Version classiqueVersion mobile

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

 | 
Philippe Jockey

Introduction

Philippe Jockey

Texte intégral

1Dans le champ de l’exploration des couleurs des sociétés présentes et passées, l’interdisciplinarité n’est pas un vain mot, mais bien une réalité vécue aujourd’hui au quotidien par les chercheurs qui en font le préalable épistémologique à toute recolorisation de mondes disparus, « filmés » jusqu’à présent trop souvent en noir et blanc, faute de moyens ou d’audace.

2Les progrès rapides et décisifs opérés par la physique, l’optique et la chimie dans notre connaissance des matériaux mêmes de la couleur, permettent, en effet, d’approcher au plus près la réalité des techniques et des gestes mobilisés dans cette opération décisive des sociétés que représente leur « colorisation ». N’allons pas croire, en effet, que la polychromie ait toujours été circonscrite à quelques sphères seulement, telle celle de l’art. L’un des contre-exemples les plus spectaculaires est celui de la Grèce antique. Le croisement des données historiques, philologiques, archéologiques et physico-chimiques a étendu à tous les domaines des sociétés helléniques la réalité d’une polychromie qui investissait tout autant les champs du sacré, du politique que la seule aire des arts figurés. Au point d’être l’objet d’une économie originale, dont l’étude est, ici comme ailleurs, rendue possible par le jeu de cette interdisciplinarité des couleurs. Bien loin du mythe d’une Grèce blanche construit de toutes pièces au fil des siècles.

  • 1 Ph. Jockey, Le mythe de la Grèce blanche. Histoire d’un rêve occidental2 (2015).

3Au nombre des progrès accomplis dans notre connaissance1 des couleurs elles-mêmes, pigments et colorants, et de leurs modes de production et d’application, liants, diluants, colles, on retiendra qu’ils mettent définitivement à bas l’idée reçue d’une palette grecque réduite à quelques couleurs seulement. La précision quasi nanométrique, aujourd’hui, des mesures opérées sur les vestiges de matière colorée, non seulement en révèle la présence, mais elle en identifie aussi la composition et en met en évidence la subtilité. Outre un enrichissement en nombre de variétés d’une même couleur, on observe en effet une virtuosité dans leur production puis dans leur choix même, à l’instar des verts ou des jaunes. Moins bien conservés jusqu’à présent que les rouges et autres bleus, par exemple, ils sont désormais décelables et analysables. Ils bouleversent notre lecture des gestes qui les produisaient et les appliquaient et des discours qu’ils portaient. Degrés de dilution ou de broyage, transparences, glacis et superpositions s’offrent désormais au regard du spécialiste. Au point d’en arriver à ce paradoxe, pour prendre les seuls exemples des moulures architecturales et surtout de la sculpture, quelles qu’en fussent les formes, haut et bas-reliefs, ronde-bosse, résumable dans la formule suivante : en Grèce ancienne, « sculpter c’est peindre ». Le parachèvement des modelés par les jeux d’ombre et de lumière, mais aussi de transparence, est une réalité archéologique, mise en évidence par les approches physico-chimiques, et invite à une relecture technique, esthétique et symbolique de ses témoins matériels.

4Plus que tout autre matériau, l’or et la pourpre se distinguent évidemment par les valeurs symboliques qu’ils portaient. Encore fallait-il les mettre en évidence quoique à l’état de traces infimes à la surface des objets les plus divers. Le degré de finesse, une fois encore, des mesures physico-chimiques convoquées pour cela rend désormais impossible les généralités. Il faut s’habituer à lire les valeurs que ces deux matériaux de prestige portaient à l’aune de leurs modes de fabrication, d’application et d’entretien. Tenir un compte précis aussi des variations dans les tonalités que la pourpre permettait, dans notre analyse du discours que de telles nuances véhiculaient, aux yeux des commanditaires comme de leurs cibles privilégiées.

5Un tel bouleversement épistémologique et conceptuel justifiait que l’on consacrât une attention toute particulière aux Arts de la couleur en Grèce ancienneEt ailleurs. Un « ailleurs » compris dans une acception spatio-temporelle. Non seulement à titre de comparaison, mais parce qu’il s’y est produit, là aussi, une évolution décisive. Comment, en effet, ne pas prendre en compte les aventures polychromes propres à l’Étrurie ou à la Thrace, ces deux terres aux confins des couleurs de la Grèce ? Interaction, contamination, emprunts en sont quelques-uns des ressorts principaux.

6On ne s’étonnera pas, non plus, d’une incursion conduite au-delà du seul paradigme grec. L’enquête libanaise illustre bien cette rencontre des couleurs et du sacré dans le monde contemporain. C’est bien la dynamique des couleurs qui confère ici au rite son efficience. Ces « pèlerinages » polychromes contemporains aident, par exemple, à la compréhension d’une procession grecque qui faisait toute sa place aux couleurs. La redécouverte de la polychromie de la frise des Panathénées, via les études conduites au British Museum ces toutes dernières années, intervient à un moment heureux. Mais n’y voyons pas le fruit du hasard. Le fruit était mûr, si l’on peut dire.

7Le caractère international de ces recherches, comme on le voit, s’ajoute aujourd’hui à cette interdisciplinarité exigeante et requise. Elle répond à une triple nécessité : le croisement de données matérielles et textuelles toujours plus riches et nombreuses, d’une région à l’autre, d’une rive de la Méditerranée à l’autre, d’un continent à l’autre ; la comparaison des cultures scientifiques propres aux différents acteurs de leur production ; la confrontation dynamique des regards.

8L’enquête sur les arts de la couleur exige en effet le concours de tous les acteurs engagés dans les divers métiers dits du patrimoine. Conservateurs de musées et de sites, restaurateurs, scénographes et architectes engagés dans la modélisation 3D participent pleinement aux progrès de la recherche et de sa restitution au public. C’est en effet l’une des caractéristiques les plus originales de ce champ de recherche que cette exigence de « donner à voir », pour mieux comprendre. Elle correspond à une attente très vive. Et fort légitime.

9À la restitution 3D virtuelle des monuments et des objets s’ajoute un nouveau défi, rendu possible tout à la fois par les progrès technologiques et l’intérêt heuristique qu’elle représente pour tous les acteurs : leur reconstitution dynamique et non plus seulement statique, comme l’étaient les anastyloses des siècles passés. Il faut nous en réjouir : nous disposons aujourd’hui, pour la toute première fois dans l’histoire, de l’ensemble des technologies permettant la reconstitution de ces scénographies passées, dans lesquelles les couleurs du mobilier d’apparat, des peintures murales, des mosaïques et de la sculpture interagissaient pour produire sur ceux qui les recevaient l’effet voulu par leurs commanditaires, publics ou privés. Le temps n’est plus à la simple étude d’un type d’artefact, d’un matériau ou d’une technique en particulier, mais bien à celle des réseaux que définissaient leurs couleurs partagées, qui ne prennent sens que rapportées les unes aux autres. Plus immatérielle, mais pas moins fondamentale, la reproduction dynamique des gestes associés à la couleur, fondée sur l’analyse des matériaux qu’ils ont produits et transformés, est l’un des enjeux actuels de la recherche. Isoler des gestes, en évaluer la variété, d’une société à l’autre, d’une civilisation à l’autre et d’une temporalité à l’autre, occupe aujourd’hui le monde des chercheurs et de sa valorisation.

10Les contributions réunies dans cet ouvrage relèvent de l’un ou l’autre des grands champs d’étude évoqués ci-dessus. Il s’agissait, dans le projet du colloque international qui les a suscités comme dans celui de cette publication, de leur donner toute leur place. Ils ne sont pas seulement les témoins plus convaincants, à un moment donné de cette belle aventure polychrome internationale, de l’état de la recherche. Ils visent aussi, dans une perspective dynamique, à susciter de nouveaux croisements disciplinaires.

11Au-delà, l’enjeu est d’une tout autre importance : ouvrir les portes d’une nouvelle discipline, qui serait aussi une clef de lecture privilégiée des sociétés anciennes et contemporaines. L’étude de leurs couleurs ouvre sur l’histoire. Allons plus loin : elle est l’actrice par excellence de la redéfinition contemporaine de celle-ci. Au point que l’on pourrait affirmer qu’histoire sans couleurs n’est que ruine de la conscience historique. Cet ouvrage a pour ambition d’en convaincre ses lecteurs.

Notes

1 Ph. Jockey, Le mythe de la Grèce blanche. Histoire d’un rêve occidental2 (2015).

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search