Version classiqueVersion mobile

La monnaie dans le Péloponnèse

 | 
Charles Doyen
, 
Eva Apostolou

Conclusions des contributions relatives à l’Antiquité

Olivier Picard

Texte intégral

1Les quatre journées du colloque organisé par les Amis du Musée Numismatique à Argos s’inscrivent parmi les brillantes réussites de ces réunions qui se sont fixé pour programme de faire le point sur l’état de nos connaissances sur la monnaie dans une région du monde grec et de faire connaître les découvertes récentes dans les fouilles. Études des trésors et des monnaies de fouille, analyses des types monétaires et de la circulation de la monnaie ont donc constitué l’essentiel des exposés qui nous ont été présentés. Nous avons entendu de nombreuses remarques sur le caractère original de la monnaie dans le Péloponnèse et de la circulation monétaire.

2Nos débats se sont déroulés dans une atmosphère très amicale, grâce au remarquable travail fait par les organisateurs Ios Tsourti, Ioanna Makri, Marina Lykiardopoulou, Antônia Nikolakopoulou, Patrick Marchetti, Anastasia Basileiou, Geôrgia Ivou, et Maria Sakellaropoulou. Il ne faut pas oublier la Directrice du Musée Numismatique, Despoina Eugenidou, ni l’Éphore des Antiquités classiques de Nauplie, Alkesti Papadimitriou. C’est un grand plaisir que de les remercier pour leur hospitalité et l’efficacité de leur action.

3Cette réunion a été placée sous l’image tutélaire d’un grand ami de notre association et de notre fondatrice Mando Oeconomidou, je veux dire Tony Hackens, travailleur acharné dans le domaine de la numismatique et grand découvreur de pistes nouvelles, dont Fr. de Callataÿ a rappelé la carrière, les idéaux et les services qu’il rendit aux monnaies d’Argos.

4Les thèmes de nos discussions ont été encadrés dès le début par les trois exposés magistraux faits par A. Moustaka, pour la période allant de la création de la monnaie à la la fin de l’époque classique, P. Marchetti, pour l’époque hellénistique, et I. Touratsoglou, pour les monnayages sous domination romaine. Tous trois ont bien souligné combien les cités du Péloponnèse se caractérisent par l’originalité de leur politique monétaire. Nous sommes dans une région traditionaliste, où le refus de la monnaie, affiché fièrement par Sparte, s’accommode d’un développement particulier de l’étalon éginétique, utilisé par la suite par le Koinon achéen et par les autres cités pour leurs trioboles. Les poulains de Corinthe n’y ont que peu pénétré et il est significatif que, mis à part la belle étude de M. Oeconomidou sur leur circulation en dehors du Péloponnèse (trésor de Céphalonie 1935), aucun travail ne leur ait été consacré, alors que le monnayage impérial de Corinthe a souvent été évoqué (par exemple par M.D. Trifirò). La fierté d’être Péloponnésien se retrouve dans l’iconographie d’époque impériale.

5L’histoire monétaire du Péloponnèse amène à distinguer d’abord une première phase qui va de la création des tortues par Égine jusqu’au moment où les monarchies hellénistiques se disputent le contrôle de la région.

6V. Van Driessche a proposé une théorie générale sur le passage des pré-monnaies à la monnaie, allant de l’époque mycénienne jusqu’à la monnaie classique. Elle pense que la Grèce n’a jamais utilisé qu’un seul étalon, établi sur la valeur du bronze.

7Les relations qui s’établissent entre les pratiques cultuelles et l’usage de la monnaie ont été analysées par A. Andreou et P. Tselekas, qui ont passé en revue les témoignages des offrandes d’obèles de fer puis de monnaies dans le sanctuaire, la trouvaille de pièces dans les cendres issues des sacrifices, de celles perdues par les pèlerins, les troncs destinés à recueillir les dons des fidèles, ainsi que la part de la monnaie dans les comptes des sanctuaires. Leur enquête s’achève par l’examen de la localisation, qui leur paraît le plus souvent douteuse, d’atelier monétaire dans le sanctuaire.

8L’interprétation des types monétaires a retenu l’attention de plusieurs orateurs. D. Tsangari a montré comment les monnaies étaient en Arcadie de précieux témoins de la mythologie locale, notamment sur le rôle des nymphes, ou la place des Olympiens. Son étude est très proche de celle que P. Galanis a consacrée à la typologie et à l’iconographie des émissions monétaires d’Orchomène d’Arcadie. M. D. Trifirò a souligné la fréquence des images d’Apollon, la tête laurée de profil, mais aussi des images plus originales comme le dieu tirant de l’arc, agenouillé, sur certaines fractions, ou assis tenant la lyre ; il peut être aussi représenté en citharède (à Épidaure). L’image la plus remarquable est celle de l’Apollon d’Amyclées sur des monnaies de Sparte.

9La parenté entre plusieurs de ces monnayages anciens ressort clairement des observations de Chr. Flament qui met en évidence, à partir de l’étude des loups d’Argos, de nombreux rapprochements entre plusieurs ateliers, qu’il s’agisse de la mise en page du revers, du style de la gravure, des marques dites de contrôle. Plusieurs caractéristiques ne peuvent s’expliquer qu’en les replaçant dans le contexte beaucoup plus large d’une zone monétaire où les différents monnayages péloponnésiens sont étroitement imbriqués. Cela indique notamment que des cités voisines ont fait appel aux mêmes techniciens étrangers, comme le Dexios à qui fut confiée la frappe du « nouvel amphictionique » à Delphes.

10Les invasions thébaines des années 370-362 ont marqué un temps fort de cette histoire monétaire. M. Gkikaki a cherché à identifier la déesse qui figure sur les premières émissions des Achéens : elle conclut qu’il faut y reconnaître Artémis et non Déméter. D. Kousoulas place à ce moment une première émission d’Aléa, portant une tête d’Artémis dont l’arc est au revers.

11La circulation monétaire dans le Péloponnèse a suscité plusieurs recherches. H. Nicolet-Pierre a reconstitué la thésaurisation des tortues de terre entre le ive s. et le iie s. Elle note la réduction progressive de la place de ce monnayage, qui n’est plus que résiduel au iie s. D’un point de vue géographique, le domaine de la chouette est d’abord le Péloponnèse, puis la Thessalie, l’Ouest de la Grèce et la Crète. L’étude des trésors lui permet d’identifier la dernière émission de tortues, composée des drachmes aux deux globules frappées entre 330 et 300. E. Ralli a centré son analyse sur deux trésors de petites fractions d’argent trouvées à Némée et à Patras, dont elle a fait ressortir la très longue durée de vie, entre le ive s. et le début de l’époque impériale.

12L’étude de M. Stefanakis souligne l’importance de la diffusion des monnaies péloponnésiennes en Crète – qui appartient au domaine de l’étalon éginétique. Celle-ci se marque surtout par la présence dans les trésors de trioboles d’Argos, mais aussi d’autres cités, et de quelques statères de Corinthe, par des trouvailles isolées dans les fouilles, par des surfrappes de trioboles argiens et d’autres, surtout à Kydonia et en Crète de l’Ouest, par des contremarques. Cette influence se constate également dans la typologie de plusieurs monnayages.

*

13Le temps des royaumes hellénistiques puis l’épanouissement du monnayage fédéral achéen qui se développe pour leur résister, notamment sous l’action d’Aratos de Sicyone, caractérisent la seconde phase de l’histoire monétaire du Péloponnèse.

14Les trésors sont les principaux témoins de ce changement. S. Makrypodi publie un trésor trouvé à Argos, dans un lagynos caché dans l’angle d’un bâtiment public, à la fin du ive s. : il comprend douze tétradrachmes, cinq aux types d’Alexandre et sept à ceux de Démétrios Poliorcète, frappés à Chypre. Comme huit autres trésors associant des alexandres et des monnaies de Démétrios (dont cinq trouvés en Argolide), c’est un lot de monnaies typique d’un guerrier, sans doute un mercenaire. Il en va de même du trésor publié par E. Apostolou : trouvé à Messène, il comprend 88 pièces d’argent, des alexandres, surtout des drachmes frappées en Asie Mineure, deux drachmes de Béotie, onze pièces de Sicyone. Les monnaies les plus remarquables sont des tétradrachmes de Ptolémée II frappés en Phénicie et à Chypre, ainsi que les 68 tétradrachmes d’Athènes, qui comprennent des pièces du style pi, des « quadridigitées » et des pièces des émissions « hétérogènes », qui permettent de placer l’enfouissement vers la fin du iiie s., à un moment où l’histoire de la cité est particulièrement agitée. Autre témoignage, un peu différent, de la circulation de cet argent de mercenaires, le trésor d’Aigion, publié par A. Vordos et G. Gorini : il est composé de dix bronzes macédoniens aux types de la tête d’Héraclès et du cavalier saluant. Il a été enfoui au temps de la guerre chrémonidéenne. Les auteurs dressent la liste des trésors trouvés en Grèce et au Levant comprenant une somme de quelque 10/15 bronzes.

15 Le changement de la situation politique entraîne également l’apparition de nouveaux monnayages. D. Kousoulas étudie les monnayages frappés par Aléa sous domination macédonienne, une drachme à la tête d’Athéna et des bronzes à la tête d’Artémis. La cité a également participé au monnayage du Koinon achéen. A. Meadows reconstitue à partir des monnaies l’histoire de la petite cité d’Arsinoé-Méthana, fondée par Ptolémée II. Elle a frappé des bronzes aux types de la tête d’Arsinoé/Aphrodite et d’un guerrier au revers. On a souvent pensé qu’Arsinoé aurait été précédée par une cité appelée Méthana. Mais l’auteur montre que la frappe des bronzes à la tête d’Héphaistos et les initiales dans couronne, qui constitue le seul témoignage de son existence, est à placer plus tard, aux iie-ier s. et donc que Méthana vient après Arsinoé.

16L’installation de la domination romaine marque le début d’une troisième phase qui commence par la crise de l’année 146 et la dissolution du Koinon achéen. La recherche sur cette période est actuellement dominée par le débat sur la reprise ou non de la frappe de trioboles à types achéens, ce que certains auteurs appellent la « révolution » Boehringer-Warren. Si la reconstitution du Koinon est attestée par des inscriptions du ier s., des points de vue divergents ont été exprimés sur la frappe des trioboles.

17Ch. Papageorgiadou et S. Zoumbaki étudient l’effet de l’action romaine sur l’économie et la frappe monétaire de la catastrophe de Corinthe à la guerre mithridatique. Si Rome n’intervient pas directement dans le domaine économique, les prélèvements romains, en particulier ceux de Sylla, pèsent lourdement sur les finances des cités, où l’évergésie et le recours aux emprunts contractés chez des negociatores romains jouent un rôle croissant. Après la guerre mithridatique, le denier romain commence à apparaître dans les trésors avant de s’imposer. P. Assenmaker revient sur les monnaies « luculliennes », mentionnées par une inscription de Delphes, et que Plutarque nous dit avoir été frappées dans le Péloponnèse ; il refuse, à juste titre me semble-t-il, de ranger les trioboles récents parmi ces monnaies luculliennes et, comme I. Touratsoglou dans son exposé liminaire, il conteste leur datation tardive.

18Le temps des guerres civiles est aussi celui de la création de colonies romaines. A. Nikolakopoulou apporte un témoignage intéressant sur celle de Dymè. C’est un trésor de vingt bronzes, trouvé dans une lampe du ier s. a.C., dans une maison de la ville. Il confirme, comme les trésors de petites fractions déjà étudiées par E. Ralli, la longévité de la conservation de certains numéraires : il comporte en effet cinq bronzes de Ptolémée III, à côté de monnaies frappées au ier s. a.C. qui montrent qu’il a dû être enfoui vers 49-44, pendant la guerre civile, au temps de la fondation de la colonie.

19Enfin la réforme monétaire d’Auguste, en 28 a.C., ouvre une quatrième phase, celle du monnayage impérial. S. Yannopoulos a analysé soigneusement le contexte politique de quatre émissions frappées à Sparte par le potentat Euryklès ; il a cherché à les replacer dans le contexte des relations économiques et des rapports politiques complexes entre les Eleuthérolaconiens et la cité.

20 En dehors de cette communication, les émissions péloponésiennes du temps des Julio-Claudiens et des Flaviens n’ont guère retenu l’attention et c’est sur le iiie s. et surtout l’époque sévérienne que se sont concentrés les efforts. Les études d’iconographie monétaire déjà citées de P. Galanis sur Orchomène d’Arcadie, de M.D. Trifirò sur la présence d’Apollon intègrent naturellement les monnaies de cette époque. Chr. Tsangalia procède à une étude minutieuse des images monétaires très voisines représentant Hermès sur les monnaies des deux colonies romaines de Corinthe et de Patras. Elle conclut que ces monnaies évoquent des statues installées au temps de la colonie et souligne le rôle des graveurs de Corinthe.

21Th. Kourempanas étudie la production monétaire de Pylos, l’antique Kyparissos. Celle-ci date de la période sévérienne ; elle est connue par une centaine de pièces, frappées par 15 coins de droit, dont aucun n’a été partagé avec une autre cité. Il décrit les types de revers : Athéna, Asclépios, Poséidon, un personnage féminin non identifié, un bélier sur un autel. Et rappelle que ces pièces ont beaucoup circulé en Syrie.

22Enfin deux trésors nous renseignent sur la fin du monnayage de l’Antiquité dans la région. S. Rozaki, A. Maltézou, A. Thémos et E. Zabbou signalent un trésor de 2338 bronzes, dont 1800 ont été restaurés, trouvé en 1988 dans un tombeau à Akreiai en Laconie. Il est composé de sesterces et de dupondii d’époque antonine et sévérienne, ainsi que d’antoniniani qui vont jusqu’à Gallien. Ils mettent l’enfouissement en rapport avec l’invasion des Hérules. M. Tsouli et A. Papayannis font connaître un trésor de 462 bronzes (dont 276 ont été restaurés) trouvé dans une maison à Oitylos en Laconie. Les pièces, trouvées sur une plaque de marbre, devaient être conservées dans un sac. L’émission la plus représentée est celle au type de Fel (ix) Temp (orum) Rep (aratio), avec un cavalier désarçonné ; les empereurs identifiés sont les fils de Constantin et Julien ; il y a en outre 91 Spes Reipublicae. Ces pièces proviennent de douze ateliers, principalement Cyzique et Constantinople, tandis que Thessalonique ne vient qu’en troisième position. Les auteurs mettent l’abandon du trésor en relation avec le tremblement de terre de 375, mentionné par Zôsimos. C’est le seul trésor de cette époque connu en Laconie, entre le raid des Hérules et les attaques slaves.

23L’importance des informations nouvelles, la richesse des sujets discutés, leur variété montrent bien le succès de cette réunion dont il convient une nouvelle fois de remercier les organisateurs.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search