Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Première partie – Étude historique

Chapitre I

Définition de la représentation honorifique publique

Texte intégral

1La représentation honorifique couvre un champ plus vaste que celui qui lui est généralement  assigné. L’approche institutionnelle restreint en effet le cadre des recherches et isole la représentation honorifique publique non seulement de sa genèse à l’époque archaïque et au début de l’époque classique, mais aussi des autres représentations individuelles, qui sont pourtant en étroite relation avec elle. Une compréhension générale de la représentation honorifique doit donc se fonder sur l’analyse de textes et de monuments variés qui, sans répondre à la définition stricte de la représentation honorifique publique, empruntent l’un ou l’autre de ses aspects. Jeu dangereux et contestable, flirt avec les marges qui, espérons-le, donne cependant une profondeur sociale, religieuse et politique nouvelle à un genre sinon assez abstrait. Pourtant, les tenants d’une approche traditionnelle ont raison, dans le sens où le succès de la pratique honorifique publique à partir du ive s. a profondément modifié les modalités de la représentation individuelle : la représentation publique est devenue l’objet désirable entre tous, celui que l’on jalouse et que l’on imite lorsque l’on n’appartient pas à la minorité susceptible d’y accéder. Il serait erroné et vain de contester cette hiérarchie nouvelle entre les genres, mais il est indispensable d’élucider les fondements et les conséquences d’un tel succès. Pour cela, il faut attaquer la question au cœur, examiner les principes de la représentation honorifique publique aux époques classique et hellénistique, avant de s’aventurer aux frontières : chronologiques d’abord, afin de s’affranchir du discours élaboré à Athènes au ive s. sur la naissance de cet honneur insigne ; génériques ensuite, pour débusquer l’honorifique là où on ne l’attend pas.

___

2Qu’entend-on par représentation honorifique ? Avant tout une institution des cités grecques, qui vise à récompenser publiquement un bienfaiteur de la communauté par un monument à son image. À cette institution répond une procédure dont les principales étapes sont fixées à partir du ive s. De la demande à la proclamation des honneurs, cette procédure se caractérise notamment par l’élaboration d’un discours qui énonce les valeurs que la communauté entend promouvoir à travers l’œuvre. Aussi importante que le contenu de ce discours est sa répétition insistante à toutes les étapes, pour prévenir toute interprétation concurrente du monument. Sa force fait qu’aujourd’hui encore, la représentation honorifique a une réalité plus discursive que matérielle.

La demande

  • 1 Sur la procédure de la demande à Athènes, cf. Gauthier 1985, p. 83-92.
  • 2 Lysias, Contre Harmodios au sujet des récompenses d’Iphicrate 1 ; Gauthier 1985, p. 97-99.
  • 3 Démosthène, Contre Leptine 78.
  • 4 C’est ainsi (ὑπόµνηµα) qu’est qualifié le document par une scholie à Démosthène (Dilts 1986, p. 126 (...)
  • 5 Gauthier 1985, p. 99-102.
  • 6 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs, Décrets I-III ; Gauthier 1985, p. 83 et n. 20 défend leur (...)
  • 7 Gauthier 1985, p. 104-105 dresse un parallèle entre la demande de Dèmocharès et les considérants du (...)

3Dans l’octroi des plus grands honneurs par la cité, la première étape est la demande1 ou αἴτησις, qui est attestée au ive s. par les exemples d’Iphicrate2 et surtout de Chabrias3. En effet, Ph. Gauthier montre que, dans le Contre Leptine, le mémoire4 lu par le greffier à la demande de Démosthène n’est probablement autre que la requête présentée par Chabrias après sa victoire à Naxos5, déposée par la suite aux archives de la cité. Le bref résumé qu’en fait Démosthène permet d’en préciser la teneur : il s’agit d’un récit circonstancié des hauts faits accomplis par un personnage en faveur dans la cité, destiné à éclairer les conseillers sur l’opportunité de lui accorder des honneurs. Les documents publiés en annexe des Vies des dix orateurs du Pseudo-Plutarque, bien que leur authenticité soit parfois mise en doute6, révèlent la structure rhétorique de l’αἴτησις, miroir exact du corps du décret : les honneurs demandés sont placés en introduction et les justifications – qui servent de base à la rédaction des considérants en cas d’acceptation de la demande – viennent à la suite, organisées par chapitres. Ainsi, dans le cas de la demande présentée par Dèmocharès pour Démosthène, les dépenses militaires de l’orateur – équipement de trières, rachat de prisonniers – sont les premières mentionnées, avant les dépenses chorégiques, les dépenses liées aux fortifications et les dépenses frumentaires. Ce n’est que dans un second temps que sont énumérés les bons conseils donnés par Démosthène aux Athéniens7.

  • 8 Hamon 2009b, p. 361 précise que le fait de se présenter devant les autorités, l’ephodos (vel sim.), (...)
  • 9 CID IV 99, l. 17-20.
  • 10 C’est par exemple le cas de Képhisodôros, mais aussi de Phaidros de Sphettos en 255 (IG II2 682, l. (...)
  • 11 C’est le cas des demandes qui nous sont transmises par le Pseudo-Plutarque, mais aussi de nombreux (...)
  • 12 Pas moins de vingt citoyens, avec l’appui de neuf prêtres, hérauts sacrés et hymnagogues, présenten (...)
  • 13 IG II2 1012, l. 12-19.

4À l’époque hellénistique, les rapports écrits préalables rédigés par des particuliers – les προγραφαί –, qui doivent être soumis au Conseil pour appuyer une demande d’honneurs, sont très largement attestés. Il est probable que ces demandes faisaient également l’objet d’une lecture publique, le plus souvent devant le Conseil8. La demande peut, à l’époque hellénistique, être présentée par un ambassadeur9, par l’intéressé lui-même10, par un citoyen11, par un groupe de citoyens12 ou par le délégué d’une association13.

  • 14 IG II2 657, l. 54-55 : ὅταν ἐξέλθωσιν αἱ [ἐκ τοῦ νόµου ἡµ]|έραι τῆς αἰτήσεως, « lorsque le délai lé (...)
  • 15 IG II2 682, l. 68-69 : ὅταν αἱ ἡµέραι | αἱ ἐκ τοῦ νόµου ἐξήκωσιν, « lorsque les jours prévus par la (...)

5Une fois la demande présentée, un délai de rigueur doit être respecté, sans doute pour laisser aux conseillers le temps d’examiner le bien-fondé de la requête. Ce délai, dont la durée est inconnue, est évoqué par les décrets athéniens en l’honneur de Philippidès de Képhalè14 et de Phaidros15.

6Avec la procédure légale de la demande, les honneurs brigués, et, pour ce qui nous concerne, la représentation honorifique demandée, font l’objet d’un premier exposé et d’un débat démocratique. Les fragments du discours prononcé par Lysias contre Harmodios pour défendre les honneurs votés à Iphicrate sont un témoignage du débat contradictoire, parfois porté devant le tribunal, dont une statue honorifique publique peut faire l’objet.

Le contrôle des honneurs votés

  • 16 SEG XXVIII 60 (Bringmann, Steuben 1995, p. 40-45, no 16, l. 101-104).
  • 17 IG II2 646, l. 48-52 ; IG II2 682, l. 93-98.
  • 18 SEG XXV 112, l. 55-57.
  • 19 Cf. Henry 1983, p. 299-300.
  • 20 Milet VI 3, 1039, blocs II + III, l. 14 : τῆς δὲ τιµῆς ἐπικυρωθείσης ἐν τῶι δικαστηρίωι, « L’honneu (...)
  • 21 IMagnesia 92b, l. 15-16 ; cette assemblée permet un second examen du décret après son vote, sans do (...)

7Les témoignages d’un contrôle de la conformité des honneurs aux lois en vigueur sont rares. Seule une poignée de documents rend compte d’un examen critique préalable du dispositif honorifique avant sa mise en application. C’est le cas du décret athénien en l’honneur de Callias de Sphettos, dont la teneur doit être vérifiée par l’Héliée16. On retrouve une clause similaire dans deux autres décrets athéniens de la première moitié du iiie s.17 ainsi que dans un décret du début du iie s.18, de sorte que l’on peut suggérer que l’examen préliminaire du dispositif honorifique devant le tribunal n’est pas une procédure extraordinaire à Athènes au cours de la haute époque hellénistique, lorsqu’est prévue l’installation d’une statue honorifique19. Quelques décrets montrent par ailleurs que la vérification de la légalité des décisions n’est pas inconnue hors d’Attique. Le décret de Milet pour Eirènias, promulgué entre 167/6 et 164, prévoit en effet la validation devant le tribunal de l’octroi d’une statue de bronze doré à l’ambassadeur20. À Magnésie du Méandre, c’est un vote en assemblée, sous contrôle des archontes, qui doit valider les décisions prises par décret21.

8Bien qu’isolés, ces exemples qui témoignent d’un suivi des travaux des assemblées, notamment en matière honorifique, supposent que les honneurs votés doivent répondre à des critères définis par les lois. Le tribunal doit en effet non seulement vérifier l’aptitude légale de l’honorandus à recevoir ces honneurs, mais aussi, dans le cas où ceux-ci comprennent une statue, la conformité aux lois de l’emplacement, du type de monument choisi, des procédures d’adjudication, de financement et de suivi des travaux.

La mise en œuvre des honneurs

  • 22 Par exemple : IG II2 646, l. 40-43 ; 648, l. 6-10 ; 672, l. 36 ; 682, l. 84-87 ; 793, l. 10-11 ; IG(...)
  • 23 Par exemple : IG V 1, 1432, l. 20-21 (ISE III 136) ; IG XII 9, 236, l. 65-69 ; 237, l. 24-27 ; ICos (...)
  • 24 La mise en adjudication de l’œuvre est mentionnée par exemple dans le décret IG XII 1, 6, l. 5-7.
  • 25 La surveillance des opérations par la commission est explicitement mentionnée dans le décret de Thé (...)
  • 26 IG XII 9, 236, l. 65-69 ; 237, l. 24-27 ; IK 30, 9, l. 20-25.
  • 27 IG II2 672, l. 36 ; Pétrakos 1997, 294, l. 27-28.
  • 28 IG XII 9, 196, l. 18-23 ; IG XII 9, 236, l. 65-69.

9Dans le cas où les honneurs accordés à un bienfaiteur comprennent l’installation dans l’espace public d’une représentation honorifique, la réalisation matérielle du monument est souvent confiée à une commission ad hoc22, composée de deux à cinq membres désignés par l’assemblée qui a voté les honneurs, ou plus rarement à un citoyen seul23, désigné selon la même procédure. Les compétences de ces commissions sont, si l’on en croit les décrets, plus ou moins larges. Chargées de mettre en adjudication24 et de veiller à la réalisation de la représentation25, elles peuvent aussi être responsables de la gravure du décret26 ou de la réalisation de la couronne27. Certains décrets précisent que la commission est soumise à reddition de comptes à la fin de sa tâche28. Ces contrôles doivent vérifier non seulement que la commission a respecté le budget qui lui était imparti, mais également que l’œuvre réalisée correspond par son type et par ses dimensions aux décisions de l’assemblée.

L’inscription des honneurs

La transcription du décret

  • 29 Le plus ancien décret honorifique gravé que nous conservions provient de l’Agora et octroie l’éloge (...)
  • 30 Il ne faut pas sous-estimer le coût de la gravure du décret. Ainsi, c’est parce que le bienfaiteur (...)
  • 31 IG I3 156, l. 19-29.
  • 32 Pébarthe 2006, p. 266-267 et n. 196-197, défend, à la suite de Veyne 1976, p. 267-268, l’hypothèse (...)
  • 33 Sur ce point, Sickinger 2009 me semble plus en accord avec les analyses de Hedrick Jr 1999, p. 408- (...)

10La gravure sur pierre des décrets honorifiques est une pratique qui apparaît à Athènes au milieu du ve s.29. L’affichage public des honneurs, qui est en règle générale financé par la cité30, est cependant parfois laissé à la charge des personnages honorés, comme le montre la clause finale du décret promulgué entre 440 et 425 pour Léônidas d’Halicarnasse31. La gravure du décret honorifique est perçue ici comme une pratique intéressant plus le personnage honoré que la cité : les Athéniens laissent à Léônidas le soin de financer des monuments qui ne sont pas considérés comme essentiels au fonctionnement démocratique32. En ce sens, l’affichage des décrets honorifiques vise moins la publication et la diffusion de documents officiels, dans un souci de démocratie, que la création d’une émulation entre les potentiels bienfaiteurs du peuple33.

  • 34 Les mentions explicites que j’ai recensées dans les décrets sont au nombre de quarante : IG II2 672 (...)
  • 35 Cf. par exemple, le décret d’Éryza (?) pour Charès, fils d’Attalos : Cousin, Diehl 1889, p. 336-338 (...)
  • 36 IK 1, 28, l. 52-55.
  • 37 On en relève sept mentions explicites dans les décrets : Milet VI 3, 1039, blocs II + III, l. 20-21 (...)

11Bien souvent, la stèle portant le décret est installée à proximité immédiate de la représentation34, voire sur la base elle-même35. Le décret d’Érythrées pour Polycritos, promulgué vers 275, indique même que la stèle et la statue doivent être installées sur l’agora, près de la stèle où sont gravés les honneurs accordés précédemment au personnage36, créant ainsi pour l’honorandus un espace spécifiquement dédié au cœur de la cité. Mais le lien entre stèle et représentation honorifique est encore plus fort lorsque le décret est gravé directement sur la base de la statue37.

  • 38 Un cas intéressant de disjonction, encore partiellement inédit, provient de Dion et date de la fin (...)
  • 39 Par exemple, sur la stèle Pétrakos 1999b, p. 16-17, no 10, qui prévoit l’installation d’une représe (...)

12Il arrive également que la représentation honorifique et la stèle portant le décret soient exposées en des lieux différents de l’espace public38. Le lien entre les deux récompenses est alors assuré par la formule honorifique sur la base de la statue ou sur la représentation peinte et parfois sur la stèle elle-même39. Ce dispositif, plus rare, vise la diffusion large des honneurs.

L’inscription sur la base

  • 40 IG IX 2, 1108 ; Polemon 1 (1929), p. 28-31, no 419 ; pour la chronologie du texte, cf. Stählin 1929 (...)
  • 41 Parmi les très nombreux cas similaires, cf. par exemple le décret du koinon des Poséidoniastes de B (...)

13Le second dispositif permettant une publication écrite des dispositions du décret est l’inscription honorifique gravée sur la base des statues ou sous les représentations peintes. La formule inscrite est réglementée et sa teneur est fixée lors de l’élaboration du décret. Ainsi, lorsque la cité de Dèmètrias décide vers 13040 d’honorer ses trois stratèges et ses trois nomophylakès de représentations peintes, elle prend soin de préciser dans le décret la teneur exacte de l’inscription qui doit être portée sur les tableaux (l. 27-30). La même formule doit d’ailleurs être transcrite sur la stèle (l. 32), érigée dans le sanctuaire de Sarapis, où des couronnes doivent être gravées (l. 31-32). Ce décret particulièrement précis prouve que le texte et les reliefs associés aux représentations honorifiques publiques font l’objet d’un débat et d’un vote en même temps que les honneurs41.

  • 42 Comme Attale II, honoré par les Achaiens qui ont combattu à Magnésie du Sipyle (Syll3 606).
  • 43 Comme le gouverneur de la province d’Asie Q. Caecilius Metellus, honoré par le peuple de Pergame (S (...)
  • 44 Comme Q. Marcius Philippus, consul en 169, honoré par la confédération achaienne (Syll3 649).
  • 45 IG XII 5, 1030 ; la pierre n’est pas conservée. Le texte est transcrit dans un codex de la Bodleian (...)
  • 46 Cf. SEG XXXIII 1038, l. 3-20 : la cité de Kymè, inquiète pour sa bienfaitrice Archippè, prévoit un (...)

14La formule honorifique est remarquablement stable à l’époque hellénistique. La structure essentielle Ὁ δῆµος τὸν δεῖνα (ἀνέθηκεν uel ἐτίµησεν) est souvent précisée par les motifs de l’honneur, qui comprennent la plupart du temps les termes génériques ἀρετή et εὔνοια, mais sont parfois plus spécifiques. Les bienfaiteurs peuvent être ainsi loués par exemple pour leur ἀνδραγαθία42 (bravoure), leur σωφρoσύνη43 (sagesse) ou leur καλοκἀγαθία44 (noblesse d’âme). Mais on trouve également dans les inscriptions publiques des qualités plus inattendues, empruntées au registre des sentiments privés, comme dans l’inscription gravée au ier s. sur la base de la statue de Mnèsicleidès, fils d’Épianax, à Paros45. L’inscription met en effet en avant la φιλοστοργία, la tendresse du bienfaiteur, suggérant un lien de parenté entre la cité et Mnèsicleidès. Ce trait est caractéristique de la basse époque hellénistique, où la rhétorique du sentiment et de l’empathie est fréquemment employée dans les décrets46.

  • 47 Gerlach 1908, p. 110 (qui traite cependant également des inscriptions honorifiques d’époque impéria (...)
  • 48 Robert 1967, p. 11-14 (repris dans OMS V, p. 351-354) ; cf. également Chankowski 1998, p. 159-160 e (...)

15L’inscription de Paros pour Mnèsicleidès met en lumière une seconde évolution des inscriptions honorifiques au cours de l’époque hellénistique. Comme le note G. Gerlach, en effet47, les inscriptions sur les bases de statues tendent à se développer de plus en plus et à reprendre, sous forme de propositions participiales à l’aoriste, une grande partie des considérants du décret. Ce développement des inscriptions honorifiques à partir du iie s. est peut-être à rapprocher du goût pour la rhétorique que met en lumière L. Robert dans la rédaction des décrets à la basse époque hellénistique48. Il n’est certes pas question ici d’effets stylistiques ampoulés, mais la recherche d’un affichage des honneurs plus complexe et plus précis correspond probablement aux attentes de la classe dirigeante cultivée de cette période.

  • 49 On peut mentionner par exemple le décret fragmentaire publié par Reynolds 1997, qui précise la tene (...)

16En Asie Mineure et dans les îles de l’Égée, dès le iie s., le développement rhétorique des inscriptions honorifiques se manifeste également par la reprise, sous forme de termes juxtaposés au datif, de l’ensemble des honneurs votés49.

  • 50 Pébarthe 2006, p. 266-267 et n. 196.
  • 51 Il est possible également que, dans certains cas, l’inscription sur les bases de statues, à la bass (...)
  • 52 Zanker 1995a, p. 260 ; la présence très fréquente de rouleaux de papyrus et de boîte pour leur rang (...)

17Ainsi, à partir d’une structure originelle très simple, conçue pour tenir dans une couronne, l’inscription honorifique gagne en ampleur au cours de l’époque hellénistique, reprenant la teneur des décrets. Comment expliquer l’allongement des inscriptions honorifiques et leur redondance avec les dispositions du décret ? Un élément de réponse réside dans le contraste entre les stèles, peu lisibles, qui sont avant tout des monuments à admirer50, et les inscriptions honorifiques, gravées en caractères plus commodes à lire et donc plus accessibles51. Il semble qu’à la basse époque hellénistique, l’identification écrite précise et claire des représentations honorifiques publiques et des bienfaits qu’elles récompensent devient une exigence, ce qui correspond à l’attachement des classes dirigeantes à la culture écrite52, mais sans doute aussi à la volonté de distinguer plus nettement les monuments publics des représentations privées de plus en plus nombreuses.

La proclamation

  • 53 Henry 1983, p. 28 ; certains décrets mentionnent explicitement la proclamation parmi les honneurs a (...)
  • 54 Henry 1983, p. 29-33 recense les exemples de proclamations de couronnes à Athènes.
  • 55 IG I3 102, l. 12-14 ; sur cette inscription et son contexte, cf. Wilson 2009 ; sur la proclamation (...)
  • 56 Andocide, Sur les Mystères 97-98 ; le serment prévoit d’honorer les meurtriers de tyrans comme Harm (...)
  • 57 Les trois exceptions, outre le décret pour Thrasybule, sont le décret pour Épikerdès de Cyrène (IG (...)

18Le dernier dispositif qui permet la mise en récit des honneurs votés, et plus particulièrement des représentations honorifiques, est celui de la proclamation lors des concours. Elle constitue un honneur à part entière53 et est d’abord associée au couronnement des bienfaiteurs54. Le plus ancien exemple est celui, à Athènes, de Thrasybule de Calydon, qui a tué l’oligarque Phrynichos et dont la couronne est proclamée lors des Grandes Dionysies de 40955. Cette cérémonie publique, qui se déroule vraisemblablement avant le concours tragique, au moment de la prestation du serment contre la tyrannie56, élève Thrasybule au rang des Tyrannoctones. La proclamation de la couronne, honneur prestigieux à l’époque classique, n’est ensuite plus guère attestée avant la fin du ive s.57.

  • 58 C’est ce que suggère un décret de l’Amphictionie pyléo-delphique pour Callistos de Cnide (CID IV 13 (...)
  • 59 IK 41, 231, l. 19-24.

19À l’époque hellénistique, il existe assurément plusieurs types de proclamations, plus ou moins honorifiques. Dans sa forme la moins développée, elle consiste en une simple liste de bienfaiteurs58. Mais, dans sa forme la plus étoffée, elle comprend la mention des représentations honorifiques accordées. Un décret de Smyrne pour des juges cnidiens, promulgué au tournant des iiie et iie s., présente en effet explicitement la proclamation des récompenses autres que la couronne – parmi lesquelles des statues en bronze – comme un surcroît d’honneur59 :

Afin que Xénocritos et Agèsicratès soient couronnés chez eux, dans le théâtre, lors du concours des Dionysies, des couronnes que le peuple a votées ; qu’on proclame, une fois qu’ils seront couronnés, que le Peuple de Smyrne couronne chacun d’eux d’une couronne d’or en raison de sa valeur et de sa justice, et que l’on proclame en outre également les autres honneurs votés par le peuple.

  • 60 Il n’y en a qu’une mention assurée : ICos (Segre) ED 71d, l. 5-8 (IG XII 4, 1, 129, l. 70-72) ; la (...)
  • 61 On en compte, en plus du décret de Smyrne cité plus haut, huit exemples : IG II2 1299, l. 28-37 (ap (...)
  • 62 Proclamations de statue au iie s. (23 exemples) : IG II2 895, l. 3-4 (188/7) ; 966, l. 21-23 (159-1 (...)

20La proclamation des représentations honorifiques, très rare au ive s.60, se diffuse ainsi progressivement au iiie s.61 et ne devient fréquente qu’aux iie et ier s.62.

  • 63 Inscription honorifique et proclamation sont parfois identiques. Le décret des Larbèniens pour les (...)
  • 64 Tracy 1975, p. 60-63, no 7h, l. 58-59 : τὰν δὲ ἀναγόρευσιν τῶν στεφάνων π[οιῆσαι τοὺ]ς ἄρχοντας […] (...)
  • 65 IScM I, 19, l. 32 : ἀ[ναγορεῦσα]ι τὸ ψήφισµα. Le décret comporte déjà une clause de transcription ( (...)
  • 66 IK 30, 7, l. 1-6.

21Le texte de la proclamation est, comme l’inscription associée à la représentation honorifique63, un résumé plus ou moins développé du décret. La concordance entre les dispositions écrites et la proclamation est parfois explicitement mentionnée, à travers des expressions comme : « que les stratèges fassent la proclamation […] conformément au décret64 », et peut-être dans un cas unique : « que l’on proclame le décret65 ». La stèle, l’inscription associée à la représentation honorifique et la proclamation sont donc souvent redondantes. Cette reprise orale des honneurs votés lors des concours, ou, plus rarement, lors des sacrifices, permet d’en assurer une publication large et pérenne. En effet, les proclamations sont souvent répétées périodiquement. Un décret fragmentaire de la cité de Kéramos en Carie, promulgué au ier s. en l’honneur de Lykiscos, fils d’Apolloclès, donne une image particulièrement vivante de ces cérémonies périodiques66 :

[Le Peuple de Kéramos (?) honore] Lykiscos, fils d’Apolloclès, [son bienfaiteur (?), d’une couronne d’or], d’une statue de bronze, de la proédrie dans tous les concours gymniques, musicaux et dramatiques qu’organise la cité, de la proclamation annuelle des honneurs dans tous les concours susmentionnés etc.

22Chaque année, la distinction acquise par Lykiscos est ainsi doublement célébrée lors des concours, à la fois par sa place au premier rang et par la proclamation des honneurs qui lui ont été accordés. De là à penser que Lykiscos se lève à l’audition de son nom pour être davantage ἐπιφανής, bien en vue de ses concitoyens, il n’y a qu’un pas.

  • 67 Cf. notamment IG II2 1223, l. 5-12 ; 1299, l. 28-37 ; IK 3, 2, l. 27-31.

23Par ailleurs, les proclamations sont souvent faites en divers endroits. Ces proclamations multiples67 permettent de porter à la connaissance d’un public très large les honneurs, et notamment les représentations honorifiques, accordés aux bienfaiteurs. La présence matérielle des statues et des tableaux est ainsi redoublée par une présence discursive insistante : comme une antienne, le catalogue des récompenses octroyées aux bienfaiteurs revient dans les fêtes et concours qui rythment la vie politique et culturelle, dans le but de susciter l’admiration des citoyens et leur envie de voir eux aussi, un jour, leur statue honorifique publique proclamée.

Le financement des œuvres

24Les représentations honorifiques publiques sont, en principe, financées par les cités, les confédérations ou les communautés à l’origine de l’honneur. Elles constituent en effet un don public, qui doit réjouir l’honorandus et susciter l’émulation de ses concitoyens. Cet investissement souvent important pour les finances publiques est considéré comme la contrepartie logique du dévouement des bienfaiteurs. Les communautés font donc appel à de nombreux fonds et recourent à différents expédients financiers pour assurer l’équilibre du système honorifique.

  • 68 C’est ce qu’indique notamment le décret d’Athènes pour Hèrodôros en 295/4 (IG II2 646, l. 43-45) : (...)
  • 69 Le décret des soldats pour Aristophanès de Leuconoè (après 236/5) prévoit la mise en adjudication p (...)
  • 70 IG II2 555, l. 13-14.

25Les décrets ne donnent que peu de renseignements sur le prix des monuments honorifiques, sans doute parce que celui-ci n’est pas encore déterminé au moment du vote des honneurs68. La commission ad hoc désignée pour la réalisation des honneurs est en effet chargée de mettre en adjudication le travail69 et d’obtenir le meilleur prix possible. Dans quelques décrets cependant, la somme allouée à la réalisation d’une statue de bronze – les prix des statues de marbre et des représentations peintes sont inconnus – est précisée dès le vote des honneurs. Ainsi, dans le décret athénien pour Asclèpiadès de Byzance, promulgué entre 307 et 303, la valeur de la statue de bronze accordée au bienfaiteur est fixée à 3 000 drachmes70. C’est la nécessité de confier au plus vite la somme aux ambassadeurs athéniens, probablement chargés de veiller à la réalisation de la statue une fois parvenus à Byzance, qui conduit à déterminer dès l’origine le prix de l’œuvre.

  • 71 Migeotte 1984, p. 319-322, no 102, l. 25-26 ; il est à noter que la cité manque de fonds pour finan (...)
  • 72 Ma 2013, p. 245-246 et 264-265.

26Dans le deuxième quart du iiie s., Diodotos, fils de Philonicos, qui a avancé des sommes considérables pour la restauration du gymnase Philippeion de la cité d’Halicarnasse, est quant à lui honoré d’une couronne d’or et d’une statue pour une valeur totale de 4 000 drachmes71. Comme le prix d’une couronne d’or est d’environ 1 000 drachmes, on peut considérer que la statue de Diodotos, comme celle d’Asclèpiadès, a coûté 3 000 drachmes. J. Ma, qui a rassemblé l’ensemble de la documentation relative au prix des monuments honorifiques publics à l’époque hellénistique, considère que le prix moyen en est de 2 000 ou de 3 000 drachmes72. Cette somme comprend sans doute non seulement la réalisation de la statue, mais aussi celle de la base et peut-être également la gravure de la stèle.

  • 73 SEG XLV 101, l. 54-56.
  • 74 IG II2 646, l. 43-45 ; 648, l. 5-6.
  • 75 IG II2 793, l. 11-13 ; Kotsidu 2000, p. 62-63, no 14.
  • 76 IG II2 844, l. 30-32.

27La prise en charge du financement par la cité nécessite de recourir à diverses ressources financières. À Athènes, la somme est, selon les époques et les cas, versée par différents magistrats : au début du iiie s., ce sont soit le magistrat chargé des finances73, soit le contrôleur des comptes et les chefs de trittyes qui sont chargés du financement des statues74, tandis que, peu après 255, ce sont les trésoriers sacrés qui versent la somme nécessaire à la réalisation de la statue d’Antigone Gonatas75. À la fin du iiie s. enfin, ce sont les magistrats chargés des finances et le trésorier des stratèges qui versent la dépense pour la statue d’Eumaridas de Kydônia76.

  • 77 IPriene 3, l. 23-24.
  • 78 IDidyma 479, l. 33-36 (300/299).
  • 79 IMagnesia 92b, l. 13-15.

28Dans les autres cités et dans les grands sanctuaires, l’origine des fonds alloués à la réalisation des représentations honorifiques est très variée. À Priène, en 334/3, ce sont les naopes du temple d’Athéna qui fournissent la dépense pour la statue de Mégabyzos d’Éphèse77. À Milet, la somme nécessaire à la réalisation de la statue équestre d’Antiochos Ier est versée par les magistrats financiers – ἀνατάκται – lors d’une répartition budgétaire générale78. À Magnésie du Méandre enfin, la statue d’Apollophanès est financée par son fils Dèmètrios, chargé de puiser dans les fonds assignés par décret à la construction du théâtre79. Le financement des représentations honorifiques n’est donc pas assuré par un fonds spécifique. Les sommes sont prélevées sur des fonds différents en fonction des disponibilités de l’heure.

  • 80 ID 399, l. 47-49 ; ID 442, l. 86-88.

29Les sommes allouées à la réalisation des représentations honorifiques, lorsqu’elles ne sont pas immédiatement dépensées, sont mises de côté, comme le prouvent certains comptes déliens de l’époque de l’indépendance80. Les statues honorifiques sont alors payées par tranches successives, en fonction des ressources disponibles.

  • 81 IG X 2, 4, l. 22-26.

30Lorsque plusieurs représentations honorifiques sont accordées à un bienfaiteur, la communauté à l’origine de l’honneur peut décider de différer le paiement de certaines d’entre elles. Les usagers du gymnase de Thessalonique, au début du iiie s., honorent ainsi le gymnasiarque Paramonos d’une statue de bronze et d’une représentation peinte en pied, mais demandent aux trésoriers de ne verser pour l’heure que la somme nécessaire à la réalisation de la représentation peinte et de la stèle81.

  • 82 Migeotte 1984, no 103, l. 11-13.

31Le recours à l’emprunt et au paiement par tranches témoigne de l’investissement très important que représente pour les communautés la réalisation des statues honorifiques. Certaines cités hypothèquent même leurs revenus pour pouvoir financer ces œuvres précieuses. Ainsi, Halicarnasse, au cours du iiie s., hypothèque la taxe du cinquantième et le greffe des serments – c’est-à-dire la taxe prélevée sur l’enregistrement des contrats privés – pour financer les statues honorifiques82. Les difficultés de la cité sont telles que la cité hypothèque une seconde fois ces revenus pour rembourser ses créanciers.

Les bénéficiaires de la représentation honorifique publique

32Les bénéficiaires de la représentation honorifique publique sont les personnages les plus prestigieux de la société grecque, ceux dont la contribution politique, financière ou culturelle au développement et à la prospérité de la cité est considérée comme majeure. La communauté est d’autant plus redevable et l’action a d’autant plus d’éclat lorsque le bienfaiteur est étranger à la cité. C’est pourquoi les représentations honorifiques publiques ont très tôt récompensé le dévouement des étrangers. Mais les citoyens peuvent également accéder à la représentation honorifique, notamment par l’exercice impeccable de magistratures et de prêtrises.

La représentation honorifique publique dans les relations extérieures

  • 83 Curty 1995.

33L’une des principales motivations de la représentation honorifique publique est, pour les cités et confédérations, de récompenser des bienfaiteurs étrangers et ainsi de renforcer leur réseau d’alliances et d’amitiés. À cet objectif direct et pragmatique s’ajoute cependant un intérêt culturel plus profond. Ces statues érigées pour des étrangers permettent en effet aux cités et aux confédérations d’affirmer la singularité de leur système politique par rapport aux royaumes ou aux tribus. Elles manifestent ainsi leur appartenance à une culture commune et, souvent, imaginent entre elles de lointaines parentés83. Ce que l’on pourrait appeler, à la suite de J. Ma, le paysage honorifique est donc le reflet d’un mode de vie et de références culturelles partagés par l’ensemble des cités.

Les bienfaiteurs étrangers

  • 84 Sur les honneurs accordés aux bienfaiteurs étrangers, cf. notamment Gauthier 1985, p. 129-176.
  • 85 Gauthier 1985, p. 130 ; cf. aussi Marek 1984, p. 152.

34Les activités politiques, militaires et commerciales des cités grecques les incitent très tôt à établir des relations d’amitié et d’intérêt avec des étrangers, du simple particulier au souverain, et avec des cités étrangères84. Ces liens se traduisent notamment par des échanges de bienfaits et d’honneurs, transposition sur le plan international de l’agôn entre bienfaiteurs au sein des cités. Comme le souligne Ph. Gauthier, il est relativement rare que les honneurs accordés à ces bienfaiteurs étrangers comprennent une représentation honorifique85.

  • 86 IK 1, 6 ; Gauthier 1985, p. 131.
  • 87 IG II2 555, l. 13-14.
  • 88 Sur les liens commerciaux des Athéniens avec le Bosphore Cimmérien, cf. Gauthier 1985, p. 156.
  • 89 Habicht 2000, p. 82.

35Cependant, dès le début du ive s., Érythrées honore Conon comme un libérateur et lui accorde une statue honorifique86. De même, à la fin du ive s., Athènes récompense des bienfaiteurs étrangers particulièrement dévoués d’une statue honorifique, généralement installée dans la cité d’origine du bienfaiteur. C’est le cas notamment de la statue d’Asclèpiadès de Byzance, votée par Athènes entre 307/6 et 304/387. On ignore malheureusement les services rendus par Asclèpiadès à Athènes et aux Antigonides, mais il est possible qu’il ait en quelque façon facilité le commerce des Athéniens en mer Noire88, peut-être en obtenant des conditions favorables pour le passage des Détroits, à une époque où l’influence de Lysimaque dans la région est très forte89.

  • 90 ICos (Segre) ED 71a-g, ED 162, ED 203 ; Paton, Hicks 1891, 18-19 ; le dossier est désormais réuni d (...)
  • 91 Comme l’indique le décret des Athéniens : ICos (Segre) ED 71c, l. 6 (IG XII 4, 1, 129, l. 6) ; la c (...)
  • 92 ICos (Segre) ED 71f, l. 6 (IG XII 4, 1, 129, l. 47) ; l’attribution de ce décret à Ténos est propos (...)
  • 93 ICos (Segre) ED 71d, l. 2 (IG XII 4, 1, 129, l. 68).
  • 94 Paton, Hicks 1891, 19, l. 8 (IG XII 4, 1, 130, l. 7).

36À la même époque, Nicomèdès, fils d’Aristandros, de Cos fait graver sur deux grandes stèles opisthographes un récapitulatif de tous les honneurs qu’il a reçus de la part de cités étrangères90. Cet influent ami d’Antigone le Borgne sert d’intermédiaire à de nombreuses délégations de cités auprès du souverain et reçoit de ce fait les plus grands honneurs de la part de nombreux peuples91. Les deux stèles, autrefois exposées dans l’espace public de Cos, sont très mutilées, mais trois mentions de statues honorifiques sont conservées : l’une est peut-être accordée par Priène ou Ténos92, une deuxième par Chios93 et la dernière par un peuple inconnu94. Ces honneurs exceptionnels tiennent à l’influence de Nicomèdès auprès du diadoque puis du roi Antigone.

  • 95 IG II2 844, l. 15-20.

37De même, ce sont ses talents diplomatiques qui ont valu à Eumaridas de Kydônia d’être honoré par les Athéniens en 216 d’une statue, prévue pour être érigée sur l’Acropole et finalement installée dans le sanctuaire du Dèmos et des Charites95. Il accomplit notamment une ambassade à Cnossos et confie des lettres de recommandation à ses collègues en route pour Polyrrhènia.

  • 96 IG XI 4, 664, 665 et 1053 ; Durrbach 1921, no 49.
  • 97 IG XI 4, 1076. À la localisation ancienne de l’autel de Zeus Polieus sur la fondation GD 25 immédia (...)
  • 98 Reger 1994, p. 48-62, sur Délos p. 54-55.
  • 99 IG XI 4, 666, 679 et 680 (Durrbach 1921, nos 47-48).
  • 100 Le blé est sans doute échangé contre du bois et de la poix, comme l’indique Durrbach 1921, p. 60.

38Entre 240 et 230, la cité de Délos octroie à Admètos, fils de Bocros, deux statues de bronze, dont l’une doit être érigée sur l’île, dans le sanctuaire d’Apollon, près de l’autel de Zeus Polieus, l’autre dans la cité d’origine du bénéficiaire, c’est-à-dire Thessalonique96. Sur une même stèle trouvée à Délos sont ainsi gravés les deux décrets déliens promulguant ces honneurs et la lettre des citoyens de Thessalonique aux Déliens. La base de la statue d’Admètos érigée à Délos a été retrouvée contre la paroi Nord du mur Sud de péribole, en face du Monument des taureaux97. On ignore malheureusement la nature des « nombreux et grands services » rendus par Admètos à Délos, mais les honneurs qui lui sont accordés s’inscrivent dans un resserrement des relations entre la Macédoine et les Cyclades après la victoire de Gonatas à Andros98. À Délos, les témoignages de ce rapprochement datent principalement du règne de Démétrios II (239-229)99 et concernent, pour autant que l’on puisse en juger, le ravitaillement en blé de la Macédoine100. Admètos dut se montrer particulièrement généreux car les Macédoniens honorés à Délos à la même période reçoivent une simple couronne de laurier, proclamée aux Apollonia.

  • 101 CID IV 65, l. 16-17 (une statue) ; 86, l. 48-50 ; 87, l. 30-31 ; 88, l. 10-11 (formule restituée) ; (...)
  • 102 BCH 83 (1959), p. 475-477, no 8 ; sur les liens entre Étoliens et Chiotes au iiie s., cf. Amandry 1 (...)

39Dans la seconde moitié du iiie s., l’Amphictionie pyléo-delphique, alors sous domination étolienne, honore régulièrement les hiéromnèmons de Chios. Les décrets, gravés sur des stèles érigées autour de l’autel d’Apollon, prévoient souvent l’installation de deux statues honorifiques, l’une à Delphes, l’autre à Chios101. Cette générosité des Amphictions envers les Chiotes tient en fait aux intérêts politiques communs des Étoliens et des Chiotes. En effet, les Étoliens imposent la présence des Chiotes dans l’Amphictionie en 247/6, en même temps que la cité égéenne et la confédération s’octroient mutuellement la πολιτεία102, fondant cet accord sur une parenté légendaire. Les nombreux décrets et statues pour les Chiotes manifestent donc le soutien apporté par ces derniers à la politique étolienne.

  • 103 Biard 2010.

40Enfin, j’ai évoqué ailleurs les intérêts croisés qui mènent à l’installation dans le sanctuaire de Delphes, à l’extrême fin du iiie s., d’une statue honorifique du Peuple d’Alabanda votée par les Amphictions103. Ici, les relations d’amitié bienveillante entre les Étoliens et les Alabandiens prennent la forme particulière d’une personnification du corps politique de la petite cité carienne. On retrouve fréquemment ce type d’honneur dans les décrets pour les juges étrangers.

Les juges étrangers

  • 104 L. Robert, OMS V, p. 137-154 ; pour les statues accordées à des juges étrangers, cf. Hamon 2012, n (...)
  • 105 L. Robert, OMS V, p. 152.
  • 106 Sur les modalités du recours aux juges étrangers et la composition, mixte ou homogène, des tribunau (...)
  • 107 L. Robert, OMS V, p. 152-153 ; Gauthier 1994.
  • 108 IG XII 5, 722.
  • 109 Plus modestement, les cités peuvent octroyer aux juges étrangers seulement le droit d’ériger des st (...)

41Dès la fin du ive s.104 en Asie Mineure et du iie s. en Grèce continentale105, les cités ont parfois recours, pour régler des affaires judiciaires internes que leurs tribunaux ne parviennent pas à résoudre, à l’aide de cités extérieures, qui envoient des juges destinés à composer un tribunal ad hoc d’un, de deux, de trois ou de cinq membres, accompagnés d’un secrétaire106. Ceux-ci séjournent dans la cité à l’origine de la demande jusqu’au règlement des litiges. Cette démarche juridique propre à l’époque hellénistique peut être effectuée à l’initiative des cités ou sur demande d’un souverain, soucieux d’éviter l’agitation sociale107. Bien souvent, à la fin de leur mission, les juges étrangers et la cité qui les a envoyés sont honorés pour leur efficacité et leur bon comportement. C’est seulement à partir de la seconde moitié du iie s., cependant, que les juges se voient octroyer des représentations honorifiques, soit de simples représentations peintes, comme celles accordées à des juges étrangers par Andros au iie ou au ier s.108, soit des statues109.

  • 110 IG XII Suppl. 258.
  • 111 Helly 1971, p. 543-553.
  • 112 Le choix de ce sanctuaire, l’un des plus importants de Magnésie, est particulièrement honorifique ; (...)
  • 113 Traduction de Br. Helly légèrement modifiée.

42Ainsi, les citoyens de Péparéthos honorent au iie s. trois juges andriens d’une couronne d’or et d’une statue de bronze, tandis que leur secrétaire reçoit une couronne de feuillage et une représentation peinte110. Un décret de Dèmètrias de la seconde moitié du iie s. en l’honneur de juges venus de Messène promulgue des honneurs plus grands encore111. En effet, chacun des trois juges est non seulement honoré d’une statue à Dèmètrias dans le sanctuaire de Zeus Acraios112 (l. 1-5), mais également d’une seconde à Messène (l. 9-13)113 :

En veillant aussi à donner un emplacement en vue où seront placées des statues portant comme inscription : « la cité de Dèmètrias (a honoré) Philéas, fils de Philomachos, Nicomèdès, fils de Tritôn et Philocratès, fils de Tritôn, pour leur valeur et leur bienveillance envers elle ».

43Ce passage, tiré d’une lettre envoyée par les citoyens de Dèmètrias à Messène, est singulier. S’il n’est pas rare en effet qu’une cité demande à ce que les dispositions prises pour un étranger soient retranscrites sur une stèle dans sa cité d’origine, cette invitation à ériger trois statues honorifiques, qui représentent un investissement financier important, est peu commune. Faut-il dès lors supposer que la cité de Dèmètrias fournit, par le biais de son ambassadeur, la somme nécessaire à l’installation des statues à Messène ?

  • 114 IMagnesia 101.
  • 115 Milet I 3, 154.
  • 116 SEG XXVI 677, l. 51-55.
  • 117 IG VII 20, l. 2-5.
  • 118 Je dois cette idée à P. Hamon (communication orale lors d’une journée d’étude à Lyon).

44Le lien tissé entre deux cités par cette aide judiciaire est souvent matérialisé par l’installation, dans l’espace public de la cité qui a reçu les juges étrangers, d’une statue représentant le Peuple qui les a envoyés. C’est dans ces circonstances par exemple que les Larbèniens prévoient d’ériger une statue du Peuple de Magnésie du Méandre114, les citoyens d’Érétrie une du Peuple de Milet115, ceux de Péparéthos une du Peuple de Larissa116 et ceux de Tanagra une du Peuple de Mégare117. Ainsi, l’amitié, la parenté et l’entraide entre cités sont matérialisées dans l’espace public de chacune d’elles non seulement par l’installation de stèles où sont retranscrits les décrets des cités amies, mais également par les personnifications de ces cités. Ces monuments permettent aussi bien aux citoyens qu’aux visiteurs étrangers de saisir immédiatement et concrètement les réseaux d’amitié et d’alliance auxquels participe la cité118.

Les rois, les reines, les dynastes et les gouverneurs royaux

  • 119 Gauthier 1985, p. 156-157 ; sur la documentation épigraphique relative aux relations entre Athènes (...)
  • 120 Dinarque, Contre Démosthène 43.
  • 121 Démosthène, Contre Leptine 29-32.

45La représentation honorifique joue un rôle essentiel dans le dialogue constant entretenu par les cités et les confédérations avec les souverains et les dynastes. Ainsi, Athènes n’hésite pas, dès la seconde moitié du ive s., à faire installer sur l’Agora des statues des rois du Bosphore, dont elle dépend pour son approvisionnement en blé119. Démosthène joue un rôle essentiel dans l’entretien de ces bonnes relations et c’est lui, selon Dinarque, qui propose le vote des plus grands honneurs aux rois du Pont120. Démosthène voit dans ces honneurs un moyen de maintenir les conditions fiscales avantageuses dont jouit Athènes dans l’importation du blé du Bosphore121.

  • 122 Isager, Karlsson 2008, p. 49, considèrent que le décret de Mylasa pour Olympichos date de la périod (...)
  • 123 ILabraunda 134, l. 3-7.
  • 124 ILabraunda 3.
  • 125 ILabraunda 4.
  • 126 Pour une synthèse commode de l’action politique d’Olympichos, cf. Virgilio 2001.

46Cet usage diplomatique des statues honorifiques se perpétue à l’époque hellénistique, comme le prouve notamment la correspondance royale, qui montre que les statues peuvent entrer dans la négociation à différents titres. Tout d’abord, et c’est le cas le plus simple, mais aussi le plus abondamment attesté, les cités peuvent accorder aux souverains ou aux dynastes une représentation honorifique pour les remercier de leur avoir accordé des avantages et, éventuellement, en obtenir de nouveaux. Ainsi, les citoyens de Mylasa accordent au dynaste Olympichos122 une statue de bronze, probablement installée sur l’agora, flanquée d’une statue colossale du Peuple de Mylasa, représenté en train de couronner le bienfaiteur123. Ces statues et les honneurs cultuels qui leur sont associés récompensent l’action diplomatique d’Olympichos en faveur des Mylasiens, tout d’abord auprès de Séleucos II124, dont il est le gouverneur, puis auprès de Philippe V125. Il a en effet garanti à la cité le contrôle du sanctuaire de Zeus et de ses dépendances126. Le groupe statuaire symbolise la protection accordée par Olympichos aux Mylasiens, tout en suggérant habilement l’indépendance institutionnelle de la cité : le bienfaiteur, aussi grand soit-il, ne peut rivaliser avec la personnification du Peuple.

  • 127 Welles 1934, no 52, l. 26-27.

47Dans la lettre qu’il envoie à la confédération ionienne en 167/6, Eumène II prend acte d’un décret confédéral que lui ont présenté trois ambassadeurs, qui promulgue notamment la décision suivante127 :

στῆσαι δὲ εἰκόνα χρυσῆν ἐν ὧι ἄµ
βούλωµαι τόπωι τῆς Ἰωνίας κτλ.

Et de m’ériger une statue dorée dans le lieu d’Ionie de mon choix, etc.

48La statue offerte à Eumène II n’est pas seulement la récompense d’une générosité passée du roi, mais permet également aux ambassadeurs d’appuyer une requête, comme l’indique expressément la suite de la lettre (l. 32-36) :

[Et les ambassadeurs] m’ont demandé que, prenant en considération la gratitude du peuple, je veille comme il convient aux dispositions qui permettront à la confédération des Ioniens de prospérer et d’être toujours dans la meilleure condition.

49Bien que formulée en termes généraux, cette demande porte ses fruits, puisque le roi décide de doter la confédération de revenus pour l’organisation de fêtes en son honneur (l. 51-56) et d’assumer lui-même la confection de sa statue (l. 56-58).

  • 128 IK 1, 8, l. 13-14.
  • 129 ID 1497 bis.

50Dans le dialogue entre les cités et les cours royales, les reines et épouses de dynastes jouent en de nombreuses occasions un rôle prépondérant. C’est pourquoi elles sont, dès le ive s., fréquemment honorées de statues par les cités. On pense évidemment à Artémise, honorée d’une statue en marbre érigée dans le sanctuaire d’Athéna par la cité d’Érythrées entre 357 et 355128, mais on peut également évoquer, parmi de nombreux exemples, celui de Nysa, épouse de Pharnace, qui est honorée d’une statue de bronze par les Athéniens de Délos au même titre que son royal conjoint129.

51Ainsi, dans les négociations incessantes entre les cités et les souverains, les statues honorifiques sont un moyen pour les différentes parties d’affirmer leurs prérogatives ou de revendiquer de nouveaux privilèges. De plus, la négociation, aussi dissymétriques qu’en soient parfois les termes, est la preuve, pour les cités, qu’elles mènent une politique propre, protégée par un cadre institutionnel.

La représentation honorifique publique au sein de la cité

  • 130 Gauthier 1985, p. 12.
  • 131 Démosthène, Contre Leptine 108 ; cf. Gauthier 1985, p. 11 et n. 9.

52Les formules hortatives des décrets honorifiques ne laissent aucun doute sur le profit politique escompté de l’installation de représentations honorifiques publiques. Ces hautes récompenses visent, comme l’ensemble du système honorifique, à susciter l’émulation entre les citoyens, à les amener à rivaliser de bienfaits pour obtenir des honneurs égaux, voire supérieurs à ceux obtenus par d’autres. La représentation honorifique entend donc principalement piquer l’orgueil des citoyens. Ce caractère agonistique du système honorifique, déjà souligné par Ph. Gauthier130, est un principe fondateur de la démocratie antique. Ainsi, lorsque Démosthène compare les régimes athénien et spartiate, il fait de l’émulation entre pairs le point d’équilibre des régimes gouvernés par le peuple131 :

Καὶ ταῦτ’ ἀµφότερ’ ὀρθῶς ἔχει, καὶ τἀκεῖ καὶ τὰ παρ’ ἡµῖν. Διὰ τί ; Ὅτι τὰς µὲν διὰ τῶν ὀλίγων πολιτείας τὸ πάντας ἔχειν ἴσον ἀλλήλοις τοὺς τῶν κοινῶν κυρίους ὁµονοεῖν ποιεῖ, τὴν δὲ τῶν δήµων ἐλευθερίαν ἡ τῶν ἀγαθῶν ἀνδρῶν ἅµιλλα, ἥν ἐπὶ ταῖς παρὰ τοῦ δήµου δωρεαῖς πρὸς ἑαυτοὺς ποιοῦνται, φυλάττει.

Et ces deux systèmes sont valables, celui de là-bas [i.e. de Sparte] comme le nôtre. Pour quelle raison ? Parce que l’égalité de tous ceux qui dirigent les affaires communes assure la concorde des corps politiques gouvernés par un petit nombre, tandis que la rivalité entre hommes de bien pour les récompenses accordées par le peuple préserve la liberté des démocraties.

53Le peuple, dans le système démocratique, a donc en principe le monopole de la distribution des honneurs et sa préservation repose en grande partie sur l’équité de leur répartition.

Les magistrats militaires

  • 132 Ne sont considérés dans les lignes qui suivent que les magistrats locaux ou fédéraux, non les admin (...)
  • 133 Lycurgue, Contre Léocrate 51.

54Le magistrat militaire apparaît, dès l’époque classique et pendant toute l’époque hellénistique, comme le bienfaiteur par excellence, protecteur des lois et de la cité132. Lycurgue, dans les années 330 à Athènes, considère d’ailleurs que les stratèges vainqueurs sont seuls dignes de recevoir les plus hauts honneurs, parmi lesquels une statue133 :

Εὑρήσετε δὲ παρὰ µὲν τοῖς ἄλλοις ἐν ταῖς ἀγοραῖς ἀθλητὰς ἀνακειµένους, παρ’ ὑµῖν δὲ στρατηγοὺς ἀγαθοὺς καὶ τοὺς τύραννον ἀποκτείναντας.

Vous trouverez, chez les autres, des athlètes érigés sur l’agora, mais chez vous les bons stratèges et ceux qui ont tué le tyran.

  • 134 Cf. infra p. 209.
  • 135 FD III 4, 218-219, pl. XXXI, 5, avec les corrections de Bousquet 1960, p. 167-171.

55Le prestige associé à la victoire contre l’ennemi et à la défense de la cité se reflète dans les monuments eux-mêmes, qui peuvent se distinguer par leur type – on songe aux statues équestres ou à la statue d’Hagèsandros signée Pythocritos au pied de l’acropole de Lindos134 – par leur emplacement, mais aussi par les inscriptions qui leur sont associées. La dédicace, gravée sur deux blocs, de la statue érigée entre 273 et 270 à Delphes par les Phocidiens pour leur tage fédéral Xanthippos d’Élatée, en  fournit un exemple éloquent135 :

Les hommes de l’ennemi gardent en mémoire tes premiers mérites, Xanthippos, et ce n’est pas en vain que tu as déployé pour ta patrie, malgré ta grande jeunesse, cette incroyable hardiesse, car, libérant la terre d’Élatée de Cassandre, tu lui as rendu des lois justes. Tous les plus grands exploits que tu as accomplis en outre pour les Phocidiens, qu’on les apprenne en regardant le nouveau poème.

  • 136 Photographies de l’inscription et de la face supérieure du bloc dans Marcadé 1953, 65, pl. XII, 1.

56Le second bloc, à droite porte quant à lui l’inscription suivante136 :

Les Phocidiens ont consacré à Apollon Xanthippos, fils d’Ampharétos, Phocidien, qui a libéré la terre d’Élatée. Lycos, fils de Satyros, l’a fait.

  • 137 Posidippe de Pella a parfois été considéré comme l’auteur des épigrammes, mais rien ne permet de pr (...)
  • 138 FD III 4, 220-221, avec les corrections de Bousquet 1960, p. 174.

57La dédicace métrique pour Xanthippos, qui évoque les inscriptions honorifiques de statues athlétiques, propose un récit glorieux et épique de ses exploits. Il s’agit probablement d’une commande particulière des Phocidiens137, qui entendent de cette façon accorder un surcroît d’honneur à leur général et sauveur. La fin du poème invite par ailleurs le visiteur du sanctuaire à poursuivre sa lecture des exploits de Xanthippos, en baissant les yeux sur la stèle, qui porte l’inscription suivante138 :

  • 139 Traduction, légèrement modifiée, de Bousquet 1960, p. 173.

Voici comme il faut se glorifier quand on est dans le sanctuaire de Phoibos Pythios qui ne ment jamais, comme cet homme, qui a toujours rendu service à la Grèce139. Par deux fois, dit-on en effet, auteur d’audacieux exploits, il a libéré sa patrie de liens tyranniques de servitude, lorsque la divine Élatée était occupée, accomplissant ce tour de force, la première fois au début de sa vie, la seconde dans la force de l’âge. Cet homme, par la force de son esprit, a convaincu le roi de Macédoine, Lysimaque, de s’engager dans cette franche amitié, et il a apporté l’or qui sauva la ville et les plaines ancestrales des Ornytides. C’est pourquoi, étranger, les Phocidiens, jouissant tous d’une glorieuse liberté, l’ont choisi, lui, comme liberté, l’ont choisi, lui, comme tage à dix reprises. Mais qu’à nouveau, lorsqu’on voit Xanthippos, fils d’Ampharétos, l’on dise : vois combien sont grandes les faveurs accordées aux hommes de bien.Les Phocidiens ont consacré à Apollon Xanthippos, fils d’Ampharétos, de Phocide, en raison de sa valeur et de sa bienveillance envers eux.

  • 140 Jacquemin 1999a, p. 258.
  • 141 Les corrections apportées par J. Bousquet aux épigrammes ont rendu caduques les anciennes interprét (...)
  • 142 Pausanias, X 4, 10 : ἔστι δὲ τῆς Δαυλίας χώρα καλουµένη Τρωνίς· ἐνταῦθα ἡρῷον ἥρω Ἀρχηγέτου πεποίητ (...)

58Ainsi, deux poèmes commentent en dix distiques la statue honorifique de Xanthippos, lui assurant un prestige peu commun. Or, il faut noter que ce monument n’est pas érigé à Delphes immédiatement après la seconde libération d’Élatée, mais au moins dix ans plus tard, sans doute à l’issue de la longue carrière militaire de Xanthippos (v. 11-12) : c’est donc l’ensemble de son activité publique que couronne cette offrande fédérale à Apollon. La statue de Xanthippos, probablement installée près d’autres offrandes phocidiennes140, manifeste la gloire qu’assure l’exercice de magistratures militaires141. Pausanias nous apprend d’ailleurs que le renom de Xanthippos est tel chez les Phocidiens qu’ils lui ont consacré, après sa mort, un hèrôon entre Daulis et Delphes, où il est assimilé au héros fondateur Phôcos142.

  • 143 Au sein des royaumes, les cités soumises sont parfois sous la protection directe d’une garnison roy (...)
  • 144 Pausanias, VIII 52.
  • 145 Annexe C 72.
  • 146 Annexe C 160.
  • 147 Annexe C 297.

59Le prestige attaché aux magistratures militaires perdure au cours de la haute époque hellénistique au sein des communautés qui assurent seules leur défense143, comme en témoignent par exemple la statue de Philopoimen sur l’agora de Tégée, dont Pausanias retranscrit l’épigramme144 ou les vingt-cinq statues accordées à Hègèsandros, fils d’Hègèsandros, stratège athénien du dème de Sounion en 154-152145. À la basse époque hellénistique, les statues honorifiques de magistrats militaires se font plus rares, mais on peut encore mentionner les quatre statues de Polyclès, dont la carrière est essentiellement militaire, probablement érigées à Rhodes à la fin du iie s. et commémorées par une inscription honorifique privée146, ou encore les quatorze représentations honorifiques accordées à Sardes dans le deuxième quart du ier s. à Iollas, fils de Iollas, qui a probablement protégé la cité dans le contexte troublé de la deuxième guerre mithridatique147.

Les gymnasiarques

  • 148 Le texte fondamental pour connaître le rôle du gymnasiarque dans les cités à l’époque hellénistique (...)
  • 149 Un bref aperçu du développement de cette magistrature est présenté par Fröhlich 2009, p. 57-59.
  • 150 Cf. les inscriptions in corona IG II2 3201 (346/5) et 3206 (avant 318).
  • 151 À Athènes, à l’époque classique, la gymnasiarchie est du reste une coûteuse liturgie, et non une ma (...)
  • 152 IG XII Suppl. 122.
  • 153 Gauthier 1996, p. 1-27, en particulier p. 16-20 ; le décret fragmentaire IPriene 35 est probablemen (...)
  • 154 Özhan, Tombul 2003 ; Habicht 2004 ; Bull. 2004, 267 ; Ma 2007c date le décret de la fin du iiie s.

60Mais à cette époque, la gloire emprunte également d’autres voies. La gymnasiarchie148, qui apparaît dans la seconde moitié du ive s. et ne devient courante dans les cités qu’à l’époque hellénistique, est en effet, surtout à partir du iie s., l’une des magistratures les plus en vue de la cité149. À l’époque classique et au début de l’époque hellénistique, les honneurs accordés à des gymnasiarques sont très rares150 et aucun témoignage assuré de représentation honorifique n’est conservé151. La première statue honorifique de gymnasiarque attestée est celle d’Aglanôr, fils de Périandros, érigée par les néoi d’Érésos de Lesbos entre 209 et 204152. Ce sont encore les néoi seuls, et non la cité, qui érigent en 196, au gymnase de Xanthos, une statue du gymnasiarque Lysôn, fils de Démosthénès, qu’ils honorent également comme un dieu153. Le décret contemporain de la confédération d’Athéna Ilias pour Anticlès, fils d’Alexandros, présente un dispositif honorifique plus complexe154. Les synèdres prennent en effet la décision, sur la suggestion des néoi, des athlètes, et de nombreux participants à la panégyrie (l. 7-12), d’honorer ce gymnasiarque d’une couronne d’or et d’une statue de bronze (l. 31-33), mais l’inscription gravée sur la base a une portée plus limitée (l. 43-46) :

Et qu’on inscrive sur la base de la statue que les néoi et les athlètes (ont honoré ou consacré) Anticlès, fils d’Alexandros, de Lampsaque, qui s’est montré un bon gymnasiarque, digne d’eux et de la panégyrie etc.

  • 155 IK 3, 2, l. 48-52 ; l’expression Ἰλιεῖς καὶ αἱ πόλεις αἱ κοινωνοῦσαι τῆς θυσίας καὶ τοῦ ἀγῶνος καὶ (...)

61Quoique la statue d’Anticlès soit une récompense accordée par les synèdres de la panégyrie, la dédicace est faite par les seuls usagers du gymnase et non, comme dans le cas de Kydimos d’Abydos quelques années plus tôt, par « les citoyens d’Ilion et les cités qui participent au sacrifice, au concours et à la panégyrie155 ». Il y a donc ici une disjonction intéressante entre l’octroi d’une représentation honorifique et son inscription, qui résulte certainement d’un compromis entre les synèdres, dont tous ne devaient pas agréer les distinctions accordées à Anticlès.

  • 156 Gauthier 1995, p. 10 ; cependant, à Théra, au milieu du iie s., les garnisaires lagides gèrent leur (...)
  • 157 Voir par exemple IG VII 1825 ; SEG XXIX 527 ; Robert, Robert 1954, p. 107-109, nos 9-10 ; IPriene 1 (...)
  • 158 Gauthier 1995, p. 3-4, insiste sur le caractère avant tout militaire et physique de la formation re (...)
  • 159 Un bon aperçu des fonctions du gymnasiarque à l’époque hellénistique est donné par le décret de Ses (...)

62À partir du iie s., particulièrement en Asie Mineure, les gymnasiarques sont très régulièrement honorés de statues érigées par le Peuple, qui contrôle désormais, dans la plupart des cas156, la nomination des gymnasiarques et le fonctionnement du gymnase157. Se voit ainsi reconnu et récompensé le rôle essentiel joué par ces magistrats dans l’entretien du gymnase, l’organisation des concours et dans la formation militaire des éphèbes et des néoi158, mais aussi, en cas de crise, dans la protection du territoire de la cité159.

Les ambassadeurs et les diplomates

  • 160 IG II2 657, l. 39.
  • 161 IG II2 657, l. 36-38 : καὶ ὑπὲρ τουτῶν π[ά]ντων πολλάκις µεµαρτύρηκεν αῦτῶι ὁ βασιλεὺς πρὸς τοὺςπ[ρ (...)

63Dès la haute époque hellénistique, assumer une ambassade officielle ou défendre, de façon privée et informelle, les intérêts de la cité auprès d’un souverain, d’une autre cité ou des autorités romaines donnent accès, en cas de succès, aux plus hautes récompenses. L’exemple le plus célèbre est celui du poète Philippidès de Képhalè, qui se montre certes un agonothète généreux en 284/3160, mais dont l’essentiel des bienfaits a consisté à défendre, à titre privé, la cause des Athéniens auprès de Lysimaque. Le vocabulaire employé dans le décret met en lumière les talents de négociateur de Philippidès : il s’entretient avec Lysimaque (διαλεχθεὶς τῶι βασιλεῖ [l. 11] ; διελέχθη [l. 14]), l’éclaire (ἐµφανίσας τῶι βα[σιλεῖ] [l. 21]) et lui fait des requêtes (παρειτήσατο δὲ καὶ ὅπως [l. 26] ; παρακαλῶν τὸν βασιλέα βοηθεῖν [l. 33-34]). Ces entretiens informels court-circuitent la diplomatie officielle d’Athènes, qui ne peut que constater le succès de Philippidès161. La cité reconnaît néanmoins a posteriori les mérites du poète : les récompenses qui lui sont accordées suggèrent qu’il a agi conformément à la volonté du Peuple et du Conseil.

  • 162 Par exemple : IK 1, 28 (275-265) ; Gauthier 1989, p. 113 B (200-150) ; IG IV 791 (base de statue ; (...)
  • 163 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 851 D-F.
  • 164 IG IV2 1, 63 (ISE III 135) ; hauteur : 0,65 m ; longueur : 0,60 m ; profondeur : 0,57 m.

64Certains citoyens sont également récompensés à l’issue d’ambassades officielles, lorsque celles-ci revêtent pour la communauté une importance cruciale162. Ainsi, à Athènes, dans la demande présentée par Lachès pour Dèmocharès de Leuconoè en 271/0, les ambassades accomplies auprès de Lysimaque et d’Antipatros sont, avec la réfection des murailles en 307/6, les principaux motifs allégués pour l’obtention d’une statue de bronze sur l’Agora163. De même, c’est son ambassade heureuse auprès du Sénat, au cours de laquelle il a revendiqué et obtenu pour Épidaure l’amitié et l’alliance du Peuple romain, qui vaut à Archélochos, fils d’Aristophantos de se voir honorer en 111 d’une statue de bronze dans l’Asclépieion, dont la base inscrite a été retrouvée164.

  • 165 CID IV 106.
  • 166 Sur le contexte diplomatique complexe de ce décret, cf. notamment Daux 1936a, p. 280-292 ; Lefèvre (...)
  • 167 CID IV 106, l. 13-19 (ISE III 138).
  • 168 Par cette décision, le Sénat opère donc une volte-face, puisque les lettres de Manlius Acilius Glab (...)
  • 169 CID IV 106, l. 23-29.
  • 170 CID IV 106, l. 40-45.
  • 171 CID IV 106, l. 45-49.

65Le prestige attaché aux ambassadeurs envoyés auprès du Sénat à Rome est encore attesté par un document confédéral : un décret de l’amphictionie de Delphes de 184/3 montre combien le talent d’un ambassadeur peut s’avérer décisif sur le plan international165. Dans le contexte de l’abaissement de l’Étolie et de la rivalité croissante entre la cité de Delphes et la Thessalie pour le contrôle de l’Amphictionie166, Nicostratos, fils d’Anaxippos, hiéromnèmon thessalien, mène en effet en 186, avec un collègue athénien, une ambassade cruciale auprès du Sénat167, où il obtient vraisemblablement le rétablissement du conseil des Amphictions dans son état originel et ancestral168. Il assume également la tâche délicate de présenter les résultats de ses négociations aux Delphiens et de les convaincre de respecter les nouvelles décisions169. En récompense de ces manœuvres habiles, qui marquent un véritable tournant diplomatique dans la gestion du sanctuaire, Nicostratos se voit octroyer une statue de bronze dans le sanctuaire d’Apollon170, qui est proclamée non seulement aux Pythia de Delphes, mais également aux Éleuthéria de Thessalie171.

  • 172 ISE III 166, l. 4-7 et n. 8 ; pour des expressions similaires, cf. par exemple Sardis 8, l. 17-18 ; (...)

66Le choix d’un ambassadeur mérite donc d’être soigneusement pesé par les assemblées, qui s’en remettent souvent à des personnages jouissant déjà d’une solide réputation. Un décret honorifique de la confédération des Grecs d’Asie, probablement promulgué en 59, énonce cette exigence d’excellence en ces termes172 :

La confédération des Grecs, une fois réunie, a décidé à l’unanimité […] dans la cité d’Éphèse d’envoyer auprès du Sénat et des autorités des ambassadeurs choisis parmi les premiers et les plus considérés etc.

  • 173 Holleaux 1942, p. 220-225 ; Drew-Bear 1972, p. 455, n. 135 ; Reynolds 1982, p. 15-16.
  • 174 ISE III 166, l. 9-17.
  • 175 ISE III 166, l. 1-4.
  • 176 ISE III 166, l. 27-30.
  • 177 Hamon 2009b, p. 374.
  • 178 Par exemple : IK 19, 1, l. 10, 20-22 (Mènas, fils de Ménètos ; 125-120) ; IGBulg I2 13, l. 30-34 (A (...)

67L’expression οἱ πρῶτοι καὶ µάλιστα τιµώµενοι, qui est empruntée à la titulature aulique173, témoigne de la porosité entre le système de distinction de la cour et celui de la cité, signe d’une aristocratisation des institutions. Dans ce cas précis, deux citoyens en vue d’Aphrodisias, alors qu’ils ne sont pas présents à l’assemblée, sont mandés expressément par lettre et acceptent d’assumer cette ambassade174, qui vise à faire diminuer la pression exercée par les publicains sur les cités grecques d’Asie175. Leur succès est couronné par une statue de bronze installée dans la cité ou chez le peuple d’Asie de leur choix176. S’il n’existe donc, dans les cités et les confédérations grecques, rien de semblable au cursus honorum des Romains, ce décret montre comment le système honorifique peut, par l’imitation des cours royales et par un processus d’accumulation, qui consiste à toujours confier les tâches importantes aux mêmes personnages, mener à une réduction du corps des citoyens susceptibles d’exercer les fonctions les plus honorifiques177. Les assemblées tendent en effet à s’en remettre à ceux qui se sont déjà distingués, qui trouvent ainsi une nouvelle occasion d’accroître leur poids politique et social. C’est pourquoi les ambassades, notamment auprès du Sénat, deviennent, à la basse époque hellénistique, une étape presque incontournable de la carrière des grands bienfaiteurs, couronnés des plus grands honneurs178.

Les prêtres et les prêtresses

  • 179 Pétrakos 1997, 294.
  • 180 Pétrakos 1997, 294, l. 5-11.

68Les fonctions religieuses peuvent donner, aux hommes, mais aussi aux femmes qui les exercent, accès à la représentation honorifique publique, notamment à partir de l’époque hellénistique avancée. Les statues et les représentations peintes récompensent souvent leur contribution à l’embellissement ou au prestige du sanctuaire dont ils ont la charge, comme dans l’exemple d’Eubiotos, fils de Dèmogénès, prêtre d’Amphiaraos à Oropos dans la seconde moitié du iie s.179. Les considérants du décret promulgué en son honneur et en celui de son fils, qui est alors spondophore, apprennent en effet que le prêtre a profité de sa charge pour financer des travaux d’embellissement du sanctuaire180 :

Pour ces raisons, souhaitant également consacrer au dieu, à ses frais, les parties hautes du temple, l’hyperthyron et la voie de marbre blanc, mais encore faire construire l’abaton, il demande que lui soit donné le pouvoir, lorsqu’il aura fait faire les constructions susdites, de faire graver l’inscription : EUBIOTOS, FILS DE DÈMOGÉNÈS, QUI A ÉTÉ PRÊTRE, ET DÈMOGÉNÈS, FILS D’EUBIOTOS, QUI A ÉTÉ SPONDOPHORE, À AMPHIARAOS ET À HYGIEIA.

69Les statues de bronze accordées à Eubiotos et à son fils pour leur générosité sont placées dans le sanctuaire d’Amphiaraos sur une base commune, dont l’inscription honorifique rappelle, comme la dédicace citée ci-dessus, les charges que les deux personnages y ont exercées. Monuments honorifiques et dédicaces des monuments se font ici immédiatement écho, tissant un lien très fort entre le prêtre Eubiotos, sa famille et l’aménagement du sanctuaire.

  • 181 cf. infra p. 101-103.
  • 182 IGBulg I2 13, l. 9-19.

70L’exercice d’une prêtrise et les dépenses fastueuses effectuées à cette occasion trouvent presque immanquablement place dans la geste des grands bienfaiteurs de la fin de l’époque hellénistique. L’exemple de Diodôros à Pergame sera évoqué plus loin181, mais on peut ici rappeler le dévouement et la générosité d’Acorniôn, fils de Dionysios lors des nombreuses prêtrises qu’il a assumées à Dionysopolis182. Il prend en charge notamment la prêtrise éponyme de Dionysos, vacante depuis de longues années et distribue en abondance la viande issue des sacrifices à ses concitoyens. À côté du rôle diplomatique décisif qu’il a joué auprès du roi gète Byrebista et de Pompée, ce sont ses munificences en tant que prêtre qui lui valent d’être honoré d’une statue de bronze.

  • 183 Mentionnons la base de la statue de la prêtresse de Pandrosos, Philistion, fille de Dèmocharès (SEG(...)
  • 184 Quatre exemples sont connus pour l’époque royale : IPergamon 129, 130, 167, 226 ; six pour la fin d (...)
  • 185 Je suis ici la datation basse, défendue notamment par Müller 2003, p. 436.
  • 186 IPergamon 167, avec les corrections d’OGIS 299.

71À l’époque hellénistique, les prêtresses se voient, à de rares occasions, accorder elles aussi une représentation honorifique publique183. Le peuple de Pergame honore ainsi régulièrement d’une statue les prêtresses d’Athéna Polias Nikèphoros184. Ces représentations sont parfois explicitement liées à la prospérité du royaume et de la dynastie attalide, à laquelle la prêtresse a participé en accomplissant sa charge d’une façon irréprochable. Il en va ainsi par exemple de la statue honorifique accordée à Mètris en 149185, dont la base porte une transcription du décret186 :

Le Peuple (a honoré) Mètris, prêtresse lors des neuvièmes Nikèphoria du concours stéphanite. Il a plu au Conseil et au Peuple ; proposition des stratèges : attendu que, lorsque Mètris, fille d’Artémidôros, fils de Théotimos, était prêtresse d’Athéna Nikèphoros, le roi a rencontré les plus grands succès, d’où ont découlé les plus grands biens pour notre Peuple et pour tous les autres, il sied que, puisque l’événement regarde notre honneur commun, nous portions l’attention la plus grande à de telles circonstances ; c’est pourquoi, plaise au Conseil et au Peuple : d’accorder l’éloge à Mètris, prêtresse d’Athéna, parce qu’elle s’est montrée docile envers la déesse et que l’État s’est retrouvé dans la plus belle des situations, de la couronner de la couronne d’or légale et d’une statue de bronze, qui sera érigée dans le sanctuaire d’Athéna Nikèphoros, et de faire inscrire sur la base que « le Peuple (a honoré) Mètris, prêtresse lors des neuvièmes Nikèphoria du concours stéphanite » ; que l’agonothète fasse la proclamation des honneurs votés le deuxième jour des concours triétériques, lorsque la cité organise les danses pour la déesse.

  • 187 La proclamation de la statue de Mètris n’a pas lieu lors des Nikèphoria, qui sont pentétériques, ma (...)

72Les honneurs et la statue accordés par le peuple à Mètris sont associés aux succès militaires d’Eumène II contre Prusias II de Bithynie, obtenus grâce à l’appui de la déesse. La statue de Mètris est donc autant une récompense accordée à la prêtresse qu’une commémoration de la victoire du roi. C’est pourquoi l’on a décidé, par une disposition non retranscrite, sans doute parce qu’elle n’apparaissait pas dans la première version du décret, de faire graver sur la base non seulement la formule honorifique traditionnelle, mais également une partie du décret, qui rappelle les circonstances et les motivations des honneurs187.

Les artistes et les athlètes

  • 188 Fraisse, Moretti 2007, p. 80-81 et infra p. 169.
  • 189 Chandezon 1998.
  • 190 IMagnesia 129 ; infra p. 191-192.

73Les artistes et les athlètes vainqueurs à un concours ou, plus généralement, qui se sont illustrés par leur talent comptent parmi les bénéficiaires fréquents d’une représentation honorifique. Ils forment une catégorie à part, qui ne s’intègre pas tout à fait au plan adopté ici, car les artistes et les sportifs de grand renom ne sont pas honorés par leur seule cité, mais souvent aussi à l’étranger. C’est le cas notamment de l’aulète samien Satyros, qui, dans la première moitié du iie s., est honoré d’une statue publique au théâtre de Délos188 et qui, en récompense du récital qu’il y a donné, est autorisé à consacrer sa statue de bronze dans le sanctuaire d’Apollon à Delphes189. C’est en revanche dans sa cité, Magnésie du Méandre, qu’est honoré au ier s. le citharède Anaxènôr190. L’inscription que porte la base de sa statue au théâtre indique sans ambiguïté que c’est son talent qui lui a valu cet honneur :

Le Conseil et le Peuple (honorent) Anaxènôr, fils d’Anaxicratès, citharède, en raison de sa valeur personnelle et de son excellence dans son métier.
Oui, c’est une bien belle chose que d’écouter un chanteur tel que lui, qui par sa voix égale les dieux.

  • 191 Syll3 689 ; Ferrandini Troisi 2000, p. 34-36, 2.4.
  • 192 Syll3 737.
  • 193 Sur les récitals d’artistes, cf. Van Liefferinge 2000.

74C’est également pour son talent qu’une harpiste de Kymè dont le nom n’est pas préservé est peut-être honorée d’une statue de bronze par la cité de Delphes en 134191. La clause est malheureusement mutilée, mais il est probable que les trois jours d’audition qu’elle a donnés à titre gracieux lui ont valu cet honneur, comme ce sera le cas quarante ans plus tard pour le joueur d’orgue hydraulique Antipatros, fils de Breucos, d’Éleutherne192. Ces grands honneurs accordés à l’issue de récitals sont d’une nature hybride car, bien qu’ils ne soient pas accordés lors d’un concours, ils correspondent aux récompenses décernées aux vainqueurs lors des concours les plus proches de la date où ont eu lieu les auditions. Une représentation accordée dans ce contexte tient donc autant de l’ἆθλον que de la représentation honorifique193.

  • 194 Infra p. 305-306.

75Le cas des athlètes est complexe. Il convient en effet de distinguer les représentations qui leur sont accordées comme un droit au titre de leur victoire et qui sont en règle générale consacrées comme offrandes individuelles dans les sanctuaires et les statues honorifiques publiques qui leur sont accordées indépendamment de tout concours, en raison de leur renom et de l’éclat dont ils ornent leur cité. Nous reviendrons plus loin sur cette distinction194.

Un cas exceptionnel : la grande bienfaitrice Archippè de Kymè

  • 195 Les décrets pour la bienfaitrice sont regroupés dans le SEG 33, 1035-1041 ; Savalli-Lestrade 2003 ; (...)
  • 196 IMagnesia 144-146 et infra p. 364-365.

76Le cas des prêtresses mis à part, il est très rare à l’époque hellénistique que les femmes soient récompensées par la cité d’une représentation honorifique. L’exemple d’Archippè de Kymè, qu’on le date vers 160-150 avec R. Van Bremen ou après la guerre d’Aristonicos avec I. Savalli-Lestrade, est d’autant plus exceptionnel que la bienfaitrice, qui a financé la réfection du bouleutèrion et, par le don au peuple de deux des champs lui appartenant, l’aménagement d’un sanctuaire d’Homonia, de portiques et d’ateliers sur l’agora, est récompensée non pas d’une, mais de deux statues, l’une en bronze, flanquée d’une représentation colossale du Peuple qui la couronne et d’une statue de son père Dicaiogénès, l’autre en bronze doré sur une colonne dans l’enceinte du bouleutèrion195. Le caractère exceptionnel des honneurs accordés à Archippè ne tient pas seulement au sexe du personnage honoré : ils récompensent en effet un personnage qui n’a, apparemment, assumé aucune fonction, aucune prêtrise, aucune liturgie d’aucune sorte pour la communauté. Cela est lié au statut juridique d’Archippè et peut-être, pour une période de sa vie au moins, à sa santé. Toujours est-il que la contribution d’Archippè à la prospérité de Kymè est entièrement privée. C’est en ce sens l’un des exemples où apparaît le plus crûment le poids que prennent dans certaines cités les choix individuels d’une poignée de grands bienfaiteurs au cours des iie et ier s. Ce cas hors normes à tous égards ne doit toutefois pas masquer l’accès très tardif et limité des femmes à la représentation honorifique publique. Ce n’est ainsi qu’en tant que membres de la famille du gouverneur L. Valerius Flaccus que Baebia, Saufeia et Polla Valeria sont honorées à Magnésie du Méandre au ier s.196.

Notes

1 Sur la procédure de la demande à Athènes, cf. Gauthier 1985, p. 83-92.

2 Lysias, Contre Harmodios au sujet des récompenses d’Iphicrate 1 ; Gauthier 1985, p. 97-99.

3 Démosthène, Contre Leptine 78.

4 C’est ainsi (ὑπόµνηµα) qu’est qualifié le document par une scholie à Démosthène (Dilts 1986, p. 126-127).

5 Gauthier 1985, p. 99-102.

6 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs, Décrets I-III ; Gauthier 1985, p. 83 et n. 20 défend leur authenticité ; Cuvigny 1981, p. 231, n. 1-2 la rejette.

7 Gauthier 1985, p. 104-105 dresse un parallèle entre la demande de Dèmocharès et les considérants du décret de 229/8 pour Timosthénès (IG II2 832, l. 12-18), où sont précisés les bienfaits qui permettent d’obtenir de la cité l’honneur de la nourriture au prytanée. Démosthène, en mettant à disposition sa fortune et en délivrant de bons conseils, a accompli deux de ces bienfaits.

8 Hamon 2009b, p. 361 précise que le fait de se présenter devant les autorités, l’ephodos (vel sim.), est la manière normale, sans doute dès le ive s., d’introduire une requête à caractère personnel.

9 CID IV 99, l. 17-20.

10 C’est par exemple le cas de Képhisodôros, mais aussi de Phaidros de Sphettos en 255 (IG II2 682, l. 93-95) : τὰ µὲν ἄλλα | [πά]ντα πράττειν περὶ τῆς δωρεᾶς ἧς εἴτηκεν | Φαῖδρος κατὰ τὸ πρότερον ψήφισµα, « au sujet de la récompense qu’avait demandée Phaidros, de faire tout le reste conformément au précédent décret ».

11 C’est le cas des demandes qui nous sont transmises par le Pseudo-Plutarque, mais aussi de nombreux décrets du iiie s. de Calymnos (Tit. Calymnii 8, 28-29, 32-33, 35, 54-57, 61).

12 Pas moins de vingt citoyens, avec l’appui de neuf prêtres, hérauts sacrés et hymnagogues, présentent au Conseil la demande en faveur du dadouque Thémistoclès, fils de Théophrastos en 20/19 (Clinton 1974, p. 50-51, no 4).

13 IG II2 1012, l. 12-19.

14 IG II2 657, l. 54-55 : ὅταν ἐξέλθωσιν αἱ [ἐκ τοῦ νόµου ἡµ]|έραι τῆς αἰτήσεως, « lorsque le délai légal de la demande aura expiré » ; cf. Gauthier 1985, p. 85.

15 IG II2 682, l. 68-69 : ὅταν αἱ ἡµέραι | αἱ ἐκ τοῦ νόµου ἐξήκωσιν, « lorsque les jours prévus par la loi seront écoulés ».

16 SEG XXVIII 60 (Bringmann, Steuben 1995, p. 40-45, no 16, l. 101-104).

17 IG II2 646, l. 48-52 ; IG II2 682, l. 93-98.

18 SEG XXV 112, l. 55-57.

19 Cf. Henry 1983, p. 299-300.

20 Milet VI 3, 1039, blocs II + III, l. 14 : τῆς δὲ τιµῆς ἐπικυρωθείσης ἐν τῶι δικαστηρίωι, « L’honneur une fois validé devant le tribunal » (Queyrel 2003, p. 287-289).

21 IMagnesia 92b, l. 15-16 ; cette assemblée permet un second examen du décret après son vote, sans doute pour en vérifier la légalité.

22 Par exemple : IG II2 646, l. 40-43 ; 648, l. 6-10 ; 672, l. 36 ; 682, l. 84-87 ; 793, l. 10-11 ; IG XII 1, 6, l. 5-7 ; IG XII 9, 196, l. 18-23 ; 198, l. 25-28 ; 899, col. c, l. 6-9 ; IDidyma 479 ; IPergamon 252, l. 46-49 ; IK 30, 9, l. 20-25.

23 Par exemple : IG V 1, 1432, l. 20-21 (ISE III 136) ; IG XII 9, 236, l. 65-69 ; 237, l. 24-27 ; ICos (Segre)ED 71d, l. 8-9 (IG XII 4, 1, 129, l. 74-75) (restitué).

24 La mise en adjudication de l’œuvre est mentionnée par exemple dans le décret IG XII 1, 6, l. 5-7.

25 La surveillance des opérations par la commission est explicitement mentionnée dans le décret de Théangéla : Robert 1936, p. 88-101, no 54, l. 13-15.

26 IG XII 9, 236, l. 65-69 ; 237, l. 24-27 ; IK 30, 9, l. 20-25.

27 IG II2 672, l. 36 ; Pétrakos 1997, 294, l. 27-28.

28 IG XII 9, 196, l. 18-23 ; IG XII 9, 236, l. 65-69.

29 Le plus ancien décret honorifique gravé que nous conservions provient de l’Agora et octroie l’éloge aux citoyens de Sigeion (IG I3 17 ; Agora XVI 1 ; Veligianni-Terzi 1997, p. 14, cat. A 1).

30 Il ne faut pas sous-estimer le coût de la gravure du décret. Ainsi, c’est parce que le bienfaiteur Mènas, fils de Ménès, accepte d’assumer la charge de la statue de bronze qui lui a été votée que la cité de Sestos a la capacité financière de faire transcrire le décret sur une stèle (IK 19, 1, l. 102-106). Le projet initial ne prévoyait en effet que l’inscription abrégée du décret sur la base de la statue (l. 98-100).

31 IG I3 156, l. 19-29.

32 Pébarthe 2006, p. 266-267 et n. 196-197, défend, à la suite de Veyne 1976, p. 267-268, l’hypothèse que la gravure du décret constitue un honneur en soi.

33 Sur ce point, Sickinger 2009 me semble plus en accord avec les analyses de Hedrick Jr 1999, p. 408-410 qu’il ne le prétend.

34 Les mentions explicites que j’ai recensées dans les décrets sont au nombre de quarante : IG II2 672, l. 38-39 ; 682, l. 89 ; 844, l. 30, 40-41 ; 983, l. 10-11 ; 1041, l. 5-6, 33 ; 1049, l. 18 (représentation peinte) ; 1223, l. 17 ; 1299, l. 45, 78 (près d’une statue antérieurement votée) ; 1327, l. 26-27 (représentation peinte) ; Agora XV 264, l. 15-16 (représentation peinte) ; 268, l. 18-19 (représentation peinte) ; Agora XVI 291, l. 41 ; 301, l. 5-6 ; 310, l. 51-52 ; SEG XXVIII 60, l. 106-107 ; SEG XLV 101, l. 48-50 ; SEG XXXIX 702, l. 31-32 ; ID 1497 bis, l. 28-29 ; 1517, l. 40-42 ; 1523, l. 19-21 ; IG XI 4, 1061, l. 31-32 ; SEG XXXIII 682, l. 27-28 ; IG XII 5, 129, l. 46-48 ; IG XII 9, 236, l. 38-39 ; 237, l. 18-21 ; IMagnesia 92a, l. 11-12 ; 102, l. 19-21 ; Milet I 2, 10, l. 22-24 ; Milet I 3, 139, l. 53-54 ; IPriene 3, l. 21-22 ; IK 24, 577, l. 24-27 ; IK 3, 3, l. 52-53 ; MDAI (A) 31 (1906), p. 431, l. 9 ; SEG XXXVII 1006, l. 29-31 ; IPergamon 252, l. 35-36 ; MDAI(A) 32 (1907), p. 245-247, no 4, l. 32-33 ; p. 274-276, no 10, l. 38-39 ; p. 279-283, no 11, l. 49 ; MDAI(A) 35 (1910), p. 401-406, l. 44 ; Cousin, Diehl 1889, p. 336-338, l. 55-57.

35 Cf. par exemple, le décret d’Éryza (?) pour Charès, fils d’Attalos : Cousin, Diehl 1889, p. 336-338, l. 55-57 (115/4).

36 IK 1, 28, l. 52-55.

37 On en relève sept mentions explicites dans les décrets : Milet VI 3, 1039, blocs II + III, l. 20-21 (monument rond de ca 2,65 m de diamètre) ; SEG LII 724, l. 50-51 (l’exemplaire conservé est une stèle) ; CID IV 107, l. 29-30 (décret pour Eumène gravé sur le pilier d’Attale) ; IG IX 2, 489, l. 22 (base de marbre blanc ; hauteur : 0,72 m ; longueur : 0,50 m ; profondeur : ca 0,50 m) ; IGBulg I2 388bis, l. 37-39 (l’exemplaire conservé est une stèle) ; IG XII 9, 899 C, l. 5 (base composée de marbre moulurée en haut et en bas ; hauteur : 0,28 m ; longueur : 0,88-1,00 m ; profondeur : 0,50 m) ; IMagnesia 92b, l. 17 (base de marbre bleu sombre moulurée en bas ; hauteur : 0,81 m ; longueur : 0,78 m ; profondeur : 0,685 m).

38 Un cas intéressant de disjonction, encore partiellement inédit, provient de Dion et date de la fin du ive s. ; la stèle inscrite doit en effet être érigée devant le temple, tandis que la statue doit être installée dans le sanctuaire de Zeus Olympien, sans plus de précision ; cf. Bull. 1969, 359 ; 2000, 453.

39 Par exemple, sur la stèle Pétrakos 1999b, p. 16-17, no 10, qui prévoit l’installation d’une représentation peinte dans le sanctuaire de Némésis et l’érection de la stèle aux portes du sanctuaire.

40 IG IX 2, 1108 ; Polemon 1 (1929), p. 28-31, no 419 ; pour la chronologie du texte, cf. Stählin 1929, tableau en annexe XLI.

41 Parmi les très nombreux cas similaires, cf. par exemple le décret du koinon des Poséidoniastes de Bérytos pour Marcus Minatius Sextus (ID 1520), qui fixe également le texte devant être inscrit sur la base de la statue et sur la représentation peinte (l. 27-32).

42 Comme Attale II, honoré par les Achaiens qui ont combattu à Magnésie du Sipyle (Syll3 606).

43 Comme le gouverneur de la province d’Asie Q. Caecilius Metellus, honoré par le peuple de Pergame (Syll3 758).

44 Comme Q. Marcius Philippus, consul en 169, honoré par la confédération achaienne (Syll3 649).

45 IG XII 5, 1030 ; la pierre n’est pas conservée. Le texte est transcrit dans un codex de la Bodleian Library et Fr. Hiller von Gaertringen l’attribue à Paros.

46 Cf. SEG XXXIII 1038, l. 3-20 : la cité de Kymè, inquiète pour sa bienfaitrice Archippè, prévoit un sacrifice pour sa santé et son salut ; sur la nouvelle proposition de datation des décrets d’Archippè dans les années 160 ou 150, cf. Van Bremen 2008.

47 Gerlach 1908, p. 110 (qui traite cependant également des inscriptions honorifiques d’époque impériale).

48 Robert 1967, p. 11-14 (repris dans OMS V, p. 351-354) ; cf. également Chankowski 1998, p. 159-160 et n. 1.

49 On peut mentionner par exemple le décret fragmentaire publié par Reynolds 1997, qui précise la teneur de l’inscription devant être gravée sur la base (l. 3-9) ; il faut noter au passage que cette inscription de la fin de l’époque hellénistique ou du début de l’époque impériale est l’unique attestation d’une statue de bronze à Aphrodisias (cf. Bull. 1999, 92).

50 Pébarthe 2006, p. 266-267 et n. 196.

51 Il est possible également que, dans certains cas, l’inscription sur les bases de statues, à la basse époque hellénistique, tienne lieu de transcription du décret, qui n’est plus systématiquement gravé (Grieb 2008, p. 196 [exemple de Cos] ; cf. Hamon 2009b, p. 375 qui nuance les conclusions de V. Grieb).

52 Zanker 1995a, p. 260 ; la présence très fréquente de rouleaux de papyrus et de boîte pour leur rangement sur les reliefs funéraires à partir du iie s., témoigne de l’importance attachée par les notables à la culture ; la stèle funéraire de Sardes pour Mènophila et son épigramme prouvent que cet idéal de culture pouvait s’appliquer aussi aux femmes (Istanbul, Musée archéologique ; Pfuhl, Möbius 1977, p. 141, no 418 ; fin du iie s.).

53 Henry 1983, p. 28 ; certains décrets mentionnent explicitement la proclamation parmi les honneurs accordés ; cf. le décret de l’association des technites dionysiaques d’Ionie et de l’Hellespont pour Cratôn de Chalcédoine (CIG 3068 A ; Le Guen 2001, vol. I, p. 250-253, no 48, l. 8-9 : προσδοῦναι δὲ αὐτῷ πρὸς | ταῖς ὐπαρχούσαις τιµαῖς ἀνακήρυξίν τε στεφάνου τοῦ ἐκ τοῦ νόµου, « qu’on lui donne en plus des honneurs déjà accordés la proclamation de la couronne légale »).

54 Henry 1983, p. 29-33 recense les exemples de proclamations de couronnes à Athènes.

55 IG I3 102, l. 12-14 ; sur cette inscription et son contexte, cf. Wilson 2009 ; sur la proclamation des honneurs lors des Dionysies, cf. Hartwig, Wilson 2009.

56 Andocide, Sur les Mystères 97-98 ; le serment prévoit d’honorer les meurtriers de tyrans comme Harmodios et Aristogeitôn. Le couronnement de Thrasybule est l’exemple immédiat de cette reconnaissance ; cf. Wilson 2009, p. 24-26.

57 Les trois exceptions, outre le décret pour Thrasybule, sont le décret pour Épikerdès de Cyrène (IG I3 125, l. 23-29 ; Henry 1983, p. 30-31 ; 405/4), peut-être celui pour le Béotien Arist[…], fils de Simôn (IG II2 2 frg. b, l. 10-12 + Addendum p. 655 ; Henry 1983, p. 31 ; 403/2) et le décret pour les princes du Pont Spartocos et Pairisadès (IG II2 212, l. 29-33 ; Henry 1983, p. 31 ; 347/6).

58 C’est ce que suggère un décret de l’Amphictionie pyléo-delphique pour Callistos de Cnide (CID IV 130, l. 18-19) : ἀναγορεύεσθαι αὐ[τὸν ἐν τῶι γυ]|µνικῶι ἀγῶνι µετὰ τῶν ἄλλων εὐεργετῶν, « qu’on le proclame lors du concours gymnique avec les autres bienfaiteurs » et l’un des décrets de Magnésie pour Apollophanès (IMagnesia 92b, l. 12-13) : εἰσκηρύσσεσθαι αὐτὸν ἐν τοῖς ἀγῶσιν καθότι καὶ οἱ | ἄλλοι εὐεργέται, « et qu’il soit proclamé lors des concours comme les autres bienfaiteurs ».

59 IK 41, 231, l. 19-24.

60 Il n’y en a qu’une mention assurée : ICos (Segre) ED 71d, l. 5-8 (IG XII 4, 1, 129, l. 70-72) ; la restitution d’une formule de proclamation des honneurs, dans le décret fragmentaire des volontaires athéniens accordant les µέγισται τιµαί à Démétrios Poliorcète (SEG XXV 149, l. 18-19) n’est pas assurée et on lui préfère aujourd’hui une formule hortative (cf. Kotsidu 2000, p. 47-49, no 11[E]).

61 On en compte, en plus du décret de Smyrne cité plus haut, huit exemples : IG II2 1299, l. 28-37 (après 236/5) ; CID IV 102, l. 13-17 (fin du iiie s. ?) ; FD III 3, 221, l. 42-52 (217-212) ; IScM I 19, l. 32 (iiie s.) ; IG XI 4, 1022 (milieu du iiie s.) ; IG XII 1, 6, l. 3-5 (première moitié du iiie s. ?) ; IK 3, 2, l. 40-49 (dernier quart du iiie s.) ; Manganaro 2000, l. 27-28 (vers 270 ; cf. Bull. 2001, 373).

62 Proclamations de statue au iie s. (23 exemples) : IG II2 895, l. 3-4 (188/7) ; 966, l. 21-23 (159-133) ; 1223, l. 5-6 (après 167) ; 1299, l. 28-37 (après 236/5) ; 1330, l. 25-28 (163-130) ; Agora XVI 310, l. 47-48 (Bringmann, Steuben 1995, p. 57-59, no 27[E] ; vers 135) ; ID 1497 bis, l. 19-25 (160/59) ; IG IV 1, l. 40-42 (158-144) ; IG IV 558, l. 37-42 (114) ; Pétrakos 1999b, 307, l. 33-35 (154-150) ; CID IV 106, l. 45-49 (184/3) ; FD III 4, 49, l. 13-15 (106) ; 50, l. 17-19 (106) ; 52, l. 11-13 (104) ; SEG XXVI 677, l. 52-55 (iie s.) ; IG XII 9, 236, l. 44-47 (vers 100) (deuxième version du même décret en IG XII Suppl. 553) ; IPriene 108, l. 328-344 (129-100) ; 109, l. 254-263 (vers 120) ; SEG XXXIX 1244, l. 23-34 (après 120/19) ; MDAI(A) 32 (1907), no 11, l. 56-57 (dernier tiers du iie s.) ; ILindos 281, l. 10-11 (vers 100) ; IG XII Suppl. 258, l. 10-19 (iie s.) ; ClRh II, p. 214, l. 5-6 (iie s.). Proclamations de statue au ier s. (20 exemples) : Tracy 1975, p. 60-63, no 7h, l. 58-59 (98/7) ; FD III 4, 77, l. 29-34 (94 ?) ; IG XII 1, 847, l. 5-6 (ier s.) ; 848, l. 7 (ier s.) ; 850, l. 7-10 (ier s. av. ou apr. J.-C.) ; 851, l. 5-6 (ier s. ?) ; 853, l. 10-11 (ier s. ?) ; ILindos 297, l. 8-9 (avant 74) ; 305, l. 10-11 (vers 70) ; 307, l. 10 (peu avant 65) ; 330, l. 10-11 (70-50) ; 333, l. 10-11 (vers 50) ; 378, 5-6 (27) ; 379 b, l. 3-5 (vers 25) ; 383, l. 4-5 (vers 10) ; SEG XXXIX 759, l. 13-14 (ier s.) ; ASAA I-II (1939-1940), p. 151-152, no 7, l. 3-4 (début du ier s.) ; REG 11 (1898), p. 258-266, l. 43-47 (début du ier s.) ; IK 30, 7, l. 4 (ier s.) ; IPriene 117, l. 74-75 (ier s.).

63 Inscription honorifique et proclamation sont parfois identiques. Le décret des Larbèniens pour les juges de Magnésie comporte en effet la clause suivante (IMagnesia 101, l. 23-24) : στῆσαι δὲ αὐτοῦ εἰκόνα χαλκῆν […] ἐφ’ ἧς καὶ ἐπιγραφῆναι τὴν αὐ[τ]ὴν ἐπιγ[ρα]φ̣ὴν | τῆ[ι ἀν]αγγελίαι, « Qu’on lui érige une statue de bronze […] sur laquelle [sc. sur la base de laquelle] on inscrive la même inscription que la proclamation [sc. une inscription conforme à la proclamation] ». Une disposition similaire, mais assez largement restituée, apparaît dans le décret de Priène pour Hèracleitos, fils de Théodôros (IPriene 117, l. 66-67) : καὶ ἐπιγράφῃ (sic) τὴν ἐπιγρα[φὴν καθὼς ἔσται ἀκόλ]ο̣[υ]θον τῇ ἐσοµένῃ τοῦ στεφά|[νου ἀναγ]γ̣ε̣[λ]ίᾳ, « et que l’on inscrive l’inscription [sur la base] de sorte qu’elle soit conforme à la proclamation que l’on fera de la couronne ». L’emploi du subjonctif est une erreur due à l’attraction du mode de la proposition précédente.

64 Tracy 1975, p. 60-63, no 7h, l. 58-59 : τὰν δὲ ἀναγόρευσιν τῶν στεφάνων π[οιῆσαι τοὺ]ς ἄρχοντας […]| [ἀκολο]ύθως τῶι ψηφίσµατι ; FD III 4, 52, l. 11-13 : τὰ[ν ἀ]ναγόρευσιν ποιήσ[ασθ]αι τοῦ στεφάνου | κ[αὶ τᾶς] εἰκόνος […] ἀ|κόλουθον τῶι [ψα]φί[σµ]ατι.

65 IScM I, 19, l. 32 : ἀ[ναγορεῦσα]ι τὸ ψήφισµα. Le décret comporte déjà une clause de transcription (l. 27-29). Il n’est donc pas impossible qu’on prévoie la proclamation du décret, même si la mutilation du texte ne permet pas d’être affirmatif.

66 IK 30, 7, l. 1-6.

67 Cf. notamment IG II2 1223, l. 5-12 ; 1299, l. 28-37 ; IK 3, 2, l. 27-31.

68 C’est ce qu’indique notamment le décret d’Athènes pour Hèrodôros en 295/4 (IG II2 646, l. 43-45) : µερίσαι δ’ αὐτ|[οῖς τὸν ἐξετασ]τ̣ὴν καὶ τοὺς τριττυάρ|[χους εἰς τὴν εἰ]κόνα ὅτι ἄν ἀνάλωµα γέ[νηται], « que le contrôleur des comptes et les chefs de trittyes leur versent pour la statue la dépense qui sera engendrée » ; même pour une œuvre plus modeste, comme une représentation peinte, la somme allouée ne semble pas avoir été déterminée à l’avance, comme l’indique le décret des soldats en garnison à Rhamnonte pour Thoucritos de Myrrinous (Pétrakos 1999b, no 10, l. 24-26 ; 248/7) : εἰς δὲ τὴν ἀναγρα̣|φὴν καὶ τὴν στήλην καὶ τὸν πίνακα ὅ τι ἀνάλωµ̣[α] γέν[η]|ται λογισάσθωσαν οἱ αἱρεθέντες τοῖς στρατιώταις, « pour la transcription, la stèle et le tableau, que les personnes désignées présentent aux soldats une évaluation de la dépense qui sera engendrée ».

69 Le décret des soldats pour Aristophanès de Leuconoè (après 236/5) prévoit la mise en adjudication par la commission désignée (IG II2 1299, l. 39-40) : τοὺς δὲ αἱρεθέντας ποιεῖσθαι τὴν ἔγδοσιν τῆς εἰκόνο[ς τὴν ταχίσ|τη]ν, « que les personnes désignées mettent au plus vite la statue en adjudication ».

70 IG II2 555, l. 13-14.

71 Migeotte 1984, p. 319-322, no 102, l. 25-26 ; il est à noter que la cité manque de fonds pour financer l’œuvre et recourt à un expédient, dont la nature est inconnue, pour financer les honneurs (l. 32-33).

72 Ma 2013, p. 245-246 et 264-265.

73 SEG XLV 101, l. 54-56.

74 IG II2 646, l. 43-45 ; 648, l. 5-6.

75 IG II2 793, l. 11-13 ; Kotsidu 2000, p. 62-63, no 14.

76 IG II2 844, l. 30-32.

77 IPriene 3, l. 23-24.

78 IDidyma 479, l. 33-36 (300/299).

79 IMagnesia 92b, l. 13-15.

80 ID 399, l. 47-49 ; ID 442, l. 86-88.

81 IG X 2, 4, l. 22-26.

82 Migeotte 1984, no 103, l. 11-13.

83 Curty 1995.

84 Sur les honneurs accordés aux bienfaiteurs étrangers, cf. notamment Gauthier 1985, p. 129-176.

85 Gauthier 1985, p. 130 ; cf. aussi Marek 1984, p. 152.

86 IK 1, 6 ; Gauthier 1985, p. 131.

87 IG II2 555, l. 13-14.

88 Sur les liens commerciaux des Athéniens avec le Bosphore Cimmérien, cf. Gauthier 1985, p. 156.

89 Habicht 2000, p. 82.

90 ICos (Segre) ED 71a-g, ED 162, ED 203 ; Paton, Hicks 1891, 18-19 ; le dossier est désormais réuni dans IG XII 4, 1, 129-130.

91 Comme l’indique le décret des Athéniens : ICos (Segre) ED 71c, l. 6 (IG XII 4, 1, 129, l. 6) ; la carrière de ce personnage d’exception est brièvement analysée par Habicht 2007, p. 127-129 et Savalli-Lestrade 2012, p. 44-45 (la référence à la base de Nicomèdès n. 33 est erronée : elle renvoie à des autels d’Agathos Daimôn et d’Agathè Tychè, peut-être dédiés par Nicomèdès et par son épouse).

92 ICos (Segre) ED 71f, l. 6 (IG XII 4, 1, 129, l. 47) ; l’attribution de ce décret à Ténos est proposée par Habicht 2007, p. 128.

93 ICos (Segre) ED 71d, l. 2 (IG XII 4, 1, 129, l. 68).

94 Paton, Hicks 1891, 19, l. 8 (IG XII 4, 1, 130, l. 7).

95 IG II2 844, l. 15-20.

96 IG XI 4, 664, 665 et 1053 ; Durrbach 1921, no 49.

97 IG XI 4, 1076. À la localisation ancienne de l’autel de Zeus Polieus sur la fondation GD 25 immédiatement au Sud-Est du Monument des taureaux, on préfère aujourd’hui la localisation en GD 23 E ; cf. Bruneau, Ducat 2005, p. 193-194.

98 Reger 1994, p. 48-62, sur Délos p. 54-55.

99 IG XI 4, 666, 679 et 680 (Durrbach 1921, nos 47-48).

100 Le blé est sans doute échangé contre du bois et de la poix, comme l’indique Durrbach 1921, p. 60.

101 CID IV 65, l. 16-17 (une statue) ; 86, l. 48-50 ; 87, l. 30-31 ; 88, l. 10-11 (formule restituée) ; 89, l. 11 (formule restituée).

102 BCH 83 (1959), p. 475-477, no 8 ; sur les liens entre Étoliens et Chiotes au iiie s., cf. Amandry 1986, p. 218-225.

103 Biard 2010.

104 L. Robert, OMS V, p. 137-154 ; pour les statues accordées à des juges étrangers, cf. Hamon 2012, n. 73.

105 L. Robert, OMS V, p. 152.

106 Sur les modalités du recours aux juges étrangers et la composition, mixte ou homogène, des tribunaux, cf. Hamon 1999, p. 188-193.

107 L. Robert, OMS V, p. 152-153 ; Gauthier 1994.

108 IG XII 5, 722.

109 Plus modestement, les cités peuvent octroyer aux juges étrangers seulement le droit d’ériger des statues ; cf. IG XII 9, 4, l. 11-12 (Alabanda pour des juges de Carystos ; ier s.).

110 IG XII Suppl. 258.

111 Helly 1971, p. 543-553.

112 Le choix de ce sanctuaire, l’un des plus importants de Magnésie, est particulièrement honorifique ; d’après Helly 1971, p. 548 et n. 12, c’est le seul décret de Dèmètrias qui prévoit l’installation de statues honorifiques dans ce sanctuaire.

113 Traduction de Br. Helly légèrement modifiée.

114 IMagnesia 101.

115 Milet I 3, 154.

116 SEG XXVI 677, l. 51-55.

117 IG VII 20, l. 2-5.

118 Je dois cette idée à P. Hamon (communication orale lors d’une journée d’étude à Lyon).

119 Gauthier 1985, p. 156-157 ; sur la documentation épigraphique relative aux relations entre Athènes et les princes du Bosphore, cf. Brashinski 1971.

120 Dinarque, Contre Démosthène 43.

121 Démosthène, Contre Leptine 29-32.

122 Isager, Karlsson 2008, p. 49, considèrent que le décret de Mylasa pour Olympichos date de la période où il était gouverneur de Carie pour le compte de Séleucos II (ca 240). Il est vrai que dans la lettre d’Olympichos aux Mylasiens datée de cette période, il est fait mention des « honneurs appropriés » accordés par la cité au gouverneur (ILabraunda 3, l. 1-3). Toutefois, les honneurs cultuels accordés par ILabraunda 134 pourraient indiquer une date légèrement plus basse, lorsque Olympichos gouverne la Carie d’une manière indépendante.

123 ILabraunda 134, l. 3-7.

124 ILabraunda 3.

125 ILabraunda 4.

126 Pour une synthèse commode de l’action politique d’Olympichos, cf. Virgilio 2001.

127 Welles 1934, no 52, l. 26-27.

128 IK 1, 8, l. 13-14.

129 ID 1497 bis.

130 Gauthier 1985, p. 12.

131 Démosthène, Contre Leptine 108 ; cf. Gauthier 1985, p. 11 et n. 9.

132 Ne sont considérés dans les lignes qui suivent que les magistrats locaux ou fédéraux, non les administrateurs royaux ou dynastiques, qui sont récompensés, dès la haute époque hellénistique, de statues honorifiques privées et publiques (cf. par exemple OGIS 747).

133 Lycurgue, Contre Léocrate 51.

134 Cf. infra p. 209.

135 FD III 4, 218-219, pl. XXXI, 5, avec les corrections de Bousquet 1960, p. 167-171.

136 Photographies de l’inscription et de la face supérieure du bloc dans Marcadé 1953, 65, pl. XII, 1.

137 Posidippe de Pella a parfois été considéré comme l’auteur des épigrammes, mais rien ne permet de prouver cette hypothèse (cf. Bousquet 1960, p. 175).

138 FD III 4, 220-221, avec les corrections de Bousquet 1960, p. 174.

139 Traduction, légèrement modifiée, de Bousquet 1960, p. 173.

140 Jacquemin 1999a, p. 258.

141 Les corrections apportées par J. Bousquet aux épigrammes ont rendu caduques les anciennes interprétations du dernier vers du poème inscrit sur la base, où l’on lisait γείτονα et non µείζονα. On rapprochait en effet jadis le monument de Xanthippos du Lion d’Élatée, vu par Pausanias sur la place de l’opisthodome (Pausanias,X 18, 7 : Φωκέων δὲ οἱ ἔχοντες Ἐλάτειαν — ἀντέσχον γὰρ τῇ Κασσάνδρου πολιορκίᾳ Ὀλυµπιοδώρου σφίσιν ἐξ Ἀθηνῶν ἀµύνοντος — λέοντα τῷ Ἀπόλλωνι χαλκοῦν ἀποπέµπουσιν ἐς Δελφούς, « Les Phocidiens d’Élatée, parce qu’ils avaient résisté, avec le renfort de l’Athénien Olympiodôros, au siège de Cassandre, envoyèrent à Apollon, à Delphes, un lion de bronze »).

142 Pausanias, X 4, 10 : ἔστι δὲ τῆς Δαυλίας χώρα καλουµένη Τρωνίς· ἐνταῦθα ἡρῷον ἥρω Ἀρχηγέτου πεποίηται· τὸν δὲ ἥρω τοῦτον Ξάνθιππον οὐκ ἀφανῆ τὰ ἐς πόλεµον, οἱ δὲ Φῶκον εἶναι τὸν Ὀρνυτίωνος τοῦ Σισύφου φασίν. ἔχει δ’ οὖν ἐπὶ ἡµέρᾳ τε πάσῃ τιµὰς καὶ ἄγοντες ἱερεῖα οἱ Φωκεῖς τὸ µὲν αἷµα δι’ ὀπῆς ἐσχέουσιν ἐς τὸν τάφον, τὰ δὲ κρέα ταύτῃ σφίσιν ἀναλοῦν καθέστηκεν, « Sur le territoire de Daulis se trouve Trônis ; là fut bâti un hèrôon du héros Archégète. Les uns disent que ce héros est Xanthippos, qui s’est brillamment illustré à la guerre, les autres qu’il s’agit de Phôcos, fils d’Ornytiôn, fils de Sisyphos. Ce héros reçoit donc chaque jour des honneurs et les Phocidiens, lorsqu’ils apportent des victimes, versent le sang dans la tombe par une ouverture, puis il est de règle qu’ils consomment les viandes sur place » ; cf. Jacquemin 1999a, p. 52 et n. 122.

143 Au sein des royaumes, les cités soumises sont parfois sous la protection directe d’une garnison royale, ou peuvent recevoir des armes et des ravitaillements des rois ou dynastes (OGIS 748 : Philétairos apporte son aide à Cyzique à l’époque des invasions galates). Sur la variété de statuts des cités dans le royaume séleucide et leurs rapports à l’administration royale, cf. Capdetrey 2007, p. 201-218.

144 Pausanias, VIII 52.

145 Annexe C 72.

146 Annexe C 160.

147 Annexe C 297.

148 Le texte fondamental pour connaître le rôle du gymnasiarque dans les cités à l’époque hellénistique est bien sûr la loi gymnasiarchique de Béroia, promulguée entre ca 175 et 168. Elle est étudiée en détail par Gauthier, Hatzopoulos 1993 ; cf. en particulier p. 50-57, pour l’élection, la prestation de serment et la prise de fonction du gymnasiarque. Cependant, en Macédoine, le gymnase demeure un lieu réservé à l’entraînement athlétique et militaire, ce qui le distingue des gymnases des autres régions (Gauthier, Hatzopoulos 1993, p. 173-175).

149 Un bref aperçu du développement de cette magistrature est présenté par Fröhlich 2009, p. 57-59.

150 Cf. les inscriptions in corona IG II2 3201 (346/5) et 3206 (avant 318).

151 À Athènes, à l’époque classique, la gymnasiarchie est du reste une coûteuse liturgie, et non une magistrature (cf. Schuler 2007, p. 163, 166).

152 IG XII Suppl. 122.

153 Gauthier 1996, p. 1-27, en particulier p. 16-20 ; le décret fragmentaire IPriene 35 est probablement lui aussi un décret des néoi en l’honneur d’un gymnasiarque (vers 200 ; cf. Fröhlich 2009, p. 58, n. 3). Il est à noter que Kydimos d’Abydos est, dans le dernier quart du iiie s., d’abord récompensé d’une statue de bronze par les néoi et les athlètes (IK 3, 2, l. 17-19), avant de se voir accorder le même honneur par la confédération d’Athéna Ilias comme bienfaiteur de la panégyrie (l. 39-40).

154 Özhan, Tombul 2003 ; Habicht 2004 ; Bull. 2004, 267 ; Ma 2007c date le décret de la fin du iiie s.

155 IK 3, 2, l. 48-52 ; l’expression Ἰλιεῖς καὶ αἱ πόλεις αἱ κοινωνοῦσαι τῆς θυσίας καὶ τοῦ ἀγῶνος καὶ τῆς πανηγύρεως apparaît sinon sur des bases de statues du ier s. : IK 3, 12 (agonothète) ; 14 (inconnu) ; 15 ; 17 (canéphores) ; 81 ; 82 (Auguste).

156 Gauthier 1995, p. 10 ; cependant, à Théra, au milieu du iie s., les garnisaires lagides gèrent leur gymnase d’une manière indépendante (IG XII 3, 331 ; cf. Gauthier 1995, p. 8).

157 Voir par exemple IG VII 1825 ; SEG XXIX 527 ; Robert, Robert 1954, p. 107-109, nos 9-10 ; IPriene 112, l. 1-8 ; 251 ; IPergamon 252, l. 30-33, 37-46 ; 457 ; 459 ; MDAI(A) 32 (1907), p. 278-284, no 11, l. 43-48 ; p. 326, no 55 ; MDAI(A) 33 (1908), p. 407, no 37 ; MDAI(A) 35 (1910), p. 468, no 52 ; p. 469-470, nos 53a et b ; Jones 1983, p. 380 ; IK 29, 5 (?) ; IK 28, 123 (?) ; Dagron, Feissel 1987, p. 114-115, no 70, pl. XXIX ; IMagnesia 153 ; Milet I 9, 309 ; VI 3, 1087 ; ICos (Segre) EV 169 ; IK 54, 14 (Stasias est d’abord honoré comme stratège, puis comme gymnasiarque) ; cf. également les décrets réunis par Schuler 2007, p. 192.

158 Gauthier 1995, p. 3-4, insiste sur le caractère avant tout militaire et physique de la formation reçue au gymnase.

159 Un bon aperçu des fonctions du gymnasiarque à l’époque hellénistique est donné par le décret de Sestos pour Mènas (IK 19, 1, l. 30-39, 53-86). Mènas joue un rôle crucial dans l’organisation de la défense de la cité contre les Thraces entre la fin de la royauté attalide et la prise de contrôle de la province d’Asie par les Romains (cf. le commentaire de J. Krauss à IK 19, 1, p. 24).

160 IG II2 657, l. 39.

161 IG II2 657, l. 36-38 : καὶ ὑπὲρ τουτῶν π[ά]ντων πολλάκις µεµαρτύρηκεν αῦτῶι ὁ βασιλεὺς πρὸς τοὺςπ[ρ]εσβεύοντας Ἀθηναίων πρὸς ἑαυτόν, « et, pour toutes ces raisons, le roi a souvent témoigné en sa faveur auprès des Athéniens venus en ambassade auprès de lui ».

162 Par exemple : IK 1, 28 (275-265) ; Gauthier 1989, p. 113 B (200-150) ; IG IV 791 (base de statue ; après 146) ; ISE III 169 (164) ; ISE III 194 (100-50).

163 Pseudo-Plutarque, Vies des dix orateurs 851 D-F.

164 IG IV2 1, 63 (ISE III 135) ; hauteur : 0,65 m ; longueur : 0,60 m ; profondeur : 0,57 m.

165 CID IV 106.

166 Sur le contexte diplomatique complexe de ce décret, cf. notamment Daux 1936a, p. 280-292 ; Lefèvre 1998, p. 28, 49-50, 68-69, 98-100, 124-125.

167 CID IV 106, l. 13-19 (ISE III 138).

168 Par cette décision, le Sénat opère donc une volte-face, puisque les lettres de Manlius Acilius Glabrio en 190 (Roussel 1932, p. 3-5), de Spurius Postumus en 189 (CID IV 104), et de Caius Livius Salinator (Holleaux 1930, p. 40-41) sont favorables aux Delphiens ; cf. Lefèvre 1998, p. 50.

169 CID IV 106, l. 23-29.

170 CID IV 106, l. 40-45.

171 CID IV 106, l. 45-49.

172 ISE III 166, l. 4-7 et n. 8 ; pour des expressions similaires, cf. par exemple Sardis 8, l. 17-18 ; Reynolds 1982, p. 11-12, no 2b, l. 5-6.

173 Holleaux 1942, p. 220-225 ; Drew-Bear 1972, p. 455, n. 135 ; Reynolds 1982, p. 15-16.

174 ISE III 166, l. 9-17.

175 ISE III 166, l. 1-4.

176 ISE III 166, l. 27-30.

177 Hamon 2009b, p. 374.

178 Par exemple : IK 19, 1, l. 10, 20-22 (Mènas, fils de Ménètos ; 125-120) ; IGBulg I2 13, l. 30-34 (Acorniôn de Dionysopolis ; ca 48) ; IPriene 108, l. 155-159, 164-166, 230-232 (Moschiôn ; après 129) ; IPriene 109, l. 47-50, 59-60, 91-93, 106, 129-130, 174-175 (Hèrôdès ; ca 120) ; IPriene 117, l. 47 ; Robert 1969a, p. 52-53 (base d’une statue de Théophane de Mytilène ; ier s.) ; Robert, Robert 1989, p. 12, col. II, l. 11-16, 54-55 (Polémaios ; ca 120) ; Robert, Robert 1989, p. 63, col. I, l. 14-31 (Ménippos ; ca 120) ; REG 11 (1898), p. 258-260 (Pyrrha[chos ?] d’Alabanda ; après 168 ? [cf. Bull. 1998, 389]) ; IG IV2 1, 63 (ISE III 135) (Archélochos d’Épidaure ; 111).

179 Pétrakos 1997, 294.

180 Pétrakos 1997, 294, l. 5-11.

181 cf. infra p. 101-103.

182 IGBulg I2 13, l. 9-19.

183 Mentionnons la base de la statue de la prêtresse de Pandrosos, Philistion, fille de Dèmocharès (SEG XXXIX 218 ; ca 150) et celle de la statue de la prêtresse d’Héra Athènais à Samos (IG XII 6, 1, 327) dans la seconde moitié du ier s.

184 Quatre exemples sont connus pour l’époque royale : IPergamon 129, 130, 167, 226 ; six pour la fin du iie s. et le ier s. : IPergamon 223, 250, 494, 496, 501 ; Boehringer, Krauss 1937, p. 126, no 6, pl. 61e ; pour ces derniers documents, cf. Mathys 2014, p. 25-26.

185 Je suis ici la datation basse, défendue notamment par Müller 2003, p. 436.

186 IPergamon 167, avec les corrections d’OGIS 299.

187 La proclamation de la statue de Mètris n’a pas lieu lors des Nikèphoria, qui sont pentétériques, mais lors des concours bisannuels en l’honneur de Dionysos. Dans le vif débat sur la périodicité des Nikèphoria, j’adopte l’hypothèse défendue notamment par Canali de Rossi 1998, p. 84-86.

188 Fraisse, Moretti 2007, p. 80-81 et infra p. 169.

189 Chandezon 1998.

190 IMagnesia 129 ; infra p. 191-192.

191 Syll3 689 ; Ferrandini Troisi 2000, p. 34-36, 2.4.

192 Syll3 737.

193 Sur les récitals d’artistes, cf. Van Liefferinge 2000.

194 Infra p. 305-306.

195 Les décrets pour la bienfaitrice sont regroupés dans le SEG 33, 1035-1041 ; Savalli-Lestrade 2003 ; Van Bremen 2008 ; cf. Annexe A 4, ; Annexe C 241.

196 IMagnesia 144-146 et infra p. 364-365.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search