Version classiqueVersion mobile

La représentation honorifique dans les cités grecques aux époques classique et hellénistique

 | 
Guillaume Biard

Introduction

Texte intégral

1La représentation honorifique n’apparaît dans les sources qu’à la fin du ve s., alors que les genres votif et funéraire ont déjà une très longue histoire. Cette émergence tardive tient probablement au fait que les représentations honorifiques ne sont pas l’expression directe d’une pratique religieuse. Alors que l’offrande est le symbole du lien entre les hommes et les dieux et que la représentation funéraire, support du culte des morts, préserve dans la communauté la mémoire des défunts, la représentation honorifique est avant tout un monument social : elle manifeste un lien de reconnaissance et d’obligation entre les hommes.

2Qu’on ne s’y trompe pas cependant : les représentations honorifiques ne sont pas des monuments profanes, qui manifesteraient une sécularisation progressive des cités. C’est au sein du genre votif, dont il ne se détache jamais complètement, que se développe le genre honorifique. Son apparition officielle ne marque donc pas une rupture, mais plutôt l’épanouissement complet d’un aspect de la pratique votive, dont les premières manifestations peuvent être repérées dès l’époque archaïque.

3Les rapports étroits de la représentation honorifique à la représentation votive, et, à certains égards, à la représentation funéraire, ont troublé tous ceux qui, de l’Antiquité à nos jours, ont cherché à cerner les limites de ce genre.

  • 1 Dion de Pruse, Discours aux Rhodiens XXXI 47-56.
  • 2 Dion de Pruse, Discours aux Rhodiens XXXI 57.

4La première définition connue de la statuaire honorifique comme un genre spécifique apparaît dans le Discours aux Rhodiens de Dion de Pruse. Dans sa vigoureuse attaque contre les Rhodiens, qui remploient sans vergogne les statues érigées à leurs bienfaiteurs pour les offrir à d’autres, le rhéteur de Bithynie développe un intéressant argument juridique. Contre ses adversaires, réels ou supposés, il soutient en effet que les statues honorifiques, quoique financées par la cité et installées dans l’espace public, sont la propriété inaliénable de l’honorandus1. Comme l’indique l’orateur, l’aliénation de ce bien est donc illégale, comme l’est le remploi d’une offrande2 :

Καθόλου δὲ ἄλλως ἔγωγε φιλονεικεῖν ἔοικα πρὸς τὸν εἰπόντα δὴ τῆς πόλεως πάντες εἰσὶν οἱ ἀνδριάντες. ἐπεὶ τοῦτό γε οὐθέν ἐστι σηµεῖον ὡς οὐκ ἔστιν ἄτοπον τὸ γιγνόµενον. τὰ γοῦν ἐν τοῖς ἱεροῖς ἀναθήµατα, ἃ κατασκευάσασα ἡ πόλις ἐκ τῶν ἰδίων ἀνατέθεικεν, οὐκ ἂν οὐδεὶς ἀµφισβητήσειεν ὡς οὐ δηµόσιά ἐστιν. ἆρ’ οὖν οὐχὶ δεινόν, εἰ καταχρησόµεθα τούτοις πρὸς ἄλλο τι;
Νὴ Δία, ταῦτα γὰρ ἐστιν ἀναθήµατα, αἱ δ’ εἰκόνες τιµαί· κἀκεῖνα δέδοται τοῖς θεοῖς, ταῦτα δὲ τοῖς ἀγαθοῖς ἀνδράσιν, οἵπερ εἰσὶν ἔγγιστα αὐτῶν.

Au total, il me paraît inutile de me quereller avec qui prétend que toutes les statues appartiennent à la cité. Car ce point même ne prouve en rien que ce qui se passe ici n’est pas inconvenant. Dans les sanctuaires en effet, les offrandes que la cité a fait construire et a consacrées sur ses propres fonds, nul n’irait contester qu’elles sont publiques. N’y aurait-il donc rien d’indigne à ce que nous les utilisions à une autre fin ?
Si, par Zeus, car celles-ci sont des offrandes, tandis que les statues sont des honneurs ; et les premières sont données aux dieux, alors que les secondes le sont aux hommes de bien, aussi proches soient-ils des dieux.

5La réponse prêtée à la fin de ce passage par Dion à son interlocuteur rhodien fictif établit une hiérarchie entre les consécrations faites aux dieux et les honneurs rendus aux hommes : la cité, selon l’adversaire de Dion, peut disposer plus aisément des derniers, qui sont des expressions historiques et temporaires de la gratitude de la communauté, tandis que les premières sontles symboles éternels de sa piété. Le Rhodien anonyme estime que les statues honorifiques constituent un groupe spécifique et appartiennent à un genre mineur, moins prestigieux que les offrandes faites aux dieux. L’apostrophe fictive adressée à Dion serait donc la trace d’une distinction, d’une hiérarchie établie par les Grecs entre les différents types de statues, dans laquelle les monuments honorifiques occuperaient une place subalterne.

  • 3 Cicéron, Seconde action contre Verrès II 65, 158-159.

6Il n’est toutefois pas anodin que cette première définition de la statuaire honorifique prenne place dans un contexte polémique et serve d’argument pour fonder en droit un usage dévoyé des statues : c’est pour en justifier le remploi que l’interlocuteur fictif de Dion définit les εἰκόνες comme une catégorie mineure de représentations. À l’inverse, Dion de Pruse considère que les statues honorifiques doivent être traitées avec le même respect que les offrandes, idée déjà formulée par Cicéron3, et place donc les deux types d’œuvres sur le même plan. Le Discours aux Rhodiens prouve ainsi que, près de cinq siècles après son apparition, la définition de la représentation honorifique, sa place et sa fonction dans la cité font encore l’objet de discussions animées. La longue argumentation de Dion vise à cerner les spécificités et à affirmer la dignité de ce genre hybride, précisément parce que celui-ci est menacé par les pratiques rhodiennes.

  • 4 Pausanias, V 21, 1.

7On retrouve la même incertitude sur la définition de la statuaire honorifique un siècle plus tard dans le récit de Pausanias. En effet, lors de sa visite de l’Altis, le périégète, confronté à la multitude des monuments à décrire, cherche à organiser son propos et à distinguer plusieurs catégories au sein des statues qui peuplent le sanctuaire4 :

Τὸ δὲ ἀπὸ τούτου µοι πρόεισιν λόγος ἔς τε τῶν ἀνδριάντων καὶ ἐς τῶν ἀναθηµάτων ἐξήγησιν. Ἀναµῖξαι δὲ οὐκ ἀρεστά ἦν µοι τὸν ἐπ’αὐτοῖς λόγον. Ἐν ἀκροπόλει µὲν γὰρ τῇ Ἀθήνησιν οἵ τε ἀνδριάντες καὶ ὁπόσα ἄλλα, τὰ πάντα ἐστὶν µοίως ἀναθήµατα· ἐν δὲ τῇ Ἄλτει τὰ µὲν τιµ τῇ ἐς τὸ θεῖον ἀνάκεινται, οἱ δὲ ἀνδριάντες τῶν νικώντων ἐν ἄθλου λόγῳ σφίσι καὶ οὗτοι δίδονται.

À partir de ce point, mon propos développera la description des statues et des offrandes. Car il ne me convenait pas de mêler au reste le discours sur celles-ci. En effet, sur l’acropole d’Athènes, les statues et toutes les autres consécrations sont, sans exception, des offrandes ; sur l’Altis en revanche, la plupart sont consacrées en l’honneur de la divinité, mais les statues des vainqueurs leur sont également données en guise de prix.

  • 5 Jacquemin 1999b, p. 230.
  • 6 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 16.

8D’après A. Jacquemin, Pausanias distingue ici clairement les statues honorifiques des autres offrandes5. Il faut nuancer cette analyse en soulignant deux points importants de la classification proposée par Pausanias. Le premier tient à la distinction établie entre l’Altis et l’Acropole. Le sanctuaire de Zeus est, aux dires du périégète, le seul où l’on puisse différencier les consécrations ordinaires – ἀναθήµατα – des représentations individuelles – ἀνδριάντες. Dans le sanctuaire d’Athéna Polias, Pausanias considère en effet que toutes les statues, sans distinction, sont des offrandes, quoiqu’y soient érigées des statues qualifiées aujourd’hui d’honorifiques. Pausanias n’établit pas de différence intrinsèque entre les statues honorifiques et les offrandes ; la distinction qu’il propose tient à la spécificité du sanctuaire d’Olympie. Celle-ci est liée – et l’on touche ici au second point important de l’analyse – à la présence d’un très grand nombre de statues d’athlètes, qui constituent une catégorie spécifique de représentations individuelles. Ce ne sont en effet ni des statues honorifiques ni de simples offrandes, mais un prix – ἆθλον – accordé aux vainqueurs comme un privilège dès le milieu du vie s.6. Pausanias ne distingue donc pas, d’une façon générale, les statues honorifiques des offrandes, mais les statues d’athlètes des autres monuments de l’Altis.

  • 7 Pausanias, V 25, 3.

9Ce n’est que dans un second temps qu’il décide d’adjoindre les statues honorifiques à sa description des statues d’athlètes7 :

ὁπόσα δὲ ἀλλοῖα καὶ οὐ µίµησίς ἐστι Διός, ἐπιµνησόµεθα καὶ τούτων· εἰκόνας δὲ οὐ τιµῇ τῇ πρὸς τὸ θεῖον, τῇ δὲ ἐς αὐτοὺς χάριτι ἀνατεθείσας τοὺς ἀνθρώπους, λόγῳ σφᾶς τῷ ἐς τοὺς ἀθλητὰς ἀναµίξοµεν.

  • 8 Pour cette traduction de µίµησις, cf. Halliwell 2002, p. 13-14.

Toutes les consécrations différentes, qui ne sont pas des représentations8 de Zeus, nous les mentionnerons également : ces images, érigées non pas en l’honneur de la divinité, mais pour remercier ces hommes, nous en mêlerons les mentions à celles relatives aux athlètes.

  • 9 Pausanias, VI 16, 5.
  • 10 IOlympia 294.

10C’est donc une démarche empirique qui conduit Pausanias à regrouper sous une même catégorie les statues d’athlètes et les statues honorifiques ; il lui paraît plus commode et logique de traiter dans un chapitre distinct l’ensemble des représentations individuelles. Il éprouve cependant le besoin de donner une explication religieuse à son classement, en précisant que les statues honorifiques sont des marques de gratitude envers les hommes et non l’expression de leur piété. On peut toutefois sans peine mettre en lumière le caractère artificiel de cette justification dans le récit même du périégète : par exemple, la statue du Naxien Léônidas qu’il mentionne près de celle du vainqueur à la lutte Brimias9 est, on le sait grâce à la base conservée de la statue10, explicitement consacrée à Zeus olympien. Son statut d’offrande ne peut être mis en doute et le principe de classement de Pausanias s’avère insatisfaisant.

11Ainsi, on ne trouve, chez les auteurs anciens, aucune définition précise de la statuaire honorifique. Aucun traité, aucun texte normatif ne permet d’affirmer qu’elle constituait une catégorie distincte et clairement identifiée. Les rares tentatives empiriques de classement, évoquées à l’instant, sont discutables.

  • 11 Winckelmann 2005 [1764], p. 227-229.

12Alors que les savants du xviiie s. ne prêtent qu’un faible intérêt à la statuaire honorifique –J. J. Winckelmann par exemple ne traite que très incidemment de la représentation individuelle et considère la statuaire honorifique comme un simple prolongement des représentations d’athlètes11 –, le début du xixe s. est marqué par une réflexion intense sur ce genre.

  • 12 Köhler 1818.
  • 13 Köhler 1818, p. 127.
  • 14 Il justifie à plusieurs reprises ce choix de prendre en compte une documentation large ; Köhler 181 (...)

13La dissertation de H. von Köhler, publiée à Munich en 1818, marque une étape décisive dans l’étude de la statuaire honorifique12. Sans proposer de définition stricte de ce qu’il appelle tantôt Ehren-Bildsäule, tantôt Verdienst-Bildsäule, H. von Köhler se livre en effet à une exploration complète de la représentation individuelle, fondée essentiellement sur les sources littéraires, mais également sur les documents épigraphiques connus à l’époque. Il évoque ainsi tour à tour les statues d’athlètes, les statues honorifiques officielles, les statues commémoratives, les statues honorifiques privées, sans oublier d’aborder les questions de leur financement et de leur réalisation matérielle. Il prend soin par ailleurs d’établir une nette distinction entre les statues qui sont érigées dans les « temples » – en réalité dans les sanctuaires – et celles qui sont érigées dans d’autres espaces publics. Bien qu’elle soit fondée exclusivement sur les sources textuelles et soit entachée de quelques bévues – notamment à propos du coût relatif des statues de bronze et des statues de marbre13 – la dissertation de H. von Köhler, plus descriptive qu’analytique, pose les fondements d’une exploration de la statuaire honorifique sous tous ses aspects, sans définir de catégories a priori14. Est ainsi amorcée une réflexion sur une série de questions matérielles et historiques qui sont, aujourd’hui encore, au cœur de la recherche sur la représentation honorifique.

  • 15 CIG I, p. 429.

14Le début du xixe s., avec le développement de la science épigraphique, est par ailleurs marqué par une réflexion sur la classification des inscriptions grecques. A. Boeckh, dans le premier volume de son Corpus inscriptionum graecarum, paru en 1828, consacre, dans la seconde partie relative aux inscriptions de l’Attique, une section spécifique aux tituli honorarii, c’est-à-dire aux inscriptions gravées sur les bases de statues honorifiques, dont il exclut celles portant des inscriptions en l’honneur des empereurs romains, traitées séparément. L’introduction de cette section souligne les difficultés rencontrées par le savant allemand dans son entreprise15 :

Paucissimi horum titulorum Imperatorum Romanorum aetatem superant : plurimi superstitibus hominibus positi sunt, partim a republica, partim a privatis : unus et alter defuncti honori datus est. Exemi aliquot gymnicorum magistratuum titulos, quos in Gymnasticis rettuli : sed etiam eos, qui diis dedicant hominum statuas, huc congessi, quod eos in nona classe poni minus videbatur commodum.

Un très petit nombre de ces inscriptions est antérieur à l’époque impériale ; la plupart ont été érigées pour des hommes au cours de leur vie, soit par la cité, soit par des personnes privées ; quelques-unes ont été données comme honneur à un défunt. J’ai excepté quelques inscriptions de magistrats du gymnase, dont j’ai fait mention dans la section Gymnastica, mais j’ai également collationné ici les inscriptions qui consacrent aux dieux des statues d’hommes, parce qu’il semblait peu commode de les classer dans la neuvième section.

  • 16 Noter qu’A. Boeckh semble avoir renoncé à son projet initial de regrouper les décrets honorifiques (...)

15La classification d’A. Boeckh rejoint, sur le plan épigraphique, les observations plus larges de H. von Köhler : on ne peut établir de distinction nette entre inscriptions honorifiques publiques et privées, entre inscriptions honorifiques et commémoratives, et même entre inscriptions honorifiques et inscriptions votives16.

  • 17 Gerlach 1908.
  • 18 Gerlach 1908, p. 2-3.
  • 19 Gerlach 1908, p. 43, n. 1 et plus généralement p. 43-46.

16C’est pourtant la tâche à laquelle se consacre, quatre-vingts ans plus tard, G. Gerlach dans un petit ouvrage consacré aux inscriptions honorifiques17. Il s’efforce, par une étude fine du formulaire, de séparer les tituli honorarii des tituli votivi et sepulcrales18, tout en reconnaissant que les règles établies souffrent de nombreuses exceptions19. Il considère en effet, ce qui paraît excessif, que les dédicaces au datif sur certaines bases de statues honorifiques sont de simples réminiscences de l’origine du titulus honorarius, qui découle du titulus votivus. C’est donc un travail de réduction de l’inscription honorifique à ses éléments essentiels que livre G. Gerlach, en essayant d’exclure toutes les formules empruntées à d’autres types d’inscriptions.

  • 20 Daremberg, Saglio 1899, p. 397.

17Cette démarche analytique, qui vise à dissocier les statues honorifiques – l’expression fait alors son apparition – des autres genres caractérise la recherche de la fin du xixe s. et du début du xxe s. Déjà en 1899, dans le troisième tome de leur Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, Ch. Daremberg et E. Saglio proposent de distinguer nettement les statues honorifiques des autres représentations individuelles, privées et votives, en poussant parfois le raisonnement jusqu’à l’absurde20 :

Une statue honorifique consacrée comme ἀνάθηµα, c’est un contre-sens. Toutes les villes, du reste, en avaient le sentiment, même lorsqu’elles n’observaient pas cette distinction. La preuve, c’est que le portrait placé dans le temple ne leur paraissait pas être la récompense suffisante du citoyen : très souvent elles ajoutaient un portrait sur la place publique, dans un gymnase ou un portique. C’était celui qui comptait réellement, la vraie marque honorifique.

18Pour justifier leur hypothèse d’une distinction nette entre les statues honorifiques publiques et les offrandes privées, Ch. Daremberg et E. Saglio interprètent donc les sources d’une façon extrêmement tendancieuse, imaginant que les cités qui font ériger une statue honorifique dans un sanctuaire sont nécessairement prises d’un remord : une véritable représentation honorifique ne peut se concevoir que sur l’agora ou dans un édifice civil ; en décidant d’installer une statue honorifique dans un sanctuaire, elles ont fait, malgré elles, un « contre-sens » !

  • 21 Welsh 1904-1905.
  • 22 Welsh 1904-1905, p. 34-35 (Il s’ensuit donc qu’une statue honorifique doit être érigée [1] non en l (...)

19Prolongeant quelques années plus tard ces réflexions sur une base théorique plus solide, M. K. Welsh livre la définition la plus précise des statues honorifiques, dans un important article de la livraison datée de 1904-1905 de l’Annual of the British School at Athens21. Il propose en effet trois critères pour distinguer ce genre statuaire22 :

It follows therefore that an honorary statue must be erected (1) not in honour of a god, but of an individual, (2) not as a right, but as a free gift. But there are statues which possess both these qualifications and yet are not honorary statues; for instance, a portrait-statue, erected by a personal friend during the lifetime of the subject, or a grave-statue, erected by a man’s survivors, such as those of Maussollus and Artemisia at Halicarnassus; or any other memorial statue, e.g. those which Herodes Atticus erected of his favourite freedmen on his estate at Marathon. All these are simply tokens of private regard or affection, dependent only for their erection on the whish of the erectors, which might not seem justified to anyone else.
A third requirement, then, is authorisation, and we may define honorary statues as portrait-statues set up by the authorisation of a public body out of regard for the person represented.

  • 23 Cf. Welsh 1904-1905, p. 37 : « They are distinct from ἀναθήµατα and from athlete-statues, and, fina (...)
  • 24 Welsh 1904-1905, p. 48.

20M. K. Welsh exclut du genre honorifique toutes les statues consacrées aux dieux, toutes les statues d’athlètes – c’est le sens du second critère –, mais également toutes les représentations privées23. Cet exercice de réduction à l’essentiel permet certes de donner un cadre normatif précis à la statuaire honorifique, mais limite singulièrement le champ d’étude. Comme le reconnaît M. K. Welsh, les statues honorifiques sont en effet, si l’on suit ses critères, relativement peu nombreuses24. Bien plus, on peine à trouver, parmi les œuvres conservées, une seule statue qui corresponde exactement et sans ambiguïté à la définition proposée.

  • 25 Les analyses éparses de L. Robert livrent de précieux renseignements sur la statuaire honorifique ; (...)
  • 26 Henry 1983.
  • 27 Notamment Gauthier 1985.
  • 28 Quass 1993.
  • 29 Ma, Tracy 2004 ; Ma 2007a.
  • 30 Ma 2006.
  • 31 Ma 2005.
  • 32 Ma 2012.
  • 33 Ma 2013.
  • 34 J’ai proposé un compte rendu de cet ouvrage dans la RA 2015, p. 205-209.

21Ce dernier point n’est pas fortuit. En effet, la statuaire honorifique demeure, à la fin duxixe et au début du xxe s., matière de philologues et d’épigraphistes. Leurs travaux dans ce domaine se poursuivent d’ailleurs tout au long du xxe s. et au début du xxie s. Parmi les réflexions les plus substantielles peuvent être mentionnées celles de L. Robert25, d’A. S. Henry26, de Ph. Gauthier27 ou encore de Fr. Quaß28. C’est cependant J. Ma qui, parmi les épigraphistes, a présenté les analyses les plus poussées de la statuaire honorifique. Il a par exemple étudié précisément le formulaire honorifique29, consacré un article à l’apparence des statues honorifiques30 et publié à nouveau certains monuments31. Plus que ses prédécesseurs, il est attentif aux aspects matériels de la représentation honorifique, aux contraintes de sa réalisation et de son financement32. Il a proposé tout récemment une synthèse importante sur le sujet, où sont abordés d’une façon analytique les différents formulaires des inscriptions honorifiques, les emplacements variés des statues honorifiques et les rapports entre monuments honorifiques publics et privés33. Les aspects matériels ne sont pas oubliés dans cette vaste entreprise34.

  • 35 Gauer 1968.
  • 36 Gauer 1968, p. 119 et 175-177.

22Mais la seconde moitié du xxe s. est également marquée par une diversification des approches. L’attention se focalise alors moins sur la définition de la statuaire honorifique que sur la description des monuments et l’analyse de leurs fonctions sociales et politiques. Les spécialistes de sculpture grecque commencent alors à s’intéresser au genre honorifique et à ses spécificités plastiques. Par exemple, W. Gauer, dans un important article paru en 196835, analyse les contraintes qui pèsent, à l’époque classique, sur la représentation honorifique. Il juge en effet que les statues honorifiques des ve et ive s. sont une image du citoyen idéal plus qu’une reproduction fidèle des traits du personnage représenté36, car elles revêtent une fonction politique. Les têtes de stratèges et quelques copies de statues d’époque classique lui semblent être le reflet fidèle de ces premiers monuments honorifiques.

  • 37 Krumeich 1997.
  • 38 Krumeich 1997, p. 214-222.

23R. Krumeich approfondit dans sa thèse les réflexions de W. Gauer sur la statuaire honorifique à l’époque classique, en prenant en compte l’ensemble de la documentation, épigraphique, littéraire et archéologique37. Il s’efforce en effet de reconstituer le contexte d’installation des représentations de magistrats militaires au ve s. et de restituer les œuvres. Il montre ainsi que, quoique la majorité des représentations soient des dédicaces privées dans les sanctuaires, la statuaire honorifique publique existe dès le ve s. et s’inscrit dans la continuité de traditions archaïques38.

  • 39 Tuchelt 1979 ; Höghammar 1993.
  • 40 Eule 2001.
  • 41 Jacob-Felsch 1969 ; Schmidt 1995 ; Jacquemin 1999a (étude générale des offrandes monumentales du sa (...)
  • 42 Sur la pratique du remploi Blanck 1969 reste une référence ; cf. aussi Keesling 2007 et Krumeich 20 (...)
  • 43 Katsikoudis 2005.

24L’analyse du contexte, historique et matériel, des statues tient une place centrale dans les études contemporaines sur la statuaire honorifique, qu’elles se fondent sur les bases et sur les inscriptions39 ou plutôt sur les statues40. Les bases de statues honorifiques, désormais étudiées d’un point de vue moins épigraphique qu’architectural, focalisent notamment l’attention de nombreux chercheurs41, qui s’attachent à en décrire la stéréotomie, la décoration et à identifier leur éventuel remploi42. Cette approche matérielle et contextuelle de la statuaire honorifique est notamment illustrée par l’étude de N. Katsikoudis sur le sanctuaire de Dodone43. Il établit un catalogue exhaustif de tous les éléments conservés, bases, inscriptions et fragments sculptés, pour aboutir à d’intéressantes restitutions de monuments de la fin du iiie s., notamment de statues équestres, qu’il replace dans leur contexte historique.

  • 44 Zanker 1995b.
  • 45 Zanker 1993 ; Zanker 1995a.
  • 46 Hoff R. 1994.
  • 47 Hoff R. 2007a.
  • 48 Hoff R. 2009.
  • 49 Veyne 1976.
  • 50 Cf. par exemple Cébeillac-Gervasoni, Lamoine 2003 ; Azoulay 2009a s’inscrit dans ce courant histori (...)

25P. Zanker, dans son étude de la statuaire honorifique, suit pour sa part une voie un peu différente, que l’on pourrait qualifier de sociologique, que ce soit dans son analyse des représentations d’intellectuels44 ou dans celle des reliefs funéraires hellénistiques de Smyrne et de leurs rapports à la représentation honorifique45. Il cherche à saisir les logiques sociales à l’œuvredans les représentations et leurs significations politiques. R. von den Hoff est, à plus d’un titre, l’héritier de cette démarche ; il la met par exemple en œuvre dans son étude des statues de philosophes46, mais aussi dans ses analyses des statues honorifiques installées dans les gymnases47et de la statue de Démosthène sur l’Agora d’Athènes48. Ces deux chercheurs s’inscrivent ainsi dans l’abondante bibliographie qui, dans le sillage de P. Veyne49, décrit les pratiques sociales et politiques des notables des cités50.

  • 51 Siedentopf 1968.
  • 52 Laube 2006.
  • 53 Polaschek 1969 ; Lewerentz 1993.
  • 54 Blanck 1968.
  • 55 Meyer 1989a ; Lawton 1995.

26Parallèlement se sont développées les études sur des types particuliers de statues honorifiques, notamment sur les statues équestres51 ou, plus récemment, sur les statues cuirassées52, mais également sur les différents types de statues viriles en manteau53. Les types mineurs de la représentation honorifique, peintures et reliefs, sont en revanche demeurés les parents pauvres des études : un court article de synthèse paru en 1968 reste l’unique référence pour les représentations honorifiques peintes54, tandis que seuls les reliefs en tête des décrets attiques ont fait l’objet d’études systématiques55.

27De ce bref aperçu historique de l’étude de la représentation honorifique émergent deux questions intimement liées, qui ont servi de fil conducteur à ma réflexion. La première a trait à la définition de la représentation honorifique. Les chercheurs, en fonction de leurs intérêts propres, ont en effet donné une assise plus ou moins large à la représentation honorifique, incluant ou excluant tour à tour les statues d’athlètes, les statues privées, les statues commémoratives, les statues votives. Les définitions proposées oscillent entre deux pôles opposés : dans la conception très étroite de M. K. Welsh ne peut être considérée comme honorifique qu’une statue octroyée par un décret officiel à un bienfaiteur vivant, tandis que, dans l’approche plus généreuse de H. von Köhler, la représentation honorifique tend à se confondre avec la représentation individuelle. Toute statue qui représente un personnage vivant ou ayant vécu est alors considérée comme honorifique. Seules les statues funéraires sont exclues de son analyse.

28La seconde question est plus spécifiquement liée à la documentation relative à la représentation honorifique. En effet, seuls les décrets honorifiques qui prévoient l’installation d’une statue constituent un ensemble bien délimité. Il est déjà beaucoup plus difficile de définir les critères qui permettent d’affirmer qu’une base a porté une statue honorifique – on retrouve ici le problème du classement des tituli honorarii. Pour prendre un exemple concret, un simple nom au nominatif inscrit sur une base pourra, selon le contexte, être considéré comme une inscription honorifique ou comme un témoignage d’auto-représentation. La question devient insoluble lorsqu’on aborde les représentations elles-mêmes : en l’absence presque systématique de contexte précis de découverte, comment affirmer en effet qu’une statue est plus honorifique que votive, voire funéraire ? Au-delà de l’ambiguïté propre au genre honorifique, la recherche se heurte ici au caractère lacunaire des sources, et surtout à leur dispersion. Rares sont les exemples, en effet, de statues qui puissent être associées à une base, encore moins à un décret. C’est probablement le caractère épars des données qui a conduit, à quelques exceptions près, à un cloisonnement des études, chaque spécialiste traitant séparément une partie du matériel.

  • 56 Aristote, Rhétorique I 1361a.

29Le problème fondamental posé par l’étude de la représentation honorifique est donccelui des limites et des marges du genre : quels sont les critères qui permettent de distinguer l’honorifique de ce qui ne l’est pas ? Pour répondre à cette question, il faut se souvenir que le terme τιµή – honneur – s’applique à des aspects très variés de la vie politique et culturelle des Grecs. La définition qu’en donne Aristote est en effet très large56 :

Τιµὴ δ’ ἐστὶ µὲν σηµεῖον εὐεργετικῆς δόξης, τιµῶνται δὲ δικαίως µὲν καὶ µάλιστα οἱ εὐεργετηκότες, οὐ µὴν ἀλλὰ τιµᾶται καὶ ὁ δυνάµενος εὐεργετεῖν· εὐεργεσία δὲ ἢ εἰς σωτηρίαν καὶ ὅσα αἴτια τοῦ εἶναι, ἢ εἰς πλοῦτον, ἢ εἴς τι τῶν ἄλλων ἀγαθῶν, ὧν µὴ ῥᾳδία ἡ κτῆσις ἢ ὅλως ἢ ἐνταῦθα ἢ ποτέ·

L’honneur est le signe d’une réputation de bienfaisance et l’on honore à bon droit et surtout ceux qui ont accompli des bienfaits ; est toutefois honoré aussi celui qui est susceptible d’accomplir des bienfaits ; la bienfaisance a trait au salut ou à toutes les causes de l’existence, à la richesse ou à quelque autre bien, dont l’acquisition n’est pas aisée soit dans l’absolu, soit en tel lieu, soit à telle époque.

30L’honneur est ainsi un don – Aristote le qualifie un peu plus loin de δῶρον – octroyé en reconnaissance d’un bienfait, dont la nature peut être très variée. Cet hommage peut être rendu à titre public, mais également à titre privé. Il peut rendre grâce à un personnage vivant, à un défunt ou encore à un dieu. Les contextes où un objet – et en particulier une statue – joue le rôle d’une marque d’honneur sont donc variés et excèdent très largement le cadre des honneurs publics. Quoique le concept moderne de statue honorifique ait été forgé à partir de l’étude des décrets, il paraît donc arbitraire de limiter l’étude de ce genre aux seuls monuments officiels. Cette approche conduirait à occulter des pans entiers de la documentation et à négliger tout à fait des œuvres qui entretiennent pourtant d’étroites relations avec la statuaire honorifique publique.

  • 57 Chantraine 2009, s.v. « ἔοικα ».

31La terminologie antique confirme que les Anciens ne considèrent pas les représentations honorifiques publiques comme différentes des autres représentations individuelles. Que ce soient des statues ou des peintures, elles sont en effet la plupart du temps désignées par le terme générique εἰκών – image, représentation –, formé sur la base *weik- de la racine qui signifie « sembler, ressembler »57. Ce sont avant tout des œuvres à l’image d’un personnage, à sa ressemblance. Εἰκών a donc une signification très large. Il désigne indistinctement les représentations individuelles publiques, privées et funéraires et ne permet pas, à lui seul, de préciser le statut de la représentation.

  • 58 Aristote, Politique I 5, 10.

32Par ailleurs, s’il semble désigner d’une manière privilégiée les représentations humaines, le terme εἰκών peut également s’appliquer aux images divines58. De ce fait, il est inexact de traduire εἰκών par « portrait ». Le terme n’implique en effet pas que l’œuvre est conforme à son modèle, mais plutôt qu’elle permet de l’identifier. On parlera donc plus justement d’« image » ou de « représentation ».

  • 59 IG V 2, 437, l. 25 ; IPriene 3, l. 16-17.
  • 60 SEG XXXIII 1035, l. 14-18.
  • 61 CID IV 107, l. 30 ; IG IX 2, 66a, l. 14 ; IOSPE I2 352, l. 54.
  • 62 CID II 36, col. II, l. 56-59.

33Le terme ἀνδριάς, utilisé pour désigner une statue honorifique dans quelques inscriptions d’époque hellénistique et plus fréquemment à l’époque impériale, renvoie plus spécifiquement à l’apparence concrète de la statue : il s’agit de la représentation d’un être humain en pied. C’est pourquoi ἀνδριάς apparaît surtout dans les clauses techniques des décrets, relatives à la mise en adjudication de l’œuvre59 ou à sa réalisation60. Le terme est également employé dans les dispositions prévoyant la transcription du décret abrégé sur la base de la statue61, mais aussi dans les comptes de Delphes, lorsque l’Amphictionie fait évacuer du sanctuaire les statues des stratèges phocidiens62. Ἀνδριάς, terme technique, ne désigne donc pas, lui non plus, une catégorie spécifique de statue.

34Enfin, le terme ἄγαλµα, rarement employé dans les décrets et inscriptions honorifiques avant la basse époque hellénistique, est emprunté au vocabulaire de l’offrande. Il désigne à l’origine un bel objet, destiné à réjouir la divinité. Son utilisation de plus en plus fréquente à partir de la fin du iie s. est à mettre en relation avec les honneurs divins plus volontiers accordés aux bienfaiteurs à cette époque : même s’il ne désigne pas nécessairement une statue de culte, il confère à l’œuvre une aura sacrée. La traduction d’ἄγαλµα par joyau, qui est étymologiquement la plus juste, n’est pas toujours possible et l’on doit parfois se contenter de le traduire par statue.

35Aucun terme antique ne renvoie donc spécifiquement à la statuaire honorifique, encore moins à la seule statuaire honorifique publique. Pour les Anciens, ces dernières n’ont pas une nature différente des autres images installées dans les sanctuaires et sur les places publiques. Seul le contexte confère sa spécificité, sa nuance particulière à l’œuvre.

36D’autre part, le souci d’une conformité de la représentation aux traits du modèle est totalement absent des décrets comme des inscriptions honorifiques. Le terme « portrait », chargé de connotations modernes étrangères aux pratiques honorifiques antiques, est donc à proscrire. L’expression « représentation individuelle », quoiqu’un peu lourde, paraît rendre d’une façon plus juste le sens du mot εἰκών.

37Puisque la τιµή, la marque d’honneur, n’est pas attachée à un contexte spécifique et puisque l’εἰκών publique n’est pas différente par essence des autres εἰκόνες, une exploration large de la représentation honorifique s’impose pour cerner, au-delà du cadre normatif des décrets, les contours de ce genre hybride et pour identifier les formes variées qu’il emprunte selon les lieux et les époques. J’ai pleinement conscience que ce parti pris peut paraître intellectuellement régressif, qu’il conduit à renoncer à ce que l’on croyait acquis et raisonnablement fondé pour retomber dans l’indistinction. Mais ce n’est qu’à ce prix que l’on peut saisir la représentation honorifique dans toutes ses dimensions, culturelle, sociale, politique, religieuse, artistique et comprendre l’épaisseur historique de la τιµή.

38Dans les pages qui suivent seront donc proposés à la réflexion tous les types de représentations individuelles – sculptées, peintes ou en relief – offertes, en récompense de ses qualités et de ses bienfaits, à un personnage vivant par un groupe plus ou moins large – de la famille à la confédération, en passant par la cité –, dont le statut peut être privé, associatif ou public. Les représentations commémoratives, qui rendent hommage à un personnage défunt et partagent de nombreuses caractéristiques avec les représentations honorifiques, sont également abordées.

39Sont en revanche exclues a priori toutes les formes d’auto-représentation, notamment les statues d’athlètes vainqueurs aux concours : les représentations à leur image qu’ils font ériger, notamment sur l’Altis, à Olympie, sont un privilège que leur confère la victoire et ne sont donc pas honorifiques. Toutefois, la victoire d’un athlète est parfois l’occasion pour une cité de l’honorer d’une façon plus conventionnelle. Les représentations érigées dans ce contexte sont intégrées à l’analyse.

40Le cœur, la référence de mon étude est la représentation honorifique publique. C’est eneffet elle qui donne le ton, à compter du ive s., à l’ensemble de la représentation individuelle. Les mécanismes institutionnels qui correspondent à l’octroi de cette insigne récompense seront décrits dans un chapitre liminaire, délibérément plus conceptuel qu’historique. Il dépeint ce qu’évoque chez tout spécialiste de l’Antiquité classique l’expression « représentation honorifique », et plus spécifiquement l’expression « statue honorifique », fruit du travail des philologues et des épigraphistes depuis plus de deux siècles. À bien des égards, le cadre politique dans lequel les cités inscrivent la représentation honorifique publique structure en effet la recherche sur le genre honorifique, qui a dès lors une existence plus institutionnelle que matérielle et artistique.

41Cette définition théorique est systématiquement explorée et mise à l’épreuve dans les trois chapitres suivants, en premier lieu à travers une analyse des origines de ce genre tardif de l’art grec et de sa lente dissociation d’avec le genre votif. Cette étude met en lumière l’importance de la τιµή dans la culture grecque avant l’apparition de la cité démocratique et le caractère honorifique que revêtent très tôt certaines représentations individuelles. Elle permet d’identifier les interactions entre la représentation honorifique et les autres genres aux époques classique et hellénistique, alors même que les mécanismes institutionnels de la représentation honorifique publique sont créés et largement diffusés dans l’ensemble des cités. Les aspects honorifiques de certaines représentations votives, funéraires, héroïques, royales retiendront ainsi plus particulièrement notre attention.

42La description des realia, des conditions matérielles de la réalisation des représentations honorifiques révèle la variété de la représentation honorifique. L’analyse du choix du support, du matériau, de l’emplacement, de l’entretien périodique puis finalement de la destruction ou du remploi des représentations honorifiques permet d’aborder des aspects relativement méconnus de ce type de monuments. Derrière les εἰκόνες des inscriptions, se cache en effet une réalité foisonnante de représentations aux formats, aux techniques et aux modes d’exposition très divers, qui modifient radicalement leur place dans la cité. Là encore, les choix faits pour la réalisation d’une représentation conditionnent son interprétation, faisant appel à des références culturelles qui excèdent le cadre strictement politique.

43L’analyse iconographique enfin permet d’esquisser l’image que les cités entendent donner d’elles-mêmes à travers la pratique honorifique. Au fil des descriptions se révèle la hiérarchie de la société grecque, depuis les héros et les rois, qui touchent au surhumain et échappent au contrôle de la cité, jusqu’aux enfants qui, comme mineurs juridiques, n’accèdent qu’exceptionnellement et tardivement à la représentation honorifique. Entre ces deux pôles extrêmes sont étudiées, suivant une gradation sociale décroissante, les représentations de militaires, d’athlètes, de magistrats civils et de prêtres, de prêtresses et de simples particulières, en mettant en lumière, pour chaque type, leur évolution au cours de la période étudiée. Cette hiérarchie, stable dans ses structures, ne l’est pas dans ses manifestations : l’accès à la représentation honorifique publique de nouvelles catégories sociales à la fin de l’époque hellénistique en est le signe le plus manifeste. En conclusion de ce parcours iconographique est abordée la question fondamentale de la signification, pour les Anciens, de ces images et de leur rapport à l’apparence réelle des personnages représentés.

44On aura compris que cette étude n’a pas l’ambition d’établir un corpus exhaustif de la documentation relative aux représentations honorifiques. Le travail proposé ici, beaucoup plus modeste, repose sur une sélection qui vise à illustrer tout à la fois les caractéristiques constantes et les variations de ce genre. L’attention s’est d’abord concentrée sur l’Asie Mineure et les Cyclades, pour lesquelles la documentation la plus large possible a été rassemblée. Sont également analysés les documents les plus intéressants de Grèce balkanique, soit parce qu’ils constituent la tête de série indispensable à la compréhension du développement d’un type ou d’une formule, soit au contraire parce qu’ils illustrent une forme ou une pratique inconnue par ailleurs. Il a également semblé nécessaire, dans le cadre de l’étude matérielle de la représentation honorifique, d’élargir le périmètre de la recherche et de prendre en compte la documentation concernant l’ensemble du monde grec. C’est pourquoi, dans les chapitres relatifs aux matériaux des statues, aux représentations peintes et à l’emplacement des représentations honorifiques, une sélection de documents provenant de l’ensemble du monde grec a été réalisée à partir des grands corpus épigraphiques. L’Égypte ptolémaïque et Chypre, où les pratiques grecques rencontrent des traditions culturelles séculaires très prégnantes et s’y adaptent, occupent une place tout à fait marginale dans l’étude proposée. Cette limite au champ exploré, que l’on peut regretter, est aussi celle de mes compétences. Dans le corps du texte ne sont analysés en détail que les documents – bases, inscriptions, œuvres – qui ont paru représentatifs. Une brève allusion ou une note renvoient aux documents similaires.

45Reste à dire un mot des limites chronologiques retenues. Je n’ai pas fixé de borne haute à l’étude de la représentation honorifique. Les points de départ possibles – l’installation du groupe des Tyrannoctones sur l’Agora d’Athènes ou celle de la statue de Conon – font la part trop belle au cas particulier athénien. Plus fondamentalement, l’ambiguïté inhérente à la représentation honorifique est intimement liée à ses origines, dont il convient de retracer tous les linéaments depuis le viie s. On ne s’étonnera donc pas des longs développements consacrés à la représentation individuelle d’époque archaïque, qui éclairent les pratiques ultérieures.

46La limite chronologique basse – l’avènement d’Auguste – a été difficile à fixer et a été en partie choisie pour des raisons d’organisation matérielle du travail : la documentation relative à la représentation honorifique est très abondante à l’époque impériale et il eût été difficile d’en rendre compte d’une manière satisfaisante en quelques centaines de pages. Toutefois, il me semble que l’arc chronologique retenu possède une profonde cohérence historique. On peut en effet considérer que l’étude est articulée autour d’un large iie s., grand siècle du genre honorifique. C’est à cette époque que la documentation relative à la représentation honorifique – décrets, bases, statues – est la plus abondante et que l’on observe les évolutions matérielles et historiques les plus significatives dans le développement du genre. L’étude de cette évolution progressive vers la basse époque hellénistique et de ses conséquences immédiates a été au cœur de mon projet. Élargir le champ de recherche à l’époque impériale eût nécessité d’aborder des thèmes étrangers à la culture politique des cités grecques d’époque classique et hellénistique, telle l’instauration du culte impérial et les recompositions qu’elle implique aux échelles régionales et locales. Malgré les continuités indéniables que l’on observe, pour certains aspects, dans la représentation honorifique entre la fin de l’époque hellénistique et le début de l’Empire, il m’a donc semblé qu’une étude qui couvrirait la représentation honorifique des origines à l’époque impériale manquerait d’unité.

47Toutefois, comme il arrive souvent lorsque l’on traite de la culture matérielle des cités, cette borne chronologique basse, empruntée à l’histoire politique, est plus un repère qu’une limite absolue. Lorsque cela m’a semblé nécessaire et intéressant, j’ai donc analysé des monuments datés du Principat d’Auguste, mais qui s’inscrivent encore pleinement dans la tradition hellénistique.

Notes

1 Dion de Pruse, Discours aux Rhodiens XXXI 47-56.

2 Dion de Pruse, Discours aux Rhodiens XXXI 57.

3 Cicéron, Seconde action contre Verrès II 65, 158-159.

4 Pausanias, V 21, 1.

5 Jacquemin 1999b, p. 230.

6 Pline l’Ancien, Histoire naturelle XXXIV 16.

7 Pausanias, V 25, 3.

8 Pour cette traduction de µίµησις, cf. Halliwell 2002, p. 13-14.

9 Pausanias, VI 16, 5.

10 IOlympia 294.

11 Winckelmann 2005 [1764], p. 227-229.

12 Köhler 1818.

13 Köhler 1818, p. 127.

14 Il justifie à plusieurs reprises ce choix de prendre en compte une documentation large ; Köhler 1818, p. 88, à propos des statues honorifiques privées par exemple.

15 CIG I, p. 429.

16 Noter qu’A. Boeckh semble avoir renoncé à son projet initial de regrouper les décrets honorifiques et les inscriptions gravées sur les bases ; la trace de cette première tentative est conservée dans l’introduction de la seconde partie (CIG I, p. 105) : Octava classis habet decreta, Imperatorum aetate honoribus privatorum, magistratuum, sacerdotum et sacrificulorum data, item statuarum eo aevo honoris causa dedicatarum inscriptiones, in quibus tamen una et altera potest antiquior esse, « La huitième section contient les décrets promulgués à l’époque impériale en l’honneur de personnes privées, de magistrats, de prêtres et de personnels de culte, de même que les inscriptions des statues honorifiques dédiées à cette époque, parmi lesquelles toutefois quelques-unes peuvent être plus anciennes ». En filigrane, se lit la nécessité d’une distinction entre les decreta honoraria et les tituli honorarii.

17 Gerlach 1908.

18 Gerlach 1908, p. 2-3.

19 Gerlach 1908, p. 43, n. 1 et plus généralement p. 43-46.

20 Daremberg, Saglio 1899, p. 397.

21 Welsh 1904-1905.

22 Welsh 1904-1905, p. 34-35 (Il s’ensuit donc qu’une statue honorifique doit être érigée [1] non en l’honneur d’un dieu, mais d’un individu, [2] non comme un droit, mais comme un don délibéré. Mais il existe des statues qui possèdent ces deux qualités et qui ne sont pourtant pas honorifiques ; par exemple, une statue-portrait, érigée par un ami personnel au cours de la vie du sujet, ou une statue funéraire, érigée par ceux qui ont survécu au défunt, telles celles de Mausole et d’Artémise à Halicarnasse ; ou toute autre statue commémorative, par exemple celles qu’Hérode Atticus a fait ériger pour ses affranchis préférés sur son domaine de Marathon. Toutes ces statues sont de simples marques de respect ou d’affection, dont l’érection dépend uniquement du souhait des dédicants, qui peut paraître ou non justifié à une autre personne. Une troisième exigence est donc l’autorisation et l’on pourrait définir les statues honorifiques comme des statues-portraits installées sur autorisation d’un corps officiel par déférence pour la personne représentée).

23 Cf. Welsh 1904-1905, p. 37 : « They are distinct from ἀναθήµατα and from athlete-statues, and, finally, they are not to be confused with private statues ».

24 Welsh 1904-1905, p. 48.

25 Les analyses éparses de L. Robert livrent de précieux renseignements sur la statuaire honorifique ; pour se limiter ici à la question de la définition du genre honorifique, mentionnons Robert, Robert 1983, p. 232.

26 Henry 1983.

27 Notamment Gauthier 1985.

28 Quass 1993.

29 Ma, Tracy 2004 ; Ma 2007a.

30 Ma 2006.

31 Ma 2005.

32 Ma 2012.

33 Ma 2013.

34 J’ai proposé un compte rendu de cet ouvrage dans la RA 2015, p. 205-209.

35 Gauer 1968.

36 Gauer 1968, p. 119 et 175-177.

37 Krumeich 1997.

38 Krumeich 1997, p. 214-222.

39 Tuchelt 1979 ; Höghammar 1993.

40 Eule 2001.

41 Jacob-Felsch 1969 ; Schmidt 1995 ; Jacquemin 1999a (étude générale des offrandes monumentales du sanctuaire de Delphes, parmi lesquelles les statues honorifiques tiennent une place importante) ; Keesling 2007 ; Keesling 2010a et plus généralement Krumeich, Witschel 2010.

42 Sur la pratique du remploi Blanck 1969 reste une référence ; cf. aussi Keesling 2007 et Krumeich 2010.

43 Katsikoudis 2005.

44 Zanker 1995b.

45 Zanker 1993 ; Zanker 1995a.

46 Hoff R. 1994.

47 Hoff R. 2007a.

48 Hoff R. 2009.

49 Veyne 1976.

50 Cf. par exemple Cébeillac-Gervasoni, Lamoine 2003 ; Azoulay 2009a s’inscrit dans ce courant historiographique.

51 Siedentopf 1968.

52 Laube 2006.

53 Polaschek 1969 ; Lewerentz 1993.

54 Blanck 1968.

55 Meyer 1989a ; Lawton 1995.

56 Aristote, Rhétorique I 1361a.

57 Chantraine 2009, s.v. « ἔοικα ».

58 Aristote, Politique I 5, 10.

59 IG V 2, 437, l. 25 ; IPriene 3, l. 16-17.

60 SEG XXXIII 1035, l. 14-18.

61 CID IV 107, l. 30 ; IG IX 2, 66a, l. 14 ; IOSPE I2 352, l. 54.

62 CID II 36, col. II, l. 56-59.

© École française d’Athènes, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search