Version classiqueVersion mobile

La monnaie dans le Péloponnèse

 | 
Charles Doyen
, 
Eva Apostolou

Les « très grands bronzes » éléens : Réflexions autour d’un module singulier dans le monnayage éléen à l’époque hellénistique1

The “very large bronzes” of Elis. Thoughts about an exceptional denomination in the Elean coinage during Hellenistic times

Τα « βαρύσταθμα χαλκά νομίσματα » της Ήλιδος. Σκέψεις περί μιας μοναδικής έκδοσης της νομισματοκοπίας της Ήλιδος κατά την ελληνιστική περίοδο

Franck Wojan

Résumé

Le monnayage de bronze des Éléens émis à l’époque hellénistique comprend une dénomination particulière, qui se singularise dans le paysage monétaire du Péloponnèse par son poids, et accessoirement par ses types. Cet article propose de nouvelles pistes de réflexions quant à la valeur et la datation de ces « très grands bronzes ».

Texte intégral

  • 1 Cet article est la version rédigée d’un poster initialement prévu pour être présenté lors du colloq (...)
  • 1 Les monnayages d’argent et de bronze aux types achaiens portant l’ethnique des Éléens sont exclus d (...)

1Les Éléens, à l’image de nombreuses cités grecques du Péloponnèse, ont frappé monnaie au cours de l’Antiquité. Pour le monnayage aux types civiques1, deux périodes peuvent être envisagées, en fonction des métaux utilisés : les Éléens ont émis successivement un monnayage d’argent (essentiellement au ve s. et dans la première moitié du ive s. av J.-C.), puis un monnayage d’argent et de bronze (du milieu du ive s. av. J.-C., jusqu’à une date indéterminée, sans doute le iie s. av. J.-C., voire les premières décennies du ier s. av. J.-C., mais la frappe de l’argent aux types civiques a été vraisemblablement abandonnée au début du iie s. av. J.-C.).

2En ce qui concerne le monnayage de bronze aux types civiques, l’atelier monétaire éléen a frappé quatre dénominations, qui se répartissent de la façon suivante (tabl. 1) :

Module

Poids moyen

Diamètre moyen

Types monétaires (droit / revers)

« Très grand »

ca 12 g

23-25 mm

Tête d’Héra / aigle sur un foudre

« Grand »

ca 4-6 g

16-20 mm

Tête de Zeus / aigle
Tête de Zeus / aigle et serpent
Tête de Zeus / cheval
Tête d’Apollon / Zeus aétophore
Tête de Zeus / ethnique dans une couronne

« Moyen »

ca 2-3 g

14-16 mm

Tête de Zeus / foudre dans une couronne
Tête de Zeus / aigle dans une couronne

« Petit »

ca 1-2 g

11-13 mm

Tête de Zeus / aigle
Tête de Zeus / foudre

Tabl. 1. Les modules de bronze éléens.

3Les réflexions qui suivent se proposent de revenir brièvement sur le module appelé ici « très grand », qui semble particulièrement original, que l’on envisage son étude dans son cadre éléen ou péloponnésien.

Description des « très grands bronzes » éléens

Types monétaires

4La tête féminine qui figure au droit est généralement identifiée comme celle de la déesse Héra. Si l’effigie d’Héra est déjà présente dans le monnayage d’argent des Éléens, cette représentation se caractérise par un aspect plus négligé, avec des traits plutôt grossiers. Le visage est tourné à droite, rarement à gauche. La chevelure est formée de deux parties de part et d’autre d’un stéphanos (?) plus ou moins large, qui ressemble davantage à un large bandeau ; elle se compose de longues mèches, épaisses au sommet du crâne et plus fines près du visage. La chevelure est longue, mais les cheveux sont attachés par une sorte de barrette, qui laisse retomber de longues mèches épaisses ou fines sur la nuque. Sur certains exemplaires, la déesse porte un collier (qui marque parfois la base du cou) et une boucle d’oreille.

  • 2 Zeus, la divinité principale du sanctuaire d’Olympie, est la figure monétaire éléenne par excellenc (...)

5Le type de revers est en partie inédit : il représente un aigle debout à droite posé sur un foudre, les ailes repliées et regardant droit devant lui. Si l’aigle et le foudre, pris séparément, sont habituels dans le monnayage éléen2, leur association à la « manière ptolémaïque », si l’on peut dire, apparaît comme une singulière nouveauté.

6La première constatation qui s’impose est le manque de soin dans le traitement de l’effigie d’Héra : la taille du module imposait certes au graveur d’épaissir les traits, mais, sur certains exemplaires, les lignes du visage ont été simplifiées à l’extrême, ce qui donne parfois un portrait peu flatteur de l’une des divinités principales de l’Altis. L’aigle de Zeus, en revanche, semble avoir bénéficié de davantage de considération de la part des graveurs : comme sur les monnaies d’argent, le rapace est souvent représenté avec soin, qu’il s’agisse du corps comme du plumage. Aussi, la plupart du temps, la comparaison stylistique entre le type de droit et le type de revers tourne à l’avantage de ce dernier.

Légendes

  • 3 J’ai recensé à ce jour onze « marques d’émission » différentes. Les monogrammes se composent de deu (...)

7La légende monétaire figure toujours au revers et comporte systématiquement deux parties. On trouve d’abord, de part et d’autre de l’aigle, l’ethnique des Éléens écrit en abrégé : Ϝ / Α, pour (νόμισμα τῶν) Ϝα (λείων). Dans le champ, en bas à droite, figure enfin une marque d’émission, qui se présente soit sous la forme d’une simple lettre soit sous la forme d’un monogramme3.

8Les lettres sont épaisses et lisibles sur la majorité des exemplaires étudiés, mais on peut s’étonner de constater que rien ne permet de différencier en théorie l’ethnique de la « marque d’émission » : la taille comme l’épaisseur des lettres sont semblables, qu’il s’agisse de celles de l’ethnique ou de celles de la « marque d’émission » ; seule leur disposition dans le champ en facilite la distinction.

Métrologie

  • 4 L’étendue des poids va de 8 à 17 g, mais 49 exemplaires sur 66 (soit 74,24 %) ont un poids compris (...)
  • 5 C. Grandjean, « La valeur des monnaies de bronze du Péloponnèse à l’époque classique et hellénistiq (...)
  • 6 S. Grunauer-von Hoerschelmann, Die Münzprägung der Lakedaimonier (1978). Certains bronzes datés par (...)

9Soixante-six exemplaires de ces « très grands bronzes » ont été revus et étudiés à ce jour. D’un diamètre variable entre 23 et 27 mm et d’un poids moyen compris entre 10 et 13 g pour la majorité des exemplaires4, ce module se distingue nettement de ceux connus par ailleurs chez les Éléens, mais aussi de ceux émis par d’autres cités du Péloponnèse5. C’est en effet la plus grosse dénomination de bronze frappée par les Éléens et un tel module est rare dans le Péloponnèse : à ma connaissance, il n’en existe que chez les Lacédémoniens6.

Valeur

  • 7 M. J. Price, « Coins from some Deposits in the South Stoa at Corinth », Hesperia 36 (1967), p. 348- (...)
  • 8 Je renvoie aux remarques générales formulées par C. Grandjean (n. 5) dans son essai de synthèse sur (...)

10M. J. Price7, en étudiant le monnayage de bronze corinthien, avait élaboré un système qui reposait sur la frappe de trois dénominations. Ce système a le mérite de s’appliquer à d’autres ateliers grecs, mais il doit être complété et nuancé8.

11L’atelier monétaire éléen a frappé quatre dénominations de bronze (voir tabl. 1), soit une de plus que le « système Price ». Cela dit, comme ces « très grands bronzes » se rapprochent davantage de l’exception que de la règle, il n’est pas faux d’affirmer que l’atelier monétaire éléen n’est guère éloigné du système défini par M.J. Price.

  • 9 H. Nicolet-Pierre « Monnaies de bronze dans le Péloponnèse, époques classique et hellénistique : qu (...)

12On peut toutefois s’interroger sur la valeur de ces « très grands bronzes ». H. Nicolet-Pierre a naguère proposé de leur attribuer la valeur d’une drachme, mais elle n’était pas entièrement convaincue9. Il faudra revenir sur cette question.

Éléments de datation

  • 10 C’est le cas des exemplaires découverts dans le sanctuaire d’Olympie. Les deux exemplaires mis au j (...)

13La datation de ces « très grands bronzes » est certainement le principal sujet de controverse entre les numismates. Comme aucun exemplaire ne figure dans un trésor (à l’exception de IGCH 216, mais qui n’est pas « parlant ») et que les exemplaires découverts lors de fouilles archéologiques n’ont pas permis de lever le voile sur cette question chronologique10, il ne reste qu’à formuler des hypothèses.

  • 11 P. R. Franke, « Olympia und seine Münzen », AW 15/2 (1984), p. 21.
  • 12 H. Nicolet-Pierre (n. 9), p. 44.
  • 13 A. Moustaka, « Die Fundmünzen der Südostgrabung », dans A. Mallwitz (dir.), Bericht über die Ausgra (...)

14Il existe en fait trois principales hypothèses de datation : la haute, la moyenne ou la basse époque hellénistique. P.R. Franke, H. Nicolet-Pierre et A. Moustaka sont favorables à une datation haute ou moyenne : ils proposaient respectivement le ive s. av. J.-C.11, la fin du iiie s. et le début du iie s. av. J.-C.12, ou le début du iie s. av. J.-C.13.

  • 14 J. A. W. Warren, « More on the “New Landscape” in the Late Hellenistic Coinage of the Peloponnese » (...)
  • 15 BCD Olympia, p. 86, commentaire des nos 307-313. À l’appui de sa démonstration, l’auteur cite égale (...)

15Récemment, J. A. W. Warren a suggéré d’abaisser la datation et de mettre ces exemplaires en rapport avec l’époque d’Antoine et de Cléopâtre14. Cette hypothèse a été reprise par A. Walker sans la moindre hésitation15.

Interrogations sur la valeur et la datation de ces « très grands bronzes » éléens

16La singularité de ces « très grands bronzes » a naturellement suscité de nombreuses interrogations. Comme nous l’avons vu, l’ethnique permet d’attribuer ces exemplaires aux Éléens, et les types monétaires peuvent être rattachés aux traditions éléennes, bien que l’effigie du droit et le type du revers présentent des caractéristiques inédites.

  • 16 Fr. Wojan, « The Civic Bronze Coinage of the Eleans : Some Preliminary Remarks », dans N. Holmes(...)
  • 17 Devant le portique d’Écho avaient été érigées, au sommet de deux colonnes, une statue de Ptolémée I (...)

17Lors du Quatorzième congrès international de numismatique, qui s’est tenu à Glasgow en 2009, j’avais, dans une communication sur le monnayage de bronze des Éléens16, émis l’hypothèse, en me fondant simplement sur des critères iconographiques, de rapprocher le type du revers du monnayage des Ptolémées, dont l’évergétisme à l’égard du sanctuaire d’Olympie est attesté17. Cette hypothèse était sans doute osée, car, d’une part, il était difficile, sinon impossible, de justifier l’influence des Lagides sur les choix monétaires des Éléens et, d’autre part, l’aigle sur un foudre n’est pas une spécificité monétaire des Lagides (on en connaît des représentations dans les monnayages épirote et lacédémonien, par exemple).

18La datation demeure le principal point d’achoppement entre numismates. S’il semble a priori difficile de trancher entre les datations haute, moyenne ou basse, des éléments nouveaux m’invitent à penser qu’il s’agit plutôt d’un monnayage du iiie s. av. J.-C. plutôt qu’une production monétaire liée à l’époque d’Antoine et de Cléopâtre. Quant à la valeur de ces « très grands bronzes », l’étude du système monétaire de bronze des Éléens me permet de faire une nouvelle proposition.

Quelle importance donner aux « marques d’émission » et aux critères iconographiques ?

19Chaque « très grand bronze » porte, en plus de l’ethnique des Éléens, une « marque d’émission », qui se compose, je le rappelle, soit d’une lettre soit d’un monogramme. Le plus important est que des « marques d’émission » propres à ces « très grands bronzes » se retrouvent sur d’autres dénominations de bronze et même d’argent : j’ai recensé quatre « marques d’émission » communes : les lettres Α ou Δ, les monogrammes ΔΑ et ΠΥ. Or, pour ces quatre cas, une datation haute (fin ive s. – première moitié du iiie s. av. J.-C.) est à privilégier.

  • 18 M. Oeconomidès, H. Nicolet-Pierre, « Recherches sur le monnayage d’Élis-Olympie à l’époque hellénis (...)

20D’un point de vue stylistique, l’effigie de la déesse Héra présente des particularités, dont certaines (chevelure fine, traits grossiers) sont à rapprocher de celles propres à l’effigie d’Apollon sur des modules « moyens ». Or, les bronzes éléens sur lesquels on retrouve l’effigie d’Apollon sont datés du iiie s. av. J.-C.18.

L’apport des analyses élémentaires

  • 19 M. Blet-Lemarquand, Fr. Wojan, « Le monnayage de bronze des Éléens : l’apport des analyses élémenta (...)

21Des analyses élémentaires, qui permettent de déterminer la composition métallique d’une monnaie, ont été réalisées par M. Blet-Lemarquand au centre Ernest Babelon – IRAMAT du CNRS, à Orléans. Les résultats obtenus pour les monnaies de bronze éléennes conservées au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale de France feront l’objet d’un article à paraître19.

22Six exemplaires de ces « très grands bronzes » ont été analysés. On a constaté que leur composition était classique (entre 80 et 90 % de cuivre, entre 4 et 8,5 % d’étain selon les exemplaires), mais il arrive que la teneur en plomb dépasse celle en étain. Certains « très grands bronzes », mais pas tous, ont une composition métallique proche de celle des bronzes frappés à la fin du ive s. et au iiie s. av. J.-C. : la conclusion d’une datation haute est donc à nouveau tentante, à défaut d’être entièrement avérée.

Quelle valeur accorder à ces « très grands bronzes » ?

  • 20 J. A. W. Warren (n. 14), p. 392, n. 138 : « A dupondius = 2 assaria, an assarion = half an obol, so (...)

23On a dit que H. Nicolet-Pierre suggérait d’y voir l’équivalent d’une drachme, tandis que J. A. W. Warren pensait à un dupondius20.

  • 21 Rappelons que les Éléens avaient adopté l’étalon éginétique.

24Le système monétaire éléen repose sur la frappe de quatre dénominations de bronze (voir tableau 1) : si l’on suppose que le « petit module » correspond au chalque, alors les autres modules sont manifestement des multiples. Dans ce cas, notre « module moyen » pourrait être un trichalque, notre « grand module » serait une hémiobole et, par conséquent, notre « très grand module » serait une obole21.

  • 22 Ch. Th. Seltman, The Temple Coins of Olympia (1921), p. 104-105.

25Dans cette perspective, ce monnayage pourrait trouver sa place dans la première moitié du iiie s. av. J.-C. : en effet, à cette époque, l’atelier monétaire des Éléens avait cessé de frapper des oboles en argent22 et je me demande si, pour pallier la pénurie des petites monnaies divisionnaires en argent, les Éléens n’auraient pas alors émis ces grosses dénominations de bronze.

26La question reste naturellement ouverte, mais cette nouvelle hypothèse a le mérite d’insérer ce module particulier dans le monnayage éléen de la haute époque hellénistique et de montrer la cohérence de la politique monétaire des Éléens à cette période.

Conclusion (provisoire)

27Au terme de ces quelques remarques et interrogations à propos de ces « très grands bronzes » éléens, il me semble d’une part que la question de leur valeur et de leur datation reste ouverte et que, d’autre part, une datation haute n’est absolument pas à exclure. Les arguments avancés ici ne sont sans doute pas décisifs, mais, ajoutés les uns aux autres, montrent qu’une datation haute n’est pas impossible.

28Replacés dans le cadre du monnayage de bronze des Éléens, il me semble que ces « très grands » modules trouvent davantage leur place dans une période qui s’échelonnerait de la fin du ive s. à la première moitié du iiie s. av. J.-C., plutôt que dans un contexte romano-lagide des années 30 av. J.-C. Mais le débat est sans doute loin d’être clos.

29Quoi qu’il en soit, il n’est pas exagéré d’affirmer que, avec ces « très grands bronzes », l’atelier monétaire des Éléens s’est singularisé par rapport à ses homologues péloponnésiens.

Notes

1 Les monnayages d’argent et de bronze aux types achaiens portant l’ethnique des Éléens sont exclus de la présente étude.

2 Zeus, la divinité principale du sanctuaire d’Olympie, est la figure monétaire éléenne par excellence. La divinité apparaît soit en personne soit par l’intermédiaire du foudre ou de l’aigle.

3 J’ai recensé à ce jour onze « marques d’émission » différentes. Les monogrammes se composent de deux ou de trois lettres.

4 L’étendue des poids va de 8 à 17 g, mais 49 exemplaires sur 66 (soit 74,24 %) ont un poids compris entre 10 et 13 g.

5 C. Grandjean, « La valeur des monnaies de bronze du Péloponnèse à l’époque classique et hellénistique », RN 153 (1998), p. 32-33.

6 S. Grunauer-von Hoerschelmann, Die Münzprägung der Lakedaimonier (1978). Certains bronzes datés par l’auteur de l’époque de Cléomène III (ca 226-223 av. J.-C.) dépassent les 10 g et portent au droit un aigle sur un foudre (Groupe IV, pl. 3). Il faut attendre ensuite les émissions tardives de la fin du ier s. av. J.-C. pour retrouver des exemplaires équivalents (Groupes XVIII, XIX, XXI, XXII et XXV), que l’auteur date des années 30 av. J.-C.

7 M. J. Price, « Coins from some Deposits in the South Stoa at Corinth », Hesperia 36 (1967), p. 348-388.

8 Je renvoie aux remarques générales formulées par C. Grandjean (n. 5) dans son essai de synthèse sur la valeur des monnaies de bronze du Péloponnèse. L’auteur rappelle en préambule que « plus de quarante ateliers péloponnésiens ont frappé des monnaies de bronze avant l’époque impériale ». Seuls six d’entre eux ont fait l’objet d’une étude approfondie : Corinthe, Hermionè, Lacédémone, Messène, Phlionte et Sicyône ; j’ajouterais à ces six ateliers celui d’Élis que j’étudie actuellement.

9 H. Nicolet-Pierre « Monnaies de bronze dans le Péloponnèse, époques classique et hellénistique : quelques remarques sur le monnayage de bronze d’Élis et de Tégée », RN 153 (1998), p. 44 : « Quelle valeur peut-on raisonnablement leur attribuer ? Triobole ou drachme éginétique, ou même statère ? On ne voit pas d’indice bien clair. Je pencherais pour la drachme, sans doute entraînée par l’existence des “drachmes de bronze” attestée ailleurs… ».

10 C’est le cas des exemplaires découverts dans le sanctuaire d’Olympie. Les deux exemplaires mis au jour à Corinthe pourraient cependant fournir quelques éléments si le contexte pouvait être précisé.

11 P. R. Franke, « Olympia und seine Münzen », AW 15/2 (1984), p. 21.

12 H. Nicolet-Pierre (n. 9), p. 44.

13 A. Moustaka, « Die Fundmünzen der Südostgrabung », dans A. Mallwitz (dir.), Bericht über die Ausgrabungen in Olympia XI (1999), p. 168, nos 185-188. Cet article présentait le catalogue des monnaies découvertes dans le secteur Sud-Est du sanctuaire d’Olympie.

14 J. A. W. Warren, « More on the “New Landscape” in the Late Hellenistic Coinage of the Peloponnese », dans M. Amandry, S. Hurter (éds), Travaux de numismatique grecque offerts à Georges Le Rider (1999), p. 381 : « Was it an Antonian Dupondius of the Thirties BC ? ». Cf. également p. 391, n. 137 ; p. 391- 392, n. 138.

15 BCD Olympia, p. 86, commentaire des nos 307-313. À l’appui de sa démonstration, l’auteur cite également les monnaies de Cnossos (Crète) frappées à l’époque d’Antoine (A. Chapman, « Some First Century B.C. Bronze Coins of Knossos », NC [1968], p. 13-26 et pl. V-VII), mais la comparaison ne me paraît pas entièrement convaincante. Voir aussi O. D. Hoover, Handbook of Coins of the Peloponnesos. Achaia, Phleiasia, Sikyonia, Elis, Triphylia, Messenia, Lakonia, Argolis and Arkadia. Sixth to First Centuries BC (2011), p. 72-73, qui reprend les arguments d’A. Walker.

16 Fr. Wojan, « The Civic Bronze Coinage of the Eleans : Some Preliminary Remarks », dans N. Holmes (éd.), Proceedings of the XIVth International Numismatic Congress. Glasgow 2009, I (2011), p. 498-499. Pour J. A. W. Warren (n. 14), p. 392, n. 138, « The Ptolemaic eagle on fulmen (as distinct from the common Olympian eagle type) could well be a reference to Cleopatra ».

17 Devant le portique d’Écho avaient été érigées, au sommet de deux colonnes, une statue de Ptolémée II Philadelphe et une statue d’Arsinoé II : W. Hoepfner, Zwei Ptolemaierbauten. Das Ptolemaierweihgeschenk in Olympia und ein Bauvorhaben in Alexandria (1971) ; A. Mallwitz, Olympia und seine Bauten (1972), p. 63, 103, 282. Les archéologues attribuent également la construction de la palestre aux Lagides : C. Wacker, Das Gymnasium in Olympia. Geschichte und Funktion (1996), p. 67-77.

18 M. Oeconomidès, H. Nicolet-Pierre, « Recherches sur le monnayage d’Élis-Olympie à l’époque hellénistique », dans T. Hackens, G. Moucharte (dir.), Actes du XIe congrès international de numismatique, organisé à l’occasion du 150e anniversaire de la Société royale de numismatique de Belgique. Bruxelles, 8-13 septembre 1991, I (1993), p. 198-203, à propos de l’IGCH 302 dans lequel on trouve des exemplaires à l’effigie d’Apollon « qui révèlent la main de plusieurs graveurs plutôt médiocres » (p. 201).

19 M. Blet-Lemarquand, Fr. Wojan, « Le monnayage de bronze des Éléens : l’apport des analyses élémentaires », RN (à paraître).

20 J. A. W. Warren (n. 14), p. 392, n. 138 : « A dupondius = 2 assaria, an assarion = half an obol, so a dupondius = an obol, a useful denomination in the 30s when Elis was striking Achaean League triobols ».

21 Rappelons que les Éléens avaient adopté l’étalon éginétique.

22 Ch. Th. Seltman, The Temple Coins of Olympia (1921), p. 104-105.

Notes de fin

1 Cet article est la version rédigée d’un poster initialement prévu pour être présenté lors du colloque d’Argos. Les réflexions proposées ici sont issues d’une thèse de doctorat intitulée Les Éléens (ive siècle a.C. – iiie siècle p. C.). Recherche de numismatique et d’histoire, qui a été préparée sous la direction de Catherine Grandjean et soutenue à l’université François Rabelais de Tours le 29 novembre 2011.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search