Version classiqueVersion mobile

La monnaie dans le Péloponnèse

 | 
Charles Doyen
, 
Eva Apostolou

La circulation des monnaies d’Égine à l’époque hellénistique et le trésor de Mageira (Élide) 1950

The circulation of Aeginetan coins during the Hellenistic period and the Mageira (Elis) hoard 1950

Η κυκλοφορία των νομισμάτων της Αίγινας κατά την Ελληνιστική εποχή και ο θησαυρός Μάγειρα (Ήλις) 1950

Hélène Nicolet-Pierre

Résumé

Réflexions sur la présence de monnaies d’Égine dans les trésors cachés après ca 400 av. J.-C. La dernière émission du ive s. a probablement été constituée par les drachmes et les trioboles sans ethnique dont le revers porte deux globules.

Texte intégral

  • 1 Kraay 1976, p. 48-49.

1« The fourth-century coinage of Aegina, though by no means negligible, appears to have been of mainly local importance, and to have consisted of a series of separate issues put out from time to time as the needs of trade or the supply of bullion dictated. »1 Telle est la conclusion à laquelle parvient le grand numismate anglais C.M. Kraay dans le manuel qu’il publie en 1976, après avoir constaté que « for the chronology of these issues little evidence is available ». On peut aujourd’hui rassembler davantage de matériel, bien que des incertitudes demeurent sur la composition initiale de trésors dont une partie seulement a pu être sauvée de la dispersion ou faire l’objet d’un inventaire précis.

2Bien sûr, en regard de la quantité de statères frappés par l’atelier d’Égine entre les deux dernières décennies du vie s. et les guerres médiques, les émissions suivantes de « tortues » éginètes montrent à l’évidence un ralentissement de la production monétaire de cette cité-État. Néanmoins, on ne peut manquer d’être frappé par la présence persistante de la monnaie d’Égine dans la « circulation » (ou la thésaurisation), telle que nous la restitue l’ensemble des trésors enfouis en Grèce du ive s. au iie s. av. J.-C.

Les tortues toujours présentes

3Nous avons entrepris de rechercher dans l’Inventory of Greek Coin Hoards (1973) et dans d’autres publications parues après 1973, en particulier dans la série Coin Hoards (I-X), tous les trésors dans lesquels ont été signalées des monnaies d’Égine, et dont l’enfouissement fut présumé postérieur à ca 400. On arrive à une liste (probablement incomplète) d’une cinquantaine de trésors qu’il est inutile de reproduire in extenso. Toutes les notices ne sont pas également exploitables, par défaut d’informations précises sur les lieux de trouvaille ou le nombre de monnaies. Nous présenterons ci-dessous quelques aspects de cette liste, qui ne nous paraissent pas dépourvus d’intérêt.

4Cette « présence » des tortues est très variable en ce qui concerne le nombre de pièces d’Égine par rapport à celles d’autres ateliers grecs, comme le montreront les pourcentages réunis dans le tableau 1 (où les trésors sont désignés par le lieu et la date de trouvaille ou, à défaut, de confiscation, suivis de leur numéro dans l’Inventory ou ailleurs). Nos trésors sont d’importance numérique très variable – mais les plus humbles ne sont pas moins significatifs que les plus abondants si nous voulons évaluer le recours à l’argent éginète dans ses différentes utilisations.

Trésors du ive s.

100 % Trois trésors cachés au ive siècle étaient apparemment constitués de pièces d’Égine seules :
• Lieu inconnu 1982, CH VIII (1994), 135 (photos seulement)
• Tripolis (confiscation) 1914, IGCH 101 = CH IX (2002), 100
• Égine 1952, IGCH 100 (8 drachmes dont 1 seule est entrée au NMA)

54 % Mageira (Élide) 1950, IGCH 74
41,5 % Péloponnèse 1937, IGCH 60
36,8 % Péloponnèse 1924, IGCH 68
33 % Mycènes (Argolide) 1939, IGCH 108
27 % Olympie (Élide) 1859, IGCH 44
25 % Pegadakia (Arcadie) 1964, IGCH 102
20 % Myron (Thessalie) 1913-14, IGCH 62

17,5 % Béotie (?) 1930, IGCH 59
14 % Andritsaena (Élide) 1923, IGCH 83
13 % Thessalie 1966, IGCH 45
12 % Karditsa (Thessalie) 1980, CH VII (1985), 51
11 % Mavriki (Arcadie) 1962, IGCH 122
11 % Kato Klitoria (Arcadie) 1980, CH VIII (1994), 147

9 % Crète 1967, IGCH 86
8 % Péloponnèse 1954, IGCH 69
6 % Domokos (Thessalie) 1935, IGCH 56
5 % Alipheira (Arcadie) 1953, IGCH 113

0,6 % Moulki (Sicyonie) 1958, IGCH 67

Trésors du iiie s.

25 % Talanta (Laconie) 1948, IGCH 132 complété par CH III (1977), 31

15 % Geraki (Laconie) 1997, CH IX (2002), 201
12,5 % Péloponnèse 1974/75, CH III (1977), 32
10 % Dokimion (Acarnanie), 1955, IGCH 173

6 % Olympie 1922, IGCH 176
3 % Abai (Phocide) 1894, IGCH 195
3 % Gytheion (Laconie) 1939, IGCH 170
3 % Keratokambos (Crète) 1992, CH IX (2002), 165
2,5 % Élide 1975, CH II (1976), 75
2,5 % Andravidha (Élide) 1979, CH VII (1985), 88
2 % Antirion ? (Étolie) 1964, IGCH 224
1,4 % Charakas (Crète) 1963, CH VII (1985), 70
1 % Crète 1991, CH IX (2002), 164

Trésors du iie s.

6 % Patras (Achaïe) 1970, CH V (1979), 44
6 % Koniska (Étolie) 1962, IGCH 266
4 % Zacharo (Élide) 1957, IGCH 302
1,5 % Velliès (Monemvasia, Laconie) 1952, CH X (2010), 168

0,6 % Olympie 1939, IGCH 270
0,4 % Arcadie 1929, IGCH 242
0,3 % Zougra (Pellène, Achaïe) 1859, IGCH 261, Liber Amicorum T. Hackens, p. 379-433
0,1 % Agrinion (Étolie) 1969, IGCH 271

  • 2 Pour faciliter les comparaisons, les pourcentages sont arrondis (12,5 % au lieu de 12,35 % ou de 12 (...)

Tabl. 1. Égine dans les trésors du ive s. au iie s. (dans l’ordre décroissant des pourcentages)2.

5La conclusion la plus visible de ce tableau est que la proportion de monnaies éginètes dans les trésors diminue grosso modo d’un siècle à un autre (en dépit des disparités à l’intérieur d’une même longue période), pour aboutir finalement à fort peu de chose au iie s. Pourtant le nombre de trésors dans lesquels Égine demeure représentée, même faiblement, a de quoi surprendre (tabl. 2). Ce fait a-t-il quelque rapport avec leur lieu d’enfouissement ?

Égine 100 %

– 3 trésors du ive s.

Égine de 54 % à 20 %

– 7 trésors du ive s.
– 1 trésor du iiie s.

Égine de 17,5 % à 10 %

– 6 trésors du ive s.
– 3 trésors du iiie s.

Égine de 9 % à 1 %

– 4 trésors du ive s.
– 9 trésors du iiie s.
– 4 trésors du iie s.

Égine moins de 1 %

– 1 trésor du ive s.
– 4 trésors du iie s.

Tabl. 2. Récapitulatif de la place des monnaies d’Égine au sein des trésors du ive s. au iie s.

La répartition géographique des trésors

6Nous avons classé nos 42 trésors du tableau 1 selon leur lieu présumé de trouvaille (ou, à défaut, de confiscation). Cette répartition, résumée ci-dessous dans le tableau 3, nous prouve qu’il ne s’agit pas à proprement parler d’une circulation locale et nous devons nuancer les conclusions de C.M. Kraay sur ce point. On ne découvre pas de lieu d’arrivée privilégié de nos tortues qui exclurait toutes les autres destinations.

Région

ive s.

iiie s.

iie s.

Total

Péloponnèse

14

7

6

27

Thessalie

4

0

0

4

Étolie et Acarnanie

0

2

2

4

Crète

1

3

0

4

Béotie

1

0

0

1

Phocide

0

1

0

1

(inconnue)

1

0

0

1

Total

21

13

8

42

Tabl. 3. Nombre de trésors par région et par siècle.

7Il est certain cependant que le Péloponnèse attire l’attention à la fois par le nombre des trésors et la persistance d’un contenu éginète : la supériorité numérique du Péloponnèse ne se dément pas. Pourtant, comme à l’époque archaïque, des monnaies d’Égine parviennent ailleurs, en Crète par exemple. Au iiie et au iie s., la Grèce de l’Ouest attire notre attention par une contribution non négligeable. Essayons de préciser les lieux de présence des célèbres « tortues » dans le Péloponnèse (tabl. 4).

Péloponnèse

ive s.

iiie s.

iie s.

Total

Élide

Andritsaena 1923
Olympie 1859
Mageira 1950

Élide 1975
Olympie 1922
Andravidha 1979

Zacharo 1957
Olympie 1939

8

Arcadie

Kato Klitoria 1980
Tripolis 1914
Pegadakia 1964
Mavriki 1962
Alipheira 1963

Arcadie 1929

6

Laconie

Gytheion 1939
Talanta 1948
Geraki 1997

Velliès 1952

4

Argolide

Mycènes 1939

1

Achaïe

Moulki 1958

Patras 1970
Zougra 1859

3

Îles

Égine 1952

1

(inconnue)

Péloponnèse 1937
Péloponnèse 1924
Péloponnèse 1954

Péloponnèse
1974/75

4

Total

14

7

6

27

Tabl. 4. Répartition des trésors à l’intérieur du Péloponnèse.

  • 3 Il serait intéressant d’étudier de près le contenu de tous les trésors trouvés en Élide, et pas seu (...)

8Les monnaies d’Égine pénètrent principalement en Élide et en Arcadie, et surtout au cours ou à la fin du ive s. Les huit provenances éléennes trouvent une explication simple dans la proximité du sanctuaire d’Olympie, lieu où, comme on sait, affluaient tous les quatre ans des athlètes, des « supporters » et des pèlerins venant de tout le monde grec3. La politique de Sparte et son rejet durable de la monnaie peuvent expliquer, comme me le fait remarquer C. Grandjean, l’absence de trésors au ive s. en Laconie. Beaucoup des trésors recensés ailleurs témoignent d’un usage actif des monnaies d’argent seulement vers la fin du ive s.

Le contenu des trésors cachés après CA 400

  • 4 Cf. S. Gjongecaj, H. Nicolet-Pierre, « Le monnayage d’argent d’Égine et le trésor de Hollm (Albanie (...)

9Rappelons les deux caractéristiques principales qui permettent d’identifier les monnaies éginètes attribuées au ive s. av. J.-C. D’une part, le droit porte une « tortue de terre » (tortoise en anglais) à la carapace divisée en écailles (au nombre de 13), bordée ou non d’une lisière d’écailles plus petites. Ce style de représentation naturaliste pour la tortue était apparu dans la seconde moitié du ve s., à une date mal déterminée, certainement antérieure à 431 (expulsion des Éginètes par Athènes victorieuse)4. D’autre part, le revers est frappé d’un carré creux divisé en cinq compartiments inégaux par deux cloisons en relief se coupant à angle droit, de l’intersection desquelles une cloison rejoint en oblique l’angle le plus éloigné. La présence de deux cloisons perpendiculaires différencie nettement ces revers de ceux du ve s. où toutes les lignes de division partent en oblique (skew).

  • 5 M. Oeconomidès, « The IGCH 101 Hoard and the Circulation of the Tortoise in the Peloponnesus », dan (...)

10Le flan de ces pièces est plat, arrondi, la qualité de la gravure est bonne et apparaît même très soignée lorsque nous rencontrons des exemplaires peu usés (cf. trésor de Tripoli 1914)5.

  • 6 S. R. Milbank, Coinage of Aegina (1924).

11Dans bon nombre des trésors où furent signalées des monnaies éginètes, il est malheureusement impossible de départager tortoises du ve s. et tortoises du ive s. à cause de la confusion des deux séries dans l’ouvrage de référence, aujourd’hui dépassé, de S. R. Milbank6 : toutes ces pièces y sont attribuées à la même période « 404-375 B.C. » (voir sa pl. II, 12-15). Cette confusion est reprise du BMC Attica, Megaris, Aegina de B. V. Head (1887, réimpr. A. Forni 1977), pl. 24 – avec alors une datation encore plus haute.

12Les statères globuleux des émissions archaïques, particulièrement nombreuses et abondantes, sont utilisés très longtemps. Même extrêmement usés, ils circulent sans la moindre discrimination apparente en compagnie des émissions de tortoises jusqu’aux plus récentes. Le trésor de Mageira 1950 nous en offre un exemple très clair, comme nous le verrons plus loin (Annexe), mais n’est pas un cas isolé.

  • 7 Cette numérotation de (8) à (14) fait suite à celle, de (1) à (7), que nous proposions pour les dif (...)

13À l’intérieur du monnayage propre au ive s., on remarque deux grandes catégories de pièces : dans l’une ni le droit ni le revers ne porte de marque – nous l’appellerons émission (8)7 ; dans l’autre on distingue, le plus souvent au revers, diverses marques, lettres ou symbole (dauphin), dont la disposition permet de définir des émissions différentes. Nous avons tiré nos exemples de quelques-uns des trésors les mieux documentés et facilement consultables.

Les marques d’émission au ive s.

14– (9) Une seule lettre au revers : digamma ou ∃, Φ, Θ (Myron 1913/14) ;

15– (10) Α – Ι au droit, Α – Ι au revers (Moulki 1958) ;

16– (10bis) Α – Ι au droit, Α – Ι et dauphin au revers (Mageira 1950) ;

17– (11) Α – Ι au droit, Ν – Ι et dauphin au revers (Tripolis 1914) ;

18– (12) ΑΙ – Γ et dauphin au revers (Mageira 1950) ;

19– (12bis) Α – ΙΓ et dauphin au revers (Abai 1894) ;

20– (13) ΑΙ – ΓΙ et dauphin au revers (Tripolis 1914) ;

21– (13bis) Α – ΙΓΙ et dauphin au revers (Stratos 1974, photos Londres BM) ;

22– (14) deux globules juxtaposés dans un compartiment du revers (Tripolis 1914).

23Pour ces différentes marques, on connaît des statères ou des drachmes ou les deux et parfois des trioboles (par exemple du type [14] : Tripolis 1914, Mavriki 1962).

24On aimerait découvrir, grâce aux trésors du ive s., un ordre de succession bien fondé à l’intérieur du groupe des émissions (9-14). Mais le matériel dont nous disposons laisse encore une assez large place au jeu des hypothèses, dans la mesure où, comme les « tortues » archaïques, certaines pièces ont dû rester longtemps en circulation après leur frappe. On voit aussi des émissions différentes coexister dans des trésors de taille réduite, où l’état d’usure d’une seule monnaie peut être dû au hasard : on ne peut pas le prendre automatiquement pour preuve d’une longue période de circulation de la série entière.

Les marques d’émission au iiie s.

25Si on se tourne vers les trésors du iiie s., on constate l’affaiblissement attendu des émissions du ive s., mais non leur disparition. Exemples :

  • Élide 1975 : 1 statère sans marque (8) ;

  • Andravidha (Élide) 1979 : 1 statère (8) ;

  • Antirhion 1964 : 1 statère (12) ;

  • Abai (Phocide) : 1 drachme (12bis) ;

  • Dokimion (Acarnanie) 1955 : 1 drachme (13bis) ;

  • Crète 1991 : 2 statères (8), 1 statère (13bis) ;

  • Talanta (Laconie) 1948 : présence des émissions (7), (10), (13bis), (14) ;

  • Olympie (Élide) 1922 : 2 statères (8), 1 statère (12), 2 drachmes (14) ;

  • Géraki (Laconie) 1997 : 1 statère (11), 7 drachmes (14).

  • 8 J’adresse mes vifs remerciements à Aliki Moustaka qui, chargée de la publication de cet imposant tr (...)

26Mais le fait le plus surprenant est la persistance jusque dans les trésors du iie s. (tabl. 5), à côté des très nombreux trioboles de la Ligue achéenne (LA), de drachmes éginètes frappées du « revers à deux globules » (14). Le trésor d’Olympie 19398 en offre un très bon exemple, avec ses cinq drachmes toutes de ce même type.

IGCH 302 : Zacharo (Élide) ca 1957

vers 191 ?

2 st. (8)
1 dr. (11)
1 dr. (12)

IGCH 239 : Larissa (Thessalie) 1948

175-165 (T)

1 triob. ? (Toronto)

IGCH 242 : Arcadie 1929

165-160 (T)

1 dr. (14)
+ LA (152)

IGCH 261 : Zougra (Achaïe) 1859

« c.146 »

1+ dr. (14)
+ LA (654)

IGCH 266 : Koniska (Étolie) ca 1962

150-140 (T)

1 dr. (12bis)
+ LA (2)

IGCH 270 : Olympie 1939

145-140 (T)

5 dr. (14)
+ LA (630)

IGCH 271 : Agrinion (Étolie) 1969

ca 145-135 (T)

1 dr. (14)
+ LA (838)

CH X, 168 : Velliès (Laconie) 1952

iie s.

1 dr. (14)
+ LA (51)

Tabl. 5. Les trésors du iie s. contenant des monnaies d’Égine.

Recherche sur la chronologie des émissions postérieures au « retour des Éginètes » (404)

Les premières marques d’émission au revers des « tortues »

27Un pourcentage élevé (20 %) du grand trésor de Myron en Thessalie, entré en 1914 au Musée numismatique d’Athènes, est constitué de monnaies d’Égine : turtles globuleuses archaïques, fort usées, turtles et tortoises frappées entre 480 et 431 au revers de type « skew » portant aussi les signes d’un long usage. Il faut un examen très attentif pour distinguer dans cette masse deux tortoises dont le revers est partagé par des lignes perpendiculaires (du type que nous avons numéroté [8] et six autres où un revers semblable est marqué d’une seule lettre [9]). Depuis la publication du trésor de Myron, aucune pièce de cette catégorie n’a, à ma connaissance, été signalée ni identifiée au Musée d’Athènes ou ailleurs. Celles de Myron 1914 sont usées, beaucoup plus que les monnaies béotiennes aux noms de monétaires qui sont certainement le groupe le plus récent de ce trésor, dont l’enfouissement est antérieur à la décennie 360-350. Il semble donc que l’on ait dans le trésor de Myron les premiers statères frappés à la reprise du monnayage par les Éginètes dans le premier quart du ive s.

28Ce trésor ne nous dit pas si (8) a réellement précédé (9). L’inverse est possible, car le type (8) se retrouve dans des trésors plus récents et a peut-être été frappé plus longtemps. Le type (9) pourrait avoir été une tentative sans suite datable vers 400. Énumérer à la suite toutes les émissions portant des marques est donc une simple facilité d’exposition, sans vraie signification quant à leur date de frappe. Plusieurs questions se posent à leur sujet.

À quelle date est apparu l’ethnique des Éginètes ?

  • 9 Kraay 1976, p. 48.
  • 10 Ibid. : « The inscribed issues, which have sometimes been dated as early as 375/370 BC, should be r (...)

29Cette question est liée à la controverse sur la date d’enfouissement du trésor de Myron 1914. La position de C. M. Kraay, qui admettait 360 comme la date la plus haute possible9, incitait à descendre dans la seconde moitié du ive s. toutes les autres monnaies non représentées dans ce trésor pourtant très riche en monnaies d’Égine10. C’était descendre du même coup après ca 360 l’apparition de l’ethnique sous ses différentes formes, αι, αιγ ou ΑΙΓΙ.

  • 11 Même si le monétaire ΕΠΑΜΙ n’est qu’un homonyme du grand général thébain (comme le pensait C. M. Kr (...)

30Depuis les travaux de R. G. Hepworth sur les statères béotiens portant des noms de monétaires, il faut réexaminer cette date butoir de 360. L’échelonnement des émissions de la Ligue béotienne que propose Hepworth, appuyé sur un classement en quatre groupes définis par des identités de coins de droit (au type permanent du bouclier béotien), est vraisemblable11. Le contenu entier du trésor de Myron 1914 pourrait avoir été enfoui quelques années avant 360. Et les premières émissions d’Égine portant A – I au droit pourraient avoir été frappées dès les premières décennies du siècle, sans qu’aucune pièce n’en soit parvenue en Thessalie, s’il s’agissait d’émissions de dimension modeste.

Dans quel ordre furent frappées les émissions portant l’ethnique des Éginètes ?

31Bien évidemment, il serait très souhaitable de constituer le « corpus » de ces émissions avant de proposer une chronologie. Nous considérons nos remarques actuelles comme de simples hypothèses de travail. Il faut reconnaître que le matériel collecté à l’aide des trésors publiés ou signalés ne permet pas autre chose qu’un classement logique, du plus simple α – ι au plus long et plus explicite ΑΙΓΙ. Mais ce n’est pas forcément la démarche qu’adoptèrent les autorités régulant le monnayage à Égine au milieu du ive s. Pour l’instant il nous paraît impossible de proposer une fourchette précise et sûre pour chacune de ces émissions, et nous ne pouvons que les situer ensemble au milieu du siècle, entre ca 370 et ca 330.

Les « tortues » sans ethnique portant deux globules au revers : la dernière émission éginète ?

  • 12 Cf. déjà Head, BMC (1887), pl. XXIV, 13. C’est à peu près le classement que je reproduisais moi-mêm (...)
  • 13 Telle est l’explication proposée par M. Oiconomidès (n. 5), qui avait bien remarqué leur longue pré (...)

32La chronologie traditionnelle situe les drachmes aux deux globules (14), qui ne portent pas d’ethnique, avant les émissions auxquelles nous avons donné ici les nos (9) à (13) (S. R. Milbank, Coinage of Aegina [1924], pl. II, 16-18 ; pl. III, 1-6)12. On peut cependant se demander si la très longue survie de ces drachmes (nous ne connaissons pas de statère à ce type de revers) n’est due qu’au nombre très élevé de monnaies frappées13. Il nous paraît vraisemblable au contraire qu’il s’agit d’une émission postérieure aux autres, et probablement des dernières monnaies d’argent frappées par l’atelier d’Égine.

33En effet, deux trésors provenant du cœur du Péloponnèse, Mageira 1950 (IGCH 74) et Mavriki 1962 (IGCH 122), fournissent un argument en faveur de cette hypothèse. L’un et l’autre contiennent des monnaies royales relativement bien datées par des travaux récents.

34Le trésor de Mageira 1950 est remarquable pour la forte proportion de monnaies d’Égine qu’il contient (voir le catalogue complet en annexe). Les 26 pièces (24 statères et 2 drachmes) se répartissent ainsi :

  • 20 au type de la tortue nageuse (turtle) ;

  • 6 au type de la tortue terrestre (tortoise) : 1 statère de type (7), 3 statères (8), 1 drachme (10bis), 1 drachme de type (12) ; cette drachme, en très bon état, est certainement la plus récente du lot éginète.

  • 14 Cf. BCD Boiotia, n° 579.
  • 15 Le Rider 1977, p. 296.

35Des 12 monnaies béotiennes, les mieux conservées et les plus récentes sont les deux statères au nom de ΑΣΩ avec le symbole de la grappe de raisin, qui appartiennent au dernier groupe dans le classement de R. Hepworth, groupe de peu antérieur à 33814. Quant aux monnaies royales, 4 portent la légende de Philippe II, une seule celle d’Alexandre le Grand. À propos de la plus récente, le tétradrachme d’Alexandre attribué à l’atelier de Tarse, G. Le Rider écrivait qu’il avait pu être frappé vers 33015. C’est quelques années après cette date qu’il dut arriver en Élide. Le trésor de Mageira a probablement été caché vers 325-320.

  • 16 AD (1963), p. 90, pl. 2, 12.

36Le trésor de Mavriki 1962 est composé de certaines séries peu différentes de celles de Mageira : Élis, la Béotie, la Phocide y sont aussi représentées. Mais ce trésor présente un intérêt particulier pour notre sujet car, on l’aura noté, il est la première attestation datable pour des monnaies aux deux globules. Une drachme16 et un triobole du type (14) figurent parmi les monnaies conservées au Musée numismatique d’Athènes, où je pus noter qu’elles étaient fraîches. Examinons les monnaies royales. Le trésor comportait 3 alexandres d’argent :

  • 1 tétradrachme comme Price 1991, 3218, atelier de Myriandros (?) d’après E. T. Newell, « ca 330-ca 325 » ;

  • 1 tétradrachme comme Price 1991, 249, atelier de Pella (?), « ca 315-310 » ;

  • le mieux conservé et le plus récent est l’alexandre posthume aux marques Λ-torche de l’atelier d’Amphipolis frappé entre 315/4 et 295/4 environ : Price 1991, 481 (AD [1963], pl. 2,9). C’est cet alexandre qui permettait à M. Price de proposer « ca 300 » comme date d’enfouissement du trésor de Mavriki dans IGCH (no 122).

37Ainsi, de la juxtaposition des dates d’enfouissement de ces deux trésors, dont le second seulement contient des monnaies aux globules dépourvues d’ethnique, il est bien tentant de conclure que ces pièces furent frappées après 320 et avant 300. Ce sont certainement des monnaies du ive s., en dépit d’apparences trompeuses qui auraient pu inciter à proposer une datation plus basse. Le trésor de Tripolis 1914, dans lequel elles se trouvent en nombre important, dut être dissimulé à une date voisine de la frappe des groupes remarquables de drachmes du type (14) réunies par l’identité du coin de droit ou du coin de revers. L’excellente condition du statère n° 33 de type (13bis) peut indiquer que cette pièce appartient à une émission immédiatement antérieure, et justifierait la place que nous proposions pour cette légende dans la liste des monnaies portant l’ethnique des Éginètes.

  • 17 Chr. Habicht, Athènes hellénistique (2006), p. 70.

38Quant à l’absence d’ethnique dans cette dernière émission, qui se singularise aussi par l’absence de statères, il est possible qu’elle soit en rapport avec les évènements militaires et politiques dont le Péloponnèse est le théâtre à la fin du ive s. Rappelons qu’en 317, Cassandre se rend maître d’Égine17. Cette conquête macédonienne et la perte d’indépendance qui s’en suit pourrait expliquer la relative discrétion de l’émission de drachmes et de trioboles marqués seulement de deux globules, émission abondante pourtant, dont nous voyons que les derniers exemplaires ont pu circuler aisément en compagnie de pièces de module proche beaucoup plus récentes.

Annexe : catalogue du trésor de Mageira (élide) 1950 (IGCH 74)

  • 18 « Found underneath a tree-root… ». Ancient Greek Coin Hoards in the Numismatic Museum (2010).

39Un lot de 48 pièces d’argent provenant d’un trésor découvert en 1950 en Élide se trouvait depuis cette date dans les réserves du Musée numismatique d’Athènes. Cette acquisition avait été signalée dans le BCH paru en 1951 (p. 50). Dans l’Inventory of Greek Coin Hoards (1973) ce trésor figurait sous le n° 74 et indiquait comme lieu de trouvaille la localité nommée Mageira, qui d’après les cartes modernes se trouve un peu au nord d’Olympie, dans la vallée du Kladéos. D’avril 2010 à fin mars 2011, on pouvait voir ces monnaies dans l’importante exposition consacrée aux trésors monétaires conservés par le Musée numismatique. Dans l’ouvrage copieusement illustré publié à cette occasion18, le trésor de Mageira est présenté aux pages 32-35, avec une courte notice signée de Panayotis Tselekas et une pittoresque photographie d’ensemble qui suggère l’accumulation des pièces, en un désordre savamment organisé. Aucun contenant n’est entré au musée en même temps que les monnaies et on ne sait si le trésor est complet ou non.

  • 19 Nous indiquons entre parenthèses le numéro de la monnaie dans le médaillier d’Athènes.

40Nous nous proposons de dresser le catalogue de ces 48 monnaies, toutes illustrées sur les pl. I-III où elles sont numérotées de 1 à 48 dans l’ordre du catalogue. Elles proviennent d’une dizaine d’ateliers différents, en commençant par les ateliers les plus proches du lieu présumé de la trouvaille19. Certaines pièces sont extrêmement usées, d’autres presque fraîches. La plupart sont des statères, mais on note aussi la présence de six subdivisions de statères et celle de quatre tétradrachmes.

Élis (3 statères)

411 (47). Statère.
D. Aigle attaquant un serpent, en relief sur un bouclier (?) rond. Seltman BW.
R. Ϝ – Α de part et d’autre d’un foudre ailé et enflammé. Cf. Seltman δε (pl. V).
La monnaie est très usée. Poids : 11,22 g. Axes : 9 h.

422 (46). Statère.
D. Même type que la monnaie précédente. Seltman BW.
R. Foudre comme ci-dessus. [Ϝ] – Α (cette légende est presque illisible). Cf. Seltman δε.
Sur la tranche, deux tenons de coulée diamétralement opposés. Poids : 11,37 g. Axes : 9 h.

433 (48). Statère.
D. Tête d’Héra portant un diadème (stéphané), à dr. Seltman EL, pl. X.
R. Foudre enflammé, dans une couronne d’olivier. À g., ϜΑ rétrograde. Cf. Seltman θβ.
Poids : 12,04 g. Axes : 3 h.

Égine (24 statères et 2 drachmes)

444-8 (20, 27, 28, 24, 30). Statères.
D. Tortue de mer (turtle).
R. Carré dont les divisions délimitent cinq triangles creux, parfois mal frappés.
Au droit de ces monnaies très usées, on ne discerne pas la ligne médiane de globules (type BMC, pl. XXIII, 5). En revanche, des estampilles sont bien visibles (nos 4, 5, 7, 8). Sur le n° 8, défaut du coin au niveau de la patte-nageoire arrière gauche.
Poids : 11,8 g ; 11,66 g ; 11,69 g ; 11,51 g ; 12,06 g.

459-12 (37, 33, 31, 21). Statères.
D. Même tortue, très usée.
R. Motif en « ailes de moulin ».
Poids : 11,76 g ; 11,66 g ; 11,50 g ; 11,89 g.

4613-16 (34, 38, 23, 32). Statères.
D. Même tortue, très usée. Estampilles sur la carapace aux nos 13, 14, 16.
R. Cinq triangles creux déformés.
Poids : 11,05 g ; 11,53 g ; 11,76 g ; 11,55 g.

4717-21 (22, 35, 26, 29, 25). Statères.
D. Même tortue, très usée. Estampille sur la carapace aux nos 18 et 21, à g. au n° 19.
R. Petit carré creux éginétique. Les cloisons sont larges et non perpendiculaires. Trous de poinçon aux nos 17 (rond), 18 (carré), 20.
Poids : 11,64 g ; 11,63 g ; 10,82 g ; 11,96 g ; 11,39 g.

4822-23 (39, 36). Statères.
D. Même tortue très usée. La carapace est échancrée en haut au lieu d’être bordée d’un bourrelet rectiligne. Estampilles sur la carapace (nos 22 et 23), et à dr. (no 23).
R. Petit carré creux éginétique, comme ci-dessus. Trous de poinçon (no 23).
Poids : 12 g ; 11,85 g. Axes : 12 h ; 6 h.

4924 (40). Statère.
D. Tortue terrestre (tortoise : la carapace porte des écailles).
R. Carré creux éginétique, dont les cloisons sont obliques (type « skew ») comme aux nos 17-23.
Poids : 12,02 g. Axes : 12 h.

5025-27 (41, 42, 43). Statères.
D. Tortue terrestre.
R. Carré creux éginétique dont deux cloisons, fines, se coupent à angle droit. Défaut du coin dans l’un des triangles creux (no 27).
Poids : 12,17 g ; 12,20 g ; 12,17 g. Axes : 5 h ; 6 h ; 12 h.

5128 (45). Drachme.
D. Tortue terrestre. De part et d’autre, A–I.
R. Carré creux éginétique, comme ci-dessus. A – I et dauphin.
Poids : 5,65 g. Axes : 9 h.

5229 (44). Drachme.
D. Tortue terrestre comme ci-dessus mais sans lettres.
R. Carré creux éginétique comme ci-dessus. ΑΙ – Γ et dauphin.
Poids : 5,82 g. Axes : 5 h.

Phocide (1 hémidrachme)

5330 (7). Hémidrachme.
D. Tête de bœuf de face.
R. Tête d’Apollon à dr. dans un carré creux. L’usure de la pièce ne permet pas de lire la légende
Φ – Ο – Κ–Ι.
Poids : 2,74 g. Axes : 1 h.
K
raay 1976, pl. 22, n° 408 : « c. 450 ». Cf. R. T. Williams, The Silver Coinage of the Phokians (1972), n° 200, pl. 7 : « c. 457-c. 446 ».

Béotie, anépigraphes (1 drachme, 1 hémidrachme)

  • 20 Le vase représenté sur ces monnaies béotiennes, souvent nommé « amphora », est clairement un cratèr (...)

5431 (9). Drachme.
D. Bouclier béotien.
R. Cratère à volutes20 dans un carré creux.
Poids : 5,74 g.

5532 (10). Hémidrachme.
D. Comme la drachme précédente.
R. Comme la précédente.
Poids : 2,81 g.

Béotie, Thèbes (1 drachme, 3 statères)

5633 (8). Drachme.
D. Bouclier béotien.
R. Lettre ronde (thèta archaïque) au centre d’un motif creux en « ailes de moulin ». Flan globuleux.
Poids : 5,93 g.
SNG Copenhagen 248-249. Vers 500 ?

5734 (11). Statère.
D. Bouclier béotien.
R. Cratère à volutes. De part et d’autre, Θ-Ε. Le tout dans un carré creux.
Poids : 12,15 g.
SNG Copenhagen 285 : « c. 426-395 ».

5835-36 (12, 13). Statères.
D. Comme ci-dessus.
R. Comme ci-dessus, mais dans une dépression arrondie. Symboles dans le champ, à g. : arc (no 35), massue (no 36).
Poids : 11,15 g ; 11,69 g.
SNG Copenhagen 305 : « c. 395-387 ».

Béotie, monnayage fédéral (2 trioboles)

5937-38 (19, 18). Trioboles.
D. Bouclier béotien.
R. Canthare surmonté d’une massue. Au n° 38, une feuille ou une grappe est attachée à l’anse droite.
De part et d’autre du pied, B – OI ou BO–I. Le tout dans une dépression arrondie.
Poids : 2,60 g ; 2,65 g.
SNG Copenhagen 175 (même coin de revers) : « 379-371 » (pour cette datation, cf. Kraay 1976, p. 113).

Béotie, monnayage fédéral (3 statères avec monétaires)21

  • 21 L’étude de R. Hepworth, « The 4th Century B.C. Magistrate Coinage of the Boiotian Confederacy », Νο (...)
  • 22 Cf. C. M. Kraay, M. Hirmer, Greek Coins (1966), n° 459.

6039 (14). Statère.
D. Comme ci-dessus.
R. Cratère à volutes22. Chaque anse est ornée de deux feuilles de lierre. De part et d’autre, ΑΡ – ΚΑ.
Poids : 12,04 g.
Hepworth ém. 14, p. 78 : « 368-364 ». D’après BCD Boiotia, n° 537 et 624 g.

6140-41 (15, 16). Statères.
D. Comme ci-dessus.
R. Cratère à volutes. De part et d’autre, Α – Σ et au-dessous Ω et grappe de raisin. Le haut de la panse, décoré de godrons, est usé au n° 40.
Poids : 12,21 g ; 12,24 g.
H
epworth groupe D4, ém. 15, p. 78 : « 363-338 ». Cf. BCD Boiotia, n° 579.

Béotie, Tanagra (1 statère)

  • 23 Mais l’exemplaire d’Oxford illustré par C. M. Kraay fait partie d’un large groupe de faux dénoncés (...)

6242 (17). Statère.
D. Bouclier béotien.
R. Protomé de cheval à dr. Collier de feuilles autour de l’encolure et, de part et d’autre, T–A. Sous le cheval, symbole : grappe attachée à un sarment.
Poids : 12,04 g.
Cf. pour le type et la date, Kraay 1976, pl. 20, n° 36523 : « c. 375 ».

Thessalie, Larissa (1 drachme)

6343 (6). Drachme.
D. Tête féminine de trois-quarts à g. (la nymphe Larissa).
R. Jument et son poulain, à dr. Au-dessus, ΛΑΡΙΣΑ –.
Poids : 5,89 g. Axes 11 h.

Macédoine, Philippe II (4 tétradrachmes)

6444-45 (1, 4). Tétradrachmes.
D. Tête barbue et laurée de Zeus à dr.
R. Cavalier à g., le bras droit levé (le roi Philippe II, diadémé). Légende : ΦΙΛΙΠ – ΠΟΥ. Sous le cheval, marques : Δ et tête d’Hélios radiée (no 44), arc et protomé de Pégase à g. (no 45).
Le Rider 1977 attribue le n° 44 à l’atelier de Pella (130a, cet exemplaire), le n° 45 à l’atelier d’Amphipolis (123b, cet exemplaire).
Poids : 14,40 g ; 14,37 g. Axes 9 h ; 9 h.

6546-47 (3, 2). Tétradrachmes. D. Comme ci-dessus.
R. Jeune cavalier tenant une palme, à dr. Sous le cheval, symbole : rose (no 46), abeille et tête janiforme (no 47). Légende : ΦΙΛΙΠ – ΠΟΥ.
Le Rider 1977 attribue cette émission à l’atelier d’Amphipolis (228a, cet exemplaire ; 453a, cet exemplaire).
Poids : 14,48 g ; 14,31 g. Axes : 1 h ; 7 h.

Macédoine, Alexandre (1 tétradrachme)

6648 (5). Tétradrachme.
D. Tête d’Héraclès imberbe, à dr.
R. Zeus aétophore assis à g. sur un tabouret et tenant un sceptre. Légende : ΑΛΕΞΑΝΔΡΟΥ à dr., Α sous le siège.
Atelier de Tarse, d’après E. T. Newell, Tarsos under Alexander (1919), série I (« 333 – c. 327 »), repris par Price 1991, Tarsus 2993. Le Rider 1977, p. 296, précise : « [Ce] tétradrachme d’Alexandre a pu être frappé vers 330. Il montre les traces d’une assez forte usure, ce qui indiquerait qu’il a circulé plusieurs années avant d’être thésaurisé. »
Poids : 16,94 g. Axes : 2h.

Pl. 1. Trésor de Mageira 1950 (IGCH 74).

Pl. 2. Trésor de Mageira 1950 (IGCH 74).

Pl. 3. Trésor de Mageira 1950 (IGCH 74).

Bibliographie

abréviations bibliographiques

Kraay 1976 = C.M. Kraay, Archaic and Classical Greek Coins (1976).

Le Rider 1977 = G. Le Rider, Le monnayage d’argent et d’or de Philippe II frappé en Macédoine de 359 à 294 (1977).

Price 1991 = M.J. Price, The Coinage in the Name of Alexander the Great and Philip Arrhidaeus (1991).

Notes

1 Kraay 1976, p. 48-49.

2 Pour faciliter les comparaisons, les pourcentages sont arrondis (12,5 % au lieu de 12,35 % ou de 12,66 %) sauf exception en dessous de 1 %. On a considéré chaque pièce comme une unité, qu’il s’agisse de statères, de drachmes, ou (très rarement) de divisions inférieures.

3 Il serait intéressant d’étudier de près le contenu de tous les trésors trouvés en Élide, et pas seulement leur contenu éginète. Mais c’est une autre recherche.

4 Cf. S. Gjongecaj, H. Nicolet-Pierre, « Le monnayage d’argent d’Égine et le trésor de Hollm (Albanie) 1991 », BCH 119 (1995), p. 283-332, pl. 1-6. Les « tortues de terre » associées à un revers « skew » portent le n° 7 dans la fig. 1, p. 287.

5 M. Oeconomidès, « The IGCH 101 Hoard and the Circulation of the Tortoise in the Peloponnesus », dans Florilegium Numismaticum. Studia in Honorem U. Westermark Edita (1992), p. 307-312.

6 S. R. Milbank, Coinage of Aegina (1924).

7 Cette numérotation de (8) à (14) fait suite à celle, de (1) à (7), que nous proposions pour les différentes séries de tortues des vie et ve s. en 1995 (S. Gjongecaj, H. Nicolet-Pierre [n. 4]).

8 J’adresse mes vifs remerciements à Aliki Moustaka qui, chargée de la publication de cet imposant trésor, m’a très libéralement aidée à en étudier les pièces d’Égine en avril 2011.

9 Kraay 1976, p. 48.

10 Ibid. : « The inscribed issues, which have sometimes been dated as early as 375/370 BC, should be relegated to the second half of the century, for they are not included in the large hoard of Myron, buried c. 360/35 BC, in which Aeginetan coinage was well represented ».

11 Même si le monétaire ΕΠΑΜΙ n’est qu’un homonyme du grand général thébain (comme le pensait C. M. Kraay) et ne peut servir de principal repère pour une chronologie absolue dans ce monnayage, la chronologie relative nous paraît fondée.

12 Cf. déjà Head, BMC (1887), pl. XXIV, 13. C’est à peu près le classement que je reproduisais moi-même en 1995 (cf. S. Gjongecaj, H. Nicolet-Pierre [n. 4], p. 287, fig. 2).

13 Telle est l’explication proposée par M. Oiconomidès (n. 5), qui avait bien remarqué leur longue présence dans les trésors.

14 Cf. BCD Boiotia, n° 579.

15 Le Rider 1977, p. 296.

16 AD (1963), p. 90, pl. 2, 12.

17 Chr. Habicht, Athènes hellénistique (2006), p. 70.

18 « Found underneath a tree-root… ». Ancient Greek Coin Hoards in the Numismatic Museum (2010).

19 Nous indiquons entre parenthèses le numéro de la monnaie dans le médaillier d’Athènes.

20 Le vase représenté sur ces monnaies béotiennes, souvent nommé « amphora », est clairement un cratère. Cette forme, empruntée par des potiers aux vases de métal, comme le signale J. Boardman, Athenian Black Figure Vases (1974), p. 185, a aussi été largement reproduite en Béotie par les graveurs de coins monétaires.

21 L’étude de R. Hepworth, « The 4th Century B.C. Magistrate Coinage of the Boiotian Confederacy », ΝομΧρον 17 (1998), p. 61-89, présente une liste des émissions classée selon l’ordre alphabétique des noms de monétaires du revers. Leur numérotation, que nous mentionnons ci-dessus, n’a donc aucune signification chronologique. Mais son travail a inspiré les datations nouvelles proposées dans le catalogue de monnaies béotiennes que nous citons.

22 Cf. C. M. Kraay, M. Hirmer, Greek Coins (1966), n° 459.

23 Mais l’exemplaire d’Oxford illustré par C. M. Kraay fait partie d’un large groupe de faux dénoncés par V. Demetriadi, R. G. Hepworth, « Forgeries of Boeotian Autonomous Staters », NC (1984), p. 186-191 ; cf. P. Kinns, The Caprara Forgeries (1984), p. 25, n° 24.

Table des illustrations

Légende Pl. 1. Trésor de Mageira 1950 (IGCH 74).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Pl. 2. Trésor de Mageira 1950 (IGCH 74).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Pl. 3. Trésor de Mageira 1950 (IGCH 74).
URL http://books.openedition.org/efa/docannexe/image/7947/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 102k

Auteur

Conservateur honoraire du Département des monnaies, médailles et antiques, Bibliothèque nationale de France, Paris.

© École française d’Athènes, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search