Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Deuxième partie – Étude matérielle

Chapitre IV

Les différents types de représentations honorifiques

Texte intégral

1Issues d’une genèse complexe, les représentations honorifiques publiques ne constituent pas  un ensemble isolé, distinct des autres représentations individuelles installées dans l’espace public. Les aspects honorifiques, la part de τιµή que revêtent de nombreux monuments érigés hors du cadre de la procédure honorifique interdisent de limiter l’étude de ce genre aux seuls monuments publics. L’approche matérielle rend plus impérieuse encore cette exigence : les représentations honorifiques publiques présentent des caractéristiques souvent très proches, voire identiques à celles des autres représentations individuelles.

  • 1 Bol 1978, p. 1.

2L’analyse se heurte également en ce point à un écueil d’un autre ordre. L’archéologie de la représentation honorifique dans les cités grecques est en effet celle d’une absence, celle des œuvres, en bronze la plupart du temps, fondues dès l’Antiquité et au Moyen-Âge, afin de récupérer le métal devenu rare. H. Bol, évoquant, dans l’introduction de son étude des statues de bronze d’Olympie1, l’évaluation par Pausanias à deux cents du nombre de statues d’athlètes sur l’Altis au iie s. apr. J.-C., précise que ce chiffre est d’une part nettement sous-évalué et qu’il faut d’autre part lui ajouter toutes les statues honorifiques qui ne représentent pas des Olympioniques. Il émet donc l’hypothèse que le sanctuaire de Zeus est orné, à l’époque du périégète, de près de mille statues. En regard de ce nombre impressionnant, la faiblesse des vestiges de statues en bronze conservés semble décourager toute étude.

3La perte est importante, mais l’archéologie de la représentation honorifique est aussi marquée par l’abondance, celle des bases de statues, inscrites ou non, parents pauvres des études d’architecture et de sculpture. Face à cette masse de documentation, il est vrai, un sentiment de découragement, symétrique du précédent, saisit quiconque se lance dans leur étude. E. Kuhnert l’exprime déjà à la fin du xixe s., lorsqu’il note à propos de Delphes :

  • 2 Kunhert 1885, p. 265 (Quel visiteur s’y donnait simplement la peine de regarder toutes les statues, (...)

Welcher Besucher gab sich dort die Mühe, nur alle Statuen zu betrachten, geschweige denn sämtliche Inschriften, noch dazu bei ihrer so unbequemen Form durchzubuchstabieren ? […] Eine derartige Selbst­verleugnung haben sicher nicht einmal alle alte Archäologen besessen.2

4Ce commentaire traduit l’impression suscitée par une documentation pléthorique, répétitive et de prime abord assez rébarbative.

  • 3 Loewy 1885.
  • 4 Raubitschek 1949.
  • 5 Marcadé 1953 et Marcadé 1957.
  • 6 Jacob-Felsch 1969.
  • 7 Schmidt 1995.
  • 8 Surtout Pétrakos 1997.
  • 9 Jacquemin 1999a.
  • 10 Fr. Herbin, Monuments, espaces, histoire : les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire d’Apo (...)
  • 11 Katsikoudis 2005.
  • 12 Une première synthèse de leurs travaux est parue : Krumeich, Witschel 2010.
  • 13 Pour une présentation du projet : Leypold 2013.

5Ce matériel a pourtant été étudié pour les principaux sites d’un point de vue essentiellement épigraphique, contribuant à définir le formulaire honorifique et ses variantes, et à dater, par la prosopographie ou par la gravure, un certain nombre de monuments. Les types des supports et les dispositifs de fixation des statues ont, en revanche, beaucoup plus rarement été étudiés pour eux-mêmes : parmi les exceptions, il faut mentionner les travaux d’E. Loewy3, d’A. Raubitschek4, de J. Marcadé5, d’I. Jacob-Felsch6, la thèse d’I. Schmidt7 et les études de V. Pétrakos sur ­Oropos8, d’A. Jacquemin sur Delphes9, de Fr. Herbin sur Délos10, ou de N. Katsikoudis sur Dodone11, ainsi que les travaux en cours de l’équipe de R. Krumeich et de Chr. Witschel sur l’Acropole12, de Chr. Leypold à Olympie13. Les pages qui suivent doivent beaucoup à ces différents ouvrages.

6Les décrets honorifiques constituent également une source majeure pour l’étude matérielle de la représentation honorifique. Analysés en général pour leur contenu historique et institutionnel, ces décrets ont rarement été exploités pour les témoignages qu’ils livrent sur la réalisation concrète des honneurs et notamment des représentations honorifiques. Les notices rassemblées par M. Sève pour la section du Bulletin épigraphique consacrée aux rapports entre l’épigraphie et l’archéologie depuis plus de vingt-cinq ans donnent un aperçu de tout le profit que l’on peut tirer d’une telle recherche en même temps qu’elles constituent un outil très utile pour s’orienter dans une documentation dispersée.

  • 14 Ma 2013, p. 67-151, consacre un développement substantiel et suggestif à la question de l’emplaceme (...)

7L’objet principal de cette partie est donc de déterminer les conditions matérielles de la réalisation et de l’exposition des représentations honorifiques. L’étude des supports, des matériaux utilisés, des modes de fixation et des lieux d’exposition14 contribue en effet à l’élucidation du sens des œuvres, qui ne sont pas des images sans épaisseur, mais des objets, qui ont un volume, un poids.

___

Les représentations peintes et en relief

Les représentations peintes (Annexe B)

  • 15 Cf. Blanck 1968 ; Halm-Tisserant 2009 propose une analyse esthétique fondée sur les témoignages lit (...)
  • 16 Annexe B 1-3.
  • 17 Ces chiffres sont révélateurs d’une tendance générale, mais ne prétendent pas à la précision, car i (...)
  • 18 Annexe B 5, 8, 14, 22-25, 30, 43, 45-47, 49, 51-52, 55, 73.
  • 19 Deux décrets pour un juge d’Andros, l’un d’Adramytteion, l’autre de Péparéthos, présentent cette co (...)

8Souvent négligées lorsque l’on étudie la représentation honorifique, les représentations peintes15 sont un honneur courant dans le monde grec, dont les plus anciennes attestations remontent au iiie s.16. Mes recherches m’ont permis de réunir quatre-vingt-quatre exemples de cette pratique. Elle demeure relativement rare jusqu’au milieu du iie s., mais connaît ensuite un véritable essor : on en compte dix-huit exemples pour la seconde moitié du iie s., sept pour le tournant des iie et ier s. et trente-cinq pour le ier s.17. L’installation d’une représentation honorifique de ce type peut revêtir, selon le contexte, diverses significations. Il peut s’agir d’un honneur modeste, accordé à une catégorie subalterne de magistrats, de trésoriers, de secrétaires, de sous-secrétaires et d’autres administrateurs, comme l’attestent dix-sept inscriptions18. Le caractère humble de cet honneur est ainsi particulièrement marqué lorsqu’il est accordé au secrétaire d’un juge envoyé dans une cité étrangère : quand, à la basse époque hellénistique, un juge obtient une statue de bronze, son secrétaire doit se contenter d’une représentation peinte19.

  • 20 Onze exemples : Annexe B 1, 8, 10-11, 18-19, 24, 28, 47, 52, 63.
  • 21 Cinq exemples : Annexe B 23, 75-78.
  • 22 Sept exemples : Annexe B 43, 45-46, 48-50, 65.
  • 23 Douze exemples : Annexe B 2, 7, 9, 15, 33, 37, 42, 51, 64, 71-73.
  • 24 Dix exemples : Annexe B 5, 17, 21, 31, 32, 38, 53, 69, 79, 82.

9La modestie de la représentation peut tenir également au groupe dont émanent leshonneurs. En effet, les associations religieuses20, les subdivisions des cités21, les collèges de magistrats22, les confréries23 et même les petites cités24 ne peuvent accorder fréquemment de statues, qui grèveraient trop leur budget. Aussi se contentent-elles souvent de consacrer des représentations peintes, plus adaptées à leurs capacités financières.

  • 25 Trois exemples : Annexe B 20, 59, 63.
  • 26 Vingt-six exemples : Annexe B 11-12, 15-16, 26, 29, 33, 36-37, 39-41, 44, 57, 61, 64, 66-67, 69-71,(...)

10Mais l’installation d’une représentation peinte peut au contraire, à la basse époquehellé­nistique, être le signe d’honneurs fastueux, lorsqu’elle vient compléter un ensemble de représentations honorifiques consacrées à un même personnage, qu’il s’agisse exclusivement de représentations peintes25, ou que le tableau s’accompagne d’œuvres sculptées26. Ces consécrations multiples ne sont pas antérieures au milieu du iie s. et sont particulièrement fréquentes au ier s. Elles sont le signe de l’inflation honorifique qui caractérise la basse époque hellénistique.

  • 27 Les πίνακες εἰκονικοί mentionnés dans l’inventaire ID 1403 Bb, col. I, l. 89 appartiennent, semble- (...)
  • 28 Il n’y a aucune mention explicite de πίναξ en plâtre, mais l’inventaire de Délos ID 1442 B, l. 62 n (...)

11Aucune inscription honorifique ne précise le matériau sur lequel doivent être peintes les représentations. Il est cependant peu probable qu’elles aient fréquemment été réalisées sur pierre, car les supports s’en seraient alors davantage conservés. Le métal paraît également exclu, dans la mesure où celui-ci n’était pas ordinairement peint dans l’Antiquité. On peut dès lors supposer que la plupart étaient peintes sur bois27, ou peut-être, très rarement, sur plâtre28.

  • 29 Les plus anciennes sont cependant peintes sur des pinakes (Annexe B 2 par exemple), qui sont peut-ê (...)
  • 30 Vingt exemples : Annexe B 19, 38, 42-43, 45-46, 48-51, 53, 55, 59-64, 66, 69.
  • 31 Comme le note déjà Blanck 1968, p. 7.

12En quoi consistent ces représentations peintes ? Les inscriptions nous donnent bien peu d’indications. Tout au plus sait-on qu’elles sont souvent réalisées sur un support rond29, en forme de bouclier30, parfois doré. La dorure n’était, dans ce cas, appliquée que sur les parties non figurées du support31.

  • 32 Six exemples : Annexe B 7, 16, 18, 37, 49, 63.
  • 33 Par exemple Le Guen 2001, p. 228 (traduction de l’inscription no 44).
  • 34 Blanck 1968, p. 3 ; voir aussi Th. Corsten dans IK 29, p. 103.
  • 35 La statue est notamment mentionnée par l’inventaire ID 1417 A, col. I, l. 123.
  • 36 C’est la traduction retenue notamment dans Prêtre 2002 ; cf. également, dans l’inventaire ID 1403 B (...)
  • 37 ICret II 3, 4 C, l. 7-8.

13Certaines de ces représentations sont qualifiées de « parfaites »32 (εἰκὼν τέλεια). La signification de cet adjectif demeure incertaine. Interprétée comme une représentation en pied par de nombreux spécialistes33 – ce qui indiquerait a contrario que les représentations peintes étaient le plus souvent tronquées –, l’εἰκὼν τέλεια est, selon H. Blanck, qui suit l’interprétationd’O. Jahn et de C. Robert, une représentation de taille naturelle34. De fait, l’adjectif τέλειος s’applique à une statue (ἀνδριάς) installée dans le gymnase de Délos35 et ne saurait, dans ce cas, qualifier autre chose que la taille naturelle de l’œuvre36. Un décret pour Attale Ier de la cité d’Aptèra en Crète semble confirmer cette interprétation. En effet, le dispositif des honneurs commence de la façon suivante37 :

Que l’on couronne le roi Attale d’une statue de bronze parfaite, soit en pied, soit équestre selon sa volonté.

14Dans ce décret, il est clair que l’adjectif τέλειος ne renvoie pas au type de l’œuvre, encore indéterminé, mais très probablement à ses dimensions.

  • 38 ID 1417 A, col. II, l. 51-53 (cf. également l’inventaire ID 1403 B, col. II, l. 30-32, de peu posté (...)

15Un autre indice de la signification de l’adjectif τέλειος peut être tiré de la comparaison entre deux inventaires du matériel votif du sanctuaire du Cynthe à Délos, effectués respectivement en 156/5 et en 146/5. En effet, le premier mentionne, parmi les offrandes du sanctuaire38 :

Dix tableaux portant des représentations et un autre plus grand sans volet, offrande de Dèméas, fils d’Autoclès ; un autre sans volet avec une inscription manuscrite, offrande de Thémisôn, fils d’Autoclès.

  • 39 Roussel 1987, p. 225 et n. 7.
  • 40 ID 1442 A, l. 81.

16Le second, qui témoigne d’un regain de popularité du sanctuaire du Cynthe au début de la seconde domination athénienne sur l’île39, propose une description légèrement différente40 :

πίνακας εἰκονικοὺς δέκα ἑπτὰ καὶ τέλειον ἕνα· χειρογραφίαν·

Dix-sept tableaux portant des représentations et un parfait ; une inscription manuscrite.

17Sans pouvoir l’affirmer avec certitude, on peut émettre l’hypothèse que le πίναξ τέλειος de 146/5 correspond au πίναξ µείζων de 156/5, car l’ordre de la description semble, à cet endroit, identique dans les deux inventaires. Si les deux expressions décrivent bien le même objet, alors τέλειος pourrait effectivement renvoyer ici plutôt à la taille qu’au type de l’œuvre.

  • 41 ID 1403 B, col. I, l. 57.
  • 42 Nous laissons volontairement de côté, dans cette analyse, les représentations monétaires et celles (...)
  • 43 Salzmann 1996. Hauteur conservée : 0,154 m ; largeur : 0,131 m ; épaisseur : 0,04 m.

18Les inscriptions ne permettent donc pas de restituer avec certitude le type courant des ­représentations honorifiques peintes. Toutefois, certains indices prouvent qu’elles sont parfois tronquées. En effet, dans un inventaire de Délos est mentionné un πίναξ πρόσωπα ἔχων τρία, soit un « tableau présentant trois visages »41. Ces représentations, probablement en buste, de la première moitié du iie s. prouvent la relative ancienneté du type. Par ailleurs, les représentations individuelles en buste sont attestées archéologiquement, pour des matériaux moins fragiles que la peinture, dès la haute époque hellénistique42. Ainsi, une tête masculine de petite taille, de profil et coiffée d’un diadème, sculptée en faible relief sur un disque de marbre conservé au musée Kestner de Hanovre, percé dans sa partie supérieure d’un trou de fixation, pourrait, selon D. Salzmann, représenter Ptolémée Ier Sôtèr43. Ce serait alors l’un des premiers exemplaires conservés d’une représentation honorifique tronquée.

  • 44 Hiller von Gaertringen 1904, p. 89-102, en particulier p. 97, fig. 79, pl. 5 ; IG XII 3 Suppl. 1348
  • 45 IG XII 3 Suppl. 1348. Je ne retiens pas la correction de Fr. Hiller von Gaertringen mentionnée par (...)

19Un peu plus tard, au troisième quart du iiie s., dans le sanctuaire qu’il a fondé au Nord de la cité de Théra, Artémidôros, fils d’Apollônios, de Pergè, s’est fait représenter sur le rocher naturel qui sert de péribole44 : la tête couronnée d’Artémidôros, tournée vers la droite, est sculptée à l’intérieur de deux cercles concentriques incisés, où est gravée l’inscription suivante45 :

Μνηµόσυνον Θήραι, καὶ ἕως πόλου ἄστρ’ ἐπιτέλλει
γῆς ἔδαφος τε µένει, ὄνοµ’ οὐ λίπεν Ἀρτεµίδωρον.

Monument pour Théra, aussi longtemps que du ciel les astres se lèvent et que de la terre le sol demeure, son renom n’a pas abandonné Artémidôros.

  • 46 IG XII 3 Suppl. 1342-1344.
  • 47 Fr. Hiller von Gaertringen note, dans le commentaire de l’épigramme IG XII 3 Suppl. 1344, qu’un enc (...)

20Bien qu’elle ne réponde pas au formulaire canonique, l’inscription gravée autour du relief n’en revêt pas moins une tonalité honorifique, notamment par l’accent mis sur la mémoire éternelle du nom d’Artémidôros à Théra. Cette impression se trouve renforcée lorsque l’on examine l’ensemble du dossier épigraphique relatif aux activités d’Artémidôros. Les inscriptions du sanctuaire qu’il a fondé montrent en effet qu’il est couronné à plusieurs reprises par les Théréens pour avoir fait bâtir des autels46 et qu’il reçoit probablement d’autres honneurs47.

  • 48 Chapouthier 1935, p. 29-34, fig. 36-40.
  • 49 Remarquons que les souverains alliés de Mithridate, Ariarathe VII de Cappadoce et Antiochos VIII Ph (...)
  • 50 Délos, musée, inv. A 4192 ; Chapouthier 1935, p. 30, fig. 38 ; Michalowski 1932, p. 9-10, fig. 4-5, (...)

21Enfin, pour la basse époque hellénistique, le monument de Mithridate (fig. 17, p. 176) dans le sanctuaire des dieux de Samothrace à Délos, précisément daté de 101/0, offre un parallèle aux représentations honorifiques peintes. Au sommet de la paroi interne du monument en effet, douze médaillons de ca 0,80 m de diamètre – six sur le mur de fond de l’oikos, trois sur chacun des petits côtés – se déployaient en frise48. Malgré leur mutilation, la composition de ces médaillons demeure claire. À l’intérieur de deux couronnes émerge le buste d’un ­personnage en costume militaire – cuirasse ou simple paludamentum – qu’une inscription honorifique, gravée sous chaque effigie, permet d’identifier comme les alliés et les compagnons de Mithridate49. Tous les bustes sont dédiés aux Grands Dieux de Samothrace par le prêtre Hèlianax, fils ­d’Asclèpiodôros, d’Athènes, comme l’est la statue de Mithridate qui se dressait sur la banquette au fond de l’oikos (fig. 18, p. 176). Le médaillon qui représente Diophantos, fils de Mitharos, de Gaziura, sur le mur de fond tout à fait à gauche, retient particulièrement l’attention, car la tête en est conservée50.

  • 51 Bien que le support et la destination de l’objet soient différents, on peut évoquer ici le disque f (...)
  • 52 Tsimbidou-Avloniti 2005, p. 142-147 ; Tsimbidou-Avloniti 2007, p. 64-65, fig. 5-6 ; on peut égaleme (...)

22Les documents qui permettent de restituer les représentations peintes en pied sont rares51. C’est la peinture funéraire de Macédoine qui offre les parallèles les plus pertinents. On peut évoquer par exemple les deux figures masculines qui flanquent la porte de la tombe III d’Aghios Athanassios, datée du dernier quart du ive s.52 (pl. Va et b). Le support et le contexte sont certes très différents de ceux des représentations honorifiques peintes, mais ces figures indépendantes et statiques présentent des types qui pourraient avoir été utilisés sur des monuments isolés.

  • 53 Tuchelt 1975, p. 112, fig. 7,1.
  • 54 Wulzinger 1941, pl. 28, 32c.
  • 55 Krischen 1916.
  • 56 Wiegand 1902, p. 149-150, fig. 5-6 ; Kader 1995, p. 202-203.

23Un motif décoratif apprécié à l’époque hellénistique permet peut-être d’appréhender l’effet visuel suscité par la présence de ces représentations peintes sur les murs des bâtiments publics. Bien qu’ils décorent le parement extérieur des murs, alors que les représentations honorifiques peintes devaient être abritées à l’intérieur des édifices, les boucliers en relief qui apparaissent sur certains bâtiments civils offrent en effet un parallèle archéologique important pour la restitution des représentations peintes. Ainsi, le bouleutèrion de Milet est orné, entre les demi-colonnes engagées de son mur extérieur, de boucliers ronds53, dispositif que l’on retrouve au bouleutèrion d’Héraclée du Latmos54, ou encore au gymnase de Stratonicée. De même, le tympan du portique d’Oropherne à Priène est orné d’un bouclier en son centre55. Or, un monument funéraire à 40 km au Sud de Milet, au lieu-dit Τα µάρµαρα, présente également des boucliers disposés en haut de son mur extérieur, qui, au moment de leur découverte, conservaient leur peinture pourpre et leur bordure dorée56.

  • 57 Pausanias, VI 23, 7 ; trad. J. Pouilloux, CUF, 2002.

24On rapproche généralement ces témoignages archéologiques d’un passage de Pausanias sur le bouleutèrion d’Élis57 :

Ἐν τούτῳ τῷ γυµνασίῳ καὶ βουλευτήριόν ἐστιν Ἠλείοις, καὶ ἐπιδείξεις ἐνταῦθα λόγων τε αὐτοσχεδίων καὶ συγγραµµάτων ποιοῦνται παντοίων· καλεῖται δὲ Λαλίχµιον τοῦ ἀναθέντος ἐπώνυµον. Περὶ δὲ αὐτὸ ἀσπίδες ἀνάκεινται, θέας εἵνεκα καὶ οὐκ ἐς ἔργον πολέµου πεποιηµέναι.

Dans ce gymnase il y a aussi la salle du conseil d’Élis et on y fait les séances de représentation pour des discours improvisés ou des écrits de toutes sortes. On l’appelle Lalichmion du nom de l’auteur de la consécration ; tout autour on a dédié des boucliers que l’on a faits pour la montre et non pour la guerre.

  • 58 Jacquemin 2002, p. 291.
  • 59 L’hypothèse est déjà avancée, sur le mode interrogatif, par Marcadé 1969, p. 137-141.

25Bien qu’A. Jacquemin écarte cette hypothèse dans son commentaire58, ces boucliers décoratifs ont peut-être été inspirés par les représentations peintes sur des boucliers installées dans les monuments civils59. En effet, ces boucliers me paraissent fondamentalement différents de ceux dédiés sur le Parthénon, sur le temple d’Apollon ou sur le pilier des Messéniens à Delphes, qui ont une valeur de trophées, totalement absente des boucliers sur les monuments civils.

Les reliefs honorifiques

  • 60 Sur ce thème, voir désormais Despinis 2013, p. 13-30 et Sporn 2012/2013.
  • 61 IG I3 91 ; Athènes, musée de l’Acropole, inv. 2996 et Athènes, Musée épigraphique, inv. 2634 + 2635 (...)
  • 62 Athènes, Musée épigraphique, inv. 3169, 2792, 255 ; IG I3 126 (Meyer 1989a, p. 272, cat. A 23, pl.  (...)
  • 63 Athènes, Musée épigraphique, inv. 6609 ; IG I3 74 (Meyer 1989a, p. 274, cat. A 31, pl. 12,2).

26Quoiqu’elles n’apparaissent jamais dans les inscriptions, les représentations en relief font partie du dispositif honorifique dès l’époque classique60. En effet, au ve s., à Athènes, alors que les statues honorifiques demeurent rares, des reliefs sculptés dans la partie supérieure des stèles traduisent iconographiquement les honneurs votés et donnent une visibilité supplémentaire au personnage honoré. Ce sont, sans surprise, surtout les décrets de proxénie qui présentent ce type de reliefs. Ainsi, dès 416/5, le décret qui confère à Proxénidès de Cnide (pl. VIb) la citoyenneté athénienne et le titre de bienfaiteur du peuple athénien61, érigé sur l’Acropole, présente dans la partie supérieure un relief où Proxénidès est accueilli par Athéna, qui lui serre la main, tandis que, derrière lui, Aphrodite, divinité tutélaire de Cnide, lui assure bienveillance et protection en lui plaçant la main droite sur la tête. Une composition similaire peut être supposée pour les reliefs sculptés du décret pour Polypos de Gortyne en 40562 et de celui qui confère la proxénie à Sotimos d’Héraclée vers 40063.

  • 64 IG II2 212, l. 11-12 et 24-27.
  • 65 IG II2 212, l. 47-49.
  • 66 IG II2 212, l. 46-47.
  • 67 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1411 (Meyer 1989a, p. 290, cat. A 88, pl. 28,1 ; Lawton (...)

27Un pas de plus est franchi peu après le milieu du ive s. avec le décret honorifique pour les princes du Pont (pl. VIa), Spartocos, Pairisadès et Apollônios, fils de Leucôn, érigé au Pirée. En effet, le décret, pour remercier les princes de l’approvisionnement en grain d’Athènes, prévoit l’affichage des honneurs – essentiellement l’éloge et une couronne d’or de 1 000 drach­mes64 – sur une stèle de 30 drachmes65, à côté de la stèle commémorant les honneurs accordés à leurs ancêtres66. Or, la stèle portant ce décret présente dans sa partie supérieure un relief d’une composition très originale67. Dans un cadre architectural évoquant un entrecolonnement du long côté d’un temple, sont représentés les trois frères de Panticapée. Les aînés, Spartocos et Pairisadès, sont assis sur un siège de théâtre aux pieds en pattes de lion, les pieds posés sur un hypopodion représenté en perspective. L’un d’eux pose la main sur l’épaule du personnage debout, le frère cadet Apollônios, qui s’appuie sur un bâton. Bien que vêtus de l’himation, vêtement traditionnel du citoyen grec, les trois frères sont immédiatement identifiables comme Barbares par les épais rouleaux de cheveux qui tombent de part et d’autre de leur visage. Il est frappant de constater que la divinité tutélaire de la cité, Athéna, est exclue de la représentation. La représentation dynastique l’emporte ici sur l’honneur public, effet que renforce la présence, à proximité immédiate, de la stèle portant les honneurs des anciens princes du Pont. Ainsi, à travers ce relief, ce n’est pas seulement l’acte honorifique, la transaction entre Athènes et ses bienfaiteurs, qui est commémoré, mais la personnalité des princes. Ces trois reliefs sont de véritables représentations honorifiques.

  • 68 IG II2 653, l. 40-42.
  • 69 Dinarque, I 43.
  • 70 IG II2 653, l. 13-16 ; cf. Löhr 2000, p. 145-146, no 165.
  • 71 Lycurgue, Contre Léocrate 51.

28Il faut par ailleurs rapprocher le monument d’un décret de 289/8 par lequel la cité d’Athènes honore le roi Spartocos, fils d’Eumèlos, de deux statues de bronze, l’une sur l’Acropole, l’autre sur l’Agora à côté des statues de ses ancêtres68. Le décret rappelle en effet que les ancêtres de Spartocos ont reçu de la part d’Athènes des statues de bronze non seulement sur l’Agora, ce que confirme un passage de Dinarque69, mais également au port70. À la lumière de ce document, il apparaît donc que de nombreuses statues honorifiques pour les rois du Pont se dressent à Athènes dès le dernier quart du ive s. et que le relief du Pirée n’est qu’un élément de cet impressionnant dispositif. La retenue des Athéniens en matière de statues honorifiques, vantée par Lycurgue71 au lendemain de la bataille de Chéronée, semble subir rapidement quelques entorses.

  • 72 IG II2 448, l. 23-28.

29Les décrets honorifiques pour Euphrôn de Sicyone, à la fin du ive s., fournissent un autre exemple de relief honorifique. En effet, pour les services insignes qu’il a rendus à Athènesen lui assurant l’alliance de Sicyone pendant la guerre lamiaque, Euphrôn se voit, dansun premier temps, accorder l’éloge, une couronne de 1 000 drachmes et l’inscription des honneurs sur deux stèles aux emplacements les plus en vue de la cité72, près du portiquede Zeus Éleuthérios sur l’Agora (fig. 2, p. 73), et près du temple d’Athéna sur l’Acropole. L’emplacement choisi sur l’Agora est hautement honorifique. La stèle pour Euphrôn se ­dressait en effet aux côtés des statues de Conon, de Timothée et d’Évagoras, considérés comme les libérateurs d’Athènes.

  • 73 IG II2 448, l. 74-78.
  • 74 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1482 (Meyer 1989a, p. 303, cat. A134, pl. 39,1 ; Lawton (...)

30Après la mort dramatique d’Euphrôn au cours de la guerre lamiaque, Athènes renchérit sur les honneurs votés, fait remplacer les stèles détruites après l’épisode oligarchique connu par la cité, et assure la tutelle du fils et des descendants d’Euphrôn73. Or, les amis d’Euphrôn sont associés à l’installation des nouvelles stèles, dont le prix de revient pour la cité – 50 drachmes – demeure inchangé. Il paraît donc très probable que le beau relief qui orne le décret trouvé sur l’Agora74, où Euphrôn est accueilli par le Peuple d’Athènes et Athéna, est en partie financé par les proches du défunt et non par la cité. À l’honneur public se mêlerait alors, sur le même support, l’ostentation privée.

  • 75 IG IV 748 ; Meyer 1989a, p. 318, cat. N 10, pl. 54,1 et 55,1.

31Ce type de relief honorifique n’est, à l’époque classique, pas une spécificité d’Athènes.Ainsi, lorsque la cité de Trézène en 369 accorde la citoyenneté et le titre d’évergète à Échilaos, fils de Philonidès, et à ses descendants, elle fait sculpter, en tête de la stèle portant le décret, un relief représentant Échilaos flanqué à droite d’Athéna et à gauche du Peuple de Trézène qui le couronne75.

  • 76 Peek 1974 ; cf. Bull. 1976, 267.
  • 77 Hauteur jusqu’à la base du fronton : 1,17 m ; largeur à hauteur du relief : 0,465 m.

32Les représentations honorifiques en relief sont bien moins courantes à l’époque hellénistique. Ainsi, à l’exception de quelques cas exceptionnels qui seront abordés plus loin, les rares reliefs honorifiques conservés sont dédiés par de très petites communautés. Dans ce cas comme dans celui de certaines représentations peintes, le recours au relief permet de limiter les dépenses. Une stèle de marbre blanc mise au jour dans la campagne au Nord-Est de Sparte, dans la vallée de l’Eurotas, près du village moderne d’Aphisio, en offre un exemple significatif76. Cette stèle à fronton légèrement pyramidante, aux dimensions relativement importantes77, présente dans sa partie supérieure un relief figurant à droite une divinité féminine debout, en appui sur la jambe droite, le coude gauche sur une haute colonnette, qui tient une torche dans le creux du bras gauche. Elle est vêtue d’un chitôn court à rabat, sans manches, et chaussée de hautes bottes ; ses cheveux relevés sont noués en chignon. À gauche, deux personnages masculins en himation s’avancent vers un autel, mouluré en haut et en bas, qui les sépare de la figure divine. Une nette différence de taille signale l’importance relative des deux personnages : celui représenté tout à fait à gauche, plus petit, doit être un serviteur. L’inscription gravée immédiatement sous le relief, que l’écriture permet de dater du iiie s., élucide le sens de la scène :

Les Kynosoureis ont consacré à Eulakia Antaménès, qui fut en charge de la fourniture de l’eau, achemina l’eau mieux que quiconque, ne laissa pas s’installer la pénurie lorsque la sécheresse est survenue et ne retint de gages sur personne.

33Par ce relief, les Kynosoureis, membres de l’une des anciennes ὠβαί, puis de l’une des quatre tribus de Sparte, honorent un responsable des ressources en eau particulièrement méritant. Le personnage au centre de la composition est sans doute possible Antaménès, qui rend hommage à Artémis Eulakia, protectrice des récoltes. Ce relief hellénistique est donc tout à la fois votif et honorifique.

  • 78 Bursa, musée, inv. 3160 ; IK 26, 23, fig. 21.
  • 79 Hauteur : 1,28 m ; longueur : 0,49-0,53 m ; profondeur : 0,14 m.

34À la basse époque hellénistique, dans la campagne autour de Cyzique, de petites communautés ont elles aussi recours aux représentations en relief pour honorer leurs magistrats et bienfaiteurs, probablement dans un souci d’économie. Trois exemples en sont conservés, tous datés du iie ou du ier s. L’un de ces reliefs, presque complet, permet d’analyser la composition iconographique dans son ensemble78. Il s’agit d’une haute stèle remployée dans une maison, dont le fronton est orné d’une couronne79 et qui se divise en deux registres, entre lesquels est gravée l’inscription honorifique proprement dite : Οἱ κάτοικοι Δοιδάλσην Ἀπολλωνίου. Dans la partie inférieure de la stèle, sous les deux reliefs, est inscrite une épigramme :

Si Doidalsès avait une illustre patrie, lui qui, tant de fois, en raison de ses combats, ceignit sa tête de joyeuses couronnes, ce serait, chez les braves, parmi les travaux d’Héraclès qu’on inscrirait sa vigueur et sa force. C’est pourquoi les fils de Télèphe, faisant de lui le parèdre d’hommes remarquables, l’ont glorifié par d’éternelles faveurs.

  • 80 IK 26, 23, p. 27.
  • 81 Pour des athlètes retenant, verticalement, des palmes contre leur épaule, voir : un relief d’époque (...)
  • 82 Cos, musée ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 88, no 146, pl. 33 ; le caractère funéraire de ce monument n’es (...)
  • 83 Chios, musée ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 88, no 148, pl. 33.

35Le premier relief accompagnant cette inscription représente une scène de sacrifice à Zeus, qui se tient debout à droite, en himation, appuyé sur son sceptre de la main gauche et faisant une libation de la main droite. Devant l’autel, un desservant du culte, représenté en très petite dimension, sacrifie un sanglier. Un adorant – le personnage honoré ? – se tient à gauche. À l’arrière-plan, un arbre schématique occupe le fond du relief. Immédiatement au-dessous, dans un cadre un peu plus étroit, est sculptée la représentation honorifique proprement dite. À gauche se tient une figure masculine nue, le poids du corps porté sur la jambe gauche, la jambe droite fléchie et écartée. De la main droite, il retient contre son épaule ce qu’E. Schwertheim hésite à identifier comme un javelot80, car son extrémité supérieure est recourbée. Faut-il alors y voir une palme dont le feuillage aurait été peint sur le fond du relief81 ? À gauche de ce personnage nu se tient une seconde figure masculine, vêtue d’un himation, dont la main droite repose sur l’épaule droite de son compagnon. Dans l’angle inférieur droit du champ est représenté, en faible relief, un grand récipient. L’athlète est bien sûr Doidalsès, représenté avec son entraîneur, sans doute un cosmète, et le vase évoque une récompense reçue par le champion lors de sa carrière. Il est en effet fréquent que les prix de victoire soient représentés à côté des athlètes. Ainsi, une grande amphore est représentée à côté d’un athlète nu, qui s’apprête à enlever sa couronne de la main droite et tient une palme en main gauche sur un relief fragmentaire de Cos, daté des environs de 20082. Plus modestement, c’est une simple cruche qui est représentée aux pieds d’un athlète sur un relief de Chios, mutilé dans sa partie supérieure83.

36La signification du relief de la campagne de Cyzique est donc double. Votif par l’évocation du sacrifice – probablement à Zeus Ornéos – sur le relief du registre supérieur, honorifique par son inscription et par le second relief, qui met en valeur la personnalité de Doidalsès.

  • 84 Cf. infra p. 347-348.
  • 85 Cf. infra p. 312-314.
  • 86 Cf. infra p. 280-284.
  • 87 Thasos, musée inv. 4231 ; cf. B. Holtzmann, La sculpture de Thasos II. Les reliefs à thèmes héroïqu (...)

37Tous les reliefs honorifiques étudiés jusqu’ici sont des représentations miniatures. Il existe pourtant, dès l’époque classique, des reliefs honorifiques plus ambitieux, où le personnage honoré est légèrement plus petit que nature. C’est le cas du relief de Diotime à Tégée84, de celui d’un athlète à Cos85 et de celui de Polybe à Cleitôr86, mais peut-être aussi de documents peu connus comme une stèle de soldat et une autre d’athlète à Thasos87. Ces documents intéressants sur le plan iconographique seront étudiés en détail dans la troisième partie.

Les statues honorifiques : le matériau

38Étroitement lié à leur emplacement, le matériau des statues honorifiques n’a pas, à ce jour, fait l’objet d’une recherche systématique. En exploitant aussi bien les données fournies par les décrets que par les vestiges archéologiques, il est cependant possible de préciser les attentes des commanditaires et les pratiques des sculpteurs en fonction du contexte d’installation d’une statue. J’envisagerai en premier lieu les statues honorifiques de marbre : beaucoup moins nombreuses, elles permettent une analyse plus exhaustive.

Les statues en marbre (Annexe D)

  • 88 Annexe D 38.
  • 89 Annexe D 1.
  • 90 Annexe D 2.
  • 91 Annexe D 3.
  • 92 Cf. les conclusions de Sartre 2003, p. 160-162.
  • 93 Migeotte 1984, p. 346-348, conclut que le recours à la souscription publique est plus souvent signe (...)
  • 94 Gauthier 1985, p. 72-73, montre que l’évergétisme individuel ne devient un « système de gouvernemen (...)

39Seules quarante-cinq inscriptions hellénistiques – décrets honorifiques ou dédicaces de statues qui résultent de décrets publics – font mention d’une statue honorifique en marbre. Cet ensemble, assez restreint, présente en outre une spécificité géographique très marquée. Toutes les inscriptions, à une exception près88, proviennent en effet des îles de l’Égée ou d’Asie Mineure. En Grèce balkanique, la représentation honorifique par excellence demeure la statue de bronze, ou, si l’on souhaite une œuvre moins dispendieuse, la représentation peinte. Cette spécificité régionale doit être par ailleurs mise en relation avec la spécificité chronologique de l’ensemble. En effet, si l’on excepte la statue d’Artémisia au ive s.89, la statue du triérarque Dionysios à Samos90 et le groupe cultuel d’Antiochos III et de Laodice à Téos91, tous les exemples s’inscrivent dans l’époque hellénistique avancée, à partir du milieu du iie s. L’installation d’une statue publique en marbre marque donc une évolution de la pratique honorifique, que l’on peut expliquer par des facteurs aussi bien matériels que sociaux. En effet, l’époque hellénistique – du moins de la fin du ive s. au milieu du iie s. – est une période de prospérité pour les cités d’Asie Mineure, qui se dotent de centres urbains monumentaux92. Ce développement est souvent financé par la souscription publique93, ou, à partir de la fin du iiie s., par le recours à la générosité des évergètes94, honorés en retour d’une statue, naturellement placée près ou à l’intérieur des édifices nouvellement construits. Or, les statues abritées n’étant pas soumises aux intempéries, l’emploi du marbre, moins coûteux que le bronze, paraît logique. Ce recours au marbre est d’autant plus aisé que les carrières sont nombreuses, dans les Cyclades comme en Asie Mineure.

  • 95 Annexe D 2, 6, 8-13, 15-16, 19-31, 33-34, 36, 38, 42-45.
  • 96 Annexe D 31.
  • 97 L’exemple de Priène est, à cet égard significatif : au iie s., la cité octroie à ses grands bienfai (...)
  • 98 Ainsi à Cnide (Annexe D 31), Halicarnasse (Annexe D 29) ou Pergame (Annexe D 27).
  • 99 On relève seize exemples de cet emploi : Annexe D 3, 6, 9, 12, 16, 19, 22, 27-28, 33-34, 37-38, 43- (...)
  • 100 Annexe D 31, 36 ; rappelons qu’à Kymè, dès le milieu du iie s., il existe un enclos funéraire spéci (...)

40Cependant, l’importance nouvelle des statues de marbre au cours de l’époque hellénistique avancée est également la marque d’une évolution des pratiques politiques. En effet, trente et une des quarante-cinq inscriptions commémorent l’octroi d’une statue de marbre parmi un ensemble de représentations95, culminant avec les dix représentations d’Artémidôros, honoré à l’égal d’un dieu à Cnide, à l’époque d’Auguste96. Ces représentations, de plus en plus nombreuses avec le temps97, manifestent le poids économique et social croissant des évergètes, qui accompagne l’effacement du pouvoir royal. Pour susciter les vocations et la générosité, les cités renchérissent sur les honneurs traditionnels, au point de conférer des honneurs divins à certains bienfaiteurs98. Cette évolution est également lexicale ; alors que les termes εἰκών et ἀνδριάς désignent d’une manière exclusive toutes les représentations sculptées non cultuelles à l’époque classique, au iiie s. et pendant une grande partie du iie s., le terme ἄγαλµα est de plus en plus fréquemment utilisé, à la fin du iie s. et au ier s., pour désigner de simples statues honorifiques99. Ce terme souligne la proximité du personnage honoré avec le monde héroïque et divin, proximité matérielle – presque toutes les statues honorifiques désignées comme ἀγάλµατα sont en marbre, matériau privilégié pour la statuaire divine – mais aussi proximité symbolique – les grands évergètes se voient de plus en plus fréquemment honorés d’une tombe dans un lieu en vue de l’espace public, souvent le gymnase, ce qui est un privilège héroïque100.

  • 101 IK 1, 48 (vers 132 ; Tuchelt 1979, Erythrai001).
  • 102 IPriene 247 ; IMagnesia 150 ; IG XII 6, 363, 400, 404, 462 ; IK 24, 655 ; IPergamon 405, 482 ; IK 1 (...)

41Les bases de statues confirment les données apportées par les inscriptions. Sur dix-sept bases d’Asie Mineure datées de l’époque hellénistique et assurément destinées à supporter une statue de marbre, une seule date du iiie s.101 ; toutes les autres appartiennent au ier s.102.

42Ces observations tirées des inscriptions et des bases ont des conséquences pour l’étude de la statuaire honorifique. En effet, lorsque le style invite à placer une statue de marbre à l’époque classique, il y a de forte chance que celle-ci ne soit pas publique, mais privée. En fonction des circonstances de la découverte et de la date que l’on retient, ce peut être soit un monument funéraire, soit un monument honorifique privé.

43Plus fondamentalement, le déséquilibre considérable des sources – les statues honorifiques de marbre sont pratiquement seules conservées, alors qu’elles sont la production minoritaire au cours de la haute époque hellénistique – doit inviter à la prudence dans l’analyse iconographique, typologique et stylistique. En effet, une statue de marbre, parce qu’elle est plus lourde, est beaucoup plus complexe à équilibrer qu’une statue de bronze. Les sculpteurs sur marbre disposent donc nécessairement d’un répertoire plus limité que celui de leurs confrères travaillant le bronze. Le caractère répétitif que nous serons parfois amené à souligner dans la statuaire honorifique n’est ainsi pas seulement le reflet du traditionalisme des cités ou des contraintes qui pèsent sur la création, mais également la marque de notre ignorance. Les mortaises visibles à la face supérieure des bases de statues montrent combien nous sommes limités dans la compréhension de cette production et de sa variété iconographique. C’est pourquoi, il convient d’avoir recours, chaque fois que la chose est possible, aux comparaisons avec d’autres supports iconographiques – reliefs et peintures notamment – qui, affranchis des problèmes de statique, reproduisent la variété et la vivacité perdue de la ronde bosse.

  • 103 Manganaro 2000, l. 26-27.

44En marge de l’étude des statues en marbre, il convient enfin de mentionner le cas exceptionnel de la statue acrolithe de Philétairos, érigée par les citoyens de Kymè, dont seuls quelques éléments – sans doute la tête et les extrémités des membres – sont en marbre103.

Les statues en bronze (Annexe C)

45Le décompte exhaustif des statues honorifiques de bronze des époques classique et hellénistique mentionnées par les inscriptions est une tâche malaisée, non seulement parce que la documentation est très abondante, mais également parce que, chaque année, les fouilles mettent aujour de nouveaux documents. Toute entreprise de décompte est donc soumise aux aléas des découvertes et ses résultats doivent être considérés avec précaution. Pour permettre au lecteur de se faire une idée de la documentation disponible, j’ai néanmoins rassemblé trois cent quinze inscriptions, qui conservent le souvenir d’environ quatre cent quarante statues en bronze.Ces mentions, dix fois plus nombreuses que celles de statues en marbre, confirment que l’installation d’une statue honorifique en bronze est l’honneur par excellence à l’époque hellénistique. Ces décomptes, qui ne concernent, soulignons-le, que les statues honorifiques publiques, révèlent en outre des spécificités régionales et chronologiques, dont je livre la synthèse dans le tableau 1 et le graphique ci-dessous.

  • 104 IOlympia 294, 295, 297, 300 (statue équestre), 302, 312 (statue colossale de Philétairos), 315 (sta (...)

46Ainsi, un peu moins des trois septièmes des statues de bronze recensées – cent quatre-vingt-une exactement – s’élevaient en Asie Mineure, un peu moins du quart – soit cent cinq – dans les îles de l’Égée. Suit la Grèce centrale – où Delphes se taille évidemment la part du lion – avec soixante-dix-sept statues en bronze, soit un peu plus du sixième du total. L’Attique, avec trente-sept statues honorifiques en bronze, représente un douzième de notre documentation. Les cités de mer Noire octroient environ dix-neuf statues de bronze à leurs bienfaiteurs entre le début du iiie s. et la fin du ier s. Enfin, la Grèce du Nord et le Péloponnèse sont les régions où l’installation de statues honorifiques en bronze est la plus rare à l’époque hellénistique, avec respectivement sept et onze statues. Dans le cas du Péloponnèse cependant, il faut souligner que l’examen des seuls décrets honorifiques fausse en partie l’évaluation, car les inscriptions étaient dans cette région volontiers inscrites sur des stèles de bronze. Les bases de statues du sanctuaire d’Olympie par exemple montrent que – au milieu de la foule des statues d’olympioniques – les statues honorifiques de bronze n’étaient pas si peu fréquentes que les décrets préservés le laissent penser104.

  • 105 Ce type d’inscription honorifique, le type « rhodien », est analysé par Ma 2013, p. 31-38.
  • 106 Annexe C 103-105, 107-110, 115, 117-118, 128, 136-138, 140-143, 145-146, 148-151, 153-159, 162-174, (...)
  • 107 Annexe C 148-151, 153-159, 162-174, 176-183.
  • 108 Annexe C 110, 128, 140-141, 145-146.
  • 109 Annexe C 190, 194-210, 223-224, 226-227, 229-230, 232-234, 236-237, 244, 249, 264, 266, 268, 273, 2 (...)

47Les tendances générales observées, qui accordent un poids très important à l’Asie Mineure et aux îles de l’Égée, doivent donc être nuancées. Le nombre de mentions de statues hono­rifiques en bronze est en effet accru par la pratique, répandue dans ces régions et presque inconnue ailleurs, qui consiste à inscrire sur la base des statues non seulement les qualités d’un personnage, mais également les honneurs qu’il a obtenus105. Ainsi, parmi les exemples relevésdans les îles de l’Égée, cinquante-deux sont inscrits sur des bases de statues106, dont les trois cinquièmes proviennent de Rhodes107. Les îles de la côte de l’Asie Mineure représentent la majorité des autres documents ; les Cyclades et l’Eubée n’ont en effet livré que six bases de ce type108. En Asie Mineure, les bases où sont résumés les honneurs accordés aux bienfaiteurs sont au nombre de cinquante109.

  • 110 Annexe C 217.
  • 111 Annexe C 184.

48Malgré cette réserve, l’Asie Mineure et les îles de la mer Égée dominent notre documentation et l’on peut affirmer que l’installation d’une statue honorifique en bronze est une pratique développée avant tout dans ces régions. Ce constat recoupe à plusieurs titres les observations chronologiques que l’on peut tirer de la documentation rassemblée. En effet, l’Asie Mineureet les îles de l’Égée, sont, avec l’Attique, les régions où sont attestées le plus anciennementles statues honorifiques. Érythrées honore ainsi, en même temps qu’Athènes, Conon d’unestatue honorifique en bronze doré, au lendemain de la bataille de Cnide110, et Samos, après son indépendance en 322, n’hésite pas à ériger, dans le prestigieux sanctuaire d’Héra, une statue d’Antiléôn de Chalkis, qui a obtenu la libération d’un grand nombre de Samiens prisonniers à Athènes111.

  • 112 Le nombre de statues en bronze installées en Grèce centrale au iie s. est considérablement accru pa (...)

49Le graphique de synthèse proposé ci-dessous met par ailleurs en évidence une prédominance de la période hellénistique avancée dans la documentation relative aux statues honorifiques de bronze. Cent soixante-treize inscriptions appartiennent ainsi au iie s. et cent vingt-cinq au ier s. Or, sur ces quelque trois cents statues, soixante-dix sont installées dans une île de l’Égée et cent vingt en Asie Mineure, soit plus de la moitié du total112. Par ailleurs, la rareté des statues honorifiques en bronze au ive s. et leur nombre encore limité au iiie s. témoignent de la lenteur du rythme auquel se développe cette pratique dans le monde grec et invite à la prudence dans l’interprétation des œuvres conservées. Les statues que l’analyse stylistique permet de dater des ive et iiie s. ont toute chance d’être des statues honorifiques privées plutôt que publiques.

Tableau 1 – Décompte régional et chronologique des statues de bronze recensées.

Tableau 1 – Décompte régional et chronologique des statues de bronze recensées.

Graphique 1 – Répartition chronologique et régionale des statues de bronze recensées.

Graphique 1 – Répartition chronologique et régionale des statues de bronze recensées.

Notes

1 Bol 1978, p. 1.

2 Kunhert 1885, p. 265 (Quel visiteur s’y donnait simplement la peine de regarder toutes les statues, sans parler de l’ensemble des inscriptions, par surcroît si difficiles à déchiffrer, en raison de leur gravure malcommode ? […] Une telle abnégation, aucun des anciens archéologues, pour sûr, ne l’a jamais possédée).

3 Loewy 1885.

4 Raubitschek 1949.

5 Marcadé 1953 et Marcadé 1957.

6 Jacob-Felsch 1969.

7 Schmidt 1995.

8 Surtout Pétrakos 1997.

9 Jacquemin 1999a.

10 Fr. Herbin, Monuments, espaces, histoire : les monuments votifs et honorifiques du sanctuaire d’Apollon à Délos, à l’exclusion des bâtiments comportant un toit, thèse de doctorat à l’université de Paris I et à l’université nationale d’Athènes, soutenue en 2010 (inédite).

11 Katsikoudis 2005.

12 Une première synthèse de leurs travaux est parue : Krumeich, Witschel 2010.

13 Pour une présentation du projet : Leypold 2013.

14 Ma 2013, p. 67-151, consacre un développement substantiel et suggestif à la question de l’emplacement des statues honorifiques.

15 Cf. Blanck 1968 ; Halm-Tisserant 2009 propose une analyse esthétique fondée sur les témoignages littéraires. Jamais il n’est question des représentations peintes comme honneur.

16 Annexe B 1-3.

17 Ces chiffres sont révélateurs d’une tendance générale, mais ne prétendent pas à la précision, car il arrive que la représentation peinte ne soit pas désignée par l’expression εἰκὼν γραπτή, mais simplement par le terme εἰκών, par exemple dans le décret d’Olbia pour Neikèratos, fils de Papias (IosPE I2 34, l. 8-9 ; premier quart du iie s.).

18 Annexe B 5, 8, 14, 22-25, 30, 43, 45-47, 49, 51-52, 55, 73.

19 Deux décrets pour un juge d’Andros, l’un d’Adramytteion, l’autre de Péparéthos, présentent cette configuration (Annexe B 25, 30).

20 Onze exemples : Annexe B 1, 8, 10-11, 18-19, 24, 28, 47, 52, 63.

21 Cinq exemples : Annexe B 23, 75-78.

22 Sept exemples : Annexe B 43, 45-46, 48-50, 65.

23 Douze exemples : Annexe B 2, 7, 9, 15, 33, 37, 42, 51, 64, 71-73.

24 Dix exemples : Annexe B 5, 17, 21, 31, 32, 38, 53, 69, 79, 82.

25 Trois exemples : Annexe B 20, 59, 63.

26 Vingt-six exemples : Annexe B 11-12, 15-16, 26, 29, 33, 36-37, 39-41, 44, 57, 61, 64, 66-67, 69-71, 74, 80-81, 83-84.

27 Les πίνακες εἰκονικοί mentionnés dans l’inventaire ID 1403 Bb, col. I, l. 89 appartiennent, semble-t-il, aux ξύλινα.

28 Il n’y a aucune mention explicite de πίναξ en plâtre, mais l’inventaire de Délos ID 1442 B, l. 62 nous apprend que Marcus Lollius a consacré une couronne représentée sur du plâtre doré.

29 Les plus anciennes sont cependant peintes sur des pinakes (Annexe B 2 par exemple), qui sont peut-être ­rectangulaires.

30 Vingt exemples : Annexe B 19, 38, 42-43, 45-46, 48-51, 53, 55, 59-64, 66, 69.

31 Comme le note déjà Blanck 1968, p. 7.

32 Six exemples : Annexe B 7, 16, 18, 37, 49, 63.

33 Par exemple Le Guen 2001, p. 228 (traduction de l’inscription no 44).

34 Blanck 1968, p. 3 ; voir aussi Th. Corsten dans IK 29, p. 103.

35 La statue est notamment mentionnée par l’inventaire ID 1417 A, col. I, l. 123.

36 C’est la traduction retenue notamment dans Prêtre 2002 ; cf. également, dans l’inventaire ID 1403 B, col. I, l. 59-60, les ἀγάλµατα ἀκρόλιθα τέλεια qui se trouvent dans l’οἶκος devant lequel est exposé le Diadumène.

37 ICret II 3, 4 C, l. 7-8.

38 ID 1417 A, col. II, l. 51-53 (cf. également l’inventaire ID 1403 B, col. II, l. 30-32, de peu postérieur à 166, où est recensé un tableau supplémentaire).

39 Roussel 1987, p. 225 et n. 7.

40 ID 1442 A, l. 81.

41 ID 1403 B, col. I, l. 57.

42 Nous laissons volontairement de côté, dans cette analyse, les représentations monétaires et celles qui apparaissent en tondo à l’intérieur de vases. Ces représentations miniatures ne nous semblent en effet reliées qu’indirectement au sujet qui nous occupe.

43 Salzmann 1996. Hauteur conservée : 0,154 m ; largeur : 0,131 m ; épaisseur : 0,04 m.

44 Hiller von Gaertringen 1904, p. 89-102, en particulier p. 97, fig. 79, pl. 5 ; IG XII 3 Suppl. 1348.

45 IG XII 3 Suppl. 1348. Je ne retiens pas la correction de Fr. Hiller von Gaertringen mentionnée par Nilsson 1961, p. 190, n. 1, qui me paraît grammaticalement intenable.

46 IG XII 3 Suppl. 1342-1344.

47 Fr. Hiller von Gaertringen note, dans le commentaire de l’épigramme IG XII 3 Suppl. 1344, qu’un encastrement de stèle est visible à droite de cette inscription, et qu’il a probablement reçu la transcription des honneurs accordés par les Théréens à Artémidôros.

48 Chapouthier 1935, p. 29-34, fig. 36-40.

49 Remarquons que les souverains alliés de Mithridate, Ariarathe VII de Cappadoce et Antiochos VIII Philomètôr, sont représentés à un emplacement de choix, dans la partie centrale du mur de fond de l’oikos. Cependant, le père d’Hèlianax, Asclèpiodôros, est honoré immédiatement à côté des souverains. Cf. Chapouthier 1935, p. 33, fig. 36.

50 Délos, musée, inv. A 4192 ; Chapouthier 1935, p. 30, fig. 38 ; Michalowski 1932, p. 9-10, fig. 4-5, pl. VIII.

51 Bien que le support et la destination de l’objet soient différents, on peut évoquer ici le disque funéraire en bronze, daté entre 465 et 455, découvert dans une tombe à Égine, sur les faces duquel sont représentés en pied un sauteur en longueur et un lanceur de javelot ; Berlin, Staatliche Museen ; Jacobstahl 1933, p. 3-17, pl. I-II.

52 Tsimbidou-Avloniti 2005, p. 142-147 ; Tsimbidou-Avloniti 2007, p. 64-65, fig. 5-6 ; on peut également songer à la représentation du défunt en façade de la tombe du Jugement.

53 Tuchelt 1975, p. 112, fig. 7,1.

54 Wulzinger 1941, pl. 28, 32c.

55 Krischen 1916.

56 Wiegand 1902, p. 149-150, fig. 5-6 ; Kader 1995, p. 202-203.

57 Pausanias, VI 23, 7 ; trad. J. Pouilloux, CUF, 2002.

58 Jacquemin 2002, p. 291.

59 L’hypothèse est déjà avancée, sur le mode interrogatif, par Marcadé 1969, p. 137-141.

60 Sur ce thème, voir désormais Despinis 2013, p. 13-30 et Sporn 2012/2013.

61 IG I3 91 ; Athènes, musée de l’Acropole, inv. 2996 et Athènes, Musée épigraphique, inv. 2634 + 2635 + 5854a + b ; Meyer 1989a, p. 266-267, cat. A 6, pl. 2 ; Lawton 1995, p. 115-116, no 68, pl. 36.

62 Athènes, Musée épigraphique, inv. 3169, 2792, 255 ; IG I3 126 (Meyer 1989a, p. 272, cat. A 23, pl. 12,1).

63 Athènes, Musée épigraphique, inv. 6609 ; IG I3 74 (Meyer 1989a, p. 274, cat. A 31, pl. 12,2).

64 IG II2 212, l. 11-12 et 24-27.

65 IG II2 212, l. 47-49.

66 IG II2 212, l. 46-47.

67 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1411 (Meyer 1989a, p. 290, cat. A 88, pl. 28,1 ; Lawton 1995, p. 98-99, no 35, pl. 18).

68 IG II2 653, l. 40-42.

69 Dinarque, I 43.

70 IG II2 653, l. 13-16 ; cf. Löhr 2000, p. 145-146, no 165.

71 Lycurgue, Contre Léocrate 51.

72 IG II2 448, l. 23-28.

73 IG II2 448, l. 74-78.

74 Athènes, Musée archéologique national, inv. 1482 (Meyer 1989a, p. 303, cat. A134, pl. 39,1 ; Lawton 1995, p. 107-108, no 54).

75 IG IV 748 ; Meyer 1989a, p. 318, cat. N 10, pl. 54,1 et 55,1.

76 Peek 1974 ; cf. Bull. 1976, 267.

77 Hauteur jusqu’à la base du fronton : 1,17 m ; largeur à hauteur du relief : 0,465 m.

78 Bursa, musée, inv. 3160 ; IK 26, 23, fig. 21.

79 Hauteur : 1,28 m ; longueur : 0,49-0,53 m ; profondeur : 0,14 m.

80 IK 26, 23, p. 27.

81 Pour des athlètes retenant, verticalement, des palmes contre leur épaule, voir : un relief d’époque impériale provenant de Smyrne (disparu ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 87, no 145, pl. 33) et un autre de provenance inconnue (Mytilène, musée ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 88, no 147, pl. 33) ; on peut également observer, sur une stèle du iie s. apr. J.-C. destinée à recevoir une liste d’éphèbes, un relief de composition similaire. Un cosmète vêtu se tient entre deux athlètes vêtus d’une simple epaphtis ; celui de droite couronne le cosmète, celui de gauche tient une palme et s’apprête à dédier sa couronne. À l’extrémité gauche de la composition, une très grosse hydrie symbolise un prix de victoire ; Athènes, Musée archéologique national, inv. 1468 ; Kaltsas 2004, p. 342-343, no 210.

82 Cos, musée ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 88, no 146, pl. 33 ; le caractère funéraire de ce monument n’est du reste pas assuré. Il pourrait être tout aussi bien honorifique.

83 Chios, musée ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 88, no 148, pl. 33.

84 Cf. infra p. 347-348.

85 Cf. infra p. 312-314.

86 Cf. infra p. 280-284.

87 Thasos, musée inv. 4231 ; cf. B. Holtzmann, La sculpture de Thasos II. Les reliefs à thèmes héroïques et funéraires, ÉtThas (à paraître).

88 Annexe D 38.

89 Annexe D 1.

90 Annexe D 2.

91 Annexe D 3.

92 Cf. les conclusions de Sartre 2003, p. 160-162.

93 Migeotte 1984, p. 346-348, conclut que le recours à la souscription publique est plus souvent signe de ­prospérité que de détresse.

94 Gauthier 1985, p. 72-73, montre que l’évergétisme individuel ne devient un « système de gouvernement » que dans le cours du iie s.

95 Annexe D 2, 6, 8-13, 15-16, 19-31, 33-34, 36, 38, 42-45.

96 Annexe D 31.

97 L’exemple de Priène est, à cet égard significatif : au iie s., la cité octroie à ses grands bienfaiteurs deux représentations (Annexe D 8, 10), plus tard trois représentations (Annexe D 11) et enfin quatre (Annexe D 21, 23-25) au ier s.

98 Ainsi à Cnide (Annexe D 31), Halicarnasse (Annexe D 29) ou Pergame (Annexe D 27).

99 On relève seize exemples de cet emploi : Annexe D 3, 6, 9, 12, 16, 19, 22, 27-28, 33-34, 37-38, 43-45.

100 Annexe D 31, 36 ; rappelons qu’à Kymè, dès le milieu du iie s., il existe un enclos funéraire spécifique pour les bienfaiteurs (IK 5, 13, l. 14 et 49-50).

101 IK 1, 48 (vers 132 ; Tuchelt 1979, Erythrai001).

102 IPriene 247 ; IMagnesia 150 ; IG XII 6, 363, 400, 404, 462 ; IK 24, 655 ; IPergamon 405, 482 ; IK 1, 89 ; TAM V 2, 920 ; Balland 1981, 25 ; ICos (Segre) EV 19, 201 ; IK 22, 1010 (Tuchelt 1979, Stratonikeia01) ; TAM V 1, 374.

103 Manganaro 2000, l. 26-27.

104 IOlympia 294, 295, 297, 300 (statue équestre), 302, 312 (statue colossale de Philétairos), 315 (statue équestre), 316 (statue du Peuple d’Élis), 319, 325.

105 Ce type d’inscription honorifique, le type « rhodien », est analysé par Ma 2013, p. 31-38.

106 Annexe C 103-105, 107-110, 115, 117-118, 128, 136-138, 140-143, 145-146, 148-151, 153-159, 162-174, 176-183.

107 Annexe C 148-151, 153-159, 162-174, 176-183.

108 Annexe C 110, 128, 140-141, 145-146.

109 Annexe C 190, 194-210, 223-224, 226-227, 229-230, 232-234, 236-237, 244, 249, 264, 266, 268, 273, 295, 297, 300-301, 303-308, 310-312, 314-315.

110 Annexe C 217.

111 Annexe C 184.

112 Le nombre de statues en bronze installées en Grèce centrale au iie s. est considérablement accru par un document exceptionnel, dont deux exemplaires sont conservés, qui commémore l’installation de vingt-cinq statues honorifiques (Annexe C 72).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/844/img-1.png
Fichier image/png, 20k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/844/img-2.png
Fichier image/png, 33k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/844/img-3.png
Fichier image/png, 39k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/844/img-4.png
Fichier image/png, 58k
Titre Tableau 1 – Décompte régional et chronologique des statues de bronze recensées.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/844/img-5.png
Fichier image/png, 48k
Titre Graphique 1 – Répartition chronologique et régionale des statues de bronze recensées.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/844/img-6.png
Fichier image/png, 68k

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search