  • 130 Rappelons que l’architecte et sculpteur parien Satyros, fils d’Isotimos, signe les statues d’Idrieu (...)
  • 131 Vitruve, I 1, 12.

52C’est en Ionie que l’on trouve les exemples archéologiques les plus précoces de statues honorifiques installées dans un temple. En effet, dans le sèkos du temple d’Athéna Polias à Priène a été retrouvée une tête rapportée colossale en marbre de Paros, stylistiquement et techniquement très proche des statues du Mausolée d’Halicarnasse128. Pour cette raison, J. C. Carter propose de l’identifier à Ada, épouse du satrape de Carie Idrieus129. Cette hypothèse n’a rien d’invraisemblable car certains sculpteurs actifs à Halicarnasse ont sans doute, après le chantier, offert leurs services aux dynastes cariens130. Vitruve atteste en tout cas qu’une partie de l’équipe du Mausolée est passée à Priène, puisque Pythéos est l’architecte du temple d’Athéna131. La statue aurait ainsi été érigée entre 351 et 340, au cours de la première phase des travaux du temple. Son emplacement prestigieux est le reflet de la puissance des satrapes de Carie dans le troisième quart duive s., qui peuvent imposer leur image à proximité de celle des dieux.

  • 132 Wiegand, Schräder 1904, p. 152-154, fig. 121-122 ; Schipporeit 2013, p. 158-159.
  • 133 Londres, British Museum, inv. 1153 ; Carter 1983, p. 276, no 86, pl. XLc-e, XLVII; la datation au (...)
  • 134 Berlin, Staatliche Museen, inv. 105 (hauteur : 0,265 m) ; Wiegand, Schräder 1904, p. 155-156, fig. (...)
  • 135 Le bouchon d’encastrement conique fixé par une clavette à l’arrière, technique caractéristique de c (...)
  • 136 Berlin, Staatliche Museen, inv. 104 (hauteur : 0,125 m) ; Wiegand, Schräder 1904, p. 156-157, fig. (...)

53Le sanctuaire de Déméter, sur les pentes de l’acropole de Priène, livre d’autres exemples de l’installation de statues de prêtresses dans un temple au cours du ive s. Le long du mur Ouest du sèkos du temple, était en effet aménagée une banquette, sur laquelle subsistent les cuvettes d’encastrement de statues de marbre, et devant laquelle se dressaient deux tables en marbre, probablement destinées à des offrandes132. Les encastrements diffèrent nettement entre eux par la taille et la forme, si bien que l’on peut difficilement restituer un groupe sculpté. Il faut donc songer à des offrandes de marbre, qui flanquaient peut-être les statues de Déméter et de Corè. Or, dans les ruines du temple, précisément à l’angle Nord-Est du sèkos, où la banquette est le mieux conservée, ont été mises au jour deux têtes féminines sculptées. La première, à laquelle J. C. Carter compare une tête enfantine découverte dans le temple d’Athéna133, est une tête rapportée en demi grandeur134, datée du troisième quart du ive s.135 ; la seconde, plus modeste, est une tête féminine à cécryphale de petite taille136, peut-être aussi du ive s. Ces deux statues se dressaient probablement sur la banquette et sont sans doute des représentations de prêtresses de Déméter et de Corè.

  • 137 IG II2 3462.
  • 138 Stais 1891, col. 53-55.
  • 139 Stais 1891, col. 45-47 et dessin.
  • 140 Athènes, Musée national inv. 833 ; Horn 1931, p. 20 et 36, pl. 6.1 ; Kleiner 1942, p. 148-150 ; Pét (...)
  • 141 IG II2 3462 ; Pouilloux 1954, p. 155, no 44, dans un premier temps gêné par ces apices, se range, e (...)

54En Grèce continentale, la plus ancienne statue honorifique connue d’un simple particulier installée dans un temple est, de nouveau, une statue féminine : elle représente Aristonoè (pl. XLIIb) et se dresse dans le second temple de Némésis à Rhamnonte (fig. 16). La statue est une offrande à Thémis et à Némésis, consacrée par Hiéroclès, fils de Hiéropoios, pour sa mère, prêtresse de Némésis137. Lorsque le monument a été retrouvé en septembre 1890138, la base était en place, à l’angle Sud-Ouest du sèkos, entre la base de la statue colossale de Thémis, œuvre de Chairestratos, et l’offrande de Lysicleidès, consacrée sur un pilier139. Les statues étaient, quant à elles, tombées devant leur piédestal. La plupart des commentateurs s’accordent à dater la statue d’Aristonoè du iiie s., réalisant une sorte de compromis entre les caractéristiques de l’œuvre, rapprochées d’un relief funéraire de l’enclos de Hiéroclès à Rhamnonte du troisième quart du ive s.140, et la gravure de l’inscription qui présente de légères apices141. Cette solution paraît peu satisfaisante et l’on peut se demander si la statue n’est pas plus ancienne que la base. Le remploi de la statue pourrait alors dater de l’époque hellénistique avancée.

Fig. 16. Relevé et plan du petit temple de Némésis à Rhamnonte.

Fig. 16. Relevé et plan du petit temple de Némésis à Rhamnonte.

Pétrakos 1999a, p. 198, fig. 113-114.

L’époque hellénistique avancée (iie-ier s.)

  • 142 Orlandos 1962, p. 111-112, no 2, pl. A, 16 ; Connelly 2007, p. 152, fig. 5. 20.
  • 143 Orlandos 1962, p. 110-111, no 1, pl. A, 5 ; Connelly 2007, p. 148-151, fig. 5. 17-18.
  • 144 Les statues honorifiques de prêtresses découvertes dans le temple d’Artémis à Aulis, qui constituen (...)

55Dès la première moitié du iie s., dans le temple d’Artémis Orthia en bordure Ouest de l’Asclépieion de Messène, sont installées des statues féminines en marbre, qui représentent vraisemblablement toutes des prêtresses du culte d’Artémis. La plus ancienne de ces statues, celle de Théophaneia, fille de Philônidas, dédiée par son époux Damophôn, est installée dans la partie Nord du temple, contre le mur Est142, soit assez loin de la statue de culte et de la table d’offrandes, qui se dresse au fond de l’oikos, au centre du mur Ouest. Dès le siècle suivant cependant, la statue de la prêtresse Mégô est dédiée par ses parents à Artémis dans le temple, immédiatement à droite de la statue de la déesse143. Les monuments honorifiques de prêtresses se multiplient autour de la déesse à l’époque impériale, saturant peu à peu l’espace intérieur limité de ce petit temple. Ce dispositif s’explique peut-être par l’étroitesse du sanctuaire d’Artémis Orthia, probablement limité à ce petit oikos144.

  • 145 Schazmann 1923, p. 102-110, pl. I-II, IV-VII, VIII, X-XI, XVIII, XXXII-XXXV.
  • 146 Schazmann 1923, p. 107-108, pl. XXXII, encart VII.
  • 147 Sur les quelques fragments retrouvés avec la statue masculine, cf. infra p. 268.
  • 148 Annexe A 3, 10.
  • 149 Cf. infra p. 266-268.

56Dans le deuxième tiers du iie s., Attale II fait bâtir à Pergame, sur une terrasse en surplomb du gymnase, un temple consacré à Héra Basileia145. Dans le sèkos du temple était installée, contre le mur de fond, une profonde banquette en tuf, plaquée de marbre à l’origine, dont la partie centrale était en saillie146. De cette structure tripartite, P. Schazmann tire la conclusion que le socle portait trois statues, celle d’Héra bien sûr, mais aussi la statue masculine colossale en marbre retrouvée dans le sèkos (pl. IX) et une troisième, dont presque rien n’est préservé147. La statue drapée masculine a, tour à tour, été identifiée comme une représentation de Zeus, d’Attale Ier ou d’Attale II lui-même. On reviendra plus loin sur les fondements iconographiques de cette dernière hypothèse ; il suffit pour l’heure de souligner que la consécration de la statue d’un souverain dans un temple n’a rien d’improbable à Pergame, comme le prouve l’exemple d’Attale III, honoré par la cité d’une statue synnaos d’Asclépios Sôtèr à l’Asclépieion de Pergame148. L’installation dans le sèkos du temple d’Héra de la représentation d’un souverain attalide manifeste l’emprise très forte de la dynastie sur la cité de Pergame149.

  • 150 Mathys 2014, p. 41-42, 118, cat. He 1 ; pl. 11, 1-2 ; 12, 4.

57Un siècle plus tard, probablement peu de temps après 58, la banquette du temple d’Héra Basileia est prolongée sur une partie du mur Ouest du sèkos pour installer la statue de la princesse galate Adobogiôna, fille de Dèiotaros150. Cet insigne honneur de la part de la cité de Pergame témoigne de l’influence de cette famille dans la région et de ses liens avec une famille de notables pergaméniens. D’une façon inattendue, la statue n’est pas dédiée à Héra Basileia : sans doute son emplacement suffit-il à la désigner comme une offrande à la déesse.

Dans les chapelles et les hèrôa

  • 151 Cf. supra p. 144.

58Au cours de la basse époque hellénistique sont installés dans les sanctuaires des édifices qui semblent tenir autant du trésor que du temple. Sans abriter de statue de culte à proprement parler, ils mettent en valeur une statue, divine ou humaine, particulièrement prestigieuse. Ces bâtiments sont ainsi des édifices cultuels annexes, qui accueillent plus facilement les représentations honorifiques. Le monument de Mithridate, au Samothrakeion de Délos (fig. 17), qui renferme la statue honorifique du roi du Pont (fig. 18), mais aussi celle du prêtre des Grands Dieux de Samothrace151, en est un exemple.

Fig. 17. Restitution de la façade du Monument de Mithridate à Délos.

Fig. 17. Restitution de la façade du Monument de Mithridate à Délos.

Dessin EFA ; Chapouthier 1935, p. 42.

Fig. 18. Dessin de la base de la statue de Mithridate au sanctuaire des dieux de Samothrace à Délos.

Fig. 18. Dessin de la base de la statue de Mithridate au sanctuaire des dieux de Samothrace à Délos.

Délos, musée, inv. E 758 ; ID1563 ; dessin EFA ; Chapouthier 1935, p. 38, fig. 49.

  • 152 Humann 1904, Blatt III (« Heiligtum »).
  • 153 Grande Athéna : Istanbul, Musée archéologique, inv. 603 (hauteur : 1,60 m) ; petite Athéna : Istanb (...)
  • 154 Linfert 1976, p. 178.
  • 155 IMagnesia 144-146.

59Plus modeste, la salle arrière du portique Ouest de l’agora de Magnésie du Méandre, où ont été découvertes les statues honorifiques de Baebia, de Saufeia et de Polla Valeria (pl. XLVII), est peut-être une chapelle consacrée à Athéna152. C’est du moins ce que laissent supposer les deux statues hellénistiques de la déesse retrouvées au même endroit153. A. Linfert propose, à partir du plan proposé par C. Humann, de restituer les étapes de l’aménagement de la pièce, à partir de 62. La grande Athéna est tout d’abord installée sur la grande base centrale, flanquée des statues de Baebia et de Saufeia. Puis, quelque temps après, est installée la petite Athéna sur l’une des bases proches de l’entrée distyle de la pièce en pendant à la statue de Polla Valeria154. On peut également noter, sur le plan de C. Humann, deux supports allongés en avant de la grande base centrale, qui pourraient être les vestiges d’une table à offrandes. Bien que les inscriptions en l’honneur des parentes de L. Valerius Flaccus ne comportent pas de dédicace votive155, il est donc probable que la pièce où elles se dressaient revêtait un caractère religieux.

  • 156 Bergama, musée, inv. 3445 ; hauteur conservée : 0,67 m.
  • 157 Hiller 1986.
  • 158 Hiller 1986, p. 154-155.
  • 159 Hiller 1986, p. 155.
  • 160 L’exemple le plus fameux d’une telle transformation est celui du Zeus d’Olympie, que Caligula veut (...)

60Dans une salle cultuelle de Pergame, parfois identifiée comme l’hèrôon de Diodôros Pasparos, a été mise au jour une statue masculine nue de petite taille156, qui a été probablement installée, entre le milieu du iie s. et celui du ier s., sur la corniche couronnant les reliefs dela « salle des marbres »157. Cette statue, qui, dans son aspect final, évoque l’Ofellius deDélos (pl. XXV), a subi de nombreuses réparations dans l’Antiquité. On ignore la fonction initiale de l’œuvre, même si H. Hiller n’exclut pas la possibilité d’une statue honorifique158. En revanche, il est à peu près sûr que, dans son second emploi, situé au plus tard à l’époque d’Auguste, la statue est honorifique159. Si la statue figure à l’origine un dieu, elle constitue alors l’un des exemples les plus anciens de la réutilisation d’une statue divine comme représentation individuelle160.

Dans les bouleutèria

  • 161 Hauteur : 0,78 m ; diamètre : 0,54 m.
  • 162 Wulzinger 1941, p. 27, pl. 27, 32 f.
  • 163 Antiochos III dans le bouleutèrion de Téos (Annexe A 4, 10).
  • 164 C’est peut-être dans le bouleutèrion d’Assos, en Troade, que sont installées les statues honorifiqu (...)

61Dans les ruines du bouleutèrion d’Héraclée du Latmos, en contrebas des gradins, dans la partie Sud-Est, a été retrouvée une base cylindrique161 pour une statue masculine en bronze de petite taille162, portant une inscription honorifique privée, que la gravure permet de dater du iiie ou du iie s. : Μελάνιππον Ἱκεσίου | Διόδοτος Οἰκοδάµαντος | Καλυνδεύς. Vu la rareté des statues honorifiques attestées à l’époque hellénistique dans les bouleutèria, aussi bien par l’épigraphie que par les trouvailles archéologiques, cette dédicace privée d’un habitant de Calynda pour un citoyen d’Héraclée du Latmos peut étonner. Mélanippos et Diodotos sont sans doute localement influents pour se voir accorder un emplacement réservé ailleurs aux souverains163, et plus tard à la famille impériale164.

Sous les portiques

  • 165 Sur la statue de Billienus, cf. infra p. 290.

62Les témoignages archéologiques de statues installées sous des portiques sont rares avant l’époque impériale. Si les représentations honorifiques peintes installées sous les portiques sont attestées par l’épigraphie, il semble que les Grecs ne considéraient pas la colonnade des portiques comme un espace particulièrement propice à l’installation de statues. L’une des rares exceptions à cette règle provient de Délos : la statue de Billienus, installée sur une base à orthostates à l’extrémité Ouest du portique d’Antigone, qui est la plus ancienne statue cuirassée dont l’identité soit connue165 (pl. XXII).

Dans les gymnases

  • 166 GD 67 ; Moretti 1996 ; contra Hoff R. 2007a, p. 376-378.
  • 167 GD 76.
  • 168 ID 1417, l. 133-134.
  • 169 IG XI 4, 1087 ; Knoepfler 1973, p. 233-237 ; Jacquemin 1981, p. 155-157 ; Moretti 1997, p. 151 (sur (...)

63Les inventaires de Délos des iiie et iie s. témoignent de l’existence de statues honorifiques au gymnase, qui est alors, selon J.-Ch. Moretti, la Palestre du Lac166, avant le transfert des activités dans le gymnase nouvellement construit, entre 95 et 88167. Certaines de ces mentions ont pu être associées, à titre d’hypothèse, à des bases de statues. Ainsi, l’inventaire le plus complet, daté de 156/5, évoque une statue masculine nue tenant en main un bâton, offrande des Déliens et placée dans un exedrion168. Selon la plupart des commentateurs, cette mention dans les inventaires peut être rapprochée d’une base découverte en remploi dans le mur Ouest de la Synagogue, au Nord du Gymnase (GD 76). Celle-ci porte la dédicace de la cité de Délos pour Sôsilos, fils de Dorieus, et date de l’époque de l’indépendance169.

  • 170 ID 1948.
  • 171 ID 1926.
  • 172 ID 1929, 1930, 1932, 1936 ; Moretti 1996, p. 627.

64Ce n’est, semble-t-il, qu’à partir du dernier quart du iie s., que des statues honorifiques sont installées dans le nouveau gymnase, qui n’est sans doute pas encore entièrement fonctionnel. Ainsi, la statue de Nikias dédiée par le gymnasiarque des Hermaia catégorie enfants en 137/6170 est érigée dans le nouveau gymnase en 118/7, date à laquelle le personnage honoré est pédotribe171. Les autres bases de statues honorifiques recensées par J.-Ch. Moretti sont toutes datées de 100 ou d’après172.

  • 173 Sur les statues honorifiques du gymnase de Pergame, voir désormais Mathys 2014, p. 45-68.
  • 174 Sur l’ensemble de la décoration sculptée du gymnase de Pergame, je suis l’analyse de Hoff R. 2007a, (...)
  • 175 Hoff R. 2007a, p. 385-386, fig. 6-7.

65Le gymnase de Pergame constitue un exemple particulièrement instructif pour la disposition de statues abritées173. Ainsi, sur la terrasse haute du gymnase, qui est probablement aménagée sous Eumène II, et assurément avant 147/6, dans la salle à banquette H, qui occupe la partie centrale du côté Nord, se dressait la statue d’Eumène aux côtés de la statue posthume de Philétairos et d’une statue d’Héraclès174. Ce groupe doit avoir été installé peu de temps après le nouvel aménagement de la terrasse. Pour la seconde moitié du iie s., ont également été retrouvés les fragments de deux statues masculines nues en marbre, sans doute honorifiques, qui prenaient vraisemblablement place dans l’une ou l’autre des salles du gymnase175.

  • 176 Hoff R. 2007a, p. 390-393, fig. 10.
  • 177 Vitruve, VII 5, 6.

66Selon R. von den Hoff, un changement se produit dans le type des statues honorifiques abritées dans les salles du gymnase au ier s. Des fragments sculptés permettent en effet de déceler une présence plus importante de représentations honorifiques en manteau176, pratique nouvelle qu’il rapproche d’un passage de Vitruve177, critiquant les citoyens d’Alabanda parce que, dans leur gymnase, se dressent plus de statues de juristes que de statues d’athlètes.

  • 178 Samos, musée de Vathy, inv. P 578 ; Martini 1972, p. 292-298, fig. 11-15 ; Martini 1984, p. 95, pl. (...)

67De fait, il semble que, à la basse époque hellénistique, des statues masculines drapées soient plus fréquemment installées dans les gymnases. On peut évoquer l’exemple d’une statue colossale découverte au gymnase de Samos entre le portique ionique et la salle W, où elle devait être exposée178. Il s’agit très probablement d’une statue honorifique de la fin du iie s., copiant un original réalisé un siècle plus tôt. Des puntelli sont en effet visible sur l’œuvre et la signature du sculpteur, Apollônidès d’Éphèse, est placée à l’arrière de l’étai, selon une mode en faveur à la basse époque hellénistique.

Dans les niches et les exèdres couvertes

  • 179 Le terme exèdre est ici utilisé conformément à la définition donnée par Ginouvès 1998, p. 15 « [sal (...)
  • 180 GD 52 ; Lapalus 1939 ; Trümper 2008.
  • 181 ID 1679 ; Lapalus 1939, p. 41-46, fig. 38-41 ; Trümper 2008, p. 448.
  • 182 C’est la date retenue par Queyrel 1991, p. 413-419, contre la datation traditionnelle autour de 100
  • 183 ID 1688 ; Lapalus 1939, p. 54-57, fig. 46-48, pl. XV ; p. 157, fig. 45-47, pl. 32-33a ; Queyrel 199 (...)
  • 184 ID 1699 ; Lapalus 1939, p. 52 ; Trümper 2008, p. 449 ; J. Marcadé a montré récemment que cette base (...)
  • 185 ID 1722.
  • 186 ID 1695-1697.
  • 187 ID 2002 ; Lapalus 1939, p. 49-50, pl. XIV 3.
  • 188 ID 1710, 1727, 1849, 2000 (?), 2549 (?).

68Les niches et exèdres179 deviennent, à partir du iie s., un lieu privilégié pour l’exposition de statues honorifiques, le plus souvent en marbre. Ainsi, sous les portiques de l’agora des Italiens à Délos (fig. 19) qui, dans son état final, est un édifice fermé trapézoïdal de ca 65 m sur ca 80 m, sont installées des niches et des exèdres qui abritaient de telles statues180. Au fond de l’exèdre Ouest (no 15), contre les murs de laquelle étaient installées des banquettes, était aménagée une niche semi-circulaire (no 16), ouverte par une porte surmontée d’un entablement dorique et d’un fronton, où se dressait la statue de C. Cluvius, proconsul dans la dernière décennie du iie s., dédiée par les Romains travaillant et habitant à Délos, œuvre d’Agasias d’Éphèse181. Au fond de la niche immédiatement voisine au Nord (no 18) a été retrouvée la base à orthostates ainsi que la statue de C. Ofellius Ferus (pl. XXV), dédiée, sans doute vers 130-120182, par les Italiens à Apollon, œuvre des sculpteurs athéniens Dionysios et son père Timarchidès, fils de Polyclès183. Probablement dans une des niches au Nord-Est (no 39 ou 41) se dressait la statue de C. Marius, légat en 99, également réalisée par Agasias184. Dans le secteur Nord-Est ont également été retrouvés les fragments de la base des statues honorifiques de Philostrate d’Ascalon, banquier qui a financé la construction du portique Nord, et de ses fils185. Au fond de la niche 68, dans la partie méridionale du portique Est, a été retrouvée la base de la statue de L. Munatius Plancus, dédiée par les Italiens et les Grecs commerçant à Délos, œuvre d’Agasias d’Éphèse, restaurée par Aristandros après 88186. Enfin, dans la niche 105 à l’angle Sud-Ouest de l’agora, Gorgias, fils de Damoxénos, d’Héraclée, et Aristôn, fils de Gorgias, d’Athènes ont fait ériger, peu avant 88, les statues de leurs deux amis Aulus et Publius A. f. Gabinii187. D’autres statues honorifiques, dont les bases ont été retrouvées, se dressaient probablement dans les niches, sans que l’on puisse préciser leur disposition188.

Fig. 19. Plan de l’agora des Italiens à Délos.

Fig. 19. Plan de l’agora des Italiens à Délos.

Plan EFA.

  • 189 Dyggve, Poulsen, Rhomaios 1934, p. 109-118 ; Charatzopoulou 2006.
  • 190 Dyggve, Poulsen, Rhomaios 1934, p. 65-66, fig. 60-61, p. 99 ; Charatzopoulou 2006, p. 67.

69Ces statues étaient, sans exception, installées dans des pièces en retrait et closes, où la lumière naturelle n’accédait pas plus que le spectateur. Ce mode d’exposition des statues honorifiques évoque les précieuses offrandes enfermées dans les trésors ou les statues de culte plus que les monuments à l’air libre de la haute époque hellénistique. La distance, la pénombre contribuent à conférer un caractère surhumain aux statues. On peut, à ce titre, évoquer le parallèle de l’« hèrôon » de Calydon, érigé à la même période189 : en effet, dans la salle cultuelle qui s’ouvre au Nord de la cour à péristyle se dressaient probablement, près de la statue du héros, la statue de Crateia, dédiée par son époux Pantaléôn au héros Léôn et au jeune Héraclès, et celle de Pantaléôn lui-même190.

70La disposition des statues honorifiques dans des espaces clos accompagne donc la modification de la pratique honorifique au cours de la basse époque hellénistique. Le caractère hyperbolique des honneurs accordés, l’héroïsation et la divinisation plus fréquente des bienfaiteurs se traduisent matériellement par un mimétisme croissant des statues divines dans la représentation honorifique, que ce soit dans le matériau choisi, dans l’emplacement de l’œuvre, ou, on le verra, dans le type de la représentation.

Dans les maisons

  • 191 GD 112 ; J. Chamonard, « Fouilles à Délos », BCH 57 (1933), en particulier p. 110-158, fig. 14-17.
  • 192 Délos, musée, inv. A 4133 et A 4135 ; Kreeb 1988, p. 231-232, cat. S 29.2, p. 232-233, cat. S 29.4.
  • 193 Délos, musée, inv. A 4134 et A 4136 ; Kreeb 1988, p. 232-233, cat. S 29. 3 et 5.

71Les exemples les plus intéressants de statues honorifiques installées à l’intérieur de maison proviennent eux aussi de Délos, et notamment de la Maison des Masques191. En effet, dans l’oikos de cette riche demeure ont été retrouvées quatre statues, deux divines – un Dionysos juvénile nu et, selon M. Kreeb, un Apollon trônant, tenant la lyre192 – et deux statues de petites dimensions, l’une masculine drapée (pl. XXXIII), l’autre féminine193, représentant peut-être les propriétaires de la maison. Une table de marbre a par ailleurs été retrouvée au même endroit. L’ensemble provient de l’étage effondré de la demeure et était peut-être installé dans une sorte de chapelle privée, où les dédicants se sont fait représenter aux côtés des dieux protecteurs des artistes. La pièce est donc une transcription, dans le domaine privée, de l’organisation d’un sanctuaire, associant le culte domestique à l’ostentation individuelle.

  • 194 Sur la base de ce groupe sculpté, cf. infra p. 217 ; sur les statues, cf. infra p. 336-337 et p. 36 (...)

72Les statues de Cléopatra et de Dioscouridès (pl. XXXVII), installées dans la maison I de l’îlot III du quartier du théâtre, manifestent la richesse de cette importante famille délienne, capable de financer, pour décorer leur propriété privée, un monument de grand luxe, mais compensent également l’absence de représentation honorifique publique, qu’auraient justifiée les dons généreux de Dioscouridès à la divinité194.

  • 195 Délos, musée, inv. A 7258 et A 7259 ; Stewart 1979, p. 180 (index), pl. 20 a-b ; Hermary, Jockey, Q (...)

73C’est dans une maison tout aussi riche du quartier de Skardhana, appelée par les fouilleurs Maison des Sceaux, au Nord du sanctuaire d’Apollon, qu’ont été retrouvés deux bustes masculins d’un type peu commun195 : les statues, tronquées au milieu du torse, reposent sur une plinthe peu élevée. Les personnages sont pour nous anonymes, mais ils représentent vraisemblablement des membres de la famille propriétaire des lieux. La stratigraphie de la fouille prouve qu’ils étaient installés au premier étage, qui s’est effondré lors de la destruction dela maison. Ils sont donc peu antérieurs à 69, date à laquelle la Maison des Sceaux est détruite par le feu, au cours de l’attaque de pirates qui a porté un coup si rude aux activités de l’île. Ces bustes sont caractéristiques de l’ostentation privée qui se développe à Délos à la fin de l’époque hellénistique.

Notes

1 Bol 1978, p. 1.

2 Kunhert 1885, p. 265 (Quel visiteur s’y donnait simplement la peine de regarder toutes les statues, sans parler de l’ensemble des inscriptions, par surcroît si difficiles à déchiffrer, en raison de leur gravure malcommode ? […] Une telle abnégation, aucun des anciens archéologues, pour sûr, ne l’a jamais possédée).

3 Loewy 1885.

4 Raubitschek 1949.

5 Marcadé 1953 et Marcadé 1957.

6 Jacob-Felsch 1969.

7 Schmidt 1995.

8 Surtout Pétrakos 1997.

9 Jacquemin 1999a.

10 Fr. Herbin, Monuments, espaces, histoire : les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire d’Apollon à Délos, à l’exclusion des bâtiments comportant un toit, thèse de doctorat à l’université de Paris I et à l’université nationale d’Athènes, soutenue en 2010 (inédite).

11 Katsikoudis 2005.

12 Une première synthèse de leurs travaux est parue : Krumeich, Witschel 2010.

13 Pour une présentation du projet : Leypold 2013.

14 Ma 2013, p. 67-151, consacre un développement substantiel et suggestif à la question de l’emplacement des statues honorifiques.

15 Le libre choix du site par la personne honorée est un honneur réservé aux bienfaiteurs les plus prestigieux ;cf. notamment l’exemple de Diodôros Pasparos à Pergame (IGR IV 292, l. 25-26). La liberté de choix peut également s’appliquer à un espace particulier, cf. Annexe C 14, 16, 18-19, 32, 43.

16 Sur ce point, cf. Ma 2013, p. 70-75.

17 ID 1517, l. 42-46.

18 Helly 1971, p. 544-554, l. 5-11 (traduction Br. Helly).

19 IG II2 1006 + 1031, 1008-1009, 1011, 1039, 1041, 1043, 1048-1050 ; Agora XV 270 et 281 ; sur les décrets éphébiques antérieurs à 88, on consultera les éditions de Perrin-Saminadayar 2007.

20 SEG XXII 110 pour les compléments.

21 Follet 1988, p. 24.

22 Sur ce point, cf. Rhodes 1972, p. 86-87 ; Habicht 2000, p. 348-349.

23 Pour des exemples similaires, cf. aussi IG XII Suppl. 254 (Andros, iie s.) et IG XII 9, 4 (Carystos, ier s.).

24 CIG 3657 (Michel 1900, no 537), l. 2-8 ; sur les circonstances de la découverte du décret, cf. Laugier 2014, p. 297-298 ; voir également Michel 1900, no 538 : le même Aristandros, fils d’Apollophanès, introduit une demande pour l’installation d’un portrait peint de Cleidikè dans le sanctuaire de la Mère des dieux.

25 Sur Aristandros, fils d’Apollophanès, cf. Habicht 2005.

26 Pour le sens de l’expression συντελεῖν τοὺς κόσµους, cf. Hasluck 1910, p. 216-217.

27 Sur cette divinité, certainement introduite à Cyzique après l’absorption de la bourgade de Plakia, cf. Hasluck 1910, p. 216.

28 Cette inscription est l’une des rares où le terme συνέδριον semble avoir un sens architectural. Par métonymie, il désigne cependant un lieu de réunion dans quelques décrets attiques – par exemple Agora XVI 181 (ISE 14*) ; Ma 2013, p. 72, traduit le terme συνέδριον dans l’inscription de Cyzique par « exedra », sans relever le caractère singulier du terme.

29 Pour quelques indications topographiques sur l’organisation de la cité, voir Yaylali 1991, surtout p. 179-181.

30 Pugliese Carratelli 1952-1954, p. 247-248, no 1 ; Sokolowski 1962, no 107.

31 Van Straten 1992, p. 270-272 ; cf. aussi le commentaire de Fr. Lefèvre à CID IV 85 (décret relatif au portique d’Attale).

32 IGLS IV 1261 ; Sosin 2005 ; Bricault 2005, p. 502-503, no 402/0301.

33 IGLS IV 1261, l. 3-25 (ma traduction s’inspire de celle de Bricault 2005, p. 502-503). Le décret, daté par l’ère séleucide, est promulgué en janvier 174, mais la copie préservée est d’époque impériale (cf. Bricault 2005, p. 503).

34 Sosin 2005, notamment p. 132-133.

35 Sosin 2005, p. 135 : « It was private, pure and simple ».

36 Sosin 2005, p. 136 : « The logic of the episode depends on a clean legal distinction between public and private ».

37 Ma 2013, p. 67-151.

38 Miller 1978, p. 176-177, nos 236-237 (229-231 apr. J.-C.) ; dans le prytanée de Délos est installée, après 166, une statue de culte du Peuple athénien, à côté d’une statue de la déesse Rome. C’est le seul monument assurément attesté qui s’apparente à une statue honorifique dans un prytanée à l’époque hellénistique ; cf. Bruneau 1970, p. 443-444 ; Étienne 1997, p. 322.

39 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 847 D.

40 Pausanias, IX 32, 8.

41 Ma 2013, p. 78.

42 Priène fournit il est vrai un exemple précoce de dédicace honorifique privée sur une agora : dès la fin du iiie s., les légataires d’Ameinias, fils d’Ameinias dédient au cœur de l’agora, sur une grande base, les statues du fils et de la petite-fille d’Ameinias : IPriene 275 ; Wiegand, Schräder 1904, pl. XIII, no 23.

43 Raubitschek 1954, p. 65-66 et 68-69.

44 Krumeich, Witschel 2009, p. 197-209, retracent efficacement l’histoire des monuments honorifiques sur l’Agora.

45 Mentionnons les statues de Lycurgue, de Démosthène, de Démocharès.

46 Sur la statue et sa datation, cf. Stähli 1991.

47 Annexe A 1, 13.

48 Cf. supra p. 45-69.

49 Le formulaire dit « dédicatoire », analysé par Ma 2013, p. 24-30, confère une fonction votive aux monuments honorifiques.

50 Sur l’importance des représentations honorifiques dans les sanctuaires, cf. les tableaux de synthèse dans Schörner 2003, p. 627-635.

51 Sur les Tyrannicides, voir Azoulay 2014.

52 Résumé des hypothèses dans Brunnsåker 1971, p. 125-135 ; sur la fondation probable du monument : Thompson H. A. 1952, p. 96, pl. 22a, E. Le groupe de Critios et de Nèsiôtès se trouvait de ce fait sur le trajet des processions, mais aussi au premier plan lorsque se tenait la course, sur la partie de la voie des Panathénées qui traverse l’Agora.

53 Les bases de statues permettent d’ailleurs parfois de préciser le tracé d’une voie processionnelle. Ainsi, la base de la statue d’Apatourios, fils d’Isocratès le long de la voie sacrée entre Milet et Didymes ; cf. Furtwängler 2010, p. 149-151, fig. 5-7.

54 Koenigs 1993, p. 387-388, fig. 2-3.

55 Wiegand, Schräder 1904, p. 209-210, fig. 205 ; Raeck 1995, p. 231-240.

56 SD 120, 211 par exemple.

57 Coulton 1976, fig. 95 et pl. 3.

58 Un aperçu des monuments dans Bruneau, Ducat 2005, p. 165, fig. 40.

59 IG IV2 66 ; FD III 2, 48.

60 FD III 2, 49.

61 Pour une analyse typologique de ces exèdres, cf. infra p. 218-219.

62 SD 207, 208, 210, 311, 312, 314-324.

63 Plutarque, Sur la disparition des oracles 418 A-C ; Bommelaer 1991, p. 146-147.

64 Löhr 1993 ; Ma 2013, p. 139-142.

65 Thémélis 2000, p. 6, fig. 1.

66 Pour un relevé de ces bases, cf. Sioumpara 2011, pl. 5.

67 Pausanias, VI 11, 1.

68 IOlympia 304-305 et Pausanias, VI 15, 7-8.

69 Pausanias, VI 16, 3 ; sur ces monuments, cf. Kotsidu 2000, p. 121-127, nos 64-70 et plan 5.

70 Hellström, Thieme 1982, pl. 27 ; Hellström 2007, p. 108.

71 ILabraunda 62, pl. 18.

72 C’est à cette époque que la cité de Mylasa décide de faire transcrire à nouveau dans le sanctuaire des documents du iiie s., qui lui garantissaient le contrôle sur le sanctuaire et une partie du territoire ; cf. Isager, Karlsson 2008, p. 50.

73 Leypold 2013.

74 Martin 1959, pl. A-C ; Grandjean, Salviat 2000, plan vis-à-vis de la p. 63, no 27.

75 Martin 1959, pl. I ; Grandjean, Salviat 2000, plan vis-à-vis de la p. 63, no 36.

76 Isocrate, Évagoras 57.

77 Pausanias, I 3, 2.

78 Thompson, Wycherley 1972, p. 101, pl. III ; plan détaillé et photographie dans Thompson H. A. 1937, p. 57, fig. 35 et pl. I.

79 Dessin de restitution (sans les monuments honorifiques) : Thompson H. A. 1937, p. 54, fig. 34.

80 Thompson H. A. 1937, p. 56-59.

81 Cf. supra p. 69-74.

82 Tırpan, Gider 2011, p. 379-380, fig. 4, 8-9.

83 Longueur : 4,75 m ; diamètre : 2,50 m.

84 La datation est confirmée par une série d’inscriptions honorifiques trouvées à cet endroit ; cf. Aydaş 2009,p. 121-123, nos 19-22.

85 Bingöl, Kökdemir 2008, p. 65.

86 Bingöl, Kökdemir, Oral 2011, p. 31-32, fig. 13.

87 Sezgin, Önder, Kan 2008, p. 215, fig. 7.

88 Doğer et al. 2012, p. 189, fig. 3 ; je remercie P. Hamon de m’avoir signalé cette publication.

89 Bohn 1889, p. 33-35, fig. 35.

90 SEG XXXIII 1037, l. 12-15.

91 Les hauteurs restituées s’échelonnent entre 1,99 m pour la statue féminine drapée A et 2,58 m pour la statue de militaire casqué D ; cf. Davesne, Marcadé 1992, p. 138.

92 Davesne, Marcadé 1992, p. 75-146, pl. 37-71.

93 Davesne, Marcadé 1992, p. 88 ; Balland 1981, p. 71.

94 Davesne, Marcadé 1992, p. 145-146.

95 Davesne, Marcadé 1992, p. 139.

96 Davesne, Marcadé 1992, p. 139-140. Pour les fondations de bases, cf. Bourgarel, Metzger, Siebert 1992, p. 17-18, fig. 2, pl. 1 b, 6 a et b, 7 a et b, plan I, NE A12/NO C12.

97 Papastamati-von Moock 2007.

98 Cf. supra p. 133-134 et Papastamati-von Moock 2007, p. 324-327.

99 Papastamati-von Moock 2007, fig. 1, pl. 36-39.

100 Fittschen 1991.

101 IMagnesia 92b, l. 13-15.

102 Bien que l’argent ne soit ici que prêté à la cité, ce cas est proche de celui de certains bienfaiteurs qui, à partir du iie s., financent eux-mêmes les statues honorifiques. Dèmètrios, au début du iie s., fait figure de précurseur ; cf. Gauthier 2000, p. 48-62.

103 IPriene 237 et 255.

104 Rumscheid 1998, p. 161-177, fig. 146-148, 150 et 157.

105 Gerkan 1924.

106 IPriene 540.

107 IPriene 234.

108 IPriene 37, l. 16.

109 Fraisse, Moretti 2007, p. 78-80, pl. 12, fig. 122, no I, pl. 43, fig. 173.

110 Fraisse, Moretti 2007, p. 80-81.

111 Fraisse, Moretti 2007, p. 81-83, nos 61-63.

112 SEG LIX, 1228-1229.

113 Blümel, Brennan, Habicht 2009.

114 Kotsidu 2000, p. 83-84, no 32[A], fig. 1-2 avec la bibliographie antérieure.

115 Goette 1990a.

116 L’interprétation d’H. R. Goette demeure toutefois hypothétique ; voir un résumé des données dans Kotsidu 2000, p. 422-423, no *300 [A].

117 Robinson 1943, p. 300 ; Hoff M. C. 2001 ; IG II2 3251.

118 Il apparaît en effet sur un dessin de C. Wordsworth publié en 1840, mais est absent de celui publié en 1843 ; cf. Hoff M. C. 2001, p. 586-587 et n. 10.

119 Hoff M. C. 2001, p. 587, fig. 10-11.

120 Hoff M. C. 2001, p. 588-591, fig. 13.

121 Hoff M. C. 2001, p. 591-593, fig. 14.

122 Sur l’archontat de Nikias, fils de Sérapiôn, qui date la dédicace des propylées à l’Archègétis, cf. Hoff M. C. 2001, p. 594.

123 Sur ces deux interprétations, cf. Hoff M. C. 2001, p. 594-598 ; il ne peut s’agir d’un monument posthume, comme l’arc honorifique surmonté de statues de Caius et de Lucius César érigé à Pise en 4 apr. J.-C. (CIL XI 1421 ; Hoff M. C. 2001, p. 595), car l’inscription ne porte aucune mention suggérant le décès de Lucius.

124 Hoff M. C. 2001, p. 594.

125 IMagnesia 92 et 129.

126 Ma 2007b, p. 89-90.

127 Ma 2012, p. 247-248, fig. 12.4 donne également l’exemple des bases de statues honorifiques alignées devant le portique Nord-Ouest de l’agora de Thasos, dont certaines se chevauchent. On ignore cependant la chronologie exacte de ces monuments.

128 Londres, British Museum, inv. 1151 ; Carter 1983, p. 271-276, no 85, pl. XXXIXa-b, XLa-b, XLVIIa, d.

129 La tête sculptée de Priène présente également d’étonnantes similarités avec le visage restitué de la « princesse carienne », dont la tombe a été mise au jour dans la nécropole d’Halicarnasse en 1989, qui n’est probablement autre qu’Ada elle-même ; cf. dernièrement Prag, Neave 2010, p. 111-113, fig. 5.1.

130 Rappelons que l’architecte et sculpteur parien Satyros, fils d’Isotimos, signe les statues d’Idrieus et d’Ada, offrandes milésiennes, à Delphes (FD III 4, 176 ; Marcadé 1953, 93 r. v.).

131 Vitruve, I 1, 12.

132 Wiegand, Schräder 1904, p. 152-154, fig. 121-122 ; Schipporeit 2013, p. 158-159.

133 Londres, British Museum, inv. 1153 ; Carter 1983, p. 276, no 86, pl. XLc-e, XLVII; la datation au ive s. de cette œuvre paraît trop haute ; Inan, Rosenbaum 1966, p. 159-160, no 206, pl. CXIII, 3-4, proposent une datation à l’époque de Néron.

134 Berlin, Staatliche Museen, inv. 105 (hauteur : 0,265 m) ; Wiegand, Schräder 1904, p. 155-156, fig. 124-125 ; Blümel 1966, p. 87, no 105, fig. 140-141.

135 Le bouchon d’encastrement conique fixé par une clavette à l’arrière, technique caractéristique de cette période, confirme la datation suggérée par le style du visage ; l’arrière de la tête était également travaillé séparément.

136 Berlin, Staatliche Museen, inv. 104 (hauteur : 0,125 m) ; Wiegand, Schräder 1904, p. 156-157, fig. 126-127 ; Blümel 1966, p. 86, no 104, fig. 138-139 ; la statue mesurait ca 0,80 m.

137 IG II2 3462.

138 Stais 1891, col. 53-55.

139 Stais 1891, col. 45-47 et dessin.

140 Athènes, Musée national inv. 833 ; Horn 1931, p. 20 et 36, pl. 6.1 ; Kleiner 1942, p. 148-150 ; Pétrakos 1999a, p. 397-399, fig. 293-294 ; inscription du fronton de la stèle et épigramme du soubassement : Pétrakos 1999b, p. 183-184, nos 271, 273.

141 IG II2 3462 ; Pouilloux 1954, p. 155, no 44, dans un premier temps gêné par ces apices, se range, en définitive, à la date haute proposée par J. Kirchner dans les IG.

142 Orlandos 1962, p. 111-112, no 2, pl. A, 16 ; Connelly 2007, p. 152, fig. 5. 20.

143 Orlandos 1962, p. 110-111, no 1, pl. A, 5 ; Connelly 2007, p. 148-151, fig. 5. 17-18.

144 Les statues honorifiques de prêtresses découvertes dans le temple d’Artémis à Aulis, qui constituent le parallèle le plus précis à ce dispositif, datent presque toutes de l’époque impériale ; cf. Connelly 2007, p. 157-161, fig. 5.25-28.

145 Schazmann 1923, p. 102-110, pl. I-II, IV-VII, VIII, X-XI, XVIII, XXXII-XXXV.

146 Schazmann 1923, p. 107-108, pl. XXXII, encart VII.

147 Sur les quelques fragments retrouvés avec la statue masculine, cf. infra p. 268.

148 Annexe A 3, 10.

149 Cf. infra p. 266-268.

150 Mathys 2014, p. 41-42, 118, cat. He 1 ; pl. 11, 1-2 ; 12, 4.

151 Cf. supra p. 144.

152 Humann 1904, Blatt III (« Heiligtum »).

153 Grande Athéna : Istanbul, Musée archéologique, inv. 603 (hauteur : 1,60 m) ; petite Athéna : Istanbul, Musée archéologique, inv. 604 (hauteur : 1,06 m) ; cf. Humann 1904, p. 225-227, nos 9-10, fig. 230-231 ; Linfert 1976, p. 30, n. 58 d-e, fig. 21.

154 Linfert 1976, p. 178.

155 IMagnesia 144-146.

156 Bergama, musée, inv. 3445 ; hauteur conservée : 0,67 m.

157 Hiller 1986.

158 Hiller 1986, p. 154-155.

159 Hiller 1986, p. 155.

160 L’exemple le plus fameux d’une telle transformation est celui du Zeus d’Olympie, que Caligula veut faire transporter à Rome et modifier, afin de lui donner ses traits. Dion Cassius, LIX 28, 2-3 ; Suétone, Vies des douze Césars IV 22, 2 ; Blanck 1969, p. 15-16.

161 Hauteur : 0,78 m ; diamètre : 0,54 m.

162 Wulzinger 1941, p. 27, pl. 27, 32 f.

163 Antiochos III dans le bouleutèrion de Téos (Annexe A 4, 10).

164 C’est peut-être dans le bouleutèrion d’Assos, en Troade, que sont installées les statues honorifiques de Caius César (IK 4, 13, pl. 8) et de Livie (IK 4, 19, pl. 9). Sans doute ces statues faisaient-elles partie d’un groupe sculpté.

165 Sur la statue de Billienus, cf. infra p. 290.

166 GD 67 ; Moretti 1996 ; contra Hoff R. 2007a, p. 376-378.

167 GD 76.

168 ID 1417, l. 133-134.

169 IG XI 4, 1087 ; Knoepfler 1973, p. 233-237 ; Jacquemin 1981, p. 155-157 ; Moretti 1997, p. 151 (sur la surface piquetée visible au lit supérieur de la base).

170 ID 1948.

171 ID 1926.

172 ID 1929, 1930, 1932, 1936 ; Moretti 1996, p. 627.

173 Sur les statues honorifiques du gymnase de Pergame, voir désormais Mathys 2014, p. 45-68.

174 Sur l’ensemble de la décoration sculptée du gymnase de Pergame, je suis l’analyse de Hoff R. 2007a, p. 382-393, fig. 3-10.

175 Hoff R. 2007a, p. 385-386, fig. 6-7.

176 Hoff R. 2007a, p. 390-393, fig. 10.

177 Vitruve, VII 5, 6.

178 Samos, musée de Vathy, inv. P 578 ; Martini 1972, p. 292-298, fig. 11-15 ; Martini 1984, p. 95, pl. 12, 1-2, 4.

179 Le terme exèdre est ici utilisé conformément à la définition donnée par Ginouvès 1998, p. 15 « [salle] qui fait saillie sur un mur, avec un tracé normalement quadrangulaire, mais éventuellement aussi semi-circulaire, et normalement, d’après l’étymologie du mot, garnie de bancs contre les murs ; elle est largement ouverte sur un espace libre, qu’il s’agisse d’une cour ou d’un portique [...] On rencontre l’exèdre souvent dans les gymnases, mais aussi dans les maisons, dans les basiliques ou les thermes etc., mais, si elle peut ainsi constituer simplement une partie d’une pièce, elle peut être aussi une construction indépendante ». Les exèdres indépendantes, mentionnées dans la dernière partie de la définition, correspondent notamment aux supports de statues honorifiques étudiés infra p. 218-221.

180 GD 52 ; Lapalus 1939 ; Trümper 2008.

181 ID 1679 ; Lapalus 1939, p. 41-46, fig. 38-41 ; Trümper 2008, p. 448.

182 C’est la date retenue par Queyrel 1991, p. 413-419, contre la datation traditionnelle autour de 100.

183 ID 1688 ; Lapalus 1939, p. 54-57, fig. 46-48, pl. XV ; p. 157, fig. 45-47, pl. 32-33a ; Queyrel 1991, p. 411-413, fig. 27-30.

184 ID 1699 ; Lapalus 1939, p. 52 ; Trümper 2008, p. 449 ; J. Marcadé a montré récemment que cette base ne pouvait pas avoir supporté la statue du Gaulois blessé (Athènes, Musée national, inv. 247), comme on l’a longtemps affirmé ; cf. Marcadé, Queyrel 2003, p. 32-35, fig. 26-28. On restitue désormais sur la base une statue équestre ; cf. Marcadé, Queyrel 2003, p. 75-97 et infra p. 301.

185 ID 1722.

186 ID 1695-1697.

187 ID 2002 ; Lapalus 1939, p. 49-50, pl. XIV 3.

188 ID 1710, 1727, 1849, 2000 (?), 2549 (?).

189 Dyggve, Poulsen, Rhomaios 1934, p. 109-118 ; Charatzopoulou 2006.

190 Dyggve, Poulsen, Rhomaios 1934, p. 65-66, fig. 60-61, p. 99 ; Charatzopoulou 2006, p. 67.

191 GD 112 ; J. Chamonard, « Fouilles à Délos », BCH 57 (1933), en particulier p. 110-158, fig. 14-17.

192 Délos, musée, inv. A 4133 et A 4135 ; Kreeb 1988, p. 231-232, cat. S 29.2, p. 232-233, cat. S 29.4.

193 Délos, musée, inv. A 4134 et A 4136 ; Kreeb 1988, p. 232-233, cat. S 29. 3 et 5.

194 Sur la base de ce groupe sculpté, cf. infra p. 217 ; sur les statues, cf. infra p. 336-337 et p. 363-364.

195 Délos, musée, inv. A 7258 et A 7259 ; Stewart 1979, p. 180 (index), pl. 20 a-b ; Hermary, Jockey, Queyrel 1996, p. 218-219, no 99.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-1.png
Fichier image/png, 40k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-2.png
Fichier image/png, 47k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-3.png
Fichier image/png, 70k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-4.png
Fichier image/png, 166k
Titre Fig. 9. Plan de l’Agora d’Athènes vers 500.
Crédits Courtesy of the American School of Classical Studies at Athens.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-5.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Fig. 10. Plan de l’agora de Priène vers 100.
Crédits Plan d’A. Atila pour Fr. Rumscheid.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-6.png
Fichier image/png, 926k
Titre Fig. 11. Plan de l’Aire dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes.
Crédits Relevé EFA : FD II 11, plan 8.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-7.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 12. Région Nord du sanctuaire de Xanthos, vue de l’Est.
Crédits Cliché EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-8.png
Fichier image/png, 1,8M
Titre Fig. 13. Restitution du théâtre de Priène.
Crédits A. von Gerkan, Das Theater von Priene [1921], pl. 35.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-9.png
Fichier image/png, 751k
Titre Fig. 14. Pilier honorifique devant les Propylées de l’Acropole d’Athènes.
Crédits D’après Krumeich, Witschel, 2010,pl. XXX.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-10.png
Fichier image/png, 749k
Titre Fig. 15. Fronton de la porte de l’Agora romaine à Athènes.
Crédits Cliché DAI.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-11.png
Fichier image/png, 879k
Titre Fig. 16. Relevé et plan du petit temple de Némésis à Rhamnonte.
Crédits Pétrakos 1999a, p. 198, fig. 113-114.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-12.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Fig. 17. Restitution de la façade du Monument de Mithridate à Délos.
Crédits Dessin EFA ; Chapouthier 1935, p. 42.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-13.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Fig. 18. Dessin de la base de la statue de Mithridate au sanctuaire des dieux de Samothrace à Délos.
Crédits Délos, musée, inv. E 758 ; ID1563 ; dessin EFA ; Chapouthier 1935, p. 38, fig. 49.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-14.png
Fichier image/png, 382k
Titre Fig. 19. Plan de l’agora des Italiens à Délos.
Crédits Plan EFA.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/846/img-15.png
Fichier image/png, 1,2M

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search