Version classiqueVersion mobile

La monnaie dans le Péloponnèse

 | 
Charles Doyen
, 
Eva Apostolou

La frappe monétaire syllanienne dans le Péloponnèse durant la première guerre mithridatique : Retour sur les monnaies « luculliennes »

Σύλλειες νομισματικές εκδόσεις στην Πελοπόννησο κατά τη διάρκεια του πρώτου μιθριδατικού πολέμου: Επιστροφή στα« λουκούλλεια »νομίσματα

Sullan coinage in the Peloponnese during the First Mithridatic War: “Lucullan” coins again

Pierre Assenmaker

Résumé

Dans la Vie de Lucullus, Plutarque mentionne que la monnaie produite par les soins de L. Lucullus dans le Péloponnèse durant la première guerre mithridatique fut appelée « lucullienne », désignation confirmée par un acte d’affranchissement delphique de la fin du ier s. av. J.-C. Cet article tente d’abord d’inscrire la production de ce monnayage dans le contexte militaire et financier des opérations syllaniennes en Grèce continentale. Sont ensuite réexaminés systématiquement les éléments en faveur de l’identification traditionnelle des monnaies « luculliennes » avec les stéphanéphores syllaniens. Loin de se contredire, le texte de Plutarque et les monogrammes renvoyant au « questeur Marcus », le frère de L. Lucullus, indiquent une collaboration des deux personnages à différents niveaux de la production monétaire. Enfin, on ne peut reconnaître les « luculliennes » dans certaines des dernières émissions de la ligue achéenne, dont la datation au ier s. est elle-même douteuse.

Texte intégral

  • 1 Les principaux textes littéraires et épigraphiques relatifs aux monnayages grecs sont rassemblés da (...)

1 Aucun numismate et historien de l’économie antique n’ignore que, par rapport aux informations que nous livre la tradition littéraire sur les événements politiques et militaires, celles relatives à la monnaie et aux réalités économiques ou financières sont d’une rareté désespérante. Il arrive toutefois que les auteurs anciens, pour ainsi dire en passant, évoquent la frappe d’un monnayage, décrivent un type ou citent une légende monétaire1. L’un de ces trop rares testimonia numaria concerne directement le thème de ce volume : il s’agit du célèbre passage de la Vie de Lucullus, où Plutarque nous apprend que durant la première guerre mithridatique, L. Lucullus avait été chargé par Sylla de frapper monnaie… dans le Péloponnèse, justement :

καὶ χρώμενος (i. e. Σύλλας) ἀπ’ ἀρχῆς ἐπὶ τὰ πλείστης ἄξια σπουδῆς διετέλεσεν. Ὧν ἦν καὶ ἡ περὶ τὸ νόμισμα πραγματεία· δι’ ἐκείνου γὰρ ἐκόπη τὸ πλεῖστον ἐν Πελοποννήσῳ περὶ τὸν Μιθριδατικὸν πόλεμον, καὶ Λευκόλλειον ἀπ’ ἐκείνου προσηγορεύθη καὶ διετέλεσεν ἐπὶ πλεῖστον, ὑπὸ τῶν στρατιωτικῶν χρειῶν ἐν τῷ πολέμῳ λαμβάνον ἀμοιβὴν ταχεῖαν.

  • 2 Plutarque, Lucullus 2, 1-2.

Et dès le début, (Sylla) l’employa constamment pour les tâches demandant la plus grande diligence, parmi lesquelles, en particulier, l’activité monétaire. C’est par ses soins, en effet, que fut frappée, dans le Péloponnèse, la majeure partie de la monnaie à l’époque de la guerre contre Mithridate, et on l’appela « monnaie lucullienne » d’après son nom ; elle fut longtemps en circulation, puisque l’usage qu’en faisaient les soldats durant la guerre l’intégrait rapidement aux échanges2.

  • 3 FD III 282, l. 5-6 : ταῦτα ἐν ἑνὶ ἀπ[έδοντ]ο πλάτεων Λευκολλε[ίων ἑ]κατὸν καὶ πέντε. Sur les affran (...)
  • 4 Dans les FD, G. Daux datait cette inscription des années 30 à 20 av. J.-C., mais il semble qu’elle (...)
  • 5 IG IX 1, 189 = SGDI 1555b, l. 15-16. À propos de l’emploi de πλάτος dans un contexte monétaire et m (...)

2 Le dossier des monnaies « luculliennes » est l’un de ces cas heureux où une donnée de la tradition littéraire – laquelle est souvent sujette à caution dans des matières « techniques » – reçoit la confirmation d’un témoignage épigraphique, en l’occurrence un acte d’affranchissement de Delphes, où trois esclaves sont affranchis par la vente au dieu Apollon pour la somme de 105 πλάτη Λευκόλλεια3. On notera tout d’abord que cette inscription donne raison au texte de Plutarque sur deux points essentiels : l’appellation des monnaies, désignées d’après le nom de Lucullus, et la longévité de leur circulation, puisqu’elles circulaient encore dans les années 40-30 av. J.-C.4, soit une quarantaine d’années après leur émission, et sont certainement restées en circulation par la suite. Le document delphique fournit en outre une indication précieuse pour l’identification des monnaies « luculliennes ». Celles-ci ne sont pas désignées par une dénomination métrologique courante, mais par le terme πλάτος, qui est attesté dans un autre acte d’affranchissement, provenant de Tithorra, en Phocide, et datant du iie s. apr. J.-C. : il y est prévu une amende de 70 ἀργυρίου πλάτη pour le cas où l’esclave affranchi contreviendrait à la clause de paramona5.

3Le texte de Plutarque et l’inscription de Delphes sont depuis longtemps bien connus des numismates, qui ont naturellement cherché à identifier ce Λευκόλλειον νόμισμα au sein du paysage monétaire de l’époque de la guerre mithridatique. Avant de revenir sur les diverses identifications qui ont été proposées, nous tenterons, dans la première partie de cette étude, de replacer l’épisode de la frappe des monnaies « luculliennes » dans le contexte militaire et économique du conflit contre Mithridate, car de la reconstitution correcte des événements et de leur chronologie dépend dans une large mesure la validité des hypothèses d’identification numismatique.

Les circonstances de la frappe monétaire syllanienne dans le Péloponnèse

  • 6 L’étonnement de Thompson 1961, p. 435-436 – « What was Lucullus doing striking money in the Pelopon (...)

4La mention chez Plutarque d’une frappe monétaire dans le Péloponnèse pour le compte du commandement syllanien ne manque pas d’intriguer, puisque cette région ne fut pas un théâtre d’opérations majeur de la guerre mithridatique6. Tentons donc de mettre en lumière les raisons pour lesquelles la « majeure partie de la monnaie » frappée à l’époque du conflit fut produite dans cette région.

  • 7 Appien, Mithridate 30, 116-117.
  • 8 Cf. A. N. Sherwin-White, Roman Foreign Policy in the East. 168 B.C. to A.D. 1 (1983), p. 133.
  • 9 Plutarque, Sylla 11, 5-8. Selon Appien, Mithridate 29, 113-115, Q. Braetius Sura n’aurait pas vainc (...)
  • 10 Ibid., 29, 112 et 115.

5Le récit d’Appien permet de reconstituer de façon assez précise l’itinéraire suivi par les troupes syllaniennes au début de la campagne contre Mithridate7. Au printemps 87, Sylla débarqua à la tête de cinq légions à Dyrrachium ou à Apollonia. « Aussitôt (αὐτίκα), il rassembla de l’argent, des alliés et des vivres provenant d’Étolie et de Thessalie. » Sans doute l’imperator avait-il suivi la via Egnatia jusqu’en Haute-Macédoine, avant de descendre vers la Thessalie par la vallée de l’Haliacmon8. Ensuite, il traversa le pays vers l’Attique pour attaquer Archélaos. Il passa par la Béotie, où la plupart des cités se rallièrent à lui. La suite du texte d’Appien est consacrée au siège d’Athènes et du Pirée. Par ailleurs, dans la Vie de Sylla, Plutarque nous informe que L. Lucullus avait été envoyé en avant-garde par Sylla et qu’en Béotie, il avait pris le relais de Q. Braetius Sura, qui venait d’affronter – victorieusement, selon cet auteur – Archélaos à Chéronée9. On peut situer à la suite de cet épisode la frappe monétaire dans le Péloponnèse dont la Vie de Lucullus nous a conservé le souvenir. Cependant, la production du monnayage n’est certainement pas la raison première de la présence de Lucullus dans cette région. Appien nous apprend en effet que les Achéens et les Laconiens – ainsi que la grande majorité des cités béotiennes – s’étaient rangés du côté d’Archélaos lors de sa progression en Grèce en 88 et qu’ils vinrent lui porter assistance lors des combats en Béotie contre Q. Braetius Sura10. Dès lors, l’enchaînement des faits peut être reconstitué avec une grande vraisemblance : après qu’Archélaos eut abandonné la Béotie et se fut retranché au Pirée, Sylla, au moment de se lancer en Attique pour entamer le siège d’Athènes et de son port, envoya L. Lucullus dans le Péloponnèse pour soumettre la région. Stratégiquement, cette mesure s’imposait : Sylla ne pouvait risquer d’être pris en tenaille entre une armée venue du Péloponnèse et les troupes pontiques d’Athènes et du Pirée.

  • 11 Par ailleurs, si cette région ne fut pas le principal théâtre des opérations durant la guerre mithr (...)
  • 12 Plutarque, Lucullus 2, 3-4.
  • 13 Cf. la conclusion – plus radicale que la nôtre – de Wosnik 1963, p. 54 : « Ebenso kommt […] allein (...)

6Cet impératif stratégique explique de façon satisfaisante, nous semble-t-il, la présence de troupes romaines dans le Péloponnèse dès la fin du printemps ou l’été 8711. C’est dans ce contexte que L. Lucullus se chargea de la production du monnayage. Cette activité dura jusqu’au milieu de l’hiver 87/6. À ce moment, Sylla, alors occupé par le siège d’Athènes et en butte aux manœuvres de la flotte ennemie, envoya Lucullus en Égypte et en Libye pour réquisitionner des vaisseaux12. C’est donc en l’espace de quelques mois, du printemps à l’hiver, que fut réalisée – ou plutôt initiée (cf. infra) – la frappe du monnayage qui allait par la suite recevoir le qualificatif de « lucullien »13.

  • 14 Appien, Mithridate 22.
  • 15 Plutarque, Sylla 12, 4-9 ; Appien, Mithridate 54 ; Diodore, XXXVIII 7 ; Pausanias, IX 7, 5.
  • 16 Ainsi Wosnik 1963, p. 42-43 ; Boehringer 1972, p. 30 ; Callataÿ 1997, p. 310-311. Cf. Warren 1996, (...)
  • 17 Boehringer 1972, p. 30, proposait de le situer sur l’Acrocorinthe, Warren 1996, p. 305, à Sicyone.
  • 18 Plutarque, Sylla 12, 6-8.

7En plus du lieu d’émission, la tradition littéraire nous livre aussi des informations éclairantes sur les ressources métalliques utilisées pour la frappe de ce monnayage. Si l’on en croit Appien, à la veille du départ de Sylla pour la Grèce, il avait été décidé à Rome de « vendre les richesses que le roi Numa Pompilius avait mises de côté pour les sacrifices aux dieux ». D’une partie de celles-ci, on parvint à réunir 9 000 livres d’or : « c’est là tout ce qu’ils dépensèrent pour une guerre d’une telle ampleur », ajoute l’historien d’Alexandrie14. Par la suite, vu l’évolution de la situation à Rome, il est évident que le trésor romain cessa très rapidement de financer la campagne de Sylla. Dès lors, celui-ci fut contraint de vivre sur l’habitant : à peine arrivé en Grèce, on l’a vu, Sylla mit à contribution les cités d’Étolie et de Thessalie. Par la suite, à l’époque du siège d’Athènes, l’imperator procéda à des « emprunts », restés dans toutes les mémoires, aux plus illustres sanctuaires du monde grec : Épidaure, Olympie et Delphes15. Les richesses prises aux temples furent certainement une des principales ressources de la frappe monétaire à laquelle présida Lucullus16. C’est très vraisemblable dans le cas des objets provenant d’Olympie et d’Épidaure, deux sites de la péninsule péloponnésienne. On peut imaginer que Lucullus a supervisé lui-même le transport des objets métalliques jusqu’à l’atelier de campagne17. Nous sommes mieux renseignés dans le cas de Delphes. Plutarque relate que Sylla avait chargé un Phocidien, Caphis, de réquisitionner les richesses du sanctuaire d’Apollon Pythien. L’émissaire avait tenté de détourner Sylla de son projet, mais sans succès18. Il n’est pas étonnant que l’imperator ait choisi une personne de la région pour s’acquitter de cette délicate mission. En outre, Lucullus pouvait plus difficilement assumer cette tâche puisqu’il était en charge dans le Péloponnèse.

L’identification des monnaies « luculliennes » aux tétradrachmes stéphanéphores syllaniens

  • 19 G. Daux, « À propos des monnaies luculliennes », RN s. 4, 38 (1935), p. 1-9.
  • 20 Id., « Note sur l’intérêt historique des affranchissements de Delphes », dans Proceedings of the IX (...)
  • 21 Il avait été précédé dans cette voie par H. A. Grueber (BMC [RR] II, p. 459-460), qui considérait c (...)
  • 22 Voir Thompson 1961, p. 425-439 (nos 1273-1345). Les numismates ont de longue date reconnu la place (...)
  • 23 Thompson 1961, p. 430-431 a recensé seulement cinq tétradrachmes de ce type. Même si chacun présent (...)
  • 24 Thompson 1961, p. 425-430 a recensé 74 tétradrachmes où un Α figure sur l’amphore du revers et 38 t (...)
  • 25 Voir Thompson 1961, p. 434, qui a adopté cette lecture, de même que tous les numismates à sa suite.
  • 26 Plutarque, Lucullus 37, 1 : ταμιεύων Σύλλα προστάξαντος. Dans la Vie de Sylla, à propos des opérati (...)

8Après avoir éclairé autant que possible le contexte et les modalités de la frappe monétaire dans le Péloponnèse, on peut aborder la question de l’identification de ces monnaies « luculliennes », que l’usage phocidien désignait dans les années 40-30 av. J.-C. comme la « pièce large ». Nous devons à G. Daux l’hypothèse la plus vraisemblable19. Dans un article de 1935, le savant français démontrait que le πλάτος mentionné dans les actes d’affranchissement de Delphes et de Tithorra devait avoir une valeur très supérieure à la drachme, sans quoi les sommes notées dans les deux inscriptions seraient nettement inférieures à la valeur attendue dans ce type de contrat. Les études ultérieures sur les prix pratiqués dans les actes d’affranchissement ont pleinement confirmé cette opinion20. G. Daux proposait dès lors de voir dans les πλάτη Λευκόλλεια les tétradrachmes stéphanéphores syllaniens21, c’est-à-dire les fameuses émissions aux types du monnayage athénien, mais dépourvues de l’ethnique et des diverses marques ou légendes qui y figurent habituellement, et présentant au revers soit les monogrammes combinant les lettres grecques ΜΑΡ et ΤΑΜ, soit deux trophées encadrant la chouette (fig. 1-2)22. Le monnayage aux deux trophées – peu abondant23 – se signale immanquablement comme une frappe syllanienne puisque deux tropaea parfaitement semblables, pareillement orientés vers la gauche et encadrant l’élément central du type (dans ce cas, une cruche et un lituus), figurent au revers des deniers et aurei RRC 359 signés L. Sulla imperator iterum (fig. 3). Y voir une coïncidence est absolument exclu, car la combinaison de deux trophées est sans précédent dans l’iconographie grecque et romaine. L’autre série stéphanéphore est, à l’inverse de la première, très abondante, et dépasse en nombre de coins de droit toutes les émissions stéphanéphores athéniennes24. Les deux monogrammes du revers furent résolus de façon convaincante en Μάρκου ταμίου par E.G.S. Robinson25 : ce « questeur Marcus » peut être identifié au frère de L. Lucullus, dont Plutarque nous apprend qu’il fut lui aussi questeur « sous le commandement de Sylla », une expression qui peut laisser entendre que ce fut durant la guerre mithridatique26.

Fig. 1. Tétradrachme stéphanéphore aux monogrammes (Classical Numismatic Group, Triton VI, n° 277).

Fig. 2. Tétradrachme stéphanéphore aux deux trophées (Thompson 1961, p. 149, n° 1344).

Fig. 3. Denier signé L. Sulla imperator iterum, RRC 359/2 (Spink, Auction 7030, n° 5).

  • 27 Voir déjà E. J. P. Raven, « Note on the “Lucullan” Coinage of 87 B.C. », NC s. 5, 18 (1938), p. 155 (...)
  • 28 Voir sur ce point les réflexions de Fr. decallataÿ, « La dimension des coins monétaires de tétradra (...)

9L’identification des « luculliennes » aux tétradrachmes stéphanéphores syllaniens proposée par G. Daux s’est très rapidement imposée27. On ajoutera que l’appellation de πλάτος est particulièrement adaptée à ces monnaies, qui présentent effectivement des flans très larges28. Malgré le consensus sur le principe de cette identification, les deux émissions constituant le monnayage stéphanéphore syllanien ont été mises en rapport avec le texte de Plutarque de façon très diverse – parfois sans toute la rigueur requise. Reprenons donc le problème à la base, et voyons comment concilier au mieux les données numismatiques et littéraires.

L’émission aux monogrammes

  • 29 B. Perrin (1928).
  • 30 Thompson 1961, p. 436. Cette lecture a déjà été réfutée de façon définitive : voir Wosnik 1963, p.  (...)
  • 31 Même si, durant sa première année de campagne, Sylla reçut des cités et des sanctuaires de l’argent (...)
  • 32 Thompson 1961, p. 431 ; cf. p. 433 et 438-439.

10Des deux émissions stéphanéphores syllaniennes, celle aux monogrammes ΜΑΡ et ΤΑΜ a été reconnue par tous les numismates comme correspondant au monnayage « lucullien » dont nous parle Plutarque. Cette identification fut admise aussi par M. Thompson, dans sa fondamentale étude du monnayage athénien du Nouveau Style. La numismate américaine refusait cependant le témoignage du biographe de Chéronée et soutenait que les émissions « luculliennes » n’auraient pas été produites dans le Péloponnèse en 87, mais à Athènes, après la prise de la cité, entre 86 et 84. Les arguments avancés ne convainquent guère, à commencer par l’interprétation même du texte grec : à la suite du traducteur de l’édition Loeb29, la numismate américaine rendait l’expression ἐκόπη τὸ πλεῖστον ἐν Πελοποννήσῳ par « most of the coinage used in Peloponnesus was coined… », une lecture qui n’est pas la plus respectueuse du texte30. Les efforts déployés pour montrer que Sylla n’avait pas besoin de frapper monnaie en 87 n’emportent pas davantage l’adhésion31. Mais par ailleurs, M. Thompson elle-même soulignait la différence de style entre le monnayage stéphanéphore régulier et les tétradrachmes syllaniens, qu’elle n’attribuait pas aux graveurs de l’atelier d’Athènes et qualifiait de « pseudo-Athenian »32. Dès lors, aucun élément positif ne contredit le lieu et la période d’émission indiqués par le texte de Plutarque, dont l’exactitude, on l’a vu, est démontrée en ce qui concerne le nom des monnaies « luculliennes » et leur durée de circulation.

  • 33 Callataÿ 1997, p. 311. Outre le trésor de Poggio Picenze (cf. infra), des monnaies stéphanéphores a (...)
  • 34 Notons que dans le RRCH, 97 tétradrachmes stéphanéphores sont recensés, au lieu de 93 dans l’IGCH.
  • 35 En 1961, M. Thompson mentionnait la présence d’environ 200 deniers dans le trésor de Poggio Picenze (...)
  • 36 M. Lakakis-Marchetti, « À propos du monnayage achéen et des trésors qui le font connaître », dans Χ (...)
  • 37 Thompson 1961, p. 504-506 ; cf. p. 433-434.
  • 38 Voir ibid., p. 433-434 et p. 506 ; cf. Callataÿ 1997, p. 311. Un autre trésor mêle pareillement des (...)

11La fourchette chronologique donnée par le récit de Plutarque est d’ailleurs confirmée par les trouvailles monétaires. En effet, les trésors où apparaissent les tétradrachmes stéphanéphores aux monogrammes permettent de les dater « avec la plus grande fermeté » de 87/633. Parmi ceux-ci figure celui de Poggio Picenze (IGCH 2056), dont la composition pour le moins surprenante a fait couler beaucoup d’encre. Outre 13 tétradrachmes syllaniens, ce dépôt contiendrait 80 tétradrachmes stéphanéphores athéniens34, des monnaies des rois orientaux, des deniers qui dateraient de l’époque de Sylla – dont le nombre varie étrangement d’un inventaire à l’autre35 – et 250 trioboles de la Ligue achéenne. En réalité, comme l’a bien démontré M. Lakakis-Marchetti, tout indique que ce trésor est un ensemble mixte, constitué de deux lots indûment réunis, le premier associant des deniers romains à des tétradrachmes stéphanéphores athéniens et syllaniens, le second contenant 250 monnaies achéennes36. Les graves soupçons qui pèsent sur l’authenticité de ce dépôt nous incitent à ne prendre en considération que la description initiale du trésor donnée par M. Thompson en 1961, soit 30 tétradrachmes stéphanéphores athéniens, 9 aux monogrammes ΜΑΡ et ΤΑΜ, des monnaies royales et les quelque 200 deniers républicains37. La présence conjointe, dans une trouvaille monétaire des Abruzzes, de deniers d’époque syllanienne et de tétradrachmes stéphanéphores aux monogrammes confirme que ce dernier monnayage devait être destiné aux troupes de Sylla. Cette composition rare pour un trésor de provenance italienne ne peut s’expliquer, comme l’a bien montré M. Thompson, qu’en rapport avec les campagnes de Sylla en Grèce : ces pièces ont certainement été ramenées en Italie par un soldat qui servait sous ses ordres et avait été payé en tétradrachmes stéphanéphores et peut-être aussi avec d’autres monnaies circulant dans les régions traversées38.

  • 39 Thompson 1961, p. 437-438.
  • 40 Wosnik 1963, p. 53-60.
  • 41 Ibid., p. 59.
  • 42 Elle est refusée par Boehringer 1972, p. 28-29, et Callataÿ 1997, p. 311.
  • 43 Voir déjà Boehringer 1972, p. 29 : « δι’ ἐκείνου läßt sich durchaus so verstehen, daß das Geld zwar (...)
  • 44 Voir notamment Plutarque, Lucullus 1, 8-9.

12Un problème se pose néanmoins si l’on considère les monnaies aux monogrammes ΜΑΡ et ΤΑΜ comme les « luculliennes » : comment harmoniser le témoignage de Plutarque, qui concerne Lucius Lucullus, et la résolution des monogrammes en Μάρκου ταμίου, qui renverrait à son frère Marcus ? M. Thompson, qui datait l’émission entre 86 et 84 – à une période, donc, où L. Lucullus avait déjà quitté la Grèce (cf. supra) –, en attribuait la frappe à Marcus, dont elle situait la questure l’année suivant la prise d’Athènes par Sylla39. B. Wosnik admettait lui aussi que c’était Marcus Lucullus (et non Lucius) qui avait produit les monnaies « luculliennes » dans le Péloponnèse, lors de sa questure, qu’il situait en 8740. Il acceptait ainsi le témoignage de Plutarque en « remplaçant » seulement Lucius Lucullus par son frère, arguant que « im Plutarchtext müsste also der Name des bekannteren Lucius Lucullus den des Marcus absorbiert haben »41. Mais l’hypothèse d’une simple confusion de Plutarque entre Lucius Lucullus et son frère Marcus, qui implique que le premier n’avait pris aucune part à l’émission des monnaies « luculliennes », n’est pas pleinement satisfaisante42. Une solution intégrant tous les éléments du dossier serait d’envisager que les deux frères, Lucius et Marcus, auraient participé, à des titres divers, à la production des « luculliennes » – et que Plutarque n’aurait retenu que le rôle de Lucius, le protagoniste de la Vita. Ce dernier n’aurait pas frappé de monnayage en son nom, mais aurait supervisé l’ensemble du processus de la production monétaire en 87. Une lecture attentive du texte de Plutarque peut aller dans ce sens. Le biographe emploie la locution ἡ περὶ τὸ νόμισμα πραγματεία pour désigner la tâche confiée à L. Lucullus par Sylla : cette expression désigne en réalité bien davantage que la seule frappe monétaire et peut « englober » (cf. le sens de la préposition περί) diverses étapes du processus, telles que la réquisition des objets métalliques dans les cités et les sanctuaires, leur transport, etc. De plus, la préposition utilisée pour l’expression du complément d’agent avec le passif ἐκόπη n’est pas le banal ὑπό, mais διά (assez rare dans ce sens), qui implique une participation moins directe, plus lointaine de l’agent à l’action (cf. la signification « par l’intermédiaire de » de διά avec le génitif)43. Dès lors que Sylla, au début de la campagne, avait confié à L. Lucullus la haute responsabilité de la production monétaire, il est plus que vraisemblable que celui-ci s’était entouré de collaborateurs à qui déléguer les différentes phases du travail. Rien de surprenant, dans ce cas, à ce qu’il se soit fait seconder par son frère, avec qui, selon nos sources, il entretenait une relation de très vive affection44, et qu’il lui ait confié le soin de produire – et de signer – l’énorme émission de tétradrachmes stéphanéphores.

  • 45 B. Wosnik avait déjà émis la possibilité que les deux frères aient frappé monnaie pour Sylla, mais (...)

13On pourrait ainsi expliquer comment la production des « luculliennes » dans le Péloponnèse a pu se prolonger après le départ de L. Lucullus durant l’hiver de 87 (cf. supra) – ce qui est pratiquement une nécessité vu l’abondance du monnayage stéphanéphore aux monogrammes : Marcus aura simplement pris le relais de son frère à la tête de l’atelier syllanien et apposé son praenomen et son titre sur les monnaies45. En outre, cette interprétation s’accorde parfaitement avec l’appellation de πλάτη Λευκόλλεια, qui ne doit pas être forcément interprétée en rapport avec le seul Lucius Lucullus, mais peut se référer à un monnayage produit conjointement par les deux frères. Au fil du temps, en raison de la célébrité acquise par Lucius dans le monde grec, l’expression « monnaie lucullienne » n’aura plus été interprétée qu’en référence à celui-ci, le rôle de Marcus tombant dans l’oubli, comme c’est le cas dans la présentation de Plutarque.

L’émission aux deux trophées

  • 46 Voir notamment E. Babelon (n. 21), p. 405-406 ; M. von Bahrfeldt, Die römische Goldmünzprägung währ (...)
  • 47 H. A. Grueber (n. 21), p. 459, n. 1 ; G. C. Picard, Les trophées romains. Contribution à l’histoire (...)
  • 48 Selon Thompson 1961, p. 439, ces monnaies auraient été frappées à Athènes après 86 (peut-être par M (...)
  • 49 E. J. P. Raven (n. 27), p. 157-158. Cf. Callataÿ 1997, p. 312 : « En l’absence de provenance éclair (...)

14Un problème encore en suspens aujourd’hui est de savoir si l’émission stéphanéphore aux trophées – très réduite – faisait également partie du monnayage « lucullien ». Traditionnellement, le motif des deux trophées – soit sur les deniers et aurei RRC 359, soit sur les tétradrachmes – est considéré comme faisant écho à des faits précis, qu’il s’agisse des victoires de Chéronée et d’Orchomène46, ou de l’érection de deux tropaea monumentaux sur le champ de bataille de Chéronée47. Cette interprétation amène à considérer l’année 86 comme terminus a quo pour la frappe de ces monnaies, qui ne pourraient dès lors avoir été frappées dans le Péloponnèse sous la direction de L. Lucullus48. Cette lecture traditionnelle du motif des deux trophées n’est toutefois pas la seule possible. À la suite de l’analyse proposée jadis par E.J.P. Raven, nous serions enclin à attribuer une signification moins restreinte aux tropaea syllaniens. Ceux-ci pourraient constituer un « personal device », l’emblème personnel de Sylla, symbolisant le « don » de l’imperator pour la victoire49. Il n’en reste pas moins que l’imperator dut vraisemblablement adopter ce symbole à l’issue des grandes victoires contre les troupes pontiques.

15Le terminus a quo de 86 assigné aux tétradrachmes aux trophées interdit-il de facto de les inclure dans le monnayage « lucullien » ? Pas forcément, puisqu’il n’est pas exclu que l’atelier monétaire syllanien installé à partir de 87 dans le Péloponnèse ait encore été en activité en 86, au lendemain des victoires de Béotie. Il n’est donc pas impossible que cette modeste émission ait hérité du nom des frères Luculli, à l’instar des abondantes séries aux monogrammes.

Faut-il chercher ailleurs les « luculliennes » ?

  • 50 Warren 1996 ; cf. déjà ead., « Towards a Resolution of the Achaian League Silver Coinage Controvers (...)
  • 51 Voir, dans ce volume, la contribution de P. Marchetti (avec la bibliographie) supra, p. 43-58.

16Une étude des monnaies « luculliennes » ne peut aujourd’hui ignorer la fameuse controverse qui agite, depuis près de trente ans, la numismatique péloponnésienne hellénistique. En effet, à la suite de la proposition d’une chronologie basse pour les dernières émissions d’argent de la Ligue achéenne par Chr. Boehringer, J. A. W. Warren a voulu voir dans les dernières séries fédérales de Patrai, de Sparte, d’Aigion et de Dymé une partie du monnayage « lucullien »50. Nous ne prétendons pas, dans le cadre forcément restreint de cette étude, reprendre l’analyse des arguments avancés en faveur et à l’encontre de cette nouvelle chronologie, qui a généré une bibliographie démesurée51. Sans détailler à nouveau les problèmes – d’ordre numismatique, métrologique et historique – posés par l’intrusion du monnayage achéen dans le paysage monétaire du ier s., nous nous bornerons à formuler quelques remarques ponctuelles concernant l’hypothèse d’une frappe achéenne pour le compte du commandement syllanien.

  • 52 Warren 1996, p. 304.
  • 53 Appien, Mithridate 29, 115. Il est vrai que selon Plutarque, Sylla 11, 5-8, Archélaos aurait subi u (...)
  • 54 Pour sa part, Chr. Boehringer voyait dans les dernières monnaies frappées par Sparte pour le koinon(...)
  • 55 C. Grandjean (n. 54), p. 141. Cf. C. Grandjean, M. F. Guerra, « Les monnaies du Péloponnèse de la f (...)
  • 56 Nous serons donc plus catégorique qu’A. D. Rizakis, « Les cités péloponnésiennes entre l’époque hel (...)

17Selon J. A. W. Warren, les Achéens, qui étaient alliés à Archélaos lors de la lutte contre Q. Braetius Sura début 87, auraient changé de camp au moment où « Bruttius Sura drove Archelaos back to Athens »52. Cette reconstitution des faits est difficilement conciliable avec le texte d’Appien, selon qui Braetius se serait replié (ἀνεζεύγνυεν) vers le Pirée justement en raison de l’arrivée des Laconiens et des Achéens, venus en renfort d’Archélaos53. Comment imaginer que ceux-ci auraient abandonné la cause pontique à ce moment précis ? Pour cette raison déjà, il est difficilement concevable que les cités laconiennes et achéennes aient frappé monnaie – plus ou moins spontanément – pour financer la campagne syllanienne en 87. Le récit d’Appien suggère plutôt, nous l’avons vu, que la présence de Lucullus dans le Péloponnèse avait précisément pour objectif de replacer la région sous contrôle romain54. Par ailleurs, les trioboles émis par les cités de la Ligue achéenne ne présentent pas les flans larges caractéristiques des monnayages en argent du ier s. : ils méritent dès lors bien peu l’appellation de πλάτη… Mais surtout, si l’on admet l’identification – bien plus probante ! – des monnaies « luculliennes » aux tétradrachmes stéphanéphores syllaniens et que l’on y ajoute les émissions achéennes, on se retrouve devant le cas de figure étonnant, comme le soulignait C. Grandjean, d’une appellation unique donnée à des monnaies de types, de dénominations et d’étalons très différents55. En définitive, l’hypothèse de J.A.W. Warren ne peut être suivie56, et il faut résolument exclure du dossier des monnaies « luculliennes » le monnayage de la Ligue achéenne.

18En l’état actuel des connaissances, l’identification des « luculliennes » aux tétradrachmes stéphanéphores syllaniens reste de loin la plus vraisemblable : parmi les émissions connues de cette période, ceux-ci correspondent de la façon la plus complète à ce que la documentation littéraire et épigraphique nous apprend sur les πλάτη Λευκόλλεια, surtout si l’on considère, comme nous l’avons proposé ici, que ce qualificatif fait référence à l’œuvre monétaire conjointe de Lucius Lucullus et de son frère Marcus, lequel put la prolonger au-delà de l’hiver 87/6.

  • 57 Comme c’est le cas, par exemple, sur les émissions macédoniennes marquées SVVRA LEG. PRO Q. et AESI (...)

19Une question se pose pourtant encore : à quoi pouvait-on identifier immédiatement et indubitablement une monnaie « lucullienne » ? Ces pièces ont circulé pendant des décennies, et cette appellation était encore utilisée dans les années 40-30. Dès lors, on attendrait une légende explicite, permettant de reconnaître aussitôt l’émission57, mais aucun monnayage connu ne mentionne le cognomen Lucullus. Faudrait-il dès lors penser qu’en dépit de tous les indices convergents, nous n’aurions pas encore retrouvé les « luculliennes » ? Cette conclusion ne s’impose pas forcément : sur un monnayage aussi connu et diffusé que les stéphanéphores, l’absence même de l’ethnique indiquait une émission exceptionnelle, réalisée sous une autorité autre que celle d’Athènes, ce qui revenait à dire, à cette époque, sous commandement romain – comme le soulignaient du reste les monogrammes ou les trophées. Par ailleurs, la célébrité acquise dans le monde grec par L. Lucullus contribua sans doute à répandre l’appellation de « monnaie lucullienne » et à la maintenir vivace. Le témoignage de Plutarque, postérieur de près de deux siècles, le montre bien : de même que le renom de Lucius avait effacé des mémoires l’activité monétaire de son frère Marcus, les monnaies aux monogrammes rappelaient non plus le « questeur Marcus » qui les avait signées, mais le fameux Lucullus – Lucius – qui en avait supervisé la production.

Bibliographie

abréviations bibliographiques

Boehringer 1972 = Chr. Boehringer, Zur Chronologie mittelhellenistischer Münzserien 220-160 v. Chr. (1972).

Callataÿ 1997 = Fr. de Callataÿ, L’histoire des guerres mithridatiques vue par les monnaies (1997).

Thompson 1961 = M. Thompson, The New Style Silver Coinage of Athens (1961).

Warren 1996 = J. A. W. Warren, « The Achaian League, Sparta, Lucullus : Some Late Hellenistic Coinages », dans Χαρακτήρ. Αφιέρωμα στη Μάντω Οικονομίδου (1996), p. 297-308.

Wosnik 1963 = B. Wosnik, Untersuchungen zur Geschichte Sullas (1963).

Notes

1 Les principaux textes littéraires et épigraphiques relatifs aux monnayages grecs sont rassemblés dans J. R. Melville Jones, Testimonia Numaria. Greek and Latin Texts Concerning Ancient Greek Coinages I-II (1993-2007).

2 Plutarque, Lucullus 2, 1-2.

3 FD III 282, l. 5-6 : ταῦτα ἐν ἑνὶ ἀπ[έδοντ]ο πλάτεων Λευκολλε[ίων ἑ]κατὸν καὶ πέντε. Sur les affranchissements par vente fictive à Delphes, voir D. Mulliez, « Les actes d’affranchissement delphiques », CCG 3 (1992), p. 31-44.

4 Dans les FD, G. Daux datait cette inscription des années 30 à 20 av. J.-C., mais il semble qu’elle doive être située plutôt dans les années 40-30 (cf. D. Mulliez, « Le denier dans les actes d’affranchissement delphiques », Topoi 7 [1997], p. 93-102, spéc. p. 96).

5 IG IX 1, 189 = SGDI 1555b, l. 15-16. À propos de l’emploi de πλάτος dans un contexte monétaire et métrologique (cf. aussi l’inscription de Thespies IG VII 1743, datant du début du iie s. av. J.-C.), voir C. Grandjean, « Les comptes de Pompidas (IG VII 2426). Drachmes d’argent symmachique et drachmes de bronze », BCH 119 (1995), p. 1-26, spéc. p. 13 ; Ch. Doyen, Études de métrologie grecque II. Étalons de l’argent et du bronze en Grèce hellénistique (2012), p. 115-116.

6 L’étonnement de Thompson 1961, p. 435-436 – « What was Lucullus doing striking money in the Peloponnese in 87 B.C.? » – est pleinement justifié, même si la réponse qu’elle a donnée à cette question ne peut être acceptée (cf. infra). Boehringer 1972, p. 30 a observé à ce propos que « gerade die Peloponnes war ruhig und von Feinden frei und deswegen für das Lagern von Schätzen geeignet ». La reconstitution que nous proposons ci-dessous apporte un léger correctif et un complément à cette explication.

7 Appien, Mithridate 30, 116-117.

8 Cf. A. N. Sherwin-White, Roman Foreign Policy in the East. 168 B.C. to A.D. 1 (1983), p. 133.

9 Plutarque, Sylla 11, 5-8. Selon Appien, Mithridate 29, 113-115, Q. Braetius Sura n’aurait pas vaincu Archélaos à Chéronée, mais lui aurait livré bataille pendant trois jours sans qu’aucun des deux camps ne l’emporte. Appien ne mentionne pas l’arrivée de Lucullus à ce moment, mais indique que Sura se serait retiré au Pirée, où il serait demeuré jusqu’à ce que le port tombe aux mains d’Archélaos.

10 Ibid., 29, 112 et 115.

11 Par ailleurs, si cette région ne fut pas le principal théâtre des opérations durant la guerre mithridatique, on ne peut dire que Sylla s’en désintéressa complètement. Une dédicace à Mars signale la présence de l’imperator à Sicyone (ILLRP 224), tandis que la cité de Messène l’honora d’une statue dont la base est conservée (SEG XLVIII 496 ; voir M. Dohnicht, M. Heil, « Ein Legat Sullas in Messenien », ZPE 147 [2004], p. 235-242). Naturellement, ces deux inscriptions peuvent aussi bien avoir été rédigées après la paix de Dardanos plutôt que dans la première phase de la guerre mithridatique – la datation basse étant même la plus vraisemblable. Elles n’en attestent pas moins les relations entretenues par le commandement syllanien avec les cités du Péloponnèse.

12 Plutarque, Lucullus 2, 3-4.

13 Cf. la conclusion – plus radicale que la nôtre – de Wosnik 1963, p. 54 : « Ebenso kommt […] allein das Jahr 87 für Lukulls Prägungen in Frage ». Notons que le rôle de Lucullus dans la production monétaire ne se limita pas à la seule période de son séjour dans le Péloponnèse. Ainsi, le monnayage au type d’Athéna Parthénos du koinon des Ainianes, en Thessalie, pourrait aussi avoir été produit à l’instigation de Lucullus au printemps 87, lors du passage de l’armée syllanienne dans cette région, ou encore en 86 : voir Fr. de Callataÿ, « Le monnayage d’argent au type d’Athéna Parthénos émis au nom des Ainianes », dans Coins in the Thessalian Region. Mints, Circulation, Iconography, History. Ancient, Byzantine, Modern. Proceedings of the Third Scientific Meeting (2004), p. 125-156. De même, les imitations de tétradrachmes stéphanéphores émises par sept cités crétoises au tournant du iie et du ier s. ont été mises en lien avec la présence de Lucullus en Crète en 86, attestée par Plutarque (Lucullus 2, 4) : voir G. Le Rider, « Un groupe de monnaies crétoises à types athéniens », dans Humanisme actif. Mélanges d’art et de littérature à Julien Cain (1968), p. 313-335 (qui s’appuyait sur une hypothèse émise par E. J. P. Raven). L’activité monétaire de L. Lucullus dans le monde grec se prolongea après les années de guerre : à la suite de la paix de Dardanos (été 85), Sylla infligea à la province d’Asie une amende de 20 000 talents et chargea Lucullus de réunir la somme et de frapper monnaie (Plutarque, Lucullus 4, 1 : τά τε χρήματα ταῦτα πρᾶξαι καὶ νόμισμα κόψαι). Pour l’identification de ces émissions, voir Callataÿ 1997, p. 329-330.

14 Appien, Mithridate 22.

15 Plutarque, Sylla 12, 4-9 ; Appien, Mithridate 54 ; Diodore, XXXVIII 7 ; Pausanias, IX 7, 5.

16 Ainsi Wosnik 1963, p. 42-43 ; Boehringer 1972, p. 30 ; Callataÿ 1997, p. 310-311. Cf. Warren 1996, p. 305.

17 Boehringer 1972, p. 30, proposait de le situer sur l’Acrocorinthe, Warren 1996, p. 305, à Sicyone.

18 Plutarque, Sylla 12, 6-8.

19 G. Daux, « À propos des monnaies luculliennes », RN s. 4, 38 (1935), p. 1-9.

20 Id., « Note sur l’intérêt historique des affranchissements de Delphes », dans Proceedings of the IX International Congress of Papyrology (1961), p. 286-292 ; J. Bousquet, « Les unités monétaires dans les comptes de Delphes », BCH 110 (1986), p. 273-283, spéc. p. 277-278 ; D. Mulliez (n. 4), p. 94-97.

21 Il avait été précédé dans cette voie par H. A. Grueber (BMC [RR] II, p. 459-460), qui considérait cependant que l’on appelait aussi « luculliennes » les monnaies à la légende L. Sulla imperator iterum (deniers et aurei RRC 359). Telle était en effet l’identification généralement admise à cette époque (cf. Th. Mommsen, Geschichte des römischen Münzwesens [1860], p. 594-595 ; E. Babelon, Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine vulgairement appelées monnaies consulaires, t. I [1885], p. 405-406).

22 Voir Thompson 1961, p. 425-439 (nos 1273-1345). Les numismates ont de longue date reconnu la place exceptionnelle qu’occupent dans le paysage monétaire de la première guerre mithridatique les émissions stéphanéphores syllaniennes. On ne citera ici que quelques-unes des très nombreuses études où elles sont évoquées : Boehringer 1972, p. 28-30 (excellente – et nécessaire – critique de l’interprétation de M. Thompson) ; M. H. Crawford, Coinage and Money under the Roman Republic. Italy and the Mediterranean Economy (1985), p. 197-198 ; M. J. Price, « Southern Greece », dans A. M. Burnett, M. H. Crawford (éds), The Coinage of the Roman World in the Late Republic. Proceedings of a Colloquium Held at the British Museum in September 1985 (1987), p. 95-103, spéc. p. 96 ; Warren 1996, p. 301-302 ; J. H. Kroll, « Coinage as an Index of Romanization », dans M. C. Hoff, S. I. Rotroff (éds), The Romanization of Athens. Proceedings of an International Conference Held at Lincoln, Nebraska (April 1996) (1997), p. 135-150, spéc. p. 140 ; Chr. Flament, Le monnayage en argent d’Athènes de l’époque archaïque à l’époque hellénistique (c. 550 – c. 40 av. J.-C.) (2007), p. 148 ; O. Picard, « Rome et la Grèce à la basse époque hellénistique : monnaies et impérialismes », JS (2010), p. 161-192, spéc. p. 188 ; I. Touratsoglou, « Coin Production and Coin Circulation in the Roman Peloponnese », dans A. D. Rizakis, Cl. E. Lepenioti (éds), Roman Peloponnese III. Society, Economy and Culture under the Roman Empire : Continuity and Innovation (2010), p. 235-251, spéc. p. 240.

23 Thompson 1961, p. 430-431 a recensé seulement cinq tétradrachmes de ce type. Même si chacun présente des coins de droit et de revers différents, il ne devait pas s’agir d’une émission très importante (cf. ibid., p. 435).

24 Thompson 1961, p. 425-430 a recensé 74 tétradrachmes où un Α figure sur l’amphore du revers et 38 tétradrachmes et 17 drachmes où la lettre est absente. Le nombre total de coins identifiés est révélateur de la taille de cette émission : 57 coins de droit et 92 de revers pour les tétradrachmes, 11 coins de droit et 14 de revers pour les drachmes. L’auteur en conclut : « In its size, far surpassing even the heaviest of the New Style strikings, it qualifies as a war coinage to a degree true of no other issue of Greek silver of the period » (p. 438). On connaît aussi quelques monnaies de bronze aux monogrammes ΜΑΡ – ΤΑΜ : voir Thompson 1961, p. 438, n. 1 ; Boehringer 1972, p. 30.

25 Voir Thompson 1961, p. 434, qui a adopté cette lecture, de même que tous les numismates à sa suite.

26 Plutarque, Lucullus 37, 1 : ταμιεύων Σύλλα προστάξαντος. Dans la Vie de Sylla, à propos des opérations militaires de 83, le même auteur évoque M. Lucullus comme un des lieutenants de Sylla (Plutarque, Sylla 27, 7 : Μάρκος Λεύκολλος, εἷς τῶν ὑπὸ Σύλλᾳ στρατηγούντων). Sur la base de ces deux passages, Th. R. Sh. Broughton, The Magistrates of the Roman Republic II. 99 B.C.–31 B.C. (1952), p. 65, indique que M. Lucullus était légat ou questeur en 83. Rien n’interdit de considérer que M. Lucullus fut questeur plus tôt, en 87 ou 86, puis continua de servir sous les ordres de Sylla en tant que proquesteur (éventuellement cum imperio).

27 Voir déjà E. J. P. Raven, « Note on the “Lucullan” Coinage of 87 B.C. », NC s. 5, 18 (1938), p. 155-158. Cf. les études citées à la n. 22.

28 Voir sur ce point les réflexions de Fr. decallataÿ, « La dimension des coins monétaires de tétradrachmes hellénistiques d’après l’étude des monnaies décentrées », dans B. Kluge, B. Weisser (éds), Internationaler Numismatischer Kongress, Berlin 1997. Akten – Proceedings – Actes (2000), p. 244-251, spéc. p. 248. On oubliera par contre le jeu de mots conférant à Λευκόλλειον νόμισμα le sens de « monnaie blanchâtre » (c’est-à-dire d’argent) suggéré en note par Chr. Boehringer, « Quelques remarques sur la circulation monétaire dans le Péloponnèse au iie et au ier siècle a.C. », dans C. Grandjean (éd.), Le Péloponnèse, d’Épaminondas à Hadrien (2008), p. 83-89, spéc. p. 88, n. 17.

29 B. Perrin (1928).

30 Thompson 1961, p. 436. Cette lecture a déjà été réfutée de façon définitive : voir Wosnik 1963, p. 53-54 ; Boehringer 1972, p. 29.

31 Même si, durant sa première année de campagne, Sylla reçut des cités et des sanctuaires de l’argent déjà monnayé, cela n’exclut pas qu’il fit également frapper monnaie : Plutarque (Sylla 12, 5-9) atteste qu’il réquisitionna aussi de nombreux objets en métal précieux, à partir desquels il fallut nécessairement réaliser des monnaies afin de les utiliser comme moyen de payement (cf. supra). Il est en tout cas aberrant d’écrire que « Sulla was under no serious financial pressure during the first year of his campaign » (Thompson 1961, p. 436-437) : tout dans notre documentation indique le contraire ! (voir en particulier Pausanias, IX 7, 5). Cf. Callataÿ 1997, p. 310-311.

32 Thompson 1961, p. 431 ; cf. p. 433 et 438-439.

33 Callataÿ 1997, p. 311. Outre le trésor de Poggio Picenze (cf. infra), des monnaies stéphanéphores aux monogrammes ont été retrouvées dans les dépôts suivants : IGCH 345, 346, 347, 348, 349.

34 Notons que dans le RRCH, 97 tétradrachmes stéphanéphores sont recensés, au lieu de 93 dans l’IGCH.

35 En 1961, M. Thompson mentionnait la présence d’environ 200 deniers dans le trésor de Poggio Picenze, une indication fournie par un marchand lors de l’acquisition de 28 tétradrachmes athéniens issus de ce trésor par l’ANS (cf. Thompson 1961, p. 505 : « These Roman coins cannot be traced or more precisely identified »). L’IGCH et le RRCH (no 255) ne donnaient pas davantage de détails, mais en 1991, un nouvel inventaire du dépôt ne mentionnait plus que « piú o meno 30 denari sillani » ! (A. Campanelli, « Il ripostiglio monetale di Poggio Picenze », dans A. D. Rizakis [éd.], Αρχαία Αχαΐα και Ηλεία. Ανακοινώσεις κατά το Πρώτο Διεθνές Συμπόσιο, Αθήνα, 19-21 Μαΐου 1989 [1991], p. 155-161, spéc. p. 156).

36 M. Lakakis-Marchetti, « À propos du monnayage achéen et des trésors qui le font connaître », dans Χαρακτήρ. Αφιέρωμα στη Μάντω Οικονομίδου (1996), p. 147-156, spéc. p. 153-155.

37 Thompson 1961, p. 504-506 ; cf. p. 433-434.

38 Voir ibid., p. 433-434 et p. 506 ; cf. Callataÿ 1997, p. 311. Un autre trésor mêle pareillement des deniers et des tétradrachmes syllaniens : IGCH 346, provenant peut-être de Grèce, qui contient environ 50 denarii, 14 tétradrachmes stéphanéphores athéniens et 20 syllaniens. Fr. de Callataÿ, « More than it Would Seem : The Use of Coinage by the Romans in Late Hellenistic Asia Minor (133-63 B.C.) », AJN s. 2, 23 (2011), p. 55-86, spéc. p. 58, y voit « a perfect assemblage for a Roman soldier fighting with Sulla during the First Mithridatic War » et considère la composition de ce trésor comme un indice de ce que des deniers romains ont pu circuler en Grèce à l’époque de la première guerre mithridatique.

39 Thompson 1961, p. 437-438.

40 Wosnik 1963, p. 53-60.

41 Ibid., p. 59.

42 Elle est refusée par Boehringer 1972, p. 28-29, et Callataÿ 1997, p. 311.

43 Voir déjà Boehringer 1972, p. 29 : « δι’ ἐκείνου läßt sich durchaus so verstehen, daß das Geld zwar auf Veranlassung des L. Lucullus geschlagen, die Prägung jedoch von einem anderen überwacht wurde » ; cf. Warren 1996, p. 304.

44 Voir notamment Plutarque, Lucullus 1, 8-9.

45 B. Wosnik avait déjà émis la possibilité que les deux frères aient frappé monnaie pour Sylla, mais pour des émissions différentes ; il émettait dès lors la réserve suivante : « Im Falle einer Münzprägung durch beide Luculli verliert der Begriff ‚Lucullusgeld’ seine von der Freilassungsurkunde in Delphi und vom Plutarchtext vorausgesetzte Eindeutigkeit » (Wosnik 1963, p. 59-60 [citation p. 60]). Dans le cas où Lucius et Marcus auraient œuvré à la production du même monnayage, cette objection n’a plus lieu d’être.

46 Voir notamment E. Babelon (n. 21), p. 405-406 ; M. von Bahrfeldt, Die römische Goldmünzprägung während der Republik und unter Augustus. Eine chronologische und metrologische Studie (1923), p. 25 ; Thompson 1961, p. 439 ; Wosnik 1963, p. 60 ; G. G. Belloni, La moneta romana. Società, politica, cultura (1993), p. 91 ; F. Catalli, La monetazione romana repubblicana (2001), p. 191 ; Fr. de Callataÿ (n. 13), p. 146 et p. 147.

47 H. A. Grueber (n. 21), p. 459, n. 1 ; G. C. Picard, Les trophées romains. Contribution à l’histoire de la religion et de l’art triomphal de Rome (1957), p. 178 ; T. J. Luce, « Political Propaganda on Roman Republican Coins : circa 92-82 B.C. », AJA 72 (1968), p. 25-39, spéc. p. 27 et n. 11 ; M. H. Crawford, Roman Republican Coinage (1974), p. 373 ; E. S. Ramage, « Sulla’s Propaganda », Klio 73 (1991), p. 93-121, spéc. p. 102-103 ; Warren 1996, p. 301 (qui a cependant mal compris Plutarque, Sylla 19, 9-10) ; T. Hölscher, « The Transformation of Victory into Power : From Event to Structure », dans S. Dillon, K. E. Welch (éds), Representations of War in Ancient Rome (2006), p. 27-48, spéc. p. 32-33.

48 Selon Thompson 1961, p. 439, ces monnaies auraient été frappées à Athènes après 86 (peut-être par M. Lucullus à l’époque du séjour athénien de Sylla) ; cf. l’opinion similaire de Wosnik 1963, p. 60.

49 E. J. P. Raven (n. 27), p. 157-158. Cf. Callataÿ 1997, p. 312 : « En l’absence de provenance éclairante, on observera que la représentation des deux trophées ne se réfère pas nécessairement aux victoires de Chéronée et d’Orchomène. » L’hypothèse est d’autant plus vraisemblable que l’intérêt du futur dictateur pour le symbolisme du trophée est documenté par un passage de Dion Cassius (XLII 18, 2), qui nous apprend que Sylla possédait un sceau représentant τρόπαια τρία. Sur la place du trophée dans l’imagerie syllanienne, voir notre étude De la victoire au pouvoir. Développement et manifestations de l’idéologie impératoriale à l’époque de Marius et Sylla (2015).

50 Warren 1996 ; cf. déjà ead., « Towards a Resolution of the Achaian League Silver Coinage Controversy : Some Observations on Methodology », dans M. Price, A. Burnett, R. Bland (éds), Essays in Honour of Robert Carson and Kenneth Jenkins (1993), p. 87-99, spéc. p. 98.

51 Voir, dans ce volume, la contribution de P. Marchetti (avec la bibliographie) supra, p. 43-58.

52 Warren 1996, p. 304.

53 Appien, Mithridate 29, 115. Il est vrai que selon Plutarque, Sylla 11, 5-8, Archélaos aurait subi un « léger revers » (μικρὰ προσκρούσας) face à Sura à Chéronée et aurait été refoulé « jusqu’à la mer » (ἐπὶ τὴν θάλατταν). Mais étant donné la discordance entre les deux exposés, on ne peut simplement combiner de façon aléatoire les informations données par l’un et l’autre auteur (Plutarque suggère certes un repli d’Archélaos, mais ne mentionne nullement la présence des Achéens dans ces opérations). Par ailleurs, le récit d’Appien est généralement plus précis que celui du biographe.

54 Pour sa part, Chr. Boehringer voyait dans les dernières monnaies frappées par Sparte pour le koinon achéen un monnayage émis lors d’une période d’alliance avec Mithridate (Chr. Boehringer, « Zur Geschichte der Achaischen Liga im 2. und 1. Jhr. v. Chr. im Lichte des Münzfundes von Poggio Picenze [Abruzzen] », dans A. D. Rizakis [n. 35], p. 163-170, spéc. p. 166). J. A. W. Warren acceptait la datation de Chr. Boehringer, mais, sur la base d’un passage de Memnon mentionnant une défaite des Lacédémoniens en 88, au moment du ralliement de nombreuses cités à Mithridate (FGrH III B, n° 434, 22, 10 [p. 352]), elle voyait en Sparte une indéfectible alliée de Rome dans le Péloponnèse (Warren 1996, p. 300 et 304-305). Sur les problèmes posés par l’hypothèse d’une chronologie basse des monnaies de Sparte, voir C. Grandjean, « Les dernières monnaies d’argent du Péloponnèse », dans M. Amandry, S. Hurter (éds), Travaux de numismatique grecque offerts à Georges Le Rider (1999), p. 139-146, spéc. p. 141-142.

55 C. Grandjean (n. 54), p. 141. Cf. C. Grandjean, M. F. Guerra, « Les monnaies du Péloponnèse de la fin de l’époque hellénistique : l’apport de l’analyse élémentaire », dans B. Kluge, B. Weisser (n. 28), p. 300-305, spéc. p. 300. La tentative désespérée de Chr. Boehringer (n. 28), p. 89, n. 24 – un parallèle avec les émissions des deux guerres mondiales ! – ne résout évidemment en rien le problème.

56 Nous serons donc plus catégorique qu’A. D. Rizakis, « Les cités péloponnésiennes entre l’époque hellénistique et l’Empire : le paysage économique et social », dans R. Frei-Stolba, K. Gex (éds), Recherches récentes sur le monde hellénistique. Actes du colloque international organisé à l’occasion du 60e anniversaire de Pierre Ducrey (Lausanne, 20-21 novembre 1998) (2001), p. 75-96, spéc. p. 82 (« sans avoir de véritables preuves »).

57 Comme c’est le cas, par exemple, sur les émissions macédoniennes marquées SVVRA LEG. PRO Q. et AESILLAS Q.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Tétradrachme stéphanéphore aux monogrammes (Classical Numismatic Group, Triton VI, n° 277).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Fig. 2. Tétradrachme stéphanéphore aux deux trophées (Thompson 1961, p. 149, n° 1344).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Fig. 3. Denier signé L. Sulla imperator iterum, RRC 359/2 (Spink, Auction 7030, n° 5).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/8067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search