Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Première partie – Étude historique

Chapitre II

Genèse de la représentation honorifique

Texte intégral

1La représentation honorifique couvre un champ plus vaste que celui qui lui est généralement  assigné. L’approche institutionnelle restreint en effet le cadre des recherches et isole la représentation honorifique publique non seulement de sa genèse à l’époque archaïque et au début de l’époque classique, mais aussi des autres représentations individuelles, qui sont pourtant en étroite relation avec elle. Une compréhension générale de la représentation honorifique doit donc se fonder sur l’analyse de textes et de monuments variés qui, sans répondre à la définition stricte de la représentation honorifique publique, empruntent l’un ou l’autre de ses aspects. Jeu dangereux et contestable, flirt avec les marges qui, espérons-le, donne cependant une profondeur sociale, religieuse et politique nouvelle à un genre sinon assez abstrait. Pourtant, les tenants d’une approche traditionnelle ont raison, dans le sens où le succès de la pratique honorifique publique à partir du ive s. a profondément modifié les modalités de la représentation individuelle : la représentation publique est devenue l’objet désirable entre tous, celui que l’on jalouse et que l’on imite lorsque l’on n’appartient pas à la minorité susceptible d’y accéder. Il serait erroné et vain de contester cette hiérarchie nouvelle entre les genres, mais il est indispensable d’élucider les fondements et les conséquences d’un tel succès. Pour cela, il faut attaquer la question au cœur, examiner les principes de la représentation honorifique publique aux époques classique et hellénistique, avant de s’aventurer aux frontières : chronologiques d’abord, afin de s’affranchir du discours élaboré à Athènes au ive s. sur la naissance de cet honneur insigne ; génériques ensuite, pour débusquer l’honorifique là où on ne l’attend pas.

___

2Les décrets du ive s. et de l’époque hellénistique laissent peu de place au doute : le vote d’une représentation honorifique répond à une procédure bien définie, malgré quelques variations régionales. Le discours et les mécanismes de contrôle qui accompagnent ce très grand honneur montrent parfois un degré de perfectionnement qui force l’admiration et qui est à la hauteur de l’investissement financier que représentent ces monuments prestigieux, réservé à un cercle étroit de bienfaiteurs. Pourtant, en décrivant ainsi la représentation honorifique, c’est-à-dire en adoptant le discours que les cités ont élaboré, on la tronque d’une grande partie de sa substance et l’on ne peut comprendre son extraordinaire succès à l’époque hellénistique ni son développement pléthorique à l’époque impériale. Pour comprendre ces œuvres, il faut suivre des sentiers moins balisés, qui explorent les marges chronologiques et typologiques du genre. Un premier sentier nous conduira aux origines de la représentation honorifique publique, pour mettre en lumière ses rapports étroits à la représentation votive et ses liens ambigus à la démocratie. Ce récit des origines est le point de départ d’une analyse des limites et des marges du genre, à travers l’étude des aspects honorifiques des représentations privées, funéraires, commémoratives ou royales. Cette exploration des marges jette, je crois, une lumière nouvelle sur la représentation honorifique publique et sur son rôle dans la cité.

Les représentations individuelles votives à l’époque archaïque

  • 1 Démosthène, Contre Leptine 70.
  • 2 Cf. infra p. 257-261.

3Les Athéniens, par la voix de Démosthène, considèrent le groupe des Tyrannoctones, installé sur l’Agora, comme le premier monument honorifique de leur cité1. Ce groupe sculpté est cependant bien plus une exaltation de la communauté à travers deux personnages élevés au rang de héros, d’archétypes du bon citoyen, qu’une représentation honorifique2. La borne chronologique absolue constituée par son installation sur l’Agora occulte la lente genèse du genre honorifique aux époques archaïque et classique. Pour comprendre cette nouvelle forme de récompense accordée aux individus méritants, on ne peut faire l’économie d’une analyse des représentations individuelles votives à l’époque archaïque.

  • 3 Huysecom-Haxhi 2009, p. 573-587 ; pour une analyse similaire de statuettes de bronze du sanctuaire (...)
  • 4 Selon l’expression de Muller 1996, p. 480.
  • 5 J. Boardman et al., ThesCRA I, 2004, s.v. « Dedications », p. 287.
  • 6 C’est le cas par exemple du kouros colossal criophore de Thasos (Thasos, musée, inv. 1 ; Grandjean, (...)
  • 7 Kyrieleis 1996, p. 97-98, considère que les kouroi peuvent renvoyer, dans certains cas, à des perso (...)
  • 8 Paris, musée du Louvre, Ma 3600 ; Hamiaux 1992, p. 59-60, no 51 (vers 530-520).
  • 9 L’inscription du kouros du Louvre a été l’occasion d’une passe d’armes entre L. Robert et G. Daux. (...)
  • 10 Wachter 2001, p. 275. Cependant, dans le cas d’une dédicace abrégée, on attend plutôt le nom du die (...)
  • 11 Devambez, Robert 1966, p. 195-215.
  • 12 Devambez, Robert 1966, p. 214.

4Le processus qui conduit à identifier une représentation à un personnage précis ne se développe que très lentement à l’époque archaïque. En effet, même si les figurines de terre cuite anthropomorphes dédiées dans les sanctuaires représentent des mortels et non des dieux3, ces offrandes commémorent plus un acte qu’une personne4 et ne sont pas des représentations individuelles mais génériques, que ne distingue aucun trait singulier, que n’identifie aucune inscription5. La même incertitude pèse sur l’interprétation de la plupart des kouroi et korai dédiés dans les sanctuaires grecs à partir du milieu du viie s. En effet, quoique certaines de ces offrandes, par leur attitude, représentent sans ambiguïté un dédicant6, il est souvent délicat de les identifier à une personnalité précise7. Les inscriptions associées à ces œuvres consistent souvent en un simple nom au nominatif, qui peut désigner le dédicant, la personne représentée, ou les deux. Même dans les cas où l’inscription est plus développée, l’ambiguïté demeure la plupart du temps. Ainsi, un kouros vêtu d’un chitôn et d’un himation8 (pl. I), œuvre d’un atelier ionien de l’Est – probablement Milet ou Samos – porte, sur l’avant de la cuisse gauche, l’inscription suivante9 : Διονυσέρµο ἐµὶ τὠντήνορος, « Je suis (la statue) de Dionysermos, fils d’Antènôr ». L’association d’un nom au génitif et du verbe εἶναι sur les objets ou offrandes archaïques est une formule soit de possession, soit de dédicace10. Ainsi, malgré les nombreuses marques d’individualisation décrites par P. Devambez11, on ne peut affirmer avec assurance que la statue représente Dionysermos, « dignitaire, [qu’] il fallait […] montrer dans l’exercice de sa charge, vêtu de son costume de cérémonie, fièrement campé dans l’attitude qui convenait à son rang12 ». L’inscription délivre en effet un message très différent : la statue est l’offrande faite par Dionysermos aux dieux ; elle lui est liée par une relation privilégiée et exclusive.

  • 13 Keesling 2003, p. 16-17.
  • 14 Les représentations anthropomorphes, très anciennes dans l’art grec, sont alors pour la première fo (...)
  • 15 Je laisse délibérément de côté le cas des statues dites de Cléobis et Bitôn à Delphes, dont l’inter (...)

5Cette dissociation entre la représentation et la dédicace demeure un trait fondamental de la pratique votive tout au long de l’époque archaïque13. L’identification du personnage représenté est rarement une préoccupation du dédicant, qui, par son offrande, cherche avant tout à tisser et à pérenniser une relation avec le dieu. À ce titre, la statue anthropomorphe fait partie, à compter du milieu du viie s.14, des beaux objets – des ἀγάλµατα – susceptibles de réjouir la divinité et d’attirer durablement ses faveurs. Cette règle générale souffre cependant quelques exceptions15, que l’on peut répartir en deux catégories, selon qu’elles procèdent d’une évolution interne de la culture grecque ou d’un emprunt à une autre culture.

  • 16 Collection privée ; Şahin 1987, p. 1-2, pl. 1-2 ; Masson, Yoyotte 1988 ; Himmelmann 1994, p. 61-63, (...)

6L’apparition de la représentation individuelle doit tout d’abord beaucoup à l’imitation du modèle égyptien. La première statue d’un Grec a en effet été découverte à Priène et emprunte le type égyptien de la statue-bloc16 (pl. IIa). Cette statue, fabriquée dans un atelier égyptien puis importée en Ionie, dont la tête et le séant ont disparu, représente un personnage assis, vêtu d’un pagne et coiffé d’une perruque. Sur la partie avant est gravée, en boustrophèdon, l’inscription suivante :

Pèdôn m’a consacré, le fils d’Amphinnéos, qui m’a apporté d’Égypte ; et c’est le roi égyptien Psammétique qui lui a donné comme prix de son excellence un bracelet d’or et (le pouvoir sur) une ville, en raison de sa valeur.

  • 17 Masson, Yoyotte 1988, p. 176 ; date confirmée par Ampolo, Bresciani 1988, p. 245.
  • 18 Masson, Yoyotte 1988, p. 177-179.
  • 19 Contra Ampolo, Bresciani 1988, p. 241 et 246.
  • 20 Lazzarini 1976, p. 58-59, p. 209-210, nos 225-229.
  • 21 Masson, Yoyotte 1988, p. 175-176 ; H. Sourouzian, dans Leclant 2005, s.v. « Statuaire (Égypte) », p (...)

7Comme le montrent O. Masson et J. Yoyotte dans leur commentaire de l’œuvre, le souverain mentionné est Psammétique Ier, qui règne de 664 à 610. C’est donc de cette période qu’il faut dater la statue dédiée par Pèdôn et J. Yoyotte propose de placer son floruit vers 63517. Pèdôn est un mercenaire grec qui fait une brillante carrière auprès de Psammétique. Ce dernier, en échange de ses services, lui accorde des honneurs traditionnels dans l’Égypte saïte, les ἀριστήιια – transcription de l’égyptien hiéroglyphique swt18. Il reçoit ainsi un bracelet d’or, désigné par l’expression grecque ψίλιον χρύσεον, transcription de nbw n qnt, l’« or de la vaillance », et le commandement sur une ville d’Égypte19. A priori, le formulaire votif de l’inscription appartient au répertoire habituel de l’époque archaïque, où la prosopopée de l’offrande est fréquente20 et rien ne paraît désigner spécifiquement la statue comme la représentation de Pèdôn. Cependant, le type de l’œuvre, la statue-bloc, est spécifiquement utilisé en Égypte pour représenter les dignitaires dans les temples21. Il ne fait donc aucun doute que la statue représente Pèdôn qui, malgré son installation en Égypte, décide de se placer sous la protection de ses dieux ancestraux, dans un sanctuaire grec.

  • 22 Masson, Yoyotte 1988, p. 175 renvoient à deux passages significatifs de l’Odyssée : le premier (II (...)
  • 23 Au point de donner son nom au livre Payne 1984, qui porte sur les honneurs accordés aux Romains et (...)

8Pour saisir la place de la statue de Pèdôn dans la genèse de la représentation individuelle et dans celle de la représentation honorifique, il est intéressant de confronter les commentaires de J. Yoyotte et de C. Ampolo. En effet, tandis que le premier met l’accent sur le caractère égyptien de l’œuvre, montrant que ses spécificités ne prennent tout leur sens que replacées dans la série des statues-blocs d’Égypte, le second adopte résolument le point de vue du lecteur hellénophone de l’inscription, établissant un lien entre les honneurs mentionnés dans le texte et les pratiques aristocratiques de la Grèce archaïque. Un point d’équilibre entre ces deux positions extrêmes peut être trouvé, si l’on s’attarde sur l’expression qui clôt l’inscription : ἀρετῆς ἕνεκα. En effet, tandis que l’ensemble du texte paraît être une simple traduction de l’égyptien hiéroglyphique, ce dernier membre de phrase est sans conteste une référence à la culture aristocratique grecque22. Or précisément, cette formule devient par la suite le cœur du dispositif honorifique23 et justifie les récompenses exceptionnelles accordées à un personnage. L’ἀρετή – la valeur, la distinction, la virtù pourrait-on dire – peut ainsi aux yeux des Grecs, dès le viie s., être récompensée par une représentation individuelle. La statue de Pèdôn n’est pas le simple transfert d’une coutume égyptienne dans un sanctuaire grec. Elle puise également dans la culture grecque, en associant la représentation individuelle aux valeurs aristocratiques traditionnelles.

  • 24 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 16.

9La seconde occasion où les offrandes archaïques sont identifiées sans ambiguïté comme des représentations individuelles est liée au développement des concours. Les sources littéraires transmettent en effet une théorie antique sur l’origine de la représentation individuelle, dont Pline l’Ancien donne l’expression la plus explicite24 :

Effigies hominum non solebant exprimi nisi aliqua inlustri causa perpetuitatem merentium, primo sacrorum certaminum victoria maximeque Olympiae, ubi omnium qui vicissent statuas dicari mos erat, eorum vero, qui ter ibi superavissent, ex membris ipsorum similitudine expressa, quas iconicas vocant.

Il n’était pas dans les habitudes de représenter des hommes, si ce n’est ceux qui méritaient l’immortalité pour quelque noble motif, et, au premier chef, pour une victoire aux concours sacrés, surtout à Olympie. Là, la coutume était de consacrer des statues de tous les vainqueurs. Quant à ceux qui y avaient remporté trois victoires, on leur dédiait des statues conformes à leur physique, que l’on appelle iconiques.

  • 25 Outre la statue, il faut mentionner ici la couronne et la proclamation ; cf. Buhmann 1972, p. 53-61
  • 26 Les fonds peuvent être fournis à l’athlète par sa famille ou par sa cité, mais le vainqueur demeure (...)
  • 27 Buhmann 1972, p. 82-88.

10Ainsi, Pline associe la naissance de la représentation individuelle dans l’art grec au contexte agonistique. La victoire au concours confère à l’athlète une distinction telle qu’on lui accorde des honneurs exceptionnels25, notamment le droit d’installer, sur l’Altis ou dans les autres sanctuaires liés aux concours de la Période, à ses frais26 et à son initiative – règle qui semble respectée au moins jusqu’au ive s. – une statue à son image27.

  • 28 Pausanias, VI 15, 8.
  • 29 Pausanias, VI 18, 7.
  • 30 Même opinion chez Kyrieleis 1996, p. 104-105.

11Pausanias témoigne également de cette tradition de représentation des athlètes. Bien qu’il mentionne la statue d’Eutélidas de Sparte, dont l’inscription était détériorée à son époque, vainqueur au pentathlon et à la lutte, catégorie enfants, en 62828, il affirme que les plus anciennes représentations individuelles de l’Altis sont les statues de bois de Praxidamas d’Égine, vainqueur à la boxe en 544, et de Rhexibios d’Oponte, vainqueur au pancrace en 53629. Quoi qu’il en soit de sa date d’apparition, la statue d’athlète, qui manifeste la gloire conférée par une victoire aux concours, est un facteur déterminant dans la genèse de la représentation individuelle30, mais aussi de la représentation honorifique. La représentation individuelle est en effet, dès l’origine, associée à l’excellence, à la distinction d’un individu qui manifeste des capacités au-delà du commun.

  • 31 Londres, British Museum, inv. B 278 ; Tuchelt 1970, p. 78-80, cat. K 47, pl. 8,1 ; 41,2 ; 43,2 ; 44 (...)
  • 32 Sur l’interprétation du trône dans l’art grec archaïque comme symbole de puissance et d’honneur, as (...)
  • 33 Hérodote, I 46.
  • 34 Sur cette dénomination traditionnelle, cf. Tuchelt 1970, p. 215.
  • 35 Tuchelt 1970, p. 217-219.
  • 36 Didyma II, no 6, fig. 7-9 ; Lazzarini 1976, p. 315, no 952.

12La statue de Charès (pl. IIb), retrouvée en 1857 le long de la voie processionnelle qui mène au sanctuaire d’Apollon à Didymes, à environ 550 m au Nord-Ouest du temple, marque une nouvelle étape dans la genèse de la représentation honorifique31. La statue représente un personnage trônant32, vêtu d’un chitôn, d’un épendytès et d’un himation, qui appartient à une série archaïque, qu’on désigne traditionnellement du nom des prêtres d’Apollon Didymeus, transmis par Hérodote33, les Branchides34. Cette dénomination a en réalité toute chance d’être erronée, non seulement parce qu’existent cinq statues féminines du même type35, mais également en raison de la dédicace gravée sur la statue de Charès36 :

Χαρῆς εἰµι ὁ Κλέσιος Τειχίοσης
ἀρχόςἄγαλµα τ Ἀπόλλωνος.

Je suis Charès, fils de Clésis, gouverneur de Teichiosa. Joyau d’Apollon.

  • 37 Bonnes photographies : Didyma II, p. 5, fig. 7-8.
  • 38 Lazzarini 1976, p. 96.
  • 39 Sur l’identification de Teichiosa comme un probable site fortifié près de Milet, dans le golfe d’Ak (...)
  • 40 Lazzarini 1976, p. 96-97.
  • 41 Keesling 2003, p. 17-18 ; toutefois le modèle culturel assyrien, dont Tuchelt 1970, p. 216, à la su (...)
  • 42 Herda 2006, p. 334.

13Les deux lignes de l’inscription forment deux unités de sens indépendantes, ce qu’accentue encore leur disposition sur l’œuvre : la première ligne est en effet gravée de bas en haut sur la face avant du montant gauche du trône ; la seconde est également inscrite sur le montant gauche, mais de haut en bas et sur la face latérale37. C’est donc une inscription en boustrophédon, mais qui se déploie sur deux faces perpendiculaires, de sorte qu’on peut les lire indépendamment l’une de l’autre. Cela ne fait que renforcer l’originalité de la première ligne, qui identifie sans détour l’œuvre comme une représentation de Charès38 et met en avant son pouvoir de gouverneur, d’ἀρχός39. Selon M. L. Lazzarini, la seconde ligne de l’inscription vient tempérer l’audace de la première en rétablissant le lien traditionnel entre le dédicant, l’offrande et le dieu40. Cette analyse me semble toutefois insuffisante : si cette affirmation d’orgueil personnel avait constitué une telle audace, aurait-elle été placée à l’endroit le plus en vue de l’œuvre ? La dédicace de Charès est plutôt la transcription écrite d’un besoin de représentation nouveau de l’aristocratie ionienne de la fin du viie s. et du vie s., sans doute inspiré de modèles orientaux et égyptiens41. L’offrande n’exprime plus seulement un lien personnel avec le dieu, elle exalte également un individu, une personnalité non interchangeable42.

  • 43 Didyma II, p. 6.
  • 44 Milet I 3, 133 ; Syll3 57 ; traduction en allemand et commentaire dans Milet I 3, 133 ; pour un com (...)
  • 45 Sur la chronologie du texte, cf. Herda 2006, p. 15-20.

14Un pas de plus dans l’interprétation de la statue de Charès peut être fait si l’on prête attention, avec Th. Wiegand43, à un passage du règlement cultuel de la procession annuelle des Milésiens au sanctuaire de Didymes, découvert dans le Delphinion de la cité44. Ce texte est la copie réalisée vers 200 d’une loi sacrée promulguée en 450/49, qui donne probablement un cadre juridique à la procession telle qu’elle se déroule depuis la seconde moitié du vie s.45.Les lignes 25 à 30 du texte promulguent le règlement suivant :

Et sont apportés deux Gylloi (pierres sacrées), (dont l’un) est placé près d’Hécate qui se tient devant les portes, où il est couronné et reçoit une libation de vin pur ; l’autre est placé à Didymes, aux portes. Cela fait, ils empruntent la large voie jusqu’à Akron (l’Éminence), puis d’Akron vont à travers la forêt de chênes. Et on chante le péan, d’abord près d’Hécate qui se tient près des portes, près de Dynamis (la Force), puis dans la prairie sur l’Akron près des Nymphes, ensuite près d’Hermès dans le (sanctuaire de ?) Kélados, près de Phylios, dans le secteur de Keraiïtès, près des statues de Charès.

  • 46 Le règlement cultuel implique que les statues ne se dressent pas dans le sanctuaire, mais à l’extér (...)
  • 47 Didyma II, p. 6 ; argument repris par Herda 2006, p. 334.

15Sur la voie qui mène des portes de la ville à celles du sanctuaire de Didymes, bornée par deux pierres sacrées, les statues de Charès constituent donc la dernière station où l’on chante le péan, au même titre que les statues d’Hécate ou d’Hermès par exemple. L’emploi du pluriel mérite ici une explication. Comme l’avait déjà vu Th. Wiegand, le mot ἀνδριάντες n’implique pas que plusieurs statues de Charès se soient dressées dans l’enclos cultuel consacré à Apollon, non loin de l’entrée du sanctuaire de Didymes46. L’expression « statues de Charès » peut tout à fait être une désignation collective des représentations de Charès et des membres de sa famille47.

  • 48 Pour l’ensemble de ce passage, cf. Herda 2006, p. 343-350.
  • 49 A contrario, le génos fondateur de l’enclos cultuel sur l’Akron dans les années 530, où a également (...)

16L’histoire de la statue de Charès, telle qu’on peut la restituer à l’aide des analyses d’A. Herda, est donc la suivante48 : installée au cours du deuxième quart du vie s. dans un enclos cultuel privé, attaché au génos de Charès et consacré à Apollon, la statue est flanquée, au fil du temps,de statues qui représentent ses parents et ses descendants. À une date imprécise de la seconde moitié du vie s., mais en tout cas après sa mort, Charès fait l’objet de dévotions cultuelles et sa famille est si puissante que la procession publique annuelle fait halte devant son téménos privé pour chanter le péan. Cette coutume demeure vivace jusqu’au iie s. au moins49, puisque la station devant les statues de Charès est maintenue lors de la nouvelle gravure du texte.

  • 50 Herda 2006, p. 344.
  • 51 Herda 2006, p. 350.

17Ainsi, la statue de Charès offre l’image d’un magistrat militaire, représenté trônant à la manière des ἄριστοι50, dans un enclos cultuel privé, consacré par son génos à Apollon. Mais l’ostentation individuelle et la promotion d’un lignage n’excluent pas ici l’honneur public, puisque, à titre posthume, le citoyen méritant et peut-être ses descendants sont honorés lors de processions officielles51. Le lien intime entre les valeurs aristocratiques, fondées sur l’aisance d’un lignage et la gloire personnelle, et la reconnaissance manifestée par la communauté, au service de laquelle s’est placé Charès, fait de la statue tout à la fois un joyau, un bel objet pour Apollon, une manifestation de gloire et de distinction pour Charès et un objet de reconnaissance et de dévotion pour la communauté des Milésiens. Votif, cultuel, honorifique ? Aucun de ces qualificatifs ne rend à lui seul compte de la complexité de cette œuvre. Les trois doivent donc être conservés.

  • 52 Samos, musée de Vathy, inv. 768, I 220-223, II S 9, III P 25 ; Berlin, Staatliche Museen, inv. 1739 (...)
  • 53 Hauteur des degrés : 0,615 m ; longueur de l’assise supérieure : 5,952 m ; profondeur de l’assise s (...)
  • 54 Sur le problème posé par la statue de Phileia notamment, dont les pieds dépassent de la plinthe car (...)
  • 55 Le sexe du personnage, établi par Himmelmann-Wilschütz 1963, est désormais généralement admis.
  • 56 L’interprétation ancienne comme coupe à boire – par exemple un rhyton –, suivie par de nombreux com (...)
  • 57 La lecture -ιλάρχης de Dunst 1972, p. 132-134 (cf. Löhr 2000, p. 16), de même que l’interprétation (...)
  • 58 Walter-Karydi 1985, p. 91-95, pl. 25.
  • 59 L’interprétation de l’objet tenu en main gauche a été généralement acceptée, cf. Steuben 1989, p. 1 (...)
  • 60 L’absence de correspondance entre la cuvette d’encastrement sur la base et la statue, le fait que l (...)

18On ne saurait clore ce bref aperçu des représentations individuelles archaïques qui préfigurent les représentations honorifiques sans évoquer le groupe, œuvre du sculpteur Généléos, érigé vers 560-550, au Nord-Est de la voie processionnelle de l’Héraion de Samos52 (fig. 1). Six statues, qui représentent vraisemblablement les membres d’une même famille, étaient alignées sur une longue base de calcaire à deux degrés53. Elles y étaient fixées par des dispositifs divers, qui suggèrent que le monument a peut-être été modifié à une date difficile à déterminer54. À l’extrémité droite de la base était simplement posée sur une surface piquetée la statue d’un personnage allongé sur son flanc gauche, que l’on s’accorde à reconnaître comme une représentation masculine55. Le personnage aux formes opulentes, vêtu d’un chitôn non ceinturé et d’un manteau, retient contre son torse un objet, dont l’identification est rendue malaisée par sa mutilation56. Sur l’avant de la plinthe en forme de coussin est portée de droite à gauche l’inscription -άρχης57 ἡµᾶς ἀνέθηκε τῆι Ἥρηι qui désigne le personnage allongé comme dédicant de l’ensemble des statues. À gauche d’-άρχης se succèdent trois korai, qui constituent le centre du groupe. Elles sont toutes trois vêtues d’un chitôn ceinturé, qui forme sur les jambes des plis verticaux et s’évase sur les chevilles, et d’un himation échancré à l’avant comme à l’arrière, au-dessus du ventre et des fesses. Les noms des deux statues les mieux conservées – Ὀρνίθη et Φιλίππη – sont préservés par une inscription dans les plis du chitôn, à droite. Les trois korai sont flanquées d’une statue de plus petite taille, sans doute la représentation d’un jeune homme, qu’un fragment identifié par E. Walter-Karydi58 permet de restituer comme un kouros vêtu, tenant en main gauche un aulos59. Le groupe se clôt à gauche par la statue de la mère, Phileia, vêtue d’un chitôn et d’un himation et assise sur un trône60. Son nom et la signature du sculpteur sont inscrits de droite à gauche sur la surface lisse de l’himation, près du rebord inférieur, sur la jambe gauche : Φιλεία. ἡµᾶς ἐποίησε Γενέλεως.

Fig. 1. Proposition de restitution du monument de Généléos à Samos.

Fig. 1. Proposition de restitution du monument de Généléos à Samos.

Dessin de l’auteur d’après Freyer-Schauenburg 1974, pl. 45.

  • 61 Steuben 1989, p. 141-142 met en lumière la symétrie de la composition et le choix délibéré du comma (...)
  • 62 Les hypothèses anciennes d’un groupe de prêtresses d’Héra ou d’une famille matriarcale sont aujourd (...)
  • 63 Cf. dernièrement Karanastassis 2002, p. 202-203.
  • 64 Cf. infra p. 161-164.

19L’interprétation du groupe sculpté signé Généléos fait l’objet de vifs débats. Il est clair cependant, malgré le caractère paratactique du groupe et l’absence de toute interaction entre les personnages représentés, que le monument relève d’une conception et d’un style unitaires61 – à l’exception, peut-être, de la statue de Phileia. Au-delà des particularités typologiques de chaque figure, c’est donc la signification de l’ensemble du groupe qu’il convient d’éclairer. Il ne fait pas de doute que les six personnages représentés sont les membres d’une famille nucléaire, soit les quatre enfants encadrés par leurs parents62. L’interprétation comme une scène de banquet, développée par E. Walter-Karydi, a été réfutée par H. von Steuben. On lui préfère désormais une interprétation plus prudente : les membres de la famille d’-άρχης seraient représentés en habit cérémoniel, chacun selon un type adapté à leur sexe et leur rang63. Ce groupe votif offert à Héra manifeste au visiteur du sanctuaire le prestige d’une famille aristocratique, associée topographiquement au temple diptère colossal alors en cours de construction. Premier exemple de promotion d’une famille nucléaire à travers un groupe sculpté, le groupe de Généléos préfigure les nombreuses bases collectives et exèdres honorifiques familiales des époques classique et hellénistique, placées bien souvent elles aussi le long des voies processionnelles dans les sanctuaires64.

20Les représentations individuelles archaïques, en dépit de leur diversité, donnent donc à voir, la plupart du temps, l’ἀρετή d’un personnage, qui se manifeste souvent soit lors des épreuves athlétiques des concours, soit à la guerre, deux activités essentielles de l’aristocratie grecque, des ἄριστοι. Ces offrandes ostentatoires visent souvent à promouvoir un lignage, une famille. Les statues de Charès à Didymes et le groupe de Généléos à Samos en sont les exemples les plus significatifs. Ainsi, dans le monde grec archaïque, ce qui guide la commande d’une représentation individuelle est moins la volonté d’avoir une image de soi, de ses caractéristiques physiques singulières, qu’un reflet de ses qualités et de son statut privilégié. Ces offrandes revêtent donc par essence un caractère honorifique. La communauté ne prend certes pas une part active à leur installation et le personnage représenté assume lui-même la promotion de son excellence, mais les qualités mises en image sont similaires à celles que louent, au cours des siècles suivants, les représentations honorifiques publiques. Ces dernières naissent cependant de circonstances historiques précises, que l’on ne peut saisir que par l’analyse des représentations individuelles votives du ve s.

Les offrandes de victoire au ve s.

21Les statues votives d’époque archaïque de Pèdôn et de Charès assurent le renom de personnages qui exercent des fonctions militaires. La gloire des armes est en effet, dans la culture grecque, un élément fondamental de la définition des ἄριστοι. Cette forme de distinction, d’excellence, ne s’éteint pas subitement avec l’époque archaïque. De nombreuses représentations individuelles et de nombreux monuments votifs témoignent au contraire de la persistance de cet idéal guerrier, doublé souvent d’un orgueil familial ou dynastique. Mais à Athènes – et à Athènes seulement – cette conception archaïque du mérite entre en contradiction avec les principes isonomiques du nouveau régime, qui, contre les tendances tyranniques, entendent assurer le primat de la communauté, de la cité, sur l’individu. C’est de la confrontation entre ces deux types d’excellence, citoyenne et aristocratique, dans le contexte dramatique des guerres du ve s., que naît la représentation honorifique publique, adaptation au régime démocratique d’une pratique aristocratique traditionnelle.

Athènes au ve s : une sobriété en trompe-l’œil

La première moitié du v e s.

  • 65 Pour l’exemple des piliers hermaïques honorifiques des vainqueurs de la bataille d’Éion cf. infra p (...)
  • 66 Plutarque, Vie de Thémistocle 12, 2-3 ; cf. Plutarque, De la malignité d’Hérodote 869 C-D.

22À Athènes, le régime isonomique naissant cherche à prévenir toute tentative tyrannique et réglemente sévèrement la dédicace de représentations individuelles65. Toutefois, même dans ce contexte d’austérité, le goût des notables pour les statues à leur image trouve à se manifester. C’est en tout cas ce que l’on a parfois déduit d’un passage de Plutarque66 :

Ἠνίασε δὲ τοὺς πολλοὺς καὶ τὸ τῆς Ἀρτέµιδος ἱερὸν εἱσάµενος, ἣν Ἀριστοβούλην µὲν προσηγόρευσεν ὡς ἄριστα τῇ πόλει καὶ τοῖς Ἕλλησι βουλευσάµενος, πλησίον δὲ τῆς οἰκίας κατεσκεύασεν ἐν Μελίτῃ τὸ ἱερὸν οὗ νῦν τὰ σώµατα τῶν θανατουµένων οἱ δήµιοι προβάλλουσιν καὶ τὰ ἱµάτια καὶ τοὺς βρόχους τῶν ἀπαγχοµένων καὶ καθαιρεθέντων ἐκφέρουσιν. Ἔκειτο δὲ καὶ τοῦ Θεµιστοκλέους εἰκόνιον ἐν τῷ ναῷ τῆς Ἀριστοβούλης ἔτι καθ’ ἡµᾶς· καὶ φαίνεταί τις οὐ τὴν ψυχὴν µόνον, ἀλλὰ καὶ τὴν ὄψιν ἡρωικὸς γενόµενος.

Thémistocle choqua aussi le plus grand nombre en faisant bâtir le sanctuaire d’Artémis, à laquelle il donna le nom d’Aristoboulè, parce qu’il avait donné d’excellents conseils à la cité et aux Grecs. Il fit construire le sanctuaire à Mélitè, près de sa demeure, à l’endroit où aujourd’hui les bourreaux jettent les cadavres et apportent les vêtements et les cordes des suicidés par pendaison. Une petite statue de Thémistocle se trouvait dans le temple d’Aristoboulè encore à notre époque : il apparaît qu’il avait non seulement l’âme, mais également les traits d’un héros.

  • 67 Travlos 1971, p. 121-123 et fig. 219, no 244 ; l’identification est acceptée, avec réticence, par A (...)
  • 68 Threpsiades, Vanderpool 1964, p. 30-33.
  • 69 Hintzen-Bohlen 1996, p. 94 considère que le sanctuaire a été détruit après l’exil de Thémistocle en (...)

23Le sanctuaire d’Artémis fondé par Thémistocle à Mélitè a été retrouvé au pied de la colline des Nymphes, le long d’une voie menant à la porte du Pirée67. Les données stratigraphiques recueillies prouvent que le sanctuaire a été entièrement reconstruit dans la seconde moitié du ive s., probablement vers 330, date d’un décret honorifique pour Néoptolémos, fils d’Anticlès, retrouvé dans le petit temple68. Le sanctuaire que visite Plutarque n’est donc pas celui fondé par Thémistocle vers 475, si bien que l’on peut douter que la statue de petite taille du stratège appartienne à l’aménagement originel et préférer la considérer comme une représentation rétrospective installée à l’époque de Lycurgue69.

  • 70 Threpsiades, Vanderpool 1964, p. 30 ; Amandry 1967-1968, p. 268.
  • 71 Selon Amandry 1967-1968, p. 276-277 et n. 27, il pourrait s’agir d’une représentation peinte.
  • 72 Cf. l’enquête détaillée de Krumeich 1997, p. 79, n. 228.

24Si l’on admet cependant que la statue est contemporaine de la fondation du sanctuaire, Thémistocle apparaît comme l’héritier des pratiques archaïques : il fait non seulement aménager un sanctuaire privé, près de sa demeure, consacré à une divinité qui lui est personnellement attachée, mais ce sanctuaire est orné d’une statue à son image. Marque du renom durable de Thémistocle, le sanctuaire demeure actif jusqu’au iiie s. apr. J.-C.70 et apparaît comme un lointain écho du sanctuaire de Charès aux portes du sanctuaire d’Apollon à Didymes. Signe des temps nouveaux cependant, la statue de Thémistocle n’est qu’un εἰκόνιον, terme rare, d’interprétation controversée71, mais qui désigne vraisemblablement une statue de petite taille72 ; d’autre part, l’installation de ce modeste sanctuaire suscite la réprobation générale, sans doute parce que la construction et la statue qu’elle abrite contreviennent, sinon aux lois, du moins à l’esprit du nouveau régime.

  • 73 Cf. la critique radicale de l’évaluation esthétique du buste d’Ostie par Sichtermann 1988 [1964], e (...)
  • 74 Voutiras 1980, p. 50.
  • 75 Pouilloux 1954, p. 150, no 36 ; Mantis 1990, p. 112 ; Himmelmann 2001, p. 7-9, fig. 1.

25Les indices qui permettent de restituer la statue de Thémistocle à Mélitè sont minces. La plupart des chercheurs excluent aujourd’hui que le buste d’Ostie en soit une reproduction73. Toutefois, E. Voutiras considère que la force dégagée par ce buste, liée à sa proximité avecles représentations d’Héraclès, invite à rapprocher l’œuvre de la statue vue par Plutarque74. Ne peut-on cependant pas aussi imaginer une petite statue qui emprunte à l’iconographie héroïque, proche par les dimensions et le type de l’offrande plus récente de Lysicleidès dans le temple de Thémis à Rhamnonte75 ?

  • 76 Plutarque, De la malignité d’Hérodote 869 D, est à cet égard significatif : Βουλεύσας τῇ Ἑλλάδι ναυ (...)
  • 77 Plutarque, Vie de Thémistocle 22, 4. Les mêmes motifs sont évoqués, de manière plus ramassée, par D (...)

26Quoi qu’il en soit de l’apparence de l’œuvre, elle est présentée par Plutarque comme une conséquence directe de la victoire de Salamine et de l’orgueil qu’en retire Thémistocle, qui, par ses conseils avisés, a permis la victoire76. En effet, l’aménagement du sanctuaire intervient, dans le récit de Plutarque en même temps que les grands travaux du Pirée et que la levée de fonds auprès des alliés. Il fait par ailleurs partie des motifs invoqués par les Athéniens pour ostraciser le stratège77 :

Τὸν µὲν οὖν ἐξοστρακισµὸν ἐποιήσαντο κατ’ αὐτοῦ κολούοντες τὸ ἀξίωµα καὶ τὴν ὑπεροχήν, ὥσπερ εἰώθεσαν ἐπὶ πάντων οὕς ᾤοντο τῇ δυνάµει βαρεῖς καὶ πρὸς ἰσότητα δηµοκρατικὴν ἀσυµµέτρους εἶναι.

Ils l’ostracisèrent donc, rabaissant sa considération et sa supériorité, comme ils avaient coutume de le faire contre tous ceux qui, considéraient-ils, étaient redoutables en raison de leur puissance et de trop grande envergure pour l’égalité démocratique.

  • 78 Sur l’interprétation de l’ostracisme de Thémistocle, cf. Forsdyke 2005, p. 155 qui donne des exempl (...)
  • 79 Il n’est à cet égard pas inutile de rappeler que le premier ostracisme connu, celui d’Hipparchos, f (...)

27Le comportement de Thémistocle, qui s’inscrit dans la tradition aristocratique, est donc intolérable dans l’Athènes des années 470, malgré ses succès militaires. Le déploiement de richesses et de suffisance – dont la statue de Mélitè est la manifestation plastique – menace l’équilibre, que s’efforcent de maintenir les institutions isonomiques, entre les notables de la cité. L’ostracisme de Thémistocle apparaît comme un instrument politique de régulation des pratiques des familles les plus aisées78. La violence légale – c’est-à-dire ici, la condamnation à l’exil – doit prévenir les troubles que l’ostentation trop grande d’une personnalité, de sa famille et de ses partisans, pourrait engendrer79.

La seconde moitié du v e s. : du scandale à la normalisation

  • 80 D’un point de vue institutionnel, il convient de noter que les premiers décrets honorifiques athéni (...)
  • 81 Philochore (FGrH 328 F 119) rapporte que, à l’occasion d’un don de grains aux citoyens athéniens pa (...)

28La période qui commence à Athènes avec les travaux du Parthénon peut être considérée comme l’amorce d’un changement des rapports entre la démocratie athénienne et la représentation individuelle. Certes, la frise des Panathénées exalte l’idéal démocratique d’une cité où ne domine aucune personnalité, mais le talent des sculpteurs est mis à profit immédiatement après la fin des travaux pour des commandes de monuments funéraires privés, qui distinguent la classe aisée des Athéniens. De plus, si certaines représentations, on le verra, font scandale par l’audace de leur support ou de leur iconographie, les Athéniens, dans la seconde moitié du ve s., voient de plus en plus leurs sanctuaires peuplés de statues de chefs militaires, érigées à l’occasion d’une victoire. Ce retour en force de la représentation individuelle votive, après une période plus austère, constitue un élément d’explication décisif dans l’apparition de la statuaire honorifique80. Sur le plan institutionnel, ce tournant est contemporain d’une fermeture du régime démocratique athénien. En effet, même si l’on peut douter des chiffres avancés par Philochore, la restriction des critères de la citoyenneté décidée en 451/0 entraîne l’exclusion, quelques années après, de plusieurs milliers de personnes81, peut-être vendues comme esclaves.

  • 82 Les expressions entre guillemets sont empruntées à Holtzmann 2003, p. 114.
  • 83 Plutarque, Vie de Périclès 31, 3-4. Cf. aussi Cicéron, Tusculanes I 15, 34 : opifices post mortem n (...)

29Certaines représentations, on l’a vu, demeurent inacceptables dans la cité. L’un des scandales les plus retentissants liés à la représentation individuelle touche, d’une manière significative, l’Athéna Parthénos, offrande hyperbolique d’une « Athènes triomphante », symbole d’un « moment unique d’exaltation collective »82, où une représentation individuelle ne peut être qu’intempestive. C’est pourtant sur le bouclier de cette statue chryséléphantine que Phidias, si l’on suit la tradition littéraire, a l’audace de se représenter, ainsi que Périclès, sous des traits déguisés83 :

ἡ δὲ δόξα ἐπίεζε φθόνῳ τὸν Φειδίαν, καὶ µάλισθ’ ὅτι τὴν πρὸς Ἀµαζόνας µάχην ἐν τῇ ἀσπίδι ποιῶν αὑτοῦ τινα µορφὴν ἐνετύπωσε, πρεσβύτου φαλακροῦ πέτρον ἐπηρµένου δι’ ἀµφοτέρων τῶν χειρῶν, καὶ τοῦ Περικλέους εἰκόνα παγκάλην ἐνέθηκε µαχοµένου πρὸς Ἀµαζόνα. Τὸ δὲ σχῆµα τῆς χειρός, ἀνατεινούσης δόρυ πρὸ τῆς ὄψεως τοῦ Περικλέους, πεποιηµένον εὐµηχάνως οἷον ἐπικρύπτειν βούλεται τὴν ὁµοιότητα παραφαινοµένην ἑκατέρωθεν.

La réputation de ses œuvres attirait sur Phidias la jalousie, et avant tout le fait que, en sculptant le combat des Amazones sur le bouclier, il s’était représenté sous les traits d’un vieil homme chauve soulevant une pierre à deux mains, et avait ajouté une très belle représentation de Périclès combattant une Amazone. Le geste de la main, brandissant une lance devant le visage de Périclès, est réalisé habilement, comme s’il voulait cacher la ressemblance, qui apparaît cependant (en regardant) de part et d’autre.

  • 84 Contra Preisshofen 1974, p. 67, qui sous-estime selon moi la réticence des Athéniens vis-à-vis de l (...)

30Dans le récit de Plutarque, cet épisode intervient juste avant l’emprisonnement de Phidias. Il n’est donc pas exclu que l’initiative audacieuse de l’artiste ait constitué un élément à charge dans son procès84. Les représentations dissimulées dans son œuvre par Phidias constituent un geste d’orgueil individuel, qui bafoue la signification de l’offrande et sont, en tant que tel, reprochées au sculpteur. Cette manière de s’approprier l’Athéna Parthénos n’a pas droit de cité à Athènes dans les années 430.

  • 85 Preisshofen 1974 suivi par Strocka 2004, p. 222.
  • 86 Preisshofen 1974, p. 57.
  • 87 Eschine, Contre Ctésiphon 186.
  • 88 Holtzmann 2003, p. 113, considère l’anecdote comme authentique.
  • 89 Londres, British Museum, inv. 302 ; Holtzmann 2003, p. 113, fig. 95 (détail) ; Rolley 1999, p. 62, (...)
  • 90 Sur la question très disputée de la composition des figures sur le bouclier de l’Athéna Parthénos, (...)

31L’authenticité de l’anecdote de Plutarque a été sérieusement mise en doute par F. Preißhofen. Un examen attentif de la tradition littéraire liée au bouclier de l’Athéna Parthénos l’amène, en effet, à la conclusion que la présence d’une ou de deux représentations individuelles est une invention anonyme de l’époque hellénistique, qui a influencé les récits de Cicéron, de Plutarque et de toute la tradition ultérieure85. La critique est importante, mais tous les arguments de F. Preißhofen ne portent pas. L’interdiction faite à Phidias d’inscrire son nom, évoquée par Cicéron, lui paraît par exemple sans rapport avec les pratiques du ve s., sous prétexte que les artistes signent leurs œuvres dès l’époque classique86. Il n’est cependant ici pas question de signature, mais d’identification des personnages représentés, ce qui est interdit, comme le prouve l’exemple du tableau de la bataille de Marathon dans la stoa poikilè, réalisé dans la décennie 460-450, où ne figure pas le nom de Miltiade87. Le récit de Cicéron et celui de Plutarque recouvrent de ce fait un peu de leur crédibilité88. Un indice matériel prouve en tout cas qu’il ne s’agit pas d’une pure création littéraire et que le récit de Plutarque s’appuie sur un groupe effectivement représenté sur le bouclier d’Athéna Parthénos : le bouclier Strangford89, qui imite l’œuvre de Phidias, présente dans la partie médiane du registre inférieur deux personnages correspondant précisément à la description de Plutarque90. L’épisode, si l’on accepte son historicité, témoigne de la réticence des Athéniens vis-à-vis de la représentation individuelle, considérée comme l’apanage des tyrans, mais aussi des méthodes de contournement mises en œuvre par les particuliers qui souhaitent passer à la postérité et voir leur valeur reconnue.

  • 91 Athénée, Les Deipnosophistes XII 534 D.
  • 92 Pausanias, I 22, 6-7.
  • 93 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 7.

32C’est également la tradition littéraire qui nous transmet le débat suscité par les tableaux réalisés à la demande d’Alcibiade pour commémorer ses victoires lors des concours panhelléniques. Athénée est le plus précis dans la description des deux peintures91 : l’une représente Alcibiade couronné par les déesses Olympias et Pythias, l’autre le montre assis dans le giron de Némée. Ces deux tableaux, dit encore Athénée, ont été dédiés par Alcibiade en personne à son retour d’Olympie, ce qui nous permet d’en fixer la date à 416 ou 412 (90e ou 91e Olympiade). Pausanias mentionne rapidement le second tableau dans sa description de la Pinacothèque des Propylées92, ce qui suggère une installation originelle des tableaux sur l’Acropole. Mais le témoignage le plus intéressant est celui de Plutarque93 :

Ἀριστοφῶντος δὲ Νεµέαν γράψαντος, ἐν ταῖς ἀγκάλαις αὑτῆς καθήµενον Ἀλκιβιάδην ἔχουσαν, ἐθεῶντο καὶ συνέτρεχον χαίροντες· οἱ δὲ πρεσβύτεροι καὶ τούτοις ἐδυσχέραινον ὡς τυραννικοῖς καὶ παρανόµοις.

Comme Aristophôn avait peint Némée tenant Alcibiade assis entre ses bras, les Athéniens accoururent pour admirer le tableau et s’en réjouir ; mais les plus vieux s’indignaient de ces œuvres, les tenant pour tyranniques et illégales.

  • 94 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 4.

33Bien que tardif, le récit de Plutarque permet, fait rare, de saisir la réception d’une œuvre par ses contemporains. Les termes employés pour décrire la réaction des plus âgés sont significatifs. Ces hommes appartiennent à une génération qui, pour n’avoir pas connu la tyrannie, a néanmoins été éduquée dans la crainte du pouvoir personnel. Leurs appréhensions semblent passées de mode à la fin du ve s. et Alcibiade emporte l’adhésion de ses concitoyens les plus jeunes par ces œuvres de promotion politique, qui s’appuient sur la tradition agonistique. En effet, le vainqueur au concours est paré d’une telle aura qu’il peut, dès le vie s., dédier son effigie aux dieux dans un grand sanctuaire. Mais les peintures d’Alcibiade sont d’une autre nature car, pour les contemporains (en témoigne la réaction des personnes âgées), elles sont liées à l’activité et la promotion politiques de cette forte personnalité. L’évocation des peintures par Plutarque est ainsi précédée d’un résumé de la brillante carrière d’Alcibiade, magistrat et bienfaiteur d’Athènes à de nombreuses reprises94 :

Ἐπιδόσεις δὲ καὶ χορηγίαι καὶ φιλοτιµήµατα πρὸς τὴν πόλιν ὑπερβολὴν µὴ ἀπολείποντα καὶ δόξα προγόνων καὶ λόγου δύναµις καὶ σώµατος εὐπρέπεια καὶ ῥώµη µετ’ ἐµπειρίας τῶν πολεµικῶν καὶ ἀλκῆς πάντα τἆλλα συγχωρεῖν ἐποίει καὶ φέρειν µετρίως τοὺς Ἀθηναίους, ἀεὶ τὰ πρᾳότατα τῶν ὀνοµάτων τοῖς ἁµαρτήµασι τιθεµένους, παιδιὰς καὶ φιλοτιµίας.

Ses dons, ses chorégies, ses actions de prestige sans égales pour la cité, la gloire de ses aïeux, le pouvoir de son éloquence, sa beauté, sa force conjuguée à l’expérience de la guerre et sa bravoure, faisaient que les Athéniens passaient tout le reste et le supportaient sans trop de peine, donnant à ses erreurs les noms les plus doux, enfantillages et goût des honneurs.

34Ce bref passage de Plutarque condense les caractéristiques essentielles des bienfaiteurs, reprises constamment dans les décrets à partir du ive s. Ces hommes d’exception combinent les qualités innées – la noblesse de la lignée, la beauté, la bravoure –, qui évoquent celles de l’aristocratie archaïque, au dévouement à la cité : exercice de magistrature, générosité et surtout philotimia, goût de l’honneur, souci de sa réputation. À travers le personnage d’Alcibiade, Plutarque décrit donc un moment de tension extrême entre la cité démocratique et ses notables : si l’attitude d’Alcibiade frôle parfois l’arbitraire, la tyrannie, la cité ne peut se passer de la générosité et de l’énergie de ce jeune talent. Or, les récompenses démocratiques ordinaires – une simple couronne – sont incapables de satisfaire le souci de gloire d’Alcibiade.

  • 95 En témoigne le fameux mot de Thucydide, II 65, 9 : ἐγίγνετό τε λόγῳ µὲν δηµοκρατία, ἔργῳ δὲ ὑπὸ τοῦ (...)
  • 96 Pline, Histoire naturelle XXXIV 74.
  • 97 Pausanias, I 25, 1 : Ἔστι δὲ ἐν τῇ Ἀθηναίων ἀκροπόλει καὶ Περικλῆς ὁ Ξανθίππου καὶ αὐτὸς Ξάνθιππος (...)
  • 98 Londres, British Museum, inv. 549 ; Berlin, Staatliche Museen, inv. 1530 ; Krumeich 2002, p. 232-23 (...)
  • 99 Sur les problèmes posés par cette base et la restitution de l’inscription, cf. Krumeich 1997, p. 11 (...)
  • 100 Il s’agit sans nul doute d’une dédicace privée, faite soit par Périclès lui-même, soit par l’un de (...)
  • 101 Hölscher 1988 [1975], p. 380-381.
  • 102 Hölscher 1988 [1975], p. 382-383.

35À côté de ces coups d’éclat, suscités par des représentations individuelles hors normes, qui contreviennent trop ostensiblement aux principes démocratiques, les membres les plus aisés de la société athénienne dédient toujours plus fréquemment, au cours de la seconde moitié du ve s., des statues à leur image ou à l’image de leurs proches sur l’Acropole ou dans les sanctuaires de la cité. Ainsi, Périclès qui, plus que tout autre, incarne la personnalisation du pouvoir à Athènes95, avait dans le sanctuaire d’Athéna Polias sa statue en bronze, œuvre de Crésilas, évoquée par Pline l’Ancien96 et généralement identifiée à celle que mentionne à deux reprises Pausanias au cours de sa visite de l’Acropole97. Aucun doute raisonnable n’empêche de reconnaître dans une tête coiffée d’un casque corinthien, dont les plus belles répliques sont à Londres et à Berlin, la copie de cette œuvre du ve s. (pl. XIb)98. L’attribution d’une base fragmentaire trouvée sur l’Acropole à cette statue est en revanche moins assurée99. Ce n’est pas le lieu ici de reprendre l’ensemble des vifs débats au sujet de l’interprétation de cette œuvre. Deux points intéressent cependant particulièrement notre propos : son emplacement sur l’Acropole et son rôle dans la vie de la cité. Depuis les analyses fondamentales de T. Hölscher, il paraît incontestable que le commanditaire de la statue de Périclès, quelle que soit son identité100, a délibérément choisi de faire installer l’œuvre loin de la représentation de son père Xanthippe, pour prévenir toute possibilité d’interprétation familiale des deux œuvres101. La statue de Périclès est au contraire placée dans un contexte lié à la cité, près de l’Athéna Lemnia et non loin de l’Athéna Promachos. Le casque corinthien, qui renvoie à la fonction de stratège, met également en avant les charges publiques exercées par Périclès : le caractère privé de la commande est soigneusement occulté et les traits individuels évités, dans le but de conférer à la représentation un aspect public102. La statue de Périclès sur l’Acropole, bien que privée, évite donc les références trop explicites à la famille de Périclès et met au contraire l’accent sur le lien indissociable entre le stratège et la cité qu’il sert. C’est à ce prix sans doute que la représentation individuelle perd son caractère gênant.

  • 103 Éleusis, musée, inv. 5101 ; Hölscher 1973, p. 99-101, pl. 8,2 ; Kanta-Kitsou 1993, p. 69 ; IG I3 99 (...)

36Un relief votif fragmentaire découvert à Éleusis, qui représente, sur deux registres dont les lignes de sol irrégulières évoquent un terrain vallonné, une bataille opposant un groupe de cavaliers à des fantassins103, est certainement la représentation d’un hipparque de la fin du ve s. Une partie de la dédicace est conservée sur le bandeau qui marque la limite inférieure du relief :

[Πυθόδωρο]ς Ἐπιζήλο ἱππαρχέ[σας τοῖν Θεοῖν]

Pythodôros, fils d’Épizèlos, hipparque sortant de charge (a consacré) aux deux déesses.

  • 104 IG I3 960.
  • 105 IG I3 329, l. 2.
  • 106 Thucydide, V 19, 2 ; V 24, 1 et VI 105, 2 ; Davies 1971, p. 481, no 12402.
  • 107 Hölscher 1973, p. 99 et n. 508.
  • 108 Clinton 2008, p. 62 ; Bugh 1988, p. 91-93 situe la bataille dans les années 420, probablement à l’o (...)
  • 109 Hölscher 1973, p. 100 et n. 516.

37La plupart des commentateurs acceptent la restitution du nom Pythodôros, fondée sur une inscription commémorant la victoire de la tribu Aigèis au dithyrambe en 415/4, pour laquelle Pythodôros, fils d’Épizèlos, est chorège104. Ce personnage est nommé à la tête des trésoriers d’Athéna pour l’année 418/7105 et est peut-être identique à l’un des négociateurs de la paix de 421, par ailleurs stratège en 414106. Le style du relief, que l’on rapproche en général de la frise du temple d’Athéna Nikè107, confirme son inscription dans les dernières décennies du ve s., vraisemblablement avant 414, puisqu’à Athènes, on est généralement hipparque avant d’être stratège108. La dédicace du relief à Déméter et Corè reçoit en général une explication topographique : la bataille où s’est illustré Pythodôros se serait déroulée dans les abords vallonnés de la plaine thriasienne, qui seraient suggérés sur le relief109.

  • 110 Hölscher 1973, p. 100-101 et n. 523, suivi par Bugh 1988, p. 92-93 et n. 41.
  • 111 Gauer 1968, p. 146, repris par Hölscher 1973, p. 100 et n. 517.

38On s’accorde à reconnaître dans le cavalier barbu du registre supérieur, qui, revêtu d’une cuirasse et casqué, brandit depuis son cheval cabré sa lance contre l’ennemi, une représentation de Pythodôros lui-même110. Ce dernier commémore donc en relief ses propres exploits dans une offrande qui, pour être privée, possède une indéniable dimension publique111.

39Ces éléments d’une histoire de la représentation individuelle à Athènes au ve s. suggèrent l’existence d’un vif débat, probablement appuyé sur la concurrence entre les familles aisées athéniennes, autour de la représentation individuelle et de sa légitimité dans l’espace public. Les institutions isonomiques imposent une austérité que fissurent non seulement les traditions aristocratiques héritées de l’archaïsme, mais également la place considérable prise par la guerre dans la vie de la cité : les généraux vainqueurs, nimbés de l’aura des batailles, souhaitent voir leur gloire reconnue par leurs concitoyens. La modestie des honneurs accordés par la cité est alors compensée par la pratique votive individuelle, dans les sanctuaires d’Attique, mais aussi dans les grands sanctuaires de Grèce.

Le ve s. hors d’Athènes : de l’usage politique des statues

40L’histoire de la représentation individuelle à Athènes et de ses rapports aux institutions démocratiques au ve s. possède sa dynamique propre. Toutefois, le tableau est incomplet si l’on néglige, dans la genèse lente de la statuaire honorifique publique, le rôle joué par les représentations individuelles installées hors d’Attique, qu’elles représentent des citoyens athéniens ou les grands hommes d’autres cités. En effet, la tension entre l’idéal isonomique athénien et les pratiques traditionnelles des notables est d’autant plus grande que les restrictions pesant sur la représentation individuelle semblent avoir été moins importantes, voire inexistantes hors d’Attique. Cette liberté contribue à rendre de plus en plus intolérable pour les acteurs de la vie politique athénienne l’austérité imposée par la démocratie. Les victoires militaires marquent, une fois de plus, les temps forts de cette histoire parallèle de la représentation individuelle.

Delphes et Olympie avant 450

  • 112 Pausanias, X 1, 10. Cf. aussi Pausanias, X 13, 6.

41Dans l’exploration des origines de la statuaire honorifique et de ses rapports au genre votif, il faut évoquer, malgré les doutes qui planent sur son authenticité, un groupe sculpté de Delphes qui commémore une victoire militaire phocidienne contre les Thessaliens au tout début du ve s. Consacré à Apollon, qui a rendu un oracle annonçant la victoire, le monument est décrit par Pausanias112 :

ἀπὸ τούτου δὲ τοῦ ἔργου καὶ ἀναθήµατα οἱ Φωκεῖς ἀπέστειλαν ἐς Δελφοὺς Ἀπόλλωνα καὶ Τελλίαν τότε τὸν µάντιν καὶ ὅσοι µαχοµένοις ἄλλοι σφίσιν ἐστρατήγησαν, σὺν δὲ αὐτοῖς καὶ ἥρωας τῶν ἐπιχωρίων· ἔργα δὲ αἱ εἰκόνες Ἀριστοµέδοντός εἰσιν Ἀργείου.

En raison de cette victoire, les Phocidiens envoyèrent également comme consécrations à Delphes des statues d’Apollon, de Tellias, le devin d’alors, de tous ceux qui avaient été stratèges dans la bataille, accompagnées de statues des héros locaux. Les statues sont l’œuvre d’Aristomédôn d’Argos.

  • 113 Krumeich 1997, p. 193.
  • 114 Les blocs que Daux 1936b, p. 144-147, fig. 5 attribuait à ce monument, qui étaient probablement ins (...)
  • 115 Jacquemin 1999a, p. 190 et n. 265. La base d’Élatée pour les héros phocidiens, présentée comme poss (...)

42Parmi les stratèges représentés figurent notamment Rhoios et Daïphantès, qui commandent respectivement l’infanterie et la cavalerie lors de l’« action désespérée des Phocidiens » – Φωκικὴ ἀπόνοια – que commémore le monument. Comme le souligne R. Krumeich, l’imposant groupe sculpté phocidien, qui mêle les représentations divines et héroïques à celles de généraux vainqueurs, préfigure l’offrande de Marathon et, plus lointainement, le monument des « Navarques » dans le même sanctuaire113. De ce monument aussi bien honorifique que votif n’est cependant conservé aucun vestige archéologique114, de sorte qu’A. Jacquemin émet des doutes quant à l’existence d’un monument phocidien à Delphes dès le début du ve s.115. Ne faut-il pas dès lors voir dans ce groupe sculpté une création du début du iiie s., par laquelle les Phocidiens, de retour en grâce après leur opposition héroïque aux Galates, monumentalisent leur légende nationale ?

  • 116 Pausanias, X 10, 1-2.

43Que le monument phocidien imite l’offrande de Marathon ou qu’il en soit au contraire la source d’inspiration, les liens typologiques entre les deux groupes sculptés sont évidents. Pausanias décrit en effet le monument athénien de la manière suivante116 :

Τῷ βάθρῳ δὲ τῷ ὑπὸ τὸν ἵππον τὸν δούρειον ἐπίγραµµα µέν ἐστιν ἀπὸ δεκάτης τοῦ Μαραθωνίου ἔργου τεθῆναι τὰς εἰκόνας· εἰσὶ δὲ Ἀθηνᾶ τε καὶ Ἀπόλλων καὶ ἀνὴρ τῶν στρατηγησάντων Μιλτιάδης· ἐκ δὲ τῶν ἡρώων καλουµένων Ἐρεχθεύς τε καὶ Κέκροψ καὶ Πανδίων, καὶ Λεώς τε καὶ Ἀντίοχος ὁ ἐκ Μήδας Ἡρακλεῖ γενόµενος τῆς Φύλαντος, ἔτι δὲ Αἰγεύς τε καὶ παίδων τῶν Θησέως Ἀκάµας· οὗτοι µὲν καὶ φυλαῖς Ἀθήνῃσιν ὀνόµατα κατὰ µάντευµα ἔδοσαν τὸ ἐκ Δελφῶν· ὁ δὲ Μελάνθου Κόδρος καὶ Θησεὺς καὶ Φιλαῖος ἐστιν, οὗτοι δὲ οὐκέτι τῶν ἐπωνύµων εἰσί· τοὺς µὲν δὴ κατειλεγµένους Φειδίας ἐποίησε καὶ ἀληθεῖ λόγῳ δεκάτη καὶ οὗτοι τῆς µάχης εἰσίν.

Sur la base en contrebas du cheval de bois est gravée une inscription, qui indique que les statues ont été érigées sur la dîme de la bataille de Marathon : elles représentent Athéna, Apollon et l’un des stratèges d’alors, Miltiade ; parmi ceux que l’on appelle héros sont représentés Érechthée, Kécrops et Pandiôn, Léôs et Antiochos, fils d’Héraclès par Mèda, fille de Phylas, ainsi qu’Aigeus et Akamas, l’un des fils de Thésée. Ces derniers, à la suite d’un oracle de Delphes, donnèrent leurs noms aux tribus à Athènes ; sont également représentés Kodros, fils de Mélanthos, Thésée et Philaios, qui ne sont pas du nombre des éponymes. Les statues mentionnées sont l’œuvre de Phidias et sont véritablement une dîme de la bataille.

  • 117 SD 225 ; Jacquemin 1999a, p. 315, cat. 077 et p. 410 (index).
  • 118 Kron 1976, p. 217 ; Vidal-Naquet 1991, p. 383.
  • 119 Krumeich 1997, p. 94 et n. 358 ; Ioakimidou 1997, p. 69-75 ; contra Kron 1976, p. 218.
  • 120 Eschine, Contre Ctésiphon 186 ; Pausanias, I 15, 3 ; scholie à Aelius Aristide (Dindorf III 566) ; (...)
  • 121 Pausanias, I 28, 2 ; IX 4, 1.
  • 122 Plutarque, Vie de Cimon 13, 6 ; Cornelius Nepos, Cimon 2, 5 ; cf. Holtzmann 2003, p. 93, 99, 105.
  • 123 Vidal-Naquet 1991, p. 382-407, suivi par Krumeich 1997, p. 99-100 ; Jacquemin 1999a, p. 190-191.
  • 124 Kron 1976, p. 223-225 considère que les statues des trois héros manquants ont été remplacées par ce (...)

44Ce monument prestigieux, l’un des plus commentés de Delphes, succède à un groupe similaire, qui représente les dix héros éponymes d’Athènes, installé peu après 490 le long du côté Sud de la terrasse du trésor des Athéniens117. En raison de la présence de la statue de Miltiade, le monument de Marathon ne peut en effet dater des lendemains de la bataille, car le stratège est alors condamné à une lourde amende à la suite de l’affaire de Paros118. Une datation à l’époque de Cimon – plus vraisemblablement entre 470 et 461 qu’après son retour d’exil119 –, qui appuie son pouvoir politique sur la gloire de son père, paraît ainsi préférable. Elle gagne encore en vraisemblance si l’on se souvient qu’à la même époque, à Athènes, un peintre de l’entourage de Polygnote et de Micon représente dans la stoa poikilè, fondée par Peisianax, beau-frère de Miltiade, la bataille de Marathon, où Miltiade apparaît au premier rang, guidant l’assaut contre l’ennemi120 et que l’Athéna Promachos, ἀπαρχή de la bataille de Marathon réalisée elle aussi par Phidias121, est installée sur l’Acropole, dotée d’une nouvelle enceinte grâce au butin rapporté par Cimon de la victoire de l’Eurymédon et du siège de Thasos122. Le remplacement de trois héros éponymes par Kodros, Thésée et Philaios a également été interprété comme un indice de l’implication de Cimon dans la commande de l’œuvre123, mais cette hypothèse demeure controversée124.

  • 125 Bommelaer 2011, p. 221 ; le même auteur, p. 224 et n. 37 estime que la restitution la plus courte e (...)
  • 126 Bousquet 1942-1943, p. 133-135.
  • 127 SD 110 ; Jacquemin 1999a, pl. 3 place curieusement le monument de Marathon devant celui dit des « N (...)

45Les indices archéologiques qui permettent de restituer le monument de Marathon sont très ténus. J.-Fr. Bommelaer pense cependant qu’il s’agit d’une base large de 1,21 m au maximum et longue de 16 m ou d’une douzaine de mètres, selon qu’on lui restitue une ou deux assises125 – à laquelle appartient peut-être un bloc dans lequel était encastrée une stèle portant un décret pour un Athénien de la fin du ive ou du début du iiie s.126 –, installée au Sud de la voie des processions, devant laquelle a été installé plus tard le monument dit des « Navarques », à l’entrée du sanctuaire127. Tout porte donc à croire qu’il s’agissait d’un groupe paratactique au centre duquel il faut imaginer le stratège et les deux divinités, dressé à un emplacement de choix au départ de la voie processionnelle.

  • 128 Kron 1976, p. 219-223 ; Krumeich 1997, p. 97-98 ; Ioakimidou 1997, p. 192-193, n. 1 ; p. 198, n. 66 (...)
  • 129 Despinis 1998.
  • 130 Voir la contribution d’E. B. Harrison dans Despinis 2001, p. 123-127.
  • 131 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 2344 et inv. 2338.
  • 132 Athènes, musée de l’Agora, inv. S898 + 722.
  • 133 Le motif des nattes croisées sur l’arrière de la tête et nouées au-dessus du front rapproche par ex (...)
  • 134 Les trois têtes sont sculptées dans le même marbre, probablement de Thasos ; d’autre part, les calo (...)
  • 135 Holtzmann 2003, fig. 63 paraît séduit par cette hypothèse.
  • 136 Madrid, musée du Prado ; Despinis 2001, p. 112-122, fig. 11-19.
  • 137 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 140.
  • 138 Linfert 1982, p. 71, pl. 18,3 ; 19,3.
  • 139 Despinis 2001, p. 117-118.
  • 140 Despinis 2001, p. 119-122.

46Parmi les nombreuses tentatives d’identifications d’originaux ou de copies de ce groupe sculpté128, la proposition la plus convaincante, en ce qui concerne la statue de Miltiade, est celle de G. Despinis129, à laquelle E. B. Harrison a apporté son concours130. Selon eux, deux têtes fragmentaires trouvées sur l’Acropole131 et une troisième découverte près de l’Éleusinion d’Athènes132, proches par leurs caractéristiques stylistiques133 et techniques134, seraient les vestiges d’une copie impériale du groupe central du monument de Marathon. Si l’on accepte cette identification135, Miltiade aurait été représenté en général à la barbe foisonnante et aux cheveux longs nattés, coiffé d’un casque corinthien, présentant, malgré l’idéalisation de ses traits, quelques discrètes notations réalistes, telles les rides barrant le front. La proximité de cette tête avec le buste de Thémistocle à Ostie, longuement analysée par G. Despinis, confirme son inscription dans le style sévère. Plus intéressante encore pour notre sujet, bien que plus hasardée, l’identification du type de l’Athéna de Delphes dans une copie romaine conservée à Madrid136, proche de l’Athéna d’Angélitos137 et souvent identifiée comme une reproduction de l’Athéna Areia de Phidias138, permet à G. Despinis de restituer la composition du groupe. L’épaule et le bras droit haut levés de la déesse, dont la position suggère un effort pour atteindre un point élevé, sont incompatibles avec la restitution d’une lance139 ; la déesse effectue plus probablement un geste de couronnement140. Miltiade aurait alors été représenté en armes, couronné par Athéna, déesse de la victoire autant que déesse poliade.

  • 141 Cf. infra p. 271-273 ; la modestie de ce groupe peut également s’expliquer par la relativement faib (...)
  • 142 Il me semble notamment qu’on peut supposer que le nom de Miltiade, comme celui des dieux et des hér (...)
  • 143 Kron 1976, p. 217 ; Krumeich 1997, p. 100 et n. 398.
  • 144 La présence du héros Philaios, fondateur du lignage des Philaides auquel appartient Cimon, en est u (...)
  • 145 Cf. supra p. 59-60.

47Miltiade est mort depuis longtemps quand sa statue est érigée à Delphes. C’est donc, stricto sensu, un monument commémoratif et non honorifique. Pourtant, ce monument est essentiel dans la genèse de la représentation honorifique. Il faut souligner tout d’abord le contraste entre ce groupe prestigieux et la grande sobriété des hommages rendus à Miltiade à Athènes : le tableau de la stoa poikilè ne mentionne pas même son nom. Le contraste est également saisissant avec les trois piliers hermaïques anonymes commémorant la victoire de Cimon et de ses collègues stratèges à la bataille d’Éion en 476141. Les règles strictes qui pèsent sur la représentation individuelle à Athènes ne s’appliquent visiblement pas à Delphes142 et le grand sanctuaire sert d’exutoire au désir de Cimon d’exalter le prestige de sa famille. Car, bien que ce monument public commémore un haut fait de l’histoire de la cité, les commentateurs soulignent à juste titre que l’exaltation de Miltiade seul, au détriment de Callimachos et des huit autres stratèges de la bataille143, trahit l’implication personnelle de Cimon dans le programme iconographique du monument144. En ce sens, le monument de Marathon constitue la version hyperbolique des statues commémoratives à l’image de leurs proches, érigées par les familles athéniennes sur l’Acropole dès la première moitié du ve s.145.

  • 146 Cette hypothèse est rejetée par Kron 1976, p. 218-219, comme par Krumeich 1997, p. 95-96.
  • 147 Kron 1976, p. 226.
  • 148 Kron 1976, p. 226.
  • 149 Cf. infra p. 146.
  • 150 Il est à ce titre significatif que Pausanias, VIII 52, 1-5, dans une longue digression suscitée par (...)

48Il paraît toutefois exclu que le monument de Marathon soit une offrande privée146, car l’exaltation du lignage de Cimon est rehaussée à Delphes par la reconnaissance publique. La statue de Miltiade est en effet flanquée des représentations de sept héros éponymes, l’une des premières représentations connues des héros de tribus clisthéniens147, qui symbolisent l’armée de citoyens victorieuse à Marathon148, mais contribuent également à mettre en valeur le rôle de Miltiade à la tête de la cité. D’autre part, si l’on accepte l’hypothèse de G. Despinis, Miltiade est couronné par Athéna, composition qui préfigure les scènes représentées sur les reliefs couronnant les décrets de proxénie et les décrets honorifiques dès la seconde moitié du ve s.149, où le geste acquiert une signification institutionnelle. La statue de Miltiade à Delphes présente ainsi toutes les caractéristiques d’une représentation honorifique150, seulement désamorcée par l’exaltation d’un héros défunt, Miltiade, qui sert de paravent aux ambitions de son fils.

49Manifestation de la piété des Athéniens envers les dieux, de l’orgueil d’une grande famille, de la reconnaissance de la cité pour son bienfaiteur, le monument de Marathon est aussi bien votif, commémoratif qu’honorifique, sans que l’on puisse – ou doive – dissocier ces fonctions.

  • 151 Pausanias, V 27, 7.

50Le sanctuaire d’Olympie accueille lui aussi, dès la première moitié du ve s., en dehors des statues d’athlètes, des groupes sculptés comportant des représentations à coloration honorifique. Pausanias décrit ainsi un groupe sculpté érigé vers 470151 :

Ἔστι δὲ ἐν τοῖς ἀναθήµασι τούτοις καὶ αὐτὸς ὁ Φόρµις ἀνδρὶ ἀνθεστηκὼς πολεµίῳ, καὶ ἐφεξῆς ἑτέρῳ καὶ τρίτῳ γε αὖθις µάχεται. γέγραπται δὲ ἐπὶ τούτοις τὸν στρατιώτην µὲν τὸν µαχόµενον Φόρµιν εἶναι τὸν Μαινάλιον, τὸν δὲ ἀναθέντα Συρακόσιον Λυκόρταν· δῆλα δὲ ὡς οὗτος ὁ Λυκόρτας κατὰ φιλίαν ἀναθείη τοῦ Φόρµιδος.

Il y a aussi parmi ces offrandes une statue de Phormis lui-même face à l’ennemi, puis, immédiatement à côté, il combat un deuxième et un troisième ennemi. Il est inscrit sur ces monuments que le soldat qui combat est Phormis de Mainalos, et que le dédicant est Lycortas de Syracuse : il est clair que ce Lycortas l’a consacrée par amitié pour Phormis.

  • 152 Pausanias, V 27, 1 ; Eckstein 1969, p. 48 ; Hölscher 1973, p. 89 ; Krumeich 1997, p. 185.
  • 153 Hölscher 1973, p. 89.
  • 154 L’un de ces chevaux est réputé avoir des vertus magiques ; cf. Muller-Dufeu 2011, p. 258.
  • 155 Pausanias, V 27, 2.
  • 156 Eckstein 1969, p. 44-47, pl. 2, fig. 8-11.
  • 157 Longueur maximale : 7,33 m ; profondeur maximale : 1,64 m.

51La description assez confuse de Pausanias pourrait laisser penser que Phormis, Arcadien au service des Deinoménides, qui s’est probablement illustré pendant la bataille d’Himère152, est représenté trois fois. Il est cependant plus probable, comme le souligne T. Hölscher153, que Phormis n’était représenté qu’une seule fois assailli par trois ennemis. Ce monument à la gloire de Phormis, érigé près du Pélopion, se trouve à proximité immédiate de deux chevaux de bronze, flanqués de cochers154, consacrés par Phormis lui-même155. F. Eckstein a proposé d’associer l’ensemble des statues aux vestiges d’une base mis au jour entre le Pélopion et le mur de péribole Ouest du sanctuaire156, dont ne restent que les fondations157 et six blocs de la première assise. Pour autant que l’on puisse encore en juger, la base paraît avoir été constituée d’un corps central divisé en trois parties, flanqué d’ailes latérales légèrement plus profondes. Phormis et ses ennemis auraient ainsi été représentés au centre, tandis que les chevaux et leurs cochers auraient clos le groupe sculpté de chaque côté.

52Il paraît évident, comme le souligne à juste titre Pausanias, que la statue de Phormis, bien que votive, comporte une indéniable dimension honorifique. Lycortas exalte par ce monument la valeur guerrière de son ami. Dédier ainsi la statue d’un proche aux dieux est, au cours des siècles suivants, une pratique courante et les dédicaces associées à ces représentations empruntent le formulaire honorifique. Mais la statue de Phormis prouve que, dès le ve s., on peut manifester sa reconnaissance à un personnage vivant par l’érection d’une statue à son image dans un sanctuaire.

53L’architecture du monument de Phormis, si l’on accepte la restitution de F. Eckstein, manifeste d’autre part concrètement l’indistinction entre les caractères votif et honorifique. Sur un même socle en effet se dressent d’une part deux chevaux de bronze, beaux objets anonymes qui perpétuent le lien entre Phormis et la divinité, d’autre part la statue de Phormis face à ses ennemis, qui manifeste certes la piété de Lycortas, mais assure également la gloire du mercenaire arcadien.

L’exemple de Lysandre

  • 158 Voir les conclusions de Bommelaer 1981, p. 20-23.
  • 159 Sur le culte de Lysandre à Samos, et peut-être dans d’autres cités ioniennes, notre source principa (...)
  • 160 Pausanias, VI 3, 14-15, trad. J. Pouilloux, CUF, 2002.

54Les guerres de la seconde moitié du ve s., en particulier la guerre du Péloponnèse, permettent aux généraux vainqueurs de sortir du rang et d’accéder à la représentation individuelle. Toutefois, avec Lysandre, vainqueur des Athéniens à Aigos Potamoi en 405, l’exaltation d’une personnalité prend des proportions inconnues jusqu’alors158, à la mesure du bouleversement que représente pour les contemporains la défaite d’Athènes, soldée par la chute de la démocratie et l’établissement des Trente au printemps suivant. Lysandre reçoit ainsi des honneurs cultuels à Samos, probablement à l’initiative des oligarques qu’il installe après sa conquête de l’île159. Ces honneurs ἰσόθεοι s’accompagnent bien sûr de la dédicace de représentations individuelles : les Samiens dédient ainsi une statue honorifique de Lysandre à Olympie, tandis que les Éphésiens lui en consacrent une autre, installée avec les représentations d’autres Spartiates, dans le sanctuaire d’Artémis. La base de la statue d’Olympie porte, selon Pausanias, l’inscription suivante160 :

Dans le sanctuaire tant admiré de Zeus souverain des cimes, je me dresse, consécration publique des Samiens […] Le renom immortel de tes actes, Lysandre, tu l’as obtenu pour ta patrie et pour Aristocritos, mais la gloire de ta valeur, c’est toi qui l’as.

  • 161 Pindare, Deuxième Néméenne 18-19.
  • 162 Sur la date de composition du premier Dithyrambe, cf. Duchemin, Bardollet 1993, p. 5-6.
  • 163 Bacchylide, Dithyrambe I 51. La première Épinicie s’ouvre également sur une invocation des vierges, (...)
  • 164 Cette hypothèse gagne en crédit si l’on se souvient que Lysandre appuie sa politique de prestige su (...)

55Le premier distique, qui donne la parole à la représentation de Lysandre, reprend une tradition archaïque passée de mode à la fin du ve s. et emploie un vocabulaire recherché, voire précieux : l’adjectif πολυθάητος, forme poétique de πολυθέατος, est un hapax. L’épithète de Zeus ὑψιµέδων est rare, mais on la trouve chez Pindare161 et surtout chez Bacchylide, qui, dans un dithyrambe composé probablement après 452162, au cours de son exil dans le Péloponnèse, ouvre le discours de Ménélas, roi mythique de Sparte, sur une évocation de Ζεὺς ὑψιµέδων163. Ce poème devait être célèbre, notamment à Sparte, et il n’est peut-être pas fortuit que l’épigramme d’Olympie prête à Lysandre les mots de Ménélas164. Mais cette référence sophistiquée à la tradition littéraire s’accompagne d’une nouveauté radicale puisque le génitif absolu du second vers désigne expressément la statue de Lysandre comme une offrande publique des Samiens. La représentation du général spartiate est donc la première statue honorifique officielle pour un personnage vivant. Il n’est pas indifférent qu’elle soit érigée pour un personnage élevé au rang de dieu par les Samiens : c’est parce qu’il se distingue du reste des hommes que Lysandre peut accéder à l’honneur suprême d’une représentation publique, préfiguration des µέγισται τιµαί accordées aux rois, puis aux grands bienfaiteurs de l’époque hellénistique.

  • 165 Sur cette dénomination, cf. Bommelaer 2011, p. 201-202.
  • 166 Pausanias, X 9, 7-10.

56Le prestige de Lysandre prend cependant toute son ampleur dans un monument exceptionnel, érigé à Delphes probablement pour faire pièce à l’offrande de Marathon et éclipser Miltiade : le monument dit, improprement, des « Navarques165 ». La source principale est ici encore Pausanias166 :

Λακεδαιµονίων δὲ ἀπαντικρὺ τούτων ἀναθήµατά ἐστιν ἀπ’ Ἀθηναίων, Διόσκουροι καὶ Ζεὺς καὶ Ἀπόλλων τε καὶ Ἄρτεµις, ἐπὶ δὲ αὐτοῖς Ποσειδῶν τε καὶ Λύσανδρος ὁ Αριστοκρίτου στεφανούµενος ὑπὸ τοῦ Ποσειδῶνος, Ἀγίας τε ὅς τῷ Λυσάνδρῳ τότε ἐµαντεύετο καὶ Ἕρµων ὁ τὴν ναῦν τὴν Λυσάνδρου τὴν στρατηγίδα κυβερνῶν […] ἀνάκεινται δὲ καὶ ὄπισθεν τῶν κατειλεγµένων ὅσοι συγκατειργάσαντο τῷ Λυσάνδρῳ τὰ ἐν Αἰγὸς ποταµοῖς ἢ αὐτῶν Σπαρτιατῶν ἢ ἀπὸ τῶν συµµαχησάντων, εἰσὶ δὲ οἵδε· [suit une liste de vingt-huit noms].

En face de ceux-ci [les Arcadiens] se trouvent les consécrations des Lacédémoniens faites sur leur victoire contre les Athéniens : les Dioscures, Zeus, Apollon et Artémis, puis Poséidon, Lysandre, fils d’Aristocritos, couronné par Poséidon, Agias, qui était alors devin pour Lysandre, et Hermôn, le pilote de la flotte de Lysandre […] Derrière eux se dressent tous les soldats qui ont participé aux côtés de Lysandre à la bataille d’Aigos Potamoi, qu’ils soient Spartiates ou alliés ; ce sont les suivants : [suit une liste de vingt-huit noms].

  • 167 Pouilloux, Roux 1963, p. 16-19.
  • 168 Plutarque, Vie de Lysandre 18, 1 ; De Pythiae oraculis 2.
  • 169 SD 109 ; Bommelaer 2011, p. 210, fig. 3 récapitule les hypothèses anciennes sur la localisation du (...)
  • 170 Bommelaer 2011, p. 221-224.
  • 171 Les différentes hypothèses de restitution sont présentées par Bommelaer 2011, p. 224-234.
  • 172 Bommelaer 1991, p. 108-109.
  • 173 Bommelaer 1971, p. 51 ; Bommelaer 2011, p. 204-207, fig. 2 ; cf. également Pouilloux, Roux 1963, p. (...)
  • 174 Voir les relevés et les photographies dans FD III 1, p. 27-41 ; Bommelaer 1971, fig. 1-14.
  • 175 Bommelaer 1971, p. 54 donne les mesures des pieds selon le type de la statue ; pour la restitution (...)
  • 176 Delphes, musée, inv. 1289 + sans numéro (hauteur : 0,29 m ; longueur : 1,09 m ; profondeur : 0,92 m (...)
  • 177 FD III 1, 50.

57De ce monument commémoratif de la victoire d’Aigos Potamoi en 405 sont conservés d’importants vestiges archéologiques : depuis les travaux de J. Pouilloux et de G. Roux167, qui ont réconcilié les témoignages de Pausanias et de Plutarque168, on plaçait ce monument sur ceque l’on croyait être une fondation au Sud de la Voie sacrée, immédiatement après l’entrée du sanctuaire169. Cependant, l’examen de la documentation ancienne a permis à D. Laroche et J.-Fr. Bommelaer de montrer que les blocs que l’on prenait pour une fondation n’étaient en fait pas en place et que rien n’imposait donc d’y replacer le monument des « Navarques », qui devient de ce fait flottant170. La forme du monument ne peut être restituée avec certitude mais douze blocs de calcaire gris conservés avec leurs inscriptions permettent de s’en faire une idée171 : la première rangée comprenait deux groupes de cinq statues de bronze, tandis que la seconde comportait au moins vingt-neuf statues172 – alors que Pausanias ne nomme que vingt-huit personnages –, placés probablement selon leur origine géographique173. Les mortaises visibles à la face supérieure des blocs174 indiquent que les dieux et les personnages du rang antérieur atteignaient 1,80 m à 2 m, tandis que ceux du rang postérieur mesuraient entre 1,50 m et 1,60 m175. Le bloc qui portait la statue de Lysandre est fort heureusement conservé176 : le général vainqueur était en appui sur la jambe droite, la jambe gauche fléchie, portée vers l’arrière et sur le côté et s’appuyait sans doute du bras droit sur une lance. L’œuvre était accompagnée de l’épigramme suivante177 :

Son image, il l’a consacrée pour ce haut fait : vainqueur sur ses rapides vaisseaux, il a mis à sac la puissance des Kécropides, lui Lysandre, couronnant l’imprenable Lacédémone, citadelle de la Grèce, patrie aux beaux chœurs. Iôn de Samos baignée des flots a composé l’épigramme.

  • 178 Plutarque, Vie de Lysandre 18, 1 : Ὁ δὲ Λύσανδρος ἔστησεν ἀπὸ τῶν λαφύρων ἐν Δελφοῖς αὑτοῦ εἰκόνα κ (...)
  • 179 Pomtow 1906, p. 554-555 ; FD III 1, 50.
  • 180 Jacquemin 1999a, p. 220 reprenant l’analyse de Pouilloux, Roux 1963, p. 59 ; Hölscher 1974, p. 77, (...)
  • 181 Jacquemin 1999a, p. 338, no 322 ; même opinion chez Ioakimidou 1997, p. 288-289.
  • 182 Jacquemin 1999a, p. 95, n. 104.

58Cette épigramme pose la question épineuse de la nature du monument d’Aigos Potamoi. En effet, si le passage de Pausanias suggère qu’il s’agit d’une offrande de victoire traditionnelle, consacrée publiquement sur la dépouille des ennemis, les distiques d’Iôn livrent une tout autre interprétation. Lysandre apparaît comme seul dédicataire de sa statue, l’adjectif ἑάν (v. 1) insistant sur son caractère privé. L’épigramme semble donc s’accorder avec Plutarque, qui, dans sa Vie de Lysandre, précise que « Lysandre fit élever à Delphes, sur le produit du butin, sa statue de bronze et celle de chacun des navarques178 ». Cependant, la gravure de l’épigramme parvenue jusqu’à nous date du ive s.179 et A. Jacquemin souligne que rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit de la reprise de l’inscription originale du ve s.180. Elle range donc le monument d’Aigos Potamoi parmi les offrandes publiques181, tout en admettant qu’il est difficile de faire la part entre les aspects privés et publics du groupe sculpté182.

  • 183 Kahrstedt 1922, p. 190-191.
  • 184 Kahrstedt 1922, p. 191 : « das bekannte Lysandros-Monument ist nicht nur in dem Titel, sondern auch (...)

59Sur le plan juridique, il ne fait pas de doute que les généraux spartiates vainqueurs du ve s. disposent à discrétion du butin de leur victoire183. Ainsi, si les vingt-neuf statues de la seconde rangée du monument exaltent la gloire de Sparte et de ses alliés, ce n’est que par le bon vouloir de Lysandre184. Cette observation juridique permet d’affirmer que l’épigramme de la base, qu’elle appartienne ou non au monument original, traduit fidèlement la signification politique du monument : c’est Lysandre qui couronne (v. 3), qui honore Sparte en disposant si généreusement du butin de la victoire, et non l’inverse. Lysandre est certes couronné, mais non par sa cité. Il est honoré directement par le dieu de la mer, allusion à la faveur du dieu des flots lors de la bataille navale d’Aigos Potamoi, mais également manifestation d’orgueil de la part de Lysandre, qui se place ainsi, de son vivant, au rang des dieux.

  • 185 Hölscher 1974, p. 77-78 ; Krumeich 1997, p. 173 et n. 187 ; Jacquemin 1999a, p. 191-192.

60C’est dans ce contexte, à mon avis, que la comparaison avec le monument voisin de Marathon prend tout son sens. La plupart des commentateurs de l’œuvre analysent en effet ce monument, où les statues sont trois fois plus nombreuses que dans le groupe athénien, comme une surenchère destinée à manifester visuellement l’écrasement de la force athénienne par les Lacédémoniens et leurs alliés185. Remarque juste, mais qui demande à être complétée par une analyse politique. En dépit de leur apparente proximité typologique – les deux groupes mêlent dieux et mortels et représentent le vainqueur couronné par un dieu –, les monuments de Marathon et d’Aigos Potamoi relèvent de deux conceptions antithétiques du rôle des généraux et de leurs rapports à la cité. Même si l’influence politique de Cimon est déterminante dans le programme iconographique du groupe de Marathon, c’est la cité qui prend la décision officielle d’honorer un grand homme défunt et qui met à disposition les fonds pour réaliser l’offrande ; dans le cas du groupe des « Navarques » au contraire, c’est le général lui-même qui fait ériger un monument à sa propre gloire et consent à honorer, au sein du même monument, mais dans une position subalterne, la cité et ses alliés. Par le monument d’Aigos Potamoi à Delphes, Lysandre ne manifeste donc pas uniquement la supériorité numérique des Lacédémoniens et de leurs alliés sur Athènes, mais également la supériorité de l’oligarchie spartiate sur la démocratie athénienne.

61Les deux monuments de Delphes synthétisent efficacement les significations des représentations individuelles votives au ve s. et leurs relations complexes, voire tendues, avec les institutions des cités. La question centrale est, dans les deux cas, la suivante : quel rôle faut-il donner au général vainqueur dans la commémoration votive d’une bataille et quelle place accorder à sa statue ? Lysandre donne à cette question une réponse traditionnelle, qui fait primer la gloire personnelle sur la geste collective. La démocratie athénienne explore une voie plus complexe, où l’exaltation d’une personnalité n’empêche pas le maintien du primat de la cité sur l’individu. Ce jeu subtil entre le grand homme, le bienfaiteur, et la cité est le moteur essentiel de la création, au début du ive s., de la statuaire honorifique publique à Athènes.

La création du genre honorifique public à Athènes

La gloire des généraux vainqueurs

  • 186 Pour les données topographiques et architecturales relatives à la statue de Conon devant la stoa de (...)

62La représentation honorifique n’est pas une création ex nihilo du début du ive s. Par maints aspects, elle est l’héritière de la représentation votive individuelle d’époque archaïque. L’histoire du genre honorifique telle que la présente Démosthène, sans cesse reprise dans la bibliographie, occulte cette lente genèse. Elle n’en est pas moins révélatrice du discours produit au ive s. sur la représentation publique et, plus précisément, sur le rôle joué par la statue de Conon186 dans l’évolution des rapports de la démocratie athénienne avec la représentation individuelle. L’installation sur l’Agora de la statue du vainqueur de Cnide signe l’adaptation à la démocratie des pratiques votives ostentatoires traditionnelles.

  • 187 Démosthène, Contre Leptine 69-71.

63Pour comprendre cette transition, il convient de reprendre, en le replaçant dans un contexte un peu plus large qu’on ne le fait d’ordinaire, le passage de Démosthène qui a tant fait couler d’encre187 :

  • 188 Sur le contexte historique de ce discours, qui est peut-être le premier discours politique prononcé (...)
  • 189 Burke 2002, p. 178 et n. 64.
  • 190 Conon meurt à Chypre avant 388 ; cf. Lysias, Sur les biens d’Aristophane 39-41.

64Ce passage s’inscrit dans la première partie du discours que prononce Démosthène en 354 contre la loi proposée par Leptine qui, pour faire face aux difficultés économiques engendrées par la guerre sociale, prévoit l’abrogation des exemptions de liturgies accordées par décret aux bienfaiteurs de la cité188. Avant d’examiner les raisons techniques qui rendent la proposition de Leptine illégale, Démosthène brosse un tableau historique des honneurs accordés par les Athéniens, insistant sur la faute morale que constituerait leur suppression189. Conon, mort depuis près de quarante ans à la date du discours de Démosthène190, est présenté comme le parangon du général dévoué à sa cité.

  • 191 Isocrate, Évagoras 57.
  • 192 Sur la vie politique à Athènes et les événements militaires entre 403 et 394, cf. Funke 1980, p. 57 (...)
  • 193 Nouhaud 1982, p. 333-342, 359-360 ; Funke 1983, p. 150-151 et n. 5. L’interprétation de la bataille (...)
  • 194 Xénophon, Les Helléniques II 1, 28-29 ; Diodore de Sicile, XIII 106, 6 ; XIV 39, 1 ; H. Swoboda, RE(...)
  • 195 Diodore de Sicile, XIV 39, 1.
  • 196 En ce sens, le début des considérants du décret honorifique cité par Démosthène est significatif : (...)

65Les honneurs qui lui ont été accordés par Athènes en récompense de sa victoire navale contre la puissance lacédémonienne au large de Cnide en 394, qualifiés par Isocrate191 de µέγισται τιµαί, saluent l’abaissement de Sparte, qui dominait la mer Égée depuis 405192. La bataille de Cnide, qui, chez les orateurs attiques du ive s., notamment Isocrate, ami de Timothée193, signe le redressement d’Athènes, est en fait une victoire perse : Conon, réfugié depuis la bataille d’Aigos Potamoi à Salamine de Chypre chez le roi Évagoras, son ami194, est placé à la tête de la flotte perse par le Grand Roi Artaxerxès, convaincu par Pharnabaze195. Athènes ne participe pas à la victoire, mais en profite indirectement196. Ces circonstances historiques expliquent à mon avis l’ampleur inouïe des honneurs votés.

  • 197 Pausanias, VI 3, 15-16 ; Krumeich 1997, p. 207-208 ; Strauss 1984, p. 39.
  • 198 IK 1, 6.
  • 199 IKaunos 81 ; cf. infra p. 188-189.
  • 200 Noter que les honneurs accordés par d’autres cités sont parfois mentionnés dans les considérants de (...)
  • 201 Ces défaites, bien plus que le retour de Conon, sont à l’origine de l’éclipse politique de Thrasybu (...)
  • 202 On ne peut cependant plus interpréter en ce sens le décret accordant l’autonomie aux Étéocarpathien (...)
  • 203 Sur l’implication limitée de Conon dans la vie publique athénienne après Cnide, cf. Fornis 2008, su (...)

66En effet, comme l’affirme Démosthène, Athènes n’est pas seule à avoir honoré Conon. Pausanias précise ainsi que Samos et Éphèse, après la bataille de Cnide, consacrent des statues de Conon et de Timothée dans les sanctuaires d’Héra et d’Artémis197. D’autres cités ioniennes et cariennes prirent les mêmes dispositions dès 394, comme le prouvent un décret honorifique d’Érythrées198 et une base de statue à Caunos199 (infra, fig. 22a-b). Pausanias dresse tout naturellement un parallèle entre ces honneurs et ceux accordés par les mêmes cités à Lysandre après la bataille d’Aigos Potamoi. Le périégète en tire une morale sur la faiblesse des hommes, qui flattent toujours le plus puissant, mais on peut en proposer une lecture politique : Conon reçoit en Ionie des honneurs similaires à Lysandre, qui ne comprennent certes pas l’établissement d’un culte, mais prévoient, ce qui est inédit pour un Athénien encore en vie, la consécration de statues de bronze. On peut dès lors supposer que les Athéniens, pour ne pas être en reste vis-à-vis des cités d’Asie Mineure et pour renforcer le caractère athénien de la victoire, font taire leur réticence coutumière à consacrer publiquement des représentations individuelles. Ainsi, lorsque Démosthène affirme que la suppression des honneurs accordés à Conon par Athènes serait une honte, quand les récompenses accordées ailleurs demeurent acquises, il transpose peut-être un argument utilisé au moment du vote des honneurs en 393 : il serait honteux de ne pas accorder une statue à Conon, quand tant d’autres cités l’ont fait200. Les Athéniens, pour attirer sur eux l’aura de la victoire après les échecs cuisants de Némée et de Coronée201 et pour essayer de reprendre pied en mer Égée202, forcent ainsi l’identité athénienne de Conon203 en lui votant des honneurs inédits.

  • 204 Isocrate, Évagoras 57 ; à compléter par Pausanias, I 3, 2.
  • 205 IG II2 20 ; Lewis, Stroud 1979 ; Meyer 1989a, p. 276-277, cat. A 39, pl. 9,2 ; Funke 1983, p. 152-1 (...)
  • 206 IG II2 19 ; Funke 1983, p. 158.
  • 207 IG II2 17 ; Osborne 1970 ; Funke 1983, p. 161-163.
  • 208 L’hypothèse de Laing 1965 selon laquelle le catalogue des marins de huit trières trouvé sur l’Acrop (...)
  • 209 Funke 1983, p. 162-163, à propos de la mise en valeur du devin ; cf. supra p. 67.
  • 210 Cf. infra p. 257-261.

67On peut aller plus loin dans l’interprétation de la statue de Conon, acte de naissance de la statuaire honorifique publique à Athènes. Les sources littéraires204 et un décret honorifique fragmentaire205 précisent en effet qu’Évagoras est honoré d’une statue de bronze en même temps que Conon et que les deux œuvres se dressent en façade du portique de Zeus Éleuthérios sur l’Agora, où sont préservés les vestiges de leurs bases (fig. 2). Par ailleurs, Sôphilos, le proposant du décret pour Évagoras, propose au cours de la même séance d’honorer un Rhodien anonyme, mais qui appartient probablement à l’entourage de Conon et du roi de Chypre206. Le devin Sthorys de Thasos, qui a prévu le succès de Conon, est également honoré la même année207. Ce dispositif complet d’honneurs pour Conon, ses alliés et son devin208, l’association topographique des statues du général vainqueur et d’Évagoras avec la statue de culte de Zeus Éleuthérios et avec son autel évoquent le monument des « Navarques », installé quelque dix ans plus tôt à Delphes209. Ce prestigieux monument est probablement dans tous les esprits après l’abaissement de Sparte et si Harmodios et Aristogeitôn sont invoqués comme précédents pour justifier les honneurs inouïs accordés à Conon, c’est sans doute pour mieux dissimuler la référence moins démocratique, mais évidente pour les contemporains, aux honneurs accordés à Lysandre. Contraints par les événements et les réactions des cités d’Asie Mineure, les Athéniens acceptent d’aller contre le principe d’égalité entre les citoyens et d’ériger une statue à Conon. Ils élaborent cependant un discours, fondé sur l’exemple ambigu des Tyrannoctones210, pour intégrer dans la tradition démocratique une pratique fondamentalement aristocratique.

Fig. 2. Relevé du portique de Zeus Éleuthérios sur l’Agora d’Athènes ; les statues de Conon et d’Évagoras se dressaient sur les bases dont les vestiges sont préservés entre les ailes du portique.

Fig. 2. Relevé du portique de Zeus Éleuthérios sur l’Agora d’Athènes ; les statues de Conon et d’Évagoras se dressaient sur les bases dont les vestiges sont préservés entre les ailes du portique.

Courtesy of the American School of Classical Studies at Athens.

  • 211 Athénée, Les Deipnosophistes I 3, d : Κόνων δὲ περὶ Κνίδον ναυµαχίᾳ νικήσας Λακεδαιµονίους καὶ τειχ (...)
  • 212 Démosthène, Contre Androtion 72 ; Contre Timocrate 180 ; IG II2 1424 a, l. 346-352 ; Funke 1983, p. (...)
  • 213 Pausanias, I 1, 3 ; sur la question très controversée de la localisation de cet Aphrodision, qui re (...)
  • 214 Cf. supra p. 54-56.
  • 215 IG II2 3774 ; les statues de bronze sont installées sur une base en arc de cercle, probablement ent (...)
  • 216 Cf. supra p. 59-60.
  • 217 Pausanias, I 3, 2.
  • 218 Cornelius Nepos, Timothée 2, 3, cité par Löhr 2000, p. 75, n. 388 : Sic iuxta posita recens filii v (...)

68Le comportement de Conon est semblable à celui des généraux vainqueurs du ve s. Le vainqueur de Cnide manifeste en effet sa piété d’une façon grandiloquente, en consacrant à Athéna Polias une véritable hécatombe, dont la viande est distribuée à tous les Athéniens211. Il consacre également une couronne d’or dans l’Érechtheion212 et fonde un sanctuaire d’Aphrodite Euploia au Pirée213 – ce qui n’est pas sans évoquer la consécration du sanctuaire d’Artémis Aristoboulè par Thémistocle après Salamine214. Poursuivant la tradition du ve s., Conon accompagne ces pieuses consécrations de la dédicace de représentations individuelles privées sur l’Acropole, qui exaltent non seulement sa personne, mais également son fils Timothée215. La promotion familiale assurée par ces statues – promotion qu’avaient évitée soigneusement les dédicants de la statue de Périclès216 – est reprise par la cité elle-même. En effet, si l’on en croit Pausanias217, lorsque, près de vingt ans plus tard, le Peuple athénien honore Timothée d’une statue pour sa victoire au large de Corcyre, celle-ci est placée auprès de la statue de son père sur l’Agora. Les statues, récompenses de bienfaits distincts, forment donc, de fait, un monument familial. Cornelius Nepos ne s’y trompe pas et met l’accent sur le caractère lignager du groupe218.

  • 219 Le principal opposant de Conon est Thrasybule ; cf. Strauss 1984.
  • 220 L’ostentation privée est d’ailleurs favorisée par la reprise des monuments funéraires figurés.

69Conon s’inscrit donc pleinement dans la tradition des généraux du ve s., qui profitent de la gloire militaire pour asseoir leur influence et celle de leur famille dans la cité par des offrandes ostentatoires, auxquelles est associée leur image. Comme par le passé également, cette démarche vise à établir la prééminence d’une famille sur les autres219. Le seul élément véritablement nouveau est que la cité d’Athènes décide d’installer des statues officielles de Conon et d’Évagoras sur l’Agora, probablement pour des raisons conjoncturelles – il s’agit avant tout d’ancrer à Athènes une victoire et un vainqueur qui regardent trop vers la Perse –, mais aussi historiques : d’une part, la tradition ininterrompue des représentations individuelles votives duve s. montre que le système démocratique ne peut pas réprimer efficacement les pratiques d’ostentation privée220 et qu’il vaut mieux, dès lors, chercher à les contrôler par un cadre institutionnel nouveau ; d’autre part, la politique de promotion personnelle de Lysandre, qui dut frapper les esprits, appelle une réponse forte : la démocratie athénienne doit faire la preuve qu’elle peut susciter elle aussi de grands hommes et qu’elle sait leur montrer sa reconnaissance.

70La statue de Conon clôt une époque. Alors que le monument des Tyrannoctones masqueles rivalités entre les puissantes familles athéniennes derrière l’incarnation consensuelle de la communauté, la représentation du vainqueur de Cnide est la reconnaissance officielle de l’excellence d’un seul. Elle ne diffère pas par nature des représentations privées du ve s. Toutefois, les institutions démocratiques, par la sanction officielle qu’elles lui donnent, s’affirment désormais comme seule autorité apte à définir les critères du mérite, de l’excellence, et donc à donner l’accès aux µέγισται τιµαί. La statuaire honorifique publique correspond à l’intégration dans le fonctionnement démocratique, à partir du début du ive s., d’une pratique sociale et religieuse des notables. La pratique privée de la représentation individuelle se poursuit cependant bien au-delà du début du ive s. et se nourrit, on le verra, des pratiques publiques nouvelles.

L’apparition du formulaire honorifique sur les bases de statues

  • 221 Ma, Tracy 2004.
  • 222 La disjonction entre l’œuvre et sa dédicace impliquée par le formulaire honorifique est décrite par (...)

71L’apparition de la représentation honorifique publique à Athènes s’accompagne de la création progressive d’un langage officiel spécifique. Dans un article récent221, J. Ma et St. V. Tracy montrent toutefois que le formulaire honorifique public, qui devient canonique à l’époque hellénistique – ὁ δῆµος τὸν δεῖνα (ἀνέθηκεν) –, n’est pas attesté sur les bases de statues avant la fin du ive s. Cette formule, qui n’est autre qu’une transcription abrégée du décret, n’apparaît ainsi pas immédiatement sur les bases de statues honorifiques publiques. De fait, l’association d’une statue à une inscription qui ne fait pas spécifiquement référence à l’objet dédié, mais évoque l’ensemble des honneurs votés à la personne représentée n’a rien d’évident222. Elle est le résultat de l’évolution lente et parallèle, au cours du ive s., de la rhétorique officielle et du formulaire votif.

  • 223 Le Contre Androtion de Démosthène, composé en 355/4, porte en grande partie sur cette récompense d’ (...)
  • 224 Dinsmoor 1931, p. 539 (index).
  • 225 IG II2 2790 (base quadrangulaire de marbre d’Éleusis, trouvée en remploi comme support de relief fu (...)

72En effet, si elles n’apparaissent pas sur les bases de statues honorifiques, les formules des décrets sont tout d’abord reprises, dès le ive s., sur des monuments publics à valeur commémorative. À partir de 360-350 environ, il devient fréquent que le conseil et les magistrats en sortie de charge consacrent aux dieux une offrande, où mention est faite de la couronne d’usage qu’ils ont obtenue223. Le plus ancien monument de ce type, daté de l’archontat d’Agathoclès (357/6)224, porte l’inscription suivante225 :

Le Conseil en charge sous l’archontat d’Agathoclès a consacré aux douze dieux, après avoir été couronné par le Peuple des Athéniens en raison de sa valeur et de sa justice.

  • 226 Pour des dédicaces comparables, cf. IG II2 2791 et 2792.
  • 227 Veligianni-Terzi 1997, p. 219-220, 296-298. Des formules similaires se retrouvent sur les offrandes (...)
  • 228 Pour l’influence d’Athènes sur les institutions thasiennes au ive s., cf. Fournier, Hamon 2007, sur (...)
  • 229 Croissant, Salviat 1966, p. 461-462, no 2, fig. 2-3.

73Cette offrande du Conseil226 aux douze dieux, qui provient du Léocorion, reprend de façon abrégée (l. 2-4) la teneur d’un décret. Les qualités pour lesquelles le conseil est récompensé, ἀρετὴ καὶ δικαιοσύνη, sont particulièrement attachées à l’exercice des magistratures au ive s.227. Ce type de dédicace est également attesté hors d’Athènes, notamment à Thasos, dont les institutions sont, au ive s., sous influence attique228. Ainsi, une base, qui présente à la face supérieure les cuvettes d’encastrement de deux statuettes, trouvée en remploi dans la couverture de l’égout tardif traversant le passage des Théores, porte la dédicace de gynéconomes couronnés par le peuple229.

  • 230 Pétrakos 1999b, no 92-95.
  • 231 Noter qu’à Athènes et au Pirée, les associations religieuses, à la fin du ive s. et au iiie s., hon (...)

74Sur quelques bases d’offrandes de Rhamnonte des années 330, on trouve une variante de ce type de dédicace, plus proche encore du formulaire honorifique canonique. Ce sont en effet ici les soldats qui rappellent les honneurs qu’ils ont décernés à leur stratège et leur péripolarque230, dont le nom apparaît alors à l’accusatif. Cependant, ces dédicaces sont associées à des représentations divines et non individuelles. Le rappel épigraphique des honneurs votés est donc avant tout lié à des consécrations religieuses, à des ἀναθήµατα231.

  • 232 IG II2 2821 (351/0).
  • 233 IG II2 2837 (329/8) ; dédicace d’un thesmothète. Base quadrangulaire (hauteur : 0,34 m ; longueur : (...)
  • 234 Par exemple IG II2 3206 (318) : architrave dorique où sont gravées treize couronnes, dont cinq sont (...)

75Enfin, sur les bases d’offrandes au ive s., la sanction publique peut également apparaître sous forme de couronnes, dans lesquelles sont inscrits les noms des institutions à l’origine des honneurs. Celles-ci peuvent redoubler l’expression abrégée du décret232 ou s’y substituer233. Le siècle avançant, les formules inscrites dans les couronnes deviennent plus précises et se rapprochent du formulaire honorifique qui devient ensuite canonique : elles mentionnent parfois la charge du personnage honoré à l’accusatif et font mention de statues publiques. Elles sont cependant gravées sur des supports distincts, et non sur la base des statues elles-mêmes234.

  • 235 Gerlach 1908, p. 6 considère que la première inscription honorifique est IG I3 1401 (475-450) : Λυσ (...)
  • 236 Sur le graveur, cf. Tracy 2009.

76Significativement, c’est dans la statuaire privée que l’on trouve la plus ancienne dédicace d’une représentation individuelle dont le formulaire correspond terme à terme au formulaire honorifique canonique235. La base qui portait la statue d’Archippè, fille de Cléogénès (fig. 3), datée des années 350-330, porte en effet l’inscription suivante236 :

Archippè, fille de Cléogénès, du dème d’Aixônè ; Archippè, fille de Couphagoras, du dème d’Aixônè, sa mère, l’a consacrée. Praxitèle l’a fait.

Fig. 3. Base pour Archippè, fille de Cléogénès, signée Praxitèle.

Fig. 3. Base pour Archippè, fille de Cléogénès, signée Praxitèle.

Athènes, musée de l’Agora, inv. I 4568 ; courtesy of the American School of Classical Studies at Athens.

  • 237 Ces formulaires sont fixés dès le ve s. ; cf. par exemple IG I3 102, l. 6-8 et 10-11 (410/09). Le m (...)
  • 238 Notamment IG I3 635 (510-500 ?) : Αἰσχυλ[ίδ]ες µ’ [ἀνέ]θεκε[ν Ἀθεναίαι τόδ’ ἄγαλµα] | αὐτο͂ κα[ὶ γ] (...)
  • 239 Cf. infra p. 118-119.
  • 240 IG I3 885 ; l’épigramme est également conservée dans l’Anthologie palatine XIII 13. Une épigramme a (...)

77La formule de dédicace choisie par Archippè pour honorer sa fille s’inspire à l’évidence de la terminologie officielle, ne serait-ce que par la précision du démotique des pères des deux femmes. L’emploi du nom de la personne honorée à l’accusatif fait également écho aux clauses d’éloge et de couronnement des décrets, et probablement à la proclamation de ces honneurs237. Cependant, cet emprunt à la langue officielle ne doit pas leurrer : l’offrande d’Archippè s’inscrit dans la tradition votive privée. L’emploi du verbe ἀνατίθηµι accompagné de la désignation de l’offrande à l’accusatif – souvent µε, ἄγαλµα, ἀπαρχήν, δεκάτην – est en effet fréquent dès l’époque archaïque. Ces offrandes ne sont certes pas, pour la plupart, des représentations individuelles, mais, dès le vie s., certaines inscriptions tissent un lien très étroit entre les statues – ou les reliefs – et les dédicants238. De surcroît, à partir de la première moitié du ve s., certaines de ces dédicaces sont peut-être des représentations individuelles, comme l’offrande d’Hègélochos (fig. 7 et 8a-b) évoquée plus loin239, ou, à une époque plus avancée, celle de Pyrès, qui porte l’inscription suivante240 :

[τόνδε Πυρε̑]ς ἀνέθεκε Πολυµνέστ̣ο φίλο[ς hυιὸς]εὐξάµενος δεκάτεν Παλλάδι τριτο̣γενεῖ.Κυδονιέτας Κρεσίλας ἐργάσσατο.

Pyrès, fils chéri de Polymnestos, l’a consacré, lui, comme dîme à Pallas Tritogénie à la suite d’un vœu. Crésilas de Kydônia l’a façonné.

  • 241 La formulation serait alors proche de celle que l’on restitue parfois sur la base de la statue supp (...)

78On ne sait à quel objet renvoie l’adjectif démonstratif qui ouvre l’épigramme, car le bloc supérieur de cette base à degrés n’est pas conservé. Mais il n’est pas interdit de penser que τόνδε désigne un personnage précis, qui pourrait être Polymnestos, auquel le dédicant est si attaché241. Le fait que Crésilas soit connu comme sculpteur de représentations individuelles donne du crédit à cette interprétation.

  • 242 IG II2 3830.

79Une offrande contemporaine de la statue d’Archippè témoigne de la souplesse du formulaire votif dans la dédicace de statues. Apèmôn fait en effet inscrire, sur la base de la statue de son père qu’il dédie à Salamine vers le milieu du ive s., le texte suivant242 :

Νικοκλῆς Ἡγησίππου Ἀναγυράσιος.εἰκόνα τήνδε ἀνέθηκεν [Ἀπή]µων πατρὸς ἑαυτοῦἀθανάτοισι θεοῖς, κοσµῶν ἱερὰν Σαλαµῖνα.

Nicoclès, fils d’Hègèsippos, du dème d’Anagyrous. Cette image de son père, Apèmôn l’a consacrée aux dieux immortels, ornant l’île sacrée de Salamine.

  • 243 C’est en tout cas ce que suggère Isocrate, Évagoras 57, qui semble reprendre les termes du décret p (...)
  • 244 La dédicace pour Polyllos, fils de Pollyllidès, sur l’Acropole (IG II2 3837) présente une formulati (...)

80Le nom de la personne représentée est ici au nominatif, ce qui, nous le verrons, est probablement le cas pour les statues honorifiques publiques du ive s. La dédicace d’Apèmôn, comme c’est la tradition, désigne l’offrande à l’accusatif, mais la nature de l’objet offert aux dieux est ici explicitée. Il s’agit d’une image de son père, d’une εἰκών, terme qui fait, avec cette dédicace, son apparition dans les sources épigraphiques, mais qui a de bonnes chances d’être emprunté au formulaire des décrets honorifiques243. L’inscription pour Nicoclès mêle donc d’une façon originale la tradition votive au langage honorifique244.

  • 245 Gerlach 1908, p. 43-44, n. 1.
  • 246 Kalogéropoulou 1969.
  • 247 Comme l’inscription d’Éleusis IG II2 2971 ; cf. Habicht 2000, p. 73 et n. 48.
  • 248 IG II2 2794 ; cf. IG II2 3073 (inscription commémorative de la même victoire).

81Ainsi, comme le note déjà G. Gerlach245, le formulaire honorifique canonique, tel qu’il apparaît sur les bases de statues à partir de l’époque hellénistique, dérive des dédicaces privées, tout en faisant référence au langage des décrets. Cette double référence témoigne des influences réciproques constantes, non seulement sur le plan de la langue, mais également sur celui des pratiques, entre les genres votif et honorifique : les représentations votives privées sont un élément décisif dans la genèse de la statuaire honorifique publique ; à rebours, les pratiques nouvelles de la démocratie pour rendre hommage à ses bienfaiteurs inspirent les dédicaces privées. La dernière étape de ce processus est l’utilisation de ce formulaire sur les bases de statues honorifiques publiques. Sa première attestation est la dédicace des citoyens du dème de Sphettos pour Démétrios de Phalère246, s’il s’agit bien d’une base pour une statue du philosophe et non pour son petit-fils homonyme247. Faut-il dès lors attribuer à la période de régence de Démétrios la transposition du formulaire honorifique privé sur les bases de statues officielles ? Le formulaire honorifique canonique est en tout cas utilisé à Athènes dès le lendemain de la chute de Démétrios, comme le prouve la dédicace du Peuple d’Halicarnasse de la statue de Phanostratos, poète tragique originaire de la cité carienne, vainqueur aux Dionysies en 307/6248.

  • 249 Burnett, Edmonson 1961, fig. 1-3.
  • 250 Certains monuments sont en effet très difficiles à interpréter : quelle est ainsi la nature de l’of (...)
  • 251 Diogène Laërce, II 43 : Ἀστυδάµαντα πρότερον τῶν περὶ Αἰσχύλον ἐτίµησαν εἰκόνι χαλκῇ, « Ils [Les At (...)
  • 252 IG II2 3775.
  • 253 IG II2 3776.
  • 254 Le décret honorifique posthume pour Lycurgue (IG II2 457) est promulgué en 307/6.
  • 255 Pausanias, I 8, 2.

82Cette analyse de la double origine du formulaire honorifique canonique laisse toutefois une question en suspens : puisque le formulaire honorifique canonique n’apparaît qu’à l’époque hellénistique, quel type d’inscription était gravé sur les bases des statues honorifiques publiques à Athènes au ive s. ? Pour la première moitié du siècle, les vestiges du monument de Chabrias sur l’Agora d’Athènes249 sont les seuls qui permettent d’émettre une hypothèse250. Ne sont malheureusement conservées que les dédicaces des corps de troupes et du Peuple de Mytilène au nominatif, au-dessous desquelles sont sculptées des couronnes en bas-reliefs, ainsi que la signature du sculpteur dans la partie supérieure de la face avant. Il y a tout lieu de penser cependant que le nom de Chabrias était inscrit au nominatif sur la partie antérieure du bloc de couronnement de la base à orthostates. C’est en tout cas ce que l’on peut déduire de quelques témoignages ultérieurs : le nom du poète tragique Astydamas apparaît ainsi au nominatif sur la base de la statue de bronze qui lui est consacrée par le Peuple251 dans le théâtre de Dionysos252. Significativement, c’est également une dédicace au nominatif qui légende la statue rétrospective de Lycurgue253, érigée sur l’Agora sans doute peu après 307254, non loin de l’Eirènè de Céphisodote255. Sans doute ce formulaire ancien donne-t-il à la représentation de Lycurgue l’aura des statues honorifiques érigées avant l’arrivée au pouvoir de Démétrios de Phalère.

  • 256 Paton, Hicks 1891, no 221.
  • 257 Cette pratique se prolonge d’ailleurs à Athènes au iiie s., comme en témoigne par exemple la base, (...)

83Hors d’Athènes, on peut également mentionner la base de la statue de Nicomèdès, fils d’Aristandros, à Cos, qui porte uniquement le nom de l’honorandus au nominatif256. Or, il s’agit très vraisemblablement de la base d’une des statues dont ce très important collaborateur d’Antigone le Borgne a été honoré. C’est donc, selon toute vraisemblance, une simple légende au nominatif qui permet, au ive s., d’identifier les personnages représentés par une statue publique257.

Notes

1 Démosthène, Contre Leptine 70.

2 Cf. infra p. 257-261.

3 Huysecom-Haxhi 2009, p. 573-587 ; pour une analyse similaire de statuettes de bronze du sanctuaire de Zeus à Olympie, cf. Himmelmann 2001, p. 21-27.

4 Selon l’expression de Muller 1996, p. 480.

5 J. Boardman et al., ThesCRA I, 2004, s.v. « Dedications », p. 287.

6 C’est le cas par exemple du kouros colossal criophore de Thasos (Thasos, musée, inv. 1 ; Grandjean, Salviat 2000, p. 245-246, fig. 71) ou du Moschophore (Athènes, musée de l’Acropole, inv. 624 ; Brouskari 1974, p. 41-42, fig. 57-58).

7 Kyrieleis 1996, p. 97-98, considère que les kouroi peuvent renvoyer, dans certains cas, à des personnages précis. Mais cette hypothèse est controversée. Pour un état de la discussion, cf. J. Boardman et al., ThesCRA I, 2004, s.v. « Dedications », p. 289-290.

8 Paris, musée du Louvre, Ma 3600 ; Hamiaux 1992, p. 59-60, no 51 (vers 530-520).

9 L’inscription du kouros du Louvre a été l’occasion d’une passe d’armes entre L. Robert et G. Daux. Ce dernier a en effet rectifié l’interprétation fautive par L. Robert du dernier mot ; cf. Devambez, Robert 1966, p. 216-222 et Daux 1967.

10 Wachter 2001, p. 275. Cependant, dans le cas d’une dédicace abrégée, on attend plutôt le nom du dieu au génitif ; cf. Lazzarini 1976, p. 59, no 9, p. 251-254, nos 537-558.

11 Devambez, Robert 1966, p. 195-215.

12 Devambez, Robert 1966, p. 214.

13 Keesling 2003, p. 16-17.

14 Les représentations anthropomorphes, très anciennes dans l’art grec, sont alors pour la première fois au centre de l’attention des artistes ; cf. Kyrieleis 1996, p. 103-107.

15 Je laisse délibérément de côté le cas des statues dites de Cléobis et Bitôn à Delphes, dont l’interprétation est très débattue. Aurigny 2010, p. 87, semble cependant accepter l’identification des kouroi aux jumeaux argiens.

16 Collection privée ; Şahin 1987, p. 1-2, pl. 1-2 ; Masson, Yoyotte 1988 ; Himmelmann 1994, p. 61-63, fig. 25 ; Kyrieleis 1996, p. 110, 113 ; Himmelmann 2001, p. 35-38, fig. 26.

17 Masson, Yoyotte 1988, p. 176 ; date confirmée par Ampolo, Bresciani 1988, p. 245.

18 Masson, Yoyotte 1988, p. 177-179.

19 Contra Ampolo, Bresciani 1988, p. 241 et 246.

20 Lazzarini 1976, p. 58-59, p. 209-210, nos 225-229.

21 Masson, Yoyotte 1988, p. 175-176 ; H. Sourouzian, dans Leclant 2005, s.v. « Statuaire (Égypte) », p. 2062-2063 ; une statue-bloc égyptienne qui provient de Karnak, datée du début du règne de Psammétique Ier, est très proche de la statue de Pèdôn, aussi bien par la forme générale que par la mise en page du texte (New York, Metropolitan Museum of Art, inv. 07.228.27 ; Bothmer 1960, p. 4-5, no 4, pl. 4, fig. 8-10).

22 Masson, Yoyotte 1988, p. 175 renvoient à deux passages significatifs de l’Odyssée : le premier (II 205-206) exprime le caractère agonistique de l’aristocratie grecque. Il appartient à un discours d’Eurymacos, qui justifie l’insistance et la rivalité des prétendants auprès de Pénélope pour démontrer leur valeur : ἡµεῖς δ’ αὖ ποτιδέγµενοι ἤµατα πάντα / εἵνεκα τῆς ἀρετῆς ἐριδαίνοµεν, « et nous, patientant à nouveau chaque jour, nous rivalisons pour montrer notre valeur ». Le second (XIV 211-213) appartient au discours fictif que fait Ulysse à Eumée de sa jeunesse. Il décrit les qualités qu’il aurait eues dans son jeune âge : ἠγαγόµην δὲ γυναῖκα πολυκλήρων ἀνθρώπων / εἵνεκ’ ἐµῆς ἀρετῆς, ἐπεὶ οὐκ ἀποφώλιος ἦα / οὐδὲ φυγοπτόλεµος, « mais je pris femme dans une très riche famille grâce à ma valeur, car je n’étais pas dépourvu d’esprit et ne fuyais pas la bataille ».

23 Au point de donner son nom au livre Payne 1984, qui porte sur les honneurs accordés aux Romains et aux Italiens en Grèce.

24 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 16.

25 Outre la statue, il faut mentionner ici la couronne et la proclamation ; cf. Buhmann 1972, p. 53-61.

26 Les fonds peuvent être fournis à l’athlète par sa famille ou par sa cité, mais le vainqueur demeure le seul dédicataire de l’œuvre, comme le prouve les modifications de l’inscription portée sur la base de la statue d’Euthymos de Locres, œuvre de Pythagoras de Samos (IOlympia 144). W. Dittenberger montre qu’elles sont destinées à supprimer la dédicace des Locriens, qui contrevenaient aux prérogatives des Éléens.

27 Buhmann 1972, p. 82-88.

28 Pausanias, VI 15, 8.

29 Pausanias, VI 18, 7.

30 Même opinion chez Kyrieleis 1996, p. 104-105.

31 Londres, British Museum, inv. B 278 ; Tuchelt 1970, p. 78-80, cat. K 47, pl. 8,1 ; 41,2 ; 43,2 ; 44-46 (ca 575-560) ; Keesling 2003, p. 18-19, fig. 7 ; l’hypothèse de Tuchelt 1970, p. 213-214, selon laquelle les statues des Branchides auraient été initialement consacrées dans le sanctuaire d’Apollon, est rejetée par Herda 2006, p. 327-332. Les statues ont certes été déplacées pour être exposées le long de la voie processionnelle à une date indéterminée, mais elles faisaient sans doute partie d’un enclos cultuel hors du sanctuaire.

32 Sur l’interprétation du trône dans l’art grec archaïque comme symbole de puissance et d’honneur, associé au banquet des héros homériques, cf. Jung 1982, p. 27 : le trône, au cours du banquet, « exprime la puissance, le pouvoir et la souveraineté » des ῥεῖα ζώοντες (Iliade VI 138), ceux qui vivent dans l’aisance.

33 Hérodote, I 46.

34 Sur cette dénomination traditionnelle, cf. Tuchelt 1970, p. 215.

35 Tuchelt 1970, p. 217-219.

36 Didyma II, no 6, fig. 7-9 ; Lazzarini 1976, p. 315, no 952.

37 Bonnes photographies : Didyma II, p. 5, fig. 7-8.

38 Lazzarini 1976, p. 96.

39 Sur l’identification de Teichiosa comme un probable site fortifié près de Milet, dans le golfe d’Akbük, sur la presqu’île de Saplı Adası (golfe d’Iasos), cf. Lazzarini 1976, p. 162 ; Herda 2006, p. 339 et n. 2413 ; sur l’interprétation du titre ἀρχός comme une magistrature militaire milésienne, cf. Herda 2006, p. 338-342.

40 Lazzarini 1976, p. 96-97.

41 Keesling 2003, p. 17-18 ; toutefois le modèle culturel assyrien, dont Tuchelt 1970, p. 216, à la suite de Möbius 1916, p. 177, reconnaît l’importance, n’est pas servilement imité (à propos du développement grec du type, cf. Tuchelt 1970, p. 173). Les comparaisons établies par Dieulafoy 1885, p. 28, pl. XI et XV entre la statue de Charès, celle de Gudea, prince de Lagash (Paris, musée du Louvre, inv. AO 1 ; ca 2150) et celle de Shalmaneser III (Londres, British Museum, inv. 18886 ; ca 895), qui ont tant impressionné H. Möbius (Möbius 1916, p. 167, n. 3), manifestent l’originalité des sculpteurs grecs : le matériau, le vêtement, se démarquent des types orientaux. La statue de Charès est donc une œuvre grecque, certes inspirée de modèles orientaux, mais répondant à des attentes et des préoccupations spécifiquement grecques (c’est le sens, je crois, qu’il faut donner à l’expression « hellénisation d’un modèle oriental » employée par Özgan 1978, p. 28, à propos des trônes des Branchides) ; cf. Herda 2006, p. 334 et la n. 2374 (bibliographie complémentaire).

42 Herda 2006, p. 334.

43 Didyma II, p. 6.

44 Milet I 3, 133 ; Syll3 57 ; traduction en allemand et commentaire dans Milet I 3, 133 ; pour un commentaire exhaustif du texte, cf. Herda 2006.

45 Sur la chronologie du texte, cf. Herda 2006, p. 15-20.

46 Le règlement cultuel implique que les statues ne se dressent pas dans le sanctuaire, mais à l’extérieur. Comme la statue de Charès est dédiée à Apollon, il faut donc restituer un sanctuaire privé dédié au dieu non loin du Didymeion.

47 Didyma II, p. 6 ; argument repris par Herda 2006, p. 334.

48 Pour l’ensemble de ce passage, cf. Herda 2006, p. 343-350.

49 A contrario, le génos fondateur de l’enclos cultuel sur l’Akron dans les années 530, où a également été découvert un ensemble de statues trônant disposé sur une base semi-circulaire, a perdu tout prestige au plus tard au ive s., date où les statues sont systématiquement concassées, cf. Tuchelt 1996, p. 240-241. Pour un plan d’ensemble restitué de cet enclos, cf. Tuchelt 1996, annexe 8.

50 Herda 2006, p. 344.

51 Herda 2006, p. 350.

52 Samos, musée de Vathy, inv. 768, I 220-223, II S 9, III P 25 ; Berlin, Staatliche Museen, inv. 1739 ; Löhr 2000, p. 14-17, no 10 ; Freyer-Schauenburg 1974, p. 106-130, nos 58-63, pl. 44-63, 73.

53 Hauteur des degrés : 0,615 m ; longueur de l’assise supérieure : 5,952 m ; profondeur de l’assise supérieure : 0,806 m.

54 Sur le problème posé par la statue de Phileia notamment, dont les pieds dépassent de la plinthe carrée correspondante et les différentes hypothèses, toutes problématiques, relatives à la modification du monument, cf. Löhr 2000, p. 16-17.

55 Le sexe du personnage, établi par Himmelmann-Wilschütz 1963, est désormais généralement admis.

56 L’interprétation ancienne comme coupe à boire – par exemple un rhyton –, suivie par de nombreux commentateurs (Walter-Karydi 1985, p. 95, fig. 27,1-2 ; Steuben 1989, p. 139 et n. 21) est rejetée par Freyer-Schauenburg 1974, p. 118-119, qui reconnaît de façon catégorique le profil d’un oiseau.

57 La lecture -ιλάρχης de Dunst 1972, p. 132-134 (cf. Löhr 2000, p. 16), de même que l’interprétation de ce mot comme une magistrature sont rejetées par Kl. Hallof (IG XII 6, 559 E).

58 Walter-Karydi 1985, p. 91-95, pl. 25.

59 L’interprétation de l’objet tenu en main gauche a été généralement acceptée, cf. Steuben 1989, p. 138 ; Karanastassis 2002, p. 201, fig. 279. Löhr 2000, p. 16, sans trancher la question, émet des réserves sur l’appartenance du fragment au groupe.

60 L’absence de correspondance entre la cuvette d’encastrement sur la base et la statue, le fait que les pieds et l’hypopodion de la figure dépassent de la mouluration supérieure de la dernière assise de la base, et enfin le type de la statue de Phileia, essentiellement masculin (Özgan 1978, p. 141 et n. 493) ont conduit à l’hypothèse d’un remploi (Muss 1981 ; cf. Löhr 2000, p. 16-17 et n. 57).

61 Steuben 1989, p. 141-142 met en lumière la symétrie de la composition et le choix délibéré du commanditaire de placer sa statue en premier le long de la voie empruntée par les visiteurs du sanctuaire.

62 Les hypothèses anciennes d’un groupe de prêtresses d’Héra ou d’une famille matriarcale sont aujourd’hui abandonnées ; cf. Freyer-Schauenburg 1974, p. 123-125.

63 Cf. dernièrement Karanastassis 2002, p. 202-203.

64 Cf. infra p. 161-164.

65 Pour l’exemple des piliers hermaïques honorifiques des vainqueurs de la bataille d’Éion cf. infra p. 271-273.

66 Plutarque, Vie de Thémistocle 12, 2-3 ; cf. Plutarque, De la malignité d’Hérodote 869 C-D.

67 Travlos 1971, p. 121-123 et fig. 219, no 244 ; l’identification est acceptée, avec réticence, par Amandry 1967-1968, qui met cependant en doute la chronologie du sanctuaire.

68 Threpsiades, Vanderpool 1964, p. 30-33.

69 Hintzen-Bohlen 1996, p. 94 considère que le sanctuaire a été détruit après l’exil de Thémistocle en 471. Dans cette hypothèse, la statue ne saurait être antérieure au ive s. ; Amandry 1967-1968, p. 269, n. 4 ; Krumeich 1997, p. 75 et 78, n. 225 estime toutefois qu’il n’y a pas eu de damnatio memoriae après l’ostracisme de Thémistocle.

70 Threpsiades, Vanderpool 1964, p. 30 ; Amandry 1967-1968, p. 268.

71 Selon Amandry 1967-1968, p. 276-277 et n. 27, il pourrait s’agir d’une représentation peinte.

72 Cf. l’enquête détaillée de Krumeich 1997, p. 79, n. 228.

73 Cf. la critique radicale de l’évaluation esthétique du buste d’Ostie par Sichtermann 1988 [1964], en particulier p. 329 ; Krumeich 1997, p. 75. Si la datation à l’époque du style sévère de l’original de ce buste est globalement acceptée (cf. pourtant Amandry 1967-1968, p. 277, n. 27), sa chronologie précise, qui dépend étroitement de l’interprétation du style de l’œuvre – ionien ou attique – est débattue : Linfert 1967, p. 91-93 pense que c’est une statue érigée à Magnésie après 465/4, tandis que Krumeich 1997, p. 74-75 y voit une œuvre attique de la décennie 480-470.

74 Voutiras 1980, p. 50.

75 Pouilloux 1954, p. 150, no 36 ; Mantis 1990, p. 112 ; Himmelmann 2001, p. 7-9, fig. 1.

76 Plutarque, De la malignité d’Hérodote 869 D, est à cet égard significatif : Βουλεύσας τῇ Ἑλλάδι ναυµαχῆσαι πρὸ τῆς Σαλαµῖνος ἱδρύσατο ναὸν Ἀριστοβούλης Ἀρτέµιδος ἐν Μελίτῃ, τοῦ βαρβάρου καταπολεµηθέντος, « Ayant conseillé à la Grèce de mener la bataille navale devant Salamine, il fonda un temple d’Artémis Aristoboulè à Mélitè, parce que l’ennemi avait été défait ».

77 Plutarque, Vie de Thémistocle 22, 4. Les mêmes motifs sont évoqués, de manière plus ramassée, par Démosthène, Contre Aristocrate 205 : Ἐκεῖνοι Θεµιστοκλέα λαβόντες µεῖζον ἑαυτῶν ἀξιοῦντα φρονεῖν ἐξήλασαν ἐκ τῆς πόλεως καὶ µηδισµὸν κατέγνωσαν, « Ceux-ci [les Athéniens], considérant que Thémistocle se prétendait au-dessus d’eux, le chassèrent de la cité et le condamnèrent comme partisan des Mèdes ».

78 Sur l’interprétation de l’ostracisme de Thémistocle, cf. Forsdyke 2005, p. 155 qui donne des exemples d’ostraca pour et contre Thémistocle. J’emprunte à cet auteur l’idée selon laquelle l’ostracisme est un mécanisme de régulation des pratiques et des rivalités entre les familles les plus puissantes.

79 Il n’est à cet égard pas inutile de rappeler que le premier ostracisme connu, celui d’Hipparchos, fils de Charmos en 488/7, est associé à la destruction de sa statue ; cf. infra p. 245-246.

80 D’un point de vue institutionnel, il convient de noter que les premiers décrets honorifiques athéniens datent de 450 (Veligianni-Terzi 1997, p. 14-15, cat. A1-A4) et que les premiers décrets de proxénie ornés d’un relief représentant le couronnement du proxène datent de la décennie 430-420 (Meyer 1989a, p. 265, cat. A2, pl. 1,2, p. 266, cat. A6, pl. 2).

81 Philochore (FGrH 328 F 119) rapporte que, à l’occasion d’un don de grains aux citoyens athéniens par le roi d’Égypte en 445/4, quatre mille sept cent soixante inscrits à tort sur les listes furent découverts, et que les bénéficiaires de la distribution furent au nombre de quatorze mille deux cent quarante ; le même épisode, avec des chiffres différents, est rapporté par Plutarque, Vie de Périclès 37, 3-4. Osborne 2010, p. 249-250, bien qu’il conteste l’historicité de cet épisode précis, considère que la loi de 451/0 vise bien à réduire le nombre des bénéficiaires des ressources matérielles de la cité.

82 Les expressions entre guillemets sont empruntées à Holtzmann 2003, p. 114.

83 Plutarque, Vie de Périclès 31, 3-4. Cf. aussi Cicéron, Tusculanes I 15, 34 : opifices post mortem nobilitari volunt. Quid enim Phidias sui similem speciem inclusit in clupeo Minervae, cum inscribere nomen non liceret ?, « Les artistes veulent connaître la gloire après leur mort. Pourquoi, en effet, Phidias a-t-il inséré une représentation à son image sur le bouclier d’Athéna, alors qu’il lui était interdit d’inscrire son nom ? ».

84 Contra Preisshofen 1974, p. 67, qui sous-estime selon moi la réticence des Athéniens vis-à-vis de la représentation individuelle.

85 Preisshofen 1974 suivi par Strocka 2004, p. 222.

86 Preisshofen 1974, p. 57.

87 Eschine, Contre Ctésiphon 186.

88 Holtzmann 2003, p. 113, considère l’anecdote comme authentique.

89 Londres, British Museum, inv. 302 ; Holtzmann 2003, p. 113, fig. 95 (détail) ; Rolley 1999, p. 62, fig. 50 ; Bol 2004, p. 135, fig. 88.

90 Sur la question très disputée de la composition des figures sur le bouclier de l’Athéna Parthénos, cf. Strocka 1984 et la restitution fig. 4.

91 Athénée, Les Deipnosophistes XII 534 D.

92 Pausanias, I 22, 6-7.

93 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 7.

94 Plutarque, Vie d’Alcibiade 16, 4.

95 En témoigne le fameux mot de Thucydide, II 65, 9 : ἐγίγνετό τε λόγῳ µὲν δηµοκρατία, ἔργῳ δὲ ὑπὸ τοῦ πρώτου ἀνδρὸς ἀρχή, « c’était en parole une démocratie, en fait le gouvernement du premier citoyen » ; cf. Leppin 1999, p. 153-154.

96 Pline, Histoire naturelle XXXIV 74.

97 Pausanias, I 25, 1 : Ἔστι δὲ ἐν τῇ Ἀθηναίων ἀκροπόλει καὶ Περικλῆς ὁ Ξανθίππου καὶ αὐτὸς Ξάνθιππος […] Ἀλλ’ ὁ µὲν Περικλέους ἀνδριὰς ἑτέρωθι ἀνάκειται, τοῦ δὲ Ξανθίππου πλησίον ἕστηκεν Ἀνακρέων ὁ Τήϊος, « Il y a sur l’Acropole d’Athènes la statue de Périclès, fils de Xanthippe, et celle de Xanthippe lui-même […]. Mais la statue de Périclès est installée ailleurs, celle de Xanthippe se dresse près de celle d’Anacréon de Téos » ; Pausanias, I 28, 2 : Δύο δὲ ἄλλα ἐστὶν ἀναθήµατα, Περικλῆς ὁ Ξανθίππου καὶ τῶν ἔργων τῶν Φειδίου θέας µάλιστα ἄξιον Ἀθηνᾶς ἄγαλµα ἀπὸ τῶν ἀναθέντων καλουµένης Ληµνίας, « Il y a deux autres consécrations : Périclès, fils de Xanthippe et, parmi les œuvres de Phidias, la plus digne d’admiration, la statue d’Athéna que l’on appelle Lemnia, du nom de ceux qui l’ont consacrée ».

98 Londres, British Museum, inv. 549 ; Berlin, Staatliche Museen, inv. 1530 ; Krumeich 2002, p. 232-233, no 127.

99 Sur les problèmes posés par cette base et la restitution de l’inscription, cf. Krumeich 1997, p. 116-118, fig. 54-55.

100 Il s’agit sans nul doute d’une dédicace privée, faite soit par Périclès lui-même, soit par l’un de ses parents ou de ses partisans.

101 Hölscher 1988 [1975], p. 380-381.

102 Hölscher 1988 [1975], p. 382-383.

103 Éleusis, musée, inv. 5101 ; Hölscher 1973, p. 99-101, pl. 8,2 ; Kanta-Kitsou 1993, p. 69 ; IG I3 999 ; Clinton 2005, p. 52-53, no 39, pl. 16 et Clinton 2008, p. 62.

104 IG I3 960.

105 IG I3 329, l. 2.

106 Thucydide, V 19, 2 ; V 24, 1 et VI 105, 2 ; Davies 1971, p. 481, no 12402.

107 Hölscher 1973, p. 99 et n. 508.

108 Clinton 2008, p. 62 ; Bugh 1988, p. 91-93 situe la bataille dans les années 420, probablement à l’occasion d’une incursion spartiate en Attique.

109 Hölscher 1973, p. 100 et n. 516.

110 Hölscher 1973, p. 100-101 et n. 523, suivi par Bugh 1988, p. 92-93 et n. 41.

111 Gauer 1968, p. 146, repris par Hölscher 1973, p. 100 et n. 517.

112 Pausanias, X 1, 10. Cf. aussi Pausanias, X 13, 6.

113 Krumeich 1997, p. 193.

114 Les blocs que Daux 1936b, p. 144-147, fig. 5 attribuait à ce monument, qui étaient probablement installés sur le mur en brèche au Sud du monument des Tarentins du Haut (Jacquemin 1999a, p. 122 et n. 92) sont attribués par Jacquemin 1999a, p. 160 et n. 18, p. 174 et n. 133, reprenant l’analyse initiale de Kéramopoulos 1907, au groupe de la dispute du trépied évoqué par Hérodote et Pausanias. Dans tous les cas, il s’agit d’un monument (re)gravé à la fin du ive s. ou au début du iiie s.

115 Jacquemin 1999a, p. 190 et n. 265. La base d’Élatée pour les héros phocidiens, présentée comme possible parallèle au monument phocidien de Delphes date, comme le souligne A. Jacquemin elle-même, du ive s. ; sur ce monument, cf. Paris 1892, p. 10-12, 223, no 25 ; IG IX 1, 130 : « neque vero ulla est causa, cur monumentum et carmen ea aetate, quam monstrat litterarum forma, id est quarto a. Chr. n. saeculo, vetustiora esse sumamus ».

116 Pausanias, X 10, 1-2.

117 SD 225 ; Jacquemin 1999a, p. 315, cat. 077 et p. 410 (index).

118 Kron 1976, p. 217 ; Vidal-Naquet 1991, p. 383.

119 Krumeich 1997, p. 94 et n. 358 ; Ioakimidou 1997, p. 69-75 ; contra Kron 1976, p. 218.

120 Eschine, Contre Ctésiphon 186 ; Pausanias, I 15, 3 ; scholie à Aelius Aristide (Dindorf III 566) ; cf. Krumeich 1997, p. 102-109, fig. 50.

121 Pausanias, I 28, 2 ; IX 4, 1.

122 Plutarque, Vie de Cimon 13, 6 ; Cornelius Nepos, Cimon 2, 5 ; cf. Holtzmann 2003, p. 93, 99, 105.

123 Vidal-Naquet 1991, p. 382-407, suivi par Krumeich 1997, p. 99-100 ; Jacquemin 1999a, p. 190-191.

124 Kron 1976, p. 223-225 considère que les statues des trois héros manquants ont été remplacées par celles d’Antigone, de Démétrios et de Ptolémée, lorsque ceux-ci sont devenus héros éponymes.

125 Bommelaer 2011, p. 221 ; le même auteur, p. 224 et n. 37 estime que la restitution la plus courte est la moins vraisemblable.

126 Bousquet 1942-1943, p. 133-135.

127 SD 110 ; Jacquemin 1999a, pl. 3 place curieusement le monument de Marathon devant celui dit des « Navarques », ce qui, comme le note Bommelaer 2011, p. 224, n. 38, semble improbable ; pour le monument dit des « Navarques », cf. infra p. 67-69 ; pour la question complexe de la disposition, à l’entrée du sanctuaire d’Apollon, de la base de Marathon, du monument des « Navarques » et de la niche-portique SD 108, cf. Bommelaer 2012-2013, en particulier la fig. 39.

128 Kron 1976, p. 219-223 ; Krumeich 1997, p. 97-98 ; Ioakimidou 1997, p. 192-193, n. 1 ; p. 198, n. 66 (Miltiade).

129 Despinis 1998.

130 Voir la contribution d’E. B. Harrison dans Despinis 2001, p. 123-127.

131 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 2344 et inv. 2338.

132 Athènes, musée de l’Agora, inv. S898 + 722.

133 Le motif des nattes croisées sur l’arrière de la tête et nouées au-dessus du front rapproche par exemple la tête 2344 de l’Acropole et celle de l’Éleusinion.

134 Les trois têtes sont sculptées dans le même marbre, probablement de Thasos ; d’autre part, les calottes crâniennes, coiffées d’un casque, des têtes 2344 et 2338 de l’Acropole étaient rapportées de la même façon ; le rebord du casque est marqué sur le pourtour du crâne par une étroite bande piquetée en léger retrait par rapport à la surface de la chevelure.

135 Holtzmann 2003, fig. 63 paraît séduit par cette hypothèse.

136 Madrid, musée du Prado ; Despinis 2001, p. 112-122, fig. 11-19.

137 Athènes, musée de l’Acropole, inv. 140.

138 Linfert 1982, p. 71, pl. 18,3 ; 19,3.

139 Despinis 2001, p. 117-118.

140 Despinis 2001, p. 119-122.

141 Cf. infra p. 271-273 ; la modestie de ce groupe peut également s’expliquer par la relativement faible influence politique de Cimon avant l’ostracisme de Thémistocle.

142 Il me semble notamment qu’on peut supposer que le nom de Miltiade, comme celui des dieux et des héros, était inscrit sur la base du monument, sans doute au nominatif, comme c’est la coutume pour ce type de groupes sculptés ; contra cependant Ioakimidou 1997, p. 189-190.

143 Kron 1976, p. 217 ; Krumeich 1997, p. 100 et n. 398.

144 La présence du héros Philaios, fondateur du lignage des Philaides auquel appartient Cimon, en est un indice supplémentaire ; cf. Kron 1976, p. 226-227 ; Krumeich 1997, p. 96.

145 Cf. supra p. 59-60.

146 Cette hypothèse est rejetée par Kron 1976, p. 218-219, comme par Krumeich 1997, p. 95-96.

147 Kron 1976, p. 226.

148 Kron 1976, p. 226.

149 Cf. infra p. 146.

150 Il est à ce titre significatif que Pausanias, VIII 52, 1-5, dans une longue digression suscitée par une statue de Philopoimen sur l’agora de Tégée, désigne Miltiade comme le premier bienfaiteur des Grecs et l’insère dans la même liste que Conon, premier Athénien à se voir honoré d’une statue honorifique publique en 394.

151 Pausanias, V 27, 7.

152 Pausanias, V 27, 1 ; Eckstein 1969, p. 48 ; Hölscher 1973, p. 89 ; Krumeich 1997, p. 185.

153 Hölscher 1973, p. 89.

154 L’un de ces chevaux est réputé avoir des vertus magiques ; cf. Muller-Dufeu 2011, p. 258.

155 Pausanias, V 27, 2.

156 Eckstein 1969, p. 44-47, pl. 2, fig. 8-11.

157 Longueur maximale : 7,33 m ; profondeur maximale : 1,64 m.

158 Voir les conclusions de Bommelaer 1981, p. 20-23.

159 Sur le culte de Lysandre à Samos, et peut-être dans d’autres cités ioniennes, notre source principale est Douris de Samos, FrGrH 76 F 26 et F 71 ; cf. Habicht 1970, p. 3-7 ; Bommelaer 1981, p. 16-17 ; Krumeich 1997, p. 159-160 et n. 73 ; Gattinoni 1997, p. 237-239.

160 Pausanias, VI 3, 14-15, trad. J. Pouilloux, CUF, 2002.

161 Pindare, Deuxième Néméenne 18-19.

162 Sur la date de composition du premier Dithyrambe, cf. Duchemin, Bardollet 1993, p. 5-6.

163 Bacchylide, Dithyrambe I 51. La première Épinicie s’ouvre également sur une invocation des vierges, filles de Ζεὺς ὑψιµέδων.

164 Cette hypothèse gagne en crédit si l’on se souvient que Lysandre appuie sa politique de prestige sur les œuvres de poètes contemporains ; cf. Homolle 1901, p. 684 ; Gattinoni 1997, p. 237 et n. 63. Homolle 1901, p. 682 avance l’hypothèse que le poète qui signe l’épigramme d’Olympie est Iôn de Samos, auteur de l’épigramme du monument des « Navarques ».

165 Sur cette dénomination, cf. Bommelaer 2011, p. 201-202.

166 Pausanias, X 9, 7-10.

167 Pouilloux, Roux 1963, p. 16-19.

168 Plutarque, Vie de Lysandre 18, 1 ; De Pythiae oraculis 2.

169 SD 109 ; Bommelaer 2011, p. 210, fig. 3 récapitule les hypothèses anciennes sur la localisation du monument des « Navarques ».

170 Bommelaer 2011, p. 221-224.

171 Les différentes hypothèses de restitution sont présentées par Bommelaer 2011, p. 224-234.

172 Bommelaer 1991, p. 108-109.

173 Bommelaer 1971, p. 51 ; Bommelaer 2011, p. 204-207, fig. 2 ; cf. également Pouilloux, Roux 1963, p. 34-35, 55-56, fig. 18 (seconde rangée surélevée par rapport à la première) ; Arnold 1969, p. 97-109, fig. 40a ; Krumeich 1997, p. 169-170 ; Ioakimidou 1997, p. 291-292.

174 Voir les relevés et les photographies dans FD III 1, p. 27-41 ; Bommelaer 1971, fig. 1-14.

175 Bommelaer 1971, p. 54 donne les mesures des pieds selon le type de la statue ; pour la restitution des deux rangées, cf. Bommelaer 2011, p. 231, fig. 13.4 ; Krumeich 1997, p. 170.

176 Delphes, musée, inv. 1289 + sans numéro (hauteur : 0,29 m ; longueur : 1,09 m ; profondeur : 0,92 m) ; cf. par exemple Krumeich 1997, fig. 87-88 ou les photographies de Palagia 2009, p. 37, fig. 6-7.

177 FD III 1, 50.

178 Plutarque, Vie de Lysandre 18, 1 : Ὁ δὲ Λύσανδρος ἔστησεν ἀπὸ τῶν λαφύρων ἐν Δελφοῖς αὑτοῦ εἰκόνα καὶ τῶν ναυάρχων ἑκάστου.

179 Pomtow 1906, p. 554-555 ; FD III 1, 50.

180 Jacquemin 1999a, p. 220 reprenant l’analyse de Pouilloux, Roux 1963, p. 59 ; Hölscher 1974, p. 77, n. 21 souligne cependant à juste titre qu’il est peu probable qu’une inscription soit venue changer la signification du monument deux générations seulement après son installation dans le sanctuaire.

181 Jacquemin 1999a, p. 338, no 322 ; même opinion chez Ioakimidou 1997, p. 288-289.

182 Jacquemin 1999a, p. 95, n. 104.

183 Kahrstedt 1922, p. 190-191.

184 Kahrstedt 1922, p. 191 : « das bekannte Lysandros-Monument ist nicht nur in dem Titel, sondern auch in der Darstellung ganz von ihm entworfen : was Lysandros beliebt, wird dargestellt, ob Bundesglieder oder Bundesfremde, hohe oder Subalterne darauf verewigt werden, hängt von seiner Willkür ab » (Le fameux monument de Lysandre à Delphes relève de son initiative non seulement par sa dénomination, mais aussi par son iconographie : est représenté ce qui plaît à Lysandre ; que l’on immortalise sur ce monument des alliés ou des ennemis, des haut gradés ou des subalternes relève de son bon plaisir) ; Krumeich 1997, p. 172.

185 Hölscher 1974, p. 77-78 ; Krumeich 1997, p. 173 et n. 187 ; Jacquemin 1999a, p. 191-192.

186 Pour les données topographiques et architecturales relatives à la statue de Conon devant la stoa de Zeus Éleuthérios sur l’Agora, cf. infra p. 165-166.

187 Démosthène, Contre Leptine 69-71.

188 Sur le contexte historique de ce discours, qui est peut-être le premier discours politique prononcé par Démosthène en personne, cf. Burke 2002, p. 177-179.

189 Burke 2002, p. 178 et n. 64.

190 Conon meurt à Chypre avant 388 ; cf. Lysias, Sur les biens d’Aristophane 39-41.

191 Isocrate, Évagoras 57.

192 Sur la vie politique à Athènes et les événements militaires entre 403 et 394, cf. Funke 1980, p. 57-70, 78-89.

193 Nouhaud 1982, p. 333-342, 359-360 ; Funke 1983, p. 150-151 et n. 5. L’interprétation de la bataille fluctue chez Isocrate en fonction de sa démonstration, selon qu’il veuille glorifier Conon ou pointer les insuffisances des Athéniens.

194 Xénophon, Les Helléniques II 1, 28-29 ; Diodore de Sicile, XIII 106, 6 ; XIV 39, 1 ; H. Swoboda, RE XI (1922), s.v. « Konon 3 », col. 1321.

195 Diodore de Sicile, XIV 39, 1.

196 En ce sens, le début des considérants du décret honorifique cité par Démosthène est significatif : Conon a libéré les alliés des Athéniens, non les Athéniens eux-mêmes.

197 Pausanias, VI 3, 15-16 ; Krumeich 1997, p. 207-208 ; Strauss 1984, p. 39.

198 IK 1, 6.

199 IKaunos 81 ; cf. infra p. 188-189.

200 Noter que les honneurs accordés par d’autres cités sont parfois mentionnés dans les considérants des décrets (par exemple CID IV 99, l. 13-14 ; 201/0), ce qui suppose une émulation dans l’octroi des honneurs.

201 Ces défaites, bien plus que le retour de Conon, sont à l’origine de l’éclipse politique de Thrasybule ; cf. Funke 1980, p. 118-119 et n. 49.

202 On ne peut cependant plus interpréter en ce sens le décret accordant l’autonomie aux Étéocarpathiens (IG I3 1454), qui ne date pas, comme l’affirment la plupart des commentateurs, des années postérieures à la bataille de Cnide, mais de 430-425 ; cf. Fornis 2008, p. 53-54 et n. 98.

203 Sur l’implication limitée de Conon dans la vie publique athénienne après Cnide, cf. Fornis 2008, surtout p. 48-49.

204 Isocrate, Évagoras 57 ; à compléter par Pausanias, I 3, 2.

205 IG II2 20 ; Lewis, Stroud 1979 ; Meyer 1989a, p. 276-277, cat. A 39, pl. 9,2 ; Funke 1983, p. 152-156. La stèle à relief se dressait probablement sur l’Acropole, à côté du décret de ca 410 (IG I3 113) accordant la citoyenneté athénienne à Évagoras ; cf. Lewis, Stroud 1979, p. 192-193 ; Meyer 1989a, p. 23.

206 IG II2 19 ; Funke 1983, p. 158.

207 IG II2 17 ; Osborne 1970 ; Funke 1983, p. 161-163.

208 L’hypothèse de Laing 1965 selon laquelle le catalogue des marins de huit trières trouvé sur l’Acropole (IG I3 1032) honore, en 393, l’équipage des vaisseaux qui ont fui Aigos Potamoi avec Conon, est rejetée par Funke 1983, p. 164-169 ; cf. aussi Fornis 2008, p. 53, n. 95.

209 Funke 1983, p. 162-163, à propos de la mise en valeur du devin ; cf. supra p. 67.

210 Cf. infra p. 257-261.

211 Athénée, Les Deipnosophistes I 3, d : Κόνων δὲ περὶ Κνίδον ναυµαχίᾳ νικήσας Λακεδαιµονίους καὶ τειχίσας τὸν Πειραιᾶ ἑκατόµβην τῷ ὄντι θύσας καὶ οὐ ψευδωνύµως πάντας Ἀθηναίους εἱστίασεν, « Conon, après avoir vaincu les Lacédémoniens au cours de la bataille navale de Cnide et avoir fortifié le Pirée, sacrifia une hécatombe véritable, et non seulement de nom, et nourrit tous les Athéniens ». Significativement, Athénée met en parallèle ce sacrifice avec celui réalisé par Alcibiade au lendemain de ses victoires olympiques, auxquelles sont également associées les représentations qui ont fait scandale deux décennies plus tôt. Cf. supra p. 58-59.

212 Démosthène, Contre Androtion 72 ; Contre Timocrate 180 ; IG II2 1424 a, l. 346-352 ; Funke 1983, p. 154-155.

213 Pausanias, I 1, 3 ; sur la question très controversée de la localisation de cet Aphrodision, qui reprend peut-être un ancien sanctuaire consacré par Thémistocle (cf. Plutarque, Vie de Thémistocle, 12, 1), cf. Funke 1983, p. 175-189 ; la consécration d’un sanctuaire à Aphrodite est sans doute liée à la résidence de Conon à Chypre (Pirenne-Delforge 1994, p. 81).

214 Cf. supra p. 54-56.

215 IG II2 3774 ; les statues de bronze sont installées sur une base en arc de cercle, probablement entre le Parthénon et l’Érechtheion ; cf. également Pausanias, I 24, 3.

216 Cf. supra p. 59-60.

217 Pausanias, I 3, 2.

218 Cornelius Nepos, Timothée 2, 3, cité par Löhr 2000, p. 75, n. 388 : Sic iuxta posita recens filii veterem patris renovavit memoriam, « Ainsi, la nouvelle [statue] du fils, placée à côté [de celle de son père], fit revivre l’ancien souvenir du père ».

219 Le principal opposant de Conon est Thrasybule ; cf. Strauss 1984.

220 L’ostentation privée est d’ailleurs favorisée par la reprise des monuments funéraires figurés.

221 Ma, Tracy 2004.

222 La disjonction entre l’œuvre et sa dédicace impliquée par le formulaire honorifique est décrite par Ma 2007a, notamment p. 212.

223 Le Contre Androtion de Démosthène, composé en 355/4, porte en grande partie sur cette récompense d’usage, qui est une marque de reconnaissance de l’efficacité du Conseil, notamment en matière de construction navale.

224 Dinsmoor 1931, p. 539 (index).

225 IG II2 2790 (base quadrangulaire de marbre d’Éleusis, trouvée en remploi comme support de relief funéraire, au Nord de l’Agora, à l’angle des rues Léocoriou et Dipylou, non loin de la place Koumoundourou ; hauteur : 0,30 m ; longueur : 0,78 m) ; elle porte à la face supérieure les mortaises de fixation d’une statue de bronze ; cf. N. Kyparissis, AD 11 (1927-1928), παράρτ. p. 57, 59, no 226.

226 Pour des dédicaces comparables, cf. IG II2 2791 et 2792.

227 Veligianni-Terzi 1997, p. 219-220, 296-298. Des formules similaires se retrouvent sur les offrandes collectives consacrées par des collèges de magistrats dès le milieu du ive s. (IG II2 2818 [épimélètes de la tribu Léontis] ; 2820 [collège désigné par le dème d’Halai pour faire réaliser une statue d’Aphrodite] ; 2822 [trésorier d’Athéna Polias]).

228 Pour l’influence d’Athènes sur les institutions thasiennes au ive s., cf. Fournier, Hamon 2007, surtout p. 380.

229 Croissant, Salviat 1966, p. 461-462, no 2, fig. 2-3.

230 Pétrakos 1999b, no 92-95.

231 Noter qu’à Athènes et au Pirée, les associations religieuses, à la fin du ive s. et au iiie s., honorent parfois leur bienfaiteur en lui consacrant une offrande ou en lui concédant un emplacement pour une consécration (cf. IG II2 1263, l. 24-27 [300] ; IG II2 1324, l. 25-28 [fin du iiie s.]).

232 IG II2 2821 (351/0).

233 IG II2 2837 (329/8) ; dédicace d’un thesmothète. Base quadrangulaire (hauteur : 0,34 m ; longueur : 0,95 m ; profondeur : 0,66 m), trouvée en remploi au Nord de la rue des Trépieds (rue Apollônos), près de la Métropole. Elle porte à la face supérieure, légèrement décentrée, la cuvette d’encastrement pour un pilier, sans doute hermaïque ; cf. Kavvadias 1898, col. 9-11, no 4α (dessin).

234 Par exemple IG II2 3206 (318) : architrave dorique où sont gravées treize couronnes, dont cinq sont inscrites.

235 Gerlach 1908, p. 6 considère que la première inscription honorifique est IG I3 1401 (475-450) : Λυσίθ|εος : Μικί|ωνα φιλῖ|ν φεσι µά|λισστα | τῶν ἐν | τε̑ι πό|λει· ἀν|δρεῖος | γὰρ ἐστ|ι, « Lysithéos déclare aimer Mikiôn plus que tous ceux de la cité ; il est en effet viril » ; il me semble cependant qu’elle appartient plutôt au genre des inscriptions pédérastiques.

236 Sur le graveur, cf. Tracy 2009.

237 Ces formulaires sont fixés dès le ve s. ; cf. par exemple IG I3 102, l. 6-8 et 10-11 (410/09). Le même décret prévoit la proclamation des honneurs lors des Dionysies (l. 12-13).

238 Notamment IG I3 635 (510-500 ?) : Αἰσχυλ[ίδ]ες µ’ [ἀνέ]θεκε[ν Ἀθεναίαι τόδ’ ἄγαλµα] | αὐτο͂ κα[ὶ γ]εν[εᾶς µν]ε̑µα̣ ⏑ − ⏑ ⏑ −, « Aischylidès, m’a consacré à Athéna, moi, ce joyau, monument de lui-même et de sa famille » ou IG I3 857 (470-450 ?) : [Μ]ικύθη µ’ ἀνέ[θηκεν] | [Ἀθ]ηναίηι τό[δ’ ἄγαλµα] / [εὐξ]αµένη̣ δ̣[εκάτην] | [καὶ] ὑ̣περ πα[ίδων] | [κ]αὶ ἑαυτῆ̣[ς]. /vacat Εὔφρων̣ [ἐπο]|[ί]ησεν̣, « Mikythè m’a consacré à Athéna, moi, ce joyau, comme dîme à la suite d’une prière, pour ses enfants et pour elle-même. Euphrôn l’a fait ».

239 Cf. infra p. 118-119.

240 IG I3 885 ; l’épigramme est également conservée dans l’Anthologie palatine XIII 13. Une épigramme allitérative, attribuée à Simonide, présente une formulation très proche ; Anthologie palatine VI 216 : Σῶσος καὶ Σωσὼ, σῶτερ, σοὶ τόνδ’ ἀνέθηκαν·| Σῶσος µὲν σωθεὶς, Σωσὼ δ’ ὅτι Σῶσος ἐσώθη, « Sôsos et Sôsô te l’ont consacré, Sauveur. Sôsos car il a été sauvé, Sôsô car Sôsos a été sauvé ». Il s’agit peut-être de la dédicace d’une statue de Sôsos.

241 La formulation serait alors proche de celle que l’on restitue parfois sur la base de la statue supposée de Périclès (IG I3 884) ou de celle qui apparaît sur la base d’une statue probable de Diitréphès (IG I3 883) ; sur les difficultés que pose le rapprochement de cette base d’une part avec la mention par Pausanias, I 23, 3-4, d’une statue en bronze de Diitréphès blessé, d’autre part avec le vulneratus deficiens que Pline l’Ancien attribue à Crésilas, cf. Krumeich 1997, p. 141-144.

242 IG II2 3830.

243 C’est en tout cas ce que suggère Isocrate, Évagoras 57, qui semble reprendre les termes du décret pour Conon et Évagoras : ῾Υπὲρ ὧν ἡµεῖς µὲν αὐτοὺς ἐτιµήσαµεν ταῖς µεγίσταις τιµαῖς καὶ τὰς εἰκόνας αὐτῶν ἐστήσαµεν, « Pour ces motifs, nous les avons honorés des plus grands honneurs et nous avons érigé leurs statues ».

244 La dédicace pour Polyllos, fils de Pollyllidès, sur l’Acropole (IG II2 3837) présente une formulation très proche ; cf. infra p. 119-120.

245 Gerlach 1908, p. 43-44, n. 1.

246 Kalogéropoulou 1969.

247 Comme l’inscription d’Éleusis IG II2 2971 ; cf. Habicht 2000, p. 73 et n. 48.

248 IG II2 2794 ; cf. IG II2 3073 (inscription commémorative de la même victoire).

249 Burnett, Edmonson 1961, fig. 1-3.

250 Certains monuments sont en effet très difficiles à interpréter : quelle est ainsi la nature de l’offrande d’Amphyctiôn, fils de Théôros, sur l’Agora dans la première moitié du ive s., où apparaissent les couronnes du Peuple et du Conseil (IG II2 4896) ? Ce pourrait être une représentation publique d’Amphyctiôn, mais ce n’est pas assuré.

251 Diogène Laërce, II 43 : Ἀστυδάµαντα πρότερον τῶν περὶ Αἰσχύλον ἐτίµησαν εἰκόνι χαλκῇ, « Ils [Les Athéniens] honorèrent Astydamas d’une statue de bronze, avant Eschyle et les autres tragiques ».

252 IG II2 3775.

253 IG II2 3776.

254 Le décret honorifique posthume pour Lycurgue (IG II2 457) est promulgué en 307/6.

255 Pausanias, I 8, 2.

256 Paton, Hicks 1891, no 221.

257 Cette pratique se prolonge d’ailleurs à Athènes au iiie s., comme en témoigne par exemple la base, aujourd’hui disparue, de la statue honorifique de Philoclès de Sidon (IG II2 3425 ; ISE I 17) ; sur tout ce passage, cf.Ma 2007a, p. 207-208.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-1.png
Fichier image/png, 22k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-2.png
Fichier image/png, 34k
Titre Fig. 1. Proposition de restitution du monument de Généléos à Samos.
Crédits Dessin de l’auteur d’après Freyer-Schauenburg 1974, pl. 45.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-3.png
Fichier image/png, 318k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-4.png
Fichier image/png, 37k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-5.png
Fichier image/png, 23k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-6.png
Fichier image/png, 291k
Titre Fig. 2. Relevé du portique de Zeus Éleuthérios sur l’Agora d’Athènes ; les statues de Conon et d’Évagoras se dressaient sur les bases dont les vestiges sont préservés entre les ailes du portique.
Crédits Courtesy of the American School of Classical Studies at Athens.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-7.png
Fichier image/png, 2,1M
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-8.png
Fichier image/png, 16k
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-9.png
Fichier image/png, 29k
Titre Fig. 3. Base pour Archippè, fille de Cléogénès, signée Praxitèle.
Crédits Athènes, musée de l’Agora, inv. I 4568 ; courtesy of the American School of Classical Studies at Athens.
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/828/img-10.png
Fichier image/png, 1,2M

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search