Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Entrer en matières : techniques de fabrication, production, économie de la couleur

La pourpre en Égypte romaine. Récentes découvertes, implications techniques, économiques et sociales

Purple in Roman Egypt: recent discoveries and their technical, economical and social implications

Η πορφύρα στη ρωμαϊκή Αίγυπτο: πρόσφατες ανακαλύψεις, τεχνικές, οικονομικές και κοινωνικές προεκτάσεις

Dominique Cardon, Witold Nowik, Adam Bülow-Jacobsen, Renata Marcinowska, Katarzyna Kusyk et Marek Trojanowicz

Résumé

Sont présentés ici les résultats d’analyses de colorants ayant permis d’identifier de la vraie pourpre, extraite de mollusques marins, dans dix textiles archéologiques des trois premiers siècles de notre ère découverts dans les dépotoirs du site de Didymoi, dans le désert Oriental d’Égypte. Ces résultats sont discutés du triple point de vue des sources biologiques de ces teintures, des lieux de production et des procédés techniques mis en œuvre. Sont ensuite exposés les résultats de calculs des quantités de laine teinte en pourpre nécessaires pour décorer les vêtements dont faisaient originellement partie les fragments analysés. Ils ont permis d’évaluer le coût supplémentaire entraîné par l’emploi de vraie pourpre dans les éléments de base de l’habillement masculin et féminin de l’époque. En comparant ce coût avec d’autres prix de denrées ou de services, on peut se former une idée plus précise des possibilités de diffusion de cette teinture prestigieuse dans les différentes couches de la société égyptienne des trois premiers siècles de notre ère.

Note de l’éditeur

Nous adressons tout d’abord nos remerciements à Hélène Cuvigny, directrice des fouilles de Didymoi, pour tous les commentaires et suggestions que sa connaissance approfondie des textes des ostraca découverts dans le désert Oriental d’Égypte lui a permis de nous apporter au cours de la rédaction de cet article ; et à Hero Granger-Taylor, non seulement pour sa précieuse collaboration à l’étude des textiles de Didymoi, mais aussi pour l’inspiration que nous ont fournie nos nombreuses discussions au sujet de la pourpre et de son importance dans le monde méditerranéen antique. Nous remercions aussi les collègues et amis qui nous ont communiqué des informations sur des découvertes pas encore publiées, ou qui ont pris la peine de nous faire part de leur point de vue sur les processus biochimiques complexes à l’œuvre dans les cuves de pourpre antiques, ainsi que sur l’extrême finesse des fils dans certains textiles archéologiques découverts en Égypte et dans d’autres pays de Méditerranée orientale ; merci, en particulier, à Lise Bender Jørgensen, Inge Boesken Kanold, William Cooke, Christopher Cooksey, Lena Hammarlund, Rolf Haubrichs, Zvi C. Koren, Fleur Letellier-Willemin et John Peter Wild.

Merci également à Iris Brémaud et Pierre Cabrolier pour leur collaboration gracieuse pour les diagrammes et les dessins.

Texte intégral

  • 1 D. Cardon et al., « Who could Wear True Purple in Roman Egypt ? Technical and Social Considerations (...)

1L’identification de vraie pourpre, extraite de mollusques marins, dans les éléments décoratifs de fragments de vêtements découverts en Égypte dans des sites d’époque romaine, ouvre de nouvelles perspectives de recherche interdisciplinaire. Sources biologiques de ces teintures de pourpre, filière de production d’un vêtement orné de pourpre, prix à payer pour se parer de vraie pourpre : toutes ces questions connexes, concernant la teinture la plus prestigieuse et la plus chargée de sens symbolique du monde antique, doivent être reconsidérées en confrontant les données fournies par les sources écrites, exploitées dans les travaux antérieurs sur la pourpre, et les résultats des analyses techniques et chimiques des textiles archéologiques. Rendre compte en détail des différentes étapes de ces recherches n’est pas possible dans le cadre de cet article. Nous présentons ici, tout d’abord, les résultats des analyses ayant permis d’identifier de la vraie pourpre dans dix textiles archéologiques découverts dans les dépotoirs du site de Didymoi, dans le désert Oriental d’Égypte, et ce que ces résultats indiquent, ou invitent à chercher encore, sur les différentes espèces de coquillages ayant pu être utilisées et sur les provenances possibles de ces teintures. Sont résumés ensuite les résultats de nos calculs des quantités de laine teinte en pourpre nécessaires pour décorer les différents vêtements dont faisaient originellement partie les fragments analysés, travail qui a fait l’objet d’une publication distincte1. Il permet, dans la présente étude, d’évaluer le coût supplémentaire entraîné par l’emploi de vraie pourpre dans les éléments de base de l’habillement masculin et féminin de l’époque. En comparant ce coût avec d’autres prix de denrées ou de services en Égypte à des dates proches de celles où ont été confectionnés ces vêtements, on peut se former une idée plus précise des possibilités de diffusion de cette teinture prestigieuse dans les différentes couches de la société égyptienne des trois premiers siècles de notre ère.

1. Les praesidia du désert oriental d’Égypte, nouvelles mines de textiles archéologiques

  • 2 Les fouilles se succèdent le long de ces deux routes depuis 1994, sous la direction d’H. Cuvigny, p (...)
  • 3 Cuvigny 2003 ; H. Cuvigny (éd.), Ostraca de Krokodilô. La correspondance militaire et sa circulatio (...)
  • 4 D. Cardon, « Textiles archéologiques de Maximianon-Al Zarqa : exemples précoces de teinture par rés (...)
  • 5 J.-P. Brun, « Méthodes et conditions de fouille des fortins et des dépotoirs ou les affres d’un Gal (...)

2Didymoi, ainsi que deux autres sites où ont récemment été découverts des textiles dans lesquels a été identifiée de la vraie pourpre, sont des praesidia, petites forteresses édifiées dans la seconde moitié du ier s. apr. J.-C., qui jalonnaient deux des principales routes de caravane reliant les ports de la mer Rouge à la vallée du Nil, en l’occurrence Myos Hormos d’une part, et Bérénice d’autre part, à Koptos (Quft) (fig. 1)2. Ce réseau de places fortes tenues par de petites garnisons avait pour rôle d’assurer la sécurité et le ravitaillement en eau des caravanes. Parmi les praesidia, ce sont ceux où subsistent encore de grands dépotoirs, comme Maximianon, Krokodilô et Didymoi, qui se révèlent fructueux pour les spécialistes de l’étude des textiles, comme pour les papyrologues. Ces dépotoirs livrent en effet de très nombreux ostraca, morceaux de poteries cassées sur lesquels les habitants des fortins ont écrit au quotidien l’histoire de la vie dans leurs petites communautés isolées dans le désert3. Ils ont également livré des centaines de textiles, pour la plupart des fragments de vêtements usagés, presque tous en laine. L’étude de ces chiffons apporte des informations de première importance sur la production textile du monde antique des trois premiers siècles de notre ère, particulièrement en ce qui concerne le développement de certaines techniques de fabrication et la variété des produits alors en circulation4. Ces découvertes sont rendues encore plus précieuses par les méticuleuses méthodes appliquées à la fouille de ces dépotoirs et par l’analyse fine de leur stratigraphie5 : ce travail de patience permet de dater précisément la plupart des fragments textiles, parfois à vingt ans près, ce qui fournit enfin des jalons sûrs pour divers types de productions et de vêtements, dont ceux pour lesquels ont été identifiées des teintures de vraie pourpre.

Fig. 1 — L’Égypte : routes de caravanes entre la mer Rouge et le Nil et sites des praesidia.

(Cartes J.-P. Brun, M. Leguilloux.)

  • 6 Que les directeurs du Conseil suprême des Antiquités et les directeurs et directrice successifs de (...)

3Grâce, en effet, aux autorisations de prélèvements accordées par le Conseil suprême des Antiquités d’Égypte et au soutien de l’IFAO, de petites séries d’analyses de colorants ont pu être effectuées sur des groupes de textiles sélectionnés, provenant des trois sites mentionnés ci-dessus6.

2. Analyses de textiles à fond ou décor « pourpre »

  • 7 Ils les décrivent comme un ensemble de couleurs « intended for purple », dans R. Pfister, L. Bellin (...)

4La pourpre – tant la teinture que son importance économique et sociale – étant l’un des thèmes de recherche auxquels ces analyses avaient pour but d’apporter un nouvel éclairage, des prélèvements furent effectués sur des textiles présentant un fond « pourpre » uni ou un décor « pourpre », ainsi que sur des fragments de vêtements à bandes ou à motifs « pourpres » sur fond teint ou non teint. Il faut préciser tout d’abord que pour cet échantillonnage, nous avons pris comme hypothèse qu’une très large gamme de nuances avait pu être perçue et désignée comme « pourpre » par les anciens et, dans l’état présent de conservation des textiles archéologiques retrouvés dans les dépotoirs, qu’elle s’étend de gris mauve à des violet presque noir, en passant par des rouge violacé ou des rose vif. C’était déjà le point de vue de L. Bellinger et de R. Pfister qui, dans leur étude des textiles archéologiques de Doura-Europos, interprétèrent toutes ces nuances, prédominantes dans le décor des textiles, comme « représentant de la pourpre7 ».

  • 8 D. Cardon et al., « Aperçus sur l’art de la teinture en Égypte romaine : analyses de colorants des (...)
  • 9 Sur le kermès, voir D. Cardon, Natural Dyes. Sources, Tradition, Technology and Science (2007), p.  (...)
  • 10 Voir les références mentionnées n. 12.

5Une première série d’analyses, qui concernait dix-sept textiles provenant des sites de Maximianon et de Krokodilô, permit d’identifier la vraie pourpre, extraite de mollusques marins, sur trois d’entre eux8. Employée seule pour la trame pourpre d’un clavus décorant un fragment de tunique à fond non teint blanc ivoire de Maximianon, elle est, en revanche, nuancée d’une autre teinture, par un colorant rouge, dans la trame rose violacé d’un motif en forme de gamma décorant un fragment de pallium bleu-vert du même site. La teinture rouge utilisée en combinaison avec la pourpre dans ce fragment est le kermès, colorant écarlate extrait des femelles adultes séchées du Coccidé Kermes vermilio (Planchon, 1864)9. Enfin, dans un fragment de tunique à fond rouge de Krokodilô, la vraie pourpre, identifiée dans la trame du clavus gris-mauve ornant la tunique, est employée en combinaison, non pas avec une, mais deux teintures rouges différentes : le kermès et la garance des teinturiers, R. tinctorum L. Tous les autres résultats d’analyses de cette série indiquent l’emploi d’un procédé très maîtrisé d’imitation de la pourpre mettant en œuvre deux colorants grand teint – l’indigo et la garance – expertement préparés et diversement dosés suivant les nuances désirées10.

  • 11 Résultats de ces analyses, intégrés à la publication des textiles, dans D. Cardon, H. Granger-Taylo (...)
  • 12 Programme PHC « Polonium » n° 13848 QC, financé par les ministères de la Recherche de France et de (...)

6Une seconde série d’analyses a concerné soixante-deux textiles découverts à Didymoi11. Ces analyses bénéficièrent d’un processus analytique optimisé, mis au point entre-temps, dans le cadre d’un programme international de recherche sur l’identification des composés indigoïdes dérivés de différentes espèces de Muricidae dans les objets patrimoniaux, programme auquel participaient plusieurs auteurs de la présente contribution12.

  • 13 Le chimiste israélien Z. C. Koren avait déjà remarqué cette particularité dans les pourpres d’imita (...)

7Dans la plupart des cas, les nuances de « pourpre » de ces textiles se révélèrent être, comme dans la précédente série d’analyses, des imitations de pourpre véritable dues à la combinaison de deux teintures, en proportions diverses : de l’indigo d’origine végétale (extrait soit du pastel Isatis tinctoria L., soit d’un indigotier poussant en Égypte, Indigofera sp.) et de la garance, le plus probablement R. tinctorum L. Comme déjà remarqué dans les textiles de Maximianon et de Krokodilô, la garance, dans ces imitations de pourpre, semble avoir été préparée de façon à en éliminer le plus possible les composants orangés, telle l’alizarine, et faire prédominer les colorants violacés, telles la pseudopurpurine et la purpurine13.

  • 14 Sur la biologie et la composition chimique des différentes espèces à pourpre d’importance historiqu (...)

8Cependant, dix textiles de Didymoi, sur les soixante-deux analysés, ont révélé contenir de la pourpre véritable (tabl. I.1-2). Celle-ci est identifiée – on le voit d’après les compositions chimiques indiquées – grâce à la présence de composés indigoïdes contenant un ou deux atomes de brome, dus à l’environnement marin des mollusques à pourpre (fig. 12)14. On trouve des fils de trame teints en deux nuances distinctes, toutes deux dues à de vraies pourpres de composition différente, dans le fragment D99.2511.44, une très belle bande ombrée en dégradé de violets : ce sont donc onze identifications de vraie pourpre qui ont pu être faites au sein de l’échantillonnage sélectionné. Dans deux des textiles analysés, la pourpre n’a pas été identifiée seule, mais combinée à des colorants rouges, comme cela avait déjà été trouvé dans deux textiles de Maximianon et de Krokodilô : il s’agit du kermès, pour le clavus rose-pourpre d’un fragment de tunique à fond bleu-vert, et du kermès additionné de garance, pour la large bande rouge-pourpre d’un fragment de cape (tabl. I.2).

9On a donc au total un échantillonnage de teintures à la pourpre qui, bien que restreint, offre l’avantage – rare dans ce domaine de recherche – d’être constitué de textiles datés avec une précision relative, et qui ont pu être analysés en série, selon un même processus analytique mis au point spécialement pour ce type de teintures. Ceci assure la pertinence des comparaisons faites ci-après entre les compositions des pourpres trouvées dans les différents fragments.15161718

Tabl. I — La vraie pourpre dans les textiles de Didymoi.

  • 15 Date à laquelle le fragment a été abandonné dans le dépotoir.
  • 16 Définitions et descriptions des principaux types de vêtements et de décors représentés parmi les te (...)
  • 17 Système de filage, explication de la notation : S/S, S = chaîne filée en S/trame de fond filée en S (...)
  • 18 Publication détaillée des méthodes analytiques en cours. Abréviations : IND = indigotine ; DBI = 6, (...)

I.1. Pourpre de mollusque employée comme seule source de couleur

Référence

Date apr. J.-C.15

Type de vêtement, type de décor16

Système de filage17

Composition18

D99.2511.2.1
Fig. 2

96

Tunique, fond non teint, motif de H pourpre

S/Z, S

42,3 % DBI, 36,5 % MBI,
18,9 % IND ; 0,7 % BR-ISA,
0,4 % ISA ; 0,6 % DBINR, 0,3 %
BR-INR, 0,2 % BR’-INR, 0,1 %
INR

D99.2436.1A
Fig. 3

78-85

Tunique, fond non teint, clavus pourpre

S/S, S

19,5 % DBI, 61,9 % MBI,
12,9 % IND ; 2,5 % BR-ISA,
1,9 % ISA ; 0,5 % DBINR, 0,5 %
BR-INR, 0,2 % BR’-INR, 0,1 %
INR

D99.3322.8
Fig. 4

115-120

Tunique, fond non teint, clavus pourpre

S/S, S

22,12 % DBI, 66,51 % MBI,
7,2 % IND ; 2,54 % BR-ISA,
1,3 % ISA ; 0,1 % DBINR, 0,2 %
BR-INR, 0,1 % INR

D2000.12015.1
Fig. 5

225-250

Tunique, fond non teint, clavus pourpre

S/S, S

11,8 % DBI, 85,6 % MBI, 1,2 %
IND ; 0,6 % BR-ISA, 0,4 % ISA ;
0,1 % DBINR, 0,1 % BR-INR,
0,1 % BR’-INR, 0,1 % INR

D99.2511.1.2
Fig. 6

96

Pallium, fond non teint, gamma
pourpre

S/S, S

20,4 % DBI, 69,6 % MBI, 7,8 %
IND ; 0,6 % BR-ISA, 0,8 % ISA ;
0,3 % DBINR, 0,3 % BR-INR,
0,2 % BR’-INR, 0,1 % INR

I.1. Pourpre de mollusque employée comme seule source de couleur

D99.4306.2
Fig. 7

176-210

Pallium, fond orange,
gamma
pourpre

S/S, Z

21 % DBI, 59,4 % MBI, 17,1 %
IND ; 1,1 % BR-ISA, 0,5 % ISA ;
0,5 % DBINR, 0,3 % BR-INR,
0,1 % BR’-INR, 0,1 % INR

D98.4404.1A
Fig. 8

176-210

Cape à capuchon, fond non teint, bande verticale pourpre

S/S, S-S

26 % DBI, 66,1 % MBI, 6,1 %
IND ; 0,6 % BR-ISA, 0,4 % ISA ;
0,3 % DBINR, 0,1 % BR-INR,
0,1 % BR’-INR, 0,1 % INR

D99.2511.44B
Trame violet foncé
Fig. 9

96

Pallium ou tenture (?), fond mauve, bande ombrée

Z/Z, Z

42 % DBI, 48,9 % MBI, 7,1 %
IND ; 0,6 % BR-ISA, 1,2 % ISA ;
0,1 % DBINR

D99.2511.44A
Trame rose pourpre

96

Pallium ou tenture (?), bande ombrée

Z/Z, Z

44,1 % DBI, 52,9 % MBI, 2,1 %
IND ; 0,6 % BR-ISA ; 0,2 %
DBINR

I.2. POURPRE DE MOLLUSQUE COMBINÉE AVEC DES TEINTURES ROUGES

D98.1410.3
Fig. 10

125-140

Tunique, fond vert,
clavus poupre

S/Z, Z

Indigoïdes :
1,1 % DBI, 15,5 % MBI,
81,6 % IND
0,5 % BR-INR, 1,1 % INR
Autres :
+ KA, FKA
Proportion indigoïdes / colorants rouges :
59 %/41 %

D99.1516.1
Fig. 11

125-140

Cape à capuchon, fond non teint, bande horizontale pourpre

Z2S/Z, Z

Indigoïdes :
0,6 % DBI, 4,8 % MBI, 89,4 %
IND, 2,7 % ISA, 2,2 % INR
Autres :
+ KA, FKA, P, Al (traces)
Proportion indigoïdes / colorants rouges :
52 %/20 % KA + FKA, 28 % P

  • 19 Sur le recyclage des textiles et l’importance de la production des centones/kentrones, voir D. Card (...)

10Du point de vue chronologique, ces identifications de pourpre véritable présentent le double intérêt de concerner une longue période – du ier s. au iiie s. apr. J.-C. – et de s’échelonner assez régulièrement. On voit, d’après les endroits où ils ont été trouvés dans les dépotoirs et les datations qui en découlent, qu’il n’y a pas eu de dépôt groupé de textiles précieux ornés de vraie pourpre. Ils auraient, dans ce cas, pu tous appartenir à un même individu, ou à un groupe d’occupants temporaires du fort, particulièrement fortuné(s). En fait, à Didymoi, des textiles ornés de pourpre ont été abandonnés séparément tout au long de la période d’occupation du site : on les retrouve dès les couches les plus anciennes du grand dépotoir, de même que dans les petits dépotoirs de l’intérieur du fort, dans les bâtiments abandonnés des secteurs Sud et Ouest où les dernières garnisons de Didymoi accumulaient leurs ordures. Les plus anciens de ces échantillons de pourpres pourraient même dater de la première moitié du ier s. apr. J.-C., puisque parmi les fragments abandonnés le plus tôt, se trouvent des textiles usagés et réutilisés à plusieurs reprises (D99.2511.2.1 et D99.2511.1.2), ce qui implique qu’ils ont pu être tissés assez longtemps – peut-être des dizaines d’années – auparavant19.

Fig. 2 — Angle de tunique D99.2511.2.1 (fin d’usage en 96 apr. J.-C.), à motif pourpre en forme de H.

(Cl. A. Bülow-Jacobsen.)

Fig. 3 — Fragment de tunique D99.2436.1A (fin d’usage en 78-85 apr. J.-C.).

(Cl. D. Cardon.)

Fig. 4 — Fragment de tunique D99.3322.8 (fin d’usage en 115-120 apr. J.-C.).

(Cl. A. Bülow-Jacobsen.)

Fig. 5 — Fragment de tunique D2000.12015.1 (fin d’usage en 225-250 apr. J.-C.).

(Cl. D. Cardon.)

Fig. 6 — Fragment de pallium D99.2511.1.2 (fin d’usage en 96 apr. J.-C.).

(Cl. D. Cardon.)

Fig. 7 — Fragment de pallium D99.4306.2 (fin d’usage en 176-210 apr. J.-C.).

(Cl. D. Cardon.)

Fig. 8 — Fragment de cape D98.4404.1A (fin d’usage en 176-210 apr. J.-C.).

(Cl. D. Cardon.)

Fig. 9 — Fragment de pallium ou de tenture D99.2511.44B (fin d’usage en 96 apr. J.-C.).

(Cl. D. Cardon.)

Fig. 10 — Fragment de tunique D98.1410.3 (fin d’usage en 125-140 apr. J.-C.).

(Cl. D. Cardon.)

Fig. 11 — Fragment de cape D99.1516.1 (fin d’usage en 125-140 apr. J.-C.).

(Cl. D. Cardon.)

Fig. 12 — Structures moléculaires des composés indigoïdes des pourpres identifiées dans des textiles de Didymoi ; a. Indigotine ; b. 6,6’-dibromoindigotine ; c. 6-bromoindigotine ; d. Indirubine ; e. 6,6’-dibromoindirubine ; f. 6-bromoindirubine ; g. 6’-bromoindirubine ; h. Isatine ; i. 6-bromoisatine.

Fig. 12 — Structures moléculaires des composés indigoïdes des pourpres identifiées dans des textiles de Didymoi ; a. Indigotine ; b. 6,6’-dibromoindigotine ; c. 6-bromoindigotine ; d. Indirubine ; e. 6,6’-dibromoindirubine ; f. 6-bromoindirubine ; g. 6’-bromoindirubine ; h. Isatine ; i. 6-bromoisatine.

11Autre constatation remarquable : bien que les fragments sélectionnés pour ces analyses aient assez bien représenté la diversité des productions textiles trouvées dans les dépotoirs, la pourpre véritable n’a été identifiée que dans des restes de vêtements : cape, tunique, pallium ou palla (un rectangle de tissu qu’hommes et femmes portaient drapés par-dessus la tunique). La pourpre y est utilisée avec économie, puisqu’elle est présente uniquement dans les fils de trame des bandes ou motifs géométriques, de couleur contrastant avec le fond du tissu, qui constituent le décor caractéristique de chacun de ces types de vêtement.

12Que nous apporte, du point de vue de l’histoire des techniques, cette série d’exemples de l’utilisation de la pourpre dans trois types de vêtements d’usage courant à l’époque, en Égypte comme dans presque tout l’Empire romain ? Que nous apprend-elle sur la place de la pourpre dans la société égyptienne durant les trois premiers siècles après son intégration dans l’Empire romain ? C’est ce que nous allons tenter d’analyser ci-dessous, en complétant et en nuançant ces résultats par les informations dispersées dans des papyri et des ostraca contemporains des textiles.

3. Les cuves de teinture à la pourpre : un mystère technique pas encore complètement éclairci

  • 20 On trouvera une synthèse de l’historique de ces recherches et de leurs résultats jusqu’en 2007 dans (...)

13Les progrès remarquables qui ont été faits depuis une vingtaine d’années dans les techniques d’analyse des indigoïdes de la pourpre ont mis en évidence l’extrême complexité chimique de ces teintures qui se développent à partir de divers précurseurs, contenus en proportions variables dans les glandes hypobranchiales des différentes espèces de mollusques, selon des processus chimiques variant eux-mêmes selon les conditions d’oxygénation et d’éclairage auxquelles est soumise la matière première tinctoriale durant sa mise en œuvre. À ces variabilités d’ordre biologique et technique, s’en ajoutent d’autres, également biologiques mais aussi environnementales : les variations parfois importantes dans les proportions des différents indigoïdes obtenus d’une même espèce, selon le sexe des individus récoltés, la saison de la récolte et le lieu de celle-ci20.

14Dans l’état actuel des recherches, ironiquement, les progrès réalisés dans la connaissance de la chimie de la pourpre ont donc surtout pour résultat de rendre assez risqué pour les archéologues et les historiens de proposer des identifications de l’espèce (ou des espèces) de Muricidés qui a, ou ont, pu être utilisée(s) par les teinturiers pour produire la pourpre détectée sur un document ancien donné, qu’il s’agisse d’un textile ou d’une peinture.

  • 21 D. Cardon et al. (n. 8).

15Une exception paraît, heureusement, concerner l’ensemble des pourpres détectées à Didymoi. La présence dans tous les échantillons d’une proportion importante de monobromoindigotine (fig. 13) semble indiquer que le poivre, Hexaplex trunculus (Linné, 1758), un des Muricidés principaux exploités pour la pourpre dans le monde méditerranéen antique, a été utilisé pour ces teintures, soit seul, soit peut-être avec d’autres espèces à pourpre, ajoutées en proportions variables. La monobromoindigotine constitue de 36,5 à 85,6 % des indigoïdes dans les échantillons où la pourpre est employée seule et, bien que présente en moindres proportions, c’est l’indigoïde bromé qui prédomine dans les deux cas de teinture à la pourpre combinée avec des teintures rouges. C’était le seul indigoïde bromé détecté dans les pourpres de Maximianon et de Krokodilô (en proportions de 28 %, 11 % et 1 % respectivement dans chacun des trois textiles pourpres mentionnés plus haut)21.

Fig. 13 — Diagramme des compositions des pourpres identifiées dans les fragments regroupés dans le tabl. I. Les abréviations correspondent à celles du tableau.

(Diagramme I. Brémaud.)

Fig. 14 — Proportions de monobromoindigotine obtenues des principales espèces à pourpre de Méditerranée.

(Diagramme I. Brémaud.)

  • 22 Z. C. Koren (n. 20), p. 389.
  • 23 Étude menée en 2007-2008 dans le cadre du programme mentionné n. 9. Publication des résultats détai (...)
  • 24 Z. C. Koren (n. 20), p. 390.

16Or, on n’a trouvé jusqu’ici de monobromoindigotine en proportions importantes, supérieures à 7 %, que dans les analyses des teintures ou pigments extraits d’H. trunculus22. Dans une étude récente nous avons confirmé ces résultats sur une série de teintures de référence obtenues avec les principales espèces à pourpre méditerranéennes : vingt-trois échantillons teints avec H. trunculus, cinq avec le rocher épineux, Bolinus brandaris (Linné, 1758) et quatre avec la pourpre à bouche de sang, Stramonita haemastoma (Linné, 1766)23. La monobromoindigotine était présente dans les teintures par H. trunculus en quantités allant de 20,4 à 59,3 %, tandis que les proportions étaient de 0 à 6,4 % pour S. haemastoma et de 0,2 à 5,7 % pour B. brandaris (fig. 14). Les indices D.M.I. (dibromoindigotine/monobromoindigotine), un modèle proposé par Z. C. Koren pour distinguer les types de pourpres24, sont respectivement, pour notre échantillonnage, de 0,1 à 2,4 pour H. trunculus, de 15,9 à 413,4 pour B. brandaris et de 11,7 à 48,9 pour T. haemastoma. Il semble donc que la différenciation des deux dernières espèces manque potentiellement de précision. La différence entre H. trunculus et les autres espèces paraît nette. Le seuil de qualification semble se situer entre 6,4 et 20,4 % de monobromoindigotine au minimum (cohérent avec les résultats publiés par Z.C. Koren), ce qui correspondrait à un D.M.I. entre 11,7 et 2,4. Dans les cas intermédiaires, l’identification peut être ambiguë.

  • 25 J. Doumet, Étude sur la couleur pourpre ancienne et tentative de reproduction du procédé de teintur (...)
  • 26 J. Edmonds, The Mystery of Imperial Purple Dye (2000) ; I. Boesken Kanold, « The Purple Fermentatio (...)

17Les particularités biochimiques de cette espèce la rendent particulièrement précieuse pour le montage des cuves de teinture en pourpre. Cela avait déjà été mis en évidence par l’archéologie expérimentale. De ses expériences répétées de reconstitution de la cuve de pourpre, à échelle réduite, décrite par Pline l’Ancien, le chimiste libanais J. Doumet avait conclu, non seulement que l’on pouvait plus ou moins facilement teindre de la laine en pourpre avec H. trunculus seul, dans un bain alcalin d’eau de mer et de lessive de cendres, mais aussi que l’addition d’une petite quantité (de l’ordre de 10 % en poids) de ce mollusque paraissait indispensable pour obtenir une cuve permettant de teindre en pourpre avec les deux autres Muricidés à pourpre méditerranéens, le rocher épineux, B. brandaris et la pourpre à bouche de sang, S. haemastoma25. Pour lui, cet effet était dû aux précurseurs et enzymes propres à H. trunculus, qui permettent d’amorcer la fermentation bactérienne des cuves et d’y maintenir les indigoïdes des pourpres produites par les deux autres espèces sous une forme réduite et soluble, nécessaire pour pouvoir imprégner la laine et la teindre durablement. Des expériences plus récentes, à plus petite échelle, ont permis à plusieurs reprises la reconstitution de cuves de pourpre utilisant H. trunculus comme seule source de teinture, avec des résultats satisfaisants26.

  • 27 P.Oxy. XX 2273, 10, mentionné dans K. A. Worp, « On the Meaning of ΠΟΡΦΥΡΑ/ΠΟΡΦΥΡΙΟΝ in Greek Docum (...)
  • 28 En particulier Murex forskoehlii (Röding, 1798) et Chicoreus virgineus (Röding, 1798), appelé aussi (...)
  • 29 « De la mer », BGU VI 1300, 25 ; « locale », P.Oxy. VIII 1153, 26, LIV 3765, 3, SB XVI 12628, ii, 4 (...)

18La probabilité que H. trunculus ait été la principale source des pourpres identifiées dans les textiles de Didymoi, ou en tout cas, l’une des espèces employées, revêt pour nous une importance spéciale. Elle exclurait en effet la possibilité que ces pourpres aient été teintes dans un atelier situé sur la côte de la mer Rouge, où ce coquillage n’a jamais été signalé ; autrement dit : aucune d’entre elles ne pourrait être de la « pourpre de Bérénice », mentionnée dans un papyrus du iiie s. apr. J.-C.27, même si abondent sur cette partie de la côte égyptienne plusieurs espèces de Muricidés à pourpre28. Les pourpres de Didymoi pourraient, en revanche, représenter des variétés de pourpre « de la mer » ou « locale », voire une version égyptienne de la pourpre « Tyrianthine », mentionnées dans d’autres papyri, si l’on envisage des centres de production situés sur la côte méditerranéenne de l’Égypte, qui auraient donc pu être approvisionnés en H. trunculus29. La plupart des textiles où sont identifiées ces pourpres ne se distinguent pas, en effet, par leurs autres caractéristiques techniques – notamment le système de filage – de la majorité des textiles retrouvés dans les dépotoirs des praesidia, et ils ont, comme eux, très probablement été produits en Égypte.

  • 30 SB XII 11075, 8.
  • 31 M. Giacchero, Edictum Diocletiani et collegarum de pretiis rerum venalium (1974), p. 182.
  • 32 Z. C. Koren (n. 26), p. 143.
  • 33 Chr. J. Cooksey, R. S. Sinclair, « Colour Variations in Tyrian Purple Dyeing », Dyes in History and (...)

19Les deux cas où la pourpre est combinée à une ou deux teinture(s) rouge(s) pourraient être des exemples de « vraie pourpre mélangée », mentionnée dans un papyrus30. Ils posent une autre question technique, à cause de la forte prédominance de l’indigotine dans ces teintures (tabl. I.2). Celle-ci a dû donner à la laine, au sortir de la cuve de pourpre, une nuance trop bleue que les teinturiers ont cherché à corriger par une surteinture en rouge, destinée à rapprocher la couleur finale de celle de la pourpre rouge (purpura oxytyria), production renommée de la ville de Tyr, mentionnée dans l’édit de Dioclétien sur les prix31. Mais à quoi donc attribuer de telles proportions d’indigotine dans ces teintures ? Elles sont, en effet, largement supérieures aux proportions les plus élevées d’indigotine jamais quantifiées dans des teintures ou pigments extraits de H. trunculus, pourtant la plus riche source marine d’indigotine actuellement connue. Une des explications envisageables serait que ces deux teintures aient été obtenues de cuves de pourpre – où H. trunculus aurait pu être employé seul ou combiné avec d’autres espèces à pourpre – ayant déjà été utilisées pour teindre d’autres lots de laine. D’une part, ceux-ci auraient absorbé une grande partie de la leuco-dibromoindigotine présente dans le bain, l’affinité de celle-ci pour la laine étant supérieure à celle de la leuco-indigotine32. D’autre part, ces manipulations, nécessitant un minimum d’éclairage pour le teinturier, auraient déclenché une réaction photochimique de débromination progressive des bains de teinture dans lesquels furent teintes les laines de ces deux bandes pourpres de Didymoi. Ces bains n’auraient plus alors contenu que des traces de leuco-dibromoindigotine et de faibles quantités de leuco-monobromoindigotine, le reste de la cuve consistant désormais en leuco-indigotine33. Par conséquent, on aurait là des « fins de cuves », des pourpres de qualités inférieures, conservant pourtant encore suffisamment du prestige attaché à cette teinture pour que l’un des colorants sélectionnés afin de rectifier leur couleur soit la plus estimée des teintures après la pourpre, le kermès.

20On mesure, dans ces quelques commentaires de la composition des pourpres de Didymoi, quelle part on est encore obligé de faire des tentatives d’explications qui reposent principalement sur des hypothèses. On voit toutes les recherches encore à mener sur la variabilité biochimique des espèces à pourpre – des plus étudiées de la Méditerranée à celles de la mer Rouge qui ne sont pas encore analysées – et toutes les expérimentations encore à tenter, pour reconstituer avec succès et reproductibilité les cuves de pourpre par fermentation bactérienne que semblent décrire les bribes de procédés anciens conservées par les textes.

21Même si l’on ne peut en définir les causes avec certitude, les différences que l’on constate dans la composition des différentes pourpres identifiées dans des textiles de Didymoi offrent un parallèle intéressant à la diversité de sortes et de prix de pourpres rencontrée dans les papyri. Ces identifications sont également précieuses, parce qu’aux éléments d’ordre qualitatif apportés par l’analyse chimique des pourpres, l’analyse technique des textiles où l’on trouve de la pourpre ajoute des données quantitatives qui viennent compléter celles disséminées dans les textes souvent fragmentaires des papyri ou des ostraca. Elles permettent, par exemple, de calculer les quantités de laine teinte en pourpre nécessaires pour la décoration des différents types de vêtements, données essentielles pour estimer le coût supplémentaire occasionné par l’emploi de vraie pourpre dans le décor d’un vêtement, mais qu’on ne trouve nulle part dans les textes.

4. Combien de laine pourpre fallait-il pour tisser les éléments du décor des tuniques, pallia et capes de didymoi ?

  • 34 Sur les procédés de groupage des fils de chaîne pour les zones de décor dans les textiles des praes (...)

22On a vu que dans les soixante-deux textiles de Didymoi analysés, on ne trouve pas une seule fois la pourpre véritable utilisée pour teindre les fils du fond d’un tissu. Elle est seulement identifiée dans des trames de décors de tuniques, de pallia et de capes. Dans ces vêtements, les zones pourpres représentent des surfaces assez réduites, où cependant la couleur de la pourpre peut être mise en valeur au maximum grâce à des procédés de tissage qui permettent de tasser localement la trame teinte, si densément qu’elle cache presque entièrement les fils non teints, ou teints d’une autre couleur, de la chaîne34.

Longueurs de fil pourpre nécessaires

  • 35 D. Cardon et al. (n. 1).

23Il est possible de calculer assez précisément les longueurs de fil de trame pourpre qui ont été employées pour la décoration de ces vêtements, en multipliant la surface des ornements par le compte en trame dans ces zones du tissu, c’est-à-dire par le nombre de fils de trame que la tisserande ou le tisserand a réussi à y tasser par centimètre. Nous ne présentons ici que les bases de ces calculs dont on peut trouver les détails dans une autre publication35. Puis nous en commentons les résultats, rassemblés dans le tabl. II (3e colonne).

Tabl. II — Longueurs de trame pourpre nécessaires à la décoration des vêtements dont faisaient originellement partie les fragments textiles de Didymoi ornés de pourpre véritable - Titrages permettant d’obtenir les longueurs nécessaires avec un statère de laine teinte en pourpre.

  • 36 Pour les tuniques, on obtient deux titrages différents suivant que l’on fonde le calcul sur la long (...)

Type de vêtement Référence

Hauteur/surface du motif décoratif
Compte en trame

Longueur de trame pourpre nécessaire

Titrage minimum requis36

Titrage estimé d’après le compte en trame
Longueur correspondante pour 1 statère

Tunique
D99.2436.1A
Fig. 3

Clavus 0,6 cm
c. 100 f/cm

– tunique courte
240 m
– longue 300 m

– courte :
Nm 18
– longue :
Nm 22

Nm 138
= 1856 m/statère

Tunique D99.3322.8
Fig. 4

Clavus 0,5 cm
80 f/cm

– tunique courte
160 m
– longue 200 m

– courte :
Nm 12
– longue :
Nm 15

Nm 88
= 1183 m/statère

Tunique
D2000.12015.1
Fig. 5

Clavus 3 cm
74 f/cm

– tunique courte
888 m
– longue 1 110 m

– courte :
Nm 66
– longue :
Nm 82

Nm 75
= 1008 m/statère

Tunique D98.1410.3
Fig. 10

Clavus 2,2 cm
58 f/cm

– tunique courte
510,4 m
– longue 638 m

– courte :
Nm 38
– longue :
Nm 47

Nm 46
= 618,7 m/statère

Pallium
D99.2511.1.2
Fig. 6

Gamma ou barre indentée,
longueur conservée 2,2 cm
75 f/cm

98,7 m

Nm 7

Nm 78
= 1049 m/statère

Pallium
D99.4306.2
Fig. 7

Gamma ou barre indentée,
hauteur conservée 1 cm 34 fils doubles/cm = 68 f/cm

89,48 m

Nm 7

Nm 64
= 860 m/statère

Cape à capuchon
D98.4404.1
Fig. 8

Bande 0,7 cm
72-84 fils doubles/cm =
144-168 f/cm
(moyenne 156 f/cm)

363,68 m

Nm 27

Nm 336
= 4519 m/statère

Cape à capuchon
D99.1516.1
Fig. 11

Bande 3,25 cm
90-100 f/cm
(moyenne 95 f/cm)

1 028 m

Nm 76

Nm 125
= 1681 m/statère

Bases des calculs

24La hauteur donnée, lors du tissage, aux bandes décoratives des tuniques et des capes, ainsi que leur compte en trame, ont été mesurés lors de l’analyse technique des fragments. Comme les dépotoirs ne livrent presque jamais de vêtements entiers, une donnée nous manquait et a dû être estimée : la hauteur de ces vêtements entre la ligne d’épaule et le bord inférieur ; pour les capes à capuchon, il faut y ajouter la hauteur et la profondeur de celui-ci. Pour les dimensions des ornements de tapisserie, en forme de barres ou d’angles indentés, qui décoraient les quatre coins des pallia, il a fallu également adopter des valeurs estimées car aucun des fragments de pallia de Didymoi ornés de vraie pourpre n’incluait un motif décoratif entier. Les valeurs adoptées pour toutes ces estimations sont plausibles car fondées, soit sur la moyenne des dimensions mesurées sur des exemples de tuniques et de capes quasiment entières, découvertes sur des sites de nécropoles, contemporains ou un peu plus tardifs, en Égypte ou dans des pays voisins ; soit, dans le cas des motifs décoratifs des pallia, sur la moyenne des dimensions d’ornements entiers, en forme de gammas indentés, préservés sur d’autres fragments de pallia de Didymoi.

Les tuniques

  • 37 Par exemple, portrait d’un adolescent provenant probablement de Saqqara, daté de la fin du ier s. a (...)
  • 38 Tunique d’El-Deir, provisoirement datée de la fin du iiie s. au ive s. apr. J.-C., communication pe (...)
  • 39 Tunique n° 29 de Qustul (époque méroïtique = 0-350 apr. J.-C.), C. Mayer Turman, B. Williams, Ancie (...)
  • 40 Tunique T31, C. Verhecken-Lammens, « Two Coptic Wool Tunics in the Collection of the Abegg-Stiftung (...)

25Les tuniques, qu’elles soient tissées en deux morceaux (fig. 15) ou en une seule pièce avec des manches (fig. 16), pouvaient être de deux longueurs : descendant jusqu’au genou, comme les portaient le plus souvent les hommes, ou jusqu’à la cheville, comme on en voit figurées sur des linceuls de femmes ou d’hommes ornés de portraits des défunts, découverts en Égypte37. Pour les premières, une hauteur de 100 cm entre la ligne des épaules et le bas du vêtement paraît avoir été assez courante : c’est la hauteur (c’est-à-dire la largeur au tissage) d’une tunique d’homme en deux morceaux, sans manche, de la nécropole d’El-Deir, au Nord de l’oasis de Kharga et de plusieurs tuniques de forme similaire découvertes dans la grotte des Lettres en Israël ; c’est aussi la hauteur (demi-largeur en trame) d’une autre tunique, en une pièce, de la même tombe d’El-Deir et d’une tunique « copte » de même forme, de provenance inconnue, conservée à la Fondation Abegg, à Riggisberg (Berne, Suisse)38. Pour les secondes, on peut proposer une hauteur moyenne de 125 cm : c’est la hauteur d’une tunique découverte dans la nécropole de Qustul en Nubie ancienne39, et d’une autre tunique « copte » de provenance inconnue tissée en une pièce, conservée à la Fondation Abegg40.

Fig. 15 — La tunique sans manche tissée en deux morceaux : a. La tunique telle que sur le métier ; b. Deux morceaux sont cousus côte à côte le long d’une lisière latérale pour former les épaules ; c. Les cordelières de début et de fin de pièce sont assemblées par une couture sous les ouvertures laissées pour les bras.

(Dessin P. Cabrolier.)

Fig. 16 — La tunique à manches tissée en une seule pièce : a. La tunique telle que sur le métier ; b. Le vêtement est terminé par des coutures le long des côtés et sous les manches.

(Dessin P. Cabrolier.)

26Pour chaque fragment de tunique de Didymoi, notre calcul de la longueur de fil pourpre nécessaire pour la trame des clavi prend en compte les deux hypothèses, c’est-à-dire que le fragment peut avoir fait partie d’une tunique courte (de 100 cm de hauteur de l’épaule au bas du vêtement) ou longue (de 125 cm de hauteur).

27Ce calcul intègre donc les données suivantes : hauteur estimée de la tunique (100 cm ou 125 cm) × hauteur/largeur du clavus × compte en trame dans le clavus × quatre clavi (un de chaque côté de l’encolure, sur le devant et sur le dos du vêtement).

Les pallia

  • 41 Y. Yadin (n. 38), p. 219-240.

28Pour calculer la longueur de trame pourpre nécessaire pour orner un pallium d’homme (himation en grec) ou une palla de femme, il n’est pas nécessaire de connaître les dimensions de ce rectangle de tissu, mais seulement celles d’un des signes de tapisserie qui en ornaient chacun des coins (fig. 17). D’après les exemples entiers retrouvés – à la grotte des Lettres, par exemple – on sait que ces signes avaient le plus souvent la forme de barres ou d’angles (appelés « gammas » par l’archéologue israélien Y. Yadin, en référence à la lettre grecque de même forme), fréquemment indentés, à une de leurs extrémités ou aux deux41. À Didymoi, les seuls motifs entiers figurant sur les nombreux fragments de pallium retrouvés sont des gammas. Nos calculs sont donc fondés sur la surface moyenne des gammas entiers de Didymoi, soit 32,9 cm2. Cette valeur est très proche de la moyenne des surfaces des gammas entiers retrouvés sur d’autres sites.

29Le calcul de la longueur de trame pourpre nécessaire pour décorer chaque pallium intègre donc : surface moyenne d’un gamma à Didymoi (32,9 cm2) × compte en trame dans chaque gamma × quatre motifs.

Fig. 17 — Un pallium décoré de signes en forme de gamma, d’après le pallium 43 de la grotte des Lettres, Israël.

(Dessin P. Cabrolier, d’après Y. Yadin [n. 38], p. 238, fig..78.)

Les capes à capuchon

  • 42 Textile 1A de la tombe B188, C. Mayer Turman, B. Williams (n. 39), p. 60-61.
  • 43 D’après le récent réarrangement des fragments par N. Kajitani, du Metropolitan Museum of Art, New Y (...)

30Les fragments de Didymoi correspondant à ce type de vêtement ont pu être identifiés d’après un ensemble de caractéristiques techniques qui les apparentent à un exemple presque entier, retrouvé dans une tombe à Ballana, en Nubie ancienne, pour lequel une datation du ier s. apr. J.-C. a été proposée (fig. 18)42. Cette cape a été tissée en forme, d’une seule pièce et ses dimensions originales devaient être d’environ 170 cm de hauteur (capuchon inclus) par 290 cm de largeur43. Ce sont les dimensions de la cape de Ballana que nous avons utilisées pour compléter les données mesurées sur les bandes ornant les fragments de capes découverts à Didymoi.

Fig. 18 — Cape à capuchon à bande de pourpre, d’après la cape 1A de la tombe B188 de Ballana, telle que reconstituée par H. Granger-Taylor et N. Kajitani.

(Dessin J. M. Farrant, H. Granger-Taylor.)

31Ces calculs intègrent les données suivantes :

  • longueur totale des bandes décoratives = longueur des deux bandes horizontales de la cape de Ballana, de part et d’autre du capuchon (127,34 cm × 2) + longueur des trois côtés du capuchon (26,12 cm × 3) ;

  • longueur de trame pourpre nécessaire pour décorer les capes à capuchon de Didymoi = longueur totale de bande pourpre d’après la cape de Ballana × hauteur de la bande pourpre dans chaque exemple de Didymoi × compte en trame dans la bande de chaque fragment.

Commentaires sur les résultats

32On constate que les longueurs de fil nécessaires pour enrichir un vêtement d’un décor en pourpre véritable ne sont pas très grandes, en particulier dans un pallium/himation ou une palla. Même pour une tunique ou une cape, elles n’excèdent que de peu 1000 m de fil, et cela à partir d’une largeur de bande de pourpre égale ou supérieure à 3 cm. De fait, le paramètre-clé, celui qui peut introduire des différences importantes dans la longueur de laine pourpre nécessaire pour décorer une tunique ou une cape, est la hauteur donnée au clavus de la tunique ou à la bande décorative de la cape lors du tissage (leur largeur quand on regarde le vêtement porté). Cette importance est due au fait qu’il s’agit de parties du tissu où – comme déjà souligné – la trame est très densément tassée : par exemple avec un compte en trame de cent fils par centimètre, comme dans le fragment D99.2436.1A, chaque demi centimètre ajouté à la hauteur/largeur du clavus nécessite une longueur supplémentaire de trame pourpre égale à deux cents fois la hauteur de la tunique.

Quels poids de laine pourpre fallait-il pour obtenir de telles longueurs de fils de trame ?

  • 44 K. A. Worp (n. 27).
  • 45 La précipitation du produit colorant se fait sous forme colloïdale impossible à filtrer, J. Doumet (...)

33Cette question s’impose parce que les données quantitatives fournies dans les sources écrites ne sont pas des longueurs de fil mais des poids de pourpre commandés, expédiés ou à payer, accompagnés, dans de trop rares cas, du prix correspondant. Ces mentions de « pourpre », πορφύρα/πορφύριον, ont été rassemblées par K. A. Worp dans un article qui cherchait à définir si, dans ces textes, elles s’appliquent à de la laine teinte en pourpre ou au produit tinctorial44. Cette dernière hypothèse, inspirée sans doute par les faibles quantités indiquées, soulève des questions d’ordre technique que l’auteur ne soupçonnait peut-être pas mais qui ont été mises en évidence par l’archéologie expérimentale45 : sous quelle forme se serait présenté ce produit tinctorial ? Un pigment en poudre ? Des glandes à pourpre conservées par salaison pour leur commercialisation ? Il n’est pas du tout évident de produire un pigment stable à partir des mollusques à pourpre, ni d’exciser des millions de glandes hypobranchiales pour les conserver. Aucune source écrite ne livre d’informations invitant à retenir ces deux possibilités qui impliquent de multiples et inutiles complications. Certes, le silence des sources ne permet pas non plus de les exclure, mais nous penchons plutôt pour la première hypothèse, selon laquelle la laine en toison aurait été teinte à la pourpre dans des centres côtiers pour être expédiée ensuite dans tout le pays et filée aux titrages requis pour les utilisations prévues : quand les textes parlent de commandes ou d’achats de πορφύρα/πορφύριον, il s’agirait de laine teinte. Quoi qu’il en soit, les résultats de nos calculs révèlent qu’il serait parfaitement possible d’obtenir les longueurs de fil nécessaires avec des poids de laine pourpre de l’ordre de grandeur que l’on trouve dans les textes.

  • 46 BGU VI 1300, 25 (iiie-iie s. av. J.-C.) ; P.Mert. III 114, 20 (iie s. apr. J.-C.).
  • 47 Chapitre métrologique dans les Cestes de Julius Africanus (180 av. J.-C.-240 apr. J.-C.), De mensur (...)
  • 48 P.Grenf. I 43, 11 = W.Chrest. 57 (iie s. av. J.-C.) ; P.Oxy. VI 931, 4 (iie s. apr. J.-C.) ; P.Oxy.(...)
  • 49 O.Florida 16, 3 ; P.Stras. 531, 9 et 20.
  • 50 P.Oxy. XX 2273, 10 (iiie s. apr. J.-C.) ; P.Oxy. III 520, 18 (iie s. apr. J.-C.).

34Ce qui est intéressant, en effet, dans ces textes, c’est que les poids indiqués dans les papyri semblent être des quantités standards. Dans deux textes, le poids de pourpre mentionné est de un statère46. Le premier texte étant d’époque ptolémaïque, le statère, multiple de la drachme pondérale, pesait alors 14,4 g. Le second texte étant daté du iie s. apr. J.-C., la référence est devenue la livre romaine de 323 g, le statère (= 1/2 once ou 1/24 de livre) pesant désormais plus ou moins 13,45 g47. Trois autres documents mentionnent une quantité double de la précédente : deux statères dans l’un, une once dans les deux autres, soit plus ou moins 26,9 g48. Un ostracon et un papyrus du iie s. apr. J.-C. donnent un prix à payer pour trois statères de pourpre, soit plus ou moins 40,35 g49. Deux papyri concernent la vente ou l’envoi respectivement de quatre statères et de deux onces, soit plus ou moins 53,8 g50. Le statère semble donc être l’unité de base usitée pour la pourpre.

35Adoptant l’hypothèse la moins favorable, nous avons cherché à estimer si un statère de laine teinte en pourpre permettait d’obtenir les longueurs de trame pourpre qui ont été utilisées pour les vêtements dont proviennent les fragments de Didymoi, en calculant le titrage (la grosseur) des fils correspondant à ce poids fixe et à ces longueurs de fil et en les comparant à nos observations sur le compte en trame et la finesse des fils pourpres dans ces fragments.

  • 51 Exemples les plus anciens dans D. Cardon, La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie eu (...)

36Dans le système du poids fixe, usité pour la laine depuis la plus haute Antiquité et jusqu’à présent51, pour un poids de laine donné – ici un statère –, plus le fil est filé fin, plus on en tirera de longueur. Actuellement, on exprime couramment ce rapport en Numérotage métrique, où Nm est égal au nombre de kilomètres par kilogramme. Nm 1 est le titrage d’un fil dont 1000 g mesurent 1000 m ; Nm 2 est celui d’un fil dont 1000 g mesurent 2000 m. Ce dernier, s’il est filé avec le même type de laine et la même torsion, est deux fois plus fin que le premier (son diamètre est inférieur de moitié). Et ainsi de suite : plus le numéro métrique d’un fil est élevé, plus le fil est fin.

37Nous avons donc calculé, d’une part, des titrages donnant la finesse minimum, ou grosseur maximum, de fil qui aurait permis d’obtenir la longueur de fil requise à partir d’un statère de laine teinte en pourpre, en divisant cette longueur nécessaire (L), par la masse d’un statère, ce qui donne la longueur de fil qu’il faudrait obtenir d’1 g de laine, puis en multipliant cette valeur par 1000 pour obtenir le titrage du fil, selon la formule :

  • 52 Nous n’avons pas pris la peine d’intégrer cette donnée dans nos calculs qui cherchent simplement à (...)
  • 53 Formule communiquée par L. Hammarlund (Suède), tisserande et spécialiste du filage dans les textile (...)

38D’autre part, nous avons essayé d’estimer le titrage des fils de trame utilisés dans les motifs pourpres des fragments d’après le compte en trame observé qui nous indique approximativement leur diamètre maximum. En effet, si l’on parvient à tasser 100 fils par centimètre, cela montre que leur diamètre est de l’ordre d’1/100 de cm au plus ; ils devaient en réalité être plus fins – et donc avoir un titrage supérieur – car, théoriquement, il faudrait tenir compte de l’espacement nécessaire pour les entrecroisements des fils de la trame avec les fils de chaîne sur 1 cm52. Le calcul de titrage d’un fil en fonction de son diamètre s’effectue selon la formule suivante53 :

39Les résultats permettent de calculer ensuite quelle longueur de fil de chacun de ces titrages pouvait être obtenue avec un statère de laine teinte en pourpre en toison.

40Les résultats de tous ces calculs sont regroupés dans les trois colonnes de droite du tabl. II.

  • 54 Les textes latins mentionnant de tels ensembles (tunicopallium, synthesis, cenatoria) sont discutés (...)

41Bien qu’approximatifs – inévitablement – ces résultats, obtenus par deux approches, semblent converger et se vérifier mutuellement. Ils indiquent clairement qu’un statère de laine fournissait la bonne quantité de fil de trame de décor pour une tunique à bandes moyennement larges. On le voit bien dans le cas des tuniques dont proviennent les fragments D2000.12015.1 et D98.1410.3, où le titrage du fil de trame pourpre permettrait, avec un statère de laine, d’obtenir une longueur suffisante pour tisser les quatre clavi d’une tunique courte et même, à très peu près, ceux d’une tunique longue. Pour des tuniques à clavi étroits, des capes à fines bandes pourpres et toutes les sortes de pallia, un statère de laine semble avoir été beaucoup plus que suffisant. Si on le souhaitait, il devait être possible, avec une telle quantité de laine pourpre, de faire filer suffisamment de longueur de trame de décor pour plusieurs vêtements, par exemple un ensemble composé d’une tunique et d’un pallium54.

42Ces résultats nous permettent, enfin, de mieux situer dans leur contexte économique et social les quelques mentions de prix de pourpre fournies par les papyri.

5. Prix de la pourpre en Égypte durant les trois premiers siècles de notre ère

43On ne trouve de mentions de prix correspondant à des poids de pourpre déterminés que dans cinq documents :

  • P.Mert. III 114 (iie s. apr. J.-C.) : mention d’1 statère de pourpre, au prix de 4 drachmes ;

  • P.Stras. VI 531 (iie s. apr. J.-C.) : 1 statère au prix de 4 drachmes ;

  • O.Florida 16 (iie s. apr. J.-C.) : 3 statères au prix de 19 drachmes, soit 6 drachmes et 2 oboles pour 1 statère ;

  • P.Giss. 47 (iie s. apr. J.-C.) : 1/2 livre (= 12 statères) au prix de 252 drachmes, soit 21 drachmes pour 1 statère ;

  • P.Bon. 38 (iiie-ive s. apr. J.-C.) : 1 talent (= 1500 statères) au prix de 600 drachmes, soit 2 drachmes et 3 oboles pour 1 statère.

  • 55 S. Lauffer, Dokletians Preisedikt (1971), p. 166-168 (chap. 24, prix des pourpres), 176-178 (chap.  (...)

44À la lumière des informations apportées par les analyses des pourpres de Didymoi, on comprend mieux, à présent, que ces différences de prix, bien marquées, ne s’expliquent pas nécessairement par des fluctuations du marché de la pourpre dans le temps, suivant la conjoncture. Elles peuvent aussi refléter des différences de sortes et de qualités de pourpres : la diversité de compositions des pourpres identifiées dans le corpus textile de Didymoi nous en avait déjà fourni des exemples, qui, selon toute probabilité, ne représentent pourtant pas toute la gamme des pourpres. Il se pourrait que chacun des prix qui ont été conservés dans ces papyri ait correspondu à un niveau de qualité ou à un type de pourpre bien défini. On trouve une telle échelle de qualités et des prix correspondants dans l’édit de Dioclétien (301 apr. J.-C.) sur les prix et les salaires. La gamme des pourpres véritables, au moins partiellement teintes avec des mollusques marins, comprend, en ordre décroissant de prix, la blatta, l’hypoblatta, l’oxytyria, l’haplia ou monobapha, et l’hysgina ou Nicaea ou coccinea, ces derniers qualificatifs désignant vraisemblablement une pourpre nuancée par un bain supplémentaire au kermès55. La composition et l’apparence de ces différentes sortes de pourpres devaient être familières à tous les amateurs de cette teinture prestigieuse. Rien, malheureusement, ne nous permet de situer, ni les pourpres de Didymoi, ni celles des papyri, dans l’échelle des qualités et des prix de pourpres de l’édit, à l’exception, peut-être, des fragments de Didymoi où ont été identifiés des mélanges de pourpre et de kermès qui pourraient correspondre à la dernière catégorie de l’édit.

45C’est dans l’hypothèse que les prix indiqués dans les papyri pourraient représenter différents degrés d’une telle gamme des pourpres que nous avons cherché à situer le coût de ces pourpres par rapport à celui d’autres denrées et de certaines rémunérations en Égypte, durant la période où ont été tissés les vêtements dont nous avons trouvé les restes à Didymoi (tabl. III.1-2). C’est pourquoi, dans ce tableau, nous avons conservé les quatre niveaux de prix indiqués dans les papyri.

Tabl. III — Prix de pourpres dans le contexte des prix d’autres denrées et de divers services aux ier-iiie s. apr. J.-C. (dr. = drachme, ob. = obole).

  • 56 Drexhage 1991, p. 283-284.
  • 57 Ibid., p. 289, 291.
  • 58 L’artaba est une mesure de capacité dont l’équivalence métrique est controversée (Drexhage 1991, p. (...)
  • 59 Drexhage 1991, p. 14-17.
  • 60 Ibid., p. 308.
  • 61 Ibid., p. 57.
  • 62 Johnson 1936, p. 191, 194, 195.
  • 63 Drexhage 1991, p. 265-267.
  • 64cotyla = 0,24 litres, Segrè 1928, p. 33.
  • 65 Drexhage 1991, p. 390.
  • 66 Autre mesure de capacité dont l’équivalence métrique est controversée ; d’après Segrè 1928, p. 33 e (...)
  • 67 Ibid., p. 62.
  • 68 Ibid., p. 41.
  • 69 Ibid., p. 61.
  • 70 Ibid., p. 25-26.
  • 71 chous = 12 cotylae = 2,91 litres, Segrè 1928, p. 32-33.
  • 72 Drexhage 1991, p. 48.
  • 73 Ibid., p. 25.
  • 74 Ibid., p. 47.
  • 75 Ibid., p. 61.
  • 76 Ibid., p. 55 : prix calculé d’après un texte du iie s. apr. J.-C. indiquant un prix de 3 drachmes e (...)
  • 77 Ibid., p. 309-310.
  • 78 Ibid., p. 309.
  • 79 Ibid., p. 53.
  • 80 Johnson 1936, p. 191, 194, 195.
  • 81 Drexhage 1991, p. 35.
  • 82 Johnson 1936, p. 180.
  • 83 Ibid., p. 198.
  • 84 Ibid., p. 205.
  • 85 Ibid., p. 472.
  • 86 Drexhage 1991, p. 356.
  • 87 Ibid., p. 358.
  • 88 Ibid., p. 352.
  • 89 Ibid., p. 370.
  • 90 Ibid., p. 355-362 et 449.
  • 91 Johnson 1936, p. 470.
  • 92 Ibid., p. 319.
  • 93 Drexhage 1991, p. 449.
  • 94 Ibid., p. 352.
  • 95 Ibid., p. 355.
  • 96 Johnson 1936, p. 191, 194, 195.
  • 97 mina = 582 g, ibid., p. 467.
  • 98 Ibid., p. 471.
  • 99 Ibid.
  • 100 Ibid., p. 471.

III.1. Nourriture, vie quotidienne

Prix d’un statère de pourpre

Prix d’autres denrées (multiples ou prix voisins de ceux des pourpres)

Achat ou location de force de travail, salaires (multiples ou prix voisins de ceux des pourpres)

21 dr.

– 1 âne = 200-208 dr.56
– 1 chameau = 200-208 dr.57
– 1 artaba58 de blé = 12 à 20 dr.
(21 mentions dans cette fourchette de prix en Basse-Égypte entre 112 et 26059) – 1 jeune truie = 20 dr.60
– 300 œufs = 20 dr.61
– 1/2 artaba de jujubes = 20 dr., 2 ob.62

– achat d’1 esclave = 2000-2200 dr.63

6 dr., 2 ob.

– 1 cotyla64 de myrrhe = 12 dr.65
– 1 keramion66 de vin = 12 dr.67
– 1 artaba de cumin = 7 dr.68
– 1 keramion de vin = 6 dr.69
– 1 artaba d’orge = 6 dr.70
– 1 chous71 d’huile d’olive = 6 dr.72

4 dr.

– 1 artaba d’orge = 4 dr.73
– 1 chous d’huile d’olive = 4 dr.74
– 1 keramion de vin = 4 dr.75
– 1 kg de viande = 4 dr.
76
– 1 poule ou 1 coq = 4 dr.77

III.1. Nourriture, vie quotidienne

2 dr., 3 ob.

– 1 poule = 2 dr.78
– 2 doubles jarres de poisson salé = 2 dr.79
– 1/2 artaba de fèves pour les poulets et pigeons = 2 dr., 3 ob.80
– 1/2 artaba de lentilles = 2 dr., 3 ob.81

– salaire journalier de 3 hommes pour tailler la vigne = 2 dr., 3 ob.82
– salaire journalier de 6 garçons pour désherber = 2 dr., 3 ob.
– salaire journalier de 2 hommes pour charrier du fumier et le tamiser = 2 dr., 4 ob.83
– 3 jours de location d’un bœuf pour battre le grain = 2 dr. 3 ob.84

III.2. Textile et autres artisanats

Prix d’un statère de pourpre

Prix de produits (multiples ou prix voisins de ceux des pourpres)

Salaires (multiples ou prix voisins de ceux des pourpres)

21 dr.

Textile :
– 1 matelas = 120 dr.85
– 1 tunique non teinte, non foulée = 60 dr.86
– 1 himation fond non teint = 40 dr.87
– 2 toisons = 40 dr.88
– métiers à tisser = 20 dr., 24 dr., 28 dr.89
– 1 tunique = 20-24 dr. (6 mentions dans cette fourchette de prix entre 93-94 et la fin du iie s. apr. J.-C.)90
Autres :
– 1 selle de cheval = 40 dr.91

– tissage d’une tunique = 20 dr., 20 ob.92
– 1 tunique à 20-24 dr. = 20 à 28 jours de travail (d’après le salaire moyen calculé par H.-J. Drexhage)93

6 dr., 2 ob.

– laine pour 1 tunique = 8 dr.94

III.2. Textile et autres artisanats

4 dr.

Textile :
– 1 himation = 4 dr.95
Autres :
– 1 pétrin = 4 dr.96
– 1 mina97 de ciseaux pour tailler la pierre, trempés = 4 dr.98
– 1 mina de pelles et de pioches = 4 dr.99

2 dr., 3 ob.

– 1 selle = 2 dr.
– 1 mina de clous = 2 dr.100

  • 101 Ibid. et Drexhage 1991.

46Précisons d’emblée que ce tableau n’a d’autre but que de rassembler, pour la commodité des lecteurs, une série d’exemples de produits ou de services dont le coût peut être facilement comparé au prix d’un statère de différentes qualités de pourpre. Ces exemples ont été sélectionnés dans les listes de prix et de salaires extraits par A.C. Johnson, puis plus récemment, par H.-J. Drexhage, de la vaste documentation papyrologique déjà publiée101. Il est clair que de telles tentatives de comparaison sont très risquées et peuvent être très trompeuses, pour de multiples raisons : subjectivité inhérente à toute sélection d’exemples ; incertitudes dues à la coexistence en Égypte de plusieurs systèmes métrologiques et monétaires ; longue durée de la période considérée, au cours de laquelle le coût de la vie a forcément fluctué ; possibles inégalités de prix et de niveaux de vie entre différentes régions d’un immense pays, etc.

  • 102 Drexhage 1991, p. 449.

47Sous ces réserves, on retire tout de même de ces comparaisons l’impression que les prix les moins élevés indiqués dans les papyri pour un statère de pourpre (deux drachmes, trois oboles et quatre drachmes) mettaient certaines qualités de pourpre à la portée des bourses de couches moyennement aisées de la société égyptienne – à moins, bien sûr, qu’ils n’aient concerné des pourpres d’imitation. Cependant, même le prix le plus élevé cité dans les papyri, qui, lui, correspond très vraisemblablement à de la pourpre véritable, ne dépasse pas le prix moyen proposé par H.-J. Drexhage pour une tunique ordinaire102. L’emploi d’une telle pourpre pour décorer une tunique pouvait doubler le prix du vêtement par le seul coût d’achat de la laine teinte, indépendamment du surcoût éventuel entraîné par le filage approprié à une matière première aussi précieuse (on a vu dans le tabl. II l’extraordinaire finesse des fils de trame dans lesquels a été identifiée la pourpre à Didymoi). Le coût total, impossible à évaluer avec suffisamment de probabilité, devait cependant rester nettement inférieur à celui de l’achat d’un âne ou d’un chameau et a fortiori d’un(e) esclave.

  • 103 Les forgerons étaient beaucoup moins nombreux sur le site.
  • 104 Kibariatès est un technonyme hybride tiré du latin cibaria, « nourriture » avec le suffixe grec -(...)
  • 105 H. Cuvigny, « The Amount of the Wages Paid to the Quarry-Workers at Mons Claudianus », JRS 86 (1996 (...)

48Cette impression d’ensemble, suggérée par ces tableaux, n’est pas démentie par un document inédit grâce auquel une commande de pourpre, pour une somme fixée d’avance, peut être mise en relation avec un salaire mensuel. Le texte, conservé sur un ostracon du Mons Claudianus, inv. 4313 (iie s. apr. J.-C.), est une entolè, c’est-à-dire une lettre d’instructions concernant l’un des ouvriers – carrier ou, moins probablement, forgeron103 – recrutés parmi les artisans de la vallée du Nil et engagés pour extraire le granit au Mons Claudianus. Chaque mois, ils faisaient coucher sur ostracon les instructions relatives à leur salaire mensuel, qui consistait en une somme d’argent (généralement quarante-sept drachmes) et un artabe de blé que leur femme, restée dans la vallée, transformait préalablement en pain. Ils confiaient ces instructions à l’un d’entre eux, qui était détaché de son travail avec le titre de kibariatès104 pour aller retirer l’argent et les rations frumentaires dans la vallée et procéder à diverses commissions dont les dépenses étaient déduites des salaires105. L’ouvrier dont il est question ici, Kasios, a décidé de s’offrir le luxe d’une tunique ornée de pourpre. Voici la traduction de ce texte :

  • 106 Comme l’empereur avait tendance à fournir du blé de mauvaise qualité, beaucoup d’ouvriers faisaient (...)

Pachôn. Pour Kasios : 47 drachmes. Vendre le blé ; acheter 12 matia de bon106. À la boulangère : ce qu’il (= le kibariatès) donnera. Huile : 6 cotyles ; pour l’entretien (scil. du kibariatès) : 1 drachme ; vin : 1 amphore ; panier : 5 oboles ; prix du tissage d’un chitôn : ce qu’il en coûtera ; pourpre : 2 drachmes.

49Kasios n’ayant apparemment ni femme, ni mère, ni sœur à Kainè (Qena), fait faire ses pains par une anonyme. Comme, du Mons Claudianus, il ne peut pas savoir à l’avance ce que demandera cette boulangère, il ne peut indiquer de somme précise à déduire de ses quarante-sept drachmes. Il en va de même pour le salaire du tisserand qui va lui confectionner une tunique, et pour le prix de l’huile et du vin. Le prix du panier (dans lequel on mettait les pains) est en revanche invariable. Quant au prix qu’il est prêt à débourser pour la pourpre, il est deux fois supérieur à la commission qu’il verse au kibariatès et représente un peu plus de 4 % de son salaire mensuel.

50D’après tout ce qui précède, on voit qu’il est probable que cette somme a suffi pour acheter un statère de laine teinte en pourpre, de la qualité la moins chère mentionnée dans les papyri, ou bien un demi-statère de la qualité immédiatement supérieure. Dans ce second cas, les clavi pourpres de la tunique de Kasios ont simplement dû être plus étroits comme les clavi de vraie pourpre des fragments de tuniques D99.2436.1A et D99.3322.8 de Didymoi.

51Car, dans le désert Oriental d’Égypte, les messages des textiles viennent heureusement compléter ceux des textes. Des lambeaux décorés de pourpre véritable achevant leur long cycle d’usage dans des dépotoirs de modestes garnisons ; dix textiles ornés de vraie pourpre sur soixante-deux analyses effectuées : ces exemples sont d’infimes aperçus de la diffusion beaucoup plus large que dut avoir la pourpre dans l’Égypte de cette époque.

  • 107 L’expression est de Pline l’Ancien, Histoire naturelle IX 60, 127.
  • 108 « … Made possible the widespread arrogation by middle and lower classes of the elite colour », M. R(...)

52Avant les résultats des analyses de colorants des textiles des praesidia, l’absence de preuves archéologiques avait laissé croire à de nombreux historiens et spécialistes des textiles qu’il n’y avait d’autres pourpres en Égypte que des imitations habiles, obtenues de plantes tinctoriales. Ce n’était pas l’opinion de M. Reinhold qui, dans son étude sur la pourpre comme symbole de prestige dans l’Antiquité, s’est attaché au contraire à montrer que l’Égypte des premiers siècles du Principat n’avait pas échappé au « fol engouement pour la pourpre » (purpurae insania107) qui régnait dans le reste de l’Empire. Pour lui, la production et la circulation, à l’époque, d’une large gamme de qualités de pourpres, de toutes nuances, véritables, mélangées, imitées, des plus chères aux relativement peu onéreuses, était le signe d’un « large accès des classes moyennes et inférieures à cette couleur de l’élite108 ».

53Les récentes découvertes archéologiques et les études archéométriques dont nous rendons compte ici semblent lui donner raison.

Bibliographie

Abréviations bibliographiques

Cuvigny 2003 = H. Cuvigny (éd.), La route de Myos Hormos. L’armée romaine dans le désert Oriental d’Égypte.

Cuvigny 2011 = H. Cuvigny (éd.), Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte I, Praesidia du désert de Bérénice IV.

Drexhage 1991 = H.-J. Drexhage, Preise, Mieten/Pachten, Kosten und Löhne im römischen Ägypten.

Johnson 1936 = A. C. Johnson, An Economic Survey of Ancient Rome II. Roman Egypt to the Reign of Diocletian.

Segrè 1928 = A. Segrè, Metrologia e circolazione monetaria degli Antichi.

Notes

1 D. Cardon et al., « Who could Wear True Purple in Roman Egypt ? Technical and Social Considerations on Some New Identifications of Purple from Marine Molluscs in Archaeological Textiles », dans C. Alfaro et al. (éds), Tejidos y tintes en la ciudad antigua/Tissus et teintures dans la cité antique, Purpureae Vestes III (2011).

2 Les fouilles se succèdent le long de ces deux routes depuis 1994, sous la direction d’H. Cuvigny, papyrologue (CNRS et Institut de recherche sur l’Histoire des Textes, Paris) ; elles sont financées par le ministère des Affaires étrangères et l’Institut français d’archéologie orientale au Caire (IFAO). La fouille des sites dont il est question ici (Maximianon, Krokodilô, Didymoi) a été assurée par J.-P. Brun (Collège de France, Paris) et M. Reddé (École pratique des hautes études, Paris). Les ostraca ont essentiellement été étudiés par H. Cuvigny et A. Bülow-Jacobsen, et les textiles, par D. Cardon, H. Granger-Taylor (chercheur indépendant, Londres), W. Nowik (pour l’analyse des colorants) et D. Nadal (restauratrice, association Materia Viva, Toulouse).

3 Cuvigny 2003 ; H. Cuvigny (éd.), Ostraca de Krokodilô. La correspondance militaire et sa circulation (2005) ; ead., Didymoi. Une garnison romaine dans le désert Oriental d’Égypte (2012) ; A. Bülow-Jacobsen, « The Traffic on the Road and the Provisioning of the Stations », dans Cuvigny 2003, p. 399-426 ; J.-L. Fournet, « Langues, écritures et culture dans les praesidia », dans Cuvigny 2003, p. 427-502.

4 D. Cardon, « Textiles archéologiques de Maximianon-Al Zarqa : exemples précoces de teinture par réserve sur laine », Bulletin du CIETA 75 (1998), p. 14-20 ; ead., « Les damassés de laine de Krokodilô (100- 120 apr. J.-C.) », Bulletin du CIETA 76 (1999), p. 6-21 ; ead., « On the Road to Berenike : A Piece of Tunic in Damask Weave from Didymoi », dans P. Walton Rogers, L. Bender Jorgensen, A. Rast-Eicher (éds), The Roman Textile Industry and its Influence. A Birthday Tribute to John Peter Wild (2001), p. 12-20 ; ead., « Chiffons dans le désert : textiles des dépotoirs de Maximianon et Krokodilô », dans Cuvigny 2003, vol. 2, p. 619-659, 667-669 ; ead., « Haillons précieux – Développements du tissage et de la teinturerie en Égypte romaine d’après de récentes découvertes de textiles archéologiques », dans B. Mathieu, D. Meeks, M. Wissa (éds), L’apport de l’Égypte à l’histoire des techniques. Méthodes, chronologie et comparaisons (2006), p. 45-61 ; D. Cardon, H. Granger-Taylor, W. Nowik, « How Were They Dressed ? Fragments of Clothing Found at Didymoi : Case Studies », dans Cuvigny 2011, p. 273-395.

5 J.-P. Brun, « Méthodes et conditions de fouille des fortins et des dépotoirs ou les affres d’un Gallo-Romain en Égypte », dans Cuvigny 2003, vol. 1, p. 61-72 ; J.-P. Brun, M. Reddé, « L’architecture des praesidia et la genèse des dépotoirs », dans Cuvigny 2003, vol. 1, p. 73-136 ; J.-P. Brun, H. Cuvigny, M. Reddé, « De Vespasien à la crise du iiie s. – Chronologie générale de Didymoi », dans Cuvigny 2011, p. 17-113.

6 Que les directeurs du Conseil suprême des Antiquités et les directeurs et directrice successifs de l’IFAO soient assurés de notre gratitude pour leur intérêt pour nos recherches et leur soutien. Merci, en particulier, à Laure Pantalacci et à Michel Wuttmann (†), directeur du laboratoire de recherche et de conservation à l’IFAO, d’avoir accueilli W. Nowik au sein de ce laboratoire. Merci également aux membres du Conseil de laboratoire du CIHAM, UMR 5648, Lyon, et à son directeur, Denis Menjot, pour le financement par le CIHAM d’une partie des fournitures nécessaires pour les analyses de colorants.

7 Ils les décrivent comme un ensemble de couleurs « intended for purple », dans R. Pfister, L. Bellinger, The Excavations at Dura-Europos, Final Report IV, part II. The Textiles (1945), p. 4, 11.

8 D. Cardon et al., « Aperçus sur l’art de la teinture en Égypte romaine : analyses de colorants des textiles des praesidia du désert Oriental », AntTard 12 (2004), p. 101-111 ; J. Wouters et al., « Dye Analysis of Selected Textiles from Three Roman Sites in the Eastern Desert of Egypt : A Hypothesis on the Dyeing Technology in Roman and Coptic Egypt », Dyes in History and Archaeology 28 (2008), p. 1-16.

9 Sur le kermès, voir D. Cardon, Natural Dyes. Sources, Tradition, Technology and Science (2007), p. 609-619.

10 Voir les références mentionnées n. 12.

11 Résultats de ces analyses, intégrés à la publication des textiles, dans D. Cardon, H. Granger-Taylor, W. Nowik (n. 4).

12 Programme PHC « Polonium » n° 13848 QC, financé par les ministères de la Recherche de France et de Pologne.

13 Le chimiste israélien Z. C. Koren avait déjà remarqué cette particularité dans les pourpres d’imitation de textiles archéologiques des sites de Masada (légèrement antérieurs à ceux de Didymoi) et d’En Rahel, un fortin nabatéen sur la route des épices entre Pétra et Gaza (contemporains des textiles de Didymoi), Z. C. Koren, « Analysis of the Masada Textile Dyes », dans J. Aviram, G. Foerster, E. Netzer (éds), Masada IV. The Yigael Yadin Excavations 1963-5 Final Reports (1994), p. 257-264 ; id., « Microscopic and Chromatographic Analyses of Decorative Band Colors on Nabatean En Rahel Textiles – Kermes and Shaded Bands », Atiqot 38 (1999), p. 129-136. Mais il l’avait attribuée à l’emploi de garance sauvage, Rubia peregrina L., une espèce dont la racine ne contient qu’une proportion faible à infime d’alizarine. Cette espèce n’est pas présente actuellement en Égypte et rien n’indique qu’elle y ait poussé ou y ait été cultivée dans l’Antiquité. Nous penchons plutôt pour l’emploi en Égypte d’une seule espèce de garance, Rubia tinctorum L., employée selon des procédés différents pour donner, soit des rouges et des orangés, soit les tons plus violacés souhaitables pour nuancer les bleus d’indigo dans les pourpres d’imitation.

14 Sur la biologie et la composition chimique des différentes espèces à pourpre d’importance historique, voir D. Cardon (n. 9), p. 553-606.

15 Date à laquelle le fragment a été abandonné dans le dépotoir.

16 Définitions et descriptions des principaux types de vêtements et de décors représentés parmi les textiles des dépotoirs des sites archéologiques du désert Oriental d’Égypte dans D. Cardon, H. Granger-Taylor, W. Nowik (n. 4).

17 Système de filage, explication de la notation : S/S, S = chaîne filée en S/trame de fond filée en S, trame de décor filée en S ; S/S, S-S = chaîne filée en S/trame de fond filée en S, trame de décor filée en S, double ; Z2S = filage en Z, retors 2 bouts S ; S/S, Z = chaîne filée en S/trame de fond filée en S, trame décor filée en S ; S/Z, Z = chaîne filée en S, trame de fond filée en Z, trame de décor filée en Z ; S/Z, S = chaîne filée en S / trame de fond filée en Z, trame de décor en S ; Z/Z, Z = chaîne filée en Z/trame de fond filée en Z trame de décor filée en Z).

18 Publication détaillée des méthodes analytiques en cours. Abréviations : IND = indigotine ; DBI = 6,6’-dibromoindigotine ; MBI = 6-bromoindigotine = (?) monobromoindigotine ; INR = indirubine ; DBINR = 6,6’-dibromoindirubine ; BR-INR = 6-bromoindirubine ; BR’-INR = 6’-bromoindirubine ; ISA = isatine ; BR-ISA = monobromoisatine ; KA = acide kermésique ; FKA = acide flavokermésique ; Al = alizarine ; P = purpurine.

19 Sur le recyclage des textiles et l’importance de la production des centones/kentrones, voir D. Cardon, H. Granger-Taylor, W. Nowik (n. 4).

20 On trouvera une synthèse de l’historique de ces recherches et de leurs résultats jusqu’en 2007 dans J. Wouters et al. (n. 8). Des publications plus récentes confirment l’importance de cette variabilité dans la composition chimique des pourpres : C. Westley, K. Benkendorff, « Sex-Specific Tyrian Purple Genesis : Precursor and Pigment Distribution in the Reproductive System of the Marine Mollusc, Dicathais Orbita », Journal of Chemical Ecology 34 (1) (2008), p. 44-56 ; Z. C. Koren, « Archaeo-Chemical Analysis of Royal Purple on a Darius I Stone Jar », Microchimica Acta 162 (2008), p. 381-392.

21 D. Cardon et al. (n. 8).

22 Z. C. Koren (n. 20), p. 389.

23 Étude menée en 2007-2008 dans le cadre du programme mentionné n. 9. Publication des résultats détaillés en cours.

24 Z. C. Koren (n. 20), p. 390.

25 J. Doumet, Étude sur la couleur pourpre ancienne et tentative de reproduction du procédé de teinture de la ville de Tyr décrit par Pline l’Ancien (1980) ; id., « De la teinture en pourpre des anciens par l’extraction du produit colorant des Murex Phyllonotus trunculus, Phyllonotus brandaris et de la Pourpre Thais haemastoma », dans D. Cardon (éd.), Teintures précieuses de la Méditerranée. Pourpre, Kermès, Pastel (1999-2000), p. 46-57.

26 J. Edmonds, The Mystery of Imperial Purple Dye (2000) ; I. Boesken Kanold, « The Purple Fermentation Vat : Dyeing or Painting Parchment with Murex Trunculus », Dyes in History and Archaeology 20 (2005), p. 150-154 ; Z. C. Koren, « The First Optimal All-Murex All-Natural Purple Dyeing in the Eastern Mediterranean in a Millennium and a Half », Dyes in History and Archaeology 20 (2005), p. 136-149.

27 P.Oxy. XX 2273, 10, mentionné dans K. A. Worp, « On the Meaning of ΠΟΡΦΥΡΑ/ΠΟΡΦΥΡΙΟΝ in Greek Documentary Papyri », Münstersche Beiträge z. antiken Handelsgeschichte XVI, H.1 (1997), p. 57-66.

28 En particulier Murex forskoehlii (Röding, 1798) et Chicoreus virgineus (Röding, 1798), appelé aussi Chicoreus erythraeus (Fischer, 1870), dont plusieurs exemplaires ont d’ailleurs été découverts dans le grand dépotoir de Didymoi, M. L. Rusmore-Villaume, Seashells of the Egyptian Sea. The Illustrated Handbook (2008), p. 88-96.

29 « De la mer », BGU VI 1300, 25 ; « locale », P.Oxy. VIII 1153, 26, LIV 3765, 3, SB XVI 12628, ii, 40 ; « Tyrianthine », P.Hamb. I 20, 23, références rassemblées dans K. A. Worp (n. 27), p. 57-58, n. 27.

30 SB XII 11075, 8.

31 M. Giacchero, Edictum Diocletiani et collegarum de pretiis rerum venalium (1974), p. 182.

32 Z. C. Koren (n. 26), p. 143.

33 Chr. J. Cooksey, R. S. Sinclair, « Colour Variations in Tyrian Purple Dyeing », Dyes in History and Archaeology 20 (2005), p. 127-135 ; l’hypothèse présentée ici est jugée plausible par Chr. Cooksey, communication personnelle, juillet 2009.

34 Sur les procédés de groupage des fils de chaîne pour les zones de décor dans les textiles des praesidia, voir D. Cardon (n. 4, 2003), p. 626-627 et fig. 323-324.

35 D. Cardon et al. (n. 1).

36 Pour les tuniques, on obtient deux titrages différents suivant que l’on fonde le calcul sur la longueur de trame pourpre nécessaire pour une tunique courte ou sur la longueur nécessaire pour une tunique longue.

37 Par exemple, portrait d’un adolescent provenant probablement de Saqqara, daté de la fin du ier s. au début du iie s. apr. J.-C., conservé au musée du Louvre, N 3076, M.-Fr. Aubert, R. Cortopassi, Portraits funéraires de l’Égypte romaine (2008), p. 138 ; portrait de femme adulte provenant probablement d’Antinoupolis, daté de 170-200 apr. J.-C., conservé au Metropolitan Museum of Art, Rogers Fund, 1909 (09.181.8), S. Walker, M. Bierbrier, Ancient Faces. Mummy Portraits from Roman Egypt (1997), p. 108.

38 Tunique d’El-Deir, provisoirement datée de la fin du iiie s. au ive s. apr. J.-C., communication personnelle de Fl. Letellier-Willemin de juillet 2009 ; tuniques de la grotte des Lettres (130 apr. J.-C.), Y. Yadin, The Finds from the Bar Kokhba Period in the Cave of Letters (1963), p. 212-219, nos 6-22, pl. 66, 75-77 ; tunique n° 4219 de la Fondation Abegg, D. De Jonghe, C. Verhecken-Lammens, « Le vêtement damassé 4219 de la fondation Abegg à Riggisberg », Riggisberg Berichte 2 (1994), p. 41-43.

39 Tunique n° 29 de Qustul (époque méroïtique = 0-350 apr. J.-C.), C. Mayer Turman, B. Williams, Ancient Textiles from Nubia. Meroitic, X-Group and Christian Fabrics from Ballana and Qustul (1979), p. 69.

40 Tunique T31, C. Verhecken-Lammens, « Two Coptic Wool Tunics in the Collection of the Abegg-Stiftung : A Detailed Analysis of the Weave Techniques Used », Riggisberg Berichte 2 (1994), p. 74-75.

41 Y. Yadin (n. 38), p. 219-240.

42 Textile 1A de la tombe B188, C. Mayer Turman, B. Williams (n. 39), p. 60-61.

43 D’après le récent réarrangement des fragments par N. Kajitani, du Metropolitan Museum of Art, New York, et H. Granger-Taylor, Londres, H. Granger-Taylor, « A Fragmentary Roman Cloak Probably of the 1st c. CE and Off-cuts from Other Semicircular Cloaks », Archaeological Textiles Newsletter 46 (2008), p. 6-16.

44 K. A. Worp (n. 27).

45 La précipitation du produit colorant se fait sous forme colloïdale impossible à filtrer, J. Doumet (n. 25, 1980), p. 10 ; expérimentation avec des glandes hypobranchiales de H. trunculus conservées par salaison, I. Boesken Kanold (n. 26), p. 152.

46 BGU VI 1300, 25 (iiie-iie s. av. J.-C.) ; P.Mert. III 114, 20 (iie s. apr. J.-C.).

47 Chapitre métrologique dans les Cestes de Julius Africanus (180 av. J.-C.-240 apr. J.-C.), De mensuris : « aujourd’hui on se sert communément du système italique […] la livre romaine est composée de 24 statères », dans J. R. Vieillefond, Les Cestes de Julius Africanus. Étude sur l’ensemble des fragments avec édition, traduction et commentaires (1970), p. 268.

48 P.Grenf. I 43, 11 = W.Chrest. 57 (iie s. av. J.-C.) ; P.Oxy. VI 931, 4 (iie s. apr. J.-C.) ; P.Oxy. XXXIII 2679, 9 (iie s. apr. J.-C.).

49 O.Florida 16, 3 ; P.Stras. 531, 9 et 20.

50 P.Oxy. XX 2273, 10 (iiie s. apr. J.-C.) ; P.Oxy. III 520, 18 (iie s. apr. J.-C.).

51 Exemples les plus anciens dans D. Cardon, La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne (1999), p 278.

52 Nous n’avons pas pris la peine d’intégrer cette donnée dans nos calculs qui cherchent simplement à établir des ordres de grandeur.

53 Formule communiquée par L. Hammarlund (Suède), tisserande et spécialiste du filage dans les textiles archéologiques, d’après A. Kärrman, Varukonstruktion väv, dessinering (1996).

54 Les textes latins mentionnant de tels ensembles (tunicopallium, synthesis, cenatoria) sont discutés dans L. M. Wilson, The Clothing of the Ancient Romans (1938), p. 167-172.

55 S. Lauffer, Dokletians Preisedikt (1971), p. 166-168 (chap. 24, prix des pourpres), 176-178 (chap. 27, prix de différents vêtements ornés des différentes qualités de pourpres) ; M. Giacchero (n. 31), p. 182, 292 (chap. 24) et p. 202-206, 302-304 (chap. 27).

56 Drexhage 1991, p. 283-284.

57 Ibid., p. 289, 291.

58 L’artaba est une mesure de capacité dont l’équivalence métrique est controversée (Drexhage 1991, p. 10-11) ; d’après Johnson 1936, p. 466, 1 artaba = 29,2 litres et 1 artaba de blé = environ 22,42 kg.

59 Drexhage 1991, p. 14-17.

60 Ibid., p. 308.

61 Ibid., p. 57.

62 Johnson 1936, p. 191, 194, 195.

63 Drexhage 1991, p. 265-267.

64cotyla = 0,24 litres, Segrè 1928, p. 33.

65 Drexhage 1991, p. 390.

66 Autre mesure de capacité dont l’équivalence métrique est controversée ; d’après Segrè 1928, p. 33 et Johnson 1936, p. 466 : 1 keramion = 34,95 litres, mais H.-J. Drexhage a rassemblé des arguments en faveur d’autres équivalences : 1 keramion = 18 litres ou 1 keramion = 24 litres (ibid., p. 58-59).

67 Ibid., p. 62.

68 Ibid., p. 41.

69 Ibid., p. 61.

70 Ibid., p. 25-26.

71 chous = 12 cotylae = 2,91 litres, Segrè 1928, p. 32-33.

72 Drexhage 1991, p. 48.

73 Ibid., p. 25.

74 Ibid., p. 47.

75 Ibid., p. 61.

76 Ibid., p. 55 : prix calculé d’après un texte du iie s. apr. J.-C. indiquant un prix de 3 drachmes et 3 oboles pour 1,5 mina de viande.

77 Ibid., p. 309-310.

78 Ibid., p. 309.

79 Ibid., p. 53.

80 Johnson 1936, p. 191, 194, 195.

81 Drexhage 1991, p. 35.

82 Johnson 1936, p. 180.

83 Ibid., p. 198.

84 Ibid., p. 205.

85 Ibid., p. 472.

86 Drexhage 1991, p. 356.

87 Ibid., p. 358.

88 Ibid., p. 352.

89 Ibid., p. 370.

90 Ibid., p. 355-362 et 449.

91 Johnson 1936, p. 470.

92 Ibid., p. 319.

93 Drexhage 1991, p. 449.

94 Ibid., p. 352.

95 Ibid., p. 355.

96 Johnson 1936, p. 191, 194, 195.

97 mina = 582 g, ibid., p. 467.

98 Ibid., p. 471.

99 Ibid.

100 Ibid., p. 471.

101 Ibid. et Drexhage 1991.

102 Drexhage 1991, p. 449.

103 Les forgerons étaient beaucoup moins nombreux sur le site.

104 Kibariatès est un technonyme hybride tiré du latin cibaria, « nourriture » avec le suffixe grec -tès.

105 H. Cuvigny, « The Amount of the Wages Paid to the Quarry-Workers at Mons Claudianus », JRS 86 (1996), p. 139-145.

106 Comme l’empereur avait tendance à fournir du blé de mauvaise qualité, beaucoup d’ouvriers faisaient revendre leur ration officielle et demandaient au kibariatès d’acheter à la place du bon blé (12 matia = 1 artabe ou un peu plus, l’artabe contenant tantôt 10, tantôt 12 matia).

107 L’expression est de Pline l’Ancien, Histoire naturelle IX 60, 127.

108 « … Made possible the widespread arrogation by middle and lower classes of the elite colour », M. Reinhold, History of Purple as a Status Symbol in Antiquity (1970), p. 53.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 12 — Structures moléculaires des composés indigoïdes des pourpres identifiées dans des textiles de Didymoi ; a. Indigotine ; b. 6,6’-dibromoindigotine ; c. 6-bromoindigotine ; d. Indirubine ; e. 6,6’-dibromoindirubine ; f. 6-bromoindirubine ; g. 6’-bromoindirubine ; h. Isatine ; i. 6-bromoisatine.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8437/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k

Auteurs

Laboratoire de recherche des monuments historiques, France.

Laboratoire d’analyse des flux et de chromatographie, université de Varsovie, Pologne.

Laboratoire d’analyse des flux et de chromatographie, université de Varsovie, Pologne.

Laboratoire d’analyse des flux et de chromatographie, université de Varsovie, Pologne.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search